THÈSE. DOCTEUR Spécialité : Sciences de l ingénieur Mention : AUTOMATIQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "THÈSE. DOCTEUR Spécialité : Sciences de l ingénieur Mention : AUTOMATIQUE"

Transcription

1 THÈSE Présenée à L Universié Paul Verlaine - Mez UFR Mahémaiques, Informaique, Mécanique Pour obenir le ire de DOCTEUR Spécialié : Sciences de l ingénieur Menion : AUTOMATIQUE Par Mohammed DAHANE Tire de la hèse : Couplage de la gesion de la mainenance e la gesion de la producion sous conraine de sous-raiance Souenue le 9 Novembre 007, devan le jury composé de : Rapporeurs : Jean-Pierre CAMPAGNE Noureddine ZERHOUNI Examinaeurs : Daniel NOYES Anis CHELBI Direceur de hèse : Nidhal REZG Co-encadran : Chrisian CLEMENTZ Professeur à l INSA de Lyon. Professeur à l'ensmm, Besançon. Professeur à École Naionale d Ingénieurs de Tarbes. Maîre de conférence (HDR) à l École Supérieure des Sciences e Techniques de Tunis. Professeur à l Universié Paul Verlaine de Mez. Professeur Agrégé Doceur. École Naionale d Ingénieurs de Mez

2 AVERTISSEMENT Cee hèse es le frui d'un long ravail approuvé par le jury de souenance e disponible à l'ensemble de la communaué universiaire élargie. Elle es soumise à la propriéé inellecuelle de l'aueur au même ire que sa version papier. Ceci implique une obligaion de ciaion, de référencemen dans la rédacion de ous vos documens. D'aure par, oues conrefaçons, plagias, reproducions illicies enraînen une poursuie pénale. Enfin, l'auorisaon de diffusion a éé accordée jusqu' à nouvel ordre. Conac SCD Mez : Ecrire au docoran: Code de la Proriéé Inellecuelle. aricles L. 4 Code de la Proriéé Inellecuelle. aricles L L hp:// hp://

3

4

5

6 À mes rès chers parens Merci pour vore souien e ou l amour que vous m avez donné, J ai un grand honneur e une grande chance d avoir des parens comme vous Merci d avoir cru en moi e de m avoir poussé à rêver e à aeindre mes rêves, sans vos sacrifices aucun de ces rêves n aurai éé réalié Je vous aime. À ma grande famille. À la mémoire de mes grands-parens e ma sœur Saliha.

7

8 Remerciemens Le ravail présené dans ce mémoire a éé effecué dans l'équipe Sysèmes de Producion (SdP) au sein du Laboraoire de Génie Indusriel e Producion Mécanique (LGIPM), e le proje COSTEAM de l INRIA Nancy Grand Es, don je iens à exprimer mes remerciemens les plus sincères à leur direceur M. Nidhal REZG. Ma reconnaissance la plus profonde e ma graiude la plus sincère à mon Direceur de hèse Monsieur Nidhal REZG, Professeur à l Universié Paul Verlaine - Mez, pour m avoir encadré e encouragé duran rois années e sa paience de suivre avec aenion les ravaux de cee hèse jusqu à son abouissemen. Je le remercie aussi pour sa confiance, ses conseils e ou le emps qu il m a consacré. Mes remerciemens les plus sincères à mon co-encadreur, Monsieur Chrisian CLEMENTZ, Direceur des éudes de l École Naionale d Ingénieurs de Mez (ENIM) pour son souien, ses conseils e ses encouragemens ou au long de ma hèse ainsi que pour sa disponibilié e sa genillesse. Un grand merci pour vous, Nidhal e Chrisian, pour vore amiié. C éai un grand bonheur e un grand plaisir de ravailler avec vous. Mes remerciemens les plus vifs s adressen à ceux qui m on fai l honneur de faire parie du jury de ma hèse : Monsieur Jean-Pierre CAMPAGNE, Professeur à l INSA de Lyon, Monsieur Noureddine ZERHOUNI, Professeur à l'ensmm, Besançon, Monsieur Daniel NOYES Professeur à École Naionale d Ingénieurs de Tarbes e Monsieur Anis CHELBI, Maîre de conférence (HDR) à l École Supérieure des Sciences e Techniques de Tunis. Qu ils rouven ici oue ma reconnaissance pour avoir accepé d'examiner cee hèse e pour l'inérê qu'ils on poré à ce ravail. Je remercie ous les membres du laboraoire LGIPM. Je pense pariculièremen à Jérémie, Mehdi, Sofiène, Zied e Ali, pour leurs encouragemens e leur amiié. Je voudrais remercier e saluer la disponibilié e la genillesse de Mme Chrisel WIEMERT, Mme Chanal FOUSSE, Mme Viviane Ludmann, Mme Cloilde GUENOT ainsi que M. Jean Luc COYARD. Un merci pariculier pour mes chers amis Zerouk, M hamed, Samir e Smail pour leur présence, leur souien e leur fidélié. Je ne saurais assez remercier mes amis de oujours Farid, Rachid, Abdelkader, Mohamed(s), Laarbi e Maamar. Une pensée pariculière va à Faima, à qui j exprime ma profonde graiude. Tous mes remerciemens von à mes parens, mes sœurs : Faiha, Malika, Karima, Samira, Saliha e Faima-Zohra, mon pei frère Brahim, mes beaux-frères : Hamou, Abdel Kader, Maazouz, Hafid e Omar, mes adorables nièces e neveux, mes oncles e anes ainsi que oue la famille DAHANE e BEN AMARA, pour leur amour e leur souien incondiionnel duran les longues années de ma scolarié. Enfin, Un grand merci pour ous les "Safraouis", à mes amis de oujours e à ceux qui m'on aidé de prés ou de loin. Je pense à kada, Boukhil e à ous mes enseignans e insiueurs, je cie en pariculiers ma première insiurice Mme Amina DIDOUH.

9

10 Table des maières Lise des figures Lise des ableaux V VII Inroducion Chapire I La sous-raiance e la mainenance inégrée : Éa de l ar 5 II.. Inroducion 6 II.. Le couplage de la mainenance e la producion 6 I... Travaux de Van der Duyn Schouen e Vannese 7 I... Travaux de Meller e Kim 7 I..3. Travaux de Srinivasan e Lee 7 I..4. Travaux de Ouali e al. 7 I..5. Travaux de Rezg e al. 8 I..6. Travaux de Chelbi e Ai-Kadi 8 I..7. Travaux de Chelbi e Rezg 9 I..8. Travaux Benbouzid-Siayeb e al. 9 II.3. Le concep de la sous-raiance indusrielle 9 I.3.. Définiions 9 I.3.. Moivaions de la sous-raiance 0 I.3.3. Diverses formes de la sous-raiance I.3.4. Avanages de la sous-raiance I.3.5. Inconvéniens de la sous-raiance 3 I.3.6. Quelques ravaux menés sur la sous-raiance 4 I Travaux de Morcos 4 I Travaux de Kimura 4 I Travaux de Berry 4 I Travaux de Van Mieghem 5 I Travaux de Grossman e al. 5 I Travaux de Amesse e al. 6 I Travaux de Cagliano e Spina 6 II.4. Problémaique de la mainenance inégrée dans un conexe de sous-raiance 7 I.4.. Moivaion de cee éude 7 I.4.. Problémaique indusrielle 7

11 Tables des maières I.4.. Le ranspor par oléoducs 8 I.4.. La mainenance des oléoducs 9 I.4.3. Problème posé par cee hèse 0 I.4.4. Travaux de Dellagi e al. I.4.5. Posiionnemen par rappor aux ravaux de Dellagi II.5. Conclusion Chapire II Couplage de la mainenance e de la producion sous la conraine de sous-raiance 3 II.. Inroducion 4 II.. Éude de la renabilié d une poliique : Cas d une machine 4 II... Poliique de commande 5 II... Poliique de mainenance 5 II..3. L appor de la Poliique de Mainenance Inégrée par rappor à une Poliique de Mainenance Simple SMP 6 II..3.. La Poliique de Mainenance Simple SMP 6 II..3.. La Poliique de Mainenance Inégrée 9 II..4. Différence enre une poliique A e une poliique B 30 II..4.. La Poliique de Mainenance Inégrée selon le ype bloc B 3 II..4.. La Poliique de Mainenance Inégrée selon le ype âge A 3 II Performances de la poliique A par rappor à la poliique B 34 II.3. Éude de la renabilié de la conraine de la sous-raiance sous une poliique 34 II.3.. La Poliique TS 35 II.3... Définiion de la poliique TS 35 II.3... Poliique de commande de TS 35 II Poliique de mainenance de TS 35 II.3.. La Poliique WS 35 II.3... Définiion de la poliique WS 35 II.3... Poliique de commande WS 35 II Poliique de mainenance de WS 36 II Poliique d affecaion à la sous-raiance 36 II.3.3. Comparaison des poliiques TS e WS 37 II.4. Éude de la renabilié d une poliique : Cas de deux machines avec prise en compe de la sous-raiance 47 II.4.. Poliique de commande 47 II.4.. Poliique de mainenance 49 II.4.3. Poliique d affecaion à la sous-raiance 50 II.4.4. Problémaique à résoudre 5 II.4.5. Poliique de Mainenance Simple (SMP) 5 II Définiion de la poliique SMP 5 II Opimisaion avec la poliique SMP 5 II Résulas de la poliique SMP 53 II.4.6. Poliique de Mainenance Inégrée () 53 II Définiion de la poliique 53 II Opimisaion avec la poliique 54 II Résula de la poliique 55 II.4.7. Éude des performances de par rappor à SMP 55 II.5. Conclusion 56 II

12 Tables des maières Chapire III Éude de l'aspec emporel de la conraine de sous-raiance dans un conexe d une poliique de mainenance inégrée 57 III.. Inroducion 58 III.. Poliique d affecaion à la TST de la poliique 58 III.3. Poliique de commande de la poliique 59 III.4. Poliique de mainenance 60 III.5. Impac du placemen de la TST 60 III.6. Impac du reard de la sous-raiance 77 III.7. Impac du prolongemen de la durée de la TST 79 III.8. Conclusion 83 Chapire IV Analyse de la mainenance e de la producion sous la conraine de sous-raiance 85 IV.. Inroducion 86 IV.. La Poliique Adapée de Mainenance Inégrée (A) 86 IV... Définiion 86 IV... Poliique de commande 87 IV..3. Poliique d affecaion à la sous-raiance 87 IV..4. Poliique de mainenance 88 IV..5. Équaion du coû de la poliique A 88 IV..5.. Expression du coû de sockage 88 IV..5.. Expression du coû de pénurie 89 IV Expression du coû de mainenance 90 IV Équaion du coû oal moyen par cycle 90 IV Opimisaion 9 IV Exemple numérique 9 IV.3. La Poliique Généralisée de Mainenance Inégrée (G) 9 IV.3.. Définiion 9 IV.3.. Poliique de commande 93 IV.3.3. Poliique d affecaion à la sous-raiance 94 IV.3.4. Poliique de mainenance 94 IV.3.5. Équaion du coû de la poliique G 95 IV Expression du coû de sockage 95 IV Expression du coû de pénurie 05 IV Expression du coû de mainenance 05 IV Expression du coû oal moyen par cycle 06 IV Opimisaion 06 IV Exemple numérique 08 IV.4. La Poliique de Mainenance Inégrée Relaxée ( R ) 09 IV.4.. Définiion 09 IV.4.. Poliique de commande 09 IV.4.3. Poliique d affecaion à la sous-raiance IV.4.4. Poliique de mainenance IV.4.5. Modèle de simulaion IV Algorihme de simulaion IV Analyse de la variance 3 IV Opimisaion 4 IV.5. Conclusion 5 III

13 Tables des maières Chapire V Éude quaniaive de la conraine de sous-raiance 7 V.. Inroducion 8 V.. Problémaique 8 V... Poliique globale d affecaion aux âches de sous-raiance 8 V... Poliique globale de commande 9 V..3. Poliique globale de mainenance 0 V..4. Approche de simulaion V..5. Paramères de simulaion V.3. Poliique de Producion e de Mainenance à Sous-raiance Simple (PPMSS) V.3.. Poliique d affecaion à la sous-raiance V.3.. Poliique de commande V.3.3. Opimisaion avec la poliique PPMSS 3 V.4. Poliique de Producion e de Mainenance à Sous-raiance Muliple (PPMSM) 5 V.4.. Poliique d affecaion à la sous-raiance 5 V.4.. Poliique de commande 5 V.4.3. Opimisaion avec la poliique PPMSM 6 V.5. Poliique de Producion e de Mainenance à Sous-raiance Inflexible (PPMSI) 7 V.5.. Poliique d affecaion à la sous-raiance 7 V.5.. Poliique de mainenance 8 V.5.3. Poliique de commande 9 V.5.4. Opimisaion avec la poliique PPMSI 30 V.6. Inerpréaions des résulas 3 V.7. Conclusion 3 Conclusion 33 Annexe Références bibliographiques IV

14 Lise des figures Figure I.. Évoluion du onnage annuel e celle du onnage pondéré en France 8 Figure II.. Évoluion du niveau du sock pendan un cycle de la poliique 5 Figure II.. Éude de la conraine de sous-raiance : composans du sysème 35 Figure II.3. Évoluion du niveau du sock pendan un cycle de mainenance de WS e sa différence avec la poliique TS 36 Figure II.4. Évoluion du niveau du sock pendan l inervalle 38 Figure II.5. Évoluion du niveau du sock pendan l inervalle 39 Figure II.6. Évoluion du niveau du sock pendan l inervalle 3 40 Figure II.7. Évoluion du niveau du sock pendan l inervalle 4 4 Figure II.8. Évoluion du niveau du sock pendan l inervalle 5 44 Figure II.9. Couplage de la mainenance e la producion : composans du sysème 47 Figure II.0. Évoluion du niveau du sock 48 Figure II.. Mainenance prévenive pendan la sous-raiance (cas ) 49 Figure II.. Mainenance prévenive pendan la sous-raiance (cas ) 49 Figure II.3. Poliique d affecaion à la sous-raiance 50 Figure III.. Évoluion du niveau du sock pendan un cycle de la poliique 59 Figure III.. Différence de débu de réalisaion de la TST selon le cas 64 Figure III.3. Différence de débu de réalisaion de la TST selon le cas 7 Figure III.4. Impac du prolongemen de la durée de la TST sur l évoluion du niveau du sock 8 Figure IV.. Évoluion du niveau du sock pendan un cycle avec la poliique A 87 Figure IV.. Évoluion du niveau du sock pendan un cycle avec la poliique G 94 Figure VI.3. Évoluion du niveau du sock duran une période de producion à la demande 96 Figure IV.4. Évoluion du niveau du sock duran la phase II 97 Figure IV.5. Évoluion du niveau du sock duran deux périodes de producion à la demande 98 Figure IV.6. Durée d une période de producion à la demande séparan deux TST 98 Figure IV.7. Évoluion du sock duran la dernière période de producion à la demande 0 Figure IV.8. Évoluion du sock duran une TST 0 Figure IV.9. Évoluion du sock duran la période de mainenance prévenive 04 Figure IV.0. Évoluion du niveau du sock pendan un cycle de la poliique R 0 Figure IV.. Cas : Comporemen du niveau du sock pendan la phase I 0

15 Lise des figures Figure IV.. Cas : Comporemen du niveau du sock pendan la phase I Figure IV.3. Découpage du emps, e les éas de la machine M pendan un cycle Figure IV.4. Éape du foncionnemen de la machine M pendan un cycle 3 Figure V.. L évoluion du niveau du sock pendan la phase I 9 Figure V.. L évoluion du niveau du sock pendan une TST 0 Figure V.3. L évoluion du niveau du sock pendan hors sous-raiance 0 Figure V.4. Évoluion de niveau du sock pour la PPMSS Figure V.5. Évoluion de niveau du sock pour la PPMSM 5 Figure V.6. Récupéraion des TST perdues dans la poliique PPMSI 8 Figure V.7. Récupéraion d une TST sans repor de mainenance prévenive 8 Figure V.8. Récupéraion d une TST avec repor de mainenance prévenive 9 Figure V.9. Évoluion de niveau du sock pour la PPMSI 30 VI

16 Lise des ableaux Tableau I.. Coû de ranspor de produis péroliers avec divers moyens 9 Tableau II.. Srucure des coûs 6 Tableau II.. Correspondance enre les niveaux réels e ceux du plan d expériences 3 B Tableau II.3. Analyse de variance de C IM P 3 Tableau II.4. Correspondance enre les niveaux réels e ceux du plan d expériences 3 A Tableau II.5. Analyse de variance de C IM P 33 Tableau II.6. Caracérisiques des machines 5 Tableau II.7. Srucure des coûs 5 Tableau II.8. Correspondance enre les niveaux réels e ceux du plan d expériences 5 Tableau II.9. Analyse de variance de L 5 Tableau II.0. Valeurs de α * e h * e leurs correspondances L 53 Tableau II.. Correspondance enre les niveaux réels e ceux du plan d expérience 54 Tableau II.. Analyse de variance de L 54 Tableau II.3. Performances de PMI par rappor à SMP 55 Tableau IV.. Srucure des coûs 9 Tableau IV.. Évoluion du coû moyen par cycle e les valeurs opimales de T e h par rappor au nombre de TST par cycle 08 Tableau IV.3. Correspondance enre les niveaux réels e ceux du plan d expériences 4 Tableau IV.4. Analyse de variance. 4 Tableau V.. Caracérisiques du sysème Tableau V.. Correspondance enre les niveaux réels e ceux du plan d expériences 3 Tableau V.3. T Analyse de variance de C 4 Tableau V.4. Correspondance enre les niveaux réels e ceux du plan d expériences 6 Tableau V.5. T Analyse de variance de C 6 Tableau V.6. Correspondance enre les niveaux réels e ceux du plan d expériences 30 Tableau V.7. T Analyse de variance de C 3 3 Tableau V.8. Récapiulaif des résulas 3 VII

17 Lise des ableaux VIII

18 Inroducion Si selon M. Goldra, l excellence en producion es le bu à aeindre ; elle consiue désormais une vraie obligaion pour résiser aux différenes conraines e exigences du monde économique acuel, caracérisé par une compéiion exacerbée, sans limies, ni fronières. Dans ce cadre, diverses echniques e procédés on vu le jour pour guider les décideurs e managers du seceur économique e indusriel afin de prendre les meilleures décisions capables de garanir la pérennié e la sabilié de leurs enreprises, el que le juse-à-emps, qui consise en une méhode d organisaion des sysèmes de producion dans le bu de minimiser les socks. Parmi les echniques émergenes on peu cier aussi la philosophie du «lean manufacuring» qui consise à éliminer les gaspillages sur oues les phases du sysème de producion, classés dans sep familles : la surproducion, le sock, les délais d aene, le ranspor, les processus, les mouvemens, e les aux de rebu. Dans cee perspecive de perfecionnemen, l amélioraion de la gesion des aciviés de la mainenance s impose comme un choix sraégique nécessaire pour garanir le seuil désiré de disponibilié du sysème de producion. Chaque insan où la machine ou le sysème es en panne consiue un risque majeur d insaisfacion des cliens, pouvan générer des reards de livraison ou dans le cas exrême la pere définiive de la demande des cliens, ce qui peu affecer les profis e surou l image e la crédibilié de l enreprise vis-à-vis ses cliens e de ses acionnaires. En conséquence, une coordinaion enre les sraégies de la mainenance e celles de la producion devien primordiale pour avoir une vue globale sur oue la chaîne de producion, assuran ainsi, un raiemen comple de la demande des cliens e une prise en compe efficace e réacive de ou problème ou imprévu. Cee coordinaion enre la mainenance e la producion es connue sous forme d une approche die de mainenance inégrée, faisan le couplage enre la gesion de la mainenance e la gesion de la producion. Cependan, en parallèle des echniques e des amélioraions inernes que l enreprise peu adoper concernan la producion e la mainenance afin d améliorer ses comporemens e sa gesion, la coopéraion avec des aceurs exernes devien une praique de plus en plus répandue pour faire face aux défis grandissans de la mondialisaion, qui a accenué la concurrence inernaionale e a provoqué de grands bouleversemens e changemens de méhodes e de procédés de producion, poussan les enreprises à faire baisser leurs coûs de producion pour reser aracives e Eliyahu Goldra, Conseiller en managemen de renommée inernaionale, créaeur de la héorie de conraines. Voir : Le bu. Eliyahu M. Goldra & Jeff COX. Édiions Eyrolles. 986.

19 Inroducion compéiives. Mais cee coopéraion n es pas oujours basée sur un crière de coûs de producion. Dans cerain cas, elle consiue une alernaive inéressane pour combler des manques inernes de echnologie ou de compéences requises pour assurer la producion e la qualié nécessaires. Dans cee perspecive, la sous-raiance indusrielle représene un moyen inéressan de coopéraion inerenreprises capable d assurer des rappors gagnans gagnans enre des enreprises sous-raianes e des enreprises donneurs d ordres. Dans ce cadre, on cherche à ravers cee hèse à éudier e à proposer des poliiques de mainenance inégrées pour des enreprises presaaires de sous-raiance. De elles enreprises aspiren à opimiser l exploiaion de leurs moyens e leurs compéences pour maximiser leurs profis. Cee opimisaion suppose qu en plus des relaions habiuelles avec ses principaux cliens, l enreprise sera sous conraine de sous-raiance. L objecif de la recherche menée dans cee hèse es de rouver un compromis enre la gesion de la mainenance e la gesion de la producion d une par, e d aure par, les services de sous-raiance proposés par l enreprise, garanissan d abord la sabilié inerne de l enreprise e l évoluion de ses profis. Ce compromis doi garanir aussi la qualié e la pérennié des relaions de l enreprise avec ses cliens radiionnels, ainsi que les inérês des enreprises donneurs d ordres de sous-raiance parenaires de l enreprise. Cee hèse a éé inspirée d un problème réel renconré dans le domaine de ranspor des produis péroliers. Il s agi d une compagnie propriéaire d une insallaion complèe de ranspor de plusieurs produis péroliers. Cee insallaion comprend esseniellemen des oléoducs pour acheminer du pérole bru ou ses dérivées avec un cerain débi de pompage vers des réservoirs à parir desquels les cliens de la compagnie son desservis. Pour des raisons commerciales e économiques visan à opimiser l uilisaion des oléoducs e ainsi, maximiser les profis de la compagnie, mais aussi pour des raisons echniques qui imposen une uilisaion permanene des oléoducs, la compagnie a pris une décision sraégique de devenir presaaire de services de sous-raiance en allouan ses oléoducs pour d aures compagnies de ranspor des produis péroliers. Une elle décision exige un effor supplémenaire dans la gesion inerne de la compagnie pour pouvoir inégrer l acivié de sous-raiance sans que cela n affece la sabilié des relaions de la compagnie avec ses cliens direcs. Cee inégraion passe d abord par la recherche des meilleures poliiques de gesion de la mainenance e de la producion assuran la coninuié de l alimenaion des réservoirs de la compagnie pour saisfaire ses principaux cliens. Dans cee perspecive, nore ravail propose une éude de la problémaique de l allocaion de l oléoduc à la sous-raiance sous forme d un sysème de producion composé d une machine foncionnan à une ceraine cadence pour saisfaire une demande clien via un sock. Cee machine es allouée pour réaliser des âches de sous-raiance suivan un conra bien éabli avec le donneur d ordres, sipulan les fréquences e les durées de la sous-raiance. Le problème à résoudre consise à déerminer les meilleures poliiques de mainenance, couplées à des sraégies de producion sous une conraine de sous-raiance. Des poliiques de mainenance inégrées on éé développées e comparées. Leurs efficaciés e appors en ermes de gain en coûs on éé démonrés. Dans ce cadre un cerain nombre de héorèmes e de lemmes on éé proposés e jusifiés prouvan les gains engendrés. Ce mémoire sera organisé comme sui : Lors du premier chapire, nous présenons l approche de couplage de la gesion de la mainenance e la gesion de la producion. Dans ce conexe, nous présenerons différens ravaux e éudes basés sur cee approche. Dans ce chapire nous présenerons aussi le concep de la sous-raiance indusrielle, en rappelan diverses définiions e moivaions de la sous-raiance vues par différens chercheurs de la communaué scienifique. Dans le même espri, nous présenerons les différens avanages e inconvéniens de cee praique pour ces différenes paries. Dans la dernière parie de ce premier chapire nous présenerons la problémaique indusrielle source de cee éude ainsi que la ransposiion en problémaique similaire en sysème de producion.

20 Inroducion Le deuxième chapire de cee hèse sera consacré d abord à démonrer l uilié de l approche de mainenance inégrée faisan le couplage enre la mainenance e la commande dans le cas d un sysème de producion composé d une seule machine. Ensuie, dans une deuxième parie, nous monrerons les condiions sous lesquelles la sous-raiance sera renable pour les sysèmes de producions presaaires de services de sous-raiance. Dans la dernière parie de ce chapire nous éudierons l approche de mainenance inégrée sous conraine de sous-raiance dans le cas d un sysème composé de deux machines. Le roisième chapire de ce mémoire sera dédié à l éude de l aspec emporel de la conraine de sousraiance dans un conexe de mainenance inégrée, dans l objecif de déerminer l impac du placemen de la âche de sous-raiance dans un cycle de mainenance avec un crière de coû à opimiser. En se basan sur les résulas obenus, nous déerminerons ensuie la meilleure dae pour exécuer une âche de sous-raiance. Cela nous conduira à déerminer les impacs économiques d un reard inaendu du débu de réalisaion de la âche de sous-raiance, ou un prolongemen imprévu de sa durée de réalisaion. À ravers le quarième chapire, nous coninuons l éude de l approche de la mainenance inégrée en relaxan à chaque fois une des hypohèses posées dans le premier chapire, concernan la dae de débu de la âche de sous-raiance, le nombre de âches de sous-raiance pendan un cycle e l hypohèse que la probabilié que la machine ombe en panne pendan la phase de consrucion du sock soi négligeable. Enfin, le cinquième chapire de ce mémoire sera consacré à éudier la conraine de la sous-raiance de poin de vue quaniaif e cela en éudian différenes sraégies pour allouer la machine à la sousraiance basées sur deux principes différens : d abord, un principe de pere des âches non accomplies à emps à cause des pannes de la machine, ce qui engendre des coûs de pere de sousraiance. Ensuie, un deuxième principe basé sur une logique de récupéraion des âches de sousraiance non réalisées à cause des pannes de la machine. Dans ce cas, le cycle peu êre rallongé pour pouvoir réaliser oues les âches récupérées. 3

21 Inroducion 4

22 Chapire I La sous-raiance e la mainenance inégrée : Éa de l ar D ans le premier chapire de nore hèse nous présenons le concep de mainenance inégrée dans un conexe de sous-raiance. Dans un premier emps nous rapporons le principe du couplage de la gesion de la mainenance e de la gesion de la producion ainsi que les ravaux les plus marqués de la liéraure raian cee problémaique. Par la suie, nous présenons le concep de la sous-raiance indusrielle en exploran les diverses définiions de la sous-raiance dans la liéraure, ainsi que les différenes moivaions qui poussen les enreprises à avoir recours à la sous-raiance. Ces moivaions on fai émerger deux principaux ypes de sous-raiance : la sous-raiance de spécialié e la sous-raiance de capacié. Ce qui nous a condui à illusrer les avanages qui peuven êre irés de la sous-raiance du côé du donneur d ordres e du côé du sous-raian mais aussi les inconvéniens qui peuven résuler de son adopion. Dans cee parie nos présenons quelques ravaux raian de la sous-raiance dans divers domaines. La roisième parie de ce chapire es consacrée aux problémaiques de mainenance inégrée dans un conexe de sous-raiance e consiue le cadre d éude de cee hèse ainsi que les moivaions qui nous on poussé à enamer cee éude e la problémaique indusrielle qui nous a inspiré.

23 Chapire I I.. Inroducion Dans un monde indusriel de plus en plus complexe e en perpéuel changemen, les relaions inerenreprises on connu beaucoup d amélioraions vers plus de rapprochemen e plus de coopéraion. Dans ce conexe, de plus en plus d enreprises on recours à la sous-raiance indusrielle qui es devenue une praique rès répandue pour faire face à la concurrence [Amesse, 00], [Andersen, 999], [Lehinen, 999], mais aussi pour remédier au manque d efficacié echnologique ou à l incapacié de producion avec les crières e les paramères demandés. Ce recours à la sousraiance peu êre jusifiés aussi par la voloné de l enreprise à se concenrer sur une acivié noyau e d exernaliser les aures aciviés sous forme de conras avec des enreprises presaaires de services de sous-raiance [Andersen, 999]. De nombreuses éudes raien la sous-raiance dans différens domaines, els que l aéronauique [Amesse, 00], l indusrie [Lehinen, 999], [Cagliano, 00] e [Berrand, 00], la consrucion [Tserng, 00], le commerce e les chaînes logisique [Andersen, 999], [Andersen, 000], la gesion de projes [Guierrez, 000]. Dans ce chapire, nous présenerons le problème de la sous-raiance vue du côé des enreprises presaaires de sous-raiance, dans un environnemen de couplage de la mainenance e de la producion. De nombreuses éudes on démonré l efficacié e la perinence d une approche inégrée de la mainenance e de la producion dans la gesion moderne des sysèmes indusriels. Parmi ces éudes, on noe celle de Buzaco [Buzaco, 967] qui a éudié l impac de l ajou d un sock inermédiaire sur la producivié d un sysème. Dans le même espri, Conway e al., [Conway, 988] on analysé par simulaion le nombre d uniés produies par un sysème relaivemen à la posiion du sock inermédiaire. Cheung e Hausmann [Cheung, 997] on proposé à ravers leur éude une opimisaion simulanée du sock sraégique e la poliique de mainenance du ype âge. Van der Dyun Schouen e Vannese [Van der Dyun Schouen, 995] on proposé une poliique de mainenance prévenive basée sur l âge de la machine e la capacié du sock séparan deux machines. Rezg e al. [Rezg, 004] on présené une opimisaion conjoine de la mainenance prévenive e de la gesion du sock pour une ligne de producion composée de plusieurs machines en série. [Kenné, 004] a éudié une opimisaion sochasique du problème de gesion de producion e de la mainenance correcive associée basée sur un modèle sochasique. Ils on proposé une méhode pour rouver l'âge opimal des acions de mainenance prévenive e les cadences de producion opimales pour un sysème composé de machines ideniques. Ce chapire es organisé comme sui : dans la prochaine secion nous présenerons l approche faisan le couplage enre la gesion de la mainenance e celle de la producion en cian quelques éudes basées sur cee approche. Ensuie, nous aborderons le concep de la sous-raiance, ses définiions, ses formes, ses avanages e ses inconvéniens. Nous présenerons aussi ceraines éudes raian la sousraiance dans différens domaines. La secion suivane sera consacrée à exposer le couplage de la mainenance e la producion dans le conexe de sous-raiance. Dans cee secion nous déaillerons les moivaions de nore éude ainsi que le problème posé par cee hèse e les méhodes que nous avons uilisées pour parvenir aux soluions proposées. I.. Le couplage de la mainenance e la producion L approche de mainenance inégrée, faisan le couplage enre la gesion de la mainenance e la gesion de la producion consise à avoir une vue globale e plus complèe de la chaîne de producion, en maîrisan à la fois les acions liées à la mainenance des composans mais aussi des aciviés de la producion e cela pour avoir un foncionnemen meilleur qui prend en compe à la fois le programme de la mainenance e la planificaion de la producion. 6

24 La sous-raiance e mainenance inégrée : Éa de l ar On rouve dans la liéraure de nombreuses éudes se basan sur cee approche, parmi lesquelles on peu cier : I... Travaux de Van der Duyn Schouen e Vannese [Van der Duyn Schouen, 995] Van der Duyn Schouen e Vannese considèren dans ce ravail une machine qui alimene un sysème de producion via un sock inermédiaire mis en place pour faire face aux périodes d indisponibilié de la producion. La machine fai l obje de programme de mainenance prévenive qui ne se base pas uniquemen sur l âge de la machine mais aussi sur l éa du sock. Ils on raié ce problème d inégraion de la mainenance e la producion pour analyser une classe de poliiques de commande en se basan sur la héorie de Markov. I... Travaux de Meller e Kim [Meller, 996] Dans ce ravail Meller e Kim considèren un sysème composé de deux machines en série, avec un sock inermédiaire. L objecif es de déerminer le niveau opimal du sock inermédiaire auquel l acion de mainenance prévenive sur la première machine es exécuée. Ils on supposé qu à long erme, les acions périodiques de mainenance prévenive diminueron les aux de défaillance de la première machine. Un modèle de coû du sysème es défini, incluan le coû des acions de mainenance prévenive e acions de réparaions des machines, ainsi que les coûs de sockage e coû de pénurie de sock. Ce modèle de coû dépend des valeurs des mesures qui son en foncion du niveau opimal du sock définissan la poliique de mainenance prévenive. Les aueurs se son basés sur une modélisaion Markovienne du processus aléaoire du comporemen du sysème. I..3. Travaux de Srinivasan e Lee [Srinivasan, 996] Les aueurs on considéré un sysème produisan des pièces pour saisfaire une demande suivan une loi de Poisson. Ce sysème de producion peu omber en panne pendan son foncionnemen avec un aux de défaillance croissan. Pour cela, des acions de mainenance prévenive son réalisées afin de resaurer le sysème dans son éa iniial. Ce ravail es basé sur la poliique de commande suivane : dès que le sock aein un cerain niveau S, une acion de mainenance prévenive es réalisée. Après cee acion de mainenance, le sysème de producion reprend son foncionnemen dès que le niveau du sock passe au-dessous d une ceraine valeur s e cela jusqu à ce qu il aeigne à nouveau le niveau S. Mais dans le cas où le sysème de producion ombe en panne avan d assurer le niveau S, il sera réparé d une façon minimale. Le coû oal es composé des coûs de mainenance prévenive, de réparaion, d insallaion, de sockage e de demande en aene. I..4. Travaux de Ouali e al. [Ouali, 00] Les ravaux de Ouali e al. reviennen à opimiser simulanémen les flux de la producion e de la mainenance prévenive. L approche développée perme de prendre en compe l ineracion enre la sraégie de la mainenance e de la poliique de commande. En effe les indicaeurs de performance du sysème son exploiés pour développer la sraégie de mainenance. Les indicaeurs uilisés son le niveau du sock e l âge du sysème de producion. La définiion de la sraégie de mainenance doi prendre en compe le calendrier de la producion ainsi que la disponibilié des ressources nécessaires à la réalisaion des acions de mainenance. Dans cee éude, le sysème de producion considéré es composé d une seule machine produisan un seul ype de produi afin de saisfaire une demande consane dans le emps. La machine possède une cadence de producion maximale supérieure à la demande. Ceci lui perme de consruire un sock de sécurié. Quand le niveau du sock de sécurié es aein la machine produi alors à la demande. Du poin de vue de la fiabilié, la machine es sujee à des pannes aléaoires qui nécessien l arrê immédia de la producion. D aure par, la machine es soumise à un programme de mainenance prévenive de ype âge. Pendan les périodes de mainenance prévenive ou correcive la demande es 7

25 Chapire I puisée dans le sock de sécurié. La non saisfacion de la demande suie à l épuisemen oal du sock de sécurié enraîne des pénuries. Dans un premier emps, Ouali e al. on éudié la sraégie de mainenance e la sraégie de producion d une façon indépendane. En effe, en premier lieu, ils on éabli un coû oal moyen par unié de emps des acions de mainenance. En opimisan ce coû, ils on déerminé l âge opimal de la mainenance prévenive minimisan le coû de mainenance. En second lieu, ils on éabli un coû oal moyen par unié de emps qui inègre les coûs d invenaire e des demandes perdues. Un niveau de sock de sécurié opimal a éé déerminé suie à la minimisaion de ce coû. Par la suie, ils on éabli un coû oal moyen par unié de emps inégran les coûs de mainenance, les coûs d invenaire e les coûs des demandes perdues. L expression analyique du coû es complexe. La minimisaion analyique du coû es difficile. Pour cela ils on opé pour la simulaion pour résoudre le problème. Ce qui a permis de déerminer conjoinemen l âge opimal de la mainenance prévenive e le niveau opimal du sock de sécurié à mainenir. Les comparaisons des coûs opimaux obenus enre les différenes poliiques de gesion de la mainenance e de la producion on monré l efficacié d une mainenance inégrée en ermes de gain. I..5. Travaux de Rezg e al. [Rezg, 004] Rezg e al. considèren le cas d une ligne de producion série composée de n machines avec un sock à la fin de la ligne où la demande es puisée à périodicié e quanié consanes. Les machines possèden des cadences de producion ideniques supérieures à la demande. Les machines produisen à leur cadence maximale pour consruire un sock de sécurié. Quand le niveau souhaié es aein, les machines produisen à la demande. Les pannes aléaoires des machines enraînen l inerrupion de la producion, ainsi la demande sera saisfaie à parir du sock de sécurié consrui. Dans le cas où le sock de sécurié es vide, les demandes son perdues e un coû de pénurie es engendré. Les machines son soumises à des acions de mainenance prévenive de ype âge. Les ravaux de Rezg e al. son menés en rois éapes. Dans la première éape, Rezg e al. se son inéressés uniquemen à la parie mainenance. En effe il on éabli un coû oal moyen par unié de emps sur un horizon fini qui inègre les acions de mainenance correcive e prévenive. Par une résoluion numérique, ils on minimisé la foncion coû pour obenir l âge opimal de la mainenance prévenive. Dans une deuxième éape, ils on éudié uniquemen l aspec producion. Ils on formulé un coû oal moyen par unié de emps inégran le coû des invenaires e des demandes perdues. Dans cee éape, ils on considéré ous les scénarios d évoluion du sock possibles. Le bu éai de déerminer un niveau de sock opimal qui minimise le coû éabli. Ils on éabli analyiquemen les condiions d exisence d une soluion opimale. A l aide d une résoluion numérique le niveau de sock opimal a éé obenu. Dans la roisième éape, ils on raié l aspec mainenance e producion d une façon simulanée. En effe, ils on éabli un coû oal moyen par unié de emps inégran la mainenance, l invenaire e les demandes perdues. Le modèle analyique obenu es assez complexe à résoudre. D aure par, afin de relaxer quelques hypohèses, ils on opé pour la simulaion pour résoudre le problème. Pour déerminer simulanémen l âge de la mainenance prévenive opimal e le niveau de sock opimal, ils on proposé une approche hybride basée sur l uilisaion de la simulaion e les algorihmes généiques pour déerminer le niveau de sock opimal e l âge de la mainenance prévenive opimal dans le cas d une seule machine. Enfin une comparaison enre les rois éapes a prouvé que l éude raian simulanémen la mainenance e la producion es plus performane que l éude raian chaque aspec à par. Ces ravaux on éé éendus à n machines. I..6. Travaux de Chelbi e Ai-Kadi [Chelbi, 004] Dans ce ravail, Chelbi e Ai-Kadi on considéré une unié de producion à l enrée d une chaîne de monage foncionnan avec un mode de producion juse à emps. Cee unié de producion peu omber en panne d une façon aléaoire, pour cela elle bénéficie d acions de mainenance correcive de durées aléaoires. En plus, elle fai l obje d acions de mainenance prévenive de ype bloc. Pour remédier aux périodes d indisponibilié de la machine causées par les pannes, un sock inermédiaire de capacié finie es mis en place. 8

26 La sous-raiance e mainenance inégrée : Éa de l ar La sraégie de commande suivie consise à produire avec la cadence maximale pendan une première phase duran laquelle l unié de producion es supposée neuve. Cee phase perme d assurer la capacié maximale du sock, capable de saisfaire la demande jusqu à la fin du cycle de mainenance prévenive. Ensuie, l unié de producion passe à une producion à la demande jusqu à la dae de mainenance prévenive. Le bu de ce ravail éai de déerminer analyiquemen la poliique opimale inégran la mainenance e la producion, une poliique qui déermine la capacié opimale du sock e l âge de mainenance prévenive opimale de l unié de producion, assuran un coû oal moyen minimal. I..7. Travaux de Chelbi e Rezg [Chelbi, 006] Ce ravail es basé sur un couplage de la commande e la mainenance pour déerminer le niveau opimal de sock e l âge opimal de mainenance prévenive d une unié de producion sujee à des acions de mainenance correcive suie aux pannes aléaoires e soumise à un programme de mainenance prévenive chaque âge T. Pour faire face à ces périodes de réparaion e de mainenance de l unié de producion, un sock ampon es mis en place afin de garanir la coninuié de la saisfacion de la demande. L objecif es de déerminer analyiquemen le niveau opimal du sock e l âge opimale de la mainenance prévenive de l unié de producion qui assuren un coû oal opimal, sous conraine d un niveau minimal de disponibilié exigé. I..8. Travaux Benbouzid-Siayeb e al. [Benbouzid, 05] Les ravaux de Benbouzid-Siayeb e al. poren sur le problème de la planificaion de la mainenance. Ils proposen quelques élémens de réponse au problème de la planificaion commune e inégrée des âches de mainenance e de producion. Dans cee éude ils prennen en considéraion le respec des conraines inrinsèques au problème. D une par Benbouzid-Siayeb e al. on démonré la nécessié de développer des heurisiques d ordonnancemen conjoin producion/mainenance pour aeindre l objecif d opimisaion de la sûreé de foncionnemen du sysème de producion. Ils on proposé l adapaion d un cerains nombre d heurisiques des approches consrucives, iéraives e évoluives pour le cas de l ordonnancemen conjoin producion/mainenance. D aure par, ils on éudié la conribuion de la mainenance à la robusesse de ces ordonnancemens conjoins. Le modèle proposé, a pour objecif d inscrire la généraion d ordonnancemens conjoins comme une démarche proacive, e de démonrer que l inégraion de la mainenance lors de la généraion des ordonnancemens de producion es à mere au profi de la robusesse de ces derniers. I.3. Le concep de la sous-raiance indusrielle I.3.. Définiions Dans [Van Mieghem, 999], la sous-raiance es définie comme l approvisionnemen des produis ou des services des sources exernes à l'organisaion. Le même concep peu êre rouvé dans [Andersen, 999], [Cagliano, 00] qui définissen la sous-raiance comme éan la livraison des marchandises ou des services, selon la concepion e les caracérisiques d une enreprise donneur d ordres. Selon [Grosmann, 005] la sous-raiance signifie plus que juse l'acha des maières premières e des marchandises inermédiaires. Elle consise à rouver un associé avec lequel l enreprise peu éablir un rappor bilaéral basé sur un cahier de charges précis de sore qu'il devienne capable de produire les marchandises ou les services adapés selon les besoins de l'enreprise. En effe, [Kimura, 00] remarque que la sous-raiance indusrielle n es pas oujours définie expliciemen dans la liéraure, néanmoins, il cie que dans sa plus large significaion, la sousraiance se rappore à l'acha d'une parie d'un produi ou d'un processus d'une enreprise différene. 9

27 Chapire I En se référan à d aure aueurs, els que [Kawasaki, 998], il défini la relaion de sous-raiance comme «une relaion conracuelle dans laquelle une grande sociéé demande à une peie sociéé de conduire un ravail commissionné (producion des pièces, des composans ou des produis finis) sous une posiion dominane.» Dans ces ravaux, Kimura signale qu il y a une sore de consensus général que la sous-raiance es un arrangemen à long erme. Une ransacion unique (one-sho) ne peu pas s'appeler un arrangemen de sous-raiance. En oure, on s'aend à ce que parfois cee relaion de sous-raiance inclue des arrangemens de parage de risques, un mécanisme de diffusion de echnologie. Cependan, l'arrangemen n'es pas nécessairemen exclusif ; un sous-raian peu avoir des cliens muliples. Selon la définiion de la Commission européenne e de l Associaion française de normalisaion, le preneur d ordres (le sous-raian) es enu de se conformer exacemen aux direcives ou spécificaions echniques arrêées par le donneur d ordres. Le donneur d ordres garde la responsabilié echnique, commerciale e juridique des produis e des composans. [SESSI, 006] Au Japon, le minisère du commerce inernaional e l'indusrie du gouvernemen du Japon, défini la sous-raiance comme sui : «arrangemen conracuel enre une enreprise e une enreprise «mère» ayan un capial plus imporan, ou un nombre d'employés plus grand. La première enreprise es chargée de fabriquer des produis, des pièces, des maériaux ou des composans uilisés comme enrées dans la producion de la sociéé mère, ou de produire ou réparer les équipemens, les ouils, que la sociéé mère emploie dans sa producion. Quand une sociéé achèe des pièces, composans e d'aures non adapées aux besoins du clien, par un canal habiuel de vene, il n'es pas considéré comme une sous-raiance. Dans la sous-raiance, une sociéé mère commande le ravail direcemen à un sous-raian avec des spécificaions de plan, de qualié, une concepion» [Kimura, 00] Dans [Morcos, 004] e [Amesse, 00], la sous-raiance es définie comme éan un rappor économique où une enié, appelée donneur d ouvrages, demande à une aure enié indépendane, le sous-raian (ou fournisseur), d enreprendre la producion ou la ransformaion d un maériel, d une composane, d une parie, d un sous-ensemble ou de fournir un service indusriel selon les caracérisiques définies par le donneur d ouvrages. À ravers ces définiions nous pouvons considérer la sous-raiance comme une relaion enre deux enreprises suivan laquelle une des enreprises appelée sous-raian (ou preneur d ordres) accompli des âches confiées par l aure enreprise die donneur d ordres (donneur d ouvrages) en respecan un cahier de charges précis, conenan les différenes spécificaions en maière de délais, qualié, quaniés, I.3.. Moivaions de la sous-raiance La sous-raiance a éé généralemen considérée comme une praique conduie e moivée par la réducion des coûs ou comme opion pour faire face aux flucuaions de capacié de producion ou au manque de compéences. Néanmoins, elle a éé idenifiée comme un composan sraégique e un faceur de changemen depuis les années 70. La complexié croissane des echnologies rend de plus en plus difficile pour qu'une enreprise simple maîrise oues les connaissances e le savoir faire exigés pour la fabricaion de ses produis, une siuaion qui conribue à accroîre le nombre de conras de sous-raiance, d'associaions e d'alliances echnologiques sraégiques [Amesse, 00]. Selon [Berry, 997] la logique économique ypique de la sous-raiance enre les grandes e peies enreprises se siue dans le fai que les grandes compagnies peuven accomplir ceraines âches mieux que les peies enreprises, mais d'aures âches moins bien, ce qui favorisen la créaion de relaions plus imporanes que le simple acha ou la vene des biens e des services. À ravers ces ravaux nous remarquons que la sous-raiance es favorisée par les conraines économiques e commerciales récenes en ermes de coû e echnologie [Andersen, 999]. Elle consiue une soluion à des déficis echnologiques ou dans cerains cas une incapacié oale ou parielle à produire les quaniés demandées selon les crières spécifiés. Mais d après [Morcos, 004] un aure faceur imporan de l émergence de la sous-raiance es l uilisaion répandue des 0

28 La sous-raiance e mainenance inégrée : Éa de l ar echniques de producion flexible e hauemen producive e des méhodes basées sur une des echnologies avancées (elle que la roboique ), ce qui incie les sous-raians à combiner un grand nombre d ordres de cliens divers afin de maximiser la capacié d uilisaion de leurs équipemens e par conséquen d offrir un meilleur prix pour leurs services. I.3.3. Diverses formes de la sous-raiance La sous-raiance représene aujourd hui une réacion du monde indusriel à cerains changemens survenus suie à la mondialisaion e la complicaion echnique des procédés de fabricaion ainsi qu à la course inerminable vers la réducion des prix. À ire d exemple, selon un rappor du service des éudes e des saisiques indusrielles (SESSI) du Minisère de l économie, des finances e de l indusrie, en France, les chiffres de l année 005 monren que dans les seceurs de la sous-raiance indusrielle concernan les domaines des méaux, plasiques, caouchouc e élecronique, il exise plus de enreprises (de 0 personnes e plus) ayan salariés e généran 45 milliards d euros de chiffre d affaires e,6 milliards d euros d invesissemens [SESSI, 006]. Dans ce cadre, deux formes de sous-raiance son nées, la sous-raiance de capacié e celle de spécialié : [Amesse, 00], [Berrand, 00], [Morcos, 004], [SESSI, 006] La sous-raiance de spécialié : Dans ce ype de sous-raiance l enreprise donneur d ordres a éabli une sraégie basée sur le choix de ne pas acquérir une ceraine echnologie ou des compéences nécessaires dans les procédés de fabricaion des produis ou des biens qu il propose. Cee sraégie es moivée par une voloné à évier des invesissemens rès lourds e coûeux, e dans cerains cas peu renables. Pour cela, cee enreprise s appuie sur les qualificaions echniques d un sous-raian ayan des équipemens ou des compéences humaines qualifiées pour accomplir des âches complexes e précises (couran dans le seceur auomobile, aéronauique ou aérospaial, noammen). La sous-raiance de capacié : Dans cerains cas une enreprise donneur d ordres s adresse à des enreprises presaaires de sous-raiance pour fabriquer un produi précis. Cee solliciaion de la sous-raiance survien bien que l enreprise dispose des compéences e les echniques nécessaires pour le fabriquer afin de répondre à une flucuaion de la demande pendan des périodes provisoires. La sous-raiance de capacié consiue un ouil de flexibilié dans la mesure où elle perme de faire face aux hausses poncuelles de la producion e aux problèmes d ordre echnique. Mais on rouve dans la liéraure une aure forme de la sous-raiance peu ciée qui pousse encore plus loin la relaion enre le donneur d ordres e le sous-raian. Elle consise à engager le donneur d ordres à mere en relaion direce son clien e le sous-raian chargé de réaliser les âches que le clien a confiées au donneur d ordres. I.3.4. Avanages de la sous-raiance Quelques soien les raisons e les moivaions pour lesquelles une enreprise décide de faire appel à une enreprise sous-raiane afin de conduire des âches précises e suivan un cahier de charges bien défini, la sous-raiance rese une sraégie qui doi apporer aux enreprises (presaaires ou donneur d ordres de sous-raiances) des bénéfices e des avanages suivan un principe gagnan gagnan. Comme dans [Morcos, 004], les avanages de la sous-raiance peuven êre classés en se basan sur les deux côés de cee relaion de sous-raiance. Ainsi, nous rouvons des avanages pour les donneurs d ordres résumés dans les poins suivans :

29 Chapire I Réducion des coûs La plupar des éudes menées sur la sous-raiance insisen sur ce aspec de réducion des coûs de producion comme avanage de la sous-raiance. En effe, la sous-raiance perme de réduire les frais d exploiaion, en plus, elle assure des condiions d invesissemen inférieures [Van Mieghem, 999]. Aure faceur de réducion des coûs es la différence enre les coûs de producion e le niveau des salaires enre les pays indusrialisés e pays d économie émergene. Meilleure qualié La réducion des coûs n es pas le seul avanage que les donneurs d ordres peuven irer en sous-raian leurs aciviés [Grossman, 005]. La sous-raiance perme aussi de garanir le niveau désiré de qualié de produi, e cela es généralemen du à la complicaion e la sophisicaion des procédés de producion qui poussen les enreprises à chercher des parenaires plus apes e plus compéens [Morcos, 004], [Andersen, 000]. Flexibilié de la planificaion La sous-raiance ien en compe des ajusemens nécessaires pour faire face aux flucuaions e variaions emporelles de la demande [Van Mieghem, 999]. Cela es expliqué par le fai que le donneur d ordres aura recours à la sous-raiance pour compléer sa propre producion en réacion aux changemens e l éa des marchés. Accéder à des nouveaux marchés Ceraines enreprises on recours à la sous-raiance pour pouvoir accéder à des nouveaux marchés ou régions avec de fors poeniels de croissance e de développemen [Morcos, 004]. Un exemple rès inéressan es celui de Airbus, filiale d EADS e principal consruceur aéronauique européen, qui vien de signer en 007 un conra de join venure pour la chaîne d'assemblage final de l'avion A30 [Airbus Info, 007]. Il fau signaler la voloné de Airbus e d une façon générale de la maison mère EADS de conquérir un marché asiaique e surou chinois en pleine expansion, résumée par la ciaion de Noël Forgeard, l ancien direceur d EADS, en 005 lors de la signaure d une commande : "À EADS, nous meons la Chine au somme exrême en maière de sraégie d'inernaionalisaion. Nous voulons, à ravers des parenarias indusriels, lier nos desins à celui de la Chine". Il fau dire qu en Chine le rafic passager es en augmenaion de + 6,5% par an, les prévisions de croissance économique pour les 0 prochaines années se siuen à prés de 9%, en plus, en 00, la Chine deviendra le second uilisaeur d'aéronefs, juse derrière les Éas-unis. Efficacié économique [Tserng, 00] La sous-raiance perme d augmener l efficacié économique de l enreprise en faisan déléguer à des parenaires exernes des âches qui ne fon pas paries de son méier noyau [Van Mieghem, 999], comme par exemple, la mainenance, la resauraion, Les cas dans ce vole son muliples, nous cions à ire d exemple, l opéraeur de éléphonie mobile français SFR qui a décidé en juille 007, de sous-raier la gesion de ses cenres d appels à des sociéés plus experes. Du côé des sous-raians les principaux avanages peuven êre résumés dans les poins suivans : Producivié e efficacié plus élevées Selon [Berry, 997] la coopéraion enre les PME conribue à une efficacié collecive faisan face aux défis de la concurrence, dans ce cadre, la sous-raiance offre une possibilié aux enreprises sous-raianes d augmener leur producivié grâce à des conras bien éablis, avec des spécificaions précises e qui dans la plupar des cas s éalen sur le moyen voire le long erme.

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS

EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS CEDRIC TAPSOBA Diplômé IDS Inern/ CARE Regional Program Coordinaor and Gender Specialiy Service from USAID zzz WA-WASH Program Tel: 70 77 73 03/

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France [ LA MOBILITÉ ] PARTICULIERS Ned s Expa L assurance des Néerlandais en France 2015 Découvrez en vidéo pourquoi les expariés en France choisissen APRIL Inernaional pour leur assurance sané : Suivez-nous

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme Programmaion, organisaion e opimisaion de son processus Acha (Ref : M64) OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Appréhender la foncion achas e son environnemen Opimiser son processus achas Développer un acha

Plus en détail

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1 Documenaion Technique de Référence Chapire 8 Trames ypes Aricle 8.14-1 Trame de Rappor de conrôle de conformié des performances d une insallaion de producion Documen valide pour la période du 18 novembre

Plus en détail

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel I. 1 CHAPITRE I : Cinémaique du poin maériel I.1 : Inroducion La plupar des objes éudiés par les physiciens son en mouvemen : depuis les paricules élémenaires elles que les élecrons, les proons e les neurons

Plus en détail

N d ordre Année 2008 THESE. présentée. devant l UNIVERSITE CLAUDE BERNARD - LYON 1. pour l obtention. du DIPLOME DE DOCTORAT. (arrêté du 7 août 2006)

N d ordre Année 2008 THESE. présentée. devant l UNIVERSITE CLAUDE BERNARD - LYON 1. pour l obtention. du DIPLOME DE DOCTORAT. (arrêté du 7 août 2006) N d ordre Année 28 HESE présenée devan l UNIVERSIE CLAUDE BERNARD - LYON pour l obenion du DILOME DE DOCORA (arrêé du 7 aoû 26) présenée e souenue publiquemen le par M. Mohamed HOUKARI IRE : Mesure du

Plus en détail

SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE

SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE Le seul ballon hybride solaire-hermodynamique cerifié NF Elecricié Performance Ballon hermodynamique 223 lires inox 316L Plaque évaporarice

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE Ce aricle es disponible en ligne à l adresse : hp://www.cairn.info/aricle.php?id_revue=ecop&id_numpublie=ecop_149&id_article=ecop_149_0073 Risque associé au conra d assurance-vie pour la compagnie d assurance

Plus en détail

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques Universié de Paris I Panhéon Sorbonne U.F.R. de Sciences Économiques Année 2011 Numéro aribué par la bibliohèque 2 0 1 1 P A 0 1 0 0 5 7 THÈSE Pour l obenion du grade de Doceur de l Universié de Paris

Plus en détail

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET Finance 1 Universié d Evry Val d Essonne éance 2 Philippe PRIAULET Plan du cours Les opions Définiion e Caracérisiques Terminologie, convenion e coaion Les différens payoffs Le levier implicie Exemple

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Formaion assurance-vie e récupéraion: Quand e Commen récupérer? (Ref : 3087) La maîrise de la récupéraion des conras d'assurances-vie requalifiés en donaion OBJECTIFS Appréhender la naure d un conra d

Plus en détail

Les Comptes Nationaux Trimestriels

Les Comptes Nationaux Trimestriels REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Parie ---------- INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ---------- REPUBLIC OF CAMEROON Peace - Work Faherland ---------- NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS ----------

Plus en détail

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite DOCUMENT DE TRAVAIL 2003-12 Impac du vieillissemen démographique sur l impô prélevé sur les rerais des régimes privés de reraie Séphane Girard Direcion de l analyse e du suivi des finances publiques Ce

Plus en détail

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2 enrées série TB logiciel d applicaion 2 enrées à émission périodique famille : Inpu ype : Binary inpu, 2-fold TB 352 Environnemen Bouon-poussoir TB 352 Enrée 1 sories 230 V Inerrupeur Enrée 2 Câblage sur

Plus en détail

No 1996 13 Décembre. La coordination interne et externe des politiques économiques : une analyse dynamique. Fabrice Capoën Pierre Villa

No 1996 13 Décembre. La coordination interne et externe des politiques économiques : une analyse dynamique. Fabrice Capoën Pierre Villa No 996 3 Décembre La coordinaion inerne e exerne des poliiques économiques : une analyse dynamique Fabrice Capoën Pierre Villa CEPII, documen de ravail n 96-3 SOMMAIRE Résumé...5 Summary...7. La problémaique...9

Plus en détail

Mathématiques financières. Peter Tankov

Mathématiques financières. Peter Tankov Mahémaiques financières Peer ankov Maser ISIFAR Ediion 13-14 Preface Objecifs du cours L obje de ce cours es la modélisaion financière en emps coninu. L objecif es d un coé de comprendre les bases de

Plus en détail

Texte Ruine d une compagnie d assurance

Texte Ruine d une compagnie d assurance Page n 1. Texe Ruine d une compagnie d assurance Une nouvelle compagnie d assurance veu enrer sur le marché. Elle souhaie évaluer sa probabilié de faillie en foncion du capial iniial invesi. On suppose

Plus en détail

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle Aricle «Les effes à long erme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel e Berrand Wigniolle L'Acualié économique, vol 79, n 4, 003, p 457-480 Pour cier ce aricle, uiliser l'informaion suivane

Plus en détail

UNIVERSITÉ D ORLÉANS. THÈSE présentée par :

UNIVERSITÉ D ORLÉANS. THÈSE présentée par : UNIVERSITÉ D ORLÉANS ÉCOLE DOCTORALE SCIENCES DE L HOMME ET DE LA SOCIETÉ LABORATOIRE D ECONOMIE D ORLEANS THÈSE présenée par : Issiaka SOMBIÉ souenue le : 5 décembre 2013 à 14h00 pour obenir le grade

Plus en détail

Estimation des matrices de trafics

Estimation des matrices de trafics Cédric Foruny 1/5 Esimaion des marices de rafics Cedric FORTUNY Direceur(s) de hèse : Jean Marie GARCIA e Olivier BRUN Laboraoire d accueil : LAAS & QoSDesign 7, av du Colonel Roche 31077 TOULOUSE Cedex

Plus en détail

Sommaire de la séquence 12

Sommaire de la séquence 12 Sommaire de la séquence 12 Séance 1........................................................................................................ Je prends un bon dépar.......................................................................................

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE Obje de la séance 3 : dans la séance 2, nous avons monré commen le besoin de financemen éai couver par des

Plus en détail

Froid industriel : production et application (Ref : 3494) Procédés thermodynamiques, systèmes et applications OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

Froid industriel : production et application (Ref : 3494) Procédés thermodynamiques, systèmes et applications OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Froid indusriel : producion e applicaion (Ref : 3494) Procédés hermodynamiques, sysèmes e applicaions SUPPORT PÉDAGOGIQUE INCLUS. OBJECTIFS Appréhender les différens procédés hermodynamiques de producion

Plus en détail

Document de travail FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN. Mathilde Le Moigne OFCE et ENS ULM

Document de travail FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN. Mathilde Le Moigne OFCE et ENS ULM Documen de ravail 2015 17 FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN Mahilde Le Moigne OFCE e ENS ULM Xavier Rago Présiden OFCE e chercheur CNRS Juin 2015 France e Allemagne : Une hisoire

Plus en détail

Recueil d'exercices de logique séquentielle

Recueil d'exercices de logique séquentielle Recueil d'exercices de logique séquenielle Les bascules: / : Bascule JK Bascule D. Expliquez commen on peu modifier une bascule JK pour obenir une bascule D. 2/ Eude d un circui D Q Q Sorie A l aide d

Plus en détail

Chapitre 9. Contrôle des risques immobiliers et marchés financiers

Chapitre 9. Contrôle des risques immobiliers et marchés financiers Capire 9 Conrôle des risques immobiliers e marcés financiers Les indices de prix immobiliers ne son pas uniquemen des indicaeurs consruis dans un bu descripif, mais peuven servir de référence pour le conrôle

Plus en détail

Coaching - accompagnement personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agents et les cadres dans le développement de leur potentiel OBJECTIFS

Coaching - accompagnement personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agents et les cadres dans le développement de leur potentiel OBJECTIFS Coaching - accompagnemen personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agens e les cadres dans le développemen de leur poeniel OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Le coaching es une démarche s'inscrivan dans

Plus en détail

Sélection de portefeuilles et prédictibilité des rendements via la durée de l avantage concurrentiel 1

Sélection de portefeuilles et prédictibilité des rendements via la durée de l avantage concurrentiel 1 ASAC 008 Halifax, Nouvelle-Écosse Jacques Sain-Pierre (Professeur Tiulaire) Chawki Mouelhi (Éudian au Ph.D.) Faculé des sciences de l adminisraion Universié Laval Sélecion de porefeuilles e prédicibilié

Plus en détail

Cahier technique n 114

Cahier technique n 114 Collecion Technique... Cahier echnique n 114 Les proecions différenielles en basse ension J. Schonek Building a ew Elecric World * Les Cahiers Techniques consiuen une collecion d une cenaine de ires édiés

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

CHELEM Commerce International

CHELEM Commerce International CHELEM Commerce Inernaional Méhodes de consrucion de la base de données du CEPII Alix de SAINT VAULRY Novembre 2013 1 Conenu de la base de données Flux croisés de commerce inernaional (exporaeur, imporaeur,

Plus en détail

CONTRIBUTION A L ANALYSE DE LA GESTION DU RESULTAT DES SOCIETES COTEES

CONTRIBUTION A L ANALYSE DE LA GESTION DU RESULTAT DES SOCIETES COTEES CONTRIBUTION A L ANALYSE DE LA GESTION DU RESULTAT DES SOCIETES COTEES Thomas Jeanjean To cie his version: Thomas Jeanjean. CONTRIBUTION A L ANALYSE DE LA GESTION DU RESULTAT DES SOCIETES COTEES. 22ÈME

Plus en détail

DOCUMENT TECHNIQUE N O 2 GUIDE DE MESURE POUR L INTÉGRATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION (TIC) EN ÉDUCATION

DOCUMENT TECHNIQUE N O 2 GUIDE DE MESURE POUR L INTÉGRATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION (TIC) EN ÉDUCATION DOCUMENT TECHNIQUE N O 2 GUIDE DE MESURE POUR L INTÉGRATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION (TIC) EN ÉDUCATION GUIDE DE MESURE POUR L INTÉGRATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION

Plus en détail

Groupe International Fiduciaire. pour l Expertise comptable et le Commissariat aux comptes

Groupe International Fiduciaire. pour l Expertise comptable et le Commissariat aux comptes Groupe Inernaional Fiduciaire pour l Experise compable e le Commissaria aux compes L imporan es de ne jamais arrêer de se poser des quesions Alber EINSTEIN QUI SOMMES-NOUS? DES HOMMES > Une ÉQUIPE solidaire

Plus en détail

travailler à Paris travailler à Paris

travailler à Paris travailler à Paris ravailler à Paris Trouver un emploi, en changer, se former, ravailler, demander un coup de pouce, faire valoir ses drois, créer son acivié Parce que la capiale es dynamique e créarice d emplois, mais aussi

Plus en détail

Cahier technique n 141

Cahier technique n 141 Collecion Technique... Cahier echnique n 141 Les perurbaions élecriques en BT R. Calvas Les Cahiers Techniques consiuen une collecion d une cenaine de ires édiés à l inenion des ingénieurs e echniciens

Plus en détail

Sciences Industrielles pour l Ingénieur

Sciences Industrielles pour l Ingénieur Sciences Indusrielles pour l Ingénieur Cenre d Inérê 6 : CONVERTIR l'énergie Compéences : MODELISER, RESOUDRE CONVERSION ELECTROMECANIQUE - Machine à couran coninu en régime dynamique Procédés de piloage

Plus en détail

GESTION DU RÉSULTAT : MESURE ET DÉMESURE 1 2 ème version révisée, août 2003

GESTION DU RÉSULTAT : MESURE ET DÉMESURE 1 2 ème version révisée, août 2003 GESTION DU RÉSULTAT : MESURE ET DÉMESURE 1 2 ème version révisée, aoû 2003 Thomas JEANJEAN 2 Cahier de recherche du CEREG n 2003-13 Résumé : Depuis une vingaine d années, la noion d accruals discréionnaires

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES N 5 INSTALLATION ELECTRIQUE DE LA CAGE D'ESCALIER DU BATIMENT A

TRAVAUX PRATIQUES N 5 INSTALLATION ELECTRIQUE DE LA CAGE D'ESCALIER DU BATIMENT A UIMBERTEAU UIMBERTEAU TRAVAUX PRATIQUES 5 ISTALLATIO ELECTRIQUE DE LA CAE D'ESCALIER DU BATIMET A ELECTROTECHIQUE Seconde B.E.P. méiers de l'elecroechnique ELECTROTECHIQUE HABITAT Ver.. UIMBERTEAU TRAVAUX

Plus en détail

Réseau de coachs. Vous êtes formés dans les métiers du sport et/ou de la préparation physique (Brevet d état, Licence, Master STAPS)

Réseau de coachs. Vous êtes formés dans les métiers du sport et/ou de la préparation physique (Brevet d état, Licence, Master STAPS) Réseau de coachs Vous êes formés dans les méiers du spor e/ou de la préparaion physique (Breve d éa, Licence, Maser STAPS) Vous connaissez la course à pied Vous souhaiez créer e/ou animer des acions de

Plus en détail

Pour 2014, le rythme de la reprise économique qui semble s annoncer,

Pour 2014, le rythme de la reprise économique qui semble s annoncer, En France, l invesissemen des enreprises reparira--il en 2014? Jean-François Eudeline Yaëlle Gorin Gabriel Sklénard Adrien Zakharchouk Déparemen de la conjoncure Pour 2014, le ryhme de la reprise économique

Plus en détail

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2 Les soluions solides e les diagrammes d équilibre binaires 1. Les soluions solides a. Descripion On peu mélanger des liquides par exemple l eau e l alcool en oue proporion, on peu solubiliser un solide

Plus en détail

Un modèle de projection pour des contrats de retraite dans le cadre de l ORSA

Un modèle de projection pour des contrats de retraite dans le cadre de l ORSA Un modèle de proecion pour des conras de reraie dans le cadre de l ORSA - François Bonnin (Hiram Finance) - Floren Combes (MNRA) - Frédéric lanche (Universié Lyon 1, Laboraoire SAF) - Monassar Tammar (rim

Plus en détail

Vous vous installez en france? Société Générale vous accompagne (1)

Vous vous installez en france? Société Générale vous accompagne (1) Parenaria Sociéé Générale Execuive relocaions Vous vous insallez en france? Sociéé Générale vous accompagne (1) offre valable jusqu au 29/02/2012 offre valable jusqu au 29/02/2012 offre valable jusqu au

Plus en détail

Mémoire présenté et soutenu en vue de l obtention

Mémoire présenté et soutenu en vue de l obtention République du Cameroun Paix - Travail - Parie Universié de Yaoundé I Faculé des sciences Déparemen de Mahémaiques Maser de saisique Appliquée Republic of Cameroon Peace Wor Faherland The Universiy of Yaoundé

Plus en détail

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEE 1 SYSTEE STABLE, SYSTEE INSTABLE 1.1 Exemple 1: Soi un sysème composé d une cuve pour laquelle l écoulemen (perurbaion) es naurel au ravers d une vanne d ouverure

Plus en détail

Files d attente (1) F. Sur - ENSMN. Introduction. 1 Introduction. Vocabulaire Caractéristiques Notations de Kendall Loi de Little.

Files d attente (1) F. Sur - ENSMN. Introduction. 1 Introduction. Vocabulaire Caractéristiques Notations de Kendall Loi de Little. Cours de Tronc Commun Scienifique Recherche Opéraionnelle Les files d aene () Les files d aene () Frédéric Sur École des Mines de Nancy www.loria.fr/ sur/enseignemen/ro/ 5 /8 /8 Exemples de files d aene

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE LA GAMME D INDICES.2 LA GESTION DES INDICES : LE COMITE DES INDICES BOURSIERS.4 METHODOLOGIE ET CALCUL DE L INDICE TUNINDEX ET DES INDICES SECTORIELS..5 I. COMPOSITION

Plus en détail

Le mécanisme du multiplicateur (dit "multiplicateur keynésien") revisité

Le mécanisme du multiplicateur (dit multiplicateur keynésien) revisité Le mécanisme du muliplicaeur (di "muliplicaeur kenésien") revisié Gabriel Galand (Ocobre 202) Résumé Le muliplicaeur kenésien remone à Kenes lui-même mais il es encore uilisé de nos jours, au moins par

Plus en détail

Une union pour les employeurs de l' conomie sociale. - grande Conférence sociale - les positionnements et propositions de l usgeres

Une union pour les employeurs de l' conomie sociale. - grande Conférence sociale - les positionnements et propositions de l usgeres Une union pour les employeurs de l' conomie sociale - grande Conférence sociale - les posiionnemens e proposiions de l usgeres Juille 212 1 «développer l emploi e en priorié l emploi des jeunes» le posiionnemen

Plus en détail

Oscillations forcées en régime sinusoïdal.

Oscillations forcées en régime sinusoïdal. Conrôle des prérequis : Oscillaions forcées en régime sinusoïdal. - a- Rappeler l expression de la période en foncion de la pulsaion b- Donner l expression de la période propre d un circui RLC série -

Plus en détail

Les deux déficits, budgétaire et du compte courant, sont-ils jumeaux? Une étude empirique dans le cas d une petite économie en développement

Les deux déficits, budgétaire et du compte courant, sont-ils jumeaux? Une étude empirique dans le cas d une petite économie en développement Les deux déficis, budgéaire e du compe couran, sonils jumeaux? Une éude empirique dans le cas d une peie économie en développemen (Version préliminaire) Aueur: Wissem AJILI Docorane CREFED Universié Paris

Plus en détail

Intégration de Net2 avec un système d alarme intrusion

Intégration de Net2 avec un système d alarme intrusion Ne2 AN35-F Inégraion de Ne2 avec un sysème d alarme inrusion Vue d'ensemble En uilisan l'inégraion d'alarme Ne2, Ne2 surveillera si l'alarme inrusion es armée ou désarmée. Si l'alarme es armée, Ne2 permera

Plus en détail

Pouvoir de marché et transmission asymétrique des prix sur les marchés de produits vivriers au Bénin

Pouvoir de marché et transmission asymétrique des prix sur les marchés de produits vivriers au Bénin C N R S U N I V E R S I T E D A U V E R G N E F A C U L T E D E S S C I E N C E S E C O N O M I Q U E S E T D E G E S T I O N CENTRE D ETUDES ET DE RECHERCHES SUR LE DEVELOPPEMENT INTER NATIONAL Pouvoir

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

travailler à Paris 2012/2013

travailler à Paris 2012/2013 ravailler à Paris 2012/2013 DEVENEZ VOLONTAIRE EN SERVICE CIVIQUE! UN ENGAGEMENT CITOYEN UNE CHANCE DE VIVRE DE NOUVELLES EXPÉRIENCES RENSEIGNEMENTS SUR : PARIS.FR/SERVICE CIVIQUE LA DÉCOUVERTE DE MISSIONS

Plus en détail

SURVOL DE LA LITTÉRATURE SUR LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE D ÉQUILIBRE: ASPECTS THÉORIQUES ET DISCUSSIONS COMPARATIVES

SURVOL DE LA LITTÉRATURE SUR LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE D ÉQUILIBRE: ASPECTS THÉORIQUES ET DISCUSSIONS COMPARATIVES Ankara Üniversiesi SBF Dergisi, Cil 66, No. 4, 2011, s. 125-152 SURVOL DE LA LITTÉRATURE SUR LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE D ÉQUILIBRE: ASPECTS THÉORIQUES ET DISCUSSIONS COMPARATIVES Dr. Akın Usupbeyli

Plus en détail

Evaluation des Options avec Prime de Risque Variable

Evaluation des Options avec Prime de Risque Variable Evaluaion des Opions avec Prime de Risque Variable Lahouel NOUREDDINE Correspondance : LEGI-Ecole Polyechnique de Tunisie, BP : 743,078 La Marsa, Tunisie, Insiu Supérieur de Finance e de Fiscalié de Sousse.

Plus en détail

Séminaire d Économie Publique

Séminaire d Économie Publique Séminaire d Économie Publique Les niveaux de dépenses d'infrasrucure son-ils opimaux dans les pays en développemen? Sonia Bassi, LAEP Discuan : Evans Salies, MATISSE & ADIS, U. Paris 11 Mardi 8 février

Plus en détail

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION 2 IUT Blois Déparemen GTR J.M. Giraul, O. Bou Maar, D. Ceron M. Richard, P. Sevesre e M. Leberre. -TP- Modulaions digiales ASK - FSK IUT Blois Déparemen du Génie des Télécommunicaions e des Réseaux. Le

Plus en détail

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau Ecole des HEC Universié de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE Eric Jondeau FINANCE EMPIRIQUE La prévisibilié des rendemens Eric Jondeau L hypohèse d efficience des marchés Moivaion L idée de base de l hypohèse

Plus en détail

TRANSMISSION DE LA POLITIQUE MONETAIRE AU SECTEUR REEL AU SENEGAL

TRANSMISSION DE LA POLITIQUE MONETAIRE AU SECTEUR REEL AU SENEGAL REPUBLIQUE DU SENEGAL ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE Direcion des Saisiques Economiques e de la Compabilié

Plus en détail

N 2008 09 Juin. Base de données CHELEM commerce international du CEPII. Alix de SAINT VAULRY

N 2008 09 Juin. Base de données CHELEM commerce international du CEPII. Alix de SAINT VAULRY N 2008 09 Juin Base de données CHELEM commerce inernaional du CEPII Alix de SAINT VAULRY Base de données CHELEM commerce inernaional du CEPII Alix de SAINT VAULRY N 2008-09 Juin Base de données CHELEM

Plus en détail

CHAPITRE 13. EXERCICES 13.2 1.a) 20,32 ± 0,055 b) 97,75 ± 0,4535 c) 1953,125 ± 23,4375. 2.±0,36π cm 3

CHAPITRE 13. EXERCICES 13.2 1.a) 20,32 ± 0,055 b) 97,75 ± 0,4535 c) 1953,125 ± 23,4375. 2.±0,36π cm 3 Chapire Eercices de snhèse 6 CHAPITRE EXERCICES..a), ±,55 b) 97,75 ±,455 c) 95,5 ±,475.±,6π cm.a) 44,, erreur absolue de,5 e erreur relaive de, % b) 5,56, erreur absolue de,5 e erreur relaive de,9 % 4.a)

Plus en détail

Impact des futures normes IFRS sur la tarification et le provisionnement des contrats d assurance vie : mise en oeuvre de méthodes par simulation

Impact des futures normes IFRS sur la tarification et le provisionnement des contrats d assurance vie : mise en oeuvre de méthodes par simulation Impac des fuures normes IFRS sur la arificaion e le provisionnemen des conras d assurance vie : mise en oeuvre de méhodes par simulaion Pierre-Emmanuel Thérond To cie his version: Pierre-Emmanuel Thérond.

Plus en détail

Université Technique de Sofia, Filière Francophone d Informatique Notes de cours de Réseaux Informatiques, G. Naydenov Maitre de conférence, PhD

Université Technique de Sofia, Filière Francophone d Informatique Notes de cours de Réseaux Informatiques, G. Naydenov Maitre de conférence, PhD LA COUCHE PHYSIQUE 1 FONCTIONS GENERALES Cee couche es chargée de la conversion enre bis informaiques e signaux physiques Foncions principales de la couche physique : définiion des caracérisiques de la

Plus en détail

Cours d électrocinétique :

Cours d électrocinétique : Universié de Franche-Comé UFR des Sciences e Techniques STARTER 005-006 Cours d élecrocinéique : Régimes coninu e ransioire Elecrocinéique en régimes coninu e ransioire 1. INTRODUCTION 5 1.1. DÉFINITIONS

Plus en détail

Relation entre la Volatilité Implicite et la Volatilité Réalisée.

Relation entre la Volatilité Implicite et la Volatilité Réalisée. Relaion enre la Volailié Implicie e la Volailié Réalisée. Le cas des séries avec la coinégraion fracionnaire. Rappor de Recherche Présené par : Mario Vázquez Velasco Direceur de Recherche : Benoî Perron

Plus en détail

CHAPITRE 4 RÉPONSES AUX CHOCS D INFLATION : LES PAYS DU G7 DIFFÈRENT-ILS LES UNS DES AUTRES?

CHAPITRE 4 RÉPONSES AUX CHOCS D INFLATION : LES PAYS DU G7 DIFFÈRENT-ILS LES UNS DES AUTRES? CHAPITRE RÉPONSES AUX CHOCS D INFLATION : LES PAYS DU G7 DIFFÈRENT-ILS LES UNS DES AUTRES? Les réponses de la poliique monéaire aux chocs d inflaion mondiaux on varié d un pays à l aure Le degré d exposiion

Plus en détail

Institut Supérieur de Gestion

Institut Supérieur de Gestion UNIVERSITE DE TUNIS Insiu Supérieur de Gesion 4 EME ANNEE SCIENCES COMPTABLES COURS MARCHES FINANCIER ET EVALUATION DES ACTIFS NOTES DE COURS : MOUNIR BEN SASSI YOUSSEF ZEKRI CHAPITRE 1 : LE MARCHE FINANCIER

Plus en détail

PREMIÈRE PARTIE LIQUIDITÉ ET MICROSTRUCTURE. La Liquidité - De la Microstructure à la Gestion du Risque de Liquidité

PREMIÈRE PARTIE LIQUIDITÉ ET MICROSTRUCTURE. La Liquidité - De la Microstructure à la Gestion du Risque de Liquidité PREMIÈRE PARTIE LIQUIDITÉ ET MICROSTRUCTURE Erwan Le Saou - Novembre 2000. 13 La microsrucure des marchés financiers ne serai cerainemen pas au cenre d une liéraure abondane si le concep de liquidié n

Plus en détail

3 POLITIQUE D'ÉPARGNE

3 POLITIQUE D'ÉPARGNE 3 POLITIQUE D'ÉPARGNE 3. L épargne exogène e l'inefficience dynamique 3. Le modèle de Ramsey 3.3 L épargne opimale dans le modèle AK L'épargne des sociéés dépend largemen des goûs des agens, de faceurs

Plus en détail

Copules et dépendances : application pratique à la détermination du besoin en fonds propres d un assureur non vie

Copules et dépendances : application pratique à la détermination du besoin en fonds propres d un assureur non vie Copules e dépendances : applicaion praique à la déerminaion du besoin en fonds propres d un assureur non vie David Cadoux Insiu des Acuaires (IA) GE Insurance Soluions 07 rue Sain-Lazare, 75009 Paris FRANCE

Plus en détail

depuis le 22 juin 2015

depuis le 22 juin 2015 Édio Chères lecrices, chers leceurs, Une fois encore l année 2014-2015 fu riche en événemens fédéraux : sur le plan sporif, avec une première paricipaion à la Coupe du monde de ski éudian, Aligliss, e

Plus en détail

Formation Administrateur Server 2008 (Ref : IN4) Tout ce qu'il faut savoir sur Server 2008 OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

Formation Administrateur Server 2008 (Ref : IN4) Tout ce qu'il faut savoir sur Server 2008 OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION COMUNDICOMPETENCES-TECHNIQUESDEL INGÉNIEUR Formaion Adminisraeur Server 2008 (Ref : IN4) SUPPORT PÉDAGOGIQUE INCLUS. OBJECTIFS Gérer des ressources e des compes avec Acive Direcory e Windows Server 2008

Plus en détail

MIDI F-35. Canal MIDI 1 Mélodie Canal MIDI 2 Basse Canal MIDI 10 Batterie MIDI IN. Réception du canal MIDI = 1 Reproduit la mélodie.

MIDI F-35. Canal MIDI 1 Mélodie Canal MIDI 2 Basse Canal MIDI 10 Batterie MIDI IN. Réception du canal MIDI = 1 Reproduit la mélodie. / VARIATION/ ACCOMP PLAY/PAUSE REW TUNE/MIDI 3- LESSON 1 2 3 MIDI Qu es-ce que MIDI? MIDI es l acronyme de Musical Insrumen Digial Inerface, une norme inernaionale pour l échange de données musicales enre

Plus en détail

Thème : Essai de Modélisation du comportement du taux de change du dinar algérien 1999-2007 par la méthode ARFIMA

Thème : Essai de Modélisation du comportement du taux de change du dinar algérien 1999-2007 par la méthode ARFIMA République Algérienne Démocraique e Populaire Minisère de l enseignemen Supérieur e de la Recherche Scienifique Universié Abou-Bakr BELKAID Tlemcen- Faculé des Sciences Economique, de Gesion e des Sciences

Plus en détail

Thème : Electricité Fiche 5 : Dipôle RC et dipôle RL

Thème : Electricité Fiche 5 : Dipôle RC et dipôle RL Fiche ors Thème : Elecricié Fiche 5 : Dipôle e dipôle Plan de la fiche Définiions ègles 3 Méhodologie I - Définiions oran élecriqe : déplacemen de charges élecriqes q a mesre d débi de charges donne l

Plus en détail

Le développement de l assurance des catastrophes naturelles: facteur de développement économique

Le développement de l assurance des catastrophes naturelles: facteur de développement économique ARTICLES ARTICLES PROFESSIONNELS ACADÉMIQUES PROFESSIONAL ACADEMIC ARTICLES ARTICLES Assurances e gesion des risques, vol. 79(1-2), avril-juille 2011, 1-30 Insurance and Risk Managemen, vol. 79(1-2), April-July

Plus en détail

L impact de l activisme des fonds de pension américains : l exemple du Conseil des Investisseurs Institutionnels.

L impact de l activisme des fonds de pension américains : l exemple du Conseil des Investisseurs Institutionnels. L impac de l acivisme des fonds de pension américains : l exemple du Conseil des Invesisseurs Insiuionnels. Fabrice HERVE * Docoran * Je iens à remercier ou pariculièremen Anne Lavigne e Consanin Mellios

Plus en détail

EPARGNE RETRAITE ET REDISTRIBUTION *

EPARGNE RETRAITE ET REDISTRIBUTION * EPARGNE RETRAITE ET REDISTRIBUTION * Alexis Direr (1) Version février 2008 Docweb no 0804 Alexis Direr (1) : Universié de Grenoble e LEA (INRA, PSE). Adresse : LEA, 48 bd Jourdan 75014 Paris. Téléphone

Plus en détail

DE L'ÉVALUATION DU RISQUE DE CRÉDIT

DE L'ÉVALUATION DU RISQUE DE CRÉDIT DE L'ÉALUAION DU RISQUE DE CRÉDI François-Éric Racico * Déparemen des sciences adminisraives Universié du Québec, Ouaouais Raymond héore Déparemen Sraégie des Affaires Universié du Québec, Monréal RePAd

Plus en détail

Essai surlefficience informationnelle du march boursier marocain

Essai surlefficience informationnelle du march boursier marocain Global Journal of Managemen and Business Research : c Finance Volume 14 Issue 1 Version 1.0 Year 2014 Type: Double Blind Peer Reviewed Inernaional Research Journal Publisher: Global Journals Inc. (USA)

Plus en détail

MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Un Peuple - Un Bu Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Documen d Eude N 08 ENJEUX ECONOMIQUES ET COMMERCIAUX DE L ACCORD DE PARTENARIAT ECONOMIQUE

Plus en détail

Le passage des retraites de la répartition à la capitalisation obligatoire : des simulations à l'aide d'une maquette

Le passage des retraites de la répartition à la capitalisation obligatoire : des simulations à l'aide d'une maquette No 2000 02 Janvier Le passage des reraies de la répariion à la capialisaion obligaoire : des simulaions à l'aide d'une maquee Pierre Villa CEPII, documen de ravail n 2000-02 TABLE DES MATIÈRES Résumé...

Plus en détail

Exemples de résolutions d équations différentielles

Exemples de résolutions d équations différentielles Exemples de résoluions d équaions différenielles Table des maières 1 Définiions 1 Sans second membre 1.1 Exemple.................................................. 1 3 Avec second membre 3.1 Exemple..................................................

Plus en détail

2009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES 1948-2008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, DE LA FORME FAIBLE

2009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES 1948-2008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, DE LA FORME FAIBLE 009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, 1948-008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE DE LA FORME FAIBLE Thi Hong Van HOANG Efficience informaionnelle des marchés de l or

Plus en détail

MODÈLE BAYÉSIEN DE TARIFICATION DE L ASSURANCE DES FLOTTES DE VÉHICULES

MODÈLE BAYÉSIEN DE TARIFICATION DE L ASSURANCE DES FLOTTES DE VÉHICULES Cahier de recherche 03-06 Sepembre 003 MODÈLE BAYÉSEN DE TARFCATON DE L ASSURANCE DES FLOTTES DE VÉHCULES Jean-François Angers, Universié de Monréal Denise Desardins, Universié de Monréal Georges Dionne,

Plus en détail

CANAUX DE TRANSMISSION BRUITES

CANAUX DE TRANSMISSION BRUITES Canaux de ransmissions bruiés Ocobre 03 CUX DE TRSISSIO RUITES CORRECTIO TRVUX DIRIGES. oyer Canaux de ransmissions bruiés Ocobre 03. RUIT DE FOD Calculer le niveau absolu de brui hermique obenu pour une

Plus en détail

Une assurance chômage pour la zone euro

Une assurance chômage pour la zone euro n 132 Juin 2014 Une assurance chômage pour la zone euro La muualisaion au niveau de la zone euro d'une composane de l'assurance chômage permerai de doer la zone euro d'un insrumen de solidarié nouveau,

Plus en détail

TorIe altéraûon de là santê Eonstâtéè compétente.

TorIe altéraûon de là santê Eonstâtéè compétente. CAHIER DES CHARGES OBJET: Le présen cahier des charges défini les condiions dans lesquelles s'exerce la couverure < Presaions Médicales > du personnel de la MUTUELLE DES AGENTS DE LA DIRECTION CÉruÉnnlE

Plus en détail