1/39. I Langage d interrogation et modification des données (DML) I Langage de définition du schéma (DDL)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1/39. I Langage d interrogation et modification des données (DML) I Langage de définition du schéma (DDL)"

Transcription

1 Introduction 1/39 2/39 Introduction Anne-Cécile Caron Licence MIAGE - BDD A partir de l algèbre relationnelle s est construit un langage informatique permettant d interroger les données : SQL Actuellement, le langage SQL comporte plusieurs aspects : I Langage d interrogation et modification des données (DML) I Langage de définition du schéma (DDL) I Aspects système : contrôle d accès, transactions I et depuis la norme SQL3 (1999), des modules stockés, triggers, aspects orientés objets... Aujourd hui nous allons voir le langage d interrogation et modification. Introduction Introduction 3/39 4/39 Objectifs A la fin de ce cours et après avoir fait les TD, TP correspondants vous devez être capables de : I traduire une expression algébrique en requête SQL I traduire une requête du langage naturel vers SQL, requête d interrogation ou de mise à jour I traduire une requête SQL en langage naturel ( que fait cette requête? ) Le schéma exemple Base de données (très simplifiée!) de commandes de produits. CLIENT(num client, nom, prénom, solde) COMMANDE(num commande, date commande,num client) CONTIENT(num commande, num produit, quantité) PRODUIT(num produit, nom, prix unitaire)

2 Introduction 5/39 6/39 Les données instances du schéma exemple Sélection - Projection client: 1 SOPHIE LAURENT DUPONT JULIE 0.00 produit: 1 dentifrice cahier crayons lait eau yop cafe stylo plume commande: contient: produits de prix supérieur à 4 prix unitaire 4(produit) select * where prix_unitaire >= 4 ; 3 crayons stylo plume lait eau cafe 4.75 num produit, nom ( prix unitaire 4(produit)) select num_produit, nom where prix_unitaire >= 4 ; 3 crayons 4 stylo plume 5 lait 6 eau 8 cafe 7/39 8/39 Conditions de sélection I On peut bien sûr utiliser les opérateurs booléens : NOT, AND, OR I Opérateurs de comparaison = <= >=!= <> I Attention, pourtesterl absencedevaleur:is NULL ou son contraire IS NOT NULL I colonne in (v1,v2,...,vk) (on verra ensuite qu on peut remplacer cette liste fixe par une sous-requête) I colonne between exp1 and exp2 select num_produit, nom where prix_unitaire in (2,3) ; num_produit nom cahier Conditions de sélection Pour comparer des chaînes de caractères, on peut utiliser I l opérateur LIKE I ou des expressions régulières à la Unix, opérateur REGEXP_LIKE d Oracle select * where nom like or nom like c% and prix_unitaire<3 ; select * where regexp_like(nom, ^[a-z]{4}$, i ) or regexp_like(nom, ^c, i ) and prix_unitaire<3 num_produit nom prix_unitaire cahier 2 <- commence par c et prix < 3 5 lait 6.5 <-- nom avec 4 carac. 8 cafe 4.75 <-- idem

3 9/39 10 / 39 Entorse au modèle relationnel Le résultat d une requête est un multi-ensemble select nom ; nom DUPONT (3 rows) On dispose de l opérateur distinct pour enlever les résultats identiques. select distinct nom ; nom DUPONT (2 rows) Ordre select * order by nom,prenom ; 3 DUPONT JULIE LAURENT SOPHIE select nom, prenom where solde > 0 order by nom, prenom LAURENT SOPHIE select * order by prix_unitaire desc, nom asc; 4 stylo plume crayons lait eau cafe dentifrice cahier 2 7 yop / / 39 Groupes I par défaut, 1 relation forme 1 groupe I On peut partitionner une relation en utilisant des valeurs d attributs : group by en SQL I On peut appliquer des fonctions sur chaque groupe : I count(a) :comptelenombredevaleursdanslacolonnea. count(distinct A) :nombredevaleurs emdi é r e n t e s. I sum(a) : fait la somme des valeurs de la colonne A. sum(distinct A) :sommedesvaleursdi é r e n t e. s I min(a) :donnelapluspetitevaleurdelacolonnea. I max(a) :donnelaplusgrandevaleurdelacolonnea. I avg(a) :donnelamoyennedesvaleursdelacolonnea. avg(distinct A) :moyennedesvaleursdi é r e n t e. s Fonction de groupe avg(prix unitaire)(produit) select avg(prix_unitaire) ; avg(prix_unitaire) nom,count( )(client) select nom, count(*) group by nom ; nom count(*) DUPONT 1

4 13 / / 39 Condition sur les groupes compter le nombre de produits di érents par commande num commande,count( )(contient) select num_commande,count(*) from contient group by num_commande ; num_commande count(*) count( )>2( num cmde,count( ) (contient)) select num_commande,count(*) from contient group by num_commande having count(*) > 2 ; num_commande count(*) Imbrication de fonctions nombre moyen de produits di érents par commande : select avg(count(*)) as nb_moyen_cmdes from contient group by num_commande ; Le résultat a 1 seule ligne, 1 seule colonne de nom NB MOYEN CMDES : nb_moyen_cmdes Remarque : dans cette requête, on a utilisé AS pour renommer une colonne. 15 / / 39 Plusieurs relations Pour l instant, les requêtes données en exemples utilisent 1 seule relation. Il existe des opérateurs binaires, qui permettent d utiliser plusieurs relations : I produit cartésien et jointure(s) I union, intersection, di é r e n c e Produit cartésien Exemple : client produit cette requête n a pas beaucoup de sens! I SQL1 : select *,produit ; I SQL2 : select * CROSS JOIN produit ; 1 SOPHIE dentifrice LAURENT dentifrice DUPONT JULIE dentifrice SOPHIE cahier 2 2 LAURENT cahier 2 3 DUPONT JULIE cahier SOPHIE stylo plume LAURENT stylo plume DUPONT JULIE stylo plume au total CLIENT PRODUIT lignes, i.e. 24 lignes.

5 17 / / 39 Jointure les commandes et les clients qui les ont passées : commande on client I SQL1 : select num_commande, date_commande, nom, prenom from commande, client where commande.num_client = client.num_client ; I SQL2 : select num_commande, date_commande, nom, prenom from commande JOIN client ON commande.num_client = client.num_client ; select num_commande, date_commande, nom, prenom from commande NATURAL JOIN client ; num_commande date_commande nom prenom SOPHIE SOPHIE LAURENT LAURENT Jointure les clients et tous les articles qu ils ont commandés select client.nom, client.prenom, produit.nom, contient.quantite JOIN commande ON client.num_client = commande.num_client JOIN contient ON commande.num_commande = contient.num_commande JOIN produit ON contient.num_produit = produit.num_produit ; nom prenom nom quantite SOPHIE cahier 5 SOPHIE crayons 1 SOPHIE stylo plume 1 SOPHIE lait 1 SOPHIE yop 2 LAURENT lait 1 LAURENT eau 1 LAURENT dentifrice 1 LAURENT cahier 3 LAURENT cafe 2 19 / / 39 Jointure et fonction de groupe les clients et les sommes qu ils ont dépensées select client.nom, client.prenom, sum(quantite*prix_unitaire) as a_depense JOIN commande ON client.num_client = commande.num_client JOIN contient ON commande.num_commande = contient.num_commande JOIN produit ON contient.num_produit = produit.num_produit group by client.num_client, client.nom, client.prenom ; nom prenom a_depense LAURENT 30 SOPHIE Jointure externe I Permet de faire apparaître les lignes d une table qui n ont pas de correspondant dans l autre table lors d une équi-jointure (ou inner join). I variantes : left (outer) join, right (outer) join, full (outer) join. Exemple : tous les produits avec le nombre de commandes (même 0) dans lesquels ils figurent. select produit.num_produit, count(contient.num_commande) left join contient on produit.num_produit = contient.num_produit group by produit.num_produit ; -- ou bien select produit.num_produit, count(contient.num_commande) from contient right join produit on produit.num_produit = contient.num_produit group by produit.num_produit ;

6 Résultat on suppose, juste pour cette requête, que l on a ajouté la ligne (9, sucre,2.50) dans la table PRODUIT num_produit count(contient.num_commande) <-- pas cette ligne si simple jointure 21 / 39 Opérateurs ensemblistes Union nom(produit) [ nom(client) select nom union select nom ; -- remarque : le résultat n est -- pas forcément dans cet ordre nom DUPONT cafe cahier crayons dentifrice eau lait stylo plume yop 22 / 39 Le résultat d une union, intersection ou di érence ne contient pas de doublons. Opérateurs ensemblistes Di é r e n c e nom,prénom (client) select nom,prenom except select nom, prenom natural join commande ; nom prenom DUPONT JULIE nom,prénom (client on commande) cet opérateur s appelle minus sous Oracle 23 / 39 Opérateurs ensemblistes Intersection nom, prix unitaire ( nom like c% (produit)) \ nom, prix unitaire ( prix unitaire 7 (produit)) select nom,prix_unitaire where nom like c% intersect select nom,prix_unitaire where prix_unitaire >= 4 ; nom prix_unitaire crayons 7.5 cafe / 39

7 25 / / 39 Opérateurs ensemblistes L élimination des doublons a un coût, c est pourquoi on peut utiliser une union multi-ensembliste : nom select nom dentifrice union all cahier select nom ; crayons stylo plume lait eau yop cafe DUPONT Sous-requête En SQL, on a la possibilité d imbriquer les requêtes. On peut ainsi trouver une sous requête I pour exprimer une condition, dans la clause WHERE ou HAVING. L expression conditionnelle utilisée va contraindre le type du résultat de la sous requête. I pour représenter une relation, dans la clause FROM. Dans ce cas, la sous-requête aura pour résultat un ensemble de tuples de valeurs. I pour calculer un résultat, dans la clause SELECT. Dans ce cas, la sous-requête aura pour résultat 1 valeur. 27 / / 39 Sous-requête Sous-requête non corrélative : le résultat de la sous-requête est calculé, indépendamment de la requête qui l englobe. Exemple : les clients qui n ont pas passé commande select nom,prenom where num_client not in (select num_client from commande) ; Le résultat de la sous-requête est un ensemble de nombres. nom prenom DUPONT JULIE Opérateurs pour les sous-requêtes I IN teste l appartenance à une relation (NOT IN pour la non-appartenance) I EXISTS teste si la relation est non vide (NOT EXISTS sinon) I UNIQUE teste si la relation est un singleton (NOT UNIQUE sinon) I combiné avec un opérateur de comparaison, I op ANY La comparaison est vraie pour au moins 1 élément de la sous-requête. I op ALL La comparaison est vraie pour tous les éléments de la sous-requête. remarque : IN est équivalent à =ANY et NOT IN est équivalent à <>ALL.

8 29 / / 39 Sous-requête le(s) produit(s) le(s) plus cher(s) select nom,prix_unitaire where prix_unitaire >= all( select prix_unitaire ) ; select nom,prix_unitaire where prix_unitaire = ( select max(prix_unitaire) ) ; Sous-requête les produits qui ne sont pas les moins chers select nom,prix_unitaire where prix_unitaire > any( select prix_unitaire ) ; select nom,prix_unitaire where prix_unitaire > ( select min(prix_unitaire) ) ; Expression conditionnelle de la forme valeur >= all sous-requete. Ici, la sous-requête a pour résultat un ensemble de nombres. nom prix_unitaire stylo plume Expression conditionnelle de la forme valeur = sous-requete. Ici, la sous-requête a pour résultat 1 nombre. nom prix_unitaire stylo plume crayons 7.5 lait 6.5 eau 5.5 cafe 4.75 dentifrice 2.5 cahier 2 tous sauf le Yop qui vaut / / 39 Sous-requête corrélative Produits qui ont fait l objet d au moins 2 commandes. select nom where 1 < (select count(*) from contient where contient.num_produit = produit.num_produit) ; nom cahier lait Expression conditionnelle de la forme valeur < sous-requete. La sous-requête a pour résultat 1 nombre. Ici, on évalue la sous-requête pour chaque ligne de la table PRODUIT, la sous-requête est dépendante de la requête qui l englobe. Pour cet exemple, on peut écrire une requête équivalente, sans sous-requête. Sous-requête corrélative Pour chaque commande, le produit qui a le plus grand prix unitaire. select co.num_commande, p.nom, p.prix_unitaire from commande co join contient c on c.num_commande = co.num_commande join produit p on p.num_produit = c.num_produit where p.prix_unitaire = (select max(prix_unitaire) p2 join contient c2 on c2.num_produit = p2.num_produit where c2.num_commande = c.num_commande) num_commande nom prix_unitaire stylo plume lait lait cafe 4.75

9 33 / / 39 Sous-requête dans la clause SELECT Le nombre de commandes par client. select nom, prenom, (select count(*) from commande co where co.num_client = client.num_client) nb_commandes nom prenom nb_commandes SOPHIE 2 LAURENT 2 DUPONT JULIE 0 Sous-requête dans la clause FROM Les numéro des commandes dans lesquelles il y a (au moins) un produit coûtant plus de 5 euros. select distinct co.num_commande from (select * where prix_unitaire >= 5) p join contient co on co.num_produit = p.num_produit NUM_COMMANDE La sous-requête a pour résultat un ensemble de tuples. Modifications Insert 35 / 39 Modifications Insert 36 / 39 Insertion Insertion - exemple I insertion d un tuple dans une relation d arité p insert into T values (v 1,..., v p ) insert into client values (1,, SOPHIE,500); T est le nom de la table où il faut insérer le tuple (v 1,...,v p ). I Si on veut insérer un tuple dont on ne connaît pas toutes les valeurs des colonnes, on peut préciser pour quelles colonnes on fait l insertion : insert into T (nomcol 1,...,nomcol n ) values (v 1,...,v n ) Dans ce cas, les colonnes absentes prennent la valeur NULL ou une valeur par défaut selon la définition du schéma de la table T. I Il est aussi possible d insérer dans une table le résultat d une requête. La table où l on insère doit avoir un schéma compatible avec le résultat de la requête. insert into T requete insert into client(num_client,nom,prenom) values (3, DUPONT, JULIE ); --> insère la ligne (3, DUPONT, JULIE,0) ici, l attribut solde prend la valeur 0, et non la valeur NULL, car l attribut solde a été défini avec la valeur 0 par défaut. insert into Tbis select * from T ; insert into T3(nom) select nom prenom ;

10 Modifications Delete 37 / 39 Modifications Update 38 / 39 Suppression Modification I On peut supprimer tous les tuples qui satisfont une condition. delete from T where condition I Sans clause where, on supprime tous les tuples de la relation I On peut modifier tous les tuples qui satisfont une condition, en remplaçant la valeur de certaines colonnes update T set col 1 = e 1,...,col p = e p where condition I La condition suit la même syntaxe que pour une requête de sélection. I Exemple : I Par exemple : delete where nom like DUV% ; supprime les tuples (1,, SOPHIE,500) et (2,, LAURENT,500) de la table CLIENT. update client set nom= DUPOND, prenom= JULIETTE where nom= DUPONT ; cette instruction remplace Julie Dupont par Juliette Dupond. I autre exemple : delete where num_produit not in (select num_produit from contient); supprime les produits qui ne sont pas commandés. Modifications Update 39 / 39 Modification - exemples I En l absence de clause where, tous les tuples seront modifiés. l instruction suivante ajoute donc 100 à tous les soldes des clients. update client set solde = solde+100 ; I On veut enlever du solde des clients la somme qui correspond à leurs commandes. La fonction nvl permet de remplacer une valeur NULL par autre chose. Ici, on remplace NULL par 0 dans le cas où un client n a pas passé de commande. update client set solde = solde - (select nvl(sum(prix_unitaire*quantite),0) join contient on contient.num_produit = produit.num_produit join commande on commande.num_commande = contient.num_commande where client.num_client = commande.num_client )

UFR de Mathématiques et Informatique

UFR de Mathématiques et Informatique UFR de Mathématiques et Informatique Licence professionnelle "Les métiers de l'internet" Réf. Regles_MCD_MPD.doc Module BD1 (Partiel et examen) Date dernière version : Avril 2002 Diffusion : apprenants

Plus en détail

Informatique en CPGE (2015-2016) Le langage SQL

Informatique en CPGE (2015-2016) Le langage SQL Informatique en CPGE (2015-2016) Le langage SQL S. B. Lycée des EK 30 mai 2016 Le SQL (Structured Query Language = langage de requêtes structuré) est un langage informatique de dialogue avec une base de

Plus en détail

SQL (Deuxième partie) Walter RUDAMETKIN

SQL (Deuxième partie) Walter RUDAMETKIN SQL (Deuxième partie) Walter RUDAMETKIN Bureau F011 Walter.Rudametkin@polytech-lille.fr Les requêtes de consultation Représente la majorité des requêtes Encapsule complètement l'algèbre relationnel Une

Plus en détail

Bases de Données. SQL: Définition

Bases de Données. SQL: Définition Université Mohammed V- Agdal Ecole Mohammadia d'ingénieurs Rabat Bases de Données Mr N.EL FADDOULI 2014-2015 SQL: Définition Structured Query Langage(SQL): - Langage g de base dans les SGBD - Langage de

Plus en détail

Le langage SQL (deuxième partie) c Olivier Caron

Le langage SQL (deuxième partie) c Olivier Caron Le langage SQL (deuxième partie) 1 Les requêtes de consultation Représente la majorité des requêtes 1 Les requêtes de consultation Représente la majorité des requêtes Encapsule complètement l algèbre relationnel

Plus en détail

LES REQUÊTES EN LANGAGE S.Q.L.

LES REQUÊTES EN LANGAGE S.Q.L. LES REQUÊTES EN LANGAGE S.Q.L. Une base de données contient un nombre important d informations. Ces informations sont organisées, mais pour être effectivement exploitables, il faut pouvoir sélectionner,

Plus en détail

Base de donnes Cinéma

Base de donnes Cinéma Le langage SQL 1 Base de donnes Cinéma Considérons les tables suivantes : Film(Titre, Réalisateur, Acteur) Programme(NomCiné, Titre, Horaire) Film contient des infos sur tous les films et Programme concerne

Plus en détail

Introduction aux bases de données

Introduction aux bases de données Introduction aux bases de données Cours 3. : Le langage SQL Vincent Martin email : vincent.martin@univ-tln.fr page personnelle : http://lsis.univ-tln.fr/~martin/ Master 1. LLC Université du Sud Toulon

Plus en détail

FONCTIONS DE TRAITEMENT} COUNT

FONCTIONS DE TRAITEMENT} COUNT Nom Prénom Promotion Date Buhl Damien Année 1 Groupe 2 21 Janvier 2007 CER Prosit n 22 Mots-Clés : - Requête/Langage SQL Le langage SQL (Structured Query Language) est un langage de requêtes, il permet

Plus en détail

Les requêtes de consultation. Ex. bibliothèque état de la base. Ex. bibliothèque état de la base. Consultation simple d'une table

Les requêtes de consultation. Ex. bibliothèque état de la base. Ex. bibliothèque état de la base. Consultation simple d'une table Les requêtes de consultation Représente la ma jorité des requêtes SQL (Deuxième partie) Walter RUDAMETKIN Bureau F011 Walter.Rudametkin@polytech-lille.fr Encapsule complètement l'algèbre relationnel Une

Plus en détail

BASES DE DONNÉES : COMPLÉMENTS

BASES DE DONNÉES : COMPLÉMENTS : personne pe eleve enseigne personne pp prof num_p num_p num_classe pe.prenom = pp.prenom num_pro f = pp.num_p pe.nom pe.prenom Objectifs A la fin de la séquence d enseignement l élève doit pouvoir :

Plus en détail

Les triggers. Introduction 1/18. Objectifs. I Utiliser à bon escient le paramétrage des triggers :

Les triggers. Introduction 1/18. Objectifs. I Utiliser à bon escient le paramétrage des triggers : 1/18 2/18 Anne-Cécile Caron Licence MIAGE - Bases de Données 2015-2016 Objectifs Après ce cours, les TD et TP correspondants, vous devez être capables de I Ecrire en PL/SQL des triggers liés aux tables.

Plus en détail

4. Concepts pour la manipulation des données Implémentation en SQL

4. Concepts pour la manipulation des données Implémentation en SQL 4. Concepts pour la manipulation des données Implémentation en SQL 4.1. OPERATEURS DE L ALGEBRE RELATIONNEL ALGEBRE RELATIONNELLE = { opérateurs sur les relations donnant en résultat des relations } Opérateurs

Plus en détail

Cours n 5 SQL : Langage de manipulation des données (LMD) - Suite

Cours n 5 SQL : Langage de manipulation des données (LMD) - Suite Cours n 5 SQL : Langage de manipulation des données (LMD) - Suite Chantal Reynaud Université Paris X - Nanterre UFR SEGMI - IUP MIAGE Cours de Systèmes de Gestion de Données - Licence MIAGE 2003/2004 1

Plus en détail

I) Bases de données et tables :

I) Bases de données et tables : I) Bases de données et tables : Un S.G.B.D. est un outil pour organiser, stocker, modifier, calculer et extraire des infos. Une B.D.R. peut être considérée comme un ensemble de tables à 2 dimensions. Exemple

Plus en détail

COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2

COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2 SQL Sommaire : COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2 COMMANDES DE MANIPULATION DE DONNEES... 2 COMMANDES DE CONTROLE TRANSACTIONNEL... 2 COMMANDES DE REQUETE DE DONNEES... 2 COMMANDES

Plus en détail

INTRODUCTION A SQL. http://www.lri.fr/~rigaux/bd/sql.html

INTRODUCTION A SQL. http://www.lri.fr/~rigaux/bd/sql.html 012345678901234567890123 INTRODUCTION A SQL SQL = Structured Query Language SEQUEL = Structured English as a QUEry Language standard ISO depuis 87. Avantages : implanté + ou - complètement sur principaux

Plus en détail

SQL : Origines et Evolutions

SQL : Origines et Evolutions SQL : Origines et Evolutions SQL est dérivé de l'algèbre relationnelle et de SEQUEL Il a été intégré à SQL/DS, DB2, puis ORACLE, INGRES, Il existe trois versions normalisées, du simple au complexe : SQL1

Plus en détail

Rudiments SQL pour Oracle BDA_RCS

Rudiments SQL pour Oracle BDA_RCS Rudiments SQL pour Oracle BDA_RCS 08-11-2014 1 La base de données Gestion des commandes 08-11-2014 2 Les noms de colonnes sont volontairement simplifiés 3 Ajout de nouvelles colonnes dans des tables qui

Plus en détail

SQL DML SELECT. SELECT DISTINCT ROUND(largeur * hauteur, 1) AS surfarr FROM t_peinture;

SQL DML SELECT. SELECT DISTINCT ROUND(largeur * hauteur, 1) AS surfarr FROM t_peinture; SELECT pour des requêtes d extraction sur une table Syntaxe générale : Entre [ ] : des valeurs optionnelles Entre { } : une liste de valeur obligatoires possibles De part et d autre de : une valeur parmi

Plus en détail

DUT Génie Biologique Option Bioinformatique. Les bases de données relationnelles. Travaux Pratiques n 4

DUT Génie Biologique Option Bioinformatique. Les bases de données relationnelles. Travaux Pratiques n 4 DUT Génie Biologique Option Bioinformatique Les bases de données relationnelles avec MySQL Éric Pipard Travaux Pratiques n 4 Jointures externes Requêtes internes et externes Vues et transactions Objectifs

Plus en détail

Memo : Fonctions SQL

Memo : Fonctions SQL Bases de Données Avancées Module A IUT Lumière, License CE-STAT 2006-2007 Pierre Parrend Memo : Fonctions SQL I. Sélectionner des données Sélectionner toutes les colonnes de la table Séléctionner seulement

Plus en détail

Chapitre IV. Les bases de données relationnelles en pratique : Langages d interrogation. Relation : ensemble ou multi-ensemble?

Chapitre IV. Les bases de données relationnelles en pratique : Langages d interrogation. Relation : ensemble ou multi-ensemble? Chapitre IV Les bases de données relationnelles en pratique : Langages d interrogation Relation : ensemble ou multi-ensemble? Un multi-ensemble (multiset) est une collection d éléments pour laquelle on

Plus en détail

Oracle Database 10g: Les fondamentaux des langages SQL et PL/SQL

Oracle Database 10g: Les fondamentaux des langages SQL et PL/SQL Oracle University Appelez-nous: +33 (0) 1 57 60 20 81 Oracle Database 10g: Les fondamentaux des langages SQL et PL/SQL Durée: 5 Jours Description Ce cours s'adresse aux utilisateurs d'oracle8i, Oracle9i

Plus en détail

Introduction au langage SQL

Introduction au langage SQL Introduction au langage SQL Les bases de données relationnelles Le langage SQL est un langage universel destiné à travailler sur des bases de données relationnelles. Nous considérerons ici qu'une base

Plus en détail

Interrogation de bases de données avec le langage SQL

Interrogation de bases de données avec le langage SQL Web dynamique avec PHP et MySQL Interrogation de bases de données avec le langage SQL C. Sirangelo & F. Tort Interroger une base avec SQL Interroger une base de données: extraire des données de la base

Plus en détail

Bases de données sous Access

Bases de données sous Access Bases de données sous Access Plan Initiation aux bases de données Application sous Access Structure d une base de données Langages de manipulation de données Algèbre relationnelle (théorique) QBE d Access

Plus en détail

Langage SQL : créer et interroger une base

Langage SQL : créer et interroger une base Langage SQL : créer et interroger une base Dans ce chapitre, nous revenons sur les principales requêtes de création de table et d accès aux données. Nous verrons aussi quelques fonctions d agrégation (MAX,

Plus en détail

Université Paris 13 TP Base de données Année 2008-2009 Institut Galilée feuille 2 : requêtes SQL INFO1

Université Paris 13 TP Base de données Année 2008-2009 Institut Galilée feuille 2 : requêtes SQL INFO1 Université Paris 13 TP Base de données Année 2008-2009 Institut Galilée feuille 2 : requêtes SQL INFO1 Exercice 1 : requêtes simples Pour traiter de la vente par correspondance on considère la modélisation

Plus en détail

BdD Base de Données. Clément VERMOT-DESROCHES

BdD Base de Données. Clément VERMOT-DESROCHES BdD Base de Données Clément VERMOT-DESROCHES 17 novembre 2009 Table des matières 1 Présentation Générale 3 1.1 Présentation Générale............................. 3 1.1.1 Définition................................

Plus en détail

SQL Requêtes simples. Outline ... A.D., S.B. Février 2013. .1 Introduction. .2 Requêtes mono-relation. .3 Requêtes multi-relations

SQL Requêtes simples. Outline ... A.D., S.B. Février 2013. .1 Introduction. .2 Requêtes mono-relation. .3 Requêtes multi-relations SQL Requêtes simples BD4 AD, SB Licence MASS, Master ISIFAR, Paris-Diderot Février 2013 BD4 (Licence MASS, Master ISIFAR, Paris-Diderot) SQL 1/19 Février 2013 1 / 19 Outline 1 2 Requêtes mono-relation

Plus en détail

Informatique Initiation aux requêtes SQL. Sommaire

Informatique Initiation aux requêtes SQL. Sommaire cterrier.com 1/14 04/03/2008 Informatique Initiation aux requêtes SQL Auteur : C. Terrier ; mailto:webmaster@cterrier.com ; http://www.cterrier.com Utilisation : Reproduction libre pour des formateurs

Plus en détail

Cours de Bases de Données Avancées 2006-2007 Groupe cinema, Rapport 4

Cours de Bases de Données Avancées 2006-2007 Groupe cinema, Rapport 4 1 Annexes Avec ce rapport il faut rendre en annexe le script SQL corrigé qui permet de créer la base de données selon votre modèle relationnel ainsi que de la peupler avec un nombre de tuples suffisant.

Plus en détail

Le langage SQL Rappels

Le langage SQL Rappels Le langage SQL Rappels Description du thème : Présentation des principales notions nécessaires pour réaliser des requêtes SQL Mots-clés : Niveau : Bases de données relationnelles, Open Office, champs,

Plus en détail

Plan. Bases de données. Cours 1 : Généralités & rappels. But du cours. Organisation du cours. Polytech Paris-Sud. Apprentis 4 ème année

Plan. Bases de données. Cours 1 : Généralités & rappels. But du cours. Organisation du cours. Polytech Paris-Sud. Apprentis 4 ème année Plan Bases de données Polytech Paris-Sud Apprentis 4 ème année Cours 1 : Généralités & rappels 1.1 Avant-propos 1.2 Algèbre relationnelle kn@lri.fr http://www.lri.fr/~kn 2/18 But du cours Organisation

Plus en détail

Les Bases de Données

Les Bases de Données Les Bases de Données 1. Introduction 1.1 Définition On peut parler de bases de données partout où des informations sont plus ou moins structurées et rassemblées dans des systèmes organisés. La gestion

Plus en détail

Intro BD. M. Sassolas. L3Pro SCT M7. Cours 1. Introduction. relationnel. Lecture et écriture des TD/TP 2 / 29. Intro BD. M. Sassolas.

Intro BD. M. Sassolas. L3Pro SCT M7. Cours 1. Introduction. relationnel. Lecture et écriture des TD/TP 2 / 29. Intro BD. M. Sassolas. aux bases de les L3Pro SCT Bases de et programmation L ubiquité des Mathieu Sassolas L informatique est la science du calcul. IUT de Sénart Fontainebleau Département Informatique Année 2015-2016 Le calcul

Plus en détail

Oracle Database 11g : Les fondamentaux des langages SQL et PL/SQL

Oracle Database 11g : Les fondamentaux des langages SQL et PL/SQL Oracle University Appelez-nous: +33 (0) 1 57 60 20 81 Oracle Database 11g : Les fondamentaux des langages SQL et PL/SQL Durée: 5 Jours Description Ce cours vous permettra d acquérir les principes fondamentaux

Plus en détail

Chapitre 4 : Le langage SQL

Chapitre 4 : Le langage SQL Chapitre 4 : Le langage SQL Table des matières I) Introduction...2 II) Rappel...2 III) Gestion de la base de données...2 1) Création de la base de données...2 2) Modification de la base de données...2

Plus en détail

Laboratoires de bases de données. Laboratoire n 3. Les Jointures. par Danièle BAYERS et Louis SWINNEN

Laboratoires de bases de données. Laboratoire n 3. Les Jointures. par Danièle BAYERS et Louis SWINNEN Département Informatique Laboratoires de bases de données Laboratoire n 3 Les Jointures par Danièle BAYERS et Louis SWINNEN Ce document est disponible sous licence Creative Commons indiquant qu il peut

Plus en détail

Exploiter les données d'un PGI avec SQL

Exploiter les données d'un PGI avec SQL Exploiter les données d'un PGI avec SQL Propriétés Description Titre de la production Auteur Exploiter les données d'un PGI avec SQL Véronique Bennetot-Dereux GREID Académie de Créteil v.bennetot-dereux@ac-creteil.fr

Plus en détail

SQL Historique 1982 1986 1992

SQL Historique 1982 1986 1992 SQL Historique 1950-1960: gestion par simple fichier texte 1960: COBOL (début de notion de base de données) 1968: premier produit de sgbdr structuré (IBM -> IDMS) 1970-74: élaboration de l'outil d'analyse

Plus en détail

SQL et Bases de données relationnelles. November 26, 2013

SQL et Bases de données relationnelles. November 26, 2013 November 26, 2013 SQL : En tant que langage d interrogation En tant que langage de mise à jour En tant que langage de définition de données Langages de requête Langages qui permettent d interroger la BD

Plus en détail

INITIATION AU LANGAGE SQL

INITIATION AU LANGAGE SQL ECOLE NATIONALE DES INGENIEURS DES TRAVAUX AGRICOLES DE BORDEAUX DEPARTEMENT ENTREPRISE ET SYSTEMES UNITE DE FORMATION INFORMATIQUE ET GENIE DES EQUIPEMENTS ~o~o~o~ INITIATION AU LANGAGE SQL Notes de cours

Plus en détail

Chapitre 4 LE LANGAGE D INTERROGATION DE DONNÉES SQL

Chapitre 4 LE LANGAGE D INTERROGATION DE DONNÉES SQL Chapitre 4 LE LANGAGE D INTERROGATION DE DONNÉES SQL 1. Définitions Clause : mot-clé Requête : interrogation ou action structurée sur la BD Requête d interrogation composée de l ensemble des clauses :

Plus en détail

TD n 10 : Ma première Base de Données

TD n 10 : Ma première Base de Données TD n 10 : Ma première Base de Données 4 heures Rédigé par Pascal Delahaye 11 mars 2015 Le but de ce TD est de découvrirles principales fonctions d OpenOffice Base, le systèmede gestion de bases de données

Plus en détail

BDD : 2,3 Algèbre (langage algébrique)

BDD : 2,3 Algèbre (langage algébrique) 2,3 Algèbre (langage algébrique) BDD : Notations : R(X), S(Y) deux relations X et Y deux listes d'attributs t et s deux tuples de R et de S. RS relation résultat projection : -Syntaxe :

Plus en détail

Ch 5 SELECT Sous-requêtes

Ch 5 SELECT Sous-requêtes SQL Ch 5 SELECT Sous-requêtes I. INTRODUCTION... 1 A. SYNTAXE GENERALE... 1 B. RESULTAT RENVOYE PAR UNE SOUS-REQUETE... 2 C. SOUS REQUETE INDEPENDANTES ET SOUS REQUETE DEPENDANTES... 2 II. SOUS-REQUETES

Plus en détail

Mapinfo et les requêtes SQL

Mapinfo et les requêtes SQL 31 janvier 2007 Master I Géo-Environnement INTRODUCTION Introduction - Généralités SQL (Structured Query Language) est un LDD (Language de Définition de Données) Créer / modifier / supprimer tables LMD

Plus en détail

Chapitre 7 Le Langage SQL

Chapitre 7 Le Langage SQL 7-1- Introduction Chapitre 7 Le Langage SQL SQL (Structured Query Language, traduit Langage de requêtes structuré ou langage d interrogation structuré) est un langage de quatrième génération (L4G), non

Plus en détail

Le langage SQL : Le Langage de Manipulation des Données (LMD)

Le langage SQL : Le Langage de Manipulation des Données (LMD) T-GSI STAGE RENOVATION - SQL.Chapitre 3 - Le langage SQL : Le Langage de Manipulation des Données (LMD) Sources du document : Livre bible Oracle 9i, J. Gabillaud, Editions Eni ; Support Oracle ; ISO Norme

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 1 : Vues et Index Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Les Vues Généralités Syntaxe Avantages Conditions de mise à jour 2 Index Généralités

Plus en détail

Opération DIVISION. Huit opérations de base de l algèbre relationnelle. SELECT [ALL] [DISTINCT] liste d'attributs FROM table

Opération DIVISION. Huit opérations de base de l algèbre relationnelle. SELECT [ALL] [DISTINCT] liste d'attributs FROM table Opération DIVISION Huit opérations de base de l algèbre relationnelle PROJECTION SELECTION JOINTURE SELECT [ALL] [DISTINCT] liste d'attributs FROM table SELECT liste d'attributs FROM table WHERE condition

Plus en détail

Python: Manipulation d Informations 02/05/2013

Python: Manipulation d Informations 02/05/2013 Python: Manipulation d Informations 02/05/2013 Sommaire 1. Introduction 2. Bases de données 3. Systèmes de gestion de bases de données 4. Grammaire SQL 5. Python et les bases de données : le module «SQLite»

Plus en détail

Formation à l utilisation des Systèmes de Gestion de Bases de Données Relationnelles. organisée avec la collaboration du

Formation à l utilisation des Systèmes de Gestion de Bases de Données Relationnelles. organisée avec la collaboration du Proyecto FAO COPEMED Universidad de Alicante Ramón y Cajal, 4 03001 - Alicante, España GCP/REM/057/SPA Web : www.fao.org/fi/copemed Tel : +34 96 514 59 79 Fax : +34 96 514 59 78 Email : copemed@ua.es Formation

Plus en détail

1. Qu'est-ce que SQL?... 2. 2. La maintenance des bases de données... 2. 3. Les manipulations des bases de données... 5

1. Qu'est-ce que SQL?... 2. 2. La maintenance des bases de données... 2. 3. Les manipulations des bases de données... 5 1. Qu'est-ce que SQL?... 2 2. La maintenance des bases de données... 2 2.1 La commande CREATE TABLE... 3 2.2 La commande ALTER TABLE... 4 2.3 La commande CREATE INDEX... 4 3. Les manipulations des bases

Plus en détail

Introduction au langage SQL

Introduction au langage SQL Introduction au langage SQL SQL (sigle de Structured Query Language, en français langage de requête structurée) est un langage informatique normalisé servant à effectuer des opérations sur des bases de

Plus en détail

Bases de données. Licence Pro QSSI. patrick.marcel@univ-tours.fr http://www.info.univ-tours.fr/ marcel

Bases de données. Licence Pro QSSI. patrick.marcel@univ-tours.fr http://www.info.univ-tours.fr/ marcel Bases de données Licence Pro QSSI patrick.marcel@univ-tours.fr http://www.info.univ-tours.fr/ marcel contexte nous avons vu comment exprimer des requêtes simples nous avons vu des requêtes que nous ne

Plus en détail

Bases de données relationnelles

Bases de données relationnelles Bases de données relationnelles Système de Gestion de Bases de Données Une base de données est un ensemble de données mémorisé par un ordinateur, organisé selon un modèle et accessible à de nombreuses

Plus en détail

Bases de données (SQL)

Bases de données (SQL) Bases de données (SQL) Skander Zannad et Judicaël Courant 2014-03-26 1 Le modèle logique (MLD) On a représenté des données par des tables. Par exemple, pour les films : The good, the Bad and the Ugly 1966

Plus en détail

Cours n 6 SQL : Langage de définition des données (LDD)

Cours n 6 SQL : Langage de définition des données (LDD) Cours n 6 SQL : Langage de définition des données (LDD) Chantal Reynaud Université Paris X - Nanterre UFR SEGMI - IUP MIAGE Cours de Systèmes de Gestion de Données Licence MIAGE 2003/2004 1 Plan I. Langage

Plus en détail

Oracle Database 10g: Les fondamentaux du langage SQL I

Oracle Database 10g: Les fondamentaux du langage SQL I Oracle University Appelez-nous: +33 (0) 1 57 60 20 81 Oracle Database 10g: Les fondamentaux du langage SQL I Durée: 3 Jours Description Ce cours offre aux étudiants une introduction à la technologie de

Plus en détail

Chapitre 1 Installer MySQL 5 21

Chapitre 1 Installer MySQL 5 21 Chapitre 1 Installer MySQL 5 21 1.1. Les outils nécessaires... 22 1.2. Télécharger et installer le serveur MySQL... 22 Télécharger la dernière version... 22 Lancer l installation sous Windows... 23 Lancer

Plus en détail

Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion

Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion III.1- Définition de schémas Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion RAPPELS Contraintes d intégrité sous Oracle Notion de vue Typage des attributs Contrainte d intégrité Intra-relation

Plus en détail

DQL Doctrine Query Language UP Web Framework PHP

DQL Doctrine Query Language UP Web Framework PHP DQL Doctrine Query Language UP Web Framework PHP Année universitaire 2014-2015 Repository Les Repository servent à récupérer et à manipuler les entités. Ces services utilisent un Entity Manager: 2 techniques

Plus en détail

SQL Les fondamentaux du langage (2ième édition)

SQL Les fondamentaux du langage (2ième édition) Introduction 1. Un peu d'histoire 11 2. Les normes SQL 12 3. Description rapide du modèle relationnel 14 3.1 Principaux concepts du modèle relationnel 15 3.2 Principales règles 16 4. Les opérateurs en

Plus en détail

TP n o 14 : Bases de données, première partie

TP n o 14 : Bases de données, première partie TP n o 14 : Bases de données, première partie I Introduction Dans ce TP nous allons effectuer des opérations élementaires sur une base de données ne comportant qu une seule table. Lors de la prochaine

Plus en détail

Bases de données (SQL)

Bases de données (SQL) Skander Zannad et Judicaël Courant Lycée La Martinière-Monplaisir 2014-03-26 1 Le modèle logique (MLD) On a représenté des données par des tables. Par exemple, pour les films : titre date Gran Torino 2008

Plus en détail

Introduction aux bases de données Cours 4 : Le langage MySQL

Introduction aux bases de données Cours 4 : Le langage MySQL Cours 4 : Le langage MySQL ESIL Université de la méditerranée Odile.Papini@esil.univmed.fr http://odile.papini.perso.esil.univmed.fr/sources/bdmat.html Plan du cours 1 Introduction 2 Identificateurs Types

Plus en détail

Table des matières PREAMBULE...I 1 L OUTIL SQL*PLUS... 1-1 2 L INTERROGATION DES DONNEES... 2-1 3 LES OPERATEURS LOGIQUES... 3-1

Table des matières PREAMBULE...I 1 L OUTIL SQL*PLUS... 1-1 2 L INTERROGATION DES DONNEES... 2-1 3 LES OPERATEURS LOGIQUES... 3-1 Table des matières PREAMBULE...I 1 L OUTIL SQL*PLUS... 1-1 Le langage SQL... 1-2 Le langage PL/SQL... 1-4 Qu'est-ce que SQL*Plus?... 1-5 Commandes SQL*Plus... 1-7 Variables de substitution... 1-15 La commande

Plus en détail

2 ème PARTIE : LE LANGAGE SQL

2 ème PARTIE : LE LANGAGE SQL 2 ème PARTIE : LE LANGAGE SQL PLAN : I. Le langage de manipulation des données II. Le langage de définition des données III. Administration de la base de données IV. Divers (HORS PROGRAMME) Introduction:

Plus en détail

Pierre Parrend, Régis Martinez, Soumaya El Kadiri Introduction à SQL, QLIO, 2006-2007. SQL: Introduction

Pierre Parrend, Régis Martinez, Soumaya El Kadiri Introduction à SQL, QLIO, 2006-2007. SQL: Introduction Introduction à SQL IUT Lumière, DUT QLIO 2006-2007 Pierre Parrend, Régis Martinez, Soumaya El-Kadiri SQL: Introduction I. Le Language SQL Pour interroger une Base de Données (BD), il faut dialoguer avec

Plus en détail

Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1

Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1 Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1 Plan Généralités Langage de Définition des (LDD) Langage de Manipulation

Plus en détail

Langages de manipulation relationnels: SQL

Langages de manipulation relationnels: SQL C HAPITRE 8 Langages de manipulation relationnels: SQL SQL (Structured Query Language) est le langage de manipulation des données relationnelles le plus utilisé aujourd hui. Il est devenu un standard de

Plus en détail

L2 sciences et technologies, mention informatique SQL

L2 sciences et technologies, mention informatique SQL Bases de données L2 sciences et technologies, mention informatique SQL ou : le côté obscure de la jolie théorie films titre réalisateur année starwars lucas 1977 nikita besson 1990 locataires ki-duk 2005

Plus en détail

Memento SQL. Memento SQL. Jérôme DESMOULINS 18 septembre Jérôme DESMOULINS Page 1 / 8

Memento SQL.  Memento SQL. Jérôme DESMOULINS 18 septembre Jérôme DESMOULINS Page 1 / 8 Memento SQL Jérôme DESMOULINS 18 septembre 2007 Jérôme DESMOULINS Page 1 / 8 Table des matières Commandes simples...3 UPDATE...3 WHERE... 3 SELECT...3 INSERT... 3 DELETE... 3 Jointure...4 Union - R1 U

Plus en détail

Introduction aux bases de données relationnelles

Introduction aux bases de données relationnelles Formation «Gestion des données scientifiques : stockage et consultation en utilisant des ases de données» 24 au 27 /06/08 Introduction aux ases de données relationnelles Christine Tranchant-Dureuil UMR

Plus en détail

LE LANGAGE DE REQUETES SQL. Origines et Evolutions SQL1 86: la base SQL1 89: l'intégrité SQL2 92: la nouvelle norme SQL3 98: les évolutions objets

LE LANGAGE DE REQUETES SQL. Origines et Evolutions SQL1 86: la base SQL1 89: l'intégrité SQL2 92: la nouvelle norme SQL3 98: les évolutions objets LE LANGAGE DE REQUETES SQL Origines et Evolutions SQL1 86: la base SQL1 89: l'intégrité SQL2 92: la nouvelle norme SQL3 98: les évolutions objets Gardarin 2001 1. Origines et Evolutions SQL est dérivé

Plus en détail

Bases de Données Avancées

Bases de Données Avancées 1/93 Bases de Données Avancées Thierry Hamon Bureau H202 - Institut Galilée Tél. : 33 1.48.38.35.53 Bureau 150 LIM&BIO EA 3969 Université Paris 13 - UFR Léonard de Vinci 74, rue Marcel Cachin, F-93017

Plus en détail

Modèle relationnel Langage de requêtes (3)

Modèle relationnel Langage de requêtes (3) Modèle relationnel Langage de requêtes (3) ENT ou SITE :http://www.univ-orleans.fr/lifo/members/mirian.halfeld/ BD - Mírian Halfeld-Ferrari p. 1 Les opérations d aggrégation Besoin non seulement de récupérer

Plus en détail

Module MABD Master Informatique Spécialité IAD. Cours 3 Modèle objet-relationnel et SQL3

Module MABD Master Informatique Spécialité IAD. Cours 3 Modèle objet-relationnel et SQL3 Module MABD Master Informatique Spécialité IAD Cours 3 Modèle objet-relationnel et SQL3 1 L'objet-relationnel Relationnel (tables, attributs, domaine, clé) + Objet (collections, identifiants, héritage,

Plus en détail

Bases de Données Relationnelles. SQL Le langage de définition des données de SQL

Bases de Données Relationnelles. SQL Le langage de définition des données de SQL Bases de Données Relationnelles SQL Le langage de définition des données de SQL Introduction SQL : Structured Query Language SQL est normalisé SQL 2: adopté (SQL 92) SQL 3: adopté (SQL 99) Standard d'accès

Plus en détail

Web dynamique. Techniques, outils, applications. (Partie C)

Web dynamique. Techniques, outils, applications. (Partie C) Web dynamique Techniques, outils, applications (Partie C) Nadir Boussoukaia - 2006 1 SOMMAIRE 1. MySQL et PHP (20 min) 2. SQL (petits rappels) (20 min) 2 MySQL et PHP Synthèse 3 MySQL et PHP SGBD MySQL

Plus en détail

Informatique Pour Tous Interrogation n 5

Informatique Pour Tous Interrogation n 5 Nom : Prénom : Informatique Pour Tous Interrogation n 5 Soit la base de données relationnelle BANQUE constituée des trois relations (ou tables) suivantes : CLIENTS (idclient : int, nom, prenom, ville,)

Plus en détail

Compte rendu du T.P. base de données SQL

Compte rendu du T.P. base de données SQL Compte rendu du T.P. base de données SQL (R0) Liste de noms de tous les hotels, avec leur numéros de station. Vérif. : On doit obtenir 78 réponses. Solution 0 SELECT nomh, ns FROM hotels (R1) En faisant

Plus en détail

Récapitulatif Walter RUDAMETKIN

Récapitulatif Walter RUDAMETKIN Récapitulatif Walter RUDAMETKIN Bureau F011 Walter.Rudametkin@polytech-lille.fr Notre dernier cours Moi :) Vous :( 2 Récapitulatif Les SGBD Relationnelles Objectifs et histoire Conception d'une base de

Plus en détail

Présentation du programme d informatique

Présentation du programme d informatique Présentation du programme d informatique UPS 31 mai 2015 Table des matières 1 Introduction 2 1.1 Présentation.................................. 2 1.2 Représentation des nombres.........................

Plus en détail

Bases de données relationnelles et SQL

Bases de données relationnelles et SQL Nacera.Bennacer@supelec.fr Département informatique de Supélec 24 juin 2014 Plan 1 Modèle entité-association EA (Entity-Relationship ER) 2 Modèle relationnel 3 Normalisation 4 Passage du modèle ER au modèle

Plus en détail

1/28 XML. I XML = extensible markup language. I Langage de description de documents (semi)-structurés, utilisant des.

1/28 XML. I XML = extensible markup language. I Langage de description de documents (semi)-structurés, utilisant des. 1/28 2/28 Anne-Cécile Caron Master MIAGE - BDA 1er trimestre 2013-2014 XML I XML = extensible markup language I Langage de description de documents (semi-structurés, utilisant des balises

Plus en détail

1/24. I On peut toujours faire du relationnel : enrichissement de SQL2. Introduction 3/24 SGBDOO

1/24. I On peut toujours faire du relationnel : enrichissement de SQL2. Introduction 3/24 SGBDOO ntroduction 1/24 2/24 Anne-Cécile Caron Master MAGE - BDA 1er trimestre 2013-2014 La norme SQL 3 aussi appelée SQL 99 Extension du modèle relationnel à l objet nécessité de structures de données plus sophistiquées

Plus en détail

Modèle relationnel Langage de requêtes (2)

Modèle relationnel Langage de requêtes (2) Modèle relationnel Langage de requêtes (2) SITE : ENT ou http://www.univ-orleans.fr/lifo/members/mirian.halfeld BD - Mírian Halfeld-Ferrari p. 1/2 Besoin d augmenter le pouvoir d expression Algèbre SPJR

Plus en détail

TD sur les requêtes SQL 3 décembre 2008 Prérequis : Modèle conceptuel de données (entité-association), modèle relationnel, bases du langage

TD sur les requêtes SQL 3 décembre 2008 Prérequis : Modèle conceptuel de données (entité-association), modèle relationnel, bases du langage TD sur les requêtes SQL 3 décembre 2008 Prérequis : Modèle conceptuel de données (entité-association), modèle relationnel, bases du langage SQL. Durée : 1 h 50 TD 3 Requêtes SQL Description du système

Plus en détail

Bases de données. cours4. www.liafa.univ-paris-diderot.fr/~zielonka

Bases de données. cours4. www.liafa.univ-paris-diderot.fr/~zielonka Bases de données cours4 www.liafa.univ-paris-diderot.fr/~zielonka Requêtes imbriquées Dans WHERE ou dans HAVING : attribut = (SELECT ) attribut

Plus en détail

1/28. I Utiliser à bon escient les types de données proposés par SQL, ou. Introduction 3/28

1/28. I Utiliser à bon escient les types de données proposés par SQL, ou. Introduction 3/28 Introduction 1/28 2/28 Anne-Cécile Caron Licence MIAGE - BDD 2015-2016 Objectifs Après ce cours, les TD et TP correspondants, vous devez être capables de I Créer des tables à partir d un modèle I Utiliser

Plus en détail

Requêtes S.Q.L. 1 Création des requêtes sous ACCESS

Requêtes S.Q.L. 1 Création des requêtes sous ACCESS Activité 15 Requêtes S.Q.L. Objectif Interroger une base de données avec des requêtes SQL. Fiche de savoir associée Ressource à utiliser Csi1Projets.pdf (Dossier 4) B.1.1.b. 1 En cliquant sur l'objet "Requêtes"

Plus en détail

BASE DE DONNÉES T.P.1 SQL3

BASE DE DONNÉES T.P.1 SQL3 Faculté des Sciences et Techniques Année Universitaire 2005-2006 Master 1 Informatique BASE DE DONNÉES T.P.1 SQL3 DEZE Simon DAUVERGNE Sébastien 1 Introduction Ce TP constitué de deux exercices vise à

Plus en détail

Oracle Database: Introduction to SQL NOUVEAU

Oracle Database: Introduction to SQL NOUVEAU Oracle University Appelez-nous: 1.800.529.0165 Oracle Database: Introduction to SQL NOUVEAU Durée: 5 Jours Description Le cours "Oracle Database: Introduction to SQL" explique comment écrire des sous-requêtes,

Plus en détail

2013-2014 N.EL FADDOULI 1 2013-2014 N.EL FADDOULI 67. Page 1

2013-2014 N.EL FADDOULI 1 2013-2014 N.EL FADDOULI 67. Page 1 Introduction Bloc PLSQL Déclaration des variable Structure de contrôle Curseurs Les exceptions PL SQL Les fonctions et procédures Les packages Les triggers 1 Définition Utilité Triggers ( déclencheurs

Plus en détail

Stockage et utilisation d un multi direct acyclique graphe pour PostgreSQL 8.2. Jonathan Winandy Juillet 2008

Stockage et utilisation d un multi direct acyclique graphe pour PostgreSQL 8.2. Jonathan Winandy Juillet 2008 Stockage et utilisation d un multi direct acyclique graphe pour PostgreSQL 8.2 Jonathan Winandy Juillet 2008 1 Table des matières 1 Introduction 3 2 Le modèle Nested set 3 2.1 Présentation du modèle..........................................

Plus en détail