Production des rayons X en imagerie par projection et en scanographie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Production des rayons X en imagerie par projection et en scanographie"

Transcription

1 Production des rayons X en imagerie par projection et en scanographie D. Régent, D. Mandry, V. Croise-Laurent, A. Oliver, F. Jausset, V. Lombard RÉSUMÉ Le tube radiogène reste le facteur limitant dans les techniques d imagerie roentgeniennes exigeantes : angiographies et radiologie interventionnelle, scanographie avec rapport signal sur bruit (résolution en contraste) élevé, en particulier chez les sujets en surpoids. L optimisation de la qualité d image et la réduction des doses «dans les limites du raisonnable» nécessitent une bonne compréhension du rôle des différents paramètres intensité du courant-tube (ma), différence de potentiel aux bornes du tube (kvp), durée des expositions (s) dans les composants géométriques (flous géométrique, cinétique, de détection, morphologique) et photographiques (contraste, densité) de l image, en scanner comme en radiographie par projection. La technologie des tubes radiogènes a beaucoup évolué, dans la discrétion médiatique, au cours des dernières décennies, en particulier pour répondre aux exigences croissantes du scanner (acquisitions multiphasiques avec reconstruction «en temps réel» ou presque, grandes longueurs des segments explorés). Les caractéristiques significatives des tubes se sont modifiées ; la capacité de dissipation calorifique de l ensemble tube-gaine est beaucoup plus importante en scanographie que la puissance des foyers du tube ; les technologies utilisées (diamètre, masse et composition de l anode, enceintes métal-céramique, modalités de dissipation thermique par rayonnement et par convection, etc.) sont devenues des critères essentiels de choix car la performance des machines, au quotidien, est sous leur totale dépendance. Il faut donc que les radiologues fassent l effort de s investir dans ces domaines techniques s ils veulent rester des interlocuteurs crédibles, capables d argumenter des choix de matériel sur des bases médicotechniques plutôt que médicoéconomiques trop souvent devenues purement économiques Scanner et rayons X 20 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.

2 2 Scanner et rayons X Introduction La production des rayons X reste un sujet technologique de la plus haute importance dans les deux grands domaines d application de la radiologie roentgenienne que sont : l imagerie par projection, qu elle soit radiographique (clichés standards), radioscopique télévisée (en particulier pour les gestes radioguidés en radiologie et en cardiologie interventionnelle) ou sériographique (angiographie numérisée et imagerie volumique par acquisition rotatoire) : à l heure actuelle, toutes ces techniques sont totalement numérisées, quel que soit le système de détection écrans radioluminescents à mémoire (ERLM, ou «plaques phosphore»), amplificateurs de luminance de plus en plus remplacés par les capteurs plans dynamiques, mais la qualité d image reste dépendante de la maîtrise du contraste par le choix judicieux des paramètres d exposition (en particulier le kilovoltage mais aussi la limitation du rayonnement diffusé) et de la résolution spatiale par l utilisation adéquate du petit foyer des tubes radiogènes, lorsque cela est possible ; la radioprotection est également directement dépendante d une utilisation rationnelle et raisonnée des paramètres d exposition, permettant de résoudre au mieux les compromis nécessaires entre dose délivrée et qualité d image ; l imagerie scanographique, dans laquelle la production des rayons X reste le seul facteur limitant la longueur et/ou la répétition des séquences d acquisition dans les explorations multiphasiques, en dépit de la réduction des doses nécessaires rendue possible par les techniques récentes et à venir de reconstruction par itérations : il s agit de limites physiques directement liées au mécanisme de production des rayons X et à l inévitable production massive de chaleur qui lui est associée ; c est donc, à l heure actuelle, la capacité de dissipation thermique de l ensemble «tube radiogène-gaine-systèmes de refroidissement» qui définit les possibilités exactes d acquisition scanographique dans les circonstances les plus exigeantes : explorations multiphasiques de segments corporels de grande longueur, même avec un pitch élevé, ou plus encore explorations multiphasiques de segments corporels relativement courts mais avec des acquisitions «chevauchées» (pitch inférieur à ) pour obtenir un rapport signal sur bruit élevé (explorations scanographiques cardiaques et coronaires, en particulier). Les progrès réalisés dans les systèmes de détection, en particulier les ERLM et les capteurs plans pour l imagerie par projection, l amélioration des performances des cristaux des détecteurs et le développement d algorithmes de reconstruction beaucoup plus performants (reconstruction itérative) en scanographie ont diminué, parfois de façon massive, les exigences en matière de radiations ionisantes tout en maintenant, lorsqu on respecte des conditions de réalisation raisonnables des examens, une qualité d image acceptable sur le plan diagnostique. Il n en demeure pas moins que ces résultats optimisés et adaptés aux circonstances restent totalement dépendants d une utilisation judicieuse des paramètres d exposition, qui nécessite donc une parfaite maîtrise des modalités de fonctionnement du tube radiogène et des dispositifs qui lui sont annexés.

3 Production des rayons X en imagerie par projection et en scanographie La radioprotection est particulièrement importante lors des examens scanographiques chez l enfant et l adulte jeune, en particulier la femme en âge de procréer. L adaptation des paramètres à la morphologie des patients (notamment l indice de masse corporelle) et l optimisation du rapport signal sur bruit en fonction du contraste propre des structures radiographiées sont les principes de base d une adaptation judicieuse des paramètres de l exposition sans compromettre la qualité diagnostique de l examen. Bases physiques de la production des rayons X en radiodiagnostic La différence de potentiel (ddp) entre cathode (filament) et anode est réglée par le choix du kilovoltage : kv. L énergie cinétique acquise par les électrons dans le champ électrique cathode-anode correspond à E = ev (e étant la charge électrique d un électron qui est une constante, égale à, C et V la différence de potentiel cathode-anode). Rappelons que si la différence de potentiel cathode-anode est exprimée par la valeur de pic du kilovoltage (ou kvp), dans la réalité, le kilovoltage varie en fonction de la qualité du redressement du courant électrique alimentant le tube. Seule une petite fraction des électrons est accélérée par le champ électrique maximal : pour celle-ci, l énergie cinétique des électrons exprimée en kev est numériquement identique au kvp (pour une ddp de 00 kvp, cette fraction des électrons acquiert une énergie cinétique de 00 kev) ; le reste des électrons acquiert une énergie cinétique inférieure à 00 kev et l énergie cinétique moyenne des électrons traversant le tube pour un kvp de 00 est de l ordre de 70 kev. Les photons X «utiles» pour le radiodiagnostic (radiographie par projection et scanographie) correspondent à des énergies s étalant de 0 à 0 kev. Ils sont produits par deux mécanismes : le freinage et le phénomène de collision. Rayonnement de freinage Le mécanisme le plus important quantitativement et qualitativement est le freinage ( Bremstrahlung ), qui correspond aux interactions entre les électrons accélérés par le champ électrique élevé créé entre le filament et l anode et les noyaux des atomes du métal lourd constituant l anode. Rappelons que le noyau représente une masse d extrêmement petite taille par rapport à celle des orbites électroniques de l atome : m contre m, soit un noyau fois plus petit que l atome! Si un proton, noyau d atome d hydrogène, avait la taille d une orange, la couche K porteuse de l électron périphérique de cet atome serait une orbite elliptique de kilomètres de rayon moyen Le noyau renferme toutes les charges électriques positives (protons) et crée donc un champ électrique d autant plus intense qu il renferme un nombre de protons élevé (exprimé par le numéro atomique Z ). Les électrons

4 4 Scanner et rayons X 2 4 Figure. Rayonnement de freinage. La charge électrique positive du noyau des atomes de tungstène de la cible anodique () provoque le freinage (2) et la déviation (4) des électrons émis par le fi lament () et accélérés par la différence de potentiel. (chargés négativement) accélérés par la ddp entre filament et anode vont être déviés et freinés sous l action des forces de Coulomb provoquées par la charge positive du noyau ( fig.. ). La déviation et la décélération des électrons ont, pour un élément donné (caractérisé par son numéro atomique Z ), une intensité liée aux relations spatiales entre le noyau des atomes et la trajectoire des électrons ( fig..2 ) : freinage et déviation massives lorsque l électron passe à proximité immédiate du noyau (jusqu à arrêt total lorsque l électron «percute» le noyau, c est-à-dire perd toute son énergie cinétique au contact du noyau) ; freinage et déviation minimes voire nulles lorsque l électron passe à très grande distance du noyau ; avec tous les intermédiaires possibles entre ces deux extrêmes. L énergie cinétique perdue par les électrons dans la cible de l anode est transformée en radiations électromagnétiques de longueur d onde variable. Une très faible fraction ( % de l énergie électrique consommée par le tube radiogène) correspond à des photons X d énergie suffisante pour être utilisés en radiodiagnostic (0 à 0 kev). Les photons X d énergie inférieure à 0 kev sont dits «mous» ; ils doivent être éliminés autant que faire se peut par un filtre métallique interposé sur la fenêtre de sortie du tube radiogène pour éviter l irradiation inutile des téguments exposés par des radiations n intervenant pas dans la formation de l image radiologique. Une énorme

5 Production des rayons X en imagerie par projection et en scanographie 5 a Électrons du courant-tube 2 b 2 Interaction proche du noyau, photon d énergie moyenne «Collision» de l électron avec le noyau, photon d énergie maximale Interaction distante du noyau, photon d énergie faible Figure.2 Dispersion des énergies des photons X. La variation des relations spatiales entre les électrons (a) et les noyaux d atomes de tungstène (b) explique la dispersion des énergies des photons produits, qui appartiennent pour % d entre eux aux rayons X «utiles» (,2), les 99 % restants étant des radiations de grande longueur d onde () essentiellement sous forme de chaleur. partie (99 % de l énergie électrique consommée par le tube) est transformée en radiations électromagnétiques non ionisantes de plus grande longueur d onde, essentiellement de la chaleur. L énergie des rayons X émis par ce mécanisme de freinage est dispersée sur un large spectre continu, étalé à partir d une énergie maximale qui correspond à la très faible fraction d électrons ayant été accélérés par la différence de potentiel maximale (kvp) et ayant perdu toute leur énergie au contact des atomes du métal lourd constituant l anode ( fig.. ). Les valeurs minimales des énergies du spectre des photons X émis par le tube sont définies par la filtration additionnelle à la fenêtre de sortie du faisceau. Rayonnement caractéristique (phénomène de collision) Le second mécanisme de production des rayons X dans la cible anodique correspond au rayonnement dit «caractéristique» qui résulte d interactions entre les électrons accélérés par le champ électrique créé entre cathode et anode et les électrons des couches orbitaires des atomes du métal constituant l anode. Ce second mécanisme de production des photons X est souvent désigné sous le terme de phénomène de collision.

6 6 Scanner et rayons X a b c Énergie des photons X émis (en kev) Figure. Spectre du rayonnement de freinage. Le spectre continu traduit la dispersion des énergies des photons X produits par ce mécanisme. L intensité du faisceau correspond à l aire sous la courbe. La fi ltration additionnelle du faisceau sortant du tube élimine le rayonnement X «mou» dont l énergie est insuffi sante pour qu il participe à la constitution l image, mais qui représenterait une part non négligeable de l irradiation cutanée. Les électrons des différentes couches orbitaires d un atome sont caractérisés par leur énergie de liaison, qui correspond aux forces nécessaires pour que ces électrons chargés négativement résistent à l attraction causée par la charge positive du noyau. On comprend donc que les couches centrales (K, L) de l atome, proches du noyau, correspondent à des énergies de liaison très élevées et d autant plus importantes que le numéro atomique (donc la charge positive du noyau) est grand. Au contraire, les couches plus périphériques, plus éloignées du noyau, correspondent à des énergies de liaison très faibles. Pour déplacer un électron d une couche électronique centrale (K, par exemple) vers une autre couche plus périphérique (L, M), il faut lui apporter une quantité d énergie égale aux différences d énergies de liaison caractéristiques des couches K-L ou K-M ( fig..4 ). Par exemple, pour le tungstène, l énergie de liaison des électrons de la couche K est de l ordre de 70 kev et celle des électrons de la couche L de l ordre de kev : pour expulser un électron de la couche K (ionisation), il faut lui apporter une énergie d au moins 70 kev. Puis, des phénomènes de transition électronique visant à ramener l atome à un état stable aboutiront à émettre un photon dont l énergie sera de 70 = 59 kev qui, dans ce cas, appartiendra donc au domaine des rayons X utiles. Cette énergie sera toujours la même chaque fois qu une ionisation sur la couche K de l atome de tungstène aura été provoquée et suivie d une transition K-L. L énergie de liaison des électrons de la couche M du tungstène étant de l ordre de 2 kev, la transition

7 Production des rayons X en imagerie par projection et en scanographie 7 b a 2 c K L M 4 Figure.4 Phénomène de collision. Les interactions entre les électrons du courant-tube () et les électrons périphériques des atomes de tungstène de la cible anodique (2,) aboutissent à l expulsion d électrons des couches centrales (à énergie de liaison élevée) qui sont suivies de transition électronique à l origine de l émission de photons X ayant des énergies caractéristiques du corps qui leur a donné naissance. Elles correspondent aux différences d énergie de liaison entre les couches intéressées par la transition électronique. Leur traduction spectrale correspond à des pics d énergie caractéristiques (spectre de raies) qui s additionnent au spectre continu du rayonnement produit par freinage. électronique entre les couches K et M produira un photon d énergie égale à 2 = 9 kev qui n est plus du domaine des X «utiles» en imagerie et sera éliminé par la filtration additionnelle. Ce mécanisme de production des rayons X aboutit à produire des photons X dont l énergie est parfaitement déterminée pour un élément chimique donné. Ce type de rayonnement X est dit «caractéristique» de l élément qui lui a donné naissance et le spectre correspondant est constitué d une ou plusieurs «raies», dont chacune est le résultat d une transition électronique entre deux couches ou sous-couches électroniques périphériques de l atome. Dans le cas du tungstène, il y a par exemple deux sous-couches L, avec des énergies de liaison (bien entendu très proches) qui conduiront lors des transitions électroniques avec la couche K à deux raies caractéristiques du tungstène : 59, kev et 57,9 kev ( fig..5 ). La part représentée par le rayonnement caractéristique par rapport au rayonnement produit par freinage est variable en fonction des conditions d utilisation du tube radiogène et de la nature du métal constituant l anode. En radiologie standard, en dessous d un kilovoltage à 70 kvp, il n y a pas de rayonnement caractéristique de la couche K, car l énergie cinétique

8 8 Scanner et rayons X Intensité du faisceau X α α 2 β β Énergie des photons X (en kev) Figure.5 Spectre d émission complet. Il associe le spectre continu du rayonnement produit par freinage () (avec filtration des photons X «mous» ()) et le spectre de raies (2) caractéristique du métal constituant la cible anodique. des électrons du flux cathode-anode est inférieure à l énergie de liaison des électrons de la couche K du tungstène. Il ne peut donc y avoir d ionisation sur cette couche. Entre 80 et 50 kvp, La part du rayonnement caractéristique de la couche K passe de 0 % à 80 kvp, à 28 % à 50 kvp. Au-delà de cette valeur de 50 kvp, la contribution du rayonnement caractéristique diminue et devient négligeable au-dessus de 00 kvp, mais on est hors du domaine du radiodiagnostic. Matériau de l anode Le matériel constituant la cible anodique détermine la quantité de rayonnement X qui pourra être produite à un kilovoltage donné. Plus le numéro atomique du métal constituant la cible est élevé, plus l efficacité de production des rayons X sera grande. Par exemple, le tungstène ( Z = 74) produira plus de rayonnement de freinage que l étain ( Z = 50), si ces deux éléments étaient utilisés dans des conditions identiques de kilovoltage et d intensité du courant-tube. Dans la pratique, on emploie le tungstène dans les cibles anodiques en raison de son numéro atomique relativement élevé ( Z = 74) et de son point de fusion très élevé ( 70 C) le platine, avec un numéro atomique plus favorable ( Z = 78) a un point de fusion de 770 C, tandis que l or stable ( Z = 79) fond à 06 C. Le numéro atomique du métal de la cible détermine en partie la quantité de photons X produits par freinage (spectre continu ) ; il détermine également la qualité du rayonnement X caractéristique (spectre de raies).

9 Production des rayons X en imagerie par projection et en scanographie 9 Dans les cibles anodiques en molybdène (mammographie ), la part relative du rayonnement de freinage est réduite et le rayonnement caractéristique constitue l essentiel du faisceau produit. Le kilovoltage optimal est de l ordre de 28 kvp ; on élimine par un filtre de molybdène de 0,0 cm d épaisseur le spectre continu pour ne conserver que les raies caractéristiques du molybdène (7,5 kev et 9,6 kev pour les couches K-alpha et K-bêta). À retenir Le numéro atomique du matériel constituant la cible détermine la quantité (nombre de photons produits par freinage) et la qualité (énergie) du rayonnement caractéristique. Le kilovoltage (kvp) détermine l énergie cinétique des électrons, ellemême à l origine de l énergie maximale (qualité) des photons produits. Les kilovoltages élevés augmentent également la quantité de photons, donc l intensité du faisceau qui est proportionnelle au carré du kvp. La longueur d onde du rayonnement caractéristique produit par la cible n est pas modifiée par le kvp mais, bien entendu, il faut un kilovoltage suffisant pour que cette radiation caractéristique apparaisse ; par exemple, avec une cible en tungstène, il faut une différence de potentiel minimale de 70 kvp pour que le rayonnement caractéristique de la couche K prenne naissance. Le nombre d électrons qui traverse le tube radiogène de la cathode à l anode (courant-tube ) détermine le nombre de photons produits. Si on augmente l intensité du courant-tube à kilovoltage constant, on augmente l intensité du faisceau sans modifier sa qualité, représentée par l énergie maximale et l énergie moyenne des photons X produits ( fig..6 ). Si on augmente le kilovoltage en conservant une intensité du couranttube constante, on augmente l intensité du faisceau mais en modifiant sa qualité, c est-à-dire en augmentant l énergie maximale et l énergie moyenne des photons X produits ( fig..7 ). Tubes radiogènes : caractères généraux Les tubes radiogènes sont des convertisseurs d énergie qui consomment de l énergie électrique pour produire des radiations électromagnétiques de longueurs d onde (et d énergie) variées [-]. Les plus énergétiques des rayonnements produits (rayons X) ne représentent que % de l énergie électrique consommée ; les 99 % restants sont des radiations de grande longueur, en quasi-totalité du rayonnement infrarouge, c est-à-dire de la chaleur. Les rayons X sont produits par conversion d énergie quand un faisceau d électrons accélérés à grande vitesse dans un champ électrique est soudainement décéléré dans la cible inclinée, constituée de métal lourd (de numéro atomique Z élevé), d un tube à rayons X.

Les rayons X. Olivier Ernst

Les rayons X. Olivier Ernst Les rayons X Olivier Ernst Lille La physique pour les nuls 1 Une onde est caractérisée par : Sa fréquence F en Hertz (Hz) : nombre de cycle par seconde Sa longueur λ : distance entre 2 maximum Sa vitesse

Plus en détail

Interactions des rayonnements avec la matière

Interactions des rayonnements avec la matière UE3-1 : Biophysique Chapitre 2 : Interactions des rayonnements avec la matière Professeur Jean-Philippe VUILLEZ Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Imagerie Médicale : Fondements. Radiographie et scanner CT

Imagerie Médicale : Fondements. Radiographie et scanner CT Imagerie Médicale : Fondements Radiographie et scanner CT Master 2 MultiMedia : Image et Son Numériques Pascal Desbarats (desbarats@labri.fr) IMF : Radiographie et scanner CT p.1 Questions Comment produit-on

Plus en détail

Optimisation de la Dose en Radiologie. C. SALVAT, A. JEAN-PIERRE, J. RAGOT Service de Radioprotection et de Physique Médicale AP-HP

Optimisation de la Dose en Radiologie. C. SALVAT, A. JEAN-PIERRE, J. RAGOT Service de Radioprotection et de Physique Médicale AP-HP Optimisation de la Dose en Radiologie C. SALVAT, A. JEAN-PIERRE, J. RAGOT Service de Radioprotection et de Physique Médicale AP-HP Principes en radioprotection du patient Toute exposition du patient aux

Plus en détail

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Règlement du concours de janvier 2010 pour le recrutement de septembre 2010 Sommaire Conditions d inscription au concours... page 1 Date du

Plus en détail

Bases physiques des rayons X - CERF 2001 - Solacroup, Boyer, Le Marec, Schouman Claeys

Bases physiques des rayons X - CERF 2001 - Solacroup, Boyer, Le Marec, Schouman Claeys SCANNER A RAYONS X 1 HISTORIQUE 1971 : premier examen tomodensitométrique cérébral 1974 : premier appareil corps entier 1979 : Prix Nobel de médecine décerné à Allan MacLeod et Godfrey N.Hounsfield pour

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

Chapitre 12 Physique quantique

Chapitre 12 Physique quantique DERNIÈRE IMPRESSION LE 29 août 2013 à 13:52 Chapitre 12 Physique quantique Table des matières 1 Les niveaux d énergie 2 1.1 Une énergie quantifiée.......................... 2 1.2 Énergie de rayonnement

Plus en détail

Radiographie, quels risques pour le patient?

Radiographie, quels risques pour le patient? Radiographie, quels risques pour le patient? Qu est-ce qu un rayon X? Quel est le risque? Quels outils pour vous aider? Les rayons X sont des rayonnements électromagnétiques ionisants; ils peuvent traverser

Plus en détail

PARAMÈTRES INFLUANT L IMAGE EN RADIOLOGIE

PARAMÈTRES INFLUANT L IMAGE EN RADIOLOGIE DES module national Lundi 3 Février 2014 PARAMÈTRES INFLUANT L IMAGE EN RADIOLOGIE Antoine Feydy, Jean-Luc Drapé Université Paris Descartes CHU Cochin - APHP Service de Radiologie B Effet Compton Effet

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Une calculatrice, une règle et du papier quadrillé sont nécessaires au bon fonctionnement

Plus en détail

La Tomodensitométrie. S Willoteaux, F Thouveny, A Bouvier, C Nedelcu, C Aubé CHU d Angers

La Tomodensitométrie. S Willoteaux, F Thouveny, A Bouvier, C Nedelcu, C Aubé CHU d Angers La Tomodensitométrie Principes / Techniques S Willoteaux, F Thouveny, A Bouvier, C Nedelcu, C Aubé CHU d Angers Question Vous relisez avec votre senior l acquisition abdominopelvienne réalisée en garde

Plus en détail

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015 1 Expression de la Concession et de l Opposition in La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 2 Concession /Opposition Compléter avec un des mots ou expressions suivantes : au lieu de

Plus en détail

Du kev au GeV : La température à l assaut de la matière. E. Suraud, Univ. P. Sabatier, Toulouse

Du kev au GeV : La température à l assaut de la matière. E. Suraud, Univ. P. Sabatier, Toulouse Du kev au GeV : La température à l assaut de la matière E. Suraud, Univ. P. Sabatier, Toulouse La température, source de «désordre» ou source «d ordre»? Plan Température source de «désordre» Température

Plus en détail

obs.5 Sources de lumières colorées exercices

obs.5 Sources de lumières colorées exercices obs.5 Sources de lumières colorées exercices Savoir son cours Mots manquants Chaque radiation lumineuse peut être caractérisée par une grandeur appelée longueur d onde dans le vide. Les infrarouges ont

Plus en détail

CHAPITRE I Modélisation d un panneau solaire 2012

CHAPITRE I Modélisation d un panneau solaire 2012 1 I.Généralités sur les cellules photovoltaïques I.1.Introduction : Les énergies renouvelables sont des énergies à ressource illimitée. Les énergies renouvelables regroupent un certain nombre de filières

Plus en détail

Paramètres des sources de rayonnement

Paramètres des sources de rayonnement G. Pinson - Effet de serre 1- Flux solaire émis / 1 1- FLUX SOLAIRE EMIS Paramètres des sources de rayonnement Flux énergétique : F [J/s = W] (Ou Flux radiatif) Quantité d'énergie émise par unité de temps

Plus en détail

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS SPECTROSCOPIE RAMAN La spectroscopie Raman est une technique d analyse non destructive, basée sur la détection des photons diffusés inélastiquement suite à l interaction de l échantillon avec un faisceau

Plus en détail

DES Radiologie Module rayons X mardi 12 janvier 2010

DES Radiologie Module rayons X mardi 12 janvier 2010 DES Radiologie Module rayons X mardi 12 janvier 2010 La Radiologie standard Formation et qualité de l image Résolution en densité : le contraste Résolution spatiale : le plus petit élément visible Quelle

Plus en détail

4. Microscopie électronique à balayage

4. Microscopie électronique à balayage 4. Microscopie électronique à balayage 4.1. Principe de formation des images en MEB 4.2. Mise en œuvre 4.3. Les différents modes d imagerie 4.4. Les différents types de contraste 4.5. Performances 4.5.1.

Plus en détail

4. systèmes analogiques de recueil de l'information et facteurs de qualité de l'image radiographique

4. systèmes analogiques de recueil de l'information et facteurs de qualité de l'image radiographique 4. systèmes analogiques de recueil de l'information et facteurs de qualité de l'image radiographique 4.1 couples écrans renforçateurs-film -les écrans renforçateurs absorbent une partie des photons X [

Plus en détail

La Tomodensitométrie

La Tomodensitométrie La Tomodensitométrie Du plan à la coupe Nous vivons dans un monde tridimensionnel, mais l image que nous avons de ce monde se forme sur le plan (2D) de notre rétine. La vision binoculaire nous donne l

Plus en détail

Eléments de radioprotection médicale

Eléments de radioprotection médicale Eléments de radioprotection médicale www.radcoursorg.be/rprot M.Lemort Sciences dentaires Année 2014-2015 Dimension du problème croissance des procédures de radiodiagnostic au cours du siècle dernier (selon

Plus en détail

5/ Fonctionnement du laser

5/ Fonctionnement du laser 5/ Fonctionnement du laser La longueur d onde du laser est de 532 nanomètres (532x10-9 m) soit dans le vert. Le choix de cette longueur d onde n est pas fait au hasard car la matière va interagir avec

Plus en détail

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière II.1. La dilatation thermique Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière Lorsqu on chauffe une substance, on provoque l augmentation de l énergie cinétique des atomes et des molécules, ce qui accroît

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - 1 Suite énoncé des exos du Chapitre 14 : Noyaux-masse-énergie I. Fission nucléaire induite (provoquée)

Plus en détail

POELAERT Mauranne POTIER Elise 4 ème pédiatrique. Pathologie chirurgicale : amplificateur de brillance. Travail de groupe.

POELAERT Mauranne POTIER Elise 4 ème pédiatrique. Pathologie chirurgicale : amplificateur de brillance. Travail de groupe. POELAERT Mauranne POTIER Elise 4 ème pédiatrique Pathologie chirurgicale : amplificateur de brillance. Travail de groupe. Professeur : Mr Erpicum Année scolaire 2014-2015 1 Table des matières Définition

Plus en détail

C - LES REACTIONS NUCLEAIRES

C - LES REACTIONS NUCLEAIRES C - LES RECTIONS NUCLEIRES Toute réaction nucléaire met en jeu la transformation spontanée ou provoquée de noyaux atomiques. C - I EQUIVLENCE MSSE ENERGIE I - 1 MISE EN EVIDENCE Les ondes électromagnétiques

Plus en détail

Table des matières. Chapitre 1 Les films radiographiques et photographiques... 1

Table des matières. Chapitre 1 Les films radiographiques et photographiques... 1 Table des matières Chapitre 1 Les films radiographiques et photographiques.......................... 1 1.1 Les composants des films...................................................... 1 1.1.1 Le support............................................................

Plus en détail

ANNALE 2005-2006 FILERE FAS

ANNALE 2005-2006 FILERE FAS Première Année Premier Cycle ANNALE 2005-2006 FILERE FAS INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE LYON Par M.Rey marie.rey@insa-lyon Physique 1 Filière FAS TABLE DES MATIERES PROPAGATION DE LA LUMIERE...

Plus en détail

COMPOSITION DE PHYSIQUE. Quelques aspects de la fusion contrôlée par confinement magnétique

COMPOSITION DE PHYSIQUE. Quelques aspects de la fusion contrôlée par confinement magnétique ÉCOLE POLYTECHNIQUE FILIÈRE MP CONCOURS D ADMISSION 2007 COMPOSITION DE PHYSIQUE (Durée : 4 heures) L utilisation des calculatrices est autorisée pour cette épreuve. Quelques aspects de la fusion contrôlée

Plus en détail

Panorama de l astronomie

Panorama de l astronomie Panorama de l astronomie 7. Les étoiles : évolution et constitution des éléments chimiques Karl-Ludwig Klein, Observatoire de Paris Gaël Cessateur & Gilles Theureau, Lab Phys. & Chimie de l Environnement

Plus en détail

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA 3-1 : Physique Chapitre 8 : Le noyau et les réactions nucléaires Professeur Eva PEBAY-PEYROULA Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Finalité du chapitre

Plus en détail

Applications potentielles du scanner avec acquisition en énergie spectrale (bi-énergie) pour l exploration de l appareil urinaire

Applications potentielles du scanner avec acquisition en énergie spectrale (bi-énergie) pour l exploration de l appareil urinaire Applications potentielles du scanner avec acquisition en énergie spectrale (bi-énergie) pour l exploration de l appareil urinaire J. CHARTON, E-M. KIEFFER, S. REBIH, G. BAZILLE, H. LANG, C. ROY Service

Plus en détail

Recherche sur les collisions à une dimension : la relation entre la masse et le son

Recherche sur les collisions à une dimension : la relation entre la masse et le son Recherche sur les collisions à une dimension : la relation entre la masse et le son Recherche Le but de cette expérience est de faire une recherche sur la relation entre la masse et le son produit dans

Plus en détail

COURS 3 : IMAGERIE MÉDICALE

COURS 3 : IMAGERIE MÉDICALE COURS 3 : IMAGERIE MÉDICALE 1 INTRODUCTION Comment peut-on étudier la physiologie ou le métabolisme du corps humain sans interagir directement avec celui-ci? La réponse se trouve dans l imagerie médicale.

Plus en détail

La lessive qui lave plus blanc que blanc

La lessive qui lave plus blanc que blanc La lessive qui lave plus blanc que blanc Antoine ÉLOI, antoine.eloi@ens.fr Vendredi 5 Mars 1 Intéraction Matière Rayonnement Le Rayonnement visible : Chaque couleur est caractérisée par une longueur d

Plus en détail

Correction d artéfacts en tomographie conique rayons-x

Correction d artéfacts en tomographie conique rayons-x Correction d artéfacts en tomographie conique rayons-x Au sein du siège européen de GE Healthcare à Buc (78), vous intégrerez l équipe Applications Médicales Avancées Dans le cadre du perfectionnement

Plus en détail

General Electric Healthcare Systems

General Electric Healthcare Systems General Electric Healthcare Systems Catalogue des stages 2014 dans les équipes R&D de mammographie et de radiologie interventionnelle Présentation de l entreprise La branche Healthcare Systems de GE Healthcare

Plus en détail

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Objectifs : Exploiter un spectre infrarouge pour déterminer des groupes caractéristiques Relier un spectre

Plus en détail

CPAM REGLES D ASSOCIATION DES ACTES

CPAM REGLES D ASSOCIATION DES ACTES CPAM REGLES D ASSOCIATION DES ACTES Règle générale L'association de deux actes au plus, y compris les gestes complémentaires, peut être tarifée. L'acte dont le tarif hors modificateurs est le plus élevé,

Plus en détail

Équivalence masse-énergie

Équivalence masse-énergie CHPITRE 5 NOYUX, MSSE ET ÉNERGIE Équivalence masse-énergie. Équivalence masse-énergie Einstein a montré que la masse constitue une forme d énergie appelée énergie de masse. La relation entre la masse (en

Plus en détail

Lycée Galilée Gennevilliers. chap. 6. JALLU Laurent. I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2

Lycée Galilée Gennevilliers. chap. 6. JALLU Laurent. I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2 Lycée Galilée Gennevilliers L'énergie nucléaire : fusion et fission chap. 6 JALLU Laurent I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2 II. Équivalence masse-énergie... 3 Bilan de masse de la

Plus en détail

La radioprotection des patients. radiologie interventionnelle et au bloc opératoire

La radioprotection des patients. radiologie interventionnelle et au bloc opératoire La radioprotection des patients et des travailleurs en radiologie interventionnelle et Journées Françaises de Radiologie 16 au 20 octobre 2009 Ph. MENECHAL / ASN Division de Bordeaux M. VALERO/ ASN Direction

Plus en détail

MODULE NATIONAL D ENSEIGNEMENT DE RADIOPROTECTION DU DES DE RADIOLOGIE

MODULE NATIONAL D ENSEIGNEMENT DE RADIOPROTECTION DU DES DE RADIOLOGIE Collège des Enseignants en Radiologie de France MODULE NATIONAL D ENSEIGNEMENT DE RADIOPROTECTION DU DES DE RADIOLOGIE Paris, 3 et 4 Février 2015 PROTECTION DES OPERATEURS EN RADIOLOGIE INTERVENTIONNELLE

Plus en détail

Radiographie Niveau 2 (accès direct)

Radiographie Niveau 2 (accès direct) Objectifs Connaître les bases du contrôle par radiographie. Mettre en œuvre des contrôles par radiographie suivant des instructions écrites. Rédiger un rapport d examen. Préparation à la certification

Plus en détail

Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre)

Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre) Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre) 1. A la découverte de la radioactivité. Un noyau père radioactif est un noyau INSTABLE. Il se transforme en un noyau fils STABLE

Plus en détail

LES DIODES ÉLECTRO- LUMINESCENTES

LES DIODES ÉLECTRO- LUMINESCENTES Roger Cadiergues MémoCad nd43.a LES DIODES ÉLECTRO- LUMINESCENTES SOMMAIRE nd43.1. Les diodes électroluminescentes (LED) nd43.2. Les très basses tension de sécurité (TBTS) nd43.3. Le montage des appareils

Plus en détail

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1re B et C 11 Réactions nucléaires, radioactivité et fission 129 Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1. Définitions a) Nucléides (= noyaux atomiques) Les nucléides renferment les

Plus en détail

Recommandations générales de conception pour la conformité CEM

Recommandations générales de conception pour la conformité CEM Recommandations générales de conception pour la conformité CEM Par Paul Lee, Directeur De l Ingénierie, Murata Power Solutions Les réglementations de compatibilité électromagnétique (CEM) affectent de

Plus en détail

Cours CH1. Structure électronique des atomes

Cours CH1. Structure électronique des atomes Cours CH1 Structure électronique des atomes David Malka MPSI 2015-2016 Lycée Saint-Exupéry http://www.mpsi-lycee-saint-exupery.fr Table des matières 1 L atome et l élément chimique 1 1.1 Constitution de

Plus en détail

SAVOIR-FAIRE ET RADIOPROTECTION

SAVOIR-FAIRE ET RADIOPROTECTION SAVOIR-FAIRE ET RADIOPROTECTION Y-S Cordoliani pour le Groupe de travail Radioprotection de la SFR Le savoir-faire en imagerie utilisant les rayons X impose la connaissance des risques que ceux-ci peuvent

Plus en détail

LE DACS RADIATION DOSE MONITOR. Le bon réflexe pour une optimisation de la dose

LE DACS RADIATION DOSE MONITOR. Le bon réflexe pour une optimisation de la dose LE DACS RADIATION DOSE MONITOR Le bon réflexe pour une optimisation de la dose Radiation Dose Monitor / QU EST-CE QU UN DACS? / Le DACS (Dose Archiving and Communication System) est à la dose ce que le

Plus en détail

4-Principes généraux en microscopie électronique.

4-Principes généraux en microscopie électronique. 3-Microscopie confocale La microscopie confocale est une des avancées technologiques les plus notables en microscopie optique depuis une centaine d années. Elle est basée sur une architecture technologique

Plus en détail

TD 9 Problème à deux corps

TD 9 Problème à deux corps PH1ME2-C Université Paris 7 - Denis Diderot 2012-2013 TD 9 Problème à deux corps 1. Systèmes de deux particules : centre de masse et particule relative. Application à l étude des étoiles doubles Une étoile

Plus en détail

- I - Fonctionnement d'un détecteur γ de scintillation

- I - Fonctionnement d'un détecteur γ de scintillation U t i l i s a t i o n d u n s c i n t i l l a t e u r N a I M e s u r e d e c o e ffi c i e n t s d a t t é n u a t i o n Objectifs : Le but de ce TP est d étudier les performances d un scintillateur pour

Plus en détail

Paragraphe 22.2. 804 Biophysique. De curieux détours, qui en valaient la peine

Paragraphe 22.2. 804 Biophysique. De curieux détours, qui en valaient la peine sens de déplacement de la table départ du scan spirale détecteur multilinéaire Figure 21.31 Principe de l acquisition hélicoïdale. On obtient l acquisition d un volume par le déplacement du lit du patient

Plus en détail

Approche documentaire : «Oscillateur optique, Laser»

Approche documentaire : «Oscillateur optique, Laser» Approche documentaire : «Oscillateur optique, Laser» Objectifs : en relation avec le cours sur les ondes, les documents suivants permettent de décrire le fonctionnement d un laser en termes de système

Plus en détail

PRINCIPES D UTILISATION DES EXAMENS D IMAGERIE. Professeur F. JOFFRE

PRINCIPES D UTILISATION DES EXAMENS D IMAGERIE. Professeur F. JOFFRE PRINCIPES D UTILISATION DES EXAMENS D IMAGERIE Professeur F. JOFFRE La prise en charge d un patient passe largement par la réalisation d un ou plusieurs examens d imagerie. Ceci implique une connaissance

Plus en détail

FUSION THERMONUCLEAIRE

FUSION THERMONUCLEAIRE FUSION THERMONUCLEAIRE Le cœur du Soleil est un plasma chaud totalement ionisé à très haute pression condition nécessaire à la réaction de fusion de l hydrogène en hélium 1 dont le bilan est : 4 1 H 4

Plus en détail

Bases techniques radiologique et échographique G. Bismuth

Bases techniques radiologique et échographique G. Bismuth Bases techniques radiologique et échographique G. Bismuth Service de Radiologie Pr E. Dion Hôpital Louis Mourier SOMMAIRE n Historique n Radiologie standard: principes, formation de l image, produit de

Plus en détail

Les bases physiques de l'imagerie radiologique

Les bases physiques de l'imagerie radiologique Les bases physiques de l'imagerie radiologique Radiographie 1895 Röentgen Découverte des propriétés des rayons X par Roentgen. Les rayons X permettent de voir uniquement l'os, le poumon et les produits

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction. Elisabeth Vangioni. Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction. Elisabeth Vangioni. Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 I. La source d énergie du Soleil : calcul de son temps de vie. Question

Plus en détail

Angiographie 3D sur arceau

Angiographie 3D sur arceau Advanced Medical Applications GE Healthcare! #"$&%(' Angiographie 3D sur arceau Acquisition d une sé que nce d im a g e s e n r ota tion R e constr uction 3 D Vues de surfaces Contrôle après traitement

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

UE 3A. Aspects fonctionnels et méthodes d étude. Dr Tristan Richard. L1 santé année universitaire 2009/10

UE 3A. Aspects fonctionnels et méthodes d étude. Dr Tristan Richard. L1 santé année universitaire 2009/10 UE 3A Organisationdesappareilset appareils et dessystèmes systèmes : Aspects fonctionnels et méthodes d étude Dr Tristan Richard L1 santé année universitaire 2009/10 Rayons X et gamma Rayonnements particulaires

Plus en détail

D où viennent les couleurs de l arc en ciel?

D où viennent les couleurs de l arc en ciel? Matériel : Lampe lumière blanche, prisme, lentille convergente, moteur, disque de Newton. Playmobil de différentes couleurs, lampe et filtres colorés. D où viennent les couleurs de l arc en ciel? 1. Observations

Plus en détail

COURS DISPONIBLE SUR INTERNET. step.ipgp.jussieu.fr TICE Serveur de Cours

COURS DISPONIBLE SUR INTERNET. step.ipgp.jussieu.fr TICE Serveur de Cours COURS DISPONIBLE SUR INTERNET Serveur step.ipgp.jussieu.fr TICE Serveur de Cours PLAN 1 ) ) Energie et températures dans la Terre 2 ) Eléments de dynamique 3 ) ) Champ de pesanteur 4 ) ) Mesure de la déformationd

Plus en détail

I. Résumé de la vie du soleil. 1) Du big-bang à nos jours

I. Résumé de la vie du soleil. 1) Du big-bang à nos jours Introduction Nous savons que la terre est en perpétuelle évolution depuis sa naissance, il y a 4,55 millions. De plus, c est une planète qui, entre autre, a la particularité de pouvoir accueillir la vie,

Plus en détail

MAINTENANCE ET CONTRÔLE QUALITÉ DE LA CHAÎNE DE PRODUCTION DE L IMAGE

MAINTENANCE ET CONTRÔLE QUALITÉ DE LA CHAÎNE DE PRODUCTION DE L IMAGE MAINTENANCE ET CONTRÔLE QUALITÉ DE LA CHAÎNE DE PRODUCTION DE L IMAGE Hervé Leclet OPTA-S - Conseil et formation en management en imagerie médicale 17 rue de Boulogne - 62520 Le Touquet www.opta-s.fr La

Plus en détail

Les cellules photovoltaïques.

Les cellules photovoltaïques. MORNAY Thomas Sup D Classes préparatoires CPE VERNAY Alexis Sup D Institution des Chartreux VOLLE Marion Sup D Année 2004-2005 Professeur accompagnateur : M. Dietschy Groupe n 33 A l intention de M. BOIS

Plus en détail

Ligne Dentaire. Système Dentaire Panoramique et 3D

Ligne Dentaire. Système Dentaire Panoramique et 3D Ligne Dentaire Système Dentaire Panoramique et 3D La Société Villa Sistemi Medicali est fière de présenter son nouveau panoramique Rotograph Evo 3D, un système d'imagerie dentaire avec fonctionnalité 3-en-1:

Plus en détail

Chapitre 11 Bilans thermiques

Chapitre 11 Bilans thermiques DERNIÈRE IMPRESSION LE 30 août 2013 à 15:40 Chapitre 11 Bilans thermiques Table des matières 1 L état macroscopique et microcospique de la matière 2 2 Énergie interne d un système 2 2.1 Définition.................................

Plus en détail

PHYSIQUE GENERALE III. Mécanique quantique. Notes du cours PHY 1222 Année académique 2006-2007

PHYSIQUE GENERALE III. Mécanique quantique. Notes du cours PHY 1222 Année académique 2006-2007 PHYSIQUE GENERALE III Mécanique quantique Auteur Jacques WEYERS Lecteur Fabio MALTONI Notes du cours PHY 1222 Année académique 2006-2007 Université catholique de Louvain, Faculté des Sciences Département

Plus en détail

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN 21 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN Salle de TP de Génie Analytique Ce document résume les principaux aspects de la RMN nécessaires à la réalisation des TP de Génie Analytique de 2ème année d IUT de

Plus en détail

Problème IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche

Problème IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche Les diodes électroluminescentes (DEL ou LED en anglais) sont de plus en plus utilisées pour l éclairage : affichages colorés, lampes de poche, éclairage

Plus en détail

INSTRUMENTS DE MESURE

INSTRUMENTS DE MESURE INSTRUMENTS DE MESURE Diagnostique d impulsions lasers brèves Auto corrélateur à balayage modèle AA-10DD Compact et facile d emploi et de réglage, l auto corrélateur AA-10DD permet de mesurer des durées

Plus en détail

Opérateur d analyseurs à fluorescence X portatifs. Livret de renseignements sur la certification et la préparation relatives aux évaluations

Opérateur d analyseurs à fluorescence X portatifs. Livret de renseignements sur la certification et la préparation relatives aux évaluations Livret de préparation à l examen de RNCan Version 3 - Révisé 17/12/2010 Opérateur d analyseurs à fluorescence X portatifs Livret de renseignements sur la certification et la préparation relatives aux évaluations

Plus en détail

312 GJ (312 000 000 000 J) Chapitre 3. La principale source d énergie de la Terre est le Soleil. L ÉNERGIE ET SES MANIFESTATIONS. par habitant par an.

312 GJ (312 000 000 000 J) Chapitre 3. La principale source d énergie de la Terre est le Soleil. L ÉNERGIE ET SES MANIFESTATIONS. par habitant par an. Chapitre 3 L ÉNERGIE ET SES MANIFESTATIONS La principale source d énergie de la Terre est le Soleil. Toutefois, la principale source d énergie exploitée par l humain est le pétrole. SOURCES D ÉNERGIE UTILISÉES

Plus en détail

DIVISION DE LILLE Lille, le 13 juillet 2015

DIVISION DE LILLE Lille, le 13 juillet 2015 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LILLE Lille, le 13 juillet 2015 CODEP- LIL-2015-027459 FM/NL SELARL Parc Bertin 90, rue Emile Morlaix 59500 DOUAI Objet : Inspection de la radioprotection référencée INSNP-LIL-2015-0578

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

Compte Rendu -Di ractomètre et le logiciel Maud-

Compte Rendu -Di ractomètre et le logiciel Maud- Compte Rendu -Di ractomètre et le logiciel Maud- FAWAZ Karim IUT de CAEN - Licence ATI 1 Contents 1 Le di ractomètre 3 1.1 Introduction.............................. 3 1.2 Fonctionnement d un di ractomètre................

Plus en détail

3/ Ordre de grandeur des doses reçues lors des expositions diagnostiques en pratique médicale, information du patient

3/ Ordre de grandeur des doses reçues lors des expositions diagnostiques en pratique médicale, information du patient 3/ Ordre de grandeur des doses reçues lors des expositions diagnostiques en pratique médicale, information du patient Relevé des doses délivrées Démarche relativement récente D où viennent les chiffres?

Plus en détail

TP N 3 : SPECTROSCOPIES UV-VISIBLE ET IR

TP N 3 : SPECTROSCOPIES UV-VISIBLE ET IR TP N 3 : SPECTROSCOPIES UV-VISIBLE ET IR S'approprier Analyser Réaliser Valider Communiquer Avec les progrès des techniques, l analyse qualitative organique est de moins en moins en utilisée car elle nécessite

Plus en détail

Terminale S Sciences physiques CH12 Transferts d énergie entre systèmes macro page 366 et 384

Terminale S Sciences physiques CH12 Transferts d énergie entre systèmes macro page 366 et 384 Les microscopes classiques (optiques) permettent d'accéder à des dimensions très petites : on peut ainsi observer des êtres vivants dont la taille est de l'ordre de quelques dixièmes de micromètres. Mais

Plus en détail

MODULE 1. Performances-seuils. Résistance interne (générateur). Pertes par effet Joule. Pertes en ligne.

MODULE 1. Performances-seuils. Résistance interne (générateur). Pertes par effet Joule. Pertes en ligne. MODUL 1 MODUL 1. ésistance interne (générateur). Pertes par effet Joule. Pertes en ligne. Performances-seuils. L élève sera capable 1. d expliquer l effet qu occasionne la résistance interne d une source

Plus en détail

Qu est-ce qui cause ces taches à la surface du Soleil? www.bbc.co.uk/science/space/solarsystem/solar_system_highlights/solar_cycle

Qu est-ce qui cause ces taches à la surface du Soleil? www.bbc.co.uk/science/space/solarsystem/solar_system_highlights/solar_cycle Qu est-ce qui cause ces taches à la surface du Soleil? www.bbc.co.uk/science/space/solarsystem/solar_system_highlights/solar_cycle Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. Durant la vie de l

Plus en détail

CHAPITRE IV : La charge électrique et la loi de Coulomb

CHAPITRE IV : La charge électrique et la loi de Coulomb CHAPITRE IV : La charge électrique et la loi de Coulomb IV.1 IV.1 : La Force électrique Si on frotte vigoureusement deux règles en plastique avec un chiffon, celles-ci se repoussent. On peut le constater

Plus en détail

FORMATION DE L IMAGE RADIOLOGIQUE

FORMATION DE L IMAGE RADIOLOGIQUE FORMATION DE L IMAGE RADIOLOGIQUE DR ABDOULAYE TAYE UNIVERSITE ALIOUNE DIOP DE BAMBEY PRESENTATION AU SEMINAIRE DU JEUDI 15 AVIL 2014 À l hopital Abass NDAO PLAN GENERAL OBJECTIFS INTRODUCTION NATURE,

Plus en détail

Exposition de la population française aux rayonnements ionisants liée aux actes de diagnostic médical en 2012

Exposition de la population française aux rayonnements ionisants liée aux actes de diagnostic médical en 2012 R A P P O R T Exposition de la population française aux rayonnements ionisants liée aux actes de Pôle Radioprotection, Environnement, Déchets et Crise RESUME Ce rapport met à jour, pour l année 2012, les

Plus en détail

TECHNOLOGIE DE L OPTIQUE GUIDEE

TECHNOLOGIE DE L OPTIQUE GUIDEE REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Patrie --------------------- UNIVERSITE DE YAOUNDE I ---------------------- ECOLE NATIONALE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE ---------------------- REPUBLIC OF CAMEROUN Peace

Plus en détail

Scanographie FR4 RADIOPROTECTION : SECTEUR MÉDICAL 1. PERSONNELS CONCERNÉS 2. DÉROULEMENT DES PROCÉDURES

Scanographie FR4 RADIOPROTECTION : SECTEUR MÉDICAL 1. PERSONNELS CONCERNÉS 2. DÉROULEMENT DES PROCÉDURES RADIOPROTECTION : SECTEUR MÉDICAL Scanographie L application des principes de justification et d optimisation de la radioprotection est à la base d une radioprotection efficace. Dans ce but et dans le

Plus en détail

Au programme. Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie. Formation de l image. Introduction

Au programme. Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie. Formation de l image. Introduction Au programme Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie Sébastien Roy Jean-Philippe Tardif Marc-Antoine Drouin Département d Informatique et de recherche opérationnelle Université de Montréal

Plus en détail

Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie

Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie Sébastien Roy Jean-Philippe Tardif Marc-Antoine Drouin Département d Informatique et de recherche opérationnelle Université de Montréal Hiver 2007

Plus en détail

Chapitre 1 Exploitation de l énergie solaire dans l habitat

Chapitre 1 Exploitation de l énergie solaire dans l habitat Chapitre 1 Exploitation de l énergie solaire dans l habitat I. Utilisation de l énergie solaire dans l habitat. Activité 1 : Le potentiel énergétique du Soleil sur Terre. L un des enjeux énergétiques majeurs

Plus en détail

ÉNERGIE : DÉFINITIONS ET PRINCIPES

ÉNERGIE : DÉFINITIONS ET PRINCIPES DÉFINITION DE L ÉNERGIE FORMES D ÉNERGIE LES GRANDS PRINCIPES DE L ÉNERGIE DÉCLINAISONS DE L ÉNERGIE RENDEMENT ET EFFICACITÉ DÉFINITION DE L ÉNERGIE L énergie (du grec : force en action) est ce qui permet

Plus en détail

Quelques exemples d'utilisation de la modélisation stochastique en imagerie médicale

Quelques exemples d'utilisation de la modélisation stochastique en imagerie médicale Quelques exemples d'utilisation de la modélisation stochastique en imagerie médicale Christine Graffigne Université René Descartes Traitement d'images Sciences pour l'ingénieur, informatique et mathématiques

Plus en détail