FORMATION LE BOIS énergie renouvelable

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FORMATION LE BOIS énergie renouvelable"

Transcription

1

2 énergie renouvelable 15 M Ha, c est = 25 % du territoire feuillus = 64 % résineux = 36 % Le stère (unité commerciale principale) est le volume de 1 m3 de bois Suivant le coefficient d empilage, le volume réel du bois est différent : 1 m3 apparent = 0,4 à 0,77 m3 réel

3 LE CHAUFFAGE AU BOIS NE CONTRIBUE PAS A L EFFET DE SERRE CO² émis est réabsorbé (photosynthèse) Avec des appareils bien conçus (combustion secondaire) Quantité négligeable de polluants

4 Le bois contient toujours de l eau Arbre sur pied : 40 à 80 % eau Séchage (+2 ans) : 18 à 20 % eau Hum = 80% Hum = 20% cœur écorce aubier Coupe? Le % humidité sur la masse brute est principalement utilisé, c est la masse d eau contenue dans le bois le rapport entre la masse brute du bois (eau comprise)

5 teneur en eau du bois en fonction du temps et des conditions de stockage Teneur en eau du bois en % Stères à l air libre en rondins Stères à l air libre en quartiers Bûches de 33 sous abris en rondins Bûches de 33 sous abris en quartiers Temps de séchage

6 Le pouvoir calorifique du bois C est la quantité de chaleur que peut dégager la combustion complète d une unité de combustible (Kg, litre, m3 ) s exprime en Kwh/Kg ou Kwh/l ou Kwh/m3 exemple : la combustion complète d un litre de fuel dégage 10 Kwh d où un PCI de 10 Kwh/l le pouvoir calorifique varie un peu en fonction de l essence et beaucoup en fonction de l humidité du bois

7 Pouvoir calorifique du bois 20 % humidité 50 % humidité Résineux : 4,2 Kwh/Kg 2,25 Kwh/Kg Feuillus : 3,5 Kwh/Kg 1,9 Kwh/Kg mais 1 m3 de feuillus durs = 350 à 500 Kg 1 m3 de résineux = 250 à 350 Kg 1 m3 de feuillus tendres = 250 à 400 Kg

8 Pouvoir calorifique du bois en fonction du volume et du poids à 15 % d humidité essence Hêtre Chêne Frêne Bouleau Orme Érable Saule Peuplier Pin Mélèze Épicéa Sapin PCI/volume Kwh/m PCI/poids Kwh/Kg 4,2 4,2 4,2 4,3 4,1 4,1 4,1 4,2 4,4 4,4 4,4

9 le bois est un combustible composé essentiellement de matières volatiles qui se transforment en gaz combustibles ou non matières volatiles Environ 85 % de la masse du bois charbon de bois environ 14 % de la masse du bois donnent matières minérales environ 1 % de la masse du bois 67 % de la chaleur dégagée 33 % de la chaleur dégagée

10 le bois sec s enflamme à partir de 250 C avec 20 % d humidité il faut 300 C le fuel s enflamme entre 400 et 450 C le propane s enflamme à 480 C le gaz naturel s enflamme à 580 C plus le volume des vides internes est important plus le bois s enflamme facilement (cas des résineux)

11 1) le séchage la chaleur dégagée va permettre de sécher le bois en vaporisant l eau contenue dans le bois donc ce qui entraîne une consommation d énergie pour évaporer l eau mais pas pour apporter de la chaleur plus le bois est humide et plus cette phase est importante

12 2) la combustion réelle La chaleur dégagée en 1) augmente de plus en plus, en atteignant les couches successives du bois qui se décompose en libérant des quantités de plus en plus importantes de gaz qui s enflamme ou s échappe et on arrive à la décomposition chimique du bois, les molécules sont «cassées» en molécules simples sous l effet d une forte chaleur (pyrolyse) Puis on assiste à un ralentissement de la combustion provenant de la couche de charbon qui se forme à la surface et s épaissit

13 3) la combustion des résidus solides Correspond à l incandescence du charbon de bois Lorsque prend fin le dégagement des gaz le charbon de bois formé se trouve en présence d oxygène et devient incandescent et brûle presque sans flamme. Les résidus de cette combustion sont les cendres. Ces différentes phases se distinguent difficilement dans la pratique

14 la température maximale de combustion d un bois sec est de l ordre de C avec 20 % d humidité elle est de à C

15 schéma de la combustion du bois

16 Quels sont les inconvénients d un bois ayant une forte teneur en eau?

17 inconvénients d un bois ayant une forte teneur en eau abaissement du pouvoir calorifique augmentation de la température d inflammation baisse de rendement de l appareil par calorifique par «gaspillage d énergie» pour le séchage diminution de la température de combustion et perte de rayonnement Risque de condensation dans les conduits Non destruction de certains acides

18 rôle de l air comburant la combustion complète nécessite 8 m 3 d air par Kg de bois sec la combustion n étant jamais complète, le bois jamais sec, la quantité d air nécessaire sera d environ 8 m 3 par Kg de bois si manque d air Combustion incomplète = Imbrûlés solides et gazeux (notamment CO) si excès d air Température de flamme plus faible = Rendement plus faible = Condensation de produits qui devraient brûlés

19 les fumées contiennent principalement : des éléments minéraux (cendres) des éléments gazeux (CO2, CO, hydrogène, oxyde d azote, goudrons ) des éléments hydrocarbures (acides, alcools ) des éléments de particules imbrûlées (suie, eau)

20 une combustion complète : peu de fumée s échappe, de couleur blanche, ce n est pratiquement que de la vapeur d eau et du gaz carbonique (ininflammable) une combustion incomplète : plus la fumée est sombre et plus on a à faire à une mauvaise combustion C est du gaspillage (énergie perdue), de la pollution, des conduits encrassés Fin du bois

La signature d un bois de chauffage de qualité

La signature d un bois de chauffage de qualité La signature d un bois de chauffage de qualité Un gage de qualité pour le consommateur La charte Normandie Bois Bûche a été réalisée afin : de promouvoir un bois bûche de qualité en termes de rendement

Plus en détail

Calcul de la puissance de chauffe Informations générales

Calcul de la puissance de chauffe Informations générales Informations générales 1 Marche à suivre Un dimensionnement correct des installations de chauffage central est essentiel pour l utilisation rationnelle de l énergie dans les bâtiments. Le schéma montre

Plus en détail

RDP : Bilan carbone d une centrale électrique thermique au gaz

RDP : Bilan carbone d une centrale électrique thermique au gaz 1S Thème : AGIR RDP : Bilan carbone d une centrale électrique thermique au gaz DESCRIPTIF DE SUJET DESTINE AU PROFESSEUR Objectif Compétences exigibles du B.O. Initier les élèves de première S à la démarche

Plus en détail

Notions sur les différentes Chaudières au sol

Notions sur les différentes Chaudières au sol TECHNIQUES DES INSTALLATIONS SANITAIRES Nom : ET ENERGIES THERMIQUES Chaudières au sol Section énergétique Mr CHENUIL Notions sur les différentes Chaudières au sol On donne : Un dossier ressource définissant

Plus en détail

LA COMBUSTION DES CARBURANTS

LA COMBUSTION DES CARBURANTS LA COMBUSTION DES CARBURANTS D où provient l énergie qui fait tourner les moteurs? De quoi se composent les hydrocarbures? Pourquoi faut-il de l air pour brûler du carburant? Quelle est la quantité d énergie

Plus en détail

2.1 Détermination de la puissance du générateur de chaleur

2.1 Détermination de la puissance du générateur de chaleur Détermination de la puissance du générateur de chaleur 1 Marche à suivre Un dimensionnement correct des installations de chauffage est essentiel pour l utilisation rationnelle de l énergie dans les bâtiments.

Plus en détail

I Hydrocarbures simplifiés

I Hydrocarbures simplifiés Gaz et fioul 1/5 Données communes : Composition volumique de l air est de 21 % de O2 et 79 % de N2. Chaleur latente de vaporisation de l eau : L f = 2 250 kj/kg. Eléments Carbone Hydrogène Oxygène Azote

Plus en détail

Avec quel bois. se chauffer?

Avec quel bois. se chauffer? Avec quel bois se chauffer??? Pourquoi choisir l énergie bois? Le bois énergie est bon marché Contrairement aux prix des énergies fossiles, celui du bois est stable. Le faible coût de ce combustible, associé

Plus en détail

La chimie atmosphérique

La chimie atmosphérique La chimie atmosphérique Régions et caractéristiques de l atmosphère Multitude de composés chimiques sont présents dans la troposphère La composition de l air de la troposphère Les gaz O 2, N 2, Ar gaz

Plus en détail

www.xylowatt.com Présentation du procédé XYLOWATT et analyse de la rentabilité sur les principaux marchés européens

www.xylowatt.com Présentation du procédé XYLOWATT et analyse de la rentabilité sur les principaux marchés européens www.xylowatt.com Présentation du procédé XYLOWATT et analyse de la rentabilité sur les principaux marchés européens COLLOQUE atee - CIBE du 18 et 19 septembre 2007 XYLOWATT, la société XYLOWATT a été crée

Plus en détail

Entretien de la chaudière : Kesako?

Entretien de la chaudière : Kesako? L'entretien : une affaire de spécialiste Entretien de la chaudière : Kesako? Les chauffagistes sont des techniciens professionnels formés et agréés par les régions, seuls ceux-ci sont habilités à réaliser

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

DETERMINATION DU BESOIN CALORIFIQUE ANNUEL

DETERMINATION DU BESOIN CALORIFIQUE ANNUEL DETERMINATION DU BESOIN CALORIFIQUE ANNUEL ) Les degrés jour unifiés : Les degrés jour unifiés ou DJU permettent de réaliser des estimations de consommation d'énergie thermique pour le chauffage d un bâtiment

Plus en détail

Mesure des caractéristiques des combustibles bois

Mesure des caractéristiques des combustibles bois Mesure des caractéristiques des combustibles bois ADEME Critt Bois Fibois CTBA JUILLET 2001 SOMMAIRE AVANT PROPOS page 4 1 - LA PRISE D ECHANTILLON page 6 1.1 - Division et/ou mélange du prélèvement accompagnée

Plus en détail

BUTANE ET PROPANE UNE ÉNERGIE PERFORMANTE ET COMPÉTITIVE UNE GARANTIE POUR L ENVIRONNEMENT

BUTANE ET PROPANE UNE ÉNERGIE PERFORMANTE ET COMPÉTITIVE UNE GARANTIE POUR L ENVIRONNEMENT BUTANE ET PROPANE UNE ÉNERGIE PERFORMANTE ET COMPÉTITIVE UNE GARANTIE POUR L ENVIRONNEMENT Les gaz butane et propane sont des énergies propres, respectueuses de l environnement. Leur combustion est d excellente

Plus en détail

CHAUFFAGE. Cours : 14 séances (A.Trombe, L.Adolphe, C.Oms) TD : 8 séances (S. Ginestet, M.Moisson, C.Oms) Tests : 1 QCM (30%) + 1 Contrôle final (70%)

CHAUFFAGE. Cours : 14 séances (A.Trombe, L.Adolphe, C.Oms) TD : 8 séances (S. Ginestet, M.Moisson, C.Oms) Tests : 1 QCM (30%) + 1 Contrôle final (70%) 2010/2011 CHAUFFAGE 4 - GC Cours : 14 séances (A.Trombe, L.Adolphe, C.Oms) TD : 8 séances (S. Ginestet, M.Moisson, C.Oms) Tests : 1 QCM (30%) + 1 Contrôle final (70%) 4 séances 2 séances 2 séances 4 séances

Plus en détail

CHAUFFERIE AUTOMATIQUE AU BOIS - ROCHEFORT / NE. Données techniques d'exploitation 2005-2006

CHAUFFERIE AUTOMATIQUE AU BOIS - ROCHEFORT / NE. Données techniques d'exploitation 2005-2006 CHAUFFERIE AUTOMATIQUE AU BOIS - ROCHEFORT / NE Données techniques d'exploitation 2005-2006 JUIN 2006 Document établi par Jérémy Dupuy, stagiaire de l'université Paul Sabatier à Tarbes chez B.Matthey S.A.

Plus en détail

PARTIE II. Principe de l oxy-combustion

PARTIE II. Principe de l oxy-combustion 8eme réunion de l'association des souffleurs de verre PARTIE II Principe de l oxy-combustion Luc JARRY AIR LIQUIDE France 11 rue de la Croix Blanche 78350 Les Loges en Josas FRANCE Sommaire Principe de

Plus en détail

XXVII ème rencontre du Sausseron Nesles la vallée le 14-11-09. Les énergies renouvelables : mythes et réalités

XXVII ème rencontre du Sausseron Nesles la vallée le 14-11-09. Les énergies renouvelables : mythes et réalités Ludovic THIEBAUX ludovic@elan-herblay.fr XXVII ème rencontre du Sausseron Nesles la vallée le 14-11-09 Les énergies renouvelables : mythes et réalités L impact sur l environnement COMBUSTIBLE Émissions

Plus en détail

407 Triage et classification du bois-énergie Mise à jour : 2010

407 Triage et classification du bois-énergie Mise à jour : 2010 407 Triage et classification du bois-énergie Mise à jour : 2010 Mesure 1.1 La mesure de la longueur, du diamètre ou du poids s'effectue à l'aide d'instruments de mesure usuels tels que chevillère, double-mètre,

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DOMOTIQUE U32 SCIENCES PHYSIQUES

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DOMOTIQUE U32 SCIENCES PHYSIQUES BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DOMOTIQUE U32 SCIENCES PHYSIQUES SESSION 2012 Durée : 2 heures Coefficient : 2 Matériel autorisé : - Toutes les calculatrices de poche y compris les calculatrices programmables,

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

Rapport technique. Exploitation du pouvoir calorifique

Rapport technique. Exploitation du pouvoir calorifique Rapport technique Dipl.-Ing. Matthias Raisch, Bosch Industriekessel GmbH Exploitation du pouvoir calorifique L utilisation de la technique de condensation permet aux exploitants des installations à vapeur

Plus en détail

Analyse comparée du cycle de vie des fenêtres bois, aluminium et PVC Etude de cas

Analyse comparée du cycle de vie des fenêtres bois, aluminium et PVC Etude de cas Pour une éco-construction dans les règles de l art Analyse comparée du cycle de vie des fenêtres bois, aluminium et PVC Etude de cas Mars 2011 www.eti-construction.fr - 1 - RENFORCER L ENVELOPPE chap.

Plus en détail

Exercices sur les combustions et les combustibles Enoncés

Exercices sur les combustions et les combustibles Enoncés Exercices sur les combustions et les combustibles Enoncés Exercice n : (revoir la nomenclature des alcanes) question : a) Écrire les formules semi-développées des alcanes suivants : le n-hexane le -méthylpentane

Plus en détail

L UTILISATION DE LA BIOMASSE

L UTILISATION DE LA BIOMASSE Roger Cadiergues MémoCad nb31.a L UTILISATION DE LA BIOMASSE SOMMAIRE nb31.1. La biomasse énergie : survol nb31.2. Les mauvais usages de la biomasse nb31.3. La biomasse primaire nb31.4. Bois, plaquettes

Plus en détail

Fiche d installation sur l utilisation des bonbonnes à gaz de pétrole liquéfie (LPG) Butane Probutane Propane

Fiche d installation sur l utilisation des bonbonnes à gaz de pétrole liquéfie (LPG) Butane Probutane Propane Fiche d installation sur l utilisation des bonbonnes à gaz de pétrole liquéfie (LPG) Butane Probutane Propane 1 1. Définition LPG On entend par LPG (Liquefied Petroleum Gas) du BUTANE, PROPANE et leurs

Plus en détail

Chauffage au bois. à la qualité de l AIR. Vallée de l Arve

Chauffage au bois. à la qualité de l AIR. Vallée de l Arve Chauffage au bois ATTENTION à la qualité de l AIR Vallée de l Arve Tous acteurs de la qualité de l air! Sommaire Chauffage au bois, un enjeu important pour la qualité de l'air... 3 Le chauffage au bois,

Plus en détail

Comment produit on industriellement de la vapeur d eau?.

Comment produit on industriellement de la vapeur d eau?. Comment produit on industriellement de la vapeur d eau?. combustion_chaudiere.html Schéma de principe d une chaudière de production de vapeur Plan Ti d une boucle vapeur 1/9 La vapeur d eau est généralement

Plus en détail

Les chaudières à condensation

Les chaudières à condensation Les chaudières à condensation Combustion du gaz naturel : CH 4 + 2 O 2 CO 2 + 2 H 2 O + chaleur CH4 : Le méthane qui est le combustible O2 : L oxygènede l air qui est le comburant comburant CO2 : Le dioxyde

Plus en détail

Le feu et ses conséquences

Le feu et ses conséquences Formation SSIAP 1 Le feu et ses conséquences Le triangle du feu Les trois éléments indispensables à l incendie Le Combustible Le Comburant (Solide, liquide, gazeux) l air: L énergie d activation (Thermique,

Plus en détail

DR1 Fiche introduction Comment améliorer son habitat? ACTIVITE DECOUVRIR ET ANALYSER : Le rôle clé du secteur du bâtiment

DR1 Fiche introduction Comment améliorer son habitat? ACTIVITE DECOUVRIR ET ANALYSER : Le rôle clé du secteur du bâtiment DR1 Fiche introduction Comment améliorer son habitat? ACTIVITE DECOUVRIR ET ANALYSER : Le rôle clé du secteur du bâtiment Objectif : Découvrir les enjeux sociaux liés à l amélioration de l habitat 1. Questionnaire

Plus en détail

Ballon tampon. Chaudières françaises fabriquées en Alsace depuis 1973

Ballon tampon. Chaudières françaises fabriquées en Alsace depuis 1973 Ballon tampon Chaudières françaises fabriquées en Alsace depuis 1973 Ballon Tampon BT Ballon tampon avec isolation, pour couplage avec chaudière bois, 4 départs, 4 retours, 4 raccordement sonde/thermomètre,

Plus en détail

13 Notions sur la combustion

13 Notions sur la combustion 1 er avril 2003 Les combustibles 344 13 Dans la plupart des cycles moteurs étudiés au chapitre 9, les quantités de chaleur nécessaires au fonctionnement du cycle sont obtenues par combustion d hydrocarbures,

Plus en détail

Rencontres Bois Energie Intervention réalisée par ProfessionsBois lors du Mois du Bois. Avec le soutient de

Rencontres Bois Energie Intervention réalisée par ProfessionsBois lors du Mois du Bois. Avec le soutient de Rencontres Bois Energie Intervention réalisée par ProfessionsBois lors du Mois du Bois Avec le soutient de Les atouts du bois-énergie Une combustion neutre vis-à-vis des émissions de gaz à effet de serre

Plus en détail

Synthèse N 6. Les unités du boisénergie

Synthèse N 6. Les unités du boisénergie Mémento aquitain du bois énergie Synthèse N 6 Synthèse bibliographique Les unités du boisénergie Octobre 2013 2 Les unités du bois-énergie Objectifs : Connaître les unités du bois énergie. Clarifier les

Plus en détail

Se chauffer au bois de manière efficace et respectueuse de l environnement

Se chauffer au bois de manière efficace et respectueuse de l environnement Guide pratique Se chauffer au bois de manière efficace et respectueuse de l environnement Edvard Karlsvik, SINTEF, Norvège Heikki Oravainen, Finlande Intelligent Energy Europe Se chauffer au bois de manière

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Les techniques (chaleur, ventilation, ECS): conception et régulation Bruxelles Environnement Systèmes de production de chaleur : principes et enjeux Raphaël Capart ICEDD asbl

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Le diagramme de l air humide - Définitions Date :

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Le diagramme de l air humide - Définitions Date : TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T4.2 : Mise en service des installations Compétence C2.2 : Analyser, vérifier une faisabilité Thème : S4 : Approche scientifique et technique des

Plus en détail

L École nationale des pompiers du Québec. Dans le cadre de son programme de formation Pompier I

L École nationale des pompiers du Québec. Dans le cadre de son programme de formation Pompier I L École nationale des pompiers du Québec Dans le cadre de son programme de formation Pompier I QUATRIÈME ÉDITION MANUEL DE LUTTE CONTRE L INCENDIE EXPOSÉ DU PROGRAMME D ÉTUDES POMPIER 1 SUJET 4 Énergie

Plus en détail

Identifier Stocker Distribuer Transformer

Identifier Stocker Distribuer Transformer Les énergies dans les transports Stocker Distribuer Transformer JPS - MAZAMET _ACT6_Energies.pub - 1 Les différentes énergies utilisées dans les transports... Tâche 1 IDENTIFIER LES ÉNERGIES... Dans le

Plus en détail

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ 1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT NOR : SOCU 00611881A ARRÊTÉ relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments existants proposés à

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER, EN CHARGE DES TECHNOLOGIES VERTES ET DES NÉGOCIATIONS SUR LE CLIMAT Arrêté du

Plus en détail

Le chauffage aux granules de bois au Québec

Le chauffage aux granules de bois au Québec Le chauffage aux granules de bois au Québec Pierre-Olivier Morency, directeur Groupe granules, QWEB Colloque Agri-Énergie Shawinigan, 25 octobre 2012 Quebec Wood Export Bureau (QWEB) association d affaires

Plus en détail

Chapitre 2. Combustion

Chapitre 2. Combustion Chapitre 2 Combustion 1 Nous étudierons dans ce chapitre le mode de production de chaleur le plus couramment rencontré dans l industrie. Nous nous limiterons au bilan énergétique et non aux processus de

Plus en détail

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES CHAPITRE 1 NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1 suite Chapitre 1 : NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1.1 Généralités 1.2 L'énergie dans le monde 1.2.1 Qu'est-ce que l'énergie? 1.2.2 Aperçu sur

Plus en détail

LA PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE

LA PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE Roger Cadiergues MémoCad nb10.a LA PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE SOMMAIRE nb10.1. Le cadre de la performance énergétique nb10.2. Le système français des classes nb10.3. La norme NF EN 15217 : les principes nb10.4.

Plus en détail

Chapitre 8 production de l'énergie électrique

Chapitre 8 production de l'énergie électrique Chapitre 8 production de l'énergie électrique Activité 1 p 116 But Montrer que chaque centrale électrique possède un alternateur. Réponses aux questions 1. Les centrales représentées sont les centrales

Plus en détail

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer E. BRAJEUL D. LESOURD, A. GRISEY (Ctifl) T. BEAUSSE (Gaz de France) Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier 2008 1

Plus en détail

Traitement thermique du bois

Traitement thermique du bois Traitement thermique du bois Principe et applications JCL Environnement. 28 Septembre 2010. Introduction Traitements chimiques o CCA, Créosote, PCP Traitement thermique est un procédé ancien o Exemple:

Plus en détail

Exercice d entraînement

Exercice d entraînement Exercice d entraînement En cas de difficulté, ne restez pas bloqué. Gérez votre temps. Plus de 5 min sur une question, c est du temps perdu et un stress qui s installe et qui vous fera perdre des moyens

Plus en détail

Conseils de prudence : Prévention : P210, P202 Intervention : P377, P381 Stockage : P403

Conseils de prudence : Prévention : P210, P202 Intervention : P377, P381 Stockage : P403 ANNEXE : RISQUES ASSOCIES AUX GAZ COMPRIMES GAZ COMBUSTIBLES DIHYDROGÈNE : H 2 H220 - extrêmement inflammable. SGH02 Prévention : P210, P202 Intervention : P377, P381 Aucune Masse molaire 2 g.mol -1 Masse

Plus en détail

Mode d emploi et manuel d installation

Mode d emploi et manuel d installation Mode d emploi et manuel d installation 1630 EN 13240 MORSØ JERNSTØBERI A/S. DK-7900 NYKØBING MORS 1 E-Mail: stoves@morsoe.com Website: www.morsoe.com Félicitations pour l acquisition de votre nouveau poêle

Plus en détail

4 ème PHYSIQUE-CHIMIE TRIMESTRE 1. Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique. PROGRAMME 2008 (v2.4)

4 ème PHYSIQUE-CHIMIE TRIMESTRE 1. Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique. PROGRAMME 2008 (v2.4) PHYSIQUE-CHIMIE 4 ème TRIMESTRE 1 PROGRAMME 2008 (v2.4) Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique Les Cours Pi e-mail : lescourspi@cours-pi.com site : http://www.cours-pi.com

Plus en détail

* * * Pour la promotion du véhicule électrique, Monaco organise désormais chaque année le rendez-vous des véhicules électriques.

* * * Pour la promotion du véhicule électrique, Monaco organise désormais chaque année le rendez-vous des véhicules électriques. La Principauté de Monaco a signé, à Rio de Janeiro, la Convention Cadre sur les Changements Climatiques ; cette Convention est entrée en vigueur par la publication de l Ordonnance Souveraine n 11.260 du

Plus en détail

LA COMBUSTION DU GAZ J-M R. D-BTP

LA COMBUSTION DU GAZ J-M R. D-BTP LA COMBUSTION DU GAZ J-M R. D-BTP 2006 1 Composition des gaz Grandeurs caractéristiques des gaz naturels Grandeurs caractéristiques des gaz de pétrole P.C.I. et P.C.S. des gaz naturels P.C.I. et P.C.S.

Plus en détail

3. Les limites d inflammations ou d explosivités.

3. Les limites d inflammations ou d explosivités. L explosimétrie 1. Qu est ce qu une explosion? L explosion est due à la présence d un combustible mélangé à un comburant dans des proportions données, qui en présence d une source d ignition ou de chaleur,

Plus en détail

Annexe I. Substances dangereuses aux fins de la définition des activités dangereuses 1

Annexe I. Substances dangereuses aux fins de la définition des activités dangereuses 1 Annexe I Substances dangereuses aux fins de la définition des activités dangereuses 1 Les quantités indiquées ci-après se rapportent à chaque activité ou groupe d activités. Lorsqu une substance ou une

Plus en détail

Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles

Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE Nom :. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles 1. Quels sont les gaz généralement inclus dans le secteur de l'énergie, conformément au

Plus en détail

Propriétés et caractéristiques du gaz naturel

Propriétés et caractéristiques du gaz naturel Janvier 2007 Propriétés et caractéristiques du gaz naturel Les unités de l'industrie gazière :: Unité de volume :: Unité de pression :: Unité de puissance :: Unité d'énergie Combustion :: Définition et

Plus en détail

Vu l ordonnance n 2012-827 du 28 juin 2012 relative au système d échange de quotas d émission de gaz à effet de serre (période 2013-2020) ;

Vu l ordonnance n 2012-827 du 28 juin 2012 relative au système d échange de quotas d émission de gaz à effet de serre (période 2013-2020) ; REPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 2012-AV-0163 de l Autorité de sûreté nucléaire du 27 septembre 2012 sur le projet d arrêté relatif à la vérification et à la quantification des émissions déclarées dans le cadre

Plus en détail

L étiquetage des produits dangereux

L étiquetage des produits dangereux 1/5 Qu est qu un produit dangereux? > C est un produit susceptible de provoquer des intoxications, lésions, brûlures, incendies, explosions et même parfois la mort. Votre santé est en danger si un produit

Plus en détail

LA REGLEMENTATION DES CHAUDIÈRES

LA REGLEMENTATION DES CHAUDIÈRES Roger Cadiergues MémoCad ml21.a LA REGLEMENTATION DES CHAUDIÈRES SOMMAIRE ml21.1. Les éléments de base ml21.2. Les chaudières de 4 à 400 kw ml21.3. Les chaudières de 0,4 à 20 MW : rendements et équipements

Plus en détail

Energie. Panorama. Flux énergétique simplifié de la Suisse, en 2013. Reste Gaz. Pertes. Force hydraulique. Reste Gaz. Combustibles nucléaires

Energie. Panorama. Flux énergétique simplifié de la Suisse, en 2013. Reste Gaz. Pertes. Force hydraulique. Reste Gaz. Combustibles nucléaires Energie Panorama Flux énergétique Dans la nature, l énergie se présente sous forme de pétrole brut, de gaz naturel, d énergie hydraulique, d uranium, de rayonnement solaire, d énergie éolienne, etc. Avant

Plus en détail

LA COMBUSTION DU BOIS ET SES IMPACTS SUR LA QUALITÉ DE L AIR

LA COMBUSTION DU BOIS ET SES IMPACTS SUR LA QUALITÉ DE L AIR LA COMBUSTION DU BOIS ET SES IMPACTS SUR LA QUALITÉ DE L AIR Jean-Pierre SAWERYSYN Professeur honoraire de l Université de Lille I, vice-président du comité régional de l APPA RESUME L objectif de cet

Plus en détail

Les effets possibles peuvent toucher les milieux de l'environnement comme :

Les effets possibles peuvent toucher les milieux de l'environnement comme : Empreintes Les milieux Le défi de l'énergie L'énergie est indispensable, mais c'est aussi un des secteurs posant les plus grands défis en matière de pollution et de changements climatiques. Il existe plusieurs

Plus en détail

BOIS ENERGIE. dans la construction performante. BBC, RT2012, maison passive

BOIS ENERGIE. dans la construction performante. BBC, RT2012, maison passive BOIS ENERGIE dans la construction performante BBC, RT2012, maison passive Présentation SOLEVAL ALEc - Agence Locale de l'energie et du climat en Sicoval sud-est toulousain Association loi 1901 Créée en

Plus en détail

CHAUFFAGE. choisissez intelligemment votre confort POURQUOI PAS DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE? Avec le soutien de la Région de Bruxelles-Capitale

CHAUFFAGE. choisissez intelligemment votre confort POURQUOI PAS DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE? Avec le soutien de la Région de Bruxelles-Capitale POURQUOI PAS DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE? CHAUFFAGE choisissez intelligemment votre confort Avec le soutien de la Région de Bruxelles-Capitale AGENCE BRUXELLOISE DE L ÉNERGIE Le Centre Urbain asbl Chauffage

Plus en détail

LES PROTOCOLES DE TEST

LES PROTOCOLES DE TEST La diffusion de cuiseurs à haut rendement énergétique, qu ils soient à base de biomasse (bois, charbon de bois), d énergie fossile ou solaire, est une des préoccupations majeure des ONG impliquées auprès

Plus en détail

Baccalauréat STI2D et STL spécialité SPCL. Épreuve de PHYSIQUE CHIMIE. Session de novembre 2013 en Nouvelle Calédonie 19/12/2013.

Baccalauréat STI2D et STL spécialité SPCL. Épreuve de PHYSIQUE CHIMIE. Session de novembre 2013 en Nouvelle Calédonie 19/12/2013. Baccalauréat STI2D et STL spécialité SPCL Épreuve de PHYSIQUE CHIMIE Session de novembre 2013 en Nouvelle Calédonie 19/12/2013 Page 0 sur 9 BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2013 Série ST12D Série STL

Plus en détail

Chimie des Aerosols. Polluants. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd)

Chimie des Aerosols. Polluants. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd) Chimie des Aerosols Polluants Fiche détaillée Niveau (A partir de la 2nd) nouvelles particules dans l atmosphère. Les particules formées sont ultra-fines et par conséquent difficiles à détecter, mais

Plus en détail

Energie photovoltaïque. Filière Physique des Composants Nanostructurés. PHELMA Septembre 2010

Energie photovoltaïque. Filière Physique des Composants Nanostructurés. PHELMA Septembre 2010 Energie photovoltaïque Filière Physique des Composants Nanostructurés PHELMA Septembre 2010 Anne Kaminski 1, Mathieu Monville 2 1 INP Grenoble - INSA Lyon 2 Solarforce 1 PLAN DU COURS 1- Panorama de l

Plus en détail

Chauffage à granulés de bois

Chauffage à granulés de bois Chauffage à granulés de bois 1 Présentation d ÖkoFEN 2 Le granulés de bois: Production et approvisionnement 3 Le dimensionnement d'un système à granulé 4 Les spécificités d'implantation: systèmes de transfert

Plus en détail

Foyer 800 CHAUDIERE Référence 6281 44

Foyer 800 CHAUDIERE Référence 6281 44 Foyer 800 CHAUDIERE Référence 6281 44 LC 2/06/2008 Fiche technique AD628144 page 1/6 540 575 1044.5 Fiche technique AD 6281 44 Foyer 800 CHAUDIERE Référence : 6281 44 Notice particulière d utilisation

Plus en détail

en Appartement Besoins, Choix du Système, Coûts...

en Appartement Besoins, Choix du Système, Coûts... Le Chauffage Individuel en Appartement Besoins, Choix du Système, Coûts... www.ale-lyon.org >> Quel est le meilleur système de chauffage chez moi? Il n y a pas de réponse unique, chaque logement et chaque

Plus en détail

HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC. With the future in mind

HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC. With the future in mind made in Belgium With the future in mind HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC Chaudière au gaz à condensation, à fonction double HeatMaster TC à condensation pour le chauffage central HeatMaster

Plus en détail

protection du bois - Alternatives à l'utilisation

protection du bois - Alternatives à l'utilisation Développement de méthodes non biocides de protection du bois - Alternatives à l'utilisation des biocides classiques? Philippe GERARDIN, LERMAB, Faculté des Sciences et Technique, Vandoeuvre Site internet:

Plus en détail

1.1.1. Unité fonctionnelle de référence, à laquelle sont rapportés les impacts environnementaux du Chapitre 2

1.1.1. Unité fonctionnelle de référence, à laquelle sont rapportés les impacts environnementaux du Chapitre 2 EXTRAIT DE LA DECLARATION ENVIRONNEMENTALE et SANITAIRE CONFORME A LA NORME NF P 01-010 PROFILES PVC DE DECORATION ET D AMENAGEMENT INTERIEURS ET EXTERIEURS Edition DECEMBRE 2005 SNEP - Profilés PVC de

Plus en détail

l entretien des chaudières

l entretien des chaudières Préservez et améliorez les performances de votre installation de chauffage : l entretien des chaudières L H A B I T A T I N D I V I D U E L pour un chauffage sûr et efficace Votre logement est équipé d

Plus en détail

PERFORMANCE ET ÉTIQUETTES ÉNERGÉTIQUES

PERFORMANCE ET ÉTIQUETTES ÉNERGÉTIQUES Roger Cadiergues MémoCad nr14.a PERFORMANCE ET ÉTIQUETTES ÉNERGÉTIQUES SOMMAIRE nr14.1. Le cadre de la performance énergétique nr14.2. Le système français des classes nr14.3. La norme NF 15217 nr14.4.

Plus en détail

RÈGLEMENT GRANULÉS EN BOIS NATUREL SUISSE

RÈGLEMENT GRANULÉS EN BOIS NATUREL SUISSE RÈGLEMENT GRANULÉS EN BOIS NATUREL SUISSE Éditeur: Association Granulés en Bois Naturel Suisse c/o Aric Gliesche, Kirschenackerweg 20a 3063 Ittigen Version : Auôt 2015 Table des matières 1. Introduction...

Plus en détail

Incendie dans un entrepôt de stockage de pneumatiques équipé d une installation sprinkler

Incendie dans un entrepôt de stockage de pneumatiques équipé d une installation sprinkler Protection, prévention et impact environnemental des incendies de stockages de pneumatiques Dossier de retour d expérience du SNCP Incendie dans un entrepôt de stockage de pneumatiques équipé d une installation

Plus en détail

La torréfaction: une source d'énergie solide pour la valorisation locale de déchets forestiers ou agricoles

La torréfaction: une source d'énergie solide pour la valorisation locale de déchets forestiers ou agricoles La torréfaction: une source d'énergie solide pour la valorisation locale de déchets forestiers ou agricoles Pr Jean-Michel Lavoie (Ph.D) Département de génie chimique et de génie biotechnologique Faculté

Plus en détail

Projet AUTOMATIQUE Analyse et commande d un incinérateur de boues en vue de la maîtrise des émissions de NOx

Projet AUTOMATIQUE Analyse et commande d un incinérateur de boues en vue de la maîtrise des émissions de NOx Projet AUTOMATIQUE Analyse et commande d un incinérateur de boues en vue de la maîtrise des émissions de NOx Extrait de la thèse de Shi LI - GIPSA-lab - Département Automatique sous la direction de Catherine

Plus en détail

Lycée professionnel Gaston Barré. Baccalauréat professionnel SESSION 2013-2014. Le carburant, le comburant, la combustion et la carburation

Lycée professionnel Gaston Barré. Baccalauréat professionnel SESSION 2013-2014. Le carburant, le comburant, la combustion et la carburation Lycée professionnel Gaston Barré Baccalauréat professionnel MAINTENANCE des VEHICULES AUTOMOBILES SESSION 2013-2014 Le carburant, le comburant, la combustion et la carburation Nom : Prénoms : 1 1/12 Préambule

Plus en détail

Diagnostic des installations de gaz

Diagnostic des installations de gaz ECOLE CHEZ SOI - GAZ02 - Le diagnostic des installations de gaz 11 DROIT COU GENER Généralités 3. la combustion du gaz chapitre 1 - généralités Pour récupérer son pouvoir calorifique, il faut faire brûler

Plus en détail

QCM5 - P H Y S I Q U E

QCM5 - P H Y S I Q U E QCM5 - P H Y S I Q U E 1. Une pression de 3 bars équivaut à : (Pa : Pascal) a. 300 Pa b. 3000 Pa c. 30000 Pa d. 300000 Pa 2. La pression atmosphérique vaut : a. 25 bars b. 1 bar c. 10 bars d. 100 bars

Plus en détail

Présentation générale des principales sources d énergies fossiles.

Présentation générale des principales sources d énergies fossiles. Présentation générale des principales sources d énergies fossiles. Date : 19/09/2012 NOM / Name SIGNATURE Etabli / Prepared Vérifié / Checked Approuvé /Approved G J-L & R-SENE R.SENE R.SENE Sommaire 1.

Plus en détail

LES CHAUFFERIES COLLECTIVES AU BOIS : QUELS POINTS DE VIGILANCE?

LES CHAUFFERIES COLLECTIVES AU BOIS : QUELS POINTS DE VIGILANCE? LES CHAUFFERIES COLLECTIVES AU BOIS : QUELS POINTS DE VIGILANCE? Jean-Pierre SAWERYSYN 1 Matthieu OGET 2 Corinne SCHADKOWSKI 3 Judith TRIQUET 3 1 Professeur honoraire de l Université de Lille I, vice-président

Plus en détail

Les énergies renouvelables. Mardi 27 septembre 2011

Les énergies renouvelables. Mardi 27 septembre 2011 Les énergies renouvelables Mardi 27 septembre 2011 Introduction La climatisation aujourd hui implique : une surconsommation énergétique des problèmes de production et d acheminement de l énergie électrique

Plus en détail

Le diagnostic des systèmes de chauffage de type 1

Le diagnostic des systèmes de chauffage de type 1 La réglementation chauffage PEB Contenu technique à l attention des organismes de formation Le diagnostic des systèmes de chauffage de type 1 Pour professionnels du chauffage : chauffagistes agréés Version

Plus en détail

Consommation Energétique Finale de l Algérie

Consommation Energétique Finale de l Algérie Données & Indicateurs Ministère de l Energie et des Mines Agence Nationale pour la Promotion et la Rationalisation de l Utilisation de l Energie Consommation Energétique Finale de l Algérie Edition 2007

Plus en détail

Matériels de Formation du GCE Inventaires Nationaux de Gaz à Effet de Serre. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles

Matériels de Formation du GCE Inventaires Nationaux de Gaz à Effet de Serre. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques Matériels de Formation du GCE Inventaires Nationaux de Gaz à Effet de Serre Secteur de l'energie Combustion de Combustibles Version du

Plus en détail

DERRIERE cette porte DECOUVREZ UN SYSTEME revolutionnaire

DERRIERE cette porte DECOUVREZ UN SYSTEME revolutionnaire DERRIERE cette porte DECOUVREZ UN SYSTEME revolutionnaire Vos avantages en un simple regard 5 ans* DE GARANTIE PAR LE FABRICANT *Sur le fonctionnement de la céramique avancée Réduction considérable de

Plus en détail

CHAUFFAGE PAR LE BOIS ESPACE AQUALUDIQUE DE CARHAIX PREMIER RETOUR D EXPERIENCE APRES TROIS ANNEES DE FONCTIONNEMENT

CHAUFFAGE PAR LE BOIS ESPACE AQUALUDIQUE DE CARHAIX PREMIER RETOUR D EXPERIENCE APRES TROIS ANNEES DE FONCTIONNEMENT CHAUFFAGE PAR LE BOIS ESPACE AQUALUDIQUE DE CARHAIX PREMIER RETOUR D EXPERIENCE APRES TROIS ANNEES DE FONCTIONNEMENT 1 2 3 4 5 DEFINITION DES EQUIPEMENTS AQUATIQUES Cet espace aqualudique sports-loisirs

Plus en détail

CHAPITRE III : L énergie utilisée dans le fonctionnement des objets techniques

CHAPITRE III : L énergie utilisée dans le fonctionnement des objets techniques CHAPITRE III : L énergie utilisée dans le fonctionnement des objets techniques Le catamaran est un voilier. Il utilise donc une voile, qui capte le vent, pour se déplacer. Ainsi, l énergie nécessaire au

Plus en détail

L énergie durable Pas que du vent!

L énergie durable Pas que du vent! L énergie durable Pas que du vent! Première partie Des chiffres, pas des adjectifs 3 Voitures Commençons cette série de chapitres dédiés à la consommation par cette icône de la civilisation moderne : la

Plus en détail

Plusieurs technologies différentes de piles à combustible

Plusieurs technologies différentes de piles à combustible Qu est-ce qu une pile à combustible? Un générateur (pas un stockage) électrochimique, alimenté en gaz, et transformant directement son énergie chimique en électricité et chaleur, sans pièces mobiles, sans

Plus en détail

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR CPTF et CSC CYCLES COMBINES A GAZ (CCG) COGÉNÉRATION DÉVELOPPEMENT DES RENOUVELABLES SOLUTIONS DE STOCKAGE CPTF ET CSC Le parc thermique est un outil essentiel pour ajuster l offre et la demande, indispensable

Plus en détail

La filière bois énergie en Bretagne

La filière bois énergie en Bretagne La filière bois énergie en Bretagne 2012 En Bretagne, une ressource àla fois abondante et limitée Total : 3.8 millions de tep la ressource en bois couvre entre 5 et 10% des besoins actuels en énergie :

Plus en détail