Fondations Arrêt sur image

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Fondations Arrêt sur image"

Transcription

1 Dossier Article extrait de juris associations n 387 du 1 er novembre Reproduit avec l autorisation des Éditions Juris Dalloz pour un usage strictement limité. Fondations Arrêt sur image Un peu plus de vingt ans après leur création, les fondations sont à un moment charnière de leur existence. Si, avec 30 % d évolution en quatre ans, le secteur des fondations frappe par son dynamisme, son développement reste en deçà des attentes. Pourtant, régulièrement et encore très récemment, le législateur, par le levier fiscal ou l augmentation des activités concernées, modifie le paysage français de ces organismes. Une piste retient particulièrement l attention : l ouverture du financement à des fonds privés. Panorama juridique et statistique. Fondations : quels enjeux pour l avenir? Il est difficile de comprendre les enjeux du secteur des fondations aujourd hui sans se remémorer l historique et la dynamique de son récent développement. En effet, de 1987 année de leur apparition dans notre droit positif à nos jours, le paysage des fondations françaises s est considérablement complexifié. > BÉATRICE DE DURFORT* La fondation, objet singulier du droit positif reposant sur la jurisprudence du Conseil d État et des tribunaux civils, n entre dans la loi française qu à compter de la loi du 23 juillet 1987 ensuite complétée par différents textes qui en élargissent la portée aux fondations d entreprise et fondations sous égide de l Institut. Les années 90 seront celles d un travail de fond mené par le Conseil d État, en partenariat avec les acteurs et professionnels du secteur, en vue d une consolidation de leur activité et d une reconnaissance de leur spécificité et de leur rôle dans la réalisation de missions d intérêt général. Ce travail aboutira à un nouveau paysage légal, * Déléguée générale, Centre français des fondations. réglementaire et fiscal en , dont on a pu croire un moment qu il allait dessiner le contexte stable dans lequel les fondations seraient amenées à se développer. Le boom des créations L outil fondation a cependant suscité un intérêt allant bien au-delà des expectatives de ses promoteurs tant publics (et en particulier le ministère de la Culture) que privés. En effet, les créations de fondations ont connu dès 2004 une brutale accélération, qu il s agisse de fondations reconnues d utilité publique (FRUP), de fondations d entreprise (FE) ou de fondations sous égide (FSE), à l époque les trois seuls types de fondations existants. De 2001 à 2007, le secteur sera marqué par une 12 1 er novembre n o 387

2 Fondations : arrêt sur image croissance supérieure à 30 % du nombre des fondations, une augmentation de plus de 10 % de leur poids financier global et une hausse de plus de 25 % des salariés du secteur. La grande variété des initiatives, la multiplicité et la diversification des fondateurs est un fait marquant en soi et suffit à parler d un printemps des fondations. Si c est le trait le plus lisible de l évolution du secteur, il demeure assez mimétique de ce qui s observe internationalement et ne constitue pas, malgré toute sa réalité, l événement majeur de l évolution observée. Ouverture de l espace juridique Parallèlement à l accélération des créations de fondations, l espace juridique de ces fondations a connu une période de créativité considérable en matière législative. Des ministères et des institutions à l influence jusquelà assez secondaire pour les fondations ont suscité des innovations souvent inattendues et entraîné des ouvertures qui, par paliers, ont contribué à modifier très profondément la perception et la compréhension que nous avons du secteur. Le ministère de la Recherche et de l Enseignement supérieur a ainsi joué un rôle capital et innovant en favorisant de 2005 à 2007 l émergence de trois nouveaux types de fondations : la fondation de coopération scientifique (FCS) créée par la loi de programme sur la recherche du 18 avril 2006, la fondation universitaire (FU) et la fondation partenariale (FP) créées par la loi du 10 août 2007 sur l autonomie de l université. Avec l apparition des fonds de dotation dans la loi pour la modernisation de l économie en date du 4 août 2008, le processus de libéralisation du système franchit une nouvelle et décisive étape. Avec les nouveaux statuts des fondations liées à la recherche et l université, apparaît une première et troublante dichotomie entre les termes de fondateurs et de donateurs : en effet, si la loi de 1987 établit clairement que «la fondation est l acte par lequel une ou plusieurs personnes physiques ou morales décident l affectation irrévocable de biens, droits ou ressources à la réalisation d une œuvre d intérêt général et à but non lucratif», les FCS, FU et FP introduisent l idée que le fondateur est l initiateur ou le porteur d un projet, indépendamment de l apport consenti à sa réalisation par les donateurs, et qu il peut ainsi, sous des formes définies, constituer l un des principaux bénéficiaires de la fondation. L initiative de ces fondations revient davantage aux établissements publics de recherche ou NOUS DISPOSONS DONC DÉSORMAIS D UN PAYSAGE DES FONDATIONS QUI FORME UN UNIVERS COMPLEXE, RICHE, CONCURRENTIEL ET PARFOIS PARADOXAL, ENCORE PEU INVENTORIÉ ET EXPÉRIMENTÉ DANS TOUS SES POSSIBLES. d enseignement qu à l initiative privée. Avec le fonds de dotation se trouvent supprimés l autorisation préalable à la création de la fondation comme à l acceptation des libéralités, le principe d un montant minimal pour la dotation initiale, la nécessité d une gouvernance élargie à des personnalités qualifiées Des modèles hybrides L ensemble de ces dispositifs témoigne d une hybridation des modèles : la fondation partenariale emprunte à la fondation d entreprise avec une gouvernance encore assouplie, la fondation universitaire s apparente à la fondation sous égide mais se trouve dotée de la personnalité morale, le fonds de dotation retient du régime des associations sa souplesse et sa facilité d établissement tout en se libérant de sa gouvernance démocratique ; toutes bénéficient à quelques nuances près des atouts de la fondation reconnue d utilité publique en matière de dons et libéralités. Nous disposons donc désormais d un paysage des fondations qui forme un univers complexe, riche, concurrentiel et parfois paradoxal, encore peu inventorié et expérimenté dans tous ses possibles. En même temps, le cercle des parties prenantes aux fondations s est considérablement développé et complexifié. Saurons-nous faire vivre tous les modèles en parallèle? L expérience seule dira si la concurrence des formes juridiques entre elles joue en faveur du mouvement de création des fondations, permettant l émergence de solutions et de ressources adaptées aux problématiques d intérêt général dans l actuel contexte de disette budgétaire et de diversification des attentes et besoins, ou si elle aboutit à la prédominance de certains modèles sur d autres. Cependant, ce que l on peut clairement anticiper, c est qu il appartiendra à chaque fondation de faire les preuves de son utilité et de sa légitimité sociales, de ses bonnes pratiques et de son opposabilité aux tiers, de sa capacité à offrir de façon pérenne une réponse adaptée et proportionnée à l incitation fiscale consentie en amont à ses fondateurs et donateurs, et en aval à la fondation. Tout concourt à imposer une culture du contrôle, de l évaluation et du benchmarking 1 au sein des fondations. 1. Ndlr : le benchmarking (en français : étalonnage ou analyse comparative) est une technique de marketing ou de gestion de la qualité qui consiste à étudier et analyser les techniques de gestion, les modes d'organisation des autres entreprises afin de s'en inspirer et d'en retirer le meilleur. n o er novembre

3 Dossier Article extrait de juris associations n 387 du 1 er novembre Reproduit avec l autorisation des Éditions Juris Dalloz pour un usage strictement limité. Les fondations à la croisée des chemins? Le paysage des fondations en France est particulièrement riche avec pas moins de sept formes juridiques possibles. À l aide des nombreuses mesures fiscales incitatives en matière de mécénat, le nombre de fondations aurait dû exploser. Pourtant, il n en est encore rien. > STÉPHANE COUCHOUX* La qualification juridique de «fondation» repose sur la réunion des caractéristiques essentielles suivantes : la transmission irrévocable d un patrimoine prenant la forme d une libéralité (dons manuels, donations ou legs de biens en numéraire ou en nature) et l affectation dudit patrimoine au financement d une œuvre ou d une activité d intérêt général dans un but non lucratif. Un large éventail mais peu d élues Notre paysage juridique ne compte pas moins de sept formes juridiques de fondations 1 : fondation reconnue d utilité publique (légalisation en 1987) ; fondation sous égide (1987) ; fondation d entreprise (1990) ; fondation de coopération scientifique (2006) ; fondation universitaire (2007) ; fondation partenariale (2007) ; fonds de dotation 2 (2008). Le tableau comparatif page 16 récapitule les particularités de chacune des sept formes de fondations. En pratique, le choix de la forme de fondation s effectuera en fonction des principaux critères suivants : nature des secteurs d intervention envisagés (enseignement supérieur, recherche ou autres domaines d intérêt général) ; montant, nature et origine des financements ; composition du patrimoine dévolu ; qualité du ou des fondateurs, etc. * Avocat associé, responsable du département «Mécénat, Fondation & Association», cabinet Bignon Lebray. L auteur dédie cet article au professeur Maurice Cozian. 1. S agissant des six premières formes de fondations, voir JA n o 367/2007, p. 26 : «La fondation : une structure à choix multiple». 2. Pour une présentation du nouveau fonds de dotation, voir JA n o 386/2008, p. 29 et ce numéro p Il ne peut s agir que d estimations faute de statistiques exhaustives et actualisées sur les fondations. En principe, ce large éventail des formes juridiques de fondations voulu par le législateur devrait contribuer à l essor des fondations en France : à chaque projet doit correspondre une forme de fondation idoine. Néanmoins, si l on s autorise un regard quelque peu critique sur la multiplicité des formes de fondations en présence, ne peut-on pas craindre que l éventail des solutions ne se transforme en épouvantail pour le porteur de projet? Si les formes de fondation se multiplient, qu en est-il des fondations en tant que telles? Le défi est de taille car leur nombre en France demeure encore bien trop modeste avec seulement fondations 3 en 2008, toutes catégories confondues, à l exclusion bien évidemment du nouveau fonds de dotation qui ne verra effectivement le jour qu à compter de Qui plus est, les trois quarts de ces fondations sont des fondations sous égide. Ces dernières, dépourvues de la personnalité morale, correspondent en réalité à un compte ouvert dans une fondation reconnue d utilité publique disposant du statut spécifique d hébergeante 4. L évolution récente des fondations d entreprise, dont le nombre franchira le cap des 200 unités en 2009, reste également très limitée au regard du nombre des entreprises en France 5. Quant aux autres formes de fondations, leurs créations sont encore plus timides : seulement une vingtaine par an pour les fondations reconnues d utilité publique et les fondations de coopération scientifique et quelques unités pour les formes de fondations plus récentes (fondation partenariale et fondation universitaire). 4. Hormis la Fondation de France (700 à 800 fondations sous égide) et l Institut de France (qui n est pas une fondation RUP et qui abriterait plus d un millier de fondations), une vingtaine d autres fondations bénéficient du label convoité de «fondation abritante» au sens des dispositions de l article 20 de la loi n o du 23 juillet Voir ce numéro p Même en incluant les six autres formes de fondations que les entreprises peuvent également créer ou auxquelles elles peuvent participer er novembre n o 387

4 Fondations : arrêt sur image Ces chiffres sont très éloignés des fondations étrangères 6, sans parler de l extrême vitalité du secteur associatif (environ associations «loi 1901»), qui demeure le terrain privilégié pour le soutien des causes d intérêt général en France. Dans ce contexte, il nous paraît nécessaire de s interroger sur l avenir des fondations en France et plus particulièrement sur la question du développement de la «grande fondation», la fondation reconnue d utilité publique, considérée comme la référence dans le paysage français des fondations. Le cas des fondations d utilité publique Avec à peine une vingtaine de créations annuelles, le développement des fondations d utilité publique en France est loin d être frénétique, et ce malgré les incitations fiscales récentes dont elles sont les premières bénéficiaires 7. Risquons-nous alors à poser deux questions sous l angle purement juridico-fiscal : les contraintes auxquelles le porteur de projet de fondation doit se plier pour obtenir et conserver le label de l État (reconnaissance d utilité publique) ne sont-elles pas aujourd hui excessives et même dissuasives? l un des principaux «avantages compétitifs» réservé à la fondation d utilité publique ne risque-t-il pas, à terme, de détourner sa finalité en faisant primer la recherche de défiscalisation sur le projet d intérêt général lui-même? Les contraintes qui freinent le développement L inventaire des principales contraintes juridiques pesant sur la création et le fonctionnement des fondations d utilité publique n est pas vraiment de nature à motiver les porteurs de projet (particuliers, entreprises, associations ) : une procédure d obtention de la reconnaissance d utilité publique (RUP) qui reste, malgré les efforts du bureau instructeur «Groupements & Associations» du ministère de l Intérieur, excessivement longue (au moins six mois lorsque le dossier est remis complet) et particulièrement fastidieuse en raison de nombreux allers et retours entre les fondateurs et le ministère de l Intérieur, les ministères de tutelle et le Conseil d État ; un contrôle d opportunité exercé par l État sur le caractère d utilité publique du projet qui rend l issue de la procédure incertaine alors que cette survivance du droit régalien apparaît à certains égards anachronique et en contradiction avec la volonté des pouvoirs publics de développer l initiative privée pour soutenir l intérêt général par l intermédiaire du mécénat et des fondations ; au-delà du respect du principe de spécialité de l objet statutaire, les pouvoirs publics exigent une spécialisation de la fondation interdisant de facto la création d une fondation «généraliste» pour le soutien de différentes causes d intérêt général (santé et environnement, par exemple). Cette exigence va à l encontre de la volonté de certains philanthropes de soutenir différentes causes à l appui d un seul véhicule juridique et rares sont ceux qui peuvent s offrir le luxe de créer une fondation par thématique 8. De même, la création d une fondation «territoriale» pour répondre aux enjeux locaux (sociaux, culturels, environnementaux, développement ) est presque impossible en France 9, surtout s il s agit d en confier le contrôle à une collectivité locale ou à un établissement public ; des statuts types imposés 10 pour encadrer strictement le fonctionnement de la fondation laissant peu de place à l innovation et à l ingénierie juridique. Pourtant, l État dispose déjà, en vertu de ces mêmes statuts types, d un accès direct au fonctionnement de la fondation d utilité publique via son représentant membre de droit au conseil d administration ou son commissaire du gouvernement ; une trop grande rigidité du mode de financement : prix de l éternité, le Conseil d État exige une dotation minimale de 1 million d euros pour constituer une fondation d utilité publique. Cet effort financier est lourd pour certains fondateurs bien que la dotation puisse être versée en dix annuités. Or, seuls les revenus de la dotation financeront les projets, ce qui risque de ne pas suffire pour «boucler un budget». Il est, par exemple, regrettable qu une fondation RUP ne puisse bénéficier d un financement intégral «de flux» 11 permettant d affecter chaque euro apporté aux projets de la fondation pour une durée et un montant minimaux déterminés, à l instar du mode de financement des fondations d entreprise ; l indépendance de la fondation d utilité publique visà-vis de ses fondateurs dans la mesure où les >>> 6. La plupart des autres pays de l Union européenne, les États-Unis ou encore le Canada comptent plusieurs dizaines de milliers de fondations ou entités équivalentes. 7. Pour un rappel des avantages fiscaux accordés aux fondations RUP, voir JA n o 369/2007, p. 29 et s. 8. Ces personnes n ont alors d autres solutions que de recentrer leur projet ou de s adosser à une fondation abritante généraliste, comme la Fondation de France. 9. À l exception de la Fondation de Lille reconnue d utilité publique en Contrairement aux fondations d entreprise et aux fonds de dotation dont la rédaction des statuts est libre. 11. Les solutions panachées sont néanmoins possibles pour assurer le financement de la fondation RUP (revenus de la dotation complétés par le mécénat, par exemple). Le mécanisme de la «dotation consomptible» demeure quant à lui très peu pratiqué et n exempte pas le fondateur de l apport de fonds ab initio. n o er novembre

5 Dossier Article extrait de juris associations n 387 du 1 er novembre Reproduit avec l autorisation des Éditions Juris Dalloz pour un usage strictement limité. Principaux textes de référence Définition Nombre (estimation septembre 2008) Fondateurs Domaines d intervention d intérêt général Procédure de constitution FONDATION RECONNUE D UTILITÉ PUBLIQUE (FRUP) Loi n o du 23 juillet 1987 modifiée (art. 18) ; décr. n o du 30 septembre 1991 Affectation irrévocable d un patrimoine à la réalisation d une œuvre d intérêt général. Personne morale à but non lucratif Tableau comparatif des FONDS DE DOTATION (FdD) Loi n o du 4 août 2008 (art. 140 et 141) ; décr. d application à paraître Affectation irrévocable d un patrimoine en vue de sa capitalisation, dont les revenus sont utilisés pour soutenir une œuvre d intérêt général. Personne morale à but non lucratif FONDATION D ENTREPRISE (FE) Loi n o du 23 juillet 1987 modifiée (art. 19) ; loi n o du 4 juillet 1990 ; décr. n o du 30 septembre 1991 Versement irrévocable de fonds par une ou plusieurs entreprises en vue de la réalisation d une œuvre d intérêt général. Personne morale à but non lucratif 500 à Une ou plusieurs personnes physiques et/ou morales de droit privé Généraliste (culture et mise en valeur du patrimoine artistique, recherche, éducation et famille, défense de l environnement, social et solidarité, sport, philanthropie et humanitaire ) Demande de RUP instruite par min. de l Intérieur et min. de tutelle ; décret après avis du Conseil d État publié au JO. Contrôles d opportunité Une ou plusieurs personnes physiques et/ou morales Déclaration en préfecture ; publication au JO Dénomination Utilisation protégée du terme «fondation» Libre (sauf «fondation») Sociétés civiles et commerciales, EPIC, coopératives, institutions de prévoyance et mutuelles Autorisation en préfecture (contrôle de légalité) ; publication au JO Utilisation obligatoire du terme «fondation d entreprise» Durée Illimitée sauf dotation consomptible Selon les statuts Temporaire (au moins 5 ans) Dotation initiale Capacité juridique et financière Gouvernance (CA: conseil d administration) Tutelles / Contrôles / Comptabilité (CAC: commissaire aux comptes) Régime fiscal Dispositif fiscal du mécénat Dissolution / Liquidation Obligatoire (intangible ou consomptible). Montant minimum en pratique : 1 million d euros. Versements échelonnés sur 10 ans max. Grande capacité : mécénat, dons et legs, appel à la générosité publique, immeubles de rapport, titres de participation, etc ; respect du principe de spécialité Gestion moniste (CA) ou dualiste (conseil de surveillance directoire) / Collèges obligatoires : fondateurs (1/3 au plus) ; réprésentants de l État (sauf option commissaire du gouvernement) ; personnalités qualifiées extérieures Nomination d un CAC ; communication de documents annuels aux min. de l Intérieur et de tutelle et à la préfecture ; participation de l État au CA / Tenue de comptes annuels (CRC 99/01) Revenus du patrimoine : exonération. Revenus d activités économiques : impôts commerciaux si lucrativité mais franchise et sectorisation possibles Entreprises : réduction d impôt sur les sociétés de 60 %. Particuliers : réduction d impôt sur le revenu de 66 % et réduction d ISF de 75 % Procédure exceptionnelle / Dévolution du boni de liquidation à un établissement analogue Dotation en capital obligatoire, consomptible ou non Gestion moniste (CA) / Composition libre du CA avec au moins 3 membres Nomination d un CAC si ressources > euros ; communication d un rapport annuel sur demande / Tenue de comptes annuels (CRC 99/01) / Contrôle du préfet Revenus tirés de la capitalisation du patrimoine : exonération si dotation en capital non consomptible. Revenus d activités économiques accessoires : impôts commerciaux si lucrativité mais franchise possible sauf réduction ISF Dévolution du boni de liquidation à un autre fonds de dotation ou à une FRUP Facultative. Financement «de flux» (programme d action pluriannuel d au moins euros par période quinquennale) Capacité limitée Gestion moniste (CA) / Collèges obligatoires : entreprises fondatrices et représentants du personnel (2/3 au plus) ; personnalités qualifiées extérieures (1/3 au moins) Nomination d un CAC ; communication documents annuels à la préfecture/ Tenue de comptes annuels (CRC 99/01) Revenus du patrimoine : taux réduit d impôt sur les sociétés de 24 %, 10 %, 0 %. Revenus d activités économiques : impôts commerciaux si lucrativité mais franchise et sectorisation possibles Entreprises fondatrices : réduction d impôt sur les sociétés de 60 %. Salariés de l entreprise fondatrice (et filiales intégrées) : réduction d impôt sur le revenu de 66 % Dévolution du boni de liquidation à un établissement public ou reconnu d utilité publique dont l activité est analogue 16 1 er novembre n o 387

6 Fondations : arrêt sur image sept formes de fondations FONDATION SOUS ÉGIDE (FSE) FONDATION DE COOPÉRATION SCIENTIFIQUE (FCS) FONDATION PARTENARIALE (FP) FONDATION UNIVERSITAIRE (FU) Loi n o du 23 juillet 1987 modifiée (art. 20) ; décr. n o du 30 septembre 1991 Code de la recherche, art. L à L ; textes sur la FRUP (subsidiairement) Code de l éducation, art. L ; textes sur la FE (subsidiairement) Code de l éducation, art. L ; décr. n o du 7 avril 2008 ; textes sur la FRUP (subsidiairement) Affectation irrévocable d un patrimoine à la réalisation d une œuvre d intérêt général via une fondation abritante. Pas de personne morale Affectation irrévocable d un patrimoine à la réalisation d une œuvre d interêt général (coopération et recherche scientifique). Personne morale à but non lucratif Création par un établissement public d enseignement supérieur ou de recherche (EPCSCP et EPCS) d une personne morale à but non lucratif en vue de soutenir ses actions d intérêt général Affectation irrévocable d un patrimoine au sein d un établissement public d enseignement supérieur ou de recherche (EPCSCP et EPCS) pour soutenir ses actions d intérêt général. Pas de personne morale 1600 (estimation) 20 (estimation) 1-2 (estimation) 2-3 (estimation) Une ou plusieurs personnes physiques et/ou morales Personnes publiques/privées composant un pôle de recherche et d enseignement supérieur (PRES), un réseau thématique de recherche avancée (RTRA) ou un centre thématique de recherche et de soins (CTRS) EPCSCP ou EPCS seuls ou avec des «entreprises» (voir FE) EPCSCP ou EPCS seuls + compatibilité avec les missons de la fondation abritante Fondation spécialisée : coopération scientifique sur d importants programmes de recherche + conformité aux missions de service public de l établissement + conformité aux missions de service public de l établissement Sur délibération de la fondation abritante ; contrôle d opportunité Demande de RUP instruite par min. de la Recherche ; décret «simple» ; publication au JO ; contrôles d opportunité Sur autorisation du recteur de l académie ; publication au JO Sur délibération du conseil d administration de l université fondatrice Droit d utiliser le terme «fondation» Utilisation obligatoire du terme «fondation partenariale» (à confirmer) Libre (à confirmer) Selon convention avec la fondation abritante mais durée limitée plus fréquente Idem FE Illimitée sauf dotation consomptible Selon cahier des charges de l abritante : avec ou sans dotation, financement «de flux» possible ; en pratique dotation partiellement consomptible Idem FE (possibilité de consommer la dotation sur au moins 5 ans) (capacité de l abritante) Capacité élargie (dons et legs, appel à la générosité publique ) et conformité aux missions de service public Selon cahier des charges de la FRUP abritante Gestion moniste (CA avec commissaire du gouvernement) / Collèges obligatoires : fondateurs et représentants de chercheurs / Conseil scientifique obligatoire Gestion moniste (CA) / Collège obligatoire : établissement public fondateur (majoritaire) / Collège des entreprises fondatrices facultatif Conseil de gestion avec 3 collèges obligatoires : représentants de l établissement ; représentants des fondateurs (1/3 au plus) et personnes qualifiées extérieures + recteur de l académie (commissaire du gouvernement) Tutelle étroite de la fondation abritante Nomination d un CAC ; communication documents annuels aux min. de l Intérieur et de la Recherche et à la préfecture / Tenue de comptes annuels (CRC 99/01) Nomination d un CAC ; communication documents annuels au recteur de l académie Tutelle étroite de l université; nomination d un CAC ; état prévisionnel des recettes et des dépenses annexé au budget de l établissement abritant; compte rendu financier annexé aux comptes de l université ; exonération d impôt sur les sociétés des revenus d activités tirés de l enseignement supérieur et de la valorisation de la recherche Revenus du patrimoine : taux réduit d impôt sur les sociétés de 24 %, 10 %, 0%. Revenus d activités économiques : impôts commerciaux si lucrativité mais franchise et sectorisation possibles (et FCS, à confirmer) Selon le cahier des charges de la fondation abritante Affectation des ressources non employées et de la dotation à une autre FU ou FP de l établissement fondateur ou reprise par l établissement Selon les statuts n o er novembre

7 Dossier Article extrait de juris associations n 387 du 1 er novembre Reproduit avec l autorisation des Éditions Juris Dalloz pour un usage strictement limité. >>> pouvoirs publics exigent que le ou les fondateurs ne disposent pas plus du tiers des voix au conseil d administration (ou au conseil de surveillance). Il est souvent rédhibitoire d expliquer au porteur (et souvent principal financeur) d un projet que «sa» fondation lui échappera une fois créée. Dans le souci de garantir l intangibilité de la fondation d utilité publique, les pouvoirs publics ont progressivement mis en œuvre des pratiques (pour l essentiel, les règles susvisées ne procèdent pas directement de la loi) qui limitent excessivement le développement des fondations d utilité publique. Le risque d un statu quo Dans un contexte législatif particulièrement favorable au développement du mécénat et des fondations, la logique voudrait que les pouvoirs publics réfléchissent aux moyens d alléger la procédure de création et le mode de fonctionnement des fondations d utilité publique. Or, au lieu des allègements attendus, il semble qu une première réponse ait été rendue de manière inattendue avec la création du fonds de dotation 12. À de nombreux égards, le fonds de dotation apparaît comme le contre-pied de la fondation d utilité publique. De là à classer la fondation d utilité publique dans la catégorie des monolithes En effet, le fonds de dotation bénéficie d une capacité juridique équivalente à la fondation d utilité publique. Il est ainsi éligible à l ensemble des libéralités (mécénat, donations et legs, appel à la générosité publique) et peut disposer d immeubles de rapport. De plus, le fonds de dotation repose sur le principe d autonomie de la volonté de ses fondateurs qui peut se décliner comme suit : absence de contrôle d opportunité de l État et tutelle très limitée du préfet ; extrême simplicité de création (déclaration en préfecture) ; souplesse de fonctionnement (liberté statutaire notamment pour l organisation et la composition du conseil d administration) ; gestion financière dynamique des fonds récoltés. On s étonnera également du retrait de l amendement en dernière lecture du texte qui prévoyait d étendre la réduction d impôt de solidarité sur la fortune (ISF) au 12. Loi n o du 4 août 2008, JO du 5, p , art. 140 et 141. Le fonds de dotation est un nouvel outil de financement, essentiellement par les revenus de capitalisation qu il produit, d une cause ou d une mission d intérêt général (espaces naturels, universités, musées, secours aux victimes de catastrophes, lutte contre une maladie rare ) ; voir JA n o 386/2008, p. 29 et ce numéro p Cette réduction d ISF a pourtant été étendue aux fondations partenariales et taux de 75 % en cas de dons effectués aux fonds de dotation. Cet avantage compétitif demeure donc (mais pour combien de temps?) l apanage des seules fondations d utilité publique et des fondations qu une minorité d entre elles sont autorisées à abriter 13. Il serait néanmoins regrettable que le principal critère de choix entre fonds de dotation et fondation d utilité publique se porte sur le terrain fiscal. Si les fondations d utilité publique existantes vont pouvoir renforcer leurs ressources à l appui des «dons ISF», leur développement (créations nouvelles) ne sera pas pour autant assuré si les contraintes juridiques évoquées précédemment ne sont pas assouplies. Il n est par ailleurs pas improbable qu une majorité de fondateurs privilégient la simplicité et la souplesse du fonds de dotation plutôt que la recherche de défiscalisation en matière d ISF. Les fondations, et particulièrement les fondations d utilité publique, sont bien «à la croisée des chemins» comme l indiquait déjà Edith Archambault 14 au lendemain de la loi Aillagon du 1 er août 2003 relative au mécénat et aux fondations : «ou bien [les fondations] demeurent dans le splendide isolement qui les a jusqu ici caractérisées, à quelques exceptions près, et elles continueront à avoir une action cosmétique. Ou bien elles jouent la transparence et l union et elles deviendront nécessairement des partenaires de poids des politiques sanitaires, sociales, culturelles et éducatives». Ainsi, depuis 2002, de nombreuses mesures législatives, tant juridiques que fiscales, sont prises pour permettre le développement du mécénat et des fondations en France. Pourtant, loin d exploser, le nombre des fondations demeure anormalement bas. S agissant, par exemple, des fondations d utilité publique, les contraintes juridiques imposées par les pouvoirs publics lors de leur création puis dans le cadre de leur fonctionnement contribuent certainement à limiter leur développement. Cette situation est paradoxale et semble aujourd hui en décalage avec la volonté du législateur. Sans doute conviendrait-il de lever ces contraintes pour éviter que les fondations d utilité publique se cantonnent à un simple outil de défiscalisation réservé à une élite et/ou que la majorité des porteurs de projet s orientent vers le nouveau fonds de dotation. universitaires. Voir «Réduction d ISF de 75 % en cas de dons à une fondation : entre niche fiscale et impôt choisi?», rubrique «Publications bulletins du département Mécénat, Fondation & Association», S. COUCHOUX. 14. «Pourquoi les fondations sont-elles si rares en France?», E. A RCHAMBAULT, université Paris 1, Matisse er novembre n o 387

8 Désormais, dans le paysage des organismes à but non lucratif, les fonds de dotation présentent des caractéristiques similaires à celles des fondations (grande capacité juridique et fiscale), les contraintes en moins 1 En proposant cette nouvelle personne morale, qui s inspire des endowment funds américains, le gouvernement (suivi par le Parlement qui a encore assoupli le caractère libéral des fonds de dotation) a incontestablement voulu faciliter la levée de fonds privés pour les actions de mécénat et, plus largement, pour le financement d activités d intérêt général. Le fonds de dotation est donc «une personne morale de droit privé à but non lucratif [c est-à-dire gérée de façon désintéressée] qui reçoit et gère, en les capitalisant, des biens et droits de toute nature qui lui sont apportés à titre gratuit et irrévocable et utilise les revenus de la capitalisation en vue de la réalisation d une œuvre ou d une mission d intérêt général ou les redistribue pour assister une personne morale à but non lucratif dans l accomplissement de ses œuvres et de ses missions d intérêt général» 2. Plus simple à constituer qu une association (puisqu il peut être créé par une seule personne), jouissant d une plus grande capacité juridique que les fondations et les associations reconnues d utilité publique (puisqu il est créé par simple déclaration en préfecture et n a pas à déclarer auprès de cette dernière les donations et legs qui lui sont consentis), et offrant aux mécènes un cadre fiscal presque équivalent à celui des fondations (celles-ci conservant comme avantage concurrentiel la capacité à recevoir des dons déductibles de l ISF), le fonds de dotation dispose, à l évidence, d atouts séduisants. Fondations : arrêt sur image Le fonds de dotation : un concurrent des fondations? C est avec une certaine méfiance que les fondations ont vu arriver cet été dans le droit positif français les fonds de dotation. Depuis 2003, elles avaient bénéficié, davantage encore que les associations, des modifications successives de la fiscalité du mécénat. Par ailleurs, de nouveaux statuts types leur avaient été proposés par le Conseil d État. En 2008, les dernières mesures prises en matière de mécénat ne les ont pas directement concernées. > LIONEL DEVIC* Certes, cette nouvelle forme juridique n a pas le prestige des fondations (alors que cette nouvelle entité présente, en fait, des caractéristiques juridiques similaires à celles des fondations privées existant à l étranger). En outre, le fonds de dotation ne bénéficie ni du «label» que peut représenter l utilité publique, ni du caractère institutionnel que représente, en France et à l étranger, la fondation. Cependant, ce nouvel outil devrait être vite adopté (ne serait-ce que comme outil de préfiguration d une future fondation) par les entreprises et les particuliers mécènes qui redoutent les délais d instruction des dossiers de création de fondations et le droit prétorien du Conseil d État (dont les évolutions récentes peuvent apparaître dissuasives) ; le Parlement a d ailleurs admis sans discussion le constat suivant : «malgré leur grand mérite, les outils existant actuellement dans le droit français peuvent décourager certaines initiatives en raison d un excès de rigidité. Ainsi, s il n est évidement pas question de les remettre en cause, il apparaît que les fondations reconnues d utilité publique sont encadrées par des règles très contraignantes» 3. C est ainsi qu à la différence des fondations, pour lesquelles le Conseil d État ne cesse de renforcer les exigences de vie démocratique et d indépendance à l égard des fondateurs, le fonds de dotation pourra être contrôlé par son ou ses fondateurs : n était-ce pas, d ailleurs, une caractéristique initiale des fondations? Bien entendu, il conviendra d attendre la publication des mesures réglementaires annoncées (six décrets et un arrêté 4 ) pour prendre toute la mesure de ce nouveau dispositif et des contrôles dont il fera l objet. * Avocat, cabinet Delsol & associés. 1. Loi n o , 4 août 2008, JO du 5, p , art. 140 et 141 ; pour une étude d ensemble, voir JA n o 386/2008, p Loi préc., art Sénat, Rapport n o 413 fait au nom de la commission spéciale chargée d examiner le projet de loi de modernisation de l économie, déposé le 24 juin 2006 par E. Lamure, L. Béteille et P. Marini. 4. À suivre dans juris associations et sur n o er novembre

9 Dossier Article extrait de juris associations n 387 du 1 er novembre Reproduit avec l autorisation des Éditions Juris Dalloz pour un usage strictement limité. Fiscalité : les points d interrogation Le régime fiscal des fondations ne présente a priori guère d originalité par rapport à celui des associations. Toutefois, le mode d organisation institutionnelle proposé par le Conseil d État pour certaines fondations reconnues d utilité publique peut poser des difficultés lorsqu il s agit de vérifier le caractère désintéressé de la gestion de l œuvre. De même que les liens que certaines fondations peuvent être conduites à développer avec des entreprises commerciales laissent planer un doute sur le caractère non lucratif de leurs activités et sur la possibilité pour elles de faire appel aux mécènes. > LIONEL DEVIC* L instruction de synthèse sur la fiscalité des associations publiée fin est claire : son contenu s applique également aux «fondations reconnues d utilité publique et aux fondations d entreprise». Si l administration fiscale n évoque pas les autres catégories de fondations, cela s explique principalement par le fait qu à l exception de la fondation de coopération scientifique (créée en avril 2006 par la loi de programmation pour la recherche), les autres nouvelles fondations n existaient pas encore (fondation partenariale et fondation universitaire, cette dernière n ayant toutefois pas de personnalité juridique autonome par rapport à l établissement qui la crée). Régime fiscal : une grille de lecture connue Ainsi, la détermination du caractère non lucratif d une fondation passe par une analyse en trois étapes conduite pour chaque activité de l organisme dès lors que ce dernier exerce des activités de nature différente (fondation entretenant un patrimoine classé et disposant d un magasin de vente de produits touristiques, par exemple). À travers l étude de ces trois étapes, l administration fiscale vérifie notamment l utilité sociale des activités considérées, laquelle justifie l exonération des impôts commerciaux (TVA, impôt sur les sociétés, taxe professionnelle et taxe d apprentissage) 2. * Avocat, cabinet Delsol & associés. 1. Instr. du 18 décembre 2006, BOI 4 H-5-06 ; pour une étude complète, voir notre dossier spécial dans JA n o 355/2007, p. 12. En premier lieu, il convient donc d analyser le caractère désintéressé ou non de la gestion de la fondation par ses dirigeants. Si cette gestion n est pas désintéressée, l organisme est fiscalement assimilé à une entreprise commerciale et ne peut prétendre être exonéré des impôts commerciaux. En revanche, si la gestion est bien désintéressée c est-à-dire en principe bénévole, les membres ne se partageant pas l actif et l organisme ne distribuant pas ses bénéfices 3, il faut alors étudier l état de la concurrence. Cette deuxième étape consiste à vérifier, à un niveau fin, s il existe des entreprises commerciales présentes sur le même secteur géographique et exerçant la même activité 4. En l absence d une telle concurrence, la fondation satisfait un besoin non pris en compte par le marché et justifie, par làmême, son utilité sociale et l exonération des impôts commerciaux qui en découle. En revanche, en présence d entreprises lucratives concurrentes, ce n est que l examen des conditions précises d exercice des activités qui permettra de distinguer si la fondation les développe dans des conditions similaires à celles des entreprises précitées. Cette troisième étape est celle dite des «4 P» (pour quatre critères, appréciés par ordre décroissant d importance : produit, public, prix et publicité). Une fondation peut développer, à côté d une activité non lucrative significativement prépondérante, une acti- 2. Pour un article synthétisant ces trois étapes, voir JA n o 367/2007, p Voir la définition donnée par l article 261,7,1 d du code général des impôts. 4. Sur la notion de secteur géographique, voir JA n o 367/2007 préc er novembre n o 387

10 Fondations : arrêt sur image vité lucrative ; tant que cette dernière reste accessoire, elle ne remet pas en cause le régime fiscal global de la fondation et peut même être exonérée des impôts commerciaux si elle génère un chiffre d affaires inférieur à euros 5. Gestion désintéressée : quels dirigeants? Dans les nouveaux statuts types de fondation proposés en 2003 par le Conseil d État, ce dernier a offert aux fondations existantes et aux fondateurs la possibilité d opter pour un mode de gouvernance reposant sur un conseil de surveillance et un directoire, à la place du seul conseil d administration. Or, cette nouveauté (qu avaient déjà pu adopter de rares associations) n a depuis fait l objet d aucun commentaire de la part de l administration fiscale. Dans son instruction du 18 décembre 2006 précitée, pourtant publiée plus de trois ans après cette évolution des statuts de certaines IL SERAIT OPPORTUN QUE L ADMINISTRATION PRENNE POSITION RAPIDEMENT SUR LA QUESTION DE LA RÉMUNÉRATION DES MEMBRES DU DIRECTOIRE DE FAÇON À NE PAS LAISSER UN CERTAIN NOMBRE D ORGANISMES EN SITUATION D INSÉCURITÉ FISCALE. fondations, l administration reste muette au sujet d une question qui lui a pourtant été posée à plusieurs reprises : les membres du conseil de surveillance et les membres du directoire sont-ils tous des dirigeants dont la rémunération est susceptible de remettre en cause le caractère désintéressé de la gestion de l organisme? Ou faut-il considérer que seule la rémunération des membres du conseil de surveillance est de nature à faire perdre à la fondation sa gestion désintéressée? En effet, l instruction précise simplement que «constituent des dirigeants de droit les membres du conseil d administration ou de l organe qui en tient lieu, quelle qu en soit la dénomination» 6. Sur la réponse à apporter à ces questions, les avis divergent. Dans ses réponses orales, l administration fiscale estime généralement que la rémunération des membres du directoire, en dehors du cadre légal introduit dans la loi de finances pour , remet en cause le caractère désintéressé de la fondation et, dès lors, son caractère non lucratif. Toutes les fondations dotées d un conseil de surveillance et d un directoire qui rémunéreraient les membres de ce dernier sans avoir respecté le cadre légal précité pourraient donc voir leur régime fiscal remis en cause. Pour certains observateurs ayant participé à l élaboration des nouveaux statuts types du Conseil d État, il ne fait aucun doute que l instauration de ce nouveau mode de gouvernance était destiné à permettre aux grosses fondations (dont l organisation des activités requiert de hautes compétences) de rémunérer librement les membres du directoire sans que ces rémunérations remettent en cause le caractère non lucratif de l organisme. Ce souhait du Conseil d État de tenir compte de l évolution du contexte dans lequel les associations et fondations exercent leurs activités (complexité croissante, pénalisation, etc.) n aurait-il pas en fait été déjà pris en compte par le législateur un an plus tôt, lorsque ce dernier a introduit une tolérance légale en matière de rémunération des dirigeants? Quoi qu il en soit, il serait opportun que l administration prenne désormais position rapidement sur cette question de façon à ne pas laisser un certain nombre d organismes en situation d insécurité fiscale. Les «liens privilégiés» avec les entreprises Certaines fondations peuvent être conduites à entretenir d étroites relations avec le secteur lucratif ; c est le cas par exemple des nouvelles fondations partenariales (et, dans une certaine mesure, des fondations d entreprise). Or les textes légaux et la jurisprudence en matière de régime fiscal des organismes à but non lucratif, tels que synthétisés par l instruction du 18 décembre 2006, permettent de conclure qu un organisme doit être considéré comme exerçant une activité lucrative, et donc être assujetti aux impôts commerciaux, notamment lorsqu il exerce une activité en concurrence avec des entreprises du secteur marchand dans des conditions comparables mais aussi lorsqu il entretient des relations privilégiées avec des entreprises du secteur lucratif qui en retirent un avantage concurrentiel. 5. Pour une étude récente sur la notion d activité non lucrative prépondérante, voir JA n o 373/2008, p Voir instr. du 18 décembre 2006 préc., n o Voir art. 261,7,1 d, du code général des impôts qui permet de rémunérer de un à trois dirigeants en fonction du montant des ressources de l organisme. n o er novembre

11 Dossier Article extrait de juris associations n 387 du 1 er novembre Reproduit avec l autorisation des Éditions Juris Dalloz pour un usage strictement limité. Ainsi, l administration fiscale 8 considère qu il ressort des dispositions régissant les pôles de compétitivité (traduction «gouvernementale» des clusters) que l objet même des associations qui les portent généralement est de promouvoir les pôles et de favoriser l émergence de produits innovants, issus de partenariats entre les différents acteurs de la filière et destinés à un marché économique donné. Les associations de gouvernance ont pour objet de développer l activité des entreprises du secteur économique concerné, et notamment de celles des membres du pôle : «cette activité conduit donc à entretenir des relations privilégiées avec des entreprises membres du pôle qui en retirent un avantage concurrentiel». Pour l administration fiscale, ces associations présentent donc un caractère lucratif et sont par conséquent assujetties aux impôts commerciaux dans les conditions de droit commun. Or, depuis les choix arrêtés il y a deux ans par le gouvernement au sujet de l identité des pôles de compétitivité, il apparaît que certaines candidatures malheureuses débouchent sur des projets de création de fondations (fondations d entreprise, fondations reconnues ou fondations partenariales) destinées à porter ces pôles «non labellisés». Cela pose la question du régime fiscal de ces fondations compte tenu des activités envisagées, car la position arrêtée au sujet des pôles de compétitivité a été prise nonobstant les différents arguments qui ont pu être présentés à l administration fiscale sur le caractère d intérêt général «intrinsèque» représenté par lesdits pôles (lesquels bénéficient d ailleurs de dispositifs fiscaux incitatifs). S agissant des fondations partenariales, l administration fiscale n a pas encore été conduite à publier des commentaires spécifiques sur leurs caractéristiques fiscales. Toutefois, son instruction du 30 mai commentant deux nouveaux cas d exonération d impôt sur les sociétés incite à penser que son raisonnement ne devrait pas être différent en ce qui concerne des fondations (partenariales notamment) portant des clusters. En effet, sont exonérées d impôt sur les sociétés : «10 Les personnes morales créées pour la gestion d un pôle de recherche et d enseignement supérieur ou d un réseau thématique de recherche avancée ; 11 Les fondations reconnues d utilité publique du secteur de la recherche, parmi lesquelles les fondations de coopération scientifique» 10. En toute logique, l introduction de cette exonération spécifique d impôt sur les sociétés pour les activités des PRES (pôles de recherche et 8. Décision de rescrit n o 2007/52 (FE) du 11 décembre Instr. du 30 mai 2008, BOI 4 H-4-08 ; voir JA n o 382/2008, p. 10 et pour un article d ensemble consacré à la fiscalité des organismes de recherche, voir ce numéro p. 30. d enseignement supérieur) et des RTRA (réseaux thématiques de recherche avancée) implique que ces dernières sont en principe considérées comme lucratives. Pour autant, il ne peut pas être fait de généralité puisque les fondations partenariales sont expressément mentionnées comme susceptibles de bénéficier du régime du mécénat. En effet, c est le code général des impôts qui détermine en ce domaine quels sont les organismes susceptibles de recevoir des dons ouvrant droit à réduction d impôt. La fondation partenariale est ainsi visée par les dispositions relatives tant aux dons des particuliers (article 200) qu aux dons des entreprises assujetties à l impôt sur les sociétés (article 238 bis). Nonobstant une rédaction peu rigoureuse desdits textes légaux, il apparaît que, pour justifier qu elle est un organisme visé aux articles 200 et 238 bis du code général des impôts, la fondation partenariale notamment doit pouvoir justifier que son activité est d intérêt général. Or, pour l administration fiscale, la notion d intérêt général est bien définie. Ainsi, il est explicitement précisé dans sa doctrine 11 que seule est susceptible d être considérée comme d intérêt général une fondation dont l activité principale n est pas lucrative (et n est donc pas soumise aux impôts et taxes commerciaux). Or, compte tenu de ce qui précède, le caractère non lucratif (au sens fiscal) des activités de cluster (ou assimilées) n est pas évident, même si, selon l article L du code de l éducation, une fondation partenariale est constituée «en vue de la réalisation d une ou plusieurs œuvres d intérêt général conformes aux missions de service public de l enseignement supérieur». Dès lors se posent les questions suivantes : les notions fiscale et juridique d «intérêt général» sont-elles identiques? Le recteur devra-t-il se rapprocher du ministère des Finances pour valider les projets qui lui sont soumis? L autorisation de créer la fondation vaut-elle autorisation à bénéficier du régime du mécénat? Pour chaque cas d espèce, il importera de vérifier notamment si le rôle des entreprises parties à l opération va au-delà du rôle qui est traditionnellement le leur dans des fondations d entreprise dans lesquelles elles se contentent en principe et généralement d être des bailleurs de fonds. 10. CGI, art. 207, Doc. adm. 5 B 3311, BOI 4 C-5-04 et BOI 4 H er novembre n o 387

12 Fondations : arrêt sur image Panorama des fondations françaises L histoire des fondations françaises s est longtemps écrite à petits pas, à l ombre d un État contrôleur et exigeant. Depuis quelques années cependant, ce dernier abandonne ses défenses. Soucieux de l ouverture du financement d établissements publics (recherche, culture, éducation) à des fonds privés, il a en effet initié une série de mesures très favorables au développement des fondations. Fin 2007, dans ce nouveau contexte, le premier constat est la croissance importante du nombre d entreprises au rang des fondateurs et, globalement, du nombre de fondations. Fin 2007, 57 % des fondations actives sont créées par une personne physique, 16 % par des associations 2 et 27 % par des entreprises. L État, plus régulateur que contributeur direct à l égard des fondations, figure au rang des fondateurs dans seulement 5 % des fondations. Une majorité de fondateurs personnes physiques et des dépenses très concentrées Parmi les fondateurs personnes physiques, on retrouve : 60 % d hommes, 53 % de retraités et 74 % de salariés ou actifs issus du secteur privé. Répartition des personnes physiques fondatrices selon leur profession dirigeant d entreprise 7 % cadre supérieur 32 % femme ou homme politique 5 % profession libérale 6 % clergé, religieux 7 % professions de l information, arts et spectacles 8 % sans profession (dont femmes et filles de ) 9 % professeur, profession scientifique 14 % professions intermédiaires, cadres moyens 1 % autre 11 % Total 100 % * Responsable de l Observatoire de la Fondation de France. Résultats complets de la seconde enquête nationale auprès des fondations disponibles sur le site Internet de la Fondation de France, rubrique «les études de l Observatoire». Quatre secteurs d intervention principaux émergent : l action sociale en France pour 27 % d entre elles, les arts et la culture pour 19 %, la santé pour 18 % et l enseignement et la formation initiale pour 12 %. Répartition des fondations françaises selon leur modalité d intervention au 31 décembre 2007 distribuer des fonds 66 % > ODILE DE LAURENS* mener des actions directement 22 % mener des actions directement / distribuer des fonds 12 % On distingue deux types de fondations : les fondations qui mènent elles-mêmes des opérations, dans leurs locaux et avec des équipes salariées, comme par exemple les hôpitaux, les centres de recherche, les musées, les maisons de retraite ; et les fondations de distribution de fonds, dont l activité consiste à identifier des projets extérieurs (associatifs, boursiers, autres fondations ) et à les financer. Les fondations du premier type sont de taille nettement supérieure, elles supportent en effet des charges (structure, salaires) beaucoup plus conséquentes que les autres. On ne trouvera parmi les fondations de distribution que de très rares fondations vraiment importantes 1. Hors fondations abritées à l Institut de France. 2. Dont une part importante ont été portées au départ par une intention philanthropique individuelle et qui se sont transformées en fondations. n o er novembre

13 Dossier Article extrait de juris associations n 387 du 1 er novembre Reproduit avec l autorisation des Éditions Juris Dalloz pour un usage strictement limité. financièrement. Très nombreuses dans le domaine de la santé et de l action sociale (Institut Pasteur, Institut Curie, Fondation Santé des étudiants de France ainsi que bon nombre d hôpitaux, Fondation d Auteuil, maisons de retraite, Fondation des Caisses d épargne pour les Solidarités), les fondations du premier type gonflent donc par leur poids financier ces deux domaines d activités. Il en résulte une très forte concentration des dépenses des fondations en général : 48 % des dépenses sont en effet effectuées dans le domaine de la santé, 31 % pour l action sociale et 6 % pour les arts et la culture. Les autres domaines n émergeant pas au-delà de 5 % des dépenses totales sur Le parallèle entre les statuts juridiques et les types de fondations est fort : ainsi les fondations reconnues d utilité publique sont-elles majoritairement de type «opératrices de terrain», tandis que les fondations abritées et les fondations d entreprise sont majoritairement sinon exclusivement distributrices de prix, bourses et subventions. Ainsi, le poids économique des fondations reconnues d utilité publique représente 96 % des dépenses totales des fondations françaises en Le montant total des dépenses des fondations françaises en 2005 s élevait à 3,7 milliards d euros, pour un total d actifs détenus de 9,4 milliards. De nouveaux acteurs en masse : les entreprises Au nombre de 335, les fondations financées essentiellement par des entreprises se séparent en trois groupes différents : 249 fondations créées, fondées et financées par une seule entreprise ; elles sont les supports du projet de mécénat de l entreprise fondatrice et portent, dans la très grande majorité des cas, leur nom. En fort développement, ce groupe de fondations connaît un rééquilibrage régulier entre Paris et la province depuis les années 80 ; 74 regroupements d entreprises, qui rassemblent plusieurs entreprises fondatrices et financeurs autour d un projet d intérêt général commun. Ces fondations peuvent réunir de deux à une cinquantaine d entreprises fondatrices. Elles vivent essentiellement sur des fonds provenant des entreprises fondatrices, éventuellement associées à de nouvelles entreprises. La moitié de ces fondations a vu le jour depuis 2004 ; la croissance s est donc brutalement accentuée sur cette période récente, avec un très fort développement en province (64 % des fondations créées depuis 2004). La différence des objets de ces fondations est nette par rapport à ceux des fondations créées par une seule entreprise. Le choix de la cause se fait vraisemblablement moins, dans ces cas-là, dans une perspective de représentation et de communication des entreprises, mais par rapport à l intérêt direct que l objet représentera pour ces entreprises ; 12 fondations constituent un troisième groupe plus résiduel, de projets d ordres différents : on y trouve des «fondations de patron» (6 fondations), des «fondations souvenir» (3 fondations) et des «fondations patrimoine d entreprise» (3 fondations recensées). L effet des mesures prises par la puissance publique L évolution du secteur des fondations de 2001 à 2007 frappe par son dynamisme : on observe un développement de 30 % en quatre ans en nombre de fondations. Ce développement doit beaucoup à la participation active de la puissance publique, y compris dans le financement de certaines fondations. Le fait majeur demeure cependant l engouement chaque année plus marqué des entreprises pour les fondations. En 2007, elles ont contribué à la création de 47 % des nouvelles fondations, tous statuts confondus (voir p. 25). La croissance spectaculaire du nombre des fondations n est que partiellement reflétée dans l évolution du poids économique du secteur : estimé à 3,7 milliards en 2005, il ne progresse que de 10,4 % en euros constants par rapport à Cette évolution est au demeurant davantage imputable à l accroissement du nombre de fondations qu à celui de leur poids économique moyen. Les modalités d intervention des fondations et les missions qu elles se donnent n ont guère changé depuis En 2007, seul le domaine de l action sociale attire significativement plus de fondations qu en Il représente, comme en 2001, le premier domaine d intervention des fondations. On assiste depuis 2003 à un train continu de mesures légales, fiscales et administratives qui concourent à une grande diversification statutaire offrant des compétences nouvelles ainsi que des modalités de créations et de gouvernance innovantes. Les évolutions observées dans ces données ne sont probablement que les prémices des mouvements que le nouveau contexte juridique et fiscal, soutenu par une volonté politique forte, ne manquera pas de susciter er novembre n o 387

14 Fondations d entreprise : les dernières données La population actuelle de 194 fondations d entreprise continue de croître, à raison d une nouvelle création tous les neuf jours. Plus encore en 2007 que les années précédentes, les fondations d entreprise couvrent plusieurs secteurs d intervention (pour 80 % d entre elles) et principalement le secteur du social et de la solidarité (67 %). Depuis 2006, les entreprises investissent de plus en plus dans leur fondation d entreprise : 44 % d entre elles en 2007 contre 25 % en 2004 sont créées sur un programme d actions pluriannuel (PAP) excédant 1 million d euros et désormais moins d un quart seulement alignent leur investissement au niveau du PAP plancher de euros. Les entreprises de moins de 250 millions d euros de chiffre d affaires constituent chaque année autour de 40 % des fondateurs. Un phénomène nouveau : les fondations interentreprises L émergence des fondations interentreprises (comptant plus de deux entreprises fondatrices indépendantes les unes des autres) constitue un phénomène nouveau : 10 des 39 fondations d entreprise créées en 2007 et seulement 4 sur 31 en Celles-ci sont issues, soit d entreprises d un même secteur qui dédient leur fondation d entreprise à des domaines proches de celui-ci, soit d entreprises d un même territoire souhaitant valoriser leur patrimoine local. Malgré les difficultés, un satisfecit général Si la quasi-totalité (96 %) des dirigeants de fondation d entreprise de plus de trois ans soulignent aujourd hui Fondations : arrêt sur image Le Panorama Ernst & Young des fondations d entreprise observe chaque année, depuis 2004, le phénomène de création des fondations d entreprise. Celui-ci concerne désormais tous les types d entreprises (de la PME au très grand groupe, dans tous les secteurs d activité) et la quasi-totalité des régions françaises. Les tendances observées ces dernières années se confirment. > PHILIPPE BOUTOT* > PHILIPPE-HENRI DUTHEIL** son impact positif sur l entreprise fondatrice, notamment en termes de rayonnement et de structuration de la politique de mécénat, une bonne moitié reconnaît rencontrer des difficultés : d abord une difficulté à fédérer les salariés de l entreprise, pour une fondation d entreprise sur deux, puis des difficultés d évaluation des projets soutenus et de leur impact, de communication externe et de fonctionnement (choix des projets, respect du budget), qui touchent environ un tiers des répondants. L émergence de bonnes pratiques et d un modèle de gouvernance Au-delà des outils de pilotage mis en place et qui relèvent d une bonne gestion ancrée dans le fonctionnement des entreprises fondatrices, deux bonnes pratiques peuvent être soulignées. Premièrement, 14 % des fondateurs fédèrent en amont de la création l ensemble des parties prenantes (direction générale, services internes, partenaires externes) autour d un projet structuré, planifié et chiffré. Cette réflexion en amont et participative constitue un instrument efficace de stabilité de la gouvernance, très précieux pour les fondations interentreprises. Deuxièmement, la mise en place d une charte qui donne le sens de la fondation d entreprise apparaît comme un instrument de communication interne efficace, utilisé par une fondation d entreprise sur sept. Notons enfin que le modèle de gouvernance approprié prend appui d une part sur une équipe dédiée d une à trois personnes, salariées ou non, autonome dans ses décisions de gestion, le suivi des projets et la communication, et d autre part sur un conseil d administration diversifié par sa composition et garant de la ligne stratégique et de la transparence de la fondation d entreprise. * Directeur de mission senior Ernst & Young, département OSBL, responsable national du secteur des fondations d entreprise. ** Associé Ernst & Young, responsable national du secteur non marchand. n o er novembre

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Les fondations en questions Gouvernance, spécificités comptables, avantages fiscaux Découvrez les règles propres aux différents types de fondations 1 - Quelles sont les

Plus en détail

Présentation du fonds de dotation

Présentation du fonds de dotation Présentation du fonds de dotation Mardi 9 avril 2013 Lors de l Assemblée Générale de la FEVIS (Fédération des Ensembles Vocaux et Instrumentaux Spécialisés) 10 rue Coquillière 75001 PARIS Maître Laurent

Plus en détail

Le fonds de dotation, quelle utilité pour les associations et fondations faisant appel à la générosité du public? Paris, le 28 avril 2009

Le fonds de dotation, quelle utilité pour les associations et fondations faisant appel à la générosité du public? Paris, le 28 avril 2009 Le fonds de dotation, quelle utilité pour les associations et fondations faisant appel à la générosité du public? Paris, le 28 avril 2009 Introduction André HOCHBERG, Président de France générosités Restitution

Plus en détail

Devenez fondateur. fondationdefrance.org

Devenez fondateur. fondationdefrance.org Devenez fondateur fondationdefrance.org Vous envisagez de créer une fondation Comment vous y prendre? Quelles questions vous poser avant de vous lancer? De quelles ressources devez-vous disposer? Quelle

Plus en détail

Le fonds de dotation Nouveau souffle du mécénat

Le fonds de dotation Nouveau souffle du mécénat Le fonds de dotation Nouveau souffle du mécénat La création d une nouvelle structure juridique est un événement rare. Par sa simplicité, le fonds de dotation a vocation à favoriser le développement du

Plus en détail

1 - MODELE DE STATUTS TYPES AVEC CONSEIL D ADMINISTRATION approuvé par le Conseil d Etat dans son avis du 13 mars 2012. I - But de la fondation

1 - MODELE DE STATUTS TYPES AVEC CONSEIL D ADMINISTRATION approuvé par le Conseil d Etat dans son avis du 13 mars 2012. I - But de la fondation 1 - MODELE DE STATUTS TYPES AVEC CONSEIL D ADMINISTRATION approuvé par le Conseil d Etat dans son avis du 13 mars 2012 I - But de la fondation Article 1 er L établissement dit fondé en a pour but de..

Plus en détail

Et si l impôt était le meilleur ami du fundraiser?

Et si l impôt était le meilleur ami du fundraiser? Et si l impôt était le meilleur ami du fundraiser? Daniel Bruneau, directeur de la recherche de fonds et la communication, petits frères des Pauvres Frédéric Théret, directeur du développement, Fondation

Plus en détail

QUAND FISCALITE RIME AVEC CREATIVITE

QUAND FISCALITE RIME AVEC CREATIVITE QUAND FISCALITE RIME AVEC CREATIVITE Kristiaan TOKKA - Xavier DELATTRE Fondation Apprentis-Auteuil Ces slides ont servi de support à la session ci-dessus. Ils ne peuvent donc pas être pleinement utiles

Plus en détail

Créer une fondation. sous l égide de la Fondation de France

Créer une fondation. sous l égide de la Fondation de France Créer une fondation sous l égide de la Fondation de France La Fondation de France Depuis 1969, la Fondation de France soutient des projets concrets et innovants qui répondent aux besoins des personnes

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques La loi ESS, enjeux et opportunités (Dossier réalisé par Michèle Lorillon, In Extenso) La loi relative à l Economie Sociale et Solidaire (ESS), qui était tant attendue par

Plus en détail

Ce guide a pour objectif de vous

Ce guide a pour objectif de vous La défiscalisation des dons aux fondations et associations déclarées d utilité publique Ce guide a pour objectif de vous permettre de déterminer au mieux la répartition des imputations de vos dons sur

Plus en détail

La fiscalité des associations. Les critères de non-lucrativité. fiche pratique 7. 1. La gestion désintéressée

La fiscalité des associations. Les critères de non-lucrativité. fiche pratique 7. 1. La gestion désintéressée La fiscalité des associations Mise à jour : avril 2005 fiche pratique 7 Les critères de non-lucrativité 1. La gestion désintéressée, 2. Une activité non concurrentielle Les locaux de l association L association

Plus en détail

LA LOI DE MODERNISATION DE LA FONCTION PUBLIQUE MODERNISATION FONCTION PUBLIQUE. Note d information N 2007-30 du 1 er septembre 2007 REFERENCES

LA LOI DE MODERNISATION DE LA FONCTION PUBLIQUE MODERNISATION FONCTION PUBLIQUE. Note d information N 2007-30 du 1 er septembre 2007 REFERENCES Note d information N 2007-30 du 1 er septembre 2007 LA LOI DE MODERNISATION DE LA REFERENCES Loi n 2007-148 du 2 février 2007 de modernisation de la fonction publique (Journal officiel du 6 février 2007)

Plus en détail

NOTE SUR LES SUBVENTIONS. - Récapitulatif des obligations des associations subventionnées

NOTE SUR LES SUBVENTIONS. - Récapitulatif des obligations des associations subventionnées NOTE SUR LES SUBVENTIONS - Récapitulatif des obligations des associations subventionnées - Les produits de la tarification ne sont pas des subventions A. Récapitulatif des obligations des associations

Plus en détail

STATUTS DU FONDS DE DOTATION ROBERT-DEBRE PARIS ILE-DE-FRANCE

STATUTS DU FONDS DE DOTATION ROBERT-DEBRE PARIS ILE-DE-FRANCE STATUTS DU FONDS DE DOTATION ROBERT-DEBRE PARIS ILE-DE-FRANCE Préambule L Association Robert-Debré, association relevant de la loi de 1901 concernant les associations, déclarée à la Préfecture de Police

Plus en détail

1. Quelles sont les nécessités et obligations comptables. 2. Pourquoi établir un bilan, un compte de résultat, un budget?

1. Quelles sont les nécessités et obligations comptables. 2. Pourquoi établir un bilan, un compte de résultat, un budget? Sommaire 1. Quelles sont les nécessités et obligations comptables 2. Pourquoi établir un bilan, un compte de résultat, un budget? 3. Quels outils? 4. Quelle fiscalité? 5. Quels documents conserver? Introduction

Plus en détail

Ressources APIE. l immatériel. Conduire des actions d intérêt général avec le concours de financements privés : mécénat, fonds de dotation, parrainage

Ressources APIE. l immatériel. Conduire des actions d intérêt général avec le concours de financements privés : mécénat, fonds de dotation, parrainage Ressources de l immatériel APIE Agence du patrimoine immatériel de l État Conduire des actions d intérêt général avec le concours de financements privés : mécénat, fonds de dotation, parrainage En bref

Plus en détail

FICHE PRATIQUE DE GESTION

FICHE PRATIQUE DE GESTION janvier 2014 FICHE PRATIQUE DE GESTION En bref Les ressources provenant de la générosité du public sont spécifiques des associations et fondations et prennent la forme de dons manuels ou de donations et

Plus en détail

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse»

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Synthèse et Questions/Réponses de l appel à projets Version du 28 juillet 2015 Synthèse Dans la continuité du «Plan

Plus en détail

Statuts de Paris Region Entreprises

Statuts de Paris Region Entreprises Statuts de Paris Region Entreprises Article 1. Forme et dénomination TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Il est institué entre les adhérents aux présents statuts et ceux qui y adhéreront, une Association

Plus en détail

LE MECENAT ET LE PARRAINAGE

LE MECENAT ET LE PARRAINAGE LE MECENAT ET LE PARRAINAGE Des sources de financement complémentaires pour le tissu associatif sportif. SOMMAIRE I Le mot du Préfet 4 II - Définitions 5 III - Mécénat des entreprises du secteur marchand

Plus en détail

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit :

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit : Secrétariat du Grand Conseil PL 11533 Projet présenté par les députés : M mes et MM. Ronald Zacharias, Pascal Spuhler, André Python, Jean-Marie Voumard, Jean-François Girardet, Thierry Cerutti, Henry Rappaz,

Plus en détail

Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013

Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013 Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013 Les premières mesures gouvernementales en matière d imposition des revenus (IR) et d impôt de solidarité sur la fortune (ISF) sont désormais connues.

Plus en détail

SAVOIR TIRER PARTI DES OPPORTUNITES FISCALES DE LA SOCIETE CIVILE A L'IR

SAVOIR TIRER PARTI DES OPPORTUNITES FISCALES DE LA SOCIETE CIVILE A L'IR SAVOIR TIRER PARTI DES OPPORTUNITES FISCALES DE LA SOCIETE CIVILE A L'IR Outil d'optimisation fiscale très performant par rapport à la détention directe d'un patrimoine, la société civile permet de choisir

Plus en détail

APPEL A PROJETS DEPARTEMENTAL 2015

APPEL A PROJETS DEPARTEMENTAL 2015 CONSEIL DEPARTEMENTAL DU JURA APPEL A PROJETS DEPARTEMENTAL 2015 PON FSE 2014-2020 Axe 3 «Lutter contre la pauvreté et promouvoir l inclusion» Programme Départemental d Insertion 2015 Date de lancement

Plus en détail

Algérie. Loi relative aux associations

Algérie. Loi relative aux associations Loi relative aux associations Loi n 90-31 du 4 décembre 1990 [NB - Loi n 90-31 du 4 décembre 1990 relative aux associations (JO 1990-31)] Titre 1 - Dispositions générales Art.1.- La présente loi a pour

Plus en détail

Quel statut juridique, social et fiscal, choisir lorsque l on crée son entreprise?

Quel statut juridique, social et fiscal, choisir lorsque l on crée son entreprise? Quel statut juridique, social et fiscal, choisir lorsque l on crée son entreprise? Matinale Entrepreneuriale - Mardi 23 septembre 2014 Jean-Pierre Franiatte jpf@cabinetfraniatte.com 03 87 62 85 25 CABINET

Plus en détail

INGENIEURS SANS FRONTIERES (ISF)

INGENIEURS SANS FRONTIERES (ISF) INGENIEURS SANS FRONTIERES (ISF) STATUTS I - BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Article 1 L'association de solidarité internationale, INGENIEURS SANS FRONTIERES ("ISF" en sigle), fondée en janvier 1982,

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL

LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL (SPF) www.bdo.lu 2 Les Sociétés de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS 3 1. INTRODUCTION 4 2. ACTIVITES D UNE SPF 2.1 Activités

Plus en détail

DISCLAIMER: As Member States provide national legislations, hyperlinks and explanatory notes (if any), UNESCO does not guarantee their accuracy, nor

DISCLAIMER: As Member States provide national legislations, hyperlinks and explanatory notes (if any), UNESCO does not guarantee their accuracy, nor 2 STATUTS DE LA FONDATION DU PATRIMOINE TITRE II ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DE LA FONDATION Article 6- Organes Les organes de la Fondation sont : - le Conseil de Fondation ; - l Administration général.

Plus en détail

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Vu l article 52 de la loi n 93-1313 du 20 décembre 1993 relative au travail, à

Plus en détail

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Les pouvoirs publics ont attiré notre attention sur les enjeux de la transmission des entreprises, plus de 100

Plus en détail

Réduire son impôt de solidarité sur la fortune en faisant un don

Réduire son impôt de solidarité sur la fortune en faisant un don Réduire son impôt de solidarité sur la fortune en faisant un don Rappel des principes en matière d ISF et des réductions d impôts envisageables Rappels sur l ISF La loi n 2007-1223 du 21 août 2007 en faveur

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

> LE CONTRAT DE COPRODUCTION

> LE CONTRAT DE COPRODUCTION CENTRE NATIONAL DE LA DANSE > Département des métiers > LE CONTRAT DE COPRODUCTION Centre national de la danse Département des métiers 1 rue Victor Hugo 93507 Pantin cedex Le contrat de coproduction, l

Plus en détail

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 1 Berne, mai 2007 Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 2 Pourquoi la CSIAS en tant qu association privée peut-elle établir des normes en matière d aide sociale? La CSIAS est l association professionnelle

Plus en détail

Mécénat Culturel : la législation

Mécénat Culturel : la législation Mécénat Culturel : la législation Petit guide pour les porteurs de projets, les entreprises et les particuliers Mission du mécénat Ministère de la culture et de la Communication Direction générale des

Plus en détail

Campagne «Mécène Adie pour l'emploi»

Campagne «Mécène Adie pour l'emploi» Paris, 9 avril 2015 Campagne «Mécène Adie pour l'emploi» Le Fonds Adie : Le fonds de dotation de l'adie lance 3 fonds pour l emploi - Jeunes, Femmes, Microfranchise solidaire - pour un programme philanthropique

Plus en détail

Caisse des Dépôts et Consignations Étude sur les fondations universitaires à l étranger

Caisse des Dépôts et Consignations Étude sur les fondations universitaires à l étranger DOCUMENT PROJET Caisse des Dépôts et Consignations Étude sur les fondations universitaires à l étranger Synthèse de l étude Réunion CPU du 18 juin 2009 Membre du réseau Ernst & Young Global Limited Les

Plus en détail

Vade-mecum sur la déductibilité des dons au profit d'associations

Vade-mecum sur la déductibilité des dons au profit d'associations Vade-mecum sur la déductibilité des dons au profit d'associations Note liminaire Dans le but d encourager les entreprises et les particuliers à effectuer des dons au profit d associations, les donateurs

Plus en détail

OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES ET STATUTAIRES DES ASSOCIATIONS ET FONDATIONS RECONNUES D UTILITE PUBLIQUE

OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES ET STATUTAIRES DES ASSOCIATIONS ET FONDATIONS RECONNUES D UTILITE PUBLIQUE OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES ET STATUTAIRES DES ASSOCIATIONS ET FONDATIONS RECONNUES D UTILITE PUBLIQUE Les associations et fondations reconnues d utilité publique sont soumises à plusieurs obligations de

Plus en détail

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Indicateur n 4 : Évolution de la structure des recettes du régime général et des régimes d assurances sociales des administrations de sécurité sociale

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010. Époux M.

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010. Époux M. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010 Époux M. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 12 juillet 2010 par le Conseil d État d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) portant sur les

Plus en détail

Statuts de l Association du Pôle scientifique et technologique du canton de Fribourg (PST-FR)

Statuts de l Association du Pôle scientifique et technologique du canton de Fribourg (PST-FR) Page 1 / 8 Statuts de l Association du Pôle scientifique et technologique du canton de Fribourg (PST-FR) Art. 1 Constitution I. Constitution, siège Sous la dénomination «Pôle scientifique et technologique

Plus en détail

dossier de souscription

dossier de souscription Société Anonyme au capital de 37 000 Y 512 426 502 RCS Paris 4 rue Marivaux, 75002 Paris Tél. : + 33 (0)1 47 03 98 97 Email : contact@appaloosa-films.com Site : www.appaloosa-films.com Le Bulletin de souscription

Plus en détail

Ce que les élus vont trouver dans la BDES

Ce que les élus vont trouver dans la BDES Ce que les élus vont trouver dans la BDES La BDES doit être le support de la consultation sur la stratégie de l entreprise. Elle doit réunir d ici fin 2016 toutes les informations soumises jusque-là de

Plus en détail

avenant convention Etats-Unis éviter doubles impositions prévenir l évasion fraude fiscales impôts revenu fortune, L article I de l avenant

avenant convention Etats-Unis éviter doubles impositions prévenir l évasion fraude fiscales impôts revenu fortune, L article I de l avenant Document mis en distribution le 22 décembre 2005 N o 2756 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 14 décembre 2005.

Plus en détail

Réduire son impôt de solidarité sur la fortune en faisant un don

Réduire son impôt de solidarité sur la fortune en faisant un don Cette plaquette a été mise à jour par le Centre Français des Fonds et Fondations et par France générosités en mars 2012. Ont participé à la rédaction de la plaquette initiale publiée en mai 2008 : Isabelle

Plus en détail

Stratégie d investissement responsable

Stratégie d investissement responsable Stratégie d investissement responsable 2 Introduction Dès 2003, le Conseil de surveillance a requis un engagement fort du Fonds de Réserve pour les Retraites dans le domaine de l investissement responsable

Plus en détail

Président du conseil d administration et dirigeant responsable

Président du conseil d administration et dirigeant responsable Président du conseil d administration et dirigeant responsable La loi du 15 mai 2001 relative aux nouvelles régulations économiques (NRE) a modifié le fonctionnement des organes dirigeants des sociétés

Plus en détail

Mesures évaluées 46 68 % 35 324 %

Mesures évaluées 46 68 % 35 324 % Niches fiscales et sociales Un inventaire à la Prévert Il a fallu un an au comité d évaluation (une douzaine de hauts fonctionnaires), au ministère du budget, pour sortir un très gros rapport qui inventorie

Plus en détail

Alternatives offertes dans le 2 ème pilier, contradictions, réflexions

Alternatives offertes dans le 2 ème pilier, contradictions, réflexions Alternatives offertes dans le 2 ème pilier, contradictions, réflexions Giovanni Zucchinetti GiTeC Prévoyance SA Conseil en prévoyance professionnelle Av. de l Eglise-Anglaise 6 1006 Lausanne +41 21 613

Plus en détail

STATUTS CONSTITUTIFS. Fonds de dotation MECENAT-MSE. FONDS DE DOTATION «Mécénat- MSE»

STATUTS CONSTITUTIFS. Fonds de dotation MECENAT-MSE. FONDS DE DOTATION «Mécénat- MSE» STATUTS CONSTITUTIFS Fonds de dotation MECENAT-MSE 1 L an DEUX MILLE ONZE Le 21 avril A Marseille, STATUTS CONSTITUTIFS du fonds de dotation MECENAT-MSE Le Conseil d administration de l association MODERNISER

Plus en détail

Actualité et devenir de l'isf et des droits de mutation à titre gratuit. Aspects internes & internationaux. Faculté de Droit Le 13 décembre 2011

Actualité et devenir de l'isf et des droits de mutation à titre gratuit. Aspects internes & internationaux. Faculté de Droit Le 13 décembre 2011 Actualité et devenir de l'isf et des droits de mutation à titre gratuit Aspects internes & internationaux Faculté de Droit Le 13 décembre 2011 Céline VIESSANT Frédéric MEGE 1 Introduction Comme souligné

Plus en détail

Comment aider vos donateurs à optimiser leur don sur le plan fiscal. Nathalie Sauvanet BNP Paribas Wealth Management

Comment aider vos donateurs à optimiser leur don sur le plan fiscal. Nathalie Sauvanet BNP Paribas Wealth Management Comment aider vos donateurs à optimiser leur don sur le plan fiscal Nathalie Sauvanet BNP Paribas Wealth Management Qu est ce que la Philanthropie? Sens général La philanthropie est tout acte de générosité

Plus en détail

Règlement J. Safra Sarasin Fondation de libre passage (SaraFlip)

Règlement J. Safra Sarasin Fondation de libre passage (SaraFlip) Règlement J. Safra Sarasin Fondation de libre passage (SaraFlip) Mars 2014 Règlementt Le présent règlement se fonde sur l art. 2 des statuts de J. Safra Sarasin Fondation de libre passage (désignée ci-après

Plus en détail

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale Lettre d'information - Septembre - Octobre 2007 MESURES FISCALES ET PATRIMONIALES EN FAVEUR DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU POUVOIR D ACHAT ENTREPRISES 1. Défiscalisation des heures supplémentaires 2. Parachutes

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 11 mars 2015 relative à la communication aux administrations publiques et aux organismes exerçant une prérogative de puissance publique d informations ou copies de pièces issues des procédures

Plus en détail

Références. Mécénat d'entreprise pour l'environnement et le développement durable. Guide pratique juridique et fiscal MAI 2010

Références. Mécénat d'entreprise pour l'environnement et le développement durable. Guide pratique juridique et fiscal MAI 2010 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE Références MAI 2010 Mécénat d'entreprise pour l'environnement et le développement durable Guide pratique juridique et fiscal Délégation au développement durable

Plus en détail

Introduction : Droit commerciale Pr Abdelaziz SQUALLI page : 20 année 2004-2005 2. Répertoire numérique de Dalloz 1

Introduction : Droit commerciale Pr Abdelaziz SQUALLI page : 20 année 2004-2005 2. Répertoire numérique de Dalloz 1 Introduction : L entreprise est une entité économique qui implique la mise en œuvre des moyens humains et matériels en vue de la production ou de la distribution des richesses. Certes, étant une structure

Plus en détail

La participation financière des collectivités territoriales à la protection sociale complémentaire de leurs agents

La participation financière des collectivités territoriales à la protection sociale complémentaire de leurs agents La participation financière des collectivités territoriales à la protection sociale complémentaire de leurs agents La protection sociale complémentaire des agents de la fonction publique territoriale est

Plus en détail

LE CROWDFUNDING CADRE JURIDIQUE & FISCAL

LE CROWDFUNDING CADRE JURIDIQUE & FISCAL LE CROWDFUNDING CADRE JURIDIQUE & FISCAL PAR ME XAVIER SENNÈS Présentation au CROS Aquitaine Bordeaux, le 07.11.2014 SOMMAIRE I. CONTEXTE FINANCIER & POLITIQUE FAVORABLE AU CROWDFUNDING II. CADRE JURIDIQUE

Plus en détail

LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL :

LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL : LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL : UN PARTENARIAT POUR BÂTIR DES COLLECTIVITÉS PLUS FORTES, PLUS PROSPÈRES ET PLUS DYNAMIQUES Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine

Plus en détail

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 La pluralité des lois de finances rectificatives en 2011 nécessite de s attarder sur certains points «sensibles»

Plus en détail

SCP Thouin-Palat et Boucard, SCP Tiffreau, Corlay et Marlange, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Thouin-Palat et Boucard, SCP Tiffreau, Corlay et Marlange, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 3 avril 2012 N de pourvoi: 11-11161 Non publié au bulletin Rejet Mme Favre (président), président SCP Thouin-Palat et Boucard, SCP Tiffreau, Corlay

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

Créer une ASBL : Comment s y prendre?

Créer une ASBL : Comment s y prendre? Créer une ASBL : Comment s y prendre? Bruxelles, 11 décembre 2013 Programme du jour: 1) Introduction 2) La personnalité juridique, différences société-asbl 2) Constitution d une ASBL 3) Mesures de publicité

Plus en détail

PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE

PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE PROTECTION SOCIALE Note d information N 2012-22 du 6 avril 2012 PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE REFERENCES Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires (Journal officiel

Plus en détail

LA LETTRE DES ADHÉRENTS

LA LETTRE DES ADHÉRENTS LA LETTRE DES ADHÉRENTS NUMÉRO SPÉCIAL LOI DE FINANCES - 15 JANVIER 2014 N 2/2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013 INTRODUCTION La loi de finances rectificative pour 2013, définitivement adoptée

Plus en détail

Forum associatif Coulounieix Chamiers 7 septembre 2013 Aspects juridiques et droit des associations

Forum associatif Coulounieix Chamiers 7 septembre 2013 Aspects juridiques et droit des associations Forum associatif Coulounieix Chamiers 7 septembre 2013 Aspects juridiques et droit des associations Centre de Ressources et d Information des Bénévoles Ce que l on va aborder Propos introductifs : l esprit

Plus en détail

III.2 Rapport du Président du Conseil

III.2 Rapport du Président du Conseil III.2 Rapport du Président du Conseil de Surveillance sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques Rapport du directoire rapports du conseil de surveillance 2012 1 Obligations légales

Plus en détail

QUE SAVEZ-VOUS SUR LES ASSOCIATIONS?

QUE SAVEZ-VOUS SUR LES ASSOCIATIONS? QUE SAVEZ-VOUS SUR LES ASSOCIATIONS? Ces questions concernent toutes les associations loi de 1901. Concernant les associations sportives, des exigences particulières peuvent être demandées par vos fédérations

Plus en détail

LES MATINALES DU CRA

LES MATINALES DU CRA LES MATINALES DU CRA 11 MARS 2014 COMMENT OPTIMISER VOTRE REVENU DANS LE CADRE D UN LBO? Intervenant : Christelle POULIQUEN Avocat associé Société d avocats AFFIS 1 Rue de Villersexel 75007 PARIS Comment

Plus en détail

Les aspects juridiques liés à la mise en place de «mutuelles communales»

Les aspects juridiques liés à la mise en place de «mutuelles communales» Juillet 2015 Les aspects juridiques liés à la mise en place de «mutuelles communales» La présente note a pour objet de faire le point sur le cadre juridique applicable à la création de «mutuelles communales»

Plus en détail

Régime fiscal du mécénat et du parrainage

Régime fiscal du mécénat et du parrainage CAMINO AVOCAT Régime fiscal du mécénat et du parrainage Me Cécile Chassefeire MAI 2011 FICHES DE SYNTHESE FICHE 1 / LES NOTIONS FICHE 2 / LES ORGANISMES ELIGIBLES AU MECENAT FICHE 3 / L AVANTAGE FISCAL

Plus en détail

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre?

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Note réalisée par l Observatoire Régional de l Intégration et de la Ville (ORIV) septembre 2014 Eléments de contexte

Plus en détail

La société interprofessionnelle de soins ambulatoires 12 /2012. Jean VILANOVA Juriste jean.vilanova@ca-predica.fr

La société interprofessionnelle de soins ambulatoires 12 /2012. Jean VILANOVA Juriste jean.vilanova@ca-predica.fr La société interprofessionnelle de soins ambulatoires 12 /2012 Jean VILANOVA Juriste jean.vilanova@ca-predica.fr Le décret n 2012-407 du 23 /03 /2012 (JO du 25 /03) relatif aux sociétés interprofessionnelles

Plus en détail

Foire Aux Questions Cocagne Investissement

Foire Aux Questions Cocagne Investissement Foire Aux Questions Cocagne Investissement POURQUOI SOUSCRIRE?... 1 En quoi Cocagne Investissement est-il un fonds citoyen et solidaire?... 1 Quelles sont les modalités d intervention de Cocagne Investissement

Plus en détail

LE MÉMENTO POUR LES DIRIGEANTS D ASSOCIATIONS SPORTIVES

LE MÉMENTO POUR LES DIRIGEANTS D ASSOCIATIONS SPORTIVES LE MÉMENTO POUR LES DIRIGEANTS D ASSOCIATIONS SPORTIVES LES RESSOURCES HUMAINES DE L ASSOCIATION SPORTIVE F1 LE STATUT DE L INTERVENANT : SALARIÉ OU TRAVAILLEUR INDÉPENDANT? F2 L ASSOCIATION SPORTIVE

Plus en détail

ACTUALITE PATRIMONIALE

ACTUALITE PATRIMONIALE ACTUALITE PATRIMONIALE Avril 2011 SOMMAIRE Projets de Loi et de Réforme p. 3 Réforme de la fiscalité du patrimoine Jurisprudence et Réponses ministérielles p. 4 Assurance-vie donnée en garantie et ISF

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES RELATIF AU PORTAGE DU LABEL CENTRE DE RESSOURCE ET D INFORMATION DES BENEVOLES (CRIB) DE L ORNE

APPEL A CANDIDATURES RELATIF AU PORTAGE DU LABEL CENTRE DE RESSOURCE ET D INFORMATION DES BENEVOLES (CRIB) DE L ORNE LE PREFET DE L ORNE Alençon, le janvier 014 APPEL A CANDIDATURES RELATIF AU PORTAGE DU LABEL CENTRE DE RESSOURCE ET D INFORMATION DES BENEVOLES (CRIB) DE L ORNE Contexte : Pour répondre aux besoins croissants

Plus en détail

COURTIER ET AGENT D ASSURANCE

COURTIER ET AGENT D ASSURANCE COURTIER ET AGENT D ASSURANCE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 4 L'ACTIVITÉ DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 7 LES POINTS

Plus en détail

II. - Dispositions du projet de loi

II. - Dispositions du projet de loi Le développement de l économie passe en priorité par la réhabilitation du travail comme moyen de procurer aux salariés un meilleur confort de vie et de relancer la machine économique. Le confort de vie,

Plus en détail

Sommaire. Loi du 13 juillet 1989 portant création d un établissement public dénommé «Parc Hosingen» (telle qu elle a été modifiée)...

Sommaire. Loi du 13 juillet 1989 portant création d un établissement public dénommé «Parc Hosingen» (telle qu elle a été modifiée)... PARC HOSINGEN 1 PARC HOSINGEN Sommaire Loi du 13 juillet 1989 portant création d un établissement public dénommé «Parc Hosingen» (telle qu elle a été modifiée)...................................................................................

Plus en détail

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1 RÉGIME DES PERSONNES IMPATRIÉES REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008... 1 REGIME NOUVEAU... 4 A - Personnes concernées... 5 1 Salariés et mandataires sociaux... 5 2 Personnes non salariées... 6

Plus en détail

Convention de «management fees»: qu en est-il aujourd hui?

Convention de «management fees»: qu en est-il aujourd hui? 81 rue du pré Catelan 59110 La Madeleine Tél : 03 20 39 33 47 Fax : 03 20 63 92 21 lille@valoxy.fr www.valoxy.fr Convention de «management fees»: qu en est-il aujourd hui? Attention aux prestations de

Plus en détail

Comment conjuguer préparation de sa retraite et avantage fiscal?

Comment conjuguer préparation de sa retraite et avantage fiscal? Comment conjuguer préparation de sa retraite et avantage fiscal? Joëlle DALBERA & Samuel ELIMBI Département Retraite Patrimoniale Direction du Développement Sommaire 01//LE MARCHE DU PERP 02// LES PRINCIPES

Plus en détail

Un Budget 2012 en hausse pour la jeunesse et l emploi. Unique et inédit!

Un Budget 2012 en hausse pour la jeunesse et l emploi. Unique et inédit! Conférence de presse du 30 novembre 2011 Session budgétaire de la Région Auvergne* Un Budget 2012 en hausse pour la jeunesse et l emploi Unique et inédit! L Auvergne : 1 ère Région de France à lancer une

Plus en détail

COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014. Ordre du jour

COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014. Ordre du jour COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION Présents : CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO, GIM, UIMM 77 D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014 Ordre du jour 1. Adoption du compte-rendu de la séance du

Plus en détail

Développement de pôles et de maisons de santé pluri-professionnels

Développement de pôles et de maisons de santé pluri-professionnels Exco Clermont-Ferrand Audit Expertise Comptable - Conseil Développement de pôles et de maisons de santé pluri-professionnels Réunion d information sur le montage juridique des projets et les SISA 22 novembre

Plus en détail

11. Déduction du montant de l ISF des investissements dans les PME jusqu à 50.000 euros

11. Déduction du montant de l ISF des investissements dans les PME jusqu à 50.000 euros Lettre d'information - Mai - Juin 2007 MESURES FISCALES ANNONCÉES PAR LE NOUVEAU GOURVERNEMENT Sous réserve que ces mesures soient votées par le Parlement, certaines de ces mesures seraient applicables

Plus en détail

DECRET N 91-199 portant organisation et fonctionnement du Bureau Togolais du Droit d Auteur (BUTODRA) LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE,

DECRET N 91-199 portant organisation et fonctionnement du Bureau Togolais du Droit d Auteur (BUTODRA) LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE MINISTERE DE LA JEUNESSE DES SPORTS ET DE LA CULTURE REPUBLIQUE TOGOLAISE Union Paix Solidarité DECRET N 91-199 portant organisation et fonctionnement du Bureau Togolais du

Plus en détail

2. FRANCE - Plus-values Cession de fonds de commerce et clientèles libérales

2. FRANCE - Plus-values Cession de fonds de commerce et clientèles libérales Lettre mensuelle Mai 2005 SOCIETES 1. UE FRANCE - Intégration fiscale Déduction des pertes subies par des filiales situées dans d autres Etats Membre de l UE 2. FRANCE - Plus-values Cession de fonds de

Plus en détail

Philanthropie, Fiscalité & OSBL

Philanthropie, Fiscalité & OSBL Philanthropie, Fiscalité & OSBL Accompagnez vos clients dans leur générosité Aide-mémoire 2O11 1 re édition Association et Fondation reconnues d utilité publique Les petits frères des Pauvres en chiffres

Plus en détail

Ce qu il faut savoir en 20 points

Ce qu il faut savoir en 20 points Ce qu il faut savoir en 20 points 1. Comptabilité allégée : o registre des ventes : les obligations comptables des autoentrepreneurs sont réduites. Ils peuvent simplement tenir un livre chronologique mentionnant

Plus en détail

LE CROWDFUNDING. Copyright Duhamel Blimbaum.

LE CROWDFUNDING. Copyright Duhamel Blimbaum. LE CROWDFUNDING Copyright Duhamel Blimbaum. Introduction Le financement participatif (ou «crowdfunding» en anglais) est un mode de financement, via internet, qui permet de collecter les apports financiers

Plus en détail

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France Focus sur les politiques publiques de l épargne en France T. Mosquera Yon Banque de France 1 En France, les pouvoirs publics ont, dès 1818, souhaité mettre en place des dispositifs visant à encourager

Plus en détail

LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2012

LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2012 LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2012 CONSEIL La loi 2012-958 du 16 août 2012 consistant en la deuxième loi de finances rectificative pour 2012 a été publiée au JO du 17 août 2012. C est la première

Plus en détail