L envie LA CCI CHANGE. DÉCOUVREZ LES RACCOURCIS VERS LA RÉUSSITE. d entreprendre. Port Réunion : ce que le nouveau statut va changer p.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L envie LA CCI CHANGE. DÉCOUVREZ LES RACCOURCIS VERS LA RÉUSSITE. d entreprendre. Port Réunion : ce que le nouveau statut va changer p."

Transcription

1 envie d entreprendre E MAGAZINE DE A CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE A RÉUNION décembre TRIMESTRIE A CCI CHANGE. DÉCOUVREZ ES RACCOURCIS VERS A RÉUSSITE. VIIIème Forum des Îles de l océan Indien p.5 Port Réunion : ce que le nouveau statut va changer p. 8 Centrale d achat : le commerce de proximité mobilisé p. 13 Formation : Écoles d excellence p. 15 CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE A RÉUNION

2 Éditorial Nouvelle étape a Chambre de Commerce et d Industrie de a Réunion s apprête à entrer dans une nouvelle étape de son histoire, à partir du 1er janvier e transfert de la concession de Port Réunion à un nouvel établissement public est prévu dans le cadre de la réforme des ports d Outre-Mer.Comme à l aéroport Roland-Garros, où la CCI Réunion est un actionnaire impliqué de la Société Aéroportuaire depuis 2011, nous resterons un acteur majeur de la gestion portuaire, pour que cet outil stratégique continue à servir l intérêt général et l économie réunionnaise. Notre institution aborde avec confiance et sérénité ce nouveau challenge, imposé par la réduction de son périmètre, ce qui nous amène à nous recentrer sur notre mission première : l accompagnement des entreprises. Nos équipes sont mobilisées pour apporter aux entreprises le soutien qu elles attendent. Avec la Chambre de Métiers et de l Artisanat, nous nous sommes concertés, ces derniers mois, pour faire entendre la voix des nombreuses entreprises qui connaissent des difficultés signatures ont été recueillies pour une motion demandant l instauration d un cadre législatif plus favorable à la reprise de l activité en Outre-Mer. Cette demande sera relayée au plus haut niveau. Sans attendre, dès le 15 octobre nous avons obtenu la mise en place d un dispositif permettant de traiter au cas par cas les dossiers des entreprises éprouvant des difficultés à honorer leurs dettes fiscales et sociales. Nous invitons ces dernières à ce rapprocher de nos services pour en bénéficier. Au-delà de l urgence, notre action vise aussi à préparer l avenir. Nous portons le dossier des plates-formes de développement économique de Pierrefonds et Beauvallon, qui dans les prochaines années seront d importantes bases logistiques facilitant le circulation des marchandises dans l île, tout en générant de l activité supplémentaire dans les microrégions Est et Sud sera l année, nous l espérons, du rebond de la commande publique. e salon du BTP et des services, que nous organiserons, permettra à nos entreprises de démontrer leur savoir faire et de s investir dans la relance. De même, la CCI Réunion œuvre sans relâche à la promotion de l ouverture internationale auprès de ses ressortissants. Après la création d un bureau de représentation à Chennai, en Inde, en début d année, le Forum économique des îles de l océan Indien, les 28, 29 et 30 novembre, a été une réussite. De nombreux outils sont en place pour favoriser le développement des échanges régionaux : à nos entrepreneurs de les saisir pour trouver de nouveaux relais de croissance. ouverture internationale offre aussi l opportunité à nos entreprises de réduire certains coûts, en trouvant de nouveaux fournisseurs. Nous encourageons fortement le projet d une plate-forme mutualisée. a même logique anime le dossier majeur de notre mandature : la mise en place d une centrale d achat dédiée au commerce de proximité. a mobilisation de nos ressortissants doit être sans faille pour la faire aboutir! Ibrahim Patel Président de la Chambre de Commerce et d Industrie de a Réunion Sommaire 3 ACTUalité POITIQUE actualité de la CCI Réunion en images : Une convention avec Saint-André p. 3 Rencontres au Colosse p. 3 Avec les commerçants ambulants p. 3 Coopération régionale p. 3 e 9 novembre à Saint-Denis : participants à la journée de la commande publique p. 4 Une cellule Marchés Publics à la CCI Réunion p. 4 Dettes sociales et fiscales : Un guichet unique pour les entreprises en difficulté p. 4 8 ème Forum Economique des Îles de l océan Indien : océan Indien, toujours plus proche p. 5 UCCIOI veut aller plus loin p. 5 Ouvrir les portes de l Inde p. 6 Théophane Narayanin, «Il faut y aller!» p. 6 TIC : Vers une stratégie de régionale p. 6 Des aides pour financer son projet p. 6 océan Indien au féminin p. 6 Sécurité alimentaire : le grand dossier de la COI p. 7 Îles Vanille : aussi pour la croisière p. 7 Formation : des échanges à amplifier p. 7 Des outils régionaux de médiation p. 7 Près de 400 rencontres B to B p. 7 Réforme portuaire : Port Réunion, Grand Port Maritime le 1er janvier p. 8 Cyrille Rickmounie : «a nouvelle gouvernance peut être une bonne chose» p. 8 Ports de plaisance et de pêche : e challenge du retour à l équilibre p. 9 Sainte-Marie : un avenir lié à l aéroport p. 9 es dossiers qui avancent, les dossiers à ouvrir : BTP : Mettre en avant le savoir-faire de nos entreprises p. 10 Industrie : Conserver nos richesses pour les réinvestir p. 10 Transport : Appliquer mot pour mot la Charte de bonnes pratiques p. 10 TIC RD Innovation : Atrium, un accélérateur d innovation p. 11 Environnement et Aménagement : Pierrefonds et Beauvallon auront leur plate-forme de développement p. 11 Commerce non alimentaire : Restructurer les unions commerciales p. 11 Services : Améliorer la performance économique p. 11 Tourisme : Favoriser la mise en réseau des entreprises p. 12 e tourisme, une vraie industrie à développer p chambres et 4 étoiles à Trou d Eau p ACTUAITÉ DU PÔE ÉCONOMIQUE Centrale d achat : le commerce de proximité mobilisé p. 13 e soutien de Victorin urel p ACTUAITÉ du PÔE INNOVATION CRITT : nouvelle image, nouvelles ambitions p. 14 ACTUAITÉ DU PÔE AMÉNAGEMENT a ZIC n 1 s anime p. 14 Deux rues rénovées p. 14 e souvenir de la maison Macé p. 14 ACTUAITÉ DU PÔE FORMATION Écoles d excellence, des milliers de talents! Centhor p. 15 École de Gestion et de Commerce p. 15 École du Commerce et de la Distribution p. 15 École d Ingénieurs du BTP p. 15 facebook.com/ccireunion Directeur de la publication : Ibrahim Patel Responsable d édition : Brigith Fauvel Rédaction : Bernard Grollier, Olivier Pioch Création, réalisation : Kayamb Communication Impression : SDI Crédits photos : Jean-Bernard Hilaric, Studio umière, istock Photos 2

3 Actualité politique ACTUAITé DE A CCI RéUNION EN IMAGES Une convention avec Saint-André I brahim Patel et Eric Fruteau, maire de Saint-André, ont signé le 6 novembre une convention visant à accompagner les entreprises de la commune dans leur développement. e projet a pour objectif de redynamiser le centre-ville de Saint-André en activant le FISAC (Fonds d Intervention pour les Services, l Artisanat et le Commerce). Il prévoit également la création d un espace de coworking et l accompagnement des appels à projets concernant le développement d activités privées sur le site du Colosse. Convention du 6 novembre avec Éric Fruteau, maire de Saint-André et Ibrahim Patel, président de la CCI Réunion. Coopération régionale J ean-claude de l Estrac, Secrétaire Général de la Commission de l océan Indien, a été reçu le 15 octobre dernier à l hôtel consulaire, en compagnie de Philippe eyssene, Ambassadeur délégué à la coopération régionale pour la zone océan Indien es échanges ont porté sur la préparation du 8 ème Forum Économique des Îles de l océan Indien, les séances plénières et thématiques des ateliers (voir notre compte-rendu pages 5, 6 et 7). a coopération régionale et le rôle des chambres de commerce et d industrie des îles ont également été évoqués au cours de ces entretiens. a COI souhaite voir l Union des Chambres de Commerce et d Industrie de îles de l océan Indien s affirmer comme le porte-parole du monde économique régional dans les dossiers de la coopération. Rencontres au Colosse Avec les commerçants ambulants E n préambule à la convention signée avec la commune de Saint-André, Ibrahim Patel, président de la CCI Réunion, et Abdoul Vally Bagasse, président de la Commission Commerce non alimentaire, ont organisé une réunion avec les commerçants et les artisans du Parc du Colosse, le 2 octobre dernier. Ils ont rencontré à cette occasion les professionnels ainsi que Marie Omeraly, présidente de l Association des Association des commerçants du Colosse. commerçants du Colosse. Ces derniers sont aujourd hui une dizaine et déplorent le recul de la fréquentation et de l animation sur le site. Association a sollicité la CCI Réunion pour évoquer l avenir. Sur la base d un état des lieux, un projet de développement et d actions pour les deux prochaines années sera établi en concertation avec la mairie de Saint-André et l appui de la CCI Réunion. Alain Akbaraly, président de la Commission Services a accueilli Monique Rubin. lain Akbaraly, président de la Commission Services, a accueilli le 20 novembre à la CCI ARéunion Monique Rubin, présidente de la Fédération Nationale des Syndicats des Commerçants des Marchés de France. Forte de adhérents et d un maillage de 170 syndicats répartis sur l ensemble du territoire national. a FNSCF France est la principale organisation de défense professionnelle du commerce ambulant. Monique Rubin était invitée par le Syndicat des commerçants non sédentaires de a Réunion. 3

4 Actualité politique E 9 NOVEMBRE À SAINT-DENIS participants à la journée "ENTREPRISE" de la commande publique a journée d information organisée par la CCI Réunion a connu un vif succès. es petites entreprises peuvent désormais accéder plus facilement à la commande publique. P our une première, ce fut un succès : la première Journée "Entreprise" de la Commande Publique organisée par la CCI Réunion a destination des entreprises, a drainé près d un millier de participants, le 9 décembre dernier à Saint-Denis. es 26 acheteurs publics présents dans les stands aménagés rue de Paris, au siège de la Chambre, ont chacun accueilli une cinquantaine de visiteurs en B to B. es ateliers proposés ont suscité un vif intérêt. Ils ont notamment permis de faire connaissance avec les procédures de réponse à un marché public, de calculer son offre de prix, de s informer sur les contentieux (recours possibles et règles applicables), mais aussi à s informer sur les marchés publics européens en dehors de la France. a réussite de cette journée, en présence de Margie Sudre, présidente du Haut conseil de la commande publique, témoigne de l attente des entreprises réunionnaises qui, dans l attente de la reprise de la commande privée, sont de plus en plus nombreuses à s intéresser à la commande publique et cherchent à en trouver les clés. Une cellule Marchés publics à la CCI RÉUNION es ressortissants de la CCI Réunion peuvent bénéficier depuis l année dernière de l appui d une cellule visant à faciliter l accès des entreprises, notamment les TPE et les PME, à la commande publique. a Cellule Marchés Publics propose informations et DETTES SOCIAES ET FISCAES Un guichet unique pour les entreprises en difficulté Une cellule de suivi examine désormais la situation des entreprises qui peinent à honorer leurs dettes fiscales et sociales. es ressortissants de la CCI Réunion sont invités à s adresser aux Maisons de l Entreprise pour constituer leur dossier. a mobilisation des chambres consulaires pour soutenir les entreprises en difficulté a abouti à la mise en place d un dispositif exceptionnel par la Préfecture, le 15 octobre dernier. Objectif : mettre en place un échéancier pour étaler le remboursement des dettes sociales et fiscales, qui peut aller jusqu à 36 mois. es entreprises de tous les secteurs d activité sont concernées et les chambres consulaires ont été désignées comme guichet unique pour recueillir les demandes. es ressortissants de la CCI Réunion sont ainsi invités à s adresser à la Maison de l Entreprise la plus proche (voir contacts ci-contre) pour remplir un formulaire qui sera ensuite adressé à une cellule de suivi. Composée de la Direction du Travail, de la Direction des Finances publiques, de l IEDOM, du Conseil régional et de techniciens consulaires, elle se réunit toutes les deux semaines à la Préfecture pour décider de la suite à donner à chaque dossier. En fonction des situations, les chefs d entreprises sont orientés vers la médiation du conseils, mais aussi un nouveau service d alerte par Internet. es entreprises sont invités à s y inscrire puis, en fonction de leur secteur d activité et de leurs savoir faire, elle reçoivent un message les informant qu un marché public susceptible de les intéresser a été déposé. crédit, la Commission des chefs des services fiscaux ou le tribunal de commerce. e dispositif a été placé sous la responsabilité de Bertrand Couteaux, commissaire du développement productif auprès du préfet de a Réunion, qui supervise également une cellule de veille et de soutien aux entreprises. Cette instance, composée de la cellule de suivi, du Conseil économique et social et des organisations professionnelles, a pour mission de formuler des propositions pour améliorer les dispositifs de soutien aux entreprises en difficultés. e diagnostic effectué par les chambres consulaires au cours des derniers mois a montré une nette dégradation de la situation, notamment dans les secteurs du transport et du BTP : le nombre d entreprises qui ne sont pas à jour de leurs cotisations auprès de la CGSS, du RSI ou de la Caisse de Retraite Complémentaire a fortement progressé entre décembre 2011 et août INFOS + Armand Sinamalé Tél. : ou Courriel : À QUI S ADRESSER? Maison de l Entreprise Nord 13 rue Pasteur Saint-Denis Tél. : Courriel : Maison de l Entreprise Sud 15 route de la Balance Saint-Pierre Tél. : Courriel : Maison de l Entreprise Est c/o MEFPIE Espace TARANI 95 Pente Sassy Saint-André (adresse valable jusqu au 31/12/12) Tél. : Courriel : Maison de l Entreprise Ouest 196 rue Marius et Ary eblond Saint-Paul Tél. : Courriel : 4

5 8 ème Forum économique des Îles de l Océan Indien océan Indien, toujours plus proche e 8 ème Forum Economique des Îles de l océan Indien, les 28, 29 et 30 novembre à Saint-Denis, a marqué une étape supplémentaire dans le rapprochement des acteurs économiques de la zone. C haque année, le Forum Économique des Îles de l océan Indien attire un auditoire un peu plus vaste. a 8 ème édition, qui s est tenue la semaine dernière au Parc des Expositions de Saint-Denis, a confirmé la tendance en enregistrant 600 participants et en élargissant son cadre au-delà des îles : l Inde, l Afrique du Sud, la Malaisie et le Vietnam ont ainsi été mis à l honneur lors de plusieurs conférences. «Au-delà de nos difficultés et de nos différences, nous sommes liés par un passé largement partagé et par des perspectives qui nous imposent d accélérer la cadence de nos rapprochements, a déclaré Ibrahim Patel, président de la CCI Réunion, en ouvrant le Forum. Il est impérieux que les divers instruments de communication et d échange s intensifient, tant dans le domaine maritime et aérien que dans les TIC». es échanges inter-îles restent marginaux à l examen des balances commerciales des différents territoires du sud-ouest de l océan Indien : moins de 5%. S y ajoutent des investissements croisés, plus difficilement quantifiables, qui témoignent malgré tout d une dynamique régionale. Ce 8 ème Forum a recherché a donner une dimension concrète au rapprochement des économies, en favorisant les rencontres «business to business» : près de 400 ont pu avoir lieu en marge des ateliers et des conférences. Président de l Union des Chambres de Commerce et d Industrie de l Océan Indien (UCCIOI, qui a confié à la CCI Réunion l organisation du Forum), Nourdine Chabani a appeler les acteurs économiques à «créer les circonstances» de l intégration régionale. e Forum a accueilli 600 participants en deux jours : record battu! Ouverture officielle du Forum, le 28 novembre. De g. à d : Roland Robert (Conseil général), Olga Ramaloson, ministre du Commerce de Madagascar, Ibrahim Patel, président de la CCI Réunion, Ericka Bareigts, députée de a Réunion, Philippe eyssene, ambassadeur délégué à la coopération régionale. Au premier rang : Nourdine Chabani, président de l UCCIOI, Frédéric Cadet, vice-président du Conseil régional, Jean-Claude de l Estrac, secrétaire général de la COI, Thierry Devimeux, secrétaire général aux affaires économiques de a Réunion. Née en même temps que le Forum, en 2005 à Tananarive, l UCCIOI représente un total de entreprises, TPE et PME pour l essentiel : autant de créateurs de richesse et de valeur ajoutée qui peuvent trouver intérêt au développement des échanges commerciaux régionaux. «a construction d une coopération économique passe d abord par le secteur privé», a pour sa part souligné Frédéric Cadet, vice-président du Conseil régional de a Réunion, notant que les projets régionaux en cours dans les domaines du tourisme, de l énergie, de l agroalimentaire avaient tous «la même ambition» : faire en sorte que les îles «produisent davantage ce qu elles consomment, et consomment davantage ce qu elles produisent». Secrétaire général de la Commission de l océan Indien depuis UCCIOI veut aller plus loin Nourdine Chabani, président de l UCCIOI Union des Chambres de Commerce et d Industrie de l Océan Indien (UCCIOI) a adopté plusieurs résolutions, le 29 novembre, au terme de son conseil exécutif organisé à Saint-Denis. a première d entre elles concerne la circulation des hommes, notamment des chefs d entreprises de la région désireux de se rendre à a Réunion. En effet, plusieurs d entre eux, Comoriens, Malgaches et Seychellois n ont pu obtenir à temps leur visa pour participer au Forum. UCCIOI entreprendra des démarches pour que ces obstacles à la coopération et aux échanges soient levés. es chambres de commerce de la région apportent d autre part leur soutien à plusieurs initiatives en cours de concrétisation : la mise en œuvre d une structure de pilotage des Îles Vanille dans le quelques mois, Jean-Claude de l Estrac a salué l intérêt d un tel Forum, auquel il participait pour la première fois, a tenu a rappeler sa vision : «a COI ne voit pas l intégration régionale comme une fin en soi, mais comme un tremplin pour partir ensemble à la conquête des vastes marchés à nos portes». Au terme de deux jours intenses d échanges, les entreprises des îles de l océan Indien ont fait un pas supplémentaire les unes vers les autres. «Ce Forum a permis de souligner le rôle des acteurs économiques dans l avancée de l intégration régionale, souligne Yvès-Claude Hoarau, président de la Commission Mobilité et Développement international de la CCI Réunion, et d affirmer le rôle de l UCCIOI comme un partenaire indispensable de cette dynamique.» secteur du tourisme, le projet de la Commission de l océan Indien visant à nouer des partenariats avec Madagascar pour renforcer la sécurité alimentaire des îles, la dynamique de rapprochement dans le secteur des TIC. Mais aussi la mise en réseau des centres de médiation des conflits de Madagascar, Maurice et a Réunion et le diagnostic régional des besoins et compétences en terme de traitement des déchets. UCCIOI veut aller plus loin dans le rapprochement des acteurs économiques régionaux en s engageant sur deux projets concrets : la création d une plateforme collaborative de gestion de données régionales et la mise en place d une base de données recensant les offres de formations dans les différentes îles. 5

6 Actualité politique 8 ème Forum économique des Îles de l Océan Indien Ouvrir les portes de l Inde Inde offre déjà de belles opportunités d affaires aux entreprises réunionnaises. Pour y accéder, l Indian Desk, bureau de liaison de la CCI Réunion en Inde, peut apporter un soutien précieux. G rand comme six fois la France, peuplé de 1.2 milliard d habitants, l Inde est ce pays de contrastes où les buildings côtoient des bidonvilles et où 25 % de la population vit sous le seul de pauvreté quand la croissance moyenne est de 7 % l an! Quatrième PIB mondial en parité de pouvoir d achat, le pays accueille plus qu il n exporte : 750 sociétés françaises y étaient présentes l an dernier contre une centaine d indiennes sur le sol français. De fait, les opportunités d affaires sont légion dans la «plus grande démocratie du monde». Et si les entreprises réunionnaises y sont encore trop peu présentes, la diaspora locale peut notamment compter sur l Overseas Indian Facilitation Center (www.oifc.in) pour les aider. Cette organisation qui accompagne les représentants de la diaspora dans leur projet d investissement relève un gros potentiel d échanges avec a Réunion. «a majorité des secteurs sont ouverts aux capitaux étrangers, mais il faut s armer de patience et bien connaître le pays, précise aura Prasad, secrétaire générale de la Chambre de Commerce Indo-française (IFCCI), présente à Bombay, Chennai et Delhi. Nous disposons désormais d un bureau CCI Réunion qui soutient les entreprises sur la prospection, la découverte du marché et les rencontres en B To B.» Autre soutien de poids, le réseau UBIFRANCE est présent lui-aussi dans les villes principales du pays. Pour Claude Masegosa, directrice du bureau de Bangalore, «l Inde a de gros besoins dans les énergies renouvelables, le traitement de l eau, le recyclage des déchets et l agroalimentaire, où la part des produits transformés emballés est encore très faible!» Une manière de dire qu en matériel comme en expertise, toutes les portes sont ouvertes. aura Prasad, secrétaire générale de la Chambre de Commerce Indo-française INFOS + Antenne de la CCI Réunion à Chennai : Indo- French Chamber of Commerce and Industry, Old 27, New 66, IIIrd Street, Abhiramapuram, Chennai , India. Tél. : Courriel : Théophane Narayanin : «Il faut y aller!» «Pour nos entreprises, le marché indien reste à conquérir, explique Théophane Narayanin, trésorier de la CCI Réunion». Mais lorsqu on regarde les chiffres de près, on s aperçoit que beaucoup d affaires se font en privé, notamment via le réseau mauricien. Historiquement, ce canal a été privilégié pour des raisons essentiellement pratiques : la langue, le transport aérien et les liens forts qui unissent la diaspora. Bientôt, il existera une liaison directe entre a Réunion et l Inde grâce à Air Austral, la CCI Réunion et UBIFRANCE qui sont présents sur place. Il faut y aller! Aujourd hui il n y a plus aucun obstacle, ni de langue, ni de transport. Toutes les conditions sont réunies pour développer un vrai réseau d affaires sur la route de l Inde.» TIC Vers une stratégie régionale Parce que l économie numérique est globale par nature, les acteurs de la filière mettent en chantier une stratégie de coopération régionale commune. Des aides pour financer son projet R éunion Entreprendre peut vous aider à vous lancer. e CDE (Centre pour le Développement de l Entreprise) peut vous apporter jusqu à euros. es banques de développement (AFD, BAD ) consentent des aides sous forme de prêts, garanties ou fonds propres. Union Européenne propose des prêts ou des dons via le fonds européen de développement et la banque européenne d investissement. Plusieurs portails permettent de consulter les appels à projets publics financés par les bailleurs de fonds : es professionnels du numérique n ont pas vocation à travailler seuls! Mais encore faut-il leur donner les moyens d échanger. C est ce qu ont rappelé Jaëla Devakarne (présidente de la Commission TIC-RDI à la CCI Réunion), Manuel Warlop (président de l Artic) et Gil Razafintsalama (président de Goticom à Madagascar), lors d un atelier réunissant aussi Ganesh Ramalingum (CCI de Maurice). Après avoir formulé le vœu que le câble sous-marin Séganet soit très vite posé, le pool a annoncé plusieurs actions qui permettront déjà de mettre en réseau les différents acteurs de la zone. Point fort : une étude de six mois sera lancée début 2013 afin d aboutir à la création d un cluster numérique à l échelle de la grande région. Cette grappe d entreprises interîles sera capable de prendre des parts de marché aux concurrents les plus actifs : Inde, Vietnam, Maroc, Tunisie. «À nous tous, on pèse emplois, relève Manuel Warlop. Nous devons apprendre à nous connaître et créer cette dynamique qui permettra d atteindre nos marchés-cibles, prioritairement en Afrique de l Est.» Pour cela, les acteurs souhaitent généraliser le concept de coworking, ces espaces partagés par les créateurs de start-up, et créer de l émulation au gré d événements tournants dans les pays de la zone : concours de talents, salon des TIC, Webcup régionale 2013, monographie de la filière dans chacune des îles de l océan Indien. océan Indien au féminin P résent à a Réunion aux Comores, aux Seychelles, à Madagascar et à Maurice, le réseau Entreprendre au Féminin océan Indien milite pour une meilleure représentation des femmes dans la vie économique. EFOI a mis à profit le Forum pour mieux se faire connaître. Outre un système de mentorat dans lequel des créatrices d entreprises parrainent celles qui veulent se lancer, le réseau propose un partage de ressources et d expériences, des séminaires et, bientôt, un fonds de garantie pour les prêts contractés par ses membres. Plus d infos sur ou (plateforme régionale). 6

7 8 ème Forum économique des Îles de l Océan Indien Sécurité alimentaire : le grand dossier de la COI Jean-Claude de l Estrac, secrétaire général de la COI. e sujet a été abordé à plusieurs reprises à l occasion du Forum. intégration régionale pourrait connaître rapidement une avancée majeure dans le secteur agroalimentaire, sur la base d un constat : Madagascar, la Grande Île, dispose d un potentiel suffisant pour fournir à ses voisines une grande partie des matières premières qu elles consomme, pour l alimentation humaine comme animale. Mais une faible partie des terres arables malgaches est cultivée, les rendements sont faibles. Philibert Rakotoson, secrétaire général du ministère malgache de l Agriculture, l a confirmé lors de l atelier consacré aux opportunités de Madagascar : le secteur agroalimentaire de son pays a besoin d investisseurs dans tous les domaines, de production à la transformation. Dans le même temps, les îles voisines importent céréales, viande, fruits et légumes de tous les continents alors qu à leurs portes, Madagascar est un «grenier» potentiel. a sécurité alimentaire de la région serait renforcée si les sources d approvisionnement était ainsi rapprochées des marchés consommateurs. Depuis son arrivée au secrétariat général de la Commission de l Océan Indien, en début d année, Jean-Claude de l Estrac a fait de ce dossier une priorité. «Il n y a plus besoin d études, il nous faut maintenant trouver des partenaires», a-t-il répété pendant le Forum. a COI proposera en février prochain à Majunga (ouest de Madagascar) un séminaire dont l organisation régionale attend beaucoup pour faire entrer le projet dans une phase concrète. Condition indispensable pour cela, selon Jean- Claude de l Estrac : «a conjugaison de la volonté des autorités malgaches et des bailleurs de fonds». Près de 400 rencontres B to B Formation : des échanges à amplifier a coopération régionale existe en matière de formation, depuis plusieurs années entre a Réunion et les Seychelles dans le domaine de l hôtellerie-restauration, plus récemment entre a Réunion et les Comores. Au-delà de ces exemples encore rares, un des ateliers du Forum a permis de souligner le potentiel de développement des échanges régionaux pour répondre aux besoins respectifs des îles. Mais l offre disponible sur chaque territoire manque encore de visibilité. Alors que la formation professionnelle est un des cœurs de métiers des CCI, la mise en place d une base de données régionales est envisagée comme une première étape dans un projet plus ambitieux de «mobilité harmonisée» dans l océan Indien. Des outils régionaux de médiation a gestion des conflits n est pas la compétence exclusive de la Justice dans le domaine des affaires. Depuis quelques années, des modes alternatifs de règlement des litiges (médiation et arbitrage) s affirment. a cour permanente d arbitrage de la CCI de Maurice, le Centre d Arbitrage et de Médiation de Madagascar et le centre de médiation réunionnais REMED proposent ces solutions qui permettent d éviter l aggravation des conflits et contribuent aussi à la confiance réciproque des signataires d un contrat international. e Forum a permis à ces trois instances de se rencontrer, et d envisager leur rapprochement. Îles Vanille : aussi pour la croisière I l s agit sans doute de la principale réussite de ce 8 ème Forum : jamais les rencontres business to business n avaient été aussi nombreuses qu au cours de cette édition. a CCI Réunion, organisatrice de l événement, leur avait accordé une priorité particulière, en proposant un système de prises de rendez-vous anticipées via Internet. e bilan est largement positif : même s il est difficile de comptabiliser la totalité des rencontres B to B secret des affaires oblige! le nombre des prises de contacts entre chefs d entreprise est estimé à 400. D ésormais doté d une structure de pilotage, le projet Îles Vanille a été débattu à l occasion du Forum sous l angle plus particulier de la croisière. «a croisière est le produit de coopération par excellence, a souligne Pascal Viroleau, directeur d Île de la Réunion Tourisme, une île ne peut pas se vendre seule. Mais la croissance de l activité dépend du maillon le plus faible». es ports de la zone, regroupés au sein de l Association des Ports de l Océan Indien, mènent déjà des actions de promotion communes. a montée en puissance de la marque «Îles Vanille» ne pourra qu appuyer ces efforts. 7

8 Actualité politique RÉFORME PORTUAIRE Dans quelques semaines, Port Réunion deviendra un Grand Port Maritime, statut né de la réforme des ports d Outre-Mer. a concession sera transférée à un nouvel établissement public dans lequel la CCI Réunion conservera un rôle très actif. a réforme des ports d Outre-Mer touche à son terme. e 1er janvier 2013, la concession de Port Réunion sera officiellement transférée de la CCI Réunion à un nouvel établissement public, le Grand Port Maritime. Il sera doté d un conseil de surveillance de 17 membres : 4 représenteront les services de l État, 4 les collectivités, 3 la CCI Réunion et 3 le personnel, ainsi que 3 personnalités qualifiées désignées par l État. Son directoire, composé de trois personnes, pourra s appuyer sur les avis d un conseil de développement au sein duquel les grands métiers portuaires et les clients pourront faire entendre leur voix. Stéphane Raison, qui dirigeait auparavant le port de Dunkerque, est chargé depuis avril 2012 d organiser cette transition, qui s inscrit «dans une logique de continuité», dit-il. a fusion des équipes de la DEA et de la CCI Réunion constituera l effectif du Grand Port Maritime (260 agents). «a réforme mettra fin à une double gouvernance, qui pouvait retarder les projets, souligne Stéphane Raison. Elle donnera les moyens à Port Réunion de se mettre rapidement en phase avec les évolutions du commerce maritime : le tirant d eau de la darse doit être porté à 14,80 m, le linéaire de quai augmenté, l outillage renforcé». es premiers mois de 2013 seront consacrés à l élaboration d un projet stratégique à cinq ans, visant un objectif majeur : la baisse du coût de passage portuaire, par la croissance du trafic. «Nous devons pour cela attirer du trafic en transbordement, seul moyen de créer de la valeur supplémentaire et de faire baisser le prix du traitement d un conteneur, poursuit Stéphane Raison. es armateurs recherchent actuellement des routes alternatives entre l Asie et l Afrique, Port Réunion est bien placé pour leur répondre». Port Réunion, Grand Port Maritime le 1 er janvier «Grâce à son nouveau statut, le port pourra mieux se vendre et adopter une politique commerciale plus réactive, ajoute Gilles Ham-Chou-Chong, directeur de la concession portuaire. Mais nous ne partons pas de zéro, plusieurs projets d envergure sont en cours : l approfondissement de la darse du port Est et la création d un nouveau quai de 160 m, qui permettra d accueillir simultanément deux porte-conteneurs de 300 m, la création de terre-pleins supplémentaires pour le stockage des conteneurs, l acquisition de nouveaux portiques après la rénovation des trois plus anciens» Depuis 1955, date de la première concession attribuée à la CCI Réunion, la Chambre a régulièrement investi dans l outillage public portuaire, ainsi que dans les infrastructures aux côtés de l État. Ses compétences reconnues lui vaudront d occuper trois sièges au futur conseil de surveillance de l établissement public portuaire. Fin octobre, l assemblée générale de la Chambre a désigné ses représentants : Ibrahim Patel, Cyrille Rickmounie et Cyrille Séraphin. Port Réunion est appelé à accueillir un nombre croissant de porte-conteneurs de grandes capacités, tel le Bunga Seroja Dua, en escale en décembre Cyrille Rickmounie : «a nouvelle gouvernance peut être une bonne chose» Cyrille Rickmounie, président de la Commission Ports et Ibrahim Patel «a CCI Réunion n a jamais démérité dans la gestion de Port Réunion, toutes les instances parisiennes le reconnaissent. a volonté de la communauté portuaire s est exprimée pour aller vers un nouveau statut, nous l acceptons, même si nous regrettons de ne pas conserver le port dans le périmètre de la Chambre. es discussions sur les compensations financières aboutiront dans les prochaines semaines. e Grand Port Maritime hérite de projets bien avancés la nouvelle darse de plaisance, l extension de la darse du port Est, l étude pour l acquisition de deux nouveaux portiques et surtout d un personnel professionnel et compétent. a nouvelle gouvernance qui sera mise en place le 1er janvier peut être une bonne chose, une bouffée d oxygène pour faciliter les prises de décision et insufflera un nouveau dynamisme. Nous accompagnerons cette mutation. e port est un outil au service de l économie et des entreprises et le restera, j y veillerai en tant que membre du conseil de surveillance. Il n y aura pas de rupture : nous allons continuer à améliorer les performances portuaires et à anticiper les évolutions du commerce maritime mondial, à maîtriser les temps d escale et à améliorer en permanence la qualité des services. Je souhaite également que le Grand Port Maritime accompagne la CCI Réunion dans son projet de plates-formes de développement économique à Pierrefonds et à Beauvallon (Saint-Benoît), qui soulagera le terminal à conteneurs de Port Réunion tout en contribuant au développement du Sud et de l Est.» 8

9 PORTS DE PAISANCE ET DE PÊCHE e challenge du retour à l équilibre Concessionnaire des ports de plaisance et de pêche de Saint-Gilles-les-Bains et Sainte-Marie, la CCI Réunion œuvre au retour à l équilibre de ces deux structures dont l attractivité ne se dément pas. 370 bateaux à Saint-Gilles-les-Bains, 167 à Sainte- Marie : les deux ports de plaisance et de pêche gérés par la CCI Réunion font le plein. Pourtant, ils sont structurellement déficitaires. Cette réalité comptable découle de choix anciens, visant à soutenir la pêche puis à encourager le développement de la plaisance. es tarifs proposés aux propriétaires de bateau sont ainsi très inférieurs à ceux pratiqués dans les ports français. De plus, le concessionnaire se substitue bien souvent aux collectivités - mairie de Saint-Paul et CINOR - en assumant diverses charges liées à l entretien des infrastructures. Si aucun objectif ne peut être fixé pour le port de Sainte-Marie, en raison des incertitudes qui planent sur l avenir de ce dernier (voir article suivant), il est à portée de main à Saint-Gilles. «Une gestion drastique a permis de ramener le déficit de trésorerie de 3,9 millions d euros, il y a quelques années, à 1,5 million aujourd hui, indique Cyrille Séraphin, élu délégué aux ports de plaisance et de pêche de Saint-Gilles-les- Bains. équilibre pourrait être retrouvé à l horizon 2016 ou 2017, d autant que le remboursement des emprunts liés aux investissements, qui avait été étalé sur une durée - un peu trop courte - de quinze ans arrive à son terme». 52 clients sont actuellement recensés dans les m 2 de locaux mis à disposition près des quais : des commerces, des entreprises de loisirs, des associations. Alain Merlo, directeur des ports de plaisance et de pêche et Cyrille Séraphin, élu de la CCI Réunion. «Nous veillons à la bonne application des conventions d occupation, notre système de recouvrement est devenu très strict», précise Alain Merlo, directeur des ports de plaisance et de pêche. e port de Saint-Gilles-les-Bains, qui a une nouvelle fois décroché le Pavillon bleu cette année, gagne chaque année en attractivité. Des efforts importants ont été consentis pour renforcer la sécurité et la propreté, un plan agréé par les concédants et l État a été mis en place pour la gestion des déchets industriels spéciaux (D.I.S) : récupération des déchets souillés, des eaux grises de la réparation navale Un local d accueil des croisiéristes de passage à Saint-Gilles vient d être aménagé et euros d investissements sont prévus en Ils porteront sur la réfection de la signalétique, l accès aux personnes à mobilité réduite, la construction d un atelier d entretien, fonction qui était jusqu à présent en partie sous-traitée à Port Réunion. «e dialogue avec la municipalité de Saint- Paul est très constructif, poursuit Cyrille Séraphin. Nous envisageons ainsi d investir avec elle dans la mise en place de caméras de surveillance». Un dossier reste en revanche en attente de solution, en relation avec l État, gestionnaire du domaine public fluvial et maritime : celui des déchets charriés par la ravine Saint-Gilles pendant les crues. Bloquée par la dune de sable qui forme la plage des Roches Noires, la ravine déborde alors dans le port, qui s envase. e coût du dragage complet des bassins est estimé à euros, mais il ne peut être envisagé tant qu une solution pérenne n est pas trouvée pour permettre l évacuation des eaux de crues. Sainte-Marie : un avenir lié à l aéroport S a construction avait été rendue possible par celle de la piste longue de l aéroport, son avenir est aujourd hui lié aux évolutions de la réglementation aéronautique. 18 ans après sa création, le port de Sainte-Marie se trouve dans l obligation d envisager une nouvelle configuration. a distance de sécurité qui le sépare du bout de la piste principale de l aéroport Roland-Garros doit en effet être augmentée. De 40 mètres actuellement, elle pourrait prochainement être portée à 150 mètres par les nouvelles dispositions régissant l aviation civile européenne. Voire à 250 mètres dans le futur, en prévision de la mise en ligne d avions de nouvelle génération : la totalité de l emprise actuelle du port serait alors concernée. a CINOR, qui a succédé à la commune de Sainte-Marie en tant qu autorité concédante, est à la recherche d une solution pour une nouvelle implantation, qui devrait nécessiter le creusement d un nouveau bassin à l intérieur des terres. Cette configuration aurait également l avantage de mieux protéger le port des tsunamis. Celui de décembre 2004 avait provoqué des dégâts considérables sur les pontons et les investissements consacrés à leur réfection avaient creusé le déficit de la concession, qui avait atteint en 2005, euros. a CCI Réunion se trouve réduite à une position d attente. Comme à Saint-Gilles-les-Bains, ses investissements récents ont porté sur la gestion des déchets spéciaux. a suite dépendra des grands choix d aménagement pour doter le nord de l île d un port de pêche et de plaisance attractif et dimensionné à la demande qui dépasse, de loin, les 167 places actuelles. 9

10 Actualité politique FIIÈRES es dossiers qui avancent, les dossiers à ouvrir es présidents des Commissions sectorielles de la CCI Réunion font le point sur l avancée des dossiers ouverts depuis le début de la mandature et les priorités actuelles de leur action. ENVIRONNEMENT ET AMÉNAGEMENT «Pierrefonds et Beauvallon auront leur plate-forme de développement» Hutson ANDY Président de la Commission BTP BTP «Mettre en avant le savoir faire de nos entreprises» es dossiers qui avancent Après une chute vertigineuse, l activité de notre secteur s est stabilisée mais la reprise de la commande publique se fait attendre. En attendant, nous œuvrons en faveur des TPE et PME, notamment celles qui sont en difficultés, en les aidant à obtenir les attestations fiscales et sociales provisoires qui leur permettent de répondre aux appels d offres. D autre part, la CCI Réunion les accompagne dans la prise en compte des nouvelles réglementations sur l amiante. Une formation est mise en place au CIRFIM (tél. : ), avec des outils adaptés : elle évite de coûteux déplacements en métropole. Réduire nos coûts d approvisionnement es intérêts des entreprises du BTP sont très liés à ceux des entreprises du transport. Ensemble, nous avons prospecté en Chine pour trouver de nouvelles sources d approvisionnement et réduire le coût des pièces détachées de nos engins. De même, des contacts ont été pris à Madagascar avec divers fournisseurs, des négociations commerciales ont commencé : nous résisterons à la crise en réduisant certains coûts. Un Salon en 2013 Nous préparons pour la mi-2013 l organisation d un Salon qui mettra en valeur le savoir-faire des entreprises réunionnaises. es donneurs d ordres ont encore trop souvent le réflexe de prendre leurs références dans des catalogues de métropole! Il faut que nos chefs d entreprise s expriment davantage et démontrent que leur offre est de qualité. Enfin, un vieux dossier doit trouver sa solution : celui de l assurance décennale. Des références invraisemblables sont demandées à nos entreprises, qui ne parviennent pas à s assurer. S il le faut, nous irons rechercher des solutions ailleurs qu à a Réunion ou en métropole. Deux plates-formes de développement économique a CCI Réunion, avec l assistance d un maître d œuvre, finalise actuellement le projet de création de deux plates-formes de développement économique à Pierrefonds et à Beauvallon. Il s agit de doter le Sud et l Est de terminaux de réception et livraison des conteneurs, qui y seront acheminés de nuit en provenance du port et éclatés vers leurs destinataires en journée. Des zones d activités logistiques y sont également implantées. Ces ensembles permettront de désengorger le terminal à conteneurs de Port Réunion, d alléger le trafic routier et de créer de l activité dans ces deux micro-régions. a mise en service des plates-formes, du moins pour les premières tranches, est attendue en Un diagnostic des zones d activités a CCI Réunion a lancé en 2012, à destination des gestionnaires de zones d activités économiques, un outil de diagnostic de leurs zones : Diag ZA. En 2013, nous souhaitons lancer un outil d animation des ZAE, cette fois destiné aux entreprises occupantes. Ces outils trouveraient leur déploiement optimal dans une stratégie régionale de création et de requalification des ZAE, ainsi que dans un schéma logistique à l échelle de l île, qui restent à élaborer. Jean-Bernard CAROUPAYE Président de la Commission Transports Transport «Appliquer mot pour mot la Charte de bonnes pratiques» Détaxe sur le carburant professionnel a grande satisfaction de ce début de mandature est l entrée en vigueur en septembre d une détaxe de 5 à 6 centimes sur le carburant professionnel. es efforts de la FNTR et de la CCI Réunion ont porté leurs fruits. a mesure est rétroactive au 1er janvier 2012, elle est révisable à tout moment en cas de nouvelle flambée des prix. Johnny Grindu Président de la Commission Environnement et Aménagement Plates-formes mutualisées pour les professionnels du transport a mise à disposition de zones sécurisées et respectueuses de l environnement, de parkings sécurisés et de services spécifiques répondrait aux besoins de nombreux transporteurs, qui manquent d espaces pour stationner leurs véhicules, qui nécessitent d autre part un entretien de plus en plus spécialisé. a CCI Réunion réfléchit actuellement à la possibilité d une complémentarité entre les plates-formes de développement de l Est et du Sud et de zones destinées aux transporteurs, voire à l intégration des secondes au sein des premières. a démarche a été simplifiée au maximum, il suffit de déposer un dossier à la Région Réunion. Par ailleurs, le Conseil National Routier a effectué une mission d expertise et a validé la structure des coûts de références relative au transport de marchandises. a CCI Réunion met à la disposition des entreprises de transport un simulateur de calculs du coût de revient d une prestation. Enfin, nous poursuivons nos efforts pour que la charte de bonnes pratiques soit améliorée et appliquée par l ensemble des acteurs de la filière. Des pièces détachées moins chères es surcoûts constatés sur les prix des pièces détachées disponibles à a Réunion sont beaucoup trop importants. Raison pour laquelle nous venons de mener une mission en Chine, où la plupart de ces pièces sont fabriquées, pour trouver des fournisseurs moins chers. Notre projet vise à encourager la création d une centrale d achat pour limiter le coût de ce poste, très lourd pour les entreprises de transport. Des dossiers à ouvrir a nouvelle réglementation du transport fait obligation aux entreprises de disposer d un siège, alors que nombre de TPE du secteur n en ont pas. Nous souhaitons mettre à profit la création de la plate-forme de développement de Beauvallon, à Saint-Benoît, pour proposer d accueillir ces entreprises et de leur offrir des services à des tarifs défiant toute concurrence. D autre part, nous souhaitons obtenir un aménagement du temps réglementaire de conduite, qui n est pas adapté au rythme de travail et à la culture professionnelle des entreprises de a Réunion. 10

11 Jaela DEVAKARNE Présidente de la Commission TIC RDI (Recherche, Développement, Innovation) TIC RD INNOVATION «Atrium, un accélérateur d innovation» Un premier espace de coworking en mars Depuis deux ans, toute notre énergie est consacrée au projet Atrium. Cette plateforme d excellence dédiée aux TIC prendra place dans un immeuble actuellement en construction sur le futur parc Techsud de Saint-Pierre. On y trouvera une pépinière, un show-room, un laboratoire équipé de technologies à haute valeur ajoutée, des bureaux, un open space et pléthore de services communs aux coworkers : salles de réunion, secrétariat, événements a livraison est prévue début En attendant, un premier espace de coworking de 360 m2 ouvrira dès mars 2013 dans un immeuble de Terre- Sainte. De manière transitoire, il accueillera une trentaine de personnes bénéficiant de loyers très abordables grâce au soutien financier de la Région et de l Europe. Un projet évolutif Atrium est le modèle même du projet-gigogne! Il ne suffit pas de créer un lieu car le champ des possibles est immense. Chaque brique posée ouvre de nouvelles perspectives de développement. Aujourd hui, nous devons mener une étude de faisabilité sur les différentes composantes du projet, son équilibre économique, la structure juridique adéquate entre partenaires publics et privés Un comité de pilotage a été créé afin de faire évoluer le projet en temps réel. Dans les deux ans, ces questions doivent être réglées! Perspectives régionales En rythme de croisière, l Atrium devra créer des synergies avec d autres structures du genre. C est d ailleurs sa vocation : être un concentrateur de talents! Nous avons déjà des connexions avec le i-hub de Tsimbazaza (Madagascar), qui ouvre des perspectives régionales à notre projet. Mais on peut aussi travailler avec le i-hub de Nairobi, qui ouvrira les portes de l Afrique. Et bien sûr avec la métropole et l Europe. Industrie «Conserver nos richesses pour les réinvestir ici» Carburant à bas prix Il y a deux ans, nous avions promis l étude de faisabilité d une filière parallèle de distribution de carburant à bas prix. Aujourd hui, les problèmes de sourcing, de réglementation, de stockage et d approvisionnement sont réglés! Reste à trouver les financements. objectif est de créer une société d intérêt public et coopératif, au cours du premier semestre 2013, avec l aide financière de l Europe, de l État et des collectivités locales, exactement comme en a bénéficié largement le monopole en place. Mourad Guelalta, Président de la Commission Développement industriel et énergies COMMERCE NON AIMENTAIRE «Restructurer les unions commerciales» Dynamisation des centres-villes Beaucoup de cœurs de ville souffrent d un déficit de dynamisme. Face à ce constat, plusieurs municipalités réunionnaises ont souhaité s inspirer des modes de gouvernance expérimentés ailleurs (yon, Nouméa, Québec ) en vue de créer des structures de gestion de centre-ville. Ces entités rassemblent les acteurs privés et publics qui élaborent ensemble un projet commun pour le développement du centre urbain. es expériences déjà menées montrent que ces démarches sont source de cohérence dans l action d amélioration du commerce et permettent d élaborer des politiques commerciales partagées à moyen et long terme. a CCI Réunion les encourage, en recherchant plus particulièrement à restructurer les unions commerciales, étape indispensable à la réussite des démarches de gestion de centre-ville. Financer les projets de centre-ville Un volet important de notre action consiste à rechercher des sources de financement des projets de redynamisation des centres-villes, que les municipalités n ont pas les moyens de porter seules, en actionnant le Fonds d Intervention pour les Services, l Artisanat et le Commerce (FISAC), qui exige de trouver des contreparties financières auprès des collectivités, des associations et des entreprises dès l élaboration du projet global. Élargir la production locale Nous sommes encore trop dépendants des produits importés. Afin d identifier des niches d import-substitution, nous avons lancé une étude qui livrera ses conclusions début Ce sera la première étape d un plan de relance de la production locale. Des études de marché plus approfondies seront ensuite menées sur les niches les plus porteuses afin d élargir la palette de la production réunionnaise. Mais pour cela, il faudra de nouvelles zones d activités. On souhaite que les collectivités travaillent avec nous sur ce sujet car le problème du foncier ne peut être confié aux seuls aménageurs privés. Abdoul Vally Bagasse Président de la Commission Commerce non alimentaire Soldes et repos hebdomadaire à l étude a CCI Réunion a été sollicitée par ses ressortissants afin de réactualiser les dates et la durée des soldes. Face à des positions divergentes, nous proposons de lancer une enquête afin de recueillir l avis de la majorité des commerçants. Nous souhaitons également œuvrer à l actualisation de l arrêté de 1966 qui régit le repos hebdomadaire dans les commerces de détail. Alain AKBARAY Président de la Commission Services SERVICES «Améliorer la performance économique» De nouveaux outils Ces deux dernières années ont été essentiellement consacrées à développer des outils qui améliorent la performance économique, comme par exemple le bureau de change ouvert cette année au Port à l intention des croisiéristes. Nous finalisons par ailleurs un projet de convention avec la CGSS sur les risques professionnels. idée est de créer un pôle d appui technique et financier afin de mieux prévenir ces risques qui grèvent la productivité. Enfin, un nouveau Salon du BTP, intégrant les services associés, sera organisé en juillet Nous y réunirons les acteurs du secteur et leurs partenaires naturels (banques, assurances, bureaux d études, formateurs ) afin, là aussi, de stimuler les affaires. Étendre le label «Esprit Client» Afin d améliorer les prestations d accueil de nos entreprises, nous avons initié un label de qualité «Esprit client» au Tampon, à Saint-Joseph et à Saint-Pierre. Cette démarche de progrès nécessite un solide accompagnement technique et financier. Des conventions FISAC ont donc été signées par ces trois communes. Mais l État tarde à valider les dossiers et il règne une grande incertitude quant au lancement de la deuxième phase en Il nous faut encore lever ces doutes pour déployer la charte au niveau départemental. Un centre d affaires pour les services aux entreprises e prochain grand chantier est l ouverture d un Centre d affaires des services aux entreprises proposant la location de bureaux équipés, un secrétariat partagé et des prestations sur demande. es études de localisation, de dimensionnement et de faisabilité financière ont déjà démarré. e projet pourrait se concrétiser en partenariat avec une collectivité ou sur du foncier appartenant à la CCI Réunion permettra de le déterminer. 11

12 Actualité des pôles politique et économique Pascal PONAPIN Président de la Commission Tourisme et oisirs TOURISME «Favoriser la mise en réseau des entreprises» a renaissance du Club Croisière En ce début de mandature, nous avons consacré un effort particulier à une activité dont les perspectives sont prometteuses : l accueil des paquebots de croisière. e Club Croisière Réunion, créé au début de la décennie précédente, était tombé en sommeil. Nous lui avons redonné vie, et engagé un programme d actions, notamment pour offrir des produits attractifs aux croisiéristes qui désirent visiter l île de manière autonome pendant leur journée d escale. e Club Croisière compte désormais 31 adhérents et souhaite développer une réflexion régionale pour promouvoir globalement les îles de l océan Indien auprès des opérateurs de croisière. Une convention à faire vivre Une convention-cadre a été signée en 2011 par les Chambres consulaires, Île de la Réunion Tourisme et la Fédération Réunionnaise du Tourisme. Elle vise à mieux coordonner les initiatives, dans le domaine de compétences de chacun (promotion, conseil ). Un nouvel élan doit être trouvé par les signataires afin de développer d avantage des actions conjointes. a CCI Réunion facilite pour sa part la participation d entreprises locales à diverses manifestations nationales, elle a également accompagné ses ressortissants dans la prise en compte des nouvelles normes de classement hôtelier. Nous invitons les entreprises et les porteurs de projets touristiques à se rapprocher plus souvent de nos services : nous pouvons les soutenir de multiples manières sur leur parcours et favoriser leur mise en réseau. Pour un développement durable du tourisme Nous souhaitons également encourager nos entreprises à s investir dans la démarche nationale RESPECT (Responsabilité Environnementale et Sociales pour des Entreprises Compétitives du Tourisme). Elle répond à une véritable attente et a Réunion a tous les atouts pour augmenter la compétitivité des entreprises touristiques mais aussi pour attirer une clientèle en quête d un tourisme responsable. Vous investissez dans le secteur hôtelier avec quelles motivations? «Je fais partie de ceux qui croient à des lendemains meilleurs! e ralentissement économique actuel doit être l occasion d un nouveau départ. Il existe à a Réunion des richesses extraordinaires : sa nature intérieure, son parc national et son inscription au Patrimoine mondial par l Unesco, sa jeunesse sincèrement désireuse de contribuer au développement de l île. Et il y a une vraie industrie à développer : le tourisme. industrie hôtelière crée de nombreux emplois directs et indirects, donne du travail aux entreprises locales. C est ce dont notre économie a besoin pour redémarrer et faire face à cette angoisse économique. a Réunion a été choisie pour accueillir, l année prochaine, une conférence mondiale sur le tourisme insulaire : c est également un signe fort». Avez-vous trouvé un environnement favorable pour faire aboutir votre projet? «Nous ne nous sommes pas réveillés un matin avec l idée de construire un hôtel! Notre groupe détient ce foncier depuis une quinzaine d années. Mais nous avons dû attendre la révision du Schéma d Aménagement Régional pour qu il devienne constructible. Nous ne le regrettons pas : ce délai nous a laissé le temps d étudier le secteur du tourisme et ses métiers périphériques. e moment pour concrétiser notre projet est venu naturellement. e Conseil régional, avec l appui financier de l Europe, affiche une ambition claire et réaliste dans le domaine du tourisme. Il développe, avec la Commission de l océan Indien, une stratégie régionale forte. Toutefois, la synergie avec la politique bancaire reste défaillante. e secteur hôtelier souffre d un manque d offre de lits, mais si l inculture économique de certaines banques perdure de multiples projets n aboutiront jamais, alors qu il s agit d une priorité régionale. «e tourisme, une vraie industrie à développer» Joël Narayanin s apprête à réaliser un investissement de 20 millions d euros dans la construction de l Akoya Hôtel & Spa, un hôtel 4 étoiles à a Saline-les-Bains. e chef d entreprise témoigne de sa foi dans le potentiel touristique de a Réunion. a croissance ne redémarrera pas et dans un tel système, le choc de compétitivité prévu n aura pas lieu.». Venu des secteurs de l industrie et de l immobilier, trouvez-vous facilement les compétences nécessaires au lancement d un hôtel 4 étoiles? «C est un nouveau métier pour nous, en même temps qu un projet coûteux, qui a exigé un investissement Joël Narayanin présente l Akoya Hôtel & Spa (ouverture prévue en 2014). humain et financier important. Toutefois, après 30 années d expérience dans le management et la gestion d entreprise, dans différents secteurs, parfois très pointus, nous avons prouvé notre savoir-faire. Nous savons constituer des équipes et mettre en place des dirigeants et des cadres compétents. Et nous travaillons avec de nombreux partenaires et divers organismes qui constituent des supports précieux.» 107 chambres et quatre étoiles à Trou d Eau es travaux de construction d Akoya Hôtel & Spa démarrent en février à Trou d Eau, sur un terrain de trois hectares bordant l ancienne nationale. e site dispose d un accès au lagon, mais le projet, met en avant son spa de 550 m 2. Un partenariat est en cours de finalisation avec «une enseigne européenne de grande notoriété» dans les domaines des soins et du bien-être, dont le nom devrait être dévoilé prochainement. En revanche, «nous envisageons une gestion indépendante de l hôtel, indique Joël Narayanin. es contrats proposés par les grands groupes de gestion hôtelière ne nous conviennent guère. Nous avons un vrai concept et nous chercherons aussi à attirer une clientèle réunionnaise, grâce à des tarifs préférentiels : qui, mieux que des Réunionnais, connaît les goûts de cette clientèle?» établissement de 107 chambres, dont 4 suites, se positionnera dans la catégorie 4 étoiles + : «Toutes les études le démontrent, souligne son promoteur : c est cette catégorie qui répond aux attentes du marché». a vaste piscine (près de 500 m2) sera un autre argument de l Akoya, dont la politique commerciale incitera également à la découverte de l intérieur de l île et des loisirs de pleine nature. Mais pas seulement : «es grandes réalisations de a Réunion, telle la route des Tamarins ou la future route du ittoral, peuvent attirer un public spécifique qui trouvera une prestation sur mesure pour l accueil de séminaires et de formations dans nos salles de conférence», précise Joël Narayanin. ouverture de l hôtel est programmée pour septembre «Nous envisageons une gestion indépendante de l hôtel». 12

13 Actualité du pôle économique COMMERCE AIMENTAIRE Centrale d achat : le commerce de proximité mobilisé a réussite du projet de centrale d achat dépend désormais de l adhésion des commerçants eux-mêmes. a souscription pour constituer le capital de la structure qui permettra de réduire les coûts d approvisionnement du commerce de proximité est ouverte. «A fin de convaincre les Pouvoirs Publics et les partenaires potentiels de la pertinence de notre projet de centrale d achat, il est important de se rassembler pour constituer une force et marquer notre volonté de relancer nos activités en améliorant l attractivité et la compétitivité de nos boutiques traditionnelles. Mobilisons-nous! Ne laissons pas passer les dispositifs d accompagnement en faveur des petites entreprises. Parce qu ensemble nous pouvons réussir, dès maintenant devenez propriétaire de votre centrale d achat». Ce courrier signé par Ibrahim Patel, a été envoyé fin septembre à l ensemble des ressortissants du commerce alimentaire. Plusieurs dizaines de commerçants ont déjà répondu à l appel et ont signé les premiers chèques de souscription. «heure est à la mobilisation, insiste aujourd hui le président de la CCI Réunion. En se regroupant, les petites entreprises du commerce de proximité pèseront d un poids aussi lourd que les enseignes de la grande distribution. Nous avons d autre part lancé le dialogue avec les pouvoirs publics afin d obtenir leur concours, que nous espérons obtenir car notre projet est social et solidaire et contribuera à un aménagement équilibré du territoire réunionnais, en maintenant l activité dans les écarts et les quartiers». a constitution du capital de la centrale d achat, qui prendra une forme coopérative, n est qu une première étape. Tous les aspects techniques du projet sont actuellement en cours d étude. objectif n est pas la création d une structure de vente en gros, auprès de laquelle les adhérents viendraient s approvisionner quotidiennement à leur gré. a «Koopérativ» dont le logo vient d être créé fonctionnera en précommande, ce qui demandera aux commerçants un travail prévisionnel pour déterminer leurs besoins. Pour être compétitive et tenir sa promesse de prix très attractifs par rapport à ses homologues contrôlés par la grande distribution, la centrale d achat doit en effet s interdire de gérer des stocks dormants. es études en cours portent, entre autres, sur les familles de produits susceptibles de répondre aux attentes de la clientèle du commerce de proximité, ainsi que sur l équipement de l entrepôt, à trouver près du port, où seront réceptionnées les marchandises importées. e dispositif impliquera également des actions de formation en direction des adhérents qui ne maîtrisent pas encore certaines techniques de gestion de stock, notamment informatiques. a mutualisation des coûts pour faire baisser les prix exige, en effet, une professionnalisation accrue et l application de nouvelles méthodes. a création de la centrale d achat sera aussi l occasion d encourager et d appuyer, avec les dispositifs d aides existants, la modernisation des points de vente. À travers ce projet, le commerce de proximité réunionnais veut également devenir une vitrine de la production locale. Des conventions de partenariat seront établies avec les agriculteurs, les artisans et les industriels, ainsi que des partenariats avec les importateurs locaux, les agents de marque et les grossistes indépendants. année 2013 sera celle du rodage, avec les premières commandes expérimentales, en vue d une mise en œuvre opérationnelle de la «Koopérativ» en Infos + e bulletin de souscription au capital de la «Centrale d Achat» est à retourner par courrier à la CCI Réunion, 5, rue de Paris, BP 120, Saint-Denis cedex, ou à déposer dans la Maison de l Entreprise de votre région. Tél. : Courriel : e soutien de Victorin urel e ministre des Outre-Mer a exprimé son soutien au projet de centrale d achat porté par la CCI Réunion, lors de sa récente venue dans l île. En présence de Jean-uc Marx, préfet de a Réunion, et de Thierry Devimeux, Secrétaire Général pour les affaires régionales, Victorin urel a reçu la délégation conduite par Ibrahim Patel pendant une heure, en sous-préfecture de Saint-Paul, le 17 novembre. «e ministre, qui connaît bien le sujet pour avoir soutenu une initiative de ce type il y a quelques années aux Antilles, s est engagé à aider le projet et a demandé au Préfet de l appuyer», souligne Cyrille Séraphin, vice-président de la Commission Commerce Alimentaire de la CCI Réunion. À l heure où la loi sur la régulation économique outre-mer s apprête à entrer en vigueur, la création d une structure d approvisionnement dédiée au commerce de proximité s inscrit dans le même objectif de lutte contre la vie chère. es différentes mesures prises en 2009 et 2012 suite aux mouvements sociaux («liste COSPAR» puis «Produits Solidaires») ont exclusivement profité à la grande distribution. a mise en œuvre de la centrale d achat devrait permettre aux boutiques de proximité d œuvrer à leur manière à la maîtrise des prix de consommation. a solution pour le commerce alimentaire de proximité 13

14 Actualité des pôles innovation et aménagement INNOVATION CRITT : nouvelle image, nouvelles ambitions e CRITT Réunion se dote d une nouvelle identité visuelle et œuvre actuellement à mieux faire connaître son offre aux PME et TPE, pour les accompagner sur la voie de l innovation. «e Centre Régional d Innovation et de Transfert de Technologie est connu par les entreprises, mais pas encore suffisamment par celles qui n ont jamais fait appel à ses services», constate Pierre Chatelet, son directeur. Créé il y a plus de vingt ans à l initiative de la CCI Réunion pour répondre à la demande du monde industriel, le CRITT accompagne les entreprises par du conseil, de l information stratégique et de l expérimentation technique. Son équipe d ingénieurs et de techniciens, pluridisciplinaire, s appuie sur des laboratoires accrédités et labellisés pour proposer une large gamme de services : conseil en développement et en technologie, analyses sensorielles et élaboration de produits alimentaires, métrologie des masses, des longueurs et des températures, démarches Qualité, Sécurité et Environnement, prototypage rapide. e CRITT abrite également l Agence Régionale d Information Scientifique et Technologique, centre associé AFNOR et relais local de l Institut National de la Propriété Industrielle. e CRITT fait également partie du Comité Régional de l Innovation et a obtenu il y a quatre ans le label «Centre AMÉNAGEMENT ET VAORISATION DU PATRIMOINE de Ressources Technologiques», attribué par le ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche aux structures reconnues pour l étendue de leur offre et leur connaissance du tissu économique. «Nous avons mené en 2012, avec la Chambre de Métiers et de l Artisanat, une première série de diagnostics visant à détecter et promouvoir l innovation au sein des petites entreprises, poursuit Pierre Chatelet. Cette action sera poursuivie en 2013 sur une plus grande échelle. Nous avons également lancé un important travail de prospective pour préparer les programmes européens ». Pour mieux se faire connaître des petites entreprises, auxquelles il peut apporter conseil et accompagnement, le CRITT accentue d autre part ses efforts de communication. Il vient ainsi de se doter d une nouvelle identité visuelle. e logo évoque la multiplicité des cibles et la variété des interventions du Centre, selon un code graphique qui affirme une identité technologique. a signature choisie, «De la suite dans vos idées», est une invitation lancée aux entreprises de toutes tailles, désireuses d être appuyées dans leur développement. Infos + CRITT Réunion : Maison Régionale des Sciences et Technologie, Parc Technor, 3, rue Serge-Yacard, Sainte-Clotilde. Tél. : Courriel : a ZIC n 1 s anime ropriété de la CCI Réunion, P la Zone industrielle et Commerciale n 1 du Port devient progressivement un lieu d animations. Dernier événement en date : le «Super Motard» de la ville du Port, organisé le 11 novembre par l association Team 974 Deux Zéros pour la deuxième année consécutive. Il a eu pour cadre une zone non constructible bordant l avenue de Tamatave et a accueilli spectateurs environ. «an passé, nous avions effectué quelques travaux d aménagement sur ces parcelles, avec l accord de la CCI Réunion, explique Sébastien Azélie, vice-président du Team e Super Motard du Port, sur la ZIC n 1 du Port le 11 novembre. (photo : NP Pictures) portois. Cette année, nous avons fait quelques apports de bitume et nous espérons pouvoir maintenir l espace en l état pour les années suivantes». e Super Motard du Port est en effet appelé à se pérenniser sur la ZIC n 1, où deux autres manifestations sportives ont eu lieu cette année : le relais 4 heures VTT, organisé le 22 janvier par Port Pédales Association, et la course de motos Monobike, sur bitume, le 8 juillet par Team 974 Deux Zéros. «Ces événements permettent de mieux faire connaître la ZIC n 1, en attirant du public», explique Christine Hoarau, responsable du pôle Aménagement et Valorisation du patrimoine à la CCI Réunion. Deux rues rénovées es rues Georgi-Dimitrov et Frédéric-Jackson sont les deux premières voies rénovées de la ZIC n 1 par la CCI Réunion : elles ont été livrées en septembre. es travaux d amélioration de la ZIC se poursuivront en 2013 avec un chantier d entretien paysager assuré par les emplois verts de l association Mouvement Solidaire Portois, alors que débutera la réfection de la voie de liaison portuaire, entre le port Est et le port Ouest. e souvenir de la maison Macé es plus anciens s en souviennent, une partie du siège actuel de la CCI Réunion, à l angle de la rue de Paris et de la rue Pasteur à Saint-Denis, occupe une parcelle qui accueillait jadis la maison Macé. a belle demeure avait été construite en 1855 et 1856 par Joseph Bernard, un négociant de Saint-Denis, rachetée par la famille auratet et puis par la famille Macé. Elle est détruite en 1972 pour permettre la construction de l aile nord du bâtiment actuel de la CCI Réunion, dont le premier bâtiment avait été construit entre 1956 et 1958 sur des plans du cabinet Hébrard et Abadie. Deux plaques commémoratives seront posées par la CINOR, en ce mois de décembre, sur les grilles de la Chambre pour conserver le souvenir de ce passé architectural. Construite par Joseph Bernard, négociant à Saint-Denis, cette maison en bois du Second Empire est contemporaine de l Hôtel de ville dont elle reprend au rez-de-chaussée la galerie à arcades. Elle a appartenu à la fin du XIX e siècle à la famille auratet, riches négociants ayant fait fortune dans le commerce avec Madagascar. Rachetées par la Chambre de Commerce et d Industrie en 1972, les deux parcelles sont réunies pour construire l aile nord du bâtiment actuel. 14

15 Actualité du pôle formation Formation : Écoles d excellence, des milliers de talents! Gestion, commerce et distribution, ingénierie du BTP, services hôteliers : les quatre écoles de la CCI Réunion cultivent l excellence! À la pointe de l innovation, elles attirent un nombre croissant d étudiants et soutiennent l économie locale en retenant dans notre île ses meilleurs éléments. Explications. Centhor D epuis 1992, le centre de formation technique du tourisme, de l hôtellerie et de la restauration (Centhor) est un passage obligé pour tout projet de professionnalisation à a Réunion. Sur son site principal de Saint-Gilles-les- Hauts, auquel s ajoutent le restaurant «Couleurs mélangées» du CFA de Sainte-Clotilde et le self du Campus Professionnel de l Océan Indien à Saint-Pierre, le Centhor est doté d équipements qui participent à la réussite des formations : restaurant d application, self-service, cuisines équipées, salles informatique, centre documentaire, plateau sportif, internat. Des partenariats de longue date permettent de bâtir des programmes d échange avec des écoles étrangères, dont la Seychelles Tourism Academy. es élèves participent chaque année aux Olympiades nationales des Métiers. Plus de 500 apprentis de 16 à 25 ans suivent les cours de formation initiale en alternance (CAP, BP, formations post-bac ). En formation continue, des séminaires et des modules à la carte sont organisés a l intention des professionnels. Des séances d initiation sont proposées aux particuliers. e Centhor adapte ainsi son enseignement aux besoins du terrain et propose des formations sur mesure en lien avec les professionnels. Tél : Courriel : Infos + Vous voulez soutenir une école en particulier? Versez-lui directement votre taxe d apprentissage 2013! Tél. : École du commerce et de la distribution A u sein du réseau national NEGOVENTIS, l ECD de a Réunion est sans doute l élément le plus remuant! a preuve : alors qu elle a vu le jour à Saint-Pierre il y a quinze ans, l école est désormais présente sur 4 sites, Saint Pierre, Saint Denis, e Port et Saint Benoît. Selon les sites, elle propose 3 niveaux de formation : niveau Bac, bac +2 et bac +3. Toutes ces formations ont pour objectif commun de former des professionnels de la distribution et/ou du commerce : ainsi elles s organisent en alternance pour privilégier l approche métier. Elles sont validées en contrôle continu et par un examen final (mixant théorie, mise en situation et étude de cas) complété par une évaluation sur poste de travail et par la soutenance d un projet de création d entreprise devant des professionnels. e nouveau cursus manager de la distribution à bac +3 est depuis la rentrée 2012 disponible en apprentissage et vient ainsi compléter l offre du manager commercial. un prépare aux métiers de chef de rayon, adjoint et responsable de magasin, et l autre aux missions de chef de secteur, responsable grands comptes, responsable des ventes, conseiller commercial et clientèle Tél. : Courriel : Site web : École d ingénieurs du BTP F École de gestion et de commerce ormer les décideurs de a Réunion de demain! Tel est le leitmotiv de l école de gestion et de commerce de a Réunion depuis sa création en ans après, la seule école supérieure de commerce de l île cultive toujours sa différence en formant des futurs cadres à haut niveau de compétences. Ouverte sur concours aux bacheliers de moins de 26 ans, l EGC fait partie du réseau des 32 Écoles de Gestion et de Commerce des CCI. Elle a noué des partenariats privilégiés avec d autres écoles en Angleterre, en Espagne et en Allemagne. e projet pédagogique s articule autour de pôles d enseignement permettant aux élèves d acquérir les connaissances nécessaires aux fonctions de l entreprise : culture & stratégie, développement personnel, dynamique commerciale & marketing, gestion & outils de gestion, ouverture internationale. Après 3 ans de formation, dont 11 mois de stages, 36 % des diplômés poursuivent des études supérieures. Parmi les autres, neuf diplômés sur dix trouvent un emploi dans les six mois! Infos + Pour s inscrire au concours du 20 janvier au 20 mars 2013 : Journées portes ouvertes les 30 janvier et 27 février prochains. Tél. : Courriel : Site web : E lle a ouvert ses portes en 2010, et c est peu dire qu elle répondait à une attente des professionnels locaux! Basée au Campus professionnel de l océan Indien (CPOI), à Saint-Pierre, l école d ingénieurs du BTP a déjà inauguré trois promotions de conducteurs travaux. ongtemps obligé de recruter dans l hexagone ou à l étranger, le secteur fait désormais les yeux doux à ces jeunes talents parfaitement formés et très au fait des spécificités régionales, tant en termes de culture d entreprise que de compréhension des enjeux locaux. es élèves sont recrutés sur concours ouvert à niveau Bac + 2 (BTS, DUT, classes prépa ). Ils bénéficient ensuite d un statut d apprentis et suivent un cursus de trois ans avec plusieurs mois de stage en métropole et à l étranger. Des partenariats avec l école d ingénieurs du CESI (à Paris) et l école d ingénieurs en construction durable et génie climatique du Tampon assurent un partage des moyens pédagogiques, techniques et humains. De quoi élargir son horizon professionnel tout en restant à la pointe de l innovation! Tél : Courriel : Site web : 15

16

4 AXES STRATEGIQUES. Plan de mandature

4 AXES STRATEGIQUES. Plan de mandature 4 AXES STRATEGIQUES Plan de mandature Un projet pour notre territoire 9 ObjECTIFS OPERATIONNELS B âtir un programme au service de l économie dans lequel une large majorité d entre vous se reconnaît est

Plus en détail

PRESENTATION DU 08/03/07

PRESENTATION DU 08/03/07 PRESENTATION DU 08/03/07 1 RAPPEL DES 5 ENJEUX STRATEGIQUES IDENTIFIES A PARTIR DU DIAGNOSTIC PARTAGE 1 - UNE REGION SOLIDAIRE : Promouvoir un développement équilibré qui concilie efficacité économique,

Plus en détail

Programme d Investissements d Avenir

Programme d Investissements d Avenir www.caissedesdepots.fr Programme d Investissements d Avenir Créateur de solutions durables Programme d Investissements d Avenir L État investit 35 milliards d euros Pilotage 0 gestionnaires 5 priorités

Plus en détail

«Entrepreneurs des quartiers»

«Entrepreneurs des quartiers» «Entrepreneurs des quartiers» Dossier de presse Pour surmonter les défis de la crise, le développement de l entreprenariat et de l activité économique dans les territoires en Politique de la Ville, constitue

Plus en détail

Pour bien démarrer et pour durer!

Pour bien démarrer et pour durer! oseo.fr OSEO Document non contractuel Conception-Réalisation : W & CIE Réf. : 6522-04 Septembre 2009 Ce document est imprimé sur du papier fabriqué à 100 % à base de fibres provenant de forêts gérées de

Plus en détail

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 PRESENTATION HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 Zone aéroparc2 Contact : M Jean-Claude REBISCHUNG 3 rue des Cigognes Email : info@hrexcellium.fr 67960 Strasbourg-aéroport Site web : www.hrexcellium.fr (en

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

entreprendre et réussir en seine-et-marne

entreprendre et réussir en seine-et-marne entreprendre et réussir en seine-et-marne 3 métiers : informer Etre informé, c est pouvoir agir en connaissance de cause. Alimentée par son réseau de partenaires, l agence recueille toutes les informations

Plus en détail

Stratégie de prospection. et de développement. des marchés hors Québec. 2009 sommaire

Stratégie de prospection. et de développement. des marchés hors Québec. 2009 sommaire Stratégie de prospection et de développement des marchés hors Québec 2009 sommaire 2013 1 Rédaction Direction du développement des marchés et de l exportation Transformation Alimentaire Québec Ministère

Plus en détail

Réforme du dispositif d aide à l internationalisation des entreprises

Réforme du dispositif d aide à l internationalisation des entreprises Réforme du dispositif d aide à l internationalisation des entreprises D O S S I E R D E P R E S S E O c t o b r e 2 0 0 8 Information journalistes : Dominique Picard, Responsable Relations presse, UBIFRANCE

Plus en détail

Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris

Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris Paris, mardi 12 juillet 2011 SEMINAIRE «THE GREATER PARIS PROJECT : FINANCIAL AND REAL ESTATE INVESTMENT OPPOTUNITIES» LONDRES, ROYAUME

Plus en détail

«LE Capital-Investissement : accelerateur de croissance de l economie tunisienne»

«LE Capital-Investissement : accelerateur de croissance de l economie tunisienne» «accelerateur de croissance de l economie tunisienne» Note conceptuelle LE MOT DU PRESIDENT Le Capital-Investissement - ou Private Equity - est un des moteurs du financement de l économie réelle et du

Plus en détail

transmission oseo.fr Pour financer et accompagner les PME

transmission oseo.fr Pour financer et accompagner les PME transmission oseo.fr OSEO Document non contractuel Réf. : 6521-02 Janvier 2007 Pour financer et accompagner les PME transmission oser pour gagner! Vous voulez reprendre une entreprise? Les opportunités

Plus en détail

MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT

MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE BOURGOGNE Place des Nations Unies - B.P. 87009-21070 DIJON CEDEX Téléphone : 03 80 60 40 20 - Fax : 03 80 60 40 21 MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT Préambule

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

NOUVELLE. Réunion. une LEBRETON. Une nouvelle ambition portuaire... Elections régionales - 6 et 13 décembre 2015

NOUVELLE. Réunion. une LEBRETON. Une nouvelle ambition portuaire... Elections régionales - 6 et 13 décembre 2015 Elections régionales - 6 et 13 décembre 2015 avec Patrick Une nouvelle ambition portuaire... une Réunion NOUVELLE Contact : contact@patricklebreton.fr Patrick Lebreton 2015-2021 I - L activité portuaire

Plus en détail

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Direction de l Economie Service des Projets d Entreprises Conseil régional Juin 2013 MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Le développement à l'international

Plus en détail

EXPORTER, INVESTIR, S INTERNATIONALISER...

EXPORTER, INVESTIR, S INTERNATIONALISER... EXPORTER, INVESTIR, S INTERNATIONALISER... SIMPLIFIER ET ACCÉLÉRER LA RÉALISATION DE VOS PROJETS WWW.BUSINESSFRANCE.FR CHIFFRES-CLÉS 1 500 collaborateurs expérimentés à votre écoute et prêts à se mobiliser

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES GUIDE PRATIQUE POUR LES ENTREPRISES Programme compétitivité régionale et emploi 2007-2013 INNOVATION www.europe-en-aquitaine.eu 1 2 3 L Aquitaine avance, l Europe

Plus en détail

Le Groupe DERICHEBOURG La formation Derichebourg

Le Groupe DERICHEBOURG La formation Derichebourg Sécurité Derichebourg, un acteur de premier plan dans tous les métiers de la sécurité Plus de 20 ans d expérience dans les métiers de la sécurité 10 000 heures de formation en 2007 La sécurité des personnes

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE CREATION, TRANSMISSION, FINANCEMENT : LA REGION ACCOMPAGNE LES ENTREPRENEURS À CHAQUE ETAPE

DOSSIER DE PRESSE CREATION, TRANSMISSION, FINANCEMENT : LA REGION ACCOMPAGNE LES ENTREPRENEURS À CHAQUE ETAPE DOSSIER DE PRESSE Contacts presse Région Rhône-Alpes Clémence CAPRON 04 26 73 49 57 06 87 56 05 48 + CREATION, TRANSMISSION, FINANCEMENT : LA REGION ACCOMPAGNE LES ENTREPRENEURS À CHAQUE ETAPE SALON DES

Plus en détail

Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en

Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en Relancer l investissement en France, un impératif pour la croissance. Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en 2015 surement inférieur à 1%. Ce n

Plus en détail

Financer et accompagner les entreprises

Financer et accompagner les entreprises Financer et accompagner les entreprises EN HAUTE-NORMANDIE Créer EN HAUTE-NORMANDIE Innover Fiches pratiques Développer Transmettre Outils communs Édito des Présidents La Région Haute-Normandie et OSEO,

Plus en détail

entreprendre et réussir en seine-et-marne

entreprendre et réussir en seine-et-marne entreprendre et réussir en seine-et-marne 3 métiers : informer Etre informé, c est pouvoir agir en connaissance de cause. Alimentée par son réseau de partenaires, l agence recueille toutes les informations

Plus en détail

Un salon BtoB fédérateur. Un carrefour pertinent pour la filière maritime européenne. 100% des exposants nous font confiance pour 2015

Un salon BtoB fédérateur. Un carrefour pertinent pour la filière maritime européenne. 100% des exposants nous font confiance pour 2015 C eux qui étaient là, si nombreux, s en souviennent. Alors que le rideau tombait sur la première édition d Euromaritime, nous parlions d émotion, de bonheur d être ensemble, de succès partagé. Car telle

Plus en détail

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial Entretien accordé par Monsieur Le Ministre du Commerce à l APS ( 31/01/2014) Points abordés : Protection du produit national, Crédit à la consommation, L accord commercial préférentiel "Algérie-Tunisie,

Plus en détail

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014 Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville Août 2014 2014, année de la nouvelle loi de programmation pour la ville et la cohésion

Plus en détail

2 ème Forum de l Energie de Rabat **** Intervention du Dr Abdelkader Amara Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement

2 ème Forum de l Energie de Rabat **** Intervention du Dr Abdelkader Amara Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement 2 ème Forum de l Energie de Rabat **** Intervention du Dr Abdelkader Amara Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement Rabat, le 25 février 2015 Messieurs les Ministres, Monsieur le

Plus en détail

7 Août 1830. 1980. Inauguration des nouveaux locaux de l Hôtel Consulaire

7 Août 1830. 1980. Inauguration des nouveaux locaux de l Hôtel Consulaire 7 Août 1830 1971 Création de la CCI Réunion : 37 ème Chambre de l Histoire de France, par arrêté du Gouverneur de l île Bourbon 1956. Concession de l outillage portuaire 1958. Inauguration du premier Hôtel

Plus en détail

http://www.economie.gouv.fr

http://www.economie.gouv.fr PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES http://www.economie.gouv.fr Discours de Pierre MOSCOVICI, Ministre de l Economie et des Finances Conférence de presse pour le lancement de la Banque

Plus en détail

CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS DES TRAVAUX DE LA SEMAINE DE LA DIASPORA EDITION 2014

CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS DES TRAVAUX DE LA SEMAINE DE LA DIASPORA EDITION 2014 REPUBLIQUE DU BURUNDI MINISTERE DES RELATIONS EXTERIEURES ET DE LA COOPERATION INTERNATIONALE CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS DES TRAVAUX DE LA SEMAINE DE LA DIASPORA EDITION 2014 Au Gouvernement du Burundi

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

LOI N 2006-029 du 24 novembre 2006. portant organisation de la Chambre de Commerce et d Industrie. (J.O. n 3 102 du 23/04/08, pages 2803 à 2809)

LOI N 2006-029 du 24 novembre 2006. portant organisation de la Chambre de Commerce et d Industrie. (J.O. n 3 102 du 23/04/08, pages 2803 à 2809) LOI N 2006-029 du 24 novembre 2006 portant organisation de la Chambre de Commerce et d Industrie (J.O. n 3 102 du 23/04/08, pages 2803 à 2809) L Assemblée nationale et le Sénat ont adopté en leur séance

Plus en détail

QUI VISITE? POURQUOI EXPOSER AU SALON VOYAGES TOURISME & LOISIRS?

QUI VISITE? POURQUOI EXPOSER AU SALON VOYAGES TOURISME & LOISIRS? CONTEXTE Le secteur du tourisme mondial, après avoir connu un léger déclin en temps de crise connait ces quatre dernières années une reprise certaine. A titre indicatif, le secteur a connu une phase d

Plus en détail

Présentation de la Médiation du crédit aux entreprises

Présentation de la Médiation du crédit aux entreprises Présentation de la Médiation du crédit aux entreprises Juin Mars 2009 1 Sommaire Le Médiateur du crédit Sa mission Ses objectifs Ses équipes La démarche : simple et accessible à tous Les entreprises éligibles

Plus en détail

Dispositif d'accompagnement

Dispositif d'accompagnement PRÉFET DE LA RÉGION POITOU-CHARENTES Direction régionale des s, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l Emploi de Poitou-Charentes Pôle 3E Service développement économique-innovationentreprises

Plus en détail

Un salon BtoB fédérateur. Un carrefour pertinent pour la filière maritime européenne. 100% des exposants nous font confiance pour 2015

Un salon BtoB fédérateur. Un carrefour pertinent pour la filière maritime européenne. 100% des exposants nous font confiance pour 2015 C eux qui étaient là, si nombreux, s en souviennent. Alors que le rideau tombait sur la première édition d Euromaritime, nous parlions d émotion, de bonheur d être ensemble, de succès partagé. Car telle

Plus en détail

Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture. Mémoire Sommet économique 2015. Le 1 er avril 2015

Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture. Mémoire Sommet économique 2015. Le 1 er avril 2015 Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture Mémoire Sommet économique 2015 Le 1 er avril 2015 Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture

Plus en détail

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI ****** MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN PROCESSUS PREPARATOIRE DE LA TROISIEME CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES

LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES I. Présentation de l action La Région Guadeloupe a créé en 2007 une Agence régionale de développement économique (ARDE) afin de se doter d un outil performant capable

Plus en détail

CCI Dordogne. Axes stratégiques 2011 ı 2015. cci dordogne ı entreprendre ı équiper ı former

CCI Dordogne. Axes stratégiques 2011 ı 2015. cci dordogne ı entreprendre ı équiper ı former CCI Dordogne Axes stratégiques 2011 ı 2015 cci dordogne ı entreprendre ı équiper ı former Evolution du nombre d entreprises entre 2005 et 2010 8 000 7 000 6 000 5 000 4 000 3 000 6 125 5 151 2 522 6 472

Plus en détail

La Délégation interministérielle à l intelligence économique (D2IE)

La Délégation interministérielle à l intelligence économique (D2IE) La Délégation interministérielle à l intelligence économique (D2IE) Qu est ce que l intelligence économique (IE)? L intelligence économique (IE) consiste à collecter, analyser, valoriser, diffuser et protéger

Plus en détail

P L AT E - F O R M E C O O P É R AT I O N E T T O U R I S M E R E S P O N S A B L E

P L AT E - F O R M E C O O P É R AT I O N E T T O U R I S M E R E S P O N S A B L E P L AT E - F O R M E C O O P É R AT I O N E T T O U R I S M E R E S P O N S A B L E www.cooperation-tourisme.org Un outil au service du développement territorial Échanger, partager et construire des partenariats

Plus en détail

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir Dossier de presse Vendredi 23 novembre 2012 Contact presse : Cabinet de Sylvia PINEL Nadhéra BELETRECHE 01

Plus en détail

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles République Islamique de Mauritanie Honneur Fraternité - Justice Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles Communication de Madame la Secrétaire d Etat Fatimetou Mint

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion de la réunion du Pacte de Responsabilité et de Solidarité Lundi 26 mai 2014 Lesparre-Médoc Mesdames et Messieurs les Parlementaires Mesdames et Messieurs

Plus en détail

2011/2015. La CCI, ICI IL S ENTREPREND NOUVELLE MANDATURE L AVENIR NE SE PRÉDIT PAS AVEC LES ENTREPRISES BRETAGNE AMBITION

2011/2015. La CCI, ICI IL S ENTREPREND NOUVELLE MANDATURE L AVENIR NE SE PRÉDIT PAS AVEC LES ENTREPRISES BRETAGNE AMBITION BRETAGNE AMBITION 2011/2015 NOUVELLE MANDATURE L AVENIR NE SE PRÉDIT PAS IL S ENTREPREND La CCI, ICI AVEC LES ENTREPRISES NOUVELLE ÉQUIPE ÉLUE : UN NOUVEL ÉLAN, UNE AMBITION EMMANUEL THAUNIER Président

Plus en détail

Financement Haut de Bilan

Financement Haut de Bilan Financement Haut de Bilan Renforcer les fonds propres et quasi-fonds propres des entreprises régionales pour les accompagner dans leurs projets de développement. Personnes physiques créateurs et repreneurs

Plus en détail

Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir. Lundi 19 mars 2012 à 14H 15

Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir. Lundi 19 mars 2012 à 14H 15 Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir Lundi 19 mars 2012 à 14H 15 «seul le prononcé fait foi» Mesdames et Messieurs les présidents, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM DATA auprès des collectivités et des bailleurs sociaux Cette consultation a pour objectif

Plus en détail

CAPURBA 2015, ÉVÈNEMENT FÉDÉRATEUR POUR

CAPURBA 2015, ÉVÈNEMENT FÉDÉRATEUR POUR DU 02 AU 04 JUIN 2015 LYON EUREXPO FRANCE www.capurba.com AU CŒUR DES VILLES INTELLIGENTES & INNOVANTES Parce que la ville a laissé place à la Smart City, le salon CapUrba propose une réflexion globale

Plus en détail

Les solutions pour entreprendre. Édition 2014 GUIDE DES PRESTATIONS. Créateur, Repreneur, Nouveau dirigeant CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DU VAR

Les solutions pour entreprendre. Édition 2014 GUIDE DES PRESTATIONS. Créateur, Repreneur, Nouveau dirigeant CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DU VAR Les solutions pour entreprendre Édition 2014 GUIDE DES PRESTATIONS Créateur, Repreneur, Nouveau dirigeant CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DU VAR SOMMAIRE 3 INITIER VOTRE PROJET > Démarrer votre projet

Plus en détail

Vous êtes porteur d un projet innovant dans la filière de la plasturgie et des composites?

Vous êtes porteur d un projet innovant dans la filière de la plasturgie et des composites? ner g a p Accom ets oj vos pr ialisation n o str i t u a d s i n l i d rcia e m m o et de c s nt a v o n in Juin 2015 Vous êtes porteur d un projet innovant dans la filière de la plasturgie et des composites?

Plus en détail

Plan régional de soutien à l économie

Plan régional de soutien à l économie Plan régional de soutien à l économie Le 23 mars 2009 La crise financière mondiale qui s est déclarée à l été 2008 se double d une crise économique et sociale. L onde de choc de ce phénomène a des effets

Plus en détail

Partie I L Allemagne

Partie I L Allemagne Partie I L Allemagne Avant-propos L Allemagne est le premier partenaire économique de la France, le plus grand marché de consommateurs en Europe et, selon la banque mondiale, c est le pays qui est actuellement

Plus en détail

Vos affaires sont nos affaires! Programme d actions

Vos affaires sont nos affaires! Programme d actions Vos affaires sont nos affaires! Programme d actions Orkhan Aslanov/ Fotolia.com > Suivez le guide nous saisissons vos opportunités de marchés publics! > Gardons Avec le Centre de Veille le contact nous

Plus en détail

Que recouvre le secteur des éco-entreprises?

Que recouvre le secteur des éco-entreprises? Que recouvre le secteur des éco-entreprises? Ce sont les entreprises qui produisent des biens et des services destinés à mesurer, prévenir, limiter, réduire ou corriger les atteintes à l environnement.

Plus en détail

Présentation du média salon

Présentation du média salon Présentation du média salon ll existe plusieurs type de salons : les salons professionnels, les salons grand public, les salons mixtes et les foires commerciales. Les salons professionnels sont des événements

Plus en détail

Honorables invités, Mesdames et Messieurs,

Honorables invités, Mesdames et Messieurs, Discours du Gouverneur de la Banque Centrale des Comores à l occasion de la cérémonie officielle de lancement de la nouvelle pièce de 250 FC Palais du Peuple, le 02 janvier 2014 - Excellence Monsieur le

Plus en détail

/ SEPTEMBRE 2015. Charte de mobilisation des entreprises agroalimentaires à l international

/ SEPTEMBRE 2015. Charte de mobilisation des entreprises agroalimentaires à l international / SEPTEMBRE 2015 Charte de mobilisation des entreprises agroalimentaires à l international ENSEMBLE A L INTERNATIONAL Les industries agroalimentaires exportent 43,4 Milliards d euros soit 27% du chiffre

Plus en détail

PME EN CHINE: LES CLES POUR INVESTIR ET SE DEVELOPPER JOURNEES CHINE JUIN 2011

PME EN CHINE: LES CLES POUR INVESTIR ET SE DEVELOPPER JOURNEES CHINE JUIN 2011 PME EN CHINE: LES CLES POUR INVESTIR ET SE DEVELOPPER JOURNEES CHINE JUIN 2011 0 1 SOMMAIRE Les opportunités du 12 ème plan quinquennal pour les entreprises françaises La situation des PME françaises en

Plus en détail

FONDS AQUI-INVEST. I. Présentation de l action. Contexte Développement de l action et enjeux

FONDS AQUI-INVEST. I. Présentation de l action. Contexte Développement de l action et enjeux FONDS AQUI-INVEST I. Présentation de l action AQUI-INVEST, est le premier fonds de co-investissement en capital risque régional français. Il s'agit d une nouvelle génération d investissement public impulsée

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE S ENGAGENT AUX CÔTÉS D INITIATIVE FRANCHE-COMTÉ POUR ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES PETITES ENTREPRISES.

DOSSIER DE PRESSE S ENGAGENT AUX CÔTÉS D INITIATIVE FRANCHE-COMTÉ POUR ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES PETITES ENTREPRISES. DOSSIER DE PRESSE LA RÉGION FRANCHE-COMTÉ ET LA CAISSE DES DÉPÔTS S ENGAGENT AUX CÔTÉS D INITIATIVE FRANCHE-COMTÉ POUR ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES PETITES ENTREPRISES 22 janvier 2015 Région Franche-Comté

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE SIGNATURE DU CONTRAT DE FILIERE SILVER ECONOMIE

DOSSIER DE PRESSE SIGNATURE DU CONTRAT DE FILIERE SILVER ECONOMIE DOSSIER DE PRESSE SIGNATURE DU CONTRAT DE FILIERE SILVER ECONOMIE JEUDI 12 DECEMBRE 2013 1 SOMMAIRE SOMMAIRE Introduction La signature de ce contrat de filière n est qu une étape Les six axes du contrat

Plus en détail

Plate-forme RSE. Commissariat Général à la stratégie et la prospective

Plate-forme RSE. Commissariat Général à la stratégie et la prospective Plate-forme RSE Commissariat Général à la stratégie et la prospective «La Région Languedoc-Roussillon accélérateur de compétitivité et de responsabilité sociale pour les entreprises» Josick Paoli Directrice

Plus en détail

14 ème RENCONTRE GOUVERNEMENT / SECTEUR PRIVE Thème : «Problématique du financement des PME/PMI au Burkina Faso : enjeux, défis et perspectives»

14 ème RENCONTRE GOUVERNEMENT / SECTEUR PRIVE Thème : «Problématique du financement des PME/PMI au Burkina Faso : enjeux, défis et perspectives» De 14 ème RENCONTRE GOUVERNEMENT / SECTEUR PRIVE Thème : «Problématique du financement des PME/PMI au Burkina Faso : enjeux, défis et perspectives» Mot liminaire de la Chambre de Commerce et d Industrie

Plus en détail

SOUTENIR LE COMMERCE ET L ARTISANAT EN LOIRE FOREZ : Visite d entreprises

SOUTENIR LE COMMERCE ET L ARTISANAT EN LOIRE FOREZ : Visite d entreprises SOUTENIR LE COMMERCE ET L ARTISANAT EN LOIRE FOREZ : Visite d entreprises > Entreprise artisanale JUBAN, serrurerie-métallerie (Champdieu) > Restaurant Mise en scène (Montbrison) > Restaurant Apicius (Montbrison)

Plus en détail

Guide des prestations

Guide des prestations SOMMAIRE Guide des prestations Ensemble, construisons votre développement page 3 Créer, reprendre, une entreprise TRANSMETTRE UNE ENTREPRISE page 4 Connaître votre marché, VOtre territoire FORMER, GÉRER

Plus en détail

CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME

CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME MAI 2006 LES ARTICLES > ARTICLE 1 ER périmètre et objectifs page 2 > ARTICLE 2 soutien de l esprit d entreprise en favorisant la création ou la reprise d entreprises

Plus en détail

La SEMAEST, opérateur commercial des quartiers

La SEMAEST, opérateur commercial des quartiers La SEMAEST, opérateur commercial des quartiers De l aménagement urbain au développement économique La SEMAEST, Société d économie mixte de la Ville de Paris, spécialisée dans La SEMAEST, Société d économie

Plus en détail

Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014

Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014 Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014 Le sens de notre action Les questions relatives à l amélioration du cadre de vie et au bien-être des hommes sont des préoccupations sociétales

Plus en détail

Agence pour la création d entreprise

Agence pour la création d entreprise Agence pour la création d entreprise d SYNTHÈSE SE DU PLAN STRATÉGIQUE 2010 2012 Les éléments majeurs du contexte ayant un impact sur l APCE Ces éléments de contexte conditionnent le positionnement et

Plus en détail

REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES

REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES Le Schéma Régional de Développement Economique prévoit dans son orientation intitulée Promouvoir une attractivité économique durable, axe 5 une stratégie foncière pour

Plus en détail

le Congrès annuel de l Union sociale pour l habitat : un événement d ampleur nationale

le Congrès annuel de l Union sociale pour l habitat : un événement d ampleur nationale Lille du 24 au 26 septembre 2013 74 e Congrès de l Union sociale pour l habitat le Congrès annuel de l Union sociale pour l habitat : un événement d ampleur nationale La préparation et l organisation du

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Pour: le Maroc

Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Pour: le Maroc Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Pour: le Maroc Un projet financé par l Union Européenne Réunion de Travail des Coordonnateurs du SBA et des Conseillers

Plus en détail

440 hectares 2 milliards d euros

440 hectares 2 milliards d euros EUROSITY EUROSITY, UNE PLATEFORME SINO-EUROPéENNE UNIQUE EN EUROPE Une plateforme innovante de coopération industrielle, commerciale et académique, d une ampleur sans précédent, entre la France et la Chine,

Plus en détail

Pacte de responsabilité

Pacte de responsabilité Le 5 mars 2014 Pacte de responsabilité Relevé de conclusions des réunions paritaires du 28 février et du 5 mars 2014 La situation économique et sociale de notre pays est marquée par une forte ambivalence.

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM IN ACTION auprès des équipes de Maitrise d Œuvre Cette consultation a pour objectif d

Plus en détail

1. Processus management et stratégie. Retour

1. Processus management et stratégie. Retour Retour Les principales fonctions du Siège social sont définies suivant un ensemble de processus dont la responsabilité est assurée par le Directeur Général de l Association. La mise en œuvre des activités

Plus en détail

40 PROPOSITIONS POUR UN ELAN NOUVEAU DE L ACTION EXTERIEURE DECENTRALISEE présentées par André LAIGNEL -- 23 janvier 2013 -

40 PROPOSITIONS POUR UN ELAN NOUVEAU DE L ACTION EXTERIEURE DECENTRALISEE présentées par André LAIGNEL -- 23 janvier 2013 - 40 PROPOSITIONS POUR UN ELAN NOUVEAU DE L ACTION EXTERIEURE DECENTRALISEE présentées par André LAIGNEL -- 23 janvier 2013 - A. DEFINIR DES PRIORITES PARTAGEES «L EXPERIENCE DE LA PROXIMITE AU SERVICE D

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT

CONVENTION DE PARTENARIAT Convention de partenariat entre l académie d Aix-Marseille et ICIMODE Prides de la filière textile habillement CONVENTION DE PARTENARIAT Entre les soussignés l Etat représenté par Jean-Paul de Gaudemar,

Plus en détail

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS Compte rendu de la réunion - 22 novembre 2012 - L atelier se déroule dans les locaux de la Maison des Associations à Riom ATELIER 1 : Social : insertion, jeunesse, seniors,

Plus en détail

AXE 3 AMELIORER FICHE THEMATIQUE 3-4 : LA COMPETITIVITE DES PME L IMMOBILIER LOCATIF PUBLIC. Version adoptée au CPR du 12/12/14 2

AXE 3 AMELIORER FICHE THEMATIQUE 3-4 : LA COMPETITIVITE DES PME L IMMOBILIER LOCATIF PUBLIC. Version adoptée au CPR du 12/12/14 2 AXE 3 AMELIORER LA COMPETITIVITE DES PME FICHE THEMATIQUE 3-4 : L IMMOBILIER LOCATIF PUBLIC Version adoptée au CPR du 12/12/14 2 PRIORITE D INVESTISSEMENT N 3d : Soutien à la capacité des PME à participer

Plus en détail

CLÉS. pour réussir votre implantation d entreprise en Ardèche

CLÉS. pour réussir votre implantation d entreprise en Ardèche E 7 CLÉS pour réussir votre implantation d entreprise en Ardèche 1 Défi nir «votre» localisation géographique idéale Choisir un emplacement adapté, c est tout d abord définir le barycentre de votre future

Plus en détail

UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES

UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES Convention de partenariat entre la Fédération Bancaire Française et France Active

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2012 MISSION «ECONOMIE» COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS ET AVANCES A DES PARTICULIERS OU A DES ORGANISMES PRIVES

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2012 MISSION «ECONOMIE» COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS ET AVANCES A DES PARTICULIERS OU A DES ORGANISMES PRIVES 1 24 novembre 2011 PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2012 - MISSION «ECONOMIE» ET COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS ET AVANCES A DES PARTICULIERS OU A DES ORGANISMES PRIVES Examen en séance publique : lundi

Plus en détail

Pépinière d entreprise Cap Nord

Pépinière d entreprise Cap Nord Pépinière d entreprise Cap Nord Nouvel outil d aide à la création d entreprises sur le nord de l agglomération UDossier de Presse 12 décembre 2007 Projet développé dans le cadre de : Mobilisant : EGEE

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT ACCORD CADRE DE PARTENARIAT Entre L Association pour la formation professionnelle des adultes ( AFPA) 13 place du Général de Gaulle - 93108 Montreuil Cedex Représentée par : Son directeur général, Philippe

Plus en détail

Rappel du PARCOURS DE LA BOURSE D ALGER.

Rappel du PARCOURS DE LA BOURSE D ALGER. Journée de restitution des Travaux relatifs a la Reforme du Marché Financier Intervention du Directeur National du Projet de la Reforme du Marché Financier en Algérie Messieurs les ministres, les PDG des

Plus en détail

Klépierre. Nos engagements pour un Développement Durable

Klépierre. Nos engagements pour un Développement Durable Klépierre Nos engagements pour un Développement Durable Notre vision Notre métier Nos valeurs Nos 10 engagements Editorial Notre Groupe est porté par une puissante dynamique. Si aujourd hui de solides

Plus en détail

CHARTE BLEUE D ARMATEURS DE FRANCE. Pour un transport et des services maritimes responsables

CHARTE BLEUE D ARMATEURS DE FRANCE. Pour un transport et des services maritimes responsables CHARTE BLEUE D ARMATEURS DE FRANCE Pour un transport et des services maritimes responsables PREAMBULE Véritables acteurs de la mondialisation, les armateurs français œuvrent au quotidien pour un transport

Plus en détail

LES FONDS EUROPÉENS STRUCTURELS ET D INVESTISSEMENT 2014-2020 EN FRANCE CONNAÎTRE LES FONDS EUROPÉENS STRUCTURELS

LES FONDS EUROPÉENS STRUCTURELS ET D INVESTISSEMENT 2014-2020 EN FRANCE CONNAÎTRE LES FONDS EUROPÉENS STRUCTURELS LES FONDS EUROPÉENS STRUCTURELS ET D INVESTISSEMENT 2014-2020 EN FRANCE CONNAÎTRE les programmes européens LES FONDS EUROPÉENS STRUCTURELS ET D INVESTISSEMENT AU SERVICE DE LA STRATÉGIE EUROPE 2020 Stratégie

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

NOUVELLE STRATEGIE POUR LE DEVELOPPEMENT DE LA COMPETITIVITE LOGISTIQUE DU MAROC

NOUVELLE STRATEGIE POUR LE DEVELOPPEMENT DE LA COMPETITIVITE LOGISTIQUE DU MAROC NOUVELLE STRATEGIE POUR LE DEVELOPPEMENT DE LA COMPETITIVITE LOGISTIQUE DU MAROC Marrakech, 19 mai 2011 Stratégie logistique : Cadre général Développement de la logistique = priorité stratégique pour renforcer

Plus en détail

Préfectures Nouvelle Génération

Préfectures Nouvelle Génération Le plan Préfectures Nouvelle Génération 2 è m e P o i n t d é t a p e Inscrire les préfectures dans l avenir des territoires Que s est-il passé depuis le point d étape du 1 er octobre? Sur la base du plan

Plus en détail