POLITIQUE IMMOBILIÈRE DE L ÉTAT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "POLITIQUE IMMOBILIÈRE DE L ÉTAT"

Transcription

1 R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E DOCUMENT DE POLITIQUE TRANSVERSALE PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2015 POLITIQUE IMMOBILIÈRE DE L ÉTAT MINISTRE CHEF DE FILE MINISTRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS

2

3 NOTE EXPLICATIVE Les documents de politique transversale (DPT) constituent des annexes générales du projet de loi de finances de l année au sens de l article 51 de la loi organique relative aux lois de finances (LOLF). Ils sont prévus par l article 128 de la loi n du 30 décembre 2005 de finances rectificative pour 2005, complété successivement par l article 169 de la loi n du 30 décembre 2006 de finances rectificative pour 2006, par l article 104 de la loi n du 24 décembre 2007 de finances pour 2008, par l article 183 de la loi n du 27 décembre de finances pour 2009, par l article 137 de la loi n du 30 décembre 2009 de finances pour 2010, par l article 7 de la loi n du 22 juillet 2010 de règlement des comptes et rapport de gestion pour 2009, par l article 159 de la loi n du 29 décembre 2010 de finances pour 2011 et par l article 160 de la loi n du 28 décembre 2011 de finances pour Dix-huit documents de politique transversale (DPT) sont annexés au projet de loi de finances pour 2015 et sont relatifs aux politiques suivantes : Action extérieure de l État, Aménagement du territoire, Défense et sécurité nationale, Inclusion sociale, Justice des mineurs, Lutte contre le changement climatique, Outre-mer, Politique de l égalité entre les femmes et les hommes, Politique de lutte contre les drogues et les toxicomanies, Politique du tourisme, Politique en faveur de la jeunesse, Politique française de l immigration et de l intégration, Politique française en faveur du développement,, Prévention de la délinquance, Sécurité civile, Sécurité routière, Ville. Chaque document de politique transversale comporte les éléments suivants : Une présentation stratégique de la politique transversale. Cette partie du document expose les objectifs de la politique transversale et les moyens qui sont mis en œuvre pour les atteindre dans le cadre interministériel. Outre le rappel des programmes budgétaires qui concourent à la politique transversale, sont détaillés les axes de la politique, ses objectifs, les indicateurs de performance retenus et leurs valeurs associées. S agissant des politiques transversales territorialisées (par exemple : Outre-mer, Ville), les indicateurs du document de politique transversale sont adaptés de façon à présenter les données relatives au territoire considéré. Une présentation détaillée de l effort financier consacré par l État à la politique transversale pour l année à venir (PLF 2015), l année en cours (LFI 2014) et l année précédente (exécution 2013), y compris en matière de dépenses fiscales. Une présentation de la manière dont chaque programme budgétaire participe, au travers de ses différents dispositifs, à la politique transversale. Enfin, une table de correspondance des objectifs permet de se référer aux différents projets annuels de performances afin d obtenir des compléments d information (annexe 1). D autres éléments utiles à l information du Parlement peuvent être également présentés en annexe du document. Sauf indication contraire, les montants de crédits figurant dans les tableaux du présent document sont exprimés en euros. Les crédits budgétaires sont présentés, selon l article 8 de la LOLF, en autorisations (AE) et en crédits (CP). L ensemble des documents budgétaires ainsi qu un guide de lecture et un lexique sont disponibles sur le Forum de la performance :

4

5 TABLE DES MATIÈRES LA POLITIQUE TRANSVERSALE Liste des programmes concourant à la politique transversale 7 Présentation stratégique de la politique transversale 11 Améliorer la gestion du patrimoine immobilier de l État 14 Être un État exemplaire 46 Présentation des crédits et des programmes concourant à la politique transversale 47 Évaluation des crédits consacrés à la politique transversale 47 Présentation des programmes concourant à la politique transversale 49 ANNEXES Table de correspondance des objectifs du DPT et des objectifs des PAP 209 Évaluation des crédits de l État consacrés à la politique transversale 210 Évaluation des emplois et des dépenses de personnel de l État consacrés à la politique transversale 222 Évaluation des crédits des opérateurs de l État consacrés à la politique transversale 227 Tableau de bord immobilier 241

6

7 LA POLITIQUE TRANSVERSALE LA POLITIQUE TRANSVERSALE LISTE DES PROGRAMMES CONCOURANT À LA POLITIQUE TRANSVERSALE Numéro et intitulé du programme Responsable Mission (cf. page) 105 Action de la France en Europe et dans le monde Nicolas DE RIVIERE Directeur général des affaires politiques et de sécurité Action extérieure de l État Diplomatie culturelle et d influence Anne-Marie DESCOTES Directrice générale de la mondialisation, du développement et des partenariats Action extérieure de l État Administration territoriale Michel LALANDE Secrétaire général du ministère de l intérieur Administration générale et territoriale de l État Vie politique, cultuelle et associative Michel LALANDE Secrétaire général du ministère de l intérieur Administration générale et territoriale de l État Conduite et pilotage des politiques de l intérieur Michel LALANDE Secrétaire général du ministère de l intérieur Administration générale et territoriale de l État Économie et développement durable de l agriculture et des territoires CATHERINE GESLAIN-LANÉELLE Directrice générale des politiques agricole, agroalimentaire et des territoires Agriculture, alimentation, forêt et affaires rurales Forêt CATHERINE GESLAIN-LANÉELLE Directrice générale des politiques agricole, agroalimentaire et des territoires Agriculture, alimentation, forêt et affaires rurales Sécurité et qualité sanitaires de l alimentation Patrick DEHAUMONT Directeur général de l alimentation Agriculture, alimentation, forêt et affaires rurales Conduite et pilotage des politiques de l agriculture Valérie Métrich-Hecquet Secrétaire générale Agriculture, alimentation, forêt et affaires rurales Reconnaissance et réparation en faveur du monde combattant Jean-Paul BODIN Secrétaire général pour l administration Anciens combattants, mémoire et liens avec la nation Conseil d État et autres juridictions administratives Jean-Marc SAUVÉ Vice-président du Conseil d État Conseil et contrôle de l État Patrimoines Vincent BERJOT Directeur général des patrimoines 131 Création Michel ORIER Directeur général de la création artistique Culture 68 Culture Transmission des savoirs et démocratisation de la culture 129 Coordination du travail gouvernemental Lucie MUNIESA Secrétaire général adjoint du ministère de la culture et de la communication. Serge LASVIGNES Secrétaire général du Gouvernement Culture 72 Direction de l action du Gouvernement Protection des droits et libertés Serge LASVIGNES Secrétaire général du Gouvernement Direction de l action du Gouvernement Moyens mutualisés des administrations déconcentrées 144 Environnement et prospective de la politique de défense Serge LASVIGNES Secrétaire général du Gouvernement Philippe ERRERA Directeur des affaires stratégiques Direction de l action du Gouvernement 85 Défense Préparation et emploi des forces Général Pierre de VILLIERS Chef d état-major des armées Défense Soutien de la politique de la défense Jean-Paul BODIN Secrétaire général pour l administration Défense 91

8 8 PLF 2015 DPT LA POLITIQUE TRANSVERSALE Numéro et intitulé du programme Responsable Mission (cf. page) 146 Équipement des forces Général Pierre DE VILLIERS / Ingénieur général de l armement de classe exceptionnelle Laurent COLLET-BILLON Chef d état-major des armées / Délégué général pour l armement Défense Infrastructures et services de transports Daniel BURSAUX Directeur général des infrastructures, des transports et de la mer Écologie, développement et mobilité durables Sécurité et affaires maritimes, pêche et aquaculture Régine BREHIER Directrice des Affaires maritimes Écologie, développement et mobilité durables Météorologie Laurent TAPADINHAS Directeur de la recherche et de l innovation 113 Paysages, eau et biodiversité Jean-Marc MICHEL Directeur général de l aménagement, du logement et de la nature Écologie, développement et mobilité durables Écologie, développement et mobilité durables Information géographique et cartographique Laurent TAPADINHAS Directeur de la Recherche et de l Innovation Écologie, développement et mobilité durables Prévention des risques Patricia BLANC Directrice générale de la prévention des risques Écologie, développement et mobilité durables Conduite et pilotage des politiques de l écologie, du développement et de la mobilité durables Francis ROL-TANGUY secrétaire général du ministère de l écologie, du développement durable et de l énergie et du ministère du logement, de l égalité des territoires, du logement et de la ruralité Écologie, développement et mobilité durables Développement des entreprises et du tourisme 220 Statistiques et études économiques Laurent de JEKHOWSKY Secrétaire général Jean-Luc TAVERNIER Directeur général de l Insee Économie 113 Économie Stratégie économique et fiscale Bruno BÉZARD Directeur général du Trésor 147 Politique de la ville Marie-Caroline BONNET-GALZY Commissaire générale à l égalité des territoires Économie 118 Politique des territoires Soutien de la politique de l éducation nationale Frédéric GUIN Secrétaire général Enseignement scolaire Gestion fiscale et financière de l État et du secteur public local Bruno PARENT Directeur général des finances publiques Gestion des finances publiques et des ressources humaines Conduite et pilotage des politiques économiques et financières Laurent de JEKHOWSKY Secrétaire général Gestion des finances publiques et des ressources humaines Facilitation et sécurisation des échanges Hélène CROCQUEVIEILLE Directrice générale des douanes et droits indirects Gestion des finances publiques et des ressources humaines Entretien des bâtiments de l État Nathalie MORIN Chef du service FRANCE DOMAINE Gestion des finances publiques et des ressources humaines Fonction publique Marie-Anne LÉVÊQUE Directrice générale de l administration et de la fonction publique Gestion des finances publiques et des ressources humaines Immigration et asile Luc DEREPAS Directeur général des étrangers en France Immigration, asile et intégration Intégration et accès à la nationalité française Muriel NGUYEN Directrice de l accueil, de l accompagnement des étrangers et de la nationalité Immigration, asile et intégration Justice judiciaire Jean-François BEYNEL Directeur des services judiciaires 107 Administration pénitentiaire Isabelle GORCE Directrice de l administration pénitentiaire 182 Protection judiciaire de la jeunesse Catherine SULTAN Directrice de la protection judiciaire de la jeunesse Justice 141 Justice 146 Justice 148

9 PLF LA POLITIQUE TRANSVERSALE DPT Numéro et intitulé du programme Responsable Mission (cf. page) 310 Conduite et pilotage de la politique de la justice Eric LUCAS Secrétaire général du ministère de la justice Justice Livre et industries culturelles Laurence FRANCESCHINI Directeur général des médias et des industries culturelles 138 Emploi outre-mer Thomas DEGOS Directeur général des outre-mer Médias, livre et industries culturelles 153 Outre-mer Impulsion et coordination de la politique d aménagement du territoire 150 Formations supérieures et recherche universitaire Marie-Caroline BONNET-GALZY Commissaire générale à l égalité des territoires Simone BONNAFOUS Directrice générale de l enseignement supérieur et de l insertion professionnelle Politique des territoires 156 Recherche et enseignement supérieur Vie étudiante Simone BONNAFOUS Directrice générale de l enseignement supérieur et de l insertion professionnelle Recherche et enseignement supérieur Recherches scientifiques et technologiques pluridisciplinaires Roger GENET Directeur général de la recherche et de l innovation Recherche et enseignement supérieur Recherche spatiale Roger GENET Directeur général de la recherche et de l innovation Recherche et enseignement supérieur Recherche dans les domaines de l énergie, du développement et de la mobilité durables 192 Recherche et enseignement supérieur en matière économique et industrielle 186 Recherche culturelle et culture scientifique 142 Enseignement supérieur et recherche agricoles 197 Régimes de retraite et de sécurité sociale des marins 204 Prévention, sécurité sanitaire et offre de soins Laurent TAPADINHAS Directeur de la recherche et de l innovation Pascal FAURE Directeur général des entreprises Lucie MUNIESA Secrétaire générale adjointe du ministère de la culture et de la communication Mireille RIOU-CANALS Directrice générale de l enseignement et de la recherche Régine BRÉHIER Directrice des affaires maritimes Benoît VALLET Directeur général de la santé Recherche et enseignement supérieur 165 Recherche et enseignement supérieur 167 Recherche et enseignement supérieur 168 Recherche et enseignement supérieur 169 Régimes sociaux et de retraite 174 Santé Police nationale Jean-Marc FALCONE Directeur général de la police nationale 152 Gendarmerie nationale Général d armée Denis FAVIER Directeur général de la gendarmerie nationale 207 Sécurité et éducation routières Jean-Robert LOPEZ Délégué à la sécurité et à la circulation routières 161 Sécurité civile Laurent PREVOST Directeur général de la sécurité civile et de la gestion des crises Sécurités 179 Sécurités 180 Sécurités 183 Sécurités Conduite et soutien des politiques sanitaires, sociales, du sport, de la jeunesse et de la vie associative François CARAYON Directeur des finances, des achats et des services Solidarité, insertion et égalité des chances Sport Thierry MOSIMANN Directeur des sports 102 Accès et retour à l emploi Emmanuelle WARGON Déléguée générale à l emploi et à la formation professionnelle Sport, jeunesse et vie associative 190 Travail et emploi Amélioration de la qualité de l emploi et des relations du travail 155 Conception, gestion et évaluation des politiques de l emploi et du travail Yves Struillou Directeur général du travail François CARAYON Directeur des finances, des achats et des services Travail et emploi 197 Travail et emploi 198

10 10 PLF 2015 DPT LA POLITIQUE TRANSVERSALE Numéro et intitulé du programme Responsable Mission (cf. page) 613 Soutien aux prestations de l aviation civile Patrick GANDIL Directeur général de l aviation civile Contrôle et exploitation aériens Contrôle et modernisation de la politique de la circulation et du stationnement routiers Jean-Robert LOPEZ Délégué à la sécurité et à la circulation routières Contrôle de la circulation et du stationnement routiers Contribution aux dépenses immobilières 721 Contribution au désendettement de l État 164 Cour des comptes et autres juridictions financières Nathalie MORIN Chef du service FRANCE DOMAINE Nathalie MORIN Chef du service FRANCE DOMAINE Didier MIGAUD Premier Président de la Cour des comptes Gestion du patrimoine immobilier de l État 201 Gestion du patrimoine immobilier de l État 204 Conseil et contrôle de l État 205

11 PLF PRÉSENTATION STRATÉGIQUE DPT PRÉSENTATION STRATÉGIQUE DE LA POLITIQUE TRANSVERSALE Le présent document de politique transversale vise à offrir une vision horizontale de la politique immobilière de l État. La politique immobilière de l État est une politique interministérielle mise en œuvre par le service France Domaine, au nom et pour le compte du ministre chargé du domaine. La fonction d État propriétaire est exercée par ce service et, au niveau territorial, par les préfets, représentants locaux de l État propriétaire. La politique immobilière de l État a plusieurs finalités : permettre aux administrations de disposer d un parc immobilier mieux adapté à leurs missions et aux réformes qu elles doivent conduire, notamment, en offrant aux agents et aux usagers des locaux adaptés aux besoins du service public, prenant en compte l ensemble des normes applicables (dont le respect des objectifs d accessibilité et de performance énergétique et environnementale) ; disposer d un parc immobilier moins coûteux, notamment, diminuer le coût de la fonction immobilière de l État en allouant à ses services et ses opérateurs des surfaces rationalisées et des prestations mutualisées ; valoriser le patrimoine immobilier afin, notamment, de céder les immeubles inadaptés ou devenus inutiles, et ainsi de favoriser l accroissement de l offre de logements grâce à la mobilisation du foncier public. Ces finalités se déclinent par les deux axes suivants : Axe n 1 : améliorer la gestion du patrimoine immobilier. Cet axe regroupe les objectifs portant sur l adaptation du patrimoine immobilier à ses missions (il s agit de l amélioration du ratio de performance immobilière par rapport à la cible de 12 m 2 SUN par poste de travail), l amélioration de l efficience de la gestion immobilière (il s agit de la maîtrise des coûts de l immobilier exprimés en euros par m 2 ), le respect du coût et des délais des grands projets immobiliers, la conservation du patrimoine immobilier par la politique d entretien préventif, la maîtrise de l évolution du coût des loyers et la durée de vente des actifs immobiliers. Axe n 2 : être un État exemplaire. Il s agit de la prise en compte des objectifs de mise en accessibilité et de performance énergétique et environnementale des immeubles de l État. Le comité interministériel de modernisation de l action publique (CIMAP) du 18 décembre 2013 a décidé de redynamiser la politique immobilière de l État, afin de consolider ses principes et ses acquis et de renforcer les instruments initiaux dont certains avaient atteint leurs limites. Le Gouvernement entend donc poursuivre la rationalisation de la politique immobilière : il renforce la mutualisation des moyens et des ressources, professionnalise l action de l État propriétaire et étend son périmètre. Ces efforts seront concentrés en 2015 sur les actions suivantes : La politique immobilière au service du citoyen doit mieux prendre en compte l'accessibilité des bâtiments et leur performance énergétique, et contribuer à la mobilisation en faveur de la construction de logements. Conformément aux engagements pris par le président de la République pour répondre à la demande de logements, la politique immobilière se mobilise au service de la construction de logements. La loi n du 18 janvier 2013 permet de céder le foncier public avec une décote allant, dans certains cas, jusqu à la gratuité. Dans le même esprit, l immobilier public apporte sa contribution aux enjeux de la transition énergétique et à l accessibilité, en s inscrivant pleinement dans le dispositif des agendas d accessibilité programmés (Ad AP) prévus par l ordonnance n du 26 septembre 2014 relative à la mise en accessibilité des établissements recevant du public, des transports publics, des bâtiments d'habitation et de la voirie pour les personnes handicapées. L expérimentation de l élaboration de schémas directeurs immobiliers régionaux, conçus sous l égide du préfet, s inscrit également dans cet objectif de dynamisation. Ces schémas directeurs reposeront sur une analyse économique approfondie préalable et comporteront des volets relatifs à l accessibilité et à la performance énergétique. Ils intégreront l ensemble des administrations déconcentrées et associeront les opérateurs de l État, afin d identifier toutes les possibilités de rationalisation et de mutualisation.

12 12 PLF 2015 DPT PRÉSENTATION STRATÉGIQUE La politique immobilière de l État s étend aux opérateurs de l État. La modernisation de la politique immobilière de l État sera transposée aux opérateurs de l État, qui contrôlent à leur actif près de 34 millions de m 2 (au 31 décembre 2013). Cette extension constituera le levier de l élargissement de la politique immobilière à l immobilier spécifique, au-delà des bureaux, qui représente la part majoritaire de l immobilier de l État et de ses opérateurs (73 %). Les normes de la politique immobilière sont réaffirmées, qu il s agisse du plafond de loyers (400 euros à Paris) ou du ratio d occupation de 12 m 2 par poste de travail. L application uniforme de ces normes est une question d équité, de solidarité et de performance immobilière, dans un contexte budgétaire où les opérateurs rattrapent depuis 2012 les efforts réalisés par l administration d État. La modernisation de la politique immobilière s appuie sur la conception de nouveaux outils. France Domaine sera doté des outils informatiques métiers nécessaires à une meilleure connaissance du parc et à la professionnalisation de son action. Outre l ouverture d un infocentre immobilier interministériel, un outil de programmation immobilière sera déployé à partir de 2015 et dialoguera avec le système Chorus. Un outil de gestion des contrats immobiliers permettra de doter l État propriétaire d un levier de professionnalisation dans la négociation de ses baux. La gouvernance de la politique immobilière sera réformée en vue de la simplifier, d en renforcer la dimension stratégique, et de conforter le rôle de l État propriétaire. La gouvernance de la politique immobilière de l État se caractérise par une multiplicité d organes, dont la composition, la présidence, l objet et la périodicité de réunions diffèrent. Cette diversité a permis aux différents acteurs de s installer dans le paysage institutionnel et a offert des lieux d échanges pour faire progresser la politique immobilière de l État. Mais un certain nombre de limites apparaissent aujourd hui qui conduisent à envisager des mesures de simplification, afin d en renforcer le caractère stratégique et mieux affirmer le rôle de l État propriétaire. Le tableau ci-dessous comporte le recensement des instances, nationales ou locales, qui interviennent sur la politique immobilière de l État et dont la composition et les missions sont différentes. Nom Rôle Présidence et composition Texte Conseil de l immobilier de l État (CIE) Commission nationale de l aménagement, de l urbanisme et du foncier (CNAUF) Comité d orientation de la politique immobilière de l État (COMO). Comités de la politique immobilière (CPI) Commission interministérielle pour l immobilier de l État à l étranger (CIME) Instance nationale d examen des projets immobiliers (INEI) Commission de transparence et de qualité des opérations immobilières de l État (CTQ) Cellule nationale de suivi de l immobilier de l État (CNSIE) et cellules régionales (CRSIE) Organe consultatif placé auprès du ministre chargé du domaine et chargé de l éclairer sur la stratégie immobilière. Suivi du dispositif de mobilisation du foncier public en faveur du logement. Elle peut formuler des propositions à l attention du Gouvernement concernant les opérations les plus complexes. Le COMO favorise la mutualisation des expériences et organise les échanges d expériences entre les ministères Analyse de la stratégie immobilière ministérielle. Examen et validation de la programmation budgétaire sur le programme 309 et sur le CAS immobilier. Avis sur les opérations immobilières de l'état à l étranger (à l exclusion des opérateurs) Arbitrage des opérations réalisées dans le cadre de la RéATE. Organe de contrôle de la régularité et de la qualité des opérations immobilières de l État. Compétence de contrôle a priori pour toutes les opérations de cessions supérieurs à un seuil (2 M en Ile-de- France et 1 M en province) Préparation de la programmation du programme 309, sur la base des SPSI et des audits techniques Président : M. Jean-Louis DUMONT (député de la Meuse). Parlementaires et personnalités qualifiées. La préparation des travaux est assurée par le secrétariat général du conseil de l immobilier de l État (SGCIE) rattaché aux ministères économique et financier Président : M. Thierry REPENTIN. Parlementaires et personnalités qualifiées. Présidence : secrétaire général du CIE. Responsables immobiliers des différents départements ministériels, France Domaine, direction du budget, contrôle général économique et financier. France Domaine, direction du budget, contrôleur budgétaire et comptable ministériel et responsable immobilier ministériel. Présidée par un conseiller maître à la Cour des comptes et comprenant le ministère des affaires étrangères, la direction générale du Trésor, France Domaine, la direction du budget et le CBCM. Secrétaire général à la modernisation de de l action publique Inspection générale des finances, Conseil d État et Cour des comptes. Ministère de l écologie, du développement durable et de l énergie, France Domaine et ministère de l intérieur Décret n du 16 octobre 2006 modifié Loin du 18 janvier 2013 portant mobilisation du foncier public Circulaire du Premier ministre du 28 février 2007 sur la modernisation de la politique immobilière Circulaire du Premier ministre du 16 janvier 2009 sur la politique immobilière de l État Article D à D (CG3P) Circulaire du Premier ministre du 27 juillet 2009 sur le financement des schémas de réforme de l administration territoriale de l État Décret n du 10 février 2012 Circulaire du Premier ministre du 16 janvier 2009

13 PLF PRÉSENTATION STRATÉGIQUE DPT La gouvernance sera mieux articulée qu aujourd hui à la procédure budgétaire. La circulaire relative au budget pluriannuel constitue une première étape, puisqu elle a mis en œuvre une nouvelle procédure de l» annexe immobilière» visant à intégrer une programmation immobilière dès la construction budgétaire (en isolant les dépenses immobilières et en distinguant les dépenses dites du «propriétaire» de celles dite de «l occupant»). Elle ne vise pour l instant que les dépenses immobilières de l État et celles que réalisent les opérateurs grâce à leur subvention pour charge de service public. Il a également été demandé de présenter, sur le même périmètre, l inventaire des projets d investissement supérieur à 20 M en distinguant les projets déjà arbitrés des projets à l étude, maille également retenue pour le recensement par le commissariat général à l investissement (CGI) des projets d investissement. Les avantages attendus de cette nouvelle procédure résident dans une amélioration de la qualité de la gouvernance de la politique immobilière au sein des ministères, un enrichissement du dialogue immobilier entre les acteurs (ministères occupants, direction du budget et France domaine), et une programmation immobilière qui devient un document «pivot», entre la programmation budgétaire et les SPSI. Les annexes immobilières ont été utilisées dans le cadre de l évaluation des crédits consacrés à la politique immobilière de l État dans le cadre du présent DPT. L effort financier consacré à la politique immobilière de l État s élève ainsi à 7,372 Mds (AE) et 6,241 Mds (CP). Ces montants ne sont pas directement comparables aux données des exercices 2013 (exécution 2013) et 2014 (LFI 2014) dans la mesure où l effort financier de l exercice 2015 repose sur un changement de méthode (cf. supra). En effet, alors que les précédents documents de politique transversale reposaient sur une méthode déclarative, les données de l exercice 2015 sont articulées avec la procédure budgétaire et reposent sur les données de l annexe immobilière, qui constituent le sous-jacent de la budgétisation du PLF 2015 et du budget triennal Nature des dépenses (tous ministères) Exécution 2013 LFI 2014 PLF 2015 Acquisitions/constructions Travaux structurants Entretien lourd Entretien courant Énergies et fluides Loyers budgétaires Loyers non budgétaires Autres dépenses Propriétaire Occupant Total RÉCAPITULATION DES AXES, SOUS-AXES ET OBJECTIFS DE PERFORMANCE AMÉLIORER LA GESTION DU PATRIMOINE IMMOBILIER DE L ÉTAT OBJECTIF n 1 : Adapter le patrimoine immobilier de l État à ses missions OBJECTIF n 2 : Améliorer l efficience de la gestion immobilière OBJECTIF n 3 : Améliorer la gestion des projets immobiliers OBJECTIF n 4 : Améliorer la conservation du patrimoine immobilier de l État OBJECTIF n 5 : Maîtriser l évolution du coût des loyers OBJECTIF n 6 : Réduire la durée de vente des biens et droits immobiliers ÊTRE UN ÉTAT EXEMPLAIRE OBJECTIF n 7 : Rendre accessibles les sites aux personnes en situation de handicap

14 14 PLF 2015 DPT PRÉSENTATION STRATÉGIQUE AMÉLIORER LA GESTION DU PATRIMOINE IMMOBILIER DE L ÉTAT OBJECTIFS TRANSVERSAUX OBJECTIF n 1 : Adapter le patrimoine immobilier de l État à ses missions Programme 333 : Moyens mutualisés des administrations déconcentrées Programme 152 : Gendarmerie nationale Programme 723 : Contribution aux dépenses immobilières INDICATEUR 1.1 : Rendement d occupation des surfaces : nombre de m2 de SUN par poste de travail [Programme 723] (du point de vue du contribuable) Unité 2012 Réalisation 2013 Réalisation 2014 Prévision PAP Prévision actualisée 2015 Prévision 2017 Cible Rendement d occupation des surfaces : nombre de m2 de SUN par poste de travail m2 SUN/ poste 15,98 14,36 15,37 14,32 14,25 14 Précisions méthodologiques Source des données : France Domaine. Mode de calcul : France Domaine recense, au sein d un logiciel dédié, les fiches diagnostics SPSI réalisées par des services de l État. Puis cet outil retraite et agrège les données indiquées dans ces fiches, et calcule la moyenne du rendement d occupation des surfaces (nombre de m² de SUN par poste de travail). A l occasion de ces opérations, ce service s assure que cet indicateur évolue bien à la baisse. Chaque année, les fiches SPSI permettront d obtenir la moyenne des nombres de m² de SUN par poste de travail pour les immeubles de bureaux occupés par les services de l État (en propriété ou en location). Le service France Domaine fera retraiter et agréger ces fiches dans un logiciel informatique dédié, «QlikView». JUSTIFICATION DES PRÉVISIONS ET DE LA CIBLE La norme fixée par l État propriétaire est de 12 m² par poste de travail. Le dernier résultat connu est relatif à l année 2013, avec un ratio de 14,36 m² SUN / poste de travail. Ce résultat n est pas directement comparable à la réalisation 2012 (qui est de 15,98 m 2 ). En effet, la réalisation 2013, comme la prévision actualisée 2014 et les cibles 2015 et 2017, traduisent l amélioration significative de la connaissance des données et des caractéristiques du parc immobilier de bureaux. Les données immobilières relatives au parc de bâtiments à majorité relative de bureaux, qui avaient initialement permis d établir les ratios d occupation, ont connu en 2013 une évolution quantitative et qualitative importante, dans leur contenu (enrichissement des informations en termes de périmètre et de données) et dans leur exploitation. Elles ont ainsi fait l objet d une campagne générale de fiabilisation dans le logiciel «Chorus Re-Fx». Depuis 2014, les informations sont disponibles directement dans le référentiel immobilier Chorus Re-Fx. Cette campagne de fiabilisation a permis d établir une situation de référence fiabilisée, en termes de m 2 de bureaux et d effectifs.

15 PLF PRÉSENTATION STRATÉGIQUE DPT Cet enrichissement, quantitatif et qualitatif, de la connaissance du parc immobilier et de son occupation s est traduit, en 2013, par l amplification de la dynamique d amélioration de la qualité des comptes de l État. Dans le cadre des travaux réalisés en 2014 et portant sur les comptes de l État de l exercice 2013, la Cour des comptes a estimé que France Domaine a poursuivi avec succès ses travaux de fiabilisation du recensement et de l évaluation du patrimoine immobilier de l État. Les progrès réalisés en 2013 ont ainsi conduit le certificateur à ne pas reconduire la réserve n 6 relative au patrimoine immobilier. Au vu de ces résultats, la prévision 2015 et la cible 2017 ont été fixées de manière à donner une nouvelle impulsion en vue d atteindre le ratio de 12 m². Cette nouvelle impulsion s inscrit dans un contexte d ensemble des finances publiques caractérisé par la diminution des effectifs dans les ministères non prioritaires (suppression de emplois prévus en PLF 2015 soit un taux d effort moyen de 2 %), ce qui accroît l effort nécessaire à réaliser pour améliorer le ratio de performance immobilière. INDICATEUR 1.2 : Optimisation de l occupation de l immobilier de bureau [Programme 333] (du point de vue du contribuable) Unité 2012 Réalisation 2013 Réalisation 2014 Prévision PAP Prévision actualisée 2015 Prévision 2017 Cible Ratio SUN / ETPT m² / poste 19,8 21,1 21,5 19,12 19,42 19,48 Ratio entretien courant / SUN /m² 19,5 20,9 18,7 16,9 18,03 18,24 Précisions méthodologiques Sous-indicateur «Ratio SUN / ETPT» Sources des données : - La valeur de la surface utile nette est fournie par l intermédiaire d une enquête menée auprès des SGAR. - Le nombre d ETPT est fourni par les ministères. Mode de calcul : Numérateur : Surface utile nette (SUN) en m² des services déconcentrés de l État dont les crédits relatifs à l immobilier occupant sont gérés par le programme. Il s agit des directions régionales de l environnement, de l aménagement et du logement (DREAL), des directions régionales des affaires culturelles (DRAC), des directions régionales des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi (DIRECCTE), des directions régionales de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale (DRJSCS), des directions régionales de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt (DRAAF), des préfectures de région, des unités territoriales des directions régionales, des rectorats lorsque ceux-ci sont hébergés dans une cité administrative, des directions départementales interministérielles (DDI), des préfectures de département et des sous-préfectures. Dénominateur : nombre d ETPT dans les services déconcentrés de l État du périmètre précité. Sous-indicateur «Ratio entretien courant /SUN» Sources des données : - La valeur de la surface utile nette est fournie par l intermédiaire d une enquête menée auprès des SGAR. - Les dépenses d entretien courant sont consolidées par la direction des services administratifs et financiers du Premier ministre à partir du progiciel Chorus. Mode de calcul : Numérateur : dépenses d entretien courant Dénominateur : surface utile nette (SUN) en m² des services déconcentrés de l État dont les crédits relatifs à l immobilier occupant sont gérés par le programme. Il s agit des directions régionales de l environnement, de l aménagement et du logement (DREAL), des directions régionales des affaires culturelles (DRAC), des directions régionales des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi (DIRECCTE), des directions régionales de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale (DRJSCS), des directions régionales de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt (DRAAF), des préfectures de région, des unités territoriales des directions régionales, des rectorats lorsque ceux-ci sont hébergés dans une cité administrative, des directions départementales interministérielles (DDI), des préfectures de département et des sous-préfectures. JUSTIFICATION DES PRÉVISIONS ET DE LA CIBLE L enquête REATE réalisée en février 2014 a permis d établir les surfaces occupées à m² (SUN) pour 2013, et d actualiser le prévisionnel 2014 à m² (SUN), soit une baisse de 1 %. De ces différents éléments, il résulte que l évolution entre 2014 et 2013 provient d une baisse plus rapide des effectifs que des surfaces occupées. Cette donnée relative au nombre de sites occupés est essentielle car le regroupement des agents sur un même site permet non seulement de créer une communauté de travail plus aisément mais également de mutualiser un certain nombre de fonctions supports, générant des gains d efficience et des économies en partageant des espaces communs d accueil.

16 16 PLF 2015 DPT PRÉSENTATION STRATÉGIQUE Les regroupements opérés entre 2013 et 2014 ont permis d établir une économie prévisionnelle sur les dépenses d entretien immobilier de 6,9 M, le maintien d une partie de la ressource permet de financer les travaux du locataire. On constate à nouveau en 2014 qu il est très difficile d accompagner de manière directe la baisse du dénominateur de ce ratio (évolution des effectifs) par une baisse plus rapide des surfaces occupées. En effet, la diminution des effectifs doit être suffisante pour que se pose la question soit d un déménagement soit d une densification de l occupation en accueillant un autre service. INDICATEUR 1.3 : Taux de vacance moyen des logements [Programme 152] (du point de vue du contribuable) Unité 2012 Réalisation 2013 Réalisation 2014 Prévision PAP Prévision actualisée 2015 Prévision 2017 Cible Taux de vacance moyen des logements % 5,0 4,6 <4,5 < 4,5 < 4,5 < 4,5 Précisions méthodologiques Périmètre Logements situés en métropole et en outre-mer supportés par le programme 152. Mode de calcul Moyenne annuelle du nombre de logements vacants (logements non occupés et non attribués) rapportée à la moyenne annuelle du nombre total de logements. Source des données Direction générale de la gendarmerie nationale (DGGN), direction des soutiens et des finances (DSF). JUSTIFICATION DES PRÉVISIONS ET DE LA CIBLE Les prévisions et la cible ont été déterminées en tenant compte des résultats obtenus en 2013, et des objectifs de la gendarmerie nationale relatifs à l optimisation de son parc immobilier. Afin d atteindre un taux de vacance des logements inférieur à 4,5 %, malgré les redéploiements prévus entre la gendarmerie nationale et la police nationale, le P.152 poursuit une politique volontariste illustrée par : - l intégration, dès la phase conception, de la composante immobilière dans la manœuvre des effectifs et des réorganisations d unités ; - l anticipation des mouvements et des ajustements d effectifs ; - l adaptation du nombre de logement au plus juste des besoins.

17 PLF PRÉSENTATION STRATÉGIQUE DPT OBJECTIF n 2 : Améliorer l efficience de la gestion immobilière Programme 105 : Action de la France en Europe et dans le monde Programme 216 : Conduite et pilotage des politiques de l intérieur Programme 215 : Conduite et pilotage des politiques de l agriculture Programme 224 : Transmission des savoirs et démocratisation de la culture Programme 129 : Coordination du travail gouvernemental Programme 308 : Protection des droits et libertés Programme 212 : Soutien de la politique de la défense Programme 217 : Conduite et pilotage des politiques de l écologie, du développement et de la mobilité durables Programme 214 : Soutien de la politique de l éducation nationale Programme 218 : Conduite et pilotage des politiques économiques et financières (libellé modifié) Programme 150 : Formations supérieures et recherche universitaire Programme 124 : Conduite et soutien des politiques sanitaires, sociales, du sport, de la jeunesse et de la vie associative Programme 155 : Conception, gestion et évaluation des politiques de l emploi et du travail INDICATEUR 2.1 : Efficience de la gestion immobilière [Programme 105] (du point de vue du contribuable) Unité 2012 Réalisation 2013 Réalisation 2014 Prévision PAP Prévision actualisée 2015 Prévision 2017 Cible 1. Ratio SUN / SUB % s.o* s.o* s.o* 55,6 55,6 55,6 2. Effectif ETPT Nombre Ratio SUN / Poste de Travail m²/poste 15,65** 15,2*** 15 14,3 14,3 13,6 4. Ratio Entretien courant / SUB /m2 5,64 5,36 2,74 2,74 5,31 5,39 5. Ratio Entretien lourd / SUB /m2 2,98 1,4 1,12 1,12 1,29 7,09 6. Coût des travaux structurants sans objet**** sans objet**** sans objet sans objet**** sans objet**** sans objet**** Précisions méthodologiques Source des données : Direction de l immobilier et de la logistique (DIL) ; Direction des ressources humaines (DRH) ; Direction des systèmes d information (DSI) ; Sous-direction du budget (DAF/BUD). Mode de calcul : L indicateur a été développé suivant une méthodologie interministérielle. A compter du PAP2015, pour les ratios «SUN / SUB» et «SUN / Poste de travail», la part d administration centrale de l échantillon est limitée aux sites administratifs selon le détail suivant : Breil I, Breil III, Breil IV à Nantes ; Quai d Orsay, Convention et Invalides/Oudinot à Paris. Le chiffre concernant Invalides/Oudinot est en cours de fiabilisation. Ce mode de comptabilisation écarte les surfaces dédiées aux archives, au dépôt, à la technique, à l'imprimerie, à l'hébergement, à l'action sociale, à la restauration. La part de l échantillon pour l étranger est composée de sites répartis dans dix-huit pays : Afrique du Sud, Allemagne, Angola, Argentine, Australie, Canada, Chine, Egypte, États-Unis, Grèce, Israël, Italie, Japon, Kenya, Pays-Bas, Sénégal, Suisse, Ukraine. - La SUN totale de m² se décompose en m² pour l administration centrale et m² pour les postes à l étranger. - La SUB totale de m² se décompose en m² pour l administration centrale et m² pour les postes à l étranger. * Conformément à l annexe V de la circulaire 2PERF du 1er avril 2014, le ratio SUN/ SUB n a pas été défini pour les années 2012 et 2013 car ce ratio a été introduit dans le PLF 2015, remplaçant le ratio précédent SUB/ SHON. Pour le ratio «SUN / Poste de travail», conformément aux termes de la circulaire 2PERF , c est la notion de résident connecté (au système d exploitation informatique) qui est retenue pour caractériser le poste de travail. Ce mode de comptabilisation semble en effet plus réaliste qu une comptabilisation des ETPT en valeur approchée. Car l effectif du MAEDI n est pas le seul à occuper la SUN qui l accueille, surtout en ambassade. Les ambassades hébergent en effet des résidents d autres institutions, connectés au système d exploitation informatique du MAEDI. A l inverse, les résidents connectés en France hors des sites du MAEDI sont déduits du nombre de stations connectées. ** Comme indiqué dans le RAP2012, l échantillon ne comptait pas encore de surface à l étranger cette année-là. Les données relatives aux résidents connectés à l étranger pour cette année-là n étant pas disponibles, la réalisation 2012 n a pas pu être recalculée.

18 18 PLF 2015 DPT PRÉSENTATION STRATÉGIQUE *** Le résultat 2013 a été recalculé sur la base des chiffres fournis dans le RAP2013. En retenant cependant la part de la SUN pour l administration centrale telle que redéfinie supra, soit m² au lieu de m² dans le RAP2013. Pour les ratios «Entretien courant/ SUB» et «Entretien lourd/ SUB», l échantillon utilisé pour le calcul de la SUB couvre l ensemble des bâtiments du MAEDI en France et à l étranger. De même, les données utilisées pour l entretien courant et l entretien lourd représentent les données brutes votées, hors gel budgétaire. **** Comme défini par la méthodologie interministérielle, les travaux structurants concernent les travaux ayant pour objet de changer radicalement l usage et les prestations offertes. Tel n est pas le cas des travaux réalisés sur le patrimoine immobilier du MAEDI car sa vocation initiale doit être nécessairement maintenue. JUSTIFICATION DES PRÉVISIONS ET DE LA CIBLE «Ratio SUN / SUB» Pour l administration centrale, le ratio s élève à 65,5 % en 2014, à un point et demi de la cible de 67 % fixée dans la charte France Domaine. Pour l étranger, le ratio s élève à 48,7 % en Le MAEDI devra attendre la réalisation des projets de regroupement des services à l étranger pour améliorer le ratio. C est pourquoi la prévision 2015 et la cible restent fixées à 55,6 % pour ce triennal. Un projet d élargissement de l échantillon à l étranger est à l étude afin d améliorer la représentativité de la SUN à l étranger «Effectif ETPT» Le nombre d ETPT affiche une tendance à la baisse, conformément au plafond d emploi prévu pour le MAEDI «Ratio SUN / Poste de Travail» La prévision 2014 actualisée se base sur un nombre de résidents connectés à l étranger. Pour la France, le nombre total de résidents connectés s élève à y compris 597 stations physiquement situées hors des sites métropolitains du MAEDI. Le nombre de résidents connectés pour la France s établit ainsi à Globalement, la SUN de m² serait occupée par résidents connectés. La prévision 2015 est basée sur la prévision actualisée En effet, si le MAEDI enregistre une baisse constante de ses effectifs, la réduction correspondante des surfaces ne peut s opérer qu en décalé. La baisse d effectifs se traduit en outre par une plus grande polyvalence des agents dans le réseau. Un emploi peut ainsi être partagé entre plusieurs postes de travail correspondant à des domaines fonctionnels distincts. Ce découpage relève de l application de différentes normes, telles que celles relatives à la protection des informations et supports classifiés, à l accès aux archives, ou à la responsabilité personnelle et pécuniaire des comptables publics et assimilés, par exemple. Un nombre minimum de postes de travail doit aussi être maintenu pour les stagiaires et vacataires. La cible pluriannuelle est maintenue à 13,6 m², la cible de 12 m² fixée dans la charte France domaine n apparaissant pas encore atteignable pour les raisons exposées ci-dessus. En termes de leviers d action, seuls les projets de rationalisation ou de relocalisation dans l échantillon pourraient permettre à terme d améliorer le ratio «Ratio entretien courant / SUB» La prévision 2014, fixée initialement à 2,74 est restée inchangée dans la mesure où un bilan de la gestion 2014 apparait nécessaire avant de d estimer des capacités de redéploiement. Les dépenses pour l entretien courant en administration centrale sont programmées à enveloppe constante sur le prochain triennal, tandis que celles pour les postes à l'étranger sont établies sur la base d'une augmentation de 2 % par an. La SUB en administration centrale et à l étranger est stable jusque 2017, pour les raisons explicitées dans la justification du sous-indicateur Par conséquence, le ratio évolue peu pour la prévision 2015 et la cible «Ratio entretien lourd / SUB» L entretien lourd en administration centrale relève d autres programmes que le 105 (programme 309 en administration centrale et programme 723 à l étranger). Les dépenses pour l entretien lourd à l étranger sont budgétées à hauteur de 2,225 M pour Une nette augmentation est prévue sur le triennal avec une enveloppe de 12,225 M en 2017, ce qui relève la cible 2017 à 7,09 /m². La SUB en administration centrale et à l étranger est stable jusque 2017, pour les raisons explicitées dans la justification du sous-indicateur

19 PLF PRÉSENTATION STRATÉGIQUE DPT INDICATEUR 2.2 : Efficience de la gestion immobilière [Programme 124] (du point de vue du contribuable) Unité 2012 Réalisation 2013 Réalisation 2014 Prévision PAP Prévision actualisée 2015 Prévision 2017 Cible Ratio entretien courant / SUB en administration centrale Ratio SUN / Poste de travail en administration centrale Ratio SUN / Poste de travail en agences régionales de santé (ARS) /m² SUB 21,56 23,22 19, m² / poste 12,6 12,6 12,5 12,4 12,4 12,3 m² / poste 14,4 14,3 13,8 14,1 13,8 13,5 Précisions méthodologiques Source des données : direction des finances, des achats et des services (DFAS) Mode de calcul : Les coûts d entretien courant comprennent les coûts engagés pour maintenir les immeubles et locaux dans un état garantissant le bon fonctionnement dans des conditions de sécurité et de confort satisfaisantes, et concernent les interventions régulières d entretien, de petites réparations et de maintenance, qu elles soient préventives ou correctives. Elles n intègrent pas les dépenses lourdes de remise à niveau d un immeuble obsolète qui constituent des dépenses d immobilisation. Pour des locaux du parc locatif, les coûts d entretien des surfaces communes sont inclus dans les charges locatives, sur lesquelles les ministères n ont pas la maîtrise directe. Deux éléments majeurs ont un impact sur les chiffres 2014 et 2015 : La fin des travaux de restructuration du site Duquesne à l été 2013 a permis de récupérer environ 500 postes de travail sur ce site et d abandonner l équivalent sur les implantations locatives parisiennes. Le regroupement des directions support a permis à la nouvelle DFAS de mener une opération immobilière de regroupement des services à Montparnasse Sud-Pont, en abandonnant 2 immeubles (Nord-Pont et Max Hymans) ; cette opération intègre une rationalisation de l occupation des espaces afin de respecter les critères de performance d occupation de la nouvelle politique immobilière de l État. Le site de Montparnasse Sud-Pont accueille aussi bien des directions du secteur «santé-affaires sociales» que des services du secteur «Travail». A compter de 2014, le nouveau périmètre immobilier s élève à m² en surface utile brute (SUB). Les surfaces prises en compte sont SUB «bâtiment» (comprenant également les SUB «sous-sol») conformément aux règles fixées dans le cadre de l élaboration des schémas pluriannuels de stratégie immobilière. JUSTIFICATION DES PRÉVISIONS ET DE LA CIBLE Pour l administration centrale Ratio entretien courant/sub : il prend en compte le nouveau périmètre constitué de l ensemble des administrations centrales des secteurs «affaires sociales, sports et jeunesse» et «travail et emploi». L addition du champ «travail et emploi» empêche, de fait une comparaison avec les données des exercices antérieurs. Le regroupement entre les secteurs «Affaires sociales» et «Travail» et l opération «Montparnasse» menée en 2014, devraient se traduire dès 2015 par une baisse du ratio. La cible 2017 reste conforme aux prévisions budgétaires triennales. Ratio SUN / Poste de travail : l opération «Montparnasse» a permis de réduire de m² les emprises locatives sur ce site, réduction compensée partiellement par les m² mis en service sur le site Duquesne, à l occasion de la livraison de la dernière tranche de travaux de restructuration de cet immeuble. Pour les seules emprises de «Montparnasse», le ratio d occupation a baissé de 1,83 m² SUN/Poste de travail, par rapport à la situation antérieure cumulée des deux secteurs. Pour les ARS Les opérations récentes ont eu un impact essentiellement sur les sièges des ARS, dans lesquels la cible déterminée par France Domaine est globalement atteinte. Toutefois, s agissant des délégations territoriales, les implantations sont tributaires des schémas territoriaux des préfets et la marge de manœuvre est faible, en particulier pour les immeubles mis à disposition par les conseils généraux.

20 20 PLF 2015 DPT PRÉSENTATION STRATÉGIQUE INDICATEUR 2.3 : Efficience de la gestion immobilière [Programme 129] (du point de vue du contribuable) Unité 2012 Réalisation 2013 Réalisation 2014 Prévision PAP Prévision actualisée 2015 Prévision 2017 Cible Ratio SUN / SUB % SO SO SO Effectifs administratifs Effectifs adm Ratio SUN / effectifs administratifs m²/effectifs adm. 15,35 15, ,12 15,19 14,34 Ratio entretien courant / SUB /m² 66, Ratio entretien lourd / SUB /m² 85, Précisions méthodologiques Sources des données : les données sont fournies par la division du patrimoine et de la logistique (DPL) de la DSAF. Origine de la mesure des surfaces : les relevés AUTOCAD des bâtiments. Cet indicateur n inclut pas les données relatives au SGDSN. Mode de calcul : Le ratio "SUN / SUB" : Numérateur : surface utile nette (SUN) en m² Dénominateur : surface utile brute (SUB) en m² Le ratio "SUN / effectifs administratifs" : Numérateur : surface utile nette (SUN) en m² Dénominateur : effectifs administratifs Effectifs administratifs : effectifs physiques possédant un poste de travail (bureau). Sont exclus les agents techniques de maintenance, les agents de sécurité, les agents d entretien et de nettoyage, ainsi que le personnel de restauration. Le ratio "entretien courant / SUB" : Numérateur : dépenses de fonctionnement liées aux contrats de maintenance, à l'entretien des espaces verts, à l entretien courant des bâtiments Dénominateur : surface utile brute (SUB) en m² Le ratio "entretien lourd / SUB" : Numérateur : dépenses d investissement relatives à la mise en conformité des bâtiments, aux grosses réparations, à l'amélioration et aux transformations Dénominateur : surface utile brute (SUB) en m² Le périmètre correspond aux bâtiments relevant de l attribution directe de la DSAF en matière de gestion immobilière pour les programmes 129 et 309 (entretien des bâtiments de l État). Le type de surface ainsi que la nature des dépenses immobilières se déclinent, selon la typologie donnée par le guide méthodologique du SPSI. JUSTIFICATION DES PRÉVISIONS ET DE LA CIBLE L année 2014 a été marquée par trois évolutions du périmètre immobilier : - la gestion du bâtiment du 55, rue Saint Dominique a été transférée en avril du ministère des affaires sociales vers le programme 129 ; ce site héberge d une part, le cabinet du secrétaire d État à la réforme territoriale et, d autre part, la délégation interministérielle à l intelligence économique, instituée auprès du Premier ministre en août 2013 ; - afin de répondre à l accroissement de l effectif de la direction interministérielle des systèmes d information, un plateau de bureaux doit être pris à bail après l été 2014 au 39, quai André Citroën ; - parallèlement, la résiliation du bail du n 1, rue de la Manutention est programmée fin Il est projeté que le service occupant (la Commission pour l'indemnisation des victimes de spoliations intervenues du fait des législations antisémites en vigueur pendant l'occupation), rejoigne le 98, rue de Richelieu, site géré par le Conseil d État, à l occasion de la libération de surfaces par la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique, qui s y était installée provisoirement à sa création début Sous-indicateur : «Ratio SUN / SUB» Ce ratio établit le rapport entre la surface réellement aménagée ou aménageable en bureaux (SUN) et la surface totale (SUB), suivant les définitions de ces surfaces par France Domaine. Ce ratio dépend donc de l architecture et de la configuration intrinsèque des bâtiments. La situation actuelle reflète la composition du parc immobilier, essentiellement constitué d hôtels particuliers.

POLITIQUE IMMOBILIÈRE DE L ÉTAT

POLITIQUE IMMOBILIÈRE DE L ÉTAT R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E DOCUMENT DE POLITIQUE TRANSVERSALE PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 POLITIQUE IMMOBILIÈRE DE L ÉTAT MINISTRE CHEF DE FILE MINISTRE DE L'ÉCONOMIE ET DES FINANCES

Plus en détail

LE BUDGET DE L ÉTAT VOTÉ POUR 2014

LE BUDGET DE L ÉTAT VOTÉ POUR 2014 LE BUDGET DE L ÉTAT VOTÉ POUR 2014 en quelques chiffres (Loi de finances initiale) Évaluation des recettes perçues par l État en 2014 (art. 60 de la loi de finances initiale pour 2014) RECETTES FISCALES

Plus en détail

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : DIRECTION DE L ACTION DU GOUVERNEMENT

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : DIRECTION DE L ACTION DU GOUVERNEMENT PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : DIRECTION DE L ACTION DU GOUVERNEMENT Version du 07/10/2014 à 08:41:05 PROGRAMME 333 : MOYENS MUTUALISÉS DES ADMINISTRATIONS DÉCONCENTRÉES MINISTRE

Plus en détail

DOCUMENT DE POLITIQUE TRANSVERSALE PROJET DE LOI DE FINANCES POUR POLITIQUE IMMOBILIÈRE DE L ÉTAT

DOCUMENT DE POLITIQUE TRANSVERSALE PROJET DE LOI DE FINANCES POUR POLITIQUE IMMOBILIÈRE DE L ÉTAT R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E DOCUMENT DE POLITIQUE TRANSVERSALE PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2013 POLITIQUE IMMOBILIÈRE DE L ÉTAT NOTE EXPLICATIVE Cette annexe au projet de loi de finances

Plus en détail

AVIS. Vu le décret n 2011-1388 du 28 octobre 2011 modifiant le décret n 2006-1267 du 16 octobre 2006 instituant un Conseil de l'immobilier de l'état ;

AVIS. Vu le décret n 2011-1388 du 28 octobre 2011 modifiant le décret n 2006-1267 du 16 octobre 2006 instituant un Conseil de l'immobilier de l'état ; 2015-02 Séance du 14 janvier 2015 AVIS sur le suivi et la mise en œuvre du SPSI de l administration centrale du ministère des affaires étrangères et du développement international et sur les programmes

Plus en détail

Mission Provisions Note d analyse de l exécution budgétaire 2014

Mission Provisions Note d analyse de l exécution budgétaire 2014 Mission Provisions Note d analyse de l exécution budgétaire 2014 Provisions - Dotation pour dépenses accidentelles destinée à faire face à des calamités et pour dépenses imprévisibles - Dotation pour mesures

Plus en détail

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE RAPPEL DU SUJET : Vous êtes secrétaire administratif de classe exceptionnelle,

Plus en détail

Un nouvel État territorial

Un nouvel État territorial La réforme de l administration territoriale de l État 1 / 7 Un nouvel État territorial L organisation territoriale de l État en France est caractérisée par : une architecture historique calée sur les départements

Plus en détail

CONSEIL DES MINISTRES

CONSEIL DES MINISTRES CONSEIL DES MINISTRES LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSEE LE MERCREDI 2 SEPTEMBRE 2015 À L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT LES NOUVEAUX BLEUS BUDGÉTAIRES ET LES PROJETS ANNUELS DE PERFORMANCES Les documents

Plus en détail

Le projet Chorus a été conçu pour doter. Chorus : résultats et perspectives

Le projet Chorus a été conçu pour doter. Chorus : résultats et perspectives Danièle LAJOUMARD Inspecteur Général des Finances Chorus : résultats et perspectives Le projet Chorus destiné à permettre la mise en œuvre intégrale de la loi organique relative aux lois de finances (LOLF)

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX PREMIER MINISTRE Circulaire du 16 janvier 2009 relative à la politique immobilière de l Etat NOR : PRMX0901397C Paris, le 16 janvier 2009. Le Premier ministre

Plus en détail

PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : DIRECTION DE L ACTION DU GOUVERNEMENT

PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : DIRECTION DE L ACTION DU GOUVERNEMENT PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : DIRECTION DE L ACTION DU GOUVERNEMENT Version du 01/10/2013 à 16:02:01 PROGRAMME 401 : TRANSITION NUMÉRIQUE DE L ÉTAT ET MODERNISATION DE L ACTION

Plus en détail

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Version provisoire - Mars 2010 La Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Placée sous l autorité

Plus en détail

La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement?

La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement? La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement? La nouvelle loi organique relative aux lois de finances a été promulguée en août 2001. Deux ans plus tard, et bien que la mise en œuvre de cette

Plus en détail

Paris mardi 28 février 2012

Paris mardi 28 février 2012 VALERIE PECRESSE MINISTRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA REFORME DE L ETAT PORTE-PAROLE DU GOUVERNEMENT www.budget.gouv.fr Discours de Valérie PECRESSE, ministre du Budget, des Comptes publics

Plus en détail

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE SUPERIEURE EPREUVE DU CAS PRATIQUE

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE SUPERIEURE EPREUVE DU CAS PRATIQUE PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE SUPERIEURE EPREUVE DU CAS PRATIQUE RAPPEL DU SUJET : Vous êtes secrétaire administratif de classe supérieure affecté en service

Plus en détail

AVIS. Vu le décret n 2011-1388 du 28 octobre 2011 modifiant le décret n 2006-1267 du 16 octobre 2006 instituant un Conseil de l'immobilier de l'état ;

AVIS. Vu le décret n 2011-1388 du 28 octobre 2011 modifiant le décret n 2006-1267 du 16 octobre 2006 instituant un Conseil de l'immobilier de l'état ; 2015-01 Séance du 11 février 2015 AVIS sur le suivi et la mise en œuvre du schéma pluriannuel de stratégie immobilière des services administratifs et des structures relevant des services du Premier ministre

Plus en détail

Gestion budgétaire et financière

Gestion budgétaire et financière Élaboration et suivi de la programmation budgétaire Exécution budgétaire et comptable Aide au pilotage et contrôle financier externe Expertise financière et juridique Ministère de la Culture et de la Communication

Plus en détail

Le Président de la République est le responsable

Le Président de la République est le responsable LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE Le Président de la République est le responsable suprême de la politique de défense. A ce titre, il est le garant de l indépendance nationale, de l intégrité du territoire

Plus en détail

ANNEXE. 1. METHODE D ELABORATION DES AGENDAS D ACCESSIBILITÉ PROGRAMMÉE (Ad'AP)

ANNEXE. 1. METHODE D ELABORATION DES AGENDAS D ACCESSIBILITÉ PROGRAMMÉE (Ad'AP) ANNEXE 1. METHODE D ELABORATION DES AGENDAS D ACCESSIBILITÉ PROGRAMMÉE (Ad'AP) La mise en accessibilité des Etablissements Recevant du Public (ERP) de l'état passe par le lancement de différentes actions,

Plus en détail

Sur la stratégie immobilière de la chambre de commerce et d industrie de Marseille Provence (CCIMP).

Sur la stratégie immobilière de la chambre de commerce et d industrie de Marseille Provence (CCIMP). 2014-25 Séance du 17 septembre 2014 AVIS Sur la stratégie immobilière de la chambre de commerce et d industrie de Marseille Provence (CCIMP). Vu le décret n 2011-1388 du 28 octobre 2011 modifiant le décret

Plus en détail

Mercredi 27 mai 2015. Les agences et opérateurs dans la modernisation de l Etat

Mercredi 27 mai 2015. Les agences et opérateurs dans la modernisation de l Etat Mercredi 27 mai 2015 Les agences et opérateurs dans la modernisation de l Etat Les agences et opérateurs de l Etat jouent un rôle déterminant dans de nombreuses politiques publiques, en apportant expertise,

Plus en détail

AVIS. Vu la loi n 2009-967 du 3 août 2009 de programmatio n relative à la mise en œuvre du Grenelle de l environnement ;

AVIS. Vu la loi n 2009-967 du 3 août 2009 de programmatio n relative à la mise en œuvre du Grenelle de l environnement ; 2012-20 Séance du 10 octobre 2012 AVIS Sur le projet de regroupement de l administration centrale sur le site de la Défense des ministères de l Égalité, des Territoires et du Logement (METL) et de l Écologie,

Plus en détail

PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS

PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS Version du 01/10/ à 16:07:40 PROGRAMME 866 : PRÊTS AUX PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES

Plus en détail

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : ÉCOLOGIE, DÉVELOPPEMENT ET MOBILITÉ DURABLES

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : ÉCOLOGIE, DÉVELOPPEMENT ET MOBILITÉ DURABLES PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : ÉCOLOGIE, DÉVELOPPEMENT ET MOBILITÉ DURABLES Version du 07/10/2014 à 08:45:16 PROGRAMME 217 : CONDUITE ET PILOTAGE DES POLITIQUES DE L ÉCOLOGIE, DU

Plus en détail

BUDGET GÉNÉRAL MISSION MINISTÉRIELLE PROJETS ANNUELS DE PERFORMANCES ANNEXE AU PROJET DE LOI DE FINANCES POUR CONSEIL ET CONTRÔLE DE L ÉTAT

BUDGET GÉNÉRAL MISSION MINISTÉRIELLE PROJETS ANNUELS DE PERFORMANCES ANNEXE AU PROJET DE LOI DE FINANCES POUR CONSEIL ET CONTRÔLE DE L ÉTAT R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E BUDGET GÉNÉRAL MISSION MINISTÉRIELLE PROJETS ANNUELS DE PERFORMANCES ANNEXE AU PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2015 CONSEIL ET CONTRÔLE DE L ÉTAT NOTE EXPLICATIVE

Plus en détail

PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : ÉCOLOGIE, DÉVELOPPEMENT ET MOBILITÉ DURABLES

PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : ÉCOLOGIE, DÉVELOPPEMENT ET MOBILITÉ DURABLES PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : ÉCOLOGIE, DÉVELOPPEMENT ET MOBILITÉ DURABLES Version du 01/10/2013 à 16:06:08 PROGRAMME 217 : CONDUITE ET PILOTAGE DES POLITIQUES DE L ÉCOLOGIE, DU

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

NOTICE D UTILISATION DU DOCUMENT DE PROGRAMMATION DU BUDGET OPERATIONNEL DE PROGRAMME (BOP)

NOTICE D UTILISATION DU DOCUMENT DE PROGRAMMATION DU BUDGET OPERATIONNEL DE PROGRAMME (BOP) NOTICE D UTILISATION DU DOCUMENT DE PROGRAMMATION DU BUDGET OPERATIONNEL DE PROGRAMME (BOP) Rappel des textes : - Articles 64, 66, 71, 104 et 105 du décret relatif à la gestion budgétaire et comptable

Plus en détail

I. PRINCIPALES MISSIONS DES SERVICES DU TRÉSOR TRÉSORERIE GÉNÉRALE DE LA RÉGION BOURGOGNE. Trésorier-Payeur Général : Mme Jacqueline ESCARD

I. PRINCIPALES MISSIONS DES SERVICES DU TRÉSOR TRÉSORERIE GÉNÉRALE DE LA RÉGION BOURGOGNE. Trésorier-Payeur Général : Mme Jacqueline ESCARD TRÉSORERIE GÉNÉRALE DE LA RÉGION BOURGOGNE Trésorier-Payeur Général : Mme Jacqueline ESCARD Adresse : 1 bis place de la Banque 21042 DIJON CEDEX Tél : 03 80 59 26 00 Fax : 03 80 50 14 75 Mail : tg21.contact@cp.finances.gouv.fr

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX PREMIER MINISTRE Circulaire du 7 juillet 2008 relative à l organisation de l administration départementale de l Etat NOR : PRMX0816855C Paris, le 7 juillet

Plus en détail

Chapitre IV. La certification des comptes

Chapitre IV. La certification des comptes Chapitre IV La certification des comptes Aux termes de la Constitution, «les comptes des administrations publiques sont réguliers, sincères et donnent une image fidèle de leur gestion, de leur patrimoine

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC DIRECTION DU BUDGET

ROYAUME DU MAROC DIRECTION DU BUDGET ROYAUME DU MAROC DIRECTION DU BUDGET I CONTEXTE DE LA REFORME BUDGETAIRE II OBJECTIFS ET AXES DE LA REFORME BUDGETAIRE III CARACTERISTIQUES DE LA REFORME BUDGETAIRE IV FACTEURS CLES DE SUCCES 2 Modernisation

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 33 du 4 juillet 2014. PARTIE TEMPORAIRE Administration Centrale. Texte 18

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 33 du 4 juillet 2014. PARTIE TEMPORAIRE Administration Centrale. Texte 18 BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES Édition Chronologique n 33 du 4 juillet 2014 PARTIE TEMPORAIRE Administration Centrale Texte 18 DÉLÉGATION DE GESTION entre les services du ministère de la défense et ceux

Plus en détail

LES POLITIQUES PUBLIQUES : CRÉDITS ET PERFORMANCES

LES POLITIQUES PUBLIQUES : CRÉDITS ET PERFORMANCES LES POLITIQUES PUBLIQUES : CRÉDITS ET PERFORMANCES SOMMAIRE Action extérieure de l État Administration générale et territoriale de l État Agriculture, pêche, alimentation, forêt et affaires rurales Aide

Plus en détail

PLR 2014 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : ENGAGEMENTS FINANCIERS DE L'ÉTAT

PLR 2014 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : ENGAGEMENTS FINANCIERS DE L'ÉTAT PLR 2014 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : ENGAGEMENTS FINANCIERS DE L'ÉTAT Version du 27/05/2015 à 17:07:54 PROGRAMME 338 : AUGMENTATION DE CAPITAL DE LA BANQUE EUROPÉENNE D'INVESTISSEMENT MINISTRE CONCERNÉ

Plus en détail

N 1428 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 1428 ASSEMBLÉE NATIONALE N 1428 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l'assemblée nationale le 10 octobre 2013. RAPPORT FAIT AU NOM DE LA COMMISSION DES FINANCES,

Plus en détail

MISSION MINISTÉRIELLE PROJETS ANNUELS DE PERFORMANCES ANNEXE AU PROJET DE LOI DE FINANCES POUR JUSTICE

MISSION MINISTÉRIELLE PROJETS ANNUELS DE PERFORMANCES ANNEXE AU PROJET DE LOI DE FINANCES POUR JUSTICE R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E MISSION MINISTÉRIELLE PROJETS ANNUELS DE PERFORMANCES ANNEXE AU PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2010 JUSTICE NOTE EXPLICATIVE Cette annexe au projet de loi de finances

Plus en détail

«Rencontres des Transmusicales» 5 décembre 2015

«Rencontres des Transmusicales» 5 décembre 2015 La réforme territoriale, quelle place pour la culture dans la recomposition des territoires? Réforme des collectivités territoriales Europe Acte 3 de la décentralisation Points d étapes et actualités «Rencontres

Plus en détail

ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF

ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF INTRODUCTION Un Etablissent Public Administratif est une personne morale de Droit Public, dotée de l autonomie

Plus en détail

INAO. Contrat d objectifs et de performance 2014-2017. Origine, qualité et modernité au service des filières et des territoires

INAO. Contrat d objectifs et de performance 2014-2017. Origine, qualité et modernité au service des filières et des territoires INAO Contrat d objectifs et de performance 2014-2017 Origine, qualité et modernité au service des filières et des territoires 1 2 Institut national de l origine et de la qualité - Contrat d objectifs et

Plus en détail

PLF 2016 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : AIDES À L'ACQUISITION DE VÉHICULES PROPRES

PLF 2016 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : AIDES À L'ACQUISITION DE VÉHICULES PROPRES PLF 2016 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : AIDES À L'ACQUISITION DE VÉHICULES PROPRES Version du 06/10/2015 à 11:22:17 PROGRAMME 791 : CONTRIBUTION AU FINANCEMENT DE L'ATTRIBUTION D'AIDES À

Plus en détail

RAPPORT SUR LES CRÉDITS DU BUDGET DE L ÉTAT OUVERTS PAR DÉCRET D AVANCE

RAPPORT SUR LES CRÉDITS DU BUDGET DE L ÉTAT OUVERTS PAR DÉCRET D AVANCE RAPPORT SUR LES CRÉDITS DU BUDGET DE L ÉTAT OUVERTS PAR DÉCRET D AVANCE Décembre 2014 2 COUR DES COMPTES SOMMAIRE PRINCIPALES CONSTATATIONS DE LA COUR DES COMPTES... 6 INTRODUCTION... 10 I - LES CONDITIONS

Plus en détail

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Direction de la ville et de la cohésion urbaine CONTRATT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Proposition d architecture Novembre 2014 Les contrats de ville de nouvelle génération qui succèderont, à compter

Plus en détail

Sur la stratégie immobilière de la chambre de commerce et d industrie territoriale de Seine-et- Marne (CCITSM).

Sur la stratégie immobilière de la chambre de commerce et d industrie territoriale de Seine-et- Marne (CCITSM). 2014-09 Séance du 12 février 2014 AVIS Sur la stratégie immobilière de la chambre de commerce et d industrie territoriale de Seine-et- Marne (CCITSM). Vu le décret n 2011-1388 du 28 octobre 2011 modifiant

Plus en détail

Le centre des archives diplomatiques du ministère des affaires étrangères et européennes

Le centre des archives diplomatiques du ministère des affaires étrangères et européennes Le centre des archives diplomatiques du ministère des affaires étrangères et européennes PRESENTATION Depuis de nombreuses années, le ministère des affaires étrangères et européennes souhaitait réaliser

Plus en détail

Feuille de route sur les achats innovants au ministère de l Intérieur

Feuille de route sur les achats innovants au ministère de l Intérieur «L innovation est la capacité des individus, des entreprises et des nations à construire en permanence l avenir auquel ils aspirent». Initiative EUROPE 2020. Feuille de route sur les achats innovants au

Plus en détail

Guide pratique. de la déclinaison des programmes. Les budgets opérationnels de programme

Guide pratique. de la déclinaison des programmes. Les budgets opérationnels de programme Guide pratique de la déclinaison des programmes Les budgets opérationnels de programme ÉDITION JANVIER 2005 Ce guide a pour vocation d être un support méthodologique pour accompagner la réflexion et la

Plus en détail

de la consultation «innover et simplifier avec les agents publics»

de la consultation «innover et simplifier avec les agents publics» Bilan de la consultation «innover et simplifier avec les agents publics» Premier ministre SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POUR LA MODERNISATION DE L ACTION PUBLIQUE La participation des agents à la modernisation de

Plus en détail

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : AIDES À L ACQUISITION DE VÉHICULES PROPRES

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : AIDES À L ACQUISITION DE VÉHICULES PROPRES PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : AIDES À L ACQUISITION DE VÉHICULES PROPRES Version du 07/10/2014 à 08:46:13 PROGRAMME 791 : CONTRIBUTION AU FINANCEMENT DE L ATTRIBUTION D AIDES À

Plus en détail

Décret portant ouverture et annulation de crédits à titre d avance. Rapport de motivation

Décret portant ouverture et annulation de crédits à titre d avance. Rapport de motivation Décret portant ouverture et annulation de crédits à titre d avance Rapport de motivation Le présent décret, portant ouverture de 729,4 M en autorisations d engagement (AE) et 701,4 M en crédits de paiement

Plus en détail

Préfecture Alpes-Maritimes 06

Préfecture Alpes-Maritimes 06 Administration DÉPARTEMENTS Préfecture Alpes-Maritimes 06 Nice et sa célèbre baie des Anges MOEBS STÉPHANE - FOTOLIA PRÉFET DES ALPES-MARITIMES CHRISTOPHE MIRMAND DR Né le 22 juillet 1961 IEP-Paris DESS

Plus en détail

Le management au Ministère de la Défense

Le management au Ministère de la Défense Ouvrage collectif piloté par le CFMD sous la direction du général Baudouin ALBANEL Le management au Ministère de la Défense, 2004 ISBN : 2-7081-3042-0 Sommaire Préface Manager : une priorité du secteur

Plus en détail

Plus de 43 000 recrutements et deux concours externes

Plus de 43 000 recrutements et deux concours externes Plus de 43 000 recrutements et deux concours externes 2013 marque le début de la refondation de la formation initiale des enseignants > Pour remplacer les départs des enseignants en 2013, 22 100 postes

Plus en détail

Guide pratique. de la LOLF. Comprendre le budget de l État

Guide pratique. de la LOLF. Comprendre le budget de l État LOLF Guide pratique de la LOLF Comprendre le budget de l État Édition juin 2012 Préface Julien Dubertret, directeur du Budget DR À l été 2001, le parlement engageait, avec l adoption de la loi organique

Plus en détail

NOTE DE SERVICE DAF/SDAB/N2004-1539 Date: 22 novembre 2004

NOTE DE SERVICE DAF/SDAB/N2004-1539 Date: 22 novembre 2004 MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PECHE ET DES AFFAIRES RURALES Direction des affaires financières Sous-direction des affaires budgétaires Bureau du budget Adresse : 78, rue de Varenne

Plus en détail

La Caisse nationale de solidarité pour l autonomie, Etablissement public administratif créé par la loi du 30 juin 2004. Recrute

La Caisse nationale de solidarité pour l autonomie, Etablissement public administratif créé par la loi du 30 juin 2004. Recrute La Caisse nationale de solidarité pour l autonomie, Etablissement public administratif créé par la loi du 30 juin 2004 Recrute Le/la directeur(trice) adjoint(e) de l établissement I. Les missions et l

Plus en détail

Responsable d agence

Responsable d agence Responsable d agence La filière certifications de l afpols l école L afpols conçoit et met en œuvre depuis plus de 20 ans des cycles de formations qualifiantes pour répondre aux besoins de professionnaliser

Plus en détail

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Vu l article 52 de la loi n 93-1313 du 20 décembre 1993 relative au travail, à

Plus en détail

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Depuis 2012, un ensemble d actions est engagé au service du renforcement

Plus en détail

N 1967 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 1967 ASSEMBLÉE NATIONALE N 1967 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l'assemblée nationale le 14 octobre 2009. RAPPORT FAIT AU NOM DE LA COMMISSION DES FINANCES,

Plus en détail

AVIS. Vu le décret n 2011-1388 du 28 octobre 2011 modifiant le décret n 2006-1267 du 16 octobre 2006 instituant un Conseil de l'immobilier de l'état ;

AVIS. Vu le décret n 2011-1388 du 28 octobre 2011 modifiant le décret n 2006-1267 du 16 octobre 2006 instituant un Conseil de l'immobilier de l'état ; 2013-29 Séance du 13 novembre 2013 AVIS Sur le suivi et la mise en œuvre du schéma pluriannuel de stratégie immobilière de l Agence de l environnement et de la maîtrise de l énergie (ADEME) Vu le décret

Plus en détail

Convention de partenariat entre la zone de défense et de sécurité Ouest et le Mouvement des Entreprises de France de la région Bretagne

Convention de partenariat entre la zone de défense et de sécurité Ouest et le Mouvement des Entreprises de France de la région Bretagne Convention de partenariat entre la zone de défense et de sécurité Ouest et le Mouvement des Entreprises de France de la région Bretagne entre l Etat, Ministère de la défense représenté par Monsieur le

Plus en détail

NOR : DEV O 08 1 5 9 0 7 C

NOR : DEV O 08 1 5 9 0 7 C REPUBLIQUE FRANCAISE MINISTERE DE L ECOLOGIE, DE L ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE DIRECTION DE L'EAU Sous-Direction de l'action territoriale, De la directive cadre

Plus en détail

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT Introduction Frédéric PETITBON Directeur général délégué, IDRH Les collectivités doivent à la fois respecter des engagements vis-à-vis des citoyens, poursuivre des démarches managériales et tenir compte

Plus en détail

Moderniser la politique immobilière de l État

Moderniser la politique immobilière de l État Cinquante propositions du 30 janvier 2013 30 janvier 2013 Avant propos L État n a longtemps eu aucune politique immobilière. Depuis 2005, d importantes réformes ont été mises en œuvre. Elles ont eu des

Plus en détail

La feuille de route du Gouvernement en matière d ouverture et de partage des données publiques

La feuille de route du Gouvernement en matière d ouverture et de partage des données publiques La feuille de route du Gouvernement en matière d ouverture et de partage des données publiques L ouverture des données publiques, liberté publique et levier d innovation L ouverture des données publiques

Plus en détail

CONSEIL DE L IMMOBILIER DE L ÉTAT

CONSEIL DE L IMMOBILIER DE L ÉTAT 1 JUIN 2006 JUIN 2007 TOUR GAMMA A 193/197, RUE DE BERCY 75582 PARIS CEDEX 12 TÉLÉPHONE : 01 53 18 95 61 TÉLÉCOPIE : 01 53 18 95 90 1 INTRODUCTION Installé le 19 juin 2006 par JeanFrançois Copé, ministre

Plus en détail

Réforme du crédit à la consommation. Statut des enseignants chercheurs. Point sur les États généraux de l outre-mer

Réforme du crédit à la consommation. Statut des enseignants chercheurs. Point sur les États généraux de l outre-mer LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSÉE LE MERCREDI 22 AVRIL 2009 A L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE A DIFFUSÉ LE

Plus en détail

Le budget. de la. Justice

Le budget. de la. Justice Le budget de la Justice 2009 Ministère de la Justice, 13 place Vendôme, 75001 Paris Maquette : Secrétariat Général - SDAC - DICOM Crédits photographiques : Caroline Montagné (DICOM) - Pierrette Nivet (SCERI)

Plus en détail

RELATIONS AVEC LES COLLECTIVITES TERRITORIALES

RELATIONS AVEC LES COLLECTIVITES TERRITORIALES ANALYSE DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSIONS ET PROGRAMMES EXERCICE 2013 RELATIONS AVEC LES COLLECTIVITES TERRITORIALES mai 2014 Mission interministérielle Relations avec les collectivités territoriales

Plus en détail

RAPPORT SUR LE CONTRÔLE INTERNE COMPTABLE ET FINANCIER DE L ÉTAT ET DE SES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS

RAPPORT SUR LE CONTRÔLE INTERNE COMPTABLE ET FINANCIER DE L ÉTAT ET DE SES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E RAPPORT SUR LE CONTRÔLE INTERNE COMPTABLE ET FINANCIER DE L ÉTAT ET DE SES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS 2013 Sommaire de l état et de ses établissements publics 1 Les acteurs

Plus en détail

DECRET N 2014-288. fixant les attributions du Ministre de la Défense Nationale ainsi que l organisation générale de son Ministère.

DECRET N 2014-288. fixant les attributions du Ministre de la Défense Nationale ainsi que l organisation générale de son Ministère. MINISTERE DE LA DEFENSE NATIONALE ------------- DECRET N 2014-288 fixant les attributions du Ministre de la Défense Nationale ainsi que l organisation générale de son Ministère. LE PREMIER MINISTRE, CHEF

Plus en détail

CORRESPONDANTS «HANDICAP» DES MINISTERES

CORRESPONDANTS «HANDICAP» DES MINISTERES Le 4 juin 2015 CORRESPONDANTS «HANDICAP» DES MINISTERES MINISTRES MINISTERES CORRESPONDANT «HANDICAP» TÉLÉPHONE Laurent FABIUS Ministre des Affaires Etrangères et du Développement international Direction

Plus en détail

ATELIER PARISIEN D URBANISME. Le parc de bureaux parisien et son potentiel de transformation

ATELIER PARISIEN D URBANISME. Le parc de bureaux parisien et son potentiel de transformation ATELIER PARISIEN D URBANISME Le parc de bureaux parisien et son potentiel de transformation AVRIL 2015 Directrice de la publication : Dominique Alba Étude réalisée par : François Mohrt Sous la direction

Plus en détail

LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015

LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015 LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015 Institués dès 2000 par l AdCF, au lendemain de la naissance des premières communautés d agglomération issues de la loi Chevènement, le Club des agglomérations et la

Plus en détail

Venez à la rencontre des employeurs du ministère de la Défense et de la fonction publique

Venez à la rencontre des employeurs du ministère de la Défense et de la fonction publique Venez à la rencontre des employeurs du ministère de la Défense et de la fonction publique Cercle Bellecour Quartier Général Frère 22 avenue Leclerc - Lyon 7 e Jeudi 15 novembre 2012 9h30-15h30 PROGRAMME

Plus en détail

BUDGET GÉNÉRAL MISSION MINISTÉRIELLE PROJETS ANNUELS DE PERFORMANCES ANNEXE AU PROJET DE LOI DE FINANCES POUR TRAVAIL ET EMPLOI

BUDGET GÉNÉRAL MISSION MINISTÉRIELLE PROJETS ANNUELS DE PERFORMANCES ANNEXE AU PROJET DE LOI DE FINANCES POUR TRAVAIL ET EMPLOI R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E BUDGET GÉNÉRAL MISSION MINISTÉRIELLE PROJETS ANNUELS DE PERFORMANCES ANNEXE AU PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2015 TRAVAIL ET EMPLOI NOTE EXPLICATIVE Cette annexe

Plus en détail

des programmes ministériels de modernisation et de simplification

des programmes ministériels de modernisation et de simplification Synthèse des programmes ministériels de modernisation et de simplification Premier ministre SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POUR LA MODERNISATION DE L ACTION PUBLIQUE Sommaire Services du Premier ministre.... 3 Ministère

Plus en détail

APPLICATION DU SCHEMA PLURIANNUEL DE STRATEGIE IMMOBILIERE PENDANT LA PERIODE QUINQUENNALE COUVERTE PAR LES SPSI

APPLICATION DU SCHEMA PLURIANNUEL DE STRATEGIE IMMOBILIERE PENDANT LA PERIODE QUINQUENNALE COUVERTE PAR LES SPSI APPLICATION DU SCHEMA PLURIANNUEL DE STRATEGIE IMMOBILIERE PENDANT LA PERIODE QUINQUENNALE COUVERTE PAR LES SPSI Note de présentation des résultats : ayant pour référence 2011, atteints entre 2012 et 2014

Plus en détail

Rapport financier - Exercice 2013

Rapport financier - Exercice 2013 Rapport financier - Exercice 2013 Sommaire Le budget réalisé en 2013 // Résultat de l'exercice 2013 page 4 // Origine des recettes page 4 // Destination des dépenses page 4 Les grands équilibres financiers

Plus en détail

LE REFERENTIEL ACHAT APPLICABLE A COMPTER DU 1 ER JANVIER 2007 A destination des gestionnaires de laboratoires

LE REFERENTIEL ACHAT APPLICABLE A COMPTER DU 1 ER JANVIER 2007 A destination des gestionnaires de laboratoires 1 LE REFERENTIEL ACHAT APPLICABLE A COMPTER DU 1 ER JANVIER 2007 A destination des gestionnaires de laboratoires PREAMBULE Depuis le 1 er janvier 2007, le nouveau système d'information «Budgétaire, Financier

Plus en détail

DREAL. Restructuration et rénovation de l'immeuble Montmorency. Languedoc-Roussillon. Patrick Miane. 07 juin 2012

DREAL. Restructuration et rénovation de l'immeuble Montmorency. Languedoc-Roussillon. Patrick Miane. 07 juin 2012 DREAL Languedoc-Roussillon Restructuration et rénovation de l'immeuble Montmorency Patrick Miane 07 juin 2012 Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du Logement Direction régionale

Plus en détail

DECISION N 401 DU 5 JUIN 2012 PORTANT ORGANISATION DE L ENIM Version consolidée au 1 er juillet 2014

DECISION N 401 DU 5 JUIN 2012 PORTANT ORGANISATION DE L ENIM Version consolidée au 1 er juillet 2014 SOUS-DIRECTION DES AFFAIRES JURIDIQUES Département des Etudes Juridiques DECISION N 401 DU 5 JUIN 2012 PORTANT ORGANISATION DE L ENIM Version consolidée au 1 er juillet 2014 LE DIRECTEUR DE L ETABLISSEMENT

Plus en détail

ANALYSE DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSION ET PROGRAMME EXERCICE 2012 IMMIGRATION, ASILE, INTEGRATION

ANALYSE DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSION ET PROGRAMME EXERCICE 2012 IMMIGRATION, ASILE, INTEGRATION ANALYSE DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSION ET PROGRAMME EXERCICE 2012 IMMIGRATION, ASILE, INTEGRATION MAI 2013 2 COUR DES COMPTES Mission Immigration, asile et intégration Programme 303 Immigration

Plus en détail

AVIS DU CESER Séance plénière du 14 novembre 2014

AVIS DU CESER Séance plénière du 14 novembre 2014 AVIS DU CESER Séance plénière du 14 novembre 2014 Orientations Budgétaires 2015 ORIENTATIONS BUDGÉTAIRES 2015 AVIS SUR LE RAPPORT GÉNÉRAL DU PRÉSIDENT DU CONSEIL RÉGIONAL Président : Patrick TASSIN Séance

Plus en détail

Pour une gestion active du patrimoine

Pour une gestion active du patrimoine Pour une gestion active du patrimoine Présentation CETE du 07-06-2012 1 sommaire 1. Introduction 2. La gestion active du patrimoine : qu est-ce que c est? 3. Une nouvelle organisation 4. Le Plan Stratégique

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Décret n o 2014-444 du 29 avril 2014 relatif au fonds de soutien aux collectivités territoriales et à certains

Plus en détail

Comment surmonter le plafond de verre dans la fonction publique?

Comment surmonter le plafond de verre dans la fonction publique? Premier ministre Ministère des Droits des Femmes Ministère de la Réforme de l État, de la Décentralisation et de la Fonction publique Parcours au féminin Comment surmonter le plafond de verre dans la fonction

Plus en détail

Mesdames et messieurs les préfets de région (pour exécution),

Mesdames et messieurs les préfets de région (pour exécution), Ministère de l écologie, du développement durable, des transports et du logement Ministère du budget, des comptes publics et de la réforme de l Etat Ministère de l intérieur, de l outre-mer, des collectivités

Plus en détail

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Entre L Etat, Représenté par le Préfet de région Et Le Conseil régional Nord-Pas de Calais Représenté

Plus en détail

CONSEIL DES MINISTRES

CONSEIL DES MINISTRES CONSEIL DES MINISTRES LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSEE LE MERCREDI 1 ER AVRIL 2015 À L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA

Plus en détail

L ORGANISATION GENERALE DE LA FONCTION PUBLIQUE

L ORGANISATION GENERALE DE LA FONCTION PUBLIQUE L ORGANISATION GENERALE DE LA FONCTION PUBLIQUE I - LES SOURCES DU DROIT DE LA FONCTION PUBLIQUE A - La Constitution et le bloc de constitutionnalité Certains grands principes du droit de la fonction publique

Plus en détail

Rapport technique n 8 :

Rapport technique n 8 : Modernisation de l action publique Groupe de travail interministériel sur les agences et opérateurs de l Etat Rapport technique n 8 : L'appui des têtes de réseau interministérielles en matière de fonctions

Plus en détail

Le nouveau cadre budgétaire

Le nouveau cadre budgétaire Le nouveau cadre budgétaire Le cadre budgétaire actuel des établissements publics locaux d enseignement remonte aux lois de décentralisation de 1983 et à la création des EPLE en 1985 ; il est décrit dans

Plus en détail

Référence à l Axe de la Charte du Pays : Faire de la qualité de vie un atout du développement durable

Référence à l Axe de la Charte du Pays : Faire de la qualité de vie un atout du développement durable Contrat de territoire2007 203 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour le logement et lutter globalement contre la vacance FICHE

Plus en détail

Réforme de la politique de la ville

Réforme de la politique de la ville 0 4 M A R S 2 0 1 4 / Rédacteur PÔLE TD2S Réforme de la politique de la ville Loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine La loi de «Programmation pour la ville et la cohésion urbaine», promulguée

Plus en détail

Programme national «très haut débit»

Programme national «très haut débit» Liberté. Égalité. Fraternité RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Programme national «très haut débit» - 1 - Sommaire I. ENJEU 3 II. DESCRIPTION GENERALE 4 III. PILOTAGE DU PROGRAMME 4 IV. PHASE DE LANCEMENT DU PROGRAMME

Plus en détail

Éditorial. des ministres

Éditorial. des ministres PROJET STRATÉGIQUE Éditorial des ministres Nous avons souhaité fin 2012 que la douane établisse un projet stratégique à horizon 2018 afin qu elle poursuive son processus d évolution... Les principaux secteurs

Plus en détail