Démystifier les aspects déontologiques liés à la pratique professionnelle

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Démystifier les aspects déontologiques liés à la pratique professionnelle"

Transcription

1 Démystifier les aspects déontologiques liés à la pratique professionnelle France Ouellet, conseillère clinicienne en soins infirmiers, Santé mentale Nancy Guilbeault, conseillère en soins infirmiers Octobre 2012

2 Plan de la présentation Introduction Contexte Grands principes de la relation professionnelle Responsabilité professionnelle vs thérapeutique

3 Plan de la présentation Limites de la relation Zones grises Jurisprudence Exercices Conclusion

4 Introduction La complexité des soins et la pénurie de main-d œuvre laisse peu de temps à l infirmière et l infirmière auxiliaire pour s interroger sur l aspect déontologique de leur pratique. Cette formation vise à se donner un moment de mise à niveau des connaissances et de réflexion.

5 Contexte Les normes énoncées dans le code de déontologie des infirmières et infirmières auxiliaires constituent un seuil qu aucune infirmière et infirmière auxiliaire ne doit franchir. Ne pas appliquer les normes peut compromettre la protection du public et mener à une sanction du comité de discipline de l OIIQ et de OIIAQ.

6 Grands principes Confiance Pouvoir Distance thérapeutique Respect OIIQ, 2000

7 La confiance Pas de contrôle Insécurité et vulnérabilité Confiance envers le professionnel OIIQ, 2000

8 Le pouvoir Déséquilibre entre le pouvoir de l un et de l autre Accès à des renseignements privilégiés Expertise Position d autorité et d influence OIIQ, 2000

9 Distance thérapeutique Intimité Relation inégale Aptitudes de communication et de compassion OIIQ, 2000

10 Le respect Toute personne a sa propre échelle de valeurs. Le respect du client et de ses valeurs, ses croyances religieuses ou différences culturelles. Un aspect fondamental de la profession d infirmière et d infirmière auxiliaire. OIIQ, 2000

11 À retenir Toute personne qui consulte a droit: Au respect À la compétence de l infirmière et infirmière auxiliaire Au maintien d une distance thérapeutique dans la relation professionnelle C est à l infirmière et l infirmière auxiliaire qu incombe la responsabilité d établir les limites de cette relation, non au client.

12 Relation (responsabilité) Particularités Professionnelle Non professionnelle (amicale, amoureuse ) Rémunération Payé Aucune Durée de la relation Englobe la relation thérapeutique. Cette dernière se termine lorsque le client reçoit son congé, tandis que la relation professionnelle peut se prolonger au-delà de cette période selon, entre autres, la vulnérabilité du client, son problème de santé, la durée de l épisode de soins et la probabilité d avoir à lui redonner des soins. OIIQ, 2000 Peut durer toute la vie

13 Relation (responsabilité) Particularités Professionnelle Non professionnelle (amicale, amoureuse ) Lieu de la relation Responsabilité relative au lien Déterminé et limité en lien avec les soins donnés Lien professionnel. Responsabilité : infirmière et infirmière auxiliaire Aucune restriction et souvent non défini Lien personnel. Responsabilité : les deux parties. OIIQ, 2000

14 Relation (responsabilité) Particularités Professionnelle Non professionnelle (amicale, amoureuse ) Objet de la relation But : administrer des soins. Est structurée. Rapport d autorité Rapport inégal (puisque l infirmière exerce un pouvoir conféré par l expertise, les connaissances, l influence et l accès privilégié sur le client). But : satisfaire un besoin d affection ou témoigner de l intérêt pour une personne. Spontanée. Non structurée. Relativement équilibrée OIIQ, 2000

15 Relation (responsabilité) Particularités Professionnelle Non professionnelle (amicale, amoureuse ) Exigences inhérentes à la relation Temps consacré à la relation Cette relation fait appel à : Des connaissances; Des habiletés; Des aptitudes spécifiques. Selon une entente contractuelle avec son employeur, qui précise les heures de travail. Selon un contrat passé avec le client dans le cadre d une pratique privée OIIQ, 2000 Aucune exigence particulière Est une question de choix personnel

16 Limites de la relation professionnelle L infirmière et l infirmière auxiliaire ne doivent pas être trop distantes ou trop intéressées et doivent porter attention à certains indices. OIIQ, 2000

17 Limites de la relation professionnelle Indicateurs de problèmes potentiels Échanger son affectation de poste avec une collègue afin de s occuper d un client en particulier. OIIQ, 2000

18 Limites de la relation professionnelle Indicateurs de problèmes potentiels Planifier sa journée de façon à passer plus de temps possible avec un client, sans égard à ses besoins de santé et au détriment des autres patients. OIIQ, 2000

19 Limites de la relation professionnelle Indicateurs de problèmes potentiels Ne pas partager de renseignements au sujet du client avec les autres membres de l équipe, entre autres les sentiments qu éprouve ce dernier à son égard. OIIQ, 2000

20 Limites de la relation professionnelle Indicateurs de problèmes potentiels Cacher à l équipe ses propres sentiments à l égard du client. OIIQ, 2000

21 Limites de la relation professionnelle Indicateurs de problèmes potentiels Penser souvent au client, même en dehors du travail. OIIQ, 2000

22 Limites de la relation professionnelle Indicateurs de problèmes potentiels Se considérer comme le soignant le plus approprié pour favoriser son rétablissement. OIIQ, 2000

23 Limites de la relation professionnelle Indicateurs de problèmes potentiels Soigner davantage sa tenue vestimentaire afin de lui plaire. OIIQ, 2000

24 Limites de la relation professionnelle Indicateurs de problèmes potentiels Être sur la défensive lorsqu une personne pose des questions à propos de ce client et agir de façon possessive envers lui. Non, je m en occupe!!! OIIQ, 2000

25 Limites de la relation professionnelle Indicateurs de problèmes potentiels Partager des renseignements personnels avec le client. OIIQ, 2000

26 Certaines situations peuvent soulever un dilemme et exigent de tenir compte de plusieurs éléments avant d intervenir auprès d un client. OIIQ, 2000

27 Par exemple: Une situation du client faisant écho sur une situation vécue par l infirmière ou l infirmière auxiliaire. OIIQ, 2000

28 Réagir à temps Il est important d agir et de demander l aide requise, car c est à l infirmière et à l infirmière auxiliaire qu incombe la responsabilité d établir les limites de la relation professionnelle. Il doit y avoir une prise de conscience sur ses comportements à l égard du client. OIIQ, 2000

29 Démarche à privilégier lors de doute Prendre conscience Communiquer: Parler à une collègue Parler à une supérieure immédiate Se référer à son ordre professionnel Agir OIIQ, 2000

30 Le délai influence l analyse de chaque situation L article 38 du code de déontologie de l OIIQ «Pendant la durée de la relation professionnelle, l infirmière ne peut établir de liens d amitié, intimes, amoureux avec le client.» L article 46 du code de déontologie de l OIIAQ «Pendant la durée de la relation professionnelle, le membre ne peut établir de lien d amitié susceptibles de compromettre la qualité de ses services professionnels ni de lien amoureux ou sexuels avec un patient.» OIIQ, 2004

31 Autres critères d analyse La vulnérabilité du client Le problème de santé du client La durée de l épisode de soins La probabilité d avoir à redonner des soins à ce client OIIQ, 2004

32 Aspect légal

33 Comportement inadéquat: Quand les émotions dépassent la raison Violence verbale Violence physique Violence psychologique OIIQ, 2001

34 Comité de discipline de l OIIQ Aucune forme de violence ne saurait être justifiée.

35 Le conseil de discipline de l OIIAQ Il n est pas toléré d avoir un comportement ou de poser un acte qui va à l encontre de ce qui est généralement admis dans l exercice de la profession. OIIAQ, 2012

36 Politique interne au CSSSNL L organisation a adopté en janvier 2012 la Politique de promotion de la civilité et de prévention de la violence et du harcèlement au travail. Vous pouvez la consulter dans l Intranet, dans la section Politique - Règlements du conseil d administration.

37 Code d éthique du CSSSNL CSSSNL, 2006

38 Vous, en tant qu intervenant, vous avez l obligation de respecter le code d éthique du CSSSNL

39 Code d éthique du CSSSNL En tant qu intervenant je m engage à : Utiliser un langage accessible permettant à la clientèle de bien comprendre l information transmise. Valider et à clarifier de nouveau et en cours de service, les attentes, les besoins du client ainsi que mon rôle auprès de lui. Signaler à la personne responsable du service tout geste, service ou soin jugé inacceptable. CSSSNL, 2006

40 Code d éthique du CSSSNL En tant qu intervenant je m engage à : M abstenir de solliciter un emprunt, une gratification ou un don (exemple) Entretenir strictement des relations professionnelles dans le cadre de mes fonctions Faire preuve de discernement dans les relations affectives et les contacts physiques que j aurai avec la clientèle. CSSSNL, 2006

41 Notes de service Confidentialité Tenue vestimentaire CSSSNL, 2012

42 Afin de vérifier les notions discutées

43 Mise en situation #1 Josée, infirmière à l unité d orthopédie, soigne M. Tremblay qui a été opéré pour une fracture du fémur. Elle remarque que le client lui pose plusieurs questions sur sa vie privée. L infirmière lui donne des réponses évasives et sent l intérêt du client à son égard. Il quitte l unité de soins après trois jours d hospitalisation. M. Tremblay habite le même secteur résidentiel que Josée. Deux mois après son hospitalisation, ils se rencontrent par hasard à l occasion d une fête de quartier. M. Tremblay voudrait la revoir pour mieux la connaître et établir possiblement une relation amoureuse. Josée peut-elle accepter cette invitation? Justifiez votre réponse.

44 Réponse #1 Décision Josée peut accepter l invitation de M. Tremblay Explication Étant donné que la période de soins a été courte et que le problème de santé était d ordre physique (soins aigus) et ne nécessitait aucun suivi de la part de l infirmière, Josée peut considérer que le délai est suffisant et la relation professionnelle terminée. OIIQ, 2008

45 Mise en situation #2 Denise est une infirmière en soins de longue durée. Elle travaille depuis deux ans dans un centre d hébergement. Mme Marcado, une résidente âgée de 70 ans, a été admise dans son service à la suite d un accident vasculaire cérébral sévère. Elle est atteinte d une hémiplégie droite et est aphasique. Son séjour dans un centre de réadaptation ne lui a pas permis de recouvrer suffisamment d autonomie pour pouvoir retourner à la maison. Denise soigne Mme Marcado depuis 6 mois. Le mari est présent tous les jours de 13h à 20h, et s implique beaucoup dans les soins de sa femme. Denise connaît bien le couple et parfois, à la pause de l après-midi, elle vient discuter avec le conjoint de la cliente. À quelques reprises, il l a invitée à prendre un café avec eux. Au cours d une de ces conversations, Denise a raconté que sa jeune fille est passionnée de planche à neige, mais que sa situation financière ne lui permet pas de partager cette activité avec elle.

46 Mise en situation #2 Le conjoint de Mme Marcado mentionne souvent à Denise qu il est très satisfait des soins que reçoit sa femme. Il ajoute avec émotion, qu il considère le centre comme sa deuxième maison. Quelques jours avant le départ en vacances de Denise, il lui remet discrètement une enveloppe contenant un chèque cadeau d une station de ski dans les Laurentides. Il précise que c est un petit geste de remerciement pour les bons soins de l infirmière à sa femme. Denise est confuse et très touchée par ce cadeau. Quelle conduite professionnelle Denise doit-elle adopter dans cette situation? OIIQ, 2008

47 Question Quelle conduite professionnelle Denise doit-elle adopter dans cette situation? 1. Indices significatifs: Cerner le problème Consulter le Code de déontologique 2. Questionnement déontologique: Établir la stratégie OIIQ, 2008

48 Question Quelle conduite professionnelle Denise doit-elle adopter dans cette situation? 1. Indices significatifs: Cerner le problème L infirmière prend ses pauses avec la cliente et son mari. L infirmière leur fait des confidences sur sa situation financière. Le mari remet un chèque-cadeau à l infirmière pour exprimer sa gratitude. Consulter le Code de déontologique Articles pertinents : 21 et 23 Le fait d accepter un cadeau place l infirmière dans une situation potentielle d obligation de réciprocité. Elle pourrait se sentir redevable au client et lui accorder une faveur, ce qui pourrait nuire à son objectivité au moment de décider des soins à donner. OIIQ, 2008

49 Question Quelle conduite professionnelle Denise doit-elle adopter dans cette situation? Cerner le problème Consulter le Code de déontologique 2. Questionnement déontologique: Établir la stratégie L infirmière peut-elle accepter ce chèquecadeau? Refuser le cadeau, parce qu accepter pourrait susciter des attentes pouvant nuire à la relation professionnelle et placer l infirmière dans une situation de conflit d intérêts. Demeurer vigilante dans la relation professionnelle, particulièrement lorsqu elle se prolonge, notamment en évitant de faire des confidences au sujet des ses difficultés personnelles ou de sa situation financière. OIIQ, 2008

50 Conclusion La connaissance des enjeux déontologiques est un atout dans la pratique infirmière. Elle permet d assurer la qualité et la sécurité des soins offerts à la population.

51 Période de questions

52

53 Références Centre de santé et de services sociaux du Nord de Lanaudière. (2006) Code d éthique, 10. Centre de santé et de services sociaux du Nord de Lanaudière. (2012) Note de service : Confidentialité du dossier de l usager. Centre de santé et de services sociaux du Nord de Lanaudière. (2012) Note de service : Rappel concernant la tenue vestimentaire. Gazette officielle du Québec. (2012) Code de déontologie des infirmières et infirmiers auxiliaires. 144 e année, no o Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ). (2008) Guide d autoapprentissage : les aspects déontologiques, juridiques et éthiques de la pratique infirmière au Québec. 49; 51; 84-85;88. Ordre des infirmières et infirmiers auxiliaires du Québec (OIIAQ). (2012) Rapport annuel ; 9; Truchon, S., Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ). (2004) La relation professionnelle : un délai pour chaque situation. Le Journal, mars/avril 2004, vol. 1, n o 4.

54 Truchon, S., Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ). (2000) Connaître les grands principes de la relation professionnelle (Première partie). Le Journal, mars/avril 2000, vol. 7, n o 4. Truchon, S., Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ). (2000) La relation professionnelle, une dynamique particulière (Deuxième partie). Le journal, mai/juin 2000, vol. 7, n o 5. Truchon, S., Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ). (2000). Respecter les limites de la relation professionnelle (Troisième partie). Le journal, septembre/octobre 2000, vol. 8, n o 1. Truchon, S., Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ). (2000) Réagir à temps pour sauvegarder les limites de la relation professionnelle (Quatrième et dernière partie). Le journal, novembre/décembre 2000, vol. 8, n o 2. Truchon, S., Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ). (2001) Comportements inadéquats envers la clientèle : quand les émotions dépassent la raison. Le journal, novembre/décembre 2001, vol. 9, n o 2. /cb Références

Aspects déontologiques en santé mentale

Aspects déontologiques en santé mentale Aspects déontologiques en santé mentale Nancy Guilbeault Conseillère en soins infirmiers France Ouellet Conseillère clinicienne en soins infirmiers, Santé mentale Juin 2012 Plan de la présentation Introduction

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE DE L ANACPNL CODE D ÉTHIQUE DES INTERVENANTS EN PNL

CODE D ÉTHIQUE DE L ANACPNL CODE D ÉTHIQUE DES INTERVENANTS EN PNL CODE D ÉTHIQUE DE L ANACPNL CODE D ÉTHIQUE DES INTERVENANTS EN PNL 2012-2013 CODE D ÉTHIQUE DE L ANACPNL CODE D ÉTHIQUE DES INTERVENANTS EN PNL CHAPITRE I ENGAGEMENTS ET RESPONSABILITÉS ENVERS LE PUBLIC

Plus en détail

Déclaration de principe de l AIAANB Obligation de rendre compte

Déclaration de principe de l AIAANB Obligation de rendre compte Obligation de rendre compte Éclaircir des questions pertinentes pour la profession des soins Rappeler aux IAA leur obligation de respecter le Code de déontologie et les Normes de Informer les autres membres

Plus en détail

Commission de la santé et de la sécurité du travail

Commission de la santé et de la sécurité du travail Madame, Monsieur, Nous vous remercions d accueillir un de nos stagiaires en stage dans votre entreprise. Le rôle des entreprises est primordial dans la formation des futurs travailleurs. Elles participent

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 11 mars 2015 relative à la communication aux administrations publiques et aux organismes exerçant une prérogative de puissance publique d informations ou copies de pièces issues des procédures

Plus en détail

GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Module 2 : Consolider une équipe

GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Module 2 : Consolider une équipe GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Module 2 : Consolider une équipe Révisé en décembre 2012 Objectif du guide L objectif du guide est de vous aider, votre

Plus en détail

Section narrative du plan d'amélioration de la qualité (PAQ) pour les organismes de soins de santé de l'ontario

Section narrative du plan d'amélioration de la qualité (PAQ) pour les organismes de soins de santé de l'ontario Section narrative du plan d'amélioration de la qualité (PAQ) pour les organismes de soins de santé de l'ontario Centre d accès aux soins communautaires du Nord-Est Approuvé par le conseil d administration

Plus en détail

Code déontologique du CII pour la profession infirmière

Code déontologique du CII pour la profession infirmière Code déontologique du CII pour la profession infirmière Tous droits réservés, y compris la traduction en d'autres langues. Il est interdit de polycopier ou de photocopier cette publication, de l'enregistrer

Plus en détail

CODE DE CONDUITE ET D ÉTHIQUE DES ADMINISRATEURS

CODE DE CONDUITE ET D ÉTHIQUE DES ADMINISRATEURS CODE DE CONDUITE ET D ÉTHIQUE DES ADMINISRATEURS Référence : Type de politique : Références juridiques : Autres références : INTRODUCTION Gouvernance autonome Code des professions, Code civil du Québec

Plus en détail

Passeport. Pour que rester chez soi...soit toujours un plaisir. Introduction. Fonctionnement. Auxiliaires de vie. Coordonnées

Passeport. Pour que rester chez soi...soit toujours un plaisir. Introduction. Fonctionnement. Auxiliaires de vie. Coordonnées Passeport MODE D EMPLOI DU PARTICULIER EMPLOYEUR CHEZ VITALLIANCE (MANDATAIRE) Pour que rester chez soi......soit toujours un plaisir Introduction Fonctionnement Auxiliaires de vie Coordonnées 2 3 6 8

Plus en détail

DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES

DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES I. INTRODUCTION Dans le cadre du séminaire d imprégnation des personnels

Plus en détail

Le code d éthique ROCH- PINARD. Résidences OU11&8LAY

Le code d éthique ROCH- PINARD. Résidences OU11&8LAY Le code d éthique ROCH- PINARD OU11&8LAY Résidences 1615 et 1625, boul. Gouin Est Montréal (Québec) H2C 1C2 Téléphone : 514 381-1841 www.berthiaume-du-tremblay.com Rédaction et révision : Chantal Bernatchez,

Plus en détail

DÉFINITION DES TERMES Pour une compréhension commune, voici quelques définitions. Usager Toute personne qui reçoit des soins ou des services du CSSS

DÉFINITION DES TERMES Pour une compréhension commune, voici quelques définitions. Usager Toute personne qui reçoit des soins ou des services du CSSS DÉFINITION DES TERMES Pour une compréhension commune, voici quelques définitions. Usager Toute personne qui reçoit des soins ou des services du CSSS d Ahuntsic et Montréal-Nord. Lorsque le processus de

Plus en détail

Un métier en évolution.

Un métier en évolution. Intégré à une équipe de soins, l'aide-soignant assiste l'infirmier dans les activités quotidiennes de soins. Il contribue au bien-être des malades, en les accompagnant dans tous les gestes de la vie quotidienne

Plus en détail

Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales. Nos valeurs. Notre fierté.

Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales. Nos valeurs. Notre fierté. Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales Nos valeurs. Notre fierté. 2 Table des matières Pages 1. But du code 4 2. Champ d application 4 3. Durée d application du code 4 4. Interprétation

Plus en détail

DECRET N /PM DU portant Code de déontologie des communicateurs des administrations publiques et parapubliques

DECRET N /PM DU portant Code de déontologie des communicateurs des administrations publiques et parapubliques REPUBLIQUE DU CAMEROUN PAIX TRAVAIL PATRIE -------------- --------------- DECRET N /PM DU portant Code de déontologie des communicateurs des administrations publiques et parapubliques LE PREMIER MINISTRE,

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 RESUMÉ ANONYMISÉ DE LA DÉCISION Décision relative à une Recommandation Domaines de compétence de l Institution : Défense des droits de l'enfant, Droits

Plus en détail

Code de conduite INTRODUCTION

Code de conduite INTRODUCTION Code de conduite INTRODUCTION Ce Code de conduite s applique à tous les fournisseurs, leurs sous-traitants ainsi qu à tous les autres partenaires commerciaux de H&M Hennes & Mauritz AB (publ.), société

Plus en détail

Code de c onduit e et d ét hique

Code de c onduit e et d ét hique Code de c onduit e et d ét hique A L'INTENTION DES ATHLÈTES, ENTRAÎNEURS, OFFICIELS, ADMINISTRATEURS ET PARENTS DÉCEMBRE 2007 1 2 INTRODUCTION Bonjour aux membres Chaque membre à le droit au respect de

Plus en détail

ASSOCIATION DES PSYCHANALYSTES JUNGIENS DU QUÉBEC

ASSOCIATION DES PSYCHANALYSTES JUNGIENS DU QUÉBEC Impossible d'afficher l'image. Votre ordinateur manque peut-être de mémoire pour ouvrir l'image ou l'image est endommagée. Redémarrez l'ordinateur, puis ouvrez à nouveau le fichier. Si le x rouge est toujours

Plus en détail

GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO

GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Janvier Module 2009 10 : Gérer les conflits Modifié en décembre 2010 Révisé en décembre 2012 Révisé en décembre 2012 1 Objectif

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES SUR LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE

LIGNES DIRECTRICES SUR LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE LIGNES DIRECTRICES SUR LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE INTRODUCTION Les Lignes directrices sur la gouvernance d entreprise encadrent les responsabilités du Conseil d administration et de la direction afin

Plus en détail

APRES TOUT ACTE DE MALTRAITANCE. 3. Elaboration des recommandations de pratique. 4. Diffusion au personnel des recommandations.

APRES TOUT ACTE DE MALTRAITANCE. 3. Elaboration des recommandations de pratique. 4. Diffusion au personnel des recommandations. PROCESSUS D ASSURANCE QUALITE MIS EN ŒUVRE APRES TOUT ACTE DE MALTRAITANCE 1. Identification des circonstances déclenchantes de l acte de maltraitance. 2. Définition des objectifs correctifs. 3. Elaboration

Plus en détail

Page 1 de 8 (PA 6.032)

Page 1 de 8 (PA 6.032) Procédure administrative : Drogues et alcool : Membres du personnel Numéro : PA 6.032 Catégorie : Ressources humaines Pages : 8 Approuvée : le 22 juin 2015 Modifiée : 1. Préambule Le Conseil scolaire catholique

Plus en détail

DEFINITION DE LA FONCTION INFIRMIER(E)

DEFINITION DE LA FONCTION INFIRMIER(E) Mai 2002 DEFINITION DE LA FONCTION INFIRMIER(E) Réalisation : Direction Département infirmier A. DESCRIPTION DU CONTENU DE LA FONCTION 1. Utilité de la fonction - Mission générale Participer à la prise

Plus en détail

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement.

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. Centre - Pays de Loire CHRU Tours COMMUNICATION «Conflits internes et Cohérence personnelle» SOMMAIRE Introduction page 3 Communication Page 4 Les paramètres d

Plus en détail

Guide à l intention des bénévoles

Guide à l intention des bénévoles Guide à l intention des bénévoles SOMMAIRE Rôles et Responsabilités 2 3 Ce qu il faut savoir pendant le bénévolat Commentaires et évaluation 6 BIENVENUE AU SEIN DE NOTRE ÉQUIPE Merci de vous être joint

Plus en détail

INFORMATION AUX CANDIDATS CONCOURS AIDE SOIGNANT ANNEE 2013 IFPS - BESANCON

INFORMATION AUX CANDIDATS CONCOURS AIDE SOIGNANT ANNEE 2013 IFPS - BESANCON INFORMATION AUX CANDIDATS CONCOURS AIDE SOIGNANT ANNEE 2013 IFPS - BESANCON Le concours est ouvert pour 55 places. Ce nombre inclut : o les candidats justifiant d un contrat de travail avec un établissement

Plus en détail

NOTRE Code d éthique. S engager dans le respect de tous

NOTRE Code d éthique. S engager dans le respect de tous NOTRE Code d éthique S engager dans le respect de tous Notre Code d éthique S engager dans le respect de tous Le présent code d éthique a été adopté par le conseil d administration du Centre de santé et

Plus en détail

Code éthique LIFRAS. Pour l'environnement, lisez à l'écran! Politique générale

Code éthique LIFRAS. Pour l'environnement, lisez à l'écran! Politique générale Code éthique LIFRAS Pour l'environnement, lisez à l'écran! 2011 Politique générale La L.I.F.R.A.S. s engage à conduire la réalisation de son objectif social conformément aux normes les plus élevées en

Plus en détail

AQAssurance de la qualité

AQAssurance de la qualité AQAssurance de la qualité Guide d Évaluation de l exercice Assurance de la qualité : Guide de l Évaluation de l exercice Pub. No. 54046 Copyright Ordre des infirmières et infirmiers de l Ontario, 2014.

Plus en détail

Programme SIPA (Système de services intégrés pour personnes âgées en perte d autonomie) DESCRIPTION SOMMAIRE :

Programme SIPA (Système de services intégrés pour personnes âgées en perte d autonomie) DESCRIPTION SOMMAIRE : CLSC désigné Centre Affilié Universitaire DESCRIPTION DE FONCTIONS TITRE D EMPLOI : SUPÉRIEUR IMMÉDIAT : SERVICE : Chef de programme Chef de l administration du programme SIPA Programme SIPA (Système de

Plus en détail

«Ce n est pas correct!»

«Ce n est pas correct!» Pour de plus amples renseignements Pour vous renseigner sur ce que fait le gouvernement du Canada pour les aînés ou pour trouver des services et des programmes de soutien offerts dans votre province ou

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DU MOUVEMENT DESJARDINS

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DU MOUVEMENT DESJARDINS CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DU MOUVEMENT DESJARDINS TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION 4 CHAPITRE I PRINCIPES 1. Le respect des personnes 6 2. Le respect de l intérêt commun 6 3. Le respect de l organisation

Plus en détail

Administration portuaire de Halifax

Administration portuaire de Halifax Administration portuaire de Halifax POLITIQUE SUR LES CONFLITS D INTÉRÊTS, LE CODE DE CONDUITE ET L APRÈS-MANDAT 1. La présente politique peut être citée sous le titre Politique de l Administration portuaire

Plus en détail

ÉCHELLE DE FIDÉLITÉ AU MODÈLE GCI (GESTION DE CAS INTENSIVE) PROGRAMME PRIORITÉ AU LOGEMENT DE PATHWAYS Tsemberis et Stefancic, AVRIL 2010

ÉCHELLE DE FIDÉLITÉ AU MODÈLE GCI (GESTION DE CAS INTENSIVE) PROGRAMME PRIORITÉ AU LOGEMENT DE PATHWAYS Tsemberis et Stefancic, AVRIL 2010 CHOIX ET STRUCTURE DU LOGEMENT 1. Choix du logement. Les participants au programme choisissent le lieu et les autres caractéristiques de leur logement. 2. Disponibilité du logement. Mesure dans laquelle

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR RESIDENCE D ACCUEIL DU GRADOR A VANNES

REGLEMENT INTERIEUR RESIDENCE D ACCUEIL DU GRADOR A VANNES REGLEMENT INTERIEUR RESIDENCE D ACCUEIL DU GRADOR A VANNES La Résidence d Accueil du Grador est destinée à l accueil de personnes dont la situation sociale et psychologique rend impossible l accès à un

Plus en détail

Re Turenne DÉCISION SUR ENTENTE DE RÈGLEMENT

Re Turenne DÉCISION SUR ENTENTE DE RÈGLEMENT Re Turenne AFFAIRE INTÉRESSANT : Les Règles de l Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM) et Jacques Turenne 2013 OCRCVM 43 Formation d instruction de l Organisme

Plus en détail

Le dispositif de la maladie imputable au service

Le dispositif de la maladie imputable au service LA QUESTION DE L IMPUTABILITÉ AU SERVICE DES MALADIES RÉSULTANT DE LA FRAGILITÉ PSYCHOLOGIQUE D UN FONCTIONNAIRE EN DEHORS DE TOUTE FAUTE DE L EMPLOYEUR PUBLIC Le dispositif de la maladie imputable au

Plus en détail

GROUPE DE PAROLE SUR L HYGIENE ET LA PRESENTATION

GROUPE DE PAROLE SUR L HYGIENE ET LA PRESENTATION GROUPE DE PAROLE SUR L HYGIENE ET LA PRESENTATION Programme d éducation et de motivation à l hygiène pour les patients en psychiatrie Cécile GABRIEL-BORDENAVE C.H. St Egrève (38) Problèmes d hygiène corporelle

Plus en détail

Code de conduite pastorale

Code de conduite pastorale Code de conduite pastorale à l intention des prêtres, diacres, séminaristes, employés et bénévoles engagés dans le ministère et les autres services de l archidiocèse d Ottawa Contenu 1 Préambule Code de

Plus en détail

Contrat de service de jumelage Volet Chèque Emploi Service

Contrat de service de jumelage Volet Chèque Emploi Service Contrat de service de jumelage Volet Chèque Emploi Service Action Services aux proches aidants de Longueuil (ASAPAL) 581, King-George Longueuil (Québec) J4J 2V8 Téléphone (450) 928-0776 poste 222 Télécopieur

Plus en détail

Village de Sainte-Pétronille EXTRAIT DE RÉSOLUTION

Village de Sainte-Pétronille EXTRAIT DE RÉSOLUTION Village de Sainte-Pétronille EXTRAIT DE RÉSOLUTION À la session régulière du conseil du Village de Sainte-Pétronille tenue le 1 er octobre 2012 et à laquelle étaient présents : Monsieur Harold Noël, maire

Plus en détail

Décret 686-2008, 25 juin 2008

Décret 686-2008, 25 juin 2008 3988 GAZETTE OFFICIELLE DU QUÉBEC, 9 juillet 2008, 140 e année, n o 28 Partie 2 Cet avis doit préciser en termes généraux les effets de la continuation ou de la formation, notamment quant à la responsabilité

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

Formulaires et demandes d information les obligations

Formulaires et demandes d information les obligations Fédération des médecins omnipraticiens du Québec Formulaires et demandes d information les obligations Michel Desrosiers AVEZ-VOUS DÉJÀ HÉSITÉ à remplir un formulaire médical que vous tendait un patient,

Plus en détail

STAGE EN PSYCHOPHARMACOLOGIE CATÉGORIE : STAGE À OPTION

STAGE EN PSYCHOPHARMACOLOGIE CATÉGORIE : STAGE À OPTION STAGE EN PSYCHOPHARMACOLOGIE CATÉGORIE : STAGE À OPTION Responsable: Dr Pierre Landry, professeur agrégé de clinique Membres de l équipe professorale Dr Pierre Landry, professeur agrégé de clinique Autres

Plus en détail

AUCUN LIEN DE DÉPENDANCE AVEC LES FOURNISSEURS

AUCUN LIEN DE DÉPENDANCE AVEC LES FOURNISSEURS V L es conflits d intérêts Il y a «conflit d intérêts» lorsque vos intérêts personnels nuisent de quelque façon que soit aux intérêts de la Société. Une situation peut être conflictuelle lorsque vous prenez

Plus en détail

DATE DE LA RÉSOLUTION ET DE L ENTRÉE EN VIGUEUR : 2013-12-10 APPROUVÉ PAR : Conseil d administration

DATE DE LA RÉSOLUTION ET DE L ENTRÉE EN VIGUEUR : 2013-12-10 APPROUVÉ PAR : Conseil d administration POLITIQUE DATE DE LA RÉSOLUTION ET DE L ENTRÉE EN VIGUEUR : APPROUVÉ PAR : 2013-12-10 Conseil d administration DERNIÈRE MISE À JOUR : f 2013-12-10 DATE D ABROGATION : AAAA-MM-JJ Politique de gestion des

Plus en détail

Salle de lecture - Cliché Dominique Lecuivre, 2009. Règlement

Salle de lecture - Cliché Dominique Lecuivre, 2009. Règlement Salle de lecture - Cliché Dominique Lecuivre, 2009. Règlement Règlement de la Bibliothèque Sainte-Geneviève I- Modalités d inscription 1a- Délivrance de la carte de lecteur 1b- Délivrance d une carte

Plus en détail

ATELIER SUR LE LOGEMENT. Présenté par René Guitard

ATELIER SUR LE LOGEMENT. Présenté par René Guitard ATELIER SUR LE LOGEMENT Présenté par René Guitard Logement droit des locataires Locataires Avant d y emménager : dépôt ou lettre de garantie Pendant: Loyer, Réparations Expulsion Avis de déménagement Logement

Plus en détail

Nouvelles échelles salariales Incluant le PIB

Nouvelles échelles salariales Incluant le PIB Nouvelles échelles salariales Incluant le PIB Convention collective Mars 2011 Mars 2015 Note : Ce document regroupe les échelles salariales applicables aux différents titres d emploi représentés à la FIQ.

Plus en détail

Regard sur l Entente Québec-France et ses Arrangements de reconnaissance mutuelle

Regard sur l Entente Québec-France et ses Arrangements de reconnaissance mutuelle Page1 Volume 7, numéro 1 Droit à l égalité, protection du public et accès pour les professionnels formés à l étranger. Regard sur l Entente Québec-France et ses Arrangements de reconnaissance mutuelle

Plus en détail

CONSEIL DE DISCIPLINE

CONSEIL DE DISCIPLINE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC CONSEIL DE DISCIPLINE Ordre des ergothérapeutes du Québec N : 17-09-00022 DATE : 28 janvier 2011 LE CONSEIL : M e SIMON VENNE, avocat Président MME CHRISTIANE JOLICOEUR Membre

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

L évolution des rôles en soins infirmiers. Un changement à s approprier

L évolution des rôles en soins infirmiers. Un changement à s approprier L évolution des rôles en soins infirmiers Un changement à s approprier Les formateurs Louise Leduc Coordonnatrice du développement clinique de la pratique en soins infirmiers, DPSSS-DSI Stéphane Gagnon

Plus en détail

DIPLOME D ETAT D AIDE SOIGNANT

DIPLOME D ETAT D AIDE SOIGNANT DIPLOME D ETAT D AIDE SOIGNANT DEFINITION DU METIER L aide soignant exerce son activité sous la responsabilité de l infirmier, dans le cadre du rôle propre qui relève de l initiative de celui-ci, défini

Plus en détail

ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE LE BARREAU DU QUÉBEC LE CONSEIL NATIONAL DES BARREAUX

ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE LE BARREAU DU QUÉBEC LE CONSEIL NATIONAL DES BARREAUX ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE LE BARREAU DU QUÉBEC ET LE CONSEIL NATIONAL DES BARREAUX ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES

Plus en détail

DES SOLUTIONS ADÉQUATES POUR ASSURER LA QUALITÉ DES SOINS INFIRMIERS PAR LA COALITION POUR LE MAINTIEN DU DEC QUALIFIANT EN SOINS INFIRMIERS

DES SOLUTIONS ADÉQUATES POUR ASSURER LA QUALITÉ DES SOINS INFIRMIERS PAR LA COALITION POUR LE MAINTIEN DU DEC QUALIFIANT EN SOINS INFIRMIERS DES SOLUTIONS ADÉQUATES POUR ASSURER LA QUALITÉ DES SOINS INFIRMIERS PAR LA COALITION POUR LE MAINTIEN DU DEC QUALIFIANT EN SOINS INFIRMIERS 11 octobre 2013 Table des matières Présentation de la Coalition

Plus en détail

AU VOLANT DE MA SANTÉ

AU VOLANT DE MA SANTÉ AU VOLANT DE MA SANTÉ AÎNÉS, êtes-vous à risque? La conduite automobile est une activité complexe. En fait, plusieurs exigences sont nécessaires pour l exercer, comme de : > bien connaître les règles

Plus en détail

CHARTE ETHIQUE DE WENDEL

CHARTE ETHIQUE DE WENDEL CHARTE ETHIQUE DE WENDEL Mars 2015 1 Message du Directoire Wendel est l une des toutes premières sociétés d investissement en Europe. Grâce au soutien d un actionnariat familial stable, Wendel a su se

Plus en détail

Délibération n 2010-259 du 29 novembre 2010. État de santé Handicap Emploi Emploi secteur privé Observations

Délibération n 2010-259 du 29 novembre 2010. État de santé Handicap Emploi Emploi secteur privé Observations Délibération n 2010-259 du 29 novembre 2010 État de santé Handicap Emploi Emploi secteur privé Observations Délibération relative à des faits de harcèlement, une discrimination salariale et un licenciement

Plus en détail

Code de déontologie de la Corporation des Zoothérapeutes du Québec

Code de déontologie de la Corporation des Zoothérapeutes du Québec Code de déontologie de la Corporation des Zoothérapeutes du Québec www.corpozootherapeute.com Table des matières Table des matières... 2 Section I... 3 1 Dispositions générales... 3 Section II... 3 2 Devoirs

Plus en détail

L obligation de déposer un rapport Guide à. l intention des employeurs, exploitants et infirmières

L obligation de déposer un rapport Guide à. l intention des employeurs, exploitants et infirmières L obligation de déposer un rapport Guide à l intention des employeurs, exploitants et infirmières Table des matières Introduction.... 3 Pourquoi faut-il déposer un rapport?... 3 Que fait l Ordre lorsqu

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

RÈGLE DE SOINS INFIRMIERS

RÈGLE DE SOINS INFIRMIERS TITRE Dépistage et évaluation de la douleur - Hospitalier DÉFINITION RSI.006 Février 2008 Page 1 de 6 La douleur étant une donnée subjective, seul le résident peut signifier sa douleur. Si un usager exprime

Plus en détail

REGLEMENT EP-One. Accueil libre pour les 11 à 17 ans. Accueil fixe pour les 11 à 14 ans

REGLEMENT EP-One. Accueil libre pour les 11 à 17 ans. Accueil fixe pour les 11 à 14 ans REGLEMENT EP-One L EP-One vous propose, deux types d accueil : Accueil libre pour les 11 à 17 ans Hors vacances scolaires Mercredi 13h30 à 18h00 Vacances scolaires Lundi au vendredi 9h00 à 12h00 13h30

Plus en détail

Règle de soins infirmiers

Règle de soins infirmiers DÉFINITION : Le but de cette règle de soins infirmiers est d encadrer la prestation des soins dispensés par les infirmières et les infirmières auxiliaires en collaboration avec les préposés aux bénéficiaires

Plus en détail

Lignes. directrices. droits. d enfants. d accès. Pour l expertise en matière de garde. et des. février 2oo6

Lignes. directrices. droits. d enfants. d accès. Pour l expertise en matière de garde. et des. février 2oo6 Lignes directrices Pour l expertise en matière de garde d enfants et des droits d accès février 2oo6 INTRODUCTION................. 3 PRÉAMBULE.................. 3 I. AMORCE DU PROCESSUS........... 4 A.

Plus en détail

Dix valeurs pour les soins infirmiers

Dix valeurs pour les soins infirmiers Dix valeurs pour les soins infirmiers La valeur n attendant pas le nombre des années, deux étudiantes en soins infirmiers se sont interrogées sur les valeurs dont l infirmière a besoin pour mieux adapter

Plus en détail

LA SCOLARISATION À LA MAISON. Orientations

LA SCOLARISATION À LA MAISON. Orientations LA SCOLARISATION À LA MAISON Orientations Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2010 ISBN 978-2-550-57703-4 (PDF) Dépôt légal - Bibliothèque et Archives nationales du

Plus en détail

Message à l élève À l école secondaire Eurêka Chacun a des droits Chacun a des responsabilités

Message à l élève À l école secondaire Eurêka Chacun a des droits Chacun a des responsabilités Message à l élève À l école secondaire Eurêka Chacun a des droits Chacun a des responsabilités Cette école est ton école et tu es le premier responsable du climat de vie qui y règne. Tu as le droit d y

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE DE L ASSOCIATION QUÉBÉCOISE DE DÉFENSE DES DROITS DES PERSONNES RETRAITÉES ET PRÉ-RETRAITÉES

CODE D ÉTHIQUE DE L ASSOCIATION QUÉBÉCOISE DE DÉFENSE DES DROITS DES PERSONNES RETRAITÉES ET PRÉ-RETRAITÉES CODE D ÉTHIQUE DE L ASSOCIATION QUÉBÉCOISE DE DÉFENSE DES DROITS DES PERSONNES RETRAITÉES ET PRÉ-RETRAITÉES «L ÉTHIQUE EST FAITE POUR LES HONNÊTES GENS QUI S ENGAGENT À LA RESPECTER POUR CEUX QUI S EN

Plus en détail

C o d e d é t h i q u e

C o d e d é t h i q u e Code d éthique Notre mission Le Centre de santé et de services sociaux (CSSS) de Bordeaux- Cartierville Saint-Laurent a pour mission de promouvoir et d améliorer la santé et le bien-être de la population

Plus en détail

Gestionnaire de réseaux Linux et Windows

Gestionnaire de réseaux Linux et Windows Gestionnaire de réseaux Linux et Windows LEA.A6, version 2012 Information : (514) 376-1620, poste 7388 Programme de formation Type de sanction Attestation d études collégiales permettant de cumuler 51

Plus en détail

GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Module 5 : Évaluer le rendement de l équipe

GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Module 5 : Évaluer le rendement de l équipe GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Module 5 : Évaluer le rendement de l équipe Révisé en décembre 2012 Objectif du guide L objectif du guide est de vous aider,

Plus en détail

LE MAJEUR PROTEGE ET SON LOGEMENT.

LE MAJEUR PROTEGE ET SON LOGEMENT. LE MAJEUR PROTEGE ET SON LOGEMENT. Un des soucis du législateur de 1968 a été d assurer la protection du logement des majeurs protégés hospitalisés ou en établissement. L article 490-2 du Code civil prévoit

Plus en détail

BIENVENUE. Rencontre des partenaires de la formation infirmière : 25 mai 2015

BIENVENUE. Rencontre des partenaires de la formation infirmière : 25 mai 2015 BIENVENUE Présenté par : Madeleine Lauzier, inf, M. Sc. inf., M.B.A. Directrice-conseil Direction, Affaires externes, OIIQ Rencontre des partenaires de la formation infirmière : 25 mai 2015 Buts de la

Plus en détail

Passeport. Pour que rester chez soi...soit toujours un plaisir. Introduction. Fonctionnement. Intervenants. Coordonnées

Passeport. Pour que rester chez soi...soit toujours un plaisir. Introduction. Fonctionnement. Intervenants. Coordonnées Passeport MODE D EMPLOI DE LA PRESTATION DE SERVICE VITALLIANCE Pour que rester chez soi......soit toujours un plaisir Introduction Fonctionnement Intervenants Coordonnées 2 3 6 8 2 I NTRODUCTION INTRODUCTION

Plus en détail

GUIDE A L USAGE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES SUR LE RISQUE ALCOOL AU TRAVAIL

GUIDE A L USAGE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES SUR LE RISQUE ALCOOL AU TRAVAIL GUIDE A L USAGE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES SUR LE RISQUE ALCOOL AU TRAVAIL PREAMBULE Dans le monde du travail, l alcoolisation de certains agents reste une préoccupation pour l Autorité Territoriale

Plus en détail

V É R I F I C A T I O N D E S R É F É R E N C E S - G U I D E D U G E S T I O N N A I R E -

V É R I F I C A T I O N D E S R É F É R E N C E S - G U I D E D U G E S T I O N N A I R E - V É R I F I C A T I O N D E S R É F É R E N C E S - G U I D E D U G E S T I O N N A I R E - + P O U R Q U O I V É R I F I E R L E S R É F É R E N C E S + A S P E C T S J U R I D I Q U E S + P R O C E S

Plus en détail

Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM

Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM Les membres des conseils de section (les «Membres») sont tenus de lire et de signer

Plus en détail

Conflits d intérêts Synthèse de la politique de BNP PARIBAS CARDIF Belgique

Conflits d intérêts Synthèse de la politique de BNP PARIBAS CARDIF Belgique Conflits d intérêts Synthèse de la politique de BNP PARIBAS CARDIF Belgique 1 Contents Introduction... 3 La politique de gestion des Conflits d Intérêt de BNP Paribas Cardif Belgique... 3 Conflits d intérêts...

Plus en détail

Nouvelles échelles salariales Équité salariale

Nouvelles échelles salariales Équité salariale Nouvelles échelles salariales Équité salariale Convention collective MARS 2011 MARS 2015 Note : Ce document regroupe les échelles salariales applicables x différents titres d emploi représentés à la FIQ,

Plus en détail

Préparation au concours d aide-soignant

Préparation au concours d aide-soignant Préparation au concours d aide-soignant Le métier Il contribue à une prise en charge globale des personnes en liaison avec les autres intervenants au sein d une équipe pluridisciplinaire, en milieu hospitalier

Plus en détail

ÉTHIQUE Violences au travail Comité de la condition féminine Décembre 2001

ÉTHIQUE Violences au travail Comité de la condition féminine Décembre 2001 ÉTHIQUE et Violences au travail Comité de la condition féminine Décembre 2001 INTRODUCTION Pourquoi un code d éthique relatif aux violences au travail? Comment un code d éthique peut-il nous aider, nous

Plus en détail

3. Obsessionnelle 2. Possessive 1. Vigilance (Normale)

3. Obsessionnelle 2. Possessive 1. Vigilance (Normale) 3. Obsessionnelle 2. Possessive 1. Vigilance (Normale) Deux types de trahison: sexuelle et affective Première cause de violence chez les jeunes couples Danielle Bédard, sexologue, Cégep Marie-Victorin

Plus en détail

Prévention de la radicalisation Ce qu il faut retenir

Prévention de la radicalisation Ce qu il faut retenir 2015 Prévention de la radicalisation Ce qu il faut retenir Définition de la radicalisation : «Par radicalisation, on désigne le processus par lequel un individu ou un groupe adopte une forme violente d

Plus en détail

Code de conduite des récipiendaires des ressources du Fonds mondial

Code de conduite des récipiendaires des ressources du Fonds mondial Approuvé le 16 juillet 2012 La présente traduction du Code de conduite des récipiendaires des ressources du Fonds mondial (le «code») en français est fournie à titre informatif uniquement. Le document

Plus en détail

Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003)

Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003) Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003) INTERVENTION DE MARIE CHOQUET Le suicide est la 2 ième cause de mortalité des 16/25 ans. On compte

Plus en détail

Norbord inc. CODE DE CONDUITE PROFESSIONNELLE (le «Code»)

Norbord inc. CODE DE CONDUITE PROFESSIONNELLE (le «Code») CODE DE CONDUITE PROFESSIONNELLE (le «Code») RÉSUMÉ DU CODE En tant qu employé, lorsque vous agissez au nom de la Société, vous êtes tenu de respecter ce qui suit : Page Observation de la loi Vous conformer

Plus en détail

«Les droits et devoirs du personnel de bloc opératoire»

«Les droits et devoirs du personnel de bloc opératoire» «Les droits et devoirs du personnel de bloc opératoire» Sabrina Burgat, Avocate, collaboratrice à l institut de droit de la santé, Neuchâtel - 1 - Plan de l exposé 1. Introduction 2. Le personnel du bloc

Plus en détail

La supervision en soins infirmiers

La supervision en soins infirmiers La supervision en soins infirmiers (article en deux parties : version jumelée) La pratique de la supervision en soins infirmiers étant peu courante en France et les écrits la concernant de même, bien que

Plus en détail

CODE DE DÉONTOLOGIE DES ENTRAÎNEURS

CODE DE DÉONTOLOGIE DES ENTRAÎNEURS CODE DE DÉONTOLOGIE DES ENTRAÎNEURS RÉVISÉ ET APPROUVÉ en octobre 2002 1 CODE DE DÉONTOLOGIE DES ENTRAÎNEURS 1.0 ÉNONCÉ DU MANDAT DE PATINAGE CANADA Patinage Canada est une association qui a pour mandat

Plus en détail

Maîtrise mentale et comportementale

Maîtrise mentale et comportementale Maîtrise mentale et comportementale Conception et animation Fabrice De Ré Formation, coaching Maîtrise mentale et comportementale +33 (0) 618 951 340 - contact@aikievolutis.com Formation pour les métiers

Plus en détail

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc.

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc. GESTION DES RESSOURCES HUMAINES 1. Gestion opérationnelles des RH 2. Audits GHR 3. Recrutement et dotation 4. Évaluation psychométrique 5. Consolidation et coaching 6. Transition de carrière 1. COMMENT

Plus en détail

VERSION 2014. Mise à jour : N. NOTTET L. MANALIS F.MABROUK

VERSION 2014. Mise à jour : N. NOTTET L. MANALIS F.MABROUK CODE D ETHIQUE ET DE DEONTOLOGIE A L USAGE DES SEXOLOGUES VERSION 2014 Mise à jour : N. NOTTET L. MANALIS F.MABROUK Table des matières TITRE I. LE SEXOLOGUE ET SES PATIENTS... 4 CHAPITRE I. LA COMPETENCE...

Plus en détail

1. IMPORTANCE D UN PROGRAMME DE SÉCURITÉ ET DE SANTÉ

1. IMPORTANCE D UN PROGRAMME DE SÉCURITÉ ET DE SANTÉ Importance d un programme de sécurité et de santé 1. IMPORTANCE D UN PROGRAMME DE SÉCURITÉ ET DE SANTÉ Raison d être d un programme de sécurité et de santé Un bon programme de sécurité et de santé dans

Plus en détail

Qu est-ce que le métier d aide-soignante?

Qu est-ce que le métier d aide-soignante? Au sein de l'équipe médicale, l'aide-soignante assure l'hygiène et le confort des patients. C'est sans doute la personne la plus proche, à l'écoute des souffrances et des inquiétudes des malades. Qu est-ce

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE PRÉAMBULE

CODE D ÉTHIQUE PRÉAMBULE CODE D ÉTHIQUE PRÉAMBULE Depuis ses origines, Maison l Échelon s inspire de valeurs humanistes qui placent la dignité de la personne au premier plan. Le client souffrant de maladie psychiatrique est une

Plus en détail