N. Thomas a, J. Zitouni b, A. Bocquier c, E. Lewandowski d, S. Finkel e, O. Favier a, F. Champion b, M. Jardin c. Provence-Alpes-Côte d Azur

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "N. Thomas a, J. Zitouni b, A. Bocquier c, E. Lewandowski d, S. Finkel e, O. Favier a, F. Champion b, M. Jardin c. Provence-Alpes-Côte d Azur"

Transcription

1 Congrès national des Observatoires régionaux de la santé Les inégalités de santé Marseille, octobre 2008 L3 - Évaluation de la qualité du chaînage des séjours hospitaliers : préalable nécessaire à l étude des inégalités de santé à un niveau géographique fin Evaluation of the hospital stays chaining quality : a precondition for studying health inequalities at local level N. Thomas a, J. Zitouni b, A. Bocquier c, E. Lewandowski d, S. Finkel e, O. Favier a, F. Champion b, M. Jardin c a OR2S Picardie ; b ORS Bretagne ; c ORS Provence-Alpes-Côte d Azur ; d CHU Amiens ; e ARH Provence-Alpes-Côte d Azur RESUME Introduction. Le programme de médicalisation des systèmes d information (PMSI) consiste en un recueil exhaustif d informations administratives et médicales pour chaque séjour hospitalier. Une procédure créée en 2001 relie entre elles les différentes hospitalisations d un même patient, ce qui permet d étudier la morbidité hospitalière. Toutefois, la qualité du chaînage étant susceptible de varier selon les territoires, cette étude a pour objectif : 1) de tester la faisabilité d utiliser ces données à un niveau géographique fin, par une analyse des variations géographiques de la qualité du chaînage dans trois régions françaises (Bretagne, Picardie et Provence-Alpes-Côte d Azur) présentant des profils de santé différents ; 2) le cas échéant, de mener une analyse des disparités territoriales de la morbidité hospitalière. Matériels et méthodes. Les données sont issues des bases nationales du PMSI 2004 et 2005, élaborées par l Agence technique de l information sur l hospitalisation (ATIH). Les données incluent les séjours (hors séances) de patients résidant dans les trois régions étudiées, dans les services de Médecine-Chirurgie-Obstétrique. Les analyses sont réalisées à l échelle régionale et infra régionale (par Pays), pour l ensemble des causes d hospitalisation et pour certaines pathologies spécifiques (cancers, asthme). La qualité du chaînage est évaluée à l aide des variables de contrôle créées par l ATIH, testant la présence et la cohérence des informations utilisées pour le chaînage (n de sécurité sociale, date de naissance, sexe ). Une recherche de concordance au niveau de l âge et du sexe des patients ayant réalisé plusieurs séjours est par ailleurs menée. Des «prévalences» standardisées sur l âge sont calculées pour étudier les disparités territoriales de morbidité hospitalière. Résultats. Les premières analyses montrent que la qualité du chaînage est très bonne et varie peu selon les régions étudiées (taux de chaînage >94 %). En revanche, les sources d erreurs empêchant le chaînage varient selon les régions. Les problèmes de saisie et d absence du numéro de sécurité sociale semblent plus fréquents en Provence-Alpes-Côte d Azur, sans doute en raison, d une part, de pratiques et/ou d une organisation différentes des établissements hospitaliers et d autre part, de spécificités démographiques (migrants, clandestins, étrangers ). Discussion et conclusion. Cette analyse préliminaire fournit des indications quant à la validité de l utilisation des données chaînées du PMSI dans l étude des variations géographiques de différentes pathologies et permet d identifier et de formuler les précautions à prendre lors de l utilisation des données d hospitalisations chaînées (interprétation des variations au regard du taux de chaînage ). D autres sources d erreur de chaînage, non repérables par les variables de contrôle créées par l ATIH, devraient toutefois faire l objet de recherches complémentaires. Mots-clés : Hospitalization/Statistics & numerical data, Morbidity, Epidemiology, France Keywords : Hospitalisation/ Statistiques & données numériques, Morbidité, Epidémiologie, France

2 1. INTRODUCTION Le programme de médicalisation des systèmes d information (PMSI), mis en place en France dans les établissements de santé il y a une vingtaine d années, a pour principal objectif l analyse médico-économique de l activité des établissements de santé et la réduction des inégalités de ressources entre les hôpitaux. Pour chaque séjour hospitalier, il consiste en un recueil exhaustif d informations administratives (âge, sexe, lieu de domicile du patient ) et médicales (diagnostic principal et diagnostics associés, actes réalisés ). En 2001, une procédure de chaînage des séjours a été mise en œuvre. Elle permet de relier entre elles, grâce à un numéro de chaînage patient anonyme, les différentes hospitalisations d un même patient. Grâce à cette procédure, les données du PMSI peuvent donc permettre d évaluer la prévalence et l incidence des pathologies traitées à l hôpital et constituent, avec les statistiques sur les causes médicales de décès, une source de données essentielle pour l observation sanitaire, notamment à l échelle territoriale. Les données du PMSI sont également essentielles pour étudier la qualité de prise en charge et de suivi de patients souffrant d une pathologie donnée et ses inégalités territoriales. Il existe aujourd hui une forte demande de la part des décideurs locaux visà-vis de tels indicateurs, notamment pour le suivi et l évaluation des plans régionaux de santé publique. De telles données sont en effet nécessaires lorsque l on cherche à mettre en adéquation l offre et les besoins de soins, ce qui devrait constituer un des principaux moyens pour réduire les inégalités de santé du système de soins. Néanmoins, comme pour toute base de données, la question de sa validité se pose et il est nécessaire de s interroger sur les éventuels biais pouvant affecter la comparabilité des données lors de l analyse des disparités géographiques de l état de santé. La question de la validité des analyses territoriales de morbidité hospitalière réalisées en termes de patients (et non de séjours) se pose notamment, compte tenu des éventuelles variations géographiques de la qualité du chaînage. L étude de la morbidité hospitalière étant réalisée sur les séjours chaînables uniquement, un mauvais taux de chaînage entraîne en effet une sous-estimation de la morbidité. Un mauvais chaînage peut être dû à des erreurs de saisie (longueur ou structure du numéro de sécurité sociale non valide par exemple), à l absence de certains renseignements administratifs lors de l enregistrement (inexistence du numéro de sécurité sociale pour les patients étrangers ou les clandestins par exemple) ou à l absence de saisie (entrée en urgence avec sortie précoce le soir ou le week-end par exemple) (Tardif, 2007). La qualité du chaînage est donc susceptible de varier selon les territoires, en raison de différences d organisation et de pratiques dans les établissements hospitaliers et des caractéristiques démographiques et socio-économiques de la population. La spécialisation de certains établissements hospitaliers dans la prise en charge de certaines pathologies peut induire une variation de la qualité du chaînage selon la pathologie considérée. Il paraît essentiel d étudier ces variations pour les cancers, qui occupent une place de plus en plus importante en termes de mortalité et de morbidité. Le Réseau français des registres des cancers estimait à le nombre de nouveaux cas de cancer en 2005 ( chez les hommes et chez les femmes) contre en En 25 ans ( ), l incidence du cancer a quasiment doublé chez l homme (+93 %) et fortement augmenté chez la femme (+84 %). Ces augmentations sont liées notamment à l essor démographique et au vieillissement de la population, mais 52 % des cas supplémentaires chez l homme et 55 % chez la femme sont dus à l augmentation du risque. Une étude sur l asthme, pathologie qui constitue un enjeu en termes de santé publique paraît également pertinente. Un des objectifs de la loi relative à la politique de santé publique vise en effet à réduire de 20 % entre 2000 et 2008 la fréquence des crises d asthme nécessitant une hospitalisation. De plus, une étude réalisée par l Institut de veille sanitaire (InVS) a déjà mis en évidence des disparités du taux d hospitalisation (étude en termes de séjours et non de patients), selon les régions, pour cette pathologie (Pascal, 2007). Dans ce contexte, cette étude a pour objectif : 1) de tester la faisabilité d utiliser la base PMSI pour l observation sanitaire à un niveau géographique plus fin que le département en analysant les disparités géographiques de la qualité du chaînage, pour l ensemble des hospitalisations et pour certaines pathologies en particulier (cancers, asthme) ; 2) le cas échéant, d effectuer une analyse des disparités territoriales de la morbidité hospitalière, pour différentes pathologies, à un niveau géographique fin. La faisabilité sera étudiée dans trois régions françaises (Bretagne, Picardie et Provence-Alpes-Côte d Azur PACA) présentant des profils de santé différents afin de déterminer dans quelle mesure les résultats sont généralisables. 2

3 2. MATERIELS ET METHODES 2.1. Données du PMSI Les données sont issues de la base nationale du PMSI, élaborée par l Agence technique de l information sur l hospitalisation (Atih) à partir des bases transmises par les différents établissements hospitaliers. Cette étude porte sur les séjours hospitaliers de patients résidant dans les trois régions étudiées, dans les services de soins de courte durée Médecine-Chirurgie- Obstétrique (MCO), quel que soit le lieu d hospitalisation. Seuls les séjours hors séances (radiothérapie, chimiothérapie ) sont pris en compte. En effet, certaines séances pouvant avoir lieu dans des établissements non soumis au recueil d information du PMSI MCO, la base utilisée n est pas exhaustive pour ce type de séjours. Les analyses sont réalisées sur l ensemble des séjours, toutes causes d hospitalisations confondues ainsi que pour l ensemble des cancers et pour l asthme. Les séjours sont sélectionnés sur la base du diagnostic principal, des diagnostics associés et reliés. Les diagnostics d hospitalisation sont codés à partir de la 10 e révision de la Classification internationale des maladies (CIM10). L étude est réalisée sur la période pour permettre de mener les analyses infra régionales sur des effectifs suffisants Zonages d étude Les analyses sont tout d abord réalisées à l échelle régionale afin de comparer la situation des trois régions étudiées. Au sein de chaque région, des analyses sont ensuite menées à l échelle de territoires tels que les pays ou les territoires de proximité qui constituent des zonages comparables selon les régions en termes de nombre d habitants (21 pays en Bretagne, de habitants en moyenne en 2005 [min. = ; max. = ] ; 18 pays en Picardie, de habitants en moyenne en 2005 [min. = ; max. = ] ; 25 territoires de proximité en PACA, de habitants en moyenne en 2005 [min. = ; max. = ]) Analyse de la qualité du chaînage Dans un premier temps, la qualité du chaînage est mesurée à partir de six variables de contrôle, appelées «codes retour», créées lors de la procédure d anonymisation des patients réalisée par l Atih. Ces variables permettent de tester la présence et la cohérence des informations permettant de réaliser le chaînage : le numéro de sécurité sociale, la date de naissance, le sexe, le numéro administratif de séjour ainsi que le numéro de résumé de sortie standardisé. Lorsque les six variables de contrôle sont validées, le codage est dit «parfait». Pour chaque territoire, la proportion de séjours ayant un codage «parfait» (séjours chaînables) est calculée et les causes de mauvais chaînage sont analysées. Dans un deuxième temps, parmi les séjours chaînables, la cohérence du chaînage est vérifiée via une recherche de concordance au niveau de l âge et du sexe des patients ayant réalisé plusieurs séjours Calcul des taux de personnes hospitalisées Le nombre et les taux standardisés de personnes sont ensuite calculés, pour les différents territoires, à partir des séjours qui ont un chaînage «parfait» et dont la concordance au niveau de l âge et du sexe a été validée. La standardisation est effectuée sur l âge, avec comme population de référence la population en France métropolitaine au 1 er janvier 2005 estimée par l Insee. Pour les patients hospitalisés à plusieurs reprises et à des âges différents durant la période de l étude, l âge à la première hospitalisation a été retenu. Pour les patients ayant changé de lieu de résidence (déménagements ) entre les séjours, celui de la dernière hospitalisation complète a été retenu. Pour tester l existence d une relation entre le taux de chaînage «parfait» et le taux standardisé de personnes hospitalisées, un test du coefficient de corrélation de Spearman a été effectué. 3

4 3. RESULTATS 3.1. Qualité du chaînage Toutes causes confondues, en , séjours hors séances de personnes domiciliées en Bretagne ont été enregistrés en moyenne chaque année, dont 97,0 % de séjours chaînables. Le taux de séjours chaînables était de 94,4 % en Picardie ( séjours annuels moyens) et de 96,0 % en PACA ( séjours). Au niveau infra régional, la qualité du chaînage variait de façon plus ou moins importante selon les régions (cf. carte n 1). En Bretagne, le pourcentage de séjours chaînables était supérieur à 97 % dans la majorité des pays (17 sur 21) ; il était cependant relativement bas (81,7 %) pour un des pays. En Picardie, la qualité du chaînage était relativement hétérogène d un pays à l autre, le pourcentage de séjours chaînables variant de 85,6 % à 98,1 % mais étant inférieur à 90 % dans trois pays et supérieur à 97 % dans quatre pays seulement. En PACA, le pourcentage de séjours avec un chaînage «parfait», relativement homogène, variait de 86,6 % à 98,5 %. Concernant les hospitalisations avec mention d un cancer, le pourcentage de séjours chaînables était plus élevé dans les trois régions : respectivement 98,6 %, 95,3 % et 97,8 % en Bretagne, Picardie et PACA. En Bretagne, le pourcentage de séjours chaînables était supérieur à 97,8 % dans 20 des 21 pays (cf. carte n 2). En PACA, ce pourcentage variait de 91,1 % à 99,3 % et était supérieur à 97 % pour 20 territoires. La Picardie se démarquait avec une qualité de chaînage moins bonne et relativement hétérogène : le pourcentage de séjours chaînables variait de 87,7 % à 98,3 %, était inférieur à 94 % pour cinq pays (sur 18) et supérieur à 97 % pour cinq pays seulement. Pour les hospitalisations avec mention d asthme, le pourcentage de séjours chaînables était supérieur à celui observé pour l ensemble des hospitalisations : 98,2 % en Bretagne, 95,6 % en Picardie et 97,6 % en PACA. Là encore, la qualité du chaînage était meilleure et plus homogène en Bretagne et en PACA qu en Picardie (cf. carte n 3). Le pourcentage de séjours avec un chaînage «parfait», mais pour lesquels il existait une incohérence au niveau de l âge et/ou du sexe pour un même patient était relativement faible : de l ordre de 0,1 % en Bretagne, de 0,2 % en Picardie et de 0,4 % en PACA. carte n 1 : Pourcentage de chaînage parfait pour les hospitalisations toutes causes en carte n 2 : Pourcentage de chaînage parfait pour les hospitalisations avec mention de cancer en carte n 3 : Pourcentage de chaînage parfait pour les hospitalisations avec mention d asthme en Causes de mauvais chaînage Dans les trois régions étudiées, la principale cause de mauvais chaînage (non validation des «codes retour») était l absence du numéro anonyme de patient dans la base (tous les «codes retour» ayant alors pour valeur «9»). Les autres types d erreur portaient, en grande majorité, sur le numéro de sécurité sociale. La répartition des causes de non validation des «codes retour» variait cependant d une région à l autre. Par exemple, en Bretagne et en Picardie, l erreur due à l absence du numéro de patient expliquait une grande partie des séjours non chaînables : près des trois quarts en Bretagne et un peu plus de 80 % en Picardie, contre moins de la moitié en PACA. Les raisons de non validation des «codes retour» étaient également hétérogènes au sein des régions. Ainsi, l erreur due à l absence du numéro de patient variait de 19,4 % à 97,4 % en Bretagne, de 59,4 % à 97,4 % en Picardie et de 7,8 % à 84,3 % en PACA. 4

5 3.3. Taux de personnes hospitalisées Le taux standardisé de personnes hospitalisées variait selon les régions : 141,1 pour habitants en Bretagne, 148,3 en Picardie et 154,8 en PACA (cf. carte n 4). Sur l ensemble des territoires étudiés (n = 64), ce taux était positivement associé au pourcentage de chaînage «parfait» (ρ = 0,255, p<0,05). Ce lien était très significatif en Picardie (ρ = 0,542, p<0,05). Des résultats similaires mais non significatifs étaient observés en Bretagne (ρ = 0,205, p=0,37) et en PACA (ρ = 0,335, p=0,10). carte n 4 : Taux standardisés de personnes hospitalisées en (pour habitants) Même s ils sont à considérer avec prudence, ces premiers résultats permettent cependant d observer quelques tendances en termes de disparité territoriale. On observe par exemple pour la Picardie que le pays Sud de l Aisne, où le pourcentage de chaînage «parfait» est relativement faible (92,7 %), a un taux de personnes hospitalisées plus important (155,8 pour habitants) que le Grand Laonnois (145,1 pour habitants) où la qualité du chaînage est meilleure (98,0 %). 4. DISCUSSION ET CONCLUSION L observation des disparités spatiales de l état de santé de la population à des niveaux géographiques fins repose sur les données de mortalité depuis un grand nombre d années. L utilisation de données de morbidité telles que celles du PMSI est plus récente. De plus, l analyse des données d hospitalisations en termes de file active de patients et non de séjours est une avancée pour l étude de la morbidité hospitalière, en particulier pour les pathologies chroniques nécessitant des hospitalisations itératives. Cette analyse préliminaire portant sur la qualité du chaînage constitue un préalable indispensable pour valider l utilisation de ces données. Les résultats de cette étude mettent en évidence des disparités quant à la qualité du chaînage entre les différents pays ou territoires de santé, plus ou moins importantes selon les régions et les causes d hospitalisations analysées. Ceci est sans doute lié à des pratiques et/ou à une organisation différente des établissements hospitaliers. Ils suggèrent également un lien positif entre le taux de chaînage «parfait» et le taux de personnes hospitalisées. C est pourquoi lorsque l on cherche à analyser les disparités territoriales à partir des données du PMSI, il est primordial en préalable d étudier la qualité du chaînage. En effet les disparités territoriales ou l absence de disparité peuvent être la conséquence d un mauvais taux de chaînage «parfait». Ces résultats devront toutefois être vérifiés pour d autres pathologies. D autre part, les variables de contrôle créées par l Atih ne permettent pas de repérer tous les cas de mauvais chaînage. En effet, une erreur de saisie peut avoir été commise sur la date de naissance, le numéro de sécurité sociale ou sur d autres variables permettant le chaînage des données, sans être repérée par la procédure de contrôle. Des études spécifiques devraient être conduites afin d évaluer l importance et les principales causes de ce type d erreur. REFERENCES Boulay C., Burbaud F., Guye O., Fontaine D., Ledésert B., Tallec A., Tréhony A., Woronoff A-S. (2006). Le cancer dans les régions de France, FNORS, 71 p. Michel E., Bocquier A. and Verger P. (2008). «La fiabilité des causes médicales de décès en Provence-Alpes-Côte d Azur», Santé publique, 20, 1, p Pascal L., Delmas M-C., Fuhrman C. (2007). Hospitalisations pour asthme en France métropolitaine, , InVS, 57 p. Tardif L. (2007). Étude méthodologique du chaînage des séjours. Base PMSI MCO 2004, Document de travail n 116, Série statistiques, DREES, 67 p. Trugeon A., Fontaine D., Lémery B., (2006). Inégalités socio-sanitaires en France, Fnors, 176 p. 5

10.1. La prise en charge hospitalière des personnes âgées

10.1. La prise en charge hospitalière des personnes âgées 10.1. La prise en charge hospitalière des personnes âgées Une part de plus en plus importante de l activité hospitalière concerne la prise en charge des personnes âgées La patientèle âgée concentre une

Plus en détail

K3 - Facteurs socio-économiques associés à la consommation d alcool en France : une étude des différents modes de consommations

K3 - Facteurs socio-économiques associés à la consommation d alcool en France : une étude des différents modes de consommations Congrès national des Observatoires régionaux de la santé 2008 - Les inégalités de santé Marseille, 16-17 octobre 2008 K3 - Facteurs socio-économiques associés à la consommation d alcool en France : une

Plus en détail

FICHE N 13 : SUIVRE ET COMPARER DES CARRIÈRES PROFESSIONNELLES

FICHE N 13 : SUIVRE ET COMPARER DES CARRIÈRES PROFESSIONNELLES FICHE N 13 : SUIVRE ET COMPARER DES CARRIÈRES PROFESSIONNELLES De quoi s agit-il? La mesure des risques discriminatoires dans les carrières professionnelles au sein d une organisation présente des difficultés.

Plus en détail

Forum territorial de santé Santerre Haute Somme 3 décembre 2009

Forum territorial de santé Santerre Haute Somme 3 décembre 2009 Forum territorial de santé Santerre Haute Somme 3 décembre 2009 Synthèse du diagnostic territorial Points positifs Si globalement l épidémiologie des cancers (cf. points négatifs) n est pas bonne sur le

Plus en détail

Baromètre santé Poitou-Charentes 2010

Baromètre santé Poitou-Charentes 2010 Baromètre santé Poitou-Charentes 2010 CONTEXTE Le dépistage est défini par l OMS comme «l identification présomptive de maladies ou troubles non reconnus, par l application de tests, d examens ou d autres

Plus en détail

Banque Nationale de Données Maladies Rares (BNDMR), APHP Hôpital Necker Enfants Malades, Paris, France c

Banque Nationale de Données Maladies Rares (BNDMR), APHP Hôpital Necker Enfants Malades, Paris, France c Prévalence de la cystinose en France, observance du traitement et coûts directs pour l assurance maladie : base de données de l assurance maladie (SNIIRAM) et BNDMR S. Kelley-Causeret a, A. Weill a, R.

Plus en détail

EVALUATION MEDICO-ECONOMIQUE DU PROGRAMME D ACCOMPAGNEMENT DES PATIENTS DIABETIQUES

EVALUATION MEDICO-ECONOMIQUE DU PROGRAMME D ACCOMPAGNEMENT DES PATIENTS DIABETIQUES EVALUATION MEDICO-ECONOMIQUE DU PROGRAMME D ACCOMPAGNEMENT DES PATIENTS DIABETIQUES Evaluation à un an En 2008, la Caisse nationale d assurance maladie des travailleurs salariés (CNAMTS) a lancé un programme

Plus en détail

LES PETITS-DÉJEUNERS PRESSE DE L ORS PACA

LES PETITS-DÉJEUNERS PRESSE DE L ORS PACA LES PETITS-DÉJEUNERS PRESSE DE L ORS PACA Semaine européenne de prévention du cancer du col de l utérus Le lundi 24 janvier 2011 à 9h30 à l Observatoire régional de la santé Provence-Alpes-Côte d'azur

Plus en détail

LES INEGALITES SOCIALES DE SANTE EN FRANCE.

LES INEGALITES SOCIALES DE SANTE EN FRANCE. LES INEGALITES SOCIALES DE SANTE EN FRANCE. INTRODUCTION. La France connaît une évolution favorable au plan sanitaire : record français des gains annuels d espérance de vie à la naissance. Elle fait partie

Plus en détail

La perception de la santé et le sentiment d information chez les jeunes Champardennais

La perception de la santé et le sentiment d information chez les jeunes Champardennais Baromètre santé jeunes La perception de la santé et le sentiment d information chez les jeunes Champardennais La représentation de la maladie, des risques et de la santé de chacun, c est-à-dire de la perception

Plus en détail

Etudes et Statistiques

Etudes et Statistiques Etudes et Statistiques Picardie N 7 JUIN 2007 Enquête EHPA 2003 concernant les établissements d hébergement pour personnes âgées ( maisons de retraite, foyers, établissements de soins longue durée) Le

Plus en détail

Simulation de modifications. du mode de calcul du salaire annuel moyen au régime général

Simulation de modifications. du mode de calcul du salaire annuel moyen au régime général CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 septembre 2012 à 14 h 30 «I - Avis technique sur la durée d assurance de la génération 1956 II - Réflexions sur les règles d acquisition des droits

Plus en détail

Estimation du travail forcé dans le monde Résumé

Estimation du travail forcé dans le monde Résumé Estimation du travail forcé dans le monde Résumé DOCUMENT SOUS EMBARGO JUSQU AU 1er JUIN 2012 A 8:30 GMT RESULTATS S appuyant sur une nouvelle méthodologie statistique plus performante, le BIT estime à

Plus en détail

Impacts sanitaires liés aux industries dans le golfe de Fos et l étang de Berre

Impacts sanitaires liés aux industries dans le golfe de Fos et l étang de Berre Impacts sanitaires liés aux industries dans le golfe de Fos et l étang de Berre Commission particulière du débat public Fos-sur-Mer 23 septembre 2010 Eléments bibliographiques Pollution atmosphérique et

Plus en détail

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit MISSION DES AUDITS Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit Novembre 2011 Sommaire Objectifs de la fiche d organisation fonctionnelle 3 Domaine d application 3 Responsable

Plus en détail

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients Équipe de la Recherche et de l analyse économique de BDC Juillet 213 DANS CE RAPPORT Le présent rapport est fondé sur une analyse statistique réalisée par Statistique Canada visant à évaluer l incidence

Plus en détail

Bilan Social 2013 Données du 01/01/2012 au 31/12/2012

Bilan Social 2013 Données du 01/01/2012 au 31/12/2012 Bilan Social 2013 Données du 01/01/2012 au 31/12/2012 Observatoire de l Emploi et des Métiers en Mutualité 1 Introduction Le bilan social existe depuis 1992. il constitue la source d information statistique

Plus en détail

Analyse des consommations énergétiques des établissements de santé franciliens. Rapport final

Analyse des consommations énergétiques des établissements de santé franciliens. Rapport final Analyse des consommations énergétiques des établissements de santé franciliens Rapport final Septembre 2008 Sommaire 1.! Synthèse...4! 2.! Trente établissements de santé ont été analysés...5! 3.! Analyse

Plus en détail

La prise en charge des plaies du pied et des amputations chez la personne diabétique : Les données du Sniiram de 2008 à 2012

La prise en charge des plaies du pied et des amputations chez la personne diabétique : Les données du Sniiram de 2008 à 2012 La prise en charge des plaies du pied et des amputations chez la personne diabétique : Les données du Sniiram de 2008 à 2012 Anne Fagot-Campagna (endocrinologue, épidémiologiste), Pierre Denis, Christelle

Plus en détail

Le devenir de la promotion 2012 des diplômés de licence professionnelle de Lille 3

Le devenir de la promotion 2012 des diplômés de licence professionnelle de Lille 3 e Ofiv Observatoire des Formations, de l Insertion et de la Vie Etudiante Juillet 2015 n 56 Étude Le devenir de la promotion 2012 des diplômés de licence professionnelle de Lille 3 Présentation de l étude

Plus en détail

SOMMAIRE LE DÉPISTAGE DES CANCERS DU SEIN ET DU COL DE L UTERUS. a) Au regard de l organisation du dépistage

SOMMAIRE LE DÉPISTAGE DES CANCERS DU SEIN ET DU COL DE L UTERUS. a) Au regard de l organisation du dépistage SOMMAIRE INTRODUCTION... 2 LE DÉPISTAGE DES CANCERS DU SEIN ET DU COL DE L UTERUS Pages I - L ASSOCIATION ARCADES... 3 II - SA MISSION... 4 a) Au regard de l organisation du dépistage b) Au regard de la

Plus en détail

Picardie, territoire de contraste. Approches territoriales des inégalités santé, sociales. Alain Trugeon

Picardie, territoire de contraste. Approches territoriales des inégalités santé, sociales. Alain Trugeon Picardie, territoire de contraste Approches territoriales des inégalités santé, sociales Alain Trugeon Mortalité prématurée vs mortalité 65 ans et plus Moins de 65 ans 65 ans et plus Mortalité prématurée,

Plus en détail

SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE

SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE Rapport sur la SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE DANS LE MONDE 1998 1999 Résumé Etabli à partir de la Base de Données mondiale sur la Sécurité transfusionnelle World Health Organization Blood Transfusion Safety

Plus en détail

Système multi sources de surveillance des cancers Croisement des données ALD et PMSI Description des données 2006-2008 et construction d indicateurs

Système multi sources de surveillance des cancers Croisement des données ALD et PMSI Description des données 2006-2008 et construction d indicateurs Maladies chroniques et traumatismes Système multi sources de surveillance des cancers Croisement des données ALD et PMSI Description des données 2006-2008 et construction d indicateurs Sommaire Abréviations

Plus en détail

Les Françaises et la création d entreprises

Les Françaises et la création d entreprises Les Françaises et la création d entreprises Cette note a été élaborée à partir des résultats d un sondage intitulé «Les femmes et la création d entreprise», produit en janvier 2012 par OpinionWay pour

Plus en détail

L évaluation des politiques et des actions en santé publique

L évaluation des politiques et des actions en santé publique L évaluation des politiques et des actions en santé publique IFSI - Sciences humaines sociales et droit UE 1.2.S3 Santé publique et économie de la santé Dr Nicolas Cocagne et Dr Christophe Segouin Service

Plus en détail

ENQUETE SUR LES SOLIDARITES FAMILIALES

ENQUETE SUR LES SOLIDARITES FAMILIALES OBSERVATOIRE REGIONAL DE LA FAMILLE ENQUETE SUR LES SOLIDARITES FAMILIALES INTRODUCTION Une étude américaine considère que les liens entre frères et sœurs, plutôt affectifs et égalitaires, représentent

Plus en détail

DOCUMENT DIM CODAGE DES NAISSANCES Dont MORT-NÉS ( 22 semaines OU 500 g)

DOCUMENT DIM CODAGE DES NAISSANCES Dont MORT-NÉS ( 22 semaines OU 500 g) DOCUMENT DIM CODAGE DES NAISSANCES Dont MORT-NÉS ( 22 semaines OU 500 g) Contexte : 1) Le PMSI est désormais utilisé en France pour la production des indicateurs de : Mortinatalité = mort-nés / naissances

Plus en détail

1. Hospitalisation : analyse de la répartition des services offerts.

1. Hospitalisation : analyse de la répartition des services offerts. Hospitalisation L information sur l offre en hospitalisation d un pays (nombre de lits par habitant, répartition géographique ou par spécialité médicale) est utile pour déterminer la différence entre l

Plus en détail

Questions / Réponses

Questions / Réponses Questions / Réponses Participation au dépistage du cancer du sein : Recommandations de la HAS pour les femmes de 50 à 74 ans Quelques données sur le dépistage du cancer du sein en France en 2012 : 52 588

Plus en détail

les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques

les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques Cette étude a été réalisée conjointement par la Direction des études, des statistiques et de la prospective du CNC et le Service

Plus en détail

Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière

Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière Direction des retraites et de la solidarité juillet 2015-12 Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière C. Bac (CNAV), I. Bridenne (CDC), A. Dardier

Plus en détail

ETAT DES LIEUX DE LA PROFESSION DE CHIRURGIEN-DENTISTE EN REGION RHONE-ALPES OCTOBRE 2013

ETAT DES LIEUX DE LA PROFESSION DE CHIRURGIEN-DENTISTE EN REGION RHONE-ALPES OCTOBRE 2013 Service émetteur : Direction de l efficience de l offre de soins Professionnels de santé, Bureau du comité régional de l ONDPS Affaire suivie par : Mireille ALONSO Amandine ROUSSEL Jean-Louis COTART Courriel

Plus en détail

Hypertension artérielle et facteurs de risque associés Une nouvelle étude de l Assurance Maladie sur les évolutions entre 2000 et 2006

Hypertension artérielle et facteurs de risque associés Une nouvelle étude de l Assurance Maladie sur les évolutions entre 2000 et 2006 Point d information mensuel 19 octobre 2007 Hypertension artérielle et facteurs de risque associés Une nouvelle étude de l Assurance Maladie sur les évolutions entre 2000 et 2006 En France, 10,5 millions

Plus en détail

Forum territorial de santé Sud de l Aisne 20 novembre 2009

Forum territorial de santé Sud de l Aisne 20 novembre 2009 Forum territorial de santé Sud de l Aisne 20 novembre 2009 Synthèse du diagnostic territorial Points positifs Le Sud de l Aisne a un indice conjoncturel de fécondité (ICF) plus élevé qu en Picardie et

Plus en détail

Édition 2009. Les métiers autour de la grossesse et de l accouchement en Champagne-Ardenne

Édition 2009. Les métiers autour de la grossesse et de l accouchement en Champagne-Ardenne Édition 2009 Les métiers autour de la grossesse et de l accouchement en Champagne-Ardenne Données de cadrage 3 Contexte Effectifs et densité L âge Les secteurs d activité La formation 8 Lieux d obtention

Plus en détail

les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques

les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques L emploi dans les films cinématographiques L emploi intermittent dans le tournage des films d initiative française de fiction

Plus en détail

Registre du diabète de type 1 de l enfant de moins de 15 ans au niveau de la wilaya d Alger

Registre du diabète de type 1 de l enfant de moins de 15 ans au niveau de la wilaya d Alger Registre du diabète de type 1 de l enfant de moins de 15 ans au niveau de la wilaya d Alger 1 Institut national de santé publique Année 2014 2 Sommaire 1- INTRODUCTION 3 2- METHODOLOGIE 4 2-1 Type d étude

Plus en détail

Les effets de la neutralisation de l Assurance Vieillesse des Parents au Foyer sur les montants de pensions du Régime Général

Les effets de la neutralisation de l Assurance Vieillesse des Parents au Foyer sur les montants de pensions du Régime Général CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 13 février 2008 à 9 h 30 «Evaluation du montant des droits familiaux» Document N 8 Document de travail, n engage pas le Conseil Les effets de la neutralisation

Plus en détail

Les étudiants en formation de santé En région Centre de 2009 à 2012

Les étudiants en formation de santé En région Centre de 2009 à 2012 Les étudiants en formation de santé En région Centre de 2009 à 2012 Méthodologie La direction de la recherche, des études, de l évaluation et des statistiques (DREES) mène annuellement une enquête auprès

Plus en détail

1. Données de cadrage

1. Données de cadrage 1. Données de cadrage Avant de détailler les indicateurs de précarité recueillis par sous thème, cette première partie présente les principales données démographiques sur La Réunion (population, densité,

Plus en détail

3ANALYSER LES INFORMATIONS DES FICHIERS DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES (GRH) : ÉLÉMENTS DE MÉTHODOLOGIE

3ANALYSER LES INFORMATIONS DES FICHIERS DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES (GRH) : ÉLÉMENTS DE MÉTHODOLOGIE 3ANALYSER LES INFORMATIONS DES FICHIERS DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES (GRH) : ÉLÉMENTS DE MÉTHODOLOGIE P. 35/42 FICHE N 10 : Les conditions d une exploitation des fichiers de GRH P. 43/49 FICHE N

Plus en détail

3. Analyse exploratoire

3. Analyse exploratoire Bilan de l étude de faisabilité «prévention des traumatismes d origine accidentelle» Mouloud Haddak, INRETS-UMRESTTE 1 / Handicap International 1. Préambule Il faut d abord souligner que cette étude de

Plus en détail

Sommaire. Aperçu de l influence de la défavorisation sur la mortalité et l espérance de vie. Septembre 2009. Avant-propos... 3

Sommaire. Aperçu de l influence de la défavorisation sur la mortalité et l espérance de vie. Septembre 2009. Avant-propos... 3 Septembre 2009 Sommaire Avant-propos... 3 Précisions méthodologiques... 4 Qu est-ce que l indice de défavorisation matérielle et sociale?...4 Limites dans l interprétation des résultats... 5 Résultats...

Plus en détail

Les principaux établissements de l action sociale et de la santé sur le Laonnois

Les principaux établissements de l action sociale et de la santé sur le Laonnois Les principaux établissements de l action sociale et de la santé sur le Laonnois L hôpital de Laon Le centre hospitalier de Laon est un établissement public de sante comportant 498 lits d'hospitalisation

Plus en détail

Surveillance épidémiologique des noyades

Surveillance épidémiologique des noyades Juillet 2010 Maladies chroniques et traumatismes Maladies chroniques et traumatismes Surveillance épidémiologique des noyades Enquête NOYADES 2009, 1 er juin-30 septembre 2009 Synthèse des résultats Bertrand

Plus en détail

L insertion professionnelle des Masters de l Université Toulouse 1 Capitole par composante

L insertion professionnelle des Masters de l Université Toulouse 1 Capitole par composante Observatoire de la Vie Etudiante L insertion professionnelle des Masters de l Université Toulouse 1 Capitole par composante Résultats de l enquête sur le devenir des diplômés 2009 de master au 1 er décembre

Plus en détail

La santé environnementale observée : quelques caractéristiques en Lorraine

La santé environnementale observée : quelques caractéristiques en Lorraine La santé environnementale observée : quelques caractéristiques en Lorraine 1 Introduction : estimations OMS 24% de la charge mondiale de morbidité et 23% des décès peuvent être attribués à des facteurs

Plus en détail

LES ASSOCIATIONS DU SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL EN CHAMPAGNE-ARDENNE. Juin 2010 version 2

LES ASSOCIATIONS DU SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL EN CHAMPAGNE-ARDENNE. Juin 2010 version 2 LES ASSOCIATIONS DU SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL EN CHAMPAGNE-ARDENNE Juin 2010 version 2 Avant-propos Les associations de solidarité rendent des services essentiels aux populations les plus fragiles. C

Plus en détail

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS NOTION EVALUATION L évaluation, c est la production d un jugement de valeur concernant une politique publique. Elle vise à mesurer les effets de la politique évaluée.

Plus en détail

Région Bretagne. Évaluation Environnementale Stratégique (EES) du Programme Opérationnel FEDER-FSE de la région Bretagne pour la période 2014-2020

Région Bretagne. Évaluation Environnementale Stratégique (EES) du Programme Opérationnel FEDER-FSE de la région Bretagne pour la période 2014-2020 Région Bretagne Évaluation Environnementale Stratégique (EES) du Programme Opérationnel FEDER-FSE de la région Bretagne pour la période 2014-2020 en date du 14 octobre 2013 20 décembre 2013 Sommaire 0.

Plus en détail

Pour conduire à bien sa mission de diffusion des informations relatives aux situations

Pour conduire à bien sa mission de diffusion des informations relatives aux situations n octobre 2012 Le mot de l Observatoire Combien de pauvres en France? Répondant à cette question lors de la publication de son rapport en mars 2012, l ONPES délivrait des données statistiques qui, prises

Plus en détail

CHAPITRE 2. Genre, structure du ménage et conditions de vie

CHAPITRE 2. Genre, structure du ménage et conditions de vie CHAPITRE 2 Genre, structure du ménage et conditions de vie Le type de ménage dans lequel vit une personne peut avoir une influence sur son accès aux ressources, telles que la nourriture, les médicaments,

Plus en détail

N 5 Février 2008. La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001

N 5 Février 2008. La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001 N 5 Février 2008 La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001 Le nombre d infirmiers exerçant à la Réunion ne cesse d augmenter,

Plus en détail

LES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ

LES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ LES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ Mémoire présenté au Comité permanent de la santé de la Chambre des communes Kaaren Neufeld, présidente de l Association des infirmières et infirmiers du Canada Ottawa

Plus en détail

6. Les retraites. Enseignants titulaires du second degré public 9 800 départs à la retraite en 2013. 61,7 ans et 61,5 ans

6. Les retraites. Enseignants titulaires du second degré public 9 800 départs à la retraite en 2013. 61,7 ans et 61,5 ans 6. Les retraites A. Les départs à la retraite des personnels du secteur public en 213 111 B. Un nombre de départs à la retraite tendanciellement en diminution depuis 23 112 C. Le nombre de retraités de

Plus en détail

I. APPROCHE STATISTIQUE COMPARATIVE DES ACTIVITES PRODUCTIVES DES TIC EN AQUITAINE

I. APPROCHE STATISTIQUE COMPARATIVE DES ACTIVITES PRODUCTIVES DES TIC EN AQUITAINE I. APPROCHE STATISTIQUE COMPARATIVE DES ACTIVITES PRODUCTIVES DES TIC EN AQUITAINE L analyse statistique qui suit a été réalisée par Séverine Penaud-Roux à partir des données brutes issues de la base CLAP

Plus en détail

المجلةالصحية لشرق المتوسط منظمة الصحة العالمية المجلد الثالث عشر العدد ٢٠٠٧ ٣ Les maladies cardio-vasculaires sont la cause principale de morbidité et de mortalité dans les pays industrialisés. Elles sont

Plus en détail

DIU Infirmières de Santé au Travail - IDF. Service Central de Santé au Travail de l AP-HP PLAN DE COURS

DIU Infirmières de Santé au Travail - IDF. Service Central de Santé au Travail de l AP-HP PLAN DE COURS DIU Infirmières de Santé au Travail - IDF Faculté de Médecine Paris VII - Denis Diderot Mardi 7 juin 2016 STATISTIQUES EN SANTE AU TRAVAIL : NOTIONS ESSENTIELLES Service Central de Santé au Travail de

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

Des dépenses de santé très élevées chez les 80 ans et plus

Des dépenses de santé très élevées chez les 80 ans et plus Des dépenses de santé très élevées chez les 80 ans et plus Le vieillissement de la population s est accompagné d un accroissement de l espérance de vie et en particulier d un allongement de la durée de

Plus en détail

L impact des nouveaux modes de financement des CAF pour les places en crèches Une enquête menée dans les départements normands

L impact des nouveaux modes de financement des CAF pour les places en crèches Une enquête menée dans les départements normands formation pour pouvoir exercer ce métier et ne pas être ainsi confondue avec une employée de maison. Les assistantes parentales souhaiteraient aussi que ce métier soit rattaché à la Convention collective

Plus en détail

Santé. Tableaux Économiques de Midi-Pyrénées 2008

Santé. Tableaux Économiques de Midi-Pyrénées 2008 7 Santé Présentation Au 1 er janvier 2006, Midi-Pyrénées compte 54 établissements de soins dans le secteur public et 100 dans le privé. La part du secteur privé (48 % en lits), supérieure de huit points

Plus en détail

Deuxième Monitoring de l état de santé de la population migrante en Suisse (GMM II)

Deuxième Monitoring de l état de santé de la population migrante en Suisse (GMM II) Büro für arbeits- und sozialpolitische Studien BASS AG Konsumstrasse 20. CH-3007 Bern Tel. +41 (0)31 380 60 80. Fax +41 (0)31 398 33 63 info@buerobass.ch. www.buerobass.ch Departement Gesundheit Technikumstrasse

Plus en détail

L état de santé des adultes en Zus en 2010

L état de santé des adultes en Zus en 2010 Chiffres clés L état de santé des adultes en L état de santé des adultes en en 2010 Un peu plus de la moitié des habitants des se déclarent en bonne ou très bonne santé. C est moins que ce qui est observé

Plus en détail

II - Les spécialités de formation du commerce et de la vente

II - Les spécialités de formation du commerce et de la vente II - Les spécialités de formation du commerce et de la vente La population des sortants des formations des spécialités du commerce et de la vente (cf. méthode) est à dominante féminine que la formation

Plus en détail

Satisfaction du patient

Satisfaction du patient Satisfaction du patient Johan Van der Heyden Institut Scientifique de Santé Publique Direction opérationnelle Santé publique et surveillance Rue J. Wytsman, 14 B - 1050 Bruxelles 02 / 642 57 26 E-mail

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Arrêté du 3 novembre 2014 relatif au cahier des charges national du programme de dépistage

Plus en détail

LES ASSOCIATIONS DU SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL EN BASSE-NORMANDIE. Avril 2010

LES ASSOCIATIONS DU SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL EN BASSE-NORMANDIE. Avril 2010 LES ASSOCIATIONS DU SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL EN BASSE-NORMANDIE Avril 2010 Avant-propos Les associations de solidarité rendent des services essentiels aux populations les plus fragiles. C est leur vocation.

Plus en détail

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES Juin 2015 SOMMAIRE 1. Précisions sur la cotation Banque de France et les statistiques présentées... 4 2. Statistiques 2015... 6 2.1. Discrimination

Plus en détail

Bilan des résultats de certification Visites initiales V2010

Bilan des résultats de certification Visites initiales V2010 Bilan des résultats de certification Visites initiales V2010 Service Certification des Etablissements de Santé Direction de l Amélioration de la Qualité et de la Sécurité des Soins Juillet 2015 Sommaire

Plus en détail

LE CANCER DU REIN. Codes CIM 8 : «189» CIM 9 : «189» CIM 10 : «C64-C66», «C68»

LE CANCER DU REIN. Codes CIM 8 : «189» CIM 9 : «189» CIM 10 : «C64-C66», «C68» ATLAS DE LA MORTALITÉ PAR CANCER EN FRANCE MÉTROPOLITAINE ÉVOLUTION 19-2004 141 LE CANCER DU REIN Codes CIM 8 : «189» CIM 9 : «189» CIM 10 : «C64-C66», «C68» UN ACCROISSEMENT DES ÉCARTS ENTRE LES HOMMES

Plus en détail

> LES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

> LES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL > LES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL En bref En termes d effectif, avec 5 190 professionnels en emploi en région Provence Alpes Côte d Azur en 2011, le métier d assistant de service social représente le

Plus en détail

Prévalence Incidence. Dr. Xavier Lainé. Maladie 1

Prévalence Incidence. Dr. Xavier Lainé. Maladie 1 Prévalence Incidence Dr. Xavier Lainé Maladie 1 A quoi ça sert?? Prévalence Connaître l importance de l affection a un instant donné Incidence Projection estimée de l importance de l affection sur l avenir

Plus en détail

Recommandations. pour améliorer le dispositif national de veille sanitaire

Recommandations. pour améliorer le dispositif national de veille sanitaire Recommandations pour améliorer le dispositif national de veille sanitaire La loi relative au renforcement de la veille sanitaire et du contrôle de la sécurité sanitaire des produits destinés à l homme

Plus en détail

COMBIEN SERONS-NOUS EN 2036?

COMBIEN SERONS-NOUS EN 2036? COMBIEN SERONS-NOUS EN 2036? Projections de la population de Lanaudière-Sud et de ses MRC Novembre 2014 André Guillemette Service de surveillance, recherche et évaluation Direction de santé publique Agence

Plus en détail

Département de la Drôme

Département de la Drôme Département de la Drôme Mise en place des Programmes Personnalisés de Réussite Educative. Comment cibler les élèves? Les procédures de choix des élèves sont essentielles Certaines interprétations peuvent

Plus en détail

Mission, vision, objectifs et stratégie

Mission, vision, objectifs et stratégie Chapitre 1 Mission, vision, objectifs et stratégie Chapitre 1. Mission, vision, objectifs et stratégie Conclusions clés - La majorité des hôpitaux déclare disposer d une mission, d une vision et d objectifs

Plus en détail

Université de Moncton. Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires

Université de Moncton. Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires Université de Moncton Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires Actualisation du régime Rapport d étape Étape 2 - Niveau de prestations et options à considérer Décembre 2011 Table

Plus en détail

uestions Les études Le sujet des écarts de pension entre les hommes Éclairage sur les écarts de pension entre les hommes et les femmes à la CNRACL

uestions Les études Le sujet des écarts de pension entre les hommes Éclairage sur les écarts de pension entre les hommes et les femmes à la CNRACL uestions Retraite & Solidarité Les études Direction des retraites et de la solidarité janvier 2014-06 Éclairage sur les écarts de pension entre les hommes et les femmes à la CNRACL I. Bridenne et Y. Mariama

Plus en détail

Table des matières. Énoncé du vérificateur... 1. I. Introduction... 2 Contexte... 2 Objectif... 2 Portée... 2 Critères... 3. II. Méthodologie...

Table des matières. Énoncé du vérificateur... 1. I. Introduction... 2 Contexte... 2 Objectif... 2 Portée... 2 Critères... 3. II. Méthodologie... Vérification des enquêtes de sécurité sur le personnel RAPPORT Division de la vérification et de l évaluation Juillet 2003 Table des matières Énoncé du vérificateur... 1 I. Introduction... 2 Contexte...

Plus en détail

La valorisation économique de l activité en psychiatrie: la piste des projets Stéphanie Hassoun, Chargée d études Matthieu Laîné, Chef de service

La valorisation économique de l activité en psychiatrie: la piste des projets Stéphanie Hassoun, Chargée d études Matthieu Laîné, Chef de service n 6 AVRIL 2008 WWW.FEHAP.FR N 197 La valorisation économique de l activité en psychiatrie: la piste des projets Stéphanie Hassoun, Chargée d études Matthieu Laîné, Chef de service Alors que l expérimentation

Plus en détail

SYNTHÈSE DU PORTRAIT TYPE

SYNTHÈSE DU PORTRAIT TYPE POUR UNE APPRÉCIATION DE L ÉTAT DE SANTÉ DE LA POPULATION SYNTHÈSE DU PORTRAIT TYPE DU RLS DE LA HAUTE-YAMASKA Personne-ressource Mario Richard Direction de santé publique Avril 2012 CONTEXTE Dans la foulée

Plus en détail

Projet de loi n 1210 portant réforme de l hôpital et des dispositions relatives aux patients, à la santé et aux territoires

Projet de loi n 1210 portant réforme de l hôpital et des dispositions relatives aux patients, à la santé et aux territoires Projet de loi n 1210 portant réforme de l hôpital et des dispositions relatives aux patients, à la santé et aux territoires PROPOSITIONS D AMENDEMENTS DE L UNASEA L UNASEA est favorable à l objectif affiché

Plus en détail

. les PAI (praticiens de l'art infirmier) comprenant les infirmiers gradués, les

. les PAI (praticiens de l'art infirmier) comprenant les infirmiers gradués, les Offre et demande de travail infirmier et soignant en Communauté française et en Communauté germanophone de Belgique : projections jusqu'en 2000 et scénarios jusqu'en 2010 Leclercq A.(*) - Leroy X.(**)

Plus en détail

En 2011, 483 000 enfants de

En 2011, 483 000 enfants de Octobre 13 N 411 Une diversité des familles à, avec plus de foyers monoparentaux qu ailleurs et moins de familles Population A, 32 enfants de moins de 25 ans, soit 7 % des enfants parisiens, vivent dans

Plus en détail

GUIDE DE L ACTUAIRE. Concernant la production du rapport sur l attestation de la ligne directrice de fonds propres - Assurance de personnes

GUIDE DE L ACTUAIRE. Concernant la production du rapport sur l attestation de la ligne directrice de fonds propres - Assurance de personnes GUIDE DE L ACTUAIRE Concernant la production du rapport sur l attestation de la ligne directrice de fonds propres - Direction principale de la surveillance des assureurs et du contrôle du droit d exercice

Plus en détail

Vécu de la douleur et relation thérapeutique après traitement initial d un cancer du sein

Vécu de la douleur et relation thérapeutique après traitement initial d un cancer du sein Vécu de la douleur et relation thérapeutique après traitement initial d un cancer du sein Marc-Karim BENDIANE 1,2 & Laura SPICA 1, Patrick PERETTI-WATEL 1,2. (1) INSERM UMR 912 Sciences Economiques & Sociales,

Plus en détail

Besoins d études en santé mentale pour conduire les politiques

Besoins d études en santé mentale pour conduire les politiques Besoins d études en santé mentale pour conduire les politiques sanitaires dans les régions P. Verger, H. Dumesnil Séminaire IRESP : Indicateurs en santé mentale, 16 septembre 2010 Plan de la présentation

Plus en détail

Analyses multivariées

Analyses multivariées F N O R S ORS de Corse, d Ile-de-France et de Picardie, avec la collaboration des ORS de Champagne-Ardenne, Languedoc-Roussillon, Haute-Normandie, Pays de la Loire et Poitou-Charentes Analyses multivariées

Plus en détail

FÉCONDITÉ 4. Soumaïla MARIKO et Ali MADAÏ BOUKAR

FÉCONDITÉ 4. Soumaïla MARIKO et Ali MADAÏ BOUKAR FÉCONDITÉ 4 Soumaïla MARIKO et Ali MADAÏ BOUKAR Les informations collectées au cours de l EDSN-MICS-III sur l'histoire génésique des femmes permettent d'estimer les niveaux de la fécondité, de dégager

Plus en détail

EVALUATION DES COUTS DE L APPAREILLAGE DE MEMBRE INFERIEUR

EVALUATION DES COUTS DE L APPAREILLAGE DE MEMBRE INFERIEUR EVALUATION DES COUTS DE L APPAREILLAGE DE MEMBRE INFERIEUR Un amputé : Quel coût pour l Assurance Maladie? Le prix de la prothèse est il le facteur prépondérant du coût? Docteur Louis Philippe COUTIER

Plus en détail

Guide technique des modalités de calcul du référentiel national de coûts SSR

Guide technique des modalités de calcul du référentiel national de coûts SSR Guide tecnique des modalités de calcul du référentiel national de coûts SSR Données ENC 2013 Service : Financement des établissements de santé Pôle : Allocation de ressources aux établissements de santé

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SANTÉ

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SANTÉ SANTÉ MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Direction générale de l offre des soins Sous-direction de la régulation de l offre de soins Bureau de la synthèse organisationnelle et financière (R1)

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3117 Convention collective nationale IDCC : 843. BOULANGERIE-PÂTISSERIE (Entreprises

Plus en détail

Les notes des candidats aux épreuves du baccalauréat général

Les notes des candidats aux épreuves du baccalauréat général Les notes des candidats aux épreuves du baccalauréat général Session 2001 Naghmeh ROBIN Ministère de la Jeunesse, de l Éducation nationale et de la Recherche Direction de la programmation et du développement

Plus en détail

Prestations ambulatoires dans les hôpitaux et les cliniques

Prestations ambulatoires dans les hôpitaux et les cliniques Fiche d information Prestations ambulatoires dans les hôpitaux et les cliniques Berne, 20.05.2014. La croissance des prestations des hôpitaux et des cliniques dans le secteur ambulatoire est due aux raisons

Plus en détail

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3613 Convention collective nationale IDCC : 7017. PERSONNEL DES PARCS ET JARDINS ZOOLOGIQUES PRIVÉS ACCORD

Plus en détail

Issue du référentiel AFAQ Service Confiance Qualiville, la certification repose sur plusieurs engagements de service, tels que :

Issue du référentiel AFAQ Service Confiance Qualiville, la certification repose sur plusieurs engagements de service, tels que : Résultats de l enquête de satisfaction 2015 1 I. RAPPEL DU CONTEXTE ET DES OBJECTIFS Délivrée par AFNOR (Agence Française de Normalisation), la certification Qualiville a été obtenue par la Mairie Centrale

Plus en détail

Nombre, répartition et migration des médecins canadiens 2012

Nombre, répartition et migration des médecins canadiens 2012 Nombre, répartition et migration des médecins canadiens 2012 Dépenses et main-d œuvre de la santé Notre vision De meilleures données pour de meilleures décisions : des Canadiens en meilleure santé Notre

Plus en détail