Centre Antipoison et de Toxicovigilance Strasbourg Tél:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Centre Antipoison et de Toxicovigilance Strasbourg Tél: 03 88 37 37 37"

Transcription

1 Centre Antipoison et de Toxicovigilance Strasbourg Tél: Les CAP français en 2009 Réponse téléphonique Toxicovigilance Flesch Françoise

2 QU EST CE QU UN CENTRE ANTIPOISON Art D (Décret du 17 septembre 1996) Les centres antipoison sont chargés de répondre, notamment en cas d urgence, à toute demande d évaluation des risques et à toute demande d avis ou de conseil concernant le diagnostic, le pronostic et le traitement des intoxications humaines, accidentelles ou volontaires, individuelles ou collectives, aiguës ou non, provoquées par tout produit ou substance d origine naturelle ou de synthèse, disponible sur le marché ou présent dans l environnement.

3 Un CAP est un service médical accessible 24h/24, qui donne avis ou conseil à tout type de public (médecins, particuliers, pharmaciens, paramédicaux ) en cas d intoxications par tout type de produit (médicaments, produits ménagers, industriels, cosmétiques, phytopharmaceutiques, plantes, champignons )

4 Les CAPTV en France CAP de Strasbourg compétence territoriale Alsace/Franche Comté

5 Missions réponse téléphonique urgente ( RTU) 24h/24 toxicovigilance (surveillance des effets toxiques pour l homme d un produit, d une substance ou d une pollution aux fins de mener des actions d alerte, de prévention, de formation et d information) Décret N du 28 septembre mars 2009: députés ont voté, dans le projet de loi HPST, obligation de déclaration des cas d intoxication par les professionnels de santé enseignement; recherche; éducation sanitaire; prévention

6 Le Centre Antipoison de Strasbourg Nouvel Hôpital Civil Tél : Fax : Adresse : Hôpitaux Universitaires de Strasbourg - BP Strasbourg. Équipe médicale : 1 PH. 1 PHTP. 4 praticiens attachés (1,7 ETP). 1 interne. 2 externes (1 médecine - 1 pharmacie) 9 médecins seniors participant aux gardes

7 CAPTV de Strasbourg Tél: :

8 Missions du Centre Antipoison de Strasbourg 1. Permanence téléphonique 24h/24, 7J/7 2.Toxicovigilance 3. Service de renseignement et d information en cas d incident ou d accident industriel ou de pollution environnementale. Astreinte nationale de toxicologie (CAP + InVS + DGS) 4. Permanence téléphonique «air santé» 5. Gestion, avec la pharmacie, du stock d antidotes 6. Recherche 7. Enseignement 8. Prévention 9. Collaboration étroite avec le Samu Environnement Alsace

9 Réponse Téléphonique 24H/24 7J/7 CAPTV Strasbourg

10 Nombre d appels

11 Origine géographique de l appel 18% FC 2% 68 2% 5% 67 56% 16% Bas-Rhin Haut-Rhin Franche Comté Vosges Moselle Autres

12 Provenance de l appel 4% 3% 6% 52% 35% Public Corps médical Personnel de santé Autres Non précisé

13 Motif de l appel Intoxications: 85%

14 Age 1% 1% 1% 2% 4% 20% 4% 1-4 ans 35% 6% 7% 7% 4% 3% 5% < 1 > 1 <4 >5 <9 >10 <14 >15 <19 >20 <29 >30 <39 >40 <49 >50 <59 >60 <69 >70 <79 >80 <89 >90 <99 Inconnu

15 Circonstances d intoxication Erreur thérapeutique 7% Domestique 59% Professionnel 4% Suicide 16%

16 Animaux Autres Aliments Agents étiologiques alcool plantes Pesticides Gaz toxiques Champignons medicaments Prod. Indust

17 Traitement conseillé Surveillance médicale 26% Abstention 45% Symptomatique 24% Aucun Symptomatique Surveillance médicale Intubation Evacuateur (LG ou VP) Antidote Charbon activé

18 Evolution <1% 0.16% 8% Guérison Séquelles Décès Inconnue

19 SICAP BNCI BNPC 9 CAPTV/10 en 2008

20

21 Réponse téléphonique 2008 SICAP - 9 CAPTV/ victimes humaines dans la base victimes en décès soit 0,14% surveillance à domicile hospitalisations aux urgences 1560 hospitalisations en réanimation

22 Toxicovigilance

23 TV = Alerte - Surveillance - Enquêtes Alerte CAP peut générer l alerte : symptôme inattendu, produit nouveau, circonstances particulières, détournement d usage, augmentation de fréquence CAP peut être destinataire d une alerte en provenance des autorités sanitaires Surveillance Intoxications au monoxyde de carbone Plombémies et Saturnisme chez l enfant mineur Morts toxiques Enquêtes rétrospectives et/ou prospectives

24 Toxicovigilance: coordination nationale Comité de coordination regroupe : InVS, 13 CAP/TV, Afssa, Afssaps, Afsset, DGS. Crée en juillet Centralise et analyse des données, produit des recommandations aux tutelles, fait une évaluation des risques, gère les alertes et les saisines, propose des actions préventives. Cellule opérationnelle Président + Vice-président + secrétaire ( InVS) un membre de chacune des agences Groupes de travail spécialisés médicaments accidents domestiques par agents chimiques (ADAC) produits phytopharmaceutiques

25 Toxicovigilance : outils et partenaires Outils : Systèmes d Informations des CAP TV (SICAP) BNCI (Banque Nationale des Cas d Intoxications) BNPC (Banque Nationale des Produits et Compositions) ToxAlert (communication, aide à la gestion des alertes, recueil standardisé des données) Partenaires nationaux InVS, Afssa, Afsset, Afssaps, DGS Partenaires locaux Agences de sécurité sanitaires (DDASS, DRASS, CIRE) collaboration avec les autres vigilances sanitaires Acteurs de terrain locaux : personnel de santé

26 Toxicovigilance : déclarations Sont à déclarer par les professionnels de santé : tout cas d intoxication ne relevant pas des autres systèmes de vigilance et présentant au moins un des caractères de gravité suivants: Décès du patient Mise en jeu du pronostic vital Incapacité temporaire ou permanente Anomalie ou malformation congénitale Tous les cas autres : détournement d usage, circonstances inhabituelles, symptômes inattendus

27 Toxicovigilance : enquêtes prospectives nationales en cours Ingestion de substances corrosives En collaboration avec service de chirurgie de l hôpital St Louis et soutien de l AFC, SFCD, SNG, SFED. Recensement national dont l objectif est: Épidémiologie pour actions de prévention ciblées Identification des centres experts nationaux susceptibles de participer à des essais multicentriques validant de nouvelles approches thérapeutiques Pignons de pin et amertume buccale Colliger les cas Récupérer les pignons incriminés pour identifier les filières d importation et de commercialisation Proposer les échantillons aux analystes : graines rances, traitées ou non comestibles?

28 Conclusions Mise en place d un système de surveillance à partir des données des centres antipoison = enjeux majeur de la TV pour les années à venir Surveillance des tendances temporelles ou spaciales Détection d événements rares, inhabituels ou graves Alerte des pouvoirs publics

29 STRASTOX Lettre d information toxicologique du CAP-TV de Strasbourg

30 STRASTOX Pour vous inscrire à la liste de distribution :

31 Merci de votre attention

Centres antipoison et de toxicovigilance. Réponse téléphonique à l urgence toxicologique

Centres antipoison et de toxicovigilance. Réponse téléphonique à l urgence toxicologique Centres antipoison et de toxicovigilance Réponse téléphonique à l urgence toxicologique CENTRES ANTIPOISON 1949 : Premier CAP, aux Pays Bas 1959 : Premier CAP français, Paris 1998 : 10 CAP français Répartition

Plus en détail

Identification et évaluation de signaux faibles en Toxicovigilance

Identification et évaluation de signaux faibles en Toxicovigilance Identification et évaluation de signaux faibles en Toxicovigilance 3 ème Congrès National de Santé et Environnement, SFSE, 5-6 décembre 2012 VIRIOT Delphine 1, SINNO-TELLIER Sandra 1, MANEL Jacques 2 1

Plus en détail

Les Cellules de l InVS en région (CIRE)

Les Cellules de l InVS en région (CIRE) Les Cellules de l InVS en région (CIRE) L Institut ARS de et Veille CIRESanitaire InVS : Etablissement public de l Etat, sous tutelle du ministère de la santé MISSIONS : Loi SP de 2004 la surveillance

Plus en détail

Soins infirmiers et gestion des risques

Soins infirmiers et gestion des risques Soins infirmiers et gestion des risques I. Principe de précaution Hippocrate disait «soulager le malade et ne pas lui nuire» Cet adage «primun non cere» est le principe de la base de la médecine II. La

Plus en détail

Evaluation des risques liés à l utilisation d alcool à brûler

Evaluation des risques liés à l utilisation d alcool à brûler COMITE DE COORDINATION DE TOXICOVIGILANCE Président : Dr Robert GARNIER (CAP Paris) ; Viceprésident : Dr Philippe SAVIUC (CTV Grenoble) Secrétariat : Amandine COCHET (InVS) CAP Angers, CAP Bordeaux, CTV

Plus en détail

Organisation de la veille sanitaire et de l alerte en région Midi-Pyrénées

Organisation de la veille sanitaire et de l alerte en région Midi-Pyrénées Organisation de la veille sanitaire et de l alerte en région Midi-Pyrénées Valérie Schwoebel 1, Pascal Fabre 2, 1 Cellule de l InVS en région Midi-Pyrénées 2 ARS Midi-Pyrénées - Service de Prévention et

Plus en détail

Surveillance intoxications au CO Lorraine

Surveillance intoxications au CO Lorraine Surveillance intoxications au CO Lorraine Colmu 7/12/21 Cire Est S.Raguet La surveillance des intoxications au CO Surveillance épidémiologique France métropolitaine, depuis 25, pilotée par l InVS Double

Plus en détail

!"# $% "&'!"# $% &( )"%&*%+&,,%&,)$

!# $% &'!# $% &( )%&*%+&,,%&,)$ !"# $% "&'!"# $% &( )"%&*%+&,,%&,)$ Lutte contre les intoxications par le CO est apparue comme 1. Un des objectifs de la loi de santé publique (n 2004-806 du 9 août 2004) objectif n 23 Habitat (JO n 185

Plus en détail

Gestion des risques Vigilances sanitaires

Gestion des risques Vigilances sanitaires Gestion des risques Vigilances sanitaires Dr François L Hériteau Centre de Coordination de la Lutte contre les Infections Nosocomiales Paris-Nord Le risque Un DANGER, plus ou moins prévisible Ne pas confondre:

Plus en détail

par Bernard Estivals

par Bernard Estivals Fiches de médecine nucléaire n 6-1- Médecine nucléaire par Bernard Estivals Fiche n 6 : La démarche de gestion des risques dans les établissements de santé Largement initiée dans l industrie (nucléaire,

Plus en détail

CHAPITRE 3 : LES ORGANES DES DIFFERENTS DISPOSITIFS DE VIGILANCES, DE QUALITE ET DE GESTION DES RISQUES

CHAPITRE 3 : LES ORGANES DES DIFFERENTS DISPOSITIFS DE VIGILANCES, DE QUALITE ET DE GESTION DES RISQUES CHAPITRE 3 : LES ORGANES DES DIFFERENTS DISPOSITIFS DE VIGILANCES, DE QUALITE ET DE GESTION DES RISQUES SECTION 1 : Le comité de pilotage, de la qualité et de la certification 1. Composition Le comité

Plus en détail

Le Département de Veille Sanitaire du CHU de Grenoble.

Le Département de Veille Sanitaire du CHU de Grenoble. 1 Le Département de Veille Sanitaire du CHU de Grenoble. Une expérience de gestion intégrée de la qualité et des risques sanitaires. P François, MR Mallaret, J Shum, V Danel. PFrancois@chu-grenoble.fr

Plus en détail

Recommandations. pour améliorer le dispositif national de veille sanitaire

Recommandations. pour améliorer le dispositif national de veille sanitaire Recommandations pour améliorer le dispositif national de veille sanitaire La loi relative au renforcement de la veille sanitaire et du contrôle de la sécurité sanitaire des produits destinés à l homme

Plus en détail

Gestion de crise en Pharmacovigilance

Gestion de crise en Pharmacovigilance Cours DIU FIEC 16 octobre 2008 Véronique LAMARQUE PFIZER Senior Directeur Évaluation de Santé, Sécurité et Gestion de Risque Une définition... parmi d autres Une crise est un événement qui survient quand

Plus en détail

La cartographie des risques : Outils et méthodes

La cartographie des risques : Outils et méthodes La cartographie des risques : Outils et méthodes SOFGRES Anne-Monique CUNY 22 mars 212- ARS Poitou Charentes SOFGRES Société Française de Gestion des Risques en Etablissement de Santé Association créée

Plus en détail

ORGANISATION DE LA LUTTE CONTRE LES INFECTIONS LIEES AUX SOINS ROLE ET MISSION DES CORRESPONDANTS

ORGANISATION DE LA LUTTE CONTRE LES INFECTIONS LIEES AUX SOINS ROLE ET MISSION DES CORRESPONDANTS ORGANISATION DE LA LUTTE CONTRE LES INFECTIONS LIEES AUX SOINS ROLE ET MISSION DES CORRESPONDANTS Corinne FREMOND-LEJEUNE Resclin-Champagne-Ardenne resclin@chu-reims.fr Les ateliers du Resclin 2008/2009

Plus en détail

SATURNISME PROFESSIONNEL : A PROPOS D'UN FOYER D'INTOXICATION COLLECTIVE.

SATURNISME PROFESSIONNEL : A PROPOS D'UN FOYER D'INTOXICATION COLLECTIVE. SATURNISME PROFESSIONNEL : A PROPOS D'UN FOYER D'INTOXICATION COLLECTIVE. Mathieu KERGRESSE - Patrick HARRY - Sandrine ROUSSEAU Françoise BRACONNIER - Catherine MOREL INTRODUCTION : L'intoxication au plomb

Plus en détail

Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA)

Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA) Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA) Historique : d abord il y eut la conférence régionale de santé Conférences Régionales de Santé (CRS) installées par les ordonnances du 24 avril 1996

Plus en détail

Evènements indésirables graves en maternité.

Evènements indésirables graves en maternité. Evènements indésirables graves en maternité. Bilan de 4 années de recueil prospectif au CHU de Toulouse. Pr. O. Parant, M.Herman, E.Delon, C fleury CHU Toulouse Introduction (1) Améliorer la qualité en

Plus en détail

Saturnisme professionnel: à propos d un dun foyer d intoxication collective M. KERGRESSE, S. ROUSSEAU, F. BRACONNIER, C. MOREL, P. HARRY Centre antipoison ANGERS, DRTEFP Centre, SAN-T-BTP BLOIS 30 e JOURNEES

Plus en détail

COMITE DE COORDINATION DES VIGILANCES ET DE GESTION DES RISQUES

COMITE DE COORDINATION DES VIGILANCES ET DE GESTION DES RISQUES 1/8 CENTRE HOSPITALIER INTERCOMMUNAL AMBOISE ~ CHÂTEAU-RENAULT Rue des Ursulines B.P. 329 37403 AMBOISE Cedex COMITE DE COORDINATION DES VIGILANCES ET DE GESTION DES RISQUES REGLEMENT INTERIEUR 2/8 TEXTES

Plus en détail

et la gestion des alertes

et la gestion des alertes Le signalement des infections nosocomiales et la gestion des alertes L expérience française Bruno Coignard, MD, MSc Institut de veille sanitaire, Saint-Maurice, France JAPI, Québec, 20/11/2008 Plan de

Plus en détail

L accès au marché d un médicament :

L accès au marché d un médicament : L accès au marché d un médicament : Avant de se retrouver derrière le comptoir d une pharmacie, un médicament passe par différentes phases, de la découverte de la molécule à la fixation de son prix par

Plus en détail

EVALUATION DES RISQUES LIES A L UTILISATION D ALLUME-FEU SOLIDES

EVALUATION DES RISQUES LIES A L UTILISATION D ALLUME-FEU SOLIDES COMITE DE COORDINATION DE TOXICOVIGILANCE Président : Dr Robert GARNIER (CAP Paris) ; Vice-président : Dr Philippe SAVIUC (CTV Grenoble) Secrétariat scientifique : Dr Sandra SINNO-TELLIER (InVS) CAP Angers,

Plus en détail

ET MATERIOVIGILANCE EXPERIENCE AU CHU DE GRENOBLE. 10, 11 et 12 octobre 2006 Fabienne REYMOND Delphine SCHMITT

ET MATERIOVIGILANCE EXPERIENCE AU CHU DE GRENOBLE. 10, 11 et 12 octobre 2006 Fabienne REYMOND Delphine SCHMITT COORDINATION DU RISQUE SANITAIRE ET MATERIOVIGILANCE EXPERIENCE AU CHU DE GRENOBLE 10, 11 et 12 octobre 2006 Fabienne REYMOND Delphine SCHMITT CONTEXTE REGLEMENTAIRE DIRECTIVES EUROPEENNES RELATIVES AUX

Plus en détail

L évaluation des biocides à l Anses

L évaluation des biocides à l Anses L évaluation des biocides à l Anses Catherine Gourlay-Francé Direction des produits réglementés 23 juin 2015 L Anses Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail

Plus en détail

mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité

mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité Réunion nationale des OMEDIT 26 mai 2011 Valerie Salomon Bureau Qualité et sécurité des soins Sous direction du pilotage de la performance

Plus en détail

Code : CD-176-2008. Page 1 de 6. Type de document : Politique Révision prévue : 2011

Code : CD-176-2008. Page 1 de 6. Type de document : Politique Révision prévue : 2011 Adopté par : Code : CD-176-2008 Page 1 de 6 Type de document : Politique Révision prévue : 2011 Comité de direction Adopté le : 2008-10-07 Entré en vigueur le : 2008-10-07 Révisé le : Document(s) remplacé(s)

Plus en détail

Organisation de la prévention des infections associées aux soins (IAS) en France

Organisation de la prévention des infections associées aux soins (IAS) en France Organisation de la prévention des infections associées aux soins (IAS) en France Dr Jeanne-Marie GERMAIN Antenne régionale du C.CLIN 1 ère journée régionale des représentants des usagers des CRUQPEC et

Plus en détail

L impact des avis des usagers sur l amélioration de la prise en charge du patient dans un CHU

L impact des avis des usagers sur l amélioration de la prise en charge du patient dans un CHU L impact des avis des usagers sur l amélioration de la prise en charge du patient dans un CHU Michèle WOLF, MCU-PH, Direction de la qualité, de la coordination des risques et des relations avec les usagers,

Plus en détail

Les chutes des personnes âgées : un enjeu majeur de santé publique

Les chutes des personnes âgées : un enjeu majeur de santé publique Accidents de la vie quotidienne : surveillance et prévention Les chutes des personnes âgées : un enjeu majeur de santé publique Gaëlle PÉDRONO Chargée d études scientifiques Julie BODARD, Laure CARCAILLON,

Plus en détail

Catalogue de Formation 2012

Catalogue de Formation 2012 Catalogue de Formation 2012 GREENTIPS Prévention des risques chimiques Initiation au risque amiante Les agents C.M.R. : connaissances réglementaires et actions de prévention GREENTIPS 91 C route des Romains

Plus en détail

Articulation hygiène et gestion des risques

Articulation hygiène et gestion des risques Articulation hygiène et gestion des risques Prévention du risque infectieux et gestion des risques Marie-Françoise DUMAY SFHH SIIHH 5 juin 2008 Politique nationale (1) DHOS - DGS Recommandations : mise

Plus en détail

STATUT JURIDIQUE DES MEDICAMENTS ET AUTRES PRODUITS DE SANTE.

STATUT JURIDIQUE DES MEDICAMENTS ET AUTRES PRODUITS DE SANTE. STATUT JURIDIQUE DES MEDICAMENTS ET AUTRES PRODUITS DE SANTE. I) Définition du médicament. «On entend par médicament toute substance ou composition présentée comme possédant des propriétés curatives ou

Plus en détail

Réforme des agences et des vigilances sanitaires Pascal Mélihan-Cheinin Chef du projet de la réforme des agences et des vigilances

Réforme des agences et des vigilances sanitaires Pascal Mélihan-Cheinin Chef du projet de la réforme des agences et des vigilances Réforme des agences et des vigilances sanitaires Pascal Mélihan-Cheinin Chef du projet de la réforme des agences et des vigilances Direction générale de la santé, Ministère des affaires sociales, de la

Plus en détail

Pharmacovigilance. Cours DIU Chef de Projet 13/04/12 Dr Raphaël Serreau Pharmacologue - Paris

Pharmacovigilance. Cours DIU Chef de Projet 13/04/12 Dr Raphaël Serreau Pharmacologue - Paris Pharmacovigilance Cours DIU Chef de Projet 13/04/12 Dr Raphaël Serreau Pharmacologue - Paris VIGILANCE DES ESSAIS CLINIQUES : LES DEFINITIONS ET LES NOUVEAUX ACRONYMES 2 DÉFINITIONS (1) Événement indésirable

Plus en détail

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier :

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier : Filière métier : Fiche de poste Présentation du poste Intitulé de poste Coefficient de référence CCN51 Métier CCN51 Poste du supérieur hiérarchique Direction de rattachement Localisation géographique IDE

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2012 1

CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2012 1 CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2012 1 Le réseau de correspondants médicaux et paramédicaux en hygiène hospitalière - la coordination et l animation sont assurées par l EOHH (infirmier et/ou

Plus en détail

PROJET EDUCATION THÉRAPEUTIQUE PEP S 37

PROJET EDUCATION THÉRAPEUTIQUE PEP S 37 PROJET EDUCATION THÉRAPEUTIQUE PEP S 37 Patient(e)s atteint(e)s d un cancer du sein BINOIT NATHALIE ROUSSEAU SOPHIE 17 JUIN 2014 Pourquoi ce projet? Le cancer : une maladie chronique? Les soins de support

Plus en détail

Séminaire LCSQA "Épisodes de pollution et mesures d urgence"

Séminaire LCSQA Épisodes de pollution et mesures d urgence Séminaire LCSQA "Épisodes de pollution et mesures d urgence" Jeudi 22 mai 2014 Messages sanitaires Marie FIORI (chargée du dossier Qualité de l air extérieur) Sous-direction de la Prévention des risques

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE GROUPE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE CAREMEAU Place du Professeur Robert Debré - 30029 NIMES cedex 9 CENTRE MULTIDISCIPLINAIRE DE DIAGNOSTIC PRENATAL Tél. secrétariat : 04.66.68.43.67

Plus en détail

La recherche clinique :

La recherche clinique : La recherche clinique : Aspects Administratifs et Financiers Pascal Thomas EMRC PACA 20 juin 2014 Essai thérapeutique Tester un nouveau traitement (ou existant), ou un dispositif L'objectif principal =

Plus en détail

Suivi et mise à jour du DU et du PAP sur Agirhe

Suivi et mise à jour du DU et du PAP sur Agirhe Suivi et mise à jour du DU et du PAP sur Agirhe Sommaire de la présentation A. Rappel de la réglementation 1) Le document unique (DU) 2) Le programme annuel de prévention (PAP) B. Méthodologie de suivi

Plus en détail

Intoxications au monoxyde de carbone dans la région Ile-de-France en 2005

Intoxications au monoxyde de carbone dans la région Ile-de-France en 2005 Santé environnement Intoxications au monoxyde de carbone dans la région Ile-de-France en 2005 Bilan épidémiologique de la première année du nouveau dispositif national de surveillance Sommaire Abréviations

Plus en détail

LES PHARMACIENS PANORAMA AU 1 ER JANVIER 2015

LES PHARMACIENS PANORAMA AU 1 ER JANVIER 2015 RÉGION ALSACE PANORAMA ÉLÉMENTS DÉMOGRAPHIQUES LES PANORAMA AU 1 ER JANVIER 2015 A B C D E G H DONNÉES GÉNÉRALES Nombre d inscrits physiques 1 954 (1 941 en 2013, +0,7%) Inscriptions nouvelles 61 (65 en

Plus en détail

Le circuit économique et l évaluation médico-économique du médicament

Le circuit économique et l évaluation médico-économique du médicament Le circuit économique et l évaluation médico-économique du médicament Présenté par Hans-Martin Späth Département pharmaceutique de Santé Publique, ISPB, Université Lyon 1 Plan L Autorisation de Mise sur

Plus en détail

Rôle du Médecin du Travail. interactions avec les différentes instances

Rôle du Médecin du Travail. interactions avec les différentes instances Risques liés aux Accidents Exposant au Sang : Rôle du Médecin du Travail & interactions avec les différentes instances Dr Martine Domart-Rançon Service de Santé au Travail Hôpital Européen Georges Pompidou

Plus en détail

Exposition humaine à la Chlordécone dans les Antilles

Exposition humaine à la Chlordécone dans les Antilles Exposition humaine à la Chlordécone dans les Antilles Exposition humaine à la Chlordécone dans les Antilles La question de la toxicité de la chlordécone (pesticide largement utilisé aux Antilles) a été

Plus en détail

Prévention et gestion des risques hospitaliers et politique nationale

Prévention et gestion des risques hospitaliers et politique nationale Prévention et gestion des risques hospitaliers et politique nationale La hiérarchisation des risques, une aide à la décision 2 ème congrès de l Afgris 16 et 17 octobre 2003 Direction de l Hospitalisation

Plus en détail

L INFIRMIERE de SANTE au TRAVAIL

L INFIRMIERE de SANTE au TRAVAIL MISSION PRINCIPALE Assister le Médecin du Travail ail dans l ensemble de ses activités Collaboration totale avec le Médecin du Travail Confiance mutuelle des deux parties Spécificité Infirmière complémentaire

Plus en détail

POLITIQUE POLITIQUE DE DÉCLARATION D UN INCIDENT OU D UN ACCIDENT CONCERNANT LES USAGERS, LES VISITEURS ET LES BÉNÉVOLES. 1.

POLITIQUE POLITIQUE DE DÉCLARATION D UN INCIDENT OU D UN ACCIDENT CONCERNANT LES USAGERS, LES VISITEURS ET LES BÉNÉVOLES. 1. TITRE : POLITIQUE DE DÉCLARATION D UN INCIDENT OU D UN ACCIDENT CONCERNANT LES USAGERS, LES VISITEURS ET LES BÉNÉVOLES 1. Préambule La politique et procédure de déclaration d un incident ou d un accident

Plus en détail

Quelle valorisation pour l acte de santé publique en pharmacie d officine Le point de vue syndical Marie Josée Augé-Caumon Présidente du CPOPH

Quelle valorisation pour l acte de santé publique en pharmacie d officine Le point de vue syndical Marie Josée Augé-Caumon Présidente du CPOPH Quelle valorisation pour l acte de santé publique en pharmacie d officine Le point de vue syndical Marie Josée Augé-Caumon Présidente du CPOPH Missions, nouvelles missions, nouveaux rôles du pharmacien

Plus en détail

Mon petit garçon a mordu dans une dosette 3 en 1, il a vomi une fois et il a du produit sur les mains..

Mon petit garçon a mordu dans une dosette 3 en 1, il a vomi une fois et il a du produit sur les mains.. Mon petit garçon a mordu dans une dosette 3 en 1, il a vomi une fois et il a du produit sur les mains.. 1 Mon petit garçon de 3 ans a vidé ma plaquette de pilules, il en restait 8. 2 Service des urgences

Plus en détail

CENTRE D INFORMATION SUR LES MÉDICAMENTSM. Cours Francophone Inter pays de Pharmacovigilance

CENTRE D INFORMATION SUR LES MÉDICAMENTSM. Cours Francophone Inter pays de Pharmacovigilance CENTRE ANTI POISON CENTRE DE PHARMACOVIGILANCE CENTRE D INFORMATION D SUR LES MÉDICAMENTSM Cours Francophone Inter pays de Pharmacovigilance Centre Anti Poison et de Pharmacovigilance du Maroc Dr. N. Rhalem,

Plus en détail

Télémédecine. Téléradiologie

Télémédecine. Téléradiologie Téléradiologie Transmission données numériques Rapide Sécurisée Modes alternatifs d organisation médicale Garder les compétences à l Assistance Publique HPST Art. 78 21 juillet 2009 décret 19 oct 2010

Plus en détail

CHARTE DU RESEAU HEMATOLIM (RESEAU REGIONAL D HEMATOLOGIE DU LIMOUSIN)

CHARTE DU RESEAU HEMATOLIM (RESEAU REGIONAL D HEMATOLOGIE DU LIMOUSIN) CHARTE DU RESEAU HEMATOLIM (RESEAU REGIONAL D HEMATOLOGIE DU LIMOUSIN) Numéro d'identification du Réseau : 960740249 Vu la loi n 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité

Plus en détail

- COMMUNIQUE DE PRESSE 06 JANVIER 2011 - COMMUNIQUE DE PRESSE 06 JANVIER 2011 -

- COMMUNIQUE DE PRESSE 06 JANVIER 2011 - COMMUNIQUE DE PRESSE 06 JANVIER 2011 - REGROUPEMENT DE LA CLINIQUE ADASSA ET DE LA CLINIQUE DU DIACONAT DE STRASBOURG --- NAISSANCE DE LA CLINIQUE ADASSA - DIACONAT --- Strasbourg (Bas-Rhin), le 06 janvier 2011 la clinique Adassa et la clinique

Plus en détail

Programme National pour la Sécurité des Patients

Programme National pour la Sécurité des Patients Programme National pour la Sécurité des Patients Isabelle Martin Marie-France Angelini Tibert Cellule de coordination des vigilances et des risques liés aux soins Nathalie Lugagne Delpon responsable pôle

Plus en détail

FRANCE. La France a choisi de séparer l évaluation du risque de la gestion du risque.

FRANCE. La France a choisi de séparer l évaluation du risque de la gestion du risque. FRANCE I. Synthèse La France a choisi de séparer l évaluation du risque de la gestion du risque. L Agence française de sécurité sanitaire des aliments (A.F.S.S.A.) est chargée des avis scientifiques dans

Plus en détail

Pandémie grippale et continuité d activité

Pandémie grippale et continuité d activité Pandémie grippale et continuité d activité I. Les notions Modes de transmission En Alsace Entreprises concernées Grippe A / H1N1 Infection humaine par un virus grippal d origine porcine. Ce virus appartient

Plus en détail

ACIDE BORIQUE. Analyse des cas d'intoxication rapportés aux CAPTV entre 2000 et 2007

ACIDE BORIQUE. Analyse des cas d'intoxication rapportés aux CAPTV entre 2000 et 2007 COMITE DE COORDINATION DE TOXICOVIGILANCE Président : Dr Robert GARNIER (CAP Paris) ; Vice-président : Dr Philippe SAVIUC (CTV Grenoble) Secrétariat scientifique : Amandine COCHET (InVS), CAP Angers, CAP

Plus en détail

Evaluation des Pratiques Professionnelles des médecins Cadre réglementaire

Evaluation des Pratiques Professionnelles des médecins Cadre réglementaire Evaluation des Pratiques Professionnelles des médecins Cadre réglementaire Pr P François Département de Veille Sanitaire du CHU de Grenoble Haute Autorité de santé : Chargé de Mission pour l Evaluation

Plus en détail

Le signalement des infections nosocomiales

Le signalement des infections nosocomiales Le signalement des infections nosocomiales Bruno GRANDBASTIEN Faculté de Médecine «Henri Warembourg», Université Lille 2 Service de Gestion du Risque Infectieux, des Vigilances et d Infectiologie (SGRIVI),

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 22 décembre 2004 VOGALENE 5 mg, suppositoire sécable (Boîte de 10) Laboratoires SCHWARZ PHARMA métopimazine Liste II Date de l AMM initiale chez

Plus en détail

Grille «Identito-vigilance» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013

Grille «Identito-vigilance» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013 Grille «Identito-vigilance» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013 Les questions sont rés en différentes rubriques se rapportant au thème identito-vigilance. Il est prévu que les différents

Plus en détail

Signalement des infections nosocomiales *

Signalement des infections nosocomiales * Signalement des infections nosocomiales * Le signalement externe E.Laprugne-Garcia FF cadre supérieur de santé en hygiène hospitalière CCLIN Sud-Est XXIIème Congrès SF2H, 8 juin 2011 Un cadre réglementaire.

Plus en détail

La Responsabilité Médicale de l Hépatogastroentérologue

La Responsabilité Médicale de l Hépatogastroentérologue Fiche d information juridique La Responsabilité Médicale de l Hépatogastroentérologue Mars 2011 Isabelle Joly, Lionel Parois, Patrice Pienkowski, Bruno Richard-Molard, René Laugier et la Commission Juridique

Plus en détail

Procédure inter-régionale en cas d épidémie nosocomiale

Procédure inter-régionale en cas d épidémie nosocomiale Annexe Procédure inter-régionale en cas d épidémie nosocomiale Document validé par le Conseil Scientifique du C.CLIN-Ouest le 6 mai 2003 Principes généraux Les épidémie nosocomiales sont définies et prises

Plus en détail

aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé

aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé Champ référentiel 1.2 Chapitre 1, domaine 2 : Juridique Le Dossier Pharmaceutique aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé Les objectifs du DP Acteur

Plus en détail

DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION

DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION 1 ère journée Durée : 6 heures sur les expériences de chacun, Travail en sous-groupes et Synthèse collective. 1. Prise de contact Créer les conditions

Plus en détail

Analyse et gestion d un évènement indésirable associé aux soins

Analyse et gestion d un évènement indésirable associé aux soins Analyse et gestion d un évènement indésirable associé aux soins Programme de développement professionnel continu Date : juin 2013 Comité de Coordination de l Evaluation Clinique et de la Qualité en Aquitaine

Plus en détail

2CSI. Organisations de Santé 2.C.S.I

2CSI. Organisations de Santé 2.C.S.I 2CSI 1 PAGE D'EVOLUTIONS Ecrit par Dr Marie-José BOTTO 11 Décembre 2011 MONGABOURE Contrôlé par Jean-Pierre COMMES 13 Décembre 2011 INDICE DATE PARAGRAPHE OBSERVATIONS 1 11.12.2011 TOUS 1ére Edition Tout

Plus en détail

LE POINT TOX. N 7 - Juillet 2013. Bulletin du réseau de toxicovigilance de La Réunion L ÉVOLUTION TEMPORELLE DU NOMBRE D INTOXICATIONS

LE POINT TOX. N 7 - Juillet 2013. Bulletin du réseau de toxicovigilance de La Réunion L ÉVOLUTION TEMPORELLE DU NOMBRE D INTOXICATIONS LE POINT TOX Bulletin du réseau de toxicovigilance de La Réunion N - Juillet 213 Dans ce bulletin d information, nous vous présentons l évolution temporelle du nombre d intoxications à la Réunion recensées

Plus en détail

DE L ÉVALUATION À L ANTICIPATION DES RISQUES Louis Laurent (ANSES) SÉMINAIRE SCIENTIFIQUE ANNUEL 15 octobre 2015 Maison de la Chimie PARIS

DE L ÉVALUATION À L ANTICIPATION DES RISQUES Louis Laurent (ANSES) SÉMINAIRE SCIENTIFIQUE ANNUEL 15 octobre 2015 Maison de la Chimie PARIS DE L ÉVALUATION À L ANTICIPATION DES RISQUES Louis Laurent (ANSES) SÉMINAIRE SCIENTIFIQUE ANNUEL 15 octobre 2015 Maison de la Chimie PARIS Missions de L ANSES 3 métiers L évaluation de risque, La délivrance

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

IDE Unité de Psychiatrie Générale

IDE Unité de Psychiatrie Générale IDE Unité de Psychiatrie Générale CONTEXTE : Centre Hospitalier de Dax Côte d Argent Directeur d établissement : Mr CAZENAVE Direction fonctionnelle : Mme FRECON Site : Yves du MANOIR Pôle d activité :

Plus en détail

ASSISES DU RISQUE PMI 12 Juin 2008. www.triadis.fr. Management des situations de crise. S organiser. Communiquer. Patrick PIZA

ASSISES DU RISQUE PMI 12 Juin 2008. www.triadis.fr. Management des situations de crise. S organiser. Communiquer. Patrick PIZA ASSISES DU RISQUE PMI 12 Juin 2008 Management des situations de crise www.triadis.fr S organiser Communiquer Patrick PIZA LES MISSIONS CONSEIL L ÉQUIPE TRIADIS 5 consultants seniors - 2 assistantes 3 consultants

Plus en détail

Titre III : Médecine de prévention.

Titre III : Médecine de prévention. Titre III : Médecine de prévention. Article 10 Modifié par Décret n 2011-774 du 28 juin 2011 - art. 19 Un service de médecine de prévention, dont les modalités d organisation sont fixées à l article 11,

Plus en détail

PLAC E DE L AN ALYS E TOXIC OLOG IQUE EN URGE NCE HOSP ITALI ERE

PLAC E DE L AN ALYS E TOXIC OLOG IQUE EN URGE NCE HOSP ITALI ERE PLAC E DE L AN ALYS E TOXIC OLOG IQUE EN URGE NCE HOSP ITALI ERE CHEFIRAT B. Les intoxications aiguës constituent un réel problème de santé publique dont l impact reste encore à évaluer. Le nombre total

Plus en détail

CENTRE ANTIPOISON DE LILLE

CENTRE ANTIPOISON DE LILLE RAPPORT ANNUEL 2001 CENTRE ANTIPOISON DE LILLE Docteur Monique MATHIEU-NOLF, Chef de Service PRESENTATION DU CENTRE ANTIPOISON DE LILLE 1 INTRODUCTION 2 DONNEES GENERALES 2 ANALYSES DES PRATIQUES : ORGANISATION,

Plus en détail

CONGES MALADIE ET ACCIDENTS DE SERVICE ET FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

CONGES MALADIE ET ACCIDENTS DE SERVICE ET FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE CONGES MALADIE ET ACCIDENTS DE SERVICE ET FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE PROTECTION SOCIALE DES AGENTS TERRITORIAUX En cas de congé pour maladie l agent voit son maintien de rémunération assuré par sa

Plus en détail

Suspicion de cas groupés de syndrome de choc toxique en lien avec l utilisation de tampons périodiques, Pays de la Loire, mars 2013

Suspicion de cas groupés de syndrome de choc toxique en lien avec l utilisation de tampons périodiques, Pays de la Loire, mars 2013 Suspicion de cas groupés de syndrome de choc toxique en lien avec l utilisation de tampons périodiques, Pays de la Loire, mars 2013 Delphine BARATAUD 1, Christiane MICHALEVICZ 2, Jean-Michel Liet 3, Nicolas

Plus en détail

Surveillance épidémiologique des noyades

Surveillance épidémiologique des noyades Juillet 2010 Maladies chroniques et traumatismes Maladies chroniques et traumatismes Surveillance épidémiologique des noyades Enquête NOYADES 2009, 1 er juin-30 septembre 2009 Synthèse des résultats Bertrand

Plus en détail

EV ENEM ENTS NUCLEAIRES OU RADIOLOGIQUES : L ORGANISATION DE L INTERVENTION M EDICALE

EV ENEM ENTS NUCLEAIRES OU RADIOLOGIQUES : L ORGANISATION DE L INTERVENTION M EDICALE EV ENEM ENTS NUCLEAIRES OU RADIOLOGIQUES : L ORGANISATION DE L INTERVENTION M EDICALE M.Bourguignon (DGSNR), JB.Fleutot (SPRA), C.Telion (SAMU de Paris), M.Ammerich (DGSNR), P.Carli (SAMU de Paris) Les

Plus en détail

Signature d une convention de partenariat «Capital santé des seniors et liens intergénérationnels»

Signature d une convention de partenariat «Capital santé des seniors et liens intergénérationnels» Fiche de presse Une force de proposition indépendante à l initiative de la Ville de Montpellier Direction de la Communication de la Ville de Montpellier - ANATOME - Novembre 2010 Signature d une convention

Plus en détail

CHARTE DE FONCTIONNEMENT DE L HOPITAL DE JOUR CHIMIOTHERAPIE

CHARTE DE FONCTIONNEMENT DE L HOPITAL DE JOUR CHIMIOTHERAPIE L hôpital de jour de chimiothérapie accueille les patients des services d oncologie, d hépato-gastro-entérologie et d hématologie, nécessitant des séances de chimiothérapie. Article 1 : Organisation de

Plus en détail

La téléassistance comme moyen de prévention de la perte d autonomie à domicile

La téléassistance comme moyen de prévention de la perte d autonomie à domicile La téléassistance comme moyen de prévention de la perte d autonomie à domicile Christelle ROULET Chargée de mission Conseil général Pôle PA-PH Évelyne SANCIER Directrice de SIRMAD téléassistance Définition

Plus en détail

Développement d un Centre de Pharmacovigilance Selon le Guide de L OMS

Développement d un Centre de Pharmacovigilance Selon le Guide de L OMS Développement d un Centre de Pharmacovigilance Selon le Guide de L OMS SURVEILLANCE de la SÉCURITÉ D EMPLOI des MÉDICAMENTS Guide pour la création et le fonctionnement d un centre de pharmacovigilance

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

LES ENJEUX DE LAFOODDÉFENSE POUR LESPME AGRO-ALIMENTAIRE JOURNÉE THÉMATIQUE DU 8 NOVEMBRE 2012. 8 Novembre 2012 1

LES ENJEUX DE LAFOODDÉFENSE POUR LESPME AGRO-ALIMENTAIRE JOURNÉE THÉMATIQUE DU 8 NOVEMBRE 2012. 8 Novembre 2012 1 LES ENJEUX DE LAFOODDÉFENSE POUR LESPME AGRO-ALIMENTAIRE JOURNÉE THÉMATIQUE DU 8 NOVEMBRE 2012 8 Novembre 2012 1 Programme 1/ Les points clé à prendre en compte pour une PME agroalimentaire (14h15 14h45)

Plus en détail

Télémédecine Imagerie Organisation des soins

Télémédecine Imagerie Organisation des soins Télémédecine Imagerie Organisation des soins Alain PUIDUPIN -Coordonnateur Vincent HAZEBROUCQ - Expert Jean-Marc PHILIPPE Expert Jeannot SCHMIDT Rapporteur Frédéric BERTHIER Animateur Michel AUSSEDAT -

Plus en détail

Offre de service. PONYA Système informatique de Gestion pour Hôpital, clinique, polyclinique

Offre de service. PONYA Système informatique de Gestion pour Hôpital, clinique, polyclinique Offre de service PONYA Système informatique de Gestion pour Hôpital, clinique, polyclinique Les besoins propres aux établissements de sante Enregistrer toutes les activités de soins et service pour une

Plus en détail

REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE UNION-DISCIPLINE-TRAVAIL PROJET

REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE UNION-DISCIPLINE-TRAVAIL PROJET REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE UNION-DISCIPLINE-TRAVAIL L ORDRE NATIONAL DES MEDECINS DE COTE D IVOIRE ET LES AUTRES ORDRES DE SANTE PROJET ATELIER SCIENTIFIQUE SUR LA PRISE EN CHARGE GLOBALE DES INTOXICATIONS

Plus en détail

une collaboration fructueuse

une collaboration fructueuse Pharmaciens - Soins palliatifs une collaboration fructueuse Docteur Hervé MIGNOT Equipe d Appui Départementale en Soins Palliatifs de l Indre mai 2007 Le Réseau de Soins Palliatifs en Région Centre EADSP

Plus en détail

Coordination générale des soins. Description de la Fonction de Cadre Supérieur de Santé au CHU de LIMOGES

Coordination générale des soins. Description de la Fonction de Cadre Supérieur de Santé au CHU de LIMOGES Coordination générale des soins Description de la Fonction de Cadre Supérieur de Santé au CHU de LIMOGES Janvier 2010 PLAN 1. MISSIONS GENERALES 2. ACTIVITES 2.1 Politique générale du pôle 2.2 Coordination

Plus en détail

Fiche des risques professionnels (fiche d entreprise)

Fiche des risques professionnels (fiche d entreprise) (fiche d entreprise) Tampon Médical Tampon de la collectivité Signature Signature Art. 14-1 du Décret n 85-603 du 10 juin 1985 modifié Dans chaque service d une collectivité territoriale et dans chaque

Plus en détail

Appel à candidatures. Coaching UACA. Accompagnement de 5 établissements, pour le développement de la Chirurgie Ambulatoire

Appel à candidatures. Coaching UACA. Accompagnement de 5 établissements, pour le développement de la Chirurgie Ambulatoire Appel à candidatures Coaching UACA Accompagnement de 5 établissements, pour le développement de la Chirurgie Ambulatoire 1 Introduction 1.1 La chirurgie ambulatoire 1.1.1 La chirurgie ambulatoire : qu

Plus en détail

Mise en place d un Système de Management Environnemental sur la base de la Norme ISO 14001. SARRAMAGNAN Viviane

Mise en place d un Système de Management Environnemental sur la base de la Norme ISO 14001. SARRAMAGNAN Viviane Mise en place d un Système de Management Environnemental sur la base de la Norme ISO 14001 SARRAMAGNAN Viviane Master II Économie et Gestion de l Environnement Année universitaire 2008/2009 Sommaire Présentation

Plus en détail

L EXPERTISE MEDICALE EN MATIERE DE SECURITE SOCIALE. Dr F. DES BREST - Médecin Conseil Juin 2006

L EXPERTISE MEDICALE EN MATIERE DE SECURITE SOCIALE. Dr F. DES BREST - Médecin Conseil Juin 2006 Dr F. DES BREST - Médecin Conseil Juin 2006 Préambule Décision prise par le praticien conseil ou Différend d ordre médical en cours d instance d un contentieux administratif Voie de recours légale EXPERTISE

Plus en détail

Actions de prévention de la légionellose en EHPAD

Actions de prévention de la légionellose en EHPAD Actions de prévention de la légionellose en EHPAD 16 décembre 2014 Corinne CHANTEPERDRIX DD26 Audrey COMTE DD01 2ème rencontre des Equipes Mobiles d Hygiène - Centre hospitalier Lyon Sud LES MISSIONS DES

Plus en détail