Alimentation des ovins : rations moyennes et niveaux d autonomie alimentaire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Alimentation des ovins : rations moyennes et niveaux d autonomie alimentaire"

Transcription

1 Juin 2014 Compte-rendu collection résultats Carole Jousseins 1, Edmond Tchakérian 2, Catherine de Boissieu 3, Emmanuel Morin 4, Thomas Turini 5 1. Institut de l Élevage. Département Techniques d Élevage et Environnement. Service Productions de Viandes. 2. Institut de l Élevage. Département Métiers d Éleveurs et Société. Service Approches Sociales et Travail en Élevage. 3. Institut de l Élevage. Département Métiers d Éleveurs et Société. Service Méthodes et Outils pour les Références et le Conseil. 4. Institut de l Élevage. Département Économie. Service Économie des Exploitations d Élevage. 5. Centre d Information des Viandes. Alimentation des ovins : rations moyennes et niveaux d autonomie alimentaire Cette étude a été réalisée à la demande et avec le soutien du Centre d Information des Viandes (CIV).

2

3 Carole Jousseins, Institut de l Élevage (Service Productions de Viandes) Edmond Tchakérian, Institut de l Élevage (Service Approches Sociales et Travail en Élevage) Emmanuel Morin, Institut de l Élevage (Service Économie des Exploitations d Elevage) Catherine de Boissieu, Institut de l Élevage (Service Méthodes et Outils pour les Références et le Conseil) Thomas Turini, Centre d Information des Viandes ALIMENTATION DES OVINS : Rations moyennes et niveaux d autonomie alimentaire Cette étude a été réalisée à la demande et avec le soutien du Centre d Information des Viandes (CIV). Collection Résultats

4 1. Résumé Que consomment les ovins en France pour produire la viande et le lait dans les exploitations d élevage? Pour actualiser les connaissances sur le sujet, l Institut de l Élevage a réalisé une étude pour le CIV (Centre d Information des Viandes). Les consommations de fourrages et d aliments concentrés de 477 exploitations ovines suivies entre 2008 et 2011 ont été analysées. Ces fermes sont représentatives de la diversité des systèmes d élevages ovins allaitants et laitiers français. Elles sont suivies annuellement dans le cadre du dispositif Réseaux d Élevage conduit en partenariat avec les Chambres d Agriculture et les organismes techniques intervenant auprès des éleveurs. Les données qui en sont issues fournissent entre autres des éléments relativement précis sur les pratiques d élevage et l alimentation des troupeaux. Les quantités de fourrages et d aliments concentrés, rapportées à l UGB (Unité Gros Bétail) et à la brebis (calculée suivant l EMP - Effectif Moyen Présent 1 ) ont été calculées pour chaque exploitation et leurs moyennes évaluées par grands types de systèmes de production. Les résultats ont ensuite été extrapolés à l échelle «France entière» en calculant une ration moyenne nationale à partir des rations moyennes des différents systèmes, pondérés selon leur représentativité statistique (nombre de brebis, Recensement Agricole 2010) au niveau national. Cette étude permet de dégager les grandes catégories d aliments consommés et leur proportion dans la ration moyenne des animaux. Elle permet également de corroborer deux points : La place importante de l herbe dans les rations, qu elle soit pâturée ou conservée sous diverses formes : 82 % en moyenne pour le cheptel ovin, productions laitière et allaitante confondues. L importante autonomie des ateliers ovins, puisqu en moyenne près de 88 % des aliments consommés sont produits sur l exploitation même. 1 Voir Lexique en fin de document 1

5 Sommaire 1. Résumé Introduction Objectifs de l étude Les données : sources, validation Méthode d'évaluation des consommations d aliments... 5 Fourrages... 5 Aliments concentrés et coproduits considérés comme aliments concentrés Classification des exploitations ovines... 7 Typologie des exploitations ovines allaitantes... 7 Typologie des exploitations ovines laitières... 8 Quantités d aliments consommées selon les systèmes de production Parts des grands types d aliments dans les rations selon les systèmes Systèmes ovins allaitants Systèmes en zone pastorale du Sud-Est Systèmes en zone pastorale Bordure Sud-Ouest du Massif Central Systèmes en zone de Montagnes Humides Systèmes en zone de Haute-Montagne Systèmes en zone de Cultures Fourragères Systèmes en zone de Cultures Systèmes en zone Herbagère du Centre et de l Est Systèmes en zone Herbagère du Nord-Ouest Systèmes en zone Cultures et Élevage du Sud-Ouest Systèmes en zone Cultures et Élevage du Centre-Ouest et du Nord Appréhender la consommation d aliments par les agneaux Systèmes ovins laitiers Élevages du Rayon de Roquefort en zone fourragère et de piémont Élevages du Rayon de Roquefort en zone pastorale

6 Élevages des Pyrénées-Atlantiques en zone fourragère Élevages des Pyrénées-Atlantiques en zone de Haute-Montagne Rations moyennes à l échelle de la France Zoom sur les aliments concentrés Aliments concentrés consommés Aliments concentrés achetés Autonomies fourragère et alimentaire Autonomie massique Illustration de la variabilité des niveaux d autonomie alimentaire dans les exploitations ovines allaitantes en fonction des systèmes Illustration de la variabilité des niveaux d autonomie alimentaire dans les exploitations ovines laitières en fonction des systèmes Autonomie énergétique et protéique Lexique Annexe 1 : Principes généraux sur l alimentation des ovins Fonctionnement de l'estomac d'un ruminant Aliments consommés et besoins nutritionnels Annexe 2 : Carte des différentes zones d élevage en France. Source : Institut de l Elevage Annexe 3 : Systèmes fourragers Annexe 4 : Races ovines de France

7 2. Introduction L alimentation des animaux d élevage est sujette à de nombreuses questions de la part des consommateurs et des citoyens ; pour des préoccupations en rapport avec la qualité des produits mais également pour les liens qui existent entre les pratiques d alimentation et, plus largement, l environnement et l occupation du territoire. Par exemple, 20 % du territoire national est occupé par des surfaces destinées à nourrir le cheptel bovin produisant du lait et de la viande. Par ailleurs, l élevage d herbivores - bovins, ovins, caprins, équins - est tout particulièrement présent dans les «zones défavorisées» dans lesquelles les prairies restent le mode de valorisation dominant des surfaces. Ces espèces animales, grâce aux spécificités de leur tractus digestif (cf. annexe 1 Tractus digestif des ruminants), sont les seules à pouvoir valoriser l herbe, et exploiter les divers types de surfaces pastorales (parcours, estives ) dans des milieux les plus difficiles. Néanmoins pour répondre aux besoins des animaux, que ce soit en énergie, protéines ou minéraux, cette consommation d herbe pâturée ou récoltée est complétée, selon les systèmes de production, par des aliments concentrés et, si besoin, par d autres fourrages dont les natures et les proportions varient selon les systèmes d élevage et les régions. Cette étude vise à caractériser les profils d alimentation des troupeaux ovins laitiers et allaitants. Les données mobilisées pour ce travail concernent les campagnes 2008 à 2011 afin de couvrir une grande diversité de contextes économiques et d aléas climatiques. Elles proviennent des exploitations suivies dans le cadre du dispositif des Réseaux d Élevage, conduit en partenariat par l Institut de l Élevage, les Chambres d Agriculture, des EDE (Établissement Départemental de l Élevage), des Organisations de Producteurs et des organismes de contrôle de performance. Ce dispositif permet d avoir une connaissance fine des différents systèmes de production, de leur fonctionnement et de leurs performances techniques et économiques. 3. Objectifs de l étude Cette étude vise à répondre aux deux objectifs suivants : Faire le point sur les quantités de fourrages et d aliments concentrés consommées par les ovins en France. Il s agit d une évaluation de la ration moyenne des troupeaux, à l échelle nationale et dans les principaux systèmes d élevage. Estimer les autonomies fourragères et alimentaires des élevages. 4. Les données : sources, validation Les données utilisées proviennent des Réseaux d Élevage et sont stockées dans une base nationale désignée sous le nom «Diapason», du nom du logiciel qui l alimente. Ces données sont collectées dans le cadre d un suivi pluriannuel d'exploitations réparties dans toutes les grandes zones d élevage définies par l Institut de l Élevage (Annexe 2). La base Diapason contient des éléments sur la structure, les moyens de production, la production fourragère, les performances zootechniques des ateliers herbivores et les résultats économiques des exploitations. Si la dimension des exploitations suivies dans les Réseaux d Élevage est souvent supérieure à la moyenne générale, on considère que les 4

8 systèmes d alimentation des troupeaux concernés ne diffèrent pas foncièrement de ceux pratiqués dans la zone correspondante. Au final, 477 exploitations ovines et 1875 enregistrements répartis sur les campagnes 2008, 2009, 2010 et 2011 ont été mobilisés pour cette étude après élimination des exploitations pour lesquelles les données indispensables à l analyse (production fourragère et détails des consommations des fourrages et des concentrés pour les ateliers ovins) étaient incomplètes ou manquantes. Les exploitations retenues sont pour certaines spécialisées en production ovine viande ou laitière, d autres combinent un atelier ovin avec d autres productions animales (herbivore, granivore) ou végétales (céréales, cultures spéciales ou pérennes). 5. Méthode d'évaluation des consommations d aliments Nous considérons dans cette étude l intégralité des fourrages et des concentrés consommés par l atelier ovin, qu ils soient destinés aux reproducteurs (brebis et béliers), aux agneaux ou aux agnelles de renouvellement. Fourrages Pour les fourrages conservés, la quantification a été réalisée à partir des estimations des quantités de fourrages récoltés, des variations de stocks fourragers, des achats et des ventes (quantité récoltée + achats - ventes +/- variations de stocks). Cette quantification des stocks de fourrages utilisés a été réalisée pour les catégories suivantes : Herbe conservée (foin, ensilage et enrubannage toutes coupes confondues) Maïs ensilage Autres fourrages : betteraves, céréales immatures, sorgho ensilage, dérobées récoltées et coproduits considérés comme fourrage : pulpes surpressées de betterave, drêches Pour déterminer les quantités de fourrages conservés consommées, un taux de pertes (distribution, inconsommables) a été appliqué aux valeurs des stocks utilisés : 10 % pour tous les fourrages conservés. Concernant les fourrages pâturés (herbe y compris les dérobées), l estimation des quantités consommées a été réalisée par différence avec les besoins théoriques en fourrage d une UGB, soit kg de matière sèche. Aliments concentrés et coproduits considérés comme aliments concentrés Les données disponibles ont permis de distinguer : - Les aliments concentrés produits sur l exploitation. Il s agit d une part des céréales (toutes céréales confondues) et d autre part des protéagineux (pois, féverole, lupin ). - Les aliments et coproduits concentrés achetés : ces achats sont soit des matières premières, soit des aliments composés. Pour ces derniers, leurs compositions ne sont pas disponibles dans les données recueillies en ferme. Une estimation des matières premières les composant a donc été faite en s appuyant sur les proportions 5

9 de matières premières entrant dans la composition des aliments composés, d une part pour les brebis laitières et d autre part pour les ovins allaitants (cf. tableau 1) à partir d exemples de formules d aliments du commerce. - Les aliments concentrés consommés, la quantification est réalisée en prenant en compte les aliments concentrés produits sur l exploitation et ceux achetés réellement consommés sur la campagne : (quantité récoltée + achats - ventes +/- variations de stocks). On considère que pour les aliments concentrés, il n y a pas de pertes ni de refus. - Les résultats sont donnés selon les catégories suivantes : Céréales (produites sur l exploitation ou achetées) Protéagineux (produits sur l exploitation ou achetés) Tourteaux de soja Autres tourteaux (colza, tournesol, ) Autres coproduits et divers aliments (pulpes de betteraves déshydratées, luzerne déshydratée, issues de céréales, mélasse ) Aliments minéraux et vitaminiques Tableau 1 : Exemple de composition des aliments composés achetés utilisés dans cette étude. Sources : aliments ovins allaitants : Industriel de l alimentation du Bétail ; aliments ovins laitiers : étude Phénofinlait Aliments industriels pour ovins allaitants Aliments industriels pour ovins laitiers Orge 31 % Maïs 2 % Blé tendre 19 % Orge 25 % Pulpes de betteraves 12 % Blé tendre 7 % Tourteaux de Colza 11 % Triticale 5 % Tourteaux de Tournesol 10 % Tourteaux de Colza 13 % Tourteaux de Soja 5 % Tourteaux de Tournesol 8 % Autres tourteaux 3 % Tourteaux de Soja 8 % Mélasse 5 % Luzerne 25 % AMV 4 % AMV 4 % Drèches de Maïs 2 % Drèches de Blé 1 % Total 100 % Total 100 % Ces données sont partielles et ne rendent pas complètement compte de la diversité des aliments industriels ovins, dont nous n avons pu trouver de composition moyenne auprès du SNIA, compte tenu du faible volume global des aliments ovins, comparativement à celui des granivores ou des bovins. 6

10 6. Classification des exploitations ovines Typologie des exploitations ovines allaitantes Les exploitations ovines allaitantes ont été réparties par zone d élevage idele. Ces zones d élevage ont été définies en fonction de plusieurs critères qui influencent les systèmes (Rouquette et al., 1995) : 1. Le milieu pédoclimatique, avec combinaison des paramètres de climat, type de sol et relief. 2. La structure des exploitations (taille, parcellaire, mécanisation possible ou non ) définissant les conditions locales de production et de travail et pouvant dépendre également de l histoire locale, agricole, économique et sociale. 3. Les potentialités fourragères qui orientent les productions animales (possibilité du maïs ensilage ou importance des parcours par exemple). 4. La démographie locale et la pression foncière. 5. La dynamique d organisation locale de la production et de valorisation (AOP, Appellation d Origine Protégée - IGP, Indication Géographique Protégée). Figure 1 : Répartition des exploitations dont les données ont été valorisées. Source Réseaux d Élevage 7

11 Typologie des exploitations ovines laitières Les exploitations ovines laitières retenues dans cette étude se situent dans deux des principaux bassins de production de lait de brebis en France : Le Rayon de Roquefort (RR) situé sur les départements de l Aveyron, du Tarn, de l Aude, du Gard, de l Hérault et de la Lozère. Les brebis sont de race Lacaune et les exploitations se situent en zones fourragères et de piémont ou en zone pastorale. Les Pyrénées-Atlantiques (PA). Les brebis sont de races Basco-béarnaises, Manech tête noire ou Manech tête rousse et les exploitations se situent en zones fourragères ou en zone de haute-montagne. Les exploitations du bassin laitier Corse et celles «hors-bassins laitiers» n ont pas été étudiées car absentes des Réseaux d Élevage. Néanmoins, les bassins du Rayon de Roquefort et des Pyrénées-Atlantiques représentent la très grande majorité de la production ovine laitière française : 84 % des exploitations et 89 % des brebis laitières (Recensement Agricole 2010). Tableau 2 : Répartition des brebis sur le territoire français. Source : Recensement Agricole 2010 Système et zone d élevage Brebis % UGB OL ou % UGB Coef.UGB UGB ovin (x1000 têtes) OV Totaux Zone fourragère et piémont RR % 7.3 % Zone pastorale RR % 7.6 % Zone fourragère PA % 5.1 % Zones Haute-Montagne PA % 2.9 % Zone Pastorale Sud-Est % 7.5 % Zone Pastorale bordure Sud Ouest du Massif Central % 4.9 % Zone Montagnes Humides % 7.0 % Zone Haute-Montagne % 8.1 % Zone de Cultures fourragères % 9.9 % Zone de Cultures % 5.5 % Zone Herbagère Centre et Est % 19.4 % Zone Herbagère Nord-Ouest % 2.6 % Zone Cultures + Elevage Sud-Ouest % 3.9 % Zone Cultures + Elevage du Centre Ouest et Nord % 8.3 % Les types de brebis, béliers, agnelles de renouvellement et agneaux sous la mère et le niveau de productivité sont pris en compte dans le calcul des UGB ovins grâce au coefficient UGB. La valeur de 0.15 concerne les races légères ou rustiques avec des niveaux de productivité plutôt moyens. Le coefficient 0.17 s applique aux races plus productives ou lourdes que l on retrouve dans les zones de production ovine plus intensive. Les agneaux laitiers engraissés de façon collective, les brebis laitières du bassin Corse et hors bassin sont exclues de cette étude, aucune donnée pour évaluer correctement leur consommation alimentaire n étant disponible. 8

12 Quantités d aliments consommées selon les systèmes de production Exprimées en tonne et kilogramme de matière sèche consommée par UGB ou par EMP et par an, les quantités de fourrages et d aliments concentrés ont été calculées pour chaque exploitation. Les moyennes ont été faites selon les classes typologiques définies (cf. paragraphe 7). Ces résultats sont présentés dans les tableaux 3 (exploitations ovines allaitantes), 4 (exploitations ovines laitières) et 5 (toutes exploitations ovines confondues). Ces résultats moyens par classe typologique et la part de chacune des classes dans le cheptel français (exprimée en % des UGB, cf. tableau 2) ont permis de calculer les quantités de fourrages et d aliments concentrés consommées en moyenne par UGB «ovin allaitant» et par UGB «ovin lait». Ensuite en tenant compte de l importance des UGB «ovins viande» et «ovin lait», les quantités moyennes de fourrages et d aliments concentrés consommés par an, tous ovins confondus ont été estimées. Pour les fourrages, 4.57 t MS proviennent de l herbe t sous forme pâturée, 1.30 t sous forme conservée - sur les 4.75 t MS de fourrage nécessaire à une UGB, soit 96 %. Pour les aliments concentrés, ces quantités atteignent 0.82 t MS (0.31 t produite sur l exploitation et 0.51 t achetée). Ainsi, une brebis (au sens EMP) va consommer en moyenne 532 kg MS d herbe pâturée, 212 kg MS d herbe conservée (foin, enrubannage et ensilage), 10 kg MS d ensilage de maïs et 20 kg MS d autres fourrages et coproduits fourragers. Et, toujours en moyenne, 134 kg MS de concentrés dont 50 kg MS produits sur l exploitation (essentiellement des céréales). 9

13 Tableau 3 : Quantités d aliments consommés en kg de matière sèche par UGB et par brebis dans les systèmes ovins allaitants. Source : Réseaux d Élevage Système Zone pastorale Sud-Est Zone pastorale bordure Sud-Ouest du Massif Central Zone Montagnes Humides Zone Hautes Montagnes Zone Cultures fourragères Zone de Cultures Zone Herbagère Centre et Est Zone Herbagère Nord Ouest Zone Cultures + Élevage Sud-Ouest Zone Cultures + Élevage Centre Ouest et Nord Moyenne En kg MS Herbe pâturée Herbe conservée Ensilage de Maïs Autres fourrages et coproduits «fourrages» Total Fourrages Concentrés produits sur l exploitation Concentrés achetés Total concentré À l UGB À la brebis À l UGB À la brebis À l UGB À la brebis À l UGB À la brebis À l UGB À la brebis À l UGB À la brebis À l UGB À la brebis À l UGB À la brebis À l UGB À la brebis À l UGB À la brebis À l UGB À la brebis

14 Tableau 4 : Quantités d aliments consommés en kg de matière sèche par UGB et par brebis dans les systèmes ovins laitiers. Source : Réseaux d Élevage Système Zone fourragères et piémont RR Zone pastorale RR Zone fourragère PA Zones Hautes Montagnes PA Moyenne En kg MS Herbe pâturée Herbe conservée Ensilage de Maïs Autres fourrages et coproduits «fourrages» Total Fourrages Concentrés produits sur l exploitation Concentrés achetés Total concentré À l UGB À la brebis À l UGB À la brebis À l UGB À la brebis À l UGB À la brebis À l UGB À la brebis

15 Tableau 5 : Récapitulatif des quantités d aliments consommées par les systèmes ovins par an. Source : Réseaux d Élevage Système Systèmes Ovins Allaitants Systèmes Ovins Laitiers Systèmes Ovins En kg MS Herbe pâturée Herbe conservée Ensilage de Maïs Autres fourrages et coproduits «fourrages» Total Fourrages Concentrés produits sur l exploitation Concentrés achetés Total concentré À l UGB À la brebis À l UGB À la brebis À l UGB À la brebis

16 7. Parts des grands types d aliments dans les rations selon les systèmes 7.1 Systèmes ovins allaitants Systèmes en zone pastorale du Sud-Est Ces systèmes concernent 9.8 % des ovins allaitants et 7.5 % des ovins concernés par cette étude. Les données qui ont permis d évaluer les quantités de fourrages et d aliments concentrés proviennent de 44 exploitations. Le coefficient retenu pour le calcul des UGB est de 0.15 UGB pour une brebis et sa suite. Les quantités de fourrages et d aliments concentrés consommés exprimées en kg de matière sèche par UGB et EMP sont indiquées dans le tableau 3. Les parts relatives de l ensemble des fourrages et des aliments concentrés sont respectivement de 91 % et 9 % (cf. graphique 1). Graphique 1 : Parts des différents aliments consommés en système ovin viande «zone pastorale du Sud-Est». Source : Réseaux d Elevage 1% * 0% 4% 5% Herbe pâturée Herbe conservée 22% Ensilage de Maïs Autres fourrages et coproduits fourrages 68% Concentrés produits sur l exploitation Concentrés achetés 0%* : moins de 0.5% d ensilage de maïs dans la ration 13

17 Systèmes en zone pastorale Bordure Sud-Ouest du Massif Central Ce système concerne 6.4 % des ovins allaitants français et 4.9 % des ovins étudiés. Les données qui ont permis d évaluer les quantités de fourrages et d aliments concentrés proviennent de 30 exploitations. Le coefficient UGB retenu est de Les quantités de fourrages et d aliments concentrés consommés exprimées en kg de matière sèche par UGB/EMP sont indiquées dans le tableau 3. Les parts relatives de l ensemble des fourrages et des aliments concentrés sont respectivement de 83 % et 17 % (cf. graphique 2). Graphique 2 : Parts des différents aliments consommés en système ovin viande «zone pastorale Bordure Sud-Ouest du Massif Central». Source : Réseaux d Elevage 8% Herbe pâturée 1% 2% 9% Herbe conservée Ensilage de Maïs 27% 53% Autres fourrages et coproduits fourrages Concentrés produits sur l exploitation Concentrés achetés 14

18 Systèmes en zone de Montagnes Humides Ce système concerne 9.1 % des ovins allaitants et 7% des ovins étudiés. Les données qui ont permis d évaluer les quantités de fourrages et d aliments concentrés proviennent de 45 exploitations. Le coefficient UGB retenu est de Les quantités de fourrages et d aliments concentrés consommés exprimées en kg de matière sèche par UGB/EMP sont indiquées dans le tableau 3. Les parts relatives de l ensemble des fourrages et des aliments concentrés sont respectivement de 86 % et 14 % (cf. graphique 3). Graphique 3 : Parts des différents aliments consommés en système ovin viande «zone de Montagnes Humides». Source : Réseaux d Elevage 1% 4% 10% 1% Herbe pâturée Herbe conservée Ensilage de Maïs 25% 59% Autres fourrages et coproduits fourrages Concentrés produits sur l exploitation Concentrés achetés 15

19 Systèmes en zone de Haute-Montagne Ce système concerne 10.5 % des ovins allaitants en France et 8.1 % de l échantillon global ovin étudié. Les données qui ont permis d évaluer les quantités de fourrages et d aliments concentrés proviennent de 36 exploitations. Le coefficient UGB retenu est de Les quantités de fourrages et d aliments concentrés consommés exprimées en kg de matière sèche par UGB/EMP sont indiquées dans le tableau 3. Les parts relatives de l ensemble des fourrages et des aliments concentrés sont respectivement de 92 % et 8 % (cf. graphique 4). Graphique 4 : Parts des différents aliments consommés en système ovin «zone de Haute-Montagne». Source : Réseaux d Elevage 0% * 6% Herbe pâturée 1% 2% Herbe conservée Ensilage de Maïs 31% 60% Autres fourrages et coproduits fourrages Concentrés produits sur l exploitation Concentrés achetés 0%* : moins de 0.5% d ensilage de maïs dans la ration 16

20 Systèmes en zone de Cultures Fourragères Ce système concerne 12.8 % de la population ovine allaitante française et 9.9 % de la population totale ovine étudiée. Les données qui ont permis d évaluer les quantités de fourrages et d aliments concentrés proviennent de 65 exploitations. Le coefficient UGB retenu est de Les quantités de fourrages et d aliments concentrés consommés exprimées en kg de matière sèche par UGB/EMP sont indiquées dans le tableau 3. Les parts relatives de l ensemble des fourrages et des aliments concentrés sont respectivement de 84 % et 16 % (cf. graphique 5). Graphique 5 : Parts des différents aliments consommés en système ovin «zone de Cultures Fourragères». Source : Réseaux d Elevage 10% Herbe pâturée 2% 1% 6% Herbe conservée Ensilage de Maïs 18% 63% Autres fourrages et coproduits fourrages Concentrés produits sur l exploitation Concentrés achetés 17

21 Systèmes en zone de Cultures Ce système concerne 7.1 % des ovins viande en France et 5.5 % de la population ovine couverte par l étude. Les données qui ont permis d évaluer les quantités de fourrages et d aliments concentrés proviennent de 35 exploitations. Le coefficient UGB retenu est de Les quantités de fourrages et d aliments concentrés consommés exprimées en kg de matière sèche par UGB/EMP sont indiquées dans le tableau 3. Les parts relatives de l ensemble des fourrages et des aliments concentrés sont respectivement de 85 % et 15 % (cf. graphique 6). Graphique 6 : Parts des différents aliments consommés en système ovin viande «zone de Cultures». Source : Réseaux d Elevage 9% Herbe pâturée 5% Herbe conservée 12% Ensilage de Maïs 1% 15% 58% Autres fourrages et coproduits fourrages Concentrés produits sur l exploitation Concentrés achetés 18

22 Systèmes en zone Herbagère du Centre et de l Est Ce système concerne 25.1 % des ovins allaitants en France et 19.4 % de la population ovine française concernée par cette étude. Les données qui ont permis d évaluer les quantités de fourrages et d aliments concentrés proviennent de 109 exploitations. Le coefficient UGB retenu est de Les quantités de fourrages et d aliments concentrés consommés exprimées en kg de matière sèche par UGB ou EMP sont indiquées dans le tableau 3. Les parts relatives de l ensemble des fourrages et des aliments concentrés sont respectivement de 86 % et 14 % (cf. graphique 7). Graphique 7 : Parts des différents aliments consommés en système ovin viande «Zone Herbagère du Centre et de l Est». Source : Réseaux d Elevage 1% 1% 5% 9% Herbe pâturée Herbe conservée 16% Ensilage de Maïs Autres fourrages et coproduits fourrages 68% Concentrés produits sur l exploitation Concentrés achetés 19

23 Systèmes en zone Herbagère du Nord-Ouest Ce système concerne 3.3 % des ovins viande français et 2.6 % de l échantillon total. Les données qui ont permis d évaluer les quantités de fourrages et d aliments concentrés proviennent de 23 exploitations. Le coefficient UGB retenu est de Les quantités de fourrages et d aliments concentrés consommés exprimées en kg de matière sèche par UGB/EMP sont indiquées dans le tableau 3. Les parts relatives de l ensemble des fourrages et des aliments concentrés sont respectivement de 90 % et 10 % (cf. graphique 8). Graphique 8 : Parts des différents aliments consommés en système ovin viande situé en «Zone Herbagère du Nord-Ouest». Source : Réseaux d Elevage 2% 1% 1% 12% 9% Herbe pâturée Herbe conservée Ensilage de Maïs Autres fourrages et coproduits fourrages 75% Concentrés produits sur l exploitation Concentrés achetés 20

24 Systèmes en zone Cultures et Élevage du Sud-Ouest Ce système concerne 5.1 % des ovins viande français et 3.9 % de la population ovine étudiée. Les données qui ont permis d évaluer les quantités de fourrages et d aliments concentrés proviennent de 47 exploitations. Le coefficient UGB retenu est de Les quantités de fourrages et d aliments concentrés consommés exprimées en kg de matière sèche par UGB/EMP sont indiquées dans le tableau 3. Les parts relatives de l ensemble des fourrages et des aliments concentrés sont respectivement de 87 % et 13 % (cf. graphique 9). Graphique 9 : Parts des différents aliments consommés en système ovin viande «Zone Cultures et Élevage du Sud-Ouest». Source : Réseaux d Elevage 1% 2% 6% 8% Herbe pâturée Herbe conservée Ensilage de Maïs 20% 63% Autres fourrages et coproduits fourrages Concentrés produits sur l exploitation Concentrés achetés 21

25 Systèmes en zone Cultures et Élevage du Centre-Ouest et du Nord Ce système concerne 10.8 % des ovins viande français et 8.3 % de la population ovine étudiée. Les données qui ont permis d évaluer les quantités de fourrages et d aliments concentrés proviennent de 44 exploitations. Le coefficient UGB retenu est de Les quantités de fourrages et d aliments concentrés consommés exprimées en kg de matière sèche par UGB/EMP sont indiquées dans le tableau 3. Les parts relatives de l ensemble des fourrages et des aliments concentrés sont respectivement de 84 % et 16 % (cf. graphique 10). Graphique 10 : Parts des différents aliments consommés en système ovin viande «Zone Cultures et Élevage du Centre-Ouest et du Nord». Source : Réseaux d Elevage 0%* : moins de 0.5% d ensilage de maïs dans la ration 22

26 Appréhender la consommation d aliments par les agneaux Cette étude est basée sur l analyse de données enregistrées en fermes expérimentales. S il est possible pour certains aliments achetés de les répartir entre les brebis et les agneaux, il est difficile, dans des conditions de productions commerciales de faire une distinction entre adultes et agneaux pour les concentrés autoproduits ou les aliments du commerce non spécifiques. Il est, en outre, impossible de répartir les consommations de fourrages (pâturés et stockés) entre les animaux d un même atelier. C est pourquoi, dans cette étude, nous avons choisi de considérer la somme des consommations des brebis et de leurs agneaux et de les rapporter à l EMP et à l UGB. Néanmoins, afin d illustrer la diversité des conduites d engraissement et leurs impacts sur la consommation des agneaux, nous présenterons dans le tableau 6, des résultats d essais menés dans les stations expérimentales du Mourier (87) et de Carmejane (04) où les consommations des agneaux ont été enregistrées. De nombreux facteurs peuvent influencer ces consommations : période d agnelage, lactation à l herbe ou en bergerie, qualités laitières des mères, type génétique de l agneau, poids à atteindre et donc âge à l abattage (agneau de report, agneau gris ), qualité des fourrages, concentration énergétique et protéique des concentrés ou encore obligation des cahiers des charges des signes officiels de qualité (âge, nature de l alimentation ). Tableau 6 : Exemples de consommation alimentaire des agneaux. Sources : Institut de l élevage, CIIRPO et ferme de Carmejane Type génétique de l agneau Mouton vendéen Age à l abattage 123 j Alimentation Céréale, tourteau de soja, CMV Foin Alimentation (kg brut) j 256 j Aliment complet j 237 j Aliment complet j 291 j Agneaux de report 284 j 292 j Agneaux de report Orge Enrubannage Orge Enrubannage F1 croisé charollais 149 j 150 j Aliment complet Mouton vendéen et F2 Préalpes du Sud et F1 162 j 168 j Mélange fermier (Triticale + CMV) Paille 162 j 168 j 110 j ( et ) 119 j ( et ) 121 j ( et ) Mélange fermier (Triticale + CMV) Paille *Aliment complet ou mélange orge+maïs+cmv Foin *Orge + Protéagineux (vesce, pois ou féverole) Foin *Maïs Foin de luzerne *ration sevrage/abattage (Naissance/sevrage : aliment fermier + foin de graminées) 23

27 7.2 Systèmes ovins laitiers Élevages du Rayon de Roquefort en zone fourragère et de piémont Ce système couvre 31.9 % des ovins laitiers concernés par l étude et 7.3 % de l effectif ovin total étudié. Les données qui ont permis d évaluer les quantités de fourrages et d aliments concentrés proviennent de 21 exploitations. Les quantités de fourrages et d aliments concentrés consommés exprimées en kg de matière sèche par UGB/EMP sont indiquées dans le tableau 4. Le coefficient UGB retenu pour les brebis de race Lacaune est de Les parts relatives de l ensemble des fourrages et des aliments concentrés sont respectivement de 79 % et 21 % (cf. graphique 11). Graphique 11 : Parts des différents aliments consommés en système ovin lait «Rayon de Roquefort - zone fourragère et de piémont». Source : Réseaux d Elevage 24

28 Élevages du Rayon de Roquefort en zone pastorale Ce système concerne 33.1 % des ovins laitiers concernés par l étude et 7.6 % des ovins de la population étudiée. Les données qui ont permis d évaluer les quantités de fourrages et d aliments concentrés proviennent de 14 exploitations. Les quantités de fourrages et d aliments concentrés consommés exprimées en kg de matière sèche par UGB/EMP sont indiquées dans le tableau 4. Le coefficient UGB retenu pour les brebis de race Lacaune est de Les parts relatives de l ensemble des fourrages et des aliments concentrés sont respectivement de 80 % et 20 % (cf. graphique 12). Graphique 12: Parts des différents aliments consommés en système ovin lait «Rayon de Roquefort - zone pastorale». Source : Réseaux d Elevage * 0%* : moins de 0.5% d ensilage de maïs dans la ration 25

29 Élevages des Pyrénées-Atlantiques en zone fourragère Ce système concerne 22.4 % des brebis laitières françaises étudiées et 5.1 % de l effectif ovin total concerné par l étude. Les données qui ont permis d évaluer les quantités de fourrages et d aliments concentrés proviennent de 16 exploitations. Le coefficient UGB retenu pour les brebis de race ovines laitières des Pyrénées est Les quantités de fourrages et d aliments concentrés consommés exprimées en kg de matière sèche par UGB sont indiquées dans le tableau 4. Les parts relatives de l ensemble des fourrages et des aliments concentrés sont respectivement de 83 % et 17 % (cf. graphique 13). Graphique 13 : Parts des différents aliments consommés en système ovin lait «élevages des Pyrénées-Atlantiques - zone fourragère». Source : Réseaux d Elevage Herbe pâturée 2% 1% 15% 4% Herbe conservée Ensilage de Maïs 21% 57% Autres fourrages et coproduits fourrages Concentrés produits sur l exploitation Concentrés achetés 26

30 Élevages des Pyrénées-Atlantiques en zone de Haute-Montagne Ce système concerne 12.7 % des brebis laitières françaises étudiées et 2.9 % de la population ovine totale concernée par l étude. Les données qui ont permis d évaluer les quantités de fourrages et d aliments concentrés proviennent de 14 exploitations. Le coefficient UGB retenu pour les brebis de races ovines laitières des Pyrénées est Les quantités de fourrages et d aliments concentrés consommés exprimées en kg de matière sèche par UGB sont indiquées dans le tableau 4. Les parts relatives de l ensemble des fourrages et des aliments concentrés sont respectivement de 86 % et 14 % (cf. graphique 14). Graphique 14 : Parts des différents aliments consommés en système ovin lait «élevages des Pyrénées-Atlantiques - zone de Haute-Montagne». Source : Réseaux d Elevage Herbe pâturée * 0% 13% 2% 6% Herbe conservée Ensilage de Maïs 20% 59% Autres fourrages et coproduits fourrages Concentrés produits sur l exploitation Concentrés achetés 0%* : les concentrés produits sur l exploitation représentent moins de 0.5% de la ration 27

31 8. Rations moyennes à l échelle de la France Les données obtenues selon les groupes typologiques ont été agrégées en tenant compte de leur poids statistique - relativement au nombre de brebis issu du recensement agricole afin d évaluer les quantités moyennes de fourrages et d aliments concentrés consommées par UGB/EMP à l échelle nationale. En moyenne, tous systèmes confondus (ovin lait et ovin viande), la ration alimentaire moyenne est constituée à 85 % de fourrages et 15 % d aliments concentrés (cf. graphique 15). En ovin viande, cette ration alimentaire moyenne est composée de 86 % de fourrages et 14 % d aliments concentrés (cf. graphique 16). Pour les ovins laitiers, la ration alimentaire est constituée de 82 % de fourrages et de 18 % d aliments concentrés (cf. graphique 17). Graphique 15 : Parts des aliments consommés «tous systèmes ovins lait et ovins viande». Source : Institut de l élevage, d après données Réseaux d Elevage et Recensement agricole 2010 Graphique 16 : Parts des aliments consommés «tous systèmes ovins viande». Source : Institut de l élevage, d après données Réseaux d Elevage et Recensement agricole

32 Graphique 17 : Parts des différents aliments consommés «tous systèmes ovins lait» Source : Institut de l élevage, d après données Réseaux d Elevage et Recensement agricole 2010 Les graphiques 18, 19 et 20 présentent une illustration de la composition de la ration complète basée sur les formules des aliments du bétail présenté en tableau 1. Graphique 18 : Parts des différents aliments consommés «tous systèmes ovins lait et viande» avec composition détaillée des aliments concentrés. Source : Institut de l élevage, d après données Réseaux d Elevage, Recensement agricole 2010, Industriel de l alimentation du Bétail, étude Phénofinlait 1% 1% 0.1% 1% 1% 1% 0.5% Herbe pâturée Herbe conservée 10% Maïs ensilage 1% 2% Autres fourrages et co-produits fourragers céréales protéagineux tourteaux de soja 23% 59% tourteaux de colza autres tourteaux luzerne déshydratée divers aliments et coproduits AMV 29

33 Graphique 19 : Parts des différents aliments consommés «tous systèmes ovins viande» avec composition détaillée des aliments concentrés. Source : Institut de l élevage, d après données Réseaux d Elevage, Recensement agricole 2010, Industriel de l alimentation du Bétail, étude Phénofinlait 0.4% 1% 1% 0.2% 0.1% 1% 0.5% Herbe pâturée Herbe conservée 1% 2% 9% Maïs ensilage Autres fourrages et co-produits fourragers céréales protéagineux 20% tourteaux de soja 63% tourteaux de colza autres tourteaux luzerne déshydratée divers aliments et coproduits AMV Graphique 20 : Parts des différents aliments consommés «tous systèmes ovins lait» avec composition détaillée des aliments concentrés. Source : Institut de l élevage, d après données Réseaux d Elevage, Recensement agricole 2010, Industriel de l alimentation du Bétail, étude Phénofinlait 1% 1% 1% 1% 1% 0,5% Herbe pâturée 0,1% * 1% 2% 10% Herbe conservée Maïs ensilage Autres fourrages et co-produits fourragers céréales 23% 59% protéagineux tourteaux de soja tourteaux de colza autres tourteaux luzerne déshydratée 30

34 9. Zoom sur les aliments concentrés Aliments concentrés consommés La quantité d aliments concentrés consommée est de 820 kg de MS / UGB pour l ensemble des exploitations «ovins lait» et «ovins viande» étudié, soit 134 kg de MS / brebis et 14.7 % de la ration totale. Elle atteint 734 kg de MS / UGB (120 kg MS / brebis) pour les exploitations «ovin viande», soit 13.4 % de la ration totale ; et kg de MS par UGB dans les systèmes ovins laitiers étudiés, soit 183 kg MS / brebis et 19 % de la ration totale. À partir des compositions des aliments concentrés présentées dans le tableau 1 et des quantités de matières premières et d aliments complets et complémentaires consommées par les élevages analysés, les graphiques 21, 22 et 23 présentent une évaluation de la composition en matières premières des aliments concentrés. Tous élevages ovins lait et viande confondus, le tiers des aliments concentrés est composé d aliments non concurrents de l alimentation humaine (coproduits végétaux : tourteaux, son de blé, drèches, pulpes...), bien valorisés par les ruminants pour produire du lait et de la viande. Graphique 21 : Évaluation des principales matières premières dans les aliments concentrés consommés «tous systèmes ovins lait et ovins viande». Source : Institut de l élevage, d après données Réseaux d Elevage, Recensement agricole 2010, Industriel de l alimentation du Bétail, étude Phénofinlait céréales produites sur l'exploitation 6% 4% céréales achetées 5% 6% 4% 7% 38% protéagineux produits sur l'exploitation protéagineux achetés tourteaux de soja tourteaux de colza autres tourteaux * 0% 0% * 30% luzerne déshydratée divers aliments et coproduits AMV *0% : protéagineux achetés et produits représentent moins de 0.5% de la composition 31

35 Graphique 22 : Évaluation des principales matières premières dans les aliments concentrés consommés «tous systèmes ovins viande». Source : Institut de l élevage, d après données Réseaux d Elevage, Recensement agricole 2010, Industriel de l alimentation du Bétail, étude Phénofinlait céréales produites sur l'exploitation 3% 9% 3% céréales achetées protéagineux produits sur l'exploitation 8% 36% protéagineux achetés tourteaux de soja 6% tourteaux de colza * 2% 0% 0% * autres tourteaux luzerne déshydratée divers aliments et coproduits 33% AMV *0% : protéagineux achetés et produits représentent moins de 0.5% de la composition Graphique 23 : Évaluation des principales matières premières dans les aliments concentrés consommés «tous systèmes ovins lait». Source : Institut de l élevage, d après données Réseaux d Elevage, Recensement agricole 2010, Industriel de l alimentation du Bétail, étude Phénofinlait 1% 3% céréales produites sur l'exploitation céréales achetées 16% protéagineux produits sur l'exploitation protéagineux achetés 3% 40% tourteaux de soja 4% tourteaux de colza 8% autres tourteaux luzerne déshydratée * 0% * 0% divers aliments et coproduits 25% AMV *0% protéagineux achetés et produits représentent moins de 0.5% de la composition 32

36 Aliments concentrés achetés La quantité d aliments concentrés achetée est de 515 kg de MS / UGB pour l ensemble des exploitations «ovin lait» et «ovin viande», soit 84 kg de MS de concentrés achetés par brebis et 9,2 % de la ration totale. Elle atteint 468 kg de MS / UGB ou 77 kg de MS par brebis dans les systèmes ovins allaitants, soit 8.5 % de la ration totale. En système ovin laitier, ce sont 676 kg de MS de concentrés qui sont achetés par UGB, soit 109 kg MS par brebis laitière et 11.5 % de la ration. À partir des compositions des aliments concentrés présentées dans le tableau 1 et des quantités de matières premières et d aliments complets et complémentaires achetées, les graphiques 24, 25 et 26 présentent une évaluation de la composition en matières premières des aliments concentrés. Graphique 24 : Évaluation des principales matières premières dans les aliments concentrés achetés «tous systèmes ovins lait et ovins viande». Source : Institut de l élevage, d après données Réseaux d Elevage, Recensement agricole 2010, Industriel de l alimentation du Bétail, étude Phénofinlait 10% 6% céréales protéagineux tourteaux de soja 11% 49% tourteaux de colza autres tourteaux 10% luzerne déshydratée 8% 6% 0% * divers aliments et coproduits AMV *0% : moins de 0.5% de protéagineux dans la composition 33

37 Graphique 25 : Évaluation des principales matières premières dans les aliments concentrés achetés «tous systèmes ovins viande». Source : Institut de l élevage, d après données Réseaux d Elevage, Recensement agricole 2010, Industriel de l alimentation du Bétail, étude Phénofinlait 14% 6% céréales protéagineux tourteaux de soja 4% tourteaux de colza 52% autres tourteaux 12% luzerne déshydratée 9% divers aliments et coproduits AMV 3% 0% * *0% : moins de 0.5% de protéagineux dans la composition Graphique 26 : Évaluation des principales matières premières dans les aliments concentrés achetés «tous systèmes ovins lait». Source : Institut de l élevage, d après données Réseaux d Elevage, Recensement agricole 2010, Industriel de l alimentation du Bétail, étude Phénofinlait 1% 5% céréales protéagineux tourteaux de soja 27% 42% tourteaux de colza autres tourteaux luzerne déshydratée 4% 7% 14% 0% * divers aliments et coproduits AMV *0% : moins de 0.5% de protéagineux dans la composition 34

38 10. Autonomies fourragère et alimentaire L'autonomie est définie comme la part des aliments produits (fourrages et concentrés) (P) sur l'exploitation par rapport à ceux consommés par l ensemble des animaux de l élevage (produits et achetés) (C) ( %) = ( ) é ( é )( ) L autonomie alimentaire d un élevage peut être analysée à l aide de trois indicateurs. - l autonomie alimentaire massique, - l autonomie énergétique, - l autonomie protéique. Autonomie massique - En considérant les quantités d aliments, on calcule l autonomie alimentaire massique (cf. tableaux 7, 8 et 9 et graphique 27). On peut alors distinguer l autonomie sur les seuls fourrages ou concentrés, et l autonomie relative à la ration totale. Les quantités d aliments produits, achetés et consommés sont exprimées en kg de matière sèche (MS). Sur la ration totale, l autonomie massique est en moyenne de 87.6 % pour les systèmes ovins lait et viande confondus (variabilité de 72 % à 93 % selon les systèmes d élevage). L autonomie en fourrages est élevée : elle atteint 96.3 % et varie de 84 % à près de 100 % suivant le système. Celle en concentrés est plus faible (37.1 %) et sensiblement variable entre systèmes (de moins de 2 % à près de 55 %). Pour l ensemble des systèmes ovins viande, les fourrages sont produits à 97.1 % sur l exploitation. Quant aux aliments concentrés, la part produite sur l exploitation est de 36.2 %. Au final, l autonomie alimentaire atteint 88.9 %. Pour les élevages ovins laitiers étudiés, l autonomie massique moyenne est de 83.5 % avec une production de fourrages couvrant 93.8 % de la consommation et une consommation autonome en concentrés de 39.2 %. Tableau 7 : Autonomie alimentaire massique dans les exploitations ovines (lait et viande confondus). Source : Institut de l élevage, d après données Réseaux d Elevage, Recensement agricole 2010 En Tonnes de MS / UGB Quantités consommées Quantités produites sur exploitation Autonomie Fourrages % Concentrés % Fourrages + concentrés % 35

39 Tableau 8 : Autonomie alimentaire massique dans les exploitations ovin viande. Source : Institut de l élevage, d après données Réseaux d Elevage, Recensement agricole 2010 En Tonnes de MS / UGB Quantités consommées Quantités produites sur exploitation Autonomie Fourrages % Concentrés % Fourrages + concentrés % Tableau 9 : Autonomie alimentaire massique dans les exploitations ovin lait. Source : Institut de l élevage, d après données Réseaux d Elevage, Recensement agricole 2010 En Tonnes de MS / UGB Quantités consommées Quantités produites sur exploitation Autonomie Fourrages % Concentrés % Fourrages + concentrés % 36

40 Graphique 27: Autonomie massique (en % sur la base des kg de MS). Source : Institut de l élevage, d après données Réseaux d Elevage, Recensement agricole % Elevages ovins 96.3% 87.6% Elevages ovins lait 39.2% 83.5% 93.8% Concentrés Fourrages Ration Totale 36.2% Elevages ovins viande 88.9% 97.1% 0.0% 20.0% 40.0% 60.0% 80.0% 100.0% 37

41 Illustration de la variabilité des niveaux d autonomie alimentaire dans les exploitations ovines allaitantes en fonction des systèmes Le graphique 28 met en évidence la forte homogénéité des exploitations ovines allaitantes en termes d autonomie alimentaire totale (fourrage + concentré). Cependant, les zones de haute-montagne et de cultures présentent une plage de variation très importante et un écart tangible entre la moyenne et la médiane de la population étudiée. La variabilité des niveaux alimentaires de ces deux zones s explique à la fois par des niveaux d autonomie en concentrés très variables mais qui se retrouvent également pour d autres zones (graphique 29) et surtout, compte tenu des rapports entre surfaces pour les stocks et taille du cheptel, par une forte variabilité de niveaux d autonomie fourragère, ce qui leur est plus spécifique (graphique 30). Clé de lecture des graphiques Graphique 28 : variabilité de l autonomie alimentaire massique totale en fonction des systèmes ovins viande. Source : Réseaux d Elevage 38

42 Graphique 29 : variabilité de l autonomie en concentrés en fonction des systèmes ovins viande. Source : Réseaux d Elevage Graphique 30 : variabilité de l autonomie fourragère en fonction des systèmes ovins viande. Source : Réseaux d Elevage 39

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS CLBV AQMP02 CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS 2 UMO sur 39 ha avec 200 chèvres produisant 160 000 litres de lait et engraissement de 40 génisses Ce système se rencontre principalement dans

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN NOTICE EXPLICATIVE Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN Ce bilan global de la fertilisation azotée est obligatoire pour toute exploitation située en zone vulnérable et qui a contractualisé

Plus en détail

CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS OVINES ALLAITANTES DU SUD OUEST

CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS OVINES ALLAITANTES DU SUD OUEST CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS OVINES ALLAITANTES DU SUD OUEST Références 2010 Réseaux d Élevage Ovins Allaitants Aquitaine et Midi Pyrénées Face à l épuisement progressif des réserves d énergies

Plus en détail

L essentiel de la filière. viande bovine française 2014

L essentiel de la filière. viande bovine française 2014 L essentiel de la filière viande bovine française 2014 Sommaire Cheptel Chiffres filière Systèmes d élevage & environnement Consommation CHEPTEL Lexique / Vocabulaire (définitions réglementaires (CE) n

Plus en détail

LES COÛTS DE PRODUCTION EN ELEVAGE OVIN ALLAITANT DANS LE SUD-OUEST

LES COÛTS DE PRODUCTION EN ELEVAGE OVIN ALLAITANT DANS LE SUD-OUEST LES COÛTS DE PRODUCTION EN ELEVAGE OVIN ALLAITANT DANS LE SUD-OUEST Référentiel 2009-2010 des coûts de production des élevages ovin allaitants des Réseaux d Élevage en Aquitaine et Midi-Pyrénées La flambée

Plus en détail

Référentiel économique des Réseaux d Élevage de l Est

Référentiel économique des Réseaux d Élevage de l Est Alsace Lorraine Champagne-Ardenne Référentiel économique des Réseaux d Élevage de l Est ANNEE 2014 SOMMAIRE 1 Références générales à l ensemble de l exploitation p 2 2 Références pour la filière bovins

Plus en détail

Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne)

Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne) Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne) Les références technicoéconomiques : une nécessité Besoin exprimé par les acteurs de terrain Pour mieux

Plus en détail

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie Capacité d adaptation des systèmes en Agriculture Biologique aux épisodes de sécheresse AUTONOMIE ALIMENTAIRE Maître d œuvre : Chambres d Agriculture

Plus en détail

Fiche de renseignements justifiant la nécessité de la construction en zone agricole

Fiche de renseignements justifiant la nécessité de la construction en zone agricole Fiche de renseignements justifiant la nécessité de la construction en zone agricole Renseignements en vue de l avis de la Chambre d Agriculture et de la Direction Départementale des Territoires du Bas-Rhin

Plus en détail

CALCULER LE COÛT DE PRODUCTION EN ÉLEVAGE OVIN VIANDE

CALCULER LE COÛT DE PRODUCTION EN ÉLEVAGE OVIN VIANDE RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA CALCULER LE COÛT DE PRODUCTION EN ÉLEVAGE OVIN VIANDE Méthode nationale développée par l Institut de l Elevage dans le cadre des Réseaux

Plus en détail

L ELEVAGE DES HERBIVORES BIOLOGIQUES

L ELEVAGE DES HERBIVORES BIOLOGIQUES TS21(EC)V03fr_Herbivores 04/04/2013 L ELEVAGE DES HERBIVORES BIOLOGIQUES Guide pratique n 21 : Les Règles de production des animaux herbivores Selon Ecocert Organic Standard (EOS) 1 I. Champ d application

Plus en détail

Création d un atelier ovin

Création d un atelier ovin RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA Création d un atelier ovin Une réelle opportunité offerte aux exploitations Grâce à sa souplesse pour agneler à différentes périodes

Plus en détail

collection méthodes & outils Consommation d énergie en élevages herbivores et leviers d action

collection méthodes & outils Consommation d énergie en élevages herbivores et leviers d action collection méthodes & outils Consommation d énergie en élevages herbivores et leviers d action collection Méthodes et outils document rédigé par : Charlotte MOrIN, emmanuel BÉGuIN, Julien BeLvèze, Nicole

Plus en détail

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conjoncture retenue pour la construction des cas-types Prix de la viande bovine Conjoncture 1 er trimestre 2012 Prix des

Plus en détail

Rennes Le 29 janvier 2015. Programme : SOS PROTEIN

Rennes Le 29 janvier 2015. Programme : SOS PROTEIN Programme : SOS PROTEIN 1 Qui sommes nous! Localisation & Financements 2 Démarche! 3 Comment travaille-t-on? 4 Quelques résultats PAO CLUSTERS Bba Dairy : 85 %. Lactalis, Danone, Bongrain,... ADRO-Ouest

Plus en détail

Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020

Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020 Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020 Cette note a pour objet de définir les animaux et les surfaces pris

Plus en détail

Politique Agricole Commune. Programme 2015-2020

Politique Agricole Commune. Programme 2015-2020 Politique Agricole Commune Programme 2015-2020 DPB Paiement redistributif Jeunes Agriculteurs Verdissement Aides couplées Aides couplées Sommaire : Principe... 3 Aides animales : - Aides Ovines... 5 -

Plus en détail

les cinq étapes pour calculer les jours d avance

les cinq étapes pour calculer les jours d avance À retenir l expérience, acquise grâce à ces outils, permet également une bonne évaluation de la ressource disponible. une fois les mesures réalisées, la quantité d herbe disponible pour le lot se calcule

Plus en détail

ACV des produits agricoles sélectionnés en comparaison avec des importations

ACV des produits agricoles sélectionnés en comparaison avec des importations Résumé ACV des produits agricoles sélectionnés en comparaison avec des importations Contexte et objectifs Etant donné le dynamisme du commerce de produits agricoles, la compétitivité écologique du secteur

Plus en détail

PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon. Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013

PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon. Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013 PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013 Le Président de la République a annoncé le 2 octobre à Cournon le cadre

Plus en détail

Système Polyculture Elevage à dominante élevage (SPE)

Système Polyculture Elevage à dominante élevage (SPE) Réunion d information sur les mesures agro-environnementales et climatiques (MAEC) Système Polyculture Elevage à dominante élevage (SPE) Mise à jour 9 juin 2015 Adage 35 02,99,77,09,56 www.adage35.org

Plus en détail

& Que choisir. favoriser le bien-être

& Que choisir. favoriser le bien-être Label Rouge & Agriculture Biologique Que choisir pour favoriser le bien-être des animaux? Un guide des tiné au consommateur Protection mondiale des animaux de ferme Ce petit guide a pour objectif d aider

Plus en détail

Agri-BALYSE, une base de données publique d ACV des produits agricoles français

Agri-BALYSE, une base de données publique d ACV des produits agricoles français Agri-BALYSE, une base de données publique d ACV des produits agricoles français H. van der Werf, G. Gaillard, P. Koch, T. Salou, C. Basset- Mens, A. Gac, A. Lellahi, J. Moussêt, INRA Rennes, ART Zürich,

Plus en détail

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal GUIDE PRATIQUE DE L'ÉLEVEUR Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal avril 2011 BRETAGNE PAYS DE LA LOIRE SOMMAIRE Paroles d éleveurs 4 Quelle place donner à l herbe Le choix d un système fourrager 8

Plus en détail

L ensilage de maïs en Ardenne? D un point de vue alimentaire. Isabelle Dufrasne Ferme expérimentale Service de Nutrition FMV Université de Liège

L ensilage de maïs en Ardenne? D un point de vue alimentaire. Isabelle Dufrasne Ferme expérimentale Service de Nutrition FMV Université de Liège L ensilage de maïs en Ardenne? D un point de vue alimentaire Isabelle Dufrasne Ferme expérimentale Service de Nutrition FMV Université de Liège Plan L ensilage de maïs en général Caractéristiques anatomiques

Plus en détail

Pôle Agriculture Biologique Massif Central Association de coordination de la recherche en agriculture biologique sur le Massif Central

Pôle Agriculture Biologique Massif Central Association de coordination de la recherche en agriculture biologique sur le Massif Central Pôle Agriculture Biologique Massif Central Association de coordination de la recherche en agriculture biologique sur le Massif Central BIO MASSIF Bulletin du Pôle AB Massif Central, Février 2011, N 10

Plus en détail

La nutrition simple et rentable. Catalogue FORMATIONS. N Formateur : 83 63 04246 63

La nutrition simple et rentable. Catalogue FORMATIONS. N Formateur : 83 63 04246 63 La nutrition simple et rentable Catalogue FORMATIONS N Formateur : 83 63 04246 63 Introduction FORMATIONS Vous tenez dans vos mains le catalogue de formations BDM. Leader français du Conseil Indépendant

Plus en détail

La vache normande : une signature régionale

La vache normande : une signature régionale Données Une publication de la Direction Régionale de l Alimentation, de l Agriculture et de la Forêt La vache normande : une signature régionale La Basse-Normandie a le plus grand cheptel de vaches de

Plus en détail

Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique

Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique Carte de visite : 1 personne + 1 salarié 1/3 temps 85 ha 47 PMTVA (60 vaches nourrices) Signe particulier : Système naisseur en plein air. Des

Plus en détail

Des territoires laitiers contrastés

Des territoires laitiers contrastés Agreste Primeur 308 Numéro 308 - décembre 203 Les exploitations laitières bovines en France métropolitaine Télécharger les données au format tableur Des territoires laitiers contrastés 77 000 exploitations

Plus en détail

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier Itinéraire cultural Type de sol et préparation avant semis Le sorgho grain sucrier est relativement peu exigeant par rapport au

Plus en détail

Analyses et Perspectives

Analyses et Perspectives Analyses et Perspectives Références Systèmes Septembre 2013 N 1304 Complémentarité et autonomie en protéines en région Centre Potentiels et freins à lever La France importe aujourd hui 40% de ces besoins

Plus en détail

MINISTERE DE L'AGRICULTURE DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT (articles L361-1à 21 et D361-1 à R361-37 du Code rural)

MINISTERE DE L'AGRICULTURE DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT (articles L361-1à 21 et D361-1 à R361-37 du Code rural) MINISTERE DE L'AGRICULTURE DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT (articles L3611à 21 et D3611 à R36137 du Code rural) DEMANDE D INDEMNISATION DES PERTES PROCEDURE DES CALAMITES AGRICOLES PERTES DE RECOLTE

Plus en détail

COÛT DE PRODUCTION DU LAIT

COÛT DE PRODUCTION DU LAIT RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA COÛT DE PRODUCTION DU LAIT Des repères pour la gestion de mon atelier en Nord-Pas-de-Calais-Picardie Le coût de production du lait est

Plus en détail

CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS BOVINS VIANDE DU SUD-OUEST

CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS BOVINS VIANDE DU SUD-OUEST CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS BOVINS VIANDE DU SUD-OUEST Réseaux d Élevage Aquitaine et Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon La question de la maîtrise de l énergie devient récurrente du fait

Plus en détail

Le montant des aides versées

Le montant des aides versées 259 Agreste Primeur Numéro 259 - avril 2011 Le bilan de santé de la Pac Une redistribution des aides en faveur des élevages d herbivores En 2010, la réforme issue du bilan de santé de la Pac est mise en

Plus en détail

Les protéines en nutrition animale

Les protéines en nutrition animale Les protéines en nutrition animale Sources, origine, évolution Plan Qui sommes nous? Les coopératives de nutrition animale Principes de base de la nutrition animale Les principales matières protéiques

Plus en détail

En 2014, les cours des matières premières ont reculé, entraînant une baisse

En 2014, les cours des matières premières ont reculé, entraînant une baisse Agreste Synthèses Moyens de production Mars 215 n 215/261 Mars 215 Moyens de production Synthèses n 215/261 En 214, la baisse des prix à la production des produits animaux n est que partiellement compensée

Plus en détail

Méthodologie d'élaboration de résultats technico-économiques en élevage ovin allaitant. Illustration en France, en zone de plaine et de montagne

Méthodologie d'élaboration de résultats technico-économiques en élevage ovin allaitant. Illustration en France, en zone de plaine et de montagne Méthodologie d'élaboration de résultats technico-économiques en élevage ovin allaitant. Illustration en France, en zone de plaine et de montagne Benoit M., Laignel G. in Mena Y. (ed.), Castel J.M. (ed.),

Plus en détail

L activité agricole sur la communauté de communes Terres de Montaigu

L activité agricole sur la communauté de communes Terres de Montaigu L activité agricole sur la communauté de communes Terres de Montaigu La Bernardière la Boisissiere de Montaigu Boufféré La Guyonnière Montaigu St Goerges de Montaigu St Hilaire de Loulay Treize Septiers

Plus en détail

Synthèse et recommandations du séminaire

Synthèse et recommandations du séminaire L élevage caprin : Acquis de recherche, Stratégie et Perspectives de développement Synthèse et recommandations du séminaire El Fadili M. 1 1 Institut National de la Recherche Agronomique, Rabat (Maroc)

Plus en détail

Introduction : l agriculture française face à de multiples défis

Introduction : l agriculture française face à de multiples défis Innovations Agronomiques 37 (2014), 53-65 Programme Grignon Energie Positive. 25 fermes dans une démarche de progrès à l échelle système Carton S. 1, Tristant D. 1, Gasc G. 2, Python Y. 1 1 Ferme expérimentale,

Plus en détail

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Les essentiels du Réseau agriculture durable RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Réseau d information comptable agricole du Ministère de l Agriculture,

Plus en détail

200 177 180 Prolificité 1 8 0 1 7 7 158 160 166 1 7 0 160 1 6 6 158 1 6 0 1 6 0 1 5 8 1 5 8 15 6 1 5 0 1 5 3 1 5 3 140

200 177 180 Prolificité 1 8 0 1 7 7 158 160 166 1 7 0 160 1 6 6 158 1 6 0 1 6 0 1 5 8 1 5 8 15 6 1 5 0 1 5 3 1 5 3 140 Performances techniques et économiques de 2 troupeaux ovins expérimentaux conduits en Agriculture Biologique (AB). M.BENOIT (1), H.TOURNADRE (2), G.LAIGNEL (1) (1) INRA Unité Economie de l Elevage, Centre

Plus en détail

Lait biologique : des chiffres à découvrir

Lait biologique : des chiffres à découvrir Lait biologique : des chiffres à découvrir 2013-2014 Depuis 2003 les éleveurs laitiers biologiques du Nord Pas de Calais qui le souhaitent peuvent chaque année analyser leurs résultats. L outil GTE lait

Plus en détail

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui L intérêt technico-économique Titre de du l'engraissement diaporama des mâles avec simulations à l'appui Christèle PINEAU Institut de l'elevage Christele.Pineau@idele.fr Matthieu COUFFIGNAL ARVALIS, Institut

Plus en détail

L agriculture luxembourgeoise en chiffres 2013

L agriculture luxembourgeoise en chiffres 2013 L agriculture luxembourgeoise en chiffres 2013 (données disponibles au 1 ier avril 2013) MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE LA VITICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL SERVICE D ECONOMIE RURALE L agriculture

Plus en détail

UN ESSOR CONTRASTÉ DES FORMES SOCIÉTAIRES

UN ESSOR CONTRASTÉ DES FORMES SOCIÉTAIRES UN ESSOR CONTRASTÉ DES FORMES SOCIÉTAIRES Des formes sociétaires globalement en progression En 2010, le statut individuel d exploitant agricole demeure la forme juridique choisie par 70 % des exploitations.

Plus en détail

Edito. Elevage. Du robot de traite au restaurant, nos fabriques d aliments s adaptent. une technologie d'avance. L innovation technique

Edito. Elevage. Du robot de traite au restaurant, nos fabriques d aliments s adaptent. une technologie d'avance. L innovation technique L innovation technique Edito au service de l éleveur En ce début d année 2011, les cours des céréales et autres matières premières utilisées en alimentation animale ont quasiment retrouvé leurs niveaux

Plus en détail

Calcul de la pression en azote organique sur l exploitation

Calcul de la pression en azote organique sur l exploitation Calcul de la pression en azote organique sur l exploitation La pression en azote issue des effluents d élevage est plafonnée à 170 / ha de SAU. Tous les fertilisants azotés d origine animale sont considérés,

Plus en détail

Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes

Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes R E F E R E N C E S Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes Avril 2008 Les cas-types... mode d emploi R E F E R E N C E S Vous avez dit cas-type? Un cas-type est une exploitation représentative d'un

Plus en détail

Bovin viande biologique

Bovin viande biologique Bovin viande biologique Les points clefs Les fondements de l agriculture biologique Le lien au sol : les productions animales doivent contribuer à l équilibre des systèmes. Ainsi, l élevage hors sol est

Plus en détail

Le soutien à l expérimentation dans la Filière Viandes Ruminants

Le soutien à l expérimentation dans la Filière Viandes Ruminants Le soutien à l expérimentation dans la Filière Viandes Ruminants CS Ruminants et Equidés du 25 septembre 2014 Direction Interventions Unité Aides aux Exploitations et Expérimentation 1 2. PROGRAMMES AIDES

Plus en détail

Fourrages et production de protéines

Fourrages et production de protéines A. Devouard (Prolea) Fourrages et production de protéines Huyghe C. Direction Scientifique Agriculture INRA - Paris En hommage à Jean-Claude Simon Pourquoi se préoccuper de protéines? Alimentation animale

Plus en détail

Ruminants ALIMENTS POUR MOUTONS, CHÈVRES, CERVIDÉS, COCHONS DOMESTIQUES & HERBIVORES EXOTIQUES

Ruminants ALIMENTS POUR MOUTONS, CHÈVRES, CERVIDÉS, COCHONS DOMESTIQUES & HERBIVORES EXOTIQUES Ruminants ALIMENTS POUR MOUTONS, CHÈVRES, CERVIDÉS, COCHONS DOMESTIQUES & HERBIVORES EXOTIQUES Nutrition inspirée par la nature Cher client, C est en 1937 que le fondateur visionnaire, Prudent Versele,

Plus en détail

La méthanisation, une activité complémentaire pour l élevage. n 20 JANV.-FÉV. 2014

La méthanisation, une activité complémentaire pour l élevage. n 20 JANV.-FÉV. 2014 n 20 JANV.-FÉV. 2014 ISSN 2256-8107 / 8 Nutrition : Les camions-usines : une solution pour produire un aliment de qualité à la ferme Équipement : Mécaniser l entretien des logettes La méthanisation, une

Plus en détail

LA RACE MERINOS D ARLES

LA RACE MERINOS D ARLES LA RACE MERINOS D ARLES OS RACES OVINES DU SUD-EST Maison Régionale de l Elevage Rte de la Durance 04100 MANOSQUE Tel : 04.92.72.56.81 Fax : 04.92.72.73.13 Mail : c.jouannaux@mre-paca.fr Origine et implantation

Plus en détail

Le séchage solaire pour améliorer la qualité des produits agricoles

Le séchage solaire pour améliorer la qualité des produits agricoles Énergies renouvelables en milieu agricole Le séchage solaire pour améliorer la qualité des produits agricoles Exemples bourguignons Entreprise BRUNET EURL du Bon Accueil L exemple de l EARL du Bon Accueil

Plus en détail

POURQUOI VISIOLYS? SOMMAIRE VOUS PROPOSE : Un monde qui bouge COMPRENDRE. Analyses et adaptations SE REPÉRER SE PROJETER ET CHOISIR

POURQUOI VISIOLYS? SOMMAIRE VOUS PROPOSE : Un monde qui bouge COMPRENDRE. Analyses et adaptations SE REPÉRER SE PROJETER ET CHOISIR POURQUOI VISIOLYS? EXPERTISE STRATÉGIE ÉCONOMIE Visiolys est né de la volonté commune des deux entreprises de conseil en élevage Clasel et Eilyps de se projeter dans un monde en pleine mutation, de permettre

Plus en détail

Productions bovines et équines biologiques Principales dispositions réglementaires

Productions bovines et équines biologiques Principales dispositions réglementaires Pour plus d'informations reportez-vous à la fiche «Conversion à l'ab» Conversion La période de conversion est la période de transition entre l'agriculture conventionnelle et l'agriculture biologique. Durant

Plus en détail

LA DYNAMIQUE DES TROUPEAUX LAITIERS FRANÇAIS À L APPROCHE DE LA FIN DES QUOTAS

LA DYNAMIQUE DES TROUPEAUX LAITIERS FRANÇAIS À L APPROCHE DE LA FIN DES QUOTAS > Les synthèses de FranceAgriMer février 2013 numéro LAIT / 1 LA DYNAMIQUE DES TROUPEAUX LAITIERS FRANÇAIS À L APPROCHE DE LA FIN DES QUOTAS 12 12 rue rue Henri Henri Rol-Tanguy / TSA / TSA 20002 20002

Plus en détail

Définition des variables présentées dans le RICA

Définition des variables présentées dans le RICA Les termes en gras italique sont définis par ailleurs dans le lexique. Les termes en italique désignent des variables explicitement recueillies dans le Rica. A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V

Plus en détail

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE CONCOURS DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS DE LYCEE PROFESSIONNELS AGRICOLE (PLPA) SESSION 2011 Concours : INTERNE Section : Sciences économiques et sociales et gestion Option A : Sciences économiques et sociales

Plus en détail

PAC. ce qui change. vraiment

PAC. ce qui change. vraiment PAC 2014 2020 ce qui change vraiment Dotée d un budget préservé de l ordre de 9,1 milliards par an, la nouvelle pac entrera pleinement en application en 2015 et sera le cadre commun de l agriculture européenne

Plus en détail

Tendances et perspectives du marché de la viande ovine dans le monde et au Québec

Tendances et perspectives du marché de la viande ovine dans le monde et au Québec Tendances et perspectives du marché de la viande ovine dans le monde et au Québec Présentée par : Amina Baba-Khelil, M.Sc., agr, chargée de projet, FPAMQ 21 Février 2013 Production ovine En ouvelle-zélande

Plus en détail

En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe

En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe Cas type HL 1 En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe Rouen Évreux Amiens Beauvais Arras Lille Laon Culture à faible densité d'élevage Herbagère à forte densité d'élevage Mixte à moyenne

Plus en détail

Le revenu agricole régional baisse à cause du recul des prix de la plupart des productions, malgré des rendements souvent élevés

Le revenu agricole régional baisse à cause du recul des prix de la plupart des productions, malgré des rendements souvent élevés Agreste Champagne-Ardenne n 5- Octobre 2015 Analyse des comptes de l agriculture champardennaise en 2014 En 2014, le revenu net d exploitation par actif non salarié baisse de 13,3 % en valeur courante

Plus en détail

Les agriculteurs reviendront-ils à leurs moutons?

Les agriculteurs reviendront-ils à leurs moutons? DIVERSIFICATION PAR L OVIN La dynamique lancée depuis 2014 par le groupe Filière ovine du Comité Régional Elevage pour démontrer l intérêt de la diversification dans le mouton trouve un écho favorable

Plus en détail

Analyses de groupe Exploitations laitières en Agriculture Biologique Résultats année d exercice 2008 / 2009

Analyses de groupe Exploitations laitières en Agriculture Biologique Résultats année d exercice 2008 / 2009 Analyses de groupe Exploitations laitières en Agriculture Biologique Résultats année d exercice 2008 / 2009 Cette étude a été réalisée dans le cadre du projet transfrontalier «Améliorer les performances

Plus en détail

LE TRAVAIL EN ÉLEVAGE BOVIN LAIT, BOVIN VIANDE ET OVIN VIANDE

LE TRAVAIL EN ÉLEVAGE BOVIN LAIT, BOVIN VIANDE ET OVIN VIANDE RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION RÉFÉRENCES LE TRAVAIL EN ÉLEVAGE BOVIN LAIT, BOVIN VIANDE ET OVIN VIANDE DES RÉFÉRENCES POUR LE CONSEIL NORD-PAS-DE-CALAIS, PICARDIE ET NORMANDIE

Plus en détail

www.odyssee-agri.com Autres Offres de Stages Agricoles à l'étranger et travail possibles (liste non exhaustive)

www.odyssee-agri.com Autres Offres de Stages Agricoles à l'étranger et travail possibles (liste non exhaustive) ODYSSEE-AGRI Le Bourg - 53110 La Baroche Gondouin - 0033 (0)2.43.08.53.12. info@odyssee-agri.com N SIRET : 420638066 00019 APE : 804D www.odyssee-agri.com Autres Offres de Stages Agricoles à l'étranger

Plus en détail

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières Agreste Champagne-Ardenne n 4 - Juillet 2015 Réseau d information comptable agricole En 2013, le Résultat Courant Avant Impôt (RCAI) moyen des exploitations agricoles champardennaises couvertes par le

Plus en détail

Réforme de la PAC 2015. Réunion d information Septembre 2014

Réforme de la PAC 2015. Réunion d information Septembre 2014 Réforme de la PAC 2015 Réunion d information Septembre 2014 DE NOMBREUX DEFIS POUR LA PAC : LES PROPOS DE D. CIOLOS Juillet 2010 Le contexte : -> fin de la programmation 2007-2013 -> contexte de crise

Plus en détail

Trajectoires laitières

Trajectoires laitières Trajectoires laitières Yannick PECHUZAL Lot Conseil Elevage 13 mars 2014 Cantal 2100 producteurs de lait 1000 élevages mixtes 420 ML 5 AOP fromagères Filière Collecte : 360 Ml 60% SODIAAL et assimilés

Plus en détail

Notice spécifique de la mesure «BO_AMOG_PS01» «Entretien des pelouses sèches par le pâturage»

Notice spécifique de la mesure «BO_AMOG_PS01» «Entretien des pelouses sèches par le pâturage» Direction départementale territoires de la «Nièvre» Mesure agroenvironnementale et climatique (MAEC) Notice spécifique de la mesure «BO_AMOG_PS01» «Entretien pelouses sèches par le pâturage» du territoire

Plus en détail

OVINE VIANDE PRODUIRE ET COMMERCIALISER DE LA EN CIRCUITS COURTS. C entre et de R essources

OVINE VIANDE PRODUIRE ET COMMERCIALISER DE LA EN CIRCUITS COURTS. C entre et de R essources PRODUIRE ET COMMERCIALISER DE LA VIANDE OVINE EN CIRCUITS COURTS Projet Lauréat CASDAR 2010 «Elaboration d un référentiel pour évaluer la performance technique, économique, sociale et environnementale

Plus en détail

CALAMITES AGRICOLES GEL PRINTEMPS 2012

CALAMITES AGRICOLES GEL PRINTEMPS 2012 PRÉFET DE LA SEINE-MARITIME Direction départementale des Territoires et de la Mer Service d'economie Agricole Rouen, le 8 janvier 2013 Affaire suivie par Laurence MOUTIER Tél. : 02 32 18 94 71 Fax : 02

Plus en détail

PROCEDURE DES CALAMITES AGRICOLES ANNEE 2012

PROCEDURE DES CALAMITES AGRICOLES ANNEE 2012 MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE, DE L'AGRO-ALIMENTAIRE ET DE LA FORET (articles L361 1 à 21 et D361 1 à R361 37 du Code rural) DEMANDE D INDEMNISATION DES PERTES DE RECOLTE SUR LES POMMES A COUTEAU ET LES POMMES

Plus en détail

GAEC La Plaine de Foumard : «une exploitation fermière caprine bio»

GAEC La Plaine de Foumard : «une exploitation fermière caprine bio» 300 chèvres -65 ha de SAU - 3 associés Système mixte laitier fermier - fromage bio (AB) Route du Chabichou et Biosèvres. Fiche n 8 GAEC La Plaine de Foumard : «une exploitation fermière caprine bio» L

Plus en détail

Formations 2015. Institut de l Élevage. www.idele.fr

Formations 2015. Institut de l Élevage. www.idele.fr Formations 2015 Institut de l Élevage www.idele.fr Édito À l heure où l élevage doit être multi-performant, la formation est plus que jamais un levier d adaptabilité, de transversalité, de dynamisme et

Plus en détail

Description Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants.

Description Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants. Mesure n 1 Périodes d'interdiction d'épandage des fertilisants Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants. Types

Plus en détail

Rapport final Analyse économique

Rapport final Analyse économique Rapport final Analyse économique Exploitation de la lumière naturelle dans les programmes de photopériode pour le contrôle de la reproduction chez les ovins (Projet #6266) Demandeur Organisme conjoint

Plus en détail

CAS TYPE CAP FROM SPÉ-PACA04

CAS TYPE CAP FROM SPÉ-PACA04 RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION REFERENCES CAS TYPE CAP FROM SPÉ-PACA4 CAPRIN FROMAGER HORS SOL 2 UMO,.5 ha, 35 chèvres, 28 l de lait, gamme diversifiée, circuits courts

Plus en détail

L ASSURANCE DES PRAIRIES une démarche innovante pour la protection du revenu des éleveurs. Point presse 18 mai 2015

L ASSURANCE DES PRAIRIES une démarche innovante pour la protection du revenu des éleveurs. Point presse 18 mai 2015 L ASSURANCE DES PRAIRIES une démarche innovante pour la protection du revenu des éleveurs Point presse 18 mai 2015 1 L enjeu : protéger la production fourragère Pour les éleveurs : assurer la ration alimentaire

Plus en détail

PREFET DE LA CHARENTE FORMULAIRE JUSTIFIANT LA CONSTRUCTION D UN BATIMENT NECESSAIRE A L EXPLOITATION AGRICOLE

PREFET DE LA CHARENTE FORMULAIRE JUSTIFIANT LA CONSTRUCTION D UN BATIMENT NECESSAIRE A L EXPLOITATION AGRICOLE PREFET DE LA CHARENTE FORMULAIRE JUSTIFIANT LA CONSTRUCTION D UN BATIMENT NECESSAIRE A L EXPLOITATION AGRICOLE Les zones agricoles, dédiées aux différentes cultures ou à l élevage, sont par nature inconstructibles.

Plus en détail

Les filières laitières bio en Midi Pyréenées

Les filières laitières bio en Midi Pyréenées Les filières laitières bio en Midi Pyréenées Cette fiche a pour objectif de faire le point sur la place et le fonctionnement des filières laitières bios en Midi Pyrénées pour l année 2013. Seront abordées

Plus en détail

Panorama de l agriculture des Pays de la Loire Données régionales et spécificités départementales

Panorama de l agriculture des Pays de la Loire Données régionales et spécificités départementales Panorama de l agriculture des Pays de la Loire Données régionales et spécificités départementales Décembre 211 Pôle Economie et Prospective 1 Ce panorama a été produit par le Pôle Economie et Prospective

Plus en détail

Le prix de revient du lait au Maroc et ses implications pour l avenir de l élevage bovin

Le prix de revient du lait au Maroc et ses implications pour l avenir de l élevage bovin (1) www.alternatives-rurales.org- Mars 2014 Le prix de revient du lait au Maroc et ses implications pour l avenir de l élevage bovin Résumé Mohamed Taher SRAÏRI Département des Productions et Biotechnologies

Plus en détail

Les Fermobioscopies d Agrobio 35

Les Fermobioscopies d Agrobio 35 LA FERME DU ROZAY Pierre ROZE et Sébastien HIVERT Essé Redon Vaches allaitantes 2012 2011 L HISTORIQUE 2003 2005 2010 2011 2012 Installation de Pierre qui reprend la ferme de ses parents en créant une

Plus en détail

En Ségala tarnais, un système Veaux d Aveyron diversifié grandes cultures

En Ségala tarnais, un système Veaux d Aveyron diversifié grandes cultures 2005-2006 701.2 En Ségala tarnais, un système Veaux d Aveyron diversifié grandes cultures Midi-Pyrénées 58 vaches Limousines 70 UGB 75 ha de SAU 2 UMO 1,3 UGB/ha SFP Ventes 8 vaches finies 16 veaux d Aveyron

Plus en détail

Notice spécifique de la mesure «Absence de fertilisation avec retard de fauche sur prairies et habitats remarquables» «RA_BEL2_PS02»

Notice spécifique de la mesure «Absence de fertilisation avec retard de fauche sur prairies et habitats remarquables» «RA_BEL2_PS02» Direction départementale des territoires de l Isère Mesure agroenvironnementale et climatique (MAEC) Notice spécifique de la mesure «Absence de fertilisation avec retard de fauche sur prairies et habitats

Plus en détail

Le tableau de bord EdEi, un outil pour progresser en élevage bovin viande. p. 2. Formations. Le séchage en grange en production caprine. p.

Le tableau de bord EdEi, un outil pour progresser en élevage bovin viande. p. 2. Formations. Le séchage en grange en production caprine. p. Bulletin technique élevage des Chambres d agriculture de la Charente et de la Vienne - Avril 2014 - n 00 Formations p. 2 Le séchage en grange en production caprine Finir des agneaux à l herbe, quelles

Plus en détail

Journée d information Capacités de stockage des effluents d élevage Pré-Dexel et DeXeL

Journée d information Capacités de stockage des effluents d élevage Pré-Dexel et DeXeL Journée d information Capacités de stockage des effluents d élevage Pré-Dexel et DeXeL Le dimensionnement des ouvrages de stockage Règles de base au dimensionnement Les effectifs LE NBRE D ANIMAUX < AU

Plus en détail

REFERENTIEL BOVIN LAIT ILE DE LA REUNION

REFERENTIEL BOVIN LAIT ILE DE LA REUNION REFERENTIEL BOVIN LAIT ILE DE LA REUNION Réseau de fermes de Références Conjoncture 2011 Sous l égide de l ODEADOM, du Ministère de l Agriculture et de l Outre-mer, le projet «Réseaux de Références» a

Plus en détail

TABLEAU DE BORD DE LA PRODUCTION BOVINE

TABLEAU DE BORD DE LA PRODUCTION BOVINE TABLEAU DE BORD DE LA PRODUCTION BOVINE Mars 2015 Points clés Au 1 er janvier 2015, le cheptel bovin en Pays de la Loire compte 2.599.805 têtes. Si la dynamique sur les effectifs de femelles laitières

Plus en détail

CALCULER LE COÛT DE PRODUCTION D UN ATELIER BOVINS LAIT

CALCULER LE COÛT DE PRODUCTION D UN ATELIER BOVINS LAIT RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA CALCULER LE COÛT DE PRODUCTION D UN ATELIER BOVINS LAIT Méthode nationale développée par l Institut de l Élevage dans le cadre du dispositif

Plus en détail

> ÉDITION décembre 2014. Évaluation des capacités de stockage à la ferme 2014 en France métropolitaine LES ÉTUDES DE

> ÉDITION décembre 2014. Évaluation des capacités de stockage à la ferme 2014 en France métropolitaine LES ÉTUDES DE ÉDITION décembre 2014 Évaluation des capacités de stockage à la ferme 2014 en France métropolitaine LES ÉTUDES DE Résumé Les capacités de stockage à la ferme sont estimées par l'enquête réalisée par BVA

Plus en détail

ANNEXE N 1 CALCUL DE LA DIMENSION ECONOMIQUE DE L EXPLOITATION GRILLE D'EQUIVALENCE ENTRE PRODUCTIONS

ANNEXE N 1 CALCUL DE LA DIMENSION ECONOMIQUE DE L EXPLOITATION GRILLE D'EQUIVALENCE ENTRE PRODUCTIONS Projet Agricole Départemental de l'orne 2012 Annexes ANNEXE N 1 CALCUL DE LA DIMENSION ECONOMIQUE DE L EXPLOITATION GRILLE D'EQUIVALENCE ENTRE PRODUCTIONS Afin de comparer entre elles des exploitations

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE ELEVAGE PORCIN

GUIDE PRATIQUE ELEVAGE PORCIN ID-SC-177- GUIDE PRATIQUE ELEVAGE PORCIN 13.02.14 GUIDE PRATIQUE ELEVAGE PORCIN REFERENCES REGLEMENTAIRES : Règles communes sur la production animale : Art 14 RCE 834/2007 - Conversion = art. 17 RCE 834/2007

Plus en détail

à l écoute des éleveurs

à l écoute des éleveurs Lettre d information aux éleveurs des Bouches-du-Rhône N 63 Janvier 2014 P 2 Edito par Rémy Benson P 3 > 5 Actualités Foire de la Saint Valentin de Saint-Martin-de-Crau // Ovinpiades // PAC // FDO 13 //

Plus en détail