Baromètre de la Performance ÉnergÉtique et environnementale des Bâtiments tertiaires / 2012

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Baromètre de la Performance ÉnergÉtique et environnementale des Bâtiments tertiaires / 2012"

Transcription

1 OID - ObservatOire de l immobilier durable - 212

2 Baromètre de la Performance ÉnergÉtique et environnementale des Bâtiments tertiaires / 212 Pour sa première publication, l observatoire de l immobilier durable présente des indicateurs statistiques représentatifs du patrimoine tertiaire en france, reposant sur un panel de plus de 5 millions de mètres carrés constitué par l ensemble de ses membres. les indicateurs sont calculés sur la base du référentiel 212 de l oid présenté dans ce rapport. ces indicateurs permettront, nous l espérons, d appréhender à sa juste valeur la performance énergétique et environnementale du parc immobilier tertiaire français. Loïs MOULAS Président de l oid

3 CHIFFRES CLÉS 212 un panel de 8 bâtiments tertiaires un analyse sur plus de 5 millions de mètres carrés un traitement en 3 familles 11 typologies de bâtiments des statistiques sur 6 indicateurs à PROPOS DE L OBSERVATOIRE DE L IMMOBILIER DURABLE L Observatoire de l Immobilier Durable est une association indépendante constituée d acteurs privés et publics de l immobilier tertiaire : - mettant en commun et de manière anonyme des données techniques de bâtiments dont l exploitation, selon une méthode uniforme, constitue des indicateurs statistiques représentatifs de la performance énergétique du parc français - permettant à chacun de mesurer la performance d un bâtiment par rapport à l échantillon analysé, d apprécier l impact de l utilisateur sur sa consommation moyenne, et d évaluer son potentiel d amélioration L Observatoire de l Immobilier Durable permet ainsi d optimiser les investissements liés à la rénovation énergétique tout en répondant aux exigences réglementaires.

4 Baromètre de la Performance ÉnergÉtique et environnementale des Bâtiments tertiaires / 212 être MEMBRE DE L OID L OID regroupe des acteurs importants de l immobilier tertiaire, privés et publics, intervenant sur un patrimoine situé pour l essentiel en france. L OID analyse en 212 plus de 5 millions de mètres carrés de bâtiments tertiaires. Les membres sont organisés en 7 collèges Contributeurs collège 1 : grands utilisateurs collège 2 : grands comptes publics collège 3 : Bailleurs privés / sociétés de gestion collège 4 : Bailleurs privés / Propriétaires Être membre de l OID : c est profiter d une base de données indépendante pour pouvoir situer ses bâtiments par rapport à des valeurs cibles c est améliorer à partir des résultats enregistrés pour chaque bâtiment, la qualité de son reporting environnemental c est contribuer à la transparence de la performance environnementale de l immobilier tertiaire en france c est développer des partenariats et des réseaux c est communiquer sur les actions mises en œuvre dans le cadre d une gestion «vertueuse» de son patrimoine Experts collège 5 : conseils immobiliers collège 6 : Professions immobilières Institutionnels collège 7 : organisations professionnelles MEMBRES

5 SOMMAIRE Édito 6 introduction 7 indicateurs oid focus consommation énergétique réelle 1 focus bureaux 11 focus commerces 17 focus logistique 22 immobilier durable : perspectives 23 glossaire 26

6 Baromètre de la Performance ÉnergÉtique et environnementale des Bâtiments tertiaires / 212 ÉDITO À l heure où s organise la rénovation énergétique du parc tertiaire public et privé jusqu à 22, l observatoire de l immobilier durable nous propose ici les premiers indicateurs de son baromètre. cette photographie de l état énergétique d un échantillon de plus de 5 millions de mètres carrés constitue un outil indispensable au service de l action : rénover, améliorer et favoriser la gestion d actifs tertiaires plus sobres en énergie. les travaux de cet observatoire sont essentiels : ils permettront de suivre, à différentes échelles, l évolution de la performance énergétique des actifs tertiaires, l impact des travaux de rénovation, des actions de gestion et d exploitation qui auront été réalisés. cet outil permettra aussi d éclairer les acteurs de l immobilier sur les choix à opérer, la soutenabilité économique des travaux et des actions. il rend compte de démarches exemplaires et de la motivation de ceux qui les portent. après avoir soutenu la création de l observatoire de l immobilier durable et le dynamisme de ses membres, le Plan Bâtiment durable se réjouit de la publication de ce 1 er baromètre et encourage les professionnels à rejoindre cette action collective et efficace en faveur de la transition énergétique des immeubles tertiaires. ensemble, mesurons le chemin parcouru! les objectifs de réduction de -38% à l horizon 22 sont à notre portée. Jérôme GAtIer directeur du Plan Bâtiment durable 6

7 InTRODUCTIOn La méthodologie : «s appuyer sur le reporting des membres» la constitution de la base de données de l oid repose sur une méthode fiable déroulée en trois étapes : 1 - les membres adressent annuellement au gestionnaire de la base de données une fiche d informations ciblées sur leurs bâtiments. 2 - le gestionnaire après analyse émet un avis sur leur recevabilité et intègre in fine les données à la base. 3 - le gestionnaire remet alors à chaque membre une fiche par bâtiment ainsi qu un rapport consolidant l ensemble du parc analysé. ADhésIOn OID FIChE InFORmAtIquE PAtRImOInE AnALysE CRItIquE transmission DEs DOnnéEs REvuE technique IntégRAtIOn à LA base DE DOnnéEs émission D un RAPPORt DE benchmark le membre de l Oid le gestionnaire de la base de données Les indicateurs : «optimiser la comparabilité» en 212, l oid analyse 6 indicateurs - obtenus à partir de données arrêtées au 31/12/211 - qui sont : La Consommation Energétique Réelle tous usages exprimée en énergie primaire par mètre carré et par an La Performance Energétique Intrinsèque exprimée par la note carbonscreen 1 de à 1 Le Coût Financier de l énergie et de l eau exprimé en hors tva par mètre carré et par an l indicateur de Changement Climatique exprimé en kg co2e par mètre carré et par an, correspondant aux émissions de gaz à effet de serre (ges) dûes aux consommations énergétiques du bâtiment L Eau consommée exprimée en mètres cubes par mètre carré et par an Les Déchets générés exprimés en kilos par mètre carré et par an Les indicateurs et les unités utilisés par l OID suivent les recommandations de l EPRA 2 issues du travail de synthèse réalisé au niveau européen sur les indicateurs proposés par le gri cress 3. les indicateurs sont exprimés en ratios de surface selon les unités métriques conformes aux dispositions réglementaires françaises 4. Les unités des indicateurs peuvent varier en fonction des typologies, notamment pour les centres commerciaux. Le périmètre de calcul et les unités utilisés sont notifiés en annexe de ce rapport. Conformément aux recommandations de l EPRA 5, pour une même typologie ou une même famille de bâtiments, les indicateurs sont la somme des flux (kwh, Kg, m 3 ) divisée par la somme des surfaces. 1 La note CarbonScreen est un indicateur de performance développé et utilisé par des acteurs de référence de l immobilier d entreprise 2 Source : EPRA Best Practices Recommendations on Sustainability Reporting 3 Source : The Global Reporting Initiative s Construction and Real Estate Sector Supplement 4 Source : Arrêté du 18 avril 212 pour les centres commerciaux et arrêté du 15 septembre 26 pour les autres typologies

8 Baromètre de la Performance ÉnergÉtique et environnementale des Bâtiments tertiaires / 212 Le périmètre 212 : «établir des typologies par leviers d amélioration» en 212, le groupe de travail «Baromètre 212» de l oid a retenu 11 typologies de bâtiments, représentatives du marché. chaque typologie d actif présente des spécificités dont il est indispensable de tenir compte lors de la présentation d indicateurs : La famille bureaux est décomposée par année de construction La famille Commerces a été décomposée en 2 catégories afin de bien différencier les indicateurs des centres commerciaux 6 (périmètre bailleur) et ceux des utilisateurs des bâtiments (périmètre preneur), qui sont calculés par des méthodes réglementaires différentes et donc non comparables. le périmètre preneur est luimême classé par typologie d activité commerciale conformément à la nomenclature de l insee 7 (surface alimentaire ou spécialisée) les typologies telles que les ephad 8, équipements publics ou locaux d activité n ont pas été retenues cette année. bureaux COmmERCEs LOgIstIquE Périmètre bailleur Périmètre preneur bureaux Haussmaniens Centres commerciaux Petits commerces logistique bureaux <197 bureaux années 198 Grandes surfaces alimentaires Grandes surfaces spécialisées bureaux années 199 bureaux années 2 bureaux années 25 La base de données : «être représentatif du patrimoine tertiaire immobilier en France» La base de données de l OID est constituée d un panel de plus de 5 millions de mètres carrés, soit plus de 8 bâtiments tertiaires représentatifs du parc immobilier tertiaire en france. la comparabilité des indicateurs et leur robustesse sont mesurées par une note spécifique 9. Généralement, un indicateur statistique devient robuste à partir d un échantillon de plus de 3 bâtiments mesurés selon le référentiel de l oid Seuls les indicateurs statistiques avec une note de comparabilité de 1% sont présentés dans ce rapport 7% 3% 14% 24% 17% 18% 31% 39% 8 bureaux Commerces 73% 37% logistique autres 6 Source : arrêté du 18 avril 212 relatif au périmètre à prendre en compte pour un centre commercial 7 8 E PHAD : Etablissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes 9 La note de comparabilité est définie en annexe de ce rapport 37% / 2 m 2 5 / 1 m 2 Paris régions 2 / 5 m 2 > 1 m 2 ile-de-france

9 InDICATEURS OID 212 Les 6 indicateurs OID 212 de la famille bureaux présentent une comparabilité de 1%. Pour les familles commerces et logistique, le reporting sur les quantitatifs de déchets ne permet pas, en 212, de proposer d indicateurs fiables et comparables à 1%. La généralisation de l annexe environnementale, et l exploitation des pratiques de reporting extra financier permettront à l oid dans les années à venir, de présenter pour toutes les familles et leurs typologies les indicateurs eau et déchets. Indicateurs statistiques 212 de l OID pour la famille bureaux CONsOmmatiON réelle 47 kwh ep /m 2.an SU PerFOrmaNCe ÉNerGÉtiQue intrinsèque 48 sur 1 COÛt FiNaNCier 18,5 e Ht/m 2.an SU CHaNGemeNt ClimatiQue 25,4 kg CO2e /m 2.an SU eau,455 m 3 /m 2.an SU déchet 7 kg/m 2.an SU Indicateurs statistiques 212 de l OID pour la famille commerces Périmètre bailleur CONsOmmatiON réelle 191 PerFOrmaNCe ÉNerGÉtiQue intrinsèque 44 COÛt FiNaNCier 9,1 CHaNGemeNt ClimatiQue 1,9 eau déchet nc nc kwh ep /m 2.an GLA+Sth sur 1 e Ht/m 2.an GLA+Sth kg CO2e /m 2.an GLA+Sth m 3 /m 2.an GLA+Sth kg/m 2.an GLA+Sth Périmètre preneur CONsOmmatiON réelle 537 kwh ep /m 2.an SU PerFOrmaNCe ÉNerGÉtiQue intrinsèque 45 sur 1 COÛt FiNaNCier 19,1 e Ht/m 2.an SU CHaNGemeNt ClimatiQue 32,7 kg CO2e /m 2.an SU eau,355 m 3 /m 2.an SU déchet nc kg/m 2.an SU Indicateurs statistiques 212 de l OID pour la famille logistique CONsOmmatiON réelle 163 kwh ep /m 2.an SU PerFOrmaNCe ÉNerGÉtiQue intrinsèque 39 sur 1 COÛt FiNaNCier 9,1 e Ht/m 2.an SU CHaNGemeNt ClimatiQue 14,8 kg CO2e /m 2.an SU eau,245 m 3 /m 2.an SU déchet nc kg/m 2.an SU 9

10 Baromètre de la Performance ÉnergÉtique et environnementale des Bâtiments tertiaires / 212 FOCUS 212 SUR LA COnSOMMATIOn ÉnERGÉTIQUE RÉELLE répartition 212 des bâtiments sur l étiquette énergie de l échelle DPe pour la famille bureaux bâtiment économe A 51 à 11 B 111 à 21 C 211 à 35 D 351 à 54 e 541 à 75 F > 75 G bâtiment énergivore kwh ep /m 2.an su 4,2% 4,2% 22,5% 15,5% dpe pour les bâtiments à usage de bureaux 53,5% répartition 212 des bâtiments sur l étiquette énergie de l échelle DPe pour la famille commerces Périmètre bailleur bâtiment économe 8 A 81 à 12 B 121 à 18 C 181 à 23 D 231 à 33 e 331 à 45 F > 45 G bâtiment énergivore kwh ep /m 2.an Gla+sth en nombre en nombre 2,9% 2,9% 17,6% 23,5% 23,5% 29,4% dpe pour les centres commerciaux Périmètre preneur bâtiment économe 3 A 31 à 9 B dpe pour les autres bâtiments tertiaires 91 à 17 C 171 à 27 D 271 à 38 e 381 à 51 F > 51 G bâtiment énergivore kwh ep /m 2.an su en nombre 5,1% 1,3% 1,3% 25,6% 48,7% répartition 212 des bâtiments sur l étiquette énergie de l échelle DPe pour la famille logistique bâtiment économe 3 A 31 à 9 B 91 à 17 C 171 à 27 D 271 à 38 e 381 à 51 F > 51 G bâtiment énergivore kwh ep /m 2.an su en nombre 3,7% 3,7% 18,5% 18,5% 25,9% 29,6% dpe pour les autres bâtiments tertiaires

11 FOCUS 212 FAMILLE BUREAUx Indicateurs OID 212 pour la famille bureaux Les bureaux sont classés selon six typologies déterminées en fonction de leur date de construction. cette classification prend donc en compte les normes constructives ou la réglementation thermique en vigueur lors de leur réalisation. BUreAUx bureaux années 25 bureaux années 2 bureaux années 199 bureaux années 198 bureaux < 197 bureaux HaussmaNieNs Indicateurs OID 212 par typologie Consommation Énergétique réelle - kwh ep /m 2.an SU REFERENCE OID et GRI - Énergie par m² de surface utile : GRI CRE1 BUreAUx bureaux années 25 bureaux années 2 bureaux années 199 bureaux années 198 bureaux < 197 bureaux HaussmaNieNs Performance Énergétique Intrinsèque sur REFERENCE OID - NOTE CARBONSCREEN sur une échelle de à 1 BUreAUx bureaux années 25 bureaux années 2 bureaux années 199 bureaux années 198 bureaux < 197 bureaux HaussmaNieNs Coût Financier - e Ht/m 2.an SU 18,47 16,79 17,71 16,5 23,6 19,39 2, REFERENCE OID - Indicateur de coût financier par m² BUreAUx bureaux années 25 bureaux années 2 bureaux années 199 bureaux années 198 bureaux < 197 bureaux HaussmaNieNs Changement Climatique - kg CO2e /m 2.an SU 25,4 17,7 22,2 2,4 29,1 36,3 34, REFERENCES OID et GRI - Emissions de CO2 par m² de surface utile: GRI CRE3 Variation des indicateurs et analyse En 212, les trois principaux facteurs de variation des indicateurs de la famille bureaux sont : la qualité intrinsèque du bâtiment, la part d utilisation de l électricité pour les besoins de chauffage et le système de gestion des équipements. Les flux d eau et de déchets ne variant pas, leur analyse par typologie ne présente peu ou pas d intérêt.

12 Baromètre de la Performance ÉnergÉtique et environnementale des Bâtiments tertiaires / 212 Focus sur la Performance energétique Intrinsèque La performance énergétique d un bâtiment dépend de sa performance intrinsèque, de la performance de son utilisation et de la qualité de son exploitation Les réglementations thermiques successives ont permis de diminuer les consommations énergétiques réelles pour atteindre une moyenne sur les 5 usages principaux de l ordre de 1 kwh EP /m².an sur une moyenne située à 47 kwh EP /m 2.an tous usages confondus Consommation énergétique réelle et performance énergétique intrinsèque Il est aujourd hui communément admis que la performance énergétique intrinsèque d un bâtiment ne reflète pas sa performance énergétique réelle. l abaque ci-contre montre l évolution de la moyenne des consommations réelles sur plus de 8 bâtiments par rapport à l évolution de la performance intrinsèque évaluée avec l indicateur carbonscreen de à 1. pour une «passoire» thermique 1 pour un bâtiment à énergie positive La note Carbonscreen et la performance énergétique intrinsèque CONsOmmatiON ÉNerGÉtiQue réelle kwh ep /m².an Bâtiments énergivores PerFrOmaNCe ÉNerGÉtiQue intrinsèque % des bâtiments Bâtiments économes Il existe différents moyens pour calculer la performance intrinsèque - la simulation thermique Dynamique, le calcul réglementaire et la note Carbonscreen, - qui ont toutes pour finalité la mesure du niveau de performance énergétique d un bâtiment indépendamment de l utilisation et de l exploitation qui en sont faites. Pour l OID, le choix s est porté sur la note Carbonscreen dans une logique d harmonisation de la performance énergétique intrinsèque. la note carbonscreen n est pas mesurée en kwhep/m².an pour éviter les risques de confusion, c est un indicateur numérique établi sur une échelle de à 1. les données prises en compte visent le bâti et les équipements du site. elles sont récupérables dans tout inventaire technique rendu obligatoire par exemple par le décret sur l annexe environnementale. la note carbonscreen prend en compte trois facteurs : le cycle de rénovation, les évolutions technologiques et la date de construction du bâtiment. bâti murs toiture PLAnChER note EnvELOPPE Source - SINTEO 211 OuvRAnt sud nord Est OuEst PERFORmAnCE IntRInsèquE note CvC ChAuFFAgE ventilation CLImAtIsAtIOn note AutREs EAu ChAuDE sanitaire éclairage énergies REnOuvAbLEs CIRCuLAtIOns verticales

13 typologie «Bureaux Haussmanniens» La typologie bureaux haussmanniens est composée de bâtiments à usage principal de bureaux, dont la date de construction est bien évidemment antérieure à toute réglementation thermique. les bureaux haussmanniens présentent des consommations supérieures à la moyenne des bureaux. on peut distinguer les bâtiments ayant fait l objet d une rénovation avant l apparition de la réglementation thermique de 1988 du fait qu ils présentent généralement un fort gisement d économies d énergie 1. Caractéristiques principales Les équipements de chauffage les plus fréquemment utilisés, plus de 75%, sont des systèmes aux énergies fossiles (gaz, fuel) ou raccordés sur le réseau urbain Bien que présentant une performance intrinsèque faible, les bâtiments haussmanniens, le plus souvent mitoyens et monolithes, ont de faibles déperditions thermiques variation des indicateurs et analyse La Consommation énergétique Réelle est inférieure à la moyenne, ce qui est principalement dû au ratio énergie finale sur énergie primaire plutôt favorable au gaz 11. en effet, à périmètre équivalent en tout électrique, la consommation energétique réelle serait supérieure de 38%, soit 6 kwhep/m².an L indicateur de Coût Financier est supérieur à la moyenne, conséquence du coût plus important du kwh d énergie fourni par le réseau urbain un indicateur de Changement Climatique supérieur de 37% à la moyenne du fait des émissions importantes de l énergie fournie par les réseaux urbains de vapeur et de gaz de ville. À titre d exemple, les émissions de 1 kwhef de cpcu sont de,195 kgcoe pour,234 kgcoe pour 1 kwhef de gaz 12 et,84 kgcoe pour l électricité typologie «Bureaux avant 197» La typologie bureaux avant 197 est composée de bâtiments à usage principal de bureaux, construits avant les années 7. ils ne sont par conséquent soumis à aucune réglementation thermique. la qualité de leur bâti est variable mais les équipements techniques sont généralement de bonne qualité du fait de leur remplacement récent en raison d une durée de vie limite atteinte. Caractéristiques principales Les équipements ont souvent été remplacés récemment, un des principaux leviers d amélioration réside donc dans la rénovation du bâti L énergie fossile gaz pour le chauffage est utilisée dans plus de 6% des bâtiments variation des indicateurs et analyse Les indicateurs de Consommation énergétique Réelle et de Coût Financier pour cette typologie sont les plus élevés de la famille bureaux. les écarts s expliquent par la performance médiocre du bâti. À titre d exemple, le cœfficient moyen des déperditions thermiques 13 d un projet soumis à la rt 25 est de.64 et, de 1,55 en moyenne pour les bureaux des années 197 La Performance énergétique Intrinsèque moyenne est évaluée à 4 sur l échelle Carbonscreen. ce résultat confirme les conséquences de l absence de toute réglementation thermique lors de la construction des bâtiments de cette typologie. L indicateur de Changement Climatique est élevé en raison de la mauvaise qualité de l enveloppe et de l utilisation plus fréquente de chaudières à gaz 1 Les enseignements de la cartographie énergétique d un parc tertiaire 11 Cf. Glossaire 12 Arrêté du 11 octobre 21 relatif au Diagnostic de Performance Energétique 13 Ce coefficient est calculé selon la méthode TH-C-E-ex, arrêté du 13 juin 28 relatif à la performance énergétique des bâtiments existants

14 Baromètre de la Performance ÉnergÉtique et environnementale des Bâtiments tertiaires / 212 typologie «Bureaux années 198» La typologie bureaux années 198 est composée de bâtiments à usage principal de bureaux, construits dans les années 8, et par conséquent soumis à la réglementation thermique de cette réglementation thermique privilégiait plutôt le traitement des déperditions thermiques, avec l apparition du cœfficient g1, plutôt que l efficacité des équipements techniques*. Caractéristiques principales Les bâtiments non rénovés se distinguent par l absence de systèmes de gestion de la cvc, favorisant ainsi les pics de surconsommations L isolation est plus performante et l utilisation du chauffage au gaz est en régression par rapport à la typologie des bureaux construits avant 7. en effet, plus de 6% des équipements de chauffage sont électriques variation des indicateurs et analyse Les indicateurs de Consommation énergétique Réelle et de Performance énergétique Intrinsèque s améliorent de 2% et 5% par rapport à ceux de la typologie qui précède. les effets de la réglementation thermique 76 ne se font pas encore totalement ressentir L indicateur de Changement Climatique chute d environ 2% tandis que l indicateur de coût financier augmente de 2%, conséquence directe de la plus grande utilisation de l électricité pour les besoins de chauffage *Source : arrêté du 12 mars 1976 relatif à l isolation thermique des bâtiments autres que les bâtiments d habitation. La certification : un outil parmi d autres pour une bonne exploitation environnementale Lionel COULOS directeur sécurité environnement nexity services immobiliers Le 32 blanche : une prouesse architecturale et technique au service du développement durable. les équipes de Property management de nexity ont mis en place la démarche Hqe exploitation au 32 Blanche pour valoriser les pratiques vertueuses et durables de cet immeuble emblématique. l approche a été riche et complète dans les thématiques traitées : mobilité et déplacements, biodiversité, gestion de l eau, gestion de l énergie, confort et santé des utilisateurs. au 32 Blanche, sur les 14 cibles de la démarche Hqe exploitation, 1 sont Performantes ou très Performantes, grâce notamment à : Une programmation de la température en fonction de l occupation des locaux La production de l eau chaude du restaurant par panneaux solaires Un suivi fin des équipements en temps réel par un «energy manager» Des équipements hydro-économes l immeuble est parfaitement intégré à son environnement aussi bien en termes de transports en commun grâce à une bonne desserte, qu en termes de biodiversité avec ses terrasses végétalisées et son protocole d entretien des espaces verts qui permet au biotope de s y développer. cette démarche est assortie d un pilotage adapté, avec des indicateurs et des objectifs précis sur les prestations. ils sont suivis par des procédures de contrôles mensuels spécifiques avec l appui d une plateforme collaborative internet (fm up). cette certification est le fruit d un parti architectural exceptionnel et d une démarche de gestion cohérente, imaginative et volontariste.

15 typologie «Bureaux années 199» La typologie bureaux années 199 est composée de bâtiments à usage principal de bureaux, dont la construction a été soumise à la réglementation thermique de cette réglementation est nettement plus contraignante que la précédente : elle oblige à nouveau une diminution des déperditions thermiques, avec le cœfficient gv, et fixe de nouvelles exigences pour la performance des équipements de chauffage avec le nouveau cœfficient Bv 14. Caractéristiques principales L électricité, avec une couverture de plus de 8% se substitue au gaz comme énergie de référence pour les besoins en chauffage Les systèmes de gestion commencent à apparaitre, notamment pour les équipements de ventilation, systèmes permettant : la programmation horaire, la variation électronique de vitesse variation des indicateurs et analyse La diminution progressive des indicateurs de Consommation énergétique Réelle et de Performance Intrinsèque s accélèrent et passent au dessous de 5% de la valeur moyenne établie pour la famille bureaux L indicateur de Coût Financier s établit à 16,5 Ht/m².an Avec un résultat inférieur de 2% par rapport à la moyenne, l indicateur de changement climatique présente une des valeurs les plus faibles, conséquence d une plus grande utilisation de l énergie électrique typologie «Bureaux années 2» La typologie bureaux années 2 prend en compte les bâtiments à usage principal de bureaux, dont le dépôt de permis de construire a été effectué après le 1 er juin 21. ces bâtiments ont été par conséquent soumis à la Réglementation thermique de 2. d une manière générale, ils sont situés en zone péri urbaine et se caractérisent par de grandes surfaces vitrées en façades. outre l amélioration des équipements et du bâti, la réglementation thermique de 2 soumet ces bâtiments à de nouvelles exigences pour ce qui concerne les systèmes de gestion de la cvc et de l éclairage. Caractéristiques principales Avec l intégration de ces nouveaux systèmes de gestion, ces bâtiments de bureaux proposent une réelle innovation. cependant, le manque de formation des exploitants et l absence de recul sur les technologies utilisées ont eu un effet à la hausse considérable sur les consommations énergétiques Les équipements de CVC sont généralement surdimensionnés L enveloppe thermique des bâtiments continue à s améliorer On constate un retour au gaz pour les équipements de chauffage et une nette amélioration du rendement des équipements, notamment sur les chaudières et les systèmes thermodynamiques (pompes à chaleur, drv ) variation des indicateurs et analyse L indicateur de Consommation énergétique Réelle est en hausse par rapport à celui des typologies précédentes alors qu il devrait afficher une baisse en rapport avec l amélioration de l indicateur de Performance intrinsèque des bâtiments. Avec ceux des années 197, ce sont les bâtiments les plus énergivores Malgré une augmentation des consommations d énergie réelles de 2%, l indicateur de coût financier augmente seulement de 6%, conséquence d un retour progressif de l utilisation pour le chauffage du gaz L indicateur de Changement Climatique est en augmentation par rapport aux typologies des années 199 mais reste cependant inférieur à la moyenne établie pour la famille bureaux 14 Source : arrêté du 13 avril 1988 relatif aux équipements et aux caractéristiques thermiques dans les bâtiments à usage de bureaux ou de commerces

16 Baromètre de la Performance ÉnergÉtique et environnementale des Bâtiments tertiaires / 212 typologie «Bureaux années 25» La typologie bureaux années 25 est composée de bâtiments à usage principal de bureaux, construits à la fin des années 2 (dépôt de permis de construire après le 1 er septembre 26), et par conséquent soumis à la réglementation thermique de 25. cette réglementation tire les enseignements de la réglementation thermique 2 sur les questions de gestion des équipements et se caractérise par l augmentation du niveau de performance de l enveloppe et des équipements. Caractéristiques principales D une manière générale, la gestion et la programmation des équipements sont plus performantes variation des indicateurs et analyse L indicateur de Consommation énergétique Réelle, avec une valeur inférieure de 1% à la valeur moyenne de la famille bureaux, est le plus bas de toutes les typologies étudiées Avec celle des années 2, c est la typologie qui enregistre la meilleure évaluation de la Performance Énergétique intrinsèque On constate également les niveaux les plus bas pour les indicateurs de changement climatique et de coût financier Les bâtiments neufs : une performance intrinsèque excellente et des enjeux sociaux et environnementaux innovants Nicolas de SAINt-MAUrICe directeur des montages et développements, tour eiffel asset management, groupe société de la tour eiffel la société de la tour eiffel développe son patrimoine dans un fort souci de responsabilité et de pérennité. ainsi Eiffel O², le dernier né de la foncière, en cours de développement et situé à montrouge développera en mars 213 une surface de 5.2 m² de bureaux. il fait l objet d une double démarche de certification bbc et breeam «very good» et constitue aussi l un des premiers immeubles en france à obtenir le label Oxygen, développé par le groupe vinci construction. outre d excellentes performances énergétiques avec une consommation cible de 65 kwh ep /m².an sur les usages primaires, Eiffel O² intègre aussi des critères sociaux et environnementaux innovants. le chantier fait notamment l objet d un bilan carbone, d un contrôle continu du respect des engagements sociaux des entreprises intervenant sur site. enfin, l utilisateur sera accompagné dans la prise en main et l exploitation du bâtiment par un système de capteurs communicant en temps réel. la société de la tour eiffel s implique ainsi dans le contrôle et le suivi des consommations de ses actifs, démarche qui rencontre une demande grandissante des utilisateurs, désireux de mieux connaitre, suivre et maîtriser leurs consommations.

17 L Immobilier Durable : vers une notation IsR Sandrine LAFON-CeyrAL responsable de l asset management amundi immobilier amundi immobilier a placé depuis plus de 2 ans l isr au cœur de ses préoccupations. en effet, la société de gestion mène une action engagée d application des critères de l investissement socialement responsable à la classe des actifs immobiliers. cette démarche a été initiée par la création d un modèle d évaluation énergétique et environnementale propre à amundi immobilier en partenariat avec la société sinteo. l application de ce modèle au parc immobilier sous gestion a permis de dégager une vision exhaustive du parc sous gestion et de répondre aux attentes des lois grenelle 1 et 2 et travaux de place. forts de ces enseignements et de la conviction que l isr se positionne désormais au centre des orientations d investissement de tous les acteurs, il nous est apparu important de compléter cette démarche environnementale par les volets sociaux, sociétaux et de gouvernance permettant à nos clients et partenaires d investir de manière responsable dans toutes les classes d actifs. amundi immobilier a souhaité mettre en oeuvre un outil précis et exhaustif fondé sur des critères stricts permettant aux investisseurs de bien appréhender les paramètres de l actif immobilier sous-jacent, de la structure de détention et de la société de gestion. l investisseur est alors en mesure d acquérir un actif aux axes de progrès pré-identifiés, bénéficiant d une performance long terme en amélioration de risques d obsolescence en voie de réduction et partant, l ensemble des acteurs et parties prenantes sont responsabilisés. Pour ce faire, amundi immobilier s appuie sur l expertise isr du groupe amundi afin d établir une notation isr comparable à celle des autres classes d actifs. cette démarche globale fait l objet d une certification par un auditeur tiers. FOCUS 212 FAMILLE COMMERCES Indicateurs OID 212 pour la famille commerces sur le périmètre bailleur La typologie Centres Commerciaux est composée de bâtiments regroupant un ensemble d au moins 2 magasins et services, et totalisant une surface commerciale utile (dite surface gla) minimale de 5 m². ces bâtiments sont conçus, réalisés et gérés comme une entité autonome. la typologie centres commerciaux sur le périmètre bailleur est conforme à la définition du cncc 15, elle regroupe les différentes catégories de centres commerciaux définies par ce dernier. À ce titre, les indicateurs énergétiques et environnementaux de cette typologie ne concernent que les surfaces des parties communes et privativestpourvues d un mode commun de chauffage, de refroidissement ou de production d eau chaude sanitaire, auxquelles des énergies sont délivrées par le gestionnaire de l ensemble immobilier. ce périmètre est conforme à l arrêté du 18 avril 212, qui s inspire des recommandations de l epra et du supplément sectoriel immobilier gri cress, relatif au diagnostic de performance énergétique pour des centres commerciaux. 15 Source : Conseil National des Centres Commerciaux -

18 Baromètre de la Performance ÉnergÉtique et environnementale des Bâtiments tertiaires / 212 Indicateurs OID 212 sur le périmètre bailleur CeNtres COmmerCiaux Consommation Énergétique réelle - kwh ep /m 2 GLA+Sth.an REFERENCE GRI - Énergie par m² de surface utile : GRI CRE1 CeNtres COmmerCiaux Performance Énergétique Intrinsèque sur REFERENCE OID - NOTE CARBONSCREEN sur une échelle de à 1 CeNtres COmmerCiaux Coût Financier - e Ht/m 2 GLA+Sth.an 9, REFERENCE OID - Indicateur de coût financier par m² CeNtres COmmerCiaux Changement Climatique - kg CO2e /m 2 GLA+Sth.an 1, REFERENCES GRI - Emissions de CO2 par m² de surface utile: GRI CRE La problématique de la gestion énergétique d un centre commercial est rendue plus complexe par l indépendance énergétique de chaque preneur du centre et par une intensité d usage du bâtiment supérieure liée au flux important de visiteurs. Le déploiement du bail vert permettra une meilleure connaissance de la performance globale des centres, et d orienter efficacement les actions d amélioration énergétique et environnementale. Maxime LANQUetUIt responsable du développement durable altarea cogedim sur cet enjeu, altarea cogedim a lancé deux actions complémentaires en 212 pour améliorer l empreinte environnementale de son patrimoine immobilier. la première d entre elles a trait à la réalisation d audits énergétiques qui permettent d élaborer des bilans in situ de l énergie consommée pour chaque actif, en analysant notamment le bâti, les équipements techniques et la gestion opérationnelle. différents scénari et préconisations permettent de définir un plan d actions à court, moyen et long termes, allant du pilotage énergétique à l optimisation voir au renouvellement des équipements techniques et jusqu à des préconisations thermiques relatives à la prochaine rénovation globale du centre commercial. cette première action concernera l ensemble du patrimoine d altarea cogedim en 212 et 213. en parallèle, nous avons engagé le développement d un système de management environnemental d exploitation, qui sera déployé sur le patrimoine commercial avant fin 213. celui-ci permettra une amélioration progressive de la performance environnementale, et donc de la performance énergétique des centres via la généralisation des meilleures pratiques de reporting et d exploitation. l association de ces deux actions a pour ambition d améliorer en continu les performances environnementales de nos actifs et de nous permettre d atteindre les objectifs fixés à savoir 22% de réduction de consommation énergétique et 24% de diminution d émissions de gaz à effet de serre d ici à 215.

19 Indicateurs OID 212 pour la famille commerces sur le périmètre preneur les typologies de la famille commerces sur le périmètre preneur suivent les définitions et la nomenclature de l insee pour les surfaces de commerces en france. deux caractéristiques principales ont un impact sur l intensité énergétique de ces typologies : La présence ou non d une activité de commerce alimentaire ; L intégration du site où se tient l activité commerciale dans un bâtiment ou un centre commercial accueillant d autres activités. Indicateurs OID 212 sur le périmètre preneur COMMerCeS GraNdes surfaces spécialisées GraNdes surfaces alimentaires Petits COmmerCes Consommation Énergétique réelle - kwh ep /m 2.an SU REFERENCE GRI - Énergie par m² de surface utile : GRI CRE1 COMMerCeS GraNdes surfaces spécialisées GraNdes surfaces alimentaires Petits COmmerCes Performance Énergétique Intrinsèque sur REFERENCE OID - NOTE CARBONSCREEN sur une échelle de à 1 COMMerCeS GraNdes surfaces spécialisées GraNdes surfaces alimentaires Petits COmmerCes Coût Financier - e Ht/m 2.an SU REFERENCE OID - Indicateur de coût financier par m² COMMerCeS GraNdes surfaces spécialisées GraNdes surfaces alimentaires Petits COmmerCes Changement Climatique - kg CO2e /m 2.an SU REFERENCES GRI - Emissions de CO2 par m² de surface utile: GRI CRE3

20 Baromètre de la Performance ÉnergÉtique et environnementale des Bâtiments tertiaires / 212 typologie «Petits Commerces» La typologie Petits Commerces comprend les commerces de pieds d immeubles (cpi) ainsi que les commerces spécialisés (non alimentaires) situés dans des centres commerciaux. ces commerces sont pour leur grande majorité des surfaces inférieures à 2 5 m². la réglementation thermique appliquée à ces bâtiments varie suivant leur date de construction, cependant elle influe dans une moindre mesure sur les indicateurs énergétiques et environnementaux de cette typologie. Caractéristiques principales Il est nécessaire de distinguer les commerces dits indépendants de ceux exploités par des grandes enseignes. celles-ci ont mis au point, au cours des dernières années, des cahiers des charges de rénovation et de bonne exploitation prenant en compte les critères de performance énergétique. on constate donc sur le terrain une meilleure sensibilisation et une plus grande qualité des équipements techniques et de leurs régulations Pour autant, les commerces sont tous soumis aux contraintes suivantes : - la visibilité commerciale : éclairage et vitrines, - le confort thermique d un nombre important de visiteurs, - la dépendance technique vis-à-vis des des caractéristiques du bâtiment où ils se situent. variation des indicateurs et analyse La Consommation Energétique Réelle des petits commerces est la plus faible des trois typologies L indicateur de Performance Energétique Intrinsèque est faible, en effet il est impacté par l importance de la surface vitrée au regard de la surface de vente. Par ailleurs, les petits commerces situés en centre ville sont implantés dans des bâtiments souvent construits avant la réglementation thermique de 1976 L indicateur de Changement Climatique est faible. en effet, les consommations énergétiques sont faibles, notamment celles des usages de chauffage typologie «Grandes Surfaces Alimentaires» La typologie grandes surfaces Alimentaires comprend les hypermarchés, les supermarchés et les superettes hors commerces de pieds d immeubles. ces surfaces sont généralement intégrées dans un centre commercial mais elles peuvent aussi être indépendantes. cette typologie est composée de bâtiments à usage principal de commerces qui propose un assortiment à dominante alimentaire. Caractéristiques principales Les meubles frigorifiques représentent jusqu à 7% des besoins énergétiques, ce poste important limite la comparaison avec les autres typologies Cependant, depuis 212, les commerçants ont fait le choix de s engager à fermer, d ici 22, 75% des meubles frigorifiques. cet engagement devrait permettre une économie directe de 2% des consommations d énergie, soit 2 kwh ep /m².an variation des indicateurs et analyse La Consommation énergétique Réelle des grandes surfaces alimentaires n est pas comparable aux autres consommations de la famille commerces car elle est due pour plus de 5 % aux meubles frigorifiques L indicateur de Performance énergétique Intrinsèque correspond au niveau de la réglementation thermique 1988 Les indicateurs de Coût Financier et de Changement Climatique sont conformes au niveau de la consommation Énergétique réelle pour une utilisation à plus de 8% d électricité

Club Développement Durable Arseg

Club Développement Durable Arseg Club Développement Durable Arseg Plan Bâtiment Grenelle et la rénovation énergétique du tertiaire 5 juillet 2011 1. Sinteo en quelques mots 2. La réglementation Grenelle dans le tertiaire privé 3. Les

Plus en détail

Article225: Guide sectoriel CNCC Audition plateforme RSE, 20 février 2014

Article225: Guide sectoriel CNCC Audition plateforme RSE, 20 février 2014 Article225: Guide sectoriel CNCC Audition plateforme RSE, 20 février 2014 Jean-Michel Silberstein Délégué Général CNCC Christophe Garot CNCC UNIBAIL-RODAMCO Le CNCC Le CNCC, Conseil National des Centres

Plus en détail

Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments

Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments OBJECTIF : PUBLIC CONCERNÉ : Acquérir les méthodes de management des opérations HQE Maîtrise d Ouvrage, Assistants au Maître d Ouvrage, Architectes

Plus en détail

Dispositifs financiers et fiscaux d'incitation à l'amélioration de la performance thermique des bâtiments. Introduction CAHORS. 21 janvier 2010 DDT 46

Dispositifs financiers et fiscaux d'incitation à l'amélioration de la performance thermique des bâtiments. Introduction CAHORS. 21 janvier 2010 DDT 46 CAHORS 21 janvier 2010 DDT 46 Dispositifs financiers et fiscaux d'incitation à l'amélioration de la performance thermique des bâtiments Introduction Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION

OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION 2 SOMMAIRE INTRODUCTION 3 PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE ET ÉMISSION DE GAZ À EFFET DE SERRE 4 LA CONSOMMATION D ÉNERGIE

Plus en détail

Gestion Technique du Bâtiment & Protocole KNX. Vs Performance Energétique et Bâtiments Passifs et à Energie Positive

Gestion Technique du Bâtiment & Protocole KNX. Vs Performance Energétique et Bâtiments Passifs et à Energie Positive Gestion Technique du Bâtiment & Protocole KNX Vs Performance Energétique et Bâtiments Passifs et à Energie Positive Bureau d études créé en 2011 et axé sur l intégration du Développement Durable et de

Plus en détail

Loïs Moulas Président de l Observatoire de l Immobilier Durable

Loïs Moulas Président de l Observatoire de l Immobilier Durable Baromètre de la Performance Énergétique et Environnementale des Bâtiments Tertiaires / 2014 L Observatoire de l Immobilier Durable a le plaisir de présenter comme il le fait chaque année depuis 2012, les

Plus en détail

La Garantie de Performance Energétique

La Garantie de Performance Energétique Plan Bâtiment Durable La Garantie de Performance Energétique Maître Michel Huet - Michel Jouvent 23 avril 2013 Lettre de mission de Philippe Pelletier en date du 19 novembre 2012 à Maître Michel Huet Michel

Plus en détail

efficacité énergétique des grandes entreprises : audit et certification

efficacité énergétique des grandes entreprises : audit et certification efficacité énergétique des grandes entreprises : audit et certification ISO 50001 Le cadre réglementaire évolue incitant aujourd hui les Grandes Entreprises à s engager vers une meilleure efficience énergétique.

Plus en détail

Commission Développement Durable

Commission Développement Durable Commission Développement Durable Obligation d audit énergétique 1 Origine : Transposition de la directive 2012/27 Article 8 : obligation d audits énergétiques ou de systèmes de management de l énergie

Plus en détail

PRÉSENTATION DE LA RT 2012

PRÉSENTATION DE LA RT 2012 PRÉSENTATION DE LA RT 2012 La nouvelle réglementation thermique 2012 (dite «RT 2012») pose des objectifs ambitieux en matière d efficacité énergétique avec un maximum d énergie consommée fixé à 50 kwhep/(m².an)

Plus en détail

Soirée des conseillers syndicaux. 15 Mai 2014

Soirée des conseillers syndicaux. 15 Mai 2014 Soirée des conseillers syndicaux 15 Mai 2014 Présentation Société ACCEO Un bureau d études spécialisé dans 3 domaines à forte technicité Ascenseur et Transport Vertical Efficacité Energétique Accessibilité

Plus en détail

JORF n 0301 du 28 décembre 2007. texte n 5 ARRETE

JORF n 0301 du 28 décembre 2007. texte n 5 ARRETE JORF n 0301 du 28 décembre 2007 texte n 5 ARRETE Arrêté du 21 septembre 2007 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments neufs en France métropolitaine NOR: DEVU0763823A Le ministre

Plus en détail

Introduction. Quelques chiffres. Répartition par secteur

Introduction. Quelques chiffres. Répartition par secteur Introduction En Europe, le secteur «bâtiment» consomme plus du tiers de l énergie globale. De ce fait, les logements représentent le plus grand gisement d économies d énergie. Ainsi, l amélioration de

Plus en détail

LA PERFORMANCE ENERGETIQUE ET LE CLIMAT INTERIEUR DES BATIMENTS (PEB)

LA PERFORMANCE ENERGETIQUE ET LE CLIMAT INTERIEUR DES BATIMENTS (PEB) LA PERFORMANCE ENERGETIQUE ET LE CLIMAT INTERIEUR DES BATIMENTS (PEB) Nouvelle ordonnance adoptée le 07 juin 2007,publiée au Moniteur belge le 11 juillet 2007 entrée en vigueur prévue juillet 2008 1. POURQUOI

Plus en détail

OID - Observatoire de l immobilier durable - 2013

OID - Observatoire de l immobilier durable - 2013 OID - Observatoire de l immobilier durable - 2013 barometre 2013 Baromètre de la Performance Énergétique et Environnementale des Bâtiments Tertiaires / 2013 Nous avons le plaisir de vous présenter les

Plus en détail

Evolution des réglementations et contribution de l offre Facility Insights. Schneider Electric

Evolution des réglementations et contribution de l offre Facility Insights. Schneider Electric Evolution des réglementations et contribution de l offre Facility Insights Evolution des réglementations Directive européenne : European Energy Directive (EED) Loi DDADUE Audit ISO50001 RT2012 Un environnement

Plus en détail

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE?

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? 2 COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? Si vous voulez entreprendre des travaux d amélioration énergétique, vous allez rapidement devoir faire face à la question du chauffage. En tant qu élément central du

Plus en détail

Sommaire. Les enjeux. Les engagements. Le constat énergétique. Efficacité du parc de bâtiments tertiaires. Le cadre réglementaire 12-04-2013

Sommaire. Les enjeux. Les engagements. Le constat énergétique. Efficacité du parc de bâtiments tertiaires. Le cadre réglementaire 12-04-2013 Sommaire Les enjeux Les engagements Le constat énergétique Efficacité du parc de bâtiments tertiaires Le cadre réglementaire test pied de page 2 bâtiment tertiaire- les enjeux Triple enjeux de la transition

Plus en détail

LA RENOVATION DE MON HABITAT

LA RENOVATION DE MON HABITAT Économie Plus de confort Factures en baisse meilleure isolation Plus de chaleur LA RENOVATION DE MON HABITAT OU COMMENT GAGNER EN CONFORT ET EN ÉCONOMIES AVEC BÂTILAND POURQUOI JE DOIS RÉNOVER MON HABITAT?

Plus en détail

Etat des lieux et potentiel de développement du solaire thermique en Ile-de-France. Synthèse Juillet 2012

Etat des lieux et potentiel de développement du solaire thermique en Ile-de-France. Synthèse Juillet 2012 Etat des lieux et potentiel de développement du solaire thermique en Ile-de-France Synthèse Juillet 2012 RAPPEL DU CONTEXTE ET DES OBJECTIFS Réalisation d une étude sur le solaire thermique (STH) en IdF

Plus en détail

Sommaire. Qu est-ce que la RT 2012... 3. Consommation énergétique... 4. Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8. Les avantages de la RT 2012...

Sommaire. Qu est-ce que la RT 2012... 3. Consommation énergétique... 4. Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8. Les avantages de la RT 2012... Sommaire Qu est-ce que la RT 2012... 3 Consommation énergétique... 4 Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8 Les avantages de la RT 2012... 9 En résumé... 10 En Résumé Qu est-ce que la RT 2012? Cette

Plus en détail

UFFI REAM. Société de Gestion d Actifs SCPI, OPCI et Groupements Forestiers. Donnons plus de valeur au temps

UFFI REAM. Société de Gestion d Actifs SCPI, OPCI et Groupements Forestiers. Donnons plus de valeur au temps GESTION D ACTIFS IMMOBILIERS SCPI OPCI GROUPEMENTS FORESTIERS UFFI REAM Société de Gestion d Actifs SCPI, OPCI et Groupements Forestiers Donnons plus de valeur au temps UFFI REAM Historique UFFI Ream :

Plus en détail

ACTIONS GLOBALES. Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables

ACTIONS GLOBALES. Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables FICHE ACTIONS Expo Nantes Atlantique ACTIONS GLOBALES Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables ACTIONS SOCIALES ET SOCIETALES Sensibilisation des employés, des prestataires

Plus en détail

Marie-Christine ROGER

Marie-Christine ROGER Réglementation thermique des bâtiments anciens : État actuel et perspectives Marie-Christine ROGER Chef du bureau de la qualité technique et de la réglementation technique de la Construction Direction

Plus en détail

JCDecaux France. Bilan d émissions de Gaz à effet de Serre obligatoire défini par l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010

JCDecaux France. Bilan d émissions de Gaz à effet de Serre obligatoire défini par l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010 JCDecaux France Bilan d émissions de Gaz à effet de Serre obligatoire défini par l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010 Novembre 2015 PRESENTATION DU CADRE DU REPORTING 1 Description de la

Plus en détail

le faire réaliser? le DPE, par qui Le diagnostiqueur Le coût du DPE

le faire réaliser? le DPE, par qui Le diagnostiqueur Le coût du DPE le DPE, par qui le faire réaliser? Le diagnostiqueur C est un professionnel du bâtiment dont les compétences doivent être certifiées par un organisme accrédité par le COFRAC (Comité français d Accréditation).

Plus en détail

Économies d énergie, émissions de gaz à effet de serre : évaluer son logement avec. le Diagnostic. de Performance Energétique L HABITAT

Économies d énergie, émissions de gaz à effet de serre : évaluer son logement avec. le Diagnostic. de Performance Energétique L HABITAT Économies d énergie, émissions de gaz à effet de serre : évaluer son logement avec le Diagnostic de Performance Energétique L HABITAT être bien informés pour économiser l énergie En France, les bâtiments

Plus en détail

AXE 4 SOUTENIR LA TRANSITION VERS FICHE THEMATIQUE 4-5 : LOGEMENT SOCIAL UNE ECONOMIE A FAIBLES EMISSIONS EN CO2 DANS L ENSEMBLE DES SECTEURS

AXE 4 SOUTENIR LA TRANSITION VERS FICHE THEMATIQUE 4-5 : LOGEMENT SOCIAL UNE ECONOMIE A FAIBLES EMISSIONS EN CO2 DANS L ENSEMBLE DES SECTEURS AXE 4 SOUTENIR LA TRANSITION VERS UNE ECONOMIE A FAIBLES EMISSIONS EN CO2 DANS L ENSEMBLE DES SECTEURS FICHE THEMATIQUE 4-5 : LOGEMENT SOCIAL Version adoptée au CPR du 12/12/14 1 PRIORITE D INVESTISSEMENT

Plus en détail

Le Diagnostic de Performance Énergétique. Évaluer la consommation d énergie et les émissions de gaz à effet de serre de son logement

Le Diagnostic de Performance Énergétique. Évaluer la consommation d énergie et les émissions de gaz à effet de serre de son logement Le Diagnostic de Performance Énergétique Évaluer la consommation d énergie et les émissions de gaz à effet de serre de son logement Édition : mars 2014 Le DPE, QUELS OBJECTIFS? Le diagnostic de performance

Plus en détail

Enéides propose, après analyse des besoins du client:

Enéides propose, après analyse des besoins du client: L énergie et le réchauffement climatique sont des enjeux majeurs du 21ème siècle. La disponibilité et le coût respectif des différentes énergies rendent nécessaire la maîtrise de nos consommations et un

Plus en détail

Démarche RSE 2013 Méthodologie et protocoles de reporting

Démarche RSE 2013 Méthodologie et protocoles de reporting Démarche RSE 2013 Méthodologie et protocoles de reporting Contacts : M. Lucas Grenier Chef de projets Conseil & Immobilier durable + 33 (0)1 75 43 33 56 lucas.grenier@sinteo.fr M. Smaël Bouakaz Directeur

Plus en détail

Le Diagnostic de Performance Énergétique. Évaluer la consommation d énergie et les émissions de gaz à effet de serre de son logement

Le Diagnostic de Performance Énergétique. Évaluer la consommation d énergie et les émissions de gaz à effet de serre de son logement Le Diagnostic de Performance Énergétique Évaluer la consommation d énergie et les émissions de gaz à effet de serre de son logement Édition : mars 2015 Être bien informés pour ÉCONOMISER L ÉNERGIE Vous

Plus en détail

Valoriser durablement votre patrimoine immobilier en optimisant sa performance énergétique.

Valoriser durablement votre patrimoine immobilier en optimisant sa performance énergétique. Valoriser durablement votre patrimoine immobilier en optimisant sa performance énergétique. L audit de performance énergé Gérer son patrimoine, c est anticiper, analyser et agir! L immobilier représente

Plus en détail

Obligations et rôles des collectivités en terme d économies d énergie et d éco-construction

Obligations et rôles des collectivités en terme d économies d énergie et d éco-construction l'image est endommagée. Redémarrez l'ordinateur, puis ouvrez à nouveau le fichier. Si le x rouge est toujours affiché, vous devrez peut -être supprimer l'image avant de la réinsérer. Obligations et rôles

Plus en détail

ENCOURAGER L EFFICACITE ENERGETIQUE DANS LE BATIMENT

ENCOURAGER L EFFICACITE ENERGETIQUE DANS LE BATIMENT ENCOURAGER L EFFICACITE ENERGETIQUE DANS LE BATIMENT Le secteur du bâtiment représente à lui seul 44 % de la consommation d énergie finale totale de la France (chiffres 2009). La question de l efficacité

Plus en détail

Mission d expertises techniques, démarche HQE et audit énergétique de 100 collèges

Mission d expertises techniques, démarche HQE et audit énergétique de 100 collèges Mission d expertises techniques, démarche HQE et audit énergétique de 100 collèges Conseil Général des Hauts de Seine En partenariat avec les bureaux d étude Trivalor et Nextep Cette action a comme principal

Plus en détail

L IMMOBILIER DURABLE en tertiaire neuf et dans l existant Quelles solutions? Quels coûts?

L IMMOBILIER DURABLE en tertiaire neuf et dans l existant Quelles solutions? Quels coûts? L IMMOBILIER DURABLE en tertiaire neuf et dans l existant Quelles solutions? Quels coûts? Colloque Sorbonne Immo-RICS 23 juin 2010 23/06/2010 1 SOMMAIRE 1. 1. L Immobilier Durable Quelles définitions?

Plus en détail

MAÎTRISE DE LA DEMANDE EN ÉNERGIE

MAÎTRISE DE LA DEMANDE EN ÉNERGIE DÉFINITION POURQUOI RÉDUIRE LA CONSOMMATION D ÉLECTRICITÉ CONTENU CO2 DE L ÉLECTRICITÉ MÉTHODES DE CALCUL CO2 QU EST-CE QUE LES CEE? PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE DÉFINITION Définition de l Ademe : «Pour réduire

Plus en détail

Systèmes de Management de l Energie Pourquoi choisir l ISO 50001?

Systèmes de Management de l Energie Pourquoi choisir l ISO 50001? Systèmes de Management de l Energie Pourquoi choisir l ISO 50001? Réduire le coût énergétique : outils et solutions pratiques AFQP 06 & CCI de Nice Côte d Azur le 13/01/2015 Théophile CARON - Chef de Projet

Plus en détail

Le Diagnostic de Performance Énergétique. Évaluer la consommation d énergie et les émissions de gaz à effet de serre de son logement

Le Diagnostic de Performance Énergétique. Évaluer la consommation d énergie et les émissions de gaz à effet de serre de son logement Le Diagnostic de Performance Énergétique Évaluer la consommation d énergie et les émissions de gaz à effet de serre de son logement Édition : novembre 2013 Être bien informés pour économiser l énergie

Plus en détail

La Réglementation Thermique 2012. Espace INFO ÉNERGIE nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr 03 83 37 25 87

La Réglementation Thermique 2012. Espace INFO ÉNERGIE nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr 03 83 37 25 87 La Réglementation Thermique 2012 Espace INFO ÉNERGIE nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr 03 83 37 25 87 1 Introduction Depuis le 1 er janvier 2013, une nouvelle réglementation thermique s applique à

Plus en détail

Les bouquets sont classés par ordre croissant d ambition, sous les appellations suivantes : - premium - premium+ - medium - optimum

Les bouquets sont classés par ordre croissant d ambition, sous les appellations suivantes : - premium - premium+ - medium - optimum Présentation des s de travaux et des Gains en économies d énergie générés par la réalisation des travaux préconisés, en logement ancien de taille moyenne La définition de bouquets de travaux a pour objectif

Plus en détail

PRISE EN COMPTE DE L ENVIRONNEMENT AU SEIN DU CONSEIL REGIONAL D AQUITAINE ET DISPOSITIF D ECO-CONDITIONNALITE DES AIDES I Présentation générale :

PRISE EN COMPTE DE L ENVIRONNEMENT AU SEIN DU CONSEIL REGIONAL D AQUITAINE ET DISPOSITIF D ECO-CONDITIONNALITE DES AIDES I Présentation générale : PRISE EN COMPTE DE L ENVIRONNEMENT AU SEIN DU CONSEIL REGIONAL D AQUITAINE ET DISPOSITIF D ECO-CONDITIONNALITE DES AIDES I Présentation générale : 1 -la politique sectorielle 2 - les applications au sein

Plus en détail

Le Hive L amélioration énergétique d un bâtiment neuf

Le Hive L amélioration énergétique d un bâtiment neuf Le Hive L amélioration énergétique d un bâtiment neuf Présentation de Thierry DJAHEL, Schneider Electric Dans le cadre de la matinée technique IFPEB CSTB du 28 novembre 2012. 28/11/2012 1 En chiffres 35

Plus en détail

LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE DANS L IMMOBILIER. Présentation du 11 mars 2014 aux étudiants en BTS Professions Immobilières

LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE DANS L IMMOBILIER. Présentation du 11 mars 2014 aux étudiants en BTS Professions Immobilières LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE DANS L IMMOBILIER Présentation du 11 mars 2014 aux étudiants en BTS Professions Immobilières SOMMAIRE Le bâtiment et l énergie, un double enjeu L évolution et la valorisation

Plus en détail

RÉGLEMENTATION. 5. thermique. historique des réglementations... p..340. la rt 2012

RÉGLEMENTATION. 5. thermique. historique des réglementations... p..340. la rt 2012 338 memento 2013 RÉGLEMENTATION 5. thermique historique des réglementations... p..340 la rt 2012 Les nouveautés... p..341 Les indicateurs et exigences... p..341 Les dispositifs de contrôle... p..343 La

Plus en détail

Opération collective 2014 123 M Energie

Opération collective 2014 123 M Energie Opération collective 2014 123 M Energie Candidature pour accompagner en collectif les entreprises du Limousin s engageant dans la mise en place par étapes d une démarche de management de l énergie ISO

Plus en détail

TP N 14 : RÉDUCTION DE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE D UN BÂTIMENT ETT 1.2.3

TP N 14 : RÉDUCTION DE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE D UN BÂTIMENT ETT 1.2.3 Centres d'intérêt abordés Niveau d analyse Objectifs pédagogiques Connaissances Activités (3 H) Ressources matérielles Énergie Comportemental 1.2.3 Utilisation raisonnée des ressources Efficacité Réduction

Plus en détail

SOPRA & SOPRA BANKING SOFTWARE BILAN DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE (BEGES) Etude menée en juin et juillet 2014

SOPRA & SOPRA BANKING SOFTWARE BILAN DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE (BEGES) Etude menée en juin et juillet 2014 Talented Together SOPRA & SOPRA BANKING SOFTWARE BILAN DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE (BEGES) Etude menée en juin et juillet 2014 1 Bilan GES Sopra et Sopra Banking Software2014 SOMMAIRE 1. Synthèse

Plus en détail

Fiche OX «Réduction des consommations d électricité des parties communes d immeubles collectifs et de bâtiments tertiaires» - 28/04/03

Fiche OX «Réduction des consommations d électricité des parties communes d immeubles collectifs et de bâtiments tertiaires» - 28/04/03 1 «REDUCTION DES CONSOMMATIONS ELECTRIQUES DES PARTIES COMMUNES D IMMEUBLES COLLECTIFS ET DE BATIMENTS TERTIAIRES» Contexte et enjeux Les consommations d électricité des parties communes (éclairage des

Plus en détail

RT 2012 et RT existant

RT 2012 et RT existant RT 2012 et RT existant RéglemenTaTion TheRmique et efficacité énergétique Dimitri molle et Pierre-manuel Patry ÊG roupeêe yrolles,ê2 011,ÊI SBNÊ:Ê9 78-2-212-12979-3 Sommaire Avant-propos... 1 Partie 1

Plus en détail

RT 2012 : Quels impacts des nouvelles exigences dans l acte de construire?

RT 2012 : Quels impacts des nouvelles exigences dans l acte de construire? Réunion technique CAP INNOVATION RT 2012 : Quels impacts des nouvelles exigences dans l acte de construire? Olivier Servant Directeur des marchés Saint Gobain Habitat Le contexte énergétique et environnemental

Plus en détail

Les clés pour comprendre

Les clés pour comprendre Les clés pour comprendre La Réglementation Thermique 2012 (RT2012) a pour objectif, tout comme les précédentes réglementations thermiques de limiter les consommations énergétiques des bâtiments neufs qu

Plus en détail

PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE. Pour la gestion durable de votre patrimoine immobilier

PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE. Pour la gestion durable de votre patrimoine immobilier PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE Pour la gestion durable de votre patrimoine immobilier Vos Enjeux Acteurs du marché de l immobilier, la performance énergétique est pour vous un enjeu économique, écologique et

Plus en détail

La loi Grenelle 2 pour les collectivités Dispositions concernant le bâtiment. Sophie LE GARREC MEEDDM DGALN DHUP

La loi Grenelle 2 pour les collectivités Dispositions concernant le bâtiment. Sophie LE GARREC MEEDDM DGALN DHUP Club des utilisateurs Display en France La loi Grenelle 2 pour les collectivités Dispositions concernant le bâtiment Sophie LE GARREC Chef de projet DPE & Performance énergétique des bâtiments existants

Plus en détail

Opération : PNE Réhabilitation des entrepôts Macdonald Activités / Pépinière d entreprises PARIS (75)

Opération : PNE Réhabilitation des entrepôts Macdonald Activités / Pépinière d entreprises PARIS (75) Opération : PNE Réhabilitation des entrepôts Macdonald Activités / Pépinière d entreprises PARIS (75) Phase PRO-DCE : Mise à jour du calcul phase APD des émissions de CO 2 SO 2 déchets BET HQE : SEQUOIA

Plus en détail

La performance énergétique des bâtiments en France

La performance énergétique des bâtiments en France La performance énergétique des bâtiments en France 10 ans EPB ROGER Marie-Christine Cheffe du bureau de la qualité et de la réglementation technique de la construction Ministère du logement et de l habitat

Plus en détail

Le Plan Climat Energie de Paris en marche :

Le Plan Climat Energie de Paris en marche : DOSSIER DE PRESSE 05 décembre 2012 Le Plan Climat Energie de Paris en marche : Rénovation énergétique globale d une copropriété parisienne : la Fontaine d Aligre (12 ème arrondissement) Sommaire 1_ La

Plus en détail

Formations. Transition énergétique

Formations. Transition énergétique Formations Transition énergétique Se former à la transition énergétique Anticipez les mutations de votre métier et les attentes de vos clients et prospects en vous formant dès aujourd hui aux enjeux de

Plus en détail

Atelier 4. Appréhender la question énergétique à l échelle du territoire

Atelier 4. Appréhender la question énergétique à l échelle du territoire Atelier 4 Appréhender la question énergétique à l échelle du territoire 26 Février 2010 UNE AEU DANS LE CADRE DU PLU 10 thématiques en quatre ateliers Atelier n 1 Biodiversité Paysages et patrimoine Atelier

Plus en détail

RT 2012, RT 2020 ET OBSOLESCENCE DE L IMMOBILIER TERTIAIRE. Jean Carassus Professeur Ecole des Ponts ParisTech

RT 2012, RT 2020 ET OBSOLESCENCE DE L IMMOBILIER TERTIAIRE. Jean Carassus Professeur Ecole des Ponts ParisTech RT 2012, RT 2020 ET OBSOLESCENCE DE L IMMOBILIER TERTIAIRE Professeur Ecole des Ponts ParisTech 22 novembre 2012 1/ Qu est-ce que l obsolescence? 2/ La rupture introduite par la RT 2012 et la future RT

Plus en détail

Exemplarité de l État en Essonne sur son patrimoine immobilier

Exemplarité de l État en Essonne sur son patrimoine immobilier Exemplarité de l État en Essonne sur son patrimoine immobilier Le contexte et les enjeux du secteur du bâtiment En France Le Bâtiment est en France le plus gros consommateur d énergie parmi tous les secteurs

Plus en détail

SOFIA 2 juillet 2008 Le bâti ancien face au défi énergétique Analyse de la performance thermique des bâtiments du centre historique de Bayonne

SOFIA 2 juillet 2008 Le bâti ancien face au défi énergétique Analyse de la performance thermique des bâtiments du centre historique de Bayonne SOFIA 2 juillet 2008 Le bâti ancien face au défi énergétique Analyse de la performance thermique des bâtiments du centre historique de Bayonne Le bâtiment : un secteur énergivore Energie consommée (Mtep)

Plus en détail

1. CONTEXTE : 2. CADRE GENERAL DE L APPEL A PROJETS :

1. CONTEXTE : 2. CADRE GENERAL DE L APPEL A PROJETS : Appel à projets Bâtiments Aquitains Basse Consommation REGLEMENT 1. CONTEXTE : Réduire la consommation d énergie est une nécessité pour répondre aux défis du changement climatique et à l épuisement des

Plus en détail

UNE TRANSITION ENERGETIQUE EFFICACE, SOURCE DE CROISSANCE ET D EMPLOIS PROPOSITIONS DE LA FIEEC

UNE TRANSITION ENERGETIQUE EFFICACE, SOURCE DE CROISSANCE ET D EMPLOIS PROPOSITIONS DE LA FIEEC Septembre 2012 UNE TRANSITION ENERGETIQUE EFFICACE, SOURCE DE CROISSANCE ET D EMPLOIS PROPOSITIONS DE LA FIEEC La transition énergétique voulue par le Président de la République doit permettre la mutation

Plus en détail

RENOVATION ENERGETIQUE

RENOVATION ENERGETIQUE RENOVATION ENERGETIQUE DES BATIMENTS DU TERTIAIRE : IL FAUT AGIR! Par le pôle Ecologie de Terra Nova Le 25 octobre 2013 La rénovation énergétique des bâtiments est une condition sine qua non de la réussite

Plus en détail

Réglementation thermique RT 2005. TOULOUSE le 10 mai 2007

Réglementation thermique RT 2005. TOULOUSE le 10 mai 2007 Réglementation thermique RT 200 TOULOUSE le 10 mai 2007 Le contexte, les enjeux 20 Les ressources naturelles s épuisent Réserves en années consommation 2001 200 10 100 0 0 Charbon (sauf lignite) Pétrole

Plus en détail

Mesure de l intensité carbone des fonds actions de LBPAM - Engagement du Montréal Carbon Pledge

Mesure de l intensité carbone des fonds actions de LBPAM - Engagement du Montréal Carbon Pledge Mesure de l intensité carbone des fonds actions de LBPAM - Engagement du Montréal Carbon Pledge Le 1 er décembre 2015 La Banque Postale Asset Management - 34, rue de la Fédération - 75737 Paris Cedex 15

Plus en détail

Bilan économique pour la collectivité

Bilan économique pour la collectivité Programme TSP sur la performance énergétique des bâtiments Note d analyse complémentaire Bilan économique pour la collectivité Le Programme TSP pour la rénovation thermique des bâtiments vise à structurer

Plus en détail

Les outils de la transition énergétique ISO 50001

Les outils de la transition énergétique ISO 50001 Les outils de la transition énergétique ISO 50001 26 mars 2013 Michel HIRAUX +32 496 58 12 04 Le Management énergétique dans son contexte Management et Système de Management Objectif d un EnMS Facteurs

Plus en détail

Le secteur du bâtiment consomme. Le Grenelle et le secteur du bâtiment. La réglementation thermique. Bulletin d information de l ANCC J N 81 11

Le secteur du bâtiment consomme. Le Grenelle et le secteur du bâtiment. La réglementation thermique. Bulletin d information de l ANCC J N 81 11 Le Grenelle et le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment consomme plus de 40 % de l énergie finale et contribue pour près du quart aux émissions annuelles de gaz à effet de serre, ce qui le place en

Plus en détail

AGIR et Rénover + ACCOMPAGNER LES PROJETS DE RENOVATION ENERGETIQUE «PERFORMANTS» ACCOMPAGNER LES PROFESSIONNELS POUR DES PROJETS «PERFORMANTS»

AGIR et Rénover + ACCOMPAGNER LES PROJETS DE RENOVATION ENERGETIQUE «PERFORMANTS» ACCOMPAGNER LES PROFESSIONNELS POUR DES PROJETS «PERFORMANTS» La Région Provence-Alpes-Côte d Azur a mis en place une expérimentation qui a deux volets : - volet «grand public» : aider les ménages à améliorer les performances énergétiques et le confort de leur logement,

Plus en détail

Eco-conception et Évaluation des performances environnementales des bâtiments

Eco-conception et Évaluation des performances environnementales des bâtiments Eco-conception et Évaluation des performances environnementales des bâtiments Contexte, Généralités et Outil d ACV bâtiment ELODIE Galdric SIBIUDE Ingénieur d Etude et de Recherche Direction Energie Environnement

Plus en détail

Audit Energétique des Bâtiments

Audit Energétique des Bâtiments Audit Energétique des Bâtiments Introduction Le Grenelle Environnement La règlementation L Audit Energétique Exemples de rénovation Conclusion 2 Le Grenelle Environnement 3 Le Grenelle Environnement 2009

Plus en détail

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales La démarche d analyse et d accompagnement, constituée de 3 étapes telles qu elles sont

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires 22 octobre 2011 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 9 sur 170 Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT

Plus en détail

Les projets des lauréats devront obligatoirement être situés sur le territoire régional des Pays de la Loire.

Les projets des lauréats devront obligatoirement être situés sur le territoire régional des Pays de la Loire. Maison individuelle exemplaire : éco-innovante et reproductible Règlement de l appel à projets Date limite de réception des dossiers : 1 er octobre 2009 12 h Objectifs de l appel à projets Le secteur du

Plus en détail

«Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation»

«Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation» Mercredi de l info du 22 février 2012 Conseil et Réseaux Bureau d études Bâtiment et Process «Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation» Vincent DUBAR Chef de projets

Plus en détail

Chauffez votre maison pour 14 par mois sans réchauffer le climat

Chauffez votre maison pour 14 par mois sans réchauffer le climat Maison Basse mmation Chauffez votre maison pour 14 par mois sans réchauffer le climat Constructeur responsable et engagé dans la préservation de l environnement, Maisons Ericlor s est depuis longtemps

Plus en détail

Appel à Manifestations d Intérêt Champagne-Ardenne 2015-2016

Appel à Manifestations d Intérêt Champagne-Ardenne 2015-2016 Appel à Manifestations d Intérêt Champagne-Ardenne 2015-2016 DEPLOIEMENT LOCAL DE PLATEFORMES DE RENOVATION ENERGETIQUE DE L HABITAT PRIVE Date limite de dépôt du dossier pour un financement 2015 : 11/09/2015

Plus en détail

Lycées de la Région Rhône-Alpes :

Lycées de la Région Rhône-Alpes : Lycées de la Région Rhône-Alpes : Elaboration et mise en oeuvre d un plan de maîtrise de l énergie Véronique RICHALET Direction de l Immobilier des Lycées Service Ressources Développement GSM : 06 70 81

Plus en détail

Efficacité Energétique Diminuez vos coûts de production. Programme Energy Action pour l industrie

Efficacité Energétique Diminuez vos coûts de production. Programme Energy Action pour l industrie Efficacité Energétique Diminuez vos coûts de production Programme Energy Action pour l industrie Un programme d économies d énergie. Les solutions Energy Action de Schneider Electric. Des économies d énergie

Plus en détail

Améliorer l efficacité énergétique de son habitat

Améliorer l efficacité énergétique de son habitat Améliorer l efficacité énergétique de son habitat Aujourd hui, face aux problèmes climatiques et environnementaux, les réglementations, notamment suite au Grenelle de l environnement, se multiplient. Elles

Plus en détail

L efficacite e nerge tique

L efficacite e nerge tique L efficacite e nerge tique 1. Principes généraux Une mesure «d efficacité énergétique» désigne toute action mise en œuvre par un agent économique afin de limiter la consommation d énergie liée à un usage

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT Arrêté du 8 février 2012 modifiant l arrêté du 15 septembre 2006 relatif au

Plus en détail

Classification des actions d efficacité énergétique

Classification des actions d efficacité énergétique Gestion active des bâtiments Classification des actions d efficacité énergétique dans le cadre de la rénovation des bâtiments existants Les bâtiments représentent à eux seuls 43% de la consommation d énergie

Plus en détail

L économie d énergie, la performance énergétique, jusqu où?

L économie d énergie, la performance énergétique, jusqu où? HOPITECH 2007 Hôpital et Développement Durable La Rochelle - 18 octobre 2007 Atelier 1 : Qualité d usage et contraintes environnementales L économie d énergie, la performae énergétique, jusqu où? Pierre

Plus en détail

LA NORME ISO 50001 Enjeux Facteurs de réussite Perspectives

LA NORME ISO 50001 Enjeux Facteurs de réussite Perspectives LA NORME ISO 50001 Enjeux Facteurs de réussite Perspectives TOURCOING 27 septembre 2013 Marie-Hélène LEFEBVRE Éléments de contexte depuis les 30 dernières années : augmentation de 20% de la consommation

Plus en détail

Evelina NASONOVA. Introduction :

Evelina NASONOVA. Introduction : MEMOIRE SCHEMA DIRECTEUR DEVELOPPEMENT DURABLE POUR UNE USINE RENAULT DANS LE MONDE SOUTENU LE 21 NOVEMBRE 2006 A L ECOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSEES Evelina NASONOVA Ce travail a été réalisé au sein

Plus en détail

Réglementation thermique 2012. 23/03/2011 Session de sensibilisation à la maîtrise de l'énergie - ADM 54 / LQE 1

Réglementation thermique 2012. 23/03/2011 Session de sensibilisation à la maîtrise de l'énergie - ADM 54 / LQE 1 Réglementation thermique 2012 23/03/2011 Session de sensibilisation à la maîtrise de l'énergie - ADM 54 / LQE 1 La règlementation thermique 2012 (RT2012) - Plan 1 RT2012 : Généralisation des principes

Plus en détail

Faire progresser la performance énergétique des logements rénovés dans le cadre des opérations programmées de l Anah (OPAH, PST, PIG, )

Faire progresser la performance énergétique des logements rénovés dans le cadre des opérations programmées de l Anah (OPAH, PST, PIG, ) 04/10/2007 Pascal Lemonnier Éric Lagandré Evaluation évolution énergétique des OPAH : Faire progresser la performance énergétique des logements rénovés dans le cadre des opérations programmées de l Anah

Plus en détail

P o m p e à c h a l e u r à a b s o r p t i o n g a z n a t u r e l. Système de Chauffage à 160 % de rendement l EnR n est plus en option!

P o m p e à c h a l e u r à a b s o r p t i o n g a z n a t u r e l. Système de Chauffage à 160 % de rendement l EnR n est plus en option! P o m p e à c h a l e u r à a b s o r p t i o n g a z n a t u r e l Système de Chauffage à 160 % de rendement l EnR n est plus en option! France Air & Robur Technology France Air, en partenariat avec Robur

Plus en détail

L outil de pilotage du Patrimoine Hospitalier pour les établissements publics de santé

L outil de pilotage du Patrimoine Hospitalier pour les établissements publics de santé L outil de pilotage du Patrimoine Hospitalier pour les établissements publics de santé OPHELIE Emilie Gonzales, Sous direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins à la DGOS Bureau

Plus en détail

Indicateur satisfaction clients Satisfaction des clients promotion Indicateur qualitatif ü NA PR1 SO9

Indicateur satisfaction clients Satisfaction des clients promotion Indicateur qualitatif ü NA PR1 SO9 5 RESPONSABIITÉ SOCIAE D ENTREPRISE (RSE) TABEAU DE BORD ET PÉRIMÈTRES SOCIÉTA Donnée de référence 2014 Évolution Vérification E&Y 2014 Couverture d activité 2014 GRI G4 CRESS Relations clients et utilisateurs

Plus en détail

ORGANISATION 18 CONSTRUIRE DURABLEMENT 32 RENOVER POUR ASSURER L AVENIR 48 ENTRER DANS L ERE NUMERIQUE 84 MOBILISER LES TERRIROIRES 100

ORGANISATION 18 CONSTRUIRE DURABLEMENT 32 RENOVER POUR ASSURER L AVENIR 48 ENTRER DANS L ERE NUMERIQUE 84 MOBILISER LES TERRIROIRES 100 SOMMAIRE ENJEUX ET CONTEXTE 4 ORGANISATION 18 CONSTRUIRE DURABLEMENT 32 RENOVER POUR ASSURER L AVENIR 48 ENTRER DANS L ERE NUMERIQUE 84 MOBILISER LES TERRIROIRES 100 ACCOMPAGNER ET STRUCTURER LA FILIERE

Plus en détail

Atelier CLER 1er décembre 2010. Sébastien DELMAS

Atelier CLER 1er décembre 2010. Sébastien DELMAS Futurs labels Effinergie Atelier CLER 1er décembre 2010 Sébastien DELMAS 1. Présentation du Collectif Effinergie 2. Les actions mises en œuvre 3. Les labels 4. Les actions en cours 5. Point sur la RT 2012

Plus en détail

Un Objectif du Grenelle Environnement

Un Objectif du Grenelle Environnement Un saut énergétique Avec la RT2012, le Grenelle Environnement prévoit de diviser par 3 la consommation énergétique des bâtiments neufs d habitation et d usage tertiaire, soit : une consommation d énergie

Plus en détail

AUDIT ENERGETIQUE. Immeuble logement collectif - Copropriété. Notre démarche Notre étude Notre rapport. Vos Bâtiments Vos Besoins Vos Objectifs

AUDIT ENERGETIQUE. Immeuble logement collectif - Copropriété. Notre démarche Notre étude Notre rapport. Vos Bâtiments Vos Besoins Vos Objectifs AUDIT ENERGETIQUE Immeuble logement collectif - Copropriété Vos Bâtiments Vos Besoins Vos Objectifs Notre démarche Notre étude Notre rapport ECIC : depuis 1991 2 agences : ITTEVILLE (91) & BORDEAUX (33)

Plus en détail

Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un

Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un diagnostic? d- Comment appliquer la méthode Bilan Carbone?

Plus en détail