EVOLUTION DEMOGRAPHIQUE ET ECONOMIQUE DES SENIORS A L HORIZON Conséquences de la poussée démographique sur la consommation de biens et services

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EVOLUTION DEMOGRAPHIQUE ET ECONOMIQUE DES SENIORS A L HORIZON 2030. Conséquences de la poussée démographique sur la consommation de biens et services"

Transcription

1 EVOLUTION DEMOGRAPHIQUE ET ECONOMIQUE DES SENIORS A L HORIZON 2030 Conséquences de la poussée démographique sur la consommation de biens et services Jean-Gilles Cahn

2 UNE CERTITUDE : LE VIEILLISSEMENT DE LA POPULATION Vieillissement par la haut 2 causes : - allongement durée de vie (tendance lourde) - vague des Baby-boomers (phénomène historique) Vieillissement par la bas : faible Vieillissement absolu En 2030 les «60 ans et plus» environ 20 millions (+ 7 millions / 2005) Vieillissement relatif source : INSEE 2006 Passage de 21 à 29% de la population totale

3 REVENUS DES SENIORS D ICI 2030 : TASSEMENT INDIVIDUEL, MAIS RENFORCEMENT COLLECTIF Situation actuelle : les revenus des retraités sont proches des revenus des actifs (chiffres source COR) Selon définition 85 % < Revenu retraités / Revenu actifs < 98 % 93 % < Revenu retraités / Revenu ensemble < 104 % Estimation 2030 (base travaux du Conseil d Orientation des Retraites) Niveau individuel Niveau collectif Evolution du ratio Pension Retraite / Revenu d activité = -15 % cause = indexation sur les prix Evolution des retraites x Croissance démographique : Croissance absolue : la masse des retraites croît de l ordre de 85 % Croissance relative : Total retraites 60 ans et + / Total revenus d activité passe de 34 % (2005) à 43 % (2030)

4 LA CONSOMMATION ACTUELLE ans Du Revenu à la Consommation : rôle du taux d épargne Alimentation Habillement Logement Santé Transports, Télécom Loisirs, culture ans 65 ans et + Les ménages de 65 ans et plus consomment un tiers en moins que les ménages plus jeunes (d environ euros, à un peu plus de pour les autres) Causes sous-consommation : moindre envie de consommer / accoutumance vétusté équipement / moindre attrait nouveauté / propension à l épargne (peur du risque, volonté de transmettre) / insatisfaction pour l offre actuelle Vision pessimiste car combinaison de différents effets : - «effet de revenu», - taille des ménages, - et surtout «effet d âge» x «effet de génération»

5 «EFFET D AGE» et «EFFET DE GENERATION» Evolution de la consommation totale selon l âge 1,1 1,05 Courbe «observations brutes» : photo à moment t de la consommation d individus de générations différentes 1 0,95 0,9 0,85 0,8 0,75 0, observations brutes source : INSEE 1999

6 «EFFET D AGE» et «EFFET DE GENERATION» Evolution de la consommation totale selon l âge 1,1 1,05 1 0,95 0,9 0,85 Courbe «observations brutes» : photo à moment t de la consommation d individus de générations différentes Courbe «pur effet d âge» : ce que serait la propension à consommer à mesure de l avancée en âge pour les individus d une même génération 0,8 0,75 0, Conclusion : il y a bien sous-consommation des personnes âgées mais amoindrie observations brutes pur effet d'âge source : INSEE 1999

7 INTERPRETATION PROSPECTIVE Evolution de la consommation totale selon l âge 1,1 1,05 1 0,95 0,9 Distance entre les 2 courbes = potentiel de croissance de leur propension à consommer par rapport à propension moyenne. Remontée de la propension à consommer des personnes âgées avec arrivée dans les 60 ans et plus des Baby-boomers (effet de génération positif) 0,85 0,8 0,75 0, observations brutes pur effet d'âge source : INSEE 1999

8 TENDANCES D ICI 2030 : POUR LA CONSOMMATION TOTALE DE BIENS ET SERVICES Combinaison : (effet de génération) x (effet d âge) x (augmentation part des seniors dans revenu total) Consommation seniors : (effet de génération) x (augmentation part des seniors dans revenu total) > Consommation seniors Consommation tous âges : (effet de génération) x (augmentation part des seniors dans revenu total) x (effet d âge) > Consommation tous âges??

9 TENDANCES D ICI 2030 : PAR POSTE DE CONSOMMATION

10 EVOLUTION DEMOGRAPHIQUE ET ECONOMIQUE DES SENIORS A L HORIZON 2030 Conséquences de la poussée démographique sur la consommation de biens et services Jean-Gilles Cahn MERCI

LE REVENU DE BASE, SOCLE D'UNE RÉVOLUTION FISCALE NÉCESSAIRE

LE REVENU DE BASE, SOCLE D'UNE RÉVOLUTION FISCALE NÉCESSAIRE LE REVENU DE BASE, SOCLE D'UNE RÉVOLUTION FISCALE NÉCESSAIRE Marc de Basquiat Août 2014 Contact : marc@de-basquiat.com 1 Revenu de base ou impôt négatif? Michel Foucault 1979 Michel Aglietta 1997 1974

Plus en détail

Perspectives 2020, 2040 et 2060 Le régime de retraite des barreaux français CNBF. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Perspectives 2020, 2040 et 2060 Le régime de retraite des barreaux français CNBF. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 26 mars 2013 à 14 h 30 «Compléments aux perspectives du système de retraite en 2020, 2040 et 2060 : les projections régime par régime» Document N

Plus en détail

RETRAITES : ETAT DES LIEUX

RETRAITES : ETAT DES LIEUX RETRAITES : ETAT DES LIEUX IMPACT DES REFORMES LIBERALES LES ALTERNATIVES POUR DES RETRAITES SOLIDAIRES 1 Les retraites par répartition Principe : Une partie de la richesse produite par les travailleurs

Plus en détail

Quel coût de la dépendance à l horizon 2040?

Quel coût de la dépendance à l horizon 2040? Quel coût de la dépendance à l horizon 2040? Projections à l aide du modèle de microsimulation Destinie C. Marbot D. Roy INSEE et CREST Niort - 16 mai 2012 Le contexte : coût de la dépendance La dépendance

Plus en détail

Niveau de vie des retraités selon la situation conjugale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Niveau de vie des retraités selon la situation conjugale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2015 à 9 h 30 «Structures familiales, transferts intergénérationnels, bien-être» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs?

Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? SENSIBILISATION 1 Étape 1 contrôles corrigés 1. 2. Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? D où vient l argent que vos parents dépensent chaque mois? Vos parents dépensent-ils

Plus en détail

LES CHIFFRES DE LA RETRAITE

LES CHIFFRES DE LA RETRAITE 15 avril 2010 LES CHIFFRES DE LA RETRAITE Les thèmes : 1. Le poids des retraites 2. La situation financière de court terme 3. La situation financière à long terme : les principaux résultats des projections

Plus en détail

Véhicule d'occasion Un indicateur clé de la performance économique du marché automobile

Véhicule d'occasion Un indicateur clé de la performance économique du marché automobile Véhicule d'occasion Un indicateur clé de la performance économique du marché automobile Christophe Michaëli Directeur du Marché Automobile France 1 Méthodologie Etude réalisée avec le BIPE - Recueil historique

Plus en détail

En 2007, 88 % des ménages français ont acheté de la viande de porc fraîche, pour

En 2007, 88 % des ménages français ont acheté de la viande de porc fraîche, pour Les consommateurs de porc frais et de charcuterie : qui sont-ils? Eclairage sociologique En 2007, 88 % des ménages français ont acheté de la viande de porc fraîche, pour une quantité moyenne de 12,3 kg

Plus en détail

Chapitre 5. Les taux d intérêt. J. Berk & P. DeMarzo G. Capelle-Blancard, N. Couderc & N. Nalpas 2008 Pearson Education France

Chapitre 5. Les taux d intérêt. J. Berk & P. DeMarzo G. Capelle-Blancard, N. Couderc & N. Nalpas 2008 Pearson Education France Chapitre 5 Les taux d intérêt 5.1. La cotation des taux d intérêt Taux annuel effectif (TAE) : indique le montant total des intérêts à percevoir dans un an 100 000 (1 + r) = 100 000 1,05 = 105000 100 000

Plus en détail

Conférence de presse SMCA 28 janvier 2013. Les seniors précaires créateurs d entreprise

Conférence de presse SMCA 28 janvier 2013. Les seniors précaires créateurs d entreprise Conférence de presse SMCA 28 janvier 2013 Les seniors précaires créateurs d entreprise Objectifs de l étude Établir un diagnostic des projets de création d entreprise par les seniors précaires Profil des

Plus en détail

17. Conséquences des politiques monétaire et budgétaire sur la demande globale

17. Conséquences des politiques monétaire et budgétaire sur la demande globale 17. Conséquences des politiques monétaire et budgétaire sur la demande globale Beaucoup de facteurs influencent la demande globale. Par exemple, quand les agents économiques changent leurs projets de dépenses,

Plus en détail

L assainissement des finances publiques luxembourgeoises - Alain Steichen - Professeur associé à l Université de Luxembourg

L assainissement des finances publiques luxembourgeoises - Alain Steichen - Professeur associé à l Université de Luxembourg L assainissement des finances publiques luxembourgeoises - Alain Steichen - Professeur associé à l Université de Luxembourg Un cycle de conférences Le «mur» des pensions La réforme fiscale Une vue d ensemble

Plus en détail

Le PERP et la problématique de la retraite. Michel Gahinet

Le PERP et la problématique de la retraite. Michel Gahinet PREDICA - ASSURANCES DE PERSONNES Le PERP et la problématique de la retraite Michel Gahinet Directeur commercial de Predica Plan de la présentation La situation sur le financement des retraites en France

Plus en détail

La situation économique que connaît la jeunesse en France n a rien de comparable

La situation économique que connaît la jeunesse en France n a rien de comparable Des générations déshéritées Mickaël Mangot Économiste Face au constat d une dégradation continue de leur sort depuis quarante ans, les jeunes générations auraient-elles des raisons légitimes d être rancunières

Plus en détail

Fiche France DGCIS CREDOC

Fiche France DGCIS CREDOC Fiche DGCIS CREDOC 1/ Croissance, pouvoir d achat et inégalités Evoluant au sein d une économie centrée sur sa demande intérieure, la consommation des Français est structurellement soutenue par les politiques

Plus en détail

1 MINISTERE DE L EDUCATION INSPECTION GENERALE DE L EDUCATION NATIONALE COMMISSION NATIONALE D ECONOMIE

1 MINISTERE DE L EDUCATION INSPECTION GENERALE DE L EDUCATION NATIONALE COMMISSION NATIONALE D ECONOMIE 1 MINISTERE DE L EDUCATION INSPECTION GENERALE DE L EDUCATION NATIONALE COMMISSION NATIONALE D ECONOMIE CURRICULUM D ECONOMIE GENERALE CLASSE DE PREMIERE L2 SOMMAIRE 1. Budget horaire global 2. calendrier

Plus en détail

Exemples concrets de l effet des mesures fiscales

Exemples concrets de l effet des mesures fiscales Exemples concrets de l effet des mesures fiscales Un certain nombre d exemples concrets de l effet des mesures fiscales sont présentés sur les pages suivantes. Ces calculs se sont fait sur base de l application

Plus en détail

Partie A : revenu disponible des ménages. construction d une courbe de Lorenz

Partie A : revenu disponible des ménages. construction d une courbe de Lorenz Correction TD n 4 Math-SES Courbe de Lorenz Objectif du TD : réinvestissement des connaissances de statistiques, étude des inégalités de répartition des revenus disponibles et comparaison avec la répartition

Plus en détail

Les marchés européens du crédit immobilier en 2015 et la place de la France dans ce marché

Les marchés européens du crédit immobilier en 2015 et la place de la France dans ce marché Les marchés européens du crédit immobilier en 2015 et la place de la France dans ce marché Point presse Crédit Foncier Nicolas Pécourt Directeur Communication externe et RSE 24 Mai 2016 Plan de présentation

Plus en détail

Sixièmes Rencontres de l Épargne Salariale

Sixièmes Rencontres de l Épargne Salariale Palais du Luxembourg Sixièmes Rencontres de l Épargne Salariale 2 juin 2008 Sixièmes Rencontres de l Épargne Salariale Palais du Luxembourg 2 juin 2008 1 2008 : un très bon millésime Sixièmes Rencontres

Plus en détail

Chapitre 2 : Les facteurs de production

Chapitre 2 : Les facteurs de production Chapitre 2 : Les facteurs de production Introduction Introduction (1) Production : Emploi des ressources nécessaires à la création des biens et des services => Combinaison des facteurs de production Travail,

Plus en détail

De réels atouts. Réalisation : TSC - 42110 FEURS - 04 77 26 01 12 - Crédits photos : Fotolia, TSC - 07/10. Investir dans les résidences seniors

De réels atouts. Réalisation : TSC - 42110 FEURS - 04 77 26 01 12 - Crédits photos : Fotolia, TSC - 07/10. Investir dans les résidences seniors De réels atouts Réalisation : TSC - 42110 FEURS - 04 77 26 01 12 - Crédits photos : Fotolia, TSC - 07/10 Investir dans les résidences seniors LES GARANTIES DE L INVESTISSEMENT Un marché avec des perspectives

Plus en détail

«Capital Santé Autonomie»

«Capital Santé Autonomie» CHEA - Séminaire Innovation «Capital Santé Autonomie» La réponse assurbanque à la problématique de financement des dépenses de santé et d dans le temps Marie-Sophie HOUIS-VALLETOUX 2 Capital Santé - Autonomie

Plus en détail

Un exercice de TVA sociale

Un exercice de TVA sociale Un exercice de TVA sociale Stéphane Gauthier, Université de Caen et CREST http://www.crest.fr/pageperso/gauthier/tvasociale.pdf Thème général Quels sont les effets sur l emploi de modifications des assiettes

Plus en détail

OFFRE NON FISCALE 123VIAGER. L immobilier autrement...

OFFRE NON FISCALE 123VIAGER. L immobilier autrement... OFFRE NON FISCALE 123VIAGER L immobilier autrement... Permettre aux retraités d améliorer leur niveau de vie Permettre aux actifs de se constituer un patrimoine immobilier dans des conditions favorables

Plus en détail

En 1999-2000, 57 % des prestations de pension provenaient de l État et 43 % du secteur privé.

En 1999-2000, 57 % des prestations de pension provenaient de l État et 43 % du secteur privé. ROYAUME-UNI Les grandes caractéristiques du système des pensions Le premier pilier du régime de pensions britannique comprend une pension forfaitaire de base et une pension complémentaire liée aux salaires

Plus en détail

PROVENCE-ALPES-CÔTE D AZUR

PROVENCE-ALPES-CÔTE D AZUR PROVENCE-ALPES-CÔTE D AZUR 259 Région Provence-Alpes-Côte d Azur en chiffres Surendettement Données 2013 17 834 dossiers déposés 18 935 personnes surendettées a) 439 dossiers pour 100 000 habitants b)

Plus en détail

Macroéconomie Examen L1 Chargés de TD : Cyril Dell Eva et Rémi Vivès

Macroéconomie Examen L1 Chargés de TD : Cyril Dell Eva et Rémi Vivès Macroéconomie Examen L Chargés de TD : Cyril Dell Eva et Rémi Vivès cyril.dell-eva@univ-amu.fr, remi.vives@univ-amu.fr Année 205-206 Exercice - sujet. L expression de la fonction de consommation est C

Plus en détail

Réforme des retraites Faites les bons choix Décembre 2010 Objectifs de l interventionl 1 Bâtir une stratégie retraite cohérente 2 La réforme des retraites Les sommes en jeu, Le déficit annoncés Analyse

Plus en détail

Les retraités : un état des lieux de leur situation en France

Les retraités : un état des lieux de leur situation en France Les retraités : un état des lieux de leur situation en France Treizième rapport Adopté le 16 décembre 2015 Le présent rapport a été préparé et rédigé, sous la direction de M. Pierre-Louis Bras, président

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

Simulation de modifications. du mode de calcul du salaire annuel moyen au régime général

Simulation de modifications. du mode de calcul du salaire annuel moyen au régime général CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 septembre 2012 à 14 h 30 «I - Avis technique sur la durée d assurance de la génération 1956 II - Réflexions sur les règles d acquisition des droits

Plus en détail

Book Commercial // Montpellier

Book Commercial // Montpellier Book Commercial // Montpellier Résidence Services Seniors Domitys Infos pratiques Nom de la résidence : Les Sarments Blonds Adresse : 966 rue Centrayragues 34000 Montpellier Architecte : MDR Architectes

Plus en détail

Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005

Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005 Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005 Dominique Goux (1) Eric Maurin (2) Version février 2008 Docweb no 0802 Dominique Goux (1) : Professeur associée d économétrie à l Ecole

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

Régimes de retraite: Conjoncture et perspectives

Régimes de retraite: Conjoncture et perspectives Colloque retraite et placements 26 novembre 2015 Régimes de retraite: Conjoncture et perspectives Denis Latulippe École d actuariat Pôle de recherche appliquée sur la retraite, Finance Montréal En préambule

Plus en détail

Les emplois liés à l efficacité énergétique dans le bâtiment en France

Les emplois liés à l efficacité énergétique dans le bâtiment en France Les emplois liés à l efficacité énergétique dans le bâtiment en France Thomas GAUDIN Service Observation Economie et Evaluation Agence de l Environnement l et de la Maîtrise de l Energiel FRANCE Extrait

Plus en détail

Book Commercial // Le Havre - Montivilliers

Book Commercial // Le Havre - Montivilliers Book Commercial // Le Havre - Montivilliers Résidence Services Seniors Domitys Infos pratiques Nom de la résidence : La Poudre de Lin Adresse : Rue des 4 saisons 76 290 Montivilliers Architecte : Gérard

Plus en détail

CAMPAGNE RETRAITE 2004

CAMPAGNE RETRAITE 2004 CAMPAGNE RETRAITE 2004 «La CGT toujours avec vous» sur le dossier revendicatif de la Retraite Nouveau logo pour marquer une nouvelle étape de notre campagne Retraite commencée il y a 3 ans Toujours avec

Plus en détail

Effets des facteurs socio-économiques et territoriaux sur la mobilité quotidienne des personnes en situation de handicap

Effets des facteurs socio-économiques et territoriaux sur la mobilité quotidienne des personnes en situation de handicap Effets des facteurs socio-économiques et territoriaux sur la mobilité quotidienne des personnes en situation de handicap Aline Alauzet, Ifsttar TS2/Lescot Pascal Pochet, Let Entpe Journée scientifique

Plus en détail

La protection sociale dans la tourmente : les retraites

La protection sociale dans la tourmente : les retraites La protection sociale dans la tourmente : les retraites Jean-Marie Harribey http://harribey.u-bordeaux4.fr Ce diaporama complète celui qui est à : http://harribey.u-bordeaux4.fr/travaux/sante/diapo-financement.pdf

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 Séance 7 1 Deuxième partie du

Plus en détail

Economie Générale (E. Darmon) Master 1 SVE 2010/11 Examen final ~ Première session

Economie Générale (E. Darmon) Master 1 SVE 2010/11 Examen final ~ Première session Economie Générale (E. Darmon) Master 1 SVE 2010/11 Examen final ~ Première session NOTES IMPORTANTES : 1. Cette épreuve contient 30 questions à choix multiples. Une seule réponse est valide par question.

Plus en détail

Pourquoi est-il essentiel d investir?

Pourquoi est-il essentiel d investir? Pourquoi est-il essentiel d investir? L actualité économique de ces derniers mois renvoie sans cesse à l insuffisance voire l absence de croissance économique et d investissements dans les pays de la zone

Plus en détail

Anticiper les taux de remplacement de revenu à la retraite et adapter son conseil

Anticiper les taux de remplacement de revenu à la retraite et adapter son conseil Anticiper les taux de remplacement de revenu à la retraite et adapter son conseil NEWSLETTER 13 198 du 10 JUIN 2014 Analyse par VALERIE BATIGNE Directrice VB EXPERTISE Consultante - Formatrice Les taux

Plus en détail

LES DONNES DE LA MACROECONOMIE

LES DONNES DE LA MACROECONOMIE CHAPITRE 1 LES DONNES DE LA MACROECONOMIE I Le circuit économique. II Le Produit Interieur Brut. Le Produit intérieur brut est une mesure de la richesse nationale Le PIB correspond à : - La production

Plus en détail

Introduction à la Macroéconomie INGE B1 Interrogation récapitulative du mardi 10 mai 2016 : Corrigé

Introduction à la Macroéconomie INGE B1 Interrogation récapitulative du mardi 10 mai 2016 : Corrigé Introduction à la Macroéconomie INGE B1 Interrogation récapitulative du mardi 10 mai 2016 : Corrigé Question 1 : Soit un marché du travail initialement en équilibre et on observe une vague d'immigration

Plus en détail

Ce qu on ne nous dit pas

Ce qu on ne nous dit pas Retraites Ce qu on ne nous dit pas L argument de la démographie Nous vivons de plus en plus longtemps Il y a de plus en plus de retraités pour toujours moins d actifs Il faut donc travailler plus longtemps

Plus en détail

Passage à l acte des ménages en matière de rénovation énergétique. Réalisation d un outil informatique de modélisation

Passage à l acte des ménages en matière de rénovation énergétique. Réalisation d un outil informatique de modélisation Passage à l acte des ménages en matière de rénovation énergétique Réalisation d un outil informatique de modélisation Sommaire Schéma d ensemble du dispositif 1 Modélisation des transformations 2 Annexe

Plus en détail

ÉCONOMIE LA REMONTÉE DE L INFLATION RALENTIT LA PROGRESSION DES REVENUS RÉELS. janvier 2010

ÉCONOMIE LA REMONTÉE DE L INFLATION RALENTIT LA PROGRESSION DES REVENUS RÉELS. janvier 2010 ÉCONOMIE LA REMONTÉE DE L INFLATION RALENTIT LA PROGRESSION DES REVENUS RÉELS janvier 21 PRIX À LA CONSOMMATION Évolutions sectorielles 2 variation sur 12 mois en % 7 15 1 5 Énergie (7,3 % du total) 6

Plus en détail

Australie. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Australie : le système de retraite en 2012

Australie. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Australie : le système de retraite en 2012 Australie Australie : le système de retraite en 212 Le système de retraite australien comporte trois composantes : une pension de vieillesse soumise à conditions de ressources et financée par les recettes

Plus en détail

INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Le compte de secteur des ménages Les ménages dans la crise

INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Le compte de secteur des ménages Les ménages dans la crise Université Montesquieu Bordeaux IV 1 ère année Licence AES Année universitaire 2013-2014 INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Le compte de secteur des ménages Les ménages dans

Plus en détail

DOMITYS exporte son modèle et renforce sa présence en France

DOMITYS exporte son modèle et renforce sa présence en France Résidences Services Seniors DOMITYS exporte son modèle et renforce sa présence en France Paris, le 11 avril 2014 Le groupe DOMITYS, leader des Résidences Services Seniors Nouvelle Génération, est le premier

Plus en détail

Complément sur la consommation

Complément sur la consommation CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 28 avril 2015 à 18:12 Complément sur la consommation 1 Consommer ou épargner? L épargne est la part du revenu disponible non consommée immédiatement. A Quels sont

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (2/2) La consommation agrégée des ménages : analyse macroéconomique Les ménages (2/2) La consommation

Plus en détail

Perspectives du tourisme face au vieillissement démographique

Perspectives du tourisme face au vieillissement démographique STCAS/SDT/Sebastian Cossenet, avec O. Lacoste Avril 2015 Document de travail de la DGE - sous-direction du tourisme Cette note ne constitue pas une position officielle de la DGE. Elle ne traduit pas les

Plus en détail

Les propriétaires bailleurs personnes physiques

Les propriétaires bailleurs personnes physiques Les propriétaires bailleurs personnes physiques Nb de logements locatifs détenus par des personnes physiques en hausse depuis la fin des années 1990. Entre 1988 et 1996, ce parc, qui comprend des logements

Plus en détail

La Lettre de l IMSEPP

La Lettre de l IMSEPP La Lettre de l IMSEPP N 26 26 mars 2014 Bilan 2013 de l emploi salarié et des rémunérations dans le secteur privé : La Martinique redresse la tête. Préambule La publication par la Direction des Statistiques

Plus en détail

Emploi et Seniors: Quels Freins? Déterminants individuels et Rôle des institutions

Emploi et Seniors: Quels Freins? Déterminants individuels et Rôle des institutions Emploi et Seniors: Quels Freins? Déterminants individuels et Rôle des institutions Thierry Debrand (IRDES) 35 e Congrès de l ASDEQ Politiques gagnantes pour répondre à la rareté de main-d œuvre qualifiée

Plus en détail

Initiation à la Macroéconomie - Licence 1 Economie Gestion

Initiation à la Macroéconomie - Licence 1 Economie Gestion Initiation à la Macroéconomie - Licence 1 Economie Gestion 1 1 Remi.Bazillier@univ-orleans.fr http://remi.bazillier.free.fr Université d Orléans Plan général du cours 1 Introduction: présentation de la

Plus en détail

BAROMETRE «Les Senioriales / Senior Strategic» Habitat Senior. 9 avril 2013 - Paris

BAROMETRE «Les Senioriales / Senior Strategic» Habitat Senior. 9 avril 2013 - Paris : vous accueillent BAROMETRE «Les Senioriales / Senior Strategic» Habitat Senior 9 avril 2013 - Paris www.lemarchedesseniors.com/habitatsenior.pdf - Promoteur de résidences pour seniors depuis 2002-36

Plus en détail

Évaluation coûts-bénéfices de la nouvelle réglementation relative à l obtention du. Moktar Lamari Marie-Claude Jean 12 avril 2012

Évaluation coûts-bénéfices de la nouvelle réglementation relative à l obtention du. Moktar Lamari Marie-Claude Jean 12 avril 2012 Évaluation coûts-bénéfices de la nouvelle réglementation relative à l obtention du permis de conduire au Québec Moktar Lamari Marie-Claude Jean 12 avril 2012 Plan de la présentation 2 Contexte Mandat Méthodologie

Plus en détail

WT21 Impact des évolutions démographiques

WT21 Impact des évolutions démographiques Session 1 La vision chinoise La taille de la population, un problème toujours aussi important : - dans l hypothèse de 2 enfants par femme, la population augmente, - objectif de la politique démographique

Plus en détail

Contrat mutualisé. Garantie Maintien de Salaire. Centre de Gestion de Meurthe & Moselle

Contrat mutualisé. Garantie Maintien de Salaire. Centre de Gestion de Meurthe & Moselle Contrat mutualisé Garantie Maintien de Salaire Centre de Gestion de Meurthe & Moselle L action du Centre De Gestion Risque employeur Assurance des risques statutaires : Couverture «risque employeur» :

Plus en détail

SEQUENCE 2 : LE BUDGET. Séance 1 : l évolution de la consommation des ménages et le budget familial.

SEQUENCE 2 : LE BUDGET. Séance 1 : l évolution de la consommation des ménages et le budget familial. Me. BULTE Fabienne Prévention Santé Environnement 2009-2010 SEQUENCE 2 : LE BUDGET Objectif général de la séquence : être capable de justifier la nécessité d un budget équilibré en vue d un achat (un téléphone)

Plus en détail

Pour diffusion immédiate

Pour diffusion immédiate Pour diffusion immédiate Communiqué de presse - Kaufman & Broad met en place le refinancement de sa dette senior - Eléments de performance financière et opérationnelle du 1 er trimestre 2014, estimés Paris,

Plus en détail

Les marchés de l'immobilier résidentiel entre crise du logement et crise de la construction

Les marchés de l'immobilier résidentiel entre crise du logement et crise de la construction Les marchés de l'immobilier résidentiel entre crise du logement et crise de la construction Jean-Claude Driant Lab Urba Université Paris Est Séminaire du GERI Mobilitas - le 26 mars 2015 Crise du logement?

Plus en détail

QUEL AVENIR POUR LE BONUS LOGEMENT?

QUEL AVENIR POUR LE BONUS LOGEMENT? QUEL AVENIR POUR LE BONUS LOGEMENT? INSTITUT BELGE DE FINANCES PUBLIQUES MERCREDI 24 JUIN 2015 BENOÎT BAYENET (ULB-DULBEA/ULG-TAX INSTITUTE) 1 Bonus logement Région wallonne Le bonus logement (et l ancien

Plus en détail

Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière

Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière Direction des retraites et de la solidarité juillet 2015-12 Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière C. Bac (CNAV), I. Bridenne (CDC), A. Dardier

Plus en détail

Direction générale de la compétitivité, de l industrie et des services. Le Contrat de filière Silver économie

Direction générale de la compétitivité, de l industrie et des services. Le Contrat de filière Silver économie Direction générale de la compétitivité, de l industrie et des services Le Contrat de filière Silver économie. Le service des technologies Le marché de des seniors l information et de la communication Le

Plus en détail

Etude de faisabilité pour le haut débit d

Etude de faisabilité pour le haut débit d Etude de faisabilité pour le haut débit d sur le territoire Nord Isère et Moyenne Vallée e du Rhône Séminaire du 2007 L Isle d Abeaud Stéphane LELUX, Président du cabinet TACTIS slelux@tactis.fr 1 Points

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2015 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2015 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2015 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

Communauté d'agglomération de Reims

Communauté d'agglomération de Reims Communauté d'agglomération de Reims Une déprise démographique LA DÉMOGRAPHIE Population Population Population Population variation variation variation en 1982 en 1990 en 1999 en 2007 1982/1990 1990/1999

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

Marché de l amélioration de l habitat

Marché de l amélioration de l habitat Marché de l amélioration de l habitat DONNÉES CHIFFRÉES Juin 2008 CE DOCUMENT PRÉSENTE LES PRINCIPALES DONNÉES DÉCRIVANT LE MARCHÉ DE L AMÉLIORATION DE L HABITAT. IL EST RÉGULIÈREMENT ACTUALISÉ. 1. L amélioration

Plus en détail

«L efficacité des EHPAD en France» auteurs: Brigitte DORMONT et Cécile MARTIN

«L efficacité des EHPAD en France» auteurs: Brigitte DORMONT et Cécile MARTIN «L efficacité des EHPAD en France» auteurs: Brigitte DORMONT et Cécile MARTIN JESF 2011 1 er et 2 décembre à Clermont-Ferrand Discutant: Charline Mourgues (CERDI- PhD Student). Introduction 1. Présentation

Plus en détail

Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France

Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France Paris, le 25 octobre 2012 Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France Volet 1 : Mythes et réalités en comparaison internationale Volet 2 : Comment mieux accompagner la prise de risque

Plus en détail

Association Le Père Aussi

Association Le Père Aussi LE CALCUL DE LA PENSION ALIMENTAIRE - REUNION DU 10/03/2003 PROPOSITION D UNE METHODE DE CALCUL DES CONTRIBUTIONS ALIMENTAIRES POUR LES ENFANTS EN CAS DE DIVORCE OU SEPARATION Cette méthode a pour vocation

Plus en détail

Programme ESSEC Gestion de patrimoine

Programme ESSEC Gestion de patrimoine Programme ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «L investissement immobilier» Généralités sur l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Généralités sur l immobilier Statistiques de l immobilier L immobilier

Plus en détail

Les attentes des consommateurs, changements de comportement et révolution digitale

Les attentes des consommateurs, changements de comportement et révolution digitale Les attentes des consommateurs, changements de comportement et révolution digitale Les attentes des consommateurs, changements de comportement et révolution digitale PLAN 1. La crise et les conséquences

Plus en détail

Conseil Général de Seine-Saint-Denis

Conseil Général de Seine-Saint-Denis Conseil Général de Seine-Saint-Denis Etude et analyse prospective des besoins des personnes de plus de 60 ans et de l offre dédiée à cette population sur un bassin gérontologique expérimental en Seine-Saint-Denis

Plus en détail

ELEMENTS CLES DU 1 ER SEMESTRE 2012

ELEMENTS CLES DU 1 ER SEMESTRE 2012 RESULTATS DU 1 er SEMESTRE 2012 Paris, le 31 août 2012 3,6 millions d abonnés mobiles : 5,4% du parc français en moins de 6 mois 54% de parts de marché des recrutements haut débit : clair leadership sur

Plus en détail

L année économique et sociale 2010 dans les Pays de la Loire

L année économique et sociale 2010 dans les Pays de la Loire L année économique et sociale 2010 dans les Pays de la Loire Rendez-vous de l Insee Elmostafa Okham Insee Pays de la Loire La situation économique au niveau national Page 2 En 2010, l économie française

Plus en détail

Les services financiers et bancaires au coeur de la transition économique

Les services financiers et bancaires au coeur de la transition économique Les services financiers et bancaires au coeur de la transition économique La mobilisation de l épargne Séssion B1- Les enjeux de l assurance : CONSTAT SUR L ÉTAT DU MARCHÉ DES ASSURANCES TUNISIEN Par Lamia

Plus en détail

L ordolibéralisme ou le libéralisme à l allemande. Derrière la politique économique : la théorie ordolibérale

L ordolibéralisme ou le libéralisme à l allemande. Derrière la politique économique : la théorie ordolibérale L ordolibéralisme ou le libéralisme à l allemande Derrière la politique économique : la théorie ordolibérale Un exemple d héritage ordolibéral: La politique des retraites Les 20 millions de retraites vont

Plus en détail

Pour des territoires chefs d orchestre de la rénovation performante : Mission DORéMI

Pour des territoires chefs d orchestre de la rénovation performante : Mission DORéMI Pour des territoires chefs d orchestre de la rénovation performante : Mission DORéMI Dispositif Opérationnel de Rénovation Energétique des Maisons Individuelles Laure Charpentier Chef de projet PCET Biovallée

Plus en détail

Université François-Rabelais Droit - Economie - Sciences Sociales

Université François-Rabelais Droit - Economie - Sciences Sociales Université François-Rabelais Droit - Economie - Sciences Sociales Tours Année universitaire : 205-206 Session : galop d essai du er semestre Année d étude : Licence première année Sciences Economiques

Plus en détail

Comparaison : cession entreprises et cessions immobilières

Comparaison : cession entreprises et cessions immobilières Table des matières Comparaison : cession entreprises et cessions immobilières... 1 Incidences de l imposition sur la transmission d entreprise... 3 2.1 La situation du marché... 3 2.2 La valorisation des

Plus en détail

Les seniors, une cible délaissée

Les seniors, une cible délaissée Les seniors, une cible délaissée Pascale HEBEL, Franck LEHUEDE Aujourd hui, plus d un tiers de la population française a plus de 50. Depuis dix, la croissance de la part des seniors d la population s est

Plus en détail

Une vision très pessimiste de la Commission.

Une vision très pessimiste de la Commission. Note de synthèse sur le livre blanc de la Commission européenne relatif à la stratégie européenne en matière de retraite (Février 2012) 1 La commission européenne vient de publier son livre blanc sur les

Plus en détail

Pourcentages. Propriétés : a Augmenter une quantité de a % revient à multiplier sa valeur initiale par : 1+.

Pourcentages. Propriétés : a Augmenter une quantité de a % revient à multiplier sa valeur initiale par : 1+. Pourcentages A) Part pourcentage Soit E un ensemble à n éléments et A une partie de E ayant p éléments p Le pourcentage de A dans E est le nombre t tel que : t = n Exercice n 1 : Dans un lycée de 25 élèves,

Plus en détail

L'évolution de la mobilité en France

L'évolution de la mobilité en France L'évolution de la mobilité en France Résultats de l Enquête Nationale Transports Déplacements "La mobilité des résidents français : résultats de l Enquête Nationale Transports et Déplacements de 2008"

Plus en détail

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc Bilan économique Bilan économique 2009 BASSIN D EMPLOI VENDÉE OUEST Après une année 2009 éprouvante, l économie vendéenne semble enfin s engager sur le chemin de la reprise Après avoir débuté dans un climat

Plus en détail

4/07/2013 Bart De Graeve

4/07/2013 Bart De Graeve 1 4/07/2013 Bart De Graeve Fiscalité Aspect assurance Contexte Branche 21 Placement Branche 23 Planning Une assurance = un contrat Les conditions sont déterminées à la conclusion 3 4/07/2013 Bart De Graeve

Plus en détail

PAUVRETÉ ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ EN TUNISIE

PAUVRETÉ ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ EN TUNISIE République Tunisienne Ministère de l Enseignement Supérieur Institut National du Travail et des Etudes Sociales Séminaire International Justice sociale et lutte contre l exclusion dans un contexte de transition

Plus en détail

J u i n 2 0 1 3 A C A

J u i n 2 0 1 3 A C A BENCHMARK DES ACHATS DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES BENCHMARK TJM DES P2I J u i n 2 0 1 3 A C A François Tourrette SOMMAIRE Présentation BRAPI Méthodologie, échantillonnage et collectes des données Les

Plus en détail

Prix du pétrole et activité économique. Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII

Prix du pétrole et activité économique. Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII Prix du pétrole et activité économique Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII 1 Introduction Poids considérable du pétrole dans l économie mondiale

Plus en détail

Les hébergements dans les Yvelines

Les hébergements dans les Yvelines BILAN DE FREQUENTATION TOURISTIQUE YVELINES 2013 Les hébergements dans les Yvelines Statistiques liées à l offre d hébergement Etablissements hôteliers = 138 établissements dont : Sans classement : 33

Plus en détail

Programme Local de. l Habitat 2010-2015. «Note de suivi et d actualisation - 2013» Conférence intercommunale du logement

Programme Local de. l Habitat 2010-2015. «Note de suivi et d actualisation - 2013» Conférence intercommunale du logement Conférence intercommunale du logement 03/02/2015 Rives de l Orne Hémicycle Programme Local de l Habitat 2010-2015 «Note de suivi et d actualisation - 2013» PARTIE I : Bilan annuel des objectif de production

Plus en détail