PROTOCOLE DE SIGNALEMENT ET D INVESTIGATION DES CLUSTERS DE GRIPPE A (H1N1) 2009

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROTOCOLE DE SIGNALEMENT ET D INVESTIGATION DES CLUSTERS DE GRIPPE A (H1N1) 2009"

Transcription

1 PROTOCOLE DE SIGNALEMENT ET D INVESTIGATION DES CLUSTERS DE GRIPPE A (H1N1) 2009 VERSION DU 23 JUILLET

2 Sommaire 1. INTRODUCTION OBJECTIFS METHODE DEFINITIONS DE CAS GROUPES LE SIGNALEMENT : VERIFIER LE SIGNAL METTRE EN ŒUVRE LA REALISATION DES PRELEVEMENTS ET ANALYSES VIROLOGIQUES INVESTIGATION DU CLUSTER Les étapes de l investigation Le recueil des données : L analyse descriptive : Situations particulières : ANNEXE 1 LE LOGIGRAMME ANNEXE 2 DEFINITION DE CAS DE GRIPPE A (H1N1) ANNEXE 3 ALGORITHME VIROLOGIQUE ANNEXE 4 FICHE DE SIGNALEMENT ET VALIDATION DU CLUSTER ANNEXE 5 FICHE DE RECUEIL DE DONNEES INDIVIDUELLES POUR L INVESTIGATION DE NIVEAU ANNEXE 6 FICHE DE RECUEIL DE DONNEES INDIVIDUELLES POUR L INVESTIGATION DE NIVEAU

3 1. INTRODUCTION La surveillance d épidémies permet, en l absence de signalement de cas individuels, de suivre la progression de la diffusion avant que la surveillance en population ne prenne le relais. Ce protocole décrit la procédure de signalement de cas groupés (ou cluster) de grippe à nouveau virus grippal A(H1N1) 2009 avec les données à collecter et les investigations à mener afin de documenter la transmission en France et de contribuer aux mesures permettant d en limiter l extension. Ces cas groupés peuvent survenir dans des familles, des établissements scolaires, des centres de vacances ou encore d autres collectivités telles que les maisons de retraite, les services hospitaliers, des entreprises, des groupes de touristes etc. 3

4 2. OBJECTIFS L analyse des données recueillies lors du signalement et de l investigation des clusters a pour finalité de contribuer au suivi temporel et spatial de l épidémie, une meilleure compréhension de la transmission et une aide à la gestion de ces épisodes afin de protéger les personnes vulnérables et de limiter la diffusion dans la collectivité concernée. Les objectifs du signalement et de l investigation des clusters de grippe sont de : Confirmer que le virus A(H1N1) 2009 est l étiologie du cas groupé Rechercher la source du cas groupé Caractériser la chaine de transmission et son étendue Orienter la mise en place des mesures de contrôle Décrire les caractéristiques épidémiologiques des cas Pour certains épisodes sélectionnés, fournir des données pour contribuer à l estimation des paramètres de transmission de la grippe A(H1N1) 2009: Période d incubation, intervalle intergénérationnel, nombre de reproduction (R 0 ), proportion de symptomatiques et d asymptomatiques Les objectifs ne seront pas tous à atteindre pour tous les clusters identifiés. Ils varieront en fonction du niveau d investigation allant du signalement (minimum d informations collectées) à une investigation plus complète. 4

5 3. METHODE Un logigramme synthétise les différentes étapes allant de la réception du signalement par la Ddass à l investigation du cluster (Annexe 1) Définitions d un cluster Le statut possible, probable ou confirmé de chaque cluster dépendra - du tableau clinique, - du statut virologique des cas qui auront été prélevés, - du lien épidémiologique entre les cas au sein du cluster. Cluster possible Un cluster possible de grippe A(H1N1) 2009 est défini par : - La survenue d au moins 3 cas en une semaine de syndrome respiratoire aigu à début brutal dans une même collectivité (famille, classe, unité de travail...) - et l absence d éléments orientant vers un autre diagnostic. Remarque : Cette définition n est pas applicable dans les zones où des virus grippaux saisonniers ou autres pathogènes respiratoires saisonniers circulent de manière importante. Cluster probable Un cluster probable de grippe A (H1N1) 2009 est défini par : - Au moins un des cas du cluster répond à la définition de cas probable (PCR grippe A sur un écouvillon naso-pharyngé ou tableau sévère (syndrome de détresse respiratoire aigue ou décès dans un tableau de syndrome infectieux respiratoire aigu) en l absence de cas confirmé. Cluster confirmé Un cluster sera considéré confirmé à grippe A (H1N1) 2009 si: - Au moins un des cas du cluster est confirmé biologiquement comme une infection liée au nouveau virus grippal de type A (H1N1) 2009 par les CNR-grippe ou un laboratoire agréé. Cependant, deux cas supplémentaires positifs à grippe A (H1N1) 2009 conforteront le statut confirmé du cluster. Toutes les personnes vérifiant les critères cliniques et présentant un lien épidémiologique avec un ou plusieurs cas confirmés sont alors considérées comme des cas probables dans le cluster même si leurs résultats virologiques sont négatifs pour A (H1N1)

6 Définition du lien épidémiologique Le lien épidémiologique est défini par la possibilité que les cas appartiennent à une même chaîne de transmission pouvant inclure des sujets asymptomatiques. Il devra être évalué dans chaque situation en tenant compte : de l étendue du cas groupé, de la répartition des cas au sein de la collectivité, de la nature des échanges au sein de l unité concernée et entre différentes unités, du partage de lieux, d activités ou de personnel en commun, des dates de survenue des cas en fonction de la période de contagiosité. Il est considéré que la période de contagiosité commence 24h avant le début des signes cliniques et dure jusqu à 7 jours après le début des signes cliniques en l absence de traitement antiviral. Exclusion du cluster - Si tous les cas du cluster reviennent d un voyage dans une zone de transmission interhumaine de virus A(H1N1) 2009 dans la population et qu aucun cas du groupe n a eu de symptômes grippaux au delà de 7 jours suivant le retour. Il est considéré qu il s agit d une «co-exposition» à l étranger et non pas d une chaîne de transmission autochtone. - Si tous les cas prélevés au sein d un cluster sont négatifs pour la grippe A(H1N1) Si plusieurs cas prélevés au sein de ce cluster sont positifs pour la grippe A(M) et négatifs pour la grippe A(H1N1) 2009 (résultats confirmés par le CNR), il s agit très probablement d un cluster de grippe saisonnière pour lequel le CNR réalisera le sous typage Le signalement Tous les clusters doivent être signalés à la Ddass par téléphone selon les modalités propres à chaque organisation : pour les établissements de santé, par le professionnel de santé ayant identifié le cas groupé (médecin hospitalier, ou médecin den charge du signalement des infections nosocomiales, si cas groupé d origine nosocomiale), pour les écoles et les universités : par le médecin ou l infirmière scolaire ou universitaire, + le chef d établissement, pour les armées : par le médecin du service de médecine des collectivités, en libéral : par le professionnel de santé ayant identifié les cas groupés, en entreprise : par le médecin du travail ou le chef d entreprise, en collectivité de personne âgées : par le médecin coordinateur de l établissement, et plus généralement par tout professionnel de santé ayant identifié les cas groupés. 6

7 Lors du signalement, les informations suivantes seront recueillies à l aide de la fiche de signalement (cf. annexe 4) : les données relatives à l établissement, type de collectivité, nombre de personnes dans la collectivité, nombre de personnes malades, Description succincte des caractéristiques de l épisode Vérifier le signal Tout signalement de cas groupés doit être vérifié et validé à l aide de la fiche de signalement (cf. annexe 4) pour être retenu comme cluster possible ou probable de grippe A(H1N1) A cette fin, il convient de : Valider le tableau clinique des cas signalés avec la définition de cas, Valider le nombre de cas signalés et le délai de survenue des cas avec la définition de cluster, Vérifier les critères d exclusion. Ces premières démarches permettront de classer le cas groupé en : Cluster possible, Cluster probable, Cluster confirmé (si un ou des prélèvements pour analyse virologique ont déjà été réalisés), Cluster exclu, Cluster inclassable nécessitant des informations complémentaires. Le signal est validé et le cluster est classé en cluster possible, probable ou confirmé. Afin d obtenir des données de qualité, il faut très rapidement: notifier le cluster à l InVS (Saint-Maurice) par e.mail à et à la CIRE concernée en envoyant la fiche de signalement complétée par e.mail ou fax. Dans les meilleurs délais la CIRE : enregistrera les données relatives au cluster dans la base Voozaclust et attribuera un identifiant unique au cluster. créera en priorité les fiches Voozaflu reliées au cluster pour les cas prélevés. réaliser les prélèvements pour les analyses virologiques si moins de trois cas sont confirmés au moment du signalement (cf. 3.4) ; démarrer l investigation avec le soutien éventuel de la CIRE (cf. 3.5) ; 7

8 3.4. Mettre en œuvre la réalisation des prélèvements et analyses virologiques Des prélèvements doivent être organisés dans les meilleurs délais afin d infirmer ou non l hypothèse d une chaine de transmission du nouveau virus grippal. Seuls les résultats des analyses virologiques pourront permettre de donner un statut virologique au cluster (cluster probable ou cluster confirmé ou cluster sans étiologie retrouvée). Le nombre de prélèvements réalisés dépendra de la taille du cluster. L algorithme suivant pourra aider à fixer le nombre de prélèvements à réaliser ou l arrêt des prélèvements : Il est conseillé qu au moins 3 prélèvements chez 3 personnes différentes du cluster soient effectuées initialement. Préférentiellement : Si le nombre de cas reste limité (de 3 à 5), l ensemble des malades sera prélevé. Si le nombre de cas est plus important (> 5), un minimum de 5 malades prélevés sera privilégié. Le nombre de prélèvements à réaliser sera à évaluer en fonction de l étendue du cas groupé et de la répartition des cas dans les unités éventuellement touchées. Dans tous les cas, le prélèvement des personnes ayant des signes cliniques les plus récents, si possible depuis moins de 48 heures doit être privilégié. A défaut, le prélèvement des personnes ayant un syndrome grippal caractéristique (fièvre élevé début brutal) sera prioritaire. Les cas sévères seront systématiquement prélevés. Dès que 3 cas sont confirmés A (H1N1) 2009 dans le cluster, il n est pas nécessaire de réaliser d autres prélèvements parmi les cas faisant partie du cluster. Les personnes d une même collectivité avec des cas répondant à la définition de cas possible, mais faisant partie d unités différentes de celle du cluster initial (ex : plusieurs classes dans une même école, plusieurs groupes dans une colonie, plusieurs services dans un hôpital.etc) devront également être prélevées en suivant la règle précédemment décrite, sauf si le lien épidémiologique est très fort avec l unité initialement touchée. Le nombre de prélèvements sera adapté, avec notamment des demandes de prélèvements supplémentaires en fonction du niveau d investigation : lors d une investigation de niveau 2 (cf. 3.5), il pourra être demandé que toutes les personnes symptomatiques et asymptomatiques de la collectivité soient prélevées. Devant toute difficulté à définir le nombre de prélèvements et la cible des prélèvements, les épidémiologistes de l InVS et des CIRE peuvent être contactés pour en discuter. Lors d une investigation de niveau 2 (cf. 3.5), si un prélèvement est envisagé chez les personnes asymptomatiques, une autorisation sera demandée aux adultes et parents ou responsable légal des enfants mineures. 8

9 3.5. Investigation du cluster L investigation sera réalisée par la Ddass et la CIRE concernée. Deux niveaux d investigation sont envisagés : Pour tous les clusters : niveau 1 Une investigation à minima permettra de recueillir des informations individuelles afin de rechercher la source de l infection, les liens du cluster avec d autres cas et de recueillir les données concernant le sexe, l âge, la date de début des signes, la sévérité de la maladie (cf. annexe 5 fiche de recueil de données niveau 1). Pour certains clusters : niveau 2 Une investigation plus complète permettra de recueillir des informations individuelles afin de rechercher la source de l infection, les liens du cluster avec d autres cas et de recueillir les données concernant la sévérité de la maladie, des données pour contribuer à l estimation des paramètres de transmission de la grippe A (H1N1) 2009 : période d incubation, intervalle intergénérationnel, nombre de reproduction (R 0 ), proportion de symptomatiques et d asymptomatiques (cf. annexe 6 fiche de recueil de données niveau 2). Idéalement, la collecte des informations est à débuter le plus rapidement possible après le signalement. Cette collecte d information peut cependant être retardée jusqu au rendu des résultats virologiques en fonction de la taille du cluster et de la charge de travail des équipes. Quand démarrer une investigation de niveau 2? Lors de ces cas groupés la mise en œuvre d investigation approfondie pour étudier la transmission de la grippe doit être évaluée au cas par cas car les ressources disponibles ne permettent pas de le faire systématiquement, particulièrement quand le nombre en sera important. Les points suivants sont proposés pour aider à prioriser les cas groupés à investiguer : Au-delà de la mise en œuvre des mesures de contrôle il y a deux finalités : o 1) profiter de ces épidémies pour bien décrire la diffusion temporo-spatiale, la chaîne de transmission, les facteurs de risque et l impact (taux d attaque ), en particulier quand il s agit de population à risque ; o 2) utiliser les données pour l estimation des paramètres de transmission par des approches biomathématiques appropriées (en lien avec U Inserm707) De manière générale on privilégiera un nombre important de petits cluster (type cluster familiaux) et un nombre moins élevé de clusters de grande taille (> 10). Eléments à prendre en compte dans la sélection des épidémies : - Disposer de ressources, notamment stagiaire EPIET, Profet ou Internes - Type de collectivité et importance de l épidémie - Terrain des personnes exposées, collectivités particulières notamment personnes âgées, handicapées, établissement de santé, personnes immunodéprimées ), 9

10 - Epidémie de taille suffisante avec une étendue de la période de survenue des cas assez longue (>10-15 jours, surtout si cas confirmés au début, milieu et fin de la courbe) car permet de reconstituer plus facilement des chaines de transmission - Epidémie survenant dans une collectivité avec différents lieux de transmission (classes, étages, pavillons ) qui facilitent l analyse de la diffusion temporo spatiale - Epidémie dans une collectivité avec extension secondaire dans les foyers familiaux ou à d autres collectivités L investigation approfondie (niveau 2) des clusters sera discutée et réalisée en accord avec l InVS (DMI) et la CIRE concernée, le plus rapidement dès que le cluster a été notifié Les étapes de l investigation Identifier l unité ou les unités touchées (si la collectivité touchée peut être divisée en plusieurs unités géographiques ou fonctionnelles). Une unité peut correspondre à une classe, une famille, un service hospitalier, des collègues partageant le même bureau ou le même service. Interroger toutes les personnes de l (des) unité(s) touchée(s) à la recherche de cas. Identifier les cas et leurs contacts étroits pour lesquels une prise en charge spécifique (i.e. une prophylaxie) est nécessaire selon les recommandations en vigueur, Si un cas au moins est confirmé, identifier également les autres collectivités fréquentées par les cas du cluster en cours d exploration (exemple : recherche de cas groupés familial dans le cadre de l investigation de cas groupés scolaires ou professionnels) et les autres unités de la collectivité avec lesquelles des liens épidémiologiques peuvent être identifiés. Ex : si la classe est l unité touchée, chercher des cas dans les classes les plus à risque d avoir des contacts avec la classe touchée (voire l ensemble des classes) ou si collègues partageant le même bureau, chercher des cas parmi les collègues du même service (ou sur le même étage) Le recueil des données : Données individuelles Investigation à minima (niveau 1) Un questionnaire individuel permettra de recueillir les informations individuelles pour chaque cas symptomatique (Annexe 4) : les informations socio-démographiques, date de début des signes cliniques, symptômes, prélèvements pour analyse virologiques et statut final, expositions dans les 7 derniers jours, sévérité, hospitalisation. Ce questionnaire pourra être adapté en fonction de la situation particulière du cluster investigué. 10

11 Investigation complète (niveau 2) Un questionnaire individuel permettra de recueillir les informations individuelles (Annexe 5) : pour chaque cas symptomatique les informations socio-démographiques, la date de début des signes cliniques, les symptômes, les prélèvements pour analyse virologiques le cas échéant et le statut final, les expositions dans les 7 derniers jours, le terrain clinique, l activité professionnelle, le traitement prophylactique antiviraux, la vaccination et un traitement antibiotique, le traitement curatif, l hospitalisation, les mesures de contrôle. pour chaque personne asymptomatique les informations socio-démographiques, prélèvements pour analyse virologiques et statut final, expositions dans les 7 derniers jours, terrain clinique, activité professionnelle, traitement prophylactique antiviraux, vaccination. les informations permettant la recherche et l identification de cas parmi les contacts étroits (milieu familial en particulier) des cas du cas groupé. Ce questionnaire sera adapté au besoin de la situation. les données relatives à la mise en place des mesures de contrôle. si possible, les informations sur l adhésion aux mesures de contrôle. Ce questionnaire pourra être adapté en fonction de la situation particulière du cluster investigué L analyse descriptive : les données individuelles prévues seront saisies sur le masque Epidata prévu à cet effet et disponible, une courbe épidémique du nombre de cas par date de début des symptômes sera réalisée pour décrire l épidémie, décrire les cas par âge et sexe, décrire les symptômes et leur sévérité, calculer un taux d attaque par âge Situations particulières : Si les cas groupés surviennent en milieu hospitalier, informer le Cclin et son antenne régionale, et s assurer de leur concours pour l investigation, notamment pour : l inventaire et le suivi des contacts chez les patients et les professionnels de santé, qui nécessitent une approche spécifique du fait des transferts possibles inter- et intraétablissements, l évaluation de l adhésion des professionnels de santé, éventuellement des malades, aux mesures de prévention de la grippe (hygiène des mains, port du masque, éviction si symptomatique, etc.) et de la vérification de la mise en œuvre des mesures de contrôle en lien avec l équipe opérationnelle d hygiène de l établissement concerné. Ces deux dernières mesures peuvent nécessiter des études spécifiques (audits de pratique) et une adaptation du questionnaire fourni avec ce protocole. 11

12 Si tous les prélèvements sont négatifs pour la grippe A(M) et grippe A(H1N1) 2009, l investigation A(H1N1) 2009 s arrête a priori. Des mesures de contrôle et investigations spécifiques aux infections respiratoires aiguës peuvent cependant être à maintenir dans certains établissements tels que les collectivités de personnes âgées et les établissements de santé. La conduite à tenir concernant l organisation du prélèvement et les mesures de gestion à suivre pour et autour d un cluster (possible, probable ou confirmé) sont définies dans les recommandations officielles et sont à appliquer. 12

13 ANNEXE 1 : LOGIGRAMME Signalement et investigation des clusters de grippe A (H1N1)2009 SIGNALEMENT Validation du cluster par la DDASS Si 3 cas/ semaine, syndrome respiratoire aigu brutal et pas d autre diagnostic Fiche de signalement Cluster validé possible, probable ou confirmé (si prélèvement déjà fait) Cluster NON validé Dans les meilleurs délais Notification du cluster à l InVS par à : Dans les meilleurs délais Notification du cluster à la Cire : envoi de la fiche de signalement complétée par fax/ Afin de discuter le niveau d investigation le plus tôt possible - Enregistrement du cluster dans Voozaclust avec identifiant cluster dans les meilleurs délais (fiche de signalement) - Créer les fiches Voozaflu pour les cas prélevés Investigation Niveau 1 Pour tous les clusters afin de : - décrire la transmission au sein du cluster - rechercher la source de l infection - rechercher la date du début de signes - documenter le lien cluster/autres cas - d évaluer la séverité Fiche de recueil de données Niveau 1 Investigation Cire + DDASS Investigation Niveau 2 Pour certains clusters en accord avec l Invs et la Cire - décrire la transmission au sein du cluster - d identifier la source de l infection - d identifier la date du début de signes - d évaluer le lien cluster/autres cas - d évaluer la séverité - de recueillir l information pour estimer les paramètres de la transmission Fiche de recueil de données Niveau 2 Réalisation des prélèvements Dans les meilleurs délais, toujours prélever les cas les plus récents -au moins 3 prélèvements initalement - Préférentiellement : - si 3 à 5 cas, prélever tous les cas - si > 5 cas au moins 5 prélèvements initialement, évaluer et discuter d autres prélèvements Recherche de complément d informations IMPORTANT : Cas exclu Le nombre de malades enregistrés dans Voozaclust et le nombre de fiches Voozaflu liées au cluster doivent être identiques au terme de l investigation Enregistrement par la Cire des données individuelles dans Voozaflu avec l identifiant cluster dans les meilleurs délais 13

14 ANNEXE 2 Définitions de cas de nouvelle grippe A (H1N1) 2009 Trois niveaux de définition de cas sont proposés en fonction de la présence et des caractéristiques des signes cliniques et des résultats des analyses virologiques. Cas possible Un cas possible de grippe A (H1N1) 2009 est une personne présentant un syndrome respiratoire aigu à début brutal : - signes généraux : fièvre>38 ou courbature ou asthénie ; - et signes respiratoires : toux ou dyspnée Cas probable Un cas possible devient un cas probable ou l est d emblée si : - PCR grippe A positive sur un écouvillon naso-pharyngé - Tableau sévère (syndrome de détresse respiratoire aigue ou décès dans un tableau de syndrome infectieux respiratoire aigu) - Le cas possible a eu un contact étroit avec un cas probable ou confirmé ou dans le cadre de cas groupés il existe un lien épidémiologique avec un cas probable ou confirmé. Cas confirmé Un cas confirmé est une personne ayant été confirmé biologiquement comme une infection liée au nouveau virus grippal de type A(H1N1) 2009 par les CNR-grippe ou un laboratoire agréé. La confirmation biologique est définie pas la positivité de la PCR grippe A(M) et grippe A (H1N1)v (cf. annexe 2 algorithme virologique). Exclusion d un cas Une personne est exclue si elle n entre pas dans la définition des cas possibles. Un cas possible ou probable est exclu, si les résultats de l investigation biologique sont négatifs (absence d'infection à grippe A (M) et grippe A (H1N1) 2009 par PCR ou mise en évidence du sous-type H3N2 saisonnier comme infection unique). Les cas probables gardent leur statut s ils sont PCR A(M) positive et que les CNR n ont pu identifier le sous-type viral. 14

15 Annexe 3 : Algorithme virologique ALGORITHME VIROLOGIQUE GRIPPE A (H1N1)

16 Annexe 4 - Fiche de signalement et validation du cluster Fiche de signalement de cas groupés de grippe à nouveau virus grippal A (H1N1) 2009 dans une collectivité Un cluster possible de grippe A (H1N1) 2009 est défini par : - La survenue d au moins 3 cas en une semaine de syndrome respiratoire aigu à début brutal dans une même collectivité (famille, classe, unité de travail...) - et l absence d éléments orientant vers un autre diagnostic. Remarque : Cette définition n est pas applicable dans les zones où des virus grippaux saisonniers ou autres pathogènes respiratoires saisonniers circulent de manière importante. Département : Date du signalement : / / / / N identifiant cas groupé (à remplir par la Ddass) Collectivité Nom de l établissement / Famille : Adresse de l établissement / Famille : _ Commune : code postal / / Personne responsable du signalement : _ Fonction : _ Tel : Fax : Type de collectivité : Entreprise publique Entreprise privée Cas groupé familial Hôpital, Clinique Etablissement accueil pour personnes âgées (EHPA, EHPAD, foyer logement) Autre établissement médico-social Crèche Ecole maternelle Ecole Primaire Collège, Lycée Université Autre (préciser) : _ Nombre de personnes dans la collectivité (dans la famille) : _ Description de l épisode (lors du signalement) Nombre de malades: Nombre de personnes hospitalisées* ou transférées en unité de soins : * établissements non hospitaliers Nombre de personnes décédés : Date du début des signes du premier cas (début épisode) : Date du début des signes du dernier cas (à la date de signalement) : / / / / Caractéristiques de l épisode : un (au moins) malade est un cas probable un (au moins) malade est un cas confirmé (si des prélèvements ont été déjà faits) Notion que l un au moins des contacts proche de cas est un cas possible, probable ou confirmé de grippe A (H1N1) Notion de voyage d un des cas dans une zone à risque 1 Notion de voyage des contacts proches dans une zone à risque 1 Notion que le cas groupé correspond à une situation exceptionnelle ou inattendue Remarques : 1 Régions avec transmission interhumaine dans la communauté. Définition de cas de nouvelle grippe A (H1N1). Site internet de l InVS. 16

17 Annexe 5 : Fiche de recueil de données individuelles pour l investigation de niveau 1 NUMERO IDENTIFIANT ENQUETE (Voozaclust) :... NUMERO IDENTIFIANT INDIVIDUEL (Voozaflu) :... QUESTIONNAIRE COURT NIVEAU 1 INVESTIGATION CLUSTER A (H1N1) 2009 Questionnaire individuel pour les cas symptomatiques DATE DE L INTERVIEW / / / (jj/mm/aaaa) IDENTIFICATION DU CAS (À ne pas saisir) Nom :... Prénom :... Téléphone Domicile : / / / / / Téléphone Portable : / / / / / Adresse : Ville :... Sexe : F M Date de naissance / / / CP :... (jj/mm/aaaa) TYPE DE PERSONNE : Si Famille : 1 = Parent 2 = Fille/Garçon 3 = Grand Parent 4 = Autre 9 = Ne sait pas Si Collectivité : Nom de l Etablissement :... Ville :... CP :... - Si école : 1 = Elève 2 = Personnel enseignant 3 = Autre Personnel 9 = Ne sait pas Classe fréquentée :... - Si autre collectivité : Précisez service fréquenté/unité/groupe :... NOTION DE CONTAGE DANS LES 7 JOURS PRECEDANT LA DATE DU DEBUT DES SIGNES (EN DEHORS DU FOYER INVESTIGUE) : 0 = Pas de contage 1 = Voyage dans une zone affectée Nom du Pays :... 2 = Contact avec un cas de grippe, si oui, cette personne avait-elle : De la fièvre De le toux Ne sait pas Date de la dernière exposition (de retour de voyage ou de contact avec un cas identifié) / / / (jj/mm/aaaa) Description de l exposition : ETAT CLINIQUE Début des Signes : DATE / / / (jj/mm/aaaa) AUTRES SIGNES CLINIQUES : Fièvre : Oui Non Ne sait pas Courbatures /Asthénie : Oui Non Ne sait pas Toux : Oui Non Ne sait pas Autres signes (précisez) :... Dyspnée : Oui Non Ne sait pas Traitement prophylactique antiviraux : Oui Non Ne sait pas Si oui date de début du traitement : / / / (jj/mm/aaaa) HOSPITALISATION : Oui Non Ne sait pas Date d hospitalisation : / / / (jj/mm/aaaa) Nom de l hôpital :... Service : Motif : Raisons médicales Autres Si autres, précisez :... Recherche d indication de traitement curatif du cas et du traitement prophylactique de son entourage faite selon les recommandations? Oui Non Ne sait pas DIAGNOSTIC PRELEVEMENT NASAL/NASOPHARYNGE : Oui Non Ne sait pas Date du prélèvement nasal/nasopharyngé: / / / (jj/mm/aaaa) Résultat PCR grippe (A/H1N1 2009) : Positif Négatif Non réalisé CLASSIFICATION DU PATIENT (ENTOUREZ VOTRE REPONSE): 1 = Confirmé 2 = Probable 3 = Possible 0 = Exclu 9 = Ne sait pas 17

18 Annexe 6 : Fiche de recueil de données individuelles pour l investigation de niveau 2 QUESTIONNAIRE LONG NIVEAU 2 INVESTIGATION CLUSTER A (H1N1) Questionnaire cas et non cas NUMERO IDENTIFIANT ENQUETE (VOOZACLUST) :... NUMERO IDENTIFIANT INDIVIDUEL (VOOZAFLU) :... INITIALES ENQUETEUR :... DATE DE L INTERVIEW / / / (jj/mm/aaaa) IDENTIFICATION DE LA PERSONNE (NE PAS SAISIR) Nom :... Prénom :... Téléphone Domicile : / / / / / Téléphone Portable : / / / / / Sexe : F M Date de naissance / / / (jj/mm/aaaa) CP :... Activité Professionnelle :... Adresse : Ville :... Professionnel de santé : Oui Non Si professionnel de santé : Contact avec des patients : Oui Non Inconnu Personnel de Laboratoire : Oui Non Inconnu TYPE DE PERSONNE : Si cluster dans une Famille : 1 = Parent 2 = Fille/Garçon 3 = Grand Parent 4 = Autre 9 = Inconnu Si cluster dans une Collectivité : Nom de l Etablissement :... CP :... Ville :... - Si école : 1 = Elève 2 = Personnel enseignant 3 = Autre Personnel 9 = Inconnu Classe fréquentée :... - Si autre collectivité : Précisez service fréquenté/unité/groupe : SIGNES CLINIQUES La personne a-t-elle eu des signes cliniques? (Pour les cas et les non cas) - Poser la question pour chaque signe Fièvre : Oui Non Ne sait pas Courbatures : Oui Non Ne sait pas Toux : Oui Non Ne sait pas Conjonctivites : Oui Non Ne sait pas Toux sèche : Oui Non Ne sait pas Nausées : Oui Non Ne sait pas Asthénie : Oui Non Ne sait pas Diarrhées : Oui Non Ne sait pas Rhinorrhée : Oui Non Ne sait pas Maux de gorge : Oui Non Ne sait pas Vomissement : Oui Non Ne sait pas Céphalées : Oui Non Ne sait pas Frissons : Oui Non Ne sait pas Douleurs articulaires : Oui Non Ne sait pas Toux productive : Oui Non Ne sait pas Autres signes :... Dyspnée : Oui Non Ne sait pas Aucun de ces signes : Si fièvre, date de début : / / / (jj/mm/aaaa) Date de début des signes : / / / (jj/mm/aaaa)date de fin des signes : / / / (jj/mm/aaaa) Température Maximale : < 38 entre 38 et 39 > 39 Nature du premier signe :... 18

19 Toujours Symptomatique? Oui Non 19

20 FACTEURS DE RISQUE (pour les cas et les non cas) La personne a-t-elle un ou plusieurs des facteurs de risque suivants? Oui Non Ne sait pas Si oui, précisez : Cancer évolutif Troubles neurologiques Pathologie respiratoire Grossesse VIH et autre déficit immun Traitement immuno dépresseur, corticoïde Diabète Pathologie cardiaque chronique Obésité Mucoviscidose Pathologie urinaire chronique Drépanocytose Thalassémie Traitement prolongé par Aspirine Autre pathologie : PRISE EN CHARGE DU CAS (uniquement pour les cas répondant à la définition de cas) TRAITEMENT Traitement curatif par antiviraux : Oui Non Ne sait pas Si ou lequel : Traitement curatif par oseltavimir zanavimir Date de début du traitement curatif : / / / (jj/mm/aaaa) Motif du traitement curatif antiviral :... Traitement antibiotique dans le cadre de la prise en charge de cette grippe : Oui Non Ne sait pas Le cas a-t-il reçu un traitement prophylactique antiviral avant le début des signes : Oui Non Ne sait pas Si oui, précisez le motif :... Date de début du traitement prophylactique : / / / (jj/mm/aaaa) Traitement prophylactique antiviral de l entourage après le début des signes : Oui Non Ne sait pas Si oui, personne à risque dans l entourage : Oui Non Ne sait pas Autre motif? Précisez ;... VACCINATION Vaccination contre la grippe lors de la dernière saison Oui Non Ne sait pas HOSPITALISATION : Oui Non Ne sait pas Date d hospitalisation : / / / (jj/mm/aaaa) Nom de l hôpital :... Service :... Motif : Raisons médicales Autre motif, précisez :... ISOLEMENT DU CAS : Oui Non Ne sait pas Si oui date d isolement : / / / (jj/mm/aaaa) Respect isolement : Total Partiel, Précisez Ne sait pas 20

21 FREQUENTATION DE LA COLLECTIVITE / FAMILLE AFFECTEE DANS LES 7 JOURS PRECEDANT LA DATE DE DEBUT DES SIGNES POUR LES CAS ET LA DATE D INTERVIEW POUR LES NON CAS (A poser à tous les participants) Complétez le tableau ci-dessous en indiquant les jours de présence et d absence dans la collectivité / famille affectée : J0 = Date de début des signes ou d interview : / / / (jj/mm/aaaa) J-1 J-2 J-3 J-4 J-5 J-6 J-7 Présent Absent Description de l exposition : AUTRE NOTION DE CONTAGE DANS LES 7 JOURS PRECEDANT LA DATE DE DEBUT DES SIGNES POUR LES CAS ET LA DATE D INTERVIEW POUR LES NON CAS EN DEHORS DU FOYER INVESTIGUE : 0 = Pas de contage 1 = Voyage dans une zone affectée Nom du Pays :... Date d arrivée en France : / / / (jj/mm/aaaa) 2 = Contact avec un cas de grippe, Si oui, cette personne avait-elle : De la fièvre De le toux Ne sait pas Date de la dernière exposition (Voyage ou contact avec un cas) / / / (jj/mm/aaaa) 3 = Autre cas dans l entourage entre J-7 et la date de début des signes pour les cas ou la date de l interview pour les non cas (complétez le tableau suivant) Cas dans l entourage Date de Début des signes 1 / / / Nature du lien (précisez) Période de contact (cochez) Lien direct Lien indirect J-1 J-2 J-3 J-4 J-5 J-6 J-7 2 / / / 3 / / / 4 / / / 5 / / / 6 / / / Description de l exposition :

22 FREQUENTATION DE LA COLLECTIVITE / FAMILLE AFFECTEE POUR LES CAS A PARTIR DE LA DATE DE DEBUT DES SIGNES ET LES NON CAS A PARTIR DE LA DATE D INTERVIEW : J0 = Date de début des signes ou date d interview / / / (jj/mm/aaaa) J1 J2 J3 J4 J5 J6 J7 Présent Absent PRELEVEMENT NASAL/NASOHARYNGE (POUR TOUTES LES PERSONNES PRELEVEES QUEL QUE SOIT LEUR STATUT CLINIQUE) (Partie à remplir après réception des résultats) Prélèvement : Oui Non Ne sait pas Date du prélèvement : / / / (jj/mm/aaaa) Résultat PCR grippe A : Positif Négatif Non réalisé Résultat PCR grippe (A/H1N1 2009) : Positif Négatif Non réalisé CLASSIFICATION DU PATIENT AVEC LES RESULTATS DES ANALYSES VIROLOGIQUES : 1 = Confirmé 2 = Probable 0 = Exclu 9 = Ne sait pas 22

23 DESCRIPTION DES ACTIVITES COLLECTIVES DU CAS AU QUOTIDIEN A adapter en fonction du type d'établissement concerné (exemple pour une école) Note : J0 = date de début des signes ; le recueil commence à J-1 et se termine à la date de l'isolement du cas (ci-dessous au plus à J5) J-1 J0 J1 J2 J3 J4 Présence à l école Ramassage scolaire Autre transport collectif Activité extrascolaire collective Oui Non Ne sait pas Oui Non Ne sait pas Oui Non Ne sait pas Oui Non Ne sait pas Si oui préciser :... Présence à l école Oui Non Ne sait pas Ramassage scolaire Oui Non Ne sait pas Autre transport collectif Oui Non Ne sait pas Activité extrascolaire collective Oui Non Ne sait pas Si oui préciser :... Présence à l école Oui Non Ne sait pas Ramassage scolaire Oui Non Ne sait pas Autre transport collectif Oui Non Ne sait pas Activité extrascolaire collective Oui Non Ne sait pas Si oui préciser :... Présence à l école Oui Non Ne sait pas Ramassage scolaire Oui Non Ne sait pas Autre transport collectif Oui Non Ne sait pas Activité extrascolaire collective Oui Non Ne sait pas Si oui préciser... Présence à l école Oui Non Ne sait pas Ramassage scolaire Oui Non Ne sait pas Autre transport collectif Oui Non Ne sait pas Activité extrascolaire collective Oui Non Ne sait pas Si oui préciser... Présence à l école Oui Non Ne sait pas Ramassage scolaire Oui Non Ne sait pas Autre transport collectif Oui Non Ne sait pas Activité extrascolaire collective Oui Non Ne sait pas Si oui préciser... 23

24 J5 J6 J7 Présence à l école Ramassage scolaire Autre transport collectif Activité extrascolaire collective Si oui préciser Oui Non Ne sait pas Oui Non Ne sait pas Oui Non Ne sait pas Oui Non Ne sait pas... Présence à l école Oui Non Ne sait pas Ramassage scolaire Oui Non Ne sait pas Autre transport collectif Oui Non Ne sait pas Activité extrascolaire collective Oui Non Ne sait pas Si oui préciser... Présence à l école Oui Non Ne sait pas Ramassage scolaire Oui Non Ne sait pas Autre transport collectif Oui Non Ne sait pas Activité extrascolaire collective Oui Non Ne sait pas Si oui préciser... 24

Fiche pour les responsables des établissements d hébergement pour personnes âgées

Fiche pour les responsables des établissements d hébergement pour personnes âgées Mesures à mettre en œuvre dans les établissements d hébergement pour personnes âgées en cas de syndrome respiratoire aigu lors d une pandémie de grippe A(H1N1) Fiche pour les responsables des établissements

Plus en détail

Les épidémies en EHPAD

Les épidémies en EHPAD Les épidémies en EHPAD Pourquoi signaler? Quand? Comment? Journée de formation et d'information en hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 28 mai 29 1 Quand parle-t-on d'épidémie? Une épidémie

Plus en détail

1 La Grippe en questions

1 La Grippe en questions 1 La Grippe en questions Qu est ce que la grippe? Que sont les virus grippaux? La grippe est une infection virale respiratoire aiguë contagieuse. Les virus grippaux se répartissent entre différents types

Plus en détail

Haut Conseil de la santé publique

Haut Conseil de la santé publique Haut Conseil de la santé publique AVIS relatif à la fiche de recommandations pour la prescription d antiviraux en période d épidémie de saisonnière 12 novembre 2015 Le Haut Conseil de la santé publique

Plus en détail

CONTRAT D ETUDES. Sexe [M/F] Année académique 20../20.. Cycle d études 2. Département Composante. Département Composante

CONTRAT D ETUDES. Sexe [M/F] Année académique 20../20.. Cycle d études 2. Département Composante. Département Composante Annexe I Les instructions et les notes sont disponibles à la fin du document. CONTRAT D ETUDES L étudiant Nom (s) Prénom (s) Date de naissance Nationalité 1 Sexe [M/F] Année académique 20../20.. Cycle

Plus en détail

Question n 1 : Vous travailliez en soins de longue durée et ce matin il vous est proposé de vous vacciner contre la grippe, que faites-vous?

Question n 1 : Vous travailliez en soins de longue durée et ce matin il vous est proposé de vous vacciner contre la grippe, que faites-vous? Question n 1 : Vous travailliez en soins de longue durée et ce matin il vous est proposé de vous vacciner contre la grippe, que faites-vous? Vous refusez à cause des effets secondaires Explications : En

Plus en détail

I/ Grippes saisonnières. 1/ Cadre général

I/ Grippes saisonnières. 1/ Cadre général I/ Grippes saisonnières 1/ Cadre général La grippe saisonnière est une infection virale contagieuse due à des virus de type Myxovirus influenzae. De nombreux virus grippaux circulent dans le monde, notamment

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE A. TRAITEMENT ANTIVIRAL CURATIF 1 1. Adultes et enfants de plus d un an La prescription d un traitement antiviral

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT LA DECLARATION DE SIGNES EVOCATEURS DE GRIPPE DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE

CONDUITE A TENIR DEVANT LA DECLARATION DE SIGNES EVOCATEURS DE GRIPPE DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE CONDUITE A TENIR DEVANT LA DECLARATION DE SIGNES EVOCATEURS DE GRIPPE DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE Responsabilité de chacun et sensibilisation de tous 1 - Tous les professionnels travaillant au contact

Plus en détail

FICHE N 13 : SUIVRE ET COMPARER DES CARRIÈRES PROFESSIONNELLES

FICHE N 13 : SUIVRE ET COMPARER DES CARRIÈRES PROFESSIONNELLES FICHE N 13 : SUIVRE ET COMPARER DES CARRIÈRES PROFESSIONNELLES De quoi s agit-il? La mesure des risques discriminatoires dans les carrières professionnelles au sein d une organisation présente des difficultés.

Plus en détail

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification.

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification. DIRECTIVES SUR L ÉLABORATION D ACCORDS D ÉQUIVALENCE RELATIFS AUX SYSTÈMES D INSPECTION ET DE CERTIFICATION DES IMPORTATIONS ET DES EXPORTATIONS ALIMENTAIRES SECTION 1 CHAMP D APPLICATION CAC/GL 34-1999

Plus en détail

3ANALYSER LES INFORMATIONS DES FICHIERS DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES (GRH) : ÉLÉMENTS DE MÉTHODOLOGIE

3ANALYSER LES INFORMATIONS DES FICHIERS DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES (GRH) : ÉLÉMENTS DE MÉTHODOLOGIE 3ANALYSER LES INFORMATIONS DES FICHIERS DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES (GRH) : ÉLÉMENTS DE MÉTHODOLOGIE P. 35/42 FICHE N 10 : Les conditions d une exploitation des fichiers de GRH P. 43/49 FICHE N

Plus en détail

PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE RISQUES NATURELS RISQUE PANDÉMIQUE.AVRIL 2013 RISQ

PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE RISQUES NATURELS RISQUE PANDÉMIQUE.AVRIL 2013 RISQ UES NATURELS UE PANDÉMIQUE UE PANDÉMIQUE INTRODUCTION : Le risque de pandémie grippale H5N1 existe bien qu aucun cas ne soit encore apparu en France. Il convient néanmoins de s y préparer En phase d alerte

Plus en détail

La grippe A H1N1 A) INFORMER ET PROTEGER. Fiche 2 «Comment le virus se transmet-il?»

La grippe A H1N1 A) INFORMER ET PROTEGER. Fiche 2 «Comment le virus se transmet-il?» La grippe A H1N1 A) INFORMER ET PROTEGER Fiche 1 «Les symptômes de la grippe A H1N1» Fiche 2 «Comment le virus se transmet-il?» Fiche 3 «Comment lutter contre la propagation de la grippe A H1N1 et donc

Plus en détail

Grippe A/H1N1 : Elargissement du dispositif de prise en charge des patients au secteur ambulatoire

Grippe A/H1N1 : Elargissement du dispositif de prise en charge des patients au secteur ambulatoire Grippe A/H1N1 : Elargissement du dispositif de prise en charge des patients au secteur ambulatoire Dossier de presse Mercredi 22 juillet 2009 Contact presse : Service de presse de Roselyne Bachelot-Narquin

Plus en détail

VERSION : SEPTEMBRE 2014 D i r e c t i o n d e s a n t é p u b l i q u e d e l a M o n t é r é g i e

VERSION : SEPTEMBRE 2014 D i r e c t i o n d e s a n t é p u b l i q u e d e l a M o n t é r é g i e Outils pour la gestion des éclosions de grippe saisonnière VERSION : SEPTEMBRE 2014 D i r e c t i o n d e s a n t é p u b l i q u e d e l a M o n t é r é g i e Table des matières Aide-mémoire Activités

Plus en détail

Vous pouvez me retourner ce questionnaire soit par mail à : anne-sophie.lapointe@orange.fr

Vous pouvez me retourner ce questionnaire soit par mail à : anne-sophie.lapointe@orange.fr Madame la Présidente, Monsieur le Président, Représentant(e) à l Alliance Maladies Rares, Président(e) d une association de malades dans les maladies rares ou son représentant à l Alliance Maladies Rares,

Plus en détail

Les systèmes de surveillance de la grippe en France. URM S 707 - Inserm UPMC www.sentiweb.fr

Les systèmes de surveillance de la grippe en France. URM S 707 - Inserm UPMC www.sentiweb.fr Les systèmes de surveillance de la grippe en France URM S 707 - Inserm UPMC www.sentiweb.fr Sommaire Pourquoi surveiller la grippe Les systèmes existants Un travail en commun Morbi-mortalité 10 000 années

Plus en détail

Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale

Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS DE BONNES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale Février 2009 MESSAGES CLÉS Ces

Plus en détail

Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits combinés

Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits combinés EA-7/05 Guide EA pour l application de la norme ISO/CEI 17021:2006 pour les audits combinés Référence de la publication Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits

Plus en détail

Formation des formateurs

Formation des formateurs Organisation des Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.24 Procédures opérationnelles permanentes Formation des formateurs Approbation

Plus en détail

Grippe A(H1N1) 2009 : Situation épidémiologique en France Evolutions de surveillance

Grippe A(H1N1) 2009 : Situation épidémiologique en France Evolutions de surveillance Grippe A(H1N1) 2009 : ituation épidémiologique en France Evolutions de surveillance Dr. Loïc Josseran Institut de veille sanitaire, aint-maurice Journée d information des professionnels de l urgence, 30

Plus en détail

Parents Note H1N1 : n o 3

Parents Note H1N1 : n o 3 École secondaire Rosemère et écoles primaires McCaig et Pierre Elliott Trudeau Parents Note H1N1 : n o 3 Destinataires : Tous les parents de l école secondaire Rosemère et des écoles primaires McCaig et

Plus en détail

Fribourg, le 16 novembre 2011. Plan d engagement cantonal pandémie. Concept S7.1 Prise en charge hospitalière prépandémique

Fribourg, le 16 novembre 2011. Plan d engagement cantonal pandémie. Concept S7.1 Prise en charge hospitalière prépandémique Kantonales Führungsorgan KFO Protection de la population Bevölkerungsschutz Fribourg, le 16 novembre 2011 Table des matières A. Introduction - historique... 3 A.1. But du document... 3 A.2. Bases légales

Plus en détail

Grippe et grossesse. Delphine Le Mercier maternité Caroline Charlier maladie infectieuse NEM 2014

Grippe et grossesse. Delphine Le Mercier maternité Caroline Charlier maladie infectieuse NEM 2014 Grippe et grossesse Delphine Le Mercier maternité Caroline Charlier maladie infectieuse NEM 2014 3 questions Quels sont les facteurs de risques de grippe grave chez la femme enceinte? A quel(s) trimestre(s)

Plus en détail

CAMPAGNE DE VACCINATION CONTRE LA GRIPPE SAISONNIERE 2015-2016 Dossier de presse

CAMPAGNE DE VACCINATION CONTRE LA GRIPPE SAISONNIERE 2015-2016 Dossier de presse الجمهوريةالجزائريةالديمقراطيةالشعبية REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE وزارةالصحة, السكانوإصالحالمستشفيات MINISTERE DE LA SANTE, DE LA POPULATION ET DE LA REFORME HOSPITALIERE DIRECTION GENERALE

Plus en détail

DELIBERATION N 2014-50 DU 12 MARS 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE

DELIBERATION N 2014-50 DU 12 MARS 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DELIBERATION N 2014-50 DU 12 MARS 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

GRIPPE SAISONNIÈRE - FOIRE AUX QUESTIONS

GRIPPE SAISONNIÈRE - FOIRE AUX QUESTIONS GRIPPE SAISONNIÈRE - FOIRE AUX QUESTIONS 1. Qu est-ce que la grippe? 2. Comment se transmet la grippe? 3. Combien de temps une personne infectée est-elle contagieuse? 4. Quels sont les symptômes de la

Plus en détail

LA GESTION DU TRAVAIL ISOLE

LA GESTION DU TRAVAIL ISOLE I. Définition et problématique du travail isolé Dans certaines situations des personnes peuvent se trouver seules à leur poste de travail, sans autre personne dans le service, à l étage, voire dans le

Plus en détail

Comment s est passée cette deuxième saison de GrippeNet.fr?

Comment s est passée cette deuxième saison de GrippeNet.fr? Le site a reçu 139 646 visites, soit une moyenne de 1 visite par minute pendant toute la saison! Chers participants à GrippeNet.fr, Vous avez été 6 068 à participer à la seconde saison de GrippeNet.fr,

Plus en détail

Accompagnement Individualisé à Domicile (AID) Document pour les parents année 2016

Accompagnement Individualisé à Domicile (AID) Document pour les parents année 2016 Accompagnement Individualisé à Domicile (AID) Document pour les parents année 2016 Informations et formulaire d inscription version du 29 novembre 2015 Il est recommandé aux familles de demander à la personne

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3246 Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION AVENANT N 150 DU

Plus en détail

Durée de la maladie L influenza dure en général de deux à sept jours, mais la toux et la fatigue peuvent persister plus de deux semaines.

Durée de la maladie L influenza dure en général de deux à sept jours, mais la toux et la fatigue peuvent persister plus de deux semaines. INFLUENZA INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition L influenza est une infection virale aiguë saisonnière très contagieuse, qui peut être prévenue annuellement par la vaccination. La maladie est causée par le

Plus en détail

MASTER PROFESSIONNEL TRANSPORTS URBAINS ET REGIONAUX DE PERSONNES CAHIER DES CHARGES DU STAGE. 1. Objectifs

MASTER PROFESSIONNEL TRANSPORTS URBAINS ET REGIONAUX DE PERSONNES CAHIER DES CHARGES DU STAGE. 1. Objectifs MASTER PROFESSIONNEL TRANSPORTS URBAINS ET REGIONAUX DE PERSONNES CAHIER DES CHARGES DU STAGE A partir du mois d Avril, la formation s achève par un stage professionnel obligatoire d une durée minimale

Plus en détail

Information à l intention du personnel. Les conditions de la retraite dès 2012. Le 19 juillet 2011. Direction des Finances DFIN Finanzdirektion FIND

Information à l intention du personnel. Les conditions de la retraite dès 2012. Le 19 juillet 2011. Direction des Finances DFIN Finanzdirektion FIND Information à l intention du personnel Les conditions de la retraite dès 2012 Le 19 juillet 2011 Direction des Finances DFIN Finanzdirektion FIND Page 2 de 10 Sommaire 1. En bref, les nouveautés concernant

Plus en détail

Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides

Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides Approuvées par le Comité permanent à sa 46 e Réunion (Décision SC46-28), avril

Plus en détail

NIMP n 10 EXIGENCES POUR L ÉTABLISSEMENT DE LIEUX ET SITES DE PRODUCTION EXEMPTS D ORGANISMES NUISIBLES (1999)

NIMP n 10 EXIGENCES POUR L ÉTABLISSEMENT DE LIEUX ET SITES DE PRODUCTION EXEMPTS D ORGANISMES NUISIBLES (1999) NIMP n 10 NORMES INTERNATIONALES POUR LES MESURES PHYTOSANITAIRES NIMP n 10 EXIGENCES POUR L ÉTABLISSEMENT DE LIEUX ET SITES DE PRODUCTION EXEMPTS D ORGANISMES NUISIBLES (1999) Produit par le Secrétariat

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE DE CIRCULATION DU VIRUS A(H1N1)v Ces recommandations sont justifiées par la circulation sporadique et modérée des virus grippaux

Plus en détail

Explo4 Exploration des projets

Explo4 Exploration des projets Explo4 Exploration des projets SERVICE DES FINANCES Équipe de formation PeopleSoft version 8.9 Juillet 2013 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...1 LES CRITERES DE RECHERCHE...2 LES CRITERES COMMUNS A TOUTE

Plus en détail

Grippe A(H1N1) Questions- réponses à l attention des établissements et services médicosociaux pour personnes âgées

Grippe A(H1N1) Questions- réponses à l attention des établissements et services médicosociaux pour personnes âgées Grippe A(H1N1) Questions- réponses à l attention des établissements et services médicosociaux pour personnes âgées Ce jeu de questions-réponses est susceptible d évoluer en fonction de la situation épidémiologique,

Plus en détail

Accompagnement Individualisé à Domicile (AID) Document pour les parents année 2015/2016

Accompagnement Individualisé à Domicile (AID) Document pour les parents année 2015/2016 Accompagnement Individualisé à Domicile (AID) Document pour les parents année 2015/2016 Informations et formulaire d inscription version du 7 juillet 2015 Il est recommandé aux familles de demander à la

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE Arrêté du 24 janvier 2008 fixant les conditions d agrément des centres de collecte de sperme d équidés NOR : AGRG0802056A

Plus en détail

810.212.4 Ordonnance sur l attribution d organes destinés à une transplantation

810.212.4 Ordonnance sur l attribution d organes destinés à une transplantation Ordonnance sur l attribution d organes destinés à une transplantation (Ordonnance sur l attribution d organes) du 16 mars 2007 (Etat le 1 er juin 2015) Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 16, al. 2,

Plus en détail

VACCINATION CONTRE LA GRIPPE A :

VACCINATION CONTRE LA GRIPPE A : French VACCINATION CONTRE LA GRIPPE A : Informations pour les parents d enfants âgés de plus de six mois et de moins de cinq ans La grippe. Protégez-vous et protégez les autres. 1 Sommaire Au sujet de

Plus en détail

Groupe de travail sur le contrôle des médicaments et les inspections

Groupe de travail sur le contrôle des médicaments et les inspections COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GENERALE ENTREPRISES Marché unique : mise en œuvre et législation des biens de consommation Produits pharmaceutiques : cadre législatif et autorisations de mise sur le marché

Plus en détail

MSSanté, la garantie d échanger en toute confiance. Mieux comprendre. MSSanté FAQ. Février 2014 / V2

MSSanté, la garantie d échanger en toute confiance. Mieux comprendre. MSSanté FAQ. Février 2014 / V2 MSSanté, la garantie d échanger en toute confiance Mieux comprendre MSSanté FAQ Février 2014 / V2 FAQ MSSanté MSSanté, la garantie d échanger en toute confiance sommaire 1. Le Système MSSanté 2 MSSanté

Plus en détail

Page CDC Formation à l audit qualité interne 1/5. Cahier des charges. Délégation à la Qualité

Page CDC Formation à l audit qualité interne 1/5. Cahier des charges. Délégation à la Qualité Formation à l audit qualité interne 1/5 1. Intitulé de l'action de formation Formation-action à l audit interne selon le référentiel qualité INRA 2. Contexte/enjeux L INRA, Institut National de la Recherche

Plus en détail

Critères de sélection pour remplir un panier de lecteurs Explications

Critères de sélection pour remplir un panier de lecteurs Explications A.-M. Cubat Onglet Circulation Paniers de lecteurs Page 1 Critères de sélection pour remplir un panier de lecteurs Explications 1. au moins un emprunt depuis jusqu à aujourd hui 2. au moins un emprunt

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Medimed Ville ETUDE D'IMPACT SUR LA DEMATERIALISATION DE LA GESTION DES PRIX DES MEDICAMENTS REMBOURSABLES 06 décembre 2013 Version du document : 001.6 Osiatis

Plus en détail

Outil d aide à la décision pour l admission des patients en soins de suite et de réadaptation

Outil d aide à la décision pour l admission des patients en soins de suite et de réadaptation Outil d aide à la décision pour l admission des patients en soins de suite et de réadaptation Juillet 2013 Contexte d utilisation Objet de la prise en charge Autre objet de prise en charge Un projet et

Plus en détail

Méthodologie. 1 Évaluation des capacités de la gestion de l information

Méthodologie. 1 Évaluation des capacités de la gestion de l information Méthodologie 1 Évaluation des capacités de la gestion de l information Outil et méthodologie 2 Table des matières 3 Table des matières (suite) 4 Aperçu de l outil Évaluation des capacités de la GI 5 Contexte

Plus en détail

Avant projet de loi sur l enseignement obligatoire février 2010 Questions réponses Relations école famille

Avant projet de loi sur l enseignement obligatoire février 2010 Questions réponses Relations école famille L actuelle loi scolaire prévoit que l école «seconde» la famille en matière d éducation. L avant-projet lui donne un rôle «complémentaire» à celui des parents en matière d éducation. L école doit en effet

Plus en détail

N/ réf : N mercure : La ministre déléguée à la cohésion sociale et à la parité

N/ réf : N mercure : La ministre déléguée à la cohésion sociale et à la parité Ministère de l emploi, de la cohésion sociale et du logement Ministère de la santé et des solidarités Ministre déléguée à la Cohésion sociale et à la Parité Direction générale de l action sociale Sous-direction

Plus en détail

GUIDE DU REMPLACEMENT DE COURTE DUREE 2010-2011

GUIDE DU REMPLACEMENT DE COURTE DUREE 2010-2011 MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE DE LA JEUNESSE ET DE LA VIE ASSOCIATIVE MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE DEPR GUIDE DU REMPLACEMENT DE COURTE DUREE 2010-2011 1 SOMMAIRE SOMMAIRE

Plus en détail

117a6 ANNEXE 6. Entre - Nom de l ES (établissement de santé), représenté par. Et - Nom de l EHPAD, représenté par

117a6 ANNEXE 6. Entre - Nom de l ES (établissement de santé), représenté par. Et - Nom de l EHPAD, représenté par ANNEXE 6 CONVENTION TYPE RELATIVE AUX MODALITES DE COOPERATION ENTRE UN ETABLISSEMENT DE SANTE ET UN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES DANS LE CADRE D UNE FILIERE DE SOINS GERIATRIQUES

Plus en détail

Situation, prise en charge

Situation, prise en charge Grippe pandémique A(H1N1) Situation, prise en charge DAUMAS Aurélie HIA LAVERAN COURS IFSI Des grippes pandémiques Groupe A Secondaires à une cassure (rôle animal) Absence d immunité collective Létalité

Plus en détail

La grippe & autres infections respiratoires hivernales : tout ce qu il faut savoir!

La grippe & autres infections respiratoires hivernales : tout ce qu il faut savoir! La grippe & autres infections respiratoires hivernales : tout ce qu il faut savoir! Dr Anne Guinard, Cire Midi-Pyrénées Rencontre des représentants des usagers et des professionnels de santé de Midi-Pyrénées

Plus en détail

region guide sante:mise en page 1 04/03/13 17:07 Page1 Guide pratique à l attention des professionnels de santé URPS DE BIOLOGIE MÉDICALE PACA

region guide sante:mise en page 1 04/03/13 17:07 Page1 Guide pratique à l attention des professionnels de santé URPS DE BIOLOGIE MÉDICALE PACA region guide sante:mise en page 1 04/03/13 17:07 Page1 Guide pratique à l attention des professionnels de santé URPS DE BIOLOGIE MÉDICALE PACA region guide sante:mise en page 1 04/03/13 17:07 Page2 region

Plus en détail

PROTOCOLE DE SIGNALEMENT ET D INVESTIGATION DES CLUSTERS DE GRIPPE A (H1N1) 2009

PROTOCOLE DE SIGNALEMENT ET D INVESTIGATION DES CLUSTERS DE GRIPPE A (H1N1) 2009 PROTOCOLE DE SIGNALEMENT ET D INVESTIGATION DES CLUSTERS DE GRIPPE A (H1N1) 2009 VERSION DU 2 septembre 2009 1 Sommaire 1. INTRODUCTION... 3 2. OBJECTIFS... 4 3. METHODE... 5 3.1. DEFINITIONS DE CAS GROUPES...

Plus en détail

La secrétaire d'etat à la santé et aux handicapés Direction générale de la santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins

La secrétaire d'etat à la santé et aux handicapés Direction générale de la santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins La secrétaire d'etat à la santé et aux handicapés Direction générale de la santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Arrêté du 17 octobre 2000 relatif au bilan annuel des activités

Plus en détail

CERTIFICAT DE TUTEUR D ENTREPRISE

CERTIFICAT DE TUTEUR D ENTREPRISE CERTIFICAT DE TUTEUR D ENTREPRISE Ce programme de formation prépare à l obtention du CP FFP (Certificat Professionnel de la Fédération de la Formation Professionnelle) de Tuteur d entreprise. INTITULÉ

Plus en détail

Afin d éviter toute perte de saisie, veillez à bien sauvegarder le formulaire sur votre terminal avant de le remplir.

Afin d éviter toute perte de saisie, veillez à bien sauvegarder le formulaire sur votre terminal avant de le remplir. ! Afin d éviter toute perte de saisie, veillez à bien sauvegarder le formulaire sur votre terminal avant de le remplir. notification de violation de données (Article 34 bis de la loi n 78-17 du 6 janvier

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT Introduction NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ d application

Plus en détail

BAFA BREVET D APTITUDE AUX FONCTIONS D ANIMATEUR EN ACCUEILS COLLECTIFS DE MINEURS

BAFA BREVET D APTITUDE AUX FONCTIONS D ANIMATEUR EN ACCUEILS COLLECTIFS DE MINEURS D LIVRET BAFA DE FORMATION N 12063*02 Vous êtes engagé dans une formation qui permet d obtenir le BAFA et d exercer les fonctions d animateur en accueils collectifs de mineurs. Vous trouverez ci-joints

Plus en détail

Accord multilatéral entre autorités compétentes concernant l échange automatique de renseignements relatifs aux comptes financiers

Accord multilatéral entre autorités compétentes concernant l échange automatique de renseignements relatifs aux comptes financiers Texte original Accord multilatéral entre autorités compétentes concernant l échange automatique de renseignements relatifs aux comptes financiers Considérant que les juridictions des signataires de l Accord

Plus en détail

LUTTE CONTRE LE MOUSTIQUE TIGRE EN SAÔNE-ET-LOIRE DOSSIER DE PRESSE

LUTTE CONTRE LE MOUSTIQUE TIGRE EN SAÔNE-ET-LOIRE DOSSIER DE PRESSE LUTTE CONTRE LE MOUSTIQUE TIGRE EN SAÔNE-ET-LOIRE DOSSIER DE PRESSE Le département de Saône-et-Loire est doté d un plan anti-dissémination du chikungunya et de la dengue, deux maladies transmises par le

Plus en détail

Bientraitance des personnes âgées. Questionnaire d auto-évaluation

Bientraitance des personnes âgées. Questionnaire d auto-évaluation Bientraitance des âgées accueillies en EHPAD Questionnaire d auto-évaluation Source : ANESM - www.anesm.gouv.fr Dans le cadre de l opération «Bientraitance des âgées accueillies en établissement» annoncée

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE VI DIPLÔME D ÉTAT DE MANIPULATEUR D ÉLECTRORADIOLOGIE MÉDICALE

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE VI DIPLÔME D ÉTAT DE MANIPULATEUR D ÉLECTRORADIOLOGIE MÉDICALE ANNEXE VI DIPLÔME D ÉTAT DE MANIPULATEUR D ÉLECTRORADIOLOGIE MÉDICALE MINISTÈRE CHARGÉ DE LA SANTÉ DIPLÔME D ÉTAT DE MANIPULATEUR D ÉLECTRORADIOLOGIE MÉDICALE PORTFOLIO DE L ÉTUDIANT (document à tenir

Plus en détail

Les infections associées aux soins

Les infections associées aux soins Les infections associées aux soins Définitions, structuration de la lutte contre les IAS en France Atelier discussion Dr DENIS Corinne Journée des correspondants para médicaux en hygiène hospitalière 20

Plus en détail

Vous pensez développer de nouvelles solutions d accueil pour la petite enfance (0-6 ans)?

Vous pensez développer de nouvelles solutions d accueil pour la petite enfance (0-6 ans)? Vous pensez développer de nouvelles solutions d accueil pour la petite enfance (0-6 ans)? Document à l attention des collectivités territoriales LE DIAGNOSTIC TERRITORIAL PARTAGE une étape incontournable,

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

Note relative à la réglementation des stages. Juin 2015

Note relative à la réglementation des stages. Juin 2015 Direction de la Formation, de la Vie étudiante et de l Insertion professionnelle Service Central de Gestion des Etudiants Note relative à la réglementation des stages Juin 2015 La présente note, organisée

Plus en détail

Base de données cartographique des services de télécommunication disponible pour la clientèle professionnelle en Wallonie

Base de données cartographique des services de télécommunication disponible pour la clientèle professionnelle en Wallonie Base de données cartographique des services de télécommunication disponible pour la clientèle professionnelle en Wallonie Rappel du projet lancé par l AWT Nature du projet : Le projet consiste à établir

Plus en détail

Surveillance des BMR : Module optionnel de surveillance des Infections à Clostridium difficile proposé par le CClin Ouest

Surveillance des BMR : Module optionnel de surveillance des Infections à Clostridium difficile proposé par le CClin Ouest Réseau national d Alerte, d Investigations et de Surveillance des Infections Nosocomiales Surveillance des BMR : Module optionnel de surveillance des Infections à Clostridium difficile proposé par le CClin

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

Annexe : Référentiel national de gestion du temps de travail médical applicable dans les structures de médecine d urgence

Annexe : Référentiel national de gestion du temps de travail médical applicable dans les structures de médecine d urgence Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau des ressources humaines hospitalières

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SOLIDARITÉS ETABLISSEMENTS SOCIAUX ET MÉDICO-SOCIAUX

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SOLIDARITÉS ETABLISSEMENTS SOCIAUX ET MÉDICO-SOCIAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Direction générale de la cohésion sociale Sous-direction de l enfance et de la famille Bureau de la protection des personnes SOLIDARITÉS ETABLISSEMENTS SOCIAUX

Plus en détail

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES ADMINISTRATIVES

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES ADMINISTRATIVES MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES ADMINISTRATIVES Titre : Politique de visite aux patients hospitalisés Codification : 0 2 4 5 0 0-0 0 0 Niveau d application : Général Responsable : Direction des opérations

Plus en détail

REUNION INFORMATION GRIPPE A/H1N1. Docteur Nicole FILY IMTMO Bretagne 24 septembre 2009

REUNION INFORMATION GRIPPE A/H1N1. Docteur Nicole FILY IMTMO Bretagne 24 septembre 2009 REUNION INFORMATION GRIPPE A/H1N1 Docteur Nicole FILY IMTMO Bretagne 24 septembre 2009 NATURE DU RISQUE GRIPPAL La grippe est une infection respiratoire aigue -Très contagieuse -Due à un virus influenzae

Plus en détail

VADÉMÉCUM RELATIF À L APPLICATION DES ASPECTS LINGUISTIQUES DE LA CHARTE D ADHÉSION À L AGENCE UNIVERSITAIRE DE LA FRANCOPHONIE

VADÉMÉCUM RELATIF À L APPLICATION DES ASPECTS LINGUISTIQUES DE LA CHARTE D ADHÉSION À L AGENCE UNIVERSITAIRE DE LA FRANCOPHONIE VADÉMÉCUM RELATIF À L APPLICATION DES ASPECTS LINGUISTIQUES DE LA CHARTE D ADHÉSION À L AGENCE UNIVERSITAIRE DE LA FRANCOPHONIE Adopté par le conseil associatif de l Agence universitaire de la Francophonie

Plus en détail

XI. Attribution des places aux élèves par la CIRI

XI. Attribution des places aux élèves par la CIRI XI. Attribution des places aux élèves par la CIRI 1. Classement des élèves Alors que chaque établissement ne connait que les élèves pour lesquels elle constitue la 1 ère préférence, la CIRI traite, pour

Plus en détail

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit MISSION DES AUDITS Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit Novembre 2011 Sommaire Objectifs de la fiche d organisation fonctionnelle 3 Domaine d application 3 Responsable

Plus en détail

La gestion d une épidémie de rougeole dans le département de l Allier: rôle d une infirmière de santé publique

La gestion d une épidémie de rougeole dans le département de l Allier: rôle d une infirmière de santé publique La gestion d une épidémie de rougeole dans le département de l Allier: rôle d une infirmière de santé publique Mongeat A, Delettre D, Beaufrère M-C, Schikowski D, Beytout J La rougeole est une maladie

Plus en détail

Charte des voyages et sorties scolaires

Charte des voyages et sorties scolaires Charte des voyages et sorties scolaires Vu la circulaire n 2011-117 du 3 août 2011 modifiée par la circulaire n 2013-106 du 16 juillet 2013 portant sur les modalités d organisation des sorties et voyages

Plus en détail

Procédure relative aux conseils de disciplines

Procédure relative aux conseils de disciplines Annexe 5 Procédure relative aux conseils de disciplines I - LES REGLES RELATIVES A LA MISE EN PLACE DU CONSEIL DE DISCIPLINE. C est au chef d établissement qu il revient d apprécier, s il y a lieu, d engager

Plus en détail

Maladie de Lyme chez l enfant (ML)

Maladie de Lyme chez l enfant (ML) Maladie de Lyme chez l enfant (ML) PROGRAMME CANADIEN DE SURVEILLANCE PÉDIATRIQUE 2305, boul. St. Laurent Ottawa (Ontario) K1G 4J8 Tél. : 613-526-9397, poste 239 Téléc. : 613-526-3332 pcsp@cps.ca www.pcsp.cps.ca

Plus en détail

LES ACTES ADMINISTRATIFS en EPLE

LES ACTES ADMINISTRATIFS en EPLE LES ACTES ADMINISTRATIFS en EPLE I. Définition Acte juridique Il crée des droits et des obligations au profit ou à la charge des personnes auxquelles il s'applique. Acte individuel Il s'impose directement

Plus en détail

Quatre stratégies principales ont été définies pour maintenir une réduction de la mortalité liée à la rougeole

Quatre stratégies principales ont été définies pour maintenir une réduction de la mortalité liée à la rougeole Termes de Reference Recrutement d un bureau d étude ou une institution pour l Enquête de Couverture Vaccinale (ECV) post campagne Rougeole en Mauritanie 1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION Lors de l assemblée

Plus en détail

REFERENTIEL NORMATIF du CNES

REFERENTIEL NORMATIF du CNES REFERENTIEL NORMATIF du CNES Référence : Méthode et Procédure DEMARCHE D'ANALYSE DU LOGICIEL Annexe Technique de la MP RNC-CNES-Q-80-529 APPROBATION Président du CDN ; date et nom : Page i.1 PAGE D'ANALYSE

Plus en détail

NIMP n 7 SYSTÈME DE CERTIFICATION À L'EXPORTATION (1997)

NIMP n 7 SYSTÈME DE CERTIFICATION À L'EXPORTATION (1997) NIMP n 7 NORMES INTERNATIONALES POUR LES MESURES PHYTOSANITAIRES NIMP n 7 SYSTÈME DE CERTIFICATION À L'EXPORTATION (1997) Produit par le Secrétariat de la Convention internationale pour la protection des

Plus en détail

La grippe aviaire Un risque de pandémie?

La grippe aviaire Un risque de pandémie? La grippe aviaire Un risque de pandémie? Liliane Boitel Octobre 2005 1 Définitions Épidémie grippale : forte augmentation dans l espace et dans le temps des cas de grippe Pandémie grippale : forte augmentation

Plus en détail

Discipline : Microbiologie Durée de l épreuve : 37mn Notée : 11

Discipline : Microbiologie Durée de l épreuve : 37mn Notée : 11 Discipline : Microbiologie Durée de l épreuve : 37mn Notée : 11 3 ème Année de Médecine Session de juillet 2014 Question 1 (1 point) : Toute suspicion de brucellose doit être signalée au laboratoire réalisant

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-93 DU 21 OCTOBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU

DELIBERATION N 2015-93 DU 21 OCTOBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU DELIBERATION N 2015-93 DU 21 OCTOBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

RÈGLEMENT SANITAIRE INTERNATIONAL

RÈGLEMENT SANITAIRE INTERNATIONAL RÈGLEMENT SANITAIRE INTERNATIONAL Organisation mondiale de la Santé, 2008 WHO/CDS/EPR/IHR/2007.2 Bureau OMS de Lyon pour la préparation et la réponse des pays aux épidémies 58, avenue Debourg, 69007 Lyon,

Plus en détail

BOURSES D ÉTUDES MODE D EMPLOI DÉTAILLÉ TOUTES LES PRESTATIONS PRÉVUES POUR LES BOURSIERS DU GOUVERNEMENT FRANÇAIS

BOURSES D ÉTUDES MODE D EMPLOI DÉTAILLÉ TOUTES LES PRESTATIONS PRÉVUES POUR LES BOURSIERS DU GOUVERNEMENT FRANÇAIS TOUTES LES PRESTATIONS PRÉVUES POUR LES BOURSIERS DU GOUVERNEMENT FRANÇAIS SOMMAIRE Allocations page 3 Frais de voyage et de transport page 4 Assurance page 5 Hébergement page 5 Titre de séjour page 6

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES FORMATION ANGLAIS PROFESSIONNEL. Lot 1 : cours individuels. Lot 2 : cours collectifs

CAHIER DES CHARGES FORMATION ANGLAIS PROFESSIONNEL. Lot 1 : cours individuels. Lot 2 : cours collectifs Centre de Paris Formation Permanente du Centre INRA de Paris CAHIER DES CHARGES FORMATION ANGLAIS PROFESSIONNEL Lot 1 : cours individuels Lot 2 : cours collectifs Contacts : Viviane BOCK Sdar/FPL Tél.

Plus en détail

APPEL A PROJETS VILLE DE NICE 2015 «AIDES INDIVIDUELLES JEUNES CHERCHEURS» DOSSIER DE CANDIDATURE*

APPEL A PROJETS VILLE DE NICE 2015 «AIDES INDIVIDUELLES JEUNES CHERCHEURS» DOSSIER DE CANDIDATURE* APPEL A PROJETS VILLE DE NICE 2015 «AIDES INDIVIDUELLES JEUNES CHERCHEURS» DOSSIER DE CANDIDATURE* Date limite d envoi des dossiers : 30 juin 2013 (par courrier postal, cachet de la poste faisant foi)

Plus en détail

LES AUDITS EN OBSTETRIQUE PRESENTATION DES OUTILS D AUDIT DES DECES MATERNELS

LES AUDITS EN OBSTETRIQUE PRESENTATION DES OUTILS D AUDIT DES DECES MATERNELS Diplôme Inter Universitaire de Soins Obstétricaux et Néonatals d Urgence SONU LES AUDITS EN OBSTETRIQUE PRESENTATION DES OUTILS D AUDIT DES DECES MATERNELS Pr. R. X. PERRIN COTONOU Objectifs d Apprentissage

Plus en détail

Aide-mémoire à l intention des commissions scolaires en vue de l élaboration d un plan de communication en cas de pandémie d influenza (grippe H1N1)

Aide-mémoire à l intention des commissions scolaires en vue de l élaboration d un plan de communication en cas de pandémie d influenza (grippe H1N1) Aide-mémoire à l intention des commissions scolaires en vue de l élaboration d un plan de communication en cas de pandémie d influenza (grippe H1N1) Octobre 2009 Aide-mémoire à l intention des commissions

Plus en détail

Valérie Drouvot Direction Générale de la santé / Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins - Cellule Infections nosocomiales

Valérie Drouvot Direction Générale de la santé / Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins - Cellule Infections nosocomiales L organisation de la lutte contre les infections nosocomiales en France & La place de l usager dans le programme national de lutte contre les infections nosocomiales 2005/2008 Valérie Drouvot Direction

Plus en détail