Compte-rendu de la réunion de la commission spécialisée de l organisation des soins Séance du 15 octobre 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Compte-rendu de la réunion de la commission spécialisée de l organisation des soins Séance du 15 octobre 2014"

Transcription

1 Compte-rendu de la réunion de la commission spécialisée de l organisation des soins Séance du 15 octobre h15 Le président, M. CLARIS ouvre la séance Membres présents ou ayant donné pouvoir : M. Alain ACHARD - représentant des associations agréées ; M. Bertrand BLASSEL - représentant des établissements publics de santé ; M. Patrick BOISRIVEAUD - représentants de la commission spécialisée médico-social ; M. Christian BRUN - représentant des associations des personnes handicapées ; Mme Corinne BUATOIS - représentant des transporteurs sanitaires ; Mme Mireille CARROT - représentant des organisations syndicales de salariés représentatives ; M. Bruno CHABAL - membre des unions régionales des professionnels de santé ; M. Olivier CLARIS - représentant des établissements publics de santé ; M. Alain COLLOMBET - représentant des établissements publics de santé ; M. Gilles-André CUCHET - représentant des conférences de territoire ; Mme Martine DRENEAU - représentant des organismes œuvrant dans les domaines de l'observation de la santé, de l'enseignement et de la recherche ; M. Marc ELSENER - représentant de la Mutualité française ; Mme Sylvie FILLEY-BERNARD - représentant des établissements privés à but lucratif ; M. Alain FRANCOIS - membre des unions régionales des professionnels de santé ; M. Jean-Marie GAGNEUR - représentant pour les centres de santé, les maisons de santé et les pôles santés ; M. Georges GRANET - représentant de l'ordre des médecins ; M. Pierre-Yves GUEUGNIAUD - médecin responsable d'un service d'aide médicale urgente ou d'une structure d'aide médicale d'urgence et de réanimation ; M. Farid HACINI - représentant des établissements privés à but non lucratif ; M. Henry JOUVE - représentant des organisations syndicales représentatives des exploitants agricoles ; Mme Sidonie LASCOLS - représentant des établissements privés à but non lucratif ; M. Pascal MESSIN - représentant des établissements privés à but lucratif ; M. Jean-Marie MORCANT - représentant des associations agréées ; M. Angelo POLI - représentant des organisations syndicales représentatives de médecins des établissements publics de santé ; Agence Régionale de Santé 241 rue Garibaldi CS Lyon Cedex 03

2 M. Etienne POT - représentant des internes en médecine de la ou des subdivisions situées sur le territoire de la région ; M. Jacques RABUT - président du conseil général ou son représentant ; M. François RIONDET - représentant des réseaux de santé ; M. François ROCHE - représentant des associations de permanence des soins intervenant dans le dispositif de permanence des soins ; Mme Christelle SERILLON - représentant des organisations syndicales de salariés représentatives ; Mme Monique SORRENTINO - représentant des établissements publics de santé ; M. Jean-Claude SOUBRA - représentant des associations de retraités et personnes âgées ; M. Damien THABOUREY - représentant des organismes œuvrant dans le champ de la promotion de la santé, la prévention ou l'éducation pour la santé ; Mme Chantal VINCENDET - représentant des établissements publics de santé ; Représentants ARS : Mme Céline VIGNÉ, directrice, «direction de l efficience de l offre de soins» Mme Corinne MARTINEZ, responsable du Pôle «Modernisation de l Offre de Soins» Mme Stéphanie HIRTZIG, responsable du service «régulation de l offre de soins» Mme Andrée ZEHRINGER, service «régulation de l offre de soins» M. Régis CHAMPAVIER, service «régulation de l offre de soins» Ordre du jour Présentation de la troisième révision du cahier des charges régional de la permanence des soins ambulatoires. Examen de demandes d autorisations sanitaires (activités de soins et équipements matériels lourds). Page 2/37

3 Troisième révision du cahier des charges régional de la permanence des soins ambulatoires Présentation par Mme le Dr Doriane ARGAUD À l issue de la présentation du diaporama, la discussion s engage. M. CLARIS souhaite des éclaircissements sur trois points : 1 À propos des effecteurs mobiles : Est-ce que ce dispositif a été mis en place dans d'autres régions et à quel coût? Si oui, le coût en Rhône-Alpes est-il similaire? Comment expliquer une telle différence de coût entre les dispositifs «médecin correspondant Samu» et «effecteur mobile»? Mme ARGAUD répond que le dispositif des effecteurs mobiles a été mis en place dans quelques régions, notamment Loire Atlantique, Nord Pas de Calais, Limousin et Picardie. Le forfait d'astreinte est compris entre 500 à 826 par nuit de 20h à 8h selon les régions avec plus ou moins les actes selon les régions. Le coût global de l'expérimentation du dispositif des effecteurs mobiles dans l'ain pendant 6 mois sur un seul grand secteur est de 90 K comprenant la rémunération du médecin (environ 700 = 518 de forfait + 2 actes en moyenne par nuit). La logistique éventuelle transport et hôtelière reste à évaluer dans l'expérimentation. Ramené à l'ensemble de la région, sur la base de 21 grands secteurs en Rhône Alpes, le coût pourrait être de 4 M d' annuel. Pour le médecin il s'agit d'honoraire, le forfait compte en partie le temps de fermeture du cabinet le lendemain matin. L'activité est estimée à 2 actes par nuit environ. Le coût du dispositif est à comparer à l'éventuelle économie générée sur les transports des personnes aux urgences et leur passage aux urgences. La différence de coût entre les deux dispositifs MCS et Effecteur mobile s explique par la taille du secteur d intervention. L effecteur mobile opère sur un secteur très vaste d'un rayon de 45 min environ et peuplé habitants Le forfait compense un cout d'acte plus faible (tarif AM 112 environ). A l'inverse le MCS intervient sur un secteur de petite taille souvent plus petit que le secteur PDSA, l'astreinte est faiblement rémunéré mais le coût de l acte est beaucoup plus élevé (environ 250 ) car cet acte est souvent long et technique (urgence vitale). 2 À propos de la commission des soins urgences et non programmés : Quelle est sa composition et où peut-on prendre connaissance des procès-verbaux des séances? La composition de la commission est transmise aux membres avec le PV. Elle est composée des acteurs des soins urgents et des acteurs de la médecine ambulatoire. La commission s est déjà réunie la première fois le 23 septembre Elle a validé une dizaine de plans d'action et la mise en place de groupes de travail qui sont à pied d œuvre en ce moment et leur travail porte essentiellement sur le volet «articulation PDSA / urgences». Il est prévu qu'elle se réunisse à nouveau début 2015 pour faire un point d'étape sur le travail accompli (Système d'information des SAMU, modélisation de la MIG SAMU, Transport héliporté ) 3 A propos des secteurs de PDSA : Y a-t-il eu des conséquences dommageables liées à la fermeture des 24 secteurs intervenus à ce jour (12 secteurs en décembre 2012 et 12 secteurs en mai 2013) et cela a-t-il suscité des plaintes. Dans les difficultés on peut noter sur le Rhône où 6 secteurs étaient concernés en 2012, il y a eu la démobilisation des médecins en première partie de nuit sur le secteur de Tarare. Nous avons des difficultés sur la réalisation de certains certificats de décès. Cette problématique n'est pas spécifique à la nuit profonde mais due en partie plutôt à la volonté des médecins de ce regrouper en MMG et de ne plus effectuer de visites à domiciles et au fait que le certificat de décès est un acte difficile à facturer car non remboursé par l'am. Page 3/37

4 Auparavant à la charge des collectivités locales, le certificat de décès est actuellement l objet d une réflexion nationale sur sa rémunération par l assurance maladie. Des contacts entre la CNAMTS et le ministère de la santé ont été établis pour définir une rémunération. Le chiffre de 800 pour la rémunération d une astreinte ayant été cité, M. JOUVE en est scandalisé. Il fait remarquer, d une part, que la personne d astreinte se trouve à son domicile et attend d être sollicitée, ce qui n advient pas nécessairement, d autre part, que ce montant équivaut au salaire mensuel de certains de nos concitoyens. Il le met en parallèle avec les prix prohibitifs que réclament certains artisans, plombier ou serrurier, intervenant en situation d urgence. Il est stupéfait d apprendre qu une négociation entre partenaires du secteur de la santé a pu aboutir à un chiffre si élevé, négociation dont le chiffre de départ était lui-même sidérant (1000 semble t-il). Prenant à titre de comparaison les montants en cours aux HCL, M. CLARIS indique qu une garde est payée 465, soit bien moins qu une astreinte de PDSA. Or une personne de garde supporte une sujétion en ayant l obligation d être présente à l hôpital. Il partage l avis de M. JOUVE et estime déraisonnable de verser près de 800 à quelqu un qui attend à son domicile une éventuelle sollicitation. Par contre, le principe selon lequel le travail de nuit qui vient s ajouter au travail de journée doit être indemnisé, lui apparaît logique. À la demande de M. GILLET, absent, M. COLLOMBET fait lecture d une motion de la Fédération Hospitalière de France : - «Les représentants de la FHF-RA à la CSOS ont pris connaissance des divers documents transmis par l ARS le 30 septembre dernier par voie électronique et relatif à une modification du cahier des charges de la PDSA. - Ils prennent acte de la volonté de l ARS Rhône-Alpes de mettre fin aux mesures dérogatoires à l arrêt de la PDSA en nuit profonde qui avaient été prévues. - Il s agit ainsi de procéder à l arrêt de la PDSA en nuit profonde dans l ensemble des secteurs à faible activité et à plus de 30 minutes d un SMUR terrestre, au plus tard le 30 novembre 2014 (lettre de Madame la Directrice générale de l ARS du 30 septembre 2014). - Ils relèvent que cette disposition conduit à faire assurer la mission correspondante en relais par les établissements de santé, sous réserve de la mise en place éventuel d un dispositif de médecins mobiles à titre expérimental, dont ils souhaiteraient, au demeurant, connaître l état d avancement (page 6-4 de l actuel cahier des charges). - Ce relais s effectue en particulier par le déploiement de médecins correspondants de SAMU, rattachés aux établissements de santé. - Ils souhaitent toutefois que cette suppression s effectue en veillant à ce que la permanence des soins assurée par des médecins libéraux dans les centres hospitaliers de proximité ne soit pas mise en péril par cette nouvelle organisation, les intéressés souhaitant légitimement assurer leur service de médecin correspondant de SAMU en parallèle de leur permanence en centre hospitalier de proximité. - Ils demandent, enfin, instamment, au vu de ce dispositif qui impacte 6 des 8 départements rhônealpins, à ce que les gains réalisés par cet arrêt de la PDSA en nuit profonde sur 44 secteurs soient, en tant que de besoin, compensés par l attribution aux établissements de santé concernés, de crédits destinés à faire face à cette mission supplémentaire.» Les chiffres mentionnés au cours de la discussion étant très différents, Mme ARGAUD explique qu ils ne recouvrent pas la même réalité et indique le prix d une astreinte d'effecteur mobile sont des honoraires et non des salaires. Les charges s'y afférents sont plus élevées que celles sur des salaires. L'évaluation du dispositif permettra de déterminer la charge en acte pesant sur le médecin. On attend environ 2 déplacements par nuit. En ce qui concerne les effecteurs mobiles, Mme VIGNÉ confirme qu il convient de distinguer le forfait de 500 et le coût des actes réalisés. Revenant sur la question des conséquences dommageables liées à l arrêt de la permanence des soins dans un secteur qualifié «à faible activité en nuit profonde» sur les ex hôpitaux locaux, elle rappelle que, dans ce type de secteur, moins d'un acte par semaine est réalisé en moyenne, ce qui est particulièrement faible en incluant les actes réalisés dans les hôpitaux locaux. L'ARS a prévu ne compensation financière pour le financement de la continuité des soins dans ces établissements dans le cas où aucun dispositif MCS n'a pu ce mettre en place suite à l'arrêt de la PDSA en nuit profonde. Page 4/37

5 Elle souligne la nécessité impérative de renforcer les cabinets de montagne qui constituent un élément essentiel du renforcement de l offre de soins de premier recours. M. CLARIS s interroge sur les économies attendues de l arrêt d activité sur la totalité des secteurs à faible activité en nuit profonde, soit 68 secteurs au total sur la période décembre 2012 à décembre En réponse, Mme ARGAUD indique le chiffre de 1,146 M, duquel il faudra déduire le coût de créations ou de renfort des maisons médicales et le renfort de la régulation médicale libérale de 600 K dans 3 départements (69; 26; 74) lors de cette 3 ème révision du CCR-PDSA. Revenant sur la motion FHF lue par M. COLLOMBET, M. CLARIS demande que la commission soit tenue informée de la situation des médecins mobiles dans le département de l'ain. Il lui paraît logique qu un financement leur soit accordé s ils ne sont pas investis actuellement des missions de médecin correspondant Samu. M. FRANÇOIS souhaitant connaître le nombre de médecins correspondants Samu (MCS) par secteur, Mme ARGAUD l informe que ce nombre est très variable : jusqu à 5 sur les secteurs comprenant les grandes stations de sports d hiver, mais parfois un seulement. Revenant sur les divers chiffres cités précédemment à propos de la rémunération des astreintes, M. FRANCOIS tempère : une présentation abrupte de chiffres sans explications n a pas de sens. Les montants peuvent évidemment être discutés à condition de tenir compte de tous les paramètres, en particulier les charges des médecins. Le département de l Ain connaissant des difficultés de fonctionnement des MCS, M. RABUT demande si l expérimentation menée dans le département de l Ardèche visant à améliorer l articulation entre SAMU et SDIS s avère concluante. Mme ARGAUD répond par l affirmative. Elle rappelle toutefois le cadre de cette expérimentation. Le département de l Ardèche comprend 13 secteurs de PDSA et environ 50 MCS. Le SDIS fournit le soutien logistique au médecin en mettant à disposition le véhicule avec une infirmière ou un chauffeur à son bord. Ce fonctionnement repose sur un accord organisationnel et financier entre l'ars et le SDIS. Cependant, le donneur d'ordre reste le SAMU. Dans l arc alpin, la configuration est différente et les établissements de santé siègent de SAMU et de SMUR apportent ce soutien logistique. M. SOUBRA remarque tout d abord que cette troisième révision du cahier des charges de la PDSA porte essentiellement sur l aspect financier, ce qu il regrette. La comparaison des chiffres actuels avec ceux d origine fait apparaître à la fois une réduction de l enveloppe d'environ 1,5 M et une augmentation du coût de la régulation. Cependant il n est pas possible de repérer les causes de ces variations car les indemnités versées aux médecins sont aujourd hui noyées dans la masse alors qu elles étaient clairement identifiées auparavant. Sur le plan strictement sanitaire, il s inquiète des conséquences de cette évolution sur la qualité de prise en charge des patients de la région. C est d après lui l aspect principal du sujet et il n est pas abordé comme il le mériterait. Mme ARGAUD explique que la réponse n est pas du tout évidente car elle suppose de réunir préalablement les indices permettant de mesurer les conséquences sur la prise en charge des patients. C est une entreprise de longue haleine, de surcroît sans aucune certitude de parvenir à la démonstration. Le dispositif actuel couvre 101 secteurs à plus de 30 minutes d un SMUR terrestre, ce qui est indéniablement un progrès par rapport à la situation initiale, puisqu alors le dispositif s'effondrait. Par conséquent, le service rendu à la population est indéniablement meilleur que par le passé. De plus, on réarme certains territoires qui avaient arrêté la permanence des soins en nuit profonde. Le système d'information de l'assurance maladie n'était plus accessible aux ARS depuis 2013, il n'a pas été possible de faire une évaluation sur l'activité de la PDSA. Cet accès devrait être possible à nouveau en M. CLARIS est tout à fait conscient de la difficulté de factualiser. Cela s avère pourtant nécessaire afin de pouvoir disposer régulièrement de données chiffrées actualisées. Page 5/37

6 Tout en voulant bien d admettre l amélioration du service rendu à la population, M. ROCHE souhaite nuancer. Le service ne peut pas être rendu de manière identique sur tout le territoire régional puisque l on décide de l'arrêter dans certains endroits sur lesquels, de plus, SOS Médecin n est pas en capacité de prendre le relai. Il en veut pour preuve la diminution du nombre d actes sur ces secteurs. Concernant les rémunérations, il ne lui semble pas logique que le niveau national ne participe pas au financement de la réponse de nuit. Il n est pas opposé par principe à tel type d organisation ou tel autre, pas plus qu aux changements d organisation, mais il refuse que l on ponctionne les moyens alloué à la PDSA au profit de l aide médicale urgente. Plutôt que chercher à réduire l enveloppe consacrée à la PDSA, il conviendrait d assurer une réponse de nuit partout où elle est nécessaire. Quant aux montants consacré à l AMU, 2,2 M lui paraît un bon début mais il estime que ce dispositif nécessiterait 8M pour fonctionner correctement. L ARS s'est engagée à fournir les chiffres de l enveloppe PDSA trimestriellement, elle doit s y tenir et il rejoint sur ce point la demande de M. CLARIS. Enfin, revenant sur la motion FHF lue précédemment par M. COLLOMBET, il rappelle que les missions des établissements de santé ne sont pas les mêmes que celles des acteurs de la PDSA. Pour clarifier le débat, Mme VIGNÉ rappelle que la PDSA est confrontée à deux principaux problèmes : l un démographique, l autre financier. Ces problèmes étant posés, il convient de construire une organisation de l offre de soins capable d assurer la prise en charge des patients dans meilleures conditions. Ce qui revient à tenir compte, dans les différents secteurs de la région, des praticiens qui ne souhaitent plus participer au dispositif et à valoriser les prises en charge que l agence estime nécessaires. À défaut, la charge se reporte sur les hôpitaux, ce qui n est pas souhaitable. Mme VIGNÉ dément cette affirmation selon laquelle les dotations des soins de premier recours sont en baisse. Il n en est rien et d ailleurs ces dotations ont permis de financer les exercices regroupés. Quant à la communication de données chiffrées, les seules qui existent proviennent de l assurance maladie et du FIR, lesquelles ne sont pas trimestrielles. M. ROCHE s interroge sur les raisons de vouloir aujourd hui casser un système qui fonctionne et engendrer des situations intenables, par exemple en secteur de montagne où il sera impossible pour un médecin libéral de prendre en charge toutes les affections, du nez qui coule au bras cassé en passant par l embolie. Mme VIGNÉ conteste ce point de vue : il n y a aucune volonté de casser une organisation et rappelle que la région Rhône-Alpes a été le précurseur du dispositif médecin correspondant Samu. Mme ARGAUD ajoute qu en période de nuit profonde peu d actes sont effectués, que ce soit au titre de l AMU ou de la PDSA. Les médecins peuvent par conséquent être sur les deux dispositifs à la fois. De plus, la participation au dispositif médecin correspondant Samu permet aux jeunes praticiens de s'intégrer dans les secteurs isolés et de créer des liens avec les partenaires de l'urgence, ce dispositif MCS est un facteur d'attractivité pour les jeunes médecins si l'on regarde le succès les stages autonomes en soins primaires ambulatoires supervisés (SASPAS) pratiqués dans ces territoires. M. POT déplore la comparaison entendue précédemment entre la rémunération des médecins et celle des artisans intervenant en situation d urgence. Les jeunes médecins sont certes soucieux de leur niveau de vie mais aussi sensibles à la qualité de leur travail. Considérant que la médecine à options est une voie d'avenir, le maillage proposé lui paraît intéressant surtout pour les jeunes praticiens qui vivent mal d être cantonnés dans une activité spécifique. Dans ces conditions, le statut de médecin correspondant Samu constitue bel et bien un facteur d'intégration. Il souhaite savoir par ailleurs selon quelles modalités les effecteurs mobiles se rendent auprès du patient. Mme ARGAUD répond que le confort et la sécurité du déplacement étant des éléments importants pour les médecins, certains demandent la possibilité d'être accompagnés sur le lieu du patient par un chauffeur. L expérimentation en cours, permettra de dire si le confort et la sécurité facilitent la participation des médecins. M. RIONDET fait remarquer que la réduction constante de l offre de soins à domicile est problématique et créatrice de situations d urgence puisque que les affections bénignes qui auraient pu être enrayées sont susceptibles d évoluer défavorablement. Page 6/37

7 Selon Mme ARGAUD, cette question générale est à la croisée de tous les dispositifs de prise en charge et d évaluation. Elle concerne également la prévention dont l évaluation est compliquée. Comment mesurer l absence de survenue d une situation? Par opposition aux actes réalisés en Samu et qui peuvent être aisément quantifiés. M. RIONDET estime pourtant qu un chiffre est significatif : celui du nombre de patients dépourvus de médecin. Une personne qui ne consulte pas faute de médecin aboutit immanquablement un jour ou l autre aux urgences. Ce type de situation renvoie également au problème de démographie médicale, note Mme ARGAUD. M. CLARIS ajoute qu il arrive de toute manière un moment où les contraintes sont telles que plus aucune solution n est possible. Il cite en exemple la baisse de l Ondam. La discussion venant à dépasser le sujet du jour, il estime que la commission est suffisamment informée et propose de voter sur cette troisième révision du cahier des charges régional de la permanence des soins ambulatoires : M. SOUBRA annonce que les quatre représentants des usagers présents ce jour ne prendront pas part au vote. Ils se réuniront prochainement avec l intention de proposer une motion. M. SOUBRA est par ailleurs volontaire pour siéger à la commission spécialisée médico-sociale en tant que représentant de la CSOS. L avis de la CSOS est favorable : 17 voix pour, 1 voix contre, 10 abstentions. Avis transmis par voie électronique après la CSOS du 15 octobre 2014 Les avis suivants sont annexés au présent procès-verbal. - Conseil Régional de l Ordre des Médecins - Usagers - Caisse Primaire d Assurance Maladie - Mutualité Française Rhône-Alpes Page 7/37

8 DOSSIER N 1 : HOSPICES CIVILS DE LYON. Confirmation et regroupement sur le site unique de l'hôpital Edouard Herriot de l'activité de soins de traitement des grands brûlés exercée auparavant sur les deux sites de l'hôpital Edouard Herriot à Lyon 3ème et de l'hôpital Saint-Joseph Saint-Luc à Lyon 7ème. Actuellement, il existe deux centres de traitement des grands brûlés pour l'inter-région Rhône- Alpes/Auvergne : l'un situé à l'hôpital Édouard Herriot (21 lits) dédiés aux adultes et enfants, l'autre situé au Centre Hospitalier Saint-Joseph-Saint-Luc (15 lits). Ces deux centres accueillent également des patients de Bourgogne et de Franche-Comté. Pour 2013, l'activité globale des deux centres actuels est respectivement de 384 séjours pour HEH et 334 séjours pour centre hospitalier Saint-Joseph-Saint-Luc. L'activité prévisionnelle du futur centre est estimée à 700 séjours. Le regroupement sur un seul site des deux centres de traitement des brûlés est conforme au schéma cible du SIOS qui stipule que : «L enjeu du regroupement des 2 centres de traitement des brûlés en un site unique reposera sur un projet médical commun, ajusté à l activité actuelle en dépit d une réduction du nombre de lits, et intégré à la filière de soins. Les capacités du nouveau centre seront réévaluées en fonction de l activité et de l organisation qui devra être adaptée à un éventuel afflux de patients.». Les deux établissements ont choisi conjointement le pavillon I de l'hôpital Édouard Herriot. Cette localisation permettra une articulation étroite avec les services d'urgences des établissements, ce qui facilitera l'orientation des patients arrivés par les services de porte ou par le SMUR, l'hélistation étant située sur le toit du pavillon. Le centre prendra en charge les adultes et les enfants atteints de brûlures graves. Il disposera de 30 lits répartis sur 3 secteurs : 10 lits de réanimation, 10 lits de surveillance continue dont 6 dédiés à la pédiatrie en secteur individualisé au 2 ème étage, et 10 lits de chirurgie en chambres individuelles avec bloc sanitaire au 1 er étage. Le Centre bénéficiera d'un accès 24H/24 à tous les équipements d'imagerie ainsi qu'au caisson hyperbare. Il sera à proximité de l'établissement Français du Sang et de la banque de tissus, cellules et thérapie cellulaire comprenant les substituts cutanés qui participent aux soins de chirurgie des brûlés. L'autorisation d exercer l'activité de traitement des brûlés sera attribuée aux Hospices Civils de Lyon et gérée par un groupement de coopération sanitaire constitué entre les Hospices Civils de Lyon et le centre hospitalier Saint-Joseph-Saint-Luc. Ne souhaitant pas influencer les débats, MM. CLARIS et M. COLLOMBET quittent la salle. Une fois sortis, M. POLI estime dommage de se priver de personnes compétentes pouvant utilement éclairer le dossier. Mme HIRTZIG explique que le risque de contentieux pour procédure irrégulière entachée de conflit d intérêt est bien réel. Il convient par conséquent d être très scrupuleux sur ce point. Page 8/37

9 M. FRANCOIS soutient la position de Mme HIRTZIG. Le potentiel de contentieux est allé croissant ces dernières années. Les arguments juridiques sont primordiaux. Mme MARTINEZ ajoute qu un contentieux est en cours pour ce motif. La réponse de la juridiction permettra de se forger une doctrine sur le sujet. M. POLI fait toutefois remarquer que les débats en CSOS sont confidentiels. Mme HIRTZIG le lui confirme, mais une fois les procès-verbaux validés, ils sont mis en ligne sur le site de l ARS et consultables par tout un chacun. Le promoteur entre dans la salle et explique que le dossier a été déposé à la demande de l ARS et en association étroite avec l hôpital Saint Joseph Saint Luc. M. RABUT souhaitant connaître le statut des personnels, le promoteur répond qu ils seront mis à disposition du GCS de façon tout à fait classique. Quelque peu étonné par l absence des représentants de l hôpital Saint Joseph Saint Luc, M. FRANCOIS demande que le consentement de l établissement partenaire soit confirmé, d autant plus que le regroupement de cette activité phare lui fait craindre un risque de fragilisation de la structure. Le promoteur confirme l accord donné par l hôpital Saint Joseph Saint Luc et relativise l impact du regroupement. Seul est concerné le traitement des grands brûlés qui représente une faible part de l activité de l établissement, à la différence de la prise en charge des brûlés classiques qui n entre pas dans le périmètre du projet. Le rapporteur précise que l activité de traitement des grands brûlés représente environ 60 à 70 séjours par an. Mme LASCOLS ajoute que l activité ne disparaît pas de l hôpital Saint Joseph Saint Luc puisqu elle continuera à être exercée dans le cadre du GCS. Mme MARTINEZ explique que l ensemble des centres de traitement des grands brûlés de France travaillent en collaboration en raison du caractère très spécialisée de cette activité. L existence de deux centres au sein de la même région est une spécificité lyonnaise. Cette évolution vers un regroupement des deux centres a fait l'objet d un accord entre les établissements. Le dimensionnement de la nouvelle structure (30 lits) interpelle M. BLASSEL en ce qu elle est inférieure à la somme des deux capacités actuelles. Il demande si un faible taux d'occupation en est la cause. Le rapporteur répond qu un taux d occupation de 70% permet de répondre à toutes les demandes. Le promoteur ajoute que la présence de réanimation sur le site de l hôpital Édouard Herriot sécurisera la prise en charge des patients. M. BLASSEL fait observer qu au niveau européen, le taux d occupation pour l activité de traitement des grands brûlés est plus élevé afin de pouvoir faire face aux situations catastrophiques. Il souhaite par ailleurs connaître l impact du projet sur les consultations pédiatriques. Le promoteur explique que le futur centre de traitement des brûlés du pavillon I a été dimensionné pour les consultations en général, sans étude spécifique pour les consultations pédiatriques. Mme VIGNÉ rappelle que l aspect principal de l opération de regroupement est l élaboration d un projet médical commun entre les deux établissements. M. BLASSEL demande si le projet médical prévoit la mise en place de téléconsultation. Le promoteur répond par l affirmative. Le promoteur quitte la salle. AVIS DE LA CSOS : Favorable à l'unanimité (30 voix pour). Incompatibilité(s) : MM. CLARIS et COLLOMBET. Page 9/37

10 DOSSIER N 2 : CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE SAINT ÉTIENNE. Demande d'autorisation pour pratiquer la radiochirurgie intra et extra cranienne en conditions stéréotaxiques (activité de neurochirurgie) par convention avec l'institut de Cancérologie Lucien Neuwirth à Saint-Priest en jarez. Sur le site de l hôpital Nord, le CHU de Saint-Etienne dispose d une autorisation de neurochirurgie dont la neurochirurgie fonctionnelle cérébrale et la neurochirurgie pédiatrique. Le dernier accélérateur mis en fonctionnement en mars 2014 à l ICLN est de type NOVALIS TRUENEAM STX grâce auquel l ICLN et le CHU ont désormais la possibilité de développer l activité de neuroradiologie-chirurgie en conditions stéréotaxiques qui fait l objet de la présente demande d autorisation. La radio chirurgie en conditions stéréotaxiques est une technique interventionnelle non invasive qui permet de traiter des malformations artério-veineuses, des tumeurs bénignes (neurinome de l'acoustique, méningiomes, adénomes hypophysaires) le plus souvent ou des cancers (métastases cérébrales surtout plus rarement gliomes) sans avoir recours au geste chirurgical. Elle consiste à irradier une zone du cerveau de manière très précise, cette irradiation se faisant avec repérage par cadre stéréotaxique. La radio chirurgie est couverte aujourd hui par trois grands types de système : - Gamma Unit (Gamma Knife), - accélérateur fixe micromultilames à table mobile (Novalis) - et accélérateur robotisé (Cyber Knife). Les accélérateurs ont aussi permis d étendre le principe de la radio chirurgie à l ensemble du système nerveux et à ses enveloppes, soit au système crânio-rachidien. La suppression des cadres invasifs a autorisé de petits fractionnements de dose pour améliorer la tolérance et réduire les risques de radiolésions au tissu sain. Actuellement un seul centre pratique la radiochirurgie en conditions stéréotaxiques dans l inter-région Rhône-Alpes/Auvergne : le CHU de Clermont-Ferrand et le CLCC Jean Perrin, avec un équipement NOVALIS. Les patients envoyés sur Marseille, Lille et Paris sont traités par un appareil GAMMA KNIFE. Le potentiel de patients relevant d une irradiation externe intra crânienne en conditions stéréotaxiques en dose unique avec pose de cadre effractif est de 60 patients par an. Ces patients pourront être traités à l ICLN, grâce à l accélérateur NOVALIS TRUENEAM. L appareil permettra également d effectuer des traitements autres que stéréotaxiques. Pendant la phase de mise en place, une collaboration étroite entre le CHU de Saint-Etienne et l Institut Jean Perrin se poursuivra pendant et après la phase d apprentissage. Les données depuis 2007 montrent une certaine stabilité de l activité, l activité de neurochirurgie du CHU, représentant 14% de l activité régionale. Pour le CHU de Saint-Etienne, le potentiel est de 60 patients par an (données 2012 et 2013), correspondant à un recrutement local sans aucun empiètement sur les autres bassins rhônalpins. L évaluation des besoins pour la région Rhône-Alpes fait état de 300 patients par an (SIOS ), ceci rend discutable l acquisition d un Gamma Knife (possibilité de traiter 1000 patients par an) sauf s il dépasse la couverture de la région Rhône Alpes ou si on augmente le nombre d indications actuelles. La mise en place d un appareil de traitement pour la radio chirurgie stéréotaxique «vraie monodose» nécessite obligatoirement une autorisation de neurochirurgie sur le même site, ce qui est le cas pour le CHU stéphanois et l ICLN, les deux établissements étant situés sur le site de l hôpital Nord. Page 10/37

MODIFICATION DU VOLET «PRISE EN CHARGE DES CANCERS» DANS LES VOLETS MEDICAUX DU SROS :

MODIFICATION DU VOLET «PRISE EN CHARGE DES CANCERS» DANS LES VOLETS MEDICAUX DU SROS : MODIFICATION DU VOLET «PRISE EN CHARGE DES CANCERS» DANS LES VOLETS MEDICAUX DU SROS : Le présent document remplace intégralement le volet préexistant. XI. PRISE EN CHARGE DES CANCERS 1. Rappel des objectifs

Plus en détail

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé L article L 6323-1 du CSP impose aux centres de santé de se doter d un projet de santé incluant des dispositions tendant à favoriser

Plus en détail

Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA)

Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA) Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA) Historique : d abord il y eut la conférence régionale de santé Conférences Régionales de Santé (CRS) installées par les ordonnances du 24 avril 1996

Plus en détail

- COMMUNIQUE DE PRESSE 06 JANVIER 2011 - COMMUNIQUE DE PRESSE 06 JANVIER 2011 -

- COMMUNIQUE DE PRESSE 06 JANVIER 2011 - COMMUNIQUE DE PRESSE 06 JANVIER 2011 - REGROUPEMENT DE LA CLINIQUE ADASSA ET DE LA CLINIQUE DU DIACONAT DE STRASBOURG --- NAISSANCE DE LA CLINIQUE ADASSA - DIACONAT --- Strasbourg (Bas-Rhin), le 06 janvier 2011 la clinique Adassa et la clinique

Plus en détail

Les dépenses de santé 2013 en Rhône-Alpes. une part stable des dépenses nationales. 6,3 millions d habitants soit 9.7% de la population française

Les dépenses de santé 2013 en Rhône-Alpes. une part stable des dépenses nationales. 6,3 millions d habitants soit 9.7% de la population française INDICATEURS n 8 Les dépenses de santé 2013 une part stable des dépenses nationales Conformément aux dispositions de l article L1432-3 du code de la santé publique, un état fi nancier est édité chaque année

Plus en détail

Définition La permanence des soins ambulatoires est un dispositif sanitaire permettant au citoyen de recourir à un médecin généraliste :

Définition La permanence des soins ambulatoires est un dispositif sanitaire permettant au citoyen de recourir à un médecin généraliste : FICHE 1 LA PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES Dossier de presse Définition La permanence des soins ambulatoires est un dispositif sanitaire permettant au citoyen de recourir à un médecin généraliste : -

Plus en détail

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux ASSEMBLÉE NATIONALE Suite à l Audition du 20 juillet 2010 de la FÉDÉRATION CFDT SANTÉ-SOCIAUX Représentée par Nathalie CANIEUX, Secrétaire générale

Plus en détail

«Sous-section 1 : Dispositions générales

«Sous-section 1 : Dispositions générales Version octobre 2008 DHOS/O1/DOCUMENT DE TRAVAIL MINISTERE DE LA SANTE, DE la JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE REPUBLIQUE FRANÇAISE PROJET DE DECRET relatif aux conditions d implantation applicables

Plus en détail

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Direction générale de l offre de soins Sous-direction de la régulation de l offre de soins Bureau du premier recours (R2) Audrey Chaffard

Plus en détail

UN NOUVEAU MODÈLE ÉCONOMIQUE. pour développer et pérenniser les centres de santé

UN NOUVEAU MODÈLE ÉCONOMIQUE. pour développer et pérenniser les centres de santé UN NOUVEAU MODÈLE ÉCONOMIQUE pour développer et pérenniser les centres de santé LES SOINS DE PREMIERS RECOURS CARACTÉRISTIQUES ET RÔLE DES CENTRES DE SANTÉ Les différentes formes d exercice médical regroupé

Plus en détail

Progrès & radiothérapie, vers un meilleur accès aux techniques de haute précision

Progrès & radiothérapie, vers un meilleur accès aux techniques de haute précision DOSSIER DE PRESSE Progrès & radiothérapie, vers un meilleur accès aux techniques de haute précision Inauguration du CyberKnife M6 au Centre de Lutte Contre le Cancer Eugène Marquis de Rennes 20 février

Plus en détail

MODULE D EXERCICE PROFESSIONNEL NOTION MÉDICO-ÉCONOMIQUE DES DE RADIOLOGIE ET IMAGERIE MÉDICALE. Dr F Lefèvre (1-2), Pr M Claudon (2)

MODULE D EXERCICE PROFESSIONNEL NOTION MÉDICO-ÉCONOMIQUE DES DE RADIOLOGIE ET IMAGERIE MÉDICALE. Dr F Lefèvre (1-2), Pr M Claudon (2) MODULE D EXERCICE PROFESSIONNEL NOTION MÉDICO-ÉCONOMIQUE DES DE RADIOLOGIE ET IMAGERIE MÉDICALE Dr F Lefèvre (1-2), Pr M Claudon (2) 1 - SCP Radiolor 2 - CHU de Nancy MODE D EXERCICE DU PRATICIEN Choix

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique.

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi NOR : ARRÊTÉ du relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. Le ministre

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 30 JANVIER 2014 ST NAZAIRE SITE DE LA CITE SANITAIRE

DOSSIER DE PRESSE 30 JANVIER 2014 ST NAZAIRE SITE DE LA CITE SANITAIRE DOSSIER DE PRESSE 30 JANVIER 2014 ST NAZAIRE SITE DE LA CITE SANITAIRE Un service de médecine nucléaire va s installer dans les locaux de la Clinique Mutualiste de l'estuaire, pour une mise en place début

Plus en détail

RENOVATION ET EXTENSION DES URGENCES

RENOVATION ET EXTENSION DES URGENCES DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE RENOVATION ET EXTENSION DES URGENCES Conférence de Presse JANVIER 2008 CONTACT PRESSE Anne-Laure Vautier Tel : 04 42 43 20 11 - E-mail

Plus en détail

Action SociAle orientations 2015 / 2017

Action SociAle orientations 2015 / 2017 Action Sociale Orientations 2015 / 2017 Action sociale personnes agées Les orientations de la Carsat Centre 2015 / 2017 L action sociale de la Carsat est développée au profit des retraités du régime général

Plus en détail

Organisation des soins

Organisation des soins p.1 Médico-Social Schéma régional Organisation des soins - hospitalier Prévention 18 juillet 2011 Offre de soins sur le territoire de santé Eléments de diagnostic régional SCANNERS TEP Densité autorisée

Plus en détail

Construction d une méthode pour accompagner les publics en situation de précarité vers le dépistage organisé des cancers

Construction d une méthode pour accompagner les publics en situation de précarité vers le dépistage organisé des cancers Construction d une méthode pour accompagner les publics en situation de précarité vers le dépistage organisé des cancers FORMADOC 2- Loire 2011-2012 Julie Kalecinski Vanessa Dutertre Franck Chauvin Centre

Plus en détail

HÔPITAL PRIVÉ SÉVIGNÉ INAUGURATION

HÔPITAL PRIVÉ SÉVIGNÉ INAUGURATION HÔPITAL PRIVÉ SÉVIGNÉ INAUGURATION DOSSIER DE PRESSE VENDREDI 2 OCTOBRE 2009 SOMMAIRE L INAUGURATION DU 2 OCTOBRE 2009 p 4 La nouvelle Maison des Consultations L extension du bloc opératoire L HÔPITAL

Plus en détail

MESURES D ASSOUPLISSEMENT DE L AMENAGEMENT ET REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL DES MEDECINS, PHARMACIENS, BIOLOGISTES ET ODONTOLOGISTES HOSPITALIERS

MESURES D ASSOUPLISSEMENT DE L AMENAGEMENT ET REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL DES MEDECINS, PHARMACIENS, BIOLOGISTES ET ODONTOLOGISTES HOSPITALIERS Ministère de la santé, de la famille et des personnes handicapées. MESURES D ASSOUPLISSEMENT DE L AMENAGEMENT ET REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL DES MEDECINS, PHARMACIENS, BIOLOGISTES ET ODONTOLOGISTES HOSPITALIERS

Plus en détail

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil. EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.fr REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU SERVICE DE SOINS INFIRMIERS

Plus en détail

Dossier de presse. AVC Une priorité nationale Des avancées en Bourgogne

Dossier de presse. AVC Une priorité nationale Des avancées en Bourgogne Dossier de presse AVC Une priorité nationale Des avancées en Bourgogne Contact presse Lauranne Cournault 03 80 41 99 94 lauranne.cournault@ars.sante.fr 1 COMMUNIQUE DE SYNTHESE La télémédecine au service

Plus en détail

L UNPS rappelle que la permanence et la continuité des soins est assurée à domicile comme en établissement par des professionnels de santé libéraux.

L UNPS rappelle que la permanence et la continuité des soins est assurée à domicile comme en établissement par des professionnels de santé libéraux. POSITION DE L UNPS SUR LA PRISE EN CHARGE DE LA PERSONNE ÂGÉE EN PERTE D AUTONOMIE Présentation de l UNPS L Union Nationale des Professionnels de Santé (UNPS) est l institution crée par la loi qui regroupe

Plus en détail

RÉDUCTION DE L ATTENTE AUX URGENCES : OÙ EN EST-ON? Dossier de presse 30 octobre 2015

RÉDUCTION DE L ATTENTE AUX URGENCES : OÙ EN EST-ON? Dossier de presse 30 octobre 2015 RÉDUCTION DE L ATTENTE AUX URGENCES : OÙ EN EST-ON? Dossier de presse 30 octobre 2015 Table des matières L engagement des HUG : réduire par deux le délai de prise en charge aux urgences... 3 Contexte général

Plus en détail

Projets de groupements hospitaliers de territoire Les GHT. CME 8 septembre 2015

Projets de groupements hospitaliers de territoire Les GHT. CME 8 septembre 2015 Projets de groupements hospitaliers de territoire Les GHT CME 8 septembre 2015 Pourquoi les GHT? Un GHT s inscrit dans la Stratégie Nationale de Santé projet médical partagé (PMP) par les établissements,

Plus en détail

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs En urgence, en consultation, en hospitalisation, que payerez-vous? Quels frais

Plus en détail

1. Code de la sécurité sociale

1. Code de la sécurité sociale Points-clés de la loi du 17 décembre 2010 portant réforme du système de soins de santé et modifiant : 1. le Code de la sécurité sociale ; 2. la loi modifiée du 28 août 1998 sur les établissements hospitaliers.

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Communiqué de presse Groupement de coopération sanitaire entre l Hôpital d Instruction des Armées (HIA) Val-de-Grâce et le Groupe Hospitalier Cochin-Broca-Hôtel-Dieu de l AP-HP Le Groupement de coopération

Plus en détail

Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE

Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE LE CANCER EN QUELQUES CHIFFRES Problème majeur de santé publique avec près de 355 000 nouveaux cas estimés chaque année, le cancer est la première

Plus en détail

MESURES D ADAPTATION DE LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE HOSPITALIERE

MESURES D ADAPTATION DE LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE HOSPITALIERE Le Ministère de la santé, de la famille Et des personnes handicapées. MESURES D ADAPTATION DE LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE HOSPITALIERE Le ministre de la santé, de la famille

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE

REPUBLIQUE FRANCAISE 1 REPUBLIQUE FRANCAISE COUR NATIONALE DE LA TARIFICATION SANITAIRE ET SOCIALE Contentieux n A.99.036 Président : M. PIVETEAU Rapporteur : Mme DESCOURS-GATIN Commissaire du gouvernement : M. RANQUET Séance

Plus en détail

SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE. Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent.

SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE. Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent. SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent. Dans la France de 2012, de plus en plus de Français doivent renoncer à des soins ou

Plus en détail

RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS N 206. Lundi 11 juillet 2011. Secrétariat Général pour les Affaires Régionales

RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS N 206. Lundi 11 juillet 2011. Secrétariat Général pour les Affaires Régionales Lundi 11 juillet 2011 Secrétariat Général pour les Affaires Régionales RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS N 206 La version intégrale de ce document peut être consultée sur simple demande aux guichets d'accueil

Plus en détail

La Télémédecine, un défi sociétal et économique

La Télémédecine, un défi sociétal et économique La Télémédecine, un défi sociétal et économique La télémédecine est un défi. Un défi face aux coûts croissants des consultations médicales, à la problématique des déserts médicaux, à la nécessité enfin

Plus en détail

INAUGURATION DE L UNITÉ D IMAGERIE IRM OUVERTE HAUT CHAMP

INAUGURATION DE L UNITÉ D IMAGERIE IRM OUVERTE HAUT CHAMP DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION DE L UNITÉ D IMAGERIE IRM OUVERTE HAUT CHAMP Le vendredi 17 janvier 2014 Service d imagerie médicale - Pr Pierre Champsaur Hôpital Sainte Marguerite INAUGURATION DE L UNITÉ

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau des ressources humaines hospitalières

Plus en détail

Constats et certificats de décès à domicile ou sur site privé ou public : aspects éthiques et déontologiques

Constats et certificats de décès à domicile ou sur site privé ou public : aspects éthiques et déontologiques Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins d octobre 2013 Section éthique et déontologie Constats et certificats de décès à domicile ou sur site privé ou public : aspects

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

Ordre du jour. 1. Demande de révision d un conseil de discipline. 3. Élaboration du descendeur n 30 (AG 2014) :

Ordre du jour. 1. Demande de révision d un conseil de discipline. 3. Élaboration du descendeur n 30 (AG 2014) : Compte rendu de la réunion de Bureau du 12 janvier 2014 à Reims Présents : Laurence TANGUILLE, Jean-Pierre HOLVOET, Dominique LASSERRE, José PREVOT, Jean-Pierre SIMION, Eric ALEXIS Ordre du jour 1. Demande

Plus en détail

1 Définition des activités interventionnelles sous imagerie médicale (R.6123-128 du code de la santé publique) :

1 Définition des activités interventionnelles sous imagerie médicale (R.6123-128 du code de la santé publique) : 1 Définition des activités interventionnelles sous imagerie médicale (R.6123-128 du code de la santé publique) : Ces activités comprennent : 1 les actes électrophysiologiques : - de rythmologie interventionnelle

Plus en détail

Dynamiser les filières d excellence et d avenir

Dynamiser les filières d excellence et d avenir La Lorraine dispose d atouts dans ce domaine grâce à des compétences académiques pointues tant en termes de recherche biologique et médicale que d application en informatique, traitement de données ou

Plus en détail

LE FINANCEMENT. MSPD Eric Fretillere Conseil Régional de l Ordre des Médecins d Aquitaine CDOM 47Page 1

LE FINANCEMENT. MSPD Eric Fretillere Conseil Régional de l Ordre des Médecins d Aquitaine CDOM 47Page 1 LE FINANCEMENT Il ne faut pas se le cacher, le financement est une difficulté et de nombreuses maisons médicales dans les 10 dernières années, qui fonctionnaient de manière satisfaisante, sont «décédées»

Plus en détail

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris)

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) 1. Contexte local Géographie La psychiatrie adulte de l hôpital Sainte-Anne est orientée vers 7 secteurs psychiatriques adultes, que ce soit pour les hospitalisations,

Plus en détail

Note d information aux participants du séminaire territorial «Améliorer le parcours des personnes âgées» sur le territoire de santé n 4

Note d information aux participants du séminaire territorial «Améliorer le parcours des personnes âgées» sur le territoire de santé n 4 Code direction : DSQP Pôle émetteur : Appui à la Performance et Gestion du Risque Note d information aux participants du séminaire territorial «Améliorer le parcours des personnes âgées» sur le territoire

Plus en détail

P atients S anté T erritoires

P atients S anté T erritoires H ôpital P atients S anté T erritoires L exercice regroupé dans les services de santé Une action coordonnée des professionnels en faveur des patients De plus en plus de professionnels de santé ont depuis

Plus en détail

La finalité de cet appel à projet est de favoriser la fluidité des parcours en augmentant la capacité d accompagnement de ce type de mesures.

La finalité de cet appel à projet est de favoriser la fluidité des parcours en augmentant la capacité d accompagnement de ce type de mesures. Cahier des charges de l appel à projet lancé par le Conseil général pour la création de 0 places de PEAD (placement éducatif à domicile) dans le département du Finistère I - identification des besoins

Plus en détail

Définition de l activité de radiothérapie

Définition de l activité de radiothérapie Equipe médicale : Dr Claudine BEAUMONT-RAYMOND : 03 25 49 48 87 (secrétariat) Dr Dominique EYCHENNE : 03 25 49 47 56 (secrétariat) Dr Ulrich NIEWOEHNER : 03 25 49 47 82 (secrétariat) Définition de l activité

Plus en détail

Introduction : Présentation du Centre Oscar Lambret

Introduction : Présentation du Centre Oscar Lambret Introduction : Présentation du Centre Oscar Lambret Centre Régional de Lutte Contre le Cancer Etablissement privé à but non lucratif participant au service public hospitalier Direction médicale Organisation

Plus en détail

Avis du Comité d alerte n 2015-2 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie

Avis du Comité d alerte n 2015-2 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie Comité d alerte sur l évolution des dépenses d assurance maladie Le 26 mai 2015 Avis du Comité d alerte n 2015-2 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie Dans son avis rendu

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION TELE IMAGERIE ENTRE LE CENTRE HOSPITALIER DE VALENCE L HOPITAL DE NYONS L HOPITAL DE BUIS LES BARONNIES

DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION TELE IMAGERIE ENTRE LE CENTRE HOSPITALIER DE VALENCE L HOPITAL DE NYONS L HOPITAL DE BUIS LES BARONNIES DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION TELE IMAGERIE ENTRE LE CENTRE HOSPITALIER DE VALENCE & L HOPITAL DE NYONS L HOPITAL DE BUIS LES BARONNIES VENDREDI 14 JUIN 2013 A 15 heures Salle de visioconférence Centre

Plus en détail

Adoption : Commission permanente du 23 mars 2012. Après avis du Conseil départemental d insertion du 15 mars 2012. Textes de référence :

Adoption : Commission permanente du 23 mars 2012. Après avis du Conseil départemental d insertion du 15 mars 2012. Textes de référence : Adoption : Commission permanente du 23 mars 2012 Après avis du Conseil départemental d insertion du 15 mars 2012 Textes de référence : Loi 88-1088 du 1 er décembre 1988 relative au revenu minimum d insertion

Plus en détail

Prévention de la désinsertion professionnelle et travail en réseau

Prévention de la désinsertion professionnelle et travail en réseau Actes Journées Santé Travail du CISME Tome II 2012 Session 1 : Philosophie du travail en réseau Prévention de la désinsertion professionnelle et travail en réseau Dr Lucette MIGNIEN Médecin du travail

Plus en détail

PROJET EDUCATION THÉRAPEUTIQUE PEP S 37

PROJET EDUCATION THÉRAPEUTIQUE PEP S 37 PROJET EDUCATION THÉRAPEUTIQUE PEP S 37 Patient(e)s atteint(e)s d un cancer du sein BINOIT NATHALIE ROUSSEAU SOPHIE 17 JUIN 2014 Pourquoi ce projet? Le cancer : une maladie chronique? Les soins de support

Plus en détail

La planification sanitaire Comité éditorial de l'uvmaf

La planification sanitaire Comité éditorial de l'uvmaf La planification sanitaire Comité éditorial de l'uvmaf 2014 1 Table des matières Introduction... 3 1. La planification hospitalière... 3 2. De la planification hospitalière à la planification sanitaire...3

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

GESTION D UN SCANNER

GESTION D UN SCANNER MODULE D EXERCICE PROFESSIONNEL NOTION MÉDICO-ÉCONOMIQUE GESTION D UN SCANNER DES DE RADIOLOGIE ET IMAGERIE MÉDICALE Dr F Lefèvre (1-2-3), Pr M Claudon (2-3) 1 - Radiolor 2 - CHU de Nancy 3 GCS Bois le

Plus en détail

QUESTIONS-REPONSES SUR LE CAHIER DES CHARGES MAIA (Maisons pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer)

QUESTIONS-REPONSES SUR LE CAHIER DES CHARGES MAIA (Maisons pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer) QUESTIONS-REPONSES SUR LE CAHIER DES CHARGES MAIA (Maisons pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer) Le cahier des charges national a pour objet de définir les dispositifs MAIA (maison

Plus en détail

Principes généraux de gestion d un cabinet libéral. Dr J.Ph. Masson 8 avril 2014 1

Principes généraux de gestion d un cabinet libéral. Dr J.Ph. Masson 8 avril 2014 1 Principes généraux de gestion d un cabinet libéral Dr J.Ph. Masson 8 avril 2014 1 Le radiologue libéral Aspects médico-économiques, juridiques, responsabilité, assurances,. Structures coopératives : GIE,

Plus en détail

CONVENTION RELATIVE A L AFFECTATION D UN INTERNE DE MEDECINE GENERALE EFFECTUANT LE STAGE AUTONOME EN SOINS PRIMAIRES AMBULATOIRE SUPERVISE (SASPAS)

CONVENTION RELATIVE A L AFFECTATION D UN INTERNE DE MEDECINE GENERALE EFFECTUANT LE STAGE AUTONOME EN SOINS PRIMAIRES AMBULATOIRE SUPERVISE (SASPAS) CONVENTION RELATIVE A L AFFECTATION D UN INTERNE DE MEDECINE GENERALE EFFECTUANT LE STAGE AUTONOME EN SOINS PRIMAIRES AMBULATOIRE SUPERVISE (SASPAS) ENTRE : Monsieur HERIAUD, Directeur Général du CENTRE

Plus en détail

Modèle d évaluation du coût net de la mission d aménagement du territoire de la Poste

Modèle d évaluation du coût net de la mission d aménagement du territoire de la Poste Octobre 2013 Modèle d évaluation du coût net de la mission d aménagement du territoire de la Poste Synthèse de la consultation publique Menée du 17 juillet au 10 septembre 2013 ISSN : 2258-3106 Du 17 juillet

Plus en détail

ACCORD-CADRE. Fédération Nationale de la Mutualité Française. Caisse Autonome Nationale de la Sécurité Sociale dans les Mines

ACCORD-CADRE. Fédération Nationale de la Mutualité Française. Caisse Autonome Nationale de la Sécurité Sociale dans les Mines ACCORD-CADRE Fédération Nationale de la Mutualité Française Caisse Autonome Nationale de la Sécurité Sociale dans les Mines CAISSE AUTONOME NATIONALE DE LA SÉCURITÉ SOCIALE DANS LES MINES 77 avenue de

Plus en détail

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement ANNEXE N 3 Médiateur de la Société générale Le rapport d activité de la médiation est uniquement interne, nous n avons donc pas pu en avoir connaissance Historique du dispositif de médiation C est le 15

Plus en détail

Le Pacte territoire santé en région Haute-Normandie

Le Pacte territoire santé en région Haute-Normandie Le Pacte territoire santé en région Haute-Normandie Synthèse des réunions des conférences de territoire (Rouen-Elbeuf : 04 mars 2013, Dieppe : 05 mars 2013, Le Havre : 06 mars 2013, Evreux-Vernon : 08

Plus en détail

Monsieur le Directeur Général CHRO La Source 14, avenue de l hôpital BP 6709 45067 ORLEANS

Monsieur le Directeur Général CHRO La Source 14, avenue de l hôpital BP 6709 45067 ORLEANS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION D'ORLÉANS INSNP-OLS-2011-1423 Orléans, le 12 juillet 2011 Objet : Inspection n INSNP-OLS-2011-1423 du 7 juillet 2011 Scanographie Monsieur le Directeur Général CHRO La Source

Plus en détail

Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge Pôle de santé du Canton d Aulnay de Saintonge MSP Aulnay et Néré PROJET D AULNAY PSP

Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge Pôle de santé du Canton d Aulnay de Saintonge MSP Aulnay et Néré PROJET D AULNAY PSP Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge PROJET D AULNAY MSP PSP Réseau de santé de proximité Historique Objectifs Particularités Avenir Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge MAISON DE SANTE

Plus en détail

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Esther Waeber-Kalbermatten Cheffe du Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Mandat d expertise

Plus en détail

Attirer et conserver les médecins à l hôpital public après HPST

Attirer et conserver les médecins à l hôpital public après HPST Gestions hospitalières, n 507, juin/juillet 2011, pages 421-423 Jean-Yves COPIN Consultant Centre de droit JuriSanté, CNEH A la recherche du temps médical Attirer et conserver les médecins à l hôpital

Plus en détail

Expérimentation des nouveaux modes de rémunération (ENMR) Appel à candidatures 2014 Région Ile-de-France

Expérimentation des nouveaux modes de rémunération (ENMR) Appel à candidatures 2014 Région Ile-de-France Expérimentation des nouveaux modes de rémunération (ENMR) Appel à candidatures 2014 Région Ile-de-France Qu est-ce que l ENMR? Ses enjeux et objectifs principaux Le financement du système de soins constitue

Plus en détail

1 ère Phase : Diagnostic territorial de santé

1 ère Phase : Diagnostic territorial de santé Rappel : contexte et objectif Mobilisation des élus de la ville du Creusot face au risque de désertification médicale Volonté d élaborer un projet de santé global, mobilisateur, à l échelle du bassin de

Plus en détail

Fiche de présentation du projet de décret fixant les conditions et les modalités de mise œuvre des contrats santé solidarité (CSS)

Fiche de présentation du projet de décret fixant les conditions et les modalités de mise œuvre des contrats santé solidarité (CSS) Fiche de présentation du projet de décret fixant les conditions et les modalités de mise œuvre des contrats santé solidarité (CSS) L article 43 de la loi «hôpital, patients santé et territoires», dispose

Plus en détail

HOPITAL MUTUALISTE des COTES D ARMOR

HOPITAL MUTUALISTE des COTES D ARMOR HOPITAL MUTUALISTE des COTES D ARMOR Présentation BINIC 2 octobre 2013 1 Le contexte briochin de l offre privée Centre hospitalier privé de Saint Brieuc 410 salariés et 105 Médecins Projet médical Polyclinique

Plus en détail

CADRE SOCIO EDUCATIF

CADRE SOCIO EDUCATIF PAGE 1 SUR 7 Rédacteur Vérificateur(s) Approbateur(s) Nom Véronique MATHIEU Eric LE GOURIERES Michel SENIMON Fonction Cadre socio éducatif Coordonnateur Général des Activités de Soins Directeur du Personnel,

Plus en détail

Licence professionnelle Gestion technique des interventions en énergie nucléaire

Licence professionnelle Gestion technique des interventions en énergie nucléaire Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Gestion technique des interventions en énergie nucléaire Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations

Plus en détail

réservé aux établissements sanitaires et sociaux privés. Pour protéger vos salariés consultez les experts.

réservé aux établissements sanitaires et sociaux privés. Pour protéger vos salariés consultez les experts. réservé aux établissements sanitaires et sociaux privés. Pour protéger vos salariés consultez les experts. une expertise issue de l union des deux leaders de la protection des professionnels de la santé

Plus en détail

Lancement évènementiel des travaux de modernisation de l hôpital Edouard Herriot

Lancement évènementiel des travaux de modernisation de l hôpital Edouard Herriot DOSSIER DE PRESSE Lancement évènementiel des travaux de modernisation de l hôpital Edouard Herriot 1. Demain, un hôpital restructuré pour mieux accueillir et mieux soigner 2. 2014 2018 : réorganiser le

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016

DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016 DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016 Groupement Hospitalier de Territoire - Haute Bretagne : 11 établissements publics de santé engagés au service de la population Jeudi 30 juin, la convention constitutive

Plus en détail

de la gestion des lits à l ordonnancement

de la gestion des lits à l ordonnancement de la gestion des lits à l ordonnancement Mardi 24 janvier 2012 Dr. Yvon Goarin membre du Directoire Mme Nadia Antignac responsable de l ordonnancement Agenda Présentation de l établissement Les enjeux

Plus en détail

QUELS DANGERS POUR LES

QUELS DANGERS POUR LES RÉUNION D INFORMATION SUR LA LOI DE SANTÉ : QUELS DANGERS POUR LES MÉDECINS LIBÉRAUX? Mercredi 17 décembre 2014 Titre I : Renforcer la prévention et la promotion de la santé Chapitre I Art. 2 à 5 : Soutenir

Plus en détail

MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte

MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte Projet de permanence des soins gériatriques en EHPAD dans le sud de l Essonne MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte Le Sud de l Essonne accueille environ 3000 résidents en Etablissement d Hébergement

Plus en détail

Un des plus grands services de médecine nucléaire en France

Un des plus grands services de médecine nucléaire en France Dossier de presse 1 Mai 2013 Jérôme Céa Jérôme Céa Un des plus grands services de médecine nucléaire en France Le Département de médecine nucléaire du Centre Léon Bérard et le service de médecine nucléaire

Plus en détail

Domicile protégé pour personnes atteintes de la malade d Alzheimer. Belfort, le 30 janvier 2012

Domicile protégé pour personnes atteintes de la malade d Alzheimer. Belfort, le 30 janvier 2012 Belfort, le 30 janvier 2012 Domicile protégé pour personnes atteintes de la malade d Alzheimer La Ville de Belfort inaugure le Domicile Protégé, un lieu de vie spécifiquement adapté aux personnes atteintes

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

Principes généraux de gestion d un cabinet libéral. Dr Jean-Christophe Delesalle Secrétaire Général FNMR 23 Avril 2015 1

Principes généraux de gestion d un cabinet libéral. Dr Jean-Christophe Delesalle Secrétaire Général FNMR 23 Avril 2015 1 Principes généraux de gestion d un cabinet libéral 23 Avril 2015 1 Gestion d un cabinet libéral Le radiologue libéral Aspects médico-économiques, juridiques, responsabilité, assurances,. Structures coopératives

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

SERVICE DE SANTE AU TRAVAIL

SERVICE DE SANTE AU TRAVAIL SERVICE DE SANTE AU TRAVAIL SERVICE MEDICAL INTERENTREPRISES DE CHATEAUBRIANT ET SA REGION Association régie par la Loi du 1 er juillet 1901 8, rue des Tanneurs - 44110 CHATEAUBRIANT Règlement Intérieur

Plus en détail

LE GCS ERIGE EN ETABLISSEMENT DE SANTE

LE GCS ERIGE EN ETABLISSEMENT DE SANTE Fiche technique 2 LE GCS ERIGE EN ETABLISSEMENT DE SANTE Références : Articles L. 6133-7 et suivants du code de la santé publique (CSP) ; Articles R. 6133-12 et suivants du CSP. Une innovation majeure

Plus en détail

Proyecto Telemedicina

Proyecto Telemedicina Seminario Internacional Desarrollo de Servicios Sociales para Personas Mayores 3-4 octubre 2013 Proyecto Telemedicina Dr Jean-Philippe Flouzat Médico geriatra, Consejero Médico Social de la Agencia Regional

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Mercredi 1 er juillet 2015. Saint-Brieuc : la maison médicale de garde s est installée à l hôpital

DOSSIER DE PRESSE Mercredi 1 er juillet 2015. Saint-Brieuc : la maison médicale de garde s est installée à l hôpital GaMAB Garde Médicale de l Agglomération Briochine. Association Départementale pour la Permanence des Soins dans le département des Côtes d Armor Association loi 1901 N Siret : 453 608 465 000 28 ADPS 22

Plus en détail

Modalités de coopérations sur le bassin de Valence

Modalités de coopérations sur le bassin de Valence Modalités de coopérations sur le bassin de Valence Séminaire FHF-RA - 24 septembre 2015 - Jean-Pierre BERNARD, Directeur du Centre Hospitalier de Valence - Denis GOSSE, Directeur du Centre Hospitalier

Plus en détail

Appel à candidatures. Coaching UACA. Accompagnement de 5 établissements, pour le développement de la Chirurgie Ambulatoire

Appel à candidatures. Coaching UACA. Accompagnement de 5 établissements, pour le développement de la Chirurgie Ambulatoire Appel à candidatures Coaching UACA Accompagnement de 5 établissements, pour le développement de la Chirurgie Ambulatoire 1 Introduction 1.1 La chirurgie ambulatoire 1.1.1 La chirurgie ambulatoire : qu

Plus en détail

Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014

Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014 Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014 A l initiative des professionnels de terrain, la FHF a constitué en janvier 2014 une commission imagerie. Composée de médecins et de

Plus en détail

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar En région Rhône-Alpes, les établissements préparant au BTS GPN rythment leur formation par des périodes de stages. Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche

Plus en détail

FORFAIT ANNUEL EN JOURS

FORFAIT ANNUEL EN JOURS CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DU COMMERCE DE DÉTAIL ET DE GROS À PRÉDOMINANCE ALIMENTAIRE AVENANT N 52 DU 17 SEPTEMBRE 2015 FORFAIT ANNUEL EN JOURS Préambule Le présent accord a pour objet la fixation

Plus en détail

Bonjour et bienvenue sur le module «complémentaire santé» des ateliers d arts.

Bonjour et bienvenue sur le module «complémentaire santé» des ateliers d arts. Bonjour et bienvenue sur le module «complémentaire santé» des ateliers d arts. La chambre a négocié pour vous des tarifs préférentiels avec le cabinet Jadis pour vous proposer 4 niveaux de garantie. -

Plus en détail

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Maisons de Santé Pluridisciplinaires Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) visent à offrir à la population, sur un même lieu, un ensemble de

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SANTÉ PROFESSIONS DE SANTÉ

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SANTÉ PROFESSIONS DE SANTÉ MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau de la démographie et des formations initiales (RH1)

Plus en détail

CHARTE DU RESEAU DE CANCEROLOGIE PEDIATRIQUE D AQUITAINE RESILIAENCE

CHARTE DU RESEAU DE CANCEROLOGIE PEDIATRIQUE D AQUITAINE RESILIAENCE CHARTE DU RESEAU DE CANCEROLOGIE PEDIATRIQUE D AQUITAINE RESILIAENCE (Recherche, Enseignement, Soins, Information, Lutte et Initiatives pour les Adolescents et les ENfants atteints de CancEr). 1. CARACTERISTIQUES

Plus en détail

PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES : PRÉSENTATION DU NOUVEAU DISPOSITIF ET DE LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION RÉGIONALE

PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES : PRÉSENTATION DU NOUVEAU DISPOSITIF ET DE LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION RÉGIONALE PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES : PRÉSENTATION DU NOUVEAU DISPOSITIF ET DE LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION RÉGIONALE DOSSIER DE PRESSE 12 DÉCEMBRE 2012 Contact Presse : Agathe LOBET Courriel : agathe.lobet@ars.sante.fr

Plus en détail

Comité de Coordination de Lutte contre l infection due au Virus de l Immunodéficience Humaine REGLEMENT INTÉRIEUR

Comité de Coordination de Lutte contre l infection due au Virus de l Immunodéficience Humaine REGLEMENT INTÉRIEUR 1 Comité de Coordination de Lutte contre l infection due au Virus de l Immunodéficience Humaine REGLEMENT INTÉRIEUR Vu le décret n 2005-1421 du 15 novembre 2005 relat if à la coordination de lutte contre

Plus en détail