3. Un pays dont le PIB per capita est élevé possède généralement un niveau de vie plus élevé qu un pays avec un PIB per capita plus faible.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "3. Un pays dont le PIB per capita est élevé possède généralement un niveau de vie plus élevé qu un pays avec un PIB per capita plus faible."

Transcription

1 Thème 2 Les indicateurs macroéconomiques Questions Vrai ou Faux 1. Pour l économie globale, les revenus doivent être égaux aux dépenses puisque les revenus d un vendeur sont nécessairement égaux aux dépenses d un acheteur. 2. Si le charpentier vend pour 1000 $ de bois à un menuisier et que ce dernier utilise le bois pour construire un garage qu il réussit à vendre $, la contribution au Produit Intérieur Brut est de $. 3. Un pays dont le PIB per capita est élevé possède généralement un niveau de vie plus élevé qu un pays avec un PIB per capita plus faible. 4. Si le PIB nominal de l année 2005 excède le PIB nominal de l année 2004, alors la production de biens et services de l économie a augmenté. 5. Lorsqu un citoyen canadien travaille temporairement en France, sa production fait partie du PIB de la France. 6. Les salaires sont des exemples de transfert puisqu il y a un transfert de fonds qui s effectue de l entreprise vers les travailleurs. 7. Au Canada, les investissements constituent la plus importante composante du PIB. 8. Le PIB nominal utilise les prix courants pour évaluer la production, tandis que le PIB réel utilise les prix constants d une année de base. 9. Un nouveau réfrigérateur produit en 2004, mais vendu en 2005, devrait être comptabilisé dans le PIB de l année 2005 puisque c est à ce moment qu il s est vendu comme un produit fini. 10. Une récession survient lorsque le PIB réel décroît. 11. L amortissement représente l usure des stocks d équipements d un pays. 12. Les exportations nettes équivalent aux exportations plus les importations. 13. L augmentation du prix des lecteur DVD importés apparaîtra dans l IPC, mais non dans le déflateur du PIB. 14. L année de base de l IPC est l année de référence avec laquelle les autres années sont comparées.

2 15. Si l IPC augmente de 5 % par année, alors tous les habitants du pays ont besoin d exactement 5 % d augmentation de salaire s ils veulent maintenir leur niveau de vie constant. 16. Si Statistiques Canada ne reconnaît pas que les cassettes vidéo peuvent être utilisées plus souvent qu auparavant, alors l IPC surestime le coût de la vie. 17. Si votre salaire passe de 6,00 $ à 7,25 $ pendant que l IPC grimpe de 112 à 121, vous devriez sentir une augmentation de votre niveau de vie. 18. Il est impossible que le taux d intérêt réel soit négatif. 19. Si le taux d intérêt nominal est de 7 % et que le taux d inflation est de 4%, alors le taux d intérêt réel est de 3 %. 20. Si les prêteurs et les emprunteurs s entendent sur un taux d intérêt nominal et que l inflation est finalement plus élevée que prévue, les prêteurs vont gagner, au détriment des emprunteurs. 21. Si les travailleurs et les entreprises s entendent sur une indexation de salaire basée sur les prévisions sur l inflation, et que l inflation est finalement moins élevée que prévue, les travailleurs sortiront gagnants d une telle situation, au détriment des entreprises. Choix multiples 1. Lequel des éléments suivants est un exemple de transfert? a) un salaire; b) un profit; c) un loyer; d) une dépense gouvernementale; e) une prestation d assurance-emploi. 2. L achat d usines et d équipements par Bombardier fait partie de quelle composante du PIB? a) la consommation; b) l amortissement; c) les exportations; d) les investissements; e) la production intermédiaire.

3 3. Lequel des biens ou services suivants est exclu du calcul du PIB canadien de 1999? a) une voiture produite en 1999 à Boisbriand, Québec; b) une coupe de cheveux produite en 1999 au Québec; c) les services d un agent immobilier produits en 1999 au Québec; d) une maison construite en 1998 au Québec et vendue pour la première fois en 1999; e) toutes ces réponses devraient être incluses dans le calcul du PIB de Le PIB peut être mesuré comme étant la somme de : a) la consommation, les investissements, les dépenses gouvernementales et les exportations nettes; b) la consommation, les transferts gouvernementaux, les salaires et les profits; c) les investissements, les salaires, les profits et la production intermédiaire; d) les produits et services finaux, les biens intermédiaires, les transferts gouvernementaux et les loyers; e) le Produit National Net, le Produit National Brut et le revenu net des particuliers. 5. Le PIB canadien évalue la production et les revenus : a) des Canadiens et de leurs usines, peu importe où ils se situent à travers le monde; b) des gens et des usines situés à l intérieur des frontières canadiennes; c) du secteur des services seulement; d) du secteur manufacturier seulement; e) aucune de ces réponses. 6. Le Produit Intérieur Brut est la somme de la valeur au marché : a) des biens intermédiaires; b) des biens manufacturés; c) des biens et services réguliers; d) des biens et services de première nécessité; e) des biens et services finaux. 7. Le PIB inclut lequel des biens et services suivants? a) les travaux ménagers; b) la vente de drogues illégales; c) la vente de biens et services intermédiaires; d) les services d un consultant; e) la valeur d une journée de vacance.

4 8. Le PIB réel est mesuré en prix, tandis que le PIB nominal est mesuré en prix. a) courants, d une année de base; b) d une année de base, courants; c) intermédiaires, finaux; d) domestiques, étrangers; e) étrangers, domestiques. 9. En 1989, l IPC était de 89,0. En 1990, il était de 93,3. Quel était le taux d inflation en 1990? a) 3,1 % ; b) 4,8 % ; c) 6,7 % ; d) 30,7 % ; e) Impossible à déterminer sans connaître l année de base. 10. Qu est-ce qui pourrait être à l origine d une augmentation plus élevée de l IPC que du déflateur du PIB? a) une augmentation importante des prix des chasseurs de l armée canadienne; b) une augmentation importante des prix des équipements de télécommunications produits au pays et vendus exclusivement à l étranger; c) une augmentation importante des prix des voitures Volkswagen produites en Allemagne et vendues au Canada; d) une augmentation importante des prix de la machinerie agricole produite au Canada. 11. Le panier du consommateur sur lequel est basé l IPC est composé : a) de matériaux bruts achetés par les entreprises; b) de la production totale actuelle; c) de produits achetés par le consommateur typique; d) de la production des consommateurs; e) aucune de ces réponses. 12. Si une augmentation du prix des poires incite les consommateurs à acheter moins de poires et plus de pommes, l IPC souffrira : a) d un biais lié à la substitution; b) d un biais lié à l introduction de nouveaux produits; c) d un biais lié à un changement de qualité du produit; d) d une biais lié à l année de base; e) aucune de ces réponses.

5 13. Supposons que votre salaire augmente de $ à $, pendant que l IPC augmente de 122 à 169. Votre niveau de vie va probablement : a) diminuer; b) augmenter; c) demeurer constant; d) impossible à déterminer sans connaître l année de base. 14. Si le taux d intérêt nominal est de 7 % et que le taux d inflation est de 3 %, alors le taux d intérêt réel est de : a) - 4 % ; b) 3 % ; c) 4 % ; d) 10 % ; e) 21 %. 15. Laquelle des affirmation suivantes est juste? a) le taux d intérêt réel est la somme du taux d intérêt nominal et de l inflation; b) le taux d intérêt réel correspond au taux d intérêt nominal moins l inflation; c) le taux d intérêt nominal correspond à l inflation moins le taux d intérêt réel; d) le taux d intérêt nominal correspond au taux d intérêt réel moins l inflation; e) aucune de ces réponses. 16. Dans laquelle des conditions suivantes préféreriez-vous être le prêteur? a) le taux d intérêt nominal est de 20 %, tandis que le taux d inflation est de 25 %; b) le taux d intérêt nominal est de 15 %, tandis que le taux d inflation est de 14 %; c) le taux d intérêt nominal est de 12 %, tandis que le taux d inflation est de 9 %; d) le taux d intérêt nominal est de 5 %, tandis que le taux d inflation est de 1 %. 17. Si les travailleurs et l entreprise qui les engage s entendent sur une indexation des salaires basée d'après les prévisions sur l inflation, et que l inflation est finalement plus élevée que prévue : a) l entreprise y gagnera, aux dépens des travailleurs; b) les travailleurs y gagneront, aux dépens des travailleurs; c) ni les travailleurs, ni l entreprise n en bénéficieront, puisque l augmentation salariale est fixe d après l entente. d) aucune de ces réponses.

6 18. Laquelle des affirmations suivantes, relatives au PIB, est vraie dans tous les cas? a) les paiements de transfert sont inclus dans les dépenses gouvernementales; b) l achat d une maison neuve est compris dans les dépenses de consommation; c) la valeur des biens usagers qui sont revendus est incluse dans le PIB; d) la vente en 2003 d une voiture produite en 2002 n affecte pas le PIB de 2003 ; e) le service associé à la vente de voitures est inclus dans le PIB. 19. Lequel des items suivants affectera davantage l'ipc que le déflateur (IIPPIB)? a) une augmentation du prix des équipements militaires; b) une augmentation du prix des gros serveurs informatiques achetés par les institutions; c) une augmentation du prix d'une voiture importée du Japon; d) une augmentation du prix des avions commerciaux produits au Brésil; e) une augmentation du prix des équipements agricoles. 20. L'effet sur le coût de la vie de l'augmentation considérable du prix des cigarettes, due à l'augmentation de diverses taxes de vente, ne sera pas correctement pris en compte dans l'ipc, a) parce qu'il s'agit de l'introduction d'un nouveau bien; b) parce que les cigarettes ne sont pas incluses dans le panier de biens et de services qui est à la base du calcul de l'ipc; c) en raison du biais de substitution : d) parce que cet événement ne s'est pas produit lors de l'année de base (soit en 1992) ; e) en raison du changement de qualité du produit.

7 Problèmes d application 1. Supposons que le tableau suivant contient l information sur la production totale et les prix pour l économie du pays W. Supposez également que l année de base pour le tableau suivant est Année Prix d un sac de croustilles Quantité de sacs de croustilles Prix d une cravate Quantité de cravate ,00 $ ,00 $ ,00 $ ,00 $ 50 a) Quelle est la valeur du PIB nominal en 1986? b) Quelle est la valeur du PIB réel en 1986? c) Quelle est la valeur du PIB nominal en 1987? d) Quelle est la valeur du PIB réel en 1987? e) Quelle est la valeur du déflateur du PIB en 1986? f) Quelle est la valeur du déflateur du PIB en 1987? g) De 1986 à 1987, de combien les prix ont-ils grimpé? h) Est-ce que la variation de 1986 à 1987 du PIB nominal est imputable à une variation des prix ou à une variation des quantités? 2. Complétez le tableau suivant : Année PIB nominal PIB réel déflateur du PIB ,00 $ 100,00 $ ,00 $ 125,00 $ a) Quelle année incarne l année de base? Pourquoi? b) Entre l année 1 et l année 2, est-ce que le PIB réel a augmenté, ou sont-ce les prix qui ont augmenté? Expliquez. c) Entre l année 2 et l année 3, est-ce que le PIB réel a augmenté, ou sont-ce les prix qui ont augmenté? Expliquez.

8 3. Le tableau suivant montre les prix et les quantités consommées au pays des INTELLOS. Supposez que l année de base est 1996 : Année prix des classeurs quantité de classeurs prix des crayons quantité de crayons prix des cartables quantité de cartables ,00 $ 10 1,00 $ 100 5,00 $ ,00 $ 12 1,00 $ ,00 $ ,00 $ 12 1,50 $ ,00 $ 20 a) Quel est l IPC en 1996? b) Quel est l IPC en 1997? c) Quel est l IPC en 1998? d) Quel est le taux d inflation en 1997? e) Quel est le taux d inflation en 1998? f) Quel problème observez-vous quant à l IPC et au taux d inflation que vous avez calculés précédemment? Expliquez. g) Si vous avez une clause dans votre contrat de travail qui stipule que votre salaire sera indexé en fonction de l IPC, est-ce que votre niveau de vie augmenterait, diminuerait, ou resterait le même entre 1996 et 1998? Pourquoi? h) Si vous consommez seulement des cartables, est-ce que votre niveau de vie augmenterait, diminuerait, ou resterait le même entre 1996 et 1998? Pourquoi?

9 4. Votre oncle a cessé de boire de la bière depuis Lorsque vous lui avez demandé les raisons pour lesquelles il avait arrêté, il a répondu : «J ai arrêté de boire parce que c était devenu beaucoup trop cher. J ai commencé à boire de la bière en 1975, lorsque la caisse était seulement 10,00 $. La dernière caisse que j ai achetée en 1995 m a coûté 24,00 $ et je ne pouvais plus me justifier une telle dépense : c était devenu plus que le double du prix». a) En 1975, l IPC était de 34,5. En 1995, il était de 104,2. Qu est-ce qui ne va pas avec l explication de votre oncle? b) Quel est l équivalent du prix de la caisse de bière en 1975 en prix de 1995? c) Quel est l équivalent du prix de la caisse de bière en 1995 en prix de 1975? d) Est-ce que les deux méthodes vous donnent les mêmes résultats? e) L exemple de votre oncle correspond à ce que les économistes appellent «l illusion monétaire». Pourquoi pensez-vous qu ils ont choisi cette expression pour décrire ce comportement? 5. À partir de l'information contenue dans le prochain tableau, répondez par VRAI ou FAUX aux sous-questions suivantes, en justifiant votre réponse. Année PIB nominal (milliards de $) 1 092, ,1 PIB réel (en milliards de dollars de 1997) 1 040, ,5 IPC (1992 = 100) 119,0 122,3 a) En 2002, le taux de croissance économique fut inférieur à 3 pour cent. b) En 2002, le taux d'inflation, tel que mesuré par le déflateur (IIP), fut inférieur à 1 pour cent. c) En 2003, le taux d'inflation, tel que mesuré par l'ipc, fut supérieur à 2 pour cent. d) En gardant le même rythme évalué en b), le niveau des prix à la production triplera dans moins de 50 ans.

10 Indicateurs macroéconomiques Réponses Vrai ou Faux 1. Vrai 2. Faux. Le PIB ne s intéresse qu aux produits finaux. Dans ce cas, seul le garage est un produit fini, estimé à 5000 $. 3. Vrai 4. Faux. Les prix ou la production de biens et services auraient pu augmenter. 5. Vrai 6. Faux. Un transfert est un versement pour lequel il n y a pas eu de production de bien ou service. 7. Faux. La consommation est la plus importante composante du PIB. 8. Vrai 9. Faux. Les produits sont comptabilisés à l intérieur de l année où ils sont produits. 10. Vrai 11. Vrai 12. Faux. XN = Exportations Importations. 13. Vrai 14. Vrai 15. Faux. L IPC a tendance à surestimer le taux d inflation. En outre, individuellement, tout le monde ne fait pas face à la même augmentation du coût de la vie. 16. Vrai. 17. Vrai 18. Faux. Si l inflation est supérieure au taux d intérêt nominal, alors le taux d intérêt réel est négatif. 19. Vrai 20. Faux. La situation est nettement à l avantage des emprunteurs. 21. Vrai

11 Choix multiples 1. e) Paiements unilatéraux effectués entre divers secteurs de l économie. 2. d) L investissement est l utilisation du revenu courant pour accumuler des immobilisations et ainsi augmenter la capacité de production dans l avenir. 3. d) La maison a été construite en dehors de la période de calcul. 4. a) PIB = C + I + G + XN 5. b) Le PIB concerne la production d un pays, à l intérieur de ses frontières. 6. e) Pour éviter de compter les biens intermédiaires à répétition et ainsi exagérer le PIB. 7. d) Certains produits échappent au calcul du PIB parce qu ils sont trop difficiles à évaluer, comme les biens produits au noir et les articles (services) produits et consommés à la maison 8. b) Le PIB réel est corrigée par rapport à l inflation, mais pas le PIB nominal 9. b) IPC = ((93,3 89,0) / 89,0) 100 = 4,8 % 10. c) Le déflateur du PIB reflète les prix des biens et services produits sur le marché intérieur et l IPC s intéresse aux prix des biens et services achetés par les consommateurs. 11. c) La pondération doit être faite selon l importance respective des biens et services consommés par le ménage moyen. 12. a) Les consommateurs réagiront en substituant les poires pour les pommes. 13. b) (( ) / ) 100 = 63,2 % > (( ) / 122) 100 = 38,5 %. 14. c) Taux d intérêt réel taux d intérêt nominal taux d inflation : 7% - 3% = 4%. 15. b) Taux d intérêt réel taux d intérêt nominal taux d inflation. 16. d) 5%-1% = 4% > 3%, 1%, -5%. 17. a) Les prix des produits et services vendus augmentent plus rapidement que les coûts (salaires) de l entreprise. 18. e) Puisque le service est produit dans la période de calcul du PIB. 19. c) Puisque la voiture a plus de chance d être consommée par un ménage, donc de faire partie du panier de consommation, que les autres produits mentionnés. 20. c) L augmentation du prix des cigarettes en diminuera la quantité consommée.

12 Problèmes d application 1. a) 700,00 $ b) 700,00 $ c) 770,00 $ d) 720,00 $ e) 100,00 $ f) 107,00 $ g) ( )/100 = 0,07 = 7% h) Le pourcentage d augmentation du PIB nominal est de : (770,00 $ - 700,00 $)/700 = 0,10 = 10%. Le pourcentage d augmentation des prix = 7%, donc, la majeure partie de l augmentation est due à la variation des prix. 2. a) L année 1, puisque le déflateur du PIB = 100. b) Les prix ont augmenté de 20% et le PIB réel est demeuré stable. c) Les prix sont demeurés stables et le PIB réel a augmenté de 25%. 3. a) (1100 $/1100) X 100 = 100 b) (1600 $/1100 $) X 100 = c) (2750 $/1100 $) X 100 = 250 d) (145,5 100)/100 = 0,455 = 45,5% e) ( ,5)/145,5 = 0,718 = 71,8% f) Un problème de substitution, puisque lorsque le prix des cartables augmente, la quantité consommée décline de façon significative. g) Il augmenterait, puisque l IPC surestime l augmentation du coût de la vie. h) Il diminuerait, puisque le prix des cartables a augmenté davantage que l IPC. 4. a) Il regarde seulement le prix de la bière non corrigé de l inflation. Le coût réel de la bière n a pas autant augmenté qu il le laisse entendre. En fait, il a diminué. b) 10,00 $ X (104,2/34,5) = 30,20 $. c) 24,00 $ X (34,5/104,2) = 7,95 $. d) Oui, chaque méthode indique que la bière, une fois corrigée de l inflation, était plus dispendieuse en e) Lorsque des individus se basent sur des prix non corrigés de l inflation pour prendre leurs décisions, ils peuvent avoir l illusion que le coût d un bien ou service a grimpé ou diminué, alors que ce n est pas le cas.

13 5. a) Soit Y t, le PIB réel de l'année t. Taux de croissance = ( Y 2002 Y 2001 ) / Y 2001, ou = ( Y 2002 / Y 2001 ) 1 ( résultat x 100, ou plutôt ramené en pourcentage ) = (( 1 074, ,4 ) / 1 040,4 ) = ( 1 074, 5 / 1 040,4 ) 1 = 3,3 % Donc, c'est FAUX b) Il y a deux étapes ici. 1) ( PIB réel nominal / PIB réel ) x 100= déflateur Pour 2001 : (1 092,2 milliards / 1 040,4 milliards de $ de 97) = 105,0 Pour 2002 : (1 142,1 milliards / 1 074,5 milliards de $ de 97) = 106,3 2) Taux d inflation mesuré par le déflateur = ( déflateur 2002 déflateur 2001 ) / déflateur 2001, ou encore = ( déflateur 2002 / déflateur 2001 ) 1 (résultat x 100, ou plutôt ramené en pourcentage ) = ( 106,3 105,0 ) / 105,0 = ( 106,3 / 105,0 ) 1 = 1,3 % Donc, c'est FAUX c) Taux d inflation mesuré par l IPC = ( IPC 2003 IPC 2002 ) / IPC 2002, ou = ( IPC 2003 / IPC 2002 ) 1 (résultat x 100, ou plutôt ramené en pourcentage ) = ( 122,3 119,0 ) / 119,0 = ( 122,3 / 119,0 ) 1 = 2,8 % Donc, c'est VRAI d) En gardant le même rythme évalué en b), le niveau des prix à la production triplera dans moins de 50 ans. Formule : n = ln ( Q n / Q 0 ) / ln ( 1 + g ) On sait que Q n = 3 Q 0, et g = 1,3 % = 0,013 (Q étant le déflateur) Donc, n = ln ( 3 ) / ln ( 1,013 ) 88 ans (environ) Donc, c'est FAUX

2. La monnaie possède trois rôles principaux : c est un moyen d échange, une unité de compte et un échappatoire à l inflation.

2. La monnaie possède trois rôles principaux : c est un moyen d échange, une unité de compte et un échappatoire à l inflation. Thème 6 Monnaie et prix Questions Vrai ou Faux 1. La monnaie et la richesse sont des synonymes. 2. La monnaie possède trois rôles principaux : c est un moyen d échange, une unité de compte et un échappatoire

Plus en détail

Épargne, investissement et système financier

Épargne, investissement et système financier Thème 3 Épargne, investissement et système financier Questions Vrai ou Faux 1. Dans une économie fermée, l épargne est ce qui subsiste une fois déduites (des revenus) les dépenses de consommation et les

Plus en détail

La comptabilité nationale

La comptabilité nationale La comptabilité nationale Pol 1900 Christian Deblock Méthodologie et définitionsd Trois sources utiles : Statistique Canada : Matériel pédagogique : http://www.statcan.ca/francais/edu/index_f.htm Gouvernement

Plus en détail

Chapitre 7. L Offre agrégée et la demande agrégée. Objectifs. Objectif: Expliquer les déterminants de l offre agrégée.

Chapitre 7. L Offre agrégée et la demande agrégée. Objectifs. Objectif: Expliquer les déterminants de l offre agrégée. Chapitre 7 L Offre et la demande Objectifs Expliquer les déterminants de l offre Expliquer les déterminants de la demande Expliquer l équilibre macroéconomique 1 2 Objectifs (suite) Expliquer les effets

Plus en détail

Université François-Rabelais Droit - Economie - Sciences Sociales

Université François-Rabelais Droit - Economie - Sciences Sociales Université François-Rabelais Droit - Economie - Sciences Sociales Tours Année universitaire : 205-206 Session : galop d essai du er semestre Année d étude : Licence première année Sciences Economiques

Plus en détail

QUI CONTRÔLE VOS MARGES COMMERCIALES BRUTES?

QUI CONTRÔLE VOS MARGES COMMERCIALES BRUTES? CHAPITRE 3 QUI CONTRÔLE VOS MARGES COMMERCIALES BRUTES? Ce que Vous allez apprendre dans ce chapitre En quoi la manière de payer votre equipe des ventes peut nuire à votre rentabilité Empêchez-les de gaspiller

Plus en détail

Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite)

Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite) Chapitre 6 Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique 1 Objectifs d apprentissage Faire la distinction entre le stock de capital et de la richesse et le flux de production, de revenu,

Plus en détail

11. Données Macroéconomiques

11. Données Macroéconomiques 11. Données Macroéconomiques 1. Une entreprise agricole produit du blé et des tomates. Elle vend pour 3 de blé à un moulin qui, par la suite, le revend sous forme de farine pour 6 à un fabricant de tagliatelles.

Plus en détail

Subvention publique à recevoir Produits découlant d une subvention publique Confirmation par l État d une subvention publique.

Subvention publique à recevoir Produits découlant d une subvention publique Confirmation par l État d une subvention publique. 2824RE_chap_EP4.qx:quark de base 7/16/09 7:14 PM Page 357 Chapitre : Les immobilisations corporelles : acquisition et aliénation 15. a) Une subvention publique afférente aux activités opérationnelles courantes

Plus en détail

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 L ÉTAT QUÉBÉCOIS EN PERSPECTIVE Les dépenses totales L Observatoire de l administration publique, hiver 2013 1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 Les dépenses totales,

Plus en détail

Introduction à la Macroéconomie INGE B1 Interrogation récapitulative du mardi 10 mai 2016 : Corrigé

Introduction à la Macroéconomie INGE B1 Interrogation récapitulative du mardi 10 mai 2016 : Corrigé Introduction à la Macroéconomie INGE B1 Interrogation récapitulative du mardi 10 mai 2016 : Corrigé Question 1 : Soit un marché du travail initialement en équilibre et on observe une vague d'immigration

Plus en détail

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS Référence : Agnès DALLOZ Date de dernière mise à jour : 30/07/2004 Etat : Définitif Auteur : Objet du document : Destinataires Agnès DALLOZ Simone SCHARLY Objet de la diffusion

Plus en détail

Université de Cergy-Pontoise. Licence Economie et Gestion - 1ère année Semestre 1. Planche de TD n 3

Université de Cergy-Pontoise. Licence Economie et Gestion - 1ère année Semestre 1. Planche de TD n 3 Université de Cergy-Pontoise Licence Economie et Gestion - 1ère année Semestre 1 Planche de TD n 3 Cours concerné: Chapitre 2 : Les Grandeurs de l Economie Blanchard et Cohen (chap. 2), Burda et Wyplosz

Plus en détail

13 Les flux de trésorerie

13 Les flux de trésorerie 13 Les flux de trésorerie Les sujets abordés dans chacun des travaux suggérés Problèmes de Sujets abordés Exercices compréhension L utilité et le contenu de 1, 5 1, 5, 9 b) l état des flux de trésorerie

Plus en détail

Atelier 1 - Circuit économique et comptabilité nationale

Atelier 1 - Circuit économique et comptabilité nationale Atelier 1 - Circuit économique et comptabilité nationale Fabio Panzera, MA in Economics Université de Fribourg, 08.10.2010 Question 1 Les macroéconomistes étudient toutes les questions suivantes, à l exception

Plus en détail

États financiers prospectifs. Exercice se terminant le 31 mars 2013

États financiers prospectifs. Exercice se terminant le 31 mars 2013 États financiers prospectifs Exercice se terminant le 31 mars 2013 DÉCLARATION DE RESPONSABILITÉ DE LA DIRECTION La responsabilité de la compilation, du contenu et de la présentation de l information financière

Plus en détail

Baccalauréat ES Pondichéry 21 avril 2016

Baccalauréat ES Pondichéry 21 avril 2016 Exercice 1 Commun à tous les candidats Baccalauréat ES Pondichéry 21 avril 216 4 points Cet exercice est un QCM (questionnaire à choix multiples). Pour chacune des quatre questions posées, une seule des

Plus en détail

Les perspectives économiques : La récession mondiale pèse lourd sur le Québec

Les perspectives économiques : La récession mondiale pèse lourd sur le Québec Les perspectives économiques : La récession mondiale pèse lourd sur le Québec Webémission des perspectives d affaires du Québec Lundi 19 janvier 2009 Pedro Antunes Directeur des prévisions nationales et

Plus en détail

PIB réel par capita (en $ internationaux de 2000) Année Grèce Libye 1990 13 000 9 600 2010 28 800 14 900

PIB réel par capita (en $ internationaux de 2000) Année Grèce Libye 1990 13 000 9 600 2010 28 800 14 900 Question 1 La croissance à long terme (12 points) PIB réel (en $ internationaux de 2000) Année Grèce Libye 1990 132 800 000 000 41 400 000 000 2010 322 500 000 000 96 100 000 000 PIB réel par capita (en

Plus en détail

Retour au Plein Emploi?

Retour au Plein Emploi? Retour au Plein Emploi? Fiche 45 JAMES E. MEADE Dans ce petit livre (Economica, 1995, 88 p.) préfacé par Robert M.Solow (prix Nobel), James E. Meade (prix Nobel) propose des solutions macro-économiques

Plus en détail

Chapitre 7: La croissance économique (I)

Chapitre 7: La croissance économique (I) Chapitre 7: La croissance économique (I) Nous ne considérons plus un modèle statique - les quantités de ressources croissent: les entreprises investissent et du capital productif s accumule. Qu est-ce

Plus en détail

Initiation à la Microéconomie Licence 1, Semestre 1 TD 2 Correction des questions

Initiation à la Microéconomie Licence 1, Semestre 1 TD 2 Correction des questions Initiation à la Microéconomie Licence 1, Semestre 1 TD 2 Correction des questions 1. Utilisez les courbes d offre et de demande pour illustrer comment chacun des évènements suivants devrait affecter le

Plus en détail

Economie Générale (E. Darmon) Master 1 SVE 2010/11 Examen final ~ Première session

Economie Générale (E. Darmon) Master 1 SVE 2010/11 Examen final ~ Première session Economie Générale (E. Darmon) Master 1 SVE 2010/11 Examen final ~ Première session NOTES IMPORTANTES : 1. Cette épreuve contient 30 questions à choix multiples. Une seule réponse est valide par question.

Plus en détail

Caisses populaires et credit unions de l Ontario PERSPECTIVES DU MOUVEMENT

Caisses populaires et credit unions de l Ontario PERSPECTIVES DU MOUVEMENT Caisses populaires et credit unions de l Ontario PERSPECTIVES DU MOUVEMENT au deuxième trimestre de 2000 DANS CE NUMÉRO Faits saillants économiques : La forte croissance devrait se poursuivre en l an 2000

Plus en détail

QUESTIONS SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE CANADIENNE (PREMIÈRE PARTIE)

QUESTIONS SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE CANADIENNE (PREMIÈRE PARTIE) QUESTIONS SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE CANADIENNE (PREMIÈRE PARTIE) 1. En temps normal, lorsque le taux d intérêt à un jour s approche du taux d escompte, la Banque du Canada: a) retire des fonds déposés

Plus en détail

InfoMaison No.08. LA NOTION DU NOMBRE DE MOIS D INVENTAIRE (Mi)

InfoMaison No.08. LA NOTION DU NOMBRE DE MOIS D INVENTAIRE (Mi) InfoMaison No.08 Est un dossier préparé pour Info-Immobilier-Rive-Nord (IIRN) à l intention de toutes les personnes intéressées par l immobilier et l immobilier résidentiel de la Rive-Nord du Grand Montréal

Plus en détail

Rappels de macro-économie. La monnaie et le crédit

Rappels de macro-économie. La monnaie et le crédit Rappels de macro-économie La monnaie et le crédit Les différents types de monnaie La monnaie fiduciaire : pièces et billets : M1 La monnaie scripturale : avoirs bancaires M2 La masse monétaire : M = M1

Plus en détail

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années PUBLICATION JLR 2016 L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années www.jlr.ca FAITS SAILLANTS Depuis 1986, le prix réel des unifamiliales dans la RMR de Montréal a augmenté de 121 %. Le

Plus en détail

FORAGE ORBIT GARANT INC. État consolidé des résultats et du résultat étendu

FORAGE ORBIT GARANT INC. État consolidé des résultats et du résultat étendu États financiers Troisième trimestre terminé le 31 mars 2010 État consolidé des résultats et du résultat étendu PRODUITS TIRÉS DE CONTRATS 28 808 727 27 694 738 76 867 648 76 916 747 COÛT DES PRODUITS

Plus en détail

BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE

BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE PREMIÈRE SECTION : VRAI OU FAUX Question 1.1 Si le taux d intérêt canadien augmente, la demande d actifs canadiens diminue. Question 1.2 Si le dollar canadien s

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 Séance 7 1 Deuxième partie du

Plus en détail

Document d information n o 5 sur les pensions

Document d information n o 5 sur les pensions Document d information n o 5 sur les pensions Il vous faudra combien d argent comme pension? Partie 5 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions

Plus en détail

Petit éclairage sur la loi Duflot et les nouvelles mesures annoncées. Allègement de la fiscalité sur la plus-value lors de la vente d un terrain :

Petit éclairage sur la loi Duflot et les nouvelles mesures annoncées. Allègement de la fiscalité sur la plus-value lors de la vente d un terrain : Petit éclairage sur la loi Duflot et les nouvelles mesures annoncées Allègement de la fiscalité sur la plus-value lors de la vente d un terrain : Cela pourra avoir l effet inverse que celui escompté car

Plus en détail

L'économie ouverte. Y = Cd + Id + Gd + Ex

L'économie ouverte. Y = Cd + Id + Gd + Ex L'économie ouverte Dans une économie ouverte, le pays n'est pas contraint de réaliser en toute année l'équilibre entre ses dépenses et sa production de biens et services. Le pays peut dépenser plus qu'il

Plus en détail

LES DONNES DE LA MACROECONOMIE

LES DONNES DE LA MACROECONOMIE CHAPITRE 1 LES DONNES DE LA MACROECONOMIE I Le circuit économique. II Le Produit Interieur Brut. Le Produit intérieur brut est une mesure de la richesse nationale Le PIB correspond à : - La production

Plus en détail

Thème 11 : production et coûts

Thème 11 : production et coûts Thème 11 : production et coûts A) Vrai ou faux 1) Le profit économique est généralement plus élevé que le profit comptable. ) Les coûts économiques correspondent à la somme des coûts comptables et des

Plus en détail

patrimonial 3. Qui dit patrimonial dit consommation possible dans le futur, c est-à-dire possibilité de transformation en emploi...

patrimonial 3. Qui dit patrimonial dit consommation possible dans le futur, c est-à-dire possibilité de transformation en emploi... ÉTAPE 11 LA DÉTERMINATION DU RÉSULTAT D EXPLOITATION AVANT IMPÔTS DANS L ENTREPRISE DE NÉGOCE 31 Fournitures 34 Marchandises 601 Achats de fournitures 604 Achats de marchandises 6091 Variation du stock

Plus en détail

Remarque Dans cette brochure, toutes les expressions désignant des personnes visent à la fois les hommes et les femmes.

Remarque Dans cette brochure, toutes les expressions désignant des personnes visent à la fois les hommes et les femmes. (PSOR\pRXWUDYDLOOHXU LQGpSHQGDQW" 5&) Les personnes ayant une déficience visuelle peuvent obtenir cette publication en gros caractères ou en braille, ainsi que sur cassette audio ou disquette d ordinateur.

Plus en détail

Offre d achat immeuble à revenus*

Offre d achat immeuble à revenus* Offre d achat immeuble à revenus* (usage résidentiel seulement) 1. IDENTIFICATION DES PARTIES ACHETEUR 1 : ACHETEUR 2 : VENDEUR 1 : Ci-après l «Acheteur» VENDEUR 2 : 2. OBJET DU CONTRAT Ci-après le «Vendeur»

Plus en détail

Université de Moncton. Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires

Université de Moncton. Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires Université de Moncton Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires Actualisation du régime Rapport d étape Étape 2 - Niveau de prestations et options à considérer Décembre 2011 Table

Plus en détail

Consultations sur l établissement des taux de cotisation d assurance-emploi. Commentaires du Conseil du patronat du Québec

Consultations sur l établissement des taux de cotisation d assurance-emploi. Commentaires du Conseil du patronat du Québec Consultations sur l établissement des taux de cotisation d assurance-emploi Commentaires du Conseil du patronat du Québec Novembre 2011 Le Conseil du patronat du Québec Le Conseil du patronat du Québec

Plus en détail

ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE

ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE PLACEMENT Emprunter à la banque afin d investir plus de fonds et d améliorer ses gains peut être attrayant pour plusieurs investisseurs,

Plus en détail

Effet substitution et effet revenu dans la décision intertemporelle de consommation

Effet substitution et effet revenu dans la décision intertemporelle de consommation Effet substitution et effet revenu dans la décision intertemporelle de consommation Olivia D Aoust Séminaire d actualité économique Rappels et intuitions Quelques notations : = richesse (de ealth en anglais)

Plus en détail

1. La prise en compte des coûts

1. La prise en compte des coûts Terminale STG Mercatique Chapitre 3 : Construire l'offre Séquence 4. La fixation du prix - Les facteurs explicatifs d'un prix Le prix est une variable mercatique déterminante. Il est la base des revenus

Plus en détail

Mathématiques Financières Exercices

Mathématiques Financières Exercices Mathématiques Financières Exercices Licence 2, 2015-16 - Université Paris 8 J.CORIS & C.FISCHLER & S.GOUTTE 1 TD 1 : Suites numériques et somme de suites Exercice 1. Pour chacune des suites ci-dessous,

Plus en détail

Les Crises de Balance des

Les Crises de Balance des Les Crises de Balance des Paiements Cédric Tille Institut t des Hautes Etudes Internationales ti et du Développement, et Center for Economic Policy Research (CEPR) Journée Iconomix, 14 Novembre 2012 Structure

Plus en détail

- STOCK TROP ÂGÉ - QUELS SONT LES COÛTS RÉELS?

- STOCK TROP ÂGÉ - QUELS SONT LES COÛTS RÉELS? CHAPITRE 5 - STOCK TROP ÂGÉ - QUELS SONT LES COÛTS RÉELS? Ce que vous allez apprendre dans ce chapitre Calculez les coûts réels d un stock trop âgé Calculez le potentiel de bénéfice supplémentaire Quelques

Plus en détail

L AUTOMOBILE ET LES TAXES À LA CONSOMMATION. A - Acquisition d une automobile

L AUTOMOBILE ET LES TAXES À LA CONSOMMATION. A - Acquisition d une automobile L AUTOMOBILE ET LES TAXES À LA CONSOMMATION Nous tenons à vous rappeler que plusieurs règles existent quant aux taxes à la consommation et aux véhicules. Nous vous présentons ici les règles touchant le

Plus en détail

ÉLÉMENTS DE CONCILIATION À DES FINS FISCALES

ÉLÉMENTS DE CONCILIATION À DES FINS FISCALES 3 Manuel de la présentation de l information financière municipale ÉLÉMENTS DE CONCILIATION À DES FINS FISCALES Ministère des Affaires municipales et de l Occupation du territoire Gouvernement du Québec

Plus en détail

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 PRB 05-40F ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 Jean Dupuis Division de l économie Le 8 juin 2005 PARLIAMENTARY INFORMATION AND RESEARCH SERVICE SERVICE D INFORMATION ET DE RECHERCHE

Plus en détail

L Agroindicateur. Revenu d un milliard : un nouveau seuil? Septembre 2015

L Agroindicateur. Revenu d un milliard : un nouveau seuil? Septembre 2015 L Agroindicateur Septembre 2015 Revenu d un milliard : un nouveau seuil? La conjoncture 2015 permet d envisager que le revenu net total des entreprises agricoles québécoises devrait se situer autour d

Plus en détail

Les indices simples Pourquoi travailler avec des indices? changer le format de cette série pour la rendre comparable à d'autres

Les indices simples Pourquoi travailler avec des indices? changer le format de cette série pour la rendre comparable à d'autres Les indices simples Pourquoi travailler avec des indices? Ce sont des outils qui permettent de comparer les évolutions de deux séries contemporaines dont les ordres de grandeur diffèrent beaucoup. Par

Plus en détail

Escompte bancaire - Équivalence de capitaux

Escompte bancaire - Équivalence de capitaux Escompte bancaire - Équivalence de capitaux VOUS ALLEZ APPRENDRE À : Calculer un escompte, un agio, un taux réel d escompte. Calculer une valeur actuelle et une valeur nette. Calculer la valeur nominale

Plus en détail

Prêts hypothécaires ou piña coladas : Mettez-vous votre retraite à risque lorsque vous choisissez de rembourser vos dettes?

Prêts hypothécaires ou piña coladas : Mettez-vous votre retraite à risque lorsque vous choisissez de rembourser vos dettes? JAMIE GOLOMBEK Prêts hypothécaires ou piña coladas : Mettez-vous votre retraite à risque lorsque vous choisissez de rembourser vos dettes? Jamie Golombek, CPA, CA, CFP, CLU, TEP Directeur gestionnaire,

Plus en détail

MACROÉCONOMIE. Exercices sur la théorie du revenu permanent et sur celle du cycle de vie

MACROÉCONOMIE. Exercices sur la théorie du revenu permanent et sur celle du cycle de vie MACROÉCONOMIE Exercices sur la théorie du revenu permanent et sur celle du cycle de vie 1. (Juin 2001) Un individu à 30 ans de l âge de la retraite sait, avec certitude, qu il lui reste 50 ans à vivre.

Plus en détail

PUBLICATION JLR 2016. Rapport sur le marché hypothécaire. www.jlr.ca

PUBLICATION JLR 2016. Rapport sur le marché hypothécaire. www.jlr.ca PUBLICATION JLR 2016 Rapport sur le marché hypothécaire www.jlr.ca FAITS SAILLANTS Sur les 243 000 hypothèques notariées enregistrées au Registre foncier en 2015, un peu plus de 119 000 ont été contractées

Plus en détail

EXAMEN FINAL MODALITÉS

EXAMEN FINAL MODALITÉS 1-804-84 - Analyse macroéconomique Hiver 2003 B.A.A. jour et soir EXAMEN FINAL COORDONNATEUR : Germain Belzile Chargés de cours : Jean Soucy, Josée Rousseau, Nathalie Elgrably, France Renaud, Chiheb Charchour

Plus en détail

Université d Ottawa. Université d Ottawa Information clé sur le régime de retraite 1. 04-2013 v.1. Information clé sur le Régime de retraite

Université d Ottawa. Université d Ottawa Information clé sur le régime de retraite 1. 04-2013 v.1. Information clé sur le Régime de retraite Université d Ottawa Université d Ottawa 1 Régime de Université d Ottawa 3 Que trouve-t-on dans ce feuillet d information? Ce feuillet d information donne un aperçu des aspects fondamentaux du de l Université

Plus en détail

Les opérations sur biens et services

Les opérations sur biens et services Les opérations sur biens et services Le compte de biens et services Lorsque l'on considère l'économie globalement, les principales opérations sont : la production qui correspond à la création de biens

Plus en détail

Crédit d impôt pour les titres multimédias Dépense de main-d oeuvre N/Réf. : 02-010965

Crédit d impôt pour les titres multimédias Dépense de main-d oeuvre N/Réf. : 02-010965 Direction des lois sur les impôts Sainte-Foy, le 24 mars 2005 Objet : Crédit d impôt pour les titres multimédias Dépense de main-d oeuvre N/Réf. : 02-010965 *********, La présente est pour faire suite

Plus en détail

Société d habitation et de rénovation du Manitoba ÉTATS FINANCIERS POUR L EXERCICE SE TERMINANT LE 31 MARS 2005

Société d habitation et de rénovation du Manitoba ÉTATS FINANCIERS POUR L EXERCICE SE TERMINANT LE 31 MARS 2005 Société d habitation et de rénovation du Manitoba ÉTATS FINANCIERS POUR L EXERCICE SE TERMINANT LE 31 MARS 2005 BILAN 31 MARS 2005 A C T I F Encaisse (note 4) 74 459 864 $ 82 151 251 $ Débiteurs et montants

Plus en détail

A qui profite le logement cher?

A qui profite le logement cher? A qui profite le logement cher? L envolée des loyers et des prix immobiliers a rendu l accès au logement de plus en plus difficile, avec des coûts fixes qui grèvent fortement le pouvoir d achat des locataires.

Plus en détail

Outils de la création d entreprise TD 1 & 2

Outils de la création d entreprise TD 1 & 2 Valeur acquise (puissance > 0) Une somme Une suite d annuités constantes Cn = C(1+i) n Fin période : Début période : Valeur actuelle Puissance < 0 ( ) C0 = C(1+i) -n Fin période : Début période : ) ( Emprunt

Plus en détail

Partie D. Les avantages sociaux

Partie D. Les avantages sociaux Partie D Les avantages sociaux Partie D Les avantages sociaux L assurance-emploi Partie D Les avantages sociaux D-15 Assurance-emploi - Loger la demande de chômage dès la fin de l emploi, même si l employeur

Plus en détail

Situations d apprentissage. Mat-1101-3. Vente de garage (Activités 1 et 2) Un salon tout neuf Le condo de Vincent Ma paie à la boulangerie

Situations d apprentissage. Mat-1101-3. Vente de garage (Activités 1 et 2) Un salon tout neuf Le condo de Vincent Ma paie à la boulangerie Situations d apprentissage Mat-1101-3 Vente de garage (Activités 1 et 2) Un salon tout neuf Le condo de Vincent Ma paie à la boulangerie France Dugal Diane Garneau Commission scolaire des Découvreurs Mai

Plus en détail

En principe c est une enseignante ou un enseignant de la discipline qui fait passer l épreuve et qui la corrige. Déroulement de l épreuve.

En principe c est une enseignante ou un enseignant de la discipline qui fait passer l épreuve et qui la corrige. Déroulement de l épreuve. Examen d admission en cours de scolarité dans l école publique 2013-2014 ÉPREUVE CANTONALE DE RÉFÉRENCE CYT OPTION SPÉCIFIQUE ÉCONOMIE ET DROIT 11 e VSB ÉPREUVE CANTONALE DE RÉFÉRENCE CYT Consignes générales

Plus en détail

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement 2.0 Total des dépenses de santé par source de financement Points saillants du chapitre La répartition des dépenses de santé entre les secteurs privés et publics est stable depuis plus de 10 ans En 2012,

Plus en détail

Exercice 3.1 - Chapitre 3 : Les principes comptables généralement reconnus

Exercice 3.1 - Chapitre 3 : Les principes comptables généralement reconnus Date : Octobre 2006 Exercice 3.1 - Chapitre 3 : Les principes comptables généralement reconnus Arc-en-ciel inc. 1 Vincent Pagé, président de l entreprise Arc-en-Ciel inc., qui se spécialise dans la fabrication

Plus en détail

Instruments financiers Couvertures. Chapitre 3865. Instruments financiers (diapo 1)

Instruments financiers Couvertures. Chapitre 3865. Instruments financiers (diapo 1) Instruments financiers Couvertures Chapitre 3865 Instruments financiers (diapo 1) Cette présentation vise à offrir un aperçu du chapitre 3865, «Couvertures», publié par le Conseil des normes comptables

Plus en détail

Épargne et investissement. L épargne...

Épargne et investissement. L épargne... Épargne et investissement Les marchés financiers en économie fermée V2.3 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile L épargne... Une personne désire se lancer en affaires (bureau de services comptables)

Plus en détail

Intentions d achat et de vente dans le secteur immobilier au Québec. Montréal, 15 janvier 2015

Intentions d achat et de vente dans le secteur immobilier au Québec. Montréal, 15 janvier 2015 Intentions d achat et de vente dans le secteur immobilier au Québec Montréal, 15 janvier 2015 Méthodologie Sondage Web réalisé du 3 au 13 novembre 2014. Échantillon représentatif de 5 659 répondants adultes

Plus en détail

La Société canadienne de la sclérose en plaques (Division du Québec) et sections locales du Québec. États financiers combinés 31 décembre 2014

La Société canadienne de la sclérose en plaques (Division du Québec) et sections locales du Québec. États financiers combinés 31 décembre 2014 La Société canadienne de la sclérose en plaques (Division du Québec) et sections locales du Québec États financiers combinés États financiers combinés Table des matières Page Rapport de l auditeur indépendant...

Plus en détail

PRÉPARATION À LA RETRAITE

PRÉPARATION À LA RETRAITE PRÉPARATION À LA RETRAITE Présenté par Claudine Morin-Massicotte Bureau de la retraite 17 novembre 2015 Préparation à la retraite RÉGIME DE RETRAITE DE LA CORPORATION DE L ÉCOLE POLYTECHNIQUE OBJECTIFS

Plus en détail

Chapitre 3 : La théorie classique des marchés, et ses limites

Chapitre 3 : La théorie classique des marchés, et ses limites Chapitre 3 : La théorie classique des marchés, et ses limites Introduction Comment expliquer l ensemble des échanges observés dans un cadre théorique cohérent? Pourquoi chercher un cadre théorique englobant?

Plus en détail

COMMERCE ÉLECTRONIQUE INTERENTREPRISES, TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION ET PERFORMANCE ÉCONOMIQUE

COMMERCE ÉLECTRONIQUE INTERENTREPRISES, TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION ET PERFORMANCE ÉCONOMIQUE COMMERCE ÉLECTRONIQUE INTERENTREPRISES, TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION ET PERFORMANCE ÉCONOMIQUE Martin Brookes Économiste senior, Goldman Sachs Je vais diviser ma présentation en

Plus en détail

FASCICULE D INFORMATIONS FISCALES PERSONNES DÉCÉDÉES

FASCICULE D INFORMATIONS FISCALES PERSONNES DÉCÉDÉES FASCICULE D INFORMATIONS FISCALES PERSONNES DÉCÉDÉES Vous trouverez dans ce fascicule de l information importante en ce qui concerne le traitement fiscale d une déclaration de revenus d une personne décédée.

Plus en détail

CAUSES RÉELLES DE LA DETTE PUBLIQUE. ou comment les intérêts payés sur la dette nourrissent la dette

CAUSES RÉELLES DE LA DETTE PUBLIQUE. ou comment les intérêts payés sur la dette nourrissent la dette CAUSES RÉELLES DE LA DETTE PUBLIQUE ou comment les intérêts payés sur la dette nourrissent la dette Explications préalables Il y a quelques années nous avions demandé à l INSEE de nous fournir le montant

Plus en détail

Mise à jour 2007 1 Comptabilité intermédiaire - Analyse théorique et pratique, Recueil de solutions commentées. Chapitre 23

Mise à jour 2007 1 Comptabilité intermédiaire - Analyse théorique et pratique, Recueil de solutions commentées. Chapitre 23 Mise à jour 2007 1 Chapitre 23 RSC/maj 2007 MGLBD Page 827 Les principales caractéristiques des travaux mis à jour Questions N os 14, 16, 17 Durée Degré de (en min) difficulté Problèmes de compréhension

Plus en détail

LE CANADA A BESOIN D UNE NOUVELLE SÉRIE DE BAISSES D IMPÔ

LE CANADA A BESOIN D UNE NOUVELLE SÉRIE DE BAISSES D IMPÔ LE CANADA A BESOIN D UNE NOUVELLE SÉRIE DE BAISSES D IMPÔ T DAVID STEWART-PATTERSON VICE-PRÉSIDENT DIRECTEUR DEVANT LE COMIT É PERMANENT DES FINANCES NOVEMBRE 2004 Merci de nous donner encore une fois

Plus en détail

Série 2, 2014. Nom : Prénom : No de candidat : Date d'examen :...

Série 2, 2014. Nom : Prénom : No de candidat : Date d'examen :... Procédures de qualification ECONOMIE Gestionnaire du commerce de détail CFC Série 2, 2014 Nom : Prénom : No de candidat : Date d'examen :............ Durée de l'épreuve : Moyens auxiliaires autorisés :

Plus en détail

Pour parler de ces garanties il faut faire référence au Code civil du Québec et de la loi de la protection du consommateur.

Pour parler de ces garanties il faut faire référence au Code civil du Québec et de la loi de la protection du consommateur. LES GARANTIES AU QUÉBEC : Le présent texte a été écrit par VE2CYJ Me Jacques Savard ce texte a pour but d informer la communauté radio amateur du Québec. La garantie légale versus la garantie conventionnelle

Plus en détail

L achat de biens immobiliers américains par des Canadiens

L achat de biens immobiliers américains par des Canadiens BMO Groupe financier PAGE 1 L achat de biens immobiliers américains par des Canadiens La faiblesse des prix de l immobilier au sud de la frontière, a amené bon nombre de Canadiens à envisager l acquisition

Plus en détail

Régime de retraite des chargés de cours Comment et pourquoi y contribuer?

Régime de retraite des chargés de cours Comment et pourquoi y contribuer? Régime de retraite des chargés de cours Comment et pourquoi y contribuer? Le présent document a pour but de vous faire connaître le Régime de retraite des chargés de cours de l Université du Québec (RRCCUQ)

Plus en détail

CORPORATION DATACOM WIRELESS

CORPORATION DATACOM WIRELESS États financiers de CORPORATION DATACOM WIRELESS pour les périodes de trois mois arrêtées les 31 mars 2008 et 2007 États financiers États financiers Bilans... 1 États des résultats et du résultat étendu...

Plus en détail

3 Les droits de cotisation inutilisés peuvent être reportés indéfiniment

3 Les droits de cotisation inutilisés peuvent être reportés indéfiniment Le Compte d épargne libre d impôt (CELI) donne aux Canadiens un nouveau moyen d épargner en franchise d impôt. Lorsque vous cotisez à un CELI, votre placement fructifie à l abri de l impôt et vous n aurez

Plus en détail

Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes

Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes Le chapitre X consacré à l optique dépenses de la comptabilité nationale nous a donné l occasion de décrire la structure

Plus en détail

DOSSIER DOCUMENTAIRE CHAPITRE 1

DOSSIER DOCUMENTAIRE CHAPITRE 1 DOSSIER DOCUMENTAIRE CHAPITRE 1 Document 1 : Quelques énigmes préalables Enigme 1 - Un homme vient sonner à votre porte. Il vous propose de vous vendre des bouteilles à oxygène à 20 euros pièces. 1) Acceptez-vous?

Plus en détail

Réforme BALLADUR, réforme FILLON Baisse programmée des pensions de retraite.

Réforme BALLADUR, réforme FILLON Baisse programmée des pensions de retraite. Réforme BALLADUR, réforme FILLON Baisse programmée des pensions de retraite. Un patron du CAC 40 gagne, en moyenne, 400 fois le smic. Si on imposait les plus-values des actionnaires, on pourrait financer

Plus en détail

Présentation pré-budgétaire. Comité permanent des finances de la Chambre des communes. l Association of Equipment Manufacturers

Présentation pré-budgétaire. Comité permanent des finances de la Chambre des communes. l Association of Equipment Manufacturers Présentation pré-budgétaire À l attention du Comité permanent des finances de la Chambre des communes Sommaire par l Association of Equipment Manufacturers L AEM représente plus de 850 membres qui offrent

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

La loi fédérale sur le travail établit

La loi fédérale sur le travail établit Guide des normes de travail minimales, des retenues salariales et des indemnités de départ en cas de congédiement injuste au Mexique La loi fédérale sur le travail établit les normes de travail minimales

Plus en détail

14. Les concepts de base d une économie ouverte

14. Les concepts de base d une économie ouverte 14. Les concepts de base d une économie ouverte Jusqu ici, hypothèse simplificatrice d une économie fermée. Economie fermée : économie sans rapport économique avec les autres pays pas d exportations, pas

Plus en détail

Retrait progressif de la pièce de un cent FAQ pour les membres

Retrait progressif de la pièce de un cent FAQ pour les membres Retrait progressif de la pièce de un cent FAQ pour les membres 1. Ce projet affectera-t-il toutes les transactions? Non. Les changements concerneront uniquement les achats en espèces lorsque la monnaie

Plus en détail

ENQUETE ESS. Introduction

ENQUETE ESS. Introduction ENQUETE ESS Introduction L European Social Survey (ESS) est une étude en série reconduite tous les deux ans. Cette enquête est conçue afin de mesurer les attitudes sociales contemporaines des européens

Plus en détail

Pas d installations ou d équipement particuliers.

Pas d installations ou d équipement particuliers. COURS FIN1010 : Niveau : Préalable : Description : Paramètres : INFORMATION FINANCIÈRE PERSONNELLE Débutant Aucun L élève explore les concepts qui touchent aux finances des particuliers, y compris le code

Plus en détail

L E T A C T I C I E N

L E T A C T I C I E N L E T A C T I C I E N Groupe Lanoue Taillefer Audet Mai 2006 Volume 5 - numéro 2 Jean Lanoue, CA Michel Taillefer Jean-Marie Audet, CA La baisse du taux de la TPS de 1 % Un été chaud pour les notaires!

Plus en détail

Évolution de l'inflation par classe de revenu

Évolution de l'inflation par classe de revenu Bijlage/Annexe 4 DÉPARTEMENT DES ÉTUDES Évolution de l'inflation par classe de revenu. Introduction Dans le contexte des récentes fortes variations des prix des matières premières et de leurs impacts sur

Plus en détail

Prix Evolution générale 2010 2014 L évolution année par année PRIX

Prix Evolution générale 2010 2014 L évolution année par année PRIX Prix Panorama Evolution générale 2010 2014 De 2010 à 2014, l indice suisse des prix à la consommation (IPC) a reculé de 0,7%. Du côté des producteurs et importateurs, l indice des prix de l offre totale

Plus en détail

Hausse du prix des hydrocarbures

Hausse du prix des hydrocarbures ISSN 1715-2682 Volume 1, numéro 2 17 août 2005 Hausse du prix des hydrocarbures Impact sur les équilibres financiers du Québec Sommaire 1. L augmentation du prix de l essence à la pompe depuis 1999 s explique

Plus en détail

Porter la voix des femmes

Porter la voix des femmes Mars 2011 Aide sociale L Aide sociale en Ontario est constituée de deux programmes. Premièrement, Ontario au travail (OT), un programme de dernier recours qui vise les personnes qui n ont pas d autres

Plus en détail