Pays émergents, vers un monde différent?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Pays émergents, vers un monde différent?"

Transcription

1 N 80 3 ème trimestre 2012 Belgique - België P.P. - P.B. B - 22 Bureau de dépôt : Bruxelles X P Editeur responsable : Axelle Fischer Commission Justice et Paix francophone de Belgique, asbl Rue Maurice Liétart, 31, Bte 6 B-1150 Bruxelles - Belgique Pays émergents, vers un monde différent? B.R.I.C.S. : cinq lettres, une pour chacun des pays dits émergents, Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud. Doit-on parler de cinq briques, cimentées par leur émergence sur la scène mondiale, et associées dans la construction des relations internationales de demain? Pour séduisante qu elle soit, l image ne peut toutefois rejeter à l arrière-plan les incertitudes, les inconnues, les facteurs d instabilité et les déséquilibres latents qui apparaissent à l horizon d un avenir proche plutôt que lointain. Et si l on parle de pays émergents, cela peut aussi laisser entendre que la partie la plus importante de ce qui se joue autour d eux reste encore immergée. On n entonnera donc pas les refrains connus sur l essor démographique ou sur les miracles économiques : généralement, l actualité figurant en une des journaux ne donne pas le meilleur reflet des enjeux de fond engagés dans les relations internationales et les rapports entre les peuples. C est toujours après-coup que l histoire montre que demain commençait aujourd hui, mais que le cours que prendraient les choses n était pas nécessairement annoncé par ce qui en était le plus visible. Raison de plus pour ne pas renoncer à s entraîner à un regard plus aiguisé, plus exigeant aussi, allant au-delà des pseudoévidences ressassées sur le monde comme il va. L équipe de Justice et Paix Publié avec le soutien de la Direction Générale de la Coopération au Développement (DGD) et de la Fédération Wallonie-Bruxelles Revue d analyse des conflits internationaux et des enjeux de paix L actualité : regards et positions Crise économique : les exigences éthiques sont incontournables page 2 Dossier Pays émergents, vers un monde différent? Introduction page 3 Première réflexion : Une Chine émergente peut-elle entrer en conflit avec l Australie? page 4 Seconde réflexion : La stratégie russe pour reconquérir l espace postsoviétique : entre soft et hard power. Le cas de l Ukraine page 6 Portrait : Jean-Baptiste Ndundu Nsituvila de l association RODHECIC, en RDCongo page 9 Brèves page 11

2 L actualité : regards et positions Crise économique : les exigences éthiques sont incontournables Le politique doit faire des choix moraux collectifs en vue du bien commun. Ce dernier est une compétence généraliste, qui est exercée en démocratie par des mandataires élus, avec l aide de techniciens, en concertation avec la société civile (défenseurs des droits humains, syndicats ), et aussi à la lumière de discernements politiques. En avons-nous la compétence, si les spécialistes ne s en tirent pas? Oui, parce que ni le financier, ni l économique ne fonctionnent pour eux-mêmes. Ils ont une portée sociale et une visée humaine, et ils ont donc des enjeux moraux qui concernent et dès lors impliquent tout le monde. Le contexte : un effet domino La crise financière dans laquelle nous sommes plongés depuis 2008, à la suite des États-Unis, a viré à la crise économique et donc sociale dans l ensemble de la zone euro par un effet de domino : Grèce, Portugal, Espagne, Italie En fait, on nous parle de crises de façon presque permanente depuis bientôt 40 ans, et cet enlisement révèle d inquiétants paradoxes : même si elles sont d origine locale (Mexique, sud-est asiatique, États-Unis) ou sectorielles (pétrole, bourses, banques), elles affectent l ensemble du monde ; l expérience devrait rendre les responsables financiers et politiques de plus en plus habiles à la manœuvre. Au lieu de quoi nous végétons dans des crises dont le coût social fait scandale ; l origine et la nature des crises sont chaque fois différentes, mais la politique (re)commandée aux États est toujours la même : l austérité. Et si elle ne réussit pas, on (re)commande plus d austérité! Légitimité d une parole chrétienne Comme le politique est le lieu où l on gère les enjeux moraux collectifs, un point de vue chrétien est donc légitime, jusque dans le débat politique : être chrétien ne se limite pas à un culte. Le Conseil pontifical Justitia et Pax a pris position pour une réforme du système financier international et il plaide pour qu on instaure une autorité économique mondiale qui ne serait plus spécialisée et technocratique, mais franchement politique. Le Conseil appelle à approfondir sa réflexion. En Belgique, la Commission Justice et Paix francophone l a entrepris, aux titres de chrétiens et citoyens compétents. Elle a bénéficié de l apport d experts, ainsi que du groupe de travail préparatoire de Justitia et Pax Europa. En 2013, ce réseau européen des Commissions Justice et Paix entreprendra d ailleurs un travail d interpellation politique de nos responsables nationaux et européens. Une vision chrétienne nous conduit à assigner aux responsables de la vie sociale l objectif suivant : celui d améliorer la gouvernance, locale ou internationale, de façon à favoriser le développement intégral de tous et de chacun. L humanité est une et tous ses membres sont égaux en principe et en droit, ce qui implique leur solidarité pour assurer la dignité de chacun et le bien commun. Le Groupe de travail pour une Éthique dans l Économie et la Politique 2 Le politique doit faire des choix moraux collectifs en vue du bien commun Et comment réussirait-elle, l austérité, si on affaiblit sciemment des économies qui sont déjà affaiblies? Cela fait près de 35 ans que nous faisons payer aux petits et même aux plus démunis, les effets de crises qu ils n ont évidemment pas provoquées. Et en ménageant les responsables, privés comme publics. Notre position est que le politique doit faire des choix moraux collectifs en vue du bien commun : on ne peut juger de l efficacité d un système financier à partir de seuls critères financiers, car il doit servir l économie. On ne peut juger de l efficacité d un régime économique à partir de seuls critères économiques, car il doit servir le social et l humain. Le jugement doit être politique, parce qu on déborde les techniques et parce qu en démocratie, c est la vision de société des populations - une vision généraliste - qui doit orienter les politiques ; il n est pas vrai qu il n y a pas d alternative aux politiques qui sont menées. Mais elles se heurtent aux rapports de forces sociaux dans nos pays, et géopolitiques dans le monde. Pour en savoir plus Le Groupe de travail pour une Éthique dans l Économie et la Politique de Justice et Paix francophone de Belgique est composée de citoyens bénévoles qui souhaitent mener une réflexion éthique sur les enjeux économiques mondiaux actuels. Envie de nous rejoindre? Contactez Nous faisons partie d un réseau composé de 30 Commissions Justice et Paix en Europe. Du Portugal à la Roumanie, en passant par la Suède... index.shtml?navanchor= Voir le document du Conseil pontifical Justice et Paix: Pour une réforme du système financier et monétaire international dans la perspective d une autorité publique à compétence universelle (2011) : curia/pontifical_councils/justpeace/documents/ rc_pc_justpeace_doc_ _nota_fr.html

3 Introduction Dossier Pays émergents, vers un monde différent? 3 hine et Russie. Deux des cinq pays BRICS sont placés ici sous le projecteur, chacun en fonction de ses rapports avec un autre pays, considéré comme une clé pour comprendre les nouvelles configurations qui émergent dans les relations internationales : l Australie pour la Chine, l Ukraine pour la Russie. En matière d hégémonie, de rapports de forces, de zones d influence et d alliances qui se nouent ou se dénouent, le dossier montre les changements dans les règles du jeu, tout comme dans la perception et l analyse des menaces. Les aspects militaires et énergétiques de cette nouvelle donne sont particulièrement soulignés, ainsi que son impact sur l Union européenne. Nouveauté à nuancer, cependant, comme l indique l interlocuteur de notre portrait : car les vieilles recettes de l exploitation des ressources naturelles et des êtres humains sont toujours d application, par exemple en RDC où la Chine s en occupe

4 Dossier Première réflexion 4 Une Chine émergente peut-elle entrer en conflit avec l Australie? La montée en puissance de la Chine ne laisse pas son voisinage indifférent, notamment l Australie. Dans cette région Asie-Pacifique, cette dernière ne peut s empêcher de voir avec méfiance une croissance économique et militaire de si grande importance se développer sous ses yeux. a crainte de voir surgir une Chine hégémonique dans la région contribue à créer un problème de sécurité car l équilibre des forces y est changé. Les États-Unis n occupent plus la place de leader régional comme auparavant, alors que l importance stratégique de cette région est avérée. En effet, elle tend à devenir le centre de gravité mondial aux niveaux démographique, économique mais aussi politique. Dès lors, une question cruciale se pose : la Chine va-t-elle croître pacifiquement? L Australie a choisi d adopter une position pragmatique et de conciliation vis-à-vis du géant chinois comme en témoigne la relation économique spéciale entretenue depuis quelques années entre les deux pays. Alliée stratégique des États-Unis dans la région, l Australie n en développe pas moins pour autant des relations solides avec la Chine. Celles-ci se basent essentiellement sur des échanges économiques dynamiques. Comme l indique Bruno Hellendorf, en , la Chine - premier partenaire économique de l Australie depuis représente 17,6 % du commerce total australien [...] devant le Japon [...] et les États-Unis 1. La relation est complémentaire et satisfait les deux parties. L Australie se positionne comme un pourvoyeur privilégié de la Chine en matières premières et voit ainsi la valeur de ses exportations augmenter. Cette dernière exporte des produits manufacturés et investit massivement en Australie. Cette relation commerciale est en accord total avec la politique de développement pacifique prônée par la Chine. Il s agit avant tout d entretenir des relations cordiales avec ses voisins et de s assurer qu il n existe pas de tensions pouvant mener à l apparition de conflits potentiels. Pour cela, il est prêté une attention particulière aux relations bilatérales et multilatérales. Malgré des postures volontairement rassurantes attestées par des relations commerciales du style winwin, la Chine constitue néanmoins une menace pour l Australie. En effet, la Chine continue à développer son arsenal militaire, même si elle déclare que c est dans un but uniquement défensif. Pour l Australie, il est impossible de ne pas se sentir menacée au vu de la proximité géographique et des ressources impressionnantes de la Chine. Pour sa protection, l Australie peut compter sur son allié historique, les États-Unis. Le cadre de l ANZUS 2 lui assure une protection optimale dans un environnement menaçant ainsi que la possibilité de peser dans les affaires régionales. Pour l Australie, l alliance avec les États-Unis reste donc une priorité, car basée sur des valeurs et intérêts partagés. La lutte commune contre le terrorisme après 2001 a donné un coup de fouet à l amitié entre les deux partenaires. En 2005, un accord de libre-échange a été ratifié entre les deux pays, ajoutant une véritable dimension économique et commerciale à la relation. Mais les États-Unis n étant plus la superpuissance d antan, il faut désormais diversifier les partenariats. Cela passe avant tout par une meilleure intégration à la région. Pour l Australie, il convient de montrer à la région Asie-Pacifique dans son entièreté qu elle désire s y intégrer politiquement et économiquement. Autrefois totalement isolée à cause de la relation spéciale entretenue avec les États-Unis, l Australie participe de plus en plus aux forums régionaux et cela afin de se désenclaver. Stratégiquement, il convient de ne pas être isolée et de pouvoir être associée à l établissement des normes régissant la région. Vis-à-vis de la Chine, l Australie adopte une politique pragmatique et moderne. Outre les échanges commerciaux florissants, l Australie, sans se détacher de son alliance stratégique avec les États-Unis, désire approfondir sa relation avec la Chine. Si les avancées stratégiques et politiques sont minimes, car la relation est encore essentiellement basée sur le commerce, il convient néanmoins de saluer la promesse faite par l Australie de ne pas intervenir dans un conflit potentiel mettant aux prises Taïwan et les États- Unis avec la Chine. Cette décision témoigne de la volonté australienne de continuer à plaire à la Chine et est justifiée par le postulat que le traité de l ANZUS indique, à savoir que les pays doivent s assurer une assistance mutuelle en cas d agression, mais en aucun cas participer à une guerre où le principal pays agressé serait Taïwan Pour l Australie, la pierre angulaire de sa politique étrangère est surtout de ne pas avoir à choisir entre les deux puissances. L Australie tire d importants bénéfices économiques de sa relation avec la Chine, tandis que l alliance avec les États-Unis lui apporte des bénéfices géostratégiques et militaires notables. Comme certains think-thanks américains le pensent, l Australie mènerait une politique de Congagement visà-vis de la Chine : un savant mélange de containment et d engagement. La Chine reste ainsi un partenaire économique d importance, mais l alliance avec les États-

5 Unis, et dans une moindre mesure avec le Japon, reste d actualité afin d équilibrer le système régional. Comme l indique Cécile Pajon, [il s agit de] profiter des opportunités économiques et commerciales tout en conservant une attitude critique, notamment sur la politique chinoise des droits de l Homme 3. Preuve en est que l Australie conserve ses valeurs occidentales et n entend pas les mettre de côté dans sa relation avec la Chine. Malgré sa volonté de privilégier les organes multilatéraux et le commerce, l Australie poursuit parallèlement un effort d augmentation et de modernisation de son arsenal militaire. Le budget de la défense est équivalent à 1,9% du PIB et augmentera de 3% chaque année jusqu en Le but étant de pouvoir répondre aux possibles menaces provoquées par sa position de tampon entre les deux puissances et par son isolement dans la région. La Chine peut se sentir menacée à son tour par ce déploiement de force australien. En effet, Pékin érige la protection des voies d approvisionnement maritimes comme l une des hautes priorités de sa politique extérieure. Si l Australie se déploie sur sa façade maritime nord, ce sont les transports chinois qui pourraient être menacés. Il en résulte un maintien des forces chinoises dans la zone, et cela afin de contenir la possible émergence d une puissante flotte australienne. Il reste que l attitude australienne est dénuée de visée hégémonique, ce qui tend, en définitive, à rassurer la Chine sur ses intentions, même si l identité occidentale de l Australie et son réseau d alliances tissé avec le Japon et les États-Unis insufflent parfois, à raison, le doute. La Commission Justice et Paix voit dans l Union européenne un acteur incontournable afin de diminuer la possibilité de conflit entre grandes puissances dans la région Asie-Pacifique. En usant de son soft power 5, l Union européenne est tout à fait capable de jouer le rôle d arbitre en rappelant aux acteurs en présence la nécessité de régler les différends de manière pacifique, et cela dans le but d assurer un environnement stable et dénué de conflit. Nous encourageons les citoyens européens et belges à interpeller les décideurs politiques (élus belges du Parlement européen, fonctionnaires belges de la Commission européenne) quant à la nécessité d avoir une véritable politique volontaire et proactive afin d assurer la sécurité dans cette région. Afin d interpeller l Union européenne, il s avérerait également utile de sensibiliser nos parlementaires belges fédéraux pour qu ils relayent ce message en faveur de la paix dans la région Asie-Pacifique. Santiago Fischer Quand le roman policier devient géopolitique Henning Mankell est une figure majeure de la littérature policière scandinave. Sa série de romans centrés sur Kurt Wallander, de la police d Ystad, a rendu l auteur célèbre, en révélant aussi son goût pour les problèmes internationaux. Ce que Mankell confirme à nouveau, dans son récent roman Le Chinois, dont l héroïne principale est cette fois Birgitta Roslin, magistrate à Helsingborg. L intrigue de ce polar véritablement géopolitique entraîne le lecteur dans un long voyage dans l espace-temps des relations internationales. Du 19 ème siècle à aujourd hui, de la Suède aux Etats-Unis, de la Chine à l Afrique (Zimbabwe, Mozambique) et à Londres, on voit se propager l onde de choc provoquée par le massacre d une vingtaine d habitants d un tout petit village perdu au nord de la Suède Plus encore que l héroïne elle-même, le lecteur est saisi de vertige devant les basculements qui marquent notre temps, où les destinées individuelles et collectives s entrecroisent de façon telle que nul ne demeure indemne de ce qui arrive si loin, si près. Éditions du Seuil, 2011, 576 pages. 1. Entre l Aigle et le Dragon : l Australie à l heure des choix face à la Chine?, par Bruno Hellendorff, chaire Inbev Baillet-Latour Programme Union européenne - Chine, Alliance stratégique militaire nouée en 1951 et renouvelée il y a peu entre la Nouvelle-Zélande, l Australie et les États-Unis 3. La stratégie australienne en Asie-Pacifique, par Cécile Pajon, Ifri, L Australie comme acteur stratégique : la politique militaire de l Australie (2 ème table ronde des journées d études du 3 avril 2007 : Géopolitique du Pacifique Sud : l Australie et son environnement stratégique ), par le Colonel Feliks Skowronski, Fondation pour la recherche stratégique. 5. Capacité d attraction. Source Legion-Media 5Dossier Première réflexion

6 Dossier Deuxième réflexion 6 La stratégie russe pour reconquérir l espace postsoviétique : entre soft et hard power. Le cas de l Ukraine La fin de la guerre froide et l éclatement de l URSS ne sont pas restés sans conséquences négatives pour l héritière principale de cet empire : la Russie. Mais après des années de crises économiques et politiques, la Russie relève la tête et entend retrouver son statut de grande puissance. idée par un développement économique lié aux rentes pétrolières et gazières (exportations de ses ressources vers l Europe et l Asie), la Russie a lancé depuis le début des années 2000 une vaste offensive afin de retrouver son statut d alliée indispensable auprès de son étranger proche. Il s agit de restaurer sa zone d influence dans l espace postsoviétique. L Asie centrale, le Caucase, l Europe centrale sont autant de zones qu il s agit de reconquérir et cela afin de préserver les intérêts géostratégiques de la Russie. Pour être une puissance internationale, il convient en effet d être le chef de file dans sa propre région. L Ukraine constitue particulièrement pour la Russie une zone d importance qu il convient de ne pas perdre au bénéfice des forces occidentales. L élargissement de l Union européenne et de l OTAN à ce pays serait vu comme une invasion du pré carré de Moscou et doit donc être évité. Le chercheur américain Zbigniew Brzezinski considérait même que sans l Ukraine la Russie cesse d être un empire. Pour restaurer sa capacité d influence dans l espace postsoviétique, deux stratégies sont utilisées par Moscou : le soft et le hard power. La Russie maîtrise parfaitement le hard power (politique de coercition agressive qui se traduit par des actions militaires et économiques), via notamment l utilisation de l arme énergétique (augmentation du prix du gaz, menaces de couper l approvisionnement, etc.), la multiplication de ses bases militaires dans l espace postsoviétique, voire même le déclenchement de conflits comme on a pu le voir dans le cas de la guerre en Géorgie dont l une des raisons était la protection des minorités russophones. Vu de l étranger, ce hard power entre en contradiction avec la volonté affichée par Moscou depuis 2005 de miser sur le soft power comme stratégie d influence, c est-à-dire la capacité d attirer, d être un pôle d attraction politique, culturel et social. Le but est d améliorer l image de la Russie à l extérieur et de montrer qu elle est un interlocuteur indispensable pour traiter les affaires internationales. Le soft power à la russe... C est suite à la Révolution Orange de 2005 en Ukraine et au succès des forces pro-occidentales que Moscou s est rendu compte de la capacité qu avait le soft power à produire des effets positifs. Le soft power russe, malgré la faiblesse d investissement dont il souffre, en comparaison avec les sommes dépensées par les États-Unis et l Union européenne, est en pleine expansion. Plusieurs instruments sont à sa disposition. La langue russe reste largement répandue dans l espace postsoviétique. En Ukraine, le russe est utilisé comme langue véhiculaire par 70 % de la population. 60 % de la population est de langue et culture russes. Certaines régions, comme la région orientale, sont peuplées majoritairement par des colons russes, établis plus ou moins anciennement sur le territoire. La Russie utilise également l arme de la délivrance des passeports russes, notamment en Crimée. Environ personnes le posséderaient dans cette région dominée par les russophones. La Russie utilise également l arme des médias comme instrument au service du soft power. Des sondages menés révèlent que les pays de la CEI (Communauté des États Indépendants) restent des consommateurs actifs des produits médiatiques russes. Ainsi, en Ukraine, plus de trois-quarts de la population regardent la télévision russe. Le cyberespace (internet) est également bien occupé par la Russie. Ainsi, les sites nationaux officiels ont des versions russes. Ajoutons aussi les agences d information (comme Ria Novosti), les journaux en ligne, ainsi que les revues qui diffusent les informations dans plus de 10 langues, dont l anglais. Les campagnes d information s adressent aussi bien à l intérieur qu à l extérieur du pays. Tout événement est exploité : la victoire russe à l Eurovision de 2008, les jeux Olympiques de Sotchi en 2014, la présidence du G8 à St-Petersbourg, mais aussi des thèmes comme la mémoire historique. L enseignement supérieur en Russie constitue un formidable pôle d attraction. Des milliers d étudiants de l espace postsoviétique viennent en effet suivre des études pour devenir les futures élites économiques, politiques et militaires de leur pays. Elles seront ainsi plus tard bienveillantes envers le pays qui les a formées.

7 Malgré cette offensive en termes de soft power, les résultats se font attendre. Nous ne pouvons pas parler réellement d un basculement de l Ukraine dans la sphère d influence russe, et cela malgré l arrivée au pouvoir en 2010 d un gouvernement pro-russe. L image de la Russie à l étranger reste globalement négative, à cause notamment du manque de démocratie, de la liberté de la presse bafouée, etc. La coexistence avec le hard power, notamment vis-à-vis de l Ukraine, vient semer le doute sur les intentions russes. et le hard power à la russe! En avril 2010, l Ukraine - avec un nouveau gouvernement pro-russe - et la Russie ont signé l accord de Kharkiv mettant fin à d incessantes querelles autour de la question de l approvisionnement énergétique de l Ukraine. Jusque là, toute la décennie a été marquée par des manœuvres russes - que l on peut assimiler à du hard power - autour de l approvisionnement en gaz et en pétrole. Pour l Ukraine, pays dépendant à 100% de la Russie pour assurer son importante consommation énergétique, les nombreuses menaces de hausse des tarifs et de coupures dans les livraisons s assimilaient à de véritables déclarations de guerre et plongeaient le pays dans des crises importantes. Les questions de transit et d achat du gaz ont donc occupé l actualité nationale pendant de longues années. Parallèlement à cela, l Ukraine avait un moyen pour contrebalancer le pouvoir russe : la location de son port de Sébastopol en Crimée à la flotte russe de la Mer Noire, offrant ainsi à Moscou une position stratégique de choix. L Ukraine avait auparavant décidé de ne pas renouveler le bail au delà de L accord trouvé a permis de satisfaire les deux parties: la location est prolongée jusqu en 2042, en échange de quoi l approvisionnement en énergie est assuré avec une ristourne de 30 %. Source Worldcrunch.com A l échelle de l espace postsoviétique, la présence de bases militaires, la coopération militaire, la formation des militaires, l assistance technique et les manœuvres communes restent des moyens de hard power utilisés par Moscou pour assurer son influence. La forte croissance de ces moyens liée à l augmentation des investissements en font un acteur et partenaire incontournable pour toutes les nouvelles républiques indépendantes. Ces collaborations se font le plus souvent de manière bilatérale mais aussi via les forums régionaux. Á côté du secteur de l énergie, la Russie a également entamé dans les années 2000 un envahissement massif des secteurs économiques stratégiques de l Ukraine. Ainsi, les investissements se sont multipliés d abord entre 2002 et 2004 (ils ont été triplés) et ensuite, surtout à partir de 2005, dans les secteurs bancaire et financier, l industrie métallurgique et de l armement, les télécommunications, les transports, l aéronautique, l aérospatiale, les chantiers navals, le nucléaire, les infrastructures énergétiques, la chimie etc. Mais même si la Russie continue, via les conflits gelés dans l espace postsoviétique, à assurer une présence militaire forte, elle semble écarter le recours aux interventions armées. Une chance de voir émerger le soft power comme unique pièce de la politique étrangère russe? Rôle de l Union européenne Face au réveil de la Russie sur le plan international, l Union européenne doit veiller à ne pas marginaliser cette puissance émergente sous peine d engendrer de grandes frustrations synonymes de conflits. Ainsi, nous ne pouvons qu applaudir au dialogue stratégique entre l OTAN et la Russie qui garantit la paix en assurant un échange constant sur l avenir sécuritaire dans l espace postsoviétique. L Union européenne doit également veiller à ne pas froisser la Russie et à ce titre, doit continuer à maintenir l Ukraine hors de l OTAN et de l Union. En effet, un basculement de ce pays dans le camp occidental sonnerait comme un véritable désaveu pour la Russie et serait considéré comme une menace du côté de Moscou. Pour éviter tout conflit futur entre grandes puissances en Europe centrale, l Union européenne doit donc pouvoir laisser la Russie continuer à œuvrer à son regain d influence au sein de l espace postsoviétique. Grâce à l action internationale de l Union européenne qui se base essentiellement sur le soft power, la Russie pourrait être tentée d abandonner son hard power au profit du soft power. Une garantie solide de paix? Santiago Fischer 7Dossier Deuxième réflexion

8 Dossier Deuxième réflexion Emergence Pays émergents : l expression apparaît vers les années 1980 avec l extension des marchés boursiers aux pays en développement. Elle désigne les pays en développement offrant des opportunités pour les investisseurs. Ces pays se doivent de présenter une croissance économique rapide. Autres opportunités : posséder des structures économiques convergeant vers le modèle néolibéral, celui des pays dits développés ; leurs populations doivent cependant se contenter de salaires ne freinant pas les investissements. Les multinationales en quête de rentabilité maximum peuvent donc y délocaliser sans crainte leur production : une certaine stabilité politique est cependant indispensable sous peine d effrayer les marchés. A l opposé de tout ce qui coule, s abîme, s enfonce, plonge et disparaît, émerger signifie également sortir d un état ou d un lieu pour accéder à une situation meilleure : le soleil émerge du brouillard, la vérité d un amas de mensonges Les exemples abondent dans le Littré, le Robert ou le Larousse. La trajectoire des pays économiquement émergents apparaît donc excellente d un point de vue sémantique. Une année émergente signifie aussi une année qui fait date, une année à partir de laquelle une ère nouvelle est envisageable. Les années 1980, qui voient le modèle néolibéral se mondialiser et les années qui voient l échec de ce même modèle, auraient dû être considérées comme telles et être le point de départ d une prise de conscience rendant possible l émergence d un monde plus juste et plus pacifié : ce ne fut pas le cas D un point de vue sémantique et simplement humain, l émergence d une communauté ou d une région du monde signifierait son accession à une vision économique, politique, écologique, respectant davantage la justice et la paix entre les nations. Voilà ce qui devrait être le message prioritaire à adresser à nos hommes politiques! Jean-Pierre Plumat 8 Sommet BRICS, New Delhi, 29 mars 2012.

9 Jean Baptiste Ndundu Nsituvila de l association RODHECIC, en République Démocratique du Congo Jean Baptiste Ndundu Nsituvila a 39 ans. Ce licencié de l Institut Supérieur Pédagogique et Technique de Kinshasa 1 est depuis longtemps (comme étudiant d abord et puis comme professionnel) engagé pour la construction d une paix durable en RDC. En 1999, il a d ailleurs participé à la création du RODHECIC, association pour laquelle il travaille aujourd hui : 72 organisations d inspiration chrétienne font partie de ce réseau œuvrant dans l éducation civique et la promotion des droits humains en RDC 2. 9Dossier Portrait

10 C est dans la boîte! Un projet fédérateur de multiples associations autour du Festival International du Film Francophone (FIFF) de Namur. Cette année encore, la Commission Justice et Paix est heureuse d appuyer l équipe du FIFF Campus, volet pédagogique du festival de cinéma namurois, dans la coordination d animations citoyennes pour les jeunes. Du 28 septembre au 5 octobre, environ 8000 jeunes participeront à des activités de sensibilisation à la citoyenneté sur base des films et des émotions, réactions et réflexions qu ils suscitent. Dans le cadre de l Année européenne du Vieillissement actif et de la Solidarité entre Générations, parmi de nombreuses animations visant à élargir leurs horizons, les associations proposeront aux jeunes des activités autour du thème de la rencontre intergénérationnelle. Ainsi, le projet fédérateur C est dans la boîte invite les jeunes à décorer une boîte en fer et à y déposer un message ou un objet qu ils souhaitent transmettre à une personne d une autre génération. Ces boîtes seront exposées aux festivaliers puis distribuées à la fin du festival. Plus d infos : rendez-vous sur La formation Comprendre les conflits internationaux dispensée chez vous! Les conflits internationaux font partie intégrante de l histoire de l humanité. Il est essentiel de pouvoir disposer de clés pour les comprendre, démêler leur origine et leur complexité ainsi que pour confronter les différents points de vue à leur égard. Justice et Paix peut, à votre demande, dispenser chez vous (pour un groupe de minimum 5 personnes) cette formation destinée aux citoyens désirant mieux comprendre et décoder l actualité des relations internationales. Cette formation permet d approfondir les concepts de base entourant les notions de conflits et de paix dans le but de développer une démarche d analyse. La formation s articule autour d un cadre conceptuel, d une grille d analyse et des applications ludiques. Il ne vous reste plus qu à constituer un groupe et à nous contacter! - 02/ Prix : Gratuit. Participez au cycle des cafés littéraires ! Le livre lu s enrichit de lectures toutes différentes. Un livre qu on a détesté peut susciter l enthousiasme du voisin qui y a peut-être décelé une finesse ou une émotion qui nous a échappé. Brèves Brèves Le principe est simple : chacun lit pendant l année trois livres. Deux réunions sont consacrées à chaque livre lu. L idée est de se confronter à la lecture de l autre, de s appuyer sur la subjectivité de chacun pour entrer dans le texte et mieux s en imprégner. La seule règle de fonctionnement est la suivante : chacun prend la parole à son tour ; ensuite, seulement, on parle à bâtons rompus. Deux thèmes seront abordés cette année : La place des femmes dans les conflits et La crise : un monde en mutation, une opportunité de changement. Il est encore temps de rejoindre le groupe, n hésitez pas! Renseignements et inscriptions :

11 Publications Quel dialogue entre les entreprises et la société civile? Les fondements de notre modèle économique capitaliste globalisé sont, depuis l éclatement de la crise économique et financière en 2008, à nouveau sujets d indignation et de questionnements des citoyens. Si le système financier et monétaire (banques et agences de notations) est au centre de la polémique actuelle, Justice et Paix désire ici questionner le rôle d un autre type d acteur, cœur du modèle capitaliste et moteur de notre économie réelle : l entreprise privée. Le rôle de l entreprise dans la société et la gestion de ses im- pacts sur la population et le milieu de vie sont actuellement discutés par nos représentants politiques et par le secteur privé lui-même, à travers le concept de Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE). La société civile se bat depuis de nombreuses années pour participer à la définition de cette RSE et des devoirs qu ont les entreprises envers les citoyens. Dans cette optique, cette étude pose la question de la faisabilité et de la pertinence pour la société civile d engager un dialogue direct avec les entreprises. Un tel dialogue est-il souhaitable? De quelle(s) manière(s) le mettre en œuvre? Quels écueils sont à éviter? Auteur : Frédéric Triest - Prix : 5 euros Pour commander l étude : Tél Etude CJP - À paraître en novembre 2012 Quels alliés pour le Brésil, grande puissance en devenir? L Amérique du Sud est un continent en pleine mutation. Affranchie de la tutelle nord-américaine, la région se cherche une direction ainsi qu un leader. De par son statut de puissance émergente à l échelle mondiale, le Brésil semble avoir la capacité et l intention de s arroger ce rôle. Porte-drapeau des pays du Sud qui désirent mettre en place un modèle de développement alternatif à la mondialisation néo-libérale, le Brésil peut compter sur une position avantageuse. Pays le plus vaste et le plus peuplé d Amérique du Sud, son appareil industriel et commercial tentaculaire se déploie internationalement. Pour Brasilia, il s agit avant tout d étendre sa sphère d influence au continent tout entier tout en prenant garde à ne pas effrayer ses partenaires. En effet, toute puissance régionale doit pouvoir s entourer d alliés fiables afin d atteindre des objectifs internationaux plus larges Auteur : Santiago Fischer - Prix : 5 euros Abonnements Abonnement de soutien à Pour parler de paix de Justice et Paix à partir de 15 à verser au compte BE Dons Soutien financier : à partir de 40, déductible fiscalement * À verser au compte BE avec la mention DON. * Sous réserve d acceptation du dossier pour 2012 Pour tout renseignement à propos d un don ou d un legs, merci de bien vouloir prendre contact : Tél Contact Axelle Fischer, secrétaire générale ; Eva Calatayud, Santiago Fischer, Amandine Kech, Laure Malchair, Frédéric Triest, Bernard Van Meenen, chargé-e-s de projets ; Chantal Bion, secrétaire. Ont collaboré à ce numéro : Yvonne Clément, Paul Löwenthal, Jean-Pierre Plumat Design : N hésitez pas à nous contacter! Commission Justice et Paix francophone de Belgique, asbl Rue Maurice Liétart 31/6 B Bruxelles - Belgique Tél Fax Dessin de couverture : Anne-Sylvie Berck Site : Publié avec le soutien de la Direction Générale de la Coopération au Développement (DGD) et de la Fédération Wallonie-Bruxelles

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

COMPRENDRE CE QU EST L OTAN

COMPRENDRE CE QU EST L OTAN COMPRENDRE CE QU EST L OTAN LES ORIGINES DE L ALLIANCE Au lendemain de la seconde guerre mondiale, l Europe de l Est et l Europe de l Ouest se sont trouvées séparées par les divisions idéologiques et politiques

Plus en détail

PESC - PSDC SEAE ATHENA EUROPOL EUROJUST. www.europarl.fr CLAUSE DE SOLIDARITÉ. ARMéE EUROPEENNE COMMISSION PARLEMENTAIRE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE

PESC - PSDC SEAE ATHENA EUROPOL EUROJUST. www.europarl.fr CLAUSE DE SOLIDARITÉ. ARMéE EUROPEENNE COMMISSION PARLEMENTAIRE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE HAUT REPRÉSENTANT POUR LES AFFAIRES ETRANGÈRES ET LA POLITIQUE DE SÉCURITÉ COMMISSION PARLEMENTAIRE AFET COMMISSION PARLEMENTAIRE SEDE ARMéE EUROPEENNE ATHENA EUROPOL EUROJUST

Plus en détail

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales Ministère de la modernisation des secteurs publics Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Ecole Nationale d Administration Fondation Hanns Seidel Original :

Plus en détail

DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS

DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS H3.Thème 2. DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS Comment les colonies accèdent-elles à l indépendance? A quelles difficultés ces nouveaux Etats sont-ils confrontés? Frise p 111. Les différentes

Plus en détail

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 Comité préparatoire de la Conférence des Parties chargée d examiner le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires en 2010 NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 15 mai 2009 Français Original : anglais Troisième

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Directorate-General for Communication PUBLIC OPINION MONITORING UNIT Bruxelles, 28 avril 2014 Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Couverture

Plus en détail

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Auteurs : Jacques Potdevin : Président de la Fédération des Experts comptables Européens (FEE - Federation of European Accountants 2 ) de 2007 à 2008.

Plus en détail

BULLETIN DE LGF PATRIMOINE N

BULLETIN DE LGF PATRIMOINE N BULLETIN DE LGF PATRIMOINE N 2 «Point de vue» La lettre d information de LGF Patrimoine SOMMAIRE PAGE 1 2 > Les marchés financiers Les marchés, l économie, l actualité PAGE 3 4 > Les SCPI, un outil de

Plus en détail

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance 9% services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services ont progressé en 2013. Les services financiers, qui avaient

Plus en détail

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs Ben S. C. Fung (+852) 2878 718 ben.fung@bis.org Robert N. McCauley (+852) 2878 71 robert.mccauley@bis.org Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs La demande de comptes bancaires

Plus en détail

LES DÉFIS DE L EXPANSION

LES DÉFIS DE L EXPANSION LES DÉFIS DE L EXPANSION DU MONDE 49 e ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES ÉLEVEURS DE PORCS DU QUÉBEC JEAN-LOUIS ROY, 28 MAI 2015 L ESPACE AGRICOLE GLOBAL JEAN-LOUIS ROY, MAI 2015 Tous les pays du monde 1,35 milliards

Plus en détail

Epargne : définitions, formes et finalités.

Epargne : définitions, formes et finalités. Epargne : définitions, formes et finalités. 1) Définitions de l épargne. Le dictionnaire Larousse définit l épargne comme une «fraction du revenu individuel ou national qui n est pas affectée à la consommation»,

Plus en détail

Épreuve composée. II sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation.

Épreuve composée. II sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation. Épreuve composée Cette épreuve comprend trois parties. 1. Pour la partie 1 (Mobilisation des connaissances), il est demandé au candidat de répondre aux questions en faisant appel à ses connaissances personnelles

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

LES NON-ALIGNÉS D HIER À AUJOURD HUI

LES NON-ALIGNÉS D HIER À AUJOURD HUI ÉDITORIAL LES NON-ALIGNÉS D HIER À AUJOURD HUI MICHEL ROGALSKI Privé de la présence de Fidel Castro pour cause de maladie, le XIV e Sommet des Non-alignés s est tenu en septembre 2006 à La Havane. L usage

Plus en détail

Le Ministre Pieter De Crem prend la parole

Le Ministre Pieter De Crem prend la parole Le Ministre Pieter De Crem prend la parole Monsieur Pieter De Crem, Ministre de la Défense nationale, a donné un exposé le 21 mai 2008 à l Institut royal Supérieur de Défense (IRSD) Pendant cette conférence,

Plus en détail

La stratégie européenne de l Alliance rouge-verte danoise et le Parti de la gauche européenne *

La stratégie européenne de l Alliance rouge-verte danoise et le Parti de la gauche européenne * 42 La stratégie européenne de l Alliance rouge-verte danoise et le Parti de la gauche européenne * Inger V. Johansen Membre du comité des affaires européennes de l Alliance rouge-verte danoise intégration

Plus en détail

Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS

Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS 23 mars 2015 Synthèse Avec plus de 12.000 évaluations

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire Par Soraya Oulad Benchiba, Chargée d'études à l'institut Amadeus Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire L afflux d IDE en Afrique a été spectaculaire

Plus en détail

Bonsoir, Mesdames et Messieurs,

Bonsoir, Mesdames et Messieurs, Bonsoir, Mesdames et Messieurs, Tout d abord je souhaiterais remercier les organisateurs de ce symposium, la Division de la Population des Nations Unies et la Fondation Roselli, pour leur invitation de

Plus en détail

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013 LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES 1. Facteurs structurels du ralentissement de la croissance dans les BRIC 2. Interdépendances commerciales entre les BRIC et le reste du monde Françoise Lemoine, Deniz

Plus en détail

Click to edit Master title style

Click to edit Master title style Le Service des délégués commerciaux MAECI: Orientation et rôle Investissement étranger direct (IED) Anderson Blanc Délégué commercial Click to edit Master title style Investissement & Innovation Coordonnateur

Plus en détail

LA TRANSITION ENERGETIQUE : COMMENT L ANCRER DURABLEMENT DANS L ACTION?

LA TRANSITION ENERGETIQUE : COMMENT L ANCRER DURABLEMENT DANS L ACTION? LA TRANSITION ENERGETIQUE : COMMENT L ANCRER DURABLEMENT DANS L ACTION? Le mercredi 19 juin 2013 de 14h à 18h suivi d un cocktail A La Maison de l UNESCO (salle IV) - 7 Place Fontenoy, 75007 Paris DEBAT

Plus en détail

Le solde commercial de la France, qui était

Le solde commercial de la France, qui était 3.1 Échanges extérieurs Le solde commercial de la France, qui était positif au début des années 2, redevient négatif à partir de 25. Le solde des produits manufacturés devient alors déficitaire et va ensuite

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE

LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE En 2012, toutes les universités françaises seront autonomes ; elles le seront dans un contexte mondial où leur rôle est à la fois fortement réaffirmé et sujet à de profondes

Plus en détail

Pourquoi et comment le monde se divise-t-il après 1945? I/DEUX BLOCS FACE A FACE ( p90/91)

Pourquoi et comment le monde se divise-t-il après 1945? I/DEUX BLOCS FACE A FACE ( p90/91) LA GUERRE FROIDE p82 à 89 Fiche d objectifs/plan détaillé Pourquoi et comment le monde se divise-t-il après 1945? I/DEUX BLOCS FACE A FACE ( p90/91) Comment à partir de 1947, Etats-Unis et l URSS s affrontent-ils

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

Innovation & Internationalisation (I²)

Innovation & Internationalisation (I²) Partenariats d intérêt mutuel bien compris, tout azimut Les inter-pme panafricaines et internationales réalisées massivement Innovation & Internationalisation (I²) L Afrique se tire elle-même du marécage

Plus en détail

Réponse à la consultation de la Commission européenne concernant le cadre juridique actuel régissant le droit fondamental à la protection des données

Réponse à la consultation de la Commission européenne concernant le cadre juridique actuel régissant le droit fondamental à la protection des données AEDH-Association européenne pour la défense des Droits de l Homme Rue de la Caserne, 33 1000 Bruxelles Numéro de registre : 0648187635-62 Réponse à la consultation de la Commission européenne concernant

Plus en détail

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO?

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? Tous les documents sont tirées de «La Grèce peut-elle se sauver en sortant de la zone euro?», Flash éco Natixis, 08 novembre

Plus en détail

Les investissements internationaux

Les investissements internationaux Conclusion : Doit-on réguler les IDE? Les investissements internationaux Introduction : Qu est ce qu un investissement direct à l étranger (IDE)? I) L évolution des IDE 1 Les IDE : une affaire entre riches

Plus en détail

Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives. CCI International Centre

Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives. CCI International Centre CCI International Centre NUMÉRO 08 LE CAHIER SPÉCIAL DE L OBSERVATOIRE DES ENTREPRISES À L INTERNATIONAL 2015 Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives Une publication

Plus en détail

Baromètre Ipsos / Europ Assistance Intentions et préoccupations des Européens pour les vacances d été Synthèse Ipsos pour Europ Assistance 13 Mai 2014

Baromètre Ipsos / Europ Assistance Intentions et préoccupations des Européens pour les vacances d été Synthèse Ipsos pour Europ Assistance 13 Mai 2014 Baromètre Ipsos / Europ Assistance Intentions et préoccupations des Européens pour les vacances d été Synthèse Ipsos pour Europ Assistance 13 Mai 2014 Contacts Ipsos Public Affairs : Fabienne SIMON 01

Plus en détail

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT)

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) FACONNER ENSEMBLE L OIT DU FUTUR «Pour tout ce qui a été, merci. Pour tout ce qui sera, oui.» (Dag

Plus en détail

Centre d etudes. strategiques de l Afrique. E t a b l i r d e s p a r t e n a r i a t s p o u r l a v e n i r d e l A f r i q u e

Centre d etudes. strategiques de l Afrique. E t a b l i r d e s p a r t e n a r i a t s p o u r l a v e n i r d e l A f r i q u e Centre d etudes strategiques de l Afrique E t a b l i r d e s p a r t e n a r i a t s p o u r l a v e n i r d e l A f r i q u e Séminaire pour hauts responsables - Lisbonne, Portugal Le premier événement

Plus en détail

Dossier de presse. Nos actions pour la jeunesse. 21 février 2014

Dossier de presse. Nos actions pour la jeunesse. 21 février 2014 + Dossier de presse Nos actions pour la jeunesse. 21 février 2014 + Le Centre des Jeunes 2 Dirigeants! Le CJD est un mouvement patronal, né en 1938, qui rassemble 4500 chefs d entreprise et cadres dirigeants

Plus en détail

Institut syndical européen. Une perspective européenne sur les questions stratégiques pour le mouvement syndical

Institut syndical européen. Une perspective européenne sur les questions stratégiques pour le mouvement syndical Institut syndical européen Une perspective européenne sur les questions stratégiques pour le mouvement syndical Le principal objectif de l Europe sociale doit être la création d une société plus égalitaire,

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue?

Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue? 28 avril 2015 Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue? Beaucoup d espoir repose sur les entreprises du centre du pays pour permettre à la croissance économique de

Plus en détail

Commission CI. Session d ouverture. Remarques d ouverture par le Président de la Commission CI

Commission CI. Session d ouverture. Remarques d ouverture par le Président de la Commission CI 35 ème session de la Conférence Générale Commission CI Session d ouverture Remarques d ouverture par le Président de la Commission CI Mesdames, Messieurs, Buenas tardes, Bonjour, Good afternoon, Здравствуйте

Plus en détail

Education-Civique. Chapitre n. La Défense et l action internationale en France

Education-Civique. Chapitre n. La Défense et l action internationale en France Education-Civique Chapitre n. La Défense et l action internationale en France I) La Défense globale du territoire national Problématique : Comment le territoire national et la population sont-ils protégés?

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS Le Master 1 : Management Public Environnemental forme aux spécialités de Master 2 suivantes : - Management de la qualité o Parcours

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

notre vision CARTE DE VISITE

notre vision CARTE DE VISITE 360 notre vision CARTE DE VISITE 2012 Malgré un durcissement de la conjoncture économique à partir du second semestre 2011, le Groupe SEB a maintenu son cap et consolidé ses positions sur la plupart des

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions 27 novembre 213 N 5 Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions La Chine semble vouloir développer le poids du RMB comme monnaie internationale, aussi bien financière que

Plus en détail

De la Guerre Froide à un nouvel ordre mondial?(1975-2009)

De la Guerre Froide à un nouvel ordre mondial?(1975-2009) (1975-2009) Ruptures et continuités dans les relations internationales des années 80 à nos jours? L ouverture du mur de Berlin : le 9/11/1989 Sommet d Oslo : un espoir de paix en 1993 I/ Une remise en

Plus en détail

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Vers un retour de l or comme garantie du système financier international. Jean Borjeix Aurélien Blandin Paris, le 7 octobre 2014 Faisant suite aux opérations de règlement

Plus en détail

Sciences, guerre, et développement

Sciences, guerre, et développement Sciences, guerre, et développement E. Zaccai (partie 2) 2012-2013 PREPARATION 3 Pole Berhneim Paix et Citoyenneté de l'ulb Définitions du développement, évolution des richesses et de la santé dans le monde

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul Le nombre de dépôts de demandes en matière de propriété intellectuelle a poursuivi sur sa lancée d avant la crise, celui des dépôts de demandes de brevet augmentant à son rythme le plus fort en près de

Plus en détail

Le nouvel espace politique européen

Le nouvel espace politique européen Frédéric Lebaron à l issue de la séquence électorale récente, en particulier en France et en Grèce, le nouveau champ politique issu de la crise financière se dessine plus clairement en Europe. L Union

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE ORGANISATION FOR ECONOMIC CO-OPERATION AND DEVELOPMENT TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE 14-15 septembre 2006 Séoul, Corée Déclaration de Séoul (version définitive) CENTRE

Plus en détail

S engager à agir pour le développement durable dans une période de changement

S engager à agir pour le développement durable dans une période de changement Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 13 avril 2015 Français Original: anglais E/ECE/1471/Rev.1 Commission économique pour l Europe Soixante-sixième session Genève, 14-16 avril 2015

Plus en détail

Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche

Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche ÉDITORIAL Pour la Corse et pour la France, une démocratie politique et sociale vraiment neuve Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche de réalisations possibles, la

Plus en détail

FAITS ESSENTIELS. L intensité du savoir croissante des économies de la zone

FAITS ESSENTIELS. L intensité du savoir croissante des économies de la zone FAITS ESSENTIELS La présente édition du Tableau de bord de la science, de la technologie et de l industrie indique que l intensité du savoir des économies de la zone OCDE a poursuivi sa progression ces

Plus en détail

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE Le regroupement du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l industrie en un seul établissement apporte les atouts

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

Brand content : les écarts entre l offre et la demande

Brand content : les écarts entre l offre et la demande 2014 Edition Spéciale 4 Intelligence Applied Les consommateurs sont de plus en plus nombreux, dans le monde, à se montrer très friands de brand content, et la plupart des marques sont prêtes à satisfaire

Plus en détail

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude concernant l assurance-litige en matière de brevets, par CJA Consultants Ltd Janvier 2003 V4a.fin ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude réalisée pour la Commission européenne concernant la

Plus en détail

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 CONTRAT SOCIAL 28/03/2014 J.Blanchard NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 ----ooo---- ECONOMIE MONDIALE : sans changement notable sauf crises graves Les dernières prévisions pour 2014 et 2015 confirment les

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux

Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux 7 avril Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux La crise de 9 a eu des conséquences néfastes pour

Plus en détail

Énergie et Mondialisation

Énergie et Mondialisation Énergie et Mondialisation Il est fréquent d affirmer que de nombreuses questions énergétiques ou environnementales ne peuvent être posées correctement qu au niveau mondial. Résolument ancré dans le réseau

Plus en détail

7 ème Edition des Assises de la Coopération Belge au Développement

7 ème Edition des Assises de la Coopération Belge au Développement 7 ème Edition des Assises de la Coopération Belge au Développement Session 3 Thème : Mettre le contexte au centre de l action : opérationaliser une approche sensible à la fragilité Sous-thème : «Prise

Plus en détail

Les contributions des acteurs territoriaux à la promotion de la cohésion sociale et du développement durable aux niveaux local, national et mondial

Les contributions des acteurs territoriaux à la promotion de la cohésion sociale et du développement durable aux niveaux local, national et mondial Note conceptuelle Forum Social Mondial 2015 - Tables rondes Les contributions des acteurs territoriaux à la promotion de la cohésion sociale et du développement durable aux niveaux local, national et mondial

Plus en détail

la voie bilatérale reste la meilleure option

la voie bilatérale reste la meilleure option WWW.ELECTIONS.CH FICHE THEMATIQUE : SUISSE-UE la voie bilatérale reste la meilleure option L UE est un des principaux partenaires commerciaux de la Suisse. A l inverse, la Suisse est le deuxième partenaire

Plus en détail

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME NICOLAS SARKOZY 2007-2012 : LE DEPOT DE BILAN POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME Par Daniel Vasseur Le 17 février 2012 Jusqu au plan de rigueur du Gouvernement annoncé le 7 novembre 2011, l Etat avait

Plus en détail

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA)

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA) La BNS capitule: Fin du taux plancher Alain Freymond (BBGI Group SA) Changement radical de politique monétaire le 15/1/2015 Les taux d intérêt négatifs remplacent le taux plancher 1. Abandon du taux plancher

Plus en détail

ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ

ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ INSTITUT DE MANAGEMENT PUBLIC ET GOUVERNANCE TERRITORIALE 21 RUE GASTON DE SAPORTA 13100 AIX EN PROVENCE DIPLOME UNIVERSITAIRE (DU) ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ OBJECTIFS Faire comprendre

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

Flavien Neuvy de L Observatoire Cetelem

Flavien Neuvy de L Observatoire Cetelem 1 Flavien Neuvy de L Observatoire Cetelem Sommaire Baromètre de L Observatoire Cetelem Moral des Européens : après un point bas en 2009, du mieux pour 2010 Les intentions d épargne : retour du principe

Plus en détail

Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années

Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années Eric Lee En novembre 2011, les militaires au pouvoir aux Fidji ont jeté en prison deux des plus importants dirigeants syndicaux du

Plus en détail

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Depuis 2012, un ensemble d actions est engagé au service du renforcement

Plus en détail

La mobilité sortante des étudiants français : éléments de mise en perspective

La mobilité sortante des étudiants français : éléments de mise en perspective lesnotes n 14 - juillet 2008 de CampusFrance La mobilité sortante des étudiants français : éléments de mise en perspective D ans la compétition mondiale visant à attirer les étudiants internationaux en

Plus en détail

REGARDS CROISES ELITES / GRAND PUBLIC SUR LA FRANCE DANS LA MONDIALISATION

REGARDS CROISES ELITES / GRAND PUBLIC SUR LA FRANCE DANS LA MONDIALISATION REGARDS CROISES ELITES / GRAND PUBLIC SUR LA FRANCE DANS LA MONDIALISATION Juillet 2008 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris Cedex 02 Tél. : (33) 01 44 94 59 10 Fax : (33) 01 44 94 40 01 www.csa.eu

Plus en détail

La gestion des performances en Europe. Panel d expériences européennes et possibles synergies

La gestion des performances en Europe. Panel d expériences européennes et possibles synergies La gestion des performances en Europe. Panel d expériences européennes et possibles synergies Atelier n 15 Organisateurs : Conseil de l Europe (Centre d expertise sur la réforme de l administration locale

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Centre de recherches conjoncturelles ETH Zurich LEE G 116 Leonhardstrasse 21 892 Zurich Tél. +41 44 632 8 3 Fax +41 44 632 12 18 www.kof.ethz.ch globalization@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich,

Plus en détail

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un Résumé Les pays en développement (PED) ont bénéficié, au cours de ces trente dernières années, de prêts considérables qui devraient permettre leur décollage rapide. Pour nombre d entre eux dont le Bénin,

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUNIQUÉ DE PRESSE La croissance mondiale des investissements publicitaires se poursuit : les achats publicitaires devraient croître de 4,8% en 2012. Un chiffre en légère progression par rapport aux

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Initiative Internationale d Istanbul sur le Vieillissement Document de référence 4-6 Octobre 2013

Initiative Internationale d Istanbul sur le Vieillissement Document de référence 4-6 Octobre 2013 Initiative Internationale d Istanbul sur le Vieillissement Document de référence 4-6 Octobre 2013 INITIATIVE INTERNATIONALE D ISTANBUL SUR LE VIEILLISSEMENT DOCUMENT DE REFERENCE Au cours de la dernière

Plus en détail

Rapport final IGF-AC, edition 2013, Kinshasa

Rapport final IGF-AC, edition 2013, Kinshasa Rapport final IGF-AC, edition 2013, Kinshasa L an 2013, le 28 et 29 août, s est tenue dans la salle du Campus Numérique Francophone de Kinshasa, le Forum sur la Gouvernance de l Internet en Afrique Centrale,

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

Des compétences numériques à la littératie numérique

Des compétences numériques à la littératie numérique Note d éducation permanente de l ASBL Fondation Travail-Université (FTU) N 2014 10, juin 2014 www.ftu.be/ep Des compétences numériques à la littératie numérique Quels enjeux derrière l évolution de ces

Plus en détail

CinéSoupe. programme itinérant de films courts. en nord pas de calais et en belgique

CinéSoupe. programme itinérant de films courts. en nord pas de calais et en belgique CinéSoupe programme itinérant de films courts en nord pas de calais et en belgique bah voyons! asbl // Séverine Konder // +32 (0) 485 217 327 // severine.bahvoyons@gmail.com // www.cinesoupe.com Embarquez

Plus en détail

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 18 juin 2008 Session ministérielle OCDE 2008 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 5 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE

Plus en détail