Le Photovoltaïque, Une opportunité à saisir pour les Réunionnais?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le Photovoltaïque, Une opportunité à saisir pour les Réunionnais?"

Transcription

1 Le Photovoltaïque, Une opportunité pour les Réunionnais? 10 septembre 2010 Le Photovoltaïque, Une opportunité à saisir pour les Réunionnais? Mémoire présenté par Master II Droit des Affaires Année Universitaire 2009 / 2010 Sous la direction de Madame Mireille MARTEAU PETIT Professeur à l Université de la Réunion

2 Caricature de Plantu sur l énergie solaire Remerciements À mon ami Bertrand BROTTIER, associé de Financile À M. Bernard SOUPRAYENMESTRY, chef de GR et Prospective & Stratégie EDF SEI Réunion À M. Jean AROULDASSOU de la Direction des Services Fiscaux de St Denis

3 Le Photovoltaïque, Une opportunité pour les Réunionnais? 10 septembre 2010 Table des matières INTRODUCTION... 1 PREMIERE PARTIE : LES INCITATIONS FISCALES A L ACQUISITION DE CENTRALES... 8 TITRE I : LA DEFISCALISATION DIRECTE...9 SOUS TITRE 1 : LE PARTICULIER...9 Chapitre 1 : La centrale de 3kWc et ses incitations fiscales Chapitre 2 : La Défiscalisation Directe de l impôt sur le Revenu permis par le Photovoltaïque Chapitre 1 : La défiscalisation directe à l impôt sur les sociétés Chapitre 2 : Les Avantages TITRE II : LA DEFISCALISATION EXTERNALISEE: LE MONTAGE D UN INVESTISSEMENT EN SNC Chapitre 1: Principe de la défiscalisation externalisée Chapitre 2 : La Perversion du montage DEUXIEME PARTIE : LE RACHAT SUBVENTIONNE PAR EDF DE L ENERGIE PRODUITE...36 TITRE PRELIMINAIRE : LES DIFFERENTS TYPES DE CENTRALES RACCORDEES AU RESEAU TITRE I : UN PRIX DE RACHAT TRES ATTRACTIF Chapitre 1 : Les Règles déterminant le tarif EDF Chapitre 2 : Quelle Rentabilité attendre? TITRE II : UN PRIX DE RACHAT MENACE Chapitre 1 : Une baisse programmée pour atteindre la «parité» : vers une fin de l engouement? Chapitre 2 : Contradiction du Statut d EDF CONCLUSION...70

4 Le Photovoltaïque, Une opportunité pour les Réunionnais? 10 septembre 2010 Table des abréviations ADEME : Agence De l Environnement et de la Maitrise de l Energie CA : Chiffre d Affaire CCA : Compte Courant d Associé COM : Communauté d Outre Mer CRDS : Contribution pour le Remboursement de la Dette Sociale CRE : Commission de Régulation de l Energie CSG : Contribution Sociale Généralisée CSPE : Contribution au Service Public de l Electricité DOM : Département d Outre Mer DRIRE : Direction Régionale de l Industrie, de la Recherche et de l Environnement EDF : Electricité De France ELD : Entreprise Locale de Distribution ENR : Energie Renouvelable ERDF : Electricité Réseau de Distribution de France GERRI : Grenelle de l Environnement à la Réunion Réussir l Innovation IFER : Imposition Forfaitaire sur les Entreprises de Réseaux IR : Impôt sur le Revenu IS : Impôt sur les Sociétés LODEOM : Loi de Développement des Economies d Outre Mer MB : Marge Brute PTF : Proposition Technique et Financière PV : Photovoltaïque SNC : Société en Nom Collectif TVA NPR : Taxe Valeur Ajoutée Non Perçue Récupérée kwh, MWh, TWh : Kilo Watt Heure, Mega Watt Heure, Tera Watt Heure Wc : Watt Crête PVC : Prix de Vente Client TRI : Taux de Rendement Interne CGI : Code Général des Impôts

5 INTRODUCTION «D ores et déjà, [ ] la Réunion tire le meilleur parti des avantages naturels dont elle dispose : l ensoleillement» disait Nicolas Sarkozy lors de ses vœux 2010 à la France d 0utremer 1.En effet, l île de la Réunion bénéficie d une localisation géographique en zone tropicale favorable au rayonnement solaire. D autre part l absence de ressources, l éloignement et l insularité représentent des handicaps sur le plan énergétique. Le niveau de dépendance est très fort dans ce domaine puisqu on importe pour plus de 500 millions d euros par an en énergie 2. Avec une croissance de sa population et un développement continu, ce Département d Outre Mer doit donc importer la majeure partie de sa consommation énergétique ou s orienter définitivement vers la production d énergie renouvelable. C est la direction prise par la Région depuis 1998 relayée par le fameux projet REUNION 2030 GERRI qui signifie, rappelons le, à la fois Grenelle de l Environnement à la Réunion Réussir l Innovation et Green Energy Revolution Reunion Island. Ce programme de développement économique et social porté par l Etat Français, le conseil régional et le conseil général est issu du Grenelle de l Environnement de Son objectif est de faire de la Réunion un modèle en matière de production et de consommation d énergie à l horizon 2030 avec comme leitmotiv «l autonomie énergétique». Parmi les grands axes de ce programme, le solaire photovoltaïque arrive naturellement en tête des projets. L électricité photovoltaïque est pour le moment la seule énergie renouvelable de masse sur l île. Il y a bien sûr d autres sources qui font l objet de nombreux plans d expérimentation comme par exemple les micro turbines hydrauliques, l énergie de la houle, l énergie thermique de la mer, l éolien off shore ou l exploration de la ressource en géothermie. Sans se concurrencer, toutes ces énergies sont complémentaires : c est à travers la conjugaison de toutes ces techniques dans le mix énergétique que la Réunion parviendra à son objectif. 1 Allocution de M. Nicolas Sarkozy, Président de la République à Saint Pierre à l occasion de sa première visite présidentielle à la Réunion le Mardi 19 Janvier Discours disponible sur 2 Chiffre estimatif donné par la Région Réunion disponible sur 1

6 Qu entend t on exactement par électricité solaire photovoltaïque? Il faut tout d abord reconnaître que le manque de recul et l engouement très rapide ont rendu le sujet quelque peu confus dans la tête des Réunionnais. Reprenons donc du début afin d éviter les erreurs et les confusions que l on fait souvent dans ce domaine. Le photovoltaïque est une énergie renouvelable car il est exploité par l homme, de telle manière que ses réserves, les rayons du soleil, ne s épuisent pas. Par opposition les énergies dites épuisables proviennent de gisements de combustibles fossiles (charbon, pétrole, gaz) totalement absents de la Réunion. En moyenne dans le monde, 80% de l énergie est issu d énergie fossile 1. Sur l île, la situation est meilleure : D après l ARER 2, dans son bilan énergétique 2008, la production électrique provient à 64% des énergies primaires fossiles 3 (pétrole et charbon) et 36% des énergies renouvelables avec le classement suivant : 24,8% issu de l hydraulique, 10,3% de la bagasse et seulement 1% des autres ENR partagées entre le photovoltaïque, l éolien et le biogaz. A la vue de ces chiffres, le photovoltaïque paraît bien marginal pour le moment. Beaucoup d espoirs sont mis dans son développement pour atteindre l indépendance énergétique. Le PRERURE 4 qui vise un mix 100% ENR 5 à l horizon 2025 fait une place honorable au photovoltaïque qui représenterait 8% du mix. Le classement serait le suivant : la biomasse (la bagasse de la canne à sucre, la canne fibres, le bois énergie, les effluents divers, les déchets verts) l hydro électricité : 14% Le photovoltaïque : 8% L éolien : 3% 1 Source : Introduction du Que sais je? sur les énergies renouvelables 2 L'Agence Régionale de l'energie Réunion (ARER) est une association de loi 1901 à but non lucratif. Créée en décembre 2000, son but est de Promouvoir et développer les actions tendant à économiser l'énergie, utiliser les Energies Renouvelables et préserver les ressources énergétiques. 3 Dans les DOM TOM, le photovoltaïque se substitue directement à la production au fioul, économisant 900g de CO2 par kwh 4 PRERURE=Plan Régional des Energies Renouvelables et de l Utilisation Rationnelle de l Energie 5 Energie Renouvelable 2

7 Rappelons simplement que ce plan est au dessus de la directive européenne de qui impose aux 27 pays de l UE que 20% de l énergie produite soit d origine renouvelable en Ce chiffre est de 23% pour la France vu son avance. Le photovoltaïque devrait représenter 1% soit 6TWh. Proportion plus ambitieuse pour la Réunion ; D ici 2030, Nicolas Sarkozy le rappelle dans son discours du 19 Janvier 2010 : «40% d autonomie énergétique, c est bien. Je vous rappelle que je vous ai fixé l objectif de 100% à l horizon 2030.» Dans l Histoire énergétique de la Réunion, comme le souligne l article du Quotidien du 20 février 2010 sur le sujet, l objectif est de revenir à une situation qui existait déjà dans les années 80. «La part des énergies renouvelables baisse encore. Le grand public a des raisons de s étonner : alors qu on ne parle que du boom des panneaux solaires et que la Réunion se proclame championne du développement durable, la part des énergies renouvelables ne cesse de baisser depuis 30 ans. Tandis qu en 1981, l hydraulique couvrait la quasi totalité des besoins en électricité, les énergies naturelles renouvelables ne représentent plus que 32,5%». Ce même article indique plus loin que «2010 est l année du photovoltaïque» bien qu il ne représente précisément que 0,8% de l électricité. Le potentiel est énorme avec une file d attente des projets en cours qui permettrait d atteindre 12% à 13% à l horizon Les chiffres du PRERURE seraient dépassés On fait souvent la confusion des panneaux solaires photovoltaïques avec les chauffe eau solaire. Il faut dire que la Réunion peut s enorgueillir de son avance en équipement de chauffeeau solaire individuel (CESI) puisque les unités ont été atteintes cette année. Le photovoltaïque va en réalité plus loin. Alors que la technique du chauffe eau domestique fait le lien solaire > chaleur et remplace en quelque sorte l électricité d un cumulus, le photovoltaïque fait directement la conversion solaire > électricité. Découvert par le physicien Becquerel en 1839, le principe consiste à capter les photons, particules de lumière du soleil, qui lorsqu ils frappent certains matériaux, délogent et mettent en mouvement les électrons des atomes de ces matériaux. Or le courant électrique n est rien d autre qu un mouvement d électrons. C est seulement en 1954 que cette découverte fut appliquée par une équipe qui recherchait le moyen d alimenter en électricité les téléphones installés en zone isolée. Dans la foulée, des cellules photovoltaïques ou photopiles furent utilisées par l industrie spatiale. 1 Directive 2009/28/CE du Parlement européen et du Conseil relative à la promotion de l utilisation de l énergie produite à partir de sources renouvelables et modifiant puis abrogeant les directives 2001/77/CE et 2003/30/CE 3

8 On sépare traditionnellement les technologies existantes en deux grandes familles, ou plutôt en deux générations. Le silicium cristallin constitue la filière historique la plus répandue à l heure actuelle et celle dont les produits sont le mieux identifiés. Plus récemment sont apparues les technologies de couches minces 1, plus fines comme leur nom l indique, et dont la part de marché semble promise à une augmentation rapide. Les panneaux solaires photovoltaïques sont rigides et de forme rectangulaire. Ils regroupent plusieurs rangées de ces fameuses cellules connectées en série. Ces modules ont une puissance de 200 Watts crêtes 2 et font 1m sur 1m50. Les cellules doivent être protégées des chocs, de l humidité, des nuisances. A la Réunion, zone tropicale cyclonique, cette contrainte n est pas un détail. Les cellules sont encapsulées entre deux feuilles de verre et serties sur leur pourtour d un cadre en aluminium et en acier inoxydable. Le vent cumulé avec la pluie pendant la saison tropicale constitue une vraie problématique pour les ingénieurs des bureaux d étude. Notons que les panneaux qui sont installés à la Réunion ne peuvent pas être les mêmes que ceux de métropole. L épaisseur du verre de protection est forcément plus importante, le châssis et les supports sont plus solides et robustes. La conséquence est un surcout du matériel. Les installations ne se limitent pas aux panneaux et au support. Des onduleurs sont nécessaires pour convertir le courant continu issu des panneaux en courant alternatif. Pour qu il puisse être réinjecté sur le réseau, il faut en effet que le courant soit alternatif. Les installations photovoltaïques peuvent également être utilisées «en site isolé». La radiation solaire étant intermittente, l énergie a besoin d être stockée dans des batteries. Dans les Hauts ou dans les cirques comme à Mafate, le photovoltaïque est la solution à l éloignement du réseau d approvisionnement en électricité. Certes le coût lié aux batteries et au système de régulateur de charge et de décharge rend le principe non concurrentiel chaque fois qu on est à proximité du réseau de distribution mais en situation isolée ce type de centrale est pertinent. Un groupe électrogène diesel est fiable mais pose des problèmes de bruit, de maintenance et d approvisionnement en pétrole. Le photovoltaïque est concurrentiel tant que la puissance installée ne dépasse pas environ 5kW ce qui représente les besoins d un village de 500 habitants. Les ilets comptent rarement plus d une centaine de personnes. 1 Les technologies «couches minces» représentent moins de 5% du marché mondial (filiale encore trop jeune et problèmes de recyclage sont ses 2 principaux handicaps) 2 Watt Crête (Wc) est l unité qui mesure la puissance délivrée par un module photovoltaïque dans des conditions de référence 4

9 L objet de cette étude se concentre sur la production d électricité raccordée au réseau de distribution. En effet ce marché s est révélé en pleine croissance depuis dix ans grâce à des politiques incitatrices. Avant même la flambée des prix de l énergie des années 2000, ce sont les facteurs environnementaux 1 qui ont motivé certains Etats auxquels l effet de serre d une part et les risques nucléaires faisaient peur. A vrai dire les marchés les plus dynamiques ont aussi une motivation industrielle et exportatrice 2. On s aperçoit en effet que les pays ayant le plus développé chez eux des systèmes photovoltaïques sont : le Japon (3ème Marché mondial), l Allemagne (1 er Marché), les USA (4ème), l Espagne (2ème) 3. Leurs installations nationales leur ont servi de démonstration et de vitrine à l exportation. La France, elle, souffre d une véritable filière amont dans ce marché. Peut être est ce que la Réunion pourrait faire office de Vitrine? Le baromètre 2010 PricewaterhouseCoopers pose la question en ces termes : «La France sera telle simplement un marché final pour les industriels étrangers ou se donnera t elle les moyens de jouer un rôle industriel?» Comme pour l industrie automobile, nécessitant un outil de production très lourd et une main d œuvre bon marché, il n est pas envisageable que se développe cette industrie à la Réunion. Le faible volume du marché de l île ne peut pas justifier de construire ces panneaux sur place. Il vaut mieux les acheminer par bateau. En revanche, la zone présente un bon potentiel pour la Recherche et le Développement. En outre, la Réunion arrive en tête du parc solaire photovoltaïque Français. La puissance installée est de 40,68 MW sur un total de 269MW pour toute la France et de 69MW pour l outre Mer et la Corse 4. «C est formidable que cinq des dix plus grandes fermes photovoltaïques de France se trouvent ici, à la Réunion, y compris la 13,5MW» nous dit le président lors de ses vœux 5. Lorsqu elles sont au sol sur des surfaces considérables tels que des terrains agricoles, on parle de ferme photovoltaïque. 1 Le photovoltaïque comme solution face à l enjeu du réchauffement climatique lié aux émissions de CO2 très bien présenté dans l ouvrage de D. Nora «les pionniers de l or vert» au chapitre Here comes the sun. 2 Les 4 principaux fournisseurs de panneaux au niveau mondial sont Suntech (Chine), Sharp (Jap), First Solar (USA) et Schuco (All) 3 Voir à ce sujet le Rapport PricewaterhouseCoopers 2010 sur l Etat de la filière photovoltaïque en France. Etude vendue sur le site mais dont de nombreuses conclusions ont été reprises dans la presse spécialisée disponible sur le web. 4 Données fournies par le Syndicat des Energies Renouvelables d après les sources du SER SOLER et de ERDF et EDF SEI (Système électrique insulaire) 5 Allusion à La ferme photovoltaïque posée au sol la plus puissante de France (EDF EN, 13,5 MWc, à Ste Rose, mise en service en février 2010), 5

10 L autre technique consiste à utiliser les toits des habitations, des hangars agricoles ou des bâtiments publics pour y installer les panneaux. «La toiture des particuliers est la destination normale des panneaux solaires» indique l introduction du rapport Poignant 1. Alors qu une ferme fait l objet d un investissement souvent lourd lancé par des porteurs de projet 2 dont la fabrication d énergie est l activité principale, la production d une centrale sur toiture peut aussi s envisager comme une activité annexe, une activité accessoire. Ainsi il n est plus nécessaire d être professionnel pour posséder une centrale photovoltaïque, le particulier peut lui aussi devenir exploitant s il est propriétaire de sa maison, donc de sa toiture. Cependant l investissement dans l acquisition d un tel «système» est très élevé même si les coûts commencent à baisser. Il faut compter entre 5 et 12 /Wc 3 pour un système connecté au réseau électrique. L électricité produite par ces modules revient encore aujourd hui à 3 à 6 fois plus chère que l électricité «traditionnelle». C est pourquoi le décollage du photovoltaïque en France n a eu lieu qu au moment où, comme l avaient fait avant nous les allemands et les espagnols, le gouvernement a fixé un prix de rachat garanti sur 20 ans 4 permettant de justifier financièrement une telle opération. La «mise de départ» malgré ce tarif incitatif garanti reste assez dissuasive puisqu il faut compter minimum pour faire installer une petite centrale de 3kwc. Un deuxième soutien a donc été mis en place afin d aider le financement des centrales photovoltaïques. Vu le contexte spécifique réunionnais, cette incitation s exprime à travers un soutien fiscal. 1 Rapport d information sur le Photovoltaïque, rapporté par M. Serge Poignant, p.9 2 Exemple : AKUO, Séchilienne SIDEC 3 Ce cout d achat dépend de nombreux paramètres (cf partie I) notamment de la taille de la centrale 4 Le premier prix de rachat a été fixé en Juillet 2006 à 0,55 /kwh. Il était auparavant à 0,15 6

11 A la question posée par ce sujet : Le photovoltaïque est il une opportunité à saisir pour les Réunionnais, 2 niveaux de réponse sont possibles : L une Macro économique qui étudierait les impacts en terme de croissance de l économie (solution face à la crise par exemple), de création d emplois 1 et même en terme d avantages géostratégiques L autre Micro économique qui analyserait les avantages que peut retirer un particulier ou une société à équiper sa toiture Nous nous proposons de nous limiter au 2ème niveau de raisonnement et de tenter de nous interroger sur la problématique suivante : «Quels sont les avantages qu une entreprise de l île ou qu un habitant peut retirer en équipant sa toiture? Et encore pour combien de temps?» La politique solaire française est en train de changer d orientation. En effet, au cours de la rédaction de ce travail, de nombreuses modifications ont été annoncées sur les avantages accordés à la filière, en métropole, tout comme à la Réunion. Ces bouleversements interviennent suite à la publication du rapport Charpin 2 qui soulève des questions intéressantes sur les enjeux de la filière. L étude s arrête cependant au périmètre métropolitain et n envisage pas le cas spécifique des DOM. La rentabilité du photovoltaïque est son principal enjeu. Elle est principalement attachée aux incitations fiscales lors de l acquisition (première partie) et au tarif de rachat attractif d EDF pendant l exploitation de la centrale (2ème partie) 1 Voir à ce sujet le dossier de la SER «L énergie photovoltaïque : une filière dynamique et créatrice d emplois» sur 2 Publié le 29 Juillet 2010 il ne sera rendu public qu à partir de début septembre 7

12 PREMIERE PARTIE : LES INCITATIONS FISCALES A L ACQUISITION DE CENTRALES PHOTOVOLTAÏQUES Le coût d acquisition du Photovoltaïque en tant que technologie nouvelle est élevé. Sa rentabilisation est souvent longue et risquée car soumise à de nombreux aléas. Le choix a été fait en France de développer cette source d énergie renouvelable plutôt qu une autre. Sous forme de d exonération d impôts, l Etat aide les investissements photovoltaïques. Pour des raisons de dimensionnement du propos, les avantages fiscaux procurés par la ZFA (zone franche d activité) prévue par la LODEOM ainsi que la défiscalisation de l ISF de la loi TEPA ne seront pas évoqués. Ces deux régimes ont pourtant des applications réussies à la Réunion mais sont moins communs que le dispositif de la loi Girardin Industriel. La Réunion a la chance de bénéficier à la fois du régime général avec le crédit d impôt et du régime dérogatoire de la LODEOM. Ce dernier modèle donne la possibilité aux réunionnais de profiter d avantages fiscaux même sans payer d impôt. Il s agit de la défiscalisation partagée : forme originale domienne permettant le développement d investissements industriels. Nous aborderons donc ces régimes en distinguant d un coté les incitations fiscales qui s appliquent directement à l investisseur particulier ou professionnel (Partie I) et d un autre coté la défiscalisation partagée qui a donné naissance à des montages originaux rendant le photovoltaïque particulièrement attractif ces deux dernières années (Partie II). 8

13 TITRE I : LA DEFISCALISATION DIRECTE Le droit fiscal définit des régimes d imposition du bénéfice différents selon que la personne est physique ou morale. Corolairement le régime des incitations fiscales d un particulier ou d une société soumise à l impôt sur le revenu est différent de celui d une société qui est imposée à l impôt sur les sociétés. Concernant le photovoltaïque, voyons ces régimes. SOUS-TITRE 1 : LE PARTICULIER Lors de l achat d une centrale photovoltaïque, quel que soit sa puissance, l aide de l Etat peut être financière et/ou fiscale. Il pourrait être intéressant de s interroger de la pertinence de chacune de ces incitations pour le particulier : En effet, vaut il mieux que ce soit l Etat qui finance tout de suite l investissement de la centrale par une subvention? Dans ce cas de figure, l incitation est un acte positif car il s agit d une dépense imputable au budget de l Etat ou à la collectivité territoriale selon le type de subvention. Ou bien alors, vaut il mieux que ce soit le particulier qui finance lui même et que soit différée la participation publique à travers une réduction d impôt ou un crédit d impôt? Ici le coût de la dépense publique est différent car il ne correspond qu à un manque à gagner fiscal. Des subventions locales et/ou régionales peuvent être destinées à la réalisation d installations solaires. Elles sont accordées le plus souvent par la région et/ou par le conseil général. Elles peuvent prendre la forme d appels à projet, souvent conditionnés au respect d un cahier des charges préalablement défini. Certains projets industriels réunionnais en ont bénéficié mais pour le Particulier, la Défiscalisation est la seule incitation. Celui qui souhaite investir dans une centrale photovoltaïque reliée au réseau sur sa toiture peut bénéficier de deux modèles fiscaux incitatifs : le premier est général, c est le Crédit d impôt, l autre est spécifique au DOM, c est la Réduction d impôt de la loi GIRARDIN, reprise dans le cadre de la loi pour le développement économique des outre mer 1 (LODEOM). 1 Définitivement adopté le 13 mai 2009, on ne parlait auparavant de loi Girardin Industrielle 9

14 Chapitre 1 : La centrale de 3kWc et ses incitations fiscales La puissance installée en France fin mars 2010 représente d après ERDF 271 MW avec un total de installations. Les générateurs dont la puissance est comprise entre 0 et 3kWc représentent exactement installations soit 91,9% du parc total. A la vue de ces chiffres, «la 3kWc» semble être le véritable produit d appel 1. En effet son développement massif a été largement soutenu par l aide de l Etat. Section 1 : Le crédit d impôt pour l'amélioration de la qualité environnementale du logement L article 200 quater du CGI donne la règle suivante : «Les contribuables domiciliés en France au sens de l'article 4B peuvent bénéficier d'un crédit d'impôt sur le revenu au titre des dépenses effectivement supportées pour l'amélioration de la qualité environnementale du logement dont ils sont propriétaires, locataires ou occupants à titre gratuit» «Ce crédit d impôt s applique au coût des équipements de production d énergie utilisant une source d énergie renouvelable.» Le photovoltaïque appartient donc à la famille des produits 2 que soutient l Etat à travers les fameuses niches fiscales. On peut retrouver la liste de ces niches fiscales sur la déclaration 2042, en page 4. La demande de ce crédit d impôt pour le Photovoltaïque se remplit à l aide des cases WF et WQ et doit se faire dans la déclaration de revenus de l année de réalisation des travaux. La date de la facture de travaux fait foi. Le crédit d impôt est, par définition, soit déduit de l impôt à payer, soit versé par chèque ou virement si la personne n est pas imposable ou bien si l impôt à payer est inférieur au montant du crédit 3. 1 Pour plus de détails sur la définition de la 3kWc et de la taille des centrales photovoltaïques en général, voir la partie II 2 Liste des produits codifiés sous l article 18 bis de l annexe IV au CGI qui a été successivement modifiée et mise à jour en dernier lieu, par arrêté du 18 Juin 2009 (Journal officiel du 27 Juin 2009) 3 Pour plus de détails, voir la note de synthèse de l Hespul sur le crédit d impôt de mars 2010 téléchargeable sur 10

15 L effort est loin d être timide pour soutenir ce segment de la filière puisque ce crédit d impôt s élève pour le moment 1 à 50% du montant TTC des équipements 2 (matériel uniquement) déduction faite des autres «aides à l investissement» perçues. Pour un même foyer fiscal et une même habitation, ce crédit d impôt est plafonné : Le montant maximum de dépenses y ouvrant droit, est de : pour une personne seule (célibataire, veuve ou divorcée), pour un couple marié ou pacsé soumis à une imposition commune 400 supplémentaire par personne à charge (au sens des articles 196 à 196 B du CGI). Cette somme est divisée par deux lorsqu il s agit d enfants à charge égale des parents. Notons qu il existe une possibilité pour deux personnes non mariées ou pacsées de bénéficier chacune du plafond de si la facture est bien aux deux noms et si l entreprise a indiqué sur la facture que les deux personnes ont payé soit par chèques séparés, soit avec un compte joint. La loi de finance a apporté un certain nombre de nouveautés qui élargissent le dispositif aux habitations mises en location: Les personnes physiques propriétaires bailleurs peuvent aujourd hui bénéficier du crédit d impôt, si le logement est achevé depuis plus de 2 ans et à condition que les propriétaires s engagent à louer le logement nu (non meublé) pour une durée minimale de 5 ans, à des personnes autres que leur conjoint ou tout autre membre de leur foyer fiscal. Le montant maximum de dépenses ouvrant droit au crédit d impôt, pour la période du 1er janvier 2005 au 31 décembre 2012 est de : pour un propriétaire bailleur personne physique et pour un même logement mis en location. Au titre de la même année, le nombre de logements donnés en location et faisant l objet de travaux ouvrant droit au crédit d impôt est limité à trois par foyer fiscal. Les personnes physiques d une SCI soumise à transparence fiscale peuvent bénéficier du crédit d impôt à hauteur de leur participation dans la SCI, correspondant au logement concerné. Si l une de ces personnes a d ores et déjà effectué des travaux soumis au crédit 1 Le crédit d impôt devrait être abaissé à 25% en 2011, cf section 4 2 Pour pouvoir bénéficier du crédit d impôt, le matériel doit répondre à la norme EN (silicium cristalin) ou à la norme NF EN (couches minces). 3 Article 107 de la loi de finance rectificative pour

16 d impôt ; cette base ne viendra pas minorer le crédit d impôt applicable aux logements loués ou qu il s engage de louer. Le dispositif du crédit d impôt est étendu jusqu au 31 Décembre «Désormais, ce plafond s apprécie sur 5 années consécutives comprises entre le 1er Janvier 2005 et le 31 Décembre 2012» (BO 5 B du 26 Juin 2009) Concrètement prenons l exemple d un couple non imposable réunionnais qui fait installer une centrale de 3kWc coutant sur sa toiture en Ce couple a acheté 1 un chauffe eau solaire en 2008, éligible au même crédit d impôt à hauteur de 25% et a perçu un chèque de l Etat de 1000 en Le montant du chèque de l Etat en 2011 ne sera pas de 8000 mais de Section 2 : Taux de TVA réduit (2,2%) Uniquement réservé aux habitations de plus de 2 ans, l acquisition d une centrale limitée à 3kWc peut bénéficier depuis fin 2007 du taux de TVA bonifié de 2,2% au lieu de 8,5% 2. Pour une acquisition de cela représente plus de de différence d un taux à l autre. Le taux de TVA réduit s applique, contrairement au crédit d impôt, à la fois au matériel et à l installation. Le rescrit 2007/50 du 04 décembre 2007 précise les modalités : «Les installations réalisées sont alors éligibles au taux réduit applicable aux travaux dans les logements achevés depuis plus de deux ans. A titre de règle pratique, il est présumé qu il n y a pas de livraison, et donc d assujettissement à la taxe, dès lors que la puissance installée n excède pas 3 kwc et ce, quelle que soit la nature du contrat d achat.» De même «Les factures mentionnant le taux normal alors que, sur le fondement du présent rescrit, le taux réduit aurait été applicable, pourront faire l objet d une régularisation dans les conditions de droit commun afin, pour le prestataire, de faire bénéficier son client de l application du taux réduit.» 1 Il s agit bien d une acquisition et non d une location comme peut le proposer par exemple Giordano 2 Taux métropole bonifié 5,5% et taux normal 19,6% 12

17 Cet autre avantage contribue à favoriser la vente de centrale limitée à 3kWc et pas au delà puisque si l on dépasse cette puissance, l installation doit être entièrement facturée au taux normal sans qu aucune ventilation ne soit possible. Section 3 : Autres avantages fiscaux : L exonération du revenu photovoltaïque et des autres taxes 1 La taxation des revenus issus de la centrale Les revenus issus d une installation photovoltaïque de puissance inférieure ou égale à 3 kwc, détenus par un particulier (personne physique) ne sont pas imposables au titre de l impôt sur le revenu à la condition que le producteur soit propriétaire d installations impliquant au maximum deux points de raccordement. Un point d entrée et un point de sortie. Il est utile de préciser que tout revenu exonéré d IR est également exonéré de CSG, CRDS et des autres prélèvements sociaux. Il n y a pas lieu de déclarer des revenus exonérés. Pour les installations supérieures à 3kWc, si le «chiffre d affaires» ne dépasse pas par an 1 (chiffre 2010), il est possible de bénéficier du régime des micro entreprises, applicable de plein droit aux activités de vente de biens. Les revenus de la vente de l électricité sont alors considérés comme des revenus "non professionnels accessoires" à déclarer sur l imprimé 2042 C, chapitre 5 : revenus industriels et commerciaux non professionnels, régime micro entreprise (case NO : vente de marchandises). C est le total vendu qui doit être déclaré. Un abattement de droit commun de 71% ou 305 (le plus grand des deux montants, chiffres 2006) est appliqué. Si le particulier relève du régime micro BIC, il peut alors demander à bénéficier du statut d auto entrepreneur pour son activité «production d électricité». Pour cela le seuil du chiffre d affaires à ne pas dépasser est fixé à HT. Les cotisations et contributions de sécurité sociale personnelle sont égales à 12% du chiffre d affaires 2. Les particuliers ne désirant pas bénéficier de ces deux possibilités peuvent également opter pour le régime réel d imposition. 1 Cas des centrales 3kWc dont le CA dépasse rarement les /an 2 Voir à ce sujet la réponse du Sénat à la Question écrite n de Mme Marie Hélène Des Esgaulx (Gironde UMP) publiée dans le JO Sénat du 18/12/2008 page

18 2 - Taxe professionnelle et Taxe foncière sur les propriétés bâties Tant qu elle n est pas «bien supérieure à la consommation du logement», la production d électricité par un particulier sur un logement est considérée comme relevant de la gestion privée du patrimoine. Il y a donc exonération de la taxe professionnelle. On considère qu à partir de 8kWc la création d une entreprise s impose et la taxe professionnelle pourra être réclamée. Concernant la Taxe foncière, les collectivités territoriales peuvent par délibération, exonérer de taxe foncière les propriétés bâties à concurrence de 50% ou de 100%, les logements achevés avant le 1 er Janvier 1989 et qui ont fait l objet d une installation photovoltaïque 1. Section 4 : Vers une réduction du crédit d impôt développement durable? Le gouvernement de François Fillon a annoncé à plusieurs reprises des mesures de rigueur pour faire face à l endettement de l Etat 2. Le contexte économique d une part et les exigences de Bruxelles et des marchés d autre part obligent l Etat à réduire ses dépenses a expliqué François Baroin, ministre du budget. En effet, afin de réduire le déficit public sans augmenter les 3 impôts IR, IS et TVA, le gouvernement n a pas d autre choix que de mener des arbitrages pour réduire les niches fiscales. A cette occasion, les niches fiscales devraient subir un sérieux coup de rabot qui devrait être annoncé en septembre lors de la publication de la loi de Finance de On sait déjà que le crédit d impôt photovoltaïque sera réduit de moitié 3 et passera donc de 50% à 25% ; ce qui devrait permettre une économie fiscale de 400 millions d d après les Echos. Il s agit effectivement d une proposition soutenue par le SER 4, l ADEME et Enerplan. L idée est d inciter les installateurs à baisser leurs prix mais aussi de permettre à d autres sources d énergie renouvelable domestiques de «trouver grâce aux yeux des particuliers». 1 Article 1383 OB du CGI 2 Voir à ce sujet les nombreuses notes récentes d Arnaud Gossement sur son blog : vers une reduction du credit d impotdeveloppement d.html 3 Information annoncée par l usine nouvelle dans son article du Jeudi 17 Juin 2010 et par les Echos dans l article «Niches fiscales : Jean Louis Borloo propose près de 2 milliards d'euros d'économie» du 9 Juillet Syndicat des énergies renouvelables 14

19 Depuis début 2009, le prix des modules qui représente la moitié du coût global d une installation a diminué de 40% grâce à la maitrise des process et aux économies d échelle. Le particulier paie hier comme aujourd hui à ce type de kit de 3kWc. «Pour faire baisser ces prix, il faut faire baisser le soutien en France» plaidait Richard Loyen, délégué général d Enerplan. «Entre le tarif de rachat et le crédit d impôt, le photovoltaïque est très attractif. Il est devenu un placement financier» indiquait à cette occasion Jean Louis Bal, directeur productions et énergies durables de l ADEME. Le PDG de Tenesol, Benoit Rolland, l admet aussi : «Nous sommes tous conscients qu il faut que les subventions baissent.» Pour donner leur chance à d autres énergies renouvelables, il va falloir modifier le crédit d impôt. L assiette d investissement éligible à ce crédit d impôt lié à un projet de rénovation de maison «vert», nous l avons vu, s élève à pour un ménage. Du fait que ces kits de 3kWc coutent entre et , toute l assiette du crédit d impôt est en général consacrée au projet, et ce au détriment d un investissement pour installer un double vitrage, ou un chauffeeau solaire. Alors qu ils devraient être complémentaires, ces investissements sont devenus de manière perverse, des produits concurrents. Conséquence malheureuse des discutions et des arbitrages budgétaires, on ne parle plus de «levier de croissance verte» mais de coût pour les finances publiques, de niches fiscales ayant permis des effets d aubaine pour certains opportunistes jusqu à la spéculation financière. En revanche le régime de la défiscalisation des investissements à la Réunion reste inchangé pour le moment. En étant signé l année dernière, la LODEOM est épargnée. Mme Penchard, ministre des DOM a expliqué que «en matière de réduction fiscale, l Outre Mer a déjà donné». Chapitre 2 : La Défiscalisation Directe de l impôt sur le Revenu permis par le Photovoltaïque Les Départements d outre mer bénéficient d un régime de faveur pour ses investissements industriels. Ce régime a été introduit par la loi GIRARDIN reconduite par la Loi de développement pour les Collectivités d outre mer (LODEOM) depuis le 27 mai Publié initialement au Journal Officiel le 22 Juillet 2003, elle a été étendue jusqu en

20 Cette loi cadre, vaste plan d action pour le développement des DOM TOM aborde tous les thèmes économiques et sociaux. Le volet industriel au travers de la loi dite «Girardin Industriel» que l on retrouve à l article 199 undecies B du CGI, a pour objectif de soutenir et de développer l activité des Entreprises en leur permettant de faire l acquisition de leur outil de production à moindre coût. Afin d atteindre cet objectif, l Etat avait deux possibilités : 1. Injecter directement dans les sociétés de l argent à travers des subventions 2. Faire appel aux investisseurs privés en les incitant par des mesures fiscales avantageuses à participer au développement des entreprises Le coût et le délai important du traitement des demandes de subventions ont incité l administration pour plus de rentabilité et de réactivité à retenir cette 2ème alternative, au grand bonheur des cabinets de défiscalisation. Le Photovoltaïque est au cœur de ce dispositif. En effet, l article 199 undecies B du CGI établie «La réduction d impôt à 50% du montant des investissements productifs [ ] Ces taux sont majorés de dix points pour les investissements réalisés dans le secteur de la production d énergie renouvelable.» En d autres termes, ce type d investissement bénéficie d une réduction non pas de 50% mais de 60%, ce qui en fait le produit de défiscalisation le plus avantageux qui puisse exister actuellement à la Réunion 1. Voyons comment fonctionnent les différents montages liés à cet avantage fiscal et comment les contribuables réunionnais peuvent en bénéficier. 1 Même dans l immobilier les taux de réduction d impôt ne dépassent pas les 50%. Il s agit des investissements dans des logements neufs donnés en location dans le secteur intermédiaire. 16

LA LOI GIRARDIN POUR LES PARTICULIERS

LA LOI GIRARDIN POUR LES PARTICULIERS LA LOI GIRARDIN POUR LES PARTICULIERS (Article 199 undecies A et B du CGI) D un placement sécurisé à forte rentabilité...... à un investissement patrimonial très avantageux - 1 - La LODEOM (Loi pour le

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG DROIT FISCAL session 2013 CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur Dossier 1 : IMPOSITION DES BÉNÉFICES 7,5 points 1) Calculer pour l exercice 2012 le résultat

Plus en détail

Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal. Du constat au conseil

Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal. Du constat au conseil Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal Du constat au conseil Intervenants Félix CICERON, Directeur de l ingénierie patrimoniale, Expert& Finance José SOTO, Directeur des partenariats

Plus en détail

DOSSIER 1 IMPOSITION DES BÉNÉFICES (IS/BIC)

DOSSIER 1 IMPOSITION DES BÉNÉFICES (IS/BIC) DCG session 2013 UE4 Droit fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 IMPOSITION DES BÉNÉFICES (IS/BIC) 1) Calculer le résultat fiscal de l exercice 2012 pour la société GODARD Résultat fiscal (IS) Opérations

Plus en détail

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013 Réunions patrimoniales Janvier Loi de Finances pour 2013 et 3 ème Loi de finances Rectificative pour 2012 Le présent document vous est transmis à titre personnel, il a été réalisé sur la base de l environnement

Plus en détail

Panorama des principaux crédits et réductions d impôt en faveur des particuliers

Panorama des principaux crédits et réductions d impôt en faveur des particuliers SYNTHESE Fiscal Textes et références Article 199 terdecies- 0 A du Article 885-O V bis du Article 200 du Article 199 tervicies du Article 199 sexvicies du Article 199 septvicies du Article 199 sexdecies

Plus en détail

COMMENT REDUIRE SON IMPOT SUR LE REVENU?

COMMENT REDUIRE SON IMPOT SUR LE REVENU? COMMENT REDUIRE SON IMPOT SUR LE REVENU? 24 novembre 2009 1 PLAN DE L INTERVENTION Introduction 1 ère partie : La Loi Scellier 2 ème partie : La Loi Girardin Industriel 3 ème partie : La souscription au

Plus en détail

1 Taux de la Taxe sur la Valeur Ajoutée

1 Taux de la Taxe sur la Valeur Ajoutée Vous trouverez ci-après les principales dispositions nouvelles pour 2014 concernant la TVA et le CIDD. La loi de finances pour 2014 a été publiée au Journal Officiel du 30/12/2013. Elle officialise les

Plus en détail

Crédit impôts énergie renouvelable développement durable 2015

Crédit impôts énergie renouvelable développement durable 2015 Crédit impôts énergie renouvelable développement durable 2015 Depuis la loi de finances pour 2005, a été créé un crédit d'impôt dédié au développement durable et aux économies d'énergie. S inscrivant dans

Plus en détail

Actualité fiscale / Novembre 2011

Actualité fiscale / Novembre 2011 Actualité fiscale / Novembre 2011 L année 2011 comporte un flot législatif important, ceci par quatre lois de finances rectificatives mais également le projet de loi de finance pour 2012 à venir. 1 e Loi

Plus en détail

Les principales dispositions du projet de loi de finances pour 2014 adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013

Les principales dispositions du projet de loi de finances pour 2014 adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013 Les principales dispositions du projet de loi de finances pour adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013 IMPÔT SUR LE REVENU Barème CGI. art.197 Décote CGI. art. 197 Barème

Plus en détail

L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions. Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015.

L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions. Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015. L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015 intervenante: Karine SALVAT CONSEILLER en INVESTISSEMENT FINANCIER 1 Objectif

Plus en détail

GIRARDIN INDUSTRIEL 2010 CARRE OUTREMER

GIRARDIN INDUSTRIEL 2010 CARRE OUTREMER GIRARDIN INDUSTRIEL 2010 CARRE OUTREMER AIDE FISCALE A L INVESTISSEMENT OUTRE-MER Article 199 undecies B du C.G.I. Version du 1 er septembre 2010 Rentabilité : 32 % Dossier de :... Proposé par votre conseiller:

Plus en détail

Programme ESSEC Gestion de patrimoine

Programme ESSEC Gestion de patrimoine Programme ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «L investissement immobilier» Fiscalité de l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Fiscalité de l immobilier Plusieurs niveaux de fiscalité (investissement

Plus en détail

Toitures agricoles solaires photovoltaïques : Quelles évolutions entre 2009 et 2014?

Toitures agricoles solaires photovoltaïques : Quelles évolutions entre 2009 et 2014? Rédacteur : Sylvain DESEAU, conseiller agro-équipements Chambre d Agriculture du Loiret Toitures agricoles solaires photovoltaïques : Quelles évolutions entre 2009 et 2014? Après une montée en puissance

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012 Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012 PLAFONNEMENT GLOBAL (CGI. art. 2000 A) Montant du plafonnement global des niches fiscales CGI. art. 2000 A Le montant du

Plus en détail

Formation ESSEC Gestion de patrimoine

Formation ESSEC Gestion de patrimoine Formation ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «Panorama de la gestion de patrimoine» 4 ème partie : L investissement immobilier Fiscalité de l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Plusieurs niveaux

Plus en détail

- Dispositifs de défiscalisation des investissements outre-mer

- Dispositifs de défiscalisation des investissements outre-mer - Dispositifs de défiscalisation des investissements outre-mer L article 21 de la loi de finances pour 2014 réforme le régime de défiscalisation des investissements outre-mer des entreprises. Les conditions

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 41 DU 4 AVRIL 2012 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 5 B-18-12 INSTRUCTION DU 2 AVRIL 2012 IMPOT SUR LE REVENU. CREDIT D IMPOT POUR DEPENSES D EQUIPEMENT DE L HABITATION

Plus en détail

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 - Mesures concernant le patrimoine - Mesures concernant l assurance vie - Zoom sur quelques dispositions du Projet de Loi de Finances

Plus en détail

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE Introduction L impôt de solidarité sur la fortune est un impôt annuel dû par les personnes physiques détenant un patrimoine net supérieur à 790 000 au 1 er janvier

Plus en détail

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements?

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? Le 27 janvier 2014 Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? I. POUR LES ENTREPRISES 1.1 Nouvelle taxe exceptionnelle sur les hautes

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2014 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2014 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013 Les principales dispositions de la loi de finances pour publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013 IMPÔT SUR LE REVENU Barème CGI. art.197 Décote CGI. art. 197 Barème non revalorisé en 2012 et 2013

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Stéphane JACQUIN Karine LECOCQ Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Octobre

Plus en détail

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014 Madame, Monsieur, Le projet de loi de finances pour 2014 a été présenté en Conseil des ministres le 25 septembre. Le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 a été quant à lui rendu

Plus en détail

FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014

FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014 1 FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014 2 Fiscalité 2014 SOMMAIRE I. Imposition des revenus II. Optimisation de l impôt sur le revenu III. Imposition des plus-values IV.

Plus en détail

TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : DE NOUVELLES DISPOSITIONS POUR DYNAMISER LE DÉVELOPPEMENT DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE EN MARTINIQUE DOSSIER DE PRESSE

TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : DE NOUVELLES DISPOSITIONS POUR DYNAMISER LE DÉVELOPPEMENT DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE EN MARTINIQUE DOSSIER DE PRESSE TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : DE NOUVELLES DISPOSITIONS POUR DYNAMISER LE DÉVELOPPEMENT DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE EN MARTINIQUE DOSSIER DE PRESSE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE, UNE PRIORITÉ POUR LA MARTINIQUE La Martinique

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Octobre 2012 2012 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire Projet de loi de finances 2013 I - Mesures concernant directement l assurance-vie II - Autres mesures relatives à la fiscalité du patrimoine

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS Les présentes mises à jour concernent le quatrième tirage 2000. PACS ( Pacte civil de solidarité ) - Page 6 Le régime applicable entre

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de Gestion Réf.

Plus en détail

En MIDI- PYRENEES SOIREE DREAL LES AIDES. Quercy Energies

En MIDI- PYRENEES SOIREE DREAL LES AIDES. Quercy Energies En MIDI- PYRENEES SOIREE DREAL LES AIDES Quercy Energies Le réseau EIE en Midi-Pyrénées 4 premiers EIE créés en novembre 2001, toute la région est couverte en 2007 avec 11 CIE dans 9 EIE En MIDI- PYRENEES

Plus en détail

Barème de l impôt sur le revenu

Barème de l impôt sur le revenu Refonte du barème Barème de l impôt sur le revenu Suppression de la première tranche d imposition au taux de 5,5 % Revalorisation des limites et seuils associés au barème de 0,5 % Barème applicable à l

Plus en détail

VOULEZ-VOUS VOUS TORTURER UN PEU LES MENINGES? Alors voici quelques exemples d'utilisation de parts de SCPI

VOULEZ-VOUS VOUS TORTURER UN PEU LES MENINGES? Alors voici quelques exemples d'utilisation de parts de SCPI VOULEZ-VOUS VOUS TORTURER UN PEU LES MENINGES? Alors voici quelques exemples d'utilisation de parts de SCPI Hypothèse 1 : J'ai un contrat d'assurance Vie de 100 000 et je veux me constituer des revenus

Plus en détail

Économies d énergie et énergies renouvelables. Le crédit d impôt. en 2014

Économies d énergie et énergies renouvelables. Le crédit d impôt. en 2014 Économies d énergie et énergies renouvelables Le crédit d impôt en 2014 Limitons les effets du changement climatique! Le changement climatique est une réalité. Mais savez-vous que vous pouvez, vous aussi,

Plus en détail

Présentation de la loi de finances 2013

Présentation de la loi de finances 2013 Expertise Comptable Audit Social Juridique Notre vocation est de mesurer la valeur Notre ambition, vous aider à la créer Conseils Présentation de la loi de finances 2013 Actualités sociales et fiscales

Plus en détail

LE CHOIX DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE COMME STRUCTURE JURIDIQUE

LE CHOIX DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE COMME STRUCTURE JURIDIQUE 1 LE CHOIX DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE COMME STRUCTURE JURIDIQUE 1. Pourquoi choisir l entreprise individuelle La création d une entreprise individuelle est simple : pas de capital social, pas de statuts,

Plus en détail

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable DESS en Banques et Finances Commissaire aux Comptes et Professeur de droit fiscal OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER www.editions-organisation.com/livres/denos

Plus en détail

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE Conférence de presse 13 mars 2012 SOMMAIRE Introduction p. 3 CALCULS DE RENTABILITE IMMOBILIERE Cinq exemples avec des prélèvements sociaux portés à 15,5 %...p.

Plus en détail

Le régime des monuments historiques

Le régime des monuments historiques Cabinet Fiscal Urios André, docteur en droit, Conseil fiscal et patrimonial, conseil en investissement et transactions immobilières Le régime des monuments historiques Le régime des monuments historiques

Plus en détail

11. Déduction du montant de l ISF des investissements dans les PME jusqu à 50.000 euros

11. Déduction du montant de l ISF des investissements dans les PME jusqu à 50.000 euros Lettre d'information - Mai - Juin 2007 MESURES FISCALES ANNONCÉES PAR LE NOUVEAU GOURVERNEMENT Sous réserve que ces mesures soient votées par le Parlement, certaines de ces mesures seraient applicables

Plus en détail

Chantal Zanga Martial JAYTENER. Allianz FinanceConseil Gestion Privée

Chantal Zanga Martial JAYTENER. Allianz FinanceConseil Gestion Privée Chantal Zanga Martial JAYTENER Allianz FinanceConseil Gestion Privée La défiscalisation Comment ne pas subir sa fiscalité? Comment choisir parmi toutes les offres de défiscalisation? Sommaire : les différentes

Plus en détail

Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire

Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire Dispositifs d exonération Plus-values professionnelles (BIC-BNC) Abattement

Plus en détail

SCPI Amundi DEFI Foncier

SCPI Amundi DEFI Foncier SCPI Amundi DEFI Foncier SCPI de Déficit Foncier à capital fixe Souscription ouverte jusqu au 16 décembre 2015 - Pour bénéficier du dispositif fiscal de déficit foncier en 2014, souscription jusqu au 16

Plus en détail

NOTE D INFORMATION : LA FISCALITE DES FRANÇAIS ETABLIS HORS DE FRANCE ETAT ACTUEL ET EVOLUTIONS EN COURS

NOTE D INFORMATION : LA FISCALITE DES FRANÇAIS ETABLIS HORS DE FRANCE ETAT ACTUEL ET EVOLUTIONS EN COURS Joëlle Garriaud- Maylam Sénateur représentant les Français établis hors de France NOTE D INFORMATION : LA FISCALITE DES FRANÇAIS ETABLIS HORS DE FRANCE ETAT ACTUEL ET EVOLUTIONS EN COURS Au 31 décembre

Plus en détail

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant Janvier 2015 Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS

Plus en détail

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable DESS en Banques et Finances Commissaire aux Comptes et Professeur de droit fiscal OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER www.editions-organisation.com/livres/denos

Plus en détail

Investissement immobilier: la fin des SCPI?

Investissement immobilier: la fin des SCPI? Investissement immobilier: la fin des SCPI? La SCPI figure comme le premier véhicule structuré d investissement en immobilier. A l origine de ces investissements, des sociétés civiles se sont développées

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GENERALE DES IMPOTS 5 B-11-06 N 29 du 16 FEVRIER 2006 CREDIT D IMPOT POUR PRIMES D ASSURANCE CONTRE LES IMPAYES DE LOYER ART. 32-III DE LA LOI RELATIVE AU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Energie photovoltaïque. Filière Physique des Composants Nanostructurés. PHELMA Septembre 2010

Energie photovoltaïque. Filière Physique des Composants Nanostructurés. PHELMA Septembre 2010 Energie photovoltaïque Filière Physique des Composants Nanostructurés PHELMA Septembre 2010 Anne Kaminski 1, Mathieu Monville 2 1 INP Grenoble - INSA Lyon 2 Solarforce 1 PLAN DU COURS 1- Panorama de l

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2015 n 2014-1654 du 29 Décembre 2014 - JO du 30/12/2014

LOI DE FINANCES POUR 2015 n 2014-1654 du 29 Décembre 2014 - JO du 30/12/2014 RÉSUMÉ LOI DE FINANCES POUR 2015 n 2014-1654 du 29 Décembre 2014 - JO du 30/12/2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2014 n 2014-1655 du 29 Décembre 2014 - JO du 30/12/2014 BP 8 83560 RIANS Tél : 04

Plus en détail

Comité Directeur Confédéral Intervention économique. 16 mars 2011

Comité Directeur Confédéral Intervention économique. 16 mars 2011 Comité Directeur Confédéral Intervention économique 16 mars 2011 En 2010, le déficit budgétaire s est élevé à 148,8 milliards d euros Déficit public en 2010 s est élevé à 7,7 % du PIB Dette publique en

Plus en détail

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 - TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE Première partie : TVA déductible au titre de septembre 2008 1.1. Définir le coefficient de déduction et ses trois

Plus en détail

Quel statut juridique, social et fiscal, choisir lorsque l on crée son entreprise?

Quel statut juridique, social et fiscal, choisir lorsque l on crée son entreprise? Quel statut juridique, social et fiscal, choisir lorsque l on crée son entreprise? Matinale Entrepreneuriale - Mardi 23 septembre 2014 Jean-Pierre Franiatte jpf@cabinetfraniatte.com 03 87 62 85 25 CABINET

Plus en détail

Plan : PREMIERE PARTIE DROITS D ENREGISTREMENT

Plan : PREMIERE PARTIE DROITS D ENREGISTREMENT Plan : PREMIERE PARTIE DROITS D ENREGISTREMENT 1- Droit d enregistrement sur cession de fonds de commerce 2- Droit d enregistrement sur cession de titres. A/ cession d actions B/ Cession de parts sociales

Plus en détail

LA LETTRE DES ADHÉRENTS

LA LETTRE DES ADHÉRENTS LA LETTRE DES ADHÉRENTS NUMÉRO SPÉCIAL LOI DE FINANCES - 15 JANVIER 2014 N 2/2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013 INTRODUCTION La loi de finances rectificative pour 2013, définitivement adoptée

Plus en détail

«ÉCO-SOLIDAIRE» LE DISPOSITIF LA RÉUNION, ILE SOLAIRE ET TERRE D INNOVATION PLUS D UN MILLIER DE FOYERS RÉUNIONNAIS BÉNÉFICIAIRES

«ÉCO-SOLIDAIRE» LE DISPOSITIF LA RÉUNION, ILE SOLAIRE ET TERRE D INNOVATION PLUS D UN MILLIER DE FOYERS RÉUNIONNAIS BÉNÉFICIAIRES LA RÉUNION, ILE SOLAIRE ET TERRE D INNOVATION La Réunion île solaire, terre d'innovation Reunion island, innovation land LE DISPOSITIF «ÉCO-SOLIDAIRE» PLUS D UN MILLIER DE FOYERS RÉUNIONNAIS BÉNÉFICIAIRES

Plus en détail

DIMINUTION DU DÉFICIT PUBLIC : LES REFORMES ENVISAGEES. 26 Août 2011.

DIMINUTION DU DÉFICIT PUBLIC : LES REFORMES ENVISAGEES. 26 Août 2011. DIMINUTION DU DÉFICIT PUBLIC : LES REFORMES ENVISAGEES 26 Août 2011. Introduction 2 Introduction Le Gouvernement a annoncé le 24 août 2011, suite au Conseil des ministres, des mesures afin de réduire le

Plus en détail

LE REGIME FISCAL DES LOCATIONS MEUBLEES

LE REGIME FISCAL DES LOCATIONS MEUBLEES LA FISCALITÉ DES LOCATIONS EN MEUBLES Article juridique publié le 21/03/2013, vu 10039 fois, Auteur : ASCENCIO Jacques LE REGIME FISCAL DES LOCATIONS MEUBLEES I - L IMPOT SUR LE REVENU A la différence

Plus en détail

68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr

68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr 68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr 1 REUNION DU 19 NOVEMBRE 2012 SOMMAIRE Loi de Finances rectificative 2012 Loi de Financement de la Sécurité

Plus en détail

> Abréviations utilisées

> Abréviations utilisées Aide-mémoire fiscalité des particuliers 2015 > Abréviations utilisées BNC : bénéfices non commerciaux IR : impôt sur le revenu NP : nue-propriété PFL : prélèvement forfaitaire libératoire PVI : plus-value

Plus en détail

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE BAREME TRAITEMENTS ET SALAIRES PEA Fin du gel du barème : Revalorisation de 0,8% de l ensemble des tranches applicables aux revenus de 2013. Plafonnement du

Plus en détail

Votre résidence fiscale est en France

Votre résidence fiscale est en France Votre résidence fiscale est en France B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour 30 août 2011) En France, l impôt sur la fortune, appelé Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), est un impôt qui frappe le patrimoine.

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT LES GRANDS PRINCIPES. Un crédit d impôt : pourquoi? AVANT-PROPOS. Un crédit d impôt : comment? Un crédit d impôt : dans quels cas?

CRÉDIT D IMPÔT LES GRANDS PRINCIPES. Un crédit d impôt : pourquoi? AVANT-PROPOS. Un crédit d impôt : comment? Un crédit d impôt : dans quels cas? Mise à jour mars 2006 CRÉDIT D IMPÔT LES GRANDS PRINCIPES AVANT-PROPOS Le crédit d impôt en faveur des économies d énergie et du développement durable constitue une triple opportunité : Il offre à l utilisateur

Plus en détail

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale Janvier 2013 Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS 1. En

Plus en détail

Votre Conseiller Privé CONTACT - FINANCE. Cabinet de Conseil en Gestion de patrimoine

Votre Conseiller Privé CONTACT - FINANCE. Cabinet de Conseil en Gestion de patrimoine Votre Conseiller Privé CONTACT - FINANCE Cabinet de Conseil en Gestion de patrimoine Crée en 1990 Votre déclaration d impôt! Dates Limites : Déclaration Papier 27 Mai Déclaration Internet 7 Juin Barême

Plus en détail

LE GUIDE LOI PINEL 2015 OU COMMENT SE CONSTITUER UN PATRIMOINE IMMOBILIER À MOINDRE EFFORT

LE GUIDE LOI PINEL 2015 OU COMMENT SE CONSTITUER UN PATRIMOINE IMMOBILIER À MOINDRE EFFORT LE GUIDE LOI PINEL 2015 OU COMMENT SE CONSTITUER UN PATRIMOINE IMMOBILIER À MOINDRE EFFORT L investissement Pinel, un Investissement immobilier Le site est édité par un groupement de conseillers en gestion

Plus en détail

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Octobre 2012 Sommaire 1. IMPOT SUR LE REVENU... 2 2. TAXATION DES REVENUS DU CAPITAL AU BAREME PROGRESSIF... 3 3. TAXATION DES PLUS-VALUES

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

Le bois, la première des énergies renouvelables

Le bois, la première des énergies renouvelables Le bois, la première des énergies renouvelables Chiffres clés du bois-énergie en France La France dispose de l un des plus importants massifs européens avec une forêt qui couvre près de 1/3 du territoire

Plus en détail

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME NICOLAS SARKOZY 2007-2012 : LE DEPOT DE BILAN POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME Par Daniel Vasseur Le 17 février 2012 Jusqu au plan de rigueur du Gouvernement annoncé le 7 novembre 2011, l Etat avait

Plus en détail

DÉPENSE FISCALE N 110211. Réduction d impôt pour frais de comptabilité et d adhésion à un centre de gestion ou une association agréés

DÉPENSE FISCALE N 110211. Réduction d impôt pour frais de comptabilité et d adhésion à un centre de gestion ou une association agréés DÉPENSE FISCALE N 110211 Réduction d impôt pour frais de comptabilité et d adhésion à un centre de gestion ou une association agréés SOMMAIRE 1. IDENTITÉ DE LA DÉPENSE... 1 1.1. Description juridique et

Plus en détail

DERBI Perpignan 2007-06-01. Photovoltaïque intégré

DERBI Perpignan 2007-06-01. Photovoltaïque intégré DERBI Perpignan 2007-06-01 Photovoltaïque intégré Sommaire 2. TENESOL Un acteur français du PV 3. Le photovoltaïque en France 4. Photovoltaïque intégré au bâti produits et innovations 5. Conclusion 2 1

Plus en détail

DROIT FISCAL. DCG - Session 2008 Corrigé indicatif

DROIT FISCAL. DCG - Session 2008 Corrigé indicatif DROIT FISCAL DCG - Session 2008 Corrigé indicatif DOSSIER 1-1- Régime d imposition - Quel est le régime d imposition à la de la SA Habitat? La SA Habitat réalise des ventes (menuiseries) et des prestations

Plus en détail

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012 Le projet de Loi de finances pour 2013 présenté en Conseil des Ministres vendredi 28 septembre 2012 constitue la première pierre de l architecture de la politique fiscale du Gouvernement. Il vient bouleverser

Plus en détail

Réduire ses impôts en 2013. «De nombreuses stratégies possibles, quelques précautions à prendre»

Réduire ses impôts en 2013. «De nombreuses stratégies possibles, quelques précautions à prendre» Réduire ses impôts en 2013 «De nombreuses stratégies possibles, quelques précautions à prendre» Nos Modalités d Intervention 1 er rendez-vous Présentation du cabinet Découverte de votre patrimoine Détermination

Plus en détail

CADRE FISCAL MADELIN ET MADELIN AGRICOLE FAR

CADRE FISCAL MADELIN ET MADELIN AGRICOLE FAR FAR SOMMAIRE RAPPEL : les professionnels concernés par le dispositif Madelin I. FISCALITÉ DES COTISATIONS A. RETRAITE Calcul du disponible Cas des contrats dits «Madelin agricole» Transfert Exercice décalé

Plus en détail

Les aides pour les sociétés civiles immobilières

Les aides pour les sociétés civiles immobilières Comprendre TRAVAUX DE RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE Les aides pour les sociétés civiles immobilières Des conditions d attribution spécifiques Des aides financières existent pour soutenir les particuliers qui

Plus en détail

Turbulences fiscales : quelles décisions pour éviter les trous d air?

Turbulences fiscales : quelles décisions pour éviter les trous d air? Turbulences fiscales : quelles décisions pour éviter les trous d air? Programme de la soirée Loi de finances rectificative 2013 Loi de finances 2014 et cocktail! Loi de finances 2014 et loi de finances

Plus en détail

Bien choisir son statut : la personnalisation est essentielle. Animé par : Aurélien DEMAURE

Bien choisir son statut : la personnalisation est essentielle. Animé par : Aurélien DEMAURE Bien choisir son statut : la personnalisation est essentielle Animé par : Aurélien DEMAURE Le cadre juridique L entreprise en nom propre L EIRL La société Les critères à retenir Le régime fiscal de l entrepreneur

Plus en détail

Bâtiment actualité LE JOURNAL DES ARTISANS ET DES ENTREPRENEURS

Bâtiment actualité LE JOURNAL DES ARTISANS ET DES ENTREPRENEURS Bâtiment actualité LE JOURNAL DES ARTISANS ET DES ENTREPRENEURS DOSSIER 21 JANVIER N 1 FÉDÉRATION FRANÇAISE DU BÂTIMENT Loi de finances pour ATTENTION! Version actualisée le 23 janvier à la suite des dernières

Plus en détail

NOTICE FISCALE DES CONTRATS D ASSURANCE VIE

NOTICE FISCALE DES CONTRATS D ASSURANCE VIE NOTICE FISCALE DES CONTRATS Cette notice est destinée à vous informer des principales dispositions fiscales actuellement en vigueur, s appliquant aux contrats individuels d assurance sur la vie (épargne,

Plus en détail

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale Lettre d'information - Septembre - Octobre 2007 MESURES FISCALES ET PATRIMONIALES EN FAVEUR DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU POUVOIR D ACHAT ENTREPRISES 1. Défiscalisation des heures supplémentaires 2. Parachutes

Plus en détail

L éco-prêt à taux zéro individuel, en métropole

L éco-prêt à taux zéro individuel, en métropole Comprendre TRAVAUX DE RÉNOVATION L éco-prêt à taux zéro individuel, en métropole Pour vous aider à financer les travaux de rénovation énergétique de votre logement L éco-prêt à taux zéro est un dispositif

Plus en détail

Les SCPI Fiscales URBAN PREMIUM DEFICIT FONCIER: URBAN PIERRE MALRAUX: URBAN VALEUR SCELLIER RENOVE INTERMEDIAIRE: URBAN PATRIMOINE 2

Les SCPI Fiscales URBAN PREMIUM DEFICIT FONCIER: URBAN PIERRE MALRAUX: URBAN VALEUR SCELLIER RENOVE INTERMEDIAIRE: URBAN PATRIMOINE 2 ( Les SCPI Fiscales ) URBAN PREMIUM DEFICIT FONCIER: URBAN PIERRE MALRAUX: URBAN VALEUR SCELLIER RENOVE INTERMEDIAIRE: URBAN PATRIMOINE 2 INTRODUCTION Par leurs multiples avantages, les SCPI, tant fiscales

Plus en détail

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1 RÉGIME DES PERSONNES IMPATRIÉES REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008... 1 REGIME NOUVEAU... 4 A - Personnes concernées... 5 1 Salariés et mandataires sociaux... 5 2 Personnes non salariées... 6

Plus en détail

Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif :

Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif : Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif : Un dispositif d une telle ampleur et avec tant d innovations, de simplications et de sécurisation, du jamais

Plus en détail

ISF Point information Octobre 2014. Audit Expertise comptable Conseil

ISF Point information Octobre 2014. Audit Expertise comptable Conseil ISF Point information Octobre 2014 ISF Point information 2 SOMMAIRE Pages RAPPEL DE QUELQUES REGLES 3 à 6 PROBLEMATIQUE LIEE AU PATRIMOINE PROFESSIONNEL 7 à 13 LES CLIGNOTANTS FISCAUX 14 ISF Point information

Plus en détail

Ce qu il faut savoir en 20 points

Ce qu il faut savoir en 20 points Ce qu il faut savoir en 20 points 1. Comptabilité allégée : o registre des ventes : les obligations comptables des autoentrepreneurs sont réduites. Ils peuvent simplement tenir un livre chronologique mentionnant

Plus en détail

Fippatrimoine.com. Dossier page 2 à 8. Brèves en page 9

Fippatrimoine.com. Dossier page 2 à 8. Brèves en page 9 Newsletter d informations juridiques et fiscales Fippatrimoine.com VOTRE CONSEILLER ÉLÉPHANT PATRIMOINE Gérard CHIQUOT 9 rue de Courtalin - Marne La Vallée 77700 Magny Le Hongre g.chiquot@fippatrimoine.com

Plus en détail

TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR

TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR Source : site Internet de l agence pour la création d entreprise (APCE) : http://www.apce.com/ SOMMAIRE : 1.

Plus en détail

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Déclaration des revenus 2014 au titre des revenus 2013 Opérations particulières concernant les coopérateurs

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Déclaration des revenus 2014 au titre des revenus 2013 Opérations particulières concernant les coopérateurs n 7 > 4 avril 2014 info Sommaire > Droit fiscal : déclaration des revenus 2014 au titre des revenus 2013 - opérations particulières concernant les coopérateurs ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Déclaration

Plus en détail

Dossier page 2 à 6. Brèves en page 7. La Loi Madelin (non-salariés non agricoles) Newsletter d informations juridiques et fiscales Expert

Dossier page 2 à 6. Brèves en page 7. La Loi Madelin (non-salariés non agricoles) Newsletter d informations juridiques et fiscales Expert VOTRE CONSEILLER Newsletter d informations juridiques et fiscales Fippatrimoine.com N 51 MARS 2013 ÉLÉPHANT PATRIMOINE Gérard CHIQUOT 9 rue de Courtalin - Marne La Vallée 77700 Magny Le Hongre g.chiquot@fippatrimoine.com

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE4 DROIT FISCAL - session 2014 Proposition de CORRIGÉ 2014 dcg-lyon.fr Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE - 5 points 1.

Plus en détail

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 FICHE N 1 UN COLLECTIF BUDGÉTAIRE POUR REDRESSER NOS FINANCES PUBLIQUES L e projet de loi de Finances

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > L'intéressement

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > L'intéressement L'intéressement Textes de référence : Loi n 2001-152 du 19 /02/2001 Lettre circulaire Acoss n 2001-056 du 10 avril 2001 rappelant les modifications apportées aux mécanismes de l épargne salariale Circulaire

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 13 A-1-08 N 83 du 26 AOÛT 2008 DROIT A RESTITUTION DES IMPOSITIONS EN FONCTION DU REVENU. ABAISSEMENT DU SEUIL DE PLAFONNEMENT A 50

Plus en détail

L investissement en EHPAD

L investissement en EHPAD Guide Habiteo.com Mai 2015 L investissement en EHPAD Questions/Réponses SOMMAIRE I- Qu est-ce qu un EHPAD? p. 2 Encadré : Réglementation de l EHPAD p. 2 II- Pourquoi investir en EHPAD? p. 3 A- Pour répondre

Plus en détail

LES CERTIFICATS D ECONOMIES D ENERGIE

LES CERTIFICATS D ECONOMIES D ENERGIE LES CERTIFICATS D ECONOMIES D ENERGIE Contexte et objectifs Principes de fonctionnement Exemples 1 Association Loi 1901 - à but non lucratif Indépendante Créée en 1978 1600 adhérents 14 groupes régionaux

Plus en détail

Revenus fonciers : comment déclarer votre feuille d imposition en 2013

Revenus fonciers : comment déclarer votre feuille d imposition en 2013 Revenus fonciers : comment déclarer votre feuille d imposition en 2013 Vous devez remplir la déclaration N 2044 en plus de votre déclaration sur le revenu si : - Vos revenus fonciers bruts perçus en 2012

Plus en détail