MARATHON PRO BONO HEC FORMATION PRO BONO S INITIER AU MICROCREDIT

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MARATHON PRO BONO HEC FORMATION PRO BONO S INITIER AU MICROCREDIT"

Transcription

1 MARATHON PRO BONO HEC FORMATION PRO BONO S INITIER AU MICROCREDIT Pour plus d informations, visitez

2 Préambule Ce contenu pédagogique est destiné aux petites associations qui souhaitent démarrer ou développer une activité de microcrédit. Il s adresse aussi à tous les curieux qui ont envie de connaître les fondamentaux et les grands enjeux du microcrédit. Nous tenons à remercier Société Générale pour son soutien humain et financier.

3 SOMMAIRE Introduction : qu'est-ce que le microcrédit? Fondements et résultats qualitatifs Fonctionnement et chiffres clés Enjeux

4 SOMMAIRE Introduction : qu'est-ce que le microcrédit? Fondements et résultats qualitatifs Fonctionnement et chiffres clés Enjeux

5 Introduction : Qu est-ce que le micro-crédit? Le microcrédit, un service financier Le microcrédit est un crédit de faible montant, avec intérêt, accordé à des personnes à faible revenu qui n ont pas accès aux services financiers classiques et n ont pas d activité salariée régulière. Le microcrédit permet ainsi aux populations non bancarisées de créer ou développer une activité génératrice de revenus, et contribue ainsi à faire sortir ces personnes de la pauvreté. Le microcrédit doit être couplé à d autres dispositifs pour porter ses fruits (investissements en infrastructures, éducation, nouvelles dispositions légales). Le microcrédit peut être individuel ou solidaire et existe tant les pays en développement (PED) que dans les pays industrialisés. Le microcrédit s inscrit dans le cadre plus large de la microfinance. La microfinance est l ensemble des services financiers (épargne, crédit, assurance, etc.), à destination des plus pauvres.

6 SOMMAIRE Introduction : qu'est-ce que le microcrédit? Fondements et résultats qualitatifs Fonctionnement et chiffres clés Enjeux

7 Fondements et résultats qualitatifs 1) Pourquoi le microcrédit? Les pauvres ont besoin de crédit et le crédit informel ne suffit pas 70% des adultes dans les PED n'ont pas accès au système financier traditionnel ; Les montants des crédits informels sont très limités et taux d intérêt très élevés (taux d environ 100%); Les systèmes de tontines sont assez rigides (montants et délais fixes) ; Les arrangements informels sont sujets à fraude. Les pauvres n ont pas accès aux services bancaires classiques Ils n ont pas les moyens de recourir aux services bancaires classiques (garanties, dépôt minimum) Ils n ont pas les documents d identification nécessaires Ils sont considérés comme non solvables

8 Fondements et résultats qualitatifs Le modèle économique des banques est inadapté à une cible à faible revenu Les banques «classiques» ont été créées pour les personnes ayant des actifs financiers Le profit qu elles réalisent est proportionnel au montant du prêt Elles ont des coûts de transaction élevés Elles ne maîtrisent pas le métier d accompagnement nécessaire Quelques banques font du microcrédit, elles y sont alors spécialisées : Grameen Bank au Bangladesh Bancosol en Bolivie

9 Fondements et résultats qualitatifs 2) Historique du microcrédit Le microcrédit existe sous diverses formes depuis plusieurs siècles. Cependant, le microcrédit formel et moderne existe depuis une trentaine d année. Son invention est attribuée au Dr. Muhammed Yunus, qui a commencé dans les années 70 à prêter aux femmes du village de Jobra au Bangladesh avant de fonder la Grameen Bank en1983. Il a été nommé Prix Nobel de la Paix en ème siècle Europe : développement des prêts sur gages sous forme de mutuelles 19ème siècle Europe : naissance des caisses d épargne et des crédits coopératifs pour les plus pauvres. Afrique : systèmes traditionnels de tontine. 1950/1980 Subventions accordées par les gouvernements et philanthropes pour aider les petits et moyens agriculteurs

10 Fondements et résultats qualitatifs Années , Brésil : Début des activités de microcrédit de l ONG ACCION à travers l organisation UNO à Recife et invention du terme «micro-entreprise» 1978, Bangladesh : M. Yunus rencontre à Jofra 42 femmes qui souhaitent acheter la paille pour rempailler des chaises. Leurs usuriers leur proposent un taux d intérêt trop élevé, et aucune banque ne veut leur prêter les 26$ nécessaires. Dr. Yunus leur prête donc lui-même cette somme Années , Bangladesh : Création de la Grameen Bank 1989, France : Création de l ADIE par Maria Nowak Années 1990 Années : 1 ère campagne internationale du microcrédit 2000 : Proclamation par l ONU des Objectifs de Développement du Millénaire 2005 : Année internationale du microcrédit 2006 : Prix Nobel de la paix attribué à Muhammed Yunus

11 Fondements et résultats qualitatifs 3) L impact du microcrédit sur les bénéficiaires La microfinance aide les plus pauvres à se protéger contre les risques. Ils n ont pas besoin de vendre leurs actifs en cas de coup dur (maladie, retard de récolte). L accès à des services financiers permet de développer une activité économique Le microcrédit permet de planifier une activité économique et d investir. Le microcrédit donne plus de place aux femmes dans la vie économique : Les femmes sont responsables des prêts ; Elles acquièrent leurs propres actifs grâce aux prêts ; Elles y gagnent en confiance et statut social ; Elles participent aux décisions de leur communauté. Au Bangladesh : Les actifs des clients du BRAC ont augmenté de 112% Leurs revenus sont 43% plus élevés que ceux des villages non clients.

12 SOMMAIRE Introduction : qu'est-ce que le microcrédit? Fondements et résultats qualitatifs Fonctionnement et chiffres clés Enjeux

13 Fonctionnement et chiffres clés Chiffres clés en France : L Adie a octroyé prêts en 2010 ; 68% des entreprises financées sont toujours en activité 2 ans après Taux d impayés de 6% (4% dans les banques traditionnelles) Taux d intérêt de 9,7% 170 M Dont 130 M vivant avec moins de 1,25$ par jour 10,000 Dont 80% Nombre d IMF (monde) 12 M Nombre de bénéficiaires (monde) M en attente de financement

14 Fonctionnement et chiffres clés Pouvoirs publics : cadres légaux adaptés, stratégies nationales de développement durable avec un volet microfinance, accompagnement des Banques Centrales, des ministères et collectivités locales. Bailleurs de fonds publics Organisations spécialisées Assistance technique Lobbying Réseaux d IMF Véhicules d investissement en microfinance Agences de notation IMF Coopératives d'épargne et de crédit, ONG, banques de microfinance, programmes mis en place par des institutions internationales Microcrédit Taux moyen : 27% (monde) Bénéficiaires Banques Commerciales Filiales spécialisées en microfinance (downscaling)

15 Fonctionnement et chiffres clés Ce taux qui peut paraître élevé s explique par : Le coût de l argent Le taux auquel les IMF empruntent l argent est de 10% par an en moyenne (supérieur au taux auquel ont droit les banques traditionnelles). Une IMF est financée à 75% par du financement local (emprunt à des banques locales ou collecte d'épargne), et à 25% par des lignes de crédit provenant de fonds d investissements privés et de bailleurs internationaux (Agences de développement et autres fondations multilatérales). Le coût des défauts de prêts: de 3% à 4% Le coût de l inflation: de 5% à 10% dans les PED Le coût de transaction (fixe quel que soit le montant du prêt) Coût de déplacement pour collecter l argent Coût d accompagnement des clients/bénéficiaires Ce coût est fixe par prêt accordé, quel qu en soit son montant, et augmente donc le taux du prêt d autant plus fortement que le montant accordé est faible. Par ailleurs, le taux d intérêt dépend de la priorité de l IMF : sociale ou commerciale.

16 Fonctionnement et chiffres clés Un prêt de courte durée Les crédits sont accordés sur une durée de quelques mois. Les bénéficiaires raisonnent donc en termes de taux par mois, et non à l année. Des mensualités remboursables grâce au développement d une activité économique L activité économique développée grâce au microcrédit est très généralement rapidement profitable, et permet donc de payer les mensualités du prêt. Par exemple en Inde, au Kenya et aux Philippines, le taux annuel moyen du rendement de l'investissement dans des microentreprises varie de 117 à 847 %. Un taux d'intérêt mensuel de 6 % représente de 0,4% à 3,4 % des frais d'exploitation d'un microentrepreneur (en République dominicaine, en Colombie et au Chili). Un taux lié à l environnement local Le taux d intérêt d une IMF donc être comparé au taux moyen pratiqué par les autres acteurs financiers de son environnement. Le taux des IMF peut être moins élevé que celui des banques.

17 L enjeu de l impact social La microfinance a besoin de financements pour atteindre les 500M de personnes en attente de crédit d ici Or les financements répondant à la logique de retour sur investissement financier sont dirigés en priorité vers les IMF les plus rentables. La crainte est donc que les bénéficiaires les plus pauvres soient laissés de côté par les IMF. La concurrence entre impact social et profitabilité est résolue par la définition des objectifs de chaque IMF: Certaines IMF ont une vocation commerciale ; Certaines IMF ont une vocation sociale. Pour elles, la profitabilité est un moyen, non une fin. Elles utilisent des chartes de bonne conduite et des outils de mesure de la performance sociale afin de remplir leur objectif social. Se pose néanmoins le problème de leur accès au financement, moindre que celui des autres IMF. Par ailleurs, la microfinance ne peut proposer ses services à certaines populations sans réaliser de pertes. Cela nécessite des dons, d où la question suivante : le microcrédit doit-il être mis en place : selon le principe que ses clients doivent avoir la capacité de rembourser leurs mensualités, ou lorsqu il est parmi les solutions dont le retour sur investissement social est le plus élevé? (en complément de l investissement dans les infrastructures et l éducation, des réformes légales, etc.)

18 L enjeu du développement rural Le microcrédit est surtout développé dans les villes, or il existe un réel besoin chez les populations rurales pour ce type de service financier. Pour atteindre ces clients moins solvables et plus risqués que les clients urbains, le microcrédit nécessite des adaptations. Situation Obstacles Solutions Zones reculées Niveau de revenu inférieur Niveau d éducation inférieur Dépendance à la météo Production saisonnière Production à long terme Coûts de transaction et collecte plus élevés Clients moins solvables Gestion moindre de l activité économique Activité économique risquée Peu compatible avec le remboursement mensuel Agence mobile, paiement par téléphone mobile Accompagnement, formation Microassurance Remboursement après la récolte ou vente de l animal

19 L enjeu du surendettement Dans certains pays ou la microfinance est très développée (Bangladesh, Inde, Mexique, Bolivie), certains clients se tournent vers une autre IMF pour rembourser leur 1er prêt, ce qui peut les plonger dans le cercle vicieux du surendettement. Les IMF sont de plus en plus nombreuses à mettre en place des outils de lutte contre le surendettement : Partage des fichiers clients entre IMF du même territoire ; Flexibilité du remboursement ; Microassurances ; Formation des agents de crédit pour mieux évaluer la capacité de remboursement des clients.

20 MERCI! Nous espérons que ce contenu a pu vous être utile, retrouvez-nous en ligne! Site : Blog : Sources :

La finance durable a-elle un avenir durable?

La finance durable a-elle un avenir durable? La finance durable a-elle un avenir durable? La perspective du microcrédit Emmanuelle Javoy 1 L exclusion bancaire Les bénéficiaires Le client type des services de microfinance est une «personne à faibles

Plus en détail

Le guide de la microfinance

Le guide de la microfinance Sébastien Boyé, Jérémy Hajdenberg, Christine Poursat Le guide de la microfinance Microcrédit et épargne pour le développement Préface de Maria Nowak, 2006 ISBN : 2-7081-3664-X Sommaire Préface... 11 Quelques

Plus en détail

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance 5 ème RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES POLITIQUES EN FAVEUR DES PME, DE L ENTREPRENARIAT ET DU CAPITAL HUMAIN ACCOMPAGNER LA CROISSANCE DES MICRO ET PETITES ENTREPRISES : RÉSOUDRE LES OBSTACLES FINANCIERS

Plus en détail

CECCA «IDZALEDU» Politique de crédits. Caisse d Epargne et de Crédits Commercial et Agricole des Mutuelles de Solidarités

CECCA «IDZALEDU» Politique de crédits. Caisse d Epargne et de Crédits Commercial et Agricole des Mutuelles de Solidarités Association Maison Rurale d Education et d Action de DEveloppement BP : 10 Badou Wawa Tél : (+228) 832 10 78 Siège social Tomégbé E-mail : info@asmeradetogo.org Site web : www.asmeradetogo.org Caisse d

Plus en détail

Premier crédit et fidélité du client

Premier crédit et fidélité du client Premier crédit et fidélité du client Mardi 26 octobre 2004 Marc Roesch Dans les rapports d activités des IMF on trouve presque toujours un graphique présentant l évolution du nombre d adhérents ou du nombre

Plus en détail

Accès à l Énergie et Microfinance Quelles perspectives?

Accès à l Énergie et Microfinance Quelles perspectives? Accès à l Énergie et Microfinance Quelles perspectives? AIE - Agence Internationale de l Energie Paris, 4 Juin 2009 Pascale Geslain Sommaire I. A propos de la microfinance 1. Au sujet de PlaNet FiNance:

Plus en détail

Une introduction à la Microfinance

Une introduction à la Microfinance Une introduction à la Microfinance Présentation ENSAE Mathias ANDRÉ ENSAE Solidaire, pôle Microfinance 10 mars 2010 Mathias ANDRÉ (ENSAE Solidaire) Une introduction à la Microfinance 10 mars 2010 1 / 20

Plus en détail

I/ Le rôle du Courtier dans la Conception des produits de micro assurance. II/ LE COURTIER dans la Commercialisation et la Distribution des Produits

I/ Le rôle du Courtier dans la Conception des produits de micro assurance. II/ LE COURTIER dans la Commercialisation et la Distribution des Produits L IMPLICATION du COURTIER dans le DEVELOPPEMENT de la MICRO ASSURANCE : CONCEPTION, COMMERCIALISATION et DISTRIBUTION des PRODUITS, COLLECTE des PRIMES et COTISATIONS Présentée par Mme Hermine EKOBE NSEKE,

Plus en détail

Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France

Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France Paris, le 25 octobre 2012 Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France Volet 1 : Mythes et réalités en comparaison internationale Volet 2 : Comment mieux accompagner la prise de risque

Plus en détail

Nous donnons les moyens d entreprendre à ceux qui n ont pas les moyens

Nous donnons les moyens d entreprendre à ceux qui n ont pas les moyens Nous donnons les moyens d entreprendre à ceux qui n ont pas les moyens Le micro-crédit ou la finance autrement : de M. YUNUS à M. N0WAK La naissance du micro-crédit : des pays émergents vers les pays développés

Plus en détail

Comment emprunter dans de bonnes conditions?

Comment emprunter dans de bonnes conditions? Analyser une offre Comment emprunter dans de bonnes conditions? Référence Internet 2166.046 Saisissez la Référence Internet 2166.046 dans le moteur de recherche du site www.weka.fr pour accéder à cette

Plus en détail

FINANCEMENT DES ACTIVITES AGRICOLES ET REDUCTION DE LA PAUVRETE : QUELLE PLACE POUR LA MICROFINANCE?

FINANCEMENT DES ACTIVITES AGRICOLES ET REDUCTION DE LA PAUVRETE : QUELLE PLACE POUR LA MICROFINANCE? FINANCEMENT DES ACTIVITES AGRICOLES ET REDUCTION DE LA PAUVRETE : QUELLE PLACE POUR LA MICROFINANCE? Présenté par : KENDO SANDRA, Doctorante en Economie (programme NPTCI) Université de Yaoundé II (Soa),

Plus en détail

La microfinance Mythes et réalité Où comment faire de l argent sur le dos des pauvres

La microfinance Mythes et réalité Où comment faire de l argent sur le dos des pauvres La microfinance Mythes et réalité Où comment faire de l argent sur le dos des pauvres Crise de légitimité La microfinance a bénéficié au niveau international d une très grande popularité depuis sa création

Plus en détail

Présentation de l Adie L Association pour le droit à l initiative économique

Présentation de l Adie L Association pour le droit à l initiative économique Présentation de l Adie L Association pour le droit à l initiative économique Séminaire du 22 septembre 2015 - Paris Financial Instruments for delivery of the ESF Mission de l Adie Créée en 1989 par Maria

Plus en détail

PERFORMANCE SOCIALE, PERFORMANCE FINANCIÈRE, QUEL ARBITRAGE POUR UNE PÉRENNITÉ DU SECTEUR?

PERFORMANCE SOCIALE, PERFORMANCE FINANCIÈRE, QUEL ARBITRAGE POUR UNE PÉRENNITÉ DU SECTEUR? Faculté de Droit et Sciences Economiques Master Economie Appliquée : 2ème année Diagnostic Social et Economie Solidaire 2010-2011 PERFORMANCE SOCIALE, PERFORMANCE FINANCIÈRE, QUEL ARBITRAGE POUR UNE PÉRENNITÉ

Plus en détail

2ème Séminaire international SESAME 2

2ème Séminaire international SESAME 2 2 ème Séminaire international SESAME 2 Meknés, Maroc, les 25 et 26 Avril 2014 Contribution du CGER VALLEE «L Agriculture Familiale dans la Vallée du Fleuve Sénégal» Présentation : Monsieur Amadou THIAW,

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

Proposés à un tarif préférentiel, les six produits disponibles ont été revus au 1 er janvier 2016 pour mieux répondre à vos attentes.

Proposés à un tarif préférentiel, les six produits disponibles ont été revus au 1 er janvier 2016 pour mieux répondre à vos attentes. Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne, toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Tableau 2. Ratios de la dette à la consommation pour les sujets ayant rapporté au moins une dette. Dette à la consommation moyenne

Tableau 2. Ratios de la dette à la consommation pour les sujets ayant rapporté au moins une dette. Dette à la consommation moyenne LES JEUNES ADULTES QUÉBÉCOIS ET LE CRÉDIT Résultats préliminaires 1 Présentés en conférence de presse, à Montréal, le 22 novembre 2004 à l occasion du lancement de la campagne «Je suis dans la marge jusqu

Plus en détail

REGULATION DE LA MICROFINANCE ET PROTECTION DE LA CLIENTELE DANS UNE APPROCHE DE GENRE EN AFRIQUE DE L OUEST ( recherche en cours) Moussa Samb

REGULATION DE LA MICROFINANCE ET PROTECTION DE LA CLIENTELE DANS UNE APPROCHE DE GENRE EN AFRIQUE DE L OUEST ( recherche en cours) Moussa Samb REGULATION DE LA MICROFINANCE ET PROTECTION DE LA CLIENTELE DANS UNE APPROCHE DE GENRE EN AFRIQUE DE L OUEST ( recherche en cours) Moussa Samb I Analyser les contours, les points forts/faibles de la régulation

Plus en détail

GESTION, FINANCES ET COMPTAPILITE Module 1 : Elaboration, Analyse économique et financière des projets Minimum requis par session

GESTION, FINANCES ET COMPTAPILITE Module 1 : Elaboration, Analyse économique et financière des projets Minimum requis par session Objectifs pédagogiques GESTION, FINANCES ET COMPTAPILITE Module 1 : Elaboration, Analyse économique et financière des projets Minimum par Analyser les procédures de préparation et de montage des projets.

Plus en détail

World Tourism Organization (UNWTO) - A Specialized Agency of the United Nations

World Tourism Organization (UNWTO) - A Specialized Agency of the United Nations Termes de Référence Recrutement d un volontaire de l OMT pour le projet «Augmenter l impact du développement touristique sur l économie locale dans la région de Jacmel, Haïti» dans le cadre du Programme

Plus en détail

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS Référence : Agnès DALLOZ Date de dernière mise à jour : 30/07/2004 Etat : Définitif Auteur : Objet du document : Destinataires Agnès DALLOZ Simone SCHARLY Objet de la diffusion

Plus en détail

Accompagnement amont court en parallèle de l étude du dossier. Proposer une solution d assurance adaptée aux besoins du chef d entreprise financé

Accompagnement amont court en parallèle de l étude du dossier. Proposer une solution d assurance adaptée aux besoins du chef d entreprise financé Adie et vous. Nos Missions: Des missions qui traduisent les valeurs de l ADIE fondées sur la confiance dans les capacités de chacun et le droit fondamental d entreprendre Financer les créateurs d entreprise

Plus en détail

Les principales causes d échec d une création d entreprise

Les principales causes d échec d une création d entreprise CHAPITRE 1 Les principales causes d échec d une création d entreprise Introduction «[ ] Échouer, c est avoir la possibilité de recommencer de manière plus intelligente [ ]» Henry Ford Depuis ces dix dernières

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Mieux protéger le consommateur contre les crédits faciles

DOSSIER DE PRESSE. Mieux protéger le consommateur contre les crédits faciles DOSSIER DE PRESSE Mieux protéger le consommateur contre les crédits faciles 1 1. Des chiffres effrayants Les chiffres de la BNB montrent que plus de la moitié 1 de la population majeure belge a au moins

Plus en détail

Présentation de l outil d évaluation des performances CAMEL

Présentation de l outil d évaluation des performances CAMEL Retour au sommaire Présentation de l outil d évaluation des performances CAMEL BIM n 138-6 novembre 2001 Anne-Claude CREUSOT L évaluation des performances des IMF par des outils de rating fait régulièrement

Plus en détail

CréaJeunes, le programme jeunes de l Adie

CréaJeunes, le programme jeunes de l Adie CréaJeunes, le programme jeunes de l Adie Contact : Adie CréaJeunes Nice Aude Pozzo di Borgo 8 rue de Russie 06000 NICE 06 74 89 58 38 apozzodiborgo@adie.org Le programme CréaJeunes : une réponse adaptée

Plus en détail

Entrepreneuriat social et son rôle dans le développement territorial et local

Entrepreneuriat social et son rôle dans le développement territorial et local Entrepreneuriat social et son rôle dans le développement territorial et local Pr Amina KCHIRID- Mars 2015 Sommaire L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Pourquoi l ESS? Les actions des pouvoirs publics

Plus en détail

CADRE D INTERVENTION DU GROUPE AFD DANS LE SECTEUR DE LA MICROFINANCE

CADRE D INTERVENTION DU GROUPE AFD DANS LE SECTEUR DE LA MICROFINANCE Juillet 2007 CADRE D INTERVENTION DU GROUPE AFD DANS LE SECTEUR DE LA MICROFINANCE L AFD dispose d une longue expérience en matière de soutien à la microfinance. Les premières expériences remontent à 1988

Plus en détail

Rencontre sur les performances sociales. Spécificités d une IMF du Nord (exemple de l adie)

Rencontre sur les performances sociales. Spécificités d une IMF du Nord (exemple de l adie) Rencontre sur les performances sociales Spécificités d une IMF du Nord (exemple de l adie) Dimension 1 Indicateurs de performance sociale A. Une dimension déjà bien prise en compte (veille mensuelle sur

Plus en détail

Centre Ain Initiative est une association loi 1901 créée en 1999

Centre Ain Initiative est une association loi 1901 créée en 1999 Qui sommes nous? Centre Ain Initiative est une association loi 1901 créée en 1999 Elle est à la fois membre des réseaux Initiative France et France Active qui fédèrent plus de 200 associations permettant

Plus en détail

Questionnaire satisfaction microfinance

Questionnaire satisfaction microfinance Synthèse des réponses au questionnaire de satisfaction adressé aux partenaires de la Fondation Avril 2013 Au 31 décembre 2012, la Fondation finançait 28 institutions de microfinance partenaires dans 16

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE MICRO CREDIT SOCIAL ET HABITAT

DOSSIER DE PRESSE MICRO CREDIT SOCIAL ET HABITAT DOSSIER DE PRESSE MICRO CREDIT SOCIAL ET HABITAT Vendredi 25 octobre 2013 2 DOSSIER DE PRESSE MICRO CREDIT SOCIAL ET HABITAT Sommaire Les principes du micro crédit Le micro crédit en Creuse Comment ça

Plus en détail

ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011. Étude réalisée par le bureau d étude :

ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011. Étude réalisée par le bureau d étude : ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011 Étude réalisée par le bureau d étude : 1 SOMMAIRE Introduction A. CARACTERISTIQUES ET ATTENTES DE LA POPULATION DU MICROCREDIT B. COMMERCIALISATION DES PRETS

Plus en détail

Mutuelles de santé L approche du CIDR

Mutuelles de santé L approche du CIDR 1 SYNTHESE DE LA SESSION DE FORMATION SUR «LE DEVELOPPEMENT ET LA VIABILITE DES MUTUELLES DE SANTE EN AFRIQUE» Centre de Formation et d appui Sanitaire (CEFA) Kinshasa, du 2 au 6 juin 2003 Depuis un certain

Plus en détail

Faire coïncider l'offre et la demande en matière de transport rural

Faire coïncider l'offre et la demande en matière de transport rural SUPPORTS DE FORMATION EN MATIÈRE DE TRANSPORT RURAL Module 4: Mobilité rurale Faire coïncider l'offre et la demande en matière de transport rural Séance 4.4 Partie 1 Présentation: 4.4a Les modules de formation

Plus en détail

Habiter mieux. un programme de lutte contre la précarité énergétique DOSSIER DE PRESSE. 31 janvier 2014. Sommaire

Habiter mieux. un programme de lutte contre la précarité énergétique DOSSIER DE PRESSE. 31 janvier 2014. Sommaire Habiter mieux un programme de lutte contre la précarité énergétique DOSSIER DE PRESSE Conception-réalisation : DDT 71 janvier 2014 31 janvier 2014 Sommaire Communiqué de presse Lutter contre la précarité

Plus en détail

Quels échanges promouvoir en lien avec le développement de l économie malgache? Point de vue de l AFD

Quels échanges promouvoir en lien avec le développement de l économie malgache? Point de vue de l AFD Quels échanges promouvoir en lien avec le développement de l économie malgache? Point de vue de l AFD Conférence de Coopération Régionale, décembre 2014 1. Situation : l héritage de plus de 40 ans de déclin

Plus en détail

Centre d Appui à la Microfinance et au Développement. Du micro-crédit au meso-crédit

Centre d Appui à la Microfinance et au Développement. Du micro-crédit au meso-crédit Centre d Appui à la Microfinance et au Développement Du micro-crédit au meso-crédit Contexte Région de Kayes: Population de 1,6M d habitants 7 cercles, 129 communes regroupant 1564 villages Villages bien

Plus en détail

Rentabilité d un investissement locatif. Financer son projet par un prêt. La fiscalité pour l investissement locatif. Comment préparer son projet

Rentabilité d un investissement locatif. Financer son projet par un prêt. La fiscalité pour l investissement locatif. Comment préparer son projet Acheter pour louer et investissement locatif L achat d un bien immobilier est considéré comme un placement puisqu il est rentable au fil du temps. Il est possible d obtenir différents types de prêts pour

Plus en détail

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005 Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance juin 2005 Ce document a fait l objet d une présentation de Jacques Attali, Président de PlaNet Finance, pendant la conférence Internationale de

Plus en détail

Fonds de placement garanti BMO

Fonds de placement garanti BMO Fonds de placement garanti BMO Pour vous aider à atteindre votre objectif de placement plus rapidement. Les Fonds de placement garanti BMO... pour dormir en toute tranquillité Choix de fonds établis selon

Plus en détail

CRÉER MA BOÎTE en étant étudiant?

CRÉER MA BOÎTE en étant étudiant? CRÉER MA BOÎTE en étant étudiant? Promotion Petit Poucet 2008 er et 3 mois de conseil 10 lauréats récompensésp Diagnostic personnalisé offert aux 30 finalistes Conception : Agence Cavernamuth www.cavernamuth.com

Plus en détail

POSITION DU CRID : L ACCÈS À L EAU POTABLE ET À L ASSAINISSEMENT. Sommaire. n LISTE DES ORGANISATIONS SIGNATAIRES... 2

POSITION DU CRID : L ACCÈS À L EAU POTABLE ET À L ASSAINISSEMENT. Sommaire. n LISTE DES ORGANISATIONS SIGNATAIRES... 2 POSITION DU CRID : L ACCÈS À L EAU POTABLE ET À L ASSAINISSEMENT Sommaire n LISTE DES ORGANISATIONS SIGNATAIRES....................... 2 n POURQUOI LE CRID PREND-IL POSITION SUR L ACCÈS À L EAU POTABLE

Plus en détail

«Gîtes de France Horizon 2015» Synthèse du Projet d Orientation Stratégique 2007-2015

«Gîtes de France Horizon 2015» Synthèse du Projet d Orientation Stratégique 2007-2015 «Gîtes de France Horizon 2015» Synthèse du Projet d Orientation Stratégique 2007-2015 Synthèse de présentation du projet Horizon 2015 approuvée par le Conseil d Administration Fédéral Gîtes de France du

Plus en détail

Séminaire sur le partage des bonnes expériences et des défis en matière de e-gouvernance/e-administration

Séminaire sur le partage des bonnes expériences et des défis en matière de e-gouvernance/e-administration Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement (CAFRAD) Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) Original: Anglais Séminaire sur le partage des

Plus en détail

Le Financement du Logement

Le Financement du Logement Le Financement du Logement Séminaire du Réseau Habitat et Francophonie Panorama sur les systèmes de financement de l habitat social Josie McVitty 26 November 2015 1 Le contexte Quelques observations sur

Plus en détail

Les taux d intérêt dans la micro finance rurale : choix technique ou politique?

Les taux d intérêt dans la micro finance rurale : choix technique ou politique? Les taux d intérêt dans la micro finance rurale : choix technique ou politique? BIM - 29 avril 2003 Karin BARLET Nous profitons du numéro spécial de Zoom Microfinance sur les taux d intérêt pour solliciter

Plus en détail

Rencontres nationales de la librairie 2013. Librairie : quelle économie pour quel métier?

Rencontres nationales de la librairie 2013. Librairie : quelle économie pour quel métier? Rencontres nationales de la librairie 2013 Librairie : quelle économie pour quel métier? Dimanche 2 juin matin (Session plénière Salle Vitez) Programme susceptible d être modifié 30/04/13 9h30 : petit

Plus en détail

Les Français et les retraites Volet 6 : le logement

Les Français et les retraites Volet 6 : le logement Les Français et les retraites Volet 6 : le logement Sondage réalisé par pour et Publié le mardi 23 décembre 2014 Levée d embargo le lundi 22 décembre 23H00 Méthodologie Recueil Enquête réalisée auprès

Plus en détail

Quelle rentabilité espérer des chambres d'hôtes en 2012?

Quelle rentabilité espérer des chambres d'hôtes en 2012? Quelle rentabilité espérer des chambres d'hôtes en 2012? L'agence Guest & Strategy a mené une étude sur la rentabilité actuelle de l activité de chambres d'hôtes et gîtes en France, à travers une enquête

Plus en détail

19 novembre 2015 ------------------------------ Centre de Congrès > CAEN FINANCER SON PROJET

19 novembre 2015 ------------------------------ Centre de Congrès > CAEN FINANCER SON PROJET FINANCER SON PROJET SOMMAIRE Les atouts de l accompagnement Les critères d appréciation du projet par la banque Les prêts à taux zéro L intermédiation bancaire et les garanties L Adie, un financement alternatif

Plus en détail

Financement Basé sur la Performance

Financement Basé sur la Performance Financement Basé sur la Performance et son rôle dans les réformes des systèmes de santé dans les pays en développement: cas de l Argentine, du Burundi et de la Turquie Cycle des conférences de l ENSP Rabat

Plus en détail

FINANCER SON PROJET 13/11/14 2

FINANCER SON PROJET 13/11/14 2 13/11/14 1 FINANCER SON PROJET 13/11/14 2 SOMMAIRE Les principaux aspects d une demande de financement Les critères d appréciation du projet par la banque Les aides L intermédiation bancaire et les garanties

Plus en détail

Retour au Plein Emploi?

Retour au Plein Emploi? Retour au Plein Emploi? Fiche 45 JAMES E. MEADE Dans ce petit livre (Economica, 1995, 88 p.) préfacé par Robert M.Solow (prix Nobel), James E. Meade (prix Nobel) propose des solutions macro-économiques

Plus en détail

au Burkina Faso à travers la mise en place d un Système National

au Burkina Faso à travers la mise en place d un Système National Améliorer le financement de la santé au Burkina Faso à travers la mise en place d un Système National d Assurance Maladie Saïbou SEYNOU Actuaire Secrétaire Permanent du projet «Assurance Maladie» Dakar,

Plus en détail

DIMENSION N 3: CONCEVOIR DES PRODUITS, SERVICES, MODÈLES DE PRESTATIONS ET DISTRIBUTION QUI RÉPONDENT AUX BESOINS ET PRÉFÉRENCES DES CLIENTS

DIMENSION N 3: CONCEVOIR DES PRODUITS, SERVICES, MODÈLES DE PRESTATIONS ET DISTRIBUTION QUI RÉPONDENT AUX BESOINS ET PRÉFÉRENCES DES CLIENTS DIMENSION N 3: CONCEVOIR DES PRODUITS, SERVICES, MODÈLES DE PRESTATIONS ET CANAUX DE DISTRIBUTION QUI RÉPONDENT AUX BESOINS ET PRÉFÉRENCES DES CLIENTS Série de Mise enoeuvre des NormesUniversellesde Gestion

Plus en détail

Association pour le Droit à l Initiative Economique

Association pour le Droit à l Initiative Economique microcrédit Martinique Association pour le Droit à l Initiative Economique L association Des moyens d entreprendre à ceux qui n ont pas les moyens L Adie est une association reconnue d utilité publique

Plus en détail

Des constats, des chiffres, des commentaires

Des constats, des chiffres, des commentaires Atelier de réflexion stratégique et de proposition d actions Thème : Les financements solidaires pour l eau et l assainissement : L EUROPE PARTAGE SES SOLUTIONS Des constats, des chiffres, des commentaires

Plus en détail

Présentation de la Maison de l Entreprise

Présentation de la Maison de l Entreprise Présentation de la Maison de l Entreprise Organisation Intermédiaire de Développement du Secteur Privé Historique La Maison de l Entreprise du Bénin est née de la transformation, d une association professionnelle

Plus en détail

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte BURKINA FASO Chiffres clés Taux de change : 1$ US Principales villes Population Taux de croissance de la population (2006-2010) Population urbaine (%du total 2010) PNB par habitant Croissance du PIB (réal

Plus en détail

INTERNE ET EXTERNE Document de communication sur le financement de contrepartie et la volonté de payer

INTERNE ET EXTERNE Document de communication sur le financement de contrepartie et la volonté de payer Document de communication sur le financement de contrepartie et la volonté de payer Juillet 2014 Sommaire 1 2 3 4 5 Présentation du financement de contrepartie et de la volonté de payer Critères d admissibilité

Plus en détail

Micro-assurance. Denis Garand, FSA, FICA le 6 juin, 2009

Micro-assurance. Denis Garand, FSA, FICA le 6 juin, 2009 Micro-assurance Denis Garand, FSA, FICA le 6 juin, 2009 Objectifs de développement du millénaire Réduire la pauvreté extrême et la faim Éducation primaire pour tous Promouvoir l égalité des sexes et l

Plus en détail

D I S T I N C T I O N C O O P É R AT I V E 2 0 1 1 COOPÉRER POUR CRÉER L AVENIR

D I S T I N C T I O N C O O P É R AT I V E 2 0 1 1 COOPÉRER POUR CRÉER L AVENIR D I S T I N C T I O N C O O P É R AT I V E 2 0 1 1 COOPÉRER POUR CRÉER L AVENIR démocratie égalité équité Coopérer pour crée l avenir Pour un monde + responsable + équitable + durable En faisant affaire

Plus en détail

Les conseils généraux, acteurs des politiques de jeunesse. coordonné par Bernard Bier et Jean-Claude Richez

Les conseils généraux, acteurs des politiques de jeunesse. coordonné par Bernard Bier et Jean-Claude Richez 1 Les conseils généraux, acteurs des politiques de jeunesse coordonné par Bernard Bier et Jean-Claude Richez 2 AUTOUR DE QUELQUES ENJEUX DES POLITIQUES DE JEUNESSE MENEES PAR LES CONSEILS GENERAUX Les

Plus en détail

Présenté par SOILIHI Omar, Directeur des Etudes Economiques, Monétaires et Financières

Présenté par SOILIHI Omar, Directeur des Etudes Economiques, Monétaires et Financières Atelier sur les transferts des migrants Moroni, 23 Novembre 2015 LES TRANSFERTS DE FONDS DES MIGRANTS Présenté par SOILIHI Omar, Directeur des Etudes Economiques, Monétaires et Financières Plan de l exposé

Plus en détail

Nairobi, Kenya February 23-27, 27, 2004

Nairobi, Kenya February 23-27, 27, 2004 Strengthening the Human Development Agenda in the PRSP Process in Africa Nairobi, Kenya February 23-27, 27, 2004 Renforcer le Programme du Secteur Développement Humain en matière de DSRP en Afrique THE

Plus en détail

Le contrôle de gestion à la Banque Populaire, au niveau opérationnel

Le contrôle de gestion à la Banque Populaire, au niveau opérationnel Le contrôle de gestion à la Banque Populaire, au niveau opérationnel Présentation de la Banque Populaire La Banque Populaire est à la fois une banque de détail et de proximité. De ce fait, les objectifs

Plus en détail

Vivre sans chéquier. Nouvelle édition Septembre 2011

Vivre sans chéquier. Nouvelle édition Septembre 2011 021 Vivre sans chéquier L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s Nouvelle édition Septembre 2011 Sommaire 2 4 6 8 12 14 18 22 24 Introduction La délivrance d un chéquier est-elle obligatoire? Comment

Plus en détail

Initiation à la comptabilité simplifiée

Initiation à la comptabilité simplifiée Lot 2 : Fiscalité et comptabilité Initiation à la comptabilité simplifiée Ville de Paris Carrefour des Associations Parisiennes PROJETS-19 projets19@projets19.org Organisation matérielle : 3 heures avec

Plus en détail

Smart Lending : la protection du client dans le processus de crédit

Smart Lending : la protection du client dans le processus de crédit Smart Lending : la protection dans le processus de crédit Comment intégrer les pratiques dans le prêt individuel des institutions de microfinance : vue d ensemble www.smartcampaign.org INTRODUCTION Ce

Plus en détail

Dossier de presse Partenariat renforcé entre l Europe et Creasol en région PACA : 1 M en faveur des micro-entreprises

Dossier de presse Partenariat renforcé entre l Europe et Creasol en région PACA : 1 M en faveur des micro-entreprises Dossier de presse Partenariat renforcé entre l Europe et Creasol en région PACA : 1 M en faveur des micro-entreprises Institut de Microfinance Créa-Sol 26 rue Montgrand - 13006 Marseille 04 91 57 72 15

Plus en détail

Par Yolène Jacquet, Haïti Directrice exécutive, ANACAPH Bolivie, La Paz 5-6 Mars 2012

Par Yolène Jacquet, Haïti Directrice exécutive, ANACAPH Bolivie, La Paz 5-6 Mars 2012 Atelier international Les cadres de réglementation et de régulation de la micro finance rurale: Les tendances actuelles et des analyses comparatives Microfinance pour la production agricole en Haïti :

Plus en détail

Introduction. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Introduction. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

- 1 - Association COMPRENDRE. Compte rendu de la rencontre-débat du 8 avril 2008 à Orsay

- 1 - Association COMPRENDRE. Compte rendu de la rencontre-débat du 8 avril 2008 à Orsay - 1 - Association COMPRENDRE 15 E Avenue Saint Jean de Beauregard 91400 Orsay Tél. : 06 88 18 09 05 courriel: michel.mosse@wanadoo.fr Compte rendu de la rencontre-débat du 8 avril 2008 à Orsay " Les Sociétés

Plus en détail

Message accompagnant le projet de décision concernant l octroi d un crédit d engagement pour l aide au logement

Message accompagnant le projet de décision concernant l octroi d un crédit d engagement pour l aide au logement Message accompagnant le projet de décision concernant l octroi d un crédit d engagement pour l aide au logement Le Conseil d Etat du Canton du Valais au Grand Conseil Monsieur le Président, Mesdames et

Plus en détail

L emploi rural et l emploi informel : Précarité et vulnérabilité au travail

L emploi rural et l emploi informel : Précarité et vulnérabilité au travail Policy Brief Employment Royaume du Maroc Ministère de l Emploi et des Affaires ociales International Labour Office Note synthétique de politique L emploi rural et l emploi informel : Précarité et vulnérabilité

Plus en détail

«Initiative Sfax», un modèle de gouvernance territoriale au service de la création d entreprise innovante sur les territoires

«Initiative Sfax», un modèle de gouvernance territoriale au service de la création d entreprise innovante sur les territoires «Initiative Sfax», un modèle de gouvernance territoriale au service de la création d entreprise innovante sur les territoires Anne CHATAURET anne.chatauret@orange.fr Tunis, 22-23 Octobre 2015 Le contexte

Plus en détail

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique»

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Justine BERTHEAU Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Intervenants : - Yann Gauthier, directeur du Centre International du

Plus en détail

Notes aux Etats Financiers. Caisse Autonome pour le Renforcement des Initiatives Economiques par la Micro Finance Au 31/12/2008

Notes aux Etats Financiers. Caisse Autonome pour le Renforcement des Initiatives Economiques par la Micro Finance Au 31/12/2008 Notes aux Etats Financiers Caisse Autonome pour le Renforcement des Initiatives Economiques par la Micro Finance Au 31/12/2008 INTRODUCTION AU 31 décembre 2008, La Caisse Autonome Pour Le Renforcement

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ Conclusion Dans le cadre de ses missions, le CCSF a confié au CRÉDOC une étude portant sur l accès aux services bancaires des ménages en situation de pauvreté. Cette étude s inscrit en continuité de celle

Plus en détail

LA MOBILISATION DE L EPARGNE PAR LES IMF : QUAND? COMMENT? COUTS ET AVANTAGES. Makarimi A. ADECHOUBOU 28 mai 2002

LA MOBILISATION DE L EPARGNE PAR LES IMF : QUAND? COMMENT? COUTS ET AVANTAGES. Makarimi A. ADECHOUBOU 28 mai 2002 LA MOBILISATION DE L EPARGNE PAR LES IMF : QUAND? COMMENT? COUTS ET AVANTAGES Makarimi A. ADECHOUBOU 28 mai 2002 IMPORTANCE DE LA MOBILISATION DE L EPARGNE DES ETUDES ET RECHERCHES ONT ETABLI QUE : LES

Plus en détail

Module 2 : Principes directeurs de la Microfinance: Structures Institutionnelles et Méthodologies

Module 2 : Principes directeurs de la Microfinance: Structures Institutionnelles et Méthodologies Module 2 : Principes directeurs de la Microfinance: Structures Institutionnelles et Méthodologies Cours de microfinance pour les non-spécialistes Laurence Hart, CEFEB & Said Bourjij, ESF Le 17 mai 2002

Plus en détail

Madame la Secrétaire d Etat chargée de l Enseignement Scolaire, Monsieur le Président Directeur Général de l Association Injaz al-maghrib,

Madame la Secrétaire d Etat chargée de l Enseignement Scolaire, Monsieur le Président Directeur Général de l Association Injaz al-maghrib, Madame la Secrétaire d Etat chargée de l Enseignement Scolaire, Monsieur le Président de la Fondation/Institut CDG, Monsieur le Président Directeur Général de l Association Injaz al-maghrib, Mesdames et

Plus en détail

Terre, quand tu nous tiens. Patrick Prairie, agr. Chargé de projet Centre d expertise en gestion agricole

Terre, quand tu nous tiens. Patrick Prairie, agr. Chargé de projet Centre d expertise en gestion agricole Terre, quand tu nous tiens Patrick Prairie, agr. Chargé de projet Centre d expertise en gestion agricole Merci à mes collaborateurs! L équipe du CEGA Claudine Ouellet Nadia Déry Patrice Carle Robert-H

Plus en détail

Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée

Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée Lexique Chiffre d affaires Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée > Le chiffre d affaires est un concept très simple qui permet de mesurer l activité d une entreprise

Plus en détail

2. La monnaie possède trois rôles principaux : c est un moyen d échange, une unité de compte et un échappatoire à l inflation.

2. La monnaie possède trois rôles principaux : c est un moyen d échange, une unité de compte et un échappatoire à l inflation. Thème 6 Monnaie et prix Questions Vrai ou Faux 1. La monnaie et la richesse sont des synonymes. 2. La monnaie possède trois rôles principaux : c est un moyen d échange, une unité de compte et un échappatoire

Plus en détail

Description des aspects logistiques

Description des aspects logistiques Description des aspects logistiques Collectif de la société civile québécoise - COP 21- Paris 2015 Ce document indique les détails logistiques du projet d accompagnement de groupe proposé par Les YMCA

Plus en détail

51 Idées pour créer son autoentreprise

51 Idées pour créer son autoentreprise Écrit et réalisé par Mikhaël Vicarini 51 Idées pour créer son autoentreprise Première impression : Janvier 2011 Dernière édition le : 5 avril 2011 Ce même livre a été créé pour le format ebook et livre

Plus en détail

Lourmel Épargne salariale

Lourmel Épargne salariale PERCOI PEI des Industries Graphiques Lourmel Épargne salariale GROUPE LOURMEL C est à vous d en profiter Qu est-ce que l épargne salariale? L épargne salariale regroupe un ensemble de dispositifs que vous

Plus en détail

ANACAPH/Colloque sur le Crédit

ANACAPH/Colloque sur le Crédit ANACAPH/Colloque sur le Crédit Caisse Populaire Fraternité, (CPF) «Financement des réchauds à gaz propane pour des ménages en milieu rural et urbain» Présentation de la Caisse Fraternité du Cap Date de

Plus en détail

par Alain GUERCIO, e-media e

par Alain GUERCIO, e-media e L utilisation de la solution : changement par Alain GUERCIO, e-media e management SISQUAL 2005 - Conférence ADELI : «Utilisateur de SI : Alors, satisfaits?» Utilisateurs du SI : alors satisfaits? D après

Plus en détail

Séance 9. Vue d ensemble du système financier. 1- Fonctions du système financier

Séance 9. Vue d ensemble du système financier. 1- Fonctions du système financier Séance 9 Vue d ensemble du système financier 1- Fonctions du système financier Fonction : transférer des fonds des agents économiques : intermédiaire entre les agnets à besoin de financement (emprunteur)

Plus en détail

LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES COOPÉRATIVES D HABITAT

LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES COOPÉRATIVES D HABITAT LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES COOPÉRATIVES MALI - SÉNÉGAL GUIDE PRATIQUE SUR LES MÉCANISMES DE FINANCEMENT D UN PROJET DE CONSTRUCTION PLAN 1 Objectifs et programme de la rencontre 2 Planifier mon

Plus en détail

MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ. Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé

MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ. Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé Directrice Générale de NYESIGISO Réseau des Caisses d Épargne et de Crédit du Mali La micro finance dans le cadre de

Plus en détail

LE GUIDE D AUTO-ÉVALUATION. S évaluer pour progresser dans sa mise en œuvre du service civique

LE GUIDE D AUTO-ÉVALUATION. S évaluer pour progresser dans sa mise en œuvre du service civique LE GUIDE D AUTO-ÉVALUATION S évaluer pour progresser dans sa mise en œuvre du service civique Entrer dans une démarche d évaluation c est entrer dans une dynamique positive, questionnant les différents

Plus en détail

Assurance-invalidité : Introduction d'une participation aux frais d'assistance

Assurance-invalidité : Introduction d'une participation aux frais d'assistance Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral des assurances sociales OFAS Développement Peter Eberhard, 21 avril 2009 Assurance-invalidité : Introduction d'une participation aux frais d'assistance

Plus en détail

Chapitre 3 : La gestion de la trésorerie

Chapitre 3 : La gestion de la trésorerie Chapitre 3 : La gestion de la trésorerie Toute entreprise commerciale ou industrielle opère chaque mois des achats, des ventes, des paiements, des versements. Elle reçoit aussi de l argent, paie ses salariés,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESENTATION. Novembre 2014

DOSSIER DE PRESENTATION. Novembre 2014 POINT SOLUTIONS SURENDETTEMENT DOSSIER DE PRESENTATION Novembre 2014 Crédit Municipal de Paris 55, rue des Francs-Bourgeois 75181 PARIS Cedex 04 Tél. : 01 44 61 64 00 www.creditmunicipal.fr Siren 267 500

Plus en détail