Manuel cardiologique Réseau «Clinique du Coeur»

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Manuel cardiologique Réseau «Clinique du Coeur»"

Transcription

1 Manuel cardiologique Réseau «Clinique du Coeur» Ce manuel reprend une synthèse des recommandations actualisées en Cardiologie et Chirurgie Cardiaque à la date d'édition du présent manuel (juin 2013) et ne dispense pas les médecins d'adapter leur pratique en fonction de l'évolution de celles-ci. Principes généraux de la prise en charge des patients cardiaques. La philosophie qui guide le choix d'une revascularisation et de la technique utilisée repose sur une approche individuelle du patient. La décision tient compte de la présentation clinique, des co-morbidités du patient, de son anatomie coronaire, de l'expérience des équipes médicales et chirurgicales, ainsi que de l'avis du patient. L'importance du dialogue médico-chirurgical et de l'approche multidisciplinaire est stigmatisée dans toutes les recommandations. L'information éclairée du patient sur les risques, inconvénients et avantages des différents choix thérapeutiques possibles est également primordiale. Eléments d'orientation thérapeutique. Le but premier de la revascularisation myocardique et de la prise en charge des maladies valvulaires est d'améliorer la survie du patient au prix d'un minimum de complications. Afin de préciser les risques des différentes options de revascularisation myocardiques, différents scores prédictifs intégrant les aspects anatomiques des lésions coronaires et les comorbidités des patients (pathologies cardiovasculaires associées, rénales, respiratoires, neurologiques,...) ont été développés. II est indispensable de se référer à ces différents scores pour mieux comprendre les risques et les bénéfices des différentes alternatives thérapeutiques. Le score SYNTAX( peut être utilisé pour prédire les résultats à 5 ans de l'angioplastie par comparaison à la chirurgie lorsque l'on envisage la revascularisation d'un patient

2 présentant des lésions sur plusieurs vaisseaux ou au niveau du tronc commun gauche. Ce score est basé sur une analyse détaillée de l'anatomie coronaire. L'EuroScore (ainsi que d'autres modèles tels que le STS score aux Etats Unis)a été développé pour évaluer le risque vital de la revascularisation chirurgicale et secondairement des autres interventions cardiaques. II est utile de s'y référer pour orienter la décision thérapeutique. ( Les guidelines Européennes et Internationales des différentes Sociétés Scientifiques Cardiologiques et Chirurgicales sont mises à jour régulièrement et font l'objet de publications dans les plus grandes revues internationales. Elles constituent également un point de référence indispensable dans les prises de décision pour les patients présentant des pathologies coronariennes, valvulaires ou rythmiques. La décision thérapeutique finale doit donc faire l'objet d'une discussion pluridisciplinaire incluant tous les acteurs médicaux responsables de la prise en charge du patient (Heart Team) et le patient doit en être dûment informé. Pathologies coronariennes Suivant les guidelines, il existe des situations urgentes pour lesquelles une revascularisation par angioplastie s'impose dans les plus brefs délais (infarctus aigus, avec ou sans sus décalage du segment ST, ou les états de choc consécutifs à une ischémie ou à une nécrose myocardique). L'angioplastie réalisée dans la foulée d'un cathétérisme diagnostique est également admise chez les patients stables présentant une ou deux lésions coronaires aisément accessiblespar angioplastie, en particulier en l'absence de lésion de I'IVA proximale. A. Indications de revascularisation pour les syndromes coronariens instables A 1. Infarctus avec sus décalage ST. Actuellement, la thrombolyse n'est recommandée que pour les situations où le transfert vers une salle de cathétérisme interventionnel du patient est impossible endéans les 120 minutes. Chez les patients traités initialement par thrombolyse, un cathétérisme coronaire, avec angioplastie si nécessaire, est recommandé endéans les 24 heures, ou le plus rapidement possible si le patient conserve des signes d'ischémie ou une instabilité hémodynamique. Dans tous les autres cas, l'angioplastie primaire est le traitement de choix de l'infarctus avec sus décalage ST dont les symptômes ont débutés 6 à 12 heures auparavant. L'angioplastie s'indique également chez les patients avec signes d'ischémie persistante 12 à 24 heures après le début de la douleur, ainsi que chez les sujets admis plus de 12 heures après une nécrose étendue. Par contre, il

3 n'existe pas d'indication de revascularisation d'une artère obstruée depuis plus de 24 heures et responsable d'un infarctus chez un patient stable, en l'absence de signes objectifs d'ischémie. Cette intervention doit s'effectuer après une préparation pharmacologique adéquate comprenant l'administration d'antiagrégants plaquettaires (Aspirine + ticlopidine ou prasugreljticagrelor) et d'antithrombine (héparine, HBPM ou bivalirudine). L'intervention se limite généralement à l'angioplastie du vaisseau responsable de l'infarctus. Une revascularisation plus complète et la dilatation d'une autre artère s'indique cependant chez les patients présentant en état de choc cardiogénique. La place de la revascularisation chirurgicale urgente est limitée aux rares cas d'infarctus compliqués de rupture d'une structure cardiaque ou d'évolution vers un choc cardiogénique secondaire à un échec d'angioplastie. A2. Infarctus sans sus-décalage du segment ST Les données épidémiologiques ont révélé le pronostic péjoratif de ces patients traités de manière conservatrice. Plus récemment, on a démontré que ce pronostic pouvait être amélioré de manière significative par l'usage des traitements antiplaquettaires combinés à une éventuelle revascularisation. L'angioplastie occupe donc une place centrale dans la prise en charge de ces patients. Dès que le diagnostic de souffrance myocardique aiguë est posé sur la base d'au moins deux des trois critères que sont: une élévation des troponines >3 fois la limite supérieure des valeurs normales, une douleur thoracique suspecte et/ou des modifications ischémiques du segment STIT de I'ECG,un traitement antiagrégant (aspirine+ ticagrelor ou plavix), anticoagulant (héparine, HBPM, bivalirudine ou fondaparinux) et antiischémique doit etre instauré. Une mise au point par cathétérisme en vue d'une revascularisation peut ensuite être envisagée. Lastratégie du traitement médicamenteux et de revascularisation est cependant dictée par une évaluation préalable du risque ischémique (score GRACE) et hémorragique (score CRUSADE),éventuellement après confirmation d'une élévation anormale du taux des troponines 3 à 6 heures après le premier dosage. II est donc recommandé que chaque médecin puisse déterminer rapidement le profil de risque du patients par le calcul des scores mentionnés plus haut, aisément disponibles sur les sites suivants: et L'urgence du cathétérisme est essentiellement dictée par la sévérité du score GRACE,tandis que le type de traitement antiagrégantlanticoagulant est dicté par le score CRUSADE.Si le score GRACEest > 140, le patient est considéré à haut risque de complications ischémiques précoces et il doit être revascularisé endéans les 24 heures. Lespatients à très haut risque ischémique (douleurs angoreuses subintrantes, insuffisance cardiaque, instabilité hémodynamique, arythmie ventriculaire maligne) doivent etre évalué rapidement «2heures) par cathétérisme. Une évaluation invasive précoce doit être considérée endéans les 72 heures chez les patients à risque intermédiaire, c'est-à-dire ceux dont le score GRACEest <140 et qui présentent au moins l'un des facteurs de risque repris au tableau 1 : Tableau 1: Indications de cathétérisme précoce pour nonstemi Urgente «2heures) Douleur angoreuse récurrente, instabilité hémodynamique, insuffisance cardiaque, arythmie ventriculaire maligne.

4 Semi-Urgente «24heures) GRACE Score> 140 (avec ou sans critères d'indication précoce) Précoce «72heures) Modification pathologique des troponines, fluctuations ECG de la repolarisation (cliniques ou silencieuses},grace Score , diabète, insuffisance rénale (MDRD<60ml/min), FEVG<40%, angor post infarctus récent, antécédents d' angioplastie < 9 mois ou de pontage aortocoronarien Si le patient admis pour nonstemi ne remplit pas les critères d'évaluation invasive précoce (score GRACE <109, sans facteur de risque mentionné sur le tableau 2), le traitement médical est privilégié et l'indication d'une revascularisation repose alors sur les résultats de l'évaluation fonctionnelle. L'algorithme de traitement décrit plus haut doit être réévalué chez les patients âgés (>75 ans) qui présentent des risques hémorragiques accrus et différentes co-morbidités. La stratégie thérapeutique doit donc être individualisée chez ces patients en tenant compte de ces différents facteurs. B: Indications de revascularisation pour angor stable ou ischémie silencieuse. Le diagnostic non invasif d'une maladie coronaire repose sur des tests évaluant l'anatomie (MDCTet MRI) ou l'ischémie (ECGd'effort, échographie ou scintigraphie de stress). La valeur prédictive de l'imagerie MDCT pour exclure une maladie coronarienne est bien établie. Par contre, cet examen peut tendre à surestimer la sévérité anatomique des sténoses et n'apporte pas d'information sur la répercussion fonctionnelle des lésions. De même, l'imagerie par résonnance magnétique ne permet pas de définir avec précision l'anatomie coronaire. Ces examens ne sont donc pas prioritaires pour diagnostiquer une maladie coronarienne justifiant une revascularisation. L'indication de cathétérisme diagnostic repose donc essentiellement sur les résultats des tests fonctionnels et sur la démonstration d'une ischémie de préférence par échographie ou scintigraphie. La coronarographie demeure l'examen indispensable pour décider l'indication de revascularisation. Celle-ci se base sur des critères anatomiques et/ou fonctionnels qui sont présentés sur le tableau 2 : Tableau 2 : Indication de revascularisation pour angor stable ou ischémie silencieuse: Caractéristiques Niveau d'évidence Critères anatomiques Tronc commun gauche>50%* la IVA proximale >50%* la 2 ou 3 Vx avec FEVG<35%* lb Large zone d'ischémie (>10%) lb Seul Vx perméable avec sténose>50%* IC lvx avec ischémie limitée «10%) IliA *FFR<0.80 pour les sténoses de 50-90% Critères fonctionnels Sténose>50% et angor réfractaire au traitement la médical optimal Dyspnée ou insuffisance cardiaque et zone lia B d'ischémie ou de viabilité>lo% menacée par une

5 sténose>so% Situation stable contrôlée par traitement médical III C l'indication de revasculariser repose donc essentiellement sur des critères fonctionnels objectivant une ischémie suffisamment étendue ou à risque vital. On retiendra que le traitement médical optimal est prioritaire chez les patients dont la maladie se limite à un seul vaisseau sauf si ce dernier est I'IVA proximale ou irrigue une zone étendue du myocarde. Dans les autres situations, une revascularisation peut être considérée. la mesure invasive de la répercussion fonctionnelle de la sténose (FFR) aide au choix de la stratégie de revascularisation. Cette évaluation est particulièrement utile en cas de lésion proximale modérée de I'IVA et en cas de maladie pluritronculaire. les résultats de l'étude FAME ont en effet montré que, chez les patients pluritronculaires, la revascularisation limitée aux seules lésions coronaires fonctionnellement significatives (FFR<80)présentait moins de risques pour le patient qu'une revascularisation basée sur l'aspect anatomique (sténose>so%). l'usage de stents médicamenteux et l'amélioration des techniques d'angioplastie ont permis d'élargir les indications de cette technique aux patients présentant des lésions du tronc commun gauche ou de 2/3 vaisseaux coronaires. Ces nouvelles indications sont inspirées des résultats de l'étude SYNTAXet plus particulièrement du score anatomique qui fut développé pour la circonstance. Ainsi, il est raisonnable de proposer une angioplastie comme technique de revascularisation chez les patients dont le score anatomique SYNTAXest <22. la chirurgie, par contre est formellement conseillée dans les autres circonstances. l'avantage de la chirurgie réside essentiellement dans la réduction du risque de ré-intervention et d'infarctus, particulièrement chez les patients diabétiques. ( ncet/a rticle/piis ( 13)60141-S/abstra...) C. La revascularisation chirurgicale Malgré l'usage des stents médicamenteux et des techniques d'angioplastie contemporaines, la supériorité de la revascularisation chirurgicale est bien démontrée chez les patients pluritronculaires, si le traitement alternatif par angioplastie concerne des situations complexes (Score SYNTAX>22) ou ne permet pas une revascularisation complète. le risque de ré-intervention et d'infarctus est nettement moindre après chirurgie et le pronostic vital meilleur à moyen et long terme, particulièrement chez les patients diabétiques. Comme mentionné plus haut, le choix de la technique de revascularisation la plus appropriée au patient stable doit donc impérativement faire l'objet d'une discussion médico-chirurgicale. les recommandations thérapeutiques décrites plus haut peuvent être consultées sur les différents sites internet des hopitaux du réseau.

6 Organisation du programme cardiologique interventionnel. LesCliniques du CNACC(CHRet CSLB)et de St Jean disposent du programme B complet. Les patients admis dans ces 2 institutions sont traités sur site propre selon les principes énoncés ci-dessus. Leshopitaux associésdisposant des programmes A,B1, ou B1-B2 fonctionnent en centres autonomes dans le cadre du réseau de pathologie cardiaque dont le président du bureau médical est le coordinateur. Comme exigé dans I'arrêtéroyal du 12 juin 2012, l'organisation et la gestion des services purement relatifs aux activités B1-B2 est sous la responsabilité du coordinateur de l'organe de concertation du réseau. Dans le réseau Clinique du Coeur, le premier coordinateur de l'organe de concertation est le président du CNAC; celui-ci est nommé pour une période de 2 ans; la coordination revient ensuite pour les périodes suivantes d'abord à un membre désigné par BHC,puis par alternance à l'une et l'autre des structures par similitude avec l'accord de convention qui les lie; En plus de ces 2 membres, l'organe de concertation est constitué des membres désignés par chacun des sites participant au réseau, chaque centre envoyant un représentantcardiologique pour les centres disposant des programmes A, B1 et B2 ainsi qu'un représentant chirurgical pour les centres disposant du programme B complet. Ces membres assument la responsabilité de l'organisation des examens réalisés sur leur site. La liste des examens programmés et urgents effectués sur chaque site associé sont transmis au coordinateur et au responsable de l'activité interventionelle, au terme de I'annéeécoulée, par courrier électronique. Chaque site disposant du programme B2 a la charge d'organiser la prise en charge des patients urgents admis dans son institution (nécessitant une prise en charge rapide en salle de cathétérisme ou en salle d'opération selon les modalités définies plus haut dans le manuel) endéans les 30 minutes qui suivent leur admission. Un horaire de garde officiel permettant à tout moment le rappel des médecins compétents doit être disponible au sein de chaque hopital. Cet horaire doit être communiqué de manière mensuelle au cardiologue interventionnel responsable du programme B1- B2 du réseauet transmis aux différents services de SMUR oeuvrant dans le territoire couvert par le réseau, de manière à optimaliser les délais de prise en charge des patients. Cette liste de garde est également accessible aux généralistes du réseau via les différents sites internet des hopitaux du réseau. Chaque site disposant du programme A a la charge d'organiser la prise en charge des patients urgents admis sur son site nécessitant une prise en charge urgente en salle de cathétérisme ou en salle d'opération et d'organiser leur transfert endéans les 30 minutes qui suivent leur admission. Pour maintenir une collaboration étroite entre les différents services,la participation à temps partiel des cardiologues interventionnels au programme de cathétérisme de plusieurs hopitaux est encouragée.

7 Equipement et matériel L'Arrêté Royal précise le personnel et l'équipement nécessaires aux besoins d'une activité sur les sites A, Bl-B2 et B complets. Chaque site porte la responsabilité juridique de se conformer à ces directives pour disposer de l'environnement adéquat à la pratique de son activité. Les centres Bl-B2 disposent notamment de 2 salles d'angiographies équipées de détecteurs à panneau plats et d'une équipe de 3 cardiologues intervention nels. Pour la réalisation des cathétérismes et angioplasties, l'usage d'un matériel courant semblable sur les différents sites est encouragé afin de réaliser des économies d'échelle. Unrapport responsabilisé concernant le personnel et l'équipement dechaque site du réseau doit être fourni au coordinateurdu réseau annuellementde manière à pouvoir être fourni aux instances ministérielles pour le renouvellement des agréments. Organisation des transferts de patients. Dans les cas d'urgence et si les besoins du patient l'exigent, le transfert de l'institution ayant accueilli le patient en première ligne vers le centre de dilatation coronaire Bl-B2 ou le centre B complet choisi sera médicalisé (SMUR),selon la procédure officielle en vigueur. Pour les patients stables, le transfert sera organisé entre les deux institutions via un service ambulancier. Une procédure analogue sera appliquée pour le retour des patients vers leur sited'origine dès que possible après traitement, et ce en fonction de l'évolution médicale du patient. Un document médical et un document infirmier accompagneront le patient. Ces documents décrivent le diagnostic, le suivi clinique et traitement instauré ainsi que les mesures éventuelles à prendre. Ils sont destinés à assurer le suivi médical et paramédical. Concertations multidisciplinaires. Une discussion médico-chirurgicale des cas complexes est organisée régulièrement sur un des sites du réseau, en présence des cardiologues référents, des cardiologues interventionnels et des chirurgiens cardio-thoraciques. Lesmédecins généralistes qui le souhaitent sont également conviés à la discussion. Lesdossiers cliniques et angiographiques des patients sont examinés en vue de la prise de décision thérapeutique. Par ailleurs, une discussion des cas en vidéo-conférence peut être organisée à tout moment entre les médecins du réseau via le transfert des images de l'examen angiographique et des éléments du dossier du patient grâce au système de dossier médical informatisé propre à chaque institution moyennant un code d'accès.

8 Pour les patients nécessitant une intervention chirurgicale programmée, une consultation préopératoire élective est organisée sur les sites disposant du programme B3, ou également directement sur les sites disposant des programmes A et Bl-B2 qui le souhaitent. Un staff scientifique ouvert à tous les membres du réseau est organisé régulièrement (revue de cas complexes, discussion d'articles scientifiques récents, revue de la littérature, présentation des guidelines). Médecins généralistes et cardiologues indépendants. Leshopitaux du réseau affichent le manuel de Cardiologie sur leur site internet de manière à ce qu'il soit accessibleà tous les généralistes et cardiologues indépendants. La liste de garde des services Bl-B2 et B3 est également accessible sur les sites internet des hopitaux. Ceux-ci sont également conviés aux discussions médico-chirurgicales s'ils le souhaitent. Une réunion scientifique annuelle, préparée en collaboration avec les différents dodécagroupes de médecins du réseau ou avec la Société Scientifique de Médecine Générale est organisée depuis une dizaine d'années sur le site du Cercle de Wallonie à Namur ( «Ateliers de Cardiologie» ). Lesséminaires et présentations de sujets d'actualité aux différents dodécagroupes sont poursuivis de manière pluri-annuelle.

Stratégie diagnostique devant une douleur thoracique aiguë suspecte : quels examens complémentaires?

Stratégie diagnostique devant une douleur thoracique aiguë suspecte : quels examens complémentaires? Stratégie diagnostique devant une douleur thoracique aiguë suspecte : quels examens complémentaires? Pr Christian Spaulding duction 2ics ite. Département de cardiologie Hôpital Européen Georges Pompidou,

Plus en détail

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien Les antiagrégants plaquettaires

Plus en détail

Avis de la HAS du 26 octobre 2011

Avis de la HAS du 26 octobre 2011 Avis de la HAS du 26 octobre 2011 Avis suite à l évaluation de la mise en place des valves aortiques posées par voie transcutanée à l issue de la période d encadrement spécifique prévue à l article L.

Plus en détail

CHAPITRE 8 Insuffisance cardiaque, par Y. Juillière o DÉFINITIONS ET CLASSIFICATIONS

CHAPITRE 8 Insuffisance cardiaque, par Y. Juillière o DÉFINITIONS ET CLASSIFICATIONS Smmaire CHAPITRE 1 Bilgie et physilgie cardivasculaire et de l hémstase, par J.-J. Mercadier BASES DE LA CARDIOLOGIE MOLÉCULAIRE APPROCHES GÉNÉTIQUES DES MALADIES CARDIOVASCULAIRES DÉVELOPPEMENT DU SYSTÈME

Plus en détail

Question 4 : Stratégies globales multidisciplinaires concernant la prise en charge du coronarien qui doit être opéré d une chirurgie non cardiaque

Question 4 : Stratégies globales multidisciplinaires concernant la prise en charge du coronarien qui doit être opéré d une chirurgie non cardiaque Question 4 : Stratégies globales multidisciplinaires concernant la prise en charge du coronarien qui doit être opéré d une chirurgie non cardiaque Coordinateurs : J. Machecourt (SFC) - V Piriou (SFAR)

Plus en détail

ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE MALADIE CORONARIENNE STABLE

ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE MALADIE CORONARIENNE STABLE ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE MALADIE CORONARIENNE STABLE Juillet 2015 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé 2 avenue du Stade de France - F 93218

Plus en détail

Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires :

Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires : Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires : Gestion du TTT antithrombotique en péri-opératoire d une chirurgie carcinologique : Par an en France : _120 000 IDM _200 000 stents implantés : (110

Plus en détail

ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Cardiopathies valvulaires et congénitales graves chez l adulte

ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Cardiopathies valvulaires et congénitales graves chez l adulte ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE Cardiopathies valvulaires et congénitales graves chez l adulte Actualisation avril 2012 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité

Plus en détail

COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE. AVIS DE LA COMMISSION 12 juillet 2011

COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE. AVIS DE LA COMMISSION 12 juillet 2011 COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 12 juillet 2011 Nom : Modèles et références retenus : Fabricant : Demandeur : Données disponibles

Plus en détail

Arrête royal du 27 avril 1998 fixant les normes auxquelles une fonction «soins urgents spécialisés» doit répondre pour être agréée

Arrête royal du 27 avril 1998 fixant les normes auxquelles une fonction «soins urgents spécialisés» doit répondre pour être agréée Arrête royal du 27 avril 1998 fixant les normes auxquelles une fonction «soins urgents spécialisés» doit répondre pour être agréée Publié : M.B. 19.06.1998 Modifié : A.R. 26.03.1999 M.B. 06.07.1999 Annulé

Plus en détail

132 IV d BILAN ET TRAITEMENT POST INFARCTUS

132 IV d BILAN ET TRAITEMENT POST INFARCTUS 132 IV d BILAN ET TRAITEMENT POST INFARCTUS JM Fauvel 2009 Après un infarctus, diverses informations vont être nécessaires à la prise en charge du patient. C est l objet du bilan post infarctus. Il faut

Plus en détail

"A.R. 22.06.2004 en vigueur : 01/08/2004" «Article 23.» "A.R. 22.06.2004 + A.R. 27.09.2009 E.V. 01.12.2009"

A.R. 22.06.2004 en vigueur : 01/08/2004 «Article 23.» A.R. 22.06.2004 + A.R. 27.09.2009 E.V. 01.12.2009 "A.R. 22.06.2004 en vigueur : 01/08/2004" «Article 23.» «1er. Les prestations de l'article 22, I, ne peuvent pas être cumulées le même jour avec les prestations de l'article 22, II. Par jour, une seule

Plus en détail

A.R. 7.10.2011 En vigueur 1.1.2012 M.B. 7.11.2011

A.R. 7.10.2011 En vigueur 1.1.2012 M.B. 7.11.2011 A.R. 7.10.2011 En vigueur 1.1.2012 M.B. 7.11.2011 Modifier Insérer Enlever Article 23 - REGLES D'APPLICATION : PHYSIOTHERAPIE 5. Le remboursement des prestations 558810-558821, 558014-558025 et 558832-558843

Plus en détail

EXTRAIT CODE DE LA SANTE PUBLIQUE ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT ETABLISSEMENT DE SANTE PUBLIC. Obstétrique, néonatologie, réanimation néonatale.

EXTRAIT CODE DE LA SANTE PUBLIQUE ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT ETABLISSEMENT DE SANTE PUBLIC. Obstétrique, néonatologie, réanimation néonatale. EXTRAIT CODE DE LA SANTE PUBLIQUE ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT ETABLISSEMENT DE SANTE PUBLIC Obstétrique, néonatologie, réanimation néonatale. Article D6124-35 L'établissement de santé autorisé à pratiquer

Plus en détail

Les recommandations pour la prise en charge du risque coronarien peropératoire en chirurgie non cardiaque

Les recommandations pour la prise en charge du risque coronarien peropératoire en chirurgie non cardiaque CONGRES Société Européenne de Cardiologie Barcelone 2009 F. DIEVART Clinique Villette, DUNKERQUE. Les recommandations pour la prise en charge du risque coronarien peropératoire en chirurgie non cardiaque

Plus en détail

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H. CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.P.A.D. ENTRE L E.H.P.A.D. représenté par d une part,

Plus en détail

Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale

Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS DE BONNES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale Février 2009 MESSAGES CLÉS Ces

Plus en détail

Règlement intérieur du comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail de l Université de Picardie Jules Verne

Règlement intérieur du comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail de l Université de Picardie Jules Verne Règlement intérieur du comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail de l Université de Picardie Jules Verne Article 1 er Le présent règlement intérieur a pour objet de fixer, dans le cadre

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section Santé

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section Santé 1 Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section Santé CSSS/12/241 DÉLIBÉRATION N 12/065 DU 17 JUILLET 2012 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL AU COLLÈGE INTERMUTUALISTE

Plus en détail

Département de médecine Service de cardiologie. Consultations générales - Cardiologie

Département de médecine Service de cardiologie. Consultations générales - Cardiologie Consultations générales - Cardiologie Toutes les demandes de consultation autres que celles pour les cliniques surspécialisées. Responsable médical Dr Michel Nguyen Pour renseignement Agente administrative

Plus en détail

Règlement intérieur du CHSCT spécial enquêteurs de l Insee

Règlement intérieur du CHSCT spécial enquêteurs de l Insee REGLEMENT INTERIEUR DES COMITES D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL DE CENTRALE, DE PROXIMITE ET SPECIAUX DES MINISTERES ECONOMIQUE ET FINANCIER Règlement intérieur du CHSCT spécial enquêteurs

Plus en détail

117a6 ANNEXE 6. Entre - Nom de l ES (établissement de santé), représenté par. Et - Nom de l EHPAD, représenté par

117a6 ANNEXE 6. Entre - Nom de l ES (établissement de santé), représenté par. Et - Nom de l EHPAD, représenté par ANNEXE 6 CONVENTION TYPE RELATIVE AUX MODALITES DE COOPERATION ENTRE UN ETABLISSEMENT DE SANTE ET UN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES DANS LE CADRE D UNE FILIERE DE SOINS GERIATRIQUES

Plus en détail

Paris, le 09 NOV 2011. Le ministre de la fonction publique

Paris, le 09 NOV 2011. Le ministre de la fonction publique MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE Paris, le 09 NOV 2011 Direction générale de l administration et de la fonction publique B9 n 11- MFPF1130836C Le ministre de la fonction publique A Monsieur le ministre

Plus en détail

DECRET Décret n 2007-435 du 25 mars 2007 relatif aux actes et aux conditions d'exercice de l'ostéopathie NOR: SANH0721330D

DECRET Décret n 2007-435 du 25 mars 2007 relatif aux actes et aux conditions d'exercice de l'ostéopathie NOR: SANH0721330D 1 sur 6 25/11/2009 23:33 DECRET Décret n 2007-435 du 25 mars 2007 relatif aux actes et aux conditions d'exercice de l'ostéopathie NOR: SANH0721330D Version consolidée au 31 décembre 2008 Le Premier ministre,

Plus en détail

Politique sur les critères et modalités d admission, d inscription et de transfert des élèves du préscolaire, du primaire et du secondaire

Politique sur les critères et modalités d admission, d inscription et de transfert des élèves du préscolaire, du primaire et du secondaire Politique sur les critères et modalités d admission, d inscription et de transfert des élèves du préscolaire, du primaire et du secondaire ϖϖϖϖϖ ϖ Service : Services éducatifs jeunes Code d identification

Plus en détail

CONTRAT TYPE PORTANT SUR LES CONDITIONS D'INTERVENTION DES MASSEURS-KINÉSITHÉRAPEUTES EN ÉTABLISSEMENT D'HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES

CONTRAT TYPE PORTANT SUR LES CONDITIONS D'INTERVENTION DES MASSEURS-KINÉSITHÉRAPEUTES EN ÉTABLISSEMENT D'HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES CONTRAT TYPE PORTANT SUR LES CONDITIONS D'INTERVENTION DES MASSEURS-KINÉSITHÉRAPEUTES EN ÉTABLISSEMENT D'HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES Entre : L'établissement d'hébergement pour personnes

Plus en détail

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète.

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. A propos d un cas clinique, sont rappelés: - les caractères cliniques et pronostiques de l IMS chez le diabétique, - la démarche de l identification de

Plus en détail

2010 MISE À JOUR RÉDACTIONNELLE JANVIER 2014 VERSION 1.2

2010 MISE À JOUR RÉDACTIONNELLE JANVIER 2014 VERSION 1.2 Normes spécifiques d agrément pour les programmes de résidence en neurochirurgie 2010 MISE À JOUR RÉDACTIONNELLE JANVIER 2014 VERSION 1.2 INTRODUCTION Le présent document a pour but de fournir à ceux et

Plus en détail

Facteurs de retard au diagnostic. du mélanome cutané

Facteurs de retard au diagnostic. du mélanome cutané Rapport d orientation sur les facteurs de retard au diagnostic du Mélanome cutané RAPPORT D ORIENTATION Facteurs de retard au diagnostic du mélanome cutané Juillet 2012 SYNTHESE Ce rapport d orientation

Plus en détail

(Loi nº 2002-303 du 4 mars 2002 art. 3 Journal Officiel du 5 mars 2002)

(Loi nº 2002-303 du 4 mars 2002 art. 3 Journal Officiel du 5 mars 2002) En rouge les éléments de la loi du 22 avril 2005 En violet des éléments de la petite loi du 17 mars 2015 (suite première lecture à l assemblée nationale) CODE DE LA SANTE PUBLIQUE Chapitre préliminaire

Plus en détail

LES MARQUEURS CARDIAQUES

LES MARQUEURS CARDIAQUES 1 LES MARQUEURS CARDIAQUES Les recommandations de la HAS 2010 (consensus formalisé sans groupe de cotation extérieur..) + Prescrire AMMPPU. Cycle Analyse des Recommandations. J.Birgé. 1 er février 2011

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 18 juillet 2012 N/Réf. : CODEP-PRS-2012-039782 Monsieur le Directeur Hôpital Pitié-Salpêtrière 83, boulevard de l'hôpital 75013 PARIS Objet : Inspection

Plus en détail

Conflits Intérêt, Jacques Machecourt (3 dernières années)

Conflits Intérêt, Jacques Machecourt (3 dernières années) Conflits Intérêt, Jacques Machecourt (3 dernières années) Rémunération directe PEC frais déplacement Abbott Vascular X X Biotronik Boston Scientific Cordis X X Hexacath X X Medtronic Versements Association

Plus en détail

Modèle de règlement intérieur d un Conseil de la vie sociale A adapter par chaque structure

Modèle de règlement intérieur d un Conseil de la vie sociale A adapter par chaque structure Proposition APF -Association des paralysés de France- (Groupe de travail Mars 2009) Modèle de règlement intérieur d un Conseil de la vie sociale A adapter par chaque structure Article 1 Fondement Le Conseil

Plus en détail

المجلةالصحية لشرق المتوسط منظمة الصحة العالمية المجلد الثالث عشر العدد ٢٠٠٧ ٣ Les maladies cardio-vasculaires sont la cause principale de morbidité et de mortalité dans les pays industrialisés. Elles sont

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Arrêté du 3 novembre 2014 relatif au cahier des charges national du programme de dépistage

Plus en détail

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Dr G. Pacouret Unité de Soins Cardiaques Intensifs Hôpital Trousseau, Tours. 45 ème Journées de Formation Médicale Continue

Plus en détail

Mise au point sur les stents coronariens et gestion de l antiagrégation plaquettaire

Mise au point sur les stents coronariens et gestion de l antiagrégation plaquettaire Mise au point sur les stents coronariens et gestion de l antiagrégation plaquettaire Dr Pierre-François LESAULT Pr Emmanuel TEIGER Laboratoire d Hémodynamique et de Cardiologie Interventionnelle Hôpital

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 février 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 février 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1 février 2006 PRAVADUAL, comprimé Boîte de 30 (CIP : 369873-9) Boîte de 90 (code CIP : 373769-8) Laboratoire BRISTOL MYERS SQUIBB Pravastatine (40 mg/comprimé) + aspirine

Plus en détail

SYNDRÔME CORONARIEN AIGU ST-

SYNDRÔME CORONARIEN AIGU ST- SYNDRÔME CORONARIEN AIGU ST- C est la forme la plus fréquente du syndrome coronarien aigu. En dépit des progrès réalisés, la mortalité globale reste élevée, équivalente à celle du SCA ST + à 6 mois. Il

Plus en détail

DECRET Décret n 2007-435 du 25 mars 2007 relatif aux actes et aux conditions d'exercice de l'ostéopathie

DECRET Décret n 2007-435 du 25 mars 2007 relatif aux actes et aux conditions d'exercice de l'ostéopathie Page 1 sur 7 DECRET Décret n 2007-435 du 25 mars 2007 relatif aux actes et aux conditions d'exercice de l'ostéopathie NOR: SANH0721330D Version consolidée au 29 avril 2012 Le Premier ministre, Sur le rapport

Plus en détail

Item 132 : Angine de poitrine et infarctus myocardique

Item 132 : Angine de poitrine et infarctus myocardique Item 132 : Angine de poitrine et infarctus myocardique Auteur(s) Collège des Enseignants de Cardiologie Date de création du document 10/01/09 Table des matières 1 Rappel physiopathologique... 1 1. 1 Les

Plus en détail

Cas n 1. Types de Stents

Cas n 1. Types de Stents Cas n 1 Colloque MPR 23 septembre 2009 Dr Burgan, cardiologue Dr de Sousa, interniste méconnue, obésité DRS inaugurale à 4h00 du matin ECG: onde de Pardee de V1-V5 Troponine négative (1h post-douleur)

Plus en détail

INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ PATIENTS SOUS TRAITEMENTS ANTIPLAQUETTAIRES

INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ PATIENTS SOUS TRAITEMENTS ANTIPLAQUETTAIRES Page 1 de 5 INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ PATIENTS SOUS TRAITEMENTS ANTIPLAQUETTAIRES La réalisation d une intervention chirurgicale non cardiaque requiert souvent, chez les patients sous antiagrégant

Plus en détail

Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014

Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014 Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014 Raffaella Votino Service gynécologie et andrologie Plan : Définition Types de THS Débat dernières années Balance risques bénéfices THS et ostéoporose

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD. 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD. 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ Novembre 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

ntred 2007 Résultats de l étude Principaux résultats de l étude Entred 2007 EÉCHANTILLON NATIONAL TÉMOIN REPRÉSENTATIF DES PERSONNES DIABÉTIQUES

ntred 2007 Résultats de l étude Principaux résultats de l étude Entred 2007 EÉCHANTILLON NATIONAL TÉMOIN REPRÉSENTATIF DES PERSONNES DIABÉTIQUES Résultats de l étude ntred EÉCHANTILLON NATIONAL TÉMOIN REPRÉSENTATIF DES PERSONNES DIABÉTIQUES Dans la continuité de la première étude nationale Entred sur le diabète réalisée en, une nouvelle étude Entred

Plus en détail

Chez le patient coronarien, 4 examens possibles avant la coronarographie:

Chez le patient coronarien, 4 examens possibles avant la coronarographie: Chez le patient coronarien, 4 examens possibles avant la coronarographie: - L Épreuve d effort d - L Échographie d effortd - L Échographie sous dobutamine - La Scintigraphie myocardique d effortd Sandrine

Plus en détail

Soins de santé de première ligne en Belgique. Cindy Meira de Oliveira - 03/07/2012

Soins de santé de première ligne en Belgique. Cindy Meira de Oliveira - 03/07/2012 Soins de santé de première ligne en Belgique Cindy Meira de Oliveira - 03/07/2012 1 Sommaire Prestataires Accès Organisation: SISD 2 Prestataires Soins de santé de première ligne = Niveau de soins de santé

Plus en détail

Douleurs Thoraciques Stratégie d orientation

Douleurs Thoraciques Stratégie d orientation GIT octobre 2011 Douleurs Thoraciques Stratégie d orientation Dr Thomas Loeb SAMU des Hauts de Seine 92 380 Garches Douleurs thoraciques Rappel Région richement innervée Douleurs thoraciques Rappel Région

Plus en détail

Modèle de Contrat pour un Médecin du travail salarié d'un Service interentreprises de Santé au travail

Modèle de Contrat pour un Médecin du travail salarié d'un Service interentreprises de Santé au travail Modèle de Contrat pour un Médecin du travail salarié d'un Service interentreprises de Santé au travail Adopté par le Conseil national de l Ordre des médecins Session des 30 et 31 janvier 2003 Entre : Monsieur

Plus en détail

La réflexion autour de l ambulatoire à l ICL. Laure AIMONE-CAT le 01 12 2015

La réflexion autour de l ambulatoire à l ICL. Laure AIMONE-CAT le 01 12 2015 La réflexion autour de l ambulatoire à l ICL Laure AIMONE-CAT le 01 12 2015 Choix organisationnel de l ICL Présentation du service Ouverture du service en novembre 2013 avec 5 lits Depuis novembre 2014,

Plus en détail

Méthodologie d évaluation du temps de travail médical nécessaire au fonctionnement d une unité de réanimation

Méthodologie d évaluation du temps de travail médical nécessaire au fonctionnement d une unité de réanimation Méthodologie d évaluation du temps de travail médical nécessaire au fonctionnement d une unité de réanimation Texte du Comité Réanimation de la SFAR validé par le Conseil d'administration du vendredi 14

Plus en détail

Le plan d intervention au service de la réussite de l élève. Cadre de référence pour l établissement des plans d intervention

Le plan d intervention au service de la réussite de l élève. Cadre de référence pour l établissement des plans d intervention Le plan d intervention au service de la réussite de l élève Cadre de référence pour l établissement des plans d intervention Objectif de la présentation Présenter les orientations ministérielles qui sous-tendent

Plus en détail

L Infarctus du Myocarde

L Infarctus du Myocarde ~ Échocardiographie - Doppler ~ 1 Échocardiographie - Doppler S. Lafitte, M. Lafitte, P. Réant, R. Roudaut C.H.U. de Bordeaux ~ Hôpital Cardiologique du Haut Lévêque Pessac ~ France L Infarctus du Myocarde

Plus en détail

ORSIRO, pharmaco. ologiquement) Demande Fabricant. 255 février 2014. intolérance. indications retenues. r. enceintes. pouvant être.

ORSIRO, pharmaco. ologiquement) Demande Fabricant. 255 février 2014. intolérance. indications retenues. r. enceintes. pouvant être. COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DEE SANTE AVIS DE LA CNEDiMTS 255 février 2014 CONCLUSIONS ORSIRO, endoprothèse coronaire (stent) enrobée de sirolimuss (produitt

Plus en détail

Pathologies cardiaques et aptitude à la conduite

Pathologies cardiaques et aptitude à la conduite Pathologies cardiaques et aptitude à la conduite Accidents liés à une pathologie cardiaque aigue (mortels et corporels) Pathologie cardiaque ischémique: 15% des accidents liés à une cause médicale Qui

Plus en détail

PROGRAMME D ACCOMPAGNEMENT RETOUR A DOMICILE. Commission paritaire des infirmiers du 24 février 2014 (Extrait de la présentation)

PROGRAMME D ACCOMPAGNEMENT RETOUR A DOMICILE. Commission paritaire des infirmiers du 24 février 2014 (Extrait de la présentation) PROGRAMME D ACCOMPAGNEMENT RETOUR A DOMICILE Commission paritaire des infirmiers du 24 février 2014 (Extrait de la présentation) PROGRAMME D ACCOMPAGNEMENT RETOUR A DOMICILE LE DISPOSITIF Le PRADO s inscrit

Plus en détail

Signe : preuve objective d une maladie observée par le médecin qui a examiné le patient. Symptôme : observation subjective rapportée par le patient.

Signe : preuve objective d une maladie observée par le médecin qui a examiné le patient. Symptôme : observation subjective rapportée par le patient. (Traduction de la page 139) Chapitre 13 Symptômes, signes et maladies mal définies Aperçu du chapitre Beaucoup de signes et symptômes sont classés dans le chapitre 18 d ICD-10-CM s ils réfèrent à des systèmes

Plus en détail

Décret relatif à la formation en cours de carrière des membres du personnel des établissements d'enseignement fondamental ordinaire

Décret relatif à la formation en cours de carrière des membres du personnel des établissements d'enseignement fondamental ordinaire Lois 26948 p.1 Décret relatif à la formation en cours de carrière des membres du personnel des établissements d'enseignement fondamental ordinaire D. 11-07-2002 M.B. 31-08-2002 modifications : D. 17-12-03

Plus en détail

ANNEXE I Présentation du programme de formation conduisant au diplôme d'état d'infirmier de bloc opératoire

ANNEXE I Présentation du programme de formation conduisant au diplôme d'état d'infirmier de bloc opératoire ANNEXE I Présentation du programme de formation conduisant au diplôme d'état d'infirmier de bloc opératoire Le programme de formation a pour objectif de développer des compétences d'infirmier spécialisé

Plus en détail

ARRET CARDIAQUE : 1 VIE = 3 GESTES

ARRET CARDIAQUE : 1 VIE = 3 GESTES ARRET CARDIAQUE : 1 VIE = 3 GESTES 23 JUIN 2010 AURILLAC CANTAL A L ISSU DE CETTE FORMATION VOUS SEREZ CAPABLE DE PRENDRE EN CHARGE UNE PATIENT EN ARRET CARDIO- RESPIRATOIRE L arrêt cardiaque, aujourd

Plus en détail

COMITE CENTRAL HYGIENE SECURITE Compte rendu CFDT de la séance du 31 août 2010

COMITE CENTRAL HYGIENE SECURITE Compte rendu CFDT de la séance du 31 août 2010 COMITE CENTRAL HYGIENE SECURITE Compte rendu CFDT de la séance du 31 août 2010 Conduite avec ou sans opérateur en Viabilité Hivernale? Pour la CFDT : - Gwénaëlle L HUILIERE (DIR EST), - Patrick GROSROYAT

Plus en détail

EVALUATION DES ENDOPROTHESES CORONAIRES A

EVALUATION DES ENDOPROTHESES CORONAIRES A EVALUATION DES ENDOPROTHESES CORONAIRES A LIBERATION DE PRINCIPE ACTIF JUILLET 2009 Service évaluation des dispositifs Service de l évaluation économique et de la santé publique 2, avenue du Stade de France

Plus en détail

TRONC COMMUN SOINS CRITIQUES : Cardiologie - Document du participant Module 5 DIRECTION DES SOINS INFIRMIERS ET DES REGROUPEMENTS CLIENTÈLES

TRONC COMMUN SOINS CRITIQUES : Cardiologie - Document du participant Module 5 DIRECTION DES SOINS INFIRMIERS ET DES REGROUPEMENTS CLIENTÈLES TRONC COMMUN SOINS CRITIQUES : Cardiologie - Document du participant Module 5 DIRECTION DES SOINS INFIRMIERS ET DES REGROUPEMENTS CLIENTÈLES Tous droits réservés, CHUM, mars 2015 Situation infirmière clinique

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS TITRE CPE Les Petits bonheurs Code : CA 147.8.1 Politique d intégration et de maintien des enfants ayant des besoins particuliers

Plus en détail

Le compagnon en insuffisance cardiaque de la SCC : faire le lien entre les lignes directrices et votre pratique

Le compagnon en insuffisance cardiaque de la SCC : faire le lien entre les lignes directrices et votre pratique Le compagnon en insuffisance cardiaque de la SCC : faire le lien entre les lignes directrices et votre pratique Vous cherchez des réponses pratiques pour connaître les meilleures approches en soins de

Plus en détail

Annexe : Référentiel national de gestion du temps de travail médical applicable dans les structures de médecine d urgence

Annexe : Référentiel national de gestion du temps de travail médical applicable dans les structures de médecine d urgence Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau des ressources humaines hospitalières

Plus en détail

Arrêt programmé. Arrêt prématuré nécessaire. Arrêt prématuré involontaire

Arrêt programmé. Arrêt prématuré nécessaire. Arrêt prématuré involontaire ACTUALITES SUR LES SYNDROMES CORONAIRES AIGUS Comment je (on) gère l arrêt du traitement antithrombotique? Pierre Aubry Centre Hospitalier de Gonesse 95400 Vendredi 27 novembre 2009 Arrêt programmé la

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 21 mai 2010 N/Réf. : CODEP-PRS-2010-027150 Objet : Inspection sur le thème de la radioprotection Installation : Coronarographie Identifiant de la visite

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE A LA DISTRIBUTION

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE A LA DISTRIBUTION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE A LA DISTRIBUTION I- PERSONNEL 41 I-1 Le responsable de la distribution 41 I-2 Les autres personnels 42 II- LOCAUX 42 III- DISTRIBUTION 42 III-1 Attribution nominative 43 III-1-1

Plus en détail

Décret relatif à la formation en cours de carrière des membres du personnel des établissements d'enseignement fondamental ordinaire

Décret relatif à la formation en cours de carrière des membres du personnel des établissements d'enseignement fondamental ordinaire Décret relatif à la formation en cours de carrière des membres du personnel des établissements d'enseignement fondamental ordinaire modifications : D. 17-12-03 (M.B. 30-01-04) D. 11-07-2002 M.B. 31-08-2002

Plus en détail

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Maisons de Santé Pluridisciplinaires Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) visent à offrir à la population, sur un même lieu, un ensemble de

Plus en détail

déployer une énergie appréciable pour placer les étudiants dans les meilleures conditions de stages possibles.

déployer une énergie appréciable pour placer les étudiants dans les meilleures conditions de stages possibles. ÉTUDE SUR LES BESOINS EN FORMATION CLINIQUE ET EN FORMATION CONTINUE DES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ DES COMMUNAUTÉS FRANCOPHONES EN SITUATION MINORITAIRE Sommaire Le Consortium national de formation en

Plus en détail

Haute Autorité de Santé 2007

Haute Autorité de Santé 2007 Recommandations professionnelles pour la prise en charge en cas de mort inattendue du nourrisson ( 2ans) Haute Autorité de Santé 2007 www.has-sante.fr Montpellier, 21 novembre 2008 E. Briand-Huchet, centre

Plus en détail

Pôle sanitaire privé mulhousien du Diaconat Clinique du Diaconat Fonderie 1 rue Saint Sauveur BP 1237 68054 MULHOUSE CEDEX

Pôle sanitaire privé mulhousien du Diaconat Clinique du Diaconat Fonderie 1 rue Saint Sauveur BP 1237 68054 MULHOUSE CEDEX RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE STRASBOURG Strasbourg, le 22 décembre 2014 N/Réf. : CODEP-STR- 2014-057642 Monsieur le directeur Pôle sanitaire privé mulhousien du Diaconat Clinique du Diaconat Fonderie

Plus en détail

CRITÈRES D ADMISSION ET D'INSCRIPTION DES ÉLÈVES DANS LES ÉCOLES DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS

CRITÈRES D ADMISSION ET D'INSCRIPTION DES ÉLÈVES DANS LES ÉCOLES DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS Page 15 CRITÈRES D ADMISSION ET D'INSCRIPTION DES ÉLÈVES DANS LES ÉCOLES DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS ORDRES D'ENSEIGNEMENT PRÉSCOLAIRE, PRIMAIRE ET SECONDAIRE ANNÉE 2014-2015 Document pour

Plus en détail

Les «temps standards» au bloc opératoire. Mode de financement de re. Olivier Willième. Healthcare 2006 Cliniques universitaires Saint-Luc.

Les «temps standards» au bloc opératoire. Mode de financement de re. Olivier Willième. Healthcare 2006 Cliniques universitaires Saint-Luc. Les «temps standards» au bloc opératoire Mode de financement de l activité infirmière re Olivier Willième Healthcare 2006 Cliniques universitaires Saint-Luc 1200 Woluwé Plan Contexte belge Le financement

Plus en détail

La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable

La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable Pr PAGANELLI, Service de cardiologie CHU NORD 1 I) Angor Angor =

Plus en détail

Date de création du document : 2008-2009 - Université Médicale Virtuelle Francophone -

Date de création du document : 2008-2009 - Université Médicale Virtuelle Francophone - Cardiologie nucléaire Date de création du document : 2008-2009 Table des matières 1 Généralités... 1 2 Scintigraphie myocardique au thallium...2 3 Angiographie isotopique (ou scintigraphie cavitaire)...3

Plus en détail

POLITIQUE DE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE «JEUNES ET ADULTES»

POLITIQUE DE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE «JEUNES ET ADULTES» Code : 2900-02-15-01 POLITIQUE X DIRECTIVE RÈGLEMENT PROCÉDURE POLITIQUE DE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE «JEUNES ET ADULTES» Date d approbation : 17 mars 2015 Service dispensateur : Services

Plus en détail

PROTOCOLE SUR LA MISE EN OEUVRE D'UN SIMULATEUR DES DEPOTS D'EPARGNE REGLEMENTES

PROTOCOLE SUR LA MISE EN OEUVRE D'UN SIMULATEUR DES DEPOTS D'EPARGNE REGLEMENTES PROTOCOLE SUR LA MISE EN OEUVRE D'UN SIMULATEUR DES DEPOTS D'EPARGNE REGLEMENTES Champ d'application: Version du 12 décembre 2012 Le protocole s applique aux dépôts d'épargne dits réglementés, qui satisfont

Plus en détail

Objet : Contrôle de la radioprotection des patients en radiothérapie du 30 juin 2008

Objet : Contrôle de la radioprotection des patients en radiothérapie du 30 juin 2008 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE NANTES N/Réf : Dép - Nantes- N 0905-2008 Nantes, le 11 juillet 2008 Pôle hospitalier mutualiste Centre Etienne Dolet 22 rue Etienne Dolet 44600 SAINT NAZAIRE Objet : Contrôle

Plus en détail

CONTRAT DE BON USAGE DES MÉDICAMENTS ET DES PRODUITS ET PRESTATIONS PERIODE

CONTRAT DE BON USAGE DES MÉDICAMENTS ET DES PRODUITS ET PRESTATIONS PERIODE E CONTRAT DE BON USAGE DES MÉDICAMENTS ET DES PRODUITS ET PRESTATIONS PERIODE 2014 2018 «ETABLISSEMENT» «ADRESSE» «CP» «VILLE» N FINESS :«NFINESS» Entre : D une part : Le Directeur Général de l Agence

Plus en détail

Ordonnance du DFI sur les prestations dans l assurance obligatoire des soins en cas de maladie

Ordonnance du DFI sur les prestations dans l assurance obligatoire des soins en cas de maladie Ordonnance du DFI sur les prestations dans l assurance obligatoire des soins en cas de maladie (Ordonnance sur les prestations de l assurance des soins, OPAS) Modification du 3 juillet 2006 Le Département

Plus en détail

10 AOUT 1998. - Arrêté royal instituant les Commissions d'aide médicale urgente

10 AOUT 1998. - Arrêté royal instituant les Commissions d'aide médicale urgente 10 AOUT 1998. - Arrêté royal instituant les Commissions d'aide médicale urgente ALBERT II, Roi des Belges, A tous, présents et à venir, Salut. Vu la loi du 8 juillet 1964 relative à l'aide médicale urgente,

Plus en détail

LA PERSONNE DE CONFIANCE

LA PERSONNE DE CONFIANCE Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins du 8 octobre 2010 Dr Irène KAHN-BENSAUDE LA PERSONNE DE CONFIANCE Introduction L article 1111-6 du code de la santé publique,

Plus en détail

Liste des produits de santé financés au titre des prestations d'hospitalisation prévue à l article L. 165-11 du code de la sécurité sociale

Liste des produits de santé financés au titre des prestations d'hospitalisation prévue à l article L. 165-11 du code de la sécurité sociale Liste des produits de santé financés au titre des prestations d'hospitalisation prévue à l article L. 165-11 du code de la sécurité sociale Liste intra-ghs Version à jour au 30 mars 2016 N.B : Le présent

Plus en détail

Risque cardiaque (en chirurgie non cardiaque) 1

Risque cardiaque (en chirurgie non cardiaque) 1 Risque cardiaque (en chirurgie non cardiaque) 1 SCORE DE GOLDMAN: Turgescence jugulaire (ou galop droit, correspond HTAP 18 mmhg) 11 IDM< 6 mois 10 Ryhtme non sinusal ou ESSV 7 >5 ESV /min 7 Age >70 ans

Plus en détail

PROJET DE REGLEMENT GRAND-DUCAL

PROJET DE REGLEMENT GRAND-DUCAL e PROJET DE REGLEMENT GRAND-DUCAL portant introduction d'un modèle type de dossier individuel du patient hospitalier et d'un modèle type de résumé clinique et modifiant le règlement grand-ducal modifié

Plus en détail

- CRITÈRES DE RÉPARTITION ET D INSCRIPTION DES ÉLÈVES DANS LES ÉCOLES PRIMAIRES ET SECONDAIRES -

- CRITÈRES DE RÉPARTITION ET D INSCRIPTION DES ÉLÈVES DANS LES ÉCOLES PRIMAIRES ET SECONDAIRES - - CRITÈRES DE RÉPARTITION ET D INSCRIPTION DES ÉLÈVES DANS LES ÉCOLES PRIMAIRES ET SECONDAIRES - 1. OBJECTIF Faire connaître les orientations de la Commission scolaire relativement à la répartition et

Plus en détail

LE DISPOSITIF D ANNONCE

LE DISPOSITIF D ANNONCE LE DISPOSITIF D ANNONCE 1 Objectifs Mis en oeuvre par la Ligue contre le Cancer suite aux Etats Généraux des malades de 1998 Introduit dans le premier Plan Cancer (2003-2007) Accompagner et soutenir l'annonce

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (97) 5 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (97) 5 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (97) 5 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES RELATIVE À LA PROTECTION DES DONNÉES MÉDICALES (adoptée par le Comité des ministres le 13 février

Plus en détail

Une salle plus adaptée pour les équipes

Une salle plus adaptée pour les équipes Depuis quelques semaines, le service de chirurgie vasculaire et cardiaque de la Clinique du Tonkin de Villeurbanne pratique ses interventions dans une toute nouvelle salle, pourvue d un équipement d imagerie

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-049274 Faculté de Médecine Pierre et Marie Curie - Site de la Pitié Salpêtrière 91, boulevard de l'hôpital 75013 PARIS

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-049274 Faculté de Médecine Pierre et Marie Curie - Site de la Pitié Salpêtrière 91, boulevard de l'hôpital 75013 PARIS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 10 décembre 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-049274 Faculté de Médecine Pierre et Marie Curie - Site de la Pitié Salpêtrière 91, boulevard de l'hôpital 75013

Plus en détail

Contenu et Exercice du Métier de Cardiologue Perspectives-Propositions

Contenu et Exercice du Métier de Cardiologue Perspectives-Propositions Contenu et Exercice du Métier de Cardiologue Perspectives-Propositions JC Daubert, G Derumeaux, JJ Dujardin, R Isnard, C Ziccarelli Avec la participation de: JY Artigou, C Champion, F Fellinger, F Fossatti,

Plus en détail

Normes pour l agrément spécial comme MRS, CSJ ou comme centre pour lésions cérébrales acquises Arrê te royal du 9 mars 2014

Normes pour l agrément spécial comme MRS, CSJ ou comme centre pour lésions cérébrales acquises Arrê te royal du 9 mars 2014 Normes pour l agrément spécial comme MRS, CSJ ou comme centre pour lésions cérébrales acquises Arrê te royal du 9 mars 2014 LE NOUVEL ARRETE ROYAL 9 MARS 2014 ENTREE EN VIGUEUR LE 20 AVRIL 2014 EXPLIQUE

Plus en détail

Concept "qualité" Forum/KSK

Concept qualité Forum/KSK Concept "qualité" Forum/KSK Concept pour l'introduction d'une gestion institutionnalisée de la qualité, au sens de la LAMal dans les EMS suisses Répertoire 1. Introduction 1.1. Situation initiale 1.2.

Plus en détail

Textes Juridiques. Décret n 82-298 du 4 septembre 1982 relatif à l'organisation et au financement de la formation professionnelle en entreprise.

Textes Juridiques. Décret n 82-298 du 4 septembre 1982 relatif à l'organisation et au financement de la formation professionnelle en entreprise. Textes Juridiques Décret n 82-298 du 4 septembre 1982 relatif à l'organisation et au financement de la formation professionnelle en entreprise. Le Président de la République, Sur le rapport du ministre

Plus en détail

Avis relatif à la position du médiateur dans l hôpital et sa relation vis-à-vis du gestionnaire hospitalier, de la direction et du médecin en chef

Avis relatif à la position du médiateur dans l hôpital et sa relation vis-à-vis du gestionnaire hospitalier, de la direction et du médecin en chef SPF SANTE PUBLIQUE, Le 22/01/07 SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT DIRECTION GENERALE DE L ORGANISATION DES ETABLISSEMENTS DE SOINS --- COMMISSION FEDERALE «DROITS DU PATIENT» --- Réf.

Plus en détail