LETTRE. Les dernières évolutions juridiques et fiscales témoignent sans ambiguïté d une EDITORIAL. Dossier. Actualités

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LETTRE. Les dernières évolutions juridiques et fiscales témoignent sans ambiguïté d une EDITORIAL. Dossier. Actualités"

Transcription

1 LA LETTRE Lundi 26 septembre 2011 DE L IMMOBILIER Cette lettre est imprimée sur du papier recyclé AU SOMMAIRE Dossier Construction et reconstruction Restructurations lourdes d immeubles : quelles conséquences sur la fiscalité locale? p. 2 Vente d immeuble à rénover p. 3 Le congé pour construire ou reconstruire : modalités pratiques p. 4 Traitement fiscal des opérations de construction-reconstruction en matière d impôts directs p. 5 Panorama du droit et de la fiscalité du bail à construction p. 6 Profits de construction : un cadre fiscal inachevé p. 8 Construction-reconstruction et droit de l urbanisme : quelles particularités? p. 9 Actualités Les réformes en cours du droit de l urbanisme : vers «un urbanisme de projet» p. 11 Supplément du numéro 1141 du 26 septembre 2011 EDITORIAL Les dernières évolutions juridiques et fiscales témoignent sans ambiguïté d une volonté de favoriser la densification des zones construites et la modernisation du parc immobilier existant. Ceci s inscrit dans la logique de modernisation, reconversion et densification de nombreux sites d Ile de France, tels ceux d activités devenant tertiaires. Mais au-delà des objectifs de principe mis en avant par les textes, la mise en œuvre des projets confronte le praticien à de nombreuses questions en droit de l urbanisme, droit immobilier et droit fiscal. A chaque fois, l examen détaillé de l historique de l immeuble et de l exacte nature des travaux envisagés s avère déterminant. Ainsi en droit de l urbanisme, les travaux sur un immeuble existant ou la reconstruction d un immeuble impliquent de s interroger sur l ensemble des autorisations qui ont été délivrées et sur les études-démarches à réaliser afin de mener à bien le projet envisagé. Or les immeubles irrégulièrement construits ou transformés ne sont pas rares. Dans ce contexte, le point sur les plus récentes évolutions législatives et jurisprudentielles les concernant apparaît particulièrement utile. Les grands traits de la très proche réforme de l urbanisme dont l objectif est de mettre fin à un urbanisme réglementaire pour y substituer un urbanisme de projet méritaient aussi d être d ores et déjà évoqués ; en effet, ils affichent clairement un objectif de facilitation de l opération de construction. Si le récent régime juridique et fiscal propre aux ventes d immeubles rénover répond enfin à de nombreuses attentes, il n en demeure pas moins que la détermination de son exact champ d application n est pas toujours aussi évidente que l on aurait pu le croire, d où le bref panorama des dispositions en cause. Les dispositions du statut des baux commerciaux qui régissent l hypothèse d une construction ou reconstruction conduisent à s interroger sur la stratégie que le bailleur doit adopter en pareille hypothèse. Le bail à construction permet quant à lui de construire sans être propriétaire du terrain. Mais les dispositions juridiques et fiscales qui lui sont applicables doivent être revisitées à la lumière des nouvelles pratiques : bâtiments évolutifs, foncier non figé. On ne saurait considérer le tableau des opérations de construction-reconstruction totalement brossé sans en examiner les principaux aspects de fiscalité directe : notamment le traitement des frais de démolition et de déblaiement, ainsi que des profits de construction, en considération de leur régime comptable. Enfin, la chronologie du déroulement d une opération de démolition-reconstruction n est pas indifférente à l égard des impôts locaux. Ainsi sont donc réunies les pièces de ce puzzle juridique et fiscal. Nous espérons que vous aurez plaisir à les assembler. Bonne lecture. Jean-Luc Tixier, avocat associé

2 Restructurations lourdes d immeubles : quelles conséquences sur la fiscalité locale? Par Cathy Goarant-Moraglia, avocat associé en fiscalité. Elle intervient dans le cadre de la gestion des impôts locaux grevant les programmes immobiliers ainsi que dans le cadre de restructurations lourdes ou de commercialisation. Elle mène également des missions d audit, d assistance, de conseil technique et de défense des entreprises dans tous les secteurs d activité. et Laurent Chatel, avocat, associé fiscaliste, responsable du service impôts locaux du cabinet CMS Bureau Francis Lefebvre. Dans le cadre des opérations immobilières, il est amené à contrôler les valeurs foncières servant d assiette à la fiscalité locale, à auditer lesdites valeurs dans le cadre des «deals» de cession de parcs immobiliers, à négocier avec les services fiscaux les conditions d imposition à la fiscalité locale dans le cadre d opérations de restructurations lourdes. La rénovation plus ou moins importante d immeubles constitue une part significative des opérations immobilières de ces dernières années et s accompagne d interrogations de la part des opérateurs sur ses conséquences sur la fiscalité locale attachée aux immeubles en cause. Si la question de l assujettissement à la taxe professionnelle et désormais à la CFE demeure secondaire puisqu elle suppose que l immeuble soit occupé pour l exercice d une activité professionnelle, la rénovation d immeubles génère de véritables interrogations au titre des impôts locaux frappant l existence même du bien et non son utilisation. Ainsi, dans le cadre d opérations de rénovation lourde de locaux s étalant sur plusieurs années et d une ampleur telle qu elles peuvent s analyser comme une opération de démolition totale suivie d une reconstruction, il est possible de solliciter l imposition du terrain à la seule taxe foncière sur les propriétés non bâties (laquelle est inférieure à la taxe foncière sur les propriétés bâties) pendant la durée des travaux. Il importe, alors, d en informer le centre des impôts fonciers compétent en déposant une déclaration modèle IL faisant état de la démolition. Eu égard au principe d annualité de l impôt, il est important de se constituer la preuve de la démolition avant le 1 er janvier de l année au titre de laquelle l action est menée. Cet élément servira de justificatif à la déclaration IL de démolition à adresser aux services fiscaux. A l achèvement des travaux, les constructions nouvelles, reconstructions et additions de construction sont exonérées de la taxe foncière sur les propriétés bâties durant les deux années qui suivent celle de leur achèvement. Pour les immeubles non affectés à l habitation, cette exonération est limitée à la part dépar- «La rénovation d immeubles génère de véritables interrogations au titre des impôts locaux frappant l existence même du bien et non son utilisation.» tementale. Elle est totale pour les immeubles à usage d habitation, sauf décision contraire des communes ou de leurs groupements à concurrence de la part d imposition leur revenant. Le bénéfice de cette exonération est subordonné à la condition que les constructions nouvelles ainsi que les changements de consistance ou d affectation soient portés à la connaissance de l administration dans les 90 jours de leur réalisation définitive. En cas de déclaration hors délai, l exonération s applique pour la période restant à courir après le 31 décembre de l année suivante. En ce qui concerne les achèvements partiels, le Conseil d Etat a estimé que les différentes parties d un même immeuble peuvent être considérées comme achevées à des dates successives, lorsqu elles peuvent être utilisées séparément. Il en résulte qu en cas d achèvements à dates successives, l obligation déclarative de l article 1406 du CGI s applique par fraction de propriété achevée. Par ailleurs, en ce qui concerne la taxe annuelle sur les bureaux, locaux commerciaux, d entreposage et de parkings en Ile-de-France, celle-ci ne sera pas due si l ensemble immobilier peut être considéré comme ayant fait l objet d une démolition. En revanche, la cour administrative d appel de Paris a jugé à plusieurs reprises que l imposition demeure lorsque l immeuble reste imposé à la taxe foncière bâtie quand bien même il est devenu inutilisable du fait des travaux (en ce sens CAA de Paris du 7 juin 2007, n 05PA02494, Cie Foncière Parisienne). La gestion des taxes locales d immeubles restructurés suppose donc un suivi scrupuleux des diverses obligations déclaratives, ainsi qu un traitement «au cas par cas» au regard des spécificités factuelles et juridiques de chaque opération immobilière. Il conviendra, par ailleurs, de tenir compte de la réforme des évaluations foncières à venir pour 2014 et des nouveautés en matière d urbanisme. 2 Lundi 26 septembre 2011

3 Vente d immeuble à rénover Depuis fin 2008, un régime juridique propre à la vente d immeuble à rénover (VIR) (CCH art. L s. et R s.), d ordre public, est applicable à tout vendeur de tout ou partie d un immeuble d habitation (ou mixte professionnel/habitation) bâti, qui s engage dans un délai déterminé par contrat à réaliser des travaux sur l immeuble, directement ou indirectement, et perçoit des sommes d argent de l acquéreur avant la livraison des travaux. Les travaux d agrandissement ou de restructuration complète de l immeuble, assimilables à une reconstruction, ne relèvent pas de la VIR mais de la vente en l état futur d achèvement (VEFA) (art. L , al. 3). Il s agit des travaux qui rendent à l état neuf (art. R ) : soit la majorité des fondations ; soit la majorité des éléments hors fondations déterminant la résistance et la rigidité de l ouvrage ; soit la majorité de la consistance des façades hors ravalement ; soit l ensemble des éléments de second œuvre suivants, dans une proportion au moins égale à deux tiers pour chacun d eux : planchers ne déterminant pas la résistance ou la rigidité de l ouvrage, huisseries extérieures, cloisons intérieures, installations sanitaires et de plomberie, installations électriques, système de chauffage (pour les opérations réalisées en métropole). L avant-contrat d une VIR est une véritable promesse de vente obéissant aux règles de droit commun (CCH art. L ). Le régime de la VIR s inspire étroitement de celui des VEFA du secteur protégé : transfert immédiat des droits sur le sol et de la propriété des constructions existantes, fourniture d une garantie financière d achèvement Le prix doit distinguer entre l existant au jour de la vente, payé à la signature, et celui des travaux devant être réalisés par le vendeur. La somme des paiements relatifs au prix des travaux, qui peuvent donner lieu à échelonnements intermédiaires, ne peut excéder (art. R ) : 50 % une fois achevés les travaux représentant la moitié du prix total des travaux ; «Le régime de la VIR s inspire étroitement de celui des VEFA du secteur protégé.» 95 % une fois achevé l ensemble des travaux ; le solde est payable à la livraison, sauf défaut de conformité ou vices apparents mentionnés au procès-verbal de livraison. Il est intéressant de remarquer que les critères que le législateur a adoptés en matière de droit civil, pour distinguer la VIR de la VEFA, sont les mêmes que ceux figurant à l article 257 du code général des impôts, qui permettent de distinguer les ventes d immeubles neufs passibles de plein droit de la TVA et les ventes d immeubles anciens en principe exonérées de TVA (mais pouvant être assujetties à cet impôt sur option exercée par le vendeur). Le régime des ventes d immeubles à rénover suscite toutefois des questions d une certaine complexité en matière de TVA. En premier lieu, peut-on considérer de façon certaine que chaque fois qu un contrat de VEFA est passé, la TVA s applique et que chaque fois qu un contrat de VIR est conclu la vente ne relève pas de la TVA (sauf option exercée par le vendeur)? Il est exact que lorsqu un contrat de VIR est conclu, la TVA ne s applique pas de plein droit à la vente de l immeuble, celui-ci étant toujours réputé ancien. En revanche, du fait de l interprétation faite par l administration fiscale dans sa circulaire du 29 décembre 2010 (3 A-9-10), certaines ventes conclues sous forme de VEFA ne relèveront pas de la TVA. En effet, dans cette instruction, l administration fiscale a précisé que même si les deux tiers du second œuvre d un immeuble sont refaits au sens de l article 257, celui-ci n est pas réputé neuf dans l hypothèse où d une part les travaux sont facturés à 19,6 % par les entrepreneurs et où, d autre part, les planchers déterminent la résistance ou la rigidité de l ouvrage. En second lieu, lorsque l ensemble du second œuvre existant n est pas purement et simplement remplacé par des éléments neufs, selon quels critères doit s apprécier cette proportion des deux tiers? L administration fiscale se borne à préciser que le maître d ouvrage peut retenir toute méthode dont il peut justifier de la pertinence Il convient donc d attendre l appréciation des tribunaux sur ce point. Par Jean-Luc Tixier, avocat associé, spécialisé en droit immobilier et droit public. Il assiste tant en matière de conseil que de contentieux des entreprises commerciales et industrielles et intervient auprès des promoteurs en matière de droit de l urbanisme, de construction, de vente et location d immeubles, de baux emphytéotiques et à construction. Il est chargé d enseignement à l université Paris-I. et Philippe Tournès, avocat associé, spécialisé dans les questions de TVA notamment liées à l immobilier. Lundi 26 septembre

4 Le congé pour construire ou reconstruire : modalités pratiques Par Sandra Kabla, avocat, spécialisée en baux commerciaux. Elle intervient en contentieux, conseil, rédaction et négociation de contrats dans les différentes matières immobilières et plus spécifiquement en matière de contentieux de baux commerciaux, pour une clientèle d entreprises et d investisseurs. L article L du code de commerce combiné avec l article L alinéa 2 du même code offre au bailleur la possibilité de reprendre les locaux, soit à l expiration d une période triennale, soit en fin de bail, lorsqu il a l intention de construire ou reconstruire l immeuble existant. Le bailleur devra alors payer une indemnité d éviction ou offrir un local de remplacement au locataire évincé. Le local de remplacement doit correspondre aux besoins et aux possibilités du locataire à la date du refus de renouvellement ou du congé, ce qui exclut le cas où l offre porte sur le local que le bailleur se propose de construire. Le congé doit respecter le formalisme de l article L du code de commerce. Il doit préciser le motif pour lequel il est donné et reproduire en principe le dernier alinéa de cet article. Le congé pour construire suppose que la location porte non seulement sur un bâtiment mais aussi sur un terrain constructible ; dans ce cas, la démolition de la partie construite ne serait pas nécessaire. Le bailleur a alors deux solutions : maintenir le locataire en place si cela ne gêne pas l exécution des travaux de construction, ou l évincer en lui payant une indemnité. Le congé pour reconstruire suppose une démolition préalable. Le bailleur doit en conséquence être propriétaire des constructions dont la démolition est envisagée. Ainsi, la reprise ne peut être exercée par le propriétaire du terrain loué nu sur lequel le locataire a édifié des constructions. En outre, la reconstruction doit porter sur la totalité de l immeuble ou des immeubles objets du bail (Cass. com.19 janvier 1960, Bull. civ. n 27). Le bailleur doit avoir, à la date du congé, l intention de démolir par lui-même l immeuble pour reconstruire (Cass. 3 e civ. 12 juillet 1995 Jurisdata n ). Toutefois, il a récemment été «Le principal intérêt du congé pour reconstruire résiderait dans la faculté pour le bailleur de donner congé pour l échéance d une période triennale.» jugé qu un bailleur peut valablement délivrer un congé pour construire ou reconstruire même s il ne procède pas aux opérations de construction ou reconstruction, mais qu il le fait indirectement par l intermédiaire d une société dont il est l associé gérant (Cass. 3 e civ. 14 septembre 2010 Jurisdata n ). En tout état de cause, la jurisprudence considère que la déclaration de reprise du bailleur est présumée sincère (Cass. com. 23 février 1953 : Bull. civ. III n 80). Celui-ci n est donc pas tenu de déposer une demande de permis de construire ou de démolir avant de délivrer congé. Il n a pas non plus à donner les raisons qui le conduisent à reconstruire. Il appartiendra alors au preneur évincé de réunir les éléments de preuve qui justifieront sa demande d annulation du congé. En cas de contestation du congé par le preneur, la mise en œuvre du projet de construction peut être significativement retardée, eu égard à la longueur de la procédure qui peut s ensuivre et au maintien dans les lieux du locataire pendant la durée de cette procédure. En conclusion, le principal intérêt du congé pour reconstruire résiderait dans la faculté pour le bailleur de donner congé pour l échéance d une période triennale et de déroger ainsi à la durée conventionnelle du bail. En conséquence, si le bailleur envisage, en fin de bail, de récupérer le local loué en vue de réaliser des travaux de construction ou de reconstruction, il a tout intérêt à ne pas invoquer les dispositions de l article L du code de commerce et à délivrer un congé avec refus de renouvellement et offre d indemnité d éviction, congé qui n a pas à être motivé, contrairement au congé prévu par l article L du code de commerce, étant précisé que, dans les deux cas, le bailleur est redevable d une indemnité d éviction. 4 Lundi 26 septembre 2011

5 Traitement fiscal des opérations de construction-reconstruction en matière d impôts directs L es dépenses de construction d immeubles ne constituent pas des charges immédiatement déductibles pour les entreprises qui les réalisent car elles ont pour contrepartie un accroissement de l actif. Leur montant doit être compris parmi les immobilisations ou les stocks, selon la nature de l activité poursuivie par l entreprise. Lorsque l entreprise est amenée à devoir procéder à la destruction d immeubles dont elle est propriétaire, en vue d une reconstruction, les conséquences fiscales qui en découlent sont différentes selon l affectation initiale de l immeuble détruit et la nature des travaux effectués. Plusieurs hypothèses doivent ainsi être distinguées. Lorsque l immeuble devant être détruit a été spécialement acquis en vue d être démoli et est remplacé par une construction nouvelle, il est considéré tant par la jurisprudence administrative que par l administration, que l achat et la démolition constituent alors deux éléments d un projet unique. Il en découle que le prix d achat de l immeuble à détruire et les frais de démolition constituent un élément du prix de revient du nouvel immeuble et doivent, dès lors, être amortis dans les mêmes conditions que ce prix de revient (en ce sens, notamment CE 4 mai 1977 n 2136 et 2137, 8 e et 9 e s.-s. : RJF 7/77 n 383 ; D. adm. 4 C-2111 n 23, 30 octobre 1997). Lorsqu en revanche, l immeuble à démolir figure déjà à l actif de l entreprise et que celle-ci décide d édifier à sa place de nouvelles constructions, la valeur comptable résiduelle du bâtiment détruit constitue, selon le Conseil d Etat (arrêt du n ), une perte déductible des résultats imposables de l entreprise de l exercice au cours duquel intervient la démolition. Cette décision a infirmé la doctrine administrative selon laquelle la valeur résiduelle du bâtiment détruit constitue un élément du prix de revient du terrain. Mais cette jurisprudence ne s applique pas dans le cas où il pourrait être démontré que l acquisition du bâtiment détruit n aurait été réalisée que dans le seul but d édifier après sa démolition, sur le terrain d assise, une construction nouvelle, au prix de revient de laquelle la valeur de l ancien bâtiment devrait alors être incorporée. Ainsi, il en a été jugé par le Conseil d Etat dans le cas d une société qui avait acquis un ensemble immobilier à usage d hôtel et avait immédiatement élaboré un projet de rénovation et d extension impliquant la démolition d une partie des bâtiments en cause, bien qu au moment de la démolition, l hôtel eût été exploité en l état pendant deux saisons (CE 5 mai 2008 n et , 10 e et 9 e s.-s., Vinales). Il faut par ailleurs distinguer le traitement fiscal du prix de revient du bien démoli de celui des frais de démolition et de déblaiement. Ces derniers, en effet, ne constituent pas une charge déductible, mais sont analysés le plus souvent comme un élément du prix de revient du nouveau bâtiment édifié, et ce même lorsque la démolition n est pas décidée par l entreprise mais lui est imposée, comme par exemple à la suite d un sinistre. Le Conseil d Etat a même jugé dans certaines situations, que les frais de démolition d un bâtiment pouvaient contribuer à augmenter la valeur du terrain d assiette lorsque celui-ci était destiné à être utilisé nu, et a considéré que les frais en question devaient être incorporés au prix de revient du terrain (arrêt du 06/11/1985 n ayant visé la situation d une société exploitant un grand magasin qui avait démoli des bâtiments effectués.» vétustes et entièrement amortis se trouvant sur un terrain voisin, en vue de la construction d un parc de stationnement destiné à améliorer les conditions d accès de la clientèle et ayant considéré que les frais de démolition avaient trouvé une contrepartie dans l augmentation de la valeur du terrain). Par Richard Foissac, avocat associé, spécialisé en fiscalité. Il traite notamment des dossiers d acquisition et de restructuration de groupes immobiliers cotés et non cotés, et les conseille sur leurs opérations. Il est chargé d enseignement en droit fiscal aux universités de Paris I et de Nice Sophia-Antipolis. «Les conséquences fiscales de la destruction d immeubles sont différentes selon l affectation initiale de l immeuble détruit et la nature des travaux Lundi 26 septembre

6 Panorama du droit et de la fiscalité du bail à cons Construire sans être propriétaire du terrain : voilà ce que permet, et ce à quoi doit obliger, à titre essentiel, le bail à construction. Dans les nombreux projets, où le bailleur souhaiterait pouvoir imposer à son preneur la réalisation d une édification partielle ou une rénovation légère, il ne sera pas l outil adapté, sans que le recours au bail emphytéotique ne soit pour autant possible. Le dispositif juridique du bail à construction a été assorti dès sa création en 1964 de dispositions fiscales qui se voulaient favorables et encourageant la construction ; au fil du temps les spécificités Par Jean-Luc Tixier, avocat associé, spécialisé en droit immobilier et droit public. Gaëtan Berger-Picq, avocat associé spécialisé dans les questions de TVA notamment liées à l immobilier. et Agnès Rivière-Durieux, avocat en fiscalité spécialisé dans les questions d impôts sur le revenu et sur les sociétés liées notamment à l immobilier. Juridique TVA Fiscalité directe (hors CET) Définition Durée prorogation Cession sous location Art. L CCH Le bail à construction (BAC) est un bail par lequel le preneur s engage, à titre principal, à édifier des constructions sur le terrain du bailleur. L obligation de construire/ d aménager est déterminante de la qualification ( du bail emphytéotique). L édification de constructions nouvelles peut être soumise à l autorisation préalable du bailleur. Ce bail confère un droit réel sur l immeuble. Le preneur dispose de ce fait d un droit d usage et de jouissance très étendu. Toutefois, en l absence de dispositions d ordre public sur la destination des constructions édifiées, le BAC peut imposer des restrictions aux activités exercées dans l immeuble. Si le bail n oblige pas à construire, ou s il prive le preneur de prérogatives essentielles, il est disqualifié. Art. L Durée minimale de 18 ans et ne peut dépasser 99 ans. La prolongation par tacite reconduction est impossible. Mais une prorogation convenue d un commun accord dans le contrat initial ou avant l expiration du bail est tout à fait possible. Le contrat ne peut prévoir aucun dénouement avant son issue, telle une faculté de congé triennal. L exigence de nouvelles constructions ou d améliorations aux constructions initiales effectuées par le preneur pour justifier une telle prorogation demeure discutée. La prorogation d un BAC pour plusieurs années moyennant une augmentation du loyer conséquente n opère pas nécessairement novation du BAC en bail de droit commun. Date d imposition du supplément de loyer résultant de la remise gratuite des constructions édifiées par le locataire en cas de prorogation du bail : pour l administration : au titre de l année d échéance initialement prévue sauf prorogation pour motifs économiques ; pour le Conseil d Etat : au titre de l exercice ou de l année de la nouvelle échéance (CE 26/01/2006 n ). Art. L CCH Libre cession du bail. Cette liberté doit être totale et sans restriction. Ce principe est d ordre public. Art. L et Art. L CCH Libre sous-location des constructions. Cette liberté doit être totale et sans restriction. Toute clause de contrôle de la cession du droit au bail ou de toute sous-location par le preneur disqualifie le BAC en bail ordinaire voire en bail commercial. En cas de sous-location des constructions, le régime de TVA dépend de différents paramètres. Schématiquement, les locations portant sur des locaux équipés sont en principe taxables de plein droit à la TVA, alors que les locations de locaux nus sont exonérées, sauf exception (art. 261 D du CGI). Les locations de locaux professionnels exonérées peuvent en outre faire l objet d une taxation volontaire, sur option exercée par le bailleur (art. 260, 2 du CGI). Imposition des revenus tirés de la souslocation consentie : par un particulier : impôt sur le revenu, catégorie des revenus fonciers ; par un entrepreneur individuel ayant inscrit les constructions à son actif : impôt sur le revenu, catégorie bénéfices industriels et commerciaux (la règle devrait changer en 2012 suite à la suppression de la théorie du bilan) ; par une société passible de l impôt sur les sociétés : imposition au taux de droit commun. 6 Lundi 26 septembre 2011

7 truction juridiques du bail à construction se sont fait jour, et l on a pu découvrir les opérations susceptibles de survenir en cours de contrat : constructions supplémentaires, contractuelles ou non, résiliation, prorogation et cessions concomitantes de leurs droits par le bailleur et le preneur. Or, dans un certain nombre d hypothèses, l originalité de la situation juridique n a pas toujours trouvé son pendant en fiscalité, et la solution fiscale applicable tempère quelque peu l intérêt ou les conséquences des solutions considérées comme juridiquement concevables. Le tableau ci-joint détaille certaines des principales règles juridiques et fiscales applicables à ce contrat. Prix du bail Cession des droits/résiliation Issue du bail Le prix du bail revêt les formes principales suivantes : paiement d un loyer en numéraire périodique (CCH art. L , al. 2) ou non ; remise de constructions au bailleur en cours de bail (CCH art. L , al. 1) ; remise, à titre accessoire de constructions au bailleur sur un terrain autre que celui donné à bail ; remise de constructions au bailleur, avec ou sans indemnité, en fin de bail (CCH art. L ). Le loyer en numéraire et la valeur de remise des constructions en fin de bail sont en principe exonérés de TVA (art. 261 D, 1 bis du CGI). Une taxation sur option est néanmoins possible (choix du bailleur manifesté dans le contrat de BAC) en vertu de l article 260, 5 du CGI. Dans l hypothèse d une taxation, la TVA est assise : sur le montant des loyers en numéraire/exigible lors de leur encaissement ; sur la valeur des constructions qui seront remises en fin de bail, déduction faite de l éventuelle indemnité due par le bailleur au preneur/exigible à ce titre au moment de la conclusion du bail à construction. Impôt applicable et catégorie de revenus selon la qualité du bailleur : idem revenus de la sous-location. Rattachement du revenu représenté par la valeur des constructions remises en cours ou fin de bail : sur demande, répartition sur l année ou l exercice de remise du bien et les 14 années suivantes. Evaluation du revenu représenté par la valeur des constructions : prix de revient. Pour la dérogation applicable à la remise en fin de bail : cf. dernière colonne. Le BAC peut prendre fin par suite de l acquisition du terrain d assiette par le preneur en cours de bail ; dans ce cas, l acquisition opère extinction du bail par confusion. Une clause de résiliation de plein droit en faveur du bailleur en cas de non-paiement du loyer confère à la jouissance du locataire une précarité incompatible avec ce type de bail. La résiliation du bail permet au bailleur d accéder à la propriété des immeubles construits avant l expiration du bail (Cass. com n , SCI Agnel-Teissonnière). La cession des droits du bailleur ou du preneur à construction est assimilée à celle de l immeuble sur lequel porte le BAC (art. 257 I-1, 1 du CGI). Il en résulte que : lorsque la cession intervient dans les cinq ans de l achèvement de l immeuble, elle est taxée de plein droit à la TVA ; lorsque la cession intervient après l expiration de ce délai de cinq ans, elle est en principe exonérée, sauf option du cédant pour la taxation volontaire. La résiliation entraîne une mutation des constructions au profit du bailleur, taxée comme telle (taxation si les constructions sont achevées depuis cinq ans au plus, exonération sauf option dans le cas contraire). En cas de cession du terrain au preneur avant l échéance du bail, la jurisprudence considère que la vente produit, au plan fiscal, les mêmes effets qu une résiliation amiable du bail entraînant la remise des constructions au bailleur et l imposition du profit correspondant (idem en cas d apport du terrain au preneur, de l absorption du bailleur par le preneur ou de cession par le bailleur et le preneur à un tiers de leurs droits respectifs). En dehors de ces cas, la cession des droits du bailleur ou du preneur dégage une plus-value imposable selon le régime applicable au cédant. A défaut de convention, le bailleur devient propriétaire en fin de bail des constructions édifiées et profite des améliorations (CCH art. L ). Les constructions supplémentaires non contractuelles peuvent, selon le cas, donner lieu à indemnisation. Le BAC peut aussi prendre fin par l acquisition définitive de la propriété du terrain par le preneur («bail à construction à l envers»). Le BAC est alors assorti d une clause prévoyant le transfert de propriété du terrain au preneur moyennant un supplément de loyer, à titre de prix de cession du terrain. La remise des constructions prévue par le bail à construction n entraîne pas de taxation à la TVA, puisqu elle est appréhendée dès la conclusion du bail (exonération sauf option du bailleur pour la taxation volontaire). La remise de constructions supplémentaires, non contractuelles, doit être traitée comme une cession ordinaire (taxation si les constructions sont achevées depuis cinq ans au plus, exonération sauf option dans le cas contraire). En cas de cession du terrain au preneur prévue par une clause inconditionnelle du BAC, la mutation est taxée comme celle de l immeuble, en fonction du délai écoulé depuis l achèvement des constructions. En cas de simple promesse, le BAC est traité comme tel et la mutation est taxée selon la situation de l immeuble au moment où elle intervient. La remise des constructions ne donne lieu à aucune imposition lorsque la durée du bail est au moins égale à 30 ans. Si la durée du bail est inférieure, application au prix de revient des constructions d une décote de 8 % par année de bail au-delà de la 18 e. Lorsque le BAC est assorti d une clause prévoyant le transfert du terrain au preneur en fin de bail la plus-value dégagée par le bailleur particulier est déterminée et imposée selon des règles particulières (art. 151 quater CGI) ; pour les entreprises, selon les règles de droit commun. Lundi 26 septembre

8 Profits de construction : un cadre fiscal inachevé Par Frédéric Gerner, avocat en fiscalité. Il intervient tant en matière de conseil que de contentieux dans les questions relatives aux impôts directs, notamment celles liées aux restructurations intragroupes et à l immobilier. L appréhension des profits de construction continue à présenter des particularités auxquelles une attention particulière doit être portée par les entreprises concernées. Traditionnellement, les résultats des opérations de construction et de vente d immeubles sont comptablement appréhendés lors de la livraison des immeubles, y compris lorsqu ils sont vendus en état futur d achèvement, compte tenu notamment du caractère jugé aléatoire des profits liés à la construction d un immeuble. Il en est de même pour la détermination du résultat fiscal par application des dispositions de l article 38-2 bis du code général des impôts, selon lequel les produits correspondant à des créances sur la clientèle ou à des versements reçus à l avance en paiement du prix sont rattachés à l exercice de livraison des biens ou d achèvement des prestations. Toutefois, par référence aux normes applicables en matière de comptes consolidés, et lorsqu elles sont transposées dans les comptes sociaux, certains opérateurs appréhendent au plan comptable les résultats des opérations de construction d immeubles selon la méthode dite de l avancement, c est-àdire de manière progressive, avant même que les immeubles considérés soient achevés et définitivement livrés méthode qui n est pas prévue par la loi fiscale. Pour éviter dans ce type de situation, une distorsion entre traitement comptable et traitement fiscal, source de complexité et d incertitudes, l administration fiscale a admis l application de la méthode à l avancement au plan fiscal pour les travaux d entreprise réalisés par les entreprises du BTP. Celles-ci, normalement tenues de ne fiscaliser les produits tirés de leur activité qu à la date de réception provisoire (complète ou partielle) de l ouvrage, peuvent opter pour imposer chaque année les acomptes devenus exigibles, tels qu ils apparaissent sur les situations de travaux adressées aux clients (cf. doc. adm. 4 A 2531 n 14, 9 mars 2011). Cela les autorise d ailleurs, corrélativement, à doter des provisions de couverture de la garantie décennale dès l enregistrement des produits en cause pour la quote-part du risque correspondant à l état d avancement des travaux (cf. arrêt CE du 13 janvier 2006, n ). Une telle option n est toutefois prévue que pour les entreprises du BTP qui, par définition, réalisent des travaux sur des biens dont elles ne sont pas propriétaires. Elle n a pas été clairement étendue au cas des immeubles vendus en état futur d achèvement. Les promoteurs qui estiment que la méthode à l avancement traduit mieux la réalité de leurs activités et de leurs résultats sont donc confrontés à une rigidité regrettable au plan fiscal, susceptible de les obliger à gérer deux méthodes distinctes et à opérer des retraitements pour la détermination de leur résultat imposable tant au niveau des produits que des charges. Plusieurs souhaits peuvent être émis dans ces conditions. En premier lieu, il serait opportun que l administration étende formellement aux promoteurs la tolérance prévue pour les entreprises du BTP, en leur offrant la possibilité de choisir entre le régime légal d appréhension des résultats à la livraison et l alignement du traitement fiscal sur le traitement comptable en cas d option pour la méthode à l avancement. En second lieu, dans un environnement mouvant, la sécurité juridique des entreprises gagnerait à ce que les autorités comptables et fiscales alignent leurs positions et clarifient les conditions, modalités et conséquences de l application de la méthode à l avancement, ce qui satisferait l objectif souvent annoncé par l administration fiscale d éviter autant que possible les distorsions entre règles comptables et règles fiscales. «L administration fiscale a admis l application de la méthode à l avancement au plan fiscal pour les travaux d entreprise réalisés par les entreprises du BTP.» 8 Lundi 26 septembre 2011

9 Construction-reconstruction et droit de l urbanisme : quelles particularités? Les travaux sur un immeuble existant ou la reconstruction d un immeuble, suite à un sinistre par exemple, sont souvent l occasion d examiner son exacte situation juridique et de s interroger sur l ensemble des autorisations qui ont été délivrées et des études-démarches à réaliser afin de mener à bien le projet envisagé. Il importe alors de ne pas occulter les éléments suivants. La construction d immeubles est soumise à la délivrance préalable d une autorisation d urbanisme, permis de construire, ou décision de non-opposition à déclaration préalable en cas de travaux d importance réduite (aux conditions précisées par les articles R et s. du code de l urbanisme. La modification d un immeuble existant ou sa reconstruction suppose également la délivrance d une telle autorisation ; l ordonnance n du 8 décembre 2005 et le décret n du 5 janvier 2007 ont inséré dans le code de l urbanisme des dispositions spécifiques aux travaux réalisés sur des constructions existantes 1. Hypothèse de travaux sur un immeuble existant Sort d un immeuble construit irrégulièrement. Un immeuble peut n avoir aucune existence juridique, au plan administratif, s il a été édifié sans autorisation (ou si l autorisation accordée a été annulée), ou si l édification est intervenue en méconnaissance de celle-ci. Pour le Conseil d Etat, l autorité administrative saisie d une demande tendant à ce que soient autorisés des travaux portant sur un tel immeuble, est tenue d inviter son auteur à présenter une demande portant sur l ensemble de l immeuble, même si ces travaux pris isolément étaient conformes à la réglementation de l urbanisme et n aggravaient pas la situation existante 2. Absence de prescription administrative pour les constructions réalisées sans permis de construire. Afin d atténuer les effets de cette jurisprudence, le législateur a introduit le principe d une prescription administrative 3, au champ d application très limité. En effet, aux termes de l article L du code de l urbanisme, «lorsqu une construction est achevée depuis plus de dix ans, le refus de permis de construire ou de déclaration de travaux ne peut être fondé sur l irrégularité de la construction initiale au regard du droit de l urbanisme. Les dispositions du premier alinéa ne sont pas applicables : ( ) e) Lorsque la construction a été réalisée sans permis de construire». Les immeubles pour lesquels aucun permis de construire n aura été délivré (ou même sollicité) mais également ceux pour lesquels le permis aura été retiré ou annulé ne pourront donc pas bénéficier de cette disposition. Une légère atténuation. Par un arrêt du 3 mai , le Conseil d Etat a considéré que l autorité administrative avait la faculté d autoriser parmi les travaux demandés, ceux qui étaient nécessaires à la préservation de l immeuble et au respect des normes, et ce, en dépit de son édification irrégulière et de l impossibilité de régularisation au regard des règles d urbanisme applicables. Toutefois, la haute juridiction a posé deux conditions. En premier lieu, aucune action pénale ou civile ne devant plus être possible 5, l immeuble est donc, par hypothèse, relativement ancien ; en second lieu, les travaux doivent être nécessaires à sa préservation et au respect des normes. Enfin, relevons que le Conseil d Etat n a pas entendu faire de cet assouplissement une règle absolue, laissant les autorités adminis- Par Céline Cloche-Dubois, avocat, spécialiste en droit de l urbanisme et en droit de l environnement. Elle intervient tant en conseil qu en contentieux auprès d entreprises et de personnes publiques. «Un immeuble peut n avoir aucune existence juridique, au plan administratif, s il a été édifié sans autorisation (ou si l autorisation accordée a été annulée), ou si l édification est intervenue en méconnaissance de celle-ci.» 1. Articles R et R du code de l urbanisme. 2. CE, 9 mars 1984, Macé, n ; CE, 9 juillet 1986, Thalamy, n Loi n du 13 juillet CE, 3 mai 2011, Ely, n L action pénale se prescrivant par trois ans et toute action civile en démolition étant prescrite dix ans après l achèvement des travaux. Lundi 26 septembre

10 6. Antérieurement à la loi du 12 mai 2009, seuls les immeubles détruits par sinistre bénéficiaient de cette disposition. La Commission des lois du Sénat a constaté toutefois qu un grand nombre de immeubles vétustes existants, bien que régulièrement édifiés, étaient en contradiction avec diverses dispositions d urbanisme postérieures et que, pour des raisons économico-techniques, la démolition-reconstruction était parfois préférable à la réhabilitation. 7. Rép. min. n 90267, JOAN 21 décembre 2010 : «Le droit de procéder à reconstruction d un immeuble sinistré doit ( ) être entendu comme une obligation de reconstruction stricte de l immeuble détruit selon la même implantation, la même surface et le même volume. Lorsque le projet est différent de la construction sinistrée, il n y a pas lieu de faire application des dispositions de l article L du code de l urbanisme qui visent à préserver des droits acquis, et le projet sera apprécié compte tenu des règles d urbanisme en vigueur lors de la reconstruction.» 8. Plus précisément, redevance relative aux locaux à usage de bureaux, aux locaux commerciaux et aux locaux de stockage définis au III de l article 231 ter du code général des impôts. tratives compétentes libres d autoriser ou non les travaux en fonction des différents intérêts publics et privés en présence. Hypothèse de la reconstruction d un immeuble existant Possibilité de reconstruire un immeuble à l identique. Aux termes de l article L du code de l urbanisme, tel qu issu de la loi n du 12 mai 2009, «la reconstruction à l identique d un immeuble détruit ou démoli depuis moins de dix ans est autorisée nonobstant toute disposition d urbanisme contraire, sauf si la carte communale, le plan local d urbanisme ou le plan de prévention des risques naturels prévisibles en dispose autrement, dès lors qu il a été régulièrement édifié». Ainsi, tout immeuble détruit, de façon fortuite ou volontaire 6, peut être reconstruit, sans perte de constructibilité alors même que les dispositions d urbanisme applicables (PLU, carte communale, RNU ) ne le permettraient plus. Plusieurs conditions sont toutefois posées : le document d urbanisme ne doit pas contenir des dispositions écrites et/ou graphiques explicites ayant pour objet d exclure un tel droit de reconstruire ou d encadrer la reconstruction. L immeuble initial doit par ailleurs avoir été régulièrement édifié : une autorisation d urbanisme était requise à la date «Tout immeuble détruit, de façon fortuite ou volontaire, peut être reconstruit, sans perte de constructibilité, alors même que les dispositions d urbanisme applicables ne le permettraient plus.» de sa construction, il doit donc avoir été construit conformément à une telle autorisation, qui ne doit pas avoir été annulée ou retirée. L immeuble reconstruit doit être identique à l immeuble démoli, étant précisé que la doctrine administrative adopte une interprétation stricte de cette disposition 7. Enfin, ce droit à reconstruire est enfermé dans un délai de dix ans courant à compter de la démolition ou la destruction de l immeuble. Bien évidemment, précisons que le bénéfice de cette disposition du code de l urbanisme n exonère pas celui qui envisage de reconstruire l immeuble de déposer et obtenir une nouvelle autorisation d urbanisme. Exonération de la «redevance pour création de bureaux 8» en cas de reconstruction d un immeuble existant. En principe et conformément à l article L du code de l urbanisme, est perçue en région Ile-de-France une redevance à l occasion de la construction de locaux notamment à usage de bureaux. Ainsi, les opérations visant à créer des surfaces de bureaux ou à la réhabiliter si elles créent de la surface de construction relèvent de plein droit du champ d application de la redevance pour création de bureaux. Toutefois, à titre dérogatoire et transitoire, l article L du code de l urbanisme a entendu exclure les opérations de démolitionreconstruction pour lesquelles le permis de construire est délivré avant le 1 er janvier 2014 du champ de la redevance. 10 Lundi 26 septembre 2011

11 Actualités Les réformes en cours du droit de l urbanisme : vers un «urbanisme de projet» Initiées par le Gouvernement en 2010 par l organisation de groupes de travail réunissant l ensemble des professionnels concernés, les réformes de l urbanisme ont pour objectif déclaré de mettre fin à un urbanisme réglementaire au bénéfice d un urbanisme de projet. L ensemble des 70 propositions, présentées lors des journées de clôtures des groupes de travail «Pour un urbanisme de projet», feront l objet d ordonnances ou s inséreront dans divers véhicules législatifs d ici En voici les grandes orientations. Les plans locaux d urbanisme (PLU) seraient totalement réorganisés. Le règlement ne comporterait plus que quatre thèmes (au lieu de quatorze) : usage du sol/fonctions économiques, sociales et environnementales ; fonction de continuité écologique ; prescriptions VRD ; forme urbaine. Le rôle du Plan d aménagement et de développement durable serait renforcé : des «secteurs de projets» pourraient être institués en zone urbaine ou à urbaniser ; ces secteurs ne comporteraient pas de règlement mais uniquement des orientations sectorisées et opposables, de sorte qu une modification du PLU ne s imposerait plus pour y réaliser des projets ; l objectif est que le document d urbanisme s adapte au projet, et non plus seulement l inverse. En outre, dans ces secteurs, il serait possible de négocier l adaptation de certaines règles du code de la construction et de l habitation ou du code civil à l échelle du secteur. Plusieurs axes affecteraient les autorisations d urbanisme afin de faciliter la construction. Outre la substitution de la surface de plancher à l ensemble des types de surfaces préexistants (un gain moyen de constructibilité d environ 10 % est escompté), l instruction de certaines demandes de permis de construire serait allégée : disjonction du permis de construire et de «L objectif est que le document d urbanisme s adapte au projet, et non plus seulement l inverse.» l autorisation au titre du code de la construction et de l habitation pour les établissements recevant du public, relèvement du seuil d exigence d une autorisation pour les extensions ou locaux accessoires des locaux existants, ou encore réduction du délai d instruction des demandes d autorisation en périmètres monuments historiques. Enfin, le régime des lotissements serait simplifié et clarifié ; il en serait de même pour les autres modes de division foncière, dont le permis de construire valant division. Plusieurs pistes sont étudiées pour limiter les contentieux, telle la communication des dossiers de demande de permis avant dépôt, cette mesure étant destinée à permettre l évolution du projet avant la délivrance de l autorisation pour écarter les risques contentieux, ou l introduction dans le code de justice administrative de modalités de conciliation sous l égide du juge administratif. Parallèlement, la mise au point de moyens de lutte contre les recours abusifs est examinée. Le volet réformant les taxes et participations d urbanisme a déjà été adopté à l occasion de la loi de finances rectificative pour 2010 du 29 décembre 2010 (cf. Lettre de l immobilier du 21 mars 2011 p.8 : «Fiscalité de l urbanisme : un nouveau dispositif pour 2012»). Il entrera en vigueur le 1 er mars Une réforme de la fiscalité du foncier constructible non bâti est envisagée, avec pour objectif de «libérer» l offre foncière, notamment en mettant fin aux avantages fiscaux liés à la durée de détention des biens. Pour créer un «appel d air», il est envisagé que cette réforme entre en vigueur «en décalé», afin d inciter les propriétaires fonciers concernés à céder leur bien avant l entrée en vigueur du nouveau dispositif. Les dispositions fiscales débattues devant le Parlement auront potentiellement une incidence sur cet Par Jean-Luc Tixier, avocat associé, spécialisé en droit immobilier et droit public. et Vanina Ferracci, avocat en droit public. Elle intervient en droit de l urbanisme et de l aménagement. Elle assiste de longue date aussi bien les sociétés que les collectivités territoriales, tant en conseil qu en contentieux. Lundi 26 septembre

12 Actualités aspect de la réforme. Une proposition de loi visant à améliorer et sécuriser l exercice du droit de préemption a été adoptée le 29 juin 2011 par le Sénat. Aux termes de ce texte, des «zones d opérations futures» (ZOF) sont créées à l intérieur desquelles un droit de préemption serait ouvert aux communes pendant une période de six ans renouvelable. Le champ d application du droit de préemption urbain serait élargi aux immeubles ou ensembles de droits sociaux faisant l objet de donations, à l exception des donations familiales. Le contenu de la déclaration d intention d aliéner serait enrichi (intégrant les renseignements liés à la présence éventuelle d une installation classée pour la protection de l environnement) et le titulaire du droit de préemption aurait la possibilité de solliciter des informations complémentaires destinées à apprécier la consistance et l état de l immeuble, ou encore de visiter le bien. Les conditions de renonciation du titulaire du droit de préemption seraient également modifiées. La renonciation ne serait ainsi plus possible lorsque le juge serait saisi et que le prix qu il aura fixé ne sera pas supérieur de plus de 10 % à l estimation des domaines. En revanche, le titulaire du droit pourrait renoncer à préempter en cas de découverte de vices cachés. En toute hypothèse, en cas de renonciation, la cession pourrait être effectuée au prix de la DIA, y compris lorsque la renonciation interviendrait avant fixation judiciaire du prix. Enfin, l usage du bien pourrait être différent de celui ayant motivé la préemption dès lors qu il serait au nombre de ceux prévus à l article L du code de l urbanisme, le propriétaire ayant un droit de rétrocession si cet usage ou aliénation intervenait dans un délai de cinq ans. Ces propositions sont encore à ce jour à l état de projets et pourront, bien entendu, évoluer avant la rédaction des ordonnances ou, pour la réforme du droit de préemption, avant adoption définitive du texte. 1-3, villa Emile-Bergerat Neuilly-sur-Seine Cedex Tél Fax Si vous souhaitez contacter les auteurs de cette lettre, vous pouvez vous adresser à la rédaction qui transmettra aux personnes concernées. Vous pouvez également vous adresser à : M e Gaëtan Berger-Picq, M e Laurent Chatel, M e Richard Foissac, M e Cathy Goarant-Moraglia, M e Jean-Luc Tixier, M e Philippe Tournès, Supplément du numéro 1141 du 26 septembre 2011 Option Finance - 91 bis, rue du Cherche-Midi Paris - Tél SAS au capital de e RCB Paris Directeur de la publication : Jean-Guillaume d Ornano Service abonnements : B Ste-Geneviève Cedex. Tél Impression : Megatop - Naintre - N commission paritaire : 0411 T Lundi 26 septembre 2011

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle CHAPITRE 1 LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE 022- Lorsqu il décide de créer une entreprise, un entrepreneur a le choix d adopter la forme juridique la mieux adaptée à sa situation. Soit il crée une

Plus en détail

Les activités immobilières du marchand de biens : Aspects pratiques au regard de la TVA et des droits d enregistrement

Les activités immobilières du marchand de biens : Aspects pratiques au regard de la TVA et des droits d enregistrement SYNTHESE Fiscal Textes et références Article 1115 du Code général des impôts Les activités immobilières du marchand de biens : Aspects pratiques au regard de la TVA et des droits d enregistrement Juin

Plus en détail

LA RÉFORME DES BAUX COMMERCIAUX PAR

LA RÉFORME DES BAUX COMMERCIAUX PAR LA RÉFORME DES BAUX COMMERCIAUX PAR LA LOI N 2014-626 DU 18 JUIN 2014 RELATIVE À L ARTISANAT, AU COMMERCE ET AUX TRÈS PETITES ENTREPRISES DITE «LOI PINEL» Liste des mesures Modification des dispositions

Plus en détail

n 5 LE BAIL COMMERCIAL ET SES VARIANTES 1.1. Durée du bail commercial 1.2. Résiliation du bail commercial

n 5 LE BAIL COMMERCIAL ET SES VARIANTES 1.1. Durée du bail commercial 1.2. Résiliation du bail commercial FICHE THEMATIQUE n 5 LE BAIL COMMERCIAL ET SES VARIANTES 1. LE BAIL COMMERCIAL 1.1. Durée du bail commercial 1.2. Résiliation du bail commercial 1.2.1. Résiliation triennale 1.2.2. Résiliation anticipée

Plus en détail

Gestion. Négocier son bail commercial

Gestion. Négocier son bail commercial Gestion Négocier son bail commercial Adie Conseil Gestion INTRODUCTION Le bail commercial fait l objet d un statut réglementé dont les textes sont codifiés aux articles L.145-1 et suivants et R.145-1 et

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 5 B-17-08 N 73 du 11 JUILLET 2008 IMPOT SUR LE REVENU. REDUCTIONS D IMPOT AU TITRE DES INVESTISSEMENTS LOCATIFS REALISES DANS LE SECTEUR

Plus en détail

LE PHOTOVOLTAIQUE incidences juridiques et fiscales

LE PHOTOVOLTAIQUE incidences juridiques et fiscales LE PHOTOVOLTAIQUE incidences juridiques et fiscales PARTIE I Le propriétaire qui loue la toiture de ses bâtiments ou ses terrains. 2 m1 LES ENGAGEMENTS PROPOSES NATURE JURIDIQUE DE L ACTIVITE : Activité

Plus en détail

Communiqué. OBJET : Note d information relative au régime fiscal applicable aux opérations immobilières

Communiqué. OBJET : Note d information relative au régime fiscal applicable aux opérations immobilières Monaco, le 30 novembre 2011. Communiqué OBJET : Note d information relative au régime fiscal applicable aux opérations immobilières Deux Ordonnances Souveraines n 2.723 du 27 avril 2010 (Art. 1 er ) et

Plus en détail

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Champ de compétence baux commerciaux et professionnels NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Jurisprudence

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 33 DU 15 MARS 2010 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 3 A-3-10 INSTRUCTION DU 15 MARS 2010 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE - DROITS D ENREGISTREMENT - DISPOSITIF ISSU DE

Plus en détail

LE MARCHE DE LA RENOVATION

LE MARCHE DE LA RENOVATION 21èmes Journées d Etudes Professionnelles de la Fédération des Promoteurs Immobiliers LE MARCHE DE LA RENOVATION 9 février 2011 Hôtel Méridien Etoile Paris 17 ème 21èmes Journées d Etudes Professionnelles

Plus en détail

Le versement pour sous-densité. DGALN - Direction de l Habitat, de l Urbanisme et des Paysages 1

Le versement pour sous-densité. DGALN - Direction de l Habitat, de l Urbanisme et des Paysages 1 Le versement pour sous-densité DGALN - Direction de l Habitat, de l Urbanisme et des Paysages 1 Le versement pour sous-densité Objectifs Financer les actions et opérations contribuant à la réalisation

Plus en détail

LOCATAIRES, CONNAISSEZ VOS DROITS

LOCATAIRES, CONNAISSEZ VOS DROITS LOCATAIRES, CONNAISSEZ VOS DROITS Confédération Nationale du Logement Sommaire Avant propos... 13 PARTIE 1 La réglementation 1. Établissement du contrat de location (article 3 de la loi n 89-462 du 6

Plus en détail

Le compte épargne temps

Le compte épargne temps Le compte épargne temps La loi n 2008 789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail procède à une profonde clarification des modalités de mise en place

Plus en détail

LE CREDIT BAIL IMMOBILIER Février 2015

LE CREDIT BAIL IMMOBILIER Février 2015 LE CREDIT BAIL IMMOBILIER Février 2015 CREDIT BAIL IMMOBILIER - Sommaire 2 DEFINITION 3 Crédit-bail 3 Différents types de crédits-bails 3 ASPECTS COMPTABLES ET FISCAUX 4 Pendant la période couverte par

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Nancy N 11NC00159 Inédit au recueil Lebon 2ème chambre - formation à 3 M. COMMENVILLE, président Mme Catherine FISCHER-HIRTZ, rapporteur M. FERAL, rapporteur public SAGET,

Plus en détail

64 Présentation du régime

64 Présentation du régime OPÉRATIONS IMMOBILIÈRES 64 Présentation du régime Les règles applicables en matière de TVA immobilière Règles applicables depuis le 11 mars 2010... 6000 Champ immobilière... 6001 Règles de territorialité...

Plus en détail

LOI DE FINANCES 2011

LOI DE FINANCES 2011 LOI DE FINANCES 2011 LOI SCELLIER : RÉDUCTION D IMPÔT POUR INVESTISSEMENT LOCATIF NEUF Dossier de référence 2011 Téléchargement http://www.dkformation.fr/telechargement www.dkformation.fr Formation Compétence

Plus en détail

Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option

Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction repose sur la dissociation de l acquisition du foncier de celle

Plus en détail

Comptabilité, TVA. Nouvelle réglementation et gestion du risque. www.vat-solutions.com

Comptabilité, TVA. Nouvelle réglementation et gestion du risque. www.vat-solutions.com Comptabilité, TVA Nouvelle réglementation et gestion du risque www.vat-solutions.com Gestion du risque en matière de TVA Le risque est l effet de l incertitude sur les objectifs* Les risques en matière

Plus en détail

Régime fiscal de la marque

Régime fiscal de la marque 29 avril 2008 Régime fiscal de la marque Par Véronique STÉRIN Chargée d études et de recherche Institut de recherche en propriété intellectuelle-irpi et Valérie STÉPHAN Responsable du département fiscal-dgaepi

Plus en détail

Obs. : Assurance vie et irrévocabilité de l option pour le prélèvement libératoire

Obs. : Assurance vie et irrévocabilité de l option pour le prélèvement libératoire CE, 24 octobre 2014, n 366962 Assurance vie - Rachat -Prélèvement libératoire - Option - Irrévocabilité (oui) - Après l encaissement des revenus (non) Obs. : Assurance vie et irrévocabilité de l option

Plus en détail

«Quelques Réflexions sur...»

«Quelques Réflexions sur...» Numéro 13 Février 2007 «Quelques Réflexions sur...» La Lettre de la Société et N. Sarkozy Le décret du 5 janvier 2007 : les contours du nouveau régime juridique applicable aux autorisations d urbanisme

Plus en détail

Droit des baux commerciaux

Droit des baux commerciaux SAS ECS Le droit des baux commerciaux - NA 49 - Chapitre 2 Paragraphe 2 Obligation relative à la chose louée L immeuble A USAGE DE LA CHOSE Le preneur doit user de la chose en bon père de famille. L abus

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ------000------

NOTE DE SERVICE ------000------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -------- DIRECTION GENERALE DES IMPOTS -------- Le Directeur général -------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ---------- Abidjan, le 05 janvier

Plus en détail

Le régime fiscal des Offices de Tourisme sous forme associative

Le régime fiscal des Offices de Tourisme sous forme associative Le régime fiscal des Offices de Tourisme sous forme associative Afin de déterminer le régime fiscal d un Office de Tourisme constitué sous forme associative, il est nécessaire de distinguer les différentes

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de Gestion Réf.

Plus en détail

L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 septembre 1999 1, arrête:

L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 septembre 1999 1, arrête: (Bail à loyer et à ferme) Projet Modification du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 septembre 1999 1, arrête: Le code des obligations 2 est modifié

Plus en détail

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 Micro -entreprises L option pour l année 2009 pour le versement forfaitaire libératoire des cotisations et contributions sociales des travailleurs indépendants relevant

Plus en détail

FASCICULE IV : LE VOTE DES TAUX DES DÉPARTEMENTS. I. Taux départemental de taxe foncière sur les propriétés bâties... 2

FASCICULE IV : LE VOTE DES TAUX DES DÉPARTEMENTS. I. Taux départemental de taxe foncière sur les propriétés bâties... 2 FASCICULE IV : LE VOTE DES TAUX DES DÉPARTEMENTS I. Taux départemental de taxe foncière sur les propriétés bâties... 2 II. Droit départemental d enregistrement et taxe départementale de publicité foncière

Plus en détail

REVISION DU LOYER COMMERCIAL

REVISION DU LOYER COMMERCIAL REVISION DU LOYER COMMERCIAL 04/03/2011 Les parties sont libres quant à la fixation du loyer initial. En revanche, le révision du loyer fait l objet d une réglementation spécifique. Il faut distinguer

Plus en détail

1 L essentiel OPTIMISER L IMMOBILIER DANS UNE SCI. Objet civil. Objet civil. Société de personnes. Conséquences de la personnalité morale.

1 L essentiel OPTIMISER L IMMOBILIER DANS UNE SCI. Objet civil. Objet civil. Société de personnes. Conséquences de la personnalité morale. 1 L essentiel Objet civil Définition... 1 Les règles fondamentales applicables aux sociétés civiles... 2 Des associés identifiés... 3 Critères de qualification : droit commun... 4 critère de la forme ou

Plus en détail

QUESTIONS FISCALES DIVERSES

QUESTIONS FISCALES DIVERSES N 41 - FISCAL N 5 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 26 mars 2004 QUESTIONS FISCALES DIVERSES Parmi les informations fiscales récentes relevées dans la jurisprudence, les bulletins officiels

Plus en détail

LE DISPOSITIF «PINEL» LOGEMENTS NEUFS OU EN VEFA EN METROPOLE

LE DISPOSITIF «PINEL» LOGEMENTS NEUFS OU EN VEFA EN METROPOLE LE DISPOSITIF «PINEL» LOGEMENTS NEUFS OU EN VEFA EN METROPOLE La loi de finances pour 2015, qui a rebaptisé le dispositif «Duflot» en dispositif «Pinel», a apporté des améliorations au dispositif d investissement

Plus en détail

Duflot.org Tout sur la loi Duflot

Duflot.org Tout sur la loi Duflot Duflot.org Tout sur la loi Duflot Article 57 I. Après l article 199 octovicies du code général des impôts, il est inséré un article 199 novovicies ainsi rédigé : «Art. 199 novovicies. I. A. Les contribuables

Plus en détail

URBAN VITALIM SCPI «PINEL»

URBAN VITALIM SCPI «PINEL» URBAN VITALIM La note d information prévue par le Code Monétaire et Financier a obtenu de l Autorité des Marchés Financiers le visa SCPI n 15-06 en date du 12/05/2015. Elle peut être obtenue gratuitement

Plus en détail

MARIGNAN AVOCATS NEWSLETTER BAUX COMMERCIAUX

MARIGNAN AVOCATS NEWSLETTER BAUX COMMERCIAUX MARIGNAN AVOCATS NEWSLETTER BAUX COMMERCIAUX APPORTS DE LA LOI DU 18 JUIN 2014, DITE «LOI PINEL» ET DE SON DÉCRET D APPLICATION novembre 2014 Newsletter Baux Commerciaux La loi relative à l artisanat,

Plus en détail

Une renaissance de la loi Girardin

Une renaissance de la loi Girardin AVOCATS RECHTSANWÄLTE LAWYERS 29, RUE DU FAUBOURG SAINT-HONORÉ, 75008 PARIS EMAIL bmh@ bm ha voca ts. com TÉLÉPHONE (33)(0)1 42 66 63 19 FAX (33)(0)1 42 66 64 81 Olivier Hoebanx Associé Une renaissance

Plus en détail

ACTUALITES DES BAUX COMMERCIAUX

ACTUALITES DES BAUX COMMERCIAUX Note Juridique 02 février 2015 ACTUALITES DES BAUX COMMERCIAUX La loi relative à l artisanat, au commerce et aux petites entreprises, dite «Loi Pinel» n 2014-626 en date du 18 Juin 2014, a réformé le statut

Plus en détail

Flash. Flash d information Immobilier. Parution du décret Pinel du 3 novembre 2014

Flash. Flash d information Immobilier. Parution du décret Pinel du 3 novembre 2014 SEPTEMBRE OCTOBRE NO VEMBRE 2014 Flash Dans ce numéro Baux 1-3 Vente immobilière 3-4 Diagnostic technique 4-5 Parution du décret Pinel du 3 novembre 2014 Flash d information Immobilier Le décret d application

Plus en détail

Commentaire aux Cahiers. Commentaire de la décision n 2011-627 DC 12 avril 2011

Commentaire aux Cahiers. Commentaire de la décision n 2011-627 DC 12 avril 2011 Commentaire aux Cahiers Commentaire de la décision n 2011-627 DC 12 avril 2011 Loi organique tendant à l approbation d accords entre l État et les collectivités territoriales de Saint-Martin, de Saint-Barthélemy

Plus en détail

Comment sortir l actif immobilier d une société commerciale à moindre coût?

Comment sortir l actif immobilier d une société commerciale à moindre coût? Comment sortir l actif immobilier d une société commerciale à moindre coût? Certaines sociétés commerciales soumises à l impôt sur les sociétés possèdent un actif immobilier à leur bilan. Il s agit le

Plus en détail

Les différents recours et leurs délais (Contrôle de Légalité)

Les différents recours et leurs délais (Contrôle de Légalité) Les différents recours et leurs délais (Contrôle de Légalité) Présentation : Réunion ADS du 10 avril 2008 1 Les recours à l égard des permis (permis de construire, permis de démolir, permis d aménager)

Plus en détail

Cahier des conditions de vente. Extrait du Règlement Intérieur National de la profession d avocat

Cahier des conditions de vente. Extrait du Règlement Intérieur National de la profession d avocat VENTE DES ACTIFS IMMOBILIERS DEPENDANT D UNE LIQUIDATION JUDICIAIRE Cahier des conditions de vente Extrait du Règlement Intérieur National de la profession d avocat Article 12 et Annexe n 3 Version avril

Plus en détail

1. LES RESTRICTIONS APPLICABLES AUX PERSONNES SOUMISES AUX MARCHÉS PUBLICS

1. LES RESTRICTIONS APPLICABLES AUX PERSONNES SOUMISES AUX MARCHÉS PUBLICS 1. LES RESTRICTIONS APPLICABLES AUX PERSONNES SOUMISES AUX MARCHÉS PUBLICS a. Les restrictions apportées par la jurisprudence b. La notion «d immeuble conçu en fonction des besoins propres de la personne

Plus en détail

L'Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du... 1, arrête:

L'Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du... 1, arrête: Code des obligations (Bail à loyer) Modification du... L'Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du..., arrête: I. Le titre huitième (Du bail à loyer) du code des

Plus en détail

INVESTIR EN LOI DUFLOT. Optimisons ensemble votre patrimoine. Le 1 er uro à investir est celui que l on peut légalement distraire de ses impôts

INVESTIR EN LOI DUFLOT. Optimisons ensemble votre patrimoine. Le 1 er uro à investir est celui que l on peut légalement distraire de ses impôts INVESTIR EN LOI DUFLOT Le 1 er uro à investir est celui que l on peut légalement distraire de ses impôts Optimisons ensemble votre patrimoine LA LOI DUFLOT La loi de finances de 2013 définit un nouveau

Plus en détail

Les difficultés attendues après la loi Pinel

Les difficultés attendues après la loi Pinel M e Géraldine Piedelièvre Avocat, associé Lefèvre Pelletier & associés, Avocats ANALYSE Les difficultés attendues après la loi Pinel Si les dispositions de la loi Pinel du 18 juin 2014 et de son décret

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 OBJECTIF DE LA NORME 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

LA VENTE D IMMEUBLE À RÉNOVER (V.I.R.)

LA VENTE D IMMEUBLE À RÉNOVER (V.I.R.) LA VENTE D IMMEUBLE À RÉNOVER (V.I.R.) Textes Loi ENL du 13 juillet 2006 Décret d application du 19 décembre 2008 Décret n 2010-1128 du 27 septembre 2010 Articles L. 111-6-2-1 à 4 et L. 262-1 et suivants

Plus en détail

Bail commercial La loi Pinel en 12 points Impacts pour les bailleurs, les preneurs et les investisseurs

Bail commercial La loi Pinel en 12 points Impacts pour les bailleurs, les preneurs et les investisseurs Bail commercial La loi Pinel en 12 points Impacts pour les bailleurs, les preneurs et les investisseurs Département Immobilier Eversheds Paris LLP Janvier 2015 1 - Allongement de la durée des baux dérogatoires

Plus en détail

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES Objectif: Examiner la réglementation des rapports entre le client et le banquier à travers l étude des contrats bancaires. LES CONTRATS BANCAIRES : La banque, comme

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER

LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER ANNEE 2014 SEPTEMBRE N 752 LOI ALUR TROISIEME PARTIE : COPROPRIETE Jean-Jacques Salmon Philippe Salmon Christine Baugé David Alexandre Droit immobilier Droit de la construction

Plus en détail

SOMMAIRE. ØLa Loi PINEL. ØD autres leviers d optimisation : www.actior.fr

SOMMAIRE. ØLa Loi PINEL. ØD autres leviers d optimisation : www.actior.fr SOMMAIRE ØLa Loi PINEL ØD autres leviers d optimisation : www.actior.fr La renégociation, 1 LOI PINEL N 2014-626 du 18 juin 2014 relative à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises, EVOLUTION

Plus en détail

Planification de la relève Troisième partie : La vente de l entreprise à un tiers

Planification de la relève Troisième partie : La vente de l entreprise à un tiers Planification de la relève Troisième partie : La vente de l entreprise à un tiers par LORI MATHISON Voici le dernier d une série de trois articles rédigés par Lori Mathison et publiés sur le Reper portant

Plus en détail

URBAN VITALIM SCPI «PINEL»

URBAN VITALIM SCPI «PINEL» URBAN VITALIM La note d information prévue par le Code Monétaire et Financier a obtenu de l Autorité des Marchés Financiers le visa SCPI n 15-06 en date du 12/05/2015. Elle peut être obtenue gratuitement

Plus en détail

LE BAIL D HABITATION NOTARIÉ

LE BAIL D HABITATION NOTARIÉ IMMOBILIER LOCATION LE BAIL D HABITATION NOTARIÉ www.notaires.paris-idf.fr Location LE BAIL D HABITATION NOTARIÉ Lorsqu un propriétaire souhaite louer son bien immobilier, une des premières démarches à

Plus en détail

Table des matières. Les chiffres renvoient aux numéros des pages AVANT-PROPOS... 107 PREMIÈRE PARTIE LOCATIONS IMMOBILIÈRES

Table des matières. Les chiffres renvoient aux numéros des pages AVANT-PROPOS... 107 PREMIÈRE PARTIE LOCATIONS IMMOBILIÈRES Table des matières Les chiffres renvoient aux numéros des pages AVANT-PROPOS... 107 PREMIÈRE PARTIE LOCATIONS IMMOBILIÈRES SOUS-PARTIE I : PRÉSENTATION DE LA FISCALITÉ IMMOBILIÈRE LOCATIVE... 109 Section

Plus en détail

7.3. Les différents modes de transmission

7.3. Les différents modes de transmission 7.3. Les différents modes de transmission La manière d exercer l activité et le choix de la forme juridique ont des répercussions importantes sur le processus de transmission 7.3.1. Les impacts du choix

Plus en détail

LE CREDIT-BAIL IMMOBILIER

LE CREDIT-BAIL IMMOBILIER TSD NOTAIRES 1 PREAMBULE 1. Loi 66-455 du 2 juillet 1966 2. Ordonnance 67-837 du 28 septembre 1967 3. Décret 72-665 du 4 juillet 1972 4. Loi 73-446 du 25 avril 1973 5. Loi 84-46 du 24 janvier 1984 6. Loi

Plus en détail

Stage de Préparation à l Installation 4. Les différents baux

Stage de Préparation à l Installation 4. Les différents baux Stage de Préparation à l Installation 4. 4.1. Le Bail Commercial 4.2. Convention Précaire et Bail de trois ans ans 4.3. Bail Professionnel et Bail Mixte 4.4. Pas de Porte et Droit au Bail 4.1. Le bail

Plus en détail

ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ

ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ DIRECTION DE LA VILLE ET DE LA COHÉSION URBAINE Bureau du développement économique et de l emploi Février 2015

Plus en détail

Réforme des règles du contentieux prud homal

Réforme des règles du contentieux prud homal Loi de sécurisation de l emploi n 2013-504 du 14 juin 2013 5 e avertissement sur la loi entrant en vigueur au 1 er juillet Réforme des règles du contentieux prud homal Si les dispositions relatives au

Plus en détail

Fiscal : TVA et frais de restaurant

Fiscal : TVA et frais de restaurant NOTE D INFORMATION 2013/16 du 20 septembre 2013 Fiscal : TVA et frais de restaurant La récupération de la TVA sur les factures relatives aux frais de représentation et de réception est subordonnée à un

Plus en détail

LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT. Jeudi 13 mars 2008 Chambre Régionale des Huissiers de Justice de Paris

LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT. Jeudi 13 mars 2008 Chambre Régionale des Huissiers de Justice de Paris LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT Jeudi 13 mars 2008 Chambre Régionale des Huissiers de Justice de Paris LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT Intervenants Janin AUDAS, vice-président de l Ordre des experts-comptables

Plus en détail

Réforme relative au permis de construire et aux autorisations d urbanisme

Réforme relative au permis de construire et aux autorisations d urbanisme Avril 2006 Note d information juridique Agence d Urbanisme du Territoire de Belfort Centre d Affaires des 4 As BP 107-90002 Belfort Cedex Tél : 03 84 46 51 51 - Fax : 03 84 46 51 50 Courriel : autb@autb.asso.fr

Plus en détail

table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages)

table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages) table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages) SOMMAIRE... liste des abréviations... VII XI INTRODUCTION GÉNÉRALE... 1 PREMIÈRE PARTIE Fiscalité directe (impôt sur le revenu et impôt

Plus en détail

LA LOCATION DE LOCAUX EQUIPES

LA LOCATION DE LOCAUX EQUIPES LA LOCATION DE LOCAUX EQUIPES Un schéma d optimisation d fiscale et patrimoniale 1 place du 18 juin 1940-74940 ANNECY LE VIEUX Tél. : 04.50.23.10.40 fax : 04.50.23.39.83 Mél. : contact@agika.fr Document

Plus en détail

L'INCIDENCE DE LA LOI PINEL SUR LES LOYERS COMMERCIAUX SAINSARD EXPERTS

L'INCIDENCE DE LA LOI PINEL SUR LES LOYERS COMMERCIAUX SAINSARD EXPERTS L'INCIDENCE DE LA LOI PINEL SUR LES LOYERS COMMERCIAUX La véritable incidence de la loi Pinel sur les loyers commerciaux ne pourra être constatée qu'au regard de la réaction du marché (analyse à postériori).

Plus en détail

TD DE DROIT FISCAL DES AFFAIRES M1 Droit AES TVA INTERNATIONALE ET COMMUNAUTAIRE

TD DE DROIT FISCAL DES AFFAIRES M1 Droit AES TVA INTERNATIONALE ET COMMUNAUTAIRE Université de Metz Année Universitaire 2010/2011 UFR Droit - AES TD DE DROIT FISCAL DES AFFAIRES M1 Droit AES Cours de Mme Corinne BOISMAIN TD de Maître Romain LANCIA TVA INTERNATIONALE ET COMMUNAUTAIRE

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente PREAMBULE Le client souhaite se doter d un site internet Il a lancé une consultation préalable, qui a été communiquée à Nexus Création et a permis d élaborer une proposition

Plus en détail

L immobilier en centre ville

L immobilier en centre ville La note d information relative à la première augmentation de capital a reçu de l Autorité des Marchés Financiers le visa SCPI n 14-12 en date du 22/07/2014. La note d information relative à la seconde

Plus en détail

Permis d exploitation et de la concession minière

Permis d exploitation et de la concession minière Permis d exploitation et de la concession minière CODE: CS/10 DERNIERE ACTUALISATION: Novembre 2012 DESCRIPTION: L exploitation minière se définit comme l ensemble des travaux géologiques et miniers par

Plus en détail

Conditions générales

Conditions générales Conditions générales 1. Conditions générales du vendeur 1.1. Les conditions générales de la SA EvoBus Belgium, ci-après dénommée «EvoBus», sont d application à la présente convention à l exclusion de toutes

Plus en détail

LE MARCHE DE LA RENOVATION URBAINE

LE MARCHE DE LA RENOVATION URBAINE 1 LE MARCHE DE LA RENOVATION URBAINE VENTE D IMMEUBLES A RENOVER ANALYSE DES RISQUES ET BESOINS DE GARANTIES ET ASSURANCES 9 février 2011 Hôtel Méridien Etoile - Paris 17 ème 2 LE MARCHE DE LA RENOVATION

Plus en détail

Le Bail commercial : Révision des loyers.

Le Bail commercial : Révision des loyers. Le Bail commercial : Révision des loyers. Article L145-38 du Code de commerce «La demande en révision ne peut être formée que trois ans au moins après la date d'entrée en jouissance du locataire ou après

Plus en détail

SOMMAIRE. N 39 MAI 2001 Annule et remplace le n 34 de Novembre 2000 MISE EN APPLICATION DE LA CONVENTION DU 3 AOUT 1998 ENTRE L ETAT ET L UESL

SOMMAIRE. N 39 MAI 2001 Annule et remplace le n 34 de Novembre 2000 MISE EN APPLICATION DE LA CONVENTION DU 3 AOUT 1998 ENTRE L ETAT ET L UESL N 39 MAI 2001 Annule et remplace le n 34 de Novembre 2000 SOMMAIRE MISE EN APPLICATION DE LA CONVENTION DU 3 AOUT 1998 ENTRE L ETAT ET L UESL QUESTIONS PRATIQUES (les nouvelles questions/réponses par rapport

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 3 A-1-04 N 117 du 23 JUILLET 2004 TVA. CHAMP D APPLICATION. TAUX. SYSTEMES D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. RACCORDEMENT AUX SYSTEMES D ASSAINISSEMENT

Plus en détail

ETAT ET PERSPECTIVES DU MARCHE LOCATIF A PARIS ET EN ILE-DE-FRANCE ACTUALITE JURIDIQUE DES BAUX COMMERCIAUX

ETAT ET PERSPECTIVES DU MARCHE LOCATIF A PARIS ET EN ILE-DE-FRANCE ACTUALITE JURIDIQUE DES BAUX COMMERCIAUX ETAT ET PERSPECTIVES DU MARCHE LOCATIF A PARIS ET EN ILE-DE-FRANCE ACTUALITE JURIDIQUE DES BAUX COMMERCIAUX Jeudi 9 juillet 2015 Club Pierre #44 Magali MARTON Head of EMEA Research, DTZ Jean-Marc PEYRON

Plus en détail

- Page N 1 - ECOQUARTIER DE LA CARTOUCHERIE PARKINGS MUTUALISES Dispositions relatives aux contrats individuels d amodiation

- Page N 1 - ECOQUARTIER DE LA CARTOUCHERIE PARKINGS MUTUALISES Dispositions relatives aux contrats individuels d amodiation - Page N 1 - ECOQUARTIER DE LA CARTOUCHERIE PARKINGS MUTUALISES Dispositions relatives aux contrats individuels d amodiation La Cartoucherie, opération créée par la Ville de Toulouse et réalisée par OPPIDEA,

Plus en détail

Union des Métiers et des Industries de l'hôtellerie LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2010

Union des Métiers et des Industries de l'hôtellerie LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2010 Union des Métiers et des Industries de l'hôtellerie FISCAL Date : 21/01/2011 N : 02.11 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2010 La loi de Finances rectificative pour 2010, n 2010-1658 du 29 décembre 2010,

Plus en détail

CORRIGE EXAMEN DU 9 DECEMBRE 2014

CORRIGE EXAMEN DU 9 DECEMBRE 2014 CORRIGE EXAMEN DU 9 DECEMBRE 2014 Sujet 1-6 points 1.1. Définir le coefficient de déduction et ses trois composantes - 1 point Le coefficient de déduction permet de déterminer pour chaque bien ou service

Plus en détail

LE STATUT DES BAUX COMMERCIAUX

LE STATUT DES BAUX COMMERCIAUX LE STATUT DES BAUX COMMERCIAUX Les baux dérogatoires La durée et le droit au renouvellement La fixation et la révision du loyer - 1-7 juillet 2015 Introduction Statut d ordre public o Location d immeubles

Plus en détail

Une réforme attendue

Une réforme attendue 1 Introduction Une réforme attendue 2 000 000 d actes d urbanisme par an Une législation très touffue et complexe Source d insécurité pour les porteurs de projet et les communes Critique unanime des usagers

Plus en détail

A U D I K A G R O U P E

A U D I K A G R O U P E Page 1 sur 8 A U D I K A G R O U P E Société anonyme au capital de 283 500 Siège social : 58 avenue Hoche 75008 Paris SIREN : 310 612 387, R.C.S. Paris Ordre du jour de l assemblée générale ordinaire et

Plus en détail

SCP Jacqueline Calvet-Lèques Dominique Baudet Olivier Desoutter Notaires associés à Nouméa

SCP Jacqueline Calvet-Lèques Dominique Baudet Olivier Desoutter Notaires associés à Nouméa SCP Jacqueline Calvet-Lèques Dominique Baudet Olivier Desoutter Notaires associés à Nouméa NOTE DE PRESENTATION DU DISPOSITIF FISCAL EN FAVEUR DES INVESTISSEMENTS DANS LE SECTEUR DU LOGEMENT INTERMEDIAIRE

Plus en détail

UE 4 Droit fiscal Le programme

UE 4 Droit fiscal Le programme UE 4 Droit fiscal Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Introduction générale au

Plus en détail

GARANTIE DE RACHAT ET RELOGEMENT (Vente de patrimoine ancien)

GARANTIE DE RACHAT ET RELOGEMENT (Vente de patrimoine ancien) GARANTIE DE RACHAT ET RELOGEMENT (Vente de patrimoine ancien) TITRE 1 : NATURE DE LA GARANTIE DE RACHAT Article 1 er : Nature et portée de la garantie Une garantie de rachat est offerte par l organisme

Plus en détail

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011)

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) En l absence d un accord sur le projet de réforme du patrimoine, le Gouvernement a convoqué une commission mixte paritaire afin d établir

Plus en détail

Aff 3958 Mutuelle Eovi Usmar services et soins c/ Centre hospitalier de Roanne (Renvoi du TA de Lyon)

Aff 3958 Mutuelle Eovi Usmar services et soins c/ Centre hospitalier de Roanne (Renvoi du TA de Lyon) 1 TC Aff 3958 Mutuelle Eovi Usmar services et soins c/ Centre hospitalier de Roanne (Renvoi du TA de Lyon) Rapp. Y. Maunand Séance du 7 juillet 2014 La question de compétence qui vous a été renvoyée par

Plus en détail

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance Le 2 décembre 2009, l Assemblée nationale du Québec a adopté le projet de loi 60, intitulé Loi modifiant la

Plus en détail

Informations aux clients et Conditions générales d assurances (CGA) Assurance de garantie locative pour les baux à usage d habitation

Informations aux clients et Conditions générales d assurances (CGA) Assurance de garantie locative pour les baux à usage d habitation Informations aux clients et (CGA) Assurance de garantie locative pour les baux à usage d habitation Edition 01.2011 Informations aux clients Informations aux clients Ce que vous devriez savoir à propos

Plus en détail

DÉFINITION DES DONNÉES FINANCIÈRES PUBLIÉES PAR LES SOCIÉTÉS CIVILES DE PLACEMENT IMMOBILIER (SCPI)

DÉFINITION DES DONNÉES FINANCIÈRES PUBLIÉES PAR LES SOCIÉTÉS CIVILES DE PLACEMENT IMMOBILIER (SCPI) DÉFINITION DES DONNÉES FINANCIÈRES PUBLIÉES PAR LES SOCIÉTÉS CIVILES DE PLACEMENT IMMOBILIER (SCPI) À compter du 1er juillet 2012, les gestionnaires de SCPI, réunis au sein de l ASPIM, s engagent à déterminer

Plus en détail

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 23 mai 2012 N de pourvoi: 11-17183 Publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard

Plus en détail

«Quelques Réflexions sur...»

«Quelques Réflexions sur...» Numéro 14 Mars 2007 «Quelques Réflexions sur...» La Lettre de la Société et N. Sarkozy Le décret du 5 janvier 2007 : les contours du nouveau régime juridique applicable aux autorisations d urbanisme (2

Plus en détail

CIRCULAIRE N 2007-42 DU 10 JUILLET 2007 RELATIVE A LA MAJORATION DU PRET A 0 %

CIRCULAIRE N 2007-42 DU 10 JUILLET 2007 RELATIVE A LA MAJORATION DU PRET A 0 % CIRCULAIRE N 2007-42 DU 10 JUILLET 2007 RELATIVE A LA MAJORATION DU PRET A 0 % devant être publiée au Bulletin Officiel du ministère chargé du Logement La loi n 2006-872 du 13 juillet 2006 portant engagement

Plus en détail

LA TAXE FORFAITAIRE SUR LA CESSION DE TERRAINS DEVENUS CONSTRUCTIBLES : UN IMPOT FACULTATIF POUR LES COMMUNES OU LES EPCI

LA TAXE FORFAITAIRE SUR LA CESSION DE TERRAINS DEVENUS CONSTRUCTIBLES : UN IMPOT FACULTATIF POUR LES COMMUNES OU LES EPCI Département Finances AR/AH Dossier suivi par Alain ROBY et Maud ROLHION mai 2010 LA TAXE FORFAITAIRE SUR LA CESSION DE TERRAINS DEVENUS CONSTRUCTIBLES : UN IMPOT FACULTATIF POUR LES COMMUNES OU LES EPCI

Plus en détail

I.Conventions soumises à la loi Breyne Le champ d application de la loi se définit à partir de trois critères: chapitre8 La loi Breyne

I.Conventions soumises à la loi Breyne Le champ d application de la loi se définit à partir de trois critères: chapitre8 La loi Breyne chapitre8 La loi Breyne La loi Breyne est une législation particulière, réglementant les conventions de transfert de propriété d une habitation à construire ou en voie de construction, ou encore d une

Plus en détail