LES VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE. Françoise GUYOT Vice-Procureure, Chargée de mission au Cabinet du Procureur de la République de Paris

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE. Françoise GUYOT Vice-Procureure, Chargée de mission au Cabinet du Procureur de la République de Paris"

Transcription

1 LES VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE Françoise GUYOT Vice-Procureure, Chargée de mission au Cabinet du Procureur de la République de Paris

2 2

3 DEFINITION La lutte contre les violences faites aux femmes s'inscrit dans un contexte mondial. Adoptée le 18 décembre 1979 par l'organisation des Nations Unies, la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes (en anglais, CEDAW) est entrée en vigueur le 3 janvier 1981, en tant que traité international. Caractère juridique contraignant pour les pays qui y ont adhéré = la France l'a signée le 17 juillet 1980 et l'a ratifiée le 14 décembre Lors de la conférence de l ONU à Nairobi en 1985, les Etats membres reconnaissaient le caractère sexiste de la violence masculine exercée contre les femmes. 3

4 L'ENGAGEMENT DE L'ETAT CONTRE LES VIOLENCES SEXISTES Une lutte engagée à l initiative des associations féministes dans les années 1970 qui devient une priorité de l Etat à partir de Ouverture du premier centre pour femmes victimes de violences Premières formations de fonctionnaires de police à l accueil des femmes victimes Développement du réseau Solidarité-Femmes Création de Viols Femmes informations Actions de prévention des mutilations sexuelles féminines ère Campagne nationale «La violence conjugale est inacceptable» Permanences téléphoniques Création des Commissions départementales d action contre les violences faites aux femmes 4

5 Pérennisation de la permanence téléphonique «Violences conjugales : Femmes Info-Service» 2000 Réalisation de l Enquête Nationale sur les Violences Envers les Femmes 2004 Plan global de lutte contre les violences faites aux femmes : 10 mesures pour l autonomie des femmes» 2007 Campagne nationale 2007 avec lancement d'un numéro unique national Plan global triennal

6 2011 Plan global triennal Un des axes de travail : - favoriser une meilleure prise en charge des auteurs de violences pour mieux prévenir la récidive. - élaboration d'un guide des bonnes pratiques pour le suivi des auteurs de violences au sein du couple. 6

7 janvier 2013: Création de la mission interministérielle contre les Violences faites aux femmes: elle appréhende désormais l'ensemble des violences faites aux femmes et est chargée de coordoner l'action du gouvernement contre toutes les formes de violence, dont la prostitution et la traite.elle élabore un plan de formation des professionnels concernés par ces violences. Elle aura également un rôle d'animation, d'évaluation et de mise en réseau des politiques locales de lutte contre les violences ème plan 2014/2017 : Ne laisser aucune violence déclarée sans réponse pénale, sanitaire et sociale.

8 LES TYPES DE VIOLENCES Les violences au sein du couple débutent souvent par les violences verbales qui sont utilisées de façon permanente comme un moyen de rabaisser ou d'humilier l'autre. Elles se poursuivent ensuite par une violence psychologique exercée sous forme de harcèlement moral. Intervient ensuite le contrôle économique. Ce type d'assujettissement peut aboutir à une privation de biens pécuniaires. Les violences physiques viennent parachever les diverses violences mentionnées ci-dessus. Elles peuvent prendre différentes formes allant de la simple gifle à des agressions physiques graves voire des actes de barbarie. Enfin, la sexualité peut également être un vecteur de violences au sein du couple sous forme de rapports sexuels contraints, sadomasochistes, d humiliations sexuelles. 7

9 LES STATISTIQUES DES VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE

10 Enquête ENVEFF (2000) : une femme sur dix est victime de violences au sein de son couple. LES CHIFFRES EN FRANCE : Etude des décès au sein du couple de la Délégation aux victimes (2013) : Une femme décède tous les 3 jours et un homme tous les 14,5 jours. 13 enfants ont été victimes des violences mortelles concomitamment à l'homicide de leur mère (données 2013). 9

11 LA LEGISLATION PENALE Le code pénal de 1994 La loi du 4 avril 2006 Les lois de 2007 La loi du 9 juillet 2010 La loi du 4 août 2014

12 LE CODE PENAL DE 1994 Depuis 1994, la qualité de conjoint ou concubin est retenue comme circonstance aggravante pour les infractions qualifiées de violences : torture et actes de barbarie violences ayant entraîné la mort sans volonté de la donner violences ayant entraîné une mutilation ou une infirmité permanente violences ayant entraîné une ITT supérieure à 8 jours violences ayant entraîné une ITT inférieure ou égale à 8 jours (simple contravention quand les violences ne sont pas dans un cadre de couple) violences habituelles sur personne vulnérable (femme enceinte) 11

13 LES LOIS DE 2006 ET 2007 Avancées notables émanant de trois lois récentes : la loi du 4 avril 2006, relative à la prévention et à la répression des violences au sein du couple la loi du 5 mars 2007 relative à la prévention de la délinquance la loi du 10 août 2007 renforçant la lutte contre la récidive des majeurs et des mineurs En effet, ces lois ont poursuivi deux objectifs fondamentaux et complémentaires : assurer la protection des victimes notamment par la généralisation à tous les stades de la procédure de la mesure d éviction du conjoint violent et, permettre au-delà de la ferme sanction pénale, un véritable suivi thérapeutique des auteurs dont l état le justifie. 12

14 LA LOI DU 4 AVRIL 2006 La loi du 4 avril 2006 «relative au renforcement de la prévention et de la répression des violences au sein du couple ou commises contre les mineurs» est le premier texte législatif spécifiquement consacré aux violences intrafamiliales. Elle prévoit en particulier : l extension, pour toutes les atteintes aux personnes, de la circonstance aggravante de «conjoint, concubin» au pacsé et à l'«ex», y compris pour l'homicide. la reconnaissance du viol et des agressions sexuelles entre époux, avec circonstance aggravante. la reconnaissance du vol entre époux pour la privation des documents indispensables à la vie quotidienne. l'éviction du conjoint violent par placement sous contrôle judiciaire par le Procureur de la république. 13

15 LES LOIS DE 2007 Dispositions de la loi du 5 mars 2007, renforçant la répression de violences au sein du couple Extension du suivi socio judiciaire avec injonction de soins aux auteurs de violences conjugales. Peine obligatoire s il s agit de violences habituelles, sauf si prononcé d un sursis avec mise à l épreuve. 14

16 LA LOI DU 9 JUILLET 2010 La loi relative aux violences faites spécifiquement aux femmes, aux violences au sein des couples et aux incidences de ces dernières sur les enfants. L'innovation : la mise en place d'une ordonnance de protection prononcée par le juge aux affaires familiales (juge civil) lorsque les violences au sein du couple mettent en danger la victime, elle permet d'enclencher des mesures d'urgences : * interdiction de rencontrer et d'entrer en relation avec la victime. * attribution de la jouissance du logement. La prise en compte des violences psychologiques ou morales. 15

17 LA LOI DU 4 AOUT 2014 La loi de l'égalité réelle entre les femmes et les hommes. - Généralisation du dispositif visant à renforcer la protection des femmes victimes de violences conjugales, en très grand danger - Instauration d'un stage de responsabilisation pour la prévention et la lutte contre les violences au sein du couple

18 LA PROCEDURE JUDICIAIRE LA POLITIQUE PENALE DU PARQUET DE PARIS

19 La procédure judiciaire Une politique pénale de fermeté axée sur le placement en garde à vue du mis en cause et sur un défèrement quasi systématique. 17

20 La procédure judiciaire Appel tél. de la victime ou de voisins Déclaration victime (plainte ou MC) Commissariat de police : Interpellation ou convocation GARDE A VUE : Enquête en flagrant délit ou préliminaire : auditions, confrontation, victime aux UMJ (Unités médico judiciaires) pour constatations des blessures et retentissement psychologique Permanence du Parquet COPJ Convoca tion par officier Défèrement de police judiciair Convocation par ee procès-verbal avec Comparution contrôle judiciaire (CPV-CJ) immédiate CJ (contrôle judiciaire) : interdiction de revoir la victime jusqu à l audience (quitter le logement) Consultation alcoologie Consultation spécialisée TRIBUNAL CORRECTIONNEL Transmission de la procédure au procureur de la République Substitut du procureur : décision prise notamment en fonction de ce qui s est passé depuis la date des faits Délégué du procureur pour faire le point et parvenir à un classement sous condition de soins - organiser la décohabitation - obligation de soins - obligation d'effectuer un stage Conditions respectées = classement Conditions non respectées Citation directe 18

21 LA PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU CONJOINT VIOLENT A TOUS LES STADES DE LA PROCEDURE

22 La prise en charge thérapeutique du conjoint violent à tous les stades de la procédure Une nécessité, à côté des réponses pénales classiques et notamment de la répression par l'emprisonnement, de mettre en place des dispositifs tendant à traiter médicalement le condamné. Il convient d'intervenir au niveau du processus psychologique qui pousse l'homme à commettre des violences. Un homme auteur de violences s'engage rarement de luimême dans une telle démarche d'aide et de suivi, ce n'est généralement que lorsqu'il est contraint à une obligation de soins, dans le cadre dune condamnation ou d'une alternative aux poursuites que cette prise en charge est effective. 20

23 LES ACTEURS Judiciaires: - magistrats, - administration pénitentiaire. Professionnels de la santé. 21

24 LE SUIVI SOCIO JUDICIAIRE ET L'INJONCTION DE SOIN Loi du 17/06/1998 : Création du suivi socio-judiciaire avec notamment l'injonction de soins pour les délinquants sexuels. 22

25 Le suivi socio judiciaire et l'injonction de soin - Suite Loi du 5/03/2007: Mesure étendue aux violences intrafamiliales. L'injonction de soins : mesure contraignant la personne condamnée à se soumettre à des soins pratiqués par un médecin ou un psychologue traitant sous le contrôle du médecin coordonnateur, interface entre le juge d'application des peines et le traitant. 23

26 L'OBLIGATION DE SOINS Condamnation à une peine d'emprisonnement assortie d'un sursis mise à l'épreuve pendant le contrôle judiciaire dans le cadre des alternatives aux poursuites obligation d'effectuer un stage de responsabilisation pour la prévention et la lutte contre les violences au sein du couple 24

27 PROTECTION DE LA VICTIME : PRESENTATION DES DIFFERENTES MESURES 25

28 LA PROTECTION DE LA VICTIME Interdiction d'entrer en contact avec la victime: dans le cadre d'un suivi socio-judiciaire et depuis la loi du 9 juillet 2010 placement sous surveillance électronique mobile permettant de vérifier la respect de l'interdiction d'approcher la victime dans le cadre du sursis mise à l'épreuve dans le cadre d'un contrôle judiciaire dans le cadre des alternatives aux poursuites le téléphone portable pour les femmes en très grand danger 26

29 FEMMES EN TRES GRAND DANGER (TGD) Le dispositif expérimental du téléphone portable d alerte est très performant : il a permis de réduire les contacts physiques entre la femme victime et son agresseur. Il procure un sentiment de sécurité pour la victime en lui indiquant que le danger a été pris en compte par la Justice et favorise véritablement le travail d accompagnement de la victime. 27

30 LES CLEFS DE LA REUSSITE DU DISPOSITIF (TGD) La réussite du dispositif TGD repose sur : la large information des magistrats et des associations sur l existence et aux modalités de fonctionnement du dispositif la réactivité et l implication du Parquet des enquêteurs et partenaires la qualité de la prise en charge des femmes par l'association porteuse l adhésion de la bénéficiaire à la mesure 28

31 LA CARACTERISATION DE LA SITUATION DE DANGER Une situation de très grand danger justifiant l admission au dispositif TGD peut résulter tant du profil de l auteur (gravité des violences commises, addiction alcoolique ou toxicomaniaque, profil psychiatrique ou psychologique, caractère multiréitérant ou multirécidiviste ) que de celui de la victime (situation de grande détresse, d isolement, de fragilité ). 29

32 LES DECLENCHEMENTS DU PROTOCOLE La majorité des bénéficiaires ont utilisé leur téléphone TGD dès qu elles se sont senties en danger. Même l absence de toute infraction pénale, la convocation de l auteur devant les services de police est efficace dans la mesure où il est constaté que ce dernier ne reprend plus contact avec la victime par la suite. 30

33 LA REPONSE PENALE A L EGARD DES AUTEURS Les hommes à l origine du danger justifiant le TGD se trouvent, soit en cours d interpellation par les services de police, soit en attente de jugement, soit en exécution de peine. Si le mis en cause ne peut être localisé, un mandat de recherche est décerné à son encontre par le parquet, ce qui donne lieu à inscription d une mention au fichier des personnes recherchées. 31

34 La réponse pénale à l égard des auteurssuite Lorsque le mis en cause est poursuivi devant le tribunal correctionnel ou fait l objet d une ouverture d information judiciaire, il fait toujours l objet d un défèrement et, en phase pré-sentencielle, il est systématiquement requis son placement sous contrôle judiciaire, comportant interdiction d entrer en contact avec la victime et de paraître au domicile du couple. En phase post-sentencielle, les auteurs violents sont majoritairement suivis dans le cadre d un sursis avec mise à l épreuve par le juge de l application des peines, mesure comportant généralement elle aussi les deux interdictions précitées. 32

35 La réponse pénale à l égard des auteurssuite Pour les condamnés exécutant une peine ferme en détention, la situation pénale fait l objet d un suivi étroit par le parquet, en relation directe avec le juge de l application des peines et l établissement pénitentiaire, afin d anticiper au mieux les conséquences de leur libération pour l épouse, concubine ou partenaire. Un téléphone TGD peut ainsi lui être remis quelques jours avant la remise en liberté du condamné. 33

36 DISPOSITIF D ASSISTANCE AUX VICTIMES 34

37 PARTENARIAT ASSOCIATIF Association généraliste Institut National d Aide aux Victimes et de Médiation (INVAVEM) Créé en 1986, l INAVEM, fédération des associations d aide aux victimes, regroupe 150 associations (partenariat également avec la justice). Elles proposent écoute, information sur les droits, accompagnement social et orientation vers des services spécialisés. L INAVEM est chargé, depuis 2005, du numéro national 08VICTIMES. Convention signée le 25 mai

38 Partenariat associatif suite Associations spécialisées 1. Fédération nationale Solidarité Femmes (FNSF) Composée d une cinquantaine d associations, la FNSF propose, entre autres, une permanence téléphonique nationale 3919, un service de formation, d écoute et d information ainsi que des centres d hébergement 2. Centre National d Information sur les Droits des Femmes et des Familles (CNIDFF) Composé de 114 associations, il dispose de antennes et points d information de proximité, développés en milieu urbain et rural. Les actions du réseau vont de l accueil, l écoute, l information sur les droits jusqu à l accompagnement juridique, social et psychologique. Convention signée le 7 mars

39 Partenariat associatif suite Le Collectif Féministe Contre le Viol (CFCV) Ses activités sont diverses : Le CFCV s est constitué en 1985 Animation de groupes de parole ouverts aux femmes victimes de viols Actions de prévention dans les écoles, collèges, lycées Organisation et animation de formations auprès de tous les publics concernés par l accueil des victimes de viol Animation d un réseau national d intervenants associatifs dans toute la France Participation aux instances mises en place par les pouvoirs publics au niveau national et en Ile de France. 37

40 Partenariat associatif - suite Le Collectif Féministe Contre le Viol (CFCV) Le CFCV assure une permanence téléphonique national numéro d appel gratuit : Viols Femmes Informations au (écoute, aide, information, soutien et solidarité aux victimes, à leur entourage, aux professionnels) Viols Femmes Informations en quelques chiffres : Chaque année : près de appels Environ appels pour viol ou agression sexuelle par an 3 à 15 crimes sont dénoncés chaque jour à Viols Femmes Informations Près de témoignages ont été reçus et enregistrés en 24 ans de fonctionnement. 38

41 Partenariat associatif - suite Viols Femmes Informations en quelques chiffres - suite : Dans 50% des situations les agresseurs sexuels font partie du cercle familial. 35% des viols sont commis au domicile de la victime ou de l agresseur. Dans 62,7% des situations, les agressions relatées par les victimes ont eu lieu quand elles étaient mineures. 50% des victimes ont été agressées avant l âge de 15 ans. Il y a 10 fois plus de filles que de garçons. L agresseur était le plus souvent un membre de l entourage intra ou para-familial. 92,5% des agresseurs étaient majeurs, 7,5% étaient mineurs. 39

DISPOSITIF FEMMES EN TRES GRAND DANGER BILAN D UNE ANNÉE D EXPÉRIMENTATION

DISPOSITIF FEMMES EN TRES GRAND DANGER BILAN D UNE ANNÉE D EXPÉRIMENTATION DISPOSITIF FEMMES EN TRES GRAND DANGER BILAN D UNE ANNÉE D EXPÉRIMENTATION 30 téléphones portables disponibles 27 femmes ont été admises au dispositif. Le bénéfice du TGD pendant une durée de 6 mois a

Plus en détail

Les violences conjugales

Les violences conjugales MINISTÈRE le point sur Femmes/égalité Lutte contre les violences envers les femmes Les violences conjugales Les victimes de violences craignent le plus souvent de s exprimer. Paralysées par la peur, une

Plus en détail

VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE. stop-violences-femmes.gouv.fr

VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE. stop-violences-femmes.gouv.fr VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE stop-violences-femmes.gouv.fr Les violences au sein du couple diffèrent des disputes ou conflits conjugaux où deux points de vue s opposent dans un rapport d égalité.

Plus en détail

premières Réalisations du 4e Plan triennal [ ] de lutte contre les violences faites aux femmes stop-violences-femmes.gouv.fr

premières Réalisations du 4e Plan triennal [ ] de lutte contre les violences faites aux femmes stop-violences-femmes.gouv.fr [ ] premières Réalisations du 4e Plan triennal de lutte contre les violences faites aux femmes stop-violences-femmes.gouv.fr Ratification de la Convention d Istanbul Lundi 5 mai, le Sénat a adopté définitivement,

Plus en détail

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS par Jean-Michel ETCHEVERRY président du tribunal de grande instance de Roanne (2 février 2009) Plusieurs réformes législatives intervenues ces dernières

Plus en détail

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans)

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) Leçon introductive au droit pénal des mineurs - définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) - textes régissant

Plus en détail

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action Orientations gouvernementales en matière d agression sexuelle Plan d action Édition produite par : La Direction des communications du ministère de la Santé et des Services sociaux Pour obtenir d autres

Plus en détail

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES Les juridictions pénales jugent les infractions à la loi pénale. Ces infractions sont définies dans le code pénal. Il existe en France, trois types d'infractions, définies

Plus en détail

) Découvrez les métiers de la Justice. Informez-vous sur www.justice.gouv.fr

) Découvrez les métiers de la Justice. Informez-vous sur www.justice.gouv.fr ) Découvrez les métiers de la Justice Informez-vous sur www.justice.gouv.fr PENITENTIAIRE Sommaire SOMMAIRE Magistrat............................................................. p. 4, 5 Greffier en chef......................................................

Plus en détail

Observatoire des violences envers les femmes du Conseil général de la Seine-Saint-Denis www.seine-saint-denis.fr

Observatoire des violences envers les femmes du Conseil général de la Seine-Saint-Denis www.seine-saint-denis.fr 1 Observatoire des violences envers les femmes du Conseil général de la Seine-Saint-Denis www.seine-saint-denis.fr 3 LA MISE EN PLACE DE L ORDONNANCE DE PROTECTION PAR LE TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE SOMMAIRE

Plus en détail

4 e plan interministériel

4 e plan interministériel 4 e plan interministériel de prévention et de lutte contre les violences faites aux femmes 2014-2016 MINISTÈRE DES DROITS DES FEMMES 4 e plan interministériel de prévention et de lutte contre les violences

Plus en détail

PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE

PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE SYNTHESE Le 15 septembre 2003, Madame Anne D HAUTEVILLE, professeur

Plus en détail

Direction de l administration pénitentiaire Le placement sous surveillance électronique mobile

Direction de l administration pénitentiaire Le placement sous surveillance électronique mobile Direction de l administration pénitentiaire Le placement sous surveillance électronique mobile Sous-direction des personnes placées sous main de justice (PMJ) Pôle PSEM Septembre 2007 Le placement sous

Plus en détail

2. Le placement sous surveillance. électronique mobile 162 3. La rétention de sûreté 164

2. Le placement sous surveillance. électronique mobile 162 3. La rétention de sûreté 164 13 Les mesures de sûreté 1. La surveillance judiciaire 160 2. Le placement sous surveillance électronique mobile 162 3. La rétention de sûreté 164 4. La surveillance de sûreté 167 5. L inscription au fichier

Plus en détail

La responsabilité pénale dans l entreprise

La responsabilité pénale dans l entreprise La responsabilité pénale dans l entreprise PLATO Le Lieu : CCI Granville. 1 Plan de l intervention Déterminer les zones de risques pénales dans l entreprise. Qui peut voir sa responsabilité pénale engagée?

Plus en détail

Contribution du ministère de la Justice et des Libertés au bilan annuel de la sécurité routière

Contribution du ministère de la Justice et des Libertés au bilan annuel de la sécurité routière Contribution du ministère de la Justice et des Libertés au bilan annuel de la sécurité routière Condamnations et sanctions prononcées en matière de sécurité routière Année 2011 Les condamnations pour infraction

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

L'exécution des peines correctionnelles

L'exécution des peines correctionnelles L'exécution des peines correctionnelles I) L application des peines Le juge de l application des peines est chargé de déterminer les modalités d exécution des peines prononcées par les juridictions pénales

Plus en détail

PARCOURS D UN DOSSIER RELATIF A UN ACCIDENT DE ROULAGE

PARCOURS D UN DOSSIER RELATIF A UN ACCIDENT DE ROULAGE PARCOURS D UN DOSSIER RELATIF A UN ACCIDENT DE ROULAGE Document explicatif réalisé à l intention des parents-formateurs 17 novembre 2006 PARCOURS D UN DOSSIER ACCIDENT DE ROULAGE avant l élaboration du

Plus en détail

Les droits des victimes

Les droits des victimes SERVICE DE L ACCÈS AU DROIT ET À LA JUSTICE ET DE LA POLITIQUE DE LA VILLE Avocat Dépôt de plainte Soutien psychologique? Association d'aide aux victimes Aide juridictionnelle Indemnisation I Les droits

Plus en détail

Les victimes et auteur-e (s) de violences domestiques dans la procédure pénale

Les victimes et auteur-e (s) de violences domestiques dans la procédure pénale Les victimes et auteur-e (s) de violences domestiques dans la procédure pénale (Le contenu de cette présentation n engage pas le Ministère public) 1 Objectifs et plan I. Tour d horizon des différentes

Plus en détail

Introduction. Une infraction est un comportement interdit par la loi pénale et sanctionné d une peine prévue par celle-ci. (1)

Introduction. Une infraction est un comportement interdit par la loi pénale et sanctionné d une peine prévue par celle-ci. (1) Vous êtes victime Introduction Vous avez été victime d une infraction (1). C est un événement traumatisant et vous vous posez sûrement de nombreuses questions : Quels sont mes droits? Que dois-je faire

Plus en détail

Approche juridique de la profession infirmier(e) dans l Education Nationale

Approche juridique de la profession infirmier(e) dans l Education Nationale Approche juridique de la profession infirmier(e) dans l Education Nationale Le 13 octobre 2010, Madame GOUTTENOIRE, Professeur à la faculté de Droit de Bordeaux 4, Directrice de l institut des Mineurs

Plus en détail

«La prison est la seule solution pour préserver la société.»

«La prison est la seule solution pour préserver la société.» «La prison est la seule solution pour préserver la société.» Nous n enfermons rien d autre en prison qu une partie de nous-mêmes, comme d autres abandonnent sur le bord de la route leurs souvenirs encombrants

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) Circulaires de la Direction des affaires criminelles Signalisation des circulaires du 1 er avril au 30 juin 2006 Circulaire

Plus en détail

Procédures. L extrait de casier judiciaire

Procédures. L extrait de casier judiciaire Vos droits Institutions Acteurs Procédures L extrait de casier judiciaire F i c h e P r a t i q u e Qu est-ce que le casier judiciaire? Le casier judiciaire conserve les condamnations prononcées par les

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Vous êtes victime de violences dans votre couple et vous vous adressez à la Police Nationale pour faire valoir vos droits.

NOTICE EXPLICATIVE. Vous êtes victime de violences dans votre couple et vous vous adressez à la Police Nationale pour faire valoir vos droits. NOTICE EXPLICATIVE Vous êtes victime de violences dans votre couple et vous vous adressez à la Police Nationale pour faire valoir vos droits. écrit. Vous allez être reçu(e) pour relater des faits qui seront

Plus en détail

Les droits des victimes

Les droits des victimes SERVICE DE L ACCÈS AU DROIT ET À LA JUSTICE ET DE LA POLITIQUE DE LA VILLE Avocat Dépôt de plainte Soutien psychologique? Association d'aide aux victimes Aide juridictionnelle Indemnisation I Les droits

Plus en détail

- DOSSIER DE PRESSE -

- DOSSIER DE PRESSE - - DOSSIER DE PRESSE - Journée nationale du Travail d'intérêt Général en Saône-et-Loire 27 novembre 2013 à 9h30 Les partenaires institutionnels du Ministère de la Justice organisent 27 novembre 2013 la

Plus en détail

République française. Tribunal de Grande Instance de Paris

République française. Tribunal de Grande Instance de Paris République française Au nom du Peuple français Tribunal de Grande Instance de Paris 28eme chambre N d'affaire : Jugement du : 27 septembre 2010, 9h n : 3 NATURE DES INFRACTIONS : CONDUITE DE VEHICULE SOUS

Plus en détail

Le Garde des Sceaux, Ministre de la Justice

Le Garde des Sceaux, Ministre de la Justice MINISTÈRE DE LA JUSTICE DIRECTION DES AFFAIRES CRIMINELLES ET DES GRACES SOUS-DIRECTION DE LA JUSTICE PENALE GENERALE Bureau de la législation pénale générale Circulaire du 2 septembre 2004 Date d application

Plus en détail

Alcool au volant : tous responsables? La question de la co-responsabilité sera enfin posée au Tribunal de Saint Nazaire

Alcool au volant : tous responsables? La question de la co-responsabilité sera enfin posée au Tribunal de Saint Nazaire DOSSIER DE PRESSE 01/09/2014 Alcool au volant : tous responsables? La question de la co-responsabilité sera enfin posée au Tribunal de Saint Nazaire Avec l appui de la Ligue Contre la Violence Routière,

Plus en détail

l injonction de soins

l injonction de soins Guide de l injonction de soins MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS MINISTÈRE DE LA JUSTICE CHAPITRE I Présentation du guide Ce guide méthodologique porte sur la prise en charge des personnes soumises à

Plus en détail

DUPUP. Soins enfermés

DUPUP. Soins enfermés M DUPUP Soins enfermés Sommaire Etendue du problème Aux origines de la contrainte Les soins «médicalement» contraints : En milieu fermé (réforme de la Loi du 27 juin 1990) De manière indirecte ( suite

Plus en détail

Circulaire de la DPJJ du 13 novembre 2008 visant à améliorer la prise en charge des mineurs placés en centre éducatif fermé

Circulaire de la DPJJ du 13 novembre 2008 visant à améliorer la prise en charge des mineurs placés en centre éducatif fermé Centre éducatif fermé Juge des enfants Protection judiciaire de la jeunesse Circulaire de la DPJJ du 13 novembre 2008 visant à améliorer la prise en charge des mineurs placés en centre éducatif fermé NOR

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 23 mai 2014 de présentation des dispositions de procédure pénale applicables le 2 juin 2014 de la loi portant transposition de la directive 2012/13/UE du Parlement européen et du Conseil,

Plus en détail

ARTICLE 90 DU DECRET 91-1266 DU 19 DECEMBRE 1991 MODIFIE

ARTICLE 90 DU DECRET 91-1266 DU 19 DECEMBRE 1991 MODIFIE ARTICLE 90 DU DECRET 91-1266 DU 19 DECEMBRE 1991 MODIFIE Réf. Art.90 du 20/01/2001 au 31/12/2001 01/01/2002 S DES MISSIONS DE BASE D2012-349 D2001-52 D2001-512 D2003-853 D2004-1406 D2007-1151 D2008-1486

Plus en détail

LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS CLAP SUD-OUEST/VA

LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS CLAP SUD-OUEST/VA LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS RESPONSABILITE PEDAGOGIQUE JURIDIQUE MORALE CIVILE PENALE ETHIQUE TRIBUNAUX TRIBUNAUX MORALE CIVILS REPRESSIFS - Conscience du devoir - Instance - Police - Grande Instance

Plus en détail

AUTEURS DE VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE

AUTEURS DE VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE AUTEURS DE VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE PRISE EN CHARGE ET PREVENTION MARS 2006. Groupe de travail animé par le Docteur Roland COUTANCEAU 1 Le 23 novembre 2005, à l occasion de la journée internationale

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 19 décembre 2014 de présentation des dispositions applicables à compter du 1 er janvier 2015 de la loi n 2014-535 du 27 mai 2014 portant transposition de la directive 2012/13/UE du Parlement

Plus en détail

LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT. Formation AVS Janvier 2013

LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT. Formation AVS Janvier 2013 LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT Formation AVS Janvier 2013 LES RESPONSABILITES GENERALES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT Les responsabilités des agents publics de l État sont de trois ordres:

Plus en détail

La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante

La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins du 8 octobre 2010 Dr Irène KAHN-BENSAUDE Dr Jean-Marie FAROUDJA La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante

Plus en détail

REMUNERATION AIDE JURIDICTIONNELLE

REMUNERATION AIDE JURIDICTIONNELLE REMUNERATION AIDE JURIDICTIONNELLE Le montant de la rétribution «Aide Juridictionnelle» est déterminé par le nombre d unités de valeur «UV» affectées à la procédure et prévues par l article 90 du décret

Plus en détail

LA REBELLION. a) il faut que l'agent ait agi dans l'exercice de ses fonctions.

LA REBELLION. a) il faut que l'agent ait agi dans l'exercice de ses fonctions. LA REBELLION La rébellion est le fait de s'opposer violemment aux fonctionnaires et officiers publics qui agissent pour l'exécution et l'application des lois. I - ELEMENTS CONSTITUTIFS A - L ELEMENT LEGAL

Plus en détail

l L immense majorité des condamnations concernent des délits

l L immense majorité des condamnations concernent des délits Prévention de la récidive et individualisation des peines Chiffres-clés Juin 2014 Les condamnations En 2012, environ 900 000 infractions ont donné lieu à environ 600 000 condamnations pénales prononcées

Plus en détail

S I T U A T I O N CONDUITE À TENIR QUALIFICATION PÉNALE

S I T U A T I O N CONDUITE À TENIR QUALIFICATION PÉNALE 1 1 GUIDE PRAT I Q U E APPROCHES PA RTENARIALES EN CAS D INFRACTIONS DANS UN ÉTABLISSEMENT SCOLAIRE SOMMAIRE 1 - Intru s i o n s 2 - Dégradations 2.1 Détérioration de biens appartenant à des personnels

Plus en détail

CADRES JURIDIQUES D INTERVENTION

CADRES JURIDIQUES D INTERVENTION Etre capable d apprécier le cadre juridique d intervention et mettre en œuvre la procédure judiciaire. Connaître et articuler les cadres juridiques des interventions. Etre capable de situer son action

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS. 27 juin 2014 PROPOSITION DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS. 27 juin 2014 PROPOSITION DE LOI Le présent document est établi à titre provisoire. Seule la «Petite loi», publiée ultérieurement, a valeur de texte authentique. ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS 27 juin 2014

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Ciculaire du 11 mars 2011 relative à la présentation des dispositions relatives à la contravention de dissimulation du visage dans l espace public Le garde des sceaux, ministre de la justice et des libertés

Plus en détail

La fraude fiscale : Une procédure pénale dérogatoire au droit commun. Par Roman Pinösch Avocat au barreau de Paris

La fraude fiscale : Une procédure pénale dérogatoire au droit commun. Par Roman Pinösch Avocat au barreau de Paris La fraude fiscale : Une procédure pénale dérogatoire au droit commun Par Roman Pinösch Avocat au barreau de Paris La volonté affichée au printemps 2013 par le Président de la République d intensifier la

Plus en détail

PREMIER DEGRE. Marie BOISSAVI-MERCKX

PREMIER DEGRE. Marie BOISSAVI-MERCKX Cité administrative Jean Montalat BP 314 19011 TULLE Cedex PREMIER DEGRE GUIDE DE LA PROTECTION DE L ENFANCE Marie BOISSAVI-MERCKX Responsable départementale Conseillère technique de service social 05.87.01.20.31

Plus en détail

1. Présentation générale de la surveillance de sûreté et de la rétention de sûreté. 1.1. Présentation des dispositions de la loi

1. Présentation générale de la surveillance de sûreté et de la rétention de sûreté. 1.1. Présentation des dispositions de la loi Centre socio-médico-judiciaire, Juge de l application des peines Juridiction régionale de la rétention de sûreté Rétention de sûreté Surveillance de sûreté Surveillance électronique mobile Circulaire de

Plus en détail

Claudie Lesselier Quelles violences? Quels droits face à ces violences?

Claudie Lesselier Quelles violences? Quels droits face à ces violences? Claudie Lesselier Association RAJFIRE rajfire@wanadoo.fr Un collectif féministe d action et de solidarité avec les femmes migrantes et exilées Quelles violences? Violence masculines contre les femmes manifestation

Plus en détail

La comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité ou le «plaider coupable» à la française

La comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité ou le «plaider coupable» à la française Vincent LEMAIRE Avocat 6 boulevard Wilson 35800 DINARD Tél. : 09 52 59 42 51 - Fax : 09 57 59 42 51 contact@avocat-vincent-lemaire.fr À jour au 30/12/2012 La comparution sur reconnaissance préalable de

Plus en détail

Les stupéfiants sont, en droit français, des substances vénéneuses dont l usage, la détention, la culture, l importation et la cession sont interdits

Les stupéfiants sont, en droit français, des substances vénéneuses dont l usage, la détention, la culture, l importation et la cession sont interdits Les stupéfiants sont, en droit français, des substances vénéneuses dont l usage, la détention, la culture, l importation et la cession sont interdits ou réglementés. Cela concerne toutes les drogues illégales,

Plus en détail

1. Informations générales 124

1. Informations générales 124 L Accès au droit, LE recours et LES requêtes 122 11_4 4 Contrôles extérieurs des conditions de détention Le Comité de prévention de la torture et des traitements inhumains et dégradants (CPT) Le CPT est

Plus en détail

solidarité www.aulnay-sous-bois.fr

solidarité www.aulnay-sous-bois.fr bureau d aide aux solidarité www.aulnay-sous-bois.fr Violences conjugales Vol avec violence Accidents de circulation Harcèlement Viol Agression Agression, Viol, Vol avec violence, Discriminations, Violences

Plus en détail

Secret professionnel Déontologie Responsabilité de l infirmière. Dr Jérôme LANGRAND Centre Antipoison de Paris

Secret professionnel Déontologie Responsabilité de l infirmière. Dr Jérôme LANGRAND Centre Antipoison de Paris Secret professionnel Déontologie Responsabilité de l infirmière Dr Jérôme LANGRAND Centre Antipoison de Paris 1 SECRET PROFESSIONNEL 2 Secret professionnel Bases juridiques - Code pénal - article 226-13

Plus en détail

ACCUEIL et ORIENTATION

ACCUEIL et ORIENTATION JUSTICE INAVEM Plateforme téléphonique 08VICTIMES victimes Ecoutantes de l'inavem Ministère de la Justice : Programme 101 CFPE et INEOCOM ACCUEIL et ORIENTATION Plateforme téléphonique 116 000 Enfants

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 6 mars 2012 N de pourvoi: 11-84711 Publié au bulletin Cassation partielle M. Louvel (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s)

Plus en détail

DES COMITES DE PROBATION AUX SERVICES PENITENTIAIRES D INSERTION ET DE PROBATION CINQUANTE ANS D EVOLUTION

DES COMITES DE PROBATION AUX SERVICES PENITENTIAIRES D INSERTION ET DE PROBATION CINQUANTE ANS D EVOLUTION DES COMITES DE PROBATION AUX SERVICES PENITENTIAIRES D INSERTION ET DE PROBATION CINQUANTE ANS D EVOLUTION Les origines de la probation en France En France la probation est une institution relativement

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MDS 2014-132

Décision du Défenseur des droits n MDS 2014-132 Paris, le 24 novembre 2014 Décision du Défenseur des droits n MDS 2014-132 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative aux conditions dans lesquelles la requérante a été interpellée à son domicile,

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

ACAT-France. Et si la prison n était pas toujours la solution? SANCTIONNER AUTREMENT. Et si la prison n était pas toujours la solution?

ACAT-France. Et si la prison n était pas toujours la solution? SANCTIONNER AUTREMENT. Et si la prison n était pas toujours la solution? ACAT-France. Et si la prison n était pas toujours la solution? SANCTIONNER AUTREMENT Et si la prison n était pas toujours la solution? ACAT-France. Et si la prison n était pas toujours la solution? ACAT-France.

Plus en détail

chronique juridique Contrats de droit privé : l académie de Créteil, un exemple à suivre! Procédures disciplinaires : le memento CHRONIQUE JURIDIQUE

chronique juridique Contrats de droit privé : l académie de Créteil, un exemple à suivre! Procédures disciplinaires : le memento CHRONIQUE JURIDIQUE CHRONIQUE JURIDIQUE chronique juridique Contrats de droit privé : l académie de Créteil, un exemple à suivre! Lors de notre congrès de Lille, une motion a été proposée par la commission «métier» sur les

Plus en détail

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice La Justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Ministère de la Justice Vous êtes victime Vous pouvez, en tant que victime d une infraction, déposer une plainte

Plus en détail

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné La justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Vous êtes condamné VOUS ÊTES CONDAMNÉ PÉNALEMENT Le juge a statué sur votre cas et vous a condamné. Que vous reste-il

Plus en détail

Conseil national de l aide aux victimes RAPPORT

Conseil national de l aide aux victimes RAPPORT SECRETARIAT GENERAL SERVICE DE L ACCES AU DROIT ET A LA JUSTICE ET DE L AIDE AUX VICTIMES Bureau de l aide aux victimes et de la politique associative Conseil national de l aide aux victimes RAPPORT Groupe

Plus en détail

Responsabilité civile et pénale de l instituteur

Responsabilité civile et pénale de l instituteur Responsabilité civile et pénale de l instituteur 1 Responsabilité civile et pénale de l instituteur Le terme instituteur désigne toute personne mandatée ou agréée par l administration pour assurer un enseignement

Plus en détail

Le principe de la légalité Fiche des incriminations et des peines

Le principe de la légalité Fiche des incriminations et des peines Le principe de la légalité Fiche des incriminations et des peines 1 I. L existence d un texte II. Un texte devant respecter la hiérarchie des normes Textes de référence L article 111-1 du code pénal dispose

Plus en détail

En devenant majeur-e, vous devenez responsable de vos actes, c est-à-dire que vous en mesurez toutes les conséquences.

En devenant majeur-e, vous devenez responsable de vos actes, c est-à-dire que vous en mesurez toutes les conséquences. 3La responsabilité La responsabilité civile La responsabilité pénale La procédure judiciaire applicable La protection judiciaire pour les jeunes majeurs En devenant majeur-e, vous devenez responsable de

Plus en détail

L organisation judiciaire en France FAVREAU & CIVILISE LES JURIDICTIONS JUDICIAIRES. Litiges entre particuliers ou organismes privés

L organisation judiciaire en France FAVREAU & CIVILISE LES JURIDICTIONS JUDICIAIRES. Litiges entre particuliers ou organismes privés F & C INFOS FAVREAU & CIVILISE Avocats a la Cour 8, Place Saint-Christoly 33000 Bordeaux, France Informations røservøes aux clients du cabinet. Gratuit. Ne peut Œtre vendu. L organisation judiciaire en

Plus en détail

Le trafic et la consommation des stupéfiants se trouvent classés dans le livre intitulé «Crimes et délits contre les personnes.

Le trafic et la consommation des stupéfiants se trouvent classés dans le livre intitulé «Crimes et délits contre les personnes. Drogues et loi Le trafic et la consommation des stupéfiants se trouvent classés dans le livre intitulé «Crimes et délits contre les personnes. Loi du 31 décembre 1970 Interdit et pénalise l usage de toute

Plus en détail

La Protection des majeurs

La Protection des majeurs La Protection des majeurs Les mesures de protection juridique des majeurs Les mesures de protection juridique des majeurs sont définies dans le cadre de la loi du 5/03/2007 portant réforme de la protection

Plus en détail

Dossier pratique n 6

Dossier pratique n 6 Dossier pratique n 6 Internet, mineurs et législation Contributeurs : Action Innocence France et Maître Ségolène Rouillé-Mirza, Avocate au Barreau de Paris - Mai 2010 www.actioninnocence.org france@actioninnocence.org

Plus en détail

BAREME INDICATIF DES HONORAIRES

BAREME INDICATIF DES HONORAIRES BAREME INDICATIF DES HONORAIRES Tarifs applicables à compter du 01/01/2014 Maitre MAIRET Christophe Avocat 1 Sommaire Notice du barème p.03 Consultations et postulations p.04 Droit Civil p.05 Droit du

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION 1 Document Unique de Délégation Un document qui permet de définir les responsabilités : civiles - pénales Des dirigeants pleinement conscients de leur périmètre de responsabilité,

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Circulaire du 6 juillet 2011 relative à la présentation des dispositions de droit pénal et de procédure pénale relatives à la lutte contre la violence routière résultant de la loi n 2011-267 du 14 mars

Plus en détail

La responsabilité civile et pénale. Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman

La responsabilité civile et pénale. Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman La responsabilité civile et pénale Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman La responsabilité civile est la conséquence, soit de l'inexécution d'un contrat, soit d'un acte volontaire ou

Plus en détail

Les principales dispositions de la LOPPSI 2

Les principales dispositions de la LOPPSI 2 Les principales dispositions de la LOPPSI 2 (Présentation rédigée à partir du projet de «loi d orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure» adopté au Sénat le 10 septembre

Plus en détail

LES VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE

LES VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE Guide de l action publique LES VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE Direction des Affaires criminelles et des Grâces Les associations et la lutte contre les violences au sein du couple Prise en charge et suivi

Plus en détail

DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ

DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n 42127/98 présentée par W. A. contre la Suisse La Cour européenne des Droits de l'homme (deuxième section), siégeant en chambre le 12 janvier 1999 en présence

Plus en détail

APPEL A PROJET 2015 FONDS INTERMINISTERIEL DE PREVENTION DE LA DELINQUANCE HORS VIDEOPROTECTION(FIPD)

APPEL A PROJET 2015 FONDS INTERMINISTERIEL DE PREVENTION DE LA DELINQUANCE HORS VIDEOPROTECTION(FIPD) PREFET DE LA VIENNE Direction Départementale de la Cohésion Sociale APPEL A PROJET 2015 FONDS INTERMINISTERIEL DE PREVENTION DE LA DELINQUANCE HORS VIDEOPROTECTION(FIPD) [Référence : stratégie nationale

Plus en détail

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF L ASSOCIATION : Construction humaine, Construction juridique. RAPPEL Un cadre législatif fondamental - article 1 loi du 1 juillet 1901 : «l association

Plus en détail

4814 Circulaire du 20 juin 2003

4814 Circulaire du 20 juin 2003 4814 Circulaire du 20 juin 2003 Date d'application : immédiate Le Garde des Sceaux, Ministre de la Justice à 1. POUR ATTRIBUTION Mesdames et Messieurs les PROCUREURS GÉNÉRAUX Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

LA RESPONSABILITE DU MEDECIN DU SPORT. par le Dr. Marc LEWINSKI EXPERTISES MEDICALES 5bis, rue ANTOINE CHANTIN 75014 PARIS

LA RESPONSABILITE DU MEDECIN DU SPORT. par le Dr. Marc LEWINSKI EXPERTISES MEDICALES 5bis, rue ANTOINE CHANTIN 75014 PARIS LA RESPONSABILITE DU MEDECIN DU SPORT par le Dr. Marc LEWINSKI EXPERTISES MEDICALES 5bis, rue ANTOINE CHANTIN 75014 PARIS INTRODUCTION la responsabilité médicale,c est l obligation morale ou juridique

Plus en détail

CODE DE PROCEDURE PENALE TITRE PRILIMINAIRE De l action publique et de l action civile Art. 1 à 9

CODE DE PROCEDURE PENALE TITRE PRILIMINAIRE De l action publique et de l action civile Art. 1 à 9 CODE DE PROCEDURE PENALE TITRE PRILIMINAIRE De l action publique et de l action civile Art. 1 à 9 LIVRE I De l exercice de l action publique et de l instruction TITRE I : Des autorités chargées de l action

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE. Guide du Travail d Intérêt Général (T.I.G.) MAI 2011

GUIDE METHODOLOGIQUE. Guide du Travail d Intérêt Général (T.I.G.) MAI 2011 GUIDE METHODOLOGIQUE Guide du Travail d Intérêt Général (T.I.G.) MAI 2011 Introduit il y a plus de 25 ans dans notre système pénal, le travail d intérêt général (TIG) apparaît plus que jamais comme une

Plus en détail

Congo. Loi règlementant l exercice de la profession de commerçant en République du Congo

Congo. Loi règlementant l exercice de la profession de commerçant en République du Congo Loi règlementant l exercice de la profession de commerçant en République du Loi n 19-2005 du 24 novembre 2005 Titre 1 - Dispositions générales Art.1.- La présente loi définit les conditions d exercice

Plus en détail

QUESTIONS SUR LES INSTRUMENTS DE RECONNAISSANCE MUTUELLE

QUESTIONS SUR LES INSTRUMENTS DE RECONNAISSANCE MUTUELLE LIVRE VERT Renforcer la confiance mutuelle dans l'espace judiciaire européen Livre vert sur l'application de la législation de l'ue en matière de justice pénale dans le domaine de la détention QUESTIONS

Plus en détail

CHAPITRE 6 PROTECTION STATUTAIRE ET ASSURANCE GROUPE RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE

CHAPITRE 6 PROTECTION STATUTAIRE ET ASSURANCE GROUPE RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE CHAPITRE 6 PROTECTION STATUTAIRE ET ASSURANCE GROUPE Textes applicables : Article 11 de l ordonnance n 58-1270 du 22 décembre 1958 portant loi organique relative au statut de la magistrature ; Article

Plus en détail

Textes abrogés : Notes de l administration pénitentiaire du 15 juillet 2002 et 29 mars 2004 Circulaire AP9206GA3 du 26 novembre 1992

Textes abrogés : Notes de l administration pénitentiaire du 15 juillet 2002 et 29 mars 2004 Circulaire AP9206GA3 du 26 novembre 1992 7 avril 2005 Procureurs généraux près les cours d'appel - Procureurs de la République près les tribunaux de grande instance - Directeurs régionaux des services pénitentiaires - Directeur régional, chef

Plus en détail

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 (Peine d annulation du permis de conduire pour conduite en état alcoolique en récidive et

Plus en détail

LOI N 2002-30 PORTANT CODE DE LA ROUTE (PARTIE LEGISLATIVE) TITRE PREMIER INFRACTION AUX REGLES CONCERNANT LA CONDUITE DES VEHICULES

LOI N 2002-30 PORTANT CODE DE LA ROUTE (PARTIE LEGISLATIVE) TITRE PREMIER INFRACTION AUX REGLES CONCERNANT LA CONDUITE DES VEHICULES République du Sénégal Un Peuple - Un but - Une Foi LOI N 2002-30 PORTANT CODE DE LA ROUTE (PARTIE LEGISLATIVE) L Assemblée nationale a adopté, en sa séance du Jeudi 12 Décembre 2002 Le Président de la

Plus en détail

Les sanctions relatives au permis de conduire

Les sanctions relatives au permis de conduire Les sanctions relatives au permis de conduire 1- Présentation des sanctions relatives au permis de conduire : Les sanctions relatives au permis de conduire peuvent être de deux ordres : Administratives

Plus en détail

I. - Les principales caractéristiques du Droit Pénal chinois

I. - Les principales caractéristiques du Droit Pénal chinois Lorsque la loi pénale a une application extraterritoriale, les juridictions nationales ont compétence même lorsque les faits ont été jugés par une juridiction étrangère. Mais si la peine prononcée a été

Plus en détail

6 12 13 13 14 17 17 17 18 24 28 31 31 31 32

6 12 13 13 14 17 17 17 18 24 28 31 31 31 32 Sommaire QUE SIGNIFIE ÊTRE «VICTIME»?... 6 I ) QUE FAIRE POUR CONNAÎTRE VOS DROITS, ÊTRE CONSEILLÉ ET SOUTENU?... 10 1. LES ASSOCIATIONS D'AIDE AUX VICTIMES... 10 Le soutien proposé par les associations...

Plus en détail

La majorité, ses droits et ses devoirs. chapitre 7

La majorité, ses droits et ses devoirs. chapitre 7 La majorité, ses droits et ses devoirs chapitre 7 Si le 18 e anniversaire véhicule souvent l idée de plus d indépendance, il est aussi le moment de la majorité légale, assortie d un certain nombre de droits

Plus en détail