1 er Janvier Votre Mutuelle change d outils informatiques. Revue de la Mutuelle. Quelles. conséquences pratiques pour moi?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1 er Janvier 2015. Votre Mutuelle change d outils informatiques. Revue de la Mutuelle. Quelles. conséquences pratiques pour moi?"

Transcription

1 Revue de la Mutuelle Centrale des finances Octobre N er Janvier 2015 Votre Mutuelle change d outils informatiques? Quelles conséquences pratiques pour moi??? Quelles démarches seront à effectuer? ISSN Prix 1,14 santé : vaincre le cancer du sein... >P4 famille : stop au cyber-harcèlement à l'école... >P6

2 2 sommaire Revue de la Mutuelle Centrale des finances 04 Santé Octobre rose : dix années de mobilisation pour vaincre le cancer du sein 06 Famille Cyber-harcèlement à l école : le silence ne doit pas faire écran! 08 Actualités MCF Du nouveau dans l'organisation de votre mutuelle Une seule adresse pour tous nos services Du nouveau dans la présentation de vos remboursements Un nouvel outil pour suivre vos remboursements En 2015, 2 mises à jour de votre carte Vitale! 11 En direct de la MCF... Priorité Santé Mutualiste : un service d information pour les adhérents MCF La MCF obtient un excellent score lors de l'audit de sa gestion Appel à candidatures : renouvellement partiel du Conseil d'administration François Toujas, Chevalier de la Légion d'honneur 12 Pratique Chéquiers et cartes bancaires : faut-il s'assurer? 14 Brèves Du nouveau dans la tarif ication des cures thermales n Hépatite C : un médicament révolutionnaire... mais hors de prix n Le don d organes : en parler avec vos proches n RSA : davantage de renoncement aux soins n Un français sur dix est couvert par les minima sociaux Mutuelle Centrale des Finances, 5-7 avenue de Paris CS Vincennes cedex téléphone : télécopie : Mutuelle adhérente de la Fédération Nationale de la mutualité française, mutuelle régie par le livre II du code de la mutualité Directeur de la publication : Jean-Louis Bancel Directrice de la rédaction : Sylvette Laplanche Conception et création graphique : Z-EST Impression : B-EST, les Fermes Californiennes, 72 avenue de l'europe, Emerainville n de commission paritaire : 0419 M 06837, octobre 2014 La reproduction des articles de ce numéro est interdite, sauf autorisation expresse du rédacteur en chef. Crédits photos : Fotolia.

3 Édito 3 Jean-Louis Bancel Président Votre Mutuelle encore plus proche de tous ses adhérents! Selon la volonté constante de vos administrateurs élus, la Mutuelle Centrale des Finances œuvre pour améliorer la qualité des services offerts aux adhérents tout en recherchant les moyens d optimiser sa gestion. Mais, je tiens à rassurer immédiatement tous les adhérents sur la transparence de ces évolutions : en aucun cas, le contenu des prestations, ni le montant des remboursements dus ne s en trouveront affectés. La qualité du service rendu passe d abord par une gestion directe et rapide des garanties. Dans ce domaine, à la différence de nombreuses autres mutuelles, la MCF a fait le choix de conserver la gestion en direct de la totalité des prestations servies, au titre du régime obligatoire de Sécurité sociale comme de la part Mutuelle. Elle maintient, à son siège, une équipe entièrement dédiée qui assure un accueil physique et téléphonique des adhérents. Toutefois, cette volonté n était pas encore réalisée pour tous les adhérents, car ceux domiciliés hors de la région parisienne dépendaient de Sections Locales Interministérielles. Comme j ai eu l occasion de vous l annoncer dans mon précédent éditorial de juillet, le Conseil d administration a choisi de rapatrier sur le site de Vincennes la gestion de l intégralité des remboursements de ces adhérents et, à compter du 1 er janvier 2015, tous les adhérents, quel que soit leur lieu d affectation ou de résidence, disposeront des mêmes facilités pour accéder aux services de la Mutuelle sur le site unique de Vincennes. Je me félicite de la concrétisation de cet objectif à un horizon très proche qui répond à une attente exprimée par nombre d entre vous! Au souci d améliorer la qualité de service, votre Conseil d administration associe celui de l optimisation de la gestion. Pour y parvenir, il a décidé de changer les outils informatiques utilisés pour la gestion du risque maladie. Ce choix est celui des mutuelles de la Fonction Publique qui ont préféré, pour des raisons essentiellement économiques, un applicatif proposé par la CNAMTS pour la gestion du risque obligatoire. Une équipe dédiée et des services accessibles en direct pour tous nos adhérents Les équipes de la Mutuelle, mobilisées sur ce projet depuis plusieurs mois, mettent tout en œuvre pour que la «bascule» s opère dans de bonnes conditions. En particulier, une large communication, notamment par courriers, courriers électroniques, articles dans les prochains numéros de la revue, insertions sur le site web de la Mutuelle, va se dérouler, au cours des mois qui précèdent l entrée en vigueur des nouveaux applicatifs de gestion. Elle se poursuivra ensuite jusqu en avril 2015 pour vous fournir, si besoin, des informations complémentaires. L accueil dans les locaux de la Mutuelle et les renseignements par téléphone seront renforcés en début d année pour vous apporter les réponses aux questions que ces changements peuvent susciter. Pour autant, au cours du second semestre, l activité de la Mutuelle ne se limitera pas au bon aboutissement de ces opérations et d autres temps forts vont mobiliser vos délégués et vos administrateurs. Ce sera, principalement, l'organisation en fin d année, d une seconde Assemblée générale, qui, dans le prolongement des échanges tenus lors de l Assemblée générale du 10 juin dernier, aura à statuer, sur les évolutions des prestations ainsi que sur les grilles de cotisations. Les décisions à intervenir sur ces sujets se situent dans le contexte sensible du décret pris par les pouvoirs publics imposant aux mutuelles, à partir d avril 2015, le respect de nouvelles contraintes sur les garanties en optique et la prise en charge des dépassements d honoraires des médecins. Sur ces derniers sujets, le prochain numéro de la revue, à paraître en janvier 2015, vous rendra largement et précisément compte des délibérations et résolutions adoptées. Cette opération, en réalité très lourde, entraîne une «bascule» des différents outils informatiques en place et pour les adhérents, ce changement, également prévu au 1 er janvier 2015, va s accompagner de nouvelles modalités pratiques de remboursement. Les pages centrales de ce numéro de la revue vous détaillent précisément les aspects pratiques des changements à compter du 1 er janvier «Ne manquez surtout pas la lecture des pages centrales de ce numéro de la revue consacrées aux aspects pratiques des changements dans la gestion de vos remboursements à compter du 1 er janvier 2015.» Jean-Louis Bancel 25 septembre 2014

4 4 santé octobre rose : dix années de mobilisation pour vaincre le cancer du sein Face au cancer du sein, il y a des moyens d agir : c est le message délivré chaque année par Octobre rose. Cette année, le dépistage généralisé fête ses dix ans d existence. Dix années de mobilisation pour inviter les femmes de 50 à 74 ans à passer tous les deux ans une mammographie. Rencontre avec Frédéric de Bels, responsable du département dépistage de l Institut national du cancer (Inca). Le cancer du sein est la première cause de mortalité par cancer chez la femme, avec près de décès par an. Mais la réalité ne s arrête pas là. Car les traitements de la maladie permettent un taux de survie de 90 % à cinq ans, dès lors que le cancer est diagnostiqué avec une taille inférieure à 1 cm sans envahissement ganglionnaire. Il n y a donc pas de fatalité. Mais un combat à gagner. L incidence du cancer du sein est la plus élevée chez les femmes de 50 à 74 ans. D où la décision des pouvoirs publics, en 2004, de généraliser une vaste opération de dépistage : les femmes appartenant à cette tranche d âge se voient proposer tous les deux ans une mammographie à partir de leur cinquantième anniversaire. Pour promouvoir ce dépistage, le mois d octobre est consacré à une grande opération de sensibilisation, à laquelle les mutuelles participent aux côtés de nombreuses associations. Chaque année, ce sont près de 2,5 millions de femmes qui répondent à cette invitation et prennent ainsi rendez-vous chez le radiologue. de peu les 50 %, alors que le dépistage organisé donnerait sa pleine efficacité avec un taux de 80 %. Certaines personnes passent au travers de la prévention, parce qu elles appartiennent à un milieu défavorisé ou sont stoppées par le barrage de la langue. D autres femmes préfèrent passer par leur gynécologue pour un contrôle individuel, alors qu il n est pourtant pas soumis aux mêmes standards de qualité que le dépistage organisé. La mobilisation autour d Octobre rose continue donc! n Pascal Lelièvre dépistage organisé du cancer du sein Une double lecture systématique La mammographie proposée dans le cadre du dépistage organisé est réalisée dans un centre de radiographie agréé. Par sécurité, une deuxième lecture des radios est systématiquement effectuée. L ensemble du dépistage examen clinique et mammographie est pris en charge à 100 % par la Sécu. Tout n est pourtant pas rose. Le taux de participation des femmes concernées dépasse Juin 2014 AFFSEINSZR14 Le dépistage est recommandé à partir de 50 ans, ou avant en cas de risque particulier. renseignez-vous auprès de votre médecin, sur e-cancer.fr ou au

5 santé 5 Frédéric de Bels : «Toucher l ensemble des femmes» Frédéric de Bels est responsable du département dépistage de l Institut national du cancer (Inca). Le dépistage a permis de réduire la mortalité par cancer du sein de 15 à 20 %, rappelle-t-il. Mais des réticences demeurent Le taux de participation au dépistage organisé du cancer du sein vous paraît-il aujourd hui satisfaisant? Frédéric de Bels Un peu plus d une femme sur deux entre 52 à 53 % répond favorablement au dépistage organisé du cancer du sein. Après une forte croissance, cette proportion est stable depuis trois années. Bien sûr, on ne peut pas s en satisfaire, même si l on sait que 12 % des femmes se font également dépister en dehors de cette campagne. L objectif, clairement, c est de faire mieux! Quelles sont les raisons du refus de se faire dépister? Frédéric de Bels Il y a sans doute de la négligence, mais avant tout des freins liés à l examen, à la peur d avoir mal, à la gêne, au risque de trouver quelque chose qu on préfère mettre à distance. Parfois, les freins sont matériels, liés à la distance du centre de radiologie. Mais il y a aussi des questions récentes sur les risques éventuels de l examen. On parle de «surdiagnostic», de «cancer radio-induit (1)» Ces mots font peur. Justement, le dépistage présente-t-il un risque? Frédéric de Bels Le risque existe, mais il est infime au regard du nombre de vies sauvées. Toutes les études sérieuses s accordent à reconnaître que la mise en place du dépistage organisé a permis de réduire la mortalité des femmes par cancer du sein de 15 à 20 %. C est considérable! Et rappelons qu un dépistage précoce permet de guérir un cancer dans 9 cas sur 10. Pour femmes dépistées, le nombre de vies épargnées oscille entre 150 et 300, alors qu on évalue entre 1 et 15 le nombre de décès par cancer radio-induit. La balance «bénéfice-risque» plaide nettement en faveur du dépistage... 1 femme sur 8 sera confrontée au cancer du sein au cours de sa vie. Le dépistage est un acte important pour agir contre ce cancer. LE DÉPISTAGE : AGIR A TEMPS Le dépistage du cancer du sein permet de repérer des anomalies avant l apparition des premiers symptômes. Détecté à un stade précoce, un cancer du sein peut être guéri dans 9 cas sur 10. Comment convaincre les personnes qui ont des réticences à se faire dépister? Frédéric de Bels Il faut expliquer les choses clairement, en répondant sans détour aux questions que les femmes se posent, en rappelant les bénéfices du dépistage sans chercher à occulter les inconvénients. Il convient également de rassurer les femmes sur la prise en charge médicale en cas de diagnostic. Les soins ont beaucoup progressé. L objectif est de leur donner tous les outils qui leur permettront de prendre une décision éclairée. Existe-t-il des différences liées au milieu socioprofessionnel? Frédéric de Bels Oui. Les 35 % de femmes qui ne bénéficient d aucun dépistage appartiennent majoritairement aux catégories sociales les plus défavorisées. C est pour cela que la campagne 2014 cible plus particulièrement ce public, avec une campagne spécifique à la radio et des dépliants en plusieurs langues dont l arabe, le turc et le wolof. Propos recueillis par Cédric Portal (1) Cancer causé par les radiations. À PARTIR DE 50 ANS : UN RISQUE PLUS ELEVÉ Au delà de 50 ans, les femmes ont plus de risque de développer un cancer du sein. À partir de cet âge, elles sont invitées à réaliser une mammographie de contrôle tous les deux ans dans le cadre du dépistage organisé. Plus d informations auprès de votre médecin, sur e-cancer.fr ou au EN CAS DE RISQUE PARTICULIER : UN SUIVI PERSONNALISÉ Le risque de développer un cancer du sein augmente en cas d antécédents personnels ou familiaux de certaines maladies touchant le sein. Un dépistage adapté à chaque situation est proposé par le médecin. Carte Postale 150x100 def.indd 2 11/07/14 17:35 CARROSE14.

6 6 famille Cyber-harcèlement à l école : le silence ne doit pas faire écran! Un enfant sur dix est victime de harcèlement en milieu scolaire. La généralisation des smartphones, d Internet et des réseaux sociaux a donné au phénomène une nouvelle ampleur. Elèves, parents et enseignants sont invités à se mobiliser pour briser la loi du silence. «Il faut arrêter de faire comme si ce n était pas grave. Il faut arrêter de croire que ces pratiques font partie de l apprentissage normal de la vie : elles procèdent d une forme de cruauté qui peut avoir des conséquences dramatiques!» Jean-Marie Bernard ne mâche pas ses mots. Responsable de l équipe de sécurité de l académie de Nice, il est l un des 23 «référents harcèlement» institués par la loi dite «pour la refondation de l école de la République» du 8 juillet Sa mission? Prévenir le harcèlement en milieu scolaire et venir en aide aux victimes. Selon une récente enquête publiée par le ministère de l Education, 10 % des écoliers et des collégiens sont confrontés à ce type de violence, sous une forme «sévère» ou «très sévère» pour 6 % d entre eux. «Ce n est pas nouveau, concède Jean-Marie Bernard. Mais la généralisation des smartphones, d Internet et des réseaux sociaux a donné au phénomène une nouvelle ampleur. Autrefois, les brimades cessaient lorsque les élèves quittaient l école. Aujourd hui, elles peuvent se poursuivre 24 heures sur 24!» Du décrochage scolaire à la tentative de suicide Le cyber-harcèlement s appuie sur les ressorts classiques du harcèlement scolaire : bousculades, vols, insultes, moqueries, brimades exercées de façon répétée et devant témoins. «Mais le Web permet de taper plus fort, déplore Jean-Marie Bernard. La victime est d autant plus humiliée que le nombre de spectateurs est important. Et sur les réseaux sociaux, ils peuvent se compter par centaines!» Le Web, en créant de la distance, désinhibe ses utilisateurs : il est plus facile de s en prendre à quelqu un qui n est pas en face de soi. Et la satisfaction malsaine du harceleur n est pas bornée par les limites de l écran. Pour la victime, les répercussions peuvent être significatives : difficultés scolaires, absentéisme, voire décrochage de l élève. «Dans certains cas, souligne le référent académique, le harcèlement peut générer de la violence, des troubles de l équilibre psychologique et émotionnel.» Chacun se souvient du cas de Marion. En 2013, cette collégienne de 13 ans scolarisée dans l Essonne avait mis fin à ses jours, expliquant dans une lettre qu elle ne supportait plus les «moqueries» de ses camarades. Chaque année, trois ou quatre suicides d adolescents seraient liés au cyber-harcèlement.

7 famille 7 Les témoins sont complices s ils se taisent De telles conséquences justifient la mobilisation des pouvoirs publics, qui ont engagé fin 2013 une campagne d information au sein des établissements pour les élèves et les enseignants et à l extérieur pour les parents. «Le cyber-harcèlement prospère lorsque tout le monde se tait, résume Jean-Marie Bernard. Or il y a toujours plusieurs personnes au courant.» C est tout d abord la victime qui peut briser la loi du silence : «Nous l encourageons à en parler à un adulte : professeur, conseiller principal d éducation, conseiller d orientation, infirmière, qui sont désormais formés pour savoir comment agir. La victime peut aussi se confier au délégué de classe ou, bien sûr, aux membres de sa famille.» Les témoins sont également sensibilisés : «Nous leur expliquons que ce n est pas un jeu et qu ils se rendent complices en ne disant rien.» Les parents, enfin, doivent être attentifs à tout changement d attitude de leur enfant : «Faute de naviguer eux-mêmes sur les réseaux sociaux, certains ne se rendent pas compte de la gravité et de l impact d un cyber-harcèlement, regrette le référent académique. Ils ont malheureusement tendance à sous-estimer le problème.» Dans la plupart des situations, il suffit de mettre en garde le harceleur, en pointant les sanctions encourues, pour que le harcèlement cesse. Même si le cyber-harcèlement n est pas une infraction réprimée en tant que telle par la loi française, l auteur est susceptible de voir sa responsabilité engagée. Exemple : une injure ou une diffamation publique peut être punie d une amende de euros. A cet effet, il est utile de rappeler que la loi fixe à 10 ans l âge de la responsabilité pénale. Cela signifie qu'à partir de cet âge, un mineur ayant commis une infraction peut être poursuivi et présenté au juge des enfants, qui, bien sûr, privilégiera des mesures éducatives. Autant ne pas en arriver à des telles extrémités! n Cédric Portal Deux services téléphoniques d aide aux victimes Stop harcèlement : Ce service d écoute permet de dialoguer avec des spécialistes de l association l Ecole des parents et des éducateurs. Stop harcèlement peut vous mettre en relation avec le «référent harcèlement» de votre académie en cas de besoin. Net écoute : Ce service, géré par l association E-Enfance, est spécialement destiné aux victimes de cyber-harcèlement. Net écoute peut vous aider à la suppression d images ou de propos blessants, voire de comptes le cas échéant.

8 8 actualités mcf? Du nouveau dans l organi? Pour optimiser sa gestion, votre Mutuelle fait évoluer ses outils informatiques et ce, dès le 1 er janvier Cette évolution va permettre à la Mutuelle de gérer les dossiers de l ensemble de ses adhérents, Ile-de-France comme province. Principales conséquences, une nouvelle organisation va se mettre en place, et les informations sur vos remboursements vous seront communiquées sur de nouveaux décomptes. L opération se déroulera en plusieurs étapes avec deux points forts, janvier, changement de l outil de gestion des prestations Mutuelle, et avril 2015, changement de l outil de gestion des prestations Sécurité sociale. Une seule adresse pour tous nos services Une même qualité de service pour tous les adhérents! La Mutuelle va désormais assurer la gestion des remboursements de tous ses adhérents sur le site unique de Vincennes. Quel que soit votre lieu d affectation ou de résidence, au 1 er janvier 2015, votre Mutuelle sera l unique interlocuteur direct pour tous. L envoi de vos courriers : feuilles de soins, mises à jour de votre dossier, éventuelles réclamations ou demandes d informations se fera à une seule adresse : Ecrire à la bonne adresse, c est la garantie que votre dossier sera traité dans les meilleurs délais. MCF 5 7 avenue de Paris CS VINCENNES cedex Pour nous joindre, un seul numéro de téléphone : Fax :

9 actualités mcf 9 sation de votre Mutuelle Du nouveau dans la présentation de vos remboursements Relevé Sécurité sociale Le changement d outils informatiques amène votre mutuelle à utiliser deux applicatifs de gestion, l un pour les prestations Sécurité sociale, l autre pour les prestations complémentaires MCF. En conséquence, vos modalités de remboursement vont évoluer, et cela dès le 1 er janvier Quels changements pour vous? Votre compte bancaire : A partir du 1 er janvier 2015, vous constaterez que deux virements bancaires (au lieu d un) seront crédités sur votre compte, le même jour : un virement pour la part Sécurité sociale (correspond au remboursement du régime obligatoire) un virement pour la part Mutuelle (correspond au remboursement de vos prestations complémentaires) Votre relevé de situation : Vous recevrez, dans un même courrier, deux relevés de remboursement (au lieu d un seul). En conséquence, pour la même période de liquidation de vos droits, vous recevrez : un relevé pour les remboursements de la Sécurité sociale un relevé pour les remboursements complémentaires de la Mutuelle. A noter : ces changements sont absolument sans conséquences, ni sur le montant de vos prestations, ni sur le contenu des garanties de votre Mutuelle. Le paiement de vos remboursements continue à vous être réglé quotidiennement. Vous recevrez 2 relevés Relevé MCF Un nouvel outil pour suivre vos remboursements Vous aviez l habitude de visualiser vos remboursements et de suivre votre situation en ligne, via «moncomptesantepratique»? Ce service internet sera remplacé, à compter du 2 avril 2015, par «ameli.fr». Vous pourrez suivre, en temps réel et à tout moment, le détail de vos remboursements non seulement pour la part Sécurité sociale, mais également pour la partie complémentaire remboursée par votre Mutuelle. Par ailleurs, le site «ameli.fr» vous facilitera un grand nombre de démarches : édition d une carte de droit, demande en direct d une carte européenne en cas de séjour à l étranger, etc. ; et vous donnera accès à la documentation Sécurité sociale. Période de transition : Durant une période intermédiaire allant du 1 er janvier 2015 (date de changement de l outil de gestion des prestations Pour suivre en détail l ensemble de vos remboursements, connectez-vous sur le site : ameli.fr Mutuelle) au 2 avril 2015 (date de changement de l outil de gestion des prestations Sécurité sociale), la consultation de vos remboursements, en ligne, via «moncomptesantepratique», sera toujours possible. Toutefois, l information qui vous sera communiquée se limitera aux seuls remboursements Sécurité sociale. Pour connaître la participation versée par la Mutuelle, il vous faudra contacter nos services par téléphone au ou, attendre votre décompte de remboursement Mutuelle. Bien entendu, la consultation de votre compte bancaire vous permettra également de vérifier que les prestations Mutuelle attendues ont bien été remboursées.

10 10 actualités mcf En 2015, 2 mises à jour de votre carte Vitale! ATTENTION, quelle que soit votre situation mutualiste, ces changements rendent indispensables 2 mises à jour de votre carte Vitale, en 2015 Dès le 2 janvier 2015, actualisez sans tarder votre carte Vitale, car les informations mutualistes qu elle contient ne seront plus opérantes. Ces informations seront désormais reprises sur votre carte mutualiste MCF, seul document justifiant de votre appartenance à la Mutuelle Le 3 avril 2015, mettez à jour, de nouveau, votre carte Vitale, afin d actualiser vos droits au régime de Sécurité sociale et de garantir une bonne prise en charge de vos dépenses de santé. Après mises à jour, votre carte Vitale contiendra toutes les informations permettant aux échanges électroniques de données entre les professionnels de santé et la Mutuelle, via le réseau SESAM/ Vitale, d être orientées directement sur les applicatifs de gestion de la Mutuelle. Mettre à jour sa carte Vitale dans les délais, c est s assurer d un remboursement rapide et fiable. Pour tous : un calendrier à respecter, de nouvelles habitudes à prendre Consciente de l impact de tous ces changements dans votre vie quotidienne, la MCF met en œuvre des mesures spécifiques pour vous informer et vous accompagner tout au long de cette mutation. Vous retrouverez, bien entendu, toutes ces informations sur le site web de la Mutuelle. Pour vous, les dates à retenir : Décembre 2014 : envoi de vos lettres d appel de cotisations et de vos certificats de garanties pour 2015 Mi-décembre 2014 : envoi de votre carte mutualiste er janvier 2015 : point de départ de la gestion des prestations Mutuelle sur le nouvel applicatif 2 janvier 2015 : obligation d actualiser votre carte Vitale 2 avril 2015 : accès en ligne, via le site ameli.fr, à l ensemble de vos remboursements (Sécurité sociale et Mutuelle) 3 avril 2015 : nouvelle actualisation de votre carte Vitale afin d enregistrer les nouvelles adresses électroniques pour la gestion des prestations Sécurité sociale. Votre Mutuelle est à vos côtés! Pour tout renseignement, notre équipe est à votre écoute du lundi au jeudi de 9h à 16h30 le vendredi de 9h à 16h Tél. : MCF 5-7 avenue de Paris CS Vincennes cedex

11 actualités mcf 11 en direct de la MCF... Priorité Santé Mutualiste : un service d information pour les adhérents MCF Tout adhérent de la Mutuelle Centrale des Finances accède gratuitement aux services proposés par Priorité Santé Mutualiste. Le site, ouvert à tous, géré par la Mutualité Française, diffuse des informations pratiques sur les questions de santé et aide les adhérents dans leurs démarches de soins. Les blogs, forums et «chats» sont régulièrement organisés avec des experts médecins, assistantes sociales, diététiciennes également joignables par téléphone au (prix d un appel local à partir d un poste fixe). Les adhérents peuvent bénéficier de conseils personnalisés pour mieux prendre en charge leur santé et mieux s orienter dans le système de santé. La MCF obtient un excellent score lors de l audit de sa gestion Au sein de la SLM 523, la MCF gère elle-même, en direct, les prestations du régime obligatoire de la Sécurité sociale et elle est auditée chaque année pendant un mois, sur la qualité de sa gestion. 14 processus de gestion sont ainsi contrôlés, principalement, le respect de la règlementation en vigueur, N hésitez pas à (re) découvrir le site internet - pour en utiliser les multiples possibilités. Enfin, depuis avril 2014, les adhérents des mutuelles peuvent s informer sur les établissements hospitaliers conventionnés qui se trouvent à proximité de leur domicile en contactant le service d aide à l orientation de Priorité Santé Mutualiste au Au plan pratique, en appelant le 3935, les adhérents de la Mutuelle auront à s identifier en utilisant le code d identification de la MCF qui est le l exactitude des remboursements, la qualité des contacts avec les assurés sociaux, tant en terme de délais que de précisions dans les réponses apportées à leurs interrogations. Cette année, comme les années précédentes, la Mutuelle a obtenu un très bon score de 96,10 % de maîtrise des processus, ce qui récompense le travail François Toujas, Chevalier de la Légion d Honneur Par décret du Président de la République en date du 11 juillet 2014, Monsieur François Toujas, Président de l Etablissement français du sang (EFS), administrateur de l Ecole nationale supérieure de la Sécurité sociale, a été élevé au grade de Chevalier de la Légion d Honneur. La rédaction de la revue prie Monsieur Toujas, qui est également membre élu au Conseil d administration de la Mutuelle Centrale des Finances, de bien vouloir accepter ses félicitations pour cette distinction. au quotidien des agents de la Mutuelle, toujours au service des adhérents. APPEL à candidatures : renouvellement partiel du Conseil d administration Selon l article 35 des statuts de la Mutuelle, le renouvellement du Conseil a lieu par tiers tous les deux ans et en conséquence, l Assemblée générale 2015 devra pourvoir au renouvellement de 8 sièges. En effet, les membres du Conseil d administration sont élus parmi les membres participants et les bénéficiaires cotisants à jour de leurs cotisations et ayant fait acte de candidature, par lettre recommandée avec demande d avis de réception, avant le 1 er janvier de l année d élection. En application de l article 32 des statuts, pour être éligibles, les candidats doivent : être âgés de 18 ans révolus, ne pas avoir exercé de fonction de salarié au sein de la Mutuelle au cours des trois années précédant l élection, n avoir fait l objet d aucune condamnation dans les conditions énumérées à l article L du code de la Mutualité. Les membres du Conseil sont élus à bulletins secrets par l Assemblée générale au scrutin uninominal à un tour (article 33). La durée de leur mandat est six ans (article 34). Conformément aux dispositions de l article 7 du Règlement intérieur de la Mutuelle, les adhérents candidats à la fonction d administrateur devront faire acte de candidature auprès du Président de la Mutuelle, au plus tard le 31 décembre 2014 en accompagnant leur candidature de leur profession de foi dactylographiée et signée. Le titre ne doit pas comporter plus de 100 caractères, les espaces entre les mots comptant chacun pour un caractère. La profession de foi et son titre doivent tenir dans une page de format 21 x 29,7 cm.

12 12 pratique Chéquiers et cartes bancaires : faut-il s assurer? De nombreuses banques proposent une assurance couvrant le vol et la perte de vos moyens de paiement. Mais est-elle vraiment nécessaire? En pratique, cette assurance est inutile en cas de fraude sur Internet. Elle n est hélas efficace qu en cas grave d agression ou d extorsion du code bancaire. dans les packages bancaires», indique Maxime Chipoy, chargé de mission banque assurance pour l association de consommateurs UFC-Que choisir. Résultat : on estime qu un à deux tiers des Français possèdent une telle assurance, pour un prix qui varie de 20 à 40 euros par an. Et pourtant, celle-ci s avère très souvent inutile car redondante! Voilà plusieurs semaines qu Olivier et Sarah font le tour des enseignes bancaires afin de les mettre en concurrence. Et à chaque fois, les conseillers qui les reçoivent leur recommandent vivement de souscrire une assurance dite «moyens de paiement». «Tous nous ont assuré que c était le seul moyen d être protégés. Qu à défaut, nous courions vraiment un risque, que nous nous exposions à devoir payer des franchises», explique Olivier. Le jeune couple allait souscrire une telle assurance quand un ami a émis un doute sur sa nécessité : «Sans lui, nous aurions signé, c est certain.» A la différence d Olivier et Sarah, nombreux sont les usagers bancaires qui se laissent finalement tenter par une telle offre. «Les assurances moyens de paiement sont très souvent incluses A la banque de prouver la faute lourde En effet, depuis l ordonnance du 15 juillet 2009 sur les services de paiement, les banques ont l obligation de rembourser intégralement à leurs clients la totalité des sommes indûment prélevées en cas de vol de leur carte bancaire ou en cas d utilisation frauduleuse de leur carte sur Internet. Les clients ne subiront aucune perte, à moins d une faute lourde de leur part. «Mais c est à la banque de prouver la faute lourde de son client», insiste Maxime Chipoy. Ainsi, si vous êtes victime d une utilisation frauduleuse de votre numéro de carte bancaire lors d un achat à distance alors que votre carte est toujours en votre possession, vous n êtes pas considéré comme responsable et votre banque est tenue de vous rembourser la totalité des sommes débitées, sans aucune limite ni franchise. Si vous avez perdu ou vous êtes fait voler votre carte bancaire, vous êtes responsable des paiements ou des retraits effectués dans un distributeur de billets, dans la limite du plafond de 150 euros, et ce jusqu à ce que vous ayez fait opposition. Au-delà, vous serez remboursé.

13 pratique 13 A moins, bien sûr, que la banque ne prouve votre comportement fautif : code secret noté sur la carte, carte non signée au dos, etc. En cas de perte ou de vol de votre chéquier, là encore, une assurance ne s avère pas réellement utile. Il vous suffira de demander à votre banque la vérification de la signature sur les chèques litigieux. Certes, votre établissement peut traîner un peu les pieds et faire durer la procédure, alors qu avec une assurance vous serez immédiatement pris en charge. Mais au final, si votre signature a été falsifiée, vous serez remboursé. Agression au distributeur automatique En réalité, il n y a guère qu en cas de vol d espèces par agression à un distributeur automatique de billets ou d extorsion de votre code bancaire qu une assurance moyens de paiement peut se révéler nécessaire : sans une telle protection, vous ne serez effectivement pas indemnisé. Mais sachez que ces cas ne représentent qu un pourcentage extrêmement faible des fraudes aux moyens de paiement et que même avec cette assurance, les remboursements ne sont pas illimités et les banques fixent des plafonds qui varient. Ces montants maximums peuvent aller jusqu à voire euros en cas d utilisation frauduleuse de votre chéquier. Mais ils tombent souvent à moins de euros en cas de vol par agression, et même à quelques centaines d euros pour un retrait effectué dans un distributeur d un autre établissement bancaire. Finalement, l intérêt de l assurance moyens Que faire en cas de fraude? Dès que vous découvrez une utilisation frauduleuse de votre carte bancaire ou de votre chéquier, faites opposition auprès de votre banque, par téléphone d abord, puis par lettre recommandée avec accusé de réception. Selon la loi, elle est tenue de vous rembourser «immédiatement» et n a pas à vous demander d aller déposer plainte au commissariat ou à la gendarmerie. Si elle tarde à vous rembourser, rapprochez-vous de l Association française des usagers des banques (Afub) : elle vous proposera des modèles types de lettre de relance. «Dans 80 % des cas, cela permet au client d obtenir satisfaction, assure Serge Maitre, président de l Afub. Sinon, il faut saisir le juge de proximité auprès du tribunal d instance.» Sachez que vous avez 13 mois, après le vol ou l utilisation frauduleuse de votre carte, pour demander le remboursement. de paiement réside plutôt dans les protections «complémentaires», en cas de perte ou de vol de votre téléphone portable, de vos papiers d identité, de vos clés de maison ou de voiture. Attention : là encore, il existe des plafonds de remboursement, souvent assez faibles. Et parfois, les contrats d assurance précisent que ces vols ou pertes des clés, papiers ou mobile doivent être liés à ceux des moyens de paiement! Epluchez bien les conditions de couverture avant de vous engager. Et n hésitez pas à demander conseil à des associations de consommateurs ou d usagers bancaires. n Virginie Plaut

14 14 brèves Du nouveau dans la tarification des cures thermales Depuis le 1 er mars 2014, les tarifs des soins thermaux sont encadrés de la manière suivante : 1. Le Tarif Forfaitaire de Responsabilité (TFR) détermine la base de remboursement par la Sécurité sociale sur laquelle s applique le taux de prise en charge de 65 %. La Mutuelle prend en charge la part complémentaire soit 35 % du montant du TFR. 2. Le Prix Limite de Facturation (PLF) fixe le montant maximum qu un établissement thermal peut faire payer à un curiste. Les curistes -à l exception des bénéficiaires de la CMU-C ou de l ACS - peuvent donc avoir un supplément à financer au-delà du Tarif Forfaitaire de Responsabilité mais dans la limite du Prix Limite de Facturation. A titre d exemple, pour des soins dont le Tarif Forfaitaire de Remboursement est à 650,00 e, la part Sécurité sociale sera de 422,50 e et la part Mutuelle de 227,50 e. Si le Prix Limite de Facturation se situe à 665,00 e, il reste 15,00 e à la charge de l adhérent, soit la différence entre PLF et TFR. Hépatite C : un médicament révolutionnaire mais hors de prix C'est un espoir pour les personnes infectées par l'hépatite C en France. Le nouvel antiviral sofosbuvir, commercialisé sous le nom de Sovaldi par le laboratoire américain Gilead, permet de guérir 90 % des patients. Principal avantage : contrairement aux autres traitements, il ne nécessite pas forcément la prise d'interféron, qui pose de nombreux problèmes de toxicité, d'efficacité et d'intolérance. Les risques de rechute seraient également moindres. Reste le problème de son prix, puisque les douze semaines de traitement pourraient coûter plus de euros par patient. La mise à disposition de ce traitement aux personnes les plus gravement atteintes (hépatite chronique, co-infection hépatite C et sida) représenterait un coût compris entre 3 milliards et 4,8 milliards d'euros. Le résultat des négociations entre les autorités sanitaires françaises et le laboratoire devraient être connu d'ici fin Le don d organes : en parler avec vos proches Selon un sondage Ipsos de 2012, 81 % des français sont favorables au don d organes, après leur mort, mais seulement 49 % en informent leurs proches. Ces derniers, faute de connaître la volonté de la personne défunte, préfèrent souvent refuser le don. En se positionnant sur cette question, chacun d entre nous peut éviter à sa famille de douloureux questionnements. A cet égard, l Agence de la biomédecine propose des conseils pour aborder le sujet du don d organes avec ses proches : France Adot Fédération des associations pour le don d organes et de tissus humains est également un interlocuteur incontournable : RSA : davantage de renoncement aux soins Les bénéficiaires du revenu de solidarité active (RSA) sacrifient plus souvent leur santé que le reste de la population. Ils sont 18 % à déclarer avoir renoncé à une consultation médicale au cours de l année écoulée et 27 % à des soins dentaires, contre respectivement 4 % et 11 % chez les ans, selon une étude du ministère des Affaires sociales. Moins de 60 % des bénéficiaires se disent en «bonne» ou «très bonne» santé, contre près de 80 % pour le reste de la population. Un français sur dix est couvert par les minima sociaux 6,8 millions de personnes bénéficient directement ou indirectement (conjoint, enfants à charge) des minima sociaux, soit un français sur dix. Ce nombre a progressé de 4,4 % sur un an. Il s agit de la deuxième plus forte augmentation en vingt ans, après 2009 (+ 6,2%). Une accélération qui s explique tout d abord par la conjoncture économique défavorable et la forte augmentation du chômage depuis mi Les allocataires du revenu de solidarité active (RSA) représentent 44 % de l ensemble des personnes percevant des minima sociaux.

15 L'assurance d'une bonne protection tout au long de l'année... S A N T É - P R É V O Y A N C E F A M I L I A L E Quels que soient vos besoins, la MCF s attache à vous offrir un haut niveau de prestations tout en préservant sa solvabilité exceptionnelle. Privilégier la qualité de nos offres avec un budget maîtrisé est notre priorité face aux nouveaux enjeux de la société. Notre volonté? Vous apporter les solutions réellement adaptées à vos besoins : proximité, rapidité des remboursements, adaptabilité C est ça l esprit MCF : agir pour préserver son offre de services et répondre au mieux à vos attentes. Pour tout renseignement, notre équipe est à votre écoute au : , du lundi au jeudi (9h à 16h30) et vendredi (9h à 16h) ou par Mutuelle Centrale des Finances 5-7 avenue de Paris - CS Vincennes

16 ASSURANCE AUTO PROTECTION ADAPTÉE, SÉCURITÉ ASSURÉE SAVEZ-VOUS QU AMF Assurances N AUGMENTE PAS SES TARIFS EN 2015?* N ATTENDEZ PLUS POUR COMPARER! Société du Groupe Matmut dédiée aux agents publics PARTENAIRE DE LA amf-assurances.fr Spécial adhérent MCF Une offre de bienvenue de 25 (1) vous est réservée * À conditions de garanties identiques et pour les contrats Auto hors évolution du bonus/malus. Dispositions non applicables aux camions et engins professionnels. (1) Offre tarifaire valable jusqu au 31/12/14 réservée aux adhérents de la MCF, non titulaires d un contrat d assurance auprès du Groupe Matmut, lors de la souscription d un 1 er contrat garantissant un véhicule particulier, utilitaire léger, camping-car ou moto de + de 50 cm 3, Habitation Résidence Principale (hors Hébergement) ou Espace Jeunes. Conditions disponibles en Agences ou sur amf-assurances.fr. Offre non cumulable avec d autres offres en cours. AMF Assurances, Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de entièrement libéré - n RCS Rouen. Entreprise régie par le Code des Assurances. Siège social : 66 rue de Sotteville Rouen. Studio Matmut - Crédit photo : contrastwerkstatt - Fotolia.com

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs En urgence, en consultation, en hospitalisation, que payerez-vous? Quels frais

Plus en détail

BULLETIN DE SOUTIEN A LA FONDATION DES PROMOTEURS IMMOBILIERS DE FRANCE

BULLETIN DE SOUTIEN A LA FONDATION DES PROMOTEURS IMMOBILIERS DE FRANCE BULLETIN DE SOUTIEN A LA FONDATION DES PROMOTEURS IMMOBILIERS DE FRANCE Je fais un don à la Fondation de France / Fondation des promoteurs immobiliers de France de : 1.500 5.000 Engagement de soutien :

Plus en détail

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein France 2010 - DIVJEUSEIN10 Arguments pour convaincre TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein Arguments pour convaincre Le cancer du sein touche autour de 50 000

Plus en détail

Bonjour et bienvenue sur le module «complémentaire santé» des ateliers d arts.

Bonjour et bienvenue sur le module «complémentaire santé» des ateliers d arts. Bonjour et bienvenue sur le module «complémentaire santé» des ateliers d arts. La chambre a négocié pour vous des tarifs préférentiels avec le cabinet Jadis pour vous proposer 4 niveaux de garantie. -

Plus en détail

Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé

Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé Forfait 18 euros Parodontologie Auxiliaires médicaux Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé SOMMAIRE P. 3 A quoi sert une

Plus en détail

Assurer mon cre dit immobilier

Assurer mon cre dit immobilier Assurer mon cre dit immobilier Pour concrétiser votre projet immobilier, vous avez besoin d obtenir un crédit immobilier ainsi qu une assurance emprunteur. L assurance emprunteur sera mise en jeu lorsqu

Plus en détail

MON ASSURANCE SANTÉ COLLECTIVE

MON ASSURANCE SANTÉ COLLECTIVE MON ASSURANCE SANTÉ COLLECTIVE SPÉCIAL SALARIÉS MON EMPLOYEUR A CHOISI LE PLAN SANTE ENTREPRISE DU CREDIT MUTUEL PLAN SANTÉ ENTREPRISE Votre entreprise vient de mettre en place une couverture santé avec

Plus en détail

Note synthétique d Adéis Résumé des 4 projets de décrets relatifs à la généralisation de la couverture santé d entreprise

Note synthétique d Adéis Résumé des 4 projets de décrets relatifs à la généralisation de la couverture santé d entreprise SYNTHESE Note synthétique d Adéis Résumé des 4 projets de décrets relatifs à la généralisation de la couverture santé d entreprise Degré élevé de solidarité mentionné à l article L912-1 du code de la sécurité

Plus en détail

Mes Indispensables SMERAG

Mes Indispensables SMERAG Sécu étudiante & Mutuelle Mes Indispensables Année universitaire 2015-2016 La et moi 617 Je suis affilié(e) J ai choisi le Centre - 617 comme centre de Sécurité sociale étudiante. Ce choix est obligatoire

Plus en détail

41,29 euros par mois et par adhérent* par mois et par adhérent* 59,87 euros par mois et par adhérent* par mois et par adhérent*

41,29 euros par mois et par adhérent* par mois et par adhérent* 59,87 euros par mois et par adhérent* par mois et par adhérent* Siège social : 110 boulevard de la Salle Boigny-sur-Bionne 45432 CHECY CEDEX Voici le bulletin d adhésion aux offres IBaMéo. Celui-ci vous rappelle le détail des cotisations de chacune des offres ainsi

Plus en détail

GROUPE PASTEUR MUTUALITÉ

GROUPE PASTEUR MUTUALITÉ JEUNES PROFESSIONNELS Pour étudier en toute sérénité, j ai choisi GROUPE PASTEUR MUTUALITÉ PACK SENOÏS* Et aussi des... GARANTIES À LA CARTE Responsabilité Civile et Protection Juridique Professionnelles

Plus en détail

Comment réduire ma cotisation Santé?

Comment réduire ma cotisation Santé? Santé Comment réduire ma cotisation Santé? Chèque Complémentaire Santé Une contribution significative à votre cotisation et un accès facilité à la plupart des solutions Santé d AXA Chèque Complémentaire

Plus en détail

Les 10 clés pour bien gérer mon compte en banque

Les 10 clés pour bien gérer mon compte en banque JUIN 2015 N 30 COMPTE LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Les 10 clés pour bien gérer mon compte en banque Ce mini-guide vous est offert par

Plus en détail

PLUS ON EN SAIT MIEUX ON SE PORTE BROCHURE D INFORMATION PATIENT MON DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL ET MOI. dmp.gouv.fr

PLUS ON EN SAIT MIEUX ON SE PORTE BROCHURE D INFORMATION PATIENT MON DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL ET MOI. dmp.gouv.fr PLUS ON EN SAIT MIEUX ON SE PORTE BROCHURE D INFORMATION PATIENT MON DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL ET MOI dmp.gouv.fr Les pratiques médicales évoluent continuellement pour permettre à chacun d être mieux soigné

Plus en détail

Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points. n o 9. Majorations pour enfants et retraite complémentaire

Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points. n o 9. Majorations pour enfants et retraite complémentaire Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points Guide salariés n o 9 avril 2014 Majorations pour enfants et retraite complémentaire Sommaire La retraite, en bref... 3 Points clés...

Plus en détail

Mutex Indépendance Services - 10 % si vous adhérez en couple. Gardez le contrôle de votre vie!

Mutex Indépendance Services - 10 % si vous adhérez en couple. Gardez le contrôle de votre vie! - 10 % si vous adhérez en couple Mutex Indépendance Services Gardez le contrôle de votre vie! Les 10 raisons de souscrire Mutex Indépendance Services Une rente mensuelle de 300 f à 2000 f en fonction de

Plus en détail

Coiffeurs. Travailleurs non salariés

Coiffeurs. Travailleurs non salariés Coiffeurs Travailleurs non salariés Coiffeurs, travailleurs non salariés une protection sociale optimale Depuis plus de dix ans, vous nous faites confiance pour assurer le régime frais de santé des salariés

Plus en détail

contrats en cours. 3 Les résultats présentés dans le présent rapport tiennent compte du chiffre d affaires des organismes sur le

contrats en cours. 3 Les résultats présentés dans le présent rapport tiennent compte du chiffre d affaires des organismes sur le Améliorer la lisibilité des contrats d assurance complémentaire santé : Engagements pris, engagements tenus! Première évaluation du dispositif instauré par les Fédérations membres de l UNOCAM 5 mars 2012

Plus en détail

Pourquoi un régime collectif? Frais de santé Prévoyance

Pourquoi un régime collectif? Frais de santé Prévoyance Pourquoi un régime collectif? Frais de santé Prévoyance 10 Santé Ce régime, aussi nommé «complémentaire santé», permet le remboursement total ou partiel des frais de santé restant à la charge de l assuré

Plus en détail

Naissance d une marque d assurances dédiée aux particuliers : Coverlife lance Cocoon

Naissance d une marque d assurances dédiée aux particuliers : Coverlife lance Cocoon Dossier de presse Février 2015 Naissance d une marque d assurances dédiée aux particuliers : Coverlife lance Cocoon Coverlife, le courtier spécialisé en distribution d assurances pour particulier, crée

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère de l emploi et de la solidarité

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère de l emploi et de la solidarité J.O n 101 du 30 avril 2002 page 7790 texte n 8 Décrets, arrêtés, circulaires Textes généraux Ministère de l emploi et de la solidarité Décret n 2002-637 du 29 avril 2002 relatif à l accès aux informations

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE CARTE V PAY. particuliers.societegenerale.fr

GUIDE PRATIQUE CARTE V PAY. particuliers.societegenerale.fr 2014 GUIDE PRATIQUE particuliers.societegenerale.fr 1 Les numéros indispensables Pour profiter pleinement de votre carte et de ses services, voici tous les numéros importants : Perte, vol ou utilisation

Plus en détail

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE?

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? LE RÔLE DES CONTRATS COLLECTIFS D ENTREPRISE La dépendance se caractérise par des restrictions dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et sociale.

Plus en détail

Le compte chèque jeune monabanq.

Le compte chèque jeune monabanq. - 1 - Le compte chèque jeune monabanq. Découvrez notre offre dans son intégralité : 0810 002 001 (N Azur, prix d un appel local depuis un poste fixe, de 8h à 22h en semaine et de 8h à 20h le samedi). Principaux

Plus en détail

Document d information sur les offres de La Poste et leurs accès aux personnes handicapées intellectuelles

Document d information sur les offres de La Poste et leurs accès aux personnes handicapées intellectuelles Document d information sur les offres de La Poste et leurs accès aux personnes handicapées intellectuelles 1 2 Pourquoi La Poste a-t-elle écrit ce document? La Poste souhaite répondre aux besoins de chaque

Plus en détail

Direction des prestations familiales. Circulaire n 2008-002. Paris, le 16 janvier 2008

Direction des prestations familiales. Circulaire n 2008-002. Paris, le 16 janvier 2008 Direction des prestations familiales Circulaire n 2008-002 Paris, le 16 janvier 2008 Mesdames et Messieurs les Directeurs et Agents Comptables des Caf Certi Cnedi Mesdames et Messieurs les Conseillers

Plus en détail

Le DMP et vos droits Dossier Médical Personnel

Le DMP et vos droits Dossier Médical Personnel BROChURE D information PATIENT Le DMP et vos droits Dossier Médical Personnel Créer votre DMP, un acte important pour votre santé au service de la santé www.dmp.gouv.fr 2 Le dmp et vos droits 4 Qu est-ce

Plus en détail

CMUC OU ACS PEUT-ÊTRE Y AVEZ VOUS DROIT?

CMUC OU ACS PEUT-ÊTRE Y AVEZ VOUS DROIT? Des aides existent pour financer votre complémentaire santé. CMUC OU ACS PEUT-ÊTRE Y AVEZ VOUS DROIT? Parlez-en avec votre conseiller. SANTÉ PRÉVOYANCE PRÉVENTION CMUC OU ACS LA MUTUELLE FAMILIALE VOUS

Plus en détail

COMPLEMENTAIRE SANTE Cahier des charges du contrat responsable Décret du 18 novembre 2014

COMPLEMENTAIRE SANTE Cahier des charges du contrat responsable Décret du 18 novembre 2014 SERVICE SOCIAL (Circ. 7908) Le 20 novembre 2014 N 21/2014 COMPLEMENTAIRE SANTE Cahier des charges du contrat responsable Décret du 18 novembre 2014 Le décret daté du 18 novembre 2014 définissant le nouveau

Plus en détail

La mutuelle Santé. proche de vous

La mutuelle Santé. proche de vous La mutuelle Santé proche de vous 2 Une vraie mutuelle, sans actionnaire, qui ne fait pas de profit, aux garanties ajustées bienvenue, vous êtes dans la solidarité version NOTRE MISSION : L ACCèS AUX SOINS

Plus en détail

DES ENGAGEMENTS UNE RELATION DE QUALITÉ POUR CONSTRUIRE ENSEMBLE. le Pacte MAAF. C est ça

DES ENGAGEMENTS UNE RELATION DE QUALITÉ POUR CONSTRUIRE ENSEMBLE. le Pacte MAAF. C est ça DES ENGAGEMENTS POUR CONSTRUIRE ENSEMBLE UNE RELATION DE QUALITÉ C est ça le Pacte MAAF ACCESSIBILITÉ DES ENGAGEMENTS POUR CONSTRUIRE ENSEMBLE UNE RELATION DE QUALITÉ La référence qualité prix, c est depuis

Plus en détail

La Lettre de l'etat en V@ucluse

La Lettre de l'etat en V@ucluse La Lettre de l'etat en V@ucluse L éditorial De Yannick BLANC Directeur de la publication Yannick BLANC Préfet de Vaucluse Conception et réalisation Rédaction Service Départemental de Communication Interministérielle

Plus en détail

Ce PDF est dynamique, vous pouvez naviguer en cliquant sur les boutons du sommaire. Les outils d informations

Ce PDF est dynamique, vous pouvez naviguer en cliquant sur les boutons du sommaire. Les outils d informations Ce PDF est dynamique, vous pouvez naviguer en cliquant sur les boutons du sommaire. L expertise ESEF International AVEC HUMANIS, VOTRE ENTREPRISE PROFITE D UNE COMPLÉMENTAIRE SANTÉ SIMPLE ET EFFICACE.

Plus en détail

CARTE BANCAIRE RECHARGEABLE

CARTE BANCAIRE RECHARGEABLE Guide pratique CARTE BANCAIRE RECHARGEABLE La Carte Bancaire Rechargeable permet d apprendre à devenir progressivement autonome dans la gestion de l argent en toute sécurité. Dans ce guide, découvrez les

Plus en détail

Relevant du livre II SIREN 776 950 677

Relevant du livre II SIREN 776 950 677 Relevant du livre II SIREN 776 950 677 Mutuelles de France 70 Boulevard Matabiau BP 7051 31069 TOULOUSE CEDEX 7 Tél 0 810 131 111 Fax 05 61 63 03 77 Règlement intérieur MUTAMI page 1/5 suite à l Assemblée

Plus en détail

Les avantages d être assuré chez MMA

Les avantages d être assuré chez MMA Les avantages d être assuré chez MMA Avec votre Assurance Santé MMA, vous bénéficiez de services qui vous rendent la vie plus simple tout en préservant votre budget. GPS Santé (1) : informations, conseils,

Plus en détail

Tout savoir sur la loi Hamon. Changement d assurance de prêt immobilier en première année

Tout savoir sur la loi Hamon. Changement d assurance de prêt immobilier en première année Guide Tout savoir sur la loi Hamon Changement d assurance de prêt immobilier en première année Ce document est la propriété de Réassurez-moi et ne doit pas être copié, reproduit, dupliqué totalement ou

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Décret n o 2014-1155 du 9 octobre 2014 relatif à la gestion du compte personnel de prévention

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ET CONSOMMATION Arrêté du 31 décembre 2013 relatif aux factures des services de communications

Plus en détail

Avenir Épargne Retraite

Avenir Épargne Retraite Avenir Épargne Retraite Le contrat Avenir Épargne Retraite est un contrat d assurance-vie individuel à capital différé. Il offre comme garanties un capital ou une rente viagère en cas de vie du souscripteur-assuré

Plus en détail

Votre contrat santé IRP AUTO Livret salariés

Votre contrat santé IRP AUTO Livret salariés salariés santé Votre contrat santé IRP AUTO Livret salariés Réseau AUTOVISION SANTÉ I PRÉVOYANCE I ÉPARGNE I RETRAITE I ACTION SOCIALE ET CULTURELLE IRP AUTO, LE GROUPE DE PROTECTION SOCIALE DES PROFESSIONNELS

Plus en détail

L accès au crédit malgré un problème de santé

L accès au crédit malgré un problème de santé LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 12 L accès au crédit malgré un problème de santé Convention Belorgey FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE mise à jour avril 2005 Document réalisé en collaboration avec des associations

Plus en détail

Mes Indispensables SMEREP

Mes Indispensables SMEREP Mes Indispensables Année universitaire 2014-2015 La et moi 617 Je suis affilié(e) J ai choisi le Centre - 617 comme centre de Sécurité sociale étudiante. Ce choix est obligatoire dès lors que je suis étudiant

Plus en détail

La convention AERAS en 10 points-clés

La convention AERAS en 10 points-clés La convention AERAS en 10 points-clés Signée par les pouvoirs publics, les fédérations professionnelles de la banque, de l assurance et de la mutualité et les associations de malades et de consommateurs,

Plus en détail

RENCONTRE AMICALE ET SOLIDAIRE 2016 CONDITIONS FINANCIERES

RENCONTRE AMICALE ET SOLIDAIRE 2016 CONDITIONS FINANCIERES Nombre de participants : 32/35 personnes LE FORFAIT COMPREND CONDITIONS FINANCIERES Le transport aérien international sur vol Air France et Vietnam Airlines, les taxes d aéroport en France et à l étranger,

Plus en détail

Obsèques. (Financement) L assurance tranquillité pour vos proches. Prévoyance. Seniors. Vos Garanties - 2007. Garantie Viagère

Obsèques. (Financement) L assurance tranquillité pour vos proches. Prévoyance. Seniors. Vos Garanties - 2007. Garantie Viagère P R É V O Y A N C E Prévoyance (Financement) Obsèques Seniors L assurance tranquillité pour vos proches Vos Garanties - 2007 Garantie Viagère Souscription possible jusqu à 84 ans Aucune formalité médicale

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ministère des affaires sociales et de la santé

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ministère des affaires sociales et de la santé RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires sociales et de la santé Décret n Relatif à la procédure de mise en concurrence des organismes dans le cadre de la recommandation prévue par l article L. 912-1

Plus en détail

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples donneurs. Le don. d embryons

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples donneurs. Le don. d embryons Assistance médicale à la procréation Informations pour les couples donneurs Le don d embryons Sommaire Le don d embryons, qu est-ce que c est? 2 Qui peut en bénéfi cier? Qui peut donner les embryons et

Plus en détail

l'avenir de de décès

l'avenir de de décès Assurer l'avenir de votre famille en cas de décès Mutuelles santé prévoyance AUTONOMIE retraite Pourquoi souscrire un contrat de prévoyance? Le décès, un risque trop fréquemment sous-estimé 1 personne

Plus en détail

parce que la perte d un proche est un MOMent difficile, la Caisse d epargne VOus aide

parce que la perte d un proche est un MOMent difficile, la Caisse d epargne VOus aide succession d un proche guide des premières démarches POUR EN SAVOIR DAVANTAGE, RENSEIGNEZ-VOUS AUPRÈS DE VOTRE CONSEILLER CAISSE D EPARGNE OU SUR : parce que la perte d un proche est un MOMent difficile,

Plus en détail

Règlement intérieur de l Espace Jeunes (11/17 ans)

Règlement intérieur de l Espace Jeunes (11/17 ans) Règlement intérieur de l Espace Jeunes (11/17 ans) 16, rue des Ecoles 38090 Vaulx-Milieu 07.88.54.25.95 espacejeunes.vaulx-milieu@orange.fr Mairie de Vaulx-Milieu 7 place de l Eglise- BP1-38090 VAULX-MILIEU

Plus en détail

ASSURANCE VOYAGES CHARTIS Informations

ASSURANCE VOYAGES CHARTIS Informations ASSURANCE VOYAGES CHARTIS Informations Objet : Information concernant l assurance «voyages officiels» des agents, experts et autres personnes voyageant à la charge des budgets de l Organisation PREAMBULE

Plus en détail

vivre l esprit plus léger avec unéo

vivre l esprit plus léger avec unéo SANTÉ PRÉVENTION ACCOMPAGNEMENT SOCIAL Face à un arrêt de travail, Édition 2015 vivre l esprit plus léger avec unéo RÉSERVÉE AUX ADHÉRENTS ET À LEUR CONJOINT, CONCUBIN OU PARTENAIRE LIÉ PAR UN PACS Mutuelle

Plus en détail

Il n y a pas besoin d aller très loin pour trouver une banque différente.

Il n y a pas besoin d aller très loin pour trouver une banque différente. Il n y a pas besoin d aller très loin pour trouver une banque différente. Découvrez un compte courant pas tout à fait comme les autres. Une banque pas tout à f monabanq. est l une des 1 ères banques en

Plus en détail

- Santé Protection Sociale 2006 de l IRDES,

- Santé Protection Sociale 2006 de l IRDES, CFDT 2008 Enquête Santé L enquête CFDT sur la santé des français s est déroulée dans 4 régions (Ile de France, Lorraine, Pays de la Loire, et Bretagne) entre mars et septembre 2008, auprès d un échantillon

Plus en détail

GARANTIES. Étudiants NOUS NOUS ENGAGEONS À ÊTRE PLUS QU UNE MUTUELLE

GARANTIES. Étudiants NOUS NOUS ENGAGEONS À ÊTRE PLUS QU UNE MUTUELLE Étudiants NOUS SOMMES PARCE BIEN QUE PLACÉS VOUS ÊTES POUR PLUS VOUS QU UN COMPRENDRE MÉDECIN, NOUS NOUS ENGAGEONS À ÊTRE PLUS QU UNE MUTUELLE Étudiants 5 raisons de choisir la Mutuelle du Médecin Une

Plus en détail

PROCESSUS DE CONTROLE du référentiel ECOCERT Being SPA Biologique & Ecologique

PROCESSUS DE CONTROLE du référentiel ECOCERT Being SPA Biologique & Ecologique PROCESSUS DE CONTROLE du référentiel ECOCERT Being SPA Biologique & Ecologique Version du 1 er juin 2012 Le référentiel est protégé par les dispositions du Code de la propriété intellectuelle, notamment

Plus en détail

region guide sante bis:mise en page 1 05/03/13 09:24 Page1 Guide pratique à l attention des professionnels de santé URPS DE BIOLOGIE MÉDICALE PACA

region guide sante bis:mise en page 1 05/03/13 09:24 Page1 Guide pratique à l attention des professionnels de santé URPS DE BIOLOGIE MÉDICALE PACA region guide sante bis:mise en page 1 05/03/13 09:24 Page1 Guide pratique à l attention des professionnels de santé URPS DE BIOLOGIE MÉDICALE PACA region guide sante bis:mise en page 1 05/03/13 09:24 Page2

Plus en détail

le guide pratique santé

le guide pratique santé le guide pratique santé introduction En quelques points AG2R-MACIF Prévoyance est une institution de prévoyance issue du partenariat en assurances collectives santé et prévoyance entre le groupe MACIF

Plus en détail

des associations locales

des associations locales Pour en savoir plus www.credit-agricole.fr Guide de la nouvelle des associations locales les réponses à toutes vos questions Le contrat Complémentaire Santé associations est assuré par PACIFICA, filiale

Plus en détail

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DES LOISIRS SENIORS

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DES LOISIRS SENIORS REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DES LOISIRS SENIORS SOMMAIRE ARTICLE 1 : LES SORTIES ET LES ATELIERS... 3 1. Les conditions d accès... 3 2. Les modalités d inscription... 3 3. La confirmation des sorties et

Plus en détail

ETUDIER À L ÉTRANGER BELGIQUE

ETUDIER À L ÉTRANGER BELGIQUE ETUDIER À L ÉTRANGER BELGIQUE BIENVENUE EN BELGIQUE Vous avez décidé de venir étudier en Belgique, félicitations! Notre pays est reconnu pour la qualité de son accueil, son sens de l'humour, ses bières,

Plus en détail

Avec les astucieuses de. Swiss santé, payez moins cher tout en conservant l essentiel! Assurance santé. à partir de 11,90.

Avec les astucieuses de. Swiss santé, payez moins cher tout en conservant l essentiel! Assurance santé. à partir de 11,90. Avec les astucieuses de Swiss santé, payez moins cher tout en conservant l essentiel! Assurance santé à partir de 11,90 par mois* * tarif formule 1 des astucieuses de Swiss santé pour un homme de 20 ans

Plus en détail

DOCUMENT RETRAITÉ VOTRE SANTÉ EN UN CLIC. Guide Espace Web Retraité

DOCUMENT RETRAITÉ VOTRE SANTÉ EN UN CLIC. Guide Espace Web Retraité DOCUMENT RETRAITÉ VOTRE SANTÉ EN UN CLIC Guide Espace Web Retraité BIENVENUE SUR VOTRE ESPACE WEB ASSURÉ Votre Espace Web Assuré vous accompagne dès le 1er jour de la prise d effet de votre contrat, 24h/24

Plus en détail

Version approuvée par l Assemblée Générale du 26/06/2009

Version approuvée par l Assemblée Générale du 26/06/2009 Règlement Mutualiste Version approuvée par l Assemblée Générale du 26/06/2009 Le présent règlement mutualiste présente le contenu et la durée des engagements existants entre l adhérent et la Mutuelle dans

Plus en détail

Nos 6 engagements de services. Entreprises

Nos 6 engagements de services. Entreprises RETRAITE COMPLÉMENTAIRE Nos 6 engagements de services Entreprises Déclaration des salaires 2011 Deux moyens existent : la déclaration en ligne (aucune inscription préalable). le dépôt d une DADS-U sur

Plus en détail

Malakoff Médéric Siège social : 21 rue Laffitte 75009 Paris. 8065_CG_MPE_0709_29juill09 - www.lecerkle.com

Malakoff Médéric Siège social : 21 rue Laffitte 75009 Paris. 8065_CG_MPE_0709_29juill09 - www.lecerkle.com 8065_CG_MPE_0709_29juill09 - www.lecerkle.com Malakoff Médéric Siège social : 21 rue Laffitte 75009 Paris CMAV Société d assurance mutuelle du groupe Malakoff Médéric régie par le Code des assurances Siège

Plus en détail

RĒGLEMENT DES PRÊTS - 1 -

RĒGLEMENT DES PRÊTS - 1 - RĒGLEMENT DES PRÊTS Fondation Jean Moulin Service des Prêts Immeuble Oudinot Place Beauvau 75800 PARIS Cedex 08 Tél : 01.53.69.28.3.37 Fax : 01.53.69.28.68 mail : fjm-prets@interieur.gouv.fr site internet

Plus en détail

Vu le code de la sécurité sociale et, notamment les articles L. 115-2, L. 161-28, L. 221-1, R. 115-1 et suivants ;

Vu le code de la sécurité sociale et, notamment les articles L. 115-2, L. 161-28, L. 221-1, R. 115-1 et suivants ; Commission Nationale de l Informatique et des Libertés Délibération n 04-059 du 01 juillet 2004 Délibération portant avis sur la demande d avis présentée par la CNAMTS concernant la gestion individualisée

Plus en détail

Recevez une aide financière indispensable en cas d hospitalisation

Recevez une aide financière indispensable en cas d hospitalisation Pour vous jusqu à 120 par jour* Recevez une aide financière indispensable en cas d hospitalisation * pour la souscription de l option 60 et suite à une hospitalisation due à un accident L hospitalisation

Plus en détail

Les avantages d être assuré chez MMA

Les avantages d être assuré chez MMA Les avantages d être assuré chez MMA Avec votre Assurance Santé MMA, vous bénéficiez de services qui vous rendent la vie plus simple tout en préservant votre budget. GPS Santé (1) : informations, conseils,

Plus en détail

Assurez votre crédit immobilier pour réussir votre projet

Assurez votre crédit immobilier pour réussir votre projet Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE MA SÉCU ÉTUDIANTE LMDE. www.lmde.com

GUIDE PRATIQUE DE MA SÉCU ÉTUDIANTE LMDE. www.lmde.com GUIDE PRATIQUE DE MA SÉCU ÉTUDIANTE LMDE? www.lmde.com Bienvenue à la LMDE Vous avez choisi la LMDE Centre 601, centre national de Sécurité sociale étudiante, lors de votre inscription dans l enseignement

Plus en détail

Réforme de l'assurance maladie : Médecin traitant. et parcours de soins coordonnés. DossIER. Revue de la Mutuelle Centrale des Finances.

Réforme de l'assurance maladie : Médecin traitant. et parcours de soins coordonnés. DossIER. Revue de la Mutuelle Centrale des Finances. Revue de la Mutuelle Centrale des Finances Avril 2005 n o 132 ISSN 1141-4685 Prix 1,14 Réforme de l'assurance maladie : Médecin traitant et parcours de soins. page 4 Réforme de l assurance maladie : médecin

Plus en détail

À tout moment. une mutuelle sur qui compter

À tout moment. une mutuelle sur qui compter À tout moment une mutuelle sur qui compter Harmonie Mutualité, votre partenaire santé Votre entreprise vous permet de bénéficier d une complémentaire santé collective Harmonie Mutualité. En nous rejoignant,

Plus en détail

Régime de rentes du Québec

Régime de rentes du Québec RETRAITE QUÉBEC Guide du bénéficiaire Régime de rentes du Québec Pour connaître vos droits et vos obligations Tout sur le Web Les renseignements contenus dans ce document se trouvent également sur notre

Plus en détail

«AMICALE DES CADRES DE LA POLICE NATIONALE ET DE LA SECURITE INTERIEURE» «ACPNSI»

«AMICALE DES CADRES DE LA POLICE NATIONALE ET DE LA SECURITE INTERIEURE» «ACPNSI» «AMICALE DES CADRES DE LA POLICE NATIONALE ET DE LA SECURITE INTERIEURE» «ACPNSI» Mutuelle régie par les dispositions du Livre III du Code de la mutualité et immatriculée au registre national des mutuelles

Plus en détail

«Avec les bons plans de la MNT, je me simplifie le quotidien à prix mini!» mois offerts* en santé. * Voir conditions à l intérieur du dépliant.

«Avec les bons plans de la MNT, je me simplifie le quotidien à prix mini!» mois offerts* en santé. * Voir conditions à l intérieur du dépliant. Offre «JEUNE AGENT» «Avec les bons plans de la MNT, je me simplifie le quotidien à prix mini!» 2 en santé mois offerts* * Voir conditions à l intérieur du dépliant. Couverture santé, projets d installation,

Plus en détail

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Guide juridique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations de sécurité sociale

Plus en détail

GUIDE DE L ACTIONNAIRE AU NOMINATIF AOUT 2015

GUIDE DE L ACTIONNAIRE AU NOMINATIF AOUT 2015 GUIDE DE L ACTIONNAIRE AOUT 2015 SEPTEMBRE 2015 SOMMAIRE Les différents modes de détention des titres... p.3 Les avantages d'une inscription au nominatif pur... p.4 Les caractéristiques détaillées du nominatif...

Plus en détail

La convention AERAS en 10 questions-réponses

La convention AERAS en 10 questions-réponses La convention AERAS en 10 questions-réponses Signée par les pouvoirs publics, les fédérations professionnelles de la banque, de l'assurance et de la mutualité et les associations de malades et de consommateurs,

Plus en détail

CARTE BANCAIRE RECHARGEABLE

CARTE BANCAIRE RECHARGEABLE Guide pratique CARTE BANCAIRE RECHARGEABLE La Carte Bancaire Rechargeable permet d apprendre à devenir progressivement autonome dans la gestion de l argent en toute sécurité. Dans ce guide, découvrez les

Plus en détail

Retraités du Régime Agricole

Retraités du Régime Agricole Retraités du Régime Agricole Des aides pour vivre à domicile 2015 www.msa49.fr Favoriser le maintien à domicile des personnes retraitées C est : Aider, à leur domicile, en foyer logement ou en MARPA *,

Plus en détail

NOUS AVONS CHOISI LA BANQUE QUI RESPECTE LES PETITES ÉCONOMIES

NOUS AVONS CHOISI LA BANQUE QUI RESPECTE LES PETITES ÉCONOMIES NOUS AVONS CHOISI LA BANQUE QUI RESPECTE LES PETITES ÉCONOMIES ÊTRE JEUNE, C EST AUSSI PROFITER DE LA VIE, LA BANQUE POSTALE L A BIEN COMPRIS Les sorties, les examens, le premier appartement, le premier

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

Offre santé 2014 FGMM-CFDT

Offre santé 2014 FGMM-CFDT SOMILOR - HARMONIE MUTUELLE Offre santé 2014 FGMM-CFDT Réservée aux adhérents régime général La FGMM-CFDT a négocié pour vous une complémentaire santé groupe SOMILOR-HARMONIE MUTUELLE. Bénéficiez de tous

Plus en détail

REGLEMENT MUTUALISTE N 7 Branche n 20 Art L 221-2-II du code de la mutualité

REGLEMENT MUTUALISTE N 7 Branche n 20 Art L 221-2-II du code de la mutualité REGLEMENT MUTUALISTE N 7 Branche n 20 Art L 221-2-II du code de la mutualité Garantie EPARGNE (fiscalité assurance-vie ou P.E.P. sur option) à souscription individuelle Article 1 Objet La présente garantie

Plus en détail

Aide pour une complémentaire santé et tiers payant social

Aide pour une complémentaire santé et tiers payant social Artisans, commerçants et professionnels libéraux Aide pour une complémentaire santé et tiers payant social Octobre 2014 AIDE POUR UNE COMPLÉMENTAIRE SANTÉ ET TIERS PAYANT SOCIAL Vous ne pouvez pas bénéficier

Plus en détail

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F21. MA SÉCURITÉ AU SEIN DU CABINET MÉDICAL. Les suites d une plainte pour agression

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F21. MA SÉCURITÉ AU SEIN DU CABINET MÉDICAL. Les suites d une plainte pour agression Les suites d une plainte pour agression Etape 1. L avis à victime Suite à la plainte que vous avez déposée, le Procureur de la République vous transmet un «avis à victime» à votre domicile. Il vous informe

Plus en détail

mois offerts* en santé «Bientôt une mutation, une nouvelle vie commence! Avec la MNT, mon projet est facilité.» Jusqu à

mois offerts* en santé «Bientôt une mutation, une nouvelle vie commence! Avec la MNT, mon projet est facilité.» Jusqu à Offre «Mutation» «Bientôt une mutation, une nouvelle vie commence! Avec la MNT, mon projet est facilité.» Jusqu à 3 en santé mois offerts* * Voir conditions à l intérieur du dépliant. En cas de mutation,

Plus en détail

professionnels Tout savoir pour mieux protéger votre famille

professionnels Tout savoir pour mieux protéger votre famille particuliers professionnels Tout savoir pour mieux protéger votre famille Generali, 2 ème assureur généraliste en France (1) met à votre service son expertise reconnue en matière de protection. Au travers

Plus en détail

Sommaire. Calendrier : règlementation pour le 1 er janvier 2016

Sommaire. Calendrier : règlementation pour le 1 er janvier 2016 - Santé Collective Sommaire 1. L offre du Crédit Mutuel 2. Mise en place du dispositif santé 3. Le remboursement des prestations 4. Les services associés aux contrats santé ACM Calendrier : règlementation

Plus en détail

Bien utiliser votre carte

Bien utiliser votre carte LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 16 Bien utiliser votre carte Ce mini-guide a été conçu par le Centre d Information Bancaire 18 rue La Fayette 75440 Paris CEDEX 9 cles@fbf.fr FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE

Plus en détail

SEJOURS LINGUISTIQUES ADULTES NOTRE ACTE D'ENGAGEMENT EN 10 ACTIONS

SEJOURS LINGUISTIQUES ADULTES NOTRE ACTE D'ENGAGEMENT EN 10 ACTIONS 1 SEJOURS LINGUISTIQUES ADULTES NOTRE ACTE D'ENGAGEMENT EN 10 ACTIONS PREAMBULE Tous les organisateurs de séjours linguistiques adultes agréés par l sont impliqués de longue date dans une démarche qualité

Plus en détail

Démission légitime Autres. Préciser...

Démission légitime Autres. Préciser... BULLETIN DE DEMANDE DE MAINTIEN DES GARANTIES FRAIS DE SANTE, PREVOYANCE & DEPENDANCE REGIME DE LA POISSONNERIE Bulletin à compléter et à remettre à votre ancien employeur qui l adressera à l APGIS : Service

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR POUR GUIDER NOS INTERLOCUTEURS DANS LE DOMAINE DE LA SANTE

CE QU IL FAUT SAVOIR POUR GUIDER NOS INTERLOCUTEURS DANS LE DOMAINE DE LA SANTE CE QU IL FAUT SAVOIR POUR GUIDER NOS INTERLOCUTEURS DANS LE DOMAINE DE LA SANTE SE SOIGNER A MOINDRE FRAIS... 2 La CMU de BASE... 3 LA CMU COMPLEMENTAIRE... 5 L ACS... 7 TABLEAU... 8 L'AME... 9 LE CMP...

Plus en détail

go santé Le secret d une complémentaire moins chère : des garanties essentielles, pas de superflu, 100% en ligne [ Santé ] [ Prévoyance profession

go santé Le secret d une complémentaire moins chère : des garanties essentielles, pas de superflu, 100% en ligne [ Santé ] [ Prévoyance profession PERSONNES [ COMPLÉMENTAIRE SANTÉ ] PARTICULIERS [ Santé ] [ Prévoyance profession [ Prévoyance particulier go santé [ Mobilité ] [ Assurance de prêt ] [ Patrimoine ] Le secret d une complémentaire moins

Plus en détail

Les prestations sociales LA COUVERTURE MALADIE

Les prestations sociales LA COUVERTURE MALADIE Fonds européen pour les réfugiés Les prestations sociales LA COUVERTURE MALADIE La Convention de Genève reconnaît aux réfugiés les mêmes droits qu'aux nationaux en matière d'assistance publique et de sécurité

Plus en détail

Compte-Service Confort

Compte-Service Confort FICHE D INFORMATION Délivrée notamment en application de l article L 341-12 du Code monétaire et financier ou de l article L 121-20-10 du Code de la Consommation Date de mise à jour : 01/06/2007 Compte-Service

Plus en détail