Conférence Femme Homme : Egalité?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Conférence Femme Homme : Egalité?"

Transcription

1 Luxembourg, le 20 janvier 2012 Dans le cadre de ses actions dans le domaine de la Diversité, l IMS Luxembourg a organisé, le 20 janvier dernier, une conférence sous le thème «Femme Homme : égalité?», à RTL Group. Avec près de 60 personnes, la session a débuté par une introduction de M. Romain Mannelli, EVP Corporate HR, qui a présenté brièvement la Convention Collective adoptée à RTL Group, en donnant l exemple concret de l évaluation de performance en cas de congé de maternité et de congé parental. M. Mannelli a expliqué que l entreprise fait l évaluation de l employé(e) parti(e) en congé sur base d objectifs réduits, ce qui signifie que le bonus de performance est déterminé par le niveau le plus favorable : soit le bonus de l année antérieure, soit le bonus proportionnel au temps de service effectif. Le premier exposé s est suivi, avec Annick Lebrun, présidente du Groupe de Travail Diversité à l IMS Luxembourg, qui a présenté «La Charte de la diversité au Luxembourg» ouverte à toute organisation, avec le soutien de la Commission Européenne, des principales organisations patronales (Union des Entreprises Luxembourgeoises), de réseaux d entreprises et du Ministère de la Famille et de l Intégration. Mme Lebrun a rappelé que la diversité est avant tout un dispositif de lutte contre les discriminations, notamment dans l entreprise. Au Luxembourg, la diversité est une réalité plus souvent subie que gérée. Les deux concepts clés sont : La discrimination qui est une inégalité de traitement fondée sur un critère prohibé par la loi, dans un domaine visé par la loi. Les critères prohibés peuvent être : Le sexe / genre L origine ethnique L orientation sexuelle La religion ou les croyances L âge Le handicap. Avoir une politique de gestion de la diversité est un processus qui consiste à se munir de pratiques pour avoir un environnement de travail qui favorise l inclusion des personnes. La diversité qui vise ainsi le respect, la compréhension et la tolérance dans la société, mais également au sein de l entreprise. Instaurer une politique d égalité de traitement, de respect réciproque et d inclusion sur le lieu de travail est une nécessité émergente. La diversité est une réalité : la capacité à l intégrer et à l optimiser reste une option pour le dirigeant. Les bénéfices d une politique de gestion de la diversité se reflètent dans des valeurs culturelles renforcées au sein de la société, retenant ainsi de plus en plus de 1

2 talents professionnels et renforçant la motivation et innovation au quotidien. L entreprise répond ainsi à des problématiques internes en matière de RH et investit dans des actions qui permettront d accroitre sa performance économique. C est également un moyen de protéger son image, sa notoriété et de se mettre en conformité avec les contraintes légales. De nombreuses études scientifiques démontrent que les organisations qui reconnaissent le potentiel dégagé par la diversité de leur personnel sont plus performantes que celles qui ne s y adaptent pas. Dans un second temps, Annick a abordé l importance de l existence d une Charte Nationale, qui représente une réelle opportunité business et qui est un outil de gouvernance permettant de positionner la thématique sur la stratégie de l entreprise et représentant une nouvelle pratique de management. La Charte est une initiative majeure en faveur de la diversité des profils humains sur le lieu de travail. Avoir une politique de Gestion de la diversité implique plusieurs étapes : 1. Phase de sensibilisation (lever les préjugés) afin de susciter une prise de conscience de tous les acteurs et l implication des dirigeants 2. Définir une politique et décliner un plan d action déploiement d actions spécifiques à chaque entreprise 3. La gestion de la diversité doit être intégrée à la vision de l entreprise 4. Mesurer et évaluer les actions dans un objectif de transparence 5. Communiquer afin d impliquer de nouveaux acteurs 6. Encourager les autres partenaires à en faire de même. Pour accompagner la mise en place de la Charte Nationale du Luxembourg, outil de gouvernance articulé autour de six articles, l IMS Luxembourg, et son groupe de travail dédié à la diversité, travaille sur : La mise en place d un logo pour identifier la Charte Nationale Une plateforme d échange entre les signataires L accès à des études et statistiques Des évènements ciblés autour de cette thématique Le lancement de la Charte, au cours du 2 semestre Pour terminer sa présentation, Annick Lebrun a insisté sur le fait que de plus en plus d organisations acceptent le défi. L IMS invite toutes les organisations à rejoindre le mouvement et à signer la Charte. 2

3 La deuxième contribution portait sur l égalité entre femmes et hommes dans les conventions collectives de travail (CTT). Carole HANTEN, chercheuse, a présenté une partie des résultats d une recherche exploratoire sur le dialogue social au Luxembourg, menée par le CEPS/INSTEAD (www.ceps.lu). Le champ de recherche était couvert par les CCT de branches entrées en vigueur en 2005 et En partant des thèmes devant être obligatoirement faire l objet de négociations, il a été analysé comment était précisément discutée et négociée l égalité entre femmes et hommes à travers les négociations collectives. Un travail de repérage a permis d identifier 22 thèmes liés à l égalité Homme / Femme, regroupés en 8 catégories : - L égalité salariale - L égalité de traitement - L organisation du travail - La protection de la femme enceinte et allaitante - La conciliation entre vie professionnelle et vie familiale - Le bien-être au travail - La déléguée à l égalité (délégation du personnel) - L utilisation de la forme genrée. Ensuite, l analyse effectuée a permis de souligner l hétérogénéité qui caractérise les résultats des négociations collectives. En effet, si un certain nombre de CCT consignent les négociations sur certains aspects de l égalité des genres, inventoriés grâce au travail de catégorisation, l égalité entre femmes et hommes n a quasiment pas fait l objet de négociation entre les partenaires sociaux, alors que la loi les y oblige. Une explication plausible réside certainement dans le fait qu il existe bien une obligation de négociation de certains thèmes, dont l égalité entre femmes et hommes, mais elle n est pas doublée d une obligation de résultat. Il faut préciser ici que les lois n étant pas précises, par exemple sur le contenu exact des plans d égalité ou de l égalité de traitement, les négociateurs n abordent pas ces sujets de manière homogène et se contentent souvent d une déclaration d intention afin de s assurer d être conformes à la loi sans pour autant qu il y ait une volonté de concrétiser ces mesures. En matière de bonnes pratiques, l analyse a permis d en identifier surtout en matière de conciliation entre vie professionnelle et vie familiale. Ainsi, les négociations d une CCT sectorielle ont abouti à allonger le congé paternel. D autres CCT permettent une utilisation des congés extraordinaires, notamment le congé social ou le congé sans solde, de manière à ce que ceux-ci deviennent de véritables outils pour mieux concilier la vie professionnelle et la vie familiale. Enfin, en matière de blocages, l analyse a permis de relever que la conséquence de l absence de l obligation de résultats est que les dispositions sont rarement accompagnés de mesures de mise en œuvre, ce qui augmente le risque d en rester aux déclarations d intention. Et pourtant, des outils pour mettre en œuvre l égalité existent, comme les plans d égalité, les actions positives ou encore l introduction de quotas, entre autres. Or, à ce niveau, notre travail de repérage a permis d identifier un seul secteur qui a négocié un plan d égalité, sans pour autant préciser les modalités de sa mise en œuvre ou de son évaluation ; la mise en place d actions positives n a fait l objet de négociation dans aucun des secteurs étudiés. 3

4 Carole HANTEN a souhaité terminer sa présentation par un extrait d une étude comparative de l Observatoire européen des relations industrielles (EIRO), intitulée «Egalité des chances, négociation collective et stratégie européenne pour l emploi» : «( ) en l absence d une prise en compte des genres dans la négociation collective, il est très probable que les conventions institutionnaliseront les pratiques discriminatoires, entérineront plutôt que défieront la ségrégation sexuelle au travail et mettront en place une norme masculine de l emploi, au détriment évident des femmes.» 4

5 La dernière présentation, faite par Samia Rabia, Associée de Wildgen, Partners in Law, portait sur le thème «encourager et développer l entrepreneuriat au féminin». Samia Rabia a commencé par présenter quelques constats et obstacles concernant l entreprenariat au Luxembourg. Un premier abordage statistique montre que le nombre de femmes actives au Luxembourg est significatif et que les femmes à vouloir établir leur propre entreprise sont de plus en plus nombreuses (d après l évolution du nombre de demandes d autorisation d établissement accompagnées par la Chambre du Commerce selon le genre 2006/2010). Cependant, il existe une certaine distanciation des femmes vis-à-vis de la création d entreprise. Une étude CEPS/INSTEAD a identifié certains obstacles parmi lesquels des obstacles institutionnels, des obstacles liés aux caractéristiques personnelles du créateur et de son entourage, des obstacles en rapport aux valeurs sociétales et des obstacles liés à la gestion d entreprise. On remarque également qu outre ces freins indifférents du genre, certains s ajoutent ou s accroissent pour les femmes: Stéréotypes et rôles sociaux (métiers, apparence physique, entourage, etc.) Conciliation des vies familiale, domestique et professionnelle Recherche et démarches de financement Esprit d entreprise Manque de confiance en soi Peur de l échec et culte de la réussite. La deuxième partie de l intervention de Samia était centrée sur les actions concrètes d entreprenariat féminin au Luxembourg. Des cas concrets d institutions ont été présentés, par exemple : Fédération des femmes cheffes d entreprises au Luxembourg (FFCEL), dont les principaux objectifs sont centrés sur les préoccupations ou revendications de l entreprenariat féminin ; Réseau européen des Femmes Ambassadrices de l Entrepreneuriat, qui a pour but d encourager, promouvoir et développer l entrepreneuriat au féminin ; Female Entrepreneurship Ambassadors Luxembourg (FEALU), transposition nationale du précédent réseau, qui a pour mission d inciter plus de femmes à devenir cheffe d entreprise, ainsi que de permettre de bénéficier du soutien et de la confiance nécessaires pour se lancer dans un propre projet. Le FEALU a mis en place quatre groupes de travail dont l intervention se concentre sur des publics différents tels que les étudiantes, les femmes de plus de 45 ans à la recherche d un emploi, les apprentis et les femmes occupant un poste décisionnaire. Dans un dernier temps, Samia a noté des perspectives encourageantes avec des statistiques positives Une évolution des mentalités en cours Une promotion en faveur de l esprit d entreprise Des initiatives et mesures prises au niveau public et privé, national et européen et pour l entreprenariat général, des jeunes et des femmes. 5

Propositions de Social Economy Europe pour la Présidence Luxembourgeoise en matière d Economie Sociale

Propositions de Social Economy Europe pour la Présidence Luxembourgeoise en matière d Economie Sociale Propositions de Social Economy Europe pour la Présidence Luxembourgeoise en matière d Economie Sociale Social Economy Europe: Social Economy Europe est l organisation représentative de l économie sociale

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3269 Convention collective nationale IDCC : 759. POMPES FUNÈBRES AVENANT DU 25 SEPTEMBRE

Plus en détail

Politique Ressources Humaines

Politique Ressources Humaines Politique Ressources Humaines 1 Fondamentaux de la politique ressources humaines Une responsabilité partagée Egalité des chances et équité Un équilibre vie privée-vie le Des conditions favorables au maintien

Plus en détail

ÉGALITÉ DE GENRE ET DROITS DES FEMMES. Normes du Conseil de l Europe

ÉGALITÉ DE GENRE ET DROITS DES FEMMES. Normes du Conseil de l Europe ÉGALITÉ DE GENRE ET DROITS DES FEMMES Normes du Conseil de l Europe L égalité de genre est capitale pour la protection des droits de l homme, le fonctionnement de la démocratie, le respect de l État de

Plus en détail

DIVERSITÉ Ensemble, valorisons nos différences

DIVERSITÉ Ensemble, valorisons nos différences DIVERSITÉ Ensemble, valorisons nos différences Promouvoir la Diversité en luttant contre toute forme de discrimination et en valorisant chaque individu dans le respect des différences Pourquoi? Dans un

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3117 Convention collective nationale IDCC : 843. BOULANGERIE-PÂTISSERIE (Entreprises

Plus en détail

Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France

Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France Paris, le 25 octobre 2012 Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France Volet 1 : Mythes et réalités en comparaison internationale Volet 2 : Comment mieux accompagner la prise de risque

Plus en détail

L égalité des femmes et des hommes est un droit capital. S attacher à une égalité entre les

L égalité des femmes et des hommes est un droit capital. S attacher à une égalité entre les Mars 2011 L égalité des femmes et des hommes est un droit capital. S attacher à une égalité entre les Les hommes sont bien plus performants que les femmes dans les métiers techniques Les femmes s investissent

Plus en détail

Titre I : Principes généraux. Titre II : Procédure de recrutement

Titre I : Principes généraux. Titre II : Procédure de recrutement UNIVERSITÉ DE TECHNOLOGIE COMPIÈGNE Ecole doctorale Charte de thèse Centre de Recherche Royallieu - CS 60319-60203 Compiègne cedex tél. 03 44 23 44 23 - www.utc.fr Préambule La charte de thèse de l Université

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 25 septembre 2012 Français Original: anglais ECE/AC.30/2012/3 Commission économique pour l Europe Groupe de travail sur le vieillissement Conférence

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3108 Convention collective nationale IDCC : 44. INDUSTRIES CHIMIQUES ACCORD DU 20 JUILLET 2007 RELATIF

Plus en détail

Certificat de compétences Projet CAPE

Certificat de compétences Projet CAPE Certificat de compétences Projet CAPE Introduction L objectif principal du projet CAPE est de «contribuer à la mise en place de critères et de compétences de référence dans le cadre de la Certification

Plus en détail

Chapitre 6 Tendances et perspectives de la formation professionnelle 133

Chapitre 6 Tendances et perspectives de la formation professionnelle 133 Chapitre 6 Tendances et perspectives de la formation professionnelle 133 6.1. Tendances et perspectives de la formation professionnelle 133 6.1.1. Formation professionnelle dans le cadre des politiques

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE 2014

RAPPORT D ACTIVITE 2014 PROMOTION DE LA DIVERSITE ET DE L EGALITE DES CHANCES DANS LES RAPPORT D ACTIVITE 2014 INSTITUTIONS 1 DE RETRAITE COMPLEMENTAIRE ET LES INSTITUTIONS DE PREVOYANCE Dans le cadre de l accord du 22 mars 2012,

Plus en détail

Pierrette OYANE NZUE Observatoire des Droits de la Femme et de la Parité Gabon pioyvean@yahoo.fr

Pierrette OYANE NZUE Observatoire des Droits de la Femme et de la Parité Gabon pioyvean@yahoo.fr Pierrette OYANE NZUE Observatoire des Droits de la Femme et de la Parité Gabon pioyvean@yahoo.fr Le Gabon est un pays d Afrique Centrale, peuplé d environ deux millions d habitants. A cause de ses nombreuses

Plus en détail

14 octobre 2015 Bruxelles

14 octobre 2015 Bruxelles Compte rendu du projet pilote sur le développement d indicateurs pour mesurer l application de la Charte européenne sur l égalité des femmes et des hommes dans la vie locale 14 octobre 2015 Bruxelles Ordre

Plus en détail

état des lieux : la situation des femmes 4 L ambition de Bouygues Construction 7

état des lieux : la situation des femmes 4 L ambition de Bouygues Construction 7 Ambition Mixité Sommaire état des lieux : la situation des femmes 4 Dans le monde professionnel 4 Dans le BTP 4 Chez Bouygues Construction 5 Que dit la loi française? 6 L ambition de Bouygues Construction

Plus en détail

Un contrat sectoriel pour l ESS en Rhône-Alpes 2007-2009 UN CONTRAT SECTORIEL POUR L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN RHONE-ALPES 2007-2009

Un contrat sectoriel pour l ESS en Rhône-Alpes 2007-2009 UN CONTRAT SECTORIEL POUR L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN RHONE-ALPES 2007-2009 UN CONTRAT SECTORIEL POUR L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN RHONE-ALPES 2007-2009 1 RESUME DIAGNOSTIC : La Région Rhône Alpes a élaboré un Schéma Régional de Développement économique dans lequel il était

Plus en détail

II. L accord d entreprise sur l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes

II. L accord d entreprise sur l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes Mai 2007 Fiche entreprise Société Générale Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Présentation de l entreprise - Secteur d activité : Banque-Finance - Statut : Société Anonyme - Effectif

Plus en détail

SYNTHÈSE D ÉTUDE. Les stéréotypes sur le genre

SYNTHÈSE D ÉTUDE. Les stéréotypes sur le genre SYNTHÈSE D ÉTUDE Les stéréotypes sur le genre Diversité Mai 2012 IMS-Entreprendre pour la Cité a mené une étude avec Patrick Scharnitzky, Docteur en psychologie sociale, pour identifier les stéréotypes

Plus en détail

EGALITÉ ENTRE LES FEMMES

EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ÉGALITÉ CHERCHEUSE FEMME ENSEIGNEMENT HOMME ÉTUDIANTE EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES Charte pour l Égalité MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE MINISTÈRE DES DROITS DES FEMMES

Plus en détail

POLITIQUE DE CAPITAL INVESTISSEMENT RESPONSABLE

POLITIQUE DE CAPITAL INVESTISSEMENT RESPONSABLE POLITIQUE DE CAPITAL INVESTISSEMENT RESPONSABLE SOMMAIRE Préambule..3 Principes fondamentaux de notre politique de Capital Investissement Responsable 4 Le parti pris de notre approche de Capital Investissement

Plus en détail

PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON

PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON - VU la loi n 2005-102 du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des

Plus en détail

La prise en compte des seniors dans le POn

La prise en compte des seniors dans le POn La prise en compte des seniors dans le POn Rédaction de documents supports, préparation et animation de tables rondes ou d'ateliers organisés au titre de la valorisation du programme opérationnel national

Plus en détail

30 mars 2007. Prévention des discriminations dans la fonction publique territoriale : la HALDE et le CNFPT signent une convention

30 mars 2007. Prévention des discriminations dans la fonction publique territoriale : la HALDE et le CNFPT signent une convention 30 mars 2007 Prévention des discriminations dans la fonction publique territoriale : la HALDE et le CNFPT signent une convention SOMMAIRE - Qu est ce qu une discrimination?...p 3 - Les enjeux de la prévention

Plus en détail

PSA Peugeot Citroën face au testing. Daniel Bouchard

PSA Peugeot Citroën face au testing. Daniel Bouchard Numéro 5 Juillet 2007 PSA Peugeot Citroën face au testing Daniel Bouchard Daniel Bouchard est responsable du service gestion des compétences et recrutement de PSA Peugeot Citroën. De formation École supérieure

Plus en détail

S:/5/2000/76207f Le 5 octobre 2000

S:/5/2000/76207f Le 5 octobre 2000 THE VOICE OF BUSINESS IN EUROPE S:/5/2000/76207f Le 5 octobre 2000 PROPOSITION DE DIRECTIVE MODIFIANT LA DIRECTIVE 76/207 relative à la mise en oeuvre du principe de l égalité de traitement entre les hommes

Plus en détail

Intégration de l égalité entre les femmes et les hommes dans le processus de GRH

Intégration de l égalité entre les femmes et les hommes dans le processus de GRH Intégration de l égalité entre les femmes et les hommes dans le processus de GRH Les Jeudis de la Gouvernance Publique France Paquet Coordonnatrice égalité entre les femmes et les hommes PARGEP 22 novembre

Plus en détail

Résumé du rapport de mission Plantations du Haut Penja Cameroun 2013

Résumé du rapport de mission Plantations du Haut Penja Cameroun 2013 Résumé du rapport de mission Plantations du Haut Penja Cameroun 203 - NATURE DE LA MISSION - DEMARCHE - INFORMATION UTILISEE La Compagnie Fruitière a confié à Vigeo une mission qui fait suite à une première

Plus en détail

Accord cadre 2015-2017

Accord cadre 2015-2017 Accord cadre 2015-2017 Qualité de vie au Travail Réunion du 28 janvier 2015 Le Contexte La Caisse des dépôts s est engagée dans une dynamique de transformation interne pour mieux jouer son rôle et accroître

Plus en détail

FSE - Programme Opérationnel Régional 2014-2020 Etat d'avancement

FSE - Programme Opérationnel Régional 2014-2020 Etat d'avancement FSE - Programme Opérationnel Régional 2014-2020 Etat d'avancement Présentation du Programme Opérationnel FEDER-FSE 2014-2020 Bretagne Volet FSE La version finale PO FEDER-FSE 2014-2020 Bretagne a été transmise

Plus en détail

CHARTE ETHIQUE DU GROUPE UMANIS Grands principes appliqués dans les pratiques professionnelles d Umanis

CHARTE ETHIQUE DU GROUPE UMANIS Grands principes appliqués dans les pratiques professionnelles d Umanis CHARTE ETHIQUE DU GROUPE UMANIS Grands principes appliqués dans les pratiques professionnelles d Umanis Avant-propos Chers collaborateurs, Umanis, en tant qu entreprise cotée en Bourse, affirme une volonté

Plus en détail

Compte-rendu du Midi de l innovation du 25 mars 2014. L entrepreneuriat féminin. Annie Cornet (HEC-Ulg) Virginie Pierre (réseau Diane)

Compte-rendu du Midi de l innovation du 25 mars 2014. L entrepreneuriat féminin. Annie Cornet (HEC-Ulg) Virginie Pierre (réseau Diane) Compte-rendu du Midi de l innovation du 25 mars 2014 L entrepreneuriat féminin Annie Cornet (HEC-Ulg) Virginie Pierre (réseau Diane) Introduction Les Midis de l Innovation sont une initiative du Département

Plus en détail

L Aide au conseil à la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC)

L Aide au conseil à la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) Accompagnement des Ressources Humaines L Aide au conseil à la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) A - l aide à la préparation des entreprises à la GPEC (sensibilisation) B - l

Plus en détail

Projet Éducatif Territorial 2013-2015

Projet Éducatif Territorial 2013-2015 Entre les soussignés LE DÉPARTEMENT DE LA SEINE-SAINT-DENIS Hôtel du Département 93006 Bobigny Cedex Représenté par Monsieur Stéphane Troussel, Président du Conseil général de la Seine- Saint-Denis agissant

Plus en détail

L approche conceptuelle

L approche conceptuelle Cap Vert C o m m u n i c a t i o n 9.05.2000 Symposium International sur la Microfinance et la Promotion des Micro et Petites Entreprise Praia, 12 au 14 juin 2000 L approche conceptuelle 1. Introduction

Plus en détail

Catalogue de formation 2015. Ensemble, Innover et Agir pour l inclusion sociale

Catalogue de formation 2015. Ensemble, Innover et Agir pour l inclusion sociale Catalogue de formation 2015 Nous choisir, c est choisir d agir pour l inclusion sociale UNE METHODOLOGIE INCLUSIVE TOURNEE VERS L ACTION Une capitalisation d expériences grâce au réseau FACE national et

Plus en détail

Acteurs de la fonction RH et salariés : une perception différente des facteurs de discrimination

Acteurs de la fonction RH et salariés : une perception différente des facteurs de discrimination Issy-les-Moulineaux, le 20 juillet 2007 2 e édition de l enquête Cegos sur la diversité et la discrimination en entreprise Comment favoriser la diversité en entreprise? Réponses croisées des responsables

Plus en détail

INTRODUCTION À LA CCSC Planification de la communication pour la CCSC. 2-6 mai 2011 Haïti

INTRODUCTION À LA CCSC Planification de la communication pour la CCSC. 2-6 mai 2011 Haïti INTRODUCTION À LA CCSC Planification de la communication pour la CCSC 2-6 mai 2011 Haïti COMMUNICATION POUR LE CHANGEMENT SOCIAL ET DU COMPORTEMENT Les caractéristiques qui la définissent : La CCSC est

Plus en détail

TITRE : COMMANDE PUBLIQUE "DURABLE ET SOLIDAIRE"

TITRE : COMMANDE PUBLIQUE DURABLE ET SOLIDAIRE RAPPORT DU PRÉSIDENT AU CONSEIL GÉNÉRAL 3ème Commission de l'environnement, du développement durable et des transports N 2005-03-0036 SÉANCE DU 15 DÉCEMBRE 2005 POLITIQUE : MOYENS DE L'INSTITUTION SECTEUR

Plus en détail

PROJET ÉDUCATIF TERRITORIAL 2013-2015

PROJET ÉDUCATIF TERRITORIAL 2013-2015 PROJET ÉDUCATIF TERRITORIAL 2013-2015 Entre les soussignés LE DÉPARTEMENT DE LA SEINE-SAINT-DENIS Hôtel du Département 93006 Bobigny Cedex Représenté par Monsieur Stéphane Troussel, Président du Conseil

Plus en détail

Guide de l égalité dans la formation professionnelle : mettre l égalité femmes/hommes et la lutte contre les discriminations au cœur de la formation

Guide de l égalité dans la formation professionnelle : mettre l égalité femmes/hommes et la lutte contre les discriminations au cœur de la formation Guide de l égalité dans la formation professionnelle : mettre l égalité femmes/hommes et la lutte contre les discriminations au cœur de la formation RUBRIQUE 1 Introduction Focus : un engagement de la

Plus en détail

UNIVERSITE «SOLIDAIRE ET CITOYENNE»

UNIVERSITE «SOLIDAIRE ET CITOYENNE» UNIVERSITE «SOLIDAIRE ET CITOYENNE» Par l ESEAC de l IEP de Grenoble : Synthèse phase exploratoire Recherche-Action Les innovations organisationnelles dans la création d activités artisanales et culturelles

Plus en détail

Union Nationale des Entreprises Adaptées

Union Nationale des Entreprises Adaptées Union Nationale des Entreprises Adaptées Une valeur ajoutée humaine et sociale «La manière dont une société favorise l insertion des personnes handicapées est révélatrice de son degré d humanité» L Entreprise

Plus en détail

Plan de formation des OSC de niveaux 2 et 3

Plan de formation des OSC de niveaux 2 et 3 FONDS EUROPEEN DE DEVELOPPEMENT REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE Programme de l Union Européenne pour la Société Civile et la Culture/PESCC 10 ème FED Plan de formation des OSC de niveaux 2 et 3 DP1

Plus en détail

Sylvie PAYOUX et Constant CALVO - 30 janvier 2012

Sylvie PAYOUX et Constant CALVO - 30 janvier 2012 Comment un Responsable de Formation peut gérer la Responsabilité Sociale des Entreprises (R.S.E.)? Sylvie PAYOUX et Constant CALVO - 30 janvier 2012 1 La R.S.E. a pour finalité le développement durable

Plus en détail

Députée du Doubs PROJET DE LOI POUR L ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES VOLET «ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE» RAPPORT D AUDITION

Députée du Doubs PROJET DE LOI POUR L ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES VOLET «ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE» RAPPORT D AUDITION Barbara ROMAGNAN Députée du Doubs PROJET DE LOI POUR L ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES VOLET «ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE» RAPPORT D AUDITION AUDITION N 8 OBSERVATOIRE DE LA PARENTALITE EN ENTREPRISE

Plus en détail

Brochure n o 5 Discrimination contre les peuples indigènes et tribaux en matière d emploi et de profession

Brochure n o 5 Discrimination contre les peuples indigènes et tribaux en matière d emploi et de profession Brochure n o 5 Discrimination contre les peuples indigènes et tribaux en matière d emploi et de profession 1. Qu est-ce que la discrimination? La discrimination en matière d emploi et de profession est

Plus en détail

La mise en œuvre de l évaluation interne dans les ESSMS visés à l article L.312-1 du CASF

La mise en œuvre de l évaluation interne dans les ESSMS visés à l article L.312-1 du CASF La mise en œuvre de l évaluation interne dans les ESSMS visés à l article L.312-1 du CASF Le contexte du rapport Publié en février 2013, ce rapport est issu d une enquête par questionnaire, réalisée par

Plus en détail

Association Tutélaire des Majeurs. Protégés du Rhône *** PROJET ASSOCIATIF

Association Tutélaire des Majeurs. Protégés du Rhône *** PROJET ASSOCIATIF Association Tutélaire des Majeurs Protégés du Rhône *** PROJET ASSOCIATIF L ATMP intervient depuis bientôt 40 ans au service des personnes socialement fragilisées qui ne peuvent plus pourvoir seules à

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3108 Convention collective nationale IDCC : 44. INDUSTRIES CHIMIQUES ET CONNEXES

Plus en détail

Les métiers ont-ils un sexe?

Les métiers ont-ils un sexe? Les métiers ont-ils un sexe? Marie-Christine CRESPY Aurélie BOURGOIGNON Délégation Régionale aux Droits des Femmes et à l Egalité du Limousin Jeudi 18 novembre 2010 Journée de formation ARML Le constat

Plus en détail

Comprendre les enjeux de l Accès aux Services Energétiques pour le Développement Humain. Les acteurs centraux au cœur du changement

Comprendre les enjeux de l Accès aux Services Energétiques pour le Développement Humain. Les acteurs centraux au cœur du changement Comprendre les enjeux de l Accès aux Services Energétiques pour le Développement Humain Les acteurs centraux au cœur du changement Détails sur les contenus des sessions : Thème 1 : «Compréhension des concepts

Plus en détail

la création D ENTREPRISES au FÉMinin

la création D ENTREPRISES au FÉMinin la création D ENTREPRISES au FÉMinin QUELLES SPÉCIFICITÉS?... En France on peut mieux faire L environnement entrepreneurial français est un des plus favorables pour la création d entreprises féminine à

Plus en détail

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe,

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, l Europe pour la culture» (2006) Texte rédigé par le Relais Culture Europe dans le cadre de la consultation

Plus en détail

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL Décembre 2008 Sommaire 4 4 5 1. Qu est ce que l entretien professionnel? 1.1 L entretien professionnel : un dispositif conventionnel 1.2 Un outil au service de l évolution professionnelle

Plus en détail

CHARTE D ENGAGEMENTS RÉCIPROQUES

CHARTE D ENGAGEMENTS RÉCIPROQUES CHARTE D ENGAGEMENTS RÉCIPROQUES ENTRE L ÉTAT, LE MOUVEMENT ASSOCIATIF ET LES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES SIGNÉE PAR LE PREMIER MINISTRE, LA PRÉSIDENTE DU MOUVEMENT ASSOCIATIF, LE PRÉSIDENT DE L ASSOCIATION

Plus en détail

Le POn et l entrepreneuriat

Le POn et l entrepreneuriat Le POn et l entrepreneuriat Mai - 2015 Rédaction de documents supports, préparation et animation de tables rondes ou d'ateliers organisés au titre de la valorisation du programme opérationnel national

Plus en détail

Charte régionale de la commande publique responsable. La Région des Pays de la Loire poursuit son engagement

Charte régionale de la commande publique responsable. La Région des Pays de la Loire poursuit son engagement Charte régionale de la commande publique responsable La Région des Pays de la Loire poursuit son engagement Préambule Dès 1987 la Commission Mondiale sur l Environnement et le Développement des Nations

Plus en détail

29 juin 2010. * Soirée Réseau Accent Sur Elles :

29 juin 2010. * Soirée Réseau Accent Sur Elles : * Soirée Réseau Accent Sur Elles : «A vous de faire bouger les choses pour transformer la vie des femmes dans votre entreprise»! Restitution des ateliers 29 juin 2010 Agenda de cette soirée 18h30-18h40

Plus en détail

Lettre de cadrage Plan d action triennal 2012-2014

Lettre de cadrage Plan d action triennal 2012-2014 Mars 2012 Lettre de cadrage Plan d action triennal 2012-2014 Les huit orientations Le projet stratégique, voté en juin 2011 par les adhérents du Syneas, liste les huit orientations qui doivent guider l

Plus en détail

ERASMUS+ UN ATOUT POUR L EMPLOYABILITÉ, UNE FORCE POUR LES ENTREPRISES

ERASMUS+ UN ATOUT POUR L EMPLOYABILITÉ, UNE FORCE POUR LES ENTREPRISES ERASMUS+ UN ATOUT POUR L EMPLOYABILITÉ, UNE FORCE POUR LES ENTREPRISES 1 2 Erasmus + un atout pour l employabilité, une force pour les entreprises L Union Européenne investit 16,4 milliards d euros dans

Plus en détail

De plus, la politique se veut concordante avec les règlements et les politiques du Collège Shawinigan énumérés ci-dessous :

De plus, la politique se veut concordante avec les règlements et les politiques du Collège Shawinigan énumérés ci-dessous : POLITIQUE NUMÉRO 32 de soutien à l intégration scolaire et d éducation à la citoyenneté Responsable : Direction des études Dernière mise à jour : CA/2004-361.08.4, le 26 mai 2004 Prochaine date de révision

Plus en détail

«LABEL DIVERSITE» Cahier des charges de labellisation Version 3

«LABEL DIVERSITE» Cahier des charges de labellisation Version 3 «LABEL DIVERSITE» Label relatif à la prévention des discriminations et à la promotion de la diversité dans le cadre de la gestion des ressources humaines Cahier des charges de labellisation Version 3 Applicable

Plus en détail

La culture paritaire dans les entreprises Pour l Observatoire de la Parité Par Cristina Lunghi, Fondatrice de l association Arborus Janvier 2005

La culture paritaire dans les entreprises Pour l Observatoire de la Parité Par Cristina Lunghi, Fondatrice de l association Arborus Janvier 2005 La culture paritaire dans les entreprises Pour l Observatoire de la Parité Par Cristina Lunghi, Fondatrice de l association Arborus Janvier 2005 La parité est une terminologie utilisée dans l entreprise

Plus en détail

BONNE PRATIQUE 11 ESPAGNE - PROGRAMME ACCEDER POUR L EMPLOI DE LA POPULATION GITANE

BONNE PRATIQUE 11 ESPAGNE - PROGRAMME ACCEDER POUR L EMPLOI DE LA POPULATION GITANE BONNE PRATIQUE 11 ESPAGNE - PROGRAMME ACCEDER POUR L EMPLOI DE LA POPULATION GITANE TYPE D'ACTION Programme ACCEDER pour l emploi de la population gitane NIVEAU DE LA BONNE PRATIQUE reproduite Page 1/12

Plus en détail

Séminaire sur le partage des bonnes expériences et des défis en matière de e-gouvernance/e-administration

Séminaire sur le partage des bonnes expériences et des défis en matière de e-gouvernance/e-administration Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement (CAFRAD) Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) Original: Anglais Séminaire sur le partage des

Plus en détail

CPRDFP : LE TABLEAU DE BORD

CPRDFP : LE TABLEAU DE BORD CPRDFP : LE TABLEAU DE BORD au 30 juin 2013 «Pour être efficaces les politiques conduites doivent être coordonnées et complémentaires. Le pilotage coordonné des dispositifs de l État, de la Région, des

Plus en détail

Problématique des politiques publiques au Bénin: défis et perspectives. Richard Georges SINSIN

Problématique des politiques publiques au Bénin: défis et perspectives. Richard Georges SINSIN Problématique des politiques publiques au Bénin: défis et perspectives Richard Georges SINSIN 1 Objectifs de la présentation Permettre aux participants : de mieux comprendre les politiques publiques mises

Plus en détail

Pour une politique de prévention des risques psychosociaux

Pour une politique de prévention des risques psychosociaux Note de la CSL Pour une politique de prévention des risques psychosociaux Luxembourg, le 25.05.2016 1/6 Situation actuelle et constats : Les pays européens assistent depuis une quinzaine d années à une

Plus en détail

CHARTE HANDICAP de la Ville de Romainville

CHARTE HANDICAP de la Ville de Romainville CHARTE HANDICAP de la Ville de Romainville Charte Handicap de la Ville de Romainville Préambule La «Charte Handicap» de la Ville de Romainville vise à améliorer dans la cité, pour tous les citoyens, porteurs

Plus en détail

Bien-être au travail : comment implémenter concrètement une démarche QVT? Quelles sont les conditions de succès?

Bien-être au travail : comment implémenter concrètement une démarche QVT? Quelles sont les conditions de succès? Bien-être au travail : comment implémenter concrètement une démarche QVT? Quelles sont les conditions de succès? Cycle Innovation & Connaissance 81 petit déjeuner Stéphanie CHASSERIO, Professeure SKEMA

Plus en détail

Semaine européenne de la démocratie locale

Semaine européenne de la démocratie locale Semaine européenne de la démocratie locale TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR SUR LA SEDL 8 Vos contacts 1 Le contexte général et les objectifs de la SEDL 2 Participer à la SEDL Qui et comment? 7 Les formulaires

Plus en détail

Comment utiliser ce document PDF?

Comment utiliser ce document PDF? ? Comment utiliser ce document PDF? Pour aller à la page suivante faites un clic gauche ou appuyez sur la flèche droite de votre clavier Pour aller à la page précédente faites un clic droit ou appuyez

Plus en détail

RAPPORT FINAL. Enquête sur la formation professionnelle dans les ETI. 13 mars 2013

RAPPORT FINAL. Enquête sur la formation professionnelle dans les ETI. 13 mars 2013 Enquête sur la formation professionnelle dans les ETI RAPPORT FINAL 13 mars 2013 Version finale 13/03/2013 RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE ÉLECTRONIQUE 2 Introduction Le questionnaire diffusé par l ASMEP-ETI auprès

Plus en détail

Missions de la Prévention et la Gestion des Risques Professionnels de la Carsat Alsace-Moselle.

Missions de la Prévention et la Gestion des Risques Professionnels de la Carsat Alsace-Moselle. Présentation : Missions de la Prévention et la Gestion des Risques Professionnels de la Carsat Alsace-Moselle. Prévenir les risques professionnels, assurer la santé et la sécurité au travail Prévenir les

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

Le marché de l emploi : une discrimination à l embauche en soi

Le marché de l emploi : une discrimination à l embauche en soi 21/05/2008 ANALYSE Le marché de l emploi : une discrimination à l embauche en soi Par Soizic Dubot, coordinatrice nationale «emploi, revenus, formation» Intervention du 4 mars 2008 Introduction Les entrées

Plus en détail

Handicap et emploi : qu en pensent les Français?

Handicap et emploi : qu en pensent les Français? Etude CSA pour CED* Handicap et emploi : qu en pensent les Français? Plus de 4 Français sur 5 se disent à l aise à l idée de travailler aux côtés d une personne en situation de handicap Le 25 septembre

Plus en détail

Démarche RSE esh & Groupe Polylogis. Daniel BIARD

Démarche RSE esh & Groupe Polylogis. Daniel BIARD Démarche RSE esh & Groupe Polylogis Daniel BIARD RHF 2013 Plan de l intervention 2. Présentation Le Groupe Polylogis en quelques mots Un secteur en Mouvement L engagement du secteur professionnel Pourquoi

Plus en détail

OBJECTIFS. Objectif N 1 : renouvellement des approches et des méthodes de formation pour atteindre une forme d excellence de la formation

OBJECTIFS. Objectif N 1 : renouvellement des approches et des méthodes de formation pour atteindre une forme d excellence de la formation Politique TICE UBP L université ne peut pas rester à l écart des mutations profondes qui traversent nos sociétés ; la question n est plus de savoir s il faut ou non prendre en compte l usage du numérique

Plus en détail

ASSOCIATION L ETAPE PROJET ASSOCIATIF 2013 2018

ASSOCIATION L ETAPE PROJET ASSOCIATIF 2013 2018 ASSOCIATION L ETAPE PROJET ASSOCIATIF 2013 2018 PREAMBULE Le projet associatif constitue avec les statuts, les fondements de toute association. Il est l expression collective des personnes qui décident

Plus en détail

INNOVONS ET VALORISONS LE POTENTIEL ÉCONOMIQUE DES FEMMES DES QUARTIERS

INNOVONS ET VALORISONS LE POTENTIEL ÉCONOMIQUE DES FEMMES DES QUARTIERS COMMUNIQUE - INVITATION 1er Décembre 2010 INNOVONS ET VALORISONS LE POTENTIEL ÉCONOMIQUE DES FEMMES DES QUARTIERS Centre d information sur les roits d des femmes et des familles Rhône 2 INVITATION AU SEMINAIRE

Plus en détail

Référentiel de système de management SYSTEME DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION (EI) ET/OU DE TRAVAIL TEMPORAIRE D INSERTION (ETTI)

Référentiel de système de management SYSTEME DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION (EI) ET/OU DE TRAVAIL TEMPORAIRE D INSERTION (ETTI) Référentiel de système de management SYSTEME DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION (EI) ET/OU DE TRAVAIL TEMPORAIRE D INSERTION (ETTI) sommaire 1 Préambule P. 4 2 Champ d application P. 6 3 Système

Plus en détail

ATELIER EQUALITY PAYS OFF (L ÉGALITÉ PORTE SES FRUITS)

ATELIER EQUALITY PAYS OFF (L ÉGALITÉ PORTE SES FRUITS) ATELIER EQUALITY PAYS OFF (L ÉGALITÉ PORTE SES FRUITS) Comment attirer et fidéliser les grands talents féminins Date: 30 mai 2013 Lieu: Fédération des Entreprises de Belgique Rue Ravenstein 4 1000 Bruxelles

Plus en détail

POLITIQUE D ACCÈS À L ÉGALITÉ EN EMPLOI

POLITIQUE D ACCÈS À L ÉGALITÉ EN EMPLOI POLITIQUE D ACCÈS À L ÉGALITÉ EN EMPLOI Table des matières INTRODUCTION...3 1. NATURE ET PORTÉE...4 2. CHAMP D APPLICATION...4 3. PRINCIPES ET VALEURS...5 4. OBJECTIFS GÉNÉRAUX...6 5. OBJECTIFS SPÉCIFIQUES...6

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2015. Institut de la Propriété Intellectuelle Luxembourg GIE IPIL. 1 P a g e

RAPPORT ANNUEL 2015. Institut de la Propriété Intellectuelle Luxembourg GIE IPIL. 1 P a g e RAPPORT ANNUEL 2015 Institut de la Propriété Intellectuelle Luxembourg GIE IPIL 1 P a g e Introduction... 3 1. Rappel du contexte et de la stratégie initiale... 3 2. Le transfert : du CVT vers l IPIL...

Plus en détail

RACIALES À L EMPLOI. Où en est-on aujourd hui? Comment agir? Exposition réalisée par l association Tissé Métisse en 2007

RACIALES À L EMPLOI. Où en est-on aujourd hui? Comment agir? Exposition réalisée par l association Tissé Métisse en 2007 discriminations RACIALES À L EMPLOI Où en est-on aujourd hui? Comment agir? Exposition réalisée par l association Tissé Métisse en 2007 Dans le cadre du pôle discriminations à l emploi avec la participation

Plus en détail

Saisine : Ministre de l Education nationale et de la Formation professionnelle (19/12/2008) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE

Saisine : Ministre de l Education nationale et de la Formation professionnelle (19/12/2008) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE Luxembourg, le 15 avril 2009 Objet: Projet de loi n 5975 portant création d une Ecole de la 2 e Chance. (3438JJE) Saisine : Ministre de l Education nationale et de la Formation professionnelle (19/12/2008)

Plus en détail

A/RES/62/134. 8 Voir Documents officiels du Conseil économique et social, 2005, Supplément n o 3 (E/2005/23), chap. II,

A/RES/62/134. 8 Voir Documents officiels du Conseil économique et social, 2005, Supplément n o 3 (E/2005/23), chap. II, Nations Unies A/RES/62/134 Assemblée générale Distr. générale 7 février 2008 Soixante-deuxième session Point 63, a, de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur la base du rapport

Plus en détail

Des conditions de travail décentes

Des conditions de travail décentes LISTE D IDEÉS POUR LE PLAN DE DEVELOPPEMENT FAIRTRADE POUR LES ORGANISATIONS DE PETITS PRODUCTEURS Toutes les organisations sont différentes et auront des priorités ainsi que des stratégies de développement

Plus en détail

La mise en œuvre d une politique Egalité Professionnelle entre les femmes et les hommes au sein de BATIGERE. Bilan à 7 ans de démarche et perspectives

La mise en œuvre d une politique Egalité Professionnelle entre les femmes et les hommes au sein de BATIGERE. Bilan à 7 ans de démarche et perspectives La mise en œuvre d une politique Egalité Professionnelle entre les femmes et les hommes au sein de BATIGERE Bilan à 7 ans de démarche et perspectives BATIGERE en quelques chiffres Un Réseau de près de

Plus en détail

Pères et hommes - Conciliation famille et profession Situation dans l Union Européenne et au Portugal

Pères et hommes - Conciliation famille et profession Situation dans l Union Européenne et au Portugal Pères et hommes - Conciliation famille et profession Situation dans l Union Européenne et au Portugal Reconnaissant le rôle fondamental de la famille au sein de la société, et en particulier le rôle de

Plus en détail

Accord du XX XX XX relatif à l égalité professionnelle et à la conciliation vie professionnelle, familiale et personnelle à Pôle emploi

Accord du XX XX XX relatif à l égalité professionnelle et à la conciliation vie professionnelle, familiale et personnelle à Pôle emploi Accord du XX XX XX relatif à l égalité professionnelle et à la conciliation vie professionnelle, familiale et personnelle à Pôle emploi PREAMBULE Le présent accord s inscrit dans la continuité de l accord

Plus en détail

Mémorandum revendicatif et propositions à propos du projet de loi cadre contre la violence à l'encontre des femmes

Mémorandum revendicatif et propositions à propos du projet de loi cadre contre la violence à l'encontre des femmes Mémorandum revendicatif et propositions à propos du projet de loi cadre contre la violence à l'encontre des femmes Introduction Le Secrétariat National de la Ligue Démocratique des Droits des Femmes (LDDF)

Plus en détail

Programmes de formation de courte durée

Programmes de formation de courte durée Programmes de formation de courte durée 1 Éducation à la Culture et à la Citoyenneté européennes http://www.elicitplus.eu Table des matières Prévenir la violence à l école : comprendre pour agir... 4 Comment

Plus en détail

L emploi des. femmes. Évolution des droits sociaux de la femme au Luxembourg. Mars 2012

L emploi des. femmes. Évolution des droits sociaux de la femme au Luxembourg. Mars 2012 L emploi des femmes v Évolution des droits sociaux de la femme au Luxembourg Mars 2012 Principales étapes historiques du Luxembourg > 1974 Égalité de rémunération Tout employeur est tenu d assurer, pour

Plus en détail

«L enseignement en Communauté française de Belgique» Un droit, une obligation

«L enseignement en Communauté française de Belgique» Un droit, une obligation XXIII ème Assemblée régionale Europe Erevan, Arménie 3 au 7 mai 2010 Panel 1 : Le rôle et les missions de l école, ses valeurs, ses objectifs pédagogiques «L enseignement en Communauté française de Belgique»

Plus en détail

CONFERENCE SUR «ALCOOL, DROGUES ET PREVENTION EN MILIEU PROFESSIONNEL :

CONFERENCE SUR «ALCOOL, DROGUES ET PREVENTION EN MILIEU PROFESSIONNEL : Groupe de Coopération en matière de lutte contre l abus et le trafic illicite des stupéfiants Strasbourg, 15 mai 2012 P-PG/Work(2012)3rev1_fr CONFERENCE SUR «ALCOOL, DROGUES ET PREVENTION EN MILIEU PROFESSIONNEL

Plus en détail

Entrepreneuriat social et son rôle dans le développement territorial et local

Entrepreneuriat social et son rôle dans le développement territorial et local Entrepreneuriat social et son rôle dans le développement territorial et local Pr Amina KCHIRID- Mars 2015 Sommaire L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Pourquoi l ESS? Les actions des pouvoirs publics

Plus en détail