Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique"

Transcription

1 Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique

2 Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique L étude d Accenture menée en 2014 sur la productivité numérique a présenté de nouveaux constats quant à l effet de la numérisation sur le rendement économique des grandes économies mondiales. L étude a permis de créer une fiche d évaluation détaillée prélevant non seulement l intégration des technologies numériques et des processus dans les pratiques commerciales, mais aussi le taux de réalisation de la conversion au numérique dans les environnements institutionnels et économiques environnants. Cette étude prouve qu un degré de densité numérique plus élevé est lié à un meilleur rendement économique. Fig.1 Profil de la densité numérique au Canada La densité numérique comporte quatre composantes évaluées sur 18 principaux aspects. 2

3 La densité numérique au Canada Le Canada obtient une note élevée en densité numérique, ce qui reflète son approche favorable à la progression numérique dans l ensemble. Néanmoins, il obtient ce résultat en dépit de la faible vitesse de connexion Internet et du bassin relativement limité de travailleurs en technologies de l information et des communications (TIC). Le succès au Canada est fondé sur les institutions, le comportement et l attitude envers la conversion au numérique, et sur l infrastructure matérielle. Notes des composantes de densité numérique 3

4 Profil de la densité numérique au Canada Le Canada obtient d excellentes notes sur l ensemble de l évaluation, le situant au-dessus de la moyenne de l échantillon dans chaque composante. Il offre des bases solides aux entrepreneurs numériques, et les entreprises canadiennes sont des chefs de file en matière d adoption des nouvelles technologies numériques. Et tout ceci, malgré la faible infrastructure numérique du pays. L environnement canadien favorise souvent les catalyseurs, malgré quelques réserves. Le Canada est bien perçu pour la souplesse organisationnelle de ses secteurs d activités, en partie grâce à l efficacité de son marché du travail. Il y a aussi une grande confiance envers le potentiel du numérique et le rôle catalyseur du gouvernement. Cependant, la vitesse de la connectivité Internet pour y arriver est étonnamment faible. Les résultats de la composante Atteinte des marchés révèlent une population bien connectée, mais lente à adopter les transactions en ligne. Internet est utilisé fréquemment en publicité, et les entreprises canadiennes se comparent assez bien aux autres pour leur interaction automatisée et les plateformes numériques utilisées pour collaborer. Le Canada a une bonne note pour la numérisation des opérations d affaires dans la composante Direction d entreprise. Les modèles d affaires canadiens se caractérisent par une ouverture sur l innovation numérique. En effet, les entreprises se dotent normalement d une stratégie claire pour la progression numérique; leurs dépenses en RD sont élevées, et elles obtiennent une note audessus de la moyenne en ce qui concerne les processus technologiques. Mais il y reste un manque à gagner. La note du Canada en capital humain est sous la moyenne, et le pays démontre une faiblesse en innovation. Pour la composante Sources d approvisionnement évaluant la numérisation de marchés de facteur, le Canada se situe dans le premier tiers des résultats. Les fortes notes pour l utilisation d Internet industriel se reflètent dans la note obtenue pour Usine, propriété et équipement. La numérisation des processus de main-d œuvre est près de la moyenne, comme l utilisation des plateformes numériques pour accéder au capital. Fig 2. Densité numérique au Canada 4 Rendement par rapport à l échantillon mondial (quartiles illustrés par quadrillage pointillé)

5 Accent sur la densité numérique au Canada La note élevée du Canada tient de son uniformité sur l ensemble de l évaluation. Le Canada est rarement à la tête du numérique dans nos résultats, mais il est normalement au-dessus de la moyenne. Il a peu de faiblesses assez graves pour faire descendre son pointage total, mais il peut toujours faire mieux. Les Canadiens sont très connectés. Les données de l Union internationale des télécommunications (UIT) démontrent que 87 % des Canadiens utilisaient Internet en 2012, pour une 5e place dans l étude (Fig. 3). Aussi, l évaluation du Forum économique mondial (FEM) de l accès à Internet dans les écoles place le pays en 6e place dans l étude, le 2e à l extérieur de l Europe. À l instar du profil du Canada, ces résultats sont concluants, sans être en tête. Mais les connexions Internet ne sont pas très mobiles, ni très rapides. Le Canada comptait seulement 0,6 abonnement haute vitesse mobile par personne en 2012, par rapport à la moyenne de l étude de 0,77 et 1,3 aux É.-U. (Fig. 4) Parmi les Canadiens connectés, seulement 38 % avaient une connexion fixe à haute vitesse en 2013, beaucoup plus faible que la moyenne de l étude (53 %) et des É.-U. (68 %) C est possiblement la raison pour laquelle les entreprises ont tardé à passer aux transactions en ligne par rapport aux autres pays. Selon Euromonitor, 29 % des dépenses publicitaires s effectuent en ligne (Fig. 5), en 3e place dans l étude, bien au-delà des É.-U. (20 %). Mais en 2013, seulement 1,8 % des ventes au détail canadiennes ont été effectuées en ligne, comparativement à la moyenne de l étude de 4,3 % et des É.-U. de 7,3 %. L entreprise canadienne type est plus numérisée que ses concurrents mondiaux. Selon l étude 2014 Accenture Global Agenda, 46 % des entreprises canadiennes ont indiqué que plus de la moitié de leurs activités commerciales s appuyaient sur les technologies numériques. Une proportion un peu plus élevée que celle des entreprises aux É.-U. (45 %) et nettement supérieure à la moyenne de l étude (38 %). Fig. 3. Proportion de Canadiens utilisant Internet Pourcentage de tous les adultes canadiens utilisant Internet régulièrement, UIT 5

6 Fig. 4. Croissance haute vitesse mobile Abonnement haute vitesse mobile par personne, certains pays, UIT Fig 5. Dépenses publicitaires en ligne Pourcentage de toutes les dépenses publicitaires en ligne, Euromonitor 6

7 Et l évaluation démontre que les entreprises canadiennes semblent faire un plus grand usage du numérique que leurs homologues internationaux. Le Canada se démarque dans l étude 2014 Global Agenda quant à l importance qu accordent les cadres aux technologies mobiles et à l infonuagique pour leur entreprise (Fig. 6). Les entreprises canadiennes sont bien perçues pour leur utilisation de l analytique des données, figurant parmi les 6 premiers rangs de l échantillon. Elles sont aussi au-dessus de la moyenne en opérationnalisation des communications intermachines. Le Canada offre un contexte favorable aux entreprises orientées vers le numérique. Le rapport du FEM sur la compétitivité mondiale place le Canada bien au-delà de la moyenne en matière de gestion de la qualité, de la souplesse du marché du travail et des relations de travail. Il se situe au 4e rang de l étude, devant les É.-U., mais derrière le Royaume- Uni qui est en tête de l étude. Le bassin de main-d œuvre compétente au Canada est un peu au-dessus de la moyenne de l étude avec près de 3,2 % des employés en TIC, soit beaucoup plus que les É.-U. (2 %) et un peu plus que la moyenne EU10 (3,1 %). Les investissements en numérique et en télécommunications brossent un tableau plus varié. Les données de l UIT placent le Canada au deuxième rang de l étude pour l investissement en télécommunications avec 401 $ US par personne (Fig. 7), derrière l Australie reflétant peut-être la faible densité de population. Cependant, les dépenses RD sont plus limitées au Canada, selon le rapport sur la compétitivité mondiale de l OMC qui le place au 14e rang sur 18. L évaluation révèle aussi des lacunes de l industrie canadienne au point de vue de sa performance numérique, comme l innovation. Le rapport du FEM sur la compétitivité mondiale classe le Canada à un rang inférieur pour sa capacité d innover. Cela se reflète aussi par le nombre de demandes de brevet, avec seulement 200 demandes soumises par million de résidents actifs par rapport à une moyenne de 399 dans les pays occidentaux et aux É.-U. (Fig. 8) Fig 6. Importance accordée aux technologies numériques Pourcentage évaluant comme extrêmement ou modérément important par les cadres pour les 12 prochains mois, Accenture 7

8 Fig 7. Investissements en TIC Investissements fixes en TIC par personne d âge actif, $ US en 2012, UIT Fig 8.. Demandes de brevet Nombre de demandes de brevet par million de résidents 8

9 Densité numérique et rendement économique L étude de productivité numérique sur laquelle se fonde ce rapport prouve qu une densité numérique élevée est liée à un meilleur rendement économique. Au moyen d une combinaison d analyses de régression et de prévisions macroéconomiques, l étude a démontré qu en haussant la densité numérique de 10 points d ici 2020, un pays peut ajouter 0,25 point de pourcentage aux taux de croissance annuels moyens. C est l équivalent d ajouter environ 1,8 % au PIB canadien pour Ces effets découlent de l amélioration de la productivité à elle seule. Afin que le Canada augmente sa densité numérique de 10 points, il devra intervenir sur plusieurs niveaux de l économie. Fig. 9 illustre la situation du Canada par rapport aux autres pays dans l étude pour les quatre composantes de la densité numérique. Les interventions suivantes, une fois combinées, peuvent ajouter 10 points à la densité numérique du Canada, ce qui représente le progrès exigé pour atteindre les gains de productivité déterminés par notre modèle macroéconomique. Atteinte des marchés Éliminer les obstacles au commerce en ligne : Rattraper rapidement les niveaux des É.-U. L équivalent de passer d une proportion de 1,85 % des ventes au détail en ligne à 7,35 %. Cela reste inférieur au RU, à 10,4 %. Améliorer la connexion mobile avec les clients: Rejoindre les niveaux des É.-U. Apprendre des meilleures pratiques internationales peut améliorer la note du Canada. Direction d entreprise Plus de RD : Hausser l investissement RD au niveau des É.-U. L équivalent de hausser les dépenses de 1,73 % du PIB à 2,79 %. Accorder priorité à l innovation: Rattraper les 6e et 7e rangs occupés par le RU et les Pays-Bas dans la liste du FEM pour la capacité d innovation et le nombre de brevets émis. L équivalent de passer de 190 brevets par million d habitants par année à 340. Et rattraper les meilleures pratiques des Pays-Bas pour l externalisation ouverte. Atteinte des marchés Fig 9. Note de densité numérique du Canada Relativement aux autres pays de l échantillon Direction d entreprise 9

10 Sources d approvisionnement Adopter le télétravail : Investir dans des technologies et des comportements du marché du travail qui facilitent le télétravail, comme pour la Suède et les Pays-Bas, en tête pour cette mesure. Ouverture aux catalyseurs Connectivité mobile: Rattraper rapidement les É.-U. Le taux canadien de 0,6 abonnement mobile par personne se situe loin derrière les É.-U. à 1,3. Mettre à niveau la vitesse large bande: Rattraper le RU et les É.-U. Le Canada est à la remorque du RU et des É.-U. pour la vitesse moyenne de large bande fixe avec près de la moitié de la proportion des utilisateurs abonnés à Internet haute vitesse au RU et aux É.-U. Gouvernement numérique: Suivre l exemple de la Corée du Sud qui domine l étude. Le gouvernement canadien pourrait en faire davantage pour numériser ses échanges avec le secteur public, en suivant l exemple des meilleures pratiques comme en Corée du Sud. Accroître l offre de services TIC : Une augmentation de 30 % de la taille du secteur des TIC au Canada, comme proportion du PIB, rapprocherait le niveau du pays à celui de l Inde et du Brésil. Une augmentation de 60 % le rapprocherait de la moyenne de l étude. Sources d approvisionnement Ouverture aux catalyseurs 10

11 À propos de l étude L étude d Accenture et Oxford Economics sur la densité numérique se fonde sur trois principaux volets de recherche: 1. Collecte d observations comparables à l échelle mondiale sur des centaines de mesures d indicateurs de la technologie numérique et d indicateurs reliés, provenant de sources publiques et privées. 2. À partir de plus de 50 de ces indicateurs, la construction d un indice composite de la densité numérique statistiquement éprouvé pour 33 grandes économies, dont 16 furent attribués des notes partielles. 3. L analyse de régression à plusieurs variables pour estimer les équations qui expliquent les variations de productivité de facteur total des pays par rapport à leur note d indice de la densité numérique relative. L étude évalue uniquement les effets du changement de la productivité de facteur total sur le PIB. Une expansion de la densité numérique aura probablement un effet positif supplémentaire sur le PIB en raison de facteurs incluant l expansion des secteurs numériques et TIC, et l approfondissement du capital sur l ensemble de l économie. Une analyse plus poussée pourrait aussi tenir compte d autres effets de l expansion de la densité numérique, comme l impact sur le marché du travail, les finances publiques et les schémas d investissement. Ce rapport se penche sur les constats canadiens. Vous pouvez aussi consulter le rapport mondial (en anglais) au * Accenture ne garantit pas l exactitude ou l intégralité de l information contenue dans ce rapport. Accenture ne fait aucune déclaration et n offre aucune garantie, explicite ni implicite, et n assume aucune responsabilité relativement à l objectivité, l exactitude ou l intégralité de l information aux présentes ou aux dommages ou conséquences de gestes posés ou non posés par vous ou une autre personne, sur la foi de l information contenue dans cette présentation, ou relativement à toute décision fondée sur cette information. 11

12 À propos d Accenture Accenture est une entreprise mondiale de conseil en gestion, de services technologiques et d impartition comptant plus de employés au service de clients dans plus de 120 pays. En combinant une expérience inégalée, des capacités intégrales dans tous les secteurs d activité et toutes les fonctions d entreprise, ainsi qu une recherche approfondie menée auprès des entreprises les plus performantes au monde, Accenture travaille en étroite collaboration avec les clients pour les aider à devenir des entreprises et des gouvernements hautement performants. L entreprise a généré un revenu net de 30 milliards $ pour l année financière ayant pris fin le 31 août Son site Web se trouve au Gardez le contact Suivez-nous Communiquez avec nous LinkedIn https://www.linkedin.com/company/accenture-strategy 2015 Accenture Tous droits réservés. Accenture, son logo, et La haute performance. Réalisée. sont des marques de commerce d Accenture.

Commerce électronique et impact économique

Commerce électronique et impact économique Commerce électronique et impact économique 11 juin 2015 En collaboration avec : Croissance des ventes au détail La valeur des ventes au détail 2013 (en milliards) 2014 (en milliards) Total des ventes au

Plus en détail

Tourisme en bref. Les marchés clés de la CCT et de ses partenaires. Juin 2010 Volume 6, numéro 6. www.canada.travel/entreprise

Tourisme en bref. Les marchés clés de la CCT et de ses partenaires. Juin 2010 Volume 6, numéro 6. www.canada.travel/entreprise Tourisme en bref Les marchés clés de la CCT et de ses partenaires www.canada.travel/entreprise Juin Volume 6, numéro 6 Points saillants Grâce à une croissance économique soutenue, le nombre de voyageurs

Plus en détail

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada EN COLLABORATION AVEC : Sondage 2013 des canaux de revente de Direction

Plus en détail

Enquête internationale sur la maîtrise de l ordinateur et de l information (EIMOI) de 2013 Aperçu des résultats de l Ontario

Enquête internationale sur la maîtrise de l ordinateur et de l information (EIMOI) de 2013 Aperçu des résultats de l Ontario Enquête internationale sur la maîtrise de l ordinateur et de l information (EIMOI) de 2013 Aperçu des résultats de l Ontario Introduction L Enquête internationale sur la maîtrise de l ordinateur et de

Plus en détail

Résumé : «Diagnostic sectoriel de la main-d œuvre du secteur des technologies de l information et des communications 2011»

Résumé : «Diagnostic sectoriel de la main-d œuvre du secteur des technologies de l information et des communications 2011» Résumé : «Diagnostic sectoriel de la main-d œuvre du secteur des technologies de l information et des communications 2011» (Étude préparée par Raymond Chabot Grant Thornton) Faits: Le PIB généré par le

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

Analyse statistique 1993 à 1998

Analyse statistique 1993 à 1998 Technologies de l information et des communications (TIC) Analyse statistique 1993 à 1998 Juillet 2000 Secteur du spectre, des technologies de l information et des télécommunications Industrie Canada VISITEZ

Plus en détail

Association canadienne de la construction. Mémoire prébudgétaire 2015

Association canadienne de la construction. Mémoire prébudgétaire 2015 Association canadienne de la construction Mémoire prébudgétaire 2015 Synopsis L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises de construction non résidentielle au Canada.

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

FAITS ESSENTIELS. L intensité du savoir croissante des économies de la zone

FAITS ESSENTIELS. L intensité du savoir croissante des économies de la zone FAITS ESSENTIELS La présente édition du Tableau de bord de la science, de la technologie et de l industrie indique que l intensité du savoir des économies de la zone OCDE a poursuivi sa progression ces

Plus en détail

Financer la croissance des PME

Financer la croissance des PME Financer la croissance des PME Allocution de Marion G. Wrobel Vice-président, Politiques et opérations Association des banquiers canadiens (ABC) Prononcée devant le Comité sénatorial permanent des banques

Plus en détail

Enquête POINTS SAILLANTS* SUR L APPROPRIATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION PAR LES ENTREPRISES AU QUÉBEC: DÉCEMBRE 1999

Enquête POINTS SAILLANTS* SUR L APPROPRIATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION PAR LES ENTREPRISES AU QUÉBEC: DÉCEMBRE 1999 Enquête SUR L APPROPRIATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION PAR LES ENTREPRISES AU QUÉBEC: POINTS SAILLANTS* DÉCEMBRE 1999 Qu il s agisse de relations avec leurs clientèles, de

Plus en détail

Les Retraites en France

Les Retraites en France Les Retraites en France Pour une Réforme Durable Strategie I Conseil I Digital I Technologie I Operations Une réforme en profondeur Alors que la réforme des retraites fait à nouveau l actualité, il apparaît

Plus en détail

dépenses en recherche et développement

dépenses en recherche et développement Le Conseil d examen du prix des médicaments brevetés Patented Medicine Prices Review Board CEPMB étude S-0217 Décembre 2002 Analyse comparative des dépenses en recherche et développement dans l industrie

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

B U L L E T I N S U R L E S F O U R N I S S E U R S D I D C. L é vo l u t i o n d u pays a g e d e s I a as publiques et p r i vé e s a u C a n a d a

B U L L E T I N S U R L E S F O U R N I S S E U R S D I D C. L é vo l u t i o n d u pays a g e d e s I a as publiques et p r i vé e s a u C a n a d a B U L L E T I N S U R L E S F O U R N I S S E U R S D I D C L é vo l u t i o n d u pays a g e d e s I a as publiques et p r i vé e s a u C a n a d a Avril 2014 Mark Schrutt, directeur des services et applications

Plus en détail

PIERRE MARTELL PRéSIDENT MARTELL HOME BUILDERS

PIERRE MARTELL PRéSIDENT MARTELL HOME BUILDERS 2012 Indice BDC de la nouvelle activité entrepreneuriale PIERRE MARTELL PRéSIDENT MARTELL HOME BUILDERS Résumé --------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010

Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010 Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010 Présenté par Daniel Denis Associé, SECOR 4 décembre 2009 Une croissance mondiale forte Au cours de la dernière décennie Évolution du PIB mondial Croissance

Plus en détail

Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne. Résumé

Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne. Résumé Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne Résumé 1 Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne Au cours de la dernière décennie,

Plus en détail

Rééquilibrer les finances publiques du Québec dans un contexte économique incertain

Rééquilibrer les finances publiques du Québec dans un contexte économique incertain Rééquilibrer les finances publiques du Québec dans un contexte économique incertain Présenté par Caroline Charest Économiste / directrice principale KPMG-SECOR Une accélération de la croissance mondiale

Plus en détail

Prière de présenter votre candidature en toute confidence d ici le 10 octobre 2014 à l adresse suivante : cliberbaum@cea-ace.ca

Prière de présenter votre candidature en toute confidence d ici le 10 octobre 2014 à l adresse suivante : cliberbaum@cea-ace.ca Prière de présenter votre candidature en toute confidence d ici le 10 octobre 2014 à l adresse suivante : cliberbaum@cea-ace.ca TITRE DE POSTE : RELÈVE DE : EN LIAISON AVEC: Responsable du marketing numérique

Plus en détail

Option de souscription en dollars américains

Option de souscription en dollars américains Option de souscription en dollars américains Qu il s agisse de fonds d actions canadiennes, américaines ou étrangères, de fonds de titres à revenu ou de fonds équilibrés, Fonds communs Manuvie est heureuse

Plus en détail

L infonuagique démystifiée LE CLOUD REVIENT SUR TERRE. Par Félix Martineau, M. Sc.

L infonuagique démystifiée LE CLOUD REVIENT SUR TERRE. Par Félix Martineau, M. Sc. L infonuagique démystifiée LE CLOUD REVIENT SUR TERRE Par Félix Martineau, M. Sc. Bonjour! Félix Martineau Directeur, Pratique Atlassian, R3D Conseil Objectif Définir clairement ce qu est l infonuagique

Plus en détail

2015 Mines d'or Dynacor inc. (Dynacor) Symbole: DNG Bourse de Toronto (TSX) OTC : DNGDF Actions en circulation : 36 245 111

2015 Mines d'or Dynacor inc. (Dynacor) Symbole: DNG Bourse de Toronto (TSX) OTC : DNGDF Actions en circulation : 36 245 111 2015 Mines d'or Dynacor inc. (Dynacor) Symbole: DNG Bourse de Toronto (TSX) OTC : DNGDF Actions en circulation : 36 245 111 DYNACOR TERMINE 2014 AVEC UN RÉSULTAT NET DE 6,1 M $ US (0,17 $ US /ACTION) ET

Plus en détail

Canada-Inde Profil et perspective

Canada-Inde Profil et perspective Canada-Inde Profil et perspective Mars 2009 0 L Inde et le Canada : un bref profil Vancouver Calgary Montréal Toronto INDE 3 287 263 km² 1,12 milliard 1 181 milliards $US 1 051 $US Source : Fiche d information

Plus en détail

Soutenir sa croissance en misant sur ses compétences clés

Soutenir sa croissance en misant sur ses compétences clés C E R C L E C A N A D I E N D E M O N T R É A L - 27 avril 2015 François Olivier Président et chef de la direction TC Transcontinental Soutenir sa croissance en misant sur ses compétences clés Information

Plus en détail

Aperçu du secteur des TIC

Aperçu du secteur des TIC Aperçu du secteur des TIC Comité consultatif sur les entreprises canadiennes novatrices Services partagés Canada 29 janvier 2013 Objet Le présent exposé présente: un aperçu de l importance du secteur des

Plus en détail

Partenaires dans la croissance

Partenaires dans la croissance ents à valeur ajoutée Technologie de l information et des communications Bioscienc osciences Aérospatiale et défense Fabrication industrielle Bois à valeur ajoutée ents à valeur ajoutée Technologie de

Plus en détail

Exercice financier se terminant le 31 décembre 2007 :

Exercice financier se terminant le 31 décembre 2007 : Exercice financier se terminant le 31 décembre 2007 : POUR DIFFUSION IMMÉDIATE CNW LA CAISSE DE DÉPÔT ET PLACEMENT DU QUÉBEC OBTIENT UN RENDEMENT DE PREMIER DÉCILE DE 5,6 %, AJOUTANT 7,9 MILLIARDS DE DOLLARS

Plus en détail

Le Fonds de solidarité FTQ : Partie prenante à la solution pour l industrie du capital de risque au Canada

Le Fonds de solidarité FTQ : Partie prenante à la solution pour l industrie du capital de risque au Canada Le Fonds de solidarité FTQ : Partie prenante à la solution pour l industrie du capital de risque au Canada Rôle clé dans la structuration de l industrie du CR Modèle de création d emplois de qualité et

Plus en détail

Fonds pour la recherche en Ontario

Fonds pour la recherche en Ontario Chapitre 4 Section 4.10 Ministère de la Recherche et de l Innovation Fonds pour la recherche en Ontario Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.10 du Rapport annuel 2009 Contexte

Plus en détail

Exportation et développement Canada

Exportation et développement Canada Exportation et développement Canada Session d information à la réunion de la cellule de crise de la Conférence régionale des Élus (CRÉ) du Saguenay-Lac-Saint-Jean Saguenay, le 8 juin 2009 1 1 Qui est EDC?

Plus en détail

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité?

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Introduction On se souvient que le dollar canadien avait dépassé le seuil de la parité en 2008 avant la crise financière sous l impulsion de

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

Le Canada : une ressource rare, mûre pour les investissements mondiaux

Le Canada : une ressource rare, mûre pour les investissements mondiaux Le Canada : une ressource rare, mûre pour les investissements mondiaux SEPTEMBRE 2014 Par Alistair Almeida Vice-président., Expansion des affaires et gestion des relations, Institutions financières mondiales,

Plus en détail

Le financement des PME au Québec PATRICK LATOUR, PREMIER VICE-PRÉSIDENT, CAPITAL DE CROISSANCE ET TRANSFERT D ENTREPRISE ASDEQ, MONTRÉAL, 21 MAI 2015

Le financement des PME au Québec PATRICK LATOUR, PREMIER VICE-PRÉSIDENT, CAPITAL DE CROISSANCE ET TRANSFERT D ENTREPRISE ASDEQ, MONTRÉAL, 21 MAI 2015 Le financement des PME au Québec PATRICK LATOUR, PREMIER VICE-PRÉSIDENT, CAPITAL DE CROISSANCE ET TRANSFERT D ENTREPRISE ASDEQ, MONTRÉAL, 21 MAI 2015 1 Dans cette présentation : Ø Bref portrait du financement

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté 18 ans après le référendum de 1995 Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté présenté par Marcel Leblanc, économiste pour le comité de travail sur la souveraineté

Plus en détail

Votre profil d investisseur

Votre profil d investisseur ÉPARGNE ET RETRAITE INDIVIDUELLES Votre profil d investisseur Placements La répartition de vos placements constitue le cœur de votre stratégie financière. Il est donc important, avant de choisir la répartition

Plus en détail

Sources des indicateurs relatifs aux programmes

Sources des indicateurs relatifs aux programmes Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Sources des indicateurs relatifs aux programmes Merci de citer

Plus en détail

GE Capital. Principaux faits nouveaux. Perspectives sectorielles. Survol des tendances de l industrie : Automobile

GE Capital. Principaux faits nouveaux. Perspectives sectorielles. Survol des tendances de l industrie : Automobile Principal indicateur de la rentabilité du secteur Survol des tendances de l industrie : Automobile Principaux faits nouveaux En février, les ventes de véhicules légers au Canada ont été fortes, soit 18

Plus en détail

La Belgique bonne élève en matière de TIC selon le Baromètre de la société de l information 2015

La Belgique bonne élève en matière de TIC selon le Baromètre de la société de l information 2015 La Belgique bonne élève en matière de TIC selon le Baromètre de la société de l information 2015 Bruxelles, le 16 juillet 2015 Vous pouvez désormais consulter l édition 2015 du Baromètre annuel de la société

Plus en détail

Foire aux questions Quatrième trimestre 2005

Foire aux questions Quatrième trimestre 2005 Foire aux questions Quatrième trimestre 2005 1. Quels sont les objectifs financiers de la CIBC pour l exercice 2006? Le 12 décembre, nous avons publié la version intégrale de la Reddition de comptes annuelle

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

www.pwc.com/ca/retail Prendre la mesure Étude comparative sur le commerce de détail

www.pwc.com/ca/retail Prendre la mesure Étude comparative sur le commerce de détail www.pwc.com/ca/retail Prendre la mesure Étude comparative sur le commerce de détail Étude comparative sur le commerce de détail Le groupe Conseils de PwC, en partenariat avec le Conseil canadien du commerce

Plus en détail

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION Cadre conceptuel du tableau de bord des indicateurs d accès à Internet et de son utilisation dans les ménages et les entreprises

Plus en détail

Comparaisons internationales de la dette

Comparaisons internationales de la dette Annexe 2 Comparaisons internationales de la dette Faits saillants Selon les statistiques officielles publiées par le Fonds monétaire international (FMI) et l Organisation de coopération et de développement

Plus en détail

Mise à jour sur l Irlande T2 2015. Les atouts de l Irlande font de l Irlande un grand pays pour les affaires

Mise à jour sur l Irlande T2 2015. Les atouts de l Irlande font de l Irlande un grand pays pour les affaires Mise à jour sur l Irlande T2 2015 Les atouts de l Irlande font de l Irlande un grand pays pour les affaires Pourquoi l Irlande? Les entreprises sont attirées par l Irlande pour diverses raisons Irlande,

Plus en détail

Un nouveau souffle sur les approches multicanal, les outils d analyse et la segmentation clients

Un nouveau souffle sur les approches multicanal, les outils d analyse et la segmentation clients Un nouveau souffle sur les approches multicanal, les outils d analyse et la segmentation clients Les tendances technologiques dans le secteur de l assurance vie : partie 1. * *La haute performance. Réalisée.

Plus en détail

Mémoire. Reconnaissance du budget 2014. Regards vers le budget de 2015

Mémoire. Reconnaissance du budget 2014. Regards vers le budget de 2015 Mémoire de l Association canadienne pour les études supérieures au Comité permanent des finances de la Chambre des communes, au sujet du budget fédéral de 2015 Résumé L Association canadienne pour les

Plus en détail

Évolution des recettes et de l emploi Industrie des services de télécommunication, 2001-2009

Évolution des recettes et de l emploi Industrie des services de télécommunication, 2001-2009 Chef de file en services de Avec plus de 640 établissements, des recettes de plus de 11 milliards de dollars et près de 30 000 emplois en 2009, l industrie québécoise des services de offre des services

Plus en détail

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Je ne caractériserais pas la récente correction du marché comme «une dégringolade». Il semble

Plus en détail

Sources de revenu et autonomie des immigrants âgés au Canada SOMMAIRE

Sources de revenu et autonomie des immigrants âgés au Canada SOMMAIRE Sources de revenu et autonomie des immigrants âgés au Canada SOMMAIRE Préparé pour la Conférence économique 2005, Ottawa 10 mai 2005 Colleen Dempsey Recherche et statistiques stratégiques Citoyenneté et

Plus en détail

du travail et des organisations, la polyvalence est souvent évoquée comme une solution évidente (Christophe EVERAERE, 18ème Congrès de l AISLF)

du travail et des organisations, la polyvalence est souvent évoquée comme une solution évidente (Christophe EVERAERE, 18ème Congrès de l AISLF) Une opportunité rentable! RENOBOX est une opportunité d affaires exceptionnelle et innovatrice dans des marchés diversifiés et en pleine croissance. Nos solutions de transport et d entreposage à la fine

Plus en détail

MANIFESTE POUR UNE STRATÉGIE QUÉBÉCOISE DE L AGROALIMENTAIRE

MANIFESTE POUR UNE STRATÉGIE QUÉBÉCOISE DE L AGROALIMENTAIRE MANIFESTE POUR UNE STRATÉGIE QUÉBÉCOISE DE L AGROALIMENTAIRE Le 30 novembre 2015 Alors que la demande alimentaire est en forte croissance à l échelle de la planète, propulsée par le développement social

Plus en détail

ENQUête 2012 auprès des hypothécaires

ENQUête 2012 auprès des hypothécaires ENQUête 2012 auprès des emprunteurs hypothécaires La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION principales constatations de l Enquête 2012 auprès des emprunteurs hypothécaires Les emprunteurs

Plus en détail

Crédits d impôt pour la recherche scientifique et le développement expérimental («RS&DE»)

Crédits d impôt pour la recherche scientifique et le développement expérimental («RS&DE») Crédits d impôt pour la recherche scientifique et le développement expérimental («RS&DE») Aperçu du programme et occasions à saisir Pascal Martel Yara Bossé-Viola 8 octobre 2014 Objectifs Objectifs du

Plus en détail

Introduction. Sommaire exécutif

Introduction. Sommaire exécutif Avis de BIOQuébec auprès du Ministère de l Enseignement supérieur, Recherche, Science et Technologie du Québec (MESRSTQ) dans le cadre de l élaboration de la Politique nationale de la recherche et de l

Plus en détail

Communiqué de presse pour publication immédiate

Communiqué de presse pour publication immédiate Communiqué de presse pour publication immédiate Cominar Expansion et performance records en 2007 Augmentation de 43,7 % des produits d exploitation et 42,5 % du bénéfice d exploitation net Un bénéfice

Plus en détail

Les niveaux de changement d ISF

Les niveaux de changement d ISF Les niveaux de changement d ISF Les défis du développement international sont multidimensionnels. Le pouvoir, l interconnectivité, la géographie, le comportement humain, l économie, et d autres éléments

Plus en détail

Info-commerce : Incertitude économique mondiale

Info-commerce : Incertitude économique mondiale Info-commerce : Incertitude économique mondiale avril 2012 Panel de recherche d EDC Résultats du sondage de février 2012 Faits saillants Même si les É.-U. restent une importante destination commerciale,

Plus en détail

Partenariats public-privé

Partenariats public-privé Partenariats public-privé Au-delà de l approvisionnement : stratégies de gestion des contrats PPP kpmg.ca/fr CONCRÉTISER LA VALEUR DES PROJETS PPP Le modèle canadien de partenariat publicprivé (PPP) est

Plus en détail

Transformation de l assurance la perspective canadienne. kpmg.ca/assurance

Transformation de l assurance la perspective canadienne. kpmg.ca/assurance Transformation de l assurance la perspective canadienne kpmg.ca/assurance 2 Transformation de l assurance La perspective canadienne Lors de la 23 e Conférence annuelle de KPMG sur l assurance, nous avons

Plus en détail

LA MESURE DU COMMERCE ÉLECTRONIQUE L EXPÉRIENCE CANADIENNE

LA MESURE DU COMMERCE ÉLECTRONIQUE L EXPÉRIENCE CANADIENNE LA MESURE DU COMMERCE ÉLECTRONIQUE L EXPÉRIENCE CANADIENNE Daniel April Chef du bureau Enquêtes sur la radiodiffusion et la télédistribution, Statistique Canada Le commerce électronique, plus précisément

Plus en détail

Revue des grandes tendances macroéconomiques pour le secteur de l'assurance au Québec en 2013

Revue des grandes tendances macroéconomiques pour le secteur de l'assurance au Québec en 2013 Revue des grandes tendances macroéconomiques pour le secteur de l'assurance au Québec en 2013 Daniel Denis kpmg.ca L environnement externe ÉCONOMIE CONSOMMATEUR TECHNOLOGIE DÉMOGRAPHIE Secteur de l assurance

Plus en détail

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques En 2013, le Conseil des arts du Canada a publié le Document d'information : Révision des programmes de subventions de fonctionnement

Plus en détail

PARTIE III L espace mondial

PARTIE III L espace mondial PARTIE III L espace mondial SOUS-PARTIE I LE MONDE : LES GRANDES ZONES GÉOGRAPHIQUES 370 CHAPITRE 1 LES DÉPENSES DE R&D 371 CHAPITRE 2 LES COMPÉTENCES SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES 374 CHAPITRE 3 LA PRODUCTION

Plus en détail

UPSKILL : Un test crédible de la formation en littératie et compétences essentielles en milieu de travail

UPSKILL : Un test crédible de la formation en littératie et compétences essentielles en milieu de travail UPSKILL : Un test crédible de la formation en littératie et compétences essentielles en milieu de travail Points saillants UPSKILL propose une évaluation rigoureuse de la formation en compétences essentielles

Plus en détail

Profil. Solutions d investissements guidés par le passif. Gestion de Placements TD INVESTISSEMENTS GUIDÉS PAR LE PASSIF SOLUTION SUR MESURE

Profil. Solutions d investissements guidés par le passif. Gestion de Placements TD INVESTISSEMENTS GUIDÉS PAR LE PASSIF SOLUTION SUR MESURE SOLUTION SUR MESURE Solutions d investissements guidés par le passif Les investissements guidés par le passif : de quoi s agit-il? Les investissements guidés par le passif (IGP) constituent un cadre de

Plus en détail

Choix concurrentiels 2014 Rapport spécial Pleins feux sur la fiscalité

Choix concurrentiels 2014 Rapport spécial Pleins feux sur la fiscalité Choix concurrentiels 2014 Rapport spécial Pleins feux sur la fiscalité Le rapport Pleins feux sur la fiscalité est un supplément à l édition 2014 de l étude Choix concurrentiels, rapport mondial publié

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul Le nombre de dépôts de demandes en matière de propriété intellectuelle a poursuivi sur sa lancée d avant la crise, celui des dépôts de demandes de brevet augmentant à son rythme le plus fort en près de

Plus en détail

VÉRIFICATION COMPTE À FINS DÉTERMINÉES DES RÉCLAMATIONS CONTRE L IRAQ

VÉRIFICATION COMPTE À FINS DÉTERMINÉES DES RÉCLAMATIONS CONTRE L IRAQ AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET COMMERCE INTERNATIONAL BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL VÉRIFICATION DU COMPTE À FINS DÉTERMINÉES DES RÉCLAMATIONS CONTRE L IRAQ SEPTEMBRE 2003 Direction de la vérification ( SIV )

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

Plan d action pour la diversification économique

Plan d action pour la diversification économique Plan d action pour la diversification économique Asbestos 2012 Fière de son passé minier, la d Asbestos met tout en place pour favoriser l essor économique sur son territoire. Misant sur une diversification

Plus en détail

La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères

La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères RÉSUMÉ DU MODULE 8 La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères Le module 8 porte sur la conversion et la consolidation des états financiers d une filiale résidente d

Plus en détail

Vérification des Services financiers

Vérification des Services financiers Vérification des Services financiers Gestion des comptes à fins déterminées Rapport de vérification finale d attestation de qualité Date de publication du rapport : mars 2003 Date d achèvement des travaux

Plus en détail

Re c h e r c h e e t É v a l u a t i o n

Re c h e r c h e e t É v a l u a t i o n Portrait d un processus d intégration D i f f i c u l t é s r e n c o n t r é e s e t r e s s o u r c e s m i s e s à p r o f i t p a r l e s n o u v e a u x a r r i v a n t s a u c o u r s d e s q u a

Plus en détail

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du mercredi 26 septembre 2007 à 9 h 30 «Actualisation des projections à long terme : les hypothèses» Document N 04 Document de travail, n engage pas

Plus en détail

Perspectives économiques du Canada :

Perspectives économiques du Canada : Perspectives économiques du Canada : 2015 une année remplie d incertitude Pedro Antunes Économiste en chef adjoint, Le Conference Board du Canada Le 22 septembre 2015 conferenceboard.ca Perspectives mondiales

Plus en détail

NOUVEAU SITE INTERNET Une vitrine dédiée à la qualité, la fierté et la passion

NOUVEAU SITE INTERNET Une vitrine dédiée à la qualité, la fierté et la passion NOUVEAU SITE INTERNET Une vitrine dédiée à la qualité, la fierté et la passion Par MARLÈNE RANCOURT, agente de communication, Communications et vie syndicale, PLQ Une série de boutons conduisent directement

Plus en détail

Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015

Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015 L économie canadienne en transition Thèmes pour 2014-15: L environnement économique

Plus en détail

Derrière les grands titres à la une des journaux :

Derrière les grands titres à la une des journaux : Derrière les grands titres à la une des journaux : À qui le plafond plus élevé du céli profite-t-il vraiment? (Resumé) PAR Jonathan Rhys Kesselman* Juin 2015 * Jonathan Rhys Kesselman occupe la chaire

Plus en détail

La publication, au second

La publication, au second Les entreprises industrielles françaises de plus en plus impliquées dans les NTIC Malgré l adoption accélérée des différents outils des nouvelles technologies de l information et de la communication (NTIC)

Plus en détail

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements LES FONDS D INVESTISSEMENT La façon la plus accessible de diversifier vos placements Gestion professionnelle, diversification et liquidité De plus en plus de gens prennent conscience de la différence entre

Plus en détail

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données La force de l engagement MD POINT DE VUE Impartition réussie du soutien d entrepôts de données Adopter une approche globale pour la gestion des TI, accroître la valeur commerciale et réduire le coût des

Plus en détail

6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux

6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux 6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux En 2013, on prévoit que les dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux atteindront 138,3

Plus en détail

Décrypter le code génétique des entreprises industrielles les plus performantes. Juillet 2014

Décrypter le code génétique des entreprises industrielles les plus performantes. Juillet 2014 Décrypter le code génétique des entreprises industrielles les plus performantes Juillet 2014 L ADN des entreprises industrielles fait référence à un ensemble de capacités appelées aptitudes et de nombreuses

Plus en détail

L approvisionnement responsable chez Bell Canada

L approvisionnement responsable chez Bell Canada L approvisionnement responsable chez Bell Canada francois.dalpe@bell.ca Chef divisionnaire adjoint - Responsabilité d entreprise et environnement, Bell Canada Réseau environnement, Sherbrooke le 21 octobre

Plus en détail

Le rôle du courtier principal

Le rôle du courtier principal AIMA CANADA SÉRIE DE DOCUMENTS STRATÉGIQUES Le rôle du courtier principal Le courtier principal (ou courtier de premier ordre) offre aux gestionnaires de fonds de couverture des services de base qui donnent

Plus en détail

Conférence Toulouse Décembre 2007

Conférence Toulouse Décembre 2007 Conférence Toulouse Décembre 2007 _1 Avertissement Cette présentation contient des informations à caractère prévisionnel. Ces informations qui expriment des objectifs établis sur la base des appréciations

Plus en détail

RÉSULTATS DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

RÉSULTATS DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ RÉSULTATS DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À

Plus en détail

Une analyse démographique de l industrie de l assurance de dommages au Canada 2007 2017. Résumé de synthèse

Une analyse démographique de l industrie de l assurance de dommages au Canada 2007 2017. Résumé de synthèse Une analyse démographique de l industrie de l assurance de dommages au Canada 2007 2017 Résumé de synthèse Une analyse démographique de l industrie de l assurance de dommages au Canada 2007-2017 APERÇU

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES MÉDIAS SOCIAUX EXÉCUTIF ET AFFAIRES INTERGOUVERNEMENTALES ÉNONCÉ DE POLITIQUE

POLITIQUE SUR LES MÉDIAS SOCIAUX EXÉCUTIF ET AFFAIRES INTERGOUVERNEMENTALES ÉNONCÉ DE POLITIQUE POLITIQUE SUR LES MÉDIAS SOCIAUX EXÉCUTIF ET AFFAIRES INTERGOUVERNEMENTALES ÉNONCÉ DE POLITIQUE Le but de cette politique est d'établir une approche commune pour la gestion de la participation officielle

Plus en détail

11 AOÛT 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LE MEXIQUE

11 AOÛT 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LE MEXIQUE 11 AOÛT 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE L ÉCONOMIE MEXICAINE Mexique Principaux indicateurs, 2014 Population (en millions) 119,7 PIB (en G$ US courants) 1 282,7 PIB par habitant (en $ US courants) 10 714,8 Taux

Plus en détail

CADRE DE REFERENCE POUR UNE POSITION AFRICAINE COMMUNE

CADRE DE REFERENCE POUR UNE POSITION AFRICAINE COMMUNE CADRE DE REFERENCE POUR UNE POSITION AFRICAINE COMMUNE RESULTATS DE L ATELIER DE VALIDATION DES NOTES D ORIENTATION REGIONALES SUR LES RELATIONS ENTRE LES USA ET L AFRIQUE TENU A ADDIS 21 juillet 2014

Plus en détail

Introduction à l infonuagique

Introduction à l infonuagique Introduction à l infonuagique Lorsque vous stockez vos photos en ligne au lieu d utiliser votre ordinateur domestique, ou que vous utilisez le courriel Web ou un site de réseautage social, vous utilisez

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies ECE/CECI/2015/4 Conseil économique et social Distr. générale 30 juin 2015 Français Original : anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration économiques

Plus en détail

L'OCDE en graphiques

L'OCDE en graphiques Extrait de : L'OCDE en chiffres 2007 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/oif-2007-fr L'OCDE en graphiques Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE (2008), «L'OCDE en graphiques»,

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement QUÉBEC : 2013 2018 De façon générale, l investissement dans le secteur de la construction au Québec demeurera stable au cours des prochaines

Plus en détail

Résumé des principales positions des partis politiques 15 octobre 2015

Résumé des principales positions des partis politiques 15 octobre 2015 Présentation Ce document a été produit à l occasion de la campagne électorale fédérale 2015. Il vise à informer les membres de la Coalition et ses partenaires des positions des principaux partis politiques

Plus en détail