P.R.E.S. DE TOULOUSE Schéma Directeur Immobilier et d Aménagement RAPPORT 1 RAPPORT 2

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "P.R.E.S. DE TOULOUSE Schéma Directeur Immobilier et d Aménagement RAPPORT 1 RAPPORT 2"

Transcription

1 P.R.E.S. DE TOULOUSE Schéma Directeur Immobilier et d Aménagement Grand Sud-Est et Quartiier des Sciiences Janvier 2010 RAPPORT 1 Phase II :: Diagnostti ic du pattrri imoine Phase IIII :: Sttrrattégie d' 'aménagementt ett Réfférrentti iell Développementt Durrable Phase IIIIII..1 :: Prri iorri isatti ion des opérratti ions RAPPORT 2 Phase IIIIII..2 :: Prropositti ion de scénarri io((s)) de Schéma Dirrectteurr IImmobilierr ett d Aménagementt Univerrsi ittai irre

2 P.R.E.S. DE TOULOUSE Schéma Directeur Immobilier et d Aménagement Grand Sud-Est et Quartiier des Sciiences Janvier 2010 RAPPORT 1 Phase II :: Diagnostti ic du pattrri imoine Phase IIII :: Sttrrattégie d' 'aménagementt ett Réfférrentti iell Développementt Durrable Phase IIIIII..1 :: Prri iorri isatti ion des opérratti ions RAPPORT 2 Phase IIIIII..2 :: Prropositti ion de scénarri io((s)) de Schéma Dirrectteurr IImmobilierr ett d Aménagementt Univerrsi ittai irre

3 S O M M A I R E Préambule... 5 La mission confiée comprend trois phases :... 6 PHASE I DIAGNOSTIC DU PATRIMOINE 7 I.1 Diagnostic occupation du patrimoine... 8 I Tableau synthétique des surfaces par composante... 8 I Présentation des effectifs projetés... 9 I Explication de la méthode d analyse (ratios de référence) I Synthèse de l occupation actuelle du patrimoine I Synthèse des projections théorique des besoins selon une hypothèse d évolution des effectifs en I.2 - Diagnostic technique et énergétique I Présentation de la méthode : I Présentation d une fiche de synthèse type I Explication des groupes et synthèse du diagnostic par groupe (surface état) I Analyse classification Ministère/ Diagnostic I Localisation classification Diagnostic I Localisation des bâtiments selon le classement Ministère I Visualisation des performances du patrimoine I.3 - Expertise financière I Estimation des coûts d investissement de remise à niveau (par groupe au regard de l état du patrimoine) I Estimation des coûts de maintenance sur 25 ans I Estimation des coûts de fonctionnement (fluides) Equipe SCET BATECO OBRAS - BEHI Rapport définitif Page 3

4 PHASE II STRATEGIE D AMENAGEMENT ET REFERENTIEL DEVELOPPEMENT DURABLE 37 Préambule II.1 - Principes, enjeux et scénarii d Aménagement II.2 Réferentiel Développement Durable II.2.1 Objectifs II.2.2 Mise en place et suivi de la démarche environnementale II.2.3 Profil environnemental II.3 - Usage et exploitation PHASE III PRIORISATION DES OPERATIONS ET TRADUCTION EN SCENARIO(S) DE SCHEMA DIRECTEUR IMMOBILIER 61 III.1 - Priorisation des opérations inscrites dans l opération Toulouse Campus III Les critères de priorisation proposés : III Le système de notation des critères de priorisation : III L'attribution des notes aux opérations III.1.4 Impact des 15 operations realisables a court terme sur le cout global de remise à niveau du patrimoine universitaire III.1.5 Présentation des 13 operations priorisées III.1.6 Liste des opérations de réhabilitation demande de financement faite au Conseil Général le 21 janvier III.2 - Proposition de scénarios du schema directeur immobilier du Grand Sud Est et Quartier des Sciences (cf Rapport 2) Equipe SCET BATECO OBRAS - BEHI Rapport définitif Page 4

5 PREAMBULE Les établissements d enseignement et de recherche fédérés au sein du PRES «Université de Toulouse», sont portés par l ambition de figurer dans le groupe des 100 premières universités européennes, à horizon Lauréat de l appel à projets «Opération Campus» lancé par le Ministère de l Enseignement supérieur, le PRES «Université de Toulouse» s est vu confirmer la validation définitive du dossier «Toulouse Campus» en février En septembre 2009 la Ministre du MESR a annoncé une dotation budgétaire en capital de 350 M attribuée au PRES de Toulouse. Cette dotation en capital devrait produire environ 15 millions d'euros par an, permettant le financement des loyers PPP (investissement, maintenance, gros entretien, services) pour les opérations inscrites dans le dossier Toulouse Campus. Les trois grandes ambitions concernant ce projet stratégique sont : une politique scientifique et pédagogique visant l excellence européenne et internationale, par de nouveaux projets communs de formation et de recherche mutualisés, un site attractif, offrant des fonctions d accueil mutualisées, permettant d améliorer la qualité de la vie étudiante et de constituer un campus intégré, malgré sa poly-centralité, par le développement des transports et des systèmes d information. une université ouverte à la société et à l innovation. Pour assurer une mise en œuvre optimale des opérations présentées dans le dossier, le comité d'évaluation de l Opération Campus a formulé les recommandations suivantes : Arbitrer les opérations prioritaires dans la logique d'ensemble et le respect des orientations exprimées, tant en matière scientifique que de vie du campus. Projeter une mise en œuvre progressive de l'ensemble des opérations ; A cet effet, le PRES de Toulouse à confié à l'équipe SCET- BEHI -BATECO-OBRAS une mission de réalisation du schéma directeur immobilier et d aménagement Grand Sud-Est et Quartier des Sciences qui constitue un document de référence et une expertise d aide à la décision pour l ensemble des partenaires associés au projet «Toulouse Campus». Les objectifs de ce travail sont multiples : Traduire le projet global de l Université de Toulouse en projet immobilier et d aménagement Identifier les opérations immobilières à programmer à court moyen et long terme, en restructuration/extension et construction neuve Proposer un phasage de ces opérations en un ou plusieurs scénarios avec priorisation des opérations Etudier l articulation et la cohérence de ces opérations, aider à la répartition et l affectation des moyens techniques et financiers réservés pour l Opération Campus Equipe SCET BATECO OBRAS - BEHI Rapport définitif Page 5

6 LA MISSION CONFIEE COMPREND TROIS PHASES : PHASE 1 : Fiabiliser et optimiser l état des lieux existant de l immobilier Diagnostic immobilier de l existant et des projets inscrits dans l opération Toulouse Campus, leur contenu et l économie globale des projets Analyse urbaine des sites permettant la mise au point des objectifs et des enjeux d aménagement du Site Grand Sud-Est Expertise des estimations de surfaces de programmes envisagés dans le dossier Toulouse Campus PHASE 2 : Réaliser un référentiel développement durable Détermination du profil environnemental par catégorie de bâtiment Détermination des objectifs et exigences HQE par cible et par catégorie de bâtiment Elaboration du référentiel développement durable PHASE 3 : Aider à la priorisation des opérations et traduction en scénario(s) de schéma directeur Proposition d un système de notation des opérations inscrites dans l opération Toulouse Campus Réalisation du Schéma Directeur Immobilier Ce document constitue comprend les éléments des phases 1, 2 et 3 et constitue le schéma directeur immobilier et d aménagement du Grand Sud Est et du Quartier des Sciences. Equipe SCET BATECO OBRAS - BEHI Rapport définitif Page 6

7 PHASE I Diagnostic du patrimoine Equipe SCET BATECO OBRAS - BEHI Rapport définitif Page 7

8 I.1 DIAGNOSTIC OCCUPATION DU PATRIMOINE Le périmètre de cette étude de schéma directeur immobilier et d aménagement universitaire se limite au secteur Grand Sud- Est et Quartier des Sciences de Toulouse qui comprend : l INSA, les sites Labège, Rangueil et Auzeville Castanet Tolosan de l INP : ENSIACET, ex- ENSIACET Rangueil, ENSAT et INP le Campus de l UPS qui comprend : o à Rangueil, les UFR Sciences et Technologie, la Faculté de Médecine Toulouse-Rangueil, la Faculté de Chirurgie Dentaire, la Faculté des Sciences Pharmaceutiques, l IUT «Rangueil», l IUT «Ponsan», le CESR OMP, o au centre ville de Toulouse, les bâtiments du allées J.Guesdes et le 38 rue des 36 ponts, o à Auzeville, l Agrobiopôle. I TABLEAU SYNTHETIQUE DES SURFACES PAR COMPOSANTE INSA INP UPS Implantations superficie composantes => 21 hectares m² SHON 1 école d'ingénieur 1 site Campus Rangueil 4 sites dont 2 dans le périmètre de l'étude Labège & Auzeville -Castanet Tolosan Campus et ENSIACET : 21 hectares m² SHON ENSAT : 58 hectares m² SHON + Site de Poucharramet => m² SHON 79 ha 2 écoles d'ingénieurs (ENSAT, ENSIACET, ENSEEIHT hors étude) Campus Toulouse-Labège (CPP) 4 sites Campus Rangueil & Auzeville 37 et 39 allée J.Guesde & rue des 36 ponts Campus Rangueil : m² SHON ha J.Guesde & 36 ponts : m² SHON sur 3,1 ha Auzeville : m² SHON sur 4,6 ha => m² SHON 109 ha 1 département Licence 9 UFR dont 3 UFR scientifique et technologique et 4 UFR santé 1 IUT effectifs 2500 étudiants dont 215 doctorants 323 EC 254 personnels administratifs étudiants dont 259 doctorants 125 EC 281 personnels administratifs étudiants dont doctorants EC et chercheurs personnels administratifs Equipe SCET BATECO OBRAS - BEHI Rapport définitif Page 8

9 I PRESENTATION DES EFFECTIFS PROJETES La méthodologie adoptée a été d'analyser les préconisations du Ministère de l'education Supérieure et de la Recherche, de récolter les hypothèses d'évolution des effectifs par entités des universités toulousaines et enfin de synthétiser ces données pour aboutir à une hypothèse de travail probable pour Projections à l'horizon 2017 du Ministère de l'education Supérieure et de la Recherche La note d'information de novembre 2008 du Ministère de l'education Supérieure et de la Recherche indique les tendances suivantes : - En 2007, les bacheliers ont été moins enclins à s inscrire dans une formation de l enseignement supérieur français. La baisse devrait se poursuivre à partir de 2009 jusqu en En outre, suite à un effet démographique, le nombre de bacheliers diminuerait entre 2008 et 2017 (- 4,9%). Ces deux effets cumulés, les effectifs de l enseignement supérieur devraient fortement reculer en dix ans pour atteindre étudiants inscrits, c est-à-dire, étudiants de moins qu en 2007 (soit - 6,9%). À l université, la baisse serait plus importante, étudiants en moins y seraient inscrits (- 15,2%). Les effectifs diminueraient également dans les filières IUT (- 1,1%) et STS (- 3,3%). Les classes préparatoires verraient leur influence augmenter avec étudiants supplémentaires dans dix ans (+ 4,9%). Dans les autres formations du supérieur (IUFM, écoles de commerce, d art, d architecture...), les effectifs progresseraient de étudiants (+ 9,8 %). Equipe SCET BATECO OBRAS - BEHI Rapport définitif Page 9

10 Au total, le nombre d'étudiants inscrits dans les disciplines générales hors santé à l'université serait en baisse de -22,1% sur dix ans. Les effectifs en économie, AES, en sciences, STAPS et en lettres, sciences humaines et langues seraient particulièrement affectés par cette baisse (respectivement -21,5%, -31,7% et - 31,9%) alors qu'ils augmenteraient en droit (+15,1%). Les nombreux départs à la retraite de médecins entraîneraient une hausse du numerus clausus entre 2007 et Les effectifs dans la filière santé augmenteraient de 24,2% sur la période. Projections à l'horizon 2017 des effectifs des Campus Grand Sud- Est et Quartier des Sciences de Toulouse Suite à un travail en lien étroit avec les universités, il apparaît que les projections du Ministère ne traduisent pas certaines orientations observées au niveau local. L Etat des lieux réalisé par le cabinet Semaphores dans le cadre du schéma Logement étudiant sur Toulouse fait état pour les années 2006 à 2008 d une désaffection des enseignements universitaires (-7%) et des IUT (-2%) ; les écoles d ingénieurs ont affichés dans le même temps une progression (+3.1%). La projection «au fil de l eau» de cette tendance tendrait vers une baisse annuelle des effectifs pour les années à venir. L évolution des effectifs étudiants entre 2008 et 2013 prévue par le Rectorat de Toulouse est de -3 % tous sites confondus. Cette prévision est inférieure aux prévisions nationales globales. Pour UPS, le léger effritement sur les nouveaux entrants (vraisemblablement confirmé en et peut-être amplifié à cette rentrée) se répercutera forcément sur les 2d et 3ème cycles et donc finalement sur l effectif total de l université. Dans le cadre de l expertise des projets Il est demandé à l équipe d études d intégrer l effet «Projet Campus Pôle d excellence» et de considérer un maintien des effectifs d étudiants sur les prochaines années ; il s agit de la projection de base étayée par une action volontariste améliorant rapidement l attractivité du campus ; cependant, c est un travail avec les personnes ressources associées au contenu de chaque opération inscrite dans le Projet qui permettra d affiner les effectifs respectifs à chaque opération projetée. Equipe SCET BATECO OBRAS - BEHI Rapport définitif Page 10

11 Hypothèse d évolution des effectifs 2009/2017 : + 0 % pour l université Formation % pour les écoles d ingénieurs + 2 % pour les IUT Recherche + 2 % effectifs projetés INSA INP UPS étudiants étudiants étudiants 550 EC et doctorants 254 personnels administratifs 390 EC et doctorants 281 personnels administratifs EC et doctorants personnels administratifs I EXPLICATION DE LA METHODE D ANALYSE (RATIOS DE REFERENCE) Afin d'analyser l occupation actuelle des locaux universitaires Grand Sud-Est et Quartiers des Sciences, la SCET a recueilli les surfaces existantes de chacun de leur bâtiment. Ces surfaces détaillées ont été synthétisées par famille d usages : Enseignement, Recherche, Administration et logistique, Documentation, Vie sociale et services, Sport. afin de les comparer aux ratios théoriques de besoins de surfaces. L objectif est de comparer à partir des effectifs actuels, les besoins théoriques avec les surfaces actuelles en identifiant quelles sont les activités concernées par un manque ou un surplus de surface. Nous attirons l attention sur le fait que cette approche concerne uniquement l aspect quantitatif des espaces et ne tient nullement compte de l adaptation des locaux existants aux besoins. Données d entrée : Recueil des surfaces existantes Cette analyse des surfaces se base sur l enquête surface du Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche 2009 et de la répartition des surfaces par fonctions d usage des bâtiments : enseignement, recherche, administration, logistique et locaux techniques, documentation, vie sociale et culturelle de l établissement, restauration, hébergement, installations sportive couvertes, occupé par des tiers. Méthodologie du ratio par personne Equipe SCET BATECO OBRAS - BEHI Rapport définitif Page 11

12 Le mode de calcul par ratio repose sur une approche d usage fonctionnel d espace. Sans forcément tenir compte du statut administratif de la personne comptabilisée, nous dimensionnons les espaces en fonction des personnes physiques effectuant une tâche similaire dans un type d espace identifié. Les effectifs étudiants agrègent les effectifs LMD et les effectifs d IUT et d écoles d ingénieurs. Les postes de recherche concernent les enseignants-chercheurs, les chercheurs, les doctorants et les ingénieurs et techniciens de recherche. Les effectifs indiqués correspondent aux personnes recherches hébergés dans le bâtiment quelque soit leur type de contrat (UPS, INP, INSA, CNRS, INSERM ). L'objectif est de comptabiliser l'ensemble des postes de travail tertiaires et paillasses à prévoir dans les laboratoires de recherche. Les postes administratifs concernent tous les BIATOS hormis ceux affectés à la recherche. Ratio de référence Enseignement m² utiles par pers SCET ratio m² utiles / SHON m² SHON par pers selon l'effectif étudiant L,M,D et autres SR 97 m² SHON par étudiant par étudiant UFR Droit, Economie, SHS 1,8 1,5 2,70 1,67 Sciences dures hors médecine 3,3 1,5 4,95 2,50 Médecine 2,5 1,5 3,75 2,50 Ecole d'ingénieur 6 1,5 9,00 - IUT Tertiaire 4 1,5 6,00 - IUT Secondaire 6 1,5 9,00 - Recherche Bureaux (y compris salles réunion, ) Labos paillasses (uniquement bur + labos) selon l'effectif chercheurs, D, IRTF par étudiant 12 1,4 16,80 0, ,5 37,50 0,45 Autres locaux selon l'effectif concerné par étudiant BU (ratio par étudiant) 1 1,2 1,2 1,65 Restaurant+ cuisine+stock (ratio par place) 3,5 1,2 4,2 0,88 Sport hors STAPS (ratio par étudiant) 0,3 1,2 0,36 0,33 Vie sociale et services (ratio par étudiant) 0,5 1,4 0,7 0,11 Administration et logistique (ratio par agent) 20 1,4 28 0,44 Méthode d évaluation des besoins de surfaces A partir des effectifs de l année 2008/2009, nous avons calculé le besoin quantitatif théorique de surface nécessaire au fonctionnement du Campus Grand Sud-Est et Quartiers des Sciences. En premier lieu, les ratios utilisés sont ceux établis par la SCET, ratios revisités par rapport aux normes SR97 remises en causes pour les surfaces pédagogiques (notamment depuis LMD) et sous évaluées pour les surfaces de recherche. Nos ratios de m² / effectif sont définis à partir de son expérience dans la programmation d établissements d enseignement supérieur. Ces ratios ont été obtenus sur la base d analyse des grilles horaires d universités et d écoles d ingénieurs dans le cadre de mission de programmation technique détaillée aboutissant à la conception architecturale. Ils sont établis finement en fonction des usages pour permettre leur application à d autres établissements présentant ces mêmes usages (type d enseignement, thème de recherche, services supports, etc.). Multipliés par les effectifs adéquats (étudiants, personnels, etc.), on obtient une première surface théorique que l on peut comparer avec la surface actuelle du Campus Grand Sud-Est et Quartiers des Sciences. Equipe SCET BATECO OBRAS - BEHI Rapport définitif Page 12

13 Lecture de l analyse : Cellules vertes : surconsommation de surfaces / ratios théoriques Cellules orange : surfaces contraintes / ratios théoriques I SYNTHESE DE L OCCUPATION ACTUELLE DU PATRIMOINE Analyse théorique de l occupation du patrimoine existant INSA : Etat des lieux Analyse de l'existant INSA Effectifs actuels pers. Surfaces actuelles * m² SHON Ratio existant Ratio moyen SCET Evaluation SCET / effectifs actuels Surface théorique m² SHON Δ Enseignement Recherche Administration/log Vie sociale et services ,0 9, ,00 44% ,6 37, ,50-24% ,0 28, ,00-3% ,7 0, ,70 6% autres surfaces TOTAL INSA ét m² m² soit une différence de surface de m² * Surface école hors documentation, restauration, hébergement, équipements sportifs => INSA : surfaces confortables pour l Enseignement (+44%) et sous-dimensionnées pour la Recherche (-24%) Il ressort de cette analyse des surfaces enseignement, recherche, administration-logistique et vie sociale et service, un surplus de surface pour INSA de l ordre de 22%. C est à dire que les besoins théoriques quantitatifs pour accueillir toutes les fonctions de l INSA sont estimés à m² SHON soit de m² SHON de moins qu actuellement, à partir des ratios SCET. Ce constat partagé peut être nuancé selon les fonctions, avec de manière flagrante un manque de surfaces pour la recherche et des surfaces très confortables pour l enseignement du fait de la politique de l établissement. INP : Equipe SCET BATECO OBRAS - BEHI Rapport définitif Page 13

14 Etat des lieux Analyse de l'existant Effectifs actuels Surfaces actuelles * Evaluation SCET / effectifs actuels INP pers. m² SHON Ratio existant Ratio moyen SCET Surface théorique m² SHON Δ Enseignement ,9 9, ,00 59% INP ,4 6, ,00 6% ENSIACET ,4 9, ,00-29% ENSAT ,0 9, ,00-55% ex ENSIACET Rangueil Recherche ,9 37, ,50 22% Administration/log ,4 28, ,00 66% Vie sociale et services ,9 0, ,50 26% autres surfaces non comptabilisées (FC, ICSI) TOTAL INP ét m² m² soit une différence de surface de m² * Surface école hors documentation, restauration, équipements sportifs => INP : surfaces confortables pour la Recherche (+22%) et déficitaires pour l Enseignement (-37%) hors m² de l ex-ensiacet Rangueil Il ressort de cette analyse des surfaces enseignement, recherche, administration-logistique et vie sociale et service, un surplus de surface pour l INP de l ordre de 43% si l on intègre dans l analyse des surfaces de l ex-ensiacet Rangueil dont les locaux sont intégrés au patrimoine INP mais ne sont pas réattribués à ce jour. Hors m² de l ex-ensiat Rangueil, il ressort de cette analyse un équilibre entre les besoins actuels et les surfaces disponibles (+5% entre l évaluation SCET et surfaces actuelles soit m² SHON). Ce constat partagé peut être nuancé selon les fonctions. La recherche, l administration et la vie sociale et services consomment une surface importante aux dépens de la l enseignement. Equipe SCET BATECO OBRAS - BEHI Rapport définitif Page 14

15 UPS : Effectifs actuels pers. Etat des lieux m² SHON UPS Surfaces actuelles * Ratio existant Ratio moyen SCET Analyse de l'existant Evaluation SCET / effectifs actuels Surface théorique m² SHON Δ Enseignement % UFR Sciences et technologie ,75 à % IUT à % UFR Santé ,75 à 7, % Recherche ,6 37, % UFR Sciences et technologie IUT ,1 37, % UFR Santé Administration/log ,6 28, % Administration UFR ,5 16, % Administration générale ,3 28, % Vie sociale et services autres surfaces ,2 0, % TOTAL UPS m² m² soit une différence de surface de m² * Surface école hors documentation, équipements sportifs, 38 rue des 36 ponts, 39 allée J.Guesdes, FC => UPS : A l échelle globale d UPS, les surfaces sont adaptées pour l Enseignement (-1%) et sousdimensionnées pour la Recherche (-8%) A l échelle du Campus Rangueil, il est intéressant de noter un déficit de surface relativement modeste par rapport aux ratios SCET (-6%). A ce niveau de précision macro, on peut conclure que les surfaces actuelles sont cohérentes avec les besoins, sans pour autant réduire les disparités entre implantations et domaines. Les locaux d enseignement des UFR Sciences et Technologiques semblent être globalement adaptés. La présentation de ce tableau gomme évidemment les différences entre les implantations, ce qui n est pas le but du schéma directeur, mais pose un premier jalon dans une réflexion à mener. Dans le détail, il semble qu il est une disparité des surfaces entre les UFR. A noter, présence de nombreux locaux mutualisés (12%) pour la licence commune et les UFR. Equipe SCET BATECO OBRAS - BEHI Rapport définitif Page 15

16 Taux d occupation des salles : Analyse prenant en compte le changement du mode de calcul Ministère (calcul sur une base de 35h par semaine soit h / an) INSA base de calcul 35h/semaine INP base de calcul 35h/semaine UPS Sciences et Technologies base de calcul 35h/semaine Amphithéâtres et grandes salles 66,2% 78,1% 79,0% Salles banalisées 101,0% 78,7% 81,5% autres Biochimie 19,0% GEI 76,1% CSH 73,4% Génie Civil 37,1% Mécanique 54,5% Mathématique 75,0% Physique 48,6% Salle d'examen 52,0% UPS Santé: information non communiquée UPS IUT: information non communiquée Equipe SCET BATECO OBRAS - BEHI Rapport définitif Page 16

17 I SYNTHESE DES PROJECTIONS THEORIQUE DES BESOINS SELON UNE HYPOTHESE D EVOLUTION DES EFFECTIFS EN 2017 INSA : Etat des lieux Analyse de l'existant Projection théorique à 2017 Effectifs actuels Surfaces actuelles * Evaluation SCET / effectifs actuels Hypothèse Effectifs 2017 ** Surfaces projetées Existant / projeté INSA pers. m² SHON Surface théorique m² SHON Δ pers. Surface théorique m² SHON Enseignement Recherche Administration/log Vie sociale et services ,00 44% ,50-24% ,00-3% ,70 6% autres surfaces TOTAL INSA ét m² m² ét m² + soit une différence de surf m² m² * Surface école hors documentation, restauration, hébergement, équipements sportifs ** Hypothèses d'évolution des effectifs de l'insa : +6,5% pour les étudiants, +2% pour la recherche => Projection théorique : Si le total des surfaces actuelles répond globalement aux besoins projetés, dans le détail la répartition des surfaces par nature d occupation resterait à revoir Equipe SCET BATECO OBRAS - BEHI Rapport définitif Page 17

18 INP : Etat des lieux Analyse de l'existant Projection théorique à 2017 INP Effectifs actuels pers. Surfaces actuelles * m² SHON luation SCET / effectifs act Surface théorique m² SHON Δ Hypothèse Effectifs pers. Surfaces projetées Surface théorique m² SHON Existant / projeté Enseignement ,00-37% INP ,00 6% ENSIACET ,00-29% ENSAT ,00-55% Recherche Administration/log Vie sociale et services ,50 22% ,00 66% ,50 26% autres surfaces non comptabilisées (FC, ICSI, ex-ensiac TOTAL INP ét m² m² ét m² + soit une différence de surfac m² +534m² * Surface école hors documentation, restauration, équipements sportifs ** Hypothèses d'évolution des effectifs de l'inp : +6,5% pour les étudiants, +2% pour la recherche => Projection théorique : Hors m² ex-ensiacet Rangueil dont un programme de restructuration est en cours dans l opération «Maison de la Recherche et de la Valorisation», le total des surfaces actuelles répond juste aux besoins projetés. La répartition par nature d occupation montre un déficit important en surface d enseignement par rapport à des surfaces confortables dédiées à la Recherche et l Administration - Logistique. Equipe SCET BATECO OBRAS - BEHI Rapport définitif Page 18

19 UPS : Etat des lieux Analyse de l'existant Projection théorique à 2017 Effectifs actuels Surfaces actuelles * Evaluation SCET / effectifs actuels Hypothèse Effectifs 2017 ** Surfaces projetées Existant / projeté pers. m² SHON Surface théorique m² SHON Δ pers. Surface théorique m² SHON UPS Enseignement % UFR Sciences et technologie % IUT % UFR Santé % Recherche % UFR Sciences et technologie IUT % UFR Santé Administration/log % Administration UFR % Administration générale % Vie sociale et services % autres surfaces TOTAL UPS m² m² m² -- soit une différence de su m² m² * Surface école hors documentation, équipements sportifs, 38 rue des 36 ponts, 39 allée J.Guesdes, FC ** Hypothèses d'évolution des effectifs de l'université : + 0% pour les étudiants, +2% pour la recherche => Projection théorique : Le total des surfaces actuelles répond approximativement au besoin réel (-6%) et futur (-7%) avec toutefois une répartition des surfaces par occupation «enseignement», «recherche», «administration» et «vie sociale et services» ne répondant pas au besoin évalué. Equipe SCET BATECO OBRAS - BEHI Rapport définitif Page 19

20 I.2 - DIAGNOSTIC TECHNIQUE ET ENERGETIQUE I PRESENTATION DE LA METHODE : Objectifs Etablir une "photographie de l état de santé des bâtiments, axée sur les aspects suivants : - état du clos couvert (structure, façades, toitures), - état des installations techniques (chauffage, ventilation, conditionnement d air, courants forts et faibles), - état des ascenseurs à l appui de diagnostics existants, - état vis-à-vis des réglementations existantes (sécurité incendie, amiante, accessibilité), - performances énergétiques et environnementales au regard du bâti, des installations techniques et des consommations énergétiques. Déroulement du diagnostic A partir des informations recueillies auprès des services immobiliers de chaque établissement, et d investigations complémentaires menées pour conforter les indications fournies. Elaboration de fiches par bâtiment ou par groupe de bâtiments lorsqu ils présentent des similitudes. Ces fiches récapitulent la nature et l état des éléments constructifs et techniques et renseignent sur la situation du bâtiment vis-à-vis de la réglementation, avec un bilan des consommations et étiquettes énergétiques et environnementales associées. Analyse et classement des bâtiments en quatre catégories : - très mauvais état (très dégradé) - mauvais état (dégradé), - état moyen, - bon état. Rapprochement de ces catégories avec le classement Ministère (A à E). Élaboration des étiquettes énergétiques et climat : Catégorie de bâtiment suivant le modèle Diagnostic de Performance Energétique : Bâtiment à usage principal de bureau, administration ou enseignement Bâtiment à occupation continue (hôpital.) Autres bâtiments (gymnase ) Logement Equipe SCET BATECO OBRAS - BEHI Rapport définitif Page 20

21 Energie Facteur de conversion énergie finale énergie primaire Electricité 2.58 Autres énergie 1 Énergie finale : Forme sous laquelle l énergie arrive chez l utilisateur final Énergie primaire : Énergie qui résulte de la première transformation (nucléaire ) Exemple : 1 kwh de gaz naturel = 1 kwhep Energie Facteur de conversion en kg de CO par kwh Bois, biomasse Gaz naturel Fioul domestique Electricité Electricité d origine renouvelable 0 Exemple : 1 kwh de gaz naturel = kg de CO2 Equipe SCET BATECO OBRAS - BEHI Rapport définitif Page 21

Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments

Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments OBJECTIF : PUBLIC CONCERNÉ : Acquérir les méthodes de management des opérations HQE Maîtrise d Ouvrage, Assistants au Maître d Ouvrage, Architectes

Plus en détail

APPEL A PROJETS Bâtiments économes de qualité environnementale en MIDI-PYRENEES 2010-2013

APPEL A PROJETS Bâtiments économes de qualité environnementale en MIDI-PYRENEES 2010-2013 APPEL A PROJETS Bâtiments économes de qualité environnementale en MIDI-PYRENEES 2010-2013 Eléments techniques complémentaires au cahier des charges 2012 et 2013 Ce document précise les conditions d éligibilité

Plus en détail

Dispositifs financiers et fiscaux d'incitation à l'amélioration de la performance thermique des bâtiments. Introduction CAHORS. 21 janvier 2010 DDT 46

Dispositifs financiers et fiscaux d'incitation à l'amélioration de la performance thermique des bâtiments. Introduction CAHORS. 21 janvier 2010 DDT 46 CAHORS 21 janvier 2010 DDT 46 Dispositifs financiers et fiscaux d'incitation à l'amélioration de la performance thermique des bâtiments Introduction Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement

Plus en détail

Département de l Hérault

Département de l Hérault Du diagnostic à l opérationnel, quelles priorités? Le cas des collèges de l Hérault Jean-Pierre Quentin, directeur d exploitation du pôle éducation Patrimoine Conseil général de l Hérault mai 2009 AUDIT

Plus en détail

«Chèque énergies Haute- Normandie» Audit énergétique des maisons individuelles Cahier des charges

«Chèque énergies Haute- Normandie» Audit énergétique des maisons individuelles Cahier des charges «Chèque énergies Haute- Normandie» Audit énergétique des maisons individuelles Cahier des charges Sommaire Préambule...3 1. Objectifs de l audit...4 2. Les compétences du prestataire...4 3. Description

Plus en détail

PRISE EN COMPTE DE L ENVIRONNEMENT AU SEIN DU CONSEIL REGIONAL D AQUITAINE ET DISPOSITIF D ECO-CONDITIONNALITE DES AIDES I Présentation générale :

PRISE EN COMPTE DE L ENVIRONNEMENT AU SEIN DU CONSEIL REGIONAL D AQUITAINE ET DISPOSITIF D ECO-CONDITIONNALITE DES AIDES I Présentation générale : PRISE EN COMPTE DE L ENVIRONNEMENT AU SEIN DU CONSEIL REGIONAL D AQUITAINE ET DISPOSITIF D ECO-CONDITIONNALITE DES AIDES I Présentation générale : 1 -la politique sectorielle 2 - les applications au sein

Plus en détail

QUELLES QUESTIONS POUR UNE ETUDE DE CAS? MODE EXPERT

QUELLES QUESTIONS POUR UNE ETUDE DE CAS? MODE EXPERT QUELLES QUESTIONS POUR UNE ETUDE DE CAS? MODE EXPERT Informations principales * Nom * Description * Concours * Année de construction * Année de livraison * Adresse * Code postal * Ville * Pays * Type de

Plus en détail

L IMMOBILIER DURABLE en tertiaire neuf et dans l existant Quelles solutions? Quels coûts?

L IMMOBILIER DURABLE en tertiaire neuf et dans l existant Quelles solutions? Quels coûts? L IMMOBILIER DURABLE en tertiaire neuf et dans l existant Quelles solutions? Quels coûts? Colloque Sorbonne Immo-RICS 23 juin 2010 23/06/2010 1 SOMMAIRE 1. 1. L Immobilier Durable Quelles définitions?

Plus en détail

Quels sont les projets concernés par l étude de faisabilité des approvisionnements en énergie

Quels sont les projets concernés par l étude de faisabilité des approvisionnements en énergie Etude de faisabilité des approvisionnements en énergie dans le cadre de la mise en œuvre des critères d écoconditionalité des crédits territoriaux de la Région Avant propos Ce document est un outil de

Plus en détail

Performance Énergétique et Bâtiments Existants

Performance Énergétique et Bâtiments Existants Performance Énergétique et Bâtiments Existants LE CONSTAT??? IL EST FAIT!!! Enjeux Outils Concepts Méthodes Exemples LES SOLUTIONS??? ELLES EXISTENT!!! ALTERÉCO 1 Performance énergétique et patrimoine

Plus en détail

CONDUITE D UNE DEMARCHE HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE. Le rôle de la Mission d Assistance à Maîtrise d Ouvrage (AMO)

CONDUITE D UNE DEMARCHE HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE. Le rôle de la Mission d Assistance à Maîtrise d Ouvrage (AMO) CONDUITE D UNE DEMARCHE HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE Le rôle de la Mission d Assistance à Maîtrise d Ouvrage (AMO) Anne GUINARD Karim HAJJI Economie et gestion de la construction, 23 Novembre 2009 Plan

Plus en détail

POLITIQUE IMMOBILIERE DE LA REGION CHAMPAGNE-ARDENNE PLAN PATRIMOINE ENERGIE ACCESSIBILITE PPEA

POLITIQUE IMMOBILIERE DE LA REGION CHAMPAGNE-ARDENNE PLAN PATRIMOINE ENERGIE ACCESSIBILITE PPEA 1 POLITIQUE IMMOBILIERE DE LA REGION CHAMPAGNE-ARDENNE PLAN PATRIMOINE ENERGIE ACCESSIBILITE PPEA SOMMAIRE 1. OBJECTIFS ET ENJEUX 2. METHODOLOGIE 3. AUDIT ENERGETIQUE ET GROS ENTRETIEN 4. STRATEGIE ENERGETIQUE

Plus en détail

COMPTE RENDU DEMARCHE ENVIRONNEMENTALE

COMPTE RENDU DEMARCHE ENVIRONNEMENTALE COMPTE RENDU DEMARCHE ENVIRONNEMENTALE MAITRE D OUVRAGE EHPAD Debrou - Joué-lès-Tours (37) OPERATION PHASE Projet de construction et restructuration de l établissement Profil et incidences de la démarche

Plus en détail

David DELAUNE Chef de projet réglementation thermique

David DELAUNE Chef de projet réglementation thermique Efficacité énergétique des bâtiments 29 juin 2011 David DELAUNE Chef de projet réglementation thermique Ministère de l Ecologie, du Développement Durable, des Transports et du Logement (MEDDTL) Direction

Plus en détail

L ECO-CONDITIONNALITE APPLICABLE AU GUIDE DES AIDES DU DEPARTEMENT DE LA COTE-D OR GENERALITES

L ECO-CONDITIONNALITE APPLICABLE AU GUIDE DES AIDES DU DEPARTEMENT DE LA COTE-D OR GENERALITES L ECO-CONDITIONNALITE APPLICABLE AU GUIDE DES AIDES DU DEPARTEMENT DE LA COTE-D OR GENERALITES PREAMBULE Dans le cadre de son Schéma Départemental du Développement Durable (S3D), le Conseil Général s est

Plus en détail

INDICATIONS DE CORRECTION

INDICATIONS DE CORRECTION SUJET NATIONAL POUR L ENSEMBLE DES CENTRES DE GESTION ORGANISATEURS Technicien principal territorial de 2 ème classe Examen professionnel de promotion interne Examen professionnel d avancement de grade

Plus en détail

Optimisation des coûts de maintenance immobilière et de gros entretien renouvellement

Optimisation des coûts de maintenance immobilière et de gros entretien renouvellement Optimisation des coûts de maintenance immobilière et de gros entretien renouvellement HOPITECH 9 octobre 2014 Philippe Crépin 01 57 27 11 63 ou philippe.crepin@anap.fr Agence Nationale d Appui à la Performance

Plus en détail

FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building

FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building Bruxelles - 13 avril 2011 David JUIN Chef de projet réglementation thermique Ministère de l écologie, du développement durable, des transports et du logement

Plus en détail

Maison. Solidarité. de la COMMUNIQUE DE PRESSE ORTHEZ AQUITAINE

Maison. Solidarité. de la COMMUNIQUE DE PRESSE ORTHEZ AQUITAINE COMMUNIQUE DE PRESSE Maison de la Solidarité ORTHEZ AQUITAINE La MSD d Orthez vient de recevoir la certification HQE, la Labellisation BBC et le passeport International Bâtiment Durable C est le premier

Plus en détail

Rénovation énergétique

Rénovation énergétique Rénovation énergétique Vers des feuilles de route pragmatiques pour les logements équipés de chauffage collectif Une étude confiée par Fedene à Cardonnel Ingénierie Conférence de presse 2 avril 2014 Flora

Plus en détail

ETUDE URBAINE ET PAYSAGERE PRE-OPERATIONNELLE DU CŒUR DE LANSLEVILLARD, DU QUARTIER DE LA MAIRIE ET DE LA RUE ST ROCH

ETUDE URBAINE ET PAYSAGERE PRE-OPERATIONNELLE DU CŒUR DE LANSLEVILLARD, DU QUARTIER DE LA MAIRIE ET DE LA RUE ST ROCH CAHIER DES CHARGES Commune de Lanslevillard MAI 2013 ETUDE URBAINE ET PAYSAGERE PRE-OPERATIONNELLE DU CŒUR DE LANSLEVILLARD, DU QUARTIER DE LA MAIRIE ET DE LA RUE ST ROCH SOMMAIRE 1/ Modalités d intervention

Plus en détail

CRÉATION DE BUREAUX Etude préalable SIVOM de RIEUX Commune de SALLE SUR GARONNE

CRÉATION DE BUREAUX Etude préalable SIVOM de RIEUX Commune de SALLE SUR GARONNE CRÉATION DE BUREAUX Etude préalable SIVOM de RIEUX Commune de SALLE SUR GARONNE Stéphane COUDERC AVRIL 2011 Conseil d Architecture d Urbanisme et de l Environnement de la Haute-Garonne 1, rue Matabiau-31

Plus en détail

Obligations et rôles des collectivités en terme d économies d énergie et d éco-construction

Obligations et rôles des collectivités en terme d économies d énergie et d éco-construction l'image est endommagée. Redémarrez l'ordinateur, puis ouvrez à nouveau le fichier. Si le x rouge est toujours affiché, vous devrez peut -être supprimer l'image avant de la réinsérer. Obligations et rôles

Plus en détail

Logement Social et Développement Durable

Logement Social et Développement Durable Société Audoise et Ariégeoise d HLM Logement Social et Développement Durable 30 Novembre 2010 Plan Stratégique Energétique Bouquet Energétique Rénovation BBC Effinergie 188 logts Le Viguier Constats -

Plus en détail

Convention Qualité de réhabilitation du parc privé

Convention Qualité de réhabilitation du parc privé Convention Qualité de réhabilitation du parc privé Version 16 juin 2011 1 Sommaire Préambule 3 1 - Périmètre d application 4 2 - Préconisations générales 4 Le diagnostic préalable 4 Le projet de réhabilitation

Plus en détail

SERVICE PATRIMOINE CONSULTATION POUR DEMANDE DE DEVIS

SERVICE PATRIMOINE CONSULTATION POUR DEMANDE DE DEVIS SERVICE PATRIMOINE CONSULTATION POUR DEMANDE DE DEVIS CAHIER DES CHARGES RELATIF AU DIAGNOSTIC ET AU SCHEMA DIRECTEUR POUR LA MISE EN SECURITE DU PATRIMOINE DE L'INSTITUT FRANÇAIS DE MECANIQUE AVANCEE

Plus en détail

APPEL A PROJETS FEDER CONSTRUCTION A «ENERGIE POSITIVE»

APPEL A PROJETS FEDER CONSTRUCTION A «ENERGIE POSITIVE» APPEL A PROJETS FEDER CONSTRUCTION A «ENERGIE POSITIVE» A destination des acteurs publics de la Région Nord Pas de Calais Programme Opérationnel FEDER 2014 2020 Axe 3 «conduire la transition énergétique

Plus en détail

SERVICE PATRIMOINE CONSULTATION POUR DEMANDE DE DEVIS

SERVICE PATRIMOINE CONSULTATION POUR DEMANDE DE DEVIS SERVICE PATRIMOINE CONSULTATION POUR DEMANDE DE DEVIS CAHIER DES CHARGES RELATIF A UN AUDIT DE PERFORMANCE ENERGETIQUE DE L'INSTITUT FRANÇAIS DE MECANIQUE AVANCEE Date limite d envoi de l'offre : 30 avril

Plus en détail

Evolution de la réglementation thermique dans l ancien et dans le neuf, RT2012

Evolution de la réglementation thermique dans l ancien et dans le neuf, RT2012 Evolution de la réglementation thermique dans l ancien et dans le neuf, RT2012 Jacques FAUCHER Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement du Limousin 1 Sommaire 1. Le contexte

Plus en détail

COMMUNE DE NOUZILLY PROGRAMME DE CONSULTATION DE MAITRISE D ŒUVRE RENOVATION ET MISE AUX NORMES DU GYMNASE COMMUNAL DE NOUZILLY

COMMUNE DE NOUZILLY PROGRAMME DE CONSULTATION DE MAITRISE D ŒUVRE RENOVATION ET MISE AUX NORMES DU GYMNASE COMMUNAL DE NOUZILLY COMMUNE DE NOUZILLY PROGRAMME DE CONSULTATION DE MAITRISE D ŒUVRE RENOVATION ET MISE AUX NORMES DU GYMNASE COMMUNAL DE NOUZILLY CAHIER DES CHARGES POUR LA DESIGNATION D UN MAITRE D OEUVRE NOVEMBRE 2015

Plus en détail

Les labels énergétiques des bâtiments

Les labels énergétiques des bâtiments Document n 2010-06-25, BBC Les labels énergétiques des bâtiments 1 Sommaire Introduction Rappels Les critères évalués Les repères énergétiques Exemple de réalisation RT 2005 Les exigences De la RT 2005

Plus en détail

ENSAIT. Réhabilitation du bâtiment A

ENSAIT. Réhabilitation du bâtiment A ENSAIT Réhabilitation du bâtiment A 1 Préambule Dans le cadre de la réhabilitation du bâtiment A, l ENSAIT a souhaité suivre une démarche HQE, avec des objectifs BBC, qui conditionnait une demande de subvention

Plus en détail

RT 2012 / BBC : nos solutions performantes. climat d innovation

RT 2012 / BBC : nos solutions performantes. climat d innovation RT 2012 / BBC : nos solutions performantes climat d innovation Les principales solutions Viessmann pour les Bâtiments Basse Consommation qui préfigurent la nouvelle Règlementation Thermique 2012 Performance

Plus en détail

AVIS. sur le schéma pluriannuel de stratégie immobilière de l Université Paris Descartes

AVIS. sur le schéma pluriannuel de stratégie immobilière de l Université Paris Descartes 2013-03 Séance du 27 février 2013 Conseil de l immobilier de l État AVIS sur le schéma pluriannuel de stratégie immobilière de l Université Paris Descartes Vu le décret n 2011-1388 du 28 octobre 2011 modifi

Plus en détail

L ECO-CONDITIONNALITE DES AIDES DU CONSEIL GENERAL EN FAVEUR DE LA RENOVATION DES BATIMENTS

L ECO-CONDITIONNALITE DES AIDES DU CONSEIL GENERAL EN FAVEUR DE LA RENOVATION DES BATIMENTS L ECO-CONDITIONNALITE DES AIDES DU CONSEIL GENERAL EN FAVEUR DE LA RENOVATION DES BATIMENTS Rénovation du centre médico-social de SAINT-LO. Crédits CG50 Avril 2012 1. Qu est ce que l éco-conditionnalité

Plus en détail

Mener à bien son projet de rénovation thermique en copropriété

Mener à bien son projet de rénovation thermique en copropriété Mener à bien son projet de rénovation thermique en copropriété 1 Actualités réglementaires et financières Rôle et positionnement de l'asder 1ères réflexions des copropriétaires Phase d'audit Phase d'etude

Plus en détail

Cahier des charges pour le diagnostic d un réseau de chaleur

Cahier des charges pour le diagnostic d un réseau de chaleur Union sociale pour l habitat - ADEME AMORCE HABITAT ET TERRITOIRES CONSEIL Cahier des charges pour le diagnostic d un réseau de chaleur CONTRAT N T266 01 887 HABITAT ET TERRITOIRES CONSEIL Affaire suivie

Plus en détail

AUDIT ENERGETIQUE. Immeuble logement collectif - Copropriété. Notre démarche Notre étude Notre rapport. Vos Bâtiments Vos Besoins Vos Objectifs

AUDIT ENERGETIQUE. Immeuble logement collectif - Copropriété. Notre démarche Notre étude Notre rapport. Vos Bâtiments Vos Besoins Vos Objectifs AUDIT ENERGETIQUE Immeuble logement collectif - Copropriété Vos Bâtiments Vos Besoins Vos Objectifs Notre démarche Notre étude Notre rapport ECIC : depuis 1991 2 agences : ITTEVILLE (91) & BORDEAUX (33)

Plus en détail

De la conception à l exploitation d un Bâtiment Basse Consommation Des outils de suivi de l efficacité énergétique et HQE

De la conception à l exploitation d un Bâtiment Basse Consommation Des outils de suivi de l efficacité énergétique et HQE De la conception à l exploitation d un Bâtiment Basse Consommation Des outils de suivi de l efficacité énergétique et HQE AV- COFUHAT 2011 1 Des besoins d une construction à l utilisation: l ensemble des

Plus en détail

TP N 14 : RÉDUCTION DE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE D UN BÂTIMENT ETT 1.2.3

TP N 14 : RÉDUCTION DE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE D UN BÂTIMENT ETT 1.2.3 Centres d'intérêt abordés Niveau d analyse Objectifs pédagogiques Connaissances Activités (3 H) Ressources matérielles Énergie Comportemental 1.2.3 Utilisation raisonnée des ressources Efficacité Réduction

Plus en détail

Challenge Construction Durable 2014. Réhabilitation du bâtiment C

Challenge Construction Durable 2014. Réhabilitation du bâtiment C Challenge Construction Durable 2014 Réhabilitation du bâtiment C Challenge Construction Durable 2014 1. Introduction 2. Analyse et proposition architecturale 3. Traitement de l enveloppe 4. Accessibilité

Plus en détail

Bilan d'émissions de gaz à effet de serre SNI

Bilan d'émissions de gaz à effet de serre SNI Bilan d'émissions de gaz à effet de serre SNI Direction du patrimoine Le 12/12/2014 SNI - 125 avenue de Lodève - CS 70007-34074 Montpellier Cedex 3 Tél. : 04 67 75 96 40 - www.groupesni.fr Siège social

Plus en détail

LABEL RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE

LABEL RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE LABEL PROMOTELEC RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE Retour d expérience LABEL RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE Édition 215 LOGEMENTS COLLECTIFS - MAISONS INDIVIDUELLES Sommaire Préambule 4 1 - ANALYSE DU MARCHÉ DE LA LABELLISATION

Plus en détail

FORUM ACTUALITES CONSTRUCTION

FORUM ACTUALITES CONSTRUCTION FORUM ACTUALITES CONSTRUCTION Réglementation RT 2012 : nouveaux mécanismes et principales différences par rapport à la RT 2005 Jean-Pierre BARDY Sous-directeur de la qualité et du développement durable

Plus en détail

Dossier de presse - Salon de l habitat durable Familles Rurales de Saint-Avé 1

Dossier de presse - Salon de l habitat durable Familles Rurales de Saint-Avé 1 Familles Rurales de Saint-Avé 1 Introduction Après le succès de la première édition en 2008, Familles Rurales a décidé d organiser le deuxième salon de l habitat durable les 18 et 19 avril 2009 à Saint

Plus en détail

Toulouse CAMPUS. Université de Toulouse 4 universités - 12 écoles - 1CUFR environ 100 000 étudiants. Centre Ville. Ouest (Purpan) Sud-Ouest (Mirail)

Toulouse CAMPUS. Université de Toulouse 4 universités - 12 écoles - 1CUFR environ 100 000 étudiants. Centre Ville. Ouest (Purpan) Sud-Ouest (Mirail) Toulouse CAMPUS Université de Toulouse 4 universités - 12 écoles - 1CUFR environ 100 000 étudiants Université Toulouse 1 - Sciences sociales Université Toulouse 2 - Le Mirail, Université Toulouse 3 - Paul

Plus en détail

Réglementation thermique 2012 :

Réglementation thermique 2012 : Réglementation thermique 2012 : un saut énergétique pour les bâtiments neufs Bernard Suard-MEDDTL Avril 2011 Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement Ministère de

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (Projet de C.C.T.P.) Étude de Faisabilité Choix Énergétique

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (Projet de C.C.T.P.) Étude de Faisabilité Choix Énergétique MARCHES PUBLICS DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (Projet de C.C.T.P.) Étude de Faisabilité Choix Énergétique SOMMAIRE TITRE I - CONTEXTE GÉNÉRAL DU MARCHE... 3

Plus en détail

Appel à projets. Bâtiments Aquitains Basse Energie 2014

Appel à projets. Bâtiments Aquitains Basse Energie 2014 Appel à projets Bâtiments Aquitains Basse Energie 2014 REGLEMENT 1. CONTEXTE : Réduire la consommation d énergie est une nécessité pour répondre aux défis du changement climatique et à l épuisement des

Plus en détail

Conseil en Orientation Énergétique du Patrimoine de Rians

Conseil en Orientation Énergétique du Patrimoine de Rians Conseil en Orientation Énergétique du Patrimoine de Rians Restitution Finale 12 février 2013 ADEV Énergie, 2 rue Jules Ferry -36300 Le Blanc Tél: 02 54 37 19 68 Fax: 02 54 37 99 27 Port: 06.67.29.44.35

Plus en détail

OFFRE DE SERVICE. Référence : GA/NT/P.180613593

OFFRE DE SERVICE. Référence : GA/NT/P.180613593 Etudes & Contrôles thermiques 38, avenue du Midi - 91760 ITTEVILLE Tél. : 01 69 90 86 10 - Fax : 01 69 90 91 59 Adresse postale: BP 70017-91610- BALLANCOURT E-mail : bet.ecic@wanadoo.fr - Site : www.bet-ecic.fr

Plus en détail

Catalogue de formations

Catalogue de formations www.h3c-energies.fr Catalogue de formations Efficacité énergétique des bâtiments neufs et existants Climat et développement durable Maintenance des installations techniques Éco-conception et qualité environnementale

Plus en détail

Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables

Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables Accordons nos projets Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables Les équipes de GrDF au service des bailleurs sociaux pour une rénovation durable de leur patrimoine

Plus en détail

La maison gaz naturel basse consommation

La maison gaz naturel basse consommation La maison gaz naturel basse consommation Construction individuelle neuve Pourquoi opter pour une maison basse consommation au gaz naturel? Vous êtes au cœur d un projet important : la construction d une

Plus en détail

RTEX La La réglementation pour les bâtiments existants 48

RTEX La La réglementation pour les bâtiments existants 48 La RTEX La réglementation pour les bâtiments existants 48 Les grands principes p À quel moment de la vie d un bâtiment? À l occasion de travaux de rénovation, de remplacement ou d installation ti dans

Plus en détail

Jean-Yves RICHARD ADEME

Jean-Yves RICHARD ADEME «Matériau de structure,isolant et biocombustible, le bois, une matière au service de la construction durable» - le 12 janvier 2009 Les enjeux environnementaux du bâtiment Jean-Yves RICHARD ADEME Le réchauffement

Plus en détail

CONCOURS DE RECRUTEMENT EXTERNE/INTERNE DE SECRETAIRES ADMINISTRATIFS DES ADMINISTRATIONS DE L'ETAT

CONCOURS DE RECRUTEMENT EXTERNE/INTERNE DE SECRETAIRES ADMINISTRATIFS DES ADMINISTRATIONS DE L'ETAT MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER en charge des technologies vertes et des négociations sur le climat CONCOURS DE RECRUTEMENT EXTERNE/INTERNE DE SECRETAIRES ADMINISTRATIFS

Plus en détail

Scénario d aménagement

Scénario d aménagement Direction Générale Adjointe chargée de la Jeunesse, de l Education, Du Sport et de la Vie Associative Restructuration du Collège Montaigne à Lormont Scénario d aménagement Version 2 06 avril 2010 Préambule

Plus en détail

LE BATIMENT L HABITAT

LE BATIMENT L HABITAT LE BATIMENT L HABITAT L habitat est en France le plus gros consommateur d'énergie parmi tous les secteurs économiques, avec 70 millions de tonnes équivalent pétrole (tep). Soit 43 % de l'énergie finale

Plus en détail

Enéides propose, après analyse des besoins du client:

Enéides propose, après analyse des besoins du client: L énergie et le réchauffement climatique sont des enjeux majeurs du 21ème siècle. La disponibilité et le coût respectif des différentes énergies rendent nécessaire la maîtrise de nos consommations et un

Plus en détail

6 LA POLITIQUE IMMOBILIÈRE

6 LA POLITIQUE IMMOBILIÈRE 6 LA POLITIQUE IMMOBILIÈRE SOMMAIRE 6.1 Les orientations immobilières au regard du nouveau cadre budgétaire 127 6.2 Les informations utiles à la négociation 128 I - L existant 130 II - Le bilan 136 III

Plus en détail

Audit Energétique des Bâtiments

Audit Energétique des Bâtiments Audit Energétique des Bâtiments Introduction Le Grenelle Environnement La règlementation L Audit Energétique Exemples de rénovation Conclusion 2 Le Grenelle Environnement 3 Le Grenelle Environnement 2009

Plus en détail

Construction de 30 logements à structure bois «énergie positive» «Les Héliades» Z.U.S. de Saint Roch Saint-Dié-Des-Vosges

Construction de 30 logements à structure bois «énergie positive» «Les Héliades» Z.U.S. de Saint Roch Saint-Dié-Des-Vosges Construction de 30 logements à structure bois «énergie positive» «Les Héliades» Z.U.S. de Saint Roch Saint-Dié-Des-Vosges SA LE TOIT VOSGIEN BP 31 88100 SAINT-DIE-DES-VOSGES / F. LAUSECKER ARCHITECTE /

Plus en détail

PLAN CLIMAT ENERGIE TERRITORIAL DE QUINT-FONSEGRIVES. PREMIERE ACTION : Rénovation énergétique de l'école élémentaire

PLAN CLIMAT ENERGIE TERRITORIAL DE QUINT-FONSEGRIVES. PREMIERE ACTION : Rénovation énergétique de l'école élémentaire PLAN CLIMAT ENERGIE TERRITORIAL DE QUINT-FONSEGRIVES PREMIERE ACTION : Rénovation énergétique de l'école élémentaire Rappel du contexte Adoption d un Plan Climat Energie Territorial en Conseil municipal

Plus en détail

Prendre en compte les enjeux de développement durable

Prendre en compte les enjeux de développement durable Contrat de territoire2007 2013 Programme d action pluriannuel Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires. Prendre en compte les enjeux de développement durable FICHE ACTION

Plus en détail

Ascenseur à créer. Enduit ciment blanc. Bandeau béton. Enduit ciment blanc. Plaquette de terre-cuite identique à l existant. Enduit ciment blanc

Ascenseur à créer. Enduit ciment blanc. Bandeau béton. Enduit ciment blanc. Plaquette de terre-cuite identique à l existant. Enduit ciment blanc Bâtiment d une surface de 1030 m² créé dans l enceinte du lycée Jean ZAY. Ascenseur à créer Bandeau béton Elévation Façade Nord Bardage bois vertical Bardage cassette aluminium laqué RAL7016 Menuiseries

Plus en détail

La copropriété et les économies d'énergie : de l'audit aux travaux

La copropriété et les économies d'énergie : de l'audit aux travaux La copropriété et les économies d'énergie : de l'audit aux travaux L Association des Responsables de Copropriété 14 000 copropriétés adhérentes Une association indépendante Une association représentative

Plus en détail

Comment rénover efficacement son parc immobilier?

Comment rénover efficacement son parc immobilier? Comment rénover efficacement son parc immobilier? Quel est l état énergétique de mon parc immobilier? Quels indicateurs actuels et futurs à prendre en compte? Quels objectifs de performance viser et à

Plus en détail

Mission d expertises techniques, démarche HQE et audit énergétique de 100 collèges

Mission d expertises techniques, démarche HQE et audit énergétique de 100 collèges Mission d expertises techniques, démarche HQE et audit énergétique de 100 collèges Conseil Général des Hauts de Seine En partenariat avec les bureaux d étude Trivalor et Nextep Cette action a comme principal

Plus en détail

REHABILITATION DURABLE ET DIAGNOSTIC TECHNIQUE EN BATI ANCIEN

REHABILITATION DURABLE ET DIAGNOSTIC TECHNIQUE EN BATI ANCIEN Centre de formation à la réhabilitation du patrimoine architectural REHABILITATION DURABLE ET DIAGNOSTIC TECHNIQUE EN BATI ANCIEN PRESENTATION Les travaux de réhabilitation des bâtiments existants se trouvent

Plus en détail

Économies d'énergie Comment agir

Économies d'énergie Comment agir Économies d'énergie Comment agir Impact des nouvelles règlementations thermiques sur les Établissements de Santé 31 mai 2012 Commissariat Général au Développement durable 1 Sommaire Contexte et enjeux

Plus en détail

PARC D ACTIVITÉS... ÉVALUATION TOTAL. C Nom de la structure Contact. Structure 1. Structure 2. Structure 3. structure 4.

PARC D ACTIVITÉS... ÉVALUATION TOTAL. C Nom de la structure Contact. Structure 1. Structure 2. Structure 3. structure 4. PARC D ACTIVITÉS... PARTIES PRENANTES C Nom de la structure Contact Structure 1 Structure 2 Structure 3 structure 4 ÉLÉMENTS CLÉS DESCRIPTION DU PARC RÉCAPITULATIF DES NOTES Volet gouvernance et sociétal

Plus en détail

11_ Coût global. Cette analyse présente un retour sur les simulations du coût global des maisons de Hunspach et de Ludwigswinkel.

11_ Coût global. Cette analyse présente un retour sur les simulations du coût global des maisons de Hunspach et de Ludwigswinkel. 11_ Coût global Cette analyse présente un retour sur les simulations du coût global des maisons de Hunspach et de Ludwigswinkel. P A N O P T I Q U E P o r t e r u n r e g a r d g l o b a l s u r l E d

Plus en détail

La RT 2012... 2. les labels énergétiques

La RT 2012... 2. les labels énergétiques 1.2.2. RT 2012 ChapitRe Règlementation thermique 1 - Réglementation et labels - Volet pratique La RT 2012... La Rt 2012, publiée au Journal Officiel le 27 octobre 2010, intègre les conclusions du Grenelle

Plus en détail

DURABLE DES BÂTIMENTS EN RHÔNE-ALPES

DURABLE DES BÂTIMENTS EN RHÔNE-ALPES MountEE - Efficacité énergétique et construction durable dans les communes européennes de montagne EIE/11/007/SI2.615937 BONNES PRATIQUES CONCERNANT LA CONSTRUCTION ET LA REHABILITATION DURABLE DES BÂTIMENTS

Plus en détail

GREEN BUILDING WEEK Visite du 24 Prony. 25 septembre 2014

GREEN BUILDING WEEK Visite du 24 Prony. 25 septembre 2014 GREEN BUILDING WEEK Visite du 24 Prony 25 septembre 2014 Présentation Covéa Immobilier Loïc Lecallo Le Groupe Covéa N 1 en assurance de dommage aux biens de particuliers en France, Covéa qui réunit les

Plus en détail

Avertissement - Légende des données

Avertissement - Légende des données Cartographie Energie - CO 2 des Universités françaises Université du SUD TOULON ET DU VAR Synthèse des données Avertissement - Légende des données Les données de cette cartographie sont issues d une campagne

Plus en détail

Développement durable de l'université Paris 1 Panthéon -Sorbonne : Audit thermique

Développement durable de l'université Paris 1 Panthéon -Sorbonne : Audit thermique 27/09/2010 Développement durable de l'université Paris 1 Panthéon -Sorbonne : Audit thermique Dans un contexte de changement climatique et de raréfaction de ressources énergétiques non renouvelables, la

Plus en détail

Un Objectif du Grenelle Environnement

Un Objectif du Grenelle Environnement Un saut énergétique Avec la RT2012, le Grenelle Environnement prévoit de diviser par 3 la consommation énergétique des bâtiments neufs d habitation et d usage tertiaire, soit : une consommation d énergie

Plus en détail

REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES

REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES Le Schéma Régional de Développement Economique prévoit dans son orientation intitulée Promouvoir une attractivité économique durable, axe 5 une stratégie foncière pour

Plus en détail

Planification énergétique territoriale. Ville de Besançon 8 SEPTEMBRE 2010. Direction de la Maîtrise de l Énergie septembre 2010

Planification énergétique territoriale. Ville de Besançon 8 SEPTEMBRE 2010. Direction de la Maîtrise de l Énergie septembre 2010 Planification énergétique territoriale Ville de Besançon 8 SEPTEMBRE 2010 LE CONTEXTE la Ville de Besançon développe depuis de nombreuses années une politique environnementale et énergétique : dès 1978,

Plus en détail

Guide méthodologique POUR LES VILLES SOUHAITANT RÉALISER UN AUDIT ÉNERGÉTIQUE DU PATRIMOINE BÂTI ANCIEN

Guide méthodologique POUR LES VILLES SOUHAITANT RÉALISER UN AUDIT ÉNERGÉTIQUE DU PATRIMOINE BÂTI ANCIEN Guide méthodologique POUR LES VILLES SOUHAITANT RÉALISER UN AUDIT ÉNERGÉTIQUE DU PATRIMOINE BÂTI ANCIEN Sous l impulsion du plan bâtiment du Grenelle de l environnement, qui a fixé un objectif ambitieux

Plus en détail

DEVOLUTION DU PATRIMOINE

DEVOLUTION DU PATRIMOINE DEVOLUTION DU PATRIMOINE L UNIVERSITE DE TOULOUSE 1, DEUXIEME UNIVERSITE PROPRIETAIRE DE SES MURS JEUDI 12 MAI 2011 Déplacement de Valérie Pécresse à l université de Toulouse 1 LES ENJEUX DE LA DEVOLUTION

Plus en détail

L Audit Énergétique de Qualité: Une clé essentielle pour atteindre les objectifs du Grenelle

L Audit Énergétique de Qualité: Une clé essentielle pour atteindre les objectifs du Grenelle Chambre de l Ingénierie et du Conseil de France L Audit Énergétique de Qualité: Une clé essentielle pour atteindre les objectifs du Grenelle P LE BORGNE CICF H DESPRETZ ADEME Pourquoi l audit énergétique?

Plus en détail

Bilan des actions de développement durable Période 2005-2012

Bilan des actions de développement durable Période 2005-2012 Bilan des actions de développement durable Période 2005-2012 1. Contexte général L ambition de l Ecole Centrale de Lyon est d inculquer à ses élèves, futurs décideurs, le réflexe du «développement durable»

Plus en détail

GUIDE MÉTHODOLOGIQUE POUR UNE CONSTRUCTION DURABLE. Responsabilité et autorité Maîtrise d ouvrage directe

GUIDE MÉTHODOLOGIQUE POUR UNE CONSTRUCTION DURABLE. Responsabilité et autorité Maîtrise d ouvrage directe GUIDE MÉTHODOLOGIQUE POUR UNE CONSTRUCTION DURABLE Responsabilité et autorité Maîtrise d ouvrage directe ORGANIGRAMME GENERAL Maîtrise d Œuvre Interne au Cg Service Marché Utilisateurs Maintenance Directions

Plus en détail

Paris, le 14 mars 2012. Contacts presse Mairie de Paris Damien Stéffan 01 42 76 49 61 service.presse@paris.fr

Paris, le 14 mars 2012. Contacts presse Mairie de Paris Damien Stéffan 01 42 76 49 61 service.presse@paris.fr Paris, le 14 mars 2012 Rénovation énergétique des écoles parisiennes grâce au Contrat de Partenariat et de Performance Energétique (CPPE) Visite de l école Asseline, le 14 mars 2012 Dossier de presse Contacts

Plus en détail

DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES?

DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES? DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES? DOSSIER N 5 MARS 2013 DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFERENCES? POURQUOI RÉALISER UN DPE? Qui réalise un DPE? Le Diagnostic de Performance Energétique

Plus en détail

>I En savoir plus I Développement durable

>I En savoir plus I Développement durable g Qu est ce que c est? 1987 Rapport Brundtland Commission des Nations Unies sur l Environnement et le Développement «Le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans

Plus en détail

CONTRIBUTION DU GROUPEMENT DES BAILLEURS SOCIAUX DE LA VIENNE (GBSV) «PRECARITE ENERGETIQUE» PDALPD DE LA VIENNE

CONTRIBUTION DU GROUPEMENT DES BAILLEURS SOCIAUX DE LA VIENNE (GBSV) «PRECARITE ENERGETIQUE» PDALPD DE LA VIENNE CONTRIBUTION DU GROUPEMENT DES BAILLEURS SOCIAUX DE LA VIENNE (GBSV) «PRECARITE ENERGETIQUE» PDALPD DE LA VIENNE Le Mouvement Hlm national s est engagé, dans le cadre de son projet adopté en 2008 puis

Plus en détail

Le Bâtiment à Energie Positive (BEPOS) Point d étape 2013. Germain Gouranton TCE - Terre Ciel Energies

Le Bâtiment à Energie Positive (BEPOS) Point d étape 2013. Germain Gouranton TCE - Terre Ciel Energies Le Bâtiment à Energie Positive (BEPOS) Point d étape 2013 Germain Gouranton TCE - Terre Ciel Energies Le cadre Le bâtiment : 25 % des GES, 69 Mtep de consommation et 46% de la consommation totale d énergie

Plus en détail

Dossier de présentation

Dossier de présentation INGENIERIE Bureau d Etudes Thermiques Dossier de présentation Mise à jour mai 2012 Kalisaya Ingenierie, 20 montée de Beauregard 07200 AUBENAS. Tél. : 06 86 41 11 47 Site internet : www.kalisaya-ingenierie.fr

Plus en détail

Ateliers techniques de l ALE - Gestion de l énergie du patrimoine bâti des collectivités

Ateliers techniques de l ALE - Gestion de l énergie du patrimoine bâti des collectivités Direction des bâtiments 24 mars 2009 Ateliers techniques de l ALE - Gestion de l énergie du patrimoine bâti des collectivités Présentation de l'analyse énergétique du patrimoine de la Ville de Villeurbanne

Plus en détail

1.1 - Favoriser l accueil et le développement des. entreprises

1.1 - Favoriser l accueil et le développement des. entreprises Module 1 : Formation, développement et innovation économique 1.1 - Favoriser l accueil et le développement des réservée : 560 000 OBJECTIFS STRATÉGIQUES - Encourager les modes de production responsables

Plus en détail

Groupe de travail du Plan Bâtiment Durable. Rénovation des logements : du diagnostic à l usage Créons la «carte vitale» du logement «!

Groupe de travail du Plan Bâtiment Durable. Rénovation des logements : du diagnostic à l usage Créons la «carte vitale» du logement «! Groupe de travail du Plan Bâtiment Durable Rénovation des logements : du diagnostic à l usage Créons la «carte vitale» du logement «! Contribution de la Région Franche Comté Retour d expérience du programme

Plus en détail

Témoignage REHABILITATION en bureaux

Témoignage REHABILITATION en bureaux Témoignage REHABILITATION en bureaux Image projet Communauté de communes Cœur du Var Novembre 2009 P r é s e n t a tio n : C h a n ta l LAR R O U TU RE Contexte Communauté de communes Cœur du Var Bureaux

Plus en détail

Bâtiments tertiaires Logement collectifs. Est-il possible de rentabiliser la rénovation énergétique?

Bâtiments tertiaires Logement collectifs. Est-il possible de rentabiliser la rénovation énergétique? Bâtiments tertiaires Logement collectifs Est-il possible de rentabiliser la rénovation énergétique? Renotics décembre 2012 Pourquoi rénover? Décembre 2012 1. Pourquoi rénover? Rénover = lutter contre la

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DES PRODUITS ET SYSTEMES «CONFORT ET ECONOMIE D ENERGIE» DISPONIBLES EN GUYANE ANNEXES 1. GLOSSAIRE 2. ECODOM

GUIDE PRATIQUE DES PRODUITS ET SYSTEMES «CONFORT ET ECONOMIE D ENERGIE» DISPONIBLES EN GUYANE ANNEXES 1. GLOSSAIRE 2. ECODOM ANNEXES 1. GLOSSAIRE 2. ECODOM 3. CLIMATISATION PERFORMANTE 4. HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE MDE Conseil & Concept Energie / Nov. 2004 98 GLOSSAIRE ACERMI (Association pour la certification de Matériaux

Plus en détail