INFO DEFENSIE NOVEMBRE 2010

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INFO DEFENSIE NOVEMBRE 2010"

Transcription

1 Nos craintes se confirment! 2 Le congé et le degré de parenté 4 Stop à l exode à la Défense! 5 Près de 60 % des militaires belges sont en surpoids 6 Notre sécurité sociale : une caisse sans fond? 7 Déblocage d'un compte bancaire après décès : le bureau de l'enregistrement du SPF Finances aide Décisions du Cabinet du CHOD concernant la nouvelle carte d identité militaire Assurance hospitalisation «Engagement volontaire militaire (EVMI)» 10 Projet de décompression des militaires de retour d Afghanistan à Chypre Premier regard de deux nouveaux Députés en Commission de la Défense Réforme du service de médecine interne du travail projet AMT 2013 Appui médical territorial 15 Détermination du congé de maladie du personnel civil > 60 ans Le payement des primes de formation certifiée Outsourcing de la médecine de première ligne - mesures transitoires INFO DEFENSIE NOVEMBRE 2010 Conséquences de la restructuration des secteurs de l OCASC 20

2 Nos craintes se confirment! W_ W` Z[bW T^W Sa^S az SZ ]aw W_ `^[ ZV US`_ ^W\^ _WZ`S` X_ U[ TS` X_ S\\W S WZ` SZ XW_`W^ U[Z`^W W \ SZ W ^W ^ [Z \a _ ^a W W_ S [a` VW SV WU` X U[ TS` X W_`VWbWZaaZWZ UW ` \a _]aw U[ Wb[a_ Sa^W U[Z_`S` W\^W W^Z \ ]aw\ a_ X[^U WZ` W_WU[ZV f n ½ ¾ ¾f g x½ ¾ ¾ ¾ f ½f¾ n n x¾ ½f n ¾ fn ¾ f f ¾½f f nf¾ n f n f n ½ f ¾ ¾ ¾½ ¾ n ¾ n ¾ f ¾ xn f f ¾ f ¾½f ½¾ f n f f f x½ ¾ g f xf x f ¾ ¾f g f¾¾ ¾ f ¾ ¾ x x ¾ ¾ g ¾ f ¾ ½ ¾ x½f f g - f f ½f¾ ¾ ¾ ¾ f f f ¾ ½½ ¾¾ ¾ ½ f x x½f x g f ¾ ¾ ¾ ¾¾ ¾ ¾ f n nf¾ ¾ ½f¾ ½ ¾ f ¾ ¾ ½ f ¾ ¾ ¾ ¾¾ ¾ f ¾ f n ¾ n f i ¾ ½ ¾ f ¾ ¾ ¾nf¾ ¾ ¾ n ¾ ½ n f 9 ¾ f ¾ f x 9 f ¾ ¾ ¾ f n ½ n f ¾ ¾ n f ¾¾ ¾ ¾ x¾ f ¾ f n ¾ ¾ ½¾ n ¾ - ¾ f ¾ ½ f x¾ f f ¾ ¾ ¾ ¾ n f ¾ f f ¾ n ¾½f¾ f n f ¾ n f f n x¾ f f ½ f ½f¾ y ½ ¾ n ½ x f ¾ f f xf ½ n f ¾ f x ¾ ¾ f f¾ ¾ xn ¾ f ¾ ¾ n ¾ ½ n¾ ¾ n n ¾ f ½ f x ¾ n ¾½ ¾ ¾ ¾ n Une grave erreur est l acceptation de l externalisation de la médicine curative par le Chef de la Composante médicale. Il se tire une balle dans le pied. f x ¾ ¾ I ¾ n ½ ½ f f ¾ fn f g ¾ x ¾ ¾ ¾ 9 ¾ ¾ f ½ n f½ f f ½ ¾ f ¾ f f f x g ¾ ¾ f,f ¾ g ¾ ¾ f f ¾¾ ¾ ½ ¾ ½ ¾ ½f¾¾ f ¾¾ f n ¾ n ¾ f ¾ ½ ¾ ½ ¾ n ¾ ½f ½½ ¾ g ¾ ¾ ¾ f sf ¾ ¾ f f ¾ ½ n ¾n n ½ x¾ n f ¾ f ¾ n ¾ ¾ ½f¾n n x¾ f ¾n f n ¾ ¾ ½ ½ ¾ f ¾ n ¾ f½½ f ¾ f x ½ ¾ ½ ¾ xn ¾¾f n ¾ ¾ ½¾ ½ ¾ ½ ¾ ½f ¾ ½ ¾ f n f¾¾ ½ ½ f 9 f x g x ¾ ¾ n f ¾ ½ f ¾ n n x ¾ f ¾f f x n n f ½f¾¾f ¾ ¾ ¾ ¾ ¾f ¾ n ¾ f x x x n x f n ¾ f ¾ n ¾ ½ n¾n n x¾,f ¾f g n x f ¾¾ x n ¾ f x x ½ x¾ x ½f x x f n x f fn n ¾ ¾

3 ¾ ¾½ n f x n ¾ f ¾ f ¾ ½ ¾¾ ¾ ¾ ¾ ¾ n ¾ ½ ¾ ½f ¾ n ½ ¾ x n ¾f xx¾ ¾½ ¾ ¾ f y ¾ ½ ¾ n x¾ xn n ¾ ¾ ¾ ¾ ¾ ¾ ¾ ¾f ¾ x½ ¾ ¾ f fn ½ f y ¾f x ½ ¾ f f ¾ ½ x½f 9 f f n f f f ¾ ¼ ¾ f f f ¾x x f½ fx x x f ¾ f ¾ ½ n f ¾ f f x¾ fnnf½f ½ f ½ f n ½ g ¾ n ½ n ¾¾ ½ ¾f ¾ x f½½ ½ f x f f ½f¾ x ¾ f 9f ½ x ¾ n ¾ n f x n n f ¾ ¾ ¾ ¾ f½ - ¾ f ¾ f f x ½ ¾ ½ xn ¾ ¾ ½ ¾ f ¾ ¾ f ¾ ¾ ¾ ½ x ¾ xf ¾ f ¾ fnn ½ f n f ¾f ½f f ½ ¾f x nf ¾ f f ¾ ½ f ½ n f x f½ ¾ ¾ ¾ ¾ ½ ¾ f ¾ n ¾ ¾ f f f n ¾ f ½ ¾ n n f n f x x n f f n n f n ¾ n f ¾ ¾ ¾ f½½ ¾ ¾ ¾f f¾ ½ f ¾¾ ¾f ½ f f n ¾ ½ ¾½ n ½ ¾f ¾f ½ fn ¾f ¾ ¾ f ¾ n ¾ ¾ f n ¾ ¾ ½ ¾ f f ¾ f f ¾ ¾ ½ ¾ ¾ ¾f ¾ x ¾ ½ f f nf½fn x fx n f¾¾ ¾ f¾ n n n - n ¾nf¾ ¾ f ¾ ¾ ¾ f ¾ ¾ x f f i ¾ f ¾ ¾ n x½ ¾ ¾ ½ n f fx ¾ ¾ fn ½ n f ¾ f f f n ½ ¾ x i ¾ f ¾¾x¾½f ¾ ½ x xn ¾¾ ¾ ½ ¾ ½ ¾ f x ¾ ¾ f n x ½ f n ¾ ½ ¾ ¾ ½f f f ¾ f n f x f 9 ¾½ f ½ n f ¾ ¾ x ¾ ¾ f ¾ f ¾ f ¾ ¾ ¾ ¾ ½ ¾ fx ¾ n ½ f f f x f ¾ f Texte: Patrick DESCY Changement d adresse Il arrive fréquemment que des brochures Info-Défense nous reviennent pour cause de mauvaise adresse. Si l affilié a quitté le Département, il n est pas toujours facile pour nous de retrouver sa nouvelle adresse. C est la raison pour laquelle nous vous demandons de ne pas oublier de nous communiquer aussi vite que possible les modifications en la matière. En vous remerciant pour votre compréhension. 9x ¾ 9 fn f f¾ ¾ f ¾ ¾ n ¾½ Cotisation syndicale pour les pensionnés Le jour où vous êtes pensionné, vous ne payez plus que 5,35 de cotisation syndicale mensuelle. Vu les différents régimes de pension, il ne nous est pas possible de savoir qui est pensionné, et quand. Nous vous demandons de prendre l initiative de nous en informer quelques mois avant votre date de mise à la retraite, via votre délégué local, votre régionale ou notre secrétariat

4 [T`WZ` [ZV azu[zy VWU ^U[Z_`SZUW `S ^WW`\W^_[ZZW U b [aazu[zy \[a^ [` X \ ^ Wa az ]aw WZ`\W^_[ZZW U b W_`U[ZV ` [ZZ \S^ WVWY^ VW\S^WZ` W S\Wa`V[ZZW^\S^X[ _VW_ V _Ua [Z_ [a_x[^ WV az`st WSa_ \ W b[a_`^[abw^w U VW [a_azw\^ _WZ`S` [ZVW_V XX ^WZ`_ VWY^ _VW\S^WZ` x¾ ½f x f f f f Dans le cadre de l application du règlement, le personnel cohabitant est assimilé à l époux(se) : Le cohabitant légal : C est la personne qui a établi un contrat de cohabitation avec un membre du personnel et avec qui il a déclaré vivre en cohabitation légale auprès du fonctionnaire de l État Civil de leur habitation commune. La preuve de la cohabitation légale est fournie par l extrait du registre de population ou par une preuve établie en utilisant les registres. Le cohabitant de fait : Le congé et le degré de parenté, ½ ¾ 9f ¾ f ¾ f ¾ ½f ¾ 9 ¾ f ¾ ¾ ¾¼ ¾ f ¾ ½f ¾ n ¾ f ¾ - n ¾ f ¾ ¾ ¾ ¾¼ ¾ f ¾ n ¾ f ¾ ¾ ¾ n ¾ ¾ f ¾ ¾ n ¾ f ¾ 9 ¾ n ¾ ½ ¾ f ¾ ¾ ¾ ¾¼ ¾ 9f f f f f ½f ¾ f f ¾ f ¾ ½f ¾½f f f n 9 ¾ f ¾½f f f n f ¾ ¾¼ ¾ f ¾ ½f ¾½f f f n n ¾ f ¾½f f f n - n ¾½f f f n f ¾ ¾ f ¾ ¾¼ ¾ f ¾ n ¾ f ¾½f f f n ¾ ¾ n ¾ ¾½f f f n f ¾ ¾ n ¾ f ¾½f f f n 9 ¾ n ¾½f f f n ½ ¾ f ¾ f f ¾ ¾¼ ¾ Chaque personne qui n est pas parente ou alliée jusqu au 3ème degré et qui réside sous le même toit que le membre du personnel et forme avec lui un ménage commun. Cohabiter veut dire que les partenaires doivent être inscrits à la même adresse ou prouver par des documents officiels qu ils vivent ensemble.

5 Stop à l exode à la Défense! bwuaz`sa V S``^ ` [ZVW _a^ WaZW_]a _ WZYSYWZ` UW_[Z`\ a_vw USZV VS`_]a ]a ``WZ` S XWZ_WSaU[a^_VW \^W W^_ [ _VW Wa^U[Z`^S` WZZa W SZ]aWV ZX[^ S` [Z_ [^_VW WZYSYW WZ` W SZ]aWVW [` bs` [Z W_T W a^w_ _[Z`Sa`SZ`V WZ`_]a ZWZ` STSZV[Z fn f fx ¾ ¾ ¾ x f f¾¾x ¾f x ¾ ½ xnx ¾ ¾½ ¾ f ¾g f ½ ¾ ¾½f f f ½f¾y f n n f ½ ¾ n ½ ½ ¾ n f ¾ f n n g ¾ x f f¾¾ ½ ¾ x½f f½ ½ ; ¾¾ ¾½ n ½f ¾ f ¾ ¾ n ¾ f f ¾ 9 f f x ¾ ¾ f ¾ f f nx¾ ¾ ¾ x ½ ½f f½½ g f f f n f ¾ f nf¾ f n x ¾ f f½ g f ¾n ½ n f f ¾ n n ¾ ¾ f f ¾ ¾ ½f ¾ n ½f¾¾f g f x ¾ n x f½ f f ½ ¾¾ f f ½ ¾ ½ ½ ¾ ½f¾ ¾ ¾f ¾ ½ f ¾ ¾ n ½ f x n ¾½ ½f¾ g n ¾ nf ½f ¾ ½ n f ¾ f ¾¾f ¾ ¾ f ¾ ¾ x½f x¾ ¾ ½ ½ ¾ ½¾¾ f n x¾g n nf¾ ½ f ¾ f f n ¾ f ¾ ¾ f ¾ ¾ nf f f ¾ x ¾ ¾ f ½f f f g Bientôt, au lieu de chercher à se débarrasser du personnel, le Département va pleurer pour le retenir... n f ¾ ¾ ¾n f n ¾ ¾¾ x½ ½ ¾ f n ¾ ¾x n ¾ ¾ g f x ¾ f x¾,f x ¾ ¾n ¾ ¾ ½f f x ¾ ½ f n f f ¾ ¾ nf f ¾ n ¾ n ¾ f n n ¾ ½ ¾ ¾ ¾ f n f ¾ nf ¾ f f½ ¾¾f xn ¾ ¾ ¾ x nf ¾n f n ¾ f ¾ ¾ ¾ f ¾¾ f ¾ ¾n f ¾¾ ¾¾ ¾ ¾ ½ ¾f ¾ ¾ ¾ n ¾ ¾ x ½ ¾x ¾ ½ f ½ ¾ ¾ ¾ ½ x ¾ f½½ xn f ¾ ½ ¾¾ nf fn x ½ ¾ ¾ x f ¾f f ¾½f f f f ½ n ¾n n ¾ n x¾½ ¾ ¾ ¾ f xn ¾ ¾ ½ ¾ ¾ n ¾ ¾ x ½ ¾ ½ f x¾ f n n f ¾¾ ¾ n ¾n ¾ n ¾ f ½f¾ ½ ¾ f n ¾ ¾¾ xn ¾¾ f ¾¾ f ¾x ¾ ¾ n f

6 ½f¾ ¾¾ f x f 9½ ¾ ¾ ¾ ½ n f ¾ ½ f ¾ f ¾ ¾ n ¾ f n ¾½ ½ ¾ g f f x fn ¾ nf f ¾ f f ½ f f¾ f n ½ ¾ f ½ ¾ ¾ ¾ xn x¾ n ¾ ¾n ¾ ¾½ f ¾n f ¾ f f ¾ ½ f ½ ¾ n ¾ x f n f ¾ ¾ f ¾ ½ f f f x½f n f ½ n f y f ½ n ½f ½ ¾ f ¾ i ¾ n f ¾ ¾ ¾ x½f f f f ¾ f ¾ f n ¾ n ¾ ¾ ¾ f x ¾ ¾ n ¾ n f n ½ ¾ ¾f ½ ¾ f y ¾ ½x f ½ ¾ f f ¾ ½ x ¾ ¾ f ¾ ¾ n ¾ ½ x¾ f ¾¾ n n f f ¾x n f¾ ¾ ½ f f ¾ f f ¾ n ½ ¾ - ¾ x ¾ ½f ¾ f f f x ¾ g x n ¾ f x ¾¾f ½ n ¾ f ¾ f ¾ f x x ¾ f n f n ½ ¾¾ ¾ f f f f ½ ¾ ¾½x ¾ ½ n f ¾ ½ f n ¾n n f¾ ¾ f ¾ f f n ¾¾ nf ¾ ½ ¾ ½ Texte: Patrick DESCY Près de 60 % des militaires belges sont en surpoids Z^ \[Z_W azw]aw_` [Z\S^ W WZ`S ^W U^ `W\S^ W \a` WZ _ W Z _`^WW ^W S ^ \[ZVa ]a azw `avw ^ S _ W Sa _W Z VW S XWZ_W S V [Z`^ ]aw VW_ `S ^W [axx^wz`v azw U _\[ZV ^S VW_ `S ^W [axx^wz`v [T _ ` ¾½ n f ¾f f n i ¾½f¾¾ f ¾ fnf x ¾ g f ¾g f ¾ fnf x ¾ g f ¾ y f x xf ¾x ½f ¾ n f x½ f x x ¾½ n f ¾ ¾ f ¾½ ¾ f½ ½ f f ¾½f ¾ nn f ¾ x f n x¾f y ½ x fx ¾ f f f n n ½ x ½ f ¾fn ¾½ x ¾ n f ¾ ½ f n f ½ f, f g ½ f, f ¾ ½ f n ¾ ¾ f½½ n ¾n ½ f ¾ f f½½ g ¾ n ¾ ¾ x x n ¾ ¾ ½ ¾ x f½ ¾ ¾ x¾ x f½ ¾ ½ f ½ x nf ½f ¾ ¾ ¾f f x f x ¾f f ¾¾ ½ ¾ ¾ n ¾ ¾ ½ ¾ x x n f ¾ f ¾ f ¾ f ¾ x ¾ x f ¾ ¾ f x ¾ ½ ¾ ¾ f ¾ nf f ¾ f x nf ¾ ¾ f n ¾½ x f x¾ x n n n fnf x ¾ f ¾ ¾½ ¾ ¾ f ¾ xn x ¾ ¾¾ n ¾n ¾ ½ f¾ n f ½ x f ½ x¾ x f ¾ x n n ¾½ n [a^uw aw_` [Z_W` \[Z_W_ U^ `W_³ _W\`W T^W

7 Notre sécurité sociale : une caisse sans fond? Malgré tout ce que peut écrire et dire la droite: la partie de notre richesse que nous consacrons aux dépenses de sécurité sociale du régime des salariés n'a pas augmenté, mais diminué! Seule la crise explique la nouvelle augmentation et le déficit constatés. `S`ZW_a\\ W ` b^s WZ`\S_\ a_ À première vue, on pourrait penser que si. Aujourd'hui, la sécurité sociale reçoit déjà près de 12 milliards d'euros de financement alternatif. Si l'on lit attentivement l'avis unanime des partenaires sociaux de l'été dernier pour la réforme du financement alternatif, on remarque toutefois que l'état fédéral supplée moins que jamais pour la sécurité sociale (depuis la Seconde Guerre mondiale, l'état payait environ 25%). Au début des années 90, après la crise pétrolière, Dehaene avait trouvé un truc : La subvention de l'état à la sécurité sociale avait été bloquée à la somme nominale de 192 milliards BEF. Aujourd'hui, l'aide de l'état proprement dite au régime des salariés n'est plus que de 6 milliards d'euros, soit moins de 10% du total des dépenses et moins de 2% du PIB (produit intérieur brut). Afin de couvrir les déficits ainsi apparus dans la sécurité sociale, on trouva l'idée du "financement alternatif! Des accises plus élevées furent introduites ainsi qu'une cotisation générale de crise, les impôts sur les fortunes mobilières et immobilières furent augmentés... Depuis 1995, le tout a été converti en un pourcentage des recettes TVA. Bien qu'une importante partie de ces recettes "alternatives" aient été apportées par la population active, cette opération donna l'impression que le gouvernement suppléait de plus en plus pour ce financement alternatif. Parallèlement, le gouvernement mettait de plus en pus de factures qu'il payait lui-même jusque-là, à charge de la sécurité sociale. W_ S^V_ V Wa^[_ VW X ZSZUW WZ` S `W^ZS` X ]a W _`WZ` Sa [a^v a azw _[ W S_`^[Z[ ]aw\s^ S]aW W`[a` W [ZVW_W S WSbWaY W^ _[Z` a_`w_axx _SZ`_\[a^U[ab^ ^ W_X^S _ _ U S^YWVa^ Y WVW S S^ _ ]a[ _W^`UWX ZSZUW WZ`S `W^ZS` X Compensation de 6,2 milliards euros de réductions de cotisations: 5,5 milliards de réduction de cotisations patronales et 700 millions de réduction de cotisations personnelles pour les bas salaires (le «bonus à l'emploi»). Parallèlement, le financement de la croissance des dépenses de santé coûte plus de 4 milliards d'euros de financement alternatif. Depuis le 1er janvier 2008, les soins de santé sont en effet devenus universels: tous les Belges ont désormais droit jusque dans les moindres détails à la même assurance-santé légale. Mais la facture reste payée à raison de 91% par le régime des salariés. Compensations officielles pour d'autres dépenses mises à charge de la sécurité sociale: il s'agit ici d'un peu plus d'un milliard d'euros: les titres-services (650 millions), les cellules pour l'emploi, les ALE, les conventions de premier emploi pour le secteur public, les contrats de sécurité pour les communes, le congé éducation payé, la réforme des zones de police, etc. Une petite somme résiduelle, insuffisante pour payer le reste de la facture imputée. Au final, il ne reste que 2 milliards d'euros de financement alternatif qui, officiellement, ne servent pas à compenser de nouvelles dépenses. Mais en pratique, de nombreuses dépenses mises à charge de la sécurité sociale n'ont pas été ou n'ont été que partiellement compensées: interruption de carrière et crédit-temps (+800 millions euros), titres-services (pour lesquels nous devrions recevoir 350 millions de plus), I'«activation» (= maintien des allocations de chômage pendant une occupation) (280 millions euros), etc.

8 Le financement alternatif n'est donc pas une aide de l'état au régime des salariés, mais une compensation (trop maigre) pour les frais répercutés sur la sécurité sociale. ¾½ ¾ ¾ nf ¾¾ n f ¾ x½ ¾ ¾ ¾f f [a^uw WU [ ³ V ` [Z[U`[T^W Déblocage d'un compte bancaire après décès : le bureau de l'enregistrement du SPF Finances aide x nf n ½ f nf f½ ¾ xn ¾ f ¾ ½ ¾¾ ¾ ½ x¾ f ½f ¾ f f ¾ fn f f x x x n nf x x x x ¾ ½f f ¾ f ¾ ½ x n n nf ¾ f x x f ¾ f½½ nf ¾ x f½f¾ ¾¾x fn n ½ f ¾ ¾ x¾ n n n f f f ¾ ¾ ½f¾ x ¾ f½½x¾ nf½fn x ¾ f ¾ x x¾ n nf ¾ x g ½f¾ ¾ 9 ¾ g½ x¾ n nf ¾ f ¾x n nf x x x ½f f ¾ f ½ nx n ¾ f½ ¾ f xn f f xn ¾g f ¾ f n f xn ¾ x f fn xn ¾ x n f f f f ¾ f n n ½ n ½ f f x ¾ x f f x ¾ x f ¾¾ f n ¾n f n n ½ n ½ ¾ ¾ f f ¾½f ¾ x ¾ ¾ ¾ ¾ ¾¼ ¾ f ¾ f x x f g n ½ x f f x f ½ y x g ½ f f x xn f f ½ ½ f ¾ f n f¾ f fnn ½ ¾ f ¾¾ f ¾ f x f f n nf x x xf n ½ ¾ g f f ½ x nf ¾ x¾ f ¾ ¾ ½f¾n ½x ¾ f ¾ xn f f ¾ x½ ¾x ¾ ¾ n n ¾ n x ¾ ¾ x ¾ ¾f ¾f ½f¾y x¾ x ¾ f nn x ½ f ¾n fn f n f 9 ½ ¾ f ¾¾ n nf x x x ¾ 9 f n ¾n f f 9 ½ ¾ f ¾ 9 f n ¾ f [a^uw [Z_W VW_ Z _`^W_³ _W\`W T^W

9 Décisions du Cabinet du CHOD concernant la nouvelle carte d identité militaire SZ[abW WUS^`WV VWZ` ` `S ^W `S ` Z ` S W WZ`\^ baw\[a^ a_sywwz[\ ^S` [Z S _ ^W \ SUW^S SZU WZ [V WVW S^`WV VWZ` ` `S ^W [a^vw_\ ^ [VW_V `W^ Z W_[a\WZVSZ` VW_[\ ^S` [Z_ W_`\W^ _V S [a`w^vw_v[zz W a^ SUS^`W Sa [ WZV az_` U W^^W` ^ST W _a^vw_w_\suw_z[za` _ _VW SUS^`W f n f nf x ¾ f½½ n f, ½ n ¾¾ ¾ [ZZ W a\\ WZ`S ^W_ D n f ¾ f f½½ x ¾ f ½ x¾ f x f n ¾ ¾nf ¾ xn ¾¾f ¾¾ ½ x ¾ n f f n ½ f f f ¾ n ½ ¾ f ¾ ¾ n ¾ ½ x¾ n n S\\S^S `^S\S a^ SUS^`W D f ¾n ¾ fnf f½ ¾ f ¾ g n ¾, UU _SaaS^` W^ 9 ¾ f ¾, 9 f n fnn ¾ ¾ f x x f ¾ f 9 ½ ¾ fn ½ ¾¾ ¾¾ nf fnn ¾gn ¾ f ¾ f ¾ ½ ½¾ f n nf ¾ f ¾x n f ¾ f n f f ½f¾ ½ fn n ¾ ¾ nf ¾ fnn ¾ fn ¾ n x ¾ f ¾ ¾ f9 nf ¾ fnn ¾ f f n f ¾ ½ ¾¾ f n f n fnn ¾ x x ½ ¾f - ¾ f 9 x ¾ f f f f ½ ¾f x nf f ¾ ¾ x f f ¾ ½ f y f n f ¾ x ¾ x f - ¾ f9 ¾¾ f nf n f ¾ ½f¾ ½ f ½¾ f ¾ f ¾ D x f f½f¾ n ½ x x f ¾ f n ½ x ¾ f ¾ ¾ ½ n ½f¾ x f y f x¾ ¾x¾ n x f ¾ ¾ ½ ¾x ¾½f 9 f ¾x f ¾ n [a^uw [`W Va _W\`W T^W

10 Assurance hospitalisation «Engagement volontaire militaire (EVMI)» W_ `S ^W_SbWUaZ_`S`a` S Z_ ]aw W_USZV VS`_ `S ^W_ _[Z`VW_ `S ^W_VaUSV^W SU` X [Z`V[ZUVW_S a^ _\[`WZ` W _Sa\^ _VW S a^szuwu[ WU` bw [_\ `S _S` [Z V _ Wa^VS`W V WZ`^ WWZ_W^b UWSU` X WUWXS ` _\WabWZ`\^ `WZV^W S Z_ ]aw W_ W T^W_VW Wa^_XS W_ azw S a^szuw [_\ `S _S` [ZVW S XWZ_WV _ Wa^ ZU[^\[^S` [Z W`UWSa W_U[ZV ` [Z_]aW`[a` Sa`^W W T^WVa\W^_[ZZW Le contrat d assurance a pour but de couvrir, au profit des militaires EVMI percevant une solde, le risque de perte de revenus par suite d un accident et/ou d une maladie survenant du fait de l exécution de leur fonction et entraînant l invalidité permanente ou le décès, sur la base de leur qualité d'assuré. Cette assurance est contractée par le Ministère de la Défense au nom du militaire EVMI pour la période pendant laquelle il/elle perçoit une solde. Par conséquent, les primes PAR assuré sont payées par la Défense; chaque militaire EVMI est automatiquement affilié(e) pour la période pendant laquelle il/ elle perçoit une solde. Délai d attente Lorsque la demande d'affiliation parvient au service assurance hospitalisation du preneur d assurance dans les 3 mois qui suivent l'entrée en service ou l'événement qui ouvre le droit à l'affiliation (mariage - s il n y avait pas cohabitation préalable, cohabitation, naissance, ), la couverture prend cours, sans délai d'attente, à partir de la date d'entrée en service ou de la date de l'événement ouvrant le droit à l'affiliation. L affiliation est considérée comme tardive lorsque la demande d affiliation parvient au service assurance hospitalisation du preneur d assurance plus de 3 mois après la date de l événement qui ouvre le droit à l affiliation (entrée en service, mariage (s il n y avait pas cohabitation préalable), début de cohabitation, naissance ou adoption). En cas d affiliation tardive, le délai d attente général de 13 mois (report de l affiliation) est d application, sauf si le candidat prouve qu il était couvert par une assurance équivalente jusqu à la date de sa demande d affiliation. Si la preuve est fournie dans les trois mois qui suivent la date à laquelle le droit à la souscription à l assurance hospitalisation s ouvre, une période d attente n est pas imposée. [a^uw [`W_ W`

11 Projet de décompression des militaires de retour d Afghanistan à Chypre `S` S [^_W T S `\^ \S^W^aZ\^[ W` \ [`W\[a^]aW W_ `S ^W_VW^W`[a^V XY SZ _`SZ\a WZ` V U[ \^W W^ [ W W_W \ ^ WZUW_ WZ W_\S^ S ^SZUWW` W_S _ S_ _ SY ^S `\[a^uw^`s Z_ `S ^W_VW_ [a^zw^]aw ]aw_ [a^_vsz_az `W VW a W \^WSbSZ` Wa^^W`[a^WZW Y ]aw \[a^y ^W^ W_`^W \S^`SYW^ Wa^_W \ ^ WZUW_`^Sa S` _SZ`W_W`_W^ SVS\`W^WZV[aUWa^ Sb WVW XS W ZW\^W ^WW \ ^ WZUWVWbS `_WV ^[a W^Va Sa [U`[T^W 9f f 9 ½½ 9 f¾ f x½ ¾ ¾ ¾ ¾gn ¾ n ¾f n ½ ¾f ¾ n ½x n ¾ f n ½ ¾ ½ ½ xf ¾ ¾ n ¾¾ f f ¾ ¾ f ¾ x ¾ f ¾ x ¾f ¾¾ ¾ n f ¾¾f x½ ¾ ¾ f ½ x ¾ 9f ¾ f¾ f ¾ ¾ ¾ x f nf n ½ ¾¾ f½ ¾n f ¾¾ x ¾ ¾ n ¾ ¾ ½ f ¾ ¾ f f½ f ½¾ n x nf ¾½ ¾ fn x¾ ¾ ¾ 9 ¾ f sf ¾ ¾f¾ f f½ f ¾ ¾ f ¾ n x ¾ ½ ¾ f ¾ f f ¾ f n ½ f ½¾ n x nf f f f ¾½ ¾ f¾¾f ¾ ¾ ¾ n ¾ ¾ ¾ ¾ ¾f¾ ¾ ¾ nf¾ ½ n f f ¾ f ¾ f n n ½ ¾f¾ f n f g f n ¾ ¾½f ½ ¾ D n ¾ ½x f f x f, ¾ ½ x¾ ¾ ¾ xi ¾ ½x f ¾ n ¾ n f ¾ ¾ ½ ¾ ¾ x x ¾ ½ ¾½ xn ¾¾f ½ ¾ ¾ ¾ ¾f x f x½f ¾½ ¾ ¾f x f, g ½ f f ¾, fnn ½f f f ¾ f ½ ¾ n n x¾g ¾½ ¾½¾ n f ¾ ½¾ n ¾ ¾ ¾ x¾f ¾¾ ¾ ¾ ¾ n ½ f ½ xn ½ ¾¾ g ½ ¾ ½ ¾ ½f¾ ¾ ¾ fn ¾¾ ¾ ¾f ¾ - ¾ f f f xn ½ ½ [a^uw [ [ZVW S XWZ_WVa [U`[T^W

12 Premier regard de deux nouveaux Députés en Commission de la Défense... Wa^W[ WY[abW^ZW WZ`_W`^[abW`[a [a^_wzsxxs ^W_U[a^SZ`W_ WS^ W WZ`X V ^S a S V Ta` _W_`^SbSa Wa Z[abWSa \a` _ Z` [Z ax^szww` \\W SZU S^` \[_WZ`aZ \^W W^^WYS^V_a^ Wa^_Z[abW W_S``^ Ta` [Z_WZ[ [ZVW S XWZ_W f ¾f f ¾ n x f n f f¾ ¾ f n ¾ f f ½ ¾ ¾ ¾ xn ½ ¾ f ¾ ½ f f ¾ f ¾ x f n f ¾ sf f ¾ ½f¾ g f ½ ½ ¾ 9 ¾f ¾ ¾ n f ¾n ¾ ½f¾ ¾ x x x xn ¾ ¾n f ¾¾ n ¾ f n n f f n ¾ ½ n ½f fn ¾ n n x¾ ½f ¾f x ¾ f ¾ f f nx ¾ ¾ ¾ x f ¾f ¾ ¾ nf¾ ¾ x n ¾ f ¾ ¾ ¾ nf ¾ n ½ x ¾ f f ¾ f ¾ n f ¾ nf¾ ¾ g g ½ x¾ ¾ f f y f f x ¾ 9f f ¾ f sf x n f¾ ½ ¾ n f ¾f ¾n n f ¾ n f n ¾ ¾n ¾9 n ½ ¾ ¾ ½ ¾ x n ½ f f ¾ f f x ¾ - ¾ ½ ¾ ¾ n f ¾ n f ¾ ½ ¾ ¾ ¾ ¾ ¾ f ¾f ½ ¾ f ¾ ¾¾ ¾ g f x f ¾ f fn f ¾ f ½x f ¾ f n g f f n - ¾ ¾f ¾ x g ½ n f ¾ x f in f nf ¾ f ¾ ¾ x¾ f ¾ f ¾ 9 ¾¾ f f f f x f f n n f f f n ¾ ½f f ¾ ¾ n f 9 ½½ f n f f f ½ x nn ½f ½ 9 n ¾ x ¾ ½x f ¾g x f ¾½ x¾ ¾ ¾ ¾n f n ½ ½x f ¾ f f ¾ ½ ¾¾ f f f f f x f½½ n ¾ ½ x xn ¾¾ x f f g ¾f x ¾ n ½ n f ¾ n ¾ f f f f x f ¾ f n ¾ ½ ¾ ¾ f ½ n ¾¾ x½f ¾ nn ¾ ½x f x½ f f ½ ¾ f x ¾ f f ¾ ¾ ½x f ¾ ½ ¾ ½ ¾ ¾ x ¾ ½ ¾ ½ ¾n ¾ ¾ n f ¾ f ¾ ½f¾ f g f¾ f ¾ ¾ ¾ f f nf½fn x f ¾ ½ ¾ g x f ½f¾¾ x f ½f n ¾ ½ ¾ ½ f ¾½ ½ ¾ ¾ ¾xn x ¾ ¾¾ f f n 9 ½ 9 f ¾ ¾ ¾f ¾ f f ½ x y f f n f x ½ ¾ ½f ¾ f ¾ n f f ¾ f n f½½ n ¾ f n f ½ f¾xn x ¾ f ¾ ½x f f ¾ ¾ ¾ n ¾ f x ¾ ¾ f n xx x¾x f f ¾ ½x f ¾ x ¾f ¾ -D n n f f¾ ¾ ¾ ¾ f ¾ f n ¾ g n ½ ½ ¾ ¾ ¾ f¾ f ½

13 ¾xn f f ¾ f ¾ n x ½f f ¾ ¾ g f xn f ½ ¾ f ¾½f n ¾ f f ¾ ½ ¾¾ ¾ f ¾ x f ¾ ½ ¾ x ¾ ¾ ¾ x½ ¾ ¾ n f ¾ 9f ¾½ n ½ ¾ ¾ f ¾ f f ¾ x f ¾ f n¾ f x ¾ f ¾ g ¾f f f f f ¾ f ¾ f ¾ f f ¾ x f f ¾ ¾ f ¾ ½f ¾ f ¾ ¾ ¾ ¾¾ f x¾ Réforme du service de médecine interne du travail projet AMT 2013 ZWT[ZZW_SZ` W_`aZWV[ZZ W \[^`SZ`WVSZ_ Sb WW`U SUaZ `SZ` ZV b Va]aW W \ [ Wa^ S Z` ^ ` bw W^ UW ]aw W \W^_[ZZW _[ ` WZ T[ZZW _SZ` [a^ bw W^ W \ [ Wa^ \^ b[ ` Z[`S WZ` WU[Z`^ WVW S_SZ` VW_`^SbS Wa^_ Va S [ [UUS_ [ZV SZS _W_ VW^ _]aw W_`V `W^ Z _ W_`^SbS Wa^_V[ bwz`[a [az[z `^WS a W`` _ azw S WZ V US \ ^ [V ]aw[t YS`[ ^W Les résultats des analyses ont pour but de savoir si les travailleurs qui exercent une fonction de sécurité doivent être vus par un médecin du travail agréé. C est le cas pour les conducteurs de chariots élévateurs, les opérateurs d installations dangereuses, porteurs d armes de service ), ou pour une fonction de vigilance accrue (ex : contrôle du fonctionnement des installations dangereuses ), ainsi qu une activité ayant un risque bien déterminé comme : L exposition à un agent physique, biologique ou chimique; L exposition à une charge de nature ergonomique ou à la lourdeur du travail, à un travail monotone ou lié à un certain rythme qui peut induire une charge physique ou mentale (ex: travail sur écran, le soulèvement ou le déplacement de charges ); L exposition à un risque identifiable d une charge psychosociale et aussi pour les travailleurs en contact direct avec des aliments (pour la consommation sur place ou pour la vente); D autres travailleurs ayant aussi des risques spécifiques doivent également être soumis à un contrôle médical adéquat avec des points d attention particulière. Il s agit : Des travailleurs moins valides; Des jeunes; Des travailleuses enceintes et allaitantes afin de vérifier si des mesures sont nécessaires pour la protection de la mère et de l enfant; Des stagiaires, élèves et étudiants; Des intérimaires; Des ALE. La Défense, en tant qu employeur, est responsable de l application et de l exécution de cet examen médical obligatoire. Jusqu à présent, ceci était organisé en interne et le CHOD a opté pour la continuation de l organisation en interne jusque À cette fin, il a donné mission d analyser quelles sont les solutions actuellement possibles et il a désigné un officier -chef de projet- supplémentaire qui doit recenser tous les éléments en ce qui concerne le service de médecine du travail interne. Le problème est que jusqu à présent, peu d analyses de risque ont été effectuées par les services internes de prévention et qu il ya une carence aiguë de médecins du travail. Dès 2008, nous avions envoyé un premier signal à l autorité pour dénoncer cette pénurie. À partir de ce moment-là, le point a été mis à l ordre du jour du Haut Comité de Concertation Bienêtre et les pistes existantes pour résoudre ce problème ont été examinées. Nous sommes deux années plus tard et d un point de vue structurel (à long terme), pas la moindre solution n a jusqu à présent été trouvée. Au contraire, la situation ne fait qu empirer. La Défense a dû officiellement concéder ce qui a été confirmé dans le rapport annuel 2009 du service d inspection interne - qu ils ne sont pour le moment pas à même d assurer

14 le contrôle médical en interne. C est probablement un effet de ce que le ministre De Crem appelle «goed bestuur»! Lors du Haut Comité de Concertation Bien-être (HCC Bien-être) du 1er octobre 2010, le nouveau projet AMT 2013 nous a été présenté dans le cadre du Plan global de Prévention (PGP) , sous la forme d une nouvelle fiche. L objectif est de disposer, au plus tard pour le 1 er janvier 2013, d un service de médecine du travail interne qui satisfait aux besoins légaux et opérationnels! Une première réunion technique a été organisée le 20 octobre 2010, au cours de laquelle le projet a été commenté. L objectif de cette réunion était d obtenir un avis préalable des organisations syndicales avant le prochain HCC Bien-être (8-10 novembre 2010) concernant la proposition de modification du service de médecine du travail interne. L autorité souhaite aligner la structure des cellules AMT sur 10 plateaux et un lieu de consultation permanent à Kleine-Brogel à la place des 23 cellules actuelles. Elle prévoit à cette fin 20 médecins du travail, répartis territorialement sur les 10 plateaux et au CME/CMA. (Centre médical d expertise et aéronautique) Pour définir la charge de travail des médecins du travail, le personnel par plateau a été réparti en deux groupes : Le personnel qui participe à des opérations et qui peut être mis en œuvre (personnel Ops); Le personnel qui ne peut pas être mis en œuvre et ceux qui ne participent pas aux missions à l étranger (personnel non Ops). La structure a par conséquent été alignée sur base de ces chiffres et le nombre de médecins du travail ETP (équivalents temps plein) a été calculé par plateau. La fréquence et la nature du contrôle médical ont également été définies. Le problème qui subsiste est bien évidemment le fait que peu de médecins du travail sont présents et disponibles à temps plein pour la Défense! Quelques tâches comme la catégorisation opérationnelle générale, la rédaction du dossier médical opérationnel individuel (DMOI) seront également centralisées et exécutées au CME/CMA de Neder-over-Heembeek. Ce qui devrait réduire la charge de travail des médecins du travail actifs dans les 10 cellules territoriales. La CGSP a déjà transmis comme remarque que la rédaction d une fiche et la désignation d un officier supplémentaire ne vont pas résoudre le problème du service de médecine du travail interne! Selon nous, la base de départ (Ops/Non Ops) pour calculer le rendement et la charge de travail n est pas correcte. L arrêté royal du 28 mai 2003 décrit clairement les règles concernant comment et quand le personnel doit être soumis à un examen médical périodique obligatoire. Une répartition du personnel selon la participation ou non à des missions à l étranger ne constitue pas pour la CGSP la bonne clé de répartition pour déterminer la charge de travail. En effet, le plan de «transformation» réduit précisément les postes de la «garde professionnelle» et le personnel devra à nouveau assurer la garde de manière occasionnelle. Cette fonction et l exécution d une mission armée peuvent être considérées comme fonction de sécurité. Ce qui implique que ce personnel doit alors passer annuellement chez le médecin du travail! Indépendamment du système de médecine du travail choisi, il est important aux yeux de la CGSP que l on veille bien sur la santé du personnel et que la Défense puisse satisfaire aux conditions légales. Nous ne voulons pas non plus constater que la Défense ne satisferait pas pendant deux ans aux obligations légales en matière de contrôle de la santé pour arriver ensuite à la conclusion en 2013 qu il faut de toute façon externaliser! Nous insistons fortement pour que le ministre de la Défense et le CHOD prennent dans les plus brefs délais des mesures concrètes afin que le contrôle médical prévu par la loi soit garanti!

15 Appui médical territorial S SZ`V^[ `VW S XWZ_W\[a^^SV[^ ZSbSZ` \[a^ W [ Z_VW\^W ^W YZW ^WU[a^ ^Sa_WU`Wa^ U b \S^ WT S _V az^ _WSa`^ _ `WZVaVW\^W_`S`S ^W_VW_[ Z_SY^ _ VWU Z_VW\^W ^W YZW VWZ` _`W_W` Z _ ` ^S\Wa`W_ VWU ZWVW\^W ^W YZW ¾ n x nf f ¾ nf ¾ f f x n ½ ½ n ½f ¾ ¾ f ¾ ¾½xn ¾ ½ f ¾½ fx ¾ ¾ ¾f n ¾ f½½f n f x n ¾½ f f xn ½x f fn ½ ¾ ¾¾ ¾ ¾f x f ¾ fnn f ¾ f ¾ ½ ¾ n n f g f f f f ¾ x f f f½ ¾ ¾ ¾ ¾ ¾ f ¾ ½ f ¾ ½¾, n f ¾¾ ¾ ½ f ¾ n ½ x f ¾ f ¾ ¾ ¾ f f ¾ ¾ n n ¾ nf ¾ f f f ¾ ¾ ¾ ¾¾½xn ¾ fx ¾ 9f f ¾ ¾½ ¾ f ¾ ¾f x ¾ ½f¾ n ¾½f f¾¾ f n f f f x¾ f ¾ f ¾ ¾, ¾ f ¾ x nf ¾ f ½ ¾f x nf ½ n f ¾ ½ ¾ f ¾ -, ½ x ½f¾ ½f ½ f ½¾ n x f½ ¾ fn ¾ f ¾ ¾ n f½ f ¾ nf ¾ ½f ¾nf n x ¾ 9 ¾½ ¾ f ¾ n ¾½f -, f ½ ¾f,x nf f¾¾ ½f¾ y f x ¾ f n ½ ¾ ¾ n f ¾ n ¾ f½ ¾ fnn f, ¾ f f¾ f½½ x nf f ½ ¾f x nf f ½ ¾ ¾½ n n ½ f x n ½ f ¾ ¾ f ¾ fx ¾ f xn ¾ n f, f f ff x ½ n ¾ f ½ ¾x ¾ ¾¾ f x f f ½ ¾f x nf n f g ¾½ ¾ ¾ ¾ ¾ ½ n ½ ¾ n ½¾ ¾ f nf ½ x x n n x n ½ ¾½ n ¾ ¾f½½ nf ¾f f ¾ f ¾ ½ f f f ½ f ¾ f ¾¾ g ½ ¾ f f ¾ ¾ f xx f ¾¾ ½ ¾ ¾ n ¾ f f 9 n ¾ f f nf x n ¾ f xx ½f f f ½f f ½ ¾ f f ¾ ¾ f ½f ¾x ½f f n x f ¾ f f g x x fx ¾ x n ¾ nf¾ ¾ g n n ¾ f x¾ x f½ ¾ f f ¾ f f n x ¾ f ¾ f f xn ½x ¾ ¾ ½f x ¾ f ½ ¾, fn f f½ f g f xn ¾¾ x x ¾ g n n f ½f f f ¾ f x n f xx f x ¾ ½ f n x f n f ¾ ½f x f f ¾ ½ ¾¾ x ¾ x½ fn f nf x n n ½ ¾ f ¾ ¾ x nf ¾ Г Z _ ` ^S\ W ¾ ¾ ¾ x¾ x f½ f ½ ¾f x nf n f g f¾¾ nf f ¾ ½ f, - ¾ x ¾ ¾ ¾ ¾ x¾ x f½ ¾½ ¾x¾ f ¾ ¾ n

16 n, - ¾,x nf - ¾¾ ½ f ¼ ½ ¾ f ¾ ½ n ½ ¾ ¾ g f f fn x fnn ½ ¾¾ n f½ ½ ¾ in g ½ f f f f ¾ ¾ f f f f½ x ¾ x¾ x f½ ¾ ¾ ¾,x nf x f ¾ f ¾ f ½ ¾f x nf ¾ f ¾ ¾ ¾ f in x f ¾ n f¾¾ f ¾ f ¾ n ½ x f f f ¾ ¾ n ¾ x¾ x f½ ¾ f xx¾ f f g ½ ¾n g fnn ½f ¾ n n ¾ f f f f f n f f f n x n f f f n x f x nf ¾ ¾¾½ ¾ VWU ZWVWVWa W YZW 9 f x n ¾ ¾ f f f x nf n ¾ f ¾½xn f ¾ ¾ ¾½ f ¾f ½ ¾ f f ¾ ¾ ½ f f ¾n f ¾nf¾ ½f ¾ ¾ n n ¾ f f f ¾ ¾ f f ½ ¾¾ n g ½ ¾ ¾ f ¾ ½ ¾ n x f f ¾, ½ f x x n f f x ¾ f ¾ f ¾¾ ¾ xg,, f¾¾ n n f ¾ ¾ ¾ f ¾ ¾ f ¾ f ¾ f f ½f f ¾ ¾ n ¾ ½ f f ¾ ¾ x ½f n n f ¾ f n f ¾ f in ½ f ¾ ½ ¾ ¾ ½f n ¾ f n f ¾ f ¾n nf¾ g f f ¾ ¾ x f f f x ¾¾ ¾ ¾ ½ ¾ f½½ nf 9 ¾ ¾½ f ¾f ¾, ¾½ ¾ n ¾ n ¾½ f ½x f f ¾ ¾f x¾ ¾ f ½f ½ ½ ¾ f ¾f ¾ f¾¾ f n ¾½ f ¾f ½ ¾ ¾½ f ¾f ¾ f ¾ g, n ¾f ¾ f x ¾¾ ¾ ¾ ½ ¾¾ ^[Va `_\ S^ SUWa` ]aw_ ¾ f f x f n ½ ½ f fn ¾ f n x x f ¾ f x ¾ ¾f ½ f ¾ ½x f ¾ ¾ n n ¾ ¾ f ¼ ¾ ¾½ ¾ f f ¾ ¾ ¾f xx¾ ¾½ ¾ ½ ¾n ½ ¾ x nf ¾ ¾½xn ¾ f f n ¾ ¾ f f f¾¾ x f ½ f¾ ½ x¾ f ¾ ½ f fn n ¾½ ¾fnn ½ x¾½f fx ¾ n n n ½ x f n f ½ ¾ ¾ ¾ g ½ ¾n ½ x nf ¾ ½ ¾ ¾ x x¾ f f ½f ¾ ¾ ½ x¾ f ½ ¾n ½ f [ W^_ V USa W`S``W_`S` [Z_ V US W_ ¾f ¾f f ¾ ½ n ¾ ¾ n f n f ¾ ¾ f ¾ n x f ¾ x½ f n f x f n g, ½ ¾ n ¾ f ¾ ¾½xn f ¾ ¾ ½x f f ¾ ¾ ¾ ¾ ¾ ¾f x f x n ½ nf 9 f ¾ ¾ ¾¾ ¾ x nf ¾ g n ¾ f x n ¾ f fn f ¾ f x nf ¾ ¾¾ ¾ ¾ ¾ ½ fn x f ¾¾ f ¾ x x¾ ¾ ¾, ¾ ¾ ¾ n n ¾ J ¾ f ¾½ ¾f x f ¾¾ n ½ ¾ x ¾g f f x n f ¾ nf¾ n ¾ f n x n f xx ¾f f ¾ f x nf, x f ¾ n n f ¾ f ¾ n ¾ ½ ¾ ¾f x ¾ f ¾ nf fn ¾ ½ f ½ ¾ ¾ f ¾ f x nf n n f¾¾ f g ¾ x ½ ¾ f ¾ n ½ ¾f x f ½ ¾ x f x f n n f n x nf ¾ f½½ nf

17 f ¾ nf¾ x n x¾ ½ ½ ¾ f f g ½¾ ½ f ¾ x nf, f ¾ f y ½ ¾x ½f f ¾ ½f f x ¾ x x ¾¾x ½ n fn ½x x n f f n f ½ ¾ f f ½ f f f f f g ½¾ ½ f ¾ x nf x n f xx ½ x f f ½ ½f f ¾ nf f f ¾ f g ½f¾ x nf ¾ g f n ¾ ½ ¾ ½f ¾ g f ¾¾ f ½ f f ¾ ¾ ¾½ ¾f x¾ - ½ ½ ¾ x f ½f f ½ ½ ¾ ½f¾ g ¾n ¾¾ x ½ ¾ f f f f n ½ ¾ f ¾ ½ ½ ¾x ¾ ½f x n ¾ x¾ f f x½ n ¾¾ ¾ ½ ½ ½ ¾x ½f ½ ½ x ½ f n ½fn ½ f ¾ n n f n n n ½¾ ½ f ¾¾ ½ ¾ n n x f x n f f f f ¾ x nf ¾ x n f f ½ f f ¾ ¾ ¾½ x ¾ f f½ f ½ ¾ f f n f ½ ¾ f f xx f f f½ ½x f 9 I, f n x ¾,x n ½ ¾,, ^W W^ WU[a^_Sa]aS^` W^ ¾ ½ ¾ ¾ n ¾ f f ¾ f¾¾ x¾ ½f ¾ ¾g ¾ f f ¾ ½ ½¾ ½f ¾ x ½ ¾½ ¾¾ n ¾f½½f f g x g n nf 9 ¾ n ¾ ¾ f f x f xf n f x x nf nf¾ xn ¾¾ x ¾ f f f½½ ¾ f x n f xx f f f g½ x f nf¾ ½ ¾ x nf ¾x ¾ f f f½½ f ¾ ¾ f x nf,d f x n f ¾f ½ f ¾½ ¾¾ n ¾ f ¾ f f ¾½ ¾f x f f ½ n ½ n f f n ¾ x nf, ¾½ ¾f ½ ½ f f f ¾ ¾ ¾ f ¾ ½ n ½ ¾ x x f f x¾ xn x nx¾n f f ¾ ½ ¾ f x f x f ¾ ¾ ¾ n ¾ ¾ n ¾ n ¾ x f f f ¾ ¾½ f x f fn ¾ ¾ ¾ ¾f x ½ ½ ¾ f x ¾ f ¾ ¾ ¾ ¾ ¾ ½ ¾¾ ¾ ¾ g ½ x¾ 9 ½f¾ n ½ f n x ¾ ¾ ¾ f n f ¾ ¾ n ¾ ¾ f ¾ f ½ ½f ¾ f ¾ ½ ¾ f x ¾ ½ n n f fnn ¾g f ½ ¾½ n ¾ ¾ ½ ½f ¾ f ¾ ¾ ¾½ f n ¾ ¾ ½ nx ¾½ y n ¾ x ¾ 9 ¾ f ¾ f ¾n ½ x f ¾¾ ¾x ¾ f ¾ [a^uw Z[`W ³ [U`[T^W Visitez notre site internet

18 Détermination du congé de maladie d un membre du personnel civil après l âge de 60 ans En-dessous de l âge de 60 ans Les jours de maladie sont comptabilisés par jour ouvrable. Exemple : pour une attestation d une absence pour maladie d une semaine (7 jours calendrier) 5 jours (jours ouvrables) sont décomptés du crédit de maladie pour quelqu un travaillant à temps plein. Pour quelqu un qui effectue des prestations à 4/5 e temps, 4 jours sont décomptés pour la même attestation. Le crédit de maladie est donc diminué au prorata des prestations à temps partiel. Au-dessus de l âge de 60 ans Le calcul des jours de maladie du personnel en-dessous de l âge de 60 ans reste d application pour déterminer la situation du crédit de maladie et le moment où le personnel est placé en disponibilité. En outre, un deuxième calcul qui se base sur les jours calendrier et non plus sur les jours ouvrables, est effectué. L article 83 3 de la loi du 5 août 1978 de réformes économiques et budgétair prescrit que le personnel qui a atteint l âge de 60 ans est placé d office à la retraite le 1 er jour du mois qui suit le mois au cours duquel le total de 365 jours calendrier d absence pour cause de maladie est atteint (congé ou disponibilité). Entre d autres termes, même si son crédit de maladie compte plus de 365 jours, ce membre du personnel absent pour maladie pendant 365 jours calendrier est mis à la pension. Le calcul des 365 jours est le même pour les agents qui travaillent à temps plein et à temps partiel (donc plus au prorata des prestations à temps partiel). Cela signifie aussi qu une mise à la pension prématurée a comme conséquence que les droits à la pension peuvent se révéler incomplets, et qu une pension avec un montant inférieur sera payée. Remarque Cette information concerne uniquement le personnel statutaire, et PAS le personnel contractuel. [a^uw ^` U W_ `WcWT ³ [U`[T^W Le payement des primes de formation certifiée x½ ¾ g ¾ f ½ ¾x ½f f n ¾ f x ¾ ¾ f x½ ¾ f ¾¾ x ¾ n ¾½ ¾ n ½x n ¾ ¾ ½f x ¾ f f ¾ ¾ ½ f f ¾ x ¾¾ f f n x ¾ x f ¾f ¾ ¾ f ¾¾ ½f x¾ ¾ fx ¾ f s ½ n ¾ f x ¾¾ f n x ½f f ½ n ½x n ¾ ¾ f ½f x f n ¾f f ¾ n ½ ¾ f ¾¾ ¾ x f ¾f ¾ f ¾ f x ¾ f f ½¾½ ¾ n f ¾¾f n n f f ¾ f f ¾ ½ ¾f ½ ¾ ¾ x ¾ ¾ g f n f x½ ¾ f n y ¾ f f ¾ ¾ y [a^uw [ [ZVW S XWZ_WVa [U`[T^W

19 Outsourcing de la médecine de première ligne - mesures transitoires - W\a _ W [U`[T^W [a`_[a^u ZYVW S VWU ZWVW\^W ^W YZWSV S^^ \S^` ^VWUW``W VS`W VW_ VWU Z_ VW_VWZ` _`W_W`VW_ Z _ ` ^S\Wa`W_SY^ W^[Z` SV _\[_ ` [ZVa\W^_[ZZW W \ [ Sa Z _` ^WVW S XWZ_W Wa^_VSZ_UW` ZX[ XWZ_W b[a_\[a^^w ^WU[ WZ`_W^S [^YSZ _ S\\a V US `W^^ `[^ S f ½ f½ s ½ f ½x f ¾ ¾ f ¾ xn ¾¾f ¾ f ¾ f ½ ¾ f ¾ ¾ n g f ½x n x¾ n f x ¾ ¾ f ¾ ¾ f ¾ f ¾½ f n ½ n f ¾f f x n ½ 9 n n n ¾ ½ ¾ f ¾ ¾ n ¾ f½½ nf x n f xx ¾ f¾¾ xg x n n 9f n ¾x ¾n ¾ f ¾ f ¾ ¾ ¾ ¾ n n ½ x f ¾ ¾nf¾ n ¾ ¾ ¾ n ¾ f ½ ½f¾ f ¾ n ¾ nf¾ ¾½ ¾ ¾ n x½ fn n ½ ¾ ¾ f n x f x x½ fn ½ y nf n x f x½f x¾ n f x½f f f ¾ nf¾ ¾½ ¾ y x f ¾ n y ¾ x ½f f ¾ f x n n ¾ x ¾ n ¾ f ¾ f ½ ¾ x n ¾ ¾ ¾ x nf n n ¾ ¾ f ¾ x½ fn ¾ f f ¾ n ½ f ¾x¾ ½ ½ ¾ f x f ½ ¾ f f ¾ f f f x ¾¾x ¾ n ¾ f ¾ f ½ ¾ x n ¾¾ ¾ x nf n n ½ ¾ f x x½ fn ½ n g f ½ ¾ f ¾ ¾ ½½ x f ¾ ½f ¾ ¾ ¾n ½ ¾f ¾ ½¾½ y n ½ f ¾x ¾ 9 ¾n ¾ f ¾f ½ ¾ x n ¾ ¾ ¾ x nf f ¾ ¾ ¾ n ½ ¾ ½ f n x n ½ ¾f ½¾ f ¾ f ½f¾ nf¾ n ¾ ¾ n ¾ f ¾ ¾ ½ ¾¾ ¾ ¾ ¾ ¾ ¾ n ¾ ¾ ¾ ½ ¾n ¾ ½f x n f ½f x n f xx ¾ ¾ ½ f n ¾ ¾, ½ f ½ f ¾ ¾ ¾ n f ¾ n nf¾ x f ¾½ ¾ ¾ n ¾ f n x n n ½ ¾ ½ f x x½ fn n xn ¾¾ ¾ ¾ y ¾ ¾ ¾ f½½ nf ½ ¾ n ¾ f ¾ n ¾ x¾ x f½ f xx D ¾½ ¾ ¾ n x½ fn n ½ ¾ ½ ¾ f ¾ ½ f fn n ¾ x nf ¾ ¾ n x f ¾ ¾ nf¾ n n n n f ½x n ¾ x¾ n ½ f f ¾ n ½ ¾f x x n ¾ f xx ¾ f¾¾ x g x n ¾ ½ x ¾ x nf f f ¾ ½ fnx, ½f x n f xx ¾ n¾ ¾ g f x f f g f ½x n x¾ n n n n ¾ f ¾ f ¾½ n n ¾ ¾x¾½ ¾n ¾ f ¾ ¾ ¾¾ g ¾fnn ¾ ¾ n ½f f ¾ n ¾ f f ¾½ ¾¾ ¾ n x f ½ ¾ f ¾½ ¾ n g 9 ¾ n ¾ f ¾ ¾ ½ f ¾ f f ¾ f n ¾ f n f ¾ f ¾½ ¾ f ¾x ¾f ½ ½ ¾ x ¾, ¾ n x f ½ ¾ f ¾½ ¾ n g

20 ¾ f ¾ f ¾½ ½ ¾ f ¾ ½ f fn n ¾ f f ¾ ¾x¾ ½ ¾ ¾ x½ fn ¾ f ¾ nf f x n f f ½ ¾x¾ ½f f x f x n f ¾ x½ fn ¾ f n ¾f ½ f¾ ff ½ ¾ ¾ n f f ¾ ¾ ¾ ¾x¾g f x n ½ f ¾ ¾ f ¾ ¾ f f¾¾ x ½ f f ½x f ¾ ½f x x n ¾ f ¾ x x n ¾ n fn ¾ ¾ f n f ½f¾ nf¾½ ¾ ¾ x¾ ¾ ¾ f ¾ ½f¾ ¾n ½ ¾ f x ¾ ½ f f ½x f ¾ ¾ ½ ¾ f ¾¾ g f f ½ ¾ ½ n y ¾ n n ½ ¾ ¾ ¾ f f f n nf¾ ¾ f ¾ f ¾½ ¾ ¾x¾ [a^uw Z[`W ³ [U`[T^W Conséquences de la restructuration des secteurs de l OCASC W^b UW_[U S S\\[^` [U Sa D ½ n f ¾ f½½ ¾ n f g fx xn ¾ f x f ½ ¾ ¾ f ½ f ¾ f½½ ¾ n f f ¾ f n ½ ¾ x f ½ ¾ ½ f ½ xn ¾ ½ f f ¾ f ¾ ¾ f ¾ f ¾ Z`W^bWZ` [Z_X ZSZU ^W_ ¾ ¾ f n ¾ x x n x ¾½f f½½ g ¾ f f ¾½ y ¾ n x¾½ f x f f f ¾ ½f¾¾ g ¾ ¾½ y ¾g f x x n x¾½ f f f nf ¾ x½ ¾ ¾½ ¾½ y ¾ f ¾¾f ¾ x y ¾ ¾ ½f n x [YW WZ` ¾ ½ f ¾ x x x½ ¾x ¾ f ¾ nf f ¾ n f nf f ¾ SUSZUW_ ¾¾ ¾ f ¾ nf f f ¾ f f ¾ nf ¾ ¾¾ n f ¾ ^ U W_ n f ½ fn f ¾ n n f n f n f n n f ¾ nf f ¾ n f [a^uw ZX[_[ ` VWYW_` [Z³ _W\`W T^W

Les sept piliers de la sécurité sociale

Les sept piliers de la sécurité sociale Les sept piliers de la sécurité sociale 1) L Office National des Pensions (ONP) Très brièvement, il y a en Belgique un régime de pension légale, mais aussi des pensions complémentaires. On parle souvent

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

dans le système de protection sociale les pays en développement? IMT ANVERS 17 janvier 2011

dans le système de protection sociale les pays en développement? IMT ANVERS 17 janvier 2011 www.inami.be www.coopami.org L assurance maladie obligatoire dans le système de protection sociale en Belgique. Quels enseignements peut on en tirer pour les pays en développement? IMT ANVERS 17 janvier

Plus en détail

Module 1. Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé

Module 1. Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé Module 1 Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé Partie 3 - Assurance Maladie Invalidité les indemnités. Plan A- INCAPACITÉ PRIMAIRE(1)(2) B- INVALIDITÉ (1)(2) (3)Principes

Plus en détail

La prise en compte du travail à temps partiel dans les droits à retraite des différents régimes

La prise en compte du travail à temps partiel dans les droits à retraite des différents régimes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 juillet 2014 à 9 h 30 «Carrières précaires, carrières incomplètes et retraite» Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil La prise

Plus en détail

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1 ROYAUME-UNI Les dépenses de protection sociale au Royaume-Uni représentent 26,8% du PIB. Le système britannique est de logique beveridgienne. La principale réforme récente concerne le système de retraite

Plus en détail

Réformes socio-économiques

Réformes socio-économiques Réformes socio-économiques Le 27 novembre 2011, suite à la dégradation de la note belge par l agence Standard & Poor s, les six partis ont conclu, dans l urgence, un accord sur le budget et sur la réforme

Plus en détail

COMMENTAIRE DU FORMULAIRE DE DEMANDE 2015

COMMENTAIRE DU FORMULAIRE DE DEMANDE 2015 COMMENTAIRE DU FORMULAIRE DE DEMANDE 2015 Après avoir lu la circulaire, nous vous invitons à suivre le présent guide pour vous aider à remplir les différentes rubriques de votre (vos) formulaire(s) de

Plus en détail

CONGÉS ET AMÉNAGEMENTS DU TEMPS DE TRAVAIL LORS DE LA NAISSANCE D UN ENFANT juin 2011

CONGÉS ET AMÉNAGEMENTS DU TEMPS DE TRAVAIL LORS DE LA NAISSANCE D UN ENFANT juin 2011 CONGÉS ET AMÉNAGEMENTS DU TEMPS DE TRAVAIL LORS DE LA NAISSANCE D UN ENFANT juin 2011 TABLE DES MATIÈRES Congé de maternité 2 Pour les salariées 2 Congé prénatal 2 Congé postnatal 2 Formalités administratives

Plus en détail

Intérimaire? Vous avez des droits! FGTB. Coordination intérim Ensemble, on est plus fort

Intérimaire? Vous avez des droits! FGTB. Coordination intérim Ensemble, on est plus fort Intérimaire? Vous avez des droits! FGTB Coordination intérim Ensemble, on est plus fort contenu au travail p. 5 le contrat de travail p. 6 salaire et avantages p. 7 primes p. 8 durée du travail p. 10 santé

Plus en détail

Résumé de la réforme des pensions février 2012

Résumé de la réforme des pensions février 2012 NOTE AU BUREAU DU PARTI 27 février 2012 Résumé de la réforme des pensions février 2012 Ce résumé ne concerne que les pensions du secteur privé. Un autre document suivra lorsque la réforme des pensions

Plus en détail

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage?

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Etudes Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Table des matières Introduction...7 Objectif, méthodologie

Plus en détail

Incapacité de travail par suite de maladie ou d accident.

Incapacité de travail par suite de maladie ou d accident. Incapacité de travail par suite de maladie ou d accident. Ni le statut social «de base» légal des travailleurs employés, ni celui des indépendants ne prévoient une bonne protection du revenu lorsqu une

Plus en détail

L assurance indemnités Travailleurs salariés et indépendants

L assurance indemnités Travailleurs salariés et indépendants L assurance indemnités Travailleurs salariés et indépendants 1 Introduction: l assurance maladie-invalidité L assurance maladie-invalidité (AMI) forme une des branches du système belge de la sécurité sociale;

Plus en détail

Concerne : réforme et précision sur le système de pensions complémentaires.

Concerne : réforme et précision sur le système de pensions complémentaires. Chers clients, Concerne : réforme et précision sur le système de pensions complémentaires. Lors de l'élaboration du budget 2012, le gouvernement a pris différentes mesures qui ont un impact important sur

Plus en détail

JAPON. Nomenclature. nationale (prestations de maladie) Pension nationale Assurance pension des salariés. Assurance maladie gérée par des sociétés

JAPON. Nomenclature. nationale (prestations de maladie) Pension nationale Assurance pension des salariés. Assurance maladie gérée par des sociétés JAPON Nomenclature CHIHO-KOMUIN-KYOSAI CHIHO-KOMUIN-ONKYU CHIHO-KOMUIN-SAIGAI HOSYO CHIHO-KOKUMINN-KYOSAI- KYUGYO-KYUFU-TO IZOKU-NENKIN JIDEO-TEATE JIDO-FUYO-TEATE KOKKA-KOMUIN-KYOSAI KOKKA-KOMUIN-ONKYU

Plus en détail

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Mars 2015 Luc Masure Plan de la présentation 1. Le Bureau fédéral du Plan 2. Cadre historique de la politique salariale et des dispositifs d exonération

Plus en détail

Direction de la sécurité sociale. Personne chargée du dossier : Huguette Hatil. La ministre des solidarités et de la cohésion sociale

Direction de la sécurité sociale. Personne chargée du dossier : Huguette Hatil. La ministre des solidarités et de la cohésion sociale MINISTERE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTE MINISTERE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA REFORME DE L ETAT MINISTERE DES SOLIDARITES ET DE LA COHESION SOCIALE Direction de la sécurité sociale

Plus en détail

Guide. Frontalier. Suisse

Guide. Frontalier. Suisse Guide Frontalier du Suisse Sommaire A. Généralités 3 1. L accord sur la libre circulation des personnes 3 2. Le droit d option 5 B. Je pars travailler en Suisse et j habite en France 7 1. Quel est mon

Plus en détail

MUTUALITE DES EMPLOYEURS STATUTS

MUTUALITE DES EMPLOYEURS STATUTS Adresse postale: L-2975 Luxembourg Fax: 404481 www.mde.lu MUTUALITE DES EMPLOYEURS STATUTS Chapitre I : Champ d application Art. 1 er Sont affiliés obligatoirement à la Mutualité tous les employeurs occupant

Plus en détail

La réforme des pensions expliquée

La réforme des pensions expliquée La réforme des pensions expliquée TABLE DES MATIÈRES 1. LA PENSION ANTICIPÉE... 2 1.1. SITUATION AVANT LA RÉFORME... 2 1.2. SITUATION À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2013... 2 1.3. LES MESURES DE TRANSITION...

Plus en détail

La Réforme de la fiscalité dans l Horeca

La Réforme de la fiscalité dans l Horeca Les Analyses du Centre Jean Gol La Réforme de la fiscalité dans l Horeca Décembre 2014 Administrateur délégué : Richard Miller Directrice : Laurence Glautier Directeur scientifique : Corentin de Salle

Plus en détail

Le statut social de l indépendant et ses implications. Bénédicte Philippart de Foy - 2013

Le statut social de l indépendant et ses implications. Bénédicte Philippart de Foy - 2013 + Le statut social de l indépendant et ses implications Bénédicte Philippart de Foy - 2013 Click icon to add picture + + Qui doit s affilier à une CAS? n Tout indépendant n Les aidants (exception : moins

Plus en détail

L assurance soins de santé en Belgique : une introduction. Thomas Rousseau 12 juin 2014

L assurance soins de santé en Belgique : une introduction. Thomas Rousseau 12 juin 2014 L assurance soins de santé en Belgique : une introduction Thomas Rousseau 12 juin 2014 Introduction L assurance maladie obligatoire L assurance soins de santé L assurance indemnités (maladie, accident,

Plus en détail

900 ISO 1 CERTIFIE D BCCA FI VITA INVEST.2

900 ISO 1 CERTIFIE D BCCA FI VITA INVEST.2 IS 1 O 900 CA CE RT IFI BC ED FIRM 51.30.259 07/14 VITA INVEST.2 VITA INVEST.2 CONDITIONS GENERALES DEFINITIONS A. Preneur d assurance La personne qui conclut le contrat avec l entreprise d assurances.

Plus en détail

Protection sociale et assurance des personnels territoriaux

Protection sociale et assurance des personnels territoriaux Protection sociale et assurance des personnels territoriaux R E S S O U R C La commune, employeur public, a des obligations à l'égard de ses agents en matière de protection sociale. Selon leur statut,

Plus en détail

Salaires AVS et Suva. Valable dès le 1.1.2011. Publié en collaboration avec l Office fédéral des assurances sociales

Salaires AVS et Suva. Valable dès le 1.1.2011. Publié en collaboration avec l Office fédéral des assurances sociales Salaires AVS et Suva Valable dès le 1.1.2011 Publié en collaboration avec l Office fédéral des assurances sociales Les présentes directives facilitent la déclaration des salaires à l AVS et à la Suva ainsi

Plus en détail

Le salaire des internes en DES de Médecine Générale

Le salaire des internes en DES de Médecine Générale Le salaire des internes en DES de Médecine Générale *************** «Le salaire est la contrepartie du travail fourni» Guide pratique du droit au travail, La Documentation Française. **************** (I)

Plus en détail

CAMPAGNE BOURSIERE 2015/2016 PREMIERE COMMISSION LOCALE. DOSSIERS COMPLETS A DEPOSER AU PLUS TARD LE 25 SEPTEMBRE à 12H

CAMPAGNE BOURSIERE 2015/2016 PREMIERE COMMISSION LOCALE. DOSSIERS COMPLETS A DEPOSER AU PLUS TARD LE 25 SEPTEMBRE à 12H 1 CAMPAGNE BOURSIERE 2015/2016 PREMIERE COMMISSION LOCALE DOSSIERS COMPLETS A DEPOSER AU PLUS TARD LE 25 SEPTEMBRE à 12H CONDITIONS L obtention d une bourse scolaire est subordonnée aux conditions suivantes

Plus en détail

Fiche conseil DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions :

Fiche conseil DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de

Plus en détail

La pension de vieillesse au Luxembourg: réglementation et modalités de calcul. Florence Navarro

La pension de vieillesse au Luxembourg: réglementation et modalités de calcul. Florence Navarro La pension de vieillesse au Luxembourg: réglementation et modalités de calcul Déjeuner-débat ELSA Florence Navarro 2 juillet 2014 Le principe des 3 piliers en matière de pension 1 er pilier Sécurité sociale

Plus en détail

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION DOSSIER RETRAITES: MAI 2003 SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION 1. LE SYSTEME DE RETRAITES PAR REPARTITION 1.1. INTRODUCTION Les régimes de retraites des travailleurs

Plus en détail

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

date naissance et sexe Registres BCSS

date naissance et sexe Registres BCSS 000M date naissance et sexe Registres BCSS 000N date naissance et sexe Registres BCSS 000R date naissance et sexe Registre National 001H lieu résidence historiques Registre National 001R lieu de résidence

Plus en détail

Université de Moncton. Les garanties d assurance-vie & invalidité. No du contrat : 12037

Université de Moncton. Les garanties d assurance-vie & invalidité. No du contrat : 12037 Université de Moncton Les garanties d assurance-vie & invalidité No du contrat : 12037 Préparé le 18 août 2011 1 Cette brochure explicative a pour but de vous fournir les traits essentiels de votre régime

Plus en détail

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation...

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation... Le Guide Pratique du SOCIAL chef d entreprise Délégués du Personnel Faut il faire une visite d embauche? Droit Quel contrat pour mon salarié? Entreprise La journée de solidarité, c est quand? Obligation...

Plus en détail

Mémento. de l assurance-accidents selon la loi fédérale sur l assuranceaccidents. GENERALI Assurances Générales SA, 1260 Nyon. Table des matières

Mémento. de l assurance-accidents selon la loi fédérale sur l assuranceaccidents. GENERALI Assurances Générales SA, 1260 Nyon. Table des matières Mémento de l assurance-accidents selon la loi fédérale sur l assuranceaccidents (LAA) GENERALI Assurances Générales SA, 1260 Nyon Table des matières Base légale de l assurance Page Personnes assurées 1.

Plus en détail

Tout dossier incomplet ou ne parvenant pas dans les délais impartis sera irrecevable.

Tout dossier incomplet ou ne parvenant pas dans les délais impartis sera irrecevable. BOURSES SCOLAIRES 2011/2012 LISTE DES DOCUMENTS A FOURNIR Les dossiers complétés doivent être déposés personnellement par les familles, uniquement sur rendez-vous, au Secrétariat général du Bureau français,

Plus en détail

MODALITÉS DE TRANSFERT

MODALITÉS DE TRANSFERT 14 novembre 2003. ARRÊTÉ ROYAL portant exécution de la loi du 28 avril 2003 relative aux pensions complémentaires et au régime fiscal de celles-ci et de certains avantages complémentaires en matière de

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/07/166 DÉLIBÉRATION N 07/062 DU 6 NOVEMBRE 2007 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL DU CADASTRE

Plus en détail

FICHE n 4 Les éco-chèques

FICHE n 4 Les éco-chèques FICHE n 4 Les éco-chèques 1. Revendication Négocier la conversion des éco-chèques en salaire brut. 2. Législation a. En générale L accord interprofessionnel 2009-2010 instituait avec les éco-chèques un

Plus en détail

Contrat d adaptation professionnelle INFORMATIONS A L USAGE DE L ENTREPRISE FORMATRICE ET DE SON SECRETARIAT SOCIAL

Contrat d adaptation professionnelle INFORMATIONS A L USAGE DE L ENTREPRISE FORMATRICE ET DE SON SECRETARIAT SOCIAL Contrat d adaptation professionnelle INFORMATIONS A L USAGE DE L ENTREPRISE FORMATRICE ET DE SON SECRETARIAT SOCIAL Si vous vous posez des questions en matière de PROCESSUS DE FORMATION, voyez les rubriques

Plus en détail

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3381 Convention collective nationale IDCC : 2941. AIDE, ACCOMPAGNEMENT, SOINS

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3175 Convention collective nationale IDCC : 1909. ORGANISMES DE TOURISME

Plus en détail

Demande de retraite d un fonctionnaire de l Etat ou d un magistrat

Demande de retraite d un fonctionnaire de l Etat ou d un magistrat Nous sommes là pour vous aider Demande de retraite d un fonctionnaire de l Etat Articles D.1 et D.21 du code des pensions civiles et militaires de retraite et demande de retraite additionnelle Article

Plus en détail

Vous conseiller pour les démarches clés

Vous conseiller pour les démarches clés Vous conseiller pour les démarches clés Les principales formalités DANS LES 48 H DANS LA SEMAINE DANS LE MOIS DANS LES 6 MOIS Faire la déclaration de décès au service de l Etat Civil de la mairie pour

Plus en détail

FORMULAIRE 225. DECLARATION DE REVENUS (Document à transmettre complété au plus vite à la mutualité) Madame, Monsieur,

FORMULAIRE 225. DECLARATION DE REVENUS (Document à transmettre complété au plus vite à la mutualité) Madame, Monsieur, FORMULAIRE 225 DECLARATION DE REVENUS (Document à transmettre complété au plus vite à la mutualité) Madame, Monsieur, Pour déterminer le taux journalier de vos indemnités d incapacité de travail, nous

Plus en détail

SOMMAIRE. I- Vos prestations à court terme 5. II- Vos prestations à long terme 11. III- Allocations familiales 14. IV- Adresses utiles 15

SOMMAIRE. I- Vos prestations à court terme 5. II- Vos prestations à long terme 11. III- Allocations familiales 14. IV- Adresses utiles 15 I- Vos prestations à court terme 5 SOMMAIRE I-1- A quelles prestations avez-vous droit 5 I-2- Qui bénéficie de ces prestations et quand 5 I-3- Comment bénéficier de ces droits 5 II- Vos prestations à long

Plus en détail

fiche pratique Les salaires de votre salarié à domicile

fiche pratique Les salaires de votre salarié à domicile fiche pratique Les salaires de votre salarié à domicile (Hors assistant maternel agréé) Vous recrutez un(e) salarié(e) pour vous aider à entretenir votre domicile et repasser votre linge. Vous souhaitez

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/12/200 DÉLIBÉRATION N 12/053 DU 3 JUILLET 2012 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL À LA DIRECTION

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale 1 Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/14/010 DÉLIBÉRATION N 14/006 DU 14 JANVIER 2014 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL À L ADMINISTRATION

Plus en détail

Belgique : Gros plan sur les maladies professionnelles et les accidents du travail

Belgique : Gros plan sur les maladies professionnelles et les accidents du travail Belgique : Gros plan sur les maladies professionnelles et les accidents du travail L assurance belge contre les maladies professionnelles et les accidents du travail occupe une place particulière dans

Plus en détail

La sécurité sociale en Belgique

La sécurité sociale en Belgique La sécurité sociale en Belgique Séminaire d économie publique deuxième master en sciences politiques et économiques 4 décembre 2014 Jean-Marc Laasman Directeur - Service d études Solidaris Mutualité Socialiste.

Plus en détail

Le Contrat premier emploi

Le Contrat premier emploi www.far.be Le Contrat premier emploi Marie Greffe Septembre 06 Historique En 1999, afin de stimuler le travail des jeunes, Laurette Onkelinx (PS), alors ministre de l Emploi, lance l idée d un «Plan Rosetta»,

Plus en détail

PROTECTION SOCIALE DES EXPATRIES

PROTECTION SOCIALE DES EXPATRIES Assurances Collectives Catalogue des produits 4. Expatriés 4.2 Protection sociale des expatriés PROTECTION SOCIALE DES EXPATRIES 2. Protection sociale des expatriés : Assurances à souscrire 2.1. Problématiques

Plus en détail

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement.

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement. boulevard du Souverain 280-1160 Bruxelles - Belgique T +32 2 761 46 00 F +32 2 761 47 00 info@claeysengels.be Avocats Date : Août 2015 Sujet : L assurance de groupe I QU EST UNE ASSURANCE DE GROUPE? Pour

Plus en détail

INASTI. Visite par une délégation du Selfemployed Scheme and Workfare (Corée)

INASTI. Visite par une délégation du Selfemployed Scheme and Workfare (Corée) INASTI Visite par une délégation du Selfemployed Scheme and Workfare (Corée) INASTI A. Les services opérationnels B. Dépistage des travailleurs indépendants C. Perception des cotisations A. Les services

Plus en détail

Vu la loi n 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée portant droits et obligations des fonctionnaires.

Vu la loi n 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée portant droits et obligations des fonctionnaires. CONVENTION DE MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL POUR ASSURER LES SECRETARIATS DU COMITÉ MÉDICAL DÉPARTEMENTAL ET DE LA COMMISSION DÉPARTEMENTALE DE RÉFORME Entre : Mme ESTELLE GRELIER, Présidente du Centre

Plus en détail

Le Data WareHouse à l INAMI Exploitation des données

Le Data WareHouse à l INAMI Exploitation des données www.coopami.org Le Data WareHouse à l INAMI Exploitation des données TUNIS 17 décembre 2013 Michel Vigneul Conseiller Actuaire PLAN de l exposé : Partie 1 : Contexte général du système de remboursement

Plus en détail

En application de l accord de gouvernement fédéral du 09.10.2014, la législation du crédit-temps sera modifiée à partir du 01.01.2015.

En application de l accord de gouvernement fédéral du 09.10.2014, la législation du crédit-temps sera modifiée à partir du 01.01.2015. Direction réglementation Interruption de carrière / crédit-temps Communication Date 29.12.2014 Modification de la réglementation du crédit-temps En application de l accord de gouvernement fédéral du 09.10.2014,

Plus en détail

Jeunes parents: comment concilier vie professionnelle et vie privée?

Jeunes parents: comment concilier vie professionnelle et vie privée? Jeunes parents: comment concilier vie professionnelle et vie privée? 1 HOMMES - FEMMES Les références aux personnes et fonctions au masculin visent naturellement aussi bien les hommes que les femmes. FR-NL

Plus en détail

Service Public Fédéral FINANCES ---------------------------------------- Expertise et support stratégique. Bruxelles, le 11 décembre 2012

Service Public Fédéral FINANCES ---------------------------------------- Expertise et support stratégique. Bruxelles, le 11 décembre 2012 Service Public Fédéral FINANCES ---------------------------------------- Expertise et support stratégique Bruxelles, le 11 décembre 2012 Administration des Affaires Fiscales ----------------------------------------

Plus en détail

Mise au point du RSI au moment de manifestations annoncées de travailleurs indépendants

Mise au point du RSI au moment de manifestations annoncées de travailleurs indépendants Note aux rédactions La Plaine Saint-Denis, le 29 janvier 2015 Mise au point du RSI au moment de manifestations annoncées de travailleurs indépendants Des manifestations de travailleurs indépendants sont

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/14/118 DÉLIBÉRATION N 14/063 DU 2 SEPTEMBRE 2014 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR L

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section sécurité sociale CSSS/12/346 DÉLIBÉRATION N 12/117 DU 4 DÉCEMBRE 2012 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES CODÉES À CARACTÈRE PERSONNEL

Plus en détail

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO DEMANDE ET CALCUL DE LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE. n o 4. Demande et calcul de la retraite complémentaire

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO DEMANDE ET CALCUL DE LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE. n o 4. Demande et calcul de la retraite complémentaire GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO DEMANDE ET CALCUL DE LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE Guide salariés n o 4 JUIN 2015 Demande et calcul de la retraite complémentaire Sommaire La retraite, en bref...

Plus en détail

Demande de location d un logement

Demande de location d un logement Siège social : Rue Trieu Kaisin 70 6061 Montignies-sur-Sambre WEB : www.lasambrienne.be TEL : 071/272.000 MAIL : info@lasambrienne.be N Entreprise 0401.661.459 RPM Charleroi Demande de location d un logement

Plus en détail

LES ASSURANCES SOCIALES

LES ASSURANCES SOCIALES LES ASSURANCES SOCIALES Généralités L'exercice d'une activité professionnelle implique l'obligation de s'acquitter de certaines assurances sociales. Cependant, la situation varie fortement selon qu'une

Plus en détail

La sécurité sociale de l'indépendant

La sécurité sociale de l'indépendant Allianz Prévoyance La sécurité sociale de l'indépendant Edition 2015 Tous les montants dans cette brochure sont exprimés en euros. 4 7 9 16 17 18 Cotisations de la sécurité sociale Incapacité de travail

Plus en détail

Vivre sa retraite complémentaire Mémento du retraité

Vivre sa retraite complémentaire Mémento du retraité Vivre sa retraite complémentaire Mémento du retraité S ommaire Versement de votre retraite...p. 4 Déclaration fiscale...p. 7 Évolution de votre retraite...p. 8 Paiement de votre retraite...p. 8 Reprise

Plus en détail

Caisse d'assurances Sociales de l'u.c.m. ASSOCIATION SANS BUT LUCRATIF AGREEE PAR L ARRETE ROYAL DU 27 DECEMBRE 1967

Caisse d'assurances Sociales de l'u.c.m. ASSOCIATION SANS BUT LUCRATIF AGREEE PAR L ARRETE ROYAL DU 27 DECEMBRE 1967 u c m. b e Caisse d'assurances Sociales de l'u.c.m. ASSOCIATION SANS BUT LUCRATIF AGREEE PAR L ARRETE ROYAL DU 27 DECEMBRE 1967 Chaussée de Marche, 637-5100 NAMUR - Wierde : 081/32.06.11 - Fax : 081/30.74.09

Plus en détail

Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses

Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses 2.09 Cotisations Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses Etat au 1 er janvier 2015 1 En bref Ce mémento fournit des informations sur les cotisations que doivent verser aux assurances

Plus en détail

MODE OPERATOIRE. Modifié le24/01/2007-1 -

MODE OPERATOIRE. Modifié le24/01/2007-1 - MODE OPERATOIRE Remplissage du formulaire de liaison 30894 spécifique aux échanges de carrière entre les régimes de la Fonction publique et le Régime général Modifié le24/01/2007-1 - SOMMAIRE Sommaire

Plus en détail

Nouvel élu? Solidaris vous informe

Nouvel élu? Solidaris vous informe Nouvel élu? Solidaris vous informe Mandataires politiques locaux et ASSURANCE MALADIE INVALIDITÉ Outre leur mandat politique, bon nombre de mandataires locaux exercent une autre activité comme travailleur

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle

ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle COUVERTURE SOCIALE AU MAROC COUVERTURE SOCIALE AU MAROC - Régime de sécurité sociale; - Régime du RCAR; - Code de la couverture

Plus en détail

GROUPE S - CASI L ENGAGEMENT DE SERVICE

GROUPE S - CASI L ENGAGEMENT DE SERVICE { GROUPE S - CASI L ENGAGEMENT DE SERVICE L ENGAGEMENT DE SERVICE La caisse d assurances sociales du GROUPE S est un maillon indispensable entre l Administration et le citoyen. Elle contribue de concert

Plus en détail

QUEBEC. ASPECTS JURIDIQUES Service Expa-Conseil I. LA PROTECTION SOCIALE AU QUEBEC

QUEBEC. ASPECTS JURIDIQUES Service Expa-Conseil I. LA PROTECTION SOCIALE AU QUEBEC QUEBEC ASPECTS JURIDIQUES Service Expa-Conseil I. LA PROTECTION SOCIALE AU QUEBEC Il existe deux statuts au regard de la sécurité sociale française, le détachement et l expatriation. Le détaché est rattaché

Plus en détail

CCBMAD - FICHE PRATIQUE N 1

CCBMAD - FICHE PRATIQUE N 1 CCBMAD - FICHE PRATIQUE N 1 COMPLEMENTAIRE SANTE (MUTUELLE) Le Texte : Avenant n 2/2011 du 12 juillet 2011 agréé le 18 novembre 2011 par arrêté paru au JO le 29 novembre 2011 - étendu le par arrêté paru

Plus en détail

Présentation des principales mesures de la loi portant réforme des retraites

Présentation des principales mesures de la loi portant réforme des retraites Présentation des principales mesures de la loi portant réforme des retraites Décembre 00 Ce document est proposé à titre d information. En effet, certaines dispositions de la loi portant réforme des retraites,

Plus en détail

Votre avenir assuré quoi qu il arrive Offre de produits pour indépendants et chefs d entreprise

Votre avenir assuré quoi qu il arrive Offre de produits pour indépendants et chefs d entreprise Votre avenir assuré quoi qu il arrive Offre de produits pour indépendants et chefs d entreprise Votre avenir assuré quoi qu il arrive 3 Un revenu quoi qu il arrive? Avez-vous déjà songé à ce qui se passerait

Plus en détail

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle...

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... MODE D EMPLOI Valérie Coutteron LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... LA LOI N 2008-111 DU 8 FÉVRIER 2008 pour le pouvoir

Plus en détail

COMPRENDRE SA RETRAITE

COMPRENDRE SA RETRAITE Salar ié du secteur pr ivé COMPRENDRE SA RETRAITE avec l Assurance retraite, l Arrco et l Agirc??? Janvier 2012 = Le système de retraite Le système de retraite obligatoire est à deux étages. Vous cotisez,

Plus en détail

BUREAUX D ARCHITECTES

BUREAUX D ARCHITECTES REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département de la solidarité et de l'emploi Office cantonal de l'inspection et des relations du travail Document REFLÉTANT LES CONDITIONS DE TRAVAIL ET PRESTATIONS SOCIALES

Plus en détail

OFFICE NATIONAL DE L EMPLOI

OFFICE NATIONAL DE L EMPLOI MON IDENTITE OP et cachet ur OFFICE NATIONAL DE L EMPLOI FORMULAIRE C1 - DECLARATION DE LA SITUATION PERSONNELLE ET FAMILIALE A COMPLETER PAR LE CHOMEUR Les chiffres entre parenthèses renvoient à l explication

Plus en détail

Version 26 septembre 2009 (19h)

Version 26 septembre 2009 (19h) ACCORD SECTORIEL 2009-2010 Accord sectoriel 2009-2010. Champ d application : - les services publics fédéraux ; - les services publics fédéraux de programmation ; - le personnel civil du Ministère de la

Plus en détail

MODE D EMPLOI CONTRAT D APPRENTISSAGE

MODE D EMPLOI CONTRAT D APPRENTISSAGE MODE D EMPLOI CONTRAT D APPRENTISSAGE Mise à jour : 02/03/15 1 CONDITIONS GENERALES POUR ETRE APPRENTI p. 2 2 - ENREGISTREMENT DU CONTRAT p. 2 3 DEFINITION DU CONTRAT D APPRENTISSAGE p. 5 4 - EXECUTION

Plus en détail

Le conjoint - un statut en mouvement

Le conjoint - un statut en mouvement Le conjoint - un statut en mouvement Constat De nombreuses femmes participent activement à l entreprise ou la société de leur conjoint, contribuant à sa mise en place et à son développement. Environs 85

Plus en détail

05.025 é Loi sur le nouveau régime de financement des soins

05.025 é Loi sur le nouveau régime de financement des soins e-parl 8.09.007 4: Conseil des Etats Session d'automne 007 05.05 é Loi sur le nouveau régime de financement des soins Droit en vigueur Projet du Conseil fédéral Décision du Conseil des Etats Décision du

Plus en détail

Agents des collectivités de VENDEE

Agents des collectivités de VENDEE Réunion d information Agents des collectivités de VENDEE Contrat prévoyance «maintien de salaire» Le groupe SMACL, leader sur la marché de l assurance des collectivités SMACL Santé: mutuelle Régie par

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul Base de calcul En votre qualité d employeur, vous devez déclarer à l URSSAF toutes les sommes payées et tous les avantages consentis à vos salariés. Ces éléments constituent la base de calcul des cotisations

Plus en détail

en avant pour l'emploi et le pouvoir d'achat voor werk en koopkracht Samedi 10.10.2015

en avant pour l'emploi et le pouvoir d'achat voor werk en koopkracht Samedi 10.10.2015 en avant pour l'emploi et le pouvoir d'achat voor werk en koopkracht Samedi 10.10.2015 soutenir l'emploi et augmenter le pouvoir d'achat objectifs 1 2 3 4 5 6 7 Respecter nos engagements budgétaires Soutenir

Plus en détail

LISTE DES DOCUMENTS A FOURNIR A L APPUI DE VOTRE DEMANDE DE BOURSE

LISTE DES DOCUMENTS A FOURNIR A L APPUI DE VOTRE DEMANDE DE BOURSE LISTE DES DOCUMENTS A FOURNIR Documents à fournir quelle que soit votre situation : Formulaire de demande de bourse dûment complété et signé Livret de famille Carte d inscription au registre des Français

Plus en détail

Mise en place des élections des Délégués du Personnel

Mise en place des élections des Délégués du Personnel Les fiches pratiques de législation Mise en place des élections des Délégués du Personnel Chambre de Commerce et d Industrie de Rouen Espace Emploi Compétences Quai de la Bourse BP 641 76007 ROUEN Cedex

Plus en détail

travailler en france frontalière Guide pratique du travailleur frontalier

travailler en france frontalière Guide pratique du travailleur frontalier travailler en france frontalière Guide pratique du travailleur frontalier 1 Vous exercez votre activité professionnelle, salariée ou indépendante, sur le territoire français mais résidez sur le territoire

Plus en détail

Pouvez-vous prendre votre retraite avant l âge légal?

Pouvez-vous prendre votre retraite avant l âge légal? Salariés NOVEMBRE 2012 nouveauté Pouvez-vous prendre votre retraite avant l âge légal? 2012 etraite anticipée rretraite anticipée Conditions Trimestres retenus Démarches B Les conditions Le décret du 2

Plus en détail

Protection sociale. 1 Les différents régimes de protection sociale en France

Protection sociale. 1 Les différents régimes de protection sociale en France Protection sociale La multiplicité des régimes de protection sociale conduit les pluriactifs à des situations administratives complexes : chacune de leurs activités les rattache à une caisse spécifique.

Plus en détail

LA RÉMUNERATION GLOBALE À EDF SA REPÈRES - EDITION 2013 -

LA RÉMUNERATION GLOBALE À EDF SA REPÈRES - EDITION 2013 - LA RÉMUNERATION GLOBALE À EDF SA REPÈRES - EDITION 2013 - Sommaire 1 - Les principes de la rémunération 2 - Les composantes de la rémunération globale 3 - Le salaire 4 - La performance individuelle 5 -

Plus en détail

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013 informations sociales octobre novembre décembre 2013 Dans le cadre du mandat qu elle reçoit du FNCIP-HT, la Fédération Nationale de l Habillement informe chaque trimestre les entreprises à jour de paiement

Plus en détail

Chiffres clés pour 2013

Chiffres clés pour 2013 Chiffres clés pour 2013 Certains produits d investissement et d épargne peuvent vous procurer un bel avantage fiscal. Que ce soit l épargne-pension, votre compte d épargne, retrouvez un tableau récapitulatif

Plus en détail