Les défaillances d entreprises augmentent de 3,4 % sur le 1 er trimestre 2014

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les défaillances d entreprises augmentent de 3,4 % sur le 1 er trimestre 2014"

Transcription

1 1/5 défaillances et sauvegardes d entreprises : l analyse TRIMESTRIelle D altares Les défaillances d entreprises augmentent de 3,4 % sur le 1 er trimestre entreprises sont en cessation de paiement, comme en emplois sont directement menacés sur ces trois premiers mois. Nanterre, le 15 avril D&B, membre du réseau Dun & Bradstreet, 1 er réseau international d informations BtoB, présente son étude trimestrielle sur les défaillances et sauvegardes d entreprises du 1 er trimestre 2014.) Les difficultés se concentrent sur les micro-entreprises (+14%) ; À l inverse, les défaillances de PME de plus de 50 salariés sont au plus bas depuis la crise (- 28 %). «Du mieux pour les PME, en particulier manufacturières, tandis que les TPE continuent à broyer du noir. Le clivage s accentue sur le front des défaillances d entreprises ce premier trimestre 2014.» souligne Thierry Millon, Responsable des études chez -D&B. «Dans une conjoncture qui manque encore de tonus et de perspectives, la reprise profite en amont aux acteurs du B2B, mais se fait attendre par les TPE dépendant de la consommation des ménages.» Les micro-entreprises, payent un lourd tribut. Sur les trois premiers mois de l année, entrepreneurs sans salarié ont été contraints de déposer le bilan. La plupart d entre eux se sont présentés devant le tribunal dans une situation financière à ce point fragile que 80 % ont été immédiatement liquidés. Les structures anciennes enregistrent les dégradations les plus sévères sur ce début d année. Pendant que les défaillances d entreprises de moins de trois ans reculent de 8 %, celles de plus de cinq ans augmentent de 8 %. Cette vulnérabilité des micro-entreprises, présentes sur l ensemble du territoire et des secteurs, propage le risque sur la plupart des régions et des activités de B2C, comme les services aux particuliers, le bâtiment ou le commerce de détail. Les sociétés de plus grande taille s inscrivent sur de meilleures tendances ; les défaillances de PME de plus de 50 salariés n ont jamais été aussi peu nombreuses (113) depuis la crise (189 en 2009T1). Cette meilleure résistance se traduit par un millier d emplois préservés par rapport à début 2009 ; Si encore emplois sont directement menacés par les défaillances d entreprises de ces trois premiers mois, ils étaient sur le premier trimestre De plus, l essentiel des PME a obtenu du tribunal de poursuivre l activité sous redressement judiciaire, leur permettant ainsi d étudier la mise en place d un plan de sortie de procédure.. «Cependant, les deux tiers de structures financières trop fragilisées n y parviendront pas.» prévient Thierry Millon. Seule la moitié des PME défaillantes est à jour de publication de comptes (bilan 2013 ou 2012). Et pour celles dont le dernier bilan publié est antérieur à 2012, la moitié seulement dégageait encore un bénéfice.

2 2/5 «Le manque de cash est alors vite insurmontable et le crédit fournisseur une fausse alternative ; les trois quarts de PME défaillantes ce premier trimestre réglaient leurs fournisseurs avec plus de 15 jours de retard.» observe Thierry Millon. «Panne de consommation des ménages pour les unes, modèle à réinventer pour d autres, les TPE comme les PME n ont plus les moyens financiers de faire le dos rond en attendant une reprise qui leur échappe encore. La liquidation judiciaire est redoutée par beaucoup d entre eux mais aussi par leurs clients comme leurs fournisseurs, qui faute d avoir vu venir la défaillance de leur partenaire commercial, pourraient à leur tour manquer la reprise.» Nombre de défaillances d entreprises par type de procédure (Données arrêtées au 8 avril de chaque année) 2009 T T T T T T1 Evolution 2013/2012 Sauvegardes ,2 % Redressement judiciaire ou Liquidation Judiciaire directe ,4 % Dont RJ ,9 % Dont LJ ,7 % TOTAL FRANCE ,4 % Dont PME 50 salariés ,6 % Total Emplois menacés ,2 % Autant de défaillances d entreprises qu en pleine crise Début 2009, au cœur la crise, plus de entreprises étaient en cessation de paiement. Cinq ans plus tard, ce nombre reste inchangé. Sur le premier trimestre 2014, entreprises (+ 3,7 %) ont fait l objet d une liquidation judiciaire directe et (+ 2,9 %) d un redressement judiciaire. Sur 12 mois glissants, le cap des cessations de paiement franchi en janvier 2010 est désormais tout proche (62 400). Le total des défaillances (RJ, LJ et sauvegardes) de ce premier trimestre 2014 est ainsi quasi identique à celui constaté en pleine crise (16 860). Forte sinistralité des micro-entreprises, les PME-ETI bien mieux orientées. Les micro entreprises sans salariés : symptôme d une consommation qui patine, la sinistralité des micro-entreprises bondit de plus 13,5 % sur le premier trimestre 2014 comparé à début ont déposé le bilan en trois mois, c est 800 de plus qu un an plus tôt. TPE employant de 1 à 9 salariés : les TPE s inscrivent à nouveau dans le vert. Après un début d année 2013 compliqué, durant lequel les RJLJ avaient augmenté de 7 %, le premier trimestre 2014 est mieux orienté (- 2,7 %), mais encore petites entreprises ont connu une procédure collective.

3 3/5 Les PME-ETI de 10 salariés et plus : un millier (1 091) de sociétés d au moins 10 salariés ont fait l objet d un redressement ou d une liquidation judiciaire sur les trois premiers mois Ce nombre est en baisse de 3,6 %. Confirmation d une reprise d activité pour les secteurs B2B en amont de l économie, le recul des défaillances s accélère avec la taille de l entreprise. Ainsi, le nombre d ouvertures de RJLJ diminue de 30 % sur les sociétés de plus de 100 salariés, de 17 % sur celles de 50 à 99 salariés et de 7 % sur celles de 20 à 49 salariés. Une frange de PME reste, toutefois, mal orientée, celles de 10 à 19 salariés qui voient le nombre de procédures collectives augmenter de 1,3 %. L industrie manufacturière et le commerce inter-entreprises sont dans le vert, le B2C est à la peine L industrie manufacturière porte les meilleures tendances. Avec 729 cessations de paiement sur les trois premiers mois (- 6,9 %), le secteur enregistre son meilleur chiffre (hors période estivale) depuis la crise. La plupart des activités industrielles surfent sur la reprise. Dans son sillage, le commerce inter-entreprises (commerce de gros) confirme ce regain de forme. Les cessations de paiement reculent de 2,8 %. Le Commerce d équipements informatiques périphériques et de logiciels demeure, toutefois, à l écart de l amélioration ; Une trentaine d acteurs ont déposé le bilan (+ 19 %). Les tensions observées chez les grossistes en informatique se confirment dans les services. Les RJLJ bondissent de 16,4 % dans les services informatiques & édition de logiciels mais ils avaient reculé de 15 % en Les augmentations sont sensibles dans la programmation informatique (68 ; + 10 %) et le conseil en systèmes et logiciels informatique (87 ; + 21 %). Sur l ensemble des services aux entreprises, les défaillances sont en hausse de 4,8 % (1 918). La dégradation est davantage concentrée dans les activités scientifiques et techniques (+6,8 %) telles que le conseil pour les affaires et conseils de gestion (+ 8 %), les agences de publicité (+ 6 %) ou les architectes (+ 25 %). Les activités de services administratifs aux entreprises contiennent l augmentation des défaillances à + 2,7 % mais, parmi elles, la sécurité privée enregistre une hausse de 5,6 % et le nettoyage courant des bâtiments de 10,4 %. Les activités financières et d assurance ne sont pas épargnées (+ 38,6 %), en particulier les fonds de placement (+ 50 %) ou les agents et courtiers d assurances (+ 42 %). Parmi les autres activités de services, le transport routier de marchandises s inscrit dans le rouge (+ 6 %). Le transport routier de fret interurbain reste bien orienté (- 12 %) tandis que le fret de proximité est à la peine (+ 14 %). Les métiers plus proches du consommateur sont tous dans le rouge. Les cessations de paiement augmentent ainsi de 3,5 % dans les services aux particuliers, particulièrement chez les coiffeurs (+ 13,1 %). Dans la restauration (+ 2,5 %), le rythme est tiré par la restauration rapide (+ 5,8 %) plus que la restauration traditionnelle (+ 1,4 %). Le commerce détail contient la hausse des défaillances à 2,7 % (2 288) mais plusieurs activités dérapent fortement. C est le cas vente à distance (+ 41,2%), du meuble (+ 11 %) ou du prêt à porter (+ 6,8 %). La dégradation est également sévères dans quelques métiers de bouche comme des épiceries (+ 17,9 %), boucheries (+ 23,3 %) et chez les artisans boulangers (+ 14,1 %). Les activités de santé ne sont pas épargnées. Si les volumes de défaillances restent faibles, les RJLJ augmentent de 15 % dans les pharmacies, 18 % dans l optique et 12 % dans la santé humaine.

4 4/5 Traditionnellement, une cessation de paiement sur quatre est constatée dans le bâtiment. Ce premier trimestre le constate encore avec (+ 2,3 %) dépôts de bilan. Bien orientés il y a un an, les travaux de revêtement des sols et des murs dérapent sensiblement (+ 23 %) comme ceux de la menuiserie (+ 13 %). D autres restent mal orientés comme les travaux de plâtrerie (+ 3 %) ou de charpente et couverture (+ 5 %). Dans la construction de maisons individuelles, les ouvertures de RJLJ augmentent de 4 %. Dans l agriculture, l élevage enregistre une dégradation rapide (+ 46 %). Moins de défaillances sur une grande moitié Est de la France L Île-de-France, PACA et Rhône-Alpes concentrent 4 défaillances sur 10 : Avec 20 % des défaillances d entreprises, l Île-de-France donne le ton. Sur ce premier trimestre 2014, la tendance est lourde (+ 9,7 % ) Plusieurs départements affichent de fortes évolutions mais le début d année 2013 avait été très bien orienté. La Seine-Saint-Denis avait en revanche mal commencé 2013 (+ 10 %) et reste dans le rouge début 2014 (+ 6 %). La région Provence-Alpes-Côte-D azur s inscrivait en amélioration il y a un an (- 12 %), mais dérape de 8,1 % cette année avec cessations de paiement. Les Alpes-Maritimes se démarquent en consolidant la baisse des défaillances (- 9 % après un recul de 13 % un an plus tôt). Les Alpes-de-Haute-Provence affichent la meilleure performance (- 48 %). Troisième sur le podium, la région Rhône-Alpes comptabilise cessations de paiement mais connait une amélioration sensible (- 7,2 %), rattrapant quasiment la hausse de l année dernière. Tous les départements sont dans le vert, exception faite de la Loire (+ 3 %) après déjà une hausse de 20 % début Huit régions comptabilisent de 500 à RJLJ : La première d entre-elles, la région Languedoc-Roussillon reste dans le rouge (5,5 %) après un début 2013 déjà mal orienté (+ 7,8 %). L Hérault qui porte la moitié des défaillances tire la dégradation avec une hausse de 10 % sur le premier trimestre 2014 comme Le voisin, Midi-Pyrénées est au contraire dans le vert (- 4,8 %) porté par l ensemble des départements à l exception du Tarn-et-Garonne (+ 10 %) et des Hautes-Pyrénées (+ 30 %). Les Pays-de-la-Loire présentent la même tendance (- 4,8 %). Les autres régions enregistrent tune augmentation du nombre de défaillances : + 5 % en région Centre, + 4,8 % en Aquitaine, + 3,7 % en Bretagne et + 6,7 % en Nord-Pas-de-Calais. L Alsace affiche la dégradation la plus forte de l ensemble des régions à + 27,8 %. La tendance est tirée par le Bas-Rhin (+ 46 %). La moitié des régions comptabilise moins de 500 cessations de paiement. Les 4 régions du quart Nord-Est qui entourent l Alsace sont bien orientées : la Franche-Comté (- 16,9 %), la Bourgogne (- 11,2 %), la Lorraine (- 7,4 %) et la Champagne-Ardenne (- 6,9 %). L Auvergne (+ 0,4 %), la Haute-Normandie (+ 3,8 %), la Picardie (+ 2,8 %) et le Poitou-Charentes (+ 1,7 %) contiennent la hausse sous les 5 %.

5 5/5 La Basse-Normandie (+ 19,3 %) et le Limousin (+ 15,5 %) connaissent de fortes dégradations mais le premier trimestre 2013 avait été très bien orienté (respectivement - 20,8 % et - 14,8 %). La Corse compte moins de 100 RJLJ (99) mais s inscrit sur une tendance sévère (+ 17,9 %) : les industries manufacturières et le commerce interentreprises seront les locomotives de la reprise «Comme attendu, 2014 démarre difficilement pour les petites entreprises. Ces dernières attendent de pouvoir profiter elles-aussi des premiers signaux encourageants donnés par les PME. Le deuxième trimestre pourrait être moins sévère que le premier, même si environ entreprises, essentiellement des petites, seront encore contraintes de déposer le bilan. Pour 2014, la consolidation de la reprise doit permettre de renforcer la croissance des chiffres d affaires et surtout des marges des PME-ETI. L industrie manufacturière et le commerce interentreprises devraient en être les premiers bénéficiaires, avant de pouvoir embarquer dans leur sillage le reste de l économie. Dans ces conditions, le nombre des redressements et liquidations judiciaires pourrait être voisin de pour le premier semestre avant de retomber vers en deuxième partie d année, soit un volume annuel légèrement inférieur à celui de La prévention du risque commercial et financier va donc rester un point d attention strict pour les acheteurs, les fournisseurs ou les investisseurs. Toutefois, pour gagner le pari de la reprise il faudra que chaque entreprise soit également capable de saisir, et donc détecter très en amont les meilleurs signaux des opportunités de croissance!» conclut Thierry Millon. A PROPOS D ALTARES Membre du réseau Dun & Bradstreet, 1 er réseau international d informations BtoB, se positionne comme le partenaire de référence des directions opérationnelles (Achat/Finance/Commerce/Marketing) des grands comptes et ETI. La société propose à ses clients de tous secteurs d activités un accès privilégié à ses bases de données légales et financières sur plus de 220 millions d entreprises dans le monde. Elle leur permet ainsi de prendre les bonnes décisions au bon moment en bénéficiant d informations et de solutions à forte valeur ajoutée. produit trimestriellement des études de référence sur «les défaillances d entreprises» et les «retards de paiement». La société compte 300 collaborateurs et réalise un chiffre d affaires de 55 millions d euros.

Bilan 2013 : défaillances et sauvegardes d entreprises en France

Bilan 2013 : défaillances et sauvegardes d entreprises en France NATIONAL - N 18 Bilan 2013 : défaillances et sauvegardes d entreprises en France Synthèse du «Bilan 2013 : défaillances et sauvegardes d entreprises en France» Altares, Février 2014 Objectifs o Eclairer

Plus en détail

défaillances et sauvegardes d entreprises en France

défaillances et sauvegardes d entreprises en France aanalyse 1er trimestre 2014 : défaillances et sauvegardes d entreprises en France l ANALYSE ANNUelle Altares est un acteur de référence des services aux entreprises. Il fournit à ses clients des solutions

Plus en détail

PALMARES ALTARES DES DÉFAILLANCES D ENTREPRISES 3 ème TRIMESTRE 2015

PALMARES ALTARES DES DÉFAILLANCES D ENTREPRISES 3 ème TRIMESTRE 2015 COMMUNIQUE DE PRESSE PALMARES ALTARES DES DÉFAILLANCES D ENTREPRISES 3 ème TRIMESTRE 2015 Les indicateurs passent enfin au vert avec 12 500 défaillances d entreprises sur le 3ème trimestre (-4,8%) Nette

Plus en détail

défaillances et sauvegardes d entreprises en France

défaillances et sauvegardes d entreprises en France aanalyse 2ème trimestre : défaillances et sauvegardes d entreprises en France l ANALYSE ANNUelle Altares est un acteur de référence des services aux entreprises. Il fournit à ses clients des solutions

Plus en détail

Le 2 ème trimestre 2015 signe le meilleur chiffre depuis 2008.

Le 2 ème trimestre 2015 signe le meilleur chiffre depuis 2008. 1/5 PALMARES ALTARES DES DÉFAILLANCES D ENTREPRISES du 2 ème trimestre 2015 Le 2 ème trimestre 2015 signe le meilleur chiffre depuis 2008. 13 400 défaillances d entreprises, soit - 6,8 % par rapport au

Plus en détail

L emploi régional en 2010 : effets structurels et dynamisme

L emploi régional en 2010 : effets structurels et dynamisme DIRECTION ETUDES, STATISTIQUES ET PRÉVISIONS L emploi régional en 2010 : effets structurels et dynamisme 4 janvier 2012 Principe Cette étude relative au dynamisme des régions repose sur un modèle explicatif

Plus en détail

p o u r l e 3 e t r i m e s t r e 2 0 1 5

p o u r l e 3 e t r i m e s t r e 2 0 1 5 SOUS EMBARGO JUSQU AU MARDI 9 JUIN 0H01 Communiqué de presse Nanterre, le 9 juin 2015 B a r o m è t r e M a n p o w e r d e s p e r s p e c t i v e s d e m p l o i p o u r l e 3 e t r i m e s t r e 2 0

Plus en détail

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 L activité des marchés immobiliers résidentiels a connu une nouvelle dégradation en 1996 ( 4,2 %). Le logement individuel et le logement

Plus en détail

338 465 créations d entreprises au premier semestre 2010

338 465 créations d entreprises au premier semestre 2010 LA CRÉATION D ENTREPRISES EN FRANCE AU PREMIER SEMESTRE 2010 338 465 créations d entreprises au premier Un nombre record de créations d entreprises a été enregistré en France durant le premier avec 338

Plus en détail

Une amélioration qui demande confirmation

Une amélioration qui demande confirmation JANVIER 2016 Une amélioration qui demande confirmation 2015 s avère plus favorable que prévu pour les TPE-PME de Rhône-Alpes. Contrairement aux années précédentes, les entreprises qui déclarent un chiffre

Plus en détail

SEFAC 2015 - ZOOM SUR LA SANTE FINANCIERE DE 15 000 PME. Evolutions 2008-2014. OBSERVATOIRE A'rH. de l'information financière

SEFAC 2015 - ZOOM SUR LA SANTE FINANCIERE DE 15 000 PME. Evolutions 2008-2014. OBSERVATOIRE A'rH. de l'information financière SEFAC 2015 - ZOOM SUR LA SANTE FINANCIERE DE 15 000 PME Evolutions 2008-2014 OBSERVATOIRE A'rH de l'information financière ATH publie, dans le cadre de son Observatoire de l information financière, une

Plus en détail

L EMPLOI INTÉRIMAIRE EN OCTOBRE 2015

L EMPLOI INTÉRIMAIRE EN OCTOBRE 2015 8 décembre 2015 - N 15.043 L EMPLOI INTÉRIMAIRE EN OCTOBRE 2015 Fin octobre 2015, le nombre d intérimaires s établit à 640 600 en valeur corrigée des variations saisonnières (donnée provisoire). Il connaît

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

Publication. 600 000 commerces de proximité en 2008

Publication. 600 000 commerces de proximité en 2008 Au 1 er janvier 2008, 600 000 commerces, sur un total de 830 000, peuvent être qualifiés de «commerces de proximité». Leur nombre a légèrement augmenté depuis 2002. Ces points de vente emploient la moitié

Plus en détail

udesté on it ecl Col

udesté on it ecl Col Collection études LA C EST 49% de la population girondine en 21 * 727 466 habitants (INSEE 21) * 7% de croissance en 1 ans (INSEE) * 27 communes * 4 ème Communauté Urbaine de France (INSEE 28) 53% des

Plus en détail

ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01. Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016

ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01. Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016 DOSSIER DE PRESSE Le mardi 9 février 2016, ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01 Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016 EN SYNTHESE «La reprise amorcée en

Plus en détail

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 En 1998, avec un chiffre d affaires proche de 109 milliards de francs, selon les estimations du ministère de l Équipement, des Transports

Plus en détail

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse Q0Z-Employés de la banque et des assurances Synthèse Après avoir baissé au cours de la première moitié des années 1990, les effectifs d employés de la banque et des assurances se sont stabilisés pour à

Plus en détail

PANORAMA DEFAILLANCES

PANORAMA DEFAILLANCES 2 5 + Analyse globale des défaillances d entreprises Analyse des défaillances par secteurs De nouveaux chocs à assimiler 11 Pourquoi l austérité n est pas mortelle 13 DEFAILLANCES LES PUBLICATIONS ÉCONOMIQUES

Plus en détail

L ORGANISME PROFESSIONNEL DE PRÉVENTION DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS (OPPBTP)

L ORGANISME PROFESSIONNEL DE PRÉVENTION DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS (OPPBTP) CHAPITRE 15 L ORGANISME PROFESSIONNEL DE PRÉVENTION DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS (OPPBTP) Les actions marquantes de 2007 319 De nombreuses conventions de partenariat signées 319 L OPPBTP présent

Plus en détail

Un climat des affaires conforté

Un climat des affaires conforté Juillet 2015 Méthodologie Les résultats présentés sont issus du panel de conjoncture «suivi de la situation économique» CCIR / CCIT de Rhône-Alpes. 371 TPE-PME représentatives de l industrie, du BTP, du

Plus en détail

défaillances et sauvegardes d entreprises en France

défaillances et sauvegardes d entreprises en France aanalyse 3ème trimestre : défaillances et sauvegardes d entreprises en France l ANALYSE TRIMESTRIELLE Partenaire exclusif en France de Dun & Bradstreet, 1er réseau international d informations BtoB, Altares-D&B

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 468 Novembre 2013 Commercialisation des logements neufs Résultats au troisième trimestre 2013 OBSERVATION ET STATISTIQUES LOGEMENT - CONSTRUCTION À la fin

Plus en détail

SYNTHESE ENQUETE DE CONJONCTURE 2014

SYNTHESE ENQUETE DE CONJONCTURE 2014 CINOV SYNTHESE ENQUETE DE CONJONCTURE 2014 L'enquête, dont l'analyse est présentée ci-dessous, a été réalisée par la Fédération CINOV auprès d un panel de ressortissants (adhérents CINOV ou non), en janvier

Plus en détail

défaillances et sauvegardes d entreprises en France

défaillances et sauvegardes d entreprises en France abilan 2014 défaillances et sauvegardes d entreprises en France l ANALYSE ANNUelle Altares est un acteur de référence des services aux entreprises. Il fournit à ses clients des solutions pour accélérer

Plus en détail

Les dépenses de Bâtiment et des Travaux Publics des collectivités territoriales. REALISATIONS 2013... p.6. PREVISIONS BUDGETAIRES 2014... p.

Les dépenses de Bâtiment et des Travaux Publics des collectivités territoriales. REALISATIONS 2013... p.6. PREVISIONS BUDGETAIRES 2014... p. 2 Sommaire Les dépenses de Bâtiment et des Travaux Publics des collectivités territoriales REALISATIONS 2013... p.6 PREVISIONS BUDGETAIRES 2014... p.10 TAUX DE REALISATION AVANCE & ESTIMATION DES TRAVAUX...

Plus en détail

Baromètre Ventes et cessions de commerces et d industries en France du 1er janvier 2008 au 31 décembre 2010

Baromètre Ventes et cessions de commerces et d industries en France du 1er janvier 2008 au 31 décembre 2010 Baromètre Ventes et cessions de commerces et d industries en France du 1er janvier 2008 au 31 décembre 2010 Opportunités de croissance ou créations d entreprise, plus de 44 000 commerces ou industries

Plus en détail

Quand l'école est finie

Quand l'école est finie n 34 - janvier 2006 Quand l'école est finie en Franche-Comté L insertion des jeunes de la génération 2001 formés en Franche-Comté - synthèse L'étude exhaustive, réalisée par le Cereq, est téléchargeable

Plus en détail

Suivi du marché 2012 des installations individuelles solaires photovoltaïques

Suivi du marché 2012 des installations individuelles solaires photovoltaïques Suivi du marché 2012 des installations individuelles solaires photovoltaïques Avec le soutien de : Observ ER 2013 Suivi du marché des installations individuelles solaires photovoltaïques 1 Septembre 2013

Plus en détail

Baromètre. Ventes et cessions de fonds de commerce. (Bâtiment, commerce, industrie ou services)

Baromètre. Ventes et cessions de fonds de commerce. (Bâtiment, commerce, industrie ou services) Baromètre Baromètre BODACC Ventes et cessions de fonds de commerce (Bâtiment, commerce, industrie ou services) Annonces publiées au Bodacc du 1 er janvier 2008 au 31 décembre. - 1 Les opportunités de croissance

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 décembre 2014 LE MARCHÉ IMMOBILIER EN 2014

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 décembre 2014 LE MARCHÉ IMMOBILIER EN 2014 CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 décembre 2014 LE MARCHÉ IMMOBILIER EN 2014 SYNTHÈSE DES CHIFFRES CLÉS Sources : FNAIM, CGEDD, SOeS, ECLN UN MARCHÉ PEU DYNAMIQUE ÉQUIVALENT À CELUI DE 2013 Quasi-stabilité

Plus en détail

L enjeu spécifique du risque crédit client

L enjeu spécifique du risque crédit client - Risque de départ des actionnaires : il s agit du risque de démobilisation de tout ou partie de la structure actionnariale de l entreprise suite à désaccord avec la stratégie conduite, déception de la

Plus en détail

L ACTIVITÉ DE LA CONSTRUCTION

L ACTIVITÉ DE LA CONSTRUCTION L ACTIVITÉ DE LA CONSTRUCTION LA CONJONCTURE DU BÂTIMENT Activité en baisse en 2003, vive reprise fin 2003 et début 2004 Activité prévue Activité passée Enquête INSEE : l opinion des chefs d entreprise

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 576 Novembre 2014 Le prix à bâtir OBSERVATION ET STATISTIQUES LOGEMENT - CONSTRUCTION En 2013, plus de neuf ménages sur dix ayant reçu l autorisation de

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. R0Z-Caissiers, employés de libre service

Synthèse. Dynamique de l emploi. R0Z-Caissiers, employés de libre service R0Z-Caissiers, employés de libre service Synthèse En moyenne sur la période 2007-2009, 207 000 personnes occupent un emploi de caissier et 103 000 sont employés de libre-service. Alors que les premiers

Plus en détail

Les acteurs du bâtiment Les enjeux

Les acteurs du bâtiment Les enjeux Les acteurs du bâtiment Les enjeux Eric Hennion CETE de l'ouest 16/11/12 Centre d'études Techniques de l'équipement de l'ouest www.cete-ouest.developpement-durable.gouv.fr Sommaire Les principaux acteurs

Plus en détail

Tableau de bord de conjoncture de la filière Construction. GIE Réseau des CERC. Comparaisons inter-régionales

Tableau de bord de conjoncture de la filière Construction. GIE Réseau des CERC. Comparaisons inter-régionales Tableau de bord de conjoncture de la filière Construction Comparaisons inter-régionales Janvier 2015 Conjoncture de la filière Construction en France Quelques indicateurs clés sur une période d un an Logements

Plus en détail

1. Apocalypse : No! Baisse modérée des prix de l immobilier et nombre de ventes en hausse 04

1. Apocalypse : No! Baisse modérée des prix de l immobilier et nombre de ventes en hausse 04 7 janvier 2013 Sommaire Que s est-il passé au 1 er semestre 2013? 1. Apocalypse : No! Baisse modérée des prix de l immobilier et nombre de ventes en hausse 04 2. Tableaux synthétiques 08 3. France 14

Plus en détail

Le POn et l entrepreneuriat

Le POn et l entrepreneuriat Le POn et l entrepreneuriat Mai - 2015 Rédaction de documents supports, préparation et animation de tables rondes ou d'ateliers organisés au titre de la valorisation du programme opérationnel national

Plus en détail

Avertissement. Signes conventionnels utilisés

Avertissement. Signes conventionnels utilisés Avertissement Sauf mention contraire, les données «France» concernent la France métropolitaine et les Départements d outre-mer hors Mayotte. Les sites internet www.insee.fr et http://epp.eurostat.ec.europa.eu

Plus en détail

Baromètre RSE des PME 2012

Baromètre RSE des PME 2012 Baromètre RSE des PME 2012 Résultats détaillés La responsabilité sociétale des entreprises (RSE) et les achats responsables arrivent à la porte des PME qui sont prêtes à agir. Une enquête, à laquelle ont

Plus en détail

LE BAROMETRE TENDANCE AU 2 EME TRIMESTRE 2014

LE BAROMETRE TENDANCE AU 2 EME TRIMESTRE 2014 LE BAROMETRE DES EMPLOIS DE LA F AMILLE No 11 décembre 2014 TENDANCE AU 2 EME TRIMESTRE 2014 L activité de l emploi à domicile hors garde d enfants est en repli depuis le 1 er trimestre 2012 La dégradation

Plus en détail

Douanes : Commerce Extérieur

Douanes : Commerce Extérieur Données commentées Année 2015 SOMMAIRE ❶ Evolution des balances par zone d import/export :... 2 ❷ Evolution des balances par région administrative :... 3 ❸ Importations et exportations par région administrative.

Plus en détail

Divergences sectorielles

Divergences sectorielles Octobre 2015 Méthodologie Les résultats présentés sont issus du panel de conjoncture «suivi de la situation économique» CCIR / CCIT de Rhône-Alpes. 373 TPE-PME représentatives de l industrie, du BTP, du

Plus en détail

Fonds de Dotations L observatoire Deloitte. 1 er janvier 2011

Fonds de Dotations L observatoire Deloitte. 1 er janvier 2011 Fonds de Dotations L observatoire Deloitte 1 er janvier 2011 Éditorial. Avec 505 fonds de dotation créés depuis la promulgation de la loi fondatrice, un seuil symbolique vient d être franchi au 1 er janvier

Plus en détail

Santé des entreprises : Créations et Procédures Judiciaires

Santé des entreprises : Créations et Procédures Judiciaires Santé des entreprises : Créations et Procédures Judiciaires Année 2014 SOMMAIRE ❶ Répartition du nombre d entreprises et de salariés... 2 Répartition du nombre d établissements et du nombre de salariés

Plus en détail

L'évolution des consommations finales d'énergie

L'évolution des consommations finales d'énergie Thème : Changement climatique et maîtrise de l'énergie Orientation : Maîtriser la consommation d'énergie et développer les énergies renouvelables L'évolution des consommations finales d'énergie par région

Plus en détail

Un climat des affaires conforté

Un climat des affaires conforté JUILLET 2015 Un climat des affaires conforté Même si une part toujours importante de TPE/PME enregistre un recul du chiffre d affaires, le bilan du 2 e trimestre marque une amélioration sensible, confirmée

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

Les comptes de production régionaux 2011-2012 - 2013 de la FFB

Les comptes de production régionaux 2011-2012 - 2013 de la FFB Les comptes de production régionaux 2011-2012 - 2013 de la FFB 03/10/2014 FEDERATION FRANÇAISE DU BATIMENT Direction des Affaires Economiques, Financières et Internationales Service des Etudes Economiques

Plus en détail

Métiers en tension / Emplois vacants Rôle des agences d emploi?

Métiers en tension / Emplois vacants Rôle des agences d emploi? Métiers en tension / Emplois vacants Rôle des agences d emploi? Le PRISME représente les agences d emploi L intérim en 2012 Le recrutement en 2012 Nombre d'intérimaires en équivalent emplois temps plein

Plus en détail

BUREAU DE LA FORMATION

BUREAU DE LA FORMATION Direction générale de la Compétitivité, de l Industrie et des Services SERVICE DE LA COMPETITIVITE ET DU DEVELOPPEMENT DES PME SOUS DIRECTION DES CHAMBRE CONSULAIRES BUREAU DE LA FORMATION BILAN DE L ACTIVITE

Plus en détail

Santé des entreprises : Créations et Procédures Judiciaires

Santé des entreprises : Créations et Procédures Judiciaires Santé des entreprises : Créations et Procédures Judiciaires Année 2013 SOMMAIRE ❶ Répartition du nombre d entreprises et de salariés... 2 Répartition du nombre d établissements et du nombre de salariés

Plus en détail

SYNTHESE DE LA NOTE TRIMESTRIELLE DE CONJONCTURE ECONOMIQUE 4 ème TRIMESTRE 2013 (octobre-novembre-décembre 2013)

SYNTHESE DE LA NOTE TRIMESTRIELLE DE CONJONCTURE ECONOMIQUE 4 ème TRIMESTRE 2013 (octobre-novembre-décembre 2013) FRANCE BOIS FORÊT Observatoire économique Filière Forêt Bois SYNTHESE DE LA NOTE TRIMESTRIELLE DE CONJONCTURE ECONOMIQUE 4 ème TRIMESTRE 20 (octobre-novembre-décembre 20) Evolutions différenciées en fin

Plus en détail

ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES

ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES LA LETTRE D INFORMATION HEBDOMADAIRE DU RÉSEAU Conjoncture du 1 er trimestre 215 Avril 215 ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES Au 1 er trimestre

Plus en détail

défaillances et sauvegardes d entreprises en France

défaillances et sauvegardes d entreprises en France aanalyse 3ème trimestre : défaillances et sauvegardes d entreprises en France l ANALYSE TRIMESTRIelle Altares est un acteur de référence des services aux entreprises. Il fournit à ses clients des solutions

Plus en détail

B a r o m è t r e M a n p o w e r d e s p e r s p e c t i v e s d e m p l o i p o u r l e 1 er t r i m e s t r e 2 0 1 4

B a r o m è t r e M a n p o w e r d e s p e r s p e c t i v e s d e m p l o i p o u r l e 1 er t r i m e s t r e 2 0 1 4 Communiqué de presse Nanterre, le 10 décembre 2013 B a r o m è t r e M a n p o w e r d e s p e r s p e c t i v e s d e m p l o i p o u r l e 1 er t r i m e s t r e 2 0 1 4 LEGERE REPRISE DE L EMPLOI ATTENDUE

Plus en détail

RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT

RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT LE QUATRE PAGES INSEE AQUITAINE RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT EN AQUITAINE INSEE AQUITAINE INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ÉTUDES ÉCONOMIQUES Souvent située à la 6 e place des régions métropolitaines,

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité LEGER REGAIN D ACTIVITE EN DEBUT D ANNEE 2015

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité LEGER REGAIN D ACTIVITE EN DEBUT D ANNEE 2015 Suivez l activité des entreprises de Rhône-Alpes NOTE DE CONJONCTURE N 11 - Janvier Edition Lyon Rhône LEGER REGAIN D ACTIVITE EN DEBUT D ANNEE Au cours des derniers mois de l année, le niveau d activité

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 584 Novembre 214 Tableau de bord éolien-photovoltaïque Troisième trimestre 214 OBSERVATION ET STATISTIQUES ÉNERGIE La puissance du parc éolien français s

Plus en détail

L observatoire. Bilan 2012 Créations et disparitions des entreprises en France. des entreprises. Avril 2013. www.cofaceservices.fr

L observatoire. Bilan 2012 Créations et disparitions des entreprises en France. des entreprises. Avril 2013. www.cofaceservices.fr Bilan 2012 Créations et disparitions des entreprises en France Avril 2013 L observatoire des entreprises www.cofaceservices.fr Objet de l Etude Evolution en 2012 des créations, cessations et défaillances

Plus en détail

LE DON DU VIVANT. aujourd hui? Quelle situation. Quelles économies de santé possibles? Greffe rénale à partir d un donneur vivant

LE DON DU VIVANT. aujourd hui? Quelle situation. Quelles économies de santé possibles? Greffe rénale à partir d un donneur vivant LE DON DU VIVANT Greffe rénale à partir d un donneur vivant Quelle situation aujourd hui? Quelles économies de santé possibles? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN le don du vivant /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

Tableau de bord interrégional de la construction

Tableau de bord interrégional de la construction Tableau de bord interrégional de la construction Cette étude a été réalisée pour le bureau de l'analyse des secteurs professionnels du MEEDDM par le réseau des Cellules Economiques Régionales de la Construction.

Plus en détail

La nouvelle région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine compte vingt aires urbaines dont le pôle

La nouvelle région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine compte vingt aires urbaines dont le pôle N 18 Septembre 20 Les grandes aires urbaines d ACAL : la croissance démographique tirée par les couronnes des grands pôles La nouvelle région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine compte vingt aires urbaines

Plus en détail

UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE

UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE Juillet-août-septembre 2012 Note trimestrielle N 40 Lettre trimestrielle d information UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE CONJONCTURE Détérioration plus marquée au cours de

Plus en détail

TABLEAU DE BORD TRIMESTRIEL DE LA CONSTRUCTION NEUVE

TABLEAU DE BORD TRIMESTRIEL DE LA CONSTRUCTION NEUVE SERVICE ECONOMIQUE ET FINANCIER TABLEAU DE BORD TRIMESTRIEL DE LA CONSTRUCTION NEUVE 45 milliers de logements par trimestre MARCHE DU LOGEMENT NEUF FRANCE ENTIERE 120 40 35 30 25 20 15 10 110 100 90 80

Plus en détail

Enquêtes mensuelles. Indicateurs du Climat des Affaires

Enquêtes mensuelles. Indicateurs du Climat des Affaires Tendances régionales La conjoncture en Midi-Pyrénées Décembre 215 La production industrielle a légèrement progressé dans l ensemble des secteurs. Les carnets de commandes sont toujours jugés de bon niveau.

Plus en détail

Proposés à un tarif préférentiel, les six produits disponibles ont été revus au 1 er janvier 2016 pour mieux répondre à vos attentes.

Proposés à un tarif préférentiel, les six produits disponibles ont été revus au 1 er janvier 2016 pour mieux répondre à vos attentes. Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne, toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Commercialisation des logements neufs - Résultats au deuxième trimestre 2015

Commercialisation des logements neufs - Résultats au deuxième trimestre 2015 CGDD / MEDDE / SOeS Chiffres et Statistiques NUMÉRO 667 Août 2015 Commercialisation des logements neufs - Résultats au deuxième trimestre 2015 Au deuxième trimestre 2015, 26 500 logements neufs ont été

Plus en détail

Perception des ressources de management dans les PME-ETI

Perception des ressources de management dans les PME-ETI Perception des ressources de management dans les PME-ETI Vague 4 Juin 2015 OpinionWay 15 place de la République 75003 Paris. Charles-Henri d Auvigny, Matthieu Cassan, Emmanuel Kahn pour Méthodologie Méthodologie

Plus en détail

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9%

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Paris, le 3 mai 2012. Prix de vente : +2,4%, avec une contribution positive de tous les

Plus en détail

Commercialisation des logements neufs

Commercialisation des logements neufs COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 667 Août 2015 Commercialisation des logements neufs Résultats au deuxième trimestre 2015 OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Au deuxième

Plus en détail

Observatoire du BÂTIMENT

Observatoire du BÂTIMENT Observatoire du BÂTIMENT De votre Centre de Gestion Agréé e trimestre MAÇONNERIE - COUVERTURE - ÉLECTRICITÉ - MENUISERIE - PLOMBERIE - CARRELAGE - PLÂTRERIE - PEINTURE CHIFFRES CLÉS EN AQUITAINE Les indicateurs

Plus en détail

MSI ÉTUDE. Données et analyse brève mise-à-disposition de sa clientèle par : MSI Reports Ltd

MSI ÉTUDE. Données et analyse brève mise-à-disposition de sa clientèle par : MSI Reports Ltd ÉTUDE CONSTRUCTION DE LOGEMENTS EN FRANCE : PRINCIPAUX INDICATEURS Février 2010 Données et analyse brève mise-à-disposition de sa clientèle par : Reports Ltd 231 avenue Jean Jaurès 2 Hilliards Court 69007

Plus en détail

ENQUETE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE 2013

ENQUETE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE 2013 ENQUETE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE 2013 Enquête réalisée par mail sur la période du 6 au 13 juin 2013 Préambule : Depuis fin 2011, la Chambre de métiers et de l artisanat réalise une enquête de conjoncture

Plus en détail

La consommation des produits biologiques

La consommation des produits biologiques La Bio en France La consommation des produits biologiques Un marché de l ordre de 4 milliards d euros avec : 3,75 milliards d euros d achats de produits bio pour la consommation à domicile en 2011 158

Plus en détail

Les Salles Art et Essai

Les Salles Art et Essai Les Salles Art et Essai octobre 2006 Centre National de la Cinématographie Service des études, des statistiques et de la prospective 12, rue de Lübeck 75784 Paris cedex 16 Tél : 01.44.34.38.26 Fax : 01.44.34.34.55

Plus en détail

Note mensuelle de conjoncture wallonne

Note mensuelle de conjoncture wallonne Note mensuelle de conjoncture wallonne Mai 2014 L IWEPS est un institut scientifique public d aide à la prise de décision à destination des pouvoirs publics. Par sa mission scientifique transversale, il

Plus en détail

Les FIP Fonds d investissement de proximité connaissent un développement rapide

Les FIP Fonds d investissement de proximité connaissent un développement rapide COMMUNIQUE DE PRESSE Paris le novembre Les FIP Fonds d investissement de proximité connaissent un développement rapide Principaux enseignements : - Avec millions d euros levés et fonds créés en et, les

Plus en détail

STABILISATION RELATIVE EN ATTENDANT LA REPRISE

STABILISATION RELATIVE EN ATTENDANT LA REPRISE Suivez l activité des entreprises du Rhône NOTE DE CONJONCTURE 1 er trimestre 2014 STABILISATION RELATIVE EN ATTENDANT LA REPRISE Malgré une fin d année 2013 conclue avec un regain d'activité et des perspectives

Plus en détail

LE MARCHÉ DU LOGEMENT 3 ème trimestre 2013

LE MARCHÉ DU LOGEMENT 3 ème trimestre 2013 29 novembre 2013 SERVICE ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE MARCHÉ DU LOGEMENT 3 ème trimestre 2013 1- Marché des logements neufs : nouvelle baisse des ventes et des mises en vente au 3 ème trimestre 2013 Après

Plus en détail

PME Wallonie-Bruxelles

PME Wallonie-Bruxelles UCM National asbl Situation au 2 e trimestre 2015 PME Wallonie-Bruxelles Charlie TCHINDA Economiste - Statisticien Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses d un panel d indépendants

Plus en détail

Observatoire de la performance des PME-ETI 10 ème édition Octobre 2011. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges

Observatoire de la performance des PME-ETI 10 ème édition Octobre 2011. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges Observatoire de la performance des PME-ETI 10 ème édition Octobre 2011 OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Méthodologie Étude quantitative

Plus en détail

Les émissions de gaz à effet de serre, hors puits par région

Les émissions de gaz à effet de serre, hors puits par région Thème : Orientation : Changement climatique et maîtrise de l énergie Réduire les émissions de gaz à effet de serre et anticiper les effets du changement climatique Les émissions de gaz à effet de serre,

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION LIMOUSIN

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION LIMOUSIN TENDANCES RÉGIONALES RÉGION LIMOUSIN Août 29 Tous les commentaires s'appliquent à des données corrigées des variations saisonnières. LIMOUSIN Tendances régionales Août 29 Page 1 sur 8 Vue d ensemble de

Plus en détail

Créations et disparitions des entreprises en France

Créations et disparitions des entreprises en France Créations et disparitions des entreprises en France Octobre 2012 L observatoire des entreprises www.cofaceservices.fr La croissance du tissu économique de moins en moins dynamique 8,6 millions de sièges

Plus en détail

Le marché de la profession comptable

Le marché de la profession comptable DOSSIER Le marché de la profession comptable NOVEMbre 2010 Sic 290 15 DOSSIER Les perspectives de développement de la profession passent plus par l élargissement des missions aux clients actuels que par

Plus en détail

LES REPRISES D EMPLOI DE DEMANDEURS D EMPLOI AU 1 ER TRIMESTRE 2015

LES REPRISES D EMPLOI DE DEMANDEURS D EMPLOI AU 1 ER TRIMESTRE 2015 Juillet 2015 - N 15.023 LES REPRISES D EMPLOI DE DEMANDEURS D EMPLOI AU 1 ER TRIMESTRE 2015 Au cours du premier trimestre 2015, 888 400 demandeurs d emploi inscrits en catégories A ou B ont repris un emploi

Plus en détail

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE PIB Consommation des ménages 102 début 2008 = 100 104 101 102 100 100 99 99 08 09 10 11 12 13 14 98 105 Investissements des entreprises

Plus en détail

PRÈS D UN INDÉPENDANT SUR DEUX EMPLOIE DES SALARIÉS

PRÈS D UN INDÉPENDANT SUR DEUX EMPLOIE DES SALARIÉS ACO S S STA T BILAN PRÈS D UN INDÉPENDANT SUR DEUX EMPLOIE DES SALARIÉS N 07 - Juin 2003 En 2001, les employeurs et travailleurs indépendants non agricoles (ETI) étaient 1,8 million à avoir déclaré un

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT Général au développement durable n 644 Juin 215 Tableau de bord éolien-photovoltaïque Premier trimestre 215 OBSERVATION ET STATISTIQUES énergie Le parc éolien français atteint une puissance

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 396 Février 2013 Tableau de bord éolien-photovoltaïque Quatrième trimestre 2012 OBSERVATION ET STATISTIQUES ÉNERGIE Le parc éolien atteint une de 7 562 MW

Plus en détail

Résumé de l intervention faite en préambule par le salarié-e-s de l union régionale des Scop Nord Pas-de-Calais Picardie

Résumé de l intervention faite en préambule par le salarié-e-s de l union régionale des Scop Nord Pas-de-Calais Picardie Compte-rendu de la soirée-débat organisée le 20 avril 2012 par le Syndicat des Travailleurs de l Industrie et des Services du Nord (CNT-STIS 59) sur le thème «Les sociétés coopératives, une alternative

Plus en détail

La création d entreprises dans le Centre en 2009

La création d entreprises dans le Centre en 2009 La création d entreprises dans le Centre en 2009 17 655 créations d entreprises en 2009 dans la région Centre Comme dans l ensemble des régions de France, le Centre a enregistré un nombre record de créations

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION DE L OBSERVATOIRE ECONOMIQUE N 2 - Avril 2011

LETTRE D INFORMATION DE L OBSERVATOIRE ECONOMIQUE N 2 - Avril 2011 LETTRE D INFORMATION DE L OBSERVATOIRE ECONOMIQUE N 2 - Avril 2011 En collaboration avec le laboratoire ERUDITE de l Université Paris-Est Marne-la-vallée, sous la direction scientifique de Marc Ferracci

Plus en détail

BILAN ECONOMIQUE & SOCIAL 2011 PERSPECTIVES 2012

BILAN ECONOMIQUE & SOCIAL 2011 PERSPECTIVES 2012 BILAN ECONOMIQUE & SOCIAL 2011 PERSPECTIVES 2012 28 JUIN 2012 DOSSIER DE PRESSE 1 SOMMAIRE I. LES AGENCES D EMPLOI : UN MODELE ÉCONOMIQUE TOURNÉ VERS LA CRÉATION D EMPLOI A. En 2011, l emploi intérimaire

Plus en détail

Sauf mention explicite, le terme d entreprise désigne dès lors dans cet ouvrage des unités légales et des entreprises profilées.

Sauf mention explicite, le terme d entreprise désigne dès lors dans cet ouvrage des unités légales et des entreprises profilées. Vue d ensemble Avertissement Les résultats et analyses présentés dans la vue d ensemble, dans les fiches sectorielles et dans la plupart des fiches thématiques sont, sauf mention contraire, définis sur

Plus en détail

Biogaz et biométhane en France. Intervention GrDF

Biogaz et biométhane en France. Intervention GrDF Biogaz et biométhane en France Intervention GrDF 1 Une filière ambitieuse inscrite dans les dynamiques des territoires Au croisement des enjeux : énergie climat déchets agriculture Contribuer décentralisée

Plus en détail

Observatoire de l équipement audiovisuel des foyers

Observatoire de l équipement audiovisuel des foyers Observatoire de l équipement audiovisuel des foyers 1 er semestre 2014 Réalisé par 1 Édito L observatoire de l équipement audiovisuel des foyers présente les résultats de la troisième vague d étude relative

Plus en détail

LES CHEFS D ENTREPRISE

LES CHEFS D ENTREPRISE Prud hommes La réforme des prud hommes : pour une justice plus prévisible et plus rapide. Aucun chef d entreprise n aime se séparer d un salarié. Mais c est parfois nécessaire et c est à cette éventualité

Plus en détail