THÈSE. DOCTEUR Spécialité : Sciences de l ingénieur Mention : AUTOMATIQUE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "THÈSE. DOCTEUR Spécialité : Sciences de l ingénieur Mention : AUTOMATIQUE"

Transcription

1 THÈSE Présenée à L Universié Paul Verlaine - Mez UFR Mahémaiques, Informaique, Mécanique Pour obenir le ire de DOCTEUR Spécialié : Sciences de l ingénieur Menion : AUTOMATIQUE Par Mohammed DAHANE Tire de la hèse : Couplage de la gesion de la mainenance e la gesion de la producion sous conraine de sous-raiance Souenue le 9 Novembre 007, devan le jury composé de : Rapporeurs : Jean-Pierre CAMPAGNE Noureddine ZERHOUNI Examinaeurs : Daniel NOYES Anis CHELBI Direceur de hèse : Nidhal REZG Co-encadran : Chrisian CLEMENTZ Professeur à l INSA de Lyon. Professeur à l'ensmm, Besançon. Professeur à École Naionale d Ingénieurs de Tarbes. Maîre de conférence (HDR) à l École Supérieure des Sciences e Techniques de Tunis. Professeur à l Universié Paul Verlaine de Mez. Professeur Agrégé Doceur. École Naionale d Ingénieurs de Mez

2 AVERTISSEMENT Cee hèse es le frui d'un long ravail approuvé par le jury de souenance e disponible à l'ensemble de la communaué universiaire élargie. Elle es soumise à la propriéé inellecuelle de l'aueur au même ire que sa version papier. Ceci implique une obligaion de ciaion, de référencemen dans la rédacion de ous vos documens. D'aure par, oues conrefaçons, plagias, reproducions illicies enraînen une poursuie pénale. Enfin, l'auorisaon de diffusion a éé accordée jusqu' à nouvel ordre. Conac SCD Mez : Ecrire au docoran: Code de la Proriéé Inellecuelle. aricles L. 4 Code de la Proriéé Inellecuelle. aricles L L hp:// hp://

3

4

5

6 À mes rès chers parens Merci pour vore souien e ou l amour que vous m avez donné, J ai un grand honneur e une grande chance d avoir des parens comme vous Merci d avoir cru en moi e de m avoir poussé à rêver e à aeindre mes rêves, sans vos sacrifices aucun de ces rêves n aurai éé réalié Je vous aime. À ma grande famille. À la mémoire de mes grands-parens e ma sœur Saliha.

7

8 Remerciemens Le ravail présené dans ce mémoire a éé effecué dans l'équipe Sysèmes de Producion (SdP) au sein du Laboraoire de Génie Indusriel e Producion Mécanique (LGIPM), e le proje COSTEAM de l INRIA Nancy Grand Es, don je iens à exprimer mes remerciemens les plus sincères à leur direceur M. Nidhal REZG. Ma reconnaissance la plus profonde e ma graiude la plus sincère à mon Direceur de hèse Monsieur Nidhal REZG, Professeur à l Universié Paul Verlaine - Mez, pour m avoir encadré e encouragé duran rois années e sa paience de suivre avec aenion les ravaux de cee hèse jusqu à son abouissemen. Je le remercie aussi pour sa confiance, ses conseils e ou le emps qu il m a consacré. Mes remerciemens les plus sincères à mon co-encadreur, Monsieur Chrisian CLEMENTZ, Direceur des éudes de l École Naionale d Ingénieurs de Mez (ENIM) pour son souien, ses conseils e ses encouragemens ou au long de ma hèse ainsi que pour sa disponibilié e sa genillesse. Un grand merci pour vous, Nidhal e Chrisian, pour vore amiié. C éai un grand bonheur e un grand plaisir de ravailler avec vous. Mes remerciemens les plus vifs s adressen à ceux qui m on fai l honneur de faire parie du jury de ma hèse : Monsieur Jean-Pierre CAMPAGNE, Professeur à l INSA de Lyon, Monsieur Noureddine ZERHOUNI, Professeur à l'ensmm, Besançon, Monsieur Daniel NOYES Professeur à École Naionale d Ingénieurs de Tarbes e Monsieur Anis CHELBI, Maîre de conférence (HDR) à l École Supérieure des Sciences e Techniques de Tunis. Qu ils rouven ici oue ma reconnaissance pour avoir accepé d'examiner cee hèse e pour l'inérê qu'ils on poré à ce ravail. Je remercie ous les membres du laboraoire LGIPM. Je pense pariculièremen à Jérémie, Mehdi, Sofiène, Zied e Ali, pour leurs encouragemens e leur amiié. Je voudrais remercier e saluer la disponibilié e la genillesse de Mme Chrisel WIEMERT, Mme Chanal FOUSSE, Mme Viviane Ludmann, Mme Cloilde GUENOT ainsi que M. Jean Luc COYARD. Un merci pariculier pour mes chers amis Zerouk, M hamed, Samir e Smail pour leur présence, leur souien e leur fidélié. Je ne saurais assez remercier mes amis de oujours Farid, Rachid, Abdelkader, Mohamed(s), Laarbi e Maamar. Une pensée pariculière va à Faima, à qui j exprime ma profonde graiude. Tous mes remerciemens von à mes parens, mes sœurs : Faiha, Malika, Karima, Samira, Saliha e Faima-Zohra, mon pei frère Brahim, mes beaux-frères : Hamou, Abdel Kader, Maazouz, Hafid e Omar, mes adorables nièces e neveux, mes oncles e anes ainsi que oue la famille DAHANE e BEN AMARA, pour leur amour e leur souien incondiionnel duran les longues années de ma scolarié. Enfin, Un grand merci pour ous les "Safraouis", à mes amis de oujours e à ceux qui m'on aidé de prés ou de loin. Je pense à kada, Boukhil e à ous mes enseignans e insiueurs, je cie en pariculiers ma première insiurice Mme Amina DIDOUH.

9

10 Table des maières Lise des figures Lise des ableaux V VII Inroducion Chapire I La sous-raiance e la mainenance inégrée : Éa de l ar 5 II.. Inroducion 6 II.. Le couplage de la mainenance e la producion 6 I... Travaux de Van der Duyn Schouen e Vannese 7 I... Travaux de Meller e Kim 7 I..3. Travaux de Srinivasan e Lee 7 I..4. Travaux de Ouali e al. 7 I..5. Travaux de Rezg e al. 8 I..6. Travaux de Chelbi e Ai-Kadi 8 I..7. Travaux de Chelbi e Rezg 9 I..8. Travaux Benbouzid-Siayeb e al. 9 II.3. Le concep de la sous-raiance indusrielle 9 I.3.. Définiions 9 I.3.. Moivaions de la sous-raiance 0 I.3.3. Diverses formes de la sous-raiance I.3.4. Avanages de la sous-raiance I.3.5. Inconvéniens de la sous-raiance 3 I.3.6. Quelques ravaux menés sur la sous-raiance 4 I Travaux de Morcos 4 I Travaux de Kimura 4 I Travaux de Berry 4 I Travaux de Van Mieghem 5 I Travaux de Grossman e al. 5 I Travaux de Amesse e al. 6 I Travaux de Cagliano e Spina 6 II.4. Problémaique de la mainenance inégrée dans un conexe de sous-raiance 7 I.4.. Moivaion de cee éude 7 I.4.. Problémaique indusrielle 7

11 Tables des maières I.4.. Le ranspor par oléoducs 8 I.4.. La mainenance des oléoducs 9 I.4.3. Problème posé par cee hèse 0 I.4.4. Travaux de Dellagi e al. I.4.5. Posiionnemen par rappor aux ravaux de Dellagi II.5. Conclusion Chapire II Couplage de la mainenance e de la producion sous la conraine de sous-raiance 3 II.. Inroducion 4 II.. Éude de la renabilié d une poliique : Cas d une machine 4 II... Poliique de commande 5 II... Poliique de mainenance 5 II..3. L appor de la Poliique de Mainenance Inégrée par rappor à une Poliique de Mainenance Simple SMP 6 II..3.. La Poliique de Mainenance Simple SMP 6 II..3.. La Poliique de Mainenance Inégrée 9 II..4. Différence enre une poliique A e une poliique B 30 II..4.. La Poliique de Mainenance Inégrée selon le ype bloc B 3 II..4.. La Poliique de Mainenance Inégrée selon le ype âge A 3 II Performances de la poliique A par rappor à la poliique B 34 II.3. Éude de la renabilié de la conraine de la sous-raiance sous une poliique 34 II.3.. La Poliique TS 35 II.3... Définiion de la poliique TS 35 II.3... Poliique de commande de TS 35 II Poliique de mainenance de TS 35 II.3.. La Poliique WS 35 II.3... Définiion de la poliique WS 35 II.3... Poliique de commande WS 35 II Poliique de mainenance de WS 36 II Poliique d affecaion à la sous-raiance 36 II.3.3. Comparaison des poliiques TS e WS 37 II.4. Éude de la renabilié d une poliique : Cas de deux machines avec prise en compe de la sous-raiance 47 II.4.. Poliique de commande 47 II.4.. Poliique de mainenance 49 II.4.3. Poliique d affecaion à la sous-raiance 50 II.4.4. Problémaique à résoudre 5 II.4.5. Poliique de Mainenance Simple (SMP) 5 II Définiion de la poliique SMP 5 II Opimisaion avec la poliique SMP 5 II Résulas de la poliique SMP 53 II.4.6. Poliique de Mainenance Inégrée () 53 II Définiion de la poliique 53 II Opimisaion avec la poliique 54 II Résula de la poliique 55 II.4.7. Éude des performances de par rappor à SMP 55 II.5. Conclusion 56 II

12 Tables des maières Chapire III Éude de l'aspec emporel de la conraine de sous-raiance dans un conexe d une poliique de mainenance inégrée 57 III.. Inroducion 58 III.. Poliique d affecaion à la TST de la poliique 58 III.3. Poliique de commande de la poliique 59 III.4. Poliique de mainenance 60 III.5. Impac du placemen de la TST 60 III.6. Impac du reard de la sous-raiance 77 III.7. Impac du prolongemen de la durée de la TST 79 III.8. Conclusion 83 Chapire IV Analyse de la mainenance e de la producion sous la conraine de sous-raiance 85 IV.. Inroducion 86 IV.. La Poliique Adapée de Mainenance Inégrée (A) 86 IV... Définiion 86 IV... Poliique de commande 87 IV..3. Poliique d affecaion à la sous-raiance 87 IV..4. Poliique de mainenance 88 IV..5. Équaion du coû de la poliique A 88 IV..5.. Expression du coû de sockage 88 IV..5.. Expression du coû de pénurie 89 IV Expression du coû de mainenance 90 IV Équaion du coû oal moyen par cycle 90 IV Opimisaion 9 IV Exemple numérique 9 IV.3. La Poliique Généralisée de Mainenance Inégrée (G) 9 IV.3.. Définiion 9 IV.3.. Poliique de commande 93 IV.3.3. Poliique d affecaion à la sous-raiance 94 IV.3.4. Poliique de mainenance 94 IV.3.5. Équaion du coû de la poliique G 95 IV Expression du coû de sockage 95 IV Expression du coû de pénurie 05 IV Expression du coû de mainenance 05 IV Expression du coû oal moyen par cycle 06 IV Opimisaion 06 IV Exemple numérique 08 IV.4. La Poliique de Mainenance Inégrée Relaxée ( R ) 09 IV.4.. Définiion 09 IV.4.. Poliique de commande 09 IV.4.3. Poliique d affecaion à la sous-raiance IV.4.4. Poliique de mainenance IV.4.5. Modèle de simulaion IV Algorihme de simulaion IV Analyse de la variance 3 IV Opimisaion 4 IV.5. Conclusion 5 III

13 Tables des maières Chapire V Éude quaniaive de la conraine de sous-raiance 7 V.. Inroducion 8 V.. Problémaique 8 V... Poliique globale d affecaion aux âches de sous-raiance 8 V... Poliique globale de commande 9 V..3. Poliique globale de mainenance 0 V..4. Approche de simulaion V..5. Paramères de simulaion V.3. Poliique de Producion e de Mainenance à Sous-raiance Simple (PPMSS) V.3.. Poliique d affecaion à la sous-raiance V.3.. Poliique de commande V.3.3. Opimisaion avec la poliique PPMSS 3 V.4. Poliique de Producion e de Mainenance à Sous-raiance Muliple (PPMSM) 5 V.4.. Poliique d affecaion à la sous-raiance 5 V.4.. Poliique de commande 5 V.4.3. Opimisaion avec la poliique PPMSM 6 V.5. Poliique de Producion e de Mainenance à Sous-raiance Inflexible (PPMSI) 7 V.5.. Poliique d affecaion à la sous-raiance 7 V.5.. Poliique de mainenance 8 V.5.3. Poliique de commande 9 V.5.4. Opimisaion avec la poliique PPMSI 30 V.6. Inerpréaions des résulas 3 V.7. Conclusion 3 Conclusion 33 Annexe Références bibliographiques IV

14 Lise des figures Figure I.. Évoluion du onnage annuel e celle du onnage pondéré en France 8 Figure II.. Évoluion du niveau du sock pendan un cycle de la poliique 5 Figure II.. Éude de la conraine de sous-raiance : composans du sysème 35 Figure II.3. Évoluion du niveau du sock pendan un cycle de mainenance de WS e sa différence avec la poliique TS 36 Figure II.4. Évoluion du niveau du sock pendan l inervalle 38 Figure II.5. Évoluion du niveau du sock pendan l inervalle 39 Figure II.6. Évoluion du niveau du sock pendan l inervalle 3 40 Figure II.7. Évoluion du niveau du sock pendan l inervalle 4 4 Figure II.8. Évoluion du niveau du sock pendan l inervalle 5 44 Figure II.9. Couplage de la mainenance e la producion : composans du sysème 47 Figure II.0. Évoluion du niveau du sock 48 Figure II.. Mainenance prévenive pendan la sous-raiance (cas ) 49 Figure II.. Mainenance prévenive pendan la sous-raiance (cas ) 49 Figure II.3. Poliique d affecaion à la sous-raiance 50 Figure III.. Évoluion du niveau du sock pendan un cycle de la poliique 59 Figure III.. Différence de débu de réalisaion de la TST selon le cas 64 Figure III.3. Différence de débu de réalisaion de la TST selon le cas 7 Figure III.4. Impac du prolongemen de la durée de la TST sur l évoluion du niveau du sock 8 Figure IV.. Évoluion du niveau du sock pendan un cycle avec la poliique A 87 Figure IV.. Évoluion du niveau du sock pendan un cycle avec la poliique G 94 Figure VI.3. Évoluion du niveau du sock duran une période de producion à la demande 96 Figure IV.4. Évoluion du niveau du sock duran la phase II 97 Figure IV.5. Évoluion du niveau du sock duran deux périodes de producion à la demande 98 Figure IV.6. Durée d une période de producion à la demande séparan deux TST 98 Figure IV.7. Évoluion du sock duran la dernière période de producion à la demande 0 Figure IV.8. Évoluion du sock duran une TST 0 Figure IV.9. Évoluion du sock duran la période de mainenance prévenive 04 Figure IV.0. Évoluion du niveau du sock pendan un cycle de la poliique R 0 Figure IV.. Cas : Comporemen du niveau du sock pendan la phase I 0

15 Lise des figures Figure IV.. Cas : Comporemen du niveau du sock pendan la phase I Figure IV.3. Découpage du emps, e les éas de la machine M pendan un cycle Figure IV.4. Éape du foncionnemen de la machine M pendan un cycle 3 Figure V.. L évoluion du niveau du sock pendan la phase I 9 Figure V.. L évoluion du niveau du sock pendan une TST 0 Figure V.3. L évoluion du niveau du sock pendan hors sous-raiance 0 Figure V.4. Évoluion de niveau du sock pour la PPMSS Figure V.5. Évoluion de niveau du sock pour la PPMSM 5 Figure V.6. Récupéraion des TST perdues dans la poliique PPMSI 8 Figure V.7. Récupéraion d une TST sans repor de mainenance prévenive 8 Figure V.8. Récupéraion d une TST avec repor de mainenance prévenive 9 Figure V.9. Évoluion de niveau du sock pour la PPMSI 30 VI

16 Lise des ableaux Tableau I.. Coû de ranspor de produis péroliers avec divers moyens 9 Tableau II.. Srucure des coûs 6 Tableau II.. Correspondance enre les niveaux réels e ceux du plan d expériences 3 B Tableau II.3. Analyse de variance de C IM P 3 Tableau II.4. Correspondance enre les niveaux réels e ceux du plan d expériences 3 A Tableau II.5. Analyse de variance de C IM P 33 Tableau II.6. Caracérisiques des machines 5 Tableau II.7. Srucure des coûs 5 Tableau II.8. Correspondance enre les niveaux réels e ceux du plan d expériences 5 Tableau II.9. Analyse de variance de L 5 Tableau II.0. Valeurs de α * e h * e leurs correspondances L 53 Tableau II.. Correspondance enre les niveaux réels e ceux du plan d expérience 54 Tableau II.. Analyse de variance de L 54 Tableau II.3. Performances de PMI par rappor à SMP 55 Tableau IV.. Srucure des coûs 9 Tableau IV.. Évoluion du coû moyen par cycle e les valeurs opimales de T e h par rappor au nombre de TST par cycle 08 Tableau IV.3. Correspondance enre les niveaux réels e ceux du plan d expériences 4 Tableau IV.4. Analyse de variance. 4 Tableau V.. Caracérisiques du sysème Tableau V.. Correspondance enre les niveaux réels e ceux du plan d expériences 3 Tableau V.3. T Analyse de variance de C 4 Tableau V.4. Correspondance enre les niveaux réels e ceux du plan d expériences 6 Tableau V.5. T Analyse de variance de C 6 Tableau V.6. Correspondance enre les niveaux réels e ceux du plan d expériences 30 Tableau V.7. T Analyse de variance de C 3 3 Tableau V.8. Récapiulaif des résulas 3 VII

17 Lise des ableaux VIII

18 Inroducion Si selon M. Goldra, l excellence en producion es le bu à aeindre ; elle consiue désormais une vraie obligaion pour résiser aux différenes conraines e exigences du monde économique acuel, caracérisé par une compéiion exacerbée, sans limies, ni fronières. Dans ce cadre, diverses echniques e procédés on vu le jour pour guider les décideurs e managers du seceur économique e indusriel afin de prendre les meilleures décisions capables de garanir la pérennié e la sabilié de leurs enreprises, el que le juse-à-emps, qui consise en une méhode d organisaion des sysèmes de producion dans le bu de minimiser les socks. Parmi les echniques émergenes on peu cier aussi la philosophie du «lean manufacuring» qui consise à éliminer les gaspillages sur oues les phases du sysème de producion, classés dans sep familles : la surproducion, le sock, les délais d aene, le ranspor, les processus, les mouvemens, e les aux de rebu. Dans cee perspecive de perfecionnemen, l amélioraion de la gesion des aciviés de la mainenance s impose comme un choix sraégique nécessaire pour garanir le seuil désiré de disponibilié du sysème de producion. Chaque insan où la machine ou le sysème es en panne consiue un risque majeur d insaisfacion des cliens, pouvan générer des reards de livraison ou dans le cas exrême la pere définiive de la demande des cliens, ce qui peu affecer les profis e surou l image e la crédibilié de l enreprise vis-à-vis ses cliens e de ses acionnaires. En conséquence, une coordinaion enre les sraégies de la mainenance e celles de la producion devien primordiale pour avoir une vue globale sur oue la chaîne de producion, assuran ainsi, un raiemen comple de la demande des cliens e une prise en compe efficace e réacive de ou problème ou imprévu. Cee coordinaion enre la mainenance e la producion es connue sous forme d une approche die de mainenance inégrée, faisan le couplage enre la gesion de la mainenance e la gesion de la producion. Cependan, en parallèle des echniques e des amélioraions inernes que l enreprise peu adoper concernan la producion e la mainenance afin d améliorer ses comporemens e sa gesion, la coopéraion avec des aceurs exernes devien une praique de plus en plus répandue pour faire face aux défis grandissans de la mondialisaion, qui a accenué la concurrence inernaionale e a provoqué de grands bouleversemens e changemens de méhodes e de procédés de producion, poussan les enreprises à faire baisser leurs coûs de producion pour reser aracives e Eliyahu Goldra, Conseiller en managemen de renommée inernaionale, créaeur de la héorie de conraines. Voir : Le bu. Eliyahu M. Goldra & Jeff COX. Édiions Eyrolles. 986.

19 Inroducion compéiives. Mais cee coopéraion n es pas oujours basée sur un crière de coûs de producion. Dans cerain cas, elle consiue une alernaive inéressane pour combler des manques inernes de echnologie ou de compéences requises pour assurer la producion e la qualié nécessaires. Dans cee perspecive, la sous-raiance indusrielle représene un moyen inéressan de coopéraion inerenreprises capable d assurer des rappors gagnans gagnans enre des enreprises sous-raianes e des enreprises donneurs d ordres. Dans ce cadre, on cherche à ravers cee hèse à éudier e à proposer des poliiques de mainenance inégrées pour des enreprises presaaires de sous-raiance. De elles enreprises aspiren à opimiser l exploiaion de leurs moyens e leurs compéences pour maximiser leurs profis. Cee opimisaion suppose qu en plus des relaions habiuelles avec ses principaux cliens, l enreprise sera sous conraine de sous-raiance. L objecif de la recherche menée dans cee hèse es de rouver un compromis enre la gesion de la mainenance e la gesion de la producion d une par, e d aure par, les services de sous-raiance proposés par l enreprise, garanissan d abord la sabilié inerne de l enreprise e l évoluion de ses profis. Ce compromis doi garanir aussi la qualié e la pérennié des relaions de l enreprise avec ses cliens radiionnels, ainsi que les inérês des enreprises donneurs d ordres de sous-raiance parenaires de l enreprise. Cee hèse a éé inspirée d un problème réel renconré dans le domaine de ranspor des produis péroliers. Il s agi d une compagnie propriéaire d une insallaion complèe de ranspor de plusieurs produis péroliers. Cee insallaion comprend esseniellemen des oléoducs pour acheminer du pérole bru ou ses dérivées avec un cerain débi de pompage vers des réservoirs à parir desquels les cliens de la compagnie son desservis. Pour des raisons commerciales e économiques visan à opimiser l uilisaion des oléoducs e ainsi, maximiser les profis de la compagnie, mais aussi pour des raisons echniques qui imposen une uilisaion permanene des oléoducs, la compagnie a pris une décision sraégique de devenir presaaire de services de sous-raiance en allouan ses oléoducs pour d aures compagnies de ranspor des produis péroliers. Une elle décision exige un effor supplémenaire dans la gesion inerne de la compagnie pour pouvoir inégrer l acivié de sous-raiance sans que cela n affece la sabilié des relaions de la compagnie avec ses cliens direcs. Cee inégraion passe d abord par la recherche des meilleures poliiques de gesion de la mainenance e de la producion assuran la coninuié de l alimenaion des réservoirs de la compagnie pour saisfaire ses principaux cliens. Dans cee perspecive, nore ravail propose une éude de la problémaique de l allocaion de l oléoduc à la sous-raiance sous forme d un sysème de producion composé d une machine foncionnan à une ceraine cadence pour saisfaire une demande clien via un sock. Cee machine es allouée pour réaliser des âches de sous-raiance suivan un conra bien éabli avec le donneur d ordres, sipulan les fréquences e les durées de la sous-raiance. Le problème à résoudre consise à déerminer les meilleures poliiques de mainenance, couplées à des sraégies de producion sous une conraine de sous-raiance. Des poliiques de mainenance inégrées on éé développées e comparées. Leurs efficaciés e appors en ermes de gain en coûs on éé démonrés. Dans ce cadre un cerain nombre de héorèmes e de lemmes on éé proposés e jusifiés prouvan les gains engendrés. Ce mémoire sera organisé comme sui : Lors du premier chapire, nous présenons l approche de couplage de la gesion de la mainenance e la gesion de la producion. Dans ce conexe, nous présenerons différens ravaux e éudes basés sur cee approche. Dans ce chapire nous présenerons aussi le concep de la sous-raiance indusrielle, en rappelan diverses définiions e moivaions de la sous-raiance vues par différens chercheurs de la communaué scienifique. Dans le même espri, nous présenerons les différens avanages e inconvéniens de cee praique pour ces différenes paries. Dans la dernière parie de ce premier chapire nous présenerons la problémaique indusrielle source de cee éude ainsi que la ransposiion en problémaique similaire en sysème de producion.

20 Inroducion Le deuxième chapire de cee hèse sera consacré d abord à démonrer l uilié de l approche de mainenance inégrée faisan le couplage enre la mainenance e la commande dans le cas d un sysème de producion composé d une seule machine. Ensuie, dans une deuxième parie, nous monrerons les condiions sous lesquelles la sous-raiance sera renable pour les sysèmes de producions presaaires de services de sous-raiance. Dans la dernière parie de ce chapire nous éudierons l approche de mainenance inégrée sous conraine de sous-raiance dans le cas d un sysème composé de deux machines. Le roisième chapire de ce mémoire sera dédié à l éude de l aspec emporel de la conraine de sousraiance dans un conexe de mainenance inégrée, dans l objecif de déerminer l impac du placemen de la âche de sous-raiance dans un cycle de mainenance avec un crière de coû à opimiser. En se basan sur les résulas obenus, nous déerminerons ensuie la meilleure dae pour exécuer une âche de sous-raiance. Cela nous conduira à déerminer les impacs économiques d un reard inaendu du débu de réalisaion de la âche de sous-raiance, ou un prolongemen imprévu de sa durée de réalisaion. À ravers le quarième chapire, nous coninuons l éude de l approche de la mainenance inégrée en relaxan à chaque fois une des hypohèses posées dans le premier chapire, concernan la dae de débu de la âche de sous-raiance, le nombre de âches de sous-raiance pendan un cycle e l hypohèse que la probabilié que la machine ombe en panne pendan la phase de consrucion du sock soi négligeable. Enfin, le cinquième chapire de ce mémoire sera consacré à éudier la conraine de la sous-raiance de poin de vue quaniaif e cela en éudian différenes sraégies pour allouer la machine à la sousraiance basées sur deux principes différens : d abord, un principe de pere des âches non accomplies à emps à cause des pannes de la machine, ce qui engendre des coûs de pere de sousraiance. Ensuie, un deuxième principe basé sur une logique de récupéraion des âches de sousraiance non réalisées à cause des pannes de la machine. Dans ce cas, le cycle peu êre rallongé pour pouvoir réaliser oues les âches récupérées. 3

21 Inroducion 4

22 Chapire I La sous-raiance e la mainenance inégrée : Éa de l ar D ans le premier chapire de nore hèse nous présenons le concep de mainenance inégrée dans un conexe de sous-raiance. Dans un premier emps nous rapporons le principe du couplage de la gesion de la mainenance e de la gesion de la producion ainsi que les ravaux les plus marqués de la liéraure raian cee problémaique. Par la suie, nous présenons le concep de la sous-raiance indusrielle en exploran les diverses définiions de la sous-raiance dans la liéraure, ainsi que les différenes moivaions qui poussen les enreprises à avoir recours à la sous-raiance. Ces moivaions on fai émerger deux principaux ypes de sous-raiance : la sous-raiance de spécialié e la sous-raiance de capacié. Ce qui nous a condui à illusrer les avanages qui peuven êre irés de la sous-raiance du côé du donneur d ordres e du côé du sous-raian mais aussi les inconvéniens qui peuven résuler de son adopion. Dans cee parie nos présenons quelques ravaux raian de la sous-raiance dans divers domaines. La roisième parie de ce chapire es consacrée aux problémaiques de mainenance inégrée dans un conexe de sous-raiance e consiue le cadre d éude de cee hèse ainsi que les moivaions qui nous on poussé à enamer cee éude e la problémaique indusrielle qui nous a inspiré.

23 Chapire I I.. Inroducion Dans un monde indusriel de plus en plus complexe e en perpéuel changemen, les relaions inerenreprises on connu beaucoup d amélioraions vers plus de rapprochemen e plus de coopéraion. Dans ce conexe, de plus en plus d enreprises on recours à la sous-raiance indusrielle qui es devenue une praique rès répandue pour faire face à la concurrence [Amesse, 00], [Andersen, 999], [Lehinen, 999], mais aussi pour remédier au manque d efficacié echnologique ou à l incapacié de producion avec les crières e les paramères demandés. Ce recours à la sousraiance peu êre jusifiés aussi par la voloné de l enreprise à se concenrer sur une acivié noyau e d exernaliser les aures aciviés sous forme de conras avec des enreprises presaaires de services de sous-raiance [Andersen, 999]. De nombreuses éudes raien la sous-raiance dans différens domaines, els que l aéronauique [Amesse, 00], l indusrie [Lehinen, 999], [Cagliano, 00] e [Berrand, 00], la consrucion [Tserng, 00], le commerce e les chaînes logisique [Andersen, 999], [Andersen, 000], la gesion de projes [Guierrez, 000]. Dans ce chapire, nous présenerons le problème de la sous-raiance vue du côé des enreprises presaaires de sous-raiance, dans un environnemen de couplage de la mainenance e de la producion. De nombreuses éudes on démonré l efficacié e la perinence d une approche inégrée de la mainenance e de la producion dans la gesion moderne des sysèmes indusriels. Parmi ces éudes, on noe celle de Buzaco [Buzaco, 967] qui a éudié l impac de l ajou d un sock inermédiaire sur la producivié d un sysème. Dans le même espri, Conway e al., [Conway, 988] on analysé par simulaion le nombre d uniés produies par un sysème relaivemen à la posiion du sock inermédiaire. Cheung e Hausmann [Cheung, 997] on proposé à ravers leur éude une opimisaion simulanée du sock sraégique e la poliique de mainenance du ype âge. Van der Dyun Schouen e Vannese [Van der Dyun Schouen, 995] on proposé une poliique de mainenance prévenive basée sur l âge de la machine e la capacié du sock séparan deux machines. Rezg e al. [Rezg, 004] on présené une opimisaion conjoine de la mainenance prévenive e de la gesion du sock pour une ligne de producion composée de plusieurs machines en série. [Kenné, 004] a éudié une opimisaion sochasique du problème de gesion de producion e de la mainenance correcive associée basée sur un modèle sochasique. Ils on proposé une méhode pour rouver l'âge opimal des acions de mainenance prévenive e les cadences de producion opimales pour un sysème composé de machines ideniques. Ce chapire es organisé comme sui : dans la prochaine secion nous présenerons l approche faisan le couplage enre la gesion de la mainenance e celle de la producion en cian quelques éudes basées sur cee approche. Ensuie, nous aborderons le concep de la sous-raiance, ses définiions, ses formes, ses avanages e ses inconvéniens. Nous présenerons aussi ceraines éudes raian la sousraiance dans différens domaines. La secion suivane sera consacrée à exposer le couplage de la mainenance e la producion dans le conexe de sous-raiance. Dans cee secion nous déaillerons les moivaions de nore éude ainsi que le problème posé par cee hèse e les méhodes que nous avons uilisées pour parvenir aux soluions proposées. I.. Le couplage de la mainenance e la producion L approche de mainenance inégrée, faisan le couplage enre la gesion de la mainenance e la gesion de la producion consise à avoir une vue globale e plus complèe de la chaîne de producion, en maîrisan à la fois les acions liées à la mainenance des composans mais aussi des aciviés de la producion e cela pour avoir un foncionnemen meilleur qui prend en compe à la fois le programme de la mainenance e la planificaion de la producion. 6

24 La sous-raiance e mainenance inégrée : Éa de l ar On rouve dans la liéraure de nombreuses éudes se basan sur cee approche, parmi lesquelles on peu cier : I... Travaux de Van der Duyn Schouen e Vannese [Van der Duyn Schouen, 995] Van der Duyn Schouen e Vannese considèren dans ce ravail une machine qui alimene un sysème de producion via un sock inermédiaire mis en place pour faire face aux périodes d indisponibilié de la producion. La machine fai l obje de programme de mainenance prévenive qui ne se base pas uniquemen sur l âge de la machine mais aussi sur l éa du sock. Ils on raié ce problème d inégraion de la mainenance e la producion pour analyser une classe de poliiques de commande en se basan sur la héorie de Markov. I... Travaux de Meller e Kim [Meller, 996] Dans ce ravail Meller e Kim considèren un sysème composé de deux machines en série, avec un sock inermédiaire. L objecif es de déerminer le niveau opimal du sock inermédiaire auquel l acion de mainenance prévenive sur la première machine es exécuée. Ils on supposé qu à long erme, les acions périodiques de mainenance prévenive diminueron les aux de défaillance de la première machine. Un modèle de coû du sysème es défini, incluan le coû des acions de mainenance prévenive e acions de réparaions des machines, ainsi que les coûs de sockage e coû de pénurie de sock. Ce modèle de coû dépend des valeurs des mesures qui son en foncion du niveau opimal du sock définissan la poliique de mainenance prévenive. Les aueurs se son basés sur une modélisaion Markovienne du processus aléaoire du comporemen du sysème. I..3. Travaux de Srinivasan e Lee [Srinivasan, 996] Les aueurs on considéré un sysème produisan des pièces pour saisfaire une demande suivan une loi de Poisson. Ce sysème de producion peu omber en panne pendan son foncionnemen avec un aux de défaillance croissan. Pour cela, des acions de mainenance prévenive son réalisées afin de resaurer le sysème dans son éa iniial. Ce ravail es basé sur la poliique de commande suivane : dès que le sock aein un cerain niveau S, une acion de mainenance prévenive es réalisée. Après cee acion de mainenance, le sysème de producion reprend son foncionnemen dès que le niveau du sock passe au-dessous d une ceraine valeur s e cela jusqu à ce qu il aeigne à nouveau le niveau S. Mais dans le cas où le sysème de producion ombe en panne avan d assurer le niveau S, il sera réparé d une façon minimale. Le coû oal es composé des coûs de mainenance prévenive, de réparaion, d insallaion, de sockage e de demande en aene. I..4. Travaux de Ouali e al. [Ouali, 00] Les ravaux de Ouali e al. reviennen à opimiser simulanémen les flux de la producion e de la mainenance prévenive. L approche développée perme de prendre en compe l ineracion enre la sraégie de la mainenance e de la poliique de commande. En effe les indicaeurs de performance du sysème son exploiés pour développer la sraégie de mainenance. Les indicaeurs uilisés son le niveau du sock e l âge du sysème de producion. La définiion de la sraégie de mainenance doi prendre en compe le calendrier de la producion ainsi que la disponibilié des ressources nécessaires à la réalisaion des acions de mainenance. Dans cee éude, le sysème de producion considéré es composé d une seule machine produisan un seul ype de produi afin de saisfaire une demande consane dans le emps. La machine possède une cadence de producion maximale supérieure à la demande. Ceci lui perme de consruire un sock de sécurié. Quand le niveau du sock de sécurié es aein la machine produi alors à la demande. Du poin de vue de la fiabilié, la machine es sujee à des pannes aléaoires qui nécessien l arrê immédia de la producion. D aure par, la machine es soumise à un programme de mainenance prévenive de ype âge. Pendan les périodes de mainenance prévenive ou correcive la demande es 7

25 Chapire I puisée dans le sock de sécurié. La non saisfacion de la demande suie à l épuisemen oal du sock de sécurié enraîne des pénuries. Dans un premier emps, Ouali e al. on éudié la sraégie de mainenance e la sraégie de producion d une façon indépendane. En effe, en premier lieu, ils on éabli un coû oal moyen par unié de emps des acions de mainenance. En opimisan ce coû, ils on déerminé l âge opimal de la mainenance prévenive minimisan le coû de mainenance. En second lieu, ils on éabli un coû oal moyen par unié de emps qui inègre les coûs d invenaire e des demandes perdues. Un niveau de sock de sécurié opimal a éé déerminé suie à la minimisaion de ce coû. Par la suie, ils on éabli un coû oal moyen par unié de emps inégran les coûs de mainenance, les coûs d invenaire e les coûs des demandes perdues. L expression analyique du coû es complexe. La minimisaion analyique du coû es difficile. Pour cela ils on opé pour la simulaion pour résoudre le problème. Ce qui a permis de déerminer conjoinemen l âge opimal de la mainenance prévenive e le niveau opimal du sock de sécurié à mainenir. Les comparaisons des coûs opimaux obenus enre les différenes poliiques de gesion de la mainenance e de la producion on monré l efficacié d une mainenance inégrée en ermes de gain. I..5. Travaux de Rezg e al. [Rezg, 004] Rezg e al. considèren le cas d une ligne de producion série composée de n machines avec un sock à la fin de la ligne où la demande es puisée à périodicié e quanié consanes. Les machines possèden des cadences de producion ideniques supérieures à la demande. Les machines produisen à leur cadence maximale pour consruire un sock de sécurié. Quand le niveau souhaié es aein, les machines produisen à la demande. Les pannes aléaoires des machines enraînen l inerrupion de la producion, ainsi la demande sera saisfaie à parir du sock de sécurié consrui. Dans le cas où le sock de sécurié es vide, les demandes son perdues e un coû de pénurie es engendré. Les machines son soumises à des acions de mainenance prévenive de ype âge. Les ravaux de Rezg e al. son menés en rois éapes. Dans la première éape, Rezg e al. se son inéressés uniquemen à la parie mainenance. En effe il on éabli un coû oal moyen par unié de emps sur un horizon fini qui inègre les acions de mainenance correcive e prévenive. Par une résoluion numérique, ils on minimisé la foncion coû pour obenir l âge opimal de la mainenance prévenive. Dans une deuxième éape, ils on éudié uniquemen l aspec producion. Ils on formulé un coû oal moyen par unié de emps inégran le coû des invenaires e des demandes perdues. Dans cee éape, ils on considéré ous les scénarios d évoluion du sock possibles. Le bu éai de déerminer un niveau de sock opimal qui minimise le coû éabli. Ils on éabli analyiquemen les condiions d exisence d une soluion opimale. A l aide d une résoluion numérique le niveau de sock opimal a éé obenu. Dans la roisième éape, ils on raié l aspec mainenance e producion d une façon simulanée. En effe, ils on éabli un coû oal moyen par unié de emps inégran la mainenance, l invenaire e les demandes perdues. Le modèle analyique obenu es assez complexe à résoudre. D aure par, afin de relaxer quelques hypohèses, ils on opé pour la simulaion pour résoudre le problème. Pour déerminer simulanémen l âge de la mainenance prévenive opimal e le niveau de sock opimal, ils on proposé une approche hybride basée sur l uilisaion de la simulaion e les algorihmes généiques pour déerminer le niveau de sock opimal e l âge de la mainenance prévenive opimal dans le cas d une seule machine. Enfin une comparaison enre les rois éapes a prouvé que l éude raian simulanémen la mainenance e la producion es plus performane que l éude raian chaque aspec à par. Ces ravaux on éé éendus à n machines. I..6. Travaux de Chelbi e Ai-Kadi [Chelbi, 004] Dans ce ravail, Chelbi e Ai-Kadi on considéré une unié de producion à l enrée d une chaîne de monage foncionnan avec un mode de producion juse à emps. Cee unié de producion peu omber en panne d une façon aléaoire, pour cela elle bénéficie d acions de mainenance correcive de durées aléaoires. En plus, elle fai l obje d acions de mainenance prévenive de ype bloc. Pour remédier aux périodes d indisponibilié de la machine causées par les pannes, un sock inermédiaire de capacié finie es mis en place. 8

26 La sous-raiance e mainenance inégrée : Éa de l ar La sraégie de commande suivie consise à produire avec la cadence maximale pendan une première phase duran laquelle l unié de producion es supposée neuve. Cee phase perme d assurer la capacié maximale du sock, capable de saisfaire la demande jusqu à la fin du cycle de mainenance prévenive. Ensuie, l unié de producion passe à une producion à la demande jusqu à la dae de mainenance prévenive. Le bu de ce ravail éai de déerminer analyiquemen la poliique opimale inégran la mainenance e la producion, une poliique qui déermine la capacié opimale du sock e l âge de mainenance prévenive opimale de l unié de producion, assuran un coû oal moyen minimal. I..7. Travaux de Chelbi e Rezg [Chelbi, 006] Ce ravail es basé sur un couplage de la commande e la mainenance pour déerminer le niveau opimal de sock e l âge opimal de mainenance prévenive d une unié de producion sujee à des acions de mainenance correcive suie aux pannes aléaoires e soumise à un programme de mainenance prévenive chaque âge T. Pour faire face à ces périodes de réparaion e de mainenance de l unié de producion, un sock ampon es mis en place afin de garanir la coninuié de la saisfacion de la demande. L objecif es de déerminer analyiquemen le niveau opimal du sock e l âge opimale de la mainenance prévenive de l unié de producion qui assuren un coû oal opimal, sous conraine d un niveau minimal de disponibilié exigé. I..8. Travaux Benbouzid-Siayeb e al. [Benbouzid, 05] Les ravaux de Benbouzid-Siayeb e al. poren sur le problème de la planificaion de la mainenance. Ils proposen quelques élémens de réponse au problème de la planificaion commune e inégrée des âches de mainenance e de producion. Dans cee éude ils prennen en considéraion le respec des conraines inrinsèques au problème. D une par Benbouzid-Siayeb e al. on démonré la nécessié de développer des heurisiques d ordonnancemen conjoin producion/mainenance pour aeindre l objecif d opimisaion de la sûreé de foncionnemen du sysème de producion. Ils on proposé l adapaion d un cerains nombre d heurisiques des approches consrucives, iéraives e évoluives pour le cas de l ordonnancemen conjoin producion/mainenance. D aure par, ils on éudié la conribuion de la mainenance à la robusesse de ces ordonnancemens conjoins. Le modèle proposé, a pour objecif d inscrire la généraion d ordonnancemens conjoins comme une démarche proacive, e de démonrer que l inégraion de la mainenance lors de la généraion des ordonnancemens de producion es à mere au profi de la robusesse de ces derniers. I.3. Le concep de la sous-raiance indusrielle I.3.. Définiions Dans [Van Mieghem, 999], la sous-raiance es définie comme l approvisionnemen des produis ou des services des sources exernes à l'organisaion. Le même concep peu êre rouvé dans [Andersen, 999], [Cagliano, 00] qui définissen la sous-raiance comme éan la livraison des marchandises ou des services, selon la concepion e les caracérisiques d une enreprise donneur d ordres. Selon [Grosmann, 005] la sous-raiance signifie plus que juse l'acha des maières premières e des marchandises inermédiaires. Elle consise à rouver un associé avec lequel l enreprise peu éablir un rappor bilaéral basé sur un cahier de charges précis de sore qu'il devienne capable de produire les marchandises ou les services adapés selon les besoins de l'enreprise. En effe, [Kimura, 00] remarque que la sous-raiance indusrielle n es pas oujours définie expliciemen dans la liéraure, néanmoins, il cie que dans sa plus large significaion, la sousraiance se rappore à l'acha d'une parie d'un produi ou d'un processus d'une enreprise différene. 9

27 Chapire I En se référan à d aure aueurs, els que [Kawasaki, 998], il défini la relaion de sous-raiance comme «une relaion conracuelle dans laquelle une grande sociéé demande à une peie sociéé de conduire un ravail commissionné (producion des pièces, des composans ou des produis finis) sous une posiion dominane.» Dans ces ravaux, Kimura signale qu il y a une sore de consensus général que la sous-raiance es un arrangemen à long erme. Une ransacion unique (one-sho) ne peu pas s'appeler un arrangemen de sous-raiance. En oure, on s'aend à ce que parfois cee relaion de sous-raiance inclue des arrangemens de parage de risques, un mécanisme de diffusion de echnologie. Cependan, l'arrangemen n'es pas nécessairemen exclusif ; un sous-raian peu avoir des cliens muliples. Selon la définiion de la Commission européenne e de l Associaion française de normalisaion, le preneur d ordres (le sous-raian) es enu de se conformer exacemen aux direcives ou spécificaions echniques arrêées par le donneur d ordres. Le donneur d ordres garde la responsabilié echnique, commerciale e juridique des produis e des composans. [SESSI, 006] Au Japon, le minisère du commerce inernaional e l'indusrie du gouvernemen du Japon, défini la sous-raiance comme sui : «arrangemen conracuel enre une enreprise e une enreprise «mère» ayan un capial plus imporan, ou un nombre d'employés plus grand. La première enreprise es chargée de fabriquer des produis, des pièces, des maériaux ou des composans uilisés comme enrées dans la producion de la sociéé mère, ou de produire ou réparer les équipemens, les ouils, que la sociéé mère emploie dans sa producion. Quand une sociéé achèe des pièces, composans e d'aures non adapées aux besoins du clien, par un canal habiuel de vene, il n'es pas considéré comme une sous-raiance. Dans la sous-raiance, une sociéé mère commande le ravail direcemen à un sous-raian avec des spécificaions de plan, de qualié, une concepion» [Kimura, 00] Dans [Morcos, 004] e [Amesse, 00], la sous-raiance es définie comme éan un rappor économique où une enié, appelée donneur d ouvrages, demande à une aure enié indépendane, le sous-raian (ou fournisseur), d enreprendre la producion ou la ransformaion d un maériel, d une composane, d une parie, d un sous-ensemble ou de fournir un service indusriel selon les caracérisiques définies par le donneur d ouvrages. À ravers ces définiions nous pouvons considérer la sous-raiance comme une relaion enre deux enreprises suivan laquelle une des enreprises appelée sous-raian (ou preneur d ordres) accompli des âches confiées par l aure enreprise die donneur d ordres (donneur d ouvrages) en respecan un cahier de charges précis, conenan les différenes spécificaions en maière de délais, qualié, quaniés, I.3.. Moivaions de la sous-raiance La sous-raiance a éé généralemen considérée comme une praique conduie e moivée par la réducion des coûs ou comme opion pour faire face aux flucuaions de capacié de producion ou au manque de compéences. Néanmoins, elle a éé idenifiée comme un composan sraégique e un faceur de changemen depuis les années 70. La complexié croissane des echnologies rend de plus en plus difficile pour qu'une enreprise simple maîrise oues les connaissances e le savoir faire exigés pour la fabricaion de ses produis, une siuaion qui conribue à accroîre le nombre de conras de sous-raiance, d'associaions e d'alliances echnologiques sraégiques [Amesse, 00]. Selon [Berry, 997] la logique économique ypique de la sous-raiance enre les grandes e peies enreprises se siue dans le fai que les grandes compagnies peuven accomplir ceraines âches mieux que les peies enreprises, mais d'aures âches moins bien, ce qui favorisen la créaion de relaions plus imporanes que le simple acha ou la vene des biens e des services. À ravers ces ravaux nous remarquons que la sous-raiance es favorisée par les conraines économiques e commerciales récenes en ermes de coû e echnologie [Andersen, 999]. Elle consiue une soluion à des déficis echnologiques ou dans cerains cas une incapacié oale ou parielle à produire les quaniés demandées selon les crières spécifiés. Mais d après [Morcos, 004] un aure faceur imporan de l émergence de la sous-raiance es l uilisaion répandue des 0

28 La sous-raiance e mainenance inégrée : Éa de l ar echniques de producion flexible e hauemen producive e des méhodes basées sur une des echnologies avancées (elle que la roboique ), ce qui incie les sous-raians à combiner un grand nombre d ordres de cliens divers afin de maximiser la capacié d uilisaion de leurs équipemens e par conséquen d offrir un meilleur prix pour leurs services. I.3.3. Diverses formes de la sous-raiance La sous-raiance représene aujourd hui une réacion du monde indusriel à cerains changemens survenus suie à la mondialisaion e la complicaion echnique des procédés de fabricaion ainsi qu à la course inerminable vers la réducion des prix. À ire d exemple, selon un rappor du service des éudes e des saisiques indusrielles (SESSI) du Minisère de l économie, des finances e de l indusrie, en France, les chiffres de l année 005 monren que dans les seceurs de la sous-raiance indusrielle concernan les domaines des méaux, plasiques, caouchouc e élecronique, il exise plus de enreprises (de 0 personnes e plus) ayan salariés e généran 45 milliards d euros de chiffre d affaires e,6 milliards d euros d invesissemens [SESSI, 006]. Dans ce cadre, deux formes de sous-raiance son nées, la sous-raiance de capacié e celle de spécialié : [Amesse, 00], [Berrand, 00], [Morcos, 004], [SESSI, 006] La sous-raiance de spécialié : Dans ce ype de sous-raiance l enreprise donneur d ordres a éabli une sraégie basée sur le choix de ne pas acquérir une ceraine echnologie ou des compéences nécessaires dans les procédés de fabricaion des produis ou des biens qu il propose. Cee sraégie es moivée par une voloné à évier des invesissemens rès lourds e coûeux, e dans cerains cas peu renables. Pour cela, cee enreprise s appuie sur les qualificaions echniques d un sous-raian ayan des équipemens ou des compéences humaines qualifiées pour accomplir des âches complexes e précises (couran dans le seceur auomobile, aéronauique ou aérospaial, noammen). La sous-raiance de capacié : Dans cerains cas une enreprise donneur d ordres s adresse à des enreprises presaaires de sous-raiance pour fabriquer un produi précis. Cee solliciaion de la sous-raiance survien bien que l enreprise dispose des compéences e les echniques nécessaires pour le fabriquer afin de répondre à une flucuaion de la demande pendan des périodes provisoires. La sous-raiance de capacié consiue un ouil de flexibilié dans la mesure où elle perme de faire face aux hausses poncuelles de la producion e aux problèmes d ordre echnique. Mais on rouve dans la liéraure une aure forme de la sous-raiance peu ciée qui pousse encore plus loin la relaion enre le donneur d ordres e le sous-raian. Elle consise à engager le donneur d ordres à mere en relaion direce son clien e le sous-raian chargé de réaliser les âches que le clien a confiées au donneur d ordres. I.3.4. Avanages de la sous-raiance Quelques soien les raisons e les moivaions pour lesquelles une enreprise décide de faire appel à une enreprise sous-raiane afin de conduire des âches précises e suivan un cahier de charges bien défini, la sous-raiance rese une sraégie qui doi apporer aux enreprises (presaaires ou donneur d ordres de sous-raiances) des bénéfices e des avanages suivan un principe gagnan gagnan. Comme dans [Morcos, 004], les avanages de la sous-raiance peuven êre classés en se basan sur les deux côés de cee relaion de sous-raiance. Ainsi, nous rouvons des avanages pour les donneurs d ordres résumés dans les poins suivans :

29 Chapire I Réducion des coûs La plupar des éudes menées sur la sous-raiance insisen sur ce aspec de réducion des coûs de producion comme avanage de la sous-raiance. En effe, la sous-raiance perme de réduire les frais d exploiaion, en plus, elle assure des condiions d invesissemen inférieures [Van Mieghem, 999]. Aure faceur de réducion des coûs es la différence enre les coûs de producion e le niveau des salaires enre les pays indusrialisés e pays d économie émergene. Meilleure qualié La réducion des coûs n es pas le seul avanage que les donneurs d ordres peuven irer en sous-raian leurs aciviés [Grossman, 005]. La sous-raiance perme aussi de garanir le niveau désiré de qualié de produi, e cela es généralemen du à la complicaion e la sophisicaion des procédés de producion qui poussen les enreprises à chercher des parenaires plus apes e plus compéens [Morcos, 004], [Andersen, 000]. Flexibilié de la planificaion La sous-raiance ien en compe des ajusemens nécessaires pour faire face aux flucuaions e variaions emporelles de la demande [Van Mieghem, 999]. Cela es expliqué par le fai que le donneur d ordres aura recours à la sous-raiance pour compléer sa propre producion en réacion aux changemens e l éa des marchés. Accéder à des nouveaux marchés Ceraines enreprises on recours à la sous-raiance pour pouvoir accéder à des nouveaux marchés ou régions avec de fors poeniels de croissance e de développemen [Morcos, 004]. Un exemple rès inéressan es celui de Airbus, filiale d EADS e principal consruceur aéronauique européen, qui vien de signer en 007 un conra de join venure pour la chaîne d'assemblage final de l'avion A30 [Airbus Info, 007]. Il fau signaler la voloné de Airbus e d une façon générale de la maison mère EADS de conquérir un marché asiaique e surou chinois en pleine expansion, résumée par la ciaion de Noël Forgeard, l ancien direceur d EADS, en 005 lors de la signaure d une commande : "À EADS, nous meons la Chine au somme exrême en maière de sraégie d'inernaionalisaion. Nous voulons, à ravers des parenarias indusriels, lier nos desins à celui de la Chine". Il fau dire qu en Chine le rafic passager es en augmenaion de + 6,5% par an, les prévisions de croissance économique pour les 0 prochaines années se siuen à prés de 9%, en plus, en 00, la Chine deviendra le second uilisaeur d'aéronefs, juse derrière les Éas-unis. Efficacié économique [Tserng, 00] La sous-raiance perme d augmener l efficacié économique de l enreprise en faisan déléguer à des parenaires exernes des âches qui ne fon pas paries de son méier noyau [Van Mieghem, 999], comme par exemple, la mainenance, la resauraion, Les cas dans ce vole son muliples, nous cions à ire d exemple, l opéraeur de éléphonie mobile français SFR qui a décidé en juille 007, de sous-raier la gesion de ses cenres d appels à des sociéés plus experes. Du côé des sous-raians les principaux avanages peuven êre résumés dans les poins suivans : Producivié e efficacié plus élevées Selon [Berry, 997] la coopéraion enre les PME conribue à une efficacié collecive faisan face aux défis de la concurrence, dans ce cadre, la sous-raiance offre une possibilié aux enreprises sous-raianes d augmener leur producivié grâce à des conras bien éablis, avec des spécificaions précises e qui dans la plupar des cas s éalen sur le moyen voire le long erme.

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance ème édiion du congrès inernaional pluridisciplinaire Du au 20 mars 2009 Modélisaion e quanificaion de sysèmes vieillissans pour l opimisaion de la mainenance LAIR William,2, MERCIER Sophie, ROUSSIGNOL

Plus en détail

ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU

ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU SOMMAIRE ARTICLE 1 - Définiion du aux de renabilié ARTICLE 2 - Seuil minimum de renabilié ARTICLE 3 - Evaluaion de la recee acualisée

Plus en détail

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1.

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1. Les premières consaaions sur l inapiude des produis indusriels à assurer les foncions qu ils éaien censés remplir pendan un emps suffisan remonen à la seconde guerre mondiale. En France cee prise de conscience

Plus en détail

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin.

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin. Formaion ESSEC Gesion de parimoine Séminaire i «Savoir vendre les nouvelles classes d acifs financiers» Produis à capial garani : méhode du coussin (CCPI) Origine de la méhode Descripion de la méhode Plan

Plus en détail

Procédé thermocyclique de régulation de température

Procédé thermocyclique de régulation de température - 1 - Innovaion echnologique dans le domaine de la régulaion de empéraure, le procédé hermocyclique foncionne selon un principe unique en son genre qui n a rien en commun avec les régulaions par hermosa

Plus en détail

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE UNIVERSITE DE TUNIS Faculé des sciences économiques e de gesion de Tunis MODELE DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE Ezzeddine MBAREK 2010 1 INTRODUCTION Le modèle que je propose

Plus en détail

Groupe Saint Joseph La Salle Centre de Formation

Groupe Saint Joseph La Salle Centre de Formation Groupe Sain Joseph La Salle Cenre de Formaion NOUVEAUTÉ renrée 2016 LICENCE COMMERCE, VENTE & MARKETING Formaion en alernance + d infos sur nore sie : www.sjodijon.com Groupe Scolaire Sain Joseph La Salle

Plus en détail

4. "SEPO" - UNE MÉTHODE POUR L'AUTO- ÉVALUATION ET POUR LES PROJETS-PILOTE

4. SEPO - UNE MÉTHODE POUR L'AUTO- ÉVALUATION ET POUR LES PROJETS-PILOTE D/ Baobab: Cours de gesion des projes page 46 4. "" - UN MÉTHD UR L'AUT- ÉVALUATIN T UR L RJT-ILT 4.1 Inroducion (angl.:w) es un ouil pour l'auoévaluaion e pour les projes-piloe. Il a éé élaboré lors de

Plus en détail

Les déclencheurs électroniques STRE23SE se montent indifféremment sur les compacts NS 400 et NS 630 de type N, H ou L.

Les déclencheurs électroniques STRE23SE se montent indifféremment sur les compacts NS 400 et NS 630 de type N, H ou L. 14/1/6 Quesion : Commen régler correcemen le déclencheur élecronique STRE23SE? Réponse : Les déclencheurs élecroniques STRE23SE se monen indifféremmen sur les compacs NS 4 e NS 63 de ype N, H ou L. Le

Plus en détail

1 Le hacheur série. 30 mars 2005

1 Le hacheur série. 30 mars 2005 e hacheur série A. Campo 30 mars 2005 1 e hacheur série 1.1 Généraliés e hacheur es un disposiif permean d obenir une ension coninue de valeur moyenne réglable à parir d

Plus en détail

4.9 Calcul de la maçonnerie portante soumise à une charge verticale

4.9 Calcul de la maçonnerie portante soumise à une charge verticale La radioacivié évenuellemen émise dans les consrucions es due, principalemen, à la présence de Radium (Ra 226) e/ou Thorium (Th 232) dans le sous-sol e dans les maériaux uilisés. Parmi ceux-ci, le béon

Plus en détail

df( t) P( t T t dt) ft ( ) lim

df( t) P( t T t dt) ft ( ) lim I APPROCHE DE LA FIABILITE PAR LES PROBABILITES : Définiion selon la NF X 6 5 : la fiabilié es la caracérisique d un disposiif exprimée par la probabilié que ce disposiif accomplisse une foncion requise

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce documen a éé mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Naionale des Sujes d Examens de l enseignemen professionnel. Base Naionale des Sujes d'examens de l'enseignemen professionnel

Plus en détail

de rentiers en cours de service

de rentiers en cours de service Les Allocaion normes d acifs IFRS d un en assurance régime de reniers en cours de service 27 e journée de séminaires acuariels ISFA Lyon e ISA-HEC Lausanne Frédéric PLANCHET Pierre THEROND 3 décembre 2004

Plus en détail

DECISION N 2010-03 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 2010-2014

DECISION N 2010-03 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 2010-2014 REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un Bu Une Foi Commission de Régulaion du Seceur de l Elecricié DECISION N 21-3 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 21-214 LA COMMISSION DE REGULATION

Plus en détail

CR-08 : Ordonnancement

CR-08 : Ordonnancement CR-08 : Ordonnancemen Loris Marchal, CR CNRS au LIP vague 1, 2? Ordonnancemen : une parie de la Recherche Opéraionnelle allocaion de ressources à des âches sous ceraines conraines dans le bu d opimiser

Plus en détail

Cas d'étude : Eco-quartier Villeneuve à Chambéry

Cas d'étude : Eco-quartier Villeneuve à Chambéry Cas d'éude : Eco-quarier Villeneuve à Chambéry Nom du proje : Adresse du proje : Nom e ype de propriéaire : Conac : Eco-quarier Villeneuve ZAC du Coeau F-Cognin SCDC, Gesionnaire de réseau 193 Rue du pré

Plus en détail

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux ECO434, Ecole polyechnique, 2e année PC 5 Flux de Capiaux Inernaionaux e Déséquilibres Mondiaux Exercice 1 : Flux de capiaux dans le modèle de croissance néoclassique Le modèle es en emps coninu. On considère

Plus en détail

`«`Xƒ`à`dG á`ä`«`g ádƒ æÿg º«d»Yɪ G áeé dg ácöûdg á«fé«h ábé H SICAV SG VALEURS

`«`Xƒ`à`dG á`ä`«`g ádƒ æÿg º«d»Yɪ G áeé dg ácöûdg á«fé«h ábé H SICAV SG VALEURS هيي ة التوظيف الجماعي للقيم المنقولة الشركة العامة بطاقة بيانية SICAV SG VALEURS OPCVM DE LA SOCIÉTÉ GÉNÉRALE OPCVM conforme aux normes GIPS (Global Invesmens Sandards) Fiche Signaléique SG VALEURS Averissemen

Plus en détail

Planification opérationnelle d une chaîne d approvisionnement forestière

Planification opérationnelle d une chaîne d approvisionnement forestière Planificaion opéraionnelle d une chaîne d approvisionnemen foresière Coordonnaeur: Jean Marc Frayre, ing. jr., Ph.D. Professeur adjoin (ÉPM) Indusriel: Sébasien Lacroix, ing. F., M.Sc. Éudians: Amira Dems

Plus en détail

GENERATEURS DE HAUTE TENSION

GENERATEURS DE HAUTE TENSION ours de A. Tilmaine HAPITRE VII GENERATEURS DE HAUTE TENSION Les généraeurs de haue ension son uilisés dans : a) les laboraoires de recherche scienifique ; b) les laboraoires d essai, pour eser les équipemens

Plus en détail

L inflation dans la zone euro et aux États-Unis est. Rue de la Banque. Le découplage des courbes de rendement en euro et en dollar

L inflation dans la zone euro et aux États-Unis est. Rue de la Banque. Le découplage des courbes de rendement en euro et en dollar Le découplage des courbes de rendemen en euro e en dollar Benoî MOJON Direceur des Éudes monéaires e financières Fulvio PEGORARO Direcion des Éudes monéaires e financières Cee lere présene le résula de

Plus en détail

Les outils de gestion

Les outils de gestion Les ouils de gesion Beida Mohammed Ferha aleb Amar Ingénieurs d éa en informaique Opion : Sysèmes d Informaion (SI) el: +3 (0) 76 7 36 69 Fax: +3 (0) 3 58 93 Email: mohamed@moolki.com bilal_ini@yahoo.fr

Plus en détail

Cas d'étude : Eco-quartier solaire du Triangle Sud à Montmélian

Cas d'étude : Eco-quartier solaire du Triangle Sud à Montmélian Cas d'éude : Eco-quarier solaire du Triangle Sud à Monmélian Nom du proje : Adresse du proje : Nom e ype de propriéaire : Conac : Eco-quarier solaire du Triangle Sud Triangle Sud F-Monmélian Ville Monmélian

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE PRESENTATION DES INDICES... 2 LA GAMME D INDICES : L INDICE TUNINDEX ET LES INDICES SECTORIELS... 3 REGLE GENERALE RELATIVE A LA COMPOSITION DES INDICES... 3 REGLE

Plus en détail

INSTRUMENTATION ELECTRIQUE OSCILLOSCOPE NUMERIQUE GENERATEUR BASSE FREQUENCE UTILISE EN SINUSOIDAL Etude théorique

INSTRUMENTATION ELECTRIQUE OSCILLOSCOPE NUMERIQUE GENERATEUR BASSE FREQUENCE UTILISE EN SINUSOIDAL Etude théorique 1 INSUMENAION ELEIQUE OSILLOSOPE NUMEIQUE GENEAEU BASSE FEQUENE UILISE EN SINUSOIDAL Eude héorique 1 Noions élémenaires 1.1 Masse e erre : Lorsqu on mesure une ension, on mesure en fai une différence de

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

52, 102, 202. Électrovanne, Plastique

52, 102, 202. Électrovanne, Plastique Élecrovanne, Plasique Concepion Les élecrovannes 2/2 voies à commande direce disposen d'un élecroaiman enièremen moulé dans une pièce plasique qui agi sur la ige induie. Cee ige es reliée au clape par

Plus en détail

Amp Miser Bandes de transport à économies d énergie

Amp Miser Bandes de transport à économies d énergie bandes de ranspor e de process Bandes de ranspor à économies Calculez désormais en ligne vos économies www.ampmiser.com poenielles! Siegling oal beling soluions Bandes de ranspor à économies Opimiser la

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

Bien que l investissement des entreprises françaises ait tardé à se redresser

Bien que l investissement des entreprises françaises ait tardé à se redresser Le prix du foncier n aurai pas d effe direc sur l invesissemen en acifs producifs Yaëlle Hauseux Berrand Marc Déparemen de la conjoncure David Audenaer Charles-Marie Chevalier Déparemen des éudes économiques

Plus en détail

1. INTRODUCTION 2 2. L'INDUSTRIE DU PAPIER COUCHÉ SANS BOIS 3 3. HISTORIQUE DE LECTA 6 4. INFORMATIONS COMMERCIALES 7

1. INTRODUCTION 2 2. L'INDUSTRIE DU PAPIER COUCHÉ SANS BOIS 3 3. HISTORIQUE DE LECTA 6 4. INFORMATIONS COMMERCIALES 7 sommaire. INTRODUCTION. L'INDUSTRIE DU PAPIER COUCHÉ SANS BOIS 3 3. HISTORIQUE DE LECTA 6 4. INFORMATIONS COMMERCIALES 7 5. LES SITES INDUSTRIELS LECTA 9 6. LA STRATÉGIE LECTA DU PAPIER COUCHÉ SANS BOIS

Plus en détail

au taux d intérêt court. Pour cette raison, on applique souvent des modèles explicites

au taux d intérêt court. Pour cette raison, on applique souvent des modèles explicites Chapire 5 Modèles d Inensié Les deux approches dans la modélisaion de risque de crédi approche srucurel e approche d inensié ne son pas compaibles : dans les modèles d inensié, l exisence de l inensié

Plus en détail

La concession de la LGV SEA entre Tours et Bordeaux

La concession de la LGV SEA entre Tours et Bordeaux La concession de la LGV SEA enre Tours e Bordeaux Conférence AFFI UIC / Paris / 6 mars 2012 G. GUIAVARC H Chef du service Monage & Gesion des Grands Projes Direcion des Grands Projes Définiion du PPP Pour

Plus en détail

Temporisation et monostable Contrôleurs de rotation XSA-V

Temporisation et monostable Contrôleurs de rotation XSA-V Temporisaion e monosable Conrôleurs de roaion XSA-V Manuel didacique Version Française TE Sommaire Chapire Page Temporisaion - Lecure des hisogrammes 3. Définiion 3.2 Bu 3.3 Principe de foncionnemen 3.3.

Plus en détail

UCP : Unit Commitment Problem. UCP : Relaxation Lagrangienne et filtrage par coûts réduits

UCP : Unit Commitment Problem. UCP : Relaxation Lagrangienne et filtrage par coûts réduits ucp : relaxaion lagrangienne e filrage par coûs réduis T 1 UCP : Uni Commimen Problem Relaxaion lagrangienne e filrage par coûs réduis appliqués à la producion d élecricié BENOIST Thierry BOUYGUES/eLAB

Plus en détail

TRAITEMENT DU SIGNAL

TRAITEMENT DU SIGNAL Spé y -4 Devoir n TAITMNT D SIGNAL Parie I OMPOTMNT DYNAMIQ D N LAM D QATZ On considère une lame de quarz, cylindrique, de secion S consane, d axe Ox (de veceur uniaire r u X ), don les deux faces e en

Plus en détail

Université d été Solvabilité 2 Juillet 2011

Université d été Solvabilité 2 Juillet 2011 LES INDICATEURS OPERATIONNELLES LIÉS À L ORSA Version 1.0 Universié d éé Solvabilié 2 Juille 2011 Frédéric PLANCHET Acuaire Associé fplanche@winer-associes.fr Marc JUILLARD Acuaire mjuillard@winer-associes.fr

Plus en détail

Académie de Poitiers TPE 2011-2012 3/8

Académie de Poitiers TPE 2011-2012 3/8 1 ère composane : émarche personnelle e invesissemen du candida au cours de l élaboraion du TPE (noe enière sur 8 poins) Iems officiels ompéences officielles Niveau d exigence 1. Recherche documenaire

Plus en détail

FONCTIONNEMENT AUTOMATE

FONCTIONNEMENT AUTOMATE FONCTIONNEMENT AUTOMATE IUT MULHOUSE Bernard Reeb foncionnemen auomae - 1/1 I. CONSTITUTION D'UN AUTOMATE Les auomaes son le plus souven de ype modulaire : une unié cenrale compléée d'un bac pou recevoir

Plus en détail

ELECTRICITE. Chapitre 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou

ELECTRICITE. Chapitre 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou ELECRICIE Analyse des signaux e des circuis élecriques Michel Piou Chapire 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Ediion //24 able des maières POURQUOI E COMMEN?... 2 INERE DE LA NOION DE VALEUR MOYENNE....2

Plus en détail

Théorème de Cauchy-Lipschitz et applications. Lefeuvre thomas & Ginguené franck 30 mars 2012

Théorème de Cauchy-Lipschitz et applications. Lefeuvre thomas & Ginguené franck 30 mars 2012 Théorème de Cauchy-Lipschiz e applicaions Lefeuvre homas & Ginguené franck 30 mars 01 1 Table des maières 1 Théorème du poin fixe 3 1.1 Énoncé.......................................... 3 1. Démonsraion.....................................

Plus en détail

LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE

LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE 1 Origines e principes de base de l analyse echnique 2 Les ouils de l analyse graphique radiionnelle 3 Les ouils de l analyse saisique A) LES ORIGINES ET

Plus en détail

Crédibilité et efficacité de la politique de ciblage d inflation en Turquie sur la période 2002-2006

Crédibilité et efficacité de la politique de ciblage d inflation en Turquie sur la période 2002-2006 Crédibilié e efficacié de la poliique de ciblage d inflaion en Turquie sur la période 2002-2006 Zehra Yesim Gürbüz Besek To cie his version: Zehra Yesim Gürbüz Besek. Crédibilié e efficacié de la poliique

Plus en détail

Technique alternative de test pour les interrupteurs MEMS RF

Technique alternative de test pour les interrupteurs MEMS RF Technique alernaive de es pour les inerrupeurs MEMS RF H.N. Nguyen To cie his version: H.N. Nguyen. Technique alernaive de es pour les inerrupeurs MEMS RF. Micro e nanoechnologies/microélecronique. Insiu

Plus en détail

Solutions auto-similaires et espaces de données initiales. 2 ), l équation de Schrödinger. Introduction. Fabrice Planchon

Solutions auto-similaires et espaces de données initiales. 2 ), l équation de Schrödinger. Introduction. Fabrice Planchon Soluions auo-similaires e espaces de données iniiales pour l équaion de Schrödinger Fabrice Planchon Résumé. On démonre que pour des peies données iniiales dans Ḃ 1, (R3 ), l équaion de Schrödinger non

Plus en détail

Rideaux pare-flammes et coupe-feu

Rideaux pare-flammes et coupe-feu Rideaux pare-flammes e coupe-feu Rideaux flexibles pare-flammes e coupe-feu Fibershield-P Fibershield-E Fibershield-H Fibershield-S Fibershield-F Fibershield-W Fibershield-Fix Concep e objecif de proecion

Plus en détail

LES CAPTEURS. Energie. Acquérir et coder une information. Capteur

LES CAPTEURS. Energie. Acquérir et coder une information. Capteur CPG / ciences Indusrielles pour l Ingénieur C83 Les capeurs L CAPTUR Le domaine indusriel a besoin de conrôler de rès nombreux paramères physiques (longueur, force, poids, pression, déplacemen, posiion,

Plus en détail

Les nouveautés d Excel 2016

Les nouveautés d Excel 2016 EXCEL 2016 Office 2016 - Excel, Word, PowerPoin e Oul ook Les nouveaués d Excel 2016 Uiliser la sélecion muliple dans les filres à segmen Les segmens, uilisés dans des ableaux de données ou des ableaux

Plus en détail

Novacap - mai 2011. United Nations

Novacap - mai 2011. United Nations Développemen Durable Novacap - mai 2011 Unied Naions 0 Développemen durable Novacap - rappels Nore vision - Les hommes e les femmes de nore enreprise croien e ravaillen pour une chimie durable, la chimie

Plus en détail

Méthode d'analyse économique et financière ***

Méthode d'analyse économique et financière *** Méhode d'analyse économique e financière *** Noion d acualisaion e indicaeurs économiques uilisables pour l analyse de projes. Dr. François PINTA CIRAD-Forê UR Bois - Kourou CHRONOLOGIE D INTERVENTION

Plus en détail

Relais de mesure et de contrôle industriels Zelio Control 3

Relais de mesure et de contrôle industriels Zelio Control 3 Présenaion elais de mesure e de conrôle indusriels Zelio Conrol elais de conrôle de réseaux riphasés M T 0 M T Foncionnaliés Ces appareils son desinés à la surveillance des réseaux riphasés e à la proecion

Plus en détail

QUELS CONTRATS PRENDRE EN COMPTE

QUELS CONTRATS PRENDRE EN COMPTE QUELS CONTRATS PRENDRE EN COMPTE POUR LE CALCUL DES EFFECTIFS ET CELUI DE LA MASSE SALARIALE(*)? (*) Le calcul de la masse salariale indique à l enreprise l assiee de sa paricipaion, c es-à-dire la somme

Plus en détail

AFRICAMPUS 2015 Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 27 février 2015

AFRICAMPUS 2015 Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 27 février 2015 zzz UNE APPROCHE CONCEPTUELLE DE L APPROPRIATION DES SYSTEMES D INFORMATION MOBILES (SIM) PAR LES UTILISATEURS OUEST AFRICAINS AU TRAVERS D UNE METHODE DELPHI Marc BIDAN & Béchir ABBA GONI Thème n 5 PLAN

Plus en détail

RAPPORT SUR LA SITUATION DES FINANCES PUBLIQUES. par Paul CHAMPSAUR et Jean-Philippe COTIS

RAPPORT SUR LA SITUATION DES FINANCES PUBLIQUES. par Paul CHAMPSAUR et Jean-Philippe COTIS RAPPORT SUR LA SITUATION DES FINANCES PUBLIQUES par Paul CHAMPSAUR e Jean-Philippe COTIS - AVRIL 2010 Par leres de mission en dae du 15 février 2010, le Présiden de la République a demandé à M. Paul CHAMPSAUR,

Plus en détail

AFRICAMPUS 2015 Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 27 février 2015

AFRICAMPUS 2015 Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 27 février 2015 Évaluaion des usages des TIC dans l enseignemen supérieur au Niger : cas des éudians des FaST de l'uam de Niamey e de l'uddk de Maradi Thème n 1 Ousmane MOUSSA TESSA & Abdel-Kader Kadir GALY Universié

Plus en détail

UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES

UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES 15e Colloque de l Associaion de Compabilié Naionale Novembre 2014 Pierre-Alain Pionnier OCDE Indicaeurs phares de l OCDE pour une croissance

Plus en détail

aviva.fr Aviva Senséo Médical PRÉVOYANCE INDIVIDUELLE Notice Note d information Assurance et Epargne Long Terme

aviva.fr Aviva Senséo Médical PRÉVOYANCE INDIVIDUELLE Notice Note d information Assurance et Epargne Long Terme aviva.fr Aviva Senséo Médical PRÉVOYANCE INDIVIDUELLE Noice Noe d informaion Assurance e Epargne Long Terme Aviva Senséo Médical Noice Aviva Senséo Médical... 1 à 11 SOMMAIRE ARTICLE 1 ARTICLE 2 Préambule

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

La prise en compte de variables explicatives dans les modèles de séries temporelles : application à la demande de transport et au risque routier

La prise en compte de variables explicatives dans les modèles de séries temporelles : application à la demande de transport et au risque routier La prise en compe de variables explicaives dans les modèles de séries emporelles : applicaion à la demande de ranspor e au risque rouier Ruh Bergel-Haya To cie his version: Ruh Bergel-Haya. La prise en

Plus en détail

Certificat par Techniques de l'ingénieur:

Certificat par Techniques de l'ingénieur: CYCLE Managemen de proje echnique (Ref : 3453) Acquérir les echniques de piloage e la dimension managériale pour réussir ses projes SUPPORT PÉDAGOGIQUE INCLUS. OBJECTIFS Organiser e piloer ses projes par

Plus en détail

PTSI PT AUTOMATIQUE. Constituants des systèmes

PTSI PT AUTOMATIQUE. Constituants des systèmes PTSI PT AUTOMATIQUE des sysèmes Table des maières 1 LA CHAINE FONCTIONNELLE 1 1.1 STRUCTURE FONCTIONNELLE... 1 1.2 CHAINE D ENERGIE... 1 1.3 CHAINE D INFORMATION... 2 2 LES ACTIONNEURS 3 2.1 LES VERINS

Plus en détail

Indicateurs du milieu éducatif

Indicateurs du milieu éducatif Indicaeurs du milieu éducaif 1. Inroducion : n marge de la conférence T éducaion our ous (FA) de Jomien (1990), un groue consulaif a mis en lace des direcives echniques afin de recueillir, analyser les

Plus en détail

Modélisation et simulation du broutement pour l opération du fraisage en utilisant un modèle de force de coupe prédictive

Modélisation et simulation du broutement pour l opération du fraisage en utilisant un modèle de force de coupe prédictive RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITÉ DE BATNA FACULTE DE TECHNOLOGIE DEPARTEMENT DE MECANIQUE MEMOIRE PRESENTE

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

Réforme de l'urbanisme commercial (Ref : KL11) Comment défendre la diversité commerciale sur votre territoire OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

Réforme de l'urbanisme commercial (Ref : KL11) Comment défendre la diversité commerciale sur votre territoire OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION COMUNDICOMPETENCES-WEKA/MBFORMATION Commen défendre la diversié commerciale sur vore errioire OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Maîriser le disposiif de l'urbanisme commercial Faire le poin sur l'acualié

Plus en détail

L oscilloscope numérique

L oscilloscope numérique L oscilloscope numérique Ce documen résume le principe de foncionnemen d un oscilloscope numérique e déaille les réglages possibles du modèle uilisé en séance de ravaux praiques. 1 Principe de foncionnemen

Plus en détail

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0.

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0. # $ %& 1. La VAN. Les aures crières 3. Exemple. Choix d invesissemen à long erme 5. Exercices!" '* '( Un proje ne sera mis en œuvre que si sa valeur acuelle nee ou VAN, définie comme la somme acualisée

Plus en détail

ACTUALITÉ Maroc Telecom

ACTUALITÉ Maroc Telecom ACTIONNAIRES & INVESTISSEURS JUIN 2015 Raba, Le 1 er juille 2015 ACTUALITÉ Maroc Telecom Mobile Pospayé Enrichissemen des Forfais Mobiles Pariculiers e Maîrisés à parir du 1 er juin 2015 Maroc Telecom

Plus en détail

Viabilité budgétaire, investissement public et croissance dans les pays à faible revenu, riches en ressources naturelles: le cas du Cameroun

Viabilité budgétaire, investissement public et croissance dans les pays à faible revenu, riches en ressources naturelles: le cas du Cameroun WP/13/144 Viabilié budgéaire, invesissemen public e croissance dans les pays à faible revenu, riches en ressources naurelles: le cas du Cameroun Issouf Samake, Priscilla Muhoora e Bruno Versailles 2013

Plus en détail

Mardi 7 juillet 2009

Mardi 7 juillet 2009 Mardi 7 juille 2009 Ecole naionale supérieure d archiecure e de paysage de Bordeaux Hd A E R C ôle P u d s onre c n e R bles : a r Les u d n eme énag m a e n cio ivié! i é Consru p m s la co r e v e u

Plus en détail

Relevé de compte COMPTE DE PARTICULIER - en euros

Relevé de compte COMPTE DE PARTICULIER - en euros Relevé de compe COMPTE DE PARTICULIER - en euros Vos conacs Vore Banque à Disance, 24 h/24 Code clien Barbara MARTINON : 12345678 Inerne : pariculiers.socieegenerale.fr Inerne mobile : socieegenerale.mobi

Plus en détail

PREMIÈRE PARTIE : UNE APPROCHE MULTIDIMENSIONNELLE DE LA NOTION DE LIQUIDITÉ

PREMIÈRE PARTIE : UNE APPROCHE MULTIDIMENSIONNELLE DE LA NOTION DE LIQUIDITÉ PREMIÈRE PARTIE : UNE APPROCHE MULTIDIMENSIONNELLE DE LA NOTION DE LIQUIDITÉ INTRODUCTION À LA PREMIERE PARTIE «Because liquidiy, like pornography, is easily recognized bu no easily defined, we begin our

Plus en détail

RELATIONS FONCTIONNELLES. I Généralités

RELATIONS FONCTIONNELLES. I Généralités Universié d'angers : LSEN relaions foncionnelles p. Parie A : Proporionnalié RELATIONS FONCTIONNELLES I Généraliés / Définiion : Soien deux suies de nombres réels : (x ;x ;x ;x 4 ) e (y ;y ;y ;y 4 ). Ces

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL FLORENT FREMIGACCI YANNICK L HORTY N 51. novembre 2005

DOCUMENT DE TRAVAIL FLORENT FREMIGACCI YANNICK L HORTY N 51. novembre 2005 DOCUMENT DE TRAVAIL LA QUALITÉ DE L EMPLOI L EN FRANCE : TENDANCE ET CYCLE FLORENT FREMIGACCI YANNICK L HORTY N 51 novembre 2005 «LE DESCARTES I» 29, PROMENADE MICHEL SIMON 93166 NOISY-LE-GRAND CEDEX TÉL.

Plus en détail

ETUDE DES DIFFERENTES COMMANDES DU SYSTEME. 1 - Commande manuelle par BP "marche-arrêt" (2 sens de marche)

ETUDE DES DIFFERENTES COMMANDES DU SYSTEME. 1 - Commande manuelle par BP marche-arrêt (2 sens de marche) BS Mainenance Indusrielle Elecroechnique Eude d un mone charge Moeur asynchrone deux sens de roaion e 2 viesses enroulemens séparés Rappels emporisaions Présenaion es manuenions dans un grand magasin son

Plus en détail

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1.

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1. Pourcenages MATHEMATQUES 1ES 5. Lors de l acha d un aure aricle, je dois verser un acompe de 15%, e il me resera alors POURCENTAGES à débourser 1 700. CORRGES EXERCCES Prix de l aricle : 1 700 = 85% du

Plus en détail

) 5'.,! URDOC-2. INSTALLATION PRECOCE DU RIZ identiftcation des pratiqaes paysannes et des contraintes. bso. OFFICE ou NIGER DADR - Ségou

) 5'.,! URDOC-2. INSTALLATION PRECOCE DU RIZ identiftcation des pratiqaes paysannes et des contraintes. bso. OFFICE ou NIGER DADR - Ségou OFFCE ou NGER DADR - Ségou URDOC-2 République du Mali =*=.f=+=q=+=*=*= Un Peuple Un Bu Une Foi NSTALLATON PRECOCE DU RZ idenifcaion des praiqaes paysannes e des conraines Yacouba M. COULBALY Mamadi N.

Plus en détail

CONDITONNEMENT DU SIGNAL

CONDITONNEMENT DU SIGNAL I) Présenaion "La diode" CONITONNMNT U IGNAL La diode es un composan élecronique semi conduceur qui se compore comme un inerrupeur fermé quand elle es polarisée en direc e comme un inerrupeur ouver polarisée

Plus en détail

Un modèle intégré de la demande totale d énergie Application à la province de Québec RÉSUMÉ

Un modèle intégré de la demande totale d énergie Application à la province de Québec RÉSUMÉ Un modèle inégré de la demande oale d énergie Applicaion à la province de Québec par JeanThomas Bernard Tiulaire de la Chaire en économique de l'énergie élecrique Déparemen d'économique Universié Laval

Plus en détail

Les liens énergie/environnement/croissance : enseignements des modèles théoriques, leçons de l histoire. ENPC, Cours n 2 Jean-Charles HOURCADE

Les liens énergie/environnement/croissance : enseignements des modèles théoriques, leçons de l histoire. ENPC, Cours n 2 Jean-Charles HOURCADE Les liens énergie/environnemen/croissance : enseignemens des modèles héoriques, leçons de l hisoire ENPC, Cours n 2 Jean-Charles HOURCADE Raisons d un déour par la macro-économie Quels mécanismes lien

Plus en détail

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt»

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt» Exercice du Gesion Financière à Cour Terme «Cas FINEX Gesion du risque de aux d inérê» Ce cas raie des différens aspecs de la gesion du risque de aux d inérê liée à la dee d une enreprise : analyse d emprun,

Plus en détail

02 mars 2009 28 août 2009. Ingénieur Sup Galilée Spécialité Mathématiques Appliquées et Calcul Scientifique

02 mars 2009 28 août 2009. Ingénieur Sup Galilée Spécialité Mathématiques Appliquées et Calcul Scientifique Rappor de sage Equipe Coordinaion Reporing & erformances 02 mars 2009 28 aoû 2009 Ingénieur Sup Galilée Spécialié Mahémaiques Appliquées e Calcul Scienifique Maser 2, Universié aris 13 Modélisaion de l

Plus en détail

ESTIMATION DE COEFFICIENTS TECHNIQUES ROBUSTES POUR L ECONOIE SENEGALAISE

ESTIMATION DE COEFFICIENTS TECHNIQUES ROBUSTES POUR L ECONOIE SENEGALAISE REPUBLIQUE DU SENEGAL ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE Direcion des Saisiques Economiques e de la Compabilié

Plus en détail

Certificat par Techniques de l'ingénieur:

Certificat par Techniques de l'ingénieur: CYCLE Performance indusrielle : audi e mise en oeuvre (Ref : 3582) Carographie des poeniels d économie, applicaion du Plan d'efficacié Energéique SUPPORT PÉDAGOGIQUE INCLUS. OBJECTIFS Dérouler chaque éape

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

Estimation composite par régression pour l Enquête sur la population active du Canada avec plan de sondage à renouvellement de panel

Estimation composite par régression pour l Enquête sur la population active du Canada avec plan de sondage à renouvellement de panel Techniques d enquêe, juin 00 35 Vol. 7, N o, pp. 35 48 Saisique Canada, N o 00 au caalogue Esimaion composie par régression pour l Enquêe sur la populaion acive du Canada avec plan de sondage à renouvellemen

Plus en détail

Formation connaître l acheteur public : mode d'emploi pour devenir un partenaire durable (Ref : EN1) Découvrez le programme

Formation connaître l acheteur public : mode d'emploi pour devenir un partenaire durable (Ref : EN1) Découvrez le programme Formaion connaîre l acheeur public : mode d'emploi pour devenir un parenaire durable (Ref : EN1) OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Idenifier les acheeurs publics, les inerlocueurs clés e leurs besoins

Plus en détail

La population d une ville était de 150 000 habitants en 2000. Elle s est accrue chaque année de 20 000 habitants.

La population d une ville était de 150 000 habitants en 2000. Elle s est accrue chaque année de 20 000 habitants. Exercice 1 : évoluions e pourcenages La populaion d une ville éai de 150 000 habians en 2000. Elle s es accrue chaque année de 20 000 habians. Calculer l augmenaion en pourcenage de 2000 à 2001, de 2001

Plus en détail

Panorama des méthodes de coûtenance

Panorama des méthodes de coûtenance Recherche en Managemen de Proje Panorama des méhodes de coûenance Pour réduire les coûs de vos projes e augmener vos marges, quelle méhode choisir? François GAGNÉ, FGF Consulan Les Renconres 2005 du Managemen

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Formaion : Maîriser les obligaions alimenaires e assurer leur recouvremen (Ref : 3338) Cadre juridique de l'obligaion alimenaire e sa récupéraion OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Appréhender l'obligaion

Plus en détail

Migrations et protection sociale : étude sur les liens et les impacts de court et long terme

Migrations et protection sociale : étude sur les liens et les impacts de court et long terme Migraions e proecion sociale : éude sur les liens e les impacs de cour e long erme Xavier Chonicki*, Cécily Defoor*, Carine Drapier*, Lionel Rago* Dir. cienifique : Hillel Rapopor* Rappor pour la Drees-Mire

Plus en détail

Développez vos compétences dans la prise en charge des personnes migrantes

Développez vos compétences dans la prise en charge des personnes migrantes Pôle formaion Associaion Françoise e Eugène Minkowski Formaions 2016 Développez vos compéences dans la prise en charge des personnes migranes Commen aborder la culure dans vos praiques professionnelles?

Plus en détail

PHYSIQUE. Partie préliminaire

PHYSIQUE. Partie préliminaire PHYSIQUE Les différenes paries de ce problème son dans une large mesure indépendanes Seules les argumenaions précises e concises seron prises en compe en réponse aux quesions qualiaives Parie préliminaire

Plus en détail

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007 Bureau fédéral du Plan Avenue des Ars 47-49, 1000 Bruxelles hp://www.plan.be WORKING PAPER 18-10 Comparaison des composanes de la croissance de la producivié : Belgique, Allemagne, France e Pays-Bas 1996-2007

Plus en détail

A. L économétrie, méthode privilégiée des travaux au service de l analyse économique du terrorisme

A. L économétrie, méthode privilégiée des travaux au service de l analyse économique du terrorisme Chapire VI : L impac du errorisme inernaional, les phénomènes de subsiuion e le réseau de ranspor aérien mondial : choix méhodologiques e leurs implicaions Dans ce sixième chapire, nous explicions nos

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Formaion Gesion du sau e de la paie des personnels hospialiers (Ref : H02) Appréhender les mécanismes de la rémunéraion des personnels hospialiers OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Appréhender les spécificiés

Plus en détail

Délégation de la gestion de portefeuille : choix d investissement et des frais de gestion dans un cadre en temps continu

Délégation de la gestion de portefeuille : choix d investissement et des frais de gestion dans un cadre en temps continu HEC Monréal A liée à l Universié de Monréal Délégaion de la gesion de porefeuille : choix d invesissemen e des frais de gesion dans un cadre en emps coninu par Tarek Masmoudi Déparemen de Finance Thèse

Plus en détail

CONVERSION DE PUISSANCE

CONVERSION DE PUISSANCE Spé y 2003-2004 Devoir n 5 CONVERSION DE PUISSANCE Parie I EUDE D UN CAPEUR DE POSIION ANGULAIRE A / ÉUDE D'UN CIRCUI MAGNÉIQUE Considérons le disposiif schémaisé sur la figure, composé de deux bobines

Plus en détail

Équité et redistribution du système de retraite français sur le cycle de vie

Équité et redistribution du système de retraite français sur le cycle de vie Équié e redisribuion du sysème de reraie français sur le cycle de vie Version provisoire Ne pas cier Yves Dubois* e Anhony Marino* Sepembre 204 Inroducion 2 I. Indicaeurs de conribuivié e de redisribuion

Plus en détail