RÉPUBLIQUE D'ALBANIE L AVOCAT DU PEUPLE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RÉPUBLIQUE D'ALBANIE L AVOCAT DU PEUPLE"

Transcription

1 RÉPUBLIQUE D'ALBANIE L AVOCAT DU PEUPLE Résumé du Rapport spécial de l Avocat du Peuple sur La violence contre les femmes Juillet 2012 L Avocat du Peuple Blvd.: Zhan D Ark No. 2, Tirana, Albanie, Tel./Fax: +355 (4) Web: 1

2 La Constitution de la République d Albanie sanctionne l égalité entre les hommes et les femmes, mais dans la réalité souvent les femmes ne jouissent pas d une manière égale leurs droits comme les hommes. Cette inégalité est touchable dans plusieurs domaines de la vie. L Albanie, jusqu aux années 90, n a pas été engagée dans des instruments internationaux ou dans un niveau européen, d où les droits fondamentaux sanctionnés, étaient violés systématiquement. Les premiers efforts d études en Albanie sur la violence en famille, ont été faits seulement au milieu des années 1990, cependant les efforts individuels et institutionnels pour étudier et explorer la violence en famille ont augmenté. A part l absence d études dans ce domaine, ces efforts ont rencontrés et affrontés une série de difficultés, liée à la nature complexe du phénomène de la violence en famille. Bien qu il ait une sensibilisation, faite principalement lors des dix dernières années pour sensibiliser le public, les comportements vis-à-vis à la violence n ont pas beaucoup changée. La difficulté de l étude du phénomène augmente de plus en plus si on tient compte que tout cela se passe derrière huis clos en famille. La seule source d information reste dans la plupart des cas, la victime elle-même qui en tout cas n est pas délibérée des pré-jugements et les stéréotypes qui existent dans la société ou dans la communauté ou elle fait partie. La violence contre la femme est un problème complexe qui comprend plus qu un acte en ellemême dans les relations personnelles entre le mari et la femme. C est un problème social avec de grandes dimensions qui a ses racines dans les comportements historiques vis-à-vis à la femme et les relations de mariage. La victimisation des femmes par leurs conjoints est renforcée par la situation économique, la mentalité et la tradition, la sensibilisation non suffisante des gens sur la violence en famille. La violence contre la femme devient de plus en plus un problème inquiétant dans la société, car plusieurs hommes se sentent menacés du concept de la liberté des femmes. L étude de la violence dans la famille devient difficile si on tient compte d un nombre de mythes qui ne permettent pas la pénétration dans le cœur du problème. Ainsi, dans des communautés et dans 2

3 des différentes ambiances sociales se sont partagées des opinions que la violence touche seulement une couche ou des groupes déterminés, la violence est un problème des pauvres, les femmes violées ont des personnalités déterminées qui incitent l exerce de la violence par le conjoint, etc. Les coutumes et les traditions albanaises héritent du passé certaines formes de discrimination de la femme en famille et dans la société, mais non pas du type de la torture, ou d autre formes du mauvais traitement. Le phénomène de la vengeance (vendetta) qui a repris de vivacité après les années 90, surtout dans quelques régions du pays a apporté des problèmes également pour les femmes, mais surtout pour les enfants. La vengeance est devenue un obstacle pour leur vie normale, en raison du retranchement des hommes et des enfants. Des cas de vengeances contre la femme, c'est-à-dire lorsqu il a été tiré contre la femme ont été très rares. Le Kanun se pratique encore en Albanie, surtout au Nord. Malheureusement après les années '90, on revoit une réutilisation de ce code. Les relations sexuelles forcées se considèrent encore une honte pour la femme (principalement dans les zones rurales) qui apportent après, le mariage obligé avec le violeur pour mettre l honneur à sa place. Pourtant, dans les zones urbaines, la situation a changée, mais dans la plupart des zones rurales et suburbaines la femme continue d être sous la pression de la mentalité patriarcale. La première décade de la transition , a été caractérisée de la propagation du phénomène du trafic des femmes et des filles à des fins de prostitution. En janvier 2003, le gouvernement albanais a présenté pour la première fois son rapport pour l application des standards de la Convention Sur l élimination de toutes les formes de la discrimination vis-à-vis aux femmes (CEDAW), ratifiée par l Albanie en Novembre Les problèmes présentés comme plus sensibles étaient la prostitution et le trafic des femmes et des filles. Le Comité pour l Elimination de la Discrimination des Femmes, auprès de l ONU 1, a donné certaines recommandations qui ont guidée l activité non seulement des mécanismes 1 28ieme session du Comité CEDAW, Janvier 2003, ainsi que les observations du Comité des Nations Unies sur l Elimination de Toutes formes de Discrimination de la Femme, données en

4 étatiques, mais également l activité de toutes les ONG qui soutiennent, assistent et aident les femmes violées. D après leurs études, il en résulte que la violence contre la femme en Albanie, dans sa plus grande partie s effectue au sein de la famille. Il y a très peu de cas de violence dénoncés, exercée par les institutions publiques. Malheureusement, même les dénonciations faites par les femmes pour les cas de violence en famille sont rares. Selon le monitoring de la presse quotidienne pour l année , dans toute l Albanie, il en résulte d avoir perdu la vie comme résultat de la violence exercée au sein de la famille 56 femmes et filles. 74 femmes et filles ont subi de graves blessures. Ce pourcentage inférieur des femmes qui ont dénoncé l abus, peut être expliqué avec le bas niveau d éducation. Actuellement, les victimes de la violence en famille sont défendues par les dispositions générales du Code Pénal qui régularisent les mauvais traitements physiques, l offense, la blessure, l assassinat, etc. Cependant l acte pénal commis, vu la relation familiale constitue une circonstance aggravante. Le petit nombre des plaintes et des dénonciations par les victimes de la violence en famille montre que la violence en famille continue d être considérée une affaire privée par le public. Les tribunaux influencent également à la création d une apathie dans les familles où il y a de la violence, car ils ne prennent pas des décisions justes vis-à-vis aux criminels (violeurs de la loi), ainsi que dans plusieurs cas la décision prise envers l auteur sont les amendes qui aggravent sur les frais de la famille. Le nouveau Code de Famille, a renforcé les mesures antiviolence vis-à-vis aux femmes 3 et la loi albanaise Sur la santé reproductive est une des lois les plus modernes en Europe et un garant du droit de la femme à décider elle-même pour sa reproduction. 2 Le Monitoring de la presse effectuée par le centre de la Femme , Tirana. 3 Le Code de Famille, l article 61 contient des mesures urgentes. 4

5 Le travail de prévention qui se fait par les organisations à but non lucratif s est accompagné de l approbation des lois respectives pour la violence en famille, mais également avec le soin pour enquêter et juger avec sévérité toute apparition de violence qui constitue une infraction pénale. Il faut qu il y ait plus de moyens efficaces dans le cadre d un mécanisme, pour garantir, garder et appliquer les droits des femmes, afin d améliorer le traitement et la position des femmes en famille et dans la société albanaise. Les organes étatiques doivent également travailler pour arriver jusqu au bout de la justice, indépendamment que les victimes de cette violence peuvent renoncer de l accusation pour une raison ou une autre. Il ne faut pas oublier que la violence en famille n est pas seulement une attribution des familles pauvres ou de ceux avec une éducation non suffisante, elle a touchée et touche également les familles dans une bonne situation économique et avec des études supérieures. Conclusions et recommandations de l Avocat du Peuple La 11ème recommandation de l UE pour l Albanie détermine: Faire des pas concrets pour renforcer la protection des droits de l homme, surtout des femmes, des enfants et des Rom, ainsi que dans l application efficace des politiques de l anti discrimination». C est pourquoi dans le cadre de l organisation des campagnes de sensibilisation pour la prévention de la violence contre la femme et la violence en famille», le travail de l Institution de l Avocat du Peuple continuera entre autres avec l organisation des jours ouverts, avec les inspections continues et dans des centres où sont logées les femmes trafiquées. L Objet du travail de l institution de l Avocat du Peuple sera également l évaluation, le monitoring de l application des obligations légales par les autorités publiques responsables selon le domaine de leur activité. 1. La coopération continue de l Avocat du Peuple avec les organisations non lucratives qui dernièrement a été conclue avec les accords communes de coopération, sera concentrée principalement dans le traitement (référence) des cas, sensibilisation de la communauté concernant aux droits des femmes, des activités communes, etc. et rédaction de recommandation. Les accords de la coopération de l Avocat du Peuple avec les organisations 5

6 de la Société Civile à la protection des droits des femmes, rendront possible que la société civile elle-même puisse utiliser effectivement l Avocat du Peuple pour transmettre des messages importants avec la situation des droits des femmes pour laquelle il faut une intervention légale administrative, etc. 2. Le nombre des individus qui s adressent au Tribunal pour des cas de violence, ainsi que les ordonnances de protection délivrées par eux ont été augmentés. Il est mis en évidence qu il y a eu un élargissement du nombre des tribunaux qui ont délivré des ordonnances de protection pour les victimes de la violence en famille, n étant pas seulement dans les tribunaux de grandes villes, mais également dans ceux de plus petites villes. L augmentation du nombre des décisions pour les ordonnances de protection délivrées par le Tribunal montre que la sensibilisation, la réaction, et la confiance des victimes de violence dans le système de la protection ont augmenté. Mais, les structures de l exécution ne répondent pas à la rapidité du tribunal qui trouve difficile l application de ces décisions de justice. 3. La violence en famille est un phénomène très répandu dans la société albanaise et par conséquence c est la responsabilité de l état, de la communauté des individus d entreprendre des mesures nécessaires pour l arrêter. Il est indispensable pour que le gouvernement prenne des initiatives nécessaires afin de respecter et accomplir les droits fondamentaux des femmes et des enfants comme une partie des droits de l homme. Indépendamment des initiatives et des activités de différentes organisations, les actions entreprises par l Etat ont la possibilité d unifier et consolider ces efforts et pourquoi pas les inciter et les promouvoir. 4. Le processus de l indemnisation de la femme qui a subi une torture ou de la violence sexuelle, ou d autres formes du mauvais traitement, est faible dans la pratique. La poursuite civile dans le procès pénal est utilisée rarement. Le facteur principal est la mentalité selon laquelle l honneur ne peut pas être achetée avec de l argent, mais il y a également une série d autres facteurs. 5. A part le travail fait par certaines organisations non lucratives pour sensibiliser et trouver les voies concrètes pour l amélioration de la situation, il faut trouver des moyens effectifs dans le 6

7 cadre d un mécanisme afin de garantir et d appliquer les droits des femmes, afin d améliorer le traitement et la position de la femme dans les familles et dans la société albanaise. Les organes qui s occupent de la justice doivent voir avec de la priorité les cas ou les femmes et les filles sont soumises à la violence et au mauvais traitement. Elles, souvent sont obligées à renoncer des accusations pour une raison ou une autre. Beaucoup de crimes passés il y a plusieurs années, sont toujours sans auteurs. 6. Le renforcement économique des femmes constitue une des conditions fondamentales pour atteindre l égalité entre les femmes et les hommes, réduction de la violence contre la femme. 7. L Intégration des femmes doit faire partie dans toutes les politiques sociales, économiques et politiques en Albanie afin de réussir un développement durable à travers l exploitation du potentiel humain complet du pays, ainsi que de garantir la satisfaction de toutes ces réussites par tous les groupes sociaux. 8. La mise en place dans tous les pouvoirs locaux, selon les déterminations des actes légaux (préfectures et mairies) des mécanismes de la référence des cas de violence dans les relations familiales. 9. La mise en place et le renforcement des mécanismes pour l égalité entre femmes et hommes dans un niveau central et local, principalement l accélération du processus de la nomination des employées femmes dans les structures des Ministères et des employés locaux pour les affaires d égalité dans les mairies du pays. 10. Donner de la priorité aux politiques liées à la participation des femmes dans des schémas du support avec de revenus, dans des programmes actifs d embauche, formation professionnelle et reformation. 11. L application de la Résolution de l Assemblée de l Albanie du Sur la lutte contre la violence vis-à-vis aux femmes et l augmentation de la dimension parlementaire de la lutte contre la violence dans la famille. 7

8 12. La mise en place des services du soin social et de la réhabilitation des victimes de violence dans les relations familiales, par les organes du pouvoir local avec leurs revenus. 13. L application des mesures prévues dans la Stratégie Nationale , pour l égalité entre hommes et femmes et contre la violence des femmes et celle dans la famille qui demandent la création des procédures et des possibilités de la sous-traitance des ONG pour offrir des services respectifs pour les victimes de cette violence. 8

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

Projet de Déclaration de Rabat sur l enfance dans le monde islamique

Projet de Déclaration de Rabat sur l enfance dans le monde islamique Projet de Déclaration de Rabat sur l enfance dans le monde islamique Nous, les ministres chargés de l enfance dans les États membres de l Organisation de la Conférence islamique (OCI) et les chefs d organisations

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/55/595 et Corr.1 et 2)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/55/595 et Corr.1 et 2)] Nations Unies A/RES/55/67 Assemblée générale Distr. générale 31 janvier 2001 Cinquante-cinquième session Point 107 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur le rapport de la Troisième

Plus en détail

Concertation francophone de haut-niveau sur les violences faites aux femmes et aux filles

Concertation francophone de haut-niveau sur les violences faites aux femmes et aux filles Concertation francophone de haut-niveau sur les violences faites aux femmes et aux filles 57 e session de la Commission de la condition de la femme, 4 15 mars 2013 Plan d action francophone sur les violences

Plus en détail

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Version Facile à lire Réalisé avec le soutien de l AWIPH 1 Ce texte est une explication en Facile à lire de la Convention. Ce n est pas

Plus en détail

Les personnes handicapées ont les mêmes droits

Les personnes handicapées ont les mêmes droits Les personnes handicapées ont les mêmes droits La stratégie européenne 2010-2020 en faveur des personnes handicapées Commission européenne Égalité des droits, égalité des chances La valeur ajoutée européenne

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 4 juillet 2003 MONEYVAL (2003)6 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 14 mai 2004 MONEYVAL (2004)6 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

Traditionnellement, les personnes handicapées étaient prises en charge par:

Traditionnellement, les personnes handicapées étaient prises en charge par: Introduction à la convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées: développement et objectif de la convention, principes généraux et obligations des États Parties Shivaun Quinlivan

Plus en détail

Commission des questions politiques et de la démocratie

Commission des questions politiques et de la démocratie DÉCLASSIFIÉ 1 AS/Pol (2014) 14 4 septembre 2014 Fpdoc14_14 Commission des questions politiques et de la démocratie Évaluation du partenariat pour la démocratie concernant le Parlement du Maroc Rapporteur

Plus en détail

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action Orientations gouvernementales en matière d agression sexuelle Plan d action Édition produite par : La Direction des communications du ministère de la Santé et des Services sociaux Pour obtenir d autres

Plus en détail

Cinquième rapport périodique Espagne

Cinquième rapport périodique Espagne Comité pour l élimination de la dis crimination à l égard des femmes Trente et unième session 6-23 juillet 2004 Extrait du supplément N o 38 (A/59/38) Cinquième rapport périodique Espagne Conclusions du

Plus en détail

Avant projet de texte légal portant régime de l intégration du genre dans les politiques nationales de croissance et de l emploi

Avant projet de texte légal portant régime de l intégration du genre dans les politiques nationales de croissance et de l emploi Avant projet de texte légal portant régime de l intégration du genre dans les politiques nationales de croissance et de l emploi Préambule Le Cameroun a révisé son DSRP i 2003 en lui adressant une direction

Plus en détail

Cinzia Grassi, Loredana Ceccacci, Anna Elisa D Agostino Observatoire pour le contraste de la pédophilie et de la pornographie enfantine

Cinzia Grassi, Loredana Ceccacci, Anna Elisa D Agostino Observatoire pour le contraste de la pédophilie et de la pornographie enfantine 14. La collecte de données sur la violence envers les enfants Cinzia Grassi, Loredana Ceccacci, Anna Elisa D Agostino Observatoire pour le contraste de la pédophilie et de la pornographie enfantine Introduction

Plus en détail

Muriel RAMBOUR. Université de Haute-Alsace

Muriel RAMBOUR. Université de Haute-Alsace LA SÉCURITÉ DES CITOYENS PAR LA PROTECTION DES VICTIMES DE LA CRIMINALITÉ DANS L UE UE Muriel RAMBOUR Université de Haute-Alsace 18 mai 2011 présentation par la Commission européenne de ses propositions

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 4 décembre 2009 Français Original: anglais E/C.12/CHE/Q/2-3 Comité des droits économiques, sociaux et culturels Groupe de travail de présession

Plus en détail

Office fédéral de la justice Unité Droit pénal international. 3003 Bern. Berne, le 10 novembre

Office fédéral de la justice Unité Droit pénal international. 3003 Bern. Berne, le 10 novembre Office fédéral de la justice Unité Droit pénal international 3003 Bern Berne, le 10 novembre Approbation et mise en œuvre de la convention du 25 octobre 2007 du Conseil de l Europe sur la protection des

Plus en détail

130 ème ASSEMBLEE DE L'UIP ET REUNIONS CONNEXES Genève, 16-20.3.2014

130 ème ASSEMBLEE DE L'UIP ET REUNIONS CONNEXES Genève, 16-20.3.2014 130 ème ASSEMBLEE DE L'UIP ET REUNIONS CONNEXES Genève, 16-20.3.2014 Commission permanente de la C-III/130/DR-am démocratie et des droits de l homme 6 mars 2014 PROTEGER LES DROITS DES ENFANTS, EN PARTICULIER

Plus en détail

Vers des investissements économiquement juste, écologiquement viable et socialement responsable :

Vers des investissements économiquement juste, écologiquement viable et socialement responsable : Vers des investissements économiquement juste, écologiquement viable et socialement responsable : Commentaires d IIDD sur les nouveaux Principes pour un investissement responsable dans l agriculture et

Plus en détail

Règles et normes de l Organisation des Nations Unies

Règles et normes de l Organisation des Nations Unies Règles et normes de l Organisation des Nations Unies en matière de prévention du crime et de justice pénale Aide-mémoire des Casques bleus Vous avez signé un contrat avec l Organisation des Nations Unies

Plus en détail

LES ANIMAUX COMME OBJET DU DROIT :

LES ANIMAUX COMME OBJET DU DROIT : LES ANIMAUX COMME OBJET DU DROIT : VALORISE T ON LA PROTECTION ANIMALE AU QUÉBEC? ALLOCUTION PRÉSENTÉE À LA CONFÉRENCE DES GOUVERNEURS DU 11 DÉCEMBRE 2014 Martine Lachance Directrice, Groupe de recherche

Plus en détail

CURRICULUM VITAE. Ecole Nationale de la Magistrature : Section internationale de Paris Ecole Nationale d Administration de Bamako

CURRICULUM VITAE. Ecole Nationale de la Magistrature : Section internationale de Paris Ecole Nationale d Administration de Bamako CURRICULUM VITAE 1. Nom de famille : MAIGA 2. Prénoms : SOYATA 3. Date de naissance : 22 Décembre 1952 4. Nationalité : Malienne 5. Formation : Juriste ; Ancienne Magistrate ; Avocate à la Cour 6. Cursus

Plus en détail

CEPB. Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1. Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador

CEPB. Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1. Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1 2007 2006 #49F #42E CEPB Pamela Gough Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador La responsabilité première

Plus en détail

AGIR MAINTENANT : INVESTIR DANS LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE AUPRÈS DES JEUNES

AGIR MAINTENANT : INVESTIR DANS LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE AUPRÈS DES JEUNES POPULATION REFERENCE BUREAU AGIR MAINTENANT : INVESTIR DANS LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE AUPRÈS DES JEUNES SCÉNARIO DE LA PRÉSENTATION UNE PRÉSENTATION > La présentation commencera par

Plus en détail

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit J ai droit, tu as droit, il/elle a droit Une introduction aux droits de l enfant Toutes les personnes ont des droits. Fille ou garçon de moins de 18 ans, tu possèdes, en plus, certains droits spécifiques.

Plus en détail

CTOC/COP/WG.1/2010/2. I. Introduction

CTOC/COP/WG.1/2010/2. I. Introduction Distr. générale 29 décembre 2009 Français Original: anglais Réunion intergouvernementale d experts à composition non limitée sur les mécanismes d examen à envisager pour l application de la Convention

Plus en détail

GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP)

GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP) Strasbourg, 22 août 2014 CDDH-CORP(2014)10 COMITÉ DIRECTEUR POUR LES DROITS DE L'HOMME (CDDH) GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP) Projet de recommandation du Comité

Plus en détail

Abus et négligence envers les personnes âgées

Abus et négligence envers les personnes âgées Abus et négligence envers les personnes âgées Qu est-ce que l abus et la négligence envers les personnes âgées? L abus et la négligence envers les personnes âgées sont des actes ou des comportements de

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

La Convention Internationale des Droits de l'enfant

La Convention Internationale des Droits de l'enfant La Convention Internationale des Droits de l'enfant Texte adapté aux enfants dès 10 ans La Convention a été adoptée par les Nations Unies (ONU) le 20 novembre 1989 pour protéger les droits des enfants

Plus en détail

La lutte contre les violences à l encontre des femmes

La lutte contre les violences à l encontre des femmes R O Y A U M E D U M A R O C La lutte contre les violences à l encontre des femmes Série contribution au débat public - N 4 www.cndh.ma La lutte contre les violences à l encontre des femmes Série contribution

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

NOTE INTRODUCTIVE AU PROJET DE LOI COMPLETANT ET MODIFIANT LA LOI NO 52-05 PORTANT SUR LE CODE DE LA ROUTE

NOTE INTRODUCTIVE AU PROJET DE LOI COMPLETANT ET MODIFIANT LA LOI NO 52-05 PORTANT SUR LE CODE DE LA ROUTE NOTE INTRODUCTIVE AU PROJET DE LOI COMPLETANT ET MODIFIANT LA LOI NO 52-05 PORTANT SUR LE CODE DE LA ROUTE Depuis son entrée en vigueur en Octobre 2010, le nouveau code de la route a permis la mise en

Plus en détail

Projet du Code de l Investissement

Projet du Code de l Investissement République Tunisienne Ministère du Développement, de l Investissement et de la Coopération Internationale Projet du Code de l Investissement Version préliminaire 22 mai 2015 Article1premier. TITRE PREMIER.

Plus en détail

RECOMMANDATION DE POLITIQUE GÉNÉRALE N 13 DE L ECRI

RECOMMANDATION DE POLITIQUE GÉNÉRALE N 13 DE L ECRI CRI(2011)37 RECOMMANDATION DE POLITIQUE GÉNÉRALE N 13 DE L ECRI SUR LA LUTTE CONTRE L ANTI-TSIGANISME ET LES DISCRIMINATIONS ENVERS LES ROMS ADOPTÉE LE 24 JUIN 2011 Strasbourg, Septembre 2011 Publication

Plus en détail

Aide aux victimes en cas d infraction commise

Aide aux victimes en cas d infraction commise Département fédéral de justice et police DFJP Office fédéral de la justice OFJ Domaine de direction Droit public Unité Projets et méthode législatifs 1 er janvier 2015 Aide aux victimes en cas d infraction

Plus en détail

UN SUR CINQ : UNE CAMPAGNE DU CONSEIL DE L'EUROPE CONTRE LA VIOLENCE SEXUELLE A L EGARD DES ENFANTS PRINCIPES DIRECTEURS DE LA CAMPAGNE

UN SUR CINQ : UNE CAMPAGNE DU CONSEIL DE L'EUROPE CONTRE LA VIOLENCE SEXUELLE A L EGARD DES ENFANTS PRINCIPES DIRECTEURS DE LA CAMPAGNE UN SUR CINQ : UNE CAMPAGNE DU CONSEIL DE L'EUROPE CONTRE LA VIOLENCE SEXUELLE A L EGARD DES ENFANTS PRINCIPES DIRECTEURS DE LA CAMPAGNE OBJECTIFS DE LA CAMPAGNE La Campagne UN sur CINQ a été lancée à Rome

Plus en détail

Priorités 2012-2014 pour le Maroc. de la coopération

Priorités 2012-2014 pour le Maroc. de la coopération Priorités 2012-2014 pour le Maroc dans le cadre de la coopération avec le voisinage Priorités 2012-2014 pour le Maroc dans le cadre de la coopération avec le voisinage Toute demande de reproduction ou

Plus en détail

=-=-=-=-=-= =-=-=-=-=-=-=

=-=-=-=-=-= =-=-=-=-=-=-= REPUBLIQUE DU CAMEROUN REPUBLIC OF CAMEROON Paix-Travail-Patrie Peace-Work-Fatherland =-=-=-=-=-= =-=-=-=-=-=-= PROPOS LIMINAIRE DE MADAME ABENA ONDOA NEE OBAMA MARIE THERESE, MINISTRE DE LA PROMOTION

Plus en détail

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme,

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme, Documents de synthèse DS 2 20.12.09 IIEDH Observatoire de la diversité et des droits culturels Situation des droits culturels Argumentaire politique www.droitsculturels.org 1. Définition des droits culturels

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE E/CN.4/Sub.2/2003/12/Rev.2 26 août 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION DES DROITS DE L HOMME Sous-Commission de la promotion et de la

Plus en détail

RÉALISATIONS DU CONSEIL DE L EUROPE DANS LE DOMAINE JURIDIQUE DROIT DE LA FAMILLE ET LA PROTECTION DES ENFANTS

RÉALISATIONS DU CONSEIL DE L EUROPE DANS LE DOMAINE JURIDIQUE DROIT DE LA FAMILLE ET LA PROTECTION DES ENFANTS CJ-FA (2008) 2 RÉALISATIONS DU CONSEIL DE L EUROPE DANS LE DOMAINE JURIDIQUE DROIT DE LA FAMILLE ET LA PROTECTION DES ENFANTS Préparé par le Secrétariat de la Direction Générale des Droits de l Homme et

Plus en détail

Campagne AU.COMMIT pour la Lutte contre le Trafic Humain

Campagne AU.COMMIT pour la Lutte contre le Trafic Humain I. Introduction Le Département des Affaires Sociales de la Commission de l'union africaine prévoit dans son Plan stratégique 2009-2012 et son programme d'activités de 2008 plusieurs initiatives en ce qui

Plus en détail

placement sont un élément important de la précarité du travail et une menace pour le respect des droits des travailleuses et des travailleurs.

placement sont un élément important de la précarité du travail et une menace pour le respect des droits des travailleuses et des travailleurs. À LA DÉFENSE DES TRAVAILLEUSES ET TRAVAILLEURS D AGENCES DE PLACEMENT TEMPORAIRE IL EST PLUS QUE TEMPS QUE LE GOUVERNEMENT PASSE À L ACTION! AIDEZ NOUS À FAIRE DES GAINS DANS CE DOSSIER PRIMORDIAL MISE

Plus en détail

PROGRAMMES DE BOURSES ET DE FORMATION DU HCDH

PROGRAMMES DE BOURSES ET DE FORMATION DU HCDH II. PROGRAMMES DE BOURSES ET DE FORMATION DU HCDH II Les programmes de bourses et de formation examinés dans le présent chapitre ont été instaurés par le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits

Plus en détail

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES Les juridictions pénales jugent les infractions à la loi pénale. Ces infractions sont définies dans le code pénal. Il existe en France, trois types d'infractions, définies

Plus en détail

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS par Jean-Michel ETCHEVERRY président du tribunal de grande instance de Roanne (2 février 2009) Plusieurs réformes législatives intervenues ces dernières

Plus en détail

EC Gender Help Desk Help Desk pour l égalité des genres de la Commission européenne CÔTE D IVOIRE. Fiche d Information sur le genre

EC Gender Help Desk Help Desk pour l égalité des genres de la Commission européenne CÔTE D IVOIRE. Fiche d Information sur le genre EC Gender Help Desk Help Desk pour l égalité des genres de la Commission européenne CÔTE D IVOIRE Fiche d Information sur le genre Les Fiches d Information sur le genre, rédigés par le Help Desk pour l

Plus en détail

POLITIQUE DRHSC 2013-082

POLITIQUE DRHSC 2013-082 POLITIQUE Programme Déficience physique VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES DE TOUTE PERSONNE DÉSIRANT EXERCER OU EXERÇANT DES FONCTIONS AU PROGRAMME DÉFICIENCE PHYSIQUE EXPÉDITEUR : Direction des

Plus en détail

C O U R S U P É R I E U R E DISTRICT DE MONTRÉAL

C O U R S U P É R I E U R E DISTRICT DE MONTRÉAL C A N A D A PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL NO : 500-06-000373-064 C O U R S U P É R I E U R E (Recours collectifs) OPTION CONSOMMATEURS Demanderesse et JEAN-FRANÇOIS TREMBLAY et al. Personnes

Plus en détail

Action directe et prescription:

Action directe et prescription: Atelier A N 09 Action directe et prescription: les nouvelles règles du jeu Intervenants Pierre CARRICANO Directeur Indemnisation pierre.carricano@fr.qbe.com com Annie DALION Directeur Pôle Indemnisation

Plus en détail

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 17 septembre 2012 Français Original: anglais A/HRC/FMI/2012/2 Conseil des droits de l homme Forum sur les questions relatives aux minorités Cinquième session

Plus en détail

2012-2016 4+4 4+4 2012-2016. Stratégie du Pôle Social. Stratégie du Pôle Social

2012-2016 4+4 4+4 2012-2016. Stratégie du Pôle Social. Stratégie du Pôle Social 2012-2016 Stratégie du Pôle Social 4+4 4+4 Stratégie du Pôle Social 2012-2016 »YɪàL G Ö dg á«é«jgî SG 4+4 2012-2016 Introduction Notre pays entre dans une nouvelle phase de construction d un projet national

Plus en détail

ÉVÉNEMENTS PRÉ-SOMMET

ÉVÉNEMENTS PRÉ-SOMMET AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Addis Ababa, ETHIOPIA P. O. Box 3243 Telephone : +251-115- 517 700 Fax : +251-115- 517844 website : www. africa-union.org ÉVÉNEMENTS PRÉ-SOMMET FORUM DE LA

Plus en détail

_Règlement Caritas Protection des enfants

_Règlement Caritas Protection des enfants _Règlement Caritas Protection des enfants 2 Convaincus que les enfants ont le droit d être protégés et stimulés dans leur développement, respectés comme des acteurs indépendants et associés aux décisions,

Plus en détail

Copie préliminaire du texte authentique. La copie certifiée par le Secrétaire général sera publiée ultérieurement.

Copie préliminaire du texte authentique. La copie certifiée par le Secrétaire général sera publiée ultérieurement. PROTOCOLE ADDITIONNEL À LA CONVENTION DES NATIONS UNIES CONTRE LA CRIMINALITÉ TRANSNATIONALE ORGANISÉE VISANT À PRÉVENIR, RÉPRIMER ET PUNIR LA TRAITE DES PERSONNES, EN PARTICULIER DES FEMMES ET DES ENFANTS

Plus en détail

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin Comité des Parties de la Convention du Conseil de l'europe sur la lutte contre la traite des êtres humains Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la

Plus en détail

Action de l UE : défendre les droits des victimes

Action de l UE : défendre les droits des victimes défendre les droits des victimes Quel est le problème? Chaque année dans l UE, plus de 75 millions de personnes sont victimes de délits graves et 40 000 meurent dans des accidents de la route. Ces événements

Plus en détail

Questionnaire situation des droits de l homme des personnes âgées

Questionnaire situation des droits de l homme des personnes âgées Questionnaire situation des droits de l homme des personnes âgées Question 1 : Veuillez fournir des informations sur la situation actuelle des droits des personnes âgées, incluant en particulier les problématiques

Plus en détail

L aide juridique, la justice à coût $ûr. Complément d information à l aide-mémoire

L aide juridique, la justice à coût $ûr. Complément d information à l aide-mémoire L aide juridique, la justice à coût $ûr Complément d information à l aide-mémoire La demande d aide juridique La résidence au Québec Pour être admissible à l aide juridique, le requérant doit résider au

Plus en détail

Introduction. Une infraction est un comportement interdit par la loi pénale et sanctionné d une peine prévue par celle-ci. (1)

Introduction. Une infraction est un comportement interdit par la loi pénale et sanctionné d une peine prévue par celle-ci. (1) Vous êtes victime Introduction Vous avez été victime d une infraction (1). C est un événement traumatisant et vous vous posez sûrement de nombreuses questions : Quels sont mes droits? Que dois-je faire

Plus en détail

PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE

PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE SYNTHESE Le 15 septembre 2003, Madame Anne D HAUTEVILLE, professeur

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

La gouvernance foncière Agissons pour sa mise en œuvre!

La gouvernance foncière Agissons pour sa mise en œuvre! La gouvernance foncière Agissons pour sa mise en œuvre! Directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts dans le contexte de

Plus en détail

Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission

Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission 2 février 2010 Commission des lois Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission NB : Les amendements enregistrés

Plus en détail

«Ce n est pas correct!»

«Ce n est pas correct!» Pour de plus amples renseignements Pour vous renseigner sur ce que fait le gouvernement du Canada pour les aînés ou pour trouver des services et des programmes de soutien offerts dans votre province ou

Plus en détail

QU EST-CE QUE LE PLAIDOYER?

QU EST-CE QUE LE PLAIDOYER? Aimé D. MIANZENZA Qu est-ce que le plaidoyer? QU EST-CE QUE LE PLAIDOYER? I. Introduction Le plaidoyer est devenu un outil d action incontournable des organisations de la société civile (OSC). Il en existe

Plus en détail

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur l Albanie

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur l Albanie DIRECTION GENERALE DES DROITS DE L HOMME ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DIRECTION DES MONITORINGS Strasbourg, le 8 octobre 2009 Public Greco RC-II (2007) 12F Addendum Deuxième Cycle d Evaluation Addendum au

Plus en détail

Garde de jour pour enfants

Garde de jour pour enfants Garde de jour pour enfants comprendre les dispositions de garde et les ordonnances de la cour criminelle ou du tribunal de la famille Contexte Les garderies ont pour principale tâche de préserver en tout

Plus en détail

Outils de recouvrement d avoirs au Canada. Guide pratique

Outils de recouvrement d avoirs au Canada. Guide pratique Outils de recouvrement d avoirs au Canada Guide pratique Outils de recouvrement d avoirs au Canada Guide pratique I. INTRODUCTION Tout comme il appuie les instruments juridiques internationaux tels que

Plus en détail

Intervention Catherine FAUTRIER APCE 28 novembre 2007 1

Intervention Catherine FAUTRIER APCE 28 novembre 2007 1 Intervention Catherine FAUTRIER APCE 28 novembre 2007 1 Les violences conjugales constituent une très grave et inacceptable atteinte au droit, à la liberté, à la sécurité et à la dignité humaine. Habituellement

Plus en détail

Project Cybercrime@Octopus

Project Cybercrime@Octopus Project Cybercrime@Octopus La Convention de Budapest sur la cybercriminalité et le projet de loi de la République Islamique de Mauritanie Alexander Seger Secrétaire exécutif du Comité de la Convention

Plus en détail

LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS CLAP SUD-OUEST/VA

LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS CLAP SUD-OUEST/VA LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS RESPONSABILITE PEDAGOGIQUE JURIDIQUE MORALE CIVILE PENALE ETHIQUE TRIBUNAUX TRIBUNAUX MORALE CIVILS REPRESSIFS - Conscience du devoir - Instance - Police - Grande Instance

Plus en détail

CONVENTION DES DROITS DE L ENFANT

CONVENTION DES DROITS DE L ENFANT CONVENTION...... DES DROITS... DE L ENFANT 3 LA CONVENTION DES DROITS DE L ENFANT Les articles de cette Convention ont été rédigés plus simplement pour les enfants par le Cofrade (Conseil français des

Plus en détail

On se fait une loi de vous intéresser

On se fait une loi de vous intéresser On se fait une loi de vous intéresser La profession d avocat Le Barreau du Québec est l ordre professionnel des avocats et avocates. Il regroupe quelque 25 500 membres. notre mission Afin d assurer la

Plus en détail

La loi vietnamienne sur la nationalité

La loi vietnamienne sur la nationalité La loi vietnamienne sur la nationalité Le moins que l on puisse dire est que les problèmes afférents à la nationalité, lorsque c est le cas des anciens élèves du lycée Chasseloup-Laubat/Jean-Jacques Rousseau,

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Circulaire du 22 mars 2012 présentant les dispositions pénales d application immédiate de la loi n 2012-304 du 6 mars 2012 relative à l établissement d un contrôle des armes moderne, simplifié et préventif

Plus en détail

Association des Etudiants Guinéens du Nord pas de Calais (ASS.E.GUI - NPDC)

Association des Etudiants Guinéens du Nord pas de Calais (ASS.E.GUI - NPDC) RÉPUBLIQUE FRANCAISE Solidarité Fraternité - Egalité Association des Etudiants Guinéens du Nord pas de Calais (ASS.E.GUI - NPDC) Tel : 06 60 56 47 45 E-mail : asseguilille@gmail.com Lille, le 28 Avril

Plus en détail

Troisième et quatrième rapports périodiques combinés Zambie

Troisième et quatrième rapports périodiques combinés Zambie Comité pour l élimination de la discrimination à l égard des femmes Vingt-septième session 3-21 juin 2002 Extrait du supplément N o 38 (A/57/38) Troisième et quatrième rapports périodiques combinés Zambie

Plus en détail

Togo. Un rapport au Comité des Droits de l homme

Togo. Un rapport au Comité des Droits de l homme Togo Un rapport au Comité des Droits de l homme Introduction Ceci est un résumé du rapport de l OMCT Violence contre les femmes au Togo, soumis au Comité des droits de l homme des Nations Unies en 2002

Plus en détail

UNE JOURNÉE À LA COUR

UNE JOURNÉE À LA COUR UNE JOURNÉE À LA COUR À l intention des victimes, proches et témoins d actes criminels Cette brochure a été produite par le Centre d aide aux victimes d actes criminels (CAVAC) de la Montérégie. Le contenu

Plus en détail

[N.B. : Ceci est une traduction non officielle.]

[N.B. : Ceci est une traduction non officielle.] [N.B. : Ceci est une traduction non officielle.] Réseau juridique canadien VIH/SIDA - Parti vert du Canada Question 1 : Financer entièrement une stratégie renouvelée sur le VIH et le sida Votre parti s

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Table des matières CONTEXTE...5 OBJET...7 CHAMP D APPLICATION...7 PRINCIPES GÉNÉRAUX ET VALEURS...7 OBJECTIFS GÉNÉRAUX...8 OBJECTIFS PARTICULIERS...8 DISPOSITIONS

Plus en détail

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes.

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. 4 Droit pénal et droit de la famille FR 004 LE DROIT DE LA FAMILLE ET LES FEMMES EN ONTARIO Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. Renseignez-vous sur vos droits. Droit pénal et droit de la

Plus en détail

Guide du Règlement sur les mesures d assurancede la qualité

Guide du Règlement sur les mesures d assurancede la qualité Guide du Règlement sur les mesures d assurancede la qualité Décharge de responsabilité : Le présent document est un guide en langage simple destiné à vous aider à mieux comprendre le Règlement sur les

Plus en détail

Travailleurs étrangers temporaires. Vos droits sont protégés

Travailleurs étrangers temporaires. Vos droits sont protégés Travailleurs étrangers temporaires Vos droits sont protégés Bienvenue au Canada! Le Canada est un ardent défenseur des droits de la personne, au pays comme à l étranger. Cette brochure a été préparée pour

Plus en détail

Les juridictions. A) Les juridictions civiles :

Les juridictions. A) Les juridictions civiles : Les juridictions. Tribunaux = Magistrats Ils ont une compétence d attribution (on ne peut pas s adresser à n importe quel tribunal pour n importe quelle affaire. Le droit privé (ordre judiciaire) de 1

Plus en détail

Document final de la Conférence d examen de Durban SECTION 1

Document final de la Conférence d examen de Durban SECTION 1 Document final de la Conférence d examen de Durban SECTION 1 Examen des progrès et évaluation de la mise en œuvre de la Déclaration et du Programme d action de Durban par toutes les parties prenantes aux

Plus en détail

LA DÉFENSE DES DROITS DE L HOMME. Pour le meilleur et surtout pour le pire. Nina Bonche et Camilia Gaied. Lycée Jacob Holtzer, Firminy

LA DÉFENSE DES DROITS DE L HOMME. Pour le meilleur et surtout pour le pire. Nina Bonche et Camilia Gaied. Lycée Jacob Holtzer, Firminy LA DÉFENSE DES DROITS DE L HOMME Pour le meilleur et surtout pour le pire Nina Bonche et Camilia Gaied Lycée Jacob Holtzer, Firminy 25 «Il me répétait sans cesse que j étais la femme de sa vie, qu à tout

Plus en détail

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Colloque de Dublin, vendredi 19 Mars 2010 ASPECTS PRATIQUES DE L INDEPENDANCE DE LA JUSTICE Rapport Introductif Partie III Relations

Plus en détail

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE)

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) Article 2 L'Union est fondée sur les valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d'égalité, de l'état de droit, ainsi que de

Plus en détail

Les inégalités de retraite entre les hommes et les femmes

Les inégalités de retraite entre les hommes et les femmes Dossier. Retraites, vers une réforme systémique 29 Les inégalités de retraite entre les hommes et les femmes Les systèmes de retraite actuels pénalisent toujours les carrières des femmes, souvent plus

Plus en détail

Droits et devoirs des parents et enfants

Droits et devoirs des parents et enfants Droits et devoirs des parents et enfants L autorité parentale L autorité parentale désigne l ensemble de droits et des obligations qui pèsent sur les parents. Autrement dit, on peut dire qu ils ont des

Plus en détail

CCM/MSP/2010/WP.3. Convention sur les armes à sous-munitions 13 octobre 2010. Projet Plan d action de Vientiane. I. Introduction

CCM/MSP/2010/WP.3. Convention sur les armes à sous-munitions 13 octobre 2010. Projet Plan d action de Vientiane. I. Introduction Convention sur les armes à sous-munitions 13 octobre 2010 Français Original: anglais CCM/MSP/2010/WP.3 Première Assemblée des États parties Vientiane (République démocratique populaire lao) 9-12 novembre

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LE PERSONNEL ET LES DÉPENSES DES SERVICES DE POURSUITES CRIMINELLES RÈGLES DE DÉCLARATION

ENQUÊTE SUR LE PERSONNEL ET LES DÉPENSES DES SERVICES DE POURSUITES CRIMINELLES RÈGLES DE DÉCLARATION ENQUÊTE SUR LE PERSONNEL ET LES DÉPENSES DES SERVICES DE POURSUITES CRIMINELLES RÈGLES DE DÉCLARATION NOTES GÉNÉRALES : 1. Objet de l Enquête : L Enquête sur les dépenses et le personnel des services de

Plus en détail

Le Comité des Ministres, en vertu des articles 15.a et 16 du Statut du Conseil de l Europe,

Le Comité des Ministres, en vertu des articles 15.a et 16 du Statut du Conseil de l Europe, Résolution CM/Res(2013)13 sur le statut du Comité d'experts sur l'évaluation des mesures de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme (MONEYVAL) (adoptée par le Comité des

Plus en détail

Nations Unies Haut Commissariat aux Droits de l Homme, réf: NVebU mes 2011

Nations Unies Haut Commissariat aux Droits de l Homme, réf: NVebU mes 2011 Nations Unies Haut Commissariat aux Droits de l Homme, réf: NVebU mes 2011 Initiatives montrant des bonnes pratiques ainsi que des pratiques efficaces dans l adoption d une approche fondée sur les droits

Plus en détail