% 14/13

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1984 2000 2005 2013 2014 % 14/13"

Transcription

1 2.3. BELGIQUE Davantage de vaches laitières Alors qu une augmentation très modeste du nombre de vaches laitières avait été constatée dans notre pays en 2013, la hausse atteint plus de 2 % en Le nombre de vaches laitières augmente non seulement en Flandre, mais aussi en Wallonie. En 2013, un recul considérable avait été observé en Wallonie. En 30 ans, le nombre de vaches laitières s est réduit de moitié. Nombre de vaches et de détenteurs laitiers selon les régions % 14/13 a) BELGIQUE Vaches laitières ,2 Vaches allaitantes ,3 TOTAL ,0 Producteurs laitiers Expl. avec vaches allaitantes b) FLANDRE Vaches laitières ,4 Vaches allaitantes ,1 TOTAL ,5 Producteurs laitiers Expl. avec vaches allaitantes c) WALLONIE Vaches laitières ,9 Vaches allaitantes ,6 TOTAL ,5 Producteurs laitiers Expl. avec vaches allaitantes d) REGION BRUXELLOISE Vaches laitières ,7 Vaches allaitantes ,9 TOTAL ,5 Producteurs laitiers Expl. avec vaches allaitantes Source: SPF Economie/DGSIE, sur base des données Sanitel à partir de : non disponible 38 CBL - RAPPORT ANNUEL 2015 ANNEE D'ACTIVITES 2014

2 Ralentissement du recul du nombre de producteurs laitiers Tout comme dans d autres sous-secteurs de l agriculture, le nombre de fournisseurs laitiers recule chaque année. Flandre Wallonie Belgique Décembre Décembre Différence (%) -2,5-2,7-2,6 Avril Avril Différence (%) -2,9-4,2-3,4 Selon les statistiques mensuelles des Organismes Interprofessionnels relatives à la qualité du lait, fournisseurs de lait étaient encore en activité fin 2014, dont 59,6 % en Flandre et 40,4 % en Wallonie. En 2014, le recul du nombre de fournisseurs laitiers au niveau de la Belgique (-2,6 %) a été moindre qu en 2013 (-3,0 %) et 2012 (-4,5 %). Un tel taux de diminution du nombre de fournisseurs n avait plus été enregistré depuis 2000 (-2,9 %). Le recul a quelque peu augmenté durant le premier trimestre 2015, à l approche de la suppression des quotas. On observe en 2014 peu de différence entre la Wallonie et la Flandre. België / Belgique Aantal Melkleveraars Nombre de Fournisseurs de Lait 45 x CBL - RAPPORT ANNUEL 2015 ANNEE D'ACTIVITES

3 Forte hausse des livraisons de lait En 2014, les livraisons de lait ont fait un bond de pas moins de 5 %! Une telle hausse ne s était jamais produite au cours de ces 30 dernières années, à savoir depuis l instauration des quotas laitiers. Cette forte hausse s explique par la rentabilité favorable de la production laitière ainsi que par l approche de la suppression des quotas. Depuis 2006, les livraisons de lait dans notre pays ont augmenté de 18,5 %. Les livraisons de lait ont évolué comme suit: (1.000 l) % (1.000 l) % , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,0 Source: Ministères des Régions wallonne et flamande Pour l ultime année de contingentement qui vient de se terminer, la campagne 2014/2015, il est clair que le quota a été dépassé et qu un superprélèvement devra être payé pour la première fois en 10 ans. Sur base des chiffres provisoires, le dépassement est estimé à 2,4 %, soit 84 millions de litres. Ceci correspond à un superprèlèvement de 23,5 millions d euros. 40 CBL - RAPPORT ANNUEL 2015 ANNEE D'ACTIVITES 2014

4 Les livraisons moyennes dépassent les litres Evolution des livraisons de lait par fournisseur En 2014, le volume de l exploitation laitière moyenne a augmenté de près de 8 % à litres. Cette progression s explique par la forte hausse des livraisons de lait. Ces 5 dernières années, la taille de l exploitation laitière moyenne a augmenté de 35 %. Depuis 2000, les livraisons moyennes dans notre pays ont augmenté de 135 %. Cette évolution est le résultat d une hausse des livraisons de lait de 18 % et d un recul du nombre de fournisseurs laitiers de 50%. Fournisseurs Livraisons moyennes Nombre Ecart par rapport à Litres/an Ecart par rapport à (1) l'année précédente l'année précédente (%) (%) (2) , , (3) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,8 (1) : chiffres mensuels moyens; à partir de 2001: situation au 31 décembre (2) 1984: Modification moyenne annuelle durant la période (3) 1990: Modification moyenne annuelle durant la période Source: OI, Résultats qualité CBL - RAPPORT ANNUEL 2015 ANNEE D'ACTIVITES

5 België / Belgique Melklevering per Leveraar Livraisons de Lait par Fournisseur x l La teneur en matière grasse moyenne des livraisons de lait de 2014 a diminué de 0,62 gramme par litre par rapport à 2013 et s élève à 41,46 grammes. Ce recul est assez singulier et s écarte de l évolution normale de ces dernières années. La teneur protéique du lait a diminué de 0,03 à 34,93 g/litre. 42 CBL - RAPPORT ANNUEL 2015 ANNEE D'ACTIVITES 2014

6 Teneur en matière grasse et en protéine Teneur en m.g. (g/l) Différence Teneur protéique (g/l) Différence ,88 0,10 32,63 0, ,47 0,67 34,26 0, ,46-0,01 34,15-0, ,37-0,09 34,15 0, ,92 0,55 34,35 0, ,97 0,05 34,41 0, ,25 0,28 34,25-0, ,75-0,50 34,14-0, ,95 0,20 34,20 0, ,14 0,19 34,28 0, ,15 0,01 34,41 0, ,19 0,04 34,33-0, ,59 0,40 34,40 0, ,12-0,47 34,34-0, ,21 0,09 34,49 0, ,97-0,24 34,87 0, ,97 0,00 34,70-0, ,15 0,18 34,49-0, ,23 0,08 34,90 0, ,93-0,30 34,83-0, ,29 0,36 34,96 0, ,08-0,21 34,96 0, ,46-0,62 34,93-0,03 Source: INS et Ministères des Régions wallonne et flamande Les différences structurelles entre les régions et les provinces augmentent Sur base de la répartition du quota laitier belge alloué pour les livraisons laiterie, il est possible de visualiser les grandes différences structurelles qui existent entre les exploitations au sein du secteur belge de la production laitière. Il s avère que 9,7 % de l ensemble des détenteurs de quota possèdent encore un quota inférieur à litres. Ce groupe, qui ne détient que 1,3 % du quota national disponible, est de moins en moins représenté. En revanche, un nombre croissant d exploitations laitières (25,7 %) possèdent un quota supérieur à litres. Ces exploitations disposent de 50,8 % du quota de livraison belge. Pour rappel, ces exploitations représentaient en ,1 % des exploitations et 45,9 % du quota national. La catégorie des exploitations de plus de de litres représente 3,4 % des producteurs belges. Ceux-ci détiennent 11,5 % du quota national. En 1 an, le nombre d exploitations possédant plus de 1 million de litres est passé de 264 à 312. Le cap des litres est désormais la valeur charnière au-dessous de laquelle l évolution du nombre d exploitations diminue, tandis que le nombre d exploitations augmente au-delà de cette valeur. Cette valeur charnière s élevait encore à litres en 2004/2005. CBL - RAPPORT ANNUEL 2015 ANNEE D'ACTIVITES

7 Répartition des quotas livraisons laiterie Catégorie de quota Producteurs Quantité de lait (litres) nombre % mio litres % < ,0 7,7 0, ,7 39,5 1, ,1 263,5 7, ,8 400,4 11, ,9 504,5 14, ,8 483,3 14, ,7 434,4 12, ,0 351,2 10, ,4 231,5 6, ,5 195,5 5, ,7 144,9 4,2 > ,4 398,7 11,5 > , ,2 50,8 TOTAL , ,1 100,0 Source: Ministères des Régions wallonne et flamande Les chiffres des quotas moyens pour livraison à la laiterie par province nous permettent d apprécier les différences structurelles entre celles-ci. Les exploitations laitières les mieux structurées avec le quota moyen le plus élevé se situent dans les provinces d Anvers, de Limbourg et de Liège. Les structures d exploitation les plus faibles se rencontrent dans les provinces du Hainaut, de Flandre occidentale et de Namur. Le quota moyen pour les livraisons par exploitation continue à augmenter dans les 2 régions: +4,7 % en Flandre et +0,7 % en Wallonie par rapport à la campagne laitière 2012/2013. La plus forte hausse du quota moyen individuel est enregistrée en province de Flandre orientale (+5,9 %) et la plus faible en province de Liège (+0,1 %). Ces dernières années, le chiffre-clé relatif au quota permet de moins en moins de rendre compte de la taille des exploitations laitières. Les livraisons de lait s écartent de plus en plus du quota. A l avenir, il pourrait être indiqué d utiliser les livraisons de lait comme indicateur de la taille. 44 CBL - RAPPORT ANNUEL 2015 ANNEE D'ACTIVITES 2014

8 Quota moyen livraisons laiterie (1) (1.000 l) 2009/ / /14 13/14 (2) Anvers 441,5 526,6 547,0 145 Limbourg 403,5 483,5 499,4 132 Flandre orientale 288,8 337,5 357,4 94 Flandre occidentale 268,4 310,3 325,1 86 Brabant flamand 268,0 331,1 343,0 91 Flandre 320,1 376,5 394,1 104 Liège 385,2 457,4 457,7 121 Luxembourg 299,1 349,4 355,4 94 Namur 278,7 324,0 331,1 88 Brabant wallon 260,0 325,6 328,2 87 Hainaut 224,5 280, Wallonie 293,4 354,6 357,1 94 BELGIQUE 308,9 367,4 378,4 100 (1) Vente directe exclue (2) Index BELGIQUE = 100 Source: Ministères des Régions wallonne et flamande L industrie laitière transforme près de 4 milliards de litres de lait Ces dernières années, le volume de lait transformé par l industrie laitière en Belgique a fortement augmenté. Le cap des 4 milliards de litres de lait a presque été atteint en D une part, les livraisons de lait ont augmenté de 165 millions de litres et d autre part 60 millions de litres nets supplémentaires ont été importés pour être transformés. Il en résulte une transformation de lait supplémentaire de 225 millions de litres. Depuis 2006, la collecte de lait a augmenté de 18%, soit de 540 millions de litres. Au cours de la même période, le volume net de lait importé a progressé de 370 millions de litres de lait. Le volume de lait transformé dans notre pays a donc augmenté de 910 millions de litres ou de 30%, à savoir de à millions de litres. La forte hausse du volume de lait transformé est une bonne chose. Cela permet à l industrie laitière de mettre à disposition un appareil de transformation performant d une grandeur d échelle suffisante. Ceci profite à l emploi, aux exportations et à la balance commerciale. Transformation de lait par l'industrie laitière Livraisons mio litres Import vrac Export vrac Solde imp/exp Transformation Source : Ministères de la Communauté flamande et wallonne et ZMB CBL - RAPPORT ANNUEL 2015 ANNEE D'ACTIVITES

9 Prix du lait 2014 : le plus élevé depuis 2000 à une exception près Selon l enquête annuelle sur les prix du lait effectuée auprès des entreprises affiliées à la Fédération Générale des Laiteries Coopératives (FGLC), le prix réellement payé en 2014 (pour des teneurs réelles en matière grasse et en matière protéique, primes laiteries et paiements complémentaires inclus, hors TVA), pour du lait à 41,33 g de matière grasse par litre et à 34,90 g de matière protéique au litre, s est élevé à 37,35 euros les 100 litres. En 2013, ce prix était de 39,44 euros les 100 litres pour du lait à 41,94 g/l de matière grasse et 34,94 g/l de matière protéique. Entre 2013 et 2014, le prix a reculé de 2,09 euros les 100 litres, soit de 5 %. Le prix du lait payé en 2014 est à une exception près le prix du lait le plus élevé payé depuis Prix du lait réel FGLC Année Prix ( /100 l) MG (g/l) MP (g/l) ,28 42,31 34, ,70 42,48 34, ,91 42,54 34, ,83 42,71 34, ,24 42,87 34, ,58 42,38 34, ,20 42,45 34, ,17 42,09 34, ,48 42,19 34, ,74 42,29 34, ,41 42,11 34, ,55 41,82 34, ,27 42,15 34, ,44 41,94 34, ,35 41,33 34,90 Teneurs réelles en MG et MP, primes laiterie inclues, paiements complémentaires compris, hors TVA Source: FGLC 46 CBL - RAPPORT ANNUEL 2015 ANNEE D'ACTIVITES 2014

10 Prix du lait pour des teneurs réelles en MG et MP, primes mensuelles comprises ( /100 l) /100 l 50,00 46,00 42,00 38,00 34,00 30,00 26,00 22,00 18,00 14, Prix mensuel réel : paiements complémentaires sur base annuelle exclus Source : CBL Evolution du prix réel du lait FGLC ( /100 l) 40,00 37,00 34,00 31,00 /100 l 28,00 25,00 22,00 19,00 16, Productions laitières Les données chiffrées relatives à la production laitière sont rassemblées par l INS, sur base d une enquête mensuelle auprès des entreprises. En 2013, cette enquête a connu une importante révision aussi bien au niveau de la forme (enquête électronique) que de la méthode (chiffres au CBL - RAPPORT ANNUEL 2015 ANNEE D'ACTIVITES

11 niveau des entreprises et non plus des sites de productions). Le contenu de l enquête a également été revu. Cette réforme a pour conséquence que les chiffres relatifs aux années 2013 et 2014 ne sont pas complètement comparables aux chiffres des années précédentes. Globalement, nous constatons que la hausse du volume de lait transformé a entraîné une forte progression de la production de poudre de lait et de beurre, de crème de consommation et de fromage. Lait de consommation: la progression de 2013 est annulée Après avoir augmenté de 5,7% en 2013, la production totale de lait de consommation a reculé de 4,7 % en La perte concerne à la fois le lait blanc et les boissons actées. Seule la production de lait enrichi en vitamines continue de progresser. Ce volume, qui s élevait à 30 millions de litres en 2010, s élève en 2014 à près du double, à savoir 43,6 millions de litres. Les parts du lait entier, du lait demi-écrémé et du lait écrémé se modifient à peine. La part du lait chocolaté perd un peu de terrain au profit du lait enrichi en vitamines. Part dans la production de lait de consommation (%) Produits laitiers frais: légère hausse La production totale de produits laitiers frais a progressé de 1,3 % en La production de yaourt et de lait fermenté recule considérablement tandis que la production de desserts et surtout de crème de consommation augmente. Augmentation de la production de beurre La production totale de beurre augmente considérablement. Une forte progression est enregistrée tant pour le beurre de laiterie que pour le beurre retravaillé. Poudre de lait: production record La production totale de poudre de lait a encore augmenté en 2014, enregistrant une hausse de plus de 20% et atteignant ainsi un record de près de tonnes. Cette progression s explique en grande partie par la hausse de la transformation de lait étranger. Il s agit de plus en plus d ingrédients de haute valeur destinés à l industrie alimentaire et à l alimentation infantile. Progression de la production de fromage La production totale de fromage, fromage fondu exclu (chiffres non disponibles), enregistre une hausse considérable de 6 %. On remarquera la progression des fromages de type italien, essentiellement la mozzarella dont la production augmente de près de 9 % à plus de tonnes. En 2005, cette production s élevait à tonnes seulement. La production de fromage à pâte demi-dure et de fromages à pâte dure autres que le Gouda progresse aussi de façon continue (1) 1995 (1) Lait entier 73,7 34,6 20,9 21,2 22,3 22,8 22,8 Lait demi-écrémé 11,7 49,9 53,0 55,8 51,7 50,6 50,7 Lait écrémé 10,8 12,3 7,0 6,3 6,0 5,6 5,5 Lait battu 3,8 3,2 4,2 2,6 2,4 2,1 2,1 Lait chocolaté 12,5 9,9 13,5 14,8 14,1 Lait avec vitamines 2,4 4,2 4,0 4,3 4,8 TOTAL (1) Part dans la production de lait blanc Source: INS 48 CBL - RAPPORT ANNUEL 2015 ANNEE D'ACTIVITES 2014

12 Glace au lait et crème glacée: production en hausse La production de glace au lait et de crème glacée est repartie à la hausse en Production laitière en Belgique (en litres ou tonnes) /13 % LAIT DE CONSOMMATION (1000 l) LAIT BLANC ,5 - lait entier ,5 AA ,4 ordinaire ,9 - lait demi-écrémé (AA inclus) ,5 - lait écrémé ,7 - lait battu ,7 BOISSONS LACTEES ,3 - lait chocolaté ,2 - lait avec vitamines ,0 TOTAL ,7 PRODUITS LAITIERS FRAIS (1000 l) - yaourt ,0 nature ,0 autres (+ fruits, ) ,7 - lait fermenté ,1 nature ,2 autres (+ fruits, ) ,8 - crème de consommation ,0 - desserts (panade, lait gélifié,...) ,5 TOTAL ,3 BEURRE (tonnes) - beurre de laiterie ,7 - retravaillé ,8 - > 90 % matière grasse TOTAL ,7 POUDRE DE LAIT (tonnes) - non écrémé ,4 - écrémé ,3 TOTAL ,5 FROMAGE (tonnes) - fromage frais ,6 - fromage nature ,0 Gouda ,8 Cheddar ,7 autres pâtes dures et demi-dures ,6 Herve Italiens (Mozarella, ) ,8 - fromage fondu TOTAL ,2 TOTAL (sauf fromage fondu) ,2 EVAP + CONCENTRE ,5 CREME GL. & GLACE AU LAIT ,4 : non disponible Source: INS CBL - RAPPORT ANNUEL 2015 ANNEE D'ACTIVITES

13 La consommation ménagère globale de produits laitiers augmente La consommation ménagère des produits laitiers en Belgique (l ou kg par habitant) /13 % Total lait (1) 76,30 64,20 51,85 51,40 50,49 50,59 0,2 Lait battu 4,00 1,40 0,70 0,56 0,52 0,53 1,9 Lait chocolaté 1,80 3,20 3,50 3,66 3,41 3,98 16,7 Yaourt 4,80 10,40 10,70 10,09 9,85 10,06 2,1 Crème 0,70 1,90 2,50 2,58 2,55 2,58 1,2 Beurre 6,50 3,20 2,40 2,43 2,36 2,33-1,3 Fromage (2) 10,20 14,90 15,90 15,53 15,35 15,33-0,1 Fromage frais 4,00 3,70 3,41 3,44 3,34-2,9 Fromage fondu 1,00 1,20 1,20 1,13 1,09 1,06-2,8 Autres fromages 9,70 11,00 10,99 10,82 10,83 0,1 (1) Lait fermier et laits fermentés compris, drinks soja exclus (2) Fromage frais et fromage fondu compris Source: Panel des consommateurs de l'iea & Gfk (à partir de 1992) Les chiffres relatifs aux achats ménagers de produits laitiers traduisent les tendances suivantes : La consommation totale de lait se stabilise en 2014 La hausse de la consommation de lait chocolaté saute aux yeux L évolution à la baisse de la consommation de yaourt prend fin et est infléchie en une légère hausse, de sorte que la consommation annuelle repasse au-delà de la barre des 10 kg par habitant La consommation de crème annule la perte observée en 2013 La consommation de beurre est quasi stable La consommation totale de fromage recule légèrement. La consommation de fromage fondu diminue pour la 3e année consécutive Qualité du lait: à nouveau d excellents résultats en 2014 Les résultats enregistrés pour la qualité en 2014 se situent au même niveau élevé qu en Depuis 2000, toutes les livraisons de lait sont systématiquement analysées pour détecter la présence de substances inhibitrices. En 2014, les Organismes interprofessionnels ont analysé échantillons. Le pourcentage d analyses avec présence de substances inhibitrices s élève à 0,03 % en 2014, soit une nouvelle amélioration par rapport à l année précédente. Parallèlement, le pourcentage de producteurs pénalisés pour les substances inhibitrices a encore reculé, de 0,45 % en 2013 à 0,36 % en CBL - RAPPORT ANNUEL 2015 ANNEE D'ACTIVITES 2014

14 Aperçu annuel du nombre de fournisseurs laitiers sans points de pénalisation (en %) Paramètre de qualité Nombre de germes (1) 88,2 97,0 97,9 98,2 98,1 Titre en celulles (2) 82,2 97,0 96,2 97,0 97,0 Substances inhibitrices (3) 99,5 98,9 99,5 99,6 99,6 Point de congélation 98,9 99,2 99,7 99,7 99,7 Filtration 99,7 99,7 99,9 99,9 99,9 (1) Moins de germes (2) Moins de cellules (3) Depuis le 1er novembre 2000, tous les échantillons de lait fermier sont systématiquement analysés sur la présence de substances inhibitrices. Depuis lors, le système de points de pénalisation a été remplacé par une pénalisation (29,75 /100 l) sur les livraisons contaminées par des substances inhibitrices Source: MC C-Vlaanderen, Comité du Lait Qualité Filière Lait (QFL) En 2014, le taux de producteurs belges certifiés QFL a continué à progresser, notamment grâce à une nouvelle augmentation du pourcentage de producteurs laitiers wallons certifiés QFL. En 2014, 93,0 % des producteurs laitiers wallons et 99,0 % des producteurs laitiers flamands étaient en possession d un certificat QFL (2013: respectivement 89,7 % et 99 %). Sur la période , le pourcentage d exploitations certifiées QFL en Wallonie a progressé de 65 à 93 %. Ceci est surtout lié à la politique qualité des laiteries qui encouragent leurs fournisseurs à adhérer à la QFL. En ce qui concerne le guide d autocontrôle collecte et transport qui a été approuvé en 2005 par l AFSCA, on constate qu en Flandre 98 % du lait a été collecté et transporté par une entreprise certifiée en En Wallonie, le nombre d entreprises certifiées pour la collecte et le transport est resté limité à Cotations 2014 : baisse continue en 2014 Les cotations n ont cessé de baisser en Début août, elles ont fortement reculé suite à l embargo russe. Cotations ( /100 kg) % '14 Beurre 289,20 362,64 359,48 348,61 413,41 284,11-31,3 Cheddar 393,00 335,00 340,50 333,25 410,00 297,00-27,6 Poudre de lait entier 313,18 289,82 293,11 299,50 381,50 235,71-38,2 Poudre de lait écrémé 279,11 226,60 237,69 276,18 330,71 188,80-42,9 CBL - RAPPORT ANNUEL 2015 ANNEE D'ACTIVITES

15 COTATIONS OFFICIELLES BELGES ( /100 kg) 500 Boter / Beurre 400 MMP / Poudre l. écrémé VMP / Poudre L. entier 500 Cheddar CBL - RAPPORT ANNUEL 2015 ANNEE D'ACTIVITES 2014

16 Chiffre d'affaires et investissements - CHIFFRE D'AFFAIRES (mio euro) (1) Le chiffre d affaires de l industrie laitière belge a augmenté de 9,3 % en 2014 pour atteindre une valeur de 5,4 milliards d euros, ce qui représente un nouveau record. La croissance du chiffre d affaires résulte à la fois d une hausse des prix et d une augmentation des volumes produits. La part du chiffre d affaires de l industrie laitière dans le chiffre d affaires de l industrie alimentaire augmente de 10,2 à 11,2 % (*) % 14/13 a. Industrie laitière ,3 b. Industrie alimentaire ,4 c. Part du secteur laitier (%) 16,0 12,3 10,1 9,2 10,2 11,2 - EMPLOI (2) a. Industrie laitière (2) (3) ,5 b. Industrie alimentaire ,2 c. Part du secteur laitier (%) 8,4 6,1 6,6 6,5 6,5 6,4 - INVESTISSEMENTS (1.000 euro) (1) a. Industrie laitière ,7 b. Industrie alimentaire ,8 c. Part du secteur laitier (%) 6,3 8,1 12,8 10,0 10,8 11,6 (1) Suite à une modification de la nomenclature NACE, les statistiques de l'industrie laitière comprennent à partir de 2000 également les données de l'industrie de la glace de consommation (2) Industrie laitière = fabrication de produits laitiers, industrie de la glace de consommation exclue (3) Jusqu'en 2000 situation au 30 juin; après, situation au 31 décembre (*) Estimation basée sur les chiffres des 2 premiers trimestres : non disponible Source: INS, sur base des déclarations mensuelles et trimestrielles à la TVA Les investissements réalisés dans l industrie laitière en 2014 augmentent de plus de 20 % et atteignent un montant record de 151 millions d euros. Ces 4 dernières années, l industrie laitière a investi 551 millions d euros, soit en moyenne 138 millions d euros par an. Sur la période , le rythme moyen annuel des investissements s élevait à 89 millions d euros. La part de l industrie laitière dans les investissements de l industrie alimentaire passe à 11,6 %. L emploi dans l industrie laitière a diminué de 1,5 % en La balance commerciale des produits laitiers est excédentaire Exprimées en volume, les importations ont augmenté de 9,1 % en 2014, atteignant ainsi près de 2,1 millions de tonnes. Les exportations en volume progressent de 3,2 %. La hausse des importations est due en grande partie aux importations de la matière première lait en vue d une transformation ultérieure. En effet, les importations progressent pour le lait et la crème. Il ressort d une analyse plus détaillée des produits que les importations de lait en vrac augmentent de 759 millions de litres à 932 millions de litres. En ce qui concerne les exportations en volume, on remarquera la forte hausse de la poudre de lait (+16 %). Les exportations de beurre, de fromage et de lactosérum augmentent aussi considérablement. Les exportations de produits laitiers fermentés continuent de reculer. On remarque que les exportations de lait de consommation reculent de plus d un quart. Globalement, les exportations en volume augmentent de 3,2% pour atteindre 2 millions de tonnes. CBL - RAPPORT ANNUEL 2015 ANNEE D'ACTIVITES

17 En valeur, les importations augmentent de 3,7 % tandis que les exportations progressent de pas moins de 8,5 %. La poudre de lait enregistre une hausse de près de 20 %. Importations (1.000 tonnes) % 14/13 Lait et crème 885,6 872,4 950,3 967, ,4 21,6 Poudre de lait 114,5 194,9 218,6 212,6 185,2-12,9 Produits fermentés (1) 167,3 152,6 160,2 161,4 147,0-8,9 Lactosérum (2) 112,9 141,5 164,2 169,6 166,2-2,0 Beurre 106,1 126,9 114,7 129,8 133,7 3,0 Fromage 242,2 263,5 272,5 273,2 279,6 2,3 TOTAL 1.628, , , , ,1 9,1 (1) Y compris babeurre (2) Y compris ingrédients laitiers Source: Eurostat Importations en valeur (millions euro) % 14/13 Lait et crème 497,8 552,1 486,6 600,1 671,4 11,9 Poudre de lait 214,4 436,2 449,4 466,5 449,6-3,6 Produits fermentés (1) 143,9 152,0 158,5 167,4 168,1 0,4 Lactosérum (2) 60,5 110,0 138,0 132,2 126,7-4,2 Beurre 303,7 486,2 375,5 501,1 491,5-1,9 Fromage 838, , , , ,5 6,4 TOTAL 2.058, , , , ,8 3,7 (1) Y compris babeurre (2) Y compris ingrédients laitiers Source: BNB, concept communautaire Exportations (1.000 tonnes) % 14/13 Lait et crème 684,1 951,4 996, , ,7 0,9 Poudre de lait 225,0 322,9 333,0 314,5 365,2 16,1 Produits fermentés (1) 332,0 288,9 257,2 222,6 201,3-9,6 Lactosérum (2) 86,5 93,7 85,3 99,2 103,6 4,4 Beurre 139,0 114,5 114,5 121,1 131,6 8,7 Fromage 131,9 168,6 170,8 172,4 180,8 4,9 TOTAL 1.598, , , , ,2 3,2 (1) Y compris babeurre (2) Y compris ingrédients laitiers Source: Eurostat 54 CBL - RAPPORT ANNUEL 2015 ANNEE D'ACTIVITES 2014

18 Exportations en valeur (millions euro) % 14/13 Lait et crème 311,8 533,6 532,8 621,7 629,1 1,2 Poudre de lait 402,8 756,7 711,0 781,5 933,8 19,5 Produits fermentés (1) 268,3 267,2 244,1 222,8 229,4 3,0 Lactosérum (2) 38,0 71,2 89,9 76,3 65,6-14,0 Beurre 381,3 492,0 401,1 486,9 516,9 6,2 Fromage 470,5 660,7 667,4 703,6 764,8 8,7 TOTAL 1.872, , , , ,6 8,5 (1) Y compris babeurre (2) Y compris ingrédients laitiers Source: BNB, concept communautaire Solde à l'exportation (millions euro) Exportations Importations Solde ,92 150,50-73, ,11 660,76-49, , ,49-20, , ,49-138, , ,07-148, , ,45-139, , ,28-123, , ,10-227, , ,94-332, , ,63-215, , ,40-185, , ,20-249, , ,00-173, , ,30-48, , ,30-6, , ,30 149, , ,50-0, , ,40-30, , ,40-90, , ,80 44,80 Source: INS, CCE à partir de 1995, BNB à partir de 2010 Pour la deuxième fois en 30 ans, le secteur laitier présente une balance commerciale positive. Les exportations exprimées en valeur sont supérieures de 45 millions d euros aux importations de produits laitiers. Après des résultats négatifs depuis 2003, on observe un excédent à l exportation. Cet excédent continuera d augmenter à l avenir si la transformation du lait peut également continuer à progresser dans notre pays. Calculé sur base des volumes importés et exportés, le solde à l exportation est positif pour le lait de consommation, la poudre de lait écrémé, le yaourt et le lait fermenté, la crème et la poudre de CBL - RAPPORT ANNUEL 2015 ANNEE D'ACTIVITES

19 lait entier. Le solde négatif enregistré pour le fromage se réduit quelque peu. Le solde négatif croissant pour le lait et la crème en vrac constitue en fait une évolution positive. On importe davantage de matière première en vue d une transformation ultérieure dans notre pays. Ceci profite à l emploi et à l économie dans son ensemble. On remarquera que la balance commerciale du beurre qui était excédentaire est devenue déficitaire en 2013 et en Belgique : importation - exportation (1.000 tonnes) Exportation (1) 2014 (1) % 14/13 Lait de consommation ,4 Crème ,3 Yaourt et lait fermenté ,2 Beurre ,8 Poudre de lait écrémé ,9 Poudre de lait entier ,0 Fromage ,2 Lait en vrac ,7 Crème en vrac ,3 Importation (1) 2014 (1) % 14/13 Lait de consommation ,3 Crème ,3 Yaourt et lait fermenté ,9 Beurre ,8 Poudre de lait écrémé ,5 Poudre de lait entier ,1 Fromage ,9 Lait en vrac ,9 Crème en vrac ,1 Bilan commercial (1) 2014 (1) % 14/13 Lait de consommation ,4 Crème ,2 Yaourt et lait fermenté ,1 Beurre ,2 Poudre de lait écrémé ,4 Poudre de lait entier ,7 Fromage ,7 Lait en vrac ,2 Crème en vrac ,1 Source : Marktbilanz Milch, ZMB (1) : provisoire 56 CBL - RAPPORT ANNUEL 2015 ANNEE D'ACTIVITES 2014

20 Exportations: répartition entre l'union européenne et les Pays tiers En 2014, la part des exportations vers les pays hors UE a considérablement augmenté, à savoir de 18 à 21 %. La forte hausse des exportations de poudre de lait s explique en grande partie par la progression des exportations vers les pays tiers (% de la valeur) UE PT UE PT UE PT UE PT Lait et crème 99,7 0,3 98,3 1,7 97,4 2,6 96,1 3,9 Poudre de lait 62,6 37,4 45,7 54,3 50,8 49,2 45,2 54,8 Produits fermentés (1) 94,4 5,6 96,0 4,0 95,7 4,3 91,3 8,7 Lactosérum (2) 75,2 24,8 59,7 40,3 62,8 37,2 64,1 35,9 Beurre 96,2 3,8 90,4 9,6 89,4 10,6 88,1 11,9 Fromage 97,1 2,9 96,9 3,1 96,7 3,3 96,5 3,5 TOTAL 87,1 12,9 81,1 18,9 82,2 17,8 78,7 21,3 (1) Y compris babeurre UE = Union européenne (2) Y compris ingrédients laitiers PT = Pays tiers Source: Conseil Central de l'economie (CCE), BNB à partir de 2013 Exprimées en valeur, les exportations vers les pays tiers augmentent de 30 % en 2014 tandis que les exportations vers les Etats membres de l UE progressent de 4 %. Exportations vers l'ue et les Pays tiers en valeur (millions euro) UE PT TOTAL ,84 130, , ,96 240, , ,40 272, , ,10 161, , ,60 237, , ,30 336, , ,30 323, , ,51 230, , ,23 399, , ,48 458, , ,67 326, , ,39 558, , ,40 602, , ,16 498, , ,13 513, , ,84 667, ,62 Source: Conseil Central de l'economie (CCE), BNB à partir de 2013 CBL - RAPPORT ANNUEL 2015 ANNEE D'ACTIVITES

% 16/15

% 16/15 2.3. BELGIQUE 2.3.1. Davantage de vaches laitières L évolution à la hausse du nombre de vaches laitières observée depuis 2012 s est poursuivie en 2016. Le nombre de vaches laitières dans notre pays a augmenté

Plus en détail

La baisse du nombre de producteurs laitiers se poursuit

La baisse du nombre de producteurs laitiers se poursuit 2.3. BELGIQUE 2.3.1. La baisse du nombre de producteurs laitiers se poursuit Le nombre de producteurs laitiers a diminué de 5,5 % entre 2010 et 2011, soit la même diminution qu entre 2009 et 2010. La baisse

Plus en détail

(1) % 13/12

(1) % 13/12 2.3. BELGIQUE 2.3.1. Davantage de vaches laitières En 2013, le nombre de vaches laitières est en légère hausse vis-à-vis de 2012 pour la Belgique. Alors que la Wallonie connaît une baisse du nombre de

Plus en détail

2.3. BELGIQUE Davantage de vaches laitières

2.3. BELGIQUE Davantage de vaches laitières 2.3. BELGIQUE 2.3.1. Davantage de vaches laitières L évolution à la hausse de l effectif de vaches laitières, observée depuis 2012, s est poursuivie en 2015. L augmentation s est élevée à 1,5 % au niveau

Plus en détail

Baromètre des notaires Immobilier - famille - sociétés

Baromètre des notaires Immobilier - famille - sociétés Baromètre des notaires Immobilier - famille - sociétés T/4 n 27 Octobre - décembre www.notaire.be ACTIVITE IMMOBILIERE EN BELGIQUE 101 102,1 102,6 106,4 106,8 101,7 103,4 105,9 94,9 102,8 98,9 101,4 99,2

Plus en détail

Vision de la filière laitière à l horizon 2020

Vision de la filière laitière à l horizon 2020 Vision de la filière laitière à l horizon 2020 20 novembre 2014 Depuis 10 ans, le monde laitier se caractérise par deux tendances de fond. Une demande internationale soutenue Hors crise économique (2009),

Plus en détail

Observatoire de la consommation alimentaire

Observatoire de la consommation alimentaire MINISTÈRE DE LA RÉGION WALLONNE Observatoire de la consommation alimentaire La consommation de produits Bio Unité d'economie et Développement rural Unité de Statistique, Informatique et Mathématique appliquées

Plus en détail

Observatoire de la Consommation Alimentaire. Rapport 2011. Filière agriculture biologique

Observatoire de la Consommation Alimentaire. Rapport 2011. Filière agriculture biologique Ministère de la Région Wallonne Observatoire de la Consommation Alimentaire Rapport 2011 Filière agriculture biologique Unité d'economie et Développement rural Unité de Statistique, Informatique et Mathématique

Plus en détail

Baromètre des notaires Immobilier - famille - sociétés

Baromètre des notaires Immobilier - famille - sociétés Editeur responsable : Erik Van Tricht, Fédération Royale du Notariat belge asbl, Rue de la Montagne, 30-34 - 1000 Bruxelles Baromètre des notaires Immobilier - famille - sociétés ACTIVITE IMMOBILIERE EN

Plus en détail

Observatoire de la Consommation Alimentaire

Observatoire de la Consommation Alimentaire MINISTÈRE DE LA RÉGION WALLONNE Observatoire de la Consommation Alimentaire Dossier thématique : Evolution des dépenses pour la restauration hors domicile (RHD) Unité d'economie et Développement rural

Plus en détail

Cumul annuel mobile Fromages (1) 3,8% 0,8% 0,9% Décembre 2013 Cumul 2013. Lait de consommation -2,9% 0,1% 2,5% Ultra-frais -0,9% -2,0% -1,3%

Cumul annuel mobile Fromages (1) 3,8% 0,8% 0,9% Décembre 2013 Cumul 2013. Lait de consommation -2,9% 0,1% 2,5% Ultra-frais -0,9% -2,0% -1,3% France 2014 n 08 Tableau de bord hebdomadaire Collecte brute Collecte de la semaine 07 Collecte hebdomadaire des dernières campagnes Du 10 au 16 février 2014 évol. % n-1 6,2 % évol. % s-1 0,2 % évol. %

Plus en détail

INDUSTRIE DES MATIERES PLASTIQUES ET DU CAOUTCHOUC EN BELGIQUE

INDUSTRIE DES MATIERES PLASTIQUES ET DU CAOUTCHOUC EN BELGIQUE INDUSTRIE DES MATIERES PLASTIQUES ET DU CAOUTCHOUC EN BELGIQUE RAPPORT ANNUEL ECONOMIQUE 26 Een gemeenschappelijke koepelstructuur van Agoria en essencia Une structure coupole commune de Agoria et essenscia

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 L ASF (Association Française des Sociétés Financières) regroupe l ensemble des établissements de crédit spécialisés :

Plus en détail

rapport CCE 2015-0841

rapport CCE 2015-0841 rapport CCE 2015-0841 La conjoncture économique dans l industrie alimentaire et des boissons mars 2015 CCE 2015-0841 Rapport sur la conjoncture économique dans l'industrie alimentaire et des boissons

Plus en détail

Résultats non audités et non arrêtés par le Conseil d'administration

Résultats non audités et non arrêtés par le Conseil d'administration 14/12/2006 Kaufman & Broad : Résultats annuels 2006 Résultats non audités et non arrêtés par le Conseil d'administration Résultats 2006 supérieurs aux prévisions o Chiffre d affaires : +22% o Marge brute

Plus en détail

Comité Lait de vache. Situation des marchés. 11 juin 2015 FranceAgriMer - Montreuil

Comité Lait de vache. Situation des marchés. 11 juin 2015 FranceAgriMer - Montreuil Comité Lait de vache Situation des marchés 11 juin 2015 FranceAgriMer - Montreuil Lait biologique Une collecte toujours dynamique malgré des prix payés au producteur en repli 2 La collecte de lait bio

Plus en détail

Points. forts DES ÉCHANGES ATONES ET UN DÉFICIT COMMERCIAL QUI SE RENFORCE BILAN. De la Polynésie française COMMERCE EXTÉRIEUR 2013,

Points. forts DES ÉCHANGES ATONES ET UN DÉFICIT COMMERCIAL QUI SE RENFORCE BILAN. De la Polynésie française COMMERCE EXTÉRIEUR 2013, Points 7 forts BILAN 213 INSTITUT DE LA STATISTIQUE DE LA POLYNÉSIE FRANÇAISE 213, DES ÉCHANGES ATONES ET UN DÉFICIT COMMERCIAL QUI SE RENFORCE La balance commerciale de la Polynésie française continue

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes

Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes CENTRE ETUDES & PROSPECTIVE DU GROUPE ALPHA Fiches pays Économies développées - Europe Zone euro... 2 Allemagne... 5 France... 8

Plus en détail

PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003

PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003 Bruxelles, le 10 mars 2003 Bureau fédéral du Plan /03/HJB/bd/2027_f PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003 La reprise très prometteuse de l économie mondiale au cours du premier semestre 2002 ne s est pas confirmée

Plus en détail

Légère reprise sur le premier trimestre: de premiers signes encourageants. Effectifs IAA

Légère reprise sur le premier trimestre: de premiers signes encourageants. Effectifs IAA Note de Conjoncture N 66 Page 1 Légère reprise sur le premier trimestre: de premiers signes encourageants Effectifs IAA 540 000 530 000 520 000 510 000 500 000 490 000 480 000 Source : Acoss, calculs ANIA

Plus en détail

Avertissement. Signes conventionnels utilisés

Avertissement. Signes conventionnels utilisés Avertissement Sauf mention contraire, les données «France» concernent la France métropolitaine et les Départements d outre-mer hors Mayotte. Les sites internet www.insee.fr et http://epp.eurostat.ec.europa.eu

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en novembre 2012 : +0,2% sur un mois, -2,2% en moyenne mobile sur trois mois 2. Marché du logement en novembre

Plus en détail

dossier de presse Perspectives, opportunités d avenir et Ambitions bio pour les éleveurs laitiers de Bretagne

dossier de presse Perspectives, opportunités d avenir et Ambitions bio pour les éleveurs laitiers de Bretagne dossier de presse Perspectives, opportunités d avenir et Ambitions bio pour les éleveurs laitiers de Bretagne dossier de presse le COLLOQUE Le réseau GAB-FRAB organise un colloque régional le jeudi 17

Plus en détail

OBSERVATOIRE DU COMMERCE EXTERIEUR Données 2004

OBSERVATOIRE DU COMMERCE EXTERIEUR Données 2004 OBSERVATOIRE DU COMMERCE EXTERIEUR Données 2004 DIRECTION DE L'EXPANSION ECONOMIQUE DIVISION DES STATISTIQUES ET DES ETUDES ECONOMIQUES SOMMAIRE Pages PREAMBULE 1 CHAPITRE n 1 - LES RESULTATS ANNUELS 3

Plus en détail

La situation économique et financière de Taiwan en 2015

La situation économique et financière de Taiwan en 2015 La situation économique et financière de Taiwan en 215 Résumé L économie taiwanaise a progressé de 3,74% en 214, plus forte croissance des économies avancées en Asie. Le commerce extérieur, la consommation

Plus en détail

Les échanges extérieurs agricoles et agroalimentaires de l Union européenne

Les échanges extérieurs agricoles et agroalimentaires de l Union européenne Les échanges extérieurs agricoles et agroalimentaires de l Union européenne Guillaume Wemelbeke* Depuis la crise survenue à la fin 2008, la production européenne de produits agricoles et agroalimentaires

Plus en détail

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières 2016-05-27. observatoire du crédit. Liens:

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières 2016-05-27. observatoire du crédit. Liens: Observatoire du crédit aux sociétés non financières boulevard de Berlaimont 14 BE-1000 Bruxelles Tel. +32 2 221 26 99 Fax +32 2 221 31 97 TVA BE 0203.201.340 RPM Bruxelles 2016-05-27 Liens: observatoire

Plus en détail

Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013

Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013 Alger, le 26 décembre 2013 Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013 Introduction L objet de cette note est d analyser les principales tendances financières et monétaires

Plus en détail

Campagne de pomme de terre 2009/2010 : production française en hausse et commerce extérieur plutôt favorable

Campagne de pomme de terre 2009/2010 : production française en hausse et commerce extérieur plutôt favorable Agreste Synthèses Grandes cultures Pomme de terre Juin 211 n 211/148 Pomme de terre - Juin 211 Grandes cultures Synthèses n 211/148 Campagne 29/21 : production française en hausse et commerce extérieur

Plus en détail

Organisation du chapitre

Organisation du chapitre RéférenceS janvier 2013 Bilan social annuel du transport routier de marchandises (2011) Organisation du chapitre Ce chapitre décrit l activité des entreprises françaises du transport routier de marchandises

Plus en détail

Comparaisons 2 èmes trimestres 2014 et 2015

Comparaisons 2 èmes trimestres 2014 et 2015 embre 2012 Comparaisons 2 èmes trimestres 2014 et 2015 ENTREPRISES Créations d entreprises Liquidations judiciaires Crédits à l équipement Permis de construire de locaux Investissements des entreprises

Plus en détail

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9%

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Paris, le 3 mai 2012. Prix de vente : +2,4%, avec une contribution positive de tous les

Plus en détail

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE PIB Consommation des ménages 102 début 2008 = 100 104 101 102 100 100 99 99 08 09 10 11 12 13 14 98 105 Investissements des entreprises

Plus en détail

L Agroindicateur. Revenu d un milliard : un nouveau seuil? Septembre 2015

L Agroindicateur. Revenu d un milliard : un nouveau seuil? Septembre 2015 L Agroindicateur Septembre 2015 Revenu d un milliard : un nouveau seuil? La conjoncture 2015 permet d envisager que le revenu net total des entreprises agricoles québécoises devrait se situer autour d

Plus en détail

Prix à la consommation des produits pétroliers en Belgique

Prix à la consommation des produits pétroliers en Belgique annexe annexe B B Prix à la consommation des produits pétroliers en Belgique. Vue d ensemble La contribution cumulée des produits pétroliers (essence, diesel et mazout de chauffage) à l inflation totale

Plus en détail

Lente amélioration de la conjoncture

Lente amélioration de la conjoncture Conjoncture économique - 1 e trimestre 214 USA JPN EUR PIB PIB et Baromètre PIB Baromètre conjoncturel Marche des affaires Perspectives - NE Emploi Entrée de commandes Production Exportations Chômage Lente

Plus en détail

Statistiques Indépendants et Professions libérales 2010 Focus sur les secteurs médical et paramédical

Statistiques Indépendants et Professions libérales 2010 Focus sur les secteurs médical et paramédical Aile profession libérale de l Union des classes moyennes Statistiques Indépendants et Professions libérales 2010 Focus sur les secteurs médical et paramédical PL statistiques2010 BD20111114 I. Travailleurs

Plus en détail

Le contexte économique général

Le contexte économique général n 7 2ème semestre Juillet-Décembre Le contexte économique général Après un début d année plus austère, s est doucement redressé au cours du second semestre avec des indicateurs de plus en plus favorables

Plus en détail

Une production dynamique depuis le début de l année

Une production dynamique depuis le début de l année 1 Contexte mondial 2 Une production dynamique depuis le début de l année Etats-Unis Production 2013 : 89,6 MT Production 12 mois 2013 :+0,7% (0,6 MT) 9 mois 2014 : +2,0% UE à 27 Production 2013 : 152 MT

Plus en détail

REPÈRES ÉCONOMIQUES. Population des entreprises : 23 450 entreprises en 2006 2008-4. Valérie Deroin * SUR LE SECTEUR DES INDUSTRIES CULTURELLES

REPÈRES ÉCONOMIQUES. Population des entreprises : 23 450 entreprises en 2006 2008-4. Valérie Deroin * SUR LE SECTEUR DES INDUSTRIES CULTURELLES culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 7533 Paris cedex 1 1 4 15 79

Plus en détail

La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes du commerce mondial? Une analyse croisée par secteurs et pays Conférence de presse Paris - 17 mai

La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes du commerce mondial? Une analyse croisée par secteurs et pays Conférence de presse Paris - 17 mai La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes du commerce mondial? Une analyse croisée par secteurs et pays Conférence de presse Paris - 17 mai 2011 La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes

Plus en détail

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 L activité des marchés immobiliers résidentiels a connu une nouvelle dégradation en 1996 ( 4,2 %). Le logement individuel et le logement

Plus en détail

Le prix d un litre de lait, du producteur au consommateur

Le prix d un litre de lait, du producteur au consommateur Chaque seconde, ce sont 320 baguettes de pain qui sont consommées et produites en France, soit 10 milliards par an. Chaque Français consomme 160 gr. de pain par jour. A savoir que sur 32 ans, de 1975 à

Plus en détail

Communiqué de presse 24 avril 2014

Communiqué de presse 24 avril 2014 Communiqué de presse 24 avril 2014 Activité au 31 mars 2014 Hausse du taux d occupation moyen du Groupe à 96.9% contre 95.5% fin 2013 Loyers en hausse de +3.5% à périmètre homogène Gecina maintient sa

Plus en détail

Bulletin sur le commerce des produits laitiers canadiens Édition 2013

Bulletin sur le commerce des produits laitiers canadiens Édition 2013 Bulletin sur le commerce des produits laitiers canadiens Édition 2013 Rédigé par : Division de l'industrie animale, Secteur laitier Mai 2013 1 Bulletin sur le commerce des produits laitiers canadiens :

Plus en détail

Banque Centrale de Mauritanie. Direction Générale des Études. Direction des Études et des Recherches Économiques

Banque Centrale de Mauritanie. Direction Générale des Études. Direction des Études et des Recherches Économiques Banque Centrale de Mauritanie Direction Générale des Études Direction des Études et des Recherches Économiques Note de Conjoncture Économique Novembre 2013 Janvier 2014 1 Sommaire 1. Secteur réel... 3

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF. L activité des établissements spécialisés en 2014

TABLEAU DE BORD ASF. L activité des établissements spécialisés en 2014 TABLEAU DE BORD ASF L activité des établissements spécialisés en 2014 Février 2015 Le financement des investissements des entreprises et des professionnels Le financement des investissements d équipement

Plus en détail

Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013)

Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013) 1 Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013) Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013) 1. Statut sur le marché de l'emploi de la population de 15 ans et plus en 1983 et en 2013 La

Plus en détail

Performance des membres du CAD en matière d'aide

Performance des membres du CAD en matière d'aide Extrait de : Coopération pour le développement : Rapport 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/dcr-2010-fr Performance des membres du CAD en matière d'aide Merci de citer ce chapitre

Plus en détail

Dares Analyses. Emploi et chômage des 15-29 ans en 2012. publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

Dares Analyses. Emploi et chômage des 15-29 ans en 2012. publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Analyses novembre 13 N 73 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Emploi et chômage des 15-29 ans en 53,7 % des jeunes âgés de 15 à 29 ans sont

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

Panorama de l économie belge en 2012

Panorama de l économie belge en 2012 Panorama de l économie belge en 2012 Panorama de l économie belge en 2012 Service public fédéral Economie, P.M.E., Classes moyennes et Energie Rue du Progrès 50 1210 Bruxelles N d entreprise : 0314.595.348

Plus en détail

Note mensuelle de conjoncture wallonne

Note mensuelle de conjoncture wallonne Note mensuelle de conjoncture wallonne Mai 2014 L IWEPS est un institut scientifique public d aide à la prise de décision à destination des pouvoirs publics. Par sa mission scientifique transversale, il

Plus en détail

Identifier les effets de compétitivité et d entraînement des échanges extérieurs

Identifier les effets de compétitivité et d entraînement des échanges extérieurs Identifier les effets de compétitivité et d entraînement des échanges extérieurs Rencontre Moyen Terme 2014/2018 Grégori Colin Economiste LA BALANCE COMMERCIALE (incluant les services marchands) Les flux

Plus en détail

1 La situation économique et financière 10

1 La situation économique et financière 10 Sommaire 1 La situation économique et financière 10 1.1 La situation économique dans la zone euro 12 1.1.1 Les taux d intérêt à court terme 12 1.1.2 Les rendements des titres publics à long terme 13 1.1.3

Plus en détail

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DU MARCHE DU FOIE GRAS

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DU MARCHE DU FOIE GRAS SITUATION DE LA PRODUCTION ET DU MARCHE DU FOIE GRAS 1. EVOLUTION DU PRIX DES MATIERES PREMIERES EN ALIMENTATION ANIMALE ET DES INDICES ALIMENT ITAVI AU MOINDRE COUT 1.1. DIMINUTION DU PRIX DES CEREALES

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01. Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016

ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01. Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016 DOSSIER DE PRESSE Le mardi 9 février 2016, ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01 Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016 EN SYNTHESE «La reprise amorcée en

Plus en détail

Balance suisse des paiements et position extérieure: premier trimestre 2015. Aperçu de la balance des paiements et de la position extérieure

Balance suisse des paiements et position extérieure: premier trimestre 2015. Aperçu de la balance des paiements et de la position extérieure Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 22 juin 2015 Balance suisse des paiements et position extérieure: premier trimestre 2015 Aperçu de

Plus en détail

Les Nouveaux Constructeurs - Rapport d'activité 2010

Les Nouveaux Constructeurs - Rapport d'activité 2010 COMMUNIQUE DE PRESSE - DIFFUSION IMMEDIATE Les Nouveaux Constructeurs - Rapport d'activité 2010 Chiffre d affaires 2010 : 540 m - Réduction de l'activité en immobilier d'entreprise Hausse du carnet de

Plus en détail

Les emplois salariés vacants en Belgique

Les emplois salariés vacants en Belgique 1 Les emplois salariés vacants en Belgique Les emplois salariés vacants en Belgique 1. Les emplois salariés vacants dans le secteur marchand principalement En 2013, 2,6 % des emplois salariés étaient vacants

Plus en détail

Comité Lait de chèvre

Comité Lait de chèvre Comité Lait de chèvre Point de conjoncture 2 avril 2015 FranceAgriMer - Montreuil France 2014 : Baisse légère du cheptel caprin 1 000 têtes 1600 1400 1200 1000 800 600 400 200 115 120 122 117 121 862 872

Plus en détail

Le patrimoine économique national en 2013 Deuxième année de stabilité

Le patrimoine économique national en 2013 Deuxième année de stabilité Le patrimoine économique national en 2013 Deuxième année de stabilité Fabienne Monteil Direction générale des Statistiques Banque de France Sylvain Humbertclaude et Léa mauro Division Synthèse générale

Plus en détail

Veille Médiatique 中 国 法 国 工 商 会 CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE FRANÇAISE EN CHINE. Semaine 4 et 5/2014 (20 31 Janvier 2014)

Veille Médiatique 中 国 法 国 工 商 会 CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE FRANÇAISE EN CHINE. Semaine 4 et 5/2014 (20 31 Janvier 2014) Chine - Rapport Veille Médiatique 中 国 法 国 工 商 会 CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE FRANÇAISE EN CHINE Semaine 4 et 5/2014 (20 31 Janvier 2014) Publication : China Dairy Industry Association Date de publication

Plus en détail

Caisses populaires et credit unions de l Ontario PERSPECTIVES DU MOUVEMENT

Caisses populaires et credit unions de l Ontario PERSPECTIVES DU MOUVEMENT Caisses populaires et credit unions de l Ontario PERSPECTIVES DU MOUVEMENT au deuxième trimestre de 2000 DANS CE NUMÉRO Faits saillants économiques : La forte croissance devrait se poursuivre en l an 2000

Plus en détail

L évolution du marché du travail de 1986 à 2006

L évolution du marché du travail de 1986 à 2006 DIRECTION GÉNÉRALE STATISTIQUE ET INFORMATION ÉCONOMIQUE COMMUNIQUÉ DE PRESSE 26 avril 2007 L évolution du marché du travail de 1986 à 2006 Ces 20 dernières années, 740.000 travailleurs sont venus grossir

Plus en détail

Cultures agricoles et bétail - Mexique

Cultures agricoles et bétail - Mexique SECRÉTARIAT À L ACCÈS AUX MARCHÉS Rapport d analyse mondiale Aperçu du marché Mexique Novembre 2014 APERÇU DU MARCHÉ Avec un produit intérieur brut (PIB) de 1,3 billion $ US (2013), qui devrait connaître

Plus en détail

#295. production audiovisuelle aidée. sommaire. &01 les tendances de la production audiovisuelle aidée...5. &02 la fiction...11

#295. production audiovisuelle aidée. sommaire. &01 les tendances de la production audiovisuelle aidée...5. &02 la fiction...11 #295 production audiovisuelle aidée sommaire &01 les tendances de la production audiovisuelle aidée...5 &02 la fiction...11 &03 le documentaire...21 &04 l animation...31 &05 le...37 &06 le magazine...47

Plus en détail

LES CHIFFRES DU BIO 2013. PU4524fr01 (10/06/2014) RAPPORT juin 2014 Conférence de presse Semaine BIO

LES CHIFFRES DU BIO 2013. PU4524fr01 (10/06/2014) RAPPORT juin 2014 Conférence de presse Semaine BIO PU4524fr01 (10/06/2014) RAPPORT juin 2014 Conférence de presse Semaine BIO LES CHIFFRES DU BIO 2013 Biowallonie asbl Avenue Comte de Smet de Nayer, 14 5000 Namur 081/281.010 info@biowallonie.be www.biowallonie.be

Plus en détail

Consommation alimentaire de produits biologiques : Où en est-on?

Consommation alimentaire de produits biologiques : Où en est-on? Consommation alimentaire de produits biologiques : Juillet 2015 Où en est-on? En 2015, 88 % des Français ont consommé un produit bio (contre 75 % en 2013). 62 % déclarent en consommer au moins une fois

Plus en détail

Publication du Bulletin BCL 2014/1

Publication du Bulletin BCL 2014/1 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Luxembourg, le 20 mars 2014 Publication du Bulletin BCL 2014/1 Le présent communiqué comporte un survol de la situation macroéconomique, une brève présentation des projections d inflation

Plus en détail

Analyse des Echanges Commerciaux de la Tunisie 3 premiers trimestres 2014

Analyse des Echanges Commerciaux de la Tunisie 3 premiers trimestres 2014 Banque Centrale de Tunisie Direction Générale des Statistiques Direction de la Balance des Paiements et de la PEG Sous direction des opérations courantes Service du commerce Extérieur Analyse des Echanges

Plus en détail

Après une année 2012 de fort ralentissement, voire de récession

Après une année 2012 de fort ralentissement, voire de récession FICHE PAYS PECO : LE DANGER RUSSE Marion Cochard Département analyse et prévision Après une année 2012 de fort ralentissement, voire de récession pour certains pays de la zone, la croissance a repris progressivement

Plus en détail

Tableau de bord de l industrie française

Tableau de bord de l industrie française Tableau de bord de l industrie française Mars 7 Document réalisé par Coe-Rexecode Groupe des Fédérations Industrielles - 98 Paris La Défense cedex - Tél. 47 7 6 6 - Fax 47 7 6 8 Coe-Rexecode - 9 avenue

Plus en détail

La Fnac accélère sa transformation Forte progression des résultats en 2014

La Fnac accélère sa transformation Forte progression des résultats en 2014 Ivry, le 27 février 2015 La Fnac accélère sa transformation Forte progression des résultats en 2014 Accélération de la dynamique des ventes en 2014 Chiffre d affaires consolidé en croissance de +0,9% au

Plus en détail

Note de l Institut d émission

Note de l Institut d émission en Nouvelle-Calédonie entre 1999 et 26 AGENCE DE NOUMÉA Octobre 26 Note de l Institut d émission Établissement public Dotation 1 - SIRET 78 43 111 1 APE 651 A Siège social : 5 rue Roland Barthes 75598

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE. GROUPE DANONE : Résultats estimés du 1 er semestre 2004

COMMUNIQUE DE PRESSE. GROUPE DANONE : Résultats estimés du 1 er semestre 2004 COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 22 juillet 2004 GROUPE DANONE : Résultats estimés du 1 er semestre 2004 Croissance comparable des ventes de +8,8% Amélioration de la marge opérationnelle de 11,9% à 12,3%

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Novembre 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Le baromètre économique des services en France

Le baromètre économique des services en France Le baromètre économique des services en France M a i 2 0 1 3 Sommaire Editorial... p. 3 L indicateur avancé de l emploi... p. 4 salarié dans les services Le chiffre d affaires des services... p. 5 La valeur

Plus en détail

Prix Evolution générale 2010 2014 L évolution année par année PRIX

Prix Evolution générale 2010 2014 L évolution année par année PRIX Prix Panorama Evolution générale 2010 2014 De 2010 à 2014, l indice suisse des prix à la consommation (IPC) a reculé de 0,7%. Du côté des producteurs et importateurs, l indice des prix de l offre totale

Plus en détail

Le commerce canadien de la bière : un passage aux marques importées

Le commerce canadien de la bière : un passage aux marques importées N o 65-507-MIF au catalogue N o 005 ISSN: 1712-1353 ISBN: 0-662-79733-7 Document analytique Le commerce canadien en revue Le commerce canadien de la bière : un passage aux marques importées par Carlo Rupnik

Plus en détail

Année 2013. Baisse des échanges en 2013, après un fort ralentissement l année précédente

Année 2013. Baisse des échanges en 2013, après un fort ralentissement l année précédente http://lekiosque.finances.gouv.fr Année 2013 Les échanges, qui avaient nettement ralenti en 2012, se replient en 2013. Le recul des exportations (-1,3 %, après +3,1 %) est marqué pour certains biens intermédiaires,

Plus en détail

Nouvelle analyse sectorielle 2009-2012 des hôpitaux généraux en Belgique

Nouvelle analyse sectorielle 2009-2012 des hôpitaux généraux en Belgique Bruxelles, le 3 octobre 2013 Nouvelle analyse sectorielle 2009-2012 des hôpitaux généraux en Belgique Le résultat courant des hôpitaux généraux recule de manière structurelle. Les hôpitaux demeurent toutefois

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 n 47 juin 2015

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 n 47 juin 2015 n 47 juin 2015 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 Synthèse générale Le niveau des taux de revalorisation servis aux assurés appelle une vigilance

Plus en détail

Forte baisse des prix des produits laitiers en 2015

Forte baisse des prix des produits laitiers en 2015 Agreste Synthèses Lait Septembre 2015 n 2015/276 Septembre 2015 Lait Synthèses n 2015/276 Forte baisse des prix des produits laitiers en 2015 Au 1 er semestre 2015, le marché national du lait a subi les

Plus en détail

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES 1. EVOLUTION DU PRIX DES MATIERES PREMIERES EN ALIMENTATION ANIMALE ET DES INDICES ALIMENT ITAVI AU MOINDRE COUT 1.1. BAISSE DU COURS DES CEREALES ET

Plus en détail

Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005

Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005 Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005 Dominique Goux (1) Eric Maurin (2) Version février 2008 Docweb no 0802 Dominique Goux (1) : Professeur associée d économétrie à l Ecole

Plus en détail

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES 1. EVOLUTION DU PRIX DES MATIERES PREMIERES EN ALIMENTATION ANIMALE ET DES INDICES ALIMENT ITAVI AU MOINDRE COUT 1.1. DIMINUTION DU PRIX DES CEREALES

Plus en détail

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Faits marquants en 2008-2009 - La rentabilité économique recule mais demeure satisfaisante - L investissement ralentit

Plus en détail

Une amélioration qui demande confirmation

Une amélioration qui demande confirmation JANVIER 2016 Une amélioration qui demande confirmation 2015 s avère plus favorable que prévu pour les TPE-PME de Rhône-Alpes. Contrairement aux années précédentes, les entreprises qui déclarent un chiffre

Plus en détail

35 % 1 % 3,25 % Fiers de nos réalisations collectives 15 % 2 % 10 % La gestion de l'offre et la mise en marché collective du lait

35 % 1 % 3,25 % Fiers de nos réalisations collectives 15 % 2 % 10 % La gestion de l'offre et la mise en marché collective du lait 35 % 3,25 % 1 % Fiers de nos réalisations collectives 15 % 2 % 10 % La gestion de l'offre et la mise en marché collective du lait Les énoncés de vision de l avenir * Le secteur laitier québécois et la

Plus en détail

udesté on it ecl Col

udesté on it ecl Col Collection études LA C EST 49% de la population girondine en 21 * 727 466 habitants (INSEE 21) * 7% de croissance en 1 ans (INSEE) * 27 communes * 4 ème Communauté Urbaine de France (INSEE 28) 53% des

Plus en détail

UE-27 : quelles prévisions de croissance économique en 2012 et 2013?

UE-27 : quelles prévisions de croissance économique en 2012 et 2013? ACTUALITÉS EUROPÉENNES n 49 janvier 2012 UE-27 : quelles prévisions de croissance économique en 2012 et 2013? par Pierre Verluise, Directeur de recherche à l IRIS, Directeur du site géopolitique www.diploweb.com

Plus en détail

Dossier fiscalité communale Fiscalité additionnelle communale - La Taxe de Circulation Amaury Bertholomé - Juillet 2011

Dossier fiscalité communale Fiscalité additionnelle communale - La Taxe de Circulation Amaury Bertholomé - Juillet 2011 Dossier fiscalité communale Fiscalité additionnelle communale - La Taxe de Circulation Amaury Bertholomé - Juillet 2011 ADDITIONNELS COMMUNAUX A LA TAXE DE CIRCULATION LOCALISATION DES VEHICULES VOLUME

Plus en détail

SUR LA SITUATION ECONOMIQUE

SUR LA SITUATION ECONOMIQUE Conférence de presse du 22 juillet 2010 SUR LA SITUATION ECONOMIQUE En vue de faire le point sur la conjoncture de l année 2010 et les tendances de 2011. Avant-propos Comme chacun sait, après plusieurs

Plus en détail

Panorama des échanges extérieurs du secteur agroalimentaire en 2011

Panorama des échanges extérieurs du secteur agroalimentaire en 2011 Panorama des échanges extérieurs du secteur agroalimentaire en 211 LES ÉTUDES DE > En 211, les produits agroalimentaires 1 ont apporté une contribution majeure aux exportations françaises, puisqu un quart

Plus en détail

Statistiques. Centrale des crédits aux particuliers - 2007

Statistiques. Centrale des crédits aux particuliers - 2007 Statistiques Centrale des crédits aux particuliers - 2007 Banque nationale de Belgique, Bruxelles Tous droits réservés. La reproduction de cette publication, en tout ou en partie, à des fins éducatives

Plus en détail

Proposés à un tarif préférentiel, les six produits disponibles ont été revus au 1 er janvier 2016 pour mieux répondre à vos attentes.

Proposés à un tarif préférentiel, les six produits disponibles ont été revus au 1 er janvier 2016 pour mieux répondre à vos attentes. Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne, toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

AGENDA > 19 avril 2011 : Comité Bois & plants

AGENDA > 19 avril 2011 : Comité Bois & plants numéro 21 / 7 avril 211 / OCM promotion pays tiers Nouvel appel à propositions Les membres du Conseil spécialisé de la filière viticole ont donné un avis favorable, le 23 mars dernier, sur un projet de

Plus en détail