PARTAGER #6. Création et société numérique. Avril 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PARTAGER #6. Création et société numérique. www.cuberevue.com. Avril 2014"

Transcription

1 Création et société numérique PARTAGER #6 Avril 2014 PERSPECTIVES : Véronique Anger-de Friberg, Hortense Gauthier, Carlos Moreno, Muriel de Saint-Sauveur POINTS DE VUE : Franck Ancel, Olivier Auber, Hervé Azoulay, Jean-Christophe Baillie, Jean-Jacques Birgé, Simon Borel, Cécile Bourne-Farrell, Mikki Braniste, Carol-Anne Braun, Philippe Cayol et Marta Grech, Nicolas Dehorte, Françis Demoz, Emmanuel Ferrand, Maxime Gueugneau, Étienne Krieger, Janique Laudouard, Marie-Anne Mariot, Gloria Origgi, Clément Vidal PRESQUE FICTIONS : Étienne-Armand Amato, Philippe Chollet, Michaël Cros, Jacques Lombard, Éric Sadin, Soudoplatof Serge ENTRETIEN : Sylvain Kern

2

3 1 Création et société numérique La Revue du Cube Parce qu à l ère du numérique, le mouvement, la porosité et le foisonnement recomposent le monde, la Revue du Cube entend croiser les regards de praticiens, d artistes, de chercheurs, de personnalités et d experts venus d horizons différents. Chaque numéro s articule autour d une thématique qui traduit les tendances émergentes. Articles, points de vue, interviews, entretiens vidéo, débats, empreintes sonores ou visuelles, toutes les formes d expression ont droit de cité dans la Revue du Cube La Revue est éditée par Le Cube, centre de création numérique. Comité éditorial : Nils Aziosmanoff, Rémy Hoche Avec la contribution de Carine Le Malet, Isabelle Simon-Gilbert, Hélène Gestin Le Cube, centre de création numérique Pionnier sur la scène culturelle numérique française, Le Cube est un lieu de référence pour l art et la création numérique. C est un espace ouvert à tous, quel que soit son âge et sa pratique du numérique, pour découvrir, pratiquer, créer et échanger tout au long de l année, autour d ateliers, de formations, d expositions, de spectacles, de conférences et de rencontres avec les artistes et les acteurs du numérique. Le Cube organise tous les deux ans un festival international d art numérique, ainsi qu un prix pour la jeune création en art numérique. Depuis 2011, Il a également lancé sa revue en ligne. Créé en 2001 à l initiative de la Ville d Issy-les-Moulineaux, Le Cube est un espace de la Communauté d Agglomération Grand Paris Seine Ouest, géré et animé par l association ART3000. Il est présidé par Nils Aziosmanoff. Le Cube 20 cours St Vincent Issy-les-Moulineaux /

4

5 3 SOMMAIRE #6 PARTAGER Nils Aziosmanoff - «Edito»... 5 PERSPECTIVES : Véronique Angers-de Friberg - «Partager sans diviser : un pari sur l avenir»... 9 Hortense Gauthier - «Pour de nouvelles expériences d écriture collective» Carlos Moreno - «Le partage, une notion au cœur de la ville de demain» Muriel de Saint-Sauveur - «Le partage a encore de belles années devant lui» POINTS DE VUE : Franck Ancel - «She Loves Control» Olivier Auber - «Les Banquiers de la Pensée» Hervé Azoulay - «Le Partage» Jean-Christophe Baillie - «La robotique : vers un monde plus humain» Jean-Jacques Birgé - «J aimerais croire en l avenir» Simon Borel - «Partager sans partage ou partage sans partagé?» Cécile Bourne-Farrell - «Partager du Je au Nous» Miki Braniste - «Du fast vers le slow, du online vers le offline» Carol-Ann Braun - «Parenthèses sur les enjeux de la représentation partagée» Philippe Cayol et Marta Grech - «La ligne de partage» Nicolas Dehorter - «Le partage comme moteur du crowdfunding» Francis Demoz - «Je partage, tu partages, il partage» Emmanuel Ferrand - «TeX contre TEDx, paradoxes du partage du savoir scientifique à l ère numérique» Maxime Gueugneau - «C est simple, il suffit de devenir Dieu» Etienne Krieger - «De Neandertal à Wikipédia : le partage des connaissances à l ère numérique» Janique Laudouard - «Une mémoire numérique participative» Marie-Anne Mariot - «Si tu n es pas généreux quand tu es pauvre, tu ne le seras pas quand tu seras riche» Gloria Origgi - «Ce que partager veut dire» Clément Vidal - «Le Cube du partage» PRESQUE FICTIONS : Étienne-Armand Amato - «Partager l incommunicable : un paradoxe rentable?» Philippe Chollet - «Je pense donc je suis mais qui pense?» Michaël Cros - «Témoignages présent, futurs, et futurs lointains» Jacques Lombard - «Un petit coin de paradis» Eric Sadin - «SoftLove» Serge Soudoplatoff - «La planche» ENTRETIEN : Syvlain Kern... 90

6

7 5 #6 Edito Partager! Nils Aziosmanoff D ici la fin du siècle, l humain deviendra omniscient, ubiquitaire et immortel. Après un voyage de deux cent mille ans, l homo sapiens s apprête à rencontrer son successeur dans la grande chaîne de l évolution. Bientôt doté d un accès permanent à l ensemble du savoir planétaire, présent en tout lieu et capable d agir à distance grâce à ses multiples extensions, l homo numericus aura une espérance de vie de 1000 ans. Cette vision de science fiction deviendra bientôt réalité grâce à l accroissement continu de la puissance informatique lié au développement du progrès technologique et scientifique. La convergence des innovations ouvre de nouveaux paradigmes qui, de façon systémique, renouvellent nos réalités : les biotechnologies prennent le contrôle du vivant ; les nanotechnologies donnent vie à la matière ; la robotique autonome supplée en toute chose ; la big data prédit le réel ; l ubiquité informatique anéantit l espace et le temps ; l intelligence artificielle externalise les capacités cognitives ; les réseaux sociaux ramifient l intelligence collective ;... ; cette liste à la Prévert s allonge chaque jour un peu plus. La révolution numérique suscite une ère de créativité sans précédent dans tous les domaines, elle émerge tel le sommet d un iceberg géant, dont Michel Serres dit «qu il va bientôt se retourner». L extraordinaire saga de la découverte des Amériques, il y a cinq siècles, et les changements qu elle a opérés sur la société européenne, ne sont en rien comparables aux promesses de ce nouveau monde. Ses dimensions et l éventail de ses ressources sont sans commune mesure. Car l humanité s apprête à accoster un territoire qui va de l infiniment petit aux confins du réel, des origines de l univers à sa destinée, de l atome à la biodiversité, de l intime à la conscience globale. En faisant de la complexité son nouveau terrain de jeu, l homme connecté va naître à l immensité. Il va «sortir du berceau». Tel un «amour naissant», cet éveil s opère au cœur du corps social «qui dans la grisaille du présent attend un jour nouveau, une vie nouvelle, un printemps nouveau 1». Une force généreuse se mobilise et se propage sur les réseaux. Partout des volontaires s engagent, prêts au défi de soi et aux utopies nouvelles. Mais si cette jeune aspiration se heurte ça et là aux peurs et replis d une civilisation en crise, elle se confronte plus encore aux modalités de sa propre émancipation. Le passage d une société verticale à la société horizontale nécessite son adaptation à un milieu plus complexe. Les reliefs auparavant délimités du chemin collectif s estompent dans les flux entrelacés de la société connectée. La maille culturelle du tissu

8 6 social s effiloche au souffle de la diversité globale. Exit les balises de l imaginaire collectif. Mythe, légende, religion, récit, chant politique et messe médiatique, la narrativité toute entière s étiole dans les remous du monde fluide. L hyper récit, récit de tous les récits, devient le théâtre du réel, où l être omniscient, ubiquitaire et bientôt immortel, expérimente un nouvel espace temps. Car l Histoire, il le pressent, s écrira bientôt à l encre de deux forces vives, celle des machines qui pensent, et celle de la multitude connectée. D un côté, la data indexe le réel. Pilotés par l analyse prédictive de nos faits et gestes, les environnements intelligents deviennent des compagnons attentifs qui anticipent nos désirs et les servent. Pour notre plus grande gloire. Mais en cherchant à domestiquer le hasard pour s offrir un monde parfait, l homme prend le risque de s abandonner tout entier à la puissance des machines. De l autre, les foules intelligentes aspirent au progrès pour repenser la place de l individu au sein de la biodiversité. Empathie, altruisme, partage, innovation sociale et co-créativité sont les forces vives d une nouvelle nation transfrontalière. Elles ne sont pas perçues comme une utopie mais comme une nécessité, un horizon à dépasser pour réussir à affronter les lourdes menaces qui pèsent sur l humanité : pollution, changement climatique, faim dans le monde, crise économique, tensions sociales, sans parler d une possible disparition de l espèce humaine d ici la fin du siècle, au seuil même de son immortalité! Pour de nombreux experts, le plus grand défi est notre capacité à répondre collectivement à tous ces problèmes. «Coopérer n est plus une option mais la seule solution 2». C est pourquoi, bien plus qu une cité idéale conçue pour la splendeur de l homo numericus, c est une fabrique collective de l utopie qu il nous faut inventer. Un laboratoire planétaire maillant de multiples initiatives, pour co créer, cultiver et polliniser les bonnes pratiques, et distribuer les fruits abondants de l intelligence collective. L édification de cette «citée monde» est un défi politique majeur. Elle peut devenir le théâtre d exclusion et d aliénation, tout comme elle peut constituer le terreau fertile d un renouveau créatif. En offrant sa plasticité numérique à de multiples expériences, elle peut devenir une plateforme ouverte et participative, productrice de sens partagé. La living city apparaît comme une arche salutaire, un nouvel édifice du «agir ensemble» dont nous serions tous les architectes. 1. In Le choc amoureux, Francesco Alberoni, Edts Pocket In La revue KaiZen, éditorial de Cyril Dion, novembre 2013 Nils Aziosmanoff : «Edito» / La Revue du Cube #6

9 #6 PERSPECTIVES Véronique Anger-de-Friberg, Hortense Gauthier, Carlos Moreno, Muriel de Saint-Sauveur

10

11 9 #6 Partager sans diviser : un pari sur l avenir Véronique Anger-de Friberg Présidente fondatrice du Forum Changer d Ère Partager. Un mot plein de promesses qui évoque l altruisme, le don, l échange, la générosité, la réciprocité, la solidarité, la communauté, la confiance, la fraternité Fraternité. Une valeur indissociable de l idéal républicain de liberté et d égalité en ces temps de grandes mutations et d incertitudes, de changement d ère 1. Partager revient à prendre conscience de la réalité d une «communauté de destin pour l humanité entière» telle que décrite par Edgar Morin. On partage dans un esprit fraternel. Avec ses Frères humains. Comment revaloriser la fraternité dans un monde globalisé de plus en plus inégalitaire et individualiste, où règne un pouvoir sans partage? Le pouvoir sans partage, c est aussi diviser pour régner Partager se montre parfois faux-ami. Pour tous ceux qui associent partager et diviser, au sens de désunir, séparer, cloisonner, fragmenter, compartimenter partager ne peut mener qu à la mésentente. Ainsi, partager revêt des sens antinomiques dès lors que les finalités sont opposées. Ce peut être la pire ou la meilleure des choses... Comment, dans ce contexte, inventer de nouvelles solidarités pour partager pouvoirs et ressources? Comment bâtir une société plus équitable? Diviser, non pour régner, mais pour multiplier Tout l enjeu de ce siècle sera de diviser, non pour régner, mais pour multiplier. L individualisme a vécu et, à l ère digitale, partager devient la norme. On accepte moins de propriété pour davantage de liberté. On accepte d accéder au lieu de posséder (un bien plus grand en co-location au lieu d un bien à soi seul ; pléthore d informations en échange d un peu d information).

12 10 L émergence des technologies de l information a permis de multiplier et d améliorer les savoirs, d optimiser les moyens et les pratiques, de favoriser les interactions entre individus, dont l imagination et le potentiel d innovation se trouvent décuplés. Désormais, on partage la connaissance et l information, les moyens pour permettre à tous les habitants de la planète d en bénéficier. Du partage d information à la colocation ou au covoiturage, de la production et la revente d électricité de particulier à particulier en passant par la recherche scientifique en open science, partager concerne tous les pans de la société et de l économie. Partager, c est aussi une nouvelle façon de concevoir sa relation aux autres, de penser le monde. Un monde où la compétition cède la place à la coopétition, où les foules disposent -grâce aux réseaux sociaux- d une capacité de contestation et d action de plus en plus importante et efficace. Pour citer Joël de Rosnay : «Cette nouvelle approche permettrait de passer d un système de rapports de force, de concurrence et de compétition acharnée, à un système de rapports de flux et d échanges solidaires mettant en œuvre de nouvelles valeurs, de nouvelles actions et de nouvelles responsabilités. ( ) L échelle des valeurs se déplace de la concurrence traditionnelle pour s imposer et réussir, vers le partage, la solidarité, l échange, le «gagnantgagnant», qui autorisent plus de souplesse dans la conduite de sa vie.» 2 Aucun domaine aujourd hui n échappe à ce désir d inventer de nouvelles règles du jeu, de passer à l acte pour prendre en main son destin et s émanciper des grands lobbys ou des circuits traditionnels. Parmi les initiatives collaboratives réussies, citons : Nickel et Cresus : le compte en banque sans banque pour les personnes exclues du système bancaire ; les MOOC s : cours en ligne ouverts et massifs pour tous ; Pilo ty s : les habitats en bois pour tous, KissKissBankBank : plateforme de financement participatif ; Babyloan : micro-crédit solidaire ou HackYourPhd : la science et l accès à la connaissance comme bien commun Partager, un état d esprit Par temps de crise ou de grande mutation, l instinct de survie ne doit pas obligatoirement conduire à se replier sur soi ou à entrer en compétition avec les autres. La loi du plus fort fonctionne tant que vous êtes le plus fort. Elle menace en permanence la cohésion sociale. En revanche, coopérer, mutualiser les moyens, partager les ressources contribuent à l intérêt général. Cette «autre approche» assure une meilleure paix sociale en permettant à beaucoup plus d individus de s adapter pour survivre. Si l on ne croit pas dans un destin commun de l humanité, on se condamne à disparaître en tant qu espèce humaine, car seuls nous ne résisterons pas très longtemps à l adversité ou aux prédateurs en tous genres (machines et robots de plus en plus intelligents, lobbys, catastrophes naturelles ou autres aléas de la vie ). Véronique Anger-de Friberg «Partager sans diviser : un pari sur l avenir» / La Revue du Cube #6

13 11 En coopérant, en partageant davantage les ressources et les pouvoirs, en régulant mieux les richesses, les êtres humains se conduisent en individus co-responsables et œuvrent pour le bien commun autant que pour leur propre bien-être. En dépit des risques, l expérience et la théorie des jeux démontrent que le partage de l information est un «jeu à somme non nulle», cumulatif (alors que l échange d énergie ou d argent est à «somme nulle», en d autres termes : ce que j ai donné, je l ai perdu). Toute la croissance d Internet se fonde sur ce principe : plus l information est partagée, plus elle a de valeur. On a donc davantage intérêt à faire confiance et à partager que le contraire. D où la nécessité impérative de restaurer la confiance, de revaloriser la Fraternité, d accepter d aller au-delà de ses seuls intérêts pour créer la dynamique positive qui permettra de bâtir une société plus solidaire et plus équitable. Partager, c est un état d esprit. C est faire confiance a priori à nos semblables. Un «semblable» qui incarne bien notre égal, notre double, nous. Et ce «nous» représente l espoir, une certaine idée de la fraternité. Et, en ces temps incertains, croire en l Humanité et penser que le meilleur est à venir, c est se donner toutes les chances de gagner. 1. Le Forum Changer d Ère, organisé par Les Stratégiques, se déroulera le 5 juin prochain à la Cité des Sciences & de La Villette (Paris) : 2. Joël de Rosnay, Surfer la vie. Comment sur-vivre dans la société fluide? Edition Les Liens qui Libèrent, Paris, Véronique Anger-de Friberg «Partager sans diviser : un pari sur l avenir» / La Revue du Cube #6

14 12 #6 Pour de nouvelles expériences d écriture collective Hortense Gauthier Artiste / HP Process Se poser la question de la possibilité du partage à l heure où les grands récits ont perdu de leur aura et de leur force à créer du sens commun, c est imaginer de nouvelles manières de partager le monde poétiquement, grâce notamment à la puissance des outils numériques. C est déjà penser des langages capables de réinventer ces récits collectifs. Baigné dans notre post-modernité diffractée, le grand récit commun aurait disparu. Mais si l on part de ce diagnostic, il faudrait se demander comment, par l ouverture d espaces poétiques et artistiques, la multiplicité des récits et des paroles pourrait être échangée pour créer de nouvelles tours de Babel, de nouvelles agoras dans lesquelles s agenceraient dynamiquement singularités et communautés. Le Web a pu être parfois considéré comme cette nouvelle tour de Babel, assemblage et juxtaposition de communautés aux langages singuliers mais néanmoins poreux, territoires à développer, à explorer... Des utopies et des fictions sociales, politiques, philosophiques et éthiques s y développent et réinventent le jeu démocratique ; de nouvelles formes de sociabilité y émergent et contaminent notre façon d être au monde, de le construire. Avec l explosion d Internet et des nouveaux outils de communication, toute une frange d artistes a travaillé avec et au cœur de ces territoires, tel de nouveaux espaces regorgeant de moyens inédits de création et de réflexion. Certains d entres eux ont cependant souvent délaissé la réalité sociale et politique pour se focaliser uniquement sur la dimension technique et esthétique, créant une nouvelle «forme» conceptuelle en espérant pouvoir entrer dans le marché de l art contemporain. Le numérique est le nouveau paradigme de notre époque. Il reconfigure notre façon d être au monde, sans pour autant qu il soit nécessaire d opposer «le réel» et «le virtuel», au contraire. C est pourquoi il ne faut jamais se résoudre à n agir que dans les espaces du réseau, à ne produire que des œuvres refermées sur elles-mêmes et leur virtuosité technique. Les dispositifs numériques doivent prendre la mesure de leurs relations avec ce qu on peut appeler le réel concret de nos vies matérielles et sensibles. Ils nous offrent la possibilité d ouvrir des espaces de partage, pas seulement sur le réseau ou dans les territoires souvent trop restreints de l art contemporain et numérique. Il s agit donc d agir et de proposer des œuvres performatives où se pose la question du sens et du collectif, comme celle du multiple et de la singularité.

15 13 Car le partage est en effet la dynamique, la force motrice qui permet de constituer du collectif au cœur même de la multiplicité des flux. Il est cette force de désir qui nous pousse en-dehors de nous-même et permet de nous construire avec et à travers les autres, pour inventer des territoires viables, intensifs et expérimentaux. Ces espaces de partage du sens et du sensible déjouent les polarités dominantes et les hiérarchies structurantes de notre époque mondialisée et atomisée. La question de l interactivité a complètement refondé les logiques de création et les positions entre artistes et spectateurs. Les œuvres interactives ou participatives, trop souvent fondées sur des logiques comportementales ludiques où l activation correspond à des stimuli simplistes, peuvent aussi proposer de nouvelles expériences de partage, créer des espaces de transmission, de diffusion et des expériences d écritures collectives qui interrogent la relation entre singularité et communauté. HP Process (entité artistique composée de Philippe Boisnard et moi-même) a toujours placé au cœur de son travail la question du langage en interrogeant la façon dont les technologies reconfigurent les gestes d écriture, ouvrent à de nouvelles pratiques communicationnelles et permettent d inventer de nouveaux langages et de nouveaux régimes de discours. C est dans cette dynamique que nous avons créé l installation WORDS CITY et la performance CONTACT. WORDS CITY est une installation interactive et générative qui crée une visualisation poétique de la ville à partir des mots et messages échangés dans l espace urbain. En flashant des QR-codes dispersés dans la ville, les participants peuvent envoyer le nom de la rue, de la place, du quartier, du monument ou du café où ils se trouvent. Ces mots génèrent une ville virtuelle dont l architecture, sous forme de data-visualisation, se construit et grandit au fur et à mesure des échanges. Cette proposition artistique questionne l espace public en tant qu espace collectif, à l identité complexe, construit par les échanges et les flux dans le temps et le mouvement. La ville est un territoire où la densité des échanges et la concentration des communications génèrent des récits multiples et partagés. WORDS CITY veut traduire cette réalité politique, mais aussi sémantique et sémiotique, en ouvrant un espace d écriture collectif qui permette une expérience performative et poétique, fondée sur le partage. Hortense Gauthier «Pour de nouvelles expériences d écriture collective» / La Revue du Cube #6

16 14 CONTACT (http://vimeo.com/ ) est un dialogue entre deux performeurs construisant une poésie visuelle et sonore interactive et performative grâce à un outil d écriture temps réel. Le dispositif prend la forme d un chat augmenté dans lequel les flux d écriture des performeurs se mêlent aux mots envoyés par les spectateurs ou les internautes. Ainsi, les performeurs partagent en temps réel une écriture intime qui s entrelace avec les mots des autres, tissant un texte mouvant et collectif. Ils tentent de donner à voir les interrelations et la multiplicité infinie des échanges possibles sur le Web. La performance fonctionne alors comme une mise en abîme de la communication sur les réseaux où les êtres tentent de se trouver, de se toucher, de transcender la distance tout en la maintenant comme condition même du désir, où les corps s effacent et se cherchent dans le mouvement incessant de la parole en partage. Ces œuvres sont des dispositifs ouverts qui, en créant de nouvelles conditions d échange, accueillent les singularités dans un véritable désir de partage. Elles se reconfigurent sans cesse selon les interactions poétiques des participants, placés au cœur du processus créatif, générateurs de nouvelles dynamiques et de nouvelles manières de produire un langage commun. Hortense Gauthier «Pour de nouvelles expériences d écriture collective» / La Revue du Cube #6

17 15 #6 Le partage, une notion au cœur de la ville de demain Carlos Moreno Professeur des Universités Le thème du partage est un sujet extrêmement pertinent et tout à fait d actualité pour toutes les personnes qui travaillent aujourd hui sur la ville, comme c est mon cas. L économie du partage est en effet au cœur du nouveau paradigme que nous voyons actuellement émerger au sein des villes, lieux d agrégation et de vie, qui va vers de nouvelles économies de plus en plus servicielles et d usage le service étant aujourd hui la clé de la qualité de vie dans la ville. En d autres termes, l économie du partage vient parfaitement répondre à la transformation vers la transition urbaine vers une ville durable, humaine, vivante car elle fait appel à la consommation, à la production et à l usage collaboratifs. La notion de partage est en effet cruciale, car elle permet, d une part, de fluidifier les relations sociales existantes et d en développer d autres d un nouveau type, mais aussi de transformer de façon cohérente les relations de l homme avec l environnement. D autre part, elle fait naître de nouveaux modèles économiques en plaçant la pratique de l innovation et la construction de solutions servicielles innovantes au cœur de l économie. L économie du partage est en outre fort intéressante parce qu elle privilégie des échanges de nature nouvelle, qui permettent à l usager de sortir de cette approche de consommateur que nous avons héritée du 20ème siècle. Elle transforme aussi la vision de ceux qui produisent des biens et des services, puisque dans l économie de partage, la propriété des objets techniques est remise en cause et c est leur fonction qui est valorisée, celle-ci permettant de créer de nouveaux modèles. Je donne souvent, sur ce sujet, l exemple de la voiture : nous sommes passés du paradigme de la voiture individuelle à celui de la mobilité, et dans ce mouvement, c est la fonction de se déplacer qui a remplacé l objet technique automobile. À l heure actuelle, la puissance du numérique, le maillage de l Internet, l omniprésence de l ubiquité, mais aussi le poids de la crise économique, créent à l échelle de la ville, un espacetemps qui transforme la ville en profondeur en faisant émerger cette économie collaborative. De la collaboration au partage, il y a cependant un palier à franchir. Dans l économie collaborative, chacun est à la fois consommateur et producteur, ce qui crée un cercle vertueux. La puissance d Internet a ainsi généré des outils accessibles à tous, permettant de répondre à ses besoins à des coûts bien moindres je songe à des plateformes comme ebay, Price

18 16 Minister ou Le Bon Coin. Dans le partage, on va plus loin et c est une transformation qui s opère au cœur des villes. C est une révolution qui est en train de s opérer, avec l appropriation d Internet par la nouvelle génération, la naissance des réseaux sociaux et l émergence de l esprit collaboratif propre au Web 2.0. Car, les nouvelles pratiques sociales sur le web s incarnent désormais, par un phénomène d hybridation, dans le réel, faisant apparaître un nouveau modèle économique fondé sur le partage. Citons pour illustrer ce modèle Autolib, BlablaCar ou encore AirBnB. Autre exemple, la start-up Zilok qui permet à des particuliers de se prêter, d échanger ou de louer des biens. On peut même y partager notre temps! Nous sommes, avec ces modèles, face à une autre manière de consommer et de gérer nos rapports avec les autres. Car la notion d échange marchand est ici associée à celles de plaisir et de service rendu aux autres. Ces démarches font ainsi émerger de nouveaux modèles sociaux, qu incarne très bien en France, par exemple, la plateforme OuiShare, qui est à la fois un modèle économique, un think tank, un lieu d échanges et de rencontres. On quitte ainsi le domaine de l usage des objets existants pour aller vers une économie de la multitude, où l on partage aussi sa vision par le biais de ce que l on pourrait nommer une hybridation sociale communautaire. Je crois que la ville est le terreau privilégié de ces nouvelles pratiques, car il ne s agit pas de voir l économie de partage sous l angle nihiliste ou marginal, mais bien comme une autre façon de tisser des relations sociales et de vie je dirais même que ces pratiques réinventent aujourd hui le sens de la vie sociale urbaine. De nouveaux modèles économiques apparaissent, mais aussi une meilleure gestion, une économie plus durable (avec d autres manières de gérer face à l accumulation de biens, peu utilisés par rapport à leur durée de vie), une vision renouvelée de l autre, car il y a bien, dans l économie du partage, une recherche de l altérité et la volonté de créer des relations qui vont au-delà du service luimême. Dans le même temps, ces nouvelles pratiques remettent en cause nos anciens modèles de fonctionnement, qui déclinent assez inéluctablement. Reprenons l exemple de la voiture : l idée d aller chez son concessionnaire choisir son véhicule ne s impose plus comme une pratique incontournable avec le développement du co-voiturage et de l auto-partage. On peut d ailleurs s interroger sur les mutations qui sont encore à venir, puisque nous voyons bien que nous ne sommes qu au début d un mouvement de fond qui vient tout bouleverser. Il est intéressant aussi de remarquer l impact de ces nouvelles pratiques sur les modèles de service qui n ont pas évolué. Rappelons l excellente tribune de Nicolas Colin (http:// colin-verdier.com/les-fossoyeurs-de-l-innovation/) qualifiant la compagnie de taxis G7 de «fossoyeurs de l innovation», la mainmise de ce type d entreprise sur les services de taxis et le blocus autour du numerus clausus empêchant l émergence de tout autre modèle de mobilité comme les taxis collaboratifs ou les véhicules avec chauffeur commandés par Internet. Au moment où l économie de partage décloisonne les usages, ce type de société, qui génère des services basés sur l ancien modèle économique, incarne bien les résistances à la transition Carlos Moreno «Le partage, une notion au cœur de la ville de demain» / La Revue du Cube #6

19 17 vers un nouveau paradigme. On remarquera également comment AirBnB remet en cause le modèle hôtelier, par exemple. Au plan éco-systémique, ces nouvelles pratiques remettent enfin en cause les services de service associés. Dans l hôtellerie par exemple, il existe tout un tas de services associés à l offre d hébergement : ménage, soin du linge, assurances etc. De nouveaux enjeux émergent au sein de l économie de partage : par exemple, si je suis hébergé via AirBnB chez un particulier et que je crée un dommage chez lui, comment suis-je couvert? De même, comment statuer sur la responsabilité d un pratiquant de covoiturage qui occasionne un accident? C est l ensemble de nos pratiques, jusque dans leur dimension juridique, qui sont ainsi ébranlées. On observe d ailleurs que de nombreux secteurs de l économie classique s efforcent de s ouvrir à l économie de partage, comme la grande distribution par exemple. Des filiales de grands groupes se lancent dans ce modèle on peut citer l exemple de Lokéo, filiale de Boulanger, qui permet de «passer à un nouveau mode de consommation» des biens de consommation courante, en les louant au lieu de les acheter. Je suis convaincu, pour ma part, que ce modèle est amené à se développer d autant mieux qu il correspond parfaitement au concept de la ville de demain : une ville collaborative, citoyenne, durable. Je répète souvent que la ville de demain sera celle des services et des usages qui évoluent, et qu elle doit «hacker» la technologie. Cette vision correspond pleinement avec le concept d une économie collaborative et de partage. Si l on continue par ailleurs à raisonner en termes systémiques, on voit qu au-delà de la mutation de l objet traditionnel en service, l économie de partage transforme également la relation entre l homme et les espaces publics au sein de la ville. Nous voyons en effet naître de nouveaux espaces de partage au sein des villes : co-parking, co-working Mais ces espaces font eux-mêmes naître de nouvelles relations sociales et de nouvelles façons d interagir! Un espace de co-working, par exemple, ne donne pas seulement accès à un espace de bureau et un poste informatique, il donne accès à des espaces décloisonnés où l on rencontre d autres personnes et où l on partage des savoirs, ce qui crée de nouvelles synergies. Demain, on partagera l espace de travail pas seulement pour des raisons environnementales ou pratiques, mais pour développer sa puissance de travail ou renforcer sa créativité. Les réseaux sociaux jouent par ailleurs un rôle crucial dans la diffusion de cette économie de partage et ils sont amenés à prendre de plus en plus d importance dans la ville de demain. Aujourd hui, les réseaux sociaux sont avant tout des sites d échanges et d information. Demain, on aura affaire à des réseaux sociaux hybridés, qui permettent de tisser de nouvelles relations sociales par le biais de l hybridation technologique. Ce ne sera plus le fait de me relier à d autres personnes qui sera leur fonction principale, mais leur capacité à créer de nouveaux services ou des services réinventés car moins chers, moins polluants etc. Géolocalisation, ubiquité et hybridation réunies permettront donc d aller très loin et, couplés à la puissante notion Carlos Moreno «Le partage, une notion au cœur de la ville de demain» / La Revue du Cube #6

20 18 des plateforme, les bouleversements et transformations à l échelle de nos vies quotidiennes seront majeurs. Il serait impossible de clore un article sur la notion de partage au sein de la ville de demain sans évoquer d autres façons de partager au sein des espaces urbains, comme le street art, ou art des rues, qui est une forme de partage culturel la rue apparaissant, dès lors, comme le lieu d une catharsis sociale pour les artistes, comme le furent en leur temps le rap et le hiphop. Le street art est ainsi une manière de s exprimer avec ses propres codes, au même titre, autre exemple, que le crowdsourcing, qui permet la création d applications collectives (on pense notamment aux hackathons organisés par la SNCF et bien d autres à Paris). Facebook a permis de populariser ces pratiques, nous montrant comment des services nouveaux étaient issus de telles manifestations. Le partage du code, avec des mouvements comme «Tous codeurs» est aussi une expression de la ville de demain. Dernier exemple de partage dans la ville, le crowdfunding, ou financement de start-up par la multitude (Kickstarter, Ulule...etc). On est aujourd hui ainsi en capacité de faire financer par la population des projets très sérieux qui viennent s inscrire dans l économie réelle. Nous sommes devenus aussi «tous financeurs», ce qui signifie que nous pouvons apporter notre regard sur la manière dont est produite la valeur. Autant de pratiques qui illustrent très bien la façon dont la transition urbaine, vers une ville durable, vivante, solidaire, est en train de s opérer. Enfin, j ajouterai pour finir, que ce numéro de la Revue du Cube consacré au partage est luimême un bon exemple de partage d idées ces idées qui, bien qu abstraites, ont pourtant bel et bien la force de changer le monde. Carlos Moreno «Le partage, une notion au cœur de la ville de demain» / La Revue du Cube #6

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde Fiche prolongement 6 Du lien entre environnement et développement au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde 20% de la population mondiale consomme 87 % des ressources

Plus en détail

LE COACHING ET LE TEAM BUILDING. Une mode ou une tendance lourde?

LE COACHING ET LE TEAM BUILDING. Une mode ou une tendance lourde? LE COACHING ET LE TEAM BUILDING Une mode ou une tendance lourde? «Il faudrait en France un coach pour cinquante habitants!» Vincent Lenhardt I. De nouveaux accompagnements pour les mutations actuelles

Plus en détail

Médias et francophonie État des lieux

Médias et francophonie État des lieux Médias et francophonie État des lieux Le monde des médias ne change pas. Il a déjà changé! De toutes les industries culturelles, celles des médias est peut-être celle qui connaît les plus grands bouleversements.

Plus en détail

FRANÇAISES, FRANÇAIS ETC. 3

FRANÇAISES, FRANÇAIS ETC. 3 #RévolutionsPQR FRANÇAISES, FRANÇAIS ETC. 3 2012-2014 > Depuis 3 ans, FFetc met en lumière la société qui se réinvente plutôt que celle qui se recroqueville. 2012-2014 > En 2012 : FFetc montrait comment

Plus en détail

Baromètre 2015 Havas Voyages / Intel* Travailler et voyager à l ère de la transformation numérique

Baromètre 2015 Havas Voyages / Intel* Travailler et voyager à l ère de la transformation numérique Communiqué de presse Baromètre 2015 Havas Voyages / Intel* Travailler et voyager à l ère de la transformation numérique Havas Voyages et Intel collaborent pour comprendre et adresser les nouvelles attentes

Plus en détail

CHARTE ASSOCIATIVE DES MAISONS DE QUARTIER DE REIMS Validée par Assemblée Générale Extraordinaire du jeudi 17 novembre 2011

CHARTE ASSOCIATIVE DES MAISONS DE QUARTIER DE REIMS Validée par Assemblée Générale Extraordinaire du jeudi 17 novembre 2011 CHARTE ASSOCIATIVE DES MAISONS DE QUARTIER DE REIMS Validée par Assemblée Générale Extraordinaire du jeudi 7 novembre 20 «L Association des Maisons de quartier de Reims a pour objet le développement, le

Plus en détail

REsolutions to Fund Cities

REsolutions to Fund Cities Supporting local authorities to access funding REsolutions to Fund Cities Rethinking Economic Solutions to Sustainably Fund Local Development REsolutions soutient la Campagne Urbaine Mondiale Résumé REsolutions,

Plus en détail

Je travaille à la Télé-université ou la TÉLUQ. Je crois que c est bien là toujours son nom officiel.

Je travaille à la Télé-université ou la TÉLUQ. Je crois que c est bien là toujours son nom officiel. Permettez-moi de me présenter brièvement. Je travaille à la Télé-université ou la TÉLUQ. Je crois que c est bien là toujours son nom officiel. J appartiens à la direction des Services d édition. J y ai

Plus en détail

«Smart City», les services à l usager au bout des doigts!

«Smart City», les services à l usager au bout des doigts! White paper 9 : Smart Cities «Smart City», les services à l usager au bout des doigts! Emmanuel Jaunart Emmanuel Jaunart commença sa carrière dans le domaine des télécommunications. En 1995, il rejoint

Plus en détail

QUELLES PERSPECTIVES POUR LES TERRITOIRES?

QUELLES PERSPECTIVES POUR LES TERRITOIRES? L e s C a h i e r s d e l O b s e r v a t o i r e - n 7 CHAPITRE 3 QUELLES PERSPECTIVES POUR LES TERRITOIRES? Dans quelle mesure, les initiatives, expérimentations, réflexions, présentées dans les chapitres

Plus en détail

Enjeux, collaborations et impacts de la médiation culturelle Compte rendu de la Journée d étude 26 mars 2010 www.culturepourtous.

Enjeux, collaborations et impacts de la médiation culturelle Compte rendu de la Journée d étude 26 mars 2010 www.culturepourtous. Enjeux, collaborations et impacts de la médiation culturelle Compte rendu de la Journée d étude 26 mars 2010 www.culturepourtous.ca/mediation Le 26 mars 2010, Culture pour tous et le Groupe de recherche

Plus en détail

pour Des MoBILItés socialement responsables anticiper, rechercher, élaborer, agir

pour Des MoBILItés socialement responsables anticiper, rechercher, élaborer, agir pour Des MoBILItés socialement responsables anticiper, rechercher, élaborer, agir anticiper les enjeux stratégiques anticiper l évolution de la société, de son économie, de sa culture et de son environnement.

Plus en détail

TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE

TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE INSTITUT CATHOLIQUE DE RENNES France LE CHAMP A EXPLORER Longtemps monopole de l univers public et associatif,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Le 21.11.13 1/10

DOSSIER DE PRESSE Le 21.11.13 1/10 UNE CAMPAGNE DE COMMUNICATION SUR LA LIBRAIRIE INDÉPENDANTE DOSSIER DE PRESSE Le 21.11.13 1/10 BIENVENUE Chez mon libraire, La librairie est un lieu essentiel de partage, qui valorise la richesse de notre

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN NOUS SOMMES DES PROFESSIONNELS DU DSU Nous sommes des professionnels du développement territorial ou local, du développement social urbain,

Plus en détail

Opérateurs de Transport Public, la fin d une histoire?

Opérateurs de Transport Public, la fin d une histoire? L innovation au service des mobilités Opérateurs de Transport Public, la fin d une histoire?? Quand la crise nous incite à réfléchir différemment moins ou plus du tout de financement rareté des énergies

Plus en détail

Objectifs généraux. Explications. 2. Disciplines fondamentales

Objectifs généraux. Explications. 2. Disciplines fondamentales Index Plan d'études Gymnase français de Bienne 69 2. Disciplines fondamentales sciences humaines géographie histoire introduction à l économie et au droit enseignement interdisciplinaire (EISH) Sciences

Plus en détail

et sociales offre cifre (3 ans) sciences humaines appel à candidature pour un doctorant en

et sociales offre cifre (3 ans) sciences humaines appel à candidature pour un doctorant en offre cifre (3 ans) appel à candidature pour un doctorant en sciences humaines et sociales proposé par le rize ville de villeurbane 23-25 rue Valentin Haüy 69100 Villeurbanne Tél. : 04 37 57 17 17 Fax

Plus en détail

«Les relations presse face au web 2.0, les nouveaux enjeux d un métier en pleine mutation»

«Les relations presse face au web 2.0, les nouveaux enjeux d un métier en pleine mutation» Nicolas Marguerite INITIAL ISEFAC Année scolaire 2009-2010 Bachelor de communication «Les relations presse face au web 2.0, les nouveaux enjeux d un métier en pleine mutation» Référent du mémoire : Caroline

Plus en détail

LA COLLABORATION GRANDS GROUPES / START-UPS : LEVIER D INNOVATION ET DE DEVELOPPEMENT

LA COLLABORATION GRANDS GROUPES / START-UPS : LEVIER D INNOVATION ET DE DEVELOPPEMENT INNOVATION. TRANSFORMATION DIGITALE LA COLLABORATION GRANDS GROUPES / START-UPS : LEVIER D INNOVATION ET DE DEVELOPPEMENT Regards croisés SPRING Innovation LAB Day : : Atelier Open Innovation Agence conseil

Plus en détail

METTRE FIN À LA PAUVRETÉ PARTOUT DANS LE MONDE

METTRE FIN À LA PAUVRETÉ PARTOUT DANS LE MONDE by Du global au local : 2015-2030 - 2050 1 METTRE FIN À LA PAUVRETÉ PARTOUT DANS LE MONDE 1 1 L élimination de la pauvreté dans le monde est le premier des Objectifs du Millénaire pour le Développement

Plus en détail

L IFAC. Projet associatif. Le chant choral en partage, en dialogue et en action

L IFAC. Projet associatif. Le chant choral en partage, en dialogue et en action L IFAC Projet associatif Le chant choral en partage, en dialogue et en action Contexte La pratique du chant choral en France est caractérisée par une diversité remarquable héritée de sa trajectoire historique.

Plus en détail

CONCLUSIONS DU FORUM DES JEUNES

CONCLUSIONS DU FORUM DES JEUNES 38 e session, Paris 2015 38 C 38 C/19 1 er novembre 2015 Original anglais Point 4.5 de l ordre du jour provisoire CONCLUSIONS DU FORUM DES JEUNES Du 26 au 28 octobre 2015, environ 500 jeunes femmes et

Plus en détail

Un nouveau souffle sur les approches multicanal, les outils d analyse et la segmentation clients

Un nouveau souffle sur les approches multicanal, les outils d analyse et la segmentation clients Un nouveau souffle sur les approches multicanal, les outils d analyse et la segmentation clients Les tendances technologiques dans le secteur de l assurance vie : partie 1. * *La haute performance. Réalisée.

Plus en détail

Communiqué de presse. Sécurité, Identité et protection des données personnelles : les français sont ils schizophrènes?

Communiqué de presse. Sécurité, Identité et protection des données personnelles : les français sont ils schizophrènes? Communiqué de presse Sécurité, Identité et protection des données personnelles : les français sont ils schizophrènes? Paris, le 24 septembre 2013 Les salons CARTES et MILIPOL Paris dévoilent les résultats

Plus en détail

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction introduction Camus l a joliment formulé : le seul choix qui s offre à nous, aujourd hui, est d être soit un pessimiste qui rit, soit un optimiste qui pleure. L optimiste croit que tout va bien. Dans La

Plus en détail

Le défi de l édition 2014 : co-construire une Force de Proposition

Le défi de l édition 2014 : co-construire une Force de Proposition Le défi de l édition 2014 : co-construire une Force de Proposition Jeudi 5 juin 2014 Cité des Sciences & de l Industrie Les CoLabs sont organisés par : Les CoLabs (15H-17H) Un moment de partage & de co-création

Plus en détail

Charte «Éducation au Développement Durable» (EDD)

Charte «Éducation au Développement Durable» (EDD) Charte «Éducation au Développement Durable» (EDD) Le Cercle de c oopération des organisations non g ouvernementales de développement La Plateforme éducation à l environnement et au développement durable

Plus en détail

VERS DES AGORAS DE L innovation. Partie 1

VERS DES AGORAS DE L innovation. Partie 1 www.inmediats.fr 2 VERS DES AGORAS DE L innovation Partie 1 VERS DES AGORAS DE L innovation Inmédiats est un projet imaginé et construit par six centres de culture scientifique, technique et industrielle

Plus en détail

www.chiensdetraineaux-jura.com - Tél. : 06 83 83 22 71 Projet Pédagogique

www.chiensdetraineaux-jura.com - Tél. : 06 83 83 22 71 Projet Pédagogique www.chiensdetraineaux-jura.com - Tél. : 06 83 83 22 71 Projet Pédagogique 1. Pourquoi visiter un élevage? La visite de l élevage s intègre dans une classe d environnement ( classe de découverte). 1.1 Une

Plus en détail

LES RESEAUX SOCIAUX SONT-ILS UNE MODE OU UNE REELLE INVENTION MODERNE?

LES RESEAUX SOCIAUX SONT-ILS UNE MODE OU UNE REELLE INVENTION MODERNE? LES RESEAUX SOCIAUX SONT-ILS UNE MODE OU UNE REELLE INVENTION MODERNE? Hugo Broudeur 2010/2011 2ieme année Télécom SudParis SOMMAIRE Introduction... 3 A) Des réseaux sociaux pour tout le monde... 4 1)

Plus en détail

EcoSenS : système partenarial de développement de l Economie sociale et solidaire

EcoSenS : système partenarial de développement de l Economie sociale et solidaire EcoSenS : système partenarial de développement de l Economie sociale et solidaire Parler d économie sociale et solidaire n est plus aujourd hui ni une incongruité, ni une affirmation écoutée avec commisération

Plus en détail

VILLES EN TRANSITION VERS UNE ECONOMIE VERTE Piura 17 et 18 avril 2012. Document de conclusions

VILLES EN TRANSITION VERS UNE ECONOMIE VERTE Piura 17 et 18 avril 2012. Document de conclusions nta VILLES EN TRANSITION VERS UNE ECONOMIE VERTE Piura 17 et 18 avril 2012 Document de conclusions «Si l économie verte comme concept signifie le progrès avec responsabilité, le développement avec honnêteté

Plus en détail

60 salariés. 3 MINISTÈRE est une agence Web, experte en CRM, e-commerce, data et analytics. Elle compte à ce. jour 25 salariés.

60 salariés. 3 MINISTÈRE est une agence Web, experte en CRM, e-commerce, data et analytics. Elle compte à ce. jour 25 salariés. Laurent HABIB réunit les agences LIGARIS 1, PLAN CRÉATIF 2 et MINISTÈRE 3 pour créer la 1 ère agence globale indépendante du marché. Une agence de 180 personnes, à 60% digitale, intégrant tous les métiers

Plus en détail

Pour une Pédagogie de Projet émancipatrice

Pour une Pédagogie de Projet émancipatrice http://gfen.langues.free.fr Pour une Pédagogie de Projet émancipatrice Maria-Alice Médioni Le projet, autrefois combattu, est aujourd hui à la mode. Il apparaît même incontournable dans la mesure où il

Plus en détail

«LA FRANCE EST CAPABLE DE GRANDS ÉVÉNEMENTS. LA FRANCE A BESOIN DE SE PROJETER»

«LA FRANCE EST CAPABLE DE GRANDS ÉVÉNEMENTS. LA FRANCE A BESOIN DE SE PROJETER» 28/04/15 1 «LA FRANCE EST CAPABLE DE GRANDS ÉVÉNEMENTS. LA FRANCE A BESOIN DE SE PROJETER» Le 6 novembre 2014, le Président de la République a officiellement annoncé la candidature de la France à l organisation

Plus en détail

admissions Bachelor 2010 Devenir artiste devenir designer

admissions Bachelor 2010 Devenir artiste devenir designer admissions Bachelor 2010 Devenir artiste devenir designer Devenir artiste / Devenir Designer Engager une aventure de création dans l art ou le design contemporains. Bénéficier d une solide formation théorique

Plus en détail

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET?

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? 61 POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? L école de Pinay est connectée depuis deux ans et demi à l Internet. Cela laisse suffisamment de recul pour une réflexion sur cette pratique. Il convient pour

Plus en détail

Les espaces urbains comme ressource artistique

Les espaces urbains comme ressource artistique Café-débat «L art et la ville» 5 décembre 2013 L art est acteur de la fabrication de la ville. Quel rôle joue-t-il exactement? Pour la fabrication de quelle ville? Les intervenants Vincent Prieur et Clara

Plus en détail

Olivier BERNEX : Es-tu d accord avec cette remarque : de nombreux peintres construisent une image à partir de la peinture, alors que pour toi l image

Olivier BERNEX : Es-tu d accord avec cette remarque : de nombreux peintres construisent une image à partir de la peinture, alors que pour toi l image Olivier BERNEX : Es-tu d accord avec cette remarque : de nombreux peintres construisent une image à partir de la peinture, alors que pour toi l image construit la peinture? C est-à-dire que devant une

Plus en détail

MesInfos Santé. Une relation rééquilibrée avec sa santé, grâce au pouvoir des données DOSSIER DE PARTENARIAT - MARS 2015 *****

MesInfos Santé. Une relation rééquilibrée avec sa santé, grâce au pouvoir des données DOSSIER DE PARTENARIAT - MARS 2015 ***** MesInfos Santé Une relation rééquilibrée avec sa santé, grâce au pouvoir des données DOSSIER DE PARTENARIAT - MARS 2015 ***** Le projet MesInfos explore depuis 2012 ce qu'il se passerait si, demain, les

Plus en détail

Les Histoires de demain par TNP REVUE DE PRESSE

Les Histoires de demain par TNP REVUE DE PRESSE Les Histoires de demain par TNP REVUE DE PRESSE 4 novembre 2015 Les Echos Business - 04/11/2015 http://business.lesechos.fr/directions-numeriques/digital/transformation-digitale/021450570757-s-adapter-ou-se-transformer-les-hesitations-des-entreprises-pre-numeriques-204380.php

Plus en détail

L ENFANT ET LA PEUR D APPRENDRE

L ENFANT ET LA PEUR D APPRENDRE L ENFANT ET LA PEUR D APPRENDRE Serge Boimaré / Editions Dunod Il y a toujours une souffrance quand on ne répond pas aux attentes de l école. Les grandes difficultés d apprentissages doivent amener à une

Plus en détail

Journée mondiale d action 2014 du Réseau de la société civile du mouvement SUN. Note conceptuelle

Journée mondiale d action 2014 du Réseau de la société civile du mouvement SUN. Note conceptuelle Journée mondiale d action 2014 du Réseau de la société civile du mouvement SUN Contexte Note conceptuelle 2013 a été une année marquante pour la nutrition, qui a fait suite à de nombreuses années de revendication

Plus en détail

BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS

BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS Quatrième colloque hypermédias et apprentissages 275 BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS Anne-Olivia LE CORNEC, Jean-Marc FARINONE,

Plus en détail

Culture du livre / Culture des écrans : l indispensable complémentarité

Culture du livre / Culture des écrans : l indispensable complémentarité Culture du livre / Culture des écrans : l indispensable complémentarité Serge TISSERON Psychiatre Docteur en psychologie HDR à l Université Paris-Ouest http://www.sergetisseron.com Pourquoi parler de:

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

Eco-logis. Projet Pédagogique. Un projet de voyage autour du monde, à la rencontre d auto-constructeurs. www.eco-logis.org (en construction)

Eco-logis. Projet Pédagogique. Un projet de voyage autour du monde, à la rencontre d auto-constructeurs. www.eco-logis.org (en construction) Eco-logis Un projet de voyage autour du monde, à la rencontre d auto-constructeurs Projet Pédagogique www.eco-logis.org (en construction) Un projet de l Association Le Porte-Bagages portebagages.e-monsite.com

Plus en détail

Réinventer le vivre-ensemble

Réinventer le vivre-ensemble Réinventer le vivre-ensemble Application collaborative de proximité DOSSIER DE PRESSE - OCTOBRE 2015 L espace urbain concentre en France plus de 80 % de la population au sein de grandes collectivités qui

Plus en détail

PROGRAMME VILLES VERTES

PROGRAMME VILLES VERTES PROGRAMME VILLES VERTES FINALITÉ DU PROGRAMME L OCDE a lancé un programme intitulé Villes vertes afin d évaluer dans quelle mesure les politiques de croissance verte au sein des villes et de développement

Plus en détail

UNION POSTALE UNIVERSELLE

UNION POSTALE UNIVERSELLE UPU UNION POSTALE UNIVERSELLE CEP C 2 2014.1 Doc 6b Original: anglais CONSEIL D EXPLOITATION POSTALE Commission 2 (Développement des marchés) Questions intéressant le Groupe «Economie postale appliquée

Plus en détail

LES NOUVEAUX USAGES DE LA MOBILITÉ. Un enjeu et une opportunité majeurs pour l industrie automobile

LES NOUVEAUX USAGES DE LA MOBILITÉ. Un enjeu et une opportunité majeurs pour l industrie automobile LES NOUVEAUX USAGES DE LA MOBILITÉ Un enjeu et une opportunité majeurs pour l industrie automobile. Position du problème Un axe très important dans les transports individuels est celui des nouveaux usages

Plus en détail

Mettre la culture au cœur des politiques de développement durable

Mettre la culture au cœur des politiques de développement durable Déclaration de Hangzhou Mettre la culture au cœur des politiques de développement durable Adoptée à Hangzhou, République populaire de Chine, le 17 mai 2013 Nous, les participants réunis à Hangzhou à l

Plus en détail

Garage de GE à Paris

Garage de GE à Paris Garage de GE à Paris 26 6 Novembre 2015 Espace Commines 17 Rue Commines 75003 Paris France 26 10h 17h 26 19h 22h Garage de GE Venez participer aux portes ouvertes du Garage de GE. Au Garage, vous pourrez

Plus en détail

Le plaisir de la simplicité!

Le plaisir de la simplicité! Les Français et la consommation responsable Le plaisir de la simplicité! Mars En collaboration avec Aegis Media Solutions Et avec le soutien de I ADEME Edito par Elizabeth Pastore-Reiss, Présidente d Ethicity

Plus en détail

Êtes-vous prêt à devenir un assureur connecté? Quand l'internet des objets (IoT) change les règles du jeu de l assurance

Êtes-vous prêt à devenir un assureur connecté? Quand l'internet des objets (IoT) change les règles du jeu de l assurance Êtes-vous prêt à devenir un assureur connecté? Quand l'internet des objets (IoT) change les règles du jeu de l assurance * Les objets connectés révolutionnent notre mode de vie et deviennent le moteur

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS Le Master 1 : Management Public Environnemental forme aux spécialités de Master 2 suivantes : - Management de la qualité o Parcours

Plus en détail

Comment trouver du sens dans une société en perte de repères?

Comment trouver du sens dans une société en perte de repères? Comment trouver du sens dans une société en perte de repères? Christine Lemaire, dans le cadre du colloque de la Simplicité volontaire 2013, Québec, 3 novembre 2013 Ma première réaction à la question posée

Plus en détail

Jean-Paul Bouchet. Le rôle du manager La finalité de l entreprise en question

Jean-Paul Bouchet. Le rôle du manager La finalité de l entreprise en question Jean-Paul Bouchet Le rôle du manager La finalité de l entreprise en question Le cadre juridique ne peut pas tout régler. Pour permettre aux managers de tenir leur rôle, il faut s interroger sur la finalité

Plus en détail

LES REGLES DE BASE. Ø Le porteur de projet. Ø Le financement. Ø La contrepartie. [Choisir la date] Ø L éligibilité du projet

LES REGLES DE BASE. Ø Le porteur de projet. Ø Le financement. Ø La contrepartie. [Choisir la date] Ø L éligibilité du projet GUIDE CO- CITY Comment réussir sa campagne de crowdfunding? LES REGLES DE BASE Ø L éligibilité du projet Co-city ne finance pas de projet personnel, il doit s agir d un projet collectif à but non lucratif.

Plus en détail

DES E-SERVICES POUR DES E-CITOYENS?

DES E-SERVICES POUR DES E-CITOYENS? DES E-SERVICES POUR DES E-CITOYENS? Organisateur LE GROUPE LA POSTE Animateur Michel NAMURA, Directeur Général des Services (DGS) de la Ville de Saint-Ouen Avec 75 % des foyers français aujourd hui équipés

Plus en détail

Des hommes et des ressources

Des hommes et des ressources Des hommes et des ressources G 6. La question des ressources alimentaires I. Etude de cas : au Brésil Quelle est la situation alimentaire au Brésil? P 282-283 A. Une grande puissance agricole 1) L agriculture

Plus en détail

Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie et de la diversité des jeunes créateurs

Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie et de la diversité des jeunes créateurs Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie MARDI Contact presse Ministère de la Culture et de la Communication Délégation à l information et à

Plus en détail

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Laval PAYS-DE- LA-LOIRE VILLE DE LAVAL Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Renouer avec la mémoire pour envisager le futur L action culturelle dans la ville / Culture & Proximité 1 VILLE DE LAVAL

Plus en détail

CREATION INNOVATION EDUCATION

CREATION INNOVATION EDUCATION Ministère de la Culture et de la Communication CREATION INNOVATION EDUCATION du 15 au 28 mai 2014 SILICON VALOIS, ESPACE DE TRAVAIL PARTAGE DEDIE A L INNOVATION CULTURELLE Ministère de la Culture et de

Plus en détail

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE Le regroupement du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l industrie en un seul établissement apporte les atouts

Plus en détail

Offre spéciale Cap Digital

Offre spéciale Cap Digital Offre spéciale Cap Digital NPA Conseil vous propose un pack spécial de 3 Dossiers NPA Les medias numériques face a la question des APIs 2 Voiture connectée. L enjeu des écosystèmes et les opportunités

Plus en détail

AUTEURS ÉCRIVANT DANS LE CINÉMA

AUTEURS ÉCRIVANT DANS LE CINÉMA LA RÉMUNERATION DES AUTEURS ÉCRIVANT DANS LE CINÉMA DE FICTION EN FRANCE (21-211) Rapport pour la Guilde française des scénaristes Par Pierre Kopp Professeur à l université de Panthéon-Sorbonne (Paris

Plus en détail

LA 7EME EDITION. Ø Une édition riche et innovante

LA 7EME EDITION. Ø Une édition riche et innovante Le Salon de l Écologie est un événement annuel d envergure nationale organisé par les étudiants du master Ingénierie en Écologie et en Gestion de la Biodiversité (IEGB) de l Université de Montpellier.

Plus en détail

BAROMÈTRE INRIA 2014 - TNS SOFRES BIENVENUE DANS L ÈRE DE L HOMO NUMERICUS! LE POUVOIR D AGIR EN TOUTE CONSCIENCE

BAROMÈTRE INRIA 2014 - TNS SOFRES BIENVENUE DANS L ÈRE DE L HOMO NUMERICUS! LE POUVOIR D AGIR EN TOUTE CONSCIENCE BAROMÈTRE INRIA 2014 - TNS SOFRES BIENVENUE DANS L ÈRE DE L HOMO NUMERICUS! LE POUVOIR D AGIR EN TOUTE CONSCIENCE 2 Ème Édition mars 2014 sommaire Édito P.04 P.08 P.10 La perception des français - 2011-2014

Plus en détail

PROJET DE POLITIQUE D ACTION CULTURELLE

PROJET DE POLITIQUE D ACTION CULTURELLE PROJET DE POLITIQUE D ACTION CULTURELLE 2014 2020 ÉDITO Madame, Monsieur, Le projet de politique d action culturelle de Garges-lès-Gonesse que nous vous présentons est le fruit d une étude menée au sein

Plus en détail

Campagne de Communication Prévisionnelle. Web Intelligence & Réputation Internet

Campagne de Communication Prévisionnelle. Web Intelligence & Réputation Internet Campagne de Communication Prévisionnelle Web Intelligence & Réputation Internet 1 Sommaire 1. Introduction... 3 2. Détail de la prestation de gestion de réputation online... 5 2.1 Sélection des mots, thématiques

Plus en détail

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché XXIII ème Assemblée régionale Europe Erevan, Arménie 3 au 7 mai 2010 Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché Section Belgique/Communauté

Plus en détail

EDUCATION AU DEVELOPPEMENT DURABLE Projets et actions

EDUCATION AU DEVELOPPEMENT DURABLE Projets et actions EDUCATION AU DEVELOPPEMENT DURABLE Les textes de l ONU (RIO 1992) et du MEN depuis 2004 Développement durable Pilier Environnement (Ecologie) Pilier participation populaire / culturel/ social Pilier économique

Plus en détail

Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014

Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014 Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014 Le sens de notre action Les questions relatives à l amélioration du cadre de vie et au bien-être des hommes sont des préoccupations sociétales

Plus en détail

6 février 2015 Etude Kurt Salmon pour le Forum d Avignon Paris

6 février 2015 Etude Kurt Salmon pour le Forum d Avignon Paris «France, Grande-Bretagne, Etats-Unis et Chine : quels nouveaux modèles de consommation culturelle? quelles adaptations pour les institutions culturelles?» 6 février 2015 Etude Kurt Salmon pour le Forum

Plus en détail

LA SCENE MEDIATIQUE AU MOYEN-ORIENT

LA SCENE MEDIATIQUE AU MOYEN-ORIENT LA SCENE MEDIATIQUE AU MOYEN-ORIENT A LA LUMIERE DU PRINTEMPS ARABE Paloma Haschke* Le rôle «révolutionnaire» joué par les médias sociaux dans les événements du Printemps arabe semble évident. Ce phénomène

Plus en détail

La campagne Generation Squeeze

La campagne Generation Squeeze La campagne La campagne est menée par un vaste réseau de partenaires déterminés à faire en sorte que les jeunes générations aient la possibilité de faire face à divers enjeux, comme les salaires plus bas,

Plus en détail

Gouvernance culturelle : perspectives d avenir pour Montréal, métropole culturelle. Mémoire présenté par le Conseil québécois du théâtre Mai 2007

Gouvernance culturelle : perspectives d avenir pour Montréal, métropole culturelle. Mémoire présenté par le Conseil québécois du théâtre Mai 2007 Gouvernance culturelle : perspectives d avenir pour Montréal, métropole culturelle Mémoire présenté par le Conseil québécois du théâtre Mai 2007 Préambule En février 2007, Culture Montréal présentait un

Plus en détail

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque»

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» avec Communiqué de presse Paris, le 22 octobre 2014 Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» «A l heure où la marque devient

Plus en détail

LA RÉUSSITE SCOLAIRE EN MILIEUX POPULAIRES OU LES CONDITIONS SOCIALES D UNE SCHIZOPHRÉNIE HEUREUSE

LA RÉUSSITE SCOLAIRE EN MILIEUX POPULAIRES OU LES CONDITIONS SOCIALES D UNE SCHIZOPHRÉNIE HEUREUSE Ville-Ecole-Intégration, n 114, septembre 1998 LA RÉUSSITE SCOLAIRE EN MILIEUX POPULAIRES OU LES CONDITIONS SOCIALES D UNE SCHIZOPHRÉNIE HEUREUSE Bernard LAHIRE (*) L enfant de milieu populaire en difficulté

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Compte-rendu de l atelier 5 : Santé et numérique

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Compte-rendu de l atelier 5 : Santé et numérique JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 4ème journée Compte-rendu de l atelier 5 : Santé et numérique Thème de la journée contributive : Junior ESSEC 04/02/2015

Plus en détail

Les Gares au Miroir de l'urbain. Individus et expériences de l urbanité

Les Gares au Miroir de l'urbain. Individus et expériences de l urbanité Séminaire Doctoral, Ecole des Ponts ParisTech, 2013-2014 Organisé par Nacima Baron-Yellès (LVMT) et Nathalie Roseau (LATTS) Les Gares au Miroir de l'urbain Individus et expériences de l urbanité Séance

Plus en détail

Une étude Ipsos / Logica Business Consulting pour

Une étude Ipsos / Logica Business Consulting pour Une étude Ipsos / Logica Business Consulting pour Valeurs, identité et aspirations des jeunes avant l élection présidentielle Mars 2012 Nobody s Unpredictable Fiche technique Sondage effectué pour : Glamour

Plus en détail

FORUM EDUCASPORT Monde

FORUM EDUCASPORT Monde FORUM EDUCASPORT Monde Paris - France PARTICIPATION ET INTERVENTION LORS DU FORUM EDUCASPORT MONDE A DESTINATION DE : ASSOCIATIONS, ONG, FONDATIONS, INSTITUTIONS, INSTANCES SPORTIVES, ETABLISSEMENTS SCOLAIRES,

Plus en détail

Créer et gérer. une activité de photographe TROUVER SA SPÉCIALITÉ ET EN VIVRE! FABIÈNE GAY JACOB VIAL PHOTOGRAPHE

Créer et gérer. une activité de photographe TROUVER SA SPÉCIALITÉ ET EN VIVRE! FABIÈNE GAY JACOB VIAL PHOTOGRAPHE PHOTOGRAPHE Créer et gérer une activité de photographe TROUVER SA SPÉCIALITÉ ET EN VIVRE! FABIÈNE GAY JACOB VIAL Groupe Eyrolles, 2013, ISBN : 978-2-212-13590-9 PHOTOGRAPHE Photographe, moi? 1 La photographie

Plus en détail

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP»

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP» «LEADERSHIP» Est-il possible de DÉVELOPPER LES COMPÉTENCES DE LEADERSHIP? PROGRAMME DU COURS 1. Introduction 2. Les fondamentaux du Leadership 3. Valeurs, attitudes et comportements 4. Les 10 devoirs du

Plus en détail

La FRENCH TECH. des. Venez à la rencontre. près de chez vous! présente le

La FRENCH TECH. des. Venez à la rencontre. près de chez vous! présente le La FRENCH TECH présente le Venez à la rencontre des près de chez vous! 4 > 27 juin 2014 Qu est-ce qu une startup? Une startup est une jeune entreprise innovante à la recherche d un modèle de développement

Plus en détail

Fleur PELLERIN Ministre de la Culture et de la Communication. Patrick KANNER Ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports

Fleur PELLERIN Ministre de la Culture et de la Communication. Patrick KANNER Ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports Fleur PELLERIN Ministre de la Culture et de la Communication et Patrick KANNER Ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports Grand programme de service civique dédié à la culture «Citoyens de la culture»

Plus en détail

CONTRE-COURANTS # 2 NE PARLE PAS AUX INCONNUS

CONTRE-COURANTS # 2 NE PARLE PAS AUX INCONNUS CONTRE-COURANTS # 2 NE PARLE PAS AUX INCONNUS LE SAMEDI 25 AVRIL à 19H LE DIMANCHE 26 AVRIL à 15H +12H00 / Brunch conçu et animé par Pascal Didier avec les journalistes Caroline Gillet et Amélie Fontaine

Plus en détail

Management Interculturel

Management Interculturel Management Interculturel La mondialisation et l ouverture des marchés ont permis l interconnexion des mondes. Ces phénomènes ont en même temps accéléré la mutation des modes de pensée et de consommation.

Plus en détail

Communication, culture et territoires Développement culturel et patrimoines

Communication, culture et territoires Développement culturel et patrimoines Communication, culture et territoires Développement culturel et patrimoines Michèle Gellereau GERiiCO-Lille3 Séminaire Communication et développement (GPB) 1er avril 2009 Introduction Liens communication/culture/développement

Plus en détail

Introduction. Groupe Eyrolles

Introduction. Groupe Eyrolles Introduction La crise ferait vendre! C est en tout cas le constat que peuvent se faire nombre de libraires depuis 2008 : près d une centaine d ouvrages sur le sujet auraient déjà été publiés Pratiquement

Plus en détail

Après une longue phase de gestation, les préoccupations. L éco-conception : quelques questions posées à l architecture DES OUTILS, PROCESS

Après une longue phase de gestation, les préoccupations. L éco-conception : quelques questions posées à l architecture DES OUTILS, PROCESS 010-014 Gontier 29/10/08 10:55 Page 10 DES OUTILS, PROCESS ET MÉTHODES EN QUESTIONS L éco-conception : quelques questions posées à l architecture Le développement d une architecture fondée sur le principe

Plus en détail

LE PÔLE YOUNOMIE, DE L ARGUS DE LA PRESSE PRÉSENTE L ARGUS DE LA PRESSE LA COMMUNICATION NOUS REUNIT, L INFORMATION VOUS ENRICHIT 1

LE PÔLE YOUNOMIE, DE L ARGUS DE LA PRESSE PRÉSENTE L ARGUS DE LA PRESSE LA COMMUNICATION NOUS REUNIT, L INFORMATION VOUS ENRICHIT 1 LE PÔLE YOUNOMIE, DE L ARGUS DE LA PRESSE PRÉSENTE L ARGUS DE LA PRESSE LA COMMUNICATION NOUS REUNIT, L INFORMATION VOUS ENRICHIT 1 CONTEXTE DE L ENQUÊTE POURQUOI? Une démarche inédite, jamais menée en

Plus en détail

Le nouveau paradigme de la mobilité

Le nouveau paradigme de la mobilité Georges Amar Janvier 2013. Le nouveau paradigme de la mobilité face aux défis du développement durable Une vision prospective Prospective? - Par temps d incertitude & d innovation intensive. Prospective

Plus en détail

A6 LA COM, QUELLE PLACE DANS VOS PROJETS?

A6 LA COM, QUELLE PLACE DANS VOS PROJETS? A6 LA COM, QUELLE PLACE DANS VOS PROJETS? Organisateur CAP COM Coordinateur Bernard DELJARRIE, Délégué général de CAP COM Animateur, Directeur de la Communication, Conseil Général du Bas-Rhin L un des

Plus en détail

Description des orientations spécifiques De la Maîtrise universitaire (Master) en sciences sociales

Description des orientations spécifiques De la Maîtrise universitaire (Master) en sciences sociales Description des orientations spécifiques De la Maîtrise universitaire (Master) en sciences sociales Parcours de vie, inégalités et politiques sociales, p. 2 Droits humains, Diversité et Globalisation,

Plus en détail

LE PARI D UN EMPLOI FAMILIAL DECLARE, ORGANISE ET PROFESSIONNALISE

LE PARI D UN EMPLOI FAMILIAL DECLARE, ORGANISE ET PROFESSIONNALISE LE PARI D UN EMPLOI FAMILIAL DECLARE, ORGANISE ET PROFESSIONNALISE EN EUROPE : VERS LA CONSTRUCTION D UNE UNION PLUS COMPETITIVE, PLUS SOCIALE ET PLUS SOLIDAIRE. 15 JANVIER 2010 FAIRVALUE Corporate & Public

Plus en détail