Optimisation thérapeutique de la prescription du sujet âgé. EN PRATIQUE (CAS CLINIQUES) 18 juin Dr Claire DUFOUR Gériatrie CH Bourg-en-Bresse

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Optimisation thérapeutique de la prescription du sujet âgé. EN PRATIQUE (CAS CLINIQUES) 18 juin 2015. Dr Claire DUFOUR Gériatrie CH Bourg-en-Bresse"

Transcription

1 Optimisation thérapeutique de la prescription du sujet âgé EN PRATIQUE (CAS CLINIQUES) 18 juin 2015 Dr Claire DUFOUR Gériatrie CH Bourg-en-Bresse

2 CAS CLINIQUE n 1 Mme Henriette B. 96 ans! Situation familiale : Veuve, 4 enfants dont 2 décédés! Mode de vie et autonomie :! vit en EHPAD depuis 3 ans,! déplacements en fauteuil roulant, transferts lit-fauteuil avec aide,! mange seule, dépendante pour tous les autres actes de la vie quotidienne,! incontinence urinaire,! pas de trouble cognitif notable.

3 CAS CLINIQUE n 1 Mme Henriette B. 96 ans! Principaux ATCD :! PTH gauche il y a 15 ans compliquée de phlébite post-op.! Hystérectomie totale pour fibrome! Maladies répertoriées :! HTA depuis 20 ans! Insuffisance cardiaque! Fibrillation atriale! Diabète type II depuis 15 ans! Coxarthrose bilatérale

4 ! Traitement actuel : CAS CLINIQUE n 1 Mme Henriette B. 96 ans (1) Fluindione 20 mg : 1/4 cp le soir (2) Digoxine 0,25 mg : (3) Propranolol 40 mg : 1/2 0 0 (4) Furosémide 40 mg : (5) Metformine 1000 mg : (6) Glibenclamide 5 mg : (7) Fentanyl patch 25 µg : 1 toutes les 72 heures Quelle prescription vous paraît d'emblée inappropriée chez cette patiente âgée? A (1) B (2) C (5) D (7)

5 CAS CLINIQUE n 1 Mme Henriette B. 96 ans! Problématique actuelle : Mme B. présente depuis 1 mois une AEG avec anorexie, asthénie et lipothymies à plusieurs reprises.! Examen clinique :! Poids 48 kg! TA 130/55 mmhg, pouls irrégulier à 45/min, apyrexie! Ralentissement psycho-moteur, asthénie, nausées! Bouche sèche! TR : selles dures

6 CAS CLINIQUE n 1 Mme Henriette B. 96 ans! ECG : FA lente à 45/min, cupule digitalique, HVG et BBD! Résultats du bilan biologique :! Créatinine 102 µmol/l (Cockroft 21 ml/min), urée 22 mmol/l! Digoxinémie 2,5 mmol/l! Natrémie 122 mmol/l, kaliémie 3,1 mmol/l, glycémie à jeûn 8,2 mmol/l! INR 4,8

7 (1) Fluindione 20 mg : 1/4 cp le soir (2) Digoxine 0,25 mg : (3) Propranolol 40 mg : 1/2 0 0 (4) Furosémide 40 mg : (5) Metformine 1000 mg : (6) Glibenclamide 5 mg : CAS CLINIQUE n 1 Mme Henriette B. 96 ans (7) Fentanyl patch 25 µg : 1 toutes les 72 heures Quels médicaments doit-on arrêter dans l'immédiat? A - (2) (4) (5) (6) B - (1) (2) (3) (7) C - (1) (2) (3) (4) D - tous

8 ! Cardiotropes : CAS CLINIQUE n 1 Mme Henriette B. 96 ans Discussion : traitement au long cours? (1) Fluindione 20 mg : 1/4 cp le soir (2) Digoxine 0,25 mg : (3) Propranolol 40 mg : 1/2 0 0 (4) Furosémide 40 mg : Le(s)quel(s) de ces traitements proposeriez-vous d'arrêter ou de remplacer? A (2) B (2) (4) C (2) (3) (4) D tous

9 Rappel : les diurétiques dans l'insuffisance cardiaque du sujet âgé (Recommandations SFC/SFGG 2004)! Diurétiques de l'anse : - traitement symptomatique si rétention hydro-sodée - À diminuer, voire arrêter le plus tôt possible : l l après résolution de l'épisode aigu si insuffisance cardiaque à fonction systolique préservée si dysfonction ventriculaire gauche asymptomatique! Anti-aldostérones (spironolactone, eplérénone) : réduction de la morbi-mortalité, en association aux IEC

10 CAS CLINIQUE n 1 Mme Henriette B. 96 ans Discussion : traitement au long cours?! Anti-diabétiques : Objectifs glycémiques chez cette patiente? A Glycémie à jeûn < 1,3 g/l et HbA1c < 7,5% B - Glycémie à jeûn < 1,6 g/l et HbA1c < 8,5% C Glycémie à jeûn < 2 g/l D - Aucun

11 Objectifs glycémiques chez le sujet âgé diabétique (SFD / SFGG 2008) l Patient âgé polypathologique avec espérance de vie réduite : Glycémie de confort à jeûn jusqu'à 2 g/l

12

13 CAS CLINIQUE n 1 Mme Henriette B. 96 ans Discussion : traitement au long cours?! Antalgiques? Equivalence de posologie du FENTANYL patch 25 µg/72h? A Morphine orale 20 mg/j B Morphine orale 30 mg/j C Morphine orale 60 mg/j D - Morphine orale 120 mg/j

14

15 CAS CLINIQUE n 2 M. Eugène P. 85 ans! Situation familiale : marié, 3 enfants! Mode de vie et autonomie :! vit avec sa femme dans une ancienne ferme de plain pied! Se déplace difficilement, avec un bâton à l'extérieur! Aide à la toilette une fois par semaine! Prend seul ses traitements! Aide-ménagère 2h/semaine

16 CAS CLINIQUE n 2 M. Eugène P. 85 ans! Principaux ATCD :! Chirurgie de hernie inguinale! Erysipèle il y a 2 ans! Maladies répertoriées :! HTA depuis 15 ans! Adénome prostatique! Maladie de Parkinson depuis 4 ans! DNID équilibré! Glaucome! Arthrose diffuse (épaules, hanches, genoux...)

17 ! Ordonnance : CAS CLINIQUE n 2 M. Eugène P. 85 ans Rilménidine 1 mg : 1 matin et soir Acebutolol 200 mg : 1/j Perindopril 2,5 mg / Indapamide 0,625 mg : un demi cp/j Alfuzosine LP 10 mg : 1/j Lévodopa/Benzérazide 100/25 mg : 1 matin, midi et soir Metformine 500 : 1 matin, midi et soir Noctran : 1 le soir Timolol collyre 0,25% : 1 goutte/oeil deux fois par jour Paracetamol 1g : 3 cp/j Sur cette ordonnance, quel(s) élément(s) de prescription pourrai(en)t induire un problème d'observance chez ce patient? A Forme galénique C Posologie B Horaire de prise D Toutes ces réponses

18 CAS CLINIQUE n 2 M. Eugène P. 85 ans Sur la forme, quelle(s) caractéristique(s) de ces prescriptions peuvent induire un problème d'observance chez ce patient? Rilménidine 1 mg : 1 matin et soir Acebutolol 200 mg : 1/j Perindopril 2,5 mg / Indapamide 0,625 mg : un demi cp/j Alfuzosine LP 10 mg : 1/j Lévodopa/Benzérazide 100/25 mg : 1 matin, midi et soir Metformine 500 : 1 matin, midi et soir Noctran : 1 le soir Timolol collyre 0,25% : 1 goutte/oeil x2/j Paracetamol 1g : 3 cp/j

19 l CAS CLINIQUE n 2 M. Eugène P. 85 ans Problématique actuelle : consultation de renouvellement d'ordonnance Le médecin traitant constate des ecchymoses diffuses et une plaie du visage semi-récente. A l'interrogatoire, le patient lui explique qu'il est tombé 3 jours auparavant, en se rendant aux toilettes alors qu'il regardait la télévision dans son canapé. Il pense s'être pris les pieds dans un meuble. Après un interrogatoire insistant, il avoue tomber environ une à deux fois par mois «comme tout le monde». L'équilibre est pourtant correct le jour de la consultation, et le syndrome extra-pyramidal modéré. TA couché : 150/80 mmhg, pouls 60/min TA debout : 100/70 mmhg, pouls 65/min

20 (1) Rilménidine 1 mg : 1 matin et soir (2) Acebutolol 200 mg : 1/j (3) Perindopril 2,5 mg / Indapamide 0,625 mg : 1/j (4) Alfuzosine LP 10 mg : 1/j (5) Lévodopa/Benzérazide 100/25 mg : 1 matin, midi et soir (6) Metformine 500 : 1 matin, midi et soir (7) Noctran : 1 le soir (8) Timolol collyre 0,25% : 1 goutte/oeil deux fois par jour (9) Paracetamol 1g : 3/j CAS CLINIQUE n 2 M. Eugène P. 85 ans Parmi ces traitements, lesquels peuvent être incriminés dans l'hypotension orthostatique? A- (1) (2) (3) (4) (5) B (1) (2) (3) (4) (5) (7) C- (1) (2) (3) (4) (5) (6) (7) D - (1) (2) (3) (4) (5) (7) (8)

21 Principales classes médicamenteuses à risque d'hypotension orthostatique! Diurétiques, Bêtabloquants, IEC, ARA II, Inhibiteurs calciques, Alpha bloquants, Anti-hypertenseurs centraux! Vasodilatateurs! Nitrés et apparentés! Barbituriques! Antiparkinsoniens! Neuroleptiques! Antidépresseurs (surtout tricycliques), Normothymiques! Antiépileptiques,

22 Traitement de l'hta du sujet âgé (HAS 2005) Objectifs! Objectif théorique < 80 ans : PAS/PAD < 140/90 mmhg! MAIS si PAS très élevée > 180 mmhg : diminution de 20 à 30 mmhg déjà acceptable! Après 80 ans, objectif = PAS < 150 mmhg en l'absence d'hypotension orthostatique! Après 80 ans, pas plus de 3 traitements anti-hypertenseurs Traitements! En 1ère intention : diurétiques thiazidiques ou inhibiteurs calciques de type dihydropyridines! En fonction des comorbidités : IEC, ARA II, Bêta-bloquants

23 CAS CLINIQUE n 3 Mme Juliette M. 89 ans! Situation familiale : veuve, 2 enfants éloignés qu'elle voit peu! Mode de vie et autonomie :! vit seule en appartement,! Se déplace avec une canne! Fait elle-même sa toilette! IDE 2 fois par jour pour la prise des médicaments, portage des repas, aide-ménagère 3 fois/semaine

24 CAS CLINIQUE n 3 Mme Juliette M. 89 ans! Principaux ATCD :! Cholécystectomie! Fracture du col fémoral avec pose de PTH il y 1 an! Maladies répertoriées :! Dépression ancienne! Maladie d'alzheimer (dernier MMS 18/30 il y a 6 mois)! Incontinence urinaire! Cancer du sein traité par chirurgie puis hormonothérapie depuis 4 ans

25 CAS CLINIQUE n 3 Mme Juliette M. 89 ans! Traitement habituel : (1) Rivastigmine 9,5 mg (Exelon ) : 1 patch/j (2) Zopiclone 7,5 mg (Imovane ) : 1 au coucher (3) Clomipramine 75 mg (Anafranil ) : (4) Oxybutinine 5 mg (Ditropan ): (5) Arimidex 1 mg : 1 cp/j (6) Paracétamol 500 mg : 2 à 6 cp/j Parmi ces prescriptions, le(s)quelle(s) est (sont) potentiellement inappropriée(s) chez les sujets âgés? A (3) B (3) (4) C (2) (3) (4) D (2) (3) (4) (5)

26 Problématique actuelle : CAS CLINIQUE n 3 Mme Juliette M. 89 ans - Il y a deux semaines, sa fille, venue passer quelques jours chez elle, constate une confusion et des troubles de sommeil. Elle emmène Mme M. chez son médecin traitant. Ordonnance : Hydroxyzine 25 mg (Atarax ) : un le soir - En l'absence d'amélioration, consultation aux urgences, puis hospitalisation en médecine. Le bilan retrouve un ECBU positif à E. coli. Ordonnance de sortie :! Ofloxacine 200 : un matin et soir! Haldol 5 gouttes le soir! Poursuite du traitement habituel.

27 CAS CLINIQUE n 3 Mme Juliette M. 89 ans l l Deux jours plus tard, réhospitalisation en urgence pour chute et majoration de la confusion. Une rétention urinaire de 800 ml est constatée, associée à une dégradation importante de l'état général.

28 Son traitement comporte donc alors, en plusieurs ordonnances : (1) Rivastigmine 9,5 mg (Exelon ) : 1 patch/j (2) Zopiclone 7,5 mg (Imovane ) : 1 au coucher (3) Clomipramine 75 mg (Anafranil ) : (4) Oxybutinine 5 mg (Ditropan ): (5) Arimidex 1 mg : 1 cp/j (6) Paracétamol 500 mg : 2 à 6 cp/j CAS CLINIQUE n 3 Mme Juliette M. 89 ans (7) Hydroxyzine 25 mg (Atarax ) : 1 le soir (8) Halopéridol (Haldol ) : 5 gouttes le soir (9) Ofloxacine 200 mg (Oflocet ) : Lesquels de ces traitements sont potentiellement confusiogènes? A (3) (8) B (3) (4) (7) (8) (9) C (1) (2) (3) (7) (8) D (2) (3) (4) (9)

29 CAS CLINIQUE n 3 Mme Juliette M. 89 ans (1) Clomipramine 75 mg (Anafranil ) : (2) Oxybutinine 5 mg (Ditropan ): (3) Hydroxyzine 25 mg (Atarax ) : 1 le soir (4) Halopéridol (Haldol ) : 5 gouttes le soir (5) Ofloxacine 200 mg (Oflocet ): Parmi ces traitements potentiellement confusiogènes, lesquels possèdent des propriétés anticholinergiques pouvant également avoir favorisé la rétention urinaire? A (2) (4) B (1) (2) (3) (4) C - (1) (2) (4) (5) D - Tous

30

31

32 Merci de votre attention

Plan RISQUE IATROGENE ET SUJET AGE 12/19/12. Modifications pharmacocinétiques liées à l âge. Absorption

Plan RISQUE IATROGENE ET SUJET AGE 12/19/12. Modifications pharmacocinétiques liées à l âge. Absorption Plan RISQUE IATROGENE ET SUJET AGE Modifications pharmacocinétiques liées à l âge Modifications pharmacodynamiques liées à l âge Pathologies associées Facteurs de risques sociaux et environnementaux Poly

Plus en détail

Attention aux médicaments!

Attention aux médicaments! Enoncé Attention aux médicaments! Vous recevez en consultation, sur demande de son médecin traitant, monsieur H âgé de 82 ans accompagné de son épouse, pour bilan gériatrique. Le patient est inquiet car

Plus en détail

RENCONTRES FRANCILIENNES EN ONCOGERIATRIE

RENCONTRES FRANCILIENNES EN ONCOGERIATRIE RENCONTRES FRANCILIENNES EN ONCOGERIATRIE Mme S. 86 ans. Antécédents : HTA, FA paroxystique, AVC avec cécité monoculaire droite séquellaire, Asthme, Hypercholestérolémie, Chirurgie de la cataracte de OG

Plus en détail

PHARMACOLOGIE DU SUJET AGÉ. Pharmacologie Clinique Sophie LIABEUF

PHARMACOLOGIE DU SUJET AGÉ. Pharmacologie Clinique Sophie LIABEUF PHARMACOLOGIE DU SUJET AGÉ Pharmacologie Clinique Sophie LIABEUF Epidémiologie q Répartition de la population par tranche d âge en France 2050 2010 Epidémiologie q Espérance de vie à la naissance en France

Plus en détail

LA DÉPRESCRIPTION : EST-CE BIEN REALISTE EN MEDECINE DE VILLE?

LA DÉPRESCRIPTION : EST-CE BIEN REALISTE EN MEDECINE DE VILLE? LA DÉPRESCRIPTION : EST-CE BIEN REALISTE EN MEDECINE DE VILLE? Dr Emilie BOISDIN, Pr Jean DOUCET Médecine Interne Gériatrie Thérapeutique Hôpital St Julien - CHU de Rouen DÉPRESCRIPTION: ENQUÊTE PROSPECTIVE

Plus en détail

Cas pratiques Insuffisance rénale chronique. Anne-Sophie SIPERT ANEPC/SFPC Avril 2013

Cas pratiques Insuffisance rénale chronique. Anne-Sophie SIPERT ANEPC/SFPC Avril 2013 Cas pratiques Insuffisance rénale chronique Anne-Sophie SIPERT ANEPC/SFPC Avril 2013 1 Cas n 1 Mr Ampère 67 ans artisan plombier à la retraite [1,75 m/70 Kg] fréquente votre officine. Il est suivi par

Plus en détail

Conduite à tenir devant des troubles mnésiques

Conduite à tenir devant des troubles mnésiques Conduite à tenir devant des troubles mnésiques 1ère partie : Dépister et diagnostiquer 2ième partie : Troubles du comportement Traitement Docteur Sylvie LEGRAND 12.06.2008 Troubles psycho comportementaux

Plus en détail

Recommandations pour la. artérielle

Recommandations pour la. artérielle Recommandations pour la artérielle Marion Gilbert Shazima Vally (HAS 2005) Prise en charge diagnostique Pourquoi mesurer la TA? Augmentation du risque de morbimortalité cardiovasculaire lié à l'élévation

Plus en détail

Code patient : _. Hospitalisation programmée Hospitalisation en urgence consulta"on médicale préalable : Généraliste Cardiologue Autre

Code patient : _. Hospitalisation programmée Hospitalisation en urgence consultaon médicale préalable : Généraliste Cardiologue Autre Eléments à vérifier avant inclusion du patient dans l étude : Age 75 ans Fibrillation auriculaire (code CIM 10 : I 48) en diagnostic principal OU associé) Critère d exclusion : Patients en FA avec valve

Plus en détail

Hypertension artérielle (item 130)

Hypertension artérielle (item 130) Cardiologie 17 Référence Hypertension artérielle (item 130) Recommandations de la Société Européenne d Hypertension Artérielle et de la Société Européenne de Cardiologie (2007). Contexte La morbi-mortalité

Plus en détail

Nutrition - dénutrition du concept à l assiette

Nutrition - dénutrition du concept à l assiette 2 ème Journée Universitaire de Médecine d Auvergne Générale Nutrition - dénutrition du concept à l assiette Dr Gilles Tanguy chargé d enseignement Dénutrition protéino-énergétique de la PA Les concepts

Plus en détail

Programme personnalisé de soins (PPS)

Programme personnalisé de soins (PPS) Programme personnalisé de soins (PPS) Définition et objectifs - Le PPS est un outil opérationnel proposé aux professionnels de santé pour organiser et planifier le parcours de soins des personnes ayant

Plus en détail

HyperTension Artérielle et Obésité

HyperTension Artérielle et Obésité HyperTension Artérielle et Obésité Vincent LAFAY Sce Cardiologie / Hôpital Nord Sce Médecine du Sport / Hôpital Salvator MARSEILLE Vous avez dit obésité? Définie par Indice de Masse Corporelle IMC = BMI

Plus en détail

Rétention urinaire et personnes âgées

Rétention urinaire et personnes âgées Rétention urinaire et personnes âgées Docteur Anne Marie Mathieu Chef de service Hôpital Corentin Celton AP-HP La rétention urinaire complète est une urgence diagnostique et thérapeutique. Risque vital

Plus en détail

Liste limitative de posologies Doses usuelles et maximales pour adultes dans le cadre d un bon usage du médicament

Liste limitative de posologies Doses usuelles et maximales pour adultes dans le cadre d un bon usage du médicament Liste limitative de posologies et maximales pour adultes dans le cadre d un bon usage du médicament Version du 18/09/2012 Pour un travail personnel, le stagiaire devra actualiser, le cas échéant, ces tableaux

Plus en détail

Cas cliniques Diabète

Cas cliniques Diabète Cas cliniques Diabète 2012 Cas clinique diabète N 1 Un homme de 57 ans, 1,70m pour 87 kg, consulte après la découverte d une glycosurie positive lors d une visite à la médecine du travail. Il ne présente

Plus en détail

Infections urinaires quelques aspects diagnostiques. P Chavanet Infectiologie, Dijon Octobre 2015

Infections urinaires quelques aspects diagnostiques. P Chavanet Infectiologie, Dijon Octobre 2015 Infections urinaires quelques aspects diagnostiques P Chavanet Infectiologie, Dijon Octobre 2015 Mme X, 31 ans, vient vous voir en consultation pour brûlures mictionnelles et pollakiurie depuis 48h. ATCD

Plus en détail

Voir dossier complet sur les AVK sur le site de l AFSSAPS : http://afssaps.sante.fr/htm/10/avk/indavk.htm

Voir dossier complet sur les AVK sur le site de l AFSSAPS : http://afssaps.sante.fr/htm/10/avk/indavk.htm !"#$ %&'(() RECOMMANDATIONS DE PREAMBULE Janvier 2004 Ces recommandations ont été réalisées et validées par les membres du comité du médicament et des dispositifs médicaux stériles du Centre Hospitalier

Plus en détail

FAIT DIVERS : MADAME X. 56ANS

FAIT DIVERS : MADAME X. 56ANS FAIT DIVERS : MADAME X. 56ANS Antécédents: Antécédents médicaux: Obésité morbide: poids: 165kg, taille: 159cm, BMI: 65 Arthose scapulaire droite Syndrome dépressif depuis 2003 Antécédents chirurgicaux:

Plus en détail

Cas clinique. Patiente de 54 ans, origine tunisienne Diabète de type 2 diagnostiqué en 2002 devant un syndrome cardinal ATCD

Cas clinique. Patiente de 54 ans, origine tunisienne Diabète de type 2 diagnostiqué en 2002 devant un syndrome cardinal ATCD François VIDAL Cas clinique Patiente de 54 ans, origine tunisienne Diabète de type 2 diagnostiqué en 2002 devant un syndrome cardinal ATCD Dyslipidémie HTA traitée Gonarthrose bilatérale invalidante Capsulite

Plus en détail

M. Simple Chambre : 2309

M. Simple Chambre : 2309 M. Simple Chambre : 2309 AVC Dr Ruth Consignes Faire une lecture personnelle de la situation clinique. Souligner les éléments importants ou ceux qui ont besoin d être clarifiés. Répondre aux questions

Plus en détail

Suspicion de maladie d Alzheimer chez une femme de 75 ans

Suspicion de maladie d Alzheimer chez une femme de 75 ans Enoncé Suspicion de maladie d Alzheimer chez une femme de 75 ans Vous recevez en consultation Mme D., âgée de 75 ans, accompagnée de son fils. Celui-ci vous explique qu il craint que sa mère n ait la maladie

Plus en détail

Interprétation des désordres acide-base à l ECN Questions sur 9 situations cliniques. Pr Charles-Hugo Marquette Dr Céline Sanfiorenzo

Interprétation des désordres acide-base à l ECN Questions sur 9 situations cliniques. Pr Charles-Hugo Marquette Dr Céline Sanfiorenzo Interprétation des désordres acide-base à l ECN Questions sur 9 situations cliniques Pr Charles-Hugo Marquette Dr Céline Sanfiorenzo EXERCICE 1 : Un enfant de 10 ans est amené par ses parents aux urgences

Plus en détail

Evaluation de l autonomie prévention. Pr.J.HELENE PELAGE 13 1

Evaluation de l autonomie prévention. Pr.J.HELENE PELAGE 13 1 Evaluation de l autonomie prévention Pr.J.HELENE PELAGE 13 1 Introduction Problème de santé publique à venir Vieillissement de la population Défaut de structures d accueil Changement des comportements

Plus en détail

Item 284 : Troubles de la conduction intracardiaque (Evaluations)

Item 284 : Troubles de la conduction intracardiaque (Evaluations) Item 284 : Troubles de la conduction intracardiaque (Evaluations) Date de création du document 2011-2012 CAS CLINIQUE Scénario : Monsieur Julien C. 74 ans est admis pour «difficultés respiratoires». Les

Plus en détail

Comment repérer la fragilité en soins ambulatoires?

Comment repérer la fragilité en soins ambulatoires? & ORGANISATION DES PARCOURS POINTS CLÉS SOLUTIONS Comment repérer la fragilité en soins ambulatoires? Le repérage précoce de la fragilité chez les personnes âgées a pour objectif d identifier les déterminants

Plus en détail

Item 17 : Principales complications de la grossesse HyperTension Artérielle (HTA) gravidique (Évaluations)

Item 17 : Principales complications de la grossesse HyperTension Artérielle (HTA) gravidique (Évaluations) Item 17 : Principales complications de la grossesse HyperTension Artérielle (HTA) gravidique (Évaluations) Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF) Date de création du document

Plus en détail

Comprimé à libération prolongée Voie orale Adulte

Comprimé à libération prolongée Voie orale Adulte NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Alfuzosine Zentiva LP 10 mg Comprimé à libération prolongée Voie orale Adulte Votre pharmacien vous a délivré un médicament générique. Ce médicament correspond au

Plus en détail

IDENTITE Nom... Nom de jeune fille... Prénom... Né(e) le... A... Adresse...T... N SS et adresse du centre. 100% pour quelles pathologies?...

IDENTITE Nom... Nom de jeune fille... Prénom... Né(e) le... A... Adresse...T... N SS et adresse du centre. 100% pour quelles pathologies?... RENSEIIGNEMENTTS MEDIICAUX A REMPLIR PAR LE MEDECIN TRAITANT IDENTITE Nom.... Nom de jeune fille... Prénom... Né(e) le... A... Adresse......T......... N SS et adresse du centre 100% pour quelles pathologies?...

Plus en détail

Présentation e-learning Infections urinaires. Camille Reliquet Pharmacien Unité de coordination de l OMéDIT Bretagne

Présentation e-learning Infections urinaires. Camille Reliquet Pharmacien Unité de coordination de l OMéDIT Bretagne Présentation e-learning Infections urinaires Camille Reliquet Pharmacien Unité de coordination de l OMéDIT Bretagne Objectifs du module de e-learning Optimiser la prise en charge des infections urinaires

Plus en détail

Cas cliniques HTA. CBH 7 mars 2015. JM Krzesinski Néphrologie-Hypertension ULg-CHU Liège

Cas cliniques HTA. CBH 7 mars 2015. JM Krzesinski Néphrologie-Hypertension ULg-CHU Liège Cas cliniques HTA CBH 7 mars 2015 JM Krzesinski Néphrologie-Hypertension ULg-CHU Liège Cas clinique (1) Infirmière de 30 ans consulte pour découverte d une élévation de PA suite à des lipothymies PA 156/96

Plus en détail

Facteurs favorisants. L âge dans les infections urinaires. L infection urinaire: Recommandations 2009

Facteurs favorisants. L âge dans les infections urinaires. L infection urinaire: Recommandations 2009 Le bon usage des antibiotiques dans les infections urinaires du sujet âgé Dr F. LECOMTE CHIC QUIMPER L infection urinaire: Recommandations 2009 Classification IU simples ou non compliquées (AP) Cystite

Plus en détail

2. Comment peuvent-elles expliquer la gravité accrue des affections cardiovasculaires chez le sujet âgé?

2. Comment peuvent-elles expliquer la gravité accrue des affections cardiovasculaires chez le sujet âgé? Fondamentale juin 2011 Traiter TROIS questions parmi les SIX suivantes. Une question par copie 1. Quelles sont les conséquences de la restriction calorique chez l'animal et chez l'homme? Quelles sont les

Plus en détail

Les antipsychotiques en médecine générale diagnostic, surveillance et prise en charge du syndrome métabolique. Dr GIGNOUX-FROMENT F.

Les antipsychotiques en médecine générale diagnostic, surveillance et prise en charge du syndrome métabolique. Dr GIGNOUX-FROMENT F. Les antipsychotiques en médecine générale diagnostic, surveillance et prise en charge du syndrome métabolique Dr GIGNOUX-FROMENT F. 10 juin 2010 1 Sommaire Introduction Méthodes Résultats Discussion Conclusion

Plus en détail

SERVICE DE TELESURVEILLANCE ET DE COORDINATION DES SOINS DE L INSUFFISANT CARDIAQUE EN AUVERGNE

SERVICE DE TELESURVEILLANCE ET DE COORDINATION DES SOINS DE L INSUFFISANT CARDIAQUE EN AUVERGNE SERVICE DE TELESURVEILLANCE ET DE COORDINATION DES SOINS DE L INSUFFISANT CARDIAQUE EN AUVERGNE N a pas de conflit d intérêt L INSUFFISANCE CARDIAQUE LE CONSTAT Au niveau National 20 000 euros/an/patient

Plus en détail

Améliorer les pratiques de prescription des anxiolytiques et hypnotiques. Pr F. Paille Nancy

Améliorer les pratiques de prescription des anxiolytiques et hypnotiques. Pr F. Paille Nancy Améliorer les pratiques de prescription des anxiolytiques et hypnotiques Pr F. Paille Nancy Pas de liens d intérêt pour ce thème Recommandations HAS Modalités d arrêt des benzodiazépines et médicaments

Plus en détail

Place du MG dans la PEC de la maladie d Alzheimer. Recommandation de la HAS Décembre 2011 Dr Azizi Fatima

Place du MG dans la PEC de la maladie d Alzheimer. Recommandation de la HAS Décembre 2011 Dr Azizi Fatima Place du MG dans la PEC de la maladie d Alzheimer Recommandation de la HAS Décembre 2011 Dr Azizi Fatima Nous vivons dans des sociétés vieillissantes Les démences un réel problème de santé mondial. le

Plus en détail

Carnet de suivi Lithium. Téralithe cp 250 mg Téralithe LP cp 400 mg

Carnet de suivi Lithium. Téralithe cp 250 mg Téralithe LP cp 400 mg Carnet de suivi Lithium Téralithe cp 250 mg Téralithe LP cp 400 mg Ce carnet est important Si vous le trouvez, merci de le faire parvenir à l adresse ci-dessous Nom Prénom Adresse Téléphone Mobile Date

Plus en détail

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL 15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS Dr Albane CHAILLOT Service de santé au travail 27/03/2015 Introduction Evaluation Prise en charge Traitement Conclusion

Plus en détail

Modèle de management de crise en institution Exemple d une crise d agitation psychomotrice

Modèle de management de crise en institution Exemple d une crise d agitation psychomotrice Modèle de management de crise en institution Exemple d une crise d agitation psychomotrice Florence DELAMARRE DAMIER MD, MBA, Gériatre CH CHOLET et médecin coordonnateur d EHPAD 1/29/2014 1 PLAN 1. Cas

Plus en détail

LES TRANSMISSIONS CIBLEES

LES TRANSMISSIONS CIBLEES LES TRANSMISSIONS CIBLEES «Si rien n a n été noté,, rien n a n été fait» 2 LES TRANSMISSIONS CIBLEES Méthode d organisation des transmissions écrites, centrées sur les problèmes de santé du patient de

Plus en détail

PRISE EN CHARGE SOCIALE EN ONCOGERIATRIE Sylvie CORDIER RAYNAL Olivier RIGAL

PRISE EN CHARGE SOCIALE EN ONCOGERIATRIE Sylvie CORDIER RAYNAL Olivier RIGAL PRISE EN CHARGE SOCIALE EN ONCOGERIATRIE Sylvie CORDIER RAYNAL Olivier RIGAL 2 ème rencontres d Oncogériatrie Normandes 11 octobre 2014 Anamnèse Monsieur B.. 80 ans Bilan hématurie macroscopique Découverte

Plus en détail

DR VALÉRIE FOUSSIER. Diabète de type 1

DR VALÉRIE FOUSSIER. Diabète de type 1 Introduction Le diabète de type 1 et 2 concerne 3 millions de personnes en 2011 avec une prépondérance marquée pour le diabète de type 2. Véritable épidémie, cette maladie est un problème de santé publique,

Plus en détail

Colloque HPE 1/10/14 Dr Elise Crochemore, Endocrinologue, diabétologue HPE

Colloque HPE 1/10/14 Dr Elise Crochemore, Endocrinologue, diabétologue HPE Colloque HPE 1/10/14 Dr Elise Crochemore, Endocrinologue, diabétologue HPE Le glucose présent dans le sang provient: des aliments contenant des glucides ingérés au moment des repas du foie: Le foie produit

Plus en détail

Stage intégré Urgences Réanimation Anesthésie avril 2010 Dossier transversal (à partir d une observation réelle)

Stage intégré Urgences Réanimation Anesthésie avril 2010 Dossier transversal (à partir d une observation réelle) Stage intégré Urgences Réanimation Anesthésie avril 2010 Dossier transversal (à partir d une observation réelle) Crée par - Pr Pierre HAUSFATER Relecture - Pr Jean CHASTRE - Pr Pierre HAUSFATER - Pr Olivier

Plus en détail

Atelier : L HTA en EHPAD

Atelier : L HTA en EHPAD Atelier : L HTA en EHPAD Pr Bénétos Dr Toulza 07 Juin 2012 Existe-t il des particularités de prise en charge de l HTA en EHPAD? Patients fragiles, Quand traiter.. Et jusqu où? Polypathologie iatrogénie

Plus en détail

Les médicaments de la maladie d Alzheimer

Les médicaments de la maladie d Alzheimer BON USAGE DES MÉDICAMENTS Les médicaments de la maladie d Alzheimer à visée symptomatique en pratique quotidienne Compte tenu de la gravité de la maladie d Alzheimer, de l enjeu de santé publique qu elle

Plus en détail

Question 4 : Stratégies globales multidisciplinaires concernant la prise en charge du coronarien qui doit être opéré d une chirurgie non cardiaque

Question 4 : Stratégies globales multidisciplinaires concernant la prise en charge du coronarien qui doit être opéré d une chirurgie non cardiaque Question 4 : Stratégies globales multidisciplinaires concernant la prise en charge du coronarien qui doit être opéré d une chirurgie non cardiaque Coordinateurs : J. Machecourt (SFC) - V Piriou (SFAR)

Plus en détail

132 IV d BILAN ET TRAITEMENT POST INFARCTUS

132 IV d BILAN ET TRAITEMENT POST INFARCTUS 132 IV d BILAN ET TRAITEMENT POST INFARCTUS JM Fauvel 2009 Après un infarctus, diverses informations vont être nécessaires à la prise en charge du patient. C est l objet du bilan post infarctus. Il faut

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE A. TRAITEMENT ANTIVIRAL CURATIF 1 1. Adultes et enfants de plus d un an La prescription d un traitement antiviral

Plus en détail

Dossier 1. N 245 Diabète sucré de types 1 et 2 de l enfant et de l adulte. N 331 Coma non traumatique chez l adulte et chez l enfant

Dossier 1. N 245 Diabète sucré de types 1 et 2 de l enfant et de l adulte. N 331 Coma non traumatique chez l adulte et chez l enfant Dossier 1 N 245 Diabète sucré de types 1 et 2 de l enfant et de l adulte Complications : Diagnostiquer un diabète chez l enfant et l adulte. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise

Plus en détail

MENTIONS LEGALES COMPLETES

MENTIONS LEGALES COMPLETES MENTIONS LEGALES COMPLETES DENOMINATION : ISOBAR, comprimé sécable. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE : Méthyclothiazide 5 mg ; Triamtérène 150 mg pour un comprimé sécable. Excipients : silice colloïdale

Plus en détail

FMC le 4/11/2014. Dr Nathalie RUET PH gériatre CHPO

FMC le 4/11/2014. Dr Nathalie RUET PH gériatre CHPO FMC le 4/11/2014 Dr Nathalie RUET PH gériatre CHPO Responsable de plus de 10% des hospitalisations chez les plus de 65 ans et 20% chez les plus de 80 ans Les médicaments les plus souvent en cause sont

Plus en détail

ANOMALIES DU RYTHME MENSTRUEL

ANOMALIES DU RYTHME MENSTRUEL DÉFINITIONS: } Aménorrhée: Absence du flux menstruel chez une femme en âge d'être réglée. } Aménorrhée primaire e : Absence d'apparition des premières règles à partir de l'âge de 17 (16) ans. } Aménorrhée

Plus en détail

Fibrillation Auriculaire et principes du traitement

Fibrillation Auriculaire et principes du traitement Fibrillation Auriculaire et principes du traitement Pr Patrick Assayag Service de Cardiologie, CHU Bicêtre Faculté de Médecine Paris-Sud Age et Prévalence de la FA Population adulte < 50 ans 0.4% Population

Plus en détail

Copie interdite. Risques iatrogènes et interactions médicamenteuses, notamment chez la personne âgée. à la demande, jusqu'à 6 par jour

Copie interdite. Risques iatrogènes et interactions médicamenteuses, notamment chez la personne âgée. à la demande, jusqu'à 6 par jour I. Cas clinique 1 Mr. B., 75 ans, marié, 4 enfants assureur à la retraite ATCD familiaux : RAS ATCD personnels : 70 kg, 174 cm arrêt du tabac depuis un an infarctus du myocarde il y 5 ans, révélé par OAP

Plus en détail

POURQUOI ET COMMENT JE PRESCRIS DE LA VITAMINE D AUX PERSONNES AGEES

POURQUOI ET COMMENT JE PRESCRIS DE LA VITAMINE D AUX PERSONNES AGEES POURQUOI ET COMMENT JE PRESCRIS DE LA VITAMINE D AUX PERSONNES AGEES Dr JM BRISSEAU Service de Médecine Aigue Gériatrique Pôle de Gérontologie Clinique Médecin Consultant en Médecine Interne CHU de NANTES

Plus en détail

Risques iatrogéniques chez le sujet âgé. Dr A.KHELIFA

Risques iatrogéniques chez le sujet âgé. Dr A.KHELIFA Risques iatrogéniques chez le sujet âgé Dr A.KHELIFA 1) RISQUE D ERREUR, D OUBLI Surdosage sous-dosage rupture de traitement: Bêta-bloquants; clonidine, SSRI 2) EFFETS SECONDAIRES AINS: HÉMORRAGIE DIGESTIVE

Plus en détail

Corentin Roose Interne Hôpital St Luc St Joseph

Corentin Roose Interne Hôpital St Luc St Joseph Corentin Roose Interne Hôpital St Luc St Joseph Cas Clinique 1 Mme C, 78 ans, consulte aux urgences pour tableau de malaises récidivants,à l emporte pièce, sans prodromes, survenant en position assise

Plus en détail

DIURETIQUES. Cette classe de médicament est relativement simple à condition de bien savoir classer les quelques médicaments utilisés à ce jour.

DIURETIQUES. Cette classe de médicament est relativement simple à condition de bien savoir classer les quelques médicaments utilisés à ce jour. DIURETIQUES Les diurétiques sont des médicaments qui agissent en augmentant la diurèse, c'està-dire l élimination d eau par voie urinaire. Ils constituent le traitement majeur des oedèmes, notamment ceux

Plus en détail

Cahier de recueil des examens paracliniques

Cahier de recueil des examens paracliniques *rpi00* Cahier de recueil des examens paracliniques Numéro Constances Attention, ce questionnaire est à remplir par un membre du CES Numéro de CES : Date de naissance du consultant : J J / M M / 9 A A

Plus en détail

L approche d un réseau de santé lors de l entrée en EHPAD: Cas cliniques

L approche d un réseau de santé lors de l entrée en EHPAD: Cas cliniques LA PLACE DE L EHPAD DANS LA FILIÈRE GÉRIATRIQUE L approche d un réseau de santé lors de l entrée en EHPAD: Cas cliniques Un réseau de santé, c est quoi Les circulaires 2007-88 du 8 mars 2077, 2007-17 du

Plus en détail

Le dossier administratif (partie blanche) est à remplir par le demandeur et/ou un membre de la famille.

Le dossier administratif (partie blanche) est à remplir par le demandeur et/ou un membre de la famille. Nom - Prénom Adresse CP VILLE N/Réf : KM/AC Beauvais, le 24 juin 2009 Objet : Votre demande D admission Madame, Monsieur, Vous trouvez ci-joint un dossier en 2 parties : Le dossier administratif (partie

Plus en détail

Infections du sujet âgé: Particularités sémiologiques. DESC Infectieux 19/04/2016 Dr H. Vallet Service de gériatrie GHPS

Infections du sujet âgé: Particularités sémiologiques. DESC Infectieux 19/04/2016 Dr H. Vallet Service de gériatrie GHPS Infections du sujet âgé: Particularités sémiologiques DESC Infectieux 19/04/2016 Dr H. Vallet Service de gériatrie GHPS Plan 1. Généralités 2. Le patient âgé 3. Séméiologie des principales pathologies

Plus en détail

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 5 septembre 2014

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 5 septembre 2014 Troubles du Rythme Cardiaque Cours DCEM II 5 septembre 2014 L activité électrique cardiaque ECG normal: rythme sinusal Cas clinique 1 Femme 58 ans Aucun antécédent CV Pas de facteur de risque CV connu

Plus en détail

OPTIMISATION DE LA PRISE EN CHARGE MÉDICAMENTEUSE DU SUJET ÂGÉ : OUTILS PRATIQUES, ÉTUDES DE CAS ET ÉCHANGES

OPTIMISATION DE LA PRISE EN CHARGE MÉDICAMENTEUSE DU SUJET ÂGÉ : OUTILS PRATIQUES, ÉTUDES DE CAS ET ÉCHANGES OPTIMISATION DE LA PRISE EN CHARGE MÉDICAMENTEUSE DU SUJET ÂGÉ : OUTILS PRATIQUES, ÉTUDES DE CAS ET ÉCHANGES E.Pineau-Blondel et A.L. Bétegnie, pharmaciens, CHANGE Pr Gavazzi, PUPH médecin gériatre, CHU

Plus en détail

Pathologies cardiaques et aptitude à la conduite

Pathologies cardiaques et aptitude à la conduite Pathologies cardiaques et aptitude à la conduite Accidents liés à une pathologie cardiaque aigue (mortels et corporels) Pathologie cardiaque ischémique: 15% des accidents liés à une cause médicale Qui

Plus en détail

Dr Elise DURET Service MAGA CH St Malo Pour le réseau Géront Emeraude Le 10 décembre 2013

Dr Elise DURET Service MAGA CH St Malo Pour le réseau Géront Emeraude Le 10 décembre 2013 Dr Elise DURET Service MAGA CH St Malo Pour le réseau Géront Emeraude Le 10 décembre 2013 Démographie des sujets âgés Augmentation du nombre de sujets âgés Augmentation du nombre de sujet âgés en bonne

Plus en détail

CardioRanceance. Réseau de santé cardio-vasculaire du secteur sanitaire n 6 de Bretagne

CardioRanceance. Réseau de santé cardio-vasculaire du secteur sanitaire n 6 de Bretagne CardioRanceance Réseau de santé cardio-vasculaire du secteur sanitaire n 6 de Bretagne PROTOCOLE RESEAU : CONDUITE A TENIR DEVANT LA DECOUVERTE D UNE FIBRILLATION ATRIALE RECENTE Auteurs : Dr Hamonic,

Plus en détail

Hypertension artérielle et facteurs de risque associés Une nouvelle étude de l Assurance Maladie sur les évolutions entre 2000 et 2006

Hypertension artérielle et facteurs de risque associés Une nouvelle étude de l Assurance Maladie sur les évolutions entre 2000 et 2006 Point d information mensuel 19 octobre 2007 Hypertension artérielle et facteurs de risque associés Une nouvelle étude de l Assurance Maladie sur les évolutions entre 2000 et 2006 En France, 10,5 millions

Plus en détail

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien Les antiagrégants plaquettaires

Plus en détail

Haut Conseil de la santé publique

Haut Conseil de la santé publique Haut Conseil de la santé publique AVIS relatif à la fiche de recommandations pour la prescription d antiviraux en période d épidémie de saisonnière 12 novembre 2015 Le Haut Conseil de la santé publique

Plus en détail

Actualisations récentes

Actualisations récentes Consensus de Prise en Charge des Infections Urinaires Communautaires SPILF 2014-15 Intérêts et Limites, pour quels Résultats? Dr Stéphane CHADAPAUD CH de Hyères Actualisations récentes IU C : Actualisation

Plus en détail

Item 56 (Item 40) Sexualité normale et ses troubles EVALUATIONS

Item 56 (Item 40) Sexualité normale et ses troubles EVALUATIONS Item 56 (Item 40) Sexualité normale et ses troubles EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Parmi les propositions suivantes, concernant la physiologie de la sexualité : A - C est une combinaison de phénomènes

Plus en détail

Articulation Urgences - Médecine de ville. Résumé d expérience au CH de Moulins-Yzeure. G.Hernandez

Articulation Urgences - Médecine de ville. Résumé d expérience au CH de Moulins-Yzeure. G.Hernandez Articulation Urgences - Médecine de ville Résumé d expérience au CH de Moulins-Yzeure G.Hernandez Le CH de Moulins-Yzeure Bassin de population: 120 000 hab Semi-rurale, revenus faibles Population agée

Plus en détail

Contraception en consultation. Nguyen Caroline

Contraception en consultation. Nguyen Caroline Contraception en consultation Nguyen Caroline Généralités 75% des femmes de 15 à 50 ans utilisent un moyen contraceptif 60% une contraception orale (88% des 20-24 ans) 24% un DIU Le préservatif est utilisé

Plus en détail

Utilisation des traitements symptomatiques de la douleur du cancer en ambulatoire

Utilisation des traitements symptomatiques de la douleur du cancer en ambulatoire Utilisation des traitements symptomatiques de la douleur du cancer en ambulatoire! M. Luu*, M.T. Gatt Le cancérologue est souvent sollicité par les malades cancéreux pour le soulagement de leur douleur.

Plus en détail

Dr Mounir Gazzah. Mise à jour 2015

Dr Mounir Gazzah. Mise à jour 2015 Les urgences hypertensives Dr Mounir Gazzah Mise à jour 2015 Cas N 1 Femme obèse, 52 ans HTA chronique sous traitement Consultation de routine : TA 19/11 Adressée par son médecin aux urgences pour «Pic

Plus en détail

NOUVEAUTÉS DANS LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS URINAIRES

NOUVEAUTÉS DANS LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS URINAIRES XXVIème congrès de la Société Tunisienne de Pathologie Infectieuse Hôtel Saphir Palace, Hammamet 21-22 avril 2016 NOUVEAUTÉS DANS LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS URINAIRES Pr Ag Wafa Jouaihia Achour Service

Plus en détail

LES BONNES PRATIQUES

LES BONNES PRATIQUES LES BONNES PRATIQUES DE SOINS EN ÉTABLISSEMENTS D H É B E R G E M E N T POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES Direction Générale de la Santé Direction Générale de l Action Sociale Société Française de Gériatrie

Plus en détail

Adénome de prostate et soins infirmiers

Adénome de prostate et soins infirmiers I Adénome de prostate Définitions, généralités Adénome de prostate et soins infirmiers Il touche plus les hommes de plus de 50 ans. On opère de plus en plus, ce qui augmente la durée de vie. Il est caractérisé

Plus en détail

Recommandations formalisées d experts. Prévention de la maladie thromboembolique veineuse postopératoire. Actualisation 2011

Recommandations formalisées d experts. Prévention de la maladie thromboembolique veineuse postopératoire. Actualisation 2011 Recommandations formalisées d experts Prévention de la maladie thromboembolique veineuse postopératoire Actualisation 2011 NOM DE LA PRESENTATION 1 Facteurs de risque de MTEV Les recommandations concernant

Plus en détail

Il y a deux mois, Mme S. a consulté un ophtalmologiste parce que sa vision de près baissait. Outre une presbytie, les examens ont mis en évidence

Il y a deux mois, Mme S. a consulté un ophtalmologiste parce que sa vision de près baissait. Outre une presbytie, les examens ont mis en évidence Il y a deux mois, Mme S. a consulté un ophtalmologiste parce que sa vision de près baissait. Outre une presbytie, les examens ont mis en évidence plusieurs anomalies dont une trop forte pression dans les

Plus en détail

CHAPITRE 19 HYPERTENSION ARTÉRIELLE DE L ADULTE

CHAPITRE 19 HYPERTENSION ARTÉRIELLE DE L ADULTE CHAPITRE 19 HYPERTENSION ARTÉRIELLE DE L ADULTE OBJECTIFS Expliquer l épidémiologie de l hypertension artérielle de l adulte. Connaître les différents modes de mesure de la pression artérielle et les critères

Plus en détail

CHEZ LES RÉSIDENTS ATTEINTS DE LA MALADIE D ALZHEIMER

CHEZ LES RÉSIDENTS ATTEINTS DE LA MALADIE D ALZHEIMER RECOMMANDATIONS PRISE EN CHARGE MÉDICAMENTEUSE NEUROLEPTIQUES - BENZODIAZEPINES CHEZ LES RÉSIDENTS ATTEINTS DE LA MALADIE D ALZHEIMER Dr P. LEBAIN Centre Mémoire CMRR Mémorial de Caen - Septembre 2012

Plus en détail

Mesure ambulatoire de la pression artérielle (MAPA) Pr Jean-Philippe Baguet Clinique de Cardiologie - CHU de Grenoble

Mesure ambulatoire de la pression artérielle (MAPA) Pr Jean-Philippe Baguet Clinique de Cardiologie - CHU de Grenoble Mesure ambulatoire de la pression artérielle (MAPA) Pr Jean-Philippe Baguet Clinique de Cardiologie - CHU de Grenoble Variabilité de la PA Variations non cycliques - Stress physiques ou psychosensoriels

Plus en détail

EHPAD Maison de retraite L ETE INDIEN. 14 rue des Croillerans 21121 DAIX Tél. 03 80 58 40 00 Fax 03 80 58 40 40

EHPAD Maison de retraite L ETE INDIEN. 14 rue des Croillerans 21121 DAIX Tél. 03 80 58 40 00 Fax 03 80 58 40 40 EHPAD Maison de retraite L ETE INDIEN 14 rue des Croillerans 21121 DAIX Tél. 03 80 58 40 00 Fax 03 80 58 40 40 DOSSIER MEDICAL DE DEMANDE D ADMISSION EN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES

Plus en détail

Les médicaments au quotidien et les prescriptions

Les médicaments au quotidien et les prescriptions Les médicaments au quotidien et les prescriptions DCI DCI = dénomination commune internationale DCI = nom scientifique du médicament Eviter, si possible et si le médicament fait l objet de plusieurs spécialités,

Plus en détail

NOS AÎNÉS FRAGILISÉS EN MAISON DE RETRAITE MÉDICALISÉE : une vie de mouvements

NOS AÎNÉS FRAGILISÉS EN MAISON DE RETRAITE MÉDICALISÉE : une vie de mouvements NOS AÎNÉS FRAGILISÉS EN MAISON DE RETRAITE MÉDICALISÉE : une vie de mouvements Présentation de la 1 ère étude française quantifiant l importance des transferts hospitaliers dans les maisons de retraite

Plus en détail

- Patiente 80 ans, Atcd BAV3, appareillée depuis 10 ans en mode DDD. - Prise en charge aux urgences suite à une chute par maladresse.

- Patiente 80 ans, Atcd BAV3, appareillée depuis 10 ans en mode DDD. - Prise en charge aux urgences suite à une chute par maladresse. Dr Le Loup CAS 1 - Patiente 80 ans, Atcd BAV3, appareillée depuis 10 ans en mode DDD. - Prise en charge aux urgences suite à une chute par maladresse. Elle présente une plaie du coude gauche hémorragique.

Plus en détail

Glomérulonéphrites CIM 10: N08 Code ANAM : L101

Glomérulonéphrites CIM 10: N08 Code ANAM : L101 ΔϴΑήϐϤϟΔϜϠϤϤϟ ΔΤμϟΓέίϭ RRooyyaauumee dduu Maarroocc Mi iinni iisst tèèrree ddee llaa l SSaannt téé Recommandations de Bonnes Pratiques Médicales Affection Longue Durée ALD 25 (Selon l Arrêté Ministériel)

Plus en détail

INTERVENTION OMAGE. Pr C. PERRET-GUILLAUME. Remerciements au Pr Sylvie LEGRAIN (Paris)

INTERVENTION OMAGE. Pr C. PERRET-GUILLAUME. Remerciements au Pr Sylvie LEGRAIN (Paris) ETP sujets âgés INTERVENTION OMAGE Pr C. PERRET-GUILLAUME Remerciements au Pr Sylvie LEGRAIN (Paris) 1 Méthode de l essai OMAGE Essai randomisé contrôlé avec 800 malades Multi-centrique (6 UGA en Ile de

Plus en détail

Réunion Scientifique du 14 décembre 2013. HTA et Plongée

Réunion Scientifique du 14 décembre 2013. HTA et Plongée Réunion Scientifique du 14 décembre 2013 HTA et Plongée HTA = Maladie de la vasomotricité avec dysfonction endothéliale - atteintes viscérales spécifiques - facteur de risque maladie athéromateuse Hypertendu

Plus en détail

GERER LE POSSIBLE en Soins Palliatifs la nuit, à domicile. La collaboration interprofessionnelle. Atelier A

GERER LE POSSIBLE en Soins Palliatifs la nuit, à domicile. La collaboration interprofessionnelle. Atelier A GERER LE POSSIBLE en Soins Palliatifs la nuit, à domicile. La collaboration interprofessionnelle. Atelier A Référents: Mmes Sonia Vrtacic, infirmière spéc. en oncologie et SP, membre de l EMSP Voltigo,

Plus en détail

CAT devant une créatinine qui monte. EPU 29 avril 2009

CAT devant une créatinine qui monte. EPU 29 avril 2009 CAT devant une créatinine qui monte EPU 29 avril 2009 Cas clinique Mme C., 63 ans est hospitalisée le 18/11/05 pour insuffisance rénale aigue Antécédents : - DNID ancien et compliqué - cardiopathie ischémique

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 2 novembre 2011. Motif de la demande : Inscription Sécurité Sociale et Collectivités.

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 2 novembre 2011. Motif de la demande : Inscription Sécurité Sociale et Collectivités. COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 2 novembre 2011 GINKGO BIOGARAN 40 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 (CIP: 498 213-5) Boîte de 90 (CIP: 498 214-1) Laboratoire BIOGARAN Ginkgo biloba Code ATC : N06DX01

Plus en détail

Prescription de morphiniques chez le sujet âgé. Cas clinique

Prescription de morphiniques chez le sujet âgé. Cas clinique Prescription de morphiniques chez le sujet âgé Cas clinique Clinique 1 Me G. 71 ans. Mariée, 2 enfants Algies diffuses depuis l âge l de 14 ans. Début des douleurs par des cervicalgies et scapulalgies

Plus en détail

Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Absence de conflits d intérêt Sujets âgés: > 75 ans.plutôt 80-85

Plus en détail

Infections Urinaires Quoi de neuf?

Infections Urinaires Quoi de neuf? Infections Urinaires Quoi de neuf? 6 ème journée régionale Hygiène et prévention du risque infectieux en établissement médico-sociaux Laurence Guet De nouvelles recommandations SPILF 2014 1. Recommandations

Plus en détail

Prise en charge de la douleur

Prise en charge de la douleur Prise en charge de la douleur 1 Rappel des obligations La prise en charge de la douleur est une obligation légale. Loi n 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits du malade et à la qualité du système

Plus en détail