Conférence à la Maison des Essec - 12 juin 2006

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Conférence à la Maison des Essec - 12 juin 2006"

Transcription

1 Conférence à la Maison des Essec - 12 juin 2006 L impact du nouveau plafond fiscal sur la négociation du contrat de travail et sur la transaction de départ du cadre dirigeant Si la lutte contre les discriminations est actuellement un enjeu politique majeur (création de la Halde, lois sur l égalité des chances, la parité, le CV anonyme), une mesure à contrecourant a été prise lors de la dernière loi de finances rectificative pour 2005 : la division par deux du plafond de défiscalisation des indemnités de rupture du contrat de travail ou du mandat social. Il est vrai que cette mesure est passée relativement inaperçue, y compris par les intéressés eux-mêmes qui ne sont autres que les «hauts salaires», car elle ne concerne par nature qu une minorité, laquelle n est pas prioritaire. Poutant, les praticiens ont d ores et déjà constaté les effets induits de cette mesure en vigueur depuis le 1 er janvier Vous avez expérimenté ou constaté autour de vous un durcissement des conflits individuels entre cadres dirigeants et employeur sans pouvoir vous l expliquer? Ne cherchez plus, la réduction du plafond de défiscalisation en est probablement la cause. Il convient donc plus que jamais de savoir négocier au plus serré son statut social au sein de l entreprise que l on rejoint, mais aussi de maîtriser les différentes façons d en sortir. I. Le nouveau régime fiscal et social des indemnités de rupture Jusqu en 2000, les indémnités de ruptures faisaient l objet d un «loto fiscal». Elles n étaient pas déclarées, et, pour parer au risque de contrôle et donc de redressement fiscal et/ou social, les transactions faisaient état d un large préjudice moral (jamais taxable) plutôt que patrimonial (toujours taxable) afin de se donner une chance (faible) d échapper à l imposition. En 2000, le législateur a souhaité apporter une sécurité juridique (amendement Hollande faisant suite à l affaire des indemnités du Président d Elf, M. Jaffré) : il excluait la distinction entre moral et patrimonial et mettait en place un mécanisme de plafonnement de la défiscalisation en fonction de la moitié de la première tranche d ISF ( en 2005). A compter de 2006, ce plafond a été ramené à 6 fois le plafond annuel de la sécurité sociale ( en 2006). Les autres modalités du régime refondu de l article 80 duodecies du Code Général des Impôts n ont pas changé et sont les suivantes :

2 I.1. Salarié La rupture du contrat de travail est susceptible de donner lieu à une indemnité légale/ conventionnelle, à une indemnité transactionnelle ou encore à une indemnité judiciaire. Les indemnités de congés payés et le préavis sont quant à eux toujours assimilés à du salaire et ne sont donc pas développés ci-dessous. I.1.1. Indemnité légale ou conventionnelle Exonérée d impôt sur le revenu (IRPP) et de charges sociales. I.1.2. Indemnité transactionnelle Exonérée d IRPP, mais soumise au précompte de CSG/CRDS (7,76 %) dans la limite la plus haute entre : - le double de la rémunération globale de l année civile précédant celle de la rupture du contrat de travail (i.e., fin du préavis, exécuté ou non), - 50 % du total des indemnités perçues (hors préavis et congés payés), afin de ne pas léser les salariés n ayant pas exercé une année pleine, Cette limite est toutefois plafonnée désormais à 6 fois le plafond de la sécurité sociale, soit pour 2006, contre jusqu en 2005, sachant qu est incluse dans ce plafond l indemnité légale/conventionnelle. Au-delà du plafond, assimilation à du salaire, donc IRPP selon le barème et charges sociales (salariales et patronales) I.1.3. Exemple récapitulatif Hypothèses : cadre dirigeant licencié en 2006 ayant gagné en 2005 et ayant droit, du fait de son ancienneté, à une indemnité conventionnelle de Il transige avec son employeur pour un montant de (soit 18 mois de salaire), hors indemnité conventionnelle. Indemnité conventionnelle de : aucun frottement fiscal ni social Indemnité transactionnelle de : la plus haute limite est (deux ans de salaire) mais le plafond fiscal réduit en tout état de cause la somme défiscalisable à = Ces ne sont pas soumis à l IRPP mais subissent le précompte de 7,76 % : il reste au salarié Le solde de = est assimilé à du salaire et va coûter à l employeur environ x 145 % = , pour

3 rapporter au salarié après charges salariales de 23 % et IRPP à 40 % environ (non prise en compte de la CSG non déductible et de l abattement de 10 %) : x 77 % x 60 % = Ainsi, au-delà du plafond, le rapport entre le coût employeur et le net pour le salarié est de l ordre de 3 pour 1, les 2/3 partant à l Etat. En synthèse, l opération aura coûté à l employeur = pour ne laisser au salarié que = Bien entendu, l effet confiscatoire augmente avec le niveau d indemnité. Dans des cas de moins en moins extrêmes (en particulier dans la banque), l indemnité conventionnelle couvre à elle seule le plafond de : il n y a alors plus aucune place pour une indemnité transactionnelle défiscalisée. I.1.4. Indemnités judiciaires Toujours en vertu du même texte (article 80 duodecies du CGI), les indemnités obtenues en justice sont totalement exonérées d impôt, sans plafond. En revanche, selon une jurisprudence contestable de la Cour de Cassation, elles seraient soumises au précompte de 7,76 % pour la partie qui excède 6 mois de salaire. I.15. Cas particulier : Indemnité versée dans le cadre d un licenciement économique ayant donné lieu à un Plan de Sauvegarde de l Emploi (PSE) I.2. Mandataire social Principe d exonération sans plafond mais la refonte de l article 80 duodecies n a pas tranché une problématique importante : la question du régime applicable aux indemnités transactionnelles versées au-delà du PSE reste ouverte? On notera au passage une nouvelle discrimination puisque, en matière de licenciement économique, les salariés des grosses entreprises (sont concernées par le PSE les entreprises de plus de 50 salariés qui envisagent de licencier plus de 10 salariés sur une période de moins de 30 jours) bénéficient d un régime fiscal et social plus favorable que ceux des petites entreprises. Principe d imposition, mais en cas de cessation forcée des fonctions, même régime qu au I.1.2.

4 I.3. Conséquences Les employeurs sont désormais peu enclins à dépasser les , eu égard à ce rapport confiscatoire de 1 pour 3 qui fait l originalité de la France (les autres pays ont une pression bien moindre dans la mesure où ils soumettent les indemnités seulement à l impôt sur le revenu). Sachant alors qu ils parviendront difficilement à atteindre un montant satisfactoire pour le salarié et que ce dernier aura tendance à aller chercher une indemnité défiscalisée devant les tribunaux, les employeurs préparent plus que jamais leur dossier. Tel est l effet induit de la loi, qui, loin de renflouer les caisses de l Etat, risque d exacerber les tensions au sein de l entreprise en empêchant les ruptures «amiables» et de provoquer un engorgement de tribunaux déjà bien chargés. II. La négociation du statut social du cadre dirigeant Dans ce nouveau paysage qui se dessine, et en attendant les jours meilleurs qui nous sont promis où, démographie aidant, les entreprises s arracheront les cadres, il convient plus que jamais de bien maîtriser les ressorts et enjeux du contrat de travail et/ou mandat social afin de négocier au mieux. II.1. Les clauses sensibles du contrat de travail II.1.1. La clause d indemnité contractuelle ou «Golden Parachute» L indemnité contractuelle s apparente à une indemnité transactionnelle prévue à l avance. Dès lors, sa fiscalité, décrite aux I.1.2 & I.1.3 s est dégradée avec l entrée en vigueur du nouveau plafond fiscal et les employeurs ne devraient plus faire preuve des mêmes largesses. Mais un autre écueil tout aussi méconnu menace le salarié non averti. Quel que soit le nom qu on lui donne, la clause qui semble garantir au salarié une indemnité en cas de licenciement (généralement hors faute grave ou lourde) ne garantit rien. En effet, la jurisprudence l assimile à une clause pénale en tant qu elle indemnise un préjudice futur et éventuel (laquelle peut être apprécier par le juge), et tout employeur peut demander au juge une telle requalification afin que ce dernier la ramène à des proportions moindres. Ainsi, afin de sécuriser son montant, il conviendra de la motiver suffisamment au sein du contrat de travail en faisant état d un préjudice potentiel existant, voire de la convertir en reprise d ancienneté contractuelle.

5 II.1.2. La clause de non-concurrence La Cour de Cassation a fait le ménage en 2002 sur cette clause parfois abusive : toute clause de non-concurrence doit désormais prévoir une rémunération du salarié en cas d absence de levée par l employeur, à défaut de quoi elle est nulle. De même, sont nulles les clauses de non-concurrence inversées, dont l objet était de contourner certaines conventions collectives interdisant à l employeur de se libérer de la clause et donc de s exonérer du paiement de l indemnité correspondante lors de la rupture du contrat de travail, en prévoyant dans ledit contrat la faculté pour l employeur d activer ou non la clause. II.1.3. La clause de mobilité C est la clause piège par excellence, celle qui permet à l employeur de se débarasser à moindre frais d un collaborateur en prétextant de son refus de déménager dans des contrées lointaines. Il convient donc de neutraliser autnt que faire se peut cette potentialité, par exemple en insératn une rédaction du type : «les conditions matérielles du transfert devront être définies d un commun accord». II.1.4. La clause de rémunération La pratique de plus en plus courante est de prévoir dans le contrat le principe d une rémunération fixe et d une rémunération variable selon des conditions à fixer annuellement. La pratique corrélée des employeurs (en particulier les banques) était de s abstenir de négocier la rémunération variable dans la perspective d un licenciement, puis de s exonérer de son paiement à défaut de négociation. La Cour de Cassation sanctionne désormais un tel comportement et donne la main au juge qui apprécie le montant à allouer en fonction de la pratique des années antérieures et des critères retenus pour la détermination de la rémunération variable II.1.5. La retraite «chapeau» ou «article 39» A l occasion de son départ de Carrefour, Daniel Bernard lui a fait toute la publicité qu elle mérite.

6 Il s agit d une disposition fiscale qui permet, sous certaines contraintes, de verser un complément de retraite à certaines catégories de salariés dans des conditions avantageuses. Une contrainte de taille : prendre sa retraite au sein de l entreprise. A noter que ce type de clause est difficile à négocier individuellement car elle entre généralement dans un cadre collectif. Il s agit pourtant d un outil de fidélisation appréciable pour les entreprises. II.2. Le cumul mandat social/contrat de travail II.2.1. Au sein de deux entités juridiques distinctes Une pratique de plus en plus courante et admise par la jurisprudence consiste à embaucher un cadre dirigeant dans une holding avec un contrat de travail ayant pour objet de le mettre à disposition de filiales en tant que mandataire social. L avantage est de donner audit cadre l autonomie requise pour diriger les filiales, tout en le sécurisant par un contrat de travail réel, car on sait que le mandat social est révocable, au pire ad nutum, au mieux pour juste motif (critère bien plus compréhensif que la cause réelle et sérieuse pour un licenciement). L ensemble des commentaires relatifs au contrat de travail s applique donc dans cette situation. II.2.2. Au sein d une même entité juridique La situation est plus délicate. Il y a déjà une interdiction de principe de parvenir au cumul en commençant par le mandat social. C est donc le salarié qui devient mandataire social. Quid de son contrat de travail? Ce dernier ne demeure que s il subsiste un lien de subordination. A défaut, la jurisprudence ne considère plus qu il est caduque mais seulement qu il est suspendu jusqu à la révocation ou démission du mandat social. L enjeu principal en cas de rupture est celui de la couverture chômage, car les Assedic ne se priveront pas de refuser l indemnisation au motif d un contrat de travail fictif.

7 II.3. L actionnariat Or, l employeur n aura généralement pas cotisé à une caisse supplétive pour les mandataires sociaux. La solution consiste à prendre les devants en demandant aux organismes sociaux de se prononcer sur la situation envisagée. Les mécanismes en faveur de l actionnariat des salariés et dirigeants se sont multipliés. Ils ne sont plus l apanage des grands groupes et se développent au sein des PME. Outre le régime éculé des stock options, dont l attrait fiscal est de moins en moins perceptible, deux nouveaux dispositifs ont été mis en place avec succès : - Les bons de souscription de parts de créateur d entreprise (BSPCE ou BCE), réservés aux sociétés par actions créées ex nihilo depuis moins de quinze ans, qui permettent à leurs bénéficiaires de réaliser des plus-values taxées à 27 % s ils exercent leur activité dans la société depuis plus de trois ans au jour de la cession, et à 41 % sinon, - Les attributions gratuites d actions, dont l objectif affirmé n est plus seulement d améliorer la fiscalité de la rémunération des salariés et dirigeants, mais de les associer durablement au capital de l entreprise. En effet, à la grande différence des stocks options, le bénéficiaire ne subit pas de décaissement de trésorerie au moment de la levée, puisqu il n y a pas de levée mais une pure acquisition gratuite. Davantage, le régime fiscal est plus favorable, puisque sous réserve du respect d un délai minimum de quatre ans entre l attribution et la cession (réparti en deux délais successifs de 2 ans, l un dit «d acquisition», l autre dit «d indisponibilité»), la fiscalité de la plus-value est limitée à 41 % pour la part correspondant à l acquisition (i.e., valeur de l action au moment de l acquisition) et 27 % pour la part correspondant à la cession (i.e., valeur de cession valeur d acquisition). Bien que le bénéfice de tels mécanismes soit généralement réservé à des salariés ou dirigeants ayant une certaine ancienneté, les cas ne sont pas rares où il est opportun de négocier un package d arrivée incluant cette dimension. Par ailleurs, dans le cadre d un départ et comme il a été indiqué lors de la conférence, nous invitons le lecteur à se reporter à son plan de stock options pour vérifier la cohérence des clauses relatives à cette situation : l inconséquence des plans sur ce point particulier est en effet relativement fréquente.

8 III. Les différents modes de rupture du contrat de travail Après avoir passé en revue les différents éléments clé du contrat de travail, il paraît impératif d en connaître les différents modes de rupture III.1.Les modes classiques de rupture du contrat de travail III.1.1. La démission C est le mode le plus simple. Le salarié, qui prend l initiative de la rupture, n a droit à rien, ni indemnités, ni chômage ; il doit au contraire exécuter son préavis. Il faut dire que la démission est généralement motivée par l opportunité de prendre de nouvelles fonctions. III.1.2. Le licenciement C est le pendant de la démission : l employeur prend l initiative de la rupture selon une procédure particulière et rigoureuse (convocation à entretien préalable, tenue de ce dernier, notification de la décision finale) III.2. Les modes alternatifs de rupture du contrat de travail La jurisprudence est venue au secours des salariés coincés dans l alternative décrite ci-dessus, où leur employeur ne veut plus d eux mais les pousse à démissionner. III.2.1. L autolicenciement ou prise d acte de la rupture Une nuance de terminologie à retenir : lors des balbutiements de ce mécanisme appelé d emblée autolicenciement, les tribunaux considéraient en tout état de cause qu il s agissait d un licenciement, et se déterminaient sur le fait de savoir s il était fondé (rejet des griefs invoqués par le salarié) ou non (admission desdits griefs). Le salarié qui tentait sa chance pouvait alors prétendre aux Assedics et ne risquait qu une chose : se voir débouter d une indemnisation par l employeur pour licenciement sans cause réelle et sérieuse. La Cour de Cassation a mis un terme en 2003 à cette situation potestative et désormais, l autolicenciement, renommé «prise d acte de la rupture», est assimilée par le juge soit à une démission, soit à un licenciement sans cause réelle et sérieuse. La pratique continue à parler indifféremment d autolicenciement ou de prise d acte de la rupture, avec les précisions ci-dessus.

9 L avantage pour le salarié est de prendre l initiative de la rupture, en ouvrant sa période de préavis (il peut même décider de ne pas l exécuter par réciprocité avex le licenciement pour faute grave), tout saisissant la chance de d une requalification judiciaire en licenciement. Bien entendu, il n aura pas droit aux assedics lors de la rupture, en l absence de licenciement en bonne et due forme. Bien entendu également, le juge sera d autant plus circonspect que la prise d acte est soudaine et que le salarié a rapidement retrouvé une situation, qui plus est s il était tenu par une clause de non-concurrence. La Cour de Cassation continue de tâtonner sur ce mode particulier de rupture avec pour dernier débat la portée de la lettre de rupture. Ainsi, après avoir temporairement imposé une réciprocité des formes selon laquelle les griefs invoqués dans ladite lettre fixent les limites du débat, elle est revenu à une position plus favorable au salarié qui peut même demander la requalification d une démission expresse en prise d acte aux torts de l employeur. III.2.2. La résiliation judiciaire du contrat de travail Si le salarié poussé vers la sortie n est pas pressé et se sent capable d assumer une situation de crise, il pourra avantageusement opter pour cette solution qui a le mérite de lui permettre de rester en poste tant que les juges ne se sont pas prononcés aux torts de l une ou l autre partie. L expérience montre que, plutôt que de payer le salarié jusqu au jugement, l employeur préfèrera le licencier. Son dossier sera alors fragilisé par l initiative préalable du salarié, d autant que le juge doit commencer par apprécier les motifs invoqués pour la résiliation.

Actualité du Droit Social

Actualité du Droit Social 1 Actualité du Droit Social janvier 2012 Table des matières 1. Actualité jurisprudentielle... 2 1.1 Obligation de sécurité-résultat de l employeur... 2 1.2 Modification de la durée du travail... 2 1.3

Plus en détail

Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail

Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail En principe, l ensemble des sommes versées aux salariées en contrepartie ou à l occasion du travail sont considérées comme une

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 5 F-16-06 N 178 du 31 OCTOBRE 2006 TRAITEMENTS ET SALAIRES. INDEMNITES DE RUPTURE DU CONTRAT DE TRAVAIL OU DU MANDAT SOCIAL. REDUCTION DES LIMITES

Plus en détail

Indemnités de rupture (régimes social et fiscal)

Indemnités de rupture (régimes social et fiscal) Régimes social et fiscal des indemnités de rupture du contrat de travail au 1 er janvier 2012 Indemnité compensatrice de préavis, de congés payés, de RTT non pris ; indemnité de non-concurrence Assujettie

Plus en détail

Le ministre du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l Etat, porte-parole du Gouvernement,

Le ministre du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l Etat, porte-parole du Gouvernement, Ministère de l emploi, du travail et de la santé Ministère du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l Etat Ministère de l agriculture, de l alimentation, de la pêche,

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 5 F-16-01 N 136 du 27 JUILLET 2001 5 F.P. / 58 - F 114 INSTRUCTION DU 18 JUILLET 2001 TRAITEMENTS ET SALAIRES. ASSIETTE. REGIME D IMPOSITION DES

Plus en détail

En collaboration avec GROUPE ACTICONSEIL. Epargne salariale, assurances, retraite collective Quelles opportunités pour votre activité?

En collaboration avec GROUPE ACTICONSEIL. Epargne salariale, assurances, retraite collective Quelles opportunités pour votre activité? HSBC Intervention du 18 janvier 2011 En collaboration avec GROUPE ACTICONSEIL Epargne salariale, assurances, retraite collective Quelles opportunités pour votre activité? Les enjeux sociaux et patrimoniaux

Plus en détail

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale Lettre d'information - Septembre - Octobre 2007 MESURES FISCALES ET PATRIMONIALES EN FAVEUR DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU POUVOIR D ACHAT ENTREPRISES 1. Défiscalisation des heures supplémentaires 2. Parachutes

Plus en détail

Comparer le licenciement et la rupture conventionnelle

Comparer le licenciement et la rupture conventionnelle Indemnités négociées ou facultatives Comparer le licenciement et la rupture conventionnelle Référence Internet Saisissez la Référence Internet dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr

Plus en détail

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique Mieux connaître le licenciement économique 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique I. L obligation préalable d adaptation et de reclassement «Le licenciement pour motif économique

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > Le forfait social

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > Le forfait social Le forfait social Textes de référence : Articles L137-15 à L. 137-17 du Code de la Sécurité sociale créés par l article 13 de la loi n 2008-1330 du 17 décembre 2008 de financement de la sécurité sociale

Plus en détail

LES MATINALES DU CRA

LES MATINALES DU CRA LES MATINALES DU CRA 11 MARS 2014 COMMENT OPTIMISER VOTRE REVENU DANS LE CADRE D UN LBO? Intervenant : Christelle POULIQUEN Avocat associé Société d avocats AFFIS 1 Rue de Villersexel 75007 PARIS Comment

Plus en détail

2. FRANCE - Plus-values Cession de fonds de commerce et clientèles libérales

2. FRANCE - Plus-values Cession de fonds de commerce et clientèles libérales Lettre mensuelle Mai 2005 SOCIETES 1. UE FRANCE - Intégration fiscale Déduction des pertes subies par des filiales situées dans d autres Etats Membre de l UE 2. FRANCE - Plus-values Cession de fonds de

Plus en détail

TOUTE L ACTUALITE DE LA PAIE

TOUTE L ACTUALITE DE LA PAIE PAIE COTISATIONS TAXES COMPTABILITE DECLARATION ET MODELES Mensuel - 17 e année - Abonnement 144 - Ed. Francis Lefebvre - ISSN 1252-9095 TOUTE L ACTUALITE DE LA PAIE Supplément au N 3 Février 2012 Ce supplément

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-340 QPC du 20 septembre 2013. M. Alain G.

Commentaire. Décision n 2013-340 QPC du 20 septembre 2013. M. Alain G. Commentaire Décision n 2013-340 QPC du 20 septembre 2013 M. Alain G. (Assujettissement à l impôt sur le revenu des indemnités de licenciement ou de mise à la retraite) Le Conseil constitutionnel a été

Plus en détail

Convention de «management fees»: qu en est-il aujourd hui?

Convention de «management fees»: qu en est-il aujourd hui? 81 rue du pré Catelan 59110 La Madeleine Tél : 03 20 39 33 47 Fax : 03 20 63 92 21 lille@valoxy.fr www.valoxy.fr Convention de «management fees»: qu en est-il aujourd hui? Attention aux prestations de

Plus en détail

Qu en est-il des contrats complémentaires facultatifs? Sont-ils concernés par le dispositif?

Qu en est-il des contrats complémentaires facultatifs? Sont-ils concernés par le dispositif? QUESTIONS SUR L OBJET DE LA PORTABILITE La mensualisation est-elle exclue du dispositif? L obligation de maintien de salaire à la charge de l employeur n est pas concernée : en effet, il ne s agit pas

Plus en détail

Fiche Portabilité des droits des salariés

Fiche Portabilité des droits des salariés Fiche Portabilité des droits des salariés L article 14 de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008 avait mis en place un mécanisme de portabilité des droits pour les anciens salariés

Plus en détail

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1 RÉGIME DES PERSONNES IMPATRIÉES REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008... 1 REGIME NOUVEAU... 4 A - Personnes concernées... 5 1 Salariés et mandataires sociaux... 5 2 Personnes non salariées... 6

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 Montreuil, le 16/10/2008 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 OBJET : Loi n 2008-596 du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du

Plus en détail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Le point sur ALLER PLUS LOIN DANS VOTRE ACTUALITÉ SOCIALE SOCIAL Juillet 2008 La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Les partenaires sociaux ont signé un accord national interprofessionnel

Plus en détail

Actualité fiscale 25 juin 2015

Actualité fiscale 25 juin 2015 INTERESSEMENT DES SALARIES Le projet de loi Macron Le projet de loi pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques, dite «loi Macron», a été présenté le 11 décembre 2014. Après de

Plus en détail

pratiques Salarié mis à disposition d une filiale étrangère :

pratiques Salarié mis à disposition d une filiale étrangère : pratiques [mise à disposition de salariés] Salarié mis à disposition d une filiale étrangère : quelles sont les obligations de l employeur? Dans les groupes de dimension internationale, il n est pas rare

Plus en détail

CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU

CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU Revalorisation des limites de l ensemble des tranches du barème de l impôt applicable aux revenus perçus en 2013 Barème (pour une part fiscale) Revenus de 2013 Impôt à

Plus en détail

Le plan d épargne entreprise (ou PEE)

Le plan d épargne entreprise (ou PEE) Pégase 3 Le plan d épargne entreprise (ou PEE) Dernière révision le 18/05/2009 http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Sommaire Versement des participants... 4 Versement de l intéressement sur le

Plus en détail

Juin. Modernisation du Marché du Travail

Juin. Modernisation du Marché du Travail Juin Modernisation du Marché du Travail 2008 les fiches argumentaires du medef Les dispositions de l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2008, dont la mise en œuvre requiert un support législatif,

Plus en détail

L ACTIVITE PARTIELLE

L ACTIVITE PARTIELLE L ACTIVITE PARTIELLE L'activité partielle permet d'éviter aux salariés de perdre leur emploi lorsque l'activité de leur entreprise se réduit. Dans un contexte de crise économique, le recours au chômage

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul Base de calcul En votre qualité d employeur, vous devez déclarer à l URSSAF toutes les sommes payées et tous les avantages consentis à vos salariés. Ces éléments constituent la base de calcul des cotisations

Plus en détail

Épargne salariale et actionnariat salarié : des outils de rémunération globale

Épargne salariale et actionnariat salarié : des outils de rémunération globale INTRODUCTION Épargne salariale et actionnariat salarié : des outils de rémunération globale 1 Les différents dispositifs d épargne salariale sont généralement présentés en plusieurs strates, auquel il

Plus en détail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail Mois AAAA Mois AAAA Mise à jour décembre 2008 Art. L. 1224-1 du Code du travail En bref Cette fiche a pour objet de présenter les conditions d application de l article L. 1224-1 du Code du travail et les

Plus en détail

Lettre d Information Juridique et Fiscale. 18 janvier 2006 4 ème Trimestre 2005

Lettre d Information Juridique et Fiscale. 18 janvier 2006 4 ème Trimestre 2005 Lettre d Information Juridique et Fiscale 18 janvier 2006 4 ème Trimestre 2005 1. Informatique et Libertés ALERTES PROFESSIONNELLES La loi «SARBANES OXLEY», adoptée aux Etats-Unis, impose aux filiales

Plus en détail

N 6 : EPARGNE SALARIALE

N 6 : EPARGNE SALARIALE N 6 : EPARGNE SALARIALE Épargne salariale et rémunération périphérique Les dispositifs de l épargne salariale - Actionnariat salarié - Compte épargne temps - Participation - INTERESSEMENT - PEE PERCO -

Plus en détail

LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2012

LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2012 LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2012 CONSEIL La loi 2012-958 du 16 août 2012 consistant en la deuxième loi de finances rectificative pour 2012 a été publiée au JO du 17 août 2012. C est la première

Plus en détail

Régime social et fiscal des primes d intéressement

Régime social et fiscal des primes d intéressement Régime social et fiscal des primes d intéressement Les primes d intéressement constituent pour le salarié un complément de rémunération. Cependant, afin de favoriser la mise en place d un régime d intéressement

Plus en détail

L Actualité du Club Social +

L Actualité du Club Social + L Actualité du Club Social + S O M M A I R E : Réforme des retraites N 1 3 La Gazette Sociale de Mont Saint Aignan 2 D E C E M B R E 2 0 1 0 L O I N 2 0 1 0-1 3 3 0 D U 9 N O V E M B R E 2 0 1 0 P O R

Plus en détail

Bulletins de paie. Modèles à jour au 1-1-2015

Bulletins de paie. Modèles à jour au 1-1-2015 Bulletins de paie PAIE COTISATIONS TAXES COMPTABILITE DECLARATION ET MODELES Mensuel - 20 e année - Abonnement 144 Ā - Ed. Francis Lefebvre - ISSN 1252-9095 Modèles à jour au 1-1-2015 Les données communes

Plus en détail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail Mois AAAA Mois AAAA Mise à jour décembre 2010 En bref Art. L. 1224-1 du Code du travail Cette fiche a pour objet de présenter les conditions d application de l article L. 1224-1 du Code du travail et les

Plus en détail

11. Déduction du montant de l ISF des investissements dans les PME jusqu à 50.000 euros

11. Déduction du montant de l ISF des investissements dans les PME jusqu à 50.000 euros Lettre d'information - Mai - Juin 2007 MESURES FISCALES ANNONCÉES PAR LE NOUVEAU GOURVERNEMENT Sous réserve que ces mesures soient votées par le Parlement, certaines de ces mesures seraient applicables

Plus en détail

ACTUALITES FISCALES. Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel

ACTUALITES FISCALES. Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel ACTUALITES FISCALES Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel Dans sa décision n 2013-685 DC du 29 décembre 2013, le Conseil Constitutionnel a censuré plusieurs mesures fiscales prévues

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE

TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE Crédit Photo : FANCY/Jupiterimages Septembre 2007 TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE 1. En un coup d œil... À l entrée, sur les versements de l entreprise À LA CHARGE DU BÉNÉFICIAIRE

Plus en détail

Formation droit social M E R C R E D I 2 3 A V R I L 2 0 1 4

Formation droit social M E R C R E D I 2 3 A V R I L 2 0 1 4 Formation droit social Les modalités de rupture du contrat de travail en quelques mots SÉVERINE DEVOIZE A V O C A T A S S O C I É GILLES PRIETZ C O N S E I L L E R P R U D H O M M E S M E R C R E D I 2

Plus en détail

2ème trimestre 2015 COMPTE DE PRÉVENTION PÉNIBILITÉ. Paiement des cotisations au plus tard le 17 août 2015

2ème trimestre 2015 COMPTE DE PRÉVENTION PÉNIBILITÉ. Paiement des cotisations au plus tard le 17 août 2015 Attention, cette notice d information n est plus transmise sous forme papier. En cas de besoin, elle pourra vous être adressée (uniquement sur demande). 2ème trimestre 2015 V ous recevez votre déclaration

Plus en détail

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Stéphane JACQUIN Karine LECOCQ Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Octobre

Plus en détail

Bulletins de paie. Modèles à jour au 1-1-2014

Bulletins de paie. Modèles à jour au 1-1-2014 Bulletins de paie PAIE COTISATIONS TAXES COMPTABILITE DECLARATION ET MODELES Mensuel - 20 e année - Abonnement 144 - Ed. Francis Lefebvre - ISSN 1252-9095 Modèles à jour au 1-1-2014 Mis à part le premier

Plus en détail

LE COMPTE EPARGNE TEMPS

LE COMPTE EPARGNE TEMPS STATUT LE COMPTE EPARGNE TEMPS Références : Décret 2004-878 du 26 août 2004, modifié par le décret 2010-531 du 20 mai 2010 ; Circulaire ministérielle N10-007135-D du 31 mai 2010 (annexe 1). Les règles

Plus en détail

LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE

LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE COMPLEMENTAIRE SUR UN SALAIRE A TEMPS PLEIN Ludivine LEROUX, juriste au sein des équipes du pôle Veille d ADP, nous propose une lecture synthétique des

Plus en détail

OPÉRATIONS INDIVIDUELLES POLICE D ABONNEMENT

OPÉRATIONS INDIVIDUELLES POLICE D ABONNEMENT ASSURANCE CHANGE EXPORT OPÉRATIONS INDIVIDUELLES POLICE D ABONNEMENT ENVI TYPE 15-01 CONTRAT CONDITIONS GÉNÉRALES SOMMAIRE Préambule page 04 Chapitre I - Définitions page 05 Chapitre II - Principes généraux

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SARL

GUIDE PRATIQUE DE LA SARL PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable et Commissaire aux Comptes DESS en Banques et Finances GUIDE PRATIQUE DE LA SARL et de l EURL Création et gestion de la SARL, de l EURL, de la SELARL, de la SELU

Plus en détail

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014 Madame, Monsieur, Le projet de loi de finances pour 2014 a été présenté en Conseil des ministres le 25 septembre. Le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 a été quant à lui rendu

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Textes de référence : Article L242-1 et L 871-1 du code de la Sécurité sociale. Article D242-1, R 871-1 et R 871-2 du code de la Sécurité sociale. Loi

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > L'intéressement

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > L'intéressement L'intéressement Textes de référence : Loi n 2001-152 du 19 /02/2001 Lettre circulaire Acoss n 2001-056 du 10 avril 2001 rappelant les modifications apportées aux mécanismes de l épargne salariale Circulaire

Plus en détail

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale Janvier 2013 Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS 1. En

Plus en détail

LE CHOIX DU STATUT SOCIAL DU

LE CHOIX DU STATUT SOCIAL DU LE CHOIX DU STATUT SOCIAL DU DIRIGEANT Emmanuelle DUPEUX LOTTERI Consultant Droit social Infodoc experts Sommaire Les différents statuts Statut du dirigeant et droit du travail Statut du dirigeant et protection

Plus en détail

- 29 - TABLEAU COMPARATIF

- 29 - TABLEAU COMPARATIF - 29 - TABLEAU COMPARATIF Projet de loi portant modernisation du marché du travail Article 1 er I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié : 1 Le premier alinéa est ainsi rédigé : «Le

Plus en détail

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de finances rectificative pour 2012 n 201-958 du 16 août 2012 Intervention au Medef Lyon-Rhône 6 septembre 2012 Nathalie

Plus en détail

M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 30 mai 2012 N de pourvoi: 11-12274 Non publié au bulletin Rejet M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président SCP

Plus en détail

Le régime social des cotisations patronales de protection sociale complémentaire

Le régime social des cotisations patronales de protection sociale complémentaire Le régime social des cotisations patronales de protection sociale complémentaire SOMMAIRE 1 Assujettissement à cotisations sociales... 3 1.1 Cotisations concernées par l exemption d assiette... 3 1.2 Limites

Plus en détail

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Sources : Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Loi de finances 2014 : http://www.assembleenationale.fr/14/ta/ta0267.asp Loi de finances rectificatives

Plus en détail

Le Bulletin de salaire

Le Bulletin de salaire Le Bulletin de salaire Mentions obligatoires : Le bulletin de salaire doit mentionner les éléments suivants : - Les coordonnés du Syndicat de copropriétaires dont dépend le salarié - Le numéro de SIRET

Plus en détail

La validité du CET était limitée à 10 ans, courant à partir de la date où le compte comportait 20 jours.

La validité du CET était limitée à 10 ans, courant à partir de la date où le compte comportait 20 jours. LE NOUVEAU RÉGIME DU COMPTE ÉPARGNE-TEMPS Paris, le 13 décembre 2012 Pour analyser le décret relatif au compte épargne-temps dans la fonction publique hospitalière, paru au Journal officiel du 8 décembre

Plus en détail

Comparer le licenciement et la rupture conventionnelle

Comparer le licenciement et la rupture conventionnelle Indemnités négociées ou facultatives Comparer le licenciement et la rupture conventionnelle Référence Internet Saisissez la référence Internet dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr

Plus en détail

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 N 2041 GH N 50149 #18 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 Ce document n'a qu'une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation officielle de l'administration. REVENUS

Plus en détail

LES NOUVEAUTES DU PLAN DE PAIE SAGE Juin 2010

LES NOUVEAUTES DU PLAN DE PAIE SAGE Juin 2010 LES NOUVEAUTES DU PLAN DE PAIE SAGE Juin 2010 Version v19.00 NOUVELLES NORMES SOCIALES JUIN 2010... 4 TABLEAU RECAPITULATIF DES CHARGES SOCIALES ET FISCALES AU 01/06/2010... 4 SUPPRESSION DU RACHAT DES

Plus en détail

SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 10/04/2014 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 26 mars 2014 N de pourvoi: 12-21136 ECLI:FR:CCASS:2014:SO00660 Publié au bulletin Cassation sans renvoi M. Lacabarats (président),

Plus en détail

Le compte épargne temps

Le compte épargne temps Le compte épargne temps La loi n 2008 789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail procède à une profonde clarification des modalités de mise en place

Plus en détail

CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) CONTRIBUTION AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS)

CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) CONTRIBUTION AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS) CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) CONTRIBUTION AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS) La Contribution Sociale Généralisée (CSG) sur les revenus d'activité et de remplacement a été instituée par

Plus en détail

Salon des Entrepreneurs Paris 2007-14ème Édition. Entreprise individuelle ou société? Gérant minoritaire ou majoritaire? Quel statut choisir?

Salon des Entrepreneurs Paris 2007-14ème Édition. Entreprise individuelle ou société? Gérant minoritaire ou majoritaire? Quel statut choisir? Salon des Entrepreneurs Paris 2007-14ème Édition Entreprise individuelle ou société? Gérant minoritaire ou majoritaire? Quel statut choisir? Intervenants Angèle CAMUS Expert-comptable Philippe SAUZE Gan

Plus en détail

CONFERENCE ICC au PAVILLON LE DOYEN le 5 mai 2009 par Chantal JORDAN ISF : actualité législative et jurisprudentielle

CONFERENCE ICC au PAVILLON LE DOYEN le 5 mai 2009 par Chantal JORDAN ISF : actualité législative et jurisprudentielle CONFERENCE ICC au PAVILLON LE DOYEN le 5 mai 2009 par Chantal JORDAN ISF : actualité législative et jurisprudentielle GENERALITES Modalités de souscription : Depuis l année dernière : 2 jeux de déclarations

Plus en détail

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente 1 Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles

Plus en détail

LA PROTECTION SOCIALE DU DIRIGEANT

LA PROTECTION SOCIALE DU DIRIGEANT LA PROTECTION SOCIALE DU DIRIGEANT 1 La protection sociale du dirigeant 1 - Qu est-ce que la Protection Sociale? 2 - Le Statut social des dirigeants - Salarié - Non Salarié (TNS) 3 Les garanties des régimes

Plus en détail

Flash fiscal. Impôts 2014 sur revenus 2013

Flash fiscal. Impôts 2014 sur revenus 2013 Flash fiscal Impôts 2014 sur revenus 2013 France Angels Mars 2014 Déclaration impôts sur le revenu (impôts payé en 2014 sur revenus 2013) Dates de limite d envoi de la déclaration : Le 20 mai si vous l

Plus en détail

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013 Réunions patrimoniales Janvier Loi de Finances pour 2013 et 3 ème Loi de finances Rectificative pour 2012 Le présent document vous est transmis à titre personnel, il a été réalisé sur la base de l environnement

Plus en détail

Avenant n 120 du 15/09/2008 relatif au CET

Avenant n 120 du 15/09/2008 relatif au CET Avenant n 120 du 15/09/2008 relatif au CET Article 1 : Il est créé un chapitre 10 dans la convention collective de l animation intitulé compte épargne temps dont les dispositions sont les suivantes : Préambule

Plus en détail

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle...

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... MODE D EMPLOI Valérie Coutteron LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... LA LOI N 2008-111 DU 8 FÉVRIER 2008 pour le pouvoir

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION REGIME DE PREVOYANCE OBLIGATOIRE PERSONNEL CONCERNE Bénéficie des garanties, l ensemble du personnel ne relevant

Plus en détail

MODALITES DE LIQUIDATION DE LA RETRAITE, CUMUL EMPLOI RETRAITE ET INCIDENCE ISF

MODALITES DE LIQUIDATION DE LA RETRAITE, CUMUL EMPLOI RETRAITE ET INCIDENCE ISF MODALITES DE LIQUIDATION DE LA RETRAITE, CUMUL EMPLOI RETRAITE ET INCIDENCE ISF I - RETRAITE ET REPRISE D ACTIVITE La loi subordonne le versement d une pension de retraite par le régime général à la cessation

Plus en détail

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012 Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012 Octobre 2012 Sommaire 1. CONTRIBUTION EXCEPTIONNELLE SUR LA FORTUNE...2 2. DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION...2 2.1 Réduction de l abattement

Plus en détail

Lettre Entreprise Info. N 14 / Février 2014. Lettre Entreprise Info

Lettre Entreprise Info. N 14 / Février 2014. Lettre Entreprise Info N 14 / Février 2014 Lettre Entreprise Info N 14 / Février 2014 Sommaire Social AGIRC-ARCCO : la clé de répartition des hausses de cotisations 2014-2015 est fixée : L objectif de la loi du 20 janvier 2014

Plus en détail

LIVRET D ÉPARGNE SALARIALE

LIVRET D ÉPARGNE SALARIALE LIVRET D ÉPARGNE SALARIALE Tout ce que vous devez savoir sur les dispositifs d épargne salariale 2 - Tout ce que vous devez savoir sur les dispositifs d épargne salariale Sommaire Les dispositifs de participation

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS

TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS CET épargne salariale TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS Sommaire Compte épargne temps 3 Historique 4 Mise en place 6 Alimentation 8 Utilisation 10 Optimiser le CET 14 COMPTE ÉPAR- GNE TEMPS Le Compte

Plus en détail

PARTIE III : LA RUPTURE DU CONTRAT DE TRAVAIL

PARTIE III : LA RUPTURE DU CONTRAT DE TRAVAIL PARTIE III : LA RUPTURE DU CONTRAT DE TRAVAIL La rupture met un terme définitif aux obligations des parties. La suspension entraîne un arrêt momentané à l'issu duquel le contrat reprend son cours. La rupture

Plus en détail

Comment conjuguer préparation de sa retraite et avantage fiscal?

Comment conjuguer préparation de sa retraite et avantage fiscal? Comment conjuguer préparation de sa retraite et avantage fiscal? Joëlle DALBERA & Samuel ELIMBI Département Retraite Patrimoniale Direction du Développement Sommaire 01//LE MARCHE DU PERP 02// LES PRINCIPES

Plus en détail

PACTE DE RESPONSABILITÉ

PACTE DE RESPONSABILITÉ PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ Loi de finances rectificative pour 2014 Loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 10 septembre 2014 1 LES PRINCIPALES MESURES SOCIALES DU

Plus en détail

Code du Travail, Art. L6222-23 à L6222-33

Code du Travail, Art. L6222-23 à L6222-33 F I C H E P R A T I Q U E N 2 R E M U N E R A T I O N E T A I D E S L I E E S A U C O N T R A T D A P P R E N T I S S A G E L apprenti est titulaire d un contrat de travail de type particulier : il est

Plus en détail

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2012

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2012 N 2041 GB N 50143#17 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2012 Ce document n a qu une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation officielle de l administration. DISPOSITIFS

Plus en détail

Groupe Crédit-Mutuel CIC

Groupe Crédit-Mutuel CIC ATELIER SOLUTION L ingénierie sociale au service des entreprises de leurs dirigeants de l expert- comptable Groupe Crédit-Mutuel CIC P.1 L ingénierie sociale au service des entreprises, de leurs dirigeants,

Plus en détail

NOTE D INFORMATION COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T)

NOTE D INFORMATION COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T) NOTE D INFORMATION CV Réf. : II-6-1-14 Pôle des services 1 er avril 2011 Tel : 05 63 60 16 66 1-3 Temps de travail Mail : services@cdg81.fr COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T) Décret n 2004-878 du 26 août 2004

Plus en détail

Revenus de remplacement : modalités déclaratives

Revenus de remplacement : modalités déclaratives Revenus de remplacement : modalités déclaratives Les revenus de remplacement sont destinés à compenser la perte de rémunération pendant une période d inactivité partielle ou totale. Sont notamment considérés

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SARL

GUIDE PRATIQUE DE LA SARL PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable DESS en banques et finances GUIDE PRATIQUE DE LA SARL et de l EURL Création et gestion de la SARL, de l EURL, de la SELARL, de la SELU et de l EARL Compléments

Plus en détail

CABINET. Audit & Expertise Comptable.

CABINET. Audit & Expertise Comptable. CABINET Audit & Expertise Comptable. ASSURANCE COLLECTIVE Prévoyance Santé Retraite 2 1/ Prévoyance a/ Prévoyance Classique b/ Prévoyance Conventionnelle c/ Prévoyance 1,50 Cadres d/ Prestations e/ Fiscalité

Plus en détail

inaptitude quelles sont les obligations?

inaptitude quelles sont les obligations? inaptitude quelles sont les obligations? L inaptitude d un salarié est lourde de conséquences, et impose à l employeur d être très vigilant, qu elle soit ou non d origine professionnelle. La procédure

Plus en détail

Les plus values à la cessation d activité

Les plus values à la cessation d activité Les plus values à la cessation d activité Les quatre régimes d exonération des plus values Plus-values professionnelles - cas général Depuis le 1er janvier 2006, le bénéfice de l exonération est réservé

Plus en détail

La rémunération de l apprenti :

La rémunération de l apprenti : F I C H E P R A T I Q U E N 2 R E M U N E R A T I O N E T A I D E S L I E E S A U C O N T R A T D A P P R E N T I S S A G E L apprenti est titulaire d un contrat de travail de type particulier : il est

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part,

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part, CONVENTION D INTERMEDIAIRE D ASSURANCES. Entre les soussignés, ci-après dénommés «les Parties» : a) IBS Europe s.a. dont le siège social est situé au N 68 de la Route de Luxembourgà L-4972 DIPPACH (Grand

Plus en détail

GUIDE DE LA PORTABILITE

GUIDE DE LA PORTABILITE GUIDE DE LA PORTABILITE Article 14 de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008 Présentation du dispositif de Portabilité et Répercussions sur vos contrats Complémentaires Santé / Prévoyance

Plus en détail

II. - Dispositions du projet de loi

II. - Dispositions du projet de loi Le développement de l économie passe en priorité par la réhabilitation du travail comme moyen de procurer aux salariés un meilleur confort de vie et de relancer la machine économique. Le confort de vie,

Plus en détail

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée.

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Contribution exceptionnelle sur la fortune : Une contribution exceptionnelle

Plus en détail

les retraites collectives

les retraites collectives Edition 2010 n 4 - Avril 2010 Pour comprendre les retraites collectives PERE, Article 83, Article 39,... Le sixième et le septième rapport du Conseil d Orientation des Retraites Depuis 2000, la mission

Plus en détail