DÉCISION Nº54 du 21 mars 2000

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DÉCISION Nº54 du 21 mars 2000"

Transcription

1 DÉCISION Nº54 du 21 mars 2000 relative à l exception d inconstitutionnalité des dispositions de l article 5 lettre e) de l Ordonnance du Gouvernement nº39/1999 relative à l achèvement du processus de restructuration de la Banque Roumaine de Commerce Extérieur Bancorex S.A. et la fusion par absorption de cette banque avec la Banque Commerciale Roumaine S.A., amendée et complétée Publiée au Moniteur Officiel de la Roumanie, Partie I ère, nº310 du 5 juillet 2000 Lucian Mihai Costică Bulai Constantin Doldur Kozsokár Gábor Ioan Muraru Nicolae Popa Lucian Stângu Florin Bucur Vasilescu Romul Petru Vonica Paula C.Pantea Claudia Miu président procureur magistrat-assistant Sur le rôle il y a la solution de l exception d inconstitutionnalité des dispositions de l article 5 lettre e) de l Ordonnance du Gouvernement nº39/1999 relative à l achèvement du processus de restructuration de la Banque Roumaine de Commerce Extérieur Bancorex S.A. et la fusion par absorption de cette banque avec la Banque Commerciale Roumaine S.A., amendée et complétée. L exception a été soulevée dans le Dossier nº3014/1999 de la Cour d Appel de Bucarest Section commerciale, par les personnes suivantes: Les débats ont eu lieu dans la séance publique du 7 mars 2000 et ont été consignés dans le Jugement avant dire droit de cette date-là, lorsque, la Cour, ayant besoin du temps pour délibérer, a ajourné le prononcé au 14 mars 2000 et ensuite au 21 mars LA COUR, eu égard à l ensemble des pièces du dossier, constate ce qui suit: Par le Jugement avant dire droit du 27 septembre 1999, prononcé dans le Dossier nº3014/1999, la Cour d Appel de Bucarest Section commerciale a saisi la Cour Constitutionnelle avec l exception d inconstitutionnalité des dispositions de l article 5 lettre e) de l Ordonnance du Gouvernement nº39/1999 relative à l achèvement du processus de restructuration de la Banque Roumaine de Commerce Extérieur Bancorex S.A. et à la fusion par absorption de cette banque avec la Banque

2 Commerciale Roumaine S.A., amendée et complétée, exception soulevée par un groupe de salariés de la Banque Roumaine de Commerce Extérieur Bancorex S.A. L objet de la cause est fait par l action en annulation des dispositions renfermées par l article 1 du Chapitre X du projet de fusion par absorption de la Banque Roumaine de Commerce Extérieur Bancorex S.A. avec la Banque Commerciale Roumaine S.A., approuvé par l article 1 de l Arrêté de l assemblée générale extraordinaire des actionnaires de la Bancorex S.A. nº60 du 24 août 1999, arrêt publié au Moniteur Officiel de la Roumanie, Partie IV, nº2401 du 26 août Selon ces dispositions la Banque Commerciale Roumaine S.A. devait prendre un nombre limité de 500 salariés de la Banque Roumaine de Commerce Extérieur Bancorex S.A., considérés qu ils sont transférés dans l intérêt du service, s ensuivant que le reste des salariés soient mis en disponibilité, selon l article 21 de l Ordonnance d urgence du Gouvernement nº98/1999 relative à la protection sociale des personnes dont les contrats individuels de travail seront dissolus à la suite des licenciements collectifs. Par les mêmes dispositions il a été limité le droit de la Banque Commerciale Roumaine S.A. de choisir, en vue de les replacer, "les personnes qui, dans la période , ont détenu des fonctions de présidents, directeur général, directeur, chef du service, chef du bureau ou des fonctions administratives assimilées à celles-ci dans les structures de la Banque Roumaine de Commerce Extérieur Bancorex S.A.", de la centrale ou de ses unités territoriales. Dans l argumentation de l exception d inconstitutionnalité il est allégué que par l Ordonnance du Gouvernement nº39/1999 il a été établi le cadre juridique pour l achèvement du processus de restructuration de la Banque Roumaine de Commerce Extérieur Bancorex S.A., qui devait se terminer par la fusion de celleci avec la Banque Commerciale Roumaine S.A. Par la modification et le complètement de l Ordonnance du Gouvernement nº63/1999, à l article 5 alinéa (10 il a été introduit une nouvelle lettre, à savoir la lettre e), dont les dispositions prévoient qu un nombre de 500 personnes doit être pris par la banque absorbante, desquelles sont exclues les personnes ayant détenu des fonctions de direction à la Banque Roumaine de Commerce Extérieur Bancorex S.A. Les dispositions de l article 5 lettre e) ont été à nouveau amendées par l Ordonnance d urgence du Gouvernement nº126/1999, dans le sens que, des salariés ayant détenu des fonctions de direction, vont être pris un nombre de 29, mais les auteurs de l exception considèrent que même dans cette situation persiste "la question de fond de l inconstitutionnalité des dispositions critiquées". Il est allégué que ces dispositions violent le principe de l égalité entre les citoyens, par la discrimination qui se fait entre les salariés ayant des fonctions de direction et les simples salariés, s y agissant, ainsi, de l inobservation des dispositions de l article 16 alinéa (1) de la Constitution. Les critères de la non discrimination sont ceux prévus à l article 4 de la Constitution, mais les dispositions de l article 20 de la Loi fondamentale "permettent l extension de ceux-ci, cela aboutissant pratiquement à l interdiction de toute discrimination arbitraire des citoyens". À l appui de cette allégation il est invoqué l article 7 de la Déclaration Universelle des Droits de l Homme, l article 26 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques et l article 2 alinéa 2 du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, ainsi que la pratique juridictionnelle de la Cour Constitutionnelle, qui, tout en interprétant les dispositions de l article 16 de la Constitution, a élargi les principes de non discrimination en renvoyant à l article 20 de la Loi fondamentale, par laquelle il est corrélé le système de droit interne avec les documents internationaux auxquels la Roumanie est partie. Ainsi, les dispositions critiquées prévoient, pour une et la même hypothèse de la fusion par absorption, deux modalités de solution, à savoir: une favorable, pour les simples salariés

3 de la banque absorbée, pouvant être sélectionnés par la banque absorbante, et l autre défavorable, excluant la possibilité des salariés ayant des fonctions de direction d être engagés à la même banque par assimilation. Le caractère discriminatoire de ces dispositions est d autant plus évident qu elles stipulent un traitement différant même au regard des salariés qui ont détenu des fonctions de direction. Les dispositions d assimilation des 29 personnes ne reposent pas sur la sélection selon de certains critères objectifs et visibles. Quant au traitement identique devant être appliqué tant aux simples salariés, qu à ceux ayant des fonctions de direction, la Cour Constitutionnelle s est prononcée par la Décision nº59/1994 relative à l exception d inconstitutionnalité des dispositions de l article 175 alinéa (1) lettre b) du Code du travail. "Indirectement on pourrait parler d une culpabilisation des personnes ayant des fonctions de direction, du fait de les sanctionner [ ], dans les conditions dans lesquelles leur culpabilité n a pas été prouvée ni par voie judiciaire et ni, au moins, par des actes dressés par les organes compétents (la Cour des Comptes, la Banque Nationale de la Roumanie etc.)." De cette manière ont été "stigmatisées les personnes appartenant à cette catégorie", qui "de nos jours, peuvent trouver difficilement un emploi". La Cour d Appel de Bucarest Section commerciale, en exprimant son opinion, estime que les dispositions critiquées "contreviennent aux dispositions de l article 16 alinéa (1) par rapport aux articles 4 et 20 de la Constitution de la Roumanie, statuant l égalité des citoyens devant la loi et les autorités publiques, sans privilèges et discriminations". À la fois, il est souligné, que les dispositions constitutionnelles relatives aux droits et aux libertés des citoyens, y compris le droit au travail, doivent être interprétées et appliquées en concordance avec la Déclaration Universelle des Droits de l Homme, ainsi qu avec les pactes et les traités auxquels la Roumanie est partie. En conformité avec les dispositions de l article 24 alinéa (1) de la Loi nº47/1992, republiée, le Jugement avant dire droit de saisine de la Cour Constitutionnelle a été envoyé aux présidents des deux Chambres du Parlement et au Gouvernement, afin qu ils expriment leurs points de vue sur l exception d inconstitutionnalité soulevée. Le Gouvernement, dans son point de vue, estime que l exception est mal fondée. À l appui de ce point de vue, le Gouvernement de la Roumanie, après avoir reproduit les dispositions de l article 4 alinéa (2), de l article 16 alinéa (1) et de l article 20 alinéa (1) de la Constitution, tire les conclusions suivantes: "De la corroboration de ces textes il résulte que les discriminations fondées sur les critères énumérés à l article 4 alinéa (2) sus cités sont interdites tant par les pactes et les traités auxquels la Roumanie est partie, que par la Constitution". Or, mentionne le Gouvernement, la mesure prévue à l article 5 lettre e) de l Ordonnance nº39/1999 faisant l objet de l exception, "ne repose pas sur l un des critères précédemment énumérés, mais c est la suite de l activité de ces personnes". Les présidents des deux Chambres du Parlement n ont pas communiqué leurs points de vue. LA COUR, en examinant le jugement avant dire droit de saisine, le point de vue du Gouvernement, le rapport dressé par le juge-rapporteur, les allégations des auteurs de l exception, les conclusions du procureur, les dispositions légales critiquées, par rapport aux dispositions de la Constitution, ainsi que la Loi nº47/1992, retient ce qui suit: La Cour constate qu elle a été légalement saisie et elle est compétente,conformément aux dispositions de l article 144 lettre c) de la Constitution, de

4 l article 1 alinéa (1), des articles 2, 4, 12 et 23 de la Loi nº47/1992, republié, pour juger de l exception d inconstitutionnalité soulevée. L objet de l exception est fait par les dispositions de l article 5 lettre e) de l Ordonnance du Gouvernement nº39/1999 relative à l achèvement du processus de restructuration de la Banque Roumaine de Commerce Extérieur Bancorex S.A. et la fusion par absorption de cette banque avec la Banque Commerciale Roumaine S.A. (publiée au Moniteur Officiel de la Roumanie, Partie I ère, nº363 du 30 juillet 1999), amendée et complétée par l Ordonnance du Gouvernement nº63/1999 (publiée au Moniteur Officiel de la Roumanie, Partie I ère, nº402 du 24 août 1999) et par l Ordonnance d urgence du Gouvernement nº126/1999 (publiée au Moniteur Officiel de la Roumanie, Partie I ère, nº441 du 10 septembre 1999), dispositions ayant les textes suivants: "La Banque Commerciale Roumaine S. A. assimilera de l ensemble du personnel de la Banque Roumaine de Commerce Extérieur Bancorex S.A. un nombre de 500 salariés au plus, qu elle placera dans ses structures de la centrale et des unités territoriales et qui seront considérés transférés dans l intérêt du service, s ensuivant que, jusqu à la date de la fusion, la Banque Roumaine de Commerce Extérieur Bancorex S.A. mette en disponibilité le reste du personnel dans les conditions de l article 21 de l Ordonnance d urgence du Gouvernement nº98/1999; ne seront pas assimilées les personnes qui, dans la période , ont détenu des fonctions de président, vice-président, directeur général, chef du service, chef du bureau ou des fonctions assimilées à celles-ci dans les structures de la Banque Roumaine de Commerce Extérieur Bancorex S.A. de la centrale et de ses unités territoriales, à l exception des personnes mentionnées dans l annexe qui fait partie intégrante de la présente ordonnance; les fonctions et les droits salariaux du personnel assimilé seront établis par la Banque Commerciale Roumaine S.A., selon ses nécessités et ses réglementations." Ultérieurement à la saisine de la Cour Constitutionnelle les dispositions critiquées ont été à nouveau amendées par l article 1 point I de l Ordonnance du Gouvernement nº61/2000, publiée au Moniteur Officiel de la Roumanie, Partie I ère, nº49 du 31 janvier 2000, selon ce qui suit: "À la lettre e) de l article 5 et dans l annexe faisant partie intégrante de l ordonnance est remplacé le mot «annexe» par les mots «annexe nº1»." Cette modification n affecte pas, toutefois, la solution juridique initiale. Les auteurs de l exception allèguent que les dispositions légales critiquées ne respectent pas le principe de l égalité entre les citoyens, consacré à l article (1) de la Constitution, par la discrimination entre les simples salariés et ceux ayant des fonctions de direction. Les principes de la non discrimination sont ceux renfermés par l article 4 alinéa (2) de la Constitution, ceux-ci peuvent être élargis, toutefois, conformément aux dispositions de l article 20 de la Constitution, permettant la corrélation de dispositions constitutionnelles avec les traités et les pactes internationaux auxquels la Roumanie est partie. Ces principes sont élargis par l article 7 de la Déclaration Universelle des Droits de l Homme, par le Pacte international relatif aux droits civils et politiques, ratifiés par la Roumanie par le Décret nº212/1974, publié au Bulletin Officiel, Partie I ère, nº146 du 20 novembre 1974, par l article 2 alinéa 2 du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, ratifié par la Roumanie par le même décret et publié au Bulletin Officiel avec le même nombre et la même date. Les dispositions renfermées par les actes juridiques internationaux invoqués à l appui de l exception sont formulées comme suit: l article 7 de la Déclaration Universelle des Droits de l Homme: "Tous sont égaux devant la loi et ont droit sans distinction à une égale protection de la loi. Tous

5 ont droit à une protection égale contre toute discrimination qui violerait la présente Déclaration et contre toute provocation à une telle discrimination"; l article 2 alinéa 2 du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et politiques: "Les États parties au présent Pacte s engagent à garantir que les droits qui y seront exercés sans discrimination aucune fondée sur la race, la couleur, le sexe, la langue, la religion, l opinion politique ou toute autre opinion, l origine nationale ou sociale, la fortune, la naissance ou toute autre situation"; l article 26 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques: "Toutes les personnes sont égales devant la loi et ont droit sans discrimination à une égale protection de la loi. À cet égard, la loi doit interdire toute discrimination et garantir à toutes les personnes une protection égale et efficace contre toute discrimination, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d opinion politique et de toute autre opinion, d origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation". Par les dispositions légales critiquées il est réglementé l assimilation par la Banque Commerciale Roumaine S.A. d un nombre de 500 salariés du personnel de la Banque Roumaine de Commerce Extérieur Bancorex S.A., assimilation dont sont exclues les personnes ayant détenu des fonctions de direction, à l exception des 29 personnes mentionnées dans l annexe de l Ordonnance d urgence du Gouvernement nº126/ En examinant l exception, la Cour Constitu-tionnelle observe que par l ordonnance soumise au contrôle de constitutionnalité il est appliqué un traitement juridique différent à des citoyens qui sont dans des situations identiques. Or, l institution d un traitement juridique différent se justifierait uniquement si celui-ci s appliquerait à des catégories de situations différentes ou de citoyens. Ce faisant, il résulte qu il y a eu la violation des dispositions de l article 16 alinéa (1) de la Constitution, consacrant le principe de l égalité de droits des citoyens, s y agissant d une double discrimination, premièrement entre les simples salariés et ceux ayant détenu des fonctions de direction et, deuxièmement, au sein de la catégorie des salariés ayant des fonctions de direction, sans qu il y ait, toutefois, une justification objective et raisonnable. Sous cet aspect la Cour Constitutionnelle, ayant égard aux dispositions constitutionnelles des articles 11 et 20, relatifs au rapport entre les réglementations internes et celles internationales, retient que le principe de l égalité de droits est consacré non seulement dans les actes internationaux auxquels fait référence l auteur de l exception (Déclaration Universelle des Droits de l Homme, Le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et politiques et le Pacte international relatif aux droits civils et politiques), mais aussi dans la Charte sociale européenne révisée, adoptée à Strasbourg le 3 mai 1996 et ratifiée par la Roumanie par la Loi nº74 du 3 mai 1999, publiée au Moniteur Officiel de la Roumanie, Partie I ère, nº193 du 4 mai Ainsi, cette charte qui, par l article I réglemente "Le droit à l emploi", prévoit, également à l article E, situé dans la Partie V et dénommé "Non discrimination", que, "Le respect des droits reconnus dans la présente charte doit être garanti sans distinction de race, sexe, langue, religion, opinions politiques ou toute autre opinion, origine nationale ou sociale, santé, appartenance à une minorité nationale, naissance ou toute autre situation". Et l annexe à la Charte sociale européenne révisée, annexe intitulée "Le champs d application de la Charte sociale européenne révisée à l égard des personnes protégées", prévoit: "Une différence de traitement pour un motif objectif et raisonnable n est pas considérée discriminatoire."

6 2. La Cour Constitutionnelle observe, également, que la réglementation comprise dans les dispositions faisant l objet de l exception d inconstitutionnalité a la signification d une sanction collective ayant été appliquée en vertu d une présomption de culpabilité instituée par le biais d une norme légale impérative, sans que, préalablement ait été fixée, conformément à la loi, la culpabilité de ceux exclus de l assimilation par la Banque Commerciale Roumaine S.A. Par ce qu elle est appliquée par le biais d une ordonnance du Gouvernement, acte de droit public, cette sanction porte atteinte au droit à la propre image des personnes visées et dont la carrière professionnelle pourrait être, de cette manière, influencée négativement. Il en est constaté que la disposition normative examinée contrevient aussi aux dispositions de l article 30 alinéa (6) de la Constitution, consacrant le droit à la propre image: "La liberté d expression ne peut pas porter préjudice à la dignité, à l honneur, à la vie privée de la personne ni au droit à sa propre image." En conformité avec les dispositions de l article 1 alinéa (3) de la Constitution, la Roumanie est un État de droit au sein duquel la dignité de l homme, les droits et libertés des citoyens, le libre développement de la personnalité humaine représente des valeurs suprêmes et sont garantis. Par conséquent, bien que l alinéa 6 de l article 30 de la Constitution vise les limites de l exercice de la liberté d expression qui ne peuvent pas porter préjudice, parmi d autres valeurs suprêmes de l État de droit, au droit de la personne à sa propre image, le texte constitutionnel cité a, corroboré à d autres dispositions constitutionnelles, l effet de consacrer ce droit non seulement dans le domaine de la liberté d expression par les médias [l article 30 alinéa (1) de la Constitution], mais aussi l effet de la consécration d un droit constitutionnel ayant une identité indépendante et donc, avec une applicabilité dans un domaine plus élargi. Par ailleurs, la Cour constate que cette conclusion correspond pleinement à la consécration, par la voie des actes de droit international auxquels la Roumanie a adhéré, du droit de la personne de jouir de protection contre les préjudices pouvant être portés à la vie intime, familiale et privée, à la dignité et à son honneur. Ainsi, conformément à l article 12 de la Déclaration Universelle des Droits de l Homme "Nul ne sera l objet d immixtions arbitraires dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance, ni d atteintes à son honneur et sa réputation. Toute personne a droit à la protection de la loi contre de telles immixtions ou de telles atteintes". De la même manière sont également consacrés ces droits par l article 17 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques. Il résulte que par l article 5 lettre e) de l Ordonnance du Gouvernement nº39/1999 on porte aussi atteinte aux dispositions constitutionnelles qui protègent la dignité, l honneur et le droit à la propre image de chaque personne, valeurs sauvegardées, en égale mesure, par les actes internationaux aussi. 3. La Cour retient que le même texte normatif méconnaît des dispositions fondamentales réglementant le droit au travail, à savoir, d un côté, celles de l article 38 alinéa (1) de la Constitution, conformément auxquelles "Le droit au travail ne peut pas être limité. Le choix de la profession et du lieu de travail sont libres" et, de l autre côté, celles de l article 6 point 1 du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, texte ayant le contenu suivant: "Les États parties au présent Pacte reconnaissent le droit au travail, qui comprend le droit qu a toute personne d obtenir la possibilité de gagner sa vie par un travail librement choisi ou accepté, et prendront des mesures appropriées pour sauvegarder ce droit."

7 En vérité, la Cour retient que les dispositions de l article 5 lettre e) de l Ordonnance du Gouvernement nº39/1999, amendée et complétée, ayant la signification d une sanction, sont de nature à diminuer de façon injustifiée les chances d obtenir un emploi, selon la qualification, des personnes visées, ce qui équivaut à la restriction de l exercice du droit au travail. Sous cet aspect, il est vrai que le législateur constituant a fixé, par les dispositions de l article 49 alinéa (1) de la Constitution, les conditions dans lesquelles peuvent être apportées des restrictions à l exercice des droits et libertés fondamentales, dispositions stipulant comme suit: "L exercice de certains droits ou de certaines libertés peut être restreint uniquement par la loi et seulement s il s impose, selon le cas, pour: protéger la sécurité nationale, l ordre, la santé ou la morale publique, les droits et les libertés des citoyens; le déroulement de l instruction pénale; prévenir les conséquences d une calamité naturelle ou d un sinistre extrêmement grave." Mais, à la lumière de ces dispositions, la Cour fait noter que l exclusion de ces personnes ayant détenu des fonctions de direction de l opportunité d être assimilées par la banque absorbante n est pas justifiée par une limitation de l exercice du droit au travail, qui ait été mise en œuvre avec le respect de l article 49 de la Constitution, parce que cette mesure ne s impose pas pour la défense de l une des valeurs sociales prévues par l article sus cité. Il résulte donc que la disposition examinée représente une ingérence de l autorité publique dans l exercice du droit au travail, et cette ingérence n a pas de légitimité constitutionnelle. Par ailleurs, au regard de l ingérence de l État dans l exercice de certains droits et libertés, la Cour Européenne des Droits de l Homme s est constamment prononcée, dans le sens qu il doit y avoir une disposition légale et que cette ingérence représente une mesure nécessaire dans une société démocratique (par exemple, les arrêts rendus dans les affaires: "Kokkinakis vs. La Grèce", 1993, "Handyside vs. le Royaume Uni", 1976, "Sunday Times vs. Le Royaume Uni", 1979). Ce faisant, la Cour Constitutionnelle observe que, en l espèce, l écartement individuel et injustifié, par un acte normatif ayant force de loi, du bénéfice de la sélection en vue de l assimilation des employés de l unité absorbée par l unité absorbante ne représente pas une pareille mesure. Vu l ensemble de ces considérants, la Cour Constitutionnelle constate que les dispositions légales critiquées contreviennent tant aux dispositions de l article 16 alinéa (1) et de l article 38 alinéa (2) de la Constitution, qu aux actes juridiques internationaux mentionnés, ce qui impose l admission de l exception d inconstitutionnalité. Eu égard à ce qu on vient d exposer, en vertu de l article 16 alinéa (1), de l article 38 alinéa (2), de l article 49 et de l article 144 lettre c) de la Constitution et d l article 1 alinéa (1), des articles 2, 3, 12, de l article 13 alinéa (1) lettre A.c) et de l article 23 de la Loi nº47/1992, republiée, LA COUR Au nom de la loi DÉCIDE: Admet l exception d inconstitutionnalité soulevée dans le Dossier nº3014/1999 de la Cour d Appel de Bucarest Section commerciale, exception soulevée par Constate que sont inconstitutionnelles les dispositions de l article 5 lettre e) de l Ordonnance du Gouvernement nº39/1999 relative à l achèvement du processus de restructuration de la Banque Roumaine de Commerce Extérieur Bancorex S.A. et la fusion par absorption de cette banque avec la Banque Commerciale Roumaine

8 S.A., amendée et complétée par l Ordonnance du Gouvernement nº63/1999, par l Ordonnance d urgence du Gouvernement nº126/1999 et par l Ordonnance du Gouvernement nº61/2000. Définitive et obligatoire. La décision est communiquée aux deux Chambres du Parlement et au Gouvernement. Prononcée dans l audience publique du 21 mars 2000.

DÉCISION Nº223 du 11 juillet 2002

DÉCISION Nº223 du 11 juillet 2002 DÉCISION Nº223 du 11 juillet 2002 relative à l exception d inconstitutionnalité des dispositions de l article 14 du Décret nº92/1976 concernant le livret de travail Publiée au Journal Officiel ( Monitorul

Plus en détail

DÉCISION Nº217 du 15 mai 2003

DÉCISION Nº217 du 15 mai 2003 DÉCISION Nº217 du 15 mai 2003 relative à l exception d inconstitutionnalité des dispositions de l article 44 lettre m) de la Loi nº76/2002 relative au système des assurances chômage et la stimulation de

Plus en détail

DÉCISION Nº661 du 4 juillet 2007

DÉCISION Nº661 du 4 juillet 2007 DÉCISION Nº661 du 4 juillet 2007 relative à l exception d'inconstitutionnalité des dispositions des articles 96, 97 et 102 alinéa (3) lettre e) de l Ordonnance d urgence du Gouvernement nº195/2002 portant

Plus en détail

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 RÈGLEMENT (UE) N o 1259/2010 DU CONSEIL du 20 décembre 2010 mettant en œuvre une coopération renforcée dans le domaine de la loi applicable au

Plus en détail

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE Nicolae Cochinescu Juge à la Cour constitutionnelle de la Roumanie CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE 1. Conformément à l article 146 de la Constitution de la

Plus en détail

RÉFUGIÉS. Le droit d asile au Canada

RÉFUGIÉS. Le droit d asile au Canada RÉFUGIÉS Le droit d asile au Canada Automne 2011 LE DROIT D ASILE AU CANADA Une personne peut obtenir le droit d asile au Canada si elle a qualité de réfugié ou de personne à protéger. Une personne a qualité

Plus en détail

Droit des personnes sans domicile stable de faire des démarches d admission au séjour en préfecture (textes et jurisprudence applicables)

Droit des personnes sans domicile stable de faire des démarches d admission au séjour en préfecture (textes et jurisprudence applicables) Droit des personnes sans domicile stable de faire des démarches d admission au séjour en préfecture (textes et jurisprudence applicables) (1) Citoyens UE (+EEE + Suisse) (2) Etrangers non UE en situation

Plus en détail

Le statut des «Gens du Voyage»

Le statut des «Gens du Voyage» Le statut des «Gens du Voyage» et ses conséquences discriminatoires légales Mars 2010 Sommaire 1 ère partie Quelques définitions 1.1. Les «Gens du Voyage» 1.2. Sans Domicile ni Résidence Fixe 1.3. Les

Plus en détail

LA CHARTE AFRICAINE DES DROITS DE L HOMME ET DES PEUPLES

LA CHARTE AFRICAINE DES DROITS DE L HOMME ET DES PEUPLES LA CHARTE AFRICAINE DES DROITS DE L HOMME ET DES PEUPLES Article premier : Les États membres de l'organisation de l'unité africaine, parties à la présente Charte, reconnaissent les droits, devoirs et libertés

Plus en détail

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Les relations entre les Cours constitutionnelles et les autres juridictions nationales, y compris l interférence, en cette matière, de

Plus en détail

Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information

Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information (Questionnaire) 1. Décrivez brièvement le soutien institutionnel administratif de l accès à

Plus en détail

Déclaration des droits sur Internet

Déclaration des droits sur Internet Déclaration des droits sur Internet 1 Préambule Internet a décisivement contribué à redéfinir l espace public et privé, à structurer les rapports entre les personnes et entre celles-ci et les institutions.

Plus en détail

Cour européenne des droits de l homme. Questions & Réponses

Cour européenne des droits de l homme. Questions & Réponses Cour européenne des droits de l homme Questions & Réponses Questions & Réponses Qu est-ce que la Cour européenne des droits de l homme? Ces questions et réponses ont été préparées par le Greffe de la Cour.

Plus en détail

Numéro du rôle : 4503. Arrêt n 28/2011 du 24 février 2011 A R R E T

Numéro du rôle : 4503. Arrêt n 28/2011 du 24 février 2011 A R R E T Numéro du rôle : 4503 Arrêt n 28/2011 du 24 février 2011 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l'article 8 de la loi du 19 décembre 2003 relative au mandat d'arrêt européen, posée par

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

Code d éthique du CIO

Code d éthique du CIO Ce texte est un extrait du document complet. Code d éthique du CIO PRÉAMBULE Le Comité International Olympique, chacun de ses membres comme l administration, les Comités Nationaux Olympiques, les Fédérations

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 328328 Mentionné dans les tables du recueil Lebon 3ème et 8ème sous-sections réunies M. Jacques Arrighi de Casanova, président Mme Christine Allais, rapporteur M. Edouard Geffray, rapporteur

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 12/09/2012 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 7 juin 2012 N de pourvoi: 11-22490 Publié au bulletin Rejet M. Charruault (président), président Me Ricard, avocat(s) REPUBLIQUE

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Versailles N 07VE03227 Inédit au recueil Lebon 4ème Chambre M. BROTONS, président Mme Corinne SIGNERIN-ICRE, rapporteur Mme JARREAU, rapporteur public POULY, avocat(s) lecture

Plus en détail

TD N 3 : correction des questions, fichier à imprimer.

TD N 3 : correction des questions, fichier à imprimer. TD N 3 : correction des questions, fichier à imprimer. Chapitre 1 : SITUATION PROFESSIONNELLE Question n 1 : Selon l article L 1321-1 du code du travail : «dans le règlement intérieur, l employeur fixe

Plus en détail

L INTERIM S ENGAGE TOUS LES JOURS CONTRE LA DISCRIMINATION. Diversité. Intégration. Compétences. Emploi. Guide juridique et pratique

L INTERIM S ENGAGE TOUS LES JOURS CONTRE LA DISCRIMINATION. Diversité. Intégration. Compétences. Emploi. Guide juridique et pratique Guide-160x230-V2 2/10/06 11:35 Page 1 L INTERIM S ENGAGE TOUS LES JOURS CONTRE LA DISCRIMINATION. Diversité Intégration Compétences Emploi Guide juridique et pratique sommaire Préambule Différence entre

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE E/CN.4/Sub.2/2003/12/Rev.2 26 août 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION DES DROITS DE L HOMME Sous-Commission de la promotion et de la

Plus en détail

REUTILISATION D INFORMATIONS PUBLIQUES DETENUES PAR LES ARCHIVES DE LA VILLE DE SCEAUX REGLEMENT GENERAL

REUTILISATION D INFORMATIONS PUBLIQUES DETENUES PAR LES ARCHIVES DE LA VILLE DE SCEAUX REGLEMENT GENERAL REUTILISATION D INFORMATIONS PUBLIQUES DETENUES PAR LES ARCHIVES DE LA VILLE DE SCEAUX REGLEMENT GENERAL Préambule La réutilisation des informations publiques est définie comme une utilisation à d autres

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015. SELARL GPF Claeys

Commentaire. Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015. SELARL GPF Claeys Commentaire Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015 SELARL GPF Claeys (Conversion d office de la procédure de sauvegarde en une procédure de redressement judiciaire) Le Conseil constitutionnel a été

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 17/04/2015 Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 25 avril 1985 N de pourvoi: 85-91324 Publié au bulletin Cassation Pdt. M. Ledoux, président Rapp. M. Monnet, conseiller apporteur

Plus en détail

Numéro du rôle : 5257. Arrêt n 138/2012 du 14 novembre 2012 A R R E T

Numéro du rôle : 5257. Arrêt n 138/2012 du 14 novembre 2012 A R R E T Numéro du rôle : 5257 Arrêt n 138/2012 du 14 novembre 2012 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 3bis, 2 à 4, de l arrêté royal n 22 du 24 octobre 1934 relatif à l interdiction

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89

Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89 Paris, le 12 janvier 2012 Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89 Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des

Plus en détail

Numéro du rôle : 4672. Arrêt n 7/2010 du 4 février 2010 A R R E T

Numéro du rôle : 4672. Arrêt n 7/2010 du 4 février 2010 A R R E T Numéro du rôle : 4672 Arrêt n 7/2010 du 4 février 2010 A R R E T En cause : le recours en annulation de l article 96, deuxième tiret, du décret flamand du 19 décembre 2008 contenant diverses mesures d

Plus en détail

LES SCANNERS CORPORELS

LES SCANNERS CORPORELS Big Brother est partout! Bon nombre d institutions, de personnes et d organisations ne sont pas très regardantes quant à la viee privée des citoyens. De Liga voor Mensenrechten et La Ligue des droits de

Plus en détail

SCP Meier-Bourdeau et Lécuyer, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Meier-Bourdeau et Lécuyer, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 20/03/2015 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 3 mars 2015 N de pourvoi: 13-23857 ECLI:FR:CCASS:2015:SO00362 Non publié au bulletin Rejet M. Frouin (président), président SCP Meier-Bourdeau

Plus en détail

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Toute personne accède à une activité professionnelle en devenant salarié, fonctionnaire ou travailleur indépendant. Chacun de ces trois régimes juridiques

Plus en détail

LA CONSTITUTION CANADIENNE

LA CONSTITUTION CANADIENNE Objectifs d apprentissage Présenter aux élèves la notion de loi constitutionnelle. Comprendre l histoire et la nature de la Constitution canadienne. Mieux connaître les responsabilités des divers ordres

Plus en détail

I Le Défenseur des droits I

I Le Défenseur des droits I DIVERSIFIER SES RECRUTEMENTS SANS DISCRIMINER la rédaction des offres d emploi Ce qui est interdit Les exceptions autorisées par la loi Comment rédiger une offre d emploi Comment diversifier ses recrutements

Plus en détail

CERTIFICATS DE SÉCURITÉ Qu est-ce qu un certificat de sécurité?

CERTIFICATS DE SÉCURITÉ Qu est-ce qu un certificat de sécurité? CERTIFICATS DE SÉCURITÉ Qu est-ce qu un certificat de sécurité? Automne 2011 QU EST-CE QU UN CERTIFICAT DE SÉCURITÉ? Créée en 1978, la procédure actuelle trouve son fondement dans la loi sur l immigration

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-084

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-084 Décision du Défenseur des droits MLD-2014-084 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à des observations en justice Domaine(s) de compétence de l Institution : Lutte contre les discriminations

Plus en détail

Charte des droits de l étudiant

Charte des droits de l étudiant Charte des droits de l étudiant Revisée : Sénat 21 janvier 2009 Résolution 3 L historique complet en fin de document. PARTIE I : DROITS ET LIBERTÉS FONDAMENTAUX 1 Chaque étudiant jouit à l Université de

Plus en détail

Numéro du rôle : 1364. Arrêt n 84/99 du 15 juillet 1999 A R R E T

Numéro du rôle : 1364. Arrêt n 84/99 du 15 juillet 1999 A R R E T Numéro du rôle : 1364 Arrêt n 84/99 du 15 juillet 1999 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative aux articles 12 et 124, 3, du Code des impôts sur les revenus 1964, posée par la Cour d appel

Plus en détail

Numéro du rôle : 4741. Arrêt n 21/2010 du 25 février 2010 A R R E T

Numéro du rôle : 4741. Arrêt n 21/2010 du 25 février 2010 A R R E T Numéro du rôle : 4741 Arrêt n 21/2010 du 25 février 2010 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 69, 3, des lois relatives aux allocations familiales pour travailleurs salariés,

Plus en détail

l article 7 de la Charte.

l article 7 de la Charte. Note de synthèse Projet de loi C-36 Loi modifiant le Code criminel pour donner suite à la décision de la Cour suprême du Canada dans l affaire Procureur général c. Bedford et apportant des modifications

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme)

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Commentaire Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015 M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 février 2015, par la Cour de cassation

Plus en détail

Droit du travail - Jurisprudence. Contentieux ARTT : revirement de jurisprudence

Droit du travail - Jurisprudence. Contentieux ARTT : revirement de jurisprudence Contentieux ARTT : revirement de jurisprudence Cour de cassation - chambre sociale Audience publique du 24 novembre 2010 N de pourvoi : 08-44181 08-44182 08-44184 08-44185 08-44186 Cassation Dans un arrêt

Plus en détail

COUR DE CASSATION DE BELGIQUE

COUR DE CASSATION DE BELGIQUE 28 AVRIL 2003 S.01.0184.F/1 COUR DE CASSATION DE BELGIQUE Arrêt N S.01.0184.F CORA, société anonyme se trouvant aux droits et obligations de la société anonyme Frabelmar-Distrimas, dont le siège social

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 14/05/2013 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 24 avril 2013 N de pourvoi: 12-14377 ECLI:FR:CCASS:2013:C100415 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président),

Plus en détail

Commentaire aux Cahiers. Décision n 2011-119 QPC du 1 er avril 2011. Mme Denise R.

Commentaire aux Cahiers. Décision n 2011-119 QPC du 1 er avril 2011. Mme Denise R. Commentaire aux Cahiers Décision n 2011-119 QPC du 1 er avril 2011 Mme Denise R. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 2 février 2011 par la Cour de cassation (chambre sociale, arrêt n 567 du 2 février

Plus en détail

SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 1 juin 2010 N de pourvoi: 09-41507 Publié au bulletin Cassation partielle Mme Collomp (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Masse-Dessen

Plus en détail

salariés âgés ou présentant des caractéristiques sociales ou de qualification rendant leur réinsertion professionnelle particulièrement difficile 2.

salariés âgés ou présentant des caractéristiques sociales ou de qualification rendant leur réinsertion professionnelle particulièrement difficile 2. Commentaire Décision n 2012-232 QPC du 13 avril 2012 M. Raymond S. (Ancienneté dans l entreprise et conséquences de la nullité du plan de sauvegarde de l emploi) La Cour de cassation a renvoyé au Conseil

Plus en détail

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Vu l ordonnance n 58-1067 du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ;

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Vu l ordonnance n 58-1067 du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ; Décision n 2011-200 QPC du 2 décembre 2011 (Banque populaire Côte d Azur) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 23 septembre 2011 par le Conseil d État (décision n 336839 du 23 septembre 2011), dans

Plus en détail

ARRÊT DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE DU 6 JUIN 2010

ARRÊT DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE DU 6 JUIN 2010 ARRÊT DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE DU 6 JUIN 2010 Numéro de rôle : 5009 Arrêt n 55/2011 du 6 avril 2011 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant les articles 2, 1 et 2, et 3, 2, de la

Plus en détail

Règlement relatif aux sanctions et à la procédure de sanction

Règlement relatif aux sanctions et à la procédure de sanction Règlement relatif aux sanctions et à la procédure de sanction (dans la version du 24 décembre 2012) La commission de l'organisme d'autorégulation de l'association Suisse des Sociétés de Leasing (OAR /

Plus en détail

Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ;

Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ; Paris, le 8 mars 2012 Décision du Défenseur des droits n 2012-41 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative

Plus en détail

Délibération n 2011-10 du 4 avril 2011

Délibération n 2011-10 du 4 avril 2011 Délibération n 2011-10 du 4 avril 2011 Délibération faisant suite à un refus d envoi en mission temporaire en raison de l origine ethnique de la réclamante Emploi privé / Origine ethnique / Discrimination

Plus en détail

SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, SCP Odent et Poulet, SCP Roger et Sevaux, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, SCP Odent et Poulet, SCP Roger et Sevaux, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 14 juin 2012 N de pourvoi: 11-13347 11-15642 Publié au bulletin Cassation partielle M. Loriferne (président), président SCP Nicolaý, de Lanouvelle

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Commentaire de la décision n 2007-557 DC du 15 novembre 2007 Loi relative à la maîtrise de l immigration, à l intégration et à l asile Déposé sur le bureau

Plus en détail

E TUDE NIDEGGER & BLANC AVOCATS AU BARREAU DE GENEVE - ATTORNEYS AT LAW

E TUDE NIDEGGER & BLANC AVOCATS AU BARREAU DE GENEVE - ATTORNEYS AT LAW E TUDE NIDEGGER & BLANC AVOCATS AU BARREAU DE GENEVE - ATTORNEYS AT LAW YVES NIDEGGER AVOCAT ANCIEN JUGE DAMIEN BLANC AVOCAT LICENCIE HEC JULIEN BESSE CLERC D AVOCAT ZENAIDA GEISER AVOCATE STAGIAIRE LETTRE

Plus en détail

Numéro du rôle : 5765. Arrêt n 171/2014 du 27 novembre 2014 A R R E T

Numéro du rôle : 5765. Arrêt n 171/2014 du 27 novembre 2014 A R R E T Numéro du rôle : 5765 Arrêt n 171/2014 du 27 novembre 2014 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 70 du Code des droits de succession, lu en combinaison avec l article 7 du

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, vingt-deux mars deux mille douze.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, vingt-deux mars deux mille douze. N 17 / 12. du 22.3.2012. Numéro 2954 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, vingt-deux mars deux mille douze. Composition: Marie-Paule ENGEL, présidente

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, TROISIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, TROISIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 16/03/2014 Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 5 février 2014 N de pourvoi: 13-10174 ECLI:FR:CCASS:2014:C300128 Publié au bulletin Cassation M. Terrier (président), président Me

Plus en détail

* * * Loi n 27-06 relative aux activités de gardiennage et de transport de fonds. Chapitre premier Champ d application

* * * Loi n 27-06 relative aux activités de gardiennage et de transport de fonds. Chapitre premier Champ d application Extrait du Bulletin Officiel du Maroc n 5584 25 Kaada 1428 (6.12.2007) version française Dahir n 1-07-155 du 19 kaada 1428 (30 novembre 200 7) portant promulgation de la loi n 27-06 relative aux activités

Plus en détail

RC DES DIRIGEANTS 1 Gilles GASTON Pôle Assistance Technique et Prévention. Septembre 2012

RC DES DIRIGEANTS 1 Gilles GASTON Pôle Assistance Technique et Prévention. Septembre 2012 RC DES DIRIGEANTS Gilles GASTON Pôle Assistance Technique et Prévention. Septembre 2012 1 REMARQUES 1) On parle de RC Dirigeants (Définition plus large) et non plus de RC Mandataires Sociaux. 2) Un seul

Plus en détail

Numéro du rôle : 4004. Arrêt n 195/2006 du 5 décembre 2006 A R R E T

Numéro du rôle : 4004. Arrêt n 195/2006 du 5 décembre 2006 A R R E T Numéro du rôle : 4004 Arrêt n 195/2006 du 5 décembre 2006 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 10 de la loi du 20 juillet 2005 «modifiant la loi du 8 août 1997 sur les faillites,

Plus en détail

FICHE N 18 LE CASIER JUDICIAIRE

FICHE N 18 LE CASIER JUDICIAIRE FICHE N 18 LE CASIER JUDICIAIRE Le casier judiciaire national automatisé est tenu sous l autorité du ministre de la Justice. Il recense les condamnations, décisions et jugements prononcées contre les personnes

Plus en détail

Algérie. Accord d investissements avec l Espagne

Algérie. Accord d investissements avec l Espagne Accord d investissements avec l Espagne Décret exécutif n 90-39 du 30 janvier 1990 [NB - Accord entre la République algérienne démocratique et populaire et le Royaume d Espagne relatif à la promotion et

Plus en détail

Convention concernant la lutte contre la discrimination dans le domaine de l'enseignement

Convention concernant la lutte contre la discrimination dans le domaine de l'enseignement Convention concernant la lutte contre la discrimination dans le domaine de l'enseignement Adoptée par la Conférence générale de l'organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 31/03/2009 Cour d appel de Bordeaux ct0274 Audience publique du 22 mai 2008 N de RG: 07/03589 Publié par le service de documentation de la Cour de cassation ARRET RENDU PAR LA REPUBLIQUE FRANCAISE

Plus en détail

Numéro du rôle : 5169. Arrêt n 72/2012 du 12 juin 2012 A R R E T

Numéro du rôle : 5169. Arrêt n 72/2012 du 12 juin 2012 A R R E T Numéro du rôle : 5169 Arrêt n 72/2012 du 12 juin 2012 A R R E T En cause : les questions préjudicielles concernant les articles 23 et 25 du décret de la Communauté flamande du 30 avril 2004 relatif à l

Plus en détail

Code de conduite INTRODUCTION

Code de conduite INTRODUCTION Code de conduite INTRODUCTION Ce Code de conduite s applique à tous les fournisseurs, leurs sous-traitants ainsi qu à tous les autres partenaires commerciaux de H&M Hennes & Mauritz AB (publ.), société

Plus en détail

41/128 Déclaration sur le droit au développement

41/128 Déclaration sur le droit au développement 41/128 Déclaration sur le droit au développement L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de la Charte des Nations Unies relatifs à la réalisation de la coopération internationale en

Plus en détail

M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 23/11/2011 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 6 avril 2011 N de pourvoi: 09-72164 Non publié au bulletin Cassation sans renvoi M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction

Plus en détail

Le droit d alerte «libertés» des Délégués du Personnel

Le droit d alerte «libertés» des Délégués du Personnel page1/13 Le droit d alerte «libertés» des Délégués du Personnel é m e r g e n c e s Note juridique d information 2007 SOMMAIRE L alerte : la mission spécifique de Délégué aux libertés... 1 L alerte : les

Plus en détail

Accord mondial d Entreprise Socialement Responsable entre Rhodia et l ICEM

Accord mondial d Entreprise Socialement Responsable entre Rhodia et l ICEM Accord mondial d Entreprise Socialement Responsable entre Rhodia et l ICEM ACCORD SUR LA RESPONSABILITE SOCIALE DU GROUPE RHODIA, Entre : Le Groupe Rhodia, représenté par son Directeur Général, Monsieur

Plus en détail

Numéro du rôle : 5763. Arrêt n 175/2014 du 4 décembre 2014 A R R E T

Numéro du rôle : 5763. Arrêt n 175/2014 du 4 décembre 2014 A R R E T Numéro du rôle : 5763 Arrêt n 175/2014 du 4 décembre 2014 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 19bis-11, 2, de la loi du 21 novembre 1989 relative à l assurance obligatoire

Plus en détail

Déclaration sur le droit au développement

Déclaration sur le droit au développement Déclaration sur le droit au développement Adoptée par l'assemblée générale des Nations Unies dans sa résolution 41/128 du 4 décembre 1986 L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de

Plus en détail

LE MINISTRE DE L INTÉRIEUR DE L OUTRE MER ET DES COLLECTIVITES TERRITORIALES. MESDAMES ET MESSIEURS LES PRÉFETS (Métropole et outre-mer)

LE MINISTRE DE L INTÉRIEUR DE L OUTRE MER ET DES COLLECTIVITES TERRITORIALES. MESDAMES ET MESSIEURS LES PRÉFETS (Métropole et outre-mer) DIRECTION DES LIBERTES PUBLIQUES ET DES AFFAIRES JURIDIQUES SOUS-DIRECTION DES LIBERTES PUBLIQUES le 20 août 2007 ET DE LA POLICE ADMINISTRATIVE NOR : INT/D/07/00089/C LE MINISTRE DE L INTÉRIEUR DE L OUTRE

Plus en détail

Numéros du rôle : 4381, 4425 et 4454. Arrêt n 137/2008 du 21 octobre 2008 A R R E T

Numéros du rôle : 4381, 4425 et 4454. Arrêt n 137/2008 du 21 octobre 2008 A R R E T Numéros du rôle : 4381, 4425 et 4454 Arrêt n 137/2008 du 21 octobre 2008 A R R E T En cause : les questions préjudicielles relatives à l article 1258 du Code judiciaire, tel qu il a été remplacé par l

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE

CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE I. Organisation de la profession comptable Profession comptable Comptable s salariés Comptable s libéraux Comptable s publics A. Comptables salariés 1. La profession

Plus en détail

«ReDoc Paris - Est» Réseau Doctoral de l Université PARIS-EST STATUTS

«ReDoc Paris - Est» Réseau Doctoral de l Université PARIS-EST STATUTS «ReDoc Paris - Est» Réseau Doctoral de l Université PARIS-EST STATUTS Article 1 : Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 ier juillet 1901

Plus en détail

STATUT de la profession d avocat* CHAPITRE I er Principes et règles fondamentaux de l exercice de la profession d avocat

STATUT de la profession d avocat* CHAPITRE I er Principes et règles fondamentaux de l exercice de la profession d avocat STATUT de la profession d avocat* CHAPITRE I er Principes et règles fondamentaux de l exercice de la profession d avocat Art. 1 er. (1) La profession d avocat est libérale est indépendante, ayant l organisation,

Plus en détail

LOIS CONSEIL CONSTITUTIONNEL

LOIS CONSEIL CONSTITUTIONNEL LOIS CONSEIL CONSTITUTIONNEL Saisine du Conseil constitutionnel en date du 17 janvier 2014 présentée par au moins soixante sénateurs, en application de l article 61, alinéa 2, de la Constitution, et visée

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP)

GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP) Strasbourg, 22 août 2014 CDDH-CORP(2014)10 COMITÉ DIRECTEUR POUR LES DROITS DE L'HOMME (CDDH) GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP) Projet de recommandation du Comité

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 216 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014 Enregistré à la Présidence du Sénat le 11 décembre 2013 PROPOSITION DE LOI visant à protéger l identité de genre, PRÉSENTÉE Par Mmes Esther BENBASSA, Kalliopi

Plus en détail

Vous divorcez, vous vous séparez?

Vous divorcez, vous vous séparez? Service Com&Doc - Crédit image : drx - Fotolia.com - Imprimerie Caf35 - Mars 2014 Vous divorcez, vous vous séparez? 5 questions pour mieux comprendre Vous informer et vous aider dans vos démarches Vous

Plus en détail

LE CONTROLE DES CONCENTRATIONS DANS LE NOUVEAU DROIT SUISSE DE LA CONCURRENCE. par Pierre Tercier et Silvio Venturi*

LE CONTROLE DES CONCENTRATIONS DANS LE NOUVEAU DROIT SUISSE DE LA CONCURRENCE. par Pierre Tercier et Silvio Venturi* LE CONTROLE DES CONCENTRATIONS DANS LE NOUVEAU DROIT SUISSE DE LA CONCURRENCE par Pierre Tercier et Silvio Venturi* Dans le numéro précédent de la Revue du droit international des affaires, les auteurs

Plus en détail

Se référer aux textes. Outil 1. Loi du 4 août 2008 : modernisation de l économie [Extraits : fonds de dotation]

Se référer aux textes. Outil 1. Loi du 4 août 2008 : modernisation de l économie [Extraits : fonds de dotation] Outil 1. Loi du 4 août 2008 : modernisation de l économie [Extraits : fonds de dotation] [Loi n o 2008-776 du 4 août 2008 de modernisation de l économie, JO du 5 août 2008] Article 140 [Définition Création]

Plus en détail

Numéro du rôle : 1808. Arrêt n 11/2001 du 7 février 2001 A R R E T

Numéro du rôle : 1808. Arrêt n 11/2001 du 7 février 2001 A R R E T Numéro du rôle : 1808 Arrêt n 11/2001 du 7 février 2001 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l'article 71 de la loi du 21 février 1985 relative à la réforme du révisorat d'entreprises,

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 16 SEPTEMBRE 2013 C.12.0032.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.12.0032.F ALLIANZ BELGIUM, société anonyme dont le siège social est établi à Bruxelles, rue de Laeken, 35, demanderesse en cassation,

Plus en détail

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Gens du voyage - Schéma départemental exemptant une commune de ses obligations en matière d accueil des gens du voyage - Violation de la Loi Besson Recommandations.

Plus en détail

Peut-on envisager un effet direct?

Peut-on envisager un effet direct? Les implications de la convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées sur la législation de l UE concernant le handicap Peut-on envisager un effet direct? Peut-on envisager

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 11 JUIN 2007 C.06.0255.N/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.06.0255.N D. J., Me Paul Wouters, avocat à la Cour de cassation, contre KBC ASSURANCES, société anonyme. I. La procédure devant la Cour

Plus en détail

JORF n 0139 du 17 juin 2011. Texte n 1. LOI LOI n 2011-672 du 16 juin 2011 relative à l immigration, à l intégration et à la nationalité (1)

JORF n 0139 du 17 juin 2011. Texte n 1. LOI LOI n 2011-672 du 16 juin 2011 relative à l immigration, à l intégration et à la nationalité (1) Le 29 juin 2011 JORF n 0139 du 17 juin 2011 Texte n 1 LOI LOI n 2011-672 du 16 juin 2011 relative à l immigration, à l intégration et à la nationalité (1) NOR: IOCK1003689L L Assemblée nationale et le

Plus en détail

LOI POUR L EGALITE REELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

LOI POUR L EGALITE REELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES N 131 - SOCIAL n 50 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 16 décembre 2014 ISSN 1769-4000 L essentiel LOI POUR L EGALITE REELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES La loi pour l égalité réelle entre

Plus en détail

M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président. SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, avocat(s)

M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président. SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, avocat(s) Cour de cassation Chambre sociale Audience publique du 8 juillet 2010 N de pourvoi: 08-45287 Non publié au bulletin Rejet M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président

Plus en détail

I S agissant de l article 7 bis

I S agissant de l article 7 bis 20 Décembre 2013 SAISINE du CONSEIL CONSTITUTIONNEL Sur la LOI de FINANCES RECTIFICATIVE pour 2013 Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Conseillers, Les Sénateurs soussignés 1 ont l honneur

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 28/03/2011 Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 28 septembre 2010 N de pourvoi: 09-66255 Publié au bulletin Cassation Mme Favre, président M. Le Dauphin, conseiller apporteur

Plus en détail

ASSOCIATION SUISSE DES FEMMES DIPLOMEES DES UNIVERSITES

ASSOCIATION SUISSE DES FEMMES DIPLOMEES DES UNIVERSITES ASSOCIATION SUISSE DES FEMMES DIPLOMEES DES UNIVERSITES STATUTS I. Nom Siège But et Activités Art. 1 Nom siège L Association Suisse des Femmes Diplômées des Universités (ASFDU) Schweizerischer Verband

Plus en détail

Conditions générales d utilisation

Conditions générales d utilisation Conditions générales d utilisation Bienvenue sur happy-capital.com Présentation de Happy Capital Happy Capital est une plateforme de financement participatif dédiée à toutes les PME qui ont un projet de

Plus en détail

Numéro du rôle : 2126. Arrêt n 117/2002 du 3 juillet 2002 A R R E T

Numéro du rôle : 2126. Arrêt n 117/2002 du 3 juillet 2002 A R R E T Numéro du rôle : 2126 Arrêt n 117/2002 du 3 juillet 2002 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l'article 17, 1er, de la loi du 6 février 1987 relative aux réseaux de radiodistribution

Plus en détail

JORF n 0139 du 17 juin 2011 Texte n 1. LOI LOI n 2011-672 du 16 juin 2011 relative à l immigration, à l intégration et à la nationalité (1)

JORF n 0139 du 17 juin 2011 Texte n 1. LOI LOI n 2011-672 du 16 juin 2011 relative à l immigration, à l intégration et à la nationalité (1) JORF n 0139 du 17 juin 2011 Texte n 1 LOI LOI n 2011-672 du 16 juin 2011 relative à l immigration, à l intégration et à la nationalité (1) NOR: IOCK1003689L L Assemblée nationale et le Sénat ont adopté,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant : Le : 16/02/2012 Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 31 janvier 2012 N de pourvoi: 10-17478 Non publié au bulletin Cassation partielle sans renvoi Mme Favre (président), président

Plus en détail

ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE

ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE CONCERNANT LA COOPERATION RECIPROQUE ET L ECHANGE D INFORMATIONS POUR LE CONTROLE BANCAIRE ET PRUDENTIEL 1. Considérant que certaines

Plus en détail