Alimentation hivernale des bovins charolais. Recommandations et repères

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Alimentation hivernale des bovins charolais. Recommandations et repères"

Transcription

1 Alimentation hivernale des bovins charolais Recommandations et repères Hiver 0/0

2 Les conditions climatiques défavorables de cette année 0 n ont pas permis de constituer suffisamment de stocks hivernaux dans la majeure partie des exploitations. Cette pénurie de récolte, associée à la redistribution de fourrages au pré, nécessite, avant de débuter la période hivernale, de refaire un point précis de ses stocks. Il faut aussi déterminer les besoins des animaux pour quantifier, dès l entrée de l hiver, un éventuel déficit en fourrages. L année 0 est aussi particulière du fait de l hétérogénéité des fourrages en stock (foin ère coupe, paille, regain, dérobées, ) et de la variabilité de leurs valeurs alimentaires. Il faut faire analyser vos principaux fourrages pour vous permettre d ajuster vos rations au plus juste (renseignements sur le site Internet de la Chambre d Agriculture : Réaliser mon bilan fourrager / Évaluation des stocks disponibles à la rentrée de l hiver (présents + en commande) Type de fourrage Poids des Nombre de bottes (kg) Quantité totale bottes ou ou densité brute (t) volume (m) (kg brut/m) ()=[()x()] / 0 () () % de Matière Sèche ( MS ) () Quantité totale de MS (en tonnes) () x () 8 % * * Enrubannage Ensilage herbe Ensilage maïs (hors litière) 88 % Luzerne déshydratée 9 % *... * * à renseigner en fonction des stocks de l exploitation Total = T MS ATTENTION! Dans le calcul du stock de paille disponible pour l alimentation, veiller à retirer la quantité de paille nécessaire à la litière. Quelques repères pour faciliter l estimation de vos stocks Le foin et la paille : Il est préférable de peser quelques bottes pour estimer correctement les stocks bruts. A défaut, des poids indicatifs de quelques dimensions standards de bottes sont présentés dans le tableau cidessous. Dimension en cm Largeur Diamètre Volume en m Poids en kg brut 0 80, , , ,0 7

3 L enrubannage : Il faut peser quelques balles et faire des analyses de matière sèche auprès de votre technicien de secteur pour estimer au plus juste le stock et la valeur de votre enrubannage. Les ensilages : L estimation des stocks d ensilage est approchée à partir des tableaux ciaprès. Ils présentent les densités exprimées en kg brut et en kg de matière sèche d ensilage par m en fonction de la hauteur du silo et de la teneur en matière sèche de l ensilage à l ouverture du silo. Cubage du silo = longueur x largeur x hauteur (ramener le silo au carré en établissant une longueur, une largeur et une hauteur dites moyennes, en coupant les pointes s il s agit d un silo taupinière, ). L ensilage d herbe : Hauteur du silo (en cm) Teneurs en M.S. de l ensilage (p.) 0 % % 0 % % kg brut / m Kg MS / m kg brut / m Kg MS / m kg brut / m Kg MS / m kg brut / m Kg MS / m L ensilage de maïs : Hauteur du silo (en cm) Teneurs en M.S. de l ensilage (p.) % 0 % % 0 % kg brut / m Kg MS / m kg brut / m kg MS / m Kg brut / m Kg MS / m kg brut / m Kg MS / m Les déshydratés : La luzerne déshydratée : à 600 kg bruts par m Les pulpes de betteraves déshydratées : 6 à 700 kg bruts par m Le maïs déshydraté : à 0 kg bruts par m Les céréales : Le blé : 70 à 800 kg par m L orge : à 6 kg par m Le triticale : 700 à 760 kg par m

4 / Évaluation des besoins fourragers du troupeau pour l hiver. Les animaux de repousse ou/et de finition Catégories Effectifs hivernés () Durée repousse finition (j) () Besoin journalier (kg de MS) () (avec ration de base = ) Ensilage de maïs Broutards repoussés, Jeunes bovins 6,, 9 Vaches de réformes Génisses 6 mois Besoin total (t de MS) [()x()x()]/0 Total cheptel repousse et finition = t MS. Les animaux d élevage Catégories Effectifs hivernés () Durée d hivernage (j) () Besoin journalier (kg de MS) () % vêlages réalisés au 0/0 /0 Vaches et génisses 0 mois 0 Génisses 8 mois 8 6, Génisses an,, Mâles an,, Mâles 8 mois 7, 6, Brebis + béliers,7 Chèvres, Besoin total (tonnes de MS) [()x()x()]/0 Total cheptel élevage = tms Remarque : si le poids des vaches du cheptel de souche est supérieur à 7 kg vifs, alors il faut augmenter les besoins du cheptel d élevage pour les bovins de + %. totaux pour l ensemble des animaux : => besoins cheptel repousse/finition + cheptel élevage = Tonnes de matière sèche

5 . Comparaison des stocks et des besoins Plusieurs situations peuvent se présenter :. Si le total des stocks est supérieur ou égal aux besoins des animaux : Il faut équilibrer vos rations avec des concentrés Préférer le maïs ensilage pour les bovins en repousse ou en finition. Si le total des stocks est inférieur aux besoins des animaux : Estimer le déficit d après le calcul suivant : Déficit = [(stocks besoins) / besoins)] x =... % Selon le déficit observé, les solutions apportées seront différentes : Ê Si le déficit est compris entre 0 et 0 % des besoins : Achat de fourrage et équilibre des rations avec des concentrés OU Restriction de l apport de fourrages aux bovins en couvrant 80 % des besoins journaliers préconisés, la couverture du déficit étant assurée par des apports supplémentaires de concentrés. Ë Si le déficit est compris entre 0 et 0 % des besoins : Dans cette situation, l achat de fourrages est obligatoire pour permettre de : Ramener le déficit fourrager à zéro OU Ramener le déficit à la situation précédente (déficit entre 0 et 0 %) et appliquer les solutions citées cidessus Ì Audelà de 0 % de déficit, la situation est grave : Cette situation nécessite une réflexion plus globale sur la stratégie à mettre en œuvre (achat de fourrages, ventes de bovins, trésorerie,...). Il est préférable de contacter votre technicien. à retenir... Quelle que soit la situation, il est important de détecter rapidement les vaches vides pour les commercialiser plus tôt, les mettre en finition rapidement. Dans tous les cas, si les stocks le permettent, la paille servant à l alimentation doit être distribuée, après rééquilibrage par un apport de concentrés, aux animaux en état, à faibles besoins et à forte capacité d ingestion. C est par ordre de priorité : les vaches avant vêlage, puis les vaches après vêlage, puis les génisses de ans lourdes. La paille est à éviter sur des génisses de an à faible capacité d ingestion.

6 Une bonne alimentation hivernale du troupeau C est apporter tous les éléments dont l animal a besoin (énergie, azote, minéraux, vitamines et oligoéléments). Elle a pour but :.... De permettre une meilleure résistance des veaux à la naissance grâce à un colostrum de qualité, D assurer une bonne lactation des vaches, D avoir des vaches en bon état à la mise à l herbe, ce qui favorisera une bonne fécondité du troupeau, De permettre une bonne croissance des broutards et des génisses de renouvellement. Nous vous proposons des exemples de rations hivernales pour un cheptel de race charolaise «classique» avec une date moyenne de vêlage vers le février et pour un cheptel de format plus important avec une date moyenne de vêlage vers le décembre. Prise en compte des spécificités de l'année 0 : Pour prendre en compte les particularités de l'année fourragère 0, vous trouverez plusieurs changements par rapport au document habituel :. la prise en compte du déficit fourrager sur les fourrages de première coupe. Forfaitairement, nous avons choisi de diminuer de 0 % la part de fourrage de premier cycle dans les rations (pour ceux dont les stocks seraient conformes à une année normale, se reporter au document de l'année dernière). la présentation des valeurs alimentaires des cultures dérobées, ainsi que des tables d'équivalence pour montrer comment remplacer du fourrage de premier cycle par cellesci. la présentation des valeurs alimentaires des fourrages de ème coupe, avec également des équivalences pour montrer comment ils peuvent remplacer en partie les fourrages de première coupe manquants Valeurs des aliments pris en compte dans les rations MS en % UFL UFV PDIN PDIE P abs Ca abs Ensilage herbe (FE00) 0,7 0,66 7 6,9,6 moyen (floraison, /06) 9 0,6 0, 6, Ensilage Maïs (pâteux) (FE70) 0 0,90 0,80 6, 0,8, de blé 88 0, 0, 0, 0,8,80 regain 8 0,80 0,70,,0,0,0 6 8,6 0, Blé,0, , 0, 0,8 0, ,, Pulpes betteraves déshydratées 0,88 0, ,8 6,6 Fourrage/kg M.S. Concentrés/kg brut (0,9) Les minéraux sont exprimés en éléments absorbables d après les dernières normes de l INRA. Il est à noter que les rations ont été calculées à mipériode hivernale pour les jeunes animaux en croissance. Nous proposons des rations équilibrées avec du tourteau de colza, mais il est possible d utiliser de nombreux autres produits et aliments du commerce. Un aliment à 6 % de MPB correspond en valeur alimentaire à un mélange d environ 70% de céréales + 8% de tourteau de colza + % de minéral du type. Le tourteau de colza peut être remplacé par d autres tourteaux dans les proportions suivantes : kg tourteau de colza = 0,7 kg tourteau de soja 8 % =, kg de tourteau de tournesol (décortiqué) 6

7 Le cas de l'enrubannage ère coupe De nombreux types d'enrubannage existent, du très bon réalisés fin avril jusqu'au pressage du foin anticipé à cause de la pluie de juin. La majorité des enrubannages se récoltent fin mai, souvent en même temps que les ensilages d'herbe, ces deux fourrages sont donc très voisins au niveau des valeurs alimentaires. Ils se différencient principalement sur la matière sèche. Dans les rations ciaprès, il n'y a pas de ration à base d'enrubannage, il faut se reporter à la ration ensilage d'herbe, et remplacer l'ensilage par l'enrubannage selon l'équivalence cidessous : Pour remplacer 0 kg bruts d'ensilage d'herbe à % MS, il faut :( en kg brut) Taux de MS enrubannage Quantité d'enrubannage équivalente,6 kg 60,7 kg 70 kg Pour les enrubannages plus tardifs (stade épiaison dépassé juin), les valeurs alimentaires se rapprochent d'un foin. Ils présentent souvent un taux de MS élevé (plus de 6 %). Globalement, il faudra apporter 0 à 0 % d'enrubannage de plus par rapport à un foin pour apporter la même valeur alimentaire, soit à kg d'enrubannage tardif pour 0 kg foin ( en kg brut). Quelles valeurs pour les dérobées et les fourrages de deuxième coupe? MS en % UFL UFV PDIN PDIE Pabs Ca abs Ensilage (ou enrubannage) sorgho fourrager 0,7 0,6 6 6,,,8 Ensilage (ou enrubannage) millet 0,6 0,6 8 6, Ensilage (ou enrubannage) moha 0,7 0, ,,, Ensilage avoine vesce 0,6 0,6 8,8 Fourrage/kg M.S. Les valeurs alimentaires des dérobées présentées dans le tableau cidessus montrent qu'elles équivalent à un bon foin. En effet, elles présentent le même rapport protéine/énergie. Les fourrages issus des dérobées sont toutefois plus concentrés, et présentent donc un encombrement moins élevé que le foin. MS en % UFL UFV PDIN PDIE Pabs Ca abs regain 8 0,8 0,7,0 Enrubannage ème coupe 0,8 0,7,9,8,0 Fourrage/kg M.S. Les fourrages de deuxième coupe présentent de très bonnes valeurs alimentaires, notamment au niveau protéique. Les taux de matières azotées sont très élevés et ce sont des fourrages peu fibreux! Ils sont à utiliser avec précaution, en veillant à bien rééquilibrer la ration avec de l'énergie, et en complément d'un fourrage fibreux ( paille ou foin grossier). 7

8 Comment faire face au manque de fourrages de er cycle avec les cultures dérobées et les fourrages ème coupe? Face à la diversité des fourrages récoltés cette année, il était impossible de calculer des exemples de ration pour toutes les situations. C'est pourquoi nous vous proposons de vous présenter des équivalences entre fourrages. Pour trouver les équivalences, nous avons recherché à composer un mélange présentant les même valeurs alimentaires qu'un foin (énergie, protéines). Les valeurs des fourrages utilisées pour déterminer ces équivalences sont celles présentées dans les tableaux des pages précédentes. Sur le premier graphique, vous trouverez par quel fourrage remplacer 0 kg bruts foin, en ajoutant, si besoin, du concentré. Comment remplacer 0 kg de foin er cycle par les cultures dérobées et fourrages ème coupe 0? (valeurs en kg bruts) Enrubannage ème coupe Regain, Ensilage moha Ensilage Millet Ensilage sorgho fourrager 0 0 Fourrage 0 Puis sur le deuxième graphique, le même calcul pour remplacer 0 kg bruts d'ensilage d'herbe à % MS. Comment remplacer 0 kg d'ensilage d'herbe er cycle par les cultures dérobées et fourrages ème coupe 0? (valeurs en kg bruts) Enrubannage ème coupe 7, Regain,, Ensilage moha 8, Ensilage Millet 0, 0, Ensilage sorgho fourrager 0, 0 0 Fourrage 0,9 0 0, 0 8

9 Comment faire face au manque de fourrages avec des rations à base de paille? Quelle quantité de concentrés fautil ajouter à 7 kg de paille pour remplacer 0 kg de foin? (valeurs en kg bruts) Corn Gluten,9 Luzerne déshydratée 8% Aliment bovin 6%,9,8 Aliment bovin % 0,0, Aliment bovin 0% 0,7 Tourteau soja 8 0,08,6 0,9 0 0,0, 0, 0,, Source azotée Pulpe betterave déshydratée 0,0 0, CMV type 9

10 Rations hivernales pour cheptel «classique» Vaches de 6 kg Date moyenne de vêlage : février 0

11 Rations vaches primipares vêlage début janvier correspondants à des génisses de 600 kg, er vêlage à ans, rentrées en état satisfaisant le /. avec une date moyenne de vêlage au janvier. UFL Ca abs(g) Avant vêlage = 60 jours 6,7 6 Après vêlage = 90 jours 8, 76 7 Avant vêlage 60 jours Après vêlage Ensilage d'herbe C.M.V. (en g) 0, 0,7,,6 0,7 Ensilage d'herbe regain C.M.V. (en g) 0,, Ensilage Maïs C.M.V. (en g) 8, 0,,6 C.M.V. (en g) 7, 0,8 8, regain C.M.V. (en g),,,, jours Pour les rations qui comportent de l ensilage de maïs, si l ensilage est pauvre en grains, rajouter 0, à 0, kg de céréales dans la ration. En plus de ces rations, faire un apport une fois par mois de vitamines ADE ( U.I) distribuées sous forme buvable sur la ration de base, sauf si apport déjà réalisé par le CMV. Mettre du sel à disposition des animaux (blocs à lécher), pendant tout l'hiver. Dès la naissance, mettre du foin de très bonne qualité à disposition des veaux (en moyenne 0, kg par jour).

12 Rations vaches allaitantes correspondants à des vaches de 6 kg, rentrées en état satisfaisant le /, avec une date moyenne de vêlage au février. UFL Avant vêlage = 90 jours 6,9 60, Après vêlage = 60 jours 7, Avant vêlage 90 jours Après vêlage Ensilage d'herbe C.M.V. (en g) 0, 0,6,9 0,7 Ensilage d'herbe regain C.M.V. (en g),8 0,, 0,6 Ensilage Maïs C.M.V. (en g) 7, 0,7 C.M.V. (en g) 7, 0,7 9 0,7 0,9 regain C.M.V. (en g),, 0,9,, 0, 60 jours Pour les rations qui comportent de l ensilage de maïs, si l ensilage est pauvre en grains, rajouter 0, à 0, kg de céréales dans la ration. En plus de ces rations, faire un apport une fois par mois de vitamines ADE ( U.I) distribuées sous forme buvable sur la ration de base, sauf si apport déjà réalisé par la CMV. Mettre du sel à disposition des animaux (blocs à lécher), pendant tout l'hiver.

13 Rations génisses élevage 0 mois Pour avoir des génisses de 0 kg à la mise à la reproduction (autour du mars) Poids à la rentrée à l étable : 70 kg (900 kg milieu hiver) Objectif de croissance : 700 g/jour UFL 6, 70 9, Ensilage d'herbe C.M.V. (en g) 0, 0,6 Ensilage d'herbe regain C.M.V. (en g) 0, Ensilage Maïs C.M.V. (en g) 9 0,, Regain C.M.V. (en g),, 0,8 regain C.M.V. (en g),,6 0 Si le poids des génisses est inférieur à 0 kg en début d'hiver, ne pas distribuer de paille dans les rations. Mettre du sel à disposition des animaux (blocs à lécher), pendant tout l'hiver.

14 Rations génisses d an Poids à la rentrée à l étable : 70 kg (900 kg milieu hiver) Objectif de croissance : 800 g/jour UFL,7 0,9 Ensilage herbe (à volonté) 9, 0, C.M.V. (en g) (à volonté),,7 0,7 C.M.V. (en g) 0 regain C.M.V. (en g),8, (à volonté) Ensilage Maïs 9 C.M.V. (en g) 0 Les génisses d'un an n'ont pas une forte capacité d ingestion, il faut éviter de leurs distribuer de la paille. Ne pas leur faire consommer d'ensilage d'herbe dont le taux de matière sèche est inférieur à 0 %. Si l'ensilage de maïs distribué est pauvre en grains, il faut rajouter 00 g de céréales dans la ration journalière. Avant d'incorporer de l'ensilage dans la ration, pensez à effectuer la transition avec du foin. Mettre du sel à disposition des animaux (blocs à lécher), pendant tout l'hiver.

15 Rations broutards Mâles en croissance modérée, remis à l'herbe (vente en taurillons maigres par exemple) Poids à la rentrée à l'étable : 8000 kg (0 kg au milieu de l'hiver) Objectif de croissance : 800 g/jour UFL 90 6,7 Ensilage herbe (à volonté) C.M.V. (en g) 0 0, (à volonté) C.M.V. (en g) 6 0,7 regain C.M.V. (en g), (à volonté) Ensilage Maïs C.M.V. (en g), 9, Ne pas leur faire consommer d'ensilage d'herbe dont le taux de matière sèche est inférieur à 0 %. Si l'ensilage de maïs distribué est pauvre en grains, il faut rajouter 00 g de céréales dans la ration journalière. Avant d'incorporer de l'ensilage dans la ration, pensez à effectuer la transition avec du foin. Mettre du sel à disposition des animaux (blocs à lécher), pendant tout l'hiver.

16 Rations broutardes repoussées Femelles non remises à l herbe, pour vente après repousse à 0 80 kg Poids à la rentrée à l étable : 0 à 80 kg Objectif de croissance : 000 g/jour Poids milieu période UFL 00 kg, 0 7,9 kg, ,7 Poids milieu période : 00 kg Poids milieu période : kg Ensilage maïs (à volonté) C.M.V. (en g) 0,, 60 0, 60 (à volonté) C.M.V. (en g),, 0,8 60,8, 0,8 60 (à volonté) C.M.V. (en g) à kg,, 80 à kg,7, 80 (à volonté) Pulpes betteraves déshydratées C.M.V. (en g) à kg 0 à kg,, 0 Avant d'incorporer de l'ensilage dans la ration, pensez à effectuer la transition avec du foin. L augmentation des concentrés dans la ration doit être progressive, ne pas dépasser 0, kg d'augmentation par semaine. Dans les régimes avec beaucoup de céréales, cellesci doivent être aplaties ou grossièrement broyées (pas de farines) pour que le rumen fonctionne bien. Mettre du sel à disposition des animaux (blocs à lécher), pendant tout l'hiver. 6

17 Rations broutards repoussés Mâles non remis à l herbe, pour vente après repousse à kg Poids à la rentrée à l étable : 00 kg Objectif de croissance : 00 g/jour Objectifs de croissance UFV ère période :. g/jour 6, ,6 ème période :. g/jour 7, , ère période : 60 j 00 kg => 80 kg ème période : 60 j 80 kg => 70 kg Ensilage maïs (à volonté) C.M.V. (en g),,,8,6,,8 (à volonté) C.M.V. (en g),6,7, (à volonté) C.M.V. (en g) à kg, à kg,6 0 (à volonté) Pulpes betteraves déshydratées C.M.V. (en g) à kg, à kg, Avant d'incorporer de l'ensilage dans la ration, pensez à effectuer la transition avec du foin. L augmentation des concentrés dans la ration doit être progressive, ne pas dépasser 0, kg d'augmentation par semaine. Dans les régimes avec beaucoup de céréales, cellesci doivent être aplaties ou grossièrement broyées (pas de farines) pour que le rumen fonctionne bien. Mettre du sel à disposition des animaux (blocs à lécher), pendant tout l'hiver. Pour la ration : paille + triticale + tourteau, la ration peut être sécurisée pour éviter les risques d acidose en distribuant grammes par jour de bicarbonate de sodium. 7

18 Rations babys Jeunes bovins engraissés pour vente à 80 mois en taurillons finis à 0 kg Poids à la rentrée à l étable : 00 kg Croissance moyenne : gr Objectifs de croissance UFV PDI(g) ère période : 00 g / jour 6, ,6 ème période : 0 g / jour 7,7 7 7,7 ème période : 0 g / jour 8,8 80 8,7 ème période : 00 g / jour 9,7 90 9,6 Rations (en kg brut) : ère période ème période ème période ème période Poids milieu période : kg Poids milieu période : kg Poids milieu période : kg Poids milieu période : 6 kg kg 00 0 kg kg kg,7,8 6,8 7,6 à kg à kg à kg à kg,,6,7,8 CMV (en g) Ensilage maïs (à volonté) 7 9 Blé,,,,8,6,7 C.M.V. (en g),, 6, Blé (à volonté) (à volonté) Blé (à volonté) à kg à kg à kg à kg,,, CMV (en g) Pulpes betteraves déshydratées (à volonté) Le blé et le colza peuvent être remplacés par un concentré unique à 0% de MPB Si l ensilage de maïs est de moins bonne qualité : ajouter kg de céréales L augmentation des concentrés dans la ration doit être progressive, ne pas dépasser 0, kg d'augmentation par semaine. Dans les régimes avec beaucoup de céréales, cellesci doivent être aplaties ou grossièrement broyées (pas de farines) pour que le rumen fonctionne bien. Mettre du sel à disposition des animaux (blocs à lécher) pendant toute la durée d engraissement. Pour les rations à base de céréales : Effectuer cures d hépathoprotecteur dans la deuxième période d engraissement Apporter gr (ère et ème périodes) à gr (ème et ème périodes) par jour de bicarbonate de sodium 8

19 Rations pour génisses en finition à 6 mois Poids à la rentrée à l étable : 600 kg (objectif de 90 à 00 kg carcasse) Objectif de croissance : 0 g/jour Durée d engraissement : 0 à jours UFV 9, ,9 Ensilage de maïs (à volonté), Céréales (blé) C.M.V. (en g) regain Céréales (blé), 0, C.M.V. (en g) 60 (à volonté) 7,9 Céréales (blé),, C.M.V. (en g) L augmentation des concentrés dans la ration doit être progressive, ne pas dépasser kg d'augmentation par semaine. Dans les régimes avec beaucoup de céréales, cellesci doivent être aplaties ou grossièrement broyées (pas de farines) pour que le rumen fonctionne bien. Mettre du sel à disposition des animaux (blocs à lécher), pendant toute la durée d engraissement. 9

20 Rations pour vaches en finition à l auge Poids à la rentrée à l étable : 6 kg (objectif de 0 kg carcasse) Objectif de croissance : g/jour Durée d engraissement : 90 à jours UFV Ca (g), 0 7 9,6 Ensilage de maïs (à volonté) 8 Céréales (blé) 6 regain Céréales (blé), 0,6 (à volonté) 0 Céréales (blé),, (à volonté) 6 Céréales (blé) 7,7, L augmentation des concentrés dans la ration doit être progressive, ne pas dépasser kg d'augmentation par semaine. Dans les régimes avec beaucoup de céréales, cellesci doivent être aplaties ou grossièrement broyées (pas de farines) pour que le rumen fonctionne bien. Mettre du sel à disposition des animaux (blocs à lécher), pendant toute la durée d engraissement. 0

21 Rations hivernales pour cheptel en vêlage de début d hiver Vaches de 7 kg Date moyenne de vêlage : décembre Vous avez décidé de faire vêler vos vaches de bonne heure, cela doit vous permettre d avoir des veaux plus lourds au sevrage. Pour cela, il faut veiller à l alimentation à la fois de la vache et du veau : pour que la vache ne prenne pas de retard pour son retour en reproduction pour que le veau réalise son potentiel de production (GMQ supérieur à kg par jour).

22 Rations vaches primipares vêlage minovembre correspondants à des génisses de 690 kg, er vêlage à ans, rentrées en état satisfaisant le 0/, avec une date moyenne de vêlage au novembre. UFL Autour vêlage = 0 jours 7, ,6 Après vêlage = 0 jours 9, , Rations journalières (en kg brut) Après vêlage 0 jours Ensilage d'herbe C.M.V. (en g), 60 Ensilage d'herbe regain C.M.V. (en g),,7 60 Ensilage Maïs C.M.V. (en g),,7 C.M.V. (en g) 9,, regain C.M.V. (en g) 6, 70 Pour les rations qui comportent de l ensilage de maïs, si l ensilage est pauvre en grains, rajouter 0, à 0, kg de céréales dans la ration. En plus de ces rations, faire un apport une fois par mois de vitamines ADE ( U.I) distribuées sous forme buvable sur la ration de base,sauf si apport déjà réalisé par le CMV. Mettre du sel à disposition des animaux (blocs à lécher), pendant tout l'hiver.

23 Rations vaches allaitantes correspondants à des vaches de 7 à 780 kg, rentrées en état satisfaisant le /, avec une date moyenne de vêlage au décembre. UFL Ca abs (g) Avant vêlage = 0 jours 8, , Après vêlage = 0 jours 9, ,8 Avant vêlage 0 jours Après vêlage Ensilage d'herbe C.M.V. (en g),7 0,8 0,7 0,8 Ensilage d'herbe regain C.M.V. (en g),7 0,8, Ensilage Maïs C.M.V. (en g) 6 0 7,8 C.M.V. (en g) 8, 0, regain C.M.V. (en g) 7, 0,9 8, 60 0 jours Pour les rations qui comportent de l ensilage de maïs, si l ensilage est pauvre en grains, rajouter 0, à 0, kg de céréales dans la ration. En plus de ces rations, faire un apport une fois par mois de vitamines ADE ( U.I) distribuées sous forme buvable sur la ration de base, sauf si apport déjà réalisé par le CMV. Mettre du sel à disposition des animaux (blocs à lécher), pendant tout l'hiver.

24 Rations génisses élevage 0 mois Pour avoir des génisses de 60 kg à la mise à la reproduction (autour du janvier) Poids à la rentrée à l étable au / : 70 kg (60060 kg milieu hiver) Objectif de croissance : 700 g/jour UFL Ensilage d'herbe C.M.V. (en g) 0,6 Ensilage d'herbe regain C.M.V. (en g) 0,, Ensilage Maïs C.M.V. (en g), 0, Regain C.M.V. (en g) 6 0,9 regain C.M.V. (en g),6 Mettre du sel à disposition des animaux (blocs à lécher), pendant tout l'hiver.

25 Rations génisses d an (complémentées sous la mère pendant le pâturage estival) Poids à la rentrée à l étable au / :0 60 kg (00 kg milieu hiver) Objectif de croissance : 800 g/jour UFL,6 7,6 Ensilage herbe (à volonté), 0, C.M.V. (en g) (à volonté),,9 0,7 C.M.V. (en g) regain C.M.V. (en g), (à volonté) Ensilage Maïs 9, C.M.V. (en g) Les génisses d'un an n'ont pas une forte capacité d ingestion, il faut éviter de leurs distribuer de la paille. Ne pas leur faire consommer d'ensilage d'herbe dont le taux de matière sèche est inférieur à 0 %. Si l'ensilage de maïs distribué est pauvre en grains, il faut rajouter 00 g de céréales dans la ration journalière. Avant d'incorporer de l'ensilage dans la ration, pensez à effectuer la transition avec du foin. Mettre du sel à disposition des animaux (blocs à lécher), pendant tout l'hiver.

26 Rations broutardes repoussées Femelles non remises à l herbe, pour vente après repousse à 00 kg Poids à la rentrée à l étable : 00 à kg Objectif de croissance : 000 g/jour Poids milieu période UFL kg, ,7 00 kg 6, ,6 Poids milieu période : kg Poids milieu période : 00 kg Ensilage maïs (à volonté) C.M.V. (en g) 0, , 60 (à volonté) C.M.V. (en g),8, 0,8 60,6 0,8 60 (à volonté) C.M.V. (en g) à kg,7, 80 à kg, 80 (à volonté) Pulpes betteraves déshydratées C.M.V. (en g) à kg,, 0 à kg,7, 0 Avant d'incorporer de l'ensilage dans la ration, pensez à effectuer la transition avec du foin. L augmentation des concentrés dans la ration doit être progressive, ne pas dépasser 0, kg d'augmentation par semaine. Dans les régimes avec beaucoup de céréales, cellesci doivent être aplaties ou grossièrement broyées (pas de farines) pour que le rumen fonctionne bien. Mettre du sel à disposition des animaux (blocs à lécher), pendant tout l'hiver. 6

27 Rations broutards repoussés Mâles non remis à l herbe, pour vente après repousse vers 80 kg le /0 Il s agit des derniersnés de la période de vêlage, complémentés sous la mère, les mâles les plus lourds ayant été vendus avant la rentrée en bâtiment. Poids à la rentrée à l étable à compter du /0 : kg Objectif de croissance : g/jour Objectifs de croissance UFV ère période : 00 g/jour 6, ème période :.0 g/jour 7, ,7 ère période : j kg => 0 kg ème période : j 0 kg => 80 kg Ensilage maïs (à volonté) Tourteau Colza C.M.V. (en g),,7,8,,8 0 (à volonté) Tourteau Colza C.M.V. (en g),7,, 0,,, 0 (à volonté) Tourteau Colza C.M.V. (en g) à kg 0 à kg,9 0 (à volonté) Pulpes betteraves déshydratées Tourteau Colza C.M.V. (en g) à kg,, 0 à kg,, 0 Avant d'incorporer de l'ensilage dans la ration, pensez à effectuer la transition avec du foin. L augmentation des concentrés dans la ration doit être progressive, ne pas dépasser 0, kg d'augmentation par semaine. Dans les régimes avec beaucoup de céréales, cellesci doivent être aplaties ou grossièrement broyées (pas de farines) pour que le rumen fonctionne bien. Mettre du sel à disposition des animaux (blocs à lécher), pendant tout l'hiver. Pour la ration : paille + triticale + tourteau, la ration peut être sécurisée pour éviter les risques d acidose en distribuant grammes par jour de bicarbonate de sodium. 7

28 Rations babys Jeunes bovins engraissés pour vente à 67 mois en taurillons finis à 0 kg Poids à la rentrée à l étable à compter du /09 : 70 kg Croissance moyenne : gr Objectifs de croissance UFV PDI(g) ère période : 600 g / jour 7, 70 7, ème période : 800 g / jour 8, , ème période : 600 g / jour 9, , ème période : 0 g / jour 0, Rations (en kg brut) : ère période ème période ème période ème période Poids milieu période : 00 kg Poids milieu période : 0 kg Poids milieu période : 600 kg Poids milieu période : 700 kg 70 kg kg 6 kg 6 70 kg,6 7 7,8 8,8 à kg à kg à kg à kg,,6,6 CMV (en g) Ensilage maïs (à volonté) Blé,7,8,,,8,, C.M.V. (en g) Blé (à volonté),8, 6, 7, Blé (à volonté) (à volonté) Pulpes betteraves déshydratées à kg à kg à kg à kg,,6,6,6 CMV (en g) (à volonté) Le blé et le soja peuvent être remplacés par un concentré à 0% de MPB Si maïs de moins bonne qualité : ajouter kg de céréales L augmentation des concentrés dans la ration doit être progressive, ne pas dépasser 0, kg d'augmentation par semaine. Dans les régimes avec beaucoup de céréales, cellesci doivent être aplaties ou grossièrement broyées (pas de farines) pour que le rumen fonctionne bien. Mettre du sel à disposition des animaux (blocs à lécher) pendant toute la durée d engraissement. Pour les rations à base de céréales : Effectuer cures d hépathoprotecteur dans la deuxième période d engraissement Apporter gr (ère et ème périodes) à gr (ème et ème périodes) par jour de bicarbonate de sodium 8

29 Rations pour génisses en finition à 6 mois Poids à la rentrée à l étable : 6 kg (objectif de 0 à 0 kg carcasse) Objectif de croissance : 0 g/jour Durée d engraissement : 0 à jours UFV 0 0 7, Ensilage de maïs (à volonté) Céréales (blé), C.M.V. (en g) regain Céréales (blé) 0,7 C.M.V. (en g) (à volonté) 8 Céréales (blé), C.M.V. (en g) L augmentation des concentrés dans la ration doit être progressive, ne pas dépasser kg d'augmentation par semaine. Dans les régimes avec beaucoup de céréales, cellesci doivent être aplaties ou grossièrement broyées (pas de farines) pour que le rumen fonctionne bien. Mettre du sel à disposition des animaux (blocs à lécher), pendant toute la durée d engraissement. 9

30 Rations pour vaches en finition à l auge Poids à la rentrée à l étable : 7 kg (objectif de kg carcasse) Objectif de croissance : g/jour Durée d engraissement :90 à 0 jours UFV, Ensilage de maïs (à volonté) Céréales (blé) 7 regain Céréales (blé),6 0,6 (à volonté) Céréales (blé),, (à volonté) 6 Céréales (blé) 8, L augmentation des concentrés dans la ration doit être progressive, ne pas dépasser kg d'augmentation par semaine. Dans les régimes avec beaucoup de céréales, cellesci doivent être aplaties ou grossièrement broyées (pas de farines) pour que le rumen fonctionne bien. Mettre du sel à disposition des animaux (blocs à lécher), pendant toute la durée d engraissement. 0

31 Génisses de 0 mois en plein air Lorsque la capacité de logement est insuffisante dans les bâtiments de l exploitation, l éleveur doit parfois se résoudre à hiverner des animaux en plein air. En effet, cela reste un moyen de logement économique qui donne des résultats satisfaisants si l on respecte les critères de réussite du plein air. Le plus souvent, on privilégiera le plein air sur les génisses de ans (ou les vaches ayant des vêlages de fin d hiver) car leurs besoins de croissance (ou d entretien + gestation) seront plus faciles à satisfaire avec des rations simples qui permettront de simplifier au mieux le travail de l éleveur. Pour réussir le plein air : Une parcelle saine, abritée du vent, orientée si possible sudest et disposant d abris naturels (bosquets, haies, ) ou d une construction rudimentaire. La température critique est fonction du poids de l animal et de la vitesse du vent : un animal ne craint pas le froid, pourvu que celuici soit sec et sans courants d air. Un point d abreuvement permanent sur la parcelle (eau courante ou abreuvoir antigel non chauffant). Une nourriture suffisante avec du fourrage (foin, enrubannage, ) à volonté et une complémentation adaptée. Une place à table suffisante pour tous les animaux. Des râteliers et des auges pour éviter de souiller les aliments et les protéger au mieux des intempéries. Une surveillance quotidienne et à heure régulière. Des moyens de contention sur la parcelle, fixes ou mobiles, pour faciliter les soins ou les interventions sur les animaux. Un tri préalable des bovins en évitant les animaux «sauvages» qui risqueraient de perturber l ensemble du lot.

32 Rations génisses élevage 0 mois, en plein air Pour des génisses issues du troupeau «classique» ou pour des génisses plus âgées, de format plus important avec une période hivernale du 0/ au 0/0 (0 jours). Poids à la mise en lot au 0/ : Cheptel «classique» : 70 kg Cheptel «grand format» : 70 kg UFL Cheptel «classique» , Cheptel «grand format» 8 60 (à volonté) C.M.V (en g) Enrubannage (à volonté) C.M.V (en g) Cheptel «classique» Cheptel «grand format» 8, 7,, 9 8,7 Pensez à mettre du sel à disposition des animaux (blocs à lécher), pendant tout l'hiver. Le gaspillage de foin peut varier de 0 à % suivant le mode de distribution, la qualité du fourrage, les conditions climatiques. Il faut compter en moyenne % de gaspillage pour l estimation du stock nécessaire au lot de génisses pour l hiver. Les résultats des essais conduits à la ferme expérimentale de la Chambre d Agriculture, à Jalogny, montrent une croissance en plein air qui est inférieure de à 00 g/jour en hiver par rapport à un logement en bâtiment ; mais le poids est récupéré en totalité dans le mois qui suit la mise à l herbe au printemps.

33 Recommandations complémentaires Composition du CMV en sodium, magnésium, oligoéléments et vitamines selon la quantité distribuée Quantité de CMV par animal et par jour Eléments et vitamines g** g g g Sodium (Na) en % 0 Magnésium (Mg) en % Zinc (Zn) en ppm* 00 g 6 8, Manganèse (Mn) en ppm* Cuivre (Cu) en ppm* Vitamine A en millions d Ul/ kg Vitamine D en millions d Ul/ kg * ppm = parties par millions = mg par kg ** Ce CMV correspond au type 7 distribué en complément des rations peu déficitaires en P et Ca. NB : Les teneurs du CMV doivent être comprises entre 80 et % des valeurs indiquées. source INRA Institut de l Elevage EDE Correction du maïs ensilage pauvre en grains avec des céréales Amidon (% MS) Grain (%) Valeur UFV/kg MS 0 Correction en céréales (kg/animal/jour) 00 kg 00 kg abattage 0,8 0, ,79 0, 0, 0 0,76 0, ,7 0,7, < < 0 < 0,7, source Institut de l Elevage ITCF Fabien DESCHIZEAUX Thierry LAHEMADE Novembre 0 Pour de plus amples renseignements, contactez votre technicien ou le service élevage de la chambre d Agriculture AUTUNOIS : 6 bis, rue Anatole France 7 LE CREUSOT CHALONNAIS : Rue du Gué de Nifette 7 FONTAINES CHAROLLAIS : Z.A. Champ du Village 70 CHAROLLES MACONNAIS : Maison de l Agriculture 70 MACON BRESSE : , route de Pierre 70 St GERMAIN DU BOIS

APPORTS ALIMENTAIRES RECOMMANDÉS : NOTIONS DE BASE

APPORTS ALIMENTAIRES RECOMMANDÉS : NOTIONS DE BASE APPORTS ALIMENTAIRES RECOMMANDÉS : NOTIONS DE BASE Alimentation Energie et azote Les apports énergétiques et azotés recommandés pour les chèvres laitières sont mesurés respectivement par les unités UFL

Plus en détail

Alimentation hivernale des bovins charolais. Recommandations et repères

Alimentation hivernale des bovins charolais. Recommandations et repères Alimentation hivernale des bovins charolais Recommandations et repères Hiver 0/0 Préambule Nous vous proposons des exemples de rations hivernales pour un cheptel de race charolaise «classique» avec une

Plus en détail

Fourrages et tourteaux. Optimiser l'alimentation de ses troupeaux PRAIRIES MAÏS DÉROBÉES COPRODUITS OLÉO- PROTÉAGINEUX SEPTEMBRE 2012

Fourrages et tourteaux. Optimiser l'alimentation de ses troupeaux PRAIRIES MAÏS DÉROBÉES COPRODUITS OLÉO- PROTÉAGINEUX SEPTEMBRE 2012 SEPTEMBRE 2012 PRAIRIES Luzerne : limiter les mauvaises herbes p. 3 Ravageurs : une lutte surtout agronomique p. 6 MAÏS Tasser et protéger le silo pour éviter l'entrée d'air p. 8 Ajuster la ration des

Plus en détail

A L I M E N T A T I O N

A L I M E N T A T I O N www.pep.chambagri.fr Dossier : Raisonner l alimentation des chèvres laitières, les principes de base L M E O Favoriser au maximum l ingestion des fourrages grossiers 1- La part des fourrages doit représenter

Plus en détail

Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais

Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais Les Chambres d agriculture de l Allier et du Puy-de-Dôme organisent des formations collectives d analyse des résultats économiques afin

Plus en détail

LA COMPLEMENTATION MINERALE ET VITAMINIQUE DES CHÈVRES LAITIÈRES

LA COMPLEMENTATION MINERALE ET VITAMINIQUE DES CHÈVRES LAITIÈRES LA COMPLEMENTATION MINERALE ET VITAMINIQUE DES CHÈVRES LAITIÈRES Alimentation Avec des animaux de plus en plus performants et des rations alimentaires de moins en moins diversifiées, il importe de vérifier

Plus en détail

) REFERENTIEL 2014 des réseaux d élevage Auvergne, Lozère, Aveyron Conjoncture 2013. Sommaire général : Avertissements

) REFERENTIEL 2014 des réseaux d élevage Auvergne, Lozère, Aveyron Conjoncture 2013. Sommaire général : Avertissements ) REFERENTIEL 2014 des réseaux d élevage Auvergne, Lozère, Aveyron Conjoncture 2013 Sommaire général : Avertissements Fiches techniques - bovins lait - bovins allaitants - cultures Fiches économiques -

Plus en détail

Les jeux sont faits, rien ne va plus vraiment? Patrice Fortier, agr.

Les jeux sont faits, rien ne va plus vraiment? Patrice Fortier, agr. Les jeux sont faits, rien ne va plus vraiment? Patrice Fortier, agr. Stratégie de groupage Valorisation des fourrages Choix des ingrédients Digestion de la ration Stratégie d additifs Stratégie de groupage

Plus en détail

Quel système pour maximiser les résultats r économiques des exploitations d élevage allaitant ou laitier? Opt INRA

Quel système pour maximiser les résultats r économiques des exploitations d élevage allaitant ou laitier? Opt INRA Quel système pour maximiser les résultats r économiques des exploitations d élevage allaitant ou laitier? Opt INRA outil d aide à la décision par programmation linéaire Veysset P., Lherm M., Bébin D. Opt'INRA

Plus en détail

FUne alimentation équilibrée et un abreuvement de qualité sont

FUne alimentation équilibrée et un abreuvement de qualité sont Bien alimenter et abreuver FUne alimentation équilibrée et un abreuvement de qualité sont indispensables pour assurer un bon niveau de production et une bonne santé aux animaux du troupeau. Les fiches

Plus en détail

Alimentation des ovins : rations moyennes et niveaux d autonomie alimentaire

Alimentation des ovins : rations moyennes et niveaux d autonomie alimentaire Juin 2014 Compte-rendu 00 14 301 027 collection résultats Carole Jousseins 1, Edmond Tchakérian 2, Catherine de Boissieu 3, Emmanuel Morin 4, Thomas Turini 5 1. Institut de l Élevage. Département Techniques

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN NOTICE EXPLICATIVE Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN Ce bilan global de la fertilisation azotée est obligatoire pour toute exploitation située en zone vulnérable et qui a contractualisé

Plus en détail

Aspects nutritionnels de la vache laitière et autonomie alimentaire

Aspects nutritionnels de la vache laitière et autonomie alimentaire Aspects nutritionnels de la vache laitière et autonomie alimentaire Yves Beckers Université de Liège Gembloux Agro-Bio Tech Unité de Zootechnie Yves.beckers@ulg.ac.be Henri-Chapelle 16 décembre 2009 Unité

Plus en détail

DESAISONNER SON TROUPEAU INTERET ECONOMIQUE

DESAISONNER SON TROUPEAU INTERET ECONOMIQUE REFERENCES TECHNICO ECONOMIQUES : SAISONNALITE DE LA PRODUCTION DESAISONNER SON TROUPEAU INTERET ECONOMIQUE RESEAUX Rhône Alpes D ELEVAGE FACTEURS DE REUSSITE ET RISQUES DE DERIVES POURQUOI CETTE FICHE?

Plus en détail

Fourrages et tourteaux. Optimiser l'alimentation de ses troupeaux PRAIRIES MAÏS DÉROBÉES COPRODUITS OLÉO- PROTÉAGINEUX SEPTEMBRE 2012

Fourrages et tourteaux. Optimiser l'alimentation de ses troupeaux PRAIRIES MAÏS DÉROBÉES COPRODUITS OLÉO- PROTÉAGINEUX SEPTEMBRE 2012 SEPTEMBRE 2012 PRAIRIES Luzerne : limiter les mauvaises herbes p. 3 Ravageurs : une lutte surtout agronomique p. 6 MAÏS Tasser et protéger le silo pour éviter l'entrée d'air p. 8 Ajuster la ration des

Plus en détail

Comment choisir les espèces?

Comment choisir les espèces? 16 Disposer d un gazon en adéquation avec l environnement pédo-climatique, avec l utilisation de la prairie (pâturage et/ou fauche), sa durée, et le type de bovins (lait ou viande) sont des éléments à

Plus en détail

Elevage Infos. Bilan de la campagne d analyse d herbe 2013. Résultats 2013 SOMMAIRE

Elevage Infos. Bilan de la campagne d analyse d herbe 2013. Résultats 2013 SOMMAIRE Elevage Infos SOMMAIRE Bilan campagne d analyse d herbe p 1 AgriNIR p 2 Cap ECO p 3 Ovins p 5 Bovins Lait p 6 GEHODES p 8 Contact EDE Chambre d Agriculture Elevage - Tél 02.54.61.61.54 www.indre.chambagri.fr

Plus en détail

Fiche technique n 3 : l alimentation des porcs

Fiche technique n 3 : l alimentation des porcs Fiche technique n 3 : l alimentation des porcs L alimentation est très importante pour la réussite de l élevage de porcs. Quelques données sur l alimentation des porcs Le porc n est pas très exigeant quant

Plus en détail

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie Capacité d adaptation des systèmes en Agriculture Biologique aux épisodes de sécheresse AUTONOMIE ALIMENTAIRE Maître d œuvre : Chambres d Agriculture

Plus en détail

Les sous-produits... peut-on en tirer profit?

Les sous-produits... peut-on en tirer profit? JOHANNE CAMERON, agr. M.Sc. Responsable en vulgarisation au CEPOQ Ovin Québec, Octobre 2007 Les sous-produits... peut-on en tirer profit? Bonjour. J ai toujours aimé contrôler mon coût de production en

Plus en détail

AMELIORER LA COMPOSITION DU LAIT

AMELIORER LA COMPOSITION DU LAIT AMELIORER LA COMPOSITION DU LAIT Cet appui comporte 2 étapes : Un diagnostic qui démarre par une mise à plat de la problématique de l éleveur (Quelle est sa perception de la situation, est il ou non satisfait?quelles

Plus en détail

Le tourteau de colza, source. de protéines. de qualité. bovins. pour vos

Le tourteau de colza, source. de protéines. de qualité. bovins. pour vos Le tourteau de colza, source de protéines pour vos de qualité bovins fleurs de colza Grâce à ses qualités nutritionnelles, le tourteau de colza remplace facilement le tourteau de soja dans l alimentation

Plus en détail

Fiche technique : Culture de canne fourragère

Fiche technique : Culture de canne fourragère Fiche technique : Culture de canne fourragère Sujet : Cette fiche technique vous donne les éléments clés permettant de mettre en place une surface de canne fourragère. Les différentes cannes fourragères

Plus en détail

Exploitation individuelle 1.5 UMO. Système bovin viande. Vaches allaitantes Limousine. Système spécialisé en Veaux d'aveyron et du Ségala

Exploitation individuelle 1.5 UMO. Système bovin viande. Vaches allaitantes Limousine. Système spécialisé en Veaux d'aveyron et du Ségala Cas-type 71.1 Système spécialisé en Veaux d'aveyron et du Ségala En Ségala, la forte densité des exploitations et l'accés difficile et coûteux au foncier concourent au Conjoncture : 21 développement de

Plus en détail

Les lipides sont indispensables au bon fonctionnement de notre organisme, notre alimentation doit

Les lipides sont indispensables au bon fonctionnement de notre organisme, notre alimentation doit LES MATIERES GRASSES : De l auge à l assiette Les lipides sont indispensables au bon fonctionnement de notre organisme, notre alimentation doit en contenir. On les trouve dans le beurre, l huile, mais

Plus en détail

Utilisation des légumineuses à graines

Utilisation des légumineuses à graines Colloque Utilisation des légumineuses dans les systèmes de production animale JL Peyraud, JY Dourmad, M Lessire, F Médale, C Peyronnet Les légumineuses pour des systèmes agricoles et alimentaires durables

Plus en détail

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier Itinéraire cultural Type de sol et préparation avant semis Le sorgho grain sucrier est relativement peu exigeant par rapport au

Plus en détail

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS CLBV AQMP02 CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS 2 UMO sur 39 ha avec 200 chèvres produisant 160 000 litres de lait et engraissement de 40 génisses Ce système se rencontre principalement dans

Plus en détail

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal GUIDE PRATIQUE DE L'ÉLEVEUR Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal avril 2011 BRETAGNE PAYS DE LA LOIRE SOMMAIRE Paroles d éleveurs 4 Quelle place donner à l herbe Le choix d un système fourrager 8

Plus en détail

Intérêts de la luzerne sous forme déshydratée - zootechnique et économique -

Intérêts de la luzerne sous forme déshydratée - zootechnique et économique - Intérêts de la luzerne sous forme déshydratée - zootechnique et économique - Intervenant : Samuel MAIGNAN Zootechnie : Intérêt nutritionnel de la luzerne déshydratée Intérêt nutritionnel de la luzerne

Plus en détail

Une offre de taureaux toujours en augmentation sur GENIVAL. Nombre de taureaux inscrits sur GENIVAL. novembre. mars 2011 mai 2011 2010

Une offre de taureaux toujours en augmentation sur GENIVAL. Nombre de taureaux inscrits sur GENIVAL. novembre. mars 2011 mai 2011 2010 Le GIE Elevage envoie aux partenaires GENIVAL une lettre d information sur l évolution de l outil et l offre en taureaux d élevage. Merci de la diffuser auprès de tous les techniciens et éleveurs de votre

Plus en détail

La maîtrise de l allaitement a une très forte

La maîtrise de l allaitement a une très forte BIEN MAITRISER L ALLAITEMENT DE VOS VEAUX : POUR UNE CROISSANCE ET POUR UNE QUALITÉ OPTIMALES La maîtrise de l allaitement a une très forte incidence sur la qualité de vos veaux élevés sous la mère (couleur

Plus en détail

SRPA Valable pour la campagne 2012

SRPA Valable pour la campagne 2012 SRPA Valable pour la campagne 2012 minimales pour les sorties en plein air d'animaux de rente SRPA (sous réserve de modifications de l Ordonnance) Base légale Articles 59, al. 4, 60, al. 2 et 3, et 61,

Plus en détail

Valorisation de l Energie par les brebis. Jean-Marc ARRANZ 15 mars 2007

Valorisation de l Energie par les brebis. Jean-Marc ARRANZ 15 mars 2007 Valorisation de l Energie par les brebis Jean-Marc ARRANZ 15 mars 2007 Plan Rappel système INRA Le rumen et son fonctionnement Les sucres Les fibres Indices de fibrosité Régulation du transit et du PH

Plus en détail

Annexe 4 : Le plafond de 170 kg N/ha/an

Annexe 4 : Le plafond de 170 kg N/ha/an 29 Annexe 4 : Le plafond de 170 kg N/ha/an Il est important de rappeler que cette quantité ne traduit pas un droit à épandre mais un plafond : la quantité réelle à épandre est déterminée à partir de l

Plus en détail

Alimentation à la dérobée de veaux de boucherie

Alimentation à la dérobée de veaux de boucherie Bovins de boucherie Alimentation à la dérobée de veaux de boucherie Par : Alain Fournier, agronome, M.Sc. Conseiller en productions laitière et bovine MAPAQ, Région Centre-du-Québec http://www.agr.gouv.qc.ca

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE ELEVAGE DE VOLAILLES

GUIDE PRATIQUE ELEVAGE DE VOLAILLES ID-SC-178- GUIDE PRATIQUE ELEVAGE DE VOLAILLES GUIDE PRATIQUE ELEVAGE DE VOLAILLES REFERENCES REGLEMENTAIRES : Conversion = art. 17 RCE 834/2007 et art. 36, 37 et 38 RCE 889/2008 Mixité= art.11 RCE 834/2007

Plus en détail

SOMMAIRE. 1.1 Standard et localisation.page 2. 1.2 La sélection des deux races Lacaune page 3

SOMMAIRE. 1.1 Standard et localisation.page 2. 1.2 La sélection des deux races Lacaune page 3 0 LES RACES LACAUNE SOMMAIRE 1. LES RACES LACAUNE : GENERALITES 1.1 Standard et localisation.page 2 1.2 La sélection des deux races Lacaune page 3 2. LA RACE LACAUNE LAIT 2.1 Le système d élevage dans

Plus en détail

Variabilité des coûts de production dans les élevages laitiers

Variabilité des coûts de production dans les élevages laitiers Variabilité des coûts de production dans les élevages laitiers Prix d équilibre? Coût de production? Prix de revient? Des méthodes différentes d analyse Le prix d équilibre Celui qui permet d équilibrer

Plus en détail

Outils et stratégies permettant d augmenter le taux de fécondité et la qualité du lait des troupeaux laitiers biologiques.

Outils et stratégies permettant d augmenter le taux de fécondité et la qualité du lait des troupeaux laitiers biologiques. Outils et stratégies permettant d augmenter le taux de fécondité et la qualité du lait des troupeaux laitiers biologiques projet 07 BIO 03 Organisme requérant :Valacta Organisme responsable du projet :

Plus en détail

Couverts associés au colza Premiers résultats

Couverts associés au colza Premiers résultats Le 29 juillet 21 Couverts associés au colza Premiers résultats AVERTISSEMENT LA NOTE QUI SUIT CORRESPOND AUX PREMIERS RESULTATS PARTIELS DE DEUX ANNEES D ESSAIS REALISES EN SEMIS DIRECT DANS UN CONTEXTE

Plus en détail

L humain manque d oligo-éléments. L humain mange des animaux et des végétaux.

L humain manque d oligo-éléments. L humain mange des animaux et des végétaux. L a s a n t é p a r l e s o l L humain manque d oligo-éléments. L humain mange des animaux et des végétaux. Alimenter les cultures végétales avec GENOSOL, permet aux plantes d être plus riche en oligo-éléments.

Plus en détail

Après quota : Préparons ensemble nos projets d éleveurs

Après quota : Préparons ensemble nos projets d éleveurs Après quota : Préparons ensemble nos projets d éleveurs Dans un contexte économique fluctuant, tracer les chemins de l aprèsquota à l horizon 2015 est primordial. Les 14 groupes lait issus des GEDA (Groupes

Plus en détail

EVOLUTION DE L APPAREIL DIGESTIF DU VEAU D ELEVAGE

EVOLUTION DE L APPAREIL DIGESTIF DU VEAU D ELEVAGE EVOLUTION DE L APPAREIL DIGESTIF DU VEAU D ELEVAGE VEAU NOUVEAU NE Le lait passe directement dans la caillette. Les pré-estomacs ne sont pas fonctionnels. DES QUE LE VEAU CONSOMME DES ALIMENTS SOLIDES

Plus en détail

RÉSULTATS TECHNICO-ÉCONOMIQUES 2011 DU RÉSEAU DE RÉFÉRENCES PORCIN

RÉSULTATS TECHNICO-ÉCONOMIQUES 2011 DU RÉSEAU DE RÉFÉRENCES PORCIN RÉSEAUX DE RÉFÉRENCES COLLECTION RÉSULTATS ANNUELS RÉSULTATS TECHNICO-ÉCONOMIQUES 2011 DU RÉSEAU DE RÉFÉRENCES PORCIN DE MARTINIQUE Programme POSEI France PORCINS Les résultats technico-économiques 2011

Plus en détail

BON ETAT DES TOISONS POUR DES VIANDES SURES

BON ETAT DES TOISONS POUR DES VIANDES SURES BON ETAT DES TOISONS POUR DES VIANDES SURES Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Editeur responsable: Gil Houins Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire WTC III 21

Plus en détail

Toutes les méthodes d analyses rapides peuvent être théoriquement appliquées pour la plupart des bactéries pathogènes.

Toutes les méthodes d analyses rapides peuvent être théoriquement appliquées pour la plupart des bactéries pathogènes. Ces analyses permettent de vérifier la salubrité et la qualité hygiénique des denrées périssables que l on remet au consommateur. Elles doivent donc être représentatives des produits que l on remet au

Plus en détail

CREATION OU EXTENSION DE BATIMENTS AGRICOLES FICHE DE RENSEIGNEMENTS

CREATION OU EXTENSION DE BATIMENTS AGRICOLES FICHE DE RENSEIGNEMENTS CREATION OU EXTENSION DE BATIMENTS AGRICOLES FICHE DE RENSEIGNEMENTS JOINDRE : - 1 demande de déclaration ou d'autorisation, - 1 plan de situation (1/25000 ème ) des bâtiments et des zones d'épandage,

Plus en détail

Faut-il investir pour faire plus de lait?

Faut-il investir pour faire plus de lait? Normandie Faut-il investir pour faire plus de lait? RÉFLÉCHIR L APRÈS-QUOTA A partir de 2015, les quotas laitiers en place depuis plus de 30 ans disparaissent. Pour beaucoup d éleveurs, ce changement représente

Plus en détail

Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables. Notice explicative. Les essentiels. Octobre 2012

Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables. Notice explicative. Les essentiels. Octobre 2012 Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables Notice explicative Octobre 2012 Les essentiels Depuis le 1 er septembre 2012, un nouveau programme d actions national s applique sur la totalité

Plus en détail

Alimenter les équins avec de l herbe en Limousin

Alimenter les équins avec de l herbe en Limousin Optimiser ses pratiques pour s adapter à la conjoncture en production équine 8 è journée du Réseau Économique de la Filière Équine - 23 avril 2015 Alimenter les équins avec de l herbe en Limousin MATHIEU

Plus en détail

Projet d essai d allaitement artificiel pour la production d agneaux au lait avec les produits d allaitement Serval

Projet d essai d allaitement artificiel pour la production d agneaux au lait avec les produits d allaitement Serval Projet d essai d allaitement artificiel pour la production d agneaux au lait avec les produits d allaitement Serval Rapport Final Préparé par Manon Lepage agronome 19 février 2001 REMERCIEMENTS La réalisation

Plus en détail

PROTOCOLE AVORTEMENTS EN SERIES

PROTOCOLE AVORTEMENTS EN SERIES Laboratoire Vétérinaire et Alimentaire Départemental 54 PROTOCOLE AVORTEMENTS EN SERIES Principe : Démarche de diagnostic différentiel des avortements de bovins selon un protocole commun Meuse - Moselle

Plus en détail

La place des bicarbonates dans l alimentation des vaches laitières

La place des bicarbonates dans l alimentation des vaches laitières La place des bicarbonates dans l alimentation des vaches laitières Stefan JURJANZ 19 juin 2014 1 Filière -lait de vaches Actualité : prix fluctuants subventions, abandon des quotas, ouverture des marchés

Plus en détail

Efficacité des systèmes pâturants

Efficacité des systèmes pâturants Efficacité des systèmes pâturants Yves Lefrileux 1 -Alain Pommaret 2 1 Institut de l Elevage 2 Ferme expérimentale Caprine du Pradel www.idele.fr 1 des craintes d une baisse de production avec le pâturage.

Plus en détail

CONTRAT D INTÉRESSEMENT en production de veaux de lait

CONTRAT D INTÉRESSEMENT en production de veaux de lait CONTRAT D INTÉRESSEMENT en production de veaux de lait Ce document, élaboré par la Fédération des producteurs de bovins du Québec, vise à démystifier les différents contrats utilisés en production de veaux

Plus en détail

SÉANCES PLÉNIÈRES. 10 Avril 2008

SÉANCES PLÉNIÈRES. 10 Avril 2008 SÉANCES PLÉNIÈRES 10 Avril 2008 119 120 LA QUALITE : DU SOL AU LAIT Ekaitz Mazuste 1, Maité Goienetxe 1, Anne Haegelin 2 1 Association B.L.E., 32 rue de la Bidouze 64120 Saint-Palais 2 Pôle Scientifique

Plus en détail

Canadian Sheep Federation. Canadian Sheep Federation Fédération Canadienne du Mouton. Section 5 NUTRITION

Canadian Sheep Federation. Canadian Sheep Federation Fédération Canadienne du Mouton. Section 5 NUTRITION Canadian Sheep Federation NUTRITION Quel système d alimentation dois-je utiliser?... 48 Quel est le coût de l alimentation associé à la production?... 48 Existe t-il d autres façons pour réduire les coûts

Plus en détail

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui L intérêt technico-économique Titre de du l'engraissement diaporama des mâles avec simulations à l'appui Christèle PINEAU Institut de l'elevage Christele.Pineau@idele.fr Matthieu COUFFIGNAL ARVALIS, Institut

Plus en détail

Les qualités nutritives des tourteaux de colza

Les qualités nutritives des tourteaux de colza 1 Les qualités nutritives des tourteaux de colza Composition chimique du tourteau de colza Version du 26 octobre 2005 Remarque :!!! Données dans les tableaux pour tourteau non gras!!! Bien équilibré en

Plus en détail

ATOUTS ET CONTRAINTES PAR RAPPORT AU CAHIER DES CHARGES DE L AB Filière Bovins Lait

ATOUTS ET CONTRAINTES PAR RAPPORT AU CAHIER DES CHARGES DE L AB Filière Bovins Lait LE SOL forts Sol sensible à l érosion Part du parcellaire labourable faible Accès limité ou difficile aux parcelles pâturées Peu d engrais organiques (effluents d élevage) disponibles sur l exploitation

Plus en détail

Mise à l herbe, les années se suivent!

Mise à l herbe, les années se suivent! Mise à l herbe, les années se suivent! Les vaches laitières du centre de formation ont été mises à l herbe de-nouveau un jeudi. En 2010 c était le 1 er avril, cette année ce fut le 31 mars 2011. La mise

Plus en détail

Nutrition et viande bovine Française

Nutrition et viande bovine Française Nutrition et viande bovine Française Rôle et missions du CIV Contribuer à la connaissance et la compréhension des éléments scientifiques relatifs aux questions sociétales des filières élevage et viandes

Plus en détail

MEDIAREPRO Granulé et la reproduction

MEDIAREPRO Granulé et la reproduction MEDIAREPRO Granulé et la reproduction POURQUOI Y - A T - IL AUTANT DE PROBLEMES DE REPRODUCTION? Les récentes études menées par l EDE du Finistère, l INRA et l URCEO ont démontré que la raison principale

Plus en détail

L ensilage de maïs en Ardenne? D un point de vue alimentaire. Isabelle Dufrasne Ferme expérimentale Service de Nutrition FMV Université de Liège

L ensilage de maïs en Ardenne? D un point de vue alimentaire. Isabelle Dufrasne Ferme expérimentale Service de Nutrition FMV Université de Liège L ensilage de maïs en Ardenne? D un point de vue alimentaire Isabelle Dufrasne Ferme expérimentale Service de Nutrition FMV Université de Liège Plan L ensilage de maïs en général Caractéristiques anatomiques

Plus en détail

Les évolutions dans l application de la Directive Nitrates - Situtation au 1 er janvier 2014

Les évolutions dans l application de la Directive Nitrates - Situtation au 1 er janvier 2014 Les évolutions dans l application de la Directive Nitrates - Situtation au 1 er janvier 2014 L application de la Directive Nitrates en France est établie par un programme d actions national qui a fait

Plus en détail

Introduction. I. Les besoins alimentaires de la plante. II. Les besoins minéraux de la plante. Définition des termes utilisés

Introduction. I. Les besoins alimentaires de la plante. II. Les besoins minéraux de la plante. Définition des termes utilisés Introduction I. Les besoins alimentaires de la plante Pour se nourrir les plantes supérieures ont, comme tout être vivant, besoin d'énergie et de matières. La plante supérieure a la propriété fondamentale

Plus en détail

LA VALEUR ALIMENTAIRE DE LA LUZERNE

LA VALEUR ALIMENTAIRE DE LA LUZERNE LA VALEUR ALIMENTAIRE DE LA LUZERNE AF : acide formique (doses données par tonne de vert) AGV : acides gras volatils CB : cellulose brute DMO : digestibilité de la matière organique MAT : matière azotée

Plus en détail

1. Variétés de blé d hiver, les résultats de l essai à Caulières (80)

1. Variétés de blé d hiver, les résultats de l essai à Caulières (80) N 14 14 août 2015 1. Variétés de blé d hiver, les résultats de l essai à Caulières (80) A 2. Une calculette bilan fourrager à votre disposition 3. Déchaumage, couverts végétaux et semis de luzerne 4. PCAE,

Plus en détail

Domaine Elevage bovins

Domaine Elevage bovins Domaine Elevage bovins 22 Autonomie alimentaire pour les vaches laitières et allaitantes Panorama des solutions développées sur la ferme expérimentale de Thorigné d Anjou. Objectifs : obtenir des références

Plus en détail

Le bâtiment d élevage est au centre des préoccupations de chaque éleveur.

Le bâtiment d élevage est au centre des préoccupations de chaque éleveur. Le bâtiment d élevage est au centre des préoccupations de chaque éleveur. Il lui arrive parfois d être cité comme "responsable" dans la pénibilité du travail ou dans l expression de mauvais résultats techniques

Plus en détail

ALIMENTATION ANIMALE 1.- LES RUMINANTS

ALIMENTATION ANIMALE 1.- LES RUMINANTS ALIMENTATION ANIMALE L'alimentation des animaux a une répercussion sur la qualité des produits animaux dérivés Cette alimentation doit répondre aux besoins des animaux pour leur entretien, leur production,

Plus en détail

INN OVINS. Un Réseau Ovin Nord-est dans l Enseignement Agricole... Réseau Ovin Nord-est dans l Enseignement Agricole. Année 1, n 1.

INN OVINS. Un Réseau Ovin Nord-est dans l Enseignement Agricole... Réseau Ovin Nord-est dans l Enseignement Agricole. Année 1, n 1. Réseau Ovin Nord-est dans l Enseignement Agricole Un Réseau Ovin Nord-est dans l Enseignement Agricole... Année 1, n 1 Pour quoi faire? Le Réseau Ovin Nord-est dans l Enseignement Agricole (R.O.N.E.A)

Plus en détail

Manuel pratique à l attention des éleveurs

Manuel pratique à l attention des éleveurs Manuel pratique à l attention des éleveurs Infos et contact Allée des artisans 2 5590 ciney Tel : 083 / 23 05 15 - Fax : 083 / 23 05 16 www.arsia.be éditeur responsable : Jean Detiffe, Président de l Arsia

Plus en détail

ssentials DESIGNED DOG for your www.delimill.ch

ssentials DESIGNED DOG for your www.delimill.ch e ssentials DESIGNED DOG www.delimill.ch for your Le siège social de la société est basé à Luzern en Suisse. Les actionnaires fondateurs de la société ont de nombreuses années d éxpérience dans le domaine

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE PRODUCTIONS ANIMALES HERBIVORES

GUIDE PRATIQUE PRODUCTIONS ANIMALES HERBIVORES ID-SC-175 GUIDE PRATIQUE PRODUCTIONS ANIMALES HERBIVORES 11.07.11 GUIDE PRATIQUE PRODUCTIONS ANIMALES HERBIVORES REFERENCES REGLEMENTAIRES : Règles communes sur la production animale = Art.14 du RCE 834/2007

Plus en détail

Adélia la nutrition de la vache laitière, signée Triskalia

Adélia la nutrition de la vache laitière, signée Triskalia DOSSIER DE PRESSE Mars 2011 Adélia la nutrition de la vache laitière, signée Triskalia SOMMAIRE Communiqué de presse..................................................................................................................

Plus en détail

Ordonnance du DFE sur les sorties régulières en plein air d animaux de rente

Ordonnance du DFE sur les sorties régulières en plein air d animaux de rente Ordonnance du DFE sur les sorties régulières en plein air d animaux de rente (Ordonnance SRPA) du 7 décembre 1998 Le Département fédéral de l économie, vu les art. 59, al. 4, et 61, al. 3 à 6, de l ordonnance

Plus en détail

Soja et mais semé dans du seigle roulé, orge semé dans le sarrasin

Soja et mais semé dans du seigle roulé, orge semé dans le sarrasin Soja et mais semé dans du seigle roulé, orge semé dans le sarrasin Objectif. Il y a 4 ans je m installait dans une ferme de 100Ha. Apres 2 ans observant l'état si pauvre et usé de la terre, j ai devenu

Plus en détail

Élever ou ne pas élever, là est toute la question!

Élever ou ne pas élever, là est toute la question! Élever ou ne pas élever, là est toute la question! Antoine Riverin, agronome Conseiller en productions animales Direction régionale Saguenay Lac Saint Jean MAPAQ, Alma Colloque Bœuf 2013 La Cache àmaxime,

Plus en détail

Les sous-produits de la transformation du colza comme un substitut du soja égrugé

Les sous-produits de la transformation du colza comme un substitut du soja égrugé Les sous-produits de la transformation du colza comme un substitut du soja égrugé Après l'introduction de l'interdiction d'utiliser des farines de viande et d'os dans l'union européenne augmente la demande

Plus en détail

Vers une alimentation 100% AB. Quelles matières premières pour équilibrer les rations? Quelles stratégies pour y arriver?

Vers une alimentation 100% AB. Quelles matières premières pour équilibrer les rations? Quelles stratégies pour y arriver? Vers une alimentation 100% AB Quelles matières premières pour équilibrer les rations? Quelles stratégies pour y arriver? Vers une alimentation 100% AB Quelles matières premières pour équilibrer les rations?

Plus en détail

GUIDE UTILISATEUR VERSION CORRESPONDANT UFR

GUIDE UTILISATEUR VERSION CORRESPONDANT UFR INSCRIPTION AU C2i R (Certificat Informatique et Internet) GUIDE UTILISATEUR VERSION CORRESPONDANT UFR Nicolas Cazin 2 Table des matières 1 Un mot sur ce manuel 3 2 Votre rôle, vos responsabilités 3 3

Plus en détail

ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie

ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie Maître d œuvre : Chambres d Agriculture de Bretagne Partenaires : INRA, Cetiom, CRA des Pays de la Loire, Union Eolys, semenciers Durée du programme

Plus en détail

Production de la biomasse végétale

Production de la biomasse végétale 4 Production de la biomasse végétale Ce support a été réalisé avec le soutien financier du Compte d'affectation spéciale "Développement Agricole et Rural" du Ministère de l'alimentation, de l'agriculture

Plus en détail

BESOINS NUTRITIONNELS DES CHEVAUX. Par: André Bourdages, agr. PAS Support technique en nutrition équine ADM Alliance Nutrition St-Hyacinthe, Québec

BESOINS NUTRITIONNELS DES CHEVAUX. Par: André Bourdages, agr. PAS Support technique en nutrition équine ADM Alliance Nutrition St-Hyacinthe, Québec BESOINS NUTRITIONNELS DES CHEVAUX Par: André Bourdages, agr. PAS Support technique en nutrition équine ADM Alliance Nutrition St-Hyacinthe, Québec NRC Cheval 2007 BESOINS NUTRITIFS BESOINS D ENTRETIEN

Plus en détail

Le colostrum : pour un veau en bonne santé

Le colostrum : pour un veau en bonne santé Le colostrum : pour un veau en bonne santé Le colostrum et son importance Le veau à la naissance est sans immunité : pas de passage placentaire des protéines Le seul moyen de protection : colostrum Constat

Plus en détail

La gestion de l alimentation des

La gestion de l alimentation des L alimentation des nouveaunés est d une importance capitale sur leur croissance pendant la première année de vie et toute la durée de leur vie. Alimentation des chevreaux: de la naissance à la reproduction

Plus en détail

La qualité des blés panifiables en agriculture biologique

La qualité des blés panifiables en agriculture biologique Qualité La qualité des blés panifiables en agriculture biologique Par Bruno Taupier-Létage (ITAB) Maîtrise de la production de blé en agriculture biologique et des procédés de mouture adaptés à la fabrication

Plus en détail

APPROCHE ECONOMIQUE DE L'INSTALLATION DE LA CHAUDIERE BIOMASSE

APPROCHE ECONOMIQUE DE L'INSTALLATION DE LA CHAUDIERE BIOMASSE APPROCHE ECONOMIQUE DE L'INSTALLATION DE LA CHAUDIERE BIOMASSE Dans le précédent Abreuvoir, Amédée Hardy a fait état du chemin parcouru pour aboutir à la construction de la chaufferie bois. Celle-ci a

Plus en détail

Guide Poules Pondeuses

Guide Poules Pondeuses Guide Poules Pondeuses Réglementations en vigueur : Règlement (CE) N 834/2007 du 28 Juin 2007 Règlement (CE) N 889/2008 du 5 Septembre 2008 CCF Production biologique homologué par arrêté du 5 Janvier 2010

Plus en détail

INTEGRATION DE POIS ET FEVEROLE DANS LA RATION DES MONOGASTRIQUES

INTEGRATION DE POIS ET FEVEROLE DANS LA RATION DES MONOGASTRIQUES INTEGRATION DE POIS ET FEVEROLE DANS LA RATION DES MONOGASTRIQUES Hormis le soja dont une bonne par e est des née à l alimenta on humaine, et qui pour l alimenta on animale nécessite une tritura on, d

Plus en détail

GTE naisseurs engraisseurs. Calculez vos marges de progrès*

GTE naisseurs engraisseurs. Calculez vos marges de progrès* 2013Résultats PORCS L année 2013 est encore marquée par une nouvelle hausse du prix de l aliment (+ 18 /tonne). La faible augmentation du prix du porc (+ 0,022 /kg de carcasse) ne compense par l augmentation

Plus en détail

LES «PAIEMENTS COUPLES»

LES «PAIEMENTS COUPLES» cap sur La pac 2015 2020 LES «PAIEMENTS COUPLES» La réforme de la politique agricole commune (PAC) permet à la France d amplifier le montant des paiements couplés à une production (c est-à-dire liés à

Plus en détail

Alimentation des génisses de 0 mois à 6 mois

Alimentation des génisses de 0 mois à 6 mois Alimentation des génisses de 0 mois à 6 mois Journée Génisses Rudelle, le 18 février 2013 Les différentes phases d'élevage des veaux Naissance 8 jours 2 mois sevrage 4 mois 6 mois Veau nouveau-né Veau

Plus en détail

Référentiel économique des Réseaux d Élevage de l Est

Référentiel économique des Réseaux d Élevage de l Est Alsace Lorraine Champagne-Ardenne Référentiel économique des Réseaux d Élevage de l Est ANNEE 2014 SOMMAIRE 1 Références générales à l ensemble de l exploitation p 2 2 Références pour la filière bovins

Plus en détail

Prémix. Minéraux. Aliments 1er âge. Aliments diététiques. Matières premières. Biosécurité

Prémix. Minéraux. Aliments 1er âge. Aliments diététiques. Matières premières. Biosécurité Prémix Minéraux Aliments 1er âge Aliments diététiques Matières premières Biosécurité Des solutions pour chaque élevage La valeur sûre de votre élevage Calcialiment a été fondée il y plus de 80 ans en Bretagne.

Plus en détail

LE TRAVAIL SUR MON EXPLOITATION Quelles solutions? Pour quels besoins?

LE TRAVAIL SUR MON EXPLOITATION Quelles solutions? Pour quels besoins? LE TRAVAIL SUR MON EXPLOITATION Quelles solutions? Pour quels besoins? Une diversité de solutions pour répondre à une diversité d attentes... Les éleveurs ont des attentes vis-à-vis du travail et cela

Plus en détail

Registre d élevage ovin/caprin

Registre d élevage ovin/caprin Registre d élevage ovin/caprin 1 Une fiche synthétique des caractéristiques de l exploitation 2 Une fiche synthétique des données concernant l encadrement zootechnique, médical et sanitaire 3 Registre

Plus en détail

Le corps humain contient 2 à 4 grammes de zinc, les plus fortes concentrations se trouvant dans la prostate et certaines parties de l œil.

Le corps humain contient 2 à 4 grammes de zinc, les plus fortes concentrations se trouvant dans la prostate et certaines parties de l œil. Zinc EN BREF Introduction Le zinc (Zn) est un oligoélément essentiel à toutes les formes de vie et que l on trouve dans près de 100 enzymes spécifiques. Après le fer, le zinc est l oligoélément le plus

Plus en détail