RÈGLEMENT D APPLICATION DE LA LOI RÉVISÉE SUR L ÉNERGIE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RÈGLEMENT D APPLICATION DE LA LOI RÉVISÉE SUR L ÉNERGIE"

Transcription

1 RÈGLEMENT D APPLICATION DE LA LOI RÉVISÉE SUR L ÉNERGIE Séances d information aux communes et aux professionnels Novembre

2 1. LA CONFÉDÉRATION: UNE POLITIQUE ÉNERGÉTIQUE AMBITIEUSE STRATÉGIE ÉNERGÉTIQUE 2050, LES OBJECTIFS: Sortir du nucléaire Diminuer les énergies fossiles et la production de CO Évolution de l énergie globale consommée par habitant -16% -43% -54% Évolution de l énergie électrique consommée par habitant -3% -13% -18% 4

3 1. LE RÈGLEMENT: ENTRÉE EN VIGUEUR EN PLUSIEURS ÉTAPES : ENTRÉE EN VIGUEUR DE LA LOI ER AOÛT 1 ER FÉVRIER RLVLEne 2006 RVLEne articles Entrée en vigueur de la modification de 23 articles La majorité des «anciens» articles reste valable Entrée en vigueur de toutes les modifications du RLVLEne Quelques articles sont inchangés Les articles entrant en vigueur au 1 er août concernent principalement: des généralités des définitions des dispositions qui peuvent entrer en vigueur immédiatement les conditions relatives au chauffage électrique Les articles dont l entrée en vigueur est différée sont ceux qui: sont repris du MoPEC traitent des grands consommateurs traitent de la planification énergétique territoriale portent sur des aspects techniques 7! Dès le 1 er février, tous les permis de construire sont délivrés sur la base du nouveau règlement (version 1 er février 2015), quelle que soit la date de dépôt de la demande

4 2. DISPOSITIONS GÉNÉRALES (RLVLEne art. 3 al. 2 et art. 4 al. 2) CHAMP D APPLICATION Les exigences du règlement sont applicables, même si les travaux entrepris ne sont pas soumis à autorisation. NOUVELLES DÉFINITIONS Touché par les transformations Un élément de construction ou des parties de bâtiment, notamment son enveloppe, sont dits «touchés par les transformations» si des travaux plus importants qu un simple rafraîchissement ou des réparations mineures sont entrepris: Une nouvelle couverture de toiture ou sa rénovation La rénovation de façades (excepté des rénovations mineures ou le simple rafraîchissement de la peinture) La réfection du crépi est donc considérée comme rénovation de façade Le remplacement des fenêtres Rénovation lourde: Rénovation dont le montant total des travaux selon le code des frais de construction (CFC 2) représente plus de 50% de la valeur ECA du bâtiment. 9

5 2. DISPOSITIONS GÉNÉRALES (RLVLEne art. 5 et 6; LVLEne art. 6) ÉTAT DE LA TECHNIQUE L état de la technique correspond aux performances requises et aux méthodes de calcul des normes et recommandations en vigueur émises par les associations professionnelles, et par la conférence des directeurs cantonaux de l énergie (EnDK). Normes SIA Aides à l application DÉROGATIONS Des dérogations ne peuvent être accordées que pour les motifs suivants: Justification d intérêts prépondérants et Non respect du principe de proportionnalité (techniquement réalisable et économiquement supportable) 10

6 3. EXIGENCES GÉNÉRALES: PROTECTION THERMIQUE EN HIVER (RLVLEne art. 19) Les bâtiments chauffés sont soumis aux exigences de la norme SIA 380/1, édition Bâtiments neufs: valeurs à neuf ou accrues (selon le type d énergie utilisée) Bâtiments existants (pour les éléments d enveloppe touchés par les transformations): valeurs transformation Cas particuliers: Les locaux non chauffés aménagés exigences des bâtiments neufs (sauf aménagement de combles ou de sous-sol) 12

7 3. EXIGENCES GÉNÉRALES: ASSAINISSEMENT ÉNERGÉTIQUE LORS DE RÉNOVATION LOURDE (RLVLEne art. 19a) En cas de rénovation lourde (travaux supérieurs à 50% de la valeur ECA), mise en conformité avec la norme SIA 380/1. 13

8 3. EXIGENCES GÉNÉRALES: CONSTRUCTIONS PROVISOIRES (RLVLEne art. 19b) Les nouvelles constructions provisoires doivent respecter les mêmes exigences que les nouvelles constructions, à l exception de celles concernant les parts minimales d énergies renouvelables. Lorsqu une construction provisoire existante est déplacée sur un autre site: son éventuel chauffage électrique doit être assaini. si elle a plus de 10 ans, son enveloppe doit être mise en conformité aux valeurs de transformation de la norme SIA 380/1. Les pavillons de chantier ne sont pas concernés par cette mesure. 14

9 3. EXIGENCES GÉNÉRALES: PROTECTION THERMIQUE EN ÉTÉ (RLVLEne art. 19c) La protection thermique en été doit être justifiée sur la base des normes SIA 180 et 382/1 (valeur g de la protection solaire). 15 Pour les locaux refroidis, des exigences supplémentaires doivent être respectées (commande des stores, résistance au vent).

10 3. EXIGENCES GÉNÉRALES: (RLVLEne art. 20, art. 21 et art. 21a) Des dispositions particulières sont à respecter pour: les locaux frigorifiques (critères d isolation à respecter) les serres artisanales ou agricoles (critères sur la qualité des vitrages à respecter) les halles gonflables (critères d isolation et sur les installations techniques à respecter) 16

11 3. EXIGENCES GÉNÉRALES: CONSOMMATION D ÉNERGIE (RLVLEne art. 23) Les bâtiments (nouveaux, transformés ou soumis à un changement d affectation) de plus de 1000 m 2 de SRE, doivent respecter les valeurs-limites de la norme SIA 380/4, édition 2006, pour les consommations électriques de l éclairage, la ventilation et la climatisation. Les bâtiments d habitation ne sont pas concernées par cette mesure. 17

12 3. EXIGENCES GÉNÉRALES: EXEMPLARITÉ DE L ÉTAT (RLVLEne art. 24) Pour les nouveaux bâtiments de l Etat (dont il est propriétaire ou dans lesquels il a une participation financière majoritaire): respect du standard Minergie-P-ECO ou performance équivalente. Pour les bâtiments existants rénovés: respect des valeurs-cibles de la norme SIA 380/1, ou respect du standard Minergie ou performance équivalente. 18

13 3. EXIGENCES GÉNÉRALES: LE CECB (LVLEne art. 30b et 39a; RLVLEne art. 29a) Le propriétaire devra faire établir un CECB dans les cas suivants: Lors de la vente d un bâtiment d habitation Lors du remplacement d une installation par du mazout, du gaz ou du charbon La loi prévoyant un délai de 2 ans pour établir un règlement spécifique précisant les conditions pratiques d application du CECB, il n y a pas d obligation de réaliser un CECB dans l immédiat. Une information sera faite dès que ce règlement aura été adopté. 19

14 4. EXIGENCES ACCRUES: CHAUFFAGE (LVLEne art. 30b; RLVLEne art. 25) MAX. 60 À 80% DES BESOINS DE CHAUFFAGE PAR DES ÉNERGIES NON RENOUVELABLES 100% DE LA VALEUR-LIMITE SIA 380/1 BESOINS DE CHAUFFAGE 100% PAC BOIS CAD 80% DE LA VALEUR-LIMITE SIA 380/1 GAZ -25% CO 2 60% DE LA VALEUR-LIMITE SIA 380/1 MAZOUT AU MOINS 20 À 40% D ÉNERGIES RENOUVELABLES OU SUPPLÉMENT D ISOLATION 21

15 4. EXIGENCES ACCRUES: EAU CHAUDE SANITAIRE (LVLEne art. 28a al. 1 et al. 2) Les bâtiments neufs doivent couvrir 30% des besoins d eau chaude par: L énergie solaire (thermique ou photovoltaïque avec PAC) Un réseau de chauffage à distance alimenté majoritairement par des énergies renouvelables ou des rejets de chaleur Le bois si la puissance est supérieure à 70kW et seulement hors des zones soumises à immissions excessives Exceptions: Implantation défavorable de la construction Surface insuffisante de la toiture Faibles besoins d eau chaude Couverture de 70% par des rejets de chaleur produits sur site 22

16 4. EXIGENCES ACCRUES: ÉLECTRICITÉ (LVLEne art. 28b al. 1) Les bâtiments neufs doivent couvrir 20% des besoins d électricité normalisés (hors installations particulières) par une source renouvelable (photovoltaïque) Cela représente un surcoût d environ 1% pour une villa de 200 m 2 1kW 6-9 m fr. pour un immeuble de 1000 m 2 7kW 50 m fr. (base: valeurs normées selon SIA 380/1) Exceptions: Bâtiment mal disposé Surface disponible insuffisante 23

17 4. EXIGENCES ACCRUES: REFROIDISSEMENT (LVLEne art. 28b al. 2 et 3) Nouvelles installations de refroidissement et/ou humidification de confort: La consommation d électricité devra être couverte à 50% au moins par une énergie renouvelable ou Les besoins de froid devront provenir à 100% d une source renouvelable (eau du lac, nappe, terrain, structures géothermiques, solaire) 24

18 4. EXIGENCES ACCRUES: CONDITIONS D UTILISATION ET EXCEPTIONS (LVLEne art. 30b al. 3; RLVLEne art. 27) Les conditions normales d utilisation (besoins de chaleur, eau chaude et électricité) sont celles de la norme SIA 380/1. Les consommations d électricité sont basées sur les normes SIA 380/4 et 382/2. Les exigences en termes de part minimale d énergie renouvelable pour le chauffage, l eau chaude et l électricité sont applicables à tous les bâtiments neufs et les extensions, exception faite des extensions représentant ou moins de 50m 2 moins de 20% de la surface de référence énergétique existante, sans dépasser 1 000m 2. 25

19 4. EXIGENCES ACCRUES: CONCEPTION ET PRODUCTION D ÉNERGIE SOLAIRE (RLVLEne art. 18 et 28) Les bâtiments sont conçus de manière à favoriser l utilisation de l énergie solaire. Ce sont aux bâtiments de s adapter à la loi et non l inverse Les capteurs solaires pris en compte pour la part minimale d énergie renouvelable doivent prioritairement être situés en toiture ou en façade. 26

20 4. EXIGENCES ACCRUES: PRODUCTION D ÉNERGIE SOLAIRE (RLVLEne art. 28) Les surfaces de capteurs orientées de manière à ce que le rayonnement global annuel représente au moins 65% du rayonnement global d une surface orientée de manière idéale doivent être prises en compte. En cas de demande de dispense, l entier de la surface disponible devra avoir été utilisé. 27

21 4. EXIGENCES ACCRUES: REGROUPEMENT D INSTALLATIONS (LVLEne art. 28, al. 3) Principe de base: les exigences en termes de parts d énergies renouvelables pour les besoins du bâtiment doivent être satisfaites par des mesures constructives durables prises sur le bâtiment lui-même. Ainsi chaque bâtiment, pris individuellement, doit être conforme aux exigences. Par exemple, lors de la construction de plusieurs bâtiments, un regroupement des installations solaires n est donc en principe pas admis. 28

22 4. EXCEPTIONS AU REGROUPEMENT D INSTALLATIONS (LVLEne art. 28 al. 3) Des dérogations sont cependant possibles pour des capteurs solaires photovoltaïques dans des cas très particuliers seulement si: l installation solaire appartient à une entité commune à tous les bâtiments concernés. les charges et bénéfices de l installation profitent à l ensemble des occupants des bâtiments sur toute la durée de vie de l installation (convention, coopérative, raccordement physique, etc.). La demande de dérogation doit être soumise au Canton. N.b.: des dérogations sont également possibles si un concept pérenne est mis en place à l échelle d un quartier. 29

23 6. INSTALLATIONS TECHNIQUES: CHAUFFAGE (RLVLEne art. 29 et 33) Les installations de chauffage à mazout ou à gaz doivent pouvoir utiliser la chaleur de condensation. (nouvelles constructions: obligatoire / remplacements dans la mesure du possible). Les systèmes d émission de chaleur doivent être dimensionnés pour ne pas dépasser 50 C pour les radiateurs et 35 C pour les chauffages au sol (40 C à plus de 800m). Une régulation automatique par pièce est obligatoire (vanne thermostatique ou sonde d ambiance) sauf si la température de départ du chauffage au sol est inférieure à 30 C. 32

24 6. INSTALLATIONS TECHNIQUES: CHAUFFAGE (RLVLEne art. 33a et 40a) La puissance électrique des circulateurs de chauffage est limitée à 1 de la puissance thermique (2 pour les chauffages au sol). Domotique: les nouvelles constructions administratives et industrielles doivent au moins comporter des systèmes qui contrôlent la température des locaux et réduisent ou arrêtent la ventilation, la climatisation et l éclairage, lorsque les locaux sont inoccupés. 33

25 6. INSTALLATIONS TECHNIQUES: VENTILATION (RLVLEne art. 35) Les installations de ventilation dont la somme des débits d air extraits par bâtiment dépasse m 3 /h et dont le temps de fonctionnement dépasse 500 heures par année doivent être munis d une récupération de chaleur. Les installations de ventilation à double flux doivent être munies de dispositifs de récupération de chaleur performants (norme SIA 382/1). Les hottes de cuisine ainsi que les ventilateurs d extraction d air des WC et des salles de bains, à commande manuelle et asservis à l éclairage avec une temporisation, ne sont pas pris en compte dans le calcul du volume d air limite à ne pas dépasser. 34

26 6. INSTALLATIONS TECHNIQUES: REFROIDISSEMENT (RLVLEne art. 36) Les installations de refroidissement et/ou humidification sont admises si la puissance électrique totale ne dépasse pas 7W/m 2 dans les nouvelles constructions ou 12W/m 2 dans les bâtiments existants. Dans les autres cas, les installations devront respecter la norme SIA 382/1 en ce qui concerne les températures d eau froide et les coefficients de performance (COP) des machines. 35

27 6. INSTALLATIONS TECHNIQUES: CHAUFFAGES ÉLECTRIQUES (LVLEne art. 30a; RLVLEne art. 39 et 40) Le montage et le renouvellement de chauffages électriques à résistance sont interdits pour: le chauffage des bâtiments l eau chaude sanitaire les terrasses et les endroits ouverts Des autorisations exceptionnelles sont possibles pour: des installations provisoires des installations de secours lorsque le recours à un autre système de chauffage est impossible ou disproportionné. 36

28 6. INSTALLATIONS TECHNIQUES: CHAUFFAGE ÉLECTRIQUE FIXE POUR LES BÂTIMENTS (LVLEne art. 30a; RLVLEne art. 39) Les chauffages de secours sont notamment admis si leur puissance est inférieure à 50% de la puissance de dimensionnement (PAC ou chauffage au bois) et pour les radiateurs de bain ou de locaux de thérapies en dehors de la saison de chauffage. Il est interdit de monter un chauffage électrique fixe à résistance comme chauffage d appoint pour compléter un chauffage principal dont la puissance est insuffisante. Le remplacement d un radiateur fixe par un radiateur fixe n est pas autorisé, par contre un radiateur mobile est toléré. 37

29 6. INSTALLATIONS TECHNIQUES: CHAUFFAGE ÉLECTRIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE (LVLEne art. 30a; RLVLEne art. 40) Le chauffage électrique de l eau chaude (ECS) est possible comme complément à un système renouvelable (par exemple installation solaire couvrant au moins 70% des besoins), si l ECS est chauffée par le générateur de chaleur pendant la période de chauffe et est équipé de capteurs solaires ou pour des petits chauffe-eaux décentralisés (consommation < 3 kwh/m 2 ). Le remplacement d un chauffe-eau électrique n est pas autorisé, sauf cas particuliers comme les chauffe-eau décentralisés d immeubles. Solutions: nouveaux chauffe-eau raccordés au producteur de chaleur principal (hors électrique) installation d un boiler-pac. 38

30 7. EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE: OCCUPATIONS INTERMITTENTES (RLVLEne art. 48a) Dans les résidences secondaires individuelles et collectives neuves, au moins deux niveaux de température ambiante doivent pouvoir être réglés à distance (par villa ou par appartement). La même règle est applicable dans les résidences secondaires individuelles ou collectives existantes lors d une rénovation des installations de distribution de chauffage ou du changement du producteur de chaleur. 45

31 7. EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE: CHAUFFAGE EN PLEIN AIR (LVLEne art. 30a al. 1; RLVLEne art. 51) Les chauffages en plein air (terrasses, rampes, chenaux, estrades, terrains de foot, etc.) ne sont admis que s ils exploitent exclusivement des énergies renouvelables ou des rejets thermiques inutilisables d une autre manière. Exceptions possibles pour des exigences liées à la sécurité ou pour des manifestations ( commerces et terrasses existants à l année exclus) d une durée maximum de 35 jours consécutifs. Les terrasses publiques fermées par des parois rigides ou souples, ne satisfaisant pas à la norme SIA 380/1, ne sont pas admises. 46

32 7. EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE: PISCINES ET JACUZZIS EXTÉRIEURS (RLVLEne art. 54 et 56) La construction et l assainissement de piscines et jacuzzis extérieurs chauffés ainsi que les modifications importantes de leurs installations ne sont admis que si des énergies renouvelables ou des rejets de chaleur inutilisables autrement sont exclusivement employés. Les exigences pour les piscines et les jacuzzis chauffés sont donc similaires et indépendantes de la taille du bassin. Le chauffage au moyen d une pompe à chaleur est admis, à la condition que le bassin soit équipé d une couverture contre les déperditions thermiques. 47

33 8. AUTORISATION DE CONSTRUIRE: FORMULAIRES ANCIENNE RÉFÉRENCE RÉFÉRENCE ACTUELLE LIBELLÉ E72 EN-VD 72 Justificatif de la part d énergie renouvelable E1 EN-2a Isolation Performances ponctuelles E1 EN-2b Isolation Performances globales E3 EN-3 Chauffage et eau chaude sanitaire E4 EN-4 Installation de ventilation E5 EN-5 Refroidissement/humidification E6 EN-6 Locaux frigorifiques E9 EN-7 Serres artisanales ou agricoles EN-8 Halles gonflables E7 EN-9 Installation de production d électricité E11 EN-10 Chauffage en plein air E8 EN-VD 11 Piscine ou jacuzzi extérieur EN-12 Eclairage EN-13 Ventilation/climatisation EN-VD 15 Grands consommateurs (sites nouveaux) EN-16 Résidences secondaires/occupation intermittente Compétence communale Compétence cantonale 50

34 DES SUBVENTIONS POUR VOS RÉALISATIONS 30 à 70 fr./m 2 *2 Isolation de la toiture 10 à 30 fr./m 2 *2 Isolation du plancher des combles à fr *4 Installation solaire 30 à 70 fr./m 2 *2 Isolation des murs fr. Rénovation Minergie fr. Rénovation Minergie-P *1 en cas de remplacement d un chauffage électrique *2 en fonction de la performance d isolation atteinte *3 si isolation des éléments opaques avoisinants (murs) *4 si rénovation toiture ou installation de chauffage renouvelable fr. *1 Distribution de chaleur 10 à 30 fr./m 2 *2 Isolation du plafond de la cave fr. *1 Chauffage à bois (granulés) ou pompe à chaleur géothermique fr. Chauffage à bois (granulés) 30 à 70 fr./m 2 *3 Changement de fenêtres 52

35 POUR ALLER PLUS LOIN Cette présentation est disponible: Programme de subvention dans le domaine du bâtiment et de l énergie: Questions fréquentes dans le domaine de l énergie 53

36 MERCI DE VOTRE ATTENTION 55

RÈGLEMENT D APPLICATION DE LA LOI RÉVISÉE SUR L ÉNERGIE

RÈGLEMENT D APPLICATION DE LA LOI RÉVISÉE SUR L ÉNERGIE RÈGLEMENT D APPLICATION DE LA LOI RÉVISÉE SUR L ÉNERGIE Séances d information aux communes et aux professionnels Novembre 2014 1 LE PROGRAMME 17h00 17h30 17h30 17h40 17h40 18h10 18h10 18h30 18h30 19h30

Plus en détail

«Cinq fiches d information sur les changements appliqués à mon foyer ou ma nouvelle maison.»

«Cinq fiches d information sur les changements appliqués à mon foyer ou ma nouvelle maison.» «Cinq fiches d information sur les changements appliqués à mon foyer ou ma nouvelle maison.» 1 Production d électricité 20 % des besoins en électricité ménage des nouvelles constructions doivent être couverts

Plus en détail

Service de l environnement et de l énergie (SEVEN) 2 Division énergie

Service de l environnement et de l énergie (SEVEN) 2 Division énergie Service de l environnement et de l énergie () 1 Ch. des Boveresses 155 1066 Epalinges Les questions les plus posées Foire aux questions www.vaud.ch T 41 21 316 43 60 F 41 21 316 43 95 info.seven@vd.ch

Plus en détail

Vu le message du Conseil d Etat du 13 septembre 2011 ; Sur la proposition de cette autorité,

Vu le message du Conseil d Etat du 13 septembre 2011 ; Sur la proposition de cette autorité, Loi du 7 février 2012 Entrée en vigueur :... modifiant la loi sur l énergie Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu le message du Conseil d Etat du 13 septembre 2011 ; Sur la proposition de cette autorité,

Plus en détail

Directive relative aux projets de construction, de rénovation ou de transformation de bâtiment

Directive relative aux projets de construction, de rénovation ou de transformation de bâtiment REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département de l'aménagement, du logement et de l'énergie Office cantonal de l'énergie Version n 1 Validée le 4 août 2010; màj 2014 Directive relative aux projets de construction,

Plus en détail

1 Ordonnance sur l utilisation rationnelle de l'énergie dans les constructions et les installations (OURE)

1 Ordonnance sur l utilisation rationnelle de l'énergie dans les constructions et les installations (OURE) Ordonnance sur l utilisation rationnelle de l'énergie dans les constructions et les installations (OURE) du 9 février 0 Le Conseil d Etat du canton du Valais vu la loi sur l énergie du 5 janvier 004; vu

Plus en détail

DGE, DIREN 1. Table des matières. mise à l enquête 7. Contrôle de dossier, exercice. Direction générale de l environnement Direction de l énergie

DGE, DIREN 1. Table des matières. mise à l enquête 7. Contrôle de dossier, exercice. Direction générale de l environnement Direction de l énergie Liste des professionnels certifiés pour l établissement et le contrôle des «Formulaires Energie» pour les dossiers de mise à l enquête dans le Canton de Vaud Direction générale de l environnement Direction

Plus en détail

Rencontres énergivie Colmar 4.3.05. Standard et pénétration du marché du bâtiment

Rencontres énergivie Colmar 4.3.05. Standard et pénétration du marché du bâtiment Rencontres énergivie Colmar 4.3.05 Standard et pénétration du marché du bâtiment Charly Cornu Ingénieur mécanicien EPFL SIA BatSynergie société coopérative CH 36 Bussy-Chardonney Minergie Stratégie Marché

Plus en détail

STRATEGIE ENERGETIQUE DE L ETAT DE FRIBOURG. étape. Direction de l économie et de l emploi DEE - Volkswirtschaftsdirektion VWD

STRATEGIE ENERGETIQUE DE L ETAT DE FRIBOURG. étape. Direction de l économie et de l emploi DEE - Volkswirtschaftsdirektion VWD STRATEGIE ENERGETIQUE DE L ETAT DE FRIBOURG Mise en oeuvre de la première étape 1 1. Présentation ASTECH du 13.12.3007 12 3007 L énergie dans le domaine du bâtiment Plan de l exposé Situation actuelle

Plus en détail

Aides financières de la part de l Etat. maison basse consommation d énergie et maison basse énergie.

Aides financières de la part de l Etat. maison basse consommation d énergie et maison basse énergie. Aides financières de la part de l Etat maison basse consommation d énergie et maison basse énergie. Maison à performance énergétique élevée Lors de la conception d une maison à performance énergétique

Plus en détail

Loi (8426) modifiant la loi sur l'énergie (L 2 30)

Loi (8426) modifiant la loi sur l'énergie (L 2 30) Loi (8426) modifiant la loi sur l'énergie (L 2 30) Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit : Art. 1 Modification de la loi sur l énergie La loi sur l'énergie, du 18 septembre

Plus en détail

Troisième partie LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS «GLOBALE» Champ d application Principes Exigences Exemples

Troisième partie LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS «GLOBALE» Champ d application Principes Exigences Exemples Troisième partie LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS «GLOBALE» Arrêté relatif à la performance énergétique des bâtiments existants de surface supérieure à 1000 m², lorsqu ils font

Plus en détail

Assainissement de l installation de chauffage d une maison familiale

Assainissement de l installation de chauffage d une maison familiale Assainissement de l installation de chauffage d une maison familiale M. Jacques Spicher Maîtrise fédérale Administrateur Chammartin & Spicher SA Grangeneuve 27 mai 2014 1 Assainissement de chaudière Tolérances:

Plus en détail

TAUX DE 5,5 % AUX TRAVAUX D AMELIORATION DE LA QUALITE ENERGETIQUE

TAUX DE 5,5 % AUX TRAVAUX D AMELIORATION DE LA QUALITE ENERGETIQUE CAPEB Côte d'or 02/2014 TAUX DE 5,5 % AUX TRAVAUX D AMELIORATION DE LA QUALITE ENERGETIQUE L article 9 de la loi de finances pour 2014 institue la TVA au taux de 5,5% pour les travaux d amélioration de

Plus en détail

Label Promotelec Habitat Neuf PRESCRIPTIONS OBLIGATOIRES, POINTS DE VÉRIFICATION ET RECOMMANDATIONS

Label Promotelec Habitat Neuf PRESCRIPTIONS OBLIGATOIRES, POINTS DE VÉRIFICATION ET RECOMMANDATIONS 3 Label Promotelec Habitat Neuf, POINTS DE VÉRIFICATION ET RECOMMANDATIONS Production d eau chaude sanitaire Réseaux de communication MARQUAGE QUALITÉ EXIGÉ Tous systèmes de production d'eau chaude sanitaire

Plus en détail

VENTILATION. Maison individuelle OBJET REGLEMENTATIONS. (toutes époques de construction)

VENTILATION. Maison individuelle OBJET REGLEMENTATIONS. (toutes époques de construction) VENTILATION Maison individuelle (toutes époques de construction) OBJET Lors de travaux de rénovation énergétique ambitieux, visant le niveau Bâtiment Basse Consommation, une attention particulière doit

Plus en détail

Introduction. Matinée de l'énergie et du soleil Confignon, 12 mai 2012

Introduction. Matinée de l'énergie et du soleil Confignon, 12 mai 2012 Matinée de l'énergie et du soleil Confignon, 12 mai 2012 Introduction Enjeux énergétiques Les nouvelles obligations légales pour les petits propriétaires Calcul de la SRE Calcul de l'idc Thermographie,

Plus en détail

1. CAHIER DES CHARGES

1. CAHIER DES CHARGES CONTI & ASSOCIES Ingénieurs S.A. 2 décembre 2010 Quartier de Laurana-Parc et extensions Concept énergétique 1. CAHIER DES CHARGES 1.1. Situation et description générale du projet Les immeubles de logements

Plus en détail

Une modification de loi cohérente, responsable et profitable

Une modification de loi cohérente, responsable et profitable Direction de l économie et de l emploi Volkswirtschaftsdirektion Une modification de loi cohérente, responsable et profitable Conférence de presse du 29 août 2012 Maison de l économie, Fribourg Beat Vonlanthen,

Plus en détail

Mise en oeuvre par le SdE

Mise en oeuvre par le SdE Service de l'énergie SdE Amt für Energie AfE Révision du Règlement sur l énergie février 2015 entrée en vigueur au 1 er janvier 2015 Mise en oeuvre par le SdE LEn et ses implications Modification de la

Plus en détail

Aide à l'application EN-VD-72 Part minimale d énergie renouvelable Edition juillet 2014

Aide à l'application EN-VD-72 Part minimale d énergie renouvelable Edition juillet 2014 Direction générale de l environnement (DGE) Direction de l énergie Chemin des Boveresses 155 1066 Epalinges Aide à l'application EN-VD-72 Part minimale d énergie renouvelable Edition juillet 2014 Champ

Plus en détail

C est quoi l'éco-prêt à taux zéro?

C est quoi l'éco-prêt à taux zéro? C est quoi l'éco-prêt à taux zéro? de 10 précédemment. La loi de finances pour 2009 (article 99) a instauré un prêt à taux zéro (éco-ptz) pour les travaux d'amélioration de la performance énergétique des

Plus en détail

4.6.1 RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GENERAL

4.6.1 RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GENERAL 4.6.1 RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GENERAL à l appui d une demande de crédit pour l assainissement de l installation de chauffage du collège de Beau-Site Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs,

Plus en détail

RÈGLEMENT 730.01.1 modifiant celui du 4 octobre 2006 d'application de la loi du 16 mai 2006 sur l'énergie

RÈGLEMENT 730.01.1 modifiant celui du 4 octobre 2006 d'application de la loi du 16 mai 2006 sur l'énergie RÈGLEMENT 730.01.1 modifiant celui du 4 octobre 2006 d'application de la loi du 16 mai 2006 sur l'énergie du 2 juillet 2014 LE CONSEIL D'ÉTAT DU CANTON DE VAUD vu la loi du 16 mai 2006 sur l'énergie vu

Plus en détail

Flash information : Juin 2010

Flash information : Juin 2010 Flash information : Juin 2010 Comment rendre son logement plus performant Le coût de l énergie, son impact polluant sur notre environnement, nous mènent aujourd hui à favoriser et à développer chez chacun

Plus en détail

La maîtrise des consommations dans l habitat à rénover. Comment agir? Quelle est la démarche? 5 juin 2013

La maîtrise des consommations dans l habitat à rénover. Comment agir? Quelle est la démarche? 5 juin 2013 La maîtrise des consommations dans l habitat à rénover Comment agir? Quelle est la démarche? 5 juin 2013 Stéphane GIRAULT Études de conception en génie climatique et électricité Audits énergétiques Études

Plus en détail

Pour 2012, selon la Loi de. Investissements bénéficiant du crédit d'impôt Equipements de production d'énergie utilisant éolienne ou hydraulique

Pour 2012, selon la Loi de. Investissements bénéficiant du crédit d'impôt Equipements de production d'énergie utilisant éolienne ou hydraulique Petit Rappel Quelles sont les conditions pour en bénéficier en 2012? Votre situation : Vous êtes locataire, propriétaire occupant ou occupant à titre gratuit ; Vous êtes fiscalement domicilié en France.

Plus en détail

Réglementation thermique : son évolution et son extension aux bâtiments existants Quelles conséquences pour les toitures?

Réglementation thermique : son évolution et son extension aux bâtiments existants Quelles conséquences pour les toitures? N 20 - Novembre 2008 www.siplast.fr contact.ealliance@icopal.com Réglementation thermique : son évolution et son extension aux bâtiments existants Quelles conséquences pour les toitures? Les enjeux de

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue de Dison N : 95/97 Boîte : 1er étage CP : 4800 Localité : Verviers Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue de Dison N : 95/97 Boîte : 1er étage CP : 4800 Localité : Verviers Type de bâtiment : CP : 4800 Localité : Verviers Type de bâtiment : Appartement Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : Numéro de référence du permis : pas de référence Construction :

Plus en détail

La rénovation thermique en toute simplicité

La rénovation thermique en toute simplicité Présentation en 4 étapes La rénovation thermique en toute simplicité La plateforme Ecobuilding Accompagnement et suivi Lois et Subventions Conclusion S. Pasche C. Weinmann F. Gass S. Pasche Ecobuilding

Plus en détail

DPE v/s règles Th et audit

DPE v/s règles Th et audit DPE v/s règles Th et audit DPE Règles Th (Th-C-E en neuf ; Th-C-E ex en existant) Audit énergétique 1 - chauffage 2 - refroidissement 3 - ECS 4 - auxiliaires 5 - éclairage contenu + bureautique ascenseurs,

Plus en détail

Le Crédit d Impôts Développement Durable 2013

Le Crédit d Impôts Développement Durable 2013 Le Crédit d Impôts Développement Durable 2013 Qu'est-ce que le crédit d'impôt développement durable? C'est une disposition fiscale permettant aux ménages de déduire de leur impôt sur le revenu une partie

Plus en détail

NOTE D INFORMATION TECHNIQUE

NOTE D INFORMATION TECHNIQUE NOTE D INFORMATION TECHNIQUE Concernant l installation des vérandas concernées par la RT 2012 en maisons individuelles Cette note a été établie à partir des textes réglementaires suivant : - Arrêté du

Plus en détail

Fiches pratiques. Labels Européens dans la construction neuve. Le label Passivhaus. Le label Minergie. Gérer - Informer - Préserver - Économiser

Fiches pratiques. Labels Européens dans la construction neuve. Le label Passivhaus. Le label Minergie. Gérer - Informer - Préserver - Économiser Fiches pratiques Gérer - Informer - Préserver - Économiser 26 Labels Européens dans la construction neuve Poussée par son adhésion aux protocoles de Montréal et de Kyoto et par la prise de conscience de

Plus en détail

«Habitat et Maîtrise de l énergie»

«Habitat et Maîtrise de l énergie» «Habitat et Maîtrise de l énergie» Réunion d information Introduction l ALEC SQY - le CAUE MDE écogestes - petits travaux Isolation et Architecture Rénovation isolation - préconisations Énergie chauffage

Plus en détail

Les Bâtiments Basse Consommation Energétique. Evolution réglementaire (RT 2012) CETE Apave Nord-Ouest

Les Bâtiments Basse Consommation Energétique. Evolution réglementaire (RT 2012) CETE Apave Nord-Ouest Les Bâtiments Basse Consommation Energétique Evolution réglementaire (RT 2012) CETE Apave Nord-Ouest Ph BONNE Responsable Département Energie RT 2000 RT 2005 RT 2012 2020 Historique de la réglementation

Plus en détail

Ordonnance sur le Fonds communal pour l efficacité énergétique (Ordonnance FCEE)

Ordonnance sur le Fonds communal pour l efficacité énergétique (Ordonnance FCEE) Ordonnance sur le Fonds communal pour l efficacité énergétique (Ordonnance FCEE) du 10 juillet 2012 (Etat le 1 er janvier 2016) Le Conseil municipal, sur la base du droit supérieur, sur la base du règlement

Plus en détail

Crédit Impôt Transition Energétique 2016

Crédit Impôt Transition Energétique 2016 Crédit Impôt Transition Energétique 2016 Les particuliers peuvent bénéficier d un crédit d impôt transition énergétique de 30% pour réaliser des travaux de rénovation énergétique dans leur habitation principale.

Plus en détail

Comment bien rénover sa maison, optimiser son financement et obtenir des subventions

Comment bien rénover sa maison, optimiser son financement et obtenir des subventions Comment bien rénover sa maison, optimiser son financement et obtenir des subventions La rénovation thermique avec Ecobuilding Situation actuelle L opportunité de rénover maintenant Le programme Ecobuilding

Plus en détail

THERMIQUE RÉGLEMENTATION RÉDUIRE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE LA RT 2005

THERMIQUE RÉGLEMENTATION RÉDUIRE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE LA RT 2005 THERMIQUE RÉDUIRE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE Construire une maison bien isolée et faiblement consommatrice d énergie est devenu une priorité. Les systèmes constructifs en béton sont d ores et déjà prêts

Plus en détail

Justifier des choix réalisés pour les travaux au regard de la consommation et de la maîtrise de l énergie et de l eau, du choix des matériaux.

Justifier des choix réalisés pour les travaux au regard de la consommation et de la maîtrise de l énergie et de l eau, du choix des matériaux. Annexe Prise en compte de la démarche de développement durable et solidaire pour les opérations de moins de 15 logements Grille du référentiel départemental Justifier des choix réalisés pour les travaux

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Décret n 2006-1147 du 14 septembre 2006 et arrêté du 15 septembre 2006 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments à usage principal d habitation

Plus en détail

Les points qualifiés du caractère M sont dits «majeurs». Les points qualifiés du caractère «m» sont dits «mineurs».

Les points qualifiés du caractère M sont dits «majeurs». Les points qualifiés du caractère «m» sont dits «mineurs». Les points qualifiés du caractère sont dits «majeurs». Les points qualifiés du caractère «m» sont dits «mineurs». Points de vérification sur dossier étude énergétique Données générales de l étude - perméabilité

Plus en détail

PRIMES COMMUNALES EN FAVEUR DES ENERGIES RENOUVELABLES ET DE L ISOLATION DES TOITURES TITRE I REGLEMENT GENERAL

PRIMES COMMUNALES EN FAVEUR DES ENERGIES RENOUVELABLES ET DE L ISOLATION DES TOITURES TITRE I REGLEMENT GENERAL PRIMES COMMUNALES EN FAVEUR DES ENERGIES RENOUVELABLES ET DE L ISOLATION DES TOITURES TITRE I REGLEMENT GENERAL Article 1 : Pour l application du présent règlement, il faut entendre par demandeur, toute

Plus en détail

Logement certifié. Signature :

Logement certifié. Signature : Logement certifié Rue : Rue des Grands-Prés n : 62 CP : 4032 Localité : Chênée Certifié comme : Maison unifamilale Date de construction : Inconnue Performance énergétique La consommation théorique totale

Plus en détail

TELECHARGEMENT. Comprendre la Réglementation Thermique 2005

TELECHARGEMENT. Comprendre la Réglementation Thermique 2005 TELECHARGEMENT Comprendre la Réglementation Thermique 2005 SOMMAIRE DE LA RT 2000 A LA RT 2005...3 LES VALEURS DE REFERENCE ET GARDE-FOUS...3 VALIDATIOND UN PROJET...4 LEXIQUE...5 TEXTES DE REFERENCE...6

Plus en détail

Quelles sont les conditions pour en bénéficier?

Quelles sont les conditions pour en bénéficier? Crédit d'impôt développement durable Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2015. Mais attention, il ne s'applique pas dans les mêmes conditions et au même taux à tous les

Plus en détail

Logement certifié. Date : 06/08/2015. Signature :

Logement certifié. Date : 06/08/2015. Signature : Logement certifié Rue : Rue Dechamps n : 19 CP : 7170 Localité : Manage Certifié comme : Maison unifamiliale Date de construction : Inconnue Performance énergétique La consommation théorique totale d énergie

Plus en détail

Les conditions détaillées d'octroi de subventions sont précisées dans l'annexe "Conditions pour l'octroi des subventions communales".

Les conditions détaillées d'octroi de subventions sont précisées dans l'annexe Conditions pour l'octroi des subventions communales. Les subventions sont accordées à des personnes physiques ou morales remplissant les conditions d'octroi. Elles sont destinées au financement et à la réalisation de projets privés dans le domaine de l'efficacité

Plus en détail

La dynamique Grenelle et les outils incitatifs. Arno HOULLIERE, chargée de mission Patrimoine Environnement Métiers Matériaux CAPEB Rhône-Alpes

La dynamique Grenelle et les outils incitatifs. Arno HOULLIERE, chargée de mission Patrimoine Environnement Métiers Matériaux CAPEB Rhône-Alpes La dynamique Grenelle et les outils incitatifs Les aides financières (TVA à taux réduit) (Crédit d impôt développement durable) Eco PTZ, FEDER TVA à 5,5 % Travaux d isolation, changement de fenêtres Installation

Plus en détail

Service des transports et de l'énergie STE Amt für Verkehr und Enegie VEA

Service des transports et de l'énergie STE Amt für Verkehr und Enegie VEA Amt für Verkehr und Enegie VEA Conférence AFMC Fribourg, 8 novembre 2011 Politique énergétique «Société à 4000 Watts» Entre mesures contraignantes et programmes d incitation Serge Boschung(FR), Chef de

Plus en détail

RÉGLEMENTATION. 5. thermique. historique des réglementations... p..340. la rt 2012

RÉGLEMENTATION. 5. thermique. historique des réglementations... p..340. la rt 2012 338 memento 2013 RÉGLEMENTATION 5. thermique historique des réglementations... p..340 la rt 2012 Les nouveautés... p..341 Les indicateurs et exigences... p..341 Les dispositifs de contrôle... p..343 La

Plus en détail

LA REGLEMENTATION «VERANDA»

LA REGLEMENTATION «VERANDA» LA REGLEMENTATION «VERANDA» Il est impossible de construire une véranda sans déposer une autorisation préalable en mairie. Depuis le 1/1/2012, décret 2011-1771, les communes sont soumises à un document

Plus en détail

Chauffage, isolation et ventilation écologiques

Chauffage, isolation et ventilation écologiques Chauffage, isolation et ventilation écologiques Paul de haut Deuxième édition 2011 Groupe Eyrolles 2007, 2011 pour la présente édition, ISBN : 978-2-212-12998-4 PARTIE 1 BILAN ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS

Plus en détail

Document pour les particuliers faisant construire une maison individuelle

Document pour les particuliers faisant construire une maison individuelle Document pour les particuliers faisant construire une maison individuelle Les chocs pétroliers des années 70 nous ont fait réaliser que si nos logements étaient confortables, c était au prix d une utilisation

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue Jean Haust N : 122 Boîte : CP : 4000 Localité : Liège(4000) Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue Jean Haust N : 122 Boîte : CP : 4000 Localité : Liège(4000) Type de bâtiment : CP : 4000 Localité : Liège(4000) Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : Numéro de référence du permis : Construction : avant 1971 ou inconnu Version du protocole:

Plus en détail

Sommaire. Présentation RT 2012 - CAUE Bastia - FFB

Sommaire. Présentation RT 2012 - CAUE Bastia - FFB Sommaire 1. Objectifs, méthode d élaboration 2. Exigences et évolutions / RT2005 3. Bbio, Cep, Tic 4. Exigences minimales 5. Synthèse d étude standardisée 6. Calendrier 7. Coût : maison individuelle 8.

Plus en détail

Standard MINERGIE dans la planification de l éclairage Module 1 - Norme SIA 380/4 révisée

Standard MINERGIE dans la planification de l éclairage Module 1 - Norme SIA 380/4 révisée Standard MINERGIE dans la planification de l éclairage Module 1 - Norme SIA 380/4 révisée Service cantonal de l énergie un représentant ESTIA SA Bernard Paule Salzmann SA Werner Ulrich Agence MINERGIE

Plus en détail

Manuel pour le calcul de l énergie grise des bâtiments MINERGIE-A, MINERGIE-ECO, MINERGIE-P-ECO et MINERGIE-A-ECO

Manuel pour le calcul de l énergie grise des bâtiments MINERGIE-A, MINERGIE-ECO, MINERGIE-P-ECO et MINERGIE-A-ECO Manuel pour le calcul de l énergie grise des bâtiments MINERGIEA, MINERGIEECO, MINERGIEPECO et MINERGIEAECO 1. Energie grise et cahier technique SIA 2032 Le calcul de l énergie grise pour MINERGIEA, MINERGIEECO,

Plus en détail

Thermique, acoustique, feu Des conseils de pros pour les pros.

Thermique, acoustique, feu Des conseils de pros pour les pros. Thermique, acoustique, feu Des conseils de pros pour les pros. 11.11.09 Utilité de l isolation pour le développement durable Christoph Blaser, Responsable CPI, SG-ISOVER SA Table des matières 1. Exigences

Plus en détail

Laurent Balsiger / directeur de l'énergie

Laurent Balsiger / directeur de l'énergie Laurent Balsiger / directeur de l'énergie Conférence Öbu la transition énergétique - Morges - 19 novembre 2013 Programme Contexte international La stratégie 2050 La nouvelle loi sur l énergie Conférence

Plus en détail

Logement certifié. Date : 26/10/2015. Signature :

Logement certifié. Date : 26/10/2015. Signature : Logement certifié Rue : Rue Bois l'evêque n : 128 CP : 4040 Localité : Herstal Certifié comme : Maison unifamiliale Date de construction : Inconnue Performance énergétique La consommation théorique totale

Plus en détail

RÉGLEMENTATION THERMIQUE 2012 : LES SOLUTIONS CHAFFOTEAUX

RÉGLEMENTATION THERMIQUE 2012 : LES SOLUTIONS CHAFFOTEAUX Gaz Solaire Air Électricité RÉGLEMENTATION THERMIQUE 2012 : LES SOLUTIONS CHAFFOTEAUX DOSSIER DE PRESSE Septembre 2012 LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE 2012 La Réglementation Thermique 2012 est applicable à

Plus en détail

BIENVENUE Conférence Futé 5à7

BIENVENUE Conférence Futé 5à7 BIENVENUE Conférence Futé 5à7 www.fute.ch Bienvenue! Animateur: Daniel BERTHOLET ing. consultant Direction de projet: 1 Sommaire Objectifs des cours chauffez futés. Module 1,2,3 De quoi parle-ton? L installation

Plus en détail

RT2012. News. News. www.samse.fr. Ensemble pour la. Ensemble pour la. www.samse.fr. Avec SAMSE et ses partenaires

RT2012. News. News. www.samse.fr. Ensemble pour la. Ensemble pour la. www.samse.fr. Avec SAMSE et ses partenaires Vous devez fournir les attestations de PC et de fin de travaux Attestation au depôt de pc : 1 Votre extension doit respecter les exigences de la élément par élément Attestation fin de travaux : Cette attestation

Plus en détail

ETAT DES LIEUX ENERGETIQUE...

ETAT DES LIEUX ENERGETIQUE... SOMMAIRE 0. PREAMBULE... 3 1. MISE EN CONTEXTE... 3 1.1. PRESENTATION DU PROJET... 3 1.2. OBJECTIFS DE L'ETUDE... 6 2. ETAT DES LIEUX ENERGETIQUE... 8 2.1. INVENTAIRE DES ENERGIES DISPONIBLES (RESSOURCES

Plus en détail

LA POMPE À CHALEUR AU CŒUR DE VOTRE CONFORT. Association Française pour les Pompes A Chaleur

LA POMPE À CHALEUR AU CŒUR DE VOTRE CONFORT. Association Française pour les Pompes A Chaleur LA POMPE À CHALEUR AU CŒUR DE VOTRE CONFORT 1 UTILISONS L ÉNERGIE RENOUVELABLE DISPONIBLE À TOUT INSTANT DANS L EAU, L AIR ET LA TERRE UN PANEL REPRÉSENTATIF DE MEMBRES QUI SOMMES NOUS? L association regroupe

Plus en détail

PTS sprl Rue de Melroy, 441-5300 Vezin Tel : 081 63 57 02 - Gsm : 0499 51 52 25 / 0496 29 71 24

PTS sprl Rue de Melroy, 441-5300 Vezin Tel : 081 63 57 02 - Gsm : 0499 51 52 25 / 0496 29 71 24 Rue de Melroy, 441 5300 Vezin Tel : 081 63 57 02 Gsm : 0499 51 52 25 / 0496 29 71 24 Primes pour le logement individuel Code désignation caractéristiques Primes aux études et aux audits ( + 10 % ZONE E.D.R.L.R

Plus en détail

Logement certifié. Date : 13/11/2015. Signature :

Logement certifié. Date : 13/11/2015. Signature : Logement certifié Rue : Rue du Calvaire n : 282 CP : 4000 Localité : Liège(4000) Certifié comme : Maison unifamiliale Date de construction : Entre 1919 et 1945 Performance énergétique La consommation théorique

Plus en détail

La législation PEB en Région bruxelloise. Nicolas Vandernoot Centre Urbain Le 25 janvier 2012 - Etterbeek nicolas.vandernoot@curbain.

La législation PEB en Région bruxelloise. Nicolas Vandernoot Centre Urbain Le 25 janvier 2012 - Etterbeek nicolas.vandernoot@curbain. La législation PEB en Région bruxelloise Nicolas Vandernoot Centre Urbain Le 25 janvier 2012 - Etterbeek nicolas.vandernoot@curbain.be Le cadre politique Trias energetica Minimiser la demande en énergie

Plus en détail

Généralités. Les 8 points de la RT «élément par élément» Exemples de rénovation

Généralités. Les 8 points de la RT «élément par élément» Exemples de rénovation LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS «ÉLÉMENT PAR ÉLÉMENT» Généralités «élément par élément» Exemples de rénovation 1 Généralités LA RT GÉNÉRALITÉS Parc existant résidentiel et non

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.1) N : Valable jusqu au : Type de bâtiment : Année de construction : Surface habitable : Adresse :

Diagnostic de performance énergétique logement (6.1) N : Valable jusqu au : Type de bâtiment : Année de construction : Surface habitable : Adresse : Diagnostic pour les logements à chauffage individuel ------------------------------------------------------------------------------ Les consommations sont établies à partir d un calcul conventionnel Diagnostic

Plus en détail

Le crédit d'impôt dédié au développement durable (économies d'énergie, énergies renouvelables). DGEC-SC

Le crédit d'impôt dédié au développement durable (économies d'énergie, énergies renouvelables). DGEC-SC Le crédit d'impôt dédié au développement durable (économies d'énergie, énergies renouvelables). DGEC-SC Avertissement : le document ci-après a été rédigé pour apporter une aide aux lecteurs pour une meilleure

Plus en détail

Plan communal des énergies de Romont (FR)

Plan communal des énergies de Romont (FR) Plan communal des énergies de Romont (FR) Formation Coordinateurs Cité de l énergie & Délégués à l énergie Le Mont-sur-Lausanne, 15 septembre 2015 M. Krattinger, Conseiller communal de Romont M. Ruiz,

Plus en détail

Contenu et but. 1. Domaine d application

Contenu et but. 1. Domaine d application Part maximale d'énergies non renouvelables et utilisation active de l'énergie solaire dans les bâtiments à construire Contenu et but Cette aide à l application traite des exigences à respecter concernant

Plus en détail

Quelles aides pour mes travaux de rénovation énergétique

Quelles aides pour mes travaux de rénovation énergétique Ségolène Royal soutient la rénovation énergétique des logements et la création d emplois pour la croissance verte en permettant le cumul de l éco-prêt à taux zéro (Eco-PTZ) et du crédit d impôt transition

Plus en détail

Grenelle de l'environnement. Bâtiment Grenelle 2 et réglementation

Grenelle de l'environnement. Bâtiment Grenelle 2 et réglementation 28 avril 2011 Grenelle de l'environnement Bâtiment Grenelle 2 et réglementation Assises nationales de l'aménagement et de l'économie durables en Montagne Commissariat Général au Développement durable Direction

Plus en détail

ventilez chauffez votre eau CRÉDIT D IMPÔTS* vmc BBC + chauffe-eau thermodynamique sur air extrait aéraulix 2 facilité d intégration

ventilez chauffez votre eau CRÉDIT D IMPÔTS* vmc BBC + chauffe-eau thermodynamique sur air extrait aéraulix 2 facilité d intégration vmc BBC + chauffe-eau thermodynamique sur air extrait aéraulix 2 Les P r o d u i t s facilité d intégration facilité d installation gains énergétiques renforcés : rendement stable quelle que soit la température

Plus en détail

V - GÉRER L ÉNERGIE ET LUTTER CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE

V - GÉRER L ÉNERGIE ET LUTTER CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE V - GÉRER L ÉNERGIE ET LUTTER CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE LA SITUATION À PARIS V.1 - FAVORISER LA SOBRIÉTÉ ÉNERGÉTIQUE La maîtrise de l énergie et plus largement la politique de lutte contre les changements

Plus en détail

COMMUNE D AUBONNE Service des travaux et Services industriels

COMMUNE D AUBONNE Service des travaux et Services industriels COMMUNE D AUBONNE Service des travaux et Services industriels Promotion des énergies renouvelables Les formulaires incomplets seront retournés au requérant! Requérant (propriétaires) : N de dossier : Nom

Plus en détail

Généralités et Exigences

Généralités et Exigences Généralités et Exigences Fédération Française du Bâtiment Basse-Normandie lenotref@bnormandie.ffbatiment.fr 02.31.27.70.53-06.48.77.95.04 Respect de tous les gardes fous RT2005 + 50 kwh EP /m 2.an + étanchéité

Plus en détail

«Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation»

«Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation» Mercredi de l info du 22 février 2012 Conseil et Réseaux Bureau d études Bâtiment et Process «Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation» Vincent DUBAR Chef de projets

Plus en détail

«FORMULAIRE TYPE DEVIS 2016»

«FORMULAIRE TYPE DEVIS 2016» TRAVAUX D AMELIORATION DE LA PERFORMANCE ENERGETIQUE ELIGIBLES A L ECO-PRET A TAUX ZERO REALISATION D UN BOUQUET DE TRAVAUX OU D UN ECO-PRET COMPLEMENTAIRE A UN ECO-PRET ATTRIBUE AU SYNDICAT DES COPROPRIETAIRES,

Plus en détail

Guide filière sur. le chauffe-eau. thermodynamique

Guide filière sur. le chauffe-eau. thermodynamique Guide filière sur le chauffe-eau thermodynamique QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? > Le chauffe-eau thermodynamique est un appareil de production d eau chaude sanitaire. Il se compose d une

Plus en détail

Le guide de la construction écologique : Tout savoir sur votre maison RT 2012 Tout savoir sur votre maison RT2012. Réglementation thermique

Le guide de la construction écologique : Tout savoir sur votre maison RT 2012 Tout savoir sur votre maison RT2012. Réglementation thermique Le guide de la construction écologique : Tout savoir sur votre maison RT 2012 Tout savoir sur votre maison RT2012 Réglementation thermique Avec Maison DTT Avec Maisons CTVL www.maison-dtt.fr La réglementation

Plus en détail

Les notions essentielles. Ses domaines d application. Pour tout contribuable, Qu est-ce que le crédit d impôt?

Les notions essentielles. Ses domaines d application. Pour tout contribuable, Qu est-ce que le crédit d impôt? Pour tout contribuable, le crédit d impôt Le crédit d impôt «développement durable» est sans doute l aide que les particuliers connaissent le mieux. Mais attention, il ne s applique pas de façon identique

Plus en détail

Newsletter Label Promotelec Performance

Newsletter Label Promotelec Performance FéVRIER 2012 A Nouvelle règlementation thermique RT2012, ce qu il faut retenir 1. RT, les dates d application en fonction des dates de dépôt de PC Quelle règlementation thermique respecter? Le tableau

Plus en détail

SYNTHESE (NON EXHAUSTIVE DE LA D.I «BEPOS»)

SYNTHESE (NON EXHAUSTIVE DE LA D.I «BEPOS») SYNTHESE (NON EXHAUSTIVE DE LA D.I «BEPOS») ILOT 1 : REGLEMENTATION THERMIQUE La réglementation thermique 2005 vise à maîtriser les consommations d énergie et à limiter l émission de gaz à effet de serre.

Plus en détail

PRESENTATION de la RT 2012

PRESENTATION de la RT 2012 INFORMATION RT 2012 PRESENTATION de la RT 2012 Thierry MOUGE 06/04/2011 INTRODUCTION La RT 2012 sera applicable à partir du 28 Octobre 2011 pour certains bâtiments. Cette présentation a pour but de vous

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU LOGEMENT, DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DE LA RURALITÉ Arrêté du 11 décembre 2014 relatif aux caractéristiques thermiques et aux exigences de

Plus en détail

Module 3 :TECHNIQUE ENERGIE 3.1 Consommation d éd. énergie. Formation conseiller PEB

Module 3 :TECHNIQUE ENERGIE 3.1 Consommation d éd. énergie. Formation conseiller PEB Module 3 :TECHNIQUE ENERGIE 3.1 Consommation d éd 3.1 La consommation d éd Contenu Lien vers la PEB Bases techniques Applications Synthèse Lien vers le logiciel PEB 2 Liens vers la PEB Les 3 volets 1.

Plus en détail

Performances en mode chauffage. Type de pompe à chaleur Niveau exigé (1) PAC air extérieur/eau. PAC eau glycolée/eau ou PAC eau glycolée/eau glycolée

Performances en mode chauffage. Type de pompe à chaleur Niveau exigé (1) PAC air extérieur/eau. PAC eau glycolée/eau ou PAC eau glycolée/eau glycolée LABEL PROMOTELEC PERFORMANCE LES EXIGENCES TECHNIQUES à RESPECTER PAR POSTE CLé DU BÂTiMENT Spécifications des pompes à chaleur à absorption à chauffage direct au gaz Caractéristiques Les matériels destinés

Plus en détail

Logement certifié. Signature :

Logement certifié. Signature : Logement certifié Rue : Rue Sainry n : 26 CP : 4870 Localité : Forêt Certifié comme : Maison unifamilale Date de construction : Entre 1919 et 1945 Performance énergétique La consommation théorique totale

Plus en détail

Annexes et attestations. du Règlement relatif au Label Vert

Annexes et attestations. du Règlement relatif au Label Vert Annexes et attestations du Règlement relatif au Label Vert 2015 Annexe 1 CAHIER DES CHARGES 2015 relatif au Label Vert USPI Genève Pour l année 2015, la régie souhaitant bénéficier du Label Vert USPI Genève

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique tertiaire (6.3)

Diagnostic de performance énergétique tertiaire (6.3) N : 120862 Valable jusqu au : 11/12/2022 Type de bâtiment : Immeuble Type d activités: Bureaux Année de construction : < 1949 Surface utile : 417,06 m² Adresse : 66, rue du Général Leclerc 14800 DEAUVILLE

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Décret n 2006-1147 du 14 septembre 2006 et arrêté du 15 septembre 2006 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments à usage principal d habitation

Plus en détail

L ECO PTZ PAR LA METHODE DU BOUQUET DE TRAVAUX TABLEAU RECAPITULATIF TRAVAUX ECO PTZ et C.I.T.E 2015

L ECO PTZ PAR LA METHODE DU BOUQUET DE TRAVAUX TABLEAU RECAPITULATIF TRAVAUX ECO PTZ et C.I.T.E 2015 L ECO PAR LA METHODE DU BOUQUET DE TRAVAUX TABLEAU RECAPITULATIF TRAVAUX ECO et C.I.T.E 2015 La liste des équipements, matériaux et appareils mentionnés au 1 de l'article 200 quater du code général des

Plus en détail

Logement certifié. Signature :

Logement certifié. Signature : Logement certifié Rue : Calabosse n : 42 CP : 4831 Localité : Bilstain Certifié comme : Maison unifamiliale Date de construction : Inconnue Performance énergétique La consommation théorique totale d énergie

Plus en détail

L application de la réglementation thermique RT 2012

L application de la réglementation thermique RT 2012 L application de la réglementation thermique RT 2012 Présentation du 30 mai 2013 à l ASDER Alain GUILLOT Service Habitat et Construction de la DDT Savoie 1 La réglementation RT 2012 à compter du 1 er janvier

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE DIAG AZUR PERICHAULT 6 impasse Lou Pénéqué 13950 CADOLIVE Tél : 04 42 32 46 39 Cel : 06 20 76 89 36 EMAIL : jean-louis.perichaut@wanadoo.fr DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Décret n 2006-1147 du 14

Plus en détail