Guide pour l installation des équipements des établissements de santé en zone sismique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Guide pour l installation des équipements des établissements de santé en zone sismique"

Transcription

1 Guide pour l installation des équipements des établissements de santé en zone sismique Février 2008

2

3 1 Le guide a été réalisé par les membres du groupe de travail suivant : Victor DAVIDOVICI, animateur (Dynamique Concept) ; Claude MICHEL, rapporteur (CETE Méditerranée) ; Jean-Claude LECOCQ (Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des Soins (DHOS)) ; Claude ROLLAND (Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des Soins (DHOS)) ; Jean-Philippe SOULE (DGUHC) ; Bruno SÉNÉCAT (DGUHC) ; Daniel ANMELLA (GE Medical Systems) ; Georges ARGIVIER (DDE 06) ; Sadak AYADHI (GE Medical Systems) ; Jacques BET- BEDER-MATIBET (Expert) ; Christine CRESPON (SNITEM) ; Georges GASTINEL (DDE 83) ;Jean- Alain LAVERGNE (DDE 83) ; Philippe LECERF (DDE 74) ; Luc MAUVARIN (GE Medical Systems) ; Patrice MASCARELLO (DDE 06) ; Christian MOULINARD (SETEC Bâtiment) ; Hervé MUSSET (ALM) ; Christian THIBAULT (CETE Méditerranée) ; Wolfgang JALIL (AFPS)

4

5 Guide pour l'installation des équipements des établissements de santé en zone sismique SOMMAIRE Préface 5 Le mot de Wolfgang JALIL, président d'honneur de l'afps 6 1. Objet du guide 7 2. Réglementation parasismique en France 7 3. Analyse de risque Classification des équipements Proposition de mesures préventives simples propres à chaque classe Liste des matériels ou équipements par pôles d'activité Blocs opératoires et blocs obstétricaux Services d'accueil des urgences et SMUR Services de réanimation et de soins intensifs Services de dialyse Services d'hospitalisation Imagerie médicale Explorations fonctionnelles Consultations externes de médecine, de chirurgie, d'anesthésiologie et d'obstétrique Services d'hospitalisation Laboratoires d'analyses médicales Pharmacie Stérilisation Rééducation et réadaptation fonctionnelle SAMU Administration Services logistiques Ancrages et fixations Ancrages Système d'ancrage par tige scellée et plaque d'embase Système d'ancrage par cheville à expansion Système d'ancrage par tiges précontraintes traversantes Calcul simple des fixations Installation des équipements médicaux Blocs opératoires et blocs obstétricaux Services de réanimation et de soins intensifs Services d'accueil des urgences Imagerie médicale Laboratoires et Pharmacies Installation des autres équipements Équipements électriques Transformateurs Groupes électrogènes Cellules haute tension (HT) Armoires et tableaux basse tension (BT) Équipements de télécommunication et informatique Télécommunications Informatique Équipements de chauffage, ventilation et traitement de l'air Systèmes de transport Ascenseurs, monte-charges, monte-malades Systèmes automatisés de transport Équipements de protection contre les risques d'incendie Limitation de la propagation du feu et des fumées, circulations intérieures Moyens de détection automatique d'incendie et asservissements connexes 24

6 Guide pour l'installation des équipements des établissements de santé en zone sismique Moyens de secours contre l'incendie Intervention des services d'incendie et de secours Installation des réseaux Canalisations et équipements associés Réseaux de distribution électrique, de télécommunication et d'informatique 26 ANNEXES 29 A. Retour d'expériences 30 A.1. Équipements électroniques 30 A.2. Canalisations 31 A.3. Pharmacie 32 A.4. Éléments non structuraux 32 A.5. Matériels mécaniques ou électriques 33 A.6. Mobilier de bureau 35 B. Dispositions réglementaires et normatives 35 B.1. Décret n du 14 mai B.2. Arrêté du 29 mai B.3.Arrêté du 10 mai B.4. Décret n du 13 septembre B.5. Circulaire UHC/QC/21 n du 31 octobre 2000 relative au contrôle technique des constructions pour la prévention du risque sismique 40 B.6. Article R du code de la construction et de l habitation, décret du 5 janvier 2007, arrêté du 10 septembre 2007 relatifs au contrôle technique obligatoire 40 B.7. Cartes de sismicité 41 4 C. Glossaire 48 D. Bibliographie 48

7 Guide pour l'installation des équipements des établissements de santé en zone sismique PRÉFACE La réalisation d'ouvrages dans les zones à risque sismique est soumise à un ensemble de textes réglementaires définissant le zonage, à un classement des bâtiments selon le niveau de risques et à des règles de construction définies par la norme PS-92 et la norme PS-MI 89 pour les maisons individuelles. Les règles de construction, qu'il s'agisse de bâtiments neufs ou de réhabilitation, portent essentiellement sur la résistance des structures, la priorité étant de protéger la vie humaine en évitant l'effondrement. Néanmoins, lorsqu'un événement sismique se produit, il est également essentiel de pouvoir faire fonctionner les installations destinées à maintenir la vie économique et ceux permettant d'assurer les soins aux victimes. Les établissements de santé sont bien évidemment des équipements indispensables dans le système de gestion de crise. C'est pourquoi, au-delà de la prise en compte des normes parasismiques citées cidessus, il est primordial de mettre en œuvre dans les bâtiments à usage de soins, des mesures rigoureuses permettant de garantir le fonctionnement des installations et le travail des équipes après la survenue d'un éventuel séisme. Dans ce contexte, la direction générale de l'urbanisme, de l'habitat et de la construction (DGUHC), du ministère de l écologie, du développement et de l aménagement durables, et la direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins (DHOS) du ministère de la santé, de la jeunesse et des sports ont élaboré un guide pour l'installation des équipements des établissements de santé en zone sismique. L'Association française du génie parasismique (AFPS) a apporté son concours à cette réalisation. Ce guide, qui se veut très pratique, propose une méthode d'analyse de risque et des solutions pour aider les responsables hospitaliers à se préparer et à bien réagir face à l'événement sismique. Après un rappel de la réglementation en matière de construction parasismique, il fournit les informations les plus complètes possible sur l'inventaire du patrimoine et sur le recensement des risques techniques et environnementaux. Des exemples concrets sont fournis pour optimiser le fonctionnement des installations techniques majeures nécessaires au fonctionnement d'un établissement de santé. Il insiste sur les systèmes de fixation qui pour être fonctionnels et efficaces, en termes de résistance, devraient être prévus dès l'origine dans le gros œuvre. Sur ces principes de fixation et d'implantation du matériel médical, ce guide constituera un appui technique à l'usage des maîtres d'ouvrage hospitaliers et des concepteurs lors de l'établissement de leurs programmes de construction ou de rénovation. 5 Une évolution de la réglementation est en cours. Un nouveau projet de zonage ainsi que l'arrivée de la norme européenne avec l'eurocode 8 pour la construction para-sismique vont entraîner des modifications importantes, mais les principes énoncés dans le présent guide resteront d'actualité.

8 Le mot de Wolfgang JALIL, président d'honneur de l'afps L'arbitrage socio-économique des Règles PS92 fait que leur niveau de protection est calé de façon à sauvegarder les vies humaines en admettant une probabilité raisonnablement faible d'effondrements ou de désordres structuraux majeurs et une limite acceptable de dommages mineurs ou non structuraux. Cet arbitrage est atteint en échange d'une acceptation tacite et lucide de tolérer après séisme un ouvrage largement fissuré voire même non réparable pour des raisons techniques ou économiques. Cet état post-sismique sera légèrement amélioré par l'eurocode 8 qui a introduit un second objectif : sous un séisme ayant une plus forte probabilité d'occurrence que le séisme de calcul correspondant à l'exigence de non effondrement, les déplacements entre étages sont limités, lorsque les bâtiments contiennent des équipements sensibles comme les hôpitaux. Néanmoins ces normes ne visent pas la notion d'opérabilité immédiate après séisme ou la notion d'usage immédiat après séisme des locaux ce qui est nécessaire dans un hôpital. 6 Il est donc nécessaire d'utiliser ces normes en intégrant la dimension spécifique des ouvrages hospitaliers. Des moyens d'action existent dans ces normes notamment au niveau du choix du coefficient d'importance et des exigences de comportement retenues. Ces moyens doivent être utilisés. Si l'on demande à la structure de se trouver après séisme dans un état peu fissuré, un des moyens d'y parvenir consiste à rester dans le domaine réversible, en limitant la valeur retenue pour le coefficient de comportement, tout en conservant bien entendu une conception adaptative de l'ouvrage au niveau des dispositions constructives. La recherche de l'opérabilité au niveau des systèmes et des équipements peut poser des problèmes plus difficiles à résoudre. Il est donc primordial que des documents comme ce guide, élaboré en commun avec le ministère et des spécialistes de la construction para-sismique, puisse apporter aux maîtres d'ouvrages hospitaliers et aux maîtres d'œuvre des conseils pour assurer le maintien du fonctionnement de leurs équipements. Wolfgang JALIL Président d'honneur de l'afps

9 1. Objet du guide La protection des établissements de santé requiert de s'assurer de la résistance, non seulement des bâtiments (le contenant), mais aussi des équipements (le contenu) situés dans ces établissements afin de permettre la continuité de leurs activités. Devant la grande diversité des équipements hospitaliers et de leur complexité, l'objet du guide est de permettre aux chefs d'établissement de procéder à une analyse des risques en fonction des activités pratiquées, de faciliter la rédaction du Cahier des clauses techniques particulières (CCTP) relatif à des travaux de construction, de restructuration, d'installation d'équipements techniques et biomédicaux et de donner un ensemble de dispositions constructives destinées à obtenir la stabilité, dont le fonctionnement d'équipements en cas de séisme. Dans le CCTP spécifique à un établissement à construire ou existant, il est important de pondérer les préconisations ou réflexions à engager en fonction du risque sismique propre à la région (selon le décret du 14 mai 1991 qui figure en annexe B), voire de l'évolution possible du niveau du risque sismique (Plan de prévention des risques / PPR). Toutefois, des désordres directement engendrés ou connexes à un séisme peuvent se produire et doivent pouvoir être rapidement maîtrisés. Dans cette situation, il convient : de définir à quel moment et à quel stade de dégradation le bâtiment ne sera plus apte à assurer sa fonction : les secousses peuvent provoquer des fissurations, des désordres qui vont remettre en cause la sécurité et tous les principes d'asepsie requis ainsi que le fonctionnement des équipements ; de désigner une personne ou un groupe de personnes chargé de déterminer si l'on peut maintenir le fonctionnement total ou partiel de l'établissement ou s'il n'est plus en mesure d'assurer sa mission, au vu des désordres subis (par exemple, la fissuration des cloisons engendre une poussière incompatible avec la destination des locaux tels que les blocs opératoires). Ce document propose une synthèse des précautions et des dispositions constructives retenues à partir des observations effectuées sur le comportement d'équipements industriels ou hospitaliers lors de séismes et au cours d'essais sur table vibrante. 7 Le chef d'établissement et les prestataires concernés doivent s'assurer que le comportement des équipements ne nécessite pas de traitement particulier qui ne correspondrait pas aux prescriptions du guide. 2. Réglementation parasismique en France La protection contre le risque sismique est régie en France par des dispositions réglementaires et normatives rappelées à l'annexe B. Les dispositions réglementaires définissent les ouvrages concernés (classification des ouvrages), les localisations géographiques (définition des zones de sismicité). Les dispositions normatives (règles de construction), d'application obligatoire par l'arrêté du 29 mai 1997, définissent les conditions techniques à satisfaire pour la conception, le dimensionnement et la construction des bâtiments. Jusqu'en 1991, l'obligation de construire selon les règles de construction parasismique dans les régions soumises au risque sismique résultait d'un ensemble de textes réglementaires relatifs à divers types d'ouvrages parus entre 1967 et Le décret N du 14 mai 1991 relatif à la prévention du risque sismique qui annule l'ensemble des textes précédents, définit en un seul document la protection parasismique pour l'ensemble des bâtiments de la catégorie dite " à risque normal ". Les établissements de santé, situés en zone sismique, sont plus particulièrement concernés par les dispositions réglementaires suivantes :

10 Arrêté du 10 mai 1993 et circulaire d'application du 27 mai 1994 fixant les règles parasismiques aux installations soumises à la législation sur les installations classées La centrale d'énergie d un équipement hospitalier est une installation classée et, à ce titre, il faut appliquer l'arrêté du 10 mai 1993 par la prise en compte d'un spectre Séisme Majoré de Sécurité (SMS) dont l'application est suivie par les Directions départementales de l'industrie, de la recherche et de l'environnement (DRIRE). Arrêté du 29 mai 1997 relatif à la classification et aux règles de construction parasismique applicables aux bâtiments de la catégorie dite "à risque normal" telle que définie par le décret n du 14 mai 1991 relatif à la prévention du risque sismique qui définit deux classes pour les établissements de santé : Classe C : bâtiments dont la défaillance présente un risque élevé pour les personnes ou en raison de leur importance socio-économique. Les équipements sanitaires et sociaux tels que maisons de retraites, établissements psychiatriques, dispensaires entrent dans cette catégorie. Classe D : cette classe regroupe les bâtiments, les équipements et les installations dont le fonctionnement est primordial pour la sécurité civile, pour la défense ou pour le maintien de l'ordre public. Sont concernés les bâtiments des établissements de santé au sens de l'article L du code de la santé publique qui dispensent des soins de courte durée ou concernant des affections graves pendant leur phase aiguë en médecine, chirurgie et obstétrique. 3. Analyse de risque 8 A partir de l'analyse globale des installations de l'établissement, conduite sous la direction du chef d'établissement, il convient d'établir une hiérarchie entre des fonctions essentielles pour effectuer le classement des équipements dans les quatre catégories définies ci-dessous. Cette analyse globale doit se fonder, d'une part sur les risques associés à la défaillance des équipements, d'autre part sur les différents scénarios d'accidents à envisager pendant et après séisme. Cette répartition doit aussi tenir compte des effets d'interaction entre équipements : un équipement susceptible, en cas de ruine, d'endommager un équipement de catégorie supérieure, doit être classé dans la même catégorie que celui-ci. Les équipements des établissements de santé peuvent être classés, selon leur niveau de criticité, comme suit : E1 : Équipements pour lesquels il faut assurer l'opérabilité, c'est-à-dire maintenir leurs fonctions actives après séisme et, le cas échéant, pendant celui-ci E2 : Équipements pour lesquels, outre la stabilité, il faut assurer l'intégrité, c'est-à-dire maintenir leurs fonctions passives E3 : Équipements pour lesquels il suffit d'assurer la stabilité, c'est-à-dire prévenir les risques de chute ou d'effondrement partiel ou total E4 : Équipements n'appartenant à aucune des trois autres catégories définies ci-avant. A titre d'exemple, les équipements ci-après peuvent être classés au niveau 1 : - matériels d'imagerie médicale, - installations de production d'électricité (groupes électrogènes, transformateurs, systèmes d'alimentation sans interruption, réseaux, etc.), - équipements et réseaux de distribution des gaz à usage médical, - appareils élévateurs, - équipements de télécommunications.

11 A titre d'exemple, les équipements ci-après peuvent être classés au niveau 2 : - système d'information, - stockage des produits pharmaceutiques, - installations thermiques ou frigorifiques, - réseaux de distribution de l'eau et du gaz, etc. Indépendamment de toute méthode qui pourrait offrir des outils d'analyse du risque, cette analyse devrait être réalisée à deux stades : Le premier concerne le constructeur de matériels, d'équipements et de dispositifs biomédicaux qui s'engagera sur le niveau de risque supportable par son matériel dans le cadre d'une utilisation déterminée et, plus particulièrement, en cas d'action sismique d'un niveau d'accélération donné. Le deuxième concerne le chef d'établissement qui s'appuiera sur des compétences externes ou internes (praticiens, ingénieurs, etc.) pour déterminer et fixer ses exigences. Celles-ci seront établies en fonction de l'aspect vital des activités pratiquées. Le chef d'établissement pourra déterminer le matériel ou équipement à utiliser par rapport aux différents niveaux de protection proposés par les constructeurs. Cette démarche nécessite un référentiel commun qui pourrait être le seuil réglementaire du risque sismique pour la zone d'implantation de l'établissement hospitalier. Le constructeur proposera un matériel fonctionnant jusqu'à une intensité sismique d'un niveau déterminé par l'arrêté du 29 mai 1997, ainsi que les prescriptions de fixations correspondantes. L'identification des équipements médicaux et des infrastructures techniques et logistiques prioritaires, devant rester opérationnels en cas de séisme, devra être réalisée au sein de l'établissement afin que toutes les mesures adaptées soient mises en œuvre. Cette démarche devra être en adéquation avec un "Plan rouge". Les paragraphes qui suivent proposent : 9 une classification des différents types d'équipements, des mesures préventives simples, une liste des principaux matériels rencontrés en fonction des différentes activités et le type de mesure préconisée, les systèmes d'information Classification des équipements Selon leur caractéristique, leur usage, leur comportement en cas de séisme, il convient de différencier plusieurs types d'équipements : a)l'équipement qui n'a pas à être déplacé doit être solidement Fixé à la structure du bâtiment (planchers, murs, etc.) pour ne pas se débrancher (eau, assainissement, gaz, électricité, réseau informatique, etc.), b)le matériel Roulant qui risque de se renverser et d'être inutilisable ou de percuter d'autres équipements et de les endommager, c) Les équipements de rangement et de Stockage qui risquent de tomber ou de se déverser, d)le matériel Posé est classé dans l'une des trois situations précédentes : il peut tomber, se briser. S'il est connecté, il peut engendrer des risques d'incendie ou d'électrocution Proposition de mesures préventives simples propres à chaque classe A chaque type d'équipement correspond des dispositions parasismiques particulières à mettre en œuvre.

12 Il convient de s'assurer, au préalable, auprès du constructeur, que la conception des équipements est telle qu'ils ne risquent pas d'être endommagés lors d'un séisme et que l'appareil continuera à fonctionner pendant et après le séisme. Les fournisseurs pourraient facilement tester leur matériel par le calcul ou sur des bancs de simulation et en déduire les adaptations mineures à y apporter. A priori, dans la plupart des cas, les tests que constituent les conditions de transport d'un équipement sont plus pénalisants qu'une action sismique. Ensuite, certaines prescriptions doivent être respectées dans la mise en place des équipements : Les matériels ou équipements fixes doivent être solidarisés et correctement fixés à la structure (murs, plancher, plafond) et raccordé de façon adéquate. Les matériels roulants employés dans les établissements de santé sont nombreux et d'utilisations variées : - les équipements médicaux mobiles qui en cas de dysfonctionnement peuvent avoir un impact plus ou moins important sur la continuité des soins dispensés aux patients, - les équipements utilisés au cours de l'exécution quotidienne des tâches du personnel soignant, - le matériel de manutention, - les équipements peu utilisés ou rarement déplacés, - les matériels mobiles dont le poids important représente un danger en cas de déplacement intempestif ou de renversement. Les recommandations indiquées dans le présent document seront choisies selon les contraintes générées par les différents types de matériels roulants possédés. 10 En général, le matériel roulant doit être muni de systèmes de blocage des roues ou de freins. S'il comporte des plateaux, ceux-ci doivent être équipés de rebords suffisamment efficaces pour éviter la chute du matériel transporté. S'il risque le renversement, il doit être stabilisé lorsqu'il n'est pas utilisé. Les matériels de stockage (armoires, étagères, casiers, etc.) doivent être fixés à la structure de la même façon que les matériels fixes. Les tablettes, bacs de rangement, tiroirs devront être équipés de rebords, ergots, systèmes de blocage, couvercles, portes suffisamment efficaces pour éviter aux produits ou objets contenus d'être éjectés. Les matériels posés sur du matériel fixe ou roulant doivent être équipés de patins anti-glisse ou de systèmes d'accrochage efficace Liste des matériels ou équipements par pôles d'activité Le recensement établi ci-après, par type d'activité, sans être exhaustif, donne une vue d'ensemble des matériels utilisés dans les établissements de santé. Chaque matériel identifié est affecté des lettres (F), (R), (S) ou (P) en fonction des prescriptions définies au 3.2 et des systèmes de protection à mettre en œuvre. Les activités spécifiques ou les équipements particuliers non recensés devront faire l'objet de protections adaptées aux recommandations pour assurer la continuité de fonctionnement avant et après séisme Blocs opératoires et blocs obstétricaux Services d'accueil des urgences et SMUR Services de réanimation et de soins intensifs Services de dialyse Services d'hospitalisation Imagerie médicale Explorations fonctionnelles Consultations externes de médecine, de chirurgie, d'anesthésiologie et d'obstétrique Services d'hospitalisation Laboratoires d'analyses médicales Pharmacie

13 Stérilisation Rééducation et réadaptation fonctionnelle SAMU Administration Services logistiques Blocs opératoires et blocs obstétricaux a) Blocs opératoires Les salles d'intervention comportent en général les matériels suivants : table fixée ou non au sol, à plateau fixe (F) ou mobile (R) éclairage opératoire (scialytique) fixé au plafond (F) bras plafonniers sur lesquels sont posés les instruments destinés au chirurgien (F) bras plafonniers réservés au matériel d'anesthésie (F) bouches de soufflage et d'extraction des systèmes de traitement de l'air (F) dont la stabilité et l'étanchéité devront être assurées chariots à roulettes (R) transportant des équipements divers, des instruments, du linge, des pansements, etc. murs techniques (F) avec tiroirs de rangement (S) (de moins en moins fréquents), négatoscopes (F) microscopes (R), appareils de radiologie mobiles (R), outils de microchirurgie (R), et tout type de matériel spécifique à la nature de l'intervention Avant d'entrer dans les salles, les chirurgiens se lavent les mains dans des auges (F) qui doivent dispenser de l'eau stérile. 11 L'accès aux salles d'intervention s'effectue parfois au moyen de portes coulissantes à ouverture automatique guidées par des rails (F). Au sein des blocs opératoires, la zone sensible est l'arsenal stérile (F) où sont entreposés les boites d'instruments, les pansements, etc. Il est impératif d'assurer la stabilité des étagères de rangement et la pérennité de ces produits lors d'un séisme. b) Blocs obstétricaux Les blocs obstétricaux disposent d'une ou plusieurs salles d'intervention dont l'équipement est similaire aux salles de chirurgie générale et de zones réservées à l'accouchement. Ces zones sont pourvues d'équipements médicaux pour la surveillance des mères et nouveau-nés (P) (R), des tables d'accouchement (P), d'incubateurs (R) et de stockage divers (S), etc. c) Salles des soins post-interventionnelles Les salles de soins post-interventionnelles (SSPI ou salles de réveil) sont, elles aussi, équipées de nombreux appareils biomédicaux (P) de surveillance des fonctions vitales. Ces appareils sont le plus souvent posés sur des consoles accrochées à des rails fixés au mur. Ils risquent de choir, se déconnecter, subir des chocs ou autres avaries en cas de séisme Services d'accueil des urgences et SMUR Les équipements utilisés pour le traitement des patients admis en urgences sont constitués essentiellement de :

14 respirateurs (R) / défibrillateur (P) / pousse-seringues (P) moniteurs de surveillance des fonctions vitales (P) tables d'examen (F) éclairages opératoires (F) armoires d'instruments et boites d'instruments stériles (S) stock à usage unique, matériel, pansements (S) armoires à pharmacie (S) éclairages sur pied (R) Ce matériel se trouve dans des armoires (S), placards ou est posé sur des chariots roulants (R) ou des consoles murales (P). Les services d'urgence (SMUR) doivent être en mesure d'intervenir à tout moment et le stockage de matériel doit pouvoir être protégé et accessible : véhicules, équipements médicaux, médicaments, produits à usage unique (S), etc Services de réanimation et de soins intensifs Dans ces services, l'état de santé des patients nécessite une assistance et une surveillance permanente de leurs fonctions vitales. 12 En complément au mobilier des chambres, ces services disposent de respirateurs (R), d'appareils de monitorage et de pousse-seringues (P), de bras plafonniers ou muraux (F) sur lesquels sont posés certains matériels médicaux. Comme les services d'hospitalisation, ces services possèdent des locaux communs comportant du mobilier (P) (F), des stockages de produits à usage unique, de médicaments et de matériels (S) Service de dialyse Le service de dialyse nécessite une surveillance permanente des patients et la continuité de fonctionnement des équipements médicaux. Ce service dispose : de générateurs de dialyse (R) de rails muraux avec tablettes sur lesquels sont posés ou fixés des appareils médicaux (P) (F) de mobilier (P) (R) de paillasses de préparation (F) d'armoires de stockage de produits à usage unique, de médicaments et de matériels (S) Services d'hospitalisation Les services d'hospitalisation, qu'ils soient en médecine, chirurgie ou obstétrique, sont équipés du mobilier des chambres (P) (R), du mobilier de bureau (P) (R), de tables d'examen (P). Ces services disposent d'équipements médicaux, moniteurs, pousse-seringues (P), de rails supports avec tablettes (F). Ils possèdent des locaux communs, office alimentaire, préparation, soins, lingerie, etc. contenant du mobilier (P) (F), des stockages divers (produits à usage unique, linge, médicaments, matériels, etc.) Imagerie médicale Le service d'imagerie médicale constitue par ses moyens de diagnostic l'un des secteurs importants en période de crise.

15 La conception s'articule autour des deux pôles : zone des salles d'examen conventionnelles zone scanographie, Imagerie par résonance magnétique (IRM) scintigraphie L'équipement est constitué : pour la radiologie : tables de radiologie (F) échographes (R) avec table d'auscultation (R) mammographes (F) suspentes plafonnières (F) consoles de commande (F) développeuses (F) chambres noires ou claires avec passe-cassette (F) portes plombées lourdes (F) Les salles de radiologie sont parfois équipées de planchers techniques permettant l'adaptation aux évolutions des équipements et le cheminement des câbles d'alimentation électrique de section importante. Il conviendra d'attacher une attention particulière au traitement de ces systèmes. pour les scanographes et IRM : consoles de télécommande (F) scanographes et IRM (F) équipements associés (F) pour la scintigraphie : tables (F) caméras (F) consoles de télécommande (F) Explorations fonctionnelles Les explorations fonctionnelles concernent diverses disciplines médicales, comme par exemple : la neurophysiologie, la cardiologie, la pneumonie, l'orl et l'ophtalmologie. Les équipements médicaux de ce secteur sont nombreux. Ils peuvent être fixes, roulants ou posés, comme par exemple : électroencéphalographes (R) (P) électrocardiographes (R) (P) systèmes d'épreuve d'effort (F) endoscopes (P) Consultations externes de médecine, de chirurgie, d'anesthésiologie et d'obstétrique Ces locaux sont essentiellement équipés de bureaux (F), de tables d'examens (F), de matériels médicaux, d'éclairage sur pieds (R) et d'armoires (S) contenant du petit matériel Services d'hospitalisation Les chambres sont équipées de lits (R), tables de chevet (R), tablettes adaptables, fauteuils (P), placards (S) et téléviseurs sur bras fixés dans la cloison. Le poste de préparation des soins comporte des paillasses (F), des placards (S) et des chariots (R). Le poste du personnel soignant est équipé de bureaux (P), de pupitres appel malade (P) et d'armoires à dossiers (S). Les locaux communs sont équipés de mobilier et de matériel divers (P) et de placards ou d'étagères (S) (F).

16 Laboratoires d'analyses médicales Les laboratoires sont équipés d'automates d'analyses posées (P) sur des paillasses (F). On y trouve également des armoires réfrigérantes, des étuves, des centrifugeuses, des hottes et sorbonnes (F) et des stockages divers (S). Selon les applications spécifiques, certains laboratoires doivent présenter une étanchéité absolue pour la virologie, par exemple Pharmacie Les superficies et les volumes disponibles dans les pharmacies hospitalières sont particulièrement développées, compte tenu de l'importante quantité de produits stockés. La pharmacie comporte généralement : une zone de stockage des médicaments, des solutés, des produits et des pansements stériles avec des rayonnages et des armoires, voire des palettes (S) une zone de distribution avec des bureaux (P) et équipements informatiques (P) une zone de préparation comparable à un laboratoire avec des paillasses (F), des sorbonnes (F), des appareils d'analyse et de préparation (P) Certains produits sont stockés en gros conditionnement, ce qui, en cas de chute, les rendent difficilement identifiables et inutilisables. Les containers (S) doivent être fermés et accrochés sur les étagères Stérilisation 14 L'unité de stérilisation comprend : une zone de nettoyage et de décontamination une zone de conditionnement et de stérilisation une zone de stockage et de mise à disposition des produits Ces différentes zones comprennent : des paillasses sèches et humides (F) pour le nettoyage, la décontamination et la préparation des instruments (P) des machines à laver (F) des paillasses (F) réservées au conditionnement (P) des autoclaves (F) un stock de matériels et de produits stériles (S) Pour que cette unité reste opérationnelle en cas de séisme, les machines à laver et les autoclaves doivent rester fonctionnels. La cloison entre la zone de conditionnement et la zone de stockage doit conserver son étanchéité Rééducation et réadaptation fonctionnelle Le plateau technique de rééducation et de réadaptation fonctionnelle dispose de matériels lourds (P), muraux (F), de tables d'examens et de soins, de paillasses (P) et de petits matériels (P) SAMU Le centre de réception et de régulation des appels du SAMU comporte essentiellement des appareils de transmission et de communication (pupitres, baies de brassage, émetteurs, récepteurs, équipements informatiques, fichiers) (F). Il est indispensable que ces équipements, qui participeront à la gestion de crise, à la prise en charge et à l'orientation des victimes, restent opérationnels.

17 Administration Les zones accueillant les services administratifs comportent essentiellement des bureaux (P) et des salles de réunion, équipés de mobilier, de matériel informatique (P) ainsi que du stockage de documents (S) (bibliothèques, archives, etc.) Services logistiques Les services logistiques concernent principalement la fonction linge, la fonction restauration, les magasins généraux, les archives, etc. Ces services selon leurs activités disposent essentiellement d'équipements de traitement du linge, de préparation des repas (P) (F), d'étagères de stockage ou d'archivage (S), de matériels roulants (R) et de mobilier (P). 4. Ancrages et fixations Le terme fixation est de portée générale ; le terme ancrage s'applique aux fixations dans des pièces en béton. Tous les séismes, même relativement modestes, mettent en évidence des défauts d'ancrage, d'arrimage, de fixation en général. Dans certains cas, le séisme agit comme révélateur de malfaçons [9] : les fixations se situent par nature aux limites de fourniture entre l'équipement et le gros œuvre et font l'objet de ce fait d'une moindre attention, absence d'écrous et de contre-écrous, insuffisance de serrage, sous-dimensionnement des boulons d'ancrage, défaut d'ancrage dans l'élément en béton armé. Généralement, c'est le béton armé du plot d'ancrage qui est détérioré, plus rarement c'est la tige d'ancrage qui est étirée. Ce deuxième cas est plus favorable car il correspond à une dissipation importante d'énergie par plastification plutôt que par rupture brutale et il ne signifie pas une perte complète de la fonction. 15 Le sous-dimensionnement des ancrages peut provenir de l'assimilation insuffisante du chargement sismique à un effort statique équivalent. Les équipements liés directement au sol (par exemple les cuves de stockage des gaz médicaux) doivent satisfaire aux règles PS 92 [1] et plus particulièrement les articles concernant le choix du site, la reconnaissance et les études de sol ainsi que le calcul des fondations Ancrages Les ancrages dans le béton concernent les équipements fixés, soit au sol ou sur un plancher, soit à un mur ou sur toute autre partie de génie civil. La résistance nominale d'un ancrage n'est obtenue que si celui-ci peut mobiliser un volume suffisant du béton dans lequel il est fixé et si le ferraillage de ce béton est suffisant pour pouvoir reprendre les efforts sismiques. Sauf justification particulière, il est interdit d'installer des dispositifs d'ancrage dans les formes, chapes et éléments similaires. A défaut de justification particulière, la distance effective minimale entre axes d'ancrage (de), et la distance effective minimale d'implantation (di) d'un ancrage près d'une bordure de génie civil, doivent être prises égales à dix fois le diamètre d'ancrage. Dans ces conditions, on admet que la résistance nominale de l'ancrage est obtenue. Des indications sur la conception et la réalisation de trois types d'ancrage fréquemment utilisés sont données ci-dessous d'après les recommandations AFPS 90, volume 2 chapitre 23 [1].

18 Système d'ancrage par tige scellée et plaque d'embase Ce dispositif est constitué de tiges scellées dans le béton et reprises en leur extrémité supérieure sur une plaque ou un élément appartenant à l'équipement au moyen d'écrous ou par soudage. Il peut être mis en place soit dans le coffrage avant coulage du béton, soit scellé dans une réservation après bétonnage. Le fournisseur doit s'assurer que les tiges ont une longueur suffisante, déterminée par les codes de béton armé pour assurer leur ancrage sous les efforts spécifiés. Elles peuvent être droites ou courbes ; dans ce dernier cas, il faut s'assurer qu'il n'y a pas risque d'endommagement local du béton soumis à la compression. Figure 4.a) Système d'ancrage par cheville à expansion Ce système est composé d'une plaque ou d'un élément appartenant à l'équipement et plusieurs chevilles de fixation en acier placées dans des trous perforés dans le béton et ancrés par expansion. 16 Pour dimensionner le système d'ancrage par chevilles, soumis à des chargements sismiques, on se réfère à la charge ultime définie en tenant compte du caractère cyclique et dynamique de ces chargements. Au cas où l'on ne disposerait pas de charges limites ultimes définies dans ces conditions, on prend la valeur déterminée à l'article 10 de la norme NF EZ divisée par 1,2, et on majore la profondeur d'ancrage de 50 % par rapport à la profondeur nécessaire sous charges statiques. Schéma AFPS Schéma AFPS Figure 4.b) La norme NF E donne une méthodologie de réalisation des essais statiques et de détermination des charges limites, nominal et ultime. Ces charges limites sont les charges que les systèmes d'ancrage peuvent reprendre en garantissant le concepteur d'une sécurité suffisante, sous réserve que la mise en œuvre respecte les procédures prévues par le fabricant Système d'ancrage par tiges précontraintes traversantes Ce type d'ancrage est constitué de tiges filetées traversant un mur ou un plancher. Les tiges sont précontraintes par l'intermédiaire d'un écrou venant en appui sur des platines situées de part et d'autre du mur ou du plancher.

19 Les équipements viennent se reprendre sur les platines par l'intermédiaire d'une contreplaque. La résistance à l'effort tranchant est reprise par le seul frottement ; il n'est pas autorisé de tenir compte de la résistance au cisaillement des boulons. Les tiges de précontraintes et les plaques d'appui sont dimensionnées de sorte que : la contrainte de compression dans le béton soit admissible, le béton sous les plaques d'ancrage reste comprimé dans tous les cas de chargement, y compris le séisme. Schéma AFPS Figure 4.c) 4.2. Calcul simple des fixations Les fixations sont calculées en imposant au centre de gravité des masses de l'équipement considéré une force statique F S pour laquelle on envisage successivement les six possibilités suivantes pour le sens de son application : 17 dans une direction horizontale (choisie généralement pour être parallèle à un plan de symétrie de l'équipement, s'il en existe un), soit vers la droite, soit vers la gauche dans la direction horizontale perpendiculaire à la précédente, soit vers l'avant, soit vers l'arrière dans la direction verticale, soit vers le haut, soit vers le bas F S F S F S G F S F S F S Schéma AFPS Figure 4.d) Bien entendu, l'équipement est fixé sur un élément de bâtiment qui peut être un plancher, un mur ; dans ce dernier cas, l'équipement constitue un porte-à-faux.

20 Pour le dimensionnement des fixations, on retient le cas le plus défavorable des efforts obtenus pour les six applications de F S en combinaison avec l'action du poids propre. Des formules de calcul de la force F S sont fournies dans certains documents techniques [2]. Les paramètres de ces formules étant souvent difficiles à obtenir en pratique, on recommande l'utilisation de l'expression forfaitaire suivante : F S = 3 a N g P avec : P = poids de l'équipement a N = accélération nominale du site g = accélération de la pesanteur 5. Installation des équipements médicaux 5.1. Blocs opératoires et blocs obstétricaux Les éléments les plus sensibles sont les éclairages opératoires et les bras plafonniers pour le matériel dédié au chirurgien et à l'anesthésiste. Les spécifications de montage données par le fournisseur recommandent un accrochage dans la dalle de plafond extrêmement résistant et traversant. 18 Figure 5.a) Schéma AFPS Schéma AFPS Figure 5.b)

CONSTRUCTION DU NOUVEL HOPITAL CHOG - FRANCK JOLY

CONSTRUCTION DU NOUVEL HOPITAL CHOG - FRANCK JOLY CONSTRUCTION DU NOUVEL HOPITAL CHOG - FRANCK JOLY Saint Laurent du Maroni A P D 2 CCTP LOT N 19 Equipement Médicaux Fixes S O M M A I R E 1. GENERALITE 1 1.1 OBJET DU DOCUMENT 1 1.2 COMPOSITION ET ETENDUE

Plus en détail

CODE DU TRAVAIL Art. R. 233-15 Art. R. 233-16 Art. R. 233-17 Art. R. 233-18

CODE DU TRAVAIL Art. R. 233-15 Art. R. 233-16 Art. R. 233-17 Art. R. 233-18 CODE DU TRAVAIL Art. R. 233-15.- Les éléments mobiles de transmission d'énergie ou de mouvements des équipements de travail présentant des risques de contact mécanique pouvant entraîner des accidents doivent

Plus en détail

.JO. Numéro 82 du 7 Avril 2002 Ministère de l'emploi et de la solidarité

.JO. Numéro 82 du 7 Avril 2002 Ministère de l'emploi et de la solidarité .JO. Numéro 82 du 7 Avril 2002 Ministère de l'emploi et de la solidarité Décret no 2002-465 du 5 avril 2002 relatif aux établissements de santé publics et privés pratiquant la réanimation et modifiant

Plus en détail

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Document entériné par le Groupe Spécialisé n 3 le 15 janvier 2013 Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Groupe Spécialisé n 3 «Structures, planchers et autres composants

Plus en détail

Ascenseur KONE "Monospace TM"

Ascenseur KONE Monospace TM GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Luxembourg, le 10 février 1992 ITM-CL 128.2 Ascenseur KONE "Monospace TM" Prescriptions de sécurité et de santé types Les présentes prescriptions comportent 10 pages Sommaire

Plus en détail

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Notice de sécurité Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Cette notice a été établie à l'attention des exploitants d Etablissements Recevant du Public (ERP), afin

Plus en détail

CODE DU TRAVAIL. Nombre de dégagements réglementaires. Nombre total d'unités de passage Moins de 20 personnes 1 1. 1 + 1 dégagement accessoire (a)

CODE DU TRAVAIL. Nombre de dégagements réglementaires. Nombre total d'unités de passage Moins de 20 personnes 1 1. 1 + 1 dégagement accessoire (a) CODE DU TRAVAIL Art. R. 235-4.- Les dispositions de la présente section s'appliquent aux établissements mentionnés à l'article R. 232-12. Les bâtiments et les locaux régis par la présente section doivent

Plus en détail

Aide à l'application Chauffage et production d'eau chaude sanitaire Edition décembre 2007

Aide à l'application Chauffage et production d'eau chaude sanitaire Edition décembre 2007 Aide à l'application Chauffage et production d'eau chaude sanitaire 1. But et objet Une série d'aides à l'application a été créée afin de faciliter la mise en œuvre des législations cantonales en matière

Plus en détail

Marché public de fournitures et de mobilier. Cahier des Clauses Techniques Particulières

Marché public de fournitures et de mobilier. Cahier des Clauses Techniques Particulières Marché public de fournitures et de mobilier AMÉNAGEMENT DE RÉSERVES DANS LE SOUS-SOL DU BÂTIMENT 24 Cahier des Clauses Techniques Particulières Marché public à procédure adaptée en application des articles

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE POUR LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE POUR LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE POUR LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC Préambule : Cette notice concerne les dispositions essentielles de sécurité à prévoir en fonction du classement de l'établissement

Plus en détail

SERVICE PATRIMOINE CONSULTATION POUR DEMANDE DE DEVIS

SERVICE PATRIMOINE CONSULTATION POUR DEMANDE DE DEVIS SERVICE PATRIMOINE CONSULTATION POUR DEMANDE DE DEVIS CAHIER DES CHARGES RELATIF AU DIAGNOSTIC ET AU SCHEMA DIRECTEUR POUR LA MISE EN SECURITE DU PATRIMOINE DE L'INSTITUT FRANÇAIS DE MECANIQUE AVANCEE

Plus en détail

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UNE INSTALLATION DE CLIMATISATION CENTRALISEE

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UNE INSTALLATION DE CLIMATISATION CENTRALISEE PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UNE INSTALLATION DE CLIMATISATION CENTRALISEE 1. Introduction Une installation de climatisation centralisée est constituée d un ensemble de matériels ayant les fonctions suivantes

Plus en détail

Ensemble des spécifications techniques. de tous nos formats de bras de manutention. Document complémentaire à la brochure

Ensemble des spécifications techniques. de tous nos formats de bras de manutention. Document complémentaire à la brochure Ensemble des spécifications techniques de tous nos formats de bras de manutention Document complémentaire à la brochure Table des matières 1. Énergie et consommation.....1 2. Pression et qualité de l'air......1

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES VILLE DE WILLEMS PROJET DE REHABILITATION DU SITE CADDY EN POLE ASSOCIATIF ET CULTUREL Missions de diagnostics CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Maître d Ouvrage : Ville de Willems HOTEL DE VILLE

Plus en détail

3- OBLIGATIONS DU MAITRE D'OUVRAGE

3- OBLIGATIONS DU MAITRE D'OUVRAGE Notice de prise en compte de l accessibilité aux personnes Handicapées dans les établissements recevant du public (E.R.P. et I.O.P.) ----------------- Notice à compléter et à joindre en trois exemplaires

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Objet de la consultation : GROUPEMENT DE COMMANDE POUR LES VERIFICATIONS PERIODIQUES DES EQUIPEMENTS ET DES INSTALLATIONS DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU TRIEVES

Plus en détail

SQY SAFETY SSIAP 1 PLANNING DES SEQUENCES DISPENSES

SQY SAFETY SSIAP 1 PLANNING DES SEQUENCES DISPENSES SQY SAFETY SSIAP 1 PLANNING DES SEQUENCES DISPENSES 1re Partie : LE FEU ET SES CONSEQUENCES 6h00 FORMATEUR DE LA SESSION : M WITKOWSKI SSIAP 3 SEQUENCE 1 LE FEU 4 h00 Éclosion et développement du feu Théorie

Plus en détail

A N N E X E A MISSIONS COMPLÉMENTAIRES DE CONTRÔLE TECHNIQUE (ANNEXE CONTRACTUELLE) 1. Définition

A N N E X E A MISSIONS COMPLÉMENTAIRES DE CONTRÔLE TECHNIQUE (ANNEXE CONTRACTUELLE) 1. Définition A N N E X E A MISSIONS COMPLÉMENTAIRES DE CONTRÔLE TECHNIQUE (ANNEXE CONTRACTUELLE) 1. Définition L'article 5-3 de la norme NFP 03-100 donne la liste des missions de contrôle technique complémentaires

Plus en détail

Sont assimilées à un établissement, les installations exploitées par un employeur;

Sont assimilées à un établissement, les installations exploitées par un employeur; Arrêté royal du 4 décembre 2012 concernant les prescriptions minimales de sécurité des installations électriques sur les lieux de travail (M.B. 21.12.2012) Section I er. - Champ d'application et définitions

Plus en détail

C.C.T.P./ PRO LOT N 15 APPAREIL ELEVATEUR

C.C.T.P./ PRO LOT N 15 APPAREIL ELEVATEUR REHABILITATION DU BATIMENT 33 SITE DE LA GAILLARDE VILLE DE MONTPELLIER C.C.T.P./ PRO LOT N 15 APPAREIL ELEVATEUR ZAC de Tournezy 23 rue Nelson Mandela 34070 Montpellier Tél. 04.99.52.81.40 Fax. 04.99.52.81.49

Plus en détail

Dossier Technique Ventilation de gaine d ascenseurs

Dossier Technique Ventilation de gaine d ascenseurs Dossier Technique Ventilation de gaine d ascenseurs Avril 2012 1 Sommaire Avant-propos... 3 1 Objet du dossier technique... 3 2 Domaine d application... 3 3 Référentiels... 4 3.1 Historique des textes

Plus en détail

Art. 1er. - Objectif et champ d'application. 1.1. Généralités

Art. 1er. - Objectif et champ d'application. 1.1. Généralités GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Strassen, février 2009 Le présent texte a été établi par l Inspection du Travail et des Mines et le Service Incendie et Ambulance de la Ville de Luxembourg. Prescriptions de sécurité

Plus en détail

Protection contre les bruits intérieurs au bâtiment

Protection contre les bruits intérieurs au bâtiment Réglementations Thermique Acoustique Aération Départements d Outre-Mer Version 1.0 Fiche d application Acoustique Protection contre les bruits intérieurs au bâtiment BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS Ministère

Plus en détail

AMÉNAGEMENT DE BUREAUX AU 1 ETAGE, AMENAGEMENT D'ARCHIVES AU SS ET REFECTION DES FACADES DU SIEGE SOCIAL CCAF

AMÉNAGEMENT DE BUREAUX AU 1 ETAGE, AMENAGEMENT D'ARCHIVES AU SS ET REFECTION DES FACADES DU SIEGE SOCIAL CCAF 1408 AMÉNAGEMENT DE BUREAUX AU 1 ETAGE, AMENAGEMENT D'ARCHIVES AU SS ET REFECTION DES FACADES DU SIEGE SOCIAL CCAF 14 rue de Lesquerde 66 220 SAINT PAUL DE FENOUILLET Maître d'ouvrage Architecte COMMUNAUTÉ

Plus en détail

2- OBLIGATIONS DU MAITRE D'OUVRAGE

2- OBLIGATIONS DU MAITRE D'OUVRAGE Modèle de notice explicative accessibilité aux personnes handicapées des établissements et installations ouverts au public (E.R.P. et I.O.P.) à inclure dans le dossier «accessibilité» prévue par les articles

Plus en détail

STANDARD DE CONSTRUCTION CONDUITS, ATTACHES ET RACCORDS DE

STANDARD DE CONSTRUCTION CONDUITS, ATTACHES ET RACCORDS DE , ATTACHES ET RACCORDS DE PARTIE 1 - GÉNÉRALITÉS 1.1 EMPLACEMENT DES 1.1.1 Les conduits posés devraient être indiqués sur les plans. Ils devraient être installés perpendiculairement aux lignes du bâtiment.

Plus en détail

1/11 1- RAPPELS 3- OBLIGATIONS DU MAITRE D'OUVRAGE

1/11 1- RAPPELS 3- OBLIGATIONS DU MAITRE D'OUVRAGE direction départementale de l Equipement et de l agriculture Cher Notice de prise en compte de l'accessibilité aux personnes handicapées dans les établissements recevant du public (E.R.P. et I.O.P.) -----------------

Plus en détail

Arrêté royal du 12 août 1993 concernant l'utilisation des équipements de travail (M.B. 28.9.1993)

Arrêté royal du 12 août 1993 concernant l'utilisation des équipements de travail (M.B. 28.9.1993) Arrêté royal du 12 août 1993 concernant l'utilisation des équipements de travail (M.B. 28.9.1993) Modifié par: (1) arrêté royal du 17 juin 1997 concernant la signalisation de sécurité et de santé au travail

Plus en détail

DISPOSITIONS PARTICULIERES APPLICABLES AU TYPE O.

DISPOSITIONS PARTICULIERES APPLICABLES AU TYPE O. DISPOSITIONS PARTICULIERES APPLICABLES AU TYPE O. CHAPITRE IV : Établissements du Type O : Hôtels et pensions de famille. Généralités (O 1 à 2) : Etablissements assujettis - Calcul de l'effectif Construction

Plus en détail

CIRCUITS DE PUISSANCE PNEUMATIQUES

CIRCUITS DE PUISSANCE PNEUMATIQUES V ACTIONNEURS PNEUMATIQUES : 51 Généralités : Ils peuvent soulever, pousser, tirer, serrer, tourner, bloquer, percuter, abloquer, etc. Leur classification tient compte de la nature du fluide (pneumatique

Plus en détail

Sommaire DVD Eurocodes Le référentiel et les outils

Sommaire DVD Eurocodes Le référentiel et les outils Sommaire DVD Eurocodes Le référentiel et les outils Sommaire du cadre juridique de la construction Cadre juridique de la construction o Règles d'urbanisme Documents d'urbanisme Règles d'occupation du sol

Plus en détail

La construction parasismique : règles pratiques

La construction parasismique : règles pratiques La construction parasismique : 1/6 Les fiches «enseignant» et «élève» citées ci-dessous permettent d illustrer cette fiche «documentation» à travers des expériences ou des études de documents (vidéo ou

Plus en détail

Corrigendum 2010-09 E+C. 5.6 Alimentations pour services de sécurité

Corrigendum 2010-09 E+C. 5.6 Alimentations pour services de sécurité 5.6 Alimentations pour services de sécurité 5.6 Alimentations pour services de sécurité.1 Selon les prescriptions de l'aeai (4Norme de protection incendie de l'association des établissements cantonaux

Plus en détail

31 AOUT 2005. - Arrêté royal relatif à l'utilisation des équipements de travail pour des travaux temporaires en hauteur (1)

31 AOUT 2005. - Arrêté royal relatif à l'utilisation des équipements de travail pour des travaux temporaires en hauteur (1) 31 AOUT 2005. - Arrêté royal relatif à l'utilisation des équipements de travail pour des travaux temporaires en hauteur (1) ALBERT II, Roi des Belges, A tous, présents et à venir, Salut. Vu la loi du 4

Plus en détail

1- RAPPELS 1/11. direction départementale des Territoires Creuse

1- RAPPELS 1/11. direction départementale des Territoires Creuse direction départementale des Territoires Creuse Accessibilité des personnes à mobilité réduite aux Établissements et Installations ouvertes au public (E.R.P. et I.O.P.) ----------------- Document obligatoirement

Plus en détail

Ventilation SYSTEME D avec récupération de chaleur

Ventilation SYSTEME D avec récupération de chaleur Ventilation SYSTEME D avec récupération de chaleur 1. GENERALITES L'ensemble doit satisfaire aux normes suivantes: NBN D 50.001 NBN EN 308 Exigences PEB NBN S 01-400-1 (confort acoustique) Réglementation

Plus en détail

DIRECTIVES POUR LA COMPOSITION DU DOSSIER TECHNIQUE PEB

DIRECTIVES POUR LA COMPOSITION DU DOSSIER TECHNIQUE PEB DIRECTIVES POUR LA COMPOSITION DU DOSSIER TECHNIQUE PEB INTRODUCTION Le dossier technique PEB doit être constitué avant le début du chantier par le conseiller PEB, et doit être complété au fur et à mesure

Plus en détail

Règlement général d hygiène et de sécurité en vigueur au sein de la Société des Carrières de Hautes Provence.

Règlement général d hygiène et de sécurité en vigueur au sein de la Société des Carrières de Hautes Provence. Règlement général d hygiène et de sécurité en vigueur au sein de la Société des Carrières de Hautes Provence. 1 REGLES GENERALES 1.1 Disposition générale Le personnel est tenu de se conformer strictement

Plus en détail

LE PLAN DE PREVENTION

LE PLAN DE PREVENTION 1 Association des Directeurs et Responsables de Services Généraux Facilities Manag ers Association LE PLAN DE PREVENTION Avertissement : ce document est un exemple établi pour un besoin particulier. Il

Plus en détail

Arrêté royal du 27 avril 1998 fixant les normes auxquelles une fonction de soins intensifs doit répondre pour être agréée (M.B. 19.06.

Arrêté royal du 27 avril 1998 fixant les normes auxquelles une fonction de soins intensifs doit répondre pour être agréée (M.B. 19.06. Arrêté royal du 27 avril 1998 fixant les normes auxquelles une fonction de soins intensifs doit répondre pour être agréée (M.B. 19.06.1998) Texte coordonné : dernière mise à jour : 08.08.2014 CHAPITRE

Plus en détail

NOTICE DE SÉCURITÉ. Document mis à jour le 10.05.2012

NOTICE DE SÉCURITÉ. Document mis à jour le 10.05.2012 NOTICE DE SÉCURITÉ concernant les ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC du 1 er groupe (1 ère à 4 ème catégorie) conformément au Code de l'aménagement de la Polynésie Française Document mis à jour le 10.05.2012

Plus en détail

Section 1 - Construction, dégagements, gaines

Section 1 - Construction, dégagements, gaines Page 1 sur 7 Règlement de sécurité contre l'incendie relatif aux établissements recevant du public LIVRE III : Dispositions applicables aux établissements de la cinquième catégorie CHAPITRE II Règles techniques

Plus en détail

LES ALARMES INCENDIE

LES ALARMES INCENDIE 1 LES ALARMES INCENDIE 1. Généralités Les systèmes d'alarme sont destinés à équiper les établissements recevant du public des quatre premières catégories sont classés en quatre types appelés, par ordre

Plus en détail

CONTROLES PERIODIQUES ET ACCESSIBILITE DES BATIMENTS TYPE LOCAL COMMERCIAL

CONTROLES PERIODIQUES ET ACCESSIBILITE DES BATIMENTS TYPE LOCAL COMMERCIAL CONTROLES PERIODIQUES ET ACCESSIBILITE DES BATIMENTS TYPE LOCAL COMMERCIAL Afin de vous aider a appréhender l ensemble des réglementations pour créer ou mettre au norme votre local commercial, voici une

Plus en détail

PASSAGE EN SSPI : REGLEMENTATION ET IDEES FAUSSES

PASSAGE EN SSPI : REGLEMENTATION ET IDEES FAUSSES PASSAGE EN SSPI : REGLEMENTATION ET IDEES FAUSSES PASSAGE EN SSPI : REGLEMENTATION ET IDEES FAUSSES Clinique TRENEL 69560 Ste Colombe-lès-Vienne Les soins post- interventionnels sont depuis longtemps une

Plus en détail

LES CHAUDIÈRES À BÛCHES

LES CHAUDIÈRES À BÛCHES LES CHAUDIÈRES À BÛCHES Descriptif de la technologie Ce sont les appareils qui permettent de tirer le meilleur parti du bois. On trouve aujourd'hui sur le marché différents types de chaudières à bûches

Plus en détail

Étaiement des balcons

Étaiement des balcons Fiche Prévention - E4 F 07 13 Étaiement des balcons Les étaiements constituent, en général, dans le bâtiment, des opérations essentielles et répétées dont dépendent la stabilité et la solidité des ouvrages

Plus en détail

Règlement technique fédéral

Règlement technique fédéral Règlement technique fédéral Le court de squash PROJET 1 Table des matières 1. CONDITIONS REGLEMENTAIRES DE CLASSEMENT FEDERAL... 4 1.1. DIMENSIONS ET LIGNES... 4 DIMENSIONS DU COURT... 4 LIGNES DE JEU...

Plus en détail

Article R.122-3 [Exception au domaine d application] Article R.122-4 [Arrêtés d application] Article R.122-5 [Classes d'immeubles de grande hauteur]

Article R.122-3 [Exception au domaine d application] Article R.122-4 [Arrêtés d application] Article R.122-5 [Classes d'immeubles de grande hauteur] CODE DE LA CONSTRUCTION ET DE L'HABITATION LIVRE 1 - DISPOSITIONS GENERALES TITRE II - Sécurité et protection contre l'incendie Chapitre 2 Disposition de sécurité relative aux immeubles de grande hauteur

Plus en détail

RENSEIGNEMENTS DIVERS

RENSEIGNEMENTS DIVERS NOTICE DE SECURITE Références: A joindre obligatoirement à tout dossier de permis de construire ou déclaration de travaux exemptés de permis de construire relatifs à un établissement recevant du public

Plus en détail

Arcoa 2. Pompe à chaleur monobloc inverter. Chauffage / ECS. tarifs p. 132. Chauffage / ECS en logement > pompes à chaleur

Arcoa 2. Pompe à chaleur monobloc inverter. Chauffage / ECS. tarifs p. 132. Chauffage / ECS en logement > pompes à chaleur en logement > pompes à chaleur 113 Fonctionnement air/eau réversible Puissance De 6 à 24 kw Technologie Inverter Modulation de 30 à 140 % Gaz frigorifique R410 a Arcoa 2 Pompe à chaleur monobloc inverter

Plus en détail

MISE EN SERVICE D UN EQUIPEMENT Pourquoi effectuer la mise en service d un équipement.

MISE EN SERVICE D UN EQUIPEMENT Pourquoi effectuer la mise en service d un équipement. MISE EN SERVICE D UN EQUIPEMENT Pourquoi effectuer la mise en service d un équipement. 1.1. Vérifications à effectuer avant toute mise en service La mise en service est une opération obligatoire imposée

Plus en détail

SERVICE PUBLIC FEDERAL INTERIEUR

SERVICE PUBLIC FEDERAL INTERIEUR Publié le : 2003-05-05 SERVICE PUBLIC FEDERAL INTERIEUR 4 AVRIL 2003. - Arrêté royal modifiant l'arrêté royal du 7 juillet 1994 fixant les normes de base en matière de prévention contre l'incendie et l'explosion,

Plus en détail

LES OBLIGATIONS DES OFFICES DE TOURISME EN TANT QU ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC

LES OBLIGATIONS DES OFFICES DE TOURISME EN TANT QU ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC LES OBLIGATIONS DES OFFICES DE TOURISME EN TANT QU ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC Les établissements recevant du public (ERP) sont définis aux articles R. 123-1 et suivants du Code de la construction

Plus en détail

1- RAPPELS. Réglementation - Loi n 2005-102 du 11 février 2005 - Décret n 2006-555 du 17 mai 2006 Arrêté du 1 er août 2006 Arrêté du 21 mars 2007

1- RAPPELS. Réglementation - Loi n 2005-102 du 11 février 2005 - Décret n 2006-555 du 17 mai 2006 Arrêté du 1 er août 2006 Arrêté du 21 mars 2007 Accessibilité des personnes à mobilité réduite aux Établissements et Installations ouvertes au public (E.R.P. et I.O.P.) ----------------- Document obligatoirement joint au dossier de permis de construire

Plus en détail

ANNEXE TECHNIQUE B POUR LES LEVE-PERSONNES MARQUE NF MEDICAL LITS MEDICAUX, LEVE-PERSONNES ET MATELAS A USAGE MEDICAL

ANNEXE TECHNIQUE B POUR LES LEVE-PERSONNES MARQUE NF MEDICAL LITS MEDICAUX, LEVE-PERSONNES ET MATELAS A USAGE MEDICAL ANNEXE TECHNIQUE B POUR LES LEVE-PERSONNES MARQUE NF MEDICAL LITS MEDICAUX, LEVE-PERSONNES ET MATELAS A USAGE MEDICAL SOMMAIRE B.1. Exigences concernant les lève-personnes B.1.1. Normes d essais applicables

Plus en détail

CONSULTATION DES ENTREPRISES RENOVATION ENERGETIQUE. Foyer communal

CONSULTATION DES ENTREPRISES RENOVATION ENERGETIQUE. Foyer communal CONSULTATION DES ENTREPRISES RENOVATION ENERGETIQUE Foyer communal Maitre d Ouvrage Mairie de Selommes Bureau d études Adresse BSE 10 Rue Henry Dunant 45140 INGRE Tel 02.38.70.87.00 Préambule Dans le cadre

Plus en détail

L'ADEME - Le chauffage, la régulation, l eau chaude

L'ADEME - Le chauffage, la régulation, l eau chaude L'ADEME - Le chauffage, la régulation, l eau chaude Les énergies Comment ça fonctionne Avantages Inconvénients Chauffage central - la chaleur est produite en un seul endroit : par une chaudière, des capteurs

Plus en détail

CONCOURS D OUVRIER PROFESSIONNEL SPÉCIALITÉ "AGENCEMENT INTÉRIEUR" CONCOURS EXTERNE ET INTERNE

CONCOURS D OUVRIER PROFESSIONNEL SPÉCIALITÉ AGENCEMENT INTÉRIEUR CONCOURS EXTERNE ET INTERNE CONCOURS D OUVRIER PROFESSIONNEL SPÉCIALITÉ "AGENCEMENT INTÉRIEUR" CONCOURS EXTERNE ET INTERNE NATURE DES ÉPREUVES Arrêté du 24 janvier 1992 (publié au Journal officiel du 14 février 1992) Les épreuves

Plus en détail

Généralités sur la nouvelle Norme Electrique NF C 15-100 :

Généralités sur la nouvelle Norme Electrique NF C 15-100 : Généralités sur la nouvelle Norme Electrique NF C 15-100 : 1) Section des conducteurs, calibres des protections : Nature du circuit Eclairage, volets roulants, prises commandées Section minimale des conducteurs

Plus en détail

Préparation de la tranchée et du lit de pose

Préparation de la tranchée et du lit de pose Préparation de la tranchée et du lit de pose Prévoir une tranchée d'installation suffisamment profonde pour le caniveau et la semelle béton. Suivant la qualité du sol, l'épaisseur de la semelle béton telle

Plus en détail

NOTICE EXPLIQUANT COMMENT LE PROJET PREND EN COMPTE L ACCESSIBILITE

NOTICE EXPLIQUANT COMMENT LE PROJET PREND EN COMPTE L ACCESSIBILITE Direction Départementale des Territoires ARIEGE S.C.A.T. Accessibilité Accessibilité des personnes à mobilité réduite aux établissements recevant du public NOTICE EXPLIQUANT COMMENT LE PROJET PREND EN

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE D un projet de construction d un ÉTABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC Soumis : Aux dispositions générales des articles R 123-1 à R 123-55 du code de la construction et de l habitation

Plus en détail

FOURNITURE ET POSE DE DEUX ESCALIERS EXTERIEURS EN ACIER SALLE DE SPORTS PENNY BROOKES

FOURNITURE ET POSE DE DEUX ESCALIERS EXTERIEURS EN ACIER SALLE DE SPORTS PENNY BROOKES Ville de Cysoing Hôtel de Ville 2, place de la République BP 67 59830 CYSOING Tél : 03.20.79.44.70. Fax : 03.20.79.57.59. N Cys FOURNITURE ET POSE DE DEUX ESCALIERS EXTERIEURS EN ACIER SALLE DE SPORTS

Plus en détail

Cahier des charges pour la réhabilitation électrique dans les classes de l école SALENGRO

Cahier des charges pour la réhabilitation électrique dans les classes de l école SALENGRO Cahier des charges pour la réhabilitation électrique dans les classes de l école SALENGRO Le présent marché a pour objet la réhabilitation électrique. Une précédente consultation inclus les travaux peintures

Plus en détail

Cahier des normalisations Réseau Informatique et Télécoms. A l attention des Architectes et Bureaux d ingénieurs

Cahier des normalisations Réseau Informatique et Télécoms. A l attention des Architectes et Bureaux d ingénieurs Département de la santé et de l action sociale Centre Hospitalier Universitaire Vaudois Direction des systèmes d information Rue du Bugnon 46-1011 Lausanne Tel 021 314 54 52 - Fax 021 314 54 55 Cahier

Plus en détail

SECURITE DANS L'ENTREPOT

SECURITE DANS L'ENTREPOT SECURITE DANS L'ENTREPOT Plan de l exposé Introduction I- recherche de la sécurité dans l entrepôt II- les caractéristiques de la réglementation III- les risques qui peuvent apparaître dans l entrepôt

Plus en détail

Directives. Ouvrages de protection en béton d'installations d'entreposage et de places de transvasement. Juin 2008 KVU CCE CCA

Directives. Ouvrages de protection en béton d'installations d'entreposage et de places de transvasement. Juin 2008 KVU CCE CCA Directives Ouvrages de protection en béton d'installations d'entreposage et de places de transvasement Juin 2008 KVU CCA Adopté le 25 octobre 2007 par le groupe de travail CITA de la (Conférence des chefs

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS Date : 20/09/88 MME et MM les Directeurs des Caisses Régionales d'assurance Maladie Origine : PAT Réf.

Plus en détail

DOUBLE PARK ECO «La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE

DOUBLE PARK ECO «La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE DOUBLE PARK ECO «La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE P2-F et P4-F 185 (Modèle standard) P2-F et P4-F 170 MODELE P2/4-F 170 P2/4-F 185 (Standard) P2/4-F 195 P2-F et P4-F 195 H 325 340 350 DH 156 171 181

Plus en détail

LA REGLEMENTATION INCENDIE

LA REGLEMENTATION INCENDIE LA REGLEMENTATION INCENDIE SOMMAIRE 1/ Les objectifs de la règlementation incendie 2/ Les grandes familles de construction soumises à la règlementation incendie 3/ La règlementation incendie en bref 4/

Plus en détail

Complément 5. label promotelec performance évolutions & mises à jour du cahier des prescriptions techniques PRO 1248-10 (septembre 2012)

Complément 5. label promotelec performance évolutions & mises à jour du cahier des prescriptions techniques PRO 1248-10 (septembre 2012) Sommaire des mises à jour Mise à jour du processus d attribution...3 Mise à jour de la surface de référence pour les calculs thermiques en construction...3 Mise à jour pour tous système...4 Mise à jour

Plus en détail

Constructions à ossature métallique et plaques Megaplac 25

Constructions à ossature métallique et plaques Megaplac 25 01 Constructions à ossature H01 002 Constructions à ossature métallique et plaques Megaplac 25 Description Les plaques de plâtre Megaplac 25 permettent la réalisation d ouvrages à très hautes performances

Plus en détail

INSTRUCTION DE SÉCURITÉ SAFETY INSTRUCTION Ayant force d obligation selon SAPOCO/42

INSTRUCTION DE SÉCURITÉ SAFETY INSTRUCTION Ayant force d obligation selon SAPOCO/42 CERN INSTRUCTION DE SÉCURITÉ SAFETY INSTRUCTION Ayant force d obligation selon SAPOCO/42 Edms 335813 TIS IS 48 Publié par : TIS/GS Date de Publication : juin 2001 Original : Anglais PREVENTION DES INCENDIES

Plus en détail

VILLE DE FROUARD VERIFICATIONS PERIODIQUES DE DIVERSES INSTALLATIONS, EQUIPEMENTS ET MATERIELS CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.

VILLE DE FROUARD VERIFICATIONS PERIODIQUES DE DIVERSES INSTALLATIONS, EQUIPEMENTS ET MATERIELS CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C. VILLE DE FROUARD VERIFICATIONS PERIODIQUES DE DIVERSES INSTALLATIONS, EQUIPEMENTS ET MATERIELS CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.TP) (ANNEXE 1) LC Centre Technique Page 1 sur 9 CCTP Annexe

Plus en détail

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION sécurité incendie Réglementation et mise en sécurité incendie des bâtiments d habitation > Bâtiments d habitation > Parcs de stationnement > s - foyers Sécurité incendie dans

Plus en détail

HOPITECH 2010 DEAUVILLE Les systèmes de Distribution de Gaz Médicaux aux blocs Opératoires

HOPITECH 2010 DEAUVILLE Les systèmes de Distribution de Gaz Médicaux aux blocs Opératoires HOPITECH 2010 DEAUVILLE Les systèmes de Distribution de Gaz Médicaux aux blocs Opératoires Les textes normatifs et réglementaires de référence Articles U : Arrêté du 10 décembre 2004 concernant La réglementation

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP A joindre à la demande de permis de construire, déclaration de travaux ou d aménagement Cette notice n est pas exhaustive ; tous renseignements complémentaires doivent

Plus en détail

DCE Mai 2012 CCTP/DPF. Lot 09b) : ISOLATION

DCE Mai 2012 CCTP/DPF. Lot 09b) : ISOLATION Maître d ouvrage COMMUNAUTE DES COMMUNES DU PAYS DE ROUGEMONT CONSTRUCTION D UN POLE MEDICAL ET SOCIAL A ROUGEMONT DCE Mai 2012 CCTP/DPF Lot 09b) : ISOLATION SOMMAIRE A. GENERALITES Page 2 1. PRESENTATION

Plus en détail

Tableau des services de l'ingénieur et des documents à soumettre GÉNIE MÉCANIQUE et ÉLECTRIQUE

Tableau des services de l'ingénieur et des documents à soumettre GÉNIE MÉCANIQUE et ÉLECTRIQUE Tableau des services de l'ingénieur et des documents à soumettre GÉNIE MÉCANIQUE et ÉLECTRIQUE ÉLÉMENT DE L INGÉNIEUR Déterminer les objectifs du projet avec l'architecte et le client Participer à une

Plus en détail

Étude de dangers et Maîtrise de l urbanisation autour des entrepôts 1510-A

Étude de dangers et Maîtrise de l urbanisation autour des entrepôts 1510-A 1 Étude de dangers et Maîtrise de l urbanisation autour entrepôts 1510-A P. CASTEL Service Prévention Risques Risques Industriels Accidentels 2 Programme Généralités réglementaires sur la maîtrise de l

Plus en détail

COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS DE LA PETITE PIERRE ******** Maintenance préventive et curative des installations techniques *******

COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS DE LA PETITE PIERRE ******** Maintenance préventive et curative des installations techniques ******* MARCHÉ PUBLIC DE PRESTATIONS DE SERVICE passé "selon la procédure adaptée" COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS DE LA PETITE PIERRE ******** Maintenance préventive et curative des installations techniques *******

Plus en détail

SOMMAIRE 1 - GÉNÉRALITÉS 2. 1-1. Présentation de l'opération 2 1-2. Limites de prestations 2 2 - DESCRIPTION DES OUVRAGES 3

SOMMAIRE 1 - GÉNÉRALITÉS 2. 1-1. Présentation de l'opération 2 1-2. Limites de prestations 2 2 - DESCRIPTION DES OUVRAGES 3 SOMMAIRE 1 - GÉNÉRALITÉS 2 1-1. Présentation de l'opération 2 1-2. Limites de prestations 2 2 - DESCRIPTION DES OUVRAGES 3 2-1. Groupe électrogène 3 2-2. Contrat de maintenance 5 MATH Ingénierie Page 1/5

Plus en détail

HosmaT - ciculaire DHOS/O1 n 2005-256

HosmaT - ciculaire DHOS/O1 n 2005-256 Circulaire DHOS/E 4 n 2005-256 du 30 mai 2005 relative aux conditions techniques d alimentation électrique des établissements de santé publics et privés NOR : SANH0530245C Date d application : immédiate.

Plus en détail

Vannes à 2 ou 3 voies, PN16

Vannes à 2 ou 3 voies, PN16 4 847 Vannes 2 voies VVP47.-0.25 à VVP47.20-4.0 Vannes 3 voies VXP47.-0.25 à VXP47.20-4.0 Vannes 3 voies avec Té de bipasse VMP47.-0.25 à VMP47.15-2.5 Vannes à 2 ou 3 voies, PN16 VMP47... VVP47... VXP47...

Plus en détail

Monte-charge industriels

Monte-charge industriels GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Luxembourg, le 21 mars 1995 ITM-CL 91.2 Monte-charge industriels Prescriptions de sécurité types Les présentes prescriptions comportent 8 pages Sommaire Article Page 1. Objectif

Plus en détail

de construction métallique

de construction métallique sous la direction de Jean-Pierre Muzeau Manuel de construction métallique Extraits des Eurocodes à l usage des étudiants Afnor et Groupe Eyrolles, 2012 ISBN Afnor : 978-2-12-465370-6 ISBN Eyrolles : 978-2-212-13469-8

Plus en détail

Installation et maintenance en froid, conditionnement d'air

Installation et maintenance en froid, conditionnement d'air Appellations Agent / Agente de maintenance en climatisation Agent / Agente de maintenance en conditionnement d'air Agent / Agente de maintenance en génie climatique Monteur-dépanneur / Monteuse-dépanneuse

Plus en détail

OPTIMISATION DU REFROIDISSEMENT DES BAIES SERVEURS POUR UNE MEILLEURE EFFICACITE DE LA CLIMATISATION RESIDANTE DANS UNE SALLE INFORMATIQUE

OPTIMISATION DU REFROIDISSEMENT DES BAIES SERVEURS POUR UNE MEILLEURE EFFICACITE DE LA CLIMATISATION RESIDANTE DANS UNE SALLE INFORMATIQUE Isolation du couloir froid/cold Aisle Containment OPTIMISATION DU REFROIDISSEMENT DES BAIES SERVEURS POUR UNE MEILLEURE EFFICACITE DE LA CLIMATISATION RESIDANTE DANS UNE SALLE INFORMATIQUE 1/11 Sommaire

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES ( C C T P )

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES ( C C T P ) Maître d Ouvrage COMMUNE DE SAINT ETIENNE DE CROSSEY 134 Rue de la Mairie 38960 SAINT ETIENNE DE CROSSEY Tél : 04 76 06 00 11 - Fax : 04 76 06 00 73 Mise en accessibilité des toilettes publiques et d une

Plus en détail

RENSEIGNEMENTS GENERAUX CARACTERISTIQUES TECHNIQUES PRINCIPALES PORTES PALIERES. GAINE Pylône tôlé OBSERVATIONS - RESULTATS DE L'EXAMEN:

RENSEIGNEMENTS GENERAUX CARACTERISTIQUES TECHNIQUES PRINCIPALES PORTES PALIERES. GAINE Pylône tôlé OBSERVATIONS - RESULTATS DE L'EXAMEN: Département Ascenseurs 8/16, rue Paul Vaillant Couturier 92240 MALAKOFF Tél.: 01.49.65.50.10 Fax : 01.49.85.32.33 Certificat N CDP-ASC0087 VERIFICATIONS GENERALES PERIODIQUES (ARRETE DU 29/12/2010) Réalisées

Plus en détail

Octobre 1999. Statut. Analyse. Ce document a été approuvé par le Groupe spécialisé n 14 le 6 novembre 1998

Octobre 1999. Statut. Analyse. Ce document a été approuvé par le Groupe spécialisé n 14 le 6 novembre 1998 Octobre 1999 Groupe spécialisé n 14 - équipements de génie climatique, procédés solaires Planchers réversibles à eau basse température Cahier des Prescriptions Techniques sur la conception et la mise en

Plus en détail

NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE

NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE MODELE N 2 Document disponible sur http://www.auvergne.pref.gouv.fr/protection_civile/etablissements _recevant_public/sec_incendie_erp/procedure.php NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE Etablissement Recevant

Plus en détail

069. TRAVAUX D'ASCENSEURS ET D'INSTALLATIONS DE LEVAGE

069. TRAVAUX D'ASCENSEURS ET D'INSTALLATIONS DE LEVAGE 069. TRAVAUX D'ASCENSEURS ET D'INSTALLATIONS DE LEVAGE Centre de Ressources des Technologies de l'information pour le Bâtiment 069.1. Clauses techniques générales 069.2. Clauses techniques particulières

Plus en détail

NOTICE DE SÉCURITÉ. Document mis à jour le 10.05.2012

NOTICE DE SÉCURITÉ. Document mis à jour le 10.05.2012 NOTICE DE SÉCURITÉ concernant les ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC du (5 ème catégorie) conformément au Code de l'aménagement de la Polynésie Française Document mis à jour le 10.05.2012 01 - PRÉSENTATION

Plus en détail

DESCRIPTIF TECHNIQUE Lot unique Fourniture et Installation de deux systèmes de chauffe-eau solaires

DESCRIPTIF TECHNIQUE Lot unique Fourniture et Installation de deux systèmes de chauffe-eau solaires Marché à procédure adaptée DESCRIPTIF TECHNIQUE Lot unique Fourniture et Installation de deux systèmes de chauffe-eau solaires Maître de l'ouvrage : INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE AGRONOMIQUE Etablissement

Plus en détail

LE GÉNIE PARASISMIQUE

LE GÉNIE PARASISMIQUE LE GÉNIE PARASISMIQUE Concevoir et construire un bâtiment pour qu il résiste aux séismes 1 Présentation de l intervenant Activité : Implantation : B.E.T. structures : Ingénierie générale du bâtiment. Siège

Plus en détail

Tableau d'identification des équipements et systèmes

Tableau d'identification des équipements et systèmes 30 x 80 mm VENTILATION (SYSTÈMES) pour l'alimentation et le retour) d'alimentation et 1 ventilateur de retour dans la même unité) d'alimentation et 1 ventilateur d'évacuation dans la même unité) d'alimentation)

Plus en détail

Instructions de montage et d utilisation Boucle de suspension PFEIFER LSF à poser dans le coffrage

Instructions de montage et d utilisation Boucle de suspension PFEIFER LSF à poser dans le coffrage Instructions de montage et d utilisation Boucle de suspension PFEIFER LSF à poser dans le coffrage Point d arrimage pour élingues de levage selon la Directive Machines CE 2006/42/CE Les boucles de suspension

Plus en détail