Atelier B9. Stratégie de financement évolution des captives

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Atelier B9. Stratégie de financement évolution des captives"

Transcription

1 Atelier B9 Stratégie de financement évolution des captives

2 INTRODUCTION La mise en application de Solvency 2 bouscule les captives existantes : 1. Quelles sont les normes applicables? 2. Quels agréments demander? 3. Pour quels avantages? 4. Quels intérêts aujourd hui de la captive ou d une future structure captive pour le Risk Manager? 5. Quelle stratégie de financement adopter? 6. Quelles conséquences sur leur fonctionnement? 7. Quelles conséquences pour l'entreprise et sa couverture d assurance? 2

3 Atelier B9 Intervenants Marine CHARBONNIER Head of Risk Financing Solutions Fabien GRAEFF Head of Global Analytics Thierry JAUMAIN Insurance contracts / Claims manager Modérateur Clothilde BOURSIER Insurance Manager 3

4 I - ASPECTS REGLEMENTAIRES LES CHANGEMENTS 4

5 La directive Solvency 2 Les captives sont soumises à Solvency 2 : pas de régime dérogatoire Qu est ce que c est? Trois objectifs, trois piliers Trois objectifs : Protection des assurés Transparence des informations Concurrence à l intérieur de la communauté 5

6 La directive Solvency 2 Trois piliers pour la prise en compte de la réalité des risques : PILLAR 1 Financial requirements Valuation of Assets & Liabilities Solvency Capital Requirements Internal model Capital PILLAR 2 Qualitative requirements and review Supervisory review process Internal governance and other qualitative requirements PILLAR 3 Market discipline and transparency Public disclosure Supervisory reporting 6

7 PILIER 1 : Rappel des évolutions réglementaires annoncées A. Brève synthèse des modifications apportées par cette directive B. Conséquences pour l Assureur C. Illustration pratique dans la gestion d une captive par le Risk Manager 7

8 PILIER 1 : Rappel des évolutions réglementaires annoncées A. Brève synthèse des modifications apportées par cette directive Nouveau modèle basé sur les risques (tous les risques) Principe du Bilan en Fair Value (évaluation des passifs et actifs en valeur de marché) Formule standard => structure modulaire: chaque module représente un risque La probabilité de ruine à l horizon d un an doit rester inférieure à 0,5% Simplifications prévues: principe de proportionnalité Importance de l évaluation des risques renforcée par le pilier 2 8

9 PILIER 1 : Rappel des évolutions réglementaires annoncées Structure modulaire Niveau 4 Niveau 3 Niveau 2 Aggrégation des risques par type Niveau 1 Evaluation des risques de base par le biais de formules fermées Approche «Bottom Up» avec aggrégation des charges par le biais de matrices de risques 9

10 PILIER 1 : Rappel des évolutions réglementaires annoncées B. Conséquences pour l Assureur Mobilisation de fonds propres selon le «risque crédit» de la captive : rating par agence (S&P, AM Best, Moody s) sinon selon domiciliation (différenciation Solvabilité 2 ou équivalent et reste du monde), analyse financière de la captive, profil du risque cédé (fréquence, amplitude, S/P ), sécurité financière Coût des fonds propres mobilisés et de la gestion : commission de fronting 10

11 PILIER 1 : Rappel des évolutions réglementaires annoncées C. Conséquences pratiques dans la gestion de la captive par le Risk Manager Détermination des seuils de solvabilité plus fréquente Détermination des seuils de solvabilité plus complexe: nombreux facteurs à prendre en compte dans le calcul Exigence de capitalisation renforcée: capital immobilisé plus important, rentabilité plus difficile à atteindre (impact sur les budgets du groupe?) Structure captive renforcée: plus pérenne (éloigne le recours à l actionnaire) et plus autonome 11

12 PILIER 2 : Rappel des évolutions réglementaires annoncées A. Brève synthèse de ces changements B. Conséquences principales sur les assureurs C. Conséquences pratiques dans la gestion de la captive par le Risk Manager 12

13 PILIER 2 : Rappel des évolutions réglementaires annoncées A. Brève synthèse de ces changements EIOPA (le régulateur européen) demande sur la période 2014/ 2016 de préparer : Gouvernance, Risk management, ORSA (Own Risk Solvency Assessment) prospectif Déclinaison de l avancée par les autorités locales Le pilier 2 c est : Définir la politique de Gouvernance de la captive Définir clairement les rôles et responsabilités (key functions) Mise en place d une politique RM & ORSA Elaboration de la politique «outsourcing» et de son contrôle Amélioration de la qualité des données Responsabilité accrue du conseil d administration 13

14 PILIER 2 : Rappel des évolutions réglementaires annoncées B. Conséquences pour l Assureur Organisation de la souscription de la captive plus structurée pour décision, mise en place et gestion : Rôle du Conseil d Administration Rôle de tous les intervenants : gestionnaire, courtiers d assurance et de réassurance Besoin de comprendre pour s y conformer, de formaliser et de planifier 14

15 PILIER 2 : Rappel des évolutions réglementaires annoncées C. Conséquences pratiques dans la gestion de la captive par le Risk Manager Gestion plus complexe et plus formelle: comités à mettre en place, ségrégation des rôles et des tâches, formalisme des rapports et études à produire Focus réguliers sur l analyse des risques: implique un fort investissement, rôle renforcé des prestataires externes (conseils, actuaires, ) Gestion plus lourde, donc plus coûteuse: rentabilité plus difficile à atteindre Structure captive renforcée: plus autonome et plus pérenne, renforcement de la substance locale 15

16 II - ASPECTS STRATEGIQUES : QUELLES POSSIBILITES? 16

17 La captive, encore un outil de gestion des risques? A. Oui notamment sur des nouveaux risques type : «Employee benefits», «cyber», supply chain, suppliers B. Mais aussi encore pour des risques classiques : faire face à la fréquence, lisser des franchises, permettre la couverture de risques non économiquement transférables sur le marché. 17

18 La captive, encore un outil de gestion des risques? Employee benefit : Quoi? santé, décès/incapacité/invalidité Pourquoi? Volumes de prime importants Risque prédictible si données de qualité Adaptation aux expositions, harmonisation Diversification des expositions de la captive et optimisation de l utilisation des fonds propres Comment? Demande éventuelle d Agrément ou d accord préalable Validation de la capacité financière et de gestion 18

19 La captive, encore un outil de gestion des risques? Cyber, Supply Chain, Engagements contractuels : Pourquoi? Complément ou alternative aux capacités traditionnelles : protéger, diversifier, mutualiser Comment? Polices dédiées ou volets de polices conventionnelles Dossier de souscription ad hoc avec tarification par analyse quantitative (actuarielle, scenarii ) Assureur expérimenté jusqu à la gestion des sinistres Agrément ou accord préalable 19

20 La captive, encore un outil de gestion des risques? Risques «traditionnels» Risques non économiquement transférables sur le marché : Lignes de gestion de fréquence Branches (sur)sinistrées Accès simplifié et moins coûteux au marché : lissage & mutualisation de rétentions Accès facilité à certains marchés : mutuelles spécialisées, réassureurs 20

21 La captive, encore un outil d optimisation financière? A. Les protections de la captive, la gestion du capital B. La question de la domiciliation UE / non UE 21

22 La captive, encore un outil d optimisation financière? A. Les protections de la captive, la gestion du capital Solvency 2 étend la réflexion sur l utilisation des captives : de la gestion des risques à la gestion du capital Dans ce cadre la protection de la captive peut être un élément essentiel pour gérer le capital : Stop-loss multiline Structure de souscription modifiée Politique de réassurance renforcée 22

23 La captive, encore un outil d optimisation financière? B. La question de la domiciliation de la captive : UE / non UE? Les pays de l UE appliquent Solvency 2 Les pays hors UE appliquant une réglementation similaire à celle de Solvency 2 Les autres domiciliations Assureur : Augmentation du capital immobilisé (sauf si rating) 23

24 La captive, encore un outil d optimisation financière? B. La question de la domiciliation de la captive : UE / non UE? Les pays de l UE appliquent Solvency 2 Les pays hors UE appliquant une réglementation similaire à celle de Solvency 2 Les autres domiciliations Risk manager : Arbitrage coût du capital / coût des commissions de cessions Risque de réputation LPS/non LPS pour les captives d assurance directe 24

25 CONCLUSION La réglementation, gage de pérennité de la captive Une plus grande transparence dans les règles de fonctionnement de la captive. 25

26 Merci Les slides seront en ligne dès la semaine prochaine sur

AAIARD. La modélisation stochastique. Julie-Linda Laforce, fica, fcas Dion, Durrell + Associés Inc. juliel@dion-durrell.com

AAIARD. La modélisation stochastique. Julie-Linda Laforce, fica, fcas Dion, Durrell + Associés Inc. juliel@dion-durrell.com AAIARD La modélisation stochastique Julie-Linda Laforce, fica, fcas Dion, Durrell + Associés Inc. juliel@dion-durrell.com 5 juin, 2009 Survol de la présentation Pourquoi la modélisation stochastique? Survol

Plus en détail

Le rôle de l ACP dans le processus Solvabilité 2

Le rôle de l ACP dans le processus Solvabilité 2 Le rôle de l ACP dans le processus Solvabilité 2 Université d été 2012 EURIA Marc Baran Cellule Modèles internes 1 Sommaire Cadre général Solvabilité 2 Focus sur les modèles internes Tests et standards

Plus en détail

ORSA : la créativité actuarielle au-delà des formules standard

ORSA : la créativité actuarielle au-delà des formules standard ORSA : la créativité actuarielle au-delà des formules standard Journées actuarielles de Strasbourg Vendredi 19 septembre 2014 Introduction Le DUAS fête son trentième anniversaire par un colloque international

Plus en détail

Focus sur Solvabilité II et ORSA

Focus sur Solvabilité II et ORSA Focus sur Solvabilité II et ORSA Dispositions prudentielles au cœur de notre futur Pour rappel, Solvabilité II est le nouveau cadre prudentiel européen prévu pour promouvoir la bonne gouvernance et la

Plus en détail

Solvabilité 2 : le rôle de l actuaire

Solvabilité 2 : le rôle de l actuaire JJ Mois Année Solvabilité 2 : le rôle de l actuaire Journées Actuarielles de Strasbourg 6-7 octobre 2010 1 PLAN Solvabilité 2 : présentation de la réforme Le rôle de l actuaire dans Solvabilité 2 Que fait

Plus en détail

L ORSA comme outil de pilotage

L ORSA comme outil de pilotage L ORSA comme outil de pilotage Université d été de l IA 20 juillet 2011 Sommaire Rappel des grands principes de l ORSA L ORSA comme outil de pilotage mise en œuvre 2 La directive Solvabilité II La directive

Plus en détail

Université d été de l institut des Actuaires

Université d été de l institut des Actuaires FINANCE & RISKS INSURANCE RISK MANAGEMENT Université d été de l institut des Actuaires Eléments de solvabilité dans l ORSA 9 juillet 2012 Introduction L objet de cette présentation est de raconter une

Plus en détail

Atelier B011. Intervenants. Modérateur. Dan CHELLY. Chrystelle BUSQUE. Catherine VERET JOST. Gérard LANCNER. Directeur Métier Risk Management

Atelier B011. Intervenants. Modérateur. Dan CHELLY. Chrystelle BUSQUE. Catherine VERET JOST. Gérard LANCNER. Directeur Métier Risk Management Atelier B011 Intervenants Dan CHELLY Directeur Métier Risk Management Chrystelle BUSQUE Directeur ERM Catherine VERET JOST Modérateur Gérard LANCNER Présidente de CAVEJO SAS Remplacé par Catherine VERET

Plus en détail

Les management actions dans le cadre de l ORSA

Les management actions dans le cadre de l ORSA Les management actions dans le cadre de l ORSA Atelier Congrès Institut des Actuaires 20 juin 2014 Intervenants Emmanuel Berthelé, Optimind Winter, Responsable Practice Gildas Robert, Optimind Winter,

Plus en détail

Solvabilité II Les risques liés aux aléas de la vie humaine

Solvabilité II Les risques liés aux aléas de la vie humaine Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles Solvabilité II Les risques liés aux aléas de la vie humaine 20 ème rendez-vous Réavie Frédéric Heinrich Page n 1 S2 Quelles conséquences pour les statistiques

Plus en détail

Réussir le Use Test est une exigence critique pour les assureurs ayant

Réussir le Use Test est une exigence critique pour les assureurs ayant Réussir le Use Test est une exigence critique pour les assureurs ayant demandé la validation de leur sous Solvabilité II. Cet article décrit comment les assureurs peuvent en même temps satisfaire aux exigences

Plus en détail

Atelier B01. Nouvelle stratégie d utilisation de captives : quelles diversifications?

Atelier B01. Nouvelle stratégie d utilisation de captives : quelles diversifications? Atelier B01 Nouvelle stratégie d utilisation de captives : quelles diversifications? 1 Atelier B01 Intervenants Hugh ROSENBAUM Towers Watson Retired Principal Fabrice FRERE Aon Global Risk Consulting (Luxembourg)

Plus en détail

Une prise de décision maitrisée et en toute confiance dans le cadre de Solvabilité II

Une prise de décision maitrisée et en toute confiance dans le cadre de Solvabilité II Une prise de décision maitrisée et en toute confiance dans le cadre de Solvabilité II LIVRE BLANC SOLVABILITÉ II DE SECONDFLOOR www.secondfloor.com Table des matières 3 Présentation : Pourquoi les rapports

Plus en détail

SOLVENCY II - PILLAR 2 Vue générale. Jean-Francois DECROOCQ Présentation interne

SOLVENCY II - PILLAR 2 Vue générale. Jean-Francois DECROOCQ Présentation interne SOLVENCY II - PILLAR 2 Vue générale Jean-Francois DECROOCQ Présentation interne 1 Pilier 2: la maitrise des risques Dans un premier temps, l attention s est portée sur la mesure quantitative du risque

Plus en détail

Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011

Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011 www.varm.fr Stratégie des risques Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011 Sommaire Introduction... 2 La stratégie du risque... 2 I.0 Une démarche d entreprise... 2 I.1 Appétit pour le risque... 3 I.2 La tolérance

Plus en détail

eframe pour le modèle interne Solvabilité II

eframe pour le modèle interne Solvabilité II eframe pour le modèle interne Solvabilité II Une solution de contrôle et de reporting automatisée et efficace pour le modèle interne Solvabilité II www.secondfloor.com eframe pour le modèle interne Solvabilité

Plus en détail

EIOPACP 13/08 FR. Orientations relatives au système de gouvernance

EIOPACP 13/08 FR. Orientations relatives au système de gouvernance EIOPACP 13/08 FR Orientations relatives au système de gouvernance EIOPA Westhafen Tower, Westhafenplatz 1 60327 Frankfurt Germany Tel. + 49 6995111920; Fax. + 49 6995111919; site: www.eiopa.europa.eu Orientations

Plus en détail

15 Octobre 2009 Les facteurs critiques de succès pour la modélisation Solvabilité II

15 Octobre 2009 Les facteurs critiques de succès pour la modélisation Solvabilité II 15 Octobre 2009 Les facteurs critiques de succès pour la modélisation Solvabilité II 1 ACTUARIS est une société membre de Watson Wyatt Worlwide Sommaire 1 Garantir la qualité des données est un préalable

Plus en détail

Exemple de mise en place d un processus ORSA Journées de l institut des Actuaires 21.09.2012

Exemple de mise en place d un processus ORSA Journées de l institut des Actuaires 21.09.2012 Exemple de mise en place d un processus ORSA Journées de l institut des Actuaires 21.09.2012 Principales propriétés de l ORSA Les grands principes Vision prospective L évaluation des risques dans l ORSA

Plus en détail

OPTIMISATION DE LA GESTION D UNE COMPAGNIE D ASSURANCE VIE EN ZONE CIMA

OPTIMISATION DE LA GESTION D UNE COMPAGNIE D ASSURANCE VIE EN ZONE CIMA OPTIMISATION DE LA GESTION D UNE COMPAGNIE D ASSURANCE VIE EN ZONE CIMA OPTIMISATION DE LA GESTION D UNE COMPAGNIE D ASSURANCE VIE EN ZONE CIMA LES HOMMES LA GOUVERNANCE LES OUTILS GESTION L ALM PILOTAGE

Plus en détail

LES ENTREPRISES FACE AUX RISQUES FOURNISSEURS

LES ENTREPRISES FACE AUX RISQUES FOURNISSEURS LES ENTREPRISES FACE AUX RISQUES FOURNISSEURS LES SOLUTIONS D ASSURANCE ET LEURS LIMITES Séminaire Innovation CHEA - Décembre 2013 : Anne Savey - Emmanuel Géli - Isabelle Jacquot - Julien Mendez Stéphane

Plus en détail

La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret

La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret 1 Contenu 1. Gouvernance de la gestion de risques dans le Groupe AXA 2. AXA Canada - Structure organisationnelle de la gestion de risques

Plus en détail

Rentabilité des assurances des emprunteurs Impacts de la directive «Solvency 2» et des normes IFRS

Rentabilité des assurances des emprunteurs Impacts de la directive «Solvency 2» et des normes IFRS Rentabilité des assurances des emprunteurs Impacts de la directive «Solvency 2» et des normes IFRS Paris, vendredi 28 mai 2010 Cédric AKAKPO-MAXWELL cmaxwell@galea-associes.eu http://www.galea-associes.eu

Plus en détail

59th UIA CONGRESS. Valence / Espagne 28 octobre 1er novembre 2015 COMMISSION RETRAITE ET PRÉVOYANCE LA SOLVABILITÉ DES CAISSES DES AVOCATS

59th UIA CONGRESS. Valence / Espagne 28 octobre 1er novembre 2015 COMMISSION RETRAITE ET PRÉVOYANCE LA SOLVABILITÉ DES CAISSES DES AVOCATS 59th UIA CONGRESS Valence / Espagne 28 octobre 1er novembre 2015 COMMISSION RETRAITE ET PRÉVOYANCE Jeudi 29 octobre 2015 LA SOLVABILITÉ DES CAISSES DES AVOCATS Enrique Sanz Fernández-Lomana C/ Serrano

Plus en détail

Résumé. Ces nouvelles règles prudentielles 1 «Solvency II» et repose sur trois piliers. sont définies selon la Directive Européenne

Résumé. Ces nouvelles règles prudentielles 1 «Solvency II» et repose sur trois piliers. sont définies selon la Directive Européenne Résumé Les compagnies d assurance jouent un rôle important dans l économie puisqu elles ne fournissent pas seulement une protection aux assurés mais réinjectent aussi les primes perçues sur les marchés

Plus en détail

La gestion des risques : impacts stratégiques et organisationnels au niveau de la gouvernance des

La gestion des risques : impacts stratégiques et organisationnels au niveau de la gouvernance des La gestion des risques : impacts stratégiques et organisationnels au niveau de la gouvernance des entreprises ABF Dr Moez JOUDI Expert-Consultant en gouvernance et stratégie Président de l ATG Enseignant-chercheur

Plus en détail

Organisation de la gestion des risques - Solvabilité II et ORSA - Jean-François DECROOCQ

Organisation de la gestion des risques - Solvabilité II et ORSA - Jean-François DECROOCQ Organisation de la gestion des risques - Solvabilité II et ORSA - Jean-François DECROOCQ 1 LA GESTION DES RISQUES : La formalisation de règles de gestion et de techniques de mesure du risque 2 COSO un

Plus en détail

Jean-Francois DECROOCQ - 03/01/2012

Jean-Francois DECROOCQ - 03/01/2012 www.varm.fr Solvabilité 2 commentaires sur l ORSA Jean-Francois DECROOCQ - 03/01/2012 Sommaire Introduction... 2 Principes pour une gestion intégrée des risques... 3 La mise en place de l ORSA... 5 Introduction

Plus en détail

Le financement des start-ups

Le financement des start-ups Corporate Finance Le financement des start-ups Comment négocier un contrat avec un investisseur? Petit déjeuner des start-ups Vendredi 27 juin 2003 Boris Meylan, Directeur adjoint Processus de négociation

Plus en détail

Directives relatives aux provisions pour sinistres à régler en assurance non-vie

Directives relatives aux provisions pour sinistres à régler en assurance non-vie Directives relatives aux provisions pour sinistres à régler en assurance non-vie Version d août 2006 Adoptés par le Comité de l ASA le 1 er septembre 2006 1 Sommaire Page Directives relatives aux provisions

Plus en détail

Impacts de Solvabilité II sur la communication financière. Intervention de Viviane Leflaive

Impacts de Solvabilité II sur la communication financière. Intervention de Viviane Leflaive Impacts de Solvabilité II sur la communication financière Intervention de Viviane Leflaive 1 L enjeu central d une communication multinormes Résultat et performance / Capital et valeur / Exposition aux

Plus en détail

APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE

APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE OFFICE D'INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSIONS DU SECTEUR PUBLIC (INVESTISSEMENTS PSP) APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE Le 13 novembre 2014 Introduction Le maintien d une culture axée sur la conscience

Plus en détail

Benoît Hugonin. Expert national détaché, Unité Assurances et Pensions, DG Marché intérieur et services, Commission européenne

Benoît Hugonin. Expert national détaché, Unité Assurances et Pensions, DG Marché intérieur et services, Commission européenne Solvabilité II: Bilan et enjeux pour l investissement de long terme Conférence EIFR; Paris, 7 avril 2011 Benoît Hugonin Expert national détaché, Unité Assurances et Pensions, DG Marché intérieur et services,

Plus en détail

Atelier C01. Solvabilité II et les Captives : Vers les Piliers 2 et 3

Atelier C01. Solvabilité II et les Captives : Vers les Piliers 2 et 3 Atelier C01 Solvabilité II et les Captives : Vers les Piliers 2 et 3 1 Atelier C01 Solvency II Intervenants Franck CHEVALIER Helen STACK-PETIT ERNST & YOUNG Associé Advisory AREVA Insurance Manager Domenica

Plus en détail

La réforme de l organisation prudentielle

La réforme de l organisation prudentielle Réglementation 7 La réforme de l organisation prudentielle La mise en place de ces dispositifs prudentiels a incontestablement amélioré la sécurité du système financier. Il ne permet cependant plus aujourd

Plus en détail

Dépendance & Solvabilité 2 Journée d études IA & SACEI Deauville 3 octobre 2013

Dépendance & Solvabilité 2 Journée d études IA & SACEI Deauville 3 octobre 2013 Dépendance & Solvabilité 2 Journée d études IA & SACEI Deauville 3 octobre 2013 Anne-Charlotte Bongard anne-charlotte.bongard@actuaris.com Le risque dépendance sous Solvabilité 2 Classification du risque

Plus en détail

L Union bancaire européenne : un remède anti-crise. Les Rencontres de l IEFP

L Union bancaire européenne : un remède anti-crise. Les Rencontres de l IEFP L Union bancaire européenne : un remède anti-crise Les Rencontres de l IEFP Les principaux facteurs à l origine de la crise financière Un évènement déclencheur (les «subprimes») mais des origines multiples

Plus en détail

TRAITEMENT DES FONDS DE DETTE MEZZANINE SOUS SOLVENCY II

TRAITEMENT DES FONDS DE DETTE MEZZANINE SOUS SOLVENCY II TRAITEMENT DES FONDS DE DETTE MEZZANINE SOUS SOLVENCY II IDINVEST PARTNERS - DéCEMBRe 2013 sol ven cyii traitement des fonds de dette mezzanine sous solvency II La réglementation Solvabilité 2 est structurée

Plus en détail

LE PROCESSUS DE L EXPERTISE EN RESPONSABILITE CIVILE

LE PROCESSUS DE L EXPERTISE EN RESPONSABILITE CIVILE Association pour le Management des Risques et des Assurances de l Entreprise LE PROCESSUS DE L EXPERTISE EN RESPONSABILITE CIVILE AMRAE 28 JUIN 2013 COMMENT VOYEZ VOUS L EXPERTISE «RC»? COMMENT VOYEZ VOUS

Plus en détail

MUTUELLES DE SANTE JOURNEE D'INFORMATION SOLVABILITE II

MUTUELLES DE SANTE JOURNEE D'INFORMATION SOLVABILITE II MUTUELLES DE SANTE JOURNEE D'INFORMATION SOLVABILITE II JEUDI 20 MARS 2014 Les défis du Pilier 2 : Contrôle Interne et ORSA Manifestation organisée par en partenariat avec Le déblocage du processus européen

Plus en détail

Radar Live. La solution pour faire évoluer vos tarifs en temps réel

Radar Live. La solution pour faire évoluer vos tarifs en temps réel Radar Live La solution pour faire évoluer vos tarifs en temps réel Une avancée majeure pour votre processus de tarification Radar Live est un logiciel révolutionnaire qui change radicalement l approche

Plus en détail

Conférence Solvabilité 2

Conférence Solvabilité 2 Conférence Solvabilité 2 «Concevoir un système de gestion des risques» 17 juin 2014 Alban JARRY Directeur du Programme Solvency 2 de La Mutuelle Générale La Mutuelle Générale, une entreprise de l économie

Plus en détail

Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II?

Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II? Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II? Journées IARD de l Institut des Actuaires Les nouveaux défis de l assurance IARD liés à Solvabilité II 11 avri l 2012 Gildas Robert,

Plus en détail

Bruxelles, 18 décembre 2007. Madame, Monsieur,

Bruxelles, 18 décembre 2007. Madame, Monsieur, Politique prudentielle banques et assurances PB Bruxelles, 18 décembre 2007. CIRCULAIRE PPB-2007-15-CPB-CPA aux établissements de crédit et entreprises d investissement indiquant certaines attentes prudentielles

Plus en détail

L Enterprise Risk Management au service du pilotage stratégique

L Enterprise Risk Management au service du pilotage stratégique L Enterprise Risk Management au service du pilotage stratégique L Enterprise Risk Management vise à obtenir une vue d ensemble des risques qui pèsent sur une organisation, en mettant notamment en évidence

Plus en détail

Atelier A03. Communication externe sur les risques : transparence, oui... mais jusqu'où?

Atelier A03. Communication externe sur les risques : transparence, oui... mais jusqu'où? Atelier A03 Communication externe sur les risques : transparence, oui... mais jusqu'où? 1 Atelier A03 Intervenants Max GIUMELLI Directeur Gestion des Risques Alain MOUROT Secrétaire Général Emmanuelle

Plus en détail

Ecole Thématique Technique Management et Projets Scientifiques

Ecole Thématique Technique Management et Projets Scientifiques Ecole Thématique Technique Management et Projets Scientifiques - L Assurance Qualité dans les Projets Scientifiques - Céline PERRY DOLIN celine.perry-dolin@groupebts.net SATILLIEU, le 1 er octobre 2009

Plus en détail

E-commerce : tarification et souscription en ligne Comment apprivoiser les contraintes légales

E-commerce : tarification et souscription en ligne Comment apprivoiser les contraintes légales E-commerce : tarification et souscription en ligne Comment apprivoiser les contraintes légales Isabelle MONIN LAFIN Avocate au Barreau de Paris 72, rue du Faubourg Saint-Honoré - 75008 PARIS Tél : 01.46.10.

Plus en détail

Q&A suite à différentes questions du secteur concernant le reporting au CAA

Q&A suite à différentes questions du secteur concernant le reporting au CAA Q&A suite à différentes questions du secteur concernant le reporting au CAA Questions concernant le régime Solvabilité 1 1. Concernant le fonds général, le reporting trimestriel Solvabilité 1 «Couverture

Plus en détail

Les placements. Définition

Les placements. Définition Les conférences thématiques Les placements JAN 14 Vous bénéficiez de la force de La Capitale groupe financier Une grande mutuelle de chez nous, fondée en 1940 par et pour le personnel de l État Propriété

Plus en détail

SOLUTIONS DE GOUVERNANCE OPERATIONNELLE. Servir l excellence opérationnelle des organisations en optimisant les coûts et les risques

SOLUTIONS DE GOUVERNANCE OPERATIONNELLE. Servir l excellence opérationnelle des organisations en optimisant les coûts et les risques SOLUTIONS DE GOUVERNANCE OPERATIONNELLE Servir l excellence opérationnelle des organisations en optimisant les coûts et les risques La qualité d exécution des opérations d une organisation détermine son

Plus en détail

EURO-CROISSANCE PRESENTATION CONGRES DES ACTUAIRES

EURO-CROISSANCE PRESENTATION CONGRES DES ACTUAIRES EURO-CROISSANCE PRESENTATION CONGRES DES ACTUAIRES OLIVIER LOZACH PREDICA ARNAUD COHEN FORSIDES ACTUARY 20 JUIN 2014 LE CONTEXTE + Les principales caractéristiques du marché français : + Un cadre fiscal

Plus en détail

Les cadres dirigeants à travers le monde cherchent une solution à la volatilité des placements des caisses de retraite

Les cadres dirigeants à travers le monde cherchent une solution à la volatilité des placements des caisses de retraite GROUPE DE RECHERCHE SUR LES PRATIQUES DE GESTION DES RÉGIMES DE RETRAITE Les cadres dirigeants à travers le monde cherchent une solution à la volatilité des placements des caisses de retraite SOMMAIRE

Plus en détail

QUELLES NOUVELLES STRATEGIES POUR LA TITRISATION FACE AUX CHANGEMENTS REGLEMENTAIRES?

QUELLES NOUVELLES STRATEGIES POUR LA TITRISATION FACE AUX CHANGEMENTS REGLEMENTAIRES? QUELLES NOUVELLES STRATEGIES POUR LA TITRISATION FACE AUX CHANGEMENTS REGLEMENTAIRES? Catherine Royère responsable de la titrisation,, Direction de la Gestion Actif-Passif, BNP Paribas catherine.royere@bnpparibas.com

Plus en détail

«Solvabilité 2 Courtage 2» : Les conséquences de Solvabilité 2 pour les courtiers, les délégataires de gestion et les grossistes

«Solvabilité 2 Courtage 2» : Les conséquences de Solvabilité 2 pour les courtiers, les délégataires de gestion et les grossistes «Solvabilité 2 Courtage 2» : Les conséquences de Solvabilité 2 pour les courtiers, les délégataires de gestion et les grossistes Résultats du sondage Caroline ALBANET-SAROCCHI Associé et Directeur Général

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DU CAPITAL

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DU CAPITAL LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DU CAPITAL Mai 2015 Ligne directrice sur la gestion du capital TABLE DES MATIÈRES Préambule... 3 Champ d application... 4 Prise d effet et processus de mise à jour... 5

Plus en détail

PERSPECTIVES & HORIZONS MUTUALISTES

PERSPECTIVES & HORIZONS MUTUALISTES PERSPECTIVES & HORIZONS MUTUALISTES SOMMAIRE Vous Avec vous Vos sujets 2 UN ENVIRONNEMENT MUTUALISTE EN PROFONDE ÉVOLUTION Une pression concurrentielle accrue et intensifiée Perte de parts de marché de

Plus en détail

COURS SUR LA GESTION DES RISQUES ASSURABLES

COURS SUR LA GESTION DES RISQUES ASSURABLES GILBERT BRAT Année universitaire 2012-2013 COURS SUR LA GESTION DES RISQUES ASSURABLES INTRODUCTION Historique Définition Le risque, c est un danger éventuel plus ou moins prévisible. Entreprise Ressources

Plus en détail

Circulaires relatives à la surveillance des assurances

Circulaires relatives à la surveillance des assurances 8 juillet 2015 Circulaires relatives à la surveillance des assurances Rapport explicatif Laupenstrasse 27, 3003 Berne Tél. +41 (0)31 327 91 00, fax +41 (0)31 327 91 01 www.finma.ch Tables des matières

Plus en détail

FrontERM. Solution de Pilotage Global des Risques pour le secteur de l assurance Contexte : Solvabilité II

FrontERM. Solution de Pilotage Global des Risques pour le secteur de l assurance Contexte : Solvabilité II FrontERM Solution de Pilotage Global des Risques pour le secteur de l assurance Contexte : Solvabilité II efront - Présentation Nos valeurs CA en M SATISFACTION CLIENT 31% Croissance organique 37 48,0

Plus en détail

VITA INVEST DYNAMIC - FONDS INVEST.2 - SAFE PLAN. Perspective de rendements attractifs et risques maîtrisés DES SOLUTIONS A LA HAUTEUR DE VOS ATTENTES

VITA INVEST DYNAMIC - FONDS INVEST.2 - SAFE PLAN. Perspective de rendements attractifs et risques maîtrisés DES SOLUTIONS A LA HAUTEUR DE VOS ATTENTES DES SOLUTIONS A LA HAUTEUR DE VOS ATTENTES VITA INVEST DYNAMIC - FONDS INVEST.2 - SAFE PLAN Perspective de rendements attractifs et risques maîtrisés 30.30.023/00 06/15 VITA INVEST DYNAMIC - FONDS INVEST.2

Plus en détail

COMITÉ EUROPÉEN DU RISQUE SYSTÉMIQUE

COMITÉ EUROPÉEN DU RISQUE SYSTÉMIQUE 13.10.2011 Journal officiel de l Union européenne C 302/3 COMITÉ EUROPÉEN DU RISQUE SYSTÉMIQUE DÉCISION DU COMITÉ EUROPÉEN DU RISQUE SYSTÉMIQUE du 21 septembre 2011 relative à la fourniture et à la collecte

Plus en détail

COMMERCIAL PUBLICITÉ

COMMERCIAL PUBLICITÉ Activités commerciales publicitaires COMMERCIAL PUBLICITÉ Le ou la commercial(e) Publicité a pour fonction essentielle de prospecter et rencontrer les annonceurs, les agences média et les agences de publicité,

Plus en détail

«Gîtes de France Horizon 2015» Synthèse du Projet d Orientation Stratégique 2007-2015

«Gîtes de France Horizon 2015» Synthèse du Projet d Orientation Stratégique 2007-2015 «Gîtes de France Horizon 2015» Synthèse du Projet d Orientation Stratégique 2007-2015 Synthèse de présentation du projet Horizon 2015 approuvée par le Conseil d Administration Fédéral Gîtes de France du

Plus en détail

Règlement de gestion du fonds Post Optima "STABILITY" Exposition à 100% de la prime nette investie via un dépôt auprès de BNP Paribas Fortis

Règlement de gestion du fonds Post Optima STABILITY Exposition à 100% de la prime nette investie via un dépôt auprès de BNP Paribas Fortis Règlement de gestion du fonds Post Optima "STABILITY" Exposition à 100% de la prime nette investie via un dépôt auprès de BNP Paribas Fortis Ce règlement de gestion est applicable au fonds Post Optima

Plus en détail

Atelier 10. Maximiser ses ventes : L'avantage concurrentiel d'une technologie intégrée

Atelier 10. Maximiser ses ventes : L'avantage concurrentiel d'une technologie intégrée Atelier 10 Maximiser ses ventes : L'avantage concurrentiel d'une technologie intégrée > Michel JOIE, Responsable de clientèle, SWISS RE > Laurence PAGNIER, Responsable du service Sélection des Risques,

Plus en détail

La généralisation de la complémentaire santé Guide à l attention des négociateurs de branche

La généralisation de la complémentaire santé Guide à l attention des négociateurs de branche La généralisation de la complémentaire santé Guide à l attention des négociateurs de branche www.harmonie-mutuelle.fr À partir de 2016, toutes les entreprises du secteur privé devront proposer un contrat

Plus en détail

Titelstijl van model bewerken

Titelstijl van model bewerken Financial Risks & A.R.T. Financial Risks & A.R.T. Continuity is delivering long term stability FRONTING FOR REINSURANCE CAPTIVES 1-10-2014 1 Louis Michel Ernould 31/03/2014 1. Financial Risks & A.R.T.

Plus en détail

EXPLOITATION LOGISTIQUE & TRANSPORTS LES MODULES DE FORMATION

EXPLOITATION LOGISTIQUE & TRANSPORTS LES MODULES DE FORMATION EXPLOITATION LOGISTIQUE & TRANSPORTS LES MODULES DE FORMATION PROGRAMME DE LA FORMATION La formation porte sur quatre (04) Unités d enseignement répartis en modules. Chaque module est affecté d un coefficient

Plus en détail

Analyse des frais d administration des assureurs-vie dans le domaine du 2 e pilier

Analyse des frais d administration des assureurs-vie dans le domaine du 2 e pilier prévoyance Prévoyance Prévoyance Analyse des frais d administration des assureurs-vie dans le domaine du 2 e pilier Depuis la 1 re révision de la loi sur la prévoyance professionnelle, la transparence

Plus en détail

RSSI à Temps Partagé Retour d expériences. 2011 Intrinsec - www.intrinsec.com securite.intrinsec.com

RSSI à Temps Partagé Retour d expériences. 2011 Intrinsec - www.intrinsec.com securite.intrinsec.com RSSI à Temps Partagé Retour d expériences 2011 Intrinsec - www.intrinsec.com securite.intrinsec.com Agenda Contexte Présentation du cadre d intervention «RSSI à Temps Partagé». Démarche SSI Retour d expérience

Plus en détail

La parité des risques

La parité des risques 24 La parité des risques La pertinence des stratégies de parité des risques Si l on devait résumer la notion de «parité des risques» (ou Risk Parity en anglais) en un seul mot, le terme de «diversification»

Plus en détail

Evolution des métiers de marché et services d investissements liés à la compensation. Patrice Renault, PR Conseil

Evolution des métiers de marché et services d investissements liés à la compensation. Patrice Renault, PR Conseil Evolution des métiers de marché et services d investissements liés à la compensation Patrice Renault, PR Conseil 1 1- Principaux impacts opérationnels liés à la mise en œuvre d EMIR & actions à mener -

Plus en détail

Solvency II. Contexte et enjeux de la réforme. Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com.

Solvency II. Contexte et enjeux de la réforme. Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com. Solvency II Contexte et enjeux de la réforme Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com Juin 2006 Sommaire Introduction Tour d horizon de Solvency II La gestion des risques

Plus en détail

Management Development International Institute

Management Development International Institute Comprendre l'environnement et élaborer la stratégie Connaître et utiliser les principaux outils et méthodes d'analyse stratégique et de prospective, Comprendre et évaluer le contexte culturel, économique

Plus en détail

RÈGLEMENT DE PLACEMENT 2016

RÈGLEMENT DE PLACEMENT 2016 RÈGLEMENT DE PLACEMENT 2016 HELVETAS Swiss Intercooperation Photo: Mosambik/Ludwig Schmidtpeter Sommaire Art. 1 But 10 Art. 2 Objectifs et principes 10 Art. 3 Stratégie de placement 10 Art. 4 Prescriptions

Plus en détail

Prenez le temps d anticiper

Prenez le temps d anticiper Prenez le temps d anticiper L IFC : UNE OBLIGATION LÉGALE Selon l article 122-14-13 du code du travail, lors du départ à la retraite d un de vos salariés, vous devez lui verser une indemnité exclusivement

Plus en détail

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc.

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Introduction Les normes de Bâle II constituent un accord international sur les fonds propres

Plus en détail

Préparation à Solvabilité II. Analyse des réponses au questionnaire 2013 sur la préparation des organismes d assurance. 18 mars 2014 version 1.

Préparation à Solvabilité II. Analyse des réponses au questionnaire 2013 sur la préparation des organismes d assurance. 18 mars 2014 version 1. Préparation à Solvabilité II Analyse des réponses au questionnaire sur la préparation des organismes d assurance 18 mars 2014 version 1.0 Sommaire 1 Introduction... 3 2 Principaux résultats... 3 3 Ce que

Plus en détail

Préparation à Solvabilité II. Enseignements de l exercice d ORSA pilote 2013. 21 mars 2014 version 1.0

Préparation à Solvabilité II. Enseignements de l exercice d ORSA pilote 2013. 21 mars 2014 version 1.0 Préparation à Solvabilité II Enseignements de l exercice d ORSA pilote 2013 21 mars 2014 version 1.0 Sommaire 1 Description générale de l ORSA... 3 1.1 Les textes de référence sur l ORSA... 3 1.2 Résumé

Plus en détail

Dénomination du fonds Le fonds est dénommé Smart Invest Bon Deep Value 90 Europe 1.

Dénomination du fonds Le fonds est dénommé Smart Invest Bon Deep Value 90 Europe 1. SMART INVEST BON Deep Value 90 Europe 1-REGLEMENT DE GESTION DU FONDS LIE AU PRODUIT SMART INVEST PORTFOLIO Exposition à 100% du montant net investi via un dépôt auprès de BNP Paribas Fortis Ce règlement

Plus en détail

L e s é v o l u t i o n s r é c e n t e s d e l a P r o t e c t i o n S o c i a l e C o m p l é m e n t a i r e d e s s a l a r i é s

L e s é v o l u t i o n s r é c e n t e s d e l a P r o t e c t i o n S o c i a l e C o m p l é m e n t a i r e d e s s a l a r i é s L e s é v o l u t i o n s r é c e n t e s d e l a P r o t e c t i o n S o c i a l e C o m p l é m e n t a i r e d e s s a l a r i é s Evolutions sociales 2015 : l année de l ANI Après l application de

Plus en détail

Métamodèle Ingénierie Système. Pour S-Miner 6.0 +

Métamodèle Ingénierie Système. Pour S-Miner 6.0 + Métamodèle Ingénierie Système Pour S-Miner 6.0 + 1 Introduction Le métamodèle «Ingénierie Système» (IS) est un métamodèle destiné à S-Miner 6.0+ permettant de produire un environnement intégré destiné

Plus en détail

Le pilotage de la supply chain aéronautique

Le pilotage de la supply chain aéronautique Le pilotage de la supply chain aéronautique Comment contrôler l efficacité de ses fournisseurs en phase développement et en phase série? Hervé Leroy, Président ECDYS - email : herve.leroy@ecdys.com Une

Plus en détail

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales Introduction! Dans un contexte de mondialisation croissante des affaires et de forte demande de création de valeur de la part des dirigeants, l acheteur doit non seulement parfaitement maîtriser ses techniques

Plus en détail

NOTICE «Solvabilité II» Calcul de la solvabilité des groupes

NOTICE «Solvabilité II» Calcul de la solvabilité des groupes NOTICE «Solvabilité II» Calcul de la solvabilité des groupes (Version en date du 28/04/2016) TABLE DES MATIÈRES 1. Introduction... 3 2. Calcul de la solvabilité des groupes... 3 2.1. Périmètre du groupe

Plus en détail

Atelier AMRAE A10. Le commissaire aux comptes («CAC») et la gestion des risques

Atelier AMRAE A10. Le commissaire aux comptes («CAC») et la gestion des risques Atelier AMRAE A10 Le commissaire aux comptes («CAC») et la gestion des risques Intervenants Modérateur Gilles de Courcel Président de la Commission Evaluation de la CNCC Associé Ricol-Lasteyrie Alain Gravier

Plus en détail

Exemple de modèle interne partiel réalisé avec PillarOne

Exemple de modèle interne partiel réalisé avec PillarOne Exemple de modèle interne partiel réalisé avec PillarOne Conférence à l'institut des Actuaires Paris, 12 Mars 2009 Markus Stricker, Intuitive Collaboration Laurent Berthaut, Munich Re Agenda 1 Le projet

Plus en détail

L intermédiation entre les besoins de financement et les investisseurs : exemple du financement immobilier

L intermédiation entre les besoins de financement et les investisseurs : exemple du financement immobilier 1 L intermédiation entre les besoins de financement et les investisseurs : exemple du financement immobilier Thibault de SAINT PRIEST ACOFI Séminaire EIFR 12 FEVRIER 2013 Titrisation / fonds de prêts :

Plus en détail

Table ronde n 1 Les principales évolutions prévues par le CDU

Table ronde n 1 Les principales évolutions prévues par le CDU 1 Table ronde n 1 Les principales évolutions prévues par le CDU 2 2 Les principales évolutions prévues par le CDU 1. Les principales évolutions 2. Témoignage de Mme Falco (XPO Logistics) 3. Comment se

Plus en détail

Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards)

Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards) Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards) Avant propos sur les tableaux de bord Le tableau de bord est l instrument sans qui tout démarche de progrès est impensable, comment assurer un jugement

Plus en détail

Solvabilité 2 Le Pilier 2

Solvabilité 2 Le Pilier 2 www.pwc.fr/assurance Solvabilité 2 Le Pilier 2 Enjeux opérationnels de la gestion des risques Sommaire Préface Préface 2 Introduction 4 1. Approche normative 6 1.1 Les dispositions générales du Pilier

Plus en détail

EVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES. Volontés et conséquences (pp)?

EVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES. Volontés et conséquences (pp)? EVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES Volontés et conséquences (pp)? Emmanuel JAECK Conseiller Evaluation Mission Prospective, Evaluation et Concertation Citoyenne Rencontre ARPE novembre 2015 1 Sommaire

Plus en détail

Grand-Duché du Luxembourg

Grand-Duché du Luxembourg Version 2.0 16.06.2014 Page 1 de 20 Lignes directrices d audit de la règle technique d exigences et de mesures pour la certification des Prestataires de Services de Dématérialisation ou de Conservation

Plus en détail

Atelier C4. «ERM dans la croissance : de la stratégie à sa mise en œuvre»

Atelier C4. «ERM dans la croissance : de la stratégie à sa mise en œuvre» Atelier C4 «ERM dans la croissance : de la stratégie à sa mise en œuvre» Intervenants Alain AUBIGNAT Franck BARON Marc PAASCH Group Risk Manager General manager risk management and insurance International

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER La séance 6 (première partie) traite des décisions d investissement. Il s agit d optimiser

Plus en détail

SOLVABILITE II Glossaire et notions clés

SOLVABILITE II Glossaire et notions clés SOLVABILITE II Glossaire et notions clés Version septembre 2013 A Actuaire Spécialiste qui applique la statistique et le calcul des probabilités pour la conduite d opérations financières et d assurance.

Plus en détail

FANAF 2011 - DAKAR GESTION DES ACTIFS DE SOCIETES D ASSURANCE ET OPTIMISATION DE LEUR RENDEMENT. - Principe d allocation de Portefeuille

FANAF 2011 - DAKAR GESTION DES ACTIFS DE SOCIETES D ASSURANCE ET OPTIMISATION DE LEUR RENDEMENT. - Principe d allocation de Portefeuille FANAF 2011 - DAKAR GESTION DES ACTIFS DE SOCIETES D ASSURANCE ET OPTIMISATION DE LEUR RENDEMENT - Principe d allocation de Portefeuille - Innovation par les produits multi supports CISSE ABDOU CISCO CONSULTING

Plus en détail

Qu est-ce que MiFID? Objectifs?

Qu est-ce que MiFID? Objectifs? 2 Oeuvrer à une meilleure protection des clients Qu est-ce que MiFID? Objectifs? L Agenda de Lisbonne, élaboré par la Commission européenne en 2000, s est fixé pour ambitieux objectif de faire de l Union

Plus en détail

Aviso Ré. Introduction à la réassurance. Technique de réassurance. Programme. Pour progresser : modules T2 et T3

Aviso Ré. Introduction à la réassurance. Technique de réassurance. Programme. Pour progresser : modules T2 et T3 T 1 Découvrir les différents rôles joués par la et son impact sur le développement de l'assurance Comprendre l'impact de la sur la gestion des assureurs Débutants en, toutes fonctions Cadres opérationnels

Plus en détail