COLLIERS INT. SUISSE ROMANDE GENÈ VE ILBColliers Indicateur des Loyers de Bureaux

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COLLIERS INT. SUISSE ROMANDE GENÈ VE ILBColliers Indicateur des Loyers de Bureaux"

Transcription

1 COLLIERS INT. SUISSE ROMANDE GENÈ VE N 8 été 0 7. Ce terme fut celui de Rousseau constatant il y a quelques siècles la léthargie que la proximité de nos eaux provoquait sur les âmes et sur les corps. Pillons l idée pour inventer un concept économique de «moule» immobilière. On se bat pour acheter (et non pour louer) les rares 57 immeubles commerciaux de la rade de Genève, fût-ce à des prix monégasques (jusqu à CHF 0'000.-/m ). La chute de la demande de location de bureaux est proportionnelle à la somme des amendes que le secteur bancaire négocie avec l Amérique. Pourvu que l Europe ne se réveille pas (trop tôt)! Il émerge cependant une demande solide pour les surfaces moyennes (-500 m ). Les exigences des locataires mettent à mal une offre de bureaux vieillis, obsolètes ou curieusement excentrés. Les entreprises ont réduit de 0% le besoin de m par employé. Le marché des bureaux genevois de 0 ressemble à celui de 0, de 0 en plus prononcé. Nous parlions alors d une rupture dans la demande et, surtout, d un changement du profil des acteurs : 85% de la faible demande émane d acteurs locaux. Nos arguments d alors: un marché de déménageurs et une croissance des vacants sur "le marché gris ". Tout cela se vérifie ; les prémisses de ce marché atone ont correctement été identifiés dès fin 0 (voir ILB No 5). Il n y a ème semestre 0 er semestre 0 tendance ème sem. 0 Qualité Standard Supérieure Standard Supérieure Standard Supérieure Zone Loyer Min Max Min Max Min Max Min Max Tendance Tendance Hypercentre Centre Rive gauche Centre Rive droite Aéroport / Organisations Internationales ( OI ) Meyrin / Vernier Praille / Acacias / Vernets Lancy / Carouge Chêne / Thônex La «moule» du lac Légende couleurs ; durée de relocation : rouge > 6 mois ; orange à 6 mois ; vert < mois donc pas de grande surprise pour les professionnels nonobstant les cris d orfraie redondants de toutes les officines immobilières de Suisse (agents, banques, offices de statistiques) qui semblent... découvrir le phénomène. Les loyers de 0 se maintiennent avec une baisse moyenne observée de %, ce qui est statistiquement anecdotique. Phénomène nouveau : les entreprises ne «se projettent pas». Paradoxalement mais logiquement, ce comportement «mou» n a pas précipité la chute des loyers. Systématiquement, les locataires n ont pas poussé l exercice jusqu à négocier les loyers ; certains gelant leur décision, d autres la reportant dans l attente de la probable «cassure» du marché, prédite par mille et une études. La demande, même affaiblie, existe toujours et certains bailleurs font tout pour la conquérir. C est ainsi qu au-delà du loyer facial, c est à dire celui que l on peut lire ou observer les incitations des bailleurs à la signature d un bail se révèlent très agressives : gratuité de loyer (de 6 à 8 mois!), échelonnements généreux, options de sortie unilatérales pour le locataire, rénovations voire améliorations (équipements) totalement à charge du bailleur. Quand le poisson est rare et fuyant, mieux vaut grossir les appâts.

2 COLLIERS INT. SUISSE ROMANDE GENÈ VE N 8 été 0 Durée de relocation des bureaux (perspective) 6 Durée (mois) < > 000 Surfaces (m) Nous estimons la demande actuelle à 0'000 m dont 75% porte sur des locaux compris entre 00 et 500 m. Ce type de surfaces est désormais pris à bail par des professions libérales classiques tels que médecins, fiduciaires, avocats ou traders, mais quasiment plus par la gestion de fortune, confirmant la difficulté pour de petites structures de composer avec un cadre réglementaire surréaliste. Comme nous l écrivions en 0 déjà, le marché administratif devient toujours plus un marché de déménagement, en particulier pour les entreprises louant une surface comprise entre '000 et '000 m qui, pour la plupart (estimation : >50%), pensent déménager pour mieux équipé, moins cher et mieux placé. Durant la dernière décennie, l offre de bureaux a toujours été soutenue par une demande constante qui permettait aux bailleurs de louer sans effort. Désormais, le stock de vacants atteint '000 m (5% du stock cantonal ou 0'000 emplois), soit le double du stock disponible à fin 0, et ce sans même y inclure le «marché gris» des locaux loués à remettre ('000 m) ou les nouveaux locaux disponibles dans le semestre à venir (9'000 m). Cette détente du marché a pour résultante une demande plus exigeante.la qualité des locaux est en cause. Le parc administratif genevoiwws est vieillissant et ses obsolescences technique et fonctionnelle (accès, aménagements, équipements, design, rafraîchissement, sécurité, IT, ) sont de plus en plus flagrantes. C est particulièrement le cas au centre-ville où 90% des locaux rendus vacants nécessitent de lourds travaux de rénovation pour prétendre correspondre aux standards nationaux et internationaux. Si jusqu en 0, certains locataires, anglo-saxons notamment, finançaient euxmêmes ces travaux, cette situation appartient au passé. On peut même observer qu une part non négligeable d entreprises locales quittent Genève pour la Côte (voir ILB de la Côte») pour la raison première d un déficit de qualité. Il y a donc un marché pour les surfaces modernes ou remises au goût du jour et très bien situées. Les bailleurs qui l ont compris et anticipé s évitent de longs mois de vacance. Au premier semestre 0, de l avis de notre panel d experts, seules les surfaces < 500 m de l hypercentre se relouent en moins de six mois. Ce «glissement» se constate également avec le graphique supra (étude Colliers) avec une durée moyenne de location des grandes surfaces (> 500 m ) qui a jusqu à quadruplé entre 00 et 0. Il s agit d intégrer, cependant, une recherche d optimisation des postes de travail, la plupart des anglo-saxons pratiquent ce que l on nomme du seat ou desk sharing : parfois.7 (!) employé par place de travail. Pas de panique : Au regard des avis des experts ILB, l effondrement des loyers n est toujours pas à l ordre du jour pour le semestre à venir, tout au plus pouvons-nous nous attendre à un léger recul du bas de gamme dans plusieurs zones et de l ensemble des bureaux des zones Meyrin/Vernier et aéroport/oi où la croissance d offre (constructions récentes) se conjugue mal avec une demande internationale ralentie et en attente d une stabilité fiscale qui n est plus un argument en faveur de la Suisse.

3 COLLIERS INT. SUISSE ROMANDE GENÈ VE N 8 été 0 prochaine mise à jour juin 05 DÉFINITION L ILB est un indicateur empirique basé sur les avis d experts de l immobilier genevois. Les chiffres indiqués pour la période en cours reflètent l estimation des loyers ( nets hors charges ) par m et par an, ainsi que la durée moyenne de vacance des surfaces de bureaux proposées à location durant le semestre. CRITÈRES Les estimations sont affinées selon deux critères : la qualité immobilière et la localisation. Le critère qualitatif distingue deux catégories : «qualité standard» et «qualité supérieure». La qualité «standard» correspond à un équipement élémentaire et la qualité «supérieure» à un équipement plus sophistiqué ( parois modulables, isolation, climatisation, câblage informatique récent, etc. ). SECTEURS L ILB considère huit secteurs géographiques distincts, pour lesquels un marché propre est identifiable. Le choix de ces secteurs et de leur délimitation a été effectué dans un souci d homogénéité des prix. Certaines zones du canton ne sont pas couvertes car elles ne disposent pas d un marché assez volumineux pour justifier une nouvelle segmentation. INDICATEUR L ILB est un indicateur et non un indice. Ce choix s explique par le fait qu il préfère se baser sur des avis d experts de l immobilier genevois plutôt que sur une architecture économétrique complexe ou des annonces publicitaires. L ILB privilégie l expérience d acteurs de l immobilier à l opinion académique. Il se démarque ainsi des indices qui se basent : soit sur des annonces ( risque de biais par rapport aux loyers effectifs ), soit sur des données économiques ( dont le rapport avec l immobilier reste parfois à prouver ), soit encore sur des baux anciens ( qui reflètent rarement l état du marché à un moment donné ). PARTENAIRES Colliers International Suisse Romande SA, Comptoir Immobilier SA, Moser Vernet & Cie, Naef & Cie SA et la Régie du Rhône SA. Les estimations de ces partenaires ne se basent pas uniquement sur leurs surfaces commerciales sous gestion mais également sur des valeurs constatées sur le marché, soit un échantillon d environ 800'000 m ( ~0% du parc genevois ). MÉTHODOLOGIE Chaque partenaire donne son estimation des valeurs du marché pour les périodes considérées sans se concerter avec les autres experts. Afin de préciser les estimations, l ILB exclut pour chaque catégorie les deux valeurs extrêmes ( la valeur la plus haute et la valeur la plus basse ). Puis une estimation moyenne est tirée des trois avis d experts restants. Les données du tableau au recto reflètent ainsi les moyennes arithmétiques «centrées» des avis. FRÉQUENCE L ILB est révisé chaque semestre. Le choix de cette fréquence s explique par la relativement faible volatilité à court terme des loyers au m des bureaux à Genève. TENDANCE Les tendances pour le semestre suivant reflètent la connaissance du marché par les experts. L ILB a délibérément choisi de ne pas proposer de données chiffrées pour les perspectives futures mais de s en tenir à des tendances. En effet, la volonté de donner un prix ne peut aboutir qu à des erreurs. De plus, si les estimations sur les périodes passées et courantes sont homogènes, l hétérogénéité des prédictions aurait ôté toute la légitimité des valeurs moyennes. Responsable édition : Partenaire média : Bertrand Cavaleri Prochaine parution : Novembre 0 Distribution : Clientèle et médias Colliers Int. Suisse Romande SA : Rue de Malatrex CH - 0 Genève T F ILB Lausanne & la Côte : Market Report Switzerland:

4 LA CÔTE COLLIERS INT. SUISSE ROMANDE LA CÔTE N, été 0 N Lausanne Genève Lac Léman Zone er semestre 0 er semestre 0 m vacants* Tendance Loyer Min Max Min Max er sem. 0 Nyon '500 Gland '000 Rolle '500 Morges '000 * : Estimées au Total 69'000 La Côte ou l'irlande? Un marché dynamique : Les deux districts (et quatre marchés) observés couvrent un tissu économique hétéroclite que l on peut scinder grossièrement en deux segments : entreprises locales (rarement d envergure nationale) et sociétés internationales. Depuis mois, 7 PME, actives notamment dans l innovation technologique, la santé, les pharma, l éducation ou les services, se sont implantées sur la Côte. Ces entrées ne compensent toutefois pas complètement le départ de grandes multinationales (Shire, Kraft Food, ). Le marché vaudois est très compétitif en termes de qualité. Il peut se comparer à celui de Zurich Nord. Fragmentation de la demande : Poumon de l économie vaudoise, les entreprises internationales donnent un sentiment de fragilité qui rend très délicat la gestion de leur environnement, dont les bureaux. Une quinzaine d entreprises entrantes depuis trois ans sur ce marché concentrent à elles seules près de '000 emplois, soit un besoin d environ 0'000 m. Le besoin moyen des 0 autres plus petites est, lui, réduit, à 7'000 m. Force est de constater que le parc de la Côte offre des capacités de rebond et reste attractive. La concurrence se situe même au niveau interrégional. 6 entreprises étrangères se sont établies en 0 dans l ensemble du canton, dont 60% sur la Côte. D autres faiblesses viennent s ajouter à la conjoncture de ce marché : des implantations dispersées, hors des centres urbains et le nombre étonnant de projets de construction (7 recensés pour 7 000m). Néanmoins, la région possède des atouts incontestables, des bâtiments d une qualité nettement supérieure aux villes voisines (Lausanne et Genève) et une fonctionnalité des locaux qui fait souvent la différence dans les choix. ~6% de vacants : Nous avons observé sur la Côte 69'000 m de vacants, ce qui correspond à une augmentation des surfaces à la location de 8'000 m ou %, en comparaison avec 0. Les grands ensembles, souvent de très bonne qualité (H Business Parc, Terre Bonne Park, Business Village, Lake Geneva Park...) sont les premières victimes, même si le taux de vacance moyen des bureaux de qualité supérieure ne dépasse pas.5%. Les loyers suivent une tendance de baisse comprise entre -6 % et % par rapport à 0. Dans ce marché parfois contradictoire, nous observons en parallèle 6 constructions «taylor made» de centres administratifs mis en location pour des sociétés de première qualité. Construire d abord, louer ensuite, se révèle aujourd'hui une stratégie à haut risque que 5 années d expansion quasi continue ont masquée. Loyers selon l'age des bâtiments : Les loyers observés s établissent dans une fourchette de valeur correspondant à 60% du loyer minimum. Par conséquent, moyennes ou médianes ne signifient rien : fourchette de CHF 0.- à 90.-/m HT. Les loyers bas touchent des parcs des années 70, même rénovés, les autres ceux construits dès 000. Les locataires mènent le bal : L offre adapte son comportement dans un marché très concurrentiel : gratuité de loyers, finitions et décoration, souplesse dans les durées. S il y a un phénomène marqué, c est la requête systématique par les locataires d options de résiliation anticipées et de durées initiales de baux courts (5 ans). Ce comportement témoigne d une précarité économique extrême que les autorités cantonales tentent de stabiliser, notamment en anticipant un cadre fiscal encore incertain ailleurs. Colliers International Suisse Romande SA

5 COLLIERS INT. SUISSE ROMANDE LA CÔTE N, été 0 DÉFINITION L ILB est un indicateur empirique basé sur des avis d experts locaux de l immobilier. Les chiffres indiqués pour la période en cours reflètent l estimation des loyers (nets hors charges) par m et par an. Un recensement des surfaces à louer a été effectué par Colliers Int. Suisse Romande SA. CRITÈRES Les recherches ont été affinées selon le critère de la «localisation» et le critère qualitatif : «qualité supérieure», étant donné la faible quantité de biens de qualité «standard» disponible à la location. SECTEURS L ILB considère deux districts géographiques distincts et quatre régions, pour lesquels un marché propre est identifiable. Le choix de ces secteurs et de leur délimitation a été effectué dans un souci d homogénéité des prix. INDICATEUR L ILB est un indicateur et non un indice. Ce choix s explique par le fait qu il préfère se baser sur des avis d experts de l immobilier genevois plutôt que sur une architecture économétrique complexe. L ILB privilégie l expérience d acteurs de l immobilier à l opinion académique. Il se démarque ainsi des indices qui se basent : soit sur des annonces (risque de biais par rapport aux loyers effectifs), soit sur des données économiques (dont le rapport avec l immobilier reste parfois à prouver), soit encore sur des baux anciens (qui reflètent rarement l état du marché à un moment donné). En ce sens, l édition de «La Côte» réalisée sur la base d'annonce, doit être prise en compte avec prudence. MÉTHODOLOGIE Méthodologiquement, faute de base statistique fiable, précisons que l étude se concentre sur une zone comprise entre Morges et Mies, soit une soixantaine de sites couvrant environ 500'000 m, pour 9% les mêmes sites que ceux de notre ILB de 0. Par souci de simplification et d harmonisation de l échantillon, nous n avons considéré que la sous-catégorie de bureaux de construction récente, l essentiel du parc observé ayant été construit depuis 995. Les options fini ou semi-fini (particularité des immeubles neufs) ont été lissées, de façon à n obtenir qu un seul prix de référence. Notre approche souffre d un nombre significatifs de biais statistiques : absence de données consolidées, faible information sur les caractéristiques locatives des immeubles, opacité du marché sur les loyers conclus. Sur deux mois, plus de 00 annonces de mise en location, (presse, mailings, sites internet) ont été recensées, en y corrigeant les doublons fréquents, faiblesse majeure de ce type d approche, et en intégrant une diminution de -0% du prix offert, pour se rapprocher au plus près du loyer «réel» observé lors des conclusions de baux. FRÉQUENCE L ILB est révisé chaque année. Le choix de cette fréquence s explique par la relativement faible volatilité à court terme des loyers au m des bureaux sur la Côte. TENDANCE Les tendances pour l année suivante reflètent la connaissance du marché par les experts. L ILB a délibérément choisi de ne pas proposer Colliers International Suisse Ro de données chiffrées pour les perspectives futures mais de s en tenir à des tendances. En effet, la volonté de donner un prix ne peut aboutir qu à des erreurs. De plus, si les estimations sur les périodes passées et courantes sont homogènes, l hétérogénéité des prédictions aurait ôté toute la légitimité des valeurs moyennes. Responsable édition : Partenaire média : Prochaine parution : Juin 05 Distribution : Raphaël Reginato Clientèle et médias Colliers Int. Suisse Romande SA : Rue de Malatrex CH - 0 Genève T F ILB Genève & Lausanne: Market Report Switzerland: Colliers International Suisse Romande SA

6 COLLIERS INT. SUISSE ROMANDE LAUSANNE N 8, hiver N 6, été 0 Bussigny Crissier Epalinges Renens Prilly Ecublens Chavannes Chailly EPFL Vidy St-Sulpice Lausanne Ouchy Pully Lutry ème semestre 0 er semestre 0 ème semestre 0 Qualité Standard Supérieure Standard Supérieure Standard Supérieure Zone Loyer Min Max Min Max Min Max Min Max Tendance Tendance 5 6 Hypercentre (Gare / St-François) Ville de Lausanne Sud-Ouest et zone universitaire Ouest-Lausanne Nord-Lausanne Est-Lausanne Légende couleurs ; durée de relocation : rouge > 6 mois ; orange à 6 mois ; vert < mois Le baromètre Vaudois La légendaire stabilité du marché lausannois ne sera pas contredite cette année encore. Cet immobilisme qui pouvait dissuader certains investisseurs lorsque d autres marchés voisins étaient sur la pente ascendante (La Côte ou Genève jusqu en 0) est maintenant un argument fort en faveur de Lausanne, qui devient une valeur refuge pour l immobilier administratif. Avec des mises en valeur de qualité, l hypercentre lausannois, toujours plus attractif, a connu cette dernière année plus de 5% de croissance de l emploi. Cette conjoncture a permis aux bailleurs un maintien des loyers proches de CHF 00 /m/an, pour des biens de qualité supérieure et même une augmentation de % pour des surfaces de qualité standard. Certains pics à CHF 50/m/an ont même été constatés, preuve de la santé et de la dynamique de cette zone. Autre source de croissance, l EPFL, bénéficie d un attrait tout particulier, notamment des entreprises actives dans les technologies. Multinationales et entreprises locales se pressent aux alentours du campus, afin d être au plus près de l innovation. La zone sud-ouest lausannoise, bénéficie grâce à cet incubateur de start up, d un regain d intérêt. Le succès de la zone, s explique aussi par la qualité de la desserte des bureaux par les transports publics. Toutefois, le déplacement de l Human Brain Project sur le site genevois de Sécheron, l arrivée de nouveaux espaces de bureaux sur le marché du côté de Malley notamment, ont obligé les bailleurs à tempérer leurs ambitions. La zone Nord a subi une légère baisse des loyers et la demande de la zone semble avoir des difficultés à absorber de nouvelles surfaces. Cependant, le Biopôle d Epalinges émerge de cette tendance avec de grandes surfaces déjà louées et un pôle recherche et développement en plein essor. Après une baisse de -5%, entre 0 et 0, la zone Est s oriente vers un atterrissage en douceur. Le premier semestre 0 ressemble à si méprendre au ème semestre 0, malgré un environnement difficile avec des surfaces mal desservies par les transports publics. Pour résumer, les loyers des bureaux lausannois, toutes zones confondues, ont stagné. La ville de Lausanne et son hypercentre, l Ouest et son EPFL ainsi que le Nord et son Biopôle, assurent à la ville olympique une certaine sécurité. La tendance à la stabilisation se confirme pour le prochain semestre à venir, hormis pour les biens de qualité supérieure se situant dans la zone Ouest et Nord. L avenir sera aussi influencé par l aptitude des autorités locales à retenir les multinationales et par la capacité du marché à s adapter à une offre toujours plus exigeante.

7 COLLIERS INT. SUISSE ROMANDE LAUSANNE N 6, été 0 DÉFINITION L ILB est un indicateur empirique basé sur des avis d experts de l immobilier lausannois. Les chiffres indiqués pour la période en cours reflètent l estimation des loyers ( nets hors charges ) par m et par an, ainsi que la durée moyenne de vacance des surfaces de bureaux proposées à la location durant le semestre. CRITÈRES Les estimations sont affinées selon deux critères : la qualité immobilière et la localisation. Le critère qualitatif distingue deux catégories : «qualité standard» et «qualité supérieure». La qualité «standard» correspond à un équipement élémentaire et la qualité «supérieure» à un équipement plus sophistiqué ( parois modulables, isolation, climatisation, câblage informatique récent, etc. ). SECTEURS L ILB lausannois considère six secteurs géographiques distincts, pour lesquels un marché propre est identifiable. Le choix de ces secteurs et de leur délimitation a été effectué dans un souci d homogénéité des prix. INDICATEUR L ILB est un indicateur et non un indice. Ce choix s explique par le fait qu il préfère se baser sur des avis d experts de l immobilier lausannois plutôt que sur une architecture économétrique complexe ou des annonces publicitaires. L ILB privilégie l expérience d acteurs de l immobilier à l opinion académique. Il se démarque ainsi des indices qui se basent : soit sur des annonces ( risque de biais par rapport aux loyers réellement conclus ), soit sur des données économiques ( dont le rapport avec l immobilier reste parfois à prouver ), soit encore sur des baux anciens ( qui reflètent rarement l état du marché à un moment donné ). PARTENAIRES Colliers International Suisse Romande SA, Domicim Régie MK SA, iconsulting SA, Procimmo SA et Régie Braun SA. Les estimations ne se basent pas uniquement sur les surfaces administratives sous gestion des partenaires mais également sur des valeurs constatées sur le marché. METHODOLOGIE Chaque partenaire donne son estimation des valeurs du marché pour les périodes considérées sans se concerter avec les autres experts. Afin de préciser les estimations, l ILB exclut pour chaque catégorie les deux valeurs extrêmes ( la valeur la plus haute et la valeur la plus basse ). Puis une estimation moyenne est tirée des avis d experts restants. Les données du tableau au recto reflètent ainsi les moyennes arithmétiques «centrées» des avis FRÉQUENCE L ILB est révisé chaque semestre. Le choix de cette fréquence s explique par la relativement faible volatilité à court terme des loyers au m des bureaux à Lausanne. TENDANCE Les tendances pour le semestre suivant reflètent la connaissance du marché par les experts. L ILB a délibérément choisi de ne pas proposer de données chiffrées pour les perspectives futures mais de s en tenir à des tendances. En effet, la volonté de donner un prix futur ne peut aboutir qu à des erreurs. De plus, si les estimations sur les périodes passées et courantes sont homogènes, l hétérogénéité des prédictions aurait ôté toute la légitimité des valeurs moyennes. Responsable édition : Partenaire média : Raphaël Reginato Prochaine parution : Juin 05 Distribution : Clientèle et médias Colliers Int. Suisse Romande SA : ILB Genève & la Côte: Market Report Switzerland:, rue de Malatrex CH - 0 Genève T F

COLLIERS INT. SUISSE ROMANDE GENÈ VE ILBColliers Indicateur des Loyers de Bureaux

COLLIERS INT. SUISSE ROMANDE GENÈ VE ILBColliers Indicateur des Loyers de Bureaux COLLIERS INT. SUISSE ROMANDE GENÈ VE N 17, été 2013 7 2 ème semestre 2012 1 er semestre 2013 2 ème semestre 2013 Qualité Standard Supérieure Standard Supérieure Standard Supérieure Zone Loyer Min Max Min

Plus en détail

ILBColliers Indicateur des Loyers de Bureaux

ILBColliers Indicateur des Loyers de Bureaux COLLIERS AMI G E N è VE ILBColliers Indicateur des Loyers de Bureaux N 10, hiver 2008-2009 www.colliers-ami.ch 1 er semestre 2008 2 e semestre 2008 1 er semestre 2009 Qualité Standard Supérieure Standard

Plus en détail

INDICATEUR DES LOYERS DE BUREAUX (ILBCOLLIERS) édition n 5, été 2006

INDICATEUR DES LOYERS DE BUREAUX (ILBCOLLIERS) édition n 5, été 2006 GENEVE INDICATEUR DES LOYERS DE BUREAUX (ILBCOLLIERS) édition n 5, été 2006 2 ème semestre 2005 1 er semestre 2006 2 éme semestre 2006 Qualité Standard Supérieure Standard Supérieure Standard Supérieure

Plus en détail

COLLIERS INT. SUISSE ROMANDE GENÈ VE ILBColliers Indicateur des Loyers de Bureaux

COLLIERS INT. SUISSE ROMANDE GENÈ VE ILBColliers Indicateur des Loyers de Bureaux COLLIERS INT. SUISSE ROMANDE GENÈ VE N 8 été 0 7. Ce terme fut celui de Rousseau constatant il y a quelques siècles la léthargie que la proximité de nos eaux provoquait sur les âmes et sur les corps. Pillons

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 214 Accelerating success. perspectives Entre prudence et opportunisme > Après un premier semestre actif, la demande placée de bureaux a

Plus en détail

Fondation de placements immobiliers. Rapport semestriel 2007/2008

Fondation de placements immobiliers. Rapport semestriel 2007/2008 FREIHALTE-ZONE Fondation de placements immobiliers 2007/2008 2 FREIHALTE-ZONE Sommaire Introduction 4 Environnement général, immeubles d habitation et immeubles commerciaux 5 Généralités concernant le

Plus en détail

Selon les professionnels de l immobilier interrogés, les principaux constats concernant le marché locatif sont identiques aux années précédentes :

Selon les professionnels de l immobilier interrogés, les principaux constats concernant le marché locatif sont identiques aux années précédentes : 2. Le marché locatif Activité globale Selon les professionnels de l immobilier interrogés, les principaux constats concernant le marché locatif sont identiques aux années précédentes : - Une activité relativement

Plus en détail

GENEVE INDICATEUR DES LOYERS DE BUREAUX (ILBCOLLIERS) édition n 9, été 2008

GENEVE INDICATEUR DES LOYERS DE BUREAUX (ILBCOLLIERS) édition n 9, été 2008 GENEVE INDICATEUR DES LOYERS DE BUREAUX (ILBCOLLIERS) édition n 9, été 2008 2 ème semestre 2007 1 er semestre 2008 2 ème semestre 2008 Qualité Standard Supérieure Standard Supérieure Standard Supérieure

Plus en détail

Property Times Le marché des bureaux à Genève T3 2011 Des taux d occupation indicatifs incertains

Property Times Le marché des bureaux à Genève T3 2011 Des taux d occupation indicatifs incertains Property Times Le marché des bureaux à Genève 2011 Des taux d occupation indicatifs incertains Novembre 2011 Sommaire Executive summary 1 Contexte économique 2 Les bureaux 3 Demande placée 3 Loyer prime

Plus en détail

Logement. Variation annuelle des loyers dans le canton de Genève et taux hypothécaire, en %

Logement. Variation annuelle des loyers dans le canton de Genève et taux hypothécaire, en % Logement Pour ceux qui observent depuis longtemps déjà le domaine et s'inquiètent, ce n'est certainement pas un scoop. Tous les indicateurs le disent : le logement est un problème majeur de la région transfrontalière.

Plus en détail

Restructuration continue

Restructuration continue DTZ Research PROPERTY TIMES Restructuration continue Genève Bureaux 215 15 Avril 215 Sommaire Demande placée & Loyer prime 2 Offre immédiate 4 Taux de vacance 5 Projets de développement 5 Définitions 6

Plus en détail

Observatoire Local des Loyers. de l agglomération toulousaine

Observatoire Local des Loyers. de l agglomération toulousaine Observatoire Local des Loyers de l agglomération toulousaine Un loyer médian de 10,40 /m² sur l agglomération toulousaine en 2014 En dehors de la localisation, trois paramètres ont une forte influence

Plus en détail

CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009

CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009 Communiqué de presse Paris, 15 février 2010 CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009 Activité commerciale 2009 très soutenue dans toutes les classes d actifs Maintien du chiffre d affaires à hauteur

Plus en détail

OFFRE A LA UNE. Disponibilité Immédiate NEWSLETTER AGENCE. Edito IMMOBILIER D ENTREPRISE

OFFRE A LA UNE. Disponibilité Immédiate NEWSLETTER AGENCE. Edito IMMOBILIER D ENTREPRISE SLETTER AGENCE Luxembourg - IMMOBILIER D ENTREPRISE OFFRE A LA UNE Edito Nous entamons à présent la dernière ligne droite de cette année 2010. Une année encore délicate aux vues du contexte économique

Plus en détail

LA NOUVELLE METHODE GENERALE DE PONDERATION

LA NOUVELLE METHODE GENERALE DE PONDERATION LA NOUVELLE METHODE GENERALE DE PONDERATION Par Avocat au Barreau de Paris L évaluation est au cœur de la matière des baux commerciaux et la pondération est au cœur de l évaluation. Dans le cadre de l

Plus en détail

OFFRES ET PRIX DE LOCATION DES

OFFRES ET PRIX DE LOCATION DES 4 note n 4, mars 2005 OFFRES ET PRIX DE LOCATION DES LOGEMENTS EN 2003-2004 I E DITORIAL I NTRODUCTION Selon l enquête «ménages» réalisée par le CEPS/Instead en 2003, le parc locatif représente moins de

Plus en détail

COLLIERS AMI GENè VE ILBColliers Indicateur des Loyers de Bureaux

COLLIERS AMI GENè VE ILBColliers Indicateur des Loyers de Bureaux COLLIERS AMI GENè VE N 13, hiver 2010-2011 www.colliers-ami.ch 7 1 er semestre 2010 2 ème semestre 2010 1 er semestre 2011 Qualité Standard Supérieure Standard Supérieure Standard Supérieure Zone Loyer

Plus en détail

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 En 1998, avec un chiffre d affaires proche de 109 milliards de francs, selon les estimations du ministère de l Équipement, des Transports

Plus en détail

en Immobilier Pierre Jacquot Orox Asset Management

en Immobilier Pierre Jacquot Orox Asset Management Approche à valeur ajoutée en Immobilier Pierre Jacquot Orox Asset Management LES FONDAMENTAUX DE L INVESTISSEMENT IMMOBILIER 2 LES FONDAMENTAUX DE L INVESTISSEMENT IMMOBILIER RENDEMENT LOCATIF Revenu des

Plus en détail

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Un premier semestre en deux temps : recul au premier trimestre et stabilisation au second semestre. Les investissements

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

ETUDE SUR LE PRIX DE MARCHE DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE EN ZONES RURALES FRAGILES

ETUDE SUR LE PRIX DE MARCHE DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE EN ZONES RURALES FRAGILES ETUDE SUR LE PRIX DE MARCHE DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE EN ZONES RURALES FRAGILES SYNTHESE JUILLET 2004 DATAR - AATEC / ARGUYL - 2-29/07/04 OBJECTIF ET CONTEXTE L immobilier d entreprise est un enjeu

Plus en détail

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la culture OFC Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse réalisée pour l Office fédéral de la culture Juillet 2014 Table des matières 1.

Plus en détail

Contexte économique :

Contexte économique : Analyse de Marché Dec 2012 Contexte économique : Au cours des dernières années, la Suisse a remarquablement résisté à la dégradation économique globale et aux effets du franc fort qui pèse sur les exportations.

Plus en détail

Les marchés immobiliers

Les marchés immobiliers Éditorial de Me ROBIN Laurent Les marchés immobiliers Président de la Chambre interdépartementale des notaires des, des et des Comme chaque année, la Chambre des Notaires de PAU présente une analyse du

Plus en détail

TABLEAU DE BORD DES INVESTISSEMENTS TOURISTIQUES EN PACA

TABLEAU DE BORD DES INVESTISSEMENTS TOURISTIQUES EN PACA TABLEAU DE BORD DES INVESTISSEMENTS TOURISTIQUES EN PACA RESUME DE L EDITION 2013 DONNEES 2012 Le Tableau de bord des investissements touristiques en France a été mis en place en 2006 par Atout France.

Plus en détail

2014/2015 : Rétrospective et perspectives. Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage

2014/2015 : Rétrospective et perspectives. Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage 2014/2015 : Rétrospective et perspectives Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage Rétrospective 2014 L annonce, l année dernière, par la Réserve fédérale américaine (Fed) de réduire

Plus en détail

IMMOBEL annonce de solides résultats principalement générés par la réalisation d un projet-phare.

IMMOBEL annonce de solides résultats principalement générés par la réalisation d un projet-phare. Bruxelles, le 27 août 2010 17h40 Information réglementée COMMUNIQUÉ DE PRESSE RESULTATS DU PREMIER SEMESTRE 2010 IMMOBEL annonce de solides résultats principalement générés par la réalisation d un projet-phare.

Plus en détail

Bonne nouvelle du côté de la situation financière, où les mesures de soutien en faveur des entreprises semblent porter leurs fruits.

Bonne nouvelle du côté de la situation financière, où les mesures de soutien en faveur des entreprises semblent porter leurs fruits. COMMUNIQUE DE PRESSE 05 AOUT 2015 Bpifrance présente la 61 ème enquête de conjoncture dans les PME Un redressement des perspectives d activité des PME qui se poursuit, mais lentement et en ordre dispersé.

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE Bilan. Conjoncture & environnement financier 2013/2014 AGGLOMÉRATION LYONNAISE 30 janvier 2013 FNAIM Entreprises : 15 cabinets à votre service 1 MARCHÉ DES LOCAUX D ACTIVITÉ Présenté par : Jean-Pascal

Plus en détail

Le marché des bureaux dans l agglomération rennaise

Le marché des bureaux dans l agglomération rennaise Bureaux Le marché des bureaux dans l agglomération rennaise Cet observatoire dresse un bilan rapide de l année écoulée et permet de mettre en évidence les tendances de l année 2015. L offre neuve est désormais

Plus en détail

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi.

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. 2 ème trimestre 20 Juillet 20 - N 21 >> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. Alors que 20 s annonçait comme l année de la reprise, l évolution de l activité

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

Le marché locatif privé en Mayenne 2011

Le marché locatif privé en Mayenne 2011 Le marché locatif privé en Mayenne 2011 Adil 53 01-07-2012 SOMMAIRE 1 - Introduction P 4 2 - Zoom sur le Département P 5 3 - Le fichier locatif en Mayenne P 6 4 - Le marché locatif sur Laval Agglomération

Plus en détail

Votre spécialiste de l immobilier commercial et administratif

Votre spécialiste de l immobilier commercial et administratif Votre spécialiste de l immobilier commercial et administratif Groupe MK, un partenaire à la fois généraliste et expert Bien plus qu un savoir-faire dans le domaine immobilier professionnel, nous vous orons

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances :

Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances : Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances : Le marché locatif de bureaux : - La baisse de l activité se

Plus en détail

NEUFS AUX PORTES DE GENÈVE, DIVISIBLES DÈS 490 M 2 /// 8 400 M 2 D ESPACE DE BUREAUX NEUFS AUX PORTES

NEUFS AUX PORTES DE GENÈVE, DIVISIBLES DÈS 490 M 2 /// 8 400 M 2 D ESPACE DE BUREAUX NEUFS AUX PORTES DIVISIBLES DÈS 490 M 2 /// 8 400 M 2 D ESPACE DE BUREAUX NEUFS AUX PORTES DE GENÈVE, DIVISIBLES DÈS 490 M 2 /// 8 400 M 2 D ESPACE DE BUREAUX NEUFS AUX PORTES DE GENÈVE, DIVISIBLES DÈS 490 M 2 /// 8 400

Plus en détail

SISTERON, UN MARCHE LOCATIF EN DEVENIR L OFFRE

SISTERON, UN MARCHE LOCATIF EN DEVENIR L OFFRE SISTERON, UN MARCHE LOCATIF EN DEVENIR L OFFRE Jusqu à la fin des années 90, le parc locatif privé Sisteronnais était essentiellement situé dans les quartiers anciens de la ville, dans des immeubles vétustes.

Plus en détail

Argenteuil (95) le Bâtiment Ouest. Immobilier d entreprise en ZFU et au cœur du projet de rénovation urbaine

Argenteuil (95) le Bâtiment Ouest. Immobilier d entreprise en ZFU et au cœur du projet de rénovation urbaine Argenteuil (95) le Bâtiment Ouest Immobilier d entreprise en ZFU et au cœur du projet de rénovation urbaine La localisation La ville d Argenteuil, 100 000 habitants, 3ème ville d Ile de France, est située

Plus en détail

Communiqué de presse. Premier semestre 2015 Résultat solide dans un contexte difficile. Berne, le 7 août 2015

Communiqué de presse. Premier semestre 2015 Résultat solide dans un contexte difficile. Berne, le 7 août 2015 Berne, le 7 août 2015 Communiqué de presse Premier semestre 2015 Résultat solide dans un contexte difficile Au cours du premier semestre 2015, la Banque Cantonale Bernoise (BCBE) a développé ses cœurs

Plus en détail

CHARTE GRAPHIQUE. Réflexion sur les opportunités d investissement

CHARTE GRAPHIQUE. Réflexion sur les opportunités d investissement CHARTE GRAPHIQUE Réflexion sur les opportunités d investissement AVRIL 2016 L actif «sans risque» entre en hibernation 2 A l introduction de la LPP en 1985, les portefeuilles des caisses de pensions se

Plus en détail

Evolution du marché de l immobilier résidentiel locatif à Santiago

Evolution du marché de l immobilier résidentiel locatif à Santiago AMBASSADE DE FRANCE AU CHILI SERVICE ECONOMIQUE Rédigé par Louis Nouaille-Degorce Revu par Bruno Zanghellini Santiago du Chili, le 3 octobre 2013 Evolution du marché de l immobilier résidentiel locatif

Plus en détail

Mesdames et Messieurs les Actionnaires,

Mesdames et Messieurs les Actionnaires, Comme anticipé, les travaux de rénovation des chambres de l aile Palace impactent les résultats du premier semestre 2013. Toutefois, la saison estivale s avère excellente! Mesdames et Messieurs les Actionnaires,

Plus en détail

Commission Populations - Equipements

Commission Populations - Equipements Commission Populations - Equipements Synthèse du diagnostic stratégique Septembre 2010 Document de travail usage et diffusion soumis à l accord du SEBB Commission populations équipements synthèse du diagnostic

Plus en détail

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives CB Richard Ellis 16 septembre 2008 Contexte économique Environnement international o L économie mondiale tourne au ralenti (incertitudes financières, inflation,

Plus en détail

ACTIVITE EN BERNE AVANT UN RETOUR DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE?

ACTIVITE EN BERNE AVANT UN RETOUR DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE? 1 er trimestre ACTIVITE EN BERNE AVANT UN RETOUR DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE? Un baisse d activité au cours de ce 1 er trimestre pour les entreprises savoyardes, mais les prévisions pour le 2 ème trimestre

Plus en détail

Baux commerciaux Valeur Locative & Indemnité d éviction

Baux commerciaux Valeur Locative & Indemnité d éviction Baux commerciaux Valeur Locative & Indemnité d éviction Arnaud FRERAULT Expert près la cour d Appel de Chambéry, MRICS Chambéry, le 22 Mars 2013, Actualité des baux commerciaux «Valeur Locative & Indemnités

Plus en détail

LOGISTIQUE BILAN 2013

LOGISTIQUE BILAN 2013 BILAN IMMOBILIER A N N E E 2 0 1 3 SOMMAIRE 1 L E M A R C H E D E S U T I L I S A T E U R S F A I T S M A R Q U A N T S 2 0 1 3 E V O L U T I O N P A R R E G I O N 2 3 L E M A R C H E D E L I N V E S T

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1996

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1996 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1996 Les taux d intérêt des crédits au logement se sont détendus tout au long de l année 1996, ce mouvement étant particulièrement sensible au premier

Plus en détail

LA PLACE FINANCIÈRE VAUDOISE

LA PLACE FINANCIÈRE VAUDOISE LA PLACE FINANCIÈRE VAUDOISE Présentation établie sur la base de l étude CREA Institut d économique appliquée Novembre 2007 Avoir confiance en l avenir! -Vaud région financière recouvre une importante

Plus en détail

Immobilier en France : y a-t-il un pilote dans l avion? Taux, prix, pouvoir d achat immobilier où va le marché en 2013?

Immobilier en France : y a-t-il un pilote dans l avion? Taux, prix, pouvoir d achat immobilier où va le marché en 2013? Immobilier en France : y a-t-il un pilote dans l avion? Taux, prix, pouvoir d achat immobilier où va le marché en 2013? Conférence de presse - Paris, 24 septembre 2013 Deux expertises, deux éclairages

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

Axes forts de transport public urbain Point de situation Jeudi 13 février 2014

Axes forts de transport public urbain Point de situation Jeudi 13 février 2014 Axes forts de transport public urbain Point de situation Jeudi 13 février 2014 1 Axes forts, rappel du projet Les besoins en mobilité sont importants dans tout le canton Contexte La combinaison des modes

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

Enquête sur les taux des crédits au logement Année 1998

Enquête sur les taux des crédits au logement Année 1998 Enquête sur les taux des crédits au logement Année 1998 La baisse des taux des crédits au logement distribués par les établissements de crédit s est poursuivie tout au long de l année 1998, après le tassement

Plus en détail

L OBSERVATOIRE. des marchés de l ancien L ENVIRONNEMENT DU MARCHÉ. Lettre de conjoncture - N 48. Avril 2007 +6.5 % DE HAUSSE

L OBSERVATOIRE. des marchés de l ancien L ENVIRONNEMENT DU MARCHÉ. Lettre de conjoncture - N 48. Avril 2007 +6.5 % DE HAUSSE L OBSERVATOIRE des marchés de l ancien Avril 2007 Lettre de conjoncture - N 48 E N B R E F +6.5 % DE HAUSSE DES PRIX DE L ANCIEN AU 1 ER TRIMESTRE 2007. Doucement, le rythme annuel de progression des prix

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Traduction d un original rédigé en néerlandais Rapport d expertise IMMO-NORTH PLAZA Bâtiment A North Plaza Boulevard du Roi Albert II, 9 1210 Bruxelles Date d évaluation de référence 01/11/2007 Exécuté

Plus en détail

Conférence de presse 16 janvier 2013

Conférence de presse 16 janvier 2013 Conférence de presse 16 janvier 2013 Sommaire 1- Les attentes des Français en matière de logement par rapport à leur commune 2- Immoprêt : bilan 2013 et projets 2014 3- Marché : constats 2013 4 - Perspectives

Plus en détail

Publication du Bulletin BCL 2014/1

Publication du Bulletin BCL 2014/1 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Luxembourg, le 20 mars 2014 Publication du Bulletin BCL 2014/1 Le présent communiqué comporte un survol de la situation macroéconomique, une brève présentation des projections d inflation

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

3. QUELS SONT VOS OBJECTIFS DE PLACEMENT?

3. QUELS SONT VOS OBJECTIFS DE PLACEMENT? Quels sont vos objectifs de placement? 2 3. QUELS SONT VOS OBJECTIFS DE PLACEMENT? Les facteurs à prendre en compte Ils dépendent de votre personnalité, de votre âge, de votre situation de famille et de

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

LA CRÉATION D ENTREPRISE

LA CRÉATION D ENTREPRISE FOCUS études septembre 2012 LA CRÉATION D ENTREPRISE en Seine-et-Marne information économique Depuis 2009, la crise économique mondiale et la création du statut d auto-entrepreneur ont profondément bouleversé

Plus en détail

ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES

ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES Introduction Qu est ce qu une Commission Interbancaire de Paiement (CIP)? Lorsqu une transaction est réglée par carte bancaire de paiement, la banque du consommateur

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013

IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013 IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013 68 avenue des Guilleraies 92000 NANTERRE Téléphone : 01 55 17 00 00 Fax : 09 81 70 68 48 Mail : contact@street-office.fr DECEMBRE 2013

Plus en détail

Le marché suisse de l immobilier

Le marché suisse de l immobilier Outlook 2H15 Le marché suisse de l immobilier L immigration s essouffle. La baisse des investissements dans le domaine du bâtiment limite cependant le risque d offre excédentaire dans le secteur résidentiel.

Plus en détail

Les salariés et les Jeux Olympiques de 2024 à Paris

Les salariés et les Jeux Olympiques de 2024 à Paris Les salariés et les Jeux Olympiques de 2024 à Paris Sondage Ifop pour la FFSE Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Anne-Sophie Vautrey Département Opinion et Stratégies d Entreprise 01 45 84 14 44 prenom.nom@ifop.com

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 L ASF (Association Française des Sociétés Financières) regroupe l ensemble des établissements de crédit spécialisés :

Plus en détail

Bulletin sur le marché du travail

Bulletin sur le marché du travail Bulletin sur le marché du travail Terre-Neuve-et-Labrador Mai L édition mensuelle du Bulletin sur le marché du travail fournit une analyse des résultats mensuels de l Enquête sur la population active pour

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de l Isère. Suivez l activité NOUVELLE DÉGRADATION DE L ACTIVITÉ. 1er trimestre 2015

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de l Isère. Suivez l activité NOUVELLE DÉGRADATION DE L ACTIVITÉ. 1er trimestre 2015 Suivez l activité des entreprises de l Isère NOTE DE CONJONCTURE 1er trimestre NOUVELLE DÉGRADATION DE L ACTIVITÉ Des prévisions pessimistes confirmées en ce début d année, hormis pour les entreprises

Plus en détail

Evaluation des risques. Analyse des risques pour les tiers - Risques liés aux accidents d'avions à proximité de l'aéroport de Genève

Evaluation des risques. Analyse des risques pour les tiers - Risques liés aux accidents d'avions à proximité de l'aéroport de Genève REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Evaluation des risques Aéroport International de Genève Analyse des risques pour les tiers - Risques liés aux accidents d'avions à proximité de l'aéroport de Genève Résumé

Plus en détail

abcdefg Communiqué de presse

abcdefg Communiqué de presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 11 mars 2010 Appréciation de la situation économique et monétaire du 11 mars 2010 La Banque nationale

Plus en détail

Analyse de l adéquation des frais administratifs des sociétés de gestion. Synthèse

Analyse de l adéquation des frais administratifs des sociétés de gestion. Synthèse Analyse de l adéquation des frais administratifs des sociétés de gestion Synthèse Décembre 2015 Johannes Fark Beatrice Meyer Daniel Zöbeli Résumé des résultats de l étude, synthèse Contexte et démarche

Plus en détail

LAUSANNE - RIVIERA - LA CÔTE - GENÈVE

LAUSANNE - RIVIERA - LA CÔTE - GENÈVE LAUSANNE - RIVIERA - LA CÔTE - GENÈVE Gérance Le maintien de la valeur économique du bien que vous nous confiez est au centre de nos préoccupations. Pour y parvenir, nous misons sur un certain nombre de

Plus en détail

L immobilier d entreprise en Essonne. Conférence CCI Jeudi 27 Novembre 2014

L immobilier d entreprise en Essonne. Conférence CCI Jeudi 27 Novembre 2014 L immobilier d entreprise en Essonne Conférence CCI Jeudi 27 Novembre 2014 Un accompagnement sur mesure La force d un réseau, la proximité pour atout 27 ans d expérience dans le métier de conseil en immobilier

Plus en détail

www.adequation.fr Etude du marché immobilier du Grand Avignon L Atelier Marchés Immo s 2014 «Un marché en panne?»

www.adequation.fr Etude du marché immobilier du Grand Avignon L Atelier Marchés Immo s 2014 «Un marché en panne?» Etude du marché immobilier du Grand Avignon Intervention : Yohan BREUIL, directeur d agence, Adequation L Atelier Marchés Immo s 2014 «Un marché en panne?» www.adequation.fr Le 07 octobre 2014 Objectifs

Plus en détail

Journée Valaisanne du Tourisme

Journée Valaisanne du Tourisme Journée Valaisanne du Tourisme Défis, Tendances et Innovations en matière d hébergement touristique Martigny - 5 Octobre 2015 Pierre Olivier TOUMIEUX - CEO Groupe LAGRANGE SOMMAIRE 2 1. Le Groupe LAGRANGE

Plus en détail

Etude Empruntis. Comment a évolué le pouvoir d achat immobilier des Français?

Etude Empruntis. Comment a évolué le pouvoir d achat immobilier des Français? Etude Empruntis Comment a évolué le pouvoir d achat immobilier des Français? La situation du crédit Les taux fixes : du jamais vu depuis 1945... 5,00 4,50 4,00 Baromètre Empruntis Taux fixes à 15 ans 3,50

Plus en détail

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9%

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Paris, le 3 mai 2012. Prix de vente : +2,4%, avec une contribution positive de tous les

Plus en détail

Crédit immobilier. > Bilan d activité 2012 : une excellente année malgré un contexte économique difficile > Perspectives 2013 > À propos de ACE crédit

Crédit immobilier. > Bilan d activité 2012 : une excellente année malgré un contexte économique difficile > Perspectives 2013 > À propos de ACE crédit Crédit immobilier BAROMETRE DES TAUX DU MOIS DE MARS 2013 EVOLUTION DES TAUX DEPUIS 10 ANS LE PORTRAIT-ROBOT DE L EMPRUNTEUR EN ILE-DE-FRANCE ET EN PROVINCE QUELLES PERSPECTIVES POUR LES MOIS A VENIR?

Plus en détail

Divergences sectorielles

Divergences sectorielles Octobre 2015 Méthodologie Les résultats présentés sont issus du panel de conjoncture «suivi de la situation économique» CCIR / CCIT de Rhône-Alpes. 373 TPE-PME représentatives de l industrie, du BTP, du

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

RAPPORT D ETUDE HABITAT. Obore er su 12/08. en collaboration avec l Observatoire de l Habitat du Haut-Rhin

RAPPORT D ETUDE HABITAT. Obore er su 12/08. en collaboration avec l Observatoire de l Habitat du Haut-Rhin HABITAT Obore er su RAPPORT D ETUDE 12/08 en collaboration avec l Observatoire de l Habitat du Haut-Rhin Loyers de mise en location dans le parc privé de la région Mulhousienne en 2008 Ce document constitue

Plus en détail

6 Immeubles de bureaux

6 Immeubles de bureaux 6 Chapitre 6 L immeuble de bureaux, cet inconnu Avec une part de quelque 70% de sa création de valeur, le secteur des services de notre pays constitue le pilier central de l économie suisse. Le besoin

Plus en détail

LE PROCESSUS D OCTROI D UN CREDIT COMMERCIAL ET LES CRITERES DE DECISION

LE PROCESSUS D OCTROI D UN CREDIT COMMERCIAL ET LES CRITERES DE DECISION LE PROCESSUS D OCTROI D UN CREDIT COMMERCIAL ET LES CRITERES DE DECISION Marija Vukmanovic, Director, chef de secteur clientèle entreprises Office de Promotion Economique du Canton de Genève Petit-déjeuner

Plus en détail

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 05/03/2015 RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une progression de son résultat opérationnel

Plus en détail

Les tendances de l hôtellerie Progresser dans des environnements complexes. Vendredi 13 février 2015

Les tendances de l hôtellerie Progresser dans des environnements complexes. Vendredi 13 février 2015 Les tendances de l hôtellerie Progresser dans des environnements complexes Vendredi 13 février 2015 Bilan et perspectives de l hôtellerie en France Progresser dans des environnements complexes 1. Bilan

Plus en détail

Impact de l investissement locatif neuf sur le marché locatif et les transactions dans le Finistère

Impact de l investissement locatif neuf sur le marché locatif et les transactions dans le Finistère Impact de l investissement locatif neuf sur le marché locatif et les transactions dans le Finistère 08/244 Agence de DEveloppement et d'urbanisme du Pays de Brest - 24 rue Coat ar Gueven 29200 Brest Tél

Plus en détail

Projet de loi modifiant la loi sur la Banque cantonale de Genève (D 2 05)

Projet de loi modifiant la loi sur la Banque cantonale de Genève (D 2 05) Secrétariat du Grand Conseil PL 10032 Projet présenté par les députés: M me et MM. Fabienne Gautier, Pierre Weiss, Christian Luscher, Olivier Jornot, Marcel Borloz, Mario Cavaleri et Pascal Pétroz Date

Plus en détail

Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages

Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages Note Méthodologique Dernière mise à jour : 27-1-214 Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages Présentation de l enquête L Insee réalise depuis janvier 1987 l enquête mensuelle de conjoncture

Plus en détail

Marché immobilier résidentiel français 8 premiers mois de 2015 : analyse et perspectives. Conférence de presse Jeudi 3 septembre 2015

Marché immobilier résidentiel français 8 premiers mois de 2015 : analyse et perspectives. Conférence de presse Jeudi 3 septembre 2015 Marché immobilier résidentiel français 8 premiers mois de 2015 : analyse et perspectives Conférence de presse Jeudi 3 septembre 2015 Le marché immobilier vu par MeilleursAgents 1. Les prix a. Nos prévisions

Plus en détail

ÉTUDE JLR JUIN 2015. Rapport des copropriétés au pied carré sur l île de Montréal. www.jlr.ca

ÉTUDE JLR JUIN 2015. Rapport des copropriétés au pied carré sur l île de Montréal. www.jlr.ca ÉTUDE JLR JUIN 2015 Rapport des copropriétés au pied carré sur l île de Montréal www.jlr.ca FAITS SAILLANTS Le prix médian au pi2 d une copropriété dans l agglomération de Montréal était de 304 $ en 2014,

Plus en détail

L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 septembre 1999 1, arrête:

L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 septembre 1999 1, arrête: (Bail à loyer et à ferme) Projet Modification du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 septembre 1999 1, arrête: Le code des obligations 2 est modifié

Plus en détail

SWISS porte le résultat d exercice à CHF 264 millions et introduit de nouvelles prestations de services individuelles

SWISS porte le résultat d exercice à CHF 264 millions et introduit de nouvelles prestations de services individuelles Communiqué de presse Aéroport de Zurich, le 13 mars 2014 Résultat financier de l exercice 2013/Introduction de SWISS Choice SWISS porte le résultat d exercice à CHF 264 millions et introduit de nouvelles

Plus en détail

Le Baromètre MLS du marché résidentiel. Faits saillants. Région métropolitaine de Trois-Rivières. 1 er trimestre 2012

Le Baromètre MLS du marché résidentiel. Faits saillants. Région métropolitaine de Trois-Rivières. 1 er trimestre 2012 Région métropolitaine de Trois-Rivières Le Baromètre MLS du marché résidentiel Faits saillants Quatrième hausse trimestrielle consécutive des ventes résidentielles Taux d intérêt et marché de l emploi

Plus en détail

Carré Vélizy, Vélizy-Villacoublay (78)

Carré Vélizy, Vélizy-Villacoublay (78) Carré Vélizy, Vélizy-Villacoublay (78) Dossier de presse 1 er décembre 2009 Jacques BLANCHARD, MRM Président Directeur Général Olivier LEMAISTRE, CB Richard Ellis Investors Responsable du portefeuille

Plus en détail

économique PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES : QUE NOUS RÉSERVE 2011? DÉCEMBRE 2010 JANVIER 2011 Canada États-unis Les taux d'intérêt

économique PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES : QUE NOUS RÉSERVE 2011? DÉCEMBRE 2010 JANVIER 2011 Canada États-unis Les taux d'intérêt DÉCEMBRE JANVIER 211 économique PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES : QUE NOUS RÉSERVE 211? Au passage d une année à l autre, il est de mise de s interroger sur ce que nous réserve la nouvelle année. Après la solide

Plus en détail