Une prise de décision maitrisée et en toute confiance dans le cadre de Solvabilité II

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Une prise de décision maitrisée et en toute confiance dans le cadre de Solvabilité II"

Transcription

1 Une prise de décision maitrisée et en toute confiance dans le cadre de Solvabilité II LIVRE BLANC SOLVABILITÉ II DE SECONDFLOOR

2 Table des matières 3 Présentation : Pourquoi les rapports Solvabilité II nécessitent-ils une approche automatisée 3 Ne plus se contenter de «cocher des cases» : Profitez pleinement des avantages des rapports Solvabilité II 4-5 Quatre défis fondamentaux pour les assureurs 5 La nécessité d un contrôle efficace 6 Avantages d une approche fondée sur les workflows pour les rapports Solvabilité II et le stress testing 7 L orchestration des processus est vitale 7 Conclusion : Investir dans le workflow offre de multiples avantages pour l entreprise

3 Présentation : Pourquoi les rapports Solvabilité II nécessitent-ils une approche automatisée? Solvabilité II oblige les assureurs à fournir tous les trimestres une quantité sans précédent d informations fiables aux régulateurs, aux dirigeants et au public. La seule élaboration manuelle de ces informations en tant que telle est presque irréalisable puisqu elle nécessite que de nombreuses personnes prennent du temps sur leurs activités quotidiennes pour collecter, calculer, regrouper, valider et présenter les informations dans les formats spécifiques requis. Une approche bien plus efficace consiste à automatiser le processus autant que possible, en l intégrant au cadre existant de gestion des risques et de la gouvernance, de telle sorte que la collecte de données pour les rapports Solvabilité II fasse partie intégrante des opérations & activités quotidiennes de l organisation. Cette approche garantit, non seulement qu un ensemble de données complet et exact peut être fourni en temps voulu (un défi majeur en soi, étant donné les délais de reporting très courts imposés par le nouveau régime), mais également que les dirigeants ont un accès permanent à une source unique et fiable d informations sur le profil de risque de l organisation du point de vue de la solvabilité. Ne plus se contenter de «cocher des cases» : Profitez pleinement des avantages des rapports Solvabilité II Les renseignements fournis présentent bien d autres avantages que la capacité seule à produire des rapports solides pour le régulateur. Ils peuvent également orienter la prise de décisions stratégiques en offrant une vision de l entreprise qui n est aujourd hui pas suffisamment éclairée par les approches, les méthodologies et les systèmes de gestion des risques en interne. La capacité à prendre des décisions stratégiques qui profitent à l entreprise, tout en renforçant la protection des clients et de l industrie elle-même, est le but ultime de la mise en œuvre du régime Solvabilité II. Ce libre blanc porte sur la façon dont les assureurs peuvent aborder de manière optimale la tâche d automatisation des processus Solvabilité II et leur intégration aux opérations quotidiennes, les risques liés à ne pas agir de la sorte et les avantages obtenus à laisser un accès permanent à un ensemble de rapports fiables de gestion et d analyse de la solvabilité. Il est fondé sur une discussion qui s est tenue durant un webinaire organisé par Insurance Risk en octobre 2012, et contient des points de vue et des renseignements fournis par les participants à la discussion, dont notamment Emmanuel Noblet, Directeur des Opérations chez SecondFloor et précédemment Directeur Adjoint de la Gestion des Risques chez ING. 3

4 Quatre défis fondamentaux pour les assureurs Alors que les assureurs accueillent positivement l introduction de Solvabilité II et la protection qu elle offre aux souscripteurs et à l industrie, ils partagent tous le sentiment que le nouveau régime doit être adopté de telle sorte qu il offre une valeur réelle, tangible et stratégique à l entreprise. La plupart des assureurs ont déjà mis en place des systèmes et des méthodologies éprouvés, robustes et matures pour analyser le risque, calculer les exigences de fonds propres et livrer des rapports aux contrôleurs, aux marchés et à la direction interne. Dans la grande majorité des cas, les données requises dans le cadre de Solvabilité II existent déjà au sein de l organisation, tout comme la capacité technique, professionnelle et intellectuelle à les utiliser pour une prise de décision stratégique responsable et éclairée. Toutefois, même si cette structure existe, Solvabilité II introduit quatre défis fondamentaux pour les assureurs. Le premier consiste à extraire, organiser et présenter les données dans les dimensions requises par le nouveau régime, qui peuvent ne pas être en corrélation avec les dimensions ou la structure dans lesquelles elles sont actuellement organisées ou analysées au sein de l organisation. L exemple le plus évident est que Solvabilité II exige que le risque soit rapporté du point de vue d une entité juridique, alors que la plupart des assureurs ont tendance à analyser le risque du point de vue d une division opérationnelle. Le deuxième consiste à renforcer l intégrité des données par l utilisation de contrôles dans le cadre de la gouvernance, grâce auxquels les données et les calculs peuvent être entièrement validés, faire l objet d un audit détaillé et suivis en remontant jusqu à leur source (non pas simplement jusqu au système principal ou jusqu au moteur de calcul, mais jusqu à la personne qui a fourni les données ou les calculs). Le troisième défi dont les ramifications peuvent ne pas avoir été parfaitement évaluées puisque les assureurs se concentrent sur la mise en place du cadre initial concerne l exigence relative à la publication des informations requises de manière très récurrente et dans des délais très courts, selon toute probabilité quelques semaines après la fin de la période concernée. Ainsi, il ne suffit pas de bien faire les choses pour le premier exercice, mais de répéter les mêmes procédures tous les trimestres. Si des évènements significatifs menacent la stabilité de l entreprise, le régulateur pourra également demander des rapports plus fréquents ou ad hoc. Les assureurs qui s appuient sur un processus lourd en interventions manuelles pour collecter et organiser les données provenant d une myriade de systèmes au sein de leur organisation constatent que ce processus est soumis à une pression considérable lorsqu on tente de respecter les délais, ce qui peut avoir des conséquences sur la qualité et l exhaustivité des informations fournies. «L intérêt de Solvabilité II est d offrir des opportunités au sein et à l extérieur de l organisation. Elle y parvient en remettant le bilan» au centre des règles du jeu. Emmanuel Noblet, Directeur des Opérations, SecondFloor 4

5 Quatre défis fondamentaux pour les assureurs Le quatrième défi quant à lui consiste à utiliser de manière stratégique en interne des données produites dans le cadre de Solvabilité II, au lieu de se contenter de cocher des cases, ce qui crée du travail sans apporter aucune valeur ajoutée. L objectif du processus d évaluation interne des risques et de la solvabilité (ORSA) du Pilier 2, est de garantir que les données à fournir sont également utilisées dans le cadre de la gestion de l entreprise. Par ailleurs, en mettant l accent sur le bilan à la valeur du marché (MVBS Market Value Balance Sheet) de l organisation plutôt que sur les profits et pertes de chaque division opérationnelle, Solvabilité II offre l opportunité de réunir les secteurs fonctionnels clés finances, évaluations actuarielles, investissement et risque afin d élaborer une approche unifiée de la gestion des risques qui profite à l entreprise, tout en protégeant les souscripteurs. Ainsi, en résumé, les assureurs devront : Extraire et présenter les données dans les dimensions requises par Solvabilité II Prouver que les résultats fournis sont basés sur des données sources exactes et validées Fournir les informations requises fréquemment et dans des délais très courts Utiliser des informations produites de manière stratégique en interne La nécessité d un contrôle efficace Pour tous les assureurs, excepté pour les plus petits, la taille et la complexité de l entreprise (et de ses systèmes informatiques sous-jacents) indiquent que l automatisation grâce à un workflow, une bonne gouvernance des données et un contrôle des processus sont la seule façon de s assurer que ces quatre défis sont relevés au profit de l assureur. Bien qu il existe éventuellement d autres solutions technologiques telles que le remplacement des anciens systèmes hétérogènes par une plate-forme d assurance centrale, unique et intégrée à l échelle de l entreprise elles sont beaucoup trop coûteuses et ont, dans un premier temps, un effet extrêmement perturbateur sur l entreprise. Les assureurs qui sont en avance sur leur préparation à Solvabilité II, ont pu démontrer que l intégration de contrôles fiables et l automatisation des échanges avec les systèmes existants garantissent que les données requises peuvent être produites à temps pour respecter les délais demandés par les régulateurs. De plus cette intégration & automatisation peut également renforcer grandement la confiance des dirigeants dans les rapports produits, ce qui leur permet d utiliser les informations qu ils contiennent pour prendre des décisions stratégiques en interne. 5

6 Avantages d une approche fondée sur les workflows pour les rapports Solvabilité II et le stress testing Les assureurs ayant intégré les workflows de rapport Solvabilité II au cadre quotidien de leurs activités et de leurs opérations, ont la possibilité de pouvoir générer les rapports Solvabilité II lorsqu ils le souhaitent, au lieu d avoir à collecter et enrichir manuellement les données chaque fois que cela est nécessaire. Cela offre d importants avantages en termes d évaluation du profil de risque de l organisation du point de vue de Solvabilité II. Le stress testing est un bon exemple. De nombreux assureurs pensent qu il s agit d une tâche onéreuse qui doit être effectuée manuellement, mais elle est de plus en plus demandée par les régulateurs et les dirigeants, et peut contribuer de manière significative à l élément ORSA du Pilier 2 de Solvabilité II. Cet avantage est important, car c est le Pilier 2 qui permet réellement aux dirigeants de comprendre le profil de risque de l entreprise d un point de vue holistique. «Le Pilier 2 est véritablement l élément essentiel de la finalité de Solvabilité II. Nous avons consacré beaucoup de temps aux Pilier 1 et 3, mais le Pilier 2 est la véritable essence de Solvabilité II.» Emmanuel Noblet, Directeur des Opérations, SecondFloor La capacité à réaliser des stress tests réguliers de manière structurée et documentée, donne l occasion de réunir différents secteurs d activités de l entreprise pour analyser l impact d un choc et discuter d approches plus efficaces en termes de répartition du capital et de gestion des risques. Et cela est valable à tous les niveaux de l entreprise. Les organisations qui ont mis en place un processus structuré et documenté, à la fois pour la collecte et la validation des données sous-jacentes, ainsi que pour l analyse du risque les concernant, indiquent que les dirigeants ont davantage confiance dans les données produites et sont plus enclins à les utiliser pour prendre des décisions fondées sur le risque. Ce n est pas seulement le cas de directeurs financiers qui veulent prendre les meilleures décisions en terme d allocation du capital pour Solvabilité II, mais également des professionnels de la finance qui veillent être conformes aux IFRS. Le développement d un workflow approuvé afin d orchestrer tous les systèmes, les personnes, les processus et les données impliqués dans les processus de production des rapports, peut aider à l harmonisation des efforts réalisés dans le cadre de Solvabilité II et des IFRS, en permettant à l organisation de proposer le cas échéant, une vision unique du MVBS sur lequel chacun peut s entendre. Une fois ce MVBS en place, un consensus s établit sur la définition du capital, qu il s agisse de fonds ou d un capital économique, ce qui peut susciter des discussions productives sur le rendement rapporté aux risques. «Le Pilier 2 est véritablement l élément essentiel de la finalité de Solvabilité II. Nous avons consacré beaucoup de temps au Pilier 1 et au Pilier 3, mais le Pilier 2 est la véritable essence de Solvabilité II. Emmanuel Noblet, Directeur des Opérations, SecondFloor» 6

7 L orchestration des processus est vitale Elle intervient lorsque le workflow collecte les bonnes données, en veillant à ce qu elles soient clairement validées, en appliquant les bons calculs et en présentant les résultats en temps voulu, le tout d une manière qui soit pertinente pour l entreprise ainsi que pour l autorité de contrôle. Le défi pour les compagnies d assurance notamment celles qui ont des activités à l international, des outils informatiques anciens et complexes ainsi que de multiples modèles de données consiste à décider dans quel format doivent être communiqués les données, les calculs et les résultats, et donc à orchestrer le workflow en conséquence. Fort heureusement, des outils et de l expertise sont disponibles à cette fin. On parle beaucoup des «big data» de la capacité à tirer des renseignements de la grande quantité de données produites quotidiennement autour de l entreprise. Du point de vue de Solvabilité II, le plus important est d identifier les «bonnes données» et de mettre en place un processus qui fonctionne uniquement avec celles-ci. Pour cela, il faut commencer par le résultat c est-à-dire décider quelles sont les informations que l entreprise et le régulateur ont besoin de connaître et créer un processus qui soit uniquement axé sur cela. Une fois en place, l organisation profitera de l accès permanent à une source unique de données intégrées, validées et structurées, capable de supporter la prise de décisions en toute confiance et permettre ainsi une approche plus holistique de la gestion des risques à travers toute l organisation. Conclusion : Investir dans le workflow offre de multiples avantages pour l entreprise Finalement, Solvabilité II offre une très bonne occasion de réunir les dirigeants afin qu ils puissent prendre des décisions éclairées en termes de capital et de risque, basées sur un ensemble unique d informations réconciliées et validées. Le défi consiste à produire ces informations de telle sorte qu elles soient transparentes et que tous les départements de l entreprise puissent s y fier et pas seulement une fois, mais de manière répétée et conformément au calendrier des échéances réglementaires en termes de publication. Il est impossible d y arriver en adoptant une approche ad hoc nécessitant des interventions manuelles et lourdes pour la collecte des données et la présentation des rapports. Les assureurs qui voient en Solvabilité II une occasion d améliorer leur gestion des risques doivent pouvoir intégrer le processus de production des rapports dans le cadre de leurs activités quotidiennes et cela ne peut venir qu après avoir défini, approuvé et mis en œuvre un workflow qui permette aux données d être automatiquement produites et analysées lorsque cela est exigé. Bien que la définition et la mise en œuvre du workflow puissent être difficiles, les avantages parlent d eux-mêmes : avec une source unique et fiable d informations sur l entreprise, les assureurs peuvent non seulement remplir efficacement leurs obligations réglementaires, mais également prendre de meilleures décisions en termes de gestion des risques, mieux allouer le capital et identifier les opportunités de croissance rentable pour leur entreprise. 7

8 Pour plus de détails, veuillez contacter SecondFloor. À propos de la société SecondFloor SecondFloor aide les entreprises à se mettre en conformité et à produire des informations réglementaires efficacement et de manière cohérente. Les entreprises qui font confiance aux solutions de SecondFloor bénéficient d analyses et de rapports complets, exacts, traçables et vérifiables, qui peuvent être répétés et qui sont disponibles à temps. Les stress tests, les calculs de capital économique et la création de rapports réglementaires dans des environnements complexes sont des domaines essentiels sur lesquels SecondFloor s est forgé sa réputation en tant que prestataire de solutions d analyse pour les entreprises. eframe, l application logicielle de SecondFloor, est le reflet d approches basées sur des pratiques d excellence et des accélérateurs de projet acquis auprès des clients au fil de nombreuses années d expérience. SecondFloor distribue également les solutions Risk Analytics d IBM. Pour plus d informations Contactez-nous à l adresse Vous pouvez également consulter le site Copyright 2013 SecondFloor All Rights Reserved

eframe pour le modèle interne Solvabilité II

eframe pour le modèle interne Solvabilité II eframe pour le modèle interne Solvabilité II Une solution de contrôle et de reporting automatisée et efficace pour le modèle interne Solvabilité II www.secondfloor.com eframe pour le modèle interne Solvabilité

Plus en détail

pour la formule standard Solvabilité II

pour la formule standard Solvabilité II eframe pour la formule standard Solvabilité II Un reporting automatisé et reproductible pour la formule standard Solvabilité II www.secondfloor.com eframe pour la formule standard Solvabilité II Un reporting

Plus en détail

Réussir le Use Test est une exigence critique pour les assureurs ayant

Réussir le Use Test est une exigence critique pour les assureurs ayant Réussir le Use Test est une exigence critique pour les assureurs ayant demandé la validation de leur sous Solvabilité II. Cet article décrit comment les assureurs peuvent en même temps satisfaire aux exigences

Plus en détail

eframe pour optimiser les reportings métiers et réglementaires

eframe pour optimiser les reportings métiers et réglementaires eframe pour optimiser les reportings métiers et réglementaires TIME WINDOW DRIVEN REPORTING POUR DES ANALYSES ET DES RAPPORTS COMPLETS ET EXACTS, À TEMPS TOUT LE TEMPS www.secondfloor.com eframe pour optimiser

Plus en détail

Livre numérique CINQ FAÇONS D AUGMENTER LES VENTES GRÂCE AU MARKETING

Livre numérique CINQ FAÇONS D AUGMENTER LES VENTES GRÂCE AU MARKETING Livre numérique CINQ FAÇONS D AUGMENTER LES VENTES GRÂCE AU MARKETING SOMMAIRE Résumé analytique Conseil 1 : S accorder sur les définitions 2 3 Résumé analytique Équipes ventes et marketing. Ils passent

Plus en détail

Énoncé conjoint des avantages obtenus lorsque des écoles étrangères affiliées offrent le programme d études du Manitoba

Énoncé conjoint des avantages obtenus lorsque des écoles étrangères affiliées offrent le programme d études du Manitoba Enseignement postsecondaire et Alphabétisation Éducation Entreprenariat, Formation professionnelle et Commerce Énoncé conjoint des avantages obtenus lorsque des écoles étrangères affiliées offrent le programme

Plus en détail

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER L Association France Alzheimer est une association de familles créée par des familles et des professionnels du soin en 1985. A cette époque il n existe aucun traitement

Plus en détail

Au-delà de la conformité. L excellence des données sur les risques comme moyen de se démarquer

Au-delà de la conformité. L excellence des données sur les risques comme moyen de se démarquer Au-delà de la conformité L excellence des données sur les risques comme moyen de se démarquer Cette page a été intentionnellement laissée en blanc. Les nouvelles règles sur l agrégation des données sur

Plus en détail

Colruyt industrialise sa gestion des risques avec MEGA

Colruyt industrialise sa gestion des risques avec MEGA industrialise sa gestion des risques avec MEGA Principaux objectifs Industrialiser l évaluation, le suivi et le contrôle des risques opérationnels. Disposer d un référentiel unique d informations fiables,

Plus en détail

Révisions ISO Livre blanc

Révisions ISO Livre blanc Révisions ISO ISO Revisions Révisions ISO Livre blanc Quelle est la différence entre une approche procédure et une approche processus? Aborder le changement Processus vs procédures : Qu est-ce que cela

Plus en détail

Commentaires de la Banque Nationale

Commentaires de la Banque Nationale Commentaires de la Banque Nationale Livre blanc de l OCRCVM Modifications apportées aux règles concernant l obligation de mise à niveau des compétences et le versement direct de commissions Le 29 avril

Plus en détail

SOLUTIONS DE GOUVERNANCE OPERATIONNELLE. Servir l excellence opérationnelle des organisations en optimisant les coûts et les risques

SOLUTIONS DE GOUVERNANCE OPERATIONNELLE. Servir l excellence opérationnelle des organisations en optimisant les coûts et les risques SOLUTIONS DE GOUVERNANCE OPERATIONNELLE Servir l excellence opérationnelle des organisations en optimisant les coûts et les risques La qualité d exécution des opérations d une organisation détermine son

Plus en détail

SERVICES. Distribution de licences logicielles et gestion des droits livrés dans le Cloud et conçus pour le Cloud

SERVICES. Distribution de licences logicielles et gestion des droits livrés dans le Cloud et conçus pour le Cloud SERVICES Distribution de licences logicielles et gestion des droits livrés dans le Cloud et conçus pour le Cloud L industrie du logiciel face aux défis du Cloud Les entreprises ont rapidement réalisé la

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

La santé et la sécurité, une priorité? Faites de notre norme BS OHSAS 18001 une priorité.

La santé et la sécurité, une priorité? Faites de notre norme BS OHSAS 18001 une priorité. La santé et la sécurité, une priorité? Faites de notre norme BS OHSAS 18001 une priorité. Pourquoi BSI? Parce que nous savons reconnaître une bonne norme BS OHSAS 18001 quand nous en voyons une. Nous pouvons

Plus en détail

Focus sur Solvabilité II et ORSA

Focus sur Solvabilité II et ORSA Focus sur Solvabilité II et ORSA Dispositions prudentielles au cœur de notre futur Pour rappel, Solvabilité II est le nouveau cadre prudentiel européen prévu pour promouvoir la bonne gouvernance et la

Plus en détail

ASSEMBLÉE 38 e SESSION

ASSEMBLÉE 38 e SESSION Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL A38-WP/11 EX/6 17/5/13 ASSEMBLÉE 38 e SESSION COMITÉ EXÉCUTIF Point 16 : Facilitation et documents de voyage lisibles à la machine PROPOSITION

Plus en détail

LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE

LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE Introduction 1. L économie et la société bénéficient des performances de haute qualité des experts-comptables qui contribuent à l imputation et à

Plus en détail

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 14.2.2007 SEC(2007) 113 DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION Document accompagnant la proposition

Plus en détail

CONSTRUCTION, ANIMATION ET

CONSTRUCTION, ANIMATION ET 2010 KIT A CONSTRUCTION, ANIMATION ET VALORISATION D'UN ATELIER RECIT Celine Lorenz Réd. Celine Lorenz 14/06/2010 KIT A CONSTRUCTION, ANIMATION ET VALORISATION D UN ATELIER Ce kit vous permettra de réaliser

Plus en détail

Plan de développement stratégique 2013-2016

Plan de développement stratégique 2013-2016 Plan de développement stratégique 2013-2016 INTRODUCTION Le Plan de développement stratégique présenté dans les pages qui suivent expose les objectifs du Groupe de Collaboration Internationale en Ingénierie

Plus en détail

Solvabilité 2 : le rôle de l actuaire

Solvabilité 2 : le rôle de l actuaire JJ Mois Année Solvabilité 2 : le rôle de l actuaire Journées Actuarielles de Strasbourg 6-7 octobre 2010 1 PLAN Solvabilité 2 : présentation de la réforme Le rôle de l actuaire dans Solvabilité 2 Que fait

Plus en détail

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère Tom Pfeiffer Partner Audit Deloitte Sacha Thill Senior Consultant Operations Excellence & Human Capital Deloitte Soucieuses du bien-être et du développement

Plus en détail

APPEL D OFFRES DE SERVICES PROFESSIONNELS

APPEL D OFFRES DE SERVICES PROFESSIONNELS APPEL D OFFRES DE SERVICES PROFESSIONNELS POUR L ÉVALUATION D IMPACT DU PROGRAMME NATIONAL LEADERSHIP DE SERVICE 1. L Arche, qu est-ce que c est? ; «L'Arche rassemble des personnes, avec et sans déficience

Plus en détail

Système d information : Maximiser le retour sur investissement

Système d information : Maximiser le retour sur investissement Améliorer le contrôle interne Système d information : Maximiser le retour sur investissement LAURA FREDERICK, CONSULTANTE EN TI ET GESTION DU CHANGEMENT, ECHANGE, LLC, (MARS 2002) WWW.GLOBALECHANGE.COM

Plus en détail

L UE, la crise économique et le marché immobilier Quel projet d avenir?

L UE, la crise économique et le marché immobilier Quel projet d avenir? L UE, la crise économique et le marché immobilier Quel projet d avenir? Prise de position CEPI, le Conseil Européen des Professions Immobilières Contact Référence Janet K. Griffiths - janet.griffiths@cepi.eu

Plus en détail

Méthodologie. 1 Évaluation des capacités de la gestion de l information

Méthodologie. 1 Évaluation des capacités de la gestion de l information Méthodologie 1 Évaluation des capacités de la gestion de l information Outil et méthodologie 2 Table des matières 3 Table des matières (suite) 4 Aperçu de l outil Évaluation des capacités de la GI 5 Contexte

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

Une compagnie pour la vie

Une compagnie pour la vie 12 pages:mise en page 1 01/06/11 11:15 Page1 Une compagnie pour la vie Une compagnie pour la vie AFI ESCA : Compagnie d assurance sur la vie et de capitalisation. Entreprise régie par le code des assurances.

Plus en détail

Economie verte: Réponses de l Öbu aux questions de Bruno Oberle (OFEV) lors de sa conférence «La vision suisse d une Economie verte» au Forum ö 2014

Economie verte: Réponses de l Öbu aux questions de Bruno Oberle (OFEV) lors de sa conférence «La vision suisse d une Economie verte» au Forum ö 2014 Economie verte: Réponses de l Öbu aux questions de Bruno Oberle (OFEV) lors de sa conférence «La vision suisse d une Economie verte» au Forum ö 2014 Prise de position de l Öbu, 23.12.14 9 mai, Forum ö

Plus en détail

Réponse de la direction à l Évaluation sommative du Programme des réseaux de centres d excellence dirigés par l entreprise (RCE-E) menée en 2015.

Réponse de la direction à l Évaluation sommative du Programme des réseaux de centres d excellence dirigés par l entreprise (RCE-E) menée en 2015. Réponse de la direction à l Évaluation sommative du Programme des réseaux de centres d excellence dirigés par l entreprise (RCE-E) menée en 2015. CONTEXTE Le Programme des RCE-E a été établi en 2008, dans

Plus en détail

L agent financier en tant que conseiller stratégique Présentation de l IGF 25 novembre 2015

L agent financier en tant que conseiller stratégique Présentation de l IGF 25 novembre 2015 L agent financier en tant que conseiller stratégique Présentation de l IGF 25 novembre 2015 Préparé par : Présenté par : Bureau du contrôleur général (BCG) Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada (SCT)

Plus en détail

Démontrer la valeur ajoutée du DAM (gestion des ressources numériques) pour les spécialistes du marketing numérique et les équipes de création

Démontrer la valeur ajoutée du DAM (gestion des ressources numériques) pour les spécialistes du marketing numérique et les équipes de création Démontrer la valeur ajoutée du DAM (gestion des ressources numériques) Juin 2015 Résumé Aujourd hui, les spécialistes du marketing numérique et les directeurs de création rentabilisent largement leurs

Plus en détail

Entraîner votre équipe à atteindre des résultats optimaux

Entraîner votre équipe à atteindre des résultats optimaux Entraîner votre équipe à atteindre des résultats optimaux Recrutement Professionnels Solutions RH Services en entreprise Entraîner votre équipe à atteindre des résultats optimaux L époque du travail individuel

Plus en détail

INTERNE ET EXTERNE Document de communication sur le financement de contrepartie et la volonté de payer

INTERNE ET EXTERNE Document de communication sur le financement de contrepartie et la volonté de payer Document de communication sur le financement de contrepartie et la volonté de payer Juillet 2014 Sommaire 1 2 3 4 5 Présentation du financement de contrepartie et de la volonté de payer Critères d admissibilité

Plus en détail

Nécessité d une réglementation pour la région des Etats Arabes

Nécessité d une réglementation pour la région des Etats Arabes Nécessité d une réglementation pour la région des Etats Arabes Bill Wigglesworth Directeur général adjoint, Offtel, R-U 1984-94 (Directeur général par intérim 1992-93) Processus de réforme des télécoms

Plus en détail

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales Introduction! Dans un contexte de mondialisation croissante des affaires et de forte demande de création de valeur de la part des dirigeants, l acheteur doit non seulement parfaitement maîtriser ses techniques

Plus en détail

Vers un Nouveau Mode Opératoire des Systèmes Bancaires. 1. Introduction

Vers un Nouveau Mode Opératoire des Systèmes Bancaires. 1. Introduction Vers un Nouveau Mode Opératoire des Systèmes Bancaires 1. Introduction Augmenter les revenus et réduire les coûts opérationnels représentent pour toute société deux moyens d augmenter leur profitabilité.

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières. Rapport d audit interne sur le Secteur de la réglementation : Division de l actuariat

Bureau du surintendant des institutions financières. Rapport d audit interne sur le Secteur de la réglementation : Division de l actuariat Bureau du surintendant des institutions financières Rapport d audit interne sur le Secteur de la réglementation : Division de l actuariat Juin 2014 Table des matières 1. Contexte... 3 2. À propos de l

Plus en détail

CHOIX ET OPPORTUNITÉS POUR LE RÉSEAU D AIRES PROTÉGÉES AU QUÉBEC

CHOIX ET OPPORTUNITÉS POUR LE RÉSEAU D AIRES PROTÉGÉES AU QUÉBEC CHOIX ET OPPORTUNITÉS POUR LE RÉSEAU D AIRES PROTÉGÉES AU QUÉBEC Préambule En ce début de l Année de la biodiversité, il fait très plaisir à la Fédération québécoise des coopératives forestières de participer

Plus en détail

«Identifier et définir les risques pour mesurer les impacts sur le résultat et l organisation»

«Identifier et définir les risques pour mesurer les impacts sur le résultat et l organisation» Episode #3 - Le pilotage des Risques, bien sûr! Une évidence pas toujours si claire. Alexis Missoffe Senior Manager @Décision Performance Conseil (DPC) L Episode 2 de notre série sur les risques a introduit

Plus en détail

Pouvez-vous assurer davantage d innovation dans tout votre portefeuille de produits?

Pouvez-vous assurer davantage d innovation dans tout votre portefeuille de produits? FICHE DE PRÉSENTATION DE LA SOLUTION Solutions Project & Portfolio Management pour l innovation de vos produits Pouvez-vous assurer davantage d innovation dans tout votre portefeuille de produits? you

Plus en détail

Présentation au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances 2007

Présentation au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances 2007 Présentation au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances 2007 Le Conseil canadien de développement social (CCDS) a le plaisir de présenter ses arguments devant le Comité permanent de

Plus en détail

Rôle du dépositaire. Directive OPCVM V - Directive 2014/91/UE du 23 juillet 2014- Directive AIFM - Directive 2011/61/UE du 8 juin 2011- Désignation

Rôle du dépositaire. Directive OPCVM V - Directive 2014/91/UE du 23 juillet 2014- Directive AIFM - Directive 2011/61/UE du 8 juin 2011- Désignation Rôle du dépositaire Désignation Déontologie Art.22 ( 1.2) Désignation Les sociétés d investissement et, pour chacun des fonds communs de placement qu elles gèrent, les sociétés de gestion veillent à ce

Plus en détail

Consultation publique

Consultation publique Consultation publique BEPS ACTION 10: PROJET DE RAPPORT RELATIF AUX PRIX DE TRANSFERT PRATIQUES DANS LES TRANSACTIONS TRANSFRONTALIERES PORTANT SUR DES PRODUITS DE BASE 6 décembre 2014 6 février 2015 PROJET

Plus en détail

www.trustteam.be T +32 56 23 46 06 info@trustteam.be

www.trustteam.be T +32 56 23 46 06 info@trustteam.be www.trustteam.be T +32 56 23 46 06 info@trustteam.be Table des matières 1 Introduction...3 2 Pourquoi choisir Health@Work?...3 2.1 Concentrez-vous désormais sur vos activités clés...4 2.2 Nombreuses fonctionnalités

Plus en détail

16 % Panasonic renforce son image à l échelle mondiale

16 % Panasonic renforce son image à l échelle mondiale Panasonic renforce son image à l échelle mondiale Le fabricant international améliore la reconnaissance de sa marque et son positionnement mondial en consolidant ses sites web avec Adobe Experience Manager.

Plus en détail

Michel Duval, conférencier professionnel

Michel Duval, conférencier professionnel Michel Duval, conférencier professionnel Michel Duval est conférencier, motivateur, passionné par le développement du potentiel humain. Il présente des conférences et des ateliers qui stimulent les gens

Plus en détail

Bolton University Étude de cas

Bolton University Étude de cas Assiduité des étudiants Bolton University Étude de cas L Université de Bolton est l une des premières universités du secteur de l enseignement supérieur à adopter la solution CELCAT Timetabler Attendance.

Plus en détail

Document de travail 14. Original: anglais

Document de travail 14. Original: anglais Document de travail 14 Original: anglais Vers une politique de partage des données d enquête et de suivi recueillies et/ou conservées par le Programme pêche côtière de la CPS pour le compte des pays membres

Plus en détail

APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE

APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE OFFICE D'INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSIONS DU SECTEUR PUBLIC (INVESTISSEMENTS PSP) APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE Le 13 novembre 2014 Introduction Le maintien d une culture axée sur la conscience

Plus en détail

PILOTAGE BANCAIRE COMPTABLE. Un tableau de bord incontournable SYLVIE GRILLET-BROSSIER FRANÇOISE TISSOT RICHARD VINADIER

PILOTAGE BANCAIRE COMPTABLE. Un tableau de bord incontournable SYLVIE GRILLET-BROSSIER FRANÇOISE TISSOT RICHARD VINADIER PILOTAGE COMPTABLE BANCAIRE Un tableau de bord incontournable SYLVIE GRILLET-BROSSIER FRANÇOISE TISSOT RICHARD VINADIER SOMMAIRE Principales abréviations... 11 Préface de Jean-Paul Caudal... 13 Directeur

Plus en détail

Brochure d information cybersurveillance

Brochure d information cybersurveillance Brochure d information cybersurveillance I. Cybersurveillance : un mot d explication Le 2 mai 2012, la Commission vie privée a émis une recommandation sur le contrôle par l employeur de l utilisation de

Plus en détail

Déclaration liminaire de Mary Dawson Commissaire aux conflits d intérêts et à l éthique

Déclaration liminaire de Mary Dawson Commissaire aux conflits d intérêts et à l éthique Déclaration liminaire de Mary Dawson Commissaire aux conflits d intérêts et à l éthique Devant le Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre Dans le cadre de l examen quinquennal du

Plus en détail

Résumé. Ces nouvelles règles prudentielles 1 «Solvency II» et repose sur trois piliers. sont définies selon la Directive Européenne

Résumé. Ces nouvelles règles prudentielles 1 «Solvency II» et repose sur trois piliers. sont définies selon la Directive Européenne Résumé Les compagnies d assurance jouent un rôle important dans l économie puisqu elles ne fournissent pas seulement une protection aux assurés mais réinjectent aussi les primes perçues sur les marchés

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Management et conduite de projet en PME-PMI de l Université Lille 2 - Droit et Santé Vague E 2015-2019 Campagne

Plus en détail

La qualité de vie. au travail. vue par les Ressources Humaines

La qualité de vie. au travail. vue par les Ressources Humaines Sandrine Baslé 2014 La qualité de vie au travail vue par les Ressources Humaines projets mis en place, priorités et enjeux Méthodologie utilisée pour cette étude 45 entretiens réalisés en 2013 auprès de

Plus en détail

Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso. Jorgen Schytte/StillPictures

Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso. Jorgen Schytte/StillPictures Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso Jorgen Schytte/StillPictures 3 Collecte des données Questions traitées dans ce chapitre Quels outils utiliser pour recueillir des données sur l économie

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

Optimisation des coûts, contrôle des risques et innovation

Optimisation des coûts, contrôle des risques et innovation Optimisation des coûts, contrôle des risques et innovation TROUVEZ LE BON ÉQUILIBRE AVEC DES SOLUTIONS LOGICIELLES ET DES PRESTATIONS DE CONSEIL POUR LA GOUVERNANCE OPÉRATIONNELLE PRENEZ UNE LONGUEUR

Plus en détail

TROUSSE D INFORMATION

TROUSSE D INFORMATION TROUSSE D INFORMATION POUR LA CAMPAGNE ÉLECTORALE 2015 FONDATION CANADIENNE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE CARRIÈRE Fondation canadienne pour le développement de carrière Rédaction explicative pour les élections

Plus en détail

Négocier avec son employeur

Négocier avec son employeur Thierry KRIEF Négocier avec son employeur Techniques de négociation commerciales appliquées au marché de l emploi, 2008 ISBN : 978-2-212-54138-0 Cas 1 Négocier un départ quand l entreprise veut vous garder

Plus en détail

UNE VISION COMMUNE 2 PLAN STRATÉGIQUE : 2016-2018

UNE VISION COMMUNE 2 PLAN STRATÉGIQUE : 2016-2018 PLAN STRATÉGIQUE 2016-2018 UNE VISION COMMUNE 2 PLAN STRATÉGIQUE : 2016-2018 À ses débuts, le Centre d excellence de l Ontario en santé mentale des enfants et des adolescents (le Centre) était une petite

Plus en détail

GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO. Janvier 2009. Module 8 : Améliorer la communication

GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO. Janvier 2009. Module 8 : Améliorer la communication GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Janvier 2009 Module 8 : Améliorer la communication Modifié en décembre 2010 Révisé en décembre 2012 Révisé en décembre 2012

Plus en détail

LE CRM À L ÈRE DU CLIENT. façons de satisfaire vos clients et de stimuler la croissance de votre entreprise grâce à un CRM moderne.

LE CRM À L ÈRE DU CLIENT. façons de satisfaire vos clients et de stimuler la croissance de votre entreprise grâce à un CRM moderne. LE CRM À L ÈRE DU CLIENT façons de satisfaire vos clients et de stimuler la croissance de votre entreprise grâce à un CRM moderne ebook 1 SOMMAIRE Résumé analytique Mieux aligner les ventes et le marketing

Plus en détail

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service?

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? La pauvreté peut prendre différentes formes et nécessite donc de disposer d un éventail de réponses

Plus en détail

Introduction. Chapitre 1. 1.1. Nouveaux enjeux et objectifs

Introduction. Chapitre 1. 1.1. Nouveaux enjeux et objectifs Chapitre 1 Introduction 1.1. Nouveaux enjeux et objectifs L évolution des télécommunications répond principalement à une double attente : la convergence des réseaux (fixe/mobile et voix/données) et l intégration

Plus en détail

Livre blanc. L apprentissage mixte produit une formation plus efficace

Livre blanc. L apprentissage mixte produit une formation plus efficace Livre blanc L apprentissage mixte produit une formation plus efficace Dans l environnement concurrentiel d aujourd hui, les entreprises qui réussissent étudient comment renforcer leurs avantages concurrentiels

Plus en détail

Choisir la solution de gestion multi-site optimale

Choisir la solution de gestion multi-site optimale Choisir la solution de gestion multi-site optimale Utiliser une plateforme d «usine à sites» pour réduire les coûts, accélérer la mise en production et garantir la sécurité Table des matières Introduction

Plus en détail

Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement, du Fonds

Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement, du Fonds Nations Unies Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement, du Fonds des Nations Unies pour la population et du Bureau des Nations Unies pour les services d appui aux projets

Plus en détail

Principales stratégies pour les années 1999-2001

Principales stratégies pour les années 1999-2001 L ISO en bref L ISO est l Organisation internationale de normalisation. Elle est composée des organismes nationaux de normalisation de pays grands et petits, industrialisés et en développement, de toutes

Plus en détail

Forum juridique Eckler 2015 : pièges juridiques des tendances actuelles en matière de régimes de capitalisation

Forum juridique Eckler 2015 : pièges juridiques des tendances actuelles en matière de régimes de capitalisation Janvier 2016 Forum juridique Eckler 2015 : pièges juridiques des tendances actuelles en matière de régimes de capitalisation P our plusieurs employeurs, le désir d offrir aux employés et aux futures embauches

Plus en détail

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL MARIE-VICTORIN POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN Adoptée le 21 juin 1995 CA-95-20-190

Plus en détail

Rapport de synthèse L impact économique des touristes perdus

Rapport de synthèse L impact économique des touristes perdus Rapport de synthèse L objectif de cette étude était d évaluer la mise en œuvre actuelle des dispositions communes concernant les visas dans l espace Schengen du point de vue de l industrie touristique

Plus en détail

diversifier - Développer - Pérenniser

diversifier - Développer - Pérenniser diversifier - Développer - Pérenniser SOMMAIRE 1/ BMCE Capital Gestion Privée Mot du Directeur Général Une société issue d un groupe bancaire de dimension internationale Une gestion patrimoniale bénéficiant

Plus en détail

Guide d application : Compétences de base des administrateurs (Catégorie 1)

Guide d application : Compétences de base des administrateurs (Catégorie 1) 4711 Yonge Street Suite 700 Toronto ON M2N 6K8 Telephone: 416-325-9444 Toll Free 1-800-268-6653 Fax: 416-325-9722 4711, rue Yonge Bureau 700 Toronto (Ontario) M2N 6K8 Téléphone : 416 325-9444 Sans frais

Plus en détail

IBM SPSS Direct Marketing

IBM SPSS Direct Marketing IBM SPSS Direct Marketing Analysez le comportement de vos clients et améliorez vos campagnes marketing Points clés Avec SPSS Direct Marketing, vous pouvez : Mieux comprendre vos clients Améliorer vos campagnes

Plus en détail

Audit du conseil d administration. Partie A Profil général, connaissances, compétences et expertises

Audit du conseil d administration. Partie A Profil général, connaissances, compétences et expertises Audit du conseil d administration En suivi des modifications apportées à la Loi sur les services de santé et les services sociaux 1 apportées par le projet de loi n o 127 sanctionné le 13 juin 2011, Loi

Plus en détail

Bruxelles, 18 décembre 2007. Madame, Monsieur,

Bruxelles, 18 décembre 2007. Madame, Monsieur, Politique prudentielle banques et assurances PB Bruxelles, 18 décembre 2007. CIRCULAIRE PPB-2007-15-CPB-CPA aux établissements de crédit et entreprises d investissement indiquant certaines attentes prudentielles

Plus en détail

Impacts de Solvabilité II sur la communication financière. Intervention de Viviane Leflaive

Impacts de Solvabilité II sur la communication financière. Intervention de Viviane Leflaive Impacts de Solvabilité II sur la communication financière Intervention de Viviane Leflaive 1 L enjeu central d une communication multinormes Résultat et performance / Capital et valeur / Exposition aux

Plus en détail

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit MISSION DES AUDITS Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit Novembre 2011 Sommaire Objectifs de la fiche d organisation fonctionnelle 3 Domaine d application 3 Responsable

Plus en détail

Étude d Accenture : Les analystes prévoient un profit plus élevé chez les assureurs malgré les conditions difficiles du marché

Étude d Accenture : Les analystes prévoient un profit plus élevé chez les assureurs malgré les conditions difficiles du marché Étude d Accenture : Les analystes prévoient un profit plus élevé chez les assureurs malgré les conditions difficiles du marché L'analyse de l expansion des marchés émergeants, qu'elle soit de type organique

Plus en détail

Déclaration de la Réunion sur le Tourisme durable dans les Îles

Déclaration de la Réunion sur le Tourisme durable dans les Îles Déclaration de la Réunion sur le Tourisme durable dans les Îles La Conférence sur «Le développement durable du tourisme des îles», organisée par l OMT (Nations-Unies) et le Gouvernement français à Saint-Denis

Plus en détail

L administrateur et l investisseur

L administrateur et l investisseur L administrateur et l investisseur Enjeux Désigné par l assemblée générale, le conseil doit agir dans l intérêt et pour le compte de tous les actionnaires. A long terme, l intérêt social doit nécessairement

Plus en détail

NOTICE «Solvabilité II» Évaluation interne des risques et de la solvabilité (ORSA)

NOTICE «Solvabilité II» Évaluation interne des risques et de la solvabilité (ORSA) NOTICE «Solvabilité II» Évaluation interne des risques et de la solvabilité (ORSA) (Version en date du 17/12/2015) TABLE DES MATIÈRES 1. Introduction...3 2. Gouvernance de l ORSA...3 2.1. Approche générale...3

Plus en détail

Contenu de la formation à la méthode SPGC pour les indépendants

Contenu de la formation à la méthode SPGC pour les indépendants Contenu de la formation à la méthode SPGC pour les indépendants Les douze modules que comporte cette formation en ligne portent d une part sur la démarche dont les différentes étapes sont décrites pas

Plus en détail

CHARTE DE L INVESTISSEMENT RESPONSABLE (IR) DES ACTEURS DE LA PLACE DE PARIS

CHARTE DE L INVESTISSEMENT RESPONSABLE (IR) DES ACTEURS DE LA PLACE DE PARIS CHARTE DE L INVESTISSEMENT RESPONSABLE (IR) DES ACTEURS DE LA PLACE DE PARIS La crise financière pose, aujourd hui, la question du 1 Paris, le 2 juillet 2009 rôle et du mode de fonctionnement des marchés

Plus en détail

Mandat - Modèle détaillé

Mandat - Modèle détaillé La gouvernance des PME Mandat - Modèle détaillé - modèle détaillé mandat pour un comité consultatif Nous vous présentons ci-dessous un exemple de mandat pour un comité consultatif plus sophistiqué que

Plus en détail

POSITION DE CABRI SUR LA TRANSPARENCE DE L AIDE. Projet de Position Juin 2011

POSITION DE CABRI SUR LA TRANSPARENCE DE L AIDE. Projet de Position Juin 2011 POSITION DE CABRI SUR LA TRANSPARENCE DE L AIDE Projet de Position Juin 2011 2011 Collaborative Budget Reform Initiative (CABRI) Published by the Collaborative Budget Reform Initiative (CABRI) CABRI Secretariat

Plus en détail

La cartographie des stratégies

La cartographie des stratégies La cartographie des stratégies UTILISATION DES GRILLES STRATÉGIQUES POUR ACCROÎTRE LA PERFORMANCE Cam Scholey Quel est l enjeu? On trouve, dans bien des organisations, un décalage entre la formulation

Plus en détail

L approche conceptuelle

L approche conceptuelle Cap Vert C o m m u n i c a t i o n 9.05.2000 Symposium International sur la Microfinance et la Promotion des Micro et Petites Entreprise Praia, 12 au 14 juin 2000 L approche conceptuelle 1. Introduction

Plus en détail

LE CONCEPT DE L EXPLOITATION IMPLANTÉ AU MTQ ET LE PROGICIEL DÉVELOPPÉ À L APPUI DE LA PRISE DE DÉCISION EN ENTRETIEN ESTIVAL DES ROUTES

LE CONCEPT DE L EXPLOITATION IMPLANTÉ AU MTQ ET LE PROGICIEL DÉVELOPPÉ À L APPUI DE LA PRISE DE DÉCISION EN ENTRETIEN ESTIVAL DES ROUTES LE CONCEPT DE L EXPLOITATION IMPLANTÉ AU MTQ ET LE PROGICIEL DÉVELOPPÉ À L APPUI DE LA PRISE DE DÉCISION EN ENTRETIEN ESTIVAL DES ROUTES Philippe Veillette, ing. Anne Baril, ing. Ministère des Transports

Plus en détail

Analyse et conception de systèmes d information

Analyse et conception de systèmes d information Analyse et conception de systèmes d information Présentation réalisée par P.-A. Sunier Professeur à la HE-Arc de Neuchâtel http://lgl.isnetne.ch Juin 2005 [SJB-02] Chapitre 4 1 Références Ce document a

Plus en détail

Anticipez la demande Une optimisation plus rapide

Anticipez la demande Une optimisation plus rapide Amadeus Hotel Revenue Management System Des solutions pour l hôtellerie Anticipez la demande Une optimisation plus rapide 2 Des solutions pour l hôtellerie Dans la course vers l optimisation des revenus,

Plus en détail

Consultations prébudgétaires 2014. Mémoire soumis au Comité permanent des finances de la Chambre des communes

Consultations prébudgétaires 2014. Mémoire soumis au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2014 Mémoire soumis au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Sommaire Avec 12 000 chercheurs canadiens du domaine de la santé et plus de 35 000 étudiants

Plus en détail

Accélérez votre réussite

Accélérez votre réussite Brochure Accélérez votre réussite Spécialisation Services d'impression et d'informatique HP Une nouvelle façon de collaborer et de gagner des parts de marché Élargissez votre champ d'action Renforcez vos

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

CONSULTATION MULTI PARTIES PRENANTES SUR L EFFICACITE DE L AIDE DISCOURS D OUVERTURE DU DSRSG/RC/HC DES NATIONS UNIES

CONSULTATION MULTI PARTIES PRENANTES SUR L EFFICACITE DE L AIDE DISCOURS D OUVERTURE DU DSRSG/RC/HC DES NATIONS UNIES CONSULTATION MULTI PARTIES PRENANTES SUR L EFFICACITE DE L AIDE Enquête 2011 combinée sur l efficacité de l aide (Déclaration de Paris) et sur l engagement international dans les États fragiles - 12 avril

Plus en détail

Programme d aide à l emploi pour les personnes présentant des troubles autistiques *

Programme d aide à l emploi pour les personnes présentant des troubles autistiques * Programme d aide à l emploi pour les personnes présentant des troubles autistiques * S. Michael Chapman, Directeur Aide à l emploi Division TEACCH Philosophie générale du programme Lorsque les personnes

Plus en détail

Les Etablissements Publics face à la réduction du délai de clôture

Les Etablissements Publics face à la réduction du délai de clôture Mémorandum n 1 Secteur Public Les Etablissements Publics face à la réduction du délai de clôture Mars 2012 Sommaire Pratiques et Tendances 2 - Le Baromètre Grant Thornton / Association des Agents Comptables.

Plus en détail