AAIARD. La modélisation stochastique. Julie-Linda Laforce, fica, fcas Dion, Durrell + Associés Inc.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "AAIARD. La modélisation stochastique. Julie-Linda Laforce, fica, fcas Dion, Durrell + Associés Inc. juliel@dion-durrell.com"

Transcription

1 AAIARD La modélisation stochastique Julie-Linda Laforce, fica, fcas Dion, Durrell + Associés Inc. 5 juin, 2009

2 Survol de la présentation Pourquoi la modélisation stochastique? Survol Solvabilité II Le modèle interne: L utilité d un modèle Un modèle «bilan complet» L implémentation d un modèle Le modèle : son impact Exemples graphiques de résultats L outil : les attributs clés Conclusion : est-ce qu un modèle stochastique pourrait vous amener à prendre des décisions différentes? 1

3 Pourquoi la modélisation stochastique? Test de Solvabilité II Normes de réglementation européennes pour la supervision de l assurance 30 pays (MCT au Canada) S applique à toutes les compagnies d assurance (incluant les filiales) et captives qui opèrent en Europe, avec des primes annuelles de plus de 5 million d euro Remplace la réglementation de Solvabilité I Problèmes avec Solvabilité I : Système désuet (règles datées des années 1970) Insuffisamment sensible au risque Ne reflète pas les meilleurs pratiques Difficulté dans la supervision des groupes diversifiés et des multinationales N expose pas les problématiques reliés à la gestion des risques de manière adéquate 2

4 Pourquoi la modélisation stochastique? (suite) Test de Solvabilité II (suite) Changements fondamentaux aux exigences de Solvabilité La supervision basée sur les principes et non des règles La capitalisation est établie en fonction du risque et de manière uniforme dans le marché Convergence du capital économique et du capital requis selon les normes Accent sur la gestion des risques 3

5 Pourquoi la modélisation stochastique? (suite) Test de Solvabilité II SOLVABILITÉ SOLVENCY II II Risque Market de marché Risk Pillar Pilier 1 Minimum Standards Normes minimales (Quantitative requirements) (Seuils quantitatifs) Pillar Pilier 2 Supervisory Procédures Review de (Quantitative surveillance requirements) (Seuils qualitatifs) Pillar Pilier 3 Market Discipline Discipline de marché Underwriting Risque souscription Risk Default Risque de Risk crédit Operational Risque opérationnel Risk Réglementation Regulations sur minimum le niveau capital de capital requirements requis (minimal et de solvabilité) Reserving Réserves Investissement Investment Regulations Réglementation financial sur le niveau services de supervision sur les procédures de surveillance (Capabilities and powers of regulators, (Moyens areas et of pouvoirs activity) des organismes de réglementation, secteurs d activité) Transparency Transparence Exigences Disclosureen requirements matière de communication de l information Competition related elements Implémentation Implementation Contrôle Control Disclosure Divulgation 4

6 Pourquoi la modélisation stochastique? (suite) Test de Solvabilité II - Pilier I analyse quantitative Actif Passif Capital libre MCR («Minimum Capital Requirement») Intervention des autorités de contrôle si le capital est inférieur au MCR SCR («Solvency Capital Requirement») MCR Marge de risque Meilleur estimé des provisions SCR 99,5 % du niveau de confiance de solvabilité au cours des 12 prochains mois Choix entre une formule standard ou un modèle de risque interne (qui peut réduire le niveau de capitalisation requis) Évaluation inclut tous les risques importants Modèle de risque interne doit être approuvé par l autorité locale de supervision; critères pour approbations inclus : (a) tests statistiques; (b) tests de calibration; (c) tests d utilisation; (d) attribution des états financiers; (e) validation des standards; (f) standards de documentation Approche uniforme pour l évaluation de l actif et du passif pour l ensemble du marché 5

7 Pourquoi la modélisation stochastique? (suite) Test de Solvabilité II (suite) Pilier II Procédures de surveillance analyse qualitative Le rôle de supervision change Devrait augmenter le niveau d information échangé Own Risk and Solvency Assessment ( «ORSA» ) un outil de gestion des risques qui exige qu ils soient tous considérés et qu une capitalisation adéquate existe afin de les soutenir Exige des changements importants au niveau de la gouvernance et de la culture au sein des entreprises Pilier III Divulgation et discipline de marché Divulgation publique de la solvabilité et du rapport sur la condition financière Amélioration de la divulgation des systèmes de gestion des risques, des procédures, de la tolérance et des hypothèses 6

8 Pourquoi la modélisation stochastique? (suite) Test de Solvabilité II - Cadre de mise en œuvre Planification et Portée Évaluation du Risque Analyse du Risque et Modélisation Supervision Rapports et Divulgation Initial Intermédiaire Avancé Évaluation des Détermination du profil Conformité avec les exigences Recueillir l'information Identifier les changements pratiques de de risque des autorités et les PCGR sur le profil de risque, requis à ce qui a trait gestion du les risques identifiés ainsi à la communication des risque Recensement des risques Inventaire des modèles que le plan d'éplémentation résultats financiers sous pouvant avoir un impact et des pratiques existantes de Solvabilité II la base PCGR et celle matériel exigée par les autorités Détermination du MCR Détermination des Dévelopement d'un cadre Détermination du SCR Développer les processus Rapport initial améliorations à interne d'évaluation selon la formule standard d'évaluation et de sur la solvabilité et apporter aux du risque communication à la santé financière de processus et Mesure des changements l'interne l'entreprise (manuel) systèmes Identification des au niveau des évaluations dépendanc esentre les Produire une évaluation risques Modélisation initiale initiale «ORSA» (Own Risk and Solvency Assessment) Suivi Intégration de la Calculer le MCR (trimestriel) Approbation du modèle Intégration du rapport des processus, gestion de risque par les autorités sur la solvabilité et santé systèmes, dans les prises de décisions Calculer le SCR (annuel) financière avec les et modèles «ORSA» intégré avec les systèmes d'établissement Utilisation continue d'un Suivi de la solvabilité et décisions stratégiques de de rapport Analyse cadre de gestion du intégration avec l'administration l'entreprise détailée risque et la gestion de l'entreprise Divulgation publique Pilier I Pilier II Pilier III 7

9 Pourquoi la modélisation stochastique? (suite) Test de Solvabilité II - Implications Les compagnies d assurance devront établir pour la première fois la qualité de leur gestion des risques La direction devra mettre en place une structure de gouvernance robuste afin de gérer les risques de son entreprise et en éliminer les lacunes Les compagnies pourront incorporer les activités de gouvernance, de gestion des risques et de conformité aux normes de manière à augmenter leur efficacité. Solvabilité II démontre une corrélation directe entre le risque et le capital. Pour chaque compagnie, ces activités sont des facteurs importants visant à réduire le capital 8

10 Pourquoi la modélisation stochastique? (suite) Test de Solvabilité II - Implications La disponibilité, qualité et intégration des données pour la gestion et la modélisation seront des atouts clés L implémentation est une responsabilité des cadres supérieurs et du conseil d administration Solvabilité II est plus qu un régime de règlementation c est une opportunité pour la direction. Les décisions corporatives en seront affectées et elles ne peuvent qu être accélérées dans les prochaines années 9

11 Pourquoi la modélisation stochastique? (suite) Agence de Notation Accent sur la GRE (gestion des risques d entreprises ou «ERM»); gérer tous les risques simultanément AM Best s attend à ce que les grandes institutions instaurent la GRE et aient recours à la modélisation du capital économique aux fins de la prise de décision (1) À long terme, une meilleure performance au titre de la GRE entrainera une meilleure côte de solvabilité et un coût moindre du capital (1) (1) Source ICA la gestion du risque d entreprise 10

12 Pourquoi la modélisation stochastique? (suite) Lorsque des analyses doivent être basées sur des courbes statistiques, par exemple Programmes excédentaires avec une fréquence de réclamation très basse Catastrophes Approche moderne aux tests de sensitivité Une dizaine de tests ou bien scénarios? 11

13 Pourquoi la modélisation stochastique? (suite) Pour répondre à la question : avec quelle probabilité le résultat est-il valable? Note : les EDSC («DCAT») au Canada sont sur une base déterministe 12

14 Au cœur du... modèle interne de risque 13

15 L utilité d un modèle Un modèle encourage un assureur à quantifier, comprendre et gérer efficacement le risque et son impact sur les états financiers Une compagnie peut optimiser son retour sur le capital avec : Une meilleure gestion de ses politiques (investissement, etc.) Une diversification efficace de ses risques (par ligne d affaire, etc.) en déterminant quelle ligne d affaire lui donnerait un meilleur retour sur le capital Le «bon»programme de réassurance IMPORTANT : un modèle interne devrait être sur une base de «bilan complet» 14

16 Le modèle «bilan complet» Intègre l actif et le passif dans un seul modèle : Associe l actif et le passif dans un environnement économique commun Associe tous les flux de trésorerie des deux cotés du bilan Permet l évaluation des stratégies de gestion des risques sur une base intégrée Fournit des indications sur la volatilité et l interrelation des différents risques Sans un modèle de bilan complet, on ignore l effet combiné de l actif et du passif sur le capital 15

17 Le modèle «bilan complet» (suite) Objectif : reproduire les activités totales de la compagnie selon son modus operandi On doit donc considérer les points suivants afin de projeter les résultats financiers : La politique d investissement L évaluation actuarielle La tarification et la prise de décision La réassurance Les objectifs de croissance Les probabilités associées avec le renouvellement des affaires etc. 16

18 L implémentation d un modèle Cadre de mise en œuvre Analyse du risque et modélisation Définir les risques Bâtir le modèle Identifier les intrants / paramètres Simulation stochastique - Expositions (risque de marché, de crédit, d assurance, de liquidité, opérationnel, etc.) - Événements clés - Principales conséquences - Indicateurs clés de performance - Mesure des risques - Tenir compte de la corrélation et de la causalité des expositions, des événements et des conséquences - Choisir les niveaux de confiance - Effectuer le suivi par indicateur clé de performance - Détermination des distributions de probabilités - Collecte de données (sinistre et événement) - Exécution du modèle -Test de sensibilité / de vraisemblance - Analyse des scénarios 17

19 L implémentation d un modèle (suite) La qualité d un modèle dépend de la qualité des données à l entrée!!! Attributs clés de la modélisation stochastique Est-ce que j ai toutes les bonnes variables dans mon analyse? Ex. : rendement, nombre de réclamations, sévérité moyenne, rythme de paiement Est-ce que mes variables sont interconnectées de manière rationnelle? Ex. : le taux d intérêt chute, cela affecte le retour sur mes investissements, la valeur marchande de mes obligations, l hypothèse sélectionnée pour actualiser mes réclamations, le coût d emprunt à taux variable, etc. Quelle est la variabilité des résultats? L écart type sur toutes les variables combinées nous donne la variabilité des résultats Quelle probabilité est assignée à ces résultats? Ex. DCAT scénario X est probable mais à quel niveau? 18

20 L implémentation d un modèle : les variables Risques du côté de l actif Principalement sur les investissements Volatilité en fonction de la politique d investissement Prendre en compte les bénéfices de la diversification du portfolio L évaluation des actifs sur la base de valeur marchande apporte une plus grande volatilité dans les états financiers Risque de défaut des réassureurs : affecte la provision sur les recouvrables cédés 19

21 L implémentation d un modèle : les variables (suite) Risques du côté du passif Principalement sur la provision pour les réclamations Volatilité en fonction des lignes et du volume d affaires Volatilité reflète le risque de catastrophe Volatilité sur les facteurs de développement et sur le rythme de paiement Un modèle doit prendre en compte le niveau de réaction à un nouvel environnement (réclamation ou économique) de l actuaire désigné pour les provisions au bilan et aussi du département de tarification pour les primes futures 20

22 L implémentation d un modèle : interconnexion Interconnexion des variables : Exemple: environnement économique au 31 décembre 2008: baisse de la valeur marchande des actifs baisse du facteur d escompte sélectionné par l actuaire désigné augmentation de la marge pour écart défavorable sur le facteur d escompte impact sur le surplus: Actif Passif Surplus 21

23 L implémentation d un modèle : interconnexion (suite) Le modèle doit donc simuler l environnement économique et ensuite l impact de ce-dernier sur les deux côtés du bilan afin d obtenir un résultat combiné sur le surplus 22

24 L implémentation d un modèle : interconnexion (suite) L interconnexion des variables permet de prendre en compte la diversification de l entreprise. Par exemple : Souscription : une ligne ou plusieurs lignes d affaires; concentration de territoire ou non; etc. Marché : interaction entre le taux d échange, la courbe taux d intérêt, rendement boursier, la composition des investissements Crédit : défaut de la réassurance Opérationnel : terrorisme, pandémie 23

25 Le modèle : son impact Maximise la réassurance (ex. : protection annuelle «aggregate limit», réduit la volatilité plus que la limite par réclamation) Politique d investissement Tarification du produit Planification du capital Bénéfice de nouveaux projets / nouvelles lignes d affaires / nouveau territoire : diversification et réduction du risque? Planification budgétaire 24

26 Le modèle : son impact (suite) COMMUNICATION aux directeurs : La prise de décision peut se faire sur une base connue par les dirigeants soit : le bilan financier De plus, les dirigeants peuvent prendre connaissance du niveau de risque inhérent à certaines décisions 25

27 Exemples graphiques d un modèle stochastique 26

28 Exemples graphiques d un modèle stochastique (suite) 27

29 Exemples graphiques d un modèle stochastique (suite) 28

30 Exemples graphiques d un modèle stochastique (suite) 29

31 Exemples graphiques d un modèle stochastique (suite) Décision sur la rétention et le transfert de risque $1,200 $1,100 $1,000 $900 Pertes sous $ de rétention Pertes sous $ de rétention Pertes sous $ de rétention Crédit pour une rétention de $ Crédit pour une rétention de $ Crédit pour une rétention de $ Credit pour un déductible de $ est suffisant pour couvrir les pertes 80 % du temps Pertes annuelles (en '000 $800 $700 $600 $500 $400 $300 $200 $100 Credit pour un déductible de $ est suffisant pour couvrir les pertes 85 % du temps Credit pour un déductible de $ est suffisant pour couvrir les pertes 95 % du temps $0 Moyenne 65%ile 70%ile 75%ile 80%ile 85%ile 90%ile 95%ile Pourcentiles 30

32 Où en sommes-nous au Canada? Très peu d actions et beaucoup de discussions pour les compagnies canadiennes ou filiales américaines Beaucoup plus d accent sur l IFRS que la gestion des risques d entreprises Plusieurs compagnies se demandent comment y arriveront-elles mais n ont pas un objectif précis quant à une date d implémentation C est maintenant le temps d apprendre et de se bâtir une expertise en modélisation stochastique comment? quel outil? 31

33 L outil : attributs clés Génère des états financiers sur la base courante de l assureur (vérificateur - GAAP, supervision P&C-1) Efficacité d opération : temps de roulement (le modèle le plus complexe à ce jour chez Dion Durrell génère scénarios en moins de 15 minutes) Incorporés aux fonctions clés de l entreprise : comptabilité, actuariat, placements, etc. Pas une boîte noire transparence Le modèle se doit de toujours être en évolution et doit s adapter aux changements de l entreprise 32

34 Conclusion Est-ce qu un modèle stochastique pourrait vous amener à prendre des décisions différentes? Certainement si certaines probabilités ou volatilités vous apparaissent trop grandes et/ou coûteuses!!! 33

35 Questions ou commentaires? 34

Solvabilité 2 : le rôle de l actuaire

Solvabilité 2 : le rôle de l actuaire JJ Mois Année Solvabilité 2 : le rôle de l actuaire Journées Actuarielles de Strasbourg 6-7 octobre 2010 1 PLAN Solvabilité 2 : présentation de la réforme Le rôle de l actuaire dans Solvabilité 2 Que fait

Plus en détail

Atelier B9. Stratégie de financement évolution des captives

Atelier B9. Stratégie de financement évolution des captives Atelier B9 Stratégie de financement évolution des captives INTRODUCTION La mise en application de Solvency 2 bouscule les captives existantes : 1. Quelles sont les normes applicables? 2. Quels agréments

Plus en détail

APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE

APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE OFFICE D'INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSIONS DU SECTEUR PUBLIC (INVESTISSEMENTS PSP) APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE Le 13 novembre 2014 Introduction Le maintien d une culture axée sur la conscience

Plus en détail

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc.

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Introduction Les normes de Bâle II constituent un accord international sur les fonds propres

Plus en détail

Cours orienté vers la pratique Finance et placements Examen Juin 2013 TABLE DES MATIÈRES

Cours orienté vers la pratique Finance et placements Examen Juin 2013 TABLE DES MATIÈRES Cours orienté vers la pratique Finance et placements Examen Juin 2013 TABLE DES MATIÈRES L EXAMEN COMPORTE SIX (6) QUESTIONS À DÉVELOPPEMENT VALANT 45 POINTS ET CINQ (5) QUESTIONS À CHOIX MULTIPLES VALANT

Plus en détail

Focus sur Solvabilité II et ORSA

Focus sur Solvabilité II et ORSA Focus sur Solvabilité II et ORSA Dispositions prudentielles au cœur de notre futur Pour rappel, Solvabilité II est le nouveau cadre prudentiel européen prévu pour promouvoir la bonne gouvernance et la

Plus en détail

Réduction et gestion des impacts

Réduction et gestion des impacts 11 Réduction et gestion des impacts Les porteurs de projets doivent : faire en sorte que des mesures de réduction soient mises en œuvre mettre en place des systèmes et procédures dans ce but contrôler

Plus en détail

Résumé. Ces nouvelles règles prudentielles 1 «Solvency II» et repose sur trois piliers. sont définies selon la Directive Européenne

Résumé. Ces nouvelles règles prudentielles 1 «Solvency II» et repose sur trois piliers. sont définies selon la Directive Européenne Résumé Les compagnies d assurance jouent un rôle important dans l économie puisqu elles ne fournissent pas seulement une protection aux assurés mais réinjectent aussi les primes perçues sur les marchés

Plus en détail

DE LA STRATEGIE D IMPLEMENTATION D BALE II EN TUNISIE

DE LA STRATEGIE D IMPLEMENTATION D BALE II EN TUNISIE L implémentation mentation de Bâle II dans les banques maghrébines DE LA STRATEGIE D IMPLEMENTATION D DE BALE II EN TUNISIE Badreddine BARKIA Directeur Général G de la Supervision Bancaire Banque Centrale

Plus en détail

ORIENTATION STRATÉGIQUE 2014-2018. Octobre 2014

ORIENTATION STRATÉGIQUE 2014-2018. Octobre 2014 ORIENTATION STRATÉGIQUE 2014-2018 Octobre 2014 1 Contenu Introduction Principales priorités Considérations supplémentaires du Conseil des normes actuarielles (CNA) Plan de projet par domaine de pratique

Plus en détail

Attestation de la norme de capital réglementaire pour les assureurs-vie

Attestation de la norme de capital réglementaire pour les assureurs-vie Exposé-sondage Note éducative Attestation de la norme de capital réglementaire pour les assureurs-vie Commission sur la gestion des risques et le capital requis Novembre 2005 Document 205121 This document

Plus en détail

COMITÉ DE VÉRIFICATION DE VOLLEYBALL CANADA MANDAT

COMITÉ DE VÉRIFICATION DE VOLLEYBALL CANADA MANDAT COMITÉ DE VÉRIFICATION DE VOLLEYBALL CANADA MANDAT 16 NOVEMBRE 2008 I. OBJECTIF A. La principale fonction du Comité de vérification (le «Comité») est d'aider le Conseil d administration à s acquitter de

Plus en détail

L ORSA comme outil de pilotage

L ORSA comme outil de pilotage L ORSA comme outil de pilotage Université d été de l IA 20 juillet 2011 Sommaire Rappel des grands principes de l ORSA L ORSA comme outil de pilotage mise en œuvre 2 La directive Solvabilité II La directive

Plus en détail

GUIDE DE L ACTUAIRE. Concernant la production du rapport sur l attestation de la ligne directrice de fonds propres - Assurance de personnes

GUIDE DE L ACTUAIRE. Concernant la production du rapport sur l attestation de la ligne directrice de fonds propres - Assurance de personnes GUIDE DE L ACTUAIRE Concernant la production du rapport sur l attestation de la ligne directrice de fonds propres - Direction principale de la surveillance des assureurs et du contrôle du droit d exercice

Plus en détail

ORIENTATION STRATÉGIQUE 2013-2017. Septembre 2013

ORIENTATION STRATÉGIQUE 2013-2017. Septembre 2013 ORIENTATION STRATÉGIQUE 2013-2017 Septembre 2013 1 Contenu Introduction Principales priorités Considérations supplémentaires du Conseil des normes actuarielles (CNA) Plan de projet par domaine de pratique

Plus en détail

EIOPACP 13/08 FR. Orientations relatives au système de gouvernance

EIOPACP 13/08 FR. Orientations relatives au système de gouvernance EIOPACP 13/08 FR Orientations relatives au système de gouvernance EIOPA Westhafen Tower, Westhafenplatz 1 60327 Frankfurt Germany Tel. + 49 6995111920; Fax. + 49 6995111919; site: www.eiopa.europa.eu Orientations

Plus en détail

CORPORATION DATACOM WIRELESS

CORPORATION DATACOM WIRELESS États financiers de CORPORATION DATACOM WIRELESS pour les périodes de trois mois arrêtées les 31 mars 2008 et 2007 États financiers États financiers Bilans... 1 États des résultats et du résultat étendu...

Plus en détail

Mandat - Modèle détaillé

Mandat - Modèle détaillé La gouvernance des PME Mandat - Modèle détaillé - modèle détaillé mandat pour un comité consultatif Nous vous présentons ci-dessous un exemple de mandat pour un comité consultatif plus sophistiqué que

Plus en détail

Directives relatives aux provisions pour sinistres à régler en assurance non-vie

Directives relatives aux provisions pour sinistres à régler en assurance non-vie Directives relatives aux provisions pour sinistres à régler en assurance non-vie Version d août 2006 Adoptés par le Comité de l ASA le 1 er septembre 2006 1 Sommaire Page Directives relatives aux provisions

Plus en détail

REGROUPEMENT DES RETRAITÉS RIO TINTO ALCAN, RCRA MEMBRES DU RÉGIME DE PENSION RPRTA

REGROUPEMENT DES RETRAITÉS RIO TINTO ALCAN, RCRA MEMBRES DU RÉGIME DE PENSION RPRTA REGROUPEMENT DES RETRAITÉS RIO TINTO ALCAN, RCRA MEMBRES DU RÉGIME DE PENSION RPRTA CFP 005M C.P. Rapport D Amours MÉMOIRE SUR LE RAPPORT 9 juillet 2013 1. Résumé exécutif Regroupement des Retraités de

Plus en détail

Les inconvénients de ne pas avoir de police locale lorsque vous traitez des affaires à l échelle internationale

Les inconvénients de ne pas avoir de police locale lorsque vous traitez des affaires à l échelle internationale Les inconvénients de ne pas avoir de police locale lorsque vous traitez des affaires à l échelle internationale 1 2 Les inconvénients de ne pas avoir de police locale lorsque vous traitez des affaires

Plus en détail

ROCK ENERGY INC. Bilans consolidés intermédiaires. Aux 30 juin 2009 et 31 décembre 2008 (non vérifié)

ROCK ENERGY INC. Bilans consolidés intermédiaires. Aux 30 juin 2009 et 31 décembre 2008 (non vérifié) ROCK ENERGY INC. Bilans consolidés intermédiaires Aux 30 juin 2009 et 31 décembre 2008 (non vérifié) (Tous les montants sont exprimés en milliers de dollars.) 30 juin 2009 31 décembre 2008 Actif Actif

Plus en détail

Solvabilité II Les risques liés aux aléas de la vie humaine

Solvabilité II Les risques liés aux aléas de la vie humaine Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles Solvabilité II Les risques liés aux aléas de la vie humaine 20 ème rendez-vous Réavie Frédéric Heinrich Page n 1 S2 Quelles conséquences pour les statistiques

Plus en détail

COURS ORIENTÉ VERS LA PRATIQUE ASSURANCE-VIE INDIVIDUELLE ET RENTES

COURS ORIENTÉ VERS LA PRATIQUE ASSURANCE-VIE INDIVIDUELLE ET RENTES COURS ORIENTÉ VERS LA PRATIQUE ASSURANCE-VIE INDIVIDUELLE ET RENTES La présente note vise à aider les candidats à bien se préparer au Cours orienté vers la pratique (COP) en leur fournissant des détails

Plus en détail

RAPPORT DU COMITÉ D EXPERTS SUR L AVENIR DU SYSTÈME DE RETRAITE QUÉBÉCOIS. Analyse et recommandations 18 avril 2013

RAPPORT DU COMITÉ D EXPERTS SUR L AVENIR DU SYSTÈME DE RETRAITE QUÉBÉCOIS. Analyse et recommandations 18 avril 2013 RAPPORT DU COMITÉ D EXPERTS SUR L AVENIR DU SYSTÈME DE RETRAITE QUÉBÉCOIS Analyse et recommandations 18 avril 2013 Un rapport de concertation, de réflexion et d audace 7 experts 18 mois de travail 22 groupes

Plus en détail

VISION DE L ÉVALUATION DE LA SOLVABILITÉ DES ASSUREURS DE DOMMAGES AU CANADA ASSUREURS DE DOMMAGES À CHARTE DU QUÉBEC

VISION DE L ÉVALUATION DE LA SOLVABILITÉ DES ASSUREURS DE DOMMAGES AU CANADA ASSUREURS DE DOMMAGES À CHARTE DU QUÉBEC VISION DE L ÉVALUATION DE LA SOLVABILITÉ DES ASSUREURS DE DOMMAGES AU CANADA COMITÉ CONSULTATIF SUR LE TCM ASSUREURS DE DOMMAGES À CHARTE DU QUÉBEC JUILLET 2011 AUTORITE DES MARCHES FINANCIERS COMITE CONSULTATIF

Plus en détail

FORAGE ORBIT GARANT INC. État consolidé des résultats et du résultat étendu

FORAGE ORBIT GARANT INC. État consolidé des résultats et du résultat étendu États financiers Troisième trimestre terminé le 31 mars 2010 État consolidé des résultats et du résultat étendu PRODUITS TIRÉS DE CONTRATS 28 808 727 27 694 738 76 867 648 76 916 747 COÛT DES PRODUITS

Plus en détail

Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le

Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le Comité consultatif sur le Test du capital minimal Page

Plus en détail

Exigences sur les informations à fournir en vertu des Normes internationales d information financière (IFRS) pour les assureurs-vie

Exigences sur les informations à fournir en vertu des Normes internationales d information financière (IFRS) pour les assureurs-vie Document de recherche Exigences sur les informations à fournir en vertu des Normes internationales d information financière (IFRS) pour les assureurs-vie Commission de l actuaire désigné/ responsable de

Plus en détail

Repenser la retraite. Les lettres de crédit sont-elles la solution à la crise du provisionnement des régimes de retraite?

Repenser la retraite. Les lettres de crédit sont-elles la solution à la crise du provisionnement des régimes de retraite? Repenser la retraite Les lettres de crédit sont-elles la solution à la crise du provisionnement des régimes de retraite? Numéro 4, avril 2012 Une décennie de taux d intérêt en décroissance, plusieurs marchés

Plus en détail

IFRS. Janvier 2010 Document 210005

IFRS. Janvier 2010 Document 210005 Les méthodes canadiennes appliquées à l évaluation de contrats d assurance (assurance-vie et assurances IARD) visant à satisfaire aux exigences du paragraphe 4.14 de l IFRS 4 IFRS Janvier 2010 Document

Plus en détail

PORTEFEUILLES SÉLECT RBC Des solutions de placement savamment orchestrées

PORTEFEUILLES SÉLECT RBC Des solutions de placement savamment orchestrées PORTEFEUILLES SÉLECT RBC Des solutions de placement savamment orchestrées Grâce aux Portefeuilles sélect RBC, vous pouvez dormir en paix, en sachant que RBC Gestion mondiale d actifs gère vos placements

Plus en détail

Le rôle de l ACP dans le processus Solvabilité 2

Le rôle de l ACP dans le processus Solvabilité 2 Le rôle de l ACP dans le processus Solvabilité 2 Université d été 2012 EURIA Marc Baran Cellule Modèles internes 1 Sommaire Cadre général Solvabilité 2 Focus sur les modèles internes Tests et standards

Plus en détail

EXFO inc. Bilans consolidés intermédiaires condensés non audités

EXFO inc. Bilans consolidés intermédiaires condensés non audités Actif EXFO inc. Bilans consolidés intermédiaires condensés non audités (en milliers de dollars US) Au Au 31 août Actif à court terme Espèces 43 418 $ 25 864 $ Placements temporaires 958 1 487 Comptes débiteurs

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES («OCRCVM») MANDAT DU CONSEIL

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES («OCRCVM») MANDAT DU CONSEIL ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES («OCRCVM») MANDAT DU CONSEIL Introduction Le mandat de l OCRCVM est d agir en tant qu organisme d autoréglementation pour le compte

Plus en détail

NOTICE «Solvabilité II» Évaluation interne des risques et de la solvabilité (ORSA)

NOTICE «Solvabilité II» Évaluation interne des risques et de la solvabilité (ORSA) NOTICE «Solvabilité II» Évaluation interne des risques et de la solvabilité (ORSA) (Version en date du 17/12/2015) TABLE DES MATIÈRES 1. Introduction...3 2. Gouvernance de l ORSA...3 2.1. Approche générale...3

Plus en détail

Université de Moncton. Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires

Université de Moncton. Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires Université de Moncton Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires Actualisation du régime Rapport d étape Étape 2 - Niveau de prestations et options à considérer Décembre 2011 Table

Plus en détail

Édition n 16 : Opérations de couverture

Édition n 16 : Opérations de couverture www.bdo.ca CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 16 : Opérations de couverture Les normes IFRS et les PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur

Plus en détail

Une prise de décision maitrisée et en toute confiance dans le cadre de Solvabilité II

Une prise de décision maitrisée et en toute confiance dans le cadre de Solvabilité II Une prise de décision maitrisée et en toute confiance dans le cadre de Solvabilité II LIVRE BLANC SOLVABILITÉ II DE SECONDFLOOR www.secondfloor.com Table des matières 3 Présentation : Pourquoi les rapports

Plus en détail

ASSOCIATION INTERNATIONALE DES CONTRÔLEURS D ASSURANCE

ASSOCIATION INTERNATIONALE DES CONTRÔLEURS D ASSURANCE Norme nº 12 ASSOCIATION INTERNATIONALE DES CONTRÔLEURS D ASSURANCE NORME DE PUBLICATION D INFORMATIONS SUR LES RISQUES ET RESULTATS TECHNIQUES DES ASSUREURS VIE OCTOBRE 2006 La présente traduction a été

Plus en détail

Comment surveiller un changement profond :

Comment surveiller un changement profond : : présenter votre plan de basculement aux IFRS dans le rapport de gestion Le basculement des normes canadiennes d information financière aux Normes internationales d information financière (les «IFRS»)

Plus en détail

Système d information : Maximiser le retour sur investissement

Système d information : Maximiser le retour sur investissement Améliorer le contrôle interne Système d information : Maximiser le retour sur investissement LAURA FREDERICK, CONSULTANTE EN TI ET GESTION DU CHANGEMENT, ECHANGE, LLC, (MARS 2002) WWW.GLOBALECHANGE.COM

Plus en détail

Réussir le Use Test est une exigence critique pour les assureurs ayant

Réussir le Use Test est une exigence critique pour les assureurs ayant Réussir le Use Test est une exigence critique pour les assureurs ayant demandé la validation de leur sous Solvabilité II. Cet article décrit comment les assureurs peuvent en même temps satisfaire aux exigences

Plus en détail

Notes d une allocution prononcée par le surintendant adjoint Mark Zelmer devant l Institut C.D. Howe. Toronto (Ontario) Le 3 avril 2014

Notes d une allocution prononcée par le surintendant adjoint Mark Zelmer devant l Institut C.D. Howe. Toronto (Ontario) Le 3 avril 2014 Notes d une allocution prononcée par le surintendant adjoint Mark Zelmer devant l Institut C.D. Howe Toronto (Ontario) Le 3 avril 2014 NOTES D ALLOCUTION Pour de plus amples renseignements : Brock Kruger

Plus en détail

Impacts de Solvabilité II sur la communication financière. Intervention de Viviane Leflaive

Impacts de Solvabilité II sur la communication financière. Intervention de Viviane Leflaive Impacts de Solvabilité II sur la communication financière Intervention de Viviane Leflaive 1 L enjeu central d une communication multinormes Résultat et performance / Capital et valeur / Exposition aux

Plus en détail

Questionnaire d'autoévaluation relatif à la gouvernance de l'entreprise de réassurance

Questionnaire d'autoévaluation relatif à la gouvernance de l'entreprise de réassurance Questionnaire d'autoévaluation relatif à la gouvernance de l'entreprise de réassurance Nom de la société de réassurance A. Conseil d'administration Etat d'avancement fin 2013 Etat d'avancement projeté

Plus en détail

Vérification des contrôles des rapports financiers

Vérification des contrôles des rapports financiers Vérification des contrôles des rapports financiers DIVERSIFICATION DE L ÉCONOMIE DE L OUEST CANADA Direction générale de la vérification et de l évaluation Février 2012 Western Economic Diversification

Plus en détail

Table des matières INTRODUCTION... 3 1. GOUVERNANCE AU SEIN DES INSTITUTIONS APPLIQUANT L APPROCHE STANDARD AU TITRE DU RISQUE OPÉRATIONNEL...

Table des matières INTRODUCTION... 3 1. GOUVERNANCE AU SEIN DES INSTITUTIONS APPLIQUANT L APPROCHE STANDARD AU TITRE DU RISQUE OPÉRATIONNEL... CADRE DE TRAVAIL Caisses non membres d une fédération, sociétés de fiducie et sociétés d épargne désirant adopter une approche standard pour le calcul des exigences de fonds propres au titre du risque

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables

Plus en détail

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON FICHE CONSEIL Page : 1/9 INTERPRETER SON Vous connaissez chaque année le résultat de votre activité lors de l élaboration de vos comptes annuels. Vous pouvez

Plus en détail

Service administratif des tribunaux judiciaires (SATJ) Vérification de la gestion intégrée des risques

Service administratif des tribunaux judiciaires (SATJ) Vérification de la gestion intégrée des risques Service administratif des tribunaux judiciaires (SATJ) Vérification de la gestion intégrée des risques Version originale signée par LE 21 juillet 2015 M. DANIEL GOSSELIN DATE ADMINISTRATEUR EN CHEF TABLE

Plus en détail

Profils des Fonds mutuels TD

Profils des Fonds mutuels TD Profils des Fonds mutuels TD Fonds équilibrés Fonds de revenu mensuel TD Fonds de revenu équilibré TD Fonds de revenu mensuel diversifié TD Fonds de croissance équilibré TD Fonds de revenu de dividendes

Plus en détail

Exemple de mise en place d un processus ORSA Journées de l institut des Actuaires 21.09.2012

Exemple de mise en place d un processus ORSA Journées de l institut des Actuaires 21.09.2012 Exemple de mise en place d un processus ORSA Journées de l institut des Actuaires 21.09.2012 Principales propriétés de l ORSA Les grands principes Vision prospective L évaluation des risques dans l ORSA

Plus en détail

Guide d application : Compétences de base des administrateurs (Catégorie 1)

Guide d application : Compétences de base des administrateurs (Catégorie 1) 4711 Yonge Street Suite 700 Toronto ON M2N 6K8 Telephone: 416-325-9444 Toll Free 1-800-268-6653 Fax: 416-325-9722 4711, rue Yonge Bureau 700 Toronto (Ontario) M2N 6K8 Téléphone : 416 325-9444 Sans frais

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES DE LA SOCIÉTÉ DE LA PLACE DES ARTS DE MONTRÉAL

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES DE LA SOCIÉTÉ DE LA PLACE DES ARTS DE MONTRÉAL POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES DE LA SOCIÉTÉ DE LA PLACE DES ARTS DE MONTRÉAL Septembre 2010 Adoptée : Rés. CA 2010-29 Modifiée : Rés. CA 2012-36 1 TABLE DE MATIÈRES POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES

Plus en détail

Modifications fiscales de 2017 touchant. L assurance-vie EN DÉTAIL. La vie est plus radieuse sous le soleil

Modifications fiscales de 2017 touchant. L assurance-vie EN DÉTAIL. La vie est plus radieuse sous le soleil 1 Modifications fiscales de 217 touchant l assurance-vie EN DÉTAIL offre une protection, mais certains L assurance-vie contrats permettent en plus d accumuler de l épargne de façon fiscalement avantageuse.

Plus en détail

Approche standard pour le calcul du coussin de solvabilité lié au risque de marché

Approche standard pour le calcul du coussin de solvabilité lié au risque de marché Instructions pour fournir les données requises par l étude d impact quantitative du BSIF/AMF sur la nouvelle approche standard pour le calcul du coussin de solvabilité lié au risque de marché («le document

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DU CAPITAL

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DU CAPITAL LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DU CAPITAL Mai 2015 Ligne directrice sur la gestion du capital TABLE DES MATIÈRES Préambule... 3 Champ d application... 4 Prise d effet et processus de mise à jour... 5

Plus en détail

Cours orienté vers la pratique Finances et placements

Cours orienté vers la pratique Finances et placements Cours orienté vers la pratique Finances et placements La présente note vise à donner aux candidats des détails sur l approche suivie dans la section du Cours orienté vers la pratique (COP) portant sur

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL COMPTABLE

RÉFÉRENTIEL COMPTABLE Page 1 de 20 DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS N O 1 DE LA RÉGIE DE L ÉNERGIE (LA RÉGIE) À HYDRO-QUÉBEC DANS SES ACTIVITÉS DE TRANSPORT ET DE DISTRIBUTION DEMANDE RELATIVE AUX MODIFICATIONS DE MÉTHODES COMPTABLES

Plus en détail

AVIS AUX MEMBRES N o 2015 062 Le 22 mai 2015

AVIS AUX MEMBRES N o 2015 062 Le 22 mai 2015 AVIS AUX MEMBRES N o 2015 062 Le 22 mai 2015 AUTOCERTIFICATION MODIFICATION AU MANUEL DES OPÉRATIONS ET AU MANUEL DES RISQUES DE LA CDCC AFIN DE TENIR COMPTE DU RISQUE D ASYMÉTRIE DU RÈGLEMENT DANS LE

Plus en détail

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Processus Activité Attitudes / comportements Capacités Connaissances Définition de l idée Utilise des méthodes et des techniques d évaluation

Plus en détail

Réponses concernant. l assurance-vie avec participation. RÉPONSES concernant

Réponses concernant. l assurance-vie avec participation. RÉPONSES concernant Réponses concernant l assurance-vie avec participation RÉPONSES concernant Quels contrats avec participation canadiens sont gérés par la Sun Life? Qu est-ce qu un contrat d assurance-vie avec participation?

Plus en détail

Bruxelles, 18 décembre 2007. Madame, Monsieur,

Bruxelles, 18 décembre 2007. Madame, Monsieur, Politique prudentielle banques et assurances PB Bruxelles, 18 décembre 2007. CIRCULAIRE PPB-2007-15-CPB-CPA aux établissements de crédit et entreprises d investissement indiquant certaines attentes prudentielles

Plus en détail

Vérification de la santé et de la sécurité au travail (SST)

Vérification de la santé et de la sécurité au travail (SST) Conseil national de recherches du Canada Vérification de la santé et de la sécurité au travail (SST) Vérification interne, CNRC SEPTEMBRE 2010 1.0 Sommaire et conclusion Contexte Ce rapport présente les

Plus en détail

ORSA : la créativité actuarielle au-delà des formules standard

ORSA : la créativité actuarielle au-delà des formules standard ORSA : la créativité actuarielle au-delà des formules standard Journées actuarielles de Strasbourg Vendredi 19 septembre 2014 Introduction Le DUAS fête son trentième anniversaire par un colloque international

Plus en détail

Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité des marchés financiers.

Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité des marchés financiers. GUIDE DE PRÉSENTATION D UNE DEMANDE POUR MODIFIER UN PERMIS D ASSUREUR Mars 2008 Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité des marchés financiers.

Plus en détail

Rentabilité des assurances des emprunteurs Impacts de la directive «Solvency 2» et des normes IFRS

Rentabilité des assurances des emprunteurs Impacts de la directive «Solvency 2» et des normes IFRS Rentabilité des assurances des emprunteurs Impacts de la directive «Solvency 2» et des normes IFRS Paris, vendredi 28 mai 2010 Cédric AKAKPO-MAXWELL cmaxwell@galea-associes.eu http://www.galea-associes.eu

Plus en détail

RAPPEL PLAN DE CONTINUITÉ D ACTIVITÉ ENTRÉE EN VIGUEUR DE L ARTICLE 3012

RAPPEL PLAN DE CONTINUITÉ D ACTIVITÉ ENTRÉE EN VIGUEUR DE L ARTICLE 3012 Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back-office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation CIRCULAIRE Le 10 août 2005 RAPPEL PLAN

Plus en détail

Méthodologie. 1 Évaluation des capacités de la gestion de l information

Méthodologie. 1 Évaluation des capacités de la gestion de l information Méthodologie 1 Évaluation des capacités de la gestion de l information Outil et méthodologie 2 Table des matières 3 Table des matières (suite) 4 Aperçu de l outil Évaluation des capacités de la GI 5 Contexte

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES GÉNÉRALE

TABLE DES MATIÈRES GÉNÉRALE GÉNÉRALE LEXIQUE ET ABRÉVIATIONS UTILISÉES PAR L AUTEUR MODULE I INTRODUCTION MODULE II COMPRÉHENSION DE L ENVIRONNEMENT MODULE III ÉTABLISSEMENT D UNE STRATÉGIE DE FINANCEMENT MODULE IV PLANIFICATION

Plus en détail

Mise à jour : octobre 2011. Chapitre 8 La mission d audit La planification

Mise à jour : octobre 2011. Chapitre 8 La mission d audit La planification Mise à jour : octobre 2011 Chapitre 8 La mission d audit La planification Table des matières 1. Les procédés préliminaires... 1 2. L approche de partenariat avec le gestionnaire... 2 3. La connaissance

Plus en détail

ÉTUDE D IMPACT QUANTITATIVE N O 7 RISQUE D ASSURANCE INSTRUCTIONS

ÉTUDE D IMPACT QUANTITATIVE N O 7 RISQUE D ASSURANCE INSTRUCTIONS ÉTUDE D IMPACT QUANTITATIVE N O 7 RISQUE D ASSURANCE INSTRUCTIONS Introduction... 2 Page Sommaire... 3 Projection des flux de trésorerie de passif... 3 Calcul du coussin de solvabilité... 6 Risque de mortalité...

Plus en détail

Retour sur le Défi Desjardins Assurances

Retour sur le Défi Desjardins Assurances Retour sur le Défi Desjardins Assurances Jean Philippe Le Cavalier Samuel Perreault Étienne Plante-Dubé Cercle Finance du Québec - 1 er octobre 2014 Centre d Expertise en Modélisation et Recherche Plan

Plus en détail

Énoncé du vérificateur... 1

Énoncé du vérificateur... 1 Vérification des services de sous-traitance RAPPORT Division de la vérification et de l évaluation 11 juin 2003 Table des matières Énoncé du vérificateur... 1 I. Introduction... 2 Contexte... 2 But et

Plus en détail

Régime de retraite des enseignantes et des enseignants de l Ontario. Énoncé de tolérance au risque relatif aux placements

Régime de retraite des enseignantes et des enseignants de l Ontario. Énoncé de tolérance au risque relatif aux placements Régime de retraite des enseignantes et des enseignants de l Ontario Énoncé de tolérance au risque relatif aux placements Approuvé par le conseil Le 29 avril 2011 I. Profil de risque Le conseil reconnaît

Plus en détail

Politique relative à la gestion des risques

Politique relative à la gestion des risques SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Politique relative à la gestion des risques Adoption Instance/Autorité Date Résolution Conseil d administration 8 décembre 2014 380-CA-5766

Plus en détail

COMITÉ EUROPÉEN DU RISQUE SYSTÉMIQUE

COMITÉ EUROPÉEN DU RISQUE SYSTÉMIQUE 13.10.2011 Journal officiel de l Union européenne C 302/3 COMITÉ EUROPÉEN DU RISQUE SYSTÉMIQUE DÉCISION DU COMITÉ EUROPÉEN DU RISQUE SYSTÉMIQUE du 21 septembre 2011 relative à la fourniture et à la collecte

Plus en détail

La Financière Sun Life annonce ses résultats du quatrième trimestre de 2009 et de l exercice 2009

La Financière Sun Life annonce ses résultats du quatrième trimestre de 2009 et de l exercice 2009 La Financière Sun Life annonce ses résultats du quatrième trimestre de 2009 et de l exercice 2009 Note à l intention des rédacteurs : Tous les montants sont en dollars canadiens, sauf indication contraire.

Plus en détail

BANQUE ZAG DIVULGATION DE LA COMPOSITION DES FONDS PROPRES AU TITRE DU TROISIÈME PILIER DE BÂLE III. 31 mars 2016

BANQUE ZAG DIVULGATION DE LA COMPOSITION DES FONDS PROPRES AU TITRE DU TROISIÈME PILIER DE BÂLE III. 31 mars 2016 BANQUE ZAG DIVULGATION DE LA COMPOSITION DES FONDS PROPRES AU TITRE DU TROISIÈME PILIER DE BÂLE III 1. APERÇU DE LA BANQUE ZAG La Banque Zag (la «Banque») est une banque à charte fédérale de l annexe I

Plus en détail

Au-delà de la conformité. L excellence des données sur les risques comme moyen de se démarquer

Au-delà de la conformité. L excellence des données sur les risques comme moyen de se démarquer Au-delà de la conformité L excellence des données sur les risques comme moyen de se démarquer Cette page a été intentionnellement laissée en blanc. Les nouvelles règles sur l agrégation des données sur

Plus en détail

TEMBEC INC. CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION

TEMBEC INC. CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION TEMBEC INC. CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION I. RAISON D ÊTRE ET OBJECTIFS GLOBAUX Le Comité de vérification (le «Comité») aide le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec

Plus en détail

Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes. Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité

Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes. Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité Direction des services communautaires d apprentissage pour

Plus en détail

Association canadienne du personnel administratif universitaire

Association canadienne du personnel administratif universitaire Association canadienne du personnel administratif universitaire Note d information concernant les états financiers Instruments financiers Novembre 2011 Objet Les universités et les collèges canadiens,

Plus en détail

EXPOSÉ-SONDAGE CHANGEMENTS PROPOSÉS

EXPOSÉ-SONDAGE CHANGEMENTS PROPOSÉS EXPOSÉ-SONDAGE CHANGEMENTS PROPOSÉS NORMES DE PRATIQUE NORMES DE PRATIQUE APPLICABLES AUX ASSUREURS SECTION 2330 ASSURANCE DE PERSONNES COMMISSION DES RAPPORTS FINANCIERS DES COMPAGNIES D ASSURANCE-VIE

Plus en détail

Recommandations du Comité d examen indépendant de la Fondation Universitas du Canada

Recommandations du Comité d examen indépendant de la Fondation Universitas du Canada Recommandations du Comité d examen indépendant de la Fondation Universitas du Canada Numéro de la recommandation et date REC-2010-1 (29/03/2010) REC-2010-2 (29/03/2010) REC-2010-3 (29/03/2010) REC-2010-4

Plus en détail

Charte de l audit interne

Charte de l audit interne Charte de l audit interne Adoptée par le Comité d audit le 24 mai 2012 Mise à jour : 19 mai 2016 CORPORATION DE L ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES COMMERCIALES DE MONTRÉAL CHARTE DE L AUDIT INTERNE 1. ÉNONCÉ DE

Plus en détail

Investir sans souci. Guide pour un portefeuille de placements personnalisé. La vie est plus radieuse sous le soleil. Cinq étapes faciles

Investir sans souci. Guide pour un portefeuille de placements personnalisé. La vie est plus radieuse sous le soleil. Cinq étapes faciles Investir sans souci Guide pour un portefeuille de placements personnalisé Le rapport entre le risque et le rendement est simple : plus le risque est grand, plus le rendement potentiel est élevé. Les résultats

Plus en détail

QUESTIONNAIRE D AUTO-ÉVALUATION. Résumé des conclusions. Agence statistique d assurance générale (ASAG)

QUESTIONNAIRE D AUTO-ÉVALUATION. Résumé des conclusions. Agence statistique d assurance générale (ASAG) QUESTIONNAIRE D AUTO-ÉVALUATION DONNÉES À PRÉSENTER AU PLAN STATISTIQUE AUTOMOBILE DE L ASAG Résumé des conclusions Agence statistique d assurance générale (ASAG) Décembre 2008 TABLE DES MATIÈRES SOMMAIRE...2

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

NOTICE «Solvabilité II» Calcul de la solvabilité des groupes

NOTICE «Solvabilité II» Calcul de la solvabilité des groupes NOTICE «Solvabilité II» Calcul de la solvabilité des groupes (Version en date du 28/04/2016) TABLE DES MATIÈRES 1. Introduction... 3 2. Calcul de la solvabilité des groupes... 3 2.1. Périmètre du groupe

Plus en détail

Q&A suite à différentes questions du secteur concernant le reporting au CAA

Q&A suite à différentes questions du secteur concernant le reporting au CAA Q&A suite à différentes questions du secteur concernant le reporting au CAA Questions concernant le régime Solvabilité 1 1. Concernant le fonds général, le reporting trimestriel Solvabilité 1 «Couverture

Plus en détail

PASSIF AU TITRE DES SITES CONTAMINÉS

PASSIF AU TITRE DES SITES CONTAMINÉS DÉCEMBRE 2011 WWW.BDO.CA CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ PASSIF AU TITRE DES SITES CONTAMINÉS Le nouveau chapitre SP 3260, Passif au titre des sites contaminés, du Manuel de comptabilité pour le secteur

Plus en détail

Réaliser notre vision des soins de santé : Principales orientations adressées aux premiers ministres

Réaliser notre vision des soins de santé : Principales orientations adressées aux premiers ministres Réaliser notre vision des soins de santé : Principales orientations adressées aux premiers ministres Contexte et objectif : La Fédération canadienne des syndicats d infirmières/infirmiers (FCSII), représentant

Plus en détail

Renouvellement. de la tarification. de l assurance collective

Renouvellement. de la tarification. de l assurance collective Renouvellement de la tarification de l assurance collective au 1 er janvier 2016 2015-12-15 Table des matières Introduction... 2 Établissement de la tarification... 2 Assurance maladie... 3 Hausse de 1,18

Plus en détail

CODE DE BONNE CONDUITE

CODE DE BONNE CONDUITE CODE DE BONNE CONDUITE CONCERNANT LES INTERACTIONS AVEC LES PROFESSIONNELS DE SANTÉ Déclaration de l ensemble des membres du COCIR Le COCIR se consacre à l avancement de la science médicale et à l amélioration

Plus en détail

Document de travail - Méthode de calcul des primes de la SADC et niveau cible de financement

Document de travail - Méthode de calcul des primes de la SADC et niveau cible de financement 6. Analyse La tarification, le financement et le caractère procyclique des régimes d assurance-dépôts sont étroitement liés. De fait, lorsque les primes sont relativement basses, elles ne permettent pas

Plus en détail

Norme définitive. Conseil des normes actuarielles. Août 2012. Document 212067

Norme définitive. Conseil des normes actuarielles. Août 2012. Document 212067 Norme définitive Version définitive des Normes de pratique Révision des Normes de pratique applicables aux régimes de retraite Déclaration des renseignements concernant le coût supplémentaire et la sensibilité

Plus en détail

Conseils pour un programme de GRE pratique, viable et efficace pour les caisses populaires

Conseils pour un programme de GRE pratique, viable et efficace pour les caisses populaires Conseils pour un programme de GRE pratique, viable et efficace pour les caisses populaires Date : Le 25 avril 2013 Animateurs : Carlo Mariglia Associé, services-conseils, BDO 416-369-3078 cmariglia@bdo.ca

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 28 JUIN 2010 Comité du programme et budget Quinzième session Genève, 1 er 3 septembre 2010 POLITIQUE EN MATIERE DE PLACEMENTS Document établi par le Secrétariat 1. L article

Plus en détail