Perspectives Entreprises Ile-de-France

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Perspectives Entreprises Ile-de-France"

Transcription

1 Perspectives Entreprises Ile-de-France On Point I2 ème trimestre 2015 Source : Antonio Gaudencio I 1

2 I 2 En direct du marché Bureaux, le marché reste plus que jamais favorable aux entreprises La relative absence des grandes entreprises sur le marché des bureaux depuis le début de l année pèse lourdement. En conséquence, l environnement leur est très favorable aujourd hui pour les entreprises : offre disponible importante, loyers sous pression et remises commerciales au plus haut. Offre, des écarts toujours importants entre Paris et la périphérie L offre de bureaux disponible en Ile-de-France est repassée au-dessus du cap des 4 millions de mètres carrés. Le niveau de vacance reste à 7,6%, mais les écarts entre les différents marchés perdurent. Taux de disponibilité Sources : JLL/ORIE stable fin ème trim ,6 % Le nombre de mètres carrés en chantier est en baisse à la mi-année, passant de 2 millions à fin mars à 1,7 million de mètres carrés fin juin. De plus, le niveau de précommercialisation demeure toujours élevé avec seulement m² de bureaux neufs supplémentaires attendus sur les 3 prochaines années. D ici fin 2015, ce sont m² disponibles qui doivent être livrés. Le niveau de l offre dans Paris intra-muros a de nouveau diminué au 2 ème trimestre et représente moins d un an de demande. Sur les m² de bureaux livrés au 2 ème trimestre à Paris, moins d un mètre carré sur dix était vacant. À Paris, la situation évolue entre équilibre et pénurie avérée. Sur la rive droite, les taux de disponibilité évoluent entre 5,3 et 6,3%, et sur la rive gauche les disponibilités peuvent tomber à moins de 2%. Les marchés de 1 ère périphérie sont toujours beaucoup plus offreurs que Paris. Les niveaux de disponibilité peuvent atteindre 15 voire 16%. C est dans le nordouest que les disponibilités sont les plus nombreuses avec des produits de qualité positionnés à des niveaux de loyers attractifs comme : Part des immeubles neufs dans l offre immédiate 20% Fin 2012 Sources : JLL/ORIE 21% Fin % Fin 2014 stable 20% 2 ème trim produits neufs à Colombes et la Garenne-Colombes positionnés à moins de 400 /m²/an : «West Plaza» (à Colombes) avec m² de bureaux, «le Belgique» (à la Garenne-Colombes) pour m² de bureaux, ou encore «le Kléber» avec m².

3 I 3 À Gennevilliers et Asnières-sur-Seine, les valeurs sont encore plus attractives à moins de 300 /m²/an pour des immeubles neufs, comme «Pointe Métro 2» à Gennevilliers ( m² de bureaux) ou «O2» à Asnières-sur-Seine qui compte encore m² vides. En 1 ère couronne, le Nord et l Est sont toutefois dans une situation plus équilibrée que l Ouest, avec des niveaux de disponibilité plus contenus et relativement peu de produits neufs. Au Nord, on peut trouver deux produits neufs à Saint-Ouen, «Docks en Seine» avec m² de bureaux et «Saint-Ouen 2» pour m² et un seul à Saint-Denis, «Carré Pleyel 2» pour m². Deux immeubles neufs sont annoncés pour la fin d année et renforceront la qualité de l offre, avec près de m² dans «Green Corner» à La Plaine Saint-Denis et près de m² dans «Step Up» à Pantin. À l Est, le taux de disponibilité est de 6,7%, et il n y a pas d offre neuve disponible. Seule la restructuration de la Tour «T9» à Montreuil propose m² de bureaux restructurés. La situation ne devrait pas s améliorer avant 2017, puisqu à cet horizon le projet d EIFFAGE à Nogent-sur-Marne pourrait arriver sur le marché pour une surface de m² ainsi que la restructuration de la tour «Altais Evolution» à Montreuil pour m². Des conditions financières favorables avec des loyers en bas de cycle Depuis 2 ans les valeurs locatives haut de gamme évoluent relativement peu et restent en zone basse avec de petites variations ponctuelles. Dans Paris intra-muros, le marché est soumis à des phénomènes de pénurie d offre qui peuvent impacter les valeurs. Dans le Quartier Central des Affaires, les transactions les plus chères évoluent toujours entre 700 et 750 /m² et le loyer haut-de-gamme se situe à 710 quand il était à 740 il y a un an. Loyers haut de gamme - Quartier Central des Affaires ( /m 2 /an) 740 Source : JLL La Défense se maintient à 525 /m² fin juin et dans l Ouest, les marchés les plus offreurs voient leurs loyers continuer à s éroder, 350 /m² pour les villes autour de La Défense et 320 /m² pour les villes du Nord-Ouest. Il en va de même en 1 ère Couronne Sud qui voit ses valeurs diminuer à 315 /m². A contrario, Boulogne- Billancourt et Issy-les-Moulineaux voient leur loyer haut-de-gamme remonter à 460, et Neuilly-Levallois atteignent 530 /m². 2 ème trim ème trim 2015 Moyen Grade A Dans les autres secteurs de la 1 ère couronne, les évolutions sont peu marquées et reflètent les conditions de l offre : au Nord, la raréfaction de l offre neuve maintient les loyers à des niveaux élevés à 345 /m² alors que l absence d offre de qualité dans l Est maintient les valeurs locatives en-deçà de leur potentiel réel à 245 /m². Le niveau des mesures d accompagnement demeure élevé et reflète les écarts entre Paris et la 1 ère couronne : elles sont de l ordre de 15% dans Paris contre 20% et plus en 1 ère couronne. Sur un trimestre elles ont peu évolué. Ainsi, les conditions financières restent très favorables aux locataires avec valeur faciales en bas de cycle et accompagnements commerciaux toujours élevés m m 2 34% disponibles Livraisons attendues dans les 3 ans Source : JLL 37% disponibles 2 ème trim ème trim 2015

4 I 4 Perspectives Contexte général macro-économique Depuis ce printemps les perspectives de croissance économique se consolident en France. L INSEE vient de confirmer le taux de croissance de 0,6% du PIB au 1 er trimestre, et l ensemble des économistes convergent vers une prévision de croissance de l ordre de 1,2% pour Il semblerait enfin que la reprise se diffuse puisque les moteurs de la croissance sont à la fois la consommation des ménages, mais également, et c est nouveau, l investissement des entreprises. Le Climat des Affaires quant à lui progresse doucement vers les 100 points, signe d une amélioration progressive de la confiance alors que l indice PMI Markit confirme l amélioration de l activité des entreprises. Les derniers développements de la crise grecque avec le non au référendum sont-ils susceptibles d obérer cette amorce de reprise? Selon de nombreux économistes, les liens économiques avec la Grèce sont limités et sa sortie éventuelle de la zone Euro ne devrait pas impacter l économie française. Néanmoins, l incertitude qui prévaut n est pas un facteur favorisant le rebond de la croissance, alors que les marchés financiers font preuve de nervosité, ce qui se traduit par une forte volatilité des cours boursiers. Marché locatif Le contexte général ne nous pousse pas à anticiper de bouleversement majeur dans les conditions de marché en 2015 et les entreprises continueront à bénéficier de conditions locatives favorables que ce soit en termes financiers qu en termes d accompagnements divers. Offre disponible : de nouveau et pour les mois qui viennent nous n anticipons pas de pas de baisse significative de l offre, surtout suite à un premier semestre peu actif. Malgré des prévisions plus optimistes en termes de croissance, l incertitude liée aux développements de la crise grecque et le caractère très volatile de la stratégie immobilière des entreprises nous poussent à anticiper un marché moins actif que la moyenne en 2015, et donc sur une offre de nouveau stable dans les prochains mois. Les déséquilibres vont perdurer entre Paris et la banlieue, avec de faibles disponibilités dans de nombreux quartiers parisiens, et une offre importante en 1 ère couronne Ouest Top secteurs par livraisons disponibles m² Boucle Sud (Boulogne / Issy) m² 1 Paris 14/ m² Paris 12/13 Source : JLL 2 3 Les loyers : peu d évolutions attendues en 2015 avec des valeurs évoluant de manière disparate selon les secteurs et les propriétaires. Nous n anticipons pas de mouvement général de hausse des valeurs d ici la fin d année. Les accompagnements consentis par les propriétaires semblent se stabiliser à un niveau élevé et de nouveau, en raison d une faible dynamique de la demande et d une offre élevée, ils ne devraient pas évoluer dans l immédiat. Il est à peu près certain qu aucun mouvement significatif sur les valeurs et les accompagnements ne s enclenche avant 2016.

5 I 5 Cartographies Taux de disponibilité des bureaux - 2 ème trimestre 2015 Sources : JLL / ORIE Part des disponibiltés neuves dans l offre immédiate - 2 ème trimestre 2015 Source : JLL

6 I 6 Loyers moyens de Grade A - 2 ème trimestre 2015 Source : JLL Les livraisons d immeubles attendues : nombre de m 2 actuellement en chantier et encore disponibles à la commercialisation - 2 ème trimestre 2015 Source : JLL

7 I 7 JLL

8 I 8 Bloc-notes Enquête JLL 2015 sur l évolution de la fonction immobilière : en France, 1 directeur immobilier sur 5 n a pas les moyens de répondre à ses objectifs Notre dernière enquête, intitulée «Synergies & Big Data : l immobilier d entreprise change de dimension», revient sur les tendances de l immobilier d entreprise à travers le monde. Près de 500 décideurs immobiliers, dont 80 en France, ont participé au troisième opus de cette étude biennale. Leurs contributions permettent de dresser un état des lieux de l immobilier d entreprise aujourd hui, et de partager des perspectives inédites sur son orientation future. Quels sont les grands enseignements de notre édition 2015? D abord, un constat : aux quatre coins du monde, les directions immobilières doivent répondre à des attentes toujours plus vastes et stratégiques. Cependant, alors que le périmètre de leurs missions s étend, un nombre élevé de professionnels ont le sentiment que les moyens dont ils sont dotés ne sont pas à la hauteur des missions qui leur sont confiées. L acquisition de nouvelles compétences clés devient par ailleurs indispensable à la réussite de la fonction. Parmi elles, la vision prospective, l analyse poussée des données (Big Data) et les qualités relationnelles deviennent incontournables. Dans leur ensemble, les réponses des directions immobilières françaises suivent les grandes orientations mondiales. Cependant, deux principaux points de divergence se font jour. Les directions immobilières françaises voient une dégradation des moyens qui leur sont alloués 55 % 65 % évaluent favorablement la capacité des équipes immobilières à trouver le bon équilibre entre services externalisés et conservés en interne En France, comme dans le monde, plus des deux tiers des répondants estiment que les responsabilités qui leur sont confiées sont plus étendues qu il y a deux ans. Les objectifs tactiques et stratégiques s accumulent et les dirigeants attendent toujours plus de la fonction immobilière. Les dirigeants souhaitent que la composition et la structure de coût du portefeuille immobilier soient repensées, sa flexibilité et la densité d occupation augmentées, son impact environnemental diminué. Les préoccupations financières restent au premier plan. Aux équipes immobilières est également confié le soin de challenger les besoins en espace exprimés par les équipes opérationnelles, en intégrant les objectifs de développement de ces dernières dans l élaboration des stratégies immobilières.

9 I 9 Face à ces enjeux, en France, 1 directeur immobilier sur 5 (contre 14% dans le monde) estime que les moyens dont il est doté ne sont pas à la hauteur des missions qui lui sont confiées. La proportion de répondants s estimant mal équipés pour répondre aux demandes a en fait doublé depuis 2013, tandis que le nombre de professionnels satisfaits des ressources allouées est en chute libre. Un message clair est ici adressé aux directions d entreprises. Les synergies avec les autres parties prenantes de l entreprise sont à la traîne en France Les équipes immobilières ne fonctionnent pas en huis clos. Bien au contraire, leurs relations avec les autres parties prenantes de l entreprise progressent. La France suit plus timidement la tendance. Les interactions avec les autres fonctions transverses ressources humaines et informatique notamment prennent essentiellement la forme de coopérations ponctuelles, établies au cours de projets précis. Si la volonté de collaborer, ne serait-ce que ponctuellement, est bien présente, cet écart doit cependant être perçu comme un point de vigilance, dans la mesure où le succès des projets immobiliers dépend pour une large part de la qualité des relations établies avec les autres fonctions transverses. Partout, le défi est celui de l entrée dans l ère du Big Data En France comme dans le reste du monde, le périmètre des missions confiées aux directions immobilières est de plus en plus étendu et les attentes plus sophistiquées et stratégiques que jamais, sans que pour autant les demandes tactiques ne reculent. Comparer leur organisation et mesurer leur performance par rapport aux meilleures pratiques mondiales peut aider les directions immobilières à franchir le cap. Cet exercice de benchmark leur fournira en effet une base solide pour établir des objectifs tangibles et une feuille de route claire. Acquérir des capacités d analyse et intégrer l usage du big data à leur mode de fonctionnement leur permettra de gagner une longueur d avance. À ce sujet, 34% des sondés en France, et 41% dans le monde, estiment que leur pratique de l analyse de données leur permet déjà d améliorer leur performance disent ne pas disposer des moyens pour répondre efficacement à ces attentes 21 % 26 % 14 % 43 % jugent que le degré d intégration avec les équipes opérationnelles est insuffisant pour le bon fonctionnement de la fonction immobilière Retrouvez l intégralité de notre étude en cliquant sur le lien ci-dessous : Méthodologie de l étude : Questionnaire administré en ligne et par téléphone d octobre à décembre 2014 auprès de professionnels de l immobilier détenant un rôle décisionnaire. L étude analyse les réponses des 491 participants dont les entreprises, basées dans 36 pays, comptent plus de collaborateurs. Parmi les 80 réponses provenant de France, les trois quarts émanent de décideurs d entreprises françaises et un quart d entreprises étrangères basées en France. Cet échantillon recouvre un grand nombre de secteurs d activités.

10 I 10 En direct du Grand Paris Du mouvement dans le Sud pour le Grand Paris Fin des concertations pour la ligne 18 La future ligne 18 reliera, d ici à 2030, l aéroport d Orly à la gare de Versailles- Chantiers. Au total, ce seront près de 35 km de rails, 9 stations et près de voyageurs journaliers qui emprunteront cette ligne. Des concertations auprès des habitants se sont tenues du 12 mai au 12 juin dernier. Durant cette phase d informations et d échanges, des expositions en mairies, des espaces de dialogue et d information sur internet mais également des réunions publiques sont mises en place afin de présenter et de partager l avancée du projet avec le public concerné. La prochaine étape pour la ligne 18 sera l enquête publique d ici début 2016 pour un lancement de travaux avant Ouverture de l enquête publique : un pas de plus pour la ligne 14 Sud Un pas de plus vers le concret pour la ligne 14 Sud. En effet, le prolongement Sud de la ligne, reliant la station Olympiades à l aéroport d Orly est actuellement en cours d enquête publique, phase primordiale avant le début des travaux. Cette phase est un préalable nécessaire à l obtention de toute déclaration d utilité publique. Elle vise à recueillir les avis du public et d une commission d enquête pour évaluer l intérêt d un projet. Notons par ailleurs que le 29 juin dernier, le conseil départemental a donné, à l unanimité, son accord favorable à l extension sud de la ligne 14. Ligne 15 Sud : c est parti pour les travaux Première pierre pour la ligne 15 Sud. Bien qu il ne s agisse pas encore des rails ou des tunnels, les travaux préparatoires de la ligne 15 ont démarré dans plusieurs communes des Hauts-de-Seine ou encore du Val-de-Marne. Ces préparatifs consistent à dévier les réseaux souterrains (eaux, gaz, etc ) actuellement situés sur ou à proximité de l emprise du futur métro du Grand Paris. À Issy-les-Moulineaux, les travaux ont débuté à proximité de la gare, depuis le 9 mars dernier. À Champigny-sur-Marne, c est à mi-avril que les premiers coups de pioche ont été donnés dans le secteur de la future gare de Champigny, avant de se déplacer vers la future zone de raccordement des lignes 15 Sud et Est. Rappelons que le tronçon Sud de la ligne 15 sera opérationnel d ici 2022 et ira de la station «Pont de Sèvres» à «Noisy-Champs».

11 I 11 Tour Triangle : le nouveau projet est validé par le Conseil de Paris Quelques jours après la validation du permis de construire de la Samaritaine, le Conseil de Paris du 30 juin 2015 s est prononcé favorablement sur la deuxième version du projet de la «Tour Triangle», prévue au cœur du Parc des Expositions de la Porte de Versailles dans le 15 ème arrondissement de Paris. D une hauteur de 180 m répartie sur 42 étages, présentant une façade de 150 m de long et de 35 m de large à la base, cette tour devrait être la troisième plus haute de Paris après la «Tour Eiffel» (324 m) et la «Tour Montparnasse» (210 m). Présentant initialement m² dont m² de bureaux, le reste devant être réparti entre un atrium au rez-de-chaussée, un centre de conférence de m², une crèche et une maison de santé, un belvédère et un restaurant au sommet de la tour, le projet avait été rejeté le 17 novembre Les motifs invoqués reposaient sur une place trop importante accordée aux surfaces de bureaux, une absence de liens entre la tour et son environnement, le Parc des Expositions, et l absence de chambres hôtelières alors qu il semble qu on soit en pénurie d offres à Paris et en proche couronne. Dans ce cadre, le projet d HERZOG & DE MEURON a été revu. Les surfaces de bureaux ont été réduites de 12% passant à m². Les m² restants seront, outre les équipements déjà prévus (crèche, centre de santé, etc...), destinés à accueillir un hôtel 4 étoiles d une capacité de 120 chambres entre les 12 ème et 17 ème étages sur une surface de m². Cet équipement s ajoutera à l ouverture de deux autres hôtels au sein du Parc des Expositions. L offre de restauration sera également renforcée avec l ajout d une offre supplémentaire de restauration au 12 ème et au 13 ème étage. Un espace de «coworking» de m² est également proposé pour accueillir les jeunes entreprises et les usagers du Parc des Expositions. Le centre de conférence initialement prévu est étendu pour permettre l ouverture d un espace culturel de 550 m². Cet espace, qui devrait être géré par la Mairie de Paris, accueillera des expositions et animations en lien avec l art, le design et l architecture. Enfin, m² de commerces supplémentaires sont également prévus. Le chantier de cette tour devrait durer entre 5 et 6 ans et créer emplois. Son coût est estimé aux alentours de 500 millions d euros, soit la moitié du budget prévu pour la rénovation du Parc des Expositions. Une fois livrée, cette tour devrait générer 10 millions d euros de redevances et taxes, et accueillir emplois. Source : Unibail-Rodamco

12 I 12 Immobilier d entreprise et fiscalité en région Ile-de-France Depuis 2010, la fiscalité appliquée à l immobilier d entreprise a explosé : +50% de taxes en 5 ans. Dans sa dernière étude publiée en juin 2015, l Observatoire Régional de l Immobilier d Entreprise (ORIE) a recensé 5 taxes appliquées à la construction des locaux économiques, 14 sur leur exploitation et 9 sur leur cession/acquisition. Cette inflation fiscale pèse lourdement sur les opérations. Les simulations montrent que la TA 1 et la RCBCE 2, pour une opération de construction de m² de bureaux en première couronne, représentent les deux tiers de la charge foncière, 10% du prix de revient et 7% de la valeur vénale du bien. En matière d exploitation des immeubles, les pouvoirs publics multiplient chaque année les taxes additionnelles. Quant aux opérations d acquisition/cession, elles sont désormais imposées au taux d IS de 33,33% contre 19% il y a 5 ans, alors qu en moyenne, en Europe, les taux s établissent entre 15 et 20%. Cette inflation fiscale se double d une évolution constante qui ne contribue aucunement à la lisibilité et à l efficacité des dispositifs fiscaux mis en place. Pire, il apparaît une véritable déconnexion entre les objectifs recherchés par ces taxes et leur réel impact sur le territoire. La fiscalité est devenue un des moyens de financement préféré des acteurs publics. Ces taxes s appuient en particulier sur la construction de locaux, or on ne construit plus autant qu il y a 10 ou 20 ans. En parallèle, les montants investis dans le cadre d échanges d actifs n ont jamais été aussi importants. On est passé d un marché de création de richesses à un marché de création de valeur qui suppose une évolution claire de la fiscalité en Ile-de-France. Face à ces constats, l ORIE propose de simplifier la fiscalité et de la faire évoluer pour coller davantage au cycle économique actuel, et propose les pistes d action suivantes : Piste n 1 : créer une part régionale aux droits de mutation pour les immeubles localisés en Ile-de-France, qui pourrait s appliquer aux locaux économiques et résidentiels. Cette piste s inscrit dans l idée de faire évoluer la fiscalité vers la création de valeur, puisque les droits de mutation ne s appliquent qu en cas de transactions. Ces nouvelles recettes permettraient de refondre la RCBCE, voire de supprimer les taxes additionnelles créées dernièrement et rapporteraient environ 150 millions d euros chaque année ; Copyright : Eisenhans Piste n 2 : réduire de 20% les montants de RCBCE en zone 1 (Paris et Hautsde-Seine), de 75% en zone 2 (unité urbaine de Paris) et supprimer l imposition en zone 3 ; Piste n 3 : supprimer ou réduire les taxes additionnelles dernièrement créées ; réduire l imposition des parkings souterrains taxés dans la TA ; reporter la date d exigibilité des taxes d urbanisme à la Date Réglementaire d Ouverture de Chantier (DROC) et non plus lors du dépôt de permis de construire. 1 Taxe d aménagement 2 Redevance pour création de bureaux, commerces et entrepôts

13 I 13 ICC, ILAT et ILC : une indexation négative au 1 er trimestre 2015 pour les baux soumis à l ICC Après avoir enregistré une hausse d indice depuis deux trimestres, l ICC débute l année avec une légère contraction. En effet, il se positionne à une valeur de au 1 er trimestre, soit un recul de 0,97% en glissement annuel (contre une augmentation de 0,62% au 4 ème trimestre). En parallèle, l ILAT a également été publié, et voit toujours son rythme de croissance annuelle évoluer modérément à la hausse avec une progression de 0,29% sur un an. Ainsi, l indice s établit à 107,69 au 1 er trimestre Pour terminer, concernant les baux de commerces, l ILC amorce une légère baisse pour atteindre 108,32 au 1 er trimestre Depuis plus de deux ans, l indice des loyers de commerce reste relativement stable : il fluctue toujours dans une zone comprise entre 108,32 et 108,53. Comparaison de l évolution de l ICC, l ILAT et l ILC Source : INSEE

14 I 14 Ludendo Conseil & AMO Alexis Paoli Prix Coup de cœur du Jury 2015 Agora Club des Directeurs Immobiliers

15 I 15 Virginie Houzé MRICS Directeur Études & Recherche Études & Recherche - Paris T : Manuela Moura Consultante Études & Recherche - Paris T :

16 I 16 Paris 40-42, rue La Boétie Paris T : F : La Défense Cœur Défense esplanade Charles de Gaulle Paris La Défense cedex T : F : Le Plessis-Robinson Centre d affaires la Boursidière RN 186 BP Le Plessis-Robinson T : F : Saint-Denis 3, rue Jesse Owens Saint-Denis T : F : Lyon 55, avenue Foch Lyon T : F : Marseille 21, rue de la République Marseille T : F : COPYRIGHT JONES LANG LASALLE IP, inc Tous droits de reproduction, de représentation, de traduction et d'adaptation par tous procédés réservés pour tous pays. Toute reproduction intégrale ou partielle, par quelque procédé que ce soit, faite sans l'autorisation de Jones Lang LaSalle ou de ses ayants droits est illicite (art. L du Code de la propriété intellectuelle) et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L et suivants du Code de la propriété intellectuelle. Jones Lang LaSalle ne saurait en tout état de cause être tenu responsable de tout dommage direct ou indirect ou de toute perte subie en raison d'une inexactitude ou d'une incorrection de ce document.

Des conditions de négociation toujours très avantageuses pour les entreprises

Des conditions de négociation toujours très avantageuses pour les entreprises Perspectives Entreprises Ile-de-France 3 e trimestre 2013 Des conditions de négociation toujours très avantageuses pour les entreprises Alors qu ils «résistaient» jusque-là, les loyers faciaux sont en

Plus en détail

Perspectives Entreprises Ile-de-France 4 ème trimestre 2013

Perspectives Entreprises Ile-de-France 4 ème trimestre 2013 Perspectives Entreprises Ile-de-France 4 ème trimestre 2013 Les faits marquants de l année 2013 Offre de bureaux disponibles : 1. Le choix de bureaux ne cesse de s accroître L offre a augmenté de 9% en

Plus en détail

La métropole du Grand Paris en retard sur ses concurrentes en matière de qualité de son parc de bureaux

La métropole du Grand Paris en retard sur ses concurrentes en matière de qualité de son parc de bureaux Les immeubles de Grade A dans la métropole du Grand Paris Janvier 2014 La métropole du Grand Paris en retard sur ses concurrentes en matière de qualité de son parc de bureaux Seulement 16% du parc de bureaux

Plus en détail

Le marché lyonnais est en légère hausse

Le marché lyonnais est en légère hausse Le marché de l investissement en région lyonnaise Juillet 2012 Le marché de l'investissement en région lyonnaise - Juillet 2012 Le marché lyonnais est en légère hausse Grâce à deux transactions tertiaires

Plus en détail

Panorama bureaux Ile-de-France

Panorama bureaux Ile-de-France Panorama bureaux Ile-de-France On Point I2 ème trimestre 2015 Copyright : Antonio GAUDENCIO I 1 I 2 Le fait marquant Paris La Défense lance son Projet Stratégique et Opérationnel (PSO) Paris La Défense,

Plus en détail

Trajectoires divergentes

Trajectoires divergentes Panorama logistique France 1 er semestre 2013 Trajectoires divergentes La demande placée d entrepôts logistique baisse de 13% en un an sur les pôles établis de la dorsale Une année 2013 qui s annonce difficile

Plus en détail

Panorama des financements. On Point Bilan 2015 et Perspectives 2016

Panorama des financements. On Point Bilan 2015 et Perspectives 2016 Panorama des financements On Point Bilan 2015 et Perspectives 2016 Les prêteurs reprennent goût au risque pour redresser les marges. En 2015, l afflux de liquidités et la relative pénurie de produits «Core»

Plus en détail

Avec près de 8,3 milliards d investis, le marché de l investissement dépasse les anticipations!

Avec près de 8,3 milliards d investis, le marché de l investissement dépasse les anticipations! L investissement immobilier en Ile-de-France 4 ème trimestre 2010 Avec près de 8,3 milliards d investis, le marché de l investissement dépasse les anticipations! L essentiel Les volumes d investissement

Plus en détail

Perspectives Entreprises Ile-de-France

Perspectives Entreprises Ile-de-France Perspectives Entreprises Ile-de-France On Point I3 ème trimestre 2014 I 1 I 2 En direct du marché Les «grands classiques» ont la cote Depuis le début de l année on remarque que les entreprises démontrent

Plus en détail

L OMI, l Observatoire du management immobilier, créé

L OMI, l Observatoire du management immobilier, créé 48 4 MANAGEMENT IMMOBILIER : COMMENT LES ENTREPRISES GÈRENT LEUR SIÈGE SOCIAl Par Ingrid Nappi-Choulet, professeur à l ESSEC, fondatrice et responsable de l Observatoire du management immobilier. 4.1 /

Plus en détail

Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances :

Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances : Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances : Le marché locatif de bureaux : - La baisse de l activité se

Plus en détail

L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006

L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006 L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006 LE MARCHE DES BUREAUX EN ILE DE FRANCE Évolution annuelle de la demande placée 2 200 000 m 2 placés en 2005, soit une progression

Plus en détail

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives CB Richard Ellis 16 septembre 2008 Contexte économique Environnement international o L économie mondiale tourne au ralenti (incertitudes financières, inflation,

Plus en détail

PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS

PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS ce Direction de l'urbanisme Sous-Direction de l Action Foncière 2015 DU 141 Déclassement de l assiette de la Tour Triangle et signature d une promesse de bail et d un bail à construction relatif à la réalisation

Plus en détail

Panorama logistique France. Pulse 1 er semestre 2014

Panorama logistique France. Pulse 1 er semestre 2014 Panorama logistique France Pulse 1 er semestre 2014 Des évolutions contrastées sur le marché de la logistique Sur la dorsale, 1 m² sur 2 commercialisé concerne des grandes transactions de première main

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

Perspectives Entreprises Ile-de-France

Perspectives Entreprises Ile-de-France Perspectives Entreprises Ile-de-France On Point I1 er Source : JLL trimestre 2015 I 1 I 2 En direct du marché Un marché toujours favorable aux entreprises Dans un contexte d amélioration des perspectives

Plus en détail

#Club Pierre. Marché des bureaux en Ile-de-France. 9 Juillet 2015 DTZ Research

#Club Pierre. Marché des bureaux en Ile-de-France. 9 Juillet 2015 DTZ Research #Club Pierre Marché des bureaux en Ile-de-France 9 Juillet 2015 DTZ Research Un 2 ème trimestre meilleur que le 1 er.. Demande placée de bureaux en Ile-de-France, en milliers de m² 3 000 2 500 2 000 1

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013

IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013 IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013 68 avenue des Guilleraies 92000 NANTERRE Téléphone : 01 55 17 00 00 Fax : 09 81 70 68 48 Mail : contact@street-office.fr DECEMBRE 2013

Plus en détail

Analyse du marché de l investissement des commerces en France. commerces. 3 ème trimestre 2012

Analyse du marché de l investissement des commerces en France. commerces. 3 ème trimestre 2012 Analyse du marché de l investissement des commerces en France commerces 3 ème trimestre 2012 L essentiel du marché 1 Ce qu il faut retenir Après un début d année relativement calme, le marché de l investissement

Plus en détail

Appréciation sommaire des dépenses

Appréciation sommaire des dépenses LIGNE 16 : NOISY CHAMPS < > SAINT-DENIS PLEYEL (LIGNE ROUGE) LIGNE 17 : LE BOURGET RER < > SAINT-DENIS PLEYEL (LIGNE ROUGE) LIGNE 14 : MAIRIE DE SAINT-OUEN < > SAINT-DENIS PLEYEL (LIGNE BLEUE) DOSSIER

Plus en détail

Marché immobilier en Ile-de-France

Marché immobilier en Ile-de-France Marché immobilier en Ile-de-France Contexte des marchés locatifs et de l investissement Virginie Houzé Directeur Etudes et Recherche France 18 juin 2015 Paris? Liquidité & Risque Liquidité & risque 10

Plus en détail

Le marché immobilier résidentiel ancien en Ile-de-France

Le marché immobilier résidentiel ancien en Ile-de-France Le marché immobilier résidentiel ancien en Ile-de-France Dossier de presse 28 mai 2015 Sommaire Communiqué de presse 3 Les chiffres en Ile-de-France 5 Paris 7 Petite Couronne 12 Grande Couronne 15 Synthèse

Plus en détail

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX PERSPECTIVES CONJONCTURE ÉCONOMIQUE LE MARCHÉ DES BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE 1 er Semestre 212 PERSPECTIVES Un contexte de marché favorable aux utilisateurs La crise financière

Plus en détail

Property Times Le marché des bureaux à Genève T3 2011 Des taux d occupation indicatifs incertains

Property Times Le marché des bureaux à Genève T3 2011 Des taux d occupation indicatifs incertains Property Times Le marché des bureaux à Genève 2011 Des taux d occupation indicatifs incertains Novembre 2011 Sommaire Executive summary 1 Contexte économique 2 Les bureaux 3 Demande placée 3 Loyer prime

Plus en détail

Un bon début d année. 6 mai 2014. Des succès locatifs grâce à un patrimoine de qualité. Solides performances opérationnelles

Un bon début d année. 6 mai 2014. Des succès locatifs grâce à un patrimoine de qualité. Solides performances opérationnelles Chiffre d affaires 3M 2014 Le Patio, Le Patio, Lyon Lyon - - Villeurbanne CB 21, La Défense Un bon début d année 6 mai 2014 Des succès locatifs grâce à un patrimoine de qualité 7 000 m² loués à La Défense

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement ONTARIO : 215-224 L investissement dans le secteur de la construction de l Ontario croîtra à moyen terme, parallèlement à de nombreux

Plus en détail

Conférence de presse 16 janvier 2013

Conférence de presse 16 janvier 2013 Conférence de presse 16 janvier 2013 Sommaire 1- Les attentes des Français en matière de logement par rapport à leur commune 2- Immoprêt : bilan 2013 et projets 2014 3- Marché : constats 2013 4 - Perspectives

Plus en détail

Panorama bureaux Ile-de-France

Panorama bureaux Ile-de-France Panorama bureaux Ile-de-France I 1 On Point I 3 ème trimestre 2014 I 2 Le fait marquant Demande placée, le QCA a le vent en poupe depuis le début de l année Alors que la demande placée totale acte une

Plus en détail

DTZ Research. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions. Clés du marché du 4 ème trimestre 2013.

DTZ Research. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions. Clés du marché du 4 ème trimestre 2013. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions 7 Janvier 2014 Données Ile-de-France T4 2013 : Demande placée : 1 844 500 m² Loyer moyen de première main : 443 Loyer moyen de seconde

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 214 Accelerating success. perspectives Entre prudence et opportunisme > Après un premier semestre actif, la demande placée de bureaux a

Plus en détail

Un climat des affaires conforté

Un climat des affaires conforté JUILLET 2015 Un climat des affaires conforté Même si une part toujours importante de TPE/PME enregistre un recul du chiffre d affaires, le bilan du 2 e trimestre marque une amélioration sensible, confirmée

Plus en détail

Restructuration continue

Restructuration continue DTZ Research PROPERTY TIMES Restructuration continue Genève Bureaux 215 15 Avril 215 Sommaire Demande placée & Loyer prime 2 Offre immédiate 4 Taux de vacance 5 Projets de développement 5 Définitions 6

Plus en détail

Perspectives Entreprises Ile-de-France

Perspectives Entreprises Ile-de-France Perspectives Entreprises Ile-de-France I 1 On Point I 4 ème trimestre 2014 I 2 En direct du marché Regain d appétit des grandes entreprises pour les bureaux 2014 a été marqué par une hausse de la demande

Plus en détail

L actualité en 12 graphiques

L actualité en 12 graphiques Point de conjoncture de la Région Ile-de-France L actualité en 12 graphiques Unité La croissance de la zone euro devrait accélérer progressivement en 2015 et s affermir en 2016 sous l effet de la baisse

Plus en détail

Communiqué de presse 24 avril 2014

Communiqué de presse 24 avril 2014 Communiqué de presse 24 avril 2014 Activité au 31 mars 2014 Hausse du taux d occupation moyen du Groupe à 96.9% contre 95.5% fin 2013 Loyers en hausse de +3.5% à périmètre homogène Gecina maintient sa

Plus en détail

Présentation du Prêt à Taux Zéro (PTZ) 2016

Présentation du Prêt à Taux Zéro (PTZ) 2016 Présentation du Prêt à Taux Zéro (PTZ) 2016 Historique Le prêt à taux zéro renforcé, PTZ+, était entré en vigueur le 1 er janvier 2011. Il visait à favoriser l accession à la propriété. Réservé aux primo-accédants,

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE Bilan. Conjoncture & environnement financier 2013/2014 AGGLOMÉRATION LYONNAISE 30 janvier 2013 FNAIM Entreprises : 15 cabinets à votre service 1 MARCHÉ DES LOCAUX D ACTIVITÉ Présenté par : Jean-Pascal

Plus en détail

esynthèse Études & Recherche Le marché de l Investissement en France Juillet 2007 Un premier semestre toujours très dynamique

esynthèse Études & Recherche Le marché de l Investissement en France Juillet 2007 Un premier semestre toujours très dynamique esynthèse Le marché de l Investissement en France Juillet 2007 Un premier semestre toujours très dynamique Le marché de l investissement en immobilier d entreprise en France a enregistré un volume semestriel

Plus en détail

Le contexte économique général

Le contexte économique général n 6 1er semestre Janvier Juin Le contexte économique général L année a démarré dans la continuité de dans un climat d austérité et d efforts, les différents indicateurs économiques restant essentiellement

Plus en détail

Un objectif prioritaire : désaturer la ligne

Un objectif prioritaire : désaturer la ligne Un objectif prioritaire : désaturer la ligne UNE LIGNE 13 AUJOURD HUI SURCHARGÉE La ligne 13 est aujourd hui une ligne surchargée qui accueille près de 610 000 voyageurs par jour. C est la 3 ème ligne

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009

CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009 Communiqué de presse Paris, 15 février 2010 CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009 Activité commerciale 2009 très soutenue dans toutes les classes d actifs Maintien du chiffre d affaires à hauteur

Plus en détail

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Paris, le 15 octobre 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Un marché immobilier résidentiel caractérisé par une baisse

Plus en détail

IMMOBILIER À MONTRÉAL

IMMOBILIER À MONTRÉAL IMMOBILIER À MONTRÉAL PERSPECTIVES ET TENDANCES DU MARCHÉ DE L IMMOBILIER Automne Une publication de Montréal en statistiques Direction de l urbanisme Service de la mise en valeur du territoire FAITS SAILLANTS

Plus en détail

Marchés en Rhône-Alpes Activité de la promotion immobilière Bilan de l année 2011

Marchés en Rhône-Alpes Activité de la promotion immobilière Bilan de l année 2011 Marchés en Rhône-Alpes Activité de la promotion immobilière Bilan de l année 2011 Le Prisme, Lyon Jeudi 9 février 2012 Siège (Lyon) Agence de Montpellier Agence de Nantes Agence de Nice Espace Eiffel -

Plus en détail

Baromètre Manpower des perspectives d emploi *

Baromètre Manpower des perspectives d emploi * Sous embargo jusqu au 12 mars 00h01 Communiqué de presse Nanterre, le 12 mars 2013 Baromètre Manpower des perspectives d emploi * LES EMPLOYEURS FRANÇAIS S ATTENDENT À DES PERSPECTIVES D EMPLOI STABLES

Plus en détail

LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE. Etat des lieux et perspectives

LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE. Etat des lieux et perspectives LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE Etat des lieux et perspectives Contexte de l étude Plus de 30 000 courtiers et agents généraux en France sont au cœur des transformations en cours dans le secteur de l

Plus en détail

Panorama bureaux Ile-de-France. On Point 1 er trimestre 2014

Panorama bureaux Ile-de-France. On Point 1 er trimestre 2014 Panorama bureaux Ile-de-France On Point 1 er trimestre 2014 «Cœur Défense», la cession est finalisée! Après bon nombre d informations divergentes depuis quelques mois, l acquisition de la structure de

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

A-QU EST-CE QUE L ORIE? Intervention ADI

A-QU EST-CE QUE L ORIE? Intervention ADI A-QU EST-CE QUE L ORIE? 1 A-QU EST-CE QUE L ORIE? Observatoire Régional de l Immobilier d Entreprise en Ile-de-France créé en 1986 dans un contexte de tertiarisation de l économie ; Pour accompagner les

Plus en détail

Evolutions contrastées entre le marché locatif et le marché de l investissement

Evolutions contrastées entre le marché locatif et le marché de l investissement Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 1 er semestre 2012 Evolutions contrastées entre le marché locatif et le marché de l investissement Un marché locatif en baisse de 18 qui atteint 960 000

Plus en détail

Tableau de Bord Agglomération Strasbourgeoise BILAN 2012. Accelerating success.

Tableau de Bord Agglomération Strasbourgeoise BILAN 2012. Accelerating success. Tableau de Bord Agglomération Strasbourgeoise BILAN 212 Accelerating success. 212 TABLEAU DE BORD STRASBOURG SOMMAIRE CHIFFRES-CLÉS Chiffres-clés et Tendances p. 2 Parc de Bureaux 3 millions de m² Demande

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 2015. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 2015. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 215 Accelerating success. perspectives Un marché immobilier qui attend la reprise de l économie >L e marché des bureaux francilien a progressé

Plus en détail

Panorama bureaux Lyon. On Point 1 er trimestre 2014

Panorama bureaux Lyon. On Point 1 er trimestre 2014 Panorama bureaux Lyon On Point 1 er trimestre 2014 L immobilier tertiaire a souffert du manque de grandes demandes L agglomération a bénéficié d une éclaircie économique confirmée par l INSEE. L environnement

Plus en détail

OFFRE A LA UNE. Disponibilité Immédiate NEWSLETTER AGENCE. Edito IMMOBILIER D ENTREPRISE

OFFRE A LA UNE. Disponibilité Immédiate NEWSLETTER AGENCE. Edito IMMOBILIER D ENTREPRISE SLETTER AGENCE Luxembourg - IMMOBILIER D ENTREPRISE OFFRE A LA UNE Edito Nous entamons à présent la dernière ligne droite de cette année 2010. Une année encore délicate aux vues du contexte économique

Plus en détail

Une stratégie payante

Une stratégie payante Chiffre d affaires 9M 2013 Silex, Lyon Le Patio, Lyon - Villeurbanne Une stratégie payante 7 novembre 2013 Une stratégie partenariale - Des revenus locatifs pérennes Loyers part du groupe solides : + 5,4%

Plus en détail

Amundi Immobilier. Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 2013. Tendances. Le contexte macroéconomique

Amundi Immobilier. Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 2013. Tendances. Le contexte macroéconomique Trimestriel 27 Janvier 214 nº2 Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 213 Tendances > Progressif redémarrage de l activité attendue au 4 e trimestre 213, mais l évolution du PIB devrait rester

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE. N 12 - Edition Lyon Rhône Mai 2015

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE. N 12 - Edition Lyon Rhône Mai 2015 Suivez l activité des entreprises de Rhône-Alpes NOTE DE CONJONCTURE N 12 - Edition Lyon Rhône Mai UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE L activité économique des entreprises artisanales du Rhône rencontrent

Plus en détail

Panorama bureaux Investissement Lyon

Panorama bureaux Investissement Lyon Panorama bureaux Investissement Lyon On Point I3 ème trimestre 2014 Source : Asylum Sogelym Dixence I 1 I 2 Le fait marquant Coup double sur la tour Incity La rumeur de cette acquisition courait depuis

Plus en détail

Bilan et perspectives 2015. Advance Décembre 2014 Région lyonnaise

Bilan et perspectives 2015. Advance Décembre 2014 Région lyonnaise Bilan et perspectives 2015 Advance Décembre 2014 Région lyonnaise 2 Bilan et perspectives 2015 - Lyon Editorial 2014, «bis repetita» en termes de croissance En matière de croissance économique, 2014 restera

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 A INTERVENANTS Nicolas Bouzou Directeur fondateur d Asterès Hervé Hatt Président de Meilleurtaux.com I NOTRE DÉMARCHE II LES PLACEMENTS ÉTUDIÉS III

Plus en détail

Le marché des bureaux dans l agglomération rennaise

Le marché des bureaux dans l agglomération rennaise Bureaux Le marché des bureaux dans l agglomération rennaise Cet observatoire dresse un bilan rapide de l année écoulée et permet de mettre en évidence les tendances de l année 2015. L offre neuve est désormais

Plus en détail

Le Fonds en Euros de Cardif Assurance Vie

Le Fonds en Euros de Cardif Assurance Vie BANQUE ET ASSURANCES Le Fonds en Euros de Cardif Assurance Vie données au 30/06/2011 La garantie d un groupe solide BNP Paribas Cardif BNP Paribas Cardif conçoit et commercialise une large gamme de produits

Plus en détail

Baromètre Ressources Humaines des collectivités locales 2012

Baromètre Ressources Humaines des collectivités locales 2012 Baromètre Ressources Humaines des collectivités locales 2012 Prudence dans la fonction publique territoriale Sur fond de stabilisation des effectifs, une collectivité sur deux remplacera l intégralité

Plus en détail

Les transactions de bureaux Le bilan du premier semestre 2010

Les transactions de bureaux Le bilan du premier semestre 2010 Les transactions de bureaux Le bilan du premier semestre 2010 Atelier Bureaux OIB Les chiffres du 1e semestre 2010-1 Objet de l'atelier et sources Depuis plus de 15 ans, l'oie et l'a-urba réalisent une

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

FINANCES LOCALES supplément septembre 2015

FINANCES LOCALES supplément septembre 2015 SPÉCIAL FINANCES LOCALES supplément septembre 2015 L État réduit son aide financière aux communes Quelles conséquences pour Meudon et les Meudonnais? La commune reste la collectivité de proximité par excellence

Plus en détail

Bilan de l activité touristique de l année 2013. Résultats de janvier à décembre

Bilan de l activité touristique de l année 2013. Résultats de janvier à décembre Bilan de l activité touristique de l année 2013 Résultats de janvier à décembre Analyse de la conjoncture économique Contexte international En 2013, l économie mondiale a enregistré une progression de

Plus en détail

OBSERVATOIRE IMMOBILIER D ENTREPRISE

OBSERVATOIRE IMMOBILIER D ENTREPRISE Bases de données Besoin de suivre en permanence l évolution de votre marché? OBSERVATOIRE IMMOBILIER D ENTREPRISE GROUPE DE RECHERCHE SUR L'ECONOMIE DE LA CONSTRUCTION ET DE L'AMENAGEMENT L information

Plus en détail

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS . - SITUATION DU LOGEMENT COMARAISON AVEC LA CROISSANCE DÉMOGRAHIQUE EVOLUTION DU ARC DE LOGEMENTS L analyse du parc de logements et de son évolution permet de connaître la manière dont celui-ci répond

Plus en détail

Schéma d ensemble du réseau de transport : Le Grand Paris démarre, voit large et agit proche!

Schéma d ensemble du réseau de transport : Le Grand Paris démarre, voit large et agit proche! Communiqué de synthèse Paris, jeudi 26 mai 2011 Schéma d ensemble du réseau de transport : Le Grand Paris démarre, voit large et agit proche! Maurice Leroy, ministre de la ville, chargé du Grand Paris,

Plus en détail

Projet Bordeaux-Euratlantique : diagnostic «point 0» Dossier de presse

Projet Bordeaux-Euratlantique : diagnostic «point 0» Dossier de presse Projet Bordeaux-Euratlantique : diagnostic «point 0» Dossier de presse INSEE Aquitaine 33 rue de Saget 33 076 Bordeaux Cedex www.insee.fr Contact : Michèle CHARPENTIER Tél. : 05 57 95 03 89 Mail : michele.charpentier@insee.fr

Plus en détail

ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ

ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ DIRECTION DE LA VILLE ET DE LA COHÉSION URBAINE Bureau du développement économique et de l emploi Février 2015

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

CHAPITRE 6 : ANALYSE DES EFFETS CUMULES DU PROJET AVEC D AUTRES PROJETS CONNUS

CHAPITRE 6 : ANALYSE DES EFFETS CUMULES DU PROJET AVEC D AUTRES PROJETS CONNUS CHAPITRE 6 : ANALYSE DES EFFETS CUMULES DU PROJET AVEC D AUTRES PROJETS CONNUS Page 365 Page 366 SOMMAIRE DU CHAPITRE 6 : 1. Introduction... 368 2. Projets connus dans l aire d étude... 368 2.1. Réaménagement

Plus en détail

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc Bilan économique Bilan économique 2009 BASSIN D EMPLOI VENDÉE OUEST Après une année 2009 éprouvante, l économie vendéenne semble enfin s engager sur le chemin de la reprise Après avoir débuté dans un climat

Plus en détail

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS . - SITUATION DU LOGEMENT COMARAISON AVEC LA CROISSANCE DÉMOGRAHIQUE EVOLUTION DU ARC DE LOGEMENTS L analyse du parc de logements et de son évolution permet de connaître la manière dont celui-ci répond

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE IMMOBILIER D ENTREPRISE

NOTE DE CONJONCTURE IMMOBILIER D ENTREPRISE NOTE DE CONJONCTURE IMMOBILIER D ENTREPRISE BILAN DU ER TRIMESTRE 4 BILAN ET PERSPECTIVES POINTS POSITIFS Des prévisions de croissance économique révisées à la hausse pour 4 / 5 Un marché de l emploi qui

Plus en détail

STIF Concertation prolongement ligne 1 75443 PARIS CEDEX 9. Madame, Monsieur,

STIF Concertation prolongement ligne 1 75443 PARIS CEDEX 9. Madame, Monsieur, STIF Concertation prolongement ligne 1 75443 PARIS CEDEX 9 2015-006/GD/GL/CL Créteil, le 8 janvier 2015 Département Projets de territoire et collectivités Affaire suivie par Catherine LAINE et Raphaël

Plus en détail

Panorama bureaux Lyon

Panorama bureaux Lyon Panorama bureaux Lyon I 1 On Point I 4 ème trimestre 2014 Source : Sogelym Dixence I 2 Le fait marquant de 2014 Coup double sur la tour Incity Le promoteur lyonnais Sogelym Dixence et JLL ont trouvé un

Plus en détail

Les clés du marché Ile-de-France Bureaux T2 2012 Fort recul des grandes transactions

Les clés du marché Ile-de-France Bureaux T2 2012 Fort recul des grandes transactions Fort recul des grandes transactions 5 juillet 2012 Contents Executive summary 1 Carte de synthèse 2 Demande placée et taux de rotation 3 Offre immédiate et taux de vacance 4 Loyers moyens 5 Définitions

Plus en détail

Avertissement. Signes conventionnels utilisés

Avertissement. Signes conventionnels utilisés Avertissement Sauf mention contraire, les données «France» concernent la France métropolitaine et les Départements d outre-mer hors Mayotte. Les sites internet www.insee.fr et http://epp.eurostat.ec.europa.eu

Plus en détail

STATION GPE MAISON BLANCHE PARIS XIII. VILLE DE PARIS Réunion publique d information 3 juin 2014 1

STATION GPE MAISON BLANCHE PARIS XIII. VILLE DE PARIS Réunion publique d information 3 juin 2014 1 STATION GPE MAISON BLANCHE PARIS XIII VILLE DE PARIS Réunion publique d information 3 juin 2014 1 Jérôme Coumet Maire du 13 e Arrondissement de Paris Conseiller de Paris 2 Jean-Paul Huchon Président du

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009 L Tableau de bord mensuel Octobre 2009 Avertissement : les indications mensuelles reprises dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitives qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

L année touristique 2014 démarre de façon positive pour Paris avec un taux d occupation des hôtels de 72,5 % en progression de 0,6 point en janvier.

L année touristique 2014 démarre de façon positive pour Paris avec un taux d occupation des hôtels de 72,5 % en progression de 0,6 point en janvier. L année touristique 2014 démarre de façon positive pour Paris avec un taux d occupation des hôtels de 72,5 % en progression de 0,6 point en janvier. Sommaire Synthèse 1 Arrivées hôtelières par pays 2 Nuitées

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Panorama du marché hôtelier parisien

Panorama du marché hôtelier parisien OFFICE DU TOURISME ET DES CONGRÈS DE PARIS, AOUT 215 1 Sommaire Introduction..... 3 1. Evolution du nombre d hôtels à Paris par catégorie depuis 199.. 4 Un besoin de chambres supplémentaires en 22...5

Plus en détail

Christine Janodet. Maire d Orly

Christine Janodet. Maire d Orly GARE AÉROPORT D ORLY VILLE D ORLY Réunion publique d information 24 juin 2014 1 Christine Janodet Maire d Orly 2 Le dialogue et l échange : une contribution importante au projet 7 réunions publiques/un

Plus en détail

Le marché suisse de l immobilier

Le marché suisse de l immobilier Outlook 2H15 Le marché suisse de l immobilier L immigration s essouffle. La baisse des investissements dans le domaine du bâtiment limite cependant le risque d offre excédentaire dans le secteur résidentiel.

Plus en détail

PARIS QUARTIER D AFFAIRES RÉSIDENCE DE TOURISME D AFFAIRES PARIS 17

PARIS QUARTIER D AFFAIRES RÉSIDENCE DE TOURISME D AFFAIRES PARIS 17 PARIS QUARTIER D AFFAIRES RÉSIDENCE DE TOURISME D AFFAIRES PARIS 17 PARIS CAPITALE MONDIALE DU TOURISME D AFFAIRES Si Paris demeure la métropole la plus visitée au monde, en accueillant chaque année près

Plus en détail

Le Grand Paris va-t-il faire monter les prix?

Le Grand Paris va-t-il faire monter les prix? va-t-il faire monter les prix? Quelles évolutions pour les villes concernées en deux ans? va-t-il faire monter les prix? Le Grand Paris, garantie d augmentation des prix aux abords de la capitale? Pour

Plus en détail

L immobilier d entreprise en Essonne

L immobilier d entreprise en Essonne L immobilier d entreprise en Essonne Conférence CCI Vendredi 29 Novembre 2013 Un accompagnement sur mesure La force d un réseau, la proximité pour atout 26 ans d expérience dans le métier de conseil en

Plus en détail

ATELIER N 1 Scénarii de développement résidentiel

ATELIER N 1 Scénarii de développement résidentiel ATELIER N 1 Scénarii de développement résidentiel SOMMAIRE Rappel du diagnostic Les scenarii de développement Scénario 1 Scénario 2 Scénario 3 Scénario 4 Les impacts en termes démographiques Les prérequis

Plus en détail

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 L activité des marchés immobiliers résidentiels a connu une nouvelle dégradation en 1996 ( 4,2 %). Le logement individuel et le logement

Plus en détail