Un marché tendu et rentable

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Un marché tendu et rentable"

Transcription

1 TRANSACTIONS EN IMMOBILIER PROFESSIONNEL Conseil en immobilier professionnel Supplément gratuit Lundi 8 juin 2015 Ne peut être vendu séparément {IMMOBILIER D'ENTREPRISE} Un marché tendu et rentable

2

3 3 {immobilier} supplément du Journal de l île du 8 juin 2015 Sommaire 4-5 Le marché immobilier demeure tendu 6 Saint-Leu veut séduire les entreprises 15 La Technopole Vitrine technologique pour les entreprises 18 La Sodiac veut offrir m 2 de locaux aux entreprises 8 Vincent Le Baliner «Le parc de La Réunion peut attirer des investisseurs» 20 Philippe Puel «Apavou investit dans le coworking» 10 Acti'sem, une filiale de la Semader en plein essor 14 Saint-Benoît Au cœur du Pôle Bois 21 L'immobilier commercial a (aussi!) toute sa place dans un patrimoine 22 Christophe Devlamynck «L'immobilier professionnel est plus rentable que l'immobilier résidentiel» Supplément gratuit du Journal de l'île. Édité par la S.A.S. LE JOURNAL DE L ILE DE LA RÉUNION. BP Sainte-Clotilde Cedex. Tél : n Principal associé : Gamma Cadjee n Président : Abdoul Cadjee n Directeur Général et Directeur de la Publication : Hassen Cadjee n Rédacteur en chef : Yves Mont-Rouge n Rédaction : Julien Delarue, Thomas Lauret, Florent Corée n Directeur Qualité, logistique et diffusion : Serge Robert n Directeur de la publicité : Fabrice Thabuis - Tél : Fax : n Coordination publicité : Alex Bidois n Mise en forme : Roseline Dalleau n CPPAP 0310C ISSN n Impression : ICP ROTO.

4 4 {immobilier} supplément du Journal de l île du 8 juin 2015 Le marché de l'immobilier d'entreprise demeure tendu à La Réunion La recherche de locaux et de terrains reste importante. Inovista a identifié plus de 200 projets en 2014, un chiffre en hausse qui représente un volume total de près de m² de surface immobilière. Si l'immobilier résidentiel montre des signes d'essoufflement depuis la refonte des régimes de défiscalisation, l'immobilier professionnel continue, lui, à tirer son épingle du jeu. L'étude exclusive réalisée par lnovista, conseil en immobilier d'entreprise, sur l'évolution de l'activité en 2014 témoigne de cette dynamique. Plus de 200 projets de recherches de locaux ou terrains représentant un volume total proche de m² ont été identifiés l'année dernière par les équipes d'inovista. Comparé à 2013, le nombre de projets d'implantation ou de déménagement a tout simplement été multiplié par deux, une performance exceptionnelle révélatrice d'un marché en plein bouillonnement. Dans le détail, les entrepôts et commerces représentent chacun un tiers de la demande contre 25% seulement pour les bureaux. «Les entreprises sont majoritairement à la recherche de solutions de location pour les bureaux et les commerces et privilégient l'acquisition pour les entrepôts», note Vincent Le Baliner, le directeur d'inovista. Baisse des transactions de bureaux Dans son enquête le cabinet note que 75% des projets sont liés à des recherches actives. En d'autres termes, le secteur devra être capable de proposer m² de surfaces immobilières au cours des prochains trimestres. Ce scénario n'a évidemment aucune chance de se concrétiser, l'offre étant particulièrement faible, voire quasi inexistante sur certains segments. Ces tensions ne sont pas nouvelles. Elles se sont tout simplement amplifiées l'année dernière avec la fin de certains programmes d'investissement. La baisse des transactions de bureaux (23 en 2014 contre 33 en 2013) et la nette réduction des surfaces commercialisées (5 000 m² l'année dernière contre m² en 2012) s'expliquent essentiellement par la faiblesse des opérations neuves mises sur le marché. Résultat, dans l'ancien, le stock commence également à se contracter dangereusement, passant de m² recensés il y a un an à moins de m² début Ce niveau plancher ne devrait toutefois guère évoluer. Les bureaux vacants étant majoritairement obsolètes, leurs propriétaires peinent à séduire des locataires davantage attirés par des programmes plus récents et prêts à y mettre le prix. Après avoir enregistré une baisse de 2 euros en 2013, les valeurs locatives moyennes ont progressé à nouveau l'année dernière pour se stabiliser aux alentours de 20 euros le m² loué. Cette moyenne masque d'énormes disparités, les prix évoluant selon la nature du bien proposé et son emplacement. Tensions sur les locaux d'activités et les entrepôts Ce qui est valable pour les bureaux l'est également pour les locaux d'activités et les entrepôts. L'offre immédiate s'est restreinte au cours de ces derniers mois pour tomber à m² au début de l'année. L'essentiel des disponibilités se concentrent dans le Nord (60%) mais le rééquilibrage du marché au profit de l'ouest s'est produit. Cette zone dispose dans son portefeuille d'environ m² de surfaces disponibles, dont m² de surfaces neuves. «C'est le marché le plus tendu du secteur, confirme Vincent Le Baliner. Le taux de vacances très faible, moins de 5%, pèse mécaniquement sur la fluidité des échanges». Chiffre révélateur, après avoir commercialisé plus de m² de locaux d'activités et d'entrepôts en 2014, les professionnels n'ont géré que m² l'année dernière. Le nombre de transactions est Evolution de la demande exprimée en nombre ICI BIENTÔT ILOT C1 Source : Inovista COMMERCES ET BUREAUX A PARTIR DE 200 m 2 (livraison 2015) resté identique mais cellesci ont porté sur des locaux de taille plus modeste (900 m² en moyenne en 2014 contre m² en 2013). Dans ce contexte, les valeurs locatives sont restées dans des fourchettes relativement resserrées, entre 7 et 11 euros le m² selon les secteurs et la qualité du bien. Dans le commerce, enfin, la pénurie guette également. Sur les m² de surfaces recensées dans l'île, m² seulement sont aujourd'hui disponibles, ce qui représente un taux de vacances inférieur à 3%. Autant dire que le marché est complètement bloqué. Après une année exceptionnelle marquée notamment par la livraison du centre Leclerc à Saint-Leu ( m² livrés), le marché est redescendu à son niveau habituel en 2014 avec seulement m² commercialisés. Sans surprise la fourchette des prix oscille selon les produits : entre et euros le m² à l'achat, autour de 21 euros le m² à la location.

5 {immobilier} supplément du Journal de l île du 8 juin Le Nord et l'ouest concentrent l'essentiel de la demande Géographiquement, le marché de l'immobilier d'entreprise reste tiré par l'ouest et le Nord qui concentrent l'essentiel de la demande en Dans le chef-lieu et son environnement immédiat, la recherche de bureaux est demeurée importante note Inovista dans son étude. Avec m² placés (+ 28% en un an) le Nord fait quasiment deux fois mieux que l'ouest qui a vu son nombre de transactions considérablement se réduire. Cette atonie du marché dans ce secteur est liée tout simplement à la faiblesse de l'offre disponible. Le taux de vacances des biens est tombé en dessous de 2% l'année dernière, un chiffre nettement inférieur à une moyenne départementale - 4% - déjà très faible. En 2014 le Nord abrite toujours près de m² de locaux d'activités disponibles, ce qui représente 60% des surfaces. Sur ce territoire Inovista recense enfin m² de surfaces commerciales (41% de l'offre), une redistribution qui s'est faite au détriment du Sud. L'attractivité tertiaire de Saint-Denis ne constitue pas vraiment une surprise. Cette tendance correspond bien à l'adn immobilier de cette ville administrative, capitale de nombreux sièges sociaux. Dans l'ouest, micro-région tournée vers l'océan, la configuration est totalement différente. En 2014 par exemple, un tiers des projets porte sur des surfaces d'entreposage selon les statistiques établies par Inovista. La bande littorale qui s'étend de La Possession à Saint-Leu héberge aujourd'hui près du quart des surfaces vacantes de locaux d'activités et de d'entrepôts. Ce chiffre n'est pas exceptionnel, mais il illustre bien le rééquilibrage du marché en faveur de cette zone balnéaire. A contrario, on l'a vu, l'ouest n'est pas réputé pour ses immeubles de bureaux. Dans le Sud, secteur porté par le commerce et le bond des livraisons depuis 2006, Inovista n'enregistre pas de variations particulières l'année dernière. Dans l'est enfin, territoire jusqu'ici peu prisé par les entreprises, le marché a frémi en Les transactions de bureaux ont porté sur des surfaces plus grandes, ce qui a permis de porter le volume placé à 700 m². Le deuxième semestre 2015 demeure bien orienté. La livraison du parc d'ateliers artisanaux de m² réalisé par la Semac entre le siège de la Cirest et la scierie de l'onf à Saint-Benoît devrait continuer à animer le marché. Recherche de locaux recensés en 2014 Source : Inovista en m 2 Prix du m 2 pour les bureaux (à la location et à la vente) Source : Inovista Dans l'hexagone, le secteur est en pleine forme La mollesse de la croissance en métropole n'a pas affecté le secteur de l'immobilier d'entreprise en Les investisseurs ont engagé près de 27 milliards d'euros, un chiffre en hausse de 41% comparé à 2013 et très supérieur aux performances enregistrées par le marché au cours de la dernière décennie. La récente enquête publiée par BNP Paribas Real Estate, une filiale du groupe bancaire, montre que la France reste très attractive en dépit du contexte économique. Cette attractivité se manifeste d'abord en Ile-de-France qui concentre 72% des volumes investis. «Les grands institutionnels français ont accéléré leurs investissements en se concentrant sur les grands opérations», note l'étude qui cite l'acquisition de la CNP dans le 13ème arrondissement de Paris (247 millions d'euros) ou le rachat par des acteurs coréens du siège de Sanofi. En province, le niveau des transactions est moins important mais globalement le marché affiche une progression de 38% dans les régions. L'étude souligne enfin que les investisseurs privilégient les bureaux et les commerces, deux classes d'actifs qui absorbent près de 60% des montants engagés. A contrario, les commerces ne représentent que 6,4 milliards d'euros des dépenses. ICI BIENTÔT ESPACE LECLERC LOCAUX COMMERCIAUX A PARTIR DE 37 m 2 ET BUREAUX A PARTIR DE 55 m 2 A LOUER

6 6 {immobilier} supplément du Journal de l île du 8 juin 2015 Vincent Le Baliner «Le parc d immobilier d entreprise de La Réunion peut inciter des opérateurs locaux à s'orienter vers des actifs commerciaux». Le décalage récurrent entre l'offre et la demande génère mécaniquement des opportunités d'investissement selon le patron d'inovista. En 2014 le marché de l'immobilier professionnel est demeuré extrêmement tendu avec un taux de vacance des biens très faible. Cette demande toujours importante signifie-telle que les effets de la crise économique commencent à s'estomper? Vous avez raison de commencer par le taux de vacance, c est en effet la première fois que ces outils de mesure du marché de l immobilier d entreprise sont annoncés à La Réunion. Cette avancée majeure découle de notre engagement à apporter des éclairages nouveaux à ce marché et a été rendu possible par notre première étude sur le parc d immobilier d entreprise et la sortie de notre bilan annuel sur la conjoncture du marché. Les taux de vacance à La Réunion sont extrêmement faibles. En bureaux par exemple il est de 4% sur l ensemble du territoire. Il y plusieurs explications à la faiblesse de la vacance : tout d abord, le parc réunionnais est relativement petit : on compte environ 0,8 m² de bureaux par habitant contre 2,3 m² en moyenne nationale. Ensuite la crise économique a freiné la réalisation des projets de construction des promoteurs ou SEM et, par voie de conséquence, moins d offres ont été mises sur le marché. A contrario, la demande exprimée a connu une très forte augmentation : +14 % en un an. Nous avons actuellement chez Inovista plus de 200 sociétés en recherche de locaux pour une surface totale d environ m². Une des explications de ce mouvement haussier est due au contexte macro-économique : bonne dynamique du climat des affaires depuis mi-2013, légère amélioration sur le front de l emploi, hausse des importations, hausse globale (hors BTP) du solde d opinion. L ensemble de ces indicateurs montrent en effet le début d une sortie de crise. «Le parc réunionnais est relativement petit : on compte environ 0,8 m² de bureaux par habitant contre 2,3 m² en moyenne nationale». Comment évoluera l'offre au cours des prochains trimestres? L offre disponible est globalement en repli depuis 3 trimestres : en bureaux elle est passée de m² identifiés fin 2014 à environ m² à la fin du 1 er semestre Ce mouvement baissier est également observé sur les locaux d activités et entrepôts avec moins de m² disponibles sur l ensemble du territoire. Ces indicateurs importants pour bien comprendre les dynamiques de marché ont été partagés avec nos clients et partenaires pour les inciter à travailler sur le lancement de programmes neufs. De plus, la motivation des recherches exprimées étant principalement un besoin de surfaces complémentaires, l offre de seconde main ne va pas venir gonfler le stock de disponibilités. Dans un marché avec une demande en hausse et une production de surfaces neuves qui a marqué le pas, l offre disponible ne devrait pas varier avec une amplitude forte. La forte demande des entreprises peut-elle pousser de nouveaux investisseurs à se positionner sur ce marché? La maîtrise du foncier par certains opérateurs ou la non création de nouvelles zones économiques sont des freins importants à l arrivée de nouveaux entrants. De plus, le secteur immobilier a été marqué ces trois dernières années par des évolutions techniques et réglementaires importantes (lois Duflot, Pinel, Hamon, Alur, Grenelle, PMR et Accessibilité ) alors que ce secteur a besoin de simplification. Cependant, La Réunion a un petit parc d immobilier d entreprise, une vacance faible et une demande forte qui peuvent inciter des opérateurs locaux à s orienter vers des actifs commerciaux. De plus, le marché offre aux investisseurs des taux de rendement (de 6 à 10%) beaucoup plus intéressants que le secteur du logement ou de l immobilier d entreprise en métropole. Le prix des valeurs locatives de bureaux a légèrement augmenté en Cette tendance se confirmet-elle depuis le début de l'année? Après un baisse d environ deux euros (hors charges et hors taxes) le m² en 2013, les valeurs locatives de bureaux ont augmenté en 2014 pour revenir à 20 euros (hors charges et hors taxes) par mois. Dans un marché globalement en hausse, cette moyenne cache des écarts importants selon les microrégions, l état des locaux et la surface louée (de 11 euros à 27 euros). Cette augmentation s explique par l amélioration globale du niveau des prestations des immeubles (la fin de la livraison en état «brut») et surtout la faiblesse de la vacance. Cette variation de moyenne et les écarts importants confirment la fin du prix au m² quasi identique selon les opérations et les secteurs que nous avons annoncés il y 3 ans. Depuis le début 2015, peu d opérations nouvelles ont été mises sur le marché et le niveau de la demande reste important. Les premières transactions et les négociations en cours, sur un volume d environ m², confirment cette tendance. Une entreprise à la recherche de locaux doitelle privilégier aujourd'hui l'acquisition ou la location? La location s impose pour deux raisons principales. Elle «La variation moyenne et les écarts importants confirment la fin du prix au m² quasi identique selon les opérations et les secteurs». permet à l entreprise d être plus réactive à l évolution de son activité ou de son marché en adaptant assez aisément son immobilier. La location, c est aussi un choix d allocation d actif : les fonds propres qui seront mobilisés pour acquérir évitent de servir un rendement à un investisseur (le propriétaire) de 6 à 10 %. Mais si l entreprise a une activité avec des résultats supérieurs, allouer le cash disponible dans le développement (création d emploi, investissement matériel ou immatériel) sera plus rentable. A contrario, l acquisition s imposera pour des raisons plus diversifiées. La première est souvent la volonté du gérant actionnaire de se constituer un patrimoine immobilier en créant une SCI familiale pour louer les locaux à son entreprise. L achat permet également à la société d avoir une sécurité en cas de difficulté sur son activité. Cela peut-être aussi une obligation pour des entreprises ne pouvant s installer dans des locaux «La loi Pinel apporte une meilleure information au locataire mais vient encadrer encore davantage les relations entre bailleur et locataire». adaptables à leur activité et demandant des travaux de construction ou d aménagement à des coûts importants. C'est le cas d une unité de production spécifique par exemple. Enfin, c est parfois une motivation de reconnaissance qui pousse l entrepreneur à acquérir : il pourra ainsi communiquer sur un siège identifiable, vecteur de communication de son entreprise. La stratégie retenue dépend donc de la taille et de l âge de l entreprise, de ses résultats, de ses perspectives, de la volonté de ses dirigeants La réforme des baux commerciaux intervenue en novembre 2014 était attendue par l'ensemble du secteur. Ces nouvelles dispositions permettrontelles - réellement - de mieux encadrer les relations entre preneurs et bailleurs? La réforme de 2014, dite réforme Pinel (loi du 18 juin 2014 et décret de novembre) est venue modifier en profondeur une réglementation qui avait peu évolué depuis 1953! En réalité elle n était pas si attendue puisque représentants de bailleurs et de preneurs apportaient régulièrement, par consensus, des modifications réglementaires (la création de nouveaux indices d indexation par exemple). L ensemble des acteurs avaient exprimé auprès de la ministre leurs volontés de pouvoir continuer ainsi. Une des dispositions positives de la réforme est l obligation d information du preneur, avant la signature du bail, de la liste exhaustive des charges et taxes mais aussi des travaux réalisés et prévue de N-3 à N+3. Sa connaissance de l actif est donc parfaite : il peut calculer le coût global immobilier de son installation. La création du droit de préemption du locataire en cas de vente (sauf exceptions notamment en cas de vente en bloc) devrait permettre à des petits commerçants de se porter acquéreur de leurs murs. Mais la loi et le décret ouvrent malheureusement la voie à de nombreuses interprétations et l on voit déjà apparaître des doctrines différentes. Globalement, la loi Pinel apporte une meilleure information au locataire mais vient encadrer encore davantage les relations entre bailleur et locataire Est-ce pour aller vers du mieux? Je ne saurai le dire.

7

8 8 {immobilier} supplément du Journal de l île du 8 juin 2015 Saint-Leu veut séduire les entreprises Après avoir longtemps souffert de son enfermement entre Saint-Pierre au Sud et Saint-Paul à l Ouest, Saint-Leu entame sa mue et veut attirer les entreprises. La ville possède plusieurs projets d aménagement, dont l extension de la zone d activités de la Pointe des Châteaux. La ZAC de la Pointe des Châteaux doit passer de 6 à 12 hectares de surface dans les prochaines années. L immobilier d entreprise, c est notre métier Un professionnel au service des professionnels 11 chemin Var Le Port / promotion ALSEI La société Spac Ofis, votre spécialiste de l immobilier d entreprise, intervient pour vous sur toute l Ile de la Réunion L afflux continuel de nouveaux habitants (la ville de Saint-Leu figure parmi celles qui en attirent le plus chaque année) oblige la municipalité à multiplier les projets urbains en centre ville et en périphérie et à développer des zones d activités pour répondre à la demande des entreprises. Saint-Leu, ce n est pas seulement une station balnéaire et des atouts touristiques. C est aussi du foncier maîtrisé et réservé pour accueillir de l immobilier d entreprise, comme du côté de la zone artisanale (ZA) de la Pointe des Châteaux, à l extrémité est de la ville. Créée dans les années 90, la ZA a déjà atteint ses limites. D où le projet d extension porté par la municipalité et le TCO pour doubler sa surface à 12 hectares dans les prochaines années. La nouvelle zone d activités comportera 26 parcelles en location et acquisition de 500 m² à m² pour les entreprises industrielles et artisanales, mais également un parc d activités comprenant 35 ateliers (de 100 m² à 500 m²) ainsi qu une pépinière d entreprises. Un immeuble de bureaux et de services se dressera également au centre de la zone. «Même à cinq minutes du centre ville, cela reste un espace un peu excentré. Il est donc important de pouvoir répondre sur place aux principaux besoins des entreprises installées. On pourrait y trouver des commerces de bouche, de la reprographie, du secrétariat, etc.», explique Carine Nabenesa, directrice générale adjointe du pôle aménagement et développement à la mairie de Saint-Leu. Le projet est au stade de la maîtrise d œuvre. La municipalité apporte le foncier, le TCO devrait se charger du financement et de la réalisation. Un investissement qu on imagine conséquent mais qui ne serait pas adossé à des subventions. Les travaux seront lancés en 2017, avec une précommercialisation possible dès l an prochain. L un des objectifs de cette extension est d offrir aux entreprises une alternative à la Zac Portail. Au-delà de l activité commerciale qu on y trouve, une zone artisanale «Nous sommes persuadés que Saint-Leu a une carte à jouer en matière économique puisque nous sommes au confluent des deux bassins ouest et sud», explique Carine Nabenesa, DGA aménagement et développement. s y développe et se remplit également. L extension de la Zac de la Pointe des Châteaux viendra compléter l existant, avec une spécificité artisanale encore plus forte. «Carte à jouer» En agissant ainsi, Saint-Leu entend attirer et fixer un certain nombre d acteurs économiques sur son territoire. «Nous sommes persuadés que Saint- Leu a une carte à jouer en matière économique puisque nous sommes au confluent des deux bassins ouest et sud», confirme Carine Nabenesa. Après avoir été dans l ombre de Saint-Paul et de Saint-Pierre, la commune a retrouvé de l attractivité grâce à la route des Tamarins. L extension future de la Zac de la Pointe des Châteaux s accompagne d ailleurs d un projet de sortie haute par la route des Tamarins pour améliorer son accessibilité. Les projets ne s arrêtent pas là. La commune réfléchit à la réalisation d une opération de 16 hectares en centre ville baptisée Saint-Leu Océan (du côté de la gendarmerie), avec commerces et zone d activités économiques Il faut s attendre aussi à du changement à Piton Saint-Leu. Amené à se développer, le quartier associera essor urbain (Piton compte plus de habitants à ce jour) et zones réservées à de l immobilier d entreprise. Comme le prévoit le SAR - le schéma d aménagement régional - la ville a la volonté, avec le TCO, de réaliser des microzones d activités dans les hauteurs du territoire (la Chaloupe, le Plate). «Il y a une demande dans ces zones de la part d artisans qui sont souvent contraints de travailler chez eux, faute de locaux mieux adaptés à leurs activités». Si la municipalité ne manque pas d idées pour séduire les entreprises, elle sait aussi que la création d un environnement le plus favorable possible ne se fera pas sans investissements de ses partenaires (Europe, Etat, Région, Département, TCO, Caisse des Dépôts, etc.) : «Nous avons de la place, du foncier disponible, mais nous n imaginons pas faire tout cela tout seul», souligne Carine Nabenesa. «Un projet comme celui de la ville relais de Piton par exemple représente un enjeu à échelle régionale. Il faut pouvoir mobiliser les fonds publics». Il faut en outre pouvoir passer les procédures administratives et disposer des aménagements nécessaires aux abords des zones d activités (routes, éclairage, etc.) qui ne suivent pas toujours. De quoi désespérer parfois les entrepreneurs les plus impatients. «Cela peut sembler lointain», admet la directrice générale adjointe qui comprend parfaitement ce sentiment. «Nous aussi nous aimerions que le passage du papier au concret se fasse plus vite».

9

10 10 {immobilier} supplément du Journal de l île du 8 juin 2015 Acti'sem Une filiale de la Semader en plein essor Pleinement opérationnelle depuis fin 2013, la société Acti sem, qui dispose de plus de m² en immobilier d entreprise (immeubles, zones et parcs d activités), travaille déjà à agrandir son patrimoine de m². Si le grand public connaît la Semader d abord pour ses missions de promoteur et de bailleur social, l opérateur créé en 1985 dans un souci de résorption de l'habitat insalubre a également un rôle à jouer dans le développement économique du territoire. Un objectif que la société d économie mixte n a pas mis de côté, explique son directeur général, Joël Personné. «L aménagement urbain et le logement sont des questions importantes, mais l activité économique l est tout autant, car c est là que s équilibre toute société». Les actionnaires de la Semader l ont compris très tôt. Dès le départ, la société intervient sur de grandes opérations d aménagement au service des entreprises locales. Elle a contribué au début des années 90 à la sortie de la Zac 2000, l une des principales zones d activités de l île avec ses 60 hectares. Offrir «un coup de main» aux entreprises locales Même chose avec le village des Mascareignes, toujours au Port, ou encore la Zac Bel- Air, à Saint-Louis. Au total, la Semader compte plus de 235 hectares de zones d activités répartis sur toute la Réunion. Pour sortir de son rôle de foncière, la société fait rapidement évoluer ses objectifs afin de proposer au monde économique l offre immobilière la mieux adaptée à sa diversité. La société intervient à plusieurs niveaux, allant de l'ingénierie technique jusqu au montage financier. Le maître d'ouvrage sait aussi se mettre en situation de crédit bailleur pour le compte de grandes entreprises. Ainsi, l usine Australine à Saint-Philippe et le bâtiment Giordano à la Possession sont deux exemples de montage dans lesquels la Semader est encore propriétaire des murs. La demande d immobilier d entreprise est importante, mais le tissu local, composé en majorité de petites entreprises, est une spécificité dont il faut Joël Personné, directeur général de la Semader et président d Actisem : «l faut être juste dans l'offre qu'on fait, car la demande est fragile». évidemment tenir compte. La Semader construit des locaux d activités artisanales et tertiaires avec une priorité donnée aux locaux artisanaux à loyers modérés. Elle bénéficie pour cela des aides régionales et européennes. «Avec des loyers à partir de 4,50 euros (du m²) et une moyenne de 7,50 euros (m²) dans les zones artisanales, nous avons des locaux adaptés à la solvabilité des petites entreprises», souligne Joël Personné. «Il faut être juste dans l'offre qu'on fait car la demande est fragile», poursuit-il. «Voir une entreprise, même majeure, acheter son terrain pour y installer ses locaux parce qu elle dispose d une relative autonomie financière est plutôt rare. L option la plus courante pour elle c est de s appuyer sur un opérateur comme la Semader pour le faire, tout en ayant sa propre stratégie immobilière». Résultat, les surfaces sont occupées et le taux de vacance est très faible, selon la société. La Semader fait même valoir un taux de rentabilité compris entre 8% et 10%, celui-ci étant encore amené à progresser. En accompagnant les entreprises dans leur implantation et leur croissance, la Semader a mobilisé en grande partie ses fonds propres pour développer un patrimoine immobilier de plus de m². Un «coup de main» aux chefs d entreprise locaux qui a obligé la société à se poser des questions sur son modèle et son organisation dès L objectif n est pas d abandonner les activités de développement économique et plus particulièrement d immobilier d entreprise, mais au contraire de les conforter. Dans un souci de clarification de ses missions, une filiale d abord portée à 100% par la Semader et dédiée à l immobilier d entreprise est créée. Son nom : Acti sem. Plusieurs étapes suivront, avant d aboutir fin 2013 à une ouverture du capital à la Caisse des dépôts (deuxième actionnaire derrière la Semader) et la Caisse d Epargne. La Semader transfère à Acti sem la quasi-totalité de son patrimoine en immobilier d entreprise. Dans le même temps, à côté des m² existants, des travaux sont engagés pour un total de m² supplémentaires. Le plan de développement prévoit le démarrage de cinq opérations entre 2014 et 2016, puis de m² par an m² pour un investissement de 15 millions d'euros, ont été engagés l'année dernière dans le cadre de trois sociétés de Les zones et parcs d activités en cours de réalisation Acti sem est actuellement engagé sur différents projets en matière d immobilier d entreprise et de zones d activités. Voici quelques exemples : L ensemble Montaignac à l'etang-salé. Parmi les réalisations en cours, il faut citer l'ensemble immobilier Montaignac à l'etang- Salé, destiné à recevoir le laboratoire-cuisine du groupe Cap Méchant. La livraison est prévue très prochainement (août 2015). L'immeuble correspond aux besoins très spécifiques du groupe de restauration, lequel ne sera propriétaire des lieux qu au terme d une période de 12 ans. "Non pas pour surfer sur une complexité d'ingénierie financière, mais pour permettre à Cap Méchant d'investir dans son outil industriel plutôt que dans le bâtiment", précise le président d Acti sem, Joël Personné. Techsud à Saint-Pierre. A Saint-Pierre, Acti sem participe avec CBO Territoria à l'aménagement de Techsud, le second parc technologique de la Réunion. Avec la Caisse des dépôts, les investisseurs portent un projet d'immeuble destiné à des entreprises en développement et dont le modèle économique n'est pas encore tout à fait défini. Dans ce projet créées avec la Caisse des dépôts et d'autres investisseurs. Disposant d'un patrimoine important et touchant à un panel très large d'activités, Acti sem est aujourd'hui en capacité de proposer du sur mesure aux entreprises locales en matière d'immobilier. «A condition de disposer de partenaires financiers, prend soin de préciser Joël Personné, également président d Acti sem. «Seuls, nous n aurions jamais pu porter tous ces projets». projet, l'enjeu principal est donc celui de l'adaptabilité des locaux et leur modularité dans le temps. Nouvelle zone d'activités à l'etang- Salé et futur siège de la Semader. Autre illustration du travail mené actuellement, l'amorce d'un nouveau parc d'activités à l'etang- Salé, dont un immeuble destiné à accueillir le futur siège de la Semader (actuellement à Saint-Louis). D'une superficie de m², l'immeuble de bureaux intègre toutes les qualités (environnementales, organisationnelles, etc.) que doit avoir un bâtiment moderne dans les activités du tertiaire. Le village Mascareignes 2 au Port. Ce projet de village, livré très prochainement, complètera l offre du premier village Mascareignes. «Il regroupe toute notre expertise en matière de gestion patrimoniale de village d'activités», souligne Joël Personné. L ensemble doit loger 7000 m² de locaux d activités (essentiellement artisanale), répartis dans un espace total de m², avec zone de traitement des déchets, des espaces de repos, un pôle restauration, une cour, etc... Acti sem est aujourd'hui en capacité de proposer du sur mesure aux entreprises locales en matière d'immobilier.

11

12

13

14 14 {immobilier} supplément du Journal de l île du 8 juin 2015 Saint-Benoît Au cœur du Pôle Bois La Semac a fait le pari d ériger un parc d ateliers artisanaux de m² en zone franche urbaine, entre le siège de la Cirest et la scierie de l ONF à Saint-Benoît. Il n y a pas encore foule dans la ZAC des Plaines, située non loin du giratoire de Saint-Benoît qui porte le même nom. Des locaux neufs d architecture moderne en cours d aménagement. Des lignes rouges, des façades couvertes de bois et des ouvriers qui s activent. C est ici, dans la zone franche urbaine (SFU) que s érige le parc d activités du Pôle Bois, idéalement placé entre le nouveau siège de la Cirest et la scierie de l ONF. L ensemble composé de 19 ateliers à loyers modérés (6,5 euros du m², hors charges) sur une surface totale de m², complètera dès le mois d août prochain la Zac des Plaines. Des locaux fonctionnels allant de 100 à 500 m², avec bureau, mezzanine et isolation acoustique pour certains. Dans la cour intérieure, fermée et sécurisée, on compte 140 places de parking. Autour du Pôle Bois s étend une zone industrielle de 15 hectares dont l aménagement a commencé en A l origine, le parc de m² devait accueillir essentiellement des entreprises du bois, d où son nom. Mais avec la crise, à partir de 2008, sa vocation a évolué et les activités qui s y installeront en location se sont diversifiées (à forte dominante BTP). Qu importe, le nom de Pôle Bois est resté attaché au projet. Le parc d ateliers a été réalisé par la SAS Palme, dont les actionnaires sont la Semac (majoritaire) et la Caisse des dépôts. Au total, plus de 8 millions d euros ont été investis, avec une part de fonds propres, mais aussi de l emprunt et des subventions (Feder, Région et Cirest). Dynamique enclenchée Pour la Semac, qui veut développer ses activités audelà de son rôle d aménageur et de bailleur social, cette activité tombe sous le sens. «La pression n est pas très forte en terme d immobilier d entreprise dans l Est, mais elle existe et la dynamique est enclenchée», explique Laurent Schalbar, responsable du service activités économiques et commerciales à la Semac (Société d économie mixte d aménagement et de construction). Le tissu économique est beaucoup moins développé dans l Est comparé aux autres micro-régions, mais ce défaut d attractivité est compensé par une situation en zone franche urbaine pour la Zac des Plaines à Saint-Benoît. Les entreprises qui s y implantent sont exonérées d une partie de leurs charges fiscales. En outre, le Pôle Bois est une opération d intérêt général, avec la location d ateliers à loyers modérés aux très petites entreprises et entreprises artisanales. Raison pour laquelle des subventions, notamment européennes, ont été mobilisées. «Le but, c est de pouvoir soutenir le développement de petites entreprises, souvent fragiles». Le parc d ateliers du Pôle Bois à Saint-Benoît doit permettre aux artisans et petites entreprises de s installer durablement dans un espace permettant leur développement. En bas, à gauche, la partie «bureaux» n a pas été réalisée, faute de demande. Livré dans moins de trois mois, le Pôle Bois dépasse les 65% de pré-commercialisation. Il reste donc de la place. «Les petits ateliers sont partis très vite, contrairement aux plus grands (+ 300 m²) qui se louent difficilement», souligne Laurent Schalbar. «Nous avons beaucoup de demandes pour des ateliers de production, mais quand arrive le moment de signer le bail, ça se complique», reconnaît le responsable de la Semac. Selon les observateurs, les chefs d entreprise sont encore attentistes devant la reprise fragile. Mais la hausse de leurs carnets de commandes est indéniablement un signe encourageant pour l avenir. ici bientôt bureaux A LA VENTE A PARTIR DE 160 m 2 Commercialisation : Du projet à la réalité Les ouvriers donnent actuellement les derniers coups de pinceau pour livrer les ateliers au mois d août. Semac : un nouveau venu dans l'immobilier d'entreprise Comme d autres SEM de l île, la Semac s engouffre dans la brèche de l immobilier d entreprise. Une offre encore peu développée dans l Est. La société d économie mixte, plus habituée à construire des logements sociaux, notamment à Saint-Benoît, dispose d un parc encore très jeune : elle a réalisé le siège de la Cirest (deux bâtiments de m² chacun, dont l un n est pas occupé) et gère les locaux commerciaux aux pieds de ses immeubles d habitation. Elle a réalisé, au sein d une société conçue pour l occasion, le Pôle Bois de m² d ateliers à Saint-Benoît et détient la gestion des 15 hectares de la Zac des Plaines. Parmi les projets dans ses cartons, la Semac lorgne du côté de Quartier Français, à Sainte Suzanne, où elle pourrait à l avenir construire des immeubles à vocation commerciale sur une surface de m² (les Halles de Quartier Français). La société travaille en outre sur un programme de plus de m². Celui-ci est lié à une activité d'enseignement supérieur sur la Zac Isis à Saint-Benoît (qui accueille déjà le Conservatoire à rayonnement régional et un lycée) et devrait être couplé avec une offre de résidence universitaire. Enfin, la demande concernant le bureau, si elle n'est pas inexistante dans l'est, demeure cependant embryonnaire et ne permet aujourd'hui pas de produire de programmes importants non pré-commercialisés.

15 {immobilier} supplément du Journal de l île du 8 juin La Technopole, une vitrine technologique pour les entreprises Dans le Nord, la Technopole s'étend sur 36 hectares et abrite 106 structures. L 'association Technopole existe depuis Certifiée RETIS (Réseau français de l'innovation), elle permet à des entreprises innovantes de venir s'installer sur ses deux parcs : Technord à Saint-Denis et Techsud à Saint-Pierre. La Technopole accueille le CYROI, une plateforme de recherches et d'innovation en biotechnologies Dans le Nord, 106 structures, dont 70 entreprises et 19 labos, s'étalent sur les 36 hectares de cette zone d'activités. La maîtrise d'ouvrage est confiée à la Cinor (Communauté des communes du Nord) et l'aménagement à la Sodiac (Société dionysienne d'aménagement et de construction). La Technopole attire depuis plus de 10 ans des entreprises qui se reconnaissent et répondent à plusieurs conditions d'éligibilité pour s'y installer. Il existe quatre critères d'excellence indispensables à toute installation au sein de la Technopole. Les sociétés doivent obligatoirement œuvrer dans le domaine de l'environnement, de la santé, de la biotechnologique ou encore des TIC (Technologies de l'information et de la communication). "C'est un lieu stratégique pour les entreprises innovantes, en plus des avantages fiscaux liés à son classement en zone franche", explique Jenyfer Péridont, chargée de mission animation à la Technopole. Et les demandes d'installation sont nombreuses, mais il y a peu d'élus. La décision finale revient à une commission tripartite (la Sodiac, la Cinor et la Technopole). Ce succès se retrouve dans les chiffres. La zone d'activités est aujourd'hui remplie à plus de 90%. "Il reste 7 locaux vacants", précise Jenyfer Péridont. Les entreprises installées à la Technord disposent d'une superficie moyenne de 100 m². "Plus pour les anciennes entreprises", souligne la chargée de mission animation à la Technopole. En tout, plus de salariés travaillent quotidiennement à la Technord. Plusieurs projets sont actuellement en cours de développement, comme l'atelier Grand Canal (voir notre focus sur la Sodiac), l'objectif étant de répondre à une demande toujours forte d'installation sur cette zone d'activités. Sur la Techsud, il reste de la place A contrario, l'installation de la zone Techsud a pris un peu de retard à l'allumage sur l'aspect immobilier d'entreprise. "On a du mal à démarrer" reconnait Jérôme Beaudemoulin, chargé de mission Sud pour la Technopole. Pour le moment, l'iut et plusieurs laboratoires de recherches y sont installés depuis plusieurs années. Ce parc technologique connaît un développement tourné vers les entreprises plus récentes. Actuellement, la Semader et la ville de Saint-Pierre (maître d'ouvrage) achèvent un premier bâtiment d'entreprise. Il s'agit du premier de trois lots à venir m² d'espace de travail sur trois niveaux divisibles en locaux de 25 à 200 m² en fonction des besoins. Mais comme dans la zone Technord, les entreprises doivent répondre aux critères indispensables de l'innovation. "On travaille sur le prospect car le parc diffère des activités dites 'traditionnelles'", explique Jérôme Beaudemoulin. Un premier bâtiment commence à être commercialisé, ajoute-t-il. A l'intérieur, un espace de 180 m² sera entièrement dédié au showroom, conférences et autres besoins (animation, valorisation, convivialité et création de réseaux entre les sociétés) des entreprises installées dans ce bâtiment. La livraison de cette première tranche est attendue pour la fin de l'année L'association, guichet unique pour les entreprises Au-delà de la zone d'activités attractive et d'une fiscalité plus avantageuse, les nombreuses entreprises qui sont ou souhaitent s'installer au sein de la Technord et de la Techsud le font pour la valeur ajoutée apportée par l'association Technopole. Elle joue le rôle d'animateur et de guichet unique pour les entreprises installées dans Comment monter un dossier d'installation Les parcs Technor (Saint-Denis) et Techsud (Saint-Pierre) sont des zones d activités attractives et innovantes. Le parc Technord rassemble un pôle d enseignement supérieur, de nombreux organismes de recherche et plus de 80 entreprises de qualité. Le parc Techsud est une zone multiactivités en plein développement qui accompagne l implantation d entreprises innovantes dédiées aux ses deux parcs. L'association technopole, outre son rôle d'intermédiaire entre entreprise et aménageur, appui sur le principe de proximité avec les sociétés installées dans son parc. Rencontres individuelles, animations, enquêtes : tout est fait pour choyer les locataires ou propriétaires installés dans la zone. "Contrairement aux autres zones d activités, c'est un plus pour les sociétés. Cela apporte une valeur ajoutée à la zone", rappelle Jenyfer Péridont. On parle alors de fertilisation croisée. La Technopole agit comme support de la politique de activités technologiques. Il accueillera à terme des commerces et un pôle résidentiel. Les critères retenus pour s'installer : S orienter vers le développement de l'innovation Miser sur des activités à forte valeur ajoutée Constituer un maillon d'expertise pour les autres activités du site Entrer dans une volonté de partenariat avec la recherche et la recherche et de développement sur notre territoire. Animation et mise en réseau des compétences, création d'entreprises innovantes - une société peut passer par un "incubateur" pendant deux ans dans le cadre d'une création d'activité innovante, l'association la suit, lui trouve un local et l'aide à se développer - promotion du territoire, telles sont les différentes composantes de la dynamique technopolitaine. D'où un réel engouement pour les entreprises réunionnaises innovantes à venir s'installer dans un tel parc technologique. formation Créer des emplois Reste à choisir entre la location de locaux, l'achat de locaux ou l'achat de terrain. Un dossier est à retirer sur le site de la Technopole (www.technopole-reunion.com) et à renvoyer vers les services économiques de la Cinor, au 3 rue de la Solidarité CS Sainte-Clotilde Cedex

16

17

18 18 {immobilier} supplément du Journal de l île du 8 juin 2015 La Sodiac veut offrir m 2 de locaux aux entreprises La cour Kerveguen : Ce projet est situé en face du Parc des expositions de Saint-Denis. Cette opération immobilière de m² abritera de nouveaux bureaux et commerces autour d'un patio central. La Sodiac (Société dionysienne d'aménagement et de construction) fête cette année ses 25 ans d'existence. Perçu majoritairement par le public comme étant un bailleur social, cette société d'économie mixte propose également des locaux et du foncier à destination des entreprises réunionnaises. La Sodiac est à la tête d'un vaste patrimoine immobilier et foncier. Elle compte m² de locaux (activités, bureaux et commerces) et 54 hectares de terrains viabilisés pour les entreprises (Technor, Ecoparc au Port et Zac des Grègues). Les projets sont nombreux. Dans son business plan pour , la Sodiac a comme objectif de doubler son parc immobilier pour les entreprises. "On ambitionne sur les 10 prochaines années de passer de 50 à m², soit 6 à m² de plus chaque année. On souhaite également aménager entre 3 et 9 hectares de foncier par an", souligne Philippe Naillet, le président de la Sem. Sur ces m² supplémentaires, 45% auront une vocation économique et 20% une vocation commerciale. Des prix inférieurs à ceux du marché La Sodiac veut proposer des projets en phase avec la réalité économique de la Réunion. "On ne fait pas d'immobilier d'entreprise uniquement pour nos comptes de résultat", lance, sans langue de bois, le président de la Sodiac. Rare pour être souligné. Car la Sodiac se positionne comme un aménageur proposant des tarifs abordables. Chaque projet immobilier (voir par ailleurs) fait l'objet d'un long travail auprès des financeurs (Etat, Europe...) afin d'être éligible à des crédits publics. Ce travail permet à la Sodiac de proposer des prix au m² inférieurs à ce qui se pratique dans le privé. Mais attention, tout le monde ne peut pas s'installer dans les locaux de l'aménageur, certains critères doivent être respectés (voir focus sur la Technopole). "On veut favoriser une dynamique économique et une création d'emplois durables sur notre territoire. On travail dans l'intérêt général car la Sodiac est un outil politique d'aménagement", rappelle Philippe Naillet. Pour les locaux commerciaux, l'offre de la Sodiac tourne entre 35 et 45 euros le mètre carré. A écouter Philippe Naillet, ces tarifs pourraient même être retravaillés dans le futur. Ce shéma pourrait concerner l'espace Leclerc, dans la rue Maréchal-Leclerc à Saint-Denis, où seulement la moitié des locaux sont actuellement occupés. "Nous allons revoir le prix pour être davantage en phase avec la réalité des activités commerciales de la zone". La Sodiac propose également des bureaux aménagés et non aménagés pour des prix au mètre carré oscillant entre 18 et 25 euros. Des prix jugés très compétitifs. "Nous ne sommes pas là pour distribuer des dividendes aux actionnaires de la SEM, mais pour accompagner le développement économique et mettre les opérateurs dans les meilleures conditions". Favoriser la dynamique économique La Sodiac est là pour apporter des "solutions immobilières" et une "qualité de service propice" à l'épanouissement et au développement des entreprises, en proposant des offres adaptées aux besoins, budgets et au calendrier de ses futurs locataires. Dans le cadre des cessions de terrains à bâtir, elle accompagne les entreprises pour la construction (mandat, conduite des opérations) sur des projets sur mesure. Pour ce qui est de la location ou de la vente de locaux de commerces, bureaux ou activités, la Sodiac propose aux entreprises deux types de finition : brute ou aménagée. En tout, 128 commerces, 67 bureaux et 24 ateliers et usines ont fait confiance à l'aménageur et sont à ce jour installés sur le parc de la Sodiac. L'ATELIER GRAND CANAL : la Sodiac va procéder à la réalisation d'une opération d'ateliers qui permettra de faire face à la demande importante de ce type de locaux dans le secteur de Saint-Denis. Cet investissement permettra d'accueillir sur cette zone des entreprises œuvrant dans le domaine de secteurs innovants qui nécessitent des besoins spécifiques en surfaces techniques (ateliers grandes hauteurs, zone d'assemblage...). L'objectif est de proposer l'offre la plus compétitive. L'atelier Grand Canal comprendra 13 locaux d'une surface moyenne de Les faits marquants de l'année 2014 Le secteur immobilier d'entreprise de la Sodiac a été marqué par plusieurs projets livrés : L'opération Doret située sur le boulevard Sud à Saint-Denis m² de bureaux déjà occupés en grande partie par les services de la Sécurité sociale. Des commerces en pied d'immeuble "Roseaux et Cristalline" sur 769 m² Dans les hauts de Saint-François, le chantier de l'opération de restructuration du centre bourg s'est achevé. En tout 800 m² de commerces, bureaux et crèche ont été livrés au premier trimestre Focus sur trois projets portés par la Sodiac 250 m² à un tarif de 11 euros le m². Démarrage des travaux au début de l'année Durée du chantier entre 12 et 15 mois. Livraison dans le courant de l'année LA COUR KERVEGUEN : Ce projet est situé en face du Parc des expositions de Saint-Denis. Il s'agit d'une opération immobilière de m² et de 350 places de parking destinée à abriter de nouveau bureaux et commerces autour d'un patio central. Un projet dans un secteur géographique privilégié et entouré de la zone d'activités du Chaudron, à proximité de l'aéroport. Démarrage des travaux de démolition début Durée totale du chantier : 30 mois. ILÔT C1 : Les travaux de l'ilot C1 ont démarré début Située en centre ville de Saint-Denis, cette opération se trouve aux angles des rues Maréchal-Leclerc et Issop Ravate. Cet immeuble matérialisera l'entrée du futur Espace Océan. Cette opération immobilière d'entreprise se compose de 404 m² de commerces en pied d'immeuble et 668 m² de bureaux sur 3 étages. Inauguration à la fin de cette année.

19

20 20 {immobilier} supplément du Journal de l île du 8 juin 2015 Philippe Puel directeur général du groupe Apavou «A Futura, nous voulons créer un véritable espace dédié au coworking». En 2014 le marché de l'immobilier d'entreprise est demeuré tendu à La Réunion. Dans ce contexte quelle est aujourd'hui la stratégie de votre groupe? La stratégie du groupe s'adapte en permanence aux mutations du marché. Les tensions observées localement en 2014 ont favorisé l'arrivée de nouveaux opérateurs, mais cette évolution n'empêche pas les professionnels de réfléchir à la nature des biens proposés et à la qualité des prestations offertes. Les habitudes évoluent et nous devons en tenir compte. Il y a quelques années, en métropole, toutes les entreprises souhaitaient s'installer dans le quartier de la Défense, puis elles ont délaissé les grandes tours pour privilégier les campus, un concept qui correspondait davantage à un mode de management en projet et en équipe. Les salariés raisonnent également de façon différente aujourd'hui. Beaucoup se posent cette question : pourquoi continuer à aller au bureau alors que grâce au télétravail je peux travailler chez moi dans un environnement aussi fonctionnel, voire plus confortable? Dans la conception de l espace de travail nous devons intégrer cette nouvelle demande en créant des ici bientôt lieux d échanges avec les autres salariés, en améliorant l espace. C'est la future vocation de l'immeuble Futura que vous avez commencé à rénover? L'immeuble a fait l'objet d'importants travaux de rénovation, ce qui a permis d'adapter le bâtiment aux nouvelles normes en vigueur. Les m² disponibles que nous détenons en portefeuille sont destinés à des start-up, à de jeunes créateurs d'entreprises exerçant dans les secteurs du multimédia ou de la communication. Nous voulons dès la fin du mois de juin créer un véritable espace dédié au coworking où les occupants, qu'ils soient travailleurs indépendants ou salariés d'une structure légère, partageraient un lieu, une vie sociale commune. Dans le monde on compte actuellement plus de espaces de coworking. En France, plus de personnes ont déjà travaillé dans ce type d'univers. Cette mutation n'illustre pas seulement un phénomène de mode, elle traduit en profondeur la volonté des employeurs et des salariés de privilégier une nouvelle forme de travail facilitant les contacts et les rencontres dans un même espace. Futura est déterminé à jouer cette carte. L'immeuble dispose, qui plus est, d'atouts exceptionnels. Les bureaux jouxtent le parc de la Trinité et le nouveau complexe aquatique, deux chantiers sur lesquels la ville n'a pas ménagé ses efforts. Depuis deux ans vous vous êtes également engagé dans une offre de type low cost où les prix pratiqués sont nettement inférieurs à ceux du marché. Cette politique commerciale porte-t-elle ses fruits? La réduction des prix au m² demeure au coeur de notre réflexion. Sur Futura, notre volonté est d'offrir un espace à 15 euros le m² par mois. Sur Europa, l'objectif est de passer à 13 euros le m². Notre deuxième axe de développement concerne les locaux d'activités. L'idée est de dupliquer le parc d'activités économiques (PAE) de la Mare qui s'étend actuellement sur m². Nous sommes positionnés actuellement sur un terrain à Sainte- Marie et nous espérons bien, à terme, investir dans une nouvelle tranche de m². A titre indicatif, nous venons de signer avec EDF un accord permettant l'installation de panneaux photovoltaïques en toiture. A lui seul, ce contrat permet de sécuriser 30% du loyer. Dans l'ouest et le Sud enfin, le groupe est à la recherche de foncier mais les prix proposés Ateliers en location a partir de 200 m 2 7 ht/m 2 - par mois par certains propriétaires ne nous ont pas permis jusqu'ici de trouver la bonne équation économique. Votre projet de la Mare a-t-il des chances d'être labellisé «Smartgrid»? C'est une perspective vers laquelle tout opérateur oeuvrant dans le domaine de l'immobilier devrait tendre. Nous sommes déterminés à construire des immeubles positifs qui produiraient plus d'énergie positive qu'ils n'en consomment. L'électricité n'est qu'un levier parmi tant d'autres dans la mise en oeuvre d'une stratégie de développement durable. Le groupe vient, par exemple, de signer un accord avec Ennesys, une société Smartgrid, la nouvelle tendance En première lecture le terme smartgrid peut paraître barbare. Pourtant, il s'agit tout simplement de l'avenir en terme de maîtrise des énergies. Ce terme désigne les nouveaux réseaux de distribution électrique intelligent, utilisant les technologies pour optimiser la consommation. Une donnée qui s'adapte pour les logements d'habitation, tout comme les bâtiments à destination des entreprises. Le mot smart-grid est souvent Philippe Puel : «Beaucoup se posent cette question : pourquoi continuer à aller au bureau alors que grâce au télétravail je peux travailler chez moi dans un environnement aussi fonctionnel, voire plus confortable?». métropolitaine spécialisée dans le traitement des eaux usées et des déchets organiques, pour ses futurs investissements. L'idée est d'enclencher un processus vertueux en transformant sur site des déchets en ressources. Dans le passé, le groupe Apavou associé aux nouvelles villes intelligentes. En métropole, neuf pôles de compétitivité spécialisés dans le domaine de l'énergie et des TIC (Technologies de l'information et de la communication) ont débouché sur la création des Smart-grids France. Une première européenne. L'objectif étant de porter une idée des réflexions sur le devenir des réseaux énergétiques et sur la gestion de l'énergie, explique SmartGrids France. Un levier essentiel à l'heure où l'on parle de la transition énergétique. Cette optimisation de la consommation, des coûts et de la distribution oblige à repenser l'écosystème énergétique urbain. Les smartgrids constituent la prochaine étape vers une meilleure efficacité énergétique urbaine. Au niveau national, Bouygues Immobilier a lancé la création d IssyGrid, le 1er projet de réseau urbain intelligent en France. Implanté dans le quartier d affaires Seine Ouest d Issy-les-Moulineaux (92), IssyGrid sera le 1 er réseau électrique intelligent de quartier en France. Il couvrira les besoins de près de personnes sur un périmètre de m². La Réunion n'échappe pas à cette vision. Au contraire. A l'heure où l'on veut faire de notre île un département autonome d'un point de vue énergétique, tout projet labellisé smartgrid est le bienvenu, notamment du côté des entreprises. Sur le parc de la Technord s'est fait connaître en permettant à des Réunionnais de sortir des bidonvilles et d'aménager dans des logements résidentiels. Avec l'immobilier d'entreprise, nous voulons développer la même démarche économique et environnementale. (Technopole de Sainte- Clotilde), un projet a retenu l'attention et obtenu la médaille d'argent du barème carbone 2012 des bâtiments d'outre-mer : l'immeuble de bureaux Darwin. Ce bâtiment d'une surface de m² en R+4 porté par l'entreprise Cotel et conçu avec la Corex, Gaa et FEDT dispose d'une installation photovoltaïque qui lui permet d'effacer sa consommation électrique 8 mois dans l'année. L'objectif étant de créer des locaux qui produisent autant d'énergie qu'ils n'en consomment, que se soit pour leur fonctionnement ou pour un coût de construction inférieur à une construction dite classique. Le prix au m² est revenu à euros pour un coût total du projet évalué à 2,8 millions d'euros. L'immeuble Darwin a été le premier bâtiment à énergie positive de l'île. Une attention particulière a été portée sur l enveloppe et les abords, afin de minimiser l usage de la climatisation, explique le maître d'œuvre, Architecte Côté Sud. Il faut savoir que le choix des matériaux et des techniques de construction est un élément primordial. Leurs performances impacteront les consommations énergétiques sur toute la durée de vie du bâtiment, ce qui représente près de 75% du coût global. Un élément non négligeable au moment de se lancer dans les constructions de se futurs locaux d'entreprises. L'avenir se tourne vers le smartgrid.

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX PERSPECTIVES CONJONCTURE ÉCONOMIQUE LE MARCHÉ DES BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE 1 er Semestre 212 PERSPECTIVES Un contexte de marché favorable aux utilisateurs La crise financière

Plus en détail

Inventaire des terrains et locaux disponibles à septembre 2012. (dans les zones d activités économiques de La Réunion)

Inventaire des terrains et locaux disponibles à septembre 2012. (dans les zones d activités économiques de La Réunion) Observatoire des Zones d Activités à La Réunion Inventaire des terrains et locaux disponibles à septembre 2012 (dans les zones d activités économiques de La Réunion) DANS LE NORD SAINT-DENIS SAINT-DENIS

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE La transformation de bureaux en logements : un premier bilan PAR BRIGITTE JOUSSELLIN 1 Entre 1994 et 1998, plus de 500 000 m 2 de surfaces d activités ont été transformées en logements, permettant de résorber

Plus en détail

performance environnementale Synthèse Décembre 2013 Analyse de la demande de bureaux «verts» EN ile-de-france

performance environnementale Synthèse Décembre 2013 Analyse de la demande de bureaux «verts» EN ile-de-france Étude réalisée en partenariat avec Immobilier tertiaire et performance environnementale Analyse de la demande de bureaux «verts» EN ile-de-france Synthèse Décembre 2013 Ce document synthétise les principaux

Plus en détail

DU GRAND LYON MISE A JOUR 31/12/2012. Avril 2013

DU GRAND LYON MISE A JOUR 31/12/2012. Avril 2013 OBSERVATOIRE DE L'IMMOBILIER D'ENTREPRISE SUR LE POLE ECONOMIQUE OUEST DU GRAND LYON MISE A JOUR 31/12/2012 Avril 2013 TECHLID L Espace EDEL-Ouest - 185, allée des Cyprès 69760 Limonest : 04 72 17 03 33

Plus en détail

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Paris, le 15 octobre 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Un marché immobilier résidentiel caractérisé par une baisse

Plus en détail

Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise

Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise Septembre 2014 Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise Quelles sont les attentes des entreprises en Loire-Atlantique? Afin de mieux cerner globalement la demande des entreprises de

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 214 Accelerating success. PERSPECTIVES Une année 215 dans la continuité > Après le creux de 213, l activité sur le marché des bureaux francilien

Plus en détail

Programmes Opérationnels Européens 2014-2020 FICHE ACTION

Programmes Opérationnels Européens 2014-2020 FICHE ACTION Page 1 Axe Axe 8 : Compenser les surcoûts liés à l'ultrapériphérie Objectif thématique (art. 9 Règ. général et Règ. FEDER) OT3 - Renforcer la compétitivité des petites et moyennes entreprises (PME), celle

Plus en détail

CBo Territoria annonce son transfert sur le marché réglementé de NYSE Euronext Paris

CBo Territoria annonce son transfert sur le marché réglementé de NYSE Euronext Paris Communiqué de presse Sainte-Marie, le 16 décembre 2011, 11h30 Aménageur - Promoteur - Foncière CBo Territoria annonce son transfert sur le marché réglementé de NYSE Euronext Paris «Les résultats et la

Plus en détail

DYNAMIQUE DES TRANSACTIONS DE TRÈS GRANDES SURFACES EN 2011

DYNAMIQUE DES TRANSACTIONS DE TRÈS GRANDES SURFACES EN 2011 AT A GLANCE LES BUREAUX EN ÎLE-DE-FRANCE JANVIER 212 DYNAMIQUE DES TRANSACTIONS DE TRÈS GRANDES SURFACES EN 211 Avec 2 442 m² placés en 211 contre 2 149 m² en 21, le marché des bureaux franciliens connaît

Plus en détail

Technopole de Bourges : Construction d un Centre d Affaires Vendredi 4 février 2011 15H00

Technopole de Bourges : Construction d un Centre d Affaires Vendredi 4 février 2011 15H00 Dossier de presse Technopole de Bourges : Construction d un Centre d Affaires Vendredi 4 février 2011 15H00 Contacts presse : Laurent DEULIN : 02 48 48 58 10 06 63 95 00 23 l.deulin@agglo-bourgesplus.fr

Plus en détail

LE GUIDE LOI PINEL 2015 OU COMMENT SE CONSTITUER UN PATRIMOINE IMMOBILIER À MOINDRE EFFORT

LE GUIDE LOI PINEL 2015 OU COMMENT SE CONSTITUER UN PATRIMOINE IMMOBILIER À MOINDRE EFFORT LE GUIDE LOI PINEL 2015 OU COMMENT SE CONSTITUER UN PATRIMOINE IMMOBILIER À MOINDRE EFFORT L investissement Pinel, un Investissement immobilier Le site est édité par un groupement de conseillers en gestion

Plus en détail

LE MARCHÉ DES BUREAUX DE L'AGGLOMÉRATION DE TOURS

LE MARCHÉ DES BUREAUX DE L'AGGLOMÉRATION DE TOURS 200 OBSERVATOIRE DE L'IMMOBILIER D'ENTREPRISE LE MARCHÉ DES BUREAUX DE L'AGGLOMÉRATION DE TOURS en compte propre au sein de l'agglomération de Tours Sommaire & Chiffres clés Editorial 200 : Une année de

Plus en détail

L immobilier au service de l épargne

L immobilier au service de l épargne Corporate au service de l épargne La performance durable au service de l épargne 14 15 Dans un marché de l immobilier d entreprise particulièrement concurrentiel, la construction d un patrimoine de qualité

Plus en détail

ATELIER PARISIEN D URBANISME. Le parc de bureaux parisien et son potentiel de transformation

ATELIER PARISIEN D URBANISME. Le parc de bureaux parisien et son potentiel de transformation ATELIER PARISIEN D URBANISME Le parc de bureaux parisien et son potentiel de transformation AVRIL 2015 Directrice de la publication : Dominique Alba Étude réalisée par : François Mohrt Sous la direction

Plus en détail

CIRCULAIRE N Mesdames et Messieurs les préfets de régions et de départements

CIRCULAIRE N Mesdames et Messieurs les préfets de régions et de départements Paris le, Le ministre de l'intérieur, le ministre de l'économie, des finances et de l'industrie et la ministre de l'aménagement du territoire et de l'environnement CIRCULAIRE N Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

Les mesures pour relancer la construction de logements

Les mesures pour relancer la construction de logements Les mesures pour relancer la construction de logements Janvier 2015 Le logement est devenu, pour la plupart des Français, cher et difficilement accessible. Le secteur de la construction traverse une grave

Plus en détail

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT LFP Europimmo SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine.

Plus en détail

La SEMAEST, opérateur commercial des quartiers

La SEMAEST, opérateur commercial des quartiers La SEMAEST, opérateur commercial des quartiers De l aménagement urbain au développement économique La SEMAEST, Société d économie mixte de la Ville de Paris, spécialisée dans La SEMAEST, Société d économie

Plus en détail

1. Le partenariat Foncière des Régions / AOS Studley

1. Le partenariat Foncière des Régions / AOS Studley 1. Le partenariat Foncière des Régions / AOS Studley En tant que partenaires et conseils des utilisateurs de l'immobilier tertiaire, Foncière des Régions et AOS Studley s'associent pour réaliser une grande

Plus en détail

Carré Vélizy, Vélizy-Villacoublay (78)

Carré Vélizy, Vélizy-Villacoublay (78) Carré Vélizy, Vélizy-Villacoublay (78) Dossier de presse 1 er décembre 2009 Jacques BLANCHARD, MRM Président Directeur Général Olivier LEMAISTRE, CB Richard Ellis Investors Responsable du portefeuille

Plus en détail

Conjuguez immobilier d entreprise et démarche environnementale

Conjuguez immobilier d entreprise et démarche environnementale L anticipation des nouvelles normes environnementales Lors de la constitution d un patrimoine immobilier à travers la création d une nouvelle SCPI, PERIAL Asset Management s efforcera de prendre en compte

Plus en détail

Immobilier de bureaux

Immobilier de bureaux Immobilier de bureaux Observatoire Nantais de l Immobilier Tertiaire L année en chiffres Nantes Métropole AURAN Édito 5 ans déjà! En 2009, le CINA décidait d organiser la collecte des transactions du marché

Plus en détail

Note expresse N 62 Novembre 2009

Note expresse N 62 Novembre 2009 Note expresse N 62 Novembre 29 L habitat à Saint-Pierre-et-Miquelon L habitat prédominant de l archipel est constitué de maisons individuelles d une surface moyenne relativement élevée par rapport à la

Plus en détail

héma Une solution pour tous les Sarthois

héma Une solution pour tous les Sarthois S u p p l é m e n t g r a t u i t d e LA SARTHE Le magazine du Conseil général héma S A R T H E Une solution pour tous les Sarthois Avec ses 14 000 logements, Sarthe Habitat, qui défend les valeurs de

Plus en détail

Le marché des bureaux 3ème trimestre 2008 Octobre 2008. Nanterre

Le marché des bureaux 3ème trimestre 2008 Octobre 2008. Nanterre Le marché des bureaux 3ème trimestre 28 Octobre 28 1 Nanterre Chiffres clés Le marché de Péri-Défense au 3ème trimestre 28 : Nanterre - Un niveau de demande placée boosté par une transaction clé en main

Plus en détail

Séance du Conseil Municipal du 27/06/2013

Séance du Conseil Municipal du 27/06/2013 Direction Générale Développement / Direction du Développement urbain Question n 182 Direction de l'urbanisme REF : DU2013027 Signataire : SM/NL Séance du Conseil Municipal du 27/06/2013 RAPPORTEUR : Jean-Yves

Plus en détail

Assemblée Générale Mixte 7 juin 2012. Immeuble NOVA La Garenne-Colombes (92)

Assemblée Générale Mixte 7 juin 2012. Immeuble NOVA La Garenne-Colombes (92) Assemblée Générale Mixte 7 juin 2012 Immeuble NOVA La Garenne-Colombes (92) LIMITATION DE RESPONSABILITE Déclaration prospective (Safe Harbour) Cette présentation comprend des considérations prospectives

Plus en détail

Devenir propriétaire de son logement

Devenir propriétaire de son logement GUIDE PRATIQUE DES NOUVELLES MESURES Devenir propriétaire de son logement Photos Patrick Modé www.logement.gouv.fr www.cohesionsociale.gouv.fr www.anah.fr Accession à la propriété. Les règles ont changé.

Plus en détail

LE MONET SAINT DENIS / 93

LE MONET SAINT DENIS / 93 LE MONET SAINT DENIS / 93 DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE JUIN 2015 LIVRAISON DE L IMMEUBLE DE BUREAUX LE MONET... 2 LE MONET DES BUREAUX à HAUTE VALEUR AJOUTéE ENVIRONNEMENTALE DANS UN NOUVEAU BASSIN DE VIE...

Plus en détail

Résultats annuels 2014 23 janvier 2015

Résultats annuels 2014 23 janvier 2015 Sommaire Points clés Résultats financiers 2014 Marché et perspectives 2 Points clés Résultats 2014 en ligne avec les objectifs annoncés «chiffre d affaires sensiblement comparable à celui de 2013 et marge

Plus en détail

Le tableau de bord. Ré g i o n Ce n t r e. de l observatoire régional de l habitat et du foncier de la région Centre. Édition octobre 2009.

Le tableau de bord. Ré g i o n Ce n t r e. de l observatoire régional de l habitat et du foncier de la région Centre. Édition octobre 2009. O bservatoire R H F égional abitat oncier Ré g i o n Ce n t r e Cher - Eure-et-Loir - Indre Indre-et-Loire - Loir-et-Cher - Loiret Le tableau de bord de l observatoire régional de l habitat et du foncier

Plus en détail

UFFI REAM. Société de Gestion d Actifs SCPI, OPCI et Groupements Forestiers. Donnons plus de valeur au temps

UFFI REAM. Société de Gestion d Actifs SCPI, OPCI et Groupements Forestiers. Donnons plus de valeur au temps GESTION D ACTIFS IMMOBILIERS SCPI OPCI GROUPEMENTS FORESTIERS UFFI REAM Société de Gestion d Actifs SCPI, OPCI et Groupements Forestiers Donnons plus de valeur au temps UFFI REAM Historique UFFI Ream :

Plus en détail

CLIENT INVESTISSEUR SCPI. Achète des parts de SCPI. Les locataires payent des LOYERS à la SCPI. Distribution de revenus, valorisation du patrimoine

CLIENT INVESTISSEUR SCPI. Achète des parts de SCPI. Les locataires payent des LOYERS à la SCPI. Distribution de revenus, valorisation du patrimoine Investir en SCPI Une SCPI ou Société Civile de Placement Immobilier est un produit d investissement collectif non coté investi en immobilier. L acquisition de parts de SCPI permet à l investisseur d effectuer

Plus en détail

le bilan de l immobilier d entreprise année 2013

le bilan de l immobilier d entreprise année 2013 le bilan de l immobilier d entreprise année 2013 Le marché de l immobilier d entreprise sur le territoire de Plaine Commune en 2013 Le territoire de Plaine Commune s agrandit au 1 er janvier 2013 pour

Plus en détail

ACQSION 2% d honoraires 10, rue de SUEZ 13007 Marseille 04 86 12 51 12 RCS Marseille 503903270

ACQSION 2% d honoraires 10, rue de SUEZ 13007 Marseille 04 86 12 51 12 RCS Marseille 503903270 ACQSION 2% d honoraires 10, rue de SUEZ 13007 Marseille 04 86 12 51 12 RCS Marseille 503903270 Etude du bien appartenant à Sis à Aix en Provence Estimation par comparaison 2 Estimation par rentabilité

Plus en détail

Vénissy, Un nouveau quartier se dessine

Vénissy, Un nouveau quartier se dessine Dossier de Presse Vénissy, Un nouveau quartier se dessine GRAND LYON Marie-Laure OUDJERIT Tel. 04 78 63 40 40 Mél. MOUDJERIT@grandlyon.org SERL - Peggy LECUELLE Tel. 04 72 61 50 39 GSM 06 03 98 55 71 Mél.

Plus en détail

INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES ET DE CLIMATISATION

INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES ET DE CLIMATISATION INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES ET DE CLIMATISATION SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES ET DE CLIMATISATION... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES

Plus en détail

INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE

INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE...

Plus en détail

Investissez indirectement dans l immobi

Investissez indirectement dans l immobi SCPI PRIMO 1 Investissez indirectement dans l immobi PRIMO 1 a pour objectif de constituer un patrimoine immobilier résidentiel, permettant l accès aux avantages fiscaux du nouveau dispositif Scellier.

Plus en détail

Sommaire. Foncière Commune, un outil stratégique foncier sur le long terme.3. Les instances de Foncière Commune.4

Sommaire. Foncière Commune, un outil stratégique foncier sur le long terme.3. Les instances de Foncière Commune.4 Dossier de presse Sommaire La communauté d agglomération Plaine Commune, terrain d enjeux pour les acquéreurs publics et privés.2 Foncière Commune, un outil stratégique foncier sur le long terme.3 Les

Plus en détail

Nelly COPERET Responsable SERL@immo² n.coperet@serl.fr

Nelly COPERET Responsable SERL@immo² n.coperet@serl.fr 85 Responsable SERL@immo² Portage et gestion patrimoniale d opérations complexes : accompagnement de la politique immobilière développée par les collectivités pour favoriser l implantation d activités

Plus en détail

Premier banquier de l immobilier

Premier banquier de l immobilier Premier banquier de l immobilier 2 e groupe bancaire en France 2e banque des particuliers 2e banque principale 2e pour les crédits immobiliers 2e pour l'épargne 1ère banque des PME 2e banque des professionnels

Plus en détail

Perspectives Entreprises Ile-de-France 4 ème trimestre 2013

Perspectives Entreprises Ile-de-France 4 ème trimestre 2013 Perspectives Entreprises Ile-de-France 4 ème trimestre 2013 Les faits marquants de l année 2013 Offre de bureaux disponibles : 1. Le choix de bureaux ne cesse de s accroître L offre a augmenté de 9% en

Plus en détail

CONSEIL EXPERTISE COMMERCIALISATION

CONSEIL EXPERTISE COMMERCIALISATION CONSEIL EXPERTISE COMMERCIALISATION «Multiplier les points de vue pour voir la situation sous le meilleur angle». Au contact de ses clients Crédit Foncier Immobilier s est forgé la conviction que ses

Plus en détail

F.A.Q. Ce taux est supérieur d environ 50% à la moyenne nationale des entreprises créées. Démarrer en pépinière permet de prendre le bon départ!

F.A.Q. Ce taux est supérieur d environ 50% à la moyenne nationale des entreprises créées. Démarrer en pépinière permet de prendre le bon départ! F.A.Q. Qu est ce qu une pépinière d entreprise? «Une pépinière d'entreprises est un organisme de développement économique local généralement soutenue par un organisme public (communes, communautés d agglomération,

Plus en détail

OFFRE A LA UNE. Disponibilité Immédiate NEWSLETTER AGENCE. Edito IMMOBILIER D ENTREPRISE

OFFRE A LA UNE. Disponibilité Immédiate NEWSLETTER AGENCE. Edito IMMOBILIER D ENTREPRISE SLETTER AGENCE Luxembourg - IMMOBILIER D ENTREPRISE OFFRE A LA UNE Edito Nous entamons à présent la dernière ligne droite de cette année 2010. Une année encore délicate aux vues du contexte économique

Plus en détail

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives CB Richard Ellis 16 septembre 2008 Contexte économique Environnement international o L économie mondiale tourne au ralenti (incertitudes financières, inflation,

Plus en détail

L EPF LR, EN QUELQUES MOTS

L EPF LR, EN QUELQUES MOTS 01 L EPF LR, EN QUELQUES MOTS 01 L EPF LR, EN QUELQUES MOTS ACTIVITÉ DE L EPF LR AU 31 JUILLET 2013 Tout axe du PPI confondu L EPF LR INTERVIENT SUR LES TERRAINS EN AMONT DE L AMÉNAGEMENT L EPF LR acquiert

Plus en détail

1. Réponse de Nathalie COULAUD, journaliste au PARTICULIER

1. Réponse de Nathalie COULAUD, journaliste au PARTICULIER ARC / DOSSIER DU MOIS DE NOVEMBRE 2009/ www.unarc.asso.fr Les trois qualités et les trois défauts des syndics selon Au cours de notre Salon «indépendant», nous avons eu une conférence passionnante sur

Plus en détail

2 ème semestre 2014. www.arthur-loyd-lr.com. + de 300 locaux disponibles. Cette plaquette sur votre mobile!

2 ème semestre 2014. www.arthur-loyd-lr.com. + de 300 locaux disponibles. Cette plaquette sur votre mobile! 2 ème semestre 2014 + de 300 locaux disponibles www.arthur-loyd-lr.com Cette plaquette sur votre mobile! 1 e r R É S E A U PA R T E N A I R E Vos Contacts Bertrand FILLIETTE Directeur Arthur Loyd EDITO

Plus en détail

LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON

LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON Un vent d optimisme nouveau commence à souffler sur le marché francilien de la location de bureaux. Le volume des transactions s est

Plus en détail

CONCOURS DE RECRUTEMENT EXTERNE/INTERNE DE SECRETAIRES ADMINISTRATIFS DES ADMINISTRATIONS DE L'ETAT

CONCOURS DE RECRUTEMENT EXTERNE/INTERNE DE SECRETAIRES ADMINISTRATIFS DES ADMINISTRATIONS DE L'ETAT MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER en charge des technologies vertes et des négociations sur le climat CONCOURS DE RECRUTEMENT EXTERNE/INTERNE DE SECRETAIRES ADMINISTRATIFS

Plus en détail

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France Communiqué de presse Paris, le 20 novembre 2012 CDC Entreprises, filiale de la Caisse des Dépôts, gère dans

Plus en détail

Grand Hameau. Une entrée de ville à la campagne

Grand Hameau. Une entrée de ville à la campagne Grand Hameau Une entrée de ville à la campagne Une entrée de ville à la campagne Afin de donner une nouvelle impulsion à son développement, la Ville du Havre a choisi de mettre en valeur les derniers espaces

Plus en détail

Résultats. Semestriels 2012. Une stratégie en marche. Résultats. Semestriels 2012. Un 1 er semestre très actif. 26 juillet 2012.

Résultats. Semestriels 2012. Une stratégie en marche. Résultats. Semestriels 2012. Un 1 er semestre très actif. 26 juillet 2012. Résultats Semestriels 2012 Résultats Semestriels 2012 Une stratégie en marche 26 juillet 2012 Un 1 er semestre très actif 26 juillet 2012 1 Stratégie et réalisations 2- Performances opérationnelles 3-

Plus en détail

Les SCPI. François Longin 1 www.longin.fr

Les SCPI. François Longin 1 www.longin.fr Programme ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire i «L investissement t immobilier» Les SCPI François Longin 1 www.longin.fr Généralités sur les SCPI SCPI Borloo Plan Processus d investissement (sélection

Plus en détail

Koytchaimmopro : magazine Trimestriel # 1 Mai 2012

Koytchaimmopro : magazine Trimestriel # 1 Mai 2012 Koytcha magazine Trimestriel # 1 Mai 2012 Décryptage : Koytcha : l immobilier professionnel à 360 3 questions à Christophe Devlamynck À lire en pages 4 et 5 Entrepôts, bureaux, locaux et terrains : retrouver

Plus en détail

Les aides à l amélioration et à l adaptation de l habitat

Les aides à l amélioration et à l adaptation de l habitat Tous droits réservés : Klubgraphik Les aides à l amélioration et à l adaptation de l habitat Propriétaire occupant, Locataire du parc privé, Propriétaire bailleur, Copropriétaire, Propriétaire d un logement

Plus en détail

Durée d investissement recommandée de 8 ans. Lorsque vous investissez dans une SCPI, vous devez tenir compte des éléments et risques suivants :

Durée d investissement recommandée de 8 ans. Lorsque vous investissez dans une SCPI, vous devez tenir compte des éléments et risques suivants : SCPI Rivoli Avenir Patrimoine investir INDIRECTEMENT dans l immobilier d entreprise et bénéficier de revenus potentiels réguliers Durée d investissement recommandée de 8 ans AVERTISSEMENT Lorsque vous

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Salon Faire Construire sa Maison Vendredi 14 septembre 2012

DOSSIER DE PRESSE Salon Faire Construire sa Maison Vendredi 14 septembre 2012 DOSSIER DE PRESSE Salon Faire Construire sa Maison Vendredi 14 septembre 2012 Contact presse Isabelle Muller 06 73 79 49 34 1 Sommaire Les tendances du marché de la maison individuelle - La crise s aggrave,

Plus en détail

Edissimmo. Valorisez votre patrimoine en investissant indirectement dans de l immobilier d entreprise avec la SCPI Edissimmo

Edissimmo. Valorisez votre patrimoine en investissant indirectement dans de l immobilier d entreprise avec la SCPI Edissimmo Edissimmo SCPI Immobilier d Entreprise classique diversifiée à capital variable Valorisez votre patrimoine en investissant indirectement dans de l immobilier d entreprise avec la SCPI Edissimmo Comporte

Plus en détail

Le logement dans tous ses états. Définition : le logement et l'habitat

Le logement dans tous ses états. Définition : le logement et l'habitat Le logement dans tous ses états 17/10/ 2012 Définition : le logement et l'habitat Le logement est un produit : une maison, un appartement, un type 3, un duplex L'habitat est un service : l'espace produit

Plus en détail

Office Avenue. Montrouge Hauts de Seine (92) Espaces Business Montrouge. A partir de 97.251 HT. Mobilier et équipement inclus Rentabilité 4,60% HT

Office Avenue. Montrouge Hauts de Seine (92) Espaces Business Montrouge. A partir de 97.251 HT. Mobilier et équipement inclus Rentabilité 4,60% HT Office Avenue Montouge (92) office-avenue.fr Office Avenue office-avenue.fr Espaces Business Montrouge A partir de 97.251 HT Mobilier et équipement inclus Rentabilité 4,60% HT Montrouge Hauts de Seine

Plus en détail

10 Cycle de vie des immeubles de bureaux

10 Cycle de vie des immeubles de bureaux 10 Cycle de vie des immeubles de bureaux Surfaces de bureaux et mutations structurelles Les immeubles de bureaux sont exposés à trois cycles distincts: premièrement, au cycle de vie de tout objet immobilier,

Plus en détail

BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE SCPI SCELLIER BBC FRUCTIRESIDENCE BBC. BANQUE & ASSURANCE www.banquepopulaire.fr

BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE SCPI SCELLIER BBC FRUCTIRESIDENCE BBC. BANQUE & ASSURANCE www.banquepopulaire.fr BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE SCPI SCELLIER BBC FRUCTIRESIDENCE BBC BANQUE & ASSURANCE www.banquepopulaire.fr Avertissement - Facteurs de risques Lorsque vous investissez dans une SCPI de type «Scellier

Plus en détail

Discours de Benoist APPARU, Secrétaire d Etat chargé du Logement. Conférence nationale sur le logement étudiant - 5 avril 2011

Discours de Benoist APPARU, Secrétaire d Etat chargé du Logement. Conférence nationale sur le logement étudiant - 5 avril 2011 Discours de Benoist APPARU, Secrétaire d Etat chargé du Logement Conférence nationale sur le logement étudiant - 5 avril 2011 Madame la Ministre, chère Valérie, Monsieur le député Anciaux, Madame la présidente

Plus en détail

Présentation Novembre 2012 www.smaltenergie.com

Présentation Novembre 2012 www.smaltenergie.com FINANCEMENT DES TRAVAUX D ECONOMIE D ENERGIE Présentation Novembre 2012 www.smaltenergie.com SOMMAIRE Présentation SMALT énergie Compréhension du contexte actuel 3 9 SOMMAIRE Réponses aux besoins Assistance

Plus en détail

DISPOSITIF RÉGIONAL ET DEPARTEMENTAL EN FAVEUR DES PÉPINIÈRES D ENTREPRISES

DISPOSITIF RÉGIONAL ET DEPARTEMENTAL EN FAVEUR DES PÉPINIÈRES D ENTREPRISES CAHIER DES CHARGES DISPOSITIF RÉGIONAL ET DEPARTEMENTAL EN FAVEUR DES PÉPINIÈRES D ENTREPRISES Rappel du cadre général d intervention des 3 collectivités : Dans le prolongement du Schéma Régional de Développement

Plus en détail

Les données urbaines

Les données urbaines Les données urbaines Pour les études de faisabilité, le STIF a chargé l Institut d Aménagement et d Urbanisme d Ile-de- France (IAU IdF), d analyser et d'estimer les évolutions urbaines possibles du territoire

Plus en détail

1.1 - Favoriser l accueil et le développement des. entreprises

1.1 - Favoriser l accueil et le développement des. entreprises Module 1 : Formation, développement et innovation économique 1.1 - Favoriser l accueil et le développement des réservée : 560 000 OBJECTIFS STRATÉGIQUES - Encourager les modes de production responsables

Plus en détail

POLITIQUE DU LOGEMENT :

POLITIQUE DU LOGEMENT : POLITIQUE DU LOGEMENT : ET LES INVESTISSEURS INSTITUTIONNELS? Par le pôle Logement de Terra Nova Le 7 mai 2013 Pour construire 500 000 logements par an, les mesures gouvernementales déjà prises doivent

Plus en détail

Edissimmo SCPI CLASSIQUE DIVERSIFIÉE

Edissimmo SCPI CLASSIQUE DIVERSIFIÉE Edissimmo SCPI CLASSIQUE DIVERSIFIÉE Valorisez votre patrimoine avec de l immobilier d entreprise de qualité en investissant dans la SCPI Edissimmo - Durée recommandée : 8 ans Augmentation de capital ouverte

Plus en détail

Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Charente-Maritime Deux-Sèvres. 18 septembre 2012

Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Charente-Maritime Deux-Sèvres. 18 septembre 2012 Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Charente-Maritime Deux-Sèvres 18 septembre 2012 Sommaire Communiqué de synthèse P. 1 Le projet de regroupement des fonctions support : un projet stratégique P.

Plus en détail

Objet : Mesures en faveur du commerce de proximité dans la loi relative à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises du 18 juin 2014

Objet : Mesures en faveur du commerce de proximité dans la loi relative à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises du 18 juin 2014 SECRETARIAT D ETAT AU COMMERCE, A L ARTISANAT, A LA CONSOMMATION ET A L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE LA CHARGEE DE MISSION, MELANIE PAULI-GEYSSE Paris, le 6 mai 2015 Objet : Mesures en faveur du commerce

Plus en détail

Fiche synthétique. Caractéristiques du bien: Estimation de la rentabilité* : 18 rue du Puits Descazeaux 33000 Bordeaux. Rentabilité Année 1 Année 2

Fiche synthétique. Caractéristiques du bien: Estimation de la rentabilité* : 18 rue du Puits Descazeaux 33000 Bordeaux. Rentabilité Année 1 Année 2 Fiche synthétique T1 18 rue du Puits Descazeaux 33000 Bordeaux Caractéristiques du bien: Type de bien Neuf / Ancien T1 Ancien Date de construction 1900 Loué Date de fin de bail Non XXXXX Surface 27 m²

Plus en détail

COUVERTURE ET ÉTANCHÉITÉ

COUVERTURE ET ÉTANCHÉITÉ COUVERTURE ET ÉTANCHÉITÉ SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA COUVERTURE ET ÉTANCHÉITÉ... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA COUVERTURE ET ÉTANCHÉITÉ... 5 L'ACTIVITÉ DE LA COUVERTURE ET ÉTANCHÉITÉ... 8 LES POINTS DE VIGILANCE

Plus en détail

Amundi Immobilier. Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 2013. Tendances. Le contexte macroéconomique

Amundi Immobilier. Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 2013. Tendances. Le contexte macroéconomique Trimestriel 27 Janvier 214 nº2 Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 213 Tendances > Progressif redémarrage de l activité attendue au 4 e trimestre 213, mais l évolution du PIB devrait rester

Plus en détail

Activité du 1 er trimestre 2014 : chiffre d affaires en hausse de 15%

Activité du 1 er trimestre 2014 : chiffre d affaires en hausse de 15% Communiqué de presse Paris, le 29 avril 2014 Activité du 1 er trimestre 2014 : chiffre d affaires en hausse de 15% Hausse des revenus locatifs de la Foncière de 41,7 % à périmètre courant (- 0,8 % à périmètre

Plus en détail

TRAVAUX DE PLOMBERIE SOMMAIRE

TRAVAUX DE PLOMBERIE SOMMAIRE TRAVAUX DE PLOMBERIE SOMMAIRE LE MARCHÉ DES TRAVAUX DE PLOMBERIE... 2 LA RÉGLEMENTATION DES TRAVAUX DE PLOMBERIE... 5 L'ACTIVITÉ DES TRAVAUX DE PLOMBERIE... 8 LES POINTS DE VIGILEANCE DES TRAVAUX DE PLOMBERIE...

Plus en détail

LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES

LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine. La durée de placement

Plus en détail

LILLE MÉTROPOLE BUREAUX

LILLE MÉTROPOLE BUREAUX CONSEIL MÉTROPOLE CHIFFRES CLÉS BUREAUX ème TRIMESTRE 015 ARTEPARC - Lesquin - 1 er bâtiment inauguré en juillet Parc tertiaire 3 ème génération qui proposera à termes bâtiments et 44 000 m de bureaux

Plus en détail

SCPI Laffitte Pierre. Investissez dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine

SCPI Laffitte Pierre. Investissez dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine SCPI Laffitte Pierre Investissez dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine CONJONCTURE Immobilier d entreprise* Avec près de 12 milliards d euros investis, le marché de l investissement

Plus en détail

Société Civile de Placement Immobilier classique diversifiée à capital fixe. En ouverture de capital du 17 février 2015 au 30 septembre 2015 CILOGER

Société Civile de Placement Immobilier classique diversifiée à capital fixe. En ouverture de capital du 17 février 2015 au 30 septembre 2015 CILOGER Société Civile de Placement Immobilier classique diversifiée à capital fixe En ouverture de capital du 17 février 2015 au 30 septembre 2015 CILOGER ! Du 17 février 2015 au 30 septembre 2015, ATOUT PIERRE

Plus en détail

Un bon début d année. 6 mai 2014. Des succès locatifs grâce à un patrimoine de qualité. Solides performances opérationnelles

Un bon début d année. 6 mai 2014. Des succès locatifs grâce à un patrimoine de qualité. Solides performances opérationnelles Chiffre d affaires 3M 2014 Le Patio, Le Patio, Lyon Lyon - - Villeurbanne CB 21, La Défense Un bon début d année 6 mai 2014 Des succès locatifs grâce à un patrimoine de qualité 7 000 m² loués à La Défense

Plus en détail

47 équipements. Un projet urbain singulier et pluriel! Est Ensemble, une ambition métropolitaine. 1,8 million de m² constructibles à horizon 15 ans

47 équipements. Un projet urbain singulier et pluriel! Est Ensemble, une ambition métropolitaine. 1,8 million de m² constructibles à horizon 15 ans 9 villes Est Ensemble, une ambition métropolitaine La Communauté d agglomération Est Ensemble a été créée le 1 er janvier 2010. Située aux portes de Paris, elle regroupe 9 villes de Seine-Saint-Denis Bagnolet,

Plus en détail

8 Certifications Minergie

8 Certifications Minergie 8 Chapitre 8 Être Minergie, est-ce aussi être «autrement»? Pour de nombreux acteurs du marché immobilier, un label de durabilité devrait s accompagner d une appréciation de la valeur de leur immeuble,

Plus en détail

Consultation d acquéreurs en vue de la réalisation du programme de la Z.A.C. des Bergères ILOT DE LA ROTONDE - LOT N 19

Consultation d acquéreurs en vue de la réalisation du programme de la Z.A.C. des Bergères ILOT DE LA ROTONDE - LOT N 19 Consultation d acquéreurs en vue de la réalisation du programme de la Z.A.C. des Bergères ILOT DE LA ROTONDE - LOT N 19 Eco-quartier des Bergères - Cahier des Charges de la consultation d acquéreurs ILOT

Plus en détail

Intervention de Madame Delphine DAVID Conseillère régionale de Bretagne Maire de Montfort sur Meu

Intervention de Madame Delphine DAVID Conseillère régionale de Bretagne Maire de Montfort sur Meu P a g e 1 1 ère réunion du Conseil régional de Bretagne Avril 2015 Intervention de Madame Delphine DAVID Conseillère régionale de Bretagne Maire de Montfort sur Meu Mise en œuvre de la SRDEII : accélérer

Plus en détail

MASTER 2 MENTION DROIT DU PATRIMOINE, PARCOURS DROIT IMMOBILIER

MASTER 2 MENTION DROIT DU PATRIMOINE, PARCOURS DROIT IMMOBILIER MASTER 2 MENTION DROIT DU PATRIMOINE, PARCOURS DROIT IMMOBILIER RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Droit, Economie, Gestion Mention : DROIT PRIVÉ, SCIENCES CRIMINELLES

Plus en détail

5 DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE

5 DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE 5 DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ATOUTS Une situation géographique centrale dans l Est parisien en plein essor Un taux d emploi relativement important FAIBLESSES Une inadéquation entre les emplois et la population

Plus en détail

Marielle de Sarnez, candidate à la mairie de Paris Conférence de presse - Lundi 21 octobre 2013. Plan Marshall pour le logement

Marielle de Sarnez, candidate à la mairie de Paris Conférence de presse - Lundi 21 octobre 2013. Plan Marshall pour le logement Marielle de Sarnez, candidate à la mairie de Paris Conférence de presse - Lundi 21 octobre 2013 Plan Marshall pour le logement De tous les grands dossiers de Paris, celui du logement est le plus crucial.

Plus en détail

MANDAT DE GESTION ISF 2015

MANDAT DE GESTION ISF 2015 MANDAT DE GESTION ISF 2015 1 AVERTISSEMENT Ce document n est pas contractuel et est réservé aux professionnels de la gestion de patrimoine (CIF) souhaitant obtenir des informations sur le mandat de gestion

Plus en détail

Dossier de presse. 18 février 2014 Beauvais

Dossier de presse. 18 février 2014 Beauvais Dossier de presse Pose de la Première Pierre de l immeuble de bureaux de la Direction Régionale Picardie de Quille Construction 18 février 2014 Beauvais 1 Communiqué de presse Pose de la Première Pierre

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE. Déclaration Intermédiaire Evolution de l activité au 1 er semestre 2014

COMMUNIQUE DE PRESSE. Déclaration Intermédiaire Evolution de l activité au 1 er semestre 2014 COMMUNIQUE DE PRESSE Information réglementée 30 juillet 2014 : 7h45 Déclaration Intermédiaire Evolution de l activité au 1 er semestre 2014 Les principaux faits marquants de la période ont été : La location

Plus en détail

Dossier de presse 18 juin 2015. LE CARGO Plateforme lieu d'innovation. Contenus numériques & Industries créatives

Dossier de presse 18 juin 2015. LE CARGO Plateforme lieu d'innovation. Contenus numériques & Industries créatives Dossier de presse 18 juin 2015 LE CARGO Plateforme lieu d'innovation Contenus numériques & Industries créatives LE CARGO UN PROJET INNOVANT & AMBITIEUX AU COEUR DE L'ECOSYSTEME Conscients du besoin d appréhender

Plus en détail