Chapitre 1. Paroxysme de la crise et lente reprise d'activité pour la filière. Insee Nord-Pas-de-Ca lais - Dossiers de Profils n Octobre

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chapitre 1. Paroxysme de la crise et lente reprise d'activité pour la filière. Insee Nord-Pas-de-Ca lais - Dossiers de Profils n 103 - Octobre 2011-07"

Transcription

1 Chapitre 1 Paroxysme de la crise et lente reprise d'activité pour la filière Insee Nord-Pas-de-Ca lais - Dossiers de Profils n Octobre

2

3 Paroxysme de la crise et lente reprise d'activité pour la filière La troisième enquête régionale effectuée auprès des établissements de plus de 20 salariés de la filière automobile s'est déroulée durant les mois de septembre à décembre Elle porte sur l'activité que ces établissements ont réalisée tout au long de l'année La période analysée a ainsi coïncidé avec la période où la récession économique a atteint son paroxysme dans l'ensemble des secteurs au premier trimestre 2009, puis avec la phase de lente reprise d'activité dans l'industrie dès le deuxième semestre La filière confrontée à d'importants défis La mo bi li sa tion des ac teurs pu blics a été im por tante dès la fin de l'année 2008, avec la mise en place d'une série de me su res pour sou te nir la fi lière, déjà con frontée à de nom breu ses mu ta tions struc tu rel les de puis le dé but des an nées En ef fet, l'in dustrie au to mo bile a dû faire face successivement à de nombreux défis : saturation des marchés des pays développés, croissance sans doute moins forte que pré vu des mar chés des pays émer gents, hausse ten dan cielle du prix des carburants qui déplace les achats vers les véhicules économes, des nécessités écologiques qui s'im po sent de plus en plus for te ment dans la concep tion et l'u sage des vé hi cu les. Dans les an nées 1970, l'in dustrie au to mo bile fran çaise avait déjà dû s'or ga ni ser pour faire face à l'ouverture des frontières et l'internationalisation des marchés. La crise économique est venue s'a jou ter à ce contexte de nom breu ses mu ta tions struc tu rel les. Aus si, les pou voirs pu blics ont ra pi de ment pris des me su res pour sou te nir la de mande, no tam ment, avec une prime à la casse pour re lan cer les ven tes de vé hi cu les. En fé vrier 2009, suite à la tenue d'é tats gé né raux réunissant l'ensemble des acteurs de l'automobile, le gouvernement a promu un Pacte automobile si gné avec les cons truc teurs et les équi pe men tiers et en ga gé un im por tant plan d'ai des aux cons truc teurs de 6,5 mil liards d'eu ros, sous la forme de prêts par ti ci pa tifs (en ca dré 1). L'a na lyse de cer tains in di ca teurs conjon ctu rels comme le solde d'o pi nions des in dus triels de l'au to mo bile sur leur pro duc tion passée, issu de l'en quête tri mes trielle de conjonc ture conduite par l'insee au près des in dus triels ré gio naux (graphique 1) per met de vi sua li ser la chro no logie des dif fé rents évé ne ments et de mieux situer le contexte. Graphique 1 : Activité dans l'industrie - Opinion des chefs d'entreprise sur leur activité passée* * Note : les enquêtes nationales de conjoncture sont désormais publiées selon la nouvelle Nomenclature d'activités française, Naf rév.2 (révision 2). Cet indicateur représente la différence entre le pourcentage des réponses en hausse et en baisse sur l'évolution de la production industrielle au cours des trois derniers mois. Données CVS : données corrigées des variations saisonnières Source : enquête trimestrielle de conjoncture (Insee). Insee Nord-Pas-de-Ca lais - Dossiers de Profils n Octobre

4 Encadré 1 : le Pacte automobile Au-delà des prêts par ti ci pa tifs ac cor dés aux cons truc teurs et du fi nan ce ment mis à dis po si tion de leurs fi lia les ban cai res, les me su res du Pacte au to mo bile mis en place en fé vrier 2009 ont été conçues en ré ponse aux préoc cu pa tions de la fi lière (équi pe men tiers et sous-trai tants) : la réduction des délais de paiements, grâce à la mise en œuvre sans dérogation de la Loi de modernisation de l'économie (LME) par les constructeurs automobiles ; la réduction des délais de paiement se traduit concrètement par l'apport de deux milliards d'euros de trésorerie à l'ensemble des fournisseurs de la filière automobile ; un fonds de garantie pour les prêts octroyés aux équipementiers et sous-traitants, pour faciliter l'accès au crédit des entreprises de la filière automobile, PME et entreprises de taille intermédiaire, a été mis en place au sein d'oseo, un dispositif permettant de garantir jusqu'à 90 % du prêt, dans les conditions prévues par l'encadrement communautaire (tous secteurs confondus, garantie de quatre milliards d'euros de prêts pour les PME et un milliard d'euros pour les entreprises de plus grande taille, et de un milliard d'euros pour la filière automobile) ; un fonds de modernisation des équipementiers automobiles, afin de renforcer les fonds propres des entreprises stratégiques de la filière automobile en permettant de réaliser les consolidations nécessaires à l'émergence de nouveaux champions en France et en Europe le Fonds stratégique d'investissement (FSI) porte sa contribution au fonds de modernisation des équipementiers automobiles à 200 M, au même titre que les deux constructeurs Renault et PSA. Le fonds est ainsi doté de 600 M. L'État lance en parallèle un plan d'action de 15 M pour la diffusion des pratiques d'excellence opérationnelle dans la filière automobile ; une convention nationale de chômage partiel pour le secteur automobile, dans le souci de préserver l'emploi et les compétences malgré le ralentissement du marché automobile ; un accord cadre de conventionnement au titre du chômage partiel à hauteur de 50 % est signé au niveau national, permettant aux entreprises de la filière de bénéficier d'une prise en charge supplémentaire par l'état de l'indemnisation de 1,5 à 1,75 par heure chômée selon la taille de l'entreprise. Cette disposition est en vigueur pour une durée de trois mois renouvelable une fois. En contrepartie, les entreprises adhérentes à ce dispositif s'engagent au maintien des emplois concernés pour une durée équivalente au double de la convention de chômage partiel. Des dispositifs de formation sont couplés aux périodes de chômage partiel dans toute la mesure du possible. Ces me su res s'ins cri vent dans le pro lon ge ment des dis po si tions mi ses en œuvre dans le cadre du plan de re lance, et no tam ment du dis po si tif de prime à la casse qui reste en vi gueur jus qu'à fin Le Pacte s'appuie éga le ment sur la mise en œuvre d'un nou veau code de per for mance et de bon nes pra ti ques, ap prou vé conjoin te ment par les re pré sen tants des cons truc teurs, équi pe men tiers et sous-trai tants. Il s'a git de pas ser de la re la tion client-fournisseur traditionnelle à une véritable relation partenariale. Le code encadre également de façon plus satisfaisante les condi tions de fi nan ce ment et de fac tu ra tion ha bi tuel le ment pra ti quées. Les ac tions spé ci fi ques de l'aria Au tra vers de l'aria (Acteurs in dus triels de la fi lière au to mo bile), les pou voirs pu blics co fi nan cent avec l'aria des ac tions col lec ti ves au ser vice des PME de la fi lière. C'est le pro jet Aspa rance 1 qui concerne 60 en tre pri ses de puis juil let Un se cond pro jet Aspa rance 2 pour rait être mis en place entre 2012 et Son ob jec tif se rait que 35 en tre pri ses bé né fi cient d'un diagnostic stratégique, 25 entreprises participent à l'action LEAN (dont 15 accompagnées), 30 entreprises participent à l'ac tion ma na ge ment par ti ci pa tif et 20 en tre pri ses bé né fi cient d'au tres ac tions. L'ob jec tif est d'ai der les PME à réa li ser le dia gnos tic stra té gique de leur en tre prise tout en les for mant à la pra tique des ou tils d'a na lyse stra té gique et en leur ap por tant l'é clai rage de la veille éco no mique et tech no lo gique. Un pro gramme d'ac com pa gne ment sur-me sure est alors dé fi ni dans les do mai nes de la com pé ti ti vi té, l'a mé lio ra tion de la per for mance interne, la diversification produits-marchés et l'internationalisation. Une timide reprise en cours d'année La courbe des sol des d'o pi nion met bien en évi dence la chute du rythme d'ac ti vi té dans l'in dustrie au to mo bile suite à la crise éco no mique. Après la très lourde dé gra da tion de l'ac ti vi té dans les in dus tries au to mo bi les ob servée en fin 2008, le dé but de l'année 2009 est en core marqué par un nouvel affaissement de la production, accompagné d'une importante réduction des stocks. Dès le deuxième tri mestre 2009, le rythme de l'ac ti vi té pro gresse net te ment et ce 10 - Insee Nord-Pas-de-Ca lais - Dossiers de Profils n Octobre 2011

5 jus qu'en fin d'année. Cette ob ser va tion s'ins crit dans la ten dance na tio nale qui montre une forte ac cé lé ra tion de la pro duc tion au to mo bile au troi sième tri mestre (+ 9,9 %), après un deuxième tri mestre déjà dy na mique (+ 5,3 %). D'ail leurs, les cons truc teurs au to mo bi les in ter ro gés à l'oc ca sion de l'en quête tri mes trielle de conjonc ture de jan vier 2010 dans l'in dustrie au to mo bile fai saient état d'une franche amé lio ra tion de leur ac ti vi té passée au qua trième tri mestre Ce qui est à rap pro cher de la nette pro gres sion des achats d'au to mo bi les de la part des mé na ges en fin d'année 2009 (+ 8,0 % après 0,4 % au troi sième tri mestre), sou tenue par la prime à la casse avant sa ré duc tion au 1 er jan vier Les ré sul tats du com merce ex té rieur confir ment cette ob ser va tion. En ef fet, les ex por ta tions ré gio na les d'au to mo bi les ont chu té de 22,7 % en 2008 et de 30,1 % en 2009 ( 30,7 % au ni veau na tio nal), pas sant de 6,4 mil liards d'eu ros en 2008 à 4,5 mil liards d'eu ros en Elles ne re pré sen tent plus que 15,9 % des ex por ta tions de la ré gion contre 23 % en Le Nord-Pas-de-Ca lais reste tou te fois la 1 ère ré gion ex por ta trice fran çaise avec 21 % des ex por ta tions na tio na les. En outre, le 4 e tri mestre 2009 a en re gis tré un re bond du ni veau des ex por ta tions de 38 % par rap port au 4 e tri mestre En ce qui concerne les équi pe ments pour l'au to mo bile, leurs ex por ta tions ont bais sé de 14,5 % en 2009 avec un sur saut de 32 % au 4 e tri mestre com pa ra ti ve ment au 4 e tri mestre Les niveaux de production d'avant-crise ne seront plus atteints Les étu des de la Pla te forme de la fi lière au to mo bile (PFA), mise en place en avril 2009 ¹ per met tent d'a van cer que les ni veaux de pro duc tion at teints en France avant la crise ne le se ront plus après : 3,5 mil lions de vé hi cu les lé gers par an contre une pré vi sion qui ne dé passe pas 2,2 après. Des mu ta tions ont déjà été fai tes dans la ré gion de puis 2006 pour ré pondre au nou vel équi libre du mar ché mon dial au to mo bile : un mar ché fran çais et eu ro péen en sa tu ra tion et un mar ché mon dial en pro gres sion (au taux annuel de + 6 % ), tiré en par ti cu lier par l'asie et les Pays émer gents. La crise in ter venue en 2008 a conduit en core à de nou veaux ajus te ments au sein de la fi lière. La baisse ré gu lière de la pro duc tion ré gio nale d'au to mo bi les (source Aria) ob servée de puis 2007 en est le té moin : vé hi cu les as sem blés dans la ré gion en 2007, en 2008, moins de en 2009 et L'analyse d'un certain nombre d'indicateurs sur les perspectives d'activité des établissements tra duit en core l'in cer ti tude res sentie quant à l'é vo lu tion de la fi lière. Ain si, 30 % des éta blis se ments liés à la fi lière au to mo bile ont pré fé ré ne pas se pro non cer sur le ni veau de leurs car nets de commandes, 27 % d'entre eux les jugeaient insuffisants, notamment dans les activités industrielles (31 %). Tou te fois, 16 % des éta blis se ments es ti maient cor rect leur ni veau de com man des. (ta bleau 1). Il existe des dis pa ri tés entre les éta blis se ments se lon le chiffre d'af fai res consa cré à la cons truc tion au to mo bile. En ef fet, pour les éta blis se ments concer nés à moins de 20 % par la construction automobile (ta bleau 2), le ni veau des com man des au to mo bi les est jugé in suf fi sant pour 35 % des éta blis se ments alors que pour plus de la moi tié des éta blis se ments liés à plus de 60 % ou ceux du cœur de la fi lière, ce ni veau est jugé bon ou moyen. En ter mes de vo lume de tra vail, le ni veau moyen des com man des dé diées à la fi lière au to mo bile est es ti mé à trois mois dans les éta blis se ments de l'in dustrie ma nu fac tu rière et des trans ports. Ce vo lume varie avec la taille de l'é ta blis se ment : il dé passe cinq mois pour les éta blis se ments de plus de 500 sa la riés et at teint deux mois et demi pour les moins de 50 sa la riés. En ter mes d'évolution du chiffre d'affaires, 42 % des établissements interrogés ont misé sur une stabilité de leur chiffre d'af fai res consa cré au mar ché au to mo bile dans les douze mois à ve nir, 20 % s'o rien taient vers une baisse et 22 % ne se sont pas pro non cé. Dans ce contexte en pleine évolution, deux tiers des établissements envisageaient de diversifier leur activité, le pourcentage at tei gnant 80 % pour les ac ti vi tés de trans port et d'en tre po sage. ¹ La PFA per met une concer ta tion et des échan ges entre don neurs d'ordre et four nis seurs de la fi lière pour pré pa rer la mu ta tion de la fi lière. Insee Nord-Pas-de-Ca lais - Dossiers de Profils n Octobre

6 Tableau 1 : État des carnets de commandes des établissements liés à l'automobile par secteur d'activité au 31 décembre 2009 Bon Moyen Insuffisant Ne se prononce pas Total Ensemble des secteurs dont Industrie manufacturière Transports et entreposage Activités de services administratifs Guide de lecture : 16 % des établissements de la filière jugent bon le niveau de leurs carnets de commandes en fin d'année Source : enquête sur la filière automobile en Nord-Pas-de-Calais en 2010 (Insee). Tableau 2 : État des carnets de commandes des établissements liés à l'automobile, en fonction du chiffre d'affaires dédié à la construction automobile au 31 décembre 2009 Part du chiffre d'affaires consacré à l'automobile Bon Moyen Insuffisant Ne se prononce pas Unité : % Unité : nombre, % Nombre de mois de travail Moins de 20 % ,4 De 20 à 60 % ,6 De 60 à 100 % ,0 100 % ,6 Guide de lecture : 8 % des établissements de la filière réalisant moins de 20 % de leur chiffre d'affaires dans la filière jugent bon le niveau de leurs carnets de commandes. Ces établissements estiment leur niveau de commandes à 3,4 mois de travail. Source : enquête sur la filière automobile en Nord-Pas-de-Calais en 2010 (Insee). L'emploi dans la filière reste fragile Le recours à l'intérim est un indicateur conjoncturel important. Il permet souvent un ajustement des em plois au ni veau d'ac ti vi té pour adap ter au mieux les be soins de pro duc tion. En 2007, le re cours à l'in té rim dé pas sait les 10 % des ef fec tifs sa la riés dans la cons truc tion au to mo bile. Mais de puis l'année 2008, ce n'est plus le cas. De plus de in té ri mai res en 2007, le re cours à l'in té rim s'ef fondre en juil let 2008 en pas sant sous la barre des pour de ve nir qua si nul en dé cembre La re prise de l'in té rim reste ti mide en Les huit cons truc teurs ont em ployé en moyenne chaque mois in té ri mai res. Un tiers d'entre eux pen sait tou te fois aug men ter à nou veau le re cours à l'in té rim en Les au tres éta blis se ments de la fi lière ont éga le ment eu re cours à l'in té rim et l'ont es ti mé à quelque in té ri mai res em ployés par mois. Dans le même temps, 90 % des éta blis se ments in ter ro gés n'en vi sa geaient pas de re cru ter de sa la riés pour leurs ac ti vi tés liées à l'au to mo bile, en rai son de ryth mes de pro duc tion ju gés en core ins ta bles. Ce cli mat in cer tain s'est éga le ment ac com pa gné de mise en chô mage par tiel des sa la riés, ce qui a per mis d'at té nuer l'am pleur de l'a jus te ment des ef fec tifs de la filière (en ca dré 2). Ain si, en 2009, près de neuf mil lions d'heu res d'ac ti vi té par tielle ont été uti li sées en Nord-Pas-de-Ca lais dont quatre mil lions consom més par la fi lière au to mo bile, soit 45 % du vo lume de consom ma tion de l'é co nomie ré gio nale. Les vo lu mes res tent éle vés pour le dé but de l'année Insee Nord-Pas-de-Ca lais - Dossiers de Profils n Octobre 2011

7 Encadré 2 : La moitié des salariés de la filière en chômage partiel au cours du mois de mars 2009 Le dis po si tif de l'ac ti vi té par tielle (ou chô mage par tiel) per met aux éta blis se ments en dif fi cul té de di mi nuer leur ac ti vi té tout en main te nant le con trat de tra vail des sa la riés en leur as su rant une in dem ni sa tion pen dant cette pé riode. Au pa ra vant peu utilisé, le dispositif de l'activité partielle (ou chômage partiel) a été largement sollicité par les établissements à compter de la fin 2008, et par ti cu liè re ment au cours de l'année 2009, au cœur de la crise éco no mique. En 2009, près de neuf mil lions d'heu res d'ac ti vi té par tielle ont été uti li sées en Nord-Pas-de-Ca lais. Avec ses quatre mil lions d'heu res uti li sées, la fi lière au to mo bile a re pré sen té 45 % du vo lume de consom ma tion de l'é co nomie ré gio nale (ta bleau 3). Der rière la fi lière au to mo bile, c'est l'in dustrie du verre qui vient en se conde po si tion en ma tière d'heu res consom mées (1,2 mil lions d'heu res). En troi sième place, la mé tal lurgie a consom mé heu res. Dans ces heu res, peu vent être at tri buées à la fi lière au to mo bile, car cer tains éta blis se ments du sec teur de la mé tal lurgie réa li sent une part de leur chiffre d'af fai res avec la fi lière au to mo bile (ta bleau 4 du cha pitre 2). Le secteur d'activité de la fabrication de machines et équipements (engins de levage, de manutention, fabrication d'organes mé ca ni ques de trans mis sion, ma chi nes-ou tils) a aus si lar ge ment uti li sé l'ac ti vi té par tielle en 2009 ( heu res). Le quart de son uti li sa tion re lève en réa li té de la fi lière au to mo bile. Le ra len tis se ment de l'in dustrie au to mo bile a eu des im pacts sur l'en semble de la fi lière au to mo bile, bien au-delà de l'ac ti vi té d'as sem blage des vé hi cu les : net toyage in dus triel, fa bri ca tion de mo quette, fa bri ca tion de pan neaux de bois, mé ca nique industrielle, mais aussi ingénierie. Le nombre de sa la riés en ac ti vi té par tielle au cours des mois de 2009 a évo lué en fonc tion de l'am pleur de la crise. Les pics d'u ti li sa tion ont été at teints au cours du pre mier se mestre Du rant cette pé riode, jus qu'à sa la riés ont été si mul ta né ment en ac ti vi té par tielle. L'u ti li sa tion de la me sure par la fi lière au to mo bile est alors mas sive : en mars 2009, plus de la moi tié des sa la riés de la fi lière étaient en ac ti vi té par tielle, soit près de per son nes. À cette date, 60 % des ef fec tifs ré gio naux en ac ti vi té par tielle re le vaient de la fi lière au to mo bile (graphique 2). Les vo lu mes res tent éle vés en fin d'année C'est aus si le cas pour le dé but de l'année Tableau 3 : Activité partielle Heures consommées en 2009 Filière automobile Ensemble de l économie régionale Part des heures consommées liées à la filière automobile Heures consommées en Dont Industrie automobile Fabrication de produits en caoutchouc et en plastique Métallurgie Fabrication de machines et équipements n.c.a Fabrication de produits métalliques, à l exception des machines et des équipements Fabrication de textiles Fabrication d autres produits minéraux non métalliques Activités liées à l emploi Imprimerie et reproduction d enregistrements Services relatifs aux bâtiments et aménagement paysager Travail du bois et fabrication d articles en bois à l exception des meubles Activités d architecture et d ingénierie ; activités de contrôle et analyses techniques Fabrication d équipements électriques Activités administratives et autres activités de soutien aux entreprises Réparation et installation de machines et d équipements Autres activités spécialisées, scientifiques et techniques Commerce de gros, à l exception des automobiles et des motocycles Source : Direccte Nord-Pas-de-Calais ; enquête sur la filière automobile en Nord-Pas-de-Calais en 2010 (Insee). Unités : nombre, % Insee Nord-Pas-de-Ca lais - Dossiers de Profils n Octobre

8 Au cours de l'année 2009, l'a jus te ment de l'em ploi a été pro fond en ré gion. Le nombre de li cen cie ments éco no mi ques re cen sés par les uni tés ter ri to ria les de la Di reccte s'est éle vé à Dans cet en semble, li cen cie ments re lè vent de la fi lière au to mo bile. Le re cours in tense à l'ac ti vi té par tielle aura sans doute per mis d'at té nuer l'am pleur de l'a jus te ment des ef fec tifs de la fi lière au to mo bile, sans pour au tant le ré duire à zéro. Graphique 2 : Salariés en activité partielle en 2008 et 2009 Source : Direccte Nord-Pas-de-Calais 14 - Insee Nord-Pas-de-Ca lais - Dossiers de Profils n Octobre 2011

Chapitre 4. Une inscription européenne de la filière automobile nordiste. Insee Nord-Pas-de-Ca lais - Dossiers de Profils n 103 - Octobre 2011-39

Chapitre 4. Une inscription européenne de la filière automobile nordiste. Insee Nord-Pas-de-Ca lais - Dossiers de Profils n 103 - Octobre 2011-39 Chapitre 4 Une inscription européenne de la filière automobile nordiste Insee Nord-Pas-de-Ca lais - Dossiers de Profils n 103 - Octobre 2011-39 Une inscription européenne de la filière automobile nordiste

Plus en détail

office national de sécurité sociale

office national de sécurité sociale office national de sécurité sociale Périodes assimilées des travailleurs assujettis à la sécurité sociale pour les quatres trimestres de 2011 (O.N.S.S.) office national de sécurité sociale Institution

Plus en détail

office national de sécurité sociale

office national de sécurité sociale office national de sécurité sociale Rémunérations et périodes rémunérées déclarées pour 2010 office national de sécurité sociale Institution publique de sécurité sociale Rémunérations et périodes rémunérées

Plus en détail

office national de sécurité sociale

office national de sécurité sociale office national de sécurité sociale Cotisations sociales déclarées à l O.N.S.S. pour 2009 office national de sécurité sociale Institution publique de sécurité sociale Cotisations sociales déclarées à l

Plus en détail

I n f o r m a t i o n g é n é r a l e M a r c h e à s u i v r e

I n f o r m a t i o n g é n é r a l e M a r c h e à s u i v r e Dossier pour ANT HANDICAPÉ DE L INTÉGRATION D UN ENFEN SERV ICE DE GAR information générale et marche à suivre Document de travail à conser ver au ser vice de garde Le dossier pour l inté gra tion d un

Plus en détail

LES MÉTIERS DE LA LOGISTIQUE : APPROCHE FONCTION / MÉTIER

LES MÉTIERS DE LA LOGISTIQUE : APPROCHE FONCTION / MÉTIER LES MÉTIERS DE LA LOGISTIQUE : APPROCHE FONCTION / MÉTIER L'activité logistique, une fonction transversale dans les entreprises Au-delà de la " fi lière " lo gis tique pré cé dem ment dé crite, l'ac ti

Plus en détail

Les services aux entreprises : un secteur créateur d emplois en Bretagne. Une progression de l emploi en phase avec les cycles de croissance

Les services aux entreprises : un secteur créateur d emplois en Bretagne. Une progression de l emploi en phase avec les cycles de croissance Les services aux entreprises : un secteur créateur d emplois en Bretagne En quinze ans les effectifs des établissements bretons de services aux entreprises doublent pour atteindre 125 000 fin 2004. Leur

Plus en détail

Des par cours scolaires

Des par cours scolaires L en sei gne ment se con daire Des par cours scolaires La source L étude de la cohorte des élè ves de 6 e qui étaient présents à la rentrée sco laire 19941995 dans les col lè ges pu blics a été réalisée

Plus en détail

Les ad mis sions à l aide ju ri dic tion nelle. Source : Ré per toire de l Aide Ju ri dic tion nelle

Les ad mis sions à l aide ju ri dic tion nelle. Source : Ré per toire de l Aide Ju ri dic tion nelle INFOSTAT JUSTICE Bulletin d information statistique de la direction de l Administration générale et de l Équipement La diffusion de l aide juridictionnelle dans les pro cé du res ju di ciai res Septembre

Plus en détail

EN SER VIC E DE GA RD. r a p p o r t d u p r o f e s s i o n n e l

EN SER VIC E DE GA RD. r a p p o r t d u p r o f e s s i o n n e l Dossier pour T HANDICAPÉ E L INTÉGRATION D UN ENFAN EN SER VIC E DE GA RD r a p p o r t d u p r o f e s s i o n n e l Document à conserver au service de garde I D E N T I F I C A T I O N D U S E R V I

Plus en détail

Conception et rédac tion André Dolbec, pré si dent Hélène Monfet, secré tai re coor don na tri ce

Conception et rédac tion André Dolbec, pré si dent Hélène Monfet, secré tai re coor don na tri ce Pour tout ren sei gne ment rela tif au pré sent document, priè re de s adres ser au : Comité d agré ment des pro gram mes de for ma tion à l ensei gne ment 1035, rue De La Chevrotière, 28 e étage Québec

Plus en détail

Enquêtes mensuelles. Indicateurs du Climat des Affaires

Enquêtes mensuelles. Indicateurs du Climat des Affaires Tendances régionales La conjoncture en Midi-Pyrénées Décembre 215 La production industrielle a légèrement progressé dans l ensemble des secteurs. Les carnets de commandes sont toujours jugés de bon niveau.

Plus en détail

INTRODUCTION. Ces trois aspects sont : 1. Animer un projet 2. S intéresser à son ter rain 3. Adapter sa posture

INTRODUCTION. Ces trois aspects sont : 1. Animer un projet 2. S intéresser à son ter rain 3. Adapter sa posture INTRODUCTION L environnement de l entreprise se complexifie et les attentes des sala riés changent : mon dia li - sation des marchés, éloignement des centres de décision, médiatisation des problèmes, perte

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...1. Les jus ti fi ca tions des employeurs pour cybersurveiller les salariés...7

TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...1. Les jus ti fi ca tions des employeurs pour cybersurveiller les salariés...7 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...1 PARTIE 1. Les jus ti fi ca tions des employeurs pour cybersurveiller les salariés....7 Chapitre 1. L impératif de sécurité informatique....11 Sec tion 1. La néces saire

Plus en détail

office national de sécurité sociale

office national de sécurité sociale office national de sécurité sociale Emploi salarié (O.N.S.S.) du premier trimestre 2008 office national de sécurité sociale Institution publique de sécurité sociale Emploi salarié (O.N.S.S.) du premier

Plus en détail

La fonction publique territoriale, un vivier de 38 000 emplois

La fonction publique territoriale, un vivier de 38 000 emplois Communes, intercommunalité, conseils généraux et régional La fonction publique territoriale, un vivier de 38 000 emplois repères Secrétaire de mairie, jardinier, dame de can tine, pro fes seur de mu sique...

Plus en détail

La vente : votre nouvelle compétence. Viroune Pholsena

La vente : votre nouvelle compétence. Viroune Pholsena La vente : votre nouvelle compétence Viroune Pholsena Conseillère éditoriale : Michelle Fayet La méthode PACTERA est une méthode déposée. Dunod, Paris, 2013 ISBN 978-2-10-070567-2 Introduction Vendre son

Plus en détail

HIGH-TECH MACHINED PARTS

HIGH-TECH MACHINED PARTS HIGH-TECH MACHINED PARTS BULTECH PRECISION SA Route des Rez 1 CH-1667 Enney 1 www.bultech.ch L ENTREPRISE Active depuis 1989, Bultech Précision fabrique vos pièces uni taires et vos sous-ensembles dans

Plus en détail

EN SER VIC E DE GA RD

EN SER VIC E DE GA RD Dossier pour T HANDICAPÉ E L INTÉGRATION D UN ENFAN EN SER VIC E DE GA RD p l a n d i n t é g r a t i o n Document à conserver au service de garde L éla bo ra tion du plan d inté gra tion a pour but d

Plus en détail

Les suspects. Les faits. Stésud. PwC. L État

Les suspects. Les faits. Stésud. PwC. L État Entrée de jeu Sou viens-toi. Nous sommes en Bel gique, le 25 mai 2014. C est la «mère» de toutes les élec tions, qui ras semble pour la pre mière fois les fé dé rales, eu ro péennes, ré gio nales et com

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Novembre 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Mars 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Proposition Assurance Habitation Habitations et professions libérales

Proposition Assurance Habitation Habitations et professions libérales Intention: Aucune Elit3 Trigone Proposition Assurance Habitation Habitations et professions libérales intermédiaire n... nom et adres se (ou ca chet) ré f. intermédiaire nou vel le af fai re rem pla ce

Plus en détail

Addendum Multi-Sociétés

Addendum Multi-Sociétés Addendum Multi-Sociétés Ce manuel a été rédigé par Alain Bellebouche et Jérôme Guyon consultants-formateurs sur le logiciel spaiectacle. spaiectacle est un logiciel développé et édité par Addendum multi-sociétés

Plus en détail

Jeunesse et Sports ; Direction de l'administration ; Sous-Direction Personnel, Affaires Générales (1972)

Jeunesse et Sports ; Direction de l'administration ; Sous-Direction Personnel, Affaires Générales (1972) Jeunesse et Sports ; Direction de l'administration ; Sous-Direction Personnel, Affaires Générales (1972) Répertoire (19770252/1-19770252/197) Archives nationales (France) Pierrefitte-sur-Seine 1977 1 https://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/ir/fran_ir_016644

Plus en détail

Le Beau Danube Bleu ˆ Œ ˆ« Œ Œ Œ Œ ˆ« l l l l. Œ ll ˆ«ˆ ˆ« » Œ ˆ« »»ˆ« »»» ============================= l l l l. l l l l. œ_»œ» Œ œ.

Le Beau Danube Bleu ˆ Œ ˆ« Œ Œ Œ Œ ˆ« l l l l. Œ ll ˆ«ˆ ˆ« » Œ ˆ« »»ˆ« »»» ============================= l l l l. l l l l. œ_»œ» Œ œ. _ _ Arrgt PCSL eus, roir des cieux, roir des eux, cieux, dont es ment fots es eus, yeux, dont es yeux, suis cours, suis eux, vers es ords Le Beau Danue Beu reux cours, re fait é co Johann Strauss Paroes

Plus en détail

La con tra dic tion ma jeure, sur le

La con tra dic tion ma jeure, sur le Union européenne Acquis so cial, acquis communautaire? La solidarité à l épreuve de l élar gis se ment Jac ky FAYOLLE La con tra dic tion ma jeure, sur le plan so cial, du pro ces sus d élar gis se ment

Plus en détail

ADDENDA DROIT POLICIER QUÉBÉCOIS Loi sur la police annotée et règlements concernant la police, 20 e édition. Alain-Robert Nadeau

ADDENDA DROIT POLICIER QUÉBÉCOIS Loi sur la police annotée et règlements concernant la police, 20 e édition. Alain-Robert Nadeau ADDENDA Loi sur la police annotée et règlements concernant la police, 20 e édition 2016-2017 Alain-Robert Nadeau RÈGLEMENT SUR LE DÉROULEMENT DES ENQUÊTES DU BUREAU DES ENQUÊTES INDÉPENDANTES, RLRQ, c.

Plus en détail

Le jeu de l'oie des sons

Le jeu de l'oie des sons Le jeu de l'oie des sons b Départ bè B b bi Arrivée ba B bo bu bé bê bou sanleane.eklablog.com Jeu de l oie des sons : Matériel : des pions, 1 dé. Règle : - le joueur tombe sur une lettre ou une syllabe

Plus en détail

office national de sécurité sociale

office national de sécurité sociale office national de sécurité sociale Etudiants occupés avec un contrat d'étudiant durant le troisième trimestre 2008 office national de sécurité sociale Institution publique de sécurité sociale Etudiants

Plus en détail

office national de sécurité sociale

office national de sécurité sociale office national de sécurité sociale Travailleurs assujettis à la sécurité sociale répartis par lieu de travail: données au 31 décembre 2008 Statistique décentralisée (postes de travail) office national

Plus en détail

KARBU KIT. Kit d affichage des prix des carburants. Notice d utilisation et d installation

KARBU KIT. Kit d affichage des prix des carburants. Notice d utilisation et d installation KARBU KIT Kit d affichage des prix des carburants Notice d utilisation et d installation B.P. 1 49340 TRÉMENTINES FRANCE Tél. : 02 41 71 72 00 Fax : 02 41 71 72 01 www.bodet.fr Réf. 605746 L S as su rer

Plus en détail

45 100 EMPLOIS SALARIÉS LIÉS AU TOURISME EN NORMANDIE

45 100 EMPLOIS SALARIÉS LIÉS AU TOURISME EN NORMANDIE MARS 2012 n 113 45 100 EMPLOIS SALARIÉS LIÉS AU TOURISME EN NORMANDIE En France, le tou risme est un sec teur éco no mique por teur gé né ra teur de ri - chesse et pre mier con tri - bu teur des échan

Plus en détail

BT-887 BT-436. Manuel UTILISATEUR. BT-436 Soft ware Ver. 1.0.0 BT-887 Soft ware Ver. 1.1.3 Ma nuel n 17499 Rev. - spa

BT-887 BT-436. Manuel UTILISATEUR. BT-436 Soft ware Ver. 1.0.0 BT-887 Soft ware Ver. 1.1.3 Ma nuel n 17499 Rev. - spa BT-887 BT-436 Manuel UTILISATEUR BT-436 Soft ware Ver. 1.0.0 BT-887 Soft ware Ver. 1.1.3 Ma nuel n 17499 Rev. - spa Les in for ma tions de ce ma nuel rem pla cent les in for ma tions pu bliées an té rieu

Plus en détail

ra re ri ro ru ré rè rè ra re ri ro ru ar er ir or ur ér êr èr ar er ir or ur

ra re ri ro ru ré rè rè ra re ri ro ru ar er ir or ur ér êr èr ar er ir or ur Des syllables avec r ra re ri ro ru ré rè rè ra re ri ro ru ar er ir or ur ér êr èr ar er ir or ur ra re ri ro ru ré rê rè ra re ri ro ru ar er ir or ur ér êr èr ar er ir or ur ru ar ro ir Des syllables

Plus en détail

EN NORD PAS-DE-CALAIS

EN NORD PAS-DE-CALAIS FÉVRIER 2015 LES ENTREPRISES EN NORD PAS-DE-CALAIS BILAN 2014 ET PERSPECTIVES 2015 Sommaire CONTEXTE CONJONCTUREL... 3 SYNTHÈSE... 4 INDUSTRIE... 5 RAPPEL DU CONTEXTE CONJONCTUREL RÉGIONAL 2013 ET 2014...

Plus en détail

I nt rod u ct io n. 1. Les dif fé rents types de pro jet informatique. Le pro jet à réa li ser pourra être un site Inter net (sous dif fé rentes

I nt rod u ct io n. 1. Les dif fé rents types de pro jet informatique. Le pro jet à réa li ser pourra être un site Inter net (sous dif fé rentes I nt rod u ct io n 1. Les dif fé rents types de pro jet informatique Le pro jet à réa li ser pourra être un site Inter net (sous dif fé rentes formes), le déve lop pe ment d une appli ca tion spé ci fique

Plus en détail

Les élec tions 2002 aux conseils

Les élec tions 2002 aux conseils Allemagne Les conseils d établissement à la re con quête d une meilleure représentativité? Wolf gang RUDOLPH, Wol fram WASSERMANN * Les élec tions 2002 aux conseils d éta blis se ment ont fait l ob jet

Plus en détail

office national de sécurité sociale

office national de sécurité sociale office national de sécurité sociale Emploi salarié (O.N.S.S.) du quatrième trimestre 2009 office national de sécurité sociale Institution publique de sécurité sociale Emploi salarié (O.N.S.S.) du quatrième

Plus en détail

En août 2012, la production des IAA est en hausse. Prix à la consommation - Prix à la production - Prix d'achat des intrants

En août 2012, la production des IAA est en hausse. Prix à la consommation - Prix à la production - Prix d'achat des intrants Agreste Conjoncture Industries agroalimentaires novembre 2012 Novembre 2012 Industries agroalimentaires Tableau de bord En août 2012, la production des IAA est en hausse Sommaire Production en volume -

Plus en détail

AMPLIFICATEUR // 24V 2A AMPLIFIER 24V 2A

AMPLIFICATEUR // 24V 2A AMPLIFIER 24V 2A AMPLIFICATEUR // 24V 2A AMPLIFIER 24V 2A AMPLI 24 AL. RESET AL. B.P. 1 49340 TREMENTINES FRANCE Tél.: 02 41 71 72 00 EXPORT : (33) 2 41 71 72 32 Fax : 02 41 71 72 01 FAX : (33) 2 41 71 72 02 Réf. : 604898

Plus en détail

Phonologie - Lecture Fiche 1. syllabes avec. Atelier. son (l) 1. Écris la syllabe. 2. Relie à la bonne syllabe.

Phonologie - Lecture Fiche 1. syllabes avec. Atelier. son (l) 1. Écris la syllabe. 2. Relie à la bonne syllabe. Phonologie - Lecture Fiche 1 1. Écris la son (l) 2. Relie à la bonne lo lé la le lu li Phonologie - Lecture Fiche 2 1. Entoure la bonne son (l) 2. Écris la syllabe à la bonne place. lo la le li le lu la

Plus en détail

Dématérialisation et signature électronique

Dématérialisation et signature électronique DOS Bulletin d'information des experts du progiciel - Edité par le CXP www.cxp.fr Révolutions en cours EDITO A feuilleter ce numéro de L Oeil expert, on est frappé de voir, dans une actualité très riche

Plus en détail

N 3529 vendredi 3 au jeudi 9 mars 2017 Pages mots

N 3529 vendredi 3 au jeudi 9 mars 2017 Pages mots N 3529 vendredi 3 au jeudi 9 mars 2017 Pages 32 33 1116 mots CINÉMA ENTRETIEN AVEC PIERRE BARNÉRIAS Injustice américaine A près l'in croyable suc cès en salles du do cu men taire de Xa vier de Lau zanne

Plus en détail

«L Occident se questionne sérieusement sur la paternité» Jean-François Saucier. Santé mentale au Québec, vol. 26, n 1, 2001, p. 15-26.

«L Occident se questionne sérieusement sur la paternité» Jean-François Saucier. Santé mentale au Québec, vol. 26, n 1, 2001, p. 15-26. «L Occident se questionne sérieusement sur la paternité» Jean-François Saucier Santé mentale au Québec, vol. 26, n 1, 2001, p. 15-26. Pour citer ce document, utiliser l'information suivante : URI: http://id.erudit.org/iderudit/014508ar

Plus en détail

Tableau de bord interrégional de la construction

Tableau de bord interrégional de la construction Tableau de bord interrégional de la construction Cette étude a été réalisée pour le bureau de l'analyse des secteurs professionnels du MEEDDM par le réseau des Cellules Economiques Régionales de la Construction.

Plus en détail

Climat & Urbanisme. La relation entre le confort thermique et la forme du cadre bâti

Climat & Urbanisme. La relation entre le confort thermique et la forme du cadre bâti Climat & Urbanisme La relation entre le confort thermique et la forme du cadre bâti Afri que du Nord Aménagement urbain Applications informatiques Architecture urbaine Bâti ments Cli mat Cli mat in té

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 L ASF (Association Française des Sociétés Financières) regroupe l ensemble des établissements de crédit spécialisés :

Plus en détail

Vers une cui si ne améliorée. Une étu de sur les cui si nes et les fo yers dans le ca dre du pro jet UNSO fo yers amé lio rés au Bur ki na Faso

Vers une cui si ne améliorée. Une étu de sur les cui si nes et les fo yers dans le ca dre du pro jet UNSO fo yers amé lio rés au Bur ki na Faso Vers une cui si ne améliorée Une étu de sur les cui si nes et les fo yers dans le ca dre du pro jet UNSO fo yers amé lio rés au Bur ki na Faso Vers une cui sine améliorée Memorandum 1 Pu bli ca tion of

Plus en détail

Dunod, Paris, 2013 ISBN 978-2-10-070510-8

Dunod, Paris, 2013 ISBN 978-2-10-070510-8 Dunod, Paris, 2013 ISBN 978-2-10-070510-8 7 La néces sité de réguler la sûreté nucléaire Q uel sujet incongru! La néces sité de réguler la sûreté nucléaire n estelle pas évi dente aux yeux de tous? Il

Plus en détail

Le Bâtiment en Ile-de-France Troisième trimestre 2012 Activité atone perspectives en nette baisse

Le Bâtiment en Ile-de-France Troisième trimestre 2012 Activité atone perspectives en nette baisse DAEJ/CAB/2012/55 31 octobre 2012 Note pour le cahier de la Cellule Economique Le Bâtiment en Ile-de-France Troisième trimestre 2012 Activité atone perspectives en nette baisse 1- L activité des entreprises

Plus en détail

IAA : une activité dynamique en octobre. Prix à la production - IPP les prix des denrées agroalimentaires encore en hausse en octobre

IAA : une activité dynamique en octobre. Prix à la production - IPP les prix des denrées agroalimentaires encore en hausse en octobre Agreste Conjoncture Industries agroalimentaires janvier 2013 Janvier 2013 Industries agroalimentaires IAA : une activité dynamique en octobre Tableau de bord Sommaire Production en volume - Ipi la production

Plus en détail

1 Qu est- ce que. la prépa? Qu est-ce que la prépa? Est- ce que c est dur d y ren trer?

1 Qu est- ce que. la prépa? Qu est-ce que la prépa? Est- ce que c est dur d y ren trer? 1 Qu est- ce que la prépa? C est la ques tion que de nom breux lycéens ou parents d élèves se posent. Est- ce qu il faut beau coup tra vailler? Est- ce si dur qu on le dit? Est- ce que c est fait pour

Plus en détail

arnaud de baynast Jacques lendrevie 8 e édition citor Publicité online & ofƒline TV Presse Internet Mobiles Tablettes Site compagnon publicitor.

arnaud de baynast Jacques lendrevie 8 e édition citor Publicité online & ofƒline TV Presse Internet Mobiles Tablettes Site compagnon publicitor. arnaud de baynast Jacques lendrevie publi citor Publicité online & ofƒline TV Presse Internet Mobiles Tablettes Site compagnon 8 e édition publicitor.fr Les liens hypertextes permettant d accéder aux sites

Plus en détail

L ACTIVITE. Evolution de l'activité industrielle secteur privé. Evolution de l'activité industrielle secteur public

L ACTIVITE. Evolution de l'activité industrielle secteur privé. Evolution de l'activité industrielle secteur public N 729 ENQUETE SUR LA SITUATION ET LES PERSPECTIVES DANS L INDUSTRIE AU - TROISIEME TRIMESTRE 215 - L enquête d opinion auprès des chefs d entreprise industrielle, initiée par les services de l ONS couvre

Plus en détail

Les Travaux sur Bâtiments Existants en Ile-de-France

Les Travaux sur Bâtiments Existants en Ile-de-France Les Travaux sur Bâtiments Existants en Ile-de-France 2013 Octobre 2014 FFB GRAND PARIS Direction des Affaires Economiques et Juridiques 10 rue du Débarcadère 75852 PARIS Cedex 17 Téléphone 01 40 55 10

Plus en détail

AINSI FONT, FONT, FONT

AINSI FONT, FONT, FONT AINSI FONT, FONT, FONT & # 4 2 Ain - si font, font, font les pe - RÉ7 & # ti - tes ma - rion - net - tes. Ain - si font, font, & # font trois p'tits RÉ7 tours et puis s'en vont. AH VOUS DIRAI-JE MAMAN

Plus en détail

Une amélioration qui demande confirmation

Une amélioration qui demande confirmation JANVIER 2016 Une amélioration qui demande confirmation 2015 s avère plus favorable que prévu pour les TPE-PME de Rhône-Alpes. Contrairement aux années précédentes, les entreprises qui déclarent un chiffre

Plus en détail

L accompagnement dans la pédagogie du chantier-école. Cet ouvrage a été réalisé grâce au financement du Fonds Social Européen.

L accompagnement dans la pédagogie du chantier-école. Cet ouvrage a été réalisé grâce au financement du Fonds Social Européen. L accompagnement dans la pédagogie du chantier-école Cet ouvrage a été réalisé grâce au financement du Fonds Social Européen. SOMMAIRE Une réflexion qui chemine...page 2 La démarche engagée au sein du

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Na t i ons U ni e s E / C N. 1 7 / 20 0 1 / PC / 1 7 Conseil économique et social D i s t r. gé n é r a l e 2 ma r s 20 0 1 F r a n ç a i s O r ig i n a l: a n gl a i s C o m m i s s io n d u d é v el

Plus en détail

Divergences sectorielles

Divergences sectorielles Octobre 2015 Méthodologie Les résultats présentés sont issus du panel de conjoncture «suivi de la situation économique» CCIR / CCIT de Rhône-Alpes. 373 TPE-PME représentatives de l industrie, du BTP, du

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 599 Janvier 5 Conjoncture de l immobilier Résultats au troisième trimestre OBSERVATION ET STATISTIQUES logement - CONSTRuCTION La conjoncture immobilière

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF. L activité des établissements spécialisés en 2014

TABLEAU DE BORD ASF. L activité des établissements spécialisés en 2014 TABLEAU DE BORD ASF L activité des établissements spécialisés en 2014 Février 2015 Le financement des investissements des entreprises et des professionnels Le financement des investissements d équipement

Plus en détail

Enjeux. Ile-de-France. Trois entreprises franciliennes sur quatre sont toujours en activité trois ans après leur création.

Enjeux. Ile-de-France. Trois entreprises franciliennes sur quatre sont toujours en activité trois ans après leur création. n 182 - mai 2016 L économie en Île-de-France Enjeux Trois entreprises franciliennes sur quatre sont toujours en activité trois ans après leur création En 2013, hors statut de l auto-entrepreneur, les trois

Plus en détail

En trente-cinq ans, le tableau de la démo graphie régio nale

En trente-cinq ans, le tableau de la démo graphie régio nale En trente-cinq ans, le tableau de la démo graphie régio nale s'est quelque peu modi fié. Les nais san ces sont deve nues moins nom breu ses, alors que dans le même temps elles ont aug menté en France.

Plus en détail

LES PUBLICATIONS DU QUÉBEC 1000, route de l Église, bureau 500, Québec (Québec) G1V 3V9

LES PUBLICATIONS DU QUÉBEC 1000, route de l Église, bureau 500, Québec (Québec) G1V 3V9 LES PUBLICATIONS DU QUÉBEC 1000, route de l Église, bureau 500, Québec (Québec) G1V 3V9 VENTE ET DISTRIBUTION Case postale 1005, Québec (Québec) G1K 7B5 Téléphone : 418 643-5150 ou, sans frais, 1 800 463-2100

Plus en détail

EN SER VIC E DE GA RD. é v a l u a t i o n a n n u e l l e

EN SER VIC E DE GA RD. é v a l u a t i o n a n n u e l l e Dossier pour T HANDICAPÉ E L INTÉGRATION D UN ENFAN EN SER VIC E DE GA RD é v a l u a t i o n Document de travail à conser ver au ser vice de garde P A R T I E A R E N S E I G N E M E N T S G É N É R A

Plus en détail

L Auto qui n existait pas

L Auto qui n existait pas L Auto qui n existait pas CHRISTOPHE MIDLER L Auto qui n existait pas Management des projets et transformation de l entreprise Préface de Raymond H. Lévy Conseiller éditorial : Jean-Pierre Détrie Dunod,

Plus en détail

Les réformes de la sécurité sociale en Amérique latine: observations sur le rapport de 2005 de la Banque mondiale

Les réformes de la sécurité sociale en Amérique latine: observations sur le rapport de 2005 de la Banque mondiale Association internationale de la sécurité sociale Séminaire sur les techniques statistiques et actuarielles de la sécurité sociale pour les pays francophones Cotonou, Bénin, 6-10 février 2006 Les réformes

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT Général au développement durable n 58 Juillet Conjoncture de l immobilier Résultats au premier trimestre OBSERVATION ET STATISTIQUES logement - CONSTRuCTION La conjoncture immobilière au premier

Plus en détail

L emploi intérimaire en Guadeloupe * et dans les Dom entre 2008 et 2010

L emploi intérimaire en Guadeloupe * et dans les Dom entre 2008 et 2010 Date : Février 2012 Service Etudes, Evaluation Statistiques (SESE) de Guadeloupe L emploi intérimaire en Guadeloupe * et dans les Dom entre 2008 et 2010 *Îles de Saint-Martin et de Saint-Barthélemy incluses

Plus en détail

Cahiers Conjoncturels Aubois

Cahiers Conjoncturels Aubois Cahiers Conjoncturels Aubois Tendances 1 er Prévisions 2 nd 29 ème édition Septembre 1 Synthèse Constats SECTEURS D ACTIVITE Prévisions Evolution CA Note d activité Note de confiance Perspectives d évolution

Plus en détail

Conjoncture économique en Loir-et-Cher

Conjoncture économique en Loir-et-Cher Février 0 - N Conjoncture économique en Loir-et-Cher Résultats de l enquête menée entre le er et le 8 février 0 Analyse réalisée sur la base de réponses exploitables La Chambre de et d' de Loir-et-Cher

Plus en détail

Table des matières. Pré face. Intro duc tion 1. 1 La vision client 7

Table des matières. Pré face. Intro duc tion 1. 1 La vision client 7 Pré face V Intro duc tion 1 Quel est le pro blème? 1 De quoi parle- t-on? 2 Les leviers d effi ca cité mar ke ting 3 La place du digi tal dans ce livre 4 À qui s adresse ce livre 4 Chaque cha pitre aborde

Plus en détail

Chapitre 1. Chapitre 1 : Les 18 à 29 ans

Chapitre 1. Chapitre 1 : Les 18 à 29 ans Chapitre 1 : Les 18 à 29 ans Dans le Nord-Pas-de-Ca lais, les jeu nes âgés de 18 à 29 ans re pré sen tent 17 % de la po pu la tion, part la plus élevée des ré gions hors Île-de-France. Cette tranche d

Plus en détail

office national de sécurité sociale

office national de sécurité sociale office national de sécurité sociale Travailleurs assujettis à la sécurité sociale répartis par lieu de travail: données au 30 juin 2007 Statistique décentralisée (postes de travail) office national de

Plus en détail

u i o i é a é i u o i o a u é a i o é u

u i o i é a é i u o i o a u é a i o é u Lecture orale fiche 1. a é i u o é a i u o u i o i é a é i u o i o a u é a i o é u Lecture orale fiche 2. fa fi fu fo fé fi fu fé fa fo fa fo fu fé fi Lecture orale fiche 3. sa su si so sé si sé su sa

Plus en détail

L é tude des indi ca teurs de la stra tégie Europe 2020 et

L é tude des indi ca teurs de la stra tégie Europe 2020 et L é tude des indi ca teurs de la stra tégie 2020 et une ana lyse rétros pec tive des indi ca teurs de la stra tégie de Lis bonne en Nord-Pas-de-Calais don nent une image de la région tou jours défa vo

Plus en détail

Conseil de Développement Observatoire Economique et Social

Conseil de Développement Observatoire Economique et Social Conseil de Développement Observatoire Economique et Social Le diagnostic : méthode et contenu Diagnostic partagé réalisé annuellement depuis 8 ans par un groupe technique composé d une douzaine de structures

Plus en détail

el meg ICT Mon ta ge Fran çais

el meg ICT Mon ta ge Fran çais el meg ICT Mon ta ge Fran çais Déclaration de conformité et marque CE Ce dis po si tif ré pond aux exi gen ces de la directive R&TTE 999/5/CE:»Di rec ti ve 999/5/CE du Par le ment Eu ro péen et du Con

Plus en détail

NATHALIE Ï Ï. La la la la la la la la la la la la Ï Ï. La la la la la la la la la la la la. la la la la la la la la la la la la

NATHALIE Ï Ï. La la la la la la la la la la la la Ï Ï. La la la la la la la la la la la la. la la la la la la la la la la la la Paroles : Pierre Denoe Musique : Gilbert Bécaud Harmonisation : D. Vadot Sopranes Altos NATHALIE cî J JÎ Jä Î J JÎ Jä Î jjî jä Î jjî jä cî jjî jä Î jjî jä Î jjî jä Î jjî jä La Ténors bcî jjî jä Î jjî jä

Plus en détail

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T

Plus en détail

a l e i y m u r o f n v w s j z ou ch oi eu ph gn eau/au on in un en/an oin ain ein ien ill Une lettre qui donne un son que je peux chanter longtemps

a l e i y m u r o f n v w s j z ou ch oi eu ph gn eau/au on in un en/an oin ain ein ien ill Une lettre qui donne un son que je peux chanter longtemps Une lettre qui donne un son que je peux chanter longtemps a l e i y m u r o f n v w s j z Une lettre qui donne un son bref (en valeur de base) d t b p c k q g 2-3 lettres qui donnent ensemble toujours

Plus en détail

PROTECTION DE LA SANTÉ ET DROIT DE L ENVIRONNEMENT

PROTECTION DE LA SANTÉ ET DROIT DE L ENVIRONNEMENT PROTECTION DE LA SANTÉ ET DROIT DE L ENVIRONNEMENT Jacqueline MORAND-DEVILLER * SOMMAIRE: I. Intro duc tion. II. Le droit «à» un en vi ron ne ment sain. III. Le droit «de» l en vi ron ne ment sain. I.

Plus en détail

Déduction pour investissement

Déduction pour investissement L UNION FAIT LA FORCE - EENDRACHT MAAKT MACHT Service Public Fédéral FINANCES Déduction pour investissement - 2011 - Contenu 1. Qui peut bénéfi cier de la déduction? 2. Pour quels investissements? 3. Quelles

Plus en détail

Quel est le poids de l automobile dans l économie?

Quel est le poids de l automobile dans l économie? 14 avril 29 - N 176 Quel est le poids de l automobile dans l économie? L industrie automobile mondiale connaît une crise historique et, après en avoir décrit les symptômes, nous nous attachons à en souligner

Plus en détail

Que Freud me pardonne, récit autobiographique, Jacques Voyer, Libre Expression 2002, 174 p.

Que Freud me pardonne, récit autobiographique, Jacques Voyer, Libre Expression 2002, 174 p. Compte rendu Ouvrage recensé : Que Freud me pardonne, récit autobiographique, Jacques Voyer, Libre Expression 2002, 174 p. par Hubert Wallot Santé mentale au Québec, vol. 27, n 2, 2002, p. 302-306. Pour

Plus en détail

Avertissement. Signes conventionnels utilisés

Avertissement. Signes conventionnels utilisés Avertissement Sauf mention contraire, les données «France» concernent la France métropolitaine et les Départements d outre-mer hors Mayotte. Les sites internet www.insee.fr et http://epp.eurostat.ec.europa.eu

Plus en détail

L ACTIVITÉ DE LA CONSTRUCTION

L ACTIVITÉ DE LA CONSTRUCTION L ACTIVITÉ DE LA CONSTRUCTION LA CONJONCTURE DU BÂTIMENT Activité en baisse en 2003, vive reprise fin 2003 et début 2004 Activité prévue Activité passée Enquête INSEE : l opinion des chefs d entreprise

Plus en détail

elmeg CS290 elmeg CS290-U elmeg IP-S290 elmeg IP-S290plus Notice d'utilisation Français

elmeg CS290 elmeg CS290-U elmeg IP-S290 elmeg IP-S290plus Notice d'utilisation Français elmeg CS290 elmeg CS290-U elmeg IP-S290 elmeg IP-S290plus Notice d'utilisation Français Déclaration de conformité et marque CE Cet ap pa reil ré pond aux exi gen ces de la di rec ti ve R&TTE 1999/5/EG:»Di

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en novembre 2012 : +0,2% sur un mois, -2,2% en moyenne mobile sur trois mois 2. Marché du logement en novembre

Plus en détail

Engagements routiers des Conseils généraux

Engagements routiers des Conseils généraux Engagements routiers des Conseils généraux Octobre 2000 PREFACE Lancée par l'assemblée des Départements de France (ADF) en liaison avec l'union des Syndicats des Industries Routières de France (USIRF),

Plus en détail

Les. Techniques. immobilières. en 40 fiches. Pra tiques Appli ca tions cor ri gées. 2 e édition. Serge Bettini Sophie Bettini

Les. Techniques. immobilières. en 40 fiches. Pra tiques Appli ca tions cor ri gées. 2 e édition. Serge Bettini Sophie Bettini Les Techniques immobilières en 40 fiches Pra tiques Appli ca tions cor ri gées 2 e édition Serge Bettini Sophie Bettini Des mêmes auteurs Acheter, vendre, louer, éditions Chiron, 2012/2013 Droit de l immobilier,

Plus en détail

Les Nouveaux Constructeurs - Rapport d'activité 2010

Les Nouveaux Constructeurs - Rapport d'activité 2010 COMMUNIQUE DE PRESSE - DIFFUSION IMMEDIATE Les Nouveaux Constructeurs - Rapport d'activité 2010 Chiffre d affaires 2010 : 540 m - Réduction de l'activité en immobilier d'entreprise Hausse du carnet de

Plus en détail

ÉCOLE UN DÉBAT DE TAILLE

ÉCOLE UN DÉBAT DE TAILLE ÉCOLE UN DÉBAT DE TAILLE 12 élèves par classe en CP et en CE1 dans les zones d édu ca tion prio ri taire : cette pro - messe du can di dat Ma cron va voir ses pre mières ap pli ca tions lun di 4 sep tembre,

Plus en détail

INTRODUCTION 1. Les modèles linéaires à équations simultanées 2. L analyse des données de panel

INTRODUCTION 1. Les modèles linéaires à équations simultanées 2. L analyse des données de panel INTRODUCTION Complément a u x c ou r s d éc onométr i e s u r le modè le li néa i r e et s on es ti ma ti on D eu x pa r ti es : 1. Les modèles linéaires à équations simultanées : définition des notions

Plus en détail

Rapport sur l entente de principe FTQ. Convenue à la 62 e rencontre

Rapport sur l entente de principe FTQ. Convenue à la 62 e rencontre Rapport sur l entente de principe FTQ Convenue à la 62 e rencontre Conseil général CPAS, décembre 2015 Durée: CONGÉ CFTÉ-ÉS AVEC ÉTALEMENT DU SALAIRE D u e à uat e se ai es Étalement : De six ou 12 mois

Plus en détail

Informations Rapides Réunion

Informations Rapides Réunion Informations Rapides Réunion N 7 - Décembre 0 Analyse Résultats comptables des entreprises réunionnaises en 00 Les entreprises marchandes dégagent 6 milliards d euros de valeur ajoutée La valeur ajoutée

Plus en détail

ÉVALUATION DU PLAN D ACTION POUR L AMÉLIORATION DU FRANÇAIS. Le rapport à la lecture et à l écriture à l école (2010) Rapport d évaluation abrégé

ÉVALUATION DU PLAN D ACTION POUR L AMÉLIORATION DU FRANÇAIS. Le rapport à la lecture et à l écriture à l école (2010) Rapport d évaluation abrégé ÉVALUATION DU PLAN D ACTION POUR L AMÉLIORATION DU FRANÇAIS Le rapport à la lecture et à l écriture à l école () Rapport d évaluation abrégé Responsable de l éva lua tion Valérie Saysset Direction de la

Plus en détail