De la légitimité d une géographie des réseaux sociaux : la géographie des réseaux sociaux au service d une géographie des conflits

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "De la légitimité d une géographie des réseaux sociaux : la géographie des réseaux sociaux au service d une géographie des conflits"

Transcription

1 Networks and Communication Studies NETCOM, vol. 20, n 3-4 p De la légitimité d une géographie des réseaux sociaux : la géographie des réseaux sociaux au service d une géographie des conflits Anne Cadoret 1 Résumé. Les réseaux sociaux en géographie structurent les territoires, influencent les actions d aménagement et de gestion de l espace, et participent au dynamisme des systèmes spatiaux. Au cœur de la géographie sociale, les réseaux sociaux aident notamment à la compréhension des processus conflictuels des espaces en mutation. Une étude de cas qualitative, relative au conflit lié à l urbanisme sauvage sur le littoral du Languedoc-Roussillon, met en lumière la corrélation entre géographie des réseaux sociaux et géographie des conflits. Ce cas présente le rôle majeur des réseaux sociaux dans l évolution d un conflit et les dynamiques territoriales qui en résultent. Mots clés. Réseaux sociaux, Réseaux d acteurs, Conflits d usage, Cabanisation Abstract. Social networks in geography shape territories, play a key role in planning and take part in the dynamics of spatial systems. At the heart of social geography, social networks help with the understanding of conflict processes in the context of changing spaces. A qualitative case study dealing with the conflicts related to the spontaneous urbanisation of the coastal areas of the Languedoc- Roussillon region, reveals the correlation between the geographies of social networks and conflicts. This case study illustrates the major role that social networks play in the evolution of a conflict and the spatial dynamics that result from it. Keywords. Social networks, Networks analysis, Land use conflict, Coastal zone, Town planning Le conflit en géographie est lié à une utilisation réelle ou future de l espace, c est-à-dire à un type d occupation du territoire ou à une activité humaine, professionnelle ou non. L étude des conflits nous conduit à étudier les relations entre les acteurs, ainsi que le comportement et les stratégies territoriales de ces derniers. Cette perspective mène à étudier les réseaux sociaux. L entité sociale constitutive du réseau social est l acteur (Crozier, Friedberg, 1977). Il s agit d une personne prenant une part déterminante dans une action, et «peut désigner un individu, un groupe, une institution ou finalement tout élément 1. Doctorante en géographie. UMR Espace, Maison de la géographie, 17 rue Abbé de l Épée, Montpellier.

2 138 NETCOM, vol. 20, n 3-4, 2006 social doué de capacité d action (initiative ou réaction) et intervenant, directement ou non, dans le processus de gestion» (Catanzano, Thébaud, 1995, p. 38.). Leur structuration, plus ou moins organisée et formelle, donne naissance à un réseau où l acteur représente l élément nodal. L étude des réseaux sociaux permet d appréhender la société en offrant des éclairages inattendus sur les processus sociaux (Bakis, 1993). L absence de visibilité spatiale des réseaux sociaux, a contrario des réseaux techniques, ne doit pas faire oublier qu ils structurent les territoires, influencent les actions d aménagement et participent au dynamisme des systèmes spatiaux. L expression «réseaux sociaux» n est pas née des géographes qui se l approprient difficilement. On peut se demander si l invisibilité matérielle des liens entre les acteurs est la raison pour laquelle si peu de géographes s affichent comme «géographe des réseaux sociaux». Serait-ce l appréhension d être considéré plus comme un sociologue que comme un géographe? Loin d enlever la primauté aux sociologues dans le domaine des réseaux sociaux, il semble que le géographe peut apporter ses réflexions et enrichir le concept, de façon théorique et méthodologique. Nous proposons d éclaircir cette affirmation et de l illustrer par une étude de cas explicitant la pertinence d une étude des réseaux sociaux pour la géographie des conflits. I. LES RÉSEAUX SOCIAUX : UN DOMAINE DE RECHERCHE PEU EXPLORÉ EN GÉOGRAPHIE La notion de «réseaux sociaux» naît chez les sociologues dès le début du XX e siècle. Selon G. Simmel (1908), les formes sociales émergent des interactions entre les individus. Il introduit ainsi en sociologie la question des relations entretenues entre un individu (ou groupe) et autrui. Les réflexions sur les liens entre les individus se manifestent également chez les psychologues et anthropologues tout au long du XX e siècle. L étude des réseaux sociaux apparaît plus récemment chez les géographes tels que H. Bakis, J.-M. Offner et D. Pumain, C. Grasland et S. Larribe. L intérêt porté à cette notion dépend de l objectif recherché et de l approche scientifique de l objet social. Ainsi, on comprend aisément les raisons pour lesquelles les sociologues figurent comme les pionniers concernant les recherches sur les réseaux sociaux 2. Les influences sociologiques étant notables, il nous semble pertinent de faire le point sur leur approche. Les réseaux sociaux chez les sociologues L étude des réseaux sociaux se manifeste plus particulièrement dans les années 1970 et résulte de nombreux travaux sociologiques et psychosociologiques. Plusieurs chercheurs permettent à la notion de se développer, comme J. Barnes et 2. La littérature est d ailleurs abondante dans cette discipline. Plusieurs travaux de synthèse apparaissent dans les années 1990, soulignant les nombreuses études sur le sujet (Scott, 1991; Wasserman et Faust, 1994; Degenne et Forsé, 1994).

3 DE LA LÉGITIMITÉ D UNE GÉOGRAPHIE DES RÉSEAUX SOCIAUX: 139 plus tard les chercheurs de l école de Chicago. La création de la revue Social Network et d un bulletin Connections, produit par le Réseau international pour l analyse des réseaux sociaux (International Network for Social Network Analysis), institutionnalise ce paradigme. La grande majorité des travaux porte sur les relations entre les individus, les réseaux personnels. Les études s appliquent sur de nombreux terrains, la diffusion de l information, l emploi (Granovetter, 1973), la vie inter-organisationnelle (Lazega, 1992), les associations (Ferrand, 1982; Flament, 1991). Les premiers sociologues qui travaillent sur les réseaux sociaux s opposent quant à la manière de les analyser. Globalement, les uns considèrent l analyse des réseaux en fonction d un déterminisme social, les autres prônent l individualisme méthodologique. Parmi ces derniers se distinguent deux paradigmes, une vision atomistique s inspirant de la pensée wébérienne et une vision interactionniste qui considère que «les phénomènes ne résultent pas du déterminisme du milieu social ou du système global (normes sociales, structures), mais des intentions stratégiques des acteurs» (A. Touraine, J.-G. March, etc.). L opposition entre les visions individualistes (l acteur agit uniquement par intérêt) et holistes (pour laquelle le réseau s impose à l acteur sous forme de contraintes ou de normes) est dépassée par l association de ces deux approches. Elle apparaît d ailleurs par «l analyse structurale» telle que A. Degenne et M. Forsé la définissent. Par «réseaux sociaux», M. Forsé désigne «l ensemble des relations entre un ensemble d acteurs, ces relations pouvant être de nature fort variées (pouvoir, échanges, amitié,etc.), l ensemble en question pouvant lui-même être organisé (une entreprise) ou non (un réseau d amis)» (Forsé, Langlois, 1997, p. 29.). L analyse des réseaux permet de décrypter les relations entre les acteurs, de comprendre la position des acteurs au sein du réseau et d étudier la forme générale de ce réseau. Il s agit d une analyse de la structure où l acteur est étudié par les liens qu ils tissent avec d autres. Autrement dit, l analyse de réseau permet d évaluer la structure d un réseau et d apporter des éléments explicatifs quant au comportement de l acteur. Les travaux de C. Mitchell (1969) rendent compte de la position occupée par chacun des participants à un réseau. Il insiste sur le fait que «les caractéristiques des interrelations, considérées comme une totalité, peuvent être utilisées pour interpréter le comportement social des personnes impliquées» (Mitchell, 1969, cité par Ferrand, 1997, p. 37). Il convient cependant d insister sur la différenciation entre analyse structurale et déterminisme sociologique émanant d une vision holiste qui appuie l idée que la structure domine l individu (Granovetter, 1985). A. Degenne et M. Forsé insistent sur cet aspect en précisant que s il existe une contrainte structurale, elle n est pas absolue (Degenne, Forsé, 1994, p. 11.). L analyse des réseaux met l accent sur les relations et la forme du réseau. Est-ce la cause du manque d intérêt des géographes qui percevaient de manière moindre le rapport avec l espace? Les régularités observées dans la structure des réseaux est pourtant un élément explicatif des comportements des acteurs, qui

4 140 NETCOM, vol. 20, n 3-4, 2006 sont alors clarifiés par l analyse des réseaux sociaux. Ces thèmes suscitent l intérêt des géographes, qui préfèrent cependant utiliser l expression «réseaux d acteurs». Quelle différence y a-t-il entre les réseaux sociaux, les réseaux d acteurs et les réseaux d acteurs sociaux? Réseaux sociaux, réseaux d acteurs ou réseaux d acteurs sociaux? Les réseaux sociaux évoquent les acteurs (individus, associations, entreprises, administrations, etc.) et les relations qu ils entretiennent entre eux (relation familiale, amicale, conflictuelle, commerciale, électorale, etc.). Ces rapports sont volontaires ou non, ou bien sont éphémères ou durables. Quoi qu il en soit, ces liens sont d ordre social dans le sens où l action, ou le comportement, de l un est orienté par rapport à ceux de l autre (Weber, Simmel). Si l on accepte cette définition, toute relation au sein d un réseau (non technique) est un lien social. L ensemble des relations entretenues par un acteur constitue ainsi un réseau social. Les réseaux d acteurs sont donc des réseaux sociaux. Cependant, il existe une différence de sens selon l angle d analyse. Est-ce pour insister sur le fait que l acteur joue un rôle prépondérant dans les mutations du réseau, bien plus que le rôle joué par les relations? Ou bien est-ce pour ne pas susciter de confusion entre les acteurs sociaux et les acteurs économiques par exemple? Si les réseaux d acteurs sont des réseaux sociaux, les acteurs de ces réseaux ne sont pas forcément des acteurs sociaux. Certains diront que les réseaux d entreprises font partie de la sphère économique, et non sociale, comme peuvent l être les réseaux amicaux ou familiaux. Les entreprises ont des liens de filiation, des liens financiers, etc. Cependant, cette nuance est très fragile, car l entreprise fait partie de la sphère sociale à bien des égards 3. De plus, selon la définition des réseaux sociaux, les échanges monétaires entre les acteurs sont considérées comme une relation qui mérite analyse. En fait, certains distinguent les réseaux sociaux des réseaux de sociabilité formelle. Codifiées, les relations formelles se développent au sein d organisations institutionnelles, par exemple. La simple connexion entre des acteurs n est pas suffisante pour qu un réseau social apparaisse (Lemieux, 1999). L étude des acteurs et de leurs relations formelles et codifiées se distingue alors de celle des réseaux sociaux (Bassand, Galland, 1993). Si l on adopte ce point de vue, le terme de «réseaux d acteurs» serait plus approprié et éviterait la confusion. Les acteurs qui font partie d un réseau formel usent de leurs relations informelles pour déjouer les règles établies par le «système d acteurs» tel que le définit S. Larribe, c est-à-dire comme «un ensemble de règles implicites ou non qui organisent une activité (en y impliquant de fait les acteurs)» (Larribe, 2003, p. 158). Ainsi, les acteurs, par leurs jeux proposés, s affranchissent partiellement des règles établies. 3. Se référer par exemple aux travaux de E. Lazega.

5 DE LA LÉGITIMITÉ D UNE GÉOGRAPHIE DES RÉSEAUX SOCIAUX: 141 De notre point de vue, nous entendons les réseaux sociaux dans un sens large, en considérant les relations informelles et formelles entre les acteurs. Ainsi, nous ne différencions pas les réseaux sociaux des réseaux d acteurs. L appellation réseaux d acteurs sociaux semble plaire à plusieurs auteurs. L accent est mis sur le caractère social d une personne ou d un groupe. Dans les réseaux d acteurs, il y a donc aussi les réseaux d acteurs sociaux au sein desquels les acteurs jouent un rôle majeur dans le domaine social. Dans ce sens, toutes les catégories d acteurs peuvent faire l objet d une analyse de réseaux d acteurs sociaux. En géographie, outre l attention portée à l acteur lui-même, c est la relation à l autre et le lien à l espace qui suscitent l intérêt. L étude du rapport entre le social et le spatial caractérise l approche en géographie sociale au sein de laquelle s effectue l étude des réseaux d acteurs socio-spatiaux. L acteur établit une relation à l espace par l utilisation qu il en a, les stratégies mises en place pour l organiser ou encore les représentations qu il en a (Brunet, 1992; Lussault, 2003). Le terme d acteur possède donc une dimension spatiale en géographie. Serait-ce alors un pléonasme de parler de réseaux d acteurs socio-spatiaux? ou une volonté de précision conceptuelle? Une chose est sûre, l analyse des réseaux sociaux que nous nous proposons de réaliser se place au cœur de la géographie sociale que quelques géographes ont explorée. Les réseaux sociaux chez les géographes L analyse des réseaux sociaux est récente en géographie. Cela justifie-t-il l absence de définition du réseau social dans les dictionnaires de géographie? L intérêt des géographes pour les réseaux sociaux porte sur le rapport à l espace, au territoire. Les interactions entre les acteurs s étudient dans une perspective spatiale car les chercheurs s intéressent à la gestion des espaces, à l aménagement du territoire, à la compréhension des dynamiques socio-spatiales. Parmi les spécialistes de cette discipline, les géographes aménageurs, ceux de la santé ou les chercheurs en géographie humaine se distinguent par leur approche et l utilisation des réseaux sociaux dans leurs travaux. L analyse de ces réseaux constitue pour les chercheurs un outil efficace et pertinent dans la représentation et la compréhension des dynamiques sociales d un espace. Ainsi elle prend toute son importance au travers d objectifs divers : l aide à la décision, l aménagement, l appréhension de la diffusion épidémiologique, l influence sur les réseaux techniques ou encore la compréhension des rapports socio-spatiaux. Les réseaux sociaux au cœur de la géographie sociale L analyse des groupes sociaux, de leurs usages et de leurs dynamiques s intègre dans le champ de recherche en géographie sociale. Celle-ci fait partie de la

6 142 NETCOM, vol. 20, n 3-4, 2006 géographie humaine, elle se différencie par son approche géographique des faits sociaux et sa dimension sociologique des faits géographiques (Frémont, 1984) 4. Géographie et sociologie se complètent et représentent le binôme conceptuel social et spatial (Claval, 1984, in Bailly, Beguin, 1996, p ). Selon P. Claval, deux dimensions définissent la géographie sociale. La première explique et décrit les aspects de la vie en société qui contribuent à la différenciation du monde, la seconde repère les organisations et les institutions caractéristiques de chaque aire. Par organisation, l auteur entend «groupement social» qui se propose des buts déterminés. Le poids des faits sociaux dans l évolution des rapports entre les sociétés et l espace implique une analyse sociale. En évolution permanente, les dynamiques internes et externes des relations des acteurs sociaux évoluent au fil du temps et contribuent à la structuration des territoires 5. Indissociables dans une analyse géographique, et plus généralement en sciences sociales, les trois dimensions Espace-Société-Temps sont en interactions continuelles. Une approche spatiotemporelle est donc nécessaire dans une étude en géographie sociale «afin d évaluer les dialectiques internalité-externalité, passé-présent, et les effets du croisement de ces deux dialectiques» (Corlay, 1995, p. 263). Le concept de réseaux sociaux témoigne de la dynamique sociale présente sur un espace. Il «touche largement à l organisation de nos sociétés et à leur rapport à l espace «(Bakis, Grasland, 1997). Réseaux techniques et réseaux sociaux Certains géographes s attachent aux réseaux d acteurs parce qu en premier lieu, ils se sont intéressés aux réseaux techniques qui structurent l espace et organisent le territoire. Les travaux sur les réseaux sociaux en géographie se développent ainsi en parallèle de ceux sur les réseaux techniques. En effet, ces derniers ne peuvent s étudier sans prendre en considération les acteurs pour lesquelles se créent réseaux routiers, d eau, de télécommunications, etc. «Les flux qui se développent dans l espace dépendent de l existence préalable de réseaux sociaux» 6. Les liens entre réseaux techniques et réseaux sociaux ainsi que la corrélation entre eux et le territoire sont mis en lumière notamment par J.-M. Offner et D. Pumain. Les réseaux techniques n exercent pas seulement un rôle de maillage de l espace, ils créent également des regroupements et des solidarités entre les acteurs. «Au regard de la flexibilité d usage et de développement des systèmes techniques, ce sont les 4. «[La géographie sociale] vise à appréhender les interactions multiformes qui existent entre rapports sociaux, en fixant comme postulat que les faits sociaux jouent un rôle essentiel dans la détermination des espaces géographiques» (Frémont et al., 1984). 5. La thèse en géographie sociale de R. Rochefort aborde dans les années 1960 la question de la mafia italienne, réseau social particulièrement structuré qui participe fortement au fonctionnement de certaines villes et à l organisation des activités économiques. 6. CLAVAL P., 1990, «La mise en réseau des territoires», in BAKIS H., 1990, p L auteur souligne l importance des réseaux sociaux pour le dynamisme des réseaux techniques.

7 DE LA LÉGITIMITÉ D UNE GÉOGRAPHIE DES RÉSEAUX SOCIAUX: 143 utilisateurs et les institutions qui donnent sens aux réseaux, par les stratégies et les processus d appropriation qu ils mettent en œuvre» (Offner, 1998, p. 4.). Dans le domaine des nouvelles technologies d information et de communication, les recherches tendent surtout à comprendre et à mesurer l influence des technologies sur les réseaux sociaux et la vie communautaire 7. H. Bakis développe dans ses articles et ouvrages les relations entre réseaux de télécommunications et réseaux sociaux. Selon lui, le milieu socio-économique préexistant influence nettement l organisation d un réseau de télécommunications et ne fait que traduire et renforcer une organisation socio-spatiale déjà en place. Dans son ouvrage sur les réseaux et leurs enjeux sociaux (Bakis, 1993, p. 94), il définit les réseaux sociaux comme des «modèles de relations à l intérieur du système social» et souligne l intérêt d une analyse géographique des réseaux qui met en évidence les relations entre les acteurs. H. Bakis remarque aussi la complexité des réseaux sociaux du fait d un environnement social constitué de compétitions exacerbées, dans le cadre d un changement global de plus en plus complexe. Dans de nombreuses recherches en géographie, les réseaux sociaux sont considérés, au même titre que les réseaux techniques, comme un élément structurant l organisation de la société et de l espace. Les chercheurs insistent sur l importance du concept. Cependant, peu d entre eux consacrent véritablement des travaux relatifs à l analyse des réseaux sociaux. Le concept s intègre dans le discours ou est traité dans une partie spécifique. D une manière générale, les auteurs insistent plus sur l aspect technique (qui correspond à leur domaine de recherche) que sur l aspect social. Les travaux plus «opérationnels», menés en aménagement, en géographie de la santé ou en géographie urbaine semblent prendre davantage en considération les réseaux sociaux. Gestion des territoires et réseaux sociaux Les «aménageurs», qui regroupent bien évidemment des chercheurs autres que des géographes, se préoccupent des réseaux sociaux. La connaissance des comportements et des jeux d acteurs est un élément primordial de l analyse des choix décisionnels concernant l application d un projet d aménagement (Larribe, 1999). C est la raison pour laquelle une définition et des outils sont développés afin d élaborer des scénarios pour l aide à la décision 8. En parallèle, les spécialistes des épidémies, dont certains géographes de la santé, font de plus en plus usage de l analyse des réseaux sociaux. Cela leur permet une compréhension de la transmission des maladies et une représentation 7. Par exemple la création de groupes sociaux solidaires au travers d Internet. Voir Véler B., Tout chercheur s intéressant aux problématiques de gestion d un espace s attache aux comportements des acteurs sociaux en matière de décision individuelle et collective. Ainsi on peut constater que des chercheurs du CEMAGREF travaillant sur des problématiques d aménagement font appel à l analyse des réseaux sociaux pour l aide à la décision. Cf. Ferrand N., 1998.

8 144 NETCOM, vol. 20, n 3-4, 2006 des diffusions spatiales. «Cette démarche favorise la prévention et le repérage d individus centraux dans le processus» (Saint-Charles, 2000, p. 3). Les études en géographie sociale et urbaine sont les plus fructueuses concernant l approche géographique des réseaux sociaux (Ley, 1983; Garat, 1994; François, Grasland, Le Goix, 1999). L école de Chicago y a largement contribué. Dans le cadre du programme de recherche ATIP-CNRS «Morphologie sociale et morphologie spatiale» ( ), C. Grasland et son équipe de recherche confrontent les réflexions sociologiques et géographiques et contribuent au développement d une nouvelle représentation de la distribution spatiale des formes sociales. Ils exposent la nécessité d un rapprochement pluridisciplinaire pour croiser les informations relatives à la spatialité des réseaux sociaux et aux maillages de l espace 9. I. Garat mène, quant à elle, une réflexion sur le rapport entre réseaux sociaux et territorialité. Les recherches de l auteure portent plus généralement sur l appropriation des lieux par ceux qui les pratiquent. Une étude menée à Bayonne a permis de mettre en évidence le rôle des réseaux amicaux dans la gestion des lieux de fêtes dans la ville. I. Garat met en évidence la «cimentation des réseaux par le partage d un espace commun». Le thème des représentations en géographie suscite l étude des réseaux sociaux. Cependant, si plusieurs géographes y font référence, ils ne le mentionnent pas toujours de façon explicite. Géographes implicites des réseaux sociaux Les scientifiques qui œuvrent à l identification des acteurs afin de comprendre les dynamiques socio-spatiales ont une approche implicite des réseaux d acteurs sociaux. En effet, ils s intéressent aux comportements des acteurs et aux relations entre les hommes et leur espace. Par définition, leurs recherches correspondent à l étude des réseaux sociaux. Le caractère implicite des réseaux sociaux dans certaines recherches suggère que les auteurs traitent des réseaux sociaux depuis les premiers travaux de géographie sociale! Cependant il convient de noter que la désignation «réseaux sociaux», dans les travaux géographiques, ne constitue pas un effet de mode mais un riche apport théorique. Les réseaux sociaux n offrent pas un cadre de recherche nouveau, mais une orientation de recherche peu explorée en tant que telle dans cette discipline. Les travaux de G. Di Méo représentent un riche apport théorique par rapport à la notion d acteurs socio-spatiaux. Dans son ouvrage Géographie sociale et territoires, il analyse les territoires propres aux agents sociaux. Il fusionne la dimension sociale dans le concept de territoire et insiste sur les espaces vécus et l identité territoriale. Il étudie notamment des groupes d acteurs socio-spatiaux ayant des représentations identiques ou non sur un même espace. L analyse de ces acteurs témoigne d un travail implicite sur les réseaux sociaux qui sont en interaction avec l espace et créent une identité territoriale spécifique. Certains auteurs mettent explicitement en évidence le 9. Leur terrain d étude correspond aux quartiers urbains et aux régions transfrontalières.

9 DE LA LÉGITIMITÉ D UNE GÉOGRAPHIE DES RÉSEAUX SOCIAUX: 145 lien entre réseaux d acteurs socio-spatiaux et organisation de l espace, du territoire, tandis que d autres le suggèrent. Notre intérêt porte sur le caractère social (organisation, structure, fonctionnement, comportements, etc.) et spatial (usages, occupation spatiale, rapport à l espace, etc.) de l ensemble des acteurs. Ainsi, pouvons-nous nommer les protagonistes des conflits d usage des «acteurs socio-spatiaux». Trois dimensions apparaissent : l action, la dimension sociale et la dimension spatiale. Elles impliquent une approche systémique. Les interactions du social et du spatial ont des répercussions sur l action de l acteur et ses stratégies. L intervention sur le même espace ne s effectue pas de la même façon, chaque acteur ayant sa stratégie d occupation de l espace, des conflits se déclenchent dès que les intérêts et les objectifs des différents acteurs s expriment et s opposent. Les réseaux sociaux représentent un outil de compréhension des processus conflictuels. Leur analyse permet en effet de comprendre la structuration des territoires et les dynamiques locales et d appréhender les représentations des acteurs. L étude des réseaux sociaux ouvre une porte sur les perceptions de l espace, et les relations entre les acteurs et cet environnement, permettant de décrypter les conflits d usage. La modélisation des réseaux sociaux L étude des multiples acteurs sociaux présents sur un espace implique une approche en termes de réseau afin de mieux comprendre les relations entre les acteurs. Ces relations sont mises en évidence par l analyse des réseaux. Pour ce faire, il convient d adopter une méthode pour les modéliser. Or, la multiplicité des protagonistes et de leurs échanges sociaux complexifie cette modélisation. La représentation des réseaux sociaux nécessite un regroupement d informations sur les acteurs et sur leurs relations ainsi qu un traitement des données. La description et l analyse des réseaux sociaux dépendent donc fortement des méthodes et outils utilisés. qui permettent d aborder la complexité des interactions entre les acteurs. Les réseaux forment un système où les éléments (les acteurs) sont en interactions. Ils correspondent donc à un sous-système du système social. La démarche systémique constitue ainsi le cadre méthodologique général de l analyse des réseaux sociaux. Selon les objectifs de recherche, les outils d analyse diffèrent. Certains s orientent vers la sociométrie 10, d autres évoquent l analyse structurale comme la «théorie des réseaux», quelques-uns font appel aux systèmes multiagents, etc. Qu il soit technique ou social, un réseau peut toujours être vu comme un graphe, et l ensemble des disciplines étudiant les réseaux y font référence. 10. Le sociogramme est une représentation graphique des résultats du test sociométrique qui permet d avoir une image de la structure des relations. Moreno analyse les réseaux sociaux par les «graphes sociométriques» dès La sociométrie est bien plus utilisée en sociologie qu en géographie. Larribe, géographe, a cependant utilisé cette démarche pour analyser les comportements stratégiques des acteurs et leur rôle réel dans les prises de décision (Moreno, 1934; Larribe, 2003).

10 146 NETCOM, vol. 20, n 3-4, 2006 La théorie des graphes Les graphes sont des représentations de réseaux et correspondent à un ensemble de points, nommés sommets, dont certains couples sont reliés par une ligne, orientée ou non, appelé arc et exprimant un système de relations 11 (Berge, 1985). La «théorie des graphes» correspond à un ensemble de techniques permettant l analyse synthétique des réseaux. En mathématique, elle «vise à la formalisation des réseaux et la mesure de leurs propriétés» (Lévy, 2003). Un graphe à l avantage de bien résumer l information et cela semble évident pour la notion de structure. «Les réseaux correspondent à des modèles de relations à l intérieur du système social, et leur étude permet de dégager des structures sociales sinon une structure sociale abstraite» (Bakis, 1993, p. 94). Les structures peuvent être représentées comme des réseaux, avec des ensembles de «nœuds» 12 (éléments du système social) et des ensembles de lignes figurant l interdépendance, l interconnexion des éléments (Bakis, 1993). Le langage des graphes constitue un langage commun à l ensemble des sciences sociales. Un vocabulaire spécifique permet d appréhender cet outil privilégié pour décrire les aspects formels des réseaux (Degenne, Forsé, 1994). La représentation par les graphes permet une visualisation des divers acteurs (sommets) et des liens qui les relient (arcs). «[Ceux-ci] permettent de visualiser et de formaliser des relations qualitatives qui jouent des rôles fondamentaux dans les faits» (Grasland, 2001). La théorie des graphes dispose d un vocabulaire particulier pour décrire les caractéristiques d un réseau. L analyse structurale se fonde notamment sur la théorie des graphes pour expliciter la centralité, la cohésion, l appartenance multiple, etc. 13. Les sociologues, notamment les quantitativistes, disposent d une certaine avance sur les géographes quant à la représentation de ces réseaux. Représenter les réseaux sociaux La représentation et l analyse des réseaux sociaux par les graphes impliquent que soient fixés clairement les objectifs que les chercheurs souhaitent atteindre. Ensuite, il est nécessaire de recueillir les données, au moyen d enquêtes ou d entretiens, puis de traiter les données (création d une matrice relationnelle par exemple), pour représenter le graphe puis pouvoir l analyser. La première étape consiste à préciser les acteurs et les relations (Saint-Charles, 2001). Dans un second temps, il s agit de définir les variables relationnelles des acteurs (appartenance à une association, une administration, etc.), et enfin de récolter des informations comportementales permettant d expliquer la position et le rôle d un acteur au sein d un réseau (Larribe, 2003). 11. Le graphe est orienté si les sommets sont ordonnés, non-orienté si l origine et l extrémité de l arc ne sont pas distinguées. 12. Les nœuds peuvent représenter des individus, des groupes, des collectivités, etc. ; les liens étant des flux de toute nature, ils correspondent aux informations, ressources, relations, etc. 13. L ouvrage de A. Degenne et M. Forsé (1994) consacre un chapitre entier aux aspects mathématiques de la théorie des graphes.

11 DE LA LÉGITIMITÉ D UNE GÉOGRAPHIE DES RÉSEAUX SOCIAUX: 147 Plusieurs difficultés apparaissent quant à la représentation de multiples acteurs, pas toujours bien définis socialement et administrativement, et des nombreuses relations existantes. La maîtrise des techniques informatiques permet de résoudre certaines de ces difficultés. L informatique a joué un rôle dans le développement de l analyse des réseaux par les graphes, notamment parce qu elle a permis des analyses plus fines et rapides 14. La modélisation des systèmes sociaux fait appel à un éventail de méthodes mathématiques, dont la théorie des graphes, mais aussi à des simulations numériques. En effet, les structures sociales ne sont pas figées, d où la nécessité de comprendre la sociologie des réseaux comme une «perspective dynamique» (Bakis, 1993). L intérêt d une représentation dynamique des réseaux est par ailleurs fondamental dans le cadre de leur analyse au cours des processus conflictuels. Les caractéristiques sociales peuvent évoluer rapidement, ce qui pose le problème de la péremption des données recueillies et de la pertinence de l analyse du graphe. Les auteurs reconnaissent cependant l existence d une constance dans les dynamiques socio-spatiales. D une manière générale, en étudiant les réseaux sociaux, les chercheurs considèrent l importance relative de l analyse systémique et de l apport de la théorie des graphes, qui semble être le meilleur moyen d appréhender et de représenter les réseaux sociaux. Mis à part des sociologues et des économistes, rares sont les chercheurs qui modélisent les réseaux sociaux qu ils étudient. Parmi eux, les aménageurs qui travaillent sur les SMA et les rares géographes utilisant le sociographe (Larribe, 1999). On peut citer aussi les travaux dirigés par C. Grasland sur les morphologies socio-spatiales 15. Les logiciels permettant la représentation des réseaux sont finalement plus adaptés aux besoins des sociologues qu à ceux d autres chercheurs. Pourtant, les géographes peuvent apporter une contribution notable à la modélisation des réseaux sociaux. En effet, en couplant la dimension temporelle (analyse dynamique) avec la dimension spatiale (analyse multiscalaire par exemple), ils améliorent les représentations et participent au perfectionnement des outils de visualisation des réseaux sociaux, l intérêt étant de comprendre et de faire comprendre la dynamique du système socio-spatial. L analyse des réseaux sociaux par la systémique et les graphes permet de comprendre comment les rapports internes et externes des acteurs sociaux s articulent et se modifient réciproquement. Nous proposons d illustrer ces aspects théoriques et méthodologiques au regard d une étude de cas en géographie des conflits. 14. Les logiciels Pajeck, Ucinet ou krackplot permettent notamment de représenter les réseaux sociaux. 15. L article de J.-C. François, C. Grasland, R. Le Goix (2002) explicite les travaux menés dans le cadre d un programme de recherche «Actions thématiques et incitatives sur programme» du CNRS (ATIP-CNRS) intitulé «Morphologie sociale et morphologie spatiale» dirigé par C. Grasland ( ).

12 148 NETCOM, vol. 20, n 3-4, 2006 II. ÉTUDE DE CAS : LES RÉSEAUX SOCIAUX DANS LES CONFLITS LIÉS À L URBANISATION SAUVAGE Présentation d un conflit urbanistique et environnemental Le littoral du Languedoc-Roussillon connaît une urbanisation diffuse sur des espaces sensibles et, de ce fait, est un terrain d étude approprié des conflits d usage liés à la cabanisation, un phénomène qui prend de plus en plus d ampleur aujourd hui en terme d aménagement et de gestion des usages. La cabanisation est l occupation illégale d un espace par des personnes logeant dans des habitations précaires ou tout-confort, non soumises aux règles d urbanisme. En effet, l augmentation de la population sur les espaces littoraux s accompagne d une croissance de l urbanisation, mal maîtrisée et qui s étend sur des espaces non-constructibles. Ces espaces sont définis comme tels selon les critères juridicoadministratifs qui précisent le cadre réglementaire du littoral 16. Des abris anciennement destinés au matériel de pêche et de chasse sont transformés en habitations précaires, occupées temporairement ou de façon pérenne. Faisant partie du paysage et témoignant de la tradition locale, ce type de pratique fut toléré tant qu il restait modéré et ne constituait pas une menace forte pour l environnement littoral. Cependant, l agrandissement des cabanons en de véritables villas et l apparition de nouvelles constructions illégales réveillent la conscience juridique de représentants de l État jusque-là conciliants et alarment des citoyens attentifs à la fragilité du littoral. Les cabaniers sont devenus la cible d un État résolu à maîtriser le phénomène 17 et à faire respecter la loi. Le conflit, latent depuis des années, se manifeste, entraînant de nombreux acteurs dans un processus conflictuel complexe où les réseaux sociaux ont un rôle prépondérant. La cabanisation est donc l objet d un conflit qui se manifeste de façon plus ou moins virulente selon les espaces et le temps. Il oppose principalement deux types d acteurs : les cabaniers et les autorités publiques, mais en implique beaucoup d autres. Les cabaniers sont accusés non seulement d occuper illégalement l espace, mais aussi d être source de nuisances environnementales (eaux usées rejetées directement dans le milieu, etc.) et de susciter des problèmes de responsabilités des pouvoirs publics car les lieux occupés sont sensibles aux risques d inondations et d incendies 18. En revanche, les cabaniers défendent un patrimoine historique, un art de vie et une tradition et réfutent l accusation de dégradation du littoral,mettant l accent sur l entretien du milieu qu ils assurent. 16. Les schémas d aménagement (plan d occupation des sols, plan local d urbanisme, plan de prévention des risques), les lois (Loi Littoral) et les réglementations spécifiques à la protection des espaces naturels sensibles (réserves naturelles, arrêté de protection de biotope, etc.) précisent les zones où les constructions sont limitées, soumises à autorisation pour une durée définie, ou interdites. 17. Selon l étude commandée par la Mission Littoral en Languedoc-Roussillon, plus de cabanes ont été dénombrées sur 80 % des communes littorales de la région. «Près de 30 % sont utilisés à des fins de résidence principale, 2 % connaissent une pratique traditionnelle, les deux tiers sont utilisées comme résidence secondaire». BRL, 2004, p % des cabanons sont soumis à des risques d inondations en Languedoc-Roussillon.

13 DE LA LÉGITIMITÉ D UNE GÉOGRAPHIE DES RÉSEAUX SOCIAUX: 149 Nous nous proposons de clarifier de manière qualitative le rôle des réseaux sociaux dans les processus conflictuels. Création d une dynamique de réseaux Le retour à l état initial n étant plus possible, l État prend des mesures pour empêcher les nouvelles constructions et surveiller l extension des cabanes existantes. Afin de répondre à un phénomène global (l urbanisation diffuse du littoral), il met en place des réseaux d acteurs capables de répondre à des situations locales complexes et d améliorer les relations entre les services publics et les élus locaux, ce qui faciliterait la gestion de ce phénomène et des espaces littoraux. Le manque d articulation entre les acteurs publics incite en effet l État à créer une structure chargée de coordonner les actions des services publics et des collectivités locales. Les réseaux de lutte contre les cabanes Créée en 2001, la Mission Littoral en Languedoc-Roussillon 19 a pour objectif de mettre en œuvre des actions cohérentes pour la protection et la valorisation du littoral. Une de ses missions concerne la gestion de la cabanisation. Un noyau central hiérarchisé coordonne les acteurs-partenaires qui participent à la gestion de la cabanisation. Des liens de coopération relient les sous-ensembles de ce réseau. La dynamique de réseau a pour objectif la réalisation d outils et la mise en place d actions pour lutter contre la cabanisation. La structure du réseau dessine une étoile, dont le centre est la Mission Littoral autour de laquelle gravitent des acteurs, indirectement liés dans la lutte contre l urbanisation sauvage. L extension de la cabanisation dans les zones rurales implique des acteurs liés au foncier agricole comme la Société d aménagement foncier et d établissement rural 20. Dans les espaces soumis à la réglementation du code de l environnement, ce sont la Direction régionale de l environnement (DIREN) et les Conseils d architecture, d urbanisme Conseil régional et Conseil général CAUE** SAFER* Préfet Agence de l'eau Administration déconcentrées Mission Littoral Partenariat contre la cabanisation Conservatoire du Littoral *Société d aménagement foncier et d établissement rural **Conseils d architecture, d'urbanisme et d'environnement Parquet Communes Figure 1. Réseau de partenariat contre la cabanisation 19. La Mission Littoral est créée par décision du Comité interministériel d aménagement et de développement du territoire du 9 juillet 2001 et mise en place le 1er octobre La SAFER a pour mission d améliorer les structures foncières par l installation ou le maintien d exploitants agricoles ou forestiers par l accroissement de la superficie de certaines exploitations agricoles et forestières, par la mise en valeur des sols.

14 150 NETCOM, vol. 20, n 3-4, 2006 et d environnement 21 (CAUE) qui sont appelés à émettre des propositions. L absence d assainissement caractérisant de nombreux sites de cabanons suscite l intervention des Directions départementales des affaires sanitaires et sociales (DDASS). Les aspects liés aux équipements et à l urbanisme suscitent l implication des Directions départementales de l équipement (DDE). L Agence de l eau Rhône-Méditerranée-Corse est un partenaire également essentiel puisqu il s agit d un établissement public de l État qui a pour mission de rationaliser, à l échelle des bassins-versants, l utilisation des ressources en eau et de lutter contre la pollution des eaux, ainsi que d assurer la protection des milieux aquatiques. Une forte implication des communes dans la gestion du phénomène est sollicitée par la Mission Littoral. Cependant, elles ne s investissent pas toutes de la même manière. Certaines ont été présenté des projets pilotes, d autres ont préféré refuser. Les communes ont toujours été concernées par ce conflit, sans toujours l affronter. La pression de l État pour la mise en place des plans d urbanisme ou leur refonte, l application des principes des schémas d aménagement et de gestion des eaux et la médiatisation du phénomène stimulent l intervention des élus locaux dans la gestion de la cabanisation. Les collectivités locales sont donc plus que jamais impliquées dans ce type de conflit d usage. Les réseaux de lutte pour la défense des cabanes Le conflit d usage relatif à la cabanisation met en présence des acteurs désireux des traditionnelles vacances au bord des étangs littoraux ou soucieux de la perte d un patrimoine et d un territoire. Divers acteurs se mobilisent autour des habitants des constructions illégales pour former un réseau de soutien (population locale, associations, journalistes, etc.). Les «personnalités engagées» regroupent des personnes connues dans leur milieu professionnel (écrivains, chercheurs, etc.), qui, à titre privé, sont sensibilisées au devenir de certains cabanons et se mobilisent en soutenant les cabaniers. Les associations forment un sous-ensemble structuré dans le réseau de soutien à l intérieur duquel agissent des individus qui ont le même objectif: la défense des cabanons. Si certaines de ces associations préexistent au conflit, leur cohésion s est renforcée au cours des oppositions. Deux tiers des propriétaires de cabanon sont regroupés en association de défense ; cependant, ces associations ne sont pas toutes liées Le CAUE est un organisme départemental d information assumant des missions de service public dans un cadre associatif. Issus de la loi sur l architecture du 3 janvier 1977, les CAUE ont été mis en place dans 88 départements à l initiative des Conseils Généraux. 22. Par contre, de par le lien que ces associations ont avec les autorités publiques, elles sont équivalentes. Cette notion d équivalence est «une façon de distinguer des sous-ensembles dans un réseau et consiste à confondre des individus ou des positions sociales sur la base des relations qu ils entretiennent avec les autres» (Degenne, Forsé, 1994, p. 102).

15 DE LA LÉGITIMITÉ D UNE GÉOGRAPHIE DES RÉSEAUX SOCIAUX: 151 Le réseau du conflit La création de réseaux d acteurs facilite les échanges d informations et participe à la mise en place d actions cohérentes de part et d autre. La situation conflictuelle évolue considérablement en quelques années grâce à la dynamique des réseaux sociaux. De nouveaux acteurs s insèrent dans le processus conflictuel global, entrent dans les réseaux préexistants et élargissent le réseau. L articulation entre les acteurs aux niveaux de compétences variés offre en effet des moyens de gestion plus adaptés aux situations locales. Des méthodes de gestion sont pensées collectivement pour assurer une régulation sereine du conflit. La gestion du conflit est donc multiscalaire. Le graphe représentant le réseau du conflit est d autant plus complexe qu il s étend sur plusieurs échelles géographiques et que les enjeux liés à sa régulation sont majeurs et alimentent l actualité. La structure complexe du réseau se traduit par des liens entre les acteurs parfois doubles et parfois à sens unique. Les liens de partenariat, de soutien et les liens conflictuels créent des réseaux dans le réseau. On remarque par ailleurs la position spécifique d acteurs situés entre les réseaux de partenariat et les réseaux de soutien. Leur position de relais mérite une attention particulière. La position spécifique des intermédiaires «Personnalités engagées» Cabaniers Lien de solidarité Associations de cabaniers Inspecteurs des monuments historiques Populations locales Figure 2. Réseau de soutien aux cabaniers Le rôle passerelle des gestionnaires de terrain et des responsables associatifs Les gestionnaires de terrain ont un rôle d intermédiaire entre les élus, les administrations, donc avec la Mission Littoral, et par son intermédiaire, avec l État. Ils ont par exemple en charge d établir et de suivre un plan de gestion spécifique à leur espace de compétence et sont de fait en contact constant avec les acteurs locaux et les partenaires techniques des administrations. Ce sous-ensemble regroupe des personnes travaillant au sein d un syndicat mixte par exemple, ou au sein d une commission locale de l eau, ou encore dans un parc ou une réserve naturelle. Ils ont une bonne connaissance du terrain et des enjeux locaux et sont en contact permanent avec la population. Les contacts entre les acteurs locaux facilitent les discussions qui permettent de surmonter certaines tensions. Les cabaniers sont en effet inquiets et se persuadent que la seule volonté de l État est de détruire les cabanons. Or, l État et les collectivités locales n ont que trois ans pour constater et verbaliser une infraction liée à la cabanisation (hormis sur le domaine public maritime). Après ce délai, aucune destruction n est possible. Les réseaux d acteurs de proximité ont pour mission de gérer l extension de la cabanisation, donc d informer les cabaniers sur le statut du terrain qu ils occupent, sur les représailles éventuelles s il y a agrandissement du cabanon ainsi que sur les dangers qu ils encourent par rapport aux risques d incendie et d inonda-

16 152 NETCOM, vol. 20, n 3-4, 2006 Échelle nationale Agence de l'eau État Conservatoire du Littoral Types de liens: Conflit Partenariat Soutien Hiérarchie Échelle régionale SAFER* Mission Littoral Parquet Administrations déconcentrées Préfet de Région Informations Échelle départementale CAUE** Conseil régional et Conseil général Préfets Administrations déconcentrées Inspecteurs des monuments historiques "Personnalités engagées" Échelle communale Communes gestionnaires de terrain Associations de cabaniers Populations Cabaniers *Société d'aménagement Foncier et d Établissement Rural **Conseils d Architecture, d'urbanisme et de l'environnement A. Cadoret, UMR ESPACE, 2006 Figure 3. Graphe des réseaux sociaux du conflit lié à la cabanisation tion. Les agents de terrain étant plus nombreux à l heure actuelle et la problématique de cabanisation étant intégrée dans les documents de gestion des espaces, l information parvient davantage aux cabaniers. Au regard de ces contacts réguliers avec les cabaniers, un climat plus serein semble s installer entre les autorités publiques et les propriétaires de cabanons. Mieux informés, ces derniers consolident par ailleurs leurs réseaux de soutien. Au sein des réseaux de cabaniers, des personnes influentes participent à la mutation des relations conflictuelles en relations de coopération afin de parvenir à un climat de «négociations» avec les gestionnaires, et par leur intermédiaire, avec l État. Le terme de négociation demande à être éclairci. En effet, la situation dans laquelle se trouve le cabanier n est pas vraiment négociable. Ce qui l est, c est le temps que le cabanier va mettre pour régulariser sa situation, ou plus généralement pour remettre en l état le site afin d éviter un procès-verbal et des sanctions par le tribunal compétent. Les responsables d associations vont donc établir une passerelle entre les cabaniers et les gestionnaires. Cette position d intermédiaire ne signifie pas pour autant une place influente ou un pouvoir spécifique. En effet, les gestionnaires sont tributaires des décisions prises par leurs supérieurs qui, eux-mêmes, sont en position d intermédiaire et subissent diverses pressions.

17 DE LA LÉGITIMITÉ D UNE GÉOGRAPHIE DES RÉSEAUX SOCIAUX: 153 Si la capacité à travailler en réseau semble être la clé d une gestion efficace, les limites ne tardent pas à apparaître. Le comportement de certains acteurs court-circuite parfois les efforts entrepris. En refusant la communication, certaines associations bloquent tout dialogue. En demeurant dans l inertie, certains élus locaux freinent également le processus de régulation. Réseau associatif Cabanier Gestionnaire de terrain Lien de solidarité, soutien Lien informationnel... évoluant en lien de négociation Absence de structure en réseau Figure 4. Le rôle «passerelle» du responsable associatif de défense des cabanes La position des communes Les maires ont parfois des réticences à prendre part au conflit lié à la cabanisation, alors qu ils sont de fait au cœur du conflit. Le lien reliant les élus locaux et les réseaux des résidants de cabanons est cependant ambigu. Cette ambiguïté a des conséquences sur les processus de régulation du conflit. Les élus locaux ont administrativement autorité sur les cabaniers. Ils sont en effet compétents pour verbaliser ceux qui agrandissent leurs habitations par exemple. Or, il existe un rapport délicat avec les contrevenants. Le rapport de force s inverse parfois, bouleversant les stratégies établies par les services de l État et complexifiant la tâche des gestionnaires de terrain. La position des élus locaux est en effet difficile car ils doivent faire respecter la loi tout en gérant les requêtes de leurs concitoyens, et il se trouve que, dans certaines communes, les propriétaires de cabanons sont des amis, ou ont un poids électoral important. On comprend dès lors les difficultés d une action litigieuse à l encontre des populations de la commune. De plus, les propriétaires des cabanes sont parfois conseillers municipaux. Il est alors préférable de faire endosser à l État le litige. Inévitablement, les réseaux sociaux ont un rôle majeur dans l évolution de la situation. On comprend l inertie de certaines communes face à la cabanisation, ou le choix d une issue plus «douce» (tolérance, régularisation). C est une politique qui freine considérablement le processus de régulation du conflit, mais qui permet également d atténuer les tensions locales. Cette attitude s explique aussi par le fait que «les modifications sont trop peu brutales pour être prises en compte au regard des changements très visibles occasionnés par la construction d une zone pavillionnaire ou artisanale par exemple» (Poulain, 2002, p. 4). En outre, si les maires ont conscience du phénomène, ils sont parfois impuissants pour en gérer la croissance. La nécessité de moyens techniques, financiers et humains, pour recenser les cabanes, surveiller l extension des constructions, informer les cabaniers, éventuellement les poursuivre juridiquement, etc., demande un investissement majeur de la part des communes pour lesquelles d autres problèmes sont davantage prioritaires.

18 154 NETCOM, vol. 20, n 3-4, 2006 La nature du lien entre élus et cabaniers fluctue en fonction des pressions locales. Ces fluctuations affectent largement le système social local car elles induisent des changements de comportements des acteurs et, par voie de conséquence, une redéfinition des alliances. Le système social est largement affecté, et les processus conflictuels également. En fonction du contexte local, des stratégies adoptées par les acteurs, de l influence de certaines personnes, l issue du conflit va prendre des orientations différentes. C est pourquoi on observe des disparités spatiales concernant les processus de régulation du conflit à l échelon communal. Les rapports de force sont totalement déséquilibrés, car l avantage est au réseau étatique. Les dynamiques locales jouent cependant un rôle majeur puisque les acteurs locaux peuvent renforcer un travail en réseau qui émerge depuis la mise en place des structures locales et de la Mission Littoral, mais certains ont aussi le pouvoir de court-circuiter ce travail en réseau. Qu il s agisse des préfets, des administrations ou des élus locaux, les acteurs ont des directives ou subissent des pressions qui modifient la structure du réseau global et se répercutent sur l évolution des processus conflictuels. Un acteur influent ayant un pouvoir particulier (politique, financier, électoral, persuasif, etc.) peut dynamiser les réseaux sociaux et participer à l évolution des processus d antagonisme. L analyse des réseaux sociaux : instrument d analyse des processus conflictuels La cabanisation n est pas un phénomène nouveau. D anciens réseaux d acteurs se transforment du fait d une implication forte de l État et de nouveaux réseaux apparaissent. Il convient alors de préciser que la structure des réseaux sociaux évolue au cours du conflit en fonction des facteurs endogènes (comportement de certains acteurs au sein d un réseau) et en fonction de facteurs exogènes (changement du contexte politique par exemple). Un élément hors du système conflictuel peut ainsi réalimenter le conflit et modifier la nature des liens entre les acteurs ou leur position. Le rôle des réseaux sociaux est majeur dans l évolution d un conflit. La modification de la structure du réseau se répercute sur la dynamique des processus conflictuels. Les dynamiques induites par les acteurs et leurs relations au sein des réseaux sociaux ont des répercussions sur l issue des situations antagonistes et à terme sur l organisation de l espace. La gestion du conflit est pensée à plusieurs niveaux. Les actions sont menées conjointement par des acteurs aux compétences institutionnelles et géographiques distinctes. On assiste à un changement d échelle permanent quant à la gestion du phénomène. La régulation locale du conflit est ainsi dépendante à la fois du travail en réseau à l échelle régionale, donc des liens unissant les acteurs, mais également du comportement de certains acteurs. La création d un réseau formel favorise le lien entre des acteurs pour lutter contre la cabanisation. Le renforcement des réseaux de cabaniers leur permet de se faire entendre. Les revendications sont transmises notamment par les intermédiaires

19 DE LA LÉGITIMITÉ D UNE GÉOGRAPHIE DES RÉSEAUX SOCIAUX: Sigean Gruissan 1 2 Poussan Le Graudu-Roi Villeneuve-lès- Maguelonne Mauguio Marsillargues Mèze Frontignan Lapalme Marseillan Leucate Portiragnes Vias Mer Méditerranée Salses-le- Château Agde 10 km Le Bacarès Torreilles Sainte-Marie Nombre estimé de cabanes Volonté de régulation par les élus Saint-Nazaire 2094 Tolérance passive Argelès-sur-Mer Port-Vendres Volonté de légaliser Volonté d éradiquer Absence de données Réalisation: A. Cadoret, UMR ESPACE, 2006 Source: Mission Littoral LR Pas de cabanes Figure 5. Régulation du conflit envisagée par les élus locaux locaux, c est-à-dire les gestionnaires de terrain. Les réseaux au sein des sousensembles sociaux facilitent la mise en réseau d acteurs qui participent à la dynamique des processus conflictuels et aux mutations des territoires. Si le réseau reste déséquilibré, de multiples liens se sont créés entre les acteurs. Le conflit est créateur de lien social et donne vie ou recrée des territoires. Une relation conflictuelle est à l origine de la création de réseaux sociaux, de conflit, de soutien, de partenariat. La relation litigieuse de départ a rendu visibles des réseaux d entraide et de coopération. Cette simple exploration qualitative des réseaux sociaux permet d éclaircir certaines problématiques géographiques liées à la mutation des espaces. L analyse quantitative permettra d approfondir les interactions entre les opposants (calcul de la centralité, de la densité des relations, etc.). L exemple présenté ici illustre la pertinence d une géographie des réseaux sociaux en géographie des conflits. L absence de visibilité spatiale des réseaux sociaux est un défi vers lequel nous orientons nos recherches actuelles.

20 156 NETCOM, vol. 20, n 3-4, 2006 RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES BAILLY A., BEGUIN H. (1996). Introduction à la géographie humaine. Paris: A. Colin, 6 e édition, 201 p. BAKIS H. (2001). «Réseaux de Télécommunications. Réseaux sociaux». Bulletin de l Association de Géographes français, Géographies, 78 e année, n 1, p BAKIS H., GRASLAND L. (1997). «Les réseaux et l intégration des territoires. Position de recherche pour l axe IV de l UMR ESPACE». NETCOM, vol. 11, n 2, p BAKIS H. (1993) Les Réseaux et leurs enjeux sociaux. Paris: PUF, coll. «Que Saisje?», 128 p. BARNES J. (1954). «Class and Comittees in a Norwegian Island Parish». Human Relations, n 7, p BASSAND M., GALLAND B. (1993). «Avant-propos: dynamique des réseaux et société». Flux, n 13-14, p BERGE C. (1985). Graphs and Hypergraphs. Amsterdam: North Holland, 2 e édition, 516 p. BRL (2004). Connaissance et identification de la cabanisation sur le littoral du Languedoc-Roussillon. Rapport principal, p. 3. BRUNET R. et al. (1993). Les Mots de la géographie. Paris : La Documentation française/reclus, coll. «Dynamique du territoire», 3 e éd., 520 p. CADORET A. (2005). «Réseaux d acteurs et conflits d usage», Poster scientifique, Festival international de géographie, Saint-Dié-des-Vosges. CADORET A. (2003). L Environnement littoral et ses conflits d usage en Languedoc- Roussillon : réseaux sociaux et médiation, vers une gestion intégrée. DEA de géographie, Université Montpellier III, 196 p. CATANZANO J., THÉBAUD O. (1995). Le Littoral : pour une approche de la régulation des conflits d usage. Paris : Institut océanographique, IFREMER, coll. «Propos», 145 p. CROZIER M., FRIEDBERG E. (1994). L Acteur et le système. Paris: Seuil, 3 e éd, 500 p. CORLAY J.-P. (1995). «Géographie sociale, géographie du littoral». Norois, p DEGENNE A., FORSÉ M. (1994). Les Réseaux sociaux. Paris: Armand Colin, coll. «U, sociologie», 288 p. DI MÉO G. (1998). Géographie sociale et territoires. Paris: Nathan Université, coll. «Fac Géographie», 317 p. FERRAND A. (1982). Parents, Habitants, Citoyens : Meylan, banlieue grenobloise. Paris: Éditions du CNRS, 221 p. FERRAND A. (1997). «La structure des systèmes de relations». L Année sociologique, vol. 47, n 1, p FERRAND N., DEFFUANT G. (1998). «Trois apports potentiels des approches multiagents pour l aide à la décision publique». Colloque «Gestion des territoires ruraux - connaissances et méthodes pour la décision publique», Clermont- Ferrand, 27 au 27 avril 1998, CEMAGREF Éditions, p

Objectifs généraux. Explications. 2. Disciplines fondamentales

Objectifs généraux. Explications. 2. Disciplines fondamentales Index Plan d'études Gymnase français de Bienne 69 2. Disciplines fondamentales sciences humaines géographie histoire introduction à l économie et au droit enseignement interdisciplinaire (EISH) Sciences

Plus en détail

Charte de la concertation territoriale

Charte de la concertation territoriale LIGNE A GRANDE VITESSE POITIERS-LIMOGES Charte de la concertation territoriale La présente charte constitue le cadre de la démarche de la concertation territoriale conduite par Réseau ferré de France Elle

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS Le Master 1 : Management Public Environnemental forme aux spécialités de Master 2 suivantes : - Management de la qualité o Parcours

Plus en détail

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France)

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Résumé du rapport réalisé par EUROPA pour la DATAR DATAR EUROPA Etude sur les maisons des services publics en Europe Résumé du rapport

Plus en détail

Grille d autoévaluation

Grille d autoévaluation Introduction Grille d autoévaluation de la qualité des pratiques de soutien à la parentalité en hébergement social Cette grille d auto-évaluation s inscrit dans la démarche d évaluation interne préconisée

Plus en détail

POSITION COMMUNE DES ASSOCIATIONS MEMBRES DE LA MAISON EUROPEENNE DES POUVOIRS LOCAUX FRANÇAIS RELATIVE A LA PROPOSITION

POSITION COMMUNE DES ASSOCIATIONS MEMBRES DE LA MAISON EUROPEENNE DES POUVOIRS LOCAUX FRANÇAIS RELATIVE A LA PROPOSITION POSITION COMMUNE DES ASSOCIATIONS MEMBRES DE LA MAISON EUROPEENNE DES POUVOIRS LOCAUX FRANÇAIS RELATIVE A LA PROPOSITION DE DIRECTIVE SUR LA PASSATION DES MARCHES PUBLICS Mars 2012 Maison européenne des

Plus en détail

Les relations de pouvoir dans les organisations

Les relations de pouvoir dans les organisations Bouteiller Charlotte Master DGRH Crombez Claire Année 2003/04 Verbecq Antoine Les relations de pouvoir dans les organisations Introduction : Il y a deux ans, une loi réprimant le harcèlement moral a été

Plus en détail

Licence préparatoire au Master Urbanisme et Aménagement 2014-2015 Responsable : Laurence ROCHER

Licence préparatoire au Master Urbanisme et Aménagement 2014-2015 Responsable : Laurence ROCHER Université Lyon 2 - Faculté de Géographie, Histoire, Histoire de l Art, Tourisme Institut d Urbanisme de Lyon LICENCE GEOGRAPHIE - AMENAGEMENT Parcours AMENAGEMENT ETUDES URBAINES Licence préparatoire

Plus en détail

Supervision, coaching ou APP? 1 Les pratiques d accompagnement formateur se multiplient

Supervision, coaching ou APP? 1 Les pratiques d accompagnement formateur se multiplient Supervision, coaching ou APP? 1 Les pratiques d accompagnement formateur se multiplient Marc Thiébaud Dans de nombreux champs d activités professionnelles, on observe un développement important de pratiques

Plus en détail

Enquête EPCI 2014 : l appropriation des TIC par les intercommunalités bretonnes

Enquête EPCI 2014 : l appropriation des TIC par les intercommunalités bretonnes Enquête EPCI 2014 : l appropriation des TIC par les intercommunalités bretonnes Nicolas Deporte & Margot Beauchamps Observatoire du GIS M@rsouin Prenant en compte le rôle croissant de l échelon intercommunal

Plus en détail

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde Fiche prolongement 6 Du lien entre environnement et développement au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde 20% de la population mondiale consomme 87 % des ressources

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO)

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) Former des urbanistes Le master Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) s appuie sur

Plus en détail

Collectivités, que faites-vous avec les entreprises de votre territoire en faveur du Développement Durable?

Collectivités, que faites-vous avec les entreprises de votre territoire en faveur du Développement Durable? Deuxième enquête destinée aux professionnels du Développement Durable dans les Collectivités Collectivités, que faites-vous avec les entreprises de votre territoire en faveur du Développement Durable?

Plus en détail

Bastia Lucciana / 9 12 octobre 2008 Samedi 11 Octobre 2008

Bastia Lucciana / 9 12 octobre 2008 Samedi 11 Octobre 2008 La conservation, la restauration et l étude du patrimoine en milieu isolé sous les aspects opérationnels dans le cadre d un projet de réalisation (constructions, rénovations, aménagements, équipements

Plus en détail

NIVEAU Master 2 PAYSAGE Spécialisation IT Ingénierie des Territoires

NIVEAU Master 2 PAYSAGE Spécialisation IT Ingénierie des Territoires NIVEAU Master 2 PAYSAGE Spécialisation IT Ingénierie des Territoires SEMESTRE 9 Winter Semester 2014-2015 1/7 Sommaire Percevoir et se représenter le paysage... 3 Politique, économie et droit de l environnement

Plus en détail

IFIP Conseil. «Une formation opérationnelle des agents de terrain en relation sociale de proximité avec les habitants pour» :

IFIP Conseil. «Une formation opérationnelle des agents de terrain en relation sociale de proximité avec les habitants pour» : FORMATION : MIEUX GERER LES RELATIONS AUX HABITANTS Finalité de la formation : Réduire le stress. Communiquer et gérer les relations, anticiper. Agir de manière appropriée lors des situations délicates

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

Avec le soutien de. Lignes directrices. pour l élaboration et la mise en œuvre des stratégies régionales pour la biodiversité

Avec le soutien de. Lignes directrices. pour l élaboration et la mise en œuvre des stratégies régionales pour la biodiversité Avec le soutien de Lignes directrices pour l élaboration et la mise en œuvre des stratégies régionales pour la biodiversité Le Comité français de l UICN (Union Internationale pour la Conservation de la

Plus en détail

OBJECTIFS ET APPRENTISSAGES

OBJECTIFS ET APPRENTISSAGES La formation Notre approche Intervalle est un cabinet de conseil, d étude et de formation qui accompagne les dynamiques humaines et organisationnelles. Nous intervenons pour des entreprises, des collectivités

Plus en détail

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION Introduction L a question de la rémunération se situe, par nature, au fondement même des pratiques de gestion du personnel. Aussi peu développée soit-elle, toute gestion des ressources humaines s organise

Plus en détail

Regroupement CPE / Intervention Gestion de conflit 1 et 2 décembre 2014

Regroupement CPE / Intervention Gestion de conflit 1 et 2 décembre 2014 Regroupement CPE / Intervention Gestion de conflit 1 et 2 décembre 2014 Objectifs : 1. Echanger en groupe autour de situations vécues de conflits 2. Eclairer les pratiques par des apports conceptuels et

Plus en détail

L'Autonomie des Jeunes en question. Youg People's autonomy / Junge leute autonomie. Contact / Contact / Berührung

L'Autonomie des Jeunes en question. Youg People's autonomy / Junge leute autonomie. Contact / Contact / Berührung Ján Figel Commissaire européen en charge de l Education, de la Formation, de la Culture et du Multilinguisme Bruxelles p. 2 L'Autonomie des Jeunes en question Youg People's autonomy / Junge leute autonomie

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L ASSOCIATION DES MAIRES DE FRANCE ET RTE Entre L Association des Maires de France, sise 41 quai d Orsay, 75343 Paris cedex

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

COLLOQUE INTERNATIONAL. Lieu : Faculté de droit et sciences politiques Nantes. Date : 24 et 25 septembre 2015

COLLOQUE INTERNATIONAL. Lieu : Faculté de droit et sciences politiques Nantes. Date : 24 et 25 septembre 2015 COLLOQUE INTERNATIONAL PENSER ET METTRE EN ŒUVRE LES TRANSITIONS ECOLOGIQUES Lieu : Faculté de droit et sciences politiques Nantes Date : 24 et 25 septembre 2015 APPEL À CONTRIBUTION : COLLOQUE ET OUVRAGE

Plus en détail

La mise en place d une cellule de veille

La mise en place d une cellule de veille La mise en place d une cellule de veille Floriane Giovannini IST - Antony 24 ème Rencontres OMER Lyon, les 29-30 mars 2007 Plan de la présentation Introduction à la veille Une cellule de veille : - Pourquoi?

Plus en détail

CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES. Synthèse de quelques éléments d observation

CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES. Synthèse de quelques éléments d observation CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES Synthèse de quelques éléments d observation Marc Thiébaud Septembre 2002 Remarque préliminaire Cette synthèse

Plus en détail

PROGRAMME VILLES VERTES

PROGRAMME VILLES VERTES PROGRAMME VILLES VERTES FINALITÉ DU PROGRAMME L OCDE a lancé un programme intitulé Villes vertes afin d évaluer dans quelle mesure les politiques de croissance verte au sein des villes et de développement

Plus en détail

L adoption des politiques de rémunération en entreprise : un choix sous contrainte

L adoption des politiques de rémunération en entreprise : un choix sous contrainte D. Brochard Université Paris I L adoption des politiques de rémunération en entreprise : un choix sous contrainte Contexte théorique et empirique Depuis le début des années 80, dans un contexte de mutations

Plus en détail

BAROMETRE D OPINION DES BENEVOLES

BAROMETRE D OPINION DES BENEVOLES BAROMETRE D OPINION DES BENEVOLES LE BENEVOLAT DANS LA LUTTE CONTRE L ILLETTRISME ET LE SOUTIEN SCOLAIRE Cahier n 13 - Septembre 2013 La lutte contre l illettrisme, grande cause nationale en 2013, se construit

Plus en détail

Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines

Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines 1 DEFINITION Un cas est une histoire racontée à propos d un ou plusieurs problèmes de gestion qui appelle une réflexion à propos des

Plus en détail

URBANITES! Lausanne, 16 février 2015!

URBANITES! Lausanne, 16 février 2015! URBANITES Lausanne, 16 février 2015 Urbanistes dans la ville : enjeux de la formation savoirs, savoir-faire, savoir dire Antonio Da Cunha Professeur ordinaire Institut de géographie et durabilité Faculté

Plus en détail

Syndicat Mixte du Pays de la Provence Verte ELABORATION DE LA CHARTE DU PAYS DE LA PROVENCE VERTE

Syndicat Mixte du Pays de la Provence Verte ELABORATION DE LA CHARTE DU PAYS DE LA PROVENCE VERTE Syndicat Mixte du Pays de la Provence Verte ELABORATION DE LA CHARTE DU PAYS DE LA PROVENCE VERTE Rapport de FAT Jean Accart Septembre 2004 CNFPT ENACT DE MONTPELLIER 1 INTRODUCTION Créé en 1997, le Syndicat

Plus en détail

RECUEIL DES POLITIQUES ET PROCÉDURES

RECUEIL DES POLITIQUES ET PROCÉDURES DESTINATAIRES : ÉMISE PAR : APPROUVÉE PAR : Le personnel Les médecins, dentistes et pharmaciens Les résidents, stagiaires et étudiants Les chercheurs Les bénévoles Les contractuels Les usagers et visiteurs

Plus en détail

Apprendre à combattre un incendie coûte toujours très cher avant le sinistre..!

Apprendre à combattre un incendie coûte toujours très cher avant le sinistre..! 1 veille sociale. 1 jour Dir 1 2 gestion de la crise sociale 2 jours 3 négociation sociale 3 jours Pourquoi une telle offre? Quoi? «Il n y a de richesse que d homme» Apprendre à combattre un incendie coûte

Plus en détail

LES FICHES TECHNIQUES DU C.D.P.N.E. Février 2004. FICHE n 1 - METTRE EN PLACE UNE POLITIQUE DE DEVELOPPEMENT DURABLE DANS SA COMMUNE

LES FICHES TECHNIQUES DU C.D.P.N.E. Février 2004. FICHE n 1 - METTRE EN PLACE UNE POLITIQUE DE DEVELOPPEMENT DURABLE DANS SA COMMUNE LES FICHES TECHNIQUES DU C.D.P.N.E. Février 2004 Rédacteur : Jean-Marc FAUCONNIER - Téléphone : 02 54 51 56 70 e-mail : cdpne@wanadoo.fr FICHE n 1 - METTRE EN PLACE UNE POLITIQUE DE DEVELOPPEMENT DURABLE

Plus en détail

Observatoire des partenariats Associations / Entreprises. Synthèse ARPEA Entreprises. Associations / entreprises : l amorce d une profonde mutation!

Observatoire des partenariats Associations / Entreprises. Synthèse ARPEA Entreprises. Associations / entreprises : l amorce d une profonde mutation! Observatoire des partenariats Associations / Entreprises Associations / entreprises : l amorce d une profonde mutation! Mai 2009 2 Le monde change, les postures aussi! Les relations entre les associations

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Gestion territoriale du développement durable

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Gestion territoriale du développement durable www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Gestion territoriale du développement durable Former des cadres à la conception et la gestion de projets sur le territoire Le master intégre les critères de durabilité

Plus en détail

Ministère de l'emploi, de la cohésion sociale et du logement Ministère de la santé et des solidarités

Ministère de l'emploi, de la cohésion sociale et du logement Ministère de la santé et des solidarités 1 Direction générale de l action sociale Sous direction de l animation territoriale et locale Bureau action et synthèse territoriale Personne chargée du dossier : Martine Dhalluin Direction de la recherche,

Plus en détail

Gestion du risque opérationnel

Gestion du risque opérationnel Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Gestion du risque opérationnel Le Comité de Bâle sur le contrôle bancaire a récemment entamé des travaux relatifs au risque opérationnel, dont la gestion tend à

Plus en détail

Education en vue du développement durable : Une définition

Education en vue du développement durable : Une définition Education en vue du développement durable : Une définition Contenu : Le développement durable : Une définition 1. Historique et contexte Suisse 2. Le développement durable Le lien entre développement durable

Plus en détail

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable Charte de la coopération décentralisée pour le développement durable Mise en œuvre des principes de l Agenda 21 dans les coopérations transfrontalières, européennes et internationales des collectivités

Plus en détail

Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs. I. Appréhender le groupe social. A. Identifier la nation de rapport social. 1. Les groupes sociaux

Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs. I. Appréhender le groupe social. A. Identifier la nation de rapport social. 1. Les groupes sociaux I. Appréhender le groupe social Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs A. Identifier la nation de rapport social 1. Les groupes sociaux Le groupe se définit par la réunion de plusieurs personnes

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS Le Master 1 : Management Public Environnemental forme aux spécialités de Master 2 suivantes : - Management de la qualité o Parcours

Plus en détail

GUIDE ISO 26000. www.ecocert.com

GUIDE ISO 26000. www.ecocert.com GUIDE ISO 26000 1 ECOCERT, organisme de contrôle et de certification au service du développement durable, opère à travers un réseau international dans plus de 90 pays. Certification des produits biologique

Plus en détail

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc? Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?» Le Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) de la baie

Plus en détail

Fiche 24 Le contrôle de gestion et les systèmes d information.

Fiche 24 Le contrôle de gestion et les systèmes d information. Le contrôle de gestion et les systèmes d information. 1. Définition. On entend ici par système d information toute organisation s appuyant sur des moyens humains et informatiques dont la finalité est de

Plus en détail

Charte des relations

Charte des relations Charte des relations entre Élus, membres des Conseils consultatifs de quartier et agents des services de la Ville de Brest et de Brest métropole océane Bellevue, Brest-Centre 1 Europe, Lambezellec Quatre

Plus en détail

Réponse à l appel à propositions de recherche LITEAU 2011

Réponse à l appel à propositions de recherche LITEAU 2011 Réponse à l appel à propositions de recherche LITEAU 2011 A) RECAPITULATIF DE LA PROPOSITION QUELLES SOLIDARITES TERRITORIALES ET QUELLES STRATEGIES POUR LA RESILIENCE DU LITTORAL A LA SUBMERSION MARINE

Plus en détail

GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES

GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES REPUBLIQUE DU BENIN MINISTERE DE LA DECENTRALISATION, DE LA GOUVERNANCE LOCALE, DE L ADMINISTRATION ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES Elaboré par la Direction Générale

Plus en détail

Réunion du réseau «Conseil Citoyen»

Réunion du réseau «Conseil Citoyen» Réunion de réseau «conseil citoyen». 15.01.2015. Compte rendu. L IREV a proposé une première réunion de réseau sur les conseils citoyens, à laquelle étaient invités les chefs de projet politique de la

Plus en détail

APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE

APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE 1 APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE Nous, signataires, acteurs culturels en Bretagne, individuels et associations, demandons aux élus et institutionnels de soutenir

Plus en détail

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème Problématique / Problématiser / Problématisation / PROBLÉMATIQUE : UN GROUPEMENT DE DÉFINITIONS. «Art, science de poser les problèmes. Voir questionnement. Ensemble de problèmes dont les éléments sont

Plus en détail

Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle

Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle Aurélien Troisœufs, doctorant en anthropologie Bonjour. Je m appelle Aurélien Troisoeufs. Je suis doctorant en anthropologie au laboratoire du CERMES 3

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Aménagement et gestion des équipements, sites et territoires touristiques (AGEST)

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Aménagement et gestion des équipements, sites et territoires touristiques (AGEST) www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Aménagement et gestion des équipements, sites et territoires touristiques (AGEST) Manager les territoires et leurs composantes touristiques Cette formation est positionnée

Plus en détail

Au regard de ces observations, les conseillers émettent un avis favorable au rapport du Conseil Régional.

Au regard de ces observations, les conseillers émettent un avis favorable au rapport du Conseil Régional. C. Une nécessaire clarification des règles relatives aux mesures compensatoires Dans le cadre du principe «Eviter Réduire - Compenser», les conseillers rappellent la nécessité de clarifier les règles inhérentes

Plus en détail

Journée de formation des commissaires enquêteurs

Journée de formation des commissaires enquêteurs direction départementale des territoires de la Haute-Vienne Journée de formation des commissaires enquêteurs La loi pour l accès au logement et un urbanisme rénové Quoi de neuf pour l enquête publique?

Plus en détail

UNE POLITIQUE PAYSAGERE POUR NIMES METROPOLE. Vincent Allier Vice président délégué aux paysages, à l Agenda 21 et au développement durable.

UNE POLITIQUE PAYSAGERE POUR NIMES METROPOLE. Vincent Allier Vice président délégué aux paysages, à l Agenda 21 et au développement durable. UNE POLITIQUE PAYSAGERE POUR NIMES METROPOLE Vincent Allier Vice président délégué aux paysages, à l Agenda 21 et au développement durable. C est là! Créée en 2002 27 communes 245 000habitants 2ème collectivité

Plus en détail

RAPPORT SEMESTRIEL SUR LES CONDITIONS D APPLICATION DE LA CONVENTION D ASSURANCE CHOMAGE - SYNTHESE -

RAPPORT SEMESTRIEL SUR LES CONDITIONS D APPLICATION DE LA CONVENTION D ASSURANCE CHOMAGE - SYNTHESE - Le 23 mai 2013 RAPPORT SEMESTRIEL SUR LES CONDITIONS D APPLICATION DE LA CONVENTION D ASSURANCE CHOMAGE - SYNTHESE - Présentation du rapport semestriel sur les conditions d application de la convention

Plus en détail

Master européen en analyse et innovation en pratiques sociales et éducatives

Master européen en analyse et innovation en pratiques sociales et éducatives Centre d Enseignement Supérieur pour Adultes Rue de Courcelles, 10 à 6044 ROUX Tél : 071/45.11.08 Fax : 071/45.53.63 mail : cesa@cesa.be Matricule : 5.355.007 Master européen en analyse et innovation en

Plus en détail

Développer sa commune

Développer sa commune N 18 juin 2008 Développer sa commune Les documents d urbanisme (1) quel document pour quel projet de territoire? Imaginer l avenir d un territoire communal ou intercommunal dans une vision durable de son

Plus en détail

Economie des Transports

Economie des Transports «Economie des Transports». Vision Macro et Stratégique La formation se situe au niveau des relations entre Transports, Territoires et Société. Différentes matières sont interactives comme celles en relation

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES ET DES TERRITOIRES

MASTER 1 MANAGEMENT DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES ET DES TERRITOIRES MASTER 1 MANAGEMENT DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES ET DES TERRITOIRES Libellé de l UE (Unité d enseignement) et de l EC (Elément constitutif) SEMESTRE 1 S1 : UE OBLIGATOIRES Management public et stratégie

Plus en détail

Le Plan de Gestion des Risques d Inondation 2016-2021. Projet en consultation. www.developpement-durable.gouv.fr

Le Plan de Gestion des Risques d Inondation 2016-2021. Projet en consultation. www.developpement-durable.gouv.fr Le Plan de Gestion des Risques d Inondation 2016-2021 Projet en consultation www.developpement-durable.gouv.fr Cadre européen La directive Inondation Directive européenne du 23/10/07 Réduire les conséquences

Plus en détail

Management public et stratégie / Management des organisations. Management public et stratégie / Pilotage stratégique des organisations publiques

Management public et stratégie / Management des organisations. Management public et stratégie / Pilotage stratégique des organisations publiques MASTER 1 MANAGEMENT DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES ET DES TERRITOIRES Libellé de l UE (Unité d enseignement) et de l EC (Elément constitutif) SEMESTRE 1 S1 : UE OBLIGATOIRES Management public et stratégie

Plus en détail

Institut national. Déceler, Étudier, Former LES FORMATIONS. Risques et Crises

Institut national. Déceler, Étudier, Former LES FORMATIONS. Risques et Crises Déceler, Étudier, Former LES FORMATIONS Le «Risques et crises» inscrit son action dans les objectifs du Livre Blanc sur la Défense et la Sécurité Nationale. Il contribue à la formation et à la préparation

Plus en détail

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre?

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Note réalisée par l Observatoire Régional de l Intégration et de la Ville (ORIV) septembre 2014 Eléments de contexte

Plus en détail

Enjeux du projet de territoire 2015-2027 pour le PNR de Lorraine

Enjeux du projet de territoire 2015-2027 pour le PNR de Lorraine Enjeux du projet de territoire 2015-2027 pour le PNR de Lorraine G&D conseil - juin 2010 - Page 1 sur 6 1- Objet Ce document est destiné à ouvrir le débat sur les enjeux pour les territoires du PNR de

Plus en détail

LE DIAGNOSTIC TERRITORIAL AU REGARD DU DEVELOPPEMENT DURABLE

LE DIAGNOSTIC TERRITORIAL AU REGARD DU DEVELOPPEMENT DURABLE LE DIAGNOSTIC TERRITORIAL AU REGARD DU DEVELOPPEMENT DURABLE Le développement durable relève aujourd'hui du droit public : Traité d'amsterdam pour l Europe, et pour la France, LOADDT, Loi d'orientation

Plus en détail

Domaines de consultation bso

Domaines de consultation bso Domaines de consultation bso Supervision Compétences-clé Conseil en organisation Coaching La supervision, le conseil en organisation et le coaching sont des domaines de consultation professionnels adaptés

Plus en détail

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE 05 janvier 2012 BUTS DE L ATELIER C est aider à mieux faire comprendre la décision du Conseil Municipal

Plus en détail

A10 AU CAS OÙ : LE RISK MANAGER, ACTEUR INCONTOURNABLE

A10 AU CAS OÙ : LE RISK MANAGER, ACTEUR INCONTOURNABLE A10 AU CAS OÙ : LE RISK MANAGER, ACTEUR INCONTOURNABLE Organisateur SIDS ALPES-MARITIMES Coordinateur Frédéric TOURNAY, responsable du pôle de compétences sapeurs-pompiers et risques majeurs, CNFPT Animateur

Plus en détail

Une solution intégrée pour votre projet de territoire

Une solution intégrée pour votre projet de territoire Une solution intégrée pour votre projet de territoire EXPERTISES / DIAGNOSTICS / PROSPECTIVE COMMUNICATION / STRATÉGIE FISCALE & FINANCIÈRE CONCERTATION / GOUVERNANCE / CONSEIL & AMO Moindre dynamique

Plus en détail

Restitution Publique. Vendredi 18 avril 2008 - Ségoufielle

Restitution Publique. Vendredi 18 avril 2008 - Ségoufielle Restitution Publique Vendredi 18 avril 2008 - Ségoufielle 1 Présentation du projet Contexte Projet du Domaine d Approfondissement de l Ecole d Ingénieurs de Purpan, Toulouse (21 étudiants) Territoire du

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D EDUCATEUR DE JEUNES ENFANTS 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL

Plus en détail

BREST LILLE LYON NICE ROUEN

BREST LILLE LYON NICE ROUEN BORDE BREST AUX IS D PAR GRAN BLE GRENO LILLE LYON EILLE MARS ER PELLI T N O M ES NANT NICE ES RENN ROUEN BOURG STRAS USE TOULO COMMUNIQUÉ DE PRESSE SIMI 2014 L immobilier de bureaux et l attractivité

Plus en détail

ÉLECTIONS MUNICIPALES BORDEAUX 23 ET 30 MARS CONFÉRENCE DE PRESSE LUNDI 10 FÉVRIER 2014. L Office de la tranquillité publique

ÉLECTIONS MUNICIPALES BORDEAUX 23 ET 30 MARS CONFÉRENCE DE PRESSE LUNDI 10 FÉVRIER 2014. L Office de la tranquillité publique ÉLECTIONS MUNICIPALES BORDEAUX 23 ET 30 MARS 2014 CONFÉRENCE DE PRESSE LUNDI 10 FÉVRIER 2014 L Office de la tranquillité publique L office de la tranquillité publique Comme toute grande ville, Bordeaux

Plus en détail

APPEL À PROJETS Réalisation d exploitations complémentaires à l enquête Relations professionnelles et négociations d entreprise (REPONSE) 2010-2011

APPEL À PROJETS Réalisation d exploitations complémentaires à l enquête Relations professionnelles et négociations d entreprise (REPONSE) 2010-2011 APPEL À PROJETS Réalisation d exploitations complémentaires à l enquête Relations professionnelles et négociations d entreprise (REPONSE) 2010-2011 L enquête Relations professionnelles et négociations

Plus en détail

L adaptation des structures de l entreprise à l évolution des outils de gestion.

L adaptation des structures de l entreprise à l évolution des outils de gestion. L adaptation des structures de l entreprise à l évolution des outils de gestion. Définition des termes du sujet : - Structure : c est l ensemble des dispositifs et mécanismes qui permettent la répartition

Plus en détail

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année CONTENU DES ENSEIGNEMENTS ET MODALITES D EVALUATION Semestre 1 : 30 crédits 9 EC obligatoires 1 EC optionnelle à choisir parmi 2

Plus en détail

Cycle Diplômant en Ressources Humaines. Contenu du programme

Cycle Diplômant en Ressources Humaines. Contenu du programme Cycle Diplômant en Ressources Humaines «Management Spécialisé en R.H.» Contenu du programme Objectifs du programme : Cette formation a pour objet de préparer les participants à l ensemble des outils de

Plus en détail

Présentation du jeu de négociation autour de la problématique de l orpaillage

Présentation du jeu de négociation autour de la problématique de l orpaillage Présentation du jeu de négociation autour de la problématique de l orpaillage «La façon de nous voyons les choses est la source de la façon dont nous pensons et de la façon dont nous agissons Jamais nous

Plus en détail

Néo-ruralité et embourgeoisement des campagnes québécoises : un regard nuancé

Néo-ruralité et embourgeoisement des campagnes québécoises : un regard nuancé Néo-ruralité et embourgeoisement des campagnes québécoises : un regard nuancé Laurie Guimond Coordonnatrice de recherche, INRS Doctorante en géographie, U. d Ottawa Myriam Simard Professeure, INRS Atelier

Plus en détail

I. Présentation du Programme de Réussite éducative (PRE)

I. Présentation du Programme de Réussite éducative (PRE) Compte-rendu Le programme de réussite éducative : finalités, modalités de mise en œuvre et articulation Le 20 septembre 2005 2 ème journée du cycle de qualification «L ACTION EDUCATIVE EN DIRECTION DES

Plus en détail

Module 2 : Planification / Exécution / Contrôle / Intranets de gestion des projets Minimum requis par session

Module 2 : Planification / Exécution / Contrôle / Intranets de gestion des projets Minimum requis par session MANAGEMENT ET STRATEGIES D ENTREPRISES Module 2 : Planification / Exécution / Contrôle / Intranets de gestion des projets Minimum par Développer une démarche logique de planification de projet. Se perfectionner

Plus en détail

Mise en place d une commission régionale du vieillissement

Mise en place d une commission régionale du vieillissement Le sociographe, 9, 2002 / 91 Pierre Chabas, Françoise Vidal-Borrossi Mise en place d une commission régionale du vieillissement L exemple du Languedoc-Roussillon A l initiative du Directeur régional des

Plus en détail

COMPTE- RENDU DE LA JOURNEE D ETUDE : «ANIMATION DE LA VIE SOCIALE» LUNDI 14 OCTOBRE 2013

COMPTE- RENDU DE LA JOURNEE D ETUDE : «ANIMATION DE LA VIE SOCIALE» LUNDI 14 OCTOBRE 2013 COMPTERENDU DE LA JOURNEE D ETUDE : «ANIMATION DE LA VIE SOCIALE» LUNDI 14 OCTOBRE 2013 ORGANISEE PAR LA FEDERATION DES CENTRES SOCIAUX DE LA COTED OR ANIMEE PAR LA SCOP ACCOLADES ACCUEIL : CAFE ET PETITS

Plus en détail

Les «commerciaux» dans les Entreprises de Propreté : état des lieux

Les «commerciaux» dans les Entreprises de Propreté : état des lieux Les enquêtes de l Observatoire de la Propreté n 9 Synthèse Avril 2015 Les «commerciaux» dans les Entreprises de Propreté : état des lieux Les enquêtes de l Observatoire de la Propreté n 9 Synthèse Avril

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL D'ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

CONSEIL NATIONAL D'ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE CONSEIL NATIONAL D'ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE «Les usages et pratiques de la formation dans les entreprises de 10 à 49 salariés et leurs effets sur le développement professionnel des salariés»

Plus en détail

Cadre de réglementation et gestion des risques

Cadre de réglementation et gestion des risques Cadre de réglementation et gestion des risques Lors du lancement d une entreprise au Canada, les propriétaires d entreprise et exploitants ainsi que leurs dirigeants doivent être sensibilisés au risque

Plus en détail

PRISE EN COMPTE DE L ENVIRONNEMENT DANS LES DOCUMENTS

PRISE EN COMPTE DE L ENVIRONNEMENT DANS LES DOCUMENTS PRISE EN COMPTE DE L ENVIRONNEMENT DANS LES DOCUMENTS D URBANISME L objet de cette fiche est d apporter des éléments méthodologiques afin d aider à la prise en compte du thème considéré dans la planification

Plus en détail

Profil de leadership des gestionnaires

Profil de leadership des gestionnaires Profil de leadership des gestionnaires Apprentissage et développement Chambre des communes Quelques notions pour faciliter la consultation du Profil. INTRODUCTION DÉFINITIONS Profil de compétences : Liste

Plus en détail

CONVENTION-CADRE MULTIPARTENARIALE. relative à l Education au Développement Durable 2009-2012

CONVENTION-CADRE MULTIPARTENARIALE. relative à l Education au Développement Durable 2009-2012 CONVENTION-CADRE MULTIPARTENARIALE relative à l Education au Développement Durable 2009-2012 novembre 2009 Les partenaires Rectorat de l Académie de la Guadeloupe Direction de l Agriculture et de la Forêt

Plus en détail

Introduction. Une traditionnelle opposition

Introduction. Une traditionnelle opposition Introduction Introduction XIII Dans la méthodologie des études en sciences sociales, on a longtemps opposé les approches quantitatives et qualitatives, comme deux philosophies en contradiction souvent,

Plus en détail

PROGRAMME INTERNATIONAL DE DOCTORAT Muséologie, Médiation, Patrimoine

PROGRAMME INTERNATIONAL DE DOCTORAT Muséologie, Médiation, Patrimoine PROGRAMME INTERNATIONAL DE DOCTORAT Muséologie, Médiation, Patrimoine Doctorat conjoint de l université d Avignon et des Pays de Vaucluse (UAPV) France et de l université du Québec à Montréal (UQAM) Québec,

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Programme de la séance : Introduction à la théorie de l iceberg (le modèle culturel de l iceberg)

Programme de la séance : Introduction à la théorie de l iceberg (le modèle culturel de l iceberg) Programme de la séance : Introduction à la théorie de l iceberg (le modèle culturel de l iceberg) Acquis d apprentissage Interpersonnels : 1. Meilleure connaissance et empathie culturelle lors des échanges

Plus en détail