Téléchargez l'intégralité des supports du programme technique du congrès 2007 sur

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Téléchargez l'intégralité des supports du programme technique du congrès 2007 sur www.experts-comptables.org/62/"

Transcription

1 Téléchargez l'intégralité des supports du programme technique du congrès 2007 sur De l'0rdre des Experts-Comptables Europe & Entreprises Opportunités pour l'expert-comptable

2 EDITORIAL Délocalisations des activités comptables, bien réfléchir avant d agir Même si la profession vise un haut niveau de qualité de ses prestations, les cabinets d'expertise comptable doivent optimiser leurs coûts de production pour le traitement comptable. Il existe pour cela plusieurs solutions : délocaliser à l'extérieur de la France [on est alors tenté d'utiliser le terme délocalisation], mutualiser les activités entre plusieurs cabinets pour abaisser les coûts, refondre les processus internes de traitement comptable ou pourquoi pas relocaliser les activités comptables en France mais dans des zones géographiques où le coût de la main d'oeuvre est plus faible [zones franches par exemple ou zones rurales]. Les entreprises cherchent également à externaliser leur fonction comptable pour abaisser leurs coûts de revient pour tout ou partie des processus comptables et financiers. L'opérateur le mieux à même de répondre à cette attente est l'expert-comptable. L'externalisation comptable est déjà une réalité pour les TPE : l'enjeu actuel est la conquête des PME, un marché à conquérir. Toutefois sur le chemin, il y a les SSII ou certains grands opérateurs, concurrents des EC pour le middle market et les grands comptes. Histoire de compliquer la lecture du jeu, il est possible qu'à moyen terme des groupes d'entreprises ayant des fonctions comptables centralisées dans des centrales ou groupements, s'aperçoivent qu'ils peuvent aussi vendre leurs services comptables à d'autres entreprises. De plus en plus, le rôle des entreprises est d'assembler des modules et processus en optimisant la création de valeur. Les cabinets d'expertise comptable peuvent aussi avoir cette même problématique d'assembleur de compétences internes et externes à moyen terme. De toutes les manières la tendance à la concentration de tous les secteurs d'activités, va amener la profession à revoir sa copie en matière de production et de savoir comment les cabinets vont pouvoir générer de la valeur dans le futur. A ce jour, la délocalisation reste encore un phénomène peu répandu pour le secteur des activités comptables aussi bien côté cabinet que parmi les entreprises. Les expériences sont très limitées et les acteurs sont dans une phase d observation. Toutefois, cela doit nous inciter à entamer une réflexion globale sur de nouvelles modalités des process de traitement comptable en tirant parti des technologies, avec peut-être des solutions collaboratives en réseaux [par exemple des hubs avec d autres cabinets d expertise comptable] tout en respectant les normes de qualité de la profession comptable. En 2007, des gisements de gains de productivité sont accessibles immédiatement dès lors que l on remet en cause nos process de travail habituels, sans avoir besoin de délocaliser. Au-delà d un horizon de 3 à 5 ans, il est possible que ce constat change, en fonction de la vitesse de propagation de l innovation dans les entreprises et dans ce cas, la délocalisation sera peut-être à nouveau à l ordre du jour avec de nouveaux arguments. Thierry Lorot Président de la Commission développement des cabinets et des pratiques innovantes du CSOEC AVERTISSEMENT Ce Livre blanc résulte d'une enquête d'investigation menée par Robert Mauss afin d'identifier les expériences et visions de quelques acteurs. Nous avons voulu faire cette radiographie 2007 loin de tout dogme ou toute polémique afin que chacun puisse se faire son propre jugement sur ce phénomène. Les propos recueillis sont placés sous la responsabilité des différents auteurs interviewés. Ce document est né de la volonté de Jean-Pierre Alix, président du CSOEC, d'éclairer la profession sur les impacts et opportunités potentielles de ce phénomène. La conduite de ce projet a été confiée à Thierry Lorot, président de la commission développement des cabinets et des pratiques innovantes au CSOEC. L'architecture pédagogique du livre blanc a été élaborée par René Duringer, directeur de la prospective et du congrès au CSOEC. Bérengère Bézier, chargée de mission congrès & prospective a coordonné et complété la matière rédactionnelle en s'assurant de son intelligibilité. En l'état actuel ce document de réflexion ne peut traduire une position du CSOEC. Ce document résulte de travaux arrêtés fin juillet 2007.

3 Sommaire Avant-Propos 2 Facteurs clés de succès d une opération de délocalisation d activités comptables / Sondage flash 3 I - La délocalisation dans tous ses états 4 1/ Les champs multiples d une définition 4 2/ Quelles entreprises pour quelles délocalisations de services 5 Techniques des délocalisations 5 Qui délocalise? 5 Potentiel de délocalisation dans les services opérables à distance 6 Les services délocalisables 6 Catégories de fonctions externalisées par les entreprises 6 Top Ten des fonctions externalisées 6 La menace pour l emploi 7 3/ Centres d appels : le grand départ 7 Huit mille postes délocalisés 7 Délocalisations : aux Etats-Unis, même les informaticiens flippent 7 4/ Il n y a aucune fatalité aux délocalisations 8 5/ L offshore est une nécessité 9 6/ Les services informatiques, précurseurs des délocalisations de services 10 Délocalisations : les estimations du Syntec Informatique 11 Offshore : quelques données clés 11 II - Regards 12 1/ Depuis septembre 2005, je propose des missions de tenue comptable externalisée et de participation aux travaux de clôture 12 2/ Délocalisation : la prudence s impose 13 3/ Un cabinet qui procède à l externalisation interne 13 4/ L externalisation est une réponse à la pénurie de personnel. 14 5/ Cap sur la Roumanie 14 6/ Nous sommes capables d assurer l ensemble des prestations qui entrent dans le domaine de l expertise comptable 15 7/ La délocalisation a répondu à un besoin précis 16 8/ Les charmes de la grande île de l Océan Indien 17 9/ Pour parvenir à un résultat efficient, il faut non seulement délocaliser un grand nombre de dossiers, mais pas uniquement sur la tenue comptable 17 10/ Les délocalisations des cabinets ne sont plus un fantasme, mais pas encore une réalité et encore moins une menace 18 III - Focus sur les travaux du Congrès du 60 e Congrès Et si on parlait de comptabilité? - Paris Focus 1/ Atelier de la Profession/La délocalisation : Enjeux, risques et perspectives 20 Focus 2 / La délocalisation va-t-elle séduire les experts-comptables? 21 Focus 3/ Délocalisations des industries en Europe : la course déflationniste en marche 22 ANNEXES 26 Annexe 1/ Bibliographie 26 Annexe 2/ Questionnaire de l enquête sur les délocalisations des activités comptables des cabinets d expertise comptable en Europe auprès de la profession - Avril

4 AVANT-PROPOS Les grands mouvements de développement économique ont toujours été liés aux progrès des techniques de transport. Les Caravelles de Christophe Colomb profitent de leur haut bord et de leur grand-voile carrée pour traverser l Atlantique. Les Grandes Découvertes sont à l origine du fabuleux développement économique de l Europe. L invention de la machine à vapeur, avec la création des chemins de fer et des bateaux à vapeur, porte littéralement la Révolution Industrielle au XIX e siècle. L arrivée de l électricité, fondement du télégraphe et du téléphone raccourcit encore les distances. La radio, le cinéma et la télévision participent également à ce mouvement de village planétaire. L aviation moderne réduit encore les distances. Aujourd hui, c est Internet qui les abolit. Le développement d Internet est l un des plus prodigieux de l histoire de l Humanité. Il n y a pas une invention qui ait connu un développement aussi phénoménal. En 1996, on dénombrait quelques happy fews à disposer d une adresse électronique Aujourd hui, la moitié des ménages français est équipée d un ordinateur relié à une connexion à haut débit. Les études dénombrent 1,2 milliard d Internautes dans le monde. Ce n est pas en vain que l on parle de réseau des réseaux Naissance de l économie dématérialisée Les Technologies de l Information et de la Communication réunissent trois grands types d outils : les instruments de télécommunication, les serveurs informatiques qui permettent de collecter et archiver l information et les systèmes dits télématiques qui sont positionnés entre les serveurs informatiques. La montée en puissance de ces techniques est littéralement exponentielle. Plus moyen de se plaindre de la lenteur de communication. Il suffit de quelques secondes pour transférer des contrats, des documents, des fichiers toujours plus volumineux. Cette rapidité et cette efficacité du média permettent de revoir les méthodes de travail, c est l économie dématérialisée. Les grands groupes ont organisé des groupes de travail autour de systèmes de messagerie et d applications dites de travail collaboratif. Les entreprises peuvent ainsi s affranchir des distances et des horaires pour regrouper leurs meilleures compétences autour d un projet. La création de places de marché virtuelles a favorisé l externalisation des projets en structurant de manière nouvelle les relations entre un donneur d ordre et ses fournisseurs. Les entreprises ont ainsi pris l habitude des mises en concurrence systématiques. Les Acheteurs sont devenus des personnages redoutés. Et surtout, les chefs d entreprise ont pris l habitude de regarder systématiquement au-delà de leurs frontières ou de leurs zones de chalandise, les TIC abolissent les frontières. Elles font quasiment disparaître les coûts de communication et les technologies suppriment souvent les besoins de déplacement. Les TIC permettent de mettre en concurrence des prestataires éloignés avec leurs propres ressources. Elles font aussi quasiment disparaître les coûts de transaction. Le chef d entreprise peut alors se livrer aux joies du benchmarking qui permet de comparer sa compétitivité, étape par étape de production, usine par usine, service par service. Et mettre en compétition ses propres ressources avec celles que le marché lui propose. Progressivement, nous voyons se dessiner sous nos yeux une entreprise qui privilégie la coordination entre partenaires au détriment de son mode d organisation militaire traditionnelle. Voilà pourquoi, les Technologies de l Information et de la Communication, nous font passer de l ère de la sous-traitance à celle de l externalisation et des délocalisations. 2 Regards croisés sur la délocalisation des activités comptables

5 Les délocalisations, une menace pour l expert-comptable? Les cabinets d expertise comptable peuvent-ils échapper au phénomène? Oui, dans une large mesure. L expertcomptable délivre d abord un conseil de proximité. Il est souvent l homme de confiance du chef d entreprise. A ce titre, l expert-comptable est difficilement délocalisable. Mais progressivement, il voit poindre des menaces nouvelles. Son statut monopolistique est réellement menacé. Les banques ou les sociétés de services en informatiques louchent dangereusement sur ses activités. L expert-comptable est donc contraint au minimum à un effort de réflexion sur ses activités, ses missions, les services rendus à ses clients et les attentes à venir de ces mêmes clients. A ce titre, l externalisation en France ou ailleurs, d une partie de ses tâches, apparaît comme une solution possible. Nous rencontrerons au fil des pages de ce livret des confrères qui ont choisi cette méthode pour des raisons souvent différentes. Nous en rencontrerons d autres qui, après avoir poussé la réflexion assez loin, ont préféré renoncer à cette tentation. Aujourd hui, les délocalisations ne concernent qu une poignée de cabinets. L offre existe, mais elle est émiettée et encore peu significative. Les prestataires affirment vouloir se concentrer sur une partie seulement des missions actuelles de l expert-comptable. Ils prétendent le décharger de ses tâches les plus ingrates afin qu il puisse se concentrer sur le conseil aux entreprises, la partie noble du métier. Le discours est attrayant, mais l expert-comptable ne doit pas oublier que d autres l ont entendu avant lui, avec les résultats que l on connaît. Facteurs clés de succès d une opération de délocalisation d activités comptables Sondage flash 1. Coût de la main d œuvre locale 2. Infrastructures technologiques du pays d accueil 3. Compétences comptables du personnel local [tenue, révision] 4. Volume d écritures à traiter 5. Sécurité politique + climat social du pays d accueil 6. Professionnalisme, productivité, organisation du management ou comportement du personnel local 7. Maîtrise de technologies avancées pour le cabinet qui va externaliser 8. Référentiel comptable local et notamment proximité par rapport au système comptable français 9. Acceptation des collaborateurs français 10. Capacité des collaborateurs français à réaliser d'autres missions 11. Maîtrise de la langue française du personnel local 12. Facilité d accès par les transports du pays d accueil 13. Viabilité du nouveau modèle économique basé sur de nouvelles missions 14. Niveau d éducation du pays d accueil 15. Eloignement géographique [par rapport à la France] 16. Capacité du cabinet qui externalise à piloter la qualité des prestations rendues Source : sondage flash avril 2007 auprès d un mini panel d experts-comptables Questionnaire en annexe 2 Regards croisés sur la délocalisation des activités comptables 3

6 I LA DÉLOCALISATION DANS TOUS SES ÉTATS 1/ Les champs multiples d une définition Derrière le vocable générique de délocalisation, il existe de nombreuses situations. Une entreprise peut être tentée de se séparer d une partie de ses activités, mais elle peut aussi vouloir les externaliser, les sous-traiter, les partager, les déplacer ou les superviser. Chacune de ces actions recouvre une stratégie adaptée à des circonstances différentes. Dans certains cas, l entreprise désire faire briller son cours de bourse. Mais, elle peut vouloir aussi confier une activité à des spécialistes plus compétents, conquérir des parts de marché à l exportation ou gagner en souplesse dans son mode de fonctionnement. Délocalisation, externalisation, offshore, nearshore, sous-traitance, infogérance petite revue lexicale. Délocalisation Transfert en bloc d activités existantes du territoire national vers le territoire d un autre pays [Sénateur Jean Arthuis - Rapport sur les délocalisations]. Le Syntec définit par offshore, ou délocalisation les travaux vendus et facturés en France par des centres implantés à l étranger. Les six grands types de délocalisation [Source El Mouhoub Mouhoud Mondialisation et délocalisation des entreprises La Découverte 2006]. Délocalisation défensive : Afin de se défendre contre une concurrence toujours plus vive, l entreprise est contrainte de rétablir sa compétitivité par le transfert à l étranger de ses centres de production, et maintient sur le territoire d origine les activités de recherche et développement, le marketing, les bureaux de style. Délocalisation d accompagnement : Les fournisseurs délocalisent en masse pour se contraindre aux obligations de leur donneur d ordre. Délocalisation avec comportement de marge : Les entreprises délocalisent sans répercuter sur leurs prix la baisse des coûts de production. Délocalisation d efficience et de rentabilité : Délocalisation de parties d activités non compétitives afin de se renforcer sur son propre marché. Délocalisation de recentrage sur son métier de base : Délimitation des frontières et recentrage sur les compétences de base dans une logique de dynamique d innovation et d apprentissage. Délocalisation itinérante : Délocalisation successive en fonction des hausses des coûts salariaux et de production. Externalisation Transfert répété ou continu de la gestion d une activité vers un prestataire extérieur. Les principaux motifs d une externalisation Moins Meilleure Stratégie Flexibilité cher qualité d orga- et qu en qu en nisation souplesse interne interne Production Distribution/logistique/ transport Informatique/ télécommunications Ressources humaines Administration et finances Services généraux Importance des critères pour l externalisation : % et plus, ++ de 20 à 39 %, + moins de 20 %. Source Ernst & Young Baromètre Outsourcing 2005 Externalisation offshore : Qualificatif savant pour délocalisation. Externalisation nearshore : Délocalisation vers un pays proche. Les entreprises françaises considèrent comme nearshore, les pays d Europe et du Maghreb. Externalisation à valeur ajoutée : Cette méthode consiste à rémunérer le prestataire selon le chiffre d affaires que l activité va générer. Par exemple, l entreprise A confie à B le soin de mettre au point un produit. A se charge de la distribution et rétribuera B en fonction des résultats des ventes. Coexternalisation : Variante de la précédente. Le prestataire est rémunéré en fonction des résultats de la première. Externalisation avec prise de participation : En échange d une délégation d activité de l entreprise A vers l entreprise B, A prend une participation au capital de B. Externalisation à choix multiple : Afin de ne pas dépendre d un prestataire unique, une entreprise va répartir l activité dont elle se sépare entre plusieurs fournisseurs. C est souvent le cas dans les transferts d activités liées à l informatique ou aux télécommunications. Inconvénient, la méthode fait grimper les coûts de gestion. IDE ou Investissements Directs à l Etranger Selon une étude du MEDEF, 39 % des PME ont déjà réalisé un investissement à l'étranger. La moitié des entreprises déjà implantées hors de nos frontières ont un nouveau projet d'investissement à l'étranger. La motivation de ces projets est la croissance sur de nouveaux marchés pour 73 % des cas et la délocalisation de la production pour 20 % 4 Regards croisés sur la délocalisation des activités comptables La délocalisation dans tous ses états

7 Autres qualificatifs Downsizing Opération qui vise à améliore la productivité et la compétitivité d une entreprise par la réduction de ses effectifs. Contrairement à l externalisation, il n y aura pas de transfert de personnel vers un prestataire, mais une séparation pure et simple avec une partie des employés. Filialisation Transformation d un département en entreprise à part entière. A cours des années 1980 et 1990, de nombreux grands groupes ont ainsi filialisé leur département informatique. Infogérance Prise en charge contractuelle de tout ou partie de la gestion d'un système d'information d'un organisme par un prestataire extérieur. [Commission ministérielle de terminologie informatique]. Outsourcing Procédure consistant à confier à un fournisseur une partie complète de ses activités. Les informaticiens parlent aussi de BPO ou Business Process Outsourcing. Sous-traitance Opération par laquelle une entreprise confie à une autre le soin d exécuter pour son compte et selon un cahier des charges des missions de production ou de services dont elle conserve la responsabilité économique finale. [Conseil Economique et Social]. TMA ou Tierce maintenance applicative Mission confiée à un prestataire extérieur [le tiers] de maintenir en état de fonctionnement une application informatique. Le prestataire supervise la sécurité, il corrige les erreurs, et améliore le fonctionnement en fonction de l avancée de l état de l art. 2/ Quelles entreprises pour quelles délocalisations de services On a longtemps pensé que le mouvement de délocalisation concernait essentiellement le secteur manufacturier, avant de constater que les services étaient eux aussi externalisables à l étranger. Comme pour les usines, les entreprises qui délocalisent dans le secteur des services, le font d abord pour profiter dune main d œuvre de qualité à moindre coût. Mais elles sont également animées par d autres motivations comme le besoin de contourner les rigidités de notre législation sociale. Elles peuvent aussi vouloir s implanter sur des marchés émergents riches d opportunités. Par ailleurs, il ne s agit plus seulement de transférer des activités à faible valeur ajoutée comme les centres d appels téléphoniques. Les délocalisations menacent tous les secteurs, y compris ceux de la haute technologie. Si l on excepte les purs services de proximité [services à la personne, restauration, réparation ] il n y a pas un pan de l activité qui ne soit menacé. Entre la montée en gamme des activités et la diversité des motivations, les salariés ont parfaitement le droit de se sentir menacés. N oublions pas que le secteur tertiaire représente les deux tiers de l emploi privé. Techniques des délocalisations Il existe plusieurs formes de délocalisation. La presse [et c est bien normal] braque ses projecteurs sur les plus spectaculaires, ceux qui entraînent la fermeture pure et simple de sites entiers avec transfert complet de l activité vers un pays étranger. Il arrive même parfois que l entreprise propose à ses employés de rejoindre le site délocalisé, aux conditions légales et salariales locales. Ces délocalisations se traduisent par une perte nette d emplois, immédiatement quantifiable. Pourtant, il s agit d une goutte d eau dans la mer. L institut Katalyse, auteur pour la Commission des Finances du Sénat d un rapport sur les délocalisations de services, estime que pour un emploi perdu par un transfert brutal d activité, il faut en compter cinq pour des décisions nettement moins spectaculaires dites de délocalisation diffuse ou de non localisation. Dans le premier cas, une entreprise regroupe à l étranger une activité jusque là répartie sur plusieurs sites de son territoire national. Il n y pas de fermetures à grande échelle, ni de mouvements sociaux. Mais il y a bien des pertes d emplois. Axa envisage ainsi de regrouper d ici à 2012 sur ses plates-formes de Chine, d Inde et du Maroc quelques personnes. L assureur reconnaît que ces postes remplaceront des emplois en Europe et en Amérique du Nord. Axa compte déjà employés en Inde. Et pour compenser le départ en retraite d ici 2012 de employés, Axa compte recruter personnes en France et autant de Marocains qui auront pour mission de placer par téléphone des contrats d assurance simples aux consommateurs français. Alcatel a ainsi ouvert des sites de recherche et développement en Chine. Des pans entiers de l activité informatique bancaire mondiale sont maintenant regroupés en Inde. D après l association indienne des sociétés de services en informatique, 8 % des transactions bancaires américaines sont gérés depuis l Inde, avec une perspective de 30 % en Enfin, une non localisation fait qu une entreprise choisit tel pays plutôt que tel autre pour implanter un site ou un siège. Pas de licenciements secs, mais un immense manque à gagner. Ainsi, on estime que positions de centres d appels ont été délocalisées, alors que les call centers marocains emploient personnes à eux seuls. En 2005, Saint-Gobain a fait de Shanghai son quatrième pôle de recherche, en plus de ses deux centres français et de son unité américaine. Bien sûr, l expansion prodigieuse de l économie chinoise justifie de tels investissements, mais c est autant de débouchés qui se ferment aux étudiants français. Qui délocalise? Les premières entreprises qui réfléchissent à un éloignement de leurs activités sont celles qui ont le moins à voir avec leur ancrage territorial. Notre expert, l économiste Jean-Louis Levet rappelle d ailleurs que plus les liens sont étroits entre une entreprise et son terroir, moins l entreprise aura la volonté de déplacer ses activités. L institut Katalyse, dans un rapport réalisé pour la Commission des Finances du Sénat, constate que la dépendance des entreprises du secteur eau envers les collectivités locales, les incite à maintenir en France des services pourtant externalisables à l étranger comme les services généraux. La délocalisation dans tous ses états Regards croisés sur la délocalisation des activités comptables 5

8 La taille de l entreprise, son organisation historique constituent un second facteur favorable à une délocalisation. Ainsi, une société trouvera rationnel de fusionner au sein d une même entité des activités ou des services jusque là éclatés entre diverses filiales. A noter que dans certains cas, la délocalisation peut être favorable à l économie nationale. Le pétrolier Total a ainsi rapatrié en France ses fonctions de support mondial. Plus une entreprise est importante, plus elle compte de filiales, plus le volume de ses tâches administratives augmente, plus elle trouvera naturel de regrouper certains services au sein d un centre dédié. D après l étude Katalyse conduite pour le Sénat, sur emplois susceptibles d être délocalisés en 2006, 79 % seront initiés par des entreprises de plus de 500 personnes, alors qu elles ne représentent que 35 % des emplois de services. Bien entendu, la taille de l entreprise n explique pas tout. On constate que des PME du secteur des technologies n hésitent absolument pas à sous-traiter et même à créer des implantations à l étranger, même très petites. Comme le souligne Katalyse les paramètres de taille et de rayon d action doivent donc être pondérés à la fois par le facteur culturel propre à chaque entreprise, lui-même dépendant dans une certaine mesure du secteur d activité de l entreprise concernée et de la nature même des métiers de services concernés par la délocalisation. Potentiel de délocalisation dans les services opérables à distance. Selon l étude conduite par Katalyse pour le compte du Sénat, la taille de l entreprise pondère ces tendances. Dans un grand groupe, aucun service, aucune activité, ne peut se sentir à l abri d une délocalisation. PME Moyenne Grande Entreprise Entreprise Gestion transactionnelle et systèmes d information Recherche et Développement Gestion de la Relation Client o + ++ Front Office o potentiel très important + potentiel important o potentiel faible Les services délocalisables Les délocalisations de services deviennent courantes quand l ancrage territorial de l entreprise n a rien d assuré, que ces activités sont banales et répétitives et que par une informatique bien conçue, ces activités peuvent être réalisées à distance sans effets apparents. C est le cas des systèmes d information ou de gestion transactionnelle. Les départements de Recherche et Développement figurent également parmi les services à haut potentiel de délocalisation. Le développement des technologies de communication et la montée prodigieuse du savoir dans des pays comme la Chine ou l Inde sont les deux facteurs clés pour de tels mouvements. La Société Générale a ainsi ouvert à Bangalore, la Silicon Valley indienne, SG Software une filiale de 350 personnes avec comme objet d en faire un centre d excellence en matière d informatique et de développement. Les activités de services qui [aujourd hui] apparaissent comme peu délocalisables sont étroitement liées à la proximité avec le client. Manuel Jacquinet, directeur de Colorado, spécialiste des opérations téléphoniques nous rappelle ainsi que les centres d appels emploient personnes en France pour moins d une dizaine de milliers de positions délocalisées essentiellement au Maghreb. Selon le cabinet Accenture, le secteur du crédit à la consommation est aujourd hui mûr pour être délocalisé. Les organismes de ce secteur envisagent de regrouper au Maroc ou en Roumanie les plateaux de recouvrement de créances et de scoring. Une telle opération devrait engendrer des économies salariales de l ordre de 30 %. Pour l instant, la proximité est considérée comme un enjeu stratégique que l on hésite à externaliser à l étranger. C est le cas des activités de Gestion de la Relation Clients et des services de Front Office, qui en plus sont considérés comme partie prenante du cœur de l activité de l entreprise. En scrutant les entreprises qui ont procédé à la délocalisation d une partie de leurs activités, Katalyse constate que l essentiel des mouvements de transfert observés provient du secteur services aux entreprises. Autrement dit, la nature même du métier explique la délocalisation. Un call center ou la gestion d un service informatique peuvent passer les frontières d autant mieux qu il s agit d activités qui ont déjà quitté le giron de l entreprise. Dans certains cas, les observateurs soulignent que l opération de délocalisation succède à l externalisation d un service vers une autre entreprise française. Afin de ne pas perdre son client en répondant à ses exigences financières, le prestataire implantera le service qu il gère dans un pays à moindre coût salarial. Catégories de fonctions externalisées par les entreprises Les résultats du tableau concernent des services externalisés essentiellement en France. Le mérite de ce tableau est d indiquer les fonctions qui sont le plus menacées par une délocalisation pure et simple Les services généraux 86 % 95 % La distribution, la logistique et le transport 78 % 83 % L informatique et les télécommunications 77 % 73 % Les ressources humaines 72 % 72 % La production 55 % 62 % L administration et les finances 55 % 62 % La vente, le marketing et la communication 26 % 28 % Source Ernst & Young Baromètre Outsourcing 2005 Top Ten des fonctions externalisées Restauration 66 % 74 % Transport 63 % 57 % Flotte automobile 53 % 61 % Maintenance applicative 59 % 57 % Stockage et entreposage 31 % 50 % Gestion de la paye 48 % 49 % Logistique 39 % 45 % Gestion des réseaux et serveurs 33 % 45 % Gestion des documents 42 % 41 % Formation 34 % 41 % Téléservices, accueil et secrétariat 28 % 40 % Source Ernst & Young Baromètre Outsourcing Regards croisés sur la délocalisation des activités comptables La délocalisation dans tous ses états

9 La menace pour l emploi Il est difficile de comptabiliser précisément le nombre d emplois détruits ou menacés par les délocalisations. En effet, les délocalisations directes sont facilement comptabilisables, contrairement aux emplois perdus à la suite d une décision de non localisation. Les instituts estiment que pour un emploi disparu à la suite d un transfert d activité à l étranger, il faut en compter cinq dans le second cas. Katalyse estime ainsi à le nombre d emplois perdus par l économie nationale en 2006, à la suite de délocalisations directes et par une non localisation. Ramené à une population active de 28 millions de personnes, on se place à la marge. Mais, les chiffres montent. Katalyse prévoit la perte de emplois de services sur la période , soit sur cinq ans 22 % de la création nette de l emploi salarié sur les cinq années de la période Les prestataires en externalisation [ingénierie, centres d appels ] représentent 45 % des emplois qui seront délocalisés jusqu en Les postes d informaticiens ou de chercheurs perdus s élèvent à , dont non localisés. Même par rapport aux 13,8 millions de personnes du secteur tertiaire, il s agit encore d une goutte d eau. Mais, il convient de prendre en compte les effets induits par ces pertes d emploi c est l équivalent de la population d une ville comme Montpellier C est autant de personnes qui consommeront moins, qui verront leur période de chômage encore prolongée ou de cadres qui devront se satisfaire d emplois peu satisfaisants. Et surtout, la tendance est là. Pour beaucoup les départs massifs en retraite des baby-boomers donneront le signal d un mouvement de délocalisation de services autrement plus massif. 3/ Centres d appels : le grand départ S il existe un service qui pratique depuis longtemps l externalisation, c est bien l activité téléphonique. A la fin des années 1980, quand les entreprises ont voulu se recentrer sur leur cœur de métier, elles ont commencé par sous-traiter leur standard téléphonique à des fournisseurs spécialisés. L activité a pris de l ampleur en bénéficiant largement des progrès des technologies. Les centres ont été déplacés selon les intérêts des entreprises. On dénombre plus de centres d appels en France qui emploient personnes affirme Manuel Jacquinet, directeur associé de Colorado, l une des principales sociétés de conseil pour les centres d appels. Et malgré sa jeunesse, la profession s est bien structurée. Il existe aujourd hui plusieurs formations comme Accueil Conseil et Vente à Distance dispensées dans certains lycées professionnels [diplôme de niveau IV], des licences professionnelles Métiers des Télé-Services, Management des Centres d Appels ou Superviseurs en Centres d Appels. Ces cursus sont ouverts justifiant d un diplôme type DEUG ou BTS. Et certaines écoles supérieures de commerce proposent à leurs étudiants un Mastère Spécialiste en Management de la Relation Client. Huit mille postes délocalisés Ces efforts sont le prix à payer pour maintenir l emploi dans l Hexagone. Car le phénomène que tout un chacun se plait à souligner c est bien le développement des délocalisations. Pour l instant, rappelle Manuel Jacquinet, on estime à le nombre de positions externalisées à l étranger, mais ce nombre augmente de 50 % par an. Le mouvement a démarré en 2000 avec l installation d une filiale de SR. Téléperformance en Tunisie et de Phone Assistance au Maroc. Aujourd hui, les principales destinations sont toujours le Maroc et la Tunisie, talonnés par l île Maurice, le Sénégal, Madagascar et la Roumanie. Bien entendu, les donneurs d ordre veulent profiter de tarifs très attractifs. Selon Colorado, un centre français facture 28 euros une heure d appel en B to B, 25 euros en B to C, contre 15 euros en moyenne pour un plateau au Maroc. Ajoutons que pour un jeune Marocain ou Sénégalais, un emploi dans un centre d appel constitue une véritable opportunité professionnelle. Le prix ne fait pas tout. Les délocalisations permettent d élargir les plages horaires de travail. Manuel Jacquinet souligne l effet pervers de la Réduction du Temps de Travail : alors que les entreprises ont besoin de répondre sans discontinuer à leurs clients entre 8h du matin et 20h le soir, ces lois ont créé de véritables goulots d étranglement, alors que la tendance historique est à l amélioration de la disponibilité. En délocalisant leurs centres d appels, les entreprises peuvent imaginer des plateaux ouverts sept jours par semaine, et 24 heures par jour. Il s agit d un argument fort pour les activités de support informatique, ou pour les Fournisseurs d Accès à Internet dédiés au monde professionnel. Et puis, comme le reconnaît Manuel Jacquinet, les personnels étrangers sont de mieux en mieux formés. Le patron de Colorado sait de quoi il parle. Son entreprise intervient partout dans le monde, jusqu en Australie et au Pakistan pour des missions d optimisation pour le compte d opérateurs de télécommunication. La délocalisation d un plateau téléphonique peut-elle se heurter à des freins linguistiques ou culturels? La réponse de Manuel Jacquinet est sans nuance : Non, je ne vois aucune mission qui ne puisse pas être traitée depuis l étranger. Pays Loyer /m 2 /an Salaire mensuel Durée de travail moyen d un hebdomadaire téléconseiller Roumanie Tunisie Maroc Sénégal NC Ile-Maurice NC 450 ND Madagascar NC 100 ND Source Colorado Délocalisations : aux Etats-Unis, même les informaticiens flippent Tout le monde se souvient de Michaël Moore piégeant Phil Knight, le patron de Nika qui jurait mordicus que les Américains ne voulaient pas travailler dans une usine de chaussures [ The Big One 1997]. Mais même la high-tech est menacée De manière moins humoristique, l IEEE-USA tire le signal d alarme. John Steadman, le président du syndicat des ingénieurs informaticiens américains a pu exposer son inquiétude sur le phénomène au cours d une rencontre organisée par l Atelier BNP-Paribas en La délocalisation dans tous ses états Regards croisés sur la délocalisation des activités comptables 7

10 Selon John Steadman emplois high-tech ont été perdus aux Etat-Unis en 2003 et en Selon lui, le taux de chômage des informaticiens s élevait en 2004 à 6,7 % et d ici à 2015, ce sont 3,3 millions d emplois qui pourraient être délocalisés, dont une majorité de postes d ingénieurs informaticiens ou de scientifiques. Et lorsque ses interlocuteurs lui rappellent que les dirigeants des entreprises des secteurs high-tech affirment que les délocalisations sont bénéfiques pour les Etats-Unis, John Steadman a beau jeu de mettre en avant les inconvénients : pertes d emplois qualifiés, dépendance accrue vis-à-vis de l étranger, aggravation du déficit commercial, transferts d investissements. Il reste à prouver que les économies réalisées par les entreprises et le consommateurs résultant de la délocalisation peuvent contrebalancer ces effets négatifs. 4/ Il n y a aucune fatalité aux délocalisations Jean Louis Levet, directeur général de l IRES [Institut de Recherches Economiques et Sociales] Directeur de l IRES depuis décembre 2006, Jean-Louis Levet est docteur d Etat en Sciences Economiques. Il a exercé différentes responsabilités, notamment au sein du ministère de l industrie, au cabinet du Premier ministre, à la présidence de la Caisse des dépôts et consignations, à la direction générale d un groupe industriel et au Commissariat Général au Plan. Jean-Louis Levet est l auteur de nombreux ouvrages qui animent régulièrement le débat public, dont Sortir la France de l impasse, couronné par l Académie des sciences morales et politiques [2000], Localisation des entreprises et rôle de l'etat : une contribution au débat publié en 2005 par la Documentation Française, et Pas d'avenir sans industrie chez Economica, en octobre Comment définissez-vous les délocalisations? Je reprends la définition communément admise. Une délocalisation consiste à produire à l étranger ce que l on faisait jusque là chez soi, avant de réimporter la production sur son propre marché. Une opération de délocalisation peut donc se traduire par la fermeture des sites de production. Voilà ce qui distingue une délocalisation d une externalisation. Lorsque Airbus ouvre une usine en Chine, c est d abord pour servir les compagnies aériennes. Il s agit d une stratégie de prise de parts de marché. Bien entendu, les événements sont parfois plus compliqués. Les industriels peuvent combiner délocalisation et prise de parts de marché extérieur. Ainsi quand Renault a décidé de construire la Logan en Roumanie, c était d abord pour servir des marchés émergents avec un modèle robuste et bon marché. Ce n est qu ensuite que Renault a décidé d importer et distribuer la Logan en France. Existe-t-il d autres causes pour expliquer le départ d une partie de la production à l étranger? Bien entendu, toutes les délocalisations ne répondent pas au même objet. Certaines sont utiles. Elles permettent de baisser les coûts de revient et de maintenir une grande partie de la production en France. D autres formes de délocalisation peuvent être destructrices. Par exemple, de grands industriels imposent à leurs sous-traitants des quotas de pièces fabriquées à bas coût à l étranger. Et si cela ne suffit pas, ces industriels substitueront directement des fournisseurs étrangers à leurs partenaires habituels ; si l on peut encore parler de partenariat dans ces circonstances. L arrivée au capital de sociétés de private equity avec leurs exigences de rentabilité se traduit par des délocalisations. Ajoutons aussi la confrontation des zones euro/dollar qui provoque des ajustements constants des sites de production. Que représente réellement le phénomène économique des délocalisations? Toutes les études [INSEE, Banque de France, ] nous disent que les délocalisations représentent entre 5 % et 7 % des importations. Elles sont à l origine de moins de 10 % des emplois détruits et représente moins de 4 % de la production globale. Sous l angle macroéconomique, il s agit donc d un phénomène marginal. Mais il faut dépasser ces chiffres bruts pour prendre la mesure véritable du phénomène, et analyser plus finement l angoisse qu elles suscitent dans la population. Il faut déjà constater que les délocalisations n affectent pas tous les secteurs de la même manière. Il y a dix ans, l industrie textile avait délocalisé sa production à hauteur de 45 %. Cette proportion s élève aujourd hui à 65 %. La part de biens délocalisés dans des secteurs comme l électroménager ou le jouet a doublé, sinon triplé depuis dix ans. Ce qui ajoute aux tourments de nos concitoyens réside dans le lien souvent intime entre la géographie et la spécialisation industrielle. La disparition de pans entiers de l industrie provoque une désertification de certaines régions. Selon vous, les délocalisations d industries ou de services sont-elles un phénomène irréversible? Il n y a pas de déterminisme en matière économique, sauf dans les systèmes parfaitement clos ou totalitaires, donc les délocalisations n ont rien d irrémédiables. Ce qui compte vraiment, c est la volonté politique : voulons-nous que la France et l Europe conservent leur tissu industriel? La question est cruciale. Toutes les projections à 25 ou 30 ans affirment que si nous maintenons les orientations actuelles, l Europe va se retrouver coincée entre un pôle de très haute technologie USA/Japon et un pôle formé de pays émergents comme l Inde ou la Chine qui profitent de leurs structures de production à bas coût, mais qui investissent massivement dans l éducation, la formation et la recherche. Derrière la question des délocalisations, c est en réalité celle de la désindustrialisation qui est posée. Elle peut induire une perte de substance technologique et de nos capacités d innovation. A ce rythme, l Europe deviendra une sorte de paradis touristique avec les services de proximité qui en découlent, et quelques pôles d excellence. Quelles sont selon vous les bonnes réponses aux délocalisations? Le cadre de cet entretien est trop restreint pour décrire les mesures à prendre. Il faudrait une stratégie de Lisbonne puissance deux à mettre en œuvre vraiment et orienter massivement les budgets européens et français vers l économie de la connaissance dans une perspective de développement durable. Investir au niveau européen dans les grands besoins du futur [santé, énergie] et les enjeux de souveraineté [espace, défense], tout en remettant en cause la concurrence fiscale et sociale. Nous devrions aussi engager une véritable stratégie Euro Méditerranée, et, cesser de laisser le champ libre aux Chinois en Afrique. De même, parallèlement aux négociations OMC, l Europe doit construire une vraie stratégie commerciale à l égard de l Asie. Au niveau national, il s agit de favoriser la 8 Regards croisés sur la délocalisation des activités comptables La délocalisation dans tous ses états

11 croissance des PME, source d emplois et d ancrage dans les territoires. Les leviers d action ne manquent pas [commandes publiques, aides existantes ]. Les régions doivent devenir des acteurs à part entière capables de déployer des outils de développement économique, ce qui nécessite de redéfinir un vrai pacte entre l Etat et les territoires.. Autre possibilité, la politique de formation professionnelle devrait être orientée massivement vers ceux qui en ont vraiment besoin, les salariés peu qualifiés, premières victimes des restructurations et de la financiarisation de l économie. Pouvez-vous nous citer les secteurs économiques les plus menacés? Je ne vais pas être très original. Ces secteurs sont ceux qui consentent depuis de nombreuses années le minimum en matière de formation et en recherche et développement. Sans surprise, sur longue période, les industriels du textile sont ceux qui ont le moins investi dans la formation de leur personnel. Lorsqu il a fallu affronter la concurrence de pays à bas coût, et ce, dès les années 70, ils n ont pu résister pour la plupart, au détriment des femmes et des hommes qui y travaillaient.. Bien sûr, l arrivée de la Chine et de l Inde accélère le phénomène, mais fondamentalement, il faut d abord balayer devant sa porte. D ailleurs, si nous procédons à une analyse plus fine, y compris dans les secteurs fortement concurrentiels comme le textile, l électroménager, la mécanique, nous voyons bien qu il existe des entreprises prospères qui embauchent, se développent et gagnent des parts de marché à l international. Ces entreprises sont celles qui investissent dans la formation de leurs personnels et qui conduisent des efforts permanents de créativité, d innovation, de connaissance de leurs marchés, de partenariats, etc. Ce qui est valable pour les industries, vaut aussi pour les entreprises du tertiaire, d autant qu industrie et services sont désormais très liés et complémentaires.. Un expert-comptable peut délocaliser une partie de son activité, mais il doit se dire qu il s agit d un choix parmi d autres possibles. Comme tout chef d entreprise, l expert-comptable doit d abord réfléchir sur son métier, ses missions, la structure de ses coûts, et sur l évolution de son métier dans les années à venir. Je vous l assure, les délocalisations ne sont pas une fatalité. Si le mouvement s amplifie, c est aussi à cause de notre incapacité collective à agir. Les dix leviers de la performance globale Les leviers Hier Aujourd hui Demain Créativité Maitrise du savoir-faire technologique Personnels formés et polyvalents o Force de la marque Maitrise de la production Dialogue social o/ Maitrise de la distribution et de la logistique Gestion de l information o Actionnariat stable o Etroitesse des liens avec son terroir o = relativement neutre ++ = très important + = important +++ = déterminant Source Jean-Louis Levet Localisation des entreprises et rôle de l Etat : une contribution au débat, La Documentation Française, Avril / L offshore est une nécessité Cyrille Meunier, responsable du Département Economie, Marché et Affaires Européennes du Syntec Informatique En janvier 2006, l organisation syndicale Syntec Informatique a fait paraître une Etude sur l impact des délocalisations sur les sociétés de service en informatique [SSII]. Elle ne prend pas en compte les éditeurs de logiciels qui ont souvent délocalisé une partie de leurs services de recherche et développement aux Etats-Unis. Le Syntec définit par offshore, ou délocalisation les travaux vendus et facturés en France par des centres implantés à l étranger. A l origine de cette étude, Cyrille Meunier nous en rappelle les principaux enseignements. Le phénomène de délocalisation, que vous préférez appeler Offshore a-t-il une incidence sur l emploi des informaticiens en France? L offshore en France est encore un phénomène marginal, mais son potentiel est important. Nous estimons que les sociétés de service françaises ont délocalisé 2 % de leur production en 2005, et 3 % l an dernier. Les volumes sont faibles, mais la croissance se situe à 40 % par an. Fin 2008, l offshore représentera 5 % du total du chiffre d affaires des SSII. Mais il ne faut pas s emballer. Nos études affirment, et nos adhérents le confirment, que l offshore est structurellement plafonné. Je ne crois pas que l offshore dépassera 1 % de l activité totale des SSII. Qu est-ce qui vous rend si optimiste? Nous constatons déjà qu aux USA où les habitudes de délocalisation sont autrement plus anciennes et importantes que chez nous, l offshore ne dépasse pas 10% du marché. Par ailleurs, des pans entiers des projets informatiques ne peuvent pas s envisager loin du client. Je dirais même qu un nombre croissant de projets est interdit aux centres de production délocalisés. En effet, le client estime que la réussite d un déploiement suppose une compréhension intime de son cœur de métier. Sa direction des Services Informatiques explique à son prestataire les réalités de l entreprise. Cette volonté implique la mise à disposition de développeurs et de chefs de projets réactifs, capables de saisir les inflexions et les tendances au quart de tour. Par définition, la proximité est nécessaire pour entretenir et cultiver cette forme de compréhension. Une large partie des services en informatique implique également la proximité. Par essence, le conseil ne se délivre pas à distance. Les contrats de maintenance imposent quant à eux une résolution des problèmes dans les deux heures qui suivent l alerte. Les infrastructures sont constamment renforcées. La sécurité est devenue un sujet crucial et il est impossible de déléguer ces matières à un prestataire indien ou autre. Voyez-vous d autres freins au développement de l offshore? Dans certains cas, la délocalisation est carrément inconcevable. C est le cas notamment du secteur public français qui pour l instant confie ses projets à des SSII installées en France [ce qui n est pas le cas de l administration britannique, soucieuse La délocalisation dans tous ses états Regards croisés sur la délocalisation des activités comptables 9

12 d économie NDLR]. Les PME n ont pas forcément intérêt à délocaliser. Leurs projets sont nombreux mais souvent de taille modeste, ce qui interdit les allers et retours. Alors selon vous, quels sont les projets qu une entreprise a intérêt à confier à un prestataire éloigné à l étranger? Quelles sont les conditions de réussite? Un projet offshore suppose une très grande rigueur, le cahier des charges doit être parfaitement formalisé et livré sous la forme d un package à suivre à la lettre. La délocalisation a horreur de l approximation, sinon, c est l échec assuré. Le Syntec Informatique a d ailleurs constaté que les projets de délocalisation impliquent paradoxalement des services et des centres de liaison et d information de proximité. On peut dire que le recours à l offshore est possible pour les projets longs très formalisés : télémaintenance, tierce maintenance application [TMA]. Comment expliquez-vous que les entreprises françaises recourent moins que leurs concurrentes européennes ou américaines à la délocalisation de leurs projets? L offshore se heurte à des réticences culturelles particulièrement vives dans notre pays. Ainsi, pour des raisons de sécurité, le secteur de la Banque/Assurance préfère développer ses propres logiciels, conduire ses propres développements plutôt que de recourir à des solutions packagées : plus la distance est importante, plus les risques augmentent. Les sociétés françaises renouvellent souvent moins leurs logiciels que leurs concurrentes étrangères, aussi leurs besoins sont moindres. Autre problème culturel, les meilleurs centres de traitement sont en Inde, pays anglophone. La langue est un obstacle supplémentaire au développement des délocalisations de services informatiques. C est un sujet vraiment sensible chez nous, nous avons le sentiment que l offshore menace l emploi de nos ingénieurs et les syndicats montent immédiatement au créneau. Un projet de délocalisation, même limité, même justifié, a un impact négatif sur l image de l entreprise. Certains parlent d échec des délocalisations et même de relocalisation des projets informatiques. Partagez-vous ce point de vue? Un mouvement de relocalisation? Il s agit d entreprises qui ont essuyé les plâtres, avec tous les risques et désagréments que cela suppose. On ne peut d ailleurs pas dire que cette question concerne les entreprises françaises, moins précurseurs que les anglo-saxonnes. Il y a eu des dégâts surtout aux USA, mais les problèmes sont réglés et les habitudes sont prises. Aujourd hui, les directions achats des groupes anglo-saxons exigent carrément qu une part des travaux confiés à une SSII soit réalisée en Inde. Il s agit de réduire la facture, sans aucune concession sur la qualité. Pensez-vous que le recours à des sous-traitants basés à l étranger doive toujours être écarté? Absolument pas. Le Syntec affirme même que cette attitude est une erreur. Il s agit d abord d un problème de ressources car il n y a pas assez d informaticiens en France. Le chômage n affecte que 2,5 % d entre eux. En plus, les directions informatiques ont pris l habitude de débaucher les ingénieurs des SSII. Nous sommes également très inquiets devant la désaffection des jeunes pour les filières et les professions scientifiques et d ingénieurs. Les forts en math s orientent aujourd hui vers des professions plus rémunératrices : actuaires, traders, analystes financiers Les Ressources Humaines éprouvent de plus en plus de difficultés pour recruter du personnel en période de croissance. Et comme il est difficile de faire venir des ingénieurs d Inde, il faut recourir à l offshore. Face à ce véritable problème, le Syntec Informatique encourage les pouvoirs publics à intensifier les efforts de formation d informaticiens, et à conduire une politique audacieuse de co-développement avec les pays du pourtour méditerranéen. 6/ Les services informatiques, précurseurs des délocalisations de services Le transfert en Inde de la comptabilité de la compagnie aérienne Swissair avait fait couler beaucoup d encre à la fin des années L opération n avait pourtant pas empêché l entreprise de disparaître, malgré des économies avouées de 45 millions d euros par an, mais elle avait marqué les esprits. L Inde est le paradis des délocalisations informatiques. Le pays tire profit d un système universitaire hyper sélectif mais capable de sortir chaque année plus de ingénieurs de très haut niveau. Le sous-continent s accapare quasiment la moitié de ce marché. Selon la Nasscom [India's National Association of Software and Service Companies], les sociétés de services indiennes ont réalisé un chiffre d affaires de 17,2 milliards de dollars en 2004, contre 12,6 pour le Canada, 1,9 pour la Chine, 1,8 pour les pays d Europe de l Est et 0,9 pour les Philippines. Les sociétés indiennes ont enregistré une croissance de 34,5 % en 2004, et devrait progresser d autant en Pour 2008, la Nasscom mise sur des revenus de 48 milliards de dollars, sur un total mondial attendu de 94 milliards de dollars. Les grands noms de l informatique emploient des armées d informaticiens indiens. IBM compte plus de quarante mille employés en Inde, EDS 3500, et Cap Gemini vient de débourser 1,25 milliard de dollars pour reprendre la SSII locale Kambay et ses salariés. Cap Gemini dirige aujourd hui l activité de informaticiens indiens. Ce mouvement ne devrait d ailleurs pas s arrêter là. Bien entendu, les entreprises voient dans les délocalisations un moyen de réduire leurs coûts informatiques d environ 30 %. Il leur suffit de comparer les salaires : euros en France pour un jeune informaticien, 750 euros en Pologne, 400 en Inde pour un ingénieur débutant et pour un confirmé, ou 350 en Chine. Mais dans la pratique la délocalisation d un projet informatique s avère une opération complexe, et donc plus onéreuse. Le donneur d ordre doit missionner des chefs de projet capables de formaliser la commande. Ils devront se déplacer fréquemment, dominer les inconvénients du décalage horaire et se montrer capables de surmonter les différences culturelles et linguistiques. Pas si simple pour les déploiements complexes type ERP ou CRM. Il est certes possible de confier ces contrats à des SSII maghrébines ou européennes, mais malgré leurs progrès ces entreprises sont loin d avoir atteint le niveau de leurs consoeurs indiennes, et bien sur occidentales. Autre obstacle, les donneurs d ordre en ont parfois pour leur argent. La course aux économies limite le choix des prestataires. Selon une étude d'unilog et d'idc réalisée en 2006 auprès de 200 entreprises européennes, 27 % des sociétés ayant externalisé tout ou partie de leur système d'information ont rencontré des difficultés. Les entreprises se heurtent à des difficultés techniques, qui sont encore aggravées par l opacité des prestataires qui s engagent médiocrement sur les moyens engagés. 10 Regards croisés sur la délocalisation des activités comptables La délocalisation dans tous ses états

13 Ces obstacles expliquent largement que l offshore des services informatiques soit un phénomène encore marginal. Mais qui se développe rapidement. Selon une étude conduite par Pierre Audoin Conseils [PAC], la sous-traitance informatique offshore devait toucher 2,5 % à 3 % du marché français contre 1 % en Et le Syntec informatique enfonce le clou : l offshore représentera 5% de l activité des SSII françaises en Car les délocalisations répondent à une véritable nécessité au moins pour pallier les besoins en main d œuvre. On compte en France environ informaticiens [dont 71 % de cadres selon l APEC], les créations de postes compensent à peine les départs en retraite, soit une trentaine de milliers de personnes chaque année. Le Syntec informatique sonne d ailleurs l alarme en pointant la génération d informaticiens baby boomers qui s apprête à partir à la retraite. La mission Prospective des métiers et qualifications [PMQ] du Commissariat Général du Plan estime que chaque année informaticiens vont prendre leur retraite, alors qu à peine informaticiens arrivent sur le marché dans le même temps. Par ailleurs, la croissance du secteur est largement supérieure à celle de l économie nationale. Le Syntec Informatique retient une hypothèse de croissance de 2 % par an pour l économie française, mais de 6 % à 8 % pour l informatique. PAC estime que la croissance du marché Logiciels et Services devrait se situer à 7 % par an d ici Il faut donc bien trouver ailleurs la main d œuvre que l économie recherche. Selon les analystes de Katalyse, mandaté par la Commission des Finances du Sénat [Documentation Française, juin 2005 pour cerner l impact des délocalisations de services] l offshore devrait provoquer la perte de emplois d ici Mais rassurons-nous, il ne s agira pas d un pur et simple transfert de main d œuvre. Simplement de postes qui auraient pu être créés en France, mais qui pour diverses raisons sont délocalisés en Inde ou ailleurs. Pour reprendre la conclusion du Syntec Informatique l offshore est une tendance lourde pour le secteur de l informatique. Ce phénomène est structurellement plafonné. L enjeu clé est la compétitivité des employeurs et des salariés en France. Piloter la transformation du secteur plutôt que la subir est le défi majeur auquel sont confrontés les entreprises du secteur, leurs collaborateurs et leurs clients, avec le soutien nécessaire des pouvoirs publics. Délocalisations : les estimations du Syntec Informatique Selon l organisme patronal de la profession le potentiel des délocalisations est loin d être atteint : 2 % aujourd hui pour 15 % possible. Le CA offshore France de 2 % du CA total Services Le nombre d emplois offshore en France en à 5000 La part offshore des prestations réalisées en centre de services en à 25 % Le pourcentage des prestations réalisées en centre de services en France en à 8 % Le pourcentage des prestations offshore réalisées en Europe + 50 % La taille des sociétés du secteur utilisant l offshore + de 90 % du CA réalisé par des sociétés dont le CA > 100 M Le CA offshore France 2009 Autour de 5 % du CA total Services Le taux de croissance annuel de l offshore en France + 30 à + 40 % Le plafond théorique de l offshore en France 15 % du CA services Offshore : quelques données clés Source Chiffre Cabinet d analyse IDC Marché mondial offshore 2005 = 12 milliards de dollars [2,8 % du marché des services] dont 9,15 milliards pour les USA et 2,12 milliards pour l Europe. Cabinet d analyse Forrester Research 4 % des 500 premières entreprises mondiales délocalisent plus de 10% de leur budget informatique Cabinet d analyse Forrester Research La Grande-Bretagne représente 70 % du marché Europe de l Ouest Pierre Audoin Conseil Principaux pays pour les délocalisations depuis la France : Europe du Sud 30 %, Inde 25 %, Afrique du Nord 18%, Europe de l Est 15 %, autres 12 %. Pierre Audoin Conseil Principaux pays pour les délocalisations depuis l Allemagne : Asie 50 %, Europe de l Est 25 %, autres 25 %. Cabinet A.T Kearney [novembre 2005] Top 5 des destinations offshore : Inde, Chine, Malaisie, Philippines, Singapour. Salaires bruts comparés des informaticiens diplômés en France et en Inde [ ] Jeune informaticien indien Jeune informaticien français Manager confirmé indien Manager confirmé français Source Syntec informatique La délocalisation dans tous ses états Regards croisés sur la délocalisation des activités comptables 11

14 II REGARDS 1/ Depuis septembre 2005, je propose des missions de tenue comptable externalisée et de participation aux travaux de clôture Abdelatif Boulaid, cabinet CBA La délocalisation ouvre un champ de développement aux cabinets d expertise comptable marocains. Abdelatif Boulaid, dirigeant du cabinet Boulaid Abdelatif [CBA] basé à Casablanca a d ailleurs pris des locaux dans Casashore un vaste complexe immobilier consacré à l offshore. Pour le confrère marocain, les délocalisations constituent une nouvelle industrie qui se développe de manière considérable grâce notamment à l appui de l Etat. Pouvez-vous nous présenter votre groupe? Je suis engagé dans deux structures. La première est particulièrement destinée à l offshoring, la SARL Maroc Corporate Patners dont je suis l associé unique. La deuxième entité est dédiée au conseil. C est le cabinet Boulaid Abdelatif [CBA] où j exerce comme consultant indépendant. Je dirige les activités de cinq collaborateurs, et s il le faut je peux recourir à la délégation de personnel en demandant à des confrères l appui de certains de leurs collaborateurs. Il s agit toujours de personnes bien formées. Depuis quand proposez-vous des missions de délocalisation aux EC et aux entreprises françaises? Depuis septembre 2005, je propose des missions de tenue comptable externalisée et de participation aux travaux de clôture. Vous adressez-vous également aux directions administratives et financières des entreprises? Nous proposons des prestations d externalisation pour les entreprises marocaines spécialement en audit interne. Nous envisageons également de développer des prestations dédiées à la gestion externalisée du reporting pour les entreprises françaises. Comment vous faites-vous connaître auprès des experts-comptables et pouvez-vous nous donner une idée du nombre et du type de clients que vous servez? Je passe des annonces dans des sites Internet spécialisés. Notre portefeuille actuel est constitué de trois cabinets français d experts-comptables, ce qui représente une soixantaine de dossiers. Pouvez-vous lister et expliquer les principaux avantages d une délocalisation? La délocalisation de la tenue comptable entraîne bien entendu la diminution des coûts de traitement. Mais il me semble réducteur d assimiler systématiquement délocalisation et baisse des charges. En délocalisant la tenue comptable, l expert-comptable est beaucoup mieux en mesure de se concentrer sur des missions à plus forte valeur ajoutée. Au Maroc, nous employons plus volontiers le vocable d offshore que celui de délocalisation. Il s agit d une activité qui se développe de manière considérable dans notre pays, grâce notamment à l appui de l état. Nous-mêmes avons réservé des espaces de travail dans Casashore un nouveau parc immobilier, totalement dédié à l offshoring, près de Casablanca, qui doit ouvrir ses portes fin Aujourd hui, le Maroc en est aux prémices de cette nouvelle industrie. Je crois vraiment que le courant est en train de passer. Quelles sont les tâches et les missions que vous proposez qui intéressent vos clients? L accompagnement pour les missions d externalisation de l audit interne et la surveillance comptable sont parmi les missions les plus appréciées de nos clients marocains. Pour nos clients français de la sous-traitance comptable, nous constatons une appréciation très positive des experts-comptables sur la qualité de notre travail, et surtout sur notre bonne réactivité. Quelles sont les compétences de vos collaborateurs, et quels sont vos critères de recrutement? Nos collaborateurs sont tous issus de l enseignement supérieur professionnel ou universitaire avec spécialisation en finances et comptabilité. Ils justifient de diplômes au moins bac plus 4. Nous leur assurons en interne au moins deux sessions de formation par mois, orientées vers le domaine fiscal et comptable. Pour ce qui est des nouveautés dans la législation fiscale française nous recevons de nos clients experts-comptables des notes qui listent les décisions qui impactent le dossier comptable de leurs clients. Le recours à la sous-traitance suppose une réorganisation du donneur d ordre. Quelles sont les procédures de collaboration que vous instaurez avec vos clients? Comme nous traitons actuellement uniquement avec des experts-comptables, les implications organisationnelles de l externalisation sont minimes. Nous avons cependant mis à l étude un package pour la délocalisation administrative et comptable à l attention des PME françaises en collaboration avec des experts-comptables. Quelles garanties qualitatives pouvez-vous assurer à vos clients? Sécurité, bonne saisie, respect des délais, etc. En plus de nos procédures internes de contrôle des traitements [lettrage, réconciliations, analyses ] nous définissons avec nos clients des contrôles spécifiques en cas de besoin. En cas de problèmes, de quels recours disposent vos clients contre vous? Les contrats types que nous proposons prévoient le recours à l arbitrage international. Nous sommes également couverts par une assurance RC. 12 Regards croisés sur la délocalisation des activités comptables Regards

15 2/ Délocalisation : la prudence s impose Michel Bohdanowicz, expert-comptable, vice-président délégué de L Ordre des Experts-Comptables Pour Michel Bohdanowicz, vice-président délégué du Conseil de l Ordre les délocalisations ne sont pas une panacée pour l expert-comptable. Non seulement, elles n apportent aucun bénéfice mais en plus elles sont carrément une source de problèmes. Aujourd hui, les délocalisations sont rendues possibles par la montée en puissance de technologies de l information et des communications Mais il s agit d un phénomène parfaitement récent. Les procédures d externalisation, et pire de délocalisation à l étranger d une partie de la production se traduisait par la mise en place d une logistique infernale, avec des envois postaux plus ou moins sécurisés. Entre les pertes de documents et les erreurs de traitement, surtout avec l étranger, l externalisation relevait d une mission impossible. Avec l Internet et le haut débit, la Terre s est contractée. Un document parcourt des milliers de kilomètres en quelques secondes. Lors du dernier congrès de l Ordre à Paris, deux cabinets ont exposé des solutions de délocalisation, le premier au Maroc et l autre en Roumanie. Ils ont pu s exprimer sereinement, sans que personne ne leur apporte la contradiction. Pourtant, la question est sensible. Elle touche à de nombreux domaines comme les technologies, les finances, mais également à la moralité. Il ne s agit pas pour moi de me placer sur un terrain, propre à des débats sans fin. Je pense simplement qu avant d entamer une opération de délocalisation, l expert-comptable doit réfléchir à l organisation de son cabinet et aux différentes manières d améliorer son fonctionnement. Incidemment, si l organisation de base est déficiente, on ne fera que délocaliser les problèmes sans rien régler. Au contraire, un process d externalisation requiert une vraie rigueur, sinon on multiplie les procédures de saisie et l on court à sa perte. Pas de délocalisation pour 50 factures Ma seconde objection à la délocalisation de la production provient de la technique comptable pure. La plupart des dossiers clients se situent entre et lignes. C'est-à-dire que pour saisir cinquante factures, je ne vois pas où se place l intérêt de recourir à une tenue externe. Le gain de productivité est trop faible. Je ne parle pas bien entendu des grands comptes mais des petites entreprises qui font le quotidien des experts-comptables. Troisième réflexion, nous sommes loin d avoir exploité les ressources délivrées par les technologies. Je pense ainsi à la reprise automatique d informations, comme les données bancaires. Le portail de la profession, Jedeclare.com négocie des accords en ce sens avec la profession bancaire, afin de simplifier nos missions. Il est vrai que ces négociations sont toujours en cours. Mais dans les années à venir, les travaux de normalisation lancés par la profession auront abouti : messages financiers, liasse fiscale, documents électroniques Lorsque le projet de jeton comptable sera effectif, l expert-comptable pourra incorporer les documents et les informations directement dans ses logiciels. Les problèmes de saisie et de normes de diffusion seront définitivement réglés. Par ailleurs, on peut estimer à moins de deux jours, le temps consacré par un collaborateur à la saisie d un millier de lignes. C est vrai que ce sera sensiblement moins cher au Maroc, mais si l on arrive à convaincre le client d adopter un logiciel de facturation, le gain sera encore plus sensible. Je vous assure que même depuis le tableur Excel, il est possible de lancer des programmes d exportation d informations sur des logiciels comptables. Et il existe de nombreux outils sur le marché. Enfin, je ne suis pas certain que le niveau d exigence soit forcément le même à l extérieur du cabinet, sans parler d opérateurs de saisie installés à l étranger. Nous ne pouvons pas nous satisfaire d un taux de qualité moyen, même si nos partenaires sont sérieux et nous garantissent un niveau supérieur à ce que l on obtient en moyenne dans leur pays. Et puis, les délocalisations posent encore d autres soucis redoutables comme la formation des gens, la culture générale, la langue, etc. Mais le tableau serait incomplet si l on omet de dire qu elle résout, il est vrai, des problèmes considérables de recrutement de collaborateurs. 3/ Un cabinet qui procède à l externalisation interne Christian Fleuret, expert-comptable, fondateur du cabinet Fleuret La presse a cité l expérience conduite par le cabinet Fleuret comme une relocalisation. Pourtant d après Christian Fleuret, fondateur d un cabinet de cinquante personnes [1 500 dossiers] contrairement à ce que certains articles ont pu faire croire, nous n avons pas rapatrié depuis un pays étranger quelconque une partie de notre activité. Nous avons simplement procédé voici 18 mois à une externalisation en interne de certaines missions. Le cabinet s est doté en interne d un centre de traitement comptable, précisément calé sur ses critères de qualité. La nomenclature est particulièrement précise : transfert des pièces, ordres de traitement figés, traitement des dossiers par entrée, vérification et contrôle. La démarche est plutôt novatrice. Le centre emploie une douzaine de personnes, pour l instant exclusivement au service des collaborateurs du Cabinet Fleuret. L intérêt de cette externalisation est double. D une part, les collaborateurs sont dégagés des tâches de saisie. Ils gèrent la relation client, en conduisant des missions de conseil et de prévision. Et de l autre le cabinet recrute pour son centre des jeunes en formation. Nous repérons ainsi dans ce vivier ceux qui pourront suivre une carrière à part entière dans notre cabinet. Les jeunes du centre sont des étudiants en contrat d alternance. Ils préparent un BTS ou d autres diplômes explique Christian Fleuret. Ce n est pas la première fois que le cabinet Fleuret procède à l externalisation interne d une partie de ses missions. Le traitement des fiches de paie de ses clients est maintenant confié à un centre de traitement à part, entièrement spécialisé, fort d une équipe de sept personnes. Progressivement, ces centres seront ouverts à d autres cabinets d expertise comptable qui désirent externaliser certaines tâches. Quant aux délocalisations proprement dites, Christian Fleuret est échaudé par les expériences de délocalisation auxquelles il a participé. Il s était ainsi impliqué dans un projet à Madagascar avant de faire machine arrière : Les procédures étaient trop compliquées. La sécurité n était pas assurée, et je ne vous parle pas de l instabilité politique. Regards Regards croisés sur la délocalisation des activités comptables 13

16 4/ L externalisation est une réponse à la pénurie de personnel. Jean-Marc Guilly, directeur de Gestavision Depuis cinq ans, Jean-Marc Guilly propose les services d externalisation de comptabilité de sa société Gestavision. Après avoir fait de la sous-traitance pour le compte de cabinets d expertise comptable, Jean-Marc Guilly a orienté ses activités vers les entreprises. Son opinion est bien sûr subjective, mais il l exprime clairement : il n y a pas vraiment d intérêt à transférer ses dossiers vers un pays étranger. Pourquoi avez-vous cessé de collaborer avec les cabinets d expertise comptable? Nous avons constaté que l externalisation pose de gros problèmes chez les confrères. Du coup, ces problèmes se sont cristallisés et nous arrivaient de manière parfois exagérée. Nous avons constaté que nous portions le chapeau pour des erreurs ou des problèmes propres à nos donneurs d ordre. Nous avons également souffert du manque de considération de certains à notre égard, et Gestavision a souvent préféré stopper une relation contractuelle, avant qu elle ne dégénère. Je ne veux pas minimiser nos erreurs et nos propres problèmes, mais nous avons su les surmonter pour proposer une prestation de qualité. Qui sont alors les clients de Gestavision aujourd hui? Nos vrais clients sont les entreprises. Il s agit de grosses PME et même de grandes entreprises. Nous sommes ainsi missionnés par les directions financières de 250 entreprises. Nous leur proposons une méthode de gestion fiable et rapide. Notre outil repose sur la numérisation des documents qui sont ensuite classés automatiquement, archivés, avec des fonctions d intégration bancaire et de lecture automatique de documents. Avec des masques de saisie, le client peut corriger et valider les écritures que nous lui proposons. Estimez-vous que les experts-comptables doivent externaliser une partie de leur travail? Les cabinets doivent s organiser pour contrer une concurrence qui monte. Je pense notamment aux banques. Il existe aujourd hui deux types de cabinets. Les premiers, les moins nombreux, que l on peut qualifier de haut de gamme se consacrent surtout au conseil et font très peu de travaux de saisie et de fiches de paye. Les seconds, la grande masse, consacrent leur énergie à la tenue des comptes. Pourtant, de nombreux problèmes peuvent être gérés par un expert-comptable. Je pense à la fiscalité ou à la gestion patrimoniale. Il faut des personnes compétentes pour les tâches de saisie et de tenue, et les experts-comptables éprouvent des difficultés pour recruter et surtout conserver du personnel compétent. Nous constatons déjà une situation de blocage à Paris et en Ile-de-France. Il devient difficile de trouver des aides-comptables. L externalisation constitue donc une réponse à ce problème. Les délocalisations peuvent-elles aussi constituer une réponse à ce problème? On se fait des idées fausses sur les délocalisations. Si l on compte bien, les coûts sont souvent supérieurs aux nôtres! Il y a toujours des coûts cachés pour ne pas dire inattendus, avec des intermédiaires aussi inutiles qu obligatoires, et qu il faut bien rémunérer. Nous constatons aussi des problèmes d incompréhension d ordre culturel, y compris avec des pays francophones comme ceux du Maghreb, d Afrique Noire, l Ile Maurice Nous avons-nous-même procédé à des tests en Roumanie. La qualité du personnel est bonne, mais les prix montent déjà. Ils finiront par nous rattraper. Et puis attention! En Afrique, on emploie souvent du personnel très qualifié pour qui la saisie n est pas qu un simple petit boulot. On risque donc de délocaliser des missions toujours plus complexes comme les arrêtés de comptes, à la limite du contrôle de gestion. Voilà le danger. 5/ Cap sur la Roumanie Gilbert Métoudi, cabinet BM & associés Le cabinet BM & Associés [du nom de ses fondateurs Roger Berdougo et Gilbert Métoudi] a été créé en Aujourd hui, le cabinet est déployé sur deux sites parisiens avec une cinquantaine de personnes pour ses missions d expertise comptable et de commissariat aux comptes. Et comme prolongement de ses activités, BM & A a ouvert un bureau en Roumanie dont les effectifs varient entre sept et douze personnes selon la charge de travail. BM & A gère mandats pour un chiffre d affaires de 4,8 millions d euros. Début 2000, mes associés et moi-même étions inquiets de l évolution du métier, explique Gilbert Métoudi. Nous privilégions la croissance organique et les performances de la structure doivent suivre. Nous avons été confrontés en 2000 à la fois à un départ massif de collaborateurs et à l instauration de la réduction du temps de travail [RTT]. Le cabinet a voulu réfléchir sur des solutions alternatives propices à l expansion de ses activités, mais qui ne se traduisent pas par de nouvelles complications dans la gestion des ressources humaines. Nous avons voulu créer des centres de compétences qui cassent les schémas d organisation habituels des cabinets, affirme Gilbert Métoudi. C est d ailleurs l une de mes convictions profondes, ce mode de fonctionnement est conduit à disparaître. Il faut créer et diversifier les compétences, avec un pôle social, un pôle juridique, un pôle informatique. Et la tenue de compte s inscrit dans ce schéma d organisation. Pour BM & Associés, au vu de leurs compétences et de leurs revenus, les collaborateurs doivent se placer entièrement au service du client. La création de tels pôles de compétence permet aussi de créer des équipes homogènes. Une culture commune, un plan comptable commun, une formation commune Mais pourquoi avoir délocalisé en Roumanie la saisie des comptes? Gilbert Métoudi préfère parler d externalisation, car BM & Associés est partie prenante dans l entité ouverte à Bucarest. En 2002, un client nous a parlé de la Roumanie. Initialement, nous avions pensé au Maghreb ou à l Afrique Noire. Nous avions d ailleurs rencontré des confrères et même envisagé 14 Regards croisés sur la délocalisation des activités comptables Regards

17 une collaboration avec un cabinet français implanté au Maroc. Mais, leur organisation était assez archaïque et nous avons senti qu ils ne pourraient pas assumer nos dossiers. Le client français de BM & Associés était implanté à Bucarest. Il a su trouver les mots justes pour valoriser la culture locale et la qualité de la main d œuvre. Nombre de Roumains sont francophones et surtout, à la chute de la dictature communiste, le pays a adopté le plan comptable français. L Ordre a assuré la formation des confrères roumains et la comptabilité des entreprises est quasiment identique à la notre. Roger Berdougo et Gilbert Métoudi ont passé une semaine sur place pour rencontrer des experts-comptables avec des critères précis : taille du cabinet, culture et vision partagée du métier. Les collaborateurs roumains justifient d une formation équivalente à un DUT, et ajoute Gilbert Métoudi nous nous déplaçons régulièrement à Bucarest pour rencontrer nos associés, superviser l activité et monter les plans de formation nécessaires. Le fonctionnement du centre de traitement roumain repose entièrement sur les technologies de l information et de la communication qui permettent selon l expression de Gilbert Métoudi de disposer d une structure intégrée, mais déplacée. Le système repose sur une application de gestion électronique des documents qui assure la transmission [en haut débit] des pièces. BM & Associés améliore constamment son outil de communication, avec une messagerie, des webcams, la téléphonie IP avec Skype, etc. La liaison est assurée par une ligne dédiée en boucle. En cas de cataclysme, le cabinet ne perd ainsi aucune information. Nous avons à Paris, une personne à plein temps dédiée à l envoi des documents, complète Gilbert Métoudi, qui effectue des missions de formation et s occupe de notre pôle bureautique. Qui dit délocalisation, dit réduction des coûts. Gilbert Métoudi reconnaît bien volontiers qu un collaborateur local revient deux fois moins cher que son équivalent français. Mais, dit-il, je ne compte pas les frais cachés comme nos voyages, le temps passé à faire de la formation. Par ailleurs, depuis que la Roumanie est entrée dans l Union Européenne, elle connaît une expansion économique sans précédent. Certes, BM & Associés est heureux de s impliquer dans les échanges franco-roumains en plein développement, mais cette croissance pèse sur son activité. Les salaires montent, le droit du travail est contraignant, mais surtout le cabinet est pénalisé par un véritable turn-over. Gilbert Métoudi reconnait que ce problème risque de poser la question du maintien de BM & Associés en Roumanie. Mais pour l instant tout va bien. La Roumanie n est pas loin et pas trop chère Les collaborateurs sont sérieux et opérationnels. Mais j insiste. La délocalisation n est pas une fin en soi. L efficacité de BM & Associés est la pierre angulaire de cette démarche. Aujourd hui, nos collaborateurs français travaillent différemment, et dans le sens que nous souhaitions. A l exception de quelques dossiers bien spécifiques, les travaux de tenue sont entièrement délocalisés. 6/ Nous sommes capables d assurer l ensemble des prestations qui entrent dans le domaine de l expertise comptable Hassan Lasri, cabinet IL Consulting Expert-comptable toujours inscrit à l Ordre, Hassan Lasri est installé à Casablanca. Son propos est aujourd hui de mettre à la disposition de ses confrères français une main d œuvre compétente et bien formée, pour des tarifs compétitifs. Son cabinet IL Consulting collabore aujourd hui avec trois cabinets français. Pouvez-vous nous présenter votre groupe? Je suis moi-même titulaire d un diplôme d expertise comptable français, et j ai exercé en France de 1995 à Je maintiens d ailleurs toujours une activité en France, et je suis toujours inscrit à l Ordre. Mon cabinet, IL Consulting emploie outre moi-même, quatre collaborateurs et deux stagiaires que je forme aux arcanes de la comptabilité française. Nous avons par ailleurs un département de conseil juridique. Depuis quand proposez-vous des missions de délocalisation aux EC et aux entreprises françaises? Depuis 2002, c'est-à-dire au moment de l ouverture du cabinet au Maroc. Plusieurs de mes clients français m ont maintenu leur confiance lorsque j ai ouvert mon cabinet à Casablanca, ce qui me permet de justifier d une véritable expérience de collaboration avec des entreprises et des partenaires étrangers. Aujourd hui, je réserve mes propositions de collaborations à mes confrères français. Nous n avons engagé aucune action de prospection sur les directions financières des entreprises françaises. Nous nous faisons connaître auprès des confrères français essentiellement par des annonces. Quelles prestations proposez-vous aux expertscomptables français? Nous pouvons assurer toutes les prestations qui rentrent dans le domaine de l expertise comptable, notamment celles qui sont en rapport avec la mission de présentation des comptes ; la saisie, le rapprochement bancaire et l analyse des comptes. Nous pouvons aussi aller jusqu à la plaquette. Notre mandant français peut simplement éditer la liasse. Quels sont selon vous les principaux avantages d une délocalisation? Il faut soulager l expert-comptable des tâches de saisie, et même de révision afin qu il puisse se consacrer à ses missions de conseil. Les autres atouts de ce type de délégation résident dans la réduction des coûts et la qualité du travail. Quels sont vos tarifs? Nos tarifs varient bien entendu selon les tâches [saisie simple, lettrage, rapprochement bancaire ou révision] et du nombre de dossiers. La facturation se fait soit par ligne soit par dossier selon le cas. Disons que pour un dossier annuel de lignes, je vais facturer entre 0,06 et 0,08 euros par ligne. Vous pouvez trouver moins cher, mais IL Consulting recrute du personnel de bon niveau, qui profite d une formation professionnelle continue. Ces efforts ont un coût, celui de la qualité. Quelles sont les compétences de vos collaborateurs, et quels sont vos critères de recrutement? Nous embauchons des jeunes diplômés au niveau Bac + 4 en comptabilité et en gestion ayant déjà étudié le plan comptable Regards Regards croisés sur la délocalisation des activités comptables 15

18 français. J enseigne moi-même dans plusieurs établissements et institutions du supérieur. Et comme je vous l indiquais, le cabinet assure une formation complémentaire en interne permanente. Nous suivons l évolution des textes et des lois en France par des abonnements à des revues spécialisées et à des sites WEB. Je vous rappelle aussi que je suis moi-même expert-comptable inscrit en France et que le cabinet reçoit régulièrement les informations sur la profession, comme le programme de la formation annuelle Le recours à la sous-traitance suppose une réorganisation du donneur d ordre. Quelles sont les procédures de collaboration que vous instaurez avec vos clients? Les progrès des technologies de la communication nous permettent de traiter des volumes importants. Nos clients sont abonnés à un service Internet à haut débit. Ils sont équipés d un scanner rapide et d un logiciel comptable afin que nous puissions récupérer et intégrer simplement les informations. En interne, nous leur recommandons de dédier une personne pour gérer la transmission des données. En cas de problèmes, de quels recours disposent vos clients contre vous? Nous avons souscrit une assurance professionnelle en France et bien entendu, les clients peuvent toujours recourir à la médiation de l Ordre. 7/ La délocalisation a répondu à un besoin précis Michel Louchard, dirigeant du cabinet Louchard Féru de technologies, Michel Louchard cherche en permanence à innover afin d améliorer le fonctionnement de son cabinet. Il est ainsi l auteur du logiciel de comptabilité en ligne Itool.com, aujourd hui distribué par l éditeur EBP. Nous avons conduit une réflexion approfondie sur les délocalisations en 2004 et 2005, avec des expériences comparées sur deux cabinets étrangers au Maroc et à l Ile Maurice. Le premier facturait 15 euros de l heure, le second 8 euros pour la saisie et 15 euros pour la supervision. Il faut admettre que le cabinet mauricien a produit un travail de qualité, avec outre la saisie, la révision des comptes tiers et des comptes généraux. Ils se sont montrés capables de signaler les problèmes, comme l absence de documents. Aujourd hui, le cabinet va externaliser au Maroc un gros dossier de saisie. Il s agit d un fabricant et distributeur important de meubles qui désire ouvrir un second point de vente et modifier ses procédures comptables. Le dossier de ce client totalise déjà lignes et devrait donc rapidement doubler, ce qui nous pose des problèmes de personnel. Jusqu ici, le client se chargeait de la saisie via Itool, et nous récupérions les informations pour consolider le dossier. Aujourd hui, il nous demande de prendre en charge ce travail. Notre charge de travail est telle qu il est difficile d absorber ce dossier. Et je ne peux pas recruter un collaborateur supplémentaire pour ce seul dossier. Via le réseau Itool, j ai rencontré Régis Barse, expert-comptable dans le sud-ouest qui pilote un cabinet au Maroc, et j ai décidé, avec l accord de mon client, de lui confier le dossier. Le cabinet Louchard, précurseur en technologies La chaîne de production s appuie sur une maîtrise plutôt rare des nouvelles technologies au cabinet Louchard. Le système est basé sur l exploitation de solutions virtuelles car je préfère recourir à des applications en mode ASP, afin de laisser au prestataire le soin de gérer et de faire évoluer la partie informatique. Le cabinet a sélectionné la solution de gestion électronique de documents fournie par Google, qui outre sa gratuité, permet d archiver jusqu à trois giga octets de données. La partie messagerie est également fournie par Google avec Gmail qui accepte les documents traditionnels produits sous Word ou Excel. Une partie des documents arrive au cabinet sous forme numérisée, comme les fichiers de vente du client, ou les documents bancaires. Les documents papier sont numérisés via un scanner de production Canon IR Le système numérise les documents, les indexe et les expédie automatiquement à l adresse que nous lui avons indiquée. La répartition des documents s effectue par mots clés. Le destinataire n a plus qu à récupérer les documents sous forme de fichiers pdf dans sa boite mail. Il n a plus qu à saisir ou à imprimer les informations. Depuis Lille, nous suivons à volonté l évolution des travaux. De plus, le bureau virtuel permet de conserver l historique complet du travail. Le back-office peut être décentralisé J estime que l on peut délocaliser la totalité du back-office. Pour le client, l opération est totalement transparente. Les process de communication permettent de suivre en permanence l état d un dossier, avec notamment une vision en double écran. On peut relancer le client sans perte de temps. Je désire ajouter qu il était parfaitement possible de profiter à bon compte de solutions externalisées en France. Si l on compte bien, une personne employée dans une entreprise située dans une zone franche revient moins chère. Mais le véritable intérêt de la délocalisation réside dans le contournement des contraintes de la législation du travail. En fonction de l évolution de la charge de travail, il est possible de monter en puissance et d adapter les effectifs aux besoins de l entreprise. C est pour cela que certains dossiers clients devraient être délocalisés. Je pense notamment aux entreprises de distribution qui ont de forts volumes, de nombreuses références et des marges serrées. Pour l instant il faut recourir à une main d œuvre humaine. Je ne crois pas à la machine qui fait tout. Les miracles sont par essence parfaitement exceptionnels. Par ailleurs, c est l usage qui fait la technologie. Et pour l instant, nous n y sommes pas du tout. Les experts-comptables progressent lentement, et il ne faut pas s attendre à des bouleversements pour les années qui viennent. 16 Regards croisés sur la délocalisation des activités comptables Regards

19 8/ Les charmes de la grande île de l Océan Indien Parmi les destinations possibles pour conduire une délocalisation, Madagascar a des atouts à faire valoir. Depuis des années, l île dédie une part de sa main d œuvre à des travaux de saisie informatique. Insuffisant pour remplacer des collaborateurs formés aux subtilités de la comptabilité, mais de quoi constituer les infrastructures nécessaires. A l autre extrémité de la chaîne, l INSCAE [Institut National des Sciences Comptables et de l Administration d Entreprises] forme depuis quinze ans des cadres de bon niveau. Les étudiants obtiennent des diplômes de niveau bac plus trois ou bac plus cinq. L INSCAE a d ailleurs passé des accords d échange et de partenariat avec l Université Pierre Mendès France de Grenoble, l Université Paris XII-Val-de-Marne et l IAE de Poitiers. De nombreux étudiants malgaches viennent d ailleurs parfaire leur formation en France. Signalons que notre diplôme d expert-comptable n est pas reconnu à Madagascar. Les salaires constituent l un des charmes essentiels de Madagascar. Un diplômé de l INSCAE, parfaitement à même de produire une plaquette est rémunéré 500 euros par mois. Un opérateur de saisie, deux à trois fois moins. Du coup, l expert-comptable local peut superviser l activité d une quinzaine de collaborateurs. Les centres de traitement comptables fleurissent donc à Madagascar avec le but avoué de sous-traiter la partie du travail sans valeur ajoutée : tenue, saisie et révision. Certains peuvent aller jusqu à la production de la plaquette annuelle des clients. A noter que les Malgaches ne peuvent pas réaliser les plans de paye. Les délais de production sont parfaitement comparables aux nôtres. L expert-comptable français donneur d ordre dispose même d outils informatiques pour suivre la tenue de dossiers et l avancement des missions. L Etat malgache pousse à la création d une véritable industrie de l offshore. Il existe des zones franches où se sont installés des plateaux entiers d opérateurs de saisie. L Internet haut débit n a pas encore traversé le canal du Mozambique, mais il est possible de louer une liaison satellite pour mille dollars avec un débit type 2 Mo/s. Cependant, les principales villes de l île sont déjà câblées, et les équipementiers finalisent le déploiement d un câble qui reliera Madagascar à l Afrique du Sud. 9/ Pour parvenir à un résultat efficient, il faut non seulement délocaliser un grand nombre de dossiers, mais pas uniquement sur la tenue comptable Jean-Marc Jaumouillé, directeur des techniques professionnelles de Fiducial Pour le compte du réseau Fiducial, Jean-Marc Jaumouillé a conduit une mission de réflexion sur le bien-fondé d une délocalisation de la production à l étranger. Ses conclusions sont simples. Une délocalisation n aurait pas de sens aujourd hui. Selon lui, cette stratégie n est tout simplement pas adaptée aux besoins et à la structure de Fiducial. Nous avions déjà réfléchi à l externalisation de nos tâches pendant les années 1990, mais les technologies n étaient pas au point et les questions techniques nous avaient fait reculer. En 2005, nous avons engagé une nouvelle réflexion sur l opportunité de délocaliser la production à l étranger. Et une nouvelle fois, l idée a été abandonnée pour plusieurs raisons : la taille de la structure à créer à l étranger, la taille des dossiers, l acceptation d une telle décision par le réseau dont l implication était impérative, les process, le tout pour un gain relativement marginal. Pour parvenir à un résultat efficient, il faut non seulement délocaliser un grand nombre de dossiers, mais pas uniquement sur la tenue comptable [tâche qui représentent moins de 20 % du temps]. Mais pour délocaliser seulement 10 % des dossiers, il faut embaucher entre 400 et 500 personnes, ce qui revient à bâtir une véritable usine à comptabilité. Une telle structure exige un investissement colossal en temps et en moyen, pour des résultats financiers a priori peu probants. En effet, la constitution d un centre de traitement de 400 personnes exige des locaux, des équipes de recrutement, une intendance informatique, une hiérarchie, des formations, et surtout de la main d œuvre qualifiée en quantité suffisamment disponible. En outre, une telle quantité de recrutement sur une agglomération entraînerait probablement une hausse sur les salaires locaux, ce qui rendrait l opération encore moins intéressante. Deuxième facteur négatif, j estime qu une délocalisation n a de sens que pour des dossiers importants, de plus de lignes. Or, la plupart des dossiers que nous traitons ne justifient pas forcément un traitement externalisé. Des gains de productivité sont encore possibles sur le territoire national. Autre écueil, l acceptation par les collaborateurs d une telle opération. Pour qu elle fonctionne, il faut impliquer les collaborateurs dans le choix des dossiers mais aussi dans la mise en œuvre des process. Or, aujourd hui, dans l imagerie populaire, la délocalisation sous entend le transfert d emplois vers les pays émergents et la suppression d emplois en France, même si telle n était pas notre ambition. Comment espérer de l aide de la part de quelqu un qui a peur de perdre son travail, même si je le rappelle, ce n était pas notre volonté. Car pour nous, la délocalisation était un moyen d absorber la croissance. Enfin, je ne crois pas que les technologies soient suffisamment au point pour compenser la complexification des process. C est ma quatrième grande réserve. D une part, il faut passer du temps à scanner des documents, avec tout ce que cela entraîne comme perte de temps [format des documents, agrafage ]. D autre part, les solutions de reconnaissance de caractères ne permettent pas l automatisation requise par une délocalisation bien conduite. On a souvent aussi vite fait de saisir les documents de manière traditionnelle, plutôt que de les numériser. Surtout quand il s agit de petits dossiers où les grandes séries n existent pas. Par ailleurs, il faut des dossiers absolument bien organisés, car sinon le collaborateur étranger Regards Regards croisés sur la délocalisation des activités comptables 17

20 et le collaborateur français perdent un temps considérable en échange de données. Et je ne parle même pas des conséquences du traitement des opérations par un collaborateur qui ne connaît rien du dossier, si ce n est le DP et les pièces comptables. De plus, légalement l expert-comptable est tenu d informer ses clients d une délocalisation du traitement de leurs dossiers. Les chefs d entreprise auront vite fait de nous demander une restitution d une partie de la marge. Ce qui réduit encore l intérêt de l opération. Je ne suis pas opposé par principe aux délocalisations, mais la méthode n est pas aujourd hui adaptée pour nous. Elle peut en revanche correspondre aux besoins d un cabinet traditionnel. Pour traiter ses dossiers, sans subir les problèmes de recrutement, l expert-comptable peut parfaitement recourir à une sous-traitance étrangère de qualité. 10/ Les délocalisations des cabinets ne sont plus un fantasme, mais pas encore une réalité et encore moins une menace L expert-comptable connaît bien les méthodes d externalisation. Il aimerait souvent déléguer à un prestataire national ou étranger une partie de ses tâches afin de se concentrer sur le conseil et l expertise proprement dite. Mais pour l instant, les freins sont trop puissants pour que ces désirs se traduisent par un phénomène massif de transfert de tâches à l étranger. L externalisation de missions est une pratique répandue depuis des années dans les directions financières et dans les cabinets d expertise comptable. Une étude de Markess International [mai 2007] montre que si 60 % des entreprises externalisent la fonction Paie aujourd hui, elles seront 72 % en Donc pourquoi pas la saisie des comptes? Il s agit d une tâche peu valorisante, pour ne pas dire ingrate, souvent répétitive, et qui mobilise des ressources humaines qui pourraient être consacrées à des missions autrement plus importantes de service au client. Et tant qu à externaliser autant délocaliser. Les comptables marocains, roumains, malgaches et autres sont aussi compétents que les Français. Au Maroc ou en Tunisie, la semaine de travail légale est de 48 heures. Et le salaire d un jeune collaborateur est compris entre 400 et 500 euros par mois. A Madagascar, le temps de travail légal est de 41 heures par semaine, cinq jours par semaine. Mais en contrepartie, les salaires sont plus bas. Pas de délocalisation sans technologies Les propositions de délocalisation existent depuis la fin des années 1990, avec le développement d Internet et des technologies de l information. Elles émanent souvent d experts-comptables qui ont fait leurs études et ont exercé en France. La lenteur des communications, la mauvaise qualité des transmissions [rappelons-nous de l audace nécessaire pour employer les majuscules et les caractères accentués] ont longtemps confiné cette offre au champ expérimental. Certains cabinets, notamment marocains, ont proposé de transmettre les pièces par voie postale. Des coûts attractifs ne font pas tout, et les experts-comptables ont refusé de s impliquer dans de telles usines à gaz. Les progrès de la technologie bouleversent l offre. Les communications à haut débit [plusieurs mégabits par seconde] permettent de transférer des dossiers volumineux en quelques secondes. Autre facteur favorable aux délocalisations, les 35 heures qui provoquent l effondrement de certaines missions comme la saisie. En pratique, la délocalisation repose sur la numérisation des documents. Le cabinet doit acquérir un scanner de production, un logiciel de gestion électronique de documents et [bien entendu] une liaison haut débit sécurisée. La nomenclature reprend et adapte les étapes de la procédure traditionnelle. L expert-comptable collecte les pièces. Il les classe, les vérifie avant de les numériser et d envoyer les lots à son correspondant étranger qui lui signale la bonne réception des documents. Les pièces sont codées, avant d être intégrées sur un logiciel de comptabilité. A noter que les cabinets délocalisés possèdent une logithèque complète en la matière. Exactement comme le ferait un collaborateur français, le comptable délocalisé analyse le dossier. Il procède aux rapprochements bancaires. En général, un superviseur intervient à cette étape du travail pour vérifier les travaux. Le dossier repart ensuite en France, vers le cabinet pour révision et remise au client. Délocalisation et organisation Progressivement donneur d ordre et fournisseur prennent des habitudes de collaboration. Il se crée un véritable va-et-vient d échanges d informations en utilisant des avis de réception de documents, des outils de messagerie, de téléphonie ou de visiophonie sur Internet. Bien entendu les communications sont sécurisées par des solutions de cryptage, des mots de passe et autres logiciels anti-virus. Ces procédures ont l apparence de la simplicité, mais elles impliquent un bouleversement complet des méthodes et de l organisation du cabinet. Techniquement, les collaborateurs doivent se plier aux contraintes de la gestion électronique de documents [GED], l application qui supporte l opération. Ainsi, les pièces et les documents doivent être systématiquement scannés et indexés très précisément. L informatique ne supporte pas l à-peu-près. Si l importance des flux de documents l exige, il vaut mieux créer un poste de travail à part entière, comme l a fait Gilbert Metoudi, dirigeant du cabinet parisien BM & Associés. Jusqu où peut-on confier des missions à des partenaires extérieurs? Pour Hassan Lasri, du cabinet IL Consulting de Casablanca : Nous pouvons assurer toutes les prestations qui rentrent dans le domaine de l expertise comptable, notamment celles qui sont en rapport avec la mission de présentation des comptes ; la saisie, le rapprochement bancaire et l analyse des comptes. Nous pouvons aussi aller jusqu à la plaquette. Notre mandant français peut simplement éditer la liasse. Pourquoi pas. Mais d une part l expert-comptable peut éprouver le sentiment d une perte sur la main mise de ses dossiers. Il faudra aussi sérieusement renforcer les procédures de supervision, et ne plus se contenter des avis de réception, de la communication sur Skype et du savoir-faire du confrère étranger. 18 Regards croisés sur la délocalisation des activités comptables Regards

Les investissements internationaux

Les investissements internationaux Conclusion : Doit-on réguler les IDE? Les investissements internationaux Introduction : Qu est ce qu un investissement direct à l étranger (IDE)? I) L évolution des IDE 1 Les IDE : une affaire entre riches

Plus en détail

E T X ER E N R AL A ISA S T A I T ON O N : O UTIL

E T X ER E N R AL A ISA S T A I T ON O N : O UTIL EXTERNALISATION : OUTIL STRATEGIQUE A MADAGASCAR FIM 2012 Externalisation : un intérêt grandissant Définition de l'externalisation ou outsourcing Opérations par lesquelles, une entreprise confie à ses

Plus en détail

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie.

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Introduction Lors de la campagne sur le référendum du Traité constitutionnel européen en 2005, la figure du «plombier

Plus en détail

L externalisation un vecteur de développement du cabinet BPO Services France. Atelier Solution

L externalisation un vecteur de développement du cabinet BPO Services France. Atelier Solution L externalisation un vecteur de développement du cabinet BPO Services France Intervenants : Régis BIZIEN, EC et CAC Cabinet MBV, Paris Christophe BERNARD, Consultant NSG Phase 2 Brice BLAZY, Directeur

Plus en détail

Les concepts clés : 1- Présentation du secteur offshoring au maroc :

Les concepts clés : 1- Présentation du secteur offshoring au maroc : Déclenchées dans les années 60, principalement par les firmes transnationales, les délocalisations se sont développées d'abord dans les secteurs des produits de grande consommation, demandant une forte

Plus en détail

Optimisez vos ressources maîtrisez vos coûts

Optimisez vos ressources maîtrisez vos coûts Optimisez vos ressources maîtrisez vos coûts Depuis sa création en 2004, Accolade se positionne comme un pure player offshore. Spécialiste incontesté sur son cœur de métier, Accolade privilégie les activités

Plus en détail

Projections du nombre total d étudiants internationaux d ici 2025. Source : Unesco Institute for Statistics, calculs France Stratégie

Projections du nombre total d étudiants internationaux d ici 2025. Source : Unesco Institute for Statistics, calculs France Stratégie SYNTHÈSE Trois grandes tendances mondiales Transnationalisation La géographie de l économie mondiale du savoir connaît de profonds bouleversements depuis plusieurs décennies. L innovation et la recherche

Plus en détail

Étude : les PME à l heure du Cloud

Étude : les PME à l heure du Cloud Étude : les PME à l heure du Cloud Synthèse des principaux enseignements 27 avril 2012 1 FICHE TECHNIQUE DE L ETUDE Echantillon : 301 entreprises de 20 à 499 salariés. Représentativité assurée par des

Plus en détail

Global sourcing : Externalisation et Centres de Services Partagés, les nouvelles stratégies des Directions Financières

Global sourcing : Externalisation et Centres de Services Partagés, les nouvelles stratégies des Directions Financières Global sourcing : Externalisation et Centres de Services Partagés, les nouvelles stratégies des Directions Financières Conférence IDC Ernst & Young Thierry Muller, Associé «Technologies, management et

Plus en détail

La mondialisation des tâches informatiques

La mondialisation des tâches informatiques Chapitre 1 La mondialisation des tâches informatiques Quel que soit le domaine que l on observe, les économies engendrées par l outsourcing, aussi appelé offshore ou délocalisation, sont considérables.

Plus en détail

La Chine reste attractive

La Chine reste attractive É t u d e La Chine reste attractive En dépit des difficultés économiques, les multinationales maintiennent et renforcent leur présence en Chine. C est ce qui résulte de la seconde enquête «China Manufacturing

Plus en détail

Grandes entreprises : dynamique de recentrage et d externalisation

Grandes entreprises : dynamique de recentrage et d externalisation Grandes entreprises : dynamique de recentrage et d externalisation Sous la pression des marchés financiers et grâce aux opportunités offertes à la fois par la mondialisation et la nouvelle grappe d innovations

Plus en détail

La stratégie du Groupe BPCE

La stratégie du Groupe BPCE La stratégie du Groupe BPCE 2 edito Groupe BPCE est né en juillet 2009 de la volonté des groupes Banque Populaire et Caisse d Epargne de construire ensemble le deuxième groupe bancaire en France, un groupe

Plus en détail

Observatoire des PME exportatrices d Ile-de-France

Observatoire des PME exportatrices d Ile-de-France Observatoire des PME exportatrices d Ile-de-France Enquête 2015 Réalisation : ACTEL Données source : Direction régionale des douanes Ile-de-France Ouest 1 Observatoire des PME exportatrices d Ile-de-France

Plus en détail

Chapitre 5. La conclusion et les recommandations

Chapitre 5. La conclusion et les recommandations Chapitre 5 La conclusion et les recommandations 5.1 L introduction Ce chapitre montre les conclusions obtenus à partir de la réalisation de l investigation littéraire ainsi que de la l investigation pratique.

Plus en détail

DISSERTATION. I La stratégie des RH peut servir l objectif de compétitivité de la stratégie globale

DISSERTATION. I La stratégie des RH peut servir l objectif de compétitivité de la stratégie globale DISSERTATION INTRODUCTION L évolution du contexte économique, technique et socioculturel amène les entreprises à adopter une stratégie qui leur permettra d établir des axes de développement afin de rester

Plus en détail

CSP Financiers en France : Etat des lieux et perspectives Synthèse de l étude

CSP Financiers en France : Etat des lieux et perspectives Synthèse de l étude CSP Financiers en France : Etat des lieux et perspectives Synthèse de l étude *connectedthinking Démarche de notre étude et profil de notre panel Slide 2 Une étude présentant le panorama des pratiques

Plus en détail

Compte rendu. Jeudi 11 septembre 2014 Séance de 11 heures. Mission d information sur le crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi

Compte rendu. Jeudi 11 septembre 2014 Séance de 11 heures. Mission d information sur le crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi Compte rendu Mission d information sur le crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi Jeudi 11 septembre 2014 Séance de 11 heures Compte rendu n 21 SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2013-2014 Audition, ouverte

Plus en détail

Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises?

Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises? Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises? En marge du salon «Outsourcing & IT Solutions 2009», le cabinet Ernst & Young a présenté les résultats de l étude intitulée

Plus en détail

Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la BCE.

Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la BCE. Groupe : Politique monétaire 23/11/2007 Beaume Benoît, Aboubacar Dhoiffir, Cucciolla Francesca Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la

Plus en détail

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des La piste des métiers Focus sur les métiers administratifs et comptables L es métiers administratifs et comptables représentent environ 20% des emplois de Poitou-Charentes. Ils ne forment pas pour autant

Plus en détail

Baromètre CSA pour ALMA CG des PME françaises

Baromètre CSA pour ALMA CG des PME françaises Baromètre CSA pour ALMA CG des PME françaises Edition 2013 : L optimisation des coûts et les mesures gouvernementales pour la compétitivité Etude N 1201855 Mai 2013 Profil des répondants - FONCTION - -

Plus en détail

Klako Group. Intégration, Comptabilité et Conseils fiscaux. Optimisation d Achat et Contrôle de Qualité

Klako Group. Intégration, Comptabilité et Conseils fiscaux. Optimisation d Achat et Contrôle de Qualité Klako Group Intégration, Comptabilité et Conseils fiscaux Optimisation d Achat et Contrôle de Qualité Beijing Hong Kong Shanghai Shenzhen Visitez notre site web à http://www.klakogroup.com Notre société

Plus en détail

L EXTERNALISATION. Quels sont les enjeux stratégiques de l externalisation pour l entreprise actuellement?

L EXTERNALISATION. Quels sont les enjeux stratégiques de l externalisation pour l entreprise actuellement? L EXTERNALISATION Au sein des entreprises, l'heure est à la rationalisation des coûts. Pour parvenir à cet objectif, les stratégies sont nombreuses. Parmi elles, l externalisation est aujourd'hui considérée

Plus en détail

Enquête PME 2015 : Tour d horizon numérique des PME bretonnes

Enquête PME 2015 : Tour d horizon numérique des PME bretonnes Enquête PME 15 : Tour d horizon numérique des PME bretonnes Nicolas DEPORTE Observatoire du GIS M@rsouin Au cours du premier trimestre 15, 1550 PME bretonnes ont répondu à l «Enquête PME 15» en ligne ou

Plus en détail

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit EXPERTISE COMPTABLE (1/3) Les cabinets de grande taille sont affectés par des évolutions similaires à celles qui touchent les cabinets de petite taille. Cette page reprend la description donnée pour les

Plus en détail

LA MÉTHODOLOGIE. 1 re phase : créer un groupe de consultation et de travail. 2 e phase : définir besoins et contraintes

LA MÉTHODOLOGIE. 1 re phase : créer un groupe de consultation et de travail. 2 e phase : définir besoins et contraintes LA MÉTHODOLOGIE Choisir une solution informatique pour le traitement de la paye implique de respecter une méthodologie de travail afin de pouvoir comparer efficacement les différents produits existants

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

Outsourcing : la sauvegarde en ligne des données de l entreprise.

Outsourcing : la sauvegarde en ligne des données de l entreprise. Outsourcing : la sauvegarde en ligne des données de l entreprise. Sur quels marchés votre entreprise de Sauvegarde en Ligne évolue t elle? Dans un contexte de montée en puissance de l insécurité, les solutions

Plus en détail

1. Conjuguer stratégies globales et intérêt national

1. Conjuguer stratégies globales et intérêt national 1. Conjuguer stratégies globales et intérêt national Laurent Faibis, Président de Xerfi Découvrez la vidéo : «Conjuguer stratégies globales et intérêt national» Comment conjuguer la logique de nos firmes

Plus en détail

Réalités de l outsourcing/bpo bancaire : indicateurs, performances, stratégies. Présentation et sommaire détaillé de l étude Juillet 2012

Réalités de l outsourcing/bpo bancaire : indicateurs, performances, stratégies. Présentation et sommaire détaillé de l étude Juillet 2012 Réalités de l outsourcing/bpo bancaire : indicateurs, performances, stratégies. Présentation et sommaire détaillé de l étude Juillet 2012 http://scoreadvisor.com De quoi parle-t-on précisément? Une fonction

Plus en détail

La filière de l informatique : synthèse de l étude des besoins de professionnalisation

La filière de l informatique : synthèse de l étude des besoins de professionnalisation Crédit photo : Hlp - DISSAUX La filière de l informatique : synthèse de l étude des besoins de professionnalisation Mars 2014 (à partir de l étude validée en juin 2013) CONTEXTE Dans un marché mondial

Plus en détail

Etude prospective sur l évolution des emplois et des métiers de la métallurgie

Etude prospective sur l évolution des emplois et des métiers de la métallurgie Etude prospective sur l évolution des emplois et des métiers de la métallurgie Synthèse - Septembre 2012 Une étude pour anticiper les besoins en compétences à horizon 2015-2020 Contexte économique et opportunités

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Audit, contrôle, finance de l Université Montpellier 1 UM1 Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

Sage Online, les solutions qui me ressemblent. sécurité simplicité mobilité expertise métier. Les solutions de gestion Cloud pour les PME

Sage Online, les solutions qui me ressemblent. sécurité simplicité mobilité expertise métier. Les solutions de gestion Cloud pour les PME Sage Online, les solutions qui me ressemblent sécurité simplicité mobilité expertise métier Les solutions de gestion Cloud pour les PME Le choix du Cloud : une solution clés en main pour la gestion de

Plus en détail

Dans quelle mesure les entreprises des pays développés ont-elles intérêt à s'installer dans les pays en développement?

Dans quelle mesure les entreprises des pays développés ont-elles intérêt à s'installer dans les pays en développement? Terminale Enseignement spécifique de SES Devoir type bac DISSERTATION Dans quelle mesure les entreprises des pays développés ont-elles intérêt à s'installer dans les pays en développement? DOCUMENT 1 :

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

L outsourcing de la fonction comptable

L outsourcing de la fonction comptable OCA, Société d Expertise-Comptable 63 avenue de Villiers 75017 PARIS Tel: 01.40.54.98.80 / Fax : 01.47.63.92.75 oca@oca-audit.com www.oca-audit.com L outsourcing de la fonction comptable Sommaire 1. L

Plus en détail

Avantage d'une migration vers une solution EDI externalisée

Avantage d'une migration vers une solution EDI externalisée Avantage d'une migration vers une solution EDI externalisée Description Problématique Infrastructure Ressources Logiciel Maintenance Conclusion Avantages d une migration vers une solution EDI externalisée

Plus en détail

4ème édition du Baromètre des investissements informatiques en France

4ème édition du Baromètre des investissements informatiques en France 4ème édition du Baromètre des investissements informatiques en France Accenture 01 Business et Technologies * * La Haute Performance. Réalisée. Méthodologie 109 entretiens téléphoniques réalisés auprès

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

Evaluation et marketing : réinterroger nos politiques publiques autrement que par les compétences

Evaluation et marketing : réinterroger nos politiques publiques autrement que par les compétences Evaluation et marketing : réinterroger nos politiques publiques autrement que par les compétences Atelier n 18 Benoit QUIGNON, Directeur général, Communauté urbaine de Lyon - Grand Lyon Jean-Gabriel MADINIER,

Plus en détail

L externalisation : Motivations et nouveaux business models

L externalisation : Motivations et nouveaux business models Entreprise et Personnel L externalisation : Motivations et nouveaux business models Bertrand QUÉLIN Professeur Groupe HEC quelin@hec.fr «L Externalisation : Vers de nouveaux modèles d organisation RH?»

Plus en détail

Troisième édition du Global Private Equity Report de Grant Thornton : le Private Equity s adapte aux nouvelles pratiques de la levée de fonds.

Troisième édition du Global Private Equity Report de Grant Thornton : le Private Equity s adapte aux nouvelles pratiques de la levée de fonds. Troisième édition du Global Private Equity Report de Grant Thornton : le Private Equity s adapte aux nouvelles pratiques de la levée de fonds. Paris, le 4 novembre 2013 Un regain d optimisme à l échelle

Plus en détail

Talents. 7 pratiques RH à la loupe. Performances. Mobilité. Evaluation. Numérique. Compétences. Réseaux sociaux. Engagement

Talents. 7 pratiques RH à la loupe. Performances. Mobilité. Evaluation. Numérique. Compétences. Réseaux sociaux. Engagement COLLECTION > PRATIQUES RH IN THE BUSINESS OF YOUR SUCCESS TM 7 pratiques RH à la loupe Indicateurs Analyses Expertises Perspectives Evaluation Business intelligence Formation Performances Masse salariale

Plus en détail

merlane TELEPERFORMANCE MIDI-AQUITAINE Contact : Mathieu ROULY / Marie-Claire MAUREL 05 61 00 01 05 / 05 61 00 01 52

merlane TELEPERFORMANCE MIDI-AQUITAINE Contact : Mathieu ROULY / Marie-Claire MAUREL 05 61 00 01 05 / 05 61 00 01 52 TELEPERFORMANCE MIDI-AQUITAINE Contact : Mathieu ROULY / Marie-Claire MAUREL 05 61 00 01 05 / 05 61 00 01 52 merlane Contact : Stéphane ADNET 05 61 00 91 79 E-mail: sadnet@merlane.com 1 Contexte et Objectifs

Plus en détail

Dossier de presse. Umalis Group : l innovation au service de l emploi

Dossier de presse. Umalis Group : l innovation au service de l emploi Dossier de presse Umalis Group : l innovation au service de l emploi Sommaire Table des matières Historique 3 Fondateur 3 Notre métier : le portage salarial, pour tous, partout 3 Christian Person, président

Plus en détail

LE CREDIT A LA CONSOMMATION, VECTEUR DE CROISSANCE QUEL EQUILIBRE ENTRE EFFICACITE ECONOMIQUE ET RESPONSABILITE?

LE CREDIT A LA CONSOMMATION, VECTEUR DE CROISSANCE QUEL EQUILIBRE ENTRE EFFICACITE ECONOMIQUE ET RESPONSABILITE? LE CREDIT A LA CONSOMMATION, VECTEUR DE CROISSANCE QUEL EQUILIBRE ENTRE EFFICACITE ECONOMIQUE ET RESPONSABILITE? Michel PHILIPPIN Directeur Général de Cofinoga Notre propos concerne la rentabilité économique

Plus en détail

Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011

Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011 Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011 PRESENTATION Le groupe ALTIOS International Une société leader dans le conseil et le développement opérationnel

Plus en détail

INFORMATION. L innovation technologique est traditionnellement NOTE D'

INFORMATION. L innovation technologique est traditionnellement NOTE D' NOTE D' INFORMATION ISSN 1286-9392 MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE LA RECHERCHE ET DE LA TECHNOLOGIE 98.26 AOÛT Parmi les établissements de crédit et les sociétés d assurances de plus de vingt personnes,

Plus en détail

Abstract Les Fonctions de Frais Généraux Administratives, Commerciales, Production

Abstract Les Fonctions de Frais Généraux Administratives, Commerciales, Production Abstract Les Fonctions de Frais Généraux Administratives, Commerciales, Production Juillet 2008 Edito Suivre l évolution des organisations et des métiers de l entreprise, est un principe de base du management

Plus en détail

Démarche Prospective Métier Pub/Com : Enquête en extension

Démarche Prospective Métier Pub/Com : Enquête en extension Université ParisDauphine Démarche Prospective Métier Pub/Com : Enquête en extension L Observatoire des Métiers de la Publicité a confié à Luc Boyer et Aline Scouarnec, dans le cadre d une étude prospective,

Plus en détail

Comment lutter efficacement contre la fraude à l assurance

Comment lutter efficacement contre la fraude à l assurance Comment lutter efficacement contre la fraude à l assurance 1 En cette période de tension sur leur rentabilité et de pression sur les tarifs, les assureurs soulignent la nécessité de renforcer leur dispositif

Plus en détail

Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle

Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle INSTITUT DE RECHERCHE EN PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE HENRI-DESBOIS Octobre 2005 Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle Dans un contexte de mondialisation, face à une compétitivité

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Communiqué de presse Paris le 18 juin 2014 L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Baromètre 2014 AGEFA- PME/Ifop

Plus en détail

Le savoir-faire et la collection de produits, services et/ou technologies. Les signes de ralliement de la clientèle Le franchiseur garantit au

Le savoir-faire et la collection de produits, services et/ou technologies. Les signes de ralliement de la clientèle Le franchiseur garantit au BREVET : Définition: Le brevet est un titre délivré par un organisme public spécialisé, donnant à son titulaire le droit exclusif d exploiter une invention pour une durée de vingt ans à compter de la date

Plus en détail

ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI. Contribuer à la performance de l entreprise. Novembre 1999. GT015-rev octobre 2002

ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI. Contribuer à la performance de l entreprise. Novembre 1999. GT015-rev octobre 2002 GT015-rev octobre 2002 ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI Enquête IPSOS Novembre 1999 Contribuer à la performance de l entreprise 153 rue de Courcelles 75817 Paris cedex 17 Tél. 01 44 15 60

Plus en détail

Quelle place pour les énergies marines dans le mix énergétique? Mercredi 15 Décembre 2010

Quelle place pour les énergies marines dans le mix énergétique? Mercredi 15 Décembre 2010 Quelle place pour les énergies marines dans le mix énergétique? Mercredi 15 Décembre 2010 Quel état des lieux des EMR peut-on dresser? Que peuvent apporter les EMR à l offre d énergie existante? Comment

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

SOMMAIRE. La dématérialisation de la production comptable : Théorie. AVANT / APRES la mise en place d une solution de dématérialisation

SOMMAIRE. La dématérialisation de la production comptable : Théorie. AVANT / APRES la mise en place d une solution de dématérialisation SOMMAIRE Préambule P. 3 La dématérialisation de la production comptable : Théorie Définition Enjeux Objectifs Investissements Processus de dématérialisation AVANT / APRES la mise en place d une solution

Plus en détail

La réforme : une opportunité pour la fonction formation

La réforme : une opportunité pour la fonction formation Nombreux sont les articles concernant la réforme de la formation professionnelle. Grâce à ses experts qui récoltent l information législative et réglementaire à sa source, Demos fait un tour d horizon

Plus en détail

LES PRATIQUES D EVALUATION DE LA PERFORMANCE AU SEIN DES ORGANISMES FAISANT APPEL A LA GENEROSITE DU PUBLIC

LES PRATIQUES D EVALUATION DE LA PERFORMANCE AU SEIN DES ORGANISMES FAISANT APPEL A LA GENEROSITE DU PUBLIC LES PRATIQUES D EVALUATION DE LA PERFORMANCE AU SEIN DES ORGANISMES FAISANT APPEL A LA GENEROSITE DU PUBLIC Octobre 2008 Mesurer son efficacité, évaluer son efficience, donner à voir l impact de ses actions

Plus en détail

Flore-Aline Colmet Daâge*

Flore-Aline Colmet Daâge* NOTE n 153 - Fondation Jean-Jaurès - 23 janvier 2013 - page 1 Un enjeu clé pour dynamiser l emploi Flore-Aline Colmet Daâge* * Directrice d études, département «Opinion et stratégies d entreprise», Ifop

Plus en détail

TELESERVICES ET APE. Par: Abdoulaye Ndiaye AGIR Promouvoir Consultant/Chercheur ILEAP abndiaye@gmail.com

TELESERVICES ET APE. Par: Abdoulaye Ndiaye AGIR Promouvoir Consultant/Chercheur ILEAP abndiaye@gmail.com BNETD ILEAP/JEICP TELESERVICES ET APE Par: Abdoulaye Ndiaye AGIR Promouvoir Consultant/Chercheur ILEAP abndiaye@gmail.com Atelier sur Le rôle des négociations commerciales et des groupements de fournisseurs

Plus en détail

Gestion de la Paie GESTION DE LA PAIE

Gestion de la Paie GESTION DE LA PAIE Gestion de la Paie GESTION DE LA PAIE Gestion de la Paie SOMMAIRE Quelles sont les différentes modes de traitement des salaires? p.4 Pourquoi faire appel à un gestionnaire de paie? p.6 A quoi sert un gestionnaire

Plus en détail

Le management au Ministère de la Défense

Le management au Ministère de la Défense Ouvrage collectif piloté par le CFMD sous la direction du général Baudouin ALBANEL Le management au Ministère de la Défense, 2004 ISBN : 2-7081-3042-0 Introduction Baudouin Albanel par le général de division

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL REGIONAL SUR LA DESSERTE AERIENNE DE LA REUNION. Assemblée plénière du 24 septembre 2002

CONTRIBUTION DU CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL REGIONAL SUR LA DESSERTE AERIENNE DE LA REUNION. Assemblée plénière du 24 septembre 2002 CONTRIBUTION DU CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL REGIONAL SUR LA DESSERTE AERIENNE DE LA REUNION Assemblée plénière du 24 septembre 2002 Adoptée à l unanimité des membres présents et représentés Introduction

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE 2011

RAPPORT DE TRANSPARENCE 2011 RAPPORT DE TRANSPARENCE 2011 Rapport de transparence relatif à l exercice clos le 31 août 2011 Publié sur le site www.aetd.fr en application des dispositions de l article R.823-21 du Code de commerce TABLE

Plus en détail

Les Fiches thématiques Jur@tic. Services et Logiciels à distance Cloud Computing, ASP, SaaS

Les Fiches thématiques Jur@tic. Services et Logiciels à distance Cloud Computing, ASP, SaaS Les Fiches thématiques Jur@tic Services et Logiciels à distance Cloud Computing, ASP, SaaS Les Fiches thématiques Jur@TIC 1. Le principe du «Cloud» Qu on les appelle Application Service Provider (ASP),

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE 2013

RAPPORT DE TRANSPARENCE 2013 RAPPORT DE TRANSPARENCE 2013 Rapport de transparence relatif à l exercice clos le 31 août 2013 Publié sur le site www.aetd.fr en application des dispositions de l article R.823-21 du Code de commerce TABLE

Plus en détail

PAS D ORGANISATION SANS ORGANISATION (2)

PAS D ORGANISATION SANS ORGANISATION (2) LES ORGANISATIONS BOUGENT PAS D ORGANISATION SANS ORGANISATION (2) Livret rédigé par Jean-Pascal Bricout, Daniel Chabaud et Martine Crumière SCÉRÉN-CNDP, 2007 Fondée en 1875, l entreprise familiale Babolat

Plus en détail

Transcription médicale: comment faire le bon choix

Transcription médicale: comment faire le bon choix Transcription médicale: comment faire le bon choix La réduction des coûts et l optimisation des investissements sont des préoccupations majeures pour tout entrepreneur qui se respecte. À travers ce document,

Plus en détail

«Quelle solution paie pour votre organisation?»

«Quelle solution paie pour votre organisation?» «Quelle solution paie pour votre organisation?» Internalisée, externalisée, assistée Choisir sa solution paie en fonction de son organisation ou Adapter son organisation à sa solution paie? Quels sont

Plus en détail

Le 26 mars 2015 Palais des Congrès de Madiana. www.numerikdays.com

Le 26 mars 2015 Palais des Congrès de Madiana. www.numerikdays.com Le 26 mars 2015 Palais des Congrès de Madiana www.numerikdays.com 1. Le constat 2. Les «NumerikDays» à l initiative du CNID 3. Nos ambitions 4. Une nouvelle façon d apprendre «Innovation pédagogique» 5.

Plus en détail

INFOGERANCE. 1. Présentation de l infogérance... 2. 1.1. Définition... 2 1.2. Pourquoi l infogérance?... 2

INFOGERANCE. 1. Présentation de l infogérance... 2. 1.1. Définition... 2 1.2. Pourquoi l infogérance?... 2 INFOGERANCE 1. Présentation de l infogérance... 2 1.1. Définition... 2 1.2. Pourquoi l infogérance?... 2 2. Les différentes formes d infogérance. 2.1. Infogérance de fonction... 3 2.2. Infogérance d'exploitation...

Plus en détail

Résultats de l étude IPSOS pour Microsoft

Résultats de l étude IPSOS pour Microsoft La stratégie informatique des entrepreneurs français Résultats de l étude IPSOS pour Microsoft Janvier 2011 SOMMAIRE L équipement informatique des TPE PME françaises : Internet toujours plus présent...

Plus en détail

L investissement est-il toujours favorable à la croissance et à l emploi?

L investissement est-il toujours favorable à la croissance et à l emploi? L investissement est-il toujours favorable à la croissance et à l emploi? Entrée en matière faisant référence à l actualité. Définitions de l investissement (en italique) qui s appuie sur le contenu d

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Le pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi le lundi 18 mars à 17h30

DOSSIER DE PRESSE Le pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi le lundi 18 mars à 17h30 PREFET DU LANGUEDOC-ROUSSILLON DOSSIER DE PRESSE Le pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi le lundi 18 mars à 17h30 1. Point Presse Lundi 18 mars à 17h30 Amphi Philippe Lamour

Plus en détail

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance Septembre 2013 Contact: Frédéric Dabi 01 45 84 14 44 Frederic.dabi@ifop.com Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance pour Note méthodologique Etude réalisée pour:

Plus en détail

Conférence Accés de la PME au financement en Tunisie 2015

Conférence Accés de la PME au financement en Tunisie 2015 Conférence Accés de la PME au financement en Tunisie 2015 Rapport de synthèse CONECT 2015 1. Problématique de l'étude L objectif de cette étude est de faire ressortir la problématique et la complexité

Plus en détail

Eléments de correction Khôlle n 10. A partir du cas français, vous vous demanderez quels sont les enjeux d une monnaie forte?

Eléments de correction Khôlle n 10. A partir du cas français, vous vous demanderez quels sont les enjeux d une monnaie forte? Eléments de correction Khôlle n 10 A partir du cas français, vous vous demanderez quels sont les enjeux d une monnaie forte? Une remarque en intro : j ai volontairement rédigé une seconde partie qui s

Plus en détail

Groupama Banque : qui, que, quoi?

Groupama Banque : qui, que, quoi? Groupama Banque : qui, que, quoi? - Une seule banque au service de tous les clients du Groupe - Un nouveau modèle bancaire, conçu dès sa création comme multicanal - L une des seules banques en France à

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

Observatoire des Métiers, Qualifications et Besoins de formation

Observatoire des Métiers, Qualifications et Besoins de formation Observatoire des Métiers, Qualifications et Besoins de formation Secteur Tertiaire 6 ème édition - 2003 Réali sé par la Chambre de Commerce et d Industrie Centre en partenariat avec le pôle ORFE du Groupement

Plus en détail

LA MODERNISATION DU MINISTERE DE L ECOLOGIE, DE L ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE (MEEDDAT)

LA MODERNISATION DU MINISTERE DE L ECOLOGIE, DE L ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE (MEEDDAT) Partie I. Décisions du CMPP du 4 avril 2008 Page 1 sur 5 LA MODERNISATION DU MINISTERE DE L ECOLOGIE, DE L ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE () Quelles sont les missions

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

- Les métiers de l informatique - Focus sur les métiers de Capgemini. Djamal SAID, le 11 Mars 2009

- Les métiers de l informatique - Focus sur les métiers de Capgemini. Djamal SAID, le 11 Mars 2009 - Les métiers de l informatique - Focus sur les métiers de Capgemini Djamal SAID, le 11 Mars 2009 AGENDA Les métiers de l informatique Présentation de Capgemini Les métiers de Capgemini DSI ou SSII : Les

Plus en détail

Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise

Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise On ne peut concevoir l entreprise comme une entité isolée du milieu dans lequel elle agit. L entreprise

Plus en détail

Développer des compétences pour mieux réussir à l international. Éditorial

Développer des compétences pour mieux réussir à l international. Éditorial VOLUME 15 NUMÉRO 2Mai 201 5 Développer des compétences pour mieux réussir à l international Éditorial Dans un environnement d affaires caractérisé par une ouverture toujours plus grande des marchés internationaux

Plus en détail

Dîner Maroc Entrepreneurs

Dîner Maroc Entrepreneurs Entrepreneurs Conseil Dîner Maroc Entrepreneurs Enjeux et tendances des investissements directs étrangers au Maroc 19 avril 2004 1 Sommaire 1. Synthèse des enjeux et des tendances 2. Chiffres clefs Importations

Plus en détail

Jusqu à la fin des années 90, la majorité

Jusqu à la fin des années 90, la majorité ISSN 1286-9392 MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE LA RECHERCHE ET DE LA TECHNOLOGIE 00.10 MARS En quinze ans, le nombre de chercheurs en entreprise (en personnes physiques) a fortement augmenté : 78

Plus en détail

La France est-elle compétitive?

La France est-elle compétitive? La France est-elle compétitive? Cafés Géographiques de Montpellier Gilles Ardinat, professeur agrégé et docteur en Géographie, enseignant à l Université Paul Valéry, Montpellier III C est à l occasion

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

Guide sur le financement des PME

Guide sur le financement des PME IBM Global Financing Guide sur le financement des PME Fourni par IBM Global Financing ibm.com/financing/fr Guide sur le financement des PME Chaque jour, les dirigeants de PME doivent prendre des décisions

Plus en détail

Le service de téléphonie mondiale pour les expatriés : les particuliers et les entreprises internationales

Le service de téléphonie mondiale pour les expatriés : les particuliers et les entreprises internationales DOSSIER DE PRESSE Tel4Expat, Le service de téléphonie mondiale pour les expatriés : les particuliers et les entreprises internationales Sommaire : 1. La téléphonie des expatriés : un besoin spécifique

Plus en détail

Communiquer en interne, c est accompagner le changement

Communiquer en interne, c est accompagner le changement 1 CHAPITRE PREMIER Communiquer en interne, c est accompagner le changement Il fut un temps où il suffisait de réunir les ouvriers dans l atelier. L ingénieur ou le patron disait ce qu il avait à dire,

Plus en détail

EXTERNALISATION OFFRE EXPERTS-COMPTABLES

EXTERNALISATION OFFRE EXPERTS-COMPTABLES EXTERNALISATION OFFRE EXPERTS-COMPTABLES 1 Les enjeux économiques de lexpertise comptable 2 La solution : mutualisation des traitements de base et délocalisation 3. Les modalités de collaboration / Experts

Plus en détail

MARAGNANI Alain, inspecteur de l enseignement agricole (Ministère de l Agriculture, l Alimentation, la Pêche et des Affaires Rurales) RESUME

MARAGNANI Alain, inspecteur de l enseignement agricole (Ministère de l Agriculture, l Alimentation, la Pêche et des Affaires Rurales) RESUME 1 6060 MARAGNANI Alain, inspecteur de l enseignement agricole (Ministère de l Agriculture, l Alimentation, la Pêche et des Affaires Rurales) RESUME FORMATION PROFESSIONNELLE AGRICOLE ET COOPERATION INTERNATIONALE

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail