1. Un constat préoccupant

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1. Un constat préoccupant"

Transcription

1 L ASILE EN FRANCE Novembre Un constat préoccupant La demande d asile a explosé depuis cinq ans En 2013 en France ont été enregistrées demandes d asile 1 (soit une hausse de 9,4 % par rapport à 2012). Depuis le «creux» historique de 2007 ( demandes), la hausse est continue et régulière (+ 73% entre 2007 et 2012). Elle se constate dans l ensemble des pays européens et notamment en Allemagne. Cette inversion de tendance avait conduit la précédente majorité à adopter un certain nombre de mesures pour faire face à la reprise de la demande d asile concernant notamment la Cour nationale du droit d asile (CNDA) : professionnalisation des magistrats, augmentation du budget et rattachement au Conseil d Etat pour conforter son indépendance. Cette hausse s explique globalement par la multiplication des conflits (Irak, Syrie), mais pas seulement. Le taux global d admission (OFPRA + CNDA) 2 connaît une baisse continue depuis 2008 (29,4 % en 2009, autour de 18 % en 2013). La répartition géographique des demandeurs 3 ne correspond pas nécessairement aux pays dont les ressortissants pourraient avoir le plus besoin de protection internationale (Syrie..) puisque des pays comme l Albanie et le Kosovo pour lesquels les taux de protection accordée sont très bas figurent parmi les premiers pays d origine des demandeurs en France. Il y a donc, derrière ces chiffres, également un phénomène de détournement de procédure par des étrangers qui voient dans la demande d asile un moyen d entrer légalement sur le territoire français et ensuite de s y maintenir, faute pour l Etat de pouvoir assurer leur reconduite à la frontière une fois leur demande définitivement rejetée. Au-delà de la demande 1 Source rapport OFPRA En 2013 le taux d acceptation de l OFPRA est d environ 12 %. Le taux d annulation de la CNDA de 13,7 % (il était de plus de 30 % en 2009) 3 La République démocratique du Congo demeure le premier pays dont sont originaires les demandeurs. Le Kosovo (+ 68 %) et l Albanie se situent aux rangs suivants avec une forte progression. Le Bangladesh, à la suite de son retrait de la liste des «pays sûrs» a connu également une forte accélération (+200 %). Trois pays ont connu de fortes hausses en 2013 en raison de conflits internes : Mali, Syrie et République centrafricaine.

2 de protection correspondant à l objectif initial (et qui correspond toujours à un réel besoin : Irak, Syrie), la demande d asile est aujourd hui également alimentée par des préoccupations économiques, voire par une logique opportuniste alimentant l immigration irrégulière.... conduisant à emboliser le système. Il faut aujourd hui entre 18 mois et deux ans (recours CNDA compris) pour que soit traitée une demande d asile et prise une décision définitive. Ces délais ne sont pas acceptables pour les véritables réfugiés qui doivent attendre de longues semaines, dans des conditions souvent très dégradées, la reconnaissance du statut de réfugié. Il en résulte également une hausse très importante du coût de la prise en charge de la demande d asile en raison du poids croissant des nuitées hôtelières : En loi de finances initiale pour 2014, le coût identifiable de la demande d asile est de 576 M. A ce chiffre, il faut rajouter le coût de la présence de demandeurs d asile ou de déboutés dans le dispositif d hébergement d urgence de droit commun (notamment sous la forme de nuitées hôtelières) : non identifiable de manière fiable, faute de données disponibles, ce coût a été estimé par un récent rapport parlementaire du Comité d évaluation et de contrôle des politiques publiques 4 à 90 M (sur la base d hypothèses prudentes). A ce coût direct de la prise en charge de la demande d asile de 666 M (576+90), il convient toutefois d ajouter les coûts indirects que génère la présence sur notre sol de demandeurs d asile, et d un nombre croissant de déboutés de la demande d asile : dépenses engagées par les collectivités territoriales, dépenses de soins (couverture médicale universelle pour les demandeurs d asile, aide médicale d Etat pour les déboutés ), coûts liés à la scolarisation des enfants, coûts liés à la reconduite à la frontière des déboutés en situation irrégulière Si l on sait, enfin, que les dépenses budgétaires dédiées à la prise en charge des demandeurs d asile sont chroniquement sous-évaluées, on peut estimer que le coût réel de la prise en charge des demandeurs d asile et des déboutés de la demande d asile pourrait avoisiner le milliard d euros. Ces délais contribuent enfin à alimenter l immigration irrégulière en encourageant le maintien sur le territoire des déboutés du droit d asile. En pratique, si 80 % des demandes d asile sont refusées, il est ensuite rare que ces déboutés du droit d asile quittent le territoire français le maintien sur le territoire des déboutés du droit d asile alimente ainsi, aujourd hui, une partie importante de l immigration illégale en France. 4 Rapport d information déposé par le Comité d évaluation et de contrôle des politiques publiques sur l évaluation de la politique d accueil des demandeurs d asile, présenté par Mme Jeanine DUBIE et M. Arnaud RICHARD, députés, avril 2014

3 2. Perspectives de réforme La principale contrainte juridique réside aujourd hui dans le cadre communautaire, même si la tradition d asile trouve également sa source dans la Constitution 5 ainsi que dans la Convention de Genève du 28 juillet 1951 relative au statut des réfugiés (ratifiée le 23 juin 1954 par la France). Quelle que soit la source, le droit d asile se conçoit comme un asile politique à destination de personnes persécutées, ou craignant d être persécutées 6. La France, pas plus que ses voisins européens, ne reconnait l asile économique 7. La jurisprudence du Conseil constitutionnel et le cadre communautaire (récemment renouvelé par les nouvelles directives de juin 2013 qui doivent être prochainement transposées) ont posé un cadre juridique clair qui n interdit pas la réforme : - L accueil doit être inconditionnel et chaque demande d asile doit faire l objet d un examen individualisé par une autorité indépendante (telle que l OFPRA) - Ceci n interdit pas, toutefois, la différenciation des procédures, ainsi que l instauration d une liste de «pays sûrs» dès lors, quand bien même la procédure est rapide, qu elle ne prive l'intéressé d'aucune garantie essentielle - Ménager un droit au recours devant un juge indépendant (actuellement la cour nationale du droit d asile, mais qui pourrait être le juge administratif de droit commun) Les nouvelles directives sont plus exigeantes sur les garanties de procédure (entretien systématique, présence de tiers) mais, en contrepartie, prévoient un délai de traitement de la demande de six mois maximum. 2.1 L action sur les flux ne peut être qu indirecte Il ne s agit pas de remettre en cause notre tradition d asile à l heure où les besoins sont réels (Irak, Syrie..) L exercice effectif du droit d asile suppose l examen particulier de chaque demande 8. La dynamique de la demande d asile est avant tout marquée par des facteurs exogènes (situation internationale). L immigration économique, majoritaire dans la demande d asile, est toutefois sensible aux conditions d accueil et, surtout, à la possibilité d utiliser l asile comme un levier d ancrage sur le territoire permettant, à plus ou moins court terme, d obtenir un titre de séjour alors même que la demande d asile a été rejetée. Ainsi, la quasi-certitude de pouvoir, grâce à la 5 al4 du préambule du 27 octobre 1946 (intégré au bloc de constitutionnalité) : «Tout homme persécuté en raison de son action en faveur de la liberté a droit d asile sur les territoires de la République» 6 Ainsi la directive 2004/83/CE a posé une définition de l asile qui s impose aux Etats membres «Tout ressortissant d un pays tiers ou apatride qui se trouve hors de son pays d origine et qui refuse ou qui se trouve dans l incapacité d y retourner parce qu il craint d être persécuté peut demander le statut de réfugié». 7 Ni en réalité humanitaire mais c est une distinction plus complexe 8 Y compris lorsque la demande d asile émane d un ressortissant d un pays inscrit sur la liste des «pays sûrs». L inscription d un pays sur cette liste, qui entraîne l application de la procédure dite prioritaire conduit toutefois en général à un très net fléchissement de la demande, l effet étant symétrique

4 longueur des procédures, se maintenir de manière durable sur le territoire tout en bénéficiant des aides accordées aux demandeurs d asile est un facteur indéniable d attraction de personnes qui ne relèvent pas, en réalité, des garanties de la protection internationale. 2.2 Raccourcir les délais de traitement de la demande d asile et respecter le délai de six mois fixé par les directives - Un guichet unique (OFPRA et préfecture) pour une prise en charge du demandeur d asile dès le premier rendez-vous en préfecture ; - Une procédure plus efficace : rendre possible pour l OFPRA le rejet des demandes irrecevables ou dont l auteur refuse de coopérer - élargir les hypothèses permettant d avoir recours aux procédures prioritaires ou accélérées (demandes en provenance de pays sûrs, demandes manifestement infondées) - juger de manière plus diligente les recours dirigés contre les refus de l OFPRA : poursuivre la réforme de la CNDA engagée dès 2007 en instaurant un juge unique, réforme du fonctionnement de la CNDA (modalités de l aide juridictionnelle). A terme, en cas d échec, confier ce contentieux au juge administratif de droit commun 1.3 Un réel pilotage de l accueil des demandeurs d asile Il est aujourd hui impératif d éviter la concentration des flux sur le territoire et d adopter une gestion plus directive des flux de demandeurs d asile (en conditionnant le cas échéant les aides accordées) afin de mieux les répartir (ce qui, par ailleurs, contribue à lutter contre la logique de «filières»). Les modalités d accueil des demandeurs d asile doivent être réformées en profondeur : aujourd hui, l absence de gestion globale du système entretient un système aux coûts prohibitifs pour l Etat (difficiles à évaluer de manière précise 9 ), insatisfaisant pour les intéressés (hébergement hôtelier n offrant pas de lieux de vie commune) et qui ne permet pas, en bout de procédure, d assurer une exécution efficace des OQTF et contribue, du fait de ces défaillances multiples, à saturer le dispositif d accueil d urgence de droit commun («115»). A minima, le premier objectif est de réduire la part des nuitées hôtelières avec une prise en charge plus homogène des demandeurs d asile dont aujourd hui seuls 30 % sont hébergés en CADA. On ne peut se contenter, comme le Gouvernement actuel, d une approche purement gestionnaire avec des objectifs modestes. Une logique de «rupture» doit rechercher : - La remise en cause de la porosité actuelle entre accueil des demandeurs d asile et accueil d urgence, qui combiné avec les dispositions sur l inconditionnalité de 9 Il n est pas possible de connaître le nombre de demandeurs d asile dans le cadre de l hébergement d urgence qui n est pas spécifique aux demandeurs d asile. L accueil social se fait en effet sur le budget opérationnel 177 «ville et logement» sans traçabilité particulière.

5 l hébergement d urgence contribue à dévoyer le système en favorisant le maintien indu dans les structures d hébergement. Les demandeurs d asile doivent être hébergés dans des centres dédiés et non plus dans le système d accueil de droit commun. Il ne s agit pas de les placer en centre de rétention (les demandeurs d asile seraient libres de leur mouvement) mais de leur offrir dans des endroits dédiés, l ensemble de la logistique nécessaire (hébergement, ) le temps de l examen de leur demande (qui en principe ne doit pas excéder 6 mois). Ceci éviterait l insertion précoce dans la société française en cas de refus de la demande d asile rendant plus douloureuse et difficile la décision d éloignement du territoire qui en découle - Un pilotage effectif (par l Etat ou un véritable opérateur) du système qui tienne compte de la situation, au regard du droit au séjour, des demandeurs d asile. Actuellement, du fait de la gestion associative, il n y a souvent guère de différences entre un demandeur et un débouté du droit d asile, les associations étant réticentes à mettre fin à l hébergement de l ancien demandeur devenu débouté. Des déboutés du droit d asile se maintiennent indument en CADA (jusqu à 30 % dans certains départements) ce qui impose la prise en charge hôtelière de véritables demandeurs d asile L intervention des associations se justifie pour l accompagnement des demandeurs d asile, mais elle interdit tout pilotage effectif par l Etat et ne permet pas par exemple, d agir de manière efficace contre l occupation indue des CADA ou d obtenir une traçabilité budgétaire précise. Il faut, enfin, se donner les moyens d assurer l éloignement effectif des déboutés du droit d asile. Une fois la décision de refus de l OFPRA devenue définitive, après, le cas échéant, l épuisement des voies de recours, le demandeur d asile devient un étranger en situation irrégulière. Les déboutés du droit d asile doivent après rejet de leur demande après un examen approfondi, retourner dans leur pays d origine. Il en va de la crédibilité du droit d asile et de l autorité qui s attache aux décisions administratives et juridictionnelles. Les procédures dilatoires doivent être évitées en faisant en sorte que conjointement à la demande d asile soit examinée toutes les possibilités d accueil du demandeur sur le territoire français. Par ailleurs, les décisions d obligation de quitter le territoire français doivent pouvoir être exécutées, y compris en ayant recours à une forme de contrainte en cas de mauvaise volonté de l étranger en situation irrégulière (voir fiche éloignement). Le rapport Létard-Touraine (mars 2014) a proposé la création de «centres dédiés» pour les déboutés du droit d asile dans lesquels ils seraient assignés à résidence, et qui pourraient prévoir un accompagnement financier pour une courte durée, le temps de préparer leur départ (ce type d aide pour les étrangers en situation irrégulière coopératifs existe en Allemagne, GB et Suède). Cette piste devrait être explorée car elle constituerait une alternative au droit à l hébergement inconditionnel dont bénéficient actuellement les étrangers en situation irrégulière dans les structures d hébergement d urgence.

La rue n est pas un lieu d asile Dix recommandations sur l hébergement des demandeurs d asile.

La rue n est pas un lieu d asile Dix recommandations sur l hébergement des demandeurs d asile. La rue n est pas un lieu d asile Dix recommandations sur l hébergement des demandeurs d asile. Sur le Dispositif National d Accueil 1- Inverser la tendance vers l hébergement d urgence et ré-orienter les

Plus en détail

76 Bd de la Villette - 75940 Paris Cedex 19 23 août 2012 PROCEDURE DE REGULARISATION DE PERSONNES MIGRANTES EN SITUATION IRREGULIERE EN FRANCE

76 Bd de la Villette - 75940 Paris Cedex 19 23 août 2012 PROCEDURE DE REGULARISATION DE PERSONNES MIGRANTES EN SITUATION IRREGULIERE EN FRANCE Section Française SF12-C2-12 76 Bd de la Villette - 75940 Paris Cedex 19 23 août 2012 PROCEDURE DE REGULARISATION DE PERSONNES MIGRANTES EN SITUATION IRREGULIERE EN FRANCE COMPTE RENDU DE LA COMMISSION

Plus en détail

L OQTF ne peut être prise en dehors d une décision de refus ou de retrait qu elle accompagne.

L OQTF ne peut être prise en dehors d une décision de refus ou de retrait qu elle accompagne. Que faire après une OQTF? (OQTF = Obligation de quitter le territoire français) Liste des abréviations ANAEM = Agence nationale pour l accueil des étrangers et des migrations APRF= Arrêté préfectoral de

Plus en détail

Analyse : la rationalisation des procédures de régularisation multiples

Analyse : la rationalisation des procédures de régularisation multiples Les Analyses du Centre Jean Gol Analyse : la rationalisation des procédures de régularisation multiples Gaëlle Smet Septembre 2015 Administrateur délégué : Richard Miller Directrice : Laurence Glautier

Plus en détail

Langues d Europe. Méditerranée

Langues d Europe. Méditerranée Colloque international Langues d Europe et de la Méditerranée http://www.portal-lem.com Nice 31 mars 2 avril 2005 La protection juridique de la diversité linguistique en Europe Jean-Marie WOEHRLING *

Plus en détail

Contribution de la FNARS. Projet de cahier des charges des plates-formes d accueil des demandeurs d asile

Contribution de la FNARS. Projet de cahier des charges des plates-formes d accueil des demandeurs d asile Contribution de la FNARS Paris, le 11 septembre 2009 Projet de cahier des charges des plates-formes d accueil des demandeurs d asile Largement concernée par la mise en place de la régionalisation, la Fnars

Plus en détail

Communication de la France «Refonder l éducation prioritaire» présentée par Mme Nadine Prost Correspondante nationale du MEN pour la CONFEMEN -

Communication de la France «Refonder l éducation prioritaire» présentée par Mme Nadine Prost Correspondante nationale du MEN pour la CONFEMEN - Communication de la France «Refonder l éducation prioritaire» présentée par Mme Nadine Prost Correspondante nationale du MEN pour la CONFEMEN - Réunion-débat de la CONFEMEN, Dakar 17 au 19 mars 2014 «Éducation

Plus en détail

ACCUEIL DES REFUGIES D IRAK ET DE SYRIE

ACCUEIL DES REFUGIES D IRAK ET DE SYRIE ACCUEIL DES REFUGIES D IRAK ET DE SYRIE REPONSES AUX QUESTIONS LES PLUS FREQUENTES (FAQ) Dans le cadre de l action menée par la Fédération de l Entraide Protestante (FEP) auprès des refugiés d Irak et

Plus en détail

Projet de loi sur l immigration présenté au Conseil des ministres le 23 juillet 2014

Projet de loi sur l immigration présenté au Conseil des ministres le 23 juillet 2014 Projet de loi sur l immigration présenté au Conseil des ministres le 23 juillet 2014 7 propositions d amélioration Septembre 2014 1. SUPPRIMER LES INTERDICTIONS DE RETOUR 2. SUPPRIMER L INTERDICTION DE

Plus en détail

LES CLAUSES D INSERTION DANS LES MARCHES PUBLICS

LES CLAUSES D INSERTION DANS LES MARCHES PUBLICS LES CLAUSES D INSERTION DANS LES MARCHES PUBLICS Etude réalisée par Maître Bonnefoi Docteur d Etat en Droit Docteur en Droit Public Diplômée de Sciences Politiques Certificated of advanced European studies

Plus en détail

//////////////////////////////////////////////////////////// 14 e Rapport d activité. Synthèse. Fonds d Indemnisation des Victimes de l Amiante

//////////////////////////////////////////////////////////// 14 e Rapport d activité. Synthèse. Fonds d Indemnisation des Victimes de l Amiante 2014 //////////////////////////////////////////////////////////// 14 e Rapport d activité Synthèse Fonds d Indemnisation des Victimes de l Amiante 2014 lement du Conseil d administration au terme d un

Plus en détail

Au Conseil Général des Bouches du Rhône Direction Enfance Famille

Au Conseil Général des Bouches du Rhône Direction Enfance Famille 1 Synthèse Réunion de travail sur le prochain schéma départemental Enfance Famille des Bouches du Rhône Lundi 17 décembre 2013 Au Conseil Général des Bouches du Rhône Direction Enfance Famille Présents

Plus en détail

Numéro du rôle : 5864. Arrêt n 39/2015 du 19 mars 2015 A R R E T

Numéro du rôle : 5864. Arrêt n 39/2015 du 19 mars 2015 A R R E T Numéro du rôle : 5864 Arrêt n 39/2015 du 19 mars 2015 A R R E T En cause : les questions préjudicielles relatives à l article 7, 2, 4, de la loi du 12 janvier 2007 sur l'accueil des demandeurs d'asile

Plus en détail

Présentation du programme Accelair. 15 èmes Rencontres Nationales de L UNAFO - Marseille // 25 novembre 2015 Mourad Talbi // Forum réfugiés-cosi

Présentation du programme Accelair. 15 èmes Rencontres Nationales de L UNAFO - Marseille // 25 novembre 2015 Mourad Talbi // Forum réfugiés-cosi Présentation du programme Accelair 15 èmes Rencontres Nationales de L UNAFO - Marseille // 25 novembre 2015 Mourad Talbi // Forum réfugiés-cosi Association Forum réfugiés-cosi Présentation de Forum réfugiés-cosi

Plus en détail

PREFET DE LA REGION ILE DE FRANCE. Direction Régionale et Interdépartementale de l'hébergement et du Logement. Table-ronde

PREFET DE LA REGION ILE DE FRANCE. Direction Régionale et Interdépartementale de l'hébergement et du Logement. Table-ronde PREFET DE LA REGION ILE DE FRANCE Direction Régionale et Interdépartementale de l'hébergement et du Logement Table-ronde relative à l élaboration d un plan de résorption des nuitées hôtelières en Île de

Plus en détail

Le contrat de génération issu d un accord unanime des partenaires sociaux

Le contrat de génération issu d un accord unanime des partenaires sociaux 1 Le contrat de génération issu d un accord unanime des partenaires sociaux L emploi des jeunes et des seniors : chantier prioritaire de la «Grande conférence sociale» des 9 et 10 juillet 2012 Un Accord

Plus en détail

CONSEIL DES MINISTRES

CONSEIL DES MINISTRES CONSEIL DES MINISTRES LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSEE LE MERCREDI 28 OCTOBRE 2015 À L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES D APPEL À PROJETS CAHIER DES CHARGES. Avis d appel à projets n CPH 2015

CAHIER DES CHARGES D APPEL À PROJETS CAHIER DES CHARGES. Avis d appel à projets n CPH 2015 Annexe 3 CAHIER DES CHARGES D APPEL À PROJETS CAHIER DES CHARGES Avis d appel à projets n CPH 2015 Pour la création de places en Centres provisoires d hébergement (CPH) DESCRIPTIF DU PROJET NATURE PUBLIC

Plus en détail

Critères de détermination de l Etat responsable

Critères de détermination de l Etat responsable Les grandes lignes du Règlement «Dublin III» Le règlement (UE) n 604/2013 du Parlement européen et du Conseil du 26 juin établit les critères et mécanismes de détermination de l Etat membre responsable

Plus en détail

Conseil supérieur du logement

Conseil supérieur du logement Conseil supérieur du logement Avis n 012 du 27 juin 2008 du Conseil supérieur du logement portant sur l avant-projet de décret relatif à l Egalité de traitement. En date du 20 juin 2008, le Ministre du

Plus en détail

Bilan de la plateforme téléphonique «ALLÔ PREVENTION EXPULSION»

Bilan de la plateforme téléphonique «ALLÔ PREVENTION EXPULSION» Bilan de la plateforme téléphonique «ALLÔ PREVENTION EXPULSION» 0 810 001 505 Année 2013 Des procédures d expulsions toujours plus nombreuses qui justifient de renforcer l information et l accompagnement

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

Réforme du droit d asile

Réforme du droit d asile LA SEMAINE DU DROIT L APERÇU RAPIDE ÉTRANGERS 903 Réforme du droit d asile À propos de la loi n 2015-925 du 29 juillet 2015 POINTS-CLÉS La loi relative au droit d asile a été publiée au Journal offi ciel

Plus en détail

Règlement sur le cheminement scolaire

Règlement sur le cheminement scolaire Règlement sur le cheminement scolaire Adopté le : 17 décembre 2001 218 e réunion du conseil d administration Amendé le : 10 juin 2008 261 e réunion du conseil d administration Amendé le : 16 décembre 2013

Plus en détail

LA RÉGION SOUTIENT LES JEUNES RÉUNIONNAIS VERS L EXCELLENCE ÉDUCATIVE. Plan Régional pour la réussite éducative

LA RÉGION SOUTIENT LES JEUNES RÉUNIONNAIS VERS L EXCELLENCE ÉDUCATIVE. Plan Régional pour la réussite éducative Plan Régional pour la réussite éducative LA RÉGION SOUTIENT LES JEUNES RÉUNIONNAIS VERS L EXCELLENCE ÉDUCATIVE DOSSIER DE PRESSE 10 juillet 2012 guichet jeunes et aides régionales pour les étudiants Préambule

Plus en détail

Dérouler les implications du droit au logement opposable.

Dérouler les implications du droit au logement opposable. Haut comité pour le logement des personnes défavorisées Note de synthèse du 13 e rapport (mars 2008) Dérouler les implications du droit au logement opposable. Adoptée dans l urgence en début d année 2007,

Plus en détail

JUGEMENT N 2012-0030 REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'AQUITAINE, POITOU- CHARENTES

JUGEMENT N 2012-0030 REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'AQUITAINE, POITOU- CHARENTES Maison de retraite «Séguin» à Cestas Rapport n 2012-0358 Audience publique du 12 décembre 2012 Lecture en séance publique du 06 février 2013 Trésorerie de Pessac (033 041 976) (département de la Gironde)

Plus en détail

N 2267 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 2267 ASSEMBLÉE NATIONALE N 2267 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l'assemblée nationale le 9 octobre 2014. AVIS FAIT AU NOM DE LA COMMISSION DES LOIS CONSTITUTIONNELLES,

Plus en détail

Lutter contre le surendettement

Lutter contre le surendettement Relations banque/clients Lutter contre le surendettement Mis à jour le 02/02/16 Les banques sont engagées depuis longtemps dans la lutte contre le surendettement, notamment grâce à une distribution responsable

Plus en détail

Note du HCR sur le projet de loi relatif à l immigration, l intégration et la nationalité

Note du HCR sur le projet de loi relatif à l immigration, l intégration et la nationalité Note du HCR sur le projet de loi relatif à l immigration, l intégration et la nationalité Le HCR s est vu confier par la communauté internationale le mandat d assurer la protection internationale des réfugiés

Plus en détail

Position de la COFACE sur le rôle des pensions alimentaires dans la lutte contre la pauvreté des familles monoparentales

Position de la COFACE sur le rôle des pensions alimentaires dans la lutte contre la pauvreté des familles monoparentales Confédération des Organisations Familiales de l Union européenne Confederation of Family Organisations in the European Union Position de la COFACE sur le rôle des pensions alimentaires dans la lutte contre

Plus en détail

SYNTHESE DES POSITIONS RETENUES LORS DE LA REUNION EMPLOYEUR DU 14 DECEMBRE 2010. Maître Joël FERRION Le 19/01/2011

SYNTHESE DES POSITIONS RETENUES LORS DE LA REUNION EMPLOYEUR DU 14 DECEMBRE 2010. Maître Joël FERRION Le 19/01/2011 SYNTHESE DES POSITIONS RETENUES LORS DE LA REUNION EMPLOYEUR DU 14 DECEMBRE 2010 Maître Joël FERRION Le 19/01/2011 Faut-il ou non une nouvelle convention collective? A l origine l idée de l autonomisation

Plus en détail

Inspection générale des affaires sociales N 2013-M-004-01 N RM 2013-067P N 13-028/12-123/01 RAPPORT SUR. Établi par CHRISTINE D AUTUME

Inspection générale des affaires sociales N 2013-M-004-01 N RM 2013-067P N 13-028/12-123/01 RAPPORT SUR. Établi par CHRISTINE D AUTUME Inspection générale des finances Inspection générale des affaires sociales Inspection générale de l Administration N 2013-M-004-01 N RM 2013-067P N 13-028/12-123/01 RAPPORT SUR L HÉBERGEMENT ET LA PRISE

Plus en détail

Délibération n 2011-61 du 7 mars 2011

Délibération n 2011-61 du 7 mars 2011 Délibération n 2011-61 du 7 mars 2011 Sexe - Emploi secteur public Recommandation La réclamante, agent de brigade municipale n a pu conserver son poste au sein de la brigade canine au motif de ses faibles

Plus en détail

CHAPITRE I Formation et évolution de la juridiction administrative

CHAPITRE I Formation et évolution de la juridiction administrative CHAPITRE I Formation et évolution de la juridiction administrative Le système administratif français est le produit des circ o n s- tances qui ont engendré à la fin de l Ancien Régime et au début de la

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2013-145

Décision du Défenseur des droits MLD-2013-145 Décision du Défenseur des droits MLD-2013-145 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à un refus de regroupement familial opposé à un ressortissant algérien bénéficiaire de l Allocation aux adultes

Plus en détail

L OBLIGATION D AMÉNAGEMENTS RAISONNABLES DANS LE CADRE DE LA RÉINSERTION PROFESSIONNELLE DES TRAVAILLEURS EN SITUATION DE HANDICAP

L OBLIGATION D AMÉNAGEMENTS RAISONNABLES DANS LE CADRE DE LA RÉINSERTION PROFESSIONNELLE DES TRAVAILLEURS EN SITUATION DE HANDICAP Nos réf : 2015 87 Novembre 2015 RECOMMANDATION L OBLIGATION D AMÉNAGEMENTS RAISONNABLES DANS LE CADRE DE LA RÉINSERTION PROFESSIONNELLE DES TRAVAILLEURS EN SITUATION DE HANDICAP 1. CONSTATS 1.1. Augmentation

Plus en détail

Message accompagnant le projet de décision concernant l octroi d un crédit d engagement pour l aide au logement

Message accompagnant le projet de décision concernant l octroi d un crédit d engagement pour l aide au logement Message accompagnant le projet de décision concernant l octroi d un crédit d engagement pour l aide au logement Le Conseil d Etat du Canton du Valais au Grand Conseil Monsieur le Président, Mesdames et

Plus en détail

Conférence à haut niveau sur l avenir de la Cour européenne des droits de l homme DECLARATION

Conférence à haut niveau sur l avenir de la Cour européenne des droits de l homme DECLARATION 27/04/2011 Conférence à haut niveau sur l avenir de la Cour européenne des droits de l homme organisée dans le cadre de la présidence turque du Comité des Ministres du Conseil de l'europe IZMIR, Turquie

Plus en détail

PROJET DE LOI ORGANIQUE ADOPTE PAR LE SENAT RELATIF A L IMMIGRATION, A L INTEGRATION ET A LA NATIONALITE L ESSENTIEL

PROJET DE LOI ORGANIQUE ADOPTE PAR LE SENAT RELATIF A L IMMIGRATION, A L INTEGRATION ET A LA NATIONALITE L ESSENTIEL PROJET DE LOI ORGANIQUE ADOPTE PAR LE SENAT RELATIF A L IMMIGRATION, A L INTEGRATION ET A LA NATIONALITE Texte adopté par la Commission des lois en deuxième lecture Rapporteur commission des lois : M.

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-128 QPC du 6 mai 2011. Syndicat SUD AFP

Commentaire. Décision n 2011-128 QPC du 6 mai 2011. Syndicat SUD AFP Commentaire Décision n 2011-128 QPC du 6 mai 2011 Syndicat SUD AFP Le Conseil constitutionnel a été saisi le 16 mars 2011 par la Cour de cassation d une question prioritaire de constitutionnalité relative

Plus en détail

Fonds Asile Migration Intégration Fonds Sécurité Intérieure Programmes nationaux 2014-2020

Fonds Asile Migration Intégration Fonds Sécurité Intérieure Programmes nationaux 2014-2020 l Europe se mobilise Fonds Asile Migration Intégration Fonds Sécurité Intérieure Programmes nationaux 2014-2020 L action de l Union européenne Une action commune... L Union européenne met en œuvre, depuis

Plus en détail

Les personnes âgées immigrées en foyer de travailleurs migrants ou en résidence sociale : de qui parle-t-on? 3

Les personnes âgées immigrées en foyer de travailleurs migrants ou en résidence sociale : de qui parle-t-on? 3 Mars 2015 Accompagner les personnes âgées immigrées en foyer de travailleurs migrants et résidence sociale : assurer une aide administrative socio-sanitaire et une fonction d interface avec les services

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Formateur d'adultes de l Université de Haute-Alsace Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des

Plus en détail

La scolarisation des élèves handicapés

La scolarisation des élèves handicapés LA SCOLARISATION DES ÉLÈVES HANDICAPÉS 57 La scolarisation des élèves handicapés Un an après le vote de la loi du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté

Plus en détail

Licence professionnelle Libraire

Licence professionnelle Libraire Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Libraire Université Bordeaux Montaigne Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin,

Plus en détail

Ecolo. Une politique migratoire responsable et humaine

Ecolo. Une politique migratoire responsable et humaine PS CDH Ecolo MR Pour une vision progressiste et humaine des migrations Une politique migratoire responsable et humaine Mener une autre politique migratoire à l échelle européenne et sur le plan national

Plus en détail

DROIT SOCIAL INTERNATIONAL ET EUROPÉEN EN PRATIQUE

DROIT SOCIAL INTERNATIONAL ET EUROPÉEN EN PRATIQUE Michel Miné Christine Boudineau Anne Le Nouvel Marie Mercat-Bruns Bruno Silhol DROIT SOCIAL INTERNATIONAL ET EUROPÉEN EN PRATIQUE, 2010 ISBNÞ: 978-2-212-54678-1 VI. MOBILITÉ DES SALARIÉS 127 Section 2.

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ Conclusion Dans le cadre de ses missions, le CCSF a confié au CRÉDOC une étude portant sur l accès aux services bancaires des ménages en situation de pauvreté. Cette étude s inscrit en continuité de celle

Plus en détail

COMITÉ CONSULTATIF DE LA CONVENTION-CADRE POUR LA PROTECTION DES MINORITÉS NATIONALES

COMITÉ CONSULTATIF DE LA CONVENTION-CADRE POUR LA PROTECTION DES MINORITÉS NATIONALES Strasbourg, le 17 février 2010 GVT/COM/I(2010)001 COMITÉ CONSULTATIF DE LA CONVENTION-CADRE POUR LA PROTECTION DES MINORITÉS NATIONALES Commentaires du Gouvernement des Pays-Bas sur le premier avis du

Plus en détail

Communication. Thème : La reconnaissance par le droit constitutionnel. du droit à la santé présentée par :

Communication. Thème : La reconnaissance par le droit constitutionnel. du droit à la santé présentée par : Communication Thème : La reconnaissance par le droit constitutionnel du droit à la santé présentée par : Mme BENCHABANE membre du Conseil constitutionnel Algérien La place du droit à la santé par rapport

Plus en détail

Demandeurs d asile et santé. Maison de la santé «Famille en errance: Quel accueil et quels soins proposer»

Demandeurs d asile et santé. Maison de la santé «Famille en errance: Quel accueil et quels soins proposer» Demandeurs d asile et santé Maison de la santé «Famille en errance: Quel accueil et quels soins proposer» 1 SOMMAIRE 1 CADA Saint Denis 2 Définitions 3 Profils 4 Demande d asile et précarité 2 CADA SAINT

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Economie quantitative de l Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des

Plus en détail

L ESTIMATION DU COUT SOCIAL ET FINANCIER DE LA VIOLENCE CONJUGALE EN EUROPE : SEIZE MILLIARDS D PAR AN

L ESTIMATION DU COUT SOCIAL ET FINANCIER DE LA VIOLENCE CONJUGALE EN EUROPE : SEIZE MILLIARDS D PAR AN L ESTIMATION DU COUT SOCIAL ET FINANCIER DE LA VIOLENCE CONJUGALE EN EUROPE : SEIZE MILLIARDS D PAR AN Par René Begon, chargé de projet en éducation permanente au CVFE Une étude financée par l Union européenne

Plus en détail

Les inconvénients de ne pas avoir de police locale lorsque vous traitez des affaires à l échelle internationale

Les inconvénients de ne pas avoir de police locale lorsque vous traitez des affaires à l échelle internationale Les inconvénients de ne pas avoir de police locale lorsque vous traitez des affaires à l échelle internationale 1 2 Les inconvénients de ne pas avoir de police locale lorsque vous traitez des affaires

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Distribution touristique de l Université Paris 1 - Panthéon- Sorbonne Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013

Plus en détail

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER L Association France Alzheimer est une association de familles créée par des familles et des professionnels du soin en 1985. A cette époque il n existe aucun traitement

Plus en détail

CONTRAT D OBJECTIFS ET DE MOYENS VISANT À LA MODERNISATION ET AU DÉVELOPPEMENT DE L APPRENTISSAGE EN RÉGION LORRAINE

CONTRAT D OBJECTIFS ET DE MOYENS VISANT À LA MODERNISATION ET AU DÉVELOPPEMENT DE L APPRENTISSAGE EN RÉGION LORRAINE CONTRAT D OBJECTIFS ET DE MOYENS VISANT À LA MODERNISATION ET AU DÉVELOPPEMENT DE L APPRENTISSAGE EN RÉGION LORRAINE VU l article L 118-1 du code du travail, VU la loi n 2005-32 du 18 janvier 2005 de programmation

Plus en détail

Divorce et sort des enfants. Analyse de l arrêt du Tribunal fédéral 5A_46/2015.

Divorce et sort des enfants. Analyse de l arrêt du Tribunal fédéral 5A_46/2015. Tribunal fédéral 5A_46/2015 Newsletter septembre 2015 II ème Cour de droit civil Arrêt du 26 mai 2015 (f) Garde des enfants, entretien, revenu Résumé et analyse hypothétique Proposition de citation : Olivier

Plus en détail

Le coût de la réforme du congé parental partagé ou comment dilapider l argent des finances publiques en mettant la charrue avant les bœufs

Le coût de la réforme du congé parental partagé ou comment dilapider l argent des finances publiques en mettant la charrue avant les bœufs Le coût de la réforme du congé parental partagé ou comment dilapider l argent des finances publiques en mettant la charrue avant les bœufs La réforme du congé parental prévue initialement Lors du vote

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE PLAN DE LUTTE CONTRE LES FRAUDES AU DÉTACHEMENT DE SALARIÉS EN FRANCE

DOSSIER DE PRESSE PLAN DE LUTTE CONTRE LES FRAUDES AU DÉTACHEMENT DE SALARIÉS EN FRANCE PREMIER MINISTRE DOSSIER DE PRESSE PLAN DE LUTTE CONTRE LES FRAUDES AU DÉTACHEMENT DE SALARIÉS EN FRANCE Commission nationale de lutte contre le travail illégal du 12 février 2015 Dossier de presse :

Plus en détail

Annexe 1 : Objectifs opérationnels du Dispositif de Premier Accueil des Demandeurs d Asile

Annexe 1 : Objectifs opérationnels du Dispositif de Premier Accueil des Demandeurs d Asile Direction de l Asile - PADA- Appel à Projet 2014 Juillet 2013 Annexe 1 : Objectifs opérationnels du Dispositif de Premier Accueil des Demandeurs d Asile Direction de l Asile - PADA- Appel à Projet 2014

Plus en détail

Propositions sur les 0-6 ans RFVE.txt Propositions des Assises Nationales pour l éducation. 0-6 ans : un enjeu de société

Propositions sur les 0-6 ans RFVE.txt Propositions des Assises Nationales pour l éducation. 0-6 ans : un enjeu de société Propositions des Assises Nationales pour l éducation 0-6 ans : un enjeu de société Un âge décisif pour l enfant : - Cette tranche d âge est décisive dans le développement et l épanouissement des enfants.

Plus en détail

Planification hospitalière 2015 lits d attente

Planification hospitalière 2015 lits d attente Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Service de la santé publique Departement für Gesundheit, Soziales und Kultur Dienststelle für Gesundheitswesen Planification hospitalière

Plus en détail

PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON

PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON - VU la loi n 2005-102 du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des

Plus en détail

COUR DES COMPTES. Synthèse. du Rapport public thématique Novembre 2009

COUR DES COMPTES. Synthèse. du Rapport public thématique Novembre 2009 COUR DES COMPTES Synthèse du Rapport public thématique Novembre 2009 Le transfert aux régions du transport express régional (TER) : un bilan mitigé et des évolutions à poursuivre Avertissement La présente

Plus en détail

Aff. 15PA03498, 3ème chambre. Acte d appel enregistré le 2 septembre 2015. REQUETE EN APPEL

Aff. 15PA03498, 3ème chambre. Acte d appel enregistré le 2 septembre 2015. REQUETE EN APPEL COUR ADMINISTRATIVE D APPEL DE PARIS Aff. 15PA03498, 3ème chambre. Acte d appel enregistré le 2 septembre 2015. REQUETE EN APPEL POUR : L Association Cercle de Réflexion et de Proposition d Action sur

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Agriculture raisonnée et certification environnementale de Montpellier SupAgro Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation

Plus en détail

1. La création de nouveaux droits individuels pour sécuriser les parcours professionnels

1. La création de nouveaux droits individuels pour sécuriser les parcours professionnels La loi de sécurisation pour l emploi Du 14 juin 2013 Entreprises concernées Les points clés de la réforme Où les trouver Toutes les entreprises quelque soit leur effectif - Généralisation de la couverture

Plus en détail

- I - Le handicap - L invalidité ALLOCATION COMPENSATRICE TIERCE PERSONNE LES JURISPRUDENCES DU CATRED - 27

- I - Le handicap - L invalidité ALLOCATION COMPENSATRICE TIERCE PERSONNE LES JURISPRUDENCES DU CATRED - 27 - I - Le handicap - L invalidité ALLOCATION COMPENSATRICE TIERCE PERSONNE LES JURISPRUDENCES DU CATRED - 27 Définition L allocation compensatrice tierce personne est une prestation d aide sociale dont

Plus en détail

Argumentaire sur la «TVA sociale»

Argumentaire sur la «TVA sociale» 1 Argumentaire sur la «TVA sociale» La proposition de transférer une partie des cotisations sociales sur des impositions est à nouveau au cœur du débat public. Une augmentation de la TVA, souvent dénommée

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion comptable de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations

Plus en détail

LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE

LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE Le rôle respectif des taux à court terme et des taux à long terme dans le financement de l économie française

Plus en détail

La mise en œuvre des principes ultralibéraux dans le droit du travail français.

La mise en œuvre des principes ultralibéraux dans le droit du travail français. La mise en œuvre des principes ultralibéraux dans le droit du travail français. La politique du gouvernement dit socialiste puis social libéral et enfin libéral social, a été marquée par un virage à 180

Plus en détail

Le respect de l équilibre entre les parties du procès pénal est, en effet, un des aspects

Le respect de l équilibre entre les parties du procès pénal est, en effet, un des aspects AVIS du 14 octobre 2011 du Contrôleur général des lieux de privation de liberté relatif à l emploi de la visio-conférence à l égard des 1 - Le respect des droits de la défense, au cours d un procès, dans

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Organisation et sûreté des systèmes industriels de l Université Montpellier 2 Sciences et techniques UM2 Vague

Plus en détail

Contribution du Sgen-CFDT

Contribution du Sgen-CFDT Réunion de travail du 9 juillet 2013 sur le projet de décentralisation des CREPS Contribution du Sgen-CFDT En préambule de cette contribution, le Sgen-CFDT rappelle sa position concernant les missions

Plus en détail

COMMUNIQUE DE L AUTORITE CENTRALE DES INSCRIPTIONS CONCERNANT LA 1 ère SECONDAIRE DE LA SECTION NEERLANDOPHONE. Année scolaire 2011-2012

COMMUNIQUE DE L AUTORITE CENTRALE DES INSCRIPTIONS CONCERNANT LA 1 ère SECONDAIRE DE LA SECTION NEERLANDOPHONE. Année scolaire 2011-2012 COMMUNIQUE DE L AUTORITE CENTRALE DES INSCRIPTIONS CONCERNANT LA 1 ère SECONDAIRE DE LA SECTION NEERLANDOPHONE Année scolaire 2011-2012 Lors de la première phase d inscription aux Ecoles européennes de

Plus en détail

2016 DASES 249 G DAE : Approbation du Plan Parisien de l Insertion par l Emploi (PPIE) pour la période 2016 2020.

2016 DASES 249 G DAE : Approbation du Plan Parisien de l Insertion par l Emploi (PPIE) pour la période 2016 2020. 2016 DASES 249 G DAE : Approbation du Plan Parisien de l Insertion par l Emploi (PPIE) pour la période 2016 2020. Mesdames, Messieurs, Projet de délibération Exposé des motifs Fin 2015, grâce à l effort

Plus en détail

Accessibilité handicapés. Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées

Accessibilité handicapés. Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées Accessibilité handicapés Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées Introduction Les établissements de l Enseignement catholique

Plus en détail

Le numérique au service de l École

Le numérique au service de l École Le numérique au service de l École L essentiel > Notre monde connaît aujourd hui avec le numérique une rupture technologique aussi importante que celle de l invention de l imprimerie au XV e siècle. La

Plus en détail

MESURES CONSERVATOIRES ET RECOUVREMENT TRANSFRONTALIER L INTERVENTION DU JUGE

MESURES CONSERVATOIRES ET RECOUVREMENT TRANSFRONTALIER L INTERVENTION DU JUGE MESURES CONSERVATOIRES ET RECOUVREMENT TRANSFRONTALIER L INTERVENTION DU JUGE Evoquer le rôle du juge dans une matière transfrontalière suppose que soit préalablement abordée la double question de la compétence

Plus en détail

N o 13. Août 2004. Gestion des placements

N o 13. Août 2004. Gestion des placements N o 13 Résumé des travaux de la 52 e session du Comité mixte de la Caisse commune des pensions du personnel des Nations Unies (CCPPNU) (Montréal, 13-23 juillet 2004) Août 2004 La délégation de l OIT à

Plus en détail

Comparaison logement - ménage : les aspects financiers

Comparaison logement - ménage : les aspects financiers CR Comparaison logement - ménage : les aspects financiers La comparaison entre le logement et le ménage qui l occupe constitue une des dimensions supplémentaires proposées dans la note introductive à la

Plus en détail

Faits marquants sur les premiers mois d expérimentation du revenu de Solidarité active

Faits marquants sur les premiers mois d expérimentation du revenu de Solidarité active Paris, le 2 juillet 2008 Dossier de presse Faits marquants sur les premiers mois d expérimentation du revenu de Solidarité active Le revenu de Solidarité active vise à encourager le travail, à faciliter

Plus en détail

Rapport de la consultation publique sur les conditions de vie des aînés ;Préparons l avenir avec nos aînés,

Rapport de la consultation publique sur les conditions de vie des aînés ;Préparons l avenir avec nos aînés, «Les constats du Protecteur du citoyen font écho à ceux du Vérificateur général, aux résultats de l étude de l Institut canadien d information sur la santé et aux opinions généralement admises par les

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Sortir de la gestion saisonnière de l hébergement d urgence. Paris, le 21 novembre 2013

DOSSIER DE PRESSE. Sortir de la gestion saisonnière de l hébergement d urgence. Paris, le 21 novembre 2013 DOSSIER DE PRESSE Sortir de la gestion saisonnière de l hébergement d urgence Paris, le 21 novembre 2013 Contact presse Service de presse du ministère de l Égalité des territoires et du Logement 72, rue

Plus en détail

Charte éthique et Responsabilité d entreprise

Charte éthique et Responsabilité d entreprise Charte éthique et Responsabilité d entreprise Introduction M2MSOFT est une société française créée en 2003, qui conçoit, développe et commercialise des produits standards pour les communications voix,

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Droit de l'union européenne de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations

Plus en détail

P R O J E T CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSEURS HEC MONTRÉAL

P R O J E T CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSEURS HEC MONTRÉAL P R O J E T CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSEURS DE HEC MONTRÉAL Adopté par l Assemblée des professeurs et l APHEC le De façon à alléger la lecture du texte, le genre masculin est utilisé pour désigner

Plus en détail

REAMENAGEMENT DE LA CHRONOLOGIE DES MEDIAS. 1. Synthèse des réponses au questionnaire du CNC

REAMENAGEMENT DE LA CHRONOLOGIE DES MEDIAS. 1. Synthèse des réponses au questionnaire du CNC REAMENAGEMENT DE LA CHRONOLOGIE DES MEDIAS 1. Synthèse des réponses au questionnaire du CNC 2. Propositions élaborées par le CNC afin d alimenter la réflexion des acteurs concernés par le réaménagement

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Economie-Gestion de l Université Paris Descartes Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations et des

Plus en détail

Service AID. L année 2011 a été marquée par la suppression de 0,5 ETP et le changement de travailleur social au 1 er juillet.

Service AID. L année 2011 a été marquée par la suppression de 0,5 ETP et le changement de travailleur social au 1 er juillet. Service AID Le Droit Au Logement Opposable (DALO) est un moyen pour des personnes qui n arrivent pas à accéder au logement social de faire valoir leur droit au logement. La Loi DALO de 2007 prévoit pour

Plus en détail

II. L accord d entreprise sur l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes

II. L accord d entreprise sur l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes Mai 2007 Fiche entreprise Société Générale Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Présentation de l entreprise - Secteur d activité : Banque-Finance - Statut : Société Anonyme - Effectif

Plus en détail

Ça peut arriver à tout le monde

Ça peut arriver à tout le monde Page 1 sur 6 Ça peut arriver à tout le monde La perspective de perdre la capacité de décider soi-même n est réjouissante pour personne. Pourtant, nul n'est à l'abri d'un accident grave ou d une maladie

Plus en détail

SYNTHESE DES DIAGNOSTICS

SYNTHESE DES DIAGNOSTICS PLAN CLIMAT ENERGIE TERRITORIAL SYNTHESE DES DIAGNOSTICS Juillet 2013 La Communauté d Agglomération du Grand Rodez, regroupant 55 932 habitants, est soumise à l obligation nationale (Grenelle 1 et 2) de

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-224 QPC du 24 février 2012. Coordination pour la sauvegarde du bois de Boulogne

Commentaire. Décision n 2011-224 QPC du 24 février 2012. Coordination pour la sauvegarde du bois de Boulogne Commentaire Décision n 2011-224 QPC du 24 février 2012 Coordination pour la sauvegarde du bois de Boulogne (Validation législative de permis de construire) La Conseil d État a renvoyé au Conseil constitutionnel

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2012-261 QPC du 22 juin 2012. M. Thierry B. (Consentement au mariage et opposition à mariage)

Commentaire. Décision n 2012-261 QPC du 22 juin 2012. M. Thierry B. (Consentement au mariage et opposition à mariage) Commentaire Décision n 2012-261 QPC du 22 juin 2012 M. Thierry B. (Consentement au mariage et opposition à mariage) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 13 avril 2012 par la première chambre civile

Plus en détail

Les ressources humaines

Les ressources humaines Les ressources humaines L assurance emploie environ 210 000 personnes en France. Face aux évolutions démographiques et en réponse aux besoins croissants en qualifications, le secteur continue de recruter

Plus en détail

Consultations sur l établissement des taux de cotisation d assurance-emploi. Commentaires du Conseil du patronat du Québec

Consultations sur l établissement des taux de cotisation d assurance-emploi. Commentaires du Conseil du patronat du Québec Consultations sur l établissement des taux de cotisation d assurance-emploi Commentaires du Conseil du patronat du Québec Novembre 2011 Le Conseil du patronat du Québec Le Conseil du patronat du Québec

Plus en détail