66 e Congrès à Marseille

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "66 e Congrès à Marseille"

Transcription

1 Sic Laurence 296 MAI 2011 Le Magazine de L Ordre des experts- COMptabLes p.8 invitée du sic Parisot Présidente du medef Les TPE, les primes, la parité, le nucléaire Réservez dès maintenant vos dates! 13, 14, 15 octobre e Congrès à Marseille p.13 DOSSIER Experts-comptables et organismes de gestion agréés Une union au service des TPE p.12 événement

2

3 I ÉDITORIAL De la profession aux professionnels, une ambition partagée Voici deux années que le Conseil Supérieur agit sans faillir pour faire bouger les lignes de notre profession. Les résultats obtenus doivent désormais trouver une traduction concrète. Nous devons porter ces bénéfices au niveau le plus opérationnel : celui des cabinets, celui des professionnels. Nous avons souhaité réformer nos textes pour mettre notre profession en adéquation avec les services qu attendent les entreprises, mais également les particuliers. Nous le savons tous, au-delà de nos missions traditionnelles et historiques que nous ne devons pas négliger, les attentes sont croissantes dans le domaine du conseil et de l accompagnement. Et c est à travers ces missions à forte valeur ajoutée que se manifestent l excellence, la singularité et l universalité de notre formation, qu elle soit initiale ou continue. Je salue l'action du CFPC, notre centre de formation de la profession comptable, et le réseau des IRF Instituts Régionaux de Formation. Les enquêtes d opinion relèvent que nos clients apprécient notre savoir-faire notamment en matière de financement. Les entreprises ont besoin de notre appui technique, de notre expérience et de notre accompagnement pour les aider à obtenir les moyens financiers de leur développement et ce, dans les meilleures conditions et sans hypothéquer leur avenir. C est la raison pour laquelle le Conseil Supérieur a décidé, avec un écho positif, de s emparer du sujet du financement des TPE et plus exactement de celui des crédits de petit montant. Car ceux-ci, parfois cruciaux, marqueront, à n en pas douter, une étape décisive dans l appropriation par les professionnels des avancées obtenues ces deux dernières années. sont trop souvent difficiles à obtenir dans des délais pertinents. Au plan macro-économique, l addition de ces difficultés devient un frein pour le développement de notre économie et empêche nos TPE de grandir. Nous pouvons contribuer à réduire ces obstacles et c est ce à quoi nous voulons consacrer notre énergie en facilitant à la fois la tâche des établissements de crédit et de leurs clients. A travers cet exemple, se manifeste une volonté stratégique : développer des modèles de missions et sélectionner des moyens techniques qui favorisent l exercice quotidien des cabinets. Et de la sorte, contribuer à réduire l écart d image qui l on constate entre profession en général et professionnels en particulier. Une volonté stratégique dont témoigne l organisation d un séminaire des élus du Conseil Supérieur aux mois de mars puis de juin 2011 avec, au cœur des travaux, une réflexion sur la démarche marketing des cabinets et la formation associée. Par ailleurs, le thème de notre congrès de Marseille est centré sur les TPE, dynamique de croissance marqueront, à n en pas douter, une étape décisive dans l appropriation par les professionnels des avancées obtenues ces deux dernières années. Agnès Bricard Présidente du conseil supérieur MAI 2011 sic 296 3

4

5 MAi 2011 n 296 I SOMMAIRE 13. DOSSIER TPE : au cœur du métier! A quelques mois du congrès de la profession dans la cité phocéenne, les deux rapporteurs généraux, Jean-Bernard Cappelier et Serge Bottoli, livrent leurs réflexions sur le thème 2011, «comment aider les TPE». 3. éditorial 7. LES temps FORtS 8. InvItéE DU SIC Laurence Parisot, présidente du Medef 24. vie DE L'ORDRE Infosocial : le site internet du pôle social du conseil supérieur 26. Affirmer la présence de l'expert-comptable au cœur des missions de conseil de gestion 28. Des simplifications à l export : faites-en profiter vos clients 29. Médailles de vermeil : la plus haute distinction de l Ordre aux grandes figures LU DAnS LA PRESSE 22. A la recherche d un nouveau modèle de croissance Extraits choisis de la presse nationale Infosocial : le site internet du pôle social du Conseil Su périeur Etudiants, stagiaires, mémorialistes, diplômés & jeunes inscrits : votre avenir en mains! événement 10. Une semaine pour communiquer! 12. Les Organismes de Gestion Agréés OGA et les experts-comptables scellent leur union PROFESSIOn EXPERt-COmPtABLE 30. Services à la personne : les experts-comptables s'impliquent 32. Acomptes CVAE : télédéclaration et paiement en ligne 33. Comment calculer le goodwill en cas de changement de périmètre de l'équivalence à l'intégration et inversement 34. Comment traiter un droit d entrée au niveau fiscal? 36. Vers un seul modèle de comptabilisation des contrats de location 38. Les honoraires de l expert-comptable assistant le comité d entreprise 39. Le dynamisme des CIP des difficultés des entreprises : l'engagement de la profession 40. L expert-comptable et le secret professionnel : ce qu'il faut retenir 42. La Fédération des Aveugles de France : un plan d action commun 43. La profession dans le nuage 44. Etudiants, stagiaires, mémorialistes, diplômés & jeunes inscrits : votre avenir en mains! 45. Préparez votre mémoire avec Bibliotique! ACtUS DES RégIOnS 46. La Réunion Paris - Ile-de-France Toulouse - Midi-Pyrénées Montpellier Revue mensuelle de l Ordre des Experts-Comptables éditée par Expert-Comptable Media association 19, rue Cognacq-Jay Paris cedex 07 Tél Fax Tirage : exemplaires Directeur de la publication : Agnès Bricard, présidente Directeur délégué de la publication : Hervé Boullanger, secrétaire général Rédacteur en chef : René Keravel, président de la commission publications Rédacteurs en chef adjoints : Pierre Grafmeyer, président de la commission communication, Alain Chandioux, président d honneur Comité de rédaction : F. Balden, P. Boyer, C. Clipet, P. Collin, E. Damloup, A. Delemer, J.-C. Delespaul, J. Dumont, R. Duringer, H. Giot, R. Girac, S. Guérin, N. Leroux, J. Liziard, H. Michelin, F. Millo, F. Novelli, H. Parent, G. Patouillère, N. Powilewicz, E. Simoni, G. Zerah, J. Zorgniotti Secrétaire général de rédaction : Philippe Lacoste Secrétaire de rédaction : Françoise Balden Fabrication : Catherine Licini Régie de la publicité : APAR tél Impression : Imp. Fabrègue Saint-Yrieix Limoges Paris Dépôt légal : mai 2011 Abonnements (non-membres de l Ordre) France et étranger 93,76 e supplément avion 44,21 e Agences - 33 % Ets d enseignement - 50 % règlement à l ordre d ECM Association Liste des annonceurs Cegid 2 e de couv. Wexperandyou p. 4 Sage p. 17 Sid p Sage p Sage p. 27 Vioux et Gourdon p. 31 Cnav p. 33 ADP p. 41 Gan 4 e de couv. Votre nouveau magazine SIC est imprimé sur du papier issu d une fabrique certifiée ISO 14000/EMAS imprimeur labellisé IMPRIM VERT. MAI 2011 sic 296 5

6

7 I LES TEMPS FORTS L'EIRL EN DEBAT Soirée Delubac à l Interalliée : débat autour de l'eirl A deux pas de l Elysée, le cercle de l Union Interalliée, logé dans l hôtel Perrinet de Jars, l un des plus beaux hôtels particuliers de la capitale, recevait le 7 avril dernier, à l initiative de la banque Delubac, les lauréats du prix Cyrille Bialkiewicz, créé en Il récompense les meilleures thèses sur le droit des entreprises en difficulté. L ancien ministre des PME, Hervé Novelli, et plusieurs intervenants dont Brigitte Longuet, avocate à la cour, et le directeur du service économique du Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables, Olivier Salamito, étaient présents pour débattre autour du nouveau statut de l EIRL. «Ce ne sera un succès que s il est repris par les professionnels» a déclaré l ancien ministre. Certains interlocuteurs, dont l avocat Bernard Lagarde, ont, quant à eux, témoigné d une certaine réticence à l égard du statut : «le monde juridique est très inquiet. On fait croire au chef d entreprise qu il est à présent à l abri. C est juste une bande-annonce.» «Estce qu il fallait ne rien faire?» a répondu Olivier Salamito au nom de l Ordre des Experts-Comptables : «ce statut a le mérite d exister. C est optionnel. Il pousse les entreprises à s interroger sur leur patrimoine. Et juste en cela, c est déjà une progression.» SImPLIFICAtIOn ADmInIStRAtIvE 29 avril 2011 : la profession s'illustre lors des assises de la simplification à Bercy Frédéric Lefebvre, secrétaire d Etat chargé des PME, a donné, vendredi 29 avril dernier, au ministère de l Economie, des Finances et de l Industrie, le coup d envoi à un vaste plan de simplification en 80 mesures. Il vise à faciliter l environnement administratif des petites et moyennes entreprises et à renforcer l appui territorial avec la mise en place de correspondants PME dans chaque département. A cette occasion, la présidente du Conseil Supérieur de l'ordre des Experts Comptables, Agnès Bricard, a présenté certaines des 16 mesures mises en place par la profession pour aider l action gouvernementale, comme la déclaration unifiée en matière sociale et fiscale. Une initiative vivement saluée par le ministre. SIGNATURE ELECTRONIqUE DE L ExPERT-COMPTABLE Un atout de marque pour notre profession Le 10 mai est née la SEEC, Signature Electronique de l Expert-Comptable, lors d une «cérémonie de remise des clefs» en présence des 22 présidents de conseils régionaux de l'ordre. La SEEC décidée par le Conseil Supérieur tombe à point nommé, au moment où le gouvernement propose une dématérialisation totale des documents et des relations avec l administration pour simplifier la vie des entreprises et où le législateur nous reconnaît le statut de tiers de confiance. Cette signature représente un véritable atout au cœur du monde bien réel de l Internet et de la dématérialisation mais qui nécessite plus de sécurité quant au contenu et à l intégrité des données ainsi qu une meilleure identification des protagonistes. Un monde au sein duquel nous pourrons porter la marque expertcomptable et faire reconnaître l action et le rôle des professionnels. Rendez-vous nombreux au congrès de Marseille pour une première étape de la diffusion de la SEEC. manifestation Le 7 e Salon des Entrepreneurs Spécial financement Lyon Rhône-Alpes ouvrira ses portes les 15 et 16 juin Placée sous le signe de l'accompagnement de la jeune entreprise (0 à 5 ans) et du financement de la croissance, cette nouvelle édition s'attachera à répondre aux attentes de chaque typologie d'entrepreneurs (créateur, auto-entrepreneur, repreneur, candidat à la franchise, porteur de projet innovant, jeune entreprise, dirigeant de PME) au travers de programmes dédiés... MAI 2011 sic 296 7

8 L INVITÉE DU SIC I Présidente du Medef depuis 2005, Laurence Parisot, «la patronne des patrons», est l une des rares femmes dirigeantes de haut niveau en France. Elle revient notamment ici sur les inégalités entre hommes et femmes, le rôle clef des TPE en matière de croissance ou l emploi des jeunes. Laurence Parisot Lors de l une de vos récentes conférences de presse, vous évoquez les TPE comme le fer de lance de l emploi. On les dit pourtant bloquées par des seuils qui les empêchent de grandir. Qu en pensez-vous? L.P. : Le gisement de création d emplois dans les TPE est gigantesque. Il y a aujourd hui en France TPE. Si, chaque année, elles créent un emploi, cela fait personnes. Il faut aujourd hui que les décideurs politiques, les administrations en aient conscience. Pôle emploi devrait avoir dans ses bureaux des spécialistes des TPE. Quant aux seuils, bien entendu que c est un frein. Les organisations syndicales savent aussi que c est un symbole difficile à édulcorer. C est au législateur de traiter bien distinctement les petites et les grandes entreprises. Certaines entreprises sans difficulté particulière n arrivent cependant pas à se développer. Comment le chef d entreprise pris dans son quotidien peut-il être aidé à passer ce cap? L.P. : Il a besoin de stabilité dans les lois, dans les normes et dans les règlements. Ce qui contrarie le désir, c est l incertitude. Or, un chef d entreprise incertain de l avenir économique ou de l avenir législatif est contrarié dans son désir de développement. Chaque année, la législation fiscale évolue considérablement. Pour oser embaucher, il faudrait pouvoir se fier à l avenir. Si le chef d entreprise redoute tel ou tel changement, cela le freine. La France manque soit-disant d esprit d entreprise. Partagez-vous cette opinion? L.P. : Pas du tout. Cela fait six ans que je suis à la tête du Medef et je reste émerveillée par la richesse du tissu industriel français. Je voyage souvent en province, et j observe que toutes les générations ont des idées qui peuvent être transformées en entreprise. Je vante les qualités des TPE, mais bien entendu aussi de nos entrepreneurs du cac 40 qui sont pour beaucoup des leaders mondiaux dans leur secteur. Un des soucis de nos entreprises reste la faiblesse de leurs fonds propres. 8 sic 296 MAI 2011

9 Au-delà de la mission traditionnelle de l expert-comptable sur les comptes, qu est-ce que les entreprises attendent de la profession? L.P. : Le lien entre le chef d entreprise et l expert-comptable est essentiel. C est comme une corde de rappel qui sécurise et qui peut donner une créativité nouvelle au chef d entreprise. C est un point d appui pour la prise de risque. C est par des échanges avec les expertscomptables avec qui ils travaillent que ces chefs d entreprise vont pouvoir développer des projets. Il ne faut pas perdre de vue que l expert-comptable n est pas forcément celui qui limite la prise de risque. Il est aussi là pour pousser au développement de l entreprise. Les charges sociales pénalisent les entreprises. Quelles sont les mesures en dehors du zéro charge pour toute embauche dans les TPE, défendues par le Medef? L.P. : Au Medef, nous mettons toute notre énergie à faire comprendre qu il faut changer de paradigme et cesser de croire que tout déficit peut être résolu par une augmentation des charges. Le récent accord sur les retraites complémentaires ou encore celui instaurant la nouvelle convention d assurance chômage nous ont permis d empêcher toute hausse de cotisations, voire de les baisser pour le salarié et pour l entreprise. C est un stimulant pour l ensemble de l économie. En brisant le tabou de l âge légal de la retraite à 60 ans, en le repoussant à 62 ans, nous avions déjà veillé à ce qu il n y ait pas d augmentation des cotisations sociales. L emploi des jeunes est un de vos thèmes de prédilection. Comment peut-il être galvanisé? Estce pénalisant pour les seniors? L.P. : Il n y a aucun rapport entre les deux. Ce ne sont pas les mêmes emplois : les seniors sont sur des postes à expérience. Les juniors, eux, ont un savoir-faire acquis à l école, ils sont motivés et possèdent les valeurs de la jeune génération. Il faut parvenir à améliorer le marché du travail pour que le junior s insère plus facilement. Il faudrait aussi que les logements soient moins bloquants : s il trouve un emploi, il a parfois des problèmes pour se loger à proximité. De leur côté, les jeunes doivent comprendre qu un premier emploi n est pas forcément celui qui correspond parfaitement à la formation qu ils ont suivie. Les directeurs des ressources humaines doivent quant, à eux, intégrer aussi le fait que pour une fonction précise, les jeunes n ont pas forcément le diplôme adéquat. Le financement des entreprises est un thème essentiel pour les experts-comptables. Où en est-on aujourd hui? Quelles mesures pourraient être apportées? L.P. : Dès le début de la crise en 2008, les nouveaux dispositifs comme le médiateur du crédit et celui de la sous-traitance ont pu sensibiliser les banques au problème. Ces organismes gèrent au cas par cas et contribuent à débloquer des dossiers. Oséo a été aussi très efficace. Un des soucis de nos entreprises reste la faiblesse de leurs fonds propres. S il y a moins de travail, l entreprise qui gagne moins renforce moins facilement ses fonds propres. L objectif reste d alléger les charges sociales. A propos de la présence des femmes dans les entreprises, pensez-vous que la France soit en retard malgré la loi Copé-Zimmermann (au moins 40 % de femmes dans les conseils d administration des entreprises de plus de 500 salariés)? L.P. : On n est plus à la pointe, comme dans les années 70, mais on n est pas si en retard que ça! Cette loi sur la parité fait avancer, mais le chemin est encore loin d être parcouru. Il faut aller jusqu au bout. Il y a encore trop d écarts de progression de carrière inexpliqués entre hommes et femmes. Et c est en réalité tout-à-fait explicable : c est la misogynie qui en est la cause. Face à la catastrophe nucléaire au Japon, est-ce que vous ressentez une anxiété chez les chefs d entreprise sur des questions économiques pouvant survenir? Est-ce que ces nouvelles interrogations font débat au Medef? L.P. : Evidemment, nous nous interrogeons en termes de santé publique, d'économie et de technique. Mais il est encore trop tôt pour évaluer d éventuelles conséquences. Bien entendu, nous espérons que l impact économique sera limité. Le Japon est la 3 e puissance économique de la planète mais n est plus le moteur déterminant ; c est aujourd hui la Chine. Quant au nucléaire, il nous faut bien réfléchir sur les énergies que nous voulons utiliser en tenant compte du grand public. L énergie nucléaire est importante pour la France, mais un débat doit s ouvrir : c est à nos entrepreneurs industriels de repenser les conditions de sécurité du nucléaire. La proposition du gouvernement autour des primes obligatoires dans les entreprises de plus de 50 salariés, est-ce que cela ne risque pas d avoir un impact sur la compétitivité des entreprises? L.P. : Le projet de prime obligatoire dans les entreprises de plus de 50 salariés est néfaste. Les chefs d entreprise, quelle que soit la taille de leur entreprise, perçoivent déjà la longue liste des effets pervers d une telle mesure. Cette obligation conduirait par exemple à ce qu une entreprise, qui aujourd hui dégage un peu de résultat, finalement déclare des pertes. Nous espérons convaincre le gouvernement que la création de richesse en France, l élévation du niveau de vie en France, passe par l entreprise, passe par la liberté d entreprendre, passe par un dialogue social autonome et responsable. Si nous voulons faire mieux dans le partage des richesses, et surtout l accès aux fruits des performances de l entreprise, il existe déjà deux outils formidables : la participation et l intéressement. p MAI 2011 sic 296 9

10 ÉVÉNEMENTS I Une semaine pour communiquer! La 2 e vague du plan de communication lancé par le Conseil Supérieur au 1 er semestre 2011 va débuter! Elle se concrétise par une nouvelle campagne d affichage dans les médias, et bien évidemment par l organisation, du 23 au 27 mai, de la semaine de l expert-comptable. A vos agendas pour une semaine riche en événements! Il est indispensable que la profession se mobilise! Plus nous serons nombreux à participer à la semaine de l expert-comptable, et plus nous bénéficierons d un retentissement au niveau national. Une campagne d affichage résolument tournée vers les particuliers Mars 2011 : le rôle de l expert-comptable dans l assistance des particuliers pour leurs démarches déclaratives a été reconnu. Pour la première fois, le Conseil Supérieur a choisi de prendre la parole sur le rôle de la profession auprès des particuliers, en consacrant notamment deux de ses affiches à ce nouveau marché. «Ne pas faire d erreurs dans notre déclaration d impôts, c est essentiel pour nous», «Optimiser ma fiscalité et protéger mon patrimoine, c est important» Vous retrouverez dans quelques semaines ces messages et bien d autres, dans la presse quotidienne nationale (les Echos, la Tribune, le Figaro, l Equipe) et dans la presse régio- RTL, en partenariat avec le Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables, organise une matinée spéciale «déclaration de revenus» Jeudi 19 mai de 9h30 à 11h30, Agnès Bricard, présidente du Conseil Supérieur, interviendra en direct chez Julien Courbet pour son émission «ça peut vous arriver». A cette occasion, elle répondra en direct aux questions des auditeurs concernant leurs démarches déclaratives. 10 sic 296 MAI 2011 L émission «ça peut vous arriver», c est auditeurs par jour!

11 e plus rtsiculteurs, rs d entreprise, régime de s.com L Ordre des Experts-Comptables représente plus de professionnels de la famille comptable répartis sur tout le territoire, ce au service de plus de 2 millions de clients. Avec plus de collaborateurs, les expertscomptables accompagnent au quotidien artisans, commerçants, agriculteurs, industries, services, professionnels libéraux, travailleurs individuels ividuels et dirigeants d entreprises. Ils conseillent également les créateurs d entreprise, rise, les autoentrepreneurs et demain ceux qui choisiront le nouveau régime de l EIRL. Retrouvez les experts-comptables sur : L Ordre des Experts-Comptables représente plus de professionnels de la famille comptable répartis sur tout le territoire, ce au service de plus de 2 millions de clients. Avec plus de collaborateurs, les expertscomptables accompagnent au quotidien artisans, commerçants, agriculteurs, industries, services, professionnels libéraux, travailleurs individuels et dirigeants d entreprises. Ils conseillent également les créateurs d entreprise, les autoentrepreneurs et demain ceux qui choisiront le nouveau régime de l EIRL. Retrouvez les experts-comptables sur : igeants professionnels service de plus xpertsiculteurs, iduels et dirigeants ise, les auto- L. Déjà plus de 200 cabinets participeront à la semaine de l expert- comptable : et vous, qu avez-vous prévu? Plus que quelques jours pour organiser, dans vos cabinets, la semaine de l expert-comptable! Pour cela, rendez-vous sur le site pour bénéficier des idées et des outils que le Conseil Supérieur a mis à votre disposition : affiches de la campagne, exemples de rétro-planning d organisation, exemples en vidéo d événements, extraits de Pockets, présentations Power-point Il est indispensable que la profession se mobilise! Plus nous serons nombreux à participer à la semaine de l expert-comptable, et plus nous bénéficierons d un retentissement au niveau national! nale. Petite nouveauté pour cette nouvelle vague, elle bénéficiera d un appui sur des grandes radios nationales telles que RTL et France info Une semaine de l expert-comptable qui coïncide avec la date de déclaration de revenus Plusieurs Conseils régionaux se sont mobilisés pour organiser des consultations fiscales gratuites mais aussi des conférences sur le thème «impôts 2011 : bilan et perspectives». Mon expert-comptable, je compte sur lui! Mon expert-comptable, je compte sur lui! Le Conseil régional de Paris Ile-de-France, à l origine de ces consultations depuis des années, mais également celui de Rhône-Alpes, de Lille Nord-Pas-de- Calais, de Marseille-Pacac, d'orléans, de la Réunion et de Picardie-Ardennes, organiseront des consultations gratuites avec l aide de confrères bénévoles. En parallèle, le Conseil régional de Paris Ile-de-France a mis en place une hotline gratuite «Allô Impôts» au Toute cette opération sera relayée dans la Tribune et sur le site du quotidien, latribune.fr, au travers de vidéos, de Chats, de fiches pratiques, de conseils p NE PAS FAIRE D ERREURS DANS NOTRE DECLARATION D IMPOTS, C EST ESSENTIEL POUR NOUS! Agnès est professeur d histoire, Fabrice est cadre commercial. Pour garder leurs enfants, ils ont une personne à domicile. Ils ont souscrit deux assurances vie pour leurs enfants. Cette année, pour leur déclaration d impôts, ils préfèrent être surs d eux et ont fait appel à un expert-comptable. Guillaume est expert-comptable depuis 25 ans. Aujourd hui, il prépare la déclaration d impôts d Agnès et de Fabrice. Ainsi, ils seront surs de bénéficier de toutes les déductions fiscales auxquelles ils ont droit. ORDRE DEs ExPERts-COmPtAbLEs - DIRECtIOn DE LA COmmunICAtIOn FOtOLIA BIEN GERER MES CHAUFFEURS, C EST LA CLE DE MON ENTREPRISE Frédéric a créé son entreprise de transport en Il apporte à ses clients la flexibilité et le service à la hauteur de leurs besoins. Aujourd hui il emploie en moyenne 50 chauffeurs. Pour se développer, Frédéric doit gérer les emplois du temps complexes de ses chauffeurs entre CDI, CDD, temps partiel et interim. Mon expert-comptable, je compte sur lui! BIEN CONSEILLER, C EST MON MÉTIER. AIDER FREDERIC A GERER SES RESSOURCES HUMAINES, C EST TRES IMPORTANT Cécile est l expert-comptable de Frédéric. Elle l accompagne depuis la création de son entreprise pour toute la gestion sociale de son entreprise : contrats, paies, prévoyance, etc. Ma fiscalité, c est essentiel pour Moi Thomas est imprimeur depuis 18 ans. Consacrant beaucoup de temps à ses clients et à ses salariés, il en manque pour se consacrer à ses affaires personnelles. Maintenant, il se fait accompagner par Isabelle, son expert-comptable, qui le conseille pour sa fiscalité personnel. ORdRE des ExPERts-COmPtAbLEs - direction de LA COmmunICAtIOn fotolia ACCEDER AUX MARCHES PUBLICS, C EST INDISPENSABLE POUR DEVELOPPER MON ENTREPRISE En 2008, Louise s est lancée sur le marché de l aménagement urbain notamment en créant sa société d équipements d aires de jeux pour enfants. Pour cela, elle traite avec les collectivités locales, répond aux appels d offres afin d équiper parcs municipaux, écoles, centres de loisirs, etc. Mon expert-comptable, je compte sur lui! c est parce que je l accompagne pour son entreprise que thomas M a fait confiance pour sa fiscalité Isabelle conseille Thomas au quotidien pour son entreprise. Aujourd hui, Isabelle l aide également à réaliser sa déclaration de revenus, le conseille sur la gestion de ses biens, la prévoyance et prépare avec lui sa retraite. AIDER LES PETITES ENTREPRISES A ACCEDER AUX MARCHES PUBLICS, C EST VRAIMENT IMPORTANT! Alexandre, est l expert-comptable de Louise. Il la conseille notamment dans la rédaction dans ses réponses aux appels d offres publics. Ordre des experts-comptables - direction de La COmmuniCatiOn fotolia Mon expert-comptable, je compte sur lui! ACCEDER AUX FINANCEMENT, C EST VITAL POUR SE DEVELOPPER! Christine et Dominique ont ouvert un premier magasin de fleurs il y a 5 ans. Leur concept marche bien et aujourd hui ils souhaitent ouvrir d autres magasins. Pour leur financement, ils ont fait appel à leur expert-comptable. AIDER CHRISTINE ET DOMINIQUE A SE DEVELOPPER, C EST LE MEILLEUR CONSEIL QUE JE PEUX LEUR APPORTER! Jérôme est l expert-comptable de Christine et dominique depuis la création de leur entreprise. il les conseille afin d obtenir les financements dont ils ont besoin. L Ordre des experts-comptables représente plus de professionnels de la famille comptable répartis sur tout le territoire, ce au service de plus de 2 millions de clients. avec plus de collaborateurs, les expertscomptables accompagnent au quotidien artisans, commerçants, agriculteurs, industries, services, professionnels libéraux, travailleurs individuels et dirigeants d entreprises. ils conseillent également les créateurs d entreprise, les autoentrepreneurs et demain ceux qui choisiront le nouveau régime de l eirl. retrouvez les experts-comptables sur : ORdRE des ExpERTs-COMpTAbLEs - direction de LA COMMunICATIOn fotolia ORdRE des ExPERts-COmPtAbLEs - direction de LA COmmunICAtIOn FOtOLIA L Ordre des Experts-Comptables représente plus de professionnels de la famille comptable répartis sur tout le territoire, ce au service de plus de 2 millions de clients. Avec plus de collaborateurs, les expertscomptables accompagnent au quotidien artisans, commerçants, agriculteurs, industries, services, professionnels libéraux, travailleurs individuels et dirigeants d entreprises. Ils conseillent également les créateurs d entreprise, les auto-entrepreneurs et demain ceux qui choisiront le nouveau régime de l EIRL. Retrouvez les experts-comptables sur : L Ordre des Experts-Comptables représente plus de professionnels de la famille comptable répartis sur tout le territoire, ce au service de plus de 2 millions de clients. Avec plus de collaborateurs, les expertscomptables accompagnent au quotidien artisans, commerçants, agriculteurs, industries, services, professionnels libéraux, travailleurs individuels et dirigeants d entreprises. Ils conseillent également les créateurs d entreprise, les autoentrepreneurs et demain ceux qui choisiront le nouveau régime de l EIRL. Retrouvez les experts-comptables sur : MAI 2011 sic

12 ÉVÉNEMENTS I Les Organismes de Gestion Agréés OGA et les experts-comptables scellent leur union Jeudi 28 avril 2011, les OGA et l Ordre des Experts-Comptables ont officialisé leur association. Objectifs : structurer leurs échanges et servir de cadre dans la réalisation de travaux. CCréés dans les années 70, les Organismes de Gestion Agréés (OGA) assurent auprès des professionnels indépendants qu ils soient soumis au régime des BNC, BIC ou BA une mission de prévention fiscale et d aide à la gestion. Ces adhérents bénéficient notamment d une non majoration de leur assiette fiscale de 25 % ainsi que de la réduction du délai de prescription fiscale de trois à deux années. Les OGA s appuient naturellement sur les travaux comptables des professionnels de l expertise comptable qui participent à la fiabilisation de l assiette fiscale. Les échanges sont donc permanents et facilitent les travaux de contrôle et d assistance des OGA. Afin de structurer ces échanges et dans un objectif d efficacité maximum, les principales fédérations d OGA et le Conseil Supérieur de l Ordre des Experts- Comptables ont souhaité créer ensemble une association qui puisse servir de cadre à leur partenariat. Le Conseil Supérieur ainsi que huit fédérations d OGA (FCGA, FCGAA, Anprecega, AIRCGA, UFCA, Unasa, DEFIAA, Conférence des Arapl) ont donc porté le 28 avril 2011 sur les fonts baptismaux l UNion de la Profession Comptable et des Organismes de Gestion Agréés (UNPCOGA). Composition et objectifs du bureau de l Union Un conseil d administration de seize membres a été désigné ; chaque organisation représentant les OGA dispose d un siège soit huit au total ; pour assurer la parité le Conseil Supérieur dispose de huit sièges également. Le bureau paritaire de l Union a été immédiatement constitué avec pour premier président, Joseph Zorgniotti, président d honneur du Conseil supérieur qui a œuvré depuis plusieurs mois avec la présidente actuelle du Conseil Supérieur Agnès Bricard pour qu aboutisse ce projet. Bechir Chebbah, président de l Unasa, Philippe Bosserdet, membre du bureau du Conseil Supérieur de l Ordre et Christiane Company, présidente de la FCGA, ont été élus respectivement premier, deuxième et troisième vice-présidents, tandis que Jacques Rocca-Serra, vice-président du Conseil Supérieur a été élu secrétaire et Philippe Cheval, ancien président de l Anprecega a été élu trésorier. Sans attendre, l Union s est fixé plusieurs objectifs prioritaires qui devront être suivis par autant de groupes de travail. Parmi ceux-ci figure la simplification des obligations entre OGA et expertscomptables afin d aboutir très rapidement à des propositions communes pour mieux tenir compte, dans les textes, de l existence des travaux de l expertcomptable et réduire ainsi le double traitement des opérations, facteur de coût pour les clients adhérents et pour les professionnels. Figure également la mise en commun des données traitées après qu elles aient été rendues anonymes, afin de créer une base statistique nationale qui permettra d apporter un accompagnement aux entreprises plus fin et plus efficace. Cette base statistique devrait constituer un outil de pilotage macro et micro-économique unique et incomparable au service de l économie dans son ensemble. C est donc une démarche de progrès pour tous qu ont décidé d inaugurer les acteurs de cette union, ce jeudi 28 avril p Les membres du bureau de l'union 12 sic 296 MAI 2011

13 DOSSIER TPE : au cœur du métier! MAI 2011 sic

14 DOSSIER Congrès de Marseille 2011 : les rapporteurs dévoilent leur projet A quelques mois du congrès de la profession dans la cité phocéenne, les deux rapporteurs généraux, Jean-Bernard Cappelier et Serge Bottoli, livrent leurs réflexions sur le thème 2011, «comment aider les TPE». Ils évoquent ce grand rassemblement et ce qu il va engendrer pour tous les experts-comptables présents. Le thème du congrès de l année dernière était l avenir de la profession dans dix ans. Cette année, il porte sur les entreprises, et les TPE en particulier. Vous ramenez le débat sur vos clients semble-t-il? Jean-Bernard Cappelier : Un congrès en perspective ne fait pas directement réaliser du chiffre d affaires pour les cabinets! Cette année 2011, les experts- comptables doivent repartir avec des solutions pour améliorer leurs résultats. Les très petites entités (TPE) sont un tissu utile et qui nous fait vivre. C est normal que nous soyons centrés sur leurs besoins économiques. Quel est leur premier problème à votre avis? J.-B. C. : L embauche est certainement l obstacle majeur auquel sont confrontés les dirigeants de très petites entités (TPE). S il n existe pas de tels blocages dans les autres pays européens, le contrat de travail en France place les chefs d entreprise dans une position plus délicate. Surchargés et peu confiants dans l avenir, ils se montrent plus réticents à embaucher par peur de ne pouvoir se séparer de leurs salariés en cas de difficultés. Le recours aux contrats de mission serait peut-être une solution à envisager. Serge Bottoli : Selon moi, c est la question du financement qui pose problème. Les banques sont réticentes à financer ce type d entreprises jugées à risque. Certaines ont du mal à se développer et stagnent sans vraiment être aidées ou conseillées. N y a-t-il pas ici un déficit d accompagnement de la profession? Ce thème va-t-il être abordé au congrès? J.-B. C. : Les études que nous avons menées sur la profession ont révélé que nos clients estimaient que nous n étions pas assez disponibles pour eux. Un des ateliers du congrès portera donc sur cette question : comment mieux nous mettre à leur disposition. C est à nous de les séduire, en prenant le temps d aller à leur rencontre sur le terrain, en visitant leurs entreprises afin de nous rendre compte de la réalité de leurs métiers. Il faut les amener à nous parler de leur entreprise car la relation se noue-là, pendant cet échange intellectuel. Lorsqu un client appelle son expert-comptable pour lui demander conseil avant de prendre une décision, c est le signe qu une seconde étape a été franchie et que ce dernier est devenu une référence importante pour lui. Selon vous, quel va être l atelier le plus fréquenté au congrès? S. B. : Je pense que ce sera celui sur les statuts et les spécificités des professions libérales. Beaucoup d experts-comptables ont été amenés à suivre des professionnels libéraux. Nos confrères vont donc vouloir participer à cet atelier pour mettre à jour leurs connaissances sur les règles comptables et fiscales. Jean-Bernard Cappelier et Serge Bottoli 14 sic 296 MAI 2011

15 DOSSIER Qu attendez-vous de ce congrès? J.-B. C. : Ce congrès doit permettre de construire une image plus forte des expertscomptables auprès des TPE. Il faut que l on parvienne à mieux les accueillir. Souvent, les chefs d entreprise se montrent réticents à solliciter nos services car ils estiment que cela coûte cher. Peu sont ceux qui savent que la première visite est gratuite. Les très petites entités représentent clients potentiels, qui ont réellement besoin de nos services. Bien souvent, quand ils se décident à venir nous consulter, ils ont déjà fait le mauvais choix et nous mettent devant le fait accompli. Y a-t-il des secteurs d activité qui ont besoin d un éclairage en particulier? S. B. : Le milieu agricole, le milieu associatif et médical. Notre taux de pénétration dans ces secteurs-là est plus faible qu ailleurs. Par exemple dans le milieu agricole, cela s explique par une profession très organisée avec des chambres et des syndicats qui offrent déjà des prestations comptables. Ce sont aussi des métiers avec des spécificités qu il faut parvenir à maîtriser. C est pourquoi nous cherchons à informer sur ces métiers. Montrer en quoi nous pouvons intervenir. Dans le domaine médical, la comptabilité est souvent simple. En revanche, nous pouvons apporter une réflexion sur le choix de statut, sur le patrimoine, etc. Tenez-vous compte des demandes de confrères pour élaborer les thèmes du congrès? S. B. : Nous prenons surtout en compte des sujets d actualité susceptibles de les intéresser. Un des sujets sera bien sûr l EIRL qui à mon sens était une idée simple au départ et qui se transforme dans les esprits en quelque chose de compliqué. A nous d éclaircir ce point. La profession doit être capable de dire : «dans votre cas, ce statut est intéressant, non, pour vous, il ne l est pas.» Nous devons être une force de proposition. Il y a aussi le blanchiment qui reste un thème d actualité que nous allons développer cette année autour des TPE. Quel est pour vous l angle essentiel de cette année autour des TPE? S. B. : C est la compétitivité. Elle concerne toutes les TPE qui doivent être aidées dans leur croissance en matière de crédit, comme le crédit impôt recherche dans les entreprises innovantes ou encore en levée de fonds. Pour croître, les fonds sont indispensables. Des ateliers très pratiques comme celui sur le montage d un dossier pour obtenir un crédit auprès d une banque seront organisés : des principes simples y seront évoqués, ce qu il faut faire et ne pas faire face à un banquier. Avez-vous un exemple précis en tête? S. B. : La première règle avec un organisme bancaire c est la confiance. Il ne faut surtout pas cacher ou attendre pour communiquer ses comptes au banquier. Au contraire, il faut les donner en amont, les expliquer et les argumenter. Un congrès donne-t-il réellement des solutions ou est-ce un simple rassemblement de la profession? J.-B. C. : Cela dépend entièrement du thème. Il y a des congrès hommage, comme celui de 2000, d autres comme l année dernière qui évoquent l avenir ; cette année, c est un congrès outils. Notre ambition est que les experts-comptables repartent avec leurs boîtes à outils pour améliorer leur chiffre d affaires. Il doit provoquer un rebond de la profession. Mais nous ne verrons l impact que dans deux ou trois ans en fonction des cotisations (sourire) N importe quel expert-comptable aura-t-il son mot à dire? J.-B. C. : Le congrès est très organisé. C est une formation très ciblée. On fait surtout du coaching des futurs coaches. Vous intéressez-vous à leurs préoccupations en amont? J.-B. C. : Bien sûr, je vais incognito sur les blogs pour voir ce que se dit ; c est très intéressant, et cela nourrit le débat. C est un bon moyen de savoir ce que nos confrères attendent. p 6415_SAGE_EC2011_bas-page_SIC_enjeu2_BAT0411.indd 1 15/04/11 17:15 MAI 2011 sic

16 DOSSIER La co-garantie Oséo-Siagi intervient jusqu à 80 % pour les EIRL en création ex nihilo, et jusqu à 70 % pour la reprise par première installation, reprise, développement et transformation, dès lors qu'il s'agit d'une EIRL. EIRL : des garanties nouvelles en matière de financement avec Oséo et Siagi Afin de favoriser l accès au crédit des EIRL, les deux institutions Oséo et Siagi ont signé, le 1 er avril 2011 en présence de Frédéric Lefebvre, secrétaire d Etat chargé du Commerce, de l Artisanat, des PME, du Tourisme, des Services, des Professions Libérales et de la Consommation, un accord visant à proposer un programme commun de garantie. Oséo et la Siagi ont mis en place en 1999 une convention de délégation permettant à la Siagi de délivrer aux banques une co-garantie Oséo-Siagi sur les crédits destinés à financer principalement la reprise d entreprise et les investissements dans l artisanat et les activités de proximité. Un dispositif performant car la production de crédits réalisés en commun a progressé de 72 millions d euros en 2008 à 159 millions d euros en 2010 (création, développement et reprise confondus). Le statut de l EIRL, limitant les garanties au patrimoine affecté, est entré en vigueur le 1 er janvier 2011, et la Siagi, société de cautionnement mutuel filiale de l APCMA Assemblée Permanente des Chambres de Métier et de l'artisanat, avait déjà mis en place un programme de garantie de substitution spécifique. Montant des crédits Quotité risque 1 Mode opératoire Création 2 jusqu à e Jusqu à 80 % Siagi 20 % à 30 % Oséo 50 % maximum Reprise par première jusqu à e Jusqu à 70 % installation 2 Siagi 20 % à 40 % Oséo 30 % maximum Transmission et développement EIRL: co-garantie Oséo-Siagi jusqu à e Jusqu à 70 % Siagi 20 % à 40 % Oséo 30 % maximum La co-garantie Oséo-Siagi intervient jusqu à 80 % pour les EIRL en création ex nihilo, et jusqu à 70 % pour la reprise par première installation, reprise, développement et transformation dès lors qu'il s'agit d'une EIRL. L intervention de la Siagi et d Oséo est subordonnée à l absence de sûreté personnelle ou de sûreté réelle donnée par l entrepreneur et son conjoint en dehors du patrimoine affecté. Critères d éligibilité Sont éligibles les très petites entreprises et petites entreprises de l artisanat, du commerce, des services, exploitants agricoles (réalisant moins de 750 KE de CA), professions libérales (sous certaines conditions) et agents commerciaux dont le chiffre d affaires annuel est inférieur ou égal à Etude au cas par cas Décision Siagi (délégation Oséo) 1. Quotité risque souhaitée par l établissement bancaire. La modularité de la quotité Siagi s envisage dans le cadre de l intervention d un co ou contre-garant. 2. Une EIRL est considérée en création ou en reprise par première installation pendant les douze mois qui suivent la date de début de son activité. (source siagi et Oséo) vingt millions d euros. Sont exclus les discothèques, établissements de nuit, agences de voyage, agences d intérim, promoteurs immobilier, marchands de biens, surfaces alimentaires d une superficie supérieure à m 2 sauf si inscrites au répertoire des métiers. Les opérations de crédit éligibles sont les crédits amortissables et crédits remboursables in fine avec une faculté de différé d amortissement de 12 mois maximum. p En savoir plus Oséo, l entreprise des entrepreneurs, intervient dans les différentes phases de la vie de l entreprise : innovation, trésorerie, croissance, développement à l international, création, transmission. Oséo exerce trois métiers complémentaires : aides directes à l innovation, financement des investissements et du cycle d exploitation, garantie des concours bancaires. Oséo intervient essentiellement pour les entreprises commerciales et industrielles. Siagi est une société de cautionnement mutuel filiale de l APCMA. Elle intervient notamment dans les phases de transmission et de croissance pour les entreprises artisanales et les activités de proximité. 16 sic 296 MAI 2011

17 Il nous est apparu évident que notre profession pouvait accompagner ces entreprises d exception, notamment dans leur recherche de crédits d impôts. Seules 44 % des EPV l utilisent. DOSSIER La montée en puissance du label EPV Les Entreprises du Patrimoine Vivant (EPV), dont certaines de la région Pacac seront à l honneur lors du congrès de Marseille, ont été reçues au Sénat lors de la deuxième rencontre parlementaire le 5 avril dernier. L occasion pour ce club d excellence d environ 900 membres, au chiffre d affaires annuel de 8,7 milliards d euros, de dresser un bilan sur l évolution de ce label que les experts-comptables soutiennent. êtes des piliers de la qualité et de la vie à la française.» C est en «Vous ces termes que la sénatrice de Paris, Catherine Dumas, s est adressée à une soixantaine de chefs d entreprise sur 900 détenteurs du label EPV réunis au Palais du Luxembourg pour assister au débat. Il a réuni députés, sénateurs, entrepreneurs, la présidente du Conseil Supérieur de l'ordre des Experts-Comptables, Agnès Bricard, ou encore Alexis Govciyan, le directeur de l Institut Supérieur des Métiers. Le but promouvoir ce label, gage de qualité, s échanger des informations, s encourager. Guillaume de Seynes, représentant de la maison Hermès, a rappelé l incroyable parcours de sa famille et de son ancêtre, Thierry Hermès, harnacheur, depuis «Nous avons un trésor à exploiter sans rester figés, sans faire du passéisme.» Philippe Gobet, directeur de Lenôtre, a, quant à lui, évoqué l importance de la formation : «sans elle, il n y a pas de lendemain. Nous avons des écoles lenôtre à travers le monde, récemment nous en avons ouvert au brésil, au pérou et au mexique. Notre savoir-faire, c est l intelligence de la main. bien sûr, nous sommes connus, mais tous ensemble, nous allons être reconnus!» Ces deux locomotives du label restent évidemment des exceptions. Le reste des entreprises labellisées, plus modestes, ont des impératifs d obtention de crédits d impôts, de défiscalisation et de financement pour continuer à se développer. Agnès Bricard a rappelé le récent partenariat de la profession avec le label et le rôle De g. À dr. : Agnès Bricard, Jean-Pierre Sueur, sénateur du Loiret, Philippe Gobet, Catherine Dumas, Guillaume de Seynes, Arnaud Marion et Alexis Govciyan que celle-ci doit jouer. «il nous est apparu évident que notre profession pouvait accompagner ces entreprises d exception, notamment dans leur recherche de crédits d impôts. seules 44 % des epv l utilisent. il faut que cela change. elles doivent atteindre 90 %. Nous pouvons les aider en termes de financement, le cœur de notre métier. Notre profession couvre deux millions d entreprises françaises. a nous de détecter les candidats potentiels au label. ainsi, pour nos confrères encore trop peu nombreux à connaître ce label, un questionnaire a été mis au point à leur usage.» Arnaud Marion, le président de l Association nationale des Entreprises du Patrimoine Vivant, a souligné l accélération qui devrait s opérer grâce aux experts-comptables : «un formidable relais pour ces entreprises. etre epv, c est un critère de beauté» a-t-il lancé devant les chefs d entreprise. «Nos savoir-faire sont des estampilles. mais il ne faut pas s endormir dessus, sinon ils deviennent poussiéreux. les grands noms qui se sont développés à l international ont aussi développé leur créativité.» Frédéric Lefebvre, secrétaire d Etat aux PME et à l Artisanat, est venu clore la rencontre : «les epv sont des élans. On va s appuyer sur vous, c est-à-dire que l on va vous aider.» Le questionnaire pour détecter les EPV Elaboré par le Conseil Supérieur pour aider la profession à repérer des clients éligibles, il reprend les différents critères juridiques et spécifiques indispensables pour prétendre au label. (Par exemple : l entreprise détient-elle un savoir-faire dont la transmission n est possible qu en interne? L entreprise a-t-elle de la notoriété, ou est-elle implantée dans sa région depuis longtemps? ) En cas de cumul de réponses positives, l entreprise concernée peut être éligible et profiter des avantages que le label propose (avantages fiscaux, soutiens à l exportation, financement, communication ). Le questionnaire sera prochainement en ligne sur le site public. p MAI 2011 sic

18 DOSSIER Un programme partenaires riche et varié! Comme chaque année, le 66 e Congrès de l Ordre vous permettra de rencontrer tous nos partenaires, qui profiteront de cette occasion pour vous proposer leurs dernières solutions, leurs dernières innovations, voire leurs réflexions pour bâtir ensemble la meilleure offre de services aux entreprises. Pour vous permettre de mieux appréhender les outils qu ils tiennent à votre disposition, certains partenaires ont souhaité s associer à l offre thématique des partenaires du 66 e Congrès, composée de onze ateliers solution, six kiosques mission et sept animations «30 minutes pour convaincre». Détails. Ateliers Solution Pour compléter et enrichir le volet thématique, les rapporteurs du congrès ont sélectionné onze ateliers Solution qui seront présentés à deux reprises. Ainsi, Ad Consultem vous proposera un atelier sur les «aides au recrutement, financement de la formation : faites des subventions publiques aux ressources humaines un levier de croissance pour l entreprise!». Ag2r - La Mondiale vous aidera à mener une réflexion sur le «développement des missions sociales et patrimoniales auprès des clients chefs d entreprise et leurs salariés». Parallèlement, l ANCV vous présentera une méthode pour «motiver et fidéliser les salariés tout en améliorant la compétitivité économique des tpe» et «la mobilisation du poste clients, un service relais de la croissance des tpe» sera présenté par le Crédit Mutuel Cic. Expert & Finance vous conseillera pour développer votre offre de services dans l atelier «approche patrimoniale globale : les outils, les méthodes, le marketing. comment développer l offre de conseil patrimonial du cabinet?». Groupama a souhaité intervenir sur les alertes professionnelles dans l atelier «Organisez votre cabinet pour favoriser le développement pérenne des pme grâce aux alertes professionnelles». Très novateur, LCL-Interfimmo vous proposera une méthode pour «développer vos missions financières pour les entreprises libérales à l aide du crédit en ligne». Oséo prendra la parole pour expliquer «comment financer une tpe-pme? : les acteurs, les moyens, les outils» alors que RCA animera un atelier sur les tableaux de bord et leurs utilisations dans l atelier «un flash de gestion mensuel : un suivi d activité pour tous vos clients tpe». RSI-Urssaf vous rencontreront pour échan- Pour compléter et enrichir le volet thématique, les rapporteurs du congrès ont sélectionné onze ateliers Solution qui seront présentés à deux reprises. 18 sic 296 MAI 2011

19 . DOSSIER ger sur la «Gestion des cotisations et contributions sociales des professions indépendantes dans le cadre de l interlocuteur social unique». L informatique de gestion au service des TPE sera traitée par Sage-Ciel pour définir «Quels accompagnements et leviers de performance? conseil et rôle de l expertcomptable» Kiosques Mission Espaces thématiques dédiés, les kiosques mission vous permettent de faire un point complet du sujet abordé, en assistant à une microconférence et en repartant avec une documentation spécifique. ADP Micromégas animera le kiosque mission «comment développer vos missions paies : de la stratégie à la signature!» sur lequel seront jouées trois micro-conférences : u les facteurs clés nécessaires à la réussite de l externalisation des missions paie ; u tout pour vendre la paie : plaquettes, tarifs et lettres de mission ; u adhérer au Programme Générateur Business pour développer votre chiffre d affaires. Cegid proposera un kiosque mission sur «des missions de conseil. Oui mais rentables!» qui abordera des thématiques telles que la segmentation de clientèle, les tableaux de bord, la détection de mission Dans le cadre du développement des missions, Gan Assurances présentera un kiosque mission pour «développer la mission optimisation de la rémunération du dirigeant» en identifiant les points d alertes et en rappelant les réponses que peut y apporter l expert- comptable. Comment organiser les échanges et les process dématérialisés? Comment matérialiser la mission?... Ces questions seront traitées par Ibiza Software sur son Vue de l'espace exposants lors du 65 e Congrès kiosque mission «les enjeux de la dématérialisation dans le cabinet». Net Entreprises-CNAV vous présentera sur son kiosque l «evolution de la norme dads-u vers la norme 4ds, perspectives pour demain, et impacts pour les cabinets». Alors que lors de la micro-conférence du kiosque mission proposée par SwissLife «la sécurisation de la transmissions d entreprises par la garantie d actif et de passif», vous bénéficierez d un rappel sur les différentes garanties envisageables. 30 minutes pour convaincre Neuf solutions pratiques, dont sept sont connues à ce jour, vous seront présentées à deux reprises pendant le congrès. u Les Services Web du cabinet à destination de ses clients avec I-SuiteExpert ACD Groupe u La Méthode 4D au service des honoraires pour le développement du conseil patrimonial privé structuré en quatre niveaux de missions AMC Groupe u Optimiser l investissement de ses recrutements Hays u Pourquoi faire expertiser mes droits à la retraite? Neovia u NOTA-PME, le site de l autonotation et de l évaluation accompagnées par l expert-comptable Ordimega u L externalisation au service de la productivité du cabinet Scriptura Définir la juste valeur des actifs immobiliers Valexprim p MAI 2011 sic

20 66 e Congrès 13,14,15 octobre 2011 La TPE, le marché des experts-comptables pour développer : des missions de gestion des missions de conseil des missions de financement Une profession au service de 2,5 millions de TPE

Dossier de presse. Semaine nationale de la création reprise d entreprises artisanales. Du 18 au 25 novembre 2011

Dossier de presse. Semaine nationale de la création reprise d entreprises artisanales. Du 18 au 25 novembre 2011 Dossier de presse Semaine nationale de la création reprise d entreprises artisanales Du 18 au 25 novembre 2011 2 Semaine nationale de la création reprise d entreprises artisanales - 18 au 25 novembre 2011

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA REUNION DES PARTENAIRES

COMPTE RENDU DE LA REUNION DES PARTENAIRES COMPTE RENDU DE LA REUNION DES PARTENAIRES MERCREDI 25 MAI 2011 COMPTE RENDU DE LA REUNION DES PARTENAIRES MERCREDI 25 MAI 2011 CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES SOMMAIRE 1. SEMAINE DE

Plus en détail

Signature d une charte pour améliorer l accès au crédit des EIRL avec la Fédération Bancaire Française - Bercy > mardi 31 mai 2011.

Signature d une charte pour améliorer l accès au crédit des EIRL avec la Fédération Bancaire Française - Bercy > mardi 31 mai 2011. Signature d une charte pour améliorer l accès au crédit des EIRL avec la Fédération Bancaire Française - Bercy > mardi 31 mai 2011 Dossier de presse www.economie.gouv.fr FREDERIC LEFEBVRE, SECRÉTAIRE D

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DES INTERVENANTS

GUIDE PRATIQUE DES INTERVENANTS 65 ème Congrès de l Ordre des Experts Comptables GUIDE PRATIQUE DES INTERVENANTS Pour communiquer efficacement sur votre Atelier Solution ECM Association 19 rue Cognacq Jay 75007 PARIS Tel : 01 47 63 81

Plus en détail

Les Rencontres de la création et de la reprise d entreprise

Les Rencontres de la création et de la reprise d entreprise DOSSIER DE PRESSE La 6 e édition des Rencontres de la création et de la reprise d entreprise se tiendra le jeudi 12 février 2009 au Zénith de Limoges, de 8h30 à 18h. L accès est gratuit et ouvert à tous,

Plus en détail

L Entrepreneur individuel à responsabilité limitée

L Entrepreneur individuel à responsabilité limitée L Entrepreneur individuel à responsabilité limitée Un nouveau statut juridique et fiscal A jour au 12 mai 2010 Sommaire de l intervention > Présentation de l EIRL > Pourquoi? > Pour qui? > Comment? > Quand?

Plus en détail

FICHE N 1 FONCTIONNEMENT DE L EIRL

FICHE N 1 FONCTIONNEMENT DE L EIRL L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL À RESPONSABILITÉ LIMITÉE BERCY > LE 27 JANVIER 2010 FICHE N 1 FONCTIONNEMENT DE L EIRL Quel est l intérêt du dispositif? L EIRL permet la séparation du patrimoine de l entrepreneur,

Plus en détail

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes 1 Intervention de Marisol Touraine Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Conseil d administration du régime social des indépendants Jeudi 25 juin 2015 Monsieur le Ministre,

Plus en détail

L EIRL : l interprofessionnalité en action

L EIRL : l interprofessionnalité en action L EIRL : l interprofessionnalité en action Vos intervenants Jean-Bernard Cappelier o Co-rapporteur général du 66ème Congrès o Vice-président du Conseil Supérieur de l Ordre des expertscomptables Frédéric

Plus en détail

entreprendre prêt d honneur accompagner créer financer reprendre développer expertiser parrainer

entreprendre prêt d honneur accompagner créer financer reprendre développer expertiser parrainer entreprendre prêt d honneur accompagner créer reprendre financer développer expertiser parrainer rapport d activité 2013 1 Sommaire P 5 Chiffres clés 2013 p 6 De l accueil au comité P 7 Le financement

Plus en détail

création oseo.fr Pour financer et accompagner les PME

création oseo.fr Pour financer et accompagner les PME création oseo.fr OSEO Document non contractuel Réf. : 6522-02 Janvier 2007 Pour financer et accompagner les PME création oser pour gagner! Que la création porte sur une activité traditionnelle avec un

Plus en détail

entreprendre et réussir en seine-et-marne

entreprendre et réussir en seine-et-marne entreprendre et réussir en seine-et-marne 3 métiers : informer Etre informé, c est pouvoir agir en connaissance de cause. Alimentée par son réseau de partenaires, l agence recueille toutes les informations

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

Rejoignez les 3 000 confrères déjà inscrits!

Rejoignez les 3 000 confrères déjà inscrits! Sic www.experts-comptables.fr Olivier 299 SEPTEMBRE 2011 Le Magazine de l Ordre des Experts- Comptables p.8 invité du sic Klein Directeur général Banque commerciale et Assurances Membre du directoire BPCE

Plus en détail

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics DOSSIER DE PRESSE PARTENARIAT CCCA-BTP et PRO BTP Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics Bernard Charpenel / CCCA-BTP Signature de la convention et point presse 10 mars 2010 0 SOMMAIRE

Plus en détail

I- Les dispositifs sans critères géographiques

I- Les dispositifs sans critères géographiques LE MEMENTO DES AIDES A LA CRÉATION ET A LA REPRISE D ENTREPRISE Plusieurs dispositifs ont été mis en place par les Pouvoirs Publics et les Collectivités Territoriales pour faciliter la création et la reprise

Plus en détail

Nouveaux dispositifs des aides aux entreprises de la région Centre

Nouveaux dispositifs des aides aux entreprises de la région Centre Nouveaux dispositifs des aides aux entreprises de la région Centre Accès facilité aux dispositifs et renforcement de la communication, Valorisation et reconnaissance des pratiques des entreprises régionales

Plus en détail

L assurance Santé Entreprise

L assurance Santé Entreprise L assurance Santé Entreprise Rendre la prévention accessible! Extrait du Sic n 306 d avril 2012 Le magazine de l Ordre des Experts-Comptables AVRIL 2012 Sic 306 17 Le dirigeant lui-même peut être le déclencheur

Plus en détail

La création reprise d entreprise artisanale. Comment financer une création reprise d entreprise artisanale?

La création reprise d entreprise artisanale. Comment financer une création reprise d entreprise artisanale? La création reprise d entreprise artisanale Comment financer une création reprise d entreprise artisanale? Comment financer une création reprise d entreprise artisanale? 2 Editorial L artisanat, première

Plus en détail

SOMMAIRE. 2-1. Déduction de l impôt sur le revenu à partir de 120 jours à l étranger

SOMMAIRE. 2-1. Déduction de l impôt sur le revenu à partir de 120 jours à l étranger SOMMAIRE Cap Export : Pour Mieux Exporter 1. Favoriser l emploi des jeunes à l export Un crédit d impôt export étendu 2. Partir gagner des marchés à l étranger 2-1. Déduction de l impôt sur le revenu à

Plus en détail

Maîtriser vos risques et choisir votre partenaire assureur. Décembre 2010

Maîtriser vos risques et choisir votre partenaire assureur. Décembre 2010 Maîtriser vos risques et choisir votre partenaire assureur Décembre 2010 1 Une démarche personnelle Quelles sont les assurances adaptées à mon entreprise? Comment choisir mon partenaire assureur pour répondre

Plus en détail

Dossiers modélisés de demande de financement TPE/PME/ETI

Dossiers modélisés de demande de financement TPE/PME/ETI Dossiers modélisés de demande de financement TPE/PME/ETI Guide d utilisation Télécharger les dossiers modélisés www.financement-tpe-pme.com Octobre 2013 Sommaire Financement en ligne : mode d emploi...

Plus en détail

11-1 - Entrepreneur Individuel à Responsabilité Limitée (EIRL) Avec l EIRL Artisanat, tout ce que vous risquez c est de réussir!

11-1 - Entrepreneur Individuel à Responsabilité Limitée (EIRL) Avec l EIRL Artisanat, tout ce que vous risquez c est de réussir! 11-1 - Entrepreneur Individuel à Responsabilité Limitée (EIRL) Avec l EIRL Artisanat, tout ce que vous risquez c est de réussir! Av Depuis janvier 2011, les créateurs d entreprises artisanales ou artisans

Plus en détail

Dossiers modélisés de demande de financement TPE/PME/ETI

Dossiers modélisés de demande de financement TPE/PME/ETI Dossiers modélisés de demande de financement TPE/PME/ETI Guide d utilisation Télécharger les dossiers modélisés www.financement-tpe-pme.com Février 2013 Sommaire Financement en ligne : mode d emploi...

Plus en détail

CRÉER ET DEVELOPPER VOTRE ENTREPRISE

CRÉER ET DEVELOPPER VOTRE ENTREPRISE Page CRÉER ET DEVELOPPER VOTRE ENTREPRISE Les conseils de l expert-comptable Salon de la création de l entreprises 18/10/2008 Page Intervenants Agnès Bricard Expert-comptable, Commissaire aux comptes Page

Plus en détail

Conférence d ouverture «Oséades de la création d entreprise»

Conférence d ouverture «Oséades de la création d entreprise» DOSSIER DE PRESSE Conférence d ouverture «Oséades de la création d entreprise» Vendredi 8 novembre 2013 CONTACTS PRESSE : CG74 LESLIE GROS 04 50 33 49 89 CCI MAGALI SERRANO 04 50 33 71 30 CMA SYLVAIN POULLET

Plus en détail

en10 points L entrepreneur individuel à responsabilité limitée

en10 points L entrepreneur individuel à responsabilité limitée L entrepreneur individuel à responsabilité limitée en10 points Frédéric LEFEBVRE, Secrétaire d État chargé du Commerce, de l Artisanat, des Petites et Moyennes Entreprises, du Tourisme, des Services, des

Plus en détail

PREPROGRAMME THEMATIQUE

PREPROGRAMME THEMATIQUE PREPROGRAMME THEMATIQUE Procédure de réservation Pour réserver une conférence, téléchargez le dossier d inscription en cliquant ici. Parmi les thématiques proposées, choisissez celles que vous souhaitez

Plus en détail

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ Manuel Qualité 5 place du Rosoir 21000 DIJON Tél. : 03.80.59.65.20 Fax : 03.80.53.09.50 Mèl : contact@bfc.experts-comptables.fr www.bfc.experts-comptables.fr SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE

Plus en détail

Tout s accélère! Impact des évolutions socio-économiques sur les méthodes de suivi commercial pour les cabinets d avocats

Tout s accélère! Impact des évolutions socio-économiques sur les méthodes de suivi commercial pour les cabinets d avocats Tout s accélère! Impact des évolutions socio-économiques sur les méthodes de suivi commercial pour les cabinets d avocats Trois notions sont devenues incontournables dans les affaires et ne peuvent que

Plus en détail

Quel statut juridique, social et fiscal, choisir lorsque l on crée son entreprise?

Quel statut juridique, social et fiscal, choisir lorsque l on crée son entreprise? Quel statut juridique, social et fiscal, choisir lorsque l on crée son entreprise? Matinale Entrepreneuriale - Mardi 23 septembre 2014 Jean-Pierre Franiatte jpf@cabinetfraniatte.com 03 87 62 85 25 CABINET

Plus en détail

entreprendre et réussir en seine-et-marne

entreprendre et réussir en seine-et-marne entreprendre et réussir en seine-et-marne 3 métiers : informer Etre informé, c est pouvoir agir en connaissance de cause. Alimentée par son réseau de partenaires, l agence recueille toutes les informations

Plus en détail

Nord-Pas de Calais. 19 % des entreprises envisagent de recruter en 2014

Nord-Pas de Calais. 19 % des entreprises envisagent de recruter en 2014 Nord-Pas de Calais N 180 JUILLET 2014 Sommaire 02 Le recrutement 03 La gestion des ressources humaines 04 Le recours à la formation continue 07 L alternance La place des RESSOURCES HUMAINES et les pratiques

Plus en détail

Boîte à Thème : «E.I.R.L» E. TREVIS 03/02/2011

Boîte à Thème : «E.I.R.L» E. TREVIS 03/02/2011 Boîte à Thème : «E.I.R.L» E. TREVIS 03/02/2011 INTRODUCTION En 2009, 74 % des créateurs d entreprises ont choisi d exercer leur activité dans le cadre d une entreprise individuelle, soit une hausse de

Plus en détail

Compte rendu. Jeudi 21 mai 2015 Séance de 11 heures 15. Mission d information commune sur la banque publique d investissement, Bpifrance

Compte rendu. Jeudi 21 mai 2015 Séance de 11 heures 15. Mission d information commune sur la banque publique d investissement, Bpifrance Compte rendu Mission d information commune sur la banque publique d investissement, Bpifrance Jeudi 21 mai 2015 Séance de 11 heures 15 Compte rendu n 25 Audition, ouverte à la presse, de M. Patrice BÉGAY,

Plus en détail

EIRL. Introduction. En 2010, les pouvoirs publics instaurent l EIRL avec un double objectif :

EIRL. Introduction. En 2010, les pouvoirs publics instaurent l EIRL avec un double objectif : EIRL Introduction Depuis plus de 30 ans, vos élus se sont battus pour atteindre un objectif : assurer la protection du patrimoine personnel de l entrepreneur individuel en cas de difficultés professionnelles

Plus en détail

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Depuis 2012, un ensemble d actions est engagé au service du renforcement

Plus en détail

L EIRL de A à Z. Le mot de l APCMA

L EIRL de A à Z. Le mot de l APCMA L EIRL de A à Z Le mot de l APCMA Le statut de l entreprise individuelle à responsabilité limitée, l EIRL, permet aux entrepreneurs individuels de développer leur activité dans des conditions nouvelles.

Plus en détail

SYNTEC NUMERIQUE 2013-2015 : PLAN STRATEGIQUE

SYNTEC NUMERIQUE 2013-2015 : PLAN STRATEGIQUE SYNTEC NUMERIQUE 2013-2015 : PLAN STRATEGIQUE Introduction Depuis plus de 30 ans, Syntec Numérique, première chambre syndicale des métiers du numérique, représente les entreprises de son secteur pour défendre

Plus en détail

achat shopping fidèlisation animation magnétic communication magnétic communication magnéti CENTRES COMMERCIAUX VILLAGES trafic DE MARQUES

achat shopping fidèlisation animation magnétic communication magnétic communication magnéti CENTRES COMMERCIAUX VILLAGES trafic DE MARQUES achat animation fidèlisation shopping CENTRES COMMERCIAUX & DE MARQUES VILLAGES trafic Partenaire des Centres Commerciaux La promesse d un centre de vie Aujourd hui, les centres commerciaux évoluent dans

Plus en détail

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010 Gestion des cabinets d'expertise comptable Octobre 2010 Sommaire Avant-propos... 2 Synthèse en quelques chiffres... 2 Les cabinets sans salariés... 2 Les cabinets de 1 à 49 salariés... 2 Le chiffre d affaires

Plus en détail

MANIFESTE POUR UN PORTAGE SALARIAL OUVERT AU PLUS GRAND NOMBRE : 600 000 EMPLOIS À LA CLÉ! DE LA FÉDÉRATION NATIONALE DU PORTAGE SALARIAL

MANIFESTE POUR UN PORTAGE SALARIAL OUVERT AU PLUS GRAND NOMBRE : 600 000 EMPLOIS À LA CLÉ! DE LA FÉDÉRATION NATIONALE DU PORTAGE SALARIAL MANIFESTE DE LA FÉDÉRATION NATIONALE DU PORTAGE SALARIAL POUR UN PORTAGE SALARIAL OUVERT AU PLUS GRAND NOMBRE : 600 000 EMPLOIS À LA CLÉ! POUR UN PORTAGE SALARIAL OUVERT AU PLUS GRAND NOMBRE : 600 000

Plus en détail

Consultant indépendant en portage salarial

Consultant indépendant en portage salarial Consultant indépendant en portage salarial AD Missions met à votre disposition un éventail de services efficaces destinés à simplifier la gestion de votre activité et stimuler son développement. Un accompagnement

Plus en détail

salon 15 e édition l entreprise LE RENDEZ-VOUS DES ENTREPRENEURS 14-15 octobre 2014 ESPACE ENCAN - LA ROCHELLE NUMÉRIQUE www.salon-entreprise17.

salon 15 e édition l entreprise LE RENDEZ-VOUS DES ENTREPRENEURS 14-15 octobre 2014 ESPACE ENCAN - LA ROCHELLE NUMÉRIQUE www.salon-entreprise17. DOSSIER > PRESSE salon 15 e édition de l entreprise LE RENDEZ-VOUS DES ENTREPRENEURS 15 14-15 octobre 2014 ESPACE ENCAN - LA ROCHELLE VENTE DIRECTE NUMÉRIQUE www.salon-entreprise17.fr Conception & organisation

Plus en détail

Réussir sa création d entreprise

Réussir sa création d entreprise Chambre des Experts Comptables du Cœur d Hérault Réussir sa création d entreprise Les conseils de l expert-comptable Support téléchargeable sur : www.cecch.fr CSOEC 2012 Comité Création d Entreprise La

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE VENDREDI 25 OCTOBRE 2013 11 h 45 à Agneaux (CCI, rue de l Oratoire)

CONFERENCE DE PRESSE VENDREDI 25 OCTOBRE 2013 11 h 45 à Agneaux (CCI, rue de l Oratoire) CONFERENCE DE PRESSE VENDREDI 25 OCTOBRE 2013 11 h 45 à Agneaux (CCI, rue de l Oratoire) Sommaire Journée Créer, reprendre une entreprise en Normandie Une journée consacrée à la création, à la reprise

Plus en détail

Mission jeunes entreprises

Mission jeunes entreprises Mission jeunes entreprises proposée par les experts-comptables www.entreprisecreation.com Le site des experts-comptables dédié à la création d'entreprise Pourquoi une? En vue de contribuer au développement

Plus en détail

ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE

ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE Quel est leur profil (âge, localisation, situation familiale )? Quel est leur plan d action pour reprendre?... Quelles sont leurs motivations?

Plus en détail

STAGE DE PREPARATION A L INSTALLATION. Les relations bancaires

STAGE DE PREPARATION A L INSTALLATION. Les relations bancaires STAGE DE PREPARATION A L INSTALLATION Les relations bancaires SOMMAIRE Introduction : La banque partenaire du porteur de projet (transparence ) 1. L ouverture d un compte courant professionnel 2. Comment

Plus en détail

CHEF D ENTREPRISE : Quelle forme juridique pour votre petite entreprise?

CHEF D ENTREPRISE : Quelle forme juridique pour votre petite entreprise? CHEF D ENTREPRISE : Quelle forme juridique pour votre petite entreprise? Quelles conséquences sur le choix de votre statut social : Salarié ou Travailleurs Non salariés? Intervenants René-jacques MALAFOSSE,

Plus en détail

Le régime de l auto-entrepreneur doit être profondément révisé

Le régime de l auto-entrepreneur doit être profondément révisé Corporation des Métiers du Métal Etablissement public de droit local 6 rue Georges Cuvier BP 1 67610 LA WANTZENAU Tél. : 03 88 10 37 07 Fax : 03 88 10 37 00 La Wantzenau, juin 2010 Domaine : SOCIAL Secteur

Plus en détail

PAR THEMATIQUE. N THEME Présentation

PAR THEMATIQUE. N THEME Présentation PAR THEMATIQUE N THEME Présentation A B C D Apprentissage/alternance Formation continue Développement/ investissement Hygiène, sécurité, accessibilité Les conseillères du Service Apprentissage ont pour

Plus en détail

Comment SE PRÉPARER. à la validation des acquis de son expérience

Comment SE PRÉPARER. à la validation des acquis de son expérience GUIDE POUR AGIR Comment SE PRÉPARER à la validation des acquis de son expérience JE BÂTIS MON PROJET PROFESSIONNEL Avec le soutien du Fonds social européen Pourquoi se préparer à la validation des acquis

Plus en détail

Baromètre des courtiers de proximité APRIL/OpinionWay

Baromètre des courtiers de proximité APRIL/OpinionWay Baromètre des courtiers de proximité APRIL/OpinionWay Edition 2012 Toute publication, même partielle de cette étude, est soumise à autorisation de la part d APRIL Courtage Contactez Nathalie RAVET nravet@april.fr

Plus en détail

L EIRL Principes fonctionnement et opportunités

L EIRL Principes fonctionnement et opportunités L EIRL Principes fonctionnement et opportunités EXPERTISE COMPTABLE COMMISSARIAT AUX COMPTES 11, rue de Mogador F-75009 PARIS Téléphone +33 (0)1 42 601 606 Fax +33 (0)1 42 613 792 EXPERTISE COMPTABLE 16,

Plus en détail

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel».

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Compte Rendu Café RH Dauphine du vendredi 7 février 2014 «L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Ce compte rendu vise à

Plus en détail

L INVESTISSEMENT SEREIN

L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr 1 L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr Ce livre est la propriété exclusive de son auteur : La loi du 11 mars 1957 interdit des copies ou reproductions destinées à une utilisation

Plus en détail

Banque Populaire de l Ouest : des résultats 2013 de bonne facture

Banque Populaire de l Ouest : des résultats 2013 de bonne facture Communiqué de presse Rennes, le 18 avril 2014 Banque Populaire de l Ouest : des résultats 2013 de bonne facture En 2013, la Banque Populaire de l Ouest a injecté 1,5 milliard de nouveaux financements dans

Plus en détail

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Les pouvoirs publics ont attiré notre attention sur les enjeux de la transmission des entreprises, plus de 100

Plus en détail

LE NOUVEAU RENDEZ-VOUS DES ENTREPRISES DU DIGITAL

LE NOUVEAU RENDEZ-VOUS DES ENTREPRISES DU DIGITAL 2 ÈME ÉDITI TION! LE NOUVEAU RENDEZ-VOUS DES ENTREPRISES DU DIGITAL 2 FRENCH TECH Portée par le gouvernement, l initiative French Tech c est d abord une ambition : " construire un grand mouvement de mobilisation

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE LA PRE-GARANTIE SIAGI & LA GARANTIE RELAIS. Dispositifs d aide au financement pour les artisans de la Manche

DOSSIER DE PRESSE LA PRE-GARANTIE SIAGI & LA GARANTIE RELAIS. Dispositifs d aide au financement pour les artisans de la Manche DOSSIER DE PRESSE LA PRE-GARANTIE SIAGI & LA GARANTIE RELAIS Dispositifs d aide au financement pour les artisans de la Manche Chambre de Métiers et de l Artisanat de la Manche Avenue Général Patton 50201

Plus en détail

Clément ALBRIEUX (69)

Clément ALBRIEUX (69) Pratique 20 : Une nouvelle identité entrepreneuriale 287 Le témoin : Clément ALBRIEUX (69) 30 collaborateurs Comment est définie et gérée l innovation dans votre cabinet? Les collaborateurs du cabinet

Plus en détail

«Protection sociale complémentaire et obligation du chef d'entreprises : atouts pour de nouvelles missions rémunératrices»

«Protection sociale complémentaire et obligation du chef d'entreprises : atouts pour de nouvelles missions rémunératrices» «Protection sociale complémentaire et obligation du chef d'entreprises : atouts pour de nouvelles missions rémunératrices» N 2/automne 2005 Supplément du francilien N 51 Revue de l Ordre des experts-comptables

Plus en détail

Fiche conseil ENTREPRENEURS INDIVIDUELS : ET SI VOUS ADOPTIEZ LE NOUVEAU STATUT DE L EIRL

Fiche conseil ENTREPRENEURS INDIVIDUELS : ET SI VOUS ADOPTIEZ LE NOUVEAU STATUT DE L EIRL ENTREPRENEURS INDIVIDUELS : ET SI VOUS ADOPTIEZ LE NOUVEAU STATUT DE L EIRL Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables

Plus en détail

UNIVERSITÉ DES EXPERTS HORIZONS FISCAUX JEUDI 27 NOVEMBRE

UNIVERSITÉ DES EXPERTS HORIZONS FISCAUX JEUDI 27 NOVEMBRE UNIVERSITÉ DES EXPERTS HORIZONS FISCAUX JEUDI 27 NOVEMBRE 2014 WORLD TRADE CENTER GRENOBLE 1 LE MOT DU PRÉSIDENT Lyon et Rhône-Alpes ont le grand honneur d accueillir le 69 ème congrès de la profession.

Plus en détail

Transparence des comptes du Comité D Entreprise

Transparence des comptes du Comité D Entreprise 77 Avenue Cyrille Besset 06800 Cagnes Sur Mer Tél : 04.92.13.33.00 Fax : 04.92.13.33.01 www.vision-expertises.fr contact@vision-expertises.fr Transparence des comptes du Comité D Entreprise Spécificités

Plus en détail

Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA

Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA Bonjour à toutes et à tous, Merci d être présents nombreux pour cette 20 ème assemblée générale. Créée en 1994, par des militants

Plus en détail

Le Crédit d Impôt Recherche (CIR)

Le Crédit d Impôt Recherche (CIR) Le Crédit d Impôt Recherche (CIR) Conférence Deloitte / Incubateur TELECOM ParisTech Eurécom Entrepreneurs 29 mai 2008 Marie-Danielle Ferreira-Charvat, Taj Lionel Draghi, Taj Christophe Roux, OSEO Sommaire

Plus en détail

EOVI ENTREPRISES TOUT POUR ORCHESTRER

EOVI ENTREPRISES TOUT POUR ORCHESTRER EOVI ENTREPRISES TOUT POUR ORCHESTRER LA PROTECTION sociale de vos salariés SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE la qui renouvelle la mutuelle EOVI MUTUELLE, UN EXPERT DE CONFIANCE Des chiffres et des Hommes

Plus en détail

Trente propositions pour favoriser et accompagner la création d entreprises

Trente propositions pour favoriser et accompagner la création d entreprises Évaluation des dispositifs publics d aide à la création d entreprises Trente propositions pour favoriser et accompagner la création d entreprises MM. Jean-Charles TAUGOURDEAU et Fabrice VERDIER, rapporteurs

Plus en détail

Lettre Entreprise Info. N 11 / Avril 2013. Lettre Entreprise Info. N 11 / Avril 2013 / 1

Lettre Entreprise Info. N 11 / Avril 2013. Lettre Entreprise Info. N 11 / Avril 2013 / 1 N 11 / Avril 2013 Lettre Entreprise Info N 11 / Avril 2013 / 1 Sommaire Actu L ANI du 11 janvier 2013 page 1 Fiscalité Le préfinancement du Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE) est lancé

Plus en détail

Une ambition, construire l avenir ensemble. Expertise comptable Commissariat aux comptes Conseil

Une ambition, construire l avenir ensemble. Expertise comptable Commissariat aux comptes Conseil Une ambition, construire l avenir ensemble. Expertise comptable Commissariat aux comptes Conseil 1 L EXPERTISE COMPTABLE : NOTRE COEUR DE MÉTIER Prise de connaissance de votre entreprise et proposition

Plus en détail

Unit é* Travail*Progrès SECRETARIAT GENERAL LA VIE DES ASSEMBLEES DANS L ESPACE FRANCOPHONE RECUEIL DES PROCEDURES ET DES PRATIQUES PARLEMENTAIRES

Unit é* Travail*Progrès SECRETARIAT GENERAL LA VIE DES ASSEMBLEES DANS L ESPACE FRANCOPHONE RECUEIL DES PROCEDURES ET DES PRATIQUES PARLEMENTAIRES ASSEMBLEE NATIONALE.. SECRETARIAT GENERAL. SECRETARIAT GENERAL ADJOINT DIRECTION DES AFFAIRES LEGISLATIVES DE LA COOPERATION INERPARLEMENTAIRE ET DES RELATIONS INTERNATIONALES REPUBLIQUE DU CONGO Unit

Plus en détail

SUGGESTIONS THEMATIQUES ATELIER SOLUTION ET KIOSQUE MISSION POUR LES ANIMATIONS

SUGGESTIONS THEMATIQUES ATELIER SOLUTION ET KIOSQUE MISSION POUR LES ANIMATIONS SUGGESTIONS THEMATIQUES POUR LES ANIMATIONS ATELIER SOLUTION ET KIOSQUE MISSION 65 E CONGRES DE L ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES STRASBOURG 14 AU 17 OCTOBRE 2010 Il sera apporté attention dans le choix et

Plus en détail

Rhône Développement Initiative 1993-2013. Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité. www.rdi.asso.fr

Rhône Développement Initiative 1993-2013. Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité. www.rdi.asso.fr Rhône Développement Initiative 1993-2013 Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité www.rdi.asso.fr Jean-Jacques MARTIN, Président de RDI Membre des réseaux nationaux RDI Edito

Plus en détail

Mission Indicateurs Flash

Mission Indicateurs Flash M é t h o d e C o m m e r c i a l e Mission Indicateurs Flash Communaute des experts en gestion Par RCA sommaire Introduction... page 1 ASPECTS CONTRACTUELS EXPLOITATION DE LA METHODE COMMERCIALE INDICATEURS

Plus en détail

2015/16. Autoentrepreneur. Bénédicte Deleporte

2015/16. Autoentrepreneur. Bénédicte Deleporte Autoentrepreneur 2015/16 Bénédicte Deleporte Avocat au Barreau de Paris Chargée d enseignement à l Univeristé Paris Est Créteil (UPEC, ex Paris 12) Deleporte Wentz Avocat www.deleporte-wentz-avocat.com

Plus en détail

Créez. cadre d accompagnement. Reprenez. Vous. Vous. Les experts-comptables vous accompagnent pour vous aider à bien démarrer!

Créez. cadre d accompagnement. Reprenez. Vous. Vous. Les experts-comptables vous accompagnent pour vous aider à bien démarrer! Vous Créez Vous Reprenez Les experts-comptables vous accompagnent pour vous aider à bien démarrer! Offre spécifique auto-entrepreneur Consultation GRATUITE «valider votre statut» nombreux avantages partenaires

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE -2014

DOSSIER DE PRESSE -2014 RESEAU DE CONSEILLERS EN IMMOBILIER INDEPENDANTS Compétences des conseillers - Sécurité absolue des transactions DOSSIER DE PRESSE -2014 Pour en savoir plus : www.optimhome.com Contact presse Agence Shan

Plus en détail

NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE POUR AFFIRMER UNE IMAGE POSITIVE ET ATTRACTIVE DES EXPERTS-COMPTABLES BRETONS

NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE POUR AFFIRMER UNE IMAGE POSITIVE ET ATTRACTIVE DES EXPERTS-COMPTABLES BRETONS NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE POUR AFFIRMER UNE IMAGE POSITIVE ET ATTRACTIVE DES EXPERTS-COMPTABLES BRETONS NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE 800 EXPERTS-COMPTABLES COMMUNICANTS

Plus en détail

Info CCI. Sortir de la crise! Réagissons ensemble... Edito. Et après... La Sortie de crise se prépare aujourd hui

Info CCI. Sortir de la crise! Réagissons ensemble... Edito. Et après... La Sortie de crise se prépare aujourd hui Et après... Info CCI Faire face à la crise Édition n 2 Edito La Sortie de crise se prépare aujourd hui Le cycle actuel de conjoncture défavorable ne durera pas éternellement! L accélération des cycles

Plus en détail

EOVI MANAGER À CHACUN SA PARTITION À CHACUN SES SOLUTIONS

EOVI MANAGER À CHACUN SA PARTITION À CHACUN SES SOLUTIONS EOVI MANAGER À CHACUN SA PARTITION À CHACUN SES SOLUTIONS SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE la qui renouvelle la mutuelle Dirigeants et salariés de petites structures... Vous êtes déjà nombreux à nous

Plus en détail

L auto-entrepreneur : trois ans déjà!

L auto-entrepreneur : trois ans déjà! PROFIL DE L'AUTO-ENTREPRENEUR N 108 août 2012 L auto-entrepreneur : trois ans déjà! L introduction du régime de l auto-entrepreneur au 1 er janvier 2009 a bouleversé le rythme des créations en France comme

Plus en détail

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT www.cfdt.fr SOMMAIRE 4 5 6 7 8 9 10 11 ADHÉRER ME REPRÉSENTER ME DÉFENDRE COTISER / VOTER Rédaction, création et réalisation graphiques :

Plus en détail

LE MARCHE DE L EXTERNALISATION SAISIE COMPTABLE PAIE. Etude réalisée en JUILLET 2008

LE MARCHE DE L EXTERNALISATION SAISIE COMPTABLE PAIE. Etude réalisée en JUILLET 2008 LE MARCHE DE L EXTERNALISATION SAISIE COMPTABLE PAIE Etude réalisée en JUILLET 2008 ETUDE RCA-BPO SERVICES FRANCE-2008 1 INTRODUCTION Nous avons interrogé près de 500 Experts-Comptables qui sont pour 495

Plus en détail

Le développement des missions de conseil fiscal

Le développement des missions de conseil fiscal Le développement des missions de conseil fiscal Intervenants Régis de BREBISSON Expert Comptable Cabinet DBA, Membre du groupement France Défi Didier PLANE Consultant Cabinet Avensi Consulting Sommaire

Plus en détail

Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables ENQUETE. La profession d expert-comptable dans l univers du patrimoine 2004

Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables ENQUETE. La profession d expert-comptable dans l univers du patrimoine 2004 Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables ENQUETE La profession d expert-comptable dans l univers du patrimoine 2004 Profil de l'enquête La profession d expert-comptable dans l univers du patrimoine

Plus en détail

Questionnaire : évaluation de la maturité d un projet de création d entreprise

Questionnaire : évaluation de la maturité d un projet de création d entreprise Questionnaire : évaluation de la maturité d un projet de création d entreprise Réalisé (A) Bien avancé (B) En cours (C) Non fait (D) Le projet. La règle à suivre : avoir défini notre projet de manière

Plus en détail

L Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée L E.I.R.L. Novembre 2013. Audit Commissariat aux comptes Expertise comptable & Conseil

L Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée L E.I.R.L. Novembre 2013. Audit Commissariat aux comptes Expertise comptable & Conseil L Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée L E.I.R.L. Novembre 2013 L Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée 2 Nouveautés À qui s adresse se statut d EIRL? Quelle procédure accomplir?

Plus en détail

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS Edition 2014 SOMMAIRE Editorial de Monsieur le préfet. 1 Le pacte est au service des entreprises et des ménages 2-3

Plus en détail

ACCORD DE PLACE SUR LA MEDIATION DU CREDIT AUX ENTREPRISES

ACCORD DE PLACE SUR LA MEDIATION DU CREDIT AUX ENTREPRISES ACCORD DE PLACE SUR LA MEDIATION DU CREDIT AUX ENTREPRISES Entre : - L Etat, représenté par Madame Christine LAGARDE, Ministre de l économie, de l industrie et de l emploi, - La Médiation du crédit aux

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE

GUIDE PRATIQUE DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable et commissaire aux comptes DESS en Banques et Finances GUIDE PRATIQUE DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE de l EURL, de la SASU, de la SELU Pour se mettre à son compte

Plus en détail

Retour des réponses avant le 11 Janvier 2015 (minuit)

Retour des réponses avant le 11 Janvier 2015 (minuit) 2015 Dans le cadre du renouvellement pour l'année 2015, La Miel lance des appels d'offres pour l'animation des ateliers de formation sur les thématiques suivantes: DE L ETUDE DE MARCHE A LA STRATEGIE COMMERCIALE...

Plus en détail

Créer des valeurs, les vivre et les faire vivre. Études des solutions de financement online. Dossier de presse

Créer des valeurs, les vivre et les faire vivre. Études des solutions de financement online. Dossier de presse Créer des valeurs, les vivre et les faire vivre Études des solutions de financement online Dossier de presse La première plateforme en ligne de recherche de financements publics et bancaires à destination

Plus en détail

La Région Centre tient le CAP. www.entreprise.regioncentre.fr

La Région Centre tient le CAP. www.entreprise.regioncentre.fr Aides aux entreprises La Région Centre tient le CAP La Région Centre fait évoluer ses aides aux entreprises industrielles et artisanales. Elle s adapte ainsi à vos attentes et à la nouvelle réglementation

Plus en détail

Crédit Impôt Recherche et Aides OSEO

Crédit Impôt Recherche et Aides OSEO Crédit Impôt Recherche et Aides OSEO Ce document de synthèse rassemble les informations présentées lors de la réunion «Crédit Impôt Recherche et Aides OSEO : mode d emploi» du 1 er février 2011 à la CCI

Plus en détail

Le créateur d entreprise

Le créateur d entreprise Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points n o 1 Guide entreprises avril 2014 Le créateur d entreprise Sommaire La retraite, en bref... 3 Points clés... 4 Points de repères...

Plus en détail

Artisans et entreprises du bâtiment

Artisans et entreprises du bâtiment Artisans et entreprises du bâtiment Vous accompagner tout au long de vos projets Expertise comptable & conseil Artisans et entreprises du bâtiment - Vous accompagner tout au long de vos projets Gérer votre

Plus en détail

TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR

TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR Source : site Internet de l agence pour la création d entreprise (APCE) : http://www.apce.com/ SOMMAIRE : 1.

Plus en détail

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix!

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix! Communiqué de presse 21 novembre 2011 Une étude CEDRE/Ifop 1 propose le regard croisé des consommateurs et des chefs d entreprises français sur le «Made in France» 72% des Français prêts à payer plus cher

Plus en détail