Arrêté des comptes 2014 Immobilier

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Arrêté des comptes 2014 Immobilier"

Transcription

1 Arrêté des comptes 2014 Immobilier

2 Sommaire Section Description Page 1 Evolution du marché Immobilier 1 2 Actualité et rappels comptables 15 3 Nouveautés fiscales 28

3 Les intervenants Laure Maffre Directeur Arnaud Burillon Directeur Thibault Lanselle Directeur Jean-Charles Marignan Senior Manager

4 Les intervenants Sandra Aron Directeur Pascale Tomelka Associée

5 Nos publications

6 Notre prochain événement 20 janvier 2015 Evénement Business Immo / ULI / sur l attractivité de la France, avec la présentation de la publication Emerging Trends Europe

7 Section 1 Evolution du marché Immobilier Par Laure Maffre, Directeur Landwell Et Arnaud Burillon, Directeur 1

8 Section 1 Evolution du marché Immobilier La loi ALUR : impacts potentiels sur les comptes (1/2) 1) Obligation de mettre à disposition des bornes de rechargement pour les voitures électriques/hybrides à l occasion de travaux sur les parkings des ensembles commerciaux > m² Décret en attente pour fixer les modalités «en fonction de la nature, de la catégorie et de la taille des bâtiments et des parcs de stationnement concernés, du type de travaux entrepris ainsi que du rapport entre le coût de ces travaux et la valeur des bâtiments. Il fixe également le nombre minimal de places de stationnement qui font l'objet de l'équipement». Coût par poste : de 5 k (standard) à 12 k (rapide), plus potentiellement 15 k de coût de raccordement pour 2 bornes Durée d amortissement probable : 10 ans 2

9 Section 1 Evolution du marché Immobilier La loi ALUR : impacts potentiels sur les comptes (2/2) 2) Obligation de réhabiliter les friches commerciales Art. 129 VI 1 b : «Le propriétaire du site d'implantation bénéficiant de l'autorisation d'exploitation commerciale est responsable de l'organisation de son démantèlement et de la remise en état de ses terrains d'assiette s'il est mis fin à l'exploitation et qu'aucune réouverture au public n'intervient sur le même emplacement pendant un délai de trois ans, ce délai ne courant, en cas de procédure de redressement judiciaire de l'exploitant, que du jour où le propriétaire a recouvré la pleine et entière disposition des locaux». Décret en attente Obligation de démolir tout local commercial soumis à CDAC dès lors qu il aura été inoccupé pendant 3 ans? Si oui, provision à constituer à la clôture de l exercice au cours duquel le délai de 3 ans sans exploitation aura expiré. 3

10 Section 1 Evolution du marché Immobilier Introduction Loi du 18 juin 2014 Décret d application du 3 novembre 2014 Loi mise en place en vue de protéger les locataires de commerces de proximité. Quelques retouches pour prendre en compte certains types de locaux. 4

11 Section 1 Evolution du marché Immobilier Durée - Suppression de manière limitée de la durée ferme Durée de 9 ans minimum et faculté de résiliation triennale perdurent. Mais plus de possibilité de déroger à cette faculté. Toutefois, champ d application de cette disposition limité: ne sont pas concernés par cette interdiction et pourront toujours prévoir une durée ferme les baux suivants: - avec une durée contractuelle supérieure à 9 ans, - de locaux monovalents (locaux construits en vue d une seule utilisation), - de bureaux, - de locaux de stockage, - de résidences de tourisme. Cette disposition est applicable depuis le 19 juin Conséquence comptable potentielle: raccourcissement du délai d étalement des franchises accordées 5

12 Section 1 Evolution du marché Immobilier Loyer - Nouvelles règles sur l évolution du loyer Suppression de la référence à l ICC Il n est plus possible de se référer à l ICC pour calculer le loyer plafonné (révision triennale ou renouvellement). Il est toujours possible de prévoir des clauses d indexation avec référence à l ICC. Indices applicables : ILC/ ILAT Plafonnement du déplafonnement En cas de déplafonnement en cours de bail ou lors de son renouvellement, la hausse de loyer qui en découle sera limitée à 10% du montant du loyer de l année précédente. Difficultés d application de cette disposition. Cette disposition ne s applique pas aux baux de bureaux, locaux monovalents, terrains nus, baux reconduits par tacite prolongation pour une durée supérieure à 12 ans, et avec loyer binaire (loyer déterminé en fonction d un pourcentage du CA). Ces deux dispositions sont applicables aux contrats conclus ou renouvelés à compter du 1 er septembre Il est possible de déroger par stipulation expresse dans le bail à ces dispositions lors du renouvellement (mais pas lors de la révision triennale). 6

13 Section 1 Evolution du marché Immobilier Charges, taxes et travaux - Encadrement des charges, impôts et travaux - remise en cause des «baux triple net» Certaines taxes, charges et certains travaux ne pourront plus être refacturés au locataire : Les dépenses relatives aux grosses réparations de l'article 606 du code civil ainsi que les honoraires liés à la réalisation de ces travaux. Les impôts, taxes et redevance dont le redevable légal est le bailleur ou le propriétaire du local, notamment la CET. La taxe foncière et les taxes additionnelles à la taxe foncière ainsi que les impôts, taxes et redevances liés à l'usage du local ou de l'immeuble ou à un service dont le locataire bénéficie peuvent cependant toujours être imputés au locataire. Disposition sujette à discussion entre bailleur/locataire. Incertitude concernant la taxe bureaux. Disposition d ordre public. Disposition applicable aux baux conclus ou renouvelés à compter du 5 novembre

14 Section 1 Evolution du marché Immobilier Charges, taxes et travaux - Obligations d information pour le bailleur Information en matière de charges et impôts: Dans le bail, inventaire des catégories de charges, impôts, taxes et redevances liées au bail avec indication de leur répartition entre le bailleur et le locataire Récapitulatif annuel de cet inventaire adressé au locataire avant fin septembre ou pour les immeubles en copropriété, dans les 3 mois de la reddition des charges de copropriété Dispositions d ordre public Information concernant les travaux: Lors de la conclusion du bail puis tous les 3 ans, obligation pour le bailleur de communiquer : Un état prévisionnel des travaux qu il envisage de réaliser dans les 3 années suivantes + budget prévisionnel Un état récapitulatif des travaux réalisés dans les 3 années précédentes + coût effectif Dispositions applicables aux baux conclus ou renouvelés à compter du 1 er septembre 2014 ou du 5 novembre 2014 selon les cas. Nécessité d adapter les systèmes de gestion pour fournir une information fiable et homogène aux locataires. 8

15 Section 1 Evolution du marché Immobilier Droit de préemption au profit du preneur en cas de vente du local par le bailleur En cas de cession par le bailleur des locaux commerciaux ou artisanaux objet d un bail commercial, le locataire bénéficie d un droit de préemption. Le bailleur a l'obligation de notifier au locataire les conditions de la vente. Le locataire dispose d 1 mois à compter de sa réception pour se prononcer. En cas de réponse positive, la vente interviendra dans les 2 mois de sa réponse, ou 4 mois si l acquisition est financé par un prêt. Si le bailleur décide après avoir purger ce droit de préemption de céder l'immeuble à des conditions différentes, il devra procéder à une nouvelle notification au locataire dans les mêmes conditions. Ce droit de préemption n est pas applicable notamment aux cessions de plusieurs locaux et cessions d un local à un copropriétaire. Cette nouvelle règle est à concilier avec le DPU le cas échéant. Dans un souci de rapidité, il est recommandé de lancer les procédures de purge de manière concomitante, en tenant compte du fait que le DPU prime sur celui du locataire. Cette disposition s appliquera à toute cession intervenant à compter du 19 décembre

16 Section 1 Evolution du marché Immobilier Synthèse des principales modifications de la loi par nature de locaux Boutique Site industriel Centre commercial Local monovalent Bureau Durée Loyer Charges Possibilité d un bail ferme? Non sauf si bail de plus de 9 ans Non sauf si bail de plus de 9 ans Non sauf si bail de plus de 9 ans Suppression ICC lors de la révision triennale et du renouvellement?* Oui mais dérogation possible pour le renouvellement Plafonnement du déplafonnement applicable? Oui sauf si loyer binaire Possibilité d un bail triple net? Non Obligation d inventaire des charges et taxes et de reporting sur les travaux? Oui Idem Oui Non Oui Idem Oui sauf si loyer binaire Non Oui Idem Non Non Oui Oui Idem Oui Non Non Oui Stockage Oui Idem Oui Non Oui * Question non applicable aux loyers binaires 10

17 Section 1 Evolution du marché Immobilier Autres nouveautés Allongement de la durée des baux dérogatoires à 3 ans Consécration de la jurisprudence en matière de convention d occupation précaire Obligation d établir un état des lieux Assouplissement de la forme du congé Transmission automatique du bail en cas de restructuration Modification en matière de droit de préemption urbain Limitation de la solidarité cédant/cessionnaire Elargissement du champ de compétence de la Commission de conciliation départementale Renforcement de la sanction de la violation des dispositions d ordre public 11

18 Section 1 Evolution du marché Immobilier Marché : près de 15 Mds d investis sur 9 mois Investissement en immobilier commercial en France ( m) T4 T3 T2 T

19 Section 1 Evolution du marché Immobilier Marché : la compression des taux sur les meilleurs actifs continue Evolution des taux "prime" 9,00% 8,00% 7,00% 6,00% Logistique 6,75% Bureaux régions 5,40% 5,00% 4,00% Paris QCA 3.90% 3,00% 2,00% CBD office Retail Regions office Logistics A class Commerce 3,50% 1,00% 0,00% 12/06 12/07 12/08 12/09 12/10 12/11 12/12 12/13 09/14 14

20 Section 1 Evolution du marché Immobilier La prime de risque était à 2.65% fin septembre 2014, contre 2.50% fin 2008 malgré un contexte plus serein Historique de la prime de risque 7.00% 6.00% Bureau prime QCA Taux TEC10 Euribor 3 mois 5.00% 4.00% Paris QCA 3.90% 3.00% 2.00% TEC % 1.00% Euribor3M 0.08% 0.00% 12/03 12/04 12/05 12/06 12/07 12/08 12/09 12/10 12/11 12/12 12/13 09/14 13

21 Section 1 Evolution du marché Immobilier Marché : les loyers faciaux sous pression dans le QCA Loyers faciaux Paris centre ouest La Défense Croissant Ouest I d F /06 12/07 12/08 12/09 12/10 12/11 12/12 12/13 09/14 15

22 Section 2 Actualité et rappels comptables Par Thibault Lanselle, Directeur Jean-Charles Marignan, Senior Manager Et 15

23 Section 2 Actualité et rappels comptables Restructuration d immeuble Un thème à la fois ancien et nouveau Ancien car pas de véritable nouveauté comptable sur le sujet depuis les règles comptables appliquées depuis 2005 Nouveau au regard de l état du patrimoine immobilier principalement francilien souvent vieillissant. Il existe des nouvelles exigences à l égard de l immobilier : obsolescence commerciale (plus que véritablement technique) existences de contraintes environnementales Conduisent à devoir restructurer lourdement des ensembles immobiliers Nécessité de faire un rappel sur les traitements comptables associés à ces opérations 16

24 Section 2 Actualité et rappels comptables Restructuration d immeuble Traitement de l existant C est souvent la principale difficulté car : La décision de restructuration est un indice de perte de valeur pour les composants concernés ; Constatation d une perte de valeur (sous forme d amortissement exceptionnel) pour la totalité de la VNC des composants détruits ou remplacés si absence de loyers à percevoir avant la restructuration ; Si loyers à percevoir, maintien d une VNC correspondant aux loyers attendus et amortissement sur la période prévue de perception des loyers jusqu à la restructuration (correction de la valeur par comptabilisation d une dépréciation et modification de la durée d amortissement). Attention : une restructuration pourra impacter le composant structure (80% de la valeur de la construction selon la FSIF) avec un impact potentiellement très élevé. 17

25 Section 2 Actualité et rappels comptables Restructuration d immeuble Traitement des frais d étude Ils sont portés à l actif en qualité de coût accessoire à la nouvelle construction si : Probabilité de procurer des avantages économiques futurs (le projet doit avoir des chances raisonnables d aboutir) ; Ils sont nécessaires et directement attribuables à la nouvelle construction (ainsi les frais non directement engagés pour le projet in fine sélectionné doivent être passés en charges) ; Les frais engagés avant la décision de restructuration (tels ceux liés aux études de faisabilité) sont à comptabiliser en charges. 18

26 Section 2 Actualité et rappels comptables Restructuration d immeuble Traitement des indemnités d éviction et des coûts de démolition Les indemnités d éviction sont à comptabiliser à l actif en tant que coût accessoire à la nouvelle construction, étant entendu que la nécessité d évincer le locataire pour les besoins de la restructuration doit être démontré. Les coûts de démolition sont aussi considérés comme des coûts accessoires car nécessaires et directement attribuables à cette nouvelle construction. Si la présence d amiante engendre des surcoûts, ceux-ci peuvent être activés s ils sont liés au remplacement du composant (attention à ce que ces surcoûts activés ne rendent pas l immobilisation supérieure à sa valeur actuelle). 19

27 Section 2 Actualité et rappels comptables Franchises et Paliers En cas de cession La créance client liée à l étalement est reprise intégralement en résultat. Il n existe pas d obligation sur le traitement comptable à retenir tant en normes françaises qu en normes IFRS : Réduction du loyer VNC de l actif cédé En cas de changement du bail La créance client restant à étaler, doit être selon nous : passée en charge en cas de changement de locataire, étalée sur la durée après prorogation, en cas de renégociation anticipée. 20

28 Section 2 Actualité et rappels comptables IFRS 10 & 11 Quelques messages clés : La norme IFRS 10 redéfinit la notion de contrôle basée sur le pouvoir sur les activités significatives permettant d affecter les rendements en étant soi-même exposé au risque sur ces rendements. La norme IFRS 11 traite des opérations en partenariat et distingue les «joint ventures» comptabilisées par mise en équivalence des «joint operations» comptabilisées de manière quasi équivalente à l intégration proportionnelle. 21

29 Section 2 Actualité et rappels comptables IFRS 10 & 11 Les critères permettant de reconnaître une «joint operation» sont difficiles à remplir pour les sociétés qui pratiquaient l intégration proportionnelle dans le cadre leurs partenariats. Attention : ces normes sont applicables depuis le 1 er janvier 2014 et nécessitent de revoir l analyse comptable des accords conclus dans le cadre des opérations de coopération. 22

30 Section 2 Actualité et rappels comptables IFRIC 21 - Autres impôts et taxes Application obligatoire au plus tard à la date d ouverture du premier exercice commençant postérieurement au 17 juin en pratique pour la plupart des sociétés pour les exercices clôturant au 31 décembre 2015 Sont concernées toutes les taxes dont une entreprise est redevable en vertu de la loi ou de la réglementation et qui représente une sortie nette de ressource et autres que des impôts sur les bénéfices (IAS 12). Le principe est que : «La reconnaissance de la dette doit se référer au fait générateur de l obligation de payer selon les termes définis par la loi». Exception si la taxe est susceptible d être activée, notamment en stocks (promotion). En revanche, des discussions sont toujours en cours pour tenir compte du caractère refacturable au locataire avec constatation d une facture à établir. 23

31 Section 2 Actualité et rappels comptables Nature Base d'imposition Seuil Fait générateur de l'obligation légale Traitement comptable avant IFRIC 21 Reconnaissance de la dette selon IFRIC 21 CFE Valeur locative des biens passibles d'une taxe foncière en N-2. Exercer une activité au 1 er janvier N. Cependant, dégrèvement prorata temporis en cas de cessation d'activité en cours d'année, mais pas en cas de cession / transfert d'activité (CGI art 1478). Etalement sur N Etalement sur N (sauf cession intervenue ou probable) CVAE Valeur Ajoutée produite en N CA 500 k Exercer une activité au 1 er janvier N ou bien reprendre une activité courant N Etalement sur N Etalement sur N mais uniquement à partir du moment où le seuil est atteint. Taxe foncière Valeur locative cadastrale Etre propriétaire au 1 er janvier N Etalement sur N En totalité 01/01/N Taxe sur les bureaux Surfaces au 1 er janvier N Surfaces > à certains seuils Etre propriétaire au 1 er janvier N Etalement sur N En totalité 01/01/N Taxe sur les salaires Salaires versés en N selon DADS Versement des salaires N Etalement sur N Etalement sur N 24

32 Section 2 Actualité et rappels comptables Prochaines normes IFRS IFRS 15 Norme d application obligatoire à compter du 1 er janvier 2017 (avec information comparative 2016). L essentiel des problématiques immobilières ne seront pas touchées par l application de cette norme, l activité locative étant régie par la norme IAS 17. Pour le secteur immobilier cette norme sera susceptible de concerner les activités de promotion immobilière, certaines activités de service à l immobilier et éventuellement certaines charges locatives (pour les contrats complexes englobant loyers et prestations liées). 25

33 Section 2 Actualité et rappels comptables Prochaines normes IFRS Projet Lease Norme attendue courant 2015 pour une application au plus tôt 1 er janvier Les contrats de location immobilière sont présumés relever des contrats de type B : contrats de location dont la durée est sensiblement inférieure à la durée d utilisation du bien loué En principe, pour les contrats de type B, les sociétés propriétaires seront exclues du champ d application de cette norme. Cependant, ces sociétés sont impactées indirectement par le traitement comptable des preneurs qui peut modifier le comportement de ces derniers. 26

34 Section 2 Actualité et rappels comptables Prochaines normes IFRS Projet Lease (suite) A l égard des preneurs, pour les contrats de type B, il est prévu que le droit d utilisation de l actif (reconnu au bilan) soit amorti de manière linéaire dans les comptes, en contrepartie d une dette reconnue au titre de l obligation de payer les loyers. L impact sur le compte de résultat devrait donc être neutre, l incidence au bilan pour les locataires pourrait être significative. 27

35 Section 3 Nouveautés fiscales Par Sandra Aron, Directeur Landwell 28

36 Section 3 Nouveautés fiscales Assiette des DE* en cas de cessions de titres de sociétés à prépondérance immobilière (SPI) Amendement au PLFR 2014 Modification de l assiette des DE et retour à l assiette antérieure, ie. prix d acquisition des titres. Fin des difficultés pratiques causées par la rédaction actuelle de l article 726 II du CGI : prise en charge la dette afférente aux travaux? Du refinancement de la dette initiale? Quid d un emprunt souscrit pour l acquisition des titres de la société portant l immeuble et non pour l acquisition de l immeuble luimême? Etc. * DE : droits d enregistrement 29

37 Section 3 Nouveautés fiscales Augmentation des DE en cas de cession d immeuble Situation actuelle Droit départemental dû pour les cessions d immeubles : 3,80%. Cessions intervenues entre le 01/03/2014 et le 29/02/2016 : droit départemental est porté au taux de 4,50% si l augmentation a été votée par le Conseil général concerné. Porte les DE dus en cas de mutation à 5,80% (au lieu de 5,09%). PLF 2015 L article 1594 D du CGI serait modifié et pour pérenniser cet accroissement de taux. Les DE seraient désormais de 5,80%, sans limitation de temps. 30

38 Section 3 Nouveautés fiscales Intégration fiscale horizontale Société A 95% Société B Société C 95% Société D Société E UE/EEE France 95% Société F Intégration fiscale horizontale 31

39 Section 3 Nouveautés fiscales Suppression du représentant fiscal Situation actuelle Cession d immeubles ou de titres de SPI par des personnes physiques et morales qui ne sont pas domiciliées fiscalement en France PLFR 2014 Prélèvement de 19%/33 1/3%/34,43%/75% de la plus value réalisée acquitté sous la responsabilité d'un représentant fiscal. Obligation supprimée pour les cessions intervenues à compter du 1/1/2015 lorsque le cédant est domicilié, établi ou constitué dans : un Etat membre de l UE ou un autre Etat partie à l accord sur l EEE ayant conclu avec la France une convention d assistance administrative en vue de lutter contre la fraude et l évasion fiscale ainsi qu'une convention d'assistance mutuelle en matière de recouvrement de l'impôt. 32

40 Section 3 Nouveautés fiscales Non déductibilité de la taxe annuelle sur les bureaux en Ile-de-France (TABIF) Situation actuelle La TABIF est fiscalement déductible de l assiette de l impôt sur le revenu ou de l impôt sur les sociétés. PLFR 2014 La TABIF ne serait plus déductible de l assiette de l impôt sur le revenu ou de l impôt sur les sociétés au titre des exercices clos à compter du 31 décembre

41 Section 3 Nouveautés fiscales Nouvelles taxes en Ile-de-France PLF 2015 : taxes sur les surfaces de stationnement Champ d application Base taxable Taux Redevables Surfaces de stationnement excédant 500m² et soumises à la TABIF Surface de stationnement 1,22 à 4,22 le m² en fonction des circonscriptions Personnes privées ou publiques propriétaires de surfaces de stationnement Entrée en vigueur 01/01/

42 Section 3 Nouveautés fiscales Nouvelles taxes en Ile-de-France PLF 2015 : taxes additionnelles spéciales à (i) la taxe foncière sur les propriétés bâties (TPFB) (ii) la cotisation foncière des entreprises (CFE) Base taxable Taux Redevables Valeur locative cadastrale x 50% (abattement pour frais) * A déterminer Personnes assujetties à la TFPB et à la CFE dans les communes de la région Ile-de-France Entrée en vigueur 01/01/2015 * 3 valeurs : valeur locative cadastrale des locaux d habitation ou à usage professionnel / établissements industriels / locaux commerciaux et biens divers 35

43 Section 3 Nouveautés fiscales Taxe sur les surfaces commerciales Majoration de la taxe (Amendement 494 au PLFR 2014) Champ d application Base taxable Etablissements déjà assujettis à la taxe et dont la surface de vente excède 2500m² Espaces affectés à la circulation de la clientèle pour effectuer ses achats, ceux affectés à l'exposition des marchandises proposées à la vente, à leur paiement, et ceux affectés à la circulation du personnel pour présenter les marchandises à la vente. La surface de vente ne prend en compte que la partie close et couverte des magasins. Taux Tarif au m² majoré de 50% Entrée en vigueur Impositions dues au titre de l année

44 Section 3 Nouveautés fiscales Fin de l'exonération de la redevance pour création de bureau (RCB) pour la partie reconstruction Situation lorsque le permis est délivré avant le 1 er janvier 2014 Champ d application de l exonération : opérations de reconstruction d'un immeuble pour lesquelles le permis de construire est délivré avant le 1er janvier Application de la redevance à la seule partie excédant la surface de l immeuble avant reconstruction (à concurrence de la surface utile de plancher créée). 37

45 Section 3 Nouveautés fiscales Fin de l'exonération de la redevance pour création de bureau (RCB) pour la partie reconstruction Situation lorsque le permis est délivré après le 1 er janvier 2014 Champ d application : l ensemble des opérations d aménagement, de construction, de reconstruction ou d agrandissement nécessitant une autorisation d urbanisme. Base taxable : Totalité de la surface de construction déjà existante et créée x tarif au m², et La valeur des aménagements et installations déterminée forfaitairement. 38

46 Section 3 Nouveautés fiscales Avenant à la convention fiscale franco-luxembourgeoise - Conséquences Convention actuelle A compter du 1 er janvier 2016 LuxCo LuxCo Pas d imposition en France 33,33% 33,33% si > 10% SCI SAS SPPICAV SCI SAS SPPICAV Pas d imposition en France sous condition de distribution 39

47 Section 3 Nouveautés fiscales TVA - Livraisons à soi-même (LASM) Projet législatif du Conseil d'etat : suppression des LASM sur les immeubles neufs lorsque l'opérateur a un droit à récupération totale de la TVA. Objectif : Mise en conformité du droit français avec le texte de la directive Effet : Suppression de la pénalité de 5% en cas d'absence de LASM Attention : en cas d'affectation de l'immeuble à une activité qui n'ouvre pas droit à déduction, la régularisation TVA devra avoir lieu alors qu'aucune LASM ne sera venue figer la valeur du bien livré... 40

48 Section 3 Nouveautés fiscales RAPPEL - Nouvelle documentation prix de transfert allégée L imprimé n 2257-SD a été introduit en matière de prix de transfert pour les entreprises déjà concernées par l ancienne obligation documentaire. Il a été déposé pour la première fois le 20 novembre 2014 (date limite) au titre de l exercice fiscal clos le 31 décembre

49 Section 3 Nouveautés fiscales RAPPEL - Règle anti-hybride introduite par la LF 2014 Application pratique Attention aux intérêts payés par une SCI à sa société mère luxembourgeoise! Recommandation : allouer le prêt à la «grand-mère» luxembourgeoise. 42

MARIGNAN AVOCATS NEWSLETTER BAUX COMMERCIAUX

MARIGNAN AVOCATS NEWSLETTER BAUX COMMERCIAUX MARIGNAN AVOCATS NEWSLETTER BAUX COMMERCIAUX APPORTS DE LA LOI DU 18 JUIN 2014, DITE «LOI PINEL» ET DE SON DÉCRET D APPLICATION novembre 2014 Newsletter Baux Commerciaux La loi relative à l artisanat,

Plus en détail

ACTUALITES DES BAUX COMMERCIAUX

ACTUALITES DES BAUX COMMERCIAUX Note Juridique 02 février 2015 ACTUALITES DES BAUX COMMERCIAUX La loi relative à l artisanat, au commerce et aux petites entreprises, dite «Loi Pinel» n 2014-626 en date du 18 Juin 2014, a réformé le statut

Plus en détail

LES BAUX COMMERCIAUX LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER ANNEE 2015 MAI N 80. Jean-Jacques Salmon Philippe Salmon Christine Baugé David Alexandre

LES BAUX COMMERCIAUX LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER ANNEE 2015 MAI N 80. Jean-Jacques Salmon Philippe Salmon Christine Baugé David Alexandre LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER ANNEE 2015 MAI N 80 LES BAUX COMMERCIAUX Jean-Jacques Salmon Philippe Salmon Christine Baugé David Alexandre Droit immobilier Droit de la construction Droit commercial Droit

Plus en détail

SOMMAIRE. ØLa Loi PINEL. ØD autres leviers d optimisation : www.actior.fr

SOMMAIRE. ØLa Loi PINEL. ØD autres leviers d optimisation : www.actior.fr SOMMAIRE ØLa Loi PINEL ØD autres leviers d optimisation : www.actior.fr La renégociation, 1 LOI PINEL N 2014-626 du 18 juin 2014 relative à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises, EVOLUTION

Plus en détail

LA RÉFORME DES BAUX COMMERCIAUX PAR

LA RÉFORME DES BAUX COMMERCIAUX PAR LA RÉFORME DES BAUX COMMERCIAUX PAR LA LOI N 2014-626 DU 18 JUIN 2014 RELATIVE À L ARTISANAT, AU COMMERCE ET AUX TRÈS PETITES ENTREPRISES DITE «LOI PINEL» Liste des mesures Modification des dispositions

Plus en détail

Bail commercial La loi Pinel en 12 points Impacts pour les bailleurs, les preneurs et les investisseurs

Bail commercial La loi Pinel en 12 points Impacts pour les bailleurs, les preneurs et les investisseurs Bail commercial La loi Pinel en 12 points Impacts pour les bailleurs, les preneurs et les investisseurs Département Immobilier Eversheds Paris LLP Janvier 2015 1 - Allongement de la durée des baux dérogatoires

Plus en détail

Fiscalité immobilière : S y retrouver!

Fiscalité immobilière : S y retrouver! Fiscalité immobilière : S y retrouver! Conférence ICH Pierre Appremont - 5 novembre 2015 Fiscalité immobilière S y retrouver! Aspects internationaux Opération de promotion / développement Gestion locative

Plus en détail

LOI PINEL N 2014-626 du 18 juin 2014 relative à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises,

LOI PINEL N 2014-626 du 18 juin 2014 relative à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises, LOI PINEL N 2014-626 du 18 juin 2014 relative à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises, EVOLUTION DU REGIME DES BAUX COMMERCIAUX www.actior.fr 1 Les objectifs de la loi PINEL : équilibrer

Plus en détail

n 5 LE BAIL COMMERCIAL ET SES VARIANTES 1.1. Durée du bail commercial 1.2. Résiliation du bail commercial

n 5 LE BAIL COMMERCIAL ET SES VARIANTES 1.1. Durée du bail commercial 1.2. Résiliation du bail commercial FICHE THEMATIQUE n 5 LE BAIL COMMERCIAL ET SES VARIANTES 1. LE BAIL COMMERCIAL 1.1. Durée du bail commercial 1.2. Résiliation du bail commercial 1.2.1. Résiliation triennale 1.2.2. Résiliation anticipée

Plus en détail

Les activités immobilières du marchand de biens : Aspects pratiques au regard de la TVA et des droits d enregistrement

Les activités immobilières du marchand de biens : Aspects pratiques au regard de la TVA et des droits d enregistrement SYNTHESE Fiscal Textes et références Article 1115 du Code général des impôts Les activités immobilières du marchand de biens : Aspects pratiques au regard de la TVA et des droits d enregistrement Juin

Plus en détail

ETAT ET PERSPECTIVES DU MARCHE LOCATIF A PARIS ET EN ILE-DE-FRANCE ACTUALITE JURIDIQUE DES BAUX COMMERCIAUX

ETAT ET PERSPECTIVES DU MARCHE LOCATIF A PARIS ET EN ILE-DE-FRANCE ACTUALITE JURIDIQUE DES BAUX COMMERCIAUX ETAT ET PERSPECTIVES DU MARCHE LOCATIF A PARIS ET EN ILE-DE-FRANCE ACTUALITE JURIDIQUE DES BAUX COMMERCIAUX Jeudi 9 juillet 2015 Club Pierre #44 Magali MARTON Head of EMEA Research, DTZ Jean-Marc PEYRON

Plus en détail

Jeudi 5 novembre 2015 Le bail commercial

Jeudi 5 novembre 2015 Le bail commercial Jeudi 5 novembre 2015 Le bail commercial organisé par organisé par Maître Fatiha NOURI Le bail commercial «Le fameux bail 3/ 6/ 9» Propos introductif UN STATUT PROTECTEUR QUI S APPLIQUE DE PLEIN DROIT

Plus en détail

B A U X C O M M E R C I A U X F L A S H L O I «P I N E L» DU 18 J U I N 2014 L E S P R I N C I P A L E S D I S P O S I T I O N S

B A U X C O M M E R C I A U X F L A S H L O I «P I N E L» DU 18 J U I N 2014 L E S P R I N C I P A L E S D I S P O S I T I O N S F L A S H L O I «P I N E L» DU 18 J U I N 2014 Emmanuelle BELLAICHE membre du Réseau AJA - 7, avenue de la Bourdonnais - 75007 Paris e.bellaiche@aja-avocats.com + 33 (0) 1 71 19 71 47 L interdiction d

Plus en détail

L'INCIDENCE DE LA LOI PINEL SUR LES LOYERS COMMERCIAUX SAINSARD EXPERTS

L'INCIDENCE DE LA LOI PINEL SUR LES LOYERS COMMERCIAUX SAINSARD EXPERTS L'INCIDENCE DE LA LOI PINEL SUR LES LOYERS COMMERCIAUX La véritable incidence de la loi Pinel sur les loyers commerciaux ne pourra être constatée qu'au regard de la réaction du marché (analyse à postériori).

Plus en détail

Stage de Préparation à l Installation 4. Les différents baux

Stage de Préparation à l Installation 4. Les différents baux Stage de Préparation à l Installation 4. 4.1. Le Bail Commercial 4.2. Convention Précaire et Bail de trois ans ans 4.3. Bail Professionnel et Bail Mixte 4.4. Pas de Porte et Droit au Bail 4.1. Le bail

Plus en détail

PARTIE 1 L IMPOSITION DU RÉSULTAT DANS LE CADRE DES ENTREPRISES INDIVIDUELLES. Titre 1. Les bénéfices industriels et commerciaux (BIC)...

PARTIE 1 L IMPOSITION DU RÉSULTAT DANS LE CADRE DES ENTREPRISES INDIVIDUELLES. Titre 1. Les bénéfices industriels et commerciaux (BIC)... TABLE DES MATIÈRES Introduction... 1 I. L impôt... 1 II. Les classifications usuelles des impôts et des taxes... 3 III. Le rendement des différents impôts et taxes... 5 IV. Les sources du droit fiscal...

Plus en détail

Flash. Flash d information Immobilier. Parution du décret Pinel du 3 novembre 2014

Flash. Flash d information Immobilier. Parution du décret Pinel du 3 novembre 2014 SEPTEMBRE OCTOBRE NO VEMBRE 2014 Flash Dans ce numéro Baux 1-3 Vente immobilière 3-4 Diagnostic technique 4-5 Parution du décret Pinel du 3 novembre 2014 Flash d information Immobilier Le décret d application

Plus en détail

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle CHAPITRE 1 LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE 022- Lorsqu il décide de créer une entreprise, un entrepreneur a le choix d adopter la forme juridique la mieux adaptée à sa situation. Soit il crée une

Plus en détail

LE STATUT DES BAUX COMMERCIAUX

LE STATUT DES BAUX COMMERCIAUX LE STATUT DES BAUX COMMERCIAUX Les baux dérogatoires La durée et le droit au renouvellement La fixation et la révision du loyer - 1-7 juillet 2015 Introduction Statut d ordre public o Location d immeubles

Plus en détail

Les difficultés attendues après la loi Pinel

Les difficultés attendues après la loi Pinel M e Géraldine Piedelièvre Avocat, associé Lefèvre Pelletier & associés, Avocats ANALYSE Les difficultés attendues après la loi Pinel Si les dispositions de la loi Pinel du 18 juin 2014 et de son décret

Plus en détail

LE CREDIT BAIL IMMOBILIER Février 2015

LE CREDIT BAIL IMMOBILIER Février 2015 LE CREDIT BAIL IMMOBILIER Février 2015 CREDIT BAIL IMMOBILIER - Sommaire 2 DEFINITION 3 Crédit-bail 3 Différents types de crédits-bails 3 ASPECTS COMPTABLES ET FISCAUX 4 Pendant la période couverte par

Plus en détail

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Des taux actualisés IR : barème 2014 Le coin de la TVA 1 & 2

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Des taux actualisés IR : barème 2014 Le coin de la TVA 1 & 2 EXTRAITS DU N 51 mars 20145 Gestion & Actualité La note d information du CGL SOMMAIRE Page 2 Page 3 Page 4 Des taux actualisés IR : barème 2014 Le coin de la TVA 1 & 2 Parlons de révisions Autour du repas

Plus en détail

NEWSLETTER N 2 août/septembre 2009 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 2 août/septembre 2009 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX NEWSLETTER N 2 août/septembre 2009 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Cabinet NICOLAS & DENIZOTAssociés I / Etude Actualité sur les indices

Plus en détail

Avis afférent au projet de décret relatif aux comptes du syndicat des copropriétaires

Avis afférent au projet de décret relatif aux comptes du syndicat des copropriétaires CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 2002-17 du 22 octobre 2002 Avis afférent au projet de décret relatif aux comptes du syndicat des copropriétaires Le Conseil national de la comptabilité a été

Plus en détail

LE DISPOSITIF «PINEL» LOGEMENTS NEUFS OU EN VEFA EN METROPOLE

LE DISPOSITIF «PINEL» LOGEMENTS NEUFS OU EN VEFA EN METROPOLE LE DISPOSITIF «PINEL» LOGEMENTS NEUFS OU EN VEFA EN METROPOLE La loi de finances pour 2015, qui a rebaptisé le dispositif «Duflot» en dispositif «Pinel», a apporté des améliorations au dispositif d investissement

Plus en détail

Le régime fiscal des Offices de Tourisme sous forme associative

Le régime fiscal des Offices de Tourisme sous forme associative Le régime fiscal des Offices de Tourisme sous forme associative Afin de déterminer le régime fiscal d un Office de Tourisme constitué sous forme associative, il est nécessaire de distinguer les différentes

Plus en détail

table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages)

table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages) table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages) SOMMAIRE... liste des abréviations... VII XI INTRODUCTION GÉNÉRALE... 1 PREMIÈRE PARTIE Fiscalité directe (impôt sur le revenu et impôt

Plus en détail

LOCATION MEUBLÉE NON PROFESSIONNELLE

LOCATION MEUBLÉE NON PROFESSIONNELLE LOCATION MEUBLÉE NON PROFESSIONNELLE Contribuables concernés : Propriétaires bailleurs de locations meublées dont les recettes locatives annuelles sont inférieures à 23 000 (150 870,11 F). Type d avantage

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 5 B-17-08 N 73 du 11 JUILLET 2008 IMPOT SUR LE REVENU. REDUCTIONS D IMPOT AU TITRE DES INVESTISSEMENTS LOCATIFS REALISES DANS LE SECTEUR

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de Gestion Réf.

Plus en détail

LES BAUX COMMERCIAUX APRES LA LOI PINEL

LES BAUX COMMERCIAUX APRES LA LOI PINEL LES BAUX COMMERCIAUX APRES LA LOI PINEL Vendredi 03 avril 2015 Solen REMY-GANDON Avocat Département Règlement des Contentieux FIDAL TROYES 03 25 82 65 01 Solen.remy-gandon@fidal.com 1 Baux commerciaux

Plus en détail

Cadre légal O d r o d nna n n a ce n 03 0-11 du 26 août 2 03 (re r mpl p aç a a ç n a t la l loi o n 90 9 / 10 du d 10 / 04 0 /

Cadre légal O d r o d nna n n a ce n 03 0-11 du 26 août 2 03 (re r mpl p aç a a ç n a t la l loi o n 90 9 / 10 du d 10 / 04 0 / LEASING ASPECTS JURIDIQUES ET PRATIQUES Cadre légal Ordonnance n 03-11 du 26 août 2003 (remplaçant la loi n 90 / 10 du 10 / 04 / 1990) relative à la monnaie etau crédit. 68 : «Sont assimilées à des opérations

Plus en détail

QUOI DE NEUF EN 2015?

QUOI DE NEUF EN 2015? Claire Valérie QUOI DE NEUF EN 2015? LE SOMMAIRE 1. Les baux commerciaux 2. La publicité des comptes au greffe 3. Les cotisations RSI 4. L autoliquidation de la tva 5. Nouveaux logiciels : les indicateurs

Plus en détail

FASCICULE IV : LE VOTE DES TAUX DES DÉPARTEMENTS. I. Taux départemental de taxe foncière sur les propriétés bâties... 2

FASCICULE IV : LE VOTE DES TAUX DES DÉPARTEMENTS. I. Taux départemental de taxe foncière sur les propriétés bâties... 2 FASCICULE IV : LE VOTE DES TAUX DES DÉPARTEMENTS I. Taux départemental de taxe foncière sur les propriétés bâties... 2 II. Droit départemental d enregistrement et taxe départementale de publicité foncière

Plus en détail

Au titre de cet immeuble, la société X a reçu des subventions d investissement de la part de l Union européenne, de la région et du département.

Au titre de cet immeuble, la société X a reçu des subventions d investissement de la part de l Union européenne, de la région et du département. COMPTES ANNUELS - Immeuble à destination spécifique loué à une société placée en procédure de sauvegarde - Modalités d'évaluation et de dépréciation de l'immeuble - EC 2011-05 Mots clés Comptes annuels,

Plus en détail

Actualité fiscale / Novembre 2011

Actualité fiscale / Novembre 2011 Actualité fiscale / Novembre 2011 L année 2011 comporte un flot législatif important, ceci par quatre lois de finances rectificatives mais également le projet de loi de finance pour 2012 à venir. 1 e Loi

Plus en détail

UE 4 Droit fiscal Le programme

UE 4 Droit fiscal Le programme UE 4 Droit fiscal Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Introduction générale au

Plus en détail

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 Micro -entreprises L option pour l année 2009 pour le versement forfaitaire libératoire des cotisations et contributions sociales des travailleurs indépendants relevant

Plus en détail

FLASH INFO JURIDIQUE FORMES JURIDIQUES D EXERCICE TRANSMISSIONS D ENTREPRISE BAUX COMMERCIAUX

FLASH INFO JURIDIQUE FORMES JURIDIQUES D EXERCICE TRANSMISSIONS D ENTREPRISE BAUX COMMERCIAUX FLASH INFO JURIDIQUE FORMES JURIDIQUES D EXERCICE TRANSMISSIONS D ENTREPRISE BAUX COMMERCIAUX I. Différentes formes juridiques d exercice de son activité : L entreprise individuelle ou la Société - A :

Plus en détail

CORRIGE EXAMEN DU 9 DECEMBRE 2014

CORRIGE EXAMEN DU 9 DECEMBRE 2014 CORRIGE EXAMEN DU 9 DECEMBRE 2014 Sujet 1-6 points 1.1. Définir le coefficient de déduction et ses trois composantes - 1 point Le coefficient de déduction permet de déterminer pour chaque bien ou service

Plus en détail

En règle générale, le taux d amortissement linéaire du bien immobilier est calculé sur la base d une durée d utilisation de :

En règle générale, le taux d amortissement linéaire du bien immobilier est calculé sur la base d une durée d utilisation de : 2. Immeuble 2.1. Acquisition ou construction 2.1.1. Principe Les dépenses afférentes à l acquisition d un bien immobilier affecté à l exercice de l activité professionnelle (p.ex. une maison de commerce

Plus en détail

Table des matières. Les chiffres renvoient aux numéros des pages AVANT-PROPOS... 107 PREMIÈRE PARTIE LOCATIONS IMMOBILIÈRES

Table des matières. Les chiffres renvoient aux numéros des pages AVANT-PROPOS... 107 PREMIÈRE PARTIE LOCATIONS IMMOBILIÈRES Table des matières Les chiffres renvoient aux numéros des pages AVANT-PROPOS... 107 PREMIÈRE PARTIE LOCATIONS IMMOBILIÈRES SOUS-PARTIE I : PRÉSENTATION DE LA FISCALITÉ IMMOBILIÈRE LOCATIVE... 109 Section

Plus en détail

A la suite de ce sinistre, l activité n a pas été interrompue, la SAS ayant pu poursuivre son activité sur un autre site.

A la suite de ce sinistre, l activité n a pas été interrompue, la SAS ayant pu poursuivre son activité sur un autre site. COMPTES ANNUELS - Date de comptabilisation des indemnités d'assurance suite à un incendie - Provision pour charges liées à la reconstruction du bâtiment appartenant à une SCI - EC 2010-28 Mots clés Comptes

Plus en détail

PCG et IAS/IFRS : Les dépréciations, tout le monde en parle!!!

PCG et IAS/IFRS : Les dépréciations, tout le monde en parle!!! PCG et IAS/IFRS : Les dépréciations, tout le monde en parle!!! Intervenants Eric DELESALLE Expert-comptable, Président de la Commission de droit comptable du Conseil Supérieur Hervé QUERE Chef de section

Plus en détail

Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option

Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction repose sur la dissociation de l acquisition du foncier de celle

Plus en détail

déduction fiscale Monument historique Immeubles classés ou inscrits à l Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques (ISMH).

déduction fiscale Monument historique Immeubles classés ou inscrits à l Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques (ISMH). déduction fiscale Monument historique Immeubles classés ou inscrits à l Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques (ISMH). Réhabiliter et préserver le patrimoine architectural français. Les dépenses

Plus en détail

Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LA REVISION DU LOYER COMMERCIAL. Textes. Articles L. 145-33 à 145-39 du code de commerce

Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LA REVISION DU LOYER COMMERCIAL. Textes. Articles L. 145-33 à 145-39 du code de commerce Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LA REVISION DU LOYER COMMERCIAL Textes Loi LME du 4 août 2008 Loi MURCEF du 11 décembre 2001 Article L. 145-3 du code de commerce Article L. 145-5 du code de

Plus en détail

LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT. Jeudi 13 mars 2008 Chambre Régionale des Huissiers de Justice de Paris

LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT. Jeudi 13 mars 2008 Chambre Régionale des Huissiers de Justice de Paris LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT Jeudi 13 mars 2008 Chambre Régionale des Huissiers de Justice de Paris LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT Intervenants Janin AUDAS, vice-président de l Ordre des experts-comptables

Plus en détail

Régime fiscal de la marque

Régime fiscal de la marque 29 avril 2008 Régime fiscal de la marque Par Véronique STÉRIN Chargée d études et de recherche Institut de recherche en propriété intellectuelle-irpi et Valérie STÉPHAN Responsable du département fiscal-dgaepi

Plus en détail

LE PHOTOVOLTAIQUE incidences juridiques et fiscales

LE PHOTOVOLTAIQUE incidences juridiques et fiscales LE PHOTOVOLTAIQUE incidences juridiques et fiscales PARTIE I Le propriétaire qui loue la toiture de ses bâtiments ou ses terrains. 2 m1 LES ENGAGEMENTS PROPOSES NATURE JURIDIQUE DE L ACTIVITE : Activité

Plus en détail

Le volet immobilier de la loi Pinel... ...entre Parlement et Sénat

Le volet immobilier de la loi Pinel... ...entre Parlement et Sénat Rencontre LPA Le volet immobilier de la loi Pinel......entre Parlement et Sénat Mardi 25 mars 2014 136 avenue des Champs-Elysées 75008 Paris - Tél. : +33 (0)1 53 93 30 00 Fax : +33 (0)1 53 93 30 30 www.lpalaw.com

Plus en détail

LOCATAIRES, CONNAISSEZ VOS DROITS

LOCATAIRES, CONNAISSEZ VOS DROITS LOCATAIRES, CONNAISSEZ VOS DROITS Confédération Nationale du Logement Sommaire Avant propos... 13 PARTIE 1 La réglementation 1. Établissement du contrat de location (article 3 de la loi n 89-462 du 6

Plus en détail

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com LOI DE FINANCE 2013 La loi de Finance 2013 apporte son lot de nouveautés. Nombre de régimes tant pour les entreprises que pour les particuliers sont impactés en profondeur. Ci-après la revue des principaux

Plus en détail

- Recettes du Titre I 12.401.200.000 Dinars - Recettes du Titre II 4.066.000.000 Dinars - Recettes des fonds spéciaux du Trésor 638.800.

- Recettes du Titre I 12.401.200.000 Dinars - Recettes du Titre II 4.066.000.000 Dinars - Recettes des fonds spéciaux du Trésor 638.800. Loi n 2008-77 du 22 décembre 2008, portant loi de finances pour l année 2009. ARTICLE PREMIER : Est et demeure autorisée pour l année 2009 la perception au profit du Budget de l Etat des recettes provenant

Plus en détail

Les principales caractéristiques des baux commerciaux et emphytéotiques et des contrats de superficie

Les principales caractéristiques des baux commerciaux et emphytéotiques et des contrats de superficie Les principales caractéristiques des baux commerciaux et emphytéotiques et des contrats de superficie Gauthier Ervyn ge@vdelegal.be 1. LES BAUX COMMERCIAUX Diversité des règles en matière de bail : Régime

Plus en détail

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée.

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Contribution exceptionnelle sur la fortune : Une contribution exceptionnelle

Plus en détail

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer»

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer Avec le soutien de LOI DE FINANCES 2013 Revue des principales mesures

Plus en détail

Projet de loi de finances rectificative pour 2014

Projet de loi de finances rectificative pour 2014 Note d information du mois de Décembre 2014 Le cabinet sera fermé du 24/12/2014 au soir au 05/01/2015 au matin Projet de loi de finances rectificative pour 2014 Le projet de deuxième loi de finances rectificative

Plus en détail

LE CREDIT-BAIL IMMOBILIER

LE CREDIT-BAIL IMMOBILIER TSD NOTAIRES 1 PREAMBULE 1. Loi 66-455 du 2 juillet 1966 2. Ordonnance 67-837 du 28 septembre 1967 3. Décret 72-665 du 4 juillet 1972 4. Loi 73-446 du 25 avril 1973 5. Loi 84-46 du 24 janvier 1984 6. Loi

Plus en détail

Morvilliers Sentenac Avocats

Morvilliers Sentenac Avocats Newsletter n 13... Février 2013 Morvilliers Sentenac Avocats Actualités fiscales Les lois de finance votées en fin d année modifient sensiblement le paysage fiscal en accroissant les charges fiscales pesant

Plus en détail

- Loi de finances pour 2016. - Loi de finances rectificative pour 2015

- Loi de finances pour 2016. - Loi de finances rectificative pour 2015 Nouvelles mesures Plus d informations sur www.apce.com Loi de finances pour 2016 Loi n 20151785 du 29 décembre 2015, Journal officiel du 30 décembre 2015 Loi de finances rectificative pour 2015 Loi n 20151786

Plus en détail

Les plus values à la cessation d activité

Les plus values à la cessation d activité Les plus values à la cessation d activité Les quatre régimes d exonération des plus values Plus-values professionnelles - cas général Depuis le 1er janvier 2006, le bénéfice de l exonération est réservé

Plus en détail

TOSTAIN & LAFFINEUR Real Estate Solutions

TOSTAIN & LAFFINEUR Real Estate Solutions TOSTAIN & LAFFINEUR Real Estate Solutions Siège Social 23 rue de la Performance Europarc BV3 59650 VILLENEUVE D'ASCQ Tél : 03 20 04 06 00 Fax : 03 20 79 09 42 Email : contact@tostain-laffineur.com Interview

Plus en détail

Chapitre 1 Introduction... 11

Chapitre 1 Introduction... 11 Sommaire Chapitre 1 Introduction................. 11 Préambule....................................... 11 1. Investir dans l immobilier pour préparer l avenir....... 12 2. Se constituer des revenus avec

Plus en détail

Le régime fiscal et comptable des associations de commerçants. CERAL JB 20 Mars 2015

Le régime fiscal et comptable des associations de commerçants. CERAL JB 20 Mars 2015 Le régime fiscal et comptable des associations de commerçants CERAL JB 20 Mars 2015 Sommaire Introduction : Le régime fiscal des associations 1. L imposition des UC à la TVA 2. L imposition des UC à l

Plus en détail

SPECIFICITES JURIDIQUES, COMPTABLES

SPECIFICITES JURIDIQUES, COMPTABLES SUCCURSALE SPECIFICITES JURIDIQUES, COMPTABLES et FISCALES CONFERENCE du 13 DECEMBRE 2006 Béatrice COQUEREAU Patrick DONSIMONI Commission Internationale Conférence 13/12/2006 - SUCCURSALE 1 INTRODUCTION

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE Décret n o 2005-240 du 14 mars 2005 relatif aux comptes du syndicat des copropriétaires NOR : SOCU0412534D

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS Les présentes mises à jour concernent le quatrième tirage 2000. PACS ( Pacte civil de solidarité ) - Page 6 Le régime applicable entre

Plus en détail

Table des matières. Les nombres renvoient aux numéros des pages AVANT-PROPOS... 133 PREMIÈRE PARTIE

Table des matières. Les nombres renvoient aux numéros des pages AVANT-PROPOS... 133 PREMIÈRE PARTIE Table des matières Les nombres renvoient aux numéros des pages AVANT-PROPOS... 133 PREMIÈRE PARTIE LOCATIONS IMMOBILIÈRES SOUS-PARTIE I : RÉSENTATION DE LA FISCALITÉ IMMOBILIÈRE LOCATIVE... 135 Section

Plus en détail

(2015) INFORMATIONS GENERALES OGBIC01

(2015) INFORMATIONS GENERALES OGBIC01 3.5 Annexes Centres de Gestion Agréés (2015) INFORMATIONS GENERALES OGBIC01 Tableau obligatoirement transmis pour la campagne fiscale 2015. Généralités Nom de la personne à contacter sur ce dossier au

Plus en détail

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011 Loi de finances pour 2011 La loi de finances pour 2011 ne bouleverse pas notre fiscalité. Les principales dispositions sont relatives

Plus en détail

2014 INFORMATIONS IDENTIFICATION OGID00

2014 INFORMATIONS IDENTIFICATION OGID00 Adh. n Nom : Profession : 2014 INFORMATIONS IDENTIFICATION OGID00 Libellés IDENTIFICATION DU DOSSIER COMPTABLE Forme juridique Code Activité de la famille comptable Code Activité Libre PERIODE Date de

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG DROIT FISCAL session 2013 CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur Dossier 1 : IMPOSITION DES BÉNÉFICES 7,5 points 1) Calculer pour l exercice 2012 le résultat

Plus en détail

INFOMATIONS GENERALES. Renseignements divers. Effectif exploitant non salarié (au prorata du temps consacré à l'entreprise)

INFOMATIONS GENERALES. Renseignements divers. Effectif exploitant non salarié (au prorata du temps consacré à l'entreprise) INFOMATIONS GENERALES OGBIC01 Généralités Nom de la personne à contacter sur ce dossier au sein du cabinet Mail du cabinet ou de la personne à contacter au sein du cabinet Renseignements divers L'adresse

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/24 NOTE COMMUNE N 11/2002

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/24 NOTE COMMUNE N 11/2002 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/03/13 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/24 NOTE COMMUNE N 11/2002 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

Le Bail commercial : Révision des loyers.

Le Bail commercial : Révision des loyers. Le Bail commercial : Révision des loyers. Article L145-38 du Code de commerce «La demande en révision ne peut être formée que trois ans au moins après la date d'entrée en jouissance du locataire ou après

Plus en détail

n OBJECTIF ET FONCTIONNEMENT

n OBJECTIF ET FONCTIONNEMENT SCPI Renovalys 3 AVERTISSEMENT FACTEURS DE RISQUES Vous investissez dans une SCPI de type fiscal Malraux, qui permet au souscripteur de bénéficier d une réduction d impôt sur le revenu, conformément à

Plus en détail

Livret fiscal du créateur d entreprise. Sociétés civiles immobilières de gestion

Livret fiscal du créateur d entreprise. Sociétés civiles immobilières de gestion Livret fiscal du créateur d entreprise Sociétés civiles immobilières de gestion Régime d imposition Les sociétés civiles immobilières (SCI) ont pour objet la gestion d'un patrimoine immobilier. Leur activité

Plus en détail

VEUILLEZ EGALEMENT JOINDRE LA BALANCE ET L ENSEMBLE DES DECLARATIONS DE TVA

VEUILLEZ EGALEMENT JOINDRE LA BALANCE ET L ENSEMBLE DES DECLARATIONS DE TVA BORDEREAU DE RENSEIGNEMENTS COMPLEMENTAIRES VEUILLEZ EGALEMENT JOINDRE LA BALANCE ET L ENSEMBLE DES DECLARATIONS DE TVA Code adhérent : Nom et prénom / Raison Sociale : 0GID00 Informations Identification

Plus en détail

REVISION DU LOYER COMMERCIAL

REVISION DU LOYER COMMERCIAL REVISION DU LOYER COMMERCIAL 04/03/2011 Les parties sont libres quant à la fixation du loyer initial. En revanche, le révision du loyer fait l objet d une réglementation spécifique. Il faut distinguer

Plus en détail

INVESTIR EN LOI DUFLOT. Optimisons ensemble votre patrimoine. Le 1 er uro à investir est celui que l on peut légalement distraire de ses impôts

INVESTIR EN LOI DUFLOT. Optimisons ensemble votre patrimoine. Le 1 er uro à investir est celui que l on peut légalement distraire de ses impôts INVESTIR EN LOI DUFLOT Le 1 er uro à investir est celui que l on peut légalement distraire de ses impôts Optimisons ensemble votre patrimoine LA LOI DUFLOT La loi de finances de 2013 définit un nouveau

Plus en détail

Lettre mensuelle Novembre 2004 SOCIETES. 1. FRANCE - TVA Taxe sur les salaires Calcul définitif du prorata 2003

Lettre mensuelle Novembre 2004 SOCIETES. 1. FRANCE - TVA Taxe sur les salaires Calcul définitif du prorata 2003 Lettre mensuelle Novembre 2004 SOCIETES 1. FRANCE - TVA Taxe sur les salaires Calcul définitif du prorata 2003 2. MEXIQUE - Impôt sur les actifs Déductibilité des dettes 3. FRANCE - Dividendes Avoir Fiscal

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

64 Présentation du régime

64 Présentation du régime OPÉRATIONS IMMOBILIÈRES 64 Présentation du régime Les règles applicables en matière de TVA immobilière Règles applicables depuis le 11 mars 2010... 6000 Champ immobilière... 6001 Règles de territorialité...

Plus en détail

Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur. à 150 000 par part de quotient familial.

Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur. à 150 000 par part de quotient familial. ! PARTICULIERS Article du projet de loi Article 3 Article 4 Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur Modifications apportées par l AN Création d une tranche création d une

Plus en détail

Instruction du 10 mai 1996 (BOI 7 S-5-96)

Instruction du 10 mai 1996 (BOI 7 S-5-96) G ISF SONT EXONERES Instruction du 10 mai 1996 (BOI 7 S-5-96) L'article 6 de la loi de finances pour 1996 (n 95-1346 du 30 décembre 1995 - JO du 31 décembre 1995, p. 19030 et 19031): - précise le champ

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 5 novembre 2013 Experts Comptables Commissaires aux Comptes 43, rue de Liège 75008 Paris Tél. : 33 (0) 1 44 90 25 25 Fax 33 (0) 1 42 94 93 29 E-mail : contact@caderas-martin.com PROJET DE LOI DE FINANCES

Plus en détail

Actualité des Lois de Finances

Actualité des Lois de Finances Actualité des Lois de Finances AJAR le 22 janvier 2015 Stéphane MAYENCON Responsable du département fiscal AG2R La Mondiale Alexis ROGIER Direction Juridique Assurance vie - Responsable Ingénierie Patrimoniale

Plus en détail

Gestion. Négocier son bail commercial

Gestion. Négocier son bail commercial Gestion Négocier son bail commercial Adie Conseil Gestion INTRODUCTION Le bail commercial fait l objet d un statut réglementé dont les textes sont codifiés aux articles L.145-1 et suivants et R.145-1 et

Plus en détail

FISCALITE APPLICABLE A L ASSURANCE : CAS DE L IMPOSITION A LA TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE (TVA) DES COMMISSIONS DES INTERMEDIAIRES D ASSURANCES Présenté par : Ida ABLOUTAN Inspecteur des Impôts PLAN Introduction

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 OBJECTIF DE LA NORME 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

Comment appréhender son bail commercial

Comment appréhender son bail commercial Comment appréhender son bail commercial Animé par : Jean-Denis LE MOIGNE Erwan LE ROUILLE Régis MORENNE INTRODUCTION La conclusion du bail commercial présente des difficultés pour le locataire qui ne différencie

Plus en détail

La Fiscalité de l Épargne Salariale

La Fiscalité de l Épargne Salariale FISCALITÉ La Fiscalité de l Épargne Salariale Le cadre fiscal et social pour l entreprise A - Les versements dans les dispositifs Pour l entreprise Nature du versement Charges sociales et taxes patronales

Plus en détail

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE BAREME TRAITEMENTS ET SALAIRES PEA Fin du gel du barème : Revalorisation de 0,8% de l ensemble des tranches applicables aux revenus de 2013. Plafonnement du

Plus en détail

LES LOYERS COMMERCIAUX SAINSARD EXPERTS FEVRIER 2016 - ESSEC

LES LOYERS COMMERCIAUX SAINSARD EXPERTS FEVRIER 2016 - ESSEC LES LOYERS COMMERCIAUX Préambule : Pour les boutiques, il existe deux valeurs locatives : 1- La valeur locative de marché issue des loyers constatés pour des nouvelles locations. La valeur locative de

Plus en détail

Version : Loi nº 2006 872 du 13 juillet 2006 art. 39, art. 40, art. 46 Journal Officiel du 16 juillet 2006

Version : Loi nº 2006 872 du 13 juillet 2006 art. 39, art. 40, art. 46 Journal Officiel du 16 juillet 2006 CODE GENERAL DES IMPOTS, CGI Article 31 Version : Loi nº 2006 872 du 13 juillet 2006 art. 39, art. 40, art. 46 Journal Officiel du 16 juillet 2006 I. Les charges de la propriété déductibles pour la détermination

Plus en détail

REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET NOUVEAU PANIER

REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET NOUVEAU PANIER Février 2010 REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET NOUVEAU PANIER DE RESSOURCES POUR LES COLLECTIVITES LOCALES 1 RE PARTIE PRESENTATION DES GRANDS PRINCIPES Depuis le 1 er janvier 2010, les entreprises

Plus en détail

L INVESTISSEMENT. 1-Les différents types d investissements. On distingue 4 types d investissements :

L INVESTISSEMENT. 1-Les différents types d investissements. On distingue 4 types d investissements : L INVESTISSEMENT L investissement est le placement de sommes importantes par rapport à l activité courante d exploitation, dans un but d en retirer des bénéfices ou des économies. L investissement se distingue

Plus en détail

LE CONTRAT ET LE LOYER DANS LE PARC PRIVÉ Dossier juridique de la Confédération Nationale du Logement. Sommaire

LE CONTRAT ET LE LOYER DANS LE PARC PRIVÉ Dossier juridique de la Confédération Nationale du Logement. Sommaire LE CONTRAT ET LE LOYER DANS LE PARC PRIVÉ Dossier juridique de la Sommaire ANALYSE DE LA CNL / Page 2 Eléments constitutifs du bail / Page 2 Durée du bail / Page 5 Renouvellement du bail / Page 5 Fixation

Plus en détail

Traitement comptable des impôts sur le résultat selon les normes IFRS : un regard prospectif

Traitement comptable des impôts sur le résultat selon les normes IFRS : un regard prospectif Tax accounting Traitement comptable des impôts sur le résultat selon les normes IFRS : un regard prospectif Définition de la base fiscale des actifs et passifs Introduction L IASB a publié le 31 mars dernier

Plus en détail