Objet : Aide d Etat N 42/2009 France Modification du dispositif du crédit d'impôt en faveur de la production phonographique

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Objet : Aide d Etat N 42/2009 France Modification du dispositif du crédit d'impôt en faveur de la production phonographique"

Transcription

1 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le C(2009)1630 Objet : Aide d Etat N 42/2009 France Modification du dispositif du crédit d'impôt en faveur de la production phonographique Monsieur le Ministre, 1 PROCEDURE 1. Par courrier du 28 janvier 2009, les autorités françaises ont notifié le projet de modification du dispositif du crédit d'impôt en faveur de la production phonographique, qui avait été autorisé par la décision de la Commission du 16 mai 2006 sur l'aide d'etat nº 45/2006 (la" décision de 2006") 1 et, après amendement, par la décision du 16 juillet 2008 sur l'aide d'etat n N 760/2007 (la "décision de 2008") 2. 2 DESCRIPTION DE LA MESURE 2. Cette mesure a été conçue par les autorités françaises en réponse aux difficultés du secteur de l'industrie musicale, liées notamment à l'essor d'internet et au développement des pratiques illégales de téléchargement. Ces difficultés ont touché tout particulièrement les contrats des nouveaux talents Son Excellence Monsieur Bernard KOUCHNER Ministre des Affaires étrangères 37, Quai d'orsay F PARIS Commission européenne, B-1049 Bruxelles Belgique Europese Commissie, B-1049 Brussel België Téléphone: (0)

2 3. Le crédit d'impôt s'adresse aux entreprises de production phonographique soumises à l'impôt sur les sociétés, et ayant donc un établissement stable en France (filiale, succursale, agence). Sa base juridique est l'article 220 octies du code général des impôts. Ce crédit permet de déduire 20% des dépenses éligibles de production de certains types de musiques, à savoir les productions de nouveaux talents, définis comme des artistes ou groupes d'artistes interprétant des œuvres musicales d'expression française ou des compositeurs ou artistes interprètes européens de musiques instrumentales, qui n'ont pas dépassé le seuil de ventes pour deux albums distincts précédant ce nouvel enregistrement. 4. Les dépenses éligibles correspondent aux frais de production des enregistrements (ainsi que de développement et de promotion de ces œuvres), pour autant qu'ils soient effectués en France ou dans un Etat membre de l'espace Economique Européen (ces dépenses sont détaillées au point 11 de la décision du 16 mai 2006). Comme il ressort de la décision de 2008, les coûts de personnel permanent directement affecté aux opérations de production et de développement des œuvres agréées ont été intégrés dans les coûts éligibles. 5. Pour les entreprises qui ne répondent pas à la définition européenne de PME au sens de la recommandation de la Commission du 6 mai 2003 concernant la définition des micro, petites et moyennes entreprises, 3 ces dépenses entrent dans la base de calcul du crédit d impôt pour les seules productions qui excèdent la moyenne, après application d une décote de 70%, des productions d albums de nouveaux talents sur les deux exercices précédents. 6. Le montant des dépenses éligibles est limité à EUR par enregistrement phonographique. La somme des crédits d'impôt ne peut excéder EUR par entreprise et par exercice, avec possibilité de le porter à EUR lorsque le nombre de nouveaux talents constaté à la clôture de l'exercice duquel le crédit d'impôt est calculé a augmenté d'au moins 25% par rapport au nombre de productions de nouveaux talents de l'exercice précédent. 7. L'intensité d'aide cumulée ne peut dépasser 50% des coûts de production. 8. Le crédit d'impôt s'applique aux dépenses éligibles engagées entre le 1er juillet 2007 et le 31 décembre Le budget annuel est estimé entre million EUR. 10. Par sa décision de 2006, la Commission a conclu à la compatibilité du crédit d'impôt à la production phonographique sur la base de l'article 87 paragraphe 3 d) EC. 2.1 Propositions d'amendement du crédit d'impôt 11. Les amendements en question ont été mis en place par l'article 56 de la loi n du 27 décembre 2008 de finances pour 2009, qui amende l'article 220 octies du code général des impôts. Les autorités françaises ont fourni à la Commission sa nouvelle version. 4 Celle-ci 3 JOUE L124/36 du 20 mai SectionTA=LEGISCTA &cidTexte=LEGITEXT &dateTexte=

3 dispose: " II.-Ouvrent droit au crédit d'impôt les dépenses engagées pour la production, le développement et la numérisation d'un enregistrement phonographique ou vidéographique musical (vidéomusique ou disque numérique polyvalent musical) remplissant les conditions cumulatives suivantes : a) Etre réalisé par des entreprises et industries techniques liées à la production phonographique qui sont établies en France ou dans un autre Etat membre de la Communauté européenne ou dans un autre Etat partie à l'accord sur l'espace économique européen ayant conclu avec la France une convention fiscale contenant une clause administrative en vue de lutter contre la fraude ou l'évasion fiscale et qui y effectuent les prestations liées à la réalisation d'un enregistrement phonographique ou vidéographique musical ainsi qu'aux opérations de postproduction ; b) Porter sur des albums de nouveaux talents définis comme des artistes, groupes d'artistes, compositeurs ou artistes-interprètes n'ayant pas dépassé le seuil de ventes pour deux albums distincts précédant ce nouvel enregistrement. S'agissant des albums d'expression, le bénéfice du crédit d'impôt est réservé aux albums de nouveaux talents dont la moitié au moins sont d'expression française ou dans une langue régionale en usage en France et aux albums de nouveaux talents, composés d'une ou de plusieurs œuvres libres de droit d'auteur au sens des articles L. 123-l à L du code de la propriété intellectuelle. S'agissant des albums de nouveaux talents, le bénéfice du crédit d'impôt s'apprécie au niveau de l'entreprise redevable de l'impôt sur les sociétés pour l'ensemble des albums qu'elle produit chaque année. ". 12. Conformément aux dispositions de l article 88.3 du TCE, les autorités françaises confirment que la mise en œuvre de la mesure en objet est suspendue jusqu à son approbation par la Commission. 13. Sur la base du nouveau projet, le bénéfice du crédit d'impôt serait restreint par la condition dite "francophonie" 5. Cette condition exige que les albums d'expression soient au moins à 50% d'expression française ou de langues régionales (p.ex. Basque). L'appréciation de ce seuil s'effectue au niveau de l'entreprise à raison de l'ensemble des albums produits par exercice. A la condition de francophonie ne sont pas soumis les albums de nouveaux talents composés d'une ou plusieurs œuvres libres de droit d'auteur au sens des articles L à L du code de la propriété intellectuelle. De ce fait, les œuvres chantées dans une langue autre que le français notamment les œuvres lyriques (opéra italiens, allemands, etc.) deviennent éligibles dès lors qu'elles sont libres de droit d'auteur. 14. Dans le domaine des musiques actuelles, les autorités françaises considèrent que la restriction de la définition des œuvres éligibles est quantitativement marginale, puisque les nouveaux talents produits par les entreprises de production éligibles sont déjà le plus souvent des artistes francophones, et donc le budget annuel estimé reste dans la fourchette comprise entre 10 et 12 millions d'eur: 15. L'article 56 prévoit en outre que les modifications décrites ci-dessus s'appliquent aux dépenses engagées à compter du 1 juillet La décision de 2006 contenait déjà la condition de francophonie pour 100% des albums éligibles. Le périmètre de la mesure a été étendu à l'ensemble des nouveaux talents dans la décision de

4 3 APPRECIATION DE LA MESURE 3.1 Existence d une aide au sens de l Article 87(1) CE 16. Dans sa décision du 16 mai 2006, la Commission a conclu que le crédit d'impôt constituait une aide d'etat au sens de l'article 87 paragraphe 1 du traité. Les amendements faisant l'objet de la présente décision ne sont pas de nature à remettre en question cette conclusion Compatibilité de l aide 17. Les autorités françaises ont notifié la mesure sur la base de l article 87 paragraphe 3 d) du Traité CE qui précise que peuvent être considérées comme compatibles avec le marché commun les aides destinées à promouvoir la culture et la conservation du patrimoine quand elles n altèrent pas les conditions des échanges dans une mesure contraire à l intérêt commun. C'est d'ailleurs sur la base de cette disposition du traité CE que la Commission a pu conclure à la compatibilité de ce crédit d'impôt dans sa décision de La Commission doit donc vérifier si les amendements remplissent un objectif culturel au sens de l article 87 paragraphe 3 d) du Traité, et si ils sont nécessaires et proportionnels à l'objectif recherché Objectif culturel des amendements 18. Dans sa décision de 2006, la Commission a reconnu que les productions phonographiques objets du crédit d'impôt, à savoir les productions de nouveaux talents tels que définis au point 6 de la présent décision étaient des produits culturels au sens de l'article 87 paragraphe 3 d) du Traité. 6 L'objectif de la mesure était donc la promotion de la culture au sens de cet article. Les amendements notifiés ne sont pas de nature à modifier cette conclusion. 19. En effet, cet amendement vise à limiter le périmètre des œuvres éligibles aux œuvres francophones des nouveaux talents, sans élimination des œuvres lyriques et classiques chantées dans d'autres langues que le français. Il n'est donc pas de nature à changer la conclusion que les œuvres éligibles sont des produits culturels au sens de l'article 87 paragraphe 3 d) Caractère proportionnel et nécessaire de la mesure concernée. 20. Afin de pouvoir être déclarée compatible avec le marché commun sur la base de l article 87 paragraphe 3 d), une mesure visant à promouvoir la culture ne doit pas altérer les conditions des échanges et de la concurrence dans une mesure contraire à l intérêt commun. Elle doit donc être nécessaire et proportionnée. La Commission doit donc répondre aux questions suivantes: 6 Décision de 2006, par

5 1. La mesure est-elle conçue de manière à atteindre son objectif culturel? En particulier : a) Est-elle un instrument approprié? b) A-t-elle un effet incitatif suffisant? c) Est-elle proportionnelle? Est-ce que le même résultat ne pourrait être obtenu avec moins d aide? 2. Est-ce que les distorsions de concurrence et les effets sur le commerce sont limités, de telle manière que le bilan global de l aide est positif? Instrument approprié 21. Sur ce point, il convient de rappeler que, selon les autorités françaises, les productions de nouveaux talents constituent une activité difficilement rentable des maisons de production Une aide, telle que ce crédit d'impôt, qui permet de diminuer les coûts de production et donc le seuil de rentabilité d'un enregistrement est un instrument approprié pour atteindre l'objectif culturel de la mesure, qui est d'encourager la production des enregistrements de nouveaux talents. Effet incitatif 23. La mesure vise à abaisser les coûts de production d'albums pour lesquels, du fait de la faible notoriété des auteurs, le retour sur investissement est plus incertain et devrait avoir pour effet d'inciter les bénéficiaires à se tourner d'avantage vers de nouveaux auteurs. De ce fait, elle crée une incitation adéquate pour des productions qui ne seraient pas soutenues ou le seraient dans une moindre mesure. A terme, la mesure vise à diversifier l'offre en accroissant par là la concurrence, tout en favorisant le maintien de production dans des langues française ou régionales concurrencées par l'expression musicale en langue anglaise. 24. Toutefois, sur la question de l'effet incitatif, la Commission note aussi que les amendements qui font l'objet de la présente décision s'appliqueront aux dépenses engagées à partir du 1 juillet Vu que l'amendement consiste seulement à réduire rétroactivement le champ des œuvres éligibles au crédit d'impôt, la rétroactivité de la mesure n'est pas de nature à porter atteinte à son effet incitatif. 7 Entre 2002 et 2004, soit avant l'entrée en vigueur du crédit d'impôt, les maisons d'édition avaient mis fin à 28% des contrats d'artistes. Sur la même période, le nombre de contrats de nouveaux talents avait baissé de 40%. Selon les informations fournies par les autorités françaises, un premier enregistrement de nouveaux talents devient rentable dès lors qu'il dépasse le seuil de exemplaires vendus. Or rares sont les enregistrements qui dépassent les Dans le domaine des musiques classiques, les seuils sont plus bas, mais tout aussi difficilement atteints. 5

6 Est-ce que la mesure est proportionnelle? 26. Il convient de souligner que l'intensité de l'aide reste de 20%, ce qui est significativement inférieur à l'intensité de 50% normalement autorisée dans le secteur culturel de la production cinématographique et de l audiovisuel. 27. La Commission note aussi que l'aide reste plafonnée à EUR, voire à EUR en cas de progression de plus de 25 % des productions de nouveaux talents par rapport à l'année précédente. 28. De plus, le seuil le plus élevé est réservé aux bénéficiaires qui auront augmenté de plus de 25% leur production de nouveaux talents: ce seuil est donc proportionné à l'effort consenti par rapport à l'objectif de la mesure. 29. De même, la décote de 70% appliquée au calcul de la franchise pour les grandes entreprises est là aussi proportionnée. 30. Dans sa décision de 2006 Commission a déjà approuvé le critère francophone de la mesure. Par la décision de 2008 le périmètre de la mesure a été étendu à l'ensemble des œuvres de nouveaux talents. Le présent amendement représente une restriction sur des œuvres éligibles par rapport à la mesure en vigueur, mais reste néanmoins dans les limites de ce que la Commission a acceptées dans sa décision de Pour l'ensemble de ces raisons, la Commission peut donc conclure que la mesure est proportionnée. Distorsions de concurrence et effets sur le commerce limités 32. La Commission note que, malgré les amendements visant à limiter l'application du crédit d'impôt, les autorités françaises continuent à évaluer le budget annuel de la mesure à une fourchette entre 10 et 12 millions EUR. Compte tenu du fait que la mesure continue à être limitée à des types de musiques peu commerciales et que son intensité reste inchangée, à un niveau relativement faible, il est toujours possible de conclure qu'elle n affecte pas les conditions de la concurrence dans une mesure qui serait contraire à l intérêt communautaire. 33. Par ailleurs, la distorsion sur le commerce entre Etats membres sera d' autant plus limitée qu'il n'y a aucune condition quant à la nationalité des artistes, interprètes, techniciens et entreprises de sous-traitance impliqués dans la production et promotion de ces œuvres phonographiques, l'expression en langue française n'étant pas l'apanage exclusif de l'etat membre qui met en place la mesure. La Commission peut donc à nouveau conclure que l effet de la mesure sur le commerce entre Etats membres est limité. 34. Compte tenu des distorsions de concurrence et des effets sur le commerce limités, le bilan de la mesure peut donc être considéré comme globalement positif. La Commission peut conclure que le crédit d'impôt en faveur de la production phonographique, tel que modifié par les amendements notifiés, est compatible avec le marché commun sur la base de l article 87, paragraphe 3, d) du traité. 6

7 4 DECISION Au terme de son analyse, la Commission considère que la mesure d aide examinée est compatible avec le marché commun en vertu de l article 87, paragraphe 3, d) du traité. La durée de validité de la présente décision est limitée à la durée d application du crédit d impôt, soit jusqu au 31 décembre Dans le cas où cette lettre contiendrait des éléments confidentiels qui ne doivent pas être divulgués à des tiers, vous êtes invités à en informer la Commission, dans un délai de quinze jours ouvrables à compter de la date de réception de la présente. Si la Commission ne reçoit pas une demande motivée à cet effet dans le délai prescrit, elle considérera que vous êtes d accord avec la communication à des tiers et avec la publication du texte intégral de la lettre, dans la langue faisant foi, sur le site Internet Cette demande devra être envoyée par lettre recommandée ou par télécopie à : Commission européenne Direction générale de la concurrence Greffe des aides d Etat Rue Joseph II, 70 B-1049 BRUXELLES Fax : +32 (0) Veuillez croire, Monsieur le Ministre, à l assurance de ma haute considération. Par la Commission Neelie Kroes Membre de la Commission 7

Object: Aide d État SA.33370 (2011/N) - France Prolongation des régimes d aides au cinéma et à l audiovisuel (NN 84/2004 et N 95/2004)

Object: Aide d État SA.33370 (2011/N) - France Prolongation des régimes d aides au cinéma et à l audiovisuel (NN 84/2004 et N 95/2004) COMMISSION EUROPEENNE Bruxelles, 20.12.2011 C(2011)9430 final Object: Aide d État SA.33370 (2011/N) - France Prolongation des régimes d aides au cinéma et à l audiovisuel (NN 84/2004 et N 95/2004) Monsieur

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE

COMMISSION EUROPÉENNE COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 30.06.2004 C (2004)2206 fin Objet: Aide d État n N 224/04 Belgique Aides d'état à la production cinématographique et audiovisuelle belge modifications au régime fédéral

Plus en détail

Aide d Etat N 447/2000 France Régime cadre : fonds de prêts d honneur d aide à la création d entreprise.

Aide d Etat N 447/2000 France Régime cadre : fonds de prêts d honneur d aide à la création d entreprise. COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 23.05.2001 SG (2001) D/ 288747 Objet: Aide d Etat N 447/2000 France Régime cadre : fonds de prêts d honneur d aide à la création d entreprise. Monsieur le Ministre,

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE. Aide d'état France SA.43200 (2015/N) Aides aux contributions financières des fonds de mutualisation

COMMISSION EUROPÉENNE. Aide d'état France SA.43200 (2015/N) Aides aux contributions financières des fonds de mutualisation COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 7.1.2016 C(2015) 9811 final Objet: Aide d'état France SA.43200 (2015/N) Aides aux contributions financières des fonds de mutualisation Monsieur, La Commission européenne

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE

COMMISSION EUROPÉENNE COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, 07.05.2014 C(2014) 2628 final VERSION PUBLIQUE Ce document est publié uniquement pour information. Objet : Aide d Etat SA.38446 (2014/N) France Taxe sur les éditeurs et

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE. Aide d'état n N 384/2007 France Aide à la création de petites entreprises nouvelles

COMMISSION EUROPÉENNE. Aide d'état n N 384/2007 France Aide à la création de petites entreprises nouvelles COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 03.X.2007 C(2007)4604 Objet: Aide d'état n N 384/2007 France Aide à la création de petites entreprises nouvelles Monsieur le Ministre, 1. PROCEDURE (1) Le 4 juillet

Plus en détail

Objet : Aide d'etat N 106/2009 France Crédit d'impôt pour les œuvres cinématographiques étrangères

Objet : Aide d'etat N 106/2009 France Crédit d'impôt pour les œuvres cinématographiques étrangères COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 02.07.2009 C (2009)5084 final Objet : Aide d'etat N 106/2009 France Crédit d'impôt pour les œuvres cinématographiques étrangères Monsieur le Ministre, J ai l'honneur

Plus en détail

Aides d'etat SA.32846 (2011/N) Luxembourg Prolongation du dispositif d'assurance crédit à l'exportation à court-terme

Aides d'etat SA.32846 (2011/N) Luxembourg Prolongation du dispositif d'assurance crédit à l'exportation à court-terme COMMISSION EUROPEENNE Bruxelles, 27.5.2011 C(2011) 3707 final Objet: Aides d'etat SA.32846 (2011/N) Luxembourg Prolongation du dispositif d'assurance crédit à l'exportation à court-terme Monsieur le Ministre,

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 02.III.2005 C (2005) 434 fin

COMMISSION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 02.III.2005 C (2005) 434 fin COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 02.III.2005 C (2005) 434 fin Objet : Aide d État n E 20/2004 - France Proposition de mesures utiles concernant les dispositions fiscales applicables aux mutuelles et

Plus en détail

Aides d État n N 242/2002 - France Aides au financement des investissements des distilleries viticoles en matière de compteurs d alcool

Aides d État n N 242/2002 - France Aides au financement des investissements des distilleries viticoles en matière de compteurs d alcool COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 06.09.2002 C(2002)3244 Objet: Aides d État n N 242/2002 - France Aides au financement des investissements des distilleries viticoles en matière de compteurs d alcool

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE

COMMISSION EUROPÉENNE COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 29.07.2014 C(2014) 5469 final VERSION PUBLIQUE Ce document est publié uniquement pour information. Objet: Aide d Etat SA.38554 (2014/N) France Modification de l'aide

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE

COMMISSION EUROPÉENNE COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, 13.03.2014 C(2014) 1606 final VERSION PUBLIQUE Ce document est publié uniquement pour information. Objet: Aide d'etat n SA.38110 (2014/N) France Régime cadre d'interventions

Plus en détail

La société civile immobilière Saint-Etienne et M. et Mme Aime demandent à la

La société civile immobilière Saint-Etienne et M. et Mme Aime demandent à la ld COUR ADMINISTRATIVE D APPEL DE LYON N 12LY00100 ------------------ Société civile immobilière Saint-Etienne et M. et Mme Aime M. Bourrachot Président M. Segado Rapporteur RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM

Plus en détail

COMMISSION EUROPEENNE. Aide d Etat/Belgique - SA 35985 (2012/N) "Indemnisation des dommages agricoles causés par la sécheresse du printemps 2011"

COMMISSION EUROPEENNE. Aide d Etat/Belgique - SA 35985 (2012/N) Indemnisation des dommages agricoles causés par la sécheresse du printemps 2011 COMMISSION EUROPEENNE Bruxelles, le C (2013) Embargo VISTA illimité(*) Objet : Aide d Etat/Belgique - SA 35985 (2012/N) "Indemnisation des dommages agricoles causés par la sécheresse du printemps 2011"

Plus en détail

COMMISSION EUROPEENNE

COMMISSION EUROPEENNE COMMISSION EUROPEENNE Bruxelles, 12.10.2011 C(2011)7309 final Sujet: Aide d'etat SA.32206 (2011/N) France Prolongation du Régime temporaire de prêts bonifiés pour les entreprises fabriquant des produits

Plus en détail

"MINI-TRAITE PRODUCTION CINEMATOGRAPHIQUE"

MINI-TRAITE PRODUCTION CINEMATOGRAPHIQUE "MINI-TRAITE PRODUCTION CINEMATOGRAPHIQUE" ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DU CANADA ET LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE RELATIF À LA PROMOTION DE PROJETS DE COPRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE Paris,

Plus en détail

AUDACIA Société par actions simplifiée au capital de 457.000 6 rue de Téhéran 75008 Paris - RCS Paris 492 471 792

AUDACIA Société par actions simplifiée au capital de 457.000 6 rue de Téhéran 75008 Paris - RCS Paris 492 471 792 AUDACIA Société par actions simplifiée au capital de 457.000 6 rue de Téhéran 75008 Paris - RCS Paris 492 471 792 CHARTE D INVESTISSEMENT - PROCEDURE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS Définitions Audacia

Plus en détail

Le Conseil d Etat (Section de l intérieur), saisi par le ministre de la culture et de la communication des questions suivantes :

Le Conseil d Etat (Section de l intérieur), saisi par le ministre de la culture et de la communication des questions suivantes : Section de l intérieur Avis n 370.169 18 mai 2004 Domaine public de l Etat Consistance et délimitation Cas de la mise à disposition de la Cinémathèque française de locaux acquis par l Etat - Affectation

Plus en détail

U IO EUROPÉE E. Bruxelles, le 6 février 2012 (OR. en) 2009/0035 (COD) PE-CO S 79/11 DRS 133 COMPET 624 ECOFI 896 CODEC 2464 OC 99

U IO EUROPÉE E. Bruxelles, le 6 février 2012 (OR. en) 2009/0035 (COD) PE-CO S 79/11 DRS 133 COMPET 624 ECOFI 896 CODEC 2464 OC 99 U IO EUROPÉE E LE PARLEME T EUROPÉE LE CO SEIL Bruxelles, le 6 février 2012 (OR. en) 2009/0035 (COD) PE-CO S 79/11 DRS 133 COMPET 624 ECOFI 896 CODEC 2464 OC 99 ACTES LÉGISLATIFS ET AUTRES I STRUME TS

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME F REGL PROF-Accueillant(e) auto. d'enfant A08 Bruxelles, le 25.06.2009 MH/BL/JP A V I S sur UN ARRETE ROYAL RELATIF A L'EXCLUSION DE L'ACTIVITE PROFESSIONNELLE

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD/2012-152

Décision du Défenseur des droits n MLD/2012-152 Paris, le Décision du Défenseur des droits n MLD/2012-152 Le Défenseur des droits, Vu la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits

Plus en détail

Précisions des modalités d'imposition en cas de transfert de siège ou d'établissement stable hors de France. I. Le droit existant en 2012 1

Précisions des modalités d'imposition en cas de transfert de siège ou d'établissement stable hors de France. I. Le droit existant en 2012 1 Précisions des modalités d'imposition en cas de transfert de siège ou d'établissement stable hors de France Sources rapports du sénat L article 30 vient utilement adapter la loi fiscale française applicable

Plus en détail

REDUCTION D IMPOT EN FAVEUR DES PME DE CROISSANCE

REDUCTION D IMPOT EN FAVEUR DES PME DE CROISSANCE REDUCTION D IMPOT EN FAVEUR DES PME DE CROISSANCE Le développement des petites et moyennes entreprises constituant un enjeu majeur de l économie française, la loi de finances pour 2007 contient des mesures

Plus en détail

Loi n 2007-1223 du 21 août 2007 en faveur du travail, de l'emploi et du pouvoir d'achat (1). Article 16

Loi n 2007-1223 du 21 août 2007 en faveur du travail, de l'emploi et du pouvoir d'achat (1). Article 16 Loi n 2007-1223 du 21 août 2007 en faveur du travail, de l'emploi et du pouvoir d'achat (1). Article 16 I. - Le I de l'article 885 I ter du code général des impôts est ainsi modifié : 1 Les trois alinéas

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE. Aide d État N 677/A/2007 - France Méthode de calcul de l élément d aide contenu dans les prêts publics

COMMISSION EUROPÉENNE. Aide d État N 677/A/2007 - France Méthode de calcul de l élément d aide contenu dans les prêts publics COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, 16.07.2008 C(2008) 3473 final Objet: Aide d État N 677/A/2007 - France Méthode de calcul de l élément d aide contenu dans les prêts publics Monsieur le Ministre, 1. PROCEDURE

Plus en détail

AMENDEMENT N 444 présenté par le Gouvernement ---------- ARTICLE ADDITIONNEL

AMENDEMENT N 444 présenté par le Gouvernement ---------- ARTICLE ADDITIONNEL Au sujet de la création d un écoprêt collectif à taux zéro nous reproduisons ci après : L amendement n 444 à la loi de finances rectificative pour 2011, adopté par l Assemblée nationale le 2 décembre 2011

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE

COMMISSION EUROPÉENNE COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 14.11.2013 C(2013) 7725 final VERSION PUBLIQUE Ce document est publié uniquement pour information. Objet: Aide d'état SA.37017 (2013/N) - Belgique Compensation des coûts

Plus en détail

COMMISSION EUROPEENNE

COMMISSION EUROPEENNE COMMISSION EUROPEENNE Bruxelles, le 12.XI.2008 C(2008) 6346 final Objet: Aide d'etat NN 41/2006 France Contribution de la Banque Postale à la réforme du financement des retraites des fonctionnaires de

Plus en détail

Série des Traités européens - n 183 CONVENTION EUROPÉENNE RELATIVE À LA PROTECTION DU PATRIMOINE AUDIOVISUEL

Série des Traités européens - n 183 CONVENTION EUROPÉENNE RELATIVE À LA PROTECTION DU PATRIMOINE AUDIOVISUEL Série des Traités européens - n 183 CONVENTION EUROPÉENNE RELATIVE À LA PROTECTION DU PATRIMOINE AUDIOVISUEL Strasbourg, 8.XI.2001 STE 183 Protection du patrimoine audiovisuel, 8.XI.2001 2 Préambule Chapitre

Plus en détail

prévues au 1. «3. L'exonération s'applique dans les mêmes conditions aux parts de fonds d'investissement de proximité définis par l'article L.

prévues au 1. «3. L'exonération s'applique dans les mêmes conditions aux parts de fonds d'investissement de proximité définis par l'article L. Article 16 I. - Le I de l'article 885 I ter du code général des impôts est ainsi modifié : 1 Les trois alinéas sont regroupés sous un 1 ; 2 Dans le premier alinéa, après les mots : «sa souscription au

Plus en détail

Régime cadre exempté de notification N X64/2008 relatif aux aides à la formation

Régime cadre exempté de notification N X64/2008 relatif aux aides à la formation Régime cadre exempté de notification N X64/2008 relatif aux aides à la formation Les autorités françaises ont informé la Commission de la mise en œuvre du présent régime cadre relatif aux aides à la formation

Plus en détail

DON. Le bien qui fait l objet du don peut être de nature diverse : billets de banques, chèques, meubles, titres au porteur, etc.

DON. Le bien qui fait l objet du don peut être de nature diverse : billets de banques, chèques, meubles, titres au porteur, etc. DON DEFINITION Toute association régulièrement déclarée peut recevoir un don dit «manuel» (c est- à- dire effectué «de la main à la main» entre un particulier et l association), sans qu il soit nécessaire

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 06/05/2003 C(2003) 1422 final RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 06/05/2003 concernant la définition des micro, petites et moyennes entreprises RECOMMANDATION

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 3 - Texte adopté par l Assemblée nationale en première lecture. Dispositions en vigueur. Texte du projet de loi

TABLEAU COMPARATIF - 3 - Texte adopté par l Assemblée nationale en première lecture. Dispositions en vigueur. Texte du projet de loi - 3 - TABLEAU COMPARATIF Projet de loi pour une Ré numérique Projet de loi pour une Ré numérique Projet de loi pour une société numérique Amdt COM-81 et ss-amdt COM-413 TITRE I ER TITRE I ER TITRE I ER

Plus en détail

Cas n COMP/M.2805 - NATEXIS BANQUES POPULAIRES / COFACE. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS

Cas n COMP/M.2805 - NATEXIS BANQUES POPULAIRES / COFACE. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS FR Cas n COMP/M.2805 - NATEXIS BANQUES POPULAIRES / COFACE Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS Article 6, paragraphe 1,

Plus en détail

La propriété des œuvres réalisées par les salariés dans le cadre de leur contrat de travail

La propriété des œuvres réalisées par les salariés dans le cadre de leur contrat de travail DIVERS La propriété des œuvres réalisées par les salariés dans le cadre de leur contrat de travail INTRODUCTION De multiples créations sont réalisées dans le cadre des entreprises par leurs salariés. Il

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Le régime fiscal des associations (Dossier réalisé par Michèle Lorillon, In Extenso) Le principe de base est l exonération des impôts commerciaux pour les associations.

Plus en détail

CREG AVIS A 2000/012-D COMMISSION DE REGULATION DE L ELECTRICITE ET DU GAZ

CREG AVIS A 2000/012-D COMMISSION DE REGULATION DE L ELECTRICITE ET DU GAZ CREG Commission de Régulation de l Electricité et du Gaz Rue de l Industrie 26-38 1040 Bruxelles Tél. 02/289.76.11 Fax 02/289.76.09 COMMISSION DE REGULATION DE L ELECTRICITE ET DU GAZ AVIS A 2000/012-D

Plus en détail

9 QUESTIONS POUR MIEUX COMPRENDRE LE REGIME DE LA FRANCHISE DE TAXE POUR LES PETITES ENTREPRISES

9 QUESTIONS POUR MIEUX COMPRENDRE LE REGIME DE LA FRANCHISE DE TAXE POUR LES PETITES ENTREPRISES 9 QUESTIONS POUR MIEUX COMPRENDRE LE REGIME DE LA FRANCHISE DE TAXE POUR LES PETITES ENTREPRISES Service Public Fédéral FINANCES Secteur TVA Edition 2013 Dépôt légal: D/2005/0719/3 AVANT-PROPOS Dans le

Plus en détail

Appels à projets 2015: Le Conseil Régional de Lorraine fait son Cinéma Fiche 7 : Aide à la production d œuvres cinématographiques de longue durée

Appels à projets 2015: Le Conseil Régional de Lorraine fait son Cinéma Fiche 7 : Aide à la production d œuvres cinématographiques de longue durée Appels à projets 2015: Le Conseil Régional de Lorraine fait son Cinéma Fiche 7 : Aide à la production d œuvres cinématographiques de longue durée Objectifs Ce fonds de soutien est mis en place : - Pour

Plus en détail

DISPOSITIFS Aide à l'enregistrement

DISPOSITIFS Aide à l'enregistrement DISPOSITIFS Aide à l'enregistrement JUILLET 2014 PRODUCTION DE DISQUE Web : www.sppf.com Mail : Territoire concerné : L'aide à la création de phonogramme concerne les réalisations d'un album d'au moins

Plus en détail

CONVENTION ENTRE LA FRANCE LE CANADA

CONVENTION ENTRE LA FRANCE LE CANADA CONVENTION ENTRE LA FRANCE ET LE CANADA TENDANT A EVITER LES DOUBLES IMPOSITIONS ET A PREVENIR L'EVASION FISCALE EN MATIERE DE DROITS DE MUTATION PAR DECES signée à Paris le 16 mars 1951, approuvée par

Plus en détail

EXAMEN DE LA CONCORDANCE ENTRE L'IAS 1 ET LES DIRECTIVES COMPTABLES EUROPÉENNES

EXAMEN DE LA CONCORDANCE ENTRE L'IAS 1 ET LES DIRECTIVES COMPTABLES EUROPÉENNES XV/7030/98 FR EXAMEN DE LA CONCORDANCE ENTRE L'IAS 1 ET LES DIRECTIVES COMPTABLES EUROPÉENNES DIRECTION GÉNÉRALE XV Marché intérieur et services financiers -1- Le présent document est destiné à un usage

Plus en détail

sur le temps de travail du personnel de l'etat Le Conseil d'etat du canton de Fribourg

sur le temps de travail du personnel de l'etat Le Conseil d'etat du canton de Fribourg .70. Règlement du 5 juin 009 sur le temps de travail du personnel de l'etat Le Conseil d'etat du canton de Fribourg Vu l'article 58 de la loi du 7 octobre 00 sur le personnel de l'etat (LPers) ; Vu les

Plus en détail

Le traitement par l ARCEP des réclamations des utilisateurs des services postaux

Le traitement par l ARCEP des réclamations des utilisateurs des services postaux Juillet 2013 Le traitement par l ARCEP des réclamations des utilisateurs des services postaux Le cadre juridique et les modalités de traitement des réclamations 1 Introduction Aux termes de l article L.

Plus en détail

A V I S N 1.535 ----------------------- Séance du vendredi 18 novembre 2005 --------------------------------------------------

A V I S N 1.535 ----------------------- Séance du vendredi 18 novembre 2005 -------------------------------------------------- A V I S N 1.535 ----------------------- Séance du vendredi 18 novembre 2005 -------------------------------------------------- Aspects fiscaux de l'avant-projet de loi relative au Pacte de solidarité entre

Plus en détail

Les soutiens de l ADEME aux Plans de Déplacements Entreprise en Île-de-France

Les soutiens de l ADEME aux Plans de Déplacements Entreprise en Île-de-France Les soutiens de l ADEME aux Plans de Déplacements Entreprise en Île-de-France Les PDE sont des démarches liées à l'établissement : accessibilité et attitudes de mobilité. Vous devez au préalable vérifier

Plus en détail

CONTRAT TYPE ENTENTE RELATIVE AU REGROUPEMENT D'EMPLOYEURS AUX FINS DE L'ASSUJETTISSEMENT À DES TAUX PERSONNALISÉS ET AU CALCUL DE CES TAUX

CONTRAT TYPE ENTENTE RELATIVE AU REGROUPEMENT D'EMPLOYEURS AUX FINS DE L'ASSUJETTISSEMENT À DES TAUX PERSONNALISÉS ET AU CALCUL DE CES TAUX CONTRAT TYPE ENTENTE RELATIVE AU REGROUPEMENT D'EMPLOYEURS AUX FINS DE L'ASSUJETTISSEMENT À DES TAUX PERSONNALISÉS ET AU CALCUL DE CES TAUX ENTRE : LA COMMISSION DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL,

Plus en détail

4/ Doit-on et/ou peut-on facturer cette indemnité et si oui, doit-on et/ou peut-on relancer la facture en cas de non-paiement?

4/ Doit-on et/ou peut-on facturer cette indemnité et si oui, doit-on et/ou peut-on relancer la facture en cas de non-paiement? Juillet 2013 L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES 1/ La mention de l indemnité sur les conditions générales de vente (CGV) et les factures et son versement en cas de retard

Plus en détail

2260000 Commission paritaire pour les employés du commerce international, du transport et de la logistique

2260000 Commission paritaire pour les employés du commerce international, du transport et de la logistique 2260000 Commission paritaire pour les employés du commerce international, du transport et de la logistique Suppléments de salaire travail en équipes travail de nuit travail du weekend jours fériés... 2

Plus en détail

RA 2014 Annexe Le décret de 1994

RA 2014 Annexe Le décret de 1994 DateDoc Bibli othèque nationale de France RA 2014 Annexe Le décret de 1994 29/05/2015 16:35:44 Bibliothèque nationale de France délégation à la Stratégie et à la Recherche version du 29 mai 2015 émetteur

Plus en détail

B. Le formalisme du contrat de sous-traitance

B. Le formalisme du contrat de sous-traitance LE REGIME JURIDIQUE DE LA SOUS-TRAITANCE EN ITALIE Textes de référence :! Loi n 192 du 18 juin 1998 sur la sous-traitance dans les activités de production (en annexe) Table des matières A. Notion juridique

Plus en détail

Commission des affaires européennes

Commission des affaires européennes X I V e L É G I S L A T U R E Communication Mercredi 12 février 16h15 Commission des affaires européennes Communication de M me Estelle Grelier sur la consultation ouverte par la Commission européenne

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 1 bis du 29 janvier 2009 C2008-115 / Lettre du ministre de l économie, de l industrie et de l emploi du 5 décembre

Plus en détail

Accord sur la rémunération des artistes interprètes en cas de rediffusion par les chaînes analogiques terrestres

Accord sur la rémunération des artistes interprètes en cas de rediffusion par les chaînes analogiques terrestres Accord sur la rémunération des artistes interprètes en cas de rediffusion par les chaînes analogiques terrestres Le présent accord conclu entre les parties signataires de la convention collective des artistes

Plus en détail

E 2456 ASSEMBLEE NATIONALE TEXTE SOUMIS EN APPLICATION DE L'ARTICLE 88-4 DE LA CONSTITUTION À L'ASSEMBLÉENATIONALE ET AU SÉNAT

E 2456 ASSEMBLEE NATIONALE TEXTE SOUMIS EN APPLICATION DE L'ARTICLE 88-4 DE LA CONSTITUTION À L'ASSEMBLÉENATIONALE ET AU SÉNAT E 2456 ASSEMBLEE NATIONALE SENAT DOUZIEME LEGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2003-2004 Reçu à la Présidence de l'assemblée nationale le 3 décembre 2003 Annexe au procès-verbal de la séance du 3 décembre

Plus en détail

Exemple de statuts pour une SASU proposé par STATUTS

Exemple de statuts pour une SASU proposé par STATUTS Exemple de statuts pour une SASU proposé par STATUTS Préambule Le soussigné : - M. ou Mme XXXXXX (Indiquer le nom, prénoms et domicile). Il a été arrêté et convenu ce qui suit : Article 1. Forme La société

Plus en détail

ANNEXE 1 : RAPPELS SUR LES REGLES ENCADRANT LES RELATIONS FINANCIERES DES COLLECTIVITES PUBLIQUES AVEC LES ASSOCIATIONS

ANNEXE 1 : RAPPELS SUR LES REGLES ENCADRANT LES RELATIONS FINANCIERES DES COLLECTIVITES PUBLIQUES AVEC LES ASSOCIATIONS PREMIER MINISTRE LE HAUT COMMISSAIRE À LA JEUNESSE ANNEXE 1 : RAPPELS SUR LES REGLES ENCADRANT LES RELATIONS FINANCIERES DES COLLECTIVITES PUBLIQUES AVEC LES ASSOCIATIONS Les associations à but non lucratif

Plus en détail

COM (2013) 109 final

COM (2013) 109 final COM (2013) 109 final ASSEMBLÉE NATIONALE QUATORZIEME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2012-2013 Reçu à la Présidence de l Assemblée nationale le 19 mars 2013 Enregistré à la Présidence du Sénat le

Plus en détail

Numéro du rôle : 2734. Arrêt n 112/2004 du 23 juin 2004 A R R E T

Numéro du rôle : 2734. Arrêt n 112/2004 du 23 juin 2004 A R R E T Numéro du rôle : 2734 Arrêt n 112/2004 du 23 juin 2004 A R R E T En cause : le recours en annulation de l article 46bis, alinéa 5, du Code des droits d enregistrement, d hypothèque et de greffe, tel qu

Plus en détail

DBV TECHNOLOGIES Société Anonyme au capital de 882.274,50 Green Square Bâtiment D, 80/84 rue des meuniers Bagneux 441 772 522 R.C.S.

DBV TECHNOLOGIES Société Anonyme au capital de 882.274,50 Green Square Bâtiment D, 80/84 rue des meuniers Bagneux 441 772 522 R.C.S. DBV TECHNOLOGIES Société Anonyme au capital de 882.274,50 Green Square Bâtiment D, 80/84 rue des meuniers Bagneux 441 772 522 R.C.S. Nanterre (la "Société") REGLEMENT INTERIEUR Adopté, sous condition suspensive,

Plus en détail

RAPPORT FINAL D ENQUÊTE CONCERNANT LA CIRCULATION DE RENSEIGNEMENTS PERSONNELS RELATIVE AU PERSONNEL ÉLECTORAL AYANT TRAVAILLÉ

RAPPORT FINAL D ENQUÊTE CONCERNANT LA CIRCULATION DE RENSEIGNEMENTS PERSONNELS RELATIVE AU PERSONNEL ÉLECTORAL AYANT TRAVAILLÉ RAPPORT FINAL D ENQUÊTE CONCERNANT LA CIRCULATION DE RENSEIGNEMENTS PERSONNELS RELATIVE AU PERSONNEL ÉLECTORAL AYANT TRAVAILLÉ AUX ÉLECTIONS 2001 DE LA VILLE DE QUÉBEC DOSSIER 01 17 24 FÉVRIER 2002 LAURENT

Plus en détail

Directive 72/161/CEE du Conseil (17 avril 1972)

Directive 72/161/CEE du Conseil (17 avril 1972) Directive 72/161/CEE du Conseil (17 avril 1972) Légende: Malgré l'impopularité de certaines mesures du Plan Mansholt, le Conseil des ministres s'y rallie et adopte, le 17 avril 1972, une directive sur

Plus en détail

Au sens du règlement CE 364/2004 du 25 février 2004, on entend par PME, l'entité économique:

Au sens du règlement CE 364/2004 du 25 février 2004, on entend par PME, l'entité économique: Prime e-business Faqs Qu'entend-on par PME? Au sens du règlement CE 364/2004 du 25 février 2004, on entend par PME, l'entité économique: dont l'effectif d'emploi est inférieur à 250 personnes; dont: soit

Plus en détail

La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage

La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage Source: www.miroirsocial.com Le 15 mai dernier, la Cour de Cassation a rendu un

Plus en détail

0.837.916.3 Accord d assurance-chômage entre la Confédération suisse et la République d Autriche

0.837.916.3 Accord d assurance-chômage entre la Confédération suisse et la République d Autriche Traduction 1 0.837.916.3 Accord d assurance-chômage entre la Confédération suisse et la République d Autriche Conclu le 14 décembre 1978 Approuvé par l Assemblée fédérale le 4 octobre 1979 2 Instruments

Plus en détail

EMMANUEL DiENY Avocat à la Cour

EMMANUEL DiENY Avocat à la Cour AUTORITE DE LA CONCURRENCE 11 ruede l'echelle - 75001 PARIS 0 5 Nnv 20C9 La Procédure Courrier Arrivée Autorité de la Concurrence Madame Virginie Beaumeunier Rapporteure générale Madame Simone de Mallmann

Plus en détail

La publication de brochures et guides par les Offices de Tourisme

La publication de brochures et guides par les Offices de Tourisme La publication de brochures et guides par les Offices de Tourisme L article L. 133-3 du Code du tourisme, dispose : «L'office de tourisme assure l'accueil et l'information des touristes ainsi que la promotion

Plus en détail

COLLEGE DE L AUTORITE DE REGULATION DES JEUX EN LIGNE

COLLEGE DE L AUTORITE DE REGULATION DES JEUX EN LIGNE COLLEGE DE L AUTORITE DE REGULATION DES JEUX EN LIGNE DECISION N 2013-010 EN DATE DU 24 JANVIER 2013 PORTANT APPROBATION D UNE CONVENTION DE PARTENARIAT Le collège de l Autorité de régulation des jeux

Plus en détail

SIGNATURE D'UN ÉCHANGE DE LETTRES ENTRE LA COMMISSION DES OPÉRATIONS DE BOURSE ET LA COMMISSION FÉDÉRALE DES BANQUES SUISSE

SIGNATURE D'UN ÉCHANGE DE LETTRES ENTRE LA COMMISSION DES OPÉRATIONS DE BOURSE ET LA COMMISSION FÉDÉRALE DES BANQUES SUISSE LA COOPÉRATION INTERNATIONALE SIGNATURE D'UN ÉCHANGE DE LETTRES ENTRE LA COMMISSION DES OPÉRATIONS DE BOURSE ET LA COMMISSION FÉDÉRALE DES BANQUES SUISSE M. Michel Prada, président de la Commission des

Plus en détail

développement de l'action culturelle de TOULOUSE (ASCODE), dont vous

développement de l'action culturelle de TOULOUSE (ASCODE), dont vous N/Réf. : GO927201 Monsieur le Président, Dans le cadre du contrôle de l'association pour la coordination et le développement de l'action culturelle de TOULOUSE (ASCODE), dont vous avez été informé par

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 364551 ECLI:FR:CESSR:2013:364551.20130311 Mentionné dans les tables du recueil Lebon Mme Laurence Marion, rapporteur M. Bertrand Dacosta, rapporteur public FOUSSARD ; SCP BOULLOCHE, avocat(s)

Plus en détail

LE REGIME FISCAL DES ORGANISMES A BUT NON LUCRATIF

LE REGIME FISCAL DES ORGANISMES A BUT NON LUCRATIF 1/6 NOTE JURIDIQUE LE REGIME FISCAL DES ORGANISMES A BUT NON LUCRATIF 1. Les enjeux. En principe, les associations relevant de la loi du 1er juillet 1901, et plus généralement les organismes à but non

Plus en détail

Convention collective nationale des entreprises d'expertises en matière d'évaluations industrielles et commerciales du 7 décembre 1976

Convention collective nationale des entreprises d'expertises en matière d'évaluations industrielles et commerciales du 7 décembre 1976 Convention collective nationale des entreprises d'expertises en matière d'évaluations industrielles et commerciales du 7 décembre 1976 IDCC : - N de brochure : Sommaire Titre I : Dispositions générales

Plus en détail

A.Gt 06-10-2011 M.B. 09-11-2011

A.Gt 06-10-2011 M.B. 09-11-2011 Docu 37207 p.1 Arrêté du Gouvernement de la Communauté française relatif au télétravail A.Gt 06-10-2011 M.B. 09-11-2011 Le Gouvernement de la Communauté française, Vu la loi spéciale du 8 août 1980 de

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE

DOSSIER DE CANDIDATURE PRÉFET DE LARÉGION LANGUEDOC- F ROUSSILLON DOSSIER DE CANDIDATURE Les dossiers de candidature comprendront l ensemble des documents listés ci-après ainsi que tout document permettant d apprécier la qualité

Plus en détail

DEINOVE Société Anonyme Au capital social de 2.001.174 Euros Siège Social : 22, rue Léon Jouhaux 75010 Paris 492 272 521 R.C.S.

DEINOVE Société Anonyme Au capital social de 2.001.174 Euros Siège Social : 22, rue Léon Jouhaux 75010 Paris 492 272 521 R.C.S. DEINOVE Société Anonyme Au capital social de 2.001.174 Euros Siège Social : 22, rue Léon Jouhaux 75010 Paris 492 272 521 R.C.S. Paris RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE EN

Plus en détail

Rapport pour le conseil régional JUIN 2010

Rapport pour le conseil régional JUIN 2010 Rapport pour le conseil régional JUIN 2010 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france DISPOSITIONS RELATIVES AUX REGLES DE TRANSPARENCE DEMANDEES PAR LA REGION ILE-DE-FRANCE

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE

COMMISSION EUROPÉENNE COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, 22.V.2007 C(2007)2249 Objet: Aide d'état N 122/2007 France Prime à l Aménagement du Territoire pour la Recherche, le Développement et l Innovation (PAT «RDI»). Monsieur

Plus en détail

Cas n COMP/M.5411 - JOHNSON & JOHNSON CONSUMER FRANCE / VANIA / LABORATOIRES POLIVE. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS

Cas n COMP/M.5411 - JOHNSON & JOHNSON CONSUMER FRANCE / VANIA / LABORATOIRES POLIVE. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS FR Cas n COMP/M.5411 - JOHNSON & JOHNSON CONSUMER FRANCE / VANIA / LABORATOIRES POLIVE Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS

Plus en détail

N 2586 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

N 2586 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI N 2586 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 18 février 2015. PROJET DE LOI autorisant l approbation de l avenant

Plus en détail

ACCORD SUR L'AIDE À L'INDUSTRIE CINEMATOGRAPHIQUE ENTRE LE GOUVERNEMENT DU CANADA ET LE GOUVERNEMENT DU ROYAUME DE BELGIQUE

ACCORD SUR L'AIDE À L'INDUSTRIE CINEMATOGRAPHIQUE ENTRE LE GOUVERNEMENT DU CANADA ET LE GOUVERNEMENT DU ROYAUME DE BELGIQUE ACCORD SUR L'AIDE À L'INDUSTRIE CINEMATOGRAPHIQUE ENTRE LE GOUVERNEMENT DU CANADA ET LE GOUVERNEMENT DU ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le 24 février 1984 ACCORD SUR L'AIDE A L'INDUSTRIE CINEMATOGRAPHIQUE

Plus en détail

RÉGLEMENT DU FONDS DE SOUTIEN DE RHÔNE-ALPES CINÉMA À LA COPRODUCTION D ŒUVRES CINÉMATOGRAPHIQUES DE LONGUE DURÉE

RÉGLEMENT DU FONDS DE SOUTIEN DE RHÔNE-ALPES CINÉMA À LA COPRODUCTION D ŒUVRES CINÉMATOGRAPHIQUES DE LONGUE DURÉE RÉGLEMENT DU FONDS DE SOUTIEN DE RHÔNE-ALPES CINÉMA À LA COPRODUCTION D ŒUVRES CINÉMATOGRAPHIQUES DE LONGUE DURÉE I - DISPOSITIONS GÉNÉRALES (1 er janvier 2015) Depuis 1991 et la création du Centre Européen

Plus en détail

Spécial loi de finances rectifiative pour 2013 :

Spécial loi de finances rectifiative pour 2013 : Numéro 72 Janvier 2014 Spécial loi de finances rectifiative pour 2013 : La loi de finances rectificative pour 2013 du 29 décembre 2013 a été publiée au Journal officiel du 30 décembre 2013 sous le numéro

Plus en détail

I. Les entreprises concernées

I. Les entreprises concernées RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 13-DCC-81 du 2 juillet 2013 relative à la création de la Banque Publique d Investissement, entreprise commune de l État français et à la Caisse des Dépôts et Consignations

Plus en détail

(articles L. 1612-2 et L. 1612-15 du code général des collectivités territoriales)

(articles L. 1612-2 et L. 1612-15 du code général des collectivités territoriales) CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE BOURGOGNE SEANCE du 11 juin 2009 AVIS n 09-CB-08 SYNDICAT INTERCOMMUNAL D ALIMENTATION EN EAU POTABLE DE LA REGION DU BAZOIS (département de la Nièvre) BUDGET 2009 (articles

Plus en détail

LE FINANCEMENT DE L ENSEIGNEMENT EN COMMUNAUTE FRANCAISE

LE FINANCEMENT DE L ENSEIGNEMENT EN COMMUNAUTE FRANCAISE LE FINANCEMENT DE L ENSEIGNEMENT EN COMMUNAUTE FRANCAISE Michaël VAN DEN KERKHOVE et Robert DESCHAMPS Centre de Recherches sur l Economie Wallonne FUNDP Introduction La réforme institutionnelle de 1988

Plus en détail

NOTE FISCALE. Taxe sur les surfaces commerciales (TaSCom)

NOTE FISCALE. Taxe sur les surfaces commerciales (TaSCom) NOTE FISCALE N 05.12 Emilie REPUSSEAU Mai 2012 Version mise à jour Taxe sur les surfaces commerciales (TaSCom) Depuis le 1 er janvier 2011, la TaSCom est affectée à la commune sur le territoire de laquelle

Plus en détail

Bruxelles, le 6 novembre 2007. Madame, Monsieur, Introduction

Bruxelles, le 6 novembre 2007. Madame, Monsieur, Introduction Politique prudentielle banques et assurances Bruxelles, le 6 novembre 2007 Communication de la CBFA sur sa politique concernant les questions d externalisation de services de gestion de portefeuille de

Plus en détail

Par conséquent, il convient d'étudier plus précisément les différentes situations de fait pouvant constituer des changements d'activité.

Par conséquent, il convient d'étudier plus précisément les différentes situations de fait pouvant constituer des changements d'activité. LES CONSEQUENCES FISCALES DU CHANGEMENT D'OBJET SOCIAL Article juridique publié le 26/01/2015, vu 1384 fois, Auteur : Maître Joan DRAY Le changement d'objet social ou d'activité réelle entraîne la cessation

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 19-VII-2006 C(2006)3217 final

COMMISSION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 19-VII-2006 C(2006)3217 final COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 19-VII-2006 C(2006)3217 final Objet: Aide d Etat N 351/2006 France Crédit d impôt en faveur des sociétés créées pour le rachat de tout ou partie du capital d une entreprise

Plus en détail

Cas n COMP/M.4096 - CARREFOUR / HYPARLO. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS

Cas n COMP/M.4096 - CARREFOUR / HYPARLO. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS FR Cas n COMP/M.4096 - CARREFOUR / HYPARLO Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS Article 6, paragraphe 1, point b) NON-OPPOSITION

Plus en détail

Accompagner. Guide. sur la définition d une «PME»

Accompagner. Guide. sur la définition d une «PME» Accompagner Guide sur la définition d une «PME» Introduction Ce guide vous permet de connaître les détails et explications sur la définition des «PME» qui a pris effet depuis le 1 er janvier 2005. Pour

Plus en détail

DECRET Décret n 2006-963 du 1 août 2006 portant organisation et fonctionnement de l'agence nationale de la recherche.

DECRET Décret n 2006-963 du 1 août 2006 portant organisation et fonctionnement de l'agence nationale de la recherche. DECRET Décret n 2006-963 du 1 août 2006 portant organisation et fonctionnement de l'agence nationale de la recherche. NOR: MENX0600086D Version consolidée au 26 mars 2014 Le Président de la République,

Plus en détail

13 ENGAGEMENTS POUR LA MUSIQUE EN LIGNE

13 ENGAGEMENTS POUR LA MUSIQUE EN LIGNE 13 ENGAGEMENTS POUR LA MUSIQUE EN LIGNE Le processus «Création et Internet», entamé lors de la signature des Accords de l Elysée le 23 novembre 2007, comporte deux volets indissociables : protéger le droit

Plus en détail

Note explicative de l ETF sur l'application du salaire minimum national au secteur du transport routier: une mesure exigée par la législation de l'ue

Note explicative de l ETF sur l'application du salaire minimum national au secteur du transport routier: une mesure exigée par la législation de l'ue Galerie Agora, Rue du Marché aux Herbes 105, Bte 11 B-1000 Brussels Telephone +32 2 285 46 60 Fax +32 2 280 08 17 Email: etf@etf-europe.org www.etf-europe.org European Transport Workers Federation Fédération

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES D ACHAT IDVERDE :

CONDITIONS GÉNÉRALES D ACHAT IDVERDE : CONDITIONS GÉNÉRALES D ACHAT IDVERDE : Article 1 Champ d application Toute commande passée par IDVERDE (ci-après dénommée «l Acheteur») auprès d un fournisseur de Biens ou d un prestataire de Services

Plus en détail

LORRAINE - RÈGLEMENTS 2014

LORRAINE - RÈGLEMENTS 2014 LORRAINE - RÈGLEMENTS 2014 Aide à la réécriture et au développement Objectifs L'aide à la réécriture et au développement est mise en place : - pour permettre la professionnalisation du secteur du cinéma

Plus en détail

LICENCIEMENT ECONOMIQUE : ARRETS DE LA COUR DE CASSATION RELATIF A LA SAUVEGARDE DE LA COMPETITIVITE DE L ENTREPRISE

LICENCIEMENT ECONOMIQUE : ARRETS DE LA COUR DE CASSATION RELATIF A LA SAUVEGARDE DE LA COMPETITIVITE DE L ENTREPRISE SOCIAL N 31 SOCIAL N 8 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 7 février 2006 ISSN 1769-4000 LICENCIEMENT ECONOMIQUE : ARRETS DE LA COUR DE CASSATION RELATIF A LA SAUVEGARDE DE LA COMPETITIVITE

Plus en détail

E 3527 DOUZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2006-2007

E 3527 DOUZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2006-2007 E 3527 ASSEMBLÉE NATIONALE S É N A T DOUZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2006-2007 Reçu à la Présidence de l'assemblée nationale Enregistré à la Présidence du Sénat le 18 mai 2007 le 18 mai 2007

Plus en détail